Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 19 février 2017

Tartuffe en série

Eiffel.jpg

Georges Feltin-Tracol

Vendredi soir dernier se tenaient à Paris les 32e Victoires de la musique. Gageons que la soirée fut fructueuse pour tous les pourvoyeurs et autres livreurs de poudre blanche. Au cours des mondanités, la chanteuse Imany soutint le fameux Théo ainsi que le défunt Amada Traoré et s’indigna des violences policières devant une salle ravie. Peu de temps auparavant ou un peu plus tard, le même public salua la consécration du chanteur Renaud dont le nouvel album comporte le titre J’ai embrassé un flic. Imany, ce soir-là, ne claqua pas la bise aux agents de la force publique. Naguère « Je suis Charlie », « Je suis flic », « Je suis terrasse », ce petit monde interlope ne protesta jamais du gazage et du matraquage des participants de La Manif pour Tous. Il s’est même toujours tu sur le meurtre policier de Sébastien Deyzieu en 1994 !

On retrouve cette posture aux États-Unis. Le lendemain de l’investiture de Donald Trump se déroula une impressionnante « Marche des Femmes » en réponse à ses mâles propos très corps de garde. Or certaines figures de proue de cette contestation en dégradent volontiers l’image. Madonna ne promit-elle pas quelques gâteries aux électeurs anti-Trump de New York ? Quant à la chanteuse et actrice Miley Cyrus, elle n’hésite pas à se produire dans ses vidéos d’une manière obscène à la limite de l’outrage aux bonnes mœurs. Les féministes yankees devraient d’abord s’interroger sur l’attitude de ces exemples peu reluisants avant de dénigrer le nouveau locataire de la Maison Blanche.

Revenons en France où l’on a appris que la mairie de Paris avait l’intention d’élever un mur de verre qui encerclerait la Tour Eiffel. D’un montant évalué à vingt millions d’euros et réalisé à l’automne prochain, cette opération viserait à filtrer et à sécuriser les entrées. Il est piquant de noter que la mairesse de la Capitale condamne le projet de mur à la frontière du Mexique et des États-Unis tout en proposant par ailleurs l’érection d’un autre en plein cœur de Paris. Anne Hidalgo deviendrait-elle le Trump de l’Hexagone ? Vérité en-deçà de l’Atlantique, erreur au-delà ?

Y compris chez les tenants de l’ouverture et de la mondialisation s’impose dorénavant l’obligation d’établir des barrières, des frontières, des clôtures. Bien sûr, ils ne l’avoueront jamais, mais ils sont en train de perdre la bataille des idées !

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 21, diffusée sur Radio-Libertés, le 17 février 2017.

20:24 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.