Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 août 2017

Assez de tartufferie migratoire

6a00d8341c715453ef01b8d29d9c6c970c-320wi.jpg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

Numéro deux du gouvernement libyen, Ahmed Miitig, après tant d'autres, rappelait récemment un aspect fondamental du fait migratoire : "Cette immigration illégale,souligne-t-il, est une tragédie humanitaire." (1)

Toute action, et pour commencer toute réflexion sur le problème de l'immigration, – tel qu'il se pose désormais, c'est-à-dire d'une manière différente de celle des années 1960, où il n'était question que d'une immigration de main-d’œuvre, ou d'autres époques, – devrait partir de ce constat : l'immigration massive, donc illégale au départ, est contraire aux aspirations humaines les plus fondamentales.

Tout mécanisme tendant à perpétuer les scandaleux trafics d'êtres humains est donc une tartufferie qui joue sur les mots.

On joue sur les mots, par exemple, quand on parle de l'immigration comme d'un droit, ce qui supposerait que les migrants peuvent se rendre dans n'importe quel pays sans demander l'avis des habitants, en la confondant avec l'émigration qui, elle, effectivement peut être considérée comme une liberté fondamentale.

Tous les concepts dans ce débat se trouvent ainsi faussés.

Ministre français de l'Intérieur par la grâce de Jupiter, Gérard Collomb s'efforce dès lors de colmater la brèche conceptuelle dans un entretien publié par le Journal du Dimanche du 5 août, "en sélectionnant davantage ceux qui réclament le droit d'asile. Si l’on ne fait pas la distinction entre le droit d’asile et les autres motifs de migrations,observe-t-il, ce sera le droit d’asile qui sera remis en cause."

Or depuis le fameux "wir schaffen das" de la chancelière allemande en 2015, le débat s'est aggravé. Mme Merkel prétendait alors forcer la main à une coalition conservatrice très peu encline à encourager l'immigration, très réticente vis-à-vis de l'islam et de la Turquie d'Erdogan, etc. en particulier la composante bavaroise de l'union conservatrice. Elle intervenait après un an de débat, en 2014, sur l'intégration des étrangers au système social allemand, et au milieu d'une crise migratoire en Méditerranée accélérée pendant l'été. On joue désormais délibérément sur les mots entre réfugiés et immigrés. En gros, nos dirigeants font mine d'accepter les réfugiés, pour des raisons humanitaires, et de s'opposer aux autres immigrés.

Or, on doit bien réfléchir à ceci : tout immigré peut, d'une manière ou d'une autre, se prévaloir d'une qualité de réfugié, réfugié juridique quand il vient d'un pays homologué en occident comme dictatorial, réfugié économique puisque venant d'un pays plus pauvre, réfugiée féminine venant d'un pays où les femmes ne sont pas bien traitées, on a même entendu parler, pour le futur, de réfugiés climatiques.

Pour ne pas pouvoir être considéré comme réfugié potentiel un immigrant devrait alors manifester l'ingénuité de dire qu'il vient chez nous sans raison ou simplement pour être affilié au régime général de la sécurité sociale.

Plus grave encore le président de la république est venu, en déplacement à Orléans le 27 juillet, parmi les mille choses qu'il annonce et promet, parler d'installer en Libye des bureaux officiellement chargés d'entériner le caractère de "réfugié" des Étrangers désireux d'immigrer, en la vérité.

"L’idée est de créer en Libye des hotspots - des centres d'examen pour les candidats à l'asile - afin d’éviter aux gens de prendre des risques fous alors qu’ils ne sont pas tous éligibles à l’asile. Les gens, on va aller les chercher. Je compte le faire dès cet été".

"L'idée" dit-il : mais l'idée de qui ?

On a pourtant pu voir le résultat désastreux de cette politique avec la Turquie, laquelle peut exercer son chantage et ne manque pas de la faire.

"L'idée" n'est, d'ailleurs, manifestement pas partagée par les autorités italiennes.

Le public est invité à croire que ceux auxquels ne sera pas reconnu immédiatement le droit d'entrer ne se débrouilleront pas quand même, avec l'aide des associations spécialisées, pour contourner l'obstacle.

Est-il encore permis de se demander qui sera assez naïf pour tomber dans le panneau ?

(1) cf. son entretien publié par Le Monde le 3 août

11:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.