Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 20 novembre 2010

Hier soir, Paris a célébré la mémoire de Jose-Antonio Primo de Rivera et celle du Général Franco

IMAG0103.jpg

Près de 200 personnes, parmi lesquelles de nombreux jeunes, ont assisté hier soir, en l’Eglise Saint-Nicolas-du-Chardonnet à Paris, à la magnifique messe de requiem dite par M. l’abbé Beauvais, curé de la paroisse, pour le repos de l’âme de Jose-Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange espagnole assassiné par les rouges le 20 novembre 1936, et celle du Général Francisco Franco, Chef de l’Etat espagnol de 1937 à 1975.

Comme l’a  fort justement rappelé M. l’abbé Beauvais dans son sermon, l’Europe ne sait pas combien elle doit au Général Franco et à l’insurrection nationale espagnole de 1936. Imaginez seulement un instant que le sanglant Front populaire ait perduré, que l’Espagne nationaliste et phalangiste ne se soit pas soulevée pour renverser ce régime criminel, imaginez un instant ce qu’aurait été le destin de l’Europe (et celui de la France) en 1945, coincée entre le bloc de l’Est et une péninsule ibérique aux mains des communistes. Les donneurs de leçons qui passent leur temps à dénigrer l’Espagne franquiste feraient bien de méditer là-dessus avant de baver leur haine et de raconter n'importe quoi.

 

Plusieurs responsables politiques étaient présents à cette messe parmi lesquelles MM. Miguel Toledano Lanza, Secrétaire général de la Fondation nationale Francisco Franco, Pierre Sidos, Président de l’œuvre française, Robert Spieler, ancien député et délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, François Ferrier, ancien Conseiller régional de Lorraine, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, Edouard Klein, animateur du GUD, ainsi que des écrivains  et des personnalités comme Emmanuel Ratier, le Duc Armand de Doudeauville,  Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, Jean-Paul Pagès-Schweitzer, animateur du Café philo de droite, et bien d’autres…

 

Depuis  26 ans, le Cercle Franco-Hispanique, présidé par Olivier Grimaldi, réalise un travail exemplaire pour faire connaître aux Français l’œuvre de Jose-Antonio et défendre la mémoire du Général Franco. Qu’il en soit ici remercié.

14:19 Publié dans Campagne nationale pour la sécéssion | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.