Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 septembre 2021

« LE MENSONGE ET LA CREDULITE S’ACCOUPLENT POUR FORMER L’OPINION. » Paul VALERY

frezs.jpg

Pieter Kerstens

Il n’est un secret pour personne de dire que depuis des siècles, la désinformation, la propagande et le mensonge sont abondamment utilisés pour diriger les peuples.

Et ce qui est affligeant, c’est de constater que la grande majorité des journalistes et des analystes politiques ou économiques acceptent d’être les complices de pouvoirs qui usent de procédés malsains pour manipuler des citoyens naïfs ou crédules.

Ainsi en est-il de la multitude d’informations que nous avons reçu ces derniers temps et concernant la pandémie du Coronavirus-19, découvert en Chine dès novembre 2019.

Bien plus tôt, le 11 septembre 2000, des vidéos, des images, des comptes-rendus, des conférences de presse et des éditoriaux à propos des attaques contre les tours du WTC à New York ont désigné Al-Qaïda et Oussama Ben Laden comme étant les concepteurs et les auteurs de ces attentats terroristes.

Et durant cet été les médias et les « experts » du climat ont tous attribué les inondations catastrophiques, les incendies dévastateurs ou la montée des océans au réchauffement climatique, seule conséquence de l’activité humaine et de sa pollution atmosphérique.

Le Covid-19 est-il vraiment plus mortel que la grippe ?

Début 2020, en France le gouvernement affirmait haut et fort qu’il n’était pas nécessaire de porter un masque, à l’image des pays asiatiques, et que l’épidémie n’atteindrait pas l’Europe. Pas question non plus de mettre en branle une campagne de dépistage systématique des gens contaminés, ni de les placer en quarantaine. Plus tard, le docteur Micron et son équipe de branquignoles déclarait que « nous sommes en guerre » et que tout le monde était assigné à résidence avec interdiction de circuler librement hors de son domicile, sauf à signer soi-même une « attestation » pour aller acheter son pain !

Les économies et une grande partie de l’activité industrielle étaient mises à genoux et depuis, les effets néfastes se sont fait sentir, malgré l’obligation d’un « passe sanitaire » imposé dans certains lieux, mais non dans les endroits clos où les gens sont serrés comme des sardines, dans le métro, les bus ou les trams…

De plus, des dizaines de millions d’Européens ont été vaccinés mais avec des substances qui, selon les déclarations des chefs d’Etats et de l’OMS, n’excluent pas la contamination, ni la propagation ou l’immunisation contre cette maladie. La finalité d’un vaccin n’est-elle pas d’immuniser les êtres vivants (hommes et animaux) contre une épidémie, comme la tuberculose, la variole, le choléra ou la fièvre jaune ? On peut donc être sceptique à propos de la réelle protection de ces « thérapies géniques » innovantes mais non concluantes pour se protéger du Covid-19.

Lire la suite

16:18 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 06 juillet 2021

APRES LE MARIAGE POUR TOUS, LE VACCIN POUR TOUS ?

Korbo. Apartheid.Covid 2. 09.05.2021.jpg

Pieter Kerstens

Comme un virus peut en cacher un autre, par exemple le virus du contrôle généralisé, on s’aperçoit que l’épidémie du Covid-19 a aussi contaminé les esprits et supprimé toute forme de jugement sain.

La plupart des gouvernements européens, sous la contrainte des eurocrates de Bruxelles, nous ont imposé des couvre-feux, des astreintes à domicile et des interdictions diverses depuis 18 mois, sans consultation des assemblées élues ni des citoyens. Par contre, jour après jour, nous avons été matraqués par des informations plus pessimistes les unes que les autres, installant de cette manière un climat d’anxiété et de peur parmi la population.

Protéger les vieux, les obèses, les diabétiques ou les cardiaques ?

Incapables de stopper cette épidémie, d’abord par manque de masques et de tests de dépistages, puis par l’encombrement des services de réanimation et enfin par une gestion calamiteuse de la campagne de vaccination, les princes qui nous gouvernent nous avaient répété plusieurs fois que les vaccins ne seraient pas obligatoires.

En occident, et en Europe en particulier, très peu de virologues ou d’épidémiologistes ont eu la possibilité de nous démontrer que ce SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère), en provenance de Chine, suivait une longue liste d’épidémies respiratoires et n’était pas plus mortel que les précédents si l’on suivait 3 règles de bon sens, appliquées ailleurs dans le monde :

  • Port d’un masque en milieu fermé et non aéré.
  • Dépistage des individus contaminés
  • Isolement en quarantaine des malades.

C’est pourtant ce qui avait été appliqué par la France lors du rapatriement de 225 citoyens résidants à Huhan en janvier 2020 qui avaient été mis en quarantaine dans un village de vacances dans le sud du pays et isolés du reste de la population. Résultat = pas de propagation ni d’hospitalisation ! Alors pourquoi cette mesure contraignante n’a-t-elle pas été imposée aux centaines de milliers d’autres malades depuis ? Par manque de volonté et de courage politique !

C’est aussi ce qui est imposé pour toutes les maladies contagieuses (tuberculose, hépatites, choléra, ou autres) partout dans le monde. D’autant plus que les hôtels étant fermés par arrêtés ministériels successifs, il était donc possible de les réquisitionner pour recevoir les dizaines de milliers de malades durant 10 jours en isolement total dans leurs chambres. 

Apartheid, discrimination et séparation.

On en arrive après de longs mois de tergiversation à brûler un cierge et à invoquer la Pachamama pour que le Covid cesse de nous emmerder et de mettre notre économie à genoux.

De nombreux secteurs de l’activité économique en Europe sont proches de l’asphyxie et des dizaines de milliers d’entreprises vont devoir mettre la clef sous la porte à cause des décisions imbéciles de ministres incompétents et arrogants.

Et le pire est en train de se mettre en place : le passeport sanitaire.

En plus du carnet de vaccination, du passeport de voyages et du carnet jaune international, ce « passeport sanitaire » imaginé par les bureaucrates de Bruxelles identifiera les individus vaccinés et leur permettra certains privilèges. N’oublions pas que « la vaccination n’est pas obligatoire », selon les déclarations gouvernementales.

C’est la énième mesure de séparation entre les citoyens, qui empêcherait la propagation et l’extinction de l’épidémie. Ainsi, les avions, les night clubs, les stades, les musées, les salles de concerts, les cinémas, les casinos, les restaurants et autres lieux de rassemblements ne seront plus accessibles à ceux qui ne seraient pas vaccinés ! Plus de rav’parties ou de fêtes sauvages pour les récalcitrants…

Cette discrimination pourrait également être étendue aux métros, trams, bus, agences bancaires, bureaux de la Poste, les agences pour l’emploi, les gares, les salles de shoot, les homes ou les restos du cœur, si l’on veut rester dans la logique et l’esprit de ce nouvel apartheid qui interdirait la mixité entre vaccinés et pestiférés !

00:50 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 29 juin 2021

Tribune libre : DEDIABOLISATION, DESINTERET, DEMOTIVATION.

Capture d’écran 2021-06-29 à 14.54.49.png

Pieter Kerstens

A force de mettre de l’eau dans son vin, la boisson devient inodore, incolore et sans saveur. Il en va de même avec les programmes et les discours du Rassemblement National (ex-Front National) depuis 10 ans. Édulcorés, aseptisés et expurgés, les thèmes du FN/RN sont devenus incompréhensibles au fil des ans et remplacés par des points de vue et des interventions « politiquement corrects ».

Pour paraître acceptables aux yeux du Régime, Marine Le Pen et le R.N sont aujourd’hui devenus semblables aux autres partis et seuls responsables de la déroute dans les urnes. Aucune excuse ne pourra justifier l’absentéisme de ses troupes sur le champ des batailles idéologiques.

Que ce soit dans les domaines de l’immigration, de l’insécurité ou des impôts, thèses de prédilections du FN/RN, peu de choses les différencient de l’ensemble de la classe politique, car sans quitter l’Union Européenne RIEN n’est envisageable.

C’est en effet la Commission Européenne et le Conseil des chefs d’État et de Gouvernement qui dictent les lois aux états membres depuis des décennies, contre les souverainetés nationales.

Pour s’extraire du chaos économique et du mondialisme imposés par les bureaucrates de Bruxelles, il faut tenir un langage clair et radical. La survie de nos entreprises, soumises à un dumping des états émergents et asiatiques, impose des mesures de rétorsion interdites par Bruxelles.

Le désir et la nécessité de stopper l’immigration/invasion des populations non européennes ne sont pas non plus autorisés par les lois imposées par Bruxelles. Renvoyer les clandestins et hors-la-loi dans le pays de leurs aïeux est impossible dès lors qu’ils ont posé un pied en Europe. Ici encore, le R.N avait fait marche arrière et ses troupes en sont très mécontentes.

Pour ce qui est des taxes et impôts, Marine Le Pen ne s’attaque pas aux racines du mal et refuse une réforme de la fonction publique, des retraites et du système d’indemnisation du chômage, trois secteurs responsables du gouffre financier qui plonge la dette publique à 2.750 milliards d’euros. Le R.N est silencieux quant aux moyens indispensables pour enrayer ce fléau.

La Providence ne présentera pas de leader entrainant les électeurs vers la victoire.

« L’idée de l’homme providentiel, à la fois naïve et primitive, est la ressource suprême des sociétés qui ont perdu la foi dans les grands idéaux, des sociétés désemparées et décadentes. C’est l’idée barbare de l’homme-dieu que l’on suit aveuglément, qui dispense de penser, de comprendre, de lutter, et derrière lequel on se protège comme derrière un bouclier. » Écrivait Henri de Kerillis.

Il est donc inutile de croire que les associations des « Amis de Pierre, Paul ou Jacques » vont nous proposer un personnage miracle ayant les capacités de vaincre le Régime pour les élections présidentielles d’avril 2022 et faire le choix des chefs de files compétents pour les législatives de juin 2022. 

L’aura du FN/RN est implantée dans les esprits depuis plus de 20 ans et sans retour aux fondamentaux (clefs des succès passés), ce qui impose une remise en cause de la stratégie et de la tactique, à l’intérieur même du parti, plus aucune victoire ne sera au rendez-vous. 

De très nombreux cadres efficaces, des bataillons de militants aguerris et une armée de bonnes volontés sont dans la nature et attendent le « Pardon des offenses » pour retourner au combat et entreprendre l’indispensable RECONQUISTA, quel que soit leur profil et leur passé !

15:13 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye, Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 12 juin 2021

QUI SEME LE VENT, RECOLTE LA TEMPETE !

200036747_988208891951283_62209295554285666_n.jpg

Pieter Kerstens

A entendre le concert des réprobations venant de l’ensemble de la classe politique, toutes tendances confondues, il apparait que ces avocats de la défense de la « démocrasse » semblent ignorer la situation de l’image actuelle de la fonction présidentielle.

Laxisme, gabegie, arrogance, désacralisation et décrépitude.

Jamais au cours de la IVe et Ve République un Président n’a reçu de soufflet, réelle insulte à un Chef d’Etat.

Mais depuis de longues années on a pu constater que les prétendants ou les Présidents élus n’ont pas fait d’efforts pour honorer cette fonction faisant des déclarations matamoresques non suivies d’effet, en ayant des postures grotesques et tenant des promesses incongrues ou des « petites phrases »méprisantes.

Déjà le 19 juin 2005, le prétendant Sarközy déclarait que pour nettoyer la cité des 4.000 à la Courneuve, «il allait utiliser un Kärcher ». On attend encore les résultats.

Et le 25 octobre 2005, sur la dalle d’Argenteuil, Nicolas Sarközy répond à une femme qui l’interpellait à propos de l’insécurité générale « vous en avez assez de cette bande de racailles ? On va vous en débarrasser ! »

En décembre 2007, en Algérie, le président Sarközy affirmait que « le système colonial était une entreprise d’asservissement et d’exploitation », propos qui ternissait l’image de la France.

Au salon de l’agriculture, le 23 février 2008, le même Sarközy répondait à un intervenant : « Casse-toi pauvre con ! », propos déplacé dans la bouche du premier des Français.

Quant à son successeur, François Hollande, dès 2012, il affirmait, devant la Parlement Algérien que « le pays a été soumis pendant 132 ans à un système injuste et brutal » et reconnait « les souffrances que la colonisation a infligées au peuple algérien. », propos affaiblissant ici encore le prestige de la France.

Ce fut aussi François Hollande qui a déclenché un éclat de rire mondial lorsque sa photo -en scooter, casqué et portant des croissants à sa jeune maitresse- fut publiée par toutes les agences de presse. Ici encore une tache supplémentaire pour la fonction présidentielle. On se souviendra en plus, de son mépris pour les « sans-dents », lui qui était censé défendre les plus faibles de notre société.

La roche tarpéienne est proche du Capitole.

Malgré une intronisation aux notes de la 9e symphonie de Beethoven, dans la cour du Louvre en mai 2017, on aurait pu attendre d’Emmanuel Macron une certaine prestance et une réhabilitation de l’image de la fonction suprême. Il n’en fut rien.

Déjà les mois précédents, durant sa campagne électorale, il avait déclaré que « la meilleure façon de se payer un costard, c’est de travailler » et aussi : « une gare c’est un lieu où on croise les gens qui réussissent et ceux qui ne sont rien. »

On saute un pas, le 21 juin 2018, lors de la soirée électro à l’Elysée, où une photo immortalise Emmanuel et Brigitte Macron entourés de danseurs exclusivement noirs, en résilles et poses lascives.

Le 15 septembre 2018, lors de la journée du Patrimoine, Macron répond à un jeune chômeur en quête de travail : « Je traverse la rue et je vous en trouve ! » Mépris quand tu nous tiens…

De voyage à Saint Martin le 30 septembre 2018, il se fait immortaliser entre deux noirs dont l’un fait un doigt d’honneur à la France ; respect et dignité toujours…

Le 20 juin 2019, Macron décore Elton John de la Légion d’Honneur à l’Elysées, pour « avoir eu le courage de défendre les LGBT. »  On croit rêver.

Le 24 mai 2021, le président Macron se livre à un concours d’anecdotes avec Mac Fly et Carlito, deux prétendus « humoristes », achevant de piétiner les reliquats de prestige et de dignité qui subsistaient de la fonction présidentielle. Les galipettes de Carlito dans les jardins ont enterré les prétentions du Docteur Micron à se faire respecter.

Et durant sa visite officielle au Rwanda, le petit Emmanuel a reconnu « la responsabilité incontestable de la France dans les massacres de 1994 » pour le plus grand bonheur du boucher Kagamé.

Une tête à claques imbue et arrogante.

Le quidam courageux qui a osé souffleter son éminence Jupiter devrait recevoir une médaille et le diplôme d’excellence de l’Institut Supérieur des Sciences du Bonheur et du Plaisir Permanent. Beaucoup de gens issus de la majorité silencieuse, des « sans dents », « ceux d’en-bas » et victimes d’agressions ont pu avoir un cri du cœur et penser « il l’a bien mérité ! », ce qui est la stricte réalité.

Car cette claque était simplement un « sentiment d’insécurité », l’expression d’une enfance malheureuse dans un quartier défavorisé. Un geste incontrôlé, réflexe d’une pulsion refoulée et excusée par l’absorption de substances alcooliques altérant le discernement. Bref, rien de bien grave, vu que le Docteur Micron s’était précipité vers le public, en bras de chemise, presque dépenaillé, sans cravate, hors de tout protocole comme un simple quidam, alors que rien, absolument rien n’attestait de son rang de Premier personnage de France.

En ayant conduit le prestige de l’Hexagone au niveau des caniveaux, le Docteur Micron a effectivement déclenché des réactions de mépris et de rancœur populaire.

Méfions-nous donc de la suite que pourrait engendrer cette « bravitude » à Tain-l’Hermitage.

Contrairement aux dizaines de milliers de délinquants, dont les procès trainent pendant des mois, le donneur de gifle, lui, a été jugé en « comparution immédiate », 2 jours après les faits. Pour l’exemple, Damien T. a été condamné à 4 mois de prison ferme plus 14 mois avec sursis et privé de ses droits civils, politiques et familiaux. Il dort depuis le 10 juin en prison !

Qui peut encore prétendre que la Justice de Dupont-Moretti manque de moyens et s’endort sur les dossiers ?

00:19 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 12 mai 2021

Même s’ils savaient et qu’ils le pouvaient, ils n’ont pas voulu rétablir la sécurité

Capture d’écran 2021-05-11 à 14.13.19.png

Pieter Kerstens

De Giscard à Macron, ou de Mitterrand à Hollande, plus de quarante ans de lâchetés et d’aveuglement ont conduit au chaos de violences, d’agressions, de lynchages et de meurtres de policiers, dont nous sommes témoins aujourd’hui.

Le boomerang leur revient en pleine figure.

Charles Pasqua et Nicolas Sarközy, quand ils étaient ministres de l’Intérieur et gardiens de l’Ordre Public, promettaient des interventions radicales dans les banlieues.

Jean-Pierre Chevènement, lui, qualifiait les délinquants comme des « sauvageons ».

Malgré les rapports d’analyses hebdomadaires communiqués par divers criminologues compétents, les gouvernements successifs ont toujours ignoré les diagnostics permettant de combattre les crimes et délits commis par les afro-musulmans. Décennie après décennie, la caste politico-médiatique nous a servi la « culture de l’excuse » pour disculper les exactions, trafics, crimes et délits commis en grande majorité par des racailles et crapules d’origine immigrée, sous prétexte qu’ils venaient d’un milieu défavorisé !

Contrairement à ce que les socialauds-écolos-bobos ont tenté de nous faire croire pendant de longues années, ce ne sont pas la pauvreté, la dégradation de l’habitat, ni l’absence de système sanitaire ou d’infrastructures sportives qui sont la cause de la délinquance à Trappes, à Corbeil, à Tourcoing, à Bron, à Marseille, à Sarcelles ou à Grenoble. Dans les 81 Zones de Sécurité Prioritaires et les 751 Zones Urbaines Sensibles, ce sont des dizaines de milliards d’euros qui ont été dépensé depuis 1990 quand Michel Delebarre fut nommé « Ministre de la Ville ». A cette fonction se sont succédé Bernard Tapie, Simone Veil, Éric Raoult, Jean-Luc Borloo, Fadela Amara, Najat Vallaud-Belkacem ou Julien Denormandie, parmi d’autres, sans pour autant que la criminalité, la drogue, les incivilités ou les dégradations ne reculent ou ne disparaissent.

Mais en Corrèze, dans le Cantal, l’Ariège, la Creuse ou l’Aveyron, on a constaté (jusqu’à une période récente) qu’il y avait peu d’attentats ou de voitures brûlées, pas d’agressions envers les gendarmes ou de trafics divers, alors que ces régions rurales sont sous-équipées. POURQUOI ?

Langue de bois, laxisme, idéologie, clientélisme occultent la réalité.

La minorité des intellectuels de la gôche caviar et les médias complaisants ont diffusé la haine de la police au fil des années et relayé le slogan des manifestants : « Tout le monde déteste la Police ! ». Ce climat d’invectives, d’injures et d’accusations permanentes des forces de l’Ordre remonte aussi à mai 1968 durant lequel les camarades de Daniel Cohn-Bendit, Serge July, Alain Geismar, Jacques Sauvageot, Alain Krivine ou Henri Weber scandaient « CRS = SS ». Et grâce aux collaborateurs de l’immigration/« une chance pour la France » (ouvrage de Bernard Stasi), cette haine s’est étendue aux pompiers, aux ambulanciers, aux médecins, partout dans les banlieues, parmi les raclures qui combattent, armes de guerre en mains, toute représentation de l’autorité, de notre civilisation européenne, des règles et des lois de notre société.

En faisant preuve de mansuétude envers les délinquants multirécidivistes, les juges ont favorisé l’effet d’impunité dont bénéficie ces inassimilables, dans tout l’Hexagone.

Cela fait des années que les militaires ne portent plus leur uniforme et leurs décorations dans le métro. Qui se souvient aussi des curés en soutane et des nones en cornette dans les rues de nos cités ? Ce sont encore les gauchisants laïcards humanistes qui en sont responsables, en désignant ces représentants du clergé ou de l’armée indignes de leur considération et de leur respect. L’idéologie socialo-marxiste s’est infiltrée dans tous les rouages de l’État et particulièrement dans la Justice et l’Enseignement, gangrénés par leurs chimères.

C’est pourquoi « qui sème le vent récolte la tempête » et c’est précisément ce à quoi nous assistons maintenant avec un déferlement de meurtres et d’assassinats de policiers à travers le pays. Cet abandon du droit dans les cités et le déclin de l’Autorité a fort bien été analysé et constaté par les généraux et les officiers militaires dans leurs lettres aux Ministres et élus parues fin avril et le 9 mai, en alertant sur les risques d’affrontements futurs.

00:05 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 05 mai 2021

LEUR NOVLANGUE PREPARE LES ESPRITS A LEUR « MONDE D’APRES »

rugq5GNEWFy2wkSQ_Zw_77Qc0LY.jpeg

Pieter Kerstens

Après la « bravitude » de Ségolène Royal, on entend de plus en plus de mots abscons utilisés par les politicards et les médias afin de désorienter la population. Cette caste qui prétend détenir le savoir et la vérité n’use en fait que d’un langage convenu et rigide, visant à dénaturer la réalité, comme cela a fort bien été démontré par Georges Orwell dans son roman « 1984 » écrit après la guerre d’Espagne, en 1949, pour dénoncer les dangers du totalitarisme.

En provenance des Etats-Unis, des minorités intellectuelles nous avaient imposé le « politiquement correct », la pensée unique, la police de la pensée et ses inquisiteurs, le « soft power », les quotas, les « fake news », les discriminations positives et autres fadaises.

Aujourd’hui, place à l’empathie, à la résilience (terme propre à la physique), à l’anonymisation, au distanciel (néologisme), à la jauge (dispositif permettant de mesurer des liquides ou le tonnage d’un navire), sans oublier l’expression « çà vous parle » …les valeurs de la République ? Mais lesquelles ?

Mieux embrouiller pour mieux imposer.

La gestion de la crise sanitaire et du chaos économique que nous vivons depuis 15 mois démontre à suffisance que les gouvernements européens ont été maîtres dans une politique globale de diffusion de la trouille et l’absence totale d’analyse et de raisonnement des populations concernées. A quelques rares exceptions, tous les citoyens d’Europe ont avalé les déclarations et engagements contradictoires au fil des mois, à propos de l’utilité des masques, de l’efficacité des tests, des mesures impératives d’isolement en « quarantaine », du manque d’appareils respiratoires et des capacités d’hospitalisation, ainsi que du décompte morbide des gens contagieux, en réanimation ou décédés, jour après jour.

Quant aux campagnes de vaccination avec des sérums aussi divers que multiples, les chefs d’Etat et de gouvernement nous avaient juré et promis que ce serait LA solution, pour en finir avec les assignations à résidence, les couvre feux et les interdictions multiples.

Ils nous annoncent maintenant le retour à la liberté pour chacun d’aller et venir à sa guise, à condition d’être en possession d’un « pass-Covid », attestant votre vaccination, sorte de sésame pour aller au restaurant, au cinéma, prendre l’avion ou le bateau, assister à un match de rugby, visiter un musée ou prendre un pot au bar avec nos copains. Mais cette vaccination n’est pas obligatoire, comme celle contre la grippe. Et pour ceux qui ne le seront pas ? Une étoile jaune pour les identifier, comme aux « heures les plus sombres de notre Histoire » ?

Leur "monde d'après" sera celui d'aujourd'hui, plus celui d'hier.

Avec une notable différence quand même. Parce que pour votre Bien et votre Sécurité, tous les euro-mondialistes siégeant à Bruxelles vont nous imposer une surveillance et un contrôle permanent au moyen de caméras thermiques, de reconnaissance faciale, du suivi des téléphones portables et d’algorithmes dignes des régimes totalitaires. Cela a déjà été mis en œuvre en Asie, où les résultats permettent d’identifier les récalcitrants, les punir par des amendes et l’obligation d’avoir un « contrat social » à points (comme le permis de conduire) qui limitera partout leurs déplacements ou permettra leur liberté de circulation en fonction du solde.

Autant savoir où pourra nous mener leur « novlangue ».

 

12:34 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 17 avril 2021

500 MILLIARDS…

KERSTENS P 254.jpgPieter Kerstens

C’est le coût de la gestion calamiteuse de l’épidémie de Coronavirus en France, pour fin 2021.

Cela fait plus d’un an que l’on voit les milliards d’euros sortir chaque jour comme par enchantement, sans pour autant que personne ne s’inquiète de cette dette de 7 500 € par habitant, qu’il faudra rembourser, alors que le docteur Micron promet 10 séances gratuites de psychothérapeute pour tous les petits Français de 7 à 17 ans…UBU loge à l’Elysée ! Et hop, encore un petit milliard pour aider les viticulteurs à cause du gel ! Mais combien dans 3 mois s’il y a une sécheresse ou des inondations suite au dégel ? Les bêtises succèdent aux idioties.

Pourtant, en matière budgétaire, deux règles règnent en maître à Bruxelles depuis le traité de Maastricht, signé en 1992, qui jetait les bases de la monnaie unique :

• Le déficit public des Etats ne devait pas dépasser 3% du PIB.

• La limite de l’endettement était fixée à 60% du PIB.

Ce sont bien les euros mondialistes (avec le Dr. Micron) du Conseil Européen qui ratifient les directives de la Commission Européenne, directives transposées ensuite dans les législations par chacun des 27 Parlements nationaux.  C’est clair, net et précis, compréhensible par tous.

Et qui se souvient aujourd’hui des conséquences de la crise grecque de 2008 ? Car pour rejoindre la zone euro, en 1981, la Grèce avait maquillé ses comptes publics et falsifié son bilan économico-financier, sur les conseils de la banque américaine Goldman Sachs.

Fin 2020, la dette publique en Grèce atteignait 200% du PIB, son déficit annuel s’élevait à 5% du PIB et le taux de chômage se montait à 16% de la population active. Pourtant pendant plusieurs années les eurocrates de Bruxelles ont imposé des mesures drastiques aux Grecs :

 • austérité budgétaire et fin des dépenses injustifiées,

 • privatisations de fleurons industriels,

• baisse des salaires,

• diminution des retraites,

• hausse des impôts et chasse aux fraudes fiscales,

• suppression de postes dans la fonction publique et respect de la durée du travail.

Cela fait des années que le FMI américain, la BCE en Europe et les autres banques centrales mondiales font marcher la planche à billets jour et nuit, pour éviter que les Etats ne fassent faillite. Pourtant Maurice Allais, prix Nobel d’économie en 1988, avait déjà avertit il y a plus de 20 ans que « l’économie mondiale toute entière repose sur de gigantesques pyramides de dettes, prenant appui les unes sur les autres, dans un fragile équilibre ».

En violant leur statut, par le rachat d’obligations et d’actions pourries, les banques centrales ont fabriqué en permanence des bulles spéculatives sur le cours des matières premières, sur les actifs boursiers, sur l’immobilier et en créant un environnement financier instable et pénalisant la vie économique. Mais bizarrement, ni Christine Lagarde (BCE), ni personne, n’en parle.

Quand on fixe des taux d’intérêt artificiellement bas, sans se soucier de la solvabilité de l’emprunteur et de la durée du crédit, on est dans le déni complet du risque financier.

Certains d’entre nous ont déjà tiré le signal d’alarme à plusieurs reprises et il est probable que l’explosion d’un krach financier mondial suivra la crise Covid-19, après la fin des aides, prêts, dons, subventions et allocations diverses. Mieux vaut savoir et se souvenir des conséquences néfastes subies par la Grèce il y a déjà treize ans.

20:18 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 06 avril 2021

LES SABOTEURS DE NOS MODES DE VIE

105681362-1547631163480gettyimages-910160286.jpeg

Pieter Kerstens

• Ces flagorneurs de la Davos Goldman Sachs Idéologie (D.G.S.I) qui, de bulles en krachs et de crises en récessions, appauvrissent les peuples et se remplissent les poches. En janvier, ces « maîtres du monde » se sont encore réunis pour actualiser leur politique de domination de notre planète et partager leurs intérêts réciproques. 

• Ces charlatans des droits-de-l’hommiste qui à longueur de journée nous gavent des heurts et malheurs des « sans-papiers » ou des « djeunes », ces hors-la-loi qui encombrent nos rues et ces racailles qui gangrènent notre quotidien. 

• Ces médiocres enseignants qui nous imposent un devoir de mémoire à géométrie variable, véritable gruyère qui ignore les 100 millions de victimes du marxisme putride, de Lénine à Mugabe ou de Mao à Maduro. 

• Ces adorateurs de la repentance unilatérale et exclusivement anti-coloniale, nous inondent de leurs mensonges, pendant que les fils de l’Empire du Milieu dévastent aujourd’hui le continent africain et exterminent les Ouïgours. 

• Ces eurocrates arrogants qui pondent des directives ineptes et nous obligent à proclamer des lois qui condamnent nos industries, au prétexte d’une « économie durable », d’un commerce « équitable », du principe de « précaution » ou encore de taxes sur la pollution. Dans la guerre commerciale que nous connaissons depuis 40 ans, cela signifie que nos gouvernements exigent des chefs d’entreprises qu’ils s’engagent dans une course de fond, mais handicapés d’un sac de 50 kgs sur le dos :  on nage en plein délire ! 

• Ces gouvernants et ces pourriticards qui ignorent nos maux permanents (chômage, insécurité, immigration sauvage, rage taxatrice), mais nous étranglent d’impôts nouveaux afin de pouvoir continuer à gaspiller les deniers publics en entretenant leurs utopies multiculturelles, leurs bataillons de copains et de coquins à tous les échelons (communes, départements, régions, état, Europe) et surtout les privilèges qui s’y rapportent…

• Ces minorités perverties et décadentes qui ont imposé un « mariage pour tous » contre nature, alors qu’une foule de chômeurs attend « l’emploi pour tous ». 

• Ces lobbies agissant contre notre identité, ennemis de notre civilisation et fossoyeurs de la culture gréco-romaine. 

• Ces fraudeurs viscéraux et invétérés -réels voleurs de leurs concitoyens- qui profitent des avantages de l’Etat-Providence (écoles, hôpitaux, transports publics, pompiers, justice ou police), sans vouloir en payer le coût ! 600 milliards d’euros dorment dans les paradis fiscaux sous les tropiques et au Luxembourg.

• Ces gourous nauséabonds qui régissent la « Pensée Unique », délivrent des certificats de « Politiquement Correct » et donnent des leçons de démocrasse à la Terre entière.

•  Ces laquais du Nouvel Ordre Mondial qui sèment le chaos et la destruction à travers le monde et s’érigent en prophètes pour désigner le Bien et le Mal, les Gentils et les Méchants comme on l’a vu en Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan, en Libye, en Egypte, en Tunisie ou à Bahreïn hier, et au Yémen, en Syrie et au Mali maintenant …avant l’Iran demain ? 

• Ces Khmers verts qui nous imposent leurs dogmes de la « mobilité urbaine » fondée sur le vélo pour tous et la voiture pour personne. Ces écolos-nantis nichant dans les beaux quartiers voudraient nous forcer à l’achat d’une électricité « verte » dont le bilan carbone et le coût du KWh sont trois fois plus élevés que ceux du nucléaire ! Et ne parlons pas des impostures du réchauffement climatique, du trou d’ozone, ou des biocarburants…

• Ces ayatollahs du mondialisme « tous azimuts » qui ont squatté les organismes internationaux et conduisent l’Europe vers un cimetière industriel avec une vue imprenable sur un désert économique.

• Ces centaines de milliers de parasites sociaux -véritables sangsues financières- qui vivent aux crochets des travailleurs (sans aucune contrepartie), alors qu’ils sont en majorité sains de corps et d’esprit, mais qui rouspètent en permanence, parce qu’ils veulent encore plus, toujours plus d’allocations, de subventions ou d’aides diverses.  

• Ces racailles qui attaquent les plus faibles de notre société et dont la mise hors d’état de nuire de 6.000 d’entre eux ramènerait la paix dans les cités et le silence dans les rangs.

• Cette pègre immigrée responsable de la majorité des délits et des crimes dont le rapatriement immédiat réduirait de 90% la rubrique « faits divers » et viderait les prisons.

• Ces banksters et leurs complices au Pouvoir, seuls responsables de la crise profonde que nous vivons et dont la place est derrière les barreaux, à l’exemple de 2 banquiers islandais condamnés en décembre 2012 à la prison ferme.

• Ces utopistes enragés qui stigmatisent en permanence leurs opposants populistes ou nationalistes aux prétextes qu’ils seraient « repliés sur eux-mêmes », qu’ils auraient « peur de l’autre », qu’ils seraient « égoïstes » et « intolérants » et qu’ils manqueraient de « solidarité » en désignant les immigrés comme « responsables de tous nos maux ».

Que ces émules de Vychinski prennent garde et ne soient pas entrainés dans une véritable « tornade blanche » qui nettoierait les écuries du Régime ! 

• Ces éternels bobos-socialauds-marxistes qui nous menacent avec leur terrorisme intellectuel et pourchassent les esprits rebelles de leur Police de la Pensée, en oubliant que ce sont eux qui ont saboté le niveau des connaissances scolaires et universitaires. 

• Ces fanatiques du laïcisme à tous les étages, qui ont vidé les églises pour remplir les mosquées, s’étonnent maintenant de l’Islam triomphant qui s’incruste partout dans notre société, en nous imposant ses modes de vie et ses croyances médiévales, dans nos écoles, nos universités, nos supermarchés, notre administration et nos mairies.

18:34 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 22 mars 2021

COVID-19 : qu’ils arrêtent de nous emmerder !

Capture d’écran 2021-02-04 à 11.58.43.png

Pieter KERSTENS.

Durant les 15 derniers mois, jour après jour, les médias ne cessent de diffuser la propagande hystérique des gouvernements européens et nous submergent par leur stratégie de la terreur.

ORDRES + CONTRORDRES = DESORDRES.

L’épidémie ne devait pas se diffuser en Europe et se cantonner à l’Asie selon les déclarations de certains ministres de la Santé, au début de l’an 2020.

Puis on nous a dit que le port du masque n’était pas essentiel si l’on n’était pas malade.

Ensuite, le dépistage des malades ne présentait pas d’urgence.

Et l’isolement dans des centres médicaux était superflu.

Le manque d’appareils respiratoires pour la réanimation artificielle par contre, lui, était criant.

Il fallait donc absolument pallier cette carence par des interdictions de circuler de mars à mai 2020.

Les clowns qui dirigeaient l’Europe nous avaient promis la Lune, en affirmant dès juillet 2020 que les vaccins allaient résoudre tous les problèmes et nous conduire vers « le monde d’après », sans couvre-feux…

Enfin, après l’annonce fin 2020 de divers sérums disponibles sur le marché, la Commission Européenne aurait commandé plus d’un milliard de doses pour les 26 pays de l’Union.

Fin mars 2021, après 3 mois, seuls 10% des européens auraient reçu la 1ère injection ( sauf Malte 25%) contre 50% en Grande-Bretagne, 30% aux USA et 25% mais 65% en Israël.

Cela démontre clairement les incompétences, l’incurie et l’incapacité de la majorité des Chefs d’Etat et de Gouvernement en Europe pour la gestion de cette crise, alors même que ceux-ci ont imposé des Plans d’Urgence Sanitaire qui les autorisent à gouverner par décrets, en court-circuitant les Parlements !

LES POURRITICARDS SE FOUTENT DU MONDE : ON DOIT LES DEGAGER !

Sous prétexte de « sauver les hôpitaux » et les plus vieux de la société, « les plus fragiles » (lire les obèses, les diabétiques ou les cardiaques) les princes qui nous gouvernent ont stoppé la majeure partie des activités économiques de nos pays et assigné leur population à résidence. De nombreuses interdictions d’activités limitent les déplacements des personnes et conduisent à creuser le gouffre des dettes publiques et l’explosion du chômage, malgré de multiples aides, subventions ou prêts qu’il faudra quand même rembourser un jour.

NON, leur « monde d’après » ne sera pas différent du monde de 2019.

Et pour ceux d’entre nous qui ne sont pas tombés dans la paranoïa ou l’hystérie il est tout de même évident de constater que ce Covid-19, SRAS-COV-2, est une fois encore venu de Chine et ne tuera pas de façon terrifiante tout le monde, mais évidemment les plus âgés (dont je fais partie) comme c’est logique, car nous ne sommes pas éternels !

Enfin, il est quand même curieux que PAS LE MOINDRE EXPERT OU MEDECIN ne compare cette épidémie à d’autres fléaux qui accablent aujourd’hui notre planète.

Depuis 15 mois, le Covid-19 est la cause de 2,717 millions de décès dans le monde, soit en moyenne 6.000 par jour (et 4.500 le 20 mars 2021).

Mais TOUS LES JOURS, ce sont 25.000 personnes qui meurent de faim sur notre Planète (source « La faim » de M. Caparros en 2015) soit 9,125 millions de décès par an dus à la faim surtout au Soudan du Sud, au Yémen, en Afghanistan, à Haïti, au Venezuela, en Ethiopie ou en République du Congo, sans oublier l’Inde, le Pakistan ou le Bangladesh par exemple. Quelle télévision, quelle radio ou journal à grande diffusion en a fait ses gros titres ces derniers mois ? Silence dans les rangs, ce n’est pas le sujet qui fait encore pleurer Margot. 

OUI, la faim tue 5 fois plus que le Covid dans le monde en ce mois de mars 2021 et là, pas de vaccin ?

Où se trouve la priorité ? Dans les poubelles : 930 millions de tonnes de denrées alimentaires ont été gaspillées en 2019 (soit 120 kgs/an par consommateur) ! (source = Programme des Nations Unies pour l’Environnement).

16:43 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 17 mars 2021

POLICE PARTOUT, JUSTICE NULLE PART !

11836921.jpg

Pieter Kerstens

Vu le rythme auquel se déroulent les fusillades et les émeutes aux quatre coins du pays, ce ne sont pas les CRS qu’il faut déployer, mais plutôt les gardes-mobiles ou les parachutistes !

Il y a maintenant plus de 30 ans que le « politiquement correct », le laxisme, la culture de l’excuse ou encore l’angélisme ont occulté les causes de l’insécurité et toléré les criminels dans plus de 600 zones de non-droit.

Un lecteur assidu de la rubrique « faits divers » a pu constater que la plupart des délits et des crimes sont perpétrés par des Mohammed, des Souleymane, des Abdallah ou des Fayçal depuis fort longtemps.

Les rôles des tribunaux confirme lui aussi ce constat, établi année après année, et les condamnés d’origine immigrée peuplent en grande majorité les cellules de nos prisons.

Et que fait le gouvernement ?  Englués par les dogmes, aveuglés par les utopies et obnubilés par les chimères de l’intégration, ces princes qui nous gouvernent nient les faits et braquent le projecteur dans une direction diamétralement opposée à la réalité en bernant la population, malade d’intoxications multiples. Ce sont quand même quatre énarques qui, en 1972, ont créé le Groupe d’Information et de Soutien des Immigrés (GISTI). Ce réel lobby pro-immigration soutiendra toutes les dérives et la désinformation qui impliqueront des faits criminels.

Que l’on se souvienne de l’attentat de la rue Copernic en 1980 : c’était soi-disant l’œuvre de nazis, de la FANE, de l’extrême-droite. Mais bien plus tard en réalité, il s’agissait de terroristes palestiniens.

Que l’on se rappelle aussi l’attentat de la rue des Rosiers : ici encore, les pourriticards et les médias ont désigné les prétendus nazis et l’extrême-droite comme coupables ! Mais l’enquête aboutira aux palestiniens du FATAH.

Et le devoir de mémoire nous parle encore de l’affaire de Carpentras en 1990 : tous les partis et les syndicats ont organisé le lynchage du FN et de J-M LE PEN, lors d’un immense défilé derrière François Mitterrand, le président de la République. Après instruction du dossier, les coupables n’avaient aucun lien avec l’extrême-droite ou le FN !

Au mois de mars 2012, après la tuerie de Toulouse, la manipulation a atteint un point culminant en désignant immédiatement à la vindicte populaire un assassin qui ne pouvait être autrement que « blanc, nationaliste et nazi » !

Mais toute la mafia politico-médiatique dut étouffer sa haine envers les franchouillards en constatant que le coupable - Mohammed MEHRA - décrit comme « calme », « respectueux », « gentil garçon » et « amateur de foot », était un délinquant multirécidiviste pas si « normal » en réalité et titulaire d’un casier judiciaire lourd de condamnations.

Après les meurtres de Toulouse, on a connu de multiples assassinats et attentats commis par des mahométans contre des centaines de victimes innocentes.

Depuis quelques mois, des ministres français, des élus, les médias, la secte des socialauds-écolos-bobos-marxistes piaillent en apprenant, jour après jour, un déferlement de rixes entre bandes rivales ou des violences suite à des calomnies véhiculées par Internet. Et si à ces faits on y ajoute les nombreuses attaques quotidiennes contre la gendarmerie et la police, les incendies divers, les bris de mobilier urbain, les pillages de magasins, les fusillades et les émeutes, comme à Bron, à Blois ou à Rennes, on pourrait penser à la guérilla urbaine.

Alors bien sûr, les gens honnêtes et les travailleurs peuvent légitimement se demander « comment » le Pouvoir peut encore tolérer de tels faits, « pourquoi » le gouvernement n’agit pas avec plus d’efficacité, « qui » au sein de la Justice fait preuve d’autant de complaisance et « quand » finalement va-t-on rétablir l’Ordre et la Loi ?

Car la famille Bidochon, elle, se trouve confrontée chaque jour aux maux qui gangrènent notre société : une immigration-invasion, un chômage structurel, un tsunami de drogues, des impôts à la hausse, une insécurité généralisée et une impunité accordée à la crapule, à la racaille et à la chienlit. Plus de 6.000 récidivistes, tous condamnés au moins 15 fois, courent en liberté dans nos rues et nos campagnes : est-ce normal ?

Systématiquement, on nous sert les arguments de la misère et de la pauvreté, d’un milieu familial défavorable, d’un environnement social inapproprié et autres excuses farfelues.

NON, la misère ne génère pas le crime, car dans les départements les plus pauvres de France comme le Cantal, la Creuse, la Lozère ou la Corrèze, il y a proportionnellement beaucoup moins de faits délictueux qu’à Marseille, Lyon, Reims, Beauvais, Corbeil, Roubaix ou Champigny, selon les analyses que criminologue Xavier Raufer a déjà publié de longue date.

NON, en Seine-Saint-Denis, dans les Bouches du Rhône ou le Val de Marne, l’explosion des violences n’est pas la conséquence de la pauvreté, mais des erreurs de diagnostic et d’une lâcheté affirmée par peur de contrarier une communauté étrangère.

Hormis les déclarations matamoresques des ministres de l’Intérieur comme Charles Pasqua ou Nicolas Sarközy, les gouvernements successifs n’ont rien fait pour restaurer l’ordre public dans les Zones de Sécurité Prioritaires définies précisément en 2013.

Michel Rocard en 1990 avait dit « Je pense que nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde, que la France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique…mais pas plus. »

Fin 2020, un million de clandestins se trouvaient toujours dans l’Hexagone !

Et entre 1995 et 2020, ce sont 3,45 millions d’immigrés qui ont été naturalisés.

Et c’est là tout le problème, sans cesse nié par la haute administration qui refuse l’évidence : rapatrier dans le pays de leurs aïeux tous les hors-la-loi et les indésirables islamistes qui crachent sur nos us et coutumes, ainsi que les délinquants et les criminels multirécidivistes après déchéance de la nationalité française. Il faut en finir avec les dogmes droits de l’hommiste et l’idéologie égalitariste et indigéniste n’en déplaise aux Eurocrates de Bruxelles.

Dans les banlieues et les quartiers, ils sont forts parce que tu es à genoux !

Doit-on nous-mêmes organiser des milices d’auto-défense afin de protéger nos familles et nos biens, face à la défaillance de l’Etat ? Pour déjouer les attentats l’Etat Français a mis en place le plan Vigipirate, actuellement Sentinelle, et pourquoi pas en urgence un plan « Vigicrapules »… 

23:05 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 06 mars 2021

RIEN DE NOUVEAU SOUS LA Ve RÉPUBLIQUE

COUV 2019 935.jpg

Pieter Kerstens

Depuis mai 1958, les ministres de l’Intérieur successifs, de Raymond Marcellin à Gérald Darmanin, de Gaston Defferre à Brice Hortefeux, en passant par Pierre Joxe ou Nicolas Sarközy (2 fois), ont TOUS combattu les mouvements nationalistes coupables à leurs yeux de défendre les racines de notre civilisation, notre identité européenne, nos coutumes, nos lois et nos traditions. Alors que le Président De Gaulle avait pour sa part déclaré le 5 mars 1959 : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires. » (cité par Alain Peyrefitte.)

Depuis fort longtemps, les procès multiples, les interdictions et les dissolutions ont accablé notre famille politique alors que les fauteurs de troubles gauchistes ont été bien épargnés, à quelques organisations près…

Mes camarades d’Ordre nouveau (cliquez là ou cliquez ici) et moi-même avions organisé un meeting du 21 juin 1973 à la Mutualité sur le thème « Halte à l’immigration sauvage ». Les médias et les pourriticards de tous bords nous ont traités de « racistes », de « fascistes » et de « nazis ». Pourtant, les inspecteurs des R.G présents dans la salle ont tous confirmé au ministre de l’Intérieur de l’époque, Raymond Marcellin, qu’ils n’avaient jamais entendu un propos raciste dans les différents discours ni un quelconque appel à la haine.

C’est après une campagne de presse haineuse et mensongère contre Ordre nouveau, orchestrée par les laquais du mondialisme et les immigrationistes, comme Thierry Pfister du « Monde » ou comme Maurice Clavel dans « le Nouvel Obs », soutenus par les ministres Pierre Messmer, Jean Taittinger et Bernard Stasi, que la dissolution d’O.N est prononcée le 28 juin 1973.

Le Régime n’a pas changé de moyen 48 ans plus tard :« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage ».

Telle est aussi la stratégie choisie par le Président de la République française, en juin 2018, au constat que de plus en plus d’électeurs en Europe donnent leur voix aux partis « populistes » et qu’ils tournent le dos aux forces « progressistes » et aux bienfaits du mondialisme. Et la vindicte macronienne s’était abattue sur le ministre italien de l’Intérieur quand Matteo Salvini avait déclaré que l’Aquarius, transportant 630 immigrés clandestins, ne pourrait en aucun cas accoster dans un port italien. Quelques jours plus tard on entendait un discours élyséen nauséabond reprenant l’image de « la lèpre nationaliste », réel danger pour nos enfants. C’est pourquoi le gouvernement du Premier Ministre Castex prononce maintenant la dissolution de Génération Identitaire.

Mais à la longue, il est quand même délicieux de constater que la réalité dépasse les utopies et les rêves de tous ceux qui nous ont imposé les mythes de la société « multiculturelle » et « pluriethnique », que ce soit à Stockholm avec Olof Palme, à Madrid avec Felipe Gonzales, ou encore à Bruxelles avec Wilfried Martens et à Paris sous la présidence de François Mitterrand. Année après année, les Européens constatent avec colère les conséquences des mensonges qui ont été diffusés durant des décennies à propos des bienfaits de l’immigration.

Comme l’avaient reconnu Merkel, Cameron et Sarközy dès septembre 2010, cette idéologie du melting-pot à tous les étages a été un véritable échec (« le multi Kulti a échoué, totalement échoué ») et le commun des mortels peut aujourd’hui contempler le désastre et la réelle catastrophe engendrée par cette immigration/colonisation, imaginée, planifiée et imposée par les laquais du Nouvel Ordre Mondial, au prétexte fallacieux d’être l’unique recours et la seule solution au déclin démographique européen. Comme s’il n’existait aucun autre stimulant à la relance de la natalité… Que G.I renaisse de ses cendres et poursuive le combat !

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

17:30 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 03 mars 2021

LES REPROUVES.

KERSTENS P 254.jpgPieter Kerstens

En mai 1968, les progressistes et les « humanistes » ont décrété une liberté totale d’expression par les slogans « il est interdit d’interdire » ou « vivre sans temps mort, jouir sans entrave » et « le bâton éduque l’indifférence ». Mais cette possibilité ne s’applique qu’à une certaine catégorie d’individus, celle des bien-pensants, les détenteurs du Savoir et de la Vérité. 

En effet, une chape de plomb et 50 ans de silence couvrent un crime de guerre. 

On observe que depuis 1945 et les jugements du tribunal de Nuremberg, il y a des tabous et des totems indiscutables, érigés par des lobbies et des communautés gardiens de dogmes sectaires. Un exemple typique, parmi tant d’autres : durant des décennies, des millions d’élèves en Europe ont été anesthésiés par le mensonge des assassinats de 26.000 officiers, sous-officiers, soldats et civils polonais dans la forêt de Katyn, aux environs de Kozye Gory en Pologne, au mois d’avril 1940, imputés à l’armée allemande, selon les accusations du Tribunal de Nuremberg.

Par la suite, les enquêtes menées par la Commission Médicale Internationale, le professeur bulgare Markoff ou le suisse Dr. Naville ont déculpabilisé les troupes allemandes, de telle manière que le jugement du 1er octobre 1946 en omettait la mention. Cette omission signifie que le Tribunal Militaire International de Nuremberg n’a pas estimé que les criminels de guerre allemands étaient coupables des assassinats de Katyn. Malgré cela, et durant de longues années, les professeurs d’Histoire ont enseigné que les crimes de Katyn ont été commis par les Allemands. Tous ceux qui contestaient cette vérité « historique » ont été cloué au pilori et traité de « fascistes ».

Mais en 1990, Gorbatchev fait déclassifier les archives et rétablir la vérité sur le drame de Katyn.  Il est alors établi que le 5 mars 1940 une proposition écrite de Lavrenti Béria, chef du NKVD, ordonne d’éliminer tous les prisonniers polonais, lettre signée par Staline, Vorochilov, Mikoïan, Kalinine et Kaganovitch, tous membres du Politburo du parti communiste d’URSS.  Et ce sont aussi 1.800.000 Polonais qui furent touchés par la répression soviétique et envoyés dans les camps du Goulag et les colonies de Sibérie, dont très peu sont revenus ! 

Guerres du Golf, attentats du WTC à New-York, Printemps arabes, Shoah, Timisoara, guerres en Lybie et en Syrie.

Ces différents sujets sont interdits de contestations, d’analyses ou de remise en cause, car ils appartiennent à « la mémoire collective », chasse gardée des mondialistes, du politiquement correct et surveillés par la police de pensée. Gare à ceux qui oseraient les transgresser.  

Et parmi les rebelles de la pensée unique, nombreux ont été mis au ban de l’Humanité, condamnés, emprisonnés ou même parfois exilés, tels Paul Rassinier (ex-déporté, député SFIO), Roger Garaudy, Pierre Guillaume, Jean Plantin, Henri Roques, Thierry Meyssan, Hervé Ryssen, Robert Faurisson, Vincent Reynouard, Paul-Eric Blanrue en France, et ailleurs Wolfgang Frölich, Ursula Haverbeck, Giuseppe Falisi, Siegfried Verbeek, Alain Soral, Dieudonné M’bala M’bala, Khaled Mechaal, Mahmoud Abbas, Gamal Abdel Nasser, David Irving, Willis Carlo, Arthur Butz, Mahmoud Ahmadinejad, Sylvia Stolz, German Rudolf, Saddam Hussein, sans oublier Ernst Zundel et Horst Mahler, parmi tant d’autres en désaccord avec la doxa officielle.

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

18:24 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 08 février 2021

CES MINORITES ETHNIQUES QUI ENVAHISSENT LE PAYSAGE MEDIATIQUE

KORBO EtatProvidence.jpg

Pieter Kerstens 

Les gourous droits-de-l’hommiste, les khmers verts écolos, leurs alliés du mondialisme effréné et les adeptes du « multiculturel » et du « pluriethnique » à tous les étages considèrent qu’ils détiennent la Vérité Révélée et ne tolèrent aucune contestation à cette Nouvelle Religion.

Pour étouffer toute velléité du refus de leurs visions sectaires et interdire toute autre opinion, cette mafia a, depuis des décennies, fait adopter des lois, des directives et des arrêtés qui limitent ou interdisent l’exercice des libertés fondamentales (expression, conviction, réunion et presse), à leurs opposants nationalistes. Tout est prétexte à la CULPABILISATION de l’homme blanc. 

Partout en Europe existe une police de la pensée.

Tous les moyens sont bons pour bâillonner la voix du peuple, ceux « d’en-bas », et discréditer ceux qui tiennent un discours « politiquement incorrect ». Haro sur ceux qui publient des articles transgressant les « tabous » instaurés par ces doctrinaires de la démocratie totalitaire afin de leur permettre de saboter, sans aucune entrave, les valeurs de notre société, les fondements de la civilisation européenne et les acquis de notre culture gréco-romaine. 

Un témoignage explicite concernant le « tabou » de l’immigration avait été donné par la parution d’un article du 15/03/2005 dans le journal flamand Het Laatste Nieuws, écrit par la journaliste Hind Fraihi qui racontait la réalité quotidienne dans la commune bruxelloise de Molenbeek.

Le bourgmestre (maire) Philippe MOUREAUX intervenait dans les contrôles de la police fédérale et interdisait à ses patrouilles d’opérer dans les quartiers à forte densité musulmane.

Selon Hind Fraihi, les politiciens belges surestimaient la réelle volonté d’intégration ou d’assimilation des immigrés à la société belge. Pour elle, l’islamisation des communes bruxelloises était comparable à une tâche d’huile qui s’étalait lentement, mais sûrement. Et cette complaisance des politiciens du gouvernement, existait aussi en France, en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Molenbeek a été une pouponnière de terroristes islamistes qui se sont répandus au fil des ans ailleurs en Europe. C’est ainsi que dix ans plus tard on assistait à Paris aux massacres de Charlie Hebdo, puis à ceux du Bataclan et des terrasses et en mars 2016 aux attentats de Bruxelles. 

Où en est-on en 2021, seize ans après le constat de Hind Fraihi ?

Fait-il « bon vivre à Bruxelles, ou à Paris » ? 

• 80% de la population bruxelloise est d’origine étrangère.

• 25% des personnes en âge de travailler sont au chômage.

• 100.000 analphabètes hantent toujours les statistiques de la capitale belge, depuis 40 ans !

• Depuis 2005, l’insécurité n’a cessé d’augmenter et les ventes de drogues ont explosé en Europe.

• Partout, les tribunaux sont débordés. La police est excédée. Les commerçants sont vandalisés.

• Dans les écoles, on parle un sabir anglo-arabo-moldave et à la cantine c’est « halal » pour tous !

Lorsque, à de (très) rares occasions, on interroge les auditeurs, téléspectateurs ou internautes, il est amusant de constater que 80% des sondés ne veulent plus d’immigration et que 70%, par ailleurs, refusent l’islamisation de nos villes. Car eux, vivent la réalité au quotidien.

Mais ce qui est inacceptable c’est la complicité des médias, du show-biz, de la gauche caviar et des pourriticards avec les agresseurs des plus faibles de notre société, au prétexte que ces crapules sont maghrébines, africaines ou arabes. Ce sont quand même ces mêmes racailles qui encombrent les tribunaux, tout en accusant la police de prétendues « violences ».

En cette période de couvre-feux successifs, le tapage nocturne, les rodéos sauvages, l’absence de port du masque ou les réunions de plus de 6 personnes ne sont pas verbalisés pour les contrevenants dans les quartiers « difficiles », sur instructions de la hiérarchie policière, alors qu’ailleurs, avec votre faciès de Gaulois, ce sera 65 ou 135 euros. Deux poids, deux mesures ? 

Et quand ce n’est plus supportable, on ne supporte plus !

11:26 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 01 février 2021

HALTE AUX RESTRICTIONS ! QU’ILS ARRETENT DE NOUS FAIRE CHIER !

B9725741915Z.1_20210107202757_000+GA3HC6GUR.1-0.png

Pieter Kerstens

Un an après le début de l’épidémie de Covid 19, certains pays européens ferment enfin leurs frontières aux voyageurs, afin de limiter la propagation du virus, alors que cette disposition évidente avait été prise dès le début par la plupart des pays asiatiques.

Pour enrayer cette épidémie, l’Asie a retenu les leçons du passé en imposant des mesures de bon sens, tel le port d’un masque, le dépistage des personnes contagieuses, l’isolement des malades en des lieux fermés (lazarets) et l’accueil des cas graves dans des hôpitaux équipés d’appareils respiratoires en nombre suffisant.

Par manque d’anticipation, de préparation, de courage politique et d’incompétence, la mafia euro-mondialiste en poste à Bruxelles et les bureaucrates nationaux siégeant dans les ministères de la santé ont adopté une stratégie de la frousse et de la langue de bois, pour imposer à leurs peuples des réclusions à domicile et des couvre-feux totalement inefficaces qui, douze mois plus tard, n’ont en rien enrayé la propagation de l’épidémie.

En outre, de nombreux pays d’Europe ont mis leurs parlements hors circuit, en adoptant des mesures d’exception par des plans d’urgence sanitaire et en s’octroyant les pleins pouvoirs, sans réactions énergiques des partis de l’opposition, que l’on aurait aimé voir plus actifs contre cette violation des libertés.

Nous avons eu droit jour après jour à un décompte macabre des personnes malades et des décès dus « au Covid 19 » alors même que de nombreux morts était le fait d’autres pathologies (cancers, maladies cardio-vasculaires ou infectieuses) dont ils souffraient déjà auparavant. En tétanisant sa population, en instaurant un climat de trouille générale, en culpabilisant les gens et en imposant des contraventions imbéciles à ceux qui se promenaient -seuls- en forêt, sur les plages ou en montagne, les chefs d’état et de gouvernements en Europe ont fuit leurs responsabilités et fait preuve d’incurie. A l’heure actuelle une majorité de la population réagit uniquement par émotivité et sensibilité, totalement incapable de raisonnement et d’analyse.

Des citoyens, tétanisés par une catastrophe et anesthésiés par la propagande d’un pouvoir incapable, sont effectivement plus dociles et à l’esprit malléable, prêts à accepter des mesures et des lois totalitaires.

Nous y sommes !

Dans chaque pays européen, de nombreux secteurs économiques sont sinistrés et les faillites vont s’accumuler avec des légions de chômeurs comme résultat, malgré des aides, des subventions, des allocations et des prêts, distribués par milliards d’euros comme une manne céleste, mais qu’il faudra inévitablement rembourser à l’avenir, (quoi qu’il en coûte). Et l’addition va être salée !

OUI, les vieillards décèdent en premier. Et alors, est-ce anormal ?

Moi-même, j’appartiens à une « catégorie à risques » -les septuagénaires- ayant souffert d’une primo-infection tuberculeuse dans mon enfance (avec un isolement total de 4 mois en préventorium) ; j’ai connu le désastre d’une grippe « asiatique » avec 100.000 morts en 1957 en France ; puis la grippe de « Hong-Kong » est arrivée en décembre 1969 et janvier 1970 en tuant 36.000 personnes. Mais à cette époque, chacun prenait ses responsabilités, affrontait l’adversité avec courage et réagissait en adulte sans se tourner en permanence et sous n’importe quel prétexte vers l’Etat-Providence réelle « nounou » de la société actuelle.

Nul n’est immortel et si les progrès de la science et de la médecine ont permis d’augmenter la durée de vie de 25 ans depuis le lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, il ne faut pas croire ou espérer que tous seront centenaires (en France, 6.100 femmes et 1.250 hommes ont plus de 108 ans. Source INSEE).

Bloquer des services de réanimation dans les hôpitaux pour accorder quelques mois supplémentaires de survie à des vieillards cacochymes est un non-sens, alors qu’il faut au contraire protéger et sauver les forces vives d’une nation, c’est-à-dire sa jeunesse qui représente l’avenir d’un pays. Il ne s’agit pas de morale à quatre sous, mais des réalités d’une guerre, comme le docteur Micron l’avait répété à 6 reprises en mars 2020.

A la guerre il y a des morts et des blessés, et l’on fait face en assumant les risques, sans états d’âme !

Au 30 janvier 2021, il y a eu 102 millions de contaminés dans le monde, dont 56 millions ont été guéris et 2,2 millions qui en sont morts, soit 2,17% des cas testés et 0,0003% de la population de la planète. En France, sur 3,2 millions de cas recensés, 76.000 sont morts (soit 0,023%) en un an ce qui représente 0,001 de la population totale ! Est-ce qu’il est raisonnable de sacrifier la vie sociale, culturelle, psychologique et économique d’un pays pour un tel pourcentage et ignorer les conséquences désastreuses de la gestion de cette épidémie qui nous est imposée par un gouvernement de nullards ? Pour ma part, c’est NON ! Vidons les incapables ! Et vite…

15:16 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 30 décembre 2020

DE LA FERMETE, ENCORE DE LA FERMETE, TOUJOURS DE LA FERMETE !

B9725113652Z.1_20201031200844_000+G6PGVVBNR.2-0.jpg

Pieter Kerstens 

Fermeté et vigilance pour le réveillon du 31 décembre, avec un couvre-feu de 20 h. à 6h.

Le ministre en charge de faire respecter la loi et l’ordre a ordonné aux préfets de prendre des mesures pour lutter en « priorité » contre les rassemblements non-autorisés et les « violences urbaines, surtout le soir de la Saint-Sylvestre ».

DARMANIN-TARTARIN ?

Prendre des mesures fermes pour « s’assurer de l’affirmation de l’autorité de l’Etat en chaque point du territoire national » cela ne mange pas de pain !

Multiplier les contrôles d’identité, les fouilles de véhicules et interdire la vente d’alcool à emporter, non plus.

Mais interdire les fêtes clandestines, les attroupements dans les quartiers ou les feux d’artifice et les tirs de mortiers, va être assez compliqué !

On pourrait toujours espérer que les forces de l’ordre, dont 100.000 policiers et gendarmes seraient mobilisés pour cette soirée, parviennent à mettre en examen plusieurs centaines de délinquants dans les Zones de Sécurité Prioritaire, quelle va être alors la réaction de la Justice ? Alors que les tribunaux fonctionnent au ralenti et

que de nombreux juges sont en congé, les cellules des prisons vont-elles pouvoir accueillir ces nouveaux « sauvageons » en attente des procès?

En décembre 2018 ce sont 1.250 voitures qui sont parties en fumée et le record a été battu l’an dernier avec 1.450 véhicules incendiés. Combien après-demain ?

23:43 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 27 décembre 2020

Après l’enfermement de l’automne, En Marche nous prépare à une 3ème réclusion à domicile pour l’hiver.

Capture d’écran 2020-12-27 à 00.08.13.png

Pieter Kerstens :

Après neuf mois de déclarations contradictoires et de mesures d’interdictions diverses, plusieurs enquêtes publiées par les médias, subventionnées par le Pouvoir, nous apprennent que plus de 65% de nos concitoyens accepteraient des règles encore plus restrictives pour éradiquer le Covid 19.

La stratégie de la frousse, imposée aux peuples d’Europe au fil des mois, porte ainsi ses fruits. En publiant en permanence le nombre de personnes infectées, le nombre d’hospitalisations et celui des décès attribués au virus, l’émotion et la trouille prennent le pas sur la raison et rare sont ceux qui peuvent encore exprimer un jugement réaliste, sans être cloués au pilori ou trainés devant l’Ordre des Médecins pour des opinions divergentes.  

Stopper des pans entiers de notre économie, au prétexte de sauver quelques vies, est une aberration et une hypocrisie phénoménale qui se sert d’une morale à géométrie variable.

OUI, une épidémie tue des personnes déjà atteintes d’autres maladies et aussi des personnes âgées, c’est le sous-entendu de la déclaration du docteur Micron en mars dernier : « nous sommes en guerre », répétée à six reprises. J’appartiens à la catégorie des septuagénaires « à risques » et je ne suis pas immortel non plus.

On peut également mourir de la grippe, d’une chute à la maison ou être écrasé par un tram.

Il faut en finir avec cette infantilisation de la population, combattre cette épidémie avec courage et lucidité en cessant de se morfondre et de s’apitoyer égoïstement sur son sort. Que chacun prenne ses responsabilités et assume ses actes en adulte sans tomber dans la psychose ou la paranoïa.

Il est quand même curieux de constater que les pays qui n’ont pas mis leurs économies à l’arrêt et ont limité les restrictions, ne totalisent pas plus de décès (et même moins) que les états qui ont interdit l’activité des coiffeurs, des restaurants, des cinémas, des stades, des pistes de ski ou des clubs de belotte entre autres.

Depuis le début de la pandémie, à la date du 21 décembre il y a eu 1.582 morts pour 1 million d’habitants en Belgique, 1.121 décès pour 1 million d’habitants en Italie, 1.045 en Espagne, et 918 en France, par exemple. Par contre et sans interdictions absolues, il y a eu seulement 310 morts par million d’habitants en Allemagne, 536 en Autriche, 738 en Suisse, 778 en Suède, 902 au Mexique et 939 aux Etats-Unis. Au Gabon on compte 28 décès par million d’habitant, 23 au Japon, 14 en Corée du Sud, 2 en Thaïlande et seulement 0,4 décès par million d’habitants au Viêt-Nam.  Cherchez l’erreur !

Les dirigeants de ces pays ont sans doute adopté une politique bien différente à celle choisie en Europe et ont laissé leurs activités tourner avec beaucoup moins d’entraves administratives et bureaucratiques.

Il est indéniable que les euro-mondialistes qui gouvernent aujourd’hui notre continent, en imposant leurs utopies depuis leurs bureaux à Bruxelles, préparent les esprits à une 3ème assignation à résidence après le Nouvel An. Leur motivation serait fondée sur l’irresponsabilité des gens dont le comportement durant les fêtes aurait été incompatible avec la gravité de la crise sanitaire. EUX détiennent la vérité, les autres sont des contestataires incultes et incapables d’accepter la « bonne parole ». Sommes-nous inconscients et incapables (au sens juridique), c’est-à-dire ne pouvant régir nos vies et ayant donc besoin que des instances supérieures nous dictent nos actes ? Où est donc cette « démocratie » tant vantée par ces mêmes autorités ?

Dormez en paix braves gens, Big Brother veille sur tout ! Même de la crise sociale en gestation ?

00:15 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 02 décembre 2020

UNE DECISION FORMIDABLE !

5edf99170f929_000_1pu61m-4697838.jpg

Pieter Kerstens

Ce n’est pas une blague : le Comité de concertation du gouvernement belge a décidé ce vendredi 27 novembre que pour les fêtes de Noël les couples (et leurs enfants) pourront inviter UNE SEULE autre personne !

Au choix : soit la grand-mère, soit le grand-père ; un frère ou seulement une sœur ; une amie (sans son copain) ; etc.

Outre Quiévrain les ministres ont perdu la tête. Et après la proposition de reporter Noël à l’été 2021 (quand il fera beau) de la part de l’infectiologue Frédérique Jacobs fin octobre, on pourrait maintenant supposer que le virus ne s’attaque plus seulement aux voies respiratoires, mais également aux capacités mentales des politicards.

Dans la course Européenne aux mesures restrictives et aux privations imbéciles, la Belgique consolide sa médaille d’or.

10:36 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 19 novembre 2020

Vous avez aimé le confinement du printemps ? Vous allez adorer la réclusion à la maison de cet automne !

Korbo. Crane lobotomise.15.01.2015.jpg

Pieter Kerstens

Que ce soit en France, ou ailleurs en Europe, les différents Chefs d’Etat et de gouvernements refusent toujours de tenir un langage de vérité et font preuve de lâcheté face à l’épidémie de SRAS-Cov 2. Le Docteur Micron avait pourtant annoncé à 6 reprises que « nous étions en guerre » le 26 mars dernier, sans avoir tenu compte de la capacité de ses troupes, du matériel à engager ni de l’importance de l’intendance qui devait suivre.

Quand on annonce « être en guerre », cela signifie qu’il y aura des morts, des blessés et des dommages collatéraux. Or contrairement aux mesures en application dans de nombreux pays asiatiques, les responsables chargés de l’état sanitaire nous avaient déclaré à plusieurs reprises que les masques ne servaient à rien, que les tests étaient inutiles et passaient sous silence une quarantaine obligatoire pour isoler de la population saine les individus contagieux.

DES PANS ENTIERS DE L’ECONOMIE SACRIFIES PAR IMPERITIE.

Jour après jour, des semaines durant, les croque-morts de l’administration et des ministères sont venus annoncer le bilan des décès, nous imposant un climat de frousse et une stratégie de l’angoisse pour mieux manipuler les populations devenues dociles. On a pu voir sur les chaînes de télé des publicités gouvernementales affirmant que « rester à domicile sauvait une vie humaine toutes les 8 minutes » On baigne ici dans l’imbécilité absolue. Loin des espaces clos où pouvait se réunir des clients, il était interdit de se promener sur les plages, dans les forêts ou à la montagne. Seule était autorisée une promenade quotidienne d’une heure autour de son domicile, pour sa santé physique ou mentale dans un rayon de mille mètres !

Après 55 jours d’assignation à domicile, une seconde réclusion à la maison nous est imposée jusqu’au 1erdécembre, avec des résultats catastrophiques pour le tissu économique partout dans l’Hexagone et qui vont se poursuivre durant toute l’année 2021.

Quand les politicards de la haute fonction publique affirment que cette épidémie est la plus importante de l’Histoire, ils nous mentent et ignorent qu’en 1957 la grippe « asiatique » a fait plus de 100.000 morts en France, que la grippe de « Hong-Kong » durant les seuls mois de décembre 1969 et janvier 1970 a causé 36.000 décès et qu’en 2009 une grippe SRAS a totalisé plusieurs dizaines de milliers de décès. Rien de neuf sous le soleil donc, excepté que l’Etat Providence veut nous cacher que ceux qui décèdent en premier sont les plus âgés et les plus malades de notre société, ce qui est logique, et que pour éviter une « situation de guerre » où les médecins devraient trier les malades, par manque structurel de lits et de personnels, le docteur Micron et ses assistants nous imposent un hara-kiri économique et l’interdiction de sortir de son domicile.

ET AILLEUR, C’EST PIRE QUE CHEZ NOUS ?

D’autres pays en Europe ont aussi imposé des mesures d’hygiène personnelle sans confinement et surtout sans aucun arrêt de leur économie, alors même que le nombre de décès par million d’habitant n’est pas plus élevé qu’en France. Même constat pour le Japon, la Corée du Sud, Taïwan ou encore en Inde, mais qui, à l’inverse de la France, avaient fermé leurs frontières pour interdire la venue de voyageurs étrangers, vecteurs de contamination potentielle !

Malgré des centaines de milliards d’euros qui seront dépensés par le docteur Micron et sa clique d’incompétents pour « aider ceux qui en ont besoin », les dégâts sociaux, économiques et financiers pourraient être bien pire que les 80% de décès des malades de plus de 75 ans, souvent atteints d’autres pathologies et qui de toutes manières seraient morts quelques mois plus tard, et pour qui l’Etat Providence a tout mis en œuvre depuis 8 mois, au nom d’une morale à géométrie variable. Ils ont entassé les erreurs sur les fautes inexcusables.

Et ce sont réellement nos enfants et petits-enfants qui règleront l’addition de l’incurie des responsables ministériels en fonction aujourd’hui, sans oublier les cohortes de nouveaux chômeurs et des nouveaux demandeurs d’emploi qui resteront sur le carreau.

Cette urgence sanitaire, suivie d’une urgence terroriste ouvre la porte à une crise financière et surtout permettra aux euro mondialistes de nous imposer des mesures coercitives de surveillance par l’utilisation massive de caméras thermiques, de reconnaissance faciale couplée à l’Intelligence Artificielle et aux algorithmes qui définiront votre profil et complèteront votre « carnet social » véritable passeport de votre comportement, mais cela pour « votre  Bien et votre Sécurité », comme le souhaiterait beaucoup de citoyens lambdas.

09:21 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 27 octobre 2020

Une proposition formidable !

B9724384362Z.1_20200826111919_000+GLMGI31E1.1-0.jpg

Pieter Kerstens

La crise sanitaire du Covid 19 touche toute l'Europe et les dirigeants ne savent plus à quel saint se vouer. Chaque Chef d'Etat ou de Gouvernement y va de ses propositions qui, mois après mois, se contredisent souvent.
Dans le concours des propositions imbéciles, un pas vient d'être franchi par une experte en Belgique.
Interrogée sur la RTBF, Frédérique JACOBS, infectiologue à l'hôpital Erasme à Bruxelles, propose le report des fêtes de Noël en Juillet/Août "quand il fera beau".
Et pourquoi pas non plus reporter la Saint Valentin au 12 août ? Et les défilés du 1er Mai au 1er Novembre? Ou alors, regrouper l'ensemble des fêtes et des jours fériés durant la même semaine en été, "quand il fait beau" ?
A entendre de telles inepties, on peut se demander si le virus atteint non seulement les voies respiratoires, mais aussi les facultés mentales de certains spécialistes, médicaux ou politiques.
D'ores et déjà, la Belgique a pris une grande avance dans le domaine de la connerie !
 
 

18:29 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 19 octobre 2020

« ILS NE PASSERONT PAS ! »

5NTEEFYTV5MTCV5EGSQ5TDX4WI.jpg

Pieter Kerstens

"Ils ne passeront pas"... Ce mot d’ordre a été lancé par Dolores Ibarruri, « la Pasionaria », le 19 juillet 1936 du balcon du Ministère de l’Intérieur à Madrid : « le Parti Communiste vous appelle au combat, pour écraser définitivement les ennemis de la république et des libertés populaires. NO PASARAN ! »

Si le docteur Micron s’inspire du passé et reprend à son compte ce slogan, la situation n’a rien de comparable, parce qu’à cette époque la guerre civile faisait rage en Espagne, ce qui n’est pas (encore ?) le cas en France. Il aurait mieux fait de se souvenir du message audio, diffusé le lundi 22 septembre 2014, par Abou Mohamed El-Adnani* qui avait déclaré à l’attention des musulmans : « la meilleure chose que vous puissiez faire est de vous efforcer de tuer tout infidèle, qu’il soit Français, Américain ou d’un de leurs pays alliés. Si vous ne pouvez pas trouver d’engin explosif ou de munitions, alors isolez l’Américain infidèle, le Français infidèle ou n’importe lequel de ses alliés. Ecrasez-lui la tête à coups de pierre, tuez-le avec un couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le dans le vide, étouffez-le ou empoisonnez-le ! »

Et depuis six ans, ce ne sont pas les exemples qui ont manqué en France et ailleurs en Europe. 

Les intellectuels, les politicards de tous poils et la presse aux ordres nous manipulent, nous mentent et usent de la désinformation au nom du politiquement correct, du padamalgam et du vivre ensemble. Curieusement, les assassinats, les meurtres et les attentats commis contre les européens au nom d’Allah, ne sont nullement exécutés par des individus « gentils », « serviables », « bons pères de famille » ou parfaitement intégrés. Tous sont des délinquants multirécidivistes, bien connus de la police et sont en forte majorité issus de l’immigration, comme l’attestent les rôles que l’ont peut consulter aux audiences des tribunaux.

L’insécurité n’est pas un « sentiment », mais une réalité et un constat depuis fort longtemps, niés par la classe politique, malgré la loi du 14 novembre 1996 qui avait créée un Observatoire national des Zones Urbaines Sensibles, concernant 4,5 millions d’habitants. Cette loi fut supprimée et remplacée le 1erjanvier 2015 par les Quartiers Prioritaires de la politique de la Ville (Q.P.V) soit 1296 quartiers de plus de 1.000 habitants, nécessitant un Kärcher.

Le boomerang leur revient en pleine figure !

De Bernard Tapie à Najat Vallaut-Belkacem, des dizaines de milliards d’euros ont été dépensés dans les Zones de Sécurité Prioritaires, au nom de la Politique de la Ville, par des ministres imbéciles qui pensaient acheter la paix sociale dans les quartiers. Et depuis des décennies, les instances de l’Education Nationale sont évidemment responsables de la situation dans les écoles, collèges, lycées et universités. A cause de l’égalitarisme et d’un multiculturalisme enrichissant, le niveau des connaissances n’a cessé de baisser, comme l’atteste le livre de J-P Brighelli, « la fabrique du crétin » (écrit en 2005), à tel point que plus de 25% des étudiants universitaires ne maîtrisent ni l’écriture ni la compréhension d’un texte simple…à défaut de pouvoir penser et d’exprimer une idée avec un vocabulaire adéquat.

La violence existe dans l’école depuis « la guerre des boutons » et n’a fait qu’empirer au cours des années par l’apport de communautés étrangères, dont les agissements sont minimisés par les rectorats et passés sous silence par le corps éducatif par crainte de représailles ou par lâcheté. On en voit le résultat maintenant.

Il faut en finir avec les dogmes et l’idéologie socialaud-marxiste qui ont ruinés l’enseignement depuis trop longtemps, mais favorisés l’expansion de l’Islam dans nos banlieues.

* De son vrai nom Taha Sobhi Falaha, né en 1997 à Binnish dans le gouvernorat d’Idleb en Syrie. Co-fondateur du Front al-Nostra en 2012, il rallie l’Etat Islamique en Irak et au Levant (EIIL) en 2013. C’est lui qui annonce la restauration du califat le 29 juin 2014 et la désignation d’Abou Bakr al-Baghdadi comme « calife ». Porte-parole et chef militaire, Al-Adnani devient « Ministre des attentats » de l’Etat Islamique à partir de 2014, à la tête d’une cellule secrète « l’Amniyat ». Il est tué le 30 août 2016 dans le gouvernorat d’Alep par un missile tiré par un drone.

NDLR SN : "Ils ne passeront pas"... Macron aurait dû réfléchir et se montrer plus prudent avant de lancer cette phrase car l'exemple n'est pas très heureux et peu même laisser craindre le pire. En effet, quelques mois après cette harangue restée célèbre de la furie communiste madrilène, les troupes nationalistes du Général Franco et les phalangistes "passèrent" et, en 1939,  libérèrent l'Espagne de la dictature sanglante imposée par les "républicains"...

17:49 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 17 octobre 2020

Imprévoyance, impéritie, incurie et incompétence.

Korbo. Coronataxe.26.04.2020.jpg

Pieter Kerstens

Partout en Europe, mais particulièrement en France, les chefs d’Etat et de Gouvernement ne sont effectivement pas responsables de l’épidémie de Coronavirus qui provient bien de Chine.

Par contre, les stratégies et les différentes mesures adoptées par les ministres et les fonctionnaires pour combattre le Covid 19 démontrent à l’usage et après de longs mois leur incapacité à résoudre certains problèmes.

La gestion calamiteuse de cette crise sanitaire conduit aujourd’hui 6 ministres ou grands fonctionnaires devant la Haute Cour de Justice en France, sur plaintes de médecins, de malades ou d’associations diverses. On doit faire appel à son « devoir de mémoire » durant les heures les plus sombres du Printemps Connardo virus pour se souvenir des déclarations diverses et variées de ceux qui étaient aux manettes de l’Etat.

« La pandémie de Covid-19 est le pire fléau que connaisse l’Europe depuis un siècle »,avait déclaré le docteur Micron le jeudi 12 mars dernier. FAUX !

En 1968-1970, le virus H3N2 déclenche la « grippe de Hong-Kong » qui fait le tour du monde entre l’été 1968 et le printemps 1970. Il traverse d’abord l’Asie, puis fin 68 les Etats-Unis et déferle sur l’Europe fin 69. Bilan = 1,5 million de morts, dont 32.000 pour les seuls mois de décembre 1969 et janvier 1970 en France. Au 17 octobre 2020 nous en sommes à 32.600 en 8 mois, pour le Covid 19….

En 2009 et 2010, l’épidémie de grippe A du virus H1N1, provenant également de Chine, contamine environ 25 millions de cas confirmés et tue au moins de 280.000 personnes dans le monde et quelques milliers en France.

En fermant les commerces « non essentiels », les usines, les lieux sportifs, les cinémas, les restaurants ou les bars et en obligeant la population à se cloitrer à domicile, le gouvernement français et les autres Européens ont mis leur pays à genoux et instauré un chaos économique que chacun mettra des années à surmonter. Quand le docteur Micron répète à 6 reprises le 16 mars que « la France est en guerre »il aurait quand même dû connaitre l’état de son armée sanitaire et les moyens dont elle disposait. Pas de masques, pas de tests, pas assez de respirateurs artificiels et manque de lits en réanimation, car 35% ont été supprimé depuis 1990 face à une population en hausse de 20%.

Cette déclaration présidentielle est reprise par l’ensemble de la presse subventionnée et par le journaliste Etienne Henri dans « Economie Matin » du 25/03/2020 : « La guerre contre SRAS-Cov-2 risque fort de rejoindre la longue liste des guerres ingagnables comme celle contre la drogue, la pédophilie ou encore le terrorisme. » Quelle combativité !

Dès le mois de mars, j’avais attiré l’attention de mes lecteurs sur les effets néfastes des décisions prises par les incapables au Pouvoir qui par lâcheté ont rejeté leurs obligations sur le dos de leurs concitoyens en les culpabilisant et en les accusant de fautes inexistantes, pour maintenant leur imposer un couvre-feu imbécile, car chacun sait que le virus se lève à 21 heures et se couche à 6 heures, comme les « nuiteux ».

En matière d’économie, les miracles n’existent pas. Si l’Etat règle les factures, dans sa grande mansuétude, ce sont quand même les citoyens qui payent au bout du compte.

19:26 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 03 septembre 2020

On vit une époque formidable…

Capture d’écran 2020-09-03 à 17.43.47.png

Pieter Kerstens

Une époque où la caste médiatico-politicienne jette l’opprobre sur les victimes au prétexte qu’elles auraient « provoquées » les agresseurs et les meurtriers.

Une époque où les criminels bénéficient de la complaisance de la Justice qui applique une doctrine de l’excuse et l’alibi d’un milieu défavorisé au lieu des rigueurs de la Loi.

Une époque où les normes de la société, les règlements, les coutumes et les lois de la France sont bafouées impunément par des délinquants multirécidivistes.

Une époque où les forces de l’Ordre sont critiquées par leur hiérarchie, conspuées en permanence et attaquées avec des armes de guerre.

Une époque où depuis des décennies l’Etat n’assure plus la sécurité des citoyens dans 700 zones de non-droit, abandonnées aux mains de trafiquants et de religieux mahométants.

Une époque où les bien-pensants de la gôche caviar et de la droite cosmopolite refusent d’admettre leurs erreurs et nous mènent vers le chaos social, la dépression économique et le gouffre financier.

Une époque où les « élites » baissent les bras, où les enseignants dispensent des études idéologiques à nos enfants en maquillant l’Histoire selon leurs dogmes.

Une époque où les valeurs qui ont fait la grandeur de la France et de l’Europe sont vouées aux gémonies, comme l’abnégation, le sens de l’Honneur et la valorisation du travail.

Une époque où l’on condamne ceux qui combattent le mondialisme, la médiocrité, les mensonges de la seconde Guerre Mondiale et des conflits du Moyen-Orient, et aussi ceux qui contestent les doctrinaires du colonialisme, de l’esclavage et les tabous des camps de concentration.

Une époque où règne le « politiquement correct », où les minorités LGBTQ, pédomaniaques et invertis accaparent le pouvoir afin de donner libre cours à leur perversité.

Une époque où des adolescents font la leçon à des parents ignorants, au prétexte de « défendre la Planète », alors même que la Nature depuis des millénaires se passe des rodomontades.

Une époque où les khmers verts prétendent nous imposer leurs rêveries d’une transition énergétique et d’une mobilité durable, pour limiter les effets des gaz toxiques et du CO2, quand de 1990 à 2016, l’Europe a diminué ces pollutions de 22% ! (Source : Global Project Carbon).

Alors il est grand temps, mais il n’est pas encore trop tard, pour remettre l’église au milieu du village et entamer une réelle RECONQUISTA sur le terrain mais aussi dans les esprits.

C’est pourquoi il faut oser penser et oser agir, par tous les moyens, mêmes légaux !

Ceux qui nous font chier dans nos quartiers et agressent les plus faibles de nos concitoyens, cassent le mobilier urbain, brûlent des voitures au moindre prétexte et pillent les magasins sont le plus souvent des racailles et des crapules maghrébines et africaines.

Ces délinquants et criminels, trafiquants de drogues, faussaires, malfrats et voyous ayant un casier judiciaire long comme le bras monopolisent les rôles à chaque séance des tribunaux. Ceux-là doivent être mis hors d’état de nuire à la société, et vite !

Les pompiers, les médecins, la police, la gendarmerie, les conducteurs de bus ou de trams, doivent être respectés et ceux -ou celles- qui les injurient ou les agressent doivent être jugés, condamnés et rapatriés dans le pays de leurs aïeux après déchéance de la nationalité française.

Quant à la secte écolo-végano-climato-patinnetto-gaucho-sodomite, le moment est venu de la renvoyer dans les poubelles de l’Histoire !

 
 

17:59 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 30 août 2020

TRIER LES ORDURES : UN DEVOIR CITOYEN !

thumbnail_Korbo. Genuflexions.01.08.2020.jpg

Pieter Kerstens

Effectivement, si le combat contre la pollution de l’environnement est nécessaire, combattre la pollution des esprits est également indispensable. 

Depuis trop longtemps, les contribuables, les parents et les électeurs assistent béats à la destruction de notre civilisation par des technocrates qui imposent leurs schémas et leurs dogmes, au nom d’un égalitarisme impalpable.

Quiconque s’oppose à cette décérébration mondialiste se voit taxer de « politiquement incorrect ». Ceux qui se battent depuis des années contre les valets de BIG BROTHER sont poursuivis en France, ou ailleurs en Europe, par la police de la pensée.

Cela a trop duré ! Nous sommes responsables de l’héritage légué par nos ancêtres et du patrimoine que nos aïeux ont enrichi à force de ténacité et de sueur au cours des siècles. Nous devons en répondre devant nos enfants et leurs descendants. Socialement, économiquement et culturellement il est urgent d’opérer une révolution mentale.

Il faut en finir avec la dictature socialo libérale qui permet l’ascension des parasites au détriment de l’individu compétent. Il faut en finir avec la Nouvelle Religion « droit de l’hommiste » qui génère la crapule s’imposant face aux honnêtes gens. Il faut punir ce régime de pourriticards qui a enfanté des bataillons de corrompus, petits et grands, en ridiculisant les personnes intègres.

La Liberté doit accoucher d’un Front du Refus. Quand l’oisiveté et le vice prennent le pas sur la compétence et l’efficacité, alors la révolte se justifie par des rejets populaires. La rébellion des « Gilets Jaunes » en est la parfaite illustration, avant sa récupération par les activistes gauchistes.

Pourquoi ? Parce que :

- les parents ont vu s’effondrer les jalons qui garantissaient un enseignement de qualité et vu aussi la violence envahir les salles de cours, parce que la discipline est absente !

- les enfants ont constaté que de nombreux diplômes ne leur permettaient que l’accès au chômage. Par ailleurs, il existe aussi plus de 1.500.000 analphabètes dans l’Hexagone. Surprenant.

- les patrons, artisans et commerçants sont spoliés par l’Administration et ne sont plus défendus par leur corporation. En 2019, la pression fiscale atteint 46% du P.I.B, la plus forte du monde et pour la seconde année consécutive. 

- les automobilistes, englués dans des bouchons sans fin, sont cloués au pilori pour le moindre prétexte et proprement rackettés par les taxes, accises et autres amendes.

- les contribuables français voient d’année en année leurs impôts et les taxes augmenter et le gouffre de la dette s’approfondir (2.432 milliards € au 12 janvier 2020, soit 38.726 euros par habitant : c’est criminel). Chaque jour la dette augmente de 230 millions d’euros !

Partout, le malaise est palpable et c’est ce que nous constatons tous les jours dans nos quartiers : l’envahissement de notre économie par des multinationales étrangères, le métissage de notre population par une immigration hors contrôle, et l’insécurité permanente dans nos rues et les transports publics.

Trois aspects de notre quotidien imposés par les laquais du mondialisme et les gourous du multiculturel. Leur échec est évident ! Pour sortir du gouffre, il faudra donc éliminer les incapables et trier les ordures politiques lors des prochains scrutins.

23:27 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 19 août 2020

LE MALI AUX MALIENS, LA FRANCE AUX FRANÇAIS

Kofi Yamgnane à propos de la décolonisation : "c'était quand même mieux du temps des blancs !"  (sur le plateau de LCP le 7 novembre 2010)

Pieter Kerstens

Depuis plus d’un demi-siècle, la majorité des pays asiatiques, du Moyen-Orient ou d’Afrique ont acquis leur indépendance et le choix de se diriger en toute liberté, comme ils l’entendaient.

Lors de leur départ, les colonisateurs ont laissé sur place tout un réseau de communications terrestres, portuaires et des aérodromes. N’oublions pas les écoles, collèges et lycées, les hôpitaux et les dispensaires, ni les infrastructures administratives, toutes constructions laissées intactes par les Anglais, les Français, les Espagnols ou les Portugais et à la disposition des nouvelles autorités nationales.

Mais certaines bonnes âmes, intellectuelles, politiques, médiatiques ou non gouvernementales ne cessent de nous seriner à longueur de temps qu’il serait indispensable de continuer une aide sociale, économique et financière afin de sortir ces anciennes colonies du dénuement et de les développer au nom d’une solidarité, des Droits de l’Homme ou de la mondialisation heureuse.

C’est ainsi qu’au fil des ans, des centaines de milliards d’euros ont été envoyés à ces pays africains, sans pour autant que les populations concernées sortent de la pauvreté ou de la misère, contrairement à divers pays asiatiques qui, eux, ont réussi à améliorer le niveau de vie, l’économie ou le système social de leur population (Corée du Sud, Philippines, Indonésie, Thaïlande, Inde, Birmanie ou Malaisie, par exemples), après l’accès à leur indépendance.

En Europe, de tous côtés et sur tous les tons, la mafia politico-médiatique essaye ces dernières années de nous culpabiliser et de nous rendre responsables des naufrages de certains pays africains en route vers le chaos et le gouffre. Ceci est intolérable et non justifié.

A l’époque des anciennes colonies, la plupart de ces pays étaient auto suffisant du point de vue alimentaire et les famines étaient en régression, tout comme l’hygiène sanitaire occupait la priorité des administrations sur place, ainsi que l’alphabétisation des plus jeunes.

NON, l’homme blanc n’est plus aujourd’hui responsable du destin et de la situation des peuples africains. Qu’ils prennent leur futur en mains et cessent de quémander.

Certains nous ont imposé une intervention militaire en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Lybie, au Mali, au Niger, au Burkina Fasso, au Tchad et ailleurs, sous prétexte de limiter ou de stopper sur place les vagues d’une immigration clandestine et de combattre l’Islam conquérant ou terroriste là où il serait en gestation et en développement (Somalie, Sahel, Nigéria, Lybie, Syrie entre autres zones). Notre devoir de mémoire doit nous interdire toute ingérence dans ces pays souverains et doté d’un état de droit. La France n’a pas vocation à se substituer aux forces publiques ou militaires dans ces pays exotiques. Ils ont obtenu leur indépendance depuis des décennies et doivent par conséquent en assumer la responsabilité, « quoi qu’il en coûte » ! 

Les forces spéciales françaises et l’armée doivent quitter rapidement ces bourbiers et assurer la sécurité dans l’Hexagone et si besoin est, l’Assemblée Nationale doit voter de nouvelles lois plus restrictives et spécifiques pour l’immigration abusive et le terrorisme islamiste, en expulsant les imams prêchant la haine de notre culture et civilisation gréco-romaine.

chard-africains.jpg

18:21 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 17 août 2020

Le Coronacircus en marche vers le gouffre financier

thumbnail_Korbo. Aveux du citoyen Lambda.15.07.2020.jpg

Pieter Kerstens

Article publié dans le n°54

de la revue Synthèse nationale cliquez ici

Lorsque nous avions rédigé notre article dans le précédent numéro de la revue, la prévision et l’anticipation des conséquences d’une crise sanitaire, doublées par un chaos des marchés pétroliers, ignoraient alors la stratégie et les décisions aberrantes des gouvernements français et européens, face à la pandémie. En conclusion, nous jugions que « il suffirait d’une petite bourrasque comme…le Covid-19, qui pourrait entraver non seulement l’industrie chinoise, mais aussi par conséquence stopper l’activité de certains secteurs de l’économie mondiale et perturber les activités bancaires et financières, pour déclencher un nouveau krach mondial. »

Durant des siècles et jusqu’à ces dernières années, les épidémies -grippe, tuberculose, gastro-entérite ou bronchite- étaient enrayées par des vaccinations ou à défaut par un dépistage des malades qui, par la suite étaient placés en quarantaine et isolés du reste de la population saine, pour stopper la propagation.

JAMAIS à ce jour, on avait mis toute une population en « confinement », réelle assignation à résidence.

JAMAIS on n’avait stoppé brutalement une économie.

JAMAIS les croque-morts ministériels ne venaient nous égrener un bilan mortel tous les jours.

JAMAIS les médias dans leur totalité n’avaient entretenu une ambiance de crainte et terrorisé les gens afin de créer un réel climat de peur irrationnelle. L’émotion prenait le pas sur le raisonnement et la sensiblerie le disputait à la paranoïa.

Alors, soyons clair : j’appartiens au 3ème âge, d’un groupe à risques, avec des antécédents pulmonaires fragiles. Dès mon enfance, j’ai été atteint par le bacille de la tuberculose et de ce fait mis en « quarantaine » durant trois mois en préventorium en Haute-Savoie. Par la suite, j’ai connu en France la grippe « asiatique » en 1957 et la grippe de « Hong Kong » en décembre 1969 et janvier 1970 (32.000 morts en 2 mois) ; les années suivantes, il y a eu diverses épidémies en France et en Europe (comme la grippe de 2009), avec des dizaines de milliers de morts sans pour cela faire la « Une » dans les journaux, ni monopoliser les radios ou les télés. Ces épidémies saisonnières, venant toutes de Chine, étaient acceptées par les gens qui prenaient chacun leurs responsabilités et assumaient la situation en personne adulte ! L’idée de la mort n’est pas un tabou, il faut s’y faire.

Loin de moi d’ignorer la gravité d’une maladie, d’un handicap ou les faiblesses dues à la vieillesse.

Mais la réalité impose que plus on est vieux, plus on a de chances de mourir. Nul n’est immortel !

Un mal qui répand la Terreur… ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés.

Les instituts d’épidémiologie, les milieux scientifiques et le monde médical étaient TOUS PARFAITEMENT INFORMES depuis le début décembre 2019 d’une épidémie de SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) -grippe mortelle- dans la province de Hubei (Hou-Pei) et la ville de Wuhan (Wou-Han) en Chine. Il est donc faux de prétendre que les Chefs d’Etat et de Gouvernements de l’Union Européenne ont été pris au dépourvu et que « personne ne pouvait prévoir une telle pandémie ». Les ambassades et les départements diplomatiques, tout comme les services de renseignements européens, avaient chacun de leur côté transmis à leur hiérarchie les dangers de cette épidémie et ses ravages possibles. Mais pour cacher leur incurie, leur impéritie et leur incompétence, les pays occidentaux vont en grande majorité, et ce dès le mois de janvier, nous abreuver de propagande, de manipulation, de mensonges et d’omissions avec la complicité servile des journalistes et des innombrables docteurs Diafoirus au garde à vous devant les dogmes du Mondialisme.

NON, cette pandémie n’était pas « la plus grave de tous les temps », comme évoqué ci-dessus.

NON, les enfants ne sont pas un vecteur de transmission très actif.

NON, le Covid-19 n’est pas insensible à la chaleur et à l’humidité. C’est tout le contraire et il disparait à la fin du printemps ou en été.

NON, le taux de mortalité de 3,5% du Corona virus annoncé par l’OMS et psalmodié à longueur d’antennes dès février n’est pas le plus grave ni le plus dangereux jamais rencontré. En réalité c’est 0,5%, alors que la grippe tue tous les ans 0,35% des gens contaminés !

Ces idées fausses et alarmistes ont été propagées pour lobotomiser des peuples entiers, interdire toute forme de contestation, anesthésier le bon sens et instaurer une frousse maximale. L’infantilisation et l’hypnose devant le Covid 19 ont amené au Devoir d’Oubli et à l’ignorance crasse. Personne n’a eu le courage de dire que TOUS LES MOIS, il y avait 1 million de morts en Chine (1.450 millions d’habitants), 240.000 morts aux Etats-Unis (330 millions d’habitants), 80.000 en Allemagne (84 millions), 110.000 au Japon (130 millions), 53.000 en Italie (61 millions), 52.000 en France (66 millions) ni 25.000 morts en Corée du Sud (52 millions) et 13.500 à Taïwan (24 millions) ou encore 8.500 en Belgique (11 millions).

 Et si l’on fait la comparaison des décès attribués au Covid 19 avec la population respective de certains pays, il y a lieu de se poser des questions, quand le Japon, la Corée du Sud, Taïwan et la Suède ou encore la Suisse n’ont jamais stoppé totalement leur économie, contrairement à la Belgique, la France, l’Italie, l’Espagne ou le Pérou.

Pourquoi une telle distorsion entre ces pays ?

Avaient-ils plus de moyens techniques, financiers, hospitaliers ou n’ont-ils pas tout simplement retenu les leçons des épidémies précédentes, adopté le port d’un masque pour tous, utilisé massivement des tests de dépistage et imposé une quarantaine aux malades contagieux ? Cela, en ordonnant une fermeture générale des frontières, dès le début de la pandémie.

Comment les charlatans du mondialisme et du capital cosmopolite grugent les gens.

Par million d’habitants, on se rend compte des écarts considérables de décès dû au Covid 19 au 27 mai : Belgique = 853 décès ; Espagne = 576 ; Italie = 542 ; France = 433 ; Suède = 387 ; Etats-Unis = 310 ; Suisse = 194 ; Pérou = 124 ; Allemagne = 103 ; Autriche = 75 ; et seulement Zéro au Viet-Nam ; 0,3 à Taïwan ; 0,5 au Sri Lanka ; 0,8 en Thaïlande ; 2 au Kazakhstan ; 4 en Australie ; 5 en Corée du Sud ; 7 à Cuba ; 7 au Japon.

Pourquoi 170 fois plus de morts en Belgique qu’en Corée du Sud ? Pourquoi 60 fois plus de décès en France qu’au Japon qui est 2 fois plus peuplé ? Pourquoi 5 fois moins de victimes en Allemagne qu’en Espagne, pays avec beaucoup moins d’habitants ?

Et l’on se rend compte maintenant que les conséquences catastrophiques dans certains pays, notamment les pays « occidentaux » et administrés par un Etat-Providence, sont essentiellement attribuées à des gouvernements où la bureaucratie, la technocratie et l’immobilisme règnent en maîtres !

 La palme d’or de cette catastrophe est attribuée, à l’unanimité, à la Belgique :  ce Royaume d’UBU compte 9 ministres de la Santé ; au niveau Fédéral, par communauté et par Régions. Le résultat est édifiant et l’on constate à fin mai que si en Flandres il y a eu 700 décès / million d’habitants, il y a eu 885 par million d’habitants en Wallonie et 1.160 morts /million dans la Région de Bruxelles. Pourquoi une telle différence ? Ce qui est limpide, c’est que dans le Plat Pays, les copains sont prioritaires, mais réellement incompétents et dangereux.

Lire la suite

17:37 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 15 juin 2020

Les Patagons sont en deuil.

autocollant-rond-drapeau-patagonie.jpg

Pieter KERSTENS.

Ecrivain remarquable Jean RASPAIL est décédé ce 13 juin à Paris.

Homme de convictions à la vision prémonitoire, il nous lègue une œuvre littéraire pleine d’enseignements et empreinte d’une richesse de valeurs traditionnelles et séculaires.Ses nombreux romans évoquent une certaine nostalgie et une musique de l’âme aujourd’hui oubliées.

Il fut bouleversé par sa rencontre, l’espace d’une heure en 1951 dans le détroit de Magellan, dans le vent et sous la neige, avec l’un des derniers canots des Alakalufs (peuple maintenant disparu). Cette scène l’a hanté durant toute son existence.

Parmi la trentaine de romans remarquables qu’il a rédigés, mes préférés restent « Les Royaumes de Borée », « Sept Cavaliers… », « La hache des Steppes », « Qui se souvient des hommes » et bien évidemment le fameux « Camp des Saints », livre prophétique paru en 1973 et dévoré par plus de 150.000 lecteurs.

Monarchiste à la Foi bien trempée, il avait été primé par l’Académie française en 1981 pour son livre « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie ».

Le souvenir de Jean Raspail restera vivace en notre Devoir de Mémoire.

REQUIESCAT IN PACE !

10:44 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 03 mai 2020

Faudrait savoir : transports publics ou voitures particulières ?

Capture d’écran 2020-05-03 à 01.04.22.png

Pieter KERSTENS

Les automobilistes, nouveaux serfs du 21ème siècle taillables et corvéables à merci, subissent les pires avanies de la part de politicards imbus de leur pouvoir. Téléphoner dans son auto est un délit et entraîne de fortes amendes. Et fumer dans sa voiture ? C’est passible de 20 ans de bagne ? Bientôt… patience !

Que ce soit à Bruxelles, à Madrid ou à Paris, les jours de « SMOG », il est interdit de dépasser les 50 km/h en ville ou les 90 km/h sur autoroute !

De plus, les politicards ont même établi une circulation alternée, en fonction de l’immatriculation (plaques avec numéros pairs ou impairs) lors de « pics de pollution » et inventé une vignette payante « Air Pur » à coller sur votre pare-brise.

Des dizaines de milliers de contraventions donnent lieu à d’innombrables protestations.

Curieusement, la répression ne sévit pas de la même façon dans les Zones de Sécurité Prioritaires à forte densité d’immigrés.    Discrimination ?

Il est temps de mettre un holà à cette dérive des maniaques des pistes cyclables tout azimut, de la gratuité des transports publics, de la suppression des places de stationnement dans les rues ou bien de la transformation de nos avenues et de nos boulevards de liaisons en ruelles de cités du tiers-monde où se bousculeraient des cohortes de miséreux accueillis sous nos cieux

A les écouter, on devrait circuler en trottinettes, en rollers ou en voiture à pédales et abandonner nos voitures au profit des bus, des trams ou du métro (renommés pour leur propreté, leur ponctualité et leur sécurité, tout le monde le sait).

Ça, c’était le discours et le crédo des khmers verts et de leur grande prêtresse venue du froid avant la Saint Valentin. Après, avec l’arrivée de Covid 19, pas de regroupement de 11 personnes. Plus de cohue dans les magasins. Plus de foules dans les cinémas ni de clients dans les restaurants. Interdiction de se promener dans les forêts, sur les plages, dans les parcs ou les jardins publics. Il faut GARDER SES DISTANCES : va falloir réserver sa place dans les bus, les trams, les métros et les trains de banlieue ! ! ! Et les retards vont s’accumuler…

Depuis des semaines les chaînes de fabrication de l’industrie automobile sont à l’arrêt dans la plupart des pays européens et les ventes se sont effondrées de plus de 80%. Ce recul des ventes automobiles influence évidemment les fournisseurs en amont (sidérurgie et sous-traitants) et en aval (garagistes et sociétés liées au secteur). Depuis quelques semaines, les conducteurs roulent moins et y regardent aussi à deux fois avant d’utiliser leur bagnole !

Curieusement, on n’entend guère les Ecolos ou les adeptes de la pédale qui devraient pourtant se réjouir de cette situation, car moins il y a d’autos et moins elles circulent, moins il y a de pollution :  CQFD !   Et bien, pas du tout, ils sont d’une discrétion absolue. Bizarre non ?

NOTRE AUTO ? C’EST NOTRE SECURITE ET NOTRE LIBERTE !

Demandez donc aux mères de famille ce qu’elles en pensent. Si l’utilisation automobile a connu un tel développement au cours des 30 dernières années, c’est bien qu’il existait de bonnes raisons. Depuis 1990, à puissance égale, la voiture consomme et pollue 30% de moins, grâce aux améliorations techniques des moteurs, à l’essence sans plomb et sans soufre et au pot catalytique. En est-il de même aux USA, en Chine, en Inde ou en Afrique ? Ce sont eux les plus gros pollueurs ! Nous n’acceptons pas les affirmations mensongères des ayatollahs écolos et de leurs laquais socialistes, visant à nous culpabiliser.

Pour diminuer les effets de serre ou le rejet de CO2 les Ecolos et les altermondialistes vont-ils mener campagne à Dakar, à Calcutta, à Rio ou à Canton pour empêcher les habitants de s’équiper en motos ou en voitures et à en revenir à l’utilisation du vélo ?

Il faut arrêter de martyriser les conducteurs européens, sous de faux prétextes.

Et pour garantir notre sécurité et préserver notre santé, il faut absolument utiliser sa voiture où nous serons protégés de la contagion des autres et sans risques de contamination comme dans les transports publics. C’est une mesure de bon sens élémentaire, pour garder ses distances !

17:32 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 27 avril 2020

Quoi qu’il en coûte !

non-la-france-ne-souffre-pas-dun-manque-de-moyens-face-a-la-crise-sanitaire-1365480.jpg

Pieter Kerstens 

Lors de son allocution au peuple Français le 12 mars dernier, le docteur Micron avait affirmé à trois reprises qu’il fallait soutenir l’économie française, pour éviter la grande crise, « quoi qu’il en coûte ». C’est donc l’Etat Providence qui se chargera de distribuer des revenus, des aides, des subventions, des dons et des prêts, aux sociétés comme aux personnes physiques, afin de sauver l’économie, victime des erreurs de stratégie et des mauvais choix du pouvoir en place.

Pourtant il faut se souvenir que le Président français avait déclaré le 12 juin 2018 que les services sociaux dans l’Hexagone, « cela coûte un pognon de dingue » alors que les gens restent quand même pauvres. Il fallait selon lui, les responsabiliser davantage.

Et on a pu se rendre compte que les assistants du docteur Micron sont mauvais, qu’ils mentent à longueur de temps à propos des « masques inutiles », des tests de détection pour les malades contaminés, des appareils respiratoires, des mesures de distanciation ou encore des fermetures des lieux de loisirs à ciel ouvert. Les ministres sont de piètres clowns au sein du Coronacircus.

Le 16 mars, on apprend que la guerre est déclarée ! En effet, le docteur Micron nous entraîne dans un conflit incertain et déclame à 6 reprises « nous sommes en guerre » et selon lui, pour freiner la propagation du virus, il ordonne la fermeture des crèches, des écoles, des universités, et d’une multitude d’entreprises au prétexte d’un « confinement », réelle réclusion à domicile, limitant la liberté de circuler et de travailler. Il interdit le fonctionnement des bars et des restaurants, ferme les cinémas et tous les lieux de culture, même en pleine nature. Pas de promenades en montagne, ni de ballades sur les plages, même si l’on est espacé de 10 mètres ! Toutes les activités touristiques sont à l’arrêt. L’Etat paiera le manque à gagner.

Et le bonimenteur Micron de nous affirmer « Retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour aux jours d’avant ».

Crise sanitaire + crise économique + récession = krach financier.

Aux abois, les gourous du mondialisme, leurs complices qui dirigent les états européens et leurs copains banksters vont inonder les sphères sociales, industrielles ou artisanales d’une manne monétaire de milliers de milliards d’euros imprimés 24h/24h et 7j/7. Cette option devrait, selon ces éminences, permettre de sauver l’économie européenne plongée dans un coma profond à cause de leur décision d’imposer un « confinement » à des peuples sains, dans la majorité des pays occidentaux. Mais personne ne pourra empêcher une récession (ou dépression), entrainant une baisse d’au moins 15% des PIB en Europe, une hausse importante du chômage (20%) donc un appauvrissement général, entraînant sans doute plus de morts que ceux liés au Covid-19.

Cette récession/dépression empêchera des millions de gens à rembourser leurs emprunts et privera les banques de revenus financiers indispensables à leur survie, comme en Italie, en Espagne, comme BNP Paribas ou aussi la sulfureuse Deutsche Bank, qui risquent de couler.

En guise de synthèse de ce qui précède, se pose tout de même la question : « Qui va payer la note ? Quand ? Et comment ? ». Parce que l’argent magique, cela relève du conte de fée.

11ML.jpg

16:50 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 07 avril 2020

Une autre crise dans la crise économique qui suivra la crise sanitaire.

Korbo.Covid-19.jpg

Pieter KERSTENS

Les gouvernements occidentaux, particulièrement en Europe, ont imposé l’assignation à résidence à leurs populations, contrairement à certains pays asiatiques qui, eux en première ligne, ont permis une liberté de circulation à leurs concitoyens, forts de leurs expériences passées face à diverses épidémies.
En effet, la « grippe de Hong Kong » en 1968 avait entrepris le tour du monde et tué 31.226 personnes en France en décembre 1969 et janvier 1970 (soit 2 fois plus de morts que la canicule en 2003). L’Asie avait affronté le SRAS en 2003, et la grippe H1N1 en 2009. La Chine, le Japon, Singapour, Hong Kong, la Corée du Sud ou la République de Taïwan conseillent le port d’un masque pour tous, le dépistage massif, une hygiène stricte et disposent par ailleurs d’une infrastructure hospitalière adéquate et rapidement mobilisable pour une épidémie mortelle.

Le Monde est « un village » ?

C’est avec cette affirmation chère aux laquais du mondialisme, que les Eurocrates de Bruxelles ont facilité les échanges et la circulation incontrôlée des biens, des hommes et des finances, avec la bénédiction de Pascal Lamy, ancien commissaire européen pour le commerce de 1999 à 2004 et directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMS) de 2005 à 2013. Ce sont eux, les Romano Prodi, les Jacques Delors, les Pascal Lamy, les principaux responsables du chaos social, économique, culturel, financier et sanitaire que nous vivons depuis des décennies. Car les mêmes nous ont imposé leurs dogmes socialauds-humanistes et leur credo d’une mondialisation « heureuse », pour le plus grand bénéfice de l’Empire du Milieu.

Bien évidemment des voix se sont élevées, notamment en Europe, pour s’opposer à l’invasion de produits à prix bradés et de mauvaise qualité en provenance de pays asiatiques, invasion responsable de la destruction de pans entiers de notre économie : agriculture, chantiers navals, mines, sidérurgie, textile, chimie, etc. ...Ces euro mondialistes ont combattu sans relâche les nationalistes européens, seuls adversaires des tabous et totems érigés et imposés par les directives de Bruxelles pour asservir les Européens au nom d’un hédonisme bon marché.

Depuis le Traité de Maastricht en novembre 1993, on a pu faire le bilan de cette désastreuse politique, l’inventaire des ravages dans notre économie et notre vie quotidienne et constaté l’impuissance et le laxisme de la Commission Européenne face aux défis auxquels nous avons été confrontés depuis 27 ans.
Guerre du Golf en 2003, crise bancaire et financière en 2008, guerre en Lybie en 2011, conflit en Syrie depuis 2012, vague de terrorisme islamiste depuis 2015 et maintenant une crise sanitaire, quelques domaines parmi d’autres, où les dirigeants européens ont toujours montré leur incompétence et leur suffisance.
Dans ce village « mondial », s’il y en a un qui éternue, tout le monde tousse...sans frontières.

« Il n’y aura pas d’épidémie en France ! »

C’est la déclaration de Yazdan Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique créé par le Président Micron. Ce chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris l’avait affirmé en janvier sur France 5 et répété sur RTL en précisant : « parce qu’on sait faire, on sait contenir, on sait isoler ces patients » !  Et on voit maintenant les résultats des certitudes de cet expert auprès de l’OMS. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn avait pour sa part affirmée le 26 janvier « qu’il n’y avait aucun risque de pénurie de masques en cas d’épidémie du Covid-19 en France ». Au 6 avril, certains services hospitaliers et sanitaires attendent toujours les livraisons promises depuis 10 semaines ! Incurie, impéritie et incompétence, c’est le tiercé infamant des assistants arrogants du docteur Micron.

Et si les cercueils viennent à manquer, nous devons tout de même relativiser la mortalité de ce corona virus, par rapport à la mortalité générale et à la population de chaque pays, selon les stratégies adoptées et les moyens prévus par anticipation par les gouvernements, dès l’annonce du début du Covid-19 dans la province du Hubei en Chine le 17 novembre 2019, depuis bientôt 5 mois...

Pendant le confinement, faites des enfants !

De telle manière, nous n’aurons plus besoin d’immigrés pour assumer certains travaux et plus la population augmentera, plus il y aura de cotisations pour les caisses de retraites.

Mais ailleurs, comment ont-ils réagi ?
Au 3 avril et depuis le début de l’épidémie, au Japon (130 millions d’habitants) il y avait 56 décès, alors que la mortalité normale atteint 110.000 personnes par MOIS ; en Espagne (47 millions d’habitants) on comptait 10.003 morts pour une mortalité mensuelle de 30.000 personnes ; en France 4.503 décès pour une population de 67 millions et une mortalité mensuelle de 52.000 personnes ; en Allemagne, 84 millions d’habitants, 997 décès pour une mortalité mensuelle de 80.000 individus ; à Taïwan, 24 millions d’habitants, on ne dénombrait que 3 décès au Covid-19 pour une mortalité normale de 13.600 personnes chaque mois ; en Corée du Sud, 52 millions d’habitants, 169 morts du corona virus depuis janvier alors que la mortalité mensuelle est 25.000 personnes ; en Belgique, 12 millions d’habitants, 1.143 décès de Covid-19, pour une mortalité normale de 8.440 personnes tous les mois ; quant à l’Italie, 61 millions d’habitants, 13.915 sont mortes du Covid-19 et que 53.000 personnes décèdent normalement tous les mois.

Lire la suite

17:55 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 25 mars 2020

4 000 morts par semaine !

7800150156_des-personnes-masquees-pour-se-proteger-du-coronavirus-illustration.jpg

Pieter Kerstens

C’est le nombre de décès, en France, dus à la grippe hivernale en décembre 1969 et janvier 1970. Qui s’en souvient ? Et à cette époque (au Moyen-Age ?) ni les médias, ni les politiques n’en ont fait toute une tragédie. Pourtant, après mai 1968, on vivait « une époque formidable » et il était « interdit d’interdire ».

Autres temps, autres mœurs.

Bien évidemment les sociétés occidentales ont évolué et les progrès scientifiques, surtout dans le domaine médical, ont permis d’allonger la durée de vie de plus de quinze années ces cinq dernières décennies, ce qui nous amène par conséquent à revoir fondamentalement le système des retraites et la totalité des financements liés à la Sécurité Sociale, sous peine de sa faillite.

Parallèlement le comportement des individus, tant moral que matériel, encouragé par les gouvernements successifs a conduit la population à « jouir sans entrave » et pour chacun à estimer qu’il n’avait que des droits et plus aucun devoir, sans se soucier de l’intérêt général ni du bien commun. Les valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de l’Europe au travers des siècles et par-delà des mers n’ont plus été enseignées dans les écoles depuis fort longtemps : Honneur, Abnégation, Courage, Travail, Fraternité, Famille, Fidélité, Conviction, tout cela a été envoyé au rencard.

Alors à l’époque de la numérisation généralisée, de la robotique omniprésente, de l’Intelligence Artificielle, de l’Internet pour tous et partout, de l’information manipulée, de la reconnaissance faciale, des caméras d’identification permanente et des puces électroniques espionnant nos moindres faits et gestes, il ne faut pas s’étonner que 95% de nos concitoyens se comportent comme des moutons et ne réagissent (ou n’obéissent) que par sensiblerie, émotion et crainte.

De telle manière, les gouvernements européens peuvent agir comme bon leur semble, au service du Nouvel Ordre Mondial, et encadrer leur peuple docile vers un esclavage douillet mais idéologiquement totalitaire. Gare à celui qui contesterait les dogmes et les totems érigés par la caste des « sachants », des banksters de Wall Street ou de la casher nostra.

Les inquisiteurs de la Nouvelle Religion Droits-de l’Hommiste et de la Police de la Pensée ont imposé des lois liberticides, dès le 8 mai 1945, interdisant toute contestation des faits historiques qui ne serviraient pas leurs sombres desseins.

Devoir d’oubli ?

« L’Asie aux Asiatiques ». Avec ce slogan les Japonais ont conduit leur politique d’expansion depuis 1930 et incité les pays d’Asie du Sud-Est à combattre les « méchants phalangs » qui colonisaient leurs terres pour les mettre en valeur.

Aujourd’hui, un siècle plus tard, les pays asiatiques constituent une puissance industrielle, économique et financière incontestable. Mais la médaille a son revers et les pays occidentaux ont oublié les leçons de l’Histoire et curieusement toutes les crises sanitaires qui ont ravagé l’Europe et qui provenaient de Chine. Qu’on en juge :

De septembre 1918 à avril 1919, la « grippe espagnole » provenait de Chine, (déjà !) et le virus H1N1 gagnait ensuite les Etats-Unis, puis se propageait à travers l’Europe pour contaminer le monde entier et faire 40 millions de morts.

En février 1957, dans une province méridionale de la Chine, le virus H2N2 déclenche la « grippe asiatique » en deux vagues virulentes qui atteignent les Etats-Unis (70 000 morts) puis l’Europe et le reste de la planète avec un total de 4 millions de décès.

En 1968-1970, le virus H3N2 déclenche la « grippe de Hong-Kong » qui fait le tour du monde entre l’été 1968 et le printemps 1970. Il traverse d’abord l’Asie, puis fin 68 les Etats-Unis et déferle sur l’Europe fin 69. Bilan = 1,5 million de tués.

Novembre 2002-mars 2003 : apparition du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) qui se déclare dans la région de Guangdong et se répand hors des frontières chinoises par le biais de touristes et d’hommes d’affaires en voyage. Moins de 1 000 morts.

En 2009 et 2010, l’épidémie de grippe A du virus H1N1, provenant également de Chine, contamine environ 25 millions de cas confirmés et tue au moins de 280.000 personnes dans le monde et quelques milliers en France.

Il est donc erroné de penser que « la pandémie de Covid-19 est le pire fléau que connaisse l’Europe depuis un siècle », comme l’avait déclaré le docteur Micron le jeudi 12 mars dernier.

Imprévoyance, incurie, impéritie, erreur de stratégie ? Quelle « guerre » ? Quels moyens ?

En fermant les commerces « non essentiels », les usines, les lieux sportifs, les cinémas, les restaurants ou les bars et en obligeant la population à se cloitrer à domicile, le gouvernement français et les autres Européens vont mettre leurs pays à genoux, instaurer un chaos économique et une débâcle financière que chacun mettra des années à surmonter. Et ne parlons pas encore du gouffre financier creusé à coups de grands discours démagogiques à l’usage des naïfs et des crédules dociles.

Quand le docteur Micron répète à 6 reprises le 16 mars que la France « est en guerre » il aurait quand même dû connaitre l’état de son armée sanitaire et les moyens dont elle disposait.

Entouré de ses assistants et d’un Conseil Scientifique, le docteur Micron avait déclaré qu’il mettait en place tous les moyens pour combattre le Covid-19, « Quoi qu’il en coûte !» Et quels étaient les moyens existants ?

  • Pas de tests de dépistage généralisé pour isoler les personnes contaminées.
  • Pas d’appareils d’assistance respiratoires en nombre suffisant.
  • Pas de stocks de masques chirurgicaux ni des masques FFP2 pour le personnel médical ni à la disposition de l’ensemble de la population.
  • Pas de gels hydroalcooliques en quantité nécessaire.

Et pour couronner le tout, le nombre de lits d’hôpitaux a diminué de 35% entre 1990 et 2018, alors que la population française, elle, a augmenté de 25% !

Dans ces conditions, on ne donne pas de leçons aux autres, et l’on s’abstient de tenir des discours et des déclarations quotidiennes qui, par le décompte permanent des cas contaminés et des décès, ont accentué l’angoisse et la panique parmi la population.

Si les prochains mois il y avaient 4.000 morts toutes les semaines en France ?

Parce qu’en 1967, l’épidémie de grippe avait tué 67 000 personnes. Et deux ans plus tard, la grippe de « Hong Kong » faisait son apparition.

C’est bien parce que le gouvernement français a fait preuve maintenant d’imprévoyance et d’incurie depuis mi-décembre 2019, qu’il isole, confine et cloitre ses citoyens à la maison, car il est incapable de leur distribuer les moyens adéquats pour se protéger du Covid-19 et de procéder à son dépistage indispensable.

C’est une stratégie inverse qu’ont appliqué des pays en première ligne et dès le début de l’épidémie, le 7 janvier. Sans restriction, ni confinement, sans couvre-feu et avec une liberté de circulation, à la date du 25 mars le bilan est le suivant : au Japon (130 millions d’habitants) 43 décès ; en Corée du Sud (52 millions d’habitants) 126 morts ; à Taïwan (24 millions d’habitants) 5 décès, après 10 semaines de crise sanitaire chez eux !

Ces trois pays sont-ils plus développés que les pays d’Europe, mieux organisés, plus intelligents, plus riches ? NON, leurs dirigeants actuels et précédents ont tenu compte des aléas de l’Histoire et retenus les leçons du passé. Ils avaient mis en place les moyens adaptés pour lutter contre de nouvelles épidémies, dès 1968, informé leur peuple et surtout imposé le port du masque à tous les individus, non seulement contre la pollution mais surtout contre les infections respiratoires, survenues à plusieurs reprises depuis le SRAS de 2003 et aussi après la mortelle pandémie de grippe H1N1 de 2009.

L’incompétence des dirigeants européens sera sanctionnée lourdement. Car les conséquences de ces confinements conduiront à une crise économique, facteur d’une récession (ou d’une grave dépression) qui aboutira à un krach financier comparable à celui de 1929 additionné à celui de 2008. Mais comme la secte socialaud-libéro-écolo-humaniste ne veut pas affoler les « braves gens » -moutons dociles et lobotomisés- elle se garde bien de les prévenir des conséquences désastreuses pour leur portefeuille…

Attendons « patiemment » le 4 mai pour une probable levée des restrictions, dans la joie et la bonne humeur. Bonjour chez vous !

18:56 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |