Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 juin 2020

Les Patagons sont en deuil.

autocollant-rond-drapeau-patagonie.jpg

Pieter KERSTENS.

Ecrivain remarquable Jean RASPAIL est décédé ce 13 juin à Paris.

Homme de convictions à la vision prémonitoire, il nous lègue une œuvre littéraire pleine d’enseignements et empreinte d’une richesse de valeurs traditionnelles et séculaires.Ses nombreux romans évoquent une certaine nostalgie et une musique de l’âme aujourd’hui oubliées.

Il fut bouleversé par sa rencontre, l’espace d’une heure en 1951 dans le détroit de Magellan, dans le vent et sous la neige, avec l’un des derniers canots des Alakalufs (peuple maintenant disparu). Cette scène l’a hanté durant toute son existence.

Parmi la trentaine de romans remarquables qu’il a rédigés, mes préférés restent « Les Royaumes de Borée », « Sept Cavaliers… », « La hache des Steppes », « Qui se souvient des hommes » et bien évidemment le fameux « Camp des Saints », livre prophétique paru en 1973 et dévoré par plus de 150.000 lecteurs.

Monarchiste à la Foi bien trempée, il avait été primé par l’Académie française en 1981 pour son livre « Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie ».

Le souvenir de Jean Raspail restera vivace en notre Devoir de Mémoire.

REQUIESCAT IN PACE !

10:44 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 03 mai 2020

Faudrait savoir : transports publics ou voitures particulières ?

Capture d’écran 2020-05-03 à 01.04.22.png

Pieter KERSTENS

Les automobilistes, nouveaux serfs du 21ème siècle taillables et corvéables à merci, subissent les pires avanies de la part de politicards imbus de leur pouvoir. Téléphoner dans son auto est un délit et entraîne de fortes amendes. Et fumer dans sa voiture ? C’est passible de 20 ans de bagne ? Bientôt… patience !

Que ce soit à Bruxelles, à Madrid ou à Paris, les jours de « SMOG », il est interdit de dépasser les 50 km/h en ville ou les 90 km/h sur autoroute !

De plus, les politicards ont même établi une circulation alternée, en fonction de l’immatriculation (plaques avec numéros pairs ou impairs) lors de « pics de pollution » et inventé une vignette payante « Air Pur » à coller sur votre pare-brise.

Des dizaines de milliers de contraventions donnent lieu à d’innombrables protestations.

Curieusement, la répression ne sévit pas de la même façon dans les Zones de Sécurité Prioritaires à forte densité d’immigrés.    Discrimination ?

Il est temps de mettre un holà à cette dérive des maniaques des pistes cyclables tout azimut, de la gratuité des transports publics, de la suppression des places de stationnement dans les rues ou bien de la transformation de nos avenues et de nos boulevards de liaisons en ruelles de cités du tiers-monde où se bousculeraient des cohortes de miséreux accueillis sous nos cieux

A les écouter, on devrait circuler en trottinettes, en rollers ou en voiture à pédales et abandonner nos voitures au profit des bus, des trams ou du métro (renommés pour leur propreté, leur ponctualité et leur sécurité, tout le monde le sait).

Ça, c’était le discours et le crédo des khmers verts et de leur grande prêtresse venue du froid avant la Saint Valentin. Après, avec l’arrivée de Covid 19, pas de regroupement de 11 personnes. Plus de cohue dans les magasins. Plus de foules dans les cinémas ni de clients dans les restaurants. Interdiction de se promener dans les forêts, sur les plages, dans les parcs ou les jardins publics. Il faut GARDER SES DISTANCES : va falloir réserver sa place dans les bus, les trams, les métros et les trains de banlieue ! ! ! Et les retards vont s’accumuler…

Depuis des semaines les chaînes de fabrication de l’industrie automobile sont à l’arrêt dans la plupart des pays européens et les ventes se sont effondrées de plus de 80%. Ce recul des ventes automobiles influence évidemment les fournisseurs en amont (sidérurgie et sous-traitants) et en aval (garagistes et sociétés liées au secteur). Depuis quelques semaines, les conducteurs roulent moins et y regardent aussi à deux fois avant d’utiliser leur bagnole !

Curieusement, on n’entend guère les Ecolos ou les adeptes de la pédale qui devraient pourtant se réjouir de cette situation, car moins il y a d’autos et moins elles circulent, moins il y a de pollution :  CQFD !   Et bien, pas du tout, ils sont d’une discrétion absolue. Bizarre non ?

NOTRE AUTO ? C’EST NOTRE SECURITE ET NOTRE LIBERTE !

Demandez donc aux mères de famille ce qu’elles en pensent. Si l’utilisation automobile a connu un tel développement au cours des 30 dernières années, c’est bien qu’il existait de bonnes raisons. Depuis 1990, à puissance égale, la voiture consomme et pollue 30% de moins, grâce aux améliorations techniques des moteurs, à l’essence sans plomb et sans soufre et au pot catalytique. En est-il de même aux USA, en Chine, en Inde ou en Afrique ? Ce sont eux les plus gros pollueurs ! Nous n’acceptons pas les affirmations mensongères des ayatollahs écolos et de leurs laquais socialistes, visant à nous culpabiliser.

Pour diminuer les effets de serre ou le rejet de CO2 les Ecolos et les altermondialistes vont-ils mener campagne à Dakar, à Calcutta, à Rio ou à Canton pour empêcher les habitants de s’équiper en motos ou en voitures et à en revenir à l’utilisation du vélo ?

Il faut arrêter de martyriser les conducteurs européens, sous de faux prétextes.

Et pour garantir notre sécurité et préserver notre santé, il faut absolument utiliser sa voiture où nous serons protégés de la contagion des autres et sans risques de contamination comme dans les transports publics. C’est une mesure de bon sens élémentaire, pour garder ses distances !

17:32 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 avril 2020

Quoi qu’il en coûte !

non-la-france-ne-souffre-pas-dun-manque-de-moyens-face-a-la-crise-sanitaire-1365480.jpg

Pieter Kerstens 

Lors de son allocution au peuple Français le 12 mars dernier, le docteur Micron avait affirmé à trois reprises qu’il fallait soutenir l’économie française, pour éviter la grande crise, « quoi qu’il en coûte ». C’est donc l’Etat Providence qui se chargera de distribuer des revenus, des aides, des subventions, des dons et des prêts, aux sociétés comme aux personnes physiques, afin de sauver l’économie, victime des erreurs de stratégie et des mauvais choix du pouvoir en place.

Pourtant il faut se souvenir que le Président français avait déclaré le 12 juin 2018 que les services sociaux dans l’Hexagone, « cela coûte un pognon de dingue » alors que les gens restent quand même pauvres. Il fallait selon lui, les responsabiliser davantage.

Et on a pu se rendre compte que les assistants du docteur Micron sont mauvais, qu’ils mentent à longueur de temps à propos des « masques inutiles », des tests de détection pour les malades contaminés, des appareils respiratoires, des mesures de distanciation ou encore des fermetures des lieux de loisirs à ciel ouvert. Les ministres sont de piètres clowns au sein du Coronacircus.

Le 16 mars, on apprend que la guerre est déclarée ! En effet, le docteur Micron nous entraîne dans un conflit incertain et déclame à 6 reprises « nous sommes en guerre » et selon lui, pour freiner la propagation du virus, il ordonne la fermeture des crèches, des écoles, des universités, et d’une multitude d’entreprises au prétexte d’un « confinement », réelle réclusion à domicile, limitant la liberté de circuler et de travailler. Il interdit le fonctionnement des bars et des restaurants, ferme les cinémas et tous les lieux de culture, même en pleine nature. Pas de promenades en montagne, ni de ballades sur les plages, même si l’on est espacé de 10 mètres ! Toutes les activités touristiques sont à l’arrêt. L’Etat paiera le manque à gagner.

Et le bonimenteur Micron de nous affirmer « Retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour aux jours d’avant ».

Crise sanitaire + crise économique + récession = krach financier.

Aux abois, les gourous du mondialisme, leurs complices qui dirigent les états européens et leurs copains banksters vont inonder les sphères sociales, industrielles ou artisanales d’une manne monétaire de milliers de milliards d’euros imprimés 24h/24h et 7j/7. Cette option devrait, selon ces éminences, permettre de sauver l’économie européenne plongée dans un coma profond à cause de leur décision d’imposer un « confinement » à des peuples sains, dans la majorité des pays occidentaux. Mais personne ne pourra empêcher une récession (ou dépression), entrainant une baisse d’au moins 15% des PIB en Europe, une hausse importante du chômage (20%) donc un appauvrissement général, entraînant sans doute plus de morts que ceux liés au Covid-19.

Cette récession/dépression empêchera des millions de gens à rembourser leurs emprunts et privera les banques de revenus financiers indispensables à leur survie, comme en Italie, en Espagne, comme BNP Paribas ou aussi la sulfureuse Deutsche Bank, qui risquent de couler.

En guise de synthèse de ce qui précède, se pose tout de même la question : « Qui va payer la note ? Quand ? Et comment ? ». Parce que l’argent magique, cela relève du conte de fée.

11ML.jpg

16:50 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 07 avril 2020

Une autre crise dans la crise économique qui suivra la crise sanitaire.

Korbo.Covid-19.jpg

Pieter KERSTENS

Les gouvernements occidentaux, particulièrement en Europe, ont imposé l’assignation à résidence à leurs populations, contrairement à certains pays asiatiques qui, eux en première ligne, ont permis une liberté de circulation à leurs concitoyens, forts de leurs expériences passées face à diverses épidémies.
En effet, la « grippe de Hong Kong » en 1968 avait entrepris le tour du monde et tué 31.226 personnes en France en décembre 1969 et janvier 1970 (soit 2 fois plus de morts que la canicule en 2003). L’Asie avait affronté le SRAS en 2003, et la grippe H1N1 en 2009. La Chine, le Japon, Singapour, Hong Kong, la Corée du Sud ou la République de Taïwan conseillent le port d’un masque pour tous, le dépistage massif, une hygiène stricte et disposent par ailleurs d’une infrastructure hospitalière adéquate et rapidement mobilisable pour une épidémie mortelle.

Le Monde est « un village » ?

C’est avec cette affirmation chère aux laquais du mondialisme, que les Eurocrates de Bruxelles ont facilité les échanges et la circulation incontrôlée des biens, des hommes et des finances, avec la bénédiction de Pascal Lamy, ancien commissaire européen pour le commerce de 1999 à 2004 et directeur général de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMS) de 2005 à 2013. Ce sont eux, les Romano Prodi, les Jacques Delors, les Pascal Lamy, les principaux responsables du chaos social, économique, culturel, financier et sanitaire que nous vivons depuis des décennies. Car les mêmes nous ont imposé leurs dogmes socialauds-humanistes et leur credo d’une mondialisation « heureuse », pour le plus grand bénéfice de l’Empire du Milieu.

Bien évidemment des voix se sont élevées, notamment en Europe, pour s’opposer à l’invasion de produits à prix bradés et de mauvaise qualité en provenance de pays asiatiques, invasion responsable de la destruction de pans entiers de notre économie : agriculture, chantiers navals, mines, sidérurgie, textile, chimie, etc. ...Ces euro mondialistes ont combattu sans relâche les nationalistes européens, seuls adversaires des tabous et totems érigés et imposés par les directives de Bruxelles pour asservir les Européens au nom d’un hédonisme bon marché.

Depuis le Traité de Maastricht en novembre 1993, on a pu faire le bilan de cette désastreuse politique, l’inventaire des ravages dans notre économie et notre vie quotidienne et constaté l’impuissance et le laxisme de la Commission Européenne face aux défis auxquels nous avons été confrontés depuis 27 ans.
Guerre du Golf en 2003, crise bancaire et financière en 2008, guerre en Lybie en 2011, conflit en Syrie depuis 2012, vague de terrorisme islamiste depuis 2015 et maintenant une crise sanitaire, quelques domaines parmi d’autres, où les dirigeants européens ont toujours montré leur incompétence et leur suffisance.
Dans ce village « mondial », s’il y en a un qui éternue, tout le monde tousse...sans frontières.

« Il n’y aura pas d’épidémie en France ! »

C’est la déclaration de Yazdan Yazdanpanah, membre du Conseil scientifique créé par le Président Micron. Ce chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat à Paris l’avait affirmé en janvier sur France 5 et répété sur RTL en précisant : « parce qu’on sait faire, on sait contenir, on sait isoler ces patients » !  Et on voit maintenant les résultats des certitudes de cet expert auprès de l’OMS. La ministre de la Santé, Agnès Buzyn avait pour sa part affirmée le 26 janvier « qu’il n’y avait aucun risque de pénurie de masques en cas d’épidémie du Covid-19 en France ». Au 6 avril, certains services hospitaliers et sanitaires attendent toujours les livraisons promises depuis 10 semaines ! Incurie, impéritie et incompétence, c’est le tiercé infamant des assistants arrogants du docteur Micron.

Et si les cercueils viennent à manquer, nous devons tout de même relativiser la mortalité de ce corona virus, par rapport à la mortalité générale et à la population de chaque pays, selon les stratégies adoptées et les moyens prévus par anticipation par les gouvernements, dès l’annonce du début du Covid-19 dans la province du Hubei en Chine le 17 novembre 2019, depuis bientôt 5 mois...

Pendant le confinement, faites des enfants !

De telle manière, nous n’aurons plus besoin d’immigrés pour assumer certains travaux et plus la population augmentera, plus il y aura de cotisations pour les caisses de retraites.

Mais ailleurs, comment ont-ils réagi ?
Au 3 avril et depuis le début de l’épidémie, au Japon (130 millions d’habitants) il y avait 56 décès, alors que la mortalité normale atteint 110.000 personnes par MOIS ; en Espagne (47 millions d’habitants) on comptait 10.003 morts pour une mortalité mensuelle de 30.000 personnes ; en France 4.503 décès pour une population de 67 millions et une mortalité mensuelle de 52.000 personnes ; en Allemagne, 84 millions d’habitants, 997 décès pour une mortalité mensuelle de 80.000 individus ; à Taïwan, 24 millions d’habitants, on ne dénombrait que 3 décès au Covid-19 pour une mortalité normale de 13.600 personnes chaque mois ; en Corée du Sud, 52 millions d’habitants, 169 morts du corona virus depuis janvier alors que la mortalité mensuelle est 25.000 personnes ; en Belgique, 12 millions d’habitants, 1.143 décès de Covid-19, pour une mortalité normale de 8.440 personnes tous les mois ; quant à l’Italie, 61 millions d’habitants, 13.915 sont mortes du Covid-19 et que 53.000 personnes décèdent normalement tous les mois.

Lire la suite

17:55 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 25 mars 2020

4 000 morts par semaine !

7800150156_des-personnes-masquees-pour-se-proteger-du-coronavirus-illustration.jpg

Pieter Kerstens

C’est le nombre de décès, en France, dus à la grippe hivernale en décembre 1969 et janvier 1970. Qui s’en souvient ? Et à cette époque (au Moyen-Age ?) ni les médias, ni les politiques n’en ont fait toute une tragédie. Pourtant, après mai 1968, on vivait « une époque formidable » et il était « interdit d’interdire ».

Autres temps, autres mœurs.

Bien évidemment les sociétés occidentales ont évolué et les progrès scientifiques, surtout dans le domaine médical, ont permis d’allonger la durée de vie de plus de quinze années ces cinq dernières décennies, ce qui nous amène par conséquent à revoir fondamentalement le système des retraites et la totalité des financements liés à la Sécurité Sociale, sous peine de sa faillite.

Parallèlement le comportement des individus, tant moral que matériel, encouragé par les gouvernements successifs a conduit la population à « jouir sans entrave » et pour chacun à estimer qu’il n’avait que des droits et plus aucun devoir, sans se soucier de l’intérêt général ni du bien commun. Les valeurs traditionnelles qui ont fait la grandeur de l’Europe au travers des siècles et par-delà des mers n’ont plus été enseignées dans les écoles depuis fort longtemps : Honneur, Abnégation, Courage, Travail, Fraternité, Famille, Fidélité, Conviction, tout cela a été envoyé au rencard.

Alors à l’époque de la numérisation généralisée, de la robotique omniprésente, de l’Intelligence Artificielle, de l’Internet pour tous et partout, de l’information manipulée, de la reconnaissance faciale, des caméras d’identification permanente et des puces électroniques espionnant nos moindres faits et gestes, il ne faut pas s’étonner que 95% de nos concitoyens se comportent comme des moutons et ne réagissent (ou n’obéissent) que par sensiblerie, émotion et crainte.

De telle manière, les gouvernements européens peuvent agir comme bon leur semble, au service du Nouvel Ordre Mondial, et encadrer leur peuple docile vers un esclavage douillet mais idéologiquement totalitaire. Gare à celui qui contesterait les dogmes et les totems érigés par la caste des « sachants », des banksters de Wall Street ou de la casher nostra.

Les inquisiteurs de la Nouvelle Religion Droits-de l’Hommiste et de la Police de la Pensée ont imposé des lois liberticides, dès le 8 mai 1945, interdisant toute contestation des faits historiques qui ne serviraient pas leurs sombres desseins.

Devoir d’oubli ?

« L’Asie aux Asiatiques ». Avec ce slogan les Japonais ont conduit leur politique d’expansion depuis 1930 et incité les pays d’Asie du Sud-Est à combattre les « méchants phalangs » qui colonisaient leurs terres pour les mettre en valeur.

Aujourd’hui, un siècle plus tard, les pays asiatiques constituent une puissance industrielle, économique et financière incontestable. Mais la médaille a son revers et les pays occidentaux ont oublié les leçons de l’Histoire et curieusement toutes les crises sanitaires qui ont ravagé l’Europe et qui provenaient de Chine. Qu’on en juge :

De septembre 1918 à avril 1919, la « grippe espagnole » provenait de Chine, (déjà !) et le virus H1N1 gagnait ensuite les Etats-Unis, puis se propageait à travers l’Europe pour contaminer le monde entier et faire 40 millions de morts.

En février 1957, dans une province méridionale de la Chine, le virus H2N2 déclenche la « grippe asiatique » en deux vagues virulentes qui atteignent les Etats-Unis (70 000 morts) puis l’Europe et le reste de la planète avec un total de 4 millions de décès.

En 1968-1970, le virus H3N2 déclenche la « grippe de Hong-Kong » qui fait le tour du monde entre l’été 1968 et le printemps 1970. Il traverse d’abord l’Asie, puis fin 68 les Etats-Unis et déferle sur l’Europe fin 69. Bilan = 1,5 million de tués.

Novembre 2002-mars 2003 : apparition du SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère) qui se déclare dans la région de Guangdong et se répand hors des frontières chinoises par le biais de touristes et d’hommes d’affaires en voyage. Moins de 1 000 morts.

En 2009 et 2010, l’épidémie de grippe A du virus H1N1, provenant également de Chine, contamine environ 25 millions de cas confirmés et tue au moins de 280.000 personnes dans le monde et quelques milliers en France.

Il est donc erroné de penser que « la pandémie de Covid-19 est le pire fléau que connaisse l’Europe depuis un siècle », comme l’avait déclaré le docteur Micron le jeudi 12 mars dernier.

Imprévoyance, incurie, impéritie, erreur de stratégie ? Quelle « guerre » ? Quels moyens ?

En fermant les commerces « non essentiels », les usines, les lieux sportifs, les cinémas, les restaurants ou les bars et en obligeant la population à se cloitrer à domicile, le gouvernement français et les autres Européens vont mettre leurs pays à genoux, instaurer un chaos économique et une débâcle financière que chacun mettra des années à surmonter. Et ne parlons pas encore du gouffre financier creusé à coups de grands discours démagogiques à l’usage des naïfs et des crédules dociles.

Quand le docteur Micron répète à 6 reprises le 16 mars que la France « est en guerre » il aurait quand même dû connaitre l’état de son armée sanitaire et les moyens dont elle disposait.

Entouré de ses assistants et d’un Conseil Scientifique, le docteur Micron avait déclaré qu’il mettait en place tous les moyens pour combattre le Covid-19, « Quoi qu’il en coûte !» Et quels étaient les moyens existants ?

  • Pas de tests de dépistage généralisé pour isoler les personnes contaminées.
  • Pas d’appareils d’assistance respiratoires en nombre suffisant.
  • Pas de stocks de masques chirurgicaux ni des masques FFP2 pour le personnel médical ni à la disposition de l’ensemble de la population.
  • Pas de gels hydroalcooliques en quantité nécessaire.

Et pour couronner le tout, le nombre de lits d’hôpitaux a diminué de 35% entre 1990 et 2018, alors que la population française, elle, a augmenté de 25% !

Dans ces conditions, on ne donne pas de leçons aux autres, et l’on s’abstient de tenir des discours et des déclarations quotidiennes qui, par le décompte permanent des cas contaminés et des décès, ont accentué l’angoisse et la panique parmi la population.

Si les prochains mois il y avaient 4.000 morts toutes les semaines en France ?

Parce qu’en 1967, l’épidémie de grippe avait tué 67 000 personnes. Et deux ans plus tard, la grippe de « Hong Kong » faisait son apparition.

C’est bien parce que le gouvernement français a fait preuve maintenant d’imprévoyance et d’incurie depuis mi-décembre 2019, qu’il isole, confine et cloitre ses citoyens à la maison, car il est incapable de leur distribuer les moyens adéquats pour se protéger du Covid-19 et de procéder à son dépistage indispensable.

C’est une stratégie inverse qu’ont appliqué des pays en première ligne et dès le début de l’épidémie, le 7 janvier. Sans restriction, ni confinement, sans couvre-feu et avec une liberté de circulation, à la date du 25 mars le bilan est le suivant : au Japon (130 millions d’habitants) 43 décès ; en Corée du Sud (52 millions d’habitants) 126 morts ; à Taïwan (24 millions d’habitants) 5 décès, après 10 semaines de crise sanitaire chez eux !

Ces trois pays sont-ils plus développés que les pays d’Europe, mieux organisés, plus intelligents, plus riches ? NON, leurs dirigeants actuels et précédents ont tenu compte des aléas de l’Histoire et retenus les leçons du passé. Ils avaient mis en place les moyens adaptés pour lutter contre de nouvelles épidémies, dès 1968, informé leur peuple et surtout imposé le port du masque à tous les individus, non seulement contre la pollution mais surtout contre les infections respiratoires, survenues à plusieurs reprises depuis le SRAS de 2003 et aussi après la mortelle pandémie de grippe H1N1 de 2009.

L’incompétence des dirigeants européens sera sanctionnée lourdement. Car les conséquences de ces confinements conduiront à une crise économique, facteur d’une récession (ou d’une grave dépression) qui aboutira à un krach financier comparable à celui de 1929 additionné à celui de 2008. Mais comme la secte socialaud-libéro-écolo-humaniste ne veut pas affoler les « braves gens » -moutons dociles et lobotomisés- elle se garde bien de les prévenir des conséquences désastreuses pour leur portefeuille…

Attendons « patiemment » le 4 mai pour une probable levée des restrictions, dans la joie et la bonne humeur. Bonjour chez vous !

18:56 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 mars 2020

Psychose, Paranoia, Panique and C°

3043220120.jpg

Pieter Kerstens

« Psychose » est une œuvre cinématographique de Sir Alfred Hitchcock (1899-1980) né à Londres, naturalisé américain. Tous les amateurs du grand écran se souviennent de ce petit bijou du cinéma interprété par Anthony Perkins et Janet Leigh, dirigés magistralement par le maître du suspense et de l’angoisse. 

Depuis fin janvier en France, avec le rapatriement sanitaire de 220 citoyens résidents en Chine, les responsables politiques et la totalité des médias ont orchestré une réelle manipulation mentale de la population. Bien plus grave que la psychose des attentats durant l’année 2015, la paranoïa actuelle de cette épidémie d’origine virale, risque de déboucher sur une hystérie collective et une panique générale de peuples dorlotés dans un confort matérialiste exclusif. 

Le Covid-19 n’est qu’une affection saisonnière contagieuse.

Et chacun ferait bien de raison garder et de faire appel à son devoir de mémoire.

Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) issu de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) nous apprend que le nombre de décès des personnes sans domicile fixe (SDF) est estimé à environ 3.600 par an -soit 300 par mois- selon « Libération » du 20/02/2018.

Les accidents à domicile (chutes, noyades, piqûres venimeuses, électrocution, intoxications) sont la cause de 32 décès chaque jour soit 900 tous les mois !

Est-ce pour cela que toutes les chaînes de radios et de télés vous en parlent du matin au soir ?

Et que des ministres se relayent tous les soirs sur les plateaux de télés ?

La grippe saisonnière d’octobre 2017 à avril 2018 a tué 12.980 personnes et d’octobre 2018 à avril se sont 7.200 malades qui ont succombé.

En France, il y avait 7 millions d’obèses en 2017. Ce problème sanitaire majeur est la 3ème cause de mortalité dans les pays riches et en France se sont plus de 50.000 personnes qui en meurent tous les ans (« le Monde » du 12.06.2017 et « l’Express » du 23.05.2017).

Est-ce que vous voyez des campagnes d’avertissements spécifiques à ce sujet, à la télé, dans les écoles, dans les universités, au cinéma ou encore des mises en garde permanentes de la part du Gouvernement ?

La maladie infectieuse la plus mortelle au monde est la TUBERCULOSE. En 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a enregistré plus de 1.700.000 décès. En France, il y a eu plus de 5.000 nouveaux cas ayant entraîné environ 600 décès en 2018.

 Si l’on considère les maladies respiratoires comme la pneumonie, la bronchite ou la pleurésie, qui touchent surtout les enfants, l’OMS compte environ 1 million de décès tous les ans, dont 10.000 en France. Par ailleurs 11 malades décèdent tous les jours des infections nosocomiales en hôpital en France, soit plus que les morts suite aux accidents de la route. Ici encore, règne un silence suspect, pour ne pas parler de graves manquements quand aux mesures de stricte salubrité dans les établissements hospitaliers de l’Hexagone. On vous en parle tout le temps ?

De par le monde, le paludisme -ou malaria- transmis par les moustiques a été la cause de 585.000 décès en 2010, 416.000 en 2017 et 405.000 en 2018 soit 33.750 morts tous les mois !

DIX FOIS PLUS que le coronavirus en Chine ces trois derniers mois !

Et pour en terminer, L’OMS estime chaque année que la fièvre typhoïde touche au moins 15 millions de personnes et qu’elle entraine 150.000 décès, surtout parmi les enfants. Cette maladie transmise par la Salmonella Typhi peut être combattue par une vaccination conjuguée qui assure une immunité plus longue et peut être administrée aux nourrissons dès l’âge de 6 mois.

Bien sûr, ni les ministres et les politiciens de tous bords relayés par les médias « aux ordres » ne s’éternisent sur le nombre de nos citoyens qui décèdent tous les jours par centaines des suites d’infections, de contagions ou de maladies respiratoires, et personne ne diffuse les informations à ce propos, car faisant partie de la vie quotidienne et des aléas de notre existence.

Dix millions de morts dans le monde et 68.000 en France : et alors ?

Aujourd’hui on constate que quelques milliers de chinois seraient décédés du Covid-19, sur une population de 1,45 milliard d’individus. Que quelques centaines sont morts en Italie, sur plus de 60 millions d’habitants. Que cela serait aussi le cas en France dans quelques mois, et ailleurs dans les pays européens. Est-ce que la Terre va s’arrêter de tourner ? Est-ce pour cela que le Soleil ne se lèvera plus à l’Est ? Par contre, on constate déjà une baisse significative de la pollution par le CO2 de 25% en Chine, et les manifs avec Greta n’y sont pour rien !

En appliquant les mesures sanitaires de bon sens et les préceptes de nos grands-mères les gens pourraient évidemment éviter toute contagion à certaines maladies infectieuses.

Seulement voilà, le phénomène de nos sociétés européennes a voulu que toutes les populations exigent de l’Etat une prise en charge de leur existence sans risques ni aléas ; les individus voulant être pris en charge de leur naissance à leur mort par un « Etat Providence » au titre de leurs « droits à » et d’un « principe de précaution » sans pour autant y participer individuellement. C’est le règne du « moi d’abord » fondé sur un égoïsme outrancier et une absence totale des responsabilités. Et la mort met un terme à notre existence qui n’est pas éternelle, c’est bien pourquoi les plus âgés meurent en premier en toute logique!

En ayant imposé une communication permanente et généralisée sur la saga du Covid-19 du matin au soir, semaine après semaine, le Gouvernement et le docteur Micron ont diffusé une psychose au sein de la population qui lentement va conduire à une hystérie collective et aboutir à la panique. Les mesures de confinement des personnes dans leur domicile, la fermeture des écoles et des sites publics, les annulations des salons professionnels et des rencontres sportives et autres interdictions diverses seront autant d’éléments qui vont très certainement entrainer un ralentissement des activités industrielles dans tous les secteurs, alimenter une récession, cause d’un effondrement de nos économies européennes, qui entrainera inéluctablement un nouveau krach bancaire et financier. Et l’argent de nos impôts ne devra pas servir à aider les entreprises privées ni sauver des banques toujours plombées par des « actifs pourris ».

Conséquence des dérives d’un mondialisme effréné, que certains avaient pourtant prévu depuis longtemps, espérons que cette crise du Covid-19 fasse réfléchir les princes qui nous gouvernent.

17:30 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 02 mars 2020

Après Arcelor Mittal, Arjowiggins, Michelin à la Roche-sur-Yon, Ibiden, Bosch à Rodez, Ford à Blanquefort, c’est maintenant Renault à nouveau la victime de la concurrence mondiale. A qui le tour demain ?

visuelle-logo.jpg

Pieter Kerstens

Lors de l’adoption du traité de Maastricht, en vigueur depuis le 1er novembre 1993, tous les responsables politiques de gauche et de droite nous avaient clairement affirmé que cette Europe « sociale » serait la garante d’un nouveau développement économique et facteur de richesses nouvelles, permettant « plus de bonheur » à chacun.

On peut en conclure que ce n’était que de la poudre aux yeux, répandue par les lobbies de la gauche caviar et de la droite cosmopolite, destinée à mettre en place le Nouvel Ordre mondial.

Les nationalistes se sont toujours opposés aux docteurs honoris causa du mondialisme qui dévaste tous les secteurs économiques européens, pour le seul bénéfice des pays sous-développés qui nous submergent de leurs productions à prix bradés et de qualité médiocre.

Que reste-il de notre industrie textile, de celle de la chaussure, des chantiers navals, de la sidérurgie, de la télévision, de l’activité minière ou encore de notre agriculture ?

Selon une comparaison internationale (publiée par Eurostat en avril 2018) le coût horaire de la main d’œuvre est de 62 € en Suisse, de 50 € en Norvège, de 43 € au Danemark, de 36 € en France, de 35 € en Allemagne, mais de 22 € en Espagne, de 14 € au Portugal, de 10 € en Pologne et seulement de 7 € en Roumanie.

Déjà en 2005, le sénateur démocrate des Etats-Unis Byron Dorgan déclarait :

« Les travailleurs américains perdent leur boulot qui va en Chine. Car là-bas, on peut payer les gens 0,30 dollar de l’heure (environ 90 € par mois) et les faire travailler 7 jours sur 7 ! »

Quinze ans plus tard, après des millions d’emplois supprimés aux USA et des dizaines de millions de chômeurs en Europe, les choses ont évoluées dans l’Empire du Milieu : les salaires mensuels moyens sont de 143 $ dans la province du Guangxi, de 166 $ dans celle d’Anhui, mais de 317 $ à Shenzhen et de 350 $ à Shanghai. Le Japon et la Corée du Sud qui faisaient fabriquer certains produits en Chine, ont trouvé maintenant moins cher ailleurs.

Les Fils du Ciel eux-mêmes, dirigeants de conglomérats chinois, ont aussi installé des usines complètes sous des latitudes où les salaires sont encore moins élevés que chez eux, comme en Tunisie et au Maroc (310 $ et 240 $ mensuels) mais surtout en Ethiopie où l’ouvrier gagne 55 $ par mois, au Cambodge 100$, au Bengladesh 115 $, au Viêt-Nam 175 $ (1er exportateur mondial de chaussures), ou au Laos 180 $ mensuels.

Quelques rares figures politiques européennes ont, depuis 25 ans, tiré la sonnette d’alarme, face aux « délocalisations sauvages » permettant aux actionnaires et aux intermédiaires d’augmenter rapidement leurs revenus, sans se soucier des effets dévastateurs aux niveaux social, économique et financier.

La clique des libéraux-socialauds-écolos-humanistes a montré son incompétence et son incurie pour relever le défi de la guerre économique déclarée par les pays asiatiques depuis des décennies.

Alain Peyrefitte avait écrit un livre prémonitoire à cette époque : « Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera ». Nous y assistons déjà depuis plusieurs années et nous constatons que les gourous du Nouvel Ordre Mondial, les laquais du mondialisme et les banksters de Wall Street ne proposent aucun remède aux naufrages industriels dans nos contrées, responsables de déficits publics exorbitants. Bien au contraire, ils se sont faits les complices de l’invasion étrangère dans tous les domaines :

Culture, textiles, sidérurgie, automobiles, drogues, contrefaçons multiples, denrées alimentaires, électronique grand public et immigration de peuplement.

C’est totalement grotesque et suicidaire ! 

En juin 2022, nos concitoyens pourront à nouveau exprimer leur suffrage pour désigner ceux qui dirigeront les affaires de notre pays. Devra-t-on alors s’attendre à de nouvelles surprises ?

02:20 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 février 2020

PARIS VAUT MIEUX QU’UN PETIT BRANLEUR ARROGANT ET PRETENTIEUX.

870x489_griveaux.jpg

Pieter Kerstens

Toute la classe politico-médiatique s’est offusquée de l’attaque contre le candidat de la majorité, pour les élections municipales dans la Ville Lumière. Celui-ci s’est quand même personnellement mis en scène et a diffusé sa vidéo scabreuse à une gente dame, autre que son épouse, en adulte responsable.

Et tous ceux qui dans un concert unanime ont pris sa défense « au nom du respect de la vie privée » et se sont plaints d’une « montée intolérable de la violence » font preuve d’une amnésie coupable.

Car, depuis des siècles, les moyens de déstabilisation et les opérations visant à éliminer des adversaires ou des concurrents en tout genre se sont multipliés et accélérés par les progrès techniques, de la simple rumeur populaire à l’utilisation actuelle des « réseaux sociaux » qui propagent une information à la vitesse de l’éclair.

Chacun sait que le numérique, les algorithmes, l’intelligence « artificielle » et l’utilisation des cartes plastiques munies de « puces électroniques » alimentent un Internet ouvert et par conséquence manipulable par des esprits mal intentionnés.

Il est donc naïf de croire que notre vie privée resterait un « jardin secret », d’autant plus que l’informatique permet une kyrielle d’effets spéciaux, et que d’autre part, la moindre trace que vous laissez au départ de votre téléphone mobile, de votre tablette ou d’une carte de paiement pourra être exploitée par un tiers, via des fichiers qui se promènent au gré des utilisations commerciales ou dans un but inavouable par certains « services ».

D’aucun exigent une transparence généralisée et clament une « République exemplaire », mais se plaignent quand leurs turpitudes sont étalées sur la voie publique. Il serait logique et de bon ton d’être irréprochable lorsqu’on occupe une haute fonction, qu’elle soit dans le secteur privé, l’administration publique ou que l’on soit élu par la souveraineté populaire.

Car à ces postes, à toutes époques et en tous lieux, on constate que « le Pouvoir corrompt et que beaucoup de Pouvoir corrompt énormément » puisque de nombreuses « affaires » ont parsemé la vie politique en particulier, qu’elles soient d’ordres financier ou sexuel ou bien l’objet de contraintes psychologiques. Souvenons-nous de trois dossiers différents qui ont alimenté les chroniques de la Ve République Française.

Lire la suite

00:35 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 janvier 2020

LA FAIM JUSTIFIE LES MOYENS !

manifestation-lille-gilets-jaunes-1er-décembre.jpg

Pieter Kerstens

Depuis de très longs mois certains « Gilets Jaunes », ayant une activité professionnelle, crient leur exaspération d’être ignorés par un gouvernement sourd à leurs revendications et au fait que leur « fin de mois » commence le 15.

J’évoque ici une majorité de ceux qui manifestaient leur colère dans les premières semaines d’un mouvement qui concernait bien sûr aussi une grande partie du peuple français, mouvement récupéré par les gauchistes, les anarchistes et les « Black-Blocs » par la suite.

Il convient néanmoins de constater que le tandem du docteur Micron et de son assistant Edouard a lâché plus de 15 milliards d’Euros au début de l’année 2019, résultat que les syndicats « officiels » n’ont JAMAIS obtenu en 30 ans ! Alors oui, la violence paye…

Parce que tôt ou tard, la population prend conscience que, gouvernements après gouvernement et sous diverses présidences, la désinformation, les mensonges et la propagande mènent au chaos.

Le devoir de mémoire nous rappelle que les euro-mondialistes nous ont imposé :

  • Une société au rabais où 10% de la population est analphabète, car depuis 1968, l'instruction dispensée dans les écoles, les lycées, les universités de France est tellement mauvaise que certains diplômés ne savent plus compter, ni écrire sans fautes ; quant à la lecture de la presse sur papier ou encore de livres divers, on assiste à une chute libre des ventes annuelles alors que les moins de 35 ans passent de plus en plus de temps sur Internet…
  • Une société décadente où le droit de grève prime la liberté du travail et dans laquelle l’Etat Providence encourage le parasitisme et la paresse ;
  • Une société débauchée où les politicards et les intellectuels ont poussé les pédérastes et les pédophiles à tenir le haut du pavé tout en niant et masquant leurs délits ;
  • Une société où les pensionnés après 4O ans de labeur touchent moins que l'immigré qui débarquera demain du Bananenland (parce que chez nous il touchera sans travailler 20 fois plus que chez lui en travaillant) ;
  • Une société où les princes qui nous gouvernent avec la complicité des sociaux-chrétiens-démocrates-écolos-réformateurs ont inventé une Europe supranationale dirigée par des technocrates méprisants, arrogants et suffisants, totalement coupés du pays réel. Ces eurocrates incapables et incompétents, responsables du fiasco de l’Union Européenne.
  • Une société où la Commission Européenne règne depuis 30 ans et a imposé des milliers de directives, responsables de la disparition de centaines de milliers d'entreprises et de millions d’emplois ;
  • Une société de consommateurs ignares, qui a ouvert ses frontières à l'invasion de produits étrangers à bas prix et de mauvaise qualité, que nous sommes tout à fait capables de fabriquer ou cultiver nous-mêmes, bien mieux et avec moins de chômeurs ;
  • Une société « d'humanisme et de tolérance », où chacun y trouverait son « bonheur », qu'ils nous promettaient. FAUX, ARCHI-FAUX !

Constatons ce qui se passe dans les centaines de zones de « non droit » où règnent maintenant la Loi Coranique et une insécurité permanente, à tel point que même ceux dont le travail est de sauver des vies -les pompiers- sont accueillis par une racaille ivre de haine et armée de projectiles divers, aux cris de « Tuez-les ! ».

Racailles et crapules, encore et toujours, choyées par une justice aveugle et complaisante.

Depuis fort longtemps, il suffit de regarder les différentes chaînes de télés, d'écouter les radios et de lire la presse écrite, pour bien se rendre compte qu'en France, les libertés fondamentales étaient abolies et que l’on ne votait plus POUR un candidat et un programme, mais TOUS ENSEMBLE dans un lynchage médiatique généralisé, orchestré, planifié et imposé pour condamner, écraser, brûler ou assassiner tous ceux ou celles dont l'avis, les convictions ou les opinions étaient différents de ceux que la démocratie totalitaire voulait imposer.

Malgré l'acharnement de la totalité de la classe politique, des institutions et des médias, la France ne se couchera pas devant les diktats européistes, parce que 4 français sur 10 refusent le front républicain ; citoyens qui, lentement mais sûrement, ouvrent enfin les yeux.

En France, comme ailleurs en Belgique et dans le reste de l'Europe, il faut faire tomber les tabous et dire tout haut ce que la majorité des gens pense tout bas, sans haine, mais fermement, avec détermination et pour un changement radical de Système.

Quand le désespoir succède à l’exaspération, alors la violence devient sans doute légitime, car c'est à ce prix seulement que nous sauverons l'essentiel de nos valeurs, du naufrage dans lequel nous entraînent les régimes corrompus, inféodés aux oligarchies financières et mondialistes.

Mais ce qui est très intéressant, et suivant divers témoignages recueillis dans certaines villes de province, c’est le fait que quelques groupes d’autodéfense se constituent dans les Zones de Priorité Sécuritaire, « là où la Police ferme les yeux et la Justice baisse les bras. »

16:29 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 13 janvier 2020

Trier les ordures : un devoir citoyen !

Vidons les ordures.jpg

Pieter KERSTENS
 
Après la trêve des confiseurs et l'extinction des lampions, l'année 2020 démarre sur les chapeaux de roues. La tension américaine au Moyen-Orient aboutit à un dommage "collatéral" à Téhéran avec 176 passagers morts dans un avion abattu par un missile iranien. 
 
Les incendies de forêts en Australie dévastent le pays dans des proportions gigantesques. Les spéculateurs boursiers sont à la fête et engrangent des profits inattendus et incongrus. De Hong Kong à Rio, et de Alger à Bagdad, les peuples manifestent leur mécontentement.
 
On vit une époque formidable : les "Gilets jaunes" vont aller manifester pour le 60ème samedi consécutif et les syndicats radicaux poursuivent les grèves pour la défense de leurs privilèges, en contradiction avec la solidarité des travailleurs du secteur privé, moins bien lotis quant à leur retraite.
 
Effectivement, si le combat contre la pollution de l’environnement est nécessaire, combattre la pollution des esprits est également indispensable.

Depuis trop longtemps, les contribuables, les parents et les électeurs assistent béats à la destruction de notre civilisation par des technocrates qui imposent leurs schémas et leurs dogmes, au nom d’un égalitarisme impalpable.

Quiconque s’oppose à cette décérébration mondialiste se voit taxer de « politiquement incorrect ». Ceux qui se battent depuis des années contre les valets de BIG BROTHER sont poursuivis en France, ou ailleurs en Europe, par la police de la pensée.

Cela a trop duré ! Nous sommes responsables de l’héritage légué par nos ancêtres et du patrimoine que nos aïeux ont enrichi à force de ténacité et de sueur au cours des siècles. Nous devons en répondre devant nos enfants et leurs descendants. Socialement, économiquement et culturellement il est urgent d’opérer une révolution mentale.

Il faut en finir avec la dictature socialo libérale qui permet l’ascension des parasites au détriment de l’individu compétent. Il faut en finir avec la Nouvelle Religion « droit de l’hommiste » qui génère la crapule s’imposant face aux honnêtes gens. Il faut punir ce régime de pourriticards qui a enfanté des bataillons de corrompus, petits et grands, en ridiculisant les personnes intègres.

La Liberté doit accoucher d’un Front du Refus. Quand l’oisiveté et le vice prennent le pas sur la compétence et l’efficacité, alors la révolte se justifie par des rejets populaires. La rébellion des « Gilets jaunes » en est la parfaite illustration, avant sa récupération par les activistes gauchistes.

Pourquoi? Parce que :

* les parents ont vu s’effondrer les jalons qui garantissaient un enseignement de qualité et vu aussi la violence envahir les salles de cours, parce que la discipline est absente !

* les enfants ont constaté que de nombreux diplômes ne leur permettaient que l’accès au chômage. Par ailleurs, il existe aussi plus de 1.500.000 analphabètes dans l’Hexagone. Surprenant.

* les patrons, artisans et commerçants sont spoliés par l’Administration et ne sont plus défendus par leur corporation. En 2019, la pression fiscale atteint 46% du PIB, la plus forte du monde et pour la seconde année consécutive.

* les automobilistes, englués dans des bouchons sans fin, sont cloués au pilori pour le moindre prétexte et proprement rackettés par les taxes, accises et autres amendes.

* les contribuables français voient d’année en année leurs impôts et les taxes augmenter et le gouffre de la dette s’approfondir (2.432 milliards € au 12 janvier 2020, soit 38.726 euros par habitant : c’est criminel). Chaque jour la dette augmente de 230 millions d’euros !

Partout, le malaise est palpable et c’est ce que nous constatons tous les jours dans nos quartiers : l’envahissement de notre économie par des multinationales étrangères, le métissage de notre population par une immigration hors contrôle et l’insécurité permanente dans nos rues et transports publics.

Trois aspects de notre quotidien imposés par les laquais du mondialisme et les gourous du multiculturel. Leur échec est évident !

Pour sortir du gouffre, il faudra donc éliminer les incapables et trier les ordures politiques lors des prochains scrutins.

22:23 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 novembre 2019

TOUS UNIS LE 5 DECEMBRE POUR LA DEFENSE DES DROITS « ZAKIS », DES PRIVILEGES CATEGORIELS ET POUR LE MAINTIEN DES INEGALITES ?

manipulation.jpg

Pieter Kerstens

Quand un pays comme la France accumule les déficits budgétaires année après année et une dette de 2.400 milliards d’euros, on peut quand même se poser la question de savoir qui va payer l’addition.

Ce poids financier réel sera supporté par nos enfants et petits enfants durant leurs vies professionnelles et handicapera lourdement le développement de l’activité économique durant des décennies.

Le docteur Micron n’est pas mon préféré, mais certains de ses constats relèvent du bon sens quand il déclare « qu’il faut traverser la rue pour trouver du boulot », que dans une gare « certains ne sont rien » ou encore que dans un abattoir « certaines ouvrières sont des illettrées », phrases qu’il faut replacer dans leur contexte, mais qui sont des réalités. Et qui pourrait contester que parmi les 6 millions de chômeurs indemnisés, des centaines de milliers parasitent le système au détriment de ceux qui en ont le plus besoin ?

C’est facile d’être généreux avec l’argent des autres.

Depuis fort longtemps les gouvernements successifs n’ont pas su, pas voulu ou refusé d’appliquer les réformes structurelles indispensables à l’assainissement des finances publiques. Il est indispensable et urgent de montrer maintenant un réel courage politique face au chaos qui règne dans l’Hexagone.

Je ne parle pas ici des régimes « autonomes » gérés en bon père de famille depuis fort longtemps, ni des régimes complémentaires destinés à améliorer les pensions futures, mais bien des régimes « spéciaux », privilèges de certaines castes et propriétés des syndicats, dont par ailleurs les prérogatives devraient être revues.

En outre, il serait souhaitable de se pencher efficacement sur la gestion des deniers publics dans toutes les administrations et dans tous les secteurs, car là aussi existe un gaspillage phénoménal.

Déjà dans les années 1980, l’Etat avait puisé dans le régime général des retraites du privé pour boucher le trou des retraites des fonctionnaires. Années après année, l’armada œuvrant dans les divers secteurs de la Fonction Publique est responsable de l’hémorragie financière qui creuse l’abîme des finances publiques. C’est pourtant une réalité qu’on passe sous silence que les actifs n’arrivent plus à payer les retraites des agents de l’Etat, que ce soit au niveau national, régional, départemental, municipal et dans les entreprises publiques.

Quand on voit que seuls 48% des foyers fiscaux payent des impôts sur le revenu, il est bien temps de réduire les dépenses de la France et de tenir un langage de vérité en dehors de toute démagogie ou de discours clientélistes.

Peut-on effectivement maintenir un système de régimes « spéciaux » avec des départs à la retraite à 55 ans et une pension moyenne de 3.500 euros par mois comme à la RATP ? Et pour la SNCF une retraite à 57 ans et 2.750 euros par mois ? Accepter qu’un ancien fonctionnaire d’un service culturel, actuellement « Gilet Jaune », bénéficie depuis plus de 10 ans d’une mise à disposition avec une indemnité de 2.600 euros par mois ?

OUI, en France, 80% de la population bénéficie des largesses de l’Etat Providence et les 15% des plus défavorisés n’en voie pas les attraits, ni les 5% des plus nantis qui n’en n’ont nul besoin.

Ce sont effectivement les classes moyennes qui en supportent les inconvénients financiers, sous forme de taxes, d’impôts divers et de charges « sociales » plus nombreux depuis 40 ans.

Et pour les indépendants, les agriculteurs ou les petits commerçants qui ne cessent de rouspéter, personne ne s’avise de leur demander combien d’argent « noir » ils ont accumulé au fil de leurs années d’activité afin de se constituer un « bas de laine » (sous diverses formes) en vue de leurs années de retraite. Chacun d’entre nous en connait plusieurs qui font preuve de modestie.

Travailler plus pour gagner plus ?

Le devoir de mémoire nous oblige à se rappeler que l’allongement de l’espérance de vie a été porté de 63 ans en 1948 à 77 ans en 2017, soit 14 années de plus en moyenne en 70 ans. Mais durant cette période, l’âge de la retraite avait été diminué de 65 à 60 ans en 1981, par François Mitterrand, par pure démagogie et électoralisme, alors même que le chômage allait en augmentant et diminuait par conséquence le nombre des cotisants ! Cet écart d’une retraite plus longue (quasi 20 années) est bien sûr le facteur prépondérant du déficit des régimes de retraite, tous secteurs confondus.

Le fait que la ministre Aubry ait imposé une durée hebdomadaire du travail à 35 heures n’a pas non plus amélioré la compétitivité de notre économie, déjà handicapée par des règlements plus idéologiques que fondés sur l’efficacité, et ce, au titre d’un principe de précaution instauré dans divers domaines industriels ou commerciaux.

L’évolution de la démographie en France comme dans la plupart des pays européens, avait donné lieu en 2000 à un rapport d’une commission de l’ONU, présidée par M. Jamie, qui préconisait une immigration extra-européenne de 150 millions d’individus afin de pouvoir suppléer au manque de financement des retraites pour les divers pays de l’Union Européenne. Tous ces migrants auraient-ils été (ou sont-ils) des travailleurs cotisants aux régimes sociaux des retraites ? L’exemple de l’Allemagne, qui avait accepté 1.500.000 nouveaux immigrés

en 2015, montre à l’évidence que 70% de ceux-ci ne répondait en aucune façon aux critères de réfugiés, et que seul à peine 30% ont été intégré au marché du travail !

Hormis le fait de combler le gouffre financier des retraites futures par les contribuables, comme c’est le cas actuellement, il devrait être envisageable de pouvoir adopter des mesures structurelles :

  • Ramener l’âge de la retraite, comme avant 1981, à 65 ans pour tous.
  • Exiger au minimum 160 trimestres de cotisation pour une pension à 100%
  • Augmenter le taux de cotisation retraite pour tous les salariés, dans le public comme dans le privé.
  • Diminuer le montant des retraites au-delà des 5.000,00€ par mois.
  • Octroyer un bonus de 5% par an pour ceux qui choisissent de partir à la retraite après 65 ans.
  • Pour ceux qui le désirent, départ anticipé à la retraite avant 65 ans avec un malus de 5% par an.
  • Pour les mères de famille, bonus de 2 ans par enfant, par carrière d’au moins 20 années.

Afin d’augmenter les recettes de l’Etat, améliorer et augmenter la répression des fraudes.

Il n’est plus un secret pour personne, que 600 milliards d’euros appartenant à des résidents français dorment toujours dans les paradis fiscaux. Que faire alors pour exiger leur rapatriement ?

 Et tous les ans, les fraudeurs du fisc (argent « noir » liés aux divers trafics, fraude à la TVA, fausses factures et blanchiment, omissions volontaires, etc..) volent plus de 60 milliards au budget de l’Etat.

En outre, différents rapports récents ont mis à jour des fraudes sociales et administratives (usurpation d’identité, fausse déclaration, escroquerie et faux en écriture) qui s’élèvent au minimum à 14 milliards d’euros tous les ans, creusant le déficit de la Sécurité Sociale.

Pour les fraudeurs viscéraux et invétérés il est indispensable que la Justice se montre plus ferme, prononce plus de peines de prison effectives et mette le patrimoine des condamnés sous séquestre.

Ces divers « manque à gagner » pourraient aussi aider à l’équilibre des finances publiques et en conséquence diminuer d’une manière significative la dette publique.

Il est vrai que le droit de grève est reconnu, mais la liberté du travail doit primer sur toute autre considération !

17:24 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 15 octobre 2019

En France, 3,1 millions de personnes ont plus de 100 ans !

vol_cotisations_retraites.png

Pieter KERSTENS

C’est le chiffre relevé par le très officiel Répertoire National d’Identification des Personnes Physiques et dévoilé dans un pré-rapport sur l’immigration publié par la sénatrice N. Goulet et la députée C. Grandjean le 3 septembre 2019.

De son côté l’INSEE avait recensé 21.000 centenaires en 2016. A qui donc, pour quels montants et durant combien de temps auraient bénéficié les prestations sociales de ces 3.080.000 « fantômes » ?

Autre curiosité : la France compte 67 millions d’habitants, mais 110 millions sont inscrits au RNIPP et 84 millions seraient toujours en vie. C’est grotesque.

Au royaume du Docteur Micron, tout est possible quand le laxisme, la complicité et l’incompétence dirigent nos administrations :

  • Depuis des années 1,8 million de Cartes Vitales auraient été délivrées à des étrangers vivant hors de France, sur base de documents falsifiés.
  • En septembre 2013, un rapport de l’Inspection Générale des affaires Sociales relevait que 8 millions de Cartes Vitales surnuméraires étaient toujours actives.
  • Le magistrat Ch. Prats, membre de la délégation nationale à la lutte contre la fraude de 2008 à 2012, avait évalué en décembre 2018 que la fraude aux prestations sociales correspondait à 14 milliards d’euros tous les ans, et cela en violation de l’article L.114-12-3 du code de la Sécurité Sociale.

De nombreux parlementaires ont, depuis plus très longtemps, relevé que « l’immigration clandestine était un vecteur très important de fraude ». Mais ce sujet tabou a été ignoré par les gouvernements successifs, au prétexte de ne pas remettre en cause le multiculturel et le pluriethnique, piliers du « Vivrensemble » et du « Padamalgam ». Ces 280 milliards d’euros (au minimum) ont été volés dans les caisses de l’Etat par des délinquants immigrés et augmenté les déficits publics et la dette nationale.

Quand donc les crétins humanistes et progressistes qui sévissent dans nos administrations vont-ils cesser de nous mentir et mettre en place des contrôles efficaces pour en finir avec ce scandale de faux documents et de fraude documentaire ?  Il suffirait de croiser les fichiers…

Les responsables de cette gabegie sont ces chantres de la Nouvelle Religion Droits-de-l’Hommiste, ces gourous du métissage à tous les étages. Ces saltimbanques du devoir de mémoire et de la repentance obligatoire. Ces inquisiteurs de la Police de la Pensée qui refusent toute contestation et composent cette mafia socialaud-écolo-libero-capitaliste qui impose sa doctrine et ses dogmes depuis 40 ans et nous ont conduits au fiasco général.

Selon Ch. Prats « il faut tordre le cou à ces études qui prétendent que l’immigration rapporte plus qu’elle ne coûte. Elles oublient l’imputation des coûts des services publics et des infrastructures ». La main-d’œuvre clandestine et les chefs d’entreprise délinquants alimentent une fraude massive aux cotisations sociales. Il est grand temps que cela cesse. Il vaut mieux aller chercher l’argent dans la poche des fraudeurs plutôt que d’augmenter les prélèvements ou baisser les prestations des Français, comme leurs retraites.

« Frauder le fisc et la Sécurité Sociale, c’est voler nos concitoyens ! »

17:55 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 05 octobre 2019

En attendant le krach, les banksters se gavent !

Korbo.E.U banksters. 18.11.2013 ww - copie.jpg

Pieter Kerstens

Plus les mois passent et plus nombreuses sont les autorités financières qui mettent les gouvernements en garde contre une nouvelle crise qui sera bien plus dévastatrice que celle que nous avons connue en 2007/2008. Depuis janvier 2019, ce sont plus de 50.000 emplois qui ont été supprimés dans les banques européennes.

Les médias et les politiciens nous parlent de « sauver la Planète » ou la forêt amazonienne, en ralliant la bannière du méchant petit troll nordique. Les mêmes monopolisent les antennes avec les dangers d’un Brexit, qui partage les actualités avec une guerre commerciale entre l’Asie et l’Occident, pimentée d’un risque de nouveau conflit au Moyen-Orient.

Peu de choses en ce qui concerne les bourses surévaluées où l’économie réelle a cédé la place aux algorithmes et aux échanges à haute fréquence, capables de créer le chaos en quelques minutes, mais également d’enrichir en un clin d’œil les spéculateurs avides.

Quelques rares esprits lucides, comme Nouriel Roubini, Georges Ugeux, Christine Lagarde, Charles Gave, Jean-Claude Trichet et certains autres tirent le signal d’alarme. Car il est faux de croire que les déficits des budgets successifs et la hausse des dettes publiques permettront la mise en œuvre des réformes structurelles indispensables à une bonne gestion des affaires.

Pour ceux et celles qui en ont encore la possibilité et veulent se préparer à la pire crise financière en gestation, il y a lieu de réduire sa dépendance aux banques et à l’Euro. Comment ?

  • En possédant des espèces (de 3 à 6 mois) afin de couvrir ses dépenses courantes.
  • En convertissant son épargne en or (napoléons) ou en argent métal.
  • En se procurant diverses devises (telles que des francs suisses, des livres sterling, des couronnes norvégiennes ou des dollars)
  • Eventuellement en investissant dans l’économie réelle (immobilier, secteur alimentaire ou encore dans la production d’énergie).

Les ennemis de l’Europe, les mondialistes, qui nous ont imposé le traité de Maastricht et qui rêvent d’un homo consuméris universel, nous traitent d’oiseaux de mauvais augure et tentent de convaincre les populations d’un risque zéro concernant les finances mondiales.

Certes, certains secteurs d’activités ont permis une amélioration de notre niveau de vie ces dix dernières années, mais cela au prix de déficits des comptes publics, dont bien sûr nos enfants et petits-enfants vont hériter.

Après 40 ans de gabegie, il est grand temps de tenir un langage de vérité et de restaurer des mesures de bon-sens. On ne peut pas éviter les problèmes en dépensant plus que l’on gagne. Et ce n’est pas non plus en matraquant les riches de taxes et d’impôts divers que l’on va aider les pauvres.

Pour revenir à un équilibre sain des comptes publics, il faudra se serrer la ceinture, tout en travaillant plus et plus longtemps. Il y a 40 ans (avant Mitterrand) on pouvait travailler 40 heures/semaine et prendre sa retraite à 65 ans. Est-ce que les gens étaient plus malheureux pour cela ? Les élèves et les étudiants étaient-ils moins éduqués que maintenant ?

22:44 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 29 septembre 2019

Un ennemi nous a quitté : Jacquot la Fripouille

MjAxOTA5MDYyYWRlNjdiNjRlOTc3NTkyZjI2OTMxNzg5YWQ2NTk.jpg

Pieter Kerstens 

Le seul Président de la République Française à avoir été condamné le 15 décembre 2011 à deux ans de prison avec sursis pour abus de confiance, prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics. Il n’interjettera pas appel de cette sentence.

Cette condamnation concerne une double affaire d’emplois fictifs qui remonte aux années 1990 et pour laquelle les avocats de Jacques Chirac ont tout tenté pour obtenir une prescription.

Mais la Justice rend son verdict après un réquisitoire très argumenté dans lequel « Chichi » apparait comme le concepteur, l’auteur et le bénéficiaire du dispositif délictueux dans lequel de nombreux militants du RPR servaient une cause partisane, tout en étant payé par les deniers de la Mairie de Paris, où ils n’avaient jamais mis les pieds.

Grand ordonnateur de la prévarication et des trafics d’influence, nous ne le regretterons pas.

Comme Premier Ministre du Président Valéry Giscard d’Estaing, ce fut aussi Jacques Chirac qui signa le 29 avril 1976, avec le ministre du Travail Michel Durafour, le décret autorisant le regroupement familial (auquel ne peuvent pas prétendre les familles algériennes). 43 ans plus tard, on peut en constater les conséquences partout dans l’Hexagone et au quotidien.

Notre devoir de mémoire nous rappelle également que Jacquot la Fripouille, radical socialiste affirmé, fut un ennemi acharné de la cause nationaliste et durant de très nombreuses années l’inventeur du « cordon sanitaire ». Cette fameuse invention qui interdisait à tout bon « démocrate » d’argumenter ou de s’allier avec les représentants, cadres ou élus du Front National. En quelque sorte, une fatwa qui excluait les nationalistes de la vie politique.

Doté d’un bagout exceptionnel et d’un sens inné de la formule (« abracadabrantesque », « pschitt » ou « le bruit et les odeurs ») Chirac fut aussi surnommé « Super Menteur » par les guignols de l’info à cause d’innombrables promesses électorales qui « n’engagent que ceux qui y croient » selon le ministre Charles Pasqua.

Non, décidément, nous ne le pleurerons pas, ni maintenant, ni demain.

23:22 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 18 juin 2019

Le bébé cobra est un danger mortel sitôt sorti de l’œuf !

Korbo.Charly.couv.7. Bébé radicalisé.jpg

Pieter KERSTENS

Quand Madame Belloubet, Garde des Sceaux, prétend que les adolescents de moins de 13 ans seraient « irresponsables pénalement »,(car effectivement ce sont leurs parents qui sont alors responsables de tous les actes de leurs enfants), soit elle ignore la réalité, soit elle fait preuve d’angélisme ou alors elle considère ses concitoyens comme des imbéciles. S’il est exact que l’enfant jusqu’à 3 ans est incapable de discerner le Bien du Mal, ou le Bon du Mauvais, il ressent quand même la différence entre la douleur et la douceur du bien-être. Mais à partir du plus jeune âge et dès 4-5 ans, les enfants sont réceptifs et capables de distinction, ce qui a conduit certains dirigeants, nombre de responsables et chefs politiques dans le monde, à embrigader et à séparer les enfants de leurs parents, afin de les endoctriner et formater leurs esprits à diverses idéologies, hors de toute morale.

Notre devoir de mémoire nous impose les souvenirs des « Pfimfe » et « Hitlerjugend » de la Seconde Guerre mondiale et des enfants-soldats africains lors des conflits tribaux pré ou postcoloniaux comme au Kenya avec la révolte des Mau-Mau, au Nigéria en 1968, au Congo ex-Belge ou en Somalie avec les milices Al-Chabab, par exemple. En Extrême-Orient, quand les Khmers Rouges ont envahi Phnom-Penh le 17 avril 1975, toutes les gôches européennes se sont extasiées devant la jeunesse des bataillons communistes, composés de soldats de 10-18 ans qui, par la suite ont démontré leurs capacités meurtrières à éliminer plus de 2 millions de leurs parents, à coups de pelles et de faucilles, sans aucune hésitation, au nom de l’Angkor Vat, réelle dictature sanglante de Pol Pot et de Khieu Samphan. Pas une manifestation, pétition ou condamnation de ces barbaries par les prétendus « démocrates » ou « humanistes » qui, aujourd’hui encore, se posent en donneurs de leçons et injurient les opposants à leurs utopies, chimères et idéologies nauséabondes.

Lors de mon premier séjour à Damas en 2014, j’ai eu le privilège de regarder une vidéo produite par Daesh dans laquelle une petite fille de 7-8 ans était embrigadée, dans un camp de formation militaire destiné aux enfants, et qui déclarait tranquillement, avec un joli sourire, que son plus beau rêve serait de pouvoir tuer un « croisé » (un infidèle chrétien).

Alors quand j’entends les adeptes du Droit de l’Hommiste, les Bisounours de la Justice et tous les défenseurs des assassins et meurtriers mineurs nous déclarer que ces enfants sont « irresponsables » et « victimes » de la société qui les avait persécutés ou frustrés, je leur réponds fermement et avec détermination qu’il faut mettre ces crapules hors d’état de nuire, longtemps. En permanence, ils ont eu le choix de leur décision avant de passer aux actes.

Depuis des décennies, les favelas au Brésil sont des couveuses de haine, des maternelles du crime, des écoles pour délinquants diplômés et constituent des gisements fertiles pour les études des criminologues et juristes du monde entier. Partout sur notre Planète, les conflits aussi ont engendré le recrutement d’adolescents et d’enfants qui deviennent de réels prédateurs irrécupérables, car devenus totalement étrangers aux valeurs de civilisation ou réfractaires à toute forme de discipline, de respect ou de civisme, quelque soient leurs milieux familiaux et origines ethniques.

Le dernier bilan de la délinquance pour le premier trimestre 2019, publié mi-avril, laisse apparaître une très sérieuse augmentation des crimes et délits (plus de 700 agressions par jour) en hausse de 7% par rapport au 1er trimestre 2018. Idem pour les vols à la tire (41.709 faits soit + 16,4%), les vols à la roulotte (67.562, soit + 4,7%), les menaces et chantages (33.259 soit + 4,9%), les viols (5.739 faits, soit + 19,4%), les cambriolages (94.516 faits, soit + 2,4%) et cela uniquement sur les 3 premiers mois de 2019, et seulement pour les procédures signalées aux parquets, car beaucoup d’affaires ne donnent lieu à aucune plainte ! 

Selon Alain Bauer, professeur de criminologie au CNAM :

« La justice peine à s’adapter à l’exigence d’une réponse rapide et efficace sur un certain nombre de difficultés identifiées depuis longtemps, comme le trafic de stupéfiants, source de nombreux phénomènes de délinquance. (…) La France est un cas atypique avec une augmentation rapide de la violence ces dernières années et des vols du fait de bandes extraordinairement professionnelles, prédatrices et venues de l’étranger. »

Face à l’anarchie qui gagne, que font alors les voyous, les médias dits d’information et que fait le gouvernement ?

Les voyous jubilent. Les avocats des « grands frères » (les caïds) ont transmis leur diagnostic : le ministre Castaner -modèle Cazeneuve- aboie à la télé mais ses morsures sont légères. Tout va bien, on continue ! Parce que ce gardien de l’Ordre affirme aussi : « la prison est criminogène ! » Applaudissements dans les banlieues…où les multirécidivistes pullulent.

Et les médias en remettent une couche : c’est mal de politiser les faits divers. Ils édulcorent et minimisent. La sécurité des Français passe au second plan et sous la loi du silence.

Quant au gouvernement, lui, il récite la même rengaine en vogue depuis des années : « inadmissible…intolérable…insupportable…inacceptable… » et préfère en revenir au réchauffement climatique et aux Gilets Jaunes, graves sujets plus préoccupants. Mais plus grave encore serait qu’à la suite des gilets jaunes, succèdent les gilets pare-balles !

Pour la mise hors d’état de nuire des délinquants juvéniles, il fut une époque où existaient des structures spécialisées : les maisons de redressement, baptisées les « hauts murs », établissements chargés de la rééducation des jeunes délinquants. Pourquoi les avoir supprimés ? Parce que nos « humanistes » aveuglés par les dogmes des Lumières et pétris par des utopies progressistes nous ont imposé leurs lois liberticides et d règlements interdisant la moindre contestation de leurs erreurs que nos concitoyens payent fort cher et même souvent de leur vie.

Qu’ils soient Djihadistes, terroristes, criminels ou délinquants, majeurs ou mineurs, hommes ou femmes, européens ou eurasiens, salafistes ou hindouistes, végétariens ou claustrophobes, les coupables doivent subir un juste châtiment, être condamnés et emprisonnés. Pas de pitié pour les sauvageons, la racaille et la crapule qui polluent notre quotidien.

« La vie pour les innocents. La mort pour les assassins »

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

16:22 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 06 mars 2019

Pendant la crise des « gilets jaunes », les banksters continuent à se gaver.

le-costume-cravate-desormais-en-option-chez-goldman-sachs-1330288.jpg

Pieter Kerstens

Durant la première semaine du mois de novembre 2018, le docteur Micron est allé écouter ses patients lors de sa tournée des commémorations de l’Armistice de 1918. En même temps, le mouvement des « gilets jaunes » préparait les occupations des ronds-points et le blocage des centres commerciaux.

Au cours de ces quatre derniers mois, la colère des travailleurs et des « classes moyennes inférieures », qui se cristallisait sur la hausse des taxes sur les carburants et refusait la forte pression fiscale, s’est transformée en une charte officielle des gilets jaunes et propose 25 points pour sortir de la crise.

A ce jour, le mécontentement persiste et malgré quelques saupoudrages homéopathiques le docteur Micron n’a pas encore réussi à éradiquer la fièvre jaune. Allons-nous assister à un Acte XXVIII le jour des élections européennes, le 26 mai ?

Outre le Ralliement d’Initiative Citoyenne, (RIC) de Jérôme Clément -successeur d’Ingrid Levavasseur- on attend aussi la présentation aux élections du 26 mai des listes EUR de Thierry Paul Valette, de France Jaune de Francis Lalanne, de Union Jaune avec Pascal Cribouw à Nice, de Evolution Citoyenne de Christophe Chalençon ou encore d’une liste présentée par Marcel Trollé en Artois. Il existe dès lors une demi-douzaine d’initiatives qui devraient d’abord s’adresser au 58% d’abstentionnistes lors des élections européennes de mai 2014.

Cette saga occupe les médias et le « Grand Débat » enfume le public, mais le Pouvoir profite de ces diversions qui masquent les maux quotidiens auxquels sont confrontés les travailleurs :

Chômage persistant, insécurité permanente dans les banlieues et les transports publics, immigration incontrôlée, taxes et impôts non stabilisés ainsi que les fraudes fiscales et sociales massives (1,8 million de cartes vitales frauduleuses).

A cela, on peut aussi ajouter un déficit budgétaire chronique et une dette publique incontrôlée.

Les ravages de l’Etat Providence et de la DGSI (Davos Goldman Sachs Idéologie).

A quelques semaines des élections européennes, afin de s’attirer le suffrage des électeurs, aucun gouvernement n’aura le courage ni la volonté d’expliquer à la population les raisons d’une politique de rigueur. En France, comme en Italie, en Belgique, en Espagne ou en Grèce, les états sont en faillite ! Depuis des décennies, on dépense plus que ce que l’on reçoit et l’addition astronomique devra être payée par les générations futures. Si les écoliers, lycéens et étudiants manifestent chaque jeudi par un jour de grève, ce ne doit pas être pour « sauver la Planète » ni pour combattre le réchauffement climatique, mais surtout pour « faire le ménage dans les dépenses publiques » ! La France n’est coupable que de 1,8% des rejets de CO2 et la Belgique de 0,6% : ces deux pays ne jouent AUCUN ROLE dans le réchauffement du climat, même si leurs gouvernements interdisent tous les moyens de transports, toutes les formes de chauffage et toutes productions industrielles par les énergies fossiles.

La Chine, l’Inde et les Etats-Unis devraient balayer devant leurs portes et les khmers verts et autres trolls scandinaves cesser de culpabiliser les Européens.

En infantilisant les citoyens, en formatant les esprits dès la maternelle, en imposant des chimères à nos peuples, les responsables de l’Europe nous ont imposé un dogme de « tout va très bien, on vous prend en charge toute votre vie durant, ne vous occupez plus de rien » ce qui a engendré une kyrielle de revendications, de droits acquis et de protections multiformes, sans contreparties, ni devoirs. Ce fut la période de crédits à outrance, de l’hédonisme sans limites et d’un égoïsme exacerbé. Crise morale, abandon des valeurs ancestrales, refus des responsabilités, déclin et décadence assurés. Ce laxisme et la lâcheté des élites ont conduit à la faillite du Système et un réveil douloureux s’annonce quant au choix entre le superflu et l’indispensable.

Un risque grave de tempête mondiale.

Christine Lagarde, directrice du Fond Monétaire Internationale (FMI) et ardent soutien de la politique mondialiste a pourtant mis en garde le monde occidental des risques de tempête économique et financière qui s’amoncellent sur la planète, le 11 février devant le World Gouvernement Summit, après avoir déjà sonné l’alarme fin janvier au Forum de Davos.

Et ce n’est pas par hasard que la patronne du FMI revient sur les sujets qui fâchent, malgré une armada d’économistes qui analysent l’évolution de la situation mondiale et diffusent des communiqués aussi tranquillisants que soporifiques.

N’oublions pas que le FMI a été créé en 1945, regroupe 189 pays et dont le but est de « promouvoir la coopération monétaire internationale, garantir la stabilité financière, faciliter les échanges internationaux, contribuer à un niveau élevé d’emploi, à la stabilité économique et faire reculer le chômage ».

Les avertissements de Christine Lagarde concernent surtout 4 points essentiels :

  • Les incertitudes économiques et financières liées au Brexit.
  • Le ralentissement de la croissance chinoise.
  • L’évolution des taux d’emprunt, au moment d’une accumulation de dettes très lourdes.
  • La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis, pour le rééquilibre commercial des USA.

On peut également constater que des économistes comme Sylvie Matelly, directrice adjointe de l’IRIS, Philippe Bechade et Nouriel Roubini qui, lui, avait prédit la crise des subprimes dès 2006, observent pour leur part que le risque d’explosion de bulles financières ou immobilières est réel en Chine, comme aux Etats-Unis ou en Europe.

La dette mondiale a atteint 185.000 milliards de dollars en 2018.

Aux USA, le 16 mars 2018, la dette publique était de 21.000 milliards de dollars et le 13 février 2019 elle atteignait 22.009 milliards de dollars. Mille milliards de nouvelles dettes en moins d’un an : merci Donald !

Dans le même temps, les actions des GAFAM augmentaient de 50% et qui peut sincèrement confirmer la valeur réelle d’une action Google actuellement, tenant compte que d’innombrables transactions boursières se font par le trading à haute fréquence (HFT) et à l’aide d’équations mathématiques (les algorithmes) ultra perfectionnées qui sont totalement coupées des réalités.

Profitant des rachats d’actions et d’obligations pourries par les banques centrales (dans le but illusoire d’accorder de nouveaux crédits aux entreprises et aux consommateurs), les banksters se sont empressés de procéder au rachat de leurs propres actions et aussi de persévérer dans des pratiques discutables afin d’embellir leur bilan. En Europe, de nombreuses grandes banques souffrent de manque de rentabilité et il ne serait pas étonnant d’en voir un certain nombre disparaître prochainement.

Dans ce contexte, Nouriel Roubini prévient :

« Quand la crise et la récession surviendront demain, elles pourraient se révéler encore plus sévères et prolongées que celles d’hier ».

23:30 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 01 janvier 2019

DE LA FISCALITE ABUSIVE NAISSENT DES MOUTONS ENRAGES.

impots.jpg

Pieter Kerstens

Quelques centimes de taxes supplémentaires en octobre ont fait déborder le réservoir des automobilistes et enclencher la rébellion des gilets jaunes. Ce mouvement disparate, essaimé sur l’ensemble de la France, reflète très exactement la majorité de la population dans les tranches d’âge, les niveaux culturels, sociaux, économiques ou financiers, à l’exception notable des citadins diplômés, écolos-bobos friqués et votant à gôche.

Cette diversité fait sa force, additionnée à une capacité de réaction rapide via les réseaux sociaux et excluant toute forme de hiérarchie.

La vingtaine de « figures » qui ont été interrogées abondamment par les médias traditionnels ces dernières semaines ont déclaré en permanence être « apolitiques » et rejeter les élus et les structures issues de la République.

Par contre, leurs discours et revendications sentaient bon un parfum de gauchisme.

Cette France « d’en bas », cette majorité silencieuse depuis des décennies, symbolise le béret, la baguette, le saucisson, le vin rouge les clopes et le gas-oil.

Curieusement sur les ronds-points, les péages d’autoroute et autour des centres commerciaux bloqués, on ne voyait aucune « chance pour la France », aucun « d’jeune » ni de black. A croire que ceux-là étaient satisfaits et non concernés par les maux qui touchent les Gaulois au quotidien.

NON A LA TRANSITION ENERGETIQUE.

Quand un état taxe à 66% le prix des carburants au prétexte de l’écologie et du « sauvetage de la Planète », c’est prendre les automobilistes pour des arriérés mentaux.

Il faut combattre les talibans verts et les gouvernements européens qui culpabilisent leurs populations comme d’affreux pollueurs, alors même que l’Europe a réduit ses émissions de CO 2 et de gaz à effet de serre de 30% entre 1990 et 2010.

La France ne représente aujourd’hui que 2% du total mondial de la pollution au CO 2 !!!

Il faut le dire et le répéter partout et toujours : les paquebots de croisières, les cargos porte-conteneurs et les éruptions volcaniques sont la cause de la majeure partie de la pollution par le CO2, l’émission de gaz sulfureux et la diffusion de particules fines. Ce que rejette votre diesel est infime et non-recevable.

Un gros paquebot de croisière comme « L’empire des mers », brûle 150 tonnes de fuel lourd et pollue autant qu’1 million de voitures, chaque jour. Les énormes porte-conteneurs qui amènent le made in China en Europe et sont la cause de la fermeture de nos usines polluent encore bien plus, de même que les milliers d’avions qui sillonnent le ciel de l’Hexagone tous les jours. Bizarrement le kérozène, lui, est détaxé.

Personne ne dénonce également les millions de tonnes de gaz sulfureux, de CO 2 et de particules fines qui sont crachés tous les ans dans l’atmosphère par la trentaine de volcans en éruption (sans compter la quinzaine supplémentaire en activité), comme le Stromboli et l’Etna en Italie, le Popocatépetl au Mexique, le Erta Ale en Ethiopie, Le Nyiragongo en RDC, le Krakatoa en Indonésie, le Reventador en Equateur ou le Kilauea à Hawaï, par exemple.

De cela, les Duflot, de Rugy, Mamère, Cohn-Bendit et autres Hulot ne parlent pas. Silence et bouche cousue. Pour les ayatollahs de l’écologie et les ONG de la transition énergétiques, SEUL L’HOMME BLANC serait responsable de la destruction de la Planète. Pas un mot sur les Asiatiques, les pétromonarques ou les Africains.

Quelle arrogance et quel orgueil de croire que ces donneurs de leçons pourraient influencer la Nature !

J’ADORE LA CORRIDA, J’AIME LE FOIE GRAS, JE SOUTIENS LA CHASSE A COURRE ET JE ROULE AU DIESEL.

N’en déplaise aux Eurocrates de Bruxelles, aux laquais du Nouvel Ordre Mondial, aux charlatans du métissage généralisé et aux gourous de la Nouvelle Religion Droits-de-l’Hommiste, je constate qu’un nombre de peuples européens de plus en plus nombreux aujourd’hui ouvrent les yeux et osent agir contre les fadaises, les utopies et la propagande dont le Système nous abreuve depuis bientôt 75 ans. Les macronariens ont voulu les salir et les calomnier en les accusant de destructions et de pillages, alors même que les responsables en étaient l’ultra-gauche et la racaille des banlieues, individus bien connus des services de police.  C’est cela la réalité.

Les gilets jaunes sont l’expression d’une exaspération accumulée depuis quatre décennies. Les gouvernements devraient prendre garde que cette exaspération ne conduise à un désespoir qui ouvrirait les portes à des insurrections ou des révoltes plus dangereuses.

Sans aucun doute, les élections du 26 mai 2019 vont être le dernier avertissement adressé à des élites politiques peu soucieuses de la souveraineté, de l’identité et des intérêts des peuples qu’ils ont l’obligation de défendre.

Que l’An Nouveau puisse nous apporter la Force et la Joie indispensables au combat que nous menons.

19:40 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 19 décembre 2018

Emotion, intoxication, manipulation, rumeurs, sensiblerie

ob_7f7884_barometre-reseaux-sociaux.jpg

Pierter Kerstens

Réchauffement climatique, attentats terroristes, gilets jaunes, affaire Benalla, Pacte de Marrakech, guerre en Syrie, immigration sauvage, autant de sujets où les divers groupes de pression utilisent l’opinion publique, aux fins de voir aboutir leurs démarches particulières, comme intervenant alors qu’en réalité c’est bien la population qui serait le bénéficiaire ou la victime de leurs agissements.

La règle d’or chez la majorité des politiciens est de ne prendre position qu’à partir du moment où l’opinion publique se manifeste. D’où l’importance des « campagnes d’information » et des sondages d’opinion.

Par l’utilisation des « réseaux sociaux », d’Internet, de l’intelligence artificielle, des algorithmes et des satellites espionnant dans votre assiette, il est de plus en plus difficile de comparer les sources d’informations aux mains de quelques groupes mondiaux.

Cette concentration permet la diffusion rapide et à grande échelle de n’importe quelle nouvelle, vraie ou fausse.

Selon une stratégie habilement élaborée et mûrement planifiée, un lobby peut, durant des années mystifier une population avec la complicité des ses dirigeants, dans un but financier, social, médical ou dogmatique.

Le fin du fin est évidemment la manipulation émotionnelle des individus -car la moins suspecte de visées mercantiles- et c’est avec délectation que les chantres humanitaristes s’en sont emparé.

Je constate que les exemples les plus criants de désinformation nous viennent des Etats-Unis pour les dernières décennies :

  • Les campagnes anti-tabac des américains en sont arrivées au point qu’il est maintenant préférable de « fumer un joint » ou « sniffer une ligne de coke » plutôt que de griller une cigarette dans les toilettes. La cocaïne et le hash remplacent le tabac, pour le plus grand bonheur des prophètes de la drogue !
  • « Black Power » le cri de haine de Stokely Carmichael et des Panthères Noires en 1966 a conduit à la méthode des quotas, à la « discrimination positive » et au « politiquement correct », choix qui se sont révélés catastrophiques après 40 ans d’application, car ce n’est pas la masse des handicapés du cerveau qui contribue à la grandeur d’une nation.  Boileau l’avait d’ailleurs exprimé depuis longtemps : « Il n’y a pas de sot métier, il n’y a que de sottes gens ! »

A force de vouloir absolument faire des universitaires de chaque tête blonde, il n’est pas étonnant aujourd’hui que les médecins soient incapables de prononcer un diagnostic précis et correct, que des architectes arrivent tout juste à expliquer un plan et de ne plus trouver de cordonnier dans votre quartier.

  • Et pour avoir inculqué à nos enfants l’égalitarisme, la passivité, la sensiblerie, l’humanitarisme, le multiculturel et le métissage à tous les étages, les enseignants du primaire jusqu’à l’Université ont pourris l’avenir de nos peuples.

En exacerbant à outrance l’émotionnel, la sensiblerie et le sentimental, les charlatans des Droits-de l’Hommiste ont ouvert les frontières aux hordes qui, comme les coucous, s’installeront dans vos pantoufles sans protestations de votre famille.  La sanglante tuerie du marché de Noël à Strasbourg devrait tout de même faire réfléchir quant au « Vivre Ensemble » proclamé par le maire, Roland Ries.

Hallal partout, tranquillité nulle part.  La preuve : combien de manifestations en Europe contre le Pacte de Marrakech, réel cheval de Troie pour notre civilisation 

Les gilets jaunes, c’est bien, mais la RECONQUISTA, c’est mieux !

Et selon la sentence d’André Gide : « Toutes choses sont déjà dites ; mais comme personne n’écoute, il faut toujours recommencer. »

16:21 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 17 décembre 2018

Sur les chemins de Damas.

experience-damascus-syria-zeinah-40707898ef94629ca215f60a578b9614.jpg

Pieter Kerstens, de retour de Syrie

C’est avec une certaine curiosité que j’ai entrepris mon 4èmeséjour en Syrie, accompagné cette fois-ci de mon épouse. Après un voyage éprouvant (plus de 20 heures de trajet, porte à porte) nous sommes arrivés à Damas le matin du 23 octobre.

Nous avons rejoint un groupe d’une douzaine de participants à ce voyage organisé par la Communauté Syrienne de France et sa dynamique organisatrice, Rima, qui nous fera rencontrer des personnalités très intéressantes durant le séjour, ceci grâce à ses relations multiples.

A Damas, la circulation est dense et les points de contrôle militaires aussi nombreux qu’en 2014.

Notre hôtel se trouve dans la vieille ville, près de la porte Bab Charqi, ce qui nous permet un contact direct avec la population, les commerçants et de rares touristes étrangers. Les Damascènes sont intrigués par notre présence et ceux parlant toujours le Français (ou l’Anglais) nous interrogent sur l’abandon du soutien de l’Europe -et de la France en particulier- envers le peuple syrien. Il en sera de même tout au long de notre périple à travers le pays. Les Syriens sont accueillants et tolérants envers toutes les communautés et ils ne s’expliquent pas l’agression armée de l’Europe aux côtés des USA et de l’Arabie Saoudite. Très peu d’entre eux comprennent le jeu trouble d’une alliance israélo-occidentale englobant aussi la Turquie, les Emirats, le Qatar et l’Arabie Saoudite, dont le but est d’interdire un axe Téhéran-Bagdad-Damas en plus des intérêts gaziers et pétroliers, entre autres objectifs.

A quatre ans d’intervalle, on ne subit plus de tirs de mortiers nulle part et tous les quartiers sont sécurisés, à tel point que l’on circule partout de nuit sans danger de vols ou d’agressions, contrairement à ce qui se passe dans les zones de sécurité prioritaire en France…comme le quartier St-Bruno à Grenoble, le Mirail à Toulouse, la Goutte d’or à Paris, la Castellane à Marseille ou Saragosse à Pau.

Par contre, j’ai noté une très nette augmentation de voiles portés par un nombre croissant d’adolescentes. Aucun niqab, ni de burqa, même dans les souks ! Le pays est en guerre mais les magasins sont bien achalandés à Damas et il y a peu de coupures d’électricités ou d’eau.

Lire la suite

10:59 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 12 décembre 2018

Du gilet jaune, au gilet pare-balles.

661-magic-article-actu-836-cbf-5498fca49516640ccb3b73493d-gilets-jaunes-la-police-prete-a-utiliser-une-nouvelle-arme-secrete|836cbf5498fca49516640ccb3b73493d.jpg

Pieter Kerstens

Depuis plusieurs semaines, on assiste à des manifestations dans toutes les villes de France qui sont le théâtre de déprédations et de pillages que les forces de l’ordre ne peuvent éviter.

Pourtant, les services de renseignement distinguent facilement les manifestants sous « gilet jaune » et les casseurs venant des milieux « zadistes », anarchistes, Blacks Blocks et autres gauchistes, mouvances depuis longtemps infiltrées par les indicateurs de la Préfecture de Police de Paris ou des services de renseignement dans les Régions.

Le ministre de l’Intérieur prétendait le 2 décembre n’avoir plus de réserves à engager, alors que 67.000 gendarmes et policiers étaient sur le terrain la veille. Mais par un coup de baguette magique, voilà 89.000 hommes mobilisés le 8 décembre, dont 8.000 uniquement sur la ville de Paris, soit 1/3 de plus que le samedi précédent, ceci afin de réduire les déprédations aux monuments et les pillages des magasins.

Malgré ce déploiement inédit, l’ampleur des dégâts a été encore plus dévastateur dans les quartiers parisiens et dans les villes de province.

Tous les policiers et gendarmes l’affirment : c’est en fin de journée que surgissent les crapules et les racailles venues des banlieues. Et ce n’est pas nouveau : Saint Sylvestre, 1er mai, 14 juillet, Halloween. A chaque fois, on assiste à des jets de pierres, à la destruction d’abribus, à l’incendie de véhicules, à des pillages de magasins par des meutes masquées et armées d’engins incendiaires ou de barres de fer et de bouteilles d’acide, en attendant les armes à feu.

Touche pas à ma banlieue !

Et lorsque la caste politique nous enfume en prétextant des « situations imprévisibles », « une violence jamais vue » ou « des insurrections incontrôlées », il suffit de se référer aux émeutes de 2005, aux attentats terroristes des années 1990 ou à « la chienlit de 1968 », pour conclure à l’incompétence du gouvernement d’Edouard Philippe, qui se défausse sur le mouvement des gilets jaunes « intolérable, irresponsable, insupportable », pour cacher son incurie.

Pour les médias, ce qui en fin d’année était devenu une « tradition » (plusieurs centaines de véhicules incendiés) apparait aujourd’hui comme « inadmissible » et se produit à Charleville Mézière, à Dijon, en Avignon, à Tarbes, à Saint-Etienne, à Bordeaux ou au Puy en Velay, entre autres villes dévastées.

Les voyous, eux, se réjouissent car ni les médias ni le gouvernement ou les politiciens ne désignent les responsables et les coupables. Une étrange omerta couvre les crapules de banlieue qui vont, comme après chaque manif, « faire leurs commissions » ! Ce sont les Chérif, Souleiman, Aboubakar, Aziz, Oualid, Mohamed et autres Miloud qui constituent la majorité des casseurs et des pillards, connus depuis des années de la Police et de la Justice, ayant chacun un nombre conséquent de condamnations sur leur casier judiciaire. Un tabou ?

Des bataillons de parasites se gavent sur le dos des travailleurs.

Le docteur Micron, spécialiste de la lèpre nationaliste et de la peste brune, a mésestimé la fièvre jaune et du haut de sa vanité méprise la colère et les revendications de la France « d’en bas » qui se plaint d’un pouvoir d’achat en baisse, alors même que l’Etat Providence subvient par d’innombrables aides, subventions, allocations, dons ou exonérations, aux finances des plus démunis. La vague de récriminations ne touche pas les 10% des plus pauvres, ni les 10% des plus riches de notre société, mais la majorité des classes intermédiaires et surtout ceux qui estiment que leur travail ne leur procure pas un niveau de vie acceptable.

En réalité, les travailleurs ont l’impression que ceux qui ne travaillent pas, hormis les retraités, vivraient mieux qu’eux-mêmes ! Ce qui n’est pas faux. Parce que la politique de justice sociale mise en place depuis 35 ans a réduit l’écart entre chômeurs et travailleurs, en accumulant des charges et des prélèvements obligatoires sur les fruits du travail, pour indemniser, soigner, éduquer ou aider des millions d’inactifs aptes au labeur quotidien.

Il faut savoir que la moitié des foyers fiscaux en France ne payent pas non plus d’impôts sur leurs revenus.

On peut aussi s’interroger quant à la situation d’un « messager » des gilets jaunes qui, lui, fonctionnaire momentanément privé d’emploi, depuis le 1/1/2009, est encore payé 2.600€ nets par mois. Est-ce normal ?

Au risque de déplaire à certains « nationalistes », j’affirme ici qu’il est indispensable de distinguer l’indispensable du superflu. Car, depuis au moins 50 ans, le Régime a favorisé la multiplication des privilèges sectoriels, des gaspillages éhontés, des dépenses pharaoniques ou encore des travaux inutiles.

QUI PAYE ?

Pour calmer la fièvre du samedi soir (acte V le 15 décembre) le docteur Micron a rédigé une ordonnance pour son gouvernement en vue de préparer « une potion magique » destinée à ramener le peuple de France dans ses chaumières.

Ce méli-mélo obscur de primes, d’augmentation du SMIC, d’heures supplémentaires hors-taxes et de réajustement des retraites, que l’on ajoutera aux mesures précédentes d’aides aux automobilistes, représentera un surplus de dépenses ou un manque de recettes au budget de l’Etat d’environ 20 milliards d’euros.

Il faudra bien au final que quelqu’un paye l’addition, car c’est facile d’être généreux avec l’argent des autres !

Il est louable d’écouter les revendications des gilets jaunes, mais j’ai aussi entendu de très nombreux avis de ceux qui ne se trouvaient pas sur les ronds-points ou devant les centres commerciaux ou encore de commerçants et de chefs de PME qui ne manifestaient pas. Pour ceux-là le son de cloches est différent et les remarques très justifiées en ce qui concerne le fond des problèmes et de réformes structurelles jamais évoqués :

  1. Réduction drastique des dépenses de l’Etat sur base des remarques inscrites dans le rapport annuel de la Cour des Comptes et qui concernent tous les secteurs et l’ensemble des structures dans l’Hexagone.
  2. Défense des entreprises et rapatriement d’activités industrielles qui ont été délocalisées en Asie ou au Maghreb, ce qui diminueraient par la même occasion les émissions de CO2 alors que nous sommes punis dans nos déplacements personnels.
  3. Stopper l’immigration sauvage et les régularisations/naturalisations massives (concernant plus de 5 millions de personnes depuis 1995) qui coûtent des dizaines de milliards tous les ans. Cet argent serait bien plus utile pour aider les plus faibles de notre société.
  4. Abroger les lois et dénoncer les traités imposés par les euros-mondialistes de Bruxelles qui vont à l’encontre des intérêts du peuple et du développement économique et financier de nos régions.

Dans la crise actuelle, rappelons-nous cette déclaration du Président Abraham Lincoln en 1860, devant le Congrès :

« Vous ne pouvez pas créer la prospérité en décourageant l’épargne.

Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur.

Vous ne pouvez pas favoriser la fraternité humaine en encourageant la lutte des classes.

Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche.

Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez.

Vous ne pouvez pas forcer le caractère et le courage en décourageant l’initiative et l’indépendance.

Vous ne pouvez pas aider les hommes continuellement en faisant pour eux ce qu’ils pourraient et devraient faire eux-mêmes. »

Une expression de bon-sens, dont certains devraient pouvoir s’inspirer.

10:10 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 30 novembre 2018

NO PASARAN ?

46785156_2196509103701542_6966662998240788480_o.jpg

Pieter Kerstens

Il y a quelques semaines, le docteur Micron dénonçait l’existence d’une « lèpre nationaliste ».

Samedi 24 novembre, c’était au tour de Christophe Castaner de déclarer que les « séditieux » de l’ultra-droite auraient été les responsables des dégâts sur les Champs-Elysées à Paris.

Et le dimanche 25 novembre, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes Publics affirmait que « sur les Champs-Elysées, c’est la peste brune qui a manifesté, pas les gilets jaunes ».

Le même jour, Castaner rejette toute la responsabilité sur Marine Le Pen et l’accuse des violences et de la casse à Paris. Affirmations gratuites et non fondées, car ni l’identité, ni l’appartenance politique de ceux qui ont été arrêté n’a été établi au moment de ces déclarations, ni par la suite.

Parce que les gouvernants, les pourriticards, les médias aux ordres et la secte euro-mondialiste des valets du Nouvel Ordre Mondial sont incapables d’argumenter avec leurs opposants et les mouvements contestataires, ils n’ont que l’invective, l’injure et le dénigrement comme seule réponse.

Que l’on soit « nationaliste », « identitaire », « régionaliste », « gilet jaune » ou simple citoyen mécontent, les adeptes du credo mondialiste tentent de nous disqualifier et exclure du débat comme « ce pelé, ce galeux, d’où venait tout leur mal ».

Il est donc fort probable que dans l’avenir on entendra l’un (ou l’une) donneur (donneuse) de leçon affirmer avec aplomb que l’on devra tendre l’oreille avec attention au moindre « bruit de bottes » !

Et certains pourraient sans doute craindre que « le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde », réplique tirée de la pièce « la résistible ascension d’Arturo Ui », écrite par Bertolt Brecht en 1941, exilé en Finlande. Réplique utilisée pour mettre en garde contre toute forme de fascisme.

A l’exemple de Ilya Grigorievitch Ehrenburg (Kiev 15 janvier 1891. Moscou 31 août 1967 allons-nous bientôt lire aussi un éditorial intitulé « TUE » où il affirmait le 24 juillet 1942 : « Ne disons rien. Ne nous indignons pas. Tuons. Si tu n’as pas tué un Allemand par jour, ta journée est perdue…Si tu ne tues pas l’Allemand, c’est lui qui te tuera…Si tu ne peux pas tuer un Allemand avec une balle, tue-le à la baïonnette…Si tu as tué un Allemand, tues-en un autre : à l’heure actuelle il n’est rien de plus réconfortant pour nous autres que de voir des cadavres allemands. Ne compte pas les jours, ne compte pas les kilomètres. Compte une seule chose : les Allemands que tu auras tués. Tue l’Allemand ! C’est ce que te demande ta vieille mère. L’enfant t’implore : tue l’Allemand ! Tue l’Allemand. C’est ce que réclame ta terre natale. Frappe juste. » Même thématique reprise curieusement par l’imam Abou Mohamed al-Adnani, le 22 septembre 2014, dans un message audio appelant au meurtre des occidentaux.

Car dans cette frénésie d’hystérie et de propagande, tous les dérapages sont admis et les mensonges les plus ignobles utilisés par la mafia du pouvoir et par les associations « progressistes », ses alliées.

Ces bouffons grotesques méprisent le peuple, les « sans-dents », la France d’en bas, la majorité « silencieuse », nos concitoyens qui se lèvent tôt et rentrent tard, après un éprouvant trajet domicile-lieu de travail. Les gilets jaunes ne sont que la partie visible d’un iceberg qui peut couler le Macronia…

Ces menteurs patentés, et parfois corrompus jusqu’à la moelle, s’octroient de généreuses rémunérations (argent public) pour nous imposer leurs utopies et leurs chimères chiffrées en dizaines de milliards d’euros, en nous disant que ce sont les « directives de Bruxelles » ou les « études » du GIEC.

Ces charlatans sont incapables de volonté politique et de fermeté face aux banksters de Wall Street, face aux lobbies pro-américains, face au chantage des khmers verts et à l’interdiction du nucléaire, face aux gourous de l’immigration totale et obligatoire, face aussi aux nouveaux inquisiteurs de la Religion Droits de l’Hommiste et aux délateurs du « politiquement incorrect ».

Ces prophètes du « vivre ensemble » et du « padamalgam », hauts fonctionnaires aveuglés par leur idéologie, sont dans l’incapacité d’établir un diagnostic pour la sécurité de la France, inaptes à trouver les remèdes et totalement incompétents pour envisager les moyens de reprendre le contrôle des 700 quartiers de non-droits républicains, où les délits et les crimes règnent depuis des décennies.

Ces énarques et macronariens convaincus prétendent « écouter et entendre »les souffrances et les misères des gilets jaunes ; en réalité ils ne les comprennent pas d’où le divorce entre le Pays Réel et le Pays Légal qui, si le Pouvoir s’obstine à « garder le cap »,conduira à une rébellion ou à l’insurrection.

« Ouvrez les yeux » affirmait une affiche du Front National il y a 30 ans. Il est donc agréable de constater que les peuples français et européens osent finalement penser et osent agir pour la défense de leurs intérêts et pour le bien commun. En outre n’oublions pas que les lois scélérates peuvent être abrogées et que les traités européens inadéquats peuvent aussi être dénoncés et déchirés !

00:05 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 25 novembre 2018

QUI SEME LE VENT, RECOLTE LA TEMPETE !

Korbo.Poids Fisc.15.08.2016.jpg

Pieter Kerstens

La légitime colère exprimée par les Gilets Jaunes n’est en réalité que la conséquence de l’accumulation des impôts et la multiplication des taxes prélevées par les divers gouvernements depuis de nombreuses années.  Mais cela fait quand même longtemps que certains analystes et politiciens ont tiré la sonnette d’alarme à propos des limites tolérables de la pression fiscale et de l’exaspération des contribuables français.

AVEUGLES PAR L’IDEOLOGIE ET LES DOGMES, LES ECOLOS IGNORENT LA REALITE.

Car sous prétexte de « transition énergétique » ou « du sauvetage de la planète », les khmers verts, les laquais du mondialisme, les macronariens et les médias aux ordres imposent et taxent à tour de bras les automobilistes véritables vaches à lait du Régime, taillables et corvéables à merci.

En réalité, le gouvernement et ses prédécesseurs cherchent par tous les moyens à boucher les trous de leurs budgets successifs :  62 milliards d’euros de déficit en 2017, 80 milliards en 2018 et 100 milliards en 2019.

Rien n’a été fait pour DIMINUER les dépenses de l’Etat et les Français ont bien raison de manifester leur colère, face à une dette publique en hausse continuelledepuis des décennies et qui culmine aujourd’hui à 2.337 milliards d’euros, soit 37.208 € par habitant, alors que cette dette n’était que de 827 milliards d’euros en l’an 2000. Quatre fois moins élevée ! Pourquoi une telle hausse ?

Vous-mêmes, avez-vous constaté une réelle amélioration de l’administration de vos communes, de vos départements, de vos régions ou encore des services de l’Etat, comme la Poste ?

Des centaines de milliards ont été gaspillés dans les diverses « politiques de la ville » depuis Bernard Tapie, ministre à ce poste, et afin d’acheter la paix dans les banlieues et de nouveaux électeurs. Résultat ? Un bide.

L’informatique s’est développée dans tous les services publics et les grandes administrations, permettant un gain de temps et une « meilleure gestion ». On pourrait dès lors s’attendre à ce que les administrés, les citoyens, les contribuables et les parents soient tous beaucoup mieux informés selon leurs attentes, mieux soignés, avec un meilleur enseignement pour leurs enfants, bénéficiant de transports publics performants et sûrs, satisfaits aussi du rôle des fonctionnaires. Il n’en est rien, et bien au contraire, malgré diverses réorganisations territoriales, cela va de plus en plus mal et coûte de plus en plus cher. Alors bien évidemment, les administrations prennent l’argent dans la poche de la majorité silencieuse pour le dépenser au nom du « bien commun ». Vaste fumisterie.

Depuis des lustres, les technocrates de Bercy (siège du Trésor Public) savent que 100 milliards d’euros s’évaporent tous les ans dans la fraude fiscale, la recherche de la moindre imposition et les multiples « niches ».

Il est stupéfiant de voir que les postes de 3.100 inspecteurs des impôts ont été supprimés ces dernières années.

Par contre, est-il logique que la pression fiscale sur les entreprises soit de 62,7% en France ?En Belgique elle est de 58,4% et de 50% en Espagne, mais de 48,8% en Allemagne et 32% au Royaume Uni, selon un rapport de la société PWC paru en 2016 (Total Tax Rate).

APRES LA JOURNEE SANS VOITURES, LE WEEK-END SANS EAU ? LA SEMAINE SANS GAZ ?

On nous parle de « mobilité durable », de lutte contre la pollution (CO2 et particules fines) ou de « transition énergétique » : mais tous les ans ce sont des millions d’heures perdues dans les embouteillages des métropoles. Cette situation, imaginée, planifiée et imposée aux automobilistes coûte chaque année des centaines de millions d’euros à la collectivité. Ce sont bien les maires des grandes villes comme Paris, Lille, Strasbourg, Lyon, Nantes, Bordeaux, Marseille ou Toulouse qui sont coupables du rejet de millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, conséquence des embarras de circulation qu’ils engendrent par leurs mesures, plus ineptes les unes que les autres. Et pour quelle raison, la Région Ile de France a-t-elle payé des pistes cyclables à Santiago du Chili ? Pourquoi autant de cadeaux, tous les ans, à des pays du tiers-monde, alors que l’on manque de sous ?

Restons lucides, la France ne participe qu’à hauteur de 2% à la pollution mondiale (les USA pour 25%). Chez nous, depuis 25 ans les voitures consomment 30% de moins -à cylindrée égale- et polluent 20% de moins grâce au pot catalytique, aux filtres à particules, à l’essence sans plomb et sans souffre. Mais RIEN aux USA ! Ni d’ailleurs en Inde, en Chine, au Nigéria, en Indonésie ou dans les pays arabes, gros pollueurs avérés.

Et le trou dans la couche d’ozone ? Réel cataclysme mondial ! Et bien il se referme au Pôle Sud comme au Pôle Nord. Et quand on vous parle de « pic de pollution », quelle en est l’origine ? Les vents d’Est nous ramènent-ils pas toute la pollution des usines de la Ruhr et des centrales au charbon allemandes ?

NOTRE AUTO, C’EST NOTRE LIBERTE !

Et les éminences qui nous gouvernent, nous donnent des leçons et prêchent la morale à chaque instant en nous culpabilisant pour tout et n’importe quoi ; ces éminences, elles, se transportent en voiture avec chauffeur ! Le Hulot vert, n’avait-il pas plusieurs automobiles ? Ne voyageait-il pas aussi en hélicoptère et souvent en avion ?

Pourtant à l’écouter, ainsi que ses camarades « pastèques », les automobilistes seraient des pelés, des galeux, coupables de tous les maux de la Terre. A les entendre l’on devrait circuler en vélo, en rollers, en trottinette et abandonner nos voitures au profit des trains, bus, trams ou métros (renommés pour leur propreté, leur ponctualité et leur sécurité, comme chacun le sait).

Demandez donc aux mères de famille ce qu’elles en pensent. Si l’utilisation automobile a connu un tel développement au cours des 30 dernières années, c’est bien qu’il existait de bonnes raisons.

Pour diminuer les effets de serre ou le rejet de CO2 les Ecolos et les alter mondialistesvont-ils mener campagne à Dakar, à Calcutta, à Rio ou à Canton pour empêcher les habitants de s’équiper en motos ou en voitures et à en revenir à l’utilisation du vélo et de la marche à pieds ?

Il faut arrêter de martyriser les conducteurs français et européens, sous de faux prétextes.

TROP C’EST TROP !

Le Pouvoir ponctionne des dizaines de milliards d’euros tous les ans dans les secteurs liés à la voiture (taxes d’immatriculation, de circulation, vignettes « Crit’air », accises, assurances, TVA, amendes, etc…). Mais dans quel état se trouve nos rues et notre réseau routier ?

Le Régime cache son incurie en diabolisant les automobilistes. C’est scandaleux et c’est pourquoi une fronde s’organise parmi les conducteurs - victimes d’une véritable persécution - qui circulent tous les jours et perdent leur temps dans des embouteillages organisés par des utopistes dont les dogmes polluent notre quotidien.

Alors OUI, les cocus de la Macronie ont endossé leur gilet jaune, révoltés par l’impéritie, le laxisme et l’incompétence de la classe politique, plus soucieuse de sauver ses prébendes que de défendre l’intérêt général.

Ce mécontentement est justifié, surtout lorsque l’on apprend que le kérozène des avions (non polluants ?) est détaxé et que les énormes cargos porte-conteneurs, qui transportent les millions de jouets pour Noël entre les ports de Shangaï et de Rotterdam, polluent chacun autant que 1 million d’autos pendant 1 an !

Et en plus, ces incompétents qui nous dirigent voudraient aussi interdire la circulation en ville, en instaurant des Zones de Basses Emissions, aux véhicules « polluants » âgés de plus de 10 ans et aux camions de livraisons ou de déménagement ?

Les Européens et les Français en particuliers ne sont pas coupables des excès de la pollution mondiale et ne doivent surtout pas payer pour les prétendues dérives liées à l’automobile.

Alors, STOP à la rage taxatrice. Exigeons des élus qu’ils gèrent mieux les finances publiques, sans gaspillages ni dons injustifiés. Et lors des élections Européennes de mai 2019, ce sera un vote de protestation clair et net.

16:22 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 14 novembre 2018

BRISONS LES TABOUS, BRULONS LES TOTEMS !

 KORBO EtatProvidence.jpg

Pieter Kerstens 

Après avoir été anesthésiées durant 70 ans par les gourous euro mondialistes, il est savoureux de voir que du Nord au Sud de l’Europe, les nations sortent lentement de leur léthargie.

Les laquais du Nouvel Ordre mondial et les banksters de Wall Street nous ont imposé leurs idéologies multiculturelles et pluriethniques, ainsi que leurs dogmes égalitaristes, hédonistes, libéralistes et immigrationistes.

Ces grands prêtres de la Religion Droits de l’Hommiste ignorent la réalité et l’Histoire des nations. Fort de leur influence, ils réécrivent le passé glorieux de nos aïeux pour le détourner à des fins partisanes. Ainsi nous avons entendu, au final du carnaval du centenaire de l’armistice du 11.11.1918, le docteur Micron nous dire que le patriotisme était l’exact opposé du nationalisme.

Quelques jours auparavant, l’Elyséen avait déjà craché sur les valeureux poilus, en refusant d’honorer les mérites et la gloire du plus méritant d’entre eux : Philippe Pétain, Maréchal de France, le vainqueur de Verdun.

Faire preuve de tant de bassesse et de mesquinerie, un siècle plus tard, démontre la suffisance et l’arrogance du docteur Micron.

Parce que le devoir de mémoire nous rappelle que c’est bien la grande majorité de l’Assemblée Nationale, le Président du Conseil en tête, qui avait imploré l’aide du Maréchal quand la France était dans la panade en 1940 ; ces mêmes jocrisses lui ayant accordé les pleins pouvoirs !

Depuis des décennies, le capital apatride et l’oligarchie cosmopolite ont accaparé les leviers du pouvoir, les administrations, les organisations internationales et bien évidemment la Commission Européenne à Bruxelles et la Cour de Justice à Strasbourg.

Ainsi, les nations d’Europe ont bien été encadrées et privées de tout libre arbitre, comme en URSS de 1917 à 1989. Ces charlatans de l’Europe à tout prix et sans limites (à l’exemple de Jacques Delors) nous ont conduits au chaos et à la décadence, car ce sont bien eux les vrais responsables de :

  • Une immigration incontrôlée de millions de clandestins.
  • La fermeture de nos fleurons industriels, miniers, sidérurgiques ou textiles.
  • La désertification de nos campagnes et du bétonnage à outrance sans discernement.
  • La hausse permanente des taxes et des impôts.
  • Lois liberticides interdisant la liberté de conviction, d’expression ou de réunion.
  • Règlements plus absurdes les uns que les autres, pénalisants les entrepreneurs.
  • L’existence d’une Police de la Pensée et l’obligation du Politiquement Correct.
  • Dettes publiques faramineuses condamnant nos enfants et petits-enfants.
  • L’enseignement dans les écoles, lycées et universités, fabriques de réels crétins.
  • L’insécurité généralisée, de Copenhague à Catane et de Brest à Bucarest.

Et contrairement à ce qui a été affirmé, ce ne sont pas les nationalistes ou les identitaires, attachés aux valeurs ancestrales qui ont fait la grandeur de nos peuples au travers des siècles et par-delà les océans, qui représentent un danger d’une quelconque nouvelle guerre.

NON, depuis 1945, le Monde et l’Europe ont été en proie à de nombreux conflits, que ce soit en Afrique, en Amérique du Sud, en Asie, à Chypre, en Yougoslavie, en Ukraine, en Irak, ou en Syrie, sans oublier les « Révolutions de Jasmin »…

Guerres fomentées par qui ? Dans quel but ? Avec quels résultats ? Pour le bien commun et dans l’intérêt général ?

Et ce ne sont pas non plus les nationalistes ou les identitaires à l’origine des crises sociales, économiques ou financières depuis 1945 en Europe. La faute des crises financières de Chypre, de la Grèce, du Portugal, de l’Espagne et bientôt de l’Italie est entièrement imputable aux copains et aux coquins des divers gouvernements ayant dirigé les pays d’Europe ces 40 dernières années dans le laxisme le plus absolu avec une incompétence extraordinaire.

Et depuis cette période récente, le secteur bancaire et financier n’a jamais cessé ses pratiques douteuses, à tel point que les bilans des grandes enseignes est toujours plombé par des actifs pourris. Une prochaine tornade va à nouveau dévaster les finances européennes avec des répercussions sur votre niveau de vie, bien plus catastrophiques qu’en 2008.

Ce n’est qu’une question de temps.

Selon Christine Lagarde, présidente du FMI, le niveau mondial de la dette globale s’élevait à 182.000 milliards de dollars en octobre 2018, soit plus 60% de ce qu’il était il y a seulement 10 ans. D’après elle, « les élites n’ont pas conscience de ce qui se passe. » (les Echos 9.11.2018).

Allo docteur Micron ? Les nationalistes répandraient la lèpre ?

Mais vous-même, et vos adeptes macronariens, nous conduisez à nouveau vers les heures les plus sombres de notre Histoire !

09:51 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 juin 2018

D’après le docteur Micron, je serais un lépreux…

26850126_10208409783202509_6518920354175442329_o.jpg

Pieter Kerstens

Tel est le diagnostic établit par le Président de la République Française, au constat que de plus en plus d’électeurs en Europe donnent leur voix aux partis « populistes » et qu’ils tournent le dos aux forces « progressistes » et aux bienfaits du mondialisme.

Et la vindicte présidentielle s’est abattue sur le ministre italien de l’Intérieur quand Matteo Salvini avait déclaré que l’Aquarius, transportant 630 immigrés clandestins, ne pourrait en aucun cas accoster dans un port italien. Quelques jours plus tard on entendait un discours élyséen nauséabond reprenant l’image de « la lèpre nationaliste », réel danger pour nos enfants.

Sous la VRépublique, les ministres de l’Intérieur successifs, de Raymond Marcellin à Brice Hortefeux, de Gaston Defferre à Gérard Collomb, en passant par Pierre Joxe ou Nicolas Sarközy (2 fois), TOUS ont combattu les mouvements nationalistes coupables à leurs yeux de défendre les racines de notre civilisation, notre identité européenne, nos coutumes, nos lois et nos traditions.

Depuis fort longtemps, les procès multiples et les interdictions ont accablé notre famille politique alors que les fauteurs de troubles gauchistes ont été curieusement épargnés, à quelques organisations près…

Mes camarades d’Ordre Nouveau et moi-même avions organisé le meeting du 21 juin 1973 à la Mutualité sur le thème « Halte à l’immigration sauvage ». Et les médias, les pourriticards de tous bords nous ont traités de « racistes », de « fascistes » et de « nazis ». Pourtant, les inspecteurs des R.G présents dans la salle ont tous confirmé au ministre de l’Intérieur, Raymond Marcellin, qu’ils n’avaient jamais entendu un propos raciste dans les différents discours. 

C’est après une campagne de presse haineuse et mensongère contre Ordre Nouveau, par les laquais du mondialisme comme Thierry Pfister du « Monde » ou comme Maurice Clavel dans « le Nouvel Obs », soutenus par les ministres Pierre Messmer, Jean Taittinger et Bernard Stasi, que la dissolution d’O.N est prononcée le 28 juin 1973.

Le Régime n’a pas changé de stratégie quatre décennies plus tard : « Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage ».

Alors OUI, nationalistes de tous les pays, unissez -vous, afin de combattre les collaborateurs du Nouvel Ordre Mondial et réels complices de l’immigration sauvage.

A la longue, il est quand même délicieux de constater que la réalité dépasse aujourd’hui les utopies et les rêves de tous ceux qui nous ont imposé les mythes de la société « multiculturelle » et « pluriethnique », que ce soit à Stockholm avec Olof Palme, où à Madrid avec Felipe Gonzales, ou encore à Bruxelles avec Wilfried Martens et à Paris sous la présidence de François Mitterrand.

Comme l’ont reconnu Merkel, Cameron et Sarközy depuis septembre 2010, cette idéologie du melting-pot à tous les étages a été un véritable échec (« le multikulti a échoué, totalement échoué ») et le commun des mortels peut aujourd’hui contempler le désastre et la réelle catastrophe engendrée par cette immigration/colonisation, imaginée, planifiée et imposée par les laquais du mondialisme au prétexte fallacieux d’être l’unique recours et la seule solution au déclin démographique européen. Comme s’il n’existait aucun stimulant à la relance de la natalité…

La médiocratie a pris le pas sur le mérite et la corruption gangrène tous les esprits.

En mars 2000, des technocrates imbéciles avaient rédigé un rapport de l’ONU intitulé « migrations de remplacement : une solution aux populations en déclin et vieillissantes ».

Joseph Chamie, directeur de la population de l’ONU, avait déclaré que la seule solution pour maintenir les grands équilibres socio-économiques, à commencer par le financement des retraites, était un appel massif à la main d’œuvre immigrée et que les besoins globaux des pays européens se chiffraient à 160 millions d’étrangers supplémentaires à l’horizon 2025.

18 ans plus tard, on peut en tirer les conclusions et affirmer que les chefs d’Etat et de gouvernement de notre continent sont les responsables d’une invasion d’individus qui ne s’intègrent pas dans notre société et ne souhaitent nullement s’assimiler à nos coutumes, nos traditions et nos valeurs. Leur principale motivation, à part quelques exceptions, était de pouvoir gagner chez nous sans travailler, 10 fois plus que dans leur pays d’origine en travaillant ; et que l’on ne me raconte pas que les immigrés maghrébins de la 3ou 4génération sont un exemple de conscience professionnelle, d’assiduité aux études ou d’honnêteté. Et s’ils ne sont pas contents, qu’ils s’en aillent... tous !

Mais quels exemples les Etats (du Nord au Sud de l’Europe) ont-ils donc montré à ces immigrés venus d’ailleurs ? Partout, nos pourriticards ont fait preuve de laxisme, d’angélisme, de lâcheté et de décadence, face aux forces du capitalisme apatride et aux lobbies du libéralisme cosmopolite.

Ils ont tout cassé et tout abandonné. La corruption et le vice se sont partout infiltrés. Ils livrent nos citoyens à la décadence et à la ruine de notre civilisation. Il n’y a plus de morale. Alors pourquoi faudrait-il s’étonner des bataillons de volontaires fanatiques qui partent sur les fronts du Djihad ? Lorsqu’une société accepte les ukases d’une minorité, sans protestations ni manifestations alors, comme à Paris c’est « vélo pour tous et voiture pour personne ».

Idem pour les motivations des 18-25 ans : le drapeau français et les valeurs qui s’y rattachent ?

Le courage, la fidélité, la famille, l’abnégation, la patrie, l’honneur ou encore la ténacité ?

Et si le petit prof arrogant de l’Elysée me considère comme un nationaliste lépreux, il va falloir qu’il me fournisse une crécelle… alors qu’il y a déjà 45 ans, mes camarades et moi avions sonné le tocsin !

Diapositive1.jpg

Pour les commander cliquez ici

13:24 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 03 juin 2018

Depuis 70 ans, Israël se torche le cul avec les résolutions de l’ONU !

6e682463bb1494e6a5055da340b7f69e-gaza-l-onu-condamne-l-usage-excessif-de-la-force-par-israel.jpg

Pieter Kerstens

Force est de constater que les sionistes se moquent entièrement des récriminations, des mises en garde ou des recommandations de la communauté internationale, pour tout ce qui concerne leur politiques intérieure et étrangère.

Comme peuple souverain, ils appliquent ce que bon leur semble pour la défense de leurs intérêts, de leur population et de leur sphère d’influence. Tel le blocus de GAZA …et les 63 victimes et 1.250 blessés dont Tsahal est responsable, pour la seule journée du 14 mai 2018. Qui les a condamnés pour ces crimes ?

GAZA : 363 km2. 1,5 million de palestiniens s’y entassent soit 4.130 habitants au km2.

Pourtant, le 29 novembre 1947, l’Assemblée Générale de l’ONU vota le partage de la Palestine en 3 morceaux. Par cette résolution 181, 56% du territoire est dévolu à un Etat juif (558.000 juifs et 405.000 arabes), 43% est accordé aux Palestiniens (804.000 palestiniens et 100.000 juifs) et le dernier % concernant les Lieux Saints est placé sous tutelle des Nations Unies, avec la désignation d’un gouverneur. Ce partage est considéré depuis comme une NAKBApar les Palestiniens et devient dès lors la source d’un des plus longs conflits qui perdure à ce jour, avec ses rivières de sang, ses torrents de haine et ses cortèges de souffrances.

Le 11/12/1948, l’ONU vote sa résolution 194qui place Jérusalem sous mandat international et garanti le principe des droits existants. Contre l’avis général, Israël a déclaré Jérusalem sa capitale et après le conflit de 1967, l’état hébreu occupe l’Est de la ville.

La résolution 242du Conseil de sécurité de l’ONU, le 22/11/1967 précise bien : « le Conseil de sécurité affirme que l’accomplissement de la Charte des Nations Unies exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient qui devrait comprendre l’application des deux principes suivants :

  1. a) retrait des forces israéliennes des territoires occupés lors de la guerre des six jours (en juin 1967)
  2. b) cessation de toutes assertions de belligérance ou de tous états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque Etat de la région et de leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues…

Les résolutions 476du 30/6/1980, 478du 20/08/1980 et 672du 12/10/1990, condamnent toutes l’attitude belliqueuse de l’Etat hébreu et déclarent illégales les lois, la juridiction et l’administration de la ville sainte de Jérusalem.

Peut-on en conclure que l’Etat sioniste est un facteur de déstabilisation perpétuelle de la paix au Proche Orient et comme l’a écrit le dissident israélien Israël SHAMIR «Etat  qui ne rassemble que la racaille des communautés juives mondiales »  ?

Il est tout de même curieux de constater une évidence : bien avant le blocus de GAZA, la communauté internationale avait instauré elle aussi des blocus et des embargos envers l’Afrique du Sud, la Rhodésie ou l’ex-Yougoslavie, sans parler de l’Irak de Saddam Hussein. Depuis des décennies, l’Oncle Sam étrangle Cuba…et plus récemment l’Iran.

Combien de manifestations des pleureuses Droits-de-l’Hommiste ? 

Combien de pétitions ?  Combien de flottilles apportant médicaments, aliments ou objets indispensable à ces nations mises au ban de l’humanité ?

Depuis des décennies, les sionistes se sont torchés le cul avec les résolutions de l’ONU, pourquoi changeraient-ils maintenant d’avis ? D’autant plus que le président Trump est entouré de nombreux pro-sionistes et que son gendre lui-même appartient à la communauté.

Comme Belgrade ou Bagdad, faudra-t-il aller bombarder Tel-Aviv pour faire respecter les décisions du Conseil de Sécurité ?

10:48 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 19 mars 2018

21.000

money28.jpg

Pieter Kerstens

Le 16 mars 2018, la dette publique américaine a franchi le seuil des 21.000 milliards de dollars, ce qui a conduit chaque habitant des Etats-Unis à un passif de 64.000 dollars (52.000 euros).

Certains analystes et hommes ou femmes politiques chantent les louanges de la santé économiques américaine et son indéniable dynamisme, en évoquant un taux de chômage de 5% et d’autres vantent les prouesses de la Bourse de New York où le Dow Jones a progressé de 25% en moins d’un an. Ces résultats sont certes inconnus en Europe, depuis des années. Mais qu’en est-il réellement du pouvoir d’achat des ménages.

Plus de 45 millions d’Américains subsistent grâce à des bons alimentaires, en mars 2018. Il y a actuellement aux USA plus de 95 millions d’inactifs et une population active de 155 millions de personnes. En l’an 2000, les actifs comptaient pour 156 millions et les inactifs étaient de 80 millions. Très révélateur, les emplois industriels étaient de 17,25 millions en 2000 et seulement de 15,58 millions maintenant. L’Amérique s’est enrichie ? Pour les milliardaires sans doute, grâce à la flambée de la Bourse et les spéculations diverses, mais pour la grande majorité du peuple, c’est la stagnation. Entre 2000 et 2018, le revenu annuel médian de la population est passé de 31.276 USD à 31.712 USD, soit 436 dollars de mieux en 18 années = 1,4% !  *

A la lecture des chiffres ci-dessus, on comprend que la victoire surprise de Donald Trump, au mois de novembre 2016 a, dans un premier temps, créé la panique sur les marchés boursiers, avant que ces derniers ne se reprennent et s’orientent très positivement. Mais cette victoire, le milliardaire Trump ne la doit qu’aux « laissés-pour-compte », « à ceux d’en bas », « aux sans dents », ceux qui vivent dans l’Amérique profonde, ayant une culture générale sommaire, mais possédant un réel bon-sens en contrepartie. En effet, le changement qu’incarne le nouveau président des Etats-Unis, devrait se traduire par des créations d’emplois et des travaux d’infrastructures, mais cela implique également une hausse du déficit américain et partant une hausse des taux. La volonté manifeste de Trump de valoriser le travail et de favoriser la préférence nationale s’est traduite par un sentiment d’euphorie pour les opérateurs de marchés, les investisseurs ayant salué les initiatives du Président des Etats-Unis. Un président qui focalise la haine des médias, du show-business, des bourgeois bohèmes (les Bobos) et de la gôche-écolo-libertaire, parce qu’il tient ses promesses électorales. Il considère que les intérêts des Etats-Unis passent avant tout, cela dans l’intérêt du peuple américain d’abord..

L’envers de la médaille, c’est bien sûr la hausse de la dette : 1.000 milliards de dollars en 1 an ! Il va falloir serrer rapidement les boulons, car si les taux d’intérêt remontent, la dette américaine (et celles des pays européens fortement endettés) explosera et entrainera l’ensemble du système financier mondial vers le krach.

En Europe, certains hommes politiques, en particulier les nationalistes, ont cherché à récupérer leur indépendance face à une Europe qui accumule les disfonctionnements et les erreurs dans la gestion des crises humanitaires, industrielles, financières ou sociales. De nombreux économistes réputés s’élèvent notamment contre les diktats de la Commission ou les dérives interventionniste illégales de la BCE (Banque Centrale Européenne). Le prix Nobel d’économie, Olivier Hart, avait déjà remis en question le bien-fondé d’une monnaie commune, en janvier 2017 et prônait un retour à plus d’indépendance des Etats. Il vantait une décentralisation des processus de décisions tout en gardant cependant quelques domaines privilégiés comme la libre circulation des biens et des personnes.

La situation actuelle est la suivante : les banques, les assureurs et les fonds de pension européens sont structurellement incapables de rentabiliser leurs capitaux tout en contrôlant leurs risques. Une régulation excessive et mal calibrée, une gestion trop souvent gabégique, et clairement un manque d’initiatives, de responsabilités et de courage de la part des dirigeants des institutions financières, favorisent la déliquescence du système financier européen. Afin de préserver la pérennité de certaines institutions, il est impératif de ne pas se soumettre aux exigences de l’Europe, quitte à payer des amendes, plutôt que de voir la disparition des métiers qui nous sont propres ! C’est une question de volonté politique et bien évidemment de compétence et de bon sens.

LES CHAROGNARDS DE LA MAFFIA POLITICO-MEDIATIQUE.

Il est tout de même délicieux de constater que depuis des mois, les journalistes, les commentateurs, les analystes et les politiciens n’égratignent en aucune manière le nouveau « Timonier » de l’Empire du Milieu qui, ayant obtenu 100% des votes positifs du Comité Central du Parti Communiste Chinois, sans abstention ni opposition, pourra donc diffuser sa science jusqu’en 2078…. Tout lui est autorisé, rien ne lui est refusé : là-bas, comme ici ou ailleurs, les Fils du Ciel peuvent tout se permettre. Agitant les liasses de billets verts ou mauves, ils raflent nos usines, nos laiteries, nos vignobles, nos hôtels de prestiges entre autres. En Afrique et en Amérique du Sud, ce sont les nouveaux colonisateurs qui envahissent les campagnes pour l’élevage et la culture dont les productions prendront le chemin de Pékin. Idem pour ce qui est des hydrocarbures et des minerais où la lutte est acharnée partout dans le monde, matières premières vitales pour la Chine.

Dès 2016, des signes de ralentissement économique se sont manifestés : surcapacité de production, baisse des exportations, augmentation du prix des logements, réduction des investissements privés, et enfin baisse des revenus en partie due à la chute des cours boursiers. Plusieurs millions de particuliers ont été ruinés lors de la baisse du marché d’actions chinois. L’endettement des entreprises publiques reste très élevé et les créances douteuses des banques s’accroissent, parce que la mauvaise gestion est endémique. La banque centrale chinoise manipule (comme la BCE, la FED ou la BOJ) les cours des actifs financiers locaux, mais contribue également à contrôler le cours de sa devise par de nombreuses interventions. Les effets combinés de ces interventions ne font qu’accroître la fuite des capitaux, signe de confiance limitée des investisseurs dans la politique monétaire chinoise.

Caressant Xi Jinping dans le sens du poil, chantant les louanges de ce client important, les médias n’ont pas de mots plus durs ou d’invectives haineuses envers Donald Trump ou Vladimir Poutine, qui eux, seraient responsables de tous les maux de la Planète, de la disparition de la mouche Tsé-Tsé à la guerre en Syrie, en passant par l’édification d’un mur entre le Mexique et les USA –d’ailleurs entamé sous Bill Clinton- ou en accusant l’un ou l’autre « d’atteinte aux Droits de l’Homme » (alors qu’il existent 1145 camps de concentrations, les Laogaïs, en Chine), ou encore de la pollution atmosphérique en CO2 alors que chaque semaine, en Chine, il se construit une nouvelle centrale thermique au charbon. Motus et bouche cousue. Seuls le « fâââââchiste » Trump et le Tsar Rouge Poutine doivent être la cible permanente des médias critiques.

En Russie, l’inflation est maitrisée et la hausse du prix du pétrole depuis 18 mois permettra des budgets futurs en équilibre, malgré les embargos des USA et de l’Union Européenne. Les recettes fiscales vont augmenter malgré la baisse des impôts de sociétés actives dans le secteur pétrolier. Ces revenus permettront des investissements dans l’éducation, les infrastructures et l’innovation. La détente des relations américano-russes devrait également favoriser le climat d’investissements étrangers dans la fédération de Russie.

La stabilité du rouble, malgré une baisse importante ces deux dernières années et une stabilisation des actifs financiers, restaurent un climat propice aux investissements tant privés que publics.

Et le fait que Vladimir Poutine puisse être réélu jusqu’en 2023 plongent nos médias dans une rage folle.

*Chiffres issus de www.USnationaldebtclock.us                                          

13:08 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 14 février 2018

Trous de mémoire ou devoir d’oubli ?

Korbo.Génocide indien.12.02.2018.jpg

Pieter Kerstens

Beaucoup de grands esprits nous vantent l’utilisation d’Internet et des réseaux « sociaux » comme une panacée et sources d’innombrables informations enrichissantes, conviviales et citoyennes, disponibles pour tous.

Mais tout ne figure pas sur la « Toile », comme d’ailleurs dans le dictionnaire, car au fil du temps, dame Anastasie a occulté les faits qui dérangent et plongé dans l’oubli des écrits ou photos et documents déclarés « non politiquement correct » par les maîtres censeurs au Pouvoir.

Il en va de même pour les courageux contestataires, historiens et écrivains mis à l’index, condamnés à de fortes amendes, peines de prison ferme et même un exil lointain pour certains, tout ceux qui osent braver les versions officielles des vainqueurs de guerres passées ou plus récentes.

En 1492, la population totale des Indiens était d’environ 15 millions (D.E Stannard in « The Conquest of the New World : American Holocaust » édit. Oxford University en 1992).

Et selon le recensement de 1909, le nombre des Cherokees était de 369.035 ; celui des Navajos de 225.298 ; celui des Sioux de 107.321 ; celui des Apaches de 53.330 ; celui des Cheyennes de 11.809 et celui des Comanches de 11.437, parmi les tribus les plus importantes aux Etats-Unis.

On peut donc parler d’un véritable « génocide » des « natives » comme les Yankees les dénomment. Que l’on se rappelle les exploits de Buffalo Bill (William Frederick Cody) racontés et imagés par les hebdomadaires Spirou et Tintin, dès les années cinquante. Ce pionnier de la Conquête de l’Ouest, recruté par les chemins de fer, participa aux opérations contre les Sioux et les Cheyennes.

Plusieurs millions d’indiens furent massacrés par les fils de l’Oncle Sam, sans que le monde médiatique ne verse une larme, ni que les « bien-pensants » n’évoquent la moindre repentance, trop obnubilés, entièrement accaparés et absolument hypnotisés par les évènements du 3e Reich.

Nos chères têtes blondes, elles, absorbent ingénument certaines fadaises que des professeurs d’Histoire leur inculquent sur ordre des directeurs de programmes installés dans les locaux du Ministère de l’Education Nationale, sans pouvoir de contestation et ces élèves sont donc les premières victimes d’une désinformation d’Etat et de mensonges permanents.

Un autre « trou de mémoire » concerne le plat pays (qui n’est plus le mien) : Fernando Alvarez de Toledo, duc d’Albe, général de Charles Quint et gouverneur des Flandres de 1567 à 1573, exerça une violente répression (entre-autres le saccage de Malines en octobre 1572) qui fit des dizaines de milliers de victimes, parmi la population civile.

Plus tard, François de Neufville, duc de Villeroi, maréchal de France, se rendit célèbre, lui, en bombardant Bruxelles du 13 au 15 août 1695 et détruisant ainsi l’ensemble de la Grand-Place de même que 3860 maisons, causes de milliers de morts et de blessés.

A ma connaissance, ni les gouvernements successifs ni les chefs d’Etat en Espagne et en France ne se sont jamais excusés pour les atrocités commises par leurs prédécesseurs ! Quant aux dédommagements, on attend encore …

Au Palmarès des « devoirs d’oubli », on peut relever les massacres de Vendée en 1793 et 1794, que les socialauds-gaullos-marxistes de la Vème République nous ont présenté comme une simple opération d’ordre public organisée par les compagnons de Robespierre, mais qui se solda par plus de 150.000 victimes de ce que l’on doit appeler un réel « génocide », car dirigés uniquement contre cette population en particulier !

Pour ne pas contrarier les adeptes des « Lumières » qui, dans leurs loges, sanctifient les bienfaits de la Révolution et de la République, les professeurs de l’enseignement public passent sous silence les noyades collectives, les tanneries de peaux humaines, l’utilisation de la graisse des vendéens pour fabriquer du savon et autres abominations…

Ce ne furent pas les Allemands qui inventèrent les camps de concentrations, mais dès 1793 les camarades de Gracchus Babeuf, Marat, Danton et Cie, à l’île de Noirmoutier où plusieurs milliers d’hommes, de femmes et d’enfants furent exterminés, au nom de la République !

Et que l’on se souvienne encore de ceci : «  Donnez-moi une phrase de n’importe qui, et je me charge de le conduire à l’échafaud ! », selon Fouquier-Tinville, accusateur public du Tribunal Révolutionnaire, instrument du Comité de Salut Public, lors de la révolution française et encore admiré de nos jours par les crasseux socialistes insoumis.

Autre devoir d’oubli :

Au sud du continent africain, lors de la seconde guerre des Boers (1899-1902) c’est Lord Kitchener, maréchal britannique, qui ordonna l’implantation de camps de concentration pour y interner les femmes, les enfants et les vieillards, parents des 84.000 Afrikaners qui avaient eu l’outrecuidance de tenir tête aux 345.000 soldats des régiments d’élites britanniques, sur leurs terres du Transvaal et d’Orange. On parle aussi dans ce cas de réel génocide, destiné à faire plier et rendre les armes à un ennemi beaucoup plus réactif et qui infligeait par sa mobilité et sa stratégie des pertes colossales à l’Empire britannique.

Pas une ligne dans les manuels d’Histoire !

Pas de commémoration ni de recueillement pour ces victimes innocentes.

Et qui donc évoque encore le blocus inconditionnel et total de l’Allemagne, décidé par les alliés le 11 mars 1915, tombé dans les oubliettes de l’Histoire et passé sous silence ? Même après le 11 novembre 1918, il se poursuit pour forcer l’Allemagne à signer le Traité de Versailles en juin 1919. La ration journalière était de 1.000 calories, nettement insuffisante pour maintenir une bonne santé. Cette situation provoqua le décès de 763.000 civils allemands, en majeure partie des enfants et des vieillards, sans compter les 150.000 morts de la grippe en 1918.

La famine, conséquence du blocus, fit son apparition dans toutes les villes allemandes et c’était là le but recherché par les armées coalisées, afin de faire plier l’empereur Guillaume II, sous les revendications de la population.

Autre énorme trou de mémoire :

Plus près de nous, le tribunal qui siégea à Nuremberg du 20 novembre 1945 au 1er octobre 1946 avait condamné les 19 accusés pour « crimes de guerre » et notamment pour celui qui concerne le massacre de Katyn *.

Dans cette forêt à l’ouest de Smolensk, les Allemands découvrent en 1943 les cadavres de 26.000 officiers et soldats polonais, et pour ce crime qui leur a été attribué, ils seront condamnés et certains pendus.

Mais Gorbatchev, d’abord en 1991, et la Douma russe, ensuite le 29 novembre 2010 (hier), avaient officiellement reconnu la responsabilité directe de Joseph Staline et du Politburo dans l’ordre d’exécution signé en mars 1940 à Moscou, période où Berlin et Moscou étaient alliés !

JAMAIS les parties au jugement de Nuremberg -américains, français, russes ou anglais- n’ont émis la moindre excuse ni réhabilité l’Allemagne pour cette infamie et ce mensonge historique, dont elle a été la cible pendant 65 ans !

Dans les Lycées et Collèges de France, « Katyn = crime SS ! »

Partout en France, et ailleurs en Europe, les profs passent sous silence les méfaits de l’Holodomor, la tragédie des Goulags de la Kolyma ou encore la multiplication des Laogaïs de Mao-Tse-Toung, réels crimes contre l’humanité et pour certains, génocides planifiés. On pourrait croire que seules les commandes d’Airbus par la Chine comptent plus que les morts…

Aujourd’hui, un terroriste assassin, ou complice d’une tuerie de femmes et d’enfants, verrait une Justice bien plus clémente à son égard qu’envers ceux qui contestent les falsifications des vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale, autant sur le front Européen que sur ceux de la Guerre du Pacifique, d’Afrique et ou du Moyen-Orient.

Massacres des Indiens d’Amérique, génocide des Vendéens, extermination des Boers, famine organisée pour mettre l’Allemagne à genoux, mensonges concernant le massacre de Katyn, ou encore élimination des paysans d’Ukraine, extermination des opposants soviétiques et chinois, on attend les explications et la repentance des représentants de l’Enseignement ayant dispensé des cours falsifiés durant des décennies à des millions d’élèves européens qui eux, aujourd’hui, ne retrouvent pas non plus sur Internet le rétablissement des faits et la Vérité historique. Enfumage ? Censure ? Devoir d’oubli ? « Pensée Unique » ?

 

*« Katyn » de Janusz Widziany-Niepokonany à la librairie de Chiré.

*« Katyn » du Général W.Anders aux Editions France-Empire.

10:25 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 18 janvier 2018

DE LA DELIQUESCENCE VERS LA DECADENCE ET LE DECLIN.

100_5102.jpg

Pieter Kerstens

Pendant une trentaine d’années, j’ai connu en Espagne les commémorations appelées « Los Moros y Cristianos ». Ces fêtes qui honoraient la date anniversaire des batailles entre Chrétiens et Musulmans se déroulaient chaque année sur les lieux de la délivrance des villes et des villages par les armées espagnoles tout au long de la Reconquista : de la bataille de Covadonga en 711 par le roi Pelayo jusqu’à la reconquête de Grenade à la Noël de 1492, par la reine Isabelle la Catholique et le roi Ferdinand d’Aragon.

C’est donc en hommage à cette lutte et aux victimes de l’occupant islamiste, que durant des siècles, les municipalités ont organisé ces festivités. Mais vers les années 1980, et la montée de la démocratie totalitaire, les autorités locales et provinciales ont imposé le « politiquement correct », le « vivr’ensemble », le « Touche pas à mon pote !» et autres niaiseries destinées à culpabiliser les hispaniques et à occulter l’invasion musulmane qui occupa la péninsule pendant 8 siècles. Fin donc de ces fêtes populaires.

La fierté espagnole en a fortement été affectée et c’est tout juste si les Espagnols n’ont pas du se repentir et se flageller pour avoir bouté les envahisseurs hors de leurs terres natales.

Durant la période de 1980-2000, il en a été de même pour le déboulonnage des statues, le démontage des monuments, le martelage des inscriptions sur les façades, le remplacement des plaques de rues, de places, d’avenues et de boulevards, et forcément in fine, l’interdiction de commémorer le 18 juillet, date historique de l’Appel du Général Francisco Franco Bahamonde en 1936 à combattre l’hydre marxiste et les laquais du Front populaire, admirateurs de Staline, issus des élections de février 36’.

De ces pages d’Histoire, les socialos-écolos-libéralisés espagnols ne veulent pas entendre parler !

Et les Inquisiteurs de la Pensée Unique pourchassent sans répits nos camarades phalangistes qui, au nom de la liberté de conviction, exigent le respect des vérités historiques et le débat sur les criminels marxistes !

Nous vivons une époque de gens sans culture, sans recul, sans profondeur, sans réflexion, qui se vautrent sans retenue dans la sensiblerie la plus vulgaire…et des rassemblements grotesques.

Des pisses-froid engoncés dans l’aseptisé, la société « citoyenne » ; des bien-pensants bornés, des handicapés des neurones, le cul vissé devant leur télé, sans imagination, imperméables à la beauté, à la métaphore et à la poésie…

Des ignares qui détestent qu’on leur rappelle que s’élever au-dessus de « l’état sauvage » est un combat difficile, périlleux, permanent et que pouvoir affronter la mort est salutaire, mais que nier son existence est une folie qui conduit à la violence la plus incontrôlée, comme on le constate très régulièrement dans nos banlieues et les transports publics.

Des émasculés plus prompts à rejoindre les lobbies LGBT, les sectes véganiennes ou les cercles de défense de la mouche Tsé-Tsé, que de se précipiter au secours des ados ou des vieillards agressés par les racailles dans la rue.

On vit un règne des minorités sectaires et dogmatiques, encensées par le pouvoir médiatico-politique.

Les charlatans du prêt-à-penser nous imposent les éoliennes (réelle catastrophe en bilan CO2), l’interdiction de la voiture et le colmatage de la couche d’ozone dans l’atmosphère.

Des tas de gens militent pour l’interdiction de la corrida, et c’est désespérément l’image de notre époque, tout comme ceux qui combattent le gavage des oies et la vente des Foies Gras, réelle merveille gastronomique française depuis des siècles et appréciée dans le monde entier !

C’est l’une des tares de notre époque : interdire, supprimer, contrôler avec la bonne conscience, avec la certitude de ce que l’on désapprouve, ce que l’on ne comprend pas, et pour quoi faire ?

Comme à Barcelone : transformer les arènes en Centre Commercial ? Quel progrès, quel symbole ?

Temple de l’hédonisme pour petits-bourgeois. Ceux qui se drapent dans la défense des animaux et qui ne voient que la bête et le sang, ne comprennent rien. Ils sont hors sujet.

Des fanatiques dont les sens sont tellement atrophiés qu’ils ne comprennent rien à ce qui se joue dans l’arène. On pourrait les plaindre, s’ils n’avaient pas la certitude inébranlable qu’il faut interdire la corrida.

Le taureau est la Force, il est la Peur, il est le Courage, il est la nuit, la nature, la chance, le mystère, la vaillance, la malchance, la Vie … la Mort.

Et la Vie est un combat contre le monde, contre les monstres, contre soi-même.

Le sang peut couler, la peur existe et la mort guette et n’oublie personne.

La tuerie des Ramblas à Barcelone en août 2017 est là pour nous le rappeler : l’homme est un tueur.

Le matador sait tout cela. Il nous offre d’y penser, en mettant sa vie en jeu, avec grâce, intelligence, beauté, panache et désespoir…

L’argent et le sexe mènent le monde. Le Pouvoir fascine et corrompt. Les salauds, les profiteurs, les charognards, les pervers et les prédateurs sont partout, comme les ignorants, les fainéants et les malfaisants. Anatole France a écrit : «  Le méchant se repose parfois. Le sot jamais. »

C’est sûrement pour cela que les anti-corridas et les ennemis du Foie Gras sont infatigables. Et quand on additionne les deux, les méchants et les imbéciles, cela fait un sacré paquet et çà montre assez que le monde n’est décidemment pas très hospitalier.

Les gens, peut-être pas tous, mais la plupart, sont des ordures, bien plus dangereux que n’importe quel taureau. Surtout ceux que le doute n’habite pas. Ceux qui croient dur comme fer en quelque chose, quelque soit leur croyance. Ils finissent par se transformer en Inquisiteurs de la Pensée Unique et en ayatollahs du Politiquement Correct, prêts à en faire baver à leur prochain, à l’exemple des Khmers verts qui nous imposent leurs utopies sectaires, avec un métissage à tous les étages.

Je préférerais toujours le toréro aux crétins pleins de certitudes étriquées, aux hypocrites qui lancent des anathèmes et qui n’obéissent pas eux-mêmes à leurs règles imbéciles…

Voyez les pourriticards du Régime !

Ces donneurs de leçons, ces moralisateurs, religieux, politiques, tous ceux qui font semblant de savoir ce qui est bon pour les autres, ces élus qui se vautrent dans le luxe aux frais du contribuable en faisant des discours sur les sacrifices et la rigueur et qui détournent ou dilapident l’argent des impôts qui augmentent sans cesse…

Les bons Chrétiens qui font semblant d’être indifférents à l’argent et au sexe, mais qui s’en gavent à la première occasion. Et ces bons Musulmans qui picolent en cachette et vont se taper des putes en Bulgarie ou en Thaïlande. Tous ceux-là ne s’appliquent jamais à eux-mêmes leurs préceptes si convenables et si bénéfiques.

EUX, ils sont au-dessus ; EUX, méritent mieux ; mieux que « ceux d’en bas », mieux que les « sans-dents ».

Ah, quelle est belle la société qu’ils nous préparent : sans voitures, sans énergie nucléaire, sans feu de bois dans l’âtre familial, sans livres d’Histoire, sans Foie Gras ni entrecôtes saignantes.

Une société inodore, incolore, insipide et ….sans convictions, ni liberté d’expression !

18:45 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 05 janvier 2018

US GO HOME !

dff.jpg

Pieter Kerstens

Sous ce slogan, des millions de manifestants s’exprimaient régulièrement durant la « guerre froide ».

Mais on l’entend toujours de Téhéran à Caracas et de Budapest à Harare, parce que les Etats-Unis soutiennent encore des oppositions ou des conflits armés dans de nombreuses régions du monde.

Il y a déjà trois ans, lors d’un de mes séjours à Damas, un diplomate syrien me déclarait que « soit on accepte les dollars des USA, soit ceux-ci vous envoient leurs missiles ! » Formule, certes imagée, qui résume bien des situations conflictuelles fondées sur l’odeur du gaz et les intérêts pétroliers en priorité, qui justifie l’équilibre géostratégique des USA.

Au fil du temps et des révélations des hauts responsables américains, on apprend que les Etats-Unis ont créé Al-Qaïda et Daesh par la suite. Ainsi, selon les témoignages du Général Wesley Clarck, Al-Qaïda a officiellement été soutenu par l’administration Reagan à partir du 27 mars 1985 selon la directive nationale n°166. Les fonds provenaient de la CIA et transitaient par l’Arabie Saoudite qui les envoyait à Ben Laden et aux moudjahidines afghans et leurs amis talibans.

Mais c’est bien dès 1981 que le recrutement, le financement, l’entrainement et l’armement de Ben Laden et consorts avaient été mis en place par les USA et les Séoud, pour contrer l’invasion soviétique en Afghanistan.

Toutes les manigances, désinformations et manipulations concernant l’invasion en Afghanistan, les deux guerres en Irak contre Saddam Hussein, l’intervention en Syrie, l’ingérence en Lybie et ailleurs en Afrique ont été mises au jour par les analyses du groupe Judicial Watch, les études de Grégory R.Copley et celles de Philippe Hugon. Aucun démenti de la part des autorités américaines.

On sait aussi que DAESH synonyme de Al-Dawla al Islàmiyya fi al-Iràq Wa al Chàm (E.I ou ISIS) avait été créé en avril 2006 à Bagdad par le regroupement de 5 branches d’Al-Qaïda. Ce sont les américains qui eux-mêmes ont placé El-Bagdhadi à la tête de cette organisation terroriste en le sortant des geôles de Guantanamo !

Au vu de l’évolution des divers conflits au Yémen, en Irak, en Lybie, au Sahel, en Syrie, en Egypte ou au Liban, on peut se demander si en 2018 l’Europe ne devrait pas changer radicalement de politique envers le monde arabe, alors qu’elle avait suivi aveuglément et naïvement les Etats-Unis et leurs complices du Qatar, de la Turquie et de l’Arabie Saoudite, en aidant les mouvements terroristes et les multiples milices rebelles aux gouvernements souverains.

Non seulement les Européens vont subir une vague d’immigrations incontrôlées, mais ils vont payer le prix du sang, consécutif à leur complaisance envers les djihadistes partis en Irak et en Syrie combattre les « tyrans » locaux.

Qui peut encore croire aujourd’hui en la sincérité de Donald Trump, parlant de la paix dans le monde ? Ou de J-C Juncker, Angela Merkel et Emmanuel Macron, qui nous affirment que l’immigration clandestine sera mieux contrôlée ?

Sept ans après l’euphorie des « Révolutions de Jasmin », le décompte des centaines de milliers de victimes de ces crises a masqué le souvenir de la prise de pouvoir des islamistes, l’application de la charia et l’existence de marchés aux esclaves.

OUI, du temps de Ben Ali, de Moubarak ou de Kadhafi, avant le « Printemps Arabe », les populations vivaient mieux qu’aujourd’hui. Comme en Irak, à l’époque de Saddam Hussein, assassiné après un jugement inique !

Il serait temps également que les Etats-Unis cessent de mettre leur nez dans les affaires des autres, qu’ils retirent leurs troupes d’occupation dont les peuples ne veulent plus et qu’ils fassent acte de contrition pour leurs crimes passés.

Que ce soient les banksters de Wall Street, les magnats de la pharmacie et des agro-aliments, les multinationales de la malbouffe et des sodas répugnants ou encore les multimilliardaires des GAFAM, tous ces prédateurs de nos us et coutumes sont réellement les ennemis de l’Europe !

 

NB : en 2018 l’Afrique va connaitre plusieurs élections présidentielles, au Mali, en Egypte, au Cameroun, à Madagascar, au Zimbabwe, au Soudan du Sud et en RD Congo. Ambiance garantie…

19:50 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 décembre 2017

LES ECOLOS NOUS EMMERDENT !

cartecol.jpg

Pieter Kerstens

Cette caste malfaisante inonde depuis des décennies les médias de sa propagande mensongère dans trois domaines principaux, parmi d’autres : l’arrêt des centrales nucléaires, l’immigration clandestine et l’interdiction des véhicules diesel.

L’énergie nucléaire est la moins polluante et la moins chère.

Mais en exploitant la crédulité et l’émotivité des populations désinformées, ces talibans de l’énergie « renouvelable » nous imposent le dogme du danger atomique, par assimilation mémorielle à Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl ou plus récemment Fukushima, alors que les causes en sont diverses et totalement infondées quant au fonctionnement des centrales existantes en Europe.

Ils taisent également les recherches scientifiques de ces 20 dernières années dans le domaine du nucléaire.

MYRRHA est au niveau mondial le premier prototype d’un réacteur nucléaire piloté par un accélérateur de particules.

Particularité : en tant que source externe de neutrons, cet accélérateur de particules maintient la réaction en chaîne de la fission nucléaire. Il s’agit d’un réacteur sous-critique : le cœur ne contient pas assez de substance combustible pour entretenir spontanément la réaction en chaine.

Cette technologie nucléaire innovante est sûre et facile à contrôler. Lorsque l’accélérateur de particules est arrêté, la réaction en chaîne stoppe automatiquement endéans une fraction de seconde.

En raison de différences significatives avec les réacteurs existants, on peut parler d’un réacteur de recherche particulièrement innovant :

  • MYRRAH fonctionne avec des neutrons rapides, pilotés par un accélérateur. Grâce à ces neutrons rapides, le combustible est utilisé plus efficacement dans le réacteur, ce qui réduit la quantité de déchets radioactifs.
  • Le refroidissement de réacteur s’effectue au moyen d’un alliage de plomb et de bismuth.
  • Le réacteur est sous-critique et de ce fait, facilement contrôlable.

Cette technologie emploie le concept proposé en 1937 par le prix Nobel Glenn Seaborg, dit « spallation nucléaire ». Il est actuellement en développement au Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire à Mol en Belgique, mais peu de politiciens en parlent, par obligation du « politiquement correct ». Pourtant il serait urgent de voter les crédits indispensables à la construction de plusieurs de ces réacteurs en Belgique, avant 2030.

Par ailleurs, une équipe de scientifiques internationaux développe le concept de fusion nucléaire, en construisant le projet ITER à Cadarache, avec un réacteur Tokamak qui pourra produire 10 fois plus d’énergie que les modèles EPR et cela, sans gaz à effet de serre, ni émissions de CO2 ou de particules fines !

Les particules fines (en suspension dans l’atmosphère et d’un Ø inférieur à 10 micromètres) sont essentiellement issues des combustions de matières fossiles non seulement produites par les humains, mais en très grande majorité par la nature.

A partir de 80 microgrammes/m3, l’alerte pollution est déclenchée à Paris, où la moyenne annuelle de la pollution a été mesurée à 24µg/m3 en 2014 (source OMS).

Cette moyenne annuelle est de 22 µg/m3 à Londres, de 23 à New-York, de 93 à Mexico, de 121 à Pékin, de 135 au Caire, de 286 à Delhi, de 320 à Ahvaz en Iran, de 448 à Rawalpindi au Pakistan, ou encore de 540 µg/m3 à Peshawar, ville de 1,8 million de Pakistanais.

Qui sont les pollueurs ?

Les ayatollahs de l’écologie à tous les étages, relayés par les médias complaisants, ne cessent de désigner les Européens en particulier comme les premiers responsables de la pollution de la planète, nous accusant quasiment d’être des « criminels ». Ça suffit !

Ces vieux adeptes du « Peace and Love » taisent les effets des tempêtes solaires sur le réchauffement climatique, ainsi que la pollution climatique conséquence des éruptions volcaniques qui, elles, dégagent des millions de tonnes de CO2 et des millions de m3 de gaz sulfureux et toxiques tous les ans dans l’atmosphère.

Selon une récente étude de Global Carbon Project, publiée dans le quotidien espagnol El Pais ce 21 décembre, les émissions de CO2 ont progressé de 1990 à 2016 de 22% dans le monde. Les détails sont instructifs :

  • En Europe, on constate une diminution de 35% au Royaume-Unis, de 14% en France, de 16% en Belgique, de 17% en Italie, de 24% en Allemagne, de 37% en Russie, de 20% en Finlande et de 2% en Suède ; mais elles augmentent de 4% en Hollande, de 13% en Espagne et de 26% en Norvège !
  • En Asie on observe une augmentation du CO2 de 4% au Japon, de 141% en Corée du Sud, de 235% en Indonésie, de 208% aux Philippines, de 293% en Inde, de 316% en Chine, de 772% au Viet- Nam et de 1339% au Népal …
  • En Amérique du Nord, l’augmentation de CO2 a été de 4% aux Etats-Unis, de 21% au Canada et de 46% au Mexique.
  • En Amérique du Sud, les émissions de CO2 ont progressé entre 1990 et 2016 de 45% au Venezuela, de 86% en Argentine, de 141% à Trinidad et Tobago, de 134% au Brésil, de 162% au Chili et de 222% au Pérou.
  • En Afrique et au Moyen Orient, seul le Zimbabwe a réussi à diminuer ses émissions de CO2 de 30% entre 1990 et 2016. La hausse est de 154% au Maroc, de 185% en Egypte, de 105% au Koweït, de 161% au Nigeria, de 50% en Afrique du Sud, de 242% en Arabie Saoudite, de 360% dans les Emirats, de 487% à Oman, de 218% à Madagascar, de 600% en Angola et de 9580 % en Namibie !
  • En Nouvelle Zélande, les émissions de CO2 ont augmenté de 41% et en Australie de 43%.

Mais malgré ce constat irréfutable, les Khmers verts européens s’obstinent à nous montrer du doigt comme de vilains pollueurs, refusant tout effort pour diminuer nos consommations énergétiques et polluantes.

Les immigrés clandestins, réels hors-la-loi, n’ont rien à foutre chez nous.

La gauche bien-pensante, bourgeoise et bohême, se montre tolérante et complaisante, pour ne pas dire complice envers les laquais de l’Islam, comme Tariq Ramadan ou Edwy Plenel, qui eux, combattent par tous les moyens les prétendus « islamophobes » réels ou supposés. Ces chrétiens de gôche, soi-disant humanistes, prêchi-prêcheurs de l’accueil des immigrés de la planète entière, nous obligent d’en héberger quelques-uns dans notre salon, quand eux-mêmes habitent dans des logements administratifs, aux frais de la princesse.

Par ailleurs, il est tout de même curieux de lire que les députés écologistes qui siègent au Parlement Européen acceptent sans broncher que cette institution bruxelloise tolère que ses 751 députés dépensent 95.000 euros chaque année, sans avoir besoin de les justifier.

C’est facile d’être généreux avec l’argent des autres et de leur imposer ses principes, alors qu’on ne se les applique pas à soi-même !

Il est interdit d’interdire.

Ce slogan imbécile cher aux soixante-huitards qui ont infiltré toutes les sphères de l’Etat et de la bureaucratie européenne, ne semble plus d’actualité maintenant quand ceux-ci se trouvent aux commandes.

Ces saltimbanques, clamant jadis le « volem viure al pais », imposent leurs utopies sectaires d’Oslo à Malaga et de Nantes à Bucarest. Partout, ils veulent bannir le diesel ! Les voitures de Monsieur Tout le Monde… car on parle moins des camions et des autres transports polluants.

Et les khmers verts ne manifestent JAMAIS devant les aéroports d’Europe pour interdire le vol des avions, énormes sources de pollutions diverses !

Pas de BLOCAGE des PORTS pour interdire que les énormes porte-conteneurs ne puissent accoster en Europe.

Ces monstres marins, comme les superpétroliers, sont la première source de pollution au monde (l’équivalent de toute la circulation automobile mondiale), car ils consomment du fuel lourd, le plus polluant des combustibles. Mais motus dans les médias, ce n’est pas porteur…

Et quel est le rôle des vents qui portent la pollution dans les cieux ? Les éoliennes vont la disperser ? Partout ? Dans les pays voisins ? Plus de frontières pour les nuages toxiques qui nous arrivent des pays de l’Est ?

La Norvège pour sa part, vient de bannir les vieux navires de croisière à partir de 2019 afin de protéger les fjords inscrits au patrimoine mondial du pays.

Nos extrémistes verts quant à eux ont réussi à convaincre les gouvernements, actuellement au Pouvoir, d’interdire de circulation les véhicules diesel dans nos cités, dénommées Zones de Basses Emissions, au prétexte d’assainir l’atmosphère et d’améliorer la santé publique.

Ainsi, pour prendre Bruxelles en exemple, comme capitale de l’Europe (plus exactement capitale de l’Eurabia, car grande est la présence d’Arabes dans nos rues), ce sont 40.000 propriétaires de voitures diesel qui ne pourront plus rouler dans la Région Bruxelloise (19 communes et environ 1,3 million d’habitants) dès le 1er Janvier 2018 !

Et au 1er  janvier 2020, 500.000 autres propriétaires de véhicules diesel seront eux aussi interdits d’accès à la capitale.

Ces prophètes de l’énergie renouvelable ignorent superbement les incidences sociales, économiques et financières de leurs ukases. Ils nous vantent les bienfaits de la voiture électrique, sans prendre en compte sa faible autonomie, son bilan CO2 catastrophique (recyclage batteries et composants), ni l’explosion des coûts indispensables à la production d’électricité supplémentaire et à l’installation d’un maillage serré de milliers bornes d’alimentation.

Ils se bercent d’illusions et leurs chimères vont encore nous coûter des dizaines de milliards d’euros, à l’exemple des portiques de contrôle pour les poids lourds véritable fiasco et monument à ériger au nom de l’imbécilité socialaud-écolo-bobo.

 

21:25 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook