Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 janvier 2020

Guerre commerciale. La France recule, l'Europe se couche 

je-n-ai-pas-attendu.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
En annonçant la mise en place d'un "cadre global commun" transatlantique destiné à éviter la guerre commerciale qui menace entre la France et l'Europe d'une part, les Etats-Unis de l'autre, le ministre de l'Economie, Bruno Lemaire tente maladroitement de dissimuler la réalité d'une piteuse réddition en rase campagne.
 
Menacée de rétorsions sur ses exportations, en particulier viticoles, si elle persistait à vouloir appliquer une taxe spécifique sur les géants du numérique désormais connus sous l'acronyme GAFA, la France recule une fois de plus, tout comme l'Allemagne, soucieuse de préserver les intérêts de son industrie automobile, et l'Union européenne cèdent aux ordres venus de Washington de cesser tout échange et toute coopération économique avec l'Iran.
 
La France, cet appendice américain... L'UE ce ventre mou du mondialisme.
 
Seul un changement de régime permettra à la France de s'extraire de la soumission. Seul le succès des forces nationales de chacun de ses États permettra à l'Europe de sortir de la vassalité et de l'impuissance.

11:41 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 21 janvier 2020

Fête de l'argent roi, de la finance et de la spéculation cette semaine en Suisse.

19944412lpw-19944771-article-davos-forum-trump-thunberg-jpg_6839607_660x281.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

L'oligarchie mondialiste se retrouve à partir de ce mardi à Davos pour l'édition 2020 de sa grande partouze capitaliste annuelle connue sous le vocable "Forum économique".

Avec une nouveauté cette année : la présence de Sainte Greta et l'affichage assumé de la jonction du totalitarisme financier et de la nouvelle religion universelle écologique, paradigme imposé de la dictature planétariste.

Lire aussi :

Diapositive1 copie 23.jpg

Le commander cliquez ici

09:18 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 20 janvier 2020

Investissements étrangers en France : un leurre.

astrazeneca-4610281.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
A Dunkerque, Macron s'est félicité de la hausse des investissements étrangers en France, n'hésitant pas à s'en attribuer les mérites.
 
A quelques exceptions près, ces investissements ne profitent pourtant pas à l'emploi français mais aux grandes sociétés délocalisatrices.
 
Par ailleurs, à considérer la dislocation sociale de la France, son niveau d'insécurité, l'ampleur des flux migratoires qui la touchent et la montée en puissance de l'extrême gauche, cette bulle haussière et très largement spéculative ne durera guère.
 
L'attractivité de la France bloquée, de la France CGT, de la France racaille, de la France black blocs, de la France allogène reste, en effet,  toute relative.

16:54 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 janvier 2020

Pour réussir une grande politique, il faut avoir une vision à long terme...

Mais-ou-est-passe-Vladimir-Poutine.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Après bientôt 20 ans passés sans interruption à la tête de la Russie —soit en tant que Président, soit comme Premier ministre en charge effective des responsabilités — Vladimir Poutine vient d'ouvrir un vaste chantier constitutionnel destiné à renforcer la la fois les pouvoirs de l'exécutif et ceux de la Douma. Mais l'objectif réel de cette réforme est bien plus ambitieux. Il est clair. Il est légitime. Il est vital pour la Russie et sans doute pour l'Europe : créer les conditions du maintien de Poutine au pouvoir au delà de la fin de son mandat que l'actuelle constitution ne permet pas de renouveller.

Vladimir Poutine est un homme d'Etat. Il sait que les grandes choses ne se font que dans la durée. Un temps long que le totalitarisme démocratique occidental ne peut appréhender.
 
Pour leur salut, la France, l'Europe et la civilisation ont besoin, elles aussi, de disposer de cette maîtrise dans la stabilité que seuls les pouvoirs forts sont en capacité d'assurer.

En France, la monarchie de droit divin a permis cette vision haute et pérenne de l'État. D'une certaine façons, la troisième République, au delà des crises politiques inhérentes à la démocratie, a su installer dans la durée un régime certes altéré et corrompu par la philosophie qui y présidait, mais encore imprégné d'une volonté nationale et patriote marquée par la grande aventure coloniale, le développement de l'Empire et l'élan bleu blanc rouge de 14/18 hélas tourné vers une guerre fratricide. En Italie, en Allemagne, en Espagne, des régimes d'autorité ont voulu inscrire leur action dans une perspective millénaire.
 
La Cinquième République, mystification absolue de l'organisation de la chose publique, par le caractère bancal et illusoire de ses institutions, par ses alternances et ses ruptures, n'a dans les faits su, quant à elle, que conforter l'instabilité de la République qui l'avait précédée. En pire !
 
Il existe pourtant un temps long que le Système a institué : celui de la dictature de la finance, de la spéculation, des lobbies, des droits de l'homme, du mondialisme et de l'immigrationnisme. Un Reich prévu pour durer mille ans.
 
Nous devons nous aussi nous engager dans une perspective longue d'action en profondeur par l'instauration de modes de gouvernement d'autorité durable dégagés des aléas d'alternances hasardeuses. 
 
Notre combat politique n'est pas un combat politicien. Il est un engagement de long terme destiné à substituer un Système à un autre, un régime à un autre, un édifice à un autre 
 
Pleinement... Et durablement.
 
RL Annonces copie 8.jpg
 
 
L'émission Synthèse avec Jean-François Touzé sur Radio Libertés sera très bientôt en ligne... Encore un peu de patience.

20:37 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 14 janvier 2020

Tandis que nos soldats se battent au Sahel, les djihadistes rentrent en France.

mali-operation-francaise-barkhane-sahel-soldat-francais_5580319.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, vient d'ouvrir grand la porte au retour des djihadistes "français" sur le sol national où, à condition qu'ils ne parviennent pas entre temps à s'enfuir, qu'ils ne soient pas considérés comme des malades mentaux au discernement affaibli et donc dispensés de peines, et que les tribunaux veuillent bien reconnaître leurs méfaits, ils devraient être incarcérés.

Pour combien de temps? Comme disait autrefois un humoriste célèbre, populaire et authentiquement français contrairement à tant de ses successeurs d'aujourd'hui: Pour "un certain temps". Comme le montre bien l'exemple de Flavien Moreau, un des premiers convertis partis massacrer en Syrie, ingénument revenu en France quelques années plus tard, et qui vient d'être libéré après à peine sept ans de détention, ce "certain temps" est très relatif.
 
La presse, comme le gouvernement, parle de rapatriement. Il s'agit bien sûr d'un abus de langage. Ces déchets de l'humanité que sont les djihadistes encore réputés français n'ont d'autres patrie que celle de leur Dieu au nom duquel ils tuent. S'ils ont jamais été français, ils ne le sont plus, même si le gouvernement et sa majorité se refusent à prendre les mesures de déchéance de la nationalité qui s'imposeraient.
 
Il est, par ailleurs, significatif, alors que Macron vient de réunir à Pau les chefs d'Etat africains du G5 Sahel pour "resserrer le dispositif anti-djihadistes" et que la communauté internationale ne cesse d'affirmer être en guerre contre l'offensive islamiste, qu'aucun des pays occidentaux concernés n'ait pris le seul chemin qui aurait permis de régler définitivement la question du sort des prisonniers que la situation en Irak et le lâchage des Kurdes rendent incertain: celui de la constitution d'un tribunal international, non pas pénal — nous sommes de ceux qui ne cesseront jamais de dénoncer la tragique imposture de ce gadget dont eurent à souffrir nos amis serbes — mais MILITAIRE, qui aurait eu pour vocation de prendre, conformément aux lois de la guerre, les décisions nécessaires menant à l'alignement devant un peloton et à douze balles dans la peau.
 
À moins que comme à Nuremberg, ils ne soient pendus hauts et courts.

15:12 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 12 janvier 2020

Pour le Gouvernement, l'heure du début de la retraite à sonner.

20588647.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Remplacer l'âge-pivot par l'âge d'équilibre, substituer aux régimes spéciaux une palanquée de régimes particuliers ou autonomes, et renvoyer le tout à la Saint Glinglin, telle est la voie de sortie que le gouvernement croit pouvoir emprunter pour s'extraire d'une situation devenue intenable du fait de la pression syndicale à visée clientéliste bien sûr, mais aussi et avant tout des erreurs, de l'aveuglement, de l'aventurisme anti social et de l'inconséquence du pouvoir macronien adepte de la politique de Gribouille.
 
Un an et demi de discussions, des semaines de "concertation", plus d'un mois de grèves et de blocages, des centaines de millions d'euros perdus pour la SNCF et la RATP,  des commerçants exaspérés et des centaines de milliers de Français pris en otage, des fêtes de Noël gâchées pour beaucoup de nos compatriotes, une France une fois de plus ridiculisée aux yeux du monde entier... Tout ça pour ça! 
 
Macron et Philippe peuvent feindre de jouer les pompiers. Ils ne sont que des pyromanes.
 

02:05 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 07 janvier 2020

Non, la menace islamique n'a pas reculé. Bien sûr que non !

661-magic-article-actu-f42-bd1-d4d08cdb81bb1a673b5a273ebe-attaque-de-villejuif-le-parquet-antiterroriste-va-mener-l-enquete|f42bd1d4d08cdb81bb1a673b5a273ebe.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Adepte de l'euphémisme et de la litote, le Premier ministre Édouard Philippe a cru bon de reconnaître ce mardi matin sur l'antenne d'RTL que "la menace terroriste était élevée", tandis que le Figaro du 7 janvier titrait "Cinq ans après Charlie, la menace islamique n'a pas baissé". Celà au moment où se multiplient les attaques au couteau et où les prêcheurs djihadistes encouragent les leurs à frapper les "infidèles" partout où ils le pourront.
 
Non, bougies, fleurs, peluches et marches blanches des bobos et des gogos n'ont étrangement pas suffi à terroriser les terroristes, pas plus que nos pauvres "sentinelles" statiques et impuissantes, nos actions désordonnées au Sahel ou en Syrie ou les pauvres lois supposées sécuritaires, décalées et prises dans l'urgence, destinées à limiter les effets sans que jamais ne soient traitées les causes du mal 
 
Non, la menace n'a pas reculé et ne reculera pas tant que des mesures d'exception contraignantes et sans faiblesse ne seront pas prises contre les propagandistes du salafisme et du wahhabisme, tant que ne seront pas interdites les organisations liées aux Frères musulmans, tant que ne seront pas mis hors d'état de nuire leurs agents, tant que ne sera pas définitivement stoppée la déferlante migratoire, tant que ne sera pas appliquée une politique drastique de rémigration et tant que la France n'aura pas établi un État national d'autorité et d'identité européenne.
 
Autrement dit tant que la Droite nationale ne sera pas au pouvoir. 

10:53 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 04 janvier 2020

Ankara versus Europe.

armee_turque.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le parlement d'Ankara vient d'autoriser l'armée turque à intervenir en Libye.
 
Des Balkans au Maghreb, de l'ancienne Mésopotamie à la Méditerranée, l'oiseau turc, petit à petit, refait son nid, l'empire ottoman se reconstitue et la possibilité du califat se reforme.
 
Erdogan sait où il va usant de ses forces armées, du chantage à l'immigration, de la pression exercée par le terrorisme islamique, de son appartenance à l'OTAN et de ses relations contradictoires mais soigneusement entretenues aussi bien avec les États-Unis qu'avec Israël ou la Russie.
 
Et la vraie cible c'est l'Europe.

11:59 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 30 décembre 2019

Il y a 13 ans, l'exécution de Saddam Hussein.

images.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
30 décembre 2006. Trois jours après que sa condamnation à mort prononcée par un tribunal fantoche supervisé par Washington ait été confirmée, Saddam Hussein est pendu haut et court.
 
L'oeuvre de déstabilisation de l'Irak et du Proche Orient entreprise seize ans plus tôt à l'instigation des néoconservateurs s'achevait. Et c'est l'Occident tout entier qui continue d'en subir les conséquences.
 
Les États Unis, ce n'est pas seulement Donald Trump. C'est aussi - et c'est surtout - celà.

10:34 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 23 décembre 2019

Macron, négationniste de la grandeur française.

images (3).jpeg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Profitant de son séjour en Côte d'Ivoire, Emmanuel Macron a, une fois de plus — on se souvient de ses déclarations scélérates à Alger — craché sur la France, son Histoire et sa grandeur en déclarant que "le colonialisme a été une erreur profonde, une faute de la République".
 
Il est clair que pour Macron le retour de l'ex Afrique française à ses luttes tribales, à ses épidémies, à ses famines, et son entrée dans la grande ère de la corruption systématisée constituent, une avancée majeure de l'humanité.
 
Ce qui fut une "erreur profonde, une faute de la République" qui n'en a, certes, pas été avare depuis la Révolution, c'est l'éclatement de l'Empire et son abandon, dislocation voulue  organisée par les Etats Unis d'Amérique, rendu possible par les traîtres communistes et opéré par les Républicains progressistes, socialistes et gaullistes dont Macron est bien l'héritier.

11:45 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 21 décembre 2019

Dette de la France : la dérive mortelle.

derive-mortelle.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Malgré des taux d'emprunts en baisse constante, voire négatifs, et alors même qu'elle détient le triste record européen du niveau des prélèvements obligatoires (48,4 % contre 40,4 % en moyenne pour l'ensemble de l'Europe), la France vient de franchir le seuil des 100 % d'endettement (100,4 %) pour atteindre 2 415 milliards au troisième trimestre 2019 (+200 milliards sur l'année).

À l'origine de cette dérive mortelle pour l'économie réelle du Pays et pour son indépendance,  on trouve les dépenses vertigineuses de fonctionnement de l'Etat, la fraude fiscale et sociale, les gaspillages, les mille feuilles administratifs et territoriaux, les sinécures diverses pour amis, les subventions indues à des associations et organisations à entretenir, et, bien sûr, le poids de l'immigration. Tout cela a un coût que les déficits publics aussi abyssaux soient ils ne suffisent pas à couvrir. Il faut donc emprunter.

Les conséquences en sont connues: mesure de rigueur anti sociales, réduction des effectifs et des budgets dans les services régaliens de l'Etat, épée de Damoclès sur les générations futures, et dépendance de la France au bon vouloir des marchés. Qui paye commande. Qui commande enchaîne.

Pas plus que ses predécesseurs, Macron n'est en mesure de faire face. Ni n'en a la volonté.

Un vaste chantier de plus pour la droite nationale lorsque viendra le temps de son arrivée aux responsabilités.

15:45 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 décembre 2019

Démission d'un couillon.

téléchargement.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé

Le départ de l'ignominieux Delevoye était une nécessité morale.
 
Le retrait de l'inutile et crapoteuse réforme Macron / Philippe / Delevoye ou, pour le moins, de ses dispositions les plus injustes et antisociales, est une nécessité politique.
 
La mise au pas des syndicats rouge est une nécessité nationale.

15:56 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 décembre 2019

Il y a douze ans, le traité de Lisbonne enchaînait l'Europe dans les fers du mondialisme

SommetLisbFamill@E071018.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
À l'heure où, par sa victoire éclatante dans les urnes, le Premier ministre britannique Boris Johnson vient de confirmer que le brexit aurait bien lieu et que la décision du peuple anglais  serait respectée, il est utile de se souvenir qu'Il y a tout juste douze ans, le 13 décembre 2007, était signé le funeste traité de Lisbonne, ratifié par le Parlement français réuni en Congrès à Versailles le 4 février 2008 et entré en vigueur le 1er janvier 2009.
 
Ce traité, par une manœuvre ignoble de cynisme et de mépris de la volonté du peuple, manœuvre dont Nicolas Sarkozy fut le moteur avec la complicité de la presque totalité de la droite républicaine et l'accord tacite du Parti socialiste, reprenait un à un les articles d'une Constitution européenne supranationale de nature mondialiste rejetée en 2005 par referendum par les Francais. Bien plus encore que le traité de Maastricht, celui de Lisbonne, par ses mécanismes totalitaires — politiques et financiers — allait enchaîner les États européens dans les fers ultra-libéraux et technocratiques d'une Union entièrement placée sous la coupe de la Commission de Bruxelles et l'influence des lobbys. L'Europe de la dépendance à Washington, de l'austérité, de la porte ouverte aux vagues migratoires, de l'impuissance militaire et sécuritaire, de la désindustrialisation, de la faiblesse concurrentielle à l'exportation, de la spéculation, de la déconstruction identitaire, était consolidée dans sa folie suicidaire.
 
Paris (CECA), Rome, Maastricht, Lisbonne... Villes historiques et prestigieuses de l'Europe civilisationnelle... Il faudra aussi que les rats d'égout de ce capharnaüm que l'on nomme UE, paient un jour pour celà: avoir entaché le nom de ces grandes cités de l'empreinte sigillaire de  leurs traités de soumission.
 
Il faudra aussi bien sûr, le moment venu, déchirer ces papiers moisis. Pour construire enfin, à partir des Nations charnelles, le grand édifice de l'Europe/Puissance.

13:17 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 décembre 2019

Et 400 de plus...

des-migrants-durant-l-evacuation-le-9-mai-2017-du-campement-illicite-installe-porte-de-la-chapelle-a-paris_5877643.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

La France va accueillir prochainement 400 demandeurs d'asile actuellement présents en Grèce.

"La France va ainsi aider la Grèce à faire face à l'augmentation des flux migratoires" a déclaré l'Ambassadeur de France à Athènes, Patrick Maisonnave.
 
Aider la Grèce en transvasant son trop plein de clandestins vers notre Pays est une façon comme une autre d'ouvrir grand les portes de l'Europe à l'ingression planétaire conformément à l'idéologie dominante et aux consignes de la haute finance internationale.
 
Ambassadeur de France, Maisonnave ? Non! Porteur de valise des passeurs et sémillante  hôtesse d'accueil de la migrance planétaire. Un accueil dont ses patrons de l'Elysée, de Matignon, du Quai d'Orsay et de la place Beauvau sont, comme le furent leurs prédécesseurs, les gentils organisateurs pour la subdivision France du grand empire mondialiste.

17:03 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 11 décembre 2019

Le Parti de la France demande à Emmanuel Macron de retirer son projet de réforme des retraites.

B9721888148Z.1_20191210211027_000+GNDF3CJM1.2-0.jpg

Jean-François Touzé, 
Délégué général du Parti de la France.

Attaché à la cohésion nationale et aux libertés des Français de travailler, de se déplacer et de bénéficier des services publics, le Parti de la France condamne avec force les grèves/blocage organisées par des syndicats politiques d'extrême gauche uniquement soucieux de leurs intérêts catégoriels et animés par l'idéologie toujours présente de la lutte des classes.

 
Pour autant, cette réforme voulue par le Président de la République, réforme  inéquitable, hasardeuse, incertaine et inutilement aventureuse doit être rejetée en bloc par le peuple français. Sa mise en œuvre telle que présentée ce mercredi midi devant le Conseil économique social et environnemental par le Premier ministre se traduirait, en effet, par des mesures injustes, gravement pénalisantes pour des millions de nos compatriotes et coûteuses pour les finances de l'Etat en raison du report aux calendes grecques d'un plan paramétrique visant à l'équilibre des caisses de retraites et en laissant au bon vouloir des syndicats — la "nouvelle gouvernance" destinée à tenter de séduire la CFDT — le soin d'en fixer une hypothétique trajectoire.
 
Le Parti de la France appelle en conséquence l'ensemble des forces politiques de réelle opposition à se mobiliser, et soutiendra toute initiative civique non paralysante pour le Pays susceptible de contrer cette réforme anti sociale, mal conduite et mal engagée.
 
Nous demandons à Emmanuel Macron de retirer immédiatement ce projet et de soumettre à référendum, comme le permet la loi constitutionnelle du 4 août 1995, la question de l'avenir et de l'architecture générale du système français des retraites.

15:28 Publié dans Communiqués de presse, Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 10 décembre 2019

Le Parti de la France demande la démission de Jean-Paul Delevoye.

le-haut-commissaire-a-la-reforme-des-retraites-jean-paul-delevoye-le-12-septembre-2019-a-paris_6210678.jpg

Communiqué de Jean-François Touzé, Délégué général du Parti de la France :

Après les révélations sur les liens qu'il entretenait avec le secteur des assurances, liens qu'il avait "oublié" de déclarer auprès de la Haute autorité pour la transparence de la vie politique comme l'aurait voulu la loi, le Haut commissaire en charge de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, vient de demissionner de son poste d'administrateur de l'Institut de formation des professions de l'assurance (IFPASS).

Au moment où le gouvernement entend imposer aux Français une réforme socialement injuste, aux contours incertains et à l'efficacité douteuse, à l'heure où sont bloqués transports et services publics par les syndicats politisés, et alors que menace une crise sociale majeure aux conséquences économiques lourdes, aucun soupçon de conflit d'intérêt ne peut être toléré.
 
Le Parti de la France demande au Premier ministre de tirer les conséquences de cette affaire : ce n'est pas de ses fonctions privées que doit immédiatement démissionner monsieur Delevoye. C'est du gouvernement.

11:29 Publié dans Communiqués de presse, Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 09 décembre 2019

La droite bourgeoise, ce radeau de la méduse de la politique française.

republicains-3162946-jpg_2815077_660x281.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Selon un sondage réalisé en milieu de semaine dernière auprès de 1037 personnes, par l'Institut Yougov pour le compte du Huffington post, Emmanuel Macron a vu en un mois — de novembre à décembre — les opinions favorables à son endroit grimper de 18 points auprès de l'électorat LR, portant sa popularité à 44% d'opinions favorables à droite. Forte hausse également au sein de l'électorat RN avec 12 points supplémentaires par rapport au mois de novembre, soit 15% d'opinions favorables.
 
L'incapacité des Républicains à incarner une ligne droite explique en partie cette envolée. Tout comme y participent les incohérences stratégiques, tactiques, politiques et comportementales de Marine Le Pen. L'habileté, le talent et l'art consommé de la triangulation du locataire de l'Elysée ont fait le reste.
 
Mais l'essentiel est ailleurs. Cette étude montre, s'il en était besoin, la versatilité d'un électorat bourgeois à sensibilité conservatrice mais pas trop, droitiste mais modérée, libérale mais progressiste, patriote mais universaliste. À entendre un discours de Macron devant les cercueils de treize de nos soldats honorés dans la cour des Invalides, la droite bourgeoise fond et s'émeut. À contempler la posture "résistante" du Président de la République face au chantage syndical, l'électorat bourgeois frissonne, impressionné par tant de fermeté d'apparence. À vouloir croire à la détermination de l'exécutif dans la conduite des réformes, l'électorat bourgeois frémit devant l'expression d'une si mâle audace. Aux paroles vides de Macron feignant de donner la leçon au monde entier et à l'Union européenne en particulier, l'électorat bourgeois applaudit et fait la claque.
 
Prêt à se donner, comme il l'a toujours fait, au plus menteur et au plus cynique, l'électorat bourgeois est un sable mouvant où s'enlisent régulièrement les espoirs de relèvement national et européen comme l'ont montré jadis ses successifs engouements gaullistes, giscardiens, balladuriens, chiraquiens, sarkozistes Toutes les impostures le séduisent. Tous les pièges dressés fonctionnent et l'attirent. Son acédie chronique lui interdit tout engagement durable.
 
La vraie droite nationale, populaire et sociale sait que le noyau de la reconstruction française  est ailleurs.
 
Qu'elle soit républicaine, macroniste ou conservatrice, la droite bourgeoise est toujours le radeau de la méduse des éternels naufragés de la politique.
 
Même si un jour, comme l'ont fait d'autres forces nationales dans l'Histoire au moment de conquérir le pouvoir, nous saurons jouer du soutien supplétif, passif et auxiliaire de tel ou tel.  

09:49 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 06 décembre 2019

6 décembre: fêtons la Saint Nicolas.

NicolasMyre.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Témoignage de la profondeur de notre histoire européenne, la Saint Nicolas n'est pas seulement la fête des enfants sages, ni un simple hommage à Nicolas de Myrhe, saint évêque de Lycie, Patron de notre belle Lorraine et figure iconique de l'Alsace, de l'Allemagne, de la Scandinavie et de la Russie.
 
Elle est aussi un rappel de la présence d'Odin toujours accompagné de ses deux corbeaux "qui voient tout", et de son cheval Sleipnir, tout comme saint Nicolas est accompagné de deux Zwarte Pieten et de son cheval. Tout comme Odin, Nicolas est aussi le chef de la chasse sauvage au cours de laquelle les âmes des morts rendent visite à la terre. Et comme Odin était accompagné de son valet Eckhart, Saint Nicolas l'est de Pierre Lenoir.
 
N'oublions pas qui nous sommes, d'où nous venons et de quoi nous sommes faits.

10:37 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 05 décembre 2019

Hommage aux combattants de l'Algérie française.

stele_oas_perpinya_la_clau.jpgL'avis de Jean-François Touzé
 
Le 5 décembre est censé être une journée d'hommage aux morts pour la France en Algérie.
 
Alors honorons le souvenir de nos soldats  tombés dans les djebels, de nos civils massacrés par la sauvagerie des fellaghas et de tous les combattants, militaires et civils de l'Algérie française. Honneur à nos armées qui avaient gagné cette guerre sur le terrain mais furent trahies à la fois par un pouvoir félon, une gauche et une extrême gauche collaborationniste du FLN dont elles portaient les valises, et une opinion publique indifférente et manipulée. Sans oublier les syndicats rouges, complices des poseurs de bombes, les mêmes que l'on voit aujourd'hui à l'œuvre pour bloquer la France et prendre les Français en otages.
 
Et, bien sûr, honneur à ceux de l'OAS.

14:26 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 03 décembre 2019

L’OTAN, il faut en sortir. Et vite !

images.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Au moment où, afin de célébrer les 70 ans du Traité atlantique, débute à Londres un sommet de l’OTAN sous haute surveillance américaine et dans la discorde européenne, le Parti de la France rappelle son opposition totale, absolue et définitive à la persistance d’une alliance militaire intégrée dont l’objet n’a plus aucune raison d’être depuis la fin de la guerre froide et la dissolution des forces du Pacte de Varsovie.
 
L’organisation atlantique qui ne répond à aucune des nécessités de défense civilisationnelle de notre Europe n’est qu’un outil dont use Washington pour appuyer sa politique de domination mondiale, stratégique, économique et moralisatrice tout en écartant un rapprochement partenarial entre l’Union européenne et la Russie que sa position géographique, son Histoire, ses intérêts et sa dimension spirituelle désignent comme notre alliée naturel
 
L’exercice « Europe Defender » qui mobilisera au printemps prochain près de 40 000 soldats dont plus de la moitié américains sera pour nous l’occasion de rappeler que l’Europe ne peut attendre son salut que d’elle même.

22:54 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 02 décembre 2019

Lancement du premier gazoduc reliant la Chine à la Russie

51ff77a8dcd73f61350ada7b89b7a10bb2759984.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le Président Poutine et son homologue chinois Xi Jinping ont salué lundi le lancement du premier gazoduc reliant les deux pays, lors de la cérémonie d'inauguration de cette entreprise baptisée « Force de Sibérie », inauguration qualifiée par Vladimir Poutine "d'événement véritablement historique, non seulement pour le marché mondial de l'énergie, mais avant tout pour la Russie et pour la Chine". 
 
Historique, l'événement l'est sans nul doute. Et ce n'est pas une bonne nouvelle pour l'Europe.
 
Ce gazoduc vient, en effet, entériner et en quelque sorte concrétiser le rapprochement stratégique, économique et géo-politique des deux pays, éloignant de fait un peu plus le grand espoir civilisationnel d'un immense  ensemble eurasien a partir de notre Europe et de l'empire russe.
 
Tout a été fait, depuis trente ans, par les Etats Unis d'Amérique et leurs auxiliaires européens, pour créer les conditions d'une faille entre l'ouest et l'est de notre continent poussant ainsi la Russie à renouer avec ses tropismes orientaux.
 
Il n'est pourtant pas trop tard. Que l'Europe se réveille enfin par le sursaut attendu de ses peuples et la montée de forces politiques nouvelles, qu'elle rompe avec sa politique servile d'alignement systématique sur les positions de Washington, qu'elle procède au dépassement de l'OTAN, qu'elle annule les sanctions mises en place contre l'économie russe — sanctions "perdantes/perdantes" puisqu'elles étranglent aussi bien les intérêts russes que ceux des États de l'UE en particulier dans le domaine agro-alimentaire — qu'elle se prononce en faveur d'un nouveau paradigme Paris-Rome-Berlin-Moscou... Alors le nécessaire partenariat euro-russe redeviendra d'actualité.
 
Et avec lui l'espoir du retour de l'Histoire européenne.

16:13 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 novembre 2019

Attaque "antifas" à Rennes : réaction du Parti de la France

safe_image.php.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Soutien aux étudiants du journal "L'étudiant libre" victimes d'une violente attaque des antifas lors de la réunion qu'ils tenaient mercredi soir à Rennes.

Une fois de plus la vermine gauchiste, auxiliaire d'un Système qu'elle n'a jamais cessé de servir, a accompli ses basses œuvres.

Espérons que les jeunes conservateurs agressés dont certains ont été sérieusement blessés auront ainsi compris que l'engagement politique national n'était pas un simple échange intellectuel entre "gentlemen" et ne se réduisait pas au seul champ du "méta".

17:54 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Strasbourg : LE "NOUVEAU DÉPART" DU PARLEMENT EUROPÉEN C'EST L'HORREUR ABSOLUE

commission-europeenne-les-chantiers-d-ursula-von-der-leyen_4793614_540x271p.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Dans son discours d'investiture prononcé mercredi devant le parlement européen réuni à Strasbourg, la nouvelle présidente de la Commission de Bruxelles, Ursula Von der Leyen, a annoncé un "nouveau départ" pour l'UE.
 
Écologie punitive, soumission à la Stasi climatique internationaliste, renforcement du totalitarisme droit-de-l'hommien, acceptation idéologique de l'immigration massive, encouragement à la venue de nouveaux "réfugiés", dictature des bons sentiments, bureaucratie technocratique tatillonne et soviétoïde, obéissance à la financiarisation et aux lobbys, alignement sur les positions américaines, intégration atlantiste... C'est ce que madame Von der Leyen appelle "un nouveau départ".
 
Nouveau départ vers le sur place de l'impuissance et du néant européen.

09:20 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 novembre 2019

Treize soldats français tués au Mali

75266120_3195940203766348_7754367598124335104_n.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Treize officiers, sous officiers et hommes du rang viennent de trouver la mort dans la collision de leurs deux hélicoptères au Mali.
 
Saluons ces soldats morts dans l'honneur de leur Service et pour la fidélité au Drapeau.
 
Mais saisissons cette dramatique occasion pour demander des comptes au Président de la République et au gouvernement sur l'emploi de nos forces armées dans des opérations extérieures au long terme dont on voudrait être sur que seul l'intérêt supérieur de la France les commande.
 
Nos soldats ne doivent être engagés que dans des opérations utiles et nécessaires au Pays et ne doivent se battre que pour le beau drapeau de notre France entière. 
 
Ainsi, s'ils tombent, ils seront vraiment  morts pour la France.

19:39 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retraites : combattre la réforme de Macron, mais refuser le blocage syndical.

images.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Ambigüe, incomplète, inéquitable, bancale, la réforme du système de retraites concoctée par Jean-Paul Delevoye sous l'impulsion à la fois molasse et hasardeuse d'Emmanuel Macron doit être combattue.
 
Elle doit être combattue parce que la mise en place d'un système par points dont personne ne peut aujourd'hui présumer de la valeur aura inévitablement pour effet d'entraîner une baisse du niveau de retraite de nombreux Français.
 
Elle doit être combattue parce que le plan Delevoye ne donne aucune assurance quant au financement futur des pensions. 
 
Elle doit être combattue parce qu'elle relève d'une simple velléité comptable et non d'un projet socialement juste, économiquement pérenne et nationalement efficace 
 
L'universalité des retraites et la fin des régimes spéciaux (mais quid des régimes autonomes?) vont certes dans la bonnne direction, mais ces mesures de bon sens et de justice que la droite nationale n'a cessé depuis des décennies de réclamer ne sont mises en avant par le gouvernement que pour masquer le caractère punitif pour de très nombreux Français de la réforme.
 
Pour autant, les nationaux ne peuvent en aucun cas soutenir le mouvement de grèves massives et attentatoires à nos libertés qui se prépare à partir du 5 décembre. Une fois de plus, Marine Le Pen en prenant le parti des syndicats politisés de gauche et d'extrême gauche se fourvoie, confondant l'accessoire et l'essentiel, et privilégie ce qu'elle croit être sur le court terme son intérêt partisan au détriment de celui, dans la longueur et la profondeur du temps, de la France et des Francais.
 
Les Syndicats rouges, par idéologie autant que par défense de leurs privilèges organisationnels et catégoriels, se préparent à bloquer le Pays et à prendre, une fois de plus, les Français en otages pour une période indéterminée à l'approche de Noël. Pour contrer cette manœuvre inacceptable, le Parti de la France demande que soient prises dès le 5 décembre des mesures de réquisition et appliqué un vrai service minimum dans les transports et les services publics.
 
Nous demandons aussi que la question vitale de la réforme des retraites soit soumise à référendum (loi constitutionnelle de 1995 étendant le champ référendaire aux questions sociales et économiques) afin que, loin d'être tranché par une classe politicienne et syndicale clanique, le nœud gordien des retraites soit défait par le peuple tout entier.
 
Si cette réforme devait être rejetée par les Français — et tout porte à croire qu'elle le serait — un plan nouveau, courageux et responsable, de sauvegarde de nos retraites tant sur le plan du niveau des pensions que sur celui du financement du système, excluant les régimes spéciaux, consolidant la répartition tout en permettant la complémentarité volontaire, pourrait, grâce à la légitimation populaire acquise, être adopté dans la concertation dans le cadre législatif.

10:19 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 21 novembre 2019

L'hôpital est vraiment malade

5dd507942100006b7134d7b4.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé

Alors que l'hôpital public, dans son fonctionnement global — ce qui impacte le moral du personnel, la qualité des soins et la sécurité sanitaire, parfois même la sécurité tout court — est au bord de la rupture, le Premier ministre, Édouard Philippe, vient d'annoncer un certain nombre de mesures qui, toutes cumulées, relèvent du simple rafistolage.

La reprise par l'Etat du tiers de la dette des hôpitaux (plus de 30 milliards) n'est qu'un artifice comptable puisque, au bout du compte c'est toujours le contribuable qui paye, que ce soit par ses cotisations sociales ou par l'impôt.

Le coup de pouce budgétaire de 1,5 milliards sur trois ans est dérisoire comparé au milliard annuel du coût de l'Aide médicale d'Etat (AME) accordée aux étrangers clandestins dont la supression constitue une exigence économique, morale et nationale.

La prime de 800 euros par an est une insulte pour les personnels soignants dont la qualité et le dévouement vont bien au delà de ce que propose la mesquinerie comptable du gouvernement.

Les promesses, enfin, du ministère de la Santé de créations de lits ne connaissent quant à elles, pas le moindre début de commencement de concrétisation.

L'hôpital public, asphyxié depuis vingt ans, par les réductions budgétaires, les fermetures de services, le malthusianisme des embauches et les conséquences de l'application des 35 heures, est en voie de tiers-mondisation.

Tiers-mondisation de ses infrastructures, mais tiers-mondisation aussi par la nature même des patients qui y affluent. Tant que la question des flux migratoires ne sera pas traitée et résolue dans le sens national, aucune mesure en faveur des hôpitaux français et de ses services d'urgences ne sera viable.

On l'aura compris: pour nous, un plan d'urgence pour l'hôpital ne peut être qu'englobé dans un plan d'urgence pour la France.

23:42 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 20 novembre 2019

20 novembre 1936, prison d'Alicante : José Antonio Primo de Rivera est fusillé par les rouges.

76775193_10212670451195675_6222282128608985088_n.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Pour ne pas nous égarer dans les brouillards du doute qui sont pour la Cause comme un début de linceul, gardons toujours en mémoire ces mots qui n'ont rien perdu de leur lourde vérité politique : "La révolution est l’œuvre d’une minorité résolue, inaccessible au découragement, d’une minorité dont la masse ne comprend pas les premiers mouvements parce que, victime d’une période de décadence, elle a perdu cette chose précieuse qu’est la lumière intérieure". Présente !

14:45 Publié dans Jean-François Touzé, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 19 novembre 2019

Amalgame et extrémisme laïcard.

VG5UD22OMMXOTQDKWPUONPAALA.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
À Vesoul, une religieuse catholique s'est vue refuser une place dans une maison de retraite tant qu'elle ne quitterait pas son voile et son habit religueux. Celà au nom de la laïcité qui, comme on le sait, est un principe sacré de notre République. Petit père Combes pas mort.
 
Nous sommes bien dans le plus affligeant des amalgames, celui dans lequel se vautrent intellectuels dévoyés, gauchardins rouges, roses, noirs, verts, et progressistes de toute obédience.
 
La France est chrétienne. Nos religieuses en sont les servantes, elles que nous sommes fiers d'appeler "ma mère" ou "ma sœur". Elles appartiennent à la communauté de destin, spirituelle et nationale que l'on appelle France et les signes extérieurs de leur appartenance moniale ne sauraient être confondus avec l'utilisation/provocation que font des leurs les tenants de l'islamisme politique.
 
Ce que nous voyons à l'œuvre dans cette affaire, c'est bien le totalitarisme laïcard anti-chrétien adossé au complexe islamophile.

14:01 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 17 novembre 2019

Le Parti de la France : vers un élan nouveau.

IMG_4426.JPG

L'avis de Jean-François Touzé
 
Après 42 ans d'engagement militant qui l'ont conduit à exercer les plus hautes responsabilités à la direction du Front national d'abord, à la tête du Parti de la France ensuite, Carl Lang, ancien député européen, président du groupe FN au Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais, a décidé, pour des raisons qui le regardent et au terme d'une longue réflexion, de se retirer de la présidence du PdF et de prendre du champ par rapport à la politique active, sans, pour autant, s'interdire de participer au débat d'idées au service de la Cause.
 
L'amitié qui nous unit depuis 36 ans et l'estime que j'ai pour lui me font dire que j'espère vivement que ce retrait ne sera que momentané. 
 
Je ne doute pas que l'expérience qui est la sienne, le talent que je lui connais, la rigueur dont il ne s'est jamais départi, la cohérence de son engagement et la constance de sa ligne politique — la ligne droite, nationale et populaire — seront, un jour ou l'autre, lorsque les circonstances seront réunies, à nouveau utiles au mouvement national et à la France.
 
Le combat continue. Le Parti de la France tiendra son quatrième congrès le samedi 30 novembre à Paris. Un nouveau président sera élu que je soutiendrai et une nouvelle direction mise en place qui devra allier dans un même Conseil national et un même Bureau politique,  l'expérience des anciens et l'énergie de la jeunesse.
 
Que personne ne doute de ma détermination, aux côtés du Président élu, de servir dans la fidélité à la ligne politique de Carl Lang, qui, de tout temps fut aussi la mienne, les idéaux de la droite nationale.
 
J'invite tous mes amis, tous ceux qui, à un moment où un autre d'un parcours politique déjà long, ont bien voulu me faire confiance à nous rejoindre ou à continuer de nous suivre dans un esprit de fidélité, de camaraderie militante et de reconquête politique.
 
Toujours disponible :

Diapositive1.jpg

Commandez le livre entretien
avec Carl Lang cliquez ici

17:43 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 14 novembre 2019

Pour une voie nationale de l'économie et de l'emploi.

quand-pole-emploi-imagine-sa-journee-fantasmee-du-chomeur-1229313.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Malgré les manipulations statistiques, les camouflages, les faux stages, les radiations et les omissions, en dépit du vieillissement dramatique de notre population qui abaisse mécaniquement le nombre des personnes en activité et donc de ceux susceptibles d'être privés d'emploi, les chiffres du chômage repartent à la hausse au troisième trimestre 2019, avec officiellement 8,6% de chômeurs. Comme toujours, les plus de 50 ans sont les plus touchés.
 
Ces chiffres restent, certes, en recul (-0,5%) par rapport à 2018, mais la tendance lourde est  d'autant plus inquiétante que l'économie française ralentit, que les créations d'emploi reculent, que la consommation demeure atone, que le commerce extérieur reste très largement déficitaire et que l'investissement ne redémarre pas.
 
Inquiétant également l'augmentation du nombre de personnes non comptabilisées à Pôle emploi mais pour autant sans travail — ce que l'Etat appelle pudiquement le " halo du chômage — qui concerne 1, 6 millions de français (+ 27 000 personnes au troisième trimestre).
 
L'incessant yoyo entre hausse et baisse du chômage qu'utilisent depuis des décennies les gouvernements successifs de droite comme de gauche pour dissimuler la réalité ne trompe plus personne. "Contre le chômage" disait Mitterrand, "On a tout essayé". Non, la voie nationale n'a pas été tentée.
 
Cette voie nationale que le Système est bien incapable d'emprunter, c'est celle des libertés économiques intérieures, de la réduction des interventions de l'Etat dans la gestion des entreprises mais de l'activation, dans le même temps, de son rôle stratégique sur le long terme ; c'est celle de la baisse des charges et de l'allègement des contraintes administratives qui freinent l'embauche et compromettent la compétitivité de nos entreprises sur les marchés internationaux ; c'est celle de l'adaptation de la formation de nos jeunes aux réalités de l'économie moderne au temps du numérique ; c'est celle du refus d'Etat de voir la France réduite à ses seules activités de "services" ou de création de luxe, et de la volonté d'une ré-industrialisation réaliste et bien comprise ; c'est celle de la réduction drastique des dépenses de l'Etat hors devoirs régaliens, afin de pouvoir réinjecter les fonds nécessaires à la redynamisation de l'économie réelle; c'est celle, enfin, d'une conception protectrice des productions européennes afin d'en revenir à une confrontation commerciale mondiale juste, équitable et non faussée. C'est celle, enfin, de la mobilisation de tout un peuple dans un projet national.
 
Tant que cette voie ne sera pas choisie, des millions de Français connaîtront les affres du chômage et de la précarité.

10:55 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook