Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 05 décembre 2022

Et si l’on faisait comme dit Elon Musk ?

-4432708727617843295 copie.jpg

La chronique de Philippe Randa

N’ayant aucune culture d’entreprise pour m’être exploité moi-même ma vie durant – jusqu’à présent et ne voyant guère de risques que cela change – il y a des fléaux auxquels j’ai donc échappé. L’un est particulièrement ravageur aux États-Unis d’Amérique et pas que ! hélas !

Voici quelques années, lors d’un déjeuner avec Jean-Paul Brunet dont j’ai publié deux livres (1), celui-ci me racontait comment, après la IIe Guerre mondiale, fasciné par le cinéma américain, il avait décidé d’aller vivre outre-Atlantique où des décennies durant, il mena une brillante carrière d’universitaire et de lexicographe.

Il m’expliqua alors comment fonctionnait formidablement l’enseignement supérieur aux USA et, de façon très similaire, au Canada : les différences et résultats en fin de cursus avec la France se passent de commentaires… Bien évidemment, je n’avais aucune raison de douter de ce qu’il m’apprenait… quand il ne me confirmait pas tout simplement ce dont je pouvais me douter.

En désespoir de cause (franchouillarde), je tentais tout de même de réfréner son enthousiasme (yankeenophile) sur son tableau si idyllique de l’enseignement en Amérique du Nord :

– Il n’y a vraiment aucun problème là-bas, alors ?

Sa réponse fusa :

– Si ! La réunionite ! Pour un oui ou pour un non, il faut – et il n’est même pas envisageable d’y échapper – se réunir pour discuter, discuter, discuter : sur tout, sur rien et surtout pour rien !

Philippe Joutier, autre auteur que j’ai eu le plaisir de publier, a témoigné, lui, sur ce fléau de ce côté-ci de l’Atlantique : ancien Inspecteur, puis Directeur départemental au Ministère de la Jeunesse et des Sports, il a rapporté dans son désopilant (ou tragique, c’est selon les points de vue) livre Les Extrafrançais (2), ces innombrables réunions où les participants, s’ils ne sont pas discrètement assoupis, font semblant d’écouter les intervenants pontifier tant et plus en faisant généralement assaut de lieux communs.

Et tout le monde de se quitter (enfin, c’est pas trop tôt !) sur ce prometteur échange pour l’avenir :

– On fait comme on a dit ?

– On fait comme on a dit !

On ne peut donc qu’apprécier la récente initiative d’Elon Musk de « torpiller la “réunionite” dans les boîtes » selon le titre du magazine Challenges ; elle ne peut qu’interpeller après les conclusions d’une étude réalisée par la société Otta.ai (spécialiste des outils de collaboration) : « … un tiers des réunions seraient inutiles et elles feraient perdre des millions d’euros aux entreprises. […] supprimer cette réunionite permettrait d’économiser 2 millions d’euros par an pour les entreprises de moins de 100 employés, 10 millions à celles de moins de 500 employés et 100 millions à celle de 5 000 et plus ! »

De même, rapporte encore le magazine, « une entreprise technologique asiatique a ainsi observé, l’an dernier, la façon de travailler de 10 000 de ses employés entre avril 2019 et août 2020. Elle a découvert qu’ils travaillaient 30 % de temps en plus quand ils étaient à leur domicile, en télétravail. Mais que cet effort supplémentaire ne servait à rien, car leur productivité baissait de… 20 %. En fait, tout leur temps de travail supplémentaire était absorbé par des réunions. »

Ainsi, le milliardaire américain qui vient de défrayer le monde médiatique en rachetant Twitter, entend promouvoir la productivité avec six principes que ses employés sont priés d’appliquer à l’avenir :

1) Évitez les grandes réunions, elles découragent le débat ;

2) Quittez les réunions ou vous n’apporterez rien. Ce n’est pas impoli de partir ;

3) Oubliez la chaîne hiérarchique pour communiquer avec vos collègues ;

4) Soyez clair plutôt qu’intelligent. Pas de jargon ;

5) Renoncez aux réunions régulières. Envoyez plutôt des SMS ou des emails ;

6) Soyez pratiques, ne suivez pas la règle, mais les objectifs de la société.

Des principes qu’il serait, à n’en pas douter, fort judicieux d’appliquer de ce côté-ci de l’Atlantique !

Notes

(1) Alan Ladd, héros fragile, Éditions Dualpha, collection « Patrimoine du Spectacle », préface de Jean Tulard, membre de l’Institut, 2009 cliquez ici

Dictionnaire des Forces Spéciales. Dictionary of Special Forces (français-anglais/anglais-français), Éditions Dualpha, collection « Patrimoine des Lettres », 2016. cliquez ici

(2) Les Extrafrançais, Éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire » , 2015. 

23:30 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 26 novembre 2022

e-générosité pour ravis de la crèche !

ONG-GiveDirectly.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Dans un passé de moins en moins récent, se montrer chaque dimanche à la messe était certes un acte de piété pour beaucoup, mais aussi une occasion de paraître pour certains.

Ainsi de certains fortunés qui, à la sortie de l’office, s’attardaient sur le parvis pour sortir leur bourse et lâcher quelques piécettes aux malheureux qui demandaient l’aumône. Il fallait que cela se voie, se sache, se dise… Une bonne action, surtout à moindres frais et à condition d’être publique, faisait son bourgeois aussi sûrement que son embonpoint.

À quoi cela sert-il d’être généreux si ça ne se voit pas, hein ?

Autres temps, autres mœurs, les progrès technologiques permettent désormais à la générosité des uns de faire le bonheur des autres sans même avoir à sortir de chez soi…

L’ONG GiveDirectly considère en effet que les pauvres sont les plus à même de dépenser les aides qu’ils reçoivent avec efficacité, c’est-à-dire selon leur bon vouloir et non de celui de leurs bienfaiteurs, si tant est que, comme les bourgeois d’antan, ceux-ci s’en soient toujours préoccupés plus que cela.

Concrètement, « (le) principe est simple : (GiveDirectly) identifie les villages ou les foyers les plus pauvres et leur verse directement de l’argent, souvent par un transfert sur mobile […] Et, si l’argent est transféré directement sur le compte du bénéficiaire, les risques de corruption ou de détournement diminuent considérablement » (Le Monde, 8 novembre 2017).

La philosophie de cette e-générosité est simple : la personne concernée (par le manque de moyens) serait la plus à même de savoir ce qui lui est le plus nécessaire… Ce que Abhijit Banerjee et Esther Duflo, les directeurs du J-PAL (l’Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab) confirment dans leurs études : « C’est précisément parce que [les pauvres] ont si peu qu’on les voit prendre le temps de la réflexion avant de décider : ils doivent être des économistes talentueux juste pour survivre » (Économie utile pour des temps difficiles, Seuil, 2020).

« Trop souvent, on donne des aides, des moyens sans dire aux bénéficiaires comment les utiliser ou sans leur demander comment ils veulent les utiliser. Il y a quelque chose de profondément paternaliste à prendre ce genre de décisions à Genève, à Londres, à New York », explique ainsi avec un air de ravi de la crèche un dirigeant de GiveDirectly, à l’évidence tout à fait confiant dans l’usage qui sera forcément fait de l’argent ainsi distribué en toute béate confiance.

C’est beau de croire dans l’honnêteté, l’intelligence et la compétence des plus démunis et après d’une telle déclaration d’amour et d’espérance dans l’humanité, il serait parfaitement inapproprié d’en douter, même un tout petit peu…

Mais ayons tout de même une (mauvaise) pensée pour ces sympathiques clochards d’antan qui vous demandaient une p’tite pièce en déclarant (comme Gérard Jugnot dans le film Le Père Noël est une ordure) : « J’vais pas vous mentir, c’est pour aller m’payer une chopine »

Lire EuroLibertés cliquez là

13:14 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 22 novembre 2022

Cet autre « Pas d’amalgame ! » qui les gêne tant !

Viol-Konk.jpeg

La chronique de Philippe Randa

À défaut de gagner des élections, qu’elles soient politiques ou syndicales, syndicats, partis de gauche et associations diverses, variées et surtout politiquement très correctes n’aiment rien tant que battre le pavé parisien.

« Ça les occupe, c’est toujours ça ! », commentent certains en haussant les épaules… « Ah ! bon ! et alors ? », font écho d’autres, tout aussi blasés et les uns et les autres sont sans doute davantage préoccupés par leurs futurs réveillons de fin d’année : foie gras, crustacés et bûches glacées pour ceux de la France d’en haut… ou pâté Henaff, saucisses frites et glace à l’eau pour ceux de la France d’en bas, sommés de traverser la rue pour trouver du travail et de payer l’essence sans geindre.

Ainsi étaient-ils plus de 80 000 (pour les organisatrices, entre autres de NousToutes), moins de 18 000 (pour la police) – qui peut encore croire dans le sérieux de l’estimation des unes ou de l’autre avec un tel différentiel ? – à manifester, encore et toujours, à Paris et dans plusieurs villes de France, contre les violences sexistes.

Ces manifestants-et-tantes ou autres non-identifiés (sinon identifiables) se sont désolés des dysfonctionnements de la justice, ont stigmatisé sans distinction aucune les « mâles », se sont insurgés qu’on puisse ne serait-ce que vérifier la véracité des accusations portées par des victimes – forcément victimes – et des coupables – forcément coupables – et stigmatisant une « culture du viol » qu’il serait grand temps de stopper…

Serait-il risqué, comme un aveu inconscient de culpabilité, de demander que soit défini ce qu’est précisément cette « culture du viol » ? Peut-être celle décrite par le marquis de Sade dont les écrits romanesques et assurément sulfureux ont traversé les siècles et furent, effectivement, assez mis en avant par les militants de la gauche extrême, organisateurs de la chienlit de mai 1968… et assez nombreux – pour ceux que la mort n’avait pas fauchés à temps – à devoir répondre de harcèlements, agressions, viols, incestes et autres joyeusetés sexuelles dans lesquelles ils étaient passés maîtres… et pour lesquelles nombre d’entre eux ont été condamnés !

Parmi ces batteurs-et-batteuses de pavé, combien ont, par le passé ou encore aujourd’hui, rêvé pourtant d’un nouveau « mai 1968 » ? Poser la question est y répondre, n’est-ce pas : la plupart !

Quant à cette fameuse « culture du viol », qu’on me permette d’y apporter, sinon une définition, du moins un souvenir… C’était au tout début des campagnes de délation d’#metoo et autres balance-ton-porc (« et ta cochonne », nous rappelle le drame récent de la petite Lola, violée, torturée et tuée par une « chance pour la France » d’outre-méditerranée) …

J’interrogeais alors la fille d’une amie, jeune et jolie :

— Qu’est-ce que tu en penses ? Tu es souvent importunée, toi ?

— Oui, évidemment… Pas sur mon lieu de travail, ni parmi les gens que je fréquente ! Mais dans la rue, dans le métro, oui, tout le temps ! Tu devines par qui ! Pas des Norvégiens et pas non plus des Italiens… J’ai besoin de te faire un dessin ?

Lisez EuroLibertés cliquez ici

18:23 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 15 novembre 2022

Internet et ses géants aux pieds d’argile

geants-pieds-argile.jpeg

La chronique de Philippe Randa

En cette période d’avenir incertain – mais l’avenir a-t-il jamais vraiment été certain ? – il est étonnant de constater que les mésaventures, sinon l’effondrement pour certains d’entre eux, de géants financiers, industriels ou économiques de l’internet ne soulève guère de commentaires.

Il en est ainsi des annonces de 11 000 licenciements annoncés par Mark Zuckerberg, le patron de Meta, la maison mère de Facebook, Instagram et WhatsApp, soit 13 % de ses effectifs… dans le même temps où Elon Musk « dégage » la moitié des employés de Twitter qu’il vient de racheter, pour des raisons certes de saine gestion tout autant que pour avoir les mains libres après ses tonitruantes annonces de « libérer » la parole de ses utilisateurs.

De plus, nous apprend BFMTV, « … tout le secteur de la technologie est concerné. Fin août, Snap, la maison mère de l’application Snapchat, a supprimé environ 20 % de ses effectifs. La semaine dernière, Stripe (paiements en ligne) et Lyft (réservations de voitures avec chauffeur) ont fait part de licenciements massifs, tandis qu’Amazon a gelé les embauches dans ses bureaux. »

Ainsi, ces GAFAM, dont on ne cesse de nous vanter la surpuissance – ou de nous « alerter sur », c’est selon – contre laquelle nous ne pourrions rien, apparaissent à l’évidence comme des géants aux pieds d’argile.

Certes, licenciements ne signifient pas disparitions : Facebook est toujours là et bien là… et Elon Musk n’a pas injecté dans le rachat de Twitter des dizaines de milliards de dollars (27 milliards de sa poche, 5,2 milliards apportés par des fonds d’investissement et des grandes fortunes et quelques prêts bancaires souscrits notamment auprès de la Société Générale et de BNP Paribas) à la légère sans avoir d’idées pour relancer cette affaire…

Mais les GAFAM ne sont pas les seuls géants à connaître des déboires… définitifs même pour FTX, deuxième plate-forme d’échange de cryptomonnaies, pourtant considérée comme l’une des plus sûres du monde, qui a été liquidé en une semaine, « ruinant » son PDG Sam Bankman-Fried dont la fortune était encore estimée il y a peu à 16 milliards de dollars, laissant sur le carreau 300 salariés et 100 000 clients avec leurs seuls yeux pour pleurer.

Ajoutons que la Chine n’est pas davantage épargnée puisque, nous apprend le magazine économique Cajing Tianxia, les licenciements se multiplient dans le secteur du numérique, notamment chez iQiyi (le « Netflix chinois »), Baidu, ByteDance ou Alibaba…

Ces exemples actuels – et combien d’autres ! – nous rappellent le sort de ces empires qui, tout au long de l’histoire de l’humanité, n’ont cessé de toujours vouloir gonfler démesurément afin d’asseoir leur domination politique, religieuse ou économique… sans voir que leur ambition aussi irrationnelle que démente portait en elle les causes de leur effondrement.

« Jupiter rend fous ceux qu’il veut perdre », nous dit un vieil adage latin… Cela reste finalement la seule certitude que l’on peut avoir dans l’avenir, et sans doute le seul espoir dans un monde sinon meilleur, tout au moins bien différent du nôtre. Avis aux mégalomanes tout autant qu’aux pessimistes !

Lire EuroLibertés cliquez ici

01:02 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 03 novembre 2022

Parité criminelle

RANDA Ph.jpegLa chronique

de Philippe Randa

Selon la mythologie grecque, Prométhée ayant volé le feu aux Dieux pour le donner aux hommes, Zeus se vengea en ordonnant à Vulcain de créer une femme fatale, c’est-à-dire pourvue des dons multiples de beauté, flatterie, amabilité, adresse, grâce et intelligence, mais également experte dans l’art de la tromperie et de la séduction.

Nommée Pandore (soit en grec : « dotée de tous les dons »), elle fut envoyée séduire Épiméthée, frère du « voleur », ce qui lui fut aisé, on s’en doute.

Le jour du mariage, Zeus fit remettre à la jeune épousée une boîte contenant tous les maux de l’Humanité avec le conseil, sinon l’interdiction, de l’ouvrir. Bien évidemment, la tentation fut telle que par simple curiosité, Pandore désobéit aussitôt et voyant se répandre tous les fléaux, la referma précipitamment, emprisonnant ainsi à l’intérieur… l’espérance !

À l’évidence, cette légende inspira celle du fruit de la connaissance dans le jardin d’Éden qu’Ève poussa Adam à croquer, malgré l’interdiction qui leur en avait été faite, ce qui les fit chasser du Paradis terrestre.

On se doute que la description de la femme et des catastrophes par ignorance, bêtise, cupidité ou malignité dont on l’affuble ainsi, autant chez les païens que chez les chrétiens, ne doit guère être prisée chez les excités wokistes de notre époque.

Soyons juste en reconnaissant qu’il serait bien évidemment tout aussi aisé d’affubler la gent masculine de bien des catastrophes, tout autant eux-mêmes par ignorance, bêtise, cupidité ou malignité… et s’il y a une parité qui semble tout particulièrement ne faire aucun doute, c’est à l’évidence dans le crime, d’autant plus s’il est abominable.

Ainsi au viol et torture le vendredi 14 octobre de la petite Lola par Dahbia B., jeune algérienne sous « Obligation de Quitter le Territoire Français » (OQTF) fait écho le mercredi 26 octobre l’agression, dans le quartier du Val Fourré à Mantes-la-Jolie d’une jeune femme enceinte de plusieurs mois par cinq canailles qui n’hésitèrent pas à la rouer de coups parce qu’elle ne se laissait pas arracher son sac à main… et cette jeune future maman, comme on peut le constater dans l’entretien filmé où elle raconte son tabassage, tient, elle, plus ses origines d’au-delà de la Méditerranée que du nord de l’Europe.

Comme le démontrent ces deux « faits divers » – sans compter les centaines d’autres quotidiens moins médiatisés – la barbarie n’a que faire des sexes, des races et bien souvent aussi des religions… n’en déplaise, une fois encore aux acharnés wokistes pour qui les seuls coupables, monstres s’il en est, ne peuvent être, encore et toujours, que des « hommes blancs de plus de cinquante ans ».

Lire EuroLibertés cliquez ici

22:49 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 23 octobre 2022

Meurtre de Lola : ce féminicide dont on ne dit pas le nom

RANDA Ph.jpeg

En entretien avec Philippe Randa

directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

L’assassinat de Lola, une petite fille de 12 ans, a non seulement ému l’opinion publique, mais est devenu un enjeu politique avec l’accusation de « récupération » jetée par le gouvernement à la face de ceux qui pointent la responsabilité de celui-ci puisque la principale suspecte faisait l'objet d'une « Obligation de quitter le territoire français » (OQTF) et aurait dû être expulsée de France…

Si un événement, quel qu’il soit, émeut l’opinion publique, il est normal que le monde politique ait son mot à dire. Avec le recul d’une dizaine de jours depuis ce crime, on peut néanmoins faire certains constats que je m’étonne de ne pas avoir entendu, ni dans l’espace politique, ni dans l’espace médiatique…

Lesquels ?

Tout d’abord sur les motivations de ce crime : la principale suspecte, Dahbia B. a reconnu d’emblée le crime, le justifiant dans un premier temps, semble-t-il, par un désir de vengeance envers la mère de sa victime qui lui aurait refusé un passe d’entrée à l’immeuble : mais le motif, pour futile qu’il soit, est difficilement concevable puisque l’on sait qu’elle a fait prendre une douche à la petite Lola avant de lui faire subir des agressions sexuelles, précédant sa mort par étouffement, puis de lui inscrire les chiffres 0 et 1 sous la plante des pieds… Le motif de la vengeance est donc peu plausible, tandis que l’aspect sorcellerie, à peine évoqué, ne semble plus guère envisagé, tout comme la vente d’organes qu’elle aurait pourtant proposée à une des personnes mise en garde à vue et finalement relâchée… sans qu’on ait appris pourquoi, à elle précisément, elle a fait une telle proposition – tout de même un peu spéciale, non ? –… Il aurait été intéressant de connaître ses explications.

Non, les seuls commentaires « autorisés », « politiquement corrects », « non complotistes », « non récupérateurs », semble-t-il, à l’instar de ceux de la police et de la grande majorité des médias à longueur de déclarations ou d’antennes, sont de psalmodier « l’horreur », « l’abomination » du crime de Lola… À ce propos, les paroles de Brigitte Macron sont particulièrement révélateurs d’un vide abyssal lorsqu’elle déclare que ce drame est « absolument intolérable et abominable » – y a-t-il des drames qui seraient tolérables et modérément abominable ? – et lorsqu’elle ajoute que : « Ça ne devra plus jamais être… » : quand l'expression « Plus jamais ça ! » s’est répandue en France après la boucherie de la Première Guerre mondiale, on pouvait  avoir ce vœu pieu, mais qui peut l’espérer avec des criminels ou des « personnes au jugement altéré », telles que considérées par les experts psychiatriques.

Le meurtre et le martyr de la petite Lola sont pourtant un crime horrible…

Comme tous les crimes, dont tous les viols, tous les actes de barbarie… Que la victime soit une enfant est certes plus émouvant, mais des crimes, dont des viols et des actes de barbarie, il y en a tous les jours et ce, depuis la nuit des temps… Lola n’est qu’une malheureuse parmi des millions d’autres dans l’histoire de l’Humanité. Et Dahbia B., son « présumé bourreau », n’est qu’un monstre parmi des millions d’autres dans cette même histoire…

Quel autre constat n’aurait pas été fait sur cette affaire ?

Celui du silence – allez reconnaissons-le, particulièrement « assourdissant », comme il est coutume de dire – des excitées du féminicide, telles Sandrine Rousseau ou Clémentine Autain et autres auto-proclamés professionnels de l’anti-racisme… et guère de monde, sur les plateaux de télévisions ou les antennes de radio n’a admis que non seulement, oui, une femme pouvait tuer ! Oui, une femme pouvait violer ! Oui, une femme pouvait torturer ! Et que cette femme, oui, pouvait ne pas être européenne !

Pensez-vous tout de même que l’importance qu’a prise médiatiquement le meurtre de Lola puisse changer les choses ?

Depuis dix jours, cela a surtout monopolisé les médias, permis de faire oublier le camouflet du Ministre de l’Intérieur dans l’affaire de l’imam Iquioussen dont la Justice belge a refusé l’extradition, la flambée des prix, les émeutes islamo-gauchistes au lycée Joliot Curie de Nanterre, les échecs dans le vote de plusieurs propositions de lois du gouvernement à l’Assemblée, j’en passe et beaucoup d’autres… Dans deux ou trois jours, une fois Lola enterrée, on trouvera bien un autre « fait-divers » – espérons toutefois qu’il ne soit pas aussi tragique – pour détourner l’attention de l’Opinion publique… À Rome, sous l’Antiquité, on achetait la paix sociale avec « panem et circenses » (du pain et des jeux)… En France, Macron regnant, on distrait l’attention des spectateurs et auditeurs avec des grandes-messes médiatiques particulièrement émotives sur des motifs « absolument intolérables et abominables » qui « ne devrait plus jamais être… »…  Autres temps, autres procédés, même finalité !

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Philippe Randa est l’auteur, avec Bernard Plouvier du livre Verbatim d’un délire sanitaire aux éditions Dualpha et récemment il a dirigé le Cahier d’histoire du nationalisme n°23 : « L’Algérie française. Le combat pour l’honneur » aux éditions Synthèse.

Le site EuroLibertés cliquez là

CHN 23 ANNONCE 2.jpg

Pour acheter ce livre cliquez ici

20:16 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'intervention de Philippe Randa lors du Rendez-vous Bleu Blanc Rouge de Synthèse nationale dimanche 16 octobre dernier à Rungis

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

 

mardi, 11 octobre 2022

Et si les jours (politiques) des furies déconstructrices étaient déjà comptés ?

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

C’est un leitmotiv d’annoncer que l’automne sera « socialement chaud » et qu’on va voir ce qu’on va voir ! Chaque fois, rien ne se passe… ou pas grand-chose, finalement ?

C’est vrai… jusqu’au jour où il se passera finalement quelque chose, ce qui permettra aux prophètes habituels de triompher : « Je vous l’avais dit… Je l’avais annoncé ! »…

Mais en ce mois d’octobre 2022, tout continue comme avant, non ?

Pour le moment, oui… enfin presque, puisque cette année, fait nouveau tout de même, les cassandres nous annoncent pour la première fois dans les mois à venir de possibles (probables ?) restrictions d’énergie, avec d’éventuelles coupures d’électricité… Pour la France qui s’enorgueillissait il y a encore peu de temps d’exporter son électricité, devoir aujourd’hui envisager le rationnement si on ne pouvait pas en acheter à l’Étranger, donne tout de même à réfléchir… Mais les Français ayant majoritairement accepté l’enfermement à domicile, l’obligation de vaccination, l’endettement abyssal de la France… et réélu néanmoins Emmanuel Macron, certains peuvent certes encore répéter : « On va voir ce qu’on va voir », mais comprenez qu’on peut aussi leur répondre avec ironie : « … et surtout de ne rien voir, comme d’habitude ! »… D’autant que le gouvernement peut continuer de faire tourner la planche à billets et acheter la paix sociale cet hiver en fournissant malgré tout aux Français de quoi se chauffer « quoi qu’il en coûte ! »

Emmanuel Macron n’a plus de majorité parlementaire ; il n’a donc plus les mains libres comme lors de son premier quinquennat… Vous ne croyez pas que les oppositions – NUPES, Rassemblement National… – pourraient faire bouger les choses ?

Il y a tout de même un constat à tirer de l’élection présidentielle et des législatives qui ont suivi : rien ne s’est passé comme les principaux candidats l’avaient imaginé… Emmanuel Macron a certes – et comme largement annoncé à l’avance – été réélu à l’Élysée, mais a perdu dans la foulée sa majorité parlementaire, ce qu’il n’avait pas envisagé puisque tous les présidents réélus jusqu’alors avaient gardé ou retrouvé une majorité… Quant à Marine Le Pen, elle n’avait sans doute aucune illusion sur une possible victoire présidentielle, mais voulait absolument effacer sa calamiteuse prestation au débat de second tour en 2017 et, si possible, parvenir à faire élire une vingtaine de députés pour former un groupe parlementaire : elle pouvait alors, comme elle l’avait annoncée, quitter la scène politique la tête haute. Mais surprise : 89 députés RN ont été élus et forment le premier groupe d’opposition à l’Assemblée ; Larem devenue Renaissance n’est plus majoritaire ; les Républicains survivent à la portion congrue… et l’union de la gauche sous étiquette NUPES a raté – et de loin ! – son pari d’avoir la majorité des sièges. Du coup, la prochaine présidentielle en 2027 devient très envisageable pour l’ex-présidente du RN ; pour le moment en tout cas…

Les autres candidats à l’élection présidentielle ont vraiment cru, eux aussi, à leur chance de l’emporter ?

Pas tous les autres, mais Yannick Jadot, avant son entrée en campagne et les coups de poignard dans le dos de sa rivale Sandrine Rousseau, était donné comme pouvant créer la surprise avant de s’effondrer, certes assez rapidement… et Éric Zemmour qui a été porté plusieurs mois durant par des sondages flatteurs, a très vite rencontré une incontestable ferveur militante qui s’est tout de même traduite par près de 2,5 millions d’électeurs et la création d’un parti qui, en nombre d’adhésion, s’est hissé en six mois à la première place… Jean-Luc Mélenchon, lui, a évidemment pensé qu’il accéderait au deuxième tour, croyant alors Marine Le Pen ringardisée et concurrencée par Éric Zemmour (alors que celui-ci l’a, au contraire, aidée en attirant sur lui les coups de foudres médiatiques)… Puis, ayant loupé la marche présidentielle, mais parvenu à rassembler les autres formations de gauche – communistes, socialistes et écologistes dont la survie électorale était en jeu – il s’est alors persuadé qu’il obtiendrait une majorité absolue de députés à l’Assemblée nationale qui le propulserait ainsi à Matignon… S’il n’en avait pas été intimement convaincu, il se serait bien évidemment représenté à la députation pour continuer d’exister… Sa faute est, selon l’expression populaire, d’avoir « vendu la peau de l’ours avant de l’avoir tué ». Il se retrouve dépourvu de fonction élective, rattrapé tout de même par son âge (71 ans) et avec des « alliés » à la conception fort peu collective de l’unité – qui ne l’ont acceptée que contraint et forcés et n’en ont que plus de ressentiment encore envers le leader de La France insoumise, devenu le premier parti de gauche ce que socialistes, écologistes et communistes « n’encaissent » pas. Pour eux, quelque part, c’est une offense.

Et les écologistes d’Europe Écologie-Les Verts…

D’abord, ils n’ont plus d’écologistes que le nom… À part tenter de terroriser les populations avec le Réchauffement climatique, ils n’évoquent plus guère leurs chevaux de bataille d’antan… Alors que la lutte contre le nucléaire en était un – pour certains même, le principal ! –, ils se taisent… Le gouvernement annonce pourtant vouloir relancer à fond le nucléaire, en déplorant les retards pris par son abandon, la faute en incombant aux socialistes pour des raisons bassement électorales, ce que la quasi-totalité des médias confirment. Une défaite en rase campagne pour les talibans de l’antinucléaire… mais qui ont désormais changé de lutte : imposer les inepties de la cancel culture, autre manière de détruire notre modèle de société, est désormais l’obsession des dirigeants d’EELV et prouve ainsi, pour ceux qui doutaient encore, leur ADN d’extrême gauche.

Mais le délire woke leur revient dans la figure comme un boomerang : Éric Zemmour a expliqué que, comme en 1789, la Révolution finit par dévorer ses enfants… Il prédit même qu’un jour, Clémentine Autain finirait par dénoncer Jean-Luc Mélenchon comme un homme de droite…

À moins qu’elle et Sandrine Rousseau aient été auparavant elles-mêmes dévorées… Mettez-vous à la place des autres dirigeant d’EELV, voire de ceux de la NUPES : ils ne sont pas dupes des ambitions politiques d’une Sandrine Rousseau qui s’est clairement débarrassée avec une campagne de délation savamment orchestrée de Julien Bayou – un de ses rivaux politiques au sein de son parti – tout comme elle avait affaibli auparavant son « allié » de La France insoumise par d’identiques campagnes de délation à l’encontre du député Adrien Quatennens, obligé d’abandonner ses fonctions de coordinateur de LFI… et après celles contre le militant franco-algérien Taha Bouhafs, obligé de retirer sa candidature aux élections législatives… et contre Éric Coquerel, lui encore président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, mais pour combien de temps ? Après leur survie électorale, nombre de cadres d’EELV ou de LFI, voire de ce qu’il reste du PCF ou du PS, doivent désormais se dire qu’il leur faudrait songer à leur propre survie politique s’ils devenaient une quelconque gêne à la folie quasi-démoniaque des « furies déconstructrices »… Qui sait si des couteaux ne s’affûtent pas déjà en coulisse et que les jours (politiques) de Clémentine Autain, de Sandrine Rousseau et de quelques autres excitées ne sont pas comptés…

Philippe Randa est l’auteur, avec Bernard Plouvier du livre Verbatim d’un délire sanitaire aux éditions Dualpha cliquez ici et récemment il a dirigé le Cahier d’histoire du nationalisme n° 23 : « L’Algérie française. Le combat pour l’honneur » aux éditions Synthèse cliquez là.

COUV Maquette SN REVUE copie 11.jpg

23:59 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 05 octobre 2022

François Braun, le Ministre « Zangra » des déserts médicaux

ignace_caricature_francois_braun_ministre_sante-ojim-scaled-1-216x300.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Braun. François Braun. Pour ceux qui l’ignoreraient, c’est le nouveau ministre de la Santé et de la Prévention. Un ministre qui entend faire bouger les choses : ambition que son prédécesseur Olivier Véran, devenu porte-parole du gouvernement, appréciera comme on s’en doute.

Les « choses », dans le domaine médical, c’est entre autres, le souci des déserts médicaux… Fort bien ! Il n’en serait effectivement que temps et même « grand temps », personne ne le contestera.

À défaut d’avoir déjà les solutions à cet épineux problème, le Ministre sait au moins où les trouver, comme il l’a confié au quotidien Ouest France : « (Elles) viendront des territoires. […] Le nouveau ministre de la Santé et de la Prévention, “médecin de terrain”, est persuadé que les territoires savent ce qu’il faut faire pour résoudre leurs problèmes en matière de santé. Il propose de les écouter et de les aider à mettre leurs solutions en œuvre. Et vite. »

« Médecin de terrain », « écouter », « aider », « vite » : qu’en termes de communication choisis ces choses sont dites pour ne contrarier personne et ne pas risquer d’être critiqué, même si des esprits chagrins peuvent traduire de si belles intentions en ces termes plus exacts : « On va voir ce qu’on va voir en laissant le temps au temps tout en se dépêchant de ne pas se précipiter » …

Et donc, pour mettre en œuvre son plan audacieux, rien de mieux qu’une première réunion du Conseil national de la refondation (CNR) sur le thème de la santé le lundi 3 octobre, au Mans (Sarthe)…

Pourquoi le choix de cette région ? Parce que, dixit le ministre, c’est « un territoire où les problèmes d’accès à la santé sont importants, mais où l’intelligence locale collective parvient à trouver des solutions. C’est ce qui m’intéresse, c’est d’aller voir comment ils font. »

On est évidemment tout aussi curieux que lui de connaître lesdites solutions, guère miraculeuses néanmoins, puisqu’en mars dernier, le même quotidien Ouest-France relayait une enquête de UFC Que choisir Sarthe nous apprenant que neuf médecins généralistes sur dix et autant de dentistes ne prenaient plus de nouveaux patients… et que 13 % de la population du département se trouvait sans médecin traitant, selon l’Association de citoyens contre les déserts médicaux (ACCDM).

N’empêche, François Braun est « très confiant », puisque « les représentants de nos “parties prenantes” nationales ont compris la démarche », qu’il y a « une vraie volonté de participer », et « des concitoyens qui veulent qu’on prenne en compte leurs problèmes », ainsi que « des professionnels de santé, des élus, qui ont leur rôle à jouer… »

François Braun est indiscutablement maître dans l’art de parler pour ne strictement rien dire !

Mais qu’on se rassure, si toutes les solutions n’existaient pas (encore ? déjà ? Ah bon ?) dans la Sarthe, « il y aura une partie nationale, avec interrogation des Français par voie numérique et discussion autour de questions transversales, qui va prendre un peu plus de temps»

Plus de temps est un peu contradictoire avec la volonté du Ministre d’aider les territoires « à mettre leurs solutions en œuvre. Et vite », mais bon, va pour la rapidité sans précipitation, pas trop vite le matin et doucement l’après-midi, donc !

En attendant, les Français pourront toujours se consoler en adaptant à son intention la chanson Zangra de Jacques Brel :

Je m’appelle Braun et je suis Ministre

Au gouvernement d’Élisabeth Borne

Et je veux être aussi un héros

En attendant ce jour je m’ennuie quelquefois

Alors je vais au Mans qui domine les déserts médicaux

D’où les solutions viendront qui me feront héros.

Je m’appelle Braun hier trop insignifiant ministre

Quand je quitterais le ministère on risque bien

Que les déserts médicaux soient toujours là,

Au Mans comme ailleurs

Et je ne serai pas héros…

20:24 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 30 septembre 2022

Les distributeurs automatiques à l’assaut des campagnes !

distributeurs-automatiques.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Il est de bon ton de se désoler de la désertification des campagnes à tout niveau : écoles, transports, hôpitaux, etc. D’ailleurs, aucun candidat à une élection locale n’oublierait la sacro-sainte promesse électorale de stopper la fermeture des magasins en centre-ville et de tout faire – mais alors tout, hein ! et plus encore – pour réimplanter ces petits commerces d’antan qui faisaient la richesse et la beauté de nos rues… Ils étaient tellement indispensables, n’est-ce pas ! On se demande bien pourquoi ils disparaissent les uns après les autres…

Un jour, je demandais à un jeune, dynamique et sympathique maire, récemment élu à la tête d’une petite ville, s’il croyait possible cette réimplantation des commerces ; il me donna cette réponse aussi sincère que sibylline : « Non ! Mais il faut y croire ! »

Il y a quelques années, un reportage diffusé lors d’un Journal télévisé nous faisait découvrir un entrepreneur particulièrement optimiste dont l’activité était justement de « réimplanter » dans les villages qui en étaient démunis, un commerce qui allait faire office d’épicerie, boulangerie, point poste, bistrot, tabac et plus si affinités… Il trouvait ainsi le ou les gérants et les aidait dans leurs démarches et leur(s) installation(s) jusqu’au jour J, soit l’ouverture du commerce tant attendu par monsieur le Maire et ses administrés qui étaient tous conviés à célébrer comme il se devait l’événement avec vin d’honneur et ripailleries… Et tous étaient là ! Et tous félicitaient l’entrepreneur de « sauver » ainsi leur village et ses alentours grâce à cette si formidable initiative.

Et ?… Et ?… Et l’entrepreneur concluait, un peu dépité :

— L’enthousiasme le jour de l’ouverture était bien réel… Seulement, dès le lendemain, tous ces villageois prenaient leur voiture pour rouler 20 kilomètres et faire leurs courses à la grande surface la plus proche. La force de l’habitude !

Les petits commerces ainsi réimplantés vivotaient alors misérablement… ou disparaissaient plus sûrement encore.

Mais la nature a horreur du vide, même au fin fond des campagnes… et à Trifouillis-les-Oies ou à Pétaouchnock-sur-betteraves, on n’arrête pas plus le progrès qu’ailleurs…

Fini les petits commerçants ? À l’évidence !… Alors bienvenus aux distributeurs automatiques, aussi vieux que le début du XXe siècle où ils sont d’abord apparus dans le métro parisien, puis se sont déployés dans les sociétés et les lieux publics des grandes villes avec l’apparition des machines à café et des distributeurs de boissons.

Et maintenant, ils fleurissent dans les campagnes où l’on a souvent pris l’habitude d’y récupérer sa baguette de pain, tout comme ses billets de banque… et déjà (presque) tout le reste de nos besoins ; comme l’explique une enquête du Monde : « Depuis le début du XXIe siècle, les robots ravitailleurs prospèrent au pays de Gault et Millau. L’institut d’études Gira Foodservice en dénombre aujourd’hui près de 80 000 exemplaires qui délivrent, sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, une multitude de produits, du pain aux huîtres, sans oublier la cancoillotte, le boudin blanc, les œufs, le lait cru et la pizza quatre fromages. Ils sont taillés tels des frigos américains, éclairés la nuit (jusqu’à quand ?) et hyperconnectés. De quoi nourrir la version 3.0 du Tour de Gaule d’Astérix (Dargaud, 1965). »

Il est certain que les grandes surfaces ont eu la peau des petits commerçants, qu’on s’en indigne ou non… Les distributeurs automatiques auront-ils, à terme, celle des Super U, Intermarché, Leclerc et autres Carrefour ?

À l’intérieur de ceux-ci, les caisses automatiques sont déjà à la manœuvre pour avoir celle des dernières caissières… Pourront-elles être sauvées ?

Un maire jeune, dynamique et sympathique répondrait sûrement : « Oui, bien sûr… »

Et ajouterait aussitôt : « Enfin, il faut y croire ! »

Lire EuroLibertés cliquez là

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

09:27 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 21 septembre 2022

Que viendraient-ils faire à Callac ?

IMG_20220917_164211.jpg

La chronique de Philippe Randa

« Je ne suis pas là à condamner les gens qui vont venir là, pourquoi ils ne viendraient pas ? » a expliqué une habitante de Callac, petite ville des Côtes-d’Armor qui a défrayé la chronique politique après l’annonce du maire d’accueillir des familles de migrants… Une initiative qui tombe à propos, faisant écho à l’annonce du président Macron : le dépôt d’un projet de loi sur l’asile et l’immigration afin de mieux répartir les étrangers qui arrivent sur notre territoire en particulier dans les campagnes.

Pourquoi ne viendraient-ils pas, c’est vrai… Mais, tout aussi vrai, pourquoi viendraient-ils ?

Est-on certain qu’ils aspirent tant que cela à venir, ces migrants ? En France, sans doute, ils y sont déjà… mais à Callac ?

Cette petite agglomération bretonne est charmante avec ses… 2 229 habitants !

2 229 habitants ! Sans doute un havre de paix et de bonheur provincial pour nostalgiques de cette « France d’avant », chère à Éric Zemmour et à ses partisans qui ont manifesté ce week-end (notre photo) contre leur venue, (1) mais pour des familles d’Afrique noire et d’Afrique du nord, le charme est-il le même ?

Bien sûr, l’offre d’asile des Cohen, négociants voulant faire le bien après avoir fait fortune, qui veulent ainsi « repeupler Callac », avec leur fonds de dotation privé, n’est pas une proposition touristique : elle n’est pas à prendre et encore moins à laisser ; pourtant, a-t-on interrogé les intéressés sur leur désir réel de « repeupler Callac » ?

C’est que… ont-ils le choix ? pourraient s’interroger certains : que l’on sache, ces familles de migrants n’y seront nullement « contraintes », nullement « déportées » et encore moins assignées à résidence forcée… Une fois leur titre d’asile en poche, viendront-ils, puis surtout, resteront-ils alors que Callac, comme nombre de communes françaises, s’est dépeuplée ?

Dépeuplée, faute d’emplois, dit-on… quoique le maire indique avoir « identifié » (c’est son expression digne d’un Sherlock Holmes) « 75 emplois vacants dans les secteurs de la santé, du commerce, de l’artisanat et de l’agriculture », que le fonds de dotation des généreux Cohen s’engagerait « à accompagner durant dix ans » : sans doute s’agit-il là d’assurer la formation des nouveaux venus pour accéder à ces postes.

Désertification faute d’emplois, mais emplois tout de même, donc ! mais qu’aucune Callacoise, aucun Callacois, ayant préféré la poudre d’escampette, ne s’est empressé(e) de saisir… Un immigré fera-t-il moins la fine bouche ou revendiquera-t-il, comme nombre de nos compatriotes désormais, cet inénarrable « droit à la paresse » récemment revendiqué haut et fort par la si cocasse députée Sandrine Rousseau ?

Mais outre ce fichu marché de l’emploi, la désertification s’expliquant sans doute aussi et pour beaucoup par la désagrégation des services publics et l’absence de politique de désenclavement : qu’en penseront les postulants au « repeuplement » quand ils le réaliseront… si ce n’est déjà le cas avant même qu’ils y aient posé la babouche ?

Pire encore, savent-ils que la désertification de nos campagnes a surtout été causée faute de ces « lumières des grandes villes » qui ont tellement attiré les Français « de souche » ces dernières décennies ?

Les allocations et aides aussi diverses et variées (pour le moment) qui leur sont distribuées suffiront-elles au « bonheur dans le pré » de populations étrangères qui aspirent à profiter malgré tout, avant tout et surtout, de la société de consommation à outrance dont nous avons tellement abusé et qui reste la seule obsession pour beaucoup de ces nouveaux-presque-bientôt Français ?

Consommer à Callac, vaste sujet de réflexion à ne pas proposer à l’épreuve du baccalauréat ; assurément casse-gueule…

Qu’auront-elles finalement à faire, ces familles si généreusement accueillies aux frais des contribuables, d’une maison qu’ils devront entretenir à leurs frais plus tôt que tard, en zone rurale (« trou perdu » en langage plus familier), à l’heure de la criminalisation des automobilistes et où l’on « se les gèle » sept à huit mois sur douze, n’en déplaise aux Philipullus (prophète fou dans l’album de Tintin L’Étoile mystérieuse) du réchauffement climatique ?

Resteront-ils ou feront-ils à Callac, comme il est dit dans la chanson, simplement « trois petits tours »… avant de s’en aller grouiller dans ces favelas que sont devenues nos métropoles, hypnotisés par les si belles enseignes de ces si beaux magasins offrant tout ce qu’ils n’auront pas les moyens de s’offrir ?

Note

(1) voir sur Synthèse nationale cliquez ici

Source EuroLibertés cliquez là

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

15:06 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 16 septembre 2022

PHILIPPE RANDA SERA AU RENDEZ-VOUS BLEU-BLANC-ROUGE DE SYNTHÈSE NATIONALE DIMANCHE 16 OCTOBRE PROCHAIN

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

PRENEZ VOTRE BILLET

DÈS MAINTENANT CLIQUEZ ICI

jeudi, 08 septembre 2022

B comme bons sens ou comme bêtise ; c’est selon…

le-monde-menace-dune-penurie-de-papier-toilette-1398425.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Que n’a-t-on ricané de la panique de ces consommateurs, parfois sur fond de crêpages de chignon plus ou moins violents, pour un paquet de papier toilette après des rumeurs de pénurie, généralement plus supposées que réelles… Certes utile, sinon indispensable dans notre vie quotidienne, ce produit vaut aussi pour certains son lourd pesant de ridicule…

En avril dernier, Michel-Édouard Leclerc annonçait effectivement une hausse significative du prix du papier toilette : 7 % depuis le début de l’année, selon le site Démarches Administratives, parce que le prix de la matière première – la pâte à papier – avait pris, elle, 50 % en une année. En l’occurrence, l’ennemi international numéro 1 de l’année, Vladimir Poutine, n’était pas en cause. Quoique, en cherchant bien, allez savoir…

Mais le papier toilette n’étant pas tout dans la vie et les meilleures pénuries – tout comme les plaisanteries – étant les plus courtes, une autre a plombé les mois d’été : celle de la moutarde qui a brusquement disparu des rayons des magasins, cette fois, a-t-on dit, pour cause de guerre russo-ukrainienne. À ce jour, cela semble toujours d’actualité, mais cette fois, à cause des consommateurs qui « stockent » dans leurs caves tubes et pots à n’en plus finir. Impossible de les raisonner ! Une grande partie d’entre eux se protégeant toujours le groin d’un masque inutile, on ne change pas davantage de bêtise quand on fait partie d’une équipe qui gagne… à être stupide !

L’été finissant, la bise n’étant pas encore venue, mais les craintes de coupures d’énergie alimentant les débats politiques, c’est maintenant aux propriétaires de chaudières à granulés de craindre de manquer des précieux granulés… D’où un vent de panique qui pousse certains à « (se jeter) sur leur téléphone pour passer commande. Nous avons limité à deux palettes par foyer. Certaines personnes voulaient en commander 6-8 pour stocker pour plusieurs années », indique Céline Roussel, responsable d’un magasin de produits pour l’agriculture et le jardin à Salzuit en Haute-Loire qui « a vendu 16 semi-remorques de sacs de pellets. Habituellement, avec 13 semi-remorques, elle tient une année complète », nous indique france3-regions.francetvinfo.

Oui, mais voilà, cette dame convient qu’« il n’y a pas de pénurie, c’est surtout un effet d’engorgement. Les gens ont acheté beaucoup plus que les années précédentes » et que « la filière est résiliente et met beaucoup de choses en place pour faire face à cette demande. Dans les années à venir, il n’y aura pas de difficultés. »

Dans ces trois cas de pénuries (papier toilette, moutarde, granulés de chauffage), il aura donc suffi de simples rumeurs, tout autant amplifiées par les médias que par les réseaux sociaux sur fond d’augmentation du prix des matières premières, pour que la « peur de manquer » vide les rayons, transformant une fausse nouvelle en réalité de fait… pour le plus grand profit des producteurs et plus encore de leurs diffuseurs. Et peut-être même sans qu’ils soient forcément eux-mêmes à la manœuvre.

On a beaucoup vanté (autrefois) le bon sens populaire… Mais la bêtise populaire (bien actuelle) est tout aussi remarquable, non ?

Lire EuroLibertés cliquez ici

01:06 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 30 août 2022

Chauffeurs et livreurs Uber par-ci, professeurs Uber par-là…

penurie-professeurs-2022.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Ce sacré Charlemagne ne doit pas être le seul à se retourner dans sa tombe ; les Hussards noirs de la République d’antan et leurs rivaux d’alors de la Sainte Église Apostolique et Romaine, du fin fond de l’au-delà, doivent assister, atterrés ! à la mascarade de cette rentrée scolaire, soit l’ubérisation effective de ce qu’on nommait à leur époque glorieuse Instruction publique et qu’on a dénaturée davantage que dénommée depuis sous l’appellation d’« Éducation nationale ».

De quoi mourir, une seconde fois, mais de désespoir cette fois, pour toutes ces générations de Français, qu’ils soient laïcards ou curaillons et qui, certes, s’affrontaient de leurs vivants avec une rare détermination, mais se rejoignaient néanmoins dans un but commun : tirer chaque enfant qui leur était confié vers le haut, vers l’excellence, vers le maximum que chacun d’eux pouvait atteindre. Et ce, de quelque origine sociale que soit l’élève. Enfants de pauvre ou enfants de riche, la discipline et l’enseignement étaient, pour l’immense majorité d’entre eux, appliqués et prodiguées de la même manière pour tous.

Et en classe, instituteurs et professeurs n’avaient de compte à rendre qu’à leur Institution ; ils n’avaient à craindre ni les parents, ni les grands frères… et encore moins leurs élèves que l’idée de proférer à voix haute une insulte et encore moins d’esquisser un quelconque geste d’agressivité à leur encontre n’aurait effleurés.

En l’an 2022, insultes, agressivité, violences sont devenues courantes dans la quasi-totalité désormais des établissements scolaires publics, et jusqu’à l’assassinat : celui de Samuel Paty, décapité peu après être sorti de son collège de Conflans-Sainte-Honorine est encore un cas unique, mais pour combien de temps ? L’« exemple » ayant été donné, qui peut croire qu’ânonner « Plus jamais ça ! » empêchera la récidive des Fous d’Allah, tout comme l’eau bénite est sensée écarter le Malin ?

Et donc crise des vocations et… pénurie d’enseignants : près de 4 000 postes sont à pourvoir pour qu’un « professeur (soit) devant chaque classe dans toutes les écoles de France », comme l’a promis le nouveau ministre de l’Éducation, Pap Ndiaye.

D’où, pour tenir une promesse faisandée, le recrutement de 3 000 enseignants contractuels, « titulaires a minima d’une licence (bac + 3), et (d’) un casier judiciaire vierge » qui recevront une « formation express de quelques jours » afin d’être en mesure (ou non !) de donner leurs premiers cours à la rentrée, jeudi 1er septembre.

Cela rappelle fâcheusement ces bataillons de soldats à peine ou pas encore formés qu’on sacrifiait jadis en les envoyant précipitamment sur la ligne de Front faire rempart de leurs corps dans la seule perspective de ralentir une offensive ennemie. Au moins, l’État-major préparait-il alors une contre-offensive afin de ne pas rendre leur sacrifice totalement inutile.

Certes, nul esprit de « sacrifice » dans ce recrutement bas de gamme… et si l’on peut à juste titre penser que la plupart de ces contractuels, confrontés à la réalité de ces écuries scolaires d’Augias, baisseront rapidement les bras et prendront la poudre d’escampette à la première injure, la première menace, le premier symptôme de burn-out, qu’importe au sieur Pap Ndiaye qui aura tenu sa promesse faisandée, officialisé le gardiennage scolaire et institutionnalisé l’ubérisation du corps professoral.

Quant aux « enseignants contractuels » défaillants qui déserteront en cours ou en fin d’année scolaire, ils n’auront, que l’embarras du choix pour se reconvertir : chauffeurs de particuliers ou livreurs de fast-food ; l’esprit et les compétences sont les mêmes.

Les « soldats », aussi bas de gamme soient-ils, de Pap Ndiaye ne seront nullement les sacrifiés de cette rentrée scolaire ; ce seront les élèves qu’il est désormais plus juste de nommer les « gardés » de l’école publique.

Lire EuroLibertés cliquez ici

17:43 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 23 août 2022

Le Far West pour de vrai… à Venissieux !

police.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Décidément, en doulce France, pas un jour désormais, sans que délinquance et police, l’une n’allant pas sans l’autre, ne fassent l’actualité ! Pas de répit estival, notamment pour les refus d’obtempérer…

Ainsi, il y a une semaine, à Vénissieux (Rhône), des policiers, ayant repéré une voiture qu’ils jugent suspecte et qu’ils identifient rapidement comme volée, décident d’intercepter ses occupants sur un parking de supermarché… Réaction désormais classique en de telles circonstances, le conducteur accélère brusquement pour percuter un policier « qui s’est trouvé projeté sur le capot avant du véhicule » (dixit le communiqué du parquet de Lyon), obligeant son collègue à faire usage de son arme, à la fois pour se protéger lui-même et pour arrêter le véhicule. Bilan : un mort et un blessé grave, côtés délinquants ; un fonctionnaire blessé aux jambes côté forces de l’ordre.

Le refus d’obtempérer est un délit en nette progression ces dernières années comme l’indique la déclaration de Sonia Fibleuil, porte-parole de la police nationale, sur Europe 1 : « Sur plus de quatre millions d’infractions, de crimes et délits, traités par la police nationale tous les ans, il y a eu 14 250 refus d’obtempérer en 2021 […] Il y en a évidemment davantage si on compte l’intégralité des forces de sécurité intérieure. »

Évidemment, les deux policiers ont été placés en garde à vue pour être entendus par la police des polices, puisque ayant fait usage de leurs armes : la procédure étant la procédure et protégeant tous les citoyens, les délinquants comme les autres !

Gare à leur matricule, sans jeux de mots, s’ils n’avaient pas respecté au millimètre près la sacro-sainte procédure, mais ils ont été lavés de toute faute professionnelle après leur audition ; ils ne seront donc pas jetés en pâture à la vindicte publique…

Les « interpellés », pour leur part, étaient – qui l’eût imaginé ! – « très défavorablement connus des services de police », comme l’a indiqué le Ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin : l’un « pour vol et recel » et l’autre « pour vol à main armée, cambriolage et trafic de stupéfiants… »

Des braves gens, si violemment, si brutalement et pour tout dire si honteusement, stoppés dans leurs activités professionnelles, donc !

Rappelons que refuser d’obéir à une sommation de la police est un délit exposant, d’après une Justice en laquelle il est intimé à tous de croire, à une peine de cinq ans d’emprisonnement et à une amende « pouvant aller » jusqu’à 75 000 euros : tout un chacun appréciera le conditionnel au nombre réel des condamnations prononcées à cette hauteur… voire aux peines réellement appliquées !

EuroLibertés cliquez ici

19:38 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 16 août 2022

C’est beau, c’est grand, c’est généreux l’Union européenne ! Et au fait, est-ce aussi gratuit ?

téléchargement (2).jpeg

« Avec le recul, on s’aperçoit
que ce n’est pas le virus qui a rendu fou, mais des fous qui ont rendu sa gestion délirante et inhumaine ! »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés (Propos recueillis par Guirec Sèvres pour le site Synthèse nationale)

La fin de l’état d’urgence sanitaire et du régime de sortie de crise depuis le 1er août 2022 aurait dû réjouir tous les Français, mais elle a été immédiatement dénoncée par certains médecins… Ça vous a étonné ?

Pas vraiment… C’était en fait l’annonce d’un « arrêt de mort médiatique » pour les médecins de plateaux qui s’étaient enivrés de leur « quart d’heure de gloire » qu’ils étaient parvenus à faire durer deux ans : on ne peut que saluer leur exploit, même si on a le cœur soulevé par les conséquences aujourd’hui visibles de ce délire sanitaire dont ils sont responsables, au mépris de toute déontologie professionnelle.

Quelles sont-elles ?

La plus visible est le nombre important de nos compatriotes, de tous âges et de toutes conditions, qui continuent de porter le masque, alors qu’il n’est plus obligatoire et malgré la chaleur de l’été… Et il est désormais courant d’en voir certains le retirer le temps d’une discussion avec d’autres, puis le remettre, parfois de travers ou à moitié, sous le nez, voire sous le menton… et bien le réajuster sur le museau une fois rentré – seul – dans leur voiture… On peut se gausser, bien sûr, de tels comportements, juger que les limites de la bêtise sont sans cesse repoussées, mais, tout de même, que tant de nos compatriotes restent terrorisés par une épidémie qui a fait beaucoup moins de victimes que les chiffres hallucinants qui ont été propagés par la plupart des médias, ajouté à la très faible dangerosité des variants actuels, ne peut que nous interpeller. L’instant de moquerie ou d’énervement passé, on constate les effroyables dégâts humains de la gestion délirante de l’épidémie du Covid-19.

Le port du masque, même inutile, peut rassurer ces gens…

« Si ça les rassure… », disaient d’ailleurs certains médecins au début de la pandémie, ce qui en disait long, déjà, sur leur efficacité ! Mais le masque, tout comme les « gestes barrières » que certains suggèrent de faire perdurer ad vitam æternam – et qui n’ont d’autres utilités que d’entretenir l’angoisse et la crainte de vivre davantage même que celle de mourir – sont devenus de véritables rites religieux : porter le masque est une pénitence qu’on s’inflige pour amadouer le ou les dieu(x) ; c’est comparable à la flagellation que s’infligent certains tarés. Tout le monde, évidemment et heureusement, ne marchant pas dans la propagande de ces modernes Philippulus (prophète de malheur qui annonce le châtiment en brandissant un index menaçant dans l’album BD des aventures de Tintin L’Étoile mystérieuse), notre société n’en est qu’un peu plus fracturée encore !

L’inutilité du port du masque n’est pas la seule conséquence du délire sanitaire…

À une époque où le corps médical est si féru d’études et de statistiques, a-t-il d’ores et déjà évalué le nombre de victimes directement imputables à cette folie ? Des maladies non détectées à temps aux traumatismes d’une partie de nos concitoyens, notamment chez les enfants et les adolescents… Le plus abominable a sans doute été ce qu’ont subi les personnes âgées en Ehpad : sous prétexte qu’elles étaient (avec celles à fortes comorbidités) une population plus à risque que d’autres, on leur a interdit, des mois durant, toute visite de leurs familles… Mais que reste-t-il aux personnes âgées, une fois échouées en Ehpad, sinon la joie et le bonheur des visites de leurs proches ? Les résidents qui sont déjà en général et en majorité en plus ou moins bonne santé « décèdent à 89 ans en moyenne, après une durée de séjour moyenne de trois ans et quatre mois » (source https://drees.solidarites-sante.gouv.fr)… On a donc infligé à ces malheureux un isolement inhumain – dégueulasse serait un mot plus grossier, mais également plus juste – pour un « gain » de vie de quelques mois seulement et encore, dans le meilleur des cas ! Une poignée de mois chèrement payée de tristesse, d’abandon : la souffrance qui leur a été infligée n’est pas pardonnable. Avec le recul, on s’aperçoit que ce n’est pas le virus qui a rendu fou, mais plus justement des fous qui ont rendu sa gestion délirante et inhumaine !

On commence quand même à parler du nombre de victimes directement imputables au délire sanitaire…

Oui, notamment tous ceux dont les maladies n’ont pu être détectées à temps et qui sont morts de ne pas avoir bénéficié des soins ou des opérations qui les auraient sauvés… Les traumatismes chez les jeunes enfants, les années sacrifiées chez les adolescents, la mise « hors emploi » de tous ceux qui ont refusé d’être vaccinés et dont l’absence contribue à la crise désormais officielle des services hospitaliers ou encore à l’enfer des incendies durant l’été (5 000 pompiers volontaires et 140 titulaires n’ont pas pu être mobilisés) ? C’est le député Rassemblement national du Var, Frédéric Boccaletti, qui a fait assez justement remarquer que « face aux flammes, le vaccin ne protège pas ; par contre, nos pompiers, eux, nous protègent. »

Pourquoi le gouvernement se montre-t-il si intransigeant envers ce personnel hospitalier ou ces pompiers qui font tant défaut aujourd’hui ?

Ce sont des gens qui ne leur ont pas obéi, le petit doigt sur la couture… On ne peut donc exclure un sentiment de vengeance aveugle de la part de la Macronie qui a préféré quémander de l’aide à l’extérieur – de l’Allemagne à la Grèce, la Pologne, la Roumanie et l’Autriche – ce qui autorisera Emmanuel Macron à vanter ensuite les bienfaits de l’Union européenne, si généreuse, si solidaire, si humaine… On attend à ce qu’il adapte, avec les accents d’un de ses prédécesseurs à l’Élysée, combien c’est beau, combien c’est grand, combien c’est généreux l’Union européenne ! Et au fait, est-ce aussi gratuit ? Mais poser la question, n’est-ce pas y répondre… 

Philippe Randa est l’auteur, avec Bernard Plouvier du livre Verbatim d’un délire sanitaire aux éditions Dualpha, 243 pages, 25 euros.  cliquez ici

09:26 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 10 août 2022

C’est l’été, alors Sea, sex and page brune, n’est-ce pas ?

dsqaer.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Le magazine Franc-tireur – pour qui on craint que le fascisme ne commence à la droite de François Bayrou – alerte ses lecteurs sur…  « l’angoisse de la page brune » !

C’est-à-dire sur ces « multiples maisons (d’éditions, précisons-le) de petite taille, dont le nom souvent n’indique pas leur orientation politique, (et qui) relaient une pensée d’extrême droite décomplexée, nationaliste et traditionaliste. »

Et de « tambouiller » tout d’abord pêle-mêle dans un brouet que l’auteur veut aussi nauséabond que possible les noms de l’archiviste Henry Coston, de l’ancien libraire (et toujours éditeur) Jean-Gilles Malliarakis et du philosophe Alain de Benoist, fondateur pour le premier et héritiers pour les seconds d’une spécialité de « fichage de (leurs) ennemis politiques »… On en frissonne d’horreur… et plus encore de scepticisme, car on chercherait bien en vain, me semble-t-il, un quelconque « fichage » de qui que ce soit, amis ou ennemis, dans leurs livres respectifs !

En revanche, le concept, sinon de « fichage », tout au moins d’indéniable « chasse aux sorcières » semble plus évident lorsque le site de l’Observatoire du journalisme (OJIM) nous apprend (cliquez ici) que « la publiciste Jutta Ditfurth souhaiterait un contrôle du Salon du livre de Francfort par les antifas, ce, pour les éditeurs de droite », faisant ainsi écho au souhait du conseiller municipal socialiste Thomas Bäppler-Wolf : ce sympathique édile, aussi tolérant que bienveillant, ayant demandé, sinon exigé, de « (mettre) les éditions de droite à leur place : dans le dernier hall, à côté des toilettes ».

N’étant pas en reste « d’angoisses » (ça se soigne, Docteur ?) multiples et variées, Franc-Tireur, après avoir également dénoncé l’écrivain Renaud Camus et son Grand Remplacement (disponible à La Nouvelle Librairie, Paris 6e), Laurent Obertone et son dernier livre Game over (éditions Magnus), Bruno Roy et sa France Potemkine (éditions Godefroy de Bouillon), Alain Soral et ses éditions Kontrekulture et avant d’établir la (longue) liste des éditeurs modérément wokistes et progressistes et abominablement climato-covido sceptiques (en vrac, les éditions de Chiré, Nouvelles Éditions latines, Sorlot, Dominique Martin Morin, Pardès, Via Romana), qui toutes « font bon ménage » entre littérature et fascisme… consacre quelques lignes à mes propres activités d’éditeurs, stigmatisant (entre autres méfaits éditoriaux, tels la biographie de David Duke, chevalier de l’Amérique blanche de Paul-Louis Beaujour ou les deux volumes du Reich maudit de Bernard Plouvier) notamment ma réédition des Protocoles des sages de Sion aux mêmes éditions Déterna qu’effectivement j’ai fondées et dirige.

Je tiens bien évidemment à remercier l’auteur de cet article pour cette publicité (ces livres sont toujours disponibles sur www.francephi.com), me permettant juste de lui faire remarquer qu’il lui aurait été quelque peu utile de prendre connaissance de l’avertissement, publié avant la reproduction de l’édition originale de ces « fameux » protocoles de Serge Nilus : « C’est un faux, pour sa partie polémique antijudaïque (assez faible et au demeurant peu passionnante), mais il est toujours intéressant de déterminer la genèse d’un faux […] (que) ce livre est un génial manuel de totalitarisme et c’est en cela que réside son intérêt essentiel, dégagé de l’aura absurdement mélodramatique de “complot mondial” […] parce qu’il était un bréviaire pour apprenti dictateur que des hommes aussi différents que Lénine, Mussolini ou Mustafa Kemal Atatürk l’ont dévoré à plusieurs reprises (et que) dans cette optique, cela va sans dire, on fait abstraction de la thèse “complotiste”, aussi absurde que grotesque. »

En cuisine, c’est connu, « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes »… De même, en politique, « c’est dans les vieux fantasmes qu’on espère faire les meilleures frayeurs »… la preuve !

Lire EuroLibertés cliquez ici

18:37 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 01 août 2022

Haro sur les cravates !

Pedro-Sanchez.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Les Espagnols ont décidément un compte à régler avec le port de la cravate…

Dans l’entre-deux-guerres et lors de leur sanglante guerre civile, le port de celle-ci vous cataloguait, pour les Rouges, comme d’évidents « infâmes bourgeois réactionnaires » (pléonasme) qu’il était urgent de mettre hors d’état de nuire : d’où de nombreux lynchages ou exécutions sommaires.

Un peu moins d’un siècle plus tard, et avec des conséquences nettement moins sanguinaires, la cravate est à nouveau prise à partie par le Premier ministre Pedro Sanchez qui « appelle à ne pas (la) porter pour faire des économies d’énergie » !

Un gag ? Non !

« J’ai demandé aux ministres et à tous les fonctionnaires, et je voudrais également demander au secteur privé, s’ils ne l’ont pas déjà fait, de ne pas porter de cravate lorsque cela n’est pas nécessaire, […] De cette manière, nous nous attaquerons aux économies d’énergie qui sont si nécessaires dans notre pays », a-t-il expliqué avec tout le sérieux du monde.

Et Le Figaro de rappeler qu’une telle suggestion, d’une pertinence – qui n’échappe à personne (de sensée, les autres ayant mauvais esprit), n’est-ce pas ? – n’était « pas une première », puisque « dans l’Hexagone, l’écologiste François de Rugy avait déjà demandé de mettre fin au port obligatoire de la cravate à l’Assemblée nationale pendant l’été en 2008, invoquant lui aussi une volonté de “réduire la facture de climatisation” du Palais Bourbon. Sans succès. »

Décidément, quand les grands esprits demeurent incompris, on ne peut que penser : « C’est ballot ! »

On s’attend désormais à ce que les députés de la France insoumise, tant critiqués pour venir à l’Assemblée nationale dans une tenue quelque peu « débraillée » pour certains, invoquent leur sacro-sainte obsession écologique et les nécessaires économies d’énergie pour justifier le port de « jeans, baskets, costumes sur tee-shirt, voire tee-shirts tout court (qui) fleurissent » selon le site france24.com.

Mais pourquoi s’arrêter au seul abandon de cravate, finalement ? Ne soyons pas petits joueurs ! Dans un monde qu’on nous annonce tellement menacé par ce fichu réchauffement climatique d’une part et par les terribles restrictions énergétiques à venir d’autre part, ne soyons pas frileux – sans jeu de mots… quoique ! – et allons plus loin dans les audaces vestimentaires comme nous l’a si bien suggéré en son temps Rika Zaraï en préconisant dans sa chanson :

« J’ai rêvé que j’étais venue au bureau presqu’à moitié nue

Sans chemise, ni pantalon

C’est peut-être la nouvelle mode

Après tout, tant pis, c’est commode

Sans chemise, ni pantalon »…

Lire EuroLibertés cliquez là

19:41 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 20 juillet 2022

Le « Grand remplacement » comme le « Réchauffement climatique » ne sont pas porteurs électoralement… pour l’heure !

Randa-zoom-Weidmann.png

« Le “front républicain” a sombré sans doute définitivement : ceux qui ont enfin franchi le pas électoral de préférer un candidat lepéniste à un candidat macroniste ou mélenchonniste ne feront pas de retour en arrière à l’avenir au nom de cette arlésienne de la moralité politique qu’on appelle “valeurs républicaines” ; les auto-désignés “partis de gouvernement” en ont trop usés et abusés pour masquer leurs échecs et garder coûte que coûte le Pouvoir. »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

 Quel est votre sentiment sur les résultats des élections françaises de cette année 2022 ?

Vous répondre que j’ai été surpris par des résultats que je n’avais pas vu venir aux législatives – perte de majorité présidentielle, une première pour un président réélu et importance inédite du nombre de députés du Rassemblement national – n’est pas très original : pas plus les observateurs de la vie politique que les politiques eux-mêmes ne l’avaient sincèrement prévus, voire même envisagés. En tout cas, d’une telle ampleur dans un cas comme dans l’autre.

Et avec quelles conséquences réelles ?

Ça change beaucoup de choses dans un premier temps, forcément : l’Assemblée nationale ne devrait plus être la simple chambre d’enregistrement des décisions souvent incohérentes du gouvernement qu’elle était devenue depuis des décennies et plus encore sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. Quant au « front républicain », il a sombré sans doute définitivement : ceux qui ont enfin franchi le pas électoral de préférer un candidat lepéniste à un candidat macroniste ou mélenchonniste ne feront pas de retour en arrière à l’avenir au nom de cette arlésienne de la moralité politique qu’on appelle « valeurs républicaines » ; les auto-désignés « partis de gouvernement » en ont trop usés et abusés pour masquer leurs échecs et garder coûte que coûte le Pouvoir.

Marine Le Pen a donc bel et bien réussi cette dédiabolisation qui l’a toujours obsédée ?

Est-ce elle qui a réussi cette prétendue diabolisation ou ses ennemis politiques sont-ils plutôt arrivés au bout du bout de leurs crédibilités politiques ? Le rejet de l’offre politique – près de 26 à 28 % d’abstention à la présidentielle et 53 à 54 % aux législatives – a mécaniquement servi le mouvement et sa représentante auxquels, pour cause de « front républicain » justement, on ne peut reprocher la pitoyable gestion des affaires publiques depuis un demi-siècle ; rappelons-le encore : Emmanuel Macron et son Parti Larem, devenu Renaissance, ne s’ont pas une nouvelle offre politique, seulement les nouveaux habits de l’UMPS qui a cohabité au sommet de l’État plus de 30 ans durant (de 1986 avec la première cohabitation entre Jacques Chirac et François Mittterrand à 2017 lorsque ni le candidat du Parti socialiste, ni celui des Républicains/ex-UMP n’ont été qualifiés au second Tour de la Présidentielle).

Marine Le Pen aurait donc simplement bénéficié de l’incompétence de ses rivaux ?

Ce serait oublier son incontestable sens politique, avec une campagne présidentielle axée toute entière sur le pouvoir d’achat qui s’écroule de ses compatriotes et surtout en se voulant la plus « rassurante » possible : son brevet d’élevage de chat dont beaucoup ont bêtement ricané a été d’une redoutable efficacité – n’ayons pas peur des mots : un vrai coup de génie ! – après deux ans où ses compatriotes avaient été littéralement « terrorisés » par les médecins de plateaux et les ukases du gouvernement dans la gestion du Covid, stigmatisant tous ceux, professeurs, médecins, scientifiques ou politiques (ces derniers étant plutôt rares) ayant voulu raison garder face au délire sanitaire. Le dégoût de la Macronie d’une part, la méfiance vis-à-vis des candidats « extrémistes » (ou présentés comme tels par les médias) ont ouvert un boulevard à la candidate du Rassemblement national… On gagne souvent davantage par les faiblesses, les erreurs ou la bêtise de ses ennemis que par ses qualités propres dont Marine Le Pen n’est pas totalement dépourvue, la preuve.

Et Éric Zemmour, comment jugez-vous sa campagne ?

Il a commis deux erreurs de jugement ; l’une de forme, l’autre de fond, me semble-t-il… La première, celle sur la forme, est d’avoir trop appelée à la « nostalgie de la France du passé », qui, certes, peut avoir un sens pour d’électeurs de plus de 30 ans, mais aucunement pour tous les moins de trente ans, sinon pour quelques cinéphiles ou rats de bibliothèques… La deuxième, sur le fond, est que le « Grand remplacement » qui a été le pivot de sa campagne est, comme le « Réchauffement climatique », un thème qui n’est pas porteur électoralement parlant. Est-ce à dire que ces deux thèmes – l’un et l’autre ou l’un ou l’autre – sont simples fantasmes et qu’ils ne préoccuperont pas demain les électeurs, c’est à voir…

« C’est avoir tort que d'avoir raison trop tôt », écrivait si justement Marguerite Yourcenar dans les Mémoires d’Hadrien.

Lire EuroLibertés cliquez ici

FGH.jpg

20:16 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 19 juillet 2022

Les traîtres sur la sellette

carolinecayeux.jpeg

La chronique de Philippe Randa

« L’homme qui veut vivre sans soupçon,

il se doit bien garder de faire trahison »

(Proverbe du XIVe siècle).

En cette année 2022, et depuis quelque temps désormais, jamais le Capitole (cœur du pouvoir religieux dans la République romaine) ne semble chaque jour si proche de la roche Tarpéienne (d’où l’on précipitait dans le vide les condamnés à mort) …

Si l’expression est un peu exagérée (prématurée ?) concernant la victoire d’Emmanuel Macron pour sa réélection présidentielle, suivie aussitôt après de la perte de sa majorité parlementaire aux élections législatives, elle semble assez juste pour les ex-Républicains Damien Abad et Caroline Cayeux… Le premier, ancien président du groupe Les Républicains (de 2019 à 2022), n’aura connu les ors d’un Ministère que le temps d’en être éjecté pour des accusations de viol datant de plusieurs années… et la seconde, ministre déléguée chargée des collectivités territoriales dans le gouvernement d’Élisabeth Borne, fait désormais face à une cabale médiatique et politique pour des propos jugés homophobes, tenus voici presque dix ans sur le mariage pour tous et l’adoption pour les couples de même sexe, qu’elle jugea alors comme une « réforme de caprice et de dessein qui va contre la nature »…

Si Damien Abad nie avec virulence les accusations de viols portés contre lui, arguant, vu son handicap physique (il souffre d’une maladie congénitale rare : l’arthrogrypose) que « l’acte sexuel ne peut survenir qu’avec l’assistance et la bienveillance de (sa) partenaire », Caroline Cayeux elle, ne peut nier avoir tenu les propos qu’on lui reproche, mais elle déclare « qu’évidemment elle ne les utiliserait plus et les regrette », soit un reniement de ses convictions de l’époque qui a immédiatement fait réagir le chroniqueur Xavier Eman dans un tweet lapidaire :

Parce que chez ces gens-là, Monsieur

On n’pense pas, Monsieur

On n’pense pas

On rampe…

C’était, soulignons-le, avant que l’expression « ces gens-là » ait été utilisée par l’intéressée pour prouver sa bonne foi : parmi « ces gens-là », en effet, elle aurait « tellement d’amis ! » … Oyez, oyez, qu’on le sache chez les LGBTQIA… XYZ et plus encore si affinités !

L’avenir dira si la reptation de Dame Cayeux, comparable aux pénitences qu’imposait autrefois l’Église pour faire expier ceux qu’elle jugeait coupables d’avoir offensé Dieu, calmera la meute politique et médiatique, lancée après elle, notamment après la tribune parue le samedi 16 juillet sur le site du Journal du dimanche et signée par plus d’une centaine de personnalités de tous horizons, y compris de la majorité présidentielle, dénonçant ses « propos homophobes »…

Pour l’heure, ceux qui doivent bien ricaner des déboires de cet « ex » et peut-être « future ex »-ministres de la Macronie, sont à l’évidence les anciens amis de Caroline Cayeux et de Damien Abad : ces Républicains qu’ils ont trahis sans vergogne… et dont les députés rescapés sont désormais si indispensables à l’Élysée et à Matignon pour espérer constituer une majorité…

Leurs déboires pourraient-ils n’être qu’un simple avertissement pour décourager d’éventuel (le) prétendant(e) à faire don de leur personne à la gamelle élyséenne ? Ou la tête des deux traîtres a-t-elle été réclamée en préambule à tout éventuel marchandage ?

Lire EuroLibertés cliquez ici

PPPO.jpg

17:11 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 04 juillet 2022

Outing et tiroir-caisse en Mayenne

Marche-fierte-Laval.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Qui l’eût crû : il ne ferait pas bon afficher trop ostensiblement des « mœurs particulières », dans les rues de Laval en Mayenne… Quoique… malgré « discriminations » et « actes anti LGBT (…) encore bien d’actualités », d’après Julien Bastin, cofondateur et vice-président de la Gom’53, cela n’y a pas empêché l’organisation d’une marche des fiertés samedi 18 juin. Un événement « d’une ampleur inédite » selon France Info avec « pas mal de vitrines de commerces (…) décorées en prévision de la marche… » même si « ce n’est pas toujours bien accepté. »

Ainsi, « cet événement va permettre de montrer que les LGBT sont présents sur le territoire, poursuit le cofondateur et vice-président de la Gom’53… Ça va être le moment de montrer que oui, nous sommes potentiellement vos boulangers, vos avocats, vos coiffeurs, les gens que vous croisez au quotidien sans vous en rendre compte. »

Dont acte ! Mais au-delà des soucis rencontrés localement par cette minorités qui est comme elle parce « c’est bien la nature qui/Est seule responsable si/ », comme l’a justement chanté Charles Aznavour, le pire à Laval, figurez-vous, c’est qu’« ici, en milieu rural, nous n’avons pas de bars gays », s’insurge l’association LGBT+ de Mayenne.

Ah bon ! Mais qu’est-ce qui empêche l’ouverture d’un tel commerce, sinon peut-être… la rentabilité : « L’IFOP, dans une enquête nationale sur la perception de l’homosexualité et des personnes LGBT dans la société, estime à 3,2 % le nombre de personnes s’identifiant comme homosexuelles, 4,8 % comme bisexuelles assumées (0,9 % non assumées), 82,7 % comme hétérosexuelles exclusives, 5,6 % comme hétérosexuelles attirées par des personnes du même sexe et 2,8 % ne définissant pas leur orientation, mais attirées par le sexe opposé » (sources Wikipedia).

À moins, bien sûr, qu’un tel endroit soit déclaré d’utilité lobbyiste, à défaut d’utilité public… et que l’association ne vise tout simplement qu’une subvention locale, une de plus…

Lire EuroLibertés cliquez ici

10:58 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 08 juin 2022

Vive les profs tous de gauche ! Oui, oui…

remise-diplome-baccalaureat.jpeg

Philippe Randa

La mésaventure de cette jeune stagiaire de Valeurs actuelles recalée lors d’un entretien d’embauche à l’Association pour le rayonnement de l’Opéra national de Paris (AROP) en raison de ses supposées vilaines idées de droite dite extrême, me pousse cette semaine à une confession : j’avoue avoir obtenu mon baccalauréat grâce à mes idées politiques et aux professeurs tous de gauche. Étonnant ? Incroyable ? Miraculeux ? Chanceux ? Je vous laisse juge…

Nous sommes en 1978, j’ai passé les épreuves du baccalauréat et suis parvenu à brillamment me qualifier pour le « rattrapage ». Je dois donc repasser à l’oral l’épreuve de philosophie où j’ai obtenu à l’écrit 4/20, soit quand même le double de mes scores habituels. Sincèrement, je pensais la partie perdue, d’autant qu’il me fallait venir avec mon bulletin maculé des très élogieux commentaires qu’on devine de mes professeurs.

Arrive donc le jour fatidique… Je tombe sur la présentation d’un texte de Friedrich Nietzsche (il n’y a pas de hasard) et commence à commenter par-delà le Bien et le Mal, comme le disait fort justement Zarathoustra, n’est-ce pas, et que… mais je suis quasi-immédiatement stoppé dans mes surhumaines envolées explicatives par l’examinateur : il vient de lire les appréciations portées par mes professeurs sur mon cas.

— Dites-moi, jeune homme, je lis en philosophie ce commentaire vous concernant : « Pourrais réussir s’il se débarrassait d’idées pour le moins inacceptables » et en histoire (le même en terme similaire)… Pourriez-vous m’expliquer ?

— Euh…

— Mais si, dîtes-moi… Vous avez mis une chemise noire, vous êtes mussolinien ?

Je me retiens à temps de lui dire que j’ignore absolument qui est ce monsieur Mussolini et quelle idée aussi d’avoir mis une chemise noire ce jour-là, c’est vrai ! Quel c… !

Acculé, sentant déjà le boulet de la mise à mort, je me persuade que tous les professeurs (et donc les examinateurs) sont de gauche et je tente le tout pour le tout, tel un Stavisky, un Madoff ou un Cahuzac en herbe (qui, eux, n’auraient quand même peut-être pas osés mentir à ce point) :

— C’est que, voilà ! mes parents m’ont mis dans un collège de curés et je n’aime pas les curés… Ils me le rendent bien !

L’examinateur a hoché la tête et m’a dit : « Ah !… Bon… (quelques lourdes secondes passent)  Au revoir, Monsieur ! »

Et au final, bingo ! Ma note est passée de 4 à l’écrit à 11 à l’oral !

Cet examinateur était-il vraiment de gauche et haïssait-il les curés ? Avait-il crû ou non mon « lapsus vestimentaire » (Révélateur ? Mais non ! Mais non ! M’enfin !) ? Le plus cocasse était que mes curés-professeurs étaient, eux, plutôt de gauche (plus que moi en tout cas, ce qui n’est pas bien difficile !).

Et j’ai donc eu mon Bac… qui ne m’a jamais servi à rien dans la vie, sinon à faire le bonheur de ma maman… et ça tombe bien, j’écris ces lignes justement un dimanche de fêtes des mamans.

Et puis, Benito Mussolini, avant de faire Duce, n’avait-il pas été instituteur ? Alors ? Hein ?

Lire EuroLibertés cliquez là

17:18 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 29 mai 2022

Sus aux anti-woke en Angleterre !

sorciere-brulee.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Lors d’une conférence faisant parti du programme scolaire Personal, Social, Health and Economic education (PSHE), une imprudente élève a répondu de façon fort peu politiquement (ou sexuellement) correct à une représentante de la chambre des Lords. Crime impardonnable aux yeux d’une soixante d’élèves de son école qui lui ont fait passer à leur manière l’envie de s’exprimer en l’injuriant et en lui crachant dessus… contredisant par la même le chanteur Renaud selon qui :

« Y a pas de gonzesses hooligans

Imbéciles et meurtrières

Y en a pas, même en Grande-Bretagne » (extrait de la chanson Miss Maggie, 1985).

Asphyxiée par le nombre des harpies, la malheureuse collégienne a perdue connaissance ; en d’autres temps, elle aurait été tondue et en d’autres lieux, sans doute, lapidée.

La direction de l’école a, certes, apporté son soutien à la malheureuse, mais, nous apprend le site actualitte.com, « les accusations de transphobie répétées l’ont esseulée petit à petit. Elle aurait été également victime d’intimidation à plusieurs reprises et de menaces si elle réitérait ses propos. Elle a finalement quitté cette école en septembre de l’année dernière. »

Ce site consacré à la littérature a rapporté ce fait-divers parce que la célèbre romancière JK Rowling (auteur de la saga Harry Potter), qui avait déjà eu maille à partir, dans le passé, avec les fanatiques LGBT+…XYZ, a pris fait et cause pour la jeune fille dans un tweet : « Tout à fait honteux. Ajoutez cela à la pile chancelante de preuves que les personnes dans l’éducation et les universités, qui sont censées avoir un devoir de diligence envers les jeunes, ont succombé à une flambée de fanatisme quasi religieux. Le crime de la fille ? Dire ‘“le sexe existe”. »

Mais si JK Rowling est écœurée – ce n’est pas la seule – par l’affaire, il n’en va pas de même pour un enseignant de cette école anglaise qui, sur le site Transgender Trend, a écrit ces lignes à peine croyable d’intolérance, de fanatisme et de menace pas même voilée : « Remettre en question cette idéologie est simplement une hérésie, et les hérétiques, d’une manière ou d’une autre, doivent être exposés, attaqués et éliminés. (…) Même s’il s’agit de personnalités aussi remarquables et apparemment intouchables que JK Rowling (…) Nous savons comment ces opinions (contre l’idéologie trans) sont réduites au silence dans le monde des adultes à travers des affaires judiciaires très médiatisées et l’intimidation de célébrités telles que JK Rowling. »

Quant au site Actuallite.com, il se contente pour sa part de ce commentaire explicite : « L’écrivaine semble aujourd’hui faire plus parler d’elle pour les accusations de transphobie qui se multiplient à mesure que les affaires s’accumulent, que pour son travail de romancière… »

Ce sont les mêmes, de nos jours, qui hurlent au fanatisme religieux et à l’horreur des « chasses aux sorcières » au Moyen Âge et n’ont de cesse de chasser à leur tour – au propre et au figuré, la preuve ! – ceux qui ne partagent pas leur délire, comme le montre le harcèlement et le quasi-lynchage de cette lycéenne-« sorcière » anglaise, qui a simplement contesté « l’idéologie trans ».

Lire EuroLibertés cliquez ici

20:19 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 23 mai 2022

« Détenus go home » au Danemark

file7ivohiwm6jm19xasznnl.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Partout, les prisons sont surpeuplées… Ce leit-motiv finit par lasser tout à chacun, enclin dès lors à penser que « c’est comme ça, on n’y peut rien »… Une fatalité toutefois battue en brèche par le Danemark dont une initiative vaut son pesant… de réflexion !

La population carcérale danoise ayant « augmenté de 19 % depuis 2015, atteignant plus de 4 000 détenus début 2021 et dépassant 100 % des capacités, selon les statistiques officielles » comme le rapporte The Gardian, ce pays vient de signer un accord avec le Kossovo pour que 300 détenus étrangers, tous « originaires d’un pays non-membre de l’Union européenne, sans enfants au Danemark, dont la peine s’accompagne d’une expulsion » aillent y purger leur peine. Coût de l’opération : 15 millions d’euros.

Tous les détenus concernés devant être expulsés à l’issue de leur détention, ce sera donc déjà chose faite.

Le ministre danois de la Justice, Nick Haekkerup indique que la signature de cet accord « garantira une meilleure capacité dans nos prisons surpeuplées et soulagera la pression sur nos agents pénitentiaires. »

Et d’ajouter pour bien se faire comprendre : « Avec cet accord, le Danemark envoie également un signal clair aux étrangers originaires de pays tiers qui ont été condamnés à l’expulsion : votre avenir n’est pas au Danemark, et vous ne devez donc pas y purger votre peine. »

Une initiative qui, bien évidemment, n’est pas du goût de tous, à l’instar de Catherine Woollard, directrice du Conseil européen sur les réfugiés et exilés (ECRE), un réseau d’ONG qui voit cela d’un très mauvais œil : « Avec la Hongrie, c’est le pays avec le positionnement le plus hostile aux migrants au sein de l’Union européenne. »

Des esprits chagrins pourraient faire remarquer à cette dame que sa remarque associe de fait « immigration » et « délinquance »… Lapsus révélateur ? Simple bêtise de fanatique immigrationniste ? L’un n’empêche pas forcément  l’autre…

Lire EuroLibertés cliquez là

01:00 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 08 mai 2022

Vers un réglements de compte russo-ukrainien à OK-Bali ?

G20.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Le président indonésien Joko Widodo a invité Vladimir Poutine au Sommet du G20 à Bali en novembre prochain « À cette occasion, (Poutine) a remercié l’Indonésie pour l’invitation et a dit qu’il y participerait. »

Sont également invités le président ukrainien Volodymyr Zelensky et le président des États-Unis d’Amérique Joe Biden !

Ces deux derniers n’ont pas encore donné leur réponse car « on ne peut pas faire comme si de rien n’était », a estimé le département d’État américain.

Ça, on veut bien le croire ! Surtout depuis que Joe Biden a traité Vladimir Poutine de « criminel de guerre » et accusé la Russie de génocide en Ukraine ! D’ailleurs, les USA ont exprimé publiquement leur opposition à la présence du président russe au G20.

Toutefois, rapporte le site RFI, « La Maison Blanche est réaliste : une expulsion de la Russie du G20 est improbable par manque de consensus. Lors d’une réunion des ministres des Finances du G20 en avril, la délégation américaine et plusieurs alliés avaient boycotté certaines réunions pour protester contre la participation des Russes. Les États-Unis pourraient-ils alors décider d’envoyer une délégation de rang inférieur à Bali ? Une absence de Joe Biden laisserait toute la place à la Russie et à la Chine. »

Cette invitation indonésienne prouve à l’évidence la volonté des pays émergents de rester neutre dans le conflit russo-ukrainien et de ne pas se soumettre aux injonctions de l’Oncle Sam et de ses alliés occidentaux d’isoler Moscou…

Pour preuve, le refus du président Joko Widodo d’envoyer des armes en Ukraine : « J’ai répété, en accord avec la constitution et les principes de la politique étrangère indonésienne, qu’il est interdit d’envoyer des armes à d’autres pays. »

En revanche, l’Indonésie a proposé de contribuer à une aide humanitaire à Kiev.

Le rendez-vous des grandes puissances économiques mondiales à l’automne prochain risque donc d’être quelque peu… tendu !

L’occasion pour Vladimir et Volodymyr de s’en « serrer cinq » et de faire la paix ? Pourquoi pas !

Ou alors l’occasion pour l’un ou l’autre d’imiter l’acteur Will Smith qui avait « tarté » l’humoriste Chris Rock, animateur lors de la dernière cérémonie des Oscars pour une plaisanterie déplacée sur la coiffure de son épouse.

Les paris sont ouverts !

Lire EuroLibertés cliquez ici

23:47 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 02 mai 2022

Macron réélu… quoiqu’il en coûte, hélas !

emmanuel-macron-sur-de-sa-reelection-il-a-toujours-considere-qu-il-etait-la-pour-dix-ans.jpeg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Pour cette élection présidentielle, tout semble finalement s’être passé comme les sondages l’avaient annoncé depuis des mois : un second tour Macron-Le Pen et une réélection sans surprise du président sortant…

À tel point qu’on pourrait peut-être envisager de ne plus voter aux élections : ça coûte cher, on perd du temps et de plus en plus de gens s’en désintéressent… Puisque les sondages donnent le résultat des mois à l’avance, peut-être serait-il judicieux d’envisager de faire un gain de temps et d’économie, non ?

Vous êtes sérieux ?

Presque… Ou alors pourrait-on se pencher sur un sérieux problème de déontologie électorale : jusqu’à quel point les sondages n’influencent-ils pas l’opinion, notamment avec le leit-motiv, seriné bien avant et tout au long des campagnes électorales, du « vote utile » qui formate, à l’évidence, une partie de celle-ci et en décourage une autre de se déplacer ; est-ce vraiment tolérable ? Il faut croire… De même, le coût d’une campagne électorale est-il pas décent ? Tous ces millions d’euros dilapidés en propagande, généralement insipide, de phrases creuses et de promesses démagogiques – un maximum de 16 millions par candidature à ne pas dépasser lors du premier tour et 22 millions d’euros pour les qualifiés du deuxième tour en grande partie remboursés par le contribuable français – alors que nos services hospitaliers, entre autres, sont à la ramasse ? Ça « pose problème », non ? Non ? Ah bon !

Vous voudriez supprimer les élections ?

Quand 1 électeur sur 3 s’abstient et que le président élu - ou réélu en l’occurence - l’est avec seulement 28 % de 2/3 des électeurs, est-ce vraiment si absurde que cela de l’évoquer ? Mais bon, on n’en est pas là, n’est-ce pas ! Enfin, pas encore là, mais…

Plus sérieusement, nous sommes maintenant…

Ma suggestion n’est pas sérieuse ? Ah bon !

… nous sommes maintenant, disais-je, en campagne pour les élections législatives. Les appels à « l’union » à gauche, comme à droite, semble pour le moment résonner dans le vide ?

Et pour cause !  À gauche, comment ne pas subir la domination de La France insoumise (près de 22 % des suffrages) quand on pèse moins de 2 % (PS) et moins de 5 % (EELV) ? Le PS joue son existence et les écologistes leur survie… À droite, les Républicains – dont une majorité d’élus, voire d’électeurs, a déjà rejoint la Macronie – jouent également leur survie, sinon déjà leur existence… La recomposition du paysage politique est en route, mais elle n’apparaîtra réellement qu’après les élections législatives où l’on pourra faire un décompte précis des morts, des estropiés… et des réels vainqueurs.

Et l’union entre Reconquête et le Rassemblement national ?

Leurs électeurs l’espèrent, mais ce sont les seuls ! Il suffit de voir et d’entendre les responsables de ces deux mouvements : mépris d’un côté, haine de l’autre… Les cadres de Reconquête expliquent à demi-mots que Marine Le Pen est aussi incompétente que ses lieutenants… et ceux du Rassemblement national n’ont de cesse de traiter les dirigeants de Reconquête d’« extrémistes », voire pire ! Éric Zemmour est dans la logique de son discours de prôner l’union des droites, mais si le RN l’acceptait, les élus Républicains tentés par Reconquête ferait aussitôt machine arrière sous le prétexte qu’ils ne s’allieront jamais avec des représentants ou ex-représentants du mouvement fondé par Jean-Marie Le Pen, même poncé jusqu’à la trame et ripoliné au politiquement correct tant que faire se peut…

Et puis, surtout, l’un et l’autre ne s’adresse pas aux mêmes électeurs… En 2017 déjà, entre les deux tours, Marine Le Pen ne s’était adressée exclusivement qu’aux électeurs de gauche, principalement ceux de Jean-Luc Mélenchon, sans un mot, une attention, un geste vis-à-vis de ceux de François Fillon… En 2022, bis repetita, de même qu’Emmanuel Macron d’ailleurs qui y a certes, ajouté pour sa part ceux de Yannick Jadot… Mais pour les deux finalistes, les électeurs de tous les autres candidats – soit près de 20 % d’électeurs, tout de même – sont, semble-t-il, quantité négligeable.

Marine Le Pen a tout de même progressé de 7 points par rapports à 2017…

À moins qu’Emmanuel Macron n’ait reculé de 7 points… Quelle différence au final ?

Et l’avenir, vous le pressentez comment ?

Je ne fais jamais de pronostiques… Inutile de fournir des verges pour se faire battre : tous ceux qui s’y risquent se ridiculisent généralement. En revanche, il est possible de faire quelques remarques. Tout comme on est véritablement entré dans le XXIe siècle avec la gestion délirante du Covid (et non pas avec les attentats du 11 septembre 2001, répétons-le), cette élection présidentielle façonne une nouvelle arène politique en France. Comme cela a été le cas en 2007 et en 2012, d’ailleurs, puisque nous avons globalement rejoué celle de 2017 en 2022…

L’arène politique est un champ de ruines avec ses morts : Pécresse, Hidalgo, Jadot ; difficile de penser qu’à titre personnel, ils se relèveront d’un tel fiasco électoral dans laquelle ils ont entraîné – à moins que ce soit le contraire –, leur parti respectif… De même pour Dupont-Aignan ou Roussel : le premier a divisé par plus de deux son petit score précédent, l’autre a crû faire le « buzz » pour obtenir finalement 2,2 % ! Quant à Lassalle, Poutou et Artaud, ils continueront, sans doute, pour le premier à amuser la galerie (il y excelle, reconnaissons-le), les deux autres à prôner leur Grand Soir respectif dans le vide, ils y sont habitués…

Et ceux qui ont dépassé les 5 % ?

Marine Le Pen comme Jean-Luc Mélenchon ont promis de ne pas se représenter une quatrième fois… sauf si les événements devaient les obliger à nous faire à nouveau don de leur candidature, ricanent déjà des esprits chagrins. Pour l’un comme pour l’autre et surtout pour leur formation, tout dépendra de leurs résultats aux élections législatives… Emmanuel Macron, lui, a déjà annoncé la couleur en suggérant, comme Marine Le Pen d’ailleurs, de revenir au septennat… Si c’est le cas, son bail à l’Élysée en sera d’autant plus long. Quant à Éric Zemmour, saura-t-il tenir ses troupes, ses cadres autant que les 120 000 adhérents de Reconquête, conserver et faire fructifier ses deux millions d’électeurs ? Quoiqu’il en soit, au-delà des compétences, atouts ou handicaps de chacun de ses responsables politiques, il y a aussi l’état de la France, fracturée et endetté comme jamais elle ne l’a sans doute été… ce qui n’a pas empêché plus de 18 millions de nos compatriotes (18 768 639 très exactement) de réélire le président Macron !

Quoiqu’il en coûte, hélas…

00:29 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 17 avril 2022

L’Islande : réalité criminelle et police désarmée

viking-squad-police-islande.jpeg

La chronique de Philippe Randa

S’il y a bien un pays qui se serait passé de l’expression populaire « Quand la réalité rejoint la fiction », c’est bien l’Islande. Les lecteurs de romans criminels savent en effet qu’on parle en général davantage de ce petit pays (375 000 habitants) pour ses auteurs renommés dans ce genre littéraire que pour sa délinquance réelle ; il faut dire que depuis l’an 2000, seuls quatre homicides par armes à feu étaient à déplorer.

Mais cette tranquillité était sans doute trop belle pour durer et depuis plusieurs mois, fusillades et exécutions en pleine rue défraient la chronique judiciaire.

Runólfur Thórhallsson, commissaire à l’unité d’élite de la police islandaise, nous apprend que les Islandais avaient « coutume de dire qu’il faut cinq à dix ans pour voir en Islande ce que l’on observe ailleurs en Europe », reconnaissant que « bien sûr, cela (nous) préoccupe. »

On le serait à moins, effectivement.

D’autant plus préoccupant pour les policiers islandais… ne sont pas armés ! Seules les voitures de service sont « équipées d’armes de poing dans des coffres-forts spéciaux » depuis 2015, suite aux attentats d’Oslo et d’Utøya et quelques policiers de l’unité d’élite Viking squad qui ont en permanence gilets pare-balles, armes semi-automatiques et boucliers balistiques.

On se doute que cela fait l’affaire des groupes criminels qui, selon la criminologue Margrét Valdimarsdóttir, « sont de plus en plus organisées (…) Ils ont plus de liens avec des groupes internationaux que ce que nous observions auparavant, ce qui peut être un défi pour nos forces de police. »

Une police désarmée et des criminels surarmés : soit une sorte de société idéale pour le français Philippe Poutou, candidat du NPA à l’élection présidentielle, qui entend justement désarmer nos policiers « au contact de la population » et ce, afin de lutter « contre les violences policières. »

On comprend qu’une telle proposition, entre bien d’autres du même tonneau, n’ait guère donné à beaucoup de nos compatriotes l’envie de lui confier les clés de l’Élysée.

Il peut toujours tenter sa chance en Islande… s’il n’a pas peur d’y finir couvert de plumes et de goudron !

Lire EuroLibertés cliquez là

18:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 04 avril 2022

Sondé, c’est emballé !

sondage-Konk.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Vote utile et abstention seraient les deux mamelles de l’élection présidentielle… sans compter la dénonciation de ce qui serait « le moins utile du monde », soit, pour l’ex-président François Hollande, « la gauche de monsieur Mélenchon »… tandis qu’Anne Hildago, candidate des derniers mohicans socialistes, fustige le « soi-disant vote utile (qui émanerait) de ceux qui veulent que la gauche ne gouverne pas » (sans doute pense-t-elle à ceux qui la surnomment « #saccageparis »).

De son côté, Marine Le Pen dont les sondages affirment la qualification pour le second tour de l’élection présidentielle, craindrait pour sa part une désastreuse abstention des électeurs acquis à sa cause ; celle-ci lui aurait déjà fait perdre la conquête de 2 ou 3 régions françaises l’an dernier…

Enfin, Gérard Larcher, président du Sénat, évoque de son côté une « déligitimité » du candidat-président Emmanuel Macron « en cas de réélection sans campagne », les sondages quasi-tous unanimes sur sa victoire à venir, faisant l’affaire ! Sondé, c’est emballé, n’est-ce pas ?

Ce « vote utile » n’est pourtant que celui imposé au fil des mois par les multiples sondages et ceux qu’ils influencent n’en suivent-ils pas la logique jusqu’au bout : pourquoi qualifier un(e) candidat(e) pour le second tour, alors qu’il sera inévitablement battu(e) ; son score final de 33, 40, 45 ou 49,99 % ne changeant rien au final.

Et donc, n’est-ce pas les sondages, finalement, qui favorisent l’abstention en décourageant des mois durant et jusqu’à la semaine précédent le jour fatidique, les électeurs par un résultat joué d’avance et annoncé, martellé, rabaché 24 heures sur 24 dans tous les médias ?

Et puis, tiens ! Et si on effectuait un sondage pour savoir ce que les Français en pensent ?

13:41 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 06 mars 2022

Exit le covid-19, place au Poutine-22

Poutine.jpg

La chronique de Philippe Randa

De l’issue de la guerre russo-ukrainienne et de ses conséquences, il est certes encore trop tôt pour avoir quelques certitudes que ce soit, mais tout au moins peut-on déjà constater certains bouleversements.

Notamment outre-Atlantique où l’ancien président Trump a fait un « tabac » à la grande convention annuelle des conservateurs américains en fustigeant son successeur Joe Biden qu’il rend responsable de la situation : « Le problème n’est pas que Poutine soit intelligent, parce que bien sûr il est intelligent (…) Le vrai problème est que nos dirigeants soient si bêtes »… surfant ainsi sur le sondage Harvard Center for American Political Studies (CAPS)-Harris Poll révélant que 62 % des électeurs américains estimeraient que « Poutine n’aurait pas envahi l’Ukraine si le président Trump était toujours en fonction… »

Plus proche de nous, soit outre-Rhin, le chancelier Olaf Scholz a annoncé une augmentation importante des dépenses militaires de son pays, tout en décidant de livrer des armes à l’Ukraine, ce que Radio France internationale considère à juste titre comme « un revirement politique de taille pour Berlin. La non livraison d’armes à des zones de conflits était officiellement une constante de la diplomatie allemande depuis la IIe Guerre mondiale. »

Et en France ? Le malheur des Ukrainiens aura au moins permis de nous débarrasser des « médecins de plateaux » chargés d’effrayer le populo depuis deux ans avec leurs prédications apocalyptiques ; exit le covid-19 à bout de souffle, le Poutine-22 nous menace désormais.

S’il y a bien un constat à faire avec l’actualité, c’est qu’elle se montre bien souvent, sinon toujours, impitoyable avec les prédictions sur la marche du Monde. L’attaque russe de l’Ukraine en cette fin février, en aura surpris plus d’un qui ne pensait pas la chose possible ; comme quoi, impossible n’est pas que français.

Lire EuroLibertés cliquez ici

23:42 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 27 février 2022

Aux Pays-Bas, balance tes liens avec Israël

Gerard-Jonkman-directeur-du-Forum.jpeg

La chronique de Philippe Randa

En temps de guerre, la dénonciation est un sport qu’on dit national en France… En France et en temps de guerre seulement ? Évidemment non, telle que nous l’a prouvé ces dernières années à travers le monde entier, tous les mouvements de délation #balandetonporc ou autres #metoo… et aux pays-Bas, désormais, où « les liens avec Israël » devraient être officialisés pour les employés d’Universités : c’est, dans le cadre d’une loi sur la liberté de l’information, la surprenante demande de Gérard Jonkman, directeur du Forum, un groupe pro-palestinien (en photo ci-dessus).

Délire d’un groupuscule en quête de notoriété ? Pas vraiment, puisqu’une dizaine d’universités néerlandaises ont donné pour instruction à leurs personnels de donner suite à l’injonction et donc, de transmettre leurs interactions avec des organisations israéliennes et juives, puisque la demande en question a été certifiée en tant que requête WOB – une requête agréée par les procureurs du pays dans le cadre d’une loi sur la liberté de l’information,  adoptée en 2011 et dont le caractère est contraignant pour les organisations publiques ou financées par l’État.

Le site europe-israel.org précise à ce propos que « parmi les dizaines d’entités citées par Jonkman figurent Elbit, fabricant d’armes et de systèmes de défense israélien, le groupe Chrétiens pour Israël et une association de droite pro-israélienne juive néerlandaise.

Toutefois, la liste comprend aussi des organisations juives mainstream des Pays-Bas et au-delà qui ne se définissent pourtant pas comme israéliennes ou comme œuvrant exclusivement sur la question israélienne […] »

Binyomim Jacobs, grand rabbin des Pays-Bas, n’a pas manqué de fustiger une telle initiative en s’inquiétant du nombre d’université qui pourrait donner suite à une telle demande.

Que le grand rabbin des Pays-Bas s’en émeuve, on peut aisément le comprendre… Mais moins qu’aucune personnalité politique des Pays-Bas ne s’émeuve tout autant, et à juste titre, de voir le conflit israélo-palestinien s’exporter ainsi sur le continent européen, qui plus est au sein du monde universitaire…

EuroLibertés cliquez ici

18:27 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |