Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 03 avril 2020

« fake news » made in Amazon

Amazon.jpg

La chronique de Philippe Randa

Amazon-ci, Amazon-ça… Incontournable Amazon, géant yankee de diffusion, d’abord de livres, puis de tout ce qui peut se vendre via internet. Tout, absolument tout… C’est dire si la pandémie coronavirienne doit être, objectivement, une aubaine pour cette société. À tel point que le 17 mars dernier, elle annonçait le recrutement de 100 000 personnes afin de faire face aux commandes en ligne.

Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, a même un temps envisagé l’autorisation de réouverture des librairies afin que le monstre ne dévore pas tout crû le marché, accédant ainsi au monopole de la distribution des livres ; un objectif dont il ne s’est jamais caché et dont il se serait rapproché en récupérant les ventes des librairies indépendantes qui seraient donc, elle, deux fois victimes du coronavirus.

Oui, mais… Une semaine plus tard, autre annonce d’Amazon qui va restreindre les achats de produits peu « prioritaires » en France et en Italie. Même si la liste « …des produits considérés comme tels n’est toutefois pas précisée dans le détail, Amazon ayant seulement indiqué par voie de presse que ce seront les produits de base pour la maison ou d’hygiène qui auront la priorité sur les autres, en France et en Italie, comme aux États-Unis », précise Le Monde. Car figurez-vous que dès la première semaine de confinement, un diffuseur parisien nous apprenait qu’il allait restreindre encore plus que prévu ses activités car il n’avait non seulement plus de « commandes libraires » (fermeture oblige), mais également plus d’Amazon, ni même des FNAC.

Les « 100 000 emplois » ont donc été annoncés un peu (trop) rapidement… ou de mauvais esprits pourraient considérer que cela n’a été qu’un simple effet d’annonce d’Amazon soit, dans le jargon actuel, une « fake news »… ou bien un simple « coup de pub » facile et pas cher.

EuroLibertés cliquez ici

11ML.jpg

20:19 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 28 mars 2020

Confinement : la vengeance de l’enfant-gâté

IMG_0154.jpeg

« Jusqu’où un gouvernement incompétent et déconsidéré peut-il aller ? »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Le confinement est prolongé pour (au moins) 15 jours ; c’était prévisible, non ?

Oui, tout le monde l’annonçait pratiquement depuis le début de la première période. Comme le gouvernement et certains médecins ont fait ensuite de la surenchère alarmiste sur l’ampleur de la propagation de la maladie, expliquant qu’on n’est qu’au début de « l’épreuve », que « Les Français doivent se préparer à un effort long » (Edouard Philippe), on voit mal par quel coup de baguette magique tout aurait été si rapidement terminé.

Vous ne vous prononcez pas sur l’utilité du confinement (entretien à Synthèse nationale du 20 mars dernier), mais vous semblez tout de même très sceptique à ce sujet…

Sceptique sur les raisons données par le Pouvoir, oui, et même fortement… Avec des « si », on refait l’Histoire, certes, mais tout de même ! Si on avait fermé les frontières immédiatement ! Si on avait contrôlé les premiers rapatriés de Chine dès le début de la crise au lieu de les laisser rentrer chez eux sans le moindre dépistage (ainsi que tous ceux qui reviennent encore de l’Étranger, car ce n’est toujours pas systématique !), le confinement de la population française aurait-il pu être évité ? On peut l’imaginer… D’autres pays n’ont pas imposé de confinement (Royaume-Uni, Suède, Pays-bas, Portugal) ou pas total comme en France en tout cas (Belgique, États-Unis, Allemagne, Turquie, Norvège, Russie)… et le pourcentage des décès est, suivant les pays, moindre ou égal.

Le confinement évite tout de même la propagation du virus, non ?

Interdire – ou restreindre autant que faire se peut – les visites dans les Ehpad, les hôpitaux ou aux gens malades à leur domicile, est une évidence pour tout le monde, mais confiner tous les Français n’a-t-il pas d’autres buts inavoués, à défaut d’inavouables…

C’est-à-dire ?

Aujourd’hui, on ne peut que demander au Gouvernement – et aux médecins – de répondre sincèrement à la justification du confinement. Maintenant qu’il est trop tard pour arrêter la propagation du virus, on finit tout de même pas reconnaître qu’il faut surtout empêcher les malades d’arriver massivement dans des hôpitaux incapables depuis des années de gérer convenablement une épidémie, de quelque nature qu’elle soit. Et ce n’est pas faute aux médecins, infirmières et aide-soignants d’avoir alerté l’opinion publique sur l’état lamentable de nos hôpitaux bien avant la crise ! Lorsqu’on interroge des médecins hospitaliers sur les dysfonctionnements qu’ils dénoncent, ils ont tous la même réponse : « Ce sont les administratifs qui ont pris le pouvoir dans les hôpitaux, ce sont eux qui décident de tout en accord avec les gouvernements… » 

Empêcher une submersion des hôpitaux serait-elle la seule raison du confinement général ?

Médicalement, sans doute… Politiquement, peut-être pour deux, voire trois raisons. La première est de permettre au gouvernement de retarder le moment où il devra rendre des comptes sur la gestion de cette crise. Il joue peut-être bien la montre en espérant découvrir une voie de sortie de crise honorable. Les déclarations contraires d’Agnès Buzyn, ancienne Ministre de la Santé, qui tournent en boucle sur les réseaux sociaux et, tout de même, dans beaucoup de médias, ajoutées au coup de poignard dans le dos au gouvernement qu’ont été ses déclarations  sur la gestion du Covid-19 par l’État au quotidien Le MondeJ’avais prévenu le Président et le Premier ministre de la catastrophe, mais ils ne m’ont pas écoutée ») et sur le premier tour des élections municipales (« Depuis le début, je ne pensais qu'à une seule chose : au coronavirus. On aurait dû tout arrêter, c'était une mascarade ») sont accablantes… Tout autant que les bourdes à répétition de la porte-parole de ce gouvernement Sibeth Ndiaye qui se contredit d’une intervention à l’autre, que ce soit sur les « enseignants qui ne travaillent pas », ou sur l’utilité des masques qu’elle-même ne saurait d’ailleurs pas « utiliser » (sic !)… 

Quelle deuxième raison aurait le gouvernement d’imposer cette contrainte aux Français ?

L’idée a très bien pu lui venir après coup que c’était une occasion de tester la réaction des Français, leur volonté de résistance à une telle mesure d’exception… Jusqu’où un gouvernement incompétent et déconsidéré pouvait-il aller ? Qu’en est-il vraiment du célèbre jugement lapidaire du général De Gaulle sur ses compatriotes : « Les Français sont des veaux ! »… On a déjà constaté comment étaient respectées les mesures de confinement dans les nombreuses zones de non-droit de notre territoire : « Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans certains quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements » (Laurent Nuñez, Secrétaire d’État au Ministre de l’Intérieur)…

Et la troisième raison ?

Punir les Français, tout simplement… Joindre « l’utile » (si vraiment…) à « l’agréable » : se venger au passage de la France d’en-bas, celles des gilets jaunes qui a tout de même fait vaciller (au moins au début) le Pouvoir, des grévistes de l’hiver passé, des petits commerçants dont le vote n’est que modérément « en marche », des électeurs qui ont sanctionné les listes macronistes au premier tour des élections municipales… 3,7 millions de contrôles policiers sur tout le territoire, plus de 225 000 amendes pour non-respect du confinement… et jusqu’à 1 500 euros d'amende pour un Isérois récidiviste de 13 ans… Ceux qui ont propulsé Emmanuel Macron à l’Élysée l’ont fait passer pour un surdoué ; l’intéressé n’a sûrement pas manqué d’y croire… Il n’est pas inimaginable que l’enfant gâté ait jugé opportun de se venger des Français, ces ingrats…

11ML.jpg

15:15 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 20 mars 2020

Covid-19 : retour au réel, un entretien avec Philippe Randa

RANDA Ph.jpg

« Manquerait plus que le confinement fasse davantage de victimes que le Coronavirus ! »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Confinement, j+5… Ça va, vous ?

Avec une grande maison, une cour ensoleillée et plus d’enfant en bas âge, à l’évidence mieux que beaucoup de nos compatriotes confinés dans un appartement, seul ou en famille. Les médias rendent déjà compte de beaucoup d’« actes d’incivilités », rebaptisés « d’imbécillité » par le si aimable ministre Castaner… Soit ! Mais qu’en sera-t-il dans une semaine ? Et encore, beaucoup se disent qu’il n’y a à supporter cette situation que 15 jours, suivant la décision actuelle du gouvernement français, mais si le confinement était prolongé d’un mois de plus, comme certains médecins commencent à le réclamer ? (Le prolongement a été fait en Italie et on l’annonce comme évident en France)… Les « actes d’incivilités » ne dégénèreront-ils pas brutalement en actes de violences physiques, voire mortels ? Manquerait plus que le confinement fasse davantage de victimes que le Coronavirus !

Le Confinement ne serait pas une bonne solution ?

Je ne suis pas qualifié pour répondre… C’est un choix qu’ont fait la Chine et l’Italie avant nous et la Belgique juste après… Et l’Union européenne a tout de même fermé toutes ses frontières, notamment dans l’espace Schengen pour 30 jours. Ah ! au fait, il est donc possible de fermer les frontières ? On a pourtant tellement entendu que c’était impossible quand il s’agissait de terrorisme ou d’invasion migratoire…

À propos de frontières, que deviennent les milliers de migrants massés à la frontière turque qui, au début du mois, menaçaient d’envahir la Grèce avant de se répandre dans l’Union européenne ? Auraient-ils sagement – ou peureusement – renoncés à une telle perspective de peur de tomber malade ? La Turquie a certes fermé ses frontières avec la Grèce et la Bulgarie pour cause de Coronavirus, mais les migrants se sont-ils miraculeusement évaporés dans la nature ? Et si c’est le cas, quelle nature ? Au 1er mars, la Turquie annonçait qu’ils étaient au nombre de 80 888 (quelle précision !), mais France Info précisait dès le 4 mars que « les chiffres de migrants souhaitant gagner l’Europe avancés par la Turquie sont invérifiables. Et ils sont bien plus élevés que ceux de l’Union européenne et des organisations sur le terrain »… On imagine le déferlement éventuel de ces gens avec les risques qui ne seraient plus alors seulement religieux, économiques, culturels ou terroristes, mais sanitaires.

Quels autres constats peut-on faire de cette décision de confinement ?

C’est une situation absolument inédite dans notre pays… Même pendent la guerre, en 1940 avec l’avancée miliaire allemande ou en 1944 avec celles des Alliés, le gouvernement n’a pas interdit l’ouverture de (quasiment) tous les commerces, ni la libre-circulation de la population, obligée de se munir d’une grotesque « attestation de déplacement dérogatoire » qui rappelle fâcheusement les « Ausweis » (carte d’identité) ou les « Passierschein » (laissez-passer) de l’Occupant : et encore, eux n’étaient nécessaires que pour franchir la ligne de démarcation, pas pour promener son chien.

Par ailleurs, à une mesure de confinement des plus contraignante se surajoute le discours en boucle terriblement anxiogène sur le virus. D’abord celui du président du Macron qui parle de « guerre », précisant que « (ce n’est que) le début de la crise » et que « l'État tient » ; du ministre de l’Intérieur : « Les déplacements seront contrôlés et ils devront être justifiés », « 100 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour des contrôles sur les axes principaux et secondaires »… C’est à peine moins – ou plus – que pour les attentats terroristes de ces dernières années… Mais il y a pire encore : les déclarations surréalistes de l’ex-Ministre de la Santé Agnès Buzyn poignardant dans le dos le gouvernement en affirmant qu’elle avait mise en garde Président et Premier ministre de la catastrophe qui s’annonçait sans qu’ils en tiennent compte – alors qu’elle-même tenait officiellement à l’époque un discours contraire – et qui a désertée son Ministère pour tenter de conquérir la Mairie de Paris, certaine pourtant que l’élection municipale serait repoussée. Quel aurait été son discours si elle avait été en tête au premier tour et non très loin derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati ?

Vous en voulez encore ? Eh bien, celles du très médiatique « docteur » Michel Cymes, qui a « trop rassuré » sur les dangers de l’épidémie, obligé de faire un mea culpa après, sans doute, avoir été menacé d’être exclu des médias s’il n’enfourchait pas le discours officiel du gouvernement. Tous ces gens alimentent les théories complotistes… qu’ils n’ont de cesse, par ailleurs, de dénoncer !

En conclusion…

En un mois, plus de 10 000 morts dans le monde, près de 250 000 personnes atteintes, mais « 98 % des personnes contaminées guériraient néanmoins de l’infection », dixit le directeur général de la Santé Jérôme Salomon le 10 mars dernier. Rappelons encore pour ceux qui refusent obstinément de l’entendre le bilan du tsunami de 2004 : 1 minute, 250 000 disparus… ou encore celui de la grippe saisonnière : de 290 000 à 650 000 décès par an dans le monde entier, selon l’OMS… Terrible réalité des chiffres, n’est-ce pas ?

23:50 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 mars 2020

L’inquiétant dérapage islamiste d’une école suédoise

phrases-Coran.jpgLa chronique

de Philippe Randa

La loi du plus fort étant toujours la meilleure, pourquoi certains musulmans se gêneraient-ils d’imposer leur religion aux autres ? Qui plus est à des enfants ! Qui plus est à l’école !

À l’école Söderfors, dans la ville de Tierp, au nord de Stockholm, un professeur a contraint sa classe à écrire : « J’appartiens à l’Islam. Je prie dans une mosquée. Je célèbre le Ramadan. Je lis le Coran. Le Ramadan dure 30 jours. Le Coran possède 114 sourates. »

L’ennui est que l’école n’étant pas (encore) confessionnelle, des parents ont été quelque peu choqués de la facétie…

C’est le site Les.Observateurs.ch, toujours bien informé, qui rapporte l’affaire : « Ma fille est chrétienne et a refusé d’écrire JE CROIS EN ALLAH. Mais elle a dû écrire qu’elle appartenait à l’Islam » s’est offusqué Evelina Wickman, une mère de famille qui a été déposé plainte à la police après avoir eu la confirmation par d’autres parents que sa fille ne délirait pas.

En France, heureusement, la neutralité obligatoire en matière de politique, de mœurs et de religion est sensé protéger de telles dérives nos chères têtes de plus en plus modérément blondes… jusqu’à quand ? Et est-ce vrai sur tout le territoire français ?

À l’heure où certains ministres, notamment l’actuel ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer envisage (déclaration en septembre 2018) de développer l’apprentissage des langues étrangères, dont l’arabe – même s’il n’évoque pas (encore) une quelconque obligation – et qu’un rapport de l’Institut Montaigne (groupe de réflexion libéral) intitulé « La fabrique de l’islamisme » préconise de « mobiliser le ministère de l’Éducation nationale (pour relancer) l’apprentissage de la langue arabe (tant) les cours d’arabes dans les mosquées sont devenus pour les islamistes le meilleur moyen d’attirer des jeunes dans leurs mosquées et écoles », est-il vraiment exagéré de penser qu’on s’achemine, doucement, mais sûrement, vers de telles dérives ? Et plus tôt que tard ?

12:13 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 10 mars 2020

Naomi Seibt, une nouvelle « sorcière » à bien-aimer…

Naomi-Seibt.jpg

La chronique de Philippe Randa

Ah ! les filles… Greta Thunberg ayant été propulsée sur le devant de la scène climato-apocalyptique, les climatosceptiques – ceux qui doutent de la réalité de l’impact humain sur les humeurs du climat – répliquent à leur tour avec leur propre championne : Naomi Seibt, une blonde allemande de 19 printemps.

Youtubeuse, elle vient d’être recrutée par le Heartland Institute, un think tank américain aux positions nettement politiquement incorrectes : « Naomi Seibt travaillera sur la communication d’un message réaliste sur le changement climatique à sa génération en Europe et aux États-Unis ; cette génération a pataugé dans le catastrophisme stérile toute sa vie. »

On se doute que les médias mainstreams ne l’apprécient guère, comme en témoigne un assez fielleux article du Monde qui fait remarquer qu’« qu’avant de figurer dans la presse mondiale, la jeune femme était globalement inconnue du grand public, même en Allemagne. Avec 58 000 abonnés, et moins de 100 000 vues sur la plupart de ses vidéos, sa chaîne YouTube est loin d’être un succès d’audience. »

Voire… car la lutte contre les talibans de la pensée unique sur le réchauffement climatique n’est pas son seul cheval de bataille : Naomi Seibt défend avec conviction la liberté d’expression, craignant que son pays ne replonge tôt ou tard dans la « dictature communiste » ; elle s’en prend également aux méfaits de l’immigration, assume sa fierté d’être allemande et assure qu’on peut être « forte sans être féministe »… De quoi largement la faire vouer aux gémonies de la bien-pensance, mais, autre crime impardonnable s’il en est ! elle ne se gêne pas non plus pour dénoncer avec virulence les manipulations des médias « accusés de tromper volontairement le grand public. »

« Naomi Seibt, comme un double maléfique de Greta Thunberg », la brocarde donc FranceInfo. Une sorcière, quoi !… Oui, mais qu’on ne peut tout de même s’empêcher d’aimer… et même de « bien-aimer », non ?

EuroLibertés cliquez ici

2020 02 ANNONCE SYNT TVL.jpg

08:23 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 01 mars 2020

Selon que vous soyez gaulois ou non…

rachida_dati_sipa.jpg

La chronique de Philippe Randa

Rachida Dati ne mâche pas ses mots. Et quels mots ! Que ce soit à l’encontre d’Angela Merkel qui « paie aujourd’hui au prix fort cette ouverture massive des frontières, (dont elle) « n’a pas mesuré les conséquences » (et qu’elle a décidé) « sans anticipation » (déclarations à FranceInfo) ou d’Anne Hidalgo dont elle rappelle les propres déclarations (« Je m’inspire de Mme Merkel en disant moi aussi je veux accueillir massivement, bienvenue aux migrants et aux réfugiés à Paris »), elle en conclue, lapidaire :« Ça a abouti à quoi ? À la dépossession de l’espace public et privé des Parisiens du nord et de l’est de Paris (et à) une explosion de la délinquance… »

Sont-ce des propos électoraux, simplement destinés à ratisser large l’électorat  populiste comme tout bon candidat ex-UMP – désormais réduite à sa portion congrue sous le nom de Républicains – en a tant eu la détestable habitude ?

Quel ténor de cette mouvance n’a pas tenu d’hypocrites discours sitôt passés par « pertes et perfidies » dès l’arrivée de son parti aux Affaires ? On peut donc se méfier, tout en laissant néanmoins « sa chance au produit » car il faut reconnaître que l’ex-Garde des Sceaux s’est toujours gardé d’insulter ceux qui dénoncent depuis cinquante ans les méfaits de l’immigration.

Toutefois, remarquons que ses condamnations de « l’accueil-appel d’air aux migrants » de Merkel et d’Hidalgo, si elles ont été répercutés dans les médias, n’ont aucunement soulevé les tollés habituels d’indignation sur un quelconque racisme supposé : serait-ce à cause de ses origines marocaines qui la protégerait de facto de cette infamante accusation ?

En aurait-il été de même si ses propos avaient été tenus par une femme ou un homme de souche européenne ? On peut en douter…

La liberté d’expression, à l’évidence, n’est pas la même pour tous les Français… et, de nos jours, « selon que vous serez gaulois ou non/Les jugements de la Bien-pensance vous rendront raciste ou pas… »

02:15 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 14 février 2020

L’affaire Gabriel Matzneff : pas un scandale, une chasse à l’homme…

233048-5x3-topteaser1260x756.jpg

« Certains même doivent applaudir ses éditeurs
– parmi les plus prestigieux de France –
qui, du jour au lendemain,
semblent découvrir ce qu’ils ont imprimés et diffusés :
Oh zut ! la boulette… »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Que vous inspire le scandale autour de l’écrivain  Gabriel Matzneff ?

Soyons précis : ce n’est pas un scandale, mais une chasse à l’homme… Cela aurait été un scandale si on avait « découvert » que Gabriel Matzneff est pédophile, qu’il était passé à l’acte et avait tout fait pour le dissimuler comme c’est en général (toujours ?) le cas avec les prédateurs sexuels ; en ce qu’il le concerne, c’est exactement le contraire : cela fait plus d’un demi-siècle que non seulement il défend, à qui veut le publier ou l’inviter à s’exprimer, sa conception de l’amour – autant sentimentale que physique – avec les « moins de seize ans » ; jusqu’à en avoir fait le titre, pour le moins explicite, d’un de ses livres.

Comment expliquez-vous qu’au vu et au su de tous, Gabriel Matzneff ait ainsi bénéficié d’une totale impunité ?

Pour s’exprimer ? Mais, après les événements de Mai 68, aucun média d’importance, aucun intellectuel ou auto-proclamé tel, aucun artiste, aucun acteur politique n’aurait pris le risque de s’offusquer des livres de Gabriel Matzneff ou de ses invitations à s’exprimer sur les plateaux télés ou sur les ondes des radios… Il est tout de même effarant de voir les mêmes qui continuent de glorifier la chienlit de Mai 68 s’offusquer brusquement d’une des conséquences les plus officiellement « appréciée » de celle-ci : le vagabondage sexuel, sous toutes ses déclinaisons… Oublie-t-on les slogans ineptes en vogue alors et devant lesquels beaucoup se pâment toujours, tels « il est interdit d’interdire » ou encore « Jouissez sans entraves »… Condamner les livres de Gabriel Matzneff ou ne serait-ce que suggérer d’en interdire la publication vous aurait fait clouer au pilori… comme aujourd’hui on le cloue, lui !

Les livres de Gabriel Matzneff ne sont pas encore interdits, mais déjà retirés de la vente par ses éditeurs…

Et personne n’y trouve rien à redire ! Certains même doivent applaudir ses éditeurs – parmi les plus prestigieux de France – qui, du jour au lendemain, semblent découvrir ce qu’ils ont imprimés et diffusés (Oh zut ! la boulette…) Va-t-on voir organiser des autodaffés des livres de Gabriel Matzneff en place publique comme ceux organisés avant-guerre en Allemagne par les sections d’assaut du NSDAP avec les livres des auteurs juifs ? Et sans que personne ne s’en indigne de peur d’être à son tour cloué au pilori ?

Vous trouveriez normal que ses livres continuent à être diffusés ?

Si Gabriel Matzneff a trouvé tant d’éditeurs et durant si longtemps, c’est qu’il a existé, qu’il existe et existera toujours un public important pour le lire… C’est même quelque part, et même s’il ne s’y attendait pas et si cela lui pose sans doute des soucis certains dans sa vie quotidienne, une consécration de son œuvre littéraire : les auteurs consensuels passent rarement à la postérité. Du marquis de Sade à Oscar Wilde, ils sont légions à avoir connus les persécutions policières et judiciaires pour leurs écrits… qui ont été interdits eux aussi, en leur temps, après avoir déclenchés de terribles scandales dans l’Opinion publique qui s’en est tant repûs, puis tant offusqués… Tout change pour que rien ne change, constat connu !

2019 12 dico ph randa.jpg

Commandez ce livre cliquez ici

10:58 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 23 janvier 2020

« Étudier ailleurs » pour ne pas « vivre ensemble »

Peter-Hansen-Jeux-enfants.jpg

Peter Hansen (1868-1928) Copenhague : Jeux d’enfants, 1908

La chronique de Philippe Randa

D’années en années, l’école à proximité de leur domicile devient pour beaucoup de parents de plus en plus anxiogène : le niveau de l’enseignement baisse inexorablement, tandis que la discipline, et donc la sécurité, sont tout aussi dramatiquement malmenées. Et l’instauration du « collège unique » dont le but unique n’est en rien « l’intérêt de l’enfant », mais l’obligation de « vivre ensemble », accentue encore ce malaise.

On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’à Berlin, aujourd’hui, « les parents allemands évitent les écoles primaires à forte immigration », rapporte le site de réinformation suisse Les Observateurs.ch : « En 2019, environ 45 % de tous les élèves de première année ont demandé à fréquenter une autre école que celle désignée par l’autorité de district respective. Pas moins de 60 % des demandes ont été acceptées. Ainsi près de 30 % des enfants ne se sont pas rendus dans leur école locale. »

Le journaliste Schwarze Rose cite le Tagesspiegel : « Il y a quelques années, le Conseil d’experts des fondations allemandes pour l’intégration et la migration avait commandé une étude visant à déterminer les raisons et les effets qui poussent à éviter l’école de Kiez. Cette étude a confirmé l’hypothèse selon laquelle le choix des parents dépend de la proportion de migrants, car ils craignent que leurs enfants apprennent moins dans des écoles où se trouvent de nombreux migrants socialement défavorisés. »

Et en France ? La recherche d’une bonne école primaire rend-elle « fous » les parents français comme le Tagesspiegel n’hésite pas à décrire les parents allemands ? La réponse est évidente pour beaucoup… surtout en sachant que « les effectifs des écoles indépendantes sont en croissance d’environ 16 % par an » (Le Monde du 16 novembre 2018).

« Étudier ensemble » n’est donc pas plus du goût de tous que « vivre ensemble ». Qui l’eût crû ?

Source EuroLibertés cliquez ici

18:41 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 05 janvier 2020

Quand les Belges ne font pas rire les Français

Incivisme-Belgique.jpgLa chronique de

Philippe Randa

Le réveillon de la Saint-Sylvestre 2019 à Bruxelles a quelque peu (sic) malmené l’image idyllique du « vivre ensemble », que veulent imposer les propagandistes du « village mondial » : « Pharmacie saccagée et pillée, poubelles et voitures en feu, pompiers agressés, etc. », a relaté La Libre Belgique.

Face à cette situation, la bourgmestre de Molenbeek, Catherine Moureaux, a pris une mesure d’exception pour la nuit du 31 décembre : les poubelles des quartiers seront… déplacées !

Les pompiers – on se demande bien pourquoi ! – restent sceptiques sur une telle mesure : « On sait bien qu’il y aura des débordements. Les politiques n’auraient pas pris des mesures s’ils ne craignaient pas des incidents. Mais retirer les poubelles des rues pour éviter les incendies, cela ne sert strictement à rien. Et la prochaine étape, ce sera quoi ? On va retirer les voitures, les abribus ? Le vrai problème est le laxisme face aux comportements de ces jeunes qui, l’an dernier, n’ont pas hésité à tout saccager sur leur passage et à s’en prendre aux services de secours. »

Qu’ils se rassurent une autre mesure va être mise en place : les policiers escorteront cette nuit-là les pompiers, mais le président du SLFP (Syndicat Libre de la Fonction Publique) Pompiers dénonce de fait une situation « digne d’un état de guerre » : « On va devoir escorter des pompiers qui vont pourtant porter secours aux gens, est-ce normal ? Pas du tout ! Nous sommes en Belgique, pas dans un état de guerre ! Les politiques doivent à un moment donné, se demander comment on en arrive à une telle situation, à devoir escorter nos sauveteurs. »

D’habitude, les histoires belges font rire les Français ; pas certain que celle-ci leur fasse le même effet, voire même les console de la propre réalité de leur pays.

Source cliquez là

2019 12 dico ph randa.jpg

Commander le livre cliquez ici

19:21 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 03 janvier 2020

La Pensée unique exige la soumission

2019 12 dico ph randa.jpg

La Pensée unique exige la soumission ; c’est elle qui dit ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas ; et gare à ceux qui ne comprenne pas que « le crime de penser n’entraîne pas la mort. Le crime de penser est la mort » comme Georges Orwel l’a écrit dans 1984.

Pourtant, la Pensée unique telle que nous la subissons n’est pas Big Brother, personnage de fiction de ce roman prophétique, même si elle en a l’apparence : « Big Brother est infaillible et tout-puissant. Tout succès, toute réalisation, toute victoire, toute découverte scientifique, toute connaissance, toute sagesse, tout bonheur, toute vertu, sont considérés comme émanant directement de sa direction et de son inspiration. »

Car la Pensée unique, ce n’est pas une ou plusieurs idées figées dans le marbre. La pensée unique, c’est celle qu’il faut avoir à une période ponctuelle sous peine d’hérésie.

Être sulfureux est davantage la conséquence, non de certaines idées jugées à tort ou à raison provocatrices, fausses ou dépassées que de ne pas avoir celles imposées par la Pensée unique, celles de l’ère du temps… et de ne pas en changer aussi rapidement qu’elle l’exige.

Introduction au livre Le Dictionnaire sulfureux de Philippe Randa, éditions Synthèse nationale, 170 pages, 23 euros. Pour le commander, cliquez ici

Vous pouvez aussi commander ces deux ouvrages à Synthèse nationale 9, rue Parrot CS 72809 75012 Paris (chèque à l'ordre de Synthèse nationale).

10:55 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 décembre 2019

La retraite comme la sécurité sociale sont des tabous

greve-manifestation-syndicats-reforme-des-retraites-10-12-19-37e7dd-0@1x.jpg

« Il n’y a plus assez d’argent pour payer les retraites,
celles d’aujourd’hui et plus encore celles de demain…
C’est une priorité que seuls les Français
continuent de refuser d’admettre »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Les grèves contre la réforme des retraites paralysent la France depuis le 5 décembre… On se demandait si les syndicats allaient réussir à reprendre la main ; à l’évidence, oui : le nombre des manifestants a été très important jeudi dernier et la grève dans les transports publics se poursuit depuis… Quelle issue à cette crise ?

Qui peut le savoir vraiment ? Pourtant, il y en aura une, forcément, à ce bras de fer. Cette réforme des retraites, présentée comme LE projet phare du quinquennat d’Emmanuel Macron, mais par essence terriblement clivante – personne n’y comprend grand chose et tout le monde craint à tort ou à raison d’en être personnellement perdant –, aurait dû être imposée en 2017, sitôt son arrivée à l’Élysée. Cette réforme était dans son programme, sa majorité l’aurait votée dans la foulée et c’était pliée ; de plus, cela aurait été un signe « fort » (quoi que l’on pense de cette réforme) de la gouvernance macronienne ; elle aurait accréditée la thèse que ce jeune Président était un homme d’action, qui, contrairement à ses prédécesseurs, faisait ce qu’il avait promis… Il aurait pris tout le monde de court. Attendre comme il l’a fait deux années et demie ne pouvait donner qu’une opportunité inespérée de redevenir légitimes à des syndicats décrédibilisés.

Pourquoi alors  Emmanuel Macron a-t-il attendu pour faire passer cette réforme ?

Sans doute parce que lui et ceux qui l’entourent – comme la grande majorité de ceux qui ont accédé aux Pouvoirs ces trente dernières années – n’étaient en 2017 obsédés que par la conquête du Pouvoir, pas par ce qu’ils comptaient y faire. Arrivés aux Affaires, découvrant peut-être une situation pire que ce qu’ils imaginaient et imbus d’une certitude de supériorité décuplée par leur victoire, Emmanuel Macron et Edouard Philippe n’ont de cesse de parer au plus pressé, appliquant au jour le jour une politique du « doigt mouillé », les yeux rivés sur les sondages (l’obsession de tout élu !) et obsédés par leur réélection future.

Dans ce cas, pourquoi ont-il lancé en 2019 cette réforme des retraites qui ne pouvait que leur attirer des ennuis si prévisibles ?

Parce qu’il n’y a plus assez d’argent pour payer les retraites, celles d’aujourd’hui et plus encore celles de demain… C’est une priorité que seuls les Français continuent de refuser d’admettre. Donc, il y a urgence. Et, cette année, Emmanuel Macron a connu une victoire éclatante  face à la bronca des Gilets jaunes, à laquelle il ne s’attendait probablement pas : il a découvert cette « autre France » dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Il a su habilement manœuvrer, d’abord par l’enfumage, trois mois durant, de son « grand débat sur tout le territoire et ouvert à tous les Français », puis par la violence de la répression policière contre les manifestants, parallèlement au discrédit que les Blacks Blocs ont jetés – en toute impunité – sur les Gilets jaunes auxquels les médias les ont aussitôt assimilés. S’étant débarrassé d’eux, du moins dans la rue, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont dû penser par ailleurs que les syndicats étaient trop discrédités pour représenter encore une menace. L’excellent (vu les circonstances) résultat de la liste LAREM aux élections européennes – battu d’un point seulement par celle du Rassemblement national, tandis que Les Républicains et La France insoumise s’écroulaient – les a confortés dans cette certitude.

Tout le monde s’entend pour admettre qu’il faille réformer le système des retraites… Mais personne n’est d’accord sur les modalités ; vous-même, vous en pensez quoi ?

Petit souvenir personnel : j’avais une douzaine d’année, début donc des années 70. Je revois mon père m’expliquer qu’il ne fallait pas que je songe à ma retraite future parce qu’à l’âge où je serais sensé y avoir droit, il n’y aurait pas suffisamment d’argent pour payer les retraites… Trente ans durant, quand je racontais cette « paternelle prophétie », tout le monde souriait, me faisant comprendre que bon ! hein ! papa était bien gentil, mais un peu farfelu, n’est-ce pas ?… Et puis, les années passant, les sourires se sont crispés jusqu’à disparaître…

Et donc ?

La retraite comme la sécurité sociale sont des tabous. Les supprimer étant hors de question, une solution possible est que l’une et l’autre soient maintenues ; tout le monde sera content, ouf !

Oui mais ! la sécurité sociale commence déjà à rembourser de moins en moins de médicaments, de moins en moins de soins, de moins en moins de prise en charge diverses et variées… et ça s’accélère d’année en année.

Oui mais ! la retraite, elle, pourrait être un jour imposée à un minimum pour tous, quelles qu’aient pu être les cotisations des uns ou des autres et ce, au nom de la « solidarité citoyenne » ; certains l’évoquent déjà, prétextant que les anciennes générations ont eu la chance de connaître le « plein emploi » et qu’il leur faut donc être solidaires avec les nouvelles générations pour les lesquelles le travail fait défaut…

Tiens, vous ne souriez pas ? Pas même un sourire un peu crispé ? Pourquoi ?

Le nouveau livre de Philippe Randa est sorti :

2019 12 dico ph randa.jpg

Commandez le dès maintenant en ligne cliquez là

16:53 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 05 décembre 2019

Les féministes, ça ose tout !

feminisme.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Un slogan scandé lors d’une manifestation féministe place du Trocadéro à Paris le vendredi 29 novembre dernier a au moins eu le mérite de ne pas passer inaperçu : « Le kérosène, c’est pas pour les avions, c’est pour brûler violeurs et assassins ! »

Dénoncé sur les réseaux sociaux, puis sur le site fdesouche, les organisatrices interpellées à ce sujet ont bien dû se sortir comme elles le pouvaient d’un embarras visible… grâce au second degré !

Hé oui ! Appeler au lynchage et au meurtre, c’est, pour l’une des organisatrices dont les propos sont rapportés par le quotidien Libération une affaire à prendre « au second degré. Il faut le comprendre comme : on ne se laissera plus faire, et la peur doit changer de camp. Si on se formalise sur le premier degré, on se trompe de combat. C’est qu’on n’a pas compris d’où vient la violence principale. »

Un second degré digne des slogans de l’extrême gauche, anti-flic ou anti-Front national : de « Un flic, une balle, justice sociale » à « Mort aux fachos ! », on en passe et des plus aimables que ceux-là encore !

On imagine les réactions si dans une manifestation du Rassemblement national, de la Manif pour Tous ou des Identitaires des slogans appelant au lynchage et à brûler vif d’autres personnes avaient ainsi été scandés !

Au fait, ces tendres harpies aux méthodes si définitives et si modérément humaines, personne n’a eu l’idée de leur demander ce qu’elles pensaient du rétablissement de la peine de mort pour les criminels, pédophiles et autres personnages qui, depuis quarante ans en France, ont échappé à la « bascule à Charlot » (1).

Peut-être y aurait-il des salauds moins salauds que d’autres pour ces dames-là…

Michel Audiard disait que « les cons, ça ose tout ! C’est même à ça qu’on les reconnaît ! »… Les féministes, c’est du pareil au même, la preuve !

(1) Un des surnoms de la guillotine.

EuroLibertés cliquez ici

19:42 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 novembre 2019

Dhimmitude : tout le monde ne se laisse pas faire !

Philippe-Randa-septembre-2019-150x150.jpgLa chronique de

Philippe Randa

Lors de sa revue de presse le lundi 18 novembre, la journaliste Amandine Begot sur RTL a dû faire sursauter plus d’un sourcilleux garde-chiourme de la Bien-pensance lorsque celle-ci a raconté la monté des incivilités en France… Dans le temps, les incivilités  expliqua-t-elle, c’était surtout les week-ends, de la part de quidams en fort état d’ébriété. Mais aujourd’hui, c’est partout et à tout bout de champs et par forcément sous l’effet de l’alcool. On crie, on menace pour un oui ou pour un non, pour un regard ou un mot mal interprété, ou encore pour… un refus de dhimmitude !

Amandine Begot relata le témoignage d’un homme qui attendait son tour à une caisse de supermarché. Une « femme voilée » lui demanda de lui céder sa place. Il refusa parce qu’il était pressé d’aller chercher à temps ses enfants à l’école… Hurlements de la femme voilée à qui il refusait d’obéir et qui l’a poursuivi de ses insultes jusqu’à sa voiture, le traitant de… raciste ! Ben voyons…

Une scène qui vous en rappelle une autre ? Beaucoup d’autres ?

Ce qui est plus étonnant, c’est que ce triste – et de plus en plus courant – fait-divers ait été relaté à une heure de grande écoute (juste avant Laurent Gerra). Depuis des décennies, les journalistes avaient appris à taire l’origine des voyous ou autres faiseurs de troubles, terrorisés à l’idée d’être accusé par les associations auto-proclamées anti-racistes de « faire le jeu de l’extrême droite. »

Comment expliquer un tel changement d’attitude ? Une telle libération de la parole ? Un tel retour à une information libre et honnête sur « la première radio de France » comme RTL aime tant à le rappeler ?

Tout change pour que rien ne change, dit-on habituellement, mais est-ce toujours exact ? Ne devra-t-on pas dire désormais « Tout change parce que ça a trop changé » ? 

Diapositive1 copie 10.jpg

Ecoutez les émissions cliquez ici

08:53 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 22 novembre 2019

Congrès EELV : Yannick Jadot, à peine couronné et déjà guillotiné !

images.jpeg

Nicolas Gauthier

Si certains en doutaient encore, le congrès d’EELV, tenu ce week-end à Saint-Denis, vient d’administrer la preuve que les écologistes persistent à communier dans la haine du bonheur et la détestation du vivre ensemble.

En effet, avec Yannick Jadot, leur candidat aux dernières élections européennes, tout juste auréolé de ses 13,5 %, se trouve désormais sur la sellette, sachant que l’une des quatre motions qu’il soutenait, « Le temps de l’écologie », menée par l’ancienne députée Éva Sas, ne recueille que 26,2 % des suffrages. Aux deux phobies plus haut évoquées, on peut donc en ajouter une autre : celle du succès.

Les résultats des trois autres motions en lice ? « Démocratie écolo », de Philippe Stanisière et Christine Juste, se contente de 8,5 %, « Le Souffle de l’écologie », d’Alain Coulombel, de 21,5 %. Quant à la « vainqueuse » ou la « vaincrice », pour causer en dialecte local, menée par Julien Bayou, de la direction sortante, elle caracole en tête avec 43 % des vot.e.s exprimé.e.s. Son intitulé ? Un concept navigant à vue entre Sibeth Ndiaye et Laurent Gerra : « L’écologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin ». Ce qui n’est pas exactement « inzepocket », objectera-t-on.

Abel Mestre, du Monde, entomologiste réputé des espèces politiques menacées, note, tout en litote : « Avec un retard compris entre 15 et 20 points, c’est un désaveu pour l’aspirant présidentiable. » Éva Sas – qui, malgré de trompeuses apparences, n’entretient aucun lien de parenté avec le prince Malko Linge, plus connu sous l’acronyme de SAS – tient néanmoins à préciser, toujours selon la même source : « La direction sortante n’a pas la majorité, c’est aussi un désaveu ! Nous sommes satisfaits, notre objectif est rempli. […] La ligne Jadot est représentée dans toutes les motions, ce n’est pas un pour contre Jadot. Et désormais, il a près d’un quart du parti qui le soutient. Ça le conforte. »

Un quart du parti seulement ? Mais présent partout ailleurs ? Yannick Jadot, ou l’imam caché d’EELV, en quelque sorte. Culture gauchiste et basiste oblige, ce n’est pas la première fois que nos amis Verts couperaient toute tête émergeant de la meute et, surtout, susceptible de mener le parti à la victoire. « Pour gagner enfin », disaient-ils…

Mais toujours à propos de victoire, c’est évidemment sur les prochaines élections municipales que nos winners comptent pour se refaire la cerise. Pourtant, les temps ont changé, depuis celui où un Jean-Vincent Placé parvenait à faire croire à un Parti socialiste alors puissant que les hordes vertes pouvaient faire et défaire les maires, entrants ou sortants. Dans son enthousiasme et sa rage de convaincre, il évoquait alors des scores écologistes à deux chiffres, oubliant souvent qu’il y avait une virgule au milieu.

Une équation qui se complique davantage quand on sait que ce vote est principalement circonscrit dans les villes de plus de cent mille habitants ; là où l’écologie est plus un prêt-à-penser urbain qu’un mode de vie rural. Les voilà donc condamnés à jouer les forces d’appoint.

Néanmoins, et ce, à leur manière, les Verts ont gagné la bataille des idées, les préoccupations écologiques ayant été prises en compte par l’ensemble des autres partis en présence ; ce qui n’est pas fondamentalement une mauvaise nouvelle. Mais, au passage, ont également perdu de leur spécificité d’origine, ayant depuis belle lurette abandonné le retour à la terre, cet aimable revival maréchalo-woodstockien, pour se tourner vers des luttes sociétales – théories du genre, post-féminisme, antispécisme, collapsologie – dont le moins qu’on puisse prétendre est qu’elles n’affolent pas plus que ça une majorité de Français plus préoccupés par les fins de mois que par celle du monde.

En attendant, EELV offre un assez réjouissant spectacle. La relève de la bande du Splendid est enfin assurée. C’est déjà ça de gagné pour la planète. Celle des humoristes, évidemment.

Source cliquez ici

11:25 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 novembre 2019

Détecteur anti-oubli de bébé : ça manquait, c’est sûr !

4.jpg

La chronique de Philippe Randa

Quel ancien enfant – et nous sommes nombreux dans ce cas – n’a jamais eu conscience d’avoir échappé à ce sort funeste : être oublié par ses parents dans la voiture ! Oh ! La boulette !

Ou quel ancien parent – ça fait du monde, aussi ! – a-t-il jamais imaginé qu’il lui fut possible de commettre une telle abominable étourderie ?

Mais que les générations futures, dignes descendants des preux guerriers de jadis, soient rassurées : leur sécurité est désormais « sous contrôle » avec… le détecteur anti-oubli de bébé dans les voitures !

Ce sont nos proches voisins d’au-delà les Alpes qui ont pris conscience de l’urgence de sauver la vie des plus petits ; ils nous montrent la voie à suivre : « Depuis le 7 novembre, en Italie, tout parent doit posséder un détecteur anti-oubli sur le siège-auto de son enfant, si celui-ci a moins de 4 ans. Qu’ils décident d’acheter un nouveau siège ou qu’ils équipent l’ancien d’un détecteur, les parents éviteront grâce à ce dispositif d’oublier les bambins dans la voiture. En plus d’émettre des signaux sonores, le système peut lancer des appels téléphoniques ou envoyer des messages de type SMS ou WhatsApp aux parents », nous apprend France info.

Et gare aux mauvais parents radins ou distraits : s’ils n’installent pas le détecteur, une amende de 80 à 326 euros et un retrait de cinq points sur leur permis de conduire leur rappelleront leurs nouvelles obligations.

C’est vraiment beau le progrès ! Peut-on vivre sans lui, d’ailleurs ? Sans doute pas pour les Géo Trouvetou de ces idées nouvelles qui ne peuvent que forcer l’admiration de tout un chacun… en nous donnant l’occasion de réaliser avec une stupéfaction matinée d’une horreur incommensurable les dangers que l’on a courus dans la vie, dangers d’autant plus terrifiants… que jusqu’à présent, on les ignorait !

12:22 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 12 novembre 2019

De la douteuse discrimination raciale positive à l’improbable discrimination sexuelle positive…

BBWvFXq.img.jpg

 « Tous ces gens se prennent les pieds
dans le tapis de leurs multiples contradictions
d’habituels donneurs de leçons 
»

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés. (Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Marlène Schiappa a déclaré qu’elle approuvait le projet de loi gouvernemental d’expulser les étrangers condamnés pour violences sexuelles… Venant d’elle, ça ne vous a pas étonné ?

Ce qui m’a surpris surtout, c’est que personne dans les mondes politique et médiatique n’ait fait remarquer que c’est « entre autres » une mesure réclamée depuis des décennies par cette droite dite extrême, tant décriée par eux-mêmes en général et par la secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, en particulier… et si, comme cette dernière le déclare si justement, on ne « voit pas qui pourra honnêtement nous dire qu’un citoyen étranger qui a violé une femme peut rester sur le territoire sans que cela pose problème », pourquoi un citoyen étranger qui a agressé, tué, trafiqué – et s’il a violé un enfant ou un homme, sera-t-il tout aussi « expulsable » ? – sur le territoire national pourrait, lui, rester et bénéficier de tous les avantages sociaux et législatifs des citoyens français ? Il y avait la discrimination raciale positive, voici donc la discrimination sexuelle positive… Rien n’arrête l’inventivité de nos politiciens ; c’est souvent à ça qu’on les reconnaît, d’ailleurs !

Comment expliquez-vous un tel silence des médias et du monde politique ? Ils sont gênés ?

Même pas ! Ce qu’ils disent, comme ce qu’ils font, est rarement réfléchi. Médias et politiciens sont dans l’instant, dans l’incontournable Let's Tweet Again de notre époque… et forcément, du coup,  ils se prennent désormais les pieds dans le tapis de leurs multiples contradictions d’habituels donneurs de leçons… Ayant sans cesse mis « l’immigré » sur un piédestal d’éternelle et forcément victime –  quoiqu’il dise, quoiqu’il fasse – et lui ayant ainsi conféré une impunité aveugle au détriment du citoyen français, ils se retrouvent désormais face à des réalités qu’ils ont toujours niées, écartelés entre le terrorisme de l’islam radical et l’échec de l’assimilation-intégration telle qu’on nous la vantait dans les années 80 du siècle dernier… Rappelez-vous que les mêmes, ou leurs prédécesseurs, assuraient alors que les immigrés allaient d’abord s’intégrer, puis forcément s’assimiler et que penser ou dire le contraire était du racisme… Aujourd’hui, on ne parle plus d’intégration ou d’assimilation, mais de « vivre ensemble » et bientôt, sans doute, tentera-t-on de nous convaincre qu’il nous faut « vivre comme eux » pour ne pas être suspecté, encore et toujours, de racisme.

Marlène Schiappa, par sa déclaration soutenant la mesure gouvernementale d’expulsion des étrangers délinquants sexuels, met néanmoins les pieds dans le plat, vous ne pouvez dire le contraire…

Parce que l’époque – ou plutôt serait-il plus juste de dire « l’année » – est à la dénonciation des violences faites aux femmes et que la Mission de recherche droit et justice qui a réalisé une étude sur les ordonnances de protection « permettant d’établir l’âge moyen, l’état civil et la situation de précarité des femmes violentées » a dévoilé, comme l’a rapporté Le Figaro (le 6 novembre 2019), le profil des victimes de violences conjugales : en situation précaire et souvent d’origine étrangère… Comme la femme violentée est actuellement « à la mode » du politiquement correct – soit jusqu’à ce que le sujet finisse par lasser l’opinion publique et qu’un autre ne le remplace pour soutenir l’audimat des médias et détourner l’attention des réalités de la situation économique du pays – cette annonce d’expulsion des étrangers délinquants sexuels – qui ne peut faire qu’un très large consensus, répétons-le – ne mange pas de pain. Reste à voir si la loi sera appliquée… Qu’adviendra-t-il d’un délinquant sexuel qui arguera que son pays d’origine est en guerre – réelle ou supposée – ou qu’il y encourt à titre personnel un danger pour sa vie en raison de ses mœurs, de ses engagements ou d’on ne sait quoi encore ? Pour ceux qui seraient curieux de connaître les « bonnes astuces » des demandeurs d’asile, les véritables « kits » mis à la disposition des « demandes d’Asile pour les nuls », je ne peux que leur conseiller mon livre Le roman noir des demandeurs d’asile (1).

La déclaration de Marlène Schiappa ne serait en fait qu’un effet d’annonce ?

C’est une annonce, attendons les effets…

(1) Le roman noir des demandeurs d’asile, éditions L’Æncre, préface de Jean-Yves Le Gallou, disponible sur Francephi.com cliquez ici 

10:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 11 novembre 2019

Ça chauffe pour les escrocs du climat !

giec.20151007jpg.jpg

Le coup d’œil de Philippe Randa

Thierry Michaud-Nérard s’en prend sur le site LesObservateurs.ch au Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui « ne doute pas que le réchauffement climatique contemporain est directement lié aux activités humaines et aux émissions de gaz à effet de serre » ; un « raisonnement qui ne se vérifie pas systématiquement à travers les chiffres. »

Ainsi, rappelle-t-il, « pour expliquer la pause du réchauffement climatique, des hypothèses sont émises telles la capacité des océans à absorber davantage de chaleur que prévu, le rôle des multiples éruptions volcaniques qui diffusent des aérosols dans la haute atmosphère et qui filtrent un pourcentage du rayonnement solaire ou la baisse d’activité du cycle solaire en cours depuis 10 ans. »

Parmi les « climatosceptiques » ou « climato-agnostiques » ou encore « climato-réalistes » – soit tous ceux qui ont le « mauvais goût » (sic !) de rappeler la faiblesse des fondements scientifiques de la théorie de l’origine humaine du réchauffement climatique – Patrick Moore, un des premiers présidents de Greenpeace, s’est exprimée dans les colonnes du magazine Breitbart News pour « dénoncer le canular mondial du réchauffement climatique anthropique. »

« Moore a expliqué comment les partisans du changement climatique ont su tirer parti et avantages de l’instrumentalisation de la peur et du mythe de la culpabilité artificielle de la propagande anti-diesel anti-CO2. (Il) rapporte que les scientifiques sont cooptés et corrompus par les politiciens et les bureaucraties investies dans la propagande du changement climatique afin de centraliser davantage le pouvoir et le contrôle politiques. »

Douter du réchauffement climatique dû aux activités humaines – ou seulement déclarer ne pas avoir d’opinion tranchée sur la question – suffit à faire de vous le nouvel hérétique du XXIe siècle. Et pourtant, de plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer la supercherie. Comme quoi, il ne faut jamais désespérer de l’espèce humaine.

Article paru dans les colonnes du quotidien Présent et sur EuroLibertés.

Sur le sujet, n'oubliez pas d'acheter :

Diapositive1 copie 5.jpg

Le commander cliquez ici

14:01 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 08 octobre 2019

Jean Lasalle, ce Don Quichotte tellement français

maxnewsfrthree871953.jpg

La chronique de Philippe Randa

Jean Lasalle, député des Pyrénées-Atlantiques depuis 1982 (tout de même !), s’est fait connaître de beaucoup de Français dès 2013 par son tour de France à pied à la rencontre de ses compatriotes, puis par tous avec sa participation à la dernière élection présidentielle.

Quel étonnant bonhomme : le qualificatif lui va à ravir avec sa gouaille et son accent impayable ! Car cet ancien-vice-président du Modem vient d’accorder un entretien des plus roboratif  au très modérément « centriste » site de réinformation Breizh info (www.breizh-info.com) !

Qu’en en juge : «  Nous étions dans un modèle de démocratie qui devient désormais un système soviétique, avec la dictature de la finance à la place de la dictature du prolétariat. Cette finance échappe totalement au contrôle de l’homme, et tout est fait même pour que l’homme ne représente plus rien (…) Les Gilets jaunes ont certes fait progresser plus la France en 15 semaines que les politiques en 40 ans (:) C’est la dernière question révolutionnaire de notre pays, cependant elle a été anéantie par le pouvoir en place qui a utilisé l’extrême-gauche et n’a pas fait de quartier sur le plan judiciaire. »

Quand à «  la Pravda », ainsi que notre Don Quichotte de la politique française définit le consortium France Télévisions, il assène : « C’est surtout un totalitarisme financier, et la finance investit dans les médias qui deviennent totalement aux ordres. Les médias mainstream ne présentent plus aucun intérêt, il n’y a plus de quatrième pouvoir. À la place, on a le bourrage de crâne permanent qui accompagne les déclarations de Macron, qui parle par exemple dernièrement sur les bourgeois et les couches populaires pour qualifier la France. »

Il ne cache pas son intention de « rempiler » à la prochaine présidentielle. Et s’il était élu par une « divine surprise » ? L’histoire est parfois si facétieuse…

Notre pays y gagnerait sans doute un honnête homme, mais surtout un sacré franc-tireur de la liberté d’expression. Il sont si peu nombreux !

2019 13 JNI PH RANDA.jpg

10:17 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 01 septembre 2019

Le fonds de commerce de la colonisation et de l’esclavage

Fatou-Diome.jpg

La chronique de Philippe Randa

Fatou Diome (ci-dessus) est une franco-sénégalaise, auteur d’une dizaine de livres que Le Monde décrit comme « piégée dans le désir d’Europe et ses mirages tragiques » et dont il présente son pamphlet Marianne porte plainte ! (paru en en 2017 chez Flammarion), comme un « véritable pamphlet contre les discours identitaires, racistes, sexistes et islamophobes » !

Toutefois, dans un entretien publié en ce mois d’août, celle-ci précise sa pensée. Une pensée pour le moins inhabituelle dans les colonnes de ce quotidien.

Ainsi, sur sa couleur de peau qui n’est « n’est ni une tare ni une compétence » ou sur la France, « cette France brillante, je l’ai bien trouvée, mais on n’arrête pas de la trahir ! Il faut toujours s’y référer, la rappeler aux mémoires courtes »…

Quand le journaliste l’interroge sur les discriminations frappant les Africains dans notre pays, Fatou Diome lui rétorque : « Vous savez, au Sénégal, un jeune né en province aura moins de chance de réussir que celui issu d’une famille aisée de la capitale. La différence, c’est qu’en France, cette inégalité se trouve aggravée par la couleur. Ici, être noir est une épreuve et cela vous condamne à l’excellence. »

Quant à l’urgence de « la décolonisation de la pensée et des savoirs, porté par un certain nombre d’intellectuels africains et de la diaspora » qui semble fortement interpeller le journaliste, sa réponse est cinglante : « C’est une urgence pour ceux qui ne savent pas encore qu’ils sont libres. Je ne me considère pas colonisée, donc ce baratin ne m’intéresse pas. La rengaine sur la colonisation et l’esclavage est devenue un fonds de commerce (…) En sommes-nous encore à nous demander comment nous libérer de l’esclavage et de la colonisation ? Pendant ce temps où nous stagnons, les Européens envoient Philae dans l’espace… (…) Pourquoi se positionner toujours en fonction de l’Occident ? Il nous faut valoriser, consommer et, surtout, transformer nos produits sur place. C’est cela l’anticolonisation qui changera la vie des Africains. »

Et bien qu’elle soit sensée dénoncer les discours identitaires, elle n’en affirme pas moins que « la peur de vaciller au contact des autres ne peut vous atteindre quand vous êtes sûr de votre identité. »

S’il y en a un qui a vacillé, c’est peut-être ce malheureux journaliste du Monde

EuroLibertés cliquez là

2019 13 JNI 2.jpg

10:25 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 15 juillet 2019

Dîners de cons : François de Rugy est-il le « François Pignon » d’Emmanuel Macron ?

19131217lpw-19131262-article-jpg_6353755_660x281.jpg

« Les repas fastueux aux frais de la République servis par François de Rugy seront peut-être le scandale de trop… »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés cliquez là.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Que vous inspirent les incidents en marge du 14 juillet ?

Juste la confirmation de la terrible fracture politique de notre pays. Emmanuel Macron a réussi à blesser sans doute à mort les deux partis traditionnels de gouvernement – le Parti socialiste et les Républicains – dont il est l’héritier et à conforter le Rassemblement national comme la seule alternative d’opposition : soit, dans son esprit comme dans beaucoup d’autres, l’assurance de sa réélection en 2022 ; il n’en est pas moins évident qu’une majorité de citoyens, de toutes tendances politiques, le rejette, lui et sa politique… Cela s’est concrétisé avec le mouvement des Gilets jaunes en novembre dernier et cela se poursuit toujours, même si ce ne sont plus les mêmes manifestants, ni les mêmes revendications. La France périphérique a déserté la rue et on la comprend : entre les violences policières et les débordements des Blacks Blocs, il n’y avait à prendre que des coups, des mutilations, des inculpations…

Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues et Eric Drouet, trois figures des Gilets Jaunes, étaient tout de même présents sur les Champs-Élysées ce 14 juillet et ils ont été placés en garde à vue pour « rébellion »…

… et relâchés en fin d’après-midi ! Ils étaient là et ils en avaient le droit en tant que citoyens, droit qui leur a été scandaleusement refusé, mais leurs troupes ? Aujourd’hui, les « gilets jaunes » combien de divisions dans la rue ? Ces trois-là sont des figures qui feront sans doute encore parler d’eux, mais le gouvernement a réussi à discréditer le mouvement des Gilets jaunes, associés désormais au vandalisme inhérent à chaque manifestation…

Emmanuel Macron a donc gagné ?

Jusqu’à présent, du sursis, en effet… Sans avoir lâché quoi que ce soit aux Gilets jaunes, la liste LREM a fait un excellent score aux élections européennes, seulement atténué par le fait qu’elle s’est retrouvée derrière celle du RN… à 1 % près, tandis que l’électorat de gauche s’est démobilisé, éparpillé entre plusieurs listes inaudibles et que l’électorat de centre-droit l’a soutenu. Mais le mécontentement général est toujours aussi fort… D’autant que le dernier scandale en date – les repas fastueux aux frais de la République servis par François de Rugy à ses invités  lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale – sera peut-être le scandale de trop. Alors que personne n’a trop compris le « scandale Benalla » de l’été dernier (et pour cause ! Les faits relèvent plus de la polémique de cour d’école que d’une Affaire d’État), cette fois l’hypocrisie d’une classe politique donneuse de leçon, mais corrompue, est flagrante : François de Rugy s’est défendu en parlant de « dîners de travail », mais quel « dîner de travail » justifie-t-il homards géants et vins prestigieux entre 265 et 550 euros la bouteille ?

Le Rassemblement national, tout comme La France insoumise ou le Modem sont, eux, empêtrés dans des affaires judiciaires, accusés d’avoir déclaré de « faux » attachés parlementaires au Parlement européen…

Au parlement européen, justement… Pour le citoyen lambda, ce n’est pas l’argent de la France – bien sûr que si, mais il ne le réalise pas forcément – et ces partis, qui contestent d’ailleurs les faits, peuvent arguer qu’ils sont victimes de harcèlement politique. Comme pour l’Affaire Benalla, le citoyen n’y comprend pas grand-chose, contrairement à la « vie de château » de François de Rugy avec ses dîners au homard organisés par sa femme… D’autant que cet âne, après avoir pleurniché qu’il était lui-même intolérant aux crustacés – on le plaint ! – s’est engagé à rembourser « chaque euro contesté », reconnaissant ainsi sa malhonnêteté… Oh ! la boulette, Pignon !


le-defi-5-ans-avec-tv-libertes.jpgMarie-Simone Poublon et Philippe Randa viennent de publier
Le Défi(Éd. Dualpha) : l’aventure du groupe Libertés (TVLibertés, Radio Libertés, EuroLibertés…) qui se veut le premier réseau de presse alternative, non seulement en France, mais aussi en Europe et qui ne cesse de tailler des croupières au Nouvel Ordre Mondial… Qui dirige vraiment le groupe Libertés ? Quels sont ses collaborateurs ? Ses partenaires ? Comment se finance-t-il ? Quelles sont ses ambitions nouvelles ? cliquez ici

12:04 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 31 mai 2019

Le vote « contre » plus payant que le vote « pour »

Elections-européennes-2019.jpg

La chronique de Philippe Randa

L’instrumentalisation du vote « contre » aura été le fil rouge de ce nouveau scrutin des élections européennes avec des succès, néanmoins, mitigés…

Plutôt payant pour les trois listes arrivées en tête : « contre l’extrême-droite », pilonné par La République en Marche a limité le score de la liste menée par Jordan Bardella dont le score est moindre qu’au précédent scrutin ; « contre la politique d’Emmanuel Macron », prôné par le Rassemblement national lui a certes permis de l’emporter sur celle de Nathalie Loiseau, mais avec seulement 1% de différence ; « contre la détérioration climatique », martelé par les Écologistes les a incontestablement remis dans le jeu électoral d’où il avait disparu précédemment.

Plutôt contre-productif pour les autres listes en course dont l’échec est patent : la liste des Républicains qui s’insurgeait « contre le duel RN-LAREM » s’effondre – à l’instar de la liste menée par Nicolas Dupont-Aignan « contre on ne sait plus qui ni avec qui  » –, les électeurs ayant à l’évidence choisi « l’original » à la « copie », selon un adage qui n’avait pas toujours été vrai dans le passé.

Quant aux listes « contre l’Europe », prônant peu ou prou le Frexit, le naufrage le plus évident est celui de La France insoumise, tout autant victime de la fracture sur l’immigration qui divise ses troupes que de la personnalité clivante de son leader historique… Quant à l’inexistence électorale des souverainistes Asselineau et Philippot, la charité n’autorise guère de commentaires après leurs résultats.

Le vote « pour l’Europe » n’aura, lui, guère été payant ; seul le Parti socialiste peut s’estimer un miraculé pour ne pas avoir (encore) sombré définitivement, mais fait jeu égal avec FI et son ancien candidat à l’élection présidentielle Benoit Hamon aura ses frais de campagne remboursés avec 3%.

Cela n’augure par des lendemains qui chantent pour une hypothétique refondation d’une gauche « repassée de la lumière dans l’ombre », comme pourrait peut-être dire aujourd’hui l’inénarrable Jack Lang.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:13 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 10 avril 2019

Philippe Randa nous parle de la surpopulation sur TV Libertés

Surpopulation-alerte-quadri.jpg

 

 

Le livre de Jean-Michel Hermans cliquez ici

17:31 Publié dans La chronique de Philippe Randa, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 05 avril 2019

Les Ehpad : ce « business » que l’État a laissé prospérer

Tu-verras-maman-tu-seras-bien.jpgLa chronique

de Philippe Randa

La réalité des Ehpad es dénoncée par un de ses anciens directeurs, Jean Arcelin, qui a dirigé, trois ans durant, l’un d’eux. Il livre un témoignage à charge dans « Tu verras maman, tu seras bien » (Éd. XO).

Dans un entretien accordé au site atlantico.fr, il explique qu’« il y a une logique de rentabilité et d’économie qui est faite sur le dos des résidents. On ne peut pas dire le contraire. »

Lui-même devait ainsi dégager 600 000 € net de résultat avant impôt, soit un ratio de 15 % de résultat net sur chiffre d’affaire ; pas question, donc d’engager des aides-soignantes pourtant indispensables, mais qui l’aurait fait sortir de ce ratio.

Au fil des pages, des exemples aussi concrets qu’insupportables se succèdent, comme le changement d’une « bonne baguette de boulanger, pour une baguette industrielle infecte, qui posait même des problèmes de déglutition » pour en faire baisser le coût.

Car la rentabilité est l’obsession de nombreuses maisons de retraite : « Dans le centre de Cannes, vous pouvez payer 5 000 € par mois et l’on vous donne 3,70 € en coût des repas journaliers. C’est scandaleux. Surtout quand on sait que cela constitue l’un des derniers plaisirs de ces personnes isolées… »

Avec cette précision que Jean Arcelin tient, tout de même, à apporter : « Il y a des groupes d’Ehpad qui ont un positionnement de qualité, qui sont différents. Je souhaite dénoncer un système. Je ne souhaite même pas dénoncer les dirigeants, car ce sont les actionnaires qui fixent le cadre. »

Quand le Danemark dépense 5 % de son PIB pour la prise en charge des personnes âgées dépendantes, la France est à 0,4 % avec un taux d’encadrement deux fois inférieur par rapport à l’Allemagne.

Jean Arcelin dénonce un « business » que l’État a laissé prospérer : « Les Ehpad n’ont pas de problème de concurrence, donc ils se permettent de surfacturer des prestations médiocres. Voilà ce que j’ai vu. »

Tout le monde connaît des passionnés de films d’horreur, mais parfois la réalité est bien pire que la fiction. Et sans effets spéciaux, évidemment trop chers pour le résultat net sur chiffre d’affaire des Ehpad !

00:51 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 10 mars 2019

Le Hijab vous souhaite la bienvenue !

Gavle-hijab.jpg

La chronique de Philippe Randa

À défaut d’arrêter le progrès, on n’arrête pas non plus le vivre ensemble. Ainsi, après le burkini sur les plages, voici le temps du hijab sur les panneaux de bienvenue : en Suède, on entre donc dans la ville de Gävle avec le sourire d’une dame « symbole de la grande diversité de la ville » !

Comme on pouvait s’y attendre, la facétie en irrite plus d’un.

« Il faut penser à ce que cela signifie. Certaines portent ce vêtement, le hijab, volontairement. Mais pas toutes. Pour des millions de femmes dans le monde, ce vêtement représente un manque de liberté », s’est insurgé le député démocrate suédois Roger Hedlund, membre du conseil municipal de Gävle.

Ça n’est pas venu à l’esprit de Johan Adolfsson, responsable de la communication pour la municipalité de Gävle pour qui, la femme en question est « une des nombreuses femmes musulmanes de Gävle… »

« Actuellement, nous apprend le site LesObservateurs.ch, la Suède ne connaît pas d’interdiction générale des vêtements islamiques, tels que le hijab, la burqa ou le niqab. Toutefois, les employeurs individuels peuvent interdire aux employés de porter des symboles religieux, philosophiques ou politiques pendant les heures de travail. En revanche, la police et les pompiers sont autorisés à porter le hijab. »

Il est bien loin l’époque où ceux qui martelaient que l’immigration était une chance pour la France, voulaient nous convaincre qu’il fallait aider les immigrés à s’intégrer d’abord pour mieux qu’ils s’assimilent ensuite grâce aux sacro-saintes « valeurs républicaines ». Aujourd’hui, il faut « vivre avec leurs valeurs »… en attendant demain, de « vivre leurs valeurs » ? On ne cache pas sa joie à cette idée !

Lire EuroLibertés cliquez ici

08:37 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 06 janvier 2019

Jean-Jacques Goldman, pourquoi pas. Mais pourquoi ?

Jean-Jacques-Goldman.jpg

La chronique de Philippe Randa

À nouveau, et pour la huitième fois (mais pas consécutive), le chanteur Jean-Jacques Goldman sort gagnant dans la 66e édition du Top 50 Ifop-JDD, avec, note le JDD, un cru marqué, cette année « par la percée des Bleus, le recul des femmes et la disparition des politiques. »

Bon, pourquoi pas ! Loin de nous l’idée de contester ce sacre dont personne non plus nous empêchera néanmoins de songer : Oui, pourquoi pas ! Mais pourquoi ?

Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l’Ifop, donne bien un début d’explications qui en vaut d’autres : « Il n’a pas d’actualité, mais il fait résolument partie de la vie des Français »… Ah bon ? De quel Français précisément, on ne le précise pas… Pas davantage que de savoir si 9 autres suivant (Omar Sy, Dany Boon, Kylian MBappé, Thomas Pesquet, Zinédine Zidane, Michel Cymes, Jean Reno, Jean-Paul Belmondo, Soprano) en font donc moins, un peu moins ou beaucoup moins « résolument partie »…

Et pas davantage sur quels critères s’est joué cette préférence, s’agissant pour 7 d’entre eux de saltimbanques ; le spationaute Thomas Pesquet et le médecin-chirurgien Michel Cymes faisant dès lors quelque peu figure de faire-valoir…

Il en va donc des personnalités préférées des Français comme des vœux de Nouvel An : l’un et l’autre sont inévitables chaque année… Mais si les seconds, en général, sont plaisants, même si un peu « obligés », les premiers ne cessent de nous laisser quelque peu perplexe…

EuroLibertés cliquez ici

19:50 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 30 décembre 2018

Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose… enfin, peut-être !

x2018-09-28_183016_FAKE-NEWS.jpg.pagespeed.ic.s88jtu8cri.jpg

La chronique de Philippe Randa

C’est le nouveau monstre à la mode qui défraie les landernaux politiques dans le monde entier : la fausse nouvelle ou « fake news ».

Emmanuel Macron, à peine élu à la Présidence de la République s’est plaint d’en avoir été particulièrement victime, accusant la Russie poutinienne, par complaisance lepéniste, d’avoir abondamment fourni les réseaux sociaux en mensonges divers et variés pour l’empêcher d’accéder à la Fonction Suprême. Sans succès, à l’évidence.

Du coup, une loi est annoncée pour lutter contre les « fake news » et beaucoup craignent qu’elle soit principalement destinée à museler les médias hostiles envers la pensée unique : que ce soit moins le mensonge qui soit à juste titre traqué que la liberté d’expression qui ne soit réprimée au nom d’une censure d’État qui n’oserait pas dire son nom.

Paranoïa ? Manipulation politique ? Complotisme ? À l’évidence, personne ne sait trop quoi en penser. François-Bernard Huygue a donc jugé utile de publier un petit livre fort décapant pour trier le bon grain de la réelle manipulation de l’ivraie complotiste : « Fake news la grande peur » (VA Editions cliquez ici) se lit facilement en une dizaine de chapitre qui permettent de se faire une idée sur la façon de « nommer le faux », de comprendre une « fausse nouvelle », de savoir si la société actuelle baigne autant qu’on le dit dans le « faux », de découvrir qui en sont véritablement les responsables et en fin de compte, de répondre à une question qui pourrait surprendre de prime abord : les citoyens en sont-ils finalement les victimes …ou les coupables ? Enfin, existe-t-il des « remèdes » pour contrecarrer la désinformation sous toutes ses formes…

Autrefois, en temps de guerre , on nommait cela, tout simplement, de la propagande ; à moins, que nous ne soyons déjà (encore ? toujours ?) en guerre… et que tout le monde n’en ait pas vraiment conscience. Le livre de François-Bernard Huygue n’en serait donc que plus urgent à découvrir.

Publiée dans le quotidien Présent.

11:25 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 décembre 2018

Dis-moi de combien tu fraudes, je te dirais qui tu es…

IMG_0119.jpegLa chronique

de Philippe Randa

Quand toute communication téléphonique ne dépendait pas d’un « forfait illimité » comme aujourd’hui, la moindre communication personnelle depuis son lieu de travail était, de la part d’un monsieur Dupont, simple employé, un vol de sa société… et pour le dirigeant de celle-ci, un abus de bien social. Hé oui !

Qui peut alors dire qu’il n’a jamais « profité » d’une telle facilité, sans parler, pour certaines professions, des « notes de frais » parfois un peu – et même un peu beaucoup –… « arrangées » ?

Qui vole un œuf, vole un bœuf, selon l’adage populaire. Certes, mais peut-on vraiment comparer un monsieur Dupont, contribuable lambda aux fins de mois difficiles qui gruge le fisc de quelques centaines ou milliers d’euros avec un Carlos Ghosn (rémunérations en tant que PDG en 2017 : 13 millions d’euros), soupçonné d’avoir dissimulé environ 38 millions d’euros de revenus sur cinq années de 2010 à 2015 ? Ou encore avec une Shakira (chanteuse la mieux payée au monde en 2018 avec des revenus estimés à près de 46 millions d’euros) – soupçonnée par la justice espagnole de s’être fictivement domiciliée aux Bahamas et ainsi d’avoir fraudée le fisc espagnol à hauteur de 14,5 millions d’euros ?

S’il est certain qu’enfreindre la loi, quelle que soit la modicité ou non des sommes, reste bien évidemment condamnable moralement – sauf pour les anarchistes qui condamnent tout ordre établi par principe –, un bon sens tout aussi populaire parce qu’humain, trop humain, reconnaissons-le tout de même, permet à tout à chacun de fermer les yeux sur certains, comment dire… « accommodements » !

À condition de ne pas se faire prendre… sinon, c’est bien la seule égalité qui puisse alors exister entre un monsieur Dupont, un monsieur Ghosn et une madame Shakira.

Lire EuroLibertés cliquez ici

11:42 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 11 novembre 2018

Netanyahou vs Soros : les antisémites ne s’y retrouvent plus

Benyamin-Netanyahou-George-Soros.jpg

La chronique de Philippe Randa

Autrefois, un antisémite était quelqu’un qui n’aimait pas les Juifs ; aujourd’hui, c’est quelqu’un qui est suspecté de ne pas les aimer. Donc, qui n’aime pas Georges Soros, gourou de la finance mondialisée qui encourage et subventionne généreusement l’invasion migratoire, ne peut, à l’évidence, n’être qu’un vil antisémite (pléonasme ?)…

Patatras, un de ses plus violents détracteurs n’est autre que Benyamin Netanyahou, Premier ministre d’Israël qui lui reproche « de porter atteinte aux gouvernements israéliens démocratiquement élus en finançant des organisations qui diffament l’État juif »… tout comme un vulgaire soutien de l’OLP, du Hamas ou du Hezbollah !

Par le passé, Netanyahou avait également félicité l’accession de Victor Orban à la tête de l’État hongrois… où fleurirent l’année dernière de gigantesques affiches affirmant que « 99 % des Hongrois sont contre les immigrants. Ne laissons pas Soros rire le dernier ». Depuis, Soros, un tantinet susceptible, a fait transférer en Allemagne les programmes de sa fondation Open Society, effectués jusque-là en Hongrie.

De même, alors que « George » (soutien inconditionnel des Démocrates), est régulièrement taclé par « The Donald » (actuellement locataire républicain de la Maison Blanche), ce dernier est évidemment regardé avec les yeux de Chimène par « Benyamin » depuis qu’il a officiellement transféré l’ambassade des USA à Jérusalem…

Quant à Yair, fils aîné Netanyahou, il n’a rien trouvé de mieux à relayer, en 2017, qu’une caricature de Soros tenant le monde entier au bout d’une canne à pêche. Ambiance.

Ah ! Que le monde serait compréhensible pour les nuls (et même pour les autres) si les choses étaient simples. À l’évidence, pas l’antisémitisme, qu’il soit présumé ou non !

Source EuroLibertés cliquez ici

10:36 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 03 novembre 2018

Emmanuel Macron, bel et bien continuateur d’un monde politique plus « failli » qu’« ancien » !

15281460lpw-15281556-article-emmanuel-macron-societe-politique-jpg_5321443_660x281.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés

Propos recueillis par Guirec Sèvres

Le président français Emmanuel Macron a comparé la situation actuelle en Europe avec celle de l’entre-deux-guerres du siècle dernier en fustigeant notamment les victoires des partis populistes en Europe qu’il considère comme une lèpre ; qu’est-ce que cela vous inspire ?

D’abord, traiter ses rivaux politiques et leurs partisans de « lépreux » est une injure à considérer comme telle, c’est-à-dire par le mépris. Une telle injure ne suscite guère de réprobation dans la classe politique, mais on n’ose imaginer quelle aurait été la réaction de celle-ci si des populistes avaient dénoncé leurs ennemis politiques, voire l’invasion migratoire, en termes similaires. On accuse (entre autres maux) les populistes de violences verbales, mais ils ont en général plus de retenue que beaucoup de leurs adversaires. Ensuite, Emmanuel Macron n’a cessé de marteler qu’il fallait en finir avec « l’ancien monde » politique : avec sa douteuse comparaison historique, il incarne justement l’« ancien monde politique » dont les représentants n’ont eu d’autres arguments, ces dernières décennies, que de brandir l’épouvantail d’un fascisme fantasmé, mal absolu s’il en était à les entendre…

Ces dernières décennies, c’est-à-dire ? Depuis la fin de la IIe Guerre mondiale ?

Non, depuis la fin des « Trente glorieuses », soit le début du premier septennat de François Mitterrand… Jusque-là, depuis 1945, on avait surtout l’obsession de panser les plaies des deux guerres civiles européennes, de construire une Europe forte économiquement… Mais avec les premières crises pétrolières, l’arrivée du chômage de longue durée, puis de masse, enfin avec la chute de l’URSS – soit la fin de la Guerre froide qui perdurait de façon plus ou moins larvée – et la « découverte » par les Européens de l’invasion migratoire, les gouvernements ont vu la situation se détériorer inexorablement… Des années durant – grosso modo, pour la France jusqu’à la fin du quinquennat de Jacques Chirac – les partis de gouvernement sont parvenus à persuader une majorité d’électeurs qu’il suffisait d’attendre le retour de la croissance économique pour vivre à nouveau des lendemains qui chantent… « Sœur Anne, ne vois-tu rien venir ? » a été le leitmotiv de la classe politique aux affaires, qu’il s’agisse des élus du Parti socialiste et de ses alliés communistes et écologistes ou de ceux de la droite et du centre… Les quinquennats de Nicolas Sarkozy et de François Hollande ayant été les requiem de cette droite et de cette gauche de gouvernement, Emmanuel Macron et sa République en Marche ont ramassé la mise en se présentant comme l’alternative à un monde moins « ancien » que surtout « failli »… Le naufrage du pays perdurant depuis son élection, dans l’affolement d’une situation qui lui échappe chaque mois un peu plus – chômage qui perdure et s’aggrave même selon les mois ; affaire Benalla ; démissions de Nicolas Hulot et Gérard Collomb, deux « éléphants » du gouvernement d’Édouard Philippe ; selfie équivoque avec des racailles d’outre-mer après la réception de « vogueurs » en Lunettes noires et maillots de résillelors de la Fête de la musique à l’Élysée, etc. –, Emmanuel Macron montre qu’il n’a aucun autre argument, aucune autre défense que de reprendre l’antienne du danger fasciste…

Une rhétorique de diabolisation des Populistes qui, jusqu’à présent, a tout de même bien fonctionné pour les empêcher d’accéder aux Affaires…

Ralentie tout au plus car les populistes sont dans des coalitions au Pouvoir en Italie, en Autriche, en Pologne et en Hongrie ou l’ont été (Slovaquie, Finlande)… Et sont rentrés dans la quasi-totalité des parlements où ils étaient jusqu’alors absents (le cas le plus significatif est celui de l’Afd en Allemagne)… Quant à la France, par deux fois en quinze ans, ils ont été au second tour de la Présidentielle, Marine Le Pen doublant en 2017 le score de son père en 2002… Mais si, en France, les Populistes n’ont pas profité davantage de l’écroulement de la droite et de la gauche de gouvernement, est-ce véritablement à cause de la diabolisation dont ils auraient été victimes… ou de leur manque de crédibilité ? Ce qui était vrai du temps de la présidence chiraquienne – Jacques Chirac fut un mauvais président, mais « savait faire président » ; Jean-Marie Le Pen préconisait des solutions de bon sens, mais pouvait-il « faire président » ? Les électeurs hésitants (ceux qui font la différence le soir d’une élection) ne l’ont jamais pensé… Et cela a été le cas également pour sa fille, surtout lors de son débat avec Emmanuel Macron. Elle a fait une campagne électorale plutôt bonne au premier tour, mais ce soir-là, elle a atterré les électeurs hésitants bien plus par sa gestuelle et ses diatribes que par ses manques d’arguments économiques… Donald Trump avait fait une campagne « destroy » contre tous ses rivaux, ce qui lui a permis d’être désigné candidat des Républicains, mais lors du débat face à Hillary Clinton – même s’il a été, dit-on, moins brillant qu’elle, et alors ? – a convaincu les électeurs hésitants qu’il « pouvait faire président »… Et quoiqu’on ait pu dire de lui, quoi qu’on dise toujours, Donald Trump « fait président », incontestablement ! Ç’aurait pu être le cas des Le Pen, père ou fille, on ne le sait pas… à ce jour, en tout cas !

Et sur la situation actuelle en Europe qui ressemblerait à celle de l’entre-deux-guerres, qu’en pensez-vous ?

Je ne vois pas en quoi elle lui ressemblerait « spécialement »… À cette époque, il y avait en Allemagne un grand sentiment de revanche à prendre après l’armistice de 1918 ; un danger communiste à l’Est avec la Russie bolchevique et, à l’ouest, une guerre civile en Espagne… Non, si l’on veut vraiment trouver une comparaison historique avec la situation actuelle en Europe, c’est plutôt avec celle de la France de 1789, fracturée entre pays légal et pays réel… On peut donc craindre – ou espérer – une imminente nouvelle « nuit du 4 août » qui abolirait les actuels privilèges des représentants de la finance internationale et des autoproclamés dépositaires des « valeurs républicaines ». On aimerait bien d’ailleurs avoir enfin une définition exacte de celles-ci. Cela reste pour l’heure un vœu pieux…

10:40 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 septembre 2018

Aujourd’hui, en France, certains semblent assez nostalgiques de ce modèle de liberté à la soviétique… Très peu pour moi !

maxresdefault.jpg

Entretien avec Philippe Randa

Propos recueillis par Guirec Sèvres, publiés sur le site Synthèse nationale

Une pétition, initiée par Hapsatou Sy, demande l’interdiction d’Éric Zemmour dans les médias ; il lui avait reproché que son prénom était une insulte à la France… C’est votre avis ?

Prénommer son enfant « Ivan », « Giovanni », « Donald », « Luigi », « Kevin », « Érika » serait alors tout autant une « insulte »… Sans oublier « Éric », prénom scandinave (du germain aina qui signifie « unique, total » et de rik qui signifie « roi »)… Cela en fait des insultes, dites donc ! Moi-même, je suis d’ailleurs une double insulte au pays où je suis né, puisque mon véritable prénom composé est Philippe-André, deux prénoms d’origine grecque tous les deux… De plus, un enfant n’est jamais responsable de ce choix, ce sont ses parents. Le « mal » (selon Zemmour) étant donc fait, il est aussi inutile qu’assez déplacé de l’utiliser comme argument.

Éric Zemmour considère que le prénom est important lorsqu’on veut s’intégrer, s’assimiler à un peuple… Vous ne partagez pas cet avis ?

Si, bien sûr… mais son argument d’y voir selon les cas une « insulte » ne tient pas. C’est une formule choc qui a fait le buzz… Reste à savoir si c’était voulu ou non. Le « buzz », c’est comme le crime : à qui profite-t-il ? Peut-être à tous, en l’occurrence… Au journaliste polémiste dont le dernier livre paru Destin français est la 6e meilleure vente du Top 20 GFK/Livres Hebdo dès la semaine de sa sortie (semaine de l’émission, heureux hasard !)… à la chroniqueuse Hapsatou Sy, parfaite inconnue soudainement très connue… ou encore à l’émission Salut les Terriens ! dont on parle beaucoup à cette occasion… Thierry Ardisson a, certes, censuré ce passage de son émission, ce qui le met à l’abri d’éventuelles suites judiciaires… mais il s’est tout de même immédiatement retrouvé diffusé par les bons soins de Hapsatou Sy… D’ordinaire, on méprise ce qu’on considère comme des insultes ou on les cache tant que faire se peut ; il est plus inhabituel qu’on soit le propre artisan de leur diffusion.

Ne nous dîtes pas que vous avez signé la pétition, tout de même…

Si, bien sûr… mais pas celle exigeant l’interdiction d’antenne d’Éric Zemmour, celle pour qu’il puisse continuer à s’exprimer librement. Et qu’on puisse tout aussi librement le contredire sans l’insulter. J’ai récemment rappelé dans un billet pour le quotidien Présent, cette histoire qui faisait beaucoup rire dans les années quatre-vingt du siècle dernier : on croyait alors l’URSS au faîte de sa puissance (le régime soviétique s’écroulera début des années quatre-vingt-dix) ; un Américain et un Russe s’entretenaient de la liberté dans leurs pays respectifs. Le premier affirmait qu’aux USA, on pouvait librement dire de son président qu’il était un imbécile. Ce à quoi le Russe rétorquait que la même liberté existait dans son pays : on pouvait parfaitement dire que le président américain était un imbécile, assurait-il !

Aujourd’hui, en France, certains semblent assez nostalgiques de ce modèle de liberté à la soviétique… Très peu pour moi !

10:19 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook