Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 07 janvier 2022

Et si le « pass vaccinal » devenait l’enjeu de l’élection présidentielle ?

RANDA PH 1.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Deux ans que dure la grande dinguerie organisée autour de la pandémie covidienne et tout de même un constat à faire en France : la quasi-totalité des leaders des « grands » partis a étrangement adopté sur la question une position attentive. À part quelques réserves, quelques nuances sur telles ou telles mesures gouvernementales de-ci, de-là, aucun n’a osé remettre en question sa gestion par le président Macron.

Et pourtant… N’y a-t-il pas lieu de s’inquiéter du monstrueux endettement de la France (« La dette de la France grimpe à 118,2 % du PIB à l’issue du premier trimestre 2021 », francetvinfo.fr, juin 2021) ? De l’état des services hospitaliers qui ne cesse de se détériorer depuis le début de la crise (« Une étude du ministère de la Santé montre que 5 700 lits d’hospitalisation complète ont été fermés en 2020. Cette tendance, installée depuis des années, s’est maintenue malgré la crise sanitaire » (Ouest-France, septembre 2021) ? De la désertion du personnel hospitalier (« Entre 2018 et 2021, un peu plus d’un millier d’étudiants infirmiers en formation ont “démissionné avant la fin de leurs études” » (Europe 1, octobre 2021)… et aussi, et surtout, n’y a-t-il pas lieu de s’émouvoir des restrictions continues des libertés individuelles : après les confinements (« du 17 mars au 10 mai 2020 (non inclus, soit 1 mois et 25 jours) ; du 30 octobre au 15 décembre 2020 (non inclus, soit 1 mois et 14 jours) ; du 3 avril au 3 mai 2021 (non inclus, soit 28 jours) », le port du masque à l’utilité plus que contestée sinon contestable… et, bien évidemment, le pass sanitaire en passe de muter, désormais, en pass vaccinal…

Toutes ces mesures ont visiblement, à défaut d’avoir arrêter la pandémie, tétanisée les leaders des « grands » partis politiques. Mais qu’en est-il des électeurs ? Réponse en avril prochain, bien sûr… mais une pétition (www.leslignesbougent) contre le Pass vaccinal qualifiée d’« atteinte majeure à l’État de droit » a déjà réuni plus de 1 250 000 signatures en quelques semaines… Un signe ?

Et si le « pass vaccinal » devenait le véritable enjeu de l’élection présidentielle ?

EuroLibertés cliquez ici

18:17 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 29 décembre 2021

Des centaines d’opérations reportées : le véritable scandale de la corona-mania !

-4432708727617843295 copie.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés cliquez ici.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Que vous inspirent les dernières mesures (en date) préconisées par le 1er Ministre Jean Castex : jauges pour les grands événements, télétravail obligatoire, mais pas de couvre-feu le 31 décembre ni de report de la rentrée des classes...

Cela ressemble à un nouvel échauffement, non ? Réveillonnez dans le stress, braves gens, et préparez-vous à ce qui va vous dégringoler sur le museau ensuite… Ça fait tout de même deux ans maintenant qu’Emmanuel Macron et ses ministres entonnent régulièrement le même refrain tous azimuts de menaces mâtinées de promesses (ou le contraire)… C’est la même politique du « doigt mouillé » annonçant coups de bâton ou morceaux de carotte, toujours dans l’incohérence, l’inutilité et l’échec ; jusqu’à présent, cela leur a plutôt bien réussi : aucun leader d’un parti politique d’importance à ce jour n’a encore osé dire « Ça suffit ! Arrêtez de vous moquer du monde », de peur sans doute de perdre des électeurs. Tant que ça fonctionne, pourquoi se gêneraient-il ?

On sait maintenant que les hôpitaux français n’ont absolument pas été débordés ni en 2020, ni en 2021, sauf exceptionnellement et pour très peu de temps… 

Deux éléments sont à prendre en compte de façon parallèle : en effet, les hospitalisations en 2020 pour le covid n’ont été que de 2 % (et 5 % dans les services de réanimation) ; la psychologue Marie-Estelle Dupont l’a d’ailleurs expliqué sur Cnews en citant le rapport d’analyse de l’activité hospitalière 2020 (chargé de récolter et de compiler toutes les données sur l’hospitalisation), ajoutant que la peur a donc été disproportionnée, poussant des gens, des jeunes notamment, au suicide…

On pourrait ajouter que, parallèlement, des milliers d'hospitalisations ont été « refoulées » et des centaines d'opérations reportées : le véritable scandale de la corona-mania est là ! J’ai accompagné le 28 décembre dernier un proche pour une opération programmée dans une clinique privée ; étonné qu’il y ait si peu de monde dans le hall d’entrée, j’en ai fait la remarque à la personne de l’accueil en train d’enregistrer l’entrée de ce proche. Elle m’a expliqué que c’était normal avec toutes les annulations d’opérations prévues pour cause de « test positif » ou de « cas contact »… J’ai posé la question à un médecin, ancien chef de services hospitaliers : être « positif » ou « cas contact » pose-t-il un problème pour une opération ? Sa réponse a été lapidaire : « Bien sûr que non ! Les chirurgiens et les assistantes ont des masques et des gants pour se protéger, ça ne pose aucun problème… » et il a ajouté qu’il serait intéressant de connaître un jour le nombre de morts dues à toutes les interventions annulées pour motif de « trouille du Covid »… Il estime pour sa part qu’elles pourraient être supérieures aux morts « réelles » du covid (soit mort seulement du covid et non attribué à celui-ci parce que le malade était « aussi » positif). Ce qui donne alors une dimension non pas irresponsable, mais pour le moins criminelle à la gestion de la pandémie par le gouvernement français ces deux dernières années…

Aujourd’hui, ce sont les « administratifs » des hôpitaux qui détiennent le véritable pouvoir de décider ce qu’un médecin doit faire ou ne pas faire…

Oui, c’est une des raisons des dysfonctionnements et du délabrement des services hospitaliers, mais ajoutons que les médecins ne sont pas non plus exempts de toutes remarques désobligeantes sur leur comportement… Toujours dans cette clinique où j’accompagnais ce proche le 28 décembre, la personne de l’accueil a ajouté que les couloirs étaient également vides parce que la plupart des médecins avaient pris leur semaine de vacances entre Noël et le nouvel An ! Alors même que le gouvernement annonçait pic de contamination, engorgement des services et autre menace apocalyptique pour cause de variant Omicron. De deux choses l’une, ou les médecins de terrain ont parfaitement connaissance de l’imposture du discours alarmiste, mais ne le dénoncent pas et ce sont de parfaits tartuffes… ou ce sont des salauds qui préfèrent réveillonner qu’être fidèles au serment qu’ils ont prêté de sauver des vies humaines quand elles sont en périls.

Vous avez cité la psychologue Marie-Estelle Dupont, mais le docteur Martin Blachier, lui aussi, estime que le variant Omicron n’est guère dangereux, même s’il est très contaminant…

En effet, leurs discours actuels, comme ceux passés des docteurs Peronne et Raoult avant qu’ils ne soient décrétés persona non grata dans les médias, tranchent sur celui de la plupart des « Médecins de plateaux » qui se complaisent à terroriser les populations depuis le début de la crise… Mais reconnaissons que la majorité des « Médecins de plateaux », alarmistes, ont obtenu à cette occasion quelque chose qui leur manquaient cruellement…

C’est-à-dire ?

Tout simplement ce qu’Andy Warhol appelait le « quart d’heure de célébrité » auquel tout à chacun aurait droit… Imaginez-vous ce qu’étaient ces « gens-là » : diplomés, fortunés pour beaucoup, absolument convaincus de leur évidente intelligence, ils étaient néanmoins – un scandale ! – totalement inconnus du grand public, contrairement au premier « footeux » ou chanteur venus : personne ne les reconnaissait dans la rue, personne ne savait qui ils étaient à part leurs proches ou leurs patients… Depuis qu’ils ont envahi les plateaux de télés, annonçant que la vie et la mort du monde entier dépend de leurs seuls oracles, imaginez ce qu’ils ressentent… c’est humain. Cela aurait duré ce que durent les roses, passons… Humain, trop humain, disait Nietzsche ! Mais bingo ! le gouvernement français a été trop heureux de leur complicité inespérée pour son plus grand bénéfice ! Que dure alors le plaisir de leur notoriété frelatée ! C’est l’alliance non pas des « copains et des coquins », mais des « pourris et des salauds »…  Autant en emporte la raison !

12:47 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 19 décembre 2021

Chasse ouverte aux anti-communistes !

Mario-Vargas-Llosa.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Si la musique adoucit (parfois !) les mœurs, la littérature exacerbe (souvent !) les humeurs, surtout lorsque celles-ci sont politiques. Ainsi l’élection en novembre dernier de Mario Vargas Llosa à l’Académie française, au fauteuil de Michel Serres,  qui « indigne » des « chercheurs français », soit un collectif de professeurs et de chercheurs universitaires « stupéfaits » de l’indifférence que cette élection suscite !

Est-ce parce qu’il serait le premier écrivain à devenir membre de cette illustre institution sans jamais avoir écrit un ouvrage dans la langue de Molière ? Nullement…

Aurait-on découvert qu’il serait un harceleur de dames (ou de monsieur) ? Un escroc international ? Un tortionnaire ? Nullement…

Serait-ce la valeur d’une œuvre littéraire, soit une cinquantaine d’ouvrages publiés en France chez Gallimard et récompensée en 2010 par le prix Nobel de littérature  « pour sa cartographie des structures du pouvoir et ses images aiguisées de la résistance de l’individu, de sa révolte et de son échec » qui serait mise en question ? Nullement…

Alors, de quelle infamie cet octogénaire (il est né en 1936) péruvien, marquis depuis 2011 et qui fut président du Pen Club (1977-1979) s’est-il rendue coupable pour susciter ainsi l’ire des signataires d’une tribune publiée dans le quotidien Libération « parmi lesquels se trouvent le linguiste César Itier, la géographe Evelyne Mesclier, les anthropologues Valérie Robin Azevedo et Pablo del Valle, ainsi que l’historienne Sylvie Taussig », rapporte Le Figaro ?

C’est qu’il poserait de « graves problèmes éthiques »… En effet, figurez-vous que cet infâme désormais en habit vert, révulse ces apprentis-inquisiteurs par son « anticommunisme fervent » et son « ultralibéralisme économique » et par le soutien qu’il a apporté notamment au président colombien Iván Duque ou encore à la candidate à l’élection présidentielle péruvienne Keiko Fujimori n’ayant recueilli « que » 49,9 % des suffrages aux élections générales de 2021 !, soit des « figures de la droite radicale, voire extrême, en Amérique latine. »

Le révolutionnaire Louis-Antoine de Saint-Just qui refusait toute liberté aux « ennemis de la liberté », tout comme le « tsar rouge » Joseph Staline peuvent être fiers de leur descendance… Ah ! les braves petits !…

Lire EuroLibertés cliquez là

19:11 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 12 décembre 2021

Donald Trump contre les « talibans d’internet »

RANDA PH 1.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Décidément, les États-Unis en général et les réseaux sociaux en particulier n’en ont pas fini avec Donald Trump !

Selon le site RT France, un groupe d’investisseurs institutionnels s’est engagé à lui apporter 1 milliard qui s’ajouterait « aux 293 millions de dollars déjà récupérés par  la “spac” Digital World Acquisition Corp lors de son arrivée à Wall Street en septembre ( …) En retirant les frais de transaction, Trump Media & Technology Group devrait ainsi récupérer 1,25 milliard de dollars pour financer le lancement du réseau social de l’ancien locataire de la Maison Blanche. »

De quoi assurer une naissance en fanfare !

« Truth Social » devrait être hébergé par RightForge, une société d’infrastructure internet qui souhaite « que le marché des idées reste ouvert ». Dixit sont directeur : « Si vous croyez que le Président devrait être interdit de plateforme, nous pensons que vous n’avez pas réellement envie de vivre dans un pays libre » ; aussi RightForge permettra-t-il que « l’Amérique reste fidèle à ses idées fondamentales. »

En octobre dernier, Donald Trump n’avait pas mâché ses mots : « Nous vivons dans un monde où les talibans ont une énorme présence sur Twitter alors que votre président américain préféré a été réduit au silence. C’est inacceptable. »

Éjecté l’année dernière comme le premier malpropre venu de Facebook, YouTube, Intagram ou encore de Twitter, alors qu’il dirigeait toujours la plus grande puissance mondiale et comptait quelques 35 millions d’abonnées sur Facebook et 24 millions sur Instagram, ces derniers vont-ils connaître le sort de « l’arroseur arrosé » avec le projet de future plateforme « Truth social » ?

L’avenir le dira, certes… Mais l’histoire regorge de précédents où des géants se croyant invincibles finissaient par mordre la poussière, selon l’adage que Jupiter rend fou ceux qu’ils veut perdre…

Lire EuroLibertés cliquez là

12:54 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 30 novembre 2021

De la transphobie à la transdinguerie !

dessin-Ignace-transgenre-725x600.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Certes, il y a ceux que les « différences sexuelles » offusquent pour des raisons morales, vouant aux gémonies les homosexuels, qu’ils soient hommes ou femmes et plus encore les « transgenres » qui ne sont ni l’un, ni l’autre ou les deux à la fois ou alors encore même plus si affinités… et ceux qui ne s’y retrouvent plus guère dans toutes les différences revendiquées, depuis que l’on est passé du vocable LGBT à LGBTQIA+ et désormais MOGAI et QUILTBAG, vaste fourre-tout de toutes les espèces humaines connues, reconnues ou en voie de reconnaissance, sinon d’existence : lesbiennes, gays, bisexuelles, trans, queers, intersexes et asexuelles, bispiritualités, cisgenres, dyadiques, altersexuels, etc., etc., etc.

Jusqu’à présent, pour le monde de la bien-pensance, les choses étaient simples : d’un côté, les monstrueux, forcément monstrueux, homophobes ; de l’autre, leurs victimes, forcément victimes, tous unis dans la commune reconnaissance de leur sexualité différente. Oui, mais, trop simple, peut-être ! Alors, la nature humaine étant ce qu’elle est, voilà que les lesbiennes se retrouvent désormais dans le collimateur des transgenres qui les accusent de les snober !

Entendez par là que ces dames qui n’aiment que les dames n’auraient que peu, sinon pas du tout, d’attirance pour les hommes se prenant pour des dames… et qu’elles se montreraient quelque peu récalcitrantes à succomber à leurs charmes : « Ce que je vois dans les clubs, c’est que les jeunes lesbiennes un peu naïves sont essentiellement obligées d’avoir des relations sexuelles avec des personnes qui se décrivent comme des femmes, mais évidemment elles ne le sont pas », a expliqué l’avocate Lucy Masoud (anciennement pompier de son état) au média en ligne Femail… et de poursuivre : « La difficulté, cependant, survient lorsque ces personnes exigent ensuite que les lesbiennes les acceptent comme transsexuel et sortent avec elles. »

Accusées de transphobie, les demoiselles effarouchées se voient alors exclues pour ce prétexte des sites de rencontres et pour certaines « traitée de transphobe, fétichiste des organes génitaux, perverse et “terf” (excluant la féministe radicale) », nous rapporte de son côté le site LesObservateurs.ch.

Ah ! que le monde d’antan était donc simple quand les filles naissaient dans les roses et les garçons dans les choux…

(Ilustration : dessin d’Ignace).

Lire EuroLibertés cliquez ici

09:46 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 24 novembre 2021

#balancetonprésident

Emmanuel-Macron.jpeg

La chronique de Philippe Randa

En Belgique, les bars et discothèques sont dans le viseur d’un collectif (un de plus !) nommé #balancetonbar dont les animateurs et/ou trices appellent à leur boycott, se justifiant de les « attaquer à (leurs) portefeuilles pour (se) faire entendre ? »

Entendre de quoi ? Des plaintes de victimes qui « soupçonnent leur agresseur présumé, barman ou membre du personnel, de les avoir droguées à leur insu avant de passer à l’acte. »

Autre temps, autres mœurs… Il fut un temps que les moins de… moins de… on ne sait plus trop bien ! ne semblent pas avoir connu où une victime allait porter plainte directement au poste de police… et plusieurs plaintes consécutives ne passaient pas inaperçues, même si prétendre le contraire semble désormais à la mode !

Aujourd’hui, les victimes préfèrent répandrent leurs malheurs dans les réseaux, tel Instagram, cité par l’une des organisatrices qui – c’est à la mode, ça aussi ! – s’est réjoui de cette « libération de la parole ». Avant, c’est vrai, les filles (et pas que !) était muette, n’est-ce pas ? Ah bon !

« “Nous sommes fortes, nous sommes fières, et féministes, et radicales, et en colère”, chantait aussi la foule entre deux interventions publiques », rapporte Le Monde.

Comme quoi, il y a les « extrémistes », les « radicaux », voués aux gémonies par certains médias… et il y a les « extrémistes », les « radicaux » qui, tout au contraire, sont montrés en exemple par les mêmes.

Certes bars et discothèques se prêtent plus que d’autres lieux aux agressions sexuelles. Quoique… Qui aurait crû qu’en France, on le sait depuis quelques jours, l’Élysée en serait un : une militaire y aurait été violée lors d’un pot de départ organisé pour trois personnes, dont un général en juillet dernier. Une première en un tel lieu prestigieux. Ou tout au moins, une première à faire les gros titre…

Alors, bientôt, le collectif #balancetonprésident ? Chiche !

Source EuroLibertés cliquez ici

02:13 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 11 novembre 2021

Sanglots post-apartheid en Afrique du Sud

Afrique_du_Sud.jpeg

La chronique de Philippe Randa

L’apartheid a été officiellement aboli en Afrique du sud en février 1991 par le président (blanc) Frederik De Klerk. Nelson Mandela prenait alors les rênes du pays à la tête de son parti l’ANC (Congrès national africain)… et on allait voir ce qu’on allait voir, n’est-ce pas !

Après la disparition de son leader historique, l’ANC a toujours conservé le pouvoir, mais peut-être plus pour très longtemps. Il pourrait devenir minoritaire lors des élections municipales de ce début de mois.

Usure du pouvoir ? Pas seulement… Miné par la corruption, son bilan est explicite : selon Le Monde, « le chômage atteint des records à plus de 30 %, dans une économie déjà en récession avant la crise du Covid-19 (…) En juillet, le pays a connu une vague d’émeutes et de pillages qui ont fait plus de 350 morts (…) Des années de mauvaise gestion et de corruption généralisée ont laissé à l’abandon de nombreux services publics en Afrique du Sud, où se multiplient les délestages de courant ou de fourniture d’eau, au point d’en affecter même la campagne électorale. »

Situation que l’encyclopédie Wikipedia résume assez brutalement : « En 2019, l’économie sud africaine est à bout de souffle. Les indicateurs économiques sont dans le rouge. Les raisons sont une croissance économique nulle et des passifs considérables. Le chômage est au plus haut à 27,7 %. La monnaie est dévaluée et l’endettement croissant (à plus de 60 % du PIB). »

On se doute que si la situation devait continuer de se dégrader – et rien ne laisse supposer le contraire –, certains n’hésiteront sans doute pas à en rejeter la responsabilité sur les Blancs.

Et il sera sans doute vain de faire remarquer qu’ils ne dirigent plus le pays depuis trois décennies et que 800 000 d’entre eux l’ont quitté entre 1995 à 2005 (« Ces chiffres sont encore plus impressionnants si on les rapporte à la population sud-africaine : seulement 10 % des 49 millions de Sud-africains sont blancs », rapporte le site slate.fr).

Ils ne sont certes plus que 8,4 % de la population, mais ce sera sans doute amplement suffisant pour porter le chapeau… Comment pourrait-il en être autrement en ce XXIe siècle où l’homme blanc est coupable, forcément coupable, de tous les maux…

00:13 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 24 octobre 2021

Les nouvelles armes de terreur des racailles

panthere-en-ville.jpeg

La chronique de Philippe Randa

La « mode » n’est pas nouvelle, certes… Déjà, en 2017, France Soir nous apprenait qu’un homme gardait un lionceau dans un appartement. Cet original n’en était d’ailleurs pas à sa première fantaisie, s’étant « déjà fait remarquer pour avoir circulé dans les rues de Montreuil (Seine-Saint-Denis) à dos de cheval… »

Il ne s’agit pas là d’un simple faitdivers, « le trafic d’animaux sauvages représenterait pas moins de 16 milliards d’euros par an dans le monde », indiquait alors le Fonds international pour la protection des animaux.

Cinq ans plus tard, c’est Le Figaro qui nous apprend que la mode s’est amplement répandue, cette fois dans la « jungle des cités » : « Mis en scène par des footballeurs, des chanteurs et des rappeurs, les félins de compagnie nourrissent les fantasmes, le marché noir et le crime organisé. Les gendarmes multiplient les saisies. »

À l’évidence, ce n’est pas simplement pour se distinguer, façon « bling-bling », que les propriétaires investissent si cher dans cette « passion » très éloignée des buts de la fondation 30 Millions d’Amis.

Dans les banlieues de non-droit où les gangs pullulent, la présence de tels animaux sauvages n’est évidemment pas fortuites : elle terrorise comme il se doit de potentiels rivaux… On connaissait les combats de chiens (parfois de rats), assistera-t-on bientôt à des combats de fauves ? Sans compter les risques de voir de tels gentilles bébêtes échapper à leurs propriétaires et vaquer dans les rues, tout comme leurs congénères dans les savanes africaines.

Nos chères banlieues n’auront alors jamais aussi bien portées qu’à ce moment-là leurs surnoms de jungles urbaines… et certains de leurs habitants celui de sauvageons, tels que qualifiés, à la fin du siècle dernier, par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre de l’Intérieur. Il parlait alors de mineurs multirécidivistes qui pourrissaient la vie dans les cités de banlieues, les rendant déjà invivables pour tous les honnêtes gens.

Mineurs, ils ne le sont plus, mais leur violence a grandit en même temps qu’eux. Ainsi que leur imagination dans l’utilisation de nouvelles armes de terreur, hélas !

Lire EuroLibertés cliquez ici

23:55 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 12 octobre 2021

La Cancel culture, un des pires crimes de l’histoire contre l’intelligence

The-College-Fix.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Dernière (en date, hélas !) dinguerie : le déboulonnage de la statue de Napoléon à Rouen dont le maire voudrait bien qu’elle soit remplacée par une autre de la défunte Gisèle Halimi, icône de la gauche, militante féministe franco-tunisienne et avocate (tout un programme !).

Exit l’empereur français, donc ! après que le même sort ait été réservé à Winston Churchill, Christophe Colomb ou le général Lee : « Plus une semaine ne passe sans qu’une statue historique occidentale ne soit déboulonnée dans le monde », écrit Geoffroy Antoine sur Boulevard Voltaire.

Mais certains n’acceptent pas ce tsunami d’imbécilités sans réagir : The College Fix, site Web d’information conservateur américain axé sur l’enseignement supérieur, offre désormais une base de données pour sauvegarder les œuvres annulées par la Cancel culture, considérée « comme une attaque illibérale contre la liberté d’expression et d’association ainsi que contre la religion, le discours académique, l’enquête ouverte, les arts, les idées impopulaires ou controversées, et bien plus encore », nous apprend le site helvétique lesobservateurs.ch.

Il fut un temps où l’on fustigeait comme il se doit les destructions publiques de livres ! Que n’a-t-on hurlé lorsque certains membres de la SA, les militants du parti nazi, brûlaient en public des bibliothèques entières de livres écrits par des juifs ou ceux d’auteurs considérés comme « dégénérés » ou simplement « mal pensants » : il n’y avait pas alors de mots assez durs pour condamner de tels outrages à la culture et à l’intelligence.

De même, lorsque les tout aussi honnis talibans faisaient exploser le 11 mars 2001 deux gigantesques statues qui pendant des siècles ont veillé sur la vallée de Bamiyan : une destruction « considérée aujourd’hui comme l’un des pires crimes archéologiques de l’histoire », rapportait alors France.24.

Un jour, forcément, la Cancel culture sera considérée comme un des « pires crimes de l’histoire contre l’intelligence »… et il suffira alors de consulter les archives de The College Fix pour en mesurer, hélas ! tous les dégâts.

Lire EuroLibertés cliquez là

11:22 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 01 octobre 2021

Cabourg et son « Salon de la censure »

1046148608_0_161_3071_1888_1920x0_80_0_0_ef32e4762d43446da76cb10408b62af5.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Éric Zemmour n’ira pas signer son nouveau livre La France n’a pas dit son dernier mot au « Salon de la littérature » de Cabourg, malgré l’invitation reçue il y a plusieurs mois. Officiellement, le maire Tristan Duval explique sa décision parce que « ce n’est pas l’auteur qui viendrait, mais le candidat à la présidentielle (…) Ce n’est donc plus possible à l’heure actuelle, sa présence aurait déséquilibrée l’événement, on a préféré ne pas le recevoir. »

« Déséquilibré l’événement » ? On se demande bien de quelle manière, si ce n’est peut-être par un succès de vente à faire pâlir d’envie les autres auteurs. D’ailleurs, certains « invités » auraient effectivement fait pression pour qu’il ne vienne pas, en tête desquels, dit-on, Mazarine Pingeot.

Il faut dire que Mazarine et Éric ne s’apprécient pas. Mais alors pas du tout. Politiquement on s’en doute, mais aussi (surtout ?) littérairement. En 2014, sur France 5, après que la fille de l’ancien président François Mitterrand, alors co-présentatrice de l’émission « Grandes questions », lui ait décoché : « Je me suis tapé vos 400 pages avec la nausée au ventre », l’auteur du Suicide français répliquait : « Vous avez raison, il vaut mieux écrire vos petits romans ridicules et illisibles ». Ambiance !

Pour calmer le jeu, le premier édile de Cabourg a affirmé qu’il n’avait « reçu aucun appel à ce sujet et l’organisatrice du salon non plus. Nous souhaitons simplement que cette première édition du festival littéraire de Cabourg reste un événement littéraire. »

Donc pas davantage d’appel d’auteurs jaloux que… de l’Élysée ? Rappelons que Trystan Duval a été, en son temps – 2017 –  un soutien affiché d’Emmanuel Macron.

Depuis, monsieur le maire affirme que le probable candidat à l’élection présidentielle est tout de même libre de venir tenir meeting dans sa ville si cela lui chante.

Et si, justement, il lui prenait l’idée de le faire les 23 et 24 octobre prochain ? Aurait-il le droit ou pas de signer son livre, au risque de redonner des nausées à dame Pingeot… et peut-être aussi  de faire beaucoup d’ombre au « Salon de la censure» de monsieur le Maire ?

10:37 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 13 septembre 2021

Le Parti de la France signe désormais d’un Z comme Zemmour !

Fete-du-cochon-2021-1140x600.jpeg

La chronique de Philippe Randa

On sait depuis Uderzo et Goscinny et les aventures de leurs héros Astérix et Obélix qu’en Gaule, tout se termine par des banquets. Mais en politique, tout peut-il commencer par une fête… du cochon ?

Celle du Parti de la France Bretagne, en cette année 2021, n’est certes pas la première ; elle est même devenue le rendez-vous annuel et incontournable de nombre de patriotes de l’Ouest qui refusent, plus que jamais, de voir se terminer l’histoire de France dans le chaos mondialiste.

Mais cette année-ci, à quelques mois d’une élection présidentielle qu’on nous annonce jouée d’avance (et tout aussi perdue d’avance pour les patriotes, dixit de sérieux sondages connus pour ne jamais se tromper), il n’est pas question de baisser les bras, comme l’ont rappelé les trois invités d’honneur lors de leurs interventions ; de Thomas Joly, président du PdF à Pierre Cassen, président de Riposte laïque en passant par Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, la cause est désormais entendue : « Il n’y a pas de fatalité du déclin, il n’y a que la volonté des Hommes », a martelé Roland Hélie sous les applaudissements.

(Pour regarder leurs interventions, cliquez ici).

Et dans une unanimité qui semblait (à peine) concertée, (à peine) inattendue et (pleinement) enthousiaste, les trois orateurs ont appelé à soutenir sans restriction un homme pas encore déclaré à faire don de sa personne à la France, mais déjà tellement omniprésent dans les craintes des uns ou les espoirs des autres.

Le choix des orateurs est donc fait, sans hésitation, pour ce chroniqueur surgit des médias, courant vers la candidature au galop, et signant d’un Z son nom à la pointe de ses chroniques !

L’avenir dira dans les mois qui viennent s’il sera vainqueur à cette occasion, comme le renard masqué qui enchanta notre enfance l’était, lui, à chaque fois…

Source Présent cliquez là et EuroLibertés cliquez ici

17:47 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 30 août 2021

Divine technologie ou l’enfer selon Apple

NCMEC-apple.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Le géant américain de la technologie Apple annonce avoir développé une nouvelle fonctionnalité grâce à laquelle il numérisera les photos des appareils iPhone et iPad afin de traquer « des images sexuellement explicites impliquant des enfants. »

Le sitLesObservateurs.ch nous rapporte qu« Apple affirme que la façon dont il détecte le (matériel pédopornographique) est “conçue en tenant compte de la confidentialité des utilisateurs” et qu’il n’accède pas directement aux photos des utilisateurs d’iCloud, mais utilise plutôt un système de recherche et de correspondance basé sur le hachage et sur l’appareil pour croiser les hachages de photos d’utilisateurs avec les hachages de (matériel pédopornographique) connus. »

Dès que des photos suspectes auront été repérées, leurs auteurs seront « signalés » au National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC), centre de signalement de matériel pédopornographique (CSAM) qui collabore avec plusieurs organismes d’application de la loi aux États-Unis.

Qui pourrait s’offusquer qu’on veuille lutter contre la pédo-criminalité ? À part les tarés concernés par cette déviance, personne ! Quoique…

« Peu importe à quel point les bonnes intentions sont bonnes,  @Apple  déploie une surveillance de masse dans le monde entier avec cela. Ne vous y trompez pas : s’ils peuvent rechercher de la pédopornographie aujourd’hui, ils pourront rechercher n’importe quoi demain », a immédiatement tweeté avec raison le lanceur d’alerte de la NSA, Edward Snowden.

Effectivement, après la pédo-criminalité, rien n’empêchera la société privé de se lancer dans la traque de supposés terroristes en recueillant, de la même manière, des informations sur les convictions religieuses ou politiques des uns et des autres et de les transmettre à qui bon lui semblera… ou au plus offrant ! Business is business

Et une telle application n’allant évidemment pas rester un monopole d’Apple, d’autres sociétés privés et toutes les agences de renseignements d’États ne se priveront pas d’un tel « outil » pour repérer tous ceux qui ne partageraient pas leurs « valeurs » religieuses, philosophiques… et bien évidemment politiques.

On savait que l’enfer était pavé de bonnes intentions, mais pour paraphraser Dante, en nos temps de « Divine technologie » : « Vous qui téléphonez, abandonnez toute espérance »

Source EuroLibertés cliquez ici

11:05 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 15 août 2021

Les salauds finiront en enfer…

anti-immigration.jpeg

La chronique de Philippe Randa

En Autriche, quatre Afghans âgés de 16 à 23 ans ayant été identifiés et arrêtés en juin dernier pour avoir drogué, violé et tué une jeune fille de 13 ans, un journaliste interroge le ministre autrichien de l’Intérieur Karl Nehammer, présent lors de la conférence de presse : « Monsieur le ministre de l’Intérieur, la présomption d’innocence s’applique. Il s’agit de demandeurs d’asile qui n’ont connu que la guerre dans leur pays d’origine. Indépendamment de ce qu’ils ont fait, l’Autriche ne devrait-elle pas faire plus en matière de traumatisme ? La question se pose de savoir si vous vous souciez assez des jeunes Afghans ? »

Un gag de mauvais goût ? Un fou ? Au choix…

Et comment ont réagis les si sourcilleuses et féroces chiennes de garde du féminisme ? Mais comme il se devait, bien sûr… L’Observatoire du journalisme (www.ojim.fr) nous rapporte qu’une « vingtaine de militants du groupuscule féministe “Alerta Feminista” s’est introduite dans les locaux du média autrichien Oe24. L’action visait à dénoncer la couverture soi-disant “sexiste et raciste” des faits (traduire par « ayant donné les noms et les origines des meurtriers ») par le média, alors qu’il ne s’agirait que d’un “féminicide”, conséquence “de la violence patriarcale”. »

Rappelons-nous alors, en France, de ce procès d’Assises où l’avocate d’un sordide tueur en série ulcéra plus d’un citoyen en se tournant lors de sa plaidoirie vers son client pour lui demander « pardon » au nom de la société, celle-ci n’étant rien moins que responsable de ce qu’il était devenu et donc de ce qu’il avait commis : à ses yeux, il était davantage victime que bourreau de la demi-douzaine de femmes qu’il avait trucidée après en avoir abusée…

Malgré le scandale que cette avocate provoqua, on avait alors considéré cela au mieux comme un « effet de manche », certes aussi douteux que désespéré pour apitoyer les jurés, au pire pour un « coup », sensé propulser son auteur parmi les ténors du barreau…

C’était au siècle dernier… Ni le nom de la crapule qui a finit ses jours derrière les barreaux, ni celui de son indigne défenseur en robe – au propre comme au figuré – ne méritent d’être rappelés. Laissons aux « honorables » féministes le dégoût d’honorer de tels personnages…

EuroLibertés cliquez ici

23:33 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 08 août 2021

Décidément, on ne change pas une politique qui perd !

cycles-mercier.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Les cycles Mercier qui avait délocalisé en Asie comptaient revenir en France, à Revin dans les Ardennes, porté par l’engouement de nos compatriotes pour la bicyclette. Patatras ! Malgré les belles promesses de Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires qui s’était rendue sur place en mars dernier pour confirmer le soutien financier de l’État,  la Banque publique d’investissement a brusquement fait machine arrière. Ce projet cochait pourtant « toutes les cases sur la réindustrialisation ou l’écologie », martèle Jean-Marc Seghezzi, PDG de CEMF et des cycles Mercier.

« On aurait pu se prémunir de toute annonce publique à renfort de présence ministérielle, quand on voit le résultat aujourd’hui », indique pour sa part, dépité, Jean Rottner, président de la région Grand-Est.

On aurait pu espérer que la crise du Covid-19 ayant mis au grand jour les dégâts de la mondialisation avec, notamment, la funeste comédie des stocks de masques introuvables (d’abord inutiles, dixit le ministre de la Santé, puis obligatoires, dixit le même ministre) et que, de même, le confinement de nombre de pays dans le monde, en premier lieu la Chine, entraînant un risque de rupture de stocks à la chaîne de produits de première nécessité, notre pays, pour ne parler que de lui, allait favoriser la relocalisation de nos industries. T’a qu’à croire…

Croire qui ? Mais le président de la République lui-même qui, en août 2020, il y a tout juste un an donc ! tweetait : « Nous devons relocaliser et recréer des forces de production sur nos territoires. La souveraineté sanitaire et industrielle sera l’un des piliers du plan de relance. »

15 milliards d’euros du plan de relance de l’année dernière allait être consacrés « à l’innovation et la relocalisation (afin de) préparer la France »… « C’est investir dans l’avenir. Investir pour transformer et bâtir la France demain. »

Demain, serait-ce aujourd’hui ou plus tard, beaucoup plus tard… ou jamais ?

EuroLibertés cliquez ici

19:35 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 21 juillet 2021

Après le virus qui rend fou, le vaccin qui rend zinzin !

2560.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Le gouvernement impose à partir du 1er août le pass-sanitaire dans les manfestations publiques, les trains et les restaurants, ainsi que la vaccination obligatoire pour le personnel médical ; trouvez-vous ces mesures justes ?

Juste inacceptables autant que débiles, tout à fait, et on ne peut que saluer ceux qui manifestent contre ces mesures et/ou ceux qui engagent dès à présent des procédures judiciaires pour s’y opposer.

Une quatrième vague de contamination est tout de même en cours ; le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal parle d’un « tsunami viral » que seul la vaccination peut arrêter…

Si tsunami il y a, c’est bien le tsunami de la bêtise et celle-ci est d’ailleurs largement partagée, hélas ! chez les « pro » comme chez les « anti » vaccins… Pour les premiers, toute nuance, remarque, mise en garde et interrogations est juste… interdite ! Ils détiennent la vérité, seule et unique : hors du vaccin, point de salut ! Pour les seconds, les vaccins ne sont pas autre chose que du poison. Et on ne doit pas le discuter ! S’il y a bien une seule et unique vérité, c’est que ce virus, à défaut d’une hécatombe, rend fou. La preuve !

Il y a tout de même eu beaucoup de morts ?

C’est vrai, rappelons qu’il n’y a seulement QUE 98 % de cas-contaminés qui survivent, c’est effectivement effroyable ! Vous voulez les chiffres officiels, ceux du 20 juillet de Université Johns-Hopkins de Baltimore qui fait  référence en matière d'épidémiologie pour le Monde entier ? Allons-y…  Contaminations : 190, 9 millions (contre 178 au 20 juin) ; morts « estampillées » Covid-19 (avec toutes les réserves d'usage !) : 4,096 millions (au 20 juin : 3,865), soit ratio morts/contaminations 2,14 % (à la mi-juin, il était de 2,17 %) : on le voit, le ratio est parfaitement stable depuis la mi-mai 2021 !

Et en France ?

5,932 millions de cas personnes contaminées et…  111 680 morts, soit un ratio de 1,25 %, alors qu’il était de 1,81 % fin mai ! Et là, effectivement on peut légitimement s’interroger sur ces chiffres que la France a transmis au Johns-Hopkins car 33 % de baisse en un mois, c’est stupéfiant, comparé aux chiffres de la Suède, par exemple : un ratio (stable depuis mai) de 1,33 % (pas de confinement)… aux chiffres du Japon : 1,77 % de ratio (pas de confinement et ratio stable depuis mai)… aux chiffres de l’Allemagne (confinement draconien, ratio stable depuis mai) dont le ratio actuel est de  2,43 %… et aux chiffres de la Grande-Bretagne (confinement majeur) au ratio de 2,87 % (stable depuis mai) … Ces chiffres nous prouvent en passant que le confinement dont le gouvernement français brandit à nouveau la menace pour imposer la vaccination ne fait rien à l'affaire…

Avec une situation qui se serait notablement améliorée, pourquoi alors Emmanuel Macron panique-t-il alors de nouveau les Français ?

La France a précommandé 200 millions de doses de vaccins en décembre dernier, soit de quoi vacciner 100 millions de personnes avec deux doses ! Notre pays ne comptant que 67 millions d’habitants, faites le calcul… 134 millions de doses auraient seulement été administrées et encore, à condition que tout le monde y passe ! Mais tout le monde ne le souhaite pas (ou ne peut pas être supporter de vaccins, de ceux-là, on ne parle jamais)…  Le gouvernement français qui fait tout dans la précipitation allait donc courir le risque de voir des millions de doses de vaccins lui rester sur les bras. D’où scandale financier et preuve supplémentaire de son incompétence… Dans la précipitation, toujours et encore, il a donc décidé en plein été d’imposer le pass-sanitaire pour forcer la population récalcitrante à liquider ses stocks… Coûte que coûte et quoi qu’il en coûte comme dirait l’apprenti-sorcier de l’Élysée !

N’êtes-vous pas un peu complotiste pour dire cela ?

Être complotiste serait de croire qu’on a commandé des millions de doses de vaccin pour s’enrichir ou pour décimer la population ou pour je-ne-sais quelle stupidité encore… Je me contente que constater que chaque mesure prise l’est dans la précipitation et l’incohérence.

Un dernier mot sur la réalité du nombre de morts… Au Portugal, une décision de justice  a obligé le gouvernement à baisser les chiffres officiels de la mortalité due à la Covid 19 de 17 000… à 152 !

C’est le site Nice Province Info qui l’a révélé en premier, avant que cet article ne soit reprit sur Synthèse nationale et que je le publie à mon tour sur EuroLibertés : oui, suite à une pétition citoyenne, le nombre de décès vérifiés entre janvier 2020 et avril 2021 n’est en fait  que de… 152 ! Soit 0,9 % de la « réalité gouvernementale ». Et en France ? Et dans le reste du monde ? Plus qu’un « tsunami » de morts, cette pandémie du Covid aura surtout provoqué un tsunami de mensonges éhontés et de délires tous azimuts… !

13:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 20 juillet 2021

Une société de suspicion généralisée

RANDA PH 257.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Quel auteur de roman policier, à l’imagination particulièrement asséchée, aurait-il pu songer à une telle motivation de crime : un différent sur une facture de téléphone ! On imagine la tête de son éditeur, voire de ses éventuels lecteurs : au fou ! Et pourtant… Pourtant, c’est le aussi sanglant que minable fait-divers survenu au Centre commercial de Claye-Souilly (Seine-et-Marne) en cette mi-juillet. Un client mécontent de son échange avec deux jeunes employés quitte la boutique de téléphonie pour aller chez lui se munir d’un couteau et revenir « planter » ses deux interlocuteurs, tuant l’un des deux, tout juste bachelier, et envoyant aux urgences son collègue, plus « chanceux »…

Ni motif crapuleux, ni motif passionnel, ni motif terroriste… Pire : la terrible réalité d’une société qui, chaque jour, défraie la raison, le bon sens, l’imaginable…

Pourtant, dans notre vie quotidienne, les signes avant-coureurs de cette monstruosité et de bien d’autres devraient nous alerter.

Aurait-il été imaginable, voici encore dix ou quinze ans – encore moins au siècle dernier –, que les caissières des grandes surfaces exigent désormais de contrôler systématiquement les cabas de leurs clients pour vérifier s’ils n’y dissimulent pas quelques marchandises dérobées ? Suivant ainsi les consignes de leur direction, lassée de voir augmenter le chiffre des « démarques inconnues », cette pudique appellation du vol…

Et ces restaurants où le serveur, après avoir noté votre commande, vous demande d’aller à la caisse régler d’avance l’addition avant qu’il ne vous serve, s’excusant du procédé, certes, mais invoquant l’augmentation extravagante des clients qui se carapatent une fois la dernière bouchée avalée… Certes, la grivèlerie a de tout temps existé, mais restait exceptionnelle… et aucun restaurateur ou hôtelier n’aurait osé systématiser le paiement d’avance !

Autre temps, autre mœurs…

Dans un temps que les moins de vingt ans n’auront pas connu, qu’on ait été peu argentés ou très aisés, l’insulte n’aurait été ni acceptable… ni acceptée !

Source EuroLibertés cliquez ici

Passée dans le quotidien Présent.

13:45 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 15 juillet 2021

L’État macronien ou la démonstration de l’incompétence !

image (1).jpeg

Entretien avec Philippe Randa,

directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres pour le site Synthèse nationale)

Après avoir juré qu’il ne rendrait pas la vaccination obligatoire, Emmanuel Macron a retourné sa veste… Vous vous y attendiez ?

Il a tout misé sur la vaccination, refusant d’envisager d’autres solutions et interdisant de fait – par des pressions et des intimidations – aux médecins de soigner leurs patients avec d’autres solutions… ne serait-ce qu’en attendant la mise au point confirmée des vaccins ! Et malgré le matraquage quotidien du gouvernement et des médias qu’ils contrôlent – à savoir qu’il n’y a qu’une seule et unique solution, parce que seule et unique vérité – les Français rechignent à se faire vacciner. Pire : une grande partie du corps médical, sensé être plus averti que les autres de la validité des vaccins, rechigne « à y passer », ce qui ne peut qu’inquiéter leurs compatriotes… Non seulement, le gouvernement français perd la face – il a l’habitude, certes – mais se retrouve dans une impasse : avec les nouveaux variants, on sait que l’épidémie va redémarrer dès l’automne… Le gouvernement pouvait changer radicalement de braquet en faisant retomber la pression sanitaire, en calmant le jeu, en rassurant la population et en prenant enfin les décisions nécessaires pour permettre à notre système hospitalier de faire face convenablement à la situation sanitaire… Il a préféré donner un grand coup d’accélérateur dans sa stratégie de délire sanitaire et d’entêtement vaccinal.

Comment l’expliquez-vous ?

Les explications les plus simples sont souvent celles qu’on rechigne à admettre ; le rasoir d'Ockham – principe de simplicité, soit admettre que les hypothèses les plus simples doivent être préférées – a pourtant fait ses preuves, mais on l’oublie trop souvent… Pourquoi le gouvernement agit-il ainsi ? Par incompétence, tout simplement… Nombreux sont les gens persuadés que les diplômés sont forcément des êtres supérieurs, plus intelligents parce que certifiés plus instruits… L’obtention d’un diplôme n’est qu’un moyen, souvent indispensable, certes, pour être performant dans une discipline, mais si on est un sot, un vaniteux, un incapable, on peut très bien obtenir un diplôme, même parmi les plus « prestigieux », par obstination, tricherie, coup de chance ou désormais effondrement du niveau requis, mais on restera néanmoins un incapable. Bourrin un jour, bourrin toujours… On ne sort pas des « grandes écoles » forcément plus instruit et plus intelligent, mais avec un carnet d’adresses qui, lui, est souvent la condition sine qua non à une carrière rémunératrice ou prestigieuse. Un exemple ? Sibeth Ndiaye, secrétaire d'État auprès du Premier ministreporte-parole du gouvernement de mars 2019 à juillet 2020, a consterné les uns ou fait éclater de rire les autres. Sa fiche Wikipedia nous apprend « qu’elle se présente par deux fois au concours de médecine avant de se tourner vers la biologie »… et a décroché finalement un « DESS d’économie publique, spécialité économie de la santé ». Fichtre, n’est-ce pas ! Et tout ça pour reconnaître, le 20 mars 2020 : « Vous savez quoi ? Je ne sais pas utiliser un masque. Je pourrais dire : “Je suis une ministre, je me mets un masque”, mais en fait, je ne sais pas l’utiliser (…) l’utilisation d’un masque, ce sont des gestes techniques précis, sinon on se gratte le nez sous le masque, on a du virus sur les mains… »… Et donc, bébête un jour, bébête toujours, mais croyez-vous que ses collègues du gouvernement, même si moins caricaturaux, sont beaucoup plus performants ? Et la grande majorité (tous ?) ont des diplômes en veux-tu, en voilà…

Toutefois, Emmanuel Macron reste populaire…

Sauf erreur, c’est le Journal du dimanche, journal de la Macronie chancelante (comme BFMTV en est sa chaîne officielle) qui l’affirme en tout cas… On pense ce qu’on veut des sondages, restent les faits : voilà près de deux mois que le gouvernement a supprimé l’obligation du masque en extérieur et pourtant, une personne sur deux continue de le porter dans la rue. Ce gouvernement a tellement terrorisé la population que celle-ci ne le croit même plus quand il relâche la pression. Ce gouvernement, plus personne ne l’écoute. Je regardais dernièrement une série policière sur Netflix se déroulant dans les derniers temps du régime communiste en Pologne : on nous montre des gens conscients des mensonges de la propagande d’État, subissant la pensée unique, les interminables files d’attente devant des magasins aux rayons aux ¾ vides, l’omniprésence de la milice… Ils vivaient résignés, mais étaient-ils convaincus des bienfaits du régime communiste pour autant ?

EuroLibertés cliquez ici

01:47 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 04 juillet 2021

Violences conjugales Allah mode de chez eux !

cadavre-femme2.jpeg

La chronique de Philippe Randa

L’affaire Valérie Bacot vient de défrayer la chronique judiciaire française : à peine condamnée et libérée à la barre pour avoir envoyé en un enfer mérité son tourmenteur violeur, proxénète et alcoolique, elle se retrouve néanmoins « vidée mentalement et physiquement » par des années de violences et d’humiliations. Au moins, est-elle en vie.

Outre-Rhin, autre exemple de violences conjugales, mais sur fond de religion, cette fois. Avec une victime envoyée ad patres.

Un Syrien de 32 ans a en effet définitivement réglé à coups de couteau les ardeurs extra-conjugales de celle qu’il avait épousé enfant, blessant au passage son amant.

Une fois la colère passée, regrette-t-il son acte comme c’est souvent le cas dans ce qui n’aurait pu être qu’un dramatique fait-divers comme tous ceux qui hélas ! jalonnent l’histoire de l’humanité ? Que non ! Au contraire, c’est avec fierté qu’il assume son geste, conscient avant même son passage à l’acte qu’il « irait en prison pour cela », comme il l’avait confié à son frère.

Un meurtrier, parfaitement conscient de son acte donc ! et « droit dans ses babouches » pour avoir puni son épouse. C’est qu’il en avait parfaitement le droit selon lui, et de revendiquer la charia, se référant au Coran (4 :34) : « Les hommes ont autorité sur les femmes parce qu’Allah a rendu les uns supérieurs aux autres, et parce qu’ils dépensent leurs biens pour les entretenir. Les femmes bonnes sont obéissantes. »

Le tribunal de Baden-Baden l’a, certes, condamné à la prison à vie, mais nous rapporte le site LesObservateurs.ch, sans « reconnaître la “gravité particulière” de la faute. Dans ce cas, une libération anticipée après 15 ans aurait été pratiquement impossible. »

Mesdames, vous êtes prévenues… tout comme les 72 vierges dont cet illuminé s’attend sans doute à bénéficier au paradis d’Allah !

EuroLibertés cliquez ici

19:50 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 18 juin 2021

Fous d’Allah et fous du buzz (1)

GY5VIKM3VJEXJPKFH6CCK5DHXM.jpg

La chronique de Philippe Randa

Jean-Luc Mélenchon essuie une tempête après ses propos sur les attentats islamistes – selon lui quelque peu « providentiels » – survenant en France à chaque veille d’élection.

A-t-il vraiment voulu sous-entendre que de tels actes seraient téléguidés par des adversaires politiques, dirigeants de la France en tête ? Ses propos ne sont-ils que simple maladresse ? Leurs interprétations ne sont-elles au contraire que malhonnêtetés politiques comme il le clame ?

Mais qui aurait donc un intérêt, aussi macabre que machiavélique, de manipuler ou tout au moins de laisser perpétrer des attentats, sinon les Djihadistes ?

Quel esprit tordu imaginerait que Marine Le Pen, sa principale « rivale » populiste et la plus en pointe des candidats déclarés à la Fonction suprême, en ait l’intention et encore plus les moyens ?

Quant au gouvernement, hier ceux de Nicolas Sarkozy et de François Hollande, aujourd’hui d’Emmanuel Macron, chaque attentat montre plutôt la faiblesse de leur lutte contre le terrorisme…

Le plus certain, finalement, est que le chef de file des Insoumis a cédé à la mode aussi détestable que contemporaine de « faire le buzz », à tout prix, par n’importe quel moyen et surtout n’importe quelle ineptie, tout comme sans doute le youtubeur Papacito avec sa douteuse vidéo mettant en scène l’exécution fictive d’un militant mélenchonniste pour profiter de ce tapage si indécent.

Mélenchon-Papacito, sinon même combat, du moins même obsessions publicitaires ? Assurément ! Mais si le second n’encourt qu’une possible amende, le premier est le grand perdant de ce jeu de dupe médiatique.

Car si le candidat Mélenchon a une fois de plus renforcé sa place de première grande gueule de la politique française, il a du même coup décrédibilisé, s’il en avait besoin, un courant politique qui l’avait tout de même hissé à 19 % des suffrages en 2007.

La posture, tout comme le cœur, a ses raisons que la raison ignore.

(1) buzzer : faire parler de soi dans les médias

Lire EuroLibertés cliquez là

02:01 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 31 mai 2021

Le côté obscur des GAFAM

droide.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Facebook, tout puissant réseau social en ligne, est un des géants du Web aux côtés de Google, Apple, Amazon et Microsoft (les GAFAM). Un géant qui a sa conception très particulière de la liberté d’expression.

« On l’a vu récemment avec la censure de Trump : les réseaux sociaux pensent avoir le devoir de censurer. Ils sont conçus pour cela et lorsqu’ils censurent mal ou trop peu ils se voient accuser de laxisme anti-démocratique. La censure, devenue partie intégrante de leur ADN permet de modérer l’opinion générale. Le premier élève de la classe dans ce domaine est aussi le plus ancien : Facebook », lit-on sur le site de l’Observatoire du journalisme (www.ojim.fr).

Celui-ci attire ainsi notre attention sur l’utilisation d’un robot censeur qui fait la fierté de son créateur : Mark Zuckerberg a déclaré en fin d’année 2020 avoir désormais à sa disposition un redoutable limier « capable de faire le lien entre les images et les textes afin de détecter si le propos est “haineux” ou non » ; il aurait ainsi pu réduire de moitié les contenus qu’il juge incorrects, enfin surtout politiquement incorrects, cela va de soi, car sa définition de la haine reste «  un mystère curieusement porté vers l’arbitraire libéral libertaire. »

On est loin des sympathiques robots comiques de Star Wars !

C-3PO, « droïde de protocole se plaisant à répéter qu’il maîtrise plusieurs millions de formes de communication » et, de fait, bavard impénitent, ne consternera plus le sage R2D2, en lui déclarant : « Tu vois toute cette agitation (…) vraiment nous sommes bien mal considérés malgré tout ce qu’on fait ! »

Mark Zuckerberg, lui, n’hésite pas à communiquer comme il se doit sur la si redoutable et détestable efficacité de son « droïde d’intolérance ».

Source EuroLibertés cliquez là

09:26 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 24 mai 2021

Autotests : l’incroyable talent du gouvernement

Autotests.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Tout le monde le sait bien, on ne change pas une équipe de talent… Emmanuel Macron et ses ministres poursuivent ainsi un sans faute dans la gestion du Covid. La preuve avec leur « stratégie de dépistage en milieu scolaire », soit le déploiement des autotests, sensés ralentir la circulation de la pandémie. En voilà une idée qu’elle est bonne, n’est-ce pas ? « Une adhésion de 25 % à un dépistage hebdomadaire entrainerait une réduction du nombre de cas de 30 % par rapport à la situation actuelle, tandis qu’une adhésion de 75 % conduirait à une réduction de 50 % des contaminations », a communiqué le Ministère de l’éducation nationale, de la jeunesse et des sports.

On allait donc voir ce qu’on allait voir et la pandémie n’avait plus qu’à bien se tenir…

Surtout se contenir de rire, car cette campagne a certes démarré par des « retards de livraison » – rien de nouveau ! –, mais aussi par un plus inattendu souci de « mode d’emploi » : certains lots ont été livrés avec une notice un rien difficile à conceptualiser : avec deux traits sur la borne de lecture, on est positif, mais avec un trait, on l’est aussi !!! Excès de principe de précaution ? Non, simple « erreur du fabricant » comme l’a rapidement confirmé le cabinet de Jean-Michel Blanquer.

Après ce bel échauffement, nos gouvernants, au mieux de leur forme comme on le voit, ont également proposés des lots de tests par boîte de 5, 10 ou 25 dont certains accompagnés d’une « notice dans toutes les langues, sauf le français » ; dans le but louable, sûrement, de nous épargner l’écriture inclusive…

C’est tout ? Mais non : des chefs d’établissements se sont retrouvés « à répartir 30 boîtes de 10 tests, non sécables, entre 80 personnes »… Ce qui pourra toujours faire un sujet d’épreuve pour le baccalauréat, n’est-ce pas ?

De toute manière, si la solution est de « laisser le temps au temps », les familles ne s’y trompent pas, puisque le « taux d’acceptation » parmi les élèves est quasi-nul : « Sur les 2 000 demandes d’autorisation que j’ai adressées aux familles, je n’ai reçu qu’une cinquantaine de réponses positives », se lamente le syndicaliste Philippe Vincent, du SNPDEN-UNSA à Aix-en-Provence.

Avec de telles performances, Emmanuel Macron et ses ministres n’ont guère de soucis à se faire pour leur avenir. Quand ils auront quittés les Affaires, leur reconversion est assurée chez Pinder, Grüss ou Achille Zavatta : ils n’auront que l’embarras des scènes les plus prestigieuses pour exercer leur incroyable talent.

Lire EuroLibertés cliquez là

17:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 10 mai 2021

Au Brésil, soutien populaire au président Bolsonaro

resize.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Allons bon ! des centaines de milliers de manifestants dans les rues pour réclamer une intervention de l’armée. Non pas en France où une simple tribune de généraux en retraite (tout de même déjà signée à l’heure où ces lignes sont écrites par plus de 22 000 policiers, gendarmes et militaires et 10 000 civils !) met la classe politique en émoi. Non, au Brésil, le 1er mai dernier, où les partisans du président Bolsonaro lui ont apporté un soutien de poids.

Dans une visioconférence, celui-ci n’a d’ailleurs pas caché sa satisfaction : « Avant, au 1er Mai, il y avait des drapeaux rouges comme si on était un pays socialiste. Je suis content de voir des drapeaux verts et jaunes dans tout le pays, avec des gens qui travaillent vraiment. »

La plupart des médias occidentaux n’ont pourtant de cesse de fustiger sa gestion de la pandémie du covid, rabâchant tant qu’ils peuvent que les 400 000 victimes brésiliennes lui seraient imputables « parce que le gouvernement Bolsonaro s’est refusé à acheter les vaccins qui lui ont été offerts », ainsi que l’a accusé l’ancien président Lula, pour sa part toujours mis en examen dans plusieurs affaires de corruption.

Rappelons, comme nous l’écrivions en avril dernier (Présent n° 9847 « Covid : à qui profite la panique ? ») : « Au Brésil (pas de confinement), (le ratio actuel morts/cas déclarés) est de 2,6 % à comparer avec l’Allemagne (confinement “total”, mais où la chancelière a laissé entrer l’année dernière des centaines de milliers de nouveaux immigrants) : 2,7 %… et loin du Mexique où le manque d’hygiène explique probablement les 9 % de morts/cas déclarés ! »

Des maires et gouverneurs ayant institués localement des restrictions de déplacement qu’il juge inutile et dangereux pour l’avenir économique du pays, le président Bolosanaro entend y mettre un terme comme il l’a déclaré dans un entretien télévisé, suggérant que l’armée « pourrait aller dans la rue un jour, pour faire respecter la Constitution, la liberté d’aller et venir. »

Pour cela, il lui attendait un « un signe du peuple » qu’à l’évidence, celui-ci lui a offert par une démonstration de force ce 1er mai.

EuroLibertés cliquez ici

01:16 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 03 mai 2021

Gouvernement Macron : « Chef, j’ai glissé, chef… »

hhgfdds.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Comment réagissez-vous à la polémique suscitée par la tribune des militaires français sonnant le tocsin ?

Il se trouve que j’ai dû être un des premiers à publier, le 19 avril, sur EuroLibertés cette tribune à l’initiative de Jean-Pierre Fabre-Bernadac. Elle me semblait intéressante, mais je ne me doutais pas qu’elle susciterait autant de réactions.

Qu’un Jean-Luc Mélenchon s’étrangle d’indignation en agitant la perspective d’un putsch de militaires, c’est logique ; il n’y a bien que les gens de gauche, ou ce qu’il en reste, pour y avoir jamais crû (et surtout dans leur efficacité, mais c’est un autre débat). Contrairement à l’Amérique du Sud ou à l’Afrique, les coups d’État militaires ne font pas partie de notre culture politique.

Le plus étonnant est la réaction du gouvernement qui a immédiatement fustigé les signataires de cette tribune, leur assurant ainsi un retentissement national. La ministre Florence Parly s’est ridiculisée dans des invectives menaçantes. La preuve, encore une fois, que ce gouvernement vit dans l’affolement permanent et ne maîtrise plus rien, pas même la communication… Il donne l’impression – et même plus que l’impression, hélas ! – de gérer tout événement sans réflexion aucune, sans concertation, sans « tourner sept fois sa langue dans sa bouche » avant de s’exprimer, comme le recommande cette excellente expression populaire. Les ministres me font penser à cette réplique du soldat Pithivier, interprété par Jean Lefebvre dans On a retrouvé la 7e compagnie, et qui revient sans cesse dans le film, jusqu’à la scène finale : « Chef, J’ai glissé chef !… »

Les constatations que font les signataires de la tribune se vérifient pourtant chaque jour par les violences nocturnes dans de plus en plus de villes françaises, l’assassinat récent d’une policière jusque dans un commissariat de Rambouillet… ou encore ce 1er mai, lors des traditionnelles manifestations syndicales et politiques.

Ce qui est nouveau, ce ne sont pas ces violences qui toutes existent depuis des années maintenant, c’est à la fois la vitesse de leur propagation – digne de celle du coronavirus sous ses différents variants – et que policiers et pompiers sont désormais ouvertement devenus des cibles vivantes. Une violence extrême et nouvelle que ce soit de la part des dealers de banlieues, des Fous d’Allah ou des extrémistes de gauche qui entendent ouvertement casser ou trucider du flic, comme une sorte de droit tout autant que de devoir… Dans le passé, les délinquants faisaient tout pour se tenir à l’écart des forces de l’ordre ou leur échapper… et ne se préoccupaient pas des pompiers, désormais assimilés par ignorance et bêtise à la police.

Marine Le Pen prédit un « chaos général » en cas de réélection d’Emmanuel Macron…

En l’occurrence, la présidente du Rassemblent national ne fait là que resservir à son rival la prédiction dont la classe politique a usé et abusé contre elle-même en 2017. Pour ce qui est du chaos, on est déjà servi avec le présent quinquennat : gilets jaunes, réforme des retraites, gestion de la pandémie de Covid-19, violences urbaines, djihad… Avoir nommé un Éric Dupond-Moretti à la justice, confié une mission sur « la mémoire de la colonisation et de la guerre d’Algérie » à un Benjamin Stora ou encore stigmatisé les violences policières est à l’évidence de l’huile jeté sur le feu de la délinquance et renforce les extrémistes racialistes et les Islamistes. Tous sont renforcés dans leur sentiment d’impunité. Hélas ! à juste titre… Ce qui semble probable, c’est que, quel que soit le ou la locataire de l’Élysée l’année prochaine, elle ou il sera confronté(e) à l’actuel chaos qui ne peut qu’empirer d’ici là.

Chaos que les fameux « complotistes » affirment être bel et bien voulu pour imposer une dictature…

Oui, par des forces pas si occultes que ça, puisque au choix de ces fameux « complotistes » divers et variés, ils seraient connus (liste non exhaustive au choix de chacun)… Pourquoi pas ! Mais mon côté par trop cartésien me pousse tout de même à une certaine perplexité : comment de supposés Machiavel comme ceux de notre gouvernement actuel pourront-ils imposer quelque dictature en traitant comme ils le font les forces de police ou les forces armées ? Ce sont les partisans de la République en marche (combien de divisions ?) qui vont organiser répressions, arrestations, exécutions, etc. ? Dans ce cas, dans ce monde de brute, est-il bien besoin d’en trembler d’avance… sinon de rire ?

EuroLibertés cliquez ici

L'appel de Place d'armes cliquez là

10:46 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 19 avril 2021

Quand des magistrats ont pour des tueurs de flics les yeux de Chimène…

Philippe.RANDA.jpg

Entretien avec Philippe Randa,

directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés. cliquez ici

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Comment réagissez-vous au verdict en appel dans l’affaire des policiers brûlés en 2016 à Viry-Châtillon qui a vu l’acquittement de certains prévenus et des peines atténuées pour d’autres ?

Je m’étonne de l’indignation, de la colère et de l’incompréhension que provoque ce verdict jugé trop « clément » (euphémisme)… Pourquoi celui-ci ? Parce qu’on parle dans ce cas précis de préméditation, de guet-apens, de volonté de tuer ? Ah bon ! Mais quasi-quotidiennement désormais, on nous relate que dans telle ou telle ville, chaque nuit, on tire au mortier sur les forces de l’ordre ou sur les pompiers, si ce n’est encore sur des citoyens… Sans qu’il y ait alors de préméditation, de guet-apens, de volonté de tuer ? Il faut nommer cette affaire de Viry-Châtillon comme il se doit et pour ce qu’elle est : un simple fait-divers… Certes deux policiers, dont une femme – tiens ! on n’a pas entendu les chiennes de garde du féminisme dans cette affaire qui a dû échapper à leur si sourcilleuse vigilance ! à moins que… – ont été transformés quelques minutes en torche humaine, cela a pu frapper quelques âmes encore trop sensibles, certes…

Le verdict est tout de même surprenant : des peines ont été diminuées et des prévenus condamnés en première instance ont été acquittés ; certains n’hésitent pas à parler de naufrage de la justice…

Un naufrage sous-entendrait que la justice ait sombré, donc qu’elle n’existe plus, ce qui n’est pas le cas : tout va continuer comme auparavant… Il serait plus juste de parler d’une Justice qui a muté, mais encore une fois, est-ce si nouveau ? Les verdicts rendus à l’encontre de délinquants issus de zones de non-droits pour des affaires de violences, certaines allant même jusqu’au sang versé, voir à des morts, sont-ils habituellement si différents ?… Dans ce récent procès de Viry-Châtillon, un des avocats généraux a fait remarquer dans ses conclusions que les accusés auraient selon lui « de l’empathie » pour leurs victimes et qu’ils constituaient, donc, de ce fait, « à ses yeux une richesse pour le pays»… Après les « chances », nous voici donc aux « richesses » pour la France ! Ce n’est plus « autres temps, autres mœurs », mais « autres procureurs, autres verdicts » et fait écho, finalement, au courroux d’Assa Traoré, sœur d’un délinquant, qui s’offusquait dernièrement dans les médias de l’acharnement policier et judiciaire contre sa famille ; je la cite : « On a mis tous mes petits frères en prison. Il faut savoir que cinq des frères d’Adama Traoré sont passés par la case prison. On a fait toutes les prisons d’Île-de-France »… Les médias désigne cette personne comme une « militante » ; en d’autres temps et en d’autres mœurs, ce n’est certes pas ainsi qu’elle aurait été dénommée.

C’est quand même une première qu’un procureur prenne ainsi fait et cause pour des prévenus, tout de même inculpés pour tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique… D’un avocat de la défense, on aurait pu admettre, pour les intérêts de son client, qu’il tente le tout pour le tout, même une telle énormité, mais pas d’un procureur…

Pour ce procureur, il est probable que ce n’est absolument pas une énormité, mais une vérité : depuis plus de 40 ans maintenant, une partie de la population a grandi, formatée par des slogans du type « les immigrés sont une chance pour la France »… Donc, toute personne d’origine non-européenne ne peut être que le nec plus ultra de l’humanité, tandis que l’Européen, lui, ne peut être que le responsable de tous les maux de cette même humanité ; d’où les critères discriminants imposant le postulat de base que seuls les Blancs peuvent être racistes… ou politiquement, qu’être étiquetté « de droite », c’est forcément être « con », comme l’avait illustré le « Mur des cons » du Syndicat de la magistrature… Étonnez-vous ensuite que des magistrats aient pour des tueurs de flics les yeux de Chimène…

Pour vous, même après ce verdict contesté, rien ne va changer ?

Je ne prédis pas l’avenir, je me contente de constater que des verdicts aussi décriés que celui rendu à Viry-Châtillon dans cette affaire, sont monnaies courantes dans les tribunaux français depuis des décennies – je ne suis pas le seul à le dire – et que ce « scandale » comme certains l’appellent n’est ni une première ni sans doute le dernier. Après la Ire Guerre mondiale, un slogan faisait florès dans l’Opinion publique : « Plus jamais ça ! » avec les suites connues… Aussi, peut-on juste se demander qu’elle seront les possibles prochains verdicts dans des procès similaires : décoration des accusés ? Condamnation de policiers ou de jurés pour leur harcèlement envers des populations dont les ancêtres auraient tant et tant soufferts ? Tout est possible au jeu de massacre du bon-sens qu’offre actuellement la société française…

 

18:11 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 13 avril 2021

Le confinement : jusqu’à toujours plus tard et quoiqu’il en coûte…

Bois-de-la-Cambre-le-1er-avril-la-police.jpeg

La chronique de Philippe Randa

En Belgique, des milliers de Bruxellois s’étant retrouvés au parc du Bois de la Cambre le 1er avril, la police n’a pas hésité a les charger à cheval !

Depuis, des vidéos de leurs violences – on peut notamment y voir une jeune femme se faire renverser par une patrouille montée ; une autre, assise, se faire tirer les cheveux et frapper à coups de pied – enflamment les réseaux sociaux… à défaut des médias, plus prompts à rendre compte des violences policières, réelles ou plus souvent supposés, lorsqu’il s’agit d’autres populations d’origines extra-européennes.

Va-t-on assister sous peu en France aux mêmes situations et aux mêmes dérapages ?

Ce troisième confinement qu’Emmanuel Macron impose à ses compatriotes – et bien qu’il n’ose même pas en assumer le terme – pourrait-il dégénérer s’il n’était pas respecté par un nombre trop important d’entre eux ?

Le gouvernement français admet désormais (au bout d’un an et après avoir assuré le contraire lors du premier confinement, rappelons-le) que les risques de contaminations en extérieur sont faibles (en fait, quasi-inexistants, ce qu’il semble avoir été le seul à ignorer à l’époque)…

Oui, mais… À Lyon, il y a peu, une foule rassemblée fin mars sur les quais de Saône n’avait donné lieu qu’à des verbalisations, le préfet n’ayant pas osé ordonner l’évacuation des réfractaires à la dictature sanitaire, mais qu’en sera-t-il si de tels rassemblements se multiplient, les beaux jours arrivant et le doute dans la gravité de la pandémie s’accentuant ?

Hypothèse alarmiste ? Pas moins alarmiste, en tout cas, diront certains, que les déclarations de ces scientifiques qui n’ont cessé de se relayer dans les médias pour faire pression sur l’Élysée afin qu’on enferme de nouveau leurs compatriotes. Jusqu’à toujours plus tard et quoiqu’il en coûte…

Philippe Randa a publié récemment Virus farces et attrapes (Dualpha). Pour commander ce livre, cliquez ici.

00:45 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 05 avril 2021

#dénoncetonécole en Angleterre

Eton-College.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Les établissements scolaires britanniques sont dans le collimateur de la justice suite à la publication de 5 800 témoignages d’abus, de harcèlement et d’agressions sexuelles sur le site Everyone’s Invited.

« Edimbourg, Exeter, Manchester, Newcastle, Londres, Eton College, Dulwich College, Latymer Upper School, Westminster School… l’heure est venue pour de prestigieux établissements scolaires britanniques, privés et publics, de rendre des comptes sur les nombreuses agressions sexuelles qui s’y déroulent » indique The Guardian.

Tout y passe dans les tourments des jeunes filles : des mains baladeuses subies aux drogues dans les « teufs » (fêtes) et à la diffusion de leurs photos dénudées ou de leurs compétences érotiques filmées…

Certains pourront évidemment s’interroger sur la réalité ou les exagérations, voire les mensonges qui ne peuvent être écartés, donnés à cette « libération de la parole » visant les écoles d’Outre-Manche (en attendant les nôtres, qui ne devrait guère tarder)…

Toutefois, les plus de 20 (30 ? 40 ?) ans, pourront, pour leur part, se rappeler de ce qu’il en était à l’époque de leur scolarité à eux.

Dans mes souvenirs, une fille alors importunée physiquement, d’une violence ou d’une quelconque tentative de tripotage, se serait simplement, facilement, automatiquement, évidemment précipitée pour s’en plaindre au directeur et cela aurait aussitôt chauffé – au figuré et à l’époque encore au propre – pour le malotrus. Et pour prendre des photos osées d’une demoiselle, fallait-il tout au moins obtenir sa complicité…

Seule l’ivresse– le GHB (la « drogue des violeurs ») n’avait pas encore été concoctée – pouvait alors favoriser des ébats non consentis, mais l’alcool était tout de même assez rare (euphémisme) à l’intérieur des établissements scolaires.

Il serait bon alors de s’interroger si cette « culture du viol » dénoncée aujourd’hui ne serait pas quelque peu facilitée par la disparition de l’autorité et de la discipline dans les écoles… voire du laxisme, si ce n’est du déni suivant l’origine des harceleurs ou violeurs…

EuroLibertés cliquez ici

11:31 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 31 mars 2021

Et pendant ce temps-là, les antiracistes pompaient, pompaient…

shadoks-pompaient.jpegLa chronique

de Philippe Randa

À notre époque de grandes dingueries en tous genres, l’antiracisme occupe une place de choix. Pour preuve, la « Déclaration d’Iéna », adoptée en septembre 2019 par l’Institut de zoologie et de recherche sur l’évolution de l’Université Friedrich Schiller, affirmant que « l’exclusion du terme race doit désormais faire partie de l’éthique scientifique ». Pourquoi ? Mais, ce serait bien sûr, parce que « le racisme a inventé les races » (sic) ! Pas évident ? Sauf à s’appeler Watson, peut-être.

Toutefois, la suppression du mot « race » n’est pas sans tourmenter certains lobbyistes antiracistes, véritables shadoks de l’époque moderne, qui s’y opposent fermement, à l’instar de la sociologue Natasha A. Kelly, spécialiste du colonialisme et du féminisme, membre fondateur du Black European Academic Network (BEAN), une plate-forme pour les universitaires qui promeut la formation de réseaux pour la diffusion de l’histoire des Noirs européens : « Le terme juridique de “race” est un instrument nécessaire pour pouvoir lutter par le biais de la loi contre le racisme anti-noir. Il est donc indispensable d’adopter le terme “race” dans le vocabulaire de la résistance anti-raciste. »

Difficile, en effet, d’être anti-raciste si les races n’existent pas… ou plus.

Le toujours bien informé Observatoire du journalisme (OJIM) nous apprend à propos de l’intéressée que « Kelly met l’accent sur l’utilisation de la “race” comme catégorie sociale et non biologique. Son argumentation se résume à nier la réalité tangible – y compris sociale – et à modeler une réalité idéologisée jusqu’à fantasmer une “histoire allemande Noire (n majuscule dans le texte original)” et critique le fait que, “qui dit Allemand dit Blanc”. »

Et d’ajouter : « Le daltonisme – que l’on retrouve dans la “Déclaration d’Iéna” – est unilatéral et aveugle à la réalité : il refuse d’accepter le fait que l’antiracisme s’est transformé en racisme contre les Blancs. »

En attendant, laissons le mot de la fin au journaliste Nicolas Gauthier qui affirmait il y a peu sur Boulevard Voltaire : « Les racistes peuvent être souvent pénibles, mais parfois se reposent ; alors que les antiracistes, eux, ne comptent pas leurs heures… »

EuroLibertés cliquez ici

10:37 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 21 mars 2021

Baccalauréat « cadeau Bonux » !

cadeau-Bonux.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Dans quelques mois, ce sera, comme chaque année, pour des milliers de lycéens, l’examen du Baccalauréat. Fébrilité ou franche angoisse pour les uns, cauchemars pour d’autres…

Cauchemars ? Comme on les comprend ! Rendez-vous compte qu’en 2020, 4 % des candidats ont échoués ! Hé oui ! selon la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (Depp), le taux de réussite après rattrapage, n’a atteint que 95,7 %, vous rendez-vous compte ?

Bien sûr, il y a cette fichue épidémie de Coronavirus qui a empêché une tenue normale des examens. C’est sans doute, c’est forcément, c’est évidemment l’explication de ces 4 % de victimes. Cela n’a permis à notre glorieux examen – dont le monde entier se gausse, non ! nous envie ! – de n’être en hausse par rapport à 2019 « que » de 7,2 point ! (Toutes séries confondues, 60 % des candidats avaient obtenu leur diplôme en 1960… mais déjà 84,5 % en 2012).

J’interrogeais récemment un professeur de terminale, lui demandant ce qu’il pensait du niveau des bacheliers actuels. Sa réponse a été claire : « Après la guerre, 30 000 élèves environ obtenait le baccalauréat avec le niveau requis… Aujourd’hui, sur les 700 000 (713 900 en 2020) qui le décrochent, il y en a toujours 30 000 qui ont, sinon le niveau, n’en demandons pas tant ! du moins “un” niveau ! »

Je rapportais cette sentence à un ami médecin qui, lui, m’a appris que les élèves qui ont le meilleur niveau scolaire actuellement sont… africains ! Comme je m’en étonnais, il m’expliqua pourquoi : « Mais parce que là-bas, c’est encore l’école d’avant… Ils ont 30 ans de retard sur les “réformes” de l’Éducation nationale et en sont encore à apprendre, ne serait-ce qu’à lire, écrire et compter… Et quand ils sortent des écoles tenues par des Jésuites, particulièrement, on peut parler d’un certain “niveau”, à l’évidence ! »

Mais, désabusé, il ajouta néanmoins : « C’est le cas aujourd’hui, oui ! Mais eux aussi connaîtront le nivellement par le bas comme nous et auront le “Baccalauréat Bonux”… Le plus tard possible pour eux, j’espère !… »

Lire EuroLibertés cliquez ici

19:29 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 20 mars 2021

Un homoncule (1) à l’Éysée !

81GbKzIkNOL._AC_SX450_.jpg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Après les confinements « strict pour tous », puis « moins strict » en 2020, nous voilà avec un confinement « localisé pour certains » aux contraintes incompréhensibles… Votre avis ?

Un avis confirmé : le gouvernement ne maîtrise plus rien… sinon (encore) les médias mainstream, de moins en moins écoutés ! Beaucoup d’observateurs avaient jugé il y a un mois qu’Emmanuel Macron, enfin ! avait compris l’impasse dans laquelle son calamiteux Conseil scientifique et son gribouille Ministre de la Santé Olivier Veran avait fourvoyé son quinquennat ; il avait surpris tout le monde par sa décision de ne pas reconfiner, sachant que les beaux jours allaient arriver, que l’immunité de millions de Français ayant eu la Covid-19 (la moitié d’entre eux sans s’en rendre compte), ajoutés à la campagne de vaccinations, aussi lente et cahotique soit-elle, la situation allait automatiquement s’améliorer. La Covid allait reculer avant son retour probable à l’automne prochain, sous une forme ou une autre, importante ou non, comme c’est habituel avec les virus… Un coup de théâtre qui avait alors sévèrement clashé tous ces insupportables pontes de la médecine « alarmistes » qui ont pris leurs habitudes sur certains plateaux de radios ou de télés… Il lui fallait tenir 1 à 2 mois. C’était trop pour lui et on a donc assisté à une reddition en bonne et due forme. L’interruption du vaccin AstraZeneca n’est même pas une raison, puisque son utilisation a été reprise au bout de quelques jours seulement. Résultat, Emmanuel Macron qui était apparu comme un Président à poigne, ce que les Français réclament dans leur immense majorité, a démontré qu’il n’est finalement qu’un homoncule. 

Comment expliquer un tel gâchis ?

Ce virus a rendu fou – titre d’un livre de Bernard-Henry Lévy – nombre de dirigeants dans le monde. Pris de panique, ils ont alors fait paniquer leurs compatriotes respectifs. Il faut dire qu’ils ont mis le paquet pour cela et c’est bien là leur plus grande – la seule ? – réussite dans cette histoire… Aujourd’hui, ils ne savent plus comment se sortir du bourbier dont ils sont responsables : face à des populations qu’ils ont terrorisées pour une pandémie extrêmement peu mortelle (même si certains continent d’assurer le contraire, les chiffres sont là qui les démentent), aux victimes extrêmement ciblées (personnes âgées ou à grandes comorbidités, ça au moins, tout le monde semble l’admettre), nos gouvernants ne peuvent plus, du jour au lendemain, changer de braquets : ce serait admettre qu’ils ont fait n’importe quoi. Déjà qu’ils appréhendent à juste titre de devoir répondre tôt ou tard de leur action sinon devant les tribunaux, en tout cas devant l’opinion publique, on comprend qu’il fasse « durer le plaisir » autant que faire se peut. Et sous les coups de boutoirs des uns, des autres, des sondages, de la réalité au jour le jour, de ce qu’ils découvrent ou de ce qu’ils refusent obstinément de constater, ils manœuvrent au doigt mouillé, à l’écoute du dernier qui a parlé ou parlé le plus fort…

Vous ne pouvez pas nier qu’il y a des virus mutants, ni des morts du coronavirus…

Il ne s’agit pas de le nier, mais de ne pas être dupe que des épidémies, et autrement plus mortelles, l’humanité en a toujours subies, que celle de ce coronavirus-là n’imposait absolument pas de tels délires sanitaires… et surtout d’alerter sur les conséquences physiques, psychologiques qu’endurent les gens, au-delà de celles, évidentes, sur l’économie. Des conséquences dont la mortalité finira peut-être par rejoindre celle – réelle et non pas apocalyptique comme certains nous l’assène sans répit – de la pandémie elle-même… La rejoindre ou bien même la dépasser, car qui peut affirmer que la faillite désormais évidente de nos institutions politiques – une majorité parlementaire qui se délite chaque mois et une opposition parlementaire au silence assourdissant ! – et la mise en évidence de la bêtise et de l’incompétence de nos dirigeants, ne vont pas déboucher sur des émeutes, révolutions, guerres civiles et autres joyeusetés dont l’histoire est jalonnée ? Quant un Pouvoir est faible, voire grand-guignolesque, comme le quinquennat Macron avec ses Benjamin Griveaux, Sibeth Ndiaye, Agnès Buzyn, Olivier Veran, Christophe Castaner ou Jean Castex (quelle brochette !), cela aiguise forcément bien des appétits et pas que des plus ragoûtants. 

Comment expliquez-vous que nombre de nos compatriotes soient toujours terrorisés par la Covid ?

Ils ne sont peut-être plus si nombreux que cela, mais combien acceptent de le reconnaître ? On reconnaît plus facilement qu’on s’est trompé qu’on a pétoché. Vous verrez ! Quand cette crise sera terminée et qu’on appréhendera plus sereinement les faits – car toute vérité finit toujours par percer, même si elle met parfois le temps pour cela –beaucoup continueront à vous affirmer qu’on a frôlé la fin du Monde… alors qu’on a seulement dépassé la ligne jaune de la raison. Quoique largement dépassée, certes ! 

Note

(1) Du latin homonculus (« petit homme ») : version miniature, souvent caricaturale, d'un être humain que certains alchimistes cherchaient, prétendument, à créer.

EuroLibertés cliquez ici

10:58 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 15 mars 2021

Le site EuroLibertés de nouveau acessible

eurolib.jpg

Un communiqué de Philippe Randa :

Depuis quelques jours, le site EuroLibertés était hors service. Voilà pourquoi : Le site EuroLibertés est hébergé chez Ovh dont les  locaux ont été partiellement ravagés par un incendie qui s’est déclaré dans la nuit du 9 mars : quatre de ses douze salles serveurs ont été détruites. 

Cela a mis hors service des milliers de sites internet ; celui d’EuroLibertés vient d’être réactivé (ainsi que son adresse courriel).

Nous sommes désolés de cette interruption et reprenons immédiatement la parution de nouveaux articles de réinformation.

EuroLibertés cliquez ici

cropped-logo-eurolibertes-2.png

23:11 Publié dans Communiqués de presse, La chronique de Philippe Randa, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |