Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 mai 2012

Présidentielle : un gagnant, le mondialisme, un perdant, le Peuple français, une réponse, la résistance nationaliste...

NDP Présidentielle.jpgPar Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale et membre du Bureau de la NDP

 

La campagne présidentielle est enfin terminée et le résultat de celle-ci est conforme à ce qui devait arriver. Cette élection relevait plus de la farce que d’autres chose puisque elle voyait s’opposer deux candidats qui peu ou prou défendaient finalement la même idéologie, à savoir le mondialisme. Or, que le mondialisme soit servi à la sauce libérale ou à la sauce sociale-démocrate, le résultat est toujours le même : la fin de notre indépendance nationale et la mort de notre identité européenne. Dans ce domaine les deux finalistes n’avaient rien à envier l’un à l’autre.

 

Sarkozy avait été élu, en 2007, en faisant croire aux Français qu’il allait faire une politique  résolument « de droite » guidée exclusivement par l’intérêt national. J’entends encore raisonner les éloges de certains amis nationaux éblouis alors par autant d’audace. Il fallait pourtant être bien naïf pour le croire. Rappelons à ceux qui ont la mémoire courte que durant ses 5 années de règne Sarkozy s’est conduit en parfait petit valet servile des intérêts supranationaux, de la pensée unique et du politiquement correct. En effet :

- qui a fait appliquer le traité européen malgré le « non » massif des Français au référendum de 2005 ?

- qui a nommé des gadgets de gauche style Frédéric Mitterrand, Bernard Kouchner, Fadela Amara, Rama Yade, Eric Besson etc. à des postes de secrétaires d’état ou de ministres ?

- qui a pris Bernard-Henri Lévy comme conseiller particulier ?

- qui a lancé la France dans une guerre en Lybie et y a installé la charia (à moins que ça ne soit pour détruire des preuves de financements occultes …) ?

- qui a mis en place un président musulman en Côte d’Ivoire ?

- qui a réintégré la France dans le commandement de l’OTAN ?

- qui a laissé des soldats français se faire tuer en Afghanistan dans une guerre qui n’est pas la nôtre ?

- qui a augmenté la dette française de plus de 500 milliards d’euros ?

- qui a créé plus d’une vingtaine de nouveaux impôts rien que ces 5 dernières années ?

- qui a laissé plus de 200 000 immigrés rentrer légalement en France chaque année ?

- qui a reconnu l’indépendance de l’état fantoche et musulman du Kosovo ?

- qui explose tous les records de chômage et aggrave la précarité dans notre pays ?

 

Il est facile de brandir le drapeau tricolore un mois durant avant les élections, mais il est plus difficile de faire oublier son triste bilan et de berner les Français deux fois de suite. Le résultat est là : un  mondialiste « de droite » est battu et un mondialiste de gauche est élu. Dans cette présidentielle il y a donc un gagnant : le mondialisme, et il y a un perdant : le peuple français.

 

Dans cette élection, la position de la Nouvelle Droite Populaire a été des plus claires. Sans se faire aucune illusion sur la politique qu’aurait continué à mener Sarkozy s’il avait été réélu nous avons refusé d’emblée d’être associés à l’arrivée de la gauche au pouvoir. Nous avons donc laissé le libre choix à nos adhérents entre ce que certains d’entre eux considéraient comme un moindre mal, le vote Sarkozy malgré tout, le vote blanc ou l’abstention. De même, au sein de l’Union de la Droite Nationale, certaines composantes ont fait un choix beaucoup moins nuancé que le nôtre. C’est leur strict droit. Une union implique des différences, c’est ce qui fait sa force. L’élection est passée nous ne reviendrons donc pas sur le choix de chacun. Ce qui compte maintenant, c’est l’avenir. Et avec tout ce que nous concoctent les socialistes, nous avons de bonnes raisons de penser que celui-ci ne sera pas vraiment rose.

 

Hollande et les siens l’ont d’ores et déjà annoncé : ils veulent donner le droit de vote aux immigrés, légitimant ainsi l’implantation sur notre sol de populations venues d’ailleurs  et dépeçant encore plus la France de son identité avec tout ce que cela peut impliquer. Rappelons qu’en 2007, Sarkozy était aussi favorable à cette mesure. Nous, nationalistes, nous avons toujours été contre ce droit de vote puisque nous sommes contre l’immigration. Lors des législatives qui se dérouleront les 10 et 17 juin prochains, nous présenterons des candidats à travers toute la France. Ceux-ci feront campagne pour rendre la France aux Français.

 

Face au mondialisme, il n’y a qu’une réponse à imposer : la résistance nationaliste. Et le premier rendez-vous de cette résistance nationaliste, ce sera dimanche prochain 13 mai, à 10 h, place de la Madeleine à Paris. 

10:49 Publié dans Editoriaux, Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La « France du changement » se défoule dans la violence

Hollande-bastille.jpg

Par Jean-Pierre Grunberg

Source Dreuz.info cliquez ici

Ce soir, l’élection de François Hollande est fêtée comme il se doit. Côté pile, on vous montre des jeunes qui brandissent des pancartes « Pour une France apaisée ». Et côté face, on ne vous montre pas la place du Capitol*, à Toulouse, ou des violences ont éclaté.

On ne vous montre pas non plus les drapeaux algériens, palestiniens, Place de la Bastille. Je me demande ce qu’ils faisaient là, mais je sais que si quelqu’un les avait brûlés, il y aurait eu une guerre civile.

On ne vous dira pas que dans le 93, le 77 et à Toulouse, dans le 91 et le 92, à Nanterre, ça caillasse et brule des poubelles, et que la police a ordre de pas intervenir.

L’Est Républicain rapporte qu’à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, des voitures ont été brûlées, puis que "la police est passée et comme les jeunes n’aiment pas la police, ils ont commencé à caillasser avec des bouteilles", a raconté un fonctionnaire de la mairie, sous couvert d’anonymat.

Selon d’autres témoignages, des jeunes ont pris de l’essence et mis le feu sur un véhicule abandonné, puis sur un autre. Un cordon de sécurité a été déployé sur place, où une vingtaine de voitures des forces de l’ordre ont été déployées, interdisant l’accès à la mairie, a-t-on indiqué de même source.

« Les pompiers sont intervenus, un cordon policier a été mis en place de manière préventive et le préfet Christian Lambert s’est rendu sur place», a confirmé une source préfectorale… »

Vous ne saurez pas qu’à Marseille, un cocktail Molotov a été jeté sur le commissariat du 3ème arrondissement.

Ni que dans le 20e à Paris, c’est la guerre urbaine contre les policiers : avec des tirs de mortier et plusieurs agressions contre les policiers.

Sur l’ensemble des arrondissements parisiens, ce soir, les policiers en patrouille et en intervention se font insulter.

Dans le 93 ça brûle, et les policiers se font caillasser. Des effectifs de police du 92 ont essuyé des jets de projectiles.

Quelques villes du 93 brûlent, et à Saint Denis, la police se fait caillasser.

Sur les Champs Elysées, les boutiques ferment et les CRS chargent. Ça commence…

Plusieurs « jeunes » s’attaquent verbalement aux policiers à Paris, lesquels ne peuvent intervenir. Il y a des rodéos sauvages un peu partout.

Ordre a été donné aux policiers de quitter les secteurs sensibles.

* Hier soir, une source m’a indiqué avoir vu des drapeaux français brûler à Toulouse. Comme des drapeaux français avaient été brûlés, sur cette même place, en 2007, je n’ai pas été très surpris, et j’ai repris l’incident dans mon article. Et pour être totalement transparent, j’ai également illustré cela d’une photo d’archive.
Il y a quelques minutes, cependant, j’ai reçu un démenti, aussi ai-je décidé, en attendant d’en savoir plus, de retirer de mon texte les références à des drapeaux brûlés, hier soir, à Toulouse, place du Capitole.

07:10 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 06 mai 2012

La mort en face...

 Dernier poème écrit par Robert Brasillach,

lu par Pierre Fresney.

18:11 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : second tour de l’élection présidentielle, la Nouvelle Droite Populaire ne choisira pas...

P1070072.jpgUn communiqué de Robert Spieler, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire :

Voter Hollande ? Bien sûr que non. Voter Sarkozy ou s’abstenir ? C’est l’alternative à envisager.

Certains de nos amis militent ardemment pour le vote Sarkozy, évoquant le droit de vote des étrangers aux élections municipales, la légalisation du mariage homosexuel, et le matraquage financier des Français. Ils auraient pu aussi évoquer, ce qui nous semble tout aussi important, l’abandon de la filière nucléaire française et, de facto, un abandon de souveraineté. Ils évoquent avec effroi la perspective d’accrocher le portrait de Hollande dans leurs mairies et expliquent que la politique du pire est la pire des politiques, considérant que s’abstenir reviendrait à voter Hollande, et qu’il convient de voter utile. Soit. Mais avec ce type de raisonnement, nous serons amenés, demain, à voter aux élections législatives pour un candidat socialiste plutôt que communiste ou pour un candidat radical de gauche plutôt que socialiste, ou encore pour un candidat de l’UMP plutôt que pour un centriste. Et puis, après-demain, pour Mélenchon, un tout petit peu moins pire que Poutou, le candidat de l’extrême-gauche trotskiste. Le premier aurait guillotiné en 1792, le second dès 1789…

Qui sont les responsables majeurs de la situation identitaire dramatique que vit la France ? Les socialistes ? Absolument pas. Le regroupement familial fut décidé par Giscard d’Estaing et Chirac, pas par Mitterrand. Quelle fut l’action de Sarkozy, durant son mandat, pour protéger la France de l’invasion ? Juppé, maire de Bordeaux et Gaudin, maire de Marseille, encouragent la construction de grandes mosquées. Sont-ils socialistes ?  Quelle furent les mesures de Sarkozy pour lutter contre la fortune anonyme et vagabonde ? Et n’évoquons pas le fiasco de l’Education nationale. Quant à l’insécurité…Et puis la politique étrangère désastreuse menée en Libye, notamment sous les auspices du super-ministre des Affaires étrangères, Bernard-Henry Lévy… Passons… On pourrait multiplier les exemples. Le CRIF soutient Sarkozy, plutôt que Hollande, soupçonné d’avoir dans son entourage des personnes trop sensibles au drame que vivent les Palestiniens. C’est son droit, comme c’est celui de certains d’entre nous de voter Sarkozy, malgré tout, ou de ne pas voter Sarkozy, et donc de s’abstenir.

14:52 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 04 mai 2012

Présidentielle : POUR L'OEUVRE FRANCAISE, PAS UNE VOIX POUR LE SYSTÈME

040512_184836_PEEL_ftkyp9.jpgUn communiqué d'Yvan Benedetti, président de l'Oeuvre française :

 

Le premier tour de l'élection présidentielle en France a montré une nouvelle fois à quel point les nationalistes ont raison de dire qu'il ne faut pas placer ses espérances dans les urnes.

 
Les deux principaux candidats du Système, Hollande et Sarkozy, ont réuni à eux deux plus de 55 % des suffrages exprimés, alors même que notre pays est dans une situation catastrophique dans tous les domaines. Quant à Mme Le Pen, si son score (17,90 %) est supérieur à celui de son père en 2007, elle réalise un score inférieur aux 19,2 % obtenus par Le Pen et Mégret en 2002 et aux 19,7 % réunis par Le Pen et Villiers en 1995 et ne réalise qu'un point de plus que Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2002 (16,86 %). Pendant toute sa campagne elle affirmait pourtant qu'elle serait au second tour (elle finit en réalité dix points derrière Sarkozy) et qu'elle dépasserait la barre des 20 %. La dédiabolisation qui l'a conduit à renier l'essentiel du programme historique du mouvement national, à faire allégeance aux différents lobbys, à expulser ou écœurer les militants et cadres nationalistes n'a donc servi à rien. Tout ça pour ça !


Pour le second tour, l'Œuvre française invite les Français non reniés à refuser de choisir entre deux candidats qui sont les deux faces d'une même médaille mondialiste, européiste, antinationale et antichrétienne. Quel que soit l'élu, il sera au service de la finance internationale, de l'Union européenne, de l'ONU, de l'OTAN, de Bruxelles, de Washington et de Tel Aviv. Il poursuivra la destruction de l'indépendance et de la souveraineté nationales et sapera chaque jour davantage les fondements moraux, culturels et spirituels de notre civilisation européenne, blanche et chrétienne.


C'est à une seconde révolution nationale qu'il faut se préparer. L'exemple du mouvement Jobbik en Hongrie prouve qu'un mouvement nationaliste sans concession peut parfaitement emporter l'adhésion d'une grande partie du peuple. Ce n'est pas en s'alignant sur le Système ou en lui donnant des gages que l'on rend service au pays.

 
Voter pour un candidat du Système, c’est cautionner le Système.

22:57 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Présidentielle : un communiqué du MNR...

3-mnr.JPGUn communiqué du MNR :

Alors que le destin de la France est en jeu, le Bureau national du MNR demande à ses adhérents et sympathisants de prendre leurs responsabilités pour le second tour de l'élection présidentielle.

Il les appelle à faire barrage au candidat socialiste dont l'idéologie et les propositions ne peuvent qu'accélérer le déclin de notre pays.

Il estime que si les actes de M. Sarkozy, lors de son premier mandat, ont été décevants, son discours récent sur l'identité nationale, la défense des frontières, le protectionnisme économique européen, la maîtrise de l'immigration, la promotion de l'effort et du travail mérite, en revanche, d'être encouragé.

09:44 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 02 mai 2012

Présidentielle : ne pas tomber dans le piège...

Pierre Vial 3.jpgUn communiqué de Pierre Vial :
Pas d’hypocrisie : appeler à « faire barrage à Hollande » c’est appeler à voter Sarkozy. Or Hollande et Sarkozy sont l’un et l’autre les hommes d’un Système que nous combattons, sans hésitation ni rémission. Croire ou affecter de croire que l’un est une menace mortifère plus que l’autre, c’est participer à un jeu de dupes que nous refusons car nous renvoyons dos à dos ces deux nuisibles. Voter Sarkozy ? C’est  se faire une fois de plus les harkis du capitalisme apatride, pleinement responsable de la présence des envahisseurs.

Plus que jamais il faut maintenir le cap : ni droite ni gauche, pour une troisième voie révolutionnaire, identitaire ethnique.

19:32 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 29 avril 2012

Barrons la route à la Gauche socialo-communiste : Non à Hollande !

imagesCAHSFSK6.jpgUn communiqué de Carl Lang, Président du Parti de la France :

 

Nous savons que notre projet de redressement national n’est porté par aucun des deux candidats présents au deuxième tour de cette élection présidentielle. Mais, quelque soient les intérêts tactiques des partis politiques et les plans de carrière ou les intérêts personnels de leurs dirigeants, le choix des électeurs de la famille nationale doit se déterminer en fonction de l’intérêt national. Il nous faut répondre à une seule question: que faire afin d’éviter le pire pour la France et le peuple français ?

 

Si le premier tour d’une élection permet, en général, de choisir son candidat, le second tour nous offre le droit d’éliminer le plus nuisible à la cause nationale et le plus hostile à nos idées. Il est parfaitement clair pour les patriotes que nous sommes que le pire serait le triomphe de la Gauche rose-verte-rouge et que le plus dommageable pour la France française serait la victoire de son candidat François Hollande.

 

Carl Lang et Le Parti de la France ne se lavent pas les mains de l’avenir des Français et ne seront pas complices de la victoire de la Gauche socialo-communiste qui annonce le droit de vote des étrangers aux élections municipales, la légalisation du mariage homosexuel et l’adoption d’enfants par les couples homosexuels, qui prépare une politique d’agression de l’école libre et de destruction aggravée du respect de la vie humaine, qui annonce un projet irresponsable et démagogique de gaspillages publics et se prépare à imposer un programme de répression fiscale et de matraquage financier des Français.

 

Carl Lang et Le Parti de la France ne seront pas complices du défilé de la victoire des drapeaux rouges et des poings levés.

 

Avec ces gens-là, demain sera encore pire qu’aujourd’hui.

 

Le 6 Mai, barrons leur la route !

12:59 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 23 avril 2012

Revue de presse : les résultats du FN relativisés...

Le Nouvel Observateur cliquez ici

Le score obtenu par Marine Le Pen (17,9%) a sans doute été la surprise de ce premier tour. Elle est en effet 4 points plus haut que la moyenne des sondages du 20 avril. Preuve qu’il y avait bien un vote lepéniste masqué (peut-être planqué chez Mélenchon ?), que les redressements n’ont pas permis de dévoiler. Mais deux remarques s’imposent, qui nuancent fortement le constat. D’abord, à 18%, elle retrouve très exactement le niveau dont les enquêtes la créditaient jusqu’à la mi-février. Preuve que ce score n’était pas si imprévisible. Ensuite, si elle fait 7,5 points de plus que son père en 2007, elle ne fait qu’1 point de plus que lui en 2002, et même moins que le total Le Pen + Mégret cette année-là (19,2).

"Dédiabolisation" ou pas, la "vague Marine" est donc à relativiser : son score s’inscrit logiquement dans la tendance observée depuis la fin des années 80 : la montée lente et constante d’un néo-populisme xénophobe et anti-européen (phénomène qui s’observe d’ailleurs dans plusieurs pays voisins). 1988 : 14,38%. 1995 : 15%. 2002 : 16,86% (sans Mégret). 2012 : 17,9%. Si l’on met les choses en perspective, ce n’est pas le score de Marine ce dimanche qui constitue un accident, une anomalie. C’est celui de son père en 2007. Une anomalie dont les causes sont bien connues : cette année-là, un tiers des électeurs frontistes ont décidé d’"essayer" Sarkozy, l’homme de "l’identité nationale" et du "travailler plus pour gagner plus". Essai non concluant : une fois élu, le président les a reperdus aussi vite. Les enquêtes d’opinion ont montré que cet électorat, essentiellement populaire, avait lâché Sarkozy dès l’hiver 2007-2008. Et tous ses efforts pour le reconquérir – du discours de Grenoble à la polémique sur le halal, en passant par le débat sur l’identité nationale et la loi sur la burqa – ont été vains. Ces électeurs se sont sentis floués. Ils se sont vengés le 22 avril (et auparavant, rappelons-le, à toutes les élections intermédiaires). Sarkozy pourra-t-il les récupérer le 6 mai ? C’est son pari. Sa seule chance. Sinon il sera étrillé. Et son conseiller Patrick Buisson, inspirateur de la ligne droitière, finira dans les plumes et le goudron.

Lire aussi Le blog des Rivaroliens cliquez ici

16:59 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Présidentielle : 21 avril 2002- 22 avril 2012 : La grande revanche du Parti Socialiste et la victoire de la bipolarisation Gauche-Droite...

h-20-1375110-1231154722.jpgUn communiqué de Carl lang,

Président du Parti de la France :

 

Les annonces et les attentes du grand bouleversement du système politique français à l’occasion de cette élection présidentielle ont fait long feu. Nous assistons à la qualification plus que facile des deux candidats des habituels partis de gouvernement. Avec 28,63% pour François Hollande et 27,07% pour Nicolas Sarkozy, ils n’ont été menacés par personne au premier tour et sont les seuls à passer la barre des 20%.

 

Pour les autres candidats, dix ans après 2002, nous constatons un quasi statu quo électoral.

 

En 2002, le parti communiste et l’extrême gauche recueillaient ; 3,37% pour Robert Hue, 5,72% pour Laguiller, 4,25% pour Besancenot, 0,47% pour Gluckstein , soit un total de 13,81% des voix. Aujourd’hui, Mélenchon (11,13%), Poutou (1,1%) et Arthaud(0,57%) obtiennent ensemble 12,80% des suffrages. Rien de nouveau sous le soleil malgré les démonstrations de force du front de gauche.

 

En 2002, Jean-Marie Le Pen (16,86%) et Bruno Mégret (2,34%) totalisaient au premier tour 19,2% des voix pour la vraie droite nationale. Aujourd’hui, Marine Le Pen, en situation de monopole recueille 18,01% des suffrages. Rien de nouveau sous le soleil malgré une exposition médiatique que n’avait jamais connue son père. Son ralliement au discours économique de gauche ne fera finalement que le jeu du parti socialiste au deuxième tour. Enfin, à 9 points derrière le candidat UMP et 10 points derrière le socialiste le mythe de l’accès garanti au deuxième tour par la baguette magique de la « dédiabolisation » s’est effondré.

 

Alors que la France et le monde traversent la plus grande crise financière et économique depuis 1929, les forces soi-disant alternatives aux partis dominants disposaient des conditions historiques pour réaliser le grand changement. Il ne s’est rien passé de nouveau ; Malgré un bon résultat électoral, l’échec politique est patent. La qualification de Sarkozy et de Hollande au deuxième tour n’a finalement été qu’une formalité.

 

Jacques Chirac président sortant en 2002 obtenait 19,88% au soir du premier tour ; Nicolas Sarkozy, président sortant d’un quinquennat de crise mondiale obtient 27,08%. Lionel Jospin, le candidat PS de 2002 obtenait 16,28% et était éliminé ; François Hollande recueille 28,63% des suffrages et arrive en tête.

 

Le succès de premier tour des deux partis dominants du système est donc total. C’est la revanche, 10 ans après, du parti socialiste et la victoire de la bipolarisation gauche-droite de la vie politique française.

 

Nous sommes donc à des années lumières du grand choc de 2002 qui, par la qualification au deuxième de Jean-Marie Le Pen avait ébranlé le régime de cohabitation.

 

Le Parti de la France fera part de sa position (cliquez ici) politique pour le deuxième tour dans les jours prochains, et, puisque tout reste à faire, se prépare activement au rendez-vous des élections législatives de juin.

15:56 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Présidentielle : première analyse...

images.jpgPar Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

membre du Bureau national de la

Nouvelle Droite Populaire

 

Les résultats de la présidentielle sont tombés.

 

François Hollande plastronne, comme prévu, en tête de cortège.

 

Nicolas Sarkozy, dont la campagne a essentiellement consisté à vouloir chasser plusieurs lièvres à la fois (l’un sur sa droite et l’autre au centre),  ne réussit pas à être en première position au premier tour mais n’est pas pour autant dans une situation désespérée.

 

Marine Le Pen, propulsée par un soutien médiatique sans précédent, augmente de près d’un point et demi le score de référence obtenu par son père en 2002 (il n’y a pas de quoi sauter au plafond…), sans réussir toutefois, et  loin s’en faut, à se qualifier pour le second tour comme elle le prétendait ardemment depuis le début de sa campagne. Il faut souligner que celle-ci, dans un premier temps axée sur une hypothétique dédiabolisation, piétinait dangereusement et que seul son retour sur les fondamentaux de la Droite nationale opéré subitement au cours des trois dernières semaines, comme ce fut d’ailleurs déjà le cas lors des régionales de 2010, lui a donné un nouvel élan lui permettant de faire son score.  

 

Quant au fanfaron Mélenchon, il ne fait guère plus que la somme du PC et des gauchistes lors des précédentes présidentielles, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Une fois de plus la presse, avide de sensations fortes, s’est emballée sur un leurre qui  n’en valait pas la peine.

 

Par charité, nous ne nous étendrons pas sur la débâcle du centriste béarnais. Elle confirme simplement qu’il n’y a vraiment aucune place pour ce centre mou qu’il entendait incarner dans le paysage politique qui se dessine.

 

Le second tour est une toute autre affaire. D’un côté nous avons une gauche dogmatique, pétrie de certitudes socialistes à la sauce marxiste, qui se rassemble derrière son candidat et qui,  très vite, imposera le droit de vote aux immigrés comme elle le préconise dans son programme ultra démagogique. Imaginez ce que sera la France avec à sa tête une bouillie de François Hollande, de Martine Aubry, d’Eva Joly et de Mélenchon… Et de l’autre côté un Nicolas Sarkozy qui, en 2002, avait promis monts et merveilles à son électorat de droite et qui, une fois élu, s’empressa de faire une politique d’ouverture à gauche. Souvenez-vous, il nous promettait le Karcher pour remettre de l'ordre dans les banlieues, et, finalement, il donna des ministères aux représentants auto-proclamés de celles-ci, style Fadela Amara… On trompe jamais deux fois les mêmes, Sarkozy le sait bien, et pourtant, il sait aussi  qu’il ne trouvera, une fois de plus, son éventuel salut que sur sa droite. Il va donc falloir qu’il fasse des concessions...

 

Et la Droite nationale, nationaliste et identitaire (PdF, NDP, MNR) rassemblée au sein de l’UDN, quel est son avenir dans cette nouvelle configuration ?

 

Plus que jamais, et quel que soit le résultat définitif de la présidentielle, nous devons être présents pour affirmer haut et fort la nécessité de se battre sur les thèmes fondamentaux du mouvement nationaliste, à savoir une lutte sans défaillance contre le mondialisme et une défense intransigeante de notre identité française et européenne face à la déferlante migratoire venue d’ailleurs et l’islamisation sournoise de l’Europe qui en découle. L’Union de la Droite Nationale (UDN) sera donc présente aux élections législatives de juin prochain afin d’amplifier le mouvement de redressement national qui se dessine. Pour éviter les dérives néfastes qui gangrènent notre famille politique, pour lutter contre l’islamisation, le mondialisme et pour rendre la France aux Français, une seule solution : le vote en faveur des candidats de l’Union de la Droite Nationale.  

13:43 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 21 avril 2012

POURQUOI JE N'IRAI PAS VOTER !

images.jpgOpstaan (cliquez ici)

Les jeunes de la

Maison flamande (Lille)

 

Le choix de l'abstention lors de grands rendez-vous électoraux est souvent très mal compris, il est souvent suivi de critiques fortes et de reproches plus ou moins houleux. Pourtant, je vais vous expliquer ce choix que j'ai pris de manière bien réfléchie.

Je ne choisis pas cela par plaisir de rester confortablement chez soi devant la télévision, mais bien parce que je ne crois pas ou plus aux élections comme moyen de changer le monde qui m'entoure.

Je ne crois en aucune manière en ces candidats pourris, qui usent de tous stratagèmes pour ne vouloir être que "khalife à la place du khalife"et qu'ainsi dans leurs intérêts se perdent nos voix.

Je ne crois pas non plus en leurs programmes, véritables fourre-tout de promesses irréalisables qui ne peuvent guère aboutir en quelque chose de concret.

Je ne crois plus au pouvoir des gouvernements aux prises de marchés financiers et autres lobbys de tous genres, qui n'acceptent les résultats électoraux que lorsqu'ils conviennent à leurs intérêts.

Je ne crois pas au vote blanc, qui n'est guère pris en compte dans les résultats finaux, il a d'ailleurs trop peu de considération et d'importance par rapport au taux d'abstention, c'est d'ailleurs ce qui inquiète le plus tous ces candidats de pacotille.

Je crois surtout que si les élections avaient le moyen de changer quoi que ce soit, elles seraient interdites... Car, seule l'action aux dépens des élections est la seule solution pour lutter efficacement contre un système pourri.

Ainsi, je voudrais dire à tout cet électorat modèle qui méprise l'abstention de se regarder en face et de cesser de jouer aux hypocrites ! Ce n'est pas en attendant les périodes électorales, qu'il faut se bouger tel un troupeau de moutons guidé par le berger « Devoir du citoyen » pour exprimer votre mécontentement, camouflés derrière un isoloir en masquant votre désaccord dans une enveloppe qui s'en ira dans une urne comme tant d'autres, mais qui comme toutes les autres, elles n'auront aucune importance ! Il est ainsi facile d'exprimer sa révolte quand il ne s'agit pas de descendre dans la rue pour le faire ! Les morts de la lutte pour l'obtention du droit de vote doivent se retourner dans leurs tombes...

De cette façon, le système se nourrit des élections pour repousser toujours plus le moment où le peuple se révoltera.

Enfin, je tiens à préciser que cet article n'est pas un appel au vote abstentionniste, il est là pour expliquer un choix personnel qui est et qui restera assez incompris.

Sur ce, je vous laisse vous méditer sur cette citation :

"Gouverner n'a jamais été autre chose que repousser par mille subterfuges le moment où la foule vous pendra, et tout acte de gouvernement rien qu'une façon de ne pas perdre le contrôle de la population."
Comité invisible - L'insurrection qui vient.

15:33 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 20 avril 2012

RESTONS NATIONALISTES !

homepage_logo.jpgPar Jérôme Bourbon

Directeur de Rivarol

 

Les jeux semblent faits. Sauf énorme surprise François Hollande sera le prochain président de la République française de sorte que la gauche concentrera tous les pouvoirs, tant au niveau national que local : l’Elysée, Matignon, le Sénat, le Palais-Bourbon (après les législatives de juin), la plupart des régions, des départements et des grandes villes, sans même parler de sa domination quasiment absolue dans les media, le monde syndical, culturel et associatif. Alors que Nicolas Sarkozy semblait avoir comblé une partie de son retard sur son concurrent socialiste, voilà qu’il paraît dévisser dans les dernières enquêtes d’opinion, l’ex-concubin de Ségolène Royal arrivant devant le chef de l’Etat sortant, le plus souvent dès le premier tour (selon le dernier sondage CSA Hollande serait à 29 % et Sarkozy à 24 % !) et de plus en plus largement au second où le différentiel entre les deux hommes serait de 10 à 16 points, alors qu’il s’était réduit à 6 au cours de la campagne. Certes, il ne s’agit là que de sondages et l’opinion peut encore fluctuer d’ici dimanche (un quart des personnes interrogées précisent qu’elles peuvent encore changer d’avis) d’autant que nous ne savons pas quel sera le taux d’abstention qui pourrait être élevé (le précédent record date du 21 avril 2002 avec 28,4 %, ce qui avait permis l’accession de Jean-Marie Le Pen en finale de la présidentielle) compte tenu des vacances scolaires qui concernent les trois zones et du manque d’attrait des dix candidats en lice.

 

Néanmoins le président semble bel et bien pâtir du recentrage de sa campagne où, ces dernières semaines et contrairement à ce qu’il avait fait auparavant, il a davantage cherché à séduire l’électorat de François Bayrou (que le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé a publiquement pressenti comme un possible Premier ministre d’un Sarkozy réélu) que celui tenté par la candidate du Front national. Plus personne ou presque dans la majorité ne semble croire encore aux chances de l’Elyséen de se succéder à lui-même. C’est si vrai que plusieurs ministres ayant appartenu à des gouvernements dits de droite ont déjà franchi le Rubicon. C’est le cas de l’écologiste Corinne Lévy-Lepage qui fut ministre du gouvernement Juppé, d’Azouz Begag et de Brigitte Girardin qui sévirent sous Villepin et surtout de la fondatrice de l’association féministe Ni putes ni soumises Fadela Amara que Sarkozy avait propulsée comme ministre dès son élection en 2002. Le voilà bien mal récompensé de cette ouverture à gauche. Amara retourne chez les socialistes, sa famille naturelle, comme le chien de l’Ecriture revient à ses vomissures. On sait par ailleurs que Jacques Chirac votera dès le premier tour pour Hollande, tout autant par haine à l’égard de son ancien ministre de l’Intérieur que par sympathie radical-socialiste envers l’homme qui lui a succédé à la présidence du conseil général de Corrèze. La plume de Chirac, Jean-Luc Barré, a en effet confirmé dans Le Parisien que le ci-devant maire de Paris se prononcera en faveur de l’ex-premier secrétaire du Parti socialiste. Issu de la gauche communiste (il vendait L’Humanité et a signé l’appel de Stockholm), Chirac revient à ses premières amours.

 

Cette année RIVAROL ne donne aucune consigne de vote et laisse une totale liberté d’appréciation à ses lecteurs. Chacun se déterminera en son âme et conscience. Les rivaroliens sont en effet assez grands pour savoir ce qu’ils ont à faire. Certains s’abstiendront (c’est ce que nous ferons à titre personnel aux deux tours du scrutin), d’autres voteront blanc ou nul, d’autres enfin, engageant leur seule responsabilité, voteront en faveur du candidat qui leur paraît le moins éloigné de leurs idées ou le plus apte à leurs yeux à assumer la magistrature suprême. Quel que soit le choix fait par les uns et par les autres, évitons de nous anathématiser, de nous excommunier réciproquement pour des questions purement électorales et donc tout à fait secondaires. De toute façon aucune révolution salvatrice ne sortira des urnes. Les dés sont pipés, le système est verrouillé, l’électoralisme est la tare et la sauvegarde du régime. De plus, les dix candidats en lice qui ont été présélectionnés (ce n’est pas un hasard que Poutou, Arthaud et Cheminade aient eu leurs signatures au contraire de Carl Lang !) sont tous pour la déesse laïcité, les valeurs de la République, le droit à l’avortement, le Pacs. Tous sont soumis au lobby gay et au lobby juif. L’affaire Vanneste et la mort de Raymond Samuel-Aubrac l’ont amplement montré. Si le Front national était resté fidèle à ce qu’il fut naguère nous l’aurions évidemment soutenu, fût-ce de manière critique, mais le Front mariniste n’a plus à rien à voir avec le FN canal historique que nous avons aimé, soutenu, servi avec sincérité et enthousiasme, même si en quarante ans d’existence force est de reconnaître qu’il n’a rien pu empêcher, ni l’invasion de notre pays, ni le démembrement de notre souveraineté, ni le délitement de notre civilisation. Une dernière preuve parmi tant d’autres de la triste mutation de ce parti : Marine Le Pen a exigé de Bruno Gollnisch qu’il retire immédiatement l’éloge de François Brigneau que ce dernier avait posté sur son blog à l’annonce de sa disparition. En revanche, la présidente du FN a rendu un vibrant hommage à Raymond Aubrac, « un grand homme et un grand résistant » tandis qu’elle compare l’islamisme à « un fascisme vert » (sic !)

 

Par fidélité à François Brigneau qui fut le plus talentueux journaliste de l’équipe fondatrice de RIVAROL, qui ne renia jamais aucune de ses convictions, qui n’était pas homme à mettre de l’eau dans son vin, il nous est impossible aujourd’hui de soutenir publiquement Mme Le Pen qui a abandonné les fondamentaux du nationalisme (renonciation au chèque scolaire qui permettait aux parents de choisir l’école de leurs enfants, refus de la pourtant nécessaire inversion des flux migratoires, abandon de la suppression de l’impôt sur le revenu et des droits de succession, fin d’une politique familiale et d’accueil de la vie, soumission au sionisme international, condamnation du révisionnisme, etc.). Appuyer sa candidature, ce serait cautionner ses purges, ses reniements, ses trahisons, son effrayant vide moral et doctrinal, les poursuites judiciaires qu’elle intente contre tous les nationalistes qui ne lui font pas allégeance. Chacun agira selon son bon vouloir mais pour notre part nous ne participerons pas à ce système frelaté dont rien de bon ne peut sortir. Restons résolument et plus que jamais nationalistes !

 

Editorial du n°3043 de Rivarol en vente chez votre marchand de journaux (3,50 €) ou en cliquant ici.

00:30 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Présidentielle : un communiqué de l'Oeuvre française

sans-titre.png

L’élection présidentielle de ce printemps 2012, comme les élections législatives qui vont suivre, sont de l’énergie et du temps perdus pour la France. En dépit d’une apparente diversité, les candidats qui ont passé le filtre des parrainages imposé par le régime lui sont tous inféodés à des degrés divers.

 

Tous ont, d’une manière ou d’une autre, fait allégeance au mondialisme et à la « communauté internationale » qui n’est que le syndicat de défense de la finance mondialisée et de l’entité sioniste de Palestine.

 

Bien sûr, les rôles sont intelligemment distribués : il y a les candidats officiels du régime, Sarkozy et Hollande et leur roue de secours, Bayrou, dont la mission est de poursuivre la dissolution de la France dans le cosmopolitisme financier. A leur côté, les Eva Joly, Poutou, Arthaud et Mélenchon représentent en surnombre les altermondialistes, partisans d’un mondialisme d’esprit marxiste, qui, tout en fustigeant les puissances financières, prônent le métissage et l’immigration, tout autant que l’interruption de la vie à la naissance et dans la vieillesse, soit l’avortement et l’euthanasie, de même que les unions contre-nature des invertis sexuels. Un « souverainiste » comme Dupont-Aignan ou un Cheminade acquiescent d’une manière ou d’une autre à la déviance des mœurs et des principes naturels sans lesquels aucune société ne peut exister sainement. Quant à Marine Le Pen, campée dans le rôle du diable, elle constitue en fait la voie de garage que le système a aménagée pour la partie de la population qui, sainement, refuse de voir la France mourir : en effet, le Front National souscrit à la démocratie qui est pourtant à l’origine de tous nos maux et fait tout ce qu’il peut pour se « dédiaboliser » en donnant toujours plus de gages au système, notamment en recherchant l’aval des magistères sioniste, franc-maçon voire homosexuel.

 

Pas plus qu’hier et pas plus que demain, rien de bon pour la France ne sortira du processus électoral. Le système démocratique qui affaiblit la France depuis plus de deux siècles et gangrène notre civilisation est verrouillé et irréformable. C’est pourquoi l’OEuvre Française appelle à préparer et à conduire une deuxième Révolution nationale qui seule peut rendre la France à son destin en la nettoyant des parasites qui la détruisent avec une virulence accrue depuis plus de 60 ans.

00:25 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 19 avril 2012

Présidentielle : un communiqué du Parti de la France

2637521918_2(1).jpgLe Parti de la France ne donne aucune consigne de vote pour le 1er tour de l'élection présidentielle

 

Constatant qu'aucun représentant de la droite nationale ne concourt à l'élection présidentielle, le Parti de la France laisse à ses militants, ses adhérents et ses sympathisants l'entière liberté de choisir ou de ne pas choisir dimanche prochain.

23:30 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 avril 2012

Présidentielle : un communiqué du MNR...

3-mnr.JPGLe MNR regrette que Carl Lang, à qui il avait apporté son soutien pour l’élection présidentielle, n’ait pas recueilli les 500 signatures nécessaires.

A la veille du 1er tour, le MNR s’inquiète des menaces majeures qui continuent de peser sur l’avenir de notre pays : islamisation de la France, immigration massive, mondialisation économique et destruction de notre civilisation.

Il invite en conséquence ses adhérents et sympathisants à émettre le vote le plus efficace pour faire progresser les valeurs qu’ils défendent ou pour faire reculer les idées qu’ils combattent.

23:03 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 19 mars 2012

Focus sur Najat Vallaud-Belkacem…

najat v.jpg

Source Synthèse nationale

n°27 (janv. fév. 2012)

Abonnez-vous cliquez ici

 

Par Luc Pécharman

 

« Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. » L’art de la guerre – Sun Tzu.

 

Si il y a un nom à retenir à la veille de l’élection présidentielle, c’est bien celui de Najat Vallaud-Belkacem. Cette jeune femme, porte-parole du candidat socialiste François Hollande, est le stéréotype vivant du combat qui est mené contre notre peuple. Car elle n’est pas à ce poste par hasard, poste qu’elle occupait déjà auprès de Ségolène Royal en 2007.

 

Najat Belkacem nait en 1977 au Maroc, et profite du regroupement familial pour rejoindre son père, ouvrier du bâtiment à Amiens. Elle intègre Science-po Paris (IEP) et ressort diplômée en 2000 (la même promo que Rama Yade), mais échoue deux fois au concours d’entrée à l’ENA. 

 

S’en suit toute une série d’opportunités qui la conduiront au Parti Socialiste, dont elle prend la carte en 2003, après dit-elle le coup de tonnerre d’un Jean-Marie Le Pen au second tour l’année précédente. Elle est aujourd’hui adjointe au maire de Lyon, Gérard Colomb, en charge des grands évènements, de la jeunesse et de la vie associative, conseillère communautaire de la communauté urbaine de Lyon, conseillère générale du Rhône, secrétaire nationale du Parti Socialiste aux questions de société mais aussi membre du conseil de la communauté marocaine à l’étranger(1).

 

Une petite parenthèse au sujet de ce dernier mandat. Si, dans la presse et en politique, elle se présente systématiquement avec le nom de son époux accolé au sien, Najat Vallaud-Belkacem, elle n’utilise que celui de Najat Belkacem pour le CCME (conseil de la communauté marocaine à l’étranger). Franco-marocaine en France, et Marocaine au Maroc ? D’ailleurs, il reste étonnant qu’une élue de la république accepte de siéger dans cette dernière organisation qui considère, dans son intitulé même, qu’elle est étrangère à la France. Ce que nous soupçonnions quelque peu…

 

Elle est mariée à un camarade de promotion de l’IEP, Boris Vallaud, avec qui elle a eu deux enfants, Nour et Louis. Notons au passage leur conception de l’intégration.

 

Les deux principaux chevaux de bataille de la dame en question sont la lutte pour l’égalité des opportunités (belle entourloupe sémantique sur laquelle nous reviendrons en détail plus loin dans cet article) et la reconnaissance des LGBT (comprendre Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres).

 

Et oui, Najat ne fait pas dans la dentelle, et s’attaque frontalement aux deux piliers de notre civilisation : l’identité nationale et européenne et la famille.

 

Elle est l’auteur d’un petit essai intitulé « pluralité visible et égalité des opportunités », en collaboration avec Eric Keslassy (enseignant à l’IEP de Lille). Livre publié dans une collection dirigée par Gilles Finchelstein(2) et Laurent Cohen. Ce recueil, une ode à la discrimination dite positive, est issu d’une vision pluriculturelle dans laquelle les hommes et les peuples sont interchangeables à volonté. Rassurez-vous, pour vous éviter une lecture assez insipide de cet ouvrage prétentieux, nous allons en retirer ensemble les « bonnes feuilles. »

 

« Notre ambition : formuler des propositions qui permettent d’offrir à chaque citoyen les mêmes opportunités, quelles que soient son origine sociale ou sa couleur. Cette idée repose sur un principe unique : tenir compte des avantages et des handicaps des individus au moment de leur appliquer une règle, en considérant que l’égalité de traitement peut être productrice d’inégalité. C’est ce qui la distingue de l’égalité des chances, notion qui persiste à considérer les individus égaux sur la ligne de départ. »

 

Voilà donc ce que nos deux cerveaux féconds (j’ai failli retenir une orthographe différente) ont pondu. L’égalité des chances est source d’inégalité, et il faut corriger (c’est le mot employé dans le livre à plusieurs reprises) ces inégalités supposés. En fait, c’est un principe directement inspiré du PMU. Oui, oui PMU et pas UMP. Pour égaliser les chances des chevaux, les organisateurs handicapent les coureurs en fonction de leurs résultats passés et de leurs qualités supposées. Ainsi ce principe, transposé à la société française grâce à Mme Vallaud-Belkacem, rendrait la vie artificiellement plus compliquée à tous ceux qui ont un certain nombre de caractéristiques qu’il faut gommer. Ainsi, on imagine bien que François Dupont, fils d’Albert Dupont, médecin, dont la famille habite Rouen depuis 300 ans, blanc et catholique, aura un handicap considérable lors de son entrée dans le monde du travail et de la politique. Et ce sera encore pire lorsqu’il atteindra l’âge de 55 ans ! 

 

Si cette fameuse égalité des opportunités doit s’appliquer, selon ses auteurs, à tous les domaines de la vie, ils mettent l’accent sur trois secteurs où elle doit être absolument privilégiée. Il s’agit de l’enseignement supérieur, des médias et de la politique.

 

Pour l’enseignement supérieur, le but est de supprimer des concours d’entrée les tests de culture générale qui rendraient l’accès à ces écoles trop compliqué pour les étudiants issus de la « pluralité visible ». Il faut croire que tous ces anciens élèves de l’IEP semblent avoir été entendus au moins par leur établissement puisque le directeur, Richard Descoings(3), a annoncé le 15 décembre dernier la suppression des ces épreuves lors du concours d’entrée à Science-Po Paris. A vrai dire, sous l’appellation culture générale, c’est bien entendu au socle intellectuel de notre identité que l’on s’attaque.

 

« Non contente de veiller au respect de l’égalité de traitement, la société doit faciliter la constitution d’une représentation fidèle du corps social qu’elle prétend incarner et éclairer. Ces domaines spécifiques, qui réclament que l’on porte une attention plus vive encore à la pluralité visible, sont les médias et la vie politique. […]

 

Il s’agit également de faire accéder ces minorités visibles à des postes à responsabilité (managers, directeurs de programmes, etc.). On les imagine en effet sensibilisées à la nécessité de diffuser des programmes dans lesquels tous les Français puissent se retrouver et qui aideraient à prendre conscience de la pluralité visible de la société française. […]

 

Il ne s’agit pas de donner un droit supplémentaire aux Français relevant des minorités visibles, qui ne peuvent demeurer définitivement enfermés dans leur posture d’outsiders, mais de leur accorder les mêmes opportunités que celles qui sont offertes aux candidats « standard ». Il ne faut en outre jamais perdre de vue que, à chaque étape du parcours de ces candidats « atypiques », des retards devront être rattrapés pour mieux prendre en compte leurs spécificités. »

 

Le plan de bataille de Mme Vallaud-Belkacem est là aussi on ne peut plus clair. Les ficelles du pouvoir doivent de plus en plus revenir aux populations allogènes, et elles se nichent dans la représentation politique (bien entendu) mais aussi et surtout dans les médias. Car cette dame n’ignore pas la puissance incomparable de la télévision sur les masses. Elle préconise d’ailleurs de combattre la monochromie (sic) ambiante dans tous les domaines télévisuels, des actualités aux publicités. Son but ultime est de légitimer une présence étrangère, pourtant indue, aux yeux des Français de souche.

 

Son second combat d’envergure est le combat contre les familles, sous l’appellation mensongère de combat pour l’égalité en faveur des gays, lesbiennes et autres personnes aux préférences sexuelles atypiques. Toutes ces positions se retrouvent bien évidemment dans le programme présidentiel du parti socialiste. Il s’agit, en vrac, du mariage des couples homosexuels, du droit à l’adoption par ces mêmes couples, de l’autorisation de la procréation médicalement assistée pour tous (autrement dit autoriser des mères porteuses à enfanter pour des couples gays, etc.). Plus étonnant, elle défend la levée de la nécessité d’être opéré pour changer d’état civil. Ce concept, directement issu de ce qu’on nomme dans les médias la théorie du genre (où la sexualité n’est pas un élément physique mais psychique), induit que n’importe qui pourra, à l’avenir, aller se déclarer à l’état civil comme homme ou femme, indépendamment de ses attributs génitaux. Voilà qui promet de compliquer, voire de fausser, la loi sur la parité lors des élections. Et tel ou tel candidat, écarté d’une liste ou d’un siège parce qu’il est un homme, aura la possibilité de se faire élire comme femme, sur sa seule déclaration !

 

On en rirait si ça n’était pas si pathétique et dicté par des visées antinationales et anti-européennes.

 

Pour conclure ce chapitre, je vous offre une transcription de la pensée de Mme. Vallaud-Belkacem : « Ma conception à moi du progrès, c’est qu’il serve à corriger les injustices et les inégalités naturelles » Les inégalités naturelles, c’est pour elle que deux hommes ne puissent pas avoir d’enfant ensemble…

 

Femme de lobbies avant tout, lobby marocain, lobby du Siècle(4) même si elle n’en n’est pas encore membre, lobby gay, Najat Vallaud-Belkacem est l’exemple même des perversions idéologiques en œuvres dans notre société. Elle doit être, elle comme ses semblables, combattue avec la dernière énergie.

 

 

Notes 

 

(1) Le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME) a été créé en 2007 par le roi du Maroc Mohammed VI. Le texte créant cette institution est très clair sur ses attributions parmi lesquelles on trouve :

-         Emettre des avis sur les principales orientations des politiques publiques permettant d’assurer aux Marocains résidant à l’étranger le maintient de liens étroits avec leur identité marocaine et notamment celles relatives à l’enseignement des langues, l’éducation religieuse et l’action culturelle.

-         Emettre des avis sur les moyens visant à inciter les marocains résidant à l’étranger à participer aux institutions et aux différents secteurs de la vie au niveau national et à la promotion des actions menées à leur profit.

Ou, en d’autres termes, son but est le lobbying.

(2) Gilles Finchelstein est lui aussi diplômé de l’IEP de Paris, promotion 1988. Il est directeur général de la Fondation Jean Jaurès, directeur des études de Euro RSCG Worldwilde, ancien très proche de Dominique Strauss-Kahn et membre du club « Le Siècle ».

(3) Richard Descoings, diplômé de l’IEP et de l’ENA, est le directeur de Science-Po Paris depuis 1996. Il fut conseiller technique pour les questions d'éducation au cabinet de Michel Charasse en 1991, chargé de mission dans le cabinet de Jack Lang au ministère de l'Éducation nationale et de la Culture en 1992 et pressenti à la tête d'un secrétariat d'État où il aurait été responsable des questions liées à l'égalité des chances et à la discrimination positive lors de l’élection de Nicolas Sarkozy. Il est membre du club « Le Siècle ». 

(4) le club « Le Siècle » est un lobby fondé en 1944. Le meilleur moyen de mieux le connaître est de lire « Enquête sur le club le plus puissant de France » par Emmanuel Ratier (Editions Facta) commandez ici.

00:42 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 18 mars 2012

Candidature à la Présidentielle 2012 : honneur à Carl Lang !

15294881-2-(1).jpgUn communiqué du MNR :

Ainsi donc, nous savons depuis hier (date limite de dépôt des parrainages) que Carl Lang ne pourra pas se présenter à l'élection présidentielle 2012. Il a pourtant réuni 447 parrainages de maires, très près donc des 500 requis.

Nous lui savons gré d'avoir eu le courage de se lancer dans cette bataille si difficile. Compte tenu de l'occultation médiatique dont il a été victime, c'est un véritable exploit d'être arrivé à ce niveau.

La véritable droite nationale ne sera donc pas représentée à l'élection. Mais l'important est que le mouvement d'union (baptisé officiellement "Union de la Droite Nationale", comprenant le Mouvement National Républicain, la Nouvelle Droite Populaire, le Parti de la France), soit lancé, pour d'autres batailles à venir, pour la préservation de notre identité et de notre civilisation européenne et chrétienne.

L'AVENIR NOUS APPARTIENT !

15:00 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 16 mars 2012

Malgré l'ostracisme des médias et grace à la formidable mobilisation des militants de l'Union de la Droite nationale, la candidature de Carl Lang a rassemblé 447 parrainages : TOUT NE FAIT QUE COMMENCER !

DSC_0022.jpg

Hubert Savon, Secrétaire général du MNR, Carl Lang,

Roland Hélie et Robert Spieler, Délégué général de la NDP.

 

Un communiqué de Carl Lang :

 

Sans financement public, sans l’argent des banques et dans un silence médiatique absolu et délibéré, la candidature d’Union de la Droite Nationale que j’ai portée a recueilli 447 parrainages de maires et d’élus, ce qui, dans un tel contexte est un véritable exploit.

 

Je remercie chaleureusement les élus attachés à la pluralité de l’expression politique qui, malgré la chape de plomb médiatique m’ont apporté leur signature, ainsi que tous les militants entièrement bénévoles du Parti de la France et des mouvements de l’Union de la Droite Nationale qui ont réalisé un travail remarquable auprès des élus.

 

En dépit de la scandaleuse confiscation de cette campagne électorale par la caste des ayant-droits médiatiques et des nantis du système en place, tous nos efforts d’affirmation et d’organisation d’une authentique et crédible droite nationale et européenne, fière de ses principes et de ses valeurs de civilisation, ont déjà porté leurs fruits.

 

La dynamique de mobilisation et de rassemblement des militants de la vraie droite nationale de conviction est porteuse d’espérance afin de relever le défi historique de la nécessaire et vitale reconquête nationale ainsi que du refus de la colonisation de la France et de l’Europe.

 

Tout ne fait que commencer !

 

Merci Carl :

 

Nous venons de vivre une période exaltante. Depuis le mois de septembre et l’annonce de la candidature de Carl Lang à la Présidentielle, ensemble, avec nos camarades du Parti de la France, de la Nouvelle Droite Populaire et du Mouvement national républicain, ainsi que ceux des nombreuses associations et publications, telles Rivarol, Militant et bien d’autres, qui ont participé à cette formidable mobilisation, nous avons jeté les bases de ce que sera le mouvement national et nationaliste de demain.

 

Nous devons tous remercier Carl pour son courage et pour sa détermination à mener à bien cette bataille dont les dés étaient pipés d’avance, le Système ayant choisi ses candidats. En acceptant de porter les couleurs de la vraie droite nationale, il savait les risques qu’il prenait et les difficultés auxquelles il risquait de se heurter. Nous lui en sommes tous reconnaissants.

 

Cette campagne aura été l’occasion de resserrer les liens entre les différentes formations qui se sont coalisées autour de sa candidature. Ne soyons donc pas déçus car cette volonté de rassemblement des forces nationales et nationalistes qui s’est affirmée ces derniers mois est une victoire beaucoup plus importante que le fait d’être présent ou non, dans un mois, sur les tables des bureaux de vote. Après tout, ce qui compte le plus, c’est ce que nous allons faire maintenant ensemble.

 

Au-delà de la Présidentielle et quelle qu’en soit l’issue, l’Union de la Droite nationale est une force qui existera et qui se battra. Oui, Carl Lang a raison, tout ne fait que commencer !

 

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Membre du Bureau de la NDP

 

NDP informations à diffuser cliquez là

11:24 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 10 mars 2012

Lire absolument : le remarquable entretien entre Carl Lang et Jérôme Bourbon dans Rivarol de cette semaine...

3037.jpgDans le numéro 3037 de Rivarol du 9 mars 2012 (actuellement en kiosques - 3,50 €), vous pourrez lire, et faire lire, le remarquable entretien entre Carl Lang, candidat de l'Union de la Droite nationale, et Jérôme Bourbon, directeur de Rivarol. Cet entretien est ainsi résumé : "Dire des vérités qui dérangent plutôt que des mensonges qui rassurent". Nous sommes là aux antipodes de la Blédine mariniste... Foncez chez votre marchand de journaux, vous ne le regrettrez pas...

13:36 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 08 mars 2012

Présidentielle 2012 : CARL LANG SERA A BORDEAUX LE 21 MARS ET A DIJON LE 23 MARS...

CARL-BORDEAUX-JPEG.jpg

CARL-Dijon-JPEG.jpg

14:00 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Il ne reste plus que quelques jours : POUR LA VICTOIRE FINALE, MOBILISATION TOTALE !

Affiche_Carl_Lang%20(1).jpg

Mardi, lors de sa conférence de presse à Amiens, Carl Lang, candidat de l’Union de la Droite Nationale, a annoncé qu’il venait de recevoir son 400e parrainage. Grace au formidable effort des militants nationaux et nationalistes qui se sont démenés sans relâche pour rassembler ces fameuses signatures et malgré l’ostracisme total de la grande presse, ce qui semblait, il y a encore peu de temps, un objectif irréalisable peut s’avérer devenir la belle et bonne surprise de cette élection : la Droite nationale et européenne peut avoir son candidat.

 

Il reste à peine une semaine (le dépôt définitif est fixé au vendredi 16 mars à 18 h) pour vaincre le barrage instauré par la classe politique pour museler les forces d’opposition au Système. En une semaine, nous devons rassembler la centaine de bulletins signés qui manque pour que Carl Lang puisse être présent. Sur le papier, c’est réalisable. En réalité, cela dépend de vous tous… Amis lecteurs et Camarades militants, c’est donc le moment de passer à l’action.

 

D’ici le 16 mars, multipliez les contacts avec les maires de votre région. Vous devez les convaincre de la nécessité de la présence d’une candidature authentiquement nationale à la présidentielle. Carl Lang est le seul candidat à pouvoir revendiquer sans honte ni dérobade la légitimité du mouvement national, nationaliste et identitaire. Il incarne, dans la situation catastrophique actuelle dans laquelle est plongé notre pays, la volonté de redonner à notre nation, à notre peuple et à notre civilisation leur grandeur et leur prospérité. Il est le seul candidat de renouveau et de rassemblement. Il ne reste que quelques jours, alors : mobilisation totale pour la victoire finale.

 

Synthèse nationale

12:52 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 07 mars 2012

Carl Lang était mardi en Picardie...

Images-7-8758.jpg

La réunion de Carl Lang à Saint-Quentin dans l'Aisne

Mardi 6 mars, Carl Lang, Président du Parti de la France et candidat de l'Union de la Droite Nationale à l'élection présidentielle, était en campagne dans la Somme et dans l'Aisne.

La journée a débuté par une conférence de presse à 10h30 à Amiens puis Carl Lang a rejoint les studios de France 3 Picardie pour une interview en direct sur le plateau du journal régional de 12h (cliquez ici pour visionner la vidéo) où il a annoncé qu'il avait franchi la barre des 400 parrainages. Sitôt son entretien terminé, le candidat de la droite nationale est reparti à la rencontre des militants de la Somme lors d'un apéritif convivial où il a présenté son projet politique de décolonisation et de reconquête nationale ; Thomas Joly, délégué régional et secrétaire général du Parti de la France, ayant rappelé en préambule que le Parti de la France participerait activement aux élections législatives dans la Somme. S'en est suivi un déjeuner de travail avec quelques cadres locaux et des membres de la société civile amiénoise.

À 17h30, se tenait une seconde conférence de presse à Saint-Quentin où Carl Lang a répondu aux questions des journalistes de l'Union, du Courrier Picard et de l'Aisne Nouvelle. Puis, avant un apéritif amical, Carl Lang a pris la parole devant les militants axonnais, dont une très grande majorité de jeunes, rappelant qu'il ne céderait jamais au renoncement ni au reniement face à la colonisation migratoire dont le peuple français et victime.

Au cours de ces deux rendez-vous, du matériel de campagne a été distribué aux militants picards particulièrement motivés pour faire campagne pour l'unique candidat de droite nationale victime d'une omerta très révélatrice de la part des grands médias nationaux qui ont concédé un monopole médiatique à la candidate gaucho-lepéniste.

Source Le blog de Thomas Joly cliquez là

19:40 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 04 mars 2012

Samedi à Paris : grand succès pour Carl Lang et l'Union de la Droite Nationale...

P1070049.jpg

Source Site du PdF cliquez ici

 

Les patriotes et militants de la cause nationale étaient nombreux hier, réunis au forum de Grenelle afin de soutenir, d’encourager et écouter Carl Lang, président du Parti de la France et candidat de l’Union de la Droite Nationale à l’élection présidentielle.

 

Avant son allocution différents intervenants de la Droite nationale se sont succédés. Ainsi les participants ont pu entendre s’exprimer Roger Holeindre, ancien député, figure emblématique du combat patriotique qui a rappelé le devoir de vérité historique et la nécessité de continuer le combat national sur les vraies valeurs de la droite nationale. Valeurs qui ne sont plus portées par un mouvement politique dont il avait été l’un des membres fondateurs et l’un des dirigeants pendant 40 ans.

 

P1070072.jpg

Robert Spieler, ancien député et ancien conseiller régional d’Alsace, délégué national de la NDP, quant à lui a présenté les combats communs que nous allons mener avec les autres mouvements nationaux et patriotiques d’Europe afin de relever ensemble les grands défis de la dénatalité et de l’islamisation.

 

Yann Phélippeau, secrétaire général du MNR a rappelé la nécessité d’une France forte et d’une Europe protégée face aux grands bouleversements populaires et islamistes qui touchent l’Afrique du Nord, le Proche et le Moyen Orient.

 

Olivier Wyssa, conseiller régional Rhône-Alpes, a apporté comme élu son soutien politique et son parrainage à la candidature de Carl Lang qui est le seul aujourd’hui à défendre publiquement les valeurs non négociables du respect de la vie et de notre modèle chrétien de civilisation.

 

Fernand Le Rachinel, ancien député européen et conseiller général honoraire de la Manche, président du comité de soutien national à Carl Lang a rendu compte du travail considérable effectué depuis près d’un an afin de recueillir les parrainages nécessaires à la candidature de Carl Lang. Il a annoncé que nous avions déjà, à ce stade, recueilli des signatures dans beaucoup plus que dans les 30 départements minimum nécessaires et que le nombre de signatures officielles en notre possession était, le samedi 3 mars de 380. Il a appelé à la mobilisation de tous afin d’ici au 16 mars de franchir la barre des 500 parrainages.

 

A la suite de ces brillantes et enrichissantes interventions, Carl Lang a pris la parole.

 

Il a tenu à remercier en premier lieu les intervenants mais aussi les équipes de bénévoles qui ont participé à la réalisation et la bonne tenue de cette journée dont notamment les membres du SEP (Service Encadrement et Protection) dirigé par notre ami Jean-Pierre Dellac.

 

P1070088.jpg

 

Le discours de Carl Lang a été l’occasion de rappeler que cette campagne présidentielle se faisait dans l’unité, l’amitié et le bénévolat et ce, au service de convictions et d’engagement pour la cause française. En citant Monsieur de Charrette : « Combattus souvent, battus parfois, abattus jamais ! » il a insisté sur le fait que tout ne faisait que commencer et que la France et les Français avaient plus jamais besoin de nous. En effet, nous sommes les seuls à incarner la droite nationale, populaire, identitaire et européenne. Carl Lang a ensuite rappelé que pour cette campagne il avait fait le tour de France des régions afin de rencontrer les militants et sympathisants de la cause nationale et à organiser avec nos responsables locaux des conférences de presse et des réunions militantes. Au final et ce, depuis quelques mois se sont créés de nouvelles sections départementales, de nouveaux blogs du Pdf et de nombreuses adhésions nous sont parvenues au siège.

 

Tout cela a été fait sans quasiment aucun relais médiatique national et très peu régional. Carl Lang a insisté sur le fait que tout est fait pour nous interdire le droit à la parole. Cette campagne est réalisée sous le règne de la censure de fait et de l’exclusion. Le peuple n’est pas souverain, les médias sont souverains. Les maîtres de l’information sont les maîtres de l’opinion. Il a notamment dénoncé avec force la propagande rouge de Mélenchon qui pérore sans être contredit. Il a rappelé avec conviction que nous n’avons rien oublié, nous n’avons rien pardonné aux régimes assassins et aux compagnons de route complices des 100 millions de morts du communisme.

 

Sur le plan économique il a rappelé que c’est à l’Etat de se serrer la ceinture, pas aux Français. Il a présenté ses règles d'or pour une gestion patriotique de la crise et pour une reconquête économique et sociale. Il réitéré son refus de la persécution et répression fiscales, dénoncé le mythe de la redistribution (quand il n’y a plus rien à distribué) et constaté que les politiques de Poutou à Le Pen étaient toutes pareilles s’agissant de leurs discours étatiste et socialiste. Le gaucho lepénisme existe : c’est Marine Le Pen !

 

Carl Lang a ensuite développé le thème de notre identité française : communion naturelle, culturelle, historique et spirituelle entre le peuple français et la terre de France. La France de ses saints, de ses rois, de ses héros, de ses martyrs. La France de nos ancêtres celtes, francs, latins. Nous devons relever des défis de civilisation qui sont les défis du mondialisme destructeur des nations, du néo-communisme, de la colonisation de la France et de l’Europe et de l’islamisation révolutionnaire. Il a rappelé sur ce dernier point que la charia, le culte et la norme doctrinale, culturelle et sociale édictés par le Coran ne sont pas compatibles avec nos valeurs de civilisation humanistes et chrétiennes. Carl Lang a conclu son discours en proclamant haut et fort le slogan hier dénoncé et renié par d’autres : « La France aux Français ! »

20:29 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 03 mars 2012

Aujourd'hui, samedi 3 mars, TOUS AVEC CARL LANG A PARIS !

CL 3 mars 2012.jpg

11:17 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 29 février 2012

Hier à Blois : le combat identitaire de Carl Lang...

Le-combat-identitaire-de-Carl-Lang_image_article_large.jpg

Jean Verdon, Carl Lang, Jeanne Dumont

Source La Nouvelle République cliquez ici

 

Le tour de France de Carl Lang, candidat à l'élection présidentielle sous l'étiquette Union de la Droite nationale, est passé par Blois hier. Le créateur du Parti de la France à la suite de son divorce avec le Front national dont il a été le secrétaire général, a rencontré la presse avant une petite réunion publique en présence de Jeanne Dumont, déléguée pour le Loir-et-Cher et Jean Verdon, délégué régional.

 

« Je suis le seul candidat de la droite nationale et européenne » estime Carl Lang puisque « Marine Le Pen est de plus en plus à gauche et de moins en moins à droite et de moins en moins européenne et que Nicolas Sarkozy n'est jamais sorti du socialisme ». Pour évacuer ces « trente années de démagogie socialiste, cette politique de gaspillage publique, d'irresponsabilité budgétaire » Carl Lang propose une gestion patriotique de la crise en prévoyant quatre règles. Les investissements publics doivent avoir un impact direct sur l'économie et l'emploi, les aides sociales et familiales doivent être réservées aux Français et Européens, la mise en place d'un marché régulé basé sur la réciprocité des échanges commerciaux et la défense de l'identité française, des valeurs de civilisation de la France et de l'Europe. Et pour compléter cet argumentaire nationaliste, l'Islam pointé du doigt, bien entendu. « Face au néocolonialisme qui se fait au détriment des Européens, il faut rendre la France aux Français. Nous assistons à l'islamisation de notre pays. Le projet politique porté par l'Islam n'est pas compatible avec notre civilisation, avec notre identité, notre mode de vie, notre liberté. » Carl Lang, candidat aux 300 promesses de parrainages, a deux semaines et demi devant lui pour réunir les 500 signatures. « Mais je suis un vrai candidat, prévient-il. Pas comme Boutin ou Nihous qui font un petit tour avant de se retirer. » Et si jamais il ne pouvait pas se présenter ? « Pas de consignes de vote pour le premier tour et pour le second on verra. » Cela risque d'être dur de choisir entre un socialiste et un autre socialiste.

 

Pour les élections législatives, le Parti de la France présentera deux candidats, Jeanne Dumont à Vendôme et Paul Pelletier à Blois. J.-F. M.

16:48 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 28 février 2012

RAPPEL : samedi prochain, à Paris...

Samedi 3 mars 2012, 14h30 - 18h00

GRANDE RÉUNION PUBLIQUE 
AVEC
 CARL LANG
Candidat de
l'Union de la Droite Nationale
à l'élection présidentielle.

Au Forum de Grenelle,
5 rue de la Croix Nivert - 75015 Paris
(métro Cambronne)

Avec les interventions de :

Yann Phélippeau
Secrétaire général adjoint du MNR,

Roger Holleindre,
Président du Cercle national des combattants,

Fernand Le Rachinel,
Président du Comité de soutien à Carl Lang,

Robert Spieler,
Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire.

Entrée 10,00 Euros

02:09 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mardi, Carl Lang est à Blois...

CARL(4).jpg

01:27 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mercredi, Carl Lang sera à Montpellier...

CARL%20m(2).jpg

01:23 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 25 février 2012

Le Parti de la France accuse le FN de mentir aux ouvriers...

PDF%20FC%20EST%20REP%20MONTBE.jpg

À Sochaux hier, Christophe Devillers, responsable régional du Parti de la France, distribue des tracts pour dénoncer le double langage de Marine Le Pen face au monde ouvrier.

Il y a quelques semaines, la candidate du FN était venue à la rencontre des ouvriers, mais avait surtout croisé des journalistes. Un « tabac médiatique » qui reste au travers de la gorge de Christophe Devillers. Lui se bat pour l’autre candidat de la droite extrême : Carl Lang, du Parti de France. Les ouvriers ne sont pas nombreux à savoir qu’il est aussi dans la course pour l’Élysée (du moins, il l’espère car à ce jour, il a récolté 350 signatures sur les 500). L’urgence pour le Parti de France est donc de faire savoir qu’il ne partage pas les positions de Marine Le Pen et qu’il a son propre candidat.

« Nous devons dénoncer les positions nouvelles de Marine Le Pen qui n’ont rien à voir avec celles de son père et le discours de la droite nationale sur l’avortement, sur l’immigration… », martèle Christophe Devillers. « Marine Le Pen a un double langage, elle trompe le monde ouvrier ». Marine Le Pen, avocate du made in France ?

Candidat aux législatives

« Après enquête, il s’avère que les T-shirts de la campagne de 2007, dont il resterait des stocks importants, étaient fabriqués en Chine, tout comme ceux de la campagne de 2002. Pour la candidate autoproclamée du made in France, ça fait au minimum désordre. D’autant qu’on savait déjà que ses calicots de campagne sont fabriqués… À Nankin, en Chine ».

Christophe Devillers a été exclu du FN en 2004. « Il me considérait comme un électron libre. Le FN ne veut pas de barons de province. Ils veulent juste se servir des gens comme prête-nom. C’est la solution de facilité pour éviter tout travail d’implantation locale ».

Candidat aux dernières cantonales à Champagney, en Haute-Saône, il avait frôlé le 6 %. « C’est le fruit d’une implantation locale ».

Christophe Devillers sera candidat aux législatives dans la deuxième circonscription de Haute-Saône.

22:42 Publié dans Présidentielle 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook