Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 novembre 2020

GÉNÉRATION IDENTITAIRE DÉNONCE LE MAIRE ISLAMISTE DE GOUSSAINVILLE, DES MILITANTS EN GARDE À VUE

visuel-communique-paysage-2-1024x385.jpg

Un communiqué de Génération identitaire :

Au mois d’octobre dernier, Génération Identitaire a lancé une campagne pour alerter les habitants de Goussainville sur les accointances islamistes de leur nouveau maire fiché S, Abdelaziz Hamida.

Des dizaines d’affiches « Aujourd’hui Hamida, demain le Califat » ont ainsi été placardées dans toute la ville.

Furieux que son pédigrée radical soit exposé, Hamida s’est cru autorisé à déposer plainte pour « provocation publique à la haine »… le monde à l’envers.

Soumis, le parquet a immédiatement ouvert une enquête totalement disproportionnée confiée à la sûreté urbaine de Gonesse : localisation de téléphones, exploitation de la vidéosurveillance pour identifier des plaques d’immatriculation, etc.

C’est même allé plus loin.

Le 12 novembre, cinq « auditions libres » se sont transformées en gardes à vue.

Des perquisitions étaient aussi semble-t-il prévues mais elles n’ont pu avoir lieu… par manque d’effectifs.

Cet acharnement judiciaire, sous la pression d’un fiché S pour islamisme, est absolument scandaleux.

Alors même que la France est encore endeuillée par les dernières décapitations, que nous commémorons aujourd’hui les cinq ans du 13 novembre et que nous ne cessons de compter nos morts du djihad, la justice s’allie avec un ennemi de la France pour nous intimider.

La répression doit viser les islamistes, pas Génération Identitaire.

10:57 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 08 novembre 2020

Contraint par la situation sanitaire, Terre & peuple annule sa Table ronde de décembre prochain...

blason_tp.gifUn communiqué

de Terre & peuple :

Nous traversons une période « mouvementée » qui bouleverse nos habitudes et qui vient restreindre nos libertés…

Il y a beaucoup à dire sur la situation et les méthodes employées pour tenter d’y remédier, mais ce n’est pas là l’objet de notre propos. Chacun d’entre nous sait où trouver les bonnes informations, sait comment interpréter les mesures qui s’additionnent et sait surtout qu’il faut être prêt pour un autre monde…qui souhaitons-le, devienne un jour le nôtre !

Ainsi, dans le contexte actuel, et face aux dispositions imposées par l’actuel gouvernement, la tenue de notre Table Ronde en décembre, est annulée…

C’est pour Terre & Peuple un crève-cœur… mais c’est aussi un défi à poursuivre inlassablement notre combat dans la défense de notre culture et de notre enracinement européen.

Les conséquences économiques pour les petites entreprises risquent de s’avérer dramatiques, laissant au bord du chemin des familles entières. Plus que jamais nous devons apporter notre soutien à ceux qui ont pris tous les risques pour travailler en tentant de rester libres !

Nous devons soutenir nos amis artisans par tous les moyens car ce sont eux qui portent l’espoir d’un retour à des valeurs de tradition, de savoir-faire, d’innovation de la chose bien faite.

Attisons ce feu qui couve en nous pour qu’il nous anime encore plus chaque jour d’une volonté de lutter contre le mondialisme qui nous aliène et qui tente de nous étouffer !

Croire en un lendemain, défendre notre communauté et notre histoire, faire respecter nos valeurs est à la portée de chacun d’entre nous ! Encore faut-il le vouloir.

Nous ne gagnerons pas la bataille dans la peur et le renoncement… faisons front, serrons-nous les coudes, soutenons nos camarades et soyons fiers de notre combat !

NDLR SN : nous comprenons et partageons tout à fait la grande déception que provoque chez nos lecteurs cette décision. Cependant, en agissant ainsi, la direction de Terre & peuple fait preuve d'une prudence tout à fait justifiée qui l'honore. Ayant été, il y a deux mois, confrontés au même problème, nous lui exprimons notre totale solidarité militante.

18:19 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 01 novembre 2020

Terrorisme : des mesures d'urgence proposées par le Parti de la France

image-0931529-20201031-ob_e716c3_arrestation-djihadistes.jpg

Un communiqué du Parti de la France :

La multiplication des attaques meurtrières commises au nom d'Allah par les tueurs islamistes et les manifestations de haine anti-française qui agitent le monde musulman montrent clairement qu'une fatwa a été lancée contre la France.

Face à cette situation de guerre voulue par les djihadistes, seule la force paiera.

Le Parti de la France, dans le cadre contraint de ce que permet le régime actuel, demande la mise en œuvre a minima d'une politique de fermeté absolue.

  1. Adoption de lois d'exception permettant la mise en rétention administrative sans délais des suspects.
  2. Fermeture des frontières nationales puisque celles de l'Europe sont incontrôlables.
  3. Expulsion de tous les étrangers liés à la mouvance islamiste.
  4. Réforme du code de la nationalité permettant la substitution du droit du sang à celui du sol et la suppression de la double nationalité.
  5. Ratissage des cités par les forces de l'ordre au besoin renforcées par l'Armée.
  6. Arrêt immédiat de l'immigration dite légale et de la filière migratoire du droit d'asile.

Ces mesures peuvent être prises sans délais.

La droite nationale, si elle accédait au pouvoir, irait, quant à elle, évidemment beaucoup plus loin en ajoutant à ces dispositions l'application sans faiblesse d'une politique de remigration et le rétablissement de la peine de mort.

00:14 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 31 octobre 2020

Face à la menace d'une guerre civile, l'urgence d'une politique identitaire

123272368_164937545270524_1510761171851739153_o.jpg

Communiqué du Mouvement National-Démocrate

Pour la seconde fois depuis l'attentat du 14 juillet 2016, qui avait couté la vie à 86 personnes, la ville de Nice a été la cible d'une nouvelle attaque terroriste : un immigré tunisien, arrivé en France il y a un moins d'un mois, a commis hier une attaque au couteau dans la basilique Notre-Dame de Nice. Trois personnes sont mortes, dont une femme sauvagement décapitée. Deux semaines après la décapitation de Samuel Paty par un immigré tchéchène, cette nouvelle attaque vient s'ajouter à la longue liste des violences barbares perpétrées sur le sol Français au nom de l'islam.

Loin de constituer des actes isolés de "déséquilibrés", ces attaques s'inscrivent en réalité dans un contexte général d'ensauvagement où les violences criminelles se conjuguent à des actes de guérilla et de terreur de plus en plus nombreux. Le laxisme judiciaire et migratoire, l'effondrement de la société multiculturelle et la faillite du modèle d'assimilation républicaine mène la France à une guerre civile dont la multiplication de ces attentats islamistes n'est que la préfiguration. La responsabilité d'une classe politique démissionnaire, qui durant près de quarante ans a délibérément encouragé et accompagné cette "politique de peuplement" de notre territoire en fermant les yeux sur le développement de l'islamisme, est donc clairement engagée.

Face au péril de l'embrasement et de la guerre civile, le Mouvement National-Démocrate dénonce les imposteurs de tous bords qui prétendent combattre l'islamisme tout en cherchant à réhabiliter un modèle assimilationniste largement dépassé. Le Mouvement National-Démocrate appelle à la mise en oeuvre de mesures urgentes destinées à porter un coup d'arrêt au processus de sédition islamiste, de remplacement démographique et d'effacement identitaire du peuple Français :

  • Nous voulons arrêter totalement l'immigration, car nous ne pouvons plus accueillir ni intégrer d'immigrés supplémentaires alors que des millions de Français souffrent déjà du chômage, de la précarité et du mal-logement ;

  • Nous voulons instaurer le port d'arme citoyen, car il est essentiel de permettre aux Français de se défendre et de protéger leurs proches, et parce que la police ne peut pas être présente partout tout le temps ;

  • Nous voulons organiser la remigration, car la politique d'assimilation républicaine a échoué et que des peuples différents, aux moeurs et aux cultures antagonistes, ne peuvent coexister durablement sur un même territoire ;

  • Nous voulons combattre la délinquance et le fondamentalisme islamiste, car ils constituent le vivier de la sédition immigrée et de la barbarie terroriste ;

  • Nous voulons refuser l'esprit de repentance et exalter notre héritage, car c'est sur les discours de haine de la France que prospère la violence et le ressentiment communautaire.

00:00 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 22 octobre 2020

ASSASSINAT D'UN ENSEIGNANT LE 16 OCTOBRE : MACRON SE TROMPE DE GUERRE

Macron-le-president-qui-assoit-son-autorite-a-t-il-laisse-place-au-chef-autoritariste.jpg

Un communiqué du MNR :

Après la décapitation d'un enseignant qui avait montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, notre président a déclaré : « ils ne passeront pas » !

Cette formule, datant de la bataille de Verdun en 1916, s'appliquait à un ennemi organisé en armée sur un front connu. Mais actuellement, « ils » sont déjà passés partout, avec la complicité de nos autorités qui n'en finissent pas d'introduire chez nous des immigrés dangereux, et de favoriser le développement de l'islam, « religion de paix et d'amour » (!).

Pourquoi accueillons-nous des « réfugiés » venant d'un pays (la Tchétchénie) qui n'a aucun lien avec la France ? Serait-ce parce que ce sont des opposants au président russe ?

D'autre part, en dépit des déclarations du Conseil Français du Culte Musulman (« les musulmans de France sont horrifiés par ce crime abject »), réaffirmons que l'islamisme a sa racine dans l'islam.

Quand nos hommes politiques comprendront-ils qu'en favorisant l'islam, ils facilitent le développement de l'islamisme, et donc du terrorisme ?

11:58 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 17 octobre 2020

La plupart des musulmans ne feignent même plus de condamner les attentats islamiques

image-0931529-20201017-ob_15d315_tj-musulmans.jpg

Thomas Joly, Président du Parti de la France

L'observation des réseaux sociaux, juste après un nouvel attentat au nom d'Allah, est toujours édifiante. Ça l'est encore plus suite au nouvel acte de barbarie islamique commis hier à Conflans-Sainte-Honorine.

Déjà, il faut rappeler le contexte de cette exécution : une campagne de lynchage du professeur de collège qui avait montré des caricatures de Mahommet à ses élèves était orchestrée depuis deux semaines par des parents d'élèves musulmans, avec la complicité d'autres professeurs qui leur avaient fourni toutes les coordonnées personnelles de leur collègue ainsi que ses heures de sortie de cours !

image-0931529-20201017-ob_6f0f62_bensafi.jpg

Habituellement, du bout des lèvres, imams et Mahométans condamnent avec gravité les attaques terroristes islamiques en précisant qu'elles n'ont rien avoir avec l'Islam. Un grand classique. La Taqîya de base.

Mais cette fois-ci, au-delà de très molles indignations d'usage, on assiste à des commentaires extrêmement virulents et agressifs justifiant quasiment l'égorgement et la décapitation du professeur qui a outragé, selon eux, leur « prophète ».

Les messages du style « il l'avait bien cherché », « on ne blasphème pas Mahommet » ont fleuri partout sur la toile, par milliers. Avec également des avertissements virulents, intimant de ne pas stigmatiser l'Islam et de ne pas faire de récupération politique « raciste » et « d'extrême-droite »...

L'avantage, c'est que cela fera peut-être comprendre à nos compatriotes que les auteurs potentiels d'attentat sont bien plus nombreux que médias et gouvernants ne veulent le faire croire, que des afro-musulmans enragés prêts à céder, au moindre prétexte, à leurs pulsions haineuses anti-occidentales sont des milliers, et qu'ils en croisent chaque jour dans notre pays en phase de colonisation avancée.

Nous ne pourrons inverser le cours des événements qu'en réalisant trois choses :

1 - Écarter du pouvoir tous ceux qui ont la responsabilité de la colonisation migratoire et islamique de la France.

2 - Mettre en place une remigration massive et irréversible des immigrés afro-musulmans, Français de papier compris, dans leur pays d'origine.

3 - Réaffirmer l'identité européenne et spirituelle de notre civilisation en envoyant au diable l'universalisme républicain qui nous a amené au désastre actuel.

Tout le reste n'est que littérature.

Blog de Thomas Joly cliquez ici

23:20 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 11 octobre 2020

OCCUPATION DU CHANTIER DE LA MOSQUEE DE POITIERS : VICTOIRE DES IDENTITAIRES

9620-p2-poitiers.jpg

Un communiqué du MNR :

Le 20 octobre 2012, 73 jeunes identitaires, montés sur le toit de la mosquée de Poitiers, avaient déployé des banderoles rappelant la victoire décisive de Charles Martel sur les envahisseurs arabes près de cette ville en 732.

Dans la semaine qui avait suivi cette action NON VIOLENTE, plusieurs organisations et partis avaient demandé la dissolution de Génération Identitaire. Le ministre de l'intérieur Manuel Valls avait déclaré : « la dissolution de ce groupe est étudiée ».

En première instance, 40 000 euros avaient été réclamés aux cinq jeunes identitaires inculpés pour cette action, ainsi qu'une peine de prison avec sursis et l'interdiction d'exercice de leurs droits civiques et familiaux pendant cinq ans ! Fin 2017, le tribunal correctionnel de Poitiers les avait condamnés à un an de prison avec sursis.

Mais, le 19 juin 2020, la cour d'appel a infirmé ce jugement, qui annonce donc la DÉFAITE TOTALE DES ISLAMISTES DE POITIERS.

Avec tous les vrais patriotes, nous nous réjouissons de cette victoire sur les islamistes. Et nous félicitons Génération Identitaire pour ses courageuses actions pour la France, qui devraient être une inspiration pour tous nos responsables politiques et élus locaux.

10:58 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 08 octobre 2020

Samedi 10 octobre, dans toute la France, mobilisation contre la PMA et la GPA

image-0931529-20201008-ob_59c93a_manifestation-lmpt-23-novembre-2013-ar.jpg

Communiqué du Parti de la France

Le Parti de la France soutient la manifestation décentralisée dans les grandes villes de France organisée ce samedi 10 octobre par la Manif pour Tous contre la loi bioéthique de Macron. Nous invitons nos adhérents et sympathisants à y participer.

Le PdF regrette en revanche que l'immense majorité des militants MPT n'ait pas encore fait le choix du combat politique en même temps que de celui pour les valeurs. L'Histoire et l'expérience montrent en effet que sans engagement partisan les meilleures intentions restent lettres mortes.

23:51 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 04 octobre 2020

Séparatisme : les contre-propositions du MND

safe_image.php.jpg

Communiqué du Mouvement National-Démocrate 

Dans son discours prononcé vendredi aux Mureaux, Emmanuel Macron a fustigé le "séparatisme islamiste" et le communautarisme qui "nient les lois de la République". Dans un numéro d'équilibriste pour le moins confus, le Président de la République a réussi le tour de force de dénoncer le processus de sédition communautariste à l'oeuvre dans les banlieues françaises sans jamais remettre en cause la folle politique d'invasion migratoire imposée à la France par tous les gouvernements, y compris le sien, ces quarante dernières années. Pire, Emmanuel Macron a fait le choix explicite d'attribuer la responsabilité première de cet échec de la politique d'assimilation républicaine à la France elle-même, qui n'aurait pas su "tenir ses promesses", qui n'aurait pas été suffisamment efficace dans la "lutte contre le racisme et les discriminations", et qui aurait failli "à affronter les traumatismes et les insuffisances" de son passé colonial. Rappelons qu'en 25 ans, près de 100 milliards d'euros ont été injectés dans les quartiers "sensibles" au nom de la "politique de la ville",tandis que dans le même temps on fermait par centaines des écoles, des bureaux de poste, des gares et des brigades de gendarmerie dans les campagnes de la France périphérique.

En somme, ce discours relève d'une opération de communication destinée d'une part à réactiver la narration culpabilisante selon laquelle la France serait, en dernière instance, première coupable et responsable de ce processus de séparatisme islamiste, et d'autre part à justifier la création de nouveaux dispositifs de contrôle social, notamment par l'école obligatoire dès 3 ans ou encore l'encadrement des écoles hors-contrat. Ainsi, les dérives de quelques minorités communautaires serviront une fois encore de prétexte à la restriction des libertés fondamentales de la majorité.

Lire la suite

11:22 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 02 octobre 2020

Samedi 10 octobre, partout en France : mobilisation générale contre la PMA et la GPA

120704144_2476722619287246_6589240503272764499_n.jpg

11:04 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 14 septembre 2020

Le Parti de la France a réuni samedi son Bureau politique à Paris

117306678_1248152042194518_2143581601514527518_o.jpg

Communiqué du Parti de la France :

Le Bureau politique du Parti de la France s'est réuni ce samedi 12 septembre à Paris.

Le Président du PdF, Thomas Joly est tout d'abord revenu sur les raisons qui nous ont obligé à reporter notre meeting qui aurait dû se tenir ce même jour. L'hystérie sanitaire et les mesures de distanciations obligatoires imposées par un gouvernement en marche vers le totalitarisme en portent la responsabilité pleine et entière. Ce n'est que partie remise: dès que possible cette réunion publique aura lieu, dans la même salle et avec les orateurs initialement prévus.

Thomas Joly a ensuite abordé les questions électorales en précisant, sans exclure une participation aux échéances locales qui auront lieu dans six mois, que l'objectif du PdF était une forte présence de nos candidats - renforcée éventuellement dans le cadre de coalitions à créer - aux prochaines Législatives, quel que soit le mode de scrutin, majoritaire ou proportionnel.

Jean-François Touzé, Délégué général a ensuite présenté le projet du parti, édité dans un document de grande qualité et intitulé "L’État national REVITALISERA la France - Les 9 Idées-forces du Parti de la la France".

Il revenait à Bruno Hirout, en tant que Secrétaire général, de présenter les nouveaux documents de propagande - autocollants qui seront suivis d'affiches - et d'annoncer la reprise des actions de collages et des réunions dans les provinces.

La dernière partie de ce BP fut consacrée aux questions administratives mais aussi de communication avec le lancement dans les prochaines semaines d'une émission vidéo mensuelle ou peut être même bimensuelle qui sera présentée par notre amie Charlène.

Le prochain Conseil national statutaire se tiendra fin novembre à Paris.

Reportage photos cliquez ici

01:19 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 11 septembre 2020

Une "Casa Pound" à Angers ?

119177619_195341591993960_8344632328640438046_n.jpg

Décidément, il s'en passe des choses en Anjou... Outre la présence d'un candidat authentiquement national et identitaire, Jean-Eudes Gannat cliquez ici, à l'élection partielle qui doit se dérouler à Saumur le 21 septembre, l'occupation par les patriotes d'un local à Angers, dans la pure tradition de Casa Pound à Rome, suscite bien des commentaires.

S. N.

Communiqué de l'Alvarium (Angers) :

Depuis Novembre 2018, nous avons pris le contrôle de l’immeuble situé au 17 rue Thiers à Angers. Durant 2 ans, nous avons effectué des travaux (l’intérieur était plus qu’insalubre) et utilisé celui-ci pour loger des SDF, des personnes en attente de relogement et des jeunes précaires. Nous avons également pu organiser des activités sociales comme le Noël des malchanceux, ou héberger des gens de passage. Discrètement, à notre échelle, nous avons agi dans la continuité de notre mission de service auprès des français les plus démunis. Et nous continuerons à agir tant que nous serons dans cet immeuble.

Aujourd’hui nous sommes contraints de rendre publique notre action suite au passage d’un huissier venu nous signaler notre obligation de partir. Alors qu’on vient de nous couper l’eau, notre immeuble est menacé de destruction dans le mois qui vient. La mairie a entamé dans le quartiers d’immenses travaux visant à construire un mélange d’appartements classiques et de logements sociaux dont chacun sait que les attributions font l’objet d’une véritable préférence étrangère. Nous refusons ce double mouvement inquiétant de gentrification et d’africanisation de notre ville. Nous ne voulons pas qu’Angers devienne une mégapole envahie et hors de prix comme Nantes ou Bordeaux. Ni spéculation immobilière, ni clientélisme ; nous réclamons la fin de ce projet mené par Abraham Immobilier à la demande de la municipalité. D’une manière plus générale, nous réclamons la mise en place d’un prêt social sans intérêt pour les couples mariés primo-accédants à la propriété, la préférence européenne dans l’attribution des logements sociaux, la fin de l’usure permanente dans notre société et l’encadrement des loyers et du Airbnb à Angers pour bloquer la spéculation immobilière. Mesures défendues également par notre porte-parole Jean-Eudes Gannat comme candidat à la députation dans la 3ème circonscription du Maine-et-Loire.
 
Avant que médias et politiques ne poussent leurs traditionnels cris d’orfraie, nous tenons à clarifier certaines choses. Depuis 2 ans les squats de l’extrême-gauche angevine font l’objet d’une clémence médiatique et juridique totale, malgré un trafic de drogue connu des autorités, et l’hébergement de clandestins présents illégalement sur notre territoire. Les plaintes du voisinage sont même tues par les journaux locaux dont certains journalistes fréquentent le squat. Pour notre part, nous n’avons causé aucun débordement ni aucune dégradation, et nous avons rendu les lieux plus propres et rénovés que lors de notre arrivée. Dans ces conditions, une répression brutale de notre initiative ne ferait que confirmer -en plus du soutien financier de la mairie à l’Etincelle- le parti-pris du Système pour l’anarchie, la drogue et l’immigration illégale.
 
En savoir plus cliquez ici

10:42 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 10 septembre 2020

SOS Chrétiens d'Orient attaqué par Mediapart

Unknown.png

L'association SOS Chrétiens d'Orient est attaquée par Mediapart. Son président, Benjamin Blanchard, vient de rédiger un communiqué pour répondre au site d'Edwy Plenel. C'est bien volontiers que nous publions.

« Affreux, sales et méchants » … C’est le titre que pourront donner à leur article les pigistes de Mediapart qui s’apprêtent à publier un sujet sur SOS Chrétiens d’Orient.

Je me permets de vous adresser ce petit message pour vous prévenir et vous inviter à rester vigilants et éventuellement prêts à nous aider en cas de besoin. L’approche de cet article est claire : il ne s’agit pas de s’intéresser au travail d’humanitaires français en zone de guerre, de chrétiens partis aider les plus démunis au Proche-Orient ni même des malheureuses victimes chrétiennes sur place. Il faut dézinguer, salir, diffamer.

Les auteurs sont au moins trois, tous marqués à l’extrême gauche. Nous vous donnerons leur biographie sommaire sous ce message. Il s’agit de pigistes non officiellement rattachés à Mediapart. Leurs questions nous ont été envoyées ainsi qu’à plusieurs de nos collaborateurs ou partenaires comme un interrogatoire de police de mauvaise série noire. Il ne manquait que le projecteur dans les yeux et les claques dans la figure : « Pourquoi soutenez-vous des criminels de guerre ? », « Où est passé l’argent ? », « Aimez-vous les dictateurs ? » « Vous n’avez pas honte ? » On exagère à peine…

Un exemple : les pigistes de Mediapart considèrent que, dans le village de Mhardeh, en Syrie, les chrétiens qui ont résisté durant plusieurs années, par leurs propres moyens, aux attaques du Front al-Nosra (Al Qaida en Syrie) sont des « criminels de guerre ».  Sur ce sujet, les pigistes ont demandé à l’un des membres de notre conseil d’administration s'il était « au courant que cette milice [qui] combat en coordination avec le régime syrien est accusée de multiples crimes de guerre ? » (sans que l’on sache par qui évidemment) et si « en tant que membre du conseil d'administration de SOS Chrétiens d'Orient », il approuvait « les agissements de l'association », voire s'il maintenait ses « responsabilités au sein de ce conseil d'administration ? » On croit rêver ! 

Lire la suite

11:03 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 03 septembre 2020

Election partielle dans la 3e circonscription du Maine-et-Loire (20 & 26 septembre) : Jean-Eudes Gannat annonce sa candidature

maxresdefault.jpg

Jean-Eudes Gannat intervenant lors du Rendez-vous "Bleu Blanc Rouge" de Synthèse nationale en octobre 2019.

Un communiqué de Jean-Eudes Gannat :

Après quatre années d’engagement local au service des français, j’ai décidé de me présenter à l’élection législative partielle de Saumur Nord avec le soutien de l’Alvarium, afin de proposer aux électeurs un choix de droite authentiquement nationale, sociale et populaire.

Alors que notre pays n’en finit plus de s’enfoncer dans la crise économique et migratoire et semble être à deux doigts d’une guerre civile, je veux être à l’Assemblée Nationale la voix de la liberté d’entreprendre, de l’identité française, de la justice sociale et des campagnes oubliées qui meurent en silence. Tandis que les politiciens se contentent de se pavaner sur les réseaux sociaux et les plateaux de télévisions, les habitants de la 3e circonscription ont l’occasion avec moi d’élire quelqu’un qui agit dans le réel depuis plusieurs années, en dépit des persécutions politico-médiatiques, et qui les défendra sans faiblir face aux lobbies et à la bien-pensance.

Dans les jours qui viennent, j’irai à la rencontre des habitants pour leur présenter notre projet de redressement et notre message d’espoir pour la France.

La France est aux Français !

118764738_306871780596191_2228632061008133882_o.jpg

LE PROGRAMME DE JEAN-EUDES GANNAT CLIQUEZ ICI

23:40 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 30 août 2020

La réaction de Valeurs actuelles

118616058_2449704178655757_9218464739298980343_n.jpg

Le roman de l'été cliquez ici

20:38 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 20 août 2020

Interruption médicale de grossesse pour détresse psychosociale : la voie vers l'infanticide ?

loi-bioethique-img-detresse-psychosociale.jpg

Un communiqué du MNR

Dans la nuit du 31 juillet au 1er août, lors de l'examen du projet de loi bioéthique en deuxième lecture, l'Assemblée Nationale désertée (101 députés présents sur 577) a adopté un amendement porté par les socialistes, permettant l'IMG (interruption médicale de grossesse) pour « détresse psychosociale ».

Comme l'IMG est permise au-delà des douze semaines de l'IVG, cela revient à permettre un avortement jusqu'à la veille de l’accouchement.

Ainsi, sous la pression des mouvements ultra-féministes, continue la folle dérive concernant la législation sur l'avortement. On peut d'ailleurs se demander comment ceux qui ont voté ce texte peuvent le concilier avec l'interdiction de la peine de mort...

Il reste à espérer que les sénateurs rejetteront cet amendement lors du nouvel examen prévu.

Avec tous les vrais défenseurs de la vie, affirmons notre opposition à cette course folle vers la destruction de toutes les barrières morales protégeant le début de la vie.

09:02 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 07 août 2020

Quelques jours après la fin des activités de la Dissidence française, Vincent Vauclin annonce la création du Mouvement national démocrate (MND)

Logo-MND-Full-Bleu-HD.png

Communiqué du MND :

Dimanche 2 août 2020 - Vincent Vauclin, essayiste et ancien candidat aux élections européennes de 2019, a annoncé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux la fondation d'une nouvelle force politique : le Mouvement National-Démocrate (MND).

Ce nouveau parti ambitionne de bousculer le paysage politique français pour sortir la droite de son hibernation et faire entendre la voix d'une nouvelle génération. Le MND porte ainsi un projet de refondation civique fondé sur la liberté, l'identité, la souveraineté et l'autorité, et dont les grandes lignes sont présentées dans une Charte en dix points disponible sur le site internet du MND : www.natdem.fr.

Le programme complet du MND sera rendu public dans les prochaines semaines. Le MND ambitionne de devenir le nouveau pôle de rénovation de la droite pour proposer une alternative à la hauteur des enjeux du XXIe siècle et préparer les échéances décisives à venir.

Chacun peut d'ores et déjà adhérer en ligne et gratuitement au MND sur son site internet et contribuer ainsi à édifier la grande force politique de droite alternative dont la France a besoin.

Lire aussi cliquez là

12:34 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 08 juillet 2020

"Le baccalauréat était moribond ; le virus l’a achevé : il ne représente plus rien".

safe_image.php.jpg

Bruno Gollnisch : « Le baccalauréat était moribond ; le virus l’a achevé : il ne représente plus rien. C’est un crime que de précipiter des centaines de milliers de jeunes gens dans des filières universitaires inadéquates au lieu de les préparer à des métiers plus accessibles et plus utiles... »

17:32 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 16 juin 2020

François Rebsamen a une passion : l’immigration.

edb06b9_5825679-01-06.jpg

Un communiqué de Thomas Joly,
président du Parti de la France :
 
En 2012, il critiquait Nicolas Sarkozy qui voulait une loi ”visant à imposer un examen de langue française à tout candidat au regroupement familial.”
 
En 2018, il voulait que la France accueille plus de réfugiés “en régularisant notamment les ni expulsables, ni régularisables.” Il se vantait d’ailleurs d’en avoir accueilli : "Il faut aujourd’hui faire clairement les choses, il faut accueillir les réfugiés. C’est un devoir et ils ont le droit d’être accueillis. Il faut les accueillir dignement, c’est ce que j’ai fait dans ma ville”, glissait le maire socialiste de Dijon.
 
Hasard ou coïncidence, après avoir accueilli ces réfugiés en 2018, la situation à Dijon s’est fortement dégradée. A tel point que, en octobre 2019, François Rebsamen se plaignait dans les médias “d’actes criminels insupportables” dans la métropole dijonnaise.
 
Mais, depuis 2 jours, Dijon fait la Une de tous les médias avec la guerre entre Maghrébins et Tchétchènes. Et François Rebsamen est désormais en mode panique.
 
Il appelle au calme et dénonce des violences “inacceptables”. Et il s’en prend à la police et la justice qui ne font pas bien leur travail : "On manque de sanctions. La justice arrive beaucoup trop tard, elle arrive 9 mois, 1 an après. […] La police n’a pas fait convenablement son travail. Le renseignement territorial est censé informer les autorités sur ce qui peut advenir. Or, ces Tchétchènes sont passés à travers les filets d’informations."
 
« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes » Bossuet

12:12 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 14 juin 2020

Le 18 juin, fêtons les 10 ans de l’apéro-saucisson- pinard

18juinpublic.jpg

Un communiqué commun de Riposte laïque et de Résistance républicaine :

Jeudi 18 juin prochain, nous fêterons les 10 ans de l’apéro-saucisson-pinard, qui avait vu plus d’un millier de personnes réunies sur les Champs-Élysées pour défendre nos traditions et pour attirer l’attention sur les prières de rues illégales qui avaient lieu chaque vendredi dans le quartier de la Goutte d’or, à Paris.

Grâce à cette initiative, le ministre de l’Intérieur de l’époque avait enfin interdit ces prières illégales mais tolérées (comme le ministre de l’Intérieur actuel tolère les manifestations interdites des clandestins et autres groupuscules racialistes de la diversité…), notre manifestation avait en effet eu un énorme retentissement, attirant l’attention à la fois sur l’islamisation de la France et sur les Résistants à celle-ci.

Tois associations avaient organisé cette manifestation, Riposte laïque, Résistance républicaine et le Bloc Identitaire.

Nous ne pourrons nous rassembler de la même façon pour fêter cet anniversaire, eu égard à la situation sanitaire, mais nous encourageons nos adhérents, sympathisants et tous les patriotes qui, comme nous, sont attachés à leur identité, à la République, à la laïcité et opposés à l’islamisation de la France à faire la fête partout en France autour d’un apéro-saucisson-pinard avec amis, voisins, militants…

Il est encore plus urgent, à l’heure où des minorités haineuses rêvent de détruire notre pays, ses symboles et son mode de vie, avec la complicité de Macron, ses complices et de l’ensemble de l’extrême gauche, de revendiquer notre fierté d’être français et laïques, et notre opposition à l’islam par des actes, fussent-ils symboliques.

Organisez-vous, donnez-vous les moyens de vous regrouper entre patriotes, et de fêter, à votre façon, cet événement, qui correspond, d’autre part, aux 80 ans de l’Appel du 18 juin 1940 du général De Gaulle. L’appel à résister…

Pierre Cassen et Christine Tasin

Bonjour l'ami...

17:01 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Réunion du Bureau politique du PdF à Beauvais samedi...

104209252_251702612779775_6842691193697819186_n.jpg

Communiqué du Parti de la France

Le Bureau politique du Parti de la France s'est réuni autour de son Président, Thomas Joly, ce samedi 13 juin à Beauvais, les salles parisiennes subissant encore les restrictions sanitaires décidées par le gouvernement.

Thomas Joly a dressé à cette occasion un bilan particulièrement critique de la gestion de la crise du coronavirus par le pouvoir et appelé le mouvement à la mobilisation politique face à l'offensive racialiste et gauchiste autour des affaires Floyd et Traoré, mais aussi dans la perspective de la crise économique et sociale majeure qui vient. Il a également souhaité que le Parti de la France se tienne prêt à toute éventualité au cas où Emmanuel Macron prendrait des initiatives institutionnelles visant à avancer les échéances électorales.

Une grande part des travaux fut consacré à la réorganisation administrative du PdF rendue nécessaire par les changements intervenus lors de son dernier congrès.

Le Bureau politique du Parti s'est enfin penché sur la préparation du meeting qui marquera sa rentrée politique le samedi 12 septembre à Paris.

15:43 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 02 juin 2020

MANIFESTATION DU 30 MAI : LES REGLES SANITAIRES NE S'APPLIQUENT PAS AUX CLANDESTINS ?

Manifestation-des-sans-papiers-à-Paris-le-30-mai-2020-Sans-papiers-mais-pas-sans-Iphone-remarque-Marine-Le-Pen-1024x512.jpg

Un communiqué du MNR

Le samedi 30 mai 2020, une manifestation de clandestins a rassemblé plusieurs milliers de personnes réclamant des papiers pour tous, au mépris des règles sanitaires interdisant les rassemblements de plus de dix personnes.

La manifestation avait été interdite par la préfecture de police de Paris, mais elle s'est tout de même tenue, de la Madeleine à la place de la République et aussi dans d'autres villes. 195 organisations – associations, syndicats, collectifs de sans-papiers  avaient maintenu leur appel ; il y avait même un député (ex-LREM), ce qui est un comble !

92 interpellations seulement ont été effectuées, ce qui illustre la faiblesse de nos autorités à l'égard des étrangers hors-la-loi Les milliers de citoyens qui se sont efforcés d'appliquer les règles sanitaires, ou qui ont été verbalisés, apprécieront...

Une fois de plus, nos autorités montrent qu'elles ne savent être fermes qu'envers les gens honnêtes. Quand se décideront-elles à maintenir l'ordre face aux actions de déstabilisation de l'État ?

00:58 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 27 mai 2020

LES ÉLUCUBRATIONS TÉLÉVISUELLES DE MADAME JORDANA...

2020 05 JORDANA.jpg

La réaction de Thomas Joly, président du Parti de la France :

Si Camelia Jordana Aliouane, petite beurette bourgeoise, a si peur de la police française, qu'elle n'hésite pas à remigrer en Algérie. Là-bas, elle n'aura pas à se faire défriser la tignasse puisqu'un voile la couvrira et qu'elle sera consignée dans sa casbah.

Source cliquez ici

11:05 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 mai 2020

Occupation de la mosquée de Poitiers : le parquet abandonne la moitié des charges

photo_2020-05-20_21-06-49.jpg

Un communiqué de Génération identitaire :

Le 20 octobre 2012, 70 jeunes identitaires avaient occupé le chantier de la mosquée de Poitiers. Cette action avait connu un retentissement considérable dans toute l'Europe.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault l'avait dénoncée dans un communiqué  et Manuel Valls avait réclamé la dissolution (déjà) de notre mouvement.

Poursuivis en correctionnelle pour incitation à la haine raciale et dégradations, 5 militants avaient été condamnés en première instance  à un an de prison avec sursis, cinq ans de privation des droits civiques et familiaux et 40 000 euros d'amende et de dommages et intérêts.

Ce mercredi, devant la cour d'appel de Poitiers, l'avocat général comme les parties civiles ont été contraints d'admettre que le délit de provocation à la haine raciale était prescrit et qu'il ne pouvait donc plus être sanctionné. Cette accusation était d'autant plus scandaleuse que notre seule revendication consistait à réclamer un référendum sur l'immigration massive et la construction de mosquées.

Les islamistes de l’UOIF et du CCIF n’ont pas caché leur mécontentement. Il ne reste donc que les poursuites pour "dégradations" (c’est-à-dire des tapis de prières...mouillés par la pluie). La cour se prononcera le 19 juin.

Cette bonne nouvelle nous confirme qu’il ne faut jamais rien lâcher, dans la rue comme dans les tribunaux.

22:21 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 20 mai 2020

Loi contre la « cyberhaine » : honte à notre Parlement

eacetgebknsjlnj-800x450-nopad.jpg

Un communiqué du MNR :

Le mercredi 13 mai 2020, le Parlement a définitivement adopté,via un ultime vote de l’Assemblée nationale, la proposition de loi de la députée Laetitia Avia (La République en marche) contre la haine en ligne. Ce texte a été contesté par de nombreuses organisations, y compris la Commission Européenne. En effet, l'atteinte à la liberté d'expression est manifeste. Tout d'abord, la haine est un sentiment : comment pourrait-il être l'objet d'une action officielle ? D'autre part, les grandes plateformes d'internet sont investies d'une sorte de pouvoir judiciaire, sans passer par les tribunaux : les réseaux sociaux de type Facebook ou Twitter, Instagram, les moteurs de recherche, comme Google, devront désormais retirer tout message « manifestement illicite » au maximum 24h après en avoir été notifiés. Notifiés par qui ? Ainsi donc, on confie à des sociétés privées le soin de s'occuper de la liberté d'expression. Il reste à espérer que le recours au Conseil Constitutionnel prévu par le groupe LR au Sénat, aboutira...

Dénonçons sans relâche la tyrannie exercée par le pouvoir à l'encontre des opinions dissidentes, sous prétexte de « bons sentiments ».

11:47 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Une victoire pour Civitas : la liberté religieuse rétablie

ESCADA ALAIN .jpgUn communiqué de Civitas :

Saisi sur requête déposée en premier lieu par CIVITAS, puis par plusieurs associations de catholiques, le juge des référés du Conseil d’État vient de condamner l’État français en lui rappelant que la liberté religieuse est une liberté constitutionnelle et qu’elle ne saurait être limitée par des mesures manifestement attentatoires à l’exercice des libertés publiques. Le juge administratif confirme ainsi une jurisprudence constante dont la solennité avait déjà été soulignée en 2005.

Le gouvernement se voit donc contraint, dans un délai de 8 jours, de réformer le dispositif prévu par le décret du 11 mai 2020, en vue de faciliter l’exercice du culte et de permettre, par conséquent, la restauration des célébrations religieuses.

Alors que les évêques français demeurent confinés dans leurs évêchés, Civitas se réjouit, aux côtés d’autres associations de catholiques qui lui ont emboîté le pas , d’avoir contribué à la libération du culte catholique.

Communiqué du Conseil d’Etat

Le juge des référés du Conseil d’État ordonne au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte et d’édicter à sa place des mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires et appropriées en ce début de « déconfinement ».

Saisi par plusieurs associations et requérants individuels, le juge des référés du Conseil d’État rappelle que la liberté de culte, qui est une liberté fondamentale, comporte également parmi ses composantes essentielles le droit de participer collectivement à des cérémonies, en particulier dans les lieux de culte. Elle doit, cependant, être conciliée avec l’objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé.

Dans l’ordonnance rendue ce jour, le juge des référés relève que des mesures d’encadrement moins strictes que l’interdiction de tout rassemblement dans les lieux de culte prévue par le décret du 11 mai 2020 sont possibles, notamment compte tenu de la tolérance des rassemblements de moins de 10 personnes dans d’autres lieux ouverts au public dans le même décret.

Il juge donc que l’interdiction générale et absolue présente un caractère disproportionné au regard de l’objectif de préservation de la santé publique et constitue ainsi, eu égard au caractère essentiel de cette composante de la liberté de culte, une atteinte grave et manifestement illégale à cette dernière.

En conséquence, il enjoint au Premier ministre de modifier, dans un délai de huit jours, le décret du 11 mai 2020 en prenant les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus et appropriées aux circonstances de temps et de lieu applicables en ce début de « déconfinement », pour encadrer les rassemblements et réunions dans les établissements de culte.

Source cliquez ici

11:46 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 13 mai 2020

Loi Avia : une arme de plus pour la police politique de la pensée.

97352325_10213901266925299_7014641468019048448_n.jpg

Un communiqué de Jean-François Touzé,

Délégué général du Parti de la France

La "loi contre les propos haineux sur internet" dite loi Avia du nom de la députée LREM qui en fut l'inititiatrice et en reste la propagandiste, texte déjà voté en première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat en début d'année, sera à nouveau discutée ce mercredi dans l'hémicycle du Palais Bourbon et sans doute votée, achevant ainsi, dans l'indifférence d'une France "Coronacentrée", sa navette parlementaire.

Cette loi, venant après tant d'autres, vise à museler toute parole considérée comme non-conforme par la police de la pensée d'un régime qui veut la glaciation éternelle de la libre parole française. Sa spécificité est le caractère volontairement globalisant et flou des supposées infractions contre laquelle elle se propose de sévir. C'est ainsi qu'en plus d'une longue série de mesures aggravant les lois existantes, elle obligera de manière totalement arbitraire les responsables de plateformes numériques et de réseaux sociaux à faire disparaitre sous 24h tout contenu pouvant être jugé haineux.

La notion de contenu haineux ne pouvant, en droit, être défini, on voit bien quel usage pourra faire le pouvoir de cette loi et le Système de ses nombreux articles, afin de faire taire toute critique et d'interdire toute opposition de fond. D'autant que les plateformes concernées, par crainte des amendes autant que par collaboration idéologique avec le gouvernement, auront à cœur d'en appliquer les dispositions avec zèle, rapidité et sans aucun esprit de discernement.

Les rapports de force au sein de l'Assemblée étant ce qu'ils sont et la couardise de tant de députés prétendument d'opposition ce qu'elle est de toute éternité, la loi Avia, malgré quelques voix courageuses qui s'exprimeront, sera votée. Et la France s'enfonçera un peu plus dans la nuit soviétique du totalitarisme post-democratique.

Demain, quand nous aurons accédé aux responsabilités, nous abrogerons ces lois liberticides. L'Etat national saura être fort et imposer implacablement son autorité sans recourir aux moyens anciens de la Stasi.

10:38 Publié dans Communiqués de presse, Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 09 mai 2020

En pleine crise de coronavirus, Macron n'oublie pas de pousser l'arabisation de la France !

MNR.jpgUn communiqué du MNR :

Le 30 avril 2020, a été signé le décret publiant l'accord du 31 mars 2017 entre la Tunisie et la France, permettant l'organisation de cours de langue arabe du CE1 au CM2 ; l'article 5 indique que « Les résultats obtenus par les élèves dans le cadre de cet enseignement sont pris en compte dans l'appréciation générale de leur travail scolaire et portés à la connaissance des familles. » De plus, l'article 6 indique que « Une continuité des apprentissages sera progressivement et selon les conditions locales, assurée au collège. » Cet accord avait été signé par Najat Vallaud-Belkacem, à l'époque ministre de l'éducation nationale.

Ce n'est pas en enseignant une langue étrangère dès l'enfance qu'on améliorera la qualité du langage des adultes. On a l'impression que nos autorités veulent à toute force détruire notre identité nationale.

Affirmons que ce n'est pas en rappelant aux immigrés leurs origines qu'on les intégrera, et souhaitons que nos gouvernants soient un peu plus préoccupés de la préservation de notre identité.

09:41 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 02 mai 2020

CIVITAS devant le Conseil d’Etat pour rendre la Messe aux catholiques

messe_pere_joseph_mpi-560x300.jpg

Un communiqué d'Alain Escada, président de CIVITAS :

Ce 1er mai 2020, cet après-midi, CIVITAS a déposé une requête en référé liberté par devant le Conseil d’Etat contre l’article 8 du décret 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Pour rappel, cet article 8 du décret 2020-293 interdit l’accueil du public et par conséquent le culte public dans les lieux de culte à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de vingt personnes.

En conséquence, les catholiques n’ont accès à la Sainte Messe dans les églises de France que pour les enterrements. Ils sont privés de l’accès aux sacrements indispensables à leur vie spirituelle et religieuse.

CIVITAS lance cette action devant le Conseil d’Etat pour rendre aux catholiques la liberté fondamentale d’exercer leur culte public.

Pour ce faire, il a été déposé une requête par laquelle CIVITAS demande au juge des référés du Conseil d’Etat , sur le fondement de l’article L.521-2 du code de justice administrative, d’enjoindre au Premier ministre : 1) à titre principal d’abroger l’article 8 alinéa IV du décret n°2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures nécessaires pour faire face à l’épidémie de Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire et d’autoriser le culte public en édictant les actes règlementaires, circulaires et lignes directrices nécessaires à cet effet, et ce sur le plan national ; à titre subsidiaire, d’abroger l’article 8 alinéa IV de ce même décret et d’autoriser le culte public en édictant les actes règlementaires, circulaires et lignes directrices nécessaires à cet effet, et ce dans les départements du Bas-Rhin, Haut-Rhin, de la Moselle et de la collectivité territoriale de la Guyane ; 2) de mettre à la charge de l’Etat la somme de 4.000 euros au titre de l’article L.761-1 du code de justice administrative.

Cette action a été dénommée “Opération Saint Georges”.

CIVITAS rappelle que les ministres du culte sont investis des pouvoirs de police de l’église et de culte par le Titre V de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l’Etat. Ces pouvoirs de police, reconnus à maintes reprises par le Conseil d’Etat, permettent sur le plan juridique aux prêtres d’imposer aux fidèles, dans les églises et chapelles, les mesures de distanciation sociale et autres mesures sanitaires proportionnées à l’épidémie.

CIVITAS dénonce la logique du Gouvernement visant à détruire la pratique religieuse et l'assistance régulière à la Sainte Messe. Le Covid-19 ne s’attrape pas plus facilement dans une église que dans une file à l’entrée ou à la caisse d’un supermarché.

Le Conseil d’Etat a désigné :
- le Premier ministre et le Ministère des Solidarités et de la Santé comme défendeurs
- le défenseur des droits comme observateur

17:51 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 01 mai 2020

Eric Zemmour agressé verbalement dans Paris

XVM2f8d419c-8486-11ea-ba7f-c4cb3df01c44.jpg

Un communiqué de Pierre Cassen (Riposte laïque)

Dans les rues de Paris, pendant qu’il faisait ses courses, Eric Zemmour a été reconnu par une racaille, agressé verbalement et menacé.

Une haine contre ce journaliste savamment entretenu par nombre de ses confrères, qui ne lui pardonnent pas ses prises de position, son courage et sa grande liberté de parole. Cette fois, l’agression ne fut que verbale, mais qu’en sera-t-il la prochaine fois ?

On remarque que dès qu’un homme politique de gauche, ou un journaliste, est malmené, c’est l’emballement médiatique durant 48 heures. Alors que, ce qui arrive trop souvent, quand un leader patriote, ou un Eric Zemmour, est insulté, menacé ou frappé, un silence complice couvre cet acte.

Question : les journalistes et leurs syndicats, qui militent ouvertement pour l’exclusion d’Eric des chaînes de télévision, lui apporteront-ils le moindre soutien ?

Ecouter l'émission de Pierre Cassen cliquez ici

12:59 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |