Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 15 septembre 2021

Macron nous enfume !

MacronCible nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est toujours la même rengaine : dès qu’un problème surgit au nez et à la barbe du politique et notamment de nos gouvernants, la réponse trouvée la plus rapide c’est d’injecter de l’argent. Comme si l’argent pouvait tout résoudre ! Emmanuel Macron vient de tomber dans le panneau et nous prend pour des billes. Après un déplacement loufoque à Marseille, carnet de chèque en poche, alors que toutes les politiques de la ville ont échoué, rebelote cette fois-ci à Roubaix afin de nous dévoiler les conclusions d’un fumeux « Beauvau de la sécurité ». Les deux affaires sont liées car ce sont deux déplacements qui s’inscrivent dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle.

Alors que des milliards ont été investi dans une soi-disant politique de la ville où se cassèrent les dents l’escroc Bernard Tapie, où le blanchisseur Jean-Louis Borloo, les trafics de drogue et son corollaire la délinquance dans les banlieues n’ont jamais été aussi prospères.

Et Emmanuel Macron, qui a tout intérêt à cajoler la police à une époque où les faits divers s’allongent de jour en jour en corrélation directe avec une immigration incontrôlée et une justice laxiste, trouve le moyen de nous en remettre une louche.

Force est de constater que les moyens dont dispose la police sont pour le moins vétustes. Mais la solution face à l’insécurité qui règne dans ce pays, n’est pas de gonfler les effectifs mais de rendre efficaces les mesures qui existent – comme d’appliquer simplement la loi - et si les relations entre police et justice ne se heurtaient pas à une forte dose d’incompréhension. Le coup de balai n’est pas à mettre au sein de la police mais bien de la justice. Mais ce n’est pas avec Dupond-Lajoie-Moretti que les choses vont s’arranger. Sauf que le problème, in fine, est moins celui du ministre de la justice que celui du pouvoir qui décide de la politique à mener en la matière.

Et, c’est bien là que le problème majeur réside. Pas besoin d’être grand clerc pour affirmer que les maux de la société française sont, à 90%, liés à l’immigration sans oublier d’inclure évidemment tous les naturalisés d’hier et de demain. Aucun président depuis Giscard d’Estaing n’a anticipé les dégâts que provoquerait le laxisme migratoire et le regroupement familial. Ce qui a abouti à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui : la destruction lente de tout ce qui constitue le tissu social français en matière de culture et de civilisation. Et au final, ce qui est en cause, c’est notre conception même de la démocratie que nos politiques bafouent, par lâcheté et veulerie, de jour en jour.

Car, on l’aura bien compris, le problème est politique et relève d’une conception que l’on se fait de la France et des Français de souche, faut-il le préciser. Et dans ce marigot où baignent intellos des cavernes et politiciens abonnés aux droits de l’homme, le clair langage d’un Eric Zemmour fout la trouille à tout ce petit monde qui œuvre à notre disparition. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Les Français décideront-ils enfin à redresser la tête !

11:04 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 21 août 2021

Merci Macron !

degage nn.jpg

Patrick Parment

Cette pandémie a engendré une énorme cacophonie non seulement scientifique mais également sociale. Au plan scientifique, on a lu et entendu tout et n’importe quoi de la part de nos « éclairées » autorités qui, c’est le moins qu’on puisse dire, pédalent dans la semoule. On a sanctionné des médecins de bonne volonté, sans qu’ils puissent se défendre, parce qu’ils exploraient d’autres voies que celle des vaccins. Le professeur Didier Raoult n’est qu’un exemple parmi d’autres. Un récent rapport américain, nous informe le site Polemia, montre que les stratégies différentes entre l’Etat de Californie et la Floride, le premier en limitant les libertés, l’autre non, arrivaient in fine aux mêmes résultats quant au nombre de contaminés et de décès. En France, c’est peu dire que l’on a entendu tout et son contraire, notamment de la part du gouvernement et des « autorités » médicales. Il suffit de regarder les toubibs qui défilent sur les plateaux de télé pour s’en convaincre. Utilisant la peur, Macron a imposé la vaccination et instauré un passe sanitaire au mépris du libre arbitre de chacun et approfondissant d’autant une fracture sociale déjà présente.

Le plus extraordinaire ou surréaliste en date, c’est une note envoyée récemment par la Direction générale de la Santé à tous les médecins et signé de l’inénarrable professeur Jérôme Salomon (descendant de Dreyfus et qui avait déclaré naguère qu’il avait un compte à régler avec la France) et d’un obscur Bernard Celli, responsable de la « Task Force vaccination » (quesako ?) leur communiquant que le vaccin ne se contente pas d’immuniser contre le virus – ce qui reste à démontrer – mais surtout qu’il soigne la maladie, notamment des gens atteints de « covid long » (y en a un court ?). Autrement dit, le vaccin ne serait rien moins qu’un médicament ! J’avoue qu’il fallait oser ! Au jour d’aujourd’hui, on ne sait toujours pas sur quel pied danser. Disons que se faire vacciner pourrait constituer un moindre mal mais ne met nullement à l’abri des dommages collatéraux, très nombreux, peu mortels, certes mais souvent incapacitants.  Alors efficace le vaccin ? On n’en sait rien.

Reste que l’autre dégât des mesures autoritaires prises manu militari par Emmanuel Macron, sans aucune concertation et au mépris des règles démocratiques, ce sont les fractures sociales que cela a engendré non seulement au sein de la société mais aussi des familles. Pour qu’un quotidien comme Libération – placard publicitaire de la bien-pensance – se penche sur le sujet, c’est bien parce qu’il est devenu Un sujet. Et pas des moindres. J’en ai d’ailleurs quelques exemples dans mon entourage. Alexandra Schwartzbrod dans son édito écrit que « la vaccination a hystérisé les relations intrafamiliales ou sociales ». On assiste en effet à des fractures au sein des familles entre les pour et les contre la vaccination réduisant à néant tout dialogue serein. Et surtout brisant d’un coup des complicités établies de longue date. Inutile de dire qu’il faudra du temps pour que cicatrise ces plaies sociales dont on ne mesure pas encore tous les effets. Et de ce point de vue, Emmanuel Macron est un irresponsable et les Français ces « veaux » dont parlait De Gaulle, pour s’être laissés entraîner dans cette aventure. Chacun sait que le point de rupture s’appelle Révolution. Chaque samedi, les « révolutionnaires », pour l’instant simple contestataires, sont dans rue. Mais demain ?

10:16 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 19 août 2021

Vous avez dit antisémite ?

anti.jpg

Patrick Parment

Vous avez dit antisémite ? Un mot dont les instances juives et leurs affidés aiment à se gargariser. Petite précision linguistique avant de commencer. C’est feu Bernard Franck qui, dans l’un de ses éditos du temps où il chroniquait au Monde, avait commencé son papier par un « pour être antisémite, il faut être juif ». Logique mon cher Watson. Donc le terme est impropre quand on qualifie l’extrême-droite – sujet à bien des fantasmes par ailleurs – d’antisémite. Anti-juif serait le terme exact, mais par commodité « antisémitisme » est passé dans le langage courant.

Certes, l’antisémitisme n’est pas une nouveauté, de Brest à Vladivostok. Il serait même Chinois et Japonais. Staline avait inauguré un territoire purement juif, le Birobidjan, au fin fond de la Sibérie du côté de Vladivostok.

Mais revenons à nos moutons. Ce ne sont jamais les juifs, ceux que nous fréquentons au quotidien qui crient « Haro sur le baudet » à chaque fois que l’on constate un acte délictueux, - et malheureusement mortel parfois -, généralement le fait d’imbéciles qui se croient malins (l’affaire du cimetière de Carpentras, par exemple). Tel n’est pas le cas en revanche des instances juives et leurs vassaux qui crient aussitôt au « crime contre l’humanité ». Sauf qu’en France, cet antisémitisme n’a jamais été suivi d’un quelconque progrom. Ce qui n’est pas le cas, dans l'histoire, d’autres pays européens, en Russie notamment.

On notera cependant que partout où l’on a pu noter la présence d’une communauté juive, on a assisté illico à l’émergence d’un antisémitisme populaire ou étatique. Il faut bien dire aussi que l’Eglise y est aussi pour quelque chose : faire payer aux juifs la mort de Jésus. C’est ainsi que l’antisémitisme est devenu en quelque sorte populaire. Les juifs ont souvent servi d’exutoire aux maux de la société. Il fallait un bouc émissaire et les juifs ont souvent tenu ce rôle (voir l'affaire Dreyfus). Et le tiennent encore d’ailleurs. L’arrivée d’immigrés de confession musulmane n’a pas arrangé les choses et les a même exacerbés.

Sauf que les passages à l’acte font quand même figure d’exception au regard de l’insécurité générale qui règne dans ce pays et dont les Gaulois comme les juifs sont les victimes. Beau prétexte pour tous les médias de la bien-pensance, de vouloir nous faire croire que la « bête immonde » sourd dans les latrines d’une extrême droite qui n’ose pas dire son nom. Seule la gauche et sa presse seraient donc exempts de ce label infamant !

C’est oublier que l’antisémitisme est né aussi à gauche à la fin du XIXe siècle (1) Et aujourd’hui, c’est sous la bannière de l’antisionisme qu’est repeint l’antisémitisme de gauche. Si gauche, extrême gauche, droite et extrême droite se rejoignent dans la détestation du « juif » on se demande bien pourquoi, le juif, "errant" par nature, n’émigre pas dans ce qui est aujourd’hui son pays : Israël. Ô stupeur, on assisterait donc à l’émergence de juifs enracinés ce qui irait à l’encontre de cet universalisme dont ils se réclament avec force. On apprécie l’attitude d’Elisabeth Lévy qui laisse aboyer les loups en haussant les épaules – ce qui ne veut pas dire qu’elle est indifférente pour autant - et lorsque l'on constate qu'une grande partie de l’extrême droite – vous savez ces dangereux fascistes tous antisémites comme ils se plaisent à dire – s’apprête à voter pour Eric Zemmour !

J’aime bien cette réponse de Surcouf à l’amiral anglais qui l’avait fait prisonnier : « Vous les Français, vous vous battez pour l’argent, nous les Anglais, on se bat pour l’honneur ». Ce à quoi répondit Surcouf : « Chacun se bat pour ce qui lui manque ».

(1) voir à ce sujet l’ouvrage de Marc Crapez, L’Antisémitisme de gauche au XIXe siècle, Berg ed.

10:42 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 15 août 2021

Manifestants ! Déclinez votre identité !

contre le passe.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est l’éternelle  litanie : mais qui sont ces foutus manifestants qui descendent dans la rue en plein mois d’août pour s’opposer au passe-sanitaire ? A en croire les médias, un ramassis de beaufs peu diplômés, chômeurs, sympathisants de partis extrêmes comme le RN ou les Insoumis. Bref la France des tarés. On retrouve exactement le même schéma qu’avec les Gilets jaunes auxquels d’ailleurs on les associe. Les Instituts de sondages (où puisent les médias) ont ressorti leurs vieilles archives remises à jour : jeunes à 45% (donc fatalement irresponsables car ils ne savent pas de quoi ils parlent) issus évidemment des classes populaires (on n’y voit pas en effet les rejetons de Bernard Arnault, Bolloré, Pinaut, etc.), ouvriers à 40%, chômeurs assurément à 47% donc peu diplômés (dans une France où les surdiplômés ne trouvent pas de boulot !) et évidemment membres du RN et des Insoumis. A cela, on ajoute une pincée de Gilets jaunes, et le tour est joué.

Mais ce n’est pas tout. Dans tout ce ramassis de tarés 94% voient un danger dans un vaccin « sur lequel on manque de recul » ; 88% jugent que le passe sanitaire « est une atteinte aux libertés et 89% qu’il y a d’autres moyens de lutter contre le covid 19 que la vaccination ». Et cerise sur le gâteau, la conclusion qui tue et rassure Macron, 57% des Français soutiennent le passe sanitaire. Donc, malgré tout, 43% de la population est contre. En démocratie, si d’aventure nous le sommes encore, voici qui demande réflexion. Car la plupart des manifestants interrogés – ceux qui sont interrogés par les téloches – clament haut et fort qu’ils ne sont pas contre la vaccination, ils sont contre le passe sanitaire. Hier, le pouvoir a marginalisé le Front national, Macron a ignoré les Gilets jaunes et aujourd’hui, de nouveau le peuple est dans la rue.

Alors oui, qui sont-ils ? Tout simplement une large frange du peuple français qui en a ras-le-bol qu’on le prenne pour une truffe, ras-le-bol de cet autoritarisme « démocratique » qui n’ose pas dire son nom. Bref, cette France non représentée comme l’était le Front national ! Sauf qu’ici les manifestants n’ont rien à voir avec les politiques. Ici c’est bel et bien la classe moyenne qui défile. Celle que tous les gouvernements pressurent au nom du libéralisme et de l’intérêt des actionnaires des entreprises du CAC 40.

09:43 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 11 août 2021

Du climat

climat.jpg

Le billet de Patrick Parment

Le dossier concernant le climat et plus précisément le réchauffement climatique est complexe. Il l’est d’autant que s’il est un domaine où la science est quasi muette, c’est bien celle concernant la compréhension du climat. On s’en rend compte chaque jour avec les bulletins météo, souvent contrariés. Une prévision à un jour est souvent pertinente mais au-delà, c’est un peu l’aventure. Et tant mieux dans un sens, car si l’homme arrivait à maîtriser le climat, on est assuré que ce serait catastrophique. Imaginez l’arme de guerre que cela serait. Or, nous disent les scientifiques, la terre est en train de subir ce qu’ils dénomment un « réchauffement climatique ». Et en effet, nous en constatons les manifestations depuis quelques années à travers les hausses de température, les inondations, les ouragans de plus en plus violents, etc. Il semble évident que la terre entre dans une nouvelle phase climatique comme elle en a déjà connu beaucoup. On a tous entendu parler de l’ère glaciaire et de la disparition des dinosaures et autres bestioles du même acabit.

Il est bien certain que l’homme va devoir s’adapter. On nous parle tour à tour du CO2, de la couche d’ozone, des pollutions diverses et variées engendrées par l’homme dans sa domination incessante de la nature. Avec pour raison principale, ses immenses besoins énergétiques.

Sur le fond, ce dont il faut avoir conscience, c’est que l’homme ne dominera jamais la nature, celle-ci sera toujours plus forte que lui. Je ne sais plus qui avançait qu’il suffirait de cinq siècles pour que la nature efface toute trace de nos civilisations actuelles.

Rappelons-nous de ce que disait Rabelais : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». L’état avancé de la science a permis à l’homme de vivre plus longtemps et surtout mieux  ce qui a généré une explosion démographique. Comme le note avec raison, Jean-Marc Jancovici, spécialiste des questions énergétiques (1), toute l’activité humaine se traduit en terme d’énergie. Et on en arrive au point, avec l’émergence de la Chine, de l’Inde dont les besoins énergétiques sont immenses et qui viennent se surajouter à ceux de l’Occident, qu’il ne sera plus possible de servir tout le monde, les ressources terrestres en fixant les limites. La question qui se pose donc est celle de l’utilisation rationnelle des ressources et donc la maîtrise de nos besoins énergétiques. Avec l’impératif obligation d’arriver à faire baisser la température de la terre qui, si elle s’élève au-delà de 3°C rendra notre univers invivable.

Conscient du problème on a mis sur pied des tas de tables rondes, des comités scientifiques qui ont tous hurlé auprès des responsables politiques de prendre enfin les mesures nécessaires. Sauf que l’on se heurte tous au même problème : celui de la logique infernale et mortifère du capitalisme. Or, au bout de cette logique, il y a la guerre… tout simplement.

(1) site de Jean-Marc Jancovici

09:10 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 24 juillet 2021

Drôle de jeu

raoult.jpg

Le billet de Patrick Parment

Difficile de raison garder dans le contexte sanitaire, social et économique qui est le nôtre aujourd’hui. Mais l’Etat, ou plutôt le seul président de la République, Emmanuel Macron, est responsable de ce climat délétère dans lequel nous baignons. Au lieu de faire de la pédagogie, Macron a eu recours à des mesures autoritaires. On a bien conscience que la vaccination pour tous n’ajoute pas aux maux que nous connaissons et globalement à défaut de protéger totalement – ce que ne garantissent d’ailleurs pas les laboratoires -, elle atténue la pandémie. Au stade où nous en sommes, il n’était donc pas nécessaire de soulever une population contre une autre, les non vaccinés n’étant pas plus nombreux que les vaccinés eux-mêmes qui sont à ce jour près de 32 millions. Et ce n’est pas fini.

Ce que l’on comprend mal en revanche, c’est le refus fait aux médecins de soigner avec des médicaments qui ont, semble-il, donnés des résultats. On pense évidemment au professeur Didier Raoult dont le traitement à l’hydroxychloroquine, flingué à vue pour des raisons qui nous échappent, a finalement mis en valeur la soumission du corps médical au politique. Et jusqu’à preuve du contraire, ce professeur est tout sauf un charlatan. Pourquoi l’avoir traité comme tel ?

Mais ce n’est pas l’unique traitement testé, il y en a d’autres, sous condition évidemment qu’ils ne mettent pas en danger la vie du patient. Je le dis d’autant qu’un de mes amis, diabétique, a été sauvé par son médecin via un traitement proche des recommandations du professeur Raoult. Je sais bien que toutes les Françaises ne sont pas rousses… Mais il eût été intéressant de tester d’autres pistes en laissant ce soin à nos médecins de quartiers. Pourquoi cela n’a-t-il pas été fait ? Cela aurait peut-être eu pour effet de désengorger les hôpitaux. Au lieu de cela on a eu droit à trois petits tours de paracétamol et rendez-vous à l’hôpital.

On a vu, au contraire, débarquer la grosse artillerie des laboratoires qui ont imposé leurs vaccins et suivis par la plupart de nos gouvernants en Europe. On se demande d’ailleurs à pourquoi le vaccin russe – Spoutnik V – n’est-il toujours pas homologué ? On voit bien que la politique et ses cantines sont derrière tout ce barnum où de forts intérêts financiers sont en jeu. Les gouvernants ont-ils agi dans la panique ? On a tout lieu de le croire et on se demande à quoi servent tous ces bazars scientifiques qui nous ont abreuvé d’informations contradictoires ? Et puis, cette question que sait-on de plus sur ce virus qui sévit depuis plus qu’un an maintenant ? Rien a priori.

Enfin, reste un sujet que l’on ne peut élucider, celui des populations extra-européennes, noires, maghrébines et autres que nos autorités auront bien du mal à contrôler et qui ne sont pas moins de 10 millions dans ce pays. On sait déjà que les mosquées ne seront pas contrôlées – les lieux de culte en général. Et ils sont nombreux à être réfractaires au vaccin. Alors on fait quoi Darmanin ? Castex ? Macron and Co ? Et ils ne sont pas qu’en Seine-Saint-Denis depuis que nos autorités éclairées les ont répartis sur tout le territoire.

Il semble bien que ce covid-taquin et ses variants va nous pourrir la vie pendant encore… un certain temps. Il revient à chacun d’aviser ce qui est le mieux pour sa santé sans que le ciel vengeur ne lui tombe sur la tête.

On peut consulter ce site

10:07 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 06 juillet 2021

La chasse au dahu

Affiche.jpg

Le billet de Patrick Parment

Les récentes élections régionales n’ont finalement intéressé que par le taux d’abstention élevé et surtout la claque prise par le Rassemblement national. Toutefois, ce cumul région/département a bien mis en valeur qu’il y avait un échelon de trop. Et cet échelon, c’est bien la région. Avec le département, on reste dans des politiques de proximité, autrement plus efficaces que le distributeur à subventions qu’est la région. Ensuite, le préfet peut garder un œil sur les élus et leurs dépenses et les aider à orienter judicieusement leurs objectifs.

Mais, le sujet du jour que clament nos médias, c’est bien le retour de la droite dite républicaine sur le devant de la scène suite à la quasi élimination du RN. Il serait dangereux de croire que le RN a disparu de la scène. En revanche, que Marine Le Pen soit visée en raison de son recentrage quasi droit de lhommesque est évident. Va-t-elle enfin comprendre qu’elle n’est absolument pas crédible aux yeux des Français ? Et que le RN est et est appelé à rester un « gueuloir », du moins dans sa configuration actuelle et au vu de l’entourage direct et des orientations de sa présidente.

De tout cela, les médias en déduisent que la droite républicaine est de retour et accessoirement la gauche. Globalement, la France est à droite, au sens le plus conservateur du terme. Ce que confirme tous les sondages. Elle est en effet grandement majoritaire dans les régions et les départements. Ce qui signifie que la course est bel et bien engagée entre les candidats à la présidentielle. Si, un Jacques Chirac tenait sa boutique à coups de prébendes et d’exclusions, il n’en va pas de même pour Christian Jacob qui doit faire face à un parti divisé, non pas par des courants mais par les candidats potentiels. Tous veulent être vizir à la place du vizir.  On trouve en tête le représentant de commerce Xavier Bertrand qui n’a pas l’intention de se soumettre à une quelconque primaire ; Laurent Wauquiez qui déteste Bertrand, et Valérie Pécresse qui joue la carte féminine. Et, en embuscade, deux autres zozos, le sénateur Bruno Retailleau et Michel Barnier qui comme négociateur en chef sur le Brexit, s’est pris le melon et s’imagine un destin national. La machine Jacob risque de s’enrayer, d’autant que notre homme se verrait bien soutenir le farfadet François Baroin. Voici qui ne va pas manquer d’animer les soirées de leur bureau politique.

A gauche, le scénario est à peu prêt le même, sauf qu’ici ce sont toutes les couleurs d’un socialisme imaginaire qui vont joyeusement s’empeigner. Deux sont à peu près crédibles en la personne de l’écolo Yannick Jadot, qui met une dose de pesticide dans le bio, et notre éternel révolutionnaire en carton pate, Jean-Luc Mélenchon. Au PS, il semblerait que la maire Hidalgo tienne la corde avec laquelle elle ira vraisemblablement se pendre. Et puis n’oublions pas un petit trublion nommé Arnaud Montebourg qui a repeint le socialisme d’une couleur nationaliste avec son Made in France.

La seule chose dont nous soyons à peu près sûr, c’est que les Français aimeraient dégager Emmanuel Macron et son parti fantôme. Avec lui, on ne sait sur quel pied danser, sauf à baigner dans la marmite libérale, bruxelloise, le tout demeurant sous la férule américaine.

On a déjà répondu à la question de savoir pourquoi les Français s’abstiennent d’aller voter : parce qu’ils ne trouvent pas d’homme ou de parti capable de refléter leurs idées et surtout proches de leurs préoccupations. Et ces idées sont essentiellement conservatrices. Ce qui déplaît fortement à la doxa environnante. C’est la raison pour laquelle il est bien difficile de faire le moindre pronostic sur la prochaine présidentielle. Or, c’est demain !  « Et y a person » comme le chantait le regretté Nino Ferrer.

01:18 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 22 juin 2021

La station Europe 1 en grève

europe.jpg

Le billet de Patrick Parment

Hier encore propriété d’Arnaud Lagardère, qui soit dit en passant, aura passé sa vie à détruire l’empire que son père avait construit, Europe 1 vient de tomber dans l’escarcelle de Vincent Bolloré, via Vivendi dont il est l’actionnaire majoritaire. Il faut bien dire que cette station n’a cessé de perdre son audience malgré la valse des « patrons » qui se sont succédé à sa tête. On arrive donc en fin de course, avant liquidation serait-on tenté de dire. Bolloré ramasse donc la mise d’une station qu’il lorgnait depuis belle lurette. Vincent Bolloré est un personnage intéressant, un grand corsaire de la finance, issu d’une famille de Bretons qui compte dans ses rangs un homme qui nous est cher, Gwenn-Aël Bolloré. Outre qu’il fut un membre du commando Kieffer pendant la Seconde Guerre mondiale, on lui doit d’avoir financé l’une des plus originales réussites éditoriales avec la maison d’édition La Table ronde, que dirigea de main de maître Roland Laudenbach. L’homme est indissociable de ses auteurs mais surtout amis que furent Antoine Blondin, Jacques Laurent, Michel Déon et bien d’autres. Résolument du côté de l’OAS, cela vaudra à Gwenn-Aël Bolloré bien des ennuis avec un certain De Gaulle. Mais passons.

L’ombre de Vincent Bolloré plane désormais sur Europe 1 où une quarantaine de salariés se sont mis en grève. Au rang desquels d’ailleurs d’illustres inconnus pour la bonne raison que personne ne les écoute. Et pour cause, ils font tous partis de cette bien-pensance qui entend dicter à ses auditeurs où se trouve le bien et le mal. Conclusion, les auditeurs se sont barrés. Dans ce lot s’immiscent quelques figures connues comme Anne Roumanoff ou Nicolas Canteloup qui ne font plus rire personne depuis belle lurette. Et dans une déclaration, tous ces tocards osent affirmer « on ne nous enlèvera pas notre fierté, ni notre déontologie ». Voici longtemps qu’ils se sont assis dessus. Avouez qu’il y a de quoi se marrer.

Car le fond du problème pour ces petits marquis biberonnés aux droits de l’homme, c’est l’éclatante réussite de Vincent Bolloré dans les médias et notamment à la télévision où il a donné vie à CNews et confirmé l’audience d’un Eric Zemmour. D’un Pascal Praud et de quelques autres. Car Vincent Bolloré a compris une chose : les Français en ont marre d’entendre « la voix de son maîtres » matin-midi et soir par une bande d’incultes nettement plus préoccupés de la préservation de leur casse-croûte que d’exercer honnêtement leur profession. Profession qu’ils ne cessent de dévoyer. Le Monde, Libération pour l’écrit et France Télévisions avec Delphine Ernotte aux commandes étant quelques exemples parmi d’autres. Et c’est d’autant plus vrai que le délégué syndical SNJ a vendu la mèche : « Si Bolloré va jusqu’au bout du rapprochement avec CNews, où on entend les discours de l’extrême droite, Europe 1 n’existera plus. Du moins, pas la radio indépendante (?), impertinente (?) et qui a le souci de la vérité (?) des informations ».

Tout est dit, la France des Gilets jaunes n’a pas le droit à la parole ! Sauf chez Bolloré.

 

10:13 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 21 juin 2021

Abstentionnistes : premier parti de France

abstention.jpg

Le billet de Patrick Parment

Il fallait s’y attendre, le taux d’abstention pour ces élections régionales et départementales a atteint un niveau record avec un peu plus de 66,1 %. Les raisons, et les analyses, invoquées relèvent toutes du Bric à Brac de feu le dessinateur Gotlib : délitement des partis, confinement, absence de débat, flou sur les enjeux. Et pour couronner le tout on voudrait nous faire croire que les Français sont dégoutés de la politique, ce qui est vrai en l’état actuel des choses, mais nos brillants analystes se gardent bien de nous dire pourquoi ! Explications.

A cela plusieurs raisons. D’une part ces élections régionales et départementales participent d’un imbroglio administratif dont les Français ont tout lieu de se plaindre. L’administration est une entité autonome qui n’est plus au service des citoyens mais qui gère ses propres intérêts. Et les gouvernements successifs n’ont rien fait pour la bonne raison qu’ils sont pour la plupart membres de cette administration : énarques, profs, politicards, etc., qui vivent sur le dos de la bête, le contribuable. Par ailleurs la désertification des campagnes n’est pas une vue de l’esprit quand la poste, la banque et l’école désertent nos communes au nom de la rentabilité exigée par Bercy.

Les autres raisons sont politiques. Globalement les partis politiques ne sont plus le reflet de ce que les Français en attendent. Les partis politiques sont aujourd’hui des pôles emplois pour leur petit personnel. Aujourd’hui deux France cohabitent : la France réelle, celle du peuple français – Gaulois – encore majoritaire et une France virtuelle, celle des politiques et plus encore les tenants de cette idéologie mortifère et droits de l’hommesque qui veut nous faire croire que la France est multiraciale, multiculturelle. Les Gilets jaunes ont été la réponse parfaite de cette France qui veut rester française et surtout maîtresse de son destin. Les médias mainstream y sont pour quelque chose qui présentent une France irréelle. Et la classe politique, de droite comme de gauche, adhère à cette idée d’une France qui n’existe pas. Il suffit d’ouvrir la téloche et regarder non seulement les informations mais aussi les divertissements d’une rare médiocrité où les feuilletons branchés politiquement correct pour hurler de rire et de dégoût. La France profonde ne s’y trompe pas.

Ensuite, il est un sujet qui énerve particulièrement les Français, c’est l’immigration et la violence qui en découle. Et pas seulement celle des banlieues mais aussi celle de nos bourgs et bourgades. De ça, les Français n’en peuvent plus. Et le baratin de nos politiques sur le sujet ne prend plus. Depuis Chirac, alors premier ministre de Giscard, jusqu’à Macron aujourd’hui, on n’a fait qu’assister à l’impuissance de l’Etat et à la lâcheté des hommes politiques sur le sujet. Tous se défilent de peur de passer sous les fourches caudines de l’idéologie dominante. Dans le même temps, un Mélenchon, révolutionnaire en carton pâte, se ridiculise, Olivier Faure (PS) disparaît des écrans et les satrapes de gauche, les grands penseurs des broussailles à la Olivier Duhamel dévoilent leur vrai visage : celui d’une élite de gauche au service de ses seules ambitions – sonnantes et trébuchantes -, et plus encore de leurs turpitudes. Quand ils ne se font pas prendre la main dans le pot de confiture.

Dernier aspect de cette classe politique, tous les partis sont incapables de nous livrer une vision cohérente du monde et de la société française en particulier qui se défait sous leurs yeux. Députés, sénateurs, présidents des bazars représentatifs des communes et des départements, tous voient bien ce qui se passe mais ne font rien. Ils assurent d’abord leur casse-croûte. Et après, ils voudraient que les Français se déplacent alors qu’ils sont déjà cocus ?

Deux infos majeures caractérisent ces élections. Tout d’abord le taux d’abstention – 66,1% aux dernières nouvelles -, ce qui est énorme et qui interpelle notre régime soi-disant démocratique. Une minorité peut-elle dicter sa loi à une majorité et si tel est le cas, comment s’appelle ce régime ? Deuxio, le Rassemblement national, alors qu’il cartonnait dans les sondages, s’effondre. A cela une raison majeure, Marine Le Pen a tellement mis d’eau dans son vin qu’elle a dénaturé ce qui faisait l’originalité du parti sur une ligne dressée par son père. La force du Front, c’était son irréductibilité au discours ambiant. Sauf que Marine Le Pen et ses gitons ont décidé de se la jouer Gay Pride et droits de l’homme. Elle paie la facture, les Français n’aimant guère qu’on les prennent pour des cons.  La triste leçon de ces élections, c’est que les partis politiques et les politicards vont pouvoir reprendre leurs petites magouilles. Mais sans nous !

 

07:47 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 09 juin 2021

Miscellanées

téléchargement.jpeg

Le billet de Patrick Parment

L’affaire Mélenchon relève de la tempête dans un verre d’eau. Pour la bonne raison que ce personnage qui a suscité, un temps, une juste curiosité a fini par endosser le costume du clown et saborder son parti accentuant d’autant la fragmentation d’une gauche dont les rêves sont venus se fracasser sur le principe de réalité. Certes, me direz-vus la débandade vaut aussi pour ces Républicains, résidus anachroniques d’un RPR réduit à l’impuissance par la bêtise d’un Chirac, d’une UMP, union chiraco-centriste, destinée à sauver les meubles pour finir en Bérézina républicaine. Quant à la République en marche, parti sans vraie colonne vertébrale, elle est condamnée à naviguer à vue entre ces différents courants qui agitent la classe politique française. D’où le côté désabusé des Français que confirment les taux élevés d’abstention. Aux dernières législatives partielles, le taux de votants n’a pas dépassé 19%. Bonjour la démocratie.

Allemagne/France

La situation politique allemande n’est guère plus brillante si on la considère à l’aune des perspectives européennes. Le bilan d’Angela Merkel est une catastrophe qui laisse un paysage politique en plein doute. Le possible successeur de Merkel, à la tête de la CDU/CSU est un fort triste sire, Armin Laschet, dont on imagine mal le voir sortir du sillon tracé par la mère Merkel. Une affaire à suivre. Mais ce qui agite la classe politique allemande en ce moment, c’est la déclaration du Conseil scientifique indépendant du ministère de l’Economie qui prône un départ à la retraite à 68 ans et de coupler ce dernier avec l’évolution de l’espérance de vie.

Si la situation démographique allemande est une catastrophe, en France cela ne va guère mieux dans la mesure où le taux de fécondité des Gaulois est biaisé par celui des immigrés. On ne sait si la situation est identique en Allemagne comme en France. Toujours est-il qu’officieusement, en France, on vous engage à partir à la retraite à 65 ans, quand bien même si le seuil légal est fixé à 62 pour les personnes nées à partir de 1955. Le gros du scandale n’est pas l’âge du départ à la retraite, mais bien que nombre d’entreprises virent leur personnel dès la cinquantaine venue. Et c’est l’Etat qui comble le trou de ces préretraites forcées, c’est-à-dire la communauté nationale.

On a toujours milité pour que l’on fixe un taux d’années travaillées plancher et que l’on laisse libre la personne de prendre sa retraite ou de prolonger son activité. Il est bien évident qu’il y a de grandes différences entre les métiers manuels pénibles et les autres. Revers de notre modernité : faut-il compter au rang de pénible, la pression psychologique – voir le harcèlement -, qu’exerce de grands groupes sur leurs personnels comme on a pu le constater chez Orange et ailleurs ?

Italie

La situation politique en Italie… est italienne. A la différence que de se proclamer fasciste n’est pas à proprement parler une insulte. Heureux pays. Et l’extrême-droite italienne, appelons-là comme cela, ne cesse de faire évoluer ses frontières et d’élargir son audience. C’est ainsi qu’hier encore Matteo Salvini, porté aux nues par toute la droite italienne, a largement mis de l’eau dans son vin quand ce dernier a commencé à respirer les premières effluves du pouvoir. Dans un pays où la démocratie chrétienne tient le haut du pavé, l’accession au pouvoir se joue avec l’assentiment ou la neutralité d’un centre pour le moins mouvant. Pour l’heure, et là est la grande surprise, La ligue populiste de Matteo Salvini est en train de se faire tailler des croupières par les post-fascistes de Fratelli d’Italia de la très dynamique Giorgia Meloni. Or, Salvini avait misé sur une coalition qui regrouperait toutes les droites. Outre ceux déjà cités il faut ajouter à cette coalition Forzia Italia de Silvio Berlusconi, en perte de vitesse à l’image de son leader, 84 ans, à la santé plus que déclinante. Mais près d’un Italien sur deux accordait sa confiance à cette coalition. En attendant, Giorgia Meloni, 44 ans, est au coude à coude avec la Ligue et ne désespère pas de devenir la première femme présidente du Conseil. Et croyez-moi, cette femme c’est autre chose que cette eau tiédasse de Marine Le Pen.

12:16 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 22 mai 2021

La dérive symptomatique du football français

index.jpg

Patrick Parment

J’avoue que je n’aime guère le football en tant que sport, quand bien même déchaîne-t-il les passions, dont la particularité française est qu’il est joué par des individus qui n’ont que peu à voir avec le village gaulois d’Astérix. Qu’on ait gagné deux fois la coupe du monde ne m’impressionne guère étant donné que je ne me sens pas du tout concerné par ces équipes censées nous représenter. Reste que ce sport très populaire, et en raison même de cette popularité, ne pouvait échapper aux visées politiques de ceux qui nous gouvernent. On se souvient des pantomimes d’un Chirac recevant tout ce petit monde à l’Elysée alors même qu’il se sentait plus attiré par le cul des vaches que ces joueurs de foot dont il se tamponnait allègrement le coquillard vu qu’il n’a jamais rien compris à ce sport…et au reste non plus d’ailleurs. Mais voilà, le foot rempli les stades d’énergumènes qui viennent brailler leur enthousiasme et qui sont dans leur grande majorité les dignes représentants de cette France profonde et oubliée après laquelle courent tous nos hommes politiques. Sport et politique sont indissociablement liés. Autre vecteur incontournable de ce sport : l’argent. Voici qui constitue à n’en pas douter un cocktail explosif. Passons sur le salaire de ces joueurs, autre scandale qui ne semble choquer personne. Et puisque nous sommes en pleine pandémie, nous n’hésiterons pas à faire un peu de démagogie, en comparant le salaire des footeux – de 2 à 300 fois le smic - avec ceux des médecins, infirmières et autres soignants qui s’échinent à sauver des vies pour des salaires de misère.

J’avoue que les Français ont pour caractéristique d’avaler des couleuvres, mais cette fois-ci la gente fooballistique a carrément dépassé les bornes pour ne pas dire péter les plombs. D’une part Didier Deschamps, le sélectionneur de l’équipe de France, remet en selle l’algérien Karim Benzema, qui clame à qui veut l’entendre que de la France il n’en a rien à foutre. Et surtout qui n’apporte rien de particulier à une équipe « dite de France » qui a tout gagné sans lui. Enfin, cerise sur le gâteau, la Fédération française de football n’a rien trouvé de mieux que de faire appel au rappeur zaïrois Youssoupha pour pousser la chansonnette à la gloire des « bleus » ! Lequel Youssoupha s’en était déjà pris à « ce con » d’Eric Zemmour – qui l’a trainé devant les tribunaux - et qui rêve de « foutre en cloque cette chienne de Marine Le Pen ». Et le plus dramatique dans cette affaire, c’est la ministre des sports, l’ex-nageuse roumaine, Roxanna Maracineanu qui déclare que « Youssoupha est un chanteur militant qui dénonce le racisme et qui est pour la diversité ». Et pour cause quand cette diversité est pour beaucoup sonnante et trébuchante. Il serait temps que nos politiques arrêtent ce genre de connerie et se montre plus respectueux des Français de souche comme l’on dit et qui sont encore majoritaire dans ce pays. Ce que semble oublier ces gouvernants déboussolés qui courent après je ne sais trop quelle chimère. Une chose est certaine, l’idée qu’ils se font de la France ne correspond à aucune réalité, Macron et ses sbires en tête de gondole.

 

 

05:45 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 10 mai 2021

Le bal des cocus, souvenirs des années Mitterrand

mitte_.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Les socialistes français sont bel et bien la pire engeance qui soit. Non contents d’avoir été cocus, ils en redemandent en fêtant l’arrivée de ce satrape au pouvoir que fut François Mitterrand, un certain 10 mai 1981. Suprême masochisme de cette génération Mitterrand, c’est le Maître lui-même qui les a auto-dissout. Tout comme il a eu la peau du parti communiste. Il faut bien dire que l’homme de droite qu’il a toujours été – on demeure toujours fidèle à son enfance - avait un sérieux compte à régler avec la gauche et plus encore les gaullistes.

Comme quoi, il faut bien distinguer opinion et ambition. Toute la vie de Mitterrand démontre que sur le fond, il n’a aucune conviction particulière mais une terrible ambition : être en sortant de l’indistinct comme le note très justement Jules Monnerot dans Les lois du tragique (PUF, 1969). Exister, prendre le pouvoir, tel est l’ambition du jeune Mitterrand éduqué chez les « bons pères » et dont toute la jeunesse est placé sous le signe de l’Action française et de Charles Maurras ! Excusez du peu.

Sous Vichy, le voici mordicus collabo au point de faire des pieds et des mains pour se voir décorer de la Francisque. C’est chose faite. Sentant le vent tourner, Mitterrand va aussi tourner – il a comme Edgar Faure un sens inné du vent -  et s’invente un passé de résistant en participant à un réseau peu ou prou bidon. A la Libération – sur fond de sanglante épuration à laquelle il échappera grâce à ce viatique de résistant -, il comprend que De Gaulle et les communistes écrasent toute la vie politique française. Enfin, à cette époque surtout de Gaulle, dont notre ami, Henri-Christian Giraud, dans un ouvrage magistral (De Gaulle et les communistes (Perrin, 2020, édition revue et corrigée), nous décrit par le menu les connivences instruites à Londres entre De Gaulle et les cocos. Ce que confirmera d’ailleurs l’étoilé déserteur en 1958 avec son coup d’Etat.

De Gaulle-Mitterrand, deux destins parallèles. Mitterrand comprend dès lors que son destin est à gauche s’il veut satisfaire ses ambitions. Car la droite qu’il a connue, est décapitée pour longtemps et notamment toute cette droite intellectuelle – qu’il adore - qui a tenu le haut du pavé entre les deux guerres. Où sont les Drieu La Rochelle, les Alexandre Marc, les Jean-Pierre Maxence, les Jean de Fabrègues, etc., Disparus dans la nasse du nouveau totalitarisme qu’instaure l’alliance des communistes et des gaullistes. Les prisons regorgent de ces soi-disant « collabos » qui en avaient marre des politicards et escrocs de cette troisième République qui nous a laissé démuni pour ne pas dire à poil face à l’armée allemande en 1940. Mitterrand se faufile entre les balles et entame une carrière politique disons de centre gauche. Et pour se faire la main, il faut magouiller pour entrer au gouvernement, acquérir une légitimité. 

Dès 1946, il s’inscrit à l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR) dont il deviendra le président, ce qui lui vaut en 1954 de devenir ministre de l’Intérieur dans le gouvernement Mendès-France qui, par ailleurs, le détestera cordialement. Il se montrera curieusement défenseur de l’Algérie française, « parce que l’Algérie c’est la France ». Pour l’anecdote, Mitterrand défendra Jean-Louis Tixier Vignancour, défenseur de Salan dont il sauva la tête mais aussi comme avocat de Rivarol, au nom d’une vieille amitié noué aux Volontaires nationaux au bon temps du Maréchal. Le même Tixier qui lui renverra l’ascenseur en appelant à voter Mitterrand à la présidentielle de 1965.

Arrivé enfin au pouvoir, grâce à un certain Jacques Chirac qui a flingué en vol Valéry Giscard d’Estaing, Mitterrand va laisser la main à ces socialistes qu’il obligera toutefois à accepter le tournant libéral du régime en nommant Premier ministre Laurent Fabius à la place de Pierre Mauroy qui a allègrement vidé les caisses de l’Etat. Résultat, les boursicoteurs n’ont jamais gagné autant de fric que sous Mitterrand ! Paradoxe ? Non pas. Mitterrand aimait l’argent. Surtout celui des autres ! Raison pour laquelle, voir tous les éclopés du Mitterrandisme fêter leur saint patron nous fait hurler de rire. 

12:18 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 06 mai 2021

Un nouveau policier tué, l’Etat aux abonnés absents

police.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est peu dire que le vase a débordé depuis longtemps. Un policier, intervenant dans un quarter d’Avignon réputé pour être l’un des lieux du trafic de drogue, a été tué par un individu qui n’a pas hésité à lui tirer dessus avec une arme à feu. L’individu a pris la fuite est recherché comme l’on dit. Si l’on ne peut accuser la police de faire son travail – comme le font les médias bobos comme Libération, Mediapart ou France 2 -, et dans des conditions bien souvent difficiles – par manque de moyens – il n’en va pas de même de ce président de la République et de son gouvernement, totalement dépassés par les événements et dont les préoccupations majeures sont plus électorales que sécuritaires. La police paie la note de l’impuissance de l’Etat et le ministre de l’Injustice signe les factures.

Car l’impuissance de l’Etat se manifeste également au niveau de la Justice et de son ministre, Dupond-Lajoie-Moretti, dont l’objectif majeur est de courir après le Rassemblement national au lieu de botter le cul de ses juges. Cette faiblesse de la justice, les policiers en font les frais chaque jour tant les délinquants qu’ils leur présentent sont trop souvent relâchés, absous ou condamnés à des peines peu en rapport avec le délit. L’affaire Halimi nous en a offert le triste spectacle. Dans les trois quarts des opérations cités, on constate que le délinquant était bien souvent un récidiviste et connu comme l’on dit des services de police. Et, trop souvent, un immigré quand ce n’est pas un fou d’Allah !

Il faut bien dire que quand on place à la tête du ministère de l’Intérieur, des calibres du genre Christophe Castaner, qui fréquenta la pègre dans sa jeunesse pré-socialiste, ou un Gérald Darmanin, à la mode Muselier, pur politicard uniquement soucieux de faire carrière et dénué de toute vision métapolitique, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Le drame est que la déliquescence de l’Etat remonte à un certain mai 1981 quand Mitterrand, socialiste à la mode de Bretagne, s’est installé à l’Elysée. On est dès lors allé de Charybe en Scylla dans l’effondrement et l’impuissance avec Chirac, Sarkozy, Hollande et Emmanuel Macron aujourd’hui.

Aussi, quand des militaires prennent la plume pour dénoncer les carences de l’Etat et de son autisme à l’égard de la société et des Français, ils ont malheureusement raison. Raison aussi quand ils prédisent que demain il faudra faire appel à l’armée pour remettre de l’ordre dans ce pays. La future bataille d’Alger, c’est en France qu’elle aura lieu.

08:40 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 02 mai 2021

Renaud Muselier dans la peau de Ganelon !

muselier.jpeg

Le billet de Patrick Parment

Le cirque politique ne cessera jamais de nous faire rigoler tant les exemples sont nombreux de ces élus qui pour conserver leur casse-croûte n’hésitent pas à renier ce qu’ils sont censés être au mépris des intérêts supérieurs de leur parti mais plus grave encore de la nation. Ce baltringue de Renaud Muselier, petit-fils de l’amiral Muselier - à qui l’on doit un pamphlet sévère contre un certain Charles De Gaulle, De Gaulle contre le gaullisme (ed. Du Chene, 1946) - en est l’archétype. Le Premier ministre, Jean Castex, vient de l’adouber en déclarant que « la majorité présidentielle répond très favorablement à l’initiative de Renaud Muselier » de s’allier avec LREM aux élections régionales. Un Muselier qui avait rallié le RPR en qualité d’homme lige d’un certain Jacques Chirac qui fut au gaullisme ce que le hamburger est au tournedos Rossini.

Et il n’est pas le seul, puisque des hommes de haute conviction comme le maire de Nice Christian Estrosi, surnommé « motoculture » et Hubert Falco, médiocre maire de Toulon, pataugent dans la même bouillabaisse. Et ce au mépris du mot d’ordre de leur président, Christian Jacob, qui a pourtant clamé haut et fort « pas d’alliance avec la majorité présidentielle ».

Reste que face à la montée grandissante du ras-le-bol des Français – ce que confirment tous les sondages - et qui favorise au premier chef le Rassemblement national - ce grand gueuloir ripoublicain -, nombreux sont ceux chez les Républicains qui sont prêts à toutes les compromissions pour conserver leur casse-croûte. La question se pose d’ores et déjà dans le Centre-Val-de-Loire entre Nicolas Forissier (LR) et le ministre (Modem) Marc Fesneau ; c’est le cas en Nouvelle Aquitaine entre la ministre Modem Geneviève Darrieussecq et Nicolas Florian (LR) afin de déboulonner le sortant socialiste ; c’est aussi le cas dans le Grand-Est où le sortant LR, Jean Rottner se trouve en difficulté face au RN ; et que dire de Xavier Bertrand sérieusement talonné par le RN dans les Hauts-de-France. Autant dire que comme cela risque fort d’arriver, c’est tout le parti de Christian Jacob, les Républicains, qui va voler en éclats.

Là où l’affaire devient croquignolette, c’est que du même coup, les ambitions présidentielles clairement avouées du représentant de commerce Xavier Bertrand, de Valéry Pécresse, patronne de l’Ile-de-France et du sénateur Retailleau vont se prendre une grande claque dans la tronche. On s’entretue à gauche, on se parjure à droite, quel spectacle ! Ce qui doit faire marrer Emmanuel Macron qui rêve d’un duel avec Marine Le Pen.

Cela confirme surtout que toute cette horde de peigne-culs n’ont strictement aucune conviction et que de l’avenir de la France, ils n’en n’ont rien à foutre. Car le bilan du macronisme est catastrophique et pas seulement en raison de la pandémie. Macron foule du pied la France profonde qu’il méprise et ignore afin de nous aligner sur la philosophie de tous les satrapes qui se retrouvent chaque année à Davos et qui ont un profond mépris des peuples qui s’opposent à leur funeste dessein, réduire la planète à un vaste marché. Autant dire qu’à la lecture de tous ces événements et des surprises encore à venir, la prochaine élection présidentielle demeure une énigme. On s’en réjouit.

10:38 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 21 avril 2021

Vous avez dit sécurité ! Quelle sécurité ?

macron.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Une fois de plus, nos dirigeants se foutent littéralement de notre g… et réduisent la démocratie à son plus petit dénominateur commun. Ce qui explique en grande partie les taux d’abstentions records aux élections quelles qu’elles soient.  De quoi s’agit-il ? Tout simplement de la bouglionesque prestation d’Emmanuel Macron en matière de sécurité. A l’image d’un Sarkozy – il n’est pas plus grand, 1m10 et 3 de tension – Macron veut nous montrer qu’il a du muscle. Cette pantomime, tous, de droite à gauche, nous l’ont déjà faite et notamment les ministres de l’Intérieur de Pasqua à Sarkozy en passant par l’Espagnol « qui n’a pas une goutte de sang français », Manuel Valls.

On n’a jamais vraiment su si Macron était de gauche ou de droite pour la bonne raison que sur le fond, il n’est rien. Mais en bon énarque qu’il est, le calcul est très simple concernant sa prochaine candidature, elle se jouera à droite, la gauche ayant quasiment disparu du paysage. Elle est en pleine dérive, au point, et là on se marre franchement, que l’insoumis de mes fesses, Jean-Luc Mélenchon déclare qu’il se sent « Maghrébin européen ». Il a dû trop fumer de pétard dans son périple sud-américain. Car en matière de classification des races, on ne sait toujours pas à quoi cette espèce correspond. Mais à l’heure des transgenres et des manipulations génétiques, une nouvelle race est peut-être née, le gaucho-méchancon-sapiens !

Mais revenons au camarade Macron et à ses biceps. Inutile d’être Madame Soleil pour savoir que si tout doit se jouer à droite, il suffit alors d’en épouser les grands thèmes : l’immigration et la sécurité. Ca mange pas de pain et ça peut rapporter gros… Sauf que… Sauf que ce scénar, on nous le fait à chaque élection et ça donne quoi ? Sarkozy a purement et simplement supprimé plus de 10 000 policiers et gendarmes de la carte du pas-tendre-du-tout et que depuis quatre ans qu’il est aux manettes, le Sieur Macron a vu la délinquance et l’insécurité exploser sous son nez. On ouvre à peine un journal que les meurtres d’individus de races bien déterminées nous sautent aux yeux : Maghrébins, Pakistanais, Subsahariens Tchetchènes, Tsiganes roumains, j’en passe et des meilleurs.

Il y a même une justice qui se réfugie derrière la maladie mentale pour absoudre certains d’entre eux qui s’avèreront de joyeux récidivistes. Quant aux expulsions, on frise la rigolade. Les sacro-saintes lois démocratiques permettent à de savants avocats d’effectuer des tours de passe-passe devant des magistrats qui ne demandent qu’à se faire enfumés. Nos amis les pandores ne cessent d’ailleurs de se plaindre de leur laxisme. Au risque de figurer sur le « mur des cons » érigé par le sacro-saint Syndicat de la magistrature.

Alors Macron, me direz-vous ? De l’esbroufe mon cher  Watson. Car il suffit d’interroger des juristes sérieux pour qu’ils vous répondent franchement que les lois pour lutter aussi bien contre la délinquance que l’immigration clandestine sont là et qu’il suffit de les appliquer. C’est franchement pas plus compliqué que ça. Le vrai problème est donc que l’Etat est incapable de faire appliquer les lois qu’il fait voter. Et c’est bien là que ça devient surréaliste.

Sauf que la réalité demeure, les Français en ont ras-le-bol qu’on leur marche sur les pieds, que des ministres au lieu de combattre l’islam politique se rendent dans des mosquées qui n’auraient jamais dû voir le jour, dès qu’un moindre tag « raciste » y est apposé. Marre qu’une classe politique se couche devant la pression qu’exercent les islamistes sur nos institutions, et l’école notamment. Les Français veulent que règnent les lois françaises dans leur pays et mieux encore qu’on les applique. Au lieu de cela , tout un chacun a bel et bien le sentiment que nous sommes devant des pouvoirs faibles et incapables de réagir face aux multiples agressions dont les Français font les frais dans leur quotidien. Un pouvoir fort n’est pas incompatible avec une démocratie digne de ce nom. Car nos démocraties ont le droit de se défendre face à ceux qui refusent ses règles du jeu. Encore faut-il s’en donner les moyens.

08:42 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 17 avril 2021

Procès de policiers

police ban.jpg

Le billet de Patrick Parment

A Marseille, plusieurs policiers de la brigade anticriminalité des quartiers Nord se retrouvent devant les tribunaux pour un racket qui va de la simple bouteille d’alcool aux cigarettes et à la drogue. Les flics me direz-vous sont là pour faire appliquer la loi, pas pour la détourner. On est bien d’accord. Sur le principe. Sur le principe toujours, il serait judicieux que les flics règlent leurs comptes entre eux et la justice sans que cela apparaisse pour autant dans la presse qui en fait ses choux gras. Ah, les affreux ripoux ! s’empressent de juger tous les tordus de Libération, du Monde immonde et l’ensemble de cette presse de gôôôche si moralisatrice, en mal de papier bon marché quand papillonnent les pédo-criminels issus de leurs rangs. Mais dès que l’un d’eux prend un coup de pied au cul, il s’empresse d’appeler  Maman, les flics. Idem de l’autre tordu d’Edwy Plenel qui lorsqu’il sévissait au Monde était branché direct sur les services de police qui lui fournissait la matière de ses papiers vengeurs. Plenel, l’homme à la moustache stalinienne ! Toute cette presse, si prompt à viser une fantasmatique extrême-droite là où elle n’est pas le plus souvent et à absoudre la racaille d’extrême-gauche qui casse et tape sur tout ce qui bouge lors des manifs.

Mais revenons à nos policiers. On est stupéfait d’apprendre que pour un vol de cigarettes ou d’alcool, des policiers se retrouvent devant les tribunaux face à des juges qui vont se faire un plaisir de leur faire la morale et au pire de les condamner ! Mais ce ne sont pas ces juges qui ont les mains dans la merde sociale, matin, midi et soir, avec peu de moyens et des salaires pas toujours à la hauteur de la tâche. Même prudence à adopter en matière de drogue qui comme chacun sait irrigue toute l’économie souterraine de ces banlieues qui sont souvent des ghettos. Trafics sur lesquels tous les gouvernements, socialistes en tête de l’ère Mitterrand, jettent un voile pudique ne voulant pas prendre le risque d’enflammer ces foutues banlieues où règne la misère d’une immigration qu’ils ont engendré faute d’avoir voulu et su la juguler. Alors, faute de mieux, on voit des ministres de l’Intérieur venir nous dire qu’ils vont faire le ménage, rendre la police vertueuse, comme si eux l’étaient. Quand on voit un Gerald Darmanin se déplacer pour de simples tags sur une mosquée, on imagine aisément le feu vert qu’il donne à une justice pour sanctionner les flics ripoux. Ce même Darmanin qui interdit les Identitaires, alors que leur dossier est vide de toute violence, et qu’ils n’ont fait que dénoncer, une fois de plus, la complaisance – et l’impuissance - d’un pouvoir à l’égard de l’immigration.

Défendre sa police, tel est le rôle du pouvoir. La sanctionner aussi quand il le faut, mais loin des caméras et des médias toujours à l’affût d’un sujet bien saignant monté en épingle. Mais doter sa police des moyens adéquats et les rémunérer à la hauteur des sacrifices demandés, telle est aussi la mission d’un Etat soucieux de protéger ses citoyens. Tant il est vrai que l’on mesure la grandeur d’une civilisation à la hauteur de la paix sociale qu’il accorde à son peuple. Le problème est que depuis des décennies maintenant, le pouvoir n’est plus à la hauteur du peuple !  

12:04 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 26 mars 2021

Au loup...

banderole af.jpg

Le billet de Patrick Parment

Deux militants du mouvement royaliste d’Action française ont pénétré dans l’hémicycle du conseil régional d’Occitanie, à Toulouse, dirigé par la socialiste Chantal Delga - dont la succession aux prochaines régionales n’est pas assurée -, en brandissant une simple banderole. Il n’en fallait pas plus pour que tous les sicaires de la classe politique se mettent d’un coup à hurler au loup ! L’occasion était trop belle !  

Mais au fait de quel délit majeur se sont rendus coupables nos deux valeureux chevaliers ? Ils ont simplement brandi une banderole sur laquelle on pouvait lire « islamo-gauchistes, traîtres à la France ». Le service d’ordre est intervenu et les pandores ont embarqué les deux intrus.

Une bonne occasion pour la présidente socialo Chantal Delga, fonctionnaire territoriale de profession, de se ridiculiser en beuglant « condamner fermement cette action violente (?) de la part de militants d’extrême droite ». Et d’ajouter qu’elle allait porter plainte. Mais contre quoi ? Brandir une banderole ! Quel acte fascisant en effet ! Et d’ajouter, car le ridicule ne tue pas, « On sent en France qu’il y a un climat très tendu. On est en train de créer une société d’ennemis. Je crois qu’il va y avoir une escalade avant la présidentielle ». Ah bon, mais qui en est responsable ? Certainement pas nos deux brandisseurs de pancarte. Faut pas aller loin pour trouver la réponse !

Là où l’affaire se corse, c’est qu’Emmanuel Macron, notre bien chancelant président, a trouvé bon de s’en mêler, sur l’air de pin-pon-pin-pon : « En envahissant le conseil régional d’Occitanie, l’extrême droite a une nouvelle fois montré son vrai visage : action violente, volonté de bâillonner la démocratie et de diviser les Français » Nos deux chevaliers peuvent être fiers d’avoir bâillonné à eux seuls la démocratie. Le problème, c’est qu’elle est toujours debout et toujours aussi malade ... et pas que du covid-19 !

Il n’en fallait pas plus pour que la cohorte des pleureuses démocratiques y mêlent leur voix de fausset. Le maire de Toulouse, le LR Jean-Luc Moudenc, a condamné « fermement » comme il se doit. Xavier Bertrand – l’assureur du Nord - qui bêle « c’est à la démocratie que ces militants d’extrême droite s’attaquent ». Ou encore le sieur Jean-Luc Mélenchon qui confirme bien sa tendresse pour les islamistes en déclarant : « C’est signé Macron, Darmanin, Schiappa, Olivier Faure et autres chasseurs d’islamo-gauchistes ». Avec Mélencchon, ce qui est bien, c’est qu’il fout tout le monde dans le même sac !  Mais le plus surprenant dans cette affaire, du moins en apparence, c’est la réaction de la mère Marine Le Pen qui a joint sa voix à celle de ceux que l’on pensait être ses ennemis… politiques bien sûr ! Ben non. Elle aussi joue les pleureuses, via son candidat aux régionales sur place, Jean-Paul Garraud, qui a dénoncé cette intrusion « inadmissible ».

Rien de nouveau sous le soleil, me direz-vous. Mais au lieu de chasser les Black Blocs autrement plus violents que nos deux braves militants royalistes, la classe politique montre une fois de plus son immense désarroi face à un Rassemblement national qui ne cesse de confirmer qu’il est bien, avec les abstentionnites, le premier parti de France. De son côté Marine Le Pen confirme une fois de plus qu’elle n’est pas en phase avec sa base militante, autrement plus radicale et qu’incarnait bel et bien, son père, Jean-Marie. Une fois de plus, le grand cocu de l’affaire, le peuple français dont le seul et unique défenseur est bien cette extrême droite que tous ces faux démocrates ne cessent de dénoncer. Et pour cause !

10:39 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 24 mars 2021

Foutu virus !

image.jpg

Le billet de Patrick Parment

On a beau allez de confinement en couvre-feu, ce foutu virus ne semble pas devoir reculer. Il crée même le désarroi au sein des gouvernements. Et notre plus grand handicap dans cette affaire est que les Européens n’arrivent pas à élaborer une stratégie commune. L’Italie enchaîne les confinements. L’Espagne relâche la pression dans ses régions majeures comme Madrid ou la Catalogne, faute de pouvoir indemniser ses commerçants et restaurateurs.  Angela Merkel met son pays sous cloche pour les fêtes de Pâques. La Suède continue son voyage solitaire en ne confinant pas, faisant simplement appel à la discipline de ses concitoyens. Au Royaume-Uni, on vaccine à tour de bras.

En France, le gouvernement nous fait surtout part de ses hésitations disant tout et le contraire de tout et au final n’importe quoi. Macron, qui tient compte du ras-le-bol ambiant, nous confine sans confiner. Jean Castex, à la rigolade générale, invite les Français à sortir mais surtout à n’inviter personne chez eux. Car la contamination, on le sait, se fait en espace clos. Mais les écoles restent ouvertes. On interdit les déplacements interrégionaux, mais les TGV sont bondés permettant du virus de se balader itou.

Et puis et puis il y a les suspicions concernant le vaccin AstraZeneca. Les témoignages contre ce vaccin, en raison de ses trop nombreux effets secondaires, affluent de toute part. Comme par hasard l’Europe vient de confirmer son « efficacité », un peu rapidement à mon goût, et cela respire le travail des lobbies et les enjeux économiques en cause dans cette affaire. Si Pfizer et Moderna semblent – a priori – efficaces, il en va de même semble-t-il avec le Spoutnik-V russe. Mais pour des raisons politiques, l’Europe, à la botte de Washington, ne semble pas pressée de l’homologuer tant elle souscrit à la guerre que mènent les Américains contre la Chine et la Russie. Joe Bidet ne vient-il pas de traiter Vladimir Poutine de « tueur » ! Passant ainsi sous silence les catastrophiques interventions militaires américaines qui ont fait la ruine des pays concernés tels l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie. Combien de morts, mister Joe Bidet ?

Enfin, mon scepticisme est grand, dans la mesure où l’on sait qu’élaborer un vaccin demande des années de recherches et d’études et que malgré les sommes englouties depuis des décennies on n’a toujours pas trouvé un remède au sida. En attendant, on a toujours cette épée de Damoclès au-dessus de nos têtes avec ce foutu virus. Car on ne sait toujours pas quel est l’impact réel des différents vaccins sur son recul, si recul il y a. Si l’on part du principe que les vaccins – hormis l’AstraZeneca – ne peuvent pas nous faire plus de mal qu’un vaccin contre la grippe, allons-y, même à reculons. Mais on peut se dire aussi que « les autres » étant vaccinés, inutile d’aller à l’abattoir.

13:37 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 16 mars 2021

Désarroi !

3641994848.jpeg

Le billet de Patrick Parment

Depuis la fin du XIXe siècle, la science n’a cessé de démontrer sa capacité à déchiffrer les mystères de la nature et de donner à l’homme les moyens d’agir sur elle, afin, bien souvent, d’en corriger les excès. On pense à Pasteur et son vaccin contre la rage, la découverte de la pénicilline en passant par le nucléaire et la conquête de l’espace. La science est cette nouvelle religion qui, à l’image des dieux antiques, nous livre une autre explication du monde.

Cependant la science a aussi permis à l’homme une meilleure compréhension et une meilleure maîtrise de son corps en soignant de nombreuses maladies et en éradiquant de nombreux fléaux comme la variole, la tuberculose, etc. On en est même arrivé à parler d’anthropocène, c’est-à-dire à ce point où l’homme dicte sa propre loi à la nature. Il n’en reste pas moins, malgré tous ces beaux « progrès » que la nature nous réserve ses zones d’ombre et se montre, au final, toujours la plus forte. Notamment face à ces diables de virus qu’il s’agisse, en l’espèce, du sida, de la grippe et aujourd’hui du covid-19 et ses variants.

A cela une raison simple, la nature réagit toujours aux défis que lui lance l’homme à chaque fois qu’il modifie son environnement. Or, la bonne écologie n’est rien d’autre que d’établir un juste équilibre entre l’homme et son environnement. A partir du moment où celui-ci modifie, sans en mesurer les conséquences, ses écosystèmes « naturels » dirons-nous, la nature apporte une réponse qui n’a que peu à voir avec la morale. Une analyse des grandes pandémies auxquelles a dû faire face l’humanité en apporte la preuve. La peste par exemple, liée en grande partie aux conditions d’hygiène dans lesquelles vivaient nos concitoyens et transmise par les rats. On pense également à Céline et à sa thèse de médecine sur le médecin autrichien Ignace Semmelweis. Les exemples sont nombreux.

Et aujourd’hui, nous voici confrontés à une nouvelle pandémie, baptisée covid-19, qui a la particularité de toucher la terre entière à l’image de cette mondialisation qui régit désormais les rapports des hommes entre eux, tout à la fois économiques mais aussi touristiques. Et à l’image du transport aérien, les virus voyagent eux aussi. N’a-t-on pas soupçonné, à tort ou à raison, les Chinois d’être à l’origine de cette pandémie ? Et pour cause, la Chine d’aujourd’hui est certainement le pays qui a le plus modifié, transformé, maltraité son environnement au point qu’une pollution sévère règne sur nombre de ses grandes métropoles, Pékin en tête. On ne connaît pas encore les effets produits par la destruction des grandes forêts primaires comme l’Amazonie et tant d’autres en Afrique comme en Asie, où l’on voit des espèces animales, voire végétales, disparaître.

Toujours est-il que face à cette pandémie du covid, on paraît bien démuni. En peu de temps, on a vu surgir des vaccins dont au final on ne connaît pas vraiment l’efficacité. C’est peu dire que l’on « pédale dans la semoule ». Mais surtout, l’homme a fait preuve de son incapacité à mettre en œuvre une stratégie commune susceptible d’endiguer la progression du virus. En France, par exemple, nos gouvernants ont dit tout et le contraire de tout. De confinement en couvre-feu, nous sommes désorientés et cela ne sera pas sans conséquence quand nous sortirons la tête de l’eau. Entre réchauffement climatique et une mondialisation dont nous ne cessons de mesurer les effets pervers, l’homme de ce XXIe siècle est incontestablement confronté à des processus qui mettent en jeu sa propre survie. La première des nuisances, ne serait-elle pas cette mondialisation qui non contente d’épuiser la terre, nie profondément ce que l’homme a mis des siècles à ériger : son identité et sa culture.

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

11:34 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 02 mars 2021

Quand la justice bafoue le politique

juge-fâché-cartoon-59592796.jpg

Patrick Parment

Il est bien évident que peu nous chaut que Nicolas Sarkozy aille ou non au trou pour un ou deux ans, voire plus. Le problème de fond n’est pas là. Il est que le pouvoir politique n’a, semble-t-il, plus prise sur la Justice.

Pour s’en tenir aux faits, Sarkozy est condamné pour une conversation téléphonique (celle d’un client avec son avocat) relative à une affaire pour laquelle il a été blanchi : il aurait envisagé une infraction qu’il n’a pas commise, une banale histoire de cornecul sur la promotion d’un magistrat qui au final n’a pas eu lieu. Par ailleurs, les discussions téléphoniques (les fameuses écoutes dites fadettes) entre un avocat et son client sont censées relever du secret professionnel. Bref, tout dans cette histoire est bancal et laisse accroire que le fameux Parquet national financier (PNF), souvent mis en cause ces dernières années, règle ses comptes avec les politiques et Sarkozy en particulier.

On a encore en mémoire l’affaire François Fillon, la vitesse à laquelle est intervenu ce fameux PNF qui lui a valu, outre sa place de candidat à la présidentielle, une condamnation pour lui et sa femme pour emploi fictif. Or, on apprend depuis que le camarade Bruno Le Maire a également employé sa femme comme assistante parlementaire bidon et que celle-ci court toujours avec les plus de 200 000 euros dans les fouilles !

Depuis quelque temps, la Justice, à travers les magistrats, ne semble n’en faire qu’à sa tête. Ce qui veut dire que le politique n’ose plus mettre le holà à cette dérive inquiétante. Le politique s’imagine peut-être que montrer ses muscles comme l’a fait Mohamed Darmanin en interdisant Génération identitaire suffit à rassurer les foules !

Excusez du peu, mais la Justice doit rester sous la houlette du pouvoir politique. C’est d’ailleurs le seul conseil qu’avait donné François Mitterrand à cet imbécile de Jacques Chirac. Et ce pour une bonne raison, mais ce n’est pas la seule, que c’est le peuple, via ses élus – députés et sénateurs – qui dit le droit en votant les lois. On ne peut donc laisser à un magistrat, quel qu’il soit, la liberté d’interpréter voire de bricoler à sa manière le droit comme vient de le faire le Parquet national financier.

Par ailleurs, si le pouvoir politique avait la main mise sur les magistrats on n’assisterait pas à ces relaxes prononcées trop souvent à l’égard de délinquants qui n’ont pas pour qualité d’être des Français de souche. Il y a là un laxisme qui ne manque jamais d’être dénoncé par les policiers eux-mêmes, envenimant du même coup les rapports entre justice et police. Certes, me direz-vous, la plupart de ces juges sont membres de l’idéologique syndicat de la magistrature !

De Chirac en Hollande, en passant par Sarkozy et Macron, certains juges s’autorisent à batifoler en soumettant le droit à leurs passions et autres fureurs idéologiques. Une preuve de plus, si besoin était, qu’Emmanuel Macron et ses sbires ne sont pas à leur place.

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

13:21 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 30 décembre 2020

L’Etat français. Quel Etat ?

2020 état adminis.jpg

Patrick Parment

Nul ne le contestera et tout un chacun en a bien conscience, on ne sortira pas indemne de cette pandémie. Aucune crise depuis que nous sommes en République n’a atteint une telle ampleur – même celle de 1929 -, d’autant qu’elle n’est pas uniquement nationale mais internationale. Toutes nos vies et nos économies sont impactées par le covid et ses mutations. Partant du principe que toute crise a ses vertus, celle-ci aura eu pour effet immédiat de mettre en  lumière les limites de l’économie néolibérale. Pour être plus précis, ce capitalisme financier qui est en train de détruire les hommes comme les nations. La question qui se pose donc est bien de savoir si ce capitalisme fera l’objet de réformes en profondeur ou bien s’il continuera sa route mortifère. Le capitalisme a une très forte capacité d’adaptation. Or, on imagine mal les principaux bénéficiaires de cette économie baisser les bras. Sauf qu’à force de tendre la corde, celle-ci finit par rompre. Sommes-nous au bord de cette rupture ?

Pour ce qui nous concerne, la France souffre de deux maux majeurs : sa soumission au néolibéralisme et un Etat dont le politique vit sous la férule de son administration. Ce qui a pour effet d’abolir ce qu’hier encore on appelait l’Etat régalien. Dans un Etat régalien, c’est le politique qui détermine les choix destinés à assurer le bon fonctionnement de la société et la paix civile. Sans paix civile, il n’y a plus d’Etat de droit. Et par une perversion du sens, c’est aujourd’hui l’économie qui dicte sa loi au politique. Au bout du compte, on aboutit à une crise du politique, donc de l’Etat, et d’une économie qui dicte sa loi d’airain.

L’Etat en crise

Selon une formule qui reflète bien la réalité, on est passé d’un Etat régalien à un Etat providence. Redéfinissons d’abord, ce qu’est un Etat régalien. Régalien définit ce qui est attaché à la souveraineté d’un chef qui exerce la puissance gouvernante : président, roi ou empereur. Toute société a à sa tête un chef qui exerce cette puissance régalienne. En monarchie, il n’est pas un domaine qui échappe à la volonté du souverain. En démocratie, le président exerce son pouvoir au travers de ministères dits régaliens que sont la Défense, les Affaires étrangères, la Justice, les Finances, et l’Intérieur.

Or, la prépondérance de l’économie a littéralement perverti les missions de ces ministères régaliens en les soumettant au dogme libéral qui exige moins d’Etat mais surtout une vision comptable de leur fonctionnement au détriment – voire au mépris - de la réalité humain. Comme on a pu le constater en matière de santé avec la crise du covid et la gestion des hôpitaux sans parler de notre dépendance pharmacologique de pays comme la Chine ou l’Inde. Comme le dit Arnaud Montebourg (Le Figaro 28/12) : « La multiplication de ces défaillances a été aggravée par l’incapacité de l’État à agir sur le terrain malgré sa présence, en raison de la multiplication des instances décisionnelles : les préfets ont été dépossédés de leur capacité d’action par les agences régionales de santé. Cela traduit la prise de pouvoir, dans notre pays, d’une bureaucratie irresponsable, qui entend enrégimenter la société sans jamais s’appuyer sur elle. » Et Henri Guaino de préciser (idem) : « Ce que nous payons au prix fort, ce sont les dégâts causés par une idéologie qui depuis quarante ans ne regarde toute dépense publique que comme un coût à réduire à tout prix. »

Notre souveraineté budgétaire a volé en éclats puisque la France a remis cette fonction de la monnaie commune l’Euro via la Banque centrale européenne (BCE). Autrement dit aux instances européennes – la fameuse Commission, instance fort peu démocratique au demeurant - qui sont elles-mêmes inféodés au modèle néolibéral. Ce qui induit qu’en matière de politique étrangère notre marge de manœuvre ne dépasse pas le rôle de flic qu’on a accepté de jouer au Sahel en vertu d’un passé colonial… qu’au demeurant on ne cesse de nous reprocher. De toute manière, la grande misère de l’armée française s’évalue à son budget qui sert désormais de variable d’ajustement au Budget général de l’Etat. L’armée française est un tigre de papier comme disait Mao et ce malgré la qualité de nos soldats. Seule demeure notre dissuasion nucléaire, nos quelques sous-marins de grande qualité… mais pour défendre quoi ?

En matière de sécurité nous ne sommes pas mieux lotis. Qui dit sécurité, dit évidemment police. Or, celle-ci est aussi un parent pauvre de l’Etat libéral. Ce n’est un secret pour personne de son manque cruel de moyens et de l’état indigent dans lequel on la maintient. Là encore au mépris des réalités. A l’heure même où l’insécurité n’a jamais été aussi grande, les crimes et délits en augmentation constante, les trafics de drogue aux mains de populations immigrées et qui sèment la terreur dans les banlieues. D’après Eric Zemmour, 70% de la population carcérale est musulmane. Mais la pensée dominante se refuse à faire le lien entre délinquance et immigration. Et pour ne rien arranger les rapports entre police et justice ne sont pas au beau fixe.

« Les manifestations massives de policiers et de gendarmes en décembre et les mots de plus en plus durs échangés entre policiers et magistrats sont venus donner l'image exactement contraire : celle d'une police qui a peur, d'une gendarmerie en manque de moyens et de considération, d'une justice contestée et sans boussole, bref, celle d'un Etat vulnérable et parfois sans repère solide, en particulier dans ses missions régaliennes », écrivait Cécile Cornudet dans Les Echos (10/01/2002). Rien n’a changé depuis.

Alors la question de savoir où est l’Etat aujourd’hui quand celui-ci ne maîtrise plus rien, agit au jour le jour et dont l’action se résume à traiter les problèmes au fur et à mesure qu’ils se présentent. Sans vision aucune. Pour Arnaud Montebourg (idem) : « Pourquoi des minorités agissantes de toutes sortes détruisent-elles le commun ? Parce que la France n’a pas de projet. Pour que des urbains, des ruraux, des Français de tous horizons se réunissent et avancent ensemble, il leur faut un projet commun dans lequel se réunir. Emmanuel Macron n’a proposé aux Français qu’une stratégie (pauvre) d’adaptation à une mondialisation décriée de toutes parts. » Le chemin à parcourir risque d’être long.

11:22 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 02 août 2020

Séparatisme ! De quoi s’agit-il ?

661-magic-article-actu-c4d-c1f-56a634a53aee3ac6fb3489dc2c-jean-castex-veut-combattre-le-separatisme-et-l-islamisme-qui-s-en-prennent-aux-lois-de-la-republique|c4dc1f56a634a53aee3ac6fb3489dc2c.jpg

Le billet de Patrick Parment

Le camarade Castex nous a fait clairement savoir qu’il allait s’attaquer au « séparatisme »… social, j’imagine. Voici donc un nouveau mot dans la langue techno pour désigner tout simplement le communautarisme qui sévit dans la société française et plus particulièrement sa version islamique, car il ne saurait être question de désigner la communauté juive qui, elle, ne pose aucun problème et qui se distingue essentiellement par une demande de lutte contre l’antisémitisme. On notera toutefois que l’antisémitisme n’atteint guère le degré de délinquance dû à l’islam et à ses sbires communautaires.

Ce gouvernement est en fait devant un double problème. Celui de l’immigration en général qui voit l’arrivée régulière sur notre sol des individus extra-européens qui vont venir alourdir les comptes sociaux – c’est-à-dire ponctionner le travail des Français -, et un problème proprement communautaire qui est celui des communautés islamiques où se retrouvent des races diverses et variées, du Maghrébin au Noir en passant par les Pakistanais et autres. Ce gouvernement – mais aussi tous ceux à venir – devrait reconnaître enfin cette réalité que l’immigration déchire la société française. Est-il acceptable, par exemple, que les zones de non-droit, ces cités où la République n’a aucun sens, prolifèrent et corollaire d’une délinquance qui prend des proportions inquiétantes. On voit mal le trio Macron-Castex-Darmanin apporter des solutions à une encablure de l’élection présidentielle.

Mais ce gouvernement a-t-il aussi à l’esprit que ce qu’il appelle « séparatisme » - et dont il ne donne aucune définition -, concerne aussi la France gauloise, elle-même fracturée entre une France urbaine et une France péri-urbaine et rurale. Du côté urbain les tenants d’une économie libérale qui vit bien de la mondialisation et de l’autre celle des Français qui paient la facture ? Une France majoritaire puisqu’il s’agit de la classe moyenne dont les Gilets jaunes sont l’expression la plus voyante. Car cette France-là existe toujours et c’est même elle qui constitue le gros des abstentionnistes aux élections. L’élection, dans les grandes villes notamment – Paris, Marseille, Lille, Lyon, Tours Poitiers, etc. - avec ses élus écolos et autres qui crient victoire ne sont en fait représentatifs de rien du tout puisque l’abstention a atteint 60%. Comme par hasard, la plupart des maires des petites et moyennes communes ont été réélus dès le premier tour. Cherchez l’erreur !

Ce gouvernement a donc deux fronts devant lui et on pourrait même en ajouter un troisième avec l’Europe. Mais, ce n’est pas nouveau qu’on ne voit poindre la moindre issue. Ah, si, les Américains ont déplacé leurs troupes d’occupation en Allemagne et installés leur QG en Belgique voire envoyer des troupes en Pologne, tant les Polonais ont la trouille de voir débarquer les Russes. Bref, ces troupes américaines, c’est encore un moyen de semer la zizanie en Europe et d’affaiblir les Européens. On se pose la question de savoir  quand cesseront-nous d’être naïfs ?

Pour nous résumer, l’avenir est sombre pour Castex et son gouvernement qui va devoir faire face dès septembre a une situation sociale des plus tendue. En effet, il y a tout lieu de craindre que les faillites et autres dépôts de bilan s’accélèrent, que le nombre de chômeurs augmente. Et nul ne sait à l’avance comment la société réagira, quels mouvements sociaux cela risque d’engendrer. Monsieur Castex et son petit personnel ministériel ont tout intérêt à bien profiter de leurs vacances, la rentrée risque fort de n’être pas sereine du tout.

10:12 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 27 juillet 2020

Le capitalisme mis à nu !

imgscan-contrepoints-660-Capitalisme-de-connivence.jpg

Le billet de Patrick Parment

On le sait depuis belle lurette, le capitalisme a une capacité d’adaptation phénoménale. Ce que n’avait pas le communisme trop figé dans ses technostructures et masquant de fait un pouvoir dictatorial, fusse-t-il, au nom du peuple.

Avec la crise du coronavirus, c’est toute la quincaillerie sophistiquée de ce capitalisme financier qui est en train de se révéler au grand jour et d’en constater tous les dégâts qu’il est en train de produire. Et encore, ne sommes-nous qu’au début de cette crise comme ne cesse d’ailleurs de le claironner nos économistes distingués. Les signes avant-coureurs ont touché durement les secteurs du vêtement et de la restauration. C’est le cas de La Halle avec ses 850 boutiques et ses 5 400 salariés ; c’est le cas également de la chaîne de vêtements Camaïeu ou les 187 restaurants de Courtepaille et ses 2900 salariés, André, Tati, Pimkie, etc.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Par le jeu de la finance tout simplement. Certes, ces entreprises étaient déjà en piètre santé financière (et pour cause comme on le verra plus loin !) et affichent toutes un point commun : il ne s’agit pas de sociétés familiales ou cotées en Bourse, elles sont détenues par des fonds d’investissement qui ont pour vocation de les conserver au maximum cinq ans avant de les revendre, de préférence, avec une confortable plus-value. C’est le monde discret du «private equity». Ce terme anglo-saxon un peu mystérieux désigne les quelque 338 fonds d’investissement recensés en France. Leur métier est finalement plus simple que ne le laisse penser le jargon financier. Il consiste à acheter des entreprises avec un minimum de mise de fonds et un maximum d’emprunts, puis de booster le chiffre d’affaires, et enfin de revendre le tout avec un solide bénéfice. Le mécanisme de ces opérations repose sur le fameux effet de levier ou «leverage by out» (LBO). Un investissement réduit et une dette importante pour racheter une entreprise. Ce système a d’autant plus séduit les investisseurs qu’il repose, sur le papier, sur de fortes rentabilités. A chaque fois qu’une vente est réalisée les dirigeants du fonds qui cède l’entreprise empochent 20% de la plus-value. Le plus souvent de manière défiscalisée car l’opération se termine au Luxembourg.

Alors, que faire me direz-vous ? L’Etat pourrait intervenir. Mais il ne le fait pas. Pas question pour le moment de réguler l’activité des fonds d’investissement. Au motif qu’ils sont les seuls repreneurs d’entreprises en difficulté. Comme quoi les pyromanes peuvent aussi jouer les pompiers. On est en plein cercle vicieux. A défaut d’éradiquer le capitalisme on pourrait l’encadrer, lui fixer des règles, tout comme arrêter que la Bourse soit le nouveau Loto où l’on gagne à tous les coups. Il ne manquerait pas d’ironie qu’un virus vienne à bout d’une économie schizophrénique.

 

mardi, 14 juillet 2020

Le Grand Remplacement est en cours…

souriez.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Ce n’est malheureusement pas une nouveauté. Voici des décennies que Jean-Marie Le Pen, pour ne citer que lui, prévient que l’immigration n’est nullement une chance pour la France, mais bien le principal de ses maux. Voici donc des décennies que la situation ne cesse de se dégrader sous les yeux torves et impuissants d’une classe politique abonnée à ses lâchetés quotidiennes. Tous les ministres de l’Intérieur jouent les gros bras – passons sur le laxisme des socialistes – mais les Sarkozy, Hortefeux et consorts n’avaient pas assez de leur grande gueule pour dénoncer ce fléau pour au final masquer leur impuissance faute d’une volonté politique forte et de convictions non moins affirmées. Et qu’on ne vienne pas accuser la police que nos politiques et ses juges s’échinent à démotiver. Ces policiers qui prennent de plein fouet la violence d’une société qui se fracture et qui se communautarise.

Ah, j’entends déjà chanter les belles âmes du « vivre ensemble », les chantres des valeurs républicaines. Difficile d’admettre que l’immigration a fracturé la société française, aidée en cela par une économie libérale toujours à la recherche d’ouvriers-esclaves bon marché et immolés sur l’autel de la société de consommation.

Société libérale, société de consommation et immigration, c’est le trio infernal d’une lutte contre les peuples. Le phénomène n’est pas que français, il est aussi européen.

Précisons tout de même que nos politiques ne sont pas seuls responsables, il faut y ajouter tous ces hauts fonctionnaires, issus pour la plupart de l’Ena, qui ont appauvri  ce  pays en le désindustrialisant et en le bardant d’impôts divers et variés, de normes, de taxes j’en passe et des meilleurs. Ce pays est corseté comme nul autre ce qui fait de lui un fils adultérin du régime soviétique.

On a beaucoup brocardé la classe politique de la IIIème République. Mais, de droite comme de gauche, tous avaient en commun l’amour de la patrie et la défense de son patrimoine culturel car les uns et les autres étaient d’abord des hommes cultivés, biberonnés au grec et au latin. Tel n’est plus le cas aujourd’hui où l’inculture est la règle et l’errance intellectuelle la norme. Nos hommes politiques ne savent plus ce qu’il faut défendre d’essentiel.

Le Grand Remplacement a longtemps figuré au rayon « fasciste » de nos adversaires, ces grands amoureux des droits de l’homme. Voici que s’appuyant sur les chiffres officiels du recensement de l’Insee, France Stratégie [voir le site de France strategie.com]a passé au crible pour son étude les 55 « unités urbaines » de France métropolitaine de plus de 100 000 habitants entre 1990 et 2015.

C’est ainsi, est-il précisé, que, « dans les unités urbaines de plus de 100 000 habitants, la part des immigrés d’origine non européenne est [...] passée, chez les 25-54 ans, de 9 % à 15 % entre 1990 et 2015 ». Plus révélateur encore, « chez les moins de 18 ans, la part des enfants vivant avec au moins un parent immigré extra-européen est passé durant la même période de 16% à 26% (de 22% à 38% à Paris).  

A cette « Note d’analyse » s’ajoute un « Document de travail » non moins intéressant, dans lequel on peut également lire que « la part des enfants vivant avec un parent immigré d’origine extra-européenne et un parent non immigré est, elle, passée de 3,4 % à 9,7 % » durant la même période. Un peu plus loin, le document indique encore que « si l’on prend l’ensemble des unités urbaines de plus de 100 000 habitants, la proportion de jeunes immigrés ou d’enfants vivant avec au moins un parent immigré d’origine extra-européenne qui sont majoritaires dans leur quartier est passée de 17 % à 38 % entre 1990 et 2015 ». Une proportion, est-il précisé, qui est passée durant la même période « de 18 % à 50 % dans l’unité urbaine de Paris » !

Si les métropoles que sont Paris, Marseille et Lyon sont sans surprise les plus touchées par le Grand Remplacement, les cartes montrent que le phénomène concerne la totalité des grandes villes et villes moyennes de France. Le plus souvent dans des proportions effrayantes, comme à Strasbourg, où la catégorie étudiée est passée de 0-10 % en 1975 à 30-40 % en 2015, Rouen (de 0-7 % en 1975 à 35-42 % en 2015), ou encore Limoges (de 0-10 % en 1982 à 30-40 % en 2015). Sans oublier, bien sûr, la Seine- Saint-Denis, véritable enclave étrangère sur notre sol, où la part des 0-18 ans nés de parents immigrés a bondi de entre 0-13 % en 1968 à 52-78 % ! 

Officiel tout ça mon cher Watson ! se serait esclaffé Sherlock Holmes

 

07:40 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 29 juin 2020

La victoire de l’abstention

 Le billet de Patrick Parment

bureau de vote.jpg

Ce deuxième tour des élections municipales s’est déroulé dans des conditions très particulières. Entre le premier et le deuxième tour, le Covid-19 a confiné la France, perturbant le déroulement normal d’un scrutin municipal où le taux d’abstention était déjà de 54,5%. Au second tour il a frisé le taux record de 60%. Tout ceci mérite quelques réflexions au-delà de la victoire de ces fous furieux d’écolos dans quelques grandes villes, et pas des moindres (Bordeaux, Strasbourg, Poitiers, etc).

Ce n’est pas un hasard si lors du premier tour  près de 90% des maires ont été élus ou réélus dans les villes et villages de moins de 9000 habitants. Sur les 36 529 communes que compte notre pays, 54% d’entre elles ont moins de 500 habitants (7% de la population française). Pour le second tour, ce sont donc 4 220 communes qui sont concernées dont l’immense majorité des grandes métropoles. Avec un taux d’abstention qui frise les 60% on est en droit de se poser la question de la légitimité démocratique de ces maires.

Le résultat de ces municipales, qui n’anticipent en rien, aux dires de certains, des autres élections (régionale, législative, etc.) ne manquent pas de nous intéresser quand on constate l’effondrement du parti au pouvoir (LREM) qui, il faut le souligner n’avait aucune implantation locale. Quant à la montée des Verts, acoquinés au PS en général qui leur a servi de marche pied, on est là face à un phénomène très bobo d’un électorat macroniste déçu qui a trouvé refuge dans l’écologie par détestation du Rassemblement national.

Cela augure-t-il de la constitution d’un grand parti de gauche sous la houlette des écolos ? Certainement pas tant les détestations sont grandes entre les Mélenchon, Jadot et consorts qui veulent tous être vizir à la place du vizir. A droite, celle-ci semble avoir retrouvé chaussure à son pied en limitant la casse malgré la perte de Bordeaux et Marseille. « Droit dans mes bottes », alias le clown Alain Juppé, vient de se prendre un direct en pleine poire. Normal, ça toujours été un looser.

Qu’on le veuille ou non, ces municipales consacrent les analyses d’un Jérôme Fourquet (l’Archipel français) et plus encore celles de Christophe Guilluy sur la France d’en haut, urbaine, et celle d’en bas, rurale. En toile de fond ce sont toutes les revendications des Gilets jaunes qui remontent  la surface, car on aurait tort de croire que le feu de ces mouvements s’est éteint.

Quant à la victoire de Louis Aliot à Perpignan, elle montre que le front républicain ne marche pas tant la ville a été massacrée par des édiles de gauche comme de droite des décennies durant. C’est une victoire très symbolique pour le RN. Mais ce qu’il est plus intéressant  de noter, c’est la réélection des maires RN – une bonne dizaine – preuve s’il en est qu’ils savent gérer une ville.

Alors, et Emmanuel Macron dans toute cette affaire, me direz-vous ? Il s’est pris coup sur coup la crise de Gilets jaunes et la pandémie. Or, cette dernière a eu pour vertu de mettre en lumière tous les dysfonctionnements d’un Etat jacobin aux ordres d’une idéologie libérale. Avec le confinement les Français ont peut-être redécouvert les vertus d’une vie plus économe, plus frugale. D’où cette tentation écolo dans les grandes villes ?

Ces élections confirment surtout l’existence d’une France d’en haut et d’une France d’en bas. A charge pour Macron de changer son logiciel ce qui est fort improbable au regard de sa formation et de son ancrage néolibéral.

Au sortir de ces élections, l’avenir s’annonce une fois de plus incertain tant notre personnel politique manque de courage, de convictions car trop longtemps aux ordres d’une gauche masochiste, hors sol et dangereuse. Les Français veulent plus de sécurité et donc l’arrêt d’une immigration qui gangrène ce pays. Ils veulent travailler, français de préférence, et surtout retrouver une liberté qu’un Etat jacobin et une administration soviétique leur confisquent à coup de décrets, lois, normes, que sais-je encore. Les Français veulent respirer et surtout continuer de respirer l’air du pays.

 

15:00 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 27 juin 2020

Déconfiture...

président absent.jpg

Le billet de Patrick Parment

Déconfiture, telle pourrait être l’enseigne générique de tout ce que nous sommes en train de vivre et revers de la médaille du système néolibéral qui nous gouverne.

Prenez ce deuxième tour des élections municipales. C’est la confusion totale sur fond de disparition du politique. Il n’y aura rien à tirer de ces élections pour la bonne raison qu’elles se feront à la tête du client. C’est la raison pour laquelle on a pu assister aux alliances les plus improbables au détriment, il faut le souligner, de La République en marche (LREM) et du Rassemblement national. Normal, étant entendu que ces deux partis n’ont aucun ancrage municipal, ou bien si peu. Ca va donc se jouer à la tête du client. Leur donner une signification sera difficile à une exception près : le taux d’abstention. Les Français votent de moins en moins de sorte qu’on se demande ce qui est encore démocratique dans ce pays.

Déconfiture également dans les domaines régaliens de l’Etat. La police tout d’abord avec à sa tête un incompétent notoire, le socialiste Christope Castaner. Désordre des missions où l’on demande aux pandores de taper sur les Gilets jaunes quand l’extrême gauche, via les Black Blocs, vaque à ses traditionnelles occupations en cassant tout sur son passage. Ajoutons à cela la trouille de l’islam, radical ou pas, et laxisme intégral à l’égard des courants communautaires comme celui des Noirs qui nous accusent, nous les Blancs, les Franchouillards, de racisme quand leurs débiles chanteurs de conneries diverses et variées sur des musiques qui n’en sont pas, de se mettre des millions d’euros dans les fouilles. Ils viennent d’inventer le commerce du racisme, comme cette Assa Traoré qui joue les Angela Davis du pauvre, tout en montant son petit commerce de vêtement après avoir travaillé chez les Rothschild qui ne l’ont pas vraiment exploité. Ce serait franchement risible si ce gouvernement, après bien d’autres, ne baissait pas son froc. Mais Castaner est socialiste et comme tel, il a une pratique aigue du masochisme. Pourtant, dans sa jeunesse, quand il fréquentait les malfrats, la flagellation n’était pas à l’ordre du jour. Le pire dans cette affaire, c’est Macron lui-même et sa meuf qui reçoivent à l’Elysée les racailles noirs qui viennent, comme chacun sait, enrichir notre civilisation.

Déconfiture également en matière de justice. On apprend que les magistrats n’en font qu’à leur tête et que certains d’entre eux ont décidé de poursuivre de leur vindicte les politiques notamment – bizarre, bizarre – Nicolas Sarkoy et François Fillon. Ce n’est pas tout, et cela ne date pas d’aujourd’hui, la police ne cesse de se plaindre du laxisme des magistrats qui remettent en liberté les malfrats, pas vraiment d’origine celtique, arrêtés le matin même. Outre le fait que la justice manque de moyens, on ne peut que s’interroger sur son impartialité quand elle enfonce, aussi, le petit commerçant qui a tiré sur son voleur.

N’ouvrons pas le dossier en déconfiture de l’Education nationale, le pauvre Blanquer est à la tête d’un bateau ivre.

Toutes ces déconfitures ont deux points en commun qui déstructurent et désorganisent la société française : l’économie libérale poussée à son excès et l’immigration. Or, les deux sont concomitants. L’économie libérale se nourrit de l’immigration quand  l’immigration accentue le communautarisme. Difficile dans ces conditions de sortir du tunnel.

09:27 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 mai 2020

La crise… et après ?

etat.jpg

Le billet de Patrick Parment

Il n’est nul besoin d’être grand clerc pour avancer que le Covid-19 laissera des traces tout à la fois politiques, économiques et sociales. L’Etat a adopté des plans financiers massifs d’aide aux entreprises, grandes et petites, sans qu’il soit possible d’en mesurer les effets exacts à court et moyen terme. Si l’on prend comme exemple Renault, où l’Etat vient d’injecter 5 Mds€ et que l’entreprise laisse entendre qu’elle fermera quatre usines en France, on a tout lieu de s’inquiéter. Les grands groupes ne vont -ils pas en profiter pour dégraisser, contraints ou forcés ?

Mais le vrai danger ne vient pas uniquement de ces grands groupes – quoique !- mais bien plutôt des TPE-PMI-PME qui risquent de mettre la clé sous la porte. Or, ce sont eux qui sont le moteur principal de l’emploi dans ce pays – après les fonctionnaires (5,5 millions). Outre des artisans au savoir-faire inimitable, on trouve toute la cohorte des petits commerçants qui risquent d’y laisser leur peau. On pense aux bistrots, restaurants, hôtels et autres acteurs du secteur touristique. Inutile de dire que plane l’ombre d’un chômage plus massif encore que celui que l’on connaît aujourd’hui. On imagine que cela va donner un coup de pouce au mouvement des Gilets jaunes dont la flamme n’est pas éteinte. De quoi donner des sueurs froides au gouvernement.

La question se pose donc de savoir comment ce gouvernement va réagir face à cette nouvelle donne sociale où les acteurs concernés n’ont rien à perdre et que peu à gagner. A toutes ces questions, nos économistes qui jouent souvent les Madame Soleil, restent muets. Bruno Le Maire en réunit chaque semaine une palanquée. On espère qu’ils font au moins bonne ripaille parce que des réponses… ils n’en ont pas. En revanche, ce qui ne manque pas, c’est la rubrique « Qu’est-ce qu’il faudra faire dans après Covid-19 ». Là, c’est le marché aux puces des solutions. Même Mélenchon a des idées. La question de savoir comment remettre un pays au boulot face à un taux de chômage élevé est un authentique casse-tête. Nous ne sommes pas les seuls puisque cela touche, à des degrés divers, toute l’Union européenne.

Le nerf de la guerre, c’est la reprise de la consommation. Mais comment espérer une reprise dans un pays laminé socialement ? Les Français, frileux par nature, comme en atteste le gonflement des livrets A de Caisse d’Epargne, ne vont pas se mettre soudain à surconsommer. Enfin, on ne connaît pas du tout l’impact de la casse industrielle sur l’économie de la société. Ce que l’on sait, mais le fera-t-on, c’est qu’il va être urgent de réguler tout ce qui est lié à la mondialisation en termes de commerce, d’industrie et d’agroalimentaire. Où comment passer d’un libéralisme ouvert à un libéralisme limité autant que faire se peut à l’Union européenne. Pour cela, il faudrait que Bruxelles soit en mesure de jouer le jeu. Et dépasser les antagonismes et autre égoïsme Nord-Sud. De définir enfin une vraie politique en matière d’immigration – car celle-ci nous coûte très chère et ne nous rapporte pas grand-chose, si ce n’est des déficits -, car on ne peut continuer ainsi à accueillir toute la misère d’un monde dérégulé par les irresponsables guerres américaines. Tout redevient politique mais encore faut-il trouver les hommes pour l’incarner.

 

11:04 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 19 mai 2020

Une Allemagne solidaire

france-allemagne.jpg

Le billet de Patrick Parment

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et le spectaculaire redressement économique des Allemands – qui n’ont pas touché au moindre dollar alloué par le plan Marshall – ceux-ci n’ont cessé d’être rackettés par Israël, le lobby juif américain et l’Europe qui, sans elle, n’existerait vraisemblablement pas. On peut comprendre que soixante-dix ans après, les Allemands se soient montrés réticents de continuer à jouer les vaches à lait. Eux, à qui on ne cesse de rappeler leur passé nazi quand l’occasion se fait sentir. Au point que l’on a fini par se demander si le peuple allemand n’avait pas été lobotomisé. Fort heureusement, la montée en puissance des partis populistes (nationalistes en fait) vient nous rappeler qu’il est des Allemands qui ont digéré leur passé et en ont marre de n’être pas payés en retour des efforts consentis pour redevenir respectables.

Toujours est-il qu’il aura fallu l’invasion de l’Europe par des immigrés issus des quatre coins de misère de la terre et conséquemment aux désastreuses fureurs guerrières des Américains, pour qu’une fracture sourde voit le jour entre une Europe du Nord soi-disant économe et un Sud dispendieux et fortement exposé aux flux migratoires. Ce n’est un secret pour personne que la puissance économique allemande en fait le moteur de l’Europe. Toutefois, force est d’admettre que l’Union européenne n’échappe pas pour autant à l’égoïsme des nations amenant de ce fait les Européens à se montrer méfiant face à une institution qui au fil du temps est devenue obscure et bancale. L’Europe légale n’est pas l’Europe réelle.

Quand vint le coronavirus qui, d’un coup, met à plat les économies de la terre entière et celles des européens en particulier. On s’est alors aperçu de toutes les erreurs que nous avons faites en appliquant de manière quasi obsédante les thèses d’un néolibéralisme qui, quoiqu’on en dise, favorise les riches et appauvrit les pauvres et plus sûrement encore les classes moyennes, principal vecteur des richesses européennes.  On s’est aperçu qu’on avait été trop loin dans la délocalisation de nos industries et que l’Europe était, de ce fait, ouverte à tous les vents sans réciprocité quand la Chine et l’Amérique n’hésitent pas à avoir recours au protectionnisme pour sauvegarder leurs intérêts. On n’a donc cessé - par masochisme ? – de dépouiller l’Europe de ses richesses. Ce virus est arrivé à point nommé. Il a pour effet de nous mettre face à la réalité : soit l’Europe se défend et se réforme dans le sens de nos intérêts, soit elle disparaîtra à terme.

C’est bien ce qu’a compris la chancelière allemande, Angela Merkel, en acceptant de mutualiser une dette européenne à hauteur de 500 Mds€ afin de venir en aide aux pays les plus fragiles et faire ainsi preuve de solidarité. C’est un premier pas. Il n’est, certes, pas suffisant, mais il marque la volonté des Européens de ne pas disparaître. Le plus dur reste à venir, celle de nous convaincre, alors que nous sommes acquis depuis belle lurette à l’idée européenne, que Bruxelles sert à quelque chose.

12:14 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 13 mai 2020

Deutschsland uber alles !

drapo allema.jpg

Le billet de Patrick Parment

La pandémie que connaît l’Europe ne fait pas qu’affecter les individus mais elle fait  également remonter à la surface ce que Herman von Keyserling, dans un ouvrage célèbre, intitulait la psychologie des peuples. Chaque peuple a sa propre personnalité et si l’Europe repose sur une unité raciale, religieuse et historique, chaque peuple diffère par sa mentalité et ses mœurs. Si c’est en effet la guerre qui a été le moteur du développement de la civilisation européenne – guerres essentiellement territoriales, il faut le souligner – jamais elles n’ont atteint une telle intensité et une telle absurdité que les deux dernières guerres mondiales, conséquence directe de l’émergence d’une nouvelle gouvernance en Europe, démocratique et républicaine. Nos monarchies étaient régies par une vision politique de leur espace, la République par l’argent et la corruption. Donc mondialiste par essence !

La Première Guerre mondiale a eu pour cause la volonté des Anglais de détruire l’appareil industriel allemand, la Seconde fut une guerre idéologique basée sur le refus du chancelier Hitler se soumettre à une vision capitaliste et anglo-saxonne du monde. Raison pour laquelle au sortir de 1945, l’idée a germé chez les Européens de bâtir une union européenne afin d’éviter toute nouvelle boucherie dont, au final, nous seuls faisons les frais. C’est ainsi qu’on a accouché de l’Union européenne, une institution qui va se révéler bancale mais qui a suscité un véritable engouement européen parmi les peuples. C’est en effet un « machin » mal géré mais qui au final, ne demande qu’à être réformé. Sa disparition serait bien pis que son maintien, à l’heure où – malheureusement – les nations s’effacent au profit d’ensemble continentaux : l’Asie, la Chine, l’Amérique, la Russie et le nain qu’est l’Europe. Mais un nain géographique uniquement puisque c’est le lieu même qui a donné au monde sa configuration actuelle. Avec tous les défauts que cela comporte évidemment.

L’irruption du coronavirus à l’échelle mondiale vient subitement bouleverser l’ordre du monde qui s’était installé à la suite de la chute du communisme et l’émergence d’un capitalise financier dévastateur et mortifère. L’Europe est particulièrement touchée, nos économies sont à plat, un chômage de grande ampleur nous guette et voici soudain que l’Allemagne, par la voix de sa Cour constitutionnelle, remet en cause l’existence même de cette union en refusant que le droit communautaire s’impose au droit allemand. L’Allemagne fait soudain preuve d’un nationalisme qu’on ne lui connaissait pas étant donné l’application qu’elle met à en tuer toute résurgence. Entendons-nous bien, le nationalisme que nous prônons n’est pas anti-communautaire, bien au contraire. Il est pour que chacun au sein de la Communauté conserve son identité, sa personnalité et que sa finalité ne soit pas essentiellement monétaire.

L’urgence devant laquelle nous sommes est bien d’ordre financier, à savoir d’éviter que nos économies d’effondrent et que tout le tissu économique et social que représentent nos PMI/PME et autres artisans ainsi que nos grandes entreprises ne disparaissent. Car, il y a fort à parier que ce serait la porte ouverte à une guerre sociale dont on ne peut mesurer les conséquences.

Or, c’est précisément à l’heure même où l’Europe peut faire preuve de sa solidarité et donc de son utilité que l’Allemagne risque d’abandonner le navire. Elle, dont on dit aussi qu’elle en est le véritable moteur. La question que l’on se pose est : face aux juges de la Cour suprême de Karlsrhue, que pensent les Allemands de cette initiative ?

A l’heure où la solidarité doit jouer, ce que propose Emmanuel Macron n’est pas stupide : mutualiser les dettes et les faire prendre en charge par la Banque centrale européenne (BCE). Et donc dépasser le clivage qui sourd entre une Europe du Nord, économe et une Europe du Sud dépensière. Doit-on rappeler que ces pays du Nord et l’Allemagne en particulier ont laissé la Grèce se débrouiller avec les vagues migratoires, au même titre que l’Italie, l’Espagne et la France. Cette Europe du Nord s’est défilée quand le Sud était confronté à une véritable invasion, tout comme personne n’a rien eu à dire quand la mère Merkel a légalisé un million d’immigrés. Revers de la médaille, ces pays du Nord commencent à se rendre compte des ravages socio-économiques et culturels que causent les immigrés et la présence d’un islam qui n’a rien à faire ici.

La disparition de cette Europe, même bancale, risquerait d’être au final pire que son maintien.

13:49 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 10 mai 2020

Prends ton masque et … tire toi !

decpn 2.png

Le billet de Patrick Parment

Alors, ça y est, c’est le grand frisson du déconfinement. Enfin, c’est beaucoup dire. Ce serait plutôt le confinement du déconfinement. Tremble carcasse, le virus n’est pas mort. D’ailleurs, à son sujet, j’avoue qu’on se perd en conjonctures. Du Covid-19 lui-même à tous les conseils scientifiques qui se contredisent les uns les autres, au final que sait-on réellement de cette saloperie ? En fait pas grand-chose, si ce n’est qu’il est contagieux. Quant à la perspective d’un vaccin, voyez où l’on en est avec le sida. On cherche toujours.

Je ne suis pas un scientifique mais, au vu de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, la seule chose qui eût été efficace, c’eût été de faire porter un masque à tout le monde dès le début de la pandémie et d’isoler illico les personnes contaminées. C’est ce qu’on fait les Sud-Coréens. Pas ceux du Nord, ils ont déjà un virus à leur tête.

Mais voilà, cela n’a pas été fait par un gouvernement qui s’est aperçu, ô stupeur, qu’il n’avait pas assez de masques pour tout le monde – et à peine aussi pour les soignants dans les hôpitaux -, en raison d’une politique budgétaire totalement irréaliste en matière de santé. On avait même arrêté les entreprises qui fabriquaient des masques et du matériel de réanimation ! Tout comme, soudain, on s’est aperçu qu’on avait également délocalisé une grande partie de notre industrie pharmaceutique et qu’on était à la merci des Chinois et des Indiens.

Merci à tous ces énarques qui pullulent à Bercy et dans les ministères et qui font la pluie et le beau temps parce que nos politiques ont baissé leur froc depuis belle lurette. On ne peut tout mettre sur le dos de Macron, sauf qu’il n’a rien fait pour améliorer la situation. En bon néolibéral, et il nous l’a montré trop souvent, il a toujours privilégié l’actionnaire sur le travailleur ou le citoyen. Le Medef s’est frotté les mains et nos irresponsables syndicats, représentatifs de rien du tout, n’ont pas cessé de pratiquer le corporatisme de branches où il existe encore au nom des droits acquis… en 1945.

Comme si cela ne suffisait pas, on a eu droit à un grand nombre de couacs gouvernementaux comme celui de la Sénégalaise Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, qui déclarait que les masques ne servaient à rien. Ce gouvernement nage dans le potage et nous avec ! Quant aux mesures annoncées et leur application, on a franchement envie de rire… jaune. Le couple frénétique Macron-Philippe vient de dégraisser d’un coup la RATP, le RER, le transport aérien, les commerçants, les écoles, etc… de 50% de ses clients et passagers. Bordel assuré.

Ah, j’allais oublier. Pour vivre normalement, allez dans le 9-3 ou dans les ghettos des grandes villes, là où se tient une forte population d’immigrés. Ici, on a fait un bras d’honneur au gouvernement et plus encore à la police qui n’ose pénétrer en ces lieux ! Y a bien une France à deux vitesses comme le souhaite un certain Edouard Philippe.

 

11:26 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |