Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 novembre 2022

Re-parlons immigration

immigration.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Dans un éditorial des Echos, Jean-Marc Vittori n’a pas tout à fait tort quand il défend l’idée que sur le marché du travail on ne saurait aujourd’hui se passer de ces immigrés qui « font les sales boulots que les Français ne veulent pas faire ». Et d’avancer que la France compte 2,3 millions de chômeurs (au sens du Bureau international du travail), chiffre certainement sous-estimé, soit un peu plus de 7% de la population active. Et pourtant, nous dit le chroniqueur, sept entreprises sur dix ont du mal à recruter. Ce qui n’est pas nouveau.

Il est vrai que dans certains secteurs, les tensions sont fortes : bâtiment, soins aux personnes, transports, hôtellerie et restauration, agriculture. Et dans tous ces métiers, dès lors qu’ils sont peu qualifiés, on trouve en effet de nombreux étrangers pour occuper ces postes où beaucoup sont employés au noir. C’est un fait avéré. Mais notre homme en tire la conclusion que le phénomène migratoire n’est pas prêt de s’arrêter. Et ce d’autant que le patronat est demandeur de cette main d’œuvre bon marché. Dès les années soixante les constructeurs automobiles envoyaient des camions pour recruter des travailleurs marocains. Outre le fait d’avoir recours à cette main d’œuvre, le patronat en profitait pour faire pression sur les syndicats afin qu’il se montrent raisonnables en matière de revendication.

Fort de ce constat, le présent gouvernement, Darmanin en tête, propose de régulariser ces travailleurs immigrés. Si une telle mesure est pour le moins logique, il serait bon de ne pas confondre régularisation avec acquisition de la nationalité française, mais plus simplement de leur donner accès à tous les droits dont disposent les travailleurs français. Ce qui impliquerait aussi de la part des entreprises d’en finir avec le travail au noir ou au statut de (faux) travailleur indépendant. Les entreprises, grandes et petites, y sont-elles disposées, je n’en suis pas certain.

Enfin, il y a une zone d’ombres que n’abordent pas notre brave chroniqueur, c’est l’immense majorité des immigrés qui ne travaillent pas et qui vivent aux crochets de la société et donc du travail des Français, de ces Gaulois encore majoritaires dans ce pays.

C’est peu dire que le gouvernement se garde bien de nous fournir les chiffres mais on a tout lieu de penser qu’ils sont majoritaires. Combien cotise à la Sécurité sociale, combien bénéficie des allocations familiales et quelles est l’ampleur des arnaques dans ces domaines ? Quand on parle d’immigration, c’est surtout sur cet aspect du problème que se penche la droite nationale. Il y a des quartiers dans certaines villes où les habitants n’ont jamais parlé français et qui vivent des trafics en tout genre et de la drogue en particulier. On les qualifie généralement de « non droit ». Est-ce tolérable ?

Le vrai problème de l’immigration est là. Prenons un exemple récent. Les migrant débarqués de l’Ocean Viking, soit 234 pékins - de quinze nationalités différentes dont une majorité d’Erythréens -, viennent d’être remis en liberté, c’est-à-dire lâché dans la nature. De quoi vont-ils vivre à votre avis ? De rapine, de vols, que sais-je encore. Ont-ils le choix ?  Ils viennent tous d’une société où la violence est quotidienne. Autant dire que l’argutie psychiatrique n’est pas valable. Les pages de nos journaux regorgent des crimes et délits de ces immigrés si chers à notre gauche humaniste et criminelle. Le vrai problème est là : que fait-on de ces immigrés qui gangrènent et perturbent une société française déjà largement fracturée ?  A cette question, les macronistes, les gauchos-bobos de la France Insoumise, les Républicains, Renaissance ne répondent pas. Ils ont la trouille d’avouer que l’unique solution est de les renvoyer chez eux. Mais surtout d’en avoir la volonté politique et de s’en donner les moyens. En attendant les arnaques à la Sécu, aux allocs et autres ont encore de beaux jours devant elles. Alain de Benoist l’a bien résumé : « Il n’y a plus qu’une façon aujourd’hui d’aimer la France, c’est de la détester telle qu’elle est, et c’est de travailler à la changer. »

08:20 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 04 novembre 2022

Assemblée nationale : asile de fous ou hôpital psychiatrique ?

assemblee-nationale.jpg

Le billet de Patrick Parment

On savait bien que l’époque était un peu dingue avec ses dérives féministes, woke, genre, LGBT, j’en passe et des meilleurs au royaume de la dinguerie. On s’attend à tout. Mais il faut bien avouer que l’Assemblée nationale vient de nous en fournir un autre exemple parfaitement révélateur de cette bêtise (restons polis) élevée au rang de curseur des élégances parlementaires.

Voici les faits. Un député du Val-d’Oise des Insoumis, un certain Carlos Martens Bilongo, de race noire - issu d’une famille où le père est Congolais et la mère Angolaise -, né en France à Villiers-le-Bel en 1990, prend la parole pour s’inquiéter du sort d’un bateau de migrants bloqué en Méditerranée. Rien d’anormal jusque-là puisque ce genre de cause rentre dans le programme d’une France métissée si chère à Jean-Luc Mélenchon. C’est alors qu’un député du Rassemblement national, d’une voix forte et distincte, balance « qu’ils retournent en Afrique ». Et c’est là que ça dérape grave car le sieur Bilongo prend ça pour lui et ses potes Insoumis avec. Or, on le sait, dans ce claque ripoublicain, à droite comme à gauche, tout est bon pour discréditer le Rassemblement national. Pensez, 89 députés !

La présidente Yaël Braun-Pivet (ex-PS recyclée Renaissance) se tourne vers les bancs du RN pour demander quel est le député qui a balancé cela ? On pointe du doigt évidemment Grégoire de Fournas. Les députés quittent leur siège pour s’amasser au bas de l’hémicycle. « C’est la sidération », « Ça rappelle les heures les plus sombres… «  etc., etc. L’idiot de service de Renaissance, Guillaume Gouffier-Cha « n’est pas surpris de la part d’un parti raciste et xénophobe ». La séance reprend pour être finalement interrompu.

Une enquête sauvage commence alors dans les couloirs pour savoir si notre brave député Fournas s’en prenait à Bilongo ou aux migrants. Bilongo joue les victimes. Le RN affirme qu’il s’en prenait aux migrants. Fournas s’exprime d’ailleurs dans ce sens devant les caméras de la téloche. Et comme il ne manquait plus que lui, un certain Emmanuel Macron fait part de son soutien au nègre Bilongo.

Dans la salle des Quatre Colonnes, c’est la surenchère sur la punition à infliger à Grégoire Fournas et au Rassemblement national. Les écolos ne font pas dans la dentelle et veulent les virer de tous les postes à responsabilité à l’Assemblée. Sylvie Maillard,de Renaissance, ose déclarer « Nous ne siègerons plus tant qu’une sanction extrêmement lourde ne sera pas décidée contre ce député qui a prononcé ces mots infâme ».

Mais le groupe RN soutient son député qui déclare un peu plus tard : « La France Insoumise cherche à dénaturer mes propos pour me faire tenir des propos dégueulasses vis-à-vis d’un collègue député qui a la même légitimité que moi à siéger dans ses bancs ». Marine Le Pen a envoyé un message de soutien et dénonce « la polémique grossière créée par nos adversaires politiques qui ne trompera pas les Français ».

On vous le dit, c’est bel et bien un asile de fous où la démocratie est absente, où la gauche et le centre et la droite ont la trouille que le cumul de leurs erreurs passées et présentes ne porte le Rassemblement national au pouvoir. Il est en effet temps de nettoyer les écuries d’Augias si l’on veut éviter à ce pays de sombrer ! Et on suggère au camarade Bilongo d’apprendre à nager.

11:06 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 07 octobre 2022

L’Etat au bord de la crise de nerf !

13H15_POPILISME_1.jpg

Le billet de Patrick Parment

Allo maman bobo ! chantait Souchon. Emmanuel Macron pourrait en dire autant. Son fusible, miss Elisabeth Borne, Premier ministre, appelle les Français à se montrer raisonnable en matière de consommation de gaz et d’électricité. Misant sur un hiver peu clément, l’Etat nous laisse entendre que des coupures d’électricité sont à craindre. Il faut bien dire que nos énarques à force d’avoir fait joujou avec notre parc nucléaire en démantelant EDF de son monopole et en voulant faire plaisir à ces imbéciles d’écolos, on a fragilisé notre industrie nucléaire alors que nous étions les leaders non seulement européens mais mondiaux. Et deux hommes sont particulièrement responsables de cette catastrophe, François Hollande pour de basses manœuvres électorales et son ministre d’alors, un certain Emmanuel Macron. Si l’on ajoute à cela le fait que les Allemands, via l’Europe, ont tout fait pour que nous ouvrions notre électricité à la concurrence histoire de nous fragiliser, on comprend mieux pourquoi les trois quarts de nos centrales sont en révision. Sans parler de la fermeture de Fessenheim pour faire plaisir aux écolos-barjots ! Le mot indépendance nationale, si chère au général De Gaulle, n'a cessé d’être bafouée par ses successeurs, exception faite de Georges Pompidou et Giscard au triste destin.

Par ailleurs, l’Europe s’est mise dans un pétrin dont on ne mesure pas encore toute l’ampleur en soutenant les Américains dans la guerre qu’ils livrent à l’Union soviétique hier et à la Russie aujourd’hui, via l’Ukraine qui leur sert d’épouvantail et à laquelle ils fournissent, et nous autres Européens par la même occasion, du matériel militaire pour combattre les armées russes. Bref, en se mettant à dos la Russie de Poutine, en votant d’inutiles sanctions, ce dernier a utilisé l’arme dont il disposait en nous coupant le gaz et dans une moindre mesure le pétrole. Et si vous regardez une carte de géographie, vous vous rendrez vite compte que la Russie est nettement plus proche de nous que l’Amérique. Et ce n’est pas le gaz algérien, ni norvégien qui va suppléer à nos besoins. Dans cette affaire, les Allemands vont payer cher l’absence de gaz russe qui venait alimenter toute leur industrie. Leurs écolos vont-ils se frotter les mains ? Mais il n’y a pas que l’Allemagne qui va plonger, c’est tout le continent européen qui va payer la note à l’heure même où l’irresponsable Van der Leyen entend voter de nouvelles sanctions à l’égard de la Russie.

Le fait de savoir si nous allons passer l’hiver – ce dont se foutent complétement les américains – n’est pas le plus inquiétant pour ce qui est de celui de 2022-2023, il est de savoir ce qui va se passer ensuite quand, faute d’énergie nécessaire, c’est toute l’industrie européenne qui va plonger dans le rouge. Que diront alors Macron et autre miss Borne pour faire passer la pilule ? A la suite du sabotage des gazoducs NordStream 1 & 2, Vladimir Poutine a déclaré : « En organisant des explosions sur les gazoducs internationaux qui longent le fond de la mer Baltique, ils ont en réalité commencé à détruire l’infrastructure énergétique européenne ». On ne saurait mieux dire.

Revers de la médaille, il y a de fortes chances que les peuples européens ne l’entendent pas de cette oreille et demandent des comptes à leurs dirigeants. Car pas plus qu’on ne voulait se battre pour Dantzig, pas plus les Européens n’entendent se battre pour l’Ukraine. Sauf les Polonais et les baltes que les soviétiques ont marqué au fer rouge et qui manquent de réalisme. Les temps ont changé et on voit mal Poutine se lancer militairement à l’assaut de l’Europe alors qu’il rame en Ukraine. Idem de l’Allemagne qui vient d’allouer 100 Mds€ à son armée sur fond d’achat de matériel américain. On croit rêver. Non, c’est le rêve européen qui part en sucette. Au stade où nous en sommes, on se pose la question de savoir si l’implosion de l’Union européenne ne serait pas une bonne chose. A moins que l’irruption soudaine des populistes ne change la donne. Mais pas dans sa version Meloni. Le problème des européens n’est pas d’être pour ou contre Poutine, il est de créer les conditions pour que Poutine daigne s’asseoir à la table des négociations et de rééquilibrer nos rapports avec lui.

09:37 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 15 septembre 2022

Tribune libre : Choisir sa mort

suicide.jpeg

Le billet de Patrick Parment

Il y a un très beau livre sur le suicide chez les Romains, c’est celui d’Henry de Montherlant, Le Treizième César. La mort, sujet aussi brûlant que la vie n’a jamais manqué de questionner les hommes. Chaque religion a dressé ou non des interdits autour du suicide. Le suicide reste un mystère, dans la mesure où, à de rares exceptions, on n’en connaît jamais la cause. Pourquoi un homme ou une femme se suicide-t-il ? Lassitude, maladie, dépression… mystère.

S’il est une chose que la loi ne peut interdire, c’est bien le suicide. 9 300 personnes se sont donnés la mort en 2016 à en croire l’Observatoire national du suicide. Mais la question revient sur le tapis au sujet des personnes qui désirent mourir dans la dignité suite en général à une trop grande souffrance liée à la maladie. La question se pose en effet de savoir ce que signifie la vie quand la personne n’a plus la maîtrise de ses sens et donc de son destin.

On se souvient de la polémique qu’avait suscité ce jeune garçon qui avait déclaré à sa femme vouloir mourir alors qu’il végétait comme un légume sur un hôpital. Il aura fallu des mois de bataille juridique entre sa mère, bonne catholique, et sa femme pour que l’on finisse enfin par le débrancher. Toutes les religions sont hostiles au suicide pour la bonne raison qu’il revient à Dieu de décider de votre sort. Dans la Grèce antique et à Rome, on ne trouve pas de trace d’interdit quant au suicide. Certains auteurs le déplorent, d’autres non.

Chez Euripide, dans sa pièce Hélène, on peut lire : « Non, non : mieux vaut mourir, mais mourir en beauté ! La triste pendaison répugne, et semble infâme, même aux esclaves. Mais belle au contraire, et digne, est la mort par le fer. Et l’instant si bref qui tranche d’un seul coup les liens de la vie !"

Nos chers ancêtres avaient la pudeur de ne pas trancher et surtout de ne pas interférer dans le choix d’un homme de se suicider quelles qu’en soient ses raisons. Les religions, une fois de plus se révèlent des monstres, alors qu'elles sont souvent la source d’un grand nombre de conflits mortels. On tue au nom de sa religions et l’islam nous en offre aujourd’hui d’éclatants exemples.

A en croire les sondages, 93% des Français sont pour l’euthanasie. Les Français ont du bon sens et nul d’entre nous ne trouve très sain de finir ses jours comme un légume sur un lit d’hôpital. Le cinéaste Jean-Luc Godard vient de nous donner un exemple digne de notre respect. A en croire sa femme, il n’était pas malade, mais à 91 ans, il se sentait épuisé et a donc eu recours au suicide assisté comme cela est permis en Suisse. On s’incline devant ce courage.

On pense également à Montherlant, à notre cher Drieu la Rochelle et tant d’autres. On aimerait que dans ce pays, ce débat soit clos une bonne fois pour toute en permettant aux personnes qui le désirent de mourir dans la dignité et de libérer les médecins d’une culpabilité que le serment d’Hippocrate leur impose à juste titre.

09:00 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 12 septembre 2022

Un président de moins en moins à sa place !

le-president-emmanuel-macron-arrive-pour-un-sommet-a-bruxelles-le-21-mars-2019_6164512.jpg

Le billet de Patrick Parment

Si gouverner c’est prévoir, alors Emmanuel Macron marche à côté de ses pompes. Gouverner, sous la Ve République, c’est disposer d’un pouvoir quasi monarchique.  A la cuisine interne, s’ajoute la cuisine externe qui veut que l’on prenne en cause la bonne entente avec son voisinage. En matière de cuisine interne, Macron règne sur une France fracturée et repliée sur l’individualisme outrancier des uns et des autres. De sorte qu’on ne peut pas plus parler d’unité nationale que de destin commun. On l’a souvent écrit ici, trois France cohabitent et ce n’est pas l’entente cordiale. D’autant que la France n’a aucune culture du compromis mais plutôt de l’affrontement. Il y a une France majoritaire que l’on pourrait qualifiée de « gilet jaune », cette France des classes moyennes sur laquelle tapent depuis des lustres nos gouvernants. Il y a une France « bourgeoise » qui s’accommode fort bien des bienfaits de la mondialisation et dans cette France-là règne la bien-pensance et la soumission aux fantomatiques droits de l’homme dans laquelle baigne également toute cette gauche plus ou moins intellos. C’est ce bourbier qui donne le « la » dans les médias. Maurras résumait cela d’un trait : France légale contre France réelle. C’est la raison aussi pour laquelle, la gauche ne risque pas de revenir au pouvoir. Il y a enfin la France des immigrés. Tous ne sont à mettre dans le même sac évidemment, mais la mouvance islamique s’en prend à nos institutions pour la bonne raison que le terme de laïcité n’a aucun sens pour eux. L’autre dommage collatéral de cette immigration, c’est sa présence à tous les échelons d’une délinquance au quotidien qui ne cesse de progresser.

Emmanuel Macron appartient incontestablement à la deuxième catégorie, cette France bourgeoise déconnectée des réalités du pays profond. Dans un Etat dont les fonctions régaliennes partent en sucette, on ne peut que constater l’impuissance ou plutôt l’aveuglement d’un président qui semble vivre dans un monde de Bisounours. Ne possédant aucune culture historique, Macron ne sait pas lire une simple carte de géographie, pas plus qu’il n’a saisi les rapports de force qui s’agitent à l’intérieur de ce bazar qu’on nomme l’Union européenne et dont les Allemands tiennent le haut du pavé. Sans parler du fait que cette UE a largement fait allégeance à son puissant « protecteur » américains. Pour ce pauvre Macron, voici beaucoup trop de paramètres à gérer et c’est d’autant plus difficile, que faute d’une réelle culture politique et historique, il n’a aucune vision du monde et encore moins l’idée de ce que doit être la France dans le concert géopolitique des nations. Les derniers présidents à avoir eu cette vision, ce sont Charles de Gaulle et Georges Pompidou. François Mitterrand avait une vision étriquée de la France pour la bonne raison que seule l’intéressait cette passion du pouvoir et de son exercice. Un seul exemple de sa cécité suffira : il n’a rien vu venir avec l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir et des conséquences que cela aurait dans le concert européen et notamment en Allemagne. Le pauvre bougre était contre la réunification allemande.

Emmanuel Macron – mais il n’est pas le seul – n’a pas anticipé les conséquences qu’aurait l’entrée des troupes russes en Ukraine. L’Union européenne s’est lancée dans un soutien inconditionnel à ce pays sur ordre des Américains qui gangrènent le pouvoir ukrainien et dont le régime corrompu de Volodymyr Zelensky n’est qu’une marionnette entre leurs mains. On en sait aujourd’hui beaucoup sur la réalité du pouvoir en Ukraine depuis des décennies. Et il ne fallait pas être grand clerc pour savoir que la Russie de Poutine revendiquerait l’appartenance de l’Ukraine à la reconstitution de l’empire russe. Et, qu’au pire, elle en exigerait la neutralité et certainement un problématique rattachement à l’UE et encore moins à l’Otan. Pas plus que Poutine ne supporte les missiles américains installés en Europe, pas plus que Kennedy n’a toléré des missiles russes à Cuba. La veulerie des différents dirigeants européens est consternante. Mais l’Amérique fait tout pour que l’Europe ne devienne pas une puissance susceptible de concurrencer la leur. Avec l’aide des Anglais, soit dit en passant. God save the King !

Ce que n’a pas anticipé non plus Macron, c’est que cette guerre et ce soutien aux Ukrainiens de la part de l’UE allaient entraîner des conséquences économiques graves tant notre dépendance en matière de gaz et de pétrole – mais pas que -, est étroite. Mais surtout un gaz et un pétrole bon marché ! L’autre aveuglement de Macron, faute de culture historique, c’est bel et bien de n’avoir pas compris que derrière ce conflit, se cachent des visions du monde radicalement différente. La Russie de Poutine refuse la vision unilatérale d’un monde essentiellement gouvernée par l’économie et sous la houlette du dollar. Entraînant avec lui les autres puissances continentales que sont la Chine et l’Inde. Macron n’a pas anticipé qu’à travers l’Ukraine, les Etats-Unis continuait la guerre froide contre l’URSS d’hier et la Russie d’aujourd’hui parce qu’elle refuse justement de se plier à l’ordre du monde américain. Or, cette guerre redistribue les cartes et l’on assiste à un conflit qui oppose la puissance maritime américaine aux puissances continentales. Lire une carte, c’est bel et bien s’apercevoir que l’Europe appartient à l’orbite des puissances continentales. Sauf que l’Europe refuse de s’ériger en puissance car il n’y a aucune volonté politique d’y parvenir et surtout personne pour l’incarner.

Comme on ne peut que le constater, Emmanuel Macron est largement dépassé tant en politique intérieur qu’extérieur. Il essaie tout au plus de gérer les affaires courantes. Hier encore, sous Hollande, il avait participé du démantèlement de notre parc nucléaire et affirme aujourd’hui tout faire pour le remettre en selle ! Ses ministres n’ont pas plus de culture historique que lui et naviguent à vue. Certains sont de bons techniciens, d’autres des politicards aux petits pieds. Les Français ont tout expérimentés de droite comme de gauche et se rendent bien compte que ce sont les mêmes zozos qui les baladent depuis des décennies, qui refusent les réformes nécessaires par peur de perdre les maigres avantages liés à leurs fonctions. Médiocre. On a une classe politique de médiocres et d’incultes. Alors pourquoi pas l’extrême-droite comme ils disent. Sauf que Marine Le Pen est aussi une version de ce marigot. Ce qui n’était pas le cas de son père. Comme l’écrivait Henry de Montherlant, « il regarde à droite, il regarde à gauche. Il n’y a personne. C’est le drame d’un peuple à un moment donné ». Restons néanmoins optimistes, car comme le disait Marcel Gauchet, « on n’ a pas une histoire millénaire pour finir dans un terrain vague ».

08:02 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 23 août 2022

Destin allemand et déclin européen

allema.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Longtemps la puissance économique allemande a permis à nos voisins de donner le « la » de la politique intérieure et extérieure de l’Union européenne sur fond de vassalité à l’Amérique. Une union européenne d’ailleurs fort contrastée reposant sur des solidarités que l’on pourrait qualifier de culturelles. A savoir le bloc des pays nordiques, celui des pays de l’ex-Europe de l’Est et enfin les pays latins du Sud – Espagne, Italie, France, Grèce. Ce qui a eu pour effet majeur de rendre cette Union européenne totalement inopérante, voire inexistante. Un paradoxe en soi, car sur le papier l’UE est l’une des premières puissances mondiales. Enfin était. Ouverte à tous les vents, l’Amérique comme la Chine n’ont jamais manqué d’y faire leur marché. Au détriment, bien évidemment, de nos intérêts.

La fin du monde bipolaire – libéralisme contre le communisme – a permis à la Russie de se refaire une santé tout à la fois économique et politique. Quant à l’Amérique, au nom du capitalisme, elle a donné à la Chine tous les moyens pour devenir l’une des premières puissances mondiales par le biais d’une main d’œuvre bon marché. La Chine est ainsi devenue l’usine du monde par excellence, la libérant du même coup de l’enfermement maoïste. Le monde d’aujourd’hui marche désormais sur trois pieds : les puissances continentales que sont l’Europe, la Russie et la Chine, face à une puissance maritime : l’Amérique.

On ne fera pas le détail de toutes les erreurs de la politique étrangère américaine à notre égard depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Toujours est-il, que cette dernière a poussé le président russe, Vladimir Poutine, à intervenir en Ukraine, pays appartenant à l’aire culturelle russe depuis des siècles. Une fois de plus, les premiers concernés sont les Européens. Et notamment les Allemands qui de longue date ont misé leur puissance industrielle sur l’approvisionnement quasi bon marché du gaz russe. Lobotomisés au motif de dénazification depuis 1945, les Allemands ont perdu leur âme et surtout toute volonté politique. Au point que le pouvoir politique en Allemagne a été en majorité de centre-gauche permettant ainsi la montée en puissance d’utopiques écologistes. La dernière catastrophe ayant pour nom Angela Merkel.  Rare sont, en effet, les dirigeants allemands ayant eu une vision géopolitique de l’Europe.

Bref, la guerre en Ukraine a eu pour première conséquence, et sur ordre de Washington, de mettre la Russie au ban des nations en déclarant à son égard tout un train de sanctions économiques qui se sont transcrites essentiellement en matière industrielle. Ce lot de sanctions a été jusqu’à déclarer persona non grata en Europe des athlètes, des chanteurs d’opéra, des intellectuels et bien évidemment de tous les milliardaires russes proches de Poutine. Mais, le plus étonnant dans cette affaire est l’aveuglement de nos dirigeants européens quant aux conséquences économiques de telles sanctions. Car l’Europe est totalement démunie en matière énergétique notamment en matière de gaz et de pétrole. La Russie en regorge. Cherchez l’erreur ?

Or, le pouvoir actuel en Allemagne est une véritable poubelle démocratique entre chrétiens démocrates, pseudo libéraux et Verts. Avec à sa tête Olaf Schulz qui se retrouve dans une situation infernale, les Russes ayant quasiment coupé tout approvisionnement en gaz, ce qui va non seulement mettre l’industrie allemande à genoux mais surtout faire grelotter cet hiver le peuple allemand. Et c’est là qu’on va commencer à rigoler. Car les positions à l’égard de la Russie sont très diverses dans cette Union européenne qui risque de virer à la désunion. D’abord, cela révèle que nos « amis » allemands, ne le sont pas vraiment et qu’ils n’ont cessé, à nous autres Français, de nous mettre des bâtons dans les roues avec notre nucléaire, qu’ils ont cherché à torpiller Airbus et renvoyer aux calendes grecques l’avion de combat européen pour au final acheter américain. Mais ce ne sont là que la partie émergée de l’iceberg. Le pouvoir d’Olaf Schulz est bel et bien en train de chanceler. Pour déboucher sur quoi ?

Enfin, au niveau européen, cela ne sera pas sans conséquence non plus. Si les pays baltes et les Polonais restent arc-boutés contre les Russes, il n'en va pas de même des autres pays de l’est, la Hongrie notamment. Par ailleurs, les pays du sud pourraient bien être tentés de présenter l’addition aux Allemands pour leur intransigeance en matière monétaire lors de la grande crise de 2008 qui a mis la Grèce à genoux. Les Grecs s’en souviennent. Les Européens pourraient aussi faire payer aux Allemands leur arrogance. Et Vladimir Poutine semble bien décidé d’utiliser l’arme du gaz pour diviser l’Europe et lui faire payer son lot de sanctions.

Demain sera un autre jour.

10:47 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 20 juin 2022

Déroute électorale : les raisons d’un désarroi

heros-nationaux.jpg

Le billet de Patrick Parment

On ne va pas se lancer dans des décomptes d’apothicaires. Comme nous l’écrivions récemment, ce vote marque plus que jamais le grand désarroi dans lequel sont plongés les Français. Ayant voté par défaut pour Emmanuel Macron à la présidentielle, faute de candidat crédible face à lui – et là tant Marine Le Pen que Jean-Luc Mélenchon prennent une gifle, de quoi ravaler leur égo -, autant avec ces élections législatives ont-ils décidé de priver ce même Macron d’une majorité à l’Assemblée nationale. Le risque était d’accoucher d’une Assemblée ingérable, ce qui est fait. L’autre fait marquant et qui ne date pas d’aujourd’hui, c’est bien évidemment le taux d’abstention, premier parti de France depuis des décennies.

J’ai regardé les commentaires à la télévision comme beaucoup d’entre nous, et j’ai été consterné par l’indigence des analyses. Nul n’est sorti des sentiers battus de la cuisine électorale, personne ne s’est posé la question de savoir ce que reflétait un tel vote et quel était la source de ce désarroi qui va nous mener tout droit à un blocage des institutions. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tiré la sonnette d’alarme comme l’ont fait Christophe Guilluy* et Jérôme Fourquet* dans leurs ouvrages respectifs, à savoir une France profondément divisée entre bourgeois, ouvriers et immigrés.

Une France où, grosso modo, la notion de communauté de destin n’a plus aucun sens. Une France où une pseudo élite – des Insoumis aux Républicains -, abonnée aux droits de l’homme et autres fadaises genrées, reflet d’une américanisation des esprits, voudrait nous imposer un déni de réalité au travers d’une France qui serait multiraciale et de culture plurielle. Dans ce schéma, les Français ne se reconnaissent pas. Ils en restent à ce bon vieux slogan, « Travail, famille, patrie » qui est loin de n’avoir que des relents pétainistes.

Une nation se forge à l’école et pour ce qui est de la France quand l’école enseigne que nos ancêtres sont des Gaulois et que l’on a tout lieu d’être fier du roman national. Et certainement pas quand on culpabilise les Français d’être d’affreux colonialistes, des racistes voire antisémites quand la France profonde ne correspond pas aux critères et aux voeux de cette pseudo élite de gauche qui sabote et piétine depuis 1945 tout ce qui a fait la grandeur de ce pays. Le vote Front national reflète en grande partie ce ras-le-bol des classes populaires que tous les gouvernements depuis Mitterrand ont fait cocu. Depuis Mitterrand, inclus, on n’a affaire qu’à des irresponsables, Chirac en tête suivi de Sarkozy, de Hollande et pour finir Emmanuel Macron pour qui le peuple n’existe pas. Enveloppez tout cela dans un costume libéral et européen et vous vous réveillez en terre inconnue. On y est.

(*) Christophe Guilluy, Fractures françaises, La France périphérique, Le crépuscule de la France d’en haut. - Jérôme Fourquet, L’Archipel français.

02:54 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 13 juin 2022

Journée de dupes

image nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

Ce premier tour des élections législatives est riche d’un premier enseignement : les Français ne savent plus sur quel pied danser. Globalement cela veut dire quoi ? Avec une abstention record de 51,5% on ne peut pas affirmer que nous sommes dans une République soit-disant démocratique et bien portante. Il faut bien avouer que du côté régalien, nos institutions se barrent en sucette pour ne pas dire que c’est le chaos complet : police, justice, santé entre autres. Le tout sur fond d’immigration incontrôlée et source de bien des maux.  

Comme le rappelle Elisabeth Lévy, la Nupes avec ses 25% des voix est loin d’être majoritaire dans ce pays où 75% des électeurs ont regardé ailleurs. Et pour cause, Macron n’a pas fait de campagne et l’on ne connaît rien de ses intentions ni de son programme à venir. Marine Le Pen bénéfice comme toujours d’un vote protestataire, raison pour laquelle elle a fait l’économie d’une campagne en misant sur le seul pouvoir d’achat. Comme si c’était l’enjeu majeur.

Sachant qu’une campagne électorale se résume à « du pain, du vin et du Boursin », notre ami Eric Zemmour a mené une campagne nettement trop intellectuelle de défense culturelle de notre pays. Il est vrai qu’il est difficile de clamer sur tous les toits « Travail, Famille, Patrie » au risque de voir fondre sur vous les foudres du pétainisme et des heures les plus sombres de notre histoire. Même si c’est toujours d’actualité.

Au rayon de la peste et du choléra, on avancera qu’il serait souhaitable que Macron ne dispose que d’une majorité relative et qu’on laisse le soin à ce stérile Mélenchon de mener une guéguerre picrocholine aux sbires d’Ensemble, le nouveau bazar des Marcheurs. Même si elle dispose enfin d’un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, Marien Le Pen ne servira à rien comme d’habitude. Aucun de ses cadres n’a le niveau requis pour ferrailler intelligemment.

Quant aux Républicains, ils n’auront guère le droit à la parole, ayant seulement réussi à sauver les meubles, c’est-à-dire à ne pas disparaître complètement. Sauf qu’à droite on retombe sur le même un schéma chiraquien de division. La droite sera inexistante tant qu’elle n’aura pas réaliser son aggiornamento qui consisterait à unir ses forces. Seulement voilà, en matière d’idée, voici belle lurette que les Républicains comme le Rassemblement national ont laissé le peu de cerveau dont ils disposent au vestiaire. Et d’errance en errance, de Macron à Mélenchon et autres sbires du même acabit, la France continue de s’enfoncer dans un mortifère néant.

09:29 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 08 juin 2022

Ukraine : les conséquences d’un conflit qui échappe aux Européens

geopol.jpg

Le billet de Patrick Parment

Si gouverner c’est prévoir, alors on est mal parti. Qu’il s’agisse des différents gouvernements européens jusqu’aux instances irresponsables de Bruxelles, on se demande à quoi sert tout ce personnel politique qui entend gérer notre avenir au mépris du plus élémentaire bon sens. Il n’était pourtant pas difficile d’évaluer les dégâts que ne manquerait pas de causer la guerre en Ukraine quand on sait que la seule Russie dispose de toutes les ressources sont l’Europe, démunie, a besoin. Et ce d’autant que nos économies sont imbriquées les unes dans les autres au regard des entreprises françaises – et pas des moindres – qui officient en Russie. Tout cela révèle la grande faiblesse d’une Europe qui, au fond, n’existe pas ou qui est, plutôt, à la traine des Américains dont, en effet, on dépend aussi dans de nombreux secteurs économiques. Et ce pour une raison première : la monnaie universelle est le dollar. L’Europe ne s’est au fond jamais remise du plan Marshall qui fut la première marche de notre vassalisation. Et l’autre imbécile de Jean Monnet que l’on encense était déjà à la botte des Ricains. Sic transit gloria mundi.

Et pourtant, ce conflit ukrainien était l’occasion rêvé pour les Européens de faire preuve d’indépendance mais surtout de préserver leurs intérêts. Il était loisible de forcer cette marionnette aux mains des Américains qu’est Volodymyr Zelensky à négocier avec Vladimir Poutine et faire de l’Ukraine un espace aussi neutre que la Finlande. Et ce d’autant que l’Ukraine avait, elle aussi, tout à y gagner, en raison d’une économie plutôt florissante. Et qu’elle n'avait aucune raison majeure de vouloir s’arrimer à une Union européenne qui est un désastre pour les Européens. Mais voilà, pour se faire, il fallait aussi remettre à la raison la haine qui anime les Polonais et les Baltes à l’égard d’une Russie hier encore soviétique. D’autant qu’on ne voit mal l’intérêt de Poutine de les envahir. Il a trop à gagner d’une négociation avec les Européens.

Mais ne soyons pas dupes. C’est bel et bien dans l’arrière -cour que se joue la partie. Sur fond de conflit entre puissances maritimes et puissances continentales. Les puissances anglo-saxonnes (Amérique, Angleterre, Canada, Australie) ont toujours lutté contre l’émergence d’une puissance continentale susceptible de contrarier leur hégémonie sur le commerce mondial. Et l’ennemi tout désigné, c’est bel et bien le conglomérat continental que forment la Russie et la Chine contre lesquelles l’Amérique est entrée en guerre. Raison pour laquelle il était d’une impérieuse nécessité de vassaliser l’Europe. C’est aussi l’une des raisons pour laquelle l’Allemagne d’Hitler est tombée. L’Europe n’existera que si un jour, les peuples européens finissent par se mettre d’accord entre eux. Utopique ? Voire.

En attendant les Européens doivent s’attendre à payer la facture de cette guerre que les Américains mènent contre la Russie via l’Ukraine interposée.

Après les fortes hausses de prix amorcées avec la reprise post-Covid, l’invasion russe provoque, en effet, un véritable séisme. Gaz, pétrole, métaux et céréales, les prix s’envolent. Et ça pourrait durer. Armelle Bohineust pour Le Figaro nous dresse un état des lieux. Pas vraiment réjouissant.

Lire la suite ICI

09:47 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 23 mai 2022

L’utopique union des droites

image.png

Le billet de Patrick Parment

 Sur le papier, une union des droites serait largement majoritaire dans ce pays. Et ce n’est pas le zinzin mélanchonien, Dupes, qui pourrait changer quelque chose. Rappelons quelques évidences. Comme nous l’écrivions il y a déjà quelques années, la gauche promet du rêve, la droite reste avant tout pragmatique. A gauche, un socialisme dispendieux – Mélenchon est en train de nous refaire le coup de la fantasmatique union de la gauche – quand la droite s’emmêle les pinceaux dans un libéralisme qui enrichit des riches toujours plus riches. D’un côté comme de l’autre, deux utopies aussi mortifères l’une que l’autre. Conclusion, on est gouverné par une sorte de centrisme mou, tendance libérale mais surtout inculte, ignorant qu’un peuple c’est avant tout une histoire branchée sur une mémoire, un sol, une race (au sens culturel du terme). Dans cet ordre d’idée, un Ukrainien est plus proche de nous qu’un Pap Ndiaye, métis franco-sénégalais.

Mais revenons à notre sujet l’union des droites. A regarder de près, c’est en effet la galère. Marine Le Pen campe dans son coin, forte de ses 20% d’électeurs, ce qui lui assure une sorte de rente qui suffit à sa peine et plus encore à ses besoins. Et ce au mépris des idées qui ont fait le succès à son père mais aussi une réputation de paria. Ce dont il se foutait complètement par ailleurs. Sauf qu’aujourd’hui le RN est une caisse vide que Marine Le Pen a centrisé (gaytrisé ?) pour n’être plus qu’un simple « gueuloir » électoral. Sur l’air de « J’suis pas content, j’vote RN ». Hier encore, c’était le parti bolchevique qui tenait ce rôle.

Et il y a les Républicains. Un vaste fourre-tout qui se veut de droite sans trop savoir d’ailleurs ce que cela signifie, mais qui électoralement veut dire, « j’suis pas de gauche ». Ce parti est un melting pot où se croisent et s’encanaillent les lobbies et pas uniquement homo, franc-mac ou juif. On trouve aussi les bétonneux, les chasseurs, les bouilleurs de cru, les amoureux de la bagnole, les tenants du nucléaire, j’en passe et des meilleurs. Ce qui fut au départ un gaullisme populaire culturellement marqué franchouillard est devenu au fil du temps un marigot purement voué à fabriquer des candidats aux diverses élections. Dont cet imbécile de Chirac fut l’archétype - inscrit au pavillon de Sèvres - dont l’œuvre fut poursuivie par Nicolas Sarkozy.  Valérie Pécresse a confirmé brillamment que ce parti n’était plus rien. On n’abordera pas le sujet des centristes qui par nature ne sont rien, si ce n’est qu’ils se situent entre la droite et la gauche. Quand on ne veut ni l’un ni l’autre, on vote centriste. Un bulletin blanc en quelque sorte.

Et puis, dans ce marigot sans âme, a soudain débarqué Eric Zemmour qui, malgré ses défauts, a tenu à rappeler que la France ce n’était pas rien. Que c’était aussi un peuple, une histoire, une longue mémoire qu’au fil du temps nos politiques avaient relégué aux oubliettes. Que la France profonde était profondément attachée à ses racines, à sa culture, à ses identités régionales, à son terroir, à ses mœurs. Autant de thèmes largement relégués dans les poubelles par nos politiques traditionnels.  Seulement voilà, les Gilets jaunes ont réveillé ces sentiments enfouis, ce besoin d’une France fraternelle conforme à ses traditions, son âme, sa culture.

Le résultats des courses, c’est une France fracassée, divisée, fracturée entre la ville et les champs, entre les bourgeois et les prolétaires, les riches et les pauvres, les Gaulois et les immigrés  arabe, jaune, noir et autres. Les Français veulent qu’on pense d’abord aux Français comme le clamait d’ailleurs les politicards sous la Troisième République. Dans un monde déboussolé, preuve est faite que tout homme se replie d’abord sur son petit Liré ! D’où l’émergence de ce que l’on a appelé le populisme. Rien de fasciste là-dedans, n’en déplaise à tous ces imbéciles de gauche, du centre et d’ailleurs. Comme l’a bien démontré l’éthologue Konrad Lorenz chez les animaux, l’homme défend d’abord son territoire. Et à l’heure d’un mondialisme que le conflit ukrainien est en train de remettre en cause, on voit ressurgir l’égoïsme des nations.

La question est donc : l’union des droites est-elle possible ? Mais autour de quel projet ? Car les Républicains pas plus que le Rassemblement national n’en ont un susceptibles de plaire à tout le monde et dont la France et les Français seraient le centre. Le seul à en avoir un, c’est bien Eric Zemmour. Que les Républicains comme le Rassemblement national vont tout faire pour le tuer. Sous le soleil rien de nouveau, on a la droite, la plus bâte du monde…

 

11:22 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 20 mai 2022

Médias, morne plaine

medias nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

Jusqu’au 12 juin, l’essentiel de l’actualité est concentré sur les élections législatives et toute la tambouille qui tourne autour de la désignation des candidats. L’autre volet de l’actualité vue par l’œilleton français, c’est la guerre en Ukraine où carbure à fond une désinformation parfaitement orchestrée et à laquelle se soumettent la plupart des médias. On assiste ainsi à cette mascarade de ce pauvre soldat russe qui a tiré sur un civil et dont on va instruire un procès pour « crime contre l’humanité ». Ca frise quand même la caricature aux regards de toutes les guerres et exactions menées par les troupes américains depuis le Vietnam ! On notera que peu de voix s’élèvent, notamment à la télévision, pour dénoncer cette guerre que les Américains mènent par procuration contre la Russie et dont, quel que soit l’issue, ce sont bel et bien nous, les Européens, qui paieront l’addition.

Comme le souligne Pierre Lellouche dans un article de Valeurs actuelles (19/5) : « En tout état de cause, cette guerre va avoir des conséquences monumentales, notamment une coupure physique de l’Europe entre la Baltique et la mer Noire ainsi qu’une division profonde à l'échelle internationale entre ceux qui partagent les valeurs occidentales et ceux qui se retrouvent dans le modèle autoritaire russe. Sans compter les conséquences à long terme sur l’économie mondiale, les milliers de morts au combat, les mouvements de populations et les famines occasionnées par cette guerre. La Russie et l'Ukraine représentent le tiers des exportations de blé de la planète. Dans ce contexte, on a plus intérêt à circonscrire l’incendie qu’à souffler sur les braises. »

On notera pour compléter ce tableau que faute d’avoir du gaz et du pétrole – sans parler de l’uranium – les Européens vont devoir se chercher de nouveaux maitres et donc se rendre encore plus dépendant de l’Amérique ! Vladimir Poutine était-il le pire d’entre eux ? Que dire également de l’implication des entreprises européennes en Russie et des collaborations fructueuses nouées dans de nombreux domaines et pas des moindres – l’espace notamment. L’Europe avait une occasion de prendre son destin en main en menant la négociation avec Vladimir Poutine et en lui proposant la neutralité de l’Ukraine à l’image de la Finlande et le retrait des missiles américains dans le cadre de l’Otan. Mais, une fois de plus, démonstration est faite que l’Europe est un leurre et que l’on assiste, ô paradoxe, à l’égoïsme des nations. L’Europe a toujours été un champ de bataille. Il semble bien qu’elle le demeure.

10:03 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 30 avril 2022

Humeur vagabonde

ukraine.jpg

Patrick Parment

Ce que j’ai du mal à comprendre c’est l’aveuglement des européens face aux manœuvres des Etats-Unis en Ukraine qui se servent de ce pays pour continuer leur guerre contre la Russie. L’Amérique n’a jamais abandonné le concept de guerre froide contre les Russes. Car ce pays s’oppose à ses visées qui sont celles de réduire la terre entière leur vision libérale d’un monde uniformisé et réduit à un vaste marché. Les USA entraînent les Européens sur une pente suicidaire. En cas de conflit avec la Russie, ce que nul ne veut, c’est bel et bien l’Europe qui en ferait les frais. Ce ne sont pas nos six sous-marins nucléaires qui vont rétablir un équilibre qui n’existe pas. Si demain, la Russie coupe le gaz et le pétrole à l’ensemble des pays européens, c’est le chaos assuré.

Rappelons que l’Ukraine est un pays gangrené par la corruption à tous les étages. Rappelons que Vladimir Poutine ne cherchait que la neutralisation du pays, mais que les Ukrainiens s’en sont pris aux zones russophones du Donbass et de Lougansk amenant Moscou à revendiquer leur rattachement à la Russie au même titre que la Crimée. Rappelons encore que ce sont les Américains qui sont à la manœuvre en Ukraine depuis plus d’une décennie. Pas vraiment innocemment.

Réélection d’Emmanuel Macron. J’aime bien ce mot d’Henry de Montherlant qui écrit dans le Treizième César – un texte à relire d’urgence – en parlant de la mort de Caton : « Il regarde à droite, il regarde à gauche, il regard en haut, il regard en bas, et il ne voit que l’horreur. C’est le drame d’un peuple à un moment donné : il n’y a personne ». C’est exactement la situation dans laquelle nous sommes : il n’y a personne.

Ne cherchez pas une vision de la France et encore moins des perspectives d’avenir, avec Emmanuel Macron – pas que lui d’ailleurs, ses prédécesseurs aussi - gouverner se ramène tout simplement à gérer les problèmes de l’heure, colmater les brèches et… demain il fera jour avec de nouveaux problèmes. Macron n’a semble-il aucune notion de ce qu’est un peuple amarré à une histoire et jaloux de ses traditions. Macron est un néant ontologique.

08:54 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 avril 2022

Macron 1 - Le Pen 0

838_000-328m4qm.jpg

Le billet de Patrick Parment

Le duel Emmanuel Macron/Marine Le Pen, qui est resté courtois n’apporte au final pas grand-chose. A l’image des précédents débats entre les finalistes à la présidentielle, ce débat ne pèsera guère sur les intentions de vote des électeurs. Face à un Macron très assuré, Marine Le Pen s’est souvent montrée hésitante pour ne pas dire brouillonne. Elle a voulu montrer des compétences qu’elle n’a pas, notamment en matière économique et sociale. Au lieu de prendre de la hauteur, notamment sur l’Europe et l’immigration, elle s’est perdue dans des explications qui n’ont fait qu’ajouter à la confusion. Il y a peu de chance qu’elle ait retourné la situation à son avantage. Comme le dit très justement Patrick Buisson dans Le Point au sujet de Marine Le Pen, « C’est à un véritable aggiornamento idéologique qu’elle s’est livrée en abandonnant les ressorts mythologiques et émotionnels du roman national au profit d’une posture gestionnaire. »

10:47 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 11 avril 2022

La France KO

presid_2022_vignette_web_macron_lepen_v3_1.jpg

Le billet de Patrick Parment

Entre le prix du caddy en supermarché et l’avenir de la France, les Français ont tranché. Ce sera donc la politique du court terme qui prédominera avec la réélection d’Emmanuel Macron, tant cette France frileuse n’acceptera jamais de partir à l’aventure avec Marine Le Pen. Pour la bonne raison qu’elle n’a pas le personnel pour gouverner et que ce serait rapidement le chaos. Donc, ne vous faites pas de bile, Français des villes comme des champs, votre avenir sera tracé par le mondialisme, la soumission à Bruxelles et à Washington, Macron qui va s’empresser de vous donner satisfaction dans vos besoins immédiats tire un trait sur votre avenir et celui de vos enfants.

Reste qu’Eric Zemmour ne baisse pas les bras. S’il n’est pas Macron dans sa version 2017, surgit de nulle part - enfin pas tout à fait -, il réalise un score somme toute honorable pour son entrée sur la scène politique. Avec un peu plus de 2 millions de voix, c’est une bonne assise pour un parti politique, surtout à l’aune de la disparition des Républicains, ex-UMP ex-RPR, et tous les décus de Marine Le Pen une fois sa défaite actée et sa disparition probable du paysage. Elle tentera bien de se maintenir, étant entendu que le Rassemblement national est avant tout pour elle un casse-croûte juteux mais dont il faudra bien au final rembourser ses nombreuses dettes. Dettes qui finiront par avoir raison de son bouclar d’escrocs ! Marine Le Pen est une illusion politique dénuée de tout fondement idéologique depuis qu’elle a renié l’héritage du père.

A droite, du moins ce que l’on appelle ainsi, tout est à refaire. Et ce sera compliqué, parce qu’ici aussi on a la susceptibilité à fleur de peau.  Et comme le souligne fort justement le sociologue Marcel Gauchet, il y a trois grandes familles idéologiques : conservatisme, libéralisme et socialiste. Et souligne Marcel Gauchet « dans le langage de vaudeville, on peut dire que le couple droite-gauche est en réalité un ménage à trois, le rôle du partenaire non officiel étant tenu par le centre. Celui-ci est en effet la force d’appoint indispensable pour dégager une majorité quand il y a trois positions fondamentales en présence ». Or, le centre, c’est ce ramassis de couilles-molles qui ont peur de tout, d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Il suffit d’évoquer les figures de François Bayrou, Jean-Christophe Lagarde ou Hervé Morin pour comprendre l’étendue du problème : ils bouffent à tous les râteliers au gré de leurs intérêts. Ils ne sont ni de droite, ni de gauche, ils sont frileux. Relire à leur sujet ce grand livre d’Abel Bonnard, Les Modérés. Il a tout dit. Sauf qu’à l’intérieur même de la droite, les divisions ne manquent pas. Valérie Pécresse n’était rien et c’est bien pour cette raison qu’ils l’ont envoyé au casse-pipe. Mais il en va tout autrement d’un Eric Ciotti, des ambitions d’un Laurent Wauquiez ou du socialisant Xavier Bertrand appelé à disparaître d’ailleurs. Tous se veulent gaullistes, même Eric Zemmour. Sauf que le gaullisme, c’est non pas une idéologie, mais une attitude dont la franchouillardise nous apparente à Astérix.

A l’heure où les Etats-Unis ont réveillé la guerre froide dans un ballet à trois (USA, Chine, Russie) jouer les Asterix pourrait peut-être permettre de réveiller une Europe endormie. L’Europe est un vrai sujet et surtout un sujet de division. C’est un sujet sur lequel il nous faudra revenir parce que c’est la guerre qui a forgé l’identité de l’Europe. Autrement dit la confrontation des Etats. Et c’est bien ce qui se passe à Bruxelles. Là aussi, relire avec intérêt Analyse spectrale de l’Europe du comte Hermann von Keyserling. On comprendra mieux la nécessité d’une Europe des nations

La tâche d’Eric Zemmour sera donc ardue parce qu’il lui faudra se glisser entre conservatisme et libéralisme sans pour autant s’aliéner les centristes. Il va s’agir surtout de transformer la course au casse-croûte que sont devenus les différents courants qui l’anime en un corpus politico-idéologique qui place la France et les Français au centre même de leur intérêt selon le bon vieux triptyque : travail, famille, patrie. Que l’on peut transcrire en : une économie destinée à privilégier les classes moyenne et donc le peuple, la priorité en tout à ce qui relève de l’identité française, et refonder l’école, fondement même du patriotisme.  Au boulot !

12:02 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 08 avril 2022

De la guerre...

2343010171.jpeg

Le billet de Patrick Parment

Une guerre, ce n’est jamais joli, joli. Et je ne suis pas sûr que les guerres modernes soient aussi cruelles que celles qui se sont déroulées du Moyen Age à la Renaissance par exemple, où bien souvent le pillage engendrait ou permettait bien des exactions. Sachant que la nature humaine, livrée à elle-même, est tout sauf bienveillante, le pire est toujours à portée de main. On oublie toutefois que les bienfaits de la civilisation peuvent adoucir les mœurs et amener l’homme à porter un regard plus bienveillant sur son alter égo. Mais, là encore c’est une question de civilisation et de culture. Car on relit toujours avec effroi le Manifeste du camp numéro 1, de Jean Pouget, sur la guerre d’Indochine et la vie de nos soldats dans les camps de concentration aux mains des Viets, qui montre combien l’âme asiatique a une perversité culturelle que n’a pas le soldat européen.

Dans le genre, on en remet une louche, on a écrit beaucoup de conneries sur la Deuxième Guerre mondiale et la soi-disant cruauté du soldat allemand qu’on a paré de tous les maux à des fins de propagande. Et les juifs s’en sont même faits une spécialité, histoire de rançonner l’Allemagne, de la faire cracher au bassinet comme l’on dit. Ce qui n’a pas empêché les soldats juifs américains de maltraiter – le mot est faible -, les soldats allemands lors de l’occupation de l’Allemagne dès 1945.  L’affreux nazi est devenu un gimmick dont on affuble tout individu que l’on veut diaboliser. Même Eric Zemmour, juif sépharade, en a fait les frais en le balançant direct dans la case imaginaire d’extrême droit au motif qu’il entend défendre tout simplement la France et son patrimoine culturel. Sur le sujet, il y a d’excellents livres qui démontrent si besoin était que nul n’est blanc bonnet dans cette affaire. On oublie trop souvent que la guerre est aussi un fait culturel. Aux quatre coins de la planète, celle-ci n’a pas la même signification, ni la même cruauté.

Raison pour laquelle je reste dubitatif sur tous les maux que l’on prête à l’armée russe en territoire ukrainien. L’Occident a décidé que le diable s’habillait en Vladimir Poutine. Et le camarade président Zélensky, bien formé à l’école de la propagande américaine (CIA), en fait des tonnes pour nous convaincre que le soldat russe n’est qu’un soudard avide de pillage, de bombardements et de viols. A en croire nos médias, c’est Stalingrad tous les jours en Ukraine. Et ce même Zelinsky, selon son maître washingtonien, pousse au crime en invitant les membres de l’Union européenne à couper tous les ponts – économiques de préférence -, avec la Russie. Pour le plus grand profit de son maître américain. Zelensky, héros ? Non, valet de ferme porté par un peuple qui, lui, a décidé de résister.

On oublie un peu vite dans cette affaire que ce sont les Américains qui ont généré la situation dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. A la suite de la chute du mur de Berlin, en 1989, les Soviétiques d’alors, avait posé comme condition de la reconnaissance de la réunification allemande, la non extension de l’Otan à l’Est. Autant les Américains n’avaient pas toléré la présence de missiles à Cuba en 1962, autant les Russes ne tolèreraient pas de missiles en Europe en 1989. A quoi s’ajoutèrent différents traités jusqu’aux les accords de Minsk en 2015. En fait les Américains se sont empressés de bafouer ces accords et n’ont eu de cesse que de reculer à l’est les frontières de l’Otan. Les Baltes, les Polonais, les Roumains, tous hantés par une invasion des troupes russes ont favorisé cette implantation délétère. Dès son arrivée au pouvoir en 2000, Vladimir Poutine n’a cessé de répéter que toute extension de l’Amérique via l’Otan à dans l’Est européen constituait un casus belli. Faute d’avoir écouté, on n’a pas laissé d’autre choix à Poutine que de dévoiler sa propre vision de la sécurité en Europe. Et une fois de plus, au lieu de négocier voire de baisser les armes, Zelesny préfère appeler à la résistance – et là on a été bluffé, il est vrai, par la résilience du peuple ukrainien -, et voir son peuple se faire massacrer. Zelesnky signe ainsi un chèque en blanc à Washington. Cet homme a le culot de venir nous dire ce que nous, Européens, devons faire faire face à la Russie. Tout juste s’il ne nous demande pas de prendre, nous aussi, les armes contre le Grand Satan. Il suffit pourtant de regarder une carte de géographie pour comprendre la nature même du problème. De qui avons-nous besoin en matière d’énergie ? De qui, culturellement, sommes-nous plus proche, un Américain shooté au dollar ou un Russe buveur de vodka ? Si nous n’avions pas un ramassis d’imbéciles à Bruxelles et à la tête de nombreux Etats européens, il y a belle lurette que cette question aurait été réglée. Voir un Macron qui prône une Europe de la puissance – là on est d’accord – est louable. Mais saura-t-il tirer les conclusions de cette soi-disant Union européenne dont les Etats membres se tirent la bourre ! L’Europe, l’Europe, mais quelle Europe ? Elle est aux abonnés absents. Elle est shootée Coca Cola !

09:41 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 01 avril 2022

Demain fera-t-il jour ?

europe-vs-us-©-Aquir-shutterstock-1280x720.jpg

Le billet de Patrick Parment

On sait très bien par expérience que les programmes politiques énoncés en raison d’élection à venir ne sont que des bouts de papiers jetés au gré du vent qui passe. Chacun essaie de répondre aux problèmes du temps présent, d’où la fatale inactualité de ces programmes une fois l’élection passée. Certes, on aurait mauvaise grâce de dire qu’il n’en reste rien, mais les urgences d’un jour ne sont pas celles du lendemain.

Aussi, les exégèses autour du programme d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen ne sont à regarder que comme des curiosités. Eric Zemmour, dans ce cirque que constitue une élection présidentielle, présente une exception car il a mis le doigt là sur le danger majeur pour l’avenir de notre pays et de nos enfants : la maîtrise de l’immigration et une remigration plus que nécessaire. On oublie trop souvent que plus d’un million de Français d’Algérie ont regagné la métropole en un temps record.

L’autre aspect majeur que nos politiques se gardent bien d’évoquer, est que cette immigration incontrôlée a notablement fracturé la société française mettant à mal ce que l’on appelle d’ordinaire la communauté nationale. Ce que résume le sentiment général du « on n’est plus chez nous ». Nous devons donc tout à la fois lutter contre cette immigration – la France n’est pas une poubelle – et surtout reprendre en main une justice beaucoup trop laxiste et donner à nos policiers les moyens dont ils ont besoin.

Le degré de violence dû à l’immigration a atteint un niveau qui devient insupportable pour les populations qu’il s’agisse des villes, des banlieues et des campagnes. Il est par ailleurs intolérable de laisser s’implanter dans notre pays un islamisme qui ne correspond à rien dans notre culture judéo-chrétienne. Imagine-t-on élever une église en Arabie saoudite et autres pays du radicalisme islamique ? Une politique de rupture et de fermeté s’impose de manière urgente et on voit mal qui d’autre qu’Eric Zemmour pour la mener à bien.

Reste également que le prochain président aura comme l’on dit du pain sur la planche. Une pandémie qui affecte toujours l’économie française, une dette abyssale et surtout une Europe qu’il serait temps de régenter afin que cesse les méfaits, entre autres, d’une Commission dont les membres ne sont pas élus, faut-il le rappeler. Et tous les présidents qui se sont succédés ont fait preuve de la même incompétence, Ursula van der Leyden en tête en digne émule d’Angela Merkel shootée au mondialisme anglo-saxon.

Le conflit russo-ukrainien, par ailleurs, a mis en valeur tous les dysfonctionnements dont souffre cette institution. Et en premier lieu notre vassalité à l’égard des Américains où Emmanuel Macron a tenté de jouer les petits télégraphistes. Il serait temps de reconsidérer notre situation au regard de la géographie. Si cette guerre a eu lieu, et on ne peut que le déplorer, c’est bien parce que les Américains ont manipulé les Ukraniens et les Européens à ne pas respecter les traités, celui de Minsk notamment. Vladimir Poutine a toujours clamé qu’il ne voulait pas d’implantation de missiles en Europe - pas plus que les Américains avec les missiles russes à Cuba -, sous couvert de l’Otan. Et ce dès sa prise de pouvoir en l’an 2000. Les Américains, avec l’aval de l’Allemagne et plus encore de la Pologne ont fait l’inverse. Ces deux pays vivent dans la hantise imaginaire d’une invasion par l’armée russe !

Cette guerre a également bien mis en lumière notre dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie, notamment pour ce qui concerne le gaz et pour partie le pétrole. Va-t-on se diriger vers un aléatoire approvisionnement américain qui va nous coûter la peau des fesses ? Je pense qu’il est temps que les Européens reprennent leur destin en main. Ce ne sera pas facile tant les tensions intra muros sont fortes. Les intérêts des pays du Nord s’entrechoquent avec ceux du Sud et plus encore de l’Est. Mais notre destin est commun. Il faudra donc bien trouver des solutions. L’Europe ne saurait se résoudre à n’être qu’une balle de ping pong dans l’affrontement entre Américains, Russes et Chinois. Avec cette guerre, c’est tout l’échiquier géopolitique, mais aussi économique qui est remis en cause avec le retour des nations sur la scène. L’Europe sera-t-elle absente ?

On rêve d’une Europe puissante. Mais on n’en prend pas le chemin.  La tâche du prochain président sera donc ardue et il devra batailler sur tous les fronts. Raison de plus pour que ce dernier ait une réelle vision du monde et plus encore une certaine idée de la France. A ce jour, on ne voit guère qu’Eric Zemmour pour porter cet espoir. Car avez-vous seulement entendu les Macron, Pécresse, Le Pen, Jadot et autres Mélenchon nous parler d’un destin français ? Et l’Europe, est-elle condamnée à accueillir toute la misère du monde ?

 

10:50 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 14 mars 2022

Ukraine : le foutoir merdiatique !

drapeau.jpg

Le billet de Patrick Parment

Dans son ensemble la presse mainstream occidentale s’est fixée un axe auquel elle se tient : haro sur Poutine, le grand méchant loup et louanges du valeureux soldat résistant ukrainien. Au final dans ce flot d’information, il est tout à fait impossible de se faire une idée précise de ce qui se passe réellement en Ukraine où, à nous en tenir à nos merdiatiques médias, les soldats russes n'ont pas le moral et pillent les magasins d’alimentation, violent les femmes et les enfants, etc. Sans oublier de spéculer sur les intentions malfaisantes évidemment du nouveau satrape planétaire : Vladimir Poutine.

Ce qui ne manque pas de piquant dans cette affaire, comme le souligne un de mes amis, c’est que l’on a d’un côté des pays plutôt en bonne santé économique – la Russie n’a pas de dette et la Chine n’a pas monétarisé le covid – et de l’autre des pays – européens notamment - qui sont très endettés et qui ont déjà les taux d’intérêt très très bas – voire zéro -, victimes de l’inflation et qui ne pourront donc pas les baisser significativement pour financer leur guerre comme ils l’ont toujours fait. Certes me direz-vous, seule l’Allemagne est peu endettée. Elle est le maillon faible de ce dispositif raison pour laquelle traîne des pieds pour appliquer les sanctions.

On le sait déjà, et même nos merdiatiques médias en font état, ce n’est pas l’Amérique avec son Joe Bidet de service qui va payer la note, mais bien les Européens. Et notre-va-t-en guerre Macron fait des ronds de jambes, quand on sait d’ores et déjà que la note va être salée. Entre les dépenses dues à la pandémie et les sanctions qui se décident à Bruxelles, la France de Macron risque de virer tiers-monde. Pas sûr que la France  « d’en bas » soit décidé à payer – comme d’habitude - la facture, d’autant que peu de Français sont décidés à mourir pour Kiev. Pas plus qu’ils ne l’étaient pour Dantzig ! D’ailleurs la plupart s’en foutent complètement de l’Ukraine, dont chacun a bien compris que ce pays – corrompus par ailleurs au dernier degré et jouissant d’une justice issue directement de l’ère soviétique – appartient au pré-carré Russe. Depuis 1989, l’Occident et l’Amérique en particulier ont voulu rouler dans la farine une Russie que Vladimir Poutine a remis sur pied tout à la fois économiquement mais aussi et surtout militairement. Vladimir Poutine pourrait dire « l’Occident combien de divisions ? ». Aucune mon général. Avec ce conflit, l’Europe vient de se rendre compte qu’elle est à poil militairement – exception faite des sous-marins nucléaires français et anglais – et qu’économiquement elle est fortement liée à la Russie dans des domaines qui ne se limitent pas au gaz et au pétrole.

Il est très difficile à ce jour d’imaginer quelle sera l’issue de cette guerre. Poutine vient de réveiller une Europe anesthésiée par sa société de consommation, préoccupée de chasse à l’homme genre #Metoo et au final vassalisée et aux ordres de l’Ordre mondial libéral.

On crie au loup en décrétant des sanctions dont on sait très qu’elles ne servent à rien sauf à mettre à mal nos propres économies, ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. Dans quel bourdier les Macron, Van der Leyen et autres Borrell vont-ils nous entraîner ? Il faut en effet négocier avec Poutine, mais en tant qu’Européens, pas au nom d’un Occident problématique avec une Amérique en toile de fond. Cette Amérique qui ne mène que des combats foireux depuis 1945 !

04:06 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 24 janvier 2022

Humeur politique vagabonde…

dr ga cen.jpg

Le billet de Patrick Parment

La droite dite républicaine attend dans les transes la parole de l’oracle Sarkozy pour savoir s’il soutient ou non Valérie Pécresse. Mais que vaut la parole de ce « loser » dont l’unique héritage est d’avoir eu une grande gueule au service d’une totale inaction et d’avoir, à la suite de Chirac, fait gagner à la France cinq années de décadence supplémentaires. La parole de ce nain ne vaut pas tripette !

La réalité de cette campagne électorale est que tout est flou. Pas de mitinjes en raison du virus qui se balade toujours, pas de Macron candidat, mais un président qui bat la retape dans les provinces pour annoncer aux bouseux ce que ce rat des villes n’a pas su faire en cinq ans. Un grand classique. Une gauche qui a totalement disparu du paysage avec un Mélenchon qui agite ses petits bras dans tous les sens migratoires. Et à droite, la figure de la mère Le Pen qui a tellement mis de l’eau dans son vin que celui-ci n’a plus de substance et que talonne une Valérie Pécresse qui se doit de faire le grand écart entre le dur (Ciotti) et le mou (Jacob) de son parti. Le seul qui tient de debout avec un discours cohérent et qui touche à la substance même de « l’être Français », c’est bien Eric Zemmour. Mais les Français ont-ils conscience des véritables enjeux de cette campagne ? Ils gueulent contre l’insécurité qui tire son origine d’une immigration incontrôlée, ils gueulent contre tout (impôts, essence, coût de la vie, etc.) et au final votent comme des veaux pour des sicaires qui vont une fois de plus les faire cocus ! De Gaulle aurait-il eu raison ?

Les quotidiens n’hésitent pas à nous faire accroire que le pouvoir d’achat de la ménagère sera au cœur du débat de la campagne présidentielle. Non que cela ne soit pas important, mais ce n’est jamais que la part émergée de l’iceberg. Car le pouvoir d’achat dépend avant tout de la bonne santé de l’économie. Et ce n’est pas le cas. Tout d’abord, on bénéficie d’une administration qui au lieu de nous faciliter la vie, nous la rend impossible. On a ensuite l’immense marais des règles, réglementations et normes qui sapent le moral des entrepreneurs et sont un frein à l’activité et la création. Ensuite, on a des taux d’imposition les plus élevé d’Europe. Les technocrates de Bercy ne cessent d’inventer des taxes sur tout et n’importe quoi. Quand l’Etat donne d’un côté, Bercy le reprend de l’autre. Et comme nos dirigeants sont aux ordres de Bercy, la vraie révolution, le dégraissage de toute l’administration, reste à faire. Pour toutes ces raisons et quelques autres, les élucubrations des partis et des syndicats sur le sujet ne sont que des effets d’annonce. A en croire le seul Mélenchon, demain on rase gratis ! Faire des économies, ce ne sont pourtant pas les idées et les moyens qui manquent. Mais qui osera ?

10:56 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 29 décembre 2021

Ces vaccins qui nous laissent sans réponse

pass-sanitaire.jpg

Le billet de Patrick Parment

« On vit un moment de régime d’exception permanent, un confinement de la démocratie. Le Parlement ne sert plus à rien, sinon à avaliser ce qu’a dit le président. Tout est décidé dans un conseil de défense sanitaire, couvert par le secret, dont nous ne connaissons même pas la composition. Avec ce passe vaccinal, l’exécutif ne ferait que « viruser » un peu plus l’état de droit. » Ce n’est pas nous qui le disons mais Mathilde Panot, présidente du groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale.

Et nous sommes encore d’accord avec elle quand elle avance que « le passe vaccinal, comme tous les passages en force de l’exécutif contre le Covid-19, marque des ruptures très fortes au sein de la société, qui pourraient perdurer bien au-delà de cette épidémie ». Sauf que ce qu’elle ne dit pas, c’est que l’immigration est bien le premier des facteurs de fracture sociale dans notre pays. Mais Mélenchon a besoin des voix des islamo-gauchistes et autres antifas pour exister et nous bassine avec ce contresens raciste d’une France « créolisée ». Pauvre Mélenchon, il ne s’est pas encore rendu compte qu’il était déjà dans les poubelles de l’histoire.

Pour en revenir à ce fameux passe vaccinal, le gouvernement fait fausse route. Si le passe sanitaire pouvait se justifier, il n’en va pas de même du passe vaccinale qui est une atteinte à nos libertés et au fond ne sert pas à grand-chose, sauf à s’imaginer comme Macron et Castex que tout le monde étant vacciné, le virus disparaîtra. La grippe a-t-elle pour autant disparu ?

On nous serine avec la vaccination. On ne dit pas qu’elle n’est pas nécessaire. Toutefois entre la première et la troisième injection, six mois se sont écoulés ! On sait, par ailleurs, que la vaccination n’empêche pas d’être de nouveau contaminé. Ce que le vaccin permet, c’est d’éviter d’entrer dans une phase létale et de surcharger les hôpitaux. Mais, l’engorgement des hôpitaux est aussi le fait de mauvais choix effectués par le gouvernement. Ce dernier n’a eu d’yeux que pour les vaccins alors que d’autres thérapies étaient envisageables. Macron et ses sbires ont tapé comme des durs contre le professeur Eric Raoult et quelques autres qui avaient le mérite d’envisager d’autres voies de guérison. L’Etat aurait dû faire confiance aux médecins et les laisser traiter et évaluer les cas plus ou moins graves, ce qui aurait eu pour vertu de soulager le labeur des personnels de santé dans les hôpitaux. Au lieu de quoi, ce gouvernement n’a juré que par l’hôpital ce qui a eu pour effet secondaires de mettre au rancard tous les patients en attente de soins urgents et d’intervention chirurgicales. Combien de morts à ce titre ? Silence radio.

Que dire encore des incohérences de ce gouvernement qui interdit les réunions de plus de 2 000 personnes en intérieur, 5 000 personnes en extérieur mais qui ne l’applique pas aux meetings politiques ! Tout cela respire l’électoralisme à plein nez. Enfin, face à la persistance du virus on en vient à nous parler qu’une quatrième injection… Car passé un certain délai, même la troisième injection n’immunise plus. C’est dire combien nous sommes dans le brouillard et combien ces vaccins n’ont, au fond, qu’une efficacité limitée. Que sait-on vraiment sur ce virus et ses variants ? Quels seront les effets à long terme des vaccins, notamment ceux à ARN messager ? Quel est l’ampleur des effets secondaires des vaccins ? Quant à la vaccination des 5-11 ans, nous entrons-là dans une zone d’ombres. A priori, on ne voit pas pourquoi les enfants seraient naturellement immunisés contre le virus. Que sait-on exactement des contaminations en milieu scolaire ? Beaucoup de questions et pas assez de réponses !

Dernièrement la presse a fait la Une avec la mort d’un des frères Bogdanov, Grichka, mort du covid. Mais son frère Igor était également en réanimation pour le même motif et n’est pas mort. Pourquoi ? La somme des interrogations ne fait que s’allonger de jour en jour. On se pose la question de savoir dans quel état va-t-on sortir de cet enfer dont notre gouvernement entretient les flammes ?

15:39 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 19 décembre 2021

Sortir enfin de la France des guignols !

s-Guignols-de-l-Info-canal.jpg

Le billet de Patrick Parment

Voici des décennies maintenant que les Français ont largement compris que les programmes électoraux des différents candidats – à droite comme à gauche – sont un ramassis de promesses jamais tenues. D’ailleurs, on se demande bien qui s’impose de les lire, tant ils sont aussi indigestes les uns que les autres ? En fait, hormis les élections municipales qui sont un vrai enjeu pour les électeurs, qu’il s’agisse des départementales, des régionales et plus encore de la présidentielle, toutes se jouent à la gueule du client. Et souvent sur un slogan, comme ce fut le cas avec Chirac et sa fameuse « fracture sociale », soufflée par Philippe Séguin, et bien évidemment jamais réduite.

En 2007, la partie se joua au final entre Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal, la représentante du parti socialiste. Au premier tour, à droite, la question fut vite réglée entre Sarkozy, Bayrou, de Villiers et Jean-Marie Le Pen. La gauche, une fois de plus, vécut un premier tour avec la présence de toute l’extrême-gauche – Besancenot, Buffet, Laguiller – à la manœuvre, ce qui facilita la présence de Ségolène Royal au second tour face à Sarko. Inutile de dire que cela se joua à la « gueule » du client. Et le programme dans tout cela ? Aucun intérêt. Sarko avait pour thème la défense de la classe moyenne et la résorption de l’immigration. Les Français crurent voter pour un homme d’action, ils découvrirent bien vite qu’il n’était qu’une couille-molle. Sarko paya la note de ce désamour qui se concrétisa par l’élection de François Hollande, autre couille-molle en modèle XXL.

Ce que l’on retient de ces va et vient droite-gauche, c’est que les Français sont bel et bien à la recherche d’un homme qui tienne compte, enfin, de leurs attentes. On notera également, lors de toutes les élections de ces dernières décennies, la montée en puissance des abstentionnistes et l’opposition également grandissante entre une France des villes et une France des champs, comme ne manqueront pas de le souligner des auteurs comme le géographe Christophe Guilluy (La France périphérique) ou le sondeur Jérôme Fourquet (L’archipel français).

Autre enseignement de ces dernières décennies, la France est majoritairement conservatrice. On le constate aujourd’hui avec l’effondrement de la gauche dont aucune de ses composantes n’atteint 10% dans les sondages. Le seul bastion qui reste à la gauche, c’est celui des médias qui distillent leur poison « droits de l’hommesque », soi-disant anti racistes, partisans d’une France qui serait multiculturelle et qui n’est en fait qu’une soumission à l’islamo-gauchisme d’un Mélenchon ou de tout ce ramassis d’idiots médiatiques incultes qui se répandent dans les médias. Eric Zemmour nous en a donné un bel aperçu en ayant face à lui une belle brochette de « haineux » venus non pour dialoguer mais pour en découdre, à l’image de cet imbécile d’Aymeric Caron, illuminé vegan, d’Alexis Corbière, béquille chancelante d’une France insoumise quasi inexistante ou la bouglionesque ministre franco-Cap verdienne à l’Egalité, Elisabeth Moreno qui n’a d’autre utilité que de figurer sur la photo à côté de Macron. Or, tous ces gens ne représentent rien aux yeux des Français.

Après avoir tout essayé d’un panel de prétendants tout aussi inopérants les uns que les autres, incapables d’affronter, voire de résoudre, le problème de l’immigration, source d’une insécurité grandissante, au même titre que d’éradiquer un islamisme de plus en plus présent au sein de société française, les Français se retrouvent de nouveau devant un choix qui, cette fois a l’avantage de la clarté et dont Eric Zemmour a fixé les contours : la lutte contre l’immigration et le retour à une identité française prioritaire dans tous les domaines. Face à lui, un Macron fatigué, ignorant tout des Français, et une Valérie Pécresse qui n’échappe pas à ce libéralisme bruxellois bon teint à la botte des Etats-Unis et des lobbies divers et variés. Et on a tout lieu, en effet, de s’inquiéter quand on entend Christian Jacob, patron du bouclar Républicains, clamer qu’un accord avec Zemmour est hors de propos. On sent bien là ressurgir le chiraquien inculte et franc-mac qui n’a d’autre conception de la France que parlementaire via le chèque qu’il empoche chaque mois aux frais du sang gaulois. On espère que cette fois, les Français vont enfin renverser la table !  

12:20 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 05 décembre 2021

Eric Zemmour, Eric Ciotti et une certaine Valérie Pécresse

candidats nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Comme le rappelle Eric Zemmour dans son dernier ouvrage, La France n’a pas dit son dernier mot, rendant visite à Edouard Balladur, ils en viennent à évoquer, entre autres choses, le cas de Valéry Pécresse fraîchement élue à la tête de l’Ile-de-France. Balladur lui joue son numéro habituel quand il se veut méprisant : « comment vous l’appelez déjà ? » et lui asséner : « Pécresse, c’est ça, c’est une imbécile quand même ». Et Eric Zemmour, taquin, d’avancer : « Elle a quand même fait HEC et l’ENA ! ». Réponse ironique d’Edouard : « Enfin, vous savez bien  que dans chaque promotion de grandes écoles, il y a 30 % d’imbéciles. » (page 256). Un ange passe, c’est Jacques Chirac !

Ainsi, chez les Républicains, les jeux sont faits. Et dans ce concert des ego, ils ont fini par se découvrir un candidat commun, une femme, une première dans un parti où le mâle hétérosexuel de préférence, est dominant. A droite, l’homo est plutôt honteux, ce qui est le cas contraire à gauche où il flamboie LGBT. Bref, la femme étant dans l’air du temps, les Républicains se sont jetés sur la première femme qu’ils avaient sous la main. On ne fera pas ici un florilège de toutes les conneries qu’a balancé Valérie Pécresse qui à l’image d’un Chirac, son mentor, a toujours adapté son comportement et son discours à l’air du moment et à l’idéologie ambiante. De droite Valérie Pécresse ? On en doute ! 

Reste que le scénario qui se met en place pour cette présidentielle devient original. A gauche, pas une femme n’a survécu et on attend le moment où Hidalgo va lâcher prise. De toute manière, la gauche n’existe pas dans cette compétition et Jean-Luc Mélenchon avoue, culminant péniblement à 10%, que sa fenêtre de tir ressemble à un trou de souris.

Emmanuel Macron a désormais face à lui toutes les composantes de la droite : une centriste molle et indéterminée avec Pécresse, une droite populaire avec Marine Le Pen et une droite patriote avec Eric Zemmour. Il n’aura échappé à personne que l’ensemble de ces droites constitue néanmoins la majorité dominante dans notre pays. A une exception près, le clan des abstentionnistes. Car une fois de plus ce sont eux qui feront toute la différence.

Si l’on s’en tient aux sondages qui ne sont le reflet que des humeurs passagères de quelques citoyens picorés ici et là, Emmanuel Macron devrait être élu dans un fauteuil tant il domine ses adversaires… sur le papier. Sauf si les Français décident de renverser la table en votant pour Eric Zemmour ou par peur d’une aventure à leurs yeux trop brutale pour l’illusionniste Valérie Pécresse.

Si l’on exclue ces deux hypothèses, l’éviction de Valérie Pécresse pourrait déclencher une vraie recomposition du paysage politique si d’aventure Eric Zemmour et Eric Ciotti se donnaient la main au sein d’un grand parti réellement de droite, décomplexé et fort peu libéral. Ce parti aurait l’avantage de sécher l’écuelle Républicaine (ex-UMP/RPR) autant que celle du Rassemblement national et dont on connaît les axes puisque Eric Zemmour va les développer durant sa campagne : stopper l’immigration, redonner aux Français la place centrale qui est la leur par la défense de la classe moyenne et de ses attentes en matière de santé, d’éducation, de sécurité et de justice. Sortir du créneau macronien des pauvres contre les riches, de l’obéissance aveugle à Bruxelles et à Washington. Vaste programme me direz-vous dans une époque largement dominée par le mondialisme et le règne de l’argent contre les peuples.

Car comme nous l’annoncions dans un précédent billet, si nous avons à subir une fois encore Emmanuel Macron, celui-ci devra faire face à des mouvements sociaux dont les Gilets jaunes n’auront été qu’une plaisante manifestation. Car on voit mal ce petit monarque virer sa cuti et rendre la parole au peuple tant l’absence de démocratie lui sied parfaitement au teint.

04:05 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 29 novembre 2021

Eric Zemmour : ce n’est qu’un début…

couv nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est la dernière lubie médiatique : Eric Zemmour dévisse dans les sondages, son exposition médiatique a fini par lasser. Evidemment Libération, ce torche-cul islamo-gauchiste s’en est donné à cœur joie relayé par tout le boboland  de gauche médiatique. Et les sondeurs qui sont à la sonde ce que le bénitier est au salut des âmes, auscultent les entrailles de la bête : pense donc, Zemmour n’est plus qu’à 15%. Il est repassé en dessous de la présidente du Rassemblement national. Raison principale de ce passager désamour : la virée marseillaise de Zemmour qui n’a pas rencontré le succès espéré. Dans cette ville, la plus pourrie de France, où les élus sont des tocards, à commencer par le petit fils de l’amiral de bateau lavoir Muselier, la virée de Zemmour était courageuse dans la mesure où cette ville maghrébine, lieu de tous les trafics, est l’exemple même de tout ce que dénonce Eric Zemmour. Et ce n’est pas un doigt d’honneur qui viendra perturber l’audience du potentiel candidat.

On le sait, une campagne électorale, présidentielle de surcroît, n'est pas vraiment une partie de plaisir. C’est épuisant, d’autant que ce n’est pas en effet, la tasse de thé d’Eric Zemmour. On ne peut donc que louer son courage. Car il dérange tout le Landerneau politique en posant les vraies questions qu’il s’agisse du laxisme de nos élus et gouvernants en matière d’immigration, d’insécurité grandissante mais aussi et surtout la survie de l’identité française, de notre culture et de nos mœurs face à un islam dont tous nos élus ont la trouille et qui baissent leur froc au moindre pet coranique. Zemmour met le doigt sur tous les dysfonctionnements de la société française quand nos élus s’empressent de mettre tout cela sous le tapis.

Les Français ne sont pas dupes contrairement aux sondeurs. Pour la bonne raison que son discours est le reflet de ce que nous attendons depuis des décennies. La preuve en est que ces dernières années les Français ont joué un coup à droite, un coup à gauche et pour finir au centre avec Macron, espérant qu’on les écouterait enfin. Que nenni. Emmanuel Macron a clairement joué le jeu des riches au détriment des classes moyennes qui de quinquennat en quinquennat ne cessent de souffrir de l’incompétence des leurs élites.

C’est peu dire que l’avenir immédiat est incertain. Le paysage politique est proprement dévasté. En tout premier lieu la gauche qui est en train de disparaître complètement. Et ce ne sont pas les Yannick Jadot et autre Jean-Luc Mélenchon qui sauveront les meubles. On ne parle même pas de la maire Hidalgo ! A droite, le centre a quasiment disparu et n’est pas en mesure d’aligner un candidat. Au passage, la guimauve Jean-Christophe Lagarde voulait lui « mettre une balle dans la tête ». On en rigole encore !

Chez les Républicains, c’est proprement la guerre des ego tant ils présentent tous le charisme d’un crapaud en rut. Quant à Marine Le Pen, on le sait depuis longtemps, les Français n’en veulent pas au-delà d’être ce « gueuloir » qu’elle se refuse désormais de jouer, s’imaginant un destin national ! Fort d’un tel constat, les Français vont-ils donc une fois de plus voter contre eux-mêmes. ? Vont-ils prendre le risque de réélire ce président des riches ? Si tel est le cas, alors il faut s’attendre à des mouvements sociaux de grande envergure dont les Gilets jaunes n’apparaîtront alors que comme une modeste répétition. Tant il est vrai que les classes moyennes, celles-là même qui s’abstiennent, n’ont plus rien à perdre. 

12:10 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 19 novembre 2021

Quel possible pour demain ?

changerdevie.jpg

Le billet de Patrick Parment

 La politique n’est pas une science exacte. Au regard de ce que nous propose le paysage politique d’aujourd’hui, le fait saillant reste la montée inexorable de l’abstention. Ce qui veut tout simplement dire que les politiques ne sont plus en phase avec les attentes du peuple. Un déni de réalité en quelque sorte et dont la conséquence directe est que nos élus ne le sont que par des minorités. Ce qui remet en cause la notion même de démocratie qui veut que les gouvernants soit l’expression des désirs et des aspirations du peuple. On est loin du compte depuis des décennies.

L’autre fait marquant est que le peuple est nettement plus conservateur que ne l’imaginaient les tenants d’un soi-disant « peuple de gauche ». Ce qui a amené la gauche au pouvoir, c’est bien la lassitude d’un peuple qui ne se reconnaissait plus dans le discours et les actes d’une droite qui se veut libérale d’un côté mais soumise aux diktats idéologiques de la gauche, de l’autre. De Mitterrand à Chirac, la messe est dite et c’est une France déboussolée – et minoritaire - qui se lancera dans l’aventure d’un Sarkozy, d’un Hollande et au final d’un Emmanuel Macron. La grande leçon est que les Français ne croient plus en ses politiques qui les baladent sur l’air de « demain on rase gratis ». Ils ne croient surtout pas en un Etat qui rend chaque jour la vie quotidienne plus difficile. L’état lamentable dans lequel se retrouve la France aujourd’hui est le résultat de nos responsables politiques manipulés par les hauts fonctionnaires issus de l’Ena. La France désindustrialisée, c’est eux. Souvenez-vous d’Alain Juppé évaluant Thomson à guère plus d’un euro et qu’il voulait refourguer aux Coréens. Que dire d’Alstom bradé à General Electric ! Nos politiques s’en sont même pris à ce que les Français avaient de plus précieux : l’éducation nationale et notre système de santé. Les exemples sont nombreux… trop !

Le peuple est plein de bon sens. Il n’est pas dupe. Mais nulle voix ne porte à ses yeux ce à quoi il aspire. C’est la raison pour laquelle, le coup de grisou que vient de déclencher Eric Zemmour dans le Landerneau est sain parce qu’il met nos politiques face à leurs responsabilités, leurs lâchetés, leur propension à mettre sous le tapis tous ce qui les dérange.

Eric Zemmour met en lumière le fait que nous arrivons au bout d’un cycle et que les promesses des uns et des autres ne suffisent plus. Le résultat de cette opération est que la gauche a littéralement explosé façon puzzle et que tout ce petit monde du mensonge qui se dit de droite se retrouve confronté à la cruelle réalité. Celle-là même qu’énonce Eric Zemmour.

On sait désormais que la présidentielle se jouera à droite, le peuple de gauche a disparu dans les limbes. Sauf qu’à droite, le paysage n’est pas réjouissant : Xavier Bertrand, vrai représentant de commerce, Valérie Pécresse, énarque sans cervelle (dixit Edouard Balladur), Michel Barnier, « le plus con d’entre nous" dixit Pierre Mazeau, Eric Ciotti, la grenouille qui veut se faire plus grosse que Sarkozy et enfin Philippe Juvin, grand médecin, maire de son village mais inconnu de tous. Et pour parachever le tout, Christian Jacob en figure du laboureur !

A droite toujours, Marine Le Pen et son Rassemblement national. Elle a tellement dévalué l’édifice élaboré par son père qu’on ne sait plus très bien ce qu’elle représente désormais. Un chose est sûre, les Français ne miseront pas un kopeck sur elle. Reste Eric Zemmour. On craint fort que la véracité de son propos ne colle la trouille à tout le monde. Les Français, cette majorité silencieuse qui a tonné avec les Gilets jaunes, est-elle disposée à renverser la table ?

Une chose est sûre – enfin presque – c’est que la recomposition de la droite aura lieu la présidentielle passée. Qu’on en finisse avec ce gaullisme de pacotille, la guimauve centriste, cette allégeance au libéralisme mondialisée, cette soumission à Bruxelles, etc… etc. Retour au réel pour traiter enfin des vrais sujets : l’immigration et l’islamisation de notre société. Cette immigration qui est au cœur de la fragmentation sociale et de la violence qu’elle engendre et cet islamisme totalement incompatible avec les valeurs de la République. Et surtout, les Français rendus enfin à leur reconnaissance et à leur dignité.

09:53 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 04 novembre 2021

Aux armes citoyens !

a!x armes_c.jpg

Le billet de Patrick Parment

Deux sycophantes se qualifiant de journalistes à l’Observateur - puisque l’ancien titre « Nouvel Observateur » finissait par sentir le faisandé – les François Reynaert et Pascal Riché, osent écrire qu’Eric Zemmour « vient d’une autre planète, quelque part entre l’astre-télé et la galaxie de ses lectures singulières. Son rapport à la vie réelle est donc pour le moins distant, voire lunaire. »  Donc Zemmour est un extra-terreste du genre E.T tombé en politique. Sa vision des choses, nous disent-ils, « repose sur deux piliers, la nostalgie et la xénophobie, les deux facettes traditionnelles du repli. »

On s’en prend à l’homme et on caricature ses idées parce que la grande différence entre cette gauche qui nous a mené au bord du précipice où nous sommes aujourd’hui a justement substitué l’imaginaire à la réalité. Le socialisme à la Jean Jaurès, ô combien respectable, la révolte proudhonienne ou le Péguy de L’Argent ne figurent plus depuis belle lurette dans la corbeille du socialisme sorti rincé de la IIIe République et définitivement enterré sous la IVe par les Guy Mollet, Mendès-France et consorts dont Mitterrand se fera, par pur arrivisme, l’héritier et le chantre faisant du même coup cocu ce fameux peuple de gauche en se convertissant au socialisme boursier puis hôtelier à la mode Laurent Fabius.

On laissera de côté le socialisme pédophile et libertarien aux antipodes évidemment des pères fondateurs d’un socialisme qui avait les pieds dans la glaise, les mines et les usines et pas les mains au cul des gamins comme s’en glorifieront les chantres de Mai 68 avant que n’arrive celui des Potes, de SOS-Racisme où l’immigré va faire l’objet de tous les désirs. Faut dire qu’il prend plus docilement la main au cul.

La gauche ayant abandonné le peuple se tourne désormais vers les immigrés, matière nettement plus malléable pour incarner les nouveaux damnés de la terre. Horresco referens, dans le même temps la France profonde se révèle conservatrice. Tous les sondages le confirment. Sauf qu’elle l’est depuis longtemps. Voyez la gueule de la gauche aujourd’hui : une vielle pute défraîchie, usée par toutes les mauvaises causes qu’elle a endossées et croyant encore nous faire prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages.

Avec Eric Zemmour, c’est bel et bien le retour au réel. Et ce réel fait mal mais surtout menace les casse-croûte de tous ces petits marquis qui bavassent dans les médias, distribuant les bons points, et s’imaginant toujours avoir le pouvoir de distinguer le bien du mal et de lancer des anathèmes.

Faute de grives on mange des merles !  Désarçonnée soudain par ce peuple de droite qui se précipite aux signatures de son dernier livre, n’ayant aucun argument sérieux – et pour cause – à lui opposer, la gauche revient à ce qui a fait son enclume depuis l’Epuration communiste : l’invective en diabolisant l’adversaire à coups de fâcho, nazi, j’en passe et des meilleurs. Zemmour réhabilite le maréchal Pétain, se fait le chantre de l’antisémitisme au point que l’on se demande si ce n’est pas lui qui a écrit Bagatelles pour un massacre ! Hidalgo le traite de « guignol ». Bref, c’est grotesque, c’est la Berezina.

Parce qu’effectivement, ce que réclament aujourd’hui les Français, c’est assurément plus la France de Jacques Bainville que celle de Patrick Boucheron* dont on se demande bien ce qu’il fout au Collège de France, autre institution qui sert désormais de poubelle à toute cette intelligentsia shootée aux droits de l’homme. Panique à bord, la gauche se cabre dans son néant ontologique et on n’est qu’au début d’une campagne où faute d’arguments à opposer à Eric Zemmour, on va taper en dessous de la ceinture.

Tout cela est indigne et marque surtout un mépris profond de ces Français qui hier les ont faits rois, leur ont assuré les gîtes somptueux et les couverts raffinés. Tout ça pour ce ramassis de ploucs et autres pedzouilles prétentieux qui se gaussaient dans les trois étoiles, se pavanaient dans les propriétés du Lubéron, de Saint-Tropez et d’ailleurs. Ils ont mis du temps à détruire la France, son école, son armée, ses paysans, ses ouvriers aidés en cela, il faut bien le dire, par une droite qui n’en avait que le nom et qui avait revêtus depuis 1945 les habits de l’indifférence au combat des idées. Cette gauche du « casse-croûte d’abord ! » l’avait bien compris. Rien ne pouvait tant mortifier cet imbécile de Chirac que de se faire traiter de facho. On ne reprochera jamais assez à De Gaullle, moins l’affaire algérienne que son abandon de l’école laissée aux mains des trissotins d’un marxisme mal digéré dans ses nombreuses configurations, à l’image d’un Althusser qui finira fou, étranglant sa femme en plein exercice érotique. Tous ces révolutionnaires en carton-pâte lui renverront Mai 68 à la figure afin de continuer en paix leurs basses besognes.

Alors, oui, l’heure me semble venue de remettre les pendules à l’heure. Il faut bien avoir conscience qu’on en est au stade de sauver les meubles et de tenter de remettre toute une jeunesse sur les rails, de lui redonner le goût de la France dans ce qu’elle a d’unique. C’est-à-dire dans la continuité de ce socle qui fonde ce que nous sommes culturellement : notre langue, nos mœurs, notre manière d’être au monde et surtout de ne pas réduire l’homme à une simple entité économique, tout juste bon à consommer de l’inutile.

On ne sait aujourd’hui quel sera le destin d’Eric Zemmour. Il a bien conscience d’avoir mis les pieds dans un engrenage infernal. Et il fallait du courage pour monter au front ! Macron avait été élu par refus d’une classe politique usée jusqu’à la corde et qui ne croyait même plus aux salades qu’elle tentait de nous vendre. On pensait qu’il allait, même un tout petit peu, nettoyer les écuries d’Augias. Il n’en a rien été. Les Français sont déçus.

Eric Zemmour met les pieds dans le plat, redonne à la politique ses lettres de noblesse en dénonçant toutes les lâchetés passées de cette classe politique – et pseudo intellectuelle - qui a toujours refusé de voir la réalité en face, et surtout il a nommé l’ennemi. Aussi, quand il déclare que « nous sommes en guerre », il a parfaitement évalué la situation dans laquelle nous sommes. Quel que soit l’issue de la présidentielle, demain ne sera plus comme aujourd’hui.

Eric Zemmour a révélé à la gauche toute l’étendue de ses mensonges, de ses fausses fraternités et à la droite dite républicaine sa vacuité intellectuelle et morale. Le macronisme sombrera à terme de son néant, de ses allégeances à Washington, à Bruxelles et aux lobbies par manque de « weltanschauung ».  Macron restera ce qu’il est au fond, un fonctionnaire. Demain sera vraiment un autre jour.

10:05 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 01 novembre 2021

L’avenir de la planète a des ratés… la France aussi

cop21.png

Le billet de Patrick Parment

C’est à Glasgow en Ecosse que se réunissent la plupart des pays, industrialisés ou non pour tenter de se mettre d’accord sur les mesures à prendre face au réchauffement climatique. Sauf que les Chinois et les Russes ne seront pas de la fête. Pour la bonne raison que leurs intérêts économiques ne sont pas en phase avec les mesures que la COP 21 ne manquera pas de tenter d’édicter. Et c’est bien là le grand paradoxe de ces grands rendez-vous internationaux qui, au final, tournent au catalogue de bonnes intentions. Pékin n’entend pas freiner sa croissance et Moscou entend préserver ses avantages. Emmanuel Macron veut faire entendre sa voix au nom de l’Union européenne. Mais les seuls efforts des Européens ne suffiront pas, on s’en doute, à endiguer, contenir ou restreindre la nouvelle phase climatique que connaît la Terre.

En fait, on prend mal le problème. Il s’agit moins de prendre des mesures globales que de revoir nos modes de fonctionnement énergétique. Comme le souligne fort justement Jean-Marc Jancovici, ingénieur et expert reconnu sur les problèmes d’énergie, notre « modernité » ou notre présent si vous préférez, à l’heure de l’industrie et de l’informatique est de plus en plus gourmande en énergie. Et cette énergie est principalement fournie par le nucléaire, le pétrole, le charbon et le gaz. Autrement dit des ressources dites « non renouvelables » et que l’on exploite depuis des décennies. Il est bien évident que cela aura une fin. Or, il existe une autre énergie, inépuisable celle-là, mais qui n’en est qu’au stade expérimental, c’est l’hydrogène. Sa fabrication est complexe, mais le génie de « l’homme blanc » qui se manifeste depuis la Renaissance devrait en venir à bout. Du moins peut-on l’espérer.

De sorte que les solutions à notre portée aujourd’hui consiste surtout à revoir notre modèle économique basé sur une dépense effrénée. Or, même au sein de l’Europe, un accord sur les mesures à prendre n’est pas évident. Prenons pour seul exemple du nucléaire : la France est en avance dans ce domaine et bénéficie ainsi de l’énergie dont elle besoin à un moindre coût. Ensuite, rien n’est moins polluant que l’énergie nucléaire. Bref, cette énergie, est la solution à moyen terme étant donné que l’uranium est un matériau appartenant à la catégorie des non renouvelables. D’ici là, on aura maîtriser l’hydrogène. Espérons-le. Mais tel n’est pas la politique menée par les Allemands qui ont sur le dos la pression constante de ces faux écologistes qui ont fini par avoir la peau du nucléaire allemand. Les Polonais de leur côté ont bien compris que celui-ci offrait le meilleur rapport énergie/prix. Ils ne sont pas les seuls à l’Est. Et ce n’est pas la seule pierre achoppement à l’échelle européenne. Alors à l’échelle mondiale …

Le problème que nous avons en France, c’est bel et bien la désindustrialisation opérée par toute cette bande d’imbéciles que sont nos politiques qui vivent sous la perfusion des énarques. La France pompidolienne nous avait bâti un empire industriel fort sous la houlette de chefs d’entreprise visionnaires comme Ambroise Roux. Il aura suffi d’un Giscard et plus encore d’un bougli bougla chiraco-mitterrandisme pour réduire à néant tous ces efforts et faire de la France un désert industriel.

Mais, la pire gangrène dont souffre notre pays, c’est bel et bien son administration pléthorique déconnectée des réalités et qui à coup de normes, de lois et de règles diverses et variées et souvent imbéciles portent atteinte à toutes les initiatives entrepreneuriales. La France se meurt dans son carcan administratif. Mais la France se meurt aussi d’un système de protection sociale trop généreux dans la mesure où il est aspiré par une immigration pléthorique et d’un Medef irresponsable qui réclame de plus en plus son lot de chair fraîche immigrée. Comment sortir de ce cercle vicieux ? Telle est la question dont tous nos candidats à la présidentielle n’ont pas la réponse à l’exception d’Eric Zemmour.

10:50 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 12 octobre 2021

Et moi et moi et moi !

Edouard-Philippe-e.jpg

Le billet de Patrick Parment

On n’avait pas pensé une seule seconde que l’ex-Premier ministre Edouard Philippe se servirait d’Emmanuel Macron comme marche-pied. Voire comme paillasson. Ben si ! C’est fait. Edouard Philippe vient de lancer son propre parti politique baptisé Horizons. Et en bon politique qu’il est – pour ne pas dire faux-cul – il clame vouloir aider Macron à élargir sa base électorale. En fait, à l’heure où Les Républicains partent en sucette, refonder un grand parti de droite en étant enfin débarrasser du sempiternel devoir de mémoire gaulliste, tout en vidant d’une grande partie de sa substance La République en marche, était trop tentant aux yeux d’un homme soi-disant populaire. Mais pour se faire, Edouard Philippe a besoin d’un nouveau mandat d’Emmanuel Macron pour assurer sa candidature à l’élection présidentielle de 2027. Car telle est l’ambition de ce monsieur. D’autant que son parti, s’imagine-t-il, pèserait fortement sur le futur quinquennat du Sieur Macron. Autant dire qu’Edouard Philippe se verrait bien faire la pluie et le beau temps.

La ficelle est un peu grosse, mais pour se faire, Edouard Philippe va devoir mettre beaucoup d’eau dans son vin pour attirer à lui d’ex-LR mais surtout tout le ventre mou centriste, de l’UDI à tous les bazars qui lui sont affiliés. La carte est jouable à n’en pas douter mais les résultats sont pour le moins incertains. Le centre mou est bourré de chefaillons narcissiques à la Bayrou qui n’aiment guère qu’on vienne piétiner leur plate-bande.

L’autre obstacle que risque de rencontrer Edouard Philippe s’appelle évidemment Eric Zemmour. Certes, à l’heure où nous écrivons ces lignes, n’est-il pas encore candidat. Reste que sur son seul nom, en ce mois d’octobre, tous les sondages le créditent de 17% des intentions de vote, c’est-à-dire devant le Rassemblement national et surtout les Républicains qui nagent dans le potage et qui se cherchent un candidat au sein d’une multitude de prétendants au charisme de grenouille !

Or, on le constate chaque jour un peu plus, les Français se radicalisent. Marine Le Pen est démonétisée, La République en marche n’a aucune consistance et la gauche a quasiment disparu du paysage. Il faut bien avouer qu’à force de vendre du rêve, le principe de réalité a fini par l’emporter au sein même de ce qui fut « le peuple de gauche ». Et Jean-Luc Mélenchon n’est jamais qu’un soubresaut quasi désespéré. Les Verts, n’en parlons pas, ils sont à l’écologie ce que le hamburger est à la gastronomie, un erstaz, mieux, une illusion.

Le peuple est désormais à droite et l’a d’ailleurs toujours été. Ce qui lui manquait c’était bel et bien un leader. Eric Zemmour en présente tous les caractères. Et si quelqu’un doit recomposer la droite, inexistante depuis 1945, c’est-à-dire une droite d’idées et d’action, c’est bien lui. Son diagnostic de la société française, fracturée par une immigration incontrôlée et une insécurité chaque jour grandissante, le tout exprimé dans un langage clair et précis, parle à tous. Il redonne à la politique son vrai sens, en rappelant à tous ses concurrents qu’une démocratie c’est avant la parole et le respect du peuple. Ce qui n’est plus le cas depuis longtemps puisque la grande majorité de nos hommes politiques le sont par défaut et avec des minorités qui s’imposent à des majorités silencieuses. Les taux élevés d’abstention ont tout lieu de nous faire douter que nous sommes encore en démocratie. 

Il n’en reste pas moins que l’initiative d’Edouard Philippe comme l’émergence d’Eric Zemmour dans le champ politique marquent bien qu’une recomposition de notre paysage est en cours. Les Français ont tout à y gagner.

10:16 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 03 octobre 2021

Eric Zemmour ou la figure du rebelle

Veau_d'or.jpg

Le billet de Patrick Parment

Chaque jour qu’Odin fait voit la cote d’Eric Zemmour monter, grandir au point de venir talonner tous ces professionnels de la politique qui ne sont plus depuis belle lurette les vrais représentants du peuple. Tous ne sont élus que par défaut et par des minorités au point que l’on peut se poser la question de savoir dans quelle démocratie – ou son absence -  nous sommes.

La voix du peuple a longtemps été incarné par Jean-Marie Le Pen. Elle l’est aujourd’hui par celle d’Eric Zemmour. Le point commun entre ces deux hommes, c’est leur niveau de haute culture et leur amour sincère de la France. Ce qu’ils expriment, c’est ce que ressentent une majorité de Français : vouloir le rester dans le respect et la continuité de nos traditions, de notre histoire, de nos moeurs et de notre culture. Autrement dit : exiger de la classe politique qu’elle privilégie ce qu’être Français signifie au lieu de s’agenouiller devant ces étrangers extra-européens qui exhibent de surcroît un islam conquérant qui fout la trouille à toute notre classe politique avec la complicité d’intellectuels de gauche qui à l’image d’un abruti comme Mélenchon se réjouissent de la créolisation de notre société.

La parole d’Eric Zemmour résonne donc au plus profond de la conscience des Gaulois. Il exprime à voix haute ce que chacun d’entre nous pense. Parce qu’il s’agit d’abord d’une parole de bon sens, sans arrière-pensée. Mais pas que.

Car Eric Zemmour fout la trouille à l’ensemble du Système parce qu’il pose la vraie question qu’éludent depuis des décennies nos hommes politiques :  la centralité du pouvoir – à savoir notre propre souveraineté – se situe-t-elle à Paris ou à Bruxelles ? Or, Bruxelles c’est le lieu même où le Système dicte sa loi à l’ensemble des peuples européens en les tenant sous le joug d’une finance aux mains d’un libéralisme-libertaire, figure ultime d’un capitalisme qui nous mène à la ruine.

L’enjeu majeur que dévoile Eric Zemmour, c’est bien celui de la reconfiguration de l’Europe, de réaliser enfin celle des peuples avant celle de la finance. Et ce, dans le respect de leur identité. Hermann von Keyserling dans son Analyse spectrale de l’Europe avait bien montré la spécificité psychologique et culturelle de chaque nation européenne et de ses peuples. Au regard de cette pertinente analyse, on comprend mieux pourquoi il est difficile de vouloir fondre les nations européennes dans un seul et unique moule qui est celui d’une finance mondialisée.

Car l’objectif final est bel et bien de faire circuler la marchandise au seul et unique bénéfice de ceux qui en tirent les bénéfices, à savoir les grandes multinationales. Comme on a pu le constater avec le terrorisme exercé sur l’Union européenne, par les grands laboratoires pharmaceutiques. Hors Pfizer et Moderna point de salut.

C’est la raison pour laquelle, Eric Zemmour est bel et bien la cible du Système qui n’hésitera pas à employer tous les moyens pour le faire taire. Mais derrière lui, gronde la révolte des peuples qui ne veulent pas être sacrifiés sur l’autel du veau d’or.

08:50 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 29 septembre 2021

Eric Zemmour, une bombe à fragmentation

bombe-atomique.jpg

Le billet de Patrick Parment

 Face à l’état de la France et à sa haute dose d’insécurité liée à une immigration de plus en plus insupportable par les Français, la possible candidature d’Eric Zemmour arrive à point nommé. Et cette possible et souhaitable candidature cache en réalité une bombe politique à fragmentation. En l’état actuel du paysage politique, ni la gauche et ses multiples engeances – des Verts à Mélenchon en passant par le PC – pas plus que cette droite qui n’en est pas et qui va des Républicains aux foireux centristes, ne sont en mesure d’accéder au pouvoir. Cette fragmentation où se dévoilent surtout les ambitions personnelles des uns et des autres sur des programmes inexistants ne peut que favoriser la réélection d’un Emmanuel Macron.

A moins que… cette France qui s’abstient, cette France profonde et encore Gauloise ne décide de renverser la vapeur et de redonner à la politique tout son sens. Un sens largement perdu depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale qui a vu s’installer une idéologie de gauche qui allait gangrener la société française jusqu’à nos jours. Si nous en sommes là aujourd’hui, c’est bien parce que cette gauche a substitué le rêve à la réalité. Et c’est cette réalité qui leur « pète à la gueule » aujourd’hui.

Qu’Emmanuel Macron soit réélu n’empêchera nullement la recomposition complète de la droite française sur l’échiquier politique. Le dernier homme politique de droite que la France ait connu, c’est Georges Pompidou. Les autres, à l’exemple d’un Jacques Chirac, ne furent que les clones tristes du vide ontologique qui les habitait. Eric Zemmour, par sa culture et ses convictions remet enfin le politique à sa vraie place et lui donne tout son sens.

Au sortir de cette présidentielle, Eric Zemmour a l’opportunité, voire la nécessité pour ne pas dire l’obligation, de transformer l’élan qu’il a suscité en parti politique, associant à l’entreprise Marion Maréchal qui partage ses idées et qui bénéficie d’une excellente image auprès des Français. Un tel parti ne manquerait pas de vider de sa substance le Rassemblement national tant Marine Le Pen s’est éloignée de l’héritage laissé par son père pour rendre banal, c’est-à-dire centriste, un parti qui avait vocation à discréditer cette droite de l’illusion qui furent le RPR, puis l’UMP et enfin les Républicains. Quand on entend le représentant de commerce qu’est Xavier Bertrand, avouer qu’il n’a pas les mêmes valeurs qu’Eric Zemmour, on saisit tout de suite le fossé qui sépare la droite de son fantôme. Idem d’ailleurs de Valérie Pécresse autre Pythie à sonner creux.

Il était temps que la droite retrouve son vrai statut, c’est-à-dire celui qui parle au peuple dans la reconnaissance et le respect de son histoire, de son identité et de sa culture. Il est temps de donner un grand coup de balai dans ce qu’est devenu le marigot politicard où les magouilles l’emportent sur les intérêts du peuple comme en ont témoigné à leur échelle les Gilets jaunes.

Par ailleurs, on est aussi en droit de se demander dans quel genre de démocratie nous sommes quand ses élus ne le sont que par une abyssale minorité. Voici trop longtemps que nos politicards et leurs bazars prennent les Français pour des imbéciles ou des « veaux » selon la formule consacrée de De Gaulle. Rendre vie à notre démocratie, c’est d’abord rendre la parole au peuple Français. Raison pour laquelle on votera Eric Zemmour… s’il se présente.

11:56 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 15 septembre 2021

Macron nous enfume !

MacronCible nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est toujours la même rengaine : dès qu’un problème surgit au nez et à la barbe du politique et notamment de nos gouvernants, la réponse trouvée la plus rapide c’est d’injecter de l’argent. Comme si l’argent pouvait tout résoudre ! Emmanuel Macron vient de tomber dans le panneau et nous prend pour des billes. Après un déplacement loufoque à Marseille, carnet de chèque en poche, alors que toutes les politiques de la ville ont échoué, rebelote cette fois-ci à Roubaix afin de nous dévoiler les conclusions d’un fumeux « Beauvau de la sécurité ». Les deux affaires sont liées car ce sont deux déplacements qui s’inscrivent dans le cadre de la campagne de l’élection présidentielle.

Alors que des milliards ont été investi dans une soi-disant politique de la ville où se cassèrent les dents l’escroc Bernard Tapie, où le blanchisseur Jean-Louis Borloo, les trafics de drogue et son corollaire la délinquance dans les banlieues n’ont jamais été aussi prospères.

Et Emmanuel Macron, qui a tout intérêt à cajoler la police à une époque où les faits divers s’allongent de jour en jour en corrélation directe avec une immigration incontrôlée et une justice laxiste, trouve le moyen de nous en remettre une louche.

Force est de constater que les moyens dont dispose la police sont pour le moins vétustes. Mais la solution face à l’insécurité qui règne dans ce pays, n’est pas de gonfler les effectifs mais de rendre efficaces les mesures qui existent – comme d’appliquer simplement la loi - et si les relations entre police et justice ne se heurtaient pas à une forte dose d’incompréhension. Le coup de balai n’est pas à mettre au sein de la police mais bien de la justice. Mais ce n’est pas avec Dupond-Lajoie-Moretti que les choses vont s’arranger. Sauf que le problème, in fine, est moins celui du ministre de la justice que celui du pouvoir qui décide de la politique à mener en la matière.

Et, c’est bien là que le problème majeur réside. Pas besoin d’être grand clerc pour affirmer que les maux de la société française sont, à 90%, liés à l’immigration sans oublier d’inclure évidemment tous les naturalisés d’hier et de demain. Aucun président depuis Giscard d’Estaing n’a anticipé les dégâts que provoquerait le laxisme migratoire et le regroupement familial. Ce qui a abouti à la situation dans laquelle nous sommes aujourd’hui : la destruction lente de tout ce qui constitue le tissu social français en matière de culture et de civilisation. Et au final, ce qui est en cause, c’est notre conception même de la démocratie que nos politiques bafouent, par lâcheté et veulerie, de jour en jour.

Car, on l’aura bien compris, le problème est politique et relève d’une conception que l’on se fait de la France et des Français de souche, faut-il le préciser. Et dans ce marigot où baignent intellos des cavernes et politiciens abonnés aux droits de l’homme, le clair langage d’un Eric Zemmour fout la trouille à tout ce petit monde qui œuvre à notre disparition. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Les Français décideront-ils enfin à redresser la tête !

11:04 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 21 août 2021

Merci Macron !

degage nn.jpg

Patrick Parment

Cette pandémie a engendré une énorme cacophonie non seulement scientifique mais également sociale. Au plan scientifique, on a lu et entendu tout et n’importe quoi de la part de nos « éclairées » autorités qui, c’est le moins qu’on puisse dire, pédalent dans la semoule. On a sanctionné des médecins de bonne volonté, sans qu’ils puissent se défendre, parce qu’ils exploraient d’autres voies que celle des vaccins. Le professeur Didier Raoult n’est qu’un exemple parmi d’autres. Un récent rapport américain, nous informe le site Polemia, montre que les stratégies différentes entre l’Etat de Californie et la Floride, le premier en limitant les libertés, l’autre non, arrivaient in fine aux mêmes résultats quant au nombre de contaminés et de décès. En France, c’est peu dire que l’on a entendu tout et son contraire, notamment de la part du gouvernement et des « autorités » médicales. Il suffit de regarder les toubibs qui défilent sur les plateaux de télé pour s’en convaincre. Utilisant la peur, Macron a imposé la vaccination et instauré un passe sanitaire au mépris du libre arbitre de chacun et approfondissant d’autant une fracture sociale déjà présente.

Le plus extraordinaire ou surréaliste en date, c’est une note envoyée récemment par la Direction générale de la Santé à tous les médecins et signé de l’inénarrable professeur Jérôme Salomon (descendant de Dreyfus et qui avait déclaré naguère qu’il avait un compte à régler avec la France) et d’un obscur Bernard Celli, responsable de la « Task Force vaccination » (quesako ?) leur communiquant que le vaccin ne se contente pas d’immuniser contre le virus – ce qui reste à démontrer – mais surtout qu’il soigne la maladie, notamment des gens atteints de « covid long » (y en a un court ?). Autrement dit, le vaccin ne serait rien moins qu’un médicament ! J’avoue qu’il fallait oser ! Au jour d’aujourd’hui, on ne sait toujours pas sur quel pied danser. Disons que se faire vacciner pourrait constituer un moindre mal mais ne met nullement à l’abri des dommages collatéraux, très nombreux, peu mortels, certes mais souvent incapacitants.  Alors efficace le vaccin ? On n’en sait rien.

Reste que l’autre dégât des mesures autoritaires prises manu militari par Emmanuel Macron, sans aucune concertation et au mépris des règles démocratiques, ce sont les fractures sociales que cela a engendré non seulement au sein de la société mais aussi des familles. Pour qu’un quotidien comme Libération – placard publicitaire de la bien-pensance – se penche sur le sujet, c’est bien parce qu’il est devenu Un sujet. Et pas des moindres. J’en ai d’ailleurs quelques exemples dans mon entourage. Alexandra Schwartzbrod dans son édito écrit que « la vaccination a hystérisé les relations intrafamiliales ou sociales ». On assiste en effet à des fractures au sein des familles entre les pour et les contre la vaccination réduisant à néant tout dialogue serein. Et surtout brisant d’un coup des complicités établies de longue date. Inutile de dire qu’il faudra du temps pour que cicatrise ces plaies sociales dont on ne mesure pas encore tous les effets. Et de ce point de vue, Emmanuel Macron est un irresponsable et les Français ces « veaux » dont parlait De Gaulle, pour s’être laissés entraîner dans cette aventure. Chacun sait que le point de rupture s’appelle Révolution. Chaque samedi, les « révolutionnaires », pour l’instant simple contestataires, sont dans rue. Mais demain ?

10:16 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |