Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juin 2014

Valenciennois : Dominique Slabolepszy candidat à la députation

 672604489_B972826333Z.1_20140601100927_000_G3T2ID5UQ.1-0.jpg

Source La Voix du Nord cliquez ici

Il doit aimer les campagnes électorales, Dominique Slabolepszy. Après avoir tenté les municipales, les cantonales et les législatives à plusieurs reprises au cours de sa longue vie, c’est sous les couleurs du Parti de la France qu’il se présente à la députation.

Il fait donc partie des neuf candidats aux législatives partielles des 22 et 29 juin. Dominique Slabolepszy n’a pas tardé à se décider. Pas avant, bien sûr, d’en avoir discuté avec son ami Carl Lang, fondateur dudit parti. Sa remplaçante est une femme, Katy Basseux : lors des municipales de mars, elle était déjà en deuxième position sur la liste de celui que ses proches appellent Slabo.

Connu comme le loup blanc dans le paysage politique valenciennois, copain avec un grand nombre de politiques de tout bord dans l’arrondissement, Slabo est un enfant du pays de Condé. « Un avantage » aux yeux de Carl Lang, venu soutenir « un homme de proximité et de fidélité ». Dominique Slabolepszy ancien secrétaire départemental du Front National a en effet rejoint Carl Lang, lui aussi ancien du FN, dans sa dissidence, survenue au cours des années 2000. C’est, du coup, son troisième parti : il y a bien longtemps, Slabo était à l’UDR.

La différence est dans l’économie

Infatigable candidat, Dominique Slabolepszy ? Il y a des chances. À 70 ans, l’ancien frontiste, qui fut un temps conseiller régional, entame là son énième campagne. Absolument pas refroidi par ses très maigres scores aux municipales à Valenciennes, surtout la dernière, brouillée par « la présence au dernier moment de Jean-Luc François Laurent (FN) et celle de Didier Legrand », explique-t-il.

Sauf qu’avec le Parti de la France, on a l’impression de voir double. Bref, l’organisation ressemble au front National, s’en approche au niveau des couleurs, des slogans et des postulats mais ce n’est pas le Front National. Pourquoi ? Parce que « Marine Le Pen n’affirme pas son appartenance à la droite, mais fait de la démagogie économique », en tenant « le même discours que Mélenchon ». Pour Carl Lang, son parti représente « la nouvelle droite populaire et nationale » et s’appuie sur un atout, « la défense de la force active de notre économie ».

Pour l’heure, le Parti de la France, fondé en 2009 après la rupture de Carl Lang avec le FN ne dispose d’aucun financement public, ni d’aucun député à l’assemblée. Malgré tout, Carl Lang y croit : son parti « a vocation à devenir une grande force politique ».

lundi, 21 novembre 2011

L'Union de la Droite Nationale a son blog :

UNION de la DROITE NATIONALE.jpg

Pour le consulter : cliquez ici

01:55 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 06 octobre 2011

Ce soir, jeudi 6 octobre, à 19 h 30, au Local :

Diapositive1.JPG

lundi, 26 septembre 2011

Sénatoriales : les premiers résultats de la Droite nationale unifiée...

Synthèse nationale

 

Les résultats des élections sénatoriales ne sont pas une grande surprise : la gauche l'emporte, c'est la conséquence logique du renouvellement en sa faveur des "grands électeurs" et de la déception naturelle d'un grand nombre d'élus locaux face à la politique menée par l'UMP.

Les scores, certes très modestes, des listes d'Union de la Droite Nationale (PdF/MNR/NDP) ne sont pas vraiment significatifs dans cette élection de notables au suffrage universel indirect. Néanmoins, ils constituent pour nous une bonne petite surprise puisqu'ils montrent qu'un mouvement comme celui que nous sommes en train de mettre sur pieds dispose déjà d'un petit capital de sympathie auprès d'un électorat généralement assez frileux par rapport à nos positions et souvent très encadré par les partis du Système. Le but de nos listes était, rappelons-le, de faire connaître le candidat de la droite nationale à l'élection présidentielle, Carl Lang, auprès de ceux qui sont susceptibles de lui donner leurs fameux parrainages. De ce point de vue, force est de reconnaître que notre objectif est atteint.

Comme le souligne fort justement Thomas Joly (cliquez ici), candidat de l'Union de la Droite nationale dans l'Oise : "Plus que jamais, l'émergence d'une nouvelle force politique de droite nationale est nécessaire afin de proposer une alternative nationale, populaire, sociale et identitaire aux Français qui n'ont plus confiance dans les vieux partis du Système".

Quoi qu'il en soit, remercions sincèrement les quelques dizaines de grands électeurs qui ont voté pour nos listes. Ils sont les précurseurs courageux du vaste mouvement de redressement national dont la France a besoin.

Pour consulter les résultats du département de l'Oise (Thomas Joly), cliquez ici, du Pas-de-Calais (Mme Monique Delevallet), cliquez ici et du Nord (Dominique Slabolepszy), cliquez là.

09:47 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 19 septembre 2011

Sénatoriales : plusieurs listes d'Union de la Droite nationale ont été déposées...

Trois listes d'Union de la Droite nationale (PdF-MNR-NDP) ont été déposées pour les élections sénatoriales qui doivent se dérouler le 25 septembre prochain dans 1/3 des départements français.

Dans le département du Nord, la liste de rassemblement des forces nationales sera conduite par Dominique Slabolepszy, conseiller régional honoraire.

Dans le Pas-de-Calais, c'est Mme Dominique Delevallet qui conduira la liste des nationaux.

Enfin, dans l'Oise, comme nous vous l'annoncions la semaine dernière, le jeune et dynamique Thomas Joly a aussi déposé une liste d'union.

Ces élections qui concernent "les grands électeurs" seront l'occasion pour les forces nationales, nationalistes et identitaires rassemblées de faire aussi connaître aux élus de leurs départements resêctifs la candidature de Carl Lang à l'élection présidentielle de 2012.

22:02 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 12 septembre 2011

Mercredi 28 septembre, Carl Lang sera dans l'Oise...

GOINCOURT-2.jpg

09:47 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 05 septembre 2011

Revue de presse : 2012, une alliance à l'extrême droite...

imagesCA4OB2JO.jpgTrois partis d'extrême droite lanceront le 13 septembre à Paris une candidature à la présidentielle de 2012 avec l'intention avouée de gêner Marine Le Pen, a annoncé aujourd'hui Carl Lang, ex-FN et président de l'un de ces mouvements, le Parti de la France (PDF). Cette alliance réunit le PDF, le Mouvement national républicain (MNR), dirigé par Bruno Mégret avant qu'il ne quitte la vie politique, et la Nouvelle droite populaire (NDP) de Robert Spieler, lui aussi passé par le FN.

"Nous ferons une campagne de droite nationale, pas une campagne sur la démagogie étatiste ou laïciste de Marine Le Pen", a indiqué Carl Lang. Carl Lang, qui fut secrétaire général du FN, a quitté le parti en 2009 après avoir contesté l'investiture de Marine Le Pen pour les élections européennes dans le Nord-Ouest, dont il était député européen sortant. "Nous voulons occuper l'espace électoral du Front national 'canal historique', qui était incarné par Jean-Marie Le Pen et qui n'est plus occupé par sa fille", a-t-il ajouté, en indiquant que les législatives étaient aussi concernées par l'alliance avec le MNR et la NDP.

Pressenti pour être le candidat des trois mouvements, Carl Lang, âgé de 53 ans, n'a pas souhaité confirmer. Interrogé sur ses chances d'obtenir les 500 parrainages d'élus nécessaires, il a répondu qu'"il y a déjà eu des élections présidentielles où trois trotskistes étaient présents".

Le PDF, le MNR et la NDP s'étaient déjà alliés lors des européennes de 2009. Ils étaient aussi présents dans six régions lors des élections régionales de 2010, recueillant entre 2 et 3%, et ont soutenu la Ligue du Sud de Jacques Bompard (ex-FN), dans la région Paca (1,76%).

Source le Figaro cliquez ici

22:12 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 02 septembre 2011

Carl Lang à l'Université d'été du MNR :

jeudi, 01 septembre 2011

L'agenda des réunions de Carl Lang :

P1000525.JPGSamedi 17 septembre, Le Conseil national du Parti de la France se réunira à Paris de 10h à 17h30. L'ordre du jour sera consacré à l'organisation des élections législatives et de la présidentielle de 2012. Le Conseil national se tiendra à huis-clos.

Dimanche 25 Septembre, Carl Lang sera l'invité de Christophe Devillers, responsable du Parti de la France pour la Franche-Comté. Ce rendez-vous se tiendra dans un restaurant proche de Belfort. Pour les inscriptions et des informations complémentaires : contact@parti-de-la-france.fr

Mercredi 28 septembre, le Parti de la France organise un dîner-débat à Goincourt (à côté de Beauvais) avec Carl Lang. Il se déroulera dans l'établissement sympathisant Chez Romano (8, rue Aristide Briand) à partir de 19h30.

Vendredi 7 octobre, déplacement de Carl Lang en Normandie. Un diner-débat est organisé à Saint-Wandrille-Rançon en Seine Maritime.

15:52 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 30 août 2011

L'intervention de Robert Spieler (NDP) lors de l'Université d'été du MNR dimanche dernier...

Vous trouverez ici le texte du discours d'Enoch Powel "Des fleuves de sang" publié dans Synthèse nationale n°9 (été 2008) cliquez ici

dimanche, 28 août 2011

TOUTE LA DROITE NATIONALE RASSEMBLEE AUX BAUX DE PROVENCE A L'OCCASION DE L'UNIVERSITE D'ETE DU MNR...

012.JPG

Toute la Droite nationale s'était donnée rendez-vous cette fin de semaine près des Baux de Provence à l'occasion de l'université d'été du MNR. La réussite de celle-ci, parfaitement organisée par Hubert Savon, témoigne du dynamisme retrouvé du mouvement créé par Bruno Mégret et conduit par Annick Martin.

Robert Spieler, délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, Ronald Perdomo, ancien député des Bouches du Rhône, Bruno Mégret, fondateur du MNR, et Carl Lang, Président du Parti de la France, sont intervenus au cours de ces journées.

Nous reviendrons largement tout au long de la semaine sur cette importante réunion qui marque la rentrée politique des forces nationales, nationalistes et identitaires unifiées...

vendredi, 26 août 2011

Présidentielle 2012 : la Droite nationale se prépare...

Affiche-Carl-Lang.jpgPARIS (Reuters) - Une coalition de petits partis d'extrême droite présentera un candidat à la présidentielle de 2012 pour contrer Marine Le Pen, dont ils dénoncent les orientations républicaines et, selon eux, démagogues.

Le nom de leur champion, qui a de fortes chances d'être le président du Parti de la France Carl Lang, sera annoncé le 13 septembre lors d'une conférence de presse à Paris.

"La candidature de Marine Le Pen est une imposture et l'objectif de cette union est de refonder la droite nationale", a expliqué Carl Lang à Reuters.

Pour l'ancien cadre du Front national, Marine Le Pen a pu faire illusion au début mais ses positions "sont déconnectées des réalités du XXIe siècle".

"Par des effets d'annonce, elle est en train de discréditer la droite nationale par ses positions économiques et sociales, par son discours sur la sortie unilatérale de la France de l'euro et par son discours étatiste et laïciste", dit-il.

"Tout ça, c'est de la démagogie sociale et dans le domaine économique, c'est archaïque. Malgré l'image que ça donne, elle est en train de ringardiser le discours national", ajoute-t-il.

S'il parvient à réunir les 500 parrainages requis pour se présenter à la présidentielle, le "candidat d'union" pourrait priver la présidente du Front national de précieuses voix dans l'âpre bataille pour l'accession au second tour de scrutin.

La dirigeante du FN, qui semblait en mesure de se qualifier pour le second tour au printemps, a en effet perdu du terrain dans les sondages pendant l'été et arrive à présent en troisième position avec 15% à 20% des intentions de vote.

Carl Lang considère que la fille de Jean-Marie Le Pen, qui a succédé à son père en janvier dernier et à laquelle il s'était vainement opposé, a ouvert un espace pour une coalition qui vise 2% à 3% des voix.

"Toute normalisation libère ipso facto de l'espace sur sa droite", confirme le politologue Jean-Yves Camus, spécialiste de l'extrême droite.

"UNE FORCE DE NUISANCE"

"A 2% ou 3% des voix, ça peut empêcher Marine Le Pen d'être dans le duo du second tour, même si l'hypothèse la donnant au second tour ne semble plus d'actualité pour le moment", dit-il.

Jean-Yves Camus doute cependant qu'un tel candidat puisse réunir les parrainages nécessaires pour se lancer dans la course à l'Elysée et qu'il y ait de la place en France à ce niveau pour deux formations d'extrême droite.

"Dans aucun pays d'Europe cette famille ne réussirait à présenter deux candidats. Mais une telle candidature peut constituer une force de nuisance" pour le FN, ajoute-t-il.

Le politologue souligne que le futur candidat de la "droite nationale" va gêner Marine Le Pen dans la récolte des parrainages d'élus, qui est loin d'être acquise.

Carl Lang, lui, juge l'objectif "tout à fait réalisable pour ses amis, d'autant que le candidat ne portera pas le nom de Le Pen." "Les réticences s'exprimeront moins", assure-t-il.

Le futur candidat bénéficiera du soutien du Parti de la France, de la Nouvelle droite populaire (NDP) de Roland Hélie et de Robert Spieler, et du MNR, autrefois dirigé par Bruno Mégret.

Ces trois partis, qui prolongeront leur union lors des législatives de 2012, avaient déjà lancé des listes communes aux régionales de 2010, obtenant 3,8% en moyenne dans les sept régions où ils étaient présents.

Cette confédération pourrait essayer d'attirer Jacques Bompard, maire d'Orange et ancien élu FN, ainsi que diverses personnalités. "La porte est ouverte à tous les courants", confirme Carl Lang.

Bruno Gollnisch, le rival malheureux de Marine Le Pen pour la présidence du FN, a choisi pour le moment de rester au sein du parti lepéniste avec nombre de ses partisans, qui voudraient y structurer une minorité interne forte.

Cependant, d'éventuels ralliements à la coalition anti-Le Pen pourraient embarrasser un peu plus la présidente du FN.

"Les partisans de Bruno Gollnisch ne font pas scission pour le moment, mais si une partie partait, ça leur amènerait des moyens", souligne Jean-Yves Camus.

Source cliquez ici

18:46 Publié dans Pour l'union de la Droite nationale, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook