Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 17 janvier 2021

Samedi 30 janvier : le Parti de la France rendra hommage à Roger Holeindre décédé il y a un an

FB_IMG_1607072834084.jpg

En savoir plus cliquez ici

23:16 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 27 décembre 2020

Décès de Marc Vidal, fondateur de la Librairie Les Oies Sauvages…

vidal.jpg

Par Philippe Randa

Nous allions comme deux frères
Marchant d’un même pas…

Marc et moi sommes arrivés peu ou prou en même temps à Paris, venant lui directement de l’Ouest de la France et moi un peu plus indirectement… La géographie de nos enfances et adolescences n’a pas été – et de loin ! – le seul de nos points communs : engagement politique au sein du Parti des Forces Nouvelles, puis du GRECE et choix professionnels – la librairie pour lui, l’édition pour moi – de livres politiquement très incorrects…

Je l’ai connu lorsqu’il faisait ses « premières armes » dans les rayons de la librairie La Vouivre qui a marqué tant de militants politiques, permis tant de rencontres intellectuelles, laissé tellement de ses souvenirs qu’on nomme à juste titre « inoubliables »…

Dès qu’il se sentit prêt à se lancer seul dans l’aventure, il n’hésita pas et baptisa sa librairie « Les oies sauvages ». Ambiance.

Il commença, comme bien d’autres, ses premières listes et cotations dans son premier « Appart’ » qu’on imagine aisément des plus exigu (euphémisme !) et poursuivit comme peu d’autres en furent capables, son développement jusqu’à devenir une des librairies par correspondance incontournable du livre parfois rare, souvent introuvable… sauf grâce à lui, avec un peu de patience parfois.

Comme on ne peut côtoyer à longueurs de journées – et souvent de nuits – les plus grands écrivains sans être démangé à son tour par l’écriture, on finit pas attendre avec impatience de recevoir ses catalogues pour goûter ses éditoriaux brillants… et la revue Synthèse nationale entre autres, ne manqua pas de les publier régulièrement.

Il n’aurait sans doute pas attendu que ses amis s’attardent trop à s’attrister plus que cela de son départ, plutôt qu’ils en profitent pour lever un verre à sa santé en la lui souhaitant excellente là-haut, là-bas, « Sur les ailes du vent… Par les routes de l’air… »

Épouse, enfants, amis, ne soyons pas triste… enfin essayons !

Adieu donc ! Marc… On compte sur toi pour nous accueillir un de ces jours futurs. Pour nous raconter ce que tu vas découvrir avant nous…

00:05 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 23 décembre 2020

Pour le 40e anniversaire de l'assassinat de Juan Ignacio Gonzalez, chef du Front de la Jeunesse à Madrid, toute l'Europe s'est souvenue

Lire l'article publié le 12 décembre cliquez ici

Synthèse nationale s'est associé

à l'hommage européen.

3704055387.jpg

2020 JUAN IGNAZIO 2.jpg

11:27 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Une pensée pour Pierre Gripari, décédé il y a 30 ans

132650507_10214859959332881_4894326020326588405_o.jpg

Il y a 30 ans, le 23 décembre 1990, décédait l'écrivain non-conformiste Pierre Gripari. Ayons une pensée pour lui...

Sur Pierre Gripari, sa vie, son oeuvre, lire le nouveau numéro de la revue Livr'arbitres cliquez ici

11:07 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 22 décembre 2020

Décès de Michel Bougro, militant depuis de longues années du combat national

132177739_1371303556546032_1313348906980879233_n.png

Communiqué du Parti de la France :

C'est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès survenu soudainement aujourd'hui de Michel Bougro, militant francilien du PdF depuis sa création, membre de notre Conseil national.

Le Parti de la France adresse ses condoléances à ses proches et en particulier à Huguette, son épouse, également fidèle militante de notre mouvement.

NDLR SN : Michel Bougro était un homme sympathique. Il participait très souvent à nos journées annuelles. C'était toujours un plaisir de le retrouver et de discuter avec lui. Synthèse nationale s'associe à la peine du Parti de la France.

23:45 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 21 décembre 2020

Décés de Luc Sommeyre, animateur du site Minurne Résistance, est décédé

IMG_5595.jpg

Luc Sommeyre vient de nous quitter, délivré d’une longue période de maladie.

Ce fut un de ces camarades de route et de combat militant qui savait confondre fraternité et affection. Nous faisions partie de sa famille d’adoption, au point de nous considérer comme ses « frangins », pour reprendre une de ses expressions.

Quand on se retrouvait avec Luc autour d’une bonne bière, on savait se retrouver en totale confiance, même si parfois l’agacement de ses propos pouvait nous amener à relativiser quant à ses colères légitimes, face à la bêtise environnante et organisée.

Quelques semaines avant le carnage islamiste du Bataclan, il nous avait déjà donné rendez-vous le jour qui suivait les attentats, comme par intuition sur la date des événements. Mais surtout pour nous protéger des futures agressions terroristes, par un argumentaire pointu et rigoureux. Il organisait dans ce sens des conférences chez les particuliers de notre mouvance identitaire et nationaliste... Amicalement on s’amusait à le surnommer notre « RG de service »...

Il faut dire que si vous étiez amené à le croiser, il donnait facilement l’impression d’une doublure sortie d’un de ces films à la Audiard... « Vos papiers, police !... »

Luc tu nous auras quitté ce dimanche matin, avec encore un sacré pied de nez à l’ordre sanitaire établi. Ils ne pourront pas dire que tu es parti à cause de la « Covid-19 »...

Luc est sorti sans prévenir par une porte que nous n’avons pas encore bien ouverte, mais surtout en nous laissant la clef, pour continuer le chemin avec lui, quelque part...


Hugues Bouchu

Délégué des Amis Franciliens de Synthèse nationale 

23:43 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 12 décembre 2020

Il y a 40 ans, le 12 décembre 1980, notre camarade Juan Ignacio Gonzalez, Chef du Front de la Jeunesse à Madrid, était assassiné

2020 12 juan ignacio.jpg

Il y a 40 ans était assassiné à Madrid Juan Ignacio Gonzalez, responsable national espagnol du Front de la Jeunesse. Nous étions de la même génération, nous menions le même combat. Depuis, ce crime n'a jamais été élucidé. Les tueurs, s'ils sont encore de ce monde, sont toujours en liberté.

Depuis 40 ans, les camarades et amis espagnols de Juan Ignacio se battent sans relâche pour que la vérité finisse par éclater. Pour marquer ce triste anniversaire, ils ont demandé à tous les mouvements, associations et revues qui, à travers l'Europe, continuent le combat de publier aujourd'hui le communiqué ci-dessous. 

C'est donc bien volontiers que Synthèse nationale s'associe à cette initiative. Honneur à notre camarade.

Roland Hélie 

 

Communiqué des Amis de Juan Ignacio Gonzalez :

Dans la soirée du 12 décembre 1980, le jeune dirigeant politique madrilène, Juan Ignacio Gonzalez Ramírez, 28 ans, était assassiné, touché par trois coups de feu. Ceux-ci ont été tirés avec une précision de professionnels : le premier dans la poitrine, les deux suivants dans la tête.

Tous les journaux télévisés ont immédiatement tenté de minimiser cet acte criminel en le réduisant à un "un affrontement entre factions fascistes" ou à un sordide "règlement de compte". La police alla aussi dans ce sens en affirmant de manière sibylline qu'"aucune hypothèse n'est exclue".

De plus, le GRAPO (Grupo Revolucionario Antifascista Primero October), un groupe terroriste marxiste très actif en ces années-là, s'empressa de se disculper en publiant un communiqué affirmant qu'il n'était en rien responsable de ce crime. 

Alors, pourquoi un tel crime ? En effet, le « pourquoi ? » aurait dû être, dès le début, au centre de l'enquête mais il n'en fut rien. Force est de reconnaître que les bonnes questions pour identifier les tueurs n'ont jamais été posées. 

La vérité, c'est que Juan Ignacio González Ramírez a été assassiné parce qu'il était un phalangiste et l'un des dirigeants les plus actifs du Front de la Jeunesse, organisation nationaliste en pointe contre le nouveau régime.

S'il s'agissait d'un « litige entre fascistes », comme certains l'ont insinué, la police l'aurait découvert en 24 heures. Et on peut aisément imaginer les titres sarcastiques dans la presse du lendemain... Quant à l'extrême gauche, d'habitude si prompte à revendiquer ses crimes, elle fut vite mise hors de cause. 

Alors, qui aurait pu être si intéressé alors par la disparition physique du jeune leader ?

Remettons-nous dans le contexte trouble qui était celui de l'Espagne au moment de ce qui fut pompeusement appelé, à la fin des années 1970 et au début des années 1980, "la transition démocratique". Le nouveau régime avait besoin d'asseoir son autorité et la classe politique, déjà éclaboussée par de nombreux scandales, voulait museler ceux qui cherchaient à perpétuer l'idée phalangiste d'une Espagne "Une, Grande et Libre". Juan Ignacio était de ceux-ci... Il fallait donc le faire, définitivement, taire.

Quelques semaines plus tard, en février 1981, un simulacre de putsch se déroula aux Cortes, le Parlement espagnol. Un détachement de la Guardia Civil, mené par le colonel Tejero, pris d'assaut la Chambre des députés au milieu de la séance d'investiture. Ce "coup d'État" improvisé, voué dès le début à l'échec, tomba fort opportunément pour légitimer, suite au discours du roi, le nouveau système politique.

Depuis 1977, des officines politico-policières étaient chargées du sale travail pour asseoir la monarchie parlementaire en Espagne. Après l'assassinat de Juan Ignacio et le putsch avorté de Madrid, celle-ci pouvait être tranquille pour un moment...

En savoir plus, cliquez ici

01:46 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 01 décembre 2020

Catholique et militant de la cause légitimiste, le journaliste Daniel Hamiche est décédé

daniel-Hamiche-dc.jpg

Le journal catholique Le Salon Beige vient de faire part du décès de Daniel Hamiche, qui s’occupait notamment de l’Observatoire de la Christianophobie, mais aussi de Riposte Catholique. Voici le message que l’on peut lire à son sujet :

"J’ai la douleur de vous faire part du décès ce matin de mon confrère Daniel Hamiche. Il était entré voici quelques jours dans un service de soins palliatifs.

Né le 1er octobre 1947, Daniel fut journaliste, blogueur, essayiste, éditeur… Engagé au sein du courant légitimiste, il rejoint, quelque jours après, le baron Pinoteau (décédé le 24 novembre).

Ancien maoïste, convertit au catholicisme au début des années 1980, il devint royaliste, fonda la revue Bourbons Magazine et la Feuille d’Information Légitimiste, devenue par la suite Le Légitimiste. Il est notamment l’auteur de La Passion de Mel Gibson de A à Z (Sicre, 2004), le traducteur de Kinsey le corrupteur, et d‘Être consommé de William Cavanaugh (Éditions de L’Homme Nouveau, 2007). Il travaillé pour plusieurs journaux, dont L’Homme nouveau, Famille chrétienne, Le Choc du mois, Monde & Vie

Fondateur du blogue Americatho, sur l’actualité religieuse aux États-Unis, il a été rédacteur en chef de Riposte-catholique ainsi que de l’Observatoire de la christianophobie. Il fut également président fondateur de l’« Amitié catholique France-États-Unis » et secrétaire-général de l’association Les Amis de Chesterton.

De 1993 à 2007, Daniel Hamiche assista régulièrement Serge de Beketch dans son Libre Journal de la France courtoise, sur Radio Courtoisie, avant de prendre la direction du Libre journal de Chrétienté".

Source Breizh-info cliquez ici

08:26 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 05 novembre 2020

5 novembre 1988 : décès de Jean-Pierre Stirbois

2017 11 05 JP STIRBOIS.jpg

Pour mieux connaître le combat de Jean-Pierre Stirbois, à l'occasion du trentième anniversaire de sa disparition, en novembre 2018 sortait un numéro (n°15) des Cahiers d'Histoire du nationalisme qui lui était consacré :

2018 11 CHN 15 JP S.jpg

En savoir plus cliquez ici

Pour le commander en ligne cliquez là

Bulletin de commande 

Communiqué d’Alexandre Simonnot (ancien responsable du FN) :
 
N’oublions jamais notre ami et camarade de combat Jean-Pierre Stirbois, disparu il y a aujourd’hui 32 années dans un tragique accident de la route.
 
Des « Jeunes Tixier-Vignancour » à la Présidentielle de 1988, en passant par le célèbre « Tonnerre de Dreux », Jean-Pierre Stirbois aura été un extraordinaire fédérateur, un militant infatigable, un Secrétaire Général exceptionnel, un travailleur acharné. Son unique combat était de servir Jean-Marie Le Pen et le Front National pour le salut de la France.
 
Suivons sans cesse l’exemple de cet homme admirable et unique à qui nous devons tant.
 
Qu’il intercède pour nous auprès de notre Sainte Patronne Jeanne d’Arc afin qu’elle nous aide à persévérer, jour après jour, à temps et à contre temps.
 
Que Jean-Pierre Stirbois repose en paix, au Paradis des héros de la Patrie.

09:09 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 31 octobre 2020

Décès de Jean-Marie Le Chevallier, ancien député-maire FN de Toulon

5ede47f94f2b0_jean-marie_le_chevallier_fn_.jpg

Jean-Marie Le Chevallier, ancien député européen et ancien député-maire FN de Toulon, est décédé suite à une crise cardiaque cette nuit en Vendée à l'âge de 83 ans.
 
Au début des années 1980, alors qu'il était responsable du Parti républicain (giscardien), il fut l'un des premiers au sein de la "droite institutionnelle" à rejoindre le Font national de Jean-Marie Le Pen qui entamait sa percée historique. Le geste était courageux car, à l'époque, on ne parlait pas encore de dédiabolisation et on ne se bousculait pas au portillon...
 
Venu des milieux libéraux, Jean-Marie Le Chevallier, homme affable et cultivé, avait réussi à trouver sa place dans le camp national. A plusieurs reprises, ces dernières années, il nous avait fait part de son intérêt pour Synthèse nationale.
 
Qu'il repose en paix.
 
Roland Hélie 
 
 
Premières réactions :
 
J'apprends avec tristesse la mort de Jean-Marie Le Chevallier, ancien député européen FN et maire de Toulon.
 
Étant dans les années 80 Secrétaire national du FN auprès du Secrétaire général Jean-Pierre Strirbois et ami de ce dernier, il m'arriva à de nombreuses reprises de me trouver en conflit d'appareil et de choix politique avec celui que tout le monde au Front appelait "Lech". Mais ses grandes qualités humaines, sa courtoisie, son savoir-vivre, la sincérité de son engagement national et surtout sa proximité avec Jean-Marie Le Pen dont il fut directeur de cabinet firent que jamais ne fut rompu le contact.
 
Que Dieu ait son âme !
 
Jean-François Touzé
 
Je dois à Jean-Marie Le Chevallier mon rapprochement avec Jean-Marie Le Pen en 1983. Il était un ami depuis 10 ans déjà. Depuis l'annonce de sa mort survenue brutalement hier à son domicile vendéen, tant de souvenirs remontent du passé militant. Je salue sa mémoire.
 
Lorrain de Saint-Affrique

11:08 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 15 octobre 2020

Décès d'un camarade de toujours, Jean-Baptiste Chaumeil

IMG-20201013-WA0007.jpg

Jean-Baptiste avait été opéré du coeur il y a quelques jours. Alors qu'il se remettait doucement, il est décédé subitement lundi dernier. 

Très connu et très apprécié dans les milieux nationalistes et bien au-delà, Jean-Baptiste Chaumeil avait été, depuis son engagement alors qu'il était encore lycéen, de tous les combats pour la France française. Militant, il était de ceux qui, sans jamais chercher à en tirer une quelconque gloire, n'hésitent pas à organiser des campagnes pour les causes qui leur semblent justes. Ecrivain, il consacra plusieurs ouvrages à Jacques Perret dont il connaissait parfaitement l'oeuvre. Il avait aussi participé au Choeur Montjoie Saint Denis qui anime avec talent et entrain, depuis des décennies, les réunions patriotiques.

De bonne lignée, Jean-Baptiste était le fils de Pierre Chaumeil, longtemps président des journalistes de la presse catholique et monarchiste.

Pour nous tous qui le connaissions depuis toujours, l'annonce de sa disparition est une nouvelle douloureuse. Nous pensons à sa nombreuse famille. Une cérémonie religieuse se déroulera demain vendredi à Paris et il sera enterré samedi en Auvergne, région qu'il aimait tant. RIP.

Roland Hélie

11:35 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 02 octobre 2020

RAPPEL Samedi 3 octobre : UNE JOURNÉE EN HOMMAGE À PIERRE SIDOS

120108501_3359030350810037_4112104906806149728_o.jpg

Les Amis de Pierre Sidos vous convient à un hommage national à Pierre SIDOS, fondateur de Jeune Nation et de l’Œuvre française, décédé le 4 septembre dernier.

Programme :

  • 9 h 30  rassemblement au cimetierre parisien de Thiais
  • 12 h 30 messe de trentaine à Notre-Dame de la Consolation
  • 13 h 30 verre de l’amitié avec prise de parole

Avec la présence des personnalités :

  • Yvan Benedetti, President de l’Œuvre française
  • Jérôme Bourbon, Directeur de Rivarol
  • Radu Creanga
  • François Ferrier, président des Amis de Pierre Sidos
  • Hélène Grimaldi, Présidente des Caryatides
  • Roland Hélie, Directeur de Synthèse nationale
  • Johan Livernette, Écrivain
  • Jean-Pierre Papadacci, Adimad
  • Florian Rouanet, Directeur d’Intégralisme Organique
  • Scipion de Salm, Journaliste à Rivarol
  • Eugène Krampon, Réfléchir & Agir, Méridien Zéro

Rejoignez-nous nombreux afin d’honorer la mémoire d’un pilier du Nationalisme Français.

4 septembre 2020 : décès de Pierre Sidos cliquez ici

10:49 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 25 septembre 2020

DÉCÈS D'UN CAMARADE : YVES GARRIGUE MILITANT DE TOUJOURS

120221432_391974345150864_637946027246401289_n.jpg

Yves GARRIGUE
13 septembre 1947, 4 septembre 2020 
 
Voici le très beau texte publié par l'un de ses amis sur sa page FB au sujet de la disparition de notre camarade Yves. Tout est dit.
SN
 
Yves Garrigue nous a quitté le 4 septembre dernier. Cet homme de grande qualité et de grande rigueur morale nous laisse l’exemple de celui qui ne renonce jamais à son engagement.
 
Yves ne dérogeait jamais à ce qu’il estimait indispensable dans une vie d’homme : ne pas subir et garder l’idéal de ses vingt ans. Il savait depuis ses années d’étudiant et de militant, de cette funeste révolution bourgeoise de 68 aux années 70, que seul comptait de ne pas céder au découragement.
 
« Ce qui compte dans les combats vitaux, ce n’est pas seulement de vaincre. C’est surtout de ne pas se rendre. » disait Gustave Thibon.
 
Yves s’attachait à transmettre autour de lui ses convictions profondes tournées vers l’enracinement et la défense de l’idéal européen, jusqu’à cette fulgurante maladie qui l’a emporté. Il n’était pas de ces pessimistes tristes qui ne voient en définitive que la fin de l’histoire. Bien au contraire, il savait transmettre l’optimisme autour de lui, avec un sens de l’humour bien français qui captait les coeurs les plus secs. Il laisse derrière lui de bien belles traces, celles qui peuvent illuminer un chemin à suivre.
 
Adieu Yves.

18:03 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 05 septembre 2020

Pierre SIDOS, combattant historique de la cause nationaliste, est décédé

2010_06_22_23h18h54_Ronchons_Dîner_Sémis_Pierre_Sidos.jpg

Pierre Sidos en juin 2010 lors d'un banquet organisé par Synthèse nationale à Paris.

A la fin des années 1940, Pierre Sidos fut (avec ses frères François, Jacques et Henri) l'un des premiers à relever l'étendard du camp nationaliste en créant le mouvement Jeune nation. Celui-ci fut dissous, alors qu'il était à la pointe du combat pour l'Algérie française, à la fin des années 1950. Pierre Sidos participa alors au lancement du Mouvement Occident puis, en avril 1968, il créa l'Œuvre française qu'il présida jusqu'en 2010, année au cours de laquelle il en confia la direction à Yvan Benedetti. Fidèle à sa ligne nationaliste et catholique, il défendit toute sa vie les idées de sa jeunesse ainsi que la mémoire de sa famille qui a beaucoup donné pour la France. 

Un an jour pour jour après son frère François cliquez ici, il est décédé vendredi muni des sacrements de l'Eglise et entouré de sa famille.

A plusieurs reprises, il participa à nos réunions de Synthèse nationale et il m'invita aussi à certaines qu'il avait organisées.

Sa disparition suscite beaucoup d'émotions au sein du camp national. Qu'il repose en Paix.

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Parmi les premières réactions :

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur du Front national : La mort de Pierre Sidos concerne cette grande famille nationale et patriote que nous avons servie et guidée, à notre façon souvent différente. Et pourtant… Je salue sa mémoire.
 
Yvan Benedetti, successeur de Pierre Sidos à la présidence de l'Œuvre française : Pierre Sidos nous a quitté ce 4 septembre. La France perd un de ses meilleurs enfants et le nationalisme un de ses meilleurs soldats ! Tout au long de sa vie, son Honneur s'est appelé Fidélité : Fidélité à son nom et Fidélité à un idéal frappé de la Croix celtique ! Pierre Sidos ? Présent !
 
Thomas Joly, président du PdF : Pierre Sidos, figure historique du nationalisme français, a rejoint le ciel. Au nom du Parti de la France, je salue la mémoire de cet infatigable défenseur de la France éternelle. Paix à son âme.

Jean-François Touzé, délégué général du Parti de la France : Je suis loin d'avoir toujours partagé, tout au long de ma vie militante, l'ensemble des options de Pierre Sidos. Mais c'est une très grande figure du mouvement national qui vient de partir. Jusqu'au bout de ses forces il fut un combattant infatigable de la France française. Aujourd'hui tous les nationalistes portent le deuil.

Christian Bouchet, directeur des éditions Art magna : Décès de Pierre Sidos. Je l'ai énormément critiqué (je le regrette maintenant) puis j'ai fini par le respecter. Que le seigneur accueille son âme.

Maître Elie Hatem, l'Action française : Pierre Sidos n'était pas d'Action Française mais partageait avec elle un amour inconditionnel pour la Patrie. Le monde nationaliste perd un grand ami. Nous l'avions reçu à plusieurs banquets d'AF... dans un esprit d'amitié et de compromis nationaliste. Pierre Sidos ? Présent !

 

16:40 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 28 août 2020

Décès du Dr Jean-Pierre Dickès

EgfA77XU8AABY2g.jpg

Nous venons d'apprendre avec une grande tristesse le décès du Dr Jean-Pierre Dickès, président de l'ACIM (Association catholique des infirmiers et médecins) et fondateur des Cahiers Saint Raphaël. Infatigable combattant de la cause nationale et catholique depuis toujours, il nous avait à plusieurs reprise manifesté son amitié. Nous garderons le souvenir d'un homme affable et courageux, fidèle à ses engagements. A toute sa famille, Synthèse nationale adresse ses sincères condoléances.

12:56 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 19 août 2020

Il y a 5 ans, Emmanuel Ratier nous quittait

118145777_3439689942759426_2616390102353340473_n.jpg

Emmanuel Ratier

(29 09 1957 - 19 08 2015)

Lire l'article de Patrick Parment cliquez ici

16:57 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 05 juillet 2020

6 juillet 1962 : assassinat de Roger Degueldre....

image.png

10:46 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 04 juillet 2020

Il y a quelques jours, P'tit Luc, une figure du mouvement nationaliste, est parti...

104428136_321400152208284_8919821482533019846_n.jpg

Claude Jaffrès

P'tit Luc nous a quitté, il a rejoint tous ces valeureux combattants, ses camarades et nos modèles.

Monsieur Roger Luc, pour l’état civil, quel personnage !

Je milite depuis à peu près 1956, je l'ai pratiquement toujours vu.

C'est à la permanence du Mouvement Jeune Nation que j'ai fait sa connaissance, il avait une « tronche » qu'on remarque et j'avais tout de suite ressenti de la sympathie... et puis ses oreilles de lutteur et son passé d'ancien d'Indo m'impressionnaient. Il était vêtu de sa fameuse veste en « peau retournée », il venait d’adhérer, il sortait du bureau où il avait rencontré Pierre Sidos et Dominique Venner, dont il disait que c'etait un bon chef. Nous les plus jeunes, nous étions ravis de cette nouvelle recrue de choc, nous ne furent pas déçus. Durant cette période Algérie Française, le Mouvement Jeune Nation fut sans doute la plus active et virulente des formations politiques, P'tit Luc s’imposa très rapidement comme l'un des meilleurs, tous le connaissaient, tous l'appréciaient, mais nos adversaires pas du tout.

Depuis ce temps il a toujours été là, il y eu, je l'ai dit l'Algérie, puis Occident, 68, Ordre nouveau, le PFN, le Front, etc... Bref, P'tit Luc c'est tout un pan de l'histoire de notre Combat. Ses exploits sont devenus légendaires dans notre milieu et l'on ne peut évoquer notre lutte et nos souvenirs sans citer P'tit Luc et revoir avec nostalgie sa fougue mais aussi son sourire et sa gouaille du Paris d'autrefois, avant le changement de population.

J'ai eu la chance de l'accueillir dans mon hôtel pour un séjour avec Simone, son épouse, et j'ai pu apprécier sa gentillesse et son humeur toujours égale car c’était aussi cela P'tit Luc un agréable compagnon, on pouvait gratter le personnage, il n'y avait pas de vernis, il n'y avait jamais de déception.

Il avait fait l'Indochine et l'Algérie et c'était aussi un lutteur de classe internationale en gréco, style très physique. Il mena ensuite une carrière de catcheur à la grande époque de Roger Couderc ce qui lui a valu, à son décès, un bel article dans Le Parisien. Un accident lors d'un combat le fit arrêter à 42 ans. Il ne quitta pas sa ville Charenton où, chauffeur-livreur chez Nicolas, il éleva ses enfants dont il était très fier.

Lorsque mon camarade Jacques Mayadoux m'a appris son Grand Départ, ce fut un choc.

Roger Luc, c'était quelqu'un ! Tout un symbole, toute une histoire, toute une vie au service de notre Peuple et de notre Patrie.

C'est aussi, il faut le souligner un bel exemple pour nos jeunes qui déjà affrontent de durs périls avec bravoure et qui demain devront encore faire plus.

Son courage, sa force et ses capacités de combattant, c'était évident mais Roger Luc c'était aussi l’honnêteté, la franchise, la sincérité, la fidélité, la ténacité, la droiture... Un Homme, un véritable Homme de chez-nous, de notre Civilisation européenne, de la France d'avant.

Oui Roger Luc méritait notre respect.

Oui nous pleurons un Camarade.

07:14 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 14 juin 2020

Les hommages à Jean Raspail au sein de la famille nationale

Jean-Marie Le Pen sur Boulevard Voltaire

La réaction de Jean-François Touzé au nom du Parti de la France :

Jean Raspail est mort, quelques heures après avoir reçu les derniers sacrements, et c'est toute la France française qui porte le deuil.
 
Dire que Raspail fut un grand écrivain serait réducteur. Il était un auteur majeur de notre littérature, un explorateur aventureux, un anthropologue encyclopédique et un intellectuel de haute lignée que seuls l'ostracisme à l'égard de la famille nationale et la stigmatisation absolue de ceux qui portent nos idées, nos convictions et nos traditions, empêchèrent d'accéder à une reconnaissance institutionnelle de la Nation et de ses pairs même s'il remporta, en 1981, le Prix de l'Académie française pour "Moi, Antoine de Tournens, roi de Patagonie".
 
Le signal d'alarme que lançait son livre prophétique, "Le Camp des Saints", ne fut pas entendu par le peuple français. Nous mesurons aujourd'hui où nous aura menés cette surdité.
 
En 1984 alors que j'assurais la rédaction en chef des pages culturelles de National Hebdo, Roland Gaucher m'avait demandé de lui proposer une chronique hebdomadaire. Ce ne fut malheureusement pas possible et c'est au si talentueux et amical Michel de Saint Pierre que nous allions la confier. Mais je découvris, a cette occasion, un homme charmant, impressionnant de profondeur et de culture.
 
Le Parti de la France s'incline devant ce grand français qui, par la densité de son oeuvre, demeure immortel et restera un symbole de la fidélité a ce que nous sommes.
 
Adieu Jean Raspail. Le catholique fervent que vous étiez a trouvé son chemin ultime.
 
Un message de Martial Bild (TV Libertés) :
 
Homme de conviction, homme debout, homme de grand talent, Jean Raspail restera comme l’un des plus grands écrivains de la seconde moitié du XXème siècle. En dehors du roman visionnaire Le camp des saints, Jean Raspail a écrit un grand nombre de romans couronnés de succès parmi lesquels Septentrion, Sire et L’Anneau du pêcheur. Ses engagements patriotiques l’ont empêché de se faire élire à l’Académie française et pourtant, l’auteur de Qui se souvient des hommes rejoint la postérité et la reconnaissance éternelle de son public et de ses lecteurs. Jean Raspail était un ami sincère de TVLibertés dont il avait soutenu la création et le développement. Jean était âgé de 94 ans. A Dieu, Jean !
 

11:58 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 13 juin 2020

Il y a un an, la revue Synthèse nationale publiait un grand entretien avec Jean Raspail

876375.jpg

Avec « Le Camp des Saints », paru en 1973, il fut l’un des premiers à sonner le tocsin...

UNE RENCONTRE AVEC JEAN RASPAIL

Propos recueillis par

Clotaire de La Rue et Klara Von Kustniz

Notre amie Klara Von Kusniz, qui contribue à l’excellent site « Nous sommes partout », diri­geait, lors de la 7journée régionale de Synthèse nationale qui s’est tenue à Nieppe (près de Lille) le 26 avril 2019, la table-ronde sur la culture. Il fut beaucoup ques­tion des grands écrivains qui ont marqué, et qui marqueront pour toujours, l’histoire de la droite de conviction. Parmi ceux-ci, bien évidemment, il y a Jean Raspail. Avec Clo­taire de La Rue, Klara est donc allée à sa rencontre...

La famille des Pikkendorff traverse toute votre œuvre. Y a-t-il encore des Pikkendorff à notre époque, des gens capables de « suivre leurs propres pas » ?

Jean Raspail : Oui, il y en a de plus en plus car nous sommes arrivés à un tel stade de déclin que les Pikkendorff  ne peuvent qu’émerger. Ce sont des gens qui veulent réagir contre le déclin de l’Occident. J’en suis un, j’en connais beaucoup d’autres. A titre d’exemple, Philippe de Villiers est un Pikkendorff. Ce sont des gens qui disent « je ne cède plus ! ». Ils se caractérisent par une certaine attitude, une courtoisie, une intelligence, une culture et bien sûr une religion. Un de mes livres qui raconte l’histoire de la reine Zara, Hourrah Zara, fondatrice de la dynastie, va d’ailleurs être réédité fin septembre chez Albin Michel sous le titre Les Pikkendorf. J’avais donné le nom de Zara à mon personnage sans savoir qu’une marque de prêt à porter portait ce nom, ce qui est plutôt amusant.

La famille des Pikkendorff étend sa culture, son influence et ses qualités sur toute l’Europe, la France, l’Allemagne et même l’Angleterre et joue un rôle important dans le monde. Ils sont à l’image de l’Europe, ils sont le reflet fidèle des valeurs européennes. Ce sont des aristocrates et leur saga raconte l’histoire de l’Europe qui repose sur des vérités historiques. Certains sont réels d’ailleurs mais je ne vous dirai pas lesquels…

Pourtant, je n’écris pas dans le but de faire passer des messages ou d’échafauder des théories ; j’écris avec les tripes, je me défoule, je monte sur mon cheval et je ne sais pas où je vais comme les sept cavaliers de mon œuvre qui partent sans savoir où ils vont. Il y a une incertitude dans le travail d’écriture comme il y en a une dans le destin de l’Europe. Les cavaliers et les auteurs voyagent vers l’avenir sur l’ordre de leur souverain et ne savent pas où le vent et la plume les mènent.

Je pense qu’un jour, tout le monde enfourchera un cheval et partira, en tous cas, ceux qui en ont le courage et ce jour là verra la renaissance. Je suis moins pessimiste qu’avant.

Lorsque nous observons notre monde moderne, nous avons le sentiment qu’un voile gris s’est posé sur l’Occident. Les derniers hommes libres ont-ils encore une chance de ne pas être étouffés par ce voile gris ?

J.R. : Leur chance, c’est l’isolat. C’est un mot d’ethnographie et cela désigne une tribu, un peuple, une petite ou grande nation menacée et ces groupes, qui ont conscience qu’ils ne tiendront pas face à la menace, décident de partir, de déménager vers un lieu difficile d’accès où ils seront isolés et se protègeront. C’est arrivé en Amazonie, en Afrique : s’isoler et se cacher pour survivre. En Occident, des isolats ont déjà commencé sans le savoir pour réagir contre la menace. Des groupes ont commencé mais n’ont peut-être pas encore conscience qu’ils peuvent aller plus loin pour préserver leur culture.

La Manif Pour Tous, par exemple, c’est un début d’isolat. Les scouts sont un isolat. Ils sont de plus en plus nombreux ; le recrutement est exponentiel dans les fédérations indépendantes. J’écrirais bien un livre sur le scoutisme, c’est un sujet passionnant. Près de Versailles, je suis allée à une fête du scoutisme et j’ai rencontré des tas de gens, des familles qui étaient là uniquement pour se rencontrer autour de leurs valeurs. On m’a demandé un discours, forcément, et je leur ai dit « Vous rendez un grand service à la France, vous êtes un isolat. » Et finalement, lorsque les isolats ont des relations entre eux, ils reforment une nation.

L’isolat est en effet une solution de survie pour notre civilisation mais face aux dangers qui menacent, répression républicaine, immigration de masse, n’y a-t-il pas un risque de repli et de refus total du monde qui nous entoure ?

Il faut être clair, le danger principal qui nous menace, c’est le problème africain. Le monde moderne peut bien continuer à fonctionner, les isolats ne sont pas des partis politiques et ne craignent rien des gouvernements en place. Leurs membres sont liés de l’intérieur par ce qui leur est commun et rien n’y fait. Ce sont des idées cachées, souterraines mais qui existent et se transmettent dans le groupe. Ce sont des ilots de résistance. Prenons l’exemple du Bastion social, la république peut bien dissoudre l’association mais les idées communes restent et le groupe se reconstituera d’une manière ou d’une autre. Regardez Robert Ménard à Béziers, c’est un isolat à lui tout seul ! Et les biterrois suivent. C’est un exemple à suivre.

Les isolats sont vraiment la seule solution, ils se créent lentement mais sûrement. Si cela n’arrive pas d’ici 2060 environ - c’est notre horizon au regard de l’immigration massive -, la situation sera définitive et nous irons inéluctablement vers une guerre raciale. Vous savez, je ne pourrai jamais considérer un quelconque étranger - mahométan de préférence - comme un de mes compatriotes. Tout nous sépare, tradition, culture, histoire, religion. Dieu a créé les nations, ce n’est pas par hasard. C’est une mer-veilleuse preuve de la façon dont l’homme peut vivre en commun et créer des choses extraordinaires. Les zoulous, par exemple, étaient une vraie nation, on pouvait traiter avec eux, avoir des échanges car ils avaient une civilisation. La civilisation, c’est une dignité. Beaucoup de petits peuples que j’ai rencontrés ont cette dignité et ils sont de vraies nations.

Dans son roman « Qui se souvient des Hommes... », paru en 1986, Jean Raspail raconte les derniers des Alakalufs.

Je suis le dernier à avoir côtoyé les Alakalufs, une ethnie disparue de la Terre de Feu. Ils étaient une vraie nation et ils ont entièrement disparu. C’était une civilisation de marins extraordinaires, ils savaient tout faire, naviguer sans boussole, fabriquer des cordages ; ils vivaient sur leur bateau avec leur famille autour d’un foyer de braises qui ne devait jamais s’éteindre. Et un jour, Magellan est arrivé avec ses caravelles somptueuses et les Alakalufs ont été littéralement lessivés par cette vision. Ils se sont dévalorisés et ont perdu tout courage au point que les femmes ont commencé à refuser de faire des enfants. Voilà ce qui risque de nous arriver si nous ne réagissons pas. J’ai rencontré les deux dernières femmes de ce peuple, puis celle qui est resté la dernière et qui m’a dit : « c’est terrible, je n’ai plus personne avec qui parler ma langue. » Voilà ce qu’on va devenir si nous manquons de courage.

Le courage serait peut-être déjà d’avoir la volonté de changer de régime. Vous évoquiez dans votre ouvrage Sire la possibilité d’une restauration de la monarchie ? Quelle monarchie, une monarchie absolue ?

J.R. : A part au temps des Mérovingiens ou des Carolingiens, la monarchie n’a jamais été réellement absolue. Le roi a toujours été aidé par des conseillers. De même, l’idée de monarque de droit divin est une rare stupidité. Il n’y a pas de roi de droit divin, il y a la grâce divine qui se promène sur les hommes et qui peut décider de se poser sur une famille royale en Europe. Et voilà pourquoi on sacre les rois, Le sacre est le symbole de la grâce divine. Sans sacre, la monarchie foire complètement, regardez les Pays-Bas.

Dans deux mois va sortir un de mes ouvrages intitulé Le roi est mort, vive le roi. Ce sera peut-être l’occasion pour les monarchistes d’arrêter de se disputer entre eux. Leur attitude est un véritable scandale. Ils se disputent pour tout, pour savoir qui est l’héritier légitime, pour organiser les commémorations. Ils sont ridicules.

Le 21 janvier 1993, pour la commémoration de l’assassinat de Louis XVI, j’avais organisé une grande manifestation unitaire sur la place de la Concorde, commémoration interdite aux politiques, pas de récupération possible. Des gens sont venus du monde entier, imaginez 100 000 personnes chantant le Notre Père pour l’âme du roi ! Naturellement, la république avait interdit la manifestation.

Le 21 janvier 1993 les monarchistes français commémoraient le bi-centenaire de l’assassinat de Louis XVI.

La veille, je suis convoqué par le préfet de police qui me demande de changer la date ! On ne change pas la date de la mort de Louis XVI ! Il m’a ensuite demandé de changer le lieu de la manifestation. Mais on ne change pas le lieu de la mort du roi ! Il y a une symbolique à respecter. Le matin même de la manifestation, la police est venue et elle a tout ravagé, détruit toutes nos installations, bouclé le quartier. Et finalement, à la dernière minute, la cérémonie devait avoir lieu à 10 h 16, à l’heure exacte à laquelle la tête de Louis XVI est tombée, François Mitterrand envoie un message à la commissaire du 8e arrondissement qui vient me voir et s’excuse platement : « M. Raspail, le président a autorisé la manifestation ». Mitterrand avait au moins le sens de l’Etat et de la continuité historique, contrairement à ceux qui lui ont succédé.

N’avez-vous pas le sentiment que l’Occident est entré dans l’ère du renoncement, comme vous l’aviez prédit dans Le Camp des Saints ?

J.R. : Totalement, l’Occident a complètement renoncé à se défendre. Parce que la défense ne pourra qu’être violente. Il faudra des lois violentes et inhumaines. Comment peut-on faire ? Tirer sur des gens ? Les laisser mourir ? Je n’ai pas de solution, réellement. Je pense que si aucune défense n’est envisagée sérieusement, nous aurons inexorablement une terrible guerre raciale. Pourtant, il y a des possibilités : en 1946, des populations entières ont été déplacées et cela s’est passé à peu près bien. Les Pieds-Noirs ont été rapatriés, des millions de gens peuvent être déplacés pacifiquement, encore faut-il une volonté. Sans cela, ce sera la guerre.

Mais à l’heure du Big Other triomphant, du grand humanisme et des lois liberticides, sans réaction de l’Occident, quel sera notre avenir ?

J.R. : On peut dire que sans cette solution, l’Occident est foutu.

Vous avez dit à plusieurs reprises que le salut de la France, le salut  de l’Europe, viendrait des moines. Pouvez-vous vous expliquer à ce sujet ?

J.R. : Les moines sont en communication directe avec Dieu, ils sont en quelque sorte l’internet vers le divin et ils nous redistribuent la grâce. Leur Foi, leur croyance sont énormes. Ils ont toujours été là. Ils ont sauvé la culture romaine contre les barbares. Quand on va chez eux, on est immédiatement réconforté. Ils sont toujours là à travers le temps et l’histoire. Les moines sont des bases. Pour les catholiques en tous cas. Mais beaucoup de non-catholiques vont aussi se recueillir dans les monastères. Les moines nous défendront. Ils nous défendront par tous les moyens.

Et la Patagonie dans tout ça ?

J.R. : La Patagonie est un isolat qui s’est fait tout seul. J’ai été ébloui par les indiens du sud et par l’aventure d’Antoine de Tounens le premier roi de Patagonie et moi, Jean Raspail, consul général de Patagonie, je me déclare éternellement fidèle au souverain. La Patagonie, c’est un jeu, c’est le jeu du roi. Nous sommes tous des enfants, sans cela nous ne serions pas des hommes. Un jeu très sérieux, comme la guerre. Le jeu se construit tout seul. Nous avons une chancellerie, des vice-consuls dans le monde entier et des milliers de sujets. Je dis bien « sujets ». Celui qui demande à être « citoyen » de Patagonie est éjecté impitoyablement. Finalement, la Patagonie, c’est une France de substitut pour ceux qui en ont assez de l’état actuel de la France. Beaucoup de généraux sont sujets patagons ainsi que beaucoup de jeunes saint-cyriens. Dans ce jeu, tout est vrai ou virtuel. Nous venons de créer un régiment de cavalerie et c’est un colonel adjoint de la garde républicaine qui le commande mais nous n’avons pas de chevaux bien sûr !  
 

2916868551.jpg

Achetez ce numéro cliquez ici

22:06 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

ADIEU !

104136115_10219212702043290_3704404806958910206_n.jpg

16:26 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 28 mai 2020

Eternel Giorgio Almirante

breve-trieste-giorgio-almirante.jpg

Julius Caius Nous sommes Partout cliquez ici

Giorgio Almirante fait partie des hommes qui ne traversent pas le temps en costume d’anonyme, bien au contraire. Ce fidèle au Fascisme qu’il a servi en écrits comme en combats fait partie des hommes qui marquent de leur emprunte l’histoire d’une nation. Giorgio Almitante est de la race des seigneurs, de la race des courageux, des héros même s’il  refuse ces titres.

D’abord journaliste, Almirante écrit des critiques cinématographiques pour la revue Il Tevere de Telesio Interlandi, dont les colonnes étaient chargées de faire connaître les activités de la jeunesse fasciste dans les années 30. Il est aussi membre des groupes universitaires fascistes mussoliniens, fêtant au passage le dixième anniversaire de l’arrivée au pouvoir du DUCE et il collaborera à Il Tevere jusqu’en 1943 avant d’en devenir le rédacteur en chef. Secrétaire de rédaction jusqu’en 1942 de la revue La Difesa della Razza et correspondant de guerre notamment en Afrique du Nord à la suite de la division des chemises noires, il sera décoré de la croix de guerre pour vaillance militaire.

Il naît en 1914 dans la région de Parme en Emilie-Romagne tout comme il DUCE et comme mon père – décidément c’est une terre fertile pour les héros – et il consacrera toute sa vie aux idéaux fascistes, œuvrant sans cesse pour la grandeur de son pays, honorant à travers ses écrits et discours tout ce que fut ou furent les piliers essentiels d’une civilisation fasciste et mussolinienne, qu’ils soient hommes ou actes. Ces hommes là ne s’arrêtaient jamais, ils sautaient d’un combat à l’autre, tantôt avec les poings, tantôt avec la plume et portaient avec fierté leur empire tout en le servant avec humilité .

Giorgio Almirante mènera après guerre un combat politique acharné contre les démons bolcheviques, agaçant ses adversaires, exhortant ses fidèles à servir les idéaux fascistes du passé, sous la bannière du MSI (Mouvement Social Italien) à la fondation duquel il participera, en 1946 dans un discours enflammé, emplis de courage, de passion, d’amour pour un idéal, de fidélité à un « guide » il Duce et pour servir une cause, celle du peuple fier de ses origines, de son sang et de sa race.

Quand en France sévissait « De Gaulle », en Italie brillaient Giorgio Almirante et Pino Romualdi, le second participera d’ailleurs aux campagnes d’Albanie et de Grèce. De vrai guerriers multi-fronts. De Gaulle parlait dans un micro, les deux autres tenaient un fusil. Voilà des destinées bien différentes, un fossé de différences dans les combats, et quant au courage politique, les actes parlent d’eux mêmes. Ceux-là n’ont pas joué dans la même cour. Il y a 32 ans, mourait Giorgio Almirante et des milliers de fascistes et néo-fascistes accompagnèrent sa dépouille.

Le fascisme perdit la même année Romualdi (la veille de la mort de Giorgio Alminrante, NDLR -SN). Ces deux hommes laisseront un désert politique qui ne sera jamais comblé.

L’Italie a eu besoin de héros. Almirante fut l’un d’eux. Sa voix s’est éteinte définitivement mais reste encore vive dans les cœurs de ses soldats devenus orphelins encore une fois, se rappelant cet homme debout sur les estrades, jurant à pleins poumons son espoir dans la jeunesse italienne, hurlant de ne pas oublier le passé qui ne pouvait que redevenir le futur de tout un peuple. L’Italie est un pays qui ne se repose jamais, les enfants de la louve ont trouvé bien des frères au fil des décennies, les mêmes cœurs ardents et combatifs, et quand le rideau tombe, la mise en scène pour les adieux est inutile, elle devient naturelle et sans fard ! On se doit de rendre hommage à ces hommes là en se les remémorant en costume politique ou bien en essayant de se les imaginer en uniforme, aussi entiers en joutes verbales que forts au combat.

« Notre racisme doit être celui du sang, celui qui coule dans mes veines, que je ressens en moi et que je peux voi, analyser, et comparer avec le sang des autres » Giorgio Almirante.

 

Sur l'histoire du MSI, lire :

2017 02 CHN 11 1.jpg

Le commander en ligne cliquez là

Bulletin de commande

13:05 Publié dans Nous avions un camarade..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 mai 2020

IL Y A 7 ANS, L'ACTE ULTIME DE DOMINIQUE VENNER

2020 05 VENNER D.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

"Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m'insurge contre la fatalité, contre les poisons de l'âme".

Le 21 mai 2013, Dominique Venner, fidèle à son éthique agiado-achéenne, met fin à ses jours terrestres au coeur de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Ceux qui me connaissent bien savent que je suis loin d'avoir toujours été en accord avec Venner. Mais sa haute vision de l'Europe grande et de l'homme vrai a de tout temps suscité mon estime tandis que le choix de sa mort a forcé mon respect.

11:02 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 09 mai 2020

Sébastien Deyzieu, tombé en combattant, le 9 mai 1994

96814651_3433734533308466_2091072959123816448_n.jpg

12:37 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 18 avril 2020

18 AVRIL 1963 : ASSASSINAT DE JEAN DE BREM

93991551_10213432272241596_5222632441834897408_o.jpg

Le 18 avril 1963 tombait sous les balles de la police Jean de Brem, officier parachutiste, combattant de l'OAS, militant nationaliste et européen.

"Pour toutes ces pierres, pour tous ces aigles et pour toutes ces croix, pour la mémoire de l'héroïsme et du génie de nos pères, pour notre terre menacée d'esclavage et le souvenir d'un grand passé, la lutte ne sera jamais vaine"

Jean de Brem,

Testament d'un Européen

Testament d'un Européen cliquez ici

13:22 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 04 avril 2020

Décès du Docteur Xavier Dore

92141668_1118799445151083_205949248120815616_n.jpg

Figure militante incontournable de la lutte contre l'avortement depuis plus de quarante ans, le Dr Xavier Dor est décédé hier vendredi atteint du coronavirus.

Que l'on soit d'accord ou pas avec son engagement ou avec ses méthodes d'action, force est de reconnaître et de saluer le courage et la persévérance de cet homme affable et passionné qui a tout sacrifié pour la cause qui lui était chère.

R.I.P.

Retrouvez certaines émissions avec le Dr Dor sur Radio Courtoisie cliquez ici

11:30 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 25 mars 2020

Anne nous a quitté...

IMG_7863.jpg

Une bien triste nouvelle : notre amie Anne Cordier est décédée en fin de semaine dernière après avoir courageusement combattu un terrible cancer depuis près de deux ans.

Anne, les amis de Synthèse nationale la connaissait bien car, depuis des années, elle participait activement à nos réunions et surtout à l’organisation de nos journées annuelles, en particulier de la partie « bar et restauration ». Toujours fidèle au poste, son efficacité et sa gentillesse n’échappaient à personne... Il faut dire qu’elle avait de qui tenir puisqu'elle était la fille de François Sidos, militant historique de la cause nationaliste, qui nous a, lui aussi hélas, quitté en septembre dernier cliquez là.

Un très bel hommage lui a été rendu, en l'église de son village, hier dans la plus stricte intimité compte-tenu de la situation actuelle.

À son mari, Yann, à ses enfants et à toute sa famille, Synthèse nationale leur fait part de sa peine et de son amitié.

Roland Hélie

IMG_0100.JPG

12:09 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 18 mars 2020

18 mars 1978 : ASSASSINAT DE FRANÇOIS DUPRAT

2020 03 18 f duprat.jpg

NOTE D'INTRODUCTION DU CAHIER D'HISTOIRE DU NATIONALISME (N°2 - 2014) CONSACRÉ À FRANÇOIS DUPRAT (ACTUELLEMENT ÉPUISÉ)

Roland Hélie

Vous avez entre les mains le deuxième volume des Cahiers d’Histoire du Nationalisme. Celui-ci est consacré à François Duprat. Nous avons demandé à Alain Renault, ancien secrétaire général du Front national (de 1976 à 1980) et sans doute l’un de ses plus proches amis, de réaliser cet ouvrage. Il est le mieux placé pour cela.

Figure incontournable du mouvement nationaliste dans les années 1960 et 1970, François Duprat fut le plus célèbre des théoriciens français du courant « nationaliste-révolutionnaire » de cette époque. A travers les différentes revues qu’il avait créées, telles Les Cahiers européens, Année zéro ou encore La Revue d’Histoire du fascisme, et dans celles où il a collaboré, comme Rivarol ou Défense de l’Occident, François Duprat a publié un grand nombre de textes qui, pour certains d’entre eux, demeurent étonnement d’actualité.

En actualisant des idées qui, au début du siècle dernier, avaient eu une influence considérable dans certains pays d’Europe, en particulier dans l’Italie des années 20 et 30, Duprat a redonné à celles-ci leurs lettres de noblesse. Il a contribué à façonner le nationalisme révolutionnaire du XXIe siècle.

Il nous a donc semblé utile de publier, dans ce numéro 2 des Cahiers d’Histoire du Nationalisme, ces quelques textes que nous avons sélectionnés. Ceux-ci, dans une première partie, traitent, entre autres, du capitalisme, de l’immigration, du sionisme… A l’époque où ils furent écris on ne parlait pas encore vraiment de mondialisation, mais les prémices de celle-ci étaient déjà bel et bien en train de se mettre en place.

Dans la seconde partie, les textes choisis sont consacrés à « la famille nationale ». Duprat est parfois féroce avec certaines composantes de celle-ci. Lui-même ne faisait pas non plus l’unanimité. Mais qui donc la fait vraiment ? Ce qui nous intéresse ici, ce sont les idées que Duprat a développé. Nous laissons les polémiques, même si elles apparaissent ici et là, de côté. Il convient de les resituer dans le contexte du moment où ces textes ont été écrits.

Sa fin tragique en mars 1978 fut l’objet de nombreuses controverses, chacun exposant sa théorie, y compris les plus farfelues, et étant persuadé de la véracité de celle-ci. Néanmoins, plus de 35 ans après, aucune conclusion crédible n’a publiquement été donnée à l’enquête et, curieusement, les éléments de celles-ci restent toujours inaccessibles au public. Voilà pourquoi nous avons décidé de ne pas aborder dans ce numéro l’attentat qui coûta la vie à François Duprat.

En savoir plus cliquez ici

09:28 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 15 mars 2020

15 mars 1945 : IL Y A 75 ANS, PIERRE DRIEU LA ROCHELLE SE DONNAIT LA MORT

89772266_10213159537783405_402145669189468160_o.jpg

2019 03 drieu corrigé.jpg

En savoir plus cliquez là

Le commander cliquez ici

09:23 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 11 mars 2020

11 mars 1963 : souvenez-vous...

89647625_10213132915797872_4588128698334445568_n.jpg

18:12 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |