Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 septembre 2021

La Fête du cochon grillé dimanche dernier à côté de Rennes

 

Lire aussi cliquez là

00:56 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 06 septembre 2021

En Bretagne, la Fête du cochon grillé du Parti de la France est en train de devenir "une institution"

image0.jpeg

Très belle fête patriotique près de Rennes organisée dimanche 5 septembre par la section bretonne du Parti de la France avec des interventions de Thomas Joly, président du PdF, Pierre Cassen, président de Riposte laïque et de Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale.

Plus de 250 participants, du cochon grillé à volonté lors du repas de midi, un concert de Christoff BZH et de nombreux stands garantissaient une ambiance festive tout au long de la journée.

Unanimement, et sous les applaudissement du public, les orateurs ont appelé à soutenir avec détermination et enthousiasme la candidature d'Eric Zemmour à la prochaine présidentielle. Roland Hélie a conclue son discours ainsi : "Il n'y a pas de fatalité du déclin, il n'y a que la volonté des Hommes"...

Décidément, pour les nationalistes et les identitaires bretons, la Fête du cochon grillé du PdF, dont c'était la dixième édition, est en train de devenir une "institution" incontournable. Bravo à Jean-Marie Lebraud et à sa sympathique équipe.

241027593_1550951251914594_3941124628010951020_n.jpg

image1.jpeg

20210905_165320.jpg

image2.jpeg

00:25 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 02 septembre 2021

RAPPEL : DIMANCHE 5 SEPTEMBRE 2021, VOUS AVEZ TOUS RENDEZ-VOUS À LA FÊTE DU COCHON PRÈS DE RENNES

2021 09 FETE BRETAGNE copie.jpg

Comme chaque année à la rentrée, se déroulera dimanche 5 septembre, à Teffendel près de Rennes, la traditionnelle fête du cochon organisée d'une main de maître par notre ami Jean-Marie Lebraud, responsable du Parti de la France en Bretagne.

En plein air, dans un parc privé et sécurisé, cette fête réunira toutes les forces patriotiques et non conformistes de la région. Prendront la parole, outre Jean-Marie Lebraud, Pierre Cassen, président de Riposte laïque, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, et Thomas Joly, président national du PdF.

Une occasion rêvée de se retrouver encore plus nombreux que l'an passé cliquez ici, dans une ambiance festive et amicale, au moment où nos libertés fondamentales sont de plus en plus menacées et que se dessine un espoir nouveau à quelques mois de la présidentielle de l'an prochain.

Nous espérons avoir aussi le plaisir de vous recevoir sur le stand de Synthèse nationale.

S N

image_0931529_20210803_ob_9b6347_pdf-bretagne-fete-du-cochon.png

mercredi, 01 septembre 2021

Après six ans de succès, nos amies Les Brigandes vont se réorganiser

72787916_2659352757418072_3019867668472659968_n.jpg

"La fidélité en politique, ce n'est pas de toujours faire la même chose, c'est faire des choses qui vont toujours vers le même but". Après six ans de travail intensif et de succès mérités, Les Brigandes ont décidé de modifier leur mode d'action et de mettre fin à leur carrière en tant que groupe musical. 

Unanimement appréciée malgré quelques viles campagnes de calomnies orchestrées par l'extrême gauche (et parfois hélas reprises par d'autres), Les Brigandes ont enchanté à plusieurs reprises le public de nos journées annuelles de Synthèse nationale. Nous les en remercierons jamais assez.

Ces jeunes femmes sont des combattantes et elles ne sont pas du genre à abandonner facilement la lutte. Dans le communiqué ci-dessous, elles expliquent le sens de leur décision.

SN

Pourquoi nous mettons fin au groupe Les Brigandes

Chers amis, chères amies,
Chers fans ou simples intéressés,

Tout d’abord, nous vous remercions pour votre suivi, votre soutien, vos retours chaleureux ou encore votre travail de diffusion de notre musique ! Certains d’entre vous ont été des aides précieuses, tant sur un plan moral, que technique ou financier, qui ont permis au groupe Les Brigandes de tenir jusqu’à aujourd’hui.

Vous nous avez suivis dans ce qui restera une belle aventure musicale, à travers les succès comme les attaques et les oppositions.

Les Brigandes, lancé en 2015, ce fut 6 ans pour 12 albums, 144 chansons originales et 104 clips. Un des groupes musicaux les plus prolifiques de son temps ! Mais aussi le plus triquard, ce que nous ne prenons pas pour un déshonneur dans le contexte français actuel, où la liberté d’expression est désignée comme un extrémisme à interdire. Les Brigandes auront ainsi eu l’honneur, entre autres, d’être le seul groupe musical convoqué par l’Assemblée Nationale pour se justifier de ses chansons devant une commission d’enquête parlementaire ! Nous aurons servi d’exemple pour démontrer que sous la nouvelle dictature qui s’installe, la chanson authentiquement libre est classée « ennemie publique ».

L’aventure des Brigandes ne fut pas de tout repos, ce qui n’est pas étonnant lorsque l’on chante une critique acerbe de l’ordre établi. On ne compte pas le nombre de calomnies lancées par les médias aux ordres pour salir la réputation de nos familles et nous rendre suspects auprès de ceux qui nous côtoient. Notre auteur-compositeur Joël LaBruyère a été, en tant que première cible de ces attaques, le plus usé par celles-ci. Il a également fourni le plus gros effort dans ce travail, le nombre de chansons composées surpassant de loin les 144 orchestrées pour nos CD. Certaines d’entre elles seront d’ailleurs peut-être reprises pour des projets musicaux ultérieurs.

Le but des Brigandes a été de remettre à l’honneur la véritable chanson française, tantôt caustique, tantôt poétique, et dépassant toujours les tabous de l’époque par goût de provocation. Mais cela a un coût : non seulement en termes de diffamation médiatique et de persécution sociale, mais aussi en termes de production matérielle et d’énergie humaine. Hélas, ce coût a été de moins en moins amorti, la diabolisation et les censures successives ayant diminué le rayonnement de notre œuvre. Continuer la surproduction dans laquelle nous nous étions investis n’aurait donc plus de sens aujourd’hui. Notre œuvre est derrière nous : les 12 albums des Brigandes resteront le témoignage d’un ovni de la scène musicale française, un chant du cygne de la chanson libre et contestataire.

Les possibilités de concert sont quant à elles réduites à une peau de chagrin, vu que nous ne nous plions pas aux exigences de la mascarade sanitaire.

La dernière raison qui nous pousse à stopper cette aventure, est que les Brigandes sont avant tout des mères de jeunes enfants, très occupées à leur donner une éducation digne de ce nom.

Ainsi, nous avons désactivé nos chaînes YouTube, qui étaient de toute façon régulièrement censurées, afin de rassembler l’intégrale de nos clips sur notre site. Nos productions vidéos restent donc accessibles librement sur www.lesbrigandes.com ; et nos albums restent en vente sur notre boutique en ligne boutique.communaute-rose-epee.fr.

En 144 chansons, l’essentiel a été dit. Nos amis et nos fans peuvent continuer à exploiter ce potentiel en le diffusant autour d’eux.

Nous déplorons que, parmi ceux qui se disent défenseurs de la culture française, nombreux sont ceux qui sont imperméables à ses expressions artistiques, dont la chanson fait partie, et se gargarisent de positions intellectuelles incapables de toucher les cœurs. Nous déplorons aussi que certains médias dit « de réinformation » aient boycotté ou diffamé le groupe des Brigandes – représentant de cette chanson française libre et contestataire – en raison de préjugés idéologiques que l’on peut, dans ce cas, qualifier de « sectaires ».

Nous tirons aussi la conclusion suivante : la contestation frontale du Système est stérile. Nous ne croyons pas aux solutions politiques. Plutôt que de contester la société, que nous ne pouvons pas changer en profondeur autant qu’elle le nécessite, mieux vaut essayer d’en créer une autre. Cela implique une sérieuse remise en question, qui nous ramène à notre intériorité : « révolution bien comprise commence par soi-même ». C’est le fondement de la démarche de notre collectif, connu sous le nom de Communauté de la Rose et de l’Épée. Cette démarche est avant tout spirituelle et est exprimée à travers nos écrits, comme la revue URANUS ou les livres de Joël LaBruyère.

L’arrêt du groupe Les Brigandes nous permettra de libérer plus d’énergie pour notre collectif, car nous envisageons de nous réorganiser sous la forme d’un réseau plus dispersé et moins visible pour s’adapter aux temps difficiles à venir. Cela est en cours de réflexion.

L’équipe des Brigandes reste fière du travail effectué durant six ans. Au vu des compétences rassemblées dans notre collectif, nous continuerons probablement avec de nouvelles productions artistiques. Vous serez tenu au courant.

Nous vous remercions de votre soutien fidèle et engagé. Il vous est toujours possible de nous contacter et de nous rencontrer (nous écrire par voie postale).

La musique continue… et le combat pour ce qui est noble, beau et vrai également !

Le concert des Brigandes au rendez-vous BBR de Synthèse nationale 2019 :

Concert de 2015 :

Pour commander les CD des Brigandes cliquez ici

15:12 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 29 août 2021

La fête annuelle d'Alsace d'abord s'est déroulée samedi dernier près du Haut-Koenigsbourg

IMG_0992.JPG

IMG_0992.JPG

Jacques Cordonnier, président d'Alsace d'abord, lors de son intervention durant la fête, samedi 28 août dans l'après-midi.

C’est autour d’un déjeuner champêtre, non loin du château du Haut-Koenigsbourg, que près d’une centaine de personnes se sont réunis malgré la pluie et le froid.

Issus de divers mouvements politiques et régionalistes, leurs différences militantes n’effaçant en rien leur attachement à leur région : l’Alsace. Cette fête, qui était organisée par le mouvement « Alsace d’abord », présidé par Jacques Cordonnier, réunissait des membres du « RN », des « Patriotes », de « Debout la France », du « Comité de soutien à Eric Zemmour », d’« Unser-Land » et bien sûr de « Synthèse nationale » représentée par notre ami Hugues Bouchu.

C’est parce que cette terre et son peuple manifestent naturellement un fort sentiment d’identité que cette sympathique rencontre a pu se faire, dans une chaleureuse ambiance, loin des tracas d’obligations dites « sanitaires ». Ailleurs, dans une autre région, cela aurait été certainement moins facile.

Les échanges furent parfois contradictoires mais dans tous les cas bien dégagés de tout antagonismes. L’unité identitaire aura permis la réussite de cet événement. À cette occasion, il est apparut qu’un nombre grandissant de personnes manifestait un réel intérêt pour le projet d’Eric Zemmour. Nous aurions pu nous étonner de cet approche de la part de régionalistes, mais ce ne fut pas le cas. Le temps passait et personne ne se rendait compte que déjà et malheureusement chacun devait retrouver soit le Haut-Rhin, soit le Bas-Rhin, mais heureusement avec l’énergie d’une union de ces deux départements face à l’illusion d’un « Grand-Est », véritable jeux de légo sorti directement des égos parisiens. C’était un véritable sentiment de grande liberté retrouvée.

240672169_6235440899829497_5102304116712757076_n.jpg

229623010_196092309229784_7088874359836891695_n.jpg

16:42 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 21 juillet 2021

Cette fin de semaine, en Provence : les journées d'été des Lansquenets

lansquenets-drapeau.jpeg

Roland Hélie, Philippe Randa et Georges Feltin-Tracol

participent à ces journées.

En savoir plus cliquez ici

15:54 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 11 juillet 2021

Le déjeuner champêtre du Parti de la France à Amiens autour de Jean-Marie Le Pen

Thomas Joly, Président du Parti de France, recevait Jean-Marie Le Pen pour une fête champêtre qui a réuni une grosse centaine de convives à Fluy dans la Somme. Les personnes interviewées dans l'ordre de leurs interventions : Éric Pinel, Franck Buleux (directeur de la collection des Cahiers d'Histoire du nationalisme), Benjamin Lematte, Bruno Hirout, Fabrice Lengelé, Alexandre Simonnot, Fiorina Lignier.

216481324_4041107875997440_3919974305209097477_n.jpg

202003474_495686611714706_7823556944060440840_n.jpg

Le site du Parti de la France cliquez ici

18:59 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 09 juillet 2021

L'UNIVERSITÉ D'ÉTÉ DE CIVITAS SE DÉROULERA DU 17 AU 19 JUILLET AU PUY-EN-VELLAY

visuel-udt-2021_fab9268a-a86b-44a8-b148-34d66f6cb5ec_280x420.jpg

Père Joseph d’Avallon,

o.f.m., aumônier national de Civitas.

L’UDT 2021 de Civitas propose un canevas de conférences dont le but est d’apporter les éclairages les plus profonds sur la mise en place du Nouvel Ordre Mondial et de donner ensuite les indications stratégiques les meilleures pour le combattre.

Il nous faut d’abord commencer par affirmer qu’il n’y a que deux cités : celle de Dieu et celle de Satan. Nous montrerons dans la première conférence que notre combat repose radicalement sur le dogme de la Royauté Universelle de Notre Seigneur Jésus-Christ. Il est en réalité l’Unique signe de contradiction. C’est le refus de sa Royauté, justement appelé « La Conjuration anti-chrétienne » (1), qui est à l’origine de tous les maux que nous combattons.

Du moment que les régimes politiques divers reconnaissent les droits de Notre Seigneur Jésus-Christ, remplissent leurs devoirs à son égard et recherchent le bien commun de leurs sujets, l’Eglise les accepte et leur apporte son soutien maternel. Cependant, l’histoire montre que les meilleurs régimes peuvent être corrompus gravement par l’oubli du bien ultime qui est Dieu et du bien commun. C’est ce que développera la deuxième conférence qui présentera les régimes politiques légitimes et montrera comment ils se corrompent.

La corruption de la politique, dans les temps modernes, devient plus profonde avec la monté des idéologies. Dédaigneuses de l’ordre naturel et surnaturel, ces dernières ont l’ambition de faire triompher des visions du monde qui ambitionnent de rendre les hommes plus heureux. Il faut souligner que la montée des utopies génère par elle-même celle des tyrannies nécessaires pour les imposer. Mais les lendemains sinistres de l’application des utopies laissent l’humanité prostrée et désespérée comme le révèle la multiplication des dystopies (2). Tel est le thème de la troisième conférence.

Au XX° siècle, la politique, sous l’emprise puissante de HEGEL, conçoit l’état comme divin. Il faut avoir conscience que ce n’est pas seulement vrai des régimes ouvertement totalitaires qui s’y sont succédé mais, d’une façon plus masquée, des régimes démocratiques fondés sur la souveraineté populaire. « Le Meilleur des Mondes »(3) ou le Nouvel Ordre Mondial repose sur le postulat de cette démocratie universelle. C’est l’objet de la quatrième conférence.

Nous sommes en train de vivre la mise en place accélérée de ce qui apparaît déjà comme l’utopie qui sera sans doute la plus grave et la plus meurtrière de toute l’histoire de l’humanité : « le grand reset économique et social ». Il faut démasquer cette utopie qui prône une dépopulation massive, une religiosité panthéiste, hélas soutenue par le Vatican, le contrôle policier des humains accoutumés à la servitude. L’humanité se trouve dans la situation où est rendue possible la politique telle que la concevait Voltaire : « le moyen pour des hommes sans principes de diriger des hommes sans mémoire ». Tel est le tableau que présentera la cinquième conférence.

Cependant, cette construction d’une nouvelle Babel, aussi terrifiante qu’elle soit, s’oppose d’une façon si violente, à toutes les lois les plus fondamentales de l’ordre établi par Dieu, qu’elle s’effondrera lamentablement. Nous pouvons, nous voulons, nous devons contribuer à précipiter ce moment par les armes surnaturelles et par une action politique qui organise et intensifie le mouvement dissident en France et à l’étranger. Voilà le thème de la sixième conférence.

La providentielle montée en puissance de Civitas, en France et à l’international, constitue un signe d’espérance. Ce signe est d’autant plus fort qu’il apparaît précisément comme un effet d’une prise de conscience que seule la politique activement menée pour le rétablissement d’un ordre social catholique peut s’opposer au grand reset. Notre programme sera donné par cette septième conférence.

L’université d’été de Civitas s’achèvera par un discours de son Président, Monsieur Alain ESCADA, qui s’adressera aux militants de la France et des autres pays pour préciser les objectifs de notre action politique pour 2022.

Unissons nos prières et nos forces dans ce combat décisif où il est temps que chacun s’implique de tout lui-même.

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

13:52 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 05 juillet 2021

Des peines d’emprisonnement inouïes pour tous les prévenus : « Tout ce qui est excessif est insignifiant » (Talleyrand)

1200x680_ligue_du_midi_manifestation.jpeg

Un communiqué de la Ligue du Midi : 

Deux poids/deux mesures

C’est la citation qui vient de suite à l’esprit quand on prend connaissance du jugement du tribunal judicaire concernant l’affaire dite de la fac de droit de Montpellier (22 mars 2018). Déjà, lors de ses réquisitions, le procureur de la république demandait des peines de prison pour l’ensemble des sept prévenus allant jusqu’à 18 mois avec sursis pour les organisateurs et 1an ferme pour les exécutants.  Les observateurs avaient trouvé la position du procureur très salée à l’enseigne de Médiapart, pourtant peu suspect de connivence avec les identitaires-patriotes qui titrait : « Le procureur requiert lourdement dans l’affaire de Montpellier ».

Le jugement de première instance vient de tomber le 2 juillet2021, passant de l’excessif à l’outrancier (voir tableau), sauf pour Philippe Pétel (le Doyen) qui conservera la même peine (18 mois avec sursis mais seulement assortie de 2 ans d’interdiction d’exercer -au lieu de 5 ans- dans toute fonction publique). Traitement similaire pour Martial Roudier qui conserve 1 an de prison ferme, alors qu’il n’était pas présent à l’intérieur des locaux.  Il était difficile d’aller au-delà sans friser le goulag.

Ces condamnations sont d’autant plus inouïes, que l’on assiste en France à une multiplication des violences graves comme celles des policiers brulés à Viry-Chatillon – (3 prévenus acquittés en appel- (aucune comparaison avec les 3 jours d’ITT de la fac de droit) qui sont de moins en moins lourdement condamnées et que la future loi Dupont-Moretti va s’inscrire dans le sens du laxisme. La pratique du « deux poids/deux mesures » a de beaux jours devant elle.

La double peine pour les enseignants

On notera que pour les deux enseignants, les condamnations à de la prison (avec sursis pour le doyen et ferme pour le professeur) voient se surajouter une mesure de 2 ans d'interdiction d'exercice dans toute fonction publique. Si ce n’est pas une mesure de double peine, ça y ressemble fortement et en tous cas, ça va à l’encontre des sempiternelles déclarations du ministère de la justice quant à la réinsertion sociale des condamnés une fois leur peine accomplie. On sait les difficultés de Coronel de Boissezon à retrouver du travail dans sa branche d’activités. Et ne parlons même pas d’une réembauche dans la fonction publique qu’on n’ose pas imaginer même dans le monde des Bisounours.

Le préfet Pouëssel, grand absent du procès

Celui qui avait le pouvoir d’éviter tout ce charivari fut aux abonnés absents durant toute cette nuit du 22 mars ainsi que dans la suite de la procédure. Le doyen qui l’a sollicité plusieurs fois n’a jamais obtenu le concours de la force publique malgré ses demandes pressantes. Pire, une réunion de coordination s’est tenue en Préfecture ce soir-là vers 18h00 au cours de laquelle il fut décidé de ne rien décider. Or c’est à partir de 19h00 que les choses ont commencé à dégénérer de façon crescendo. Le paroxysme fut l’humiliation du doyen par un groupe de jeunes femmes hystériques lui balançant leurs tampons hygiéniques maculés sous les quolibets. Vers 23h40 un professeur était frappé au visage et le doyen était menacé dans son intégrité physique par les professionnels de l’agitation gauchiste. Les Renseignements Généraux, étaient bien informés, car présents dans la fac de droit durant toute la soirée. Mais le préfet resta sourd et muet. Ne pas se salir était sa priorité, ne pas prendre de décision. Laisser faire le sale boulot à d’autres puis sévir « au nom de la loi ». Lamentable…

A l’échelon du dessous, le président de l’université qui imposa au doyen Pétel la tenue de cette soi-disant réunion d’information au profit de syndicats et de diverses associations, le 22 mars (date anniversaire de la création du Mouvement du 22 mars 1968 du sinistre Daniel Cohn-Bendit). Le doyen Pétel eut beau exprimer son désaccord, il dut consentir à laisser le loup rentrer dans la bergerie. Ce qui devait arriver arriva et la réunion d’information bascula en Assemblée générale gauchiste avec décision d’occupation des lieux, reconfiguration de l’espace et autres délires gauchistes de leur grand soir rêvé. Durant ce soir-là, le Président de l’université était au restaurant… et eut le toupet de diligenter une commission d’enquête administrative et de lâcher le doyen à la meute gauchiste et médiatique.

On se serait délecté de voir les deux comparses de la haute administration dans le prétoire pour répondre à certaines questions impertinentes des avocats des prévenus.

La thèse de la rixe balayée par le tribunal

D’après un témoin oculaire (neutre) présent dans l’amphi, les occupants illégaux étaient au nombre de 64, les « débloqueurs » quant à eux étaient une quinzaine comprenant outre les prévenus, des professeurs, des membres du personnel d’incendie, du personnel de la fac, des étudiants… Ce fut une belle empoignade au cours de laquelle il y eut des coups échangés des deux côtés et l’on s’étonne que les gauchistes bien identifiées ne se soient pas retrouvés en tant que prévenus au tribunal à côté de nos camarades. En renfort de cette thèse on retiendra la piteuse sortie en début d’audience de l’avocat des parties civiles Maitre Demersseman accompagné des huit parties civiles (1 jour d’ITT pour trois personnes). Après avoir geint pendant trois ans devant la presse, prétendant qu’on ne les écoutait pas, mais craignant sans doute d'avoir à répondre de leurs propres infractions, ces révolutionnaires à géométrie variable, se sont débinés honteusement, continuant à jouer les martyrs devant les caméras de télévision (FR3 en particulier dont la sympathie pour l’extrême gauche n’est plus à démontrer) en dénonçant la « justice bourgeoise ».

L’absence de preuve devient une preuve

Martial Roudier qui a toujours nié sa participation, que personne n’a vu sur les lieux, qu’aucune partie civile ni aucun prévenu n’a mis en cause, qui était présent alentour de la fac pour « couvrir l’évènement » en tant que journaliste pour Lengadoc-info… se voit assommé par un an de prison ferme. Pourtant, aucun élément tangible quant à sa présence à l’intérieur de la fac et le procureur nous a expliqué qu’il avait le profil pour gérer « la direction matérielle du groupe »...En fait une argutie peu compatible avec le droit.

Argument massue pour justifier cette condamnation :  son téléphone a borné au centre-ville … or, Martial n’a jamais nié lors des interrogatoires avoir circulé ce soir-là comme des centaines de personnes autour de la fac. de droit, dans le cadre de son reportage pour Lengadoc-info mais pas à l’intérieur de la fac.

IL est bien évident que le fait qu’il n’y ait aucune preuve, constitue pour le procureur une preuve et que le fait qu’aucun des 64 gauchistes présents ce soir-là n’ait reconnu Martial, alors que les groupes se sont affrontés les yeux dans les yeux, devient pour la justice un élément à charge, la preuve qu’il s’est dissimulé. Au secours Fantômas revient, porteur dans sa besace de la présomption de culpabilité… et puis quelques lampistes puisés dans la mouvance identitaire-patriote, « ça ne mange pas de pain » !

Mais pour le procureur Bélargent ce qui importe, c’est la tenue vestimentaire. Martial porte des jeans de chez Celio, se chausse chez Décathlon et possède un sweat à capuche de couleur noire comme la moitié des jeunes de Montpellier, ce qui en fait évidemment le coupable idéal. Mais de visage, point ! de témoins, point ! d’empreintes papillaires, point ! d’ADN, point ! de plaintes de parties civiles, points ! de témoignages, points ! de révélations d’ordinateur ou de téléphone portable, point ! d’aveux, point ! point ! point ! point !

Mais Martial porte le gros handicap de s’appeler Roudier comme le fondateur de la Ligue du Midi que la presse parisienne avec sa « Kolossalle finesse » nomme : le fils Roudier...

Messieurs les magistrats ont cru plaire à la gent  anarcho-gauchiste. Mais ceux-ci n’ont pas été dupes qui réclament toujours plus ; sur une pancarte relevée sur les grilles du Palais de Justice on pouvait lire : « 7 prévenus… Où sont les autres ? »

Rendez-vous en appel pour le deuxième round ! Pour un arrêt qu’on espère débarrassé de ses oripeaux politiques.

La Ligue du Midi cliquez ici

La réaction de Pierre Cassen de Riposte laïque cliquez là

12:18 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 26 juin 2021

Du 22 au 25 juillet, en Provence, Vie réunion d'été des Lansquenets dirigée par Gabriele Adinolfi

lansquenets-drapeau.jpg

Provence 22-25 juillet 2021
Vle RÉUNION D’ÉTÉ DE LANSQUENETS EUROPÉENS
Ce qui ne me tue pas me rend plus fort
A l’assaut de la Nouvelle Normalité.
Fournissons des anticorps contre la pandémie idéologique.

En savoir plus cliquez ici

01:03 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 14 juin 2021

Le Puy-en-Velay : ouverture d'une librairie non-conformiste

Librairie-Arts-Enracines.jpeg

Maxime et Chazia Sanial viennent d’ouvrir la librairie Arts Enracinés 25 rue Raphaël au Puy-en-Velay (43000). Ils proposent des ouvrages variés et d’un contenu très différent de ce que vous pourrez trouver ailleurs… mais aussi de belles œuvres d’art, qu’il s’agisse de reproductions de tableaux sur affiches, de sculptures, de gravures impressions ou encore de parfums. Maxime Sanial explique leur démarche pour les lecteurs d’EuroLibertés.

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Source EuroLibertés cliquez ici

Pourquoi ouvrir une librairie au Puy-en-Velay ? N’est-ce pas un peu périlleux ?

Mon épouse et moi avons souhaité réaliser notre projet dans la ville où je suis né et où nous vivons. Ce choix est intimement lié au sens de notre combat : défendre notre culture, l’enracinement et le retour à la terre. Le Puy est une ville touristique avec une belle histoire, située au cœur d’un bassin de vie assez important. Il y a plusieurs librairies, mais aucune sur le thème enracinement et de nombreux amis sur place ont accueilli notre initiative avec enthousiasme.

Quels seront les thèmes des livres que vous proposerez ?

Le critère numéro un est la qualité des articles que nous proposons. La thématique globale est l’enracinement et la promotion des traditions et des spiritualités européennes. Cela étant dit, notre offre est diversifiée. Pour ce qui est des livres, nous avons aussi bien de la littérature classique, française ou étrangère et des auteurs contemporains. Vous trouverez les classiques, Céline, Drieu, Jean Mabire ou Robert Dun qui vivait tout près d’ici… comme Pierre Gillieth, Philippe Randa ou Charles Robin. Nous proposons aussi des livres jeunesse pour tous les âges : romans d’aventures, chevalerie, contes, ouvrages sur les grandes figures de l’Histoire de France (Jeanne d’Arc, Napoléon…) et des héros célèbres localement comme du Guesclin dont on trouve des reliques à l’église Saint-Laurent du Puy. Enfin, nous offrons une littérature spirituelle et ésotérique importante, en lien avec notre héritage européen, la Tradition primordiale et le paganisme. Guénon et Evola côtoient Saint-Loup et Alain de Benoist.

En dehors des livres, que diffuserez-vous également ? Revues, CD, objets d’art, etc.

Nous proposons des revues de qualité comme Éléments, Nouvelle École, Krisis, L’Incorrect, Synthèse nationale, ZentroMag, le Bulletin célinien, Réfléchir & Agir, Rivarol, Les 4 Vérités, Présent, Terre & peupleSolaria ou encore Rébellion… Ce sont des coups de cœur que nous voulons faire découvrir à notre public… Concernant la musique, cela va des chants de tradition du Chœur Montjoie Saint-Denis à Christoff Bézed, en passant par le Dr Merlin, les Brigandes et Clan Nordag… Mais, comme son nom l’indique, Arts Enracinés proposent aussi des arts visuels : nous travaillons avec des artistes locaux (sculpteurs, peintres, artisans du cuir…) et d’autres artistes amis comme le sculpteur Gabriel Charpentier de l’atelier de l’Armorial. Nous proposons enfin des reproductions sur affiches de beaux tableaux (Diefenbach, Fidus, Fahrenkrog, Arnaud Martin, Chrystelle de l’atelier des Brigandes…).

Quelle est votre expérience dans le monde du livre ?

Nous sommes tous deux en reconversion professionnelle. Nous sommes très amateurs de littérature aussi bien de fiction, politique, philosophique, ésotérique… Nous passons maintenant de l’autre côté pour partager notre passion. C’est une nouvelle aventure qui commence !

Quel message voulez-vous passer à ceux qui vous lisent ?

Dans un monde qui perd ses repères connaître sa culture et son histoire permet de savoir qui l’on est. C’est tout le sens de notre projet. Nous avons hâte de vous accueillir !

Quelles manifestations pensez-vous organiser autour de vos activités ? Dédicace, conférence, etc.

Nous organisons un événement chaque samedi après-midi : des conférences, des séances de dédicace, des soirées thématiques avec une projection de film suivie d’un échange, mais aussi des événements familiaux (lectures d’histoires pour enfants…) Concernant les conférenciers, nous accueillons Claude Chollet sur la manipulation médiatique le 26 juin, Alain Sanders le 17 juillet et Sylvain Durain le 2 octobre. Nous attendons aussi Jean-Christophe Mathelin sur le Soleil, Bruno Favrit ou encore Pierric Guittaut qui a réalisé une étude sur la bête du Gévaudan qui sévissait dans notre région.

Alors, allons-y : courriel, téléphone, adresse du site internet…

Notre magasin est situé dans la ville haute et médiévale du Puy, au 25 rue Raphaël (un nom prédestiné…). Vous pouvez nous joindre par courriel à l’adresse maxime.sanial@protonmail.com ou par téléphone au 06 32 25 93 59. Nous sommes aussi présents sur Facebook (cliquez ici) et avons un site internet www.arts-enracines.fr de retrait en magasin et vente à distance.

12:18 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 06 juin 2021

Du 16 au 22 août : l'université d'été d'Académie Christiana

IMG-5963.JPG

20:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 05 juin 2021

8 ans pour Esteban, 5 ans pour Samuel : la réaction de Thomas Joly, président du Parti de la France

195645419_475859977030703_7336922351301635522_n.jpg

10:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 02 juin 2021

Persécution contre les patriotes en Anjou : l'Alvarium réagit

escalier.jpg

Perquisitions : rétablissez l’ordre plutôt que de nous persécuter.

Ce matin à 6 heures, les forces de l’ordre ont fait irruption dans les locaux de l’Alvarium pour une perquisition. Quelle grave affaire pouvait bien amener le procureur de la République à envoyer des gendarmes dans un local associatif ? Le terrorisme islamiste ? Les banlieues qui s’enflamment ? La drogue ? Les voitures brûlées à Trélazé ? Apparemment non, c’est pour le vol de 2 ou 3 drapeaux devant une gendarmerie de campagne.

Quel est le lien avec l’Alvarium en tant qu’organisation et avec son local ? Aucun. De la même manière, différents domiciles d’adhérents et de gens qui n’ont rien à voir avec nous ont été perquisitionnés. À l’Alvarium comme chez les particuliers, aucune trace des drapeaux en question ; en revanche chaque fois, un homme qui ne connaissait pas les gendarmes les accompagnait. Vêtu en civil et affublé d’une cagoule, il a photographié les contenus des bibliothèques et les lieux de vie, dans l’espoir sans doute de nourrir les élucubrations journalistiques et antifascistes. La manipulation est trop grosse. Cette opération politique menée de concert avec les services de renseignement n’a d’autre but que de nous discréditer, nous ficher et faire pression sur nous. À l’issue de la perquisition à l’Alvarium l’un de nos militants qui était venu ouvrir la porte a été emmené pour un interrogatoire. Les questions n’ont évidemment pas porté sur une histoire de drapeaux volés, mais sur les membres de l’Alvarium, leurs noms, professions etc…

Manigancées on ne sait où, les “affaires” inventées ou exagérées qui sortent dans la presse servent l’agenda des antifas et de la mairie pour une demande de dissolution. Alors que nous avons pignon sur rue, que nous ne faisons rien d’illégal et que nous participons démocratiquement à des élections locales, tout est fait pour nous empêcher d’exister et nous pousser à la clandestinité. Avons-nous le droit de vivre et de penser différemment ? En tout cas nous ne céderons ni à la pression, ni à l’extrémisme vers lequel le Système voudrait nous pousser et nous cantonner. Nous avons plus de 130 adhérents en chair en os. Nos locaux existent bel et bien. À moins de réduire tout cela en poussière ou de nous envoyer arbitrairement en taule, nous continuerons à oeuvrer pour la France et les français, en particulier les plus démunis délaissés au profit de l’immigration massive.

Site de l'Alvarium cliquez ici

Notre excellent confrère Breizh-Info a publié ce mercredi matin un entretien avec Jean-Eude Gannat, porte-parole de l'Alvarium. A lire : cliquez ici

22:36 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 31 mai 2021

Législative partielle de l'Oise : Thomas Joly se désiste en faveur de la candidate du RN au second tour

image_0931529_20210507_ob_fdb543_prof-de-foi-recto.jpeg

Un communiqué de Thomas Joly, président du Pdf et candidat à cette élection

Dans un contexte d'abstention massive (près de 74 %), les électeurs ont plébiscité la transmission quasi-seigneuriale de la 1ère circonscription de l'Oise au neveu Dassault, les scores de ses adversaires étant tous particulièrement bas.

Je remercie les 241 électeurs qui m'ont fait confiance et les invitent, pour le second tour dimanche 6 juin (Victor Habert-Dassault n'ayant pas réuni 25 % des inscrits malgré ses 58 %), à reporter leurs suffrages en faveur de Claire Beuil, candidate du RN. Malgré mes divergences avec le parti de Marine Le Pen, Madame Beuil ferait une bien meilleure députée qu'un parachuté de fausse droite qui n'a d'autre programme que son nom de famille.

Ma participation à cette élection législative partielle n'avait pour but que de faire connaître le Parti de la France et notre projet de véritable droite nationale.

Encore merci à mon équipe de militants qui a sillonné la circonscription. D'autres combats politiques et électoraux sont à venir et notre mobilisation sur le terrain paiera tôt ou tard !

Source cliquez ici

09:25 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 27 mai 2021

Si Clément Méric avait tué Esteban, il serait un héros, défendu par toute la gauche

cropped-cropped-pc-top-4 (1).jpeg

EXCELLENTE CHRONIQUE TÉLÉVISÉE DE PIERRE CASSEN SUR LE PROCÈS EN APPEL D'ESTEBAN

POUR LA SUIVRE CLIQUEZ ICI

16:18 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 13 mai 2021

Personne n'a l'exclusivité de la Fête de Jeanne d'Arc

10451323.jpeg

Communiqué de Synthèse nationale :

Nous ne pouvons que déplorer l'incident qui a précédé l'hommage rendu par les nationalistes dimanche 9 mai place des Pyramides devant la statue de Jeanne d'Arc. Un groupe de royalistes, visiblement retombés dans les dérives "nafistes" (1) des années 1970, s'en est en effet pris, sans raison aucune, à Yvan Benedetti.

Personne ne remet en question le courageux combat mené par l'AF, au début du XXe siècle, pour imposer la Fête de Jeanne d'Arc comme fête nationale. Toutefois, aujourd'hui, cette fête est devenue celle de tous les patriotes sincères. Il est donc regrettable que certains cherchent à s'en attribuer l'exclusivité. Surtout dans les moments pénibles que nous traversons actuellement. 

S N

(1) "nafiste" : de la Nouvelle Action française (NAF), l'une des multiples scissions de l'AF dans les années 70. Celle-ci était résolument orientée à gauche et n'hésitait pas à manifester aux côtés des gauchistes contre les nationalistes.

Dimanche dernier à Paris, les Nationalistes ont honoré Sainte Jeanne d'Arc

photo_2021-05-10_19-20-21-749x449.jpg

Source Jeune Nation cliquez ici

Le 9 mai 2021, Place des Pyramides à Paris, Clément Gautier (secrétaire général de l’Action Française), Bruno Hirout (secrétaire général du Parti de la France) et Yvan Benedetti (chef des Nationalistes) ont rendu hommage à la sainte de la patrie, Jeanne d’Arc, symbole et modèle de l’espérance nationaliste. Voici les discours prononcés sous la statue de la patronne secondaire de la France, fêtée officiellement chaque année par la grâce de Maurice Barrès arrachant à la gueuse une loi du 10 juillet 1920 instituant la fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme le deuxième dimanche de mai ! On lira à la fin les mises au point de l’Action Française et des Nationalistes quant à l’incident qui a précédé nos hommages.

 

Communiqué de Synthèse nationale :

Nous ne pouvons que déplorer l'incident qui a précédé l'hommage rendu par les nationalistes dimanche 9 mai place des Pyramides devant la statue de Jeanne d'Arc. Un groupe de royalistes, visiblement retombés dans les dérives "nafistes" (1) des années 1970, s'en est en effet pris, sans raison aucune, à Yvan Benedetti.

Personne ne remet en question le courageux combat mené par l'AF, au début du XXe siècle, pour imposer la Fête de Jeanne d'Arc comme fête nationale. Toutefois, aujourd'hui, cette fête est devenue celle de tous les patriotes sincères. Il est donc regrettable que certains cherchent à s'en attribuer l'exclusivité. Surtout dans les moments pénibles que nous traversons actuellement. 

S N

(1) "nafiste" : de la Nouvelle Action française (NAF), l'une des multiples scissions de l'AF dans les années 70. Celle-ci était résolument orientée à gauche et n'hésitait pas à manifester aux côtés des gauchistes contre les nationalistes.

 

19:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 08 mai 2021

A Angers, les jeunes nationalistes de l'Alvarium dénoncent l'immigration incontrôlée qui gangrène la ville

slkjhp.jpg

Le site de l'Alvarium cliquez ici

00:09 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Thomas Joly, candidat national à la législative partielle du 30 mai dans l'Oise, a présenté son programme...

image_0931529_20210507_ob_fdb543_prof-de-foi-recto.jpeg

Cliquez sur les visuels pour les agrandir

image_0931529_20210507_ob_324431_prof-de-foi-verso.jpeg

00:09 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 07 mai 2021

Du 22 au 25 juillet : réunion annuelle des Lansquenets d'Europe en Provence

Provence21frfr.png

00:38 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 06 mai 2021

Dimanche 9 mai, cortège traditionnel de l'Action française en honneur de Jeanne d'Arc

179825906_4029056050482333_5972921835286899120_n.png

 

01:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dimanche 9 mai, les nationalistes rendront hommage à Jeanne d'Arc

181772146_1424503574580667_8771777012563248727_n.jpg

01:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 03 mai 2021

Thomas Joly est le candidat de la droite nationale non reniée à l'élection partielle qui se déroulera dans l'Oise le 30 mai prochain

ddfr.jpg

Il a répondu aux questions posées par le site Jeune Nation cliquez ici :
 
Vous vous êtes donc déclaré candidat à la succession d’Olivier Dassault, qu’attendez-vous de cette élection ?
 
Une élection législative, même partielle, est une élection nationale et permet de faire connaître aux Français notre projet de redressement national, identitaire et populaire. C’est un moyen – et non une fin – pour faire connaître nos idées au plus grand nombre. Face à des candidats du Système, j’incarnerai une alternative de droite nationale. Et je suis d’autant plus légitime à concourir à cette élection puisqu’il s’agit de la circonscription où j’habite et où je me présente pour la quatrième fois.
 
La tyrannie sanitaire et la montée des revendications communautaires semblent avoir rebattu les cartes du jeu politique. Il n’y a vraisemblablement plus aucune opposition en France, que ce soit sur le plan de la défense des libertés ou plus largement sur les thèmes historiques de la droite nationale. Pensez-vous pouvoir tirer profit de ce climat délétère ?
 
Il serait salutaire que les Français, et en particulier les électeurs de ma circonscription, trouvent la lucidité de plébisciter ma candidature tant le projet que je défends n’est plus porté par personne d’autre. Mon slogan de campagne est simple : « Ni dictature sanitaire, ni colonisation migratoire ! » Cela résume très bien les deux priorités vitales pour notre peuple : refuser l’instauration permanente d’un contrôle de type soviétique sous prétexte sanitaire ainsi que notre propre disparition physique au profit d’envahisseurs afro-musulmans. Cette accélération foudroyante du projet cosmopolite doit être dénoncée et combattue par tous les moyens à notre disposition, il en va de la survie de notre civilisation. Nos compatriotes doivent comprendre que nos gouvernants n’ont aucune intention de revenir en arrière : tant sur la colonisation migratoire que sur la folie hygiéniste et orwellienne de surveillance de la population autochtone. Et concernant le retour de nos libertés, le Parti de la France va encore plus loin puisque, comme je l’ai déjà dit, la première mesure que nous prendrions si nous accédions au pouvoir serait la suppression de toutes les lois scélérates qui entravent la liberté d’expression des Français.
 
Les reniements successifs du Rassemblement National et de sa présidente vous semblent-ils de nature à susciter une démarche électorale alternative à sa troisième candidature aux élections présidentielles ?
 
Marine Le Pen n’incarne plus aucun espoir pour le peuple français. Cette calamiteuse bonne femme a ruiné son parti, liquidé son programme historique, en a viré son père comme un malpropre et ses prestations médiatiques sont de pire en pire. Elle représente le néant politique, elle ne tient encore debout que grâce à la volonté du Système de l’utiliser comme le faire-valoir de son champion interchangeable à l’infini. Voilà pourquoi une candidature alternative serait une divine surprise dans cette élection présidentielle. Je ne parle pas d’une candidature de témoignage de droite nationale – qui de toute façon, en l’état actuel des choses, serait dans l’impossibilité de réunir les 500 parrainages d’élus nécessaires – mais d’une candidature qui pourrait bouleverser le scénario d’une pseudo-revanche entre Macron et la mémère à chats. Je sais bien que le nom de Zemmour va faire pousser des cris d’orfraie à certains lecteurs de Jeune Nation mais nous sommes dans une telle situation d’urgence qu’il faut savoir utiliser toutes les armes à notre disposition. Qu’il soit sincère ou non – et moi je le crois – la diffusion par Eric Zemmour à l’échelle nationale d’une grande partie de nos idées, même sur des sujets sulfureux, ne peut être que bénéfique pour une révolution des esprits et un réveil salutaire de nos compatriotes. Il ne faut pas, sous prétexte de radicalité ou de je-ne-sais quelle posture esthétique, se priver de cette possibilité.
 
Comme à notre habitude, nous vous laissons le mot de la fin.
 
Le déclin, la décadence et, au final, la disparition de notre civilisation ne sont pas inéluctables. Encore faut-il pour cela ne pas être des spectateurs aigris et entrer soi-même dans la bataille. J’estime qu’il ne faut pas opposer les moyens d’action, qu’ils soient électoraux, associatifs, culturels, spirituels, intellectuels, physiques ou que sais-je encore. Il faut trouver les ressources en nous-mêmes pour mener ce combat qui sera celui de notre vie, de notre génération. Quelle France voulons-nous laisser à nos enfants ? Un bidonville africain sous contrôle islamo-mafieux ou la France éternelle que nous ont légué nos ancêtres ? Alors retroussons-nous les manches et, tous ensemble, donnons-nous les moyens de remporter la victoire ! Haut les cœurs !

23:22 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 30 avril 2021

Florian Philippot, président des Patiotes, lance une pétition de soutien aux militaires insultés par le pouvoir...

généraux-Macron.jpeg

Florian Philippot a lancé une pétition de soutien aux militaires qui dit l'essentiel. Il nous semble important d'en faire circuler le texte et de demander à des responsables politiques, associatifs, syndicaux... de le signer afin que, à côté de la pétition, il y ait un "appel des 50, des 100..." qui soit relayé sur les différents sites patriotes, sur les médias sociaux... 

Soutien aux militaires !

Les menaces proférées par des responsables politiques inconscients et, pire, par le gouvernement contre plus de 1 000 militaires français qui n’ont fait que dire leurs craintes pour l’avenir de la France et leur volonté de la servir dans le patriotisme, sont insupportables !

La ministre des armées, Florence Parly, a annoncé des sanctions contre les militaires d’active signataires, et on apprend que le ministère de la Défense cherche des moyens juridiques pour faire condamner les militaires signataires à la retraite ! Imagine-t-on le général De Gaulle traité ainsi quand il alertait dans les années 1930 ou en 1958 avant son retour au pouvoir ?

C’est une offense faite à ces serviteurs de la France, qui toute leur vie se sont battus pour notre pays et notre sécurité. Une ministre, Agnès Pannier-Runacher, s’est même permis de les insulter en les traitant de « quarteron de généraux en charentaises ».

Les insultes doivent cesser. Les menaces doivent cesser. Le gouvernement français doit se ressaisir et s’excuser. Ces militaires qui sonnent l’alerte et disent leur amour du drapeau doivent être respectés et écoutés. Sûrement pas récupérés, car ils sont libres ; ils feront exactement ce qui leur semble aller dans le sens de l’intérêt national.

En signant cette lettre, j’apporte mon soutien aux militaires, qui seront sûrement de plus en plus nombreux à signer la tribune, et j’exige du gouvernement qu’il présente des excuses et qu’il mette fin immédiatement à toute menace et toute sanction !

Pour signer cette pétition cliquez ici

18:51 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 28 avril 2021

Jean-Marie Le Pen apporte son soutien à Thomas Joly, candidat de la Droite nationale à l'élection partielle dans l'Oise

174191876_447627786520589_2778226098109743088_n.jpg

Thomas Joly, Président du Parti de la France, est le candidat de la Droite nationale à l'élection législative partielle dans la 1ère circonscription de l'Oise (30 mai et 6 juin 2021) provoquée suite au décès d'Olivier Dassaut.

 

00:43 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 27 avril 2021

Vincent Vauclin fait le bilan six mois après la création du MND (Mouvement national démocrate)

mnd.jpg

23:26 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 25 avril 2021

Le procès en appel d'Esteban se déroulera à Evry à la fin du mois de mai

ob_5fe20c_4087001053.jpg

Souvenez-vous ! En juin 2013, dans le quartier de l'Opéra à Paris, trois jeunes nationalistes qui s'étaient rendus paisiblement à une vente privée de vêtements sont sauvagement agressés par une horde de larbins du Système (appelés aussi "antifas") qui les avait localisés et leur avait tendu une embuscade. S'en suivit une brève altercation au cours de laquelle, hélas, l'un des agresseurs, un dénommé Clément Méric, est décèdé en heurtant un poteau placé sur le trottoir. 

Alors que tous les témoins reconnaissaient que les agresseurs étaient bel et bien les gauchistes et les agressés les jeunes patriotes, dès le lendemain ceux-ci furent arrêtés, inculpés et emprisonnés. L'un d'entre eux, Esteban Morillo fera quinze mois de préventive. ,

Une ignominieuse campagne de mensonges et de calomnies contre le mouvement auquel ceux-ci appartenaient, en l'occurence Troisième voie, fut immédiatement lancée par la classe politico-médiatique dans son ensemble. Campagne qui aboutit à la dissolution de plusieurs organisations nationalistes comme Troisième voie et l'Oeuvre française.

En septembre 2018 s'est déroulé le procès des jeunes nationalistes qui écopèrent de lourdes peines (Esteban 11 ans et Samuel 7 ans) cliquez ici. Face à une telle injustice, ils décidèrent de faire appel. Un second procès, initialement prévu en avril 2020, est donc prévu pour la fin du mois de mai.  

Afin de soutenir Esteban, ses amis viennent de lancer une cagnotte destinée à rassembler les fonds nécessaires pour leur défense. Nous ne pouvons qu'inciter les lecteurs de Synthèse nationale à répondre à leur appel en cliquant ici. 

R H

01:27 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dimanche 9 mai : cortège traditionnel de Jeanne d'Arc à Paris

2021-banniere-jeanne-site-1024x341.jpeg

00:40 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 13 avril 2021

Jean-Marie Le Pen et Jacques Bombard se sont entretenus

Capture-décran-2021-04-13-à-08.07.45-1-1024x713.png

Comme rapporté dans Le Figaro, Jean-Marie Le Pen et Jacques Bompard se sont entretenus par visioconférence vendredi 19 mars.

Par la grâce et la mémoire des années d’engagement commun, l’incompréhension durable entre le président d’honneur du Front national et le maire d’Orange a été mise au ban des souvenirs. « Nous sommes d’accord sur l’essentiel. C’est déplorable de voir des listes du RN face à des candidats de sensibilité parallèle. Il faut favoriser les axes d’unité. Le plus dur est devant nous, et nous allons vivre des moments difficiles. Il est nécessaire, plus que jamais, de réunir les gens de bonne volonté », affirme Jean-Marie Le Pen. Il a donc été convenu de tout tenter pour éviter de reproduire l’erreur de Tarascon sur les cantons d’Orange et de Bollène lors des prochaines départementales. « Le localisme que j’ai toujours pratiqué est une volonté de maintien dans le département des idées nationales, et impose de respecter ceux qui se battent sur le terrain depuis des décennies à Orange et à Bollène », ajoute Jacques Bompard.

A côté des vœux électoraux formés, c’est une conversation entre deux militants de la cause nationale qui a repris ce jour-là. Comme si elle avait été interrompue la veille.

Source cliquez ici

16:30 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |