Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 juin 2020

Second tour des Municipales : empêcher une deuxième vague verte.

le-parti-de-la-france.jpg

Communiqué du Parti de la France :
 
Le second tour des élections municipales aura lieu ce dimanche.
 
Le Parti de la France a indiqué de la manière la plus claire qui elle soutenait pour ce scrutin, en particulier Stéphane Ravier à Marseille, Valérie Laupies à Tarascon, Jacques Bompard à Orange et son épouse, Marie-Claude à Bollène.
 
Dans toutes les autres communes, chacun agira selon ce que lui dicte sa conscience et lui commande le sens de l'intérêt franç tuais.
 
Un mot d'ordre pourtant. Il est de nécessité politique autant que de salubrité publique: faire barrage partout aux listes d'Europe Ecologie Les Verts et à ceux qui ont fait le choix de s'allier à ce qui est désormais la tête de pont électorale de toutes les revendications anti-nationales, de toutes les offensives contre-traditionnelles, de tous les activismes progressistes, mondialistes et immigrationnistes, et de toutes les menaces pour nos libertés, qu'elles soient économiques, éthiques, familiales ou d'expression.
 
Les Verts-rouges-arc-en-ciel ont obtenu un réel succès au premier tour qui peut leur permettre, en plus de concevoir des ambitions présidentielles de rassemblement des gauches, de conquérir entre autres grandes villes Lyon, Bordeaux, Montpellier et Marseille (le vote pour Ravier doit y être massif) sans parler de Grenoble depuis longtemps ravagé par leur folie idéologique ni de Paris qu'ils tiennent depuis longtemps dans l'ombre d'Anne Hidalgo.
 
Dimanche, il ne doit pas y avoir de deuxième vague.
 
Jean-François Touzé
Délégué général du Parti de la France

09:47 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 22 juin 2020

Municipales / Tarascon (13) : Jacques Bombard, maire d'Orange, apporte son soutien à Valérie Laupies

84768336_2279299998837527_1073495619294724096_o.jpg

Après Robert Ménard, maire de Béziers cliquez ici, c'est maintenant Jacques Bombard qui appelle à voter pour Valérie Laupies, notre courageuse et dynamique amie qui est la seule, malgré une pitoyable tentative de divisions menée par le RN (gaullo-mariniste), a pouvoir remettre Tarascon debout.

09:35 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 mai 2020

TARASCON : IRRESPONSABLE, MARINE LE PEN MAINTIENT SA LISTE POUR DIVISER LA DROITE NATIONALE

101038992_2514278108673047_7066318407150338048_o.jpg

Communiqué de Valérie Laupies cliquez ici suite à l'entrevue avec le candidat RN :
 
Ce jeudi 28 mai, M. Remise, tête de liste RN aux élections municipales à Tarascon a enfin, sous la pression de colistiers et d'électeurs, concédé à me rencontrer. Lors de ce rendez-vous que M. Remise a souhaité dans la rue, j'ai pu lui proposer le retrait de sa liste. Nous avons alors tout juste évoqué la fusion de nos listes puisque M. Remise semblait acquiescer ma proposition. Il m'a assuré qu'il me rappellerait le soir même pour me donner confirmation après avoir consulté l'ensemble de ses colistiers.
 
Or, non seulement M. Remise ne m'a pas rappelée mais il a fait un communiqué vidéo sur sa page Facebook et son compte tweeter visant à me faire passer pour la candidate refusant l'union.
 
La vérité est bien différente.
 
Dès le lendemain du 1er tour, j'ai pris les devants auprès des instances locales du RN pour qu'une telle rencontre ait lieu. En vain.
 
Comme avaient été vains mes appels à l'union lancés à l'été 2019 auprès des plus hautes instances du RN et en direction de ses responsables locaux. Fin août 2019 , le responsable départemental du RN, M. Jacobelli, avait promis de me rappeler rapidement. J'attends toujours cet appel. Sa réponse a été le parachutage à Tarascon de M. Remise, Bordelais élu en Aveyron.
 
Sans cette opération de parachutage politicien, Tarascon serait une ville libérée depuis le 15 mars dernier.
 
Avec près de 36% des voix au premier tour, je réalise un score meilleur que celui de toutes les listes soutenues par le RN dans les Bouches du Rhône et ce malgré la présence de la liste parasite de M. Remise. J'ai ainsi prouvé que l'enracinement, une équipe solide et compétente avec un programme étayé, rassemblent plus que toutes les combinaisons de la mauvaise cuisine politicienne.
 
Avec mes amis, nous irons donc au second tour dans le même état d'esprit que celui qui a guidé notre campagne : au service du bon sens et du bien commun.
 
Je suis certaine que les Tarasconnais, notamment abstentionnistes ou égarés dans le vote Remise au premier tour, reconnaîtront que nous sommes la seule chance pour libérer Tarascon.
 
J'ajoute que dans la perspective d'un retrait de la liste du RN, j'ai affirmé à M. Remise que je soutiendrais la liste sénatoriale de ce parti en septembre prochain. A l'instar des autres formations politiques, les instances locales du RN semblent avoir oublié que pour gouverner, il faut prévoir...
 

101411700_242435953706441_1632899342773780480_n.jpg

Dans un souci d'efficacité et de rassemblement, le Parti de la France apporte à nouveau son soutien à Valérie Laupies
 
Le Parti de la France renouvelle son soutien à Valérie Laupies, candidate de la droite nationale à Tarascon (13), pour le second tour des élections municipales qui se déroulera dimanche 28 juin.
 
Sans la candidature-parasite d'un candidat RN, voulue personnellement par Marine Le Pen, Valérie Laupies l'aurait emporté dès le 1er tour. Au lieu de cela, une triangulaire très incertaine se profile au second tour en cas de maintien du candidat du RN.
 
Jean-Marie Le Pen a d'ailleurs solennellement demandé au Rassemblement National de retirer son candidat.
 
Il en va de même pour
Robert Ménard, maire de Béziers :
 

83231503_2266837233417137_5704639252617232384_o.jpg

18:25 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 17 mars 2020

Valérie Laupies privée d’une victoire par le RN : heureuse, Marine ?

valerie-laupies.jpg

Gérard Brazon Riposte laïque cliquez ici

J’enrage ce soir car, Valérie Laupies aurait pu gagner les élections municipales à Tarascon au premier tour. Elle s’est vu barrer la route de la victoire par une liste RN concurrente placée par la volonté de Marine Le Pen dans le jeu politique de la ville.

Qui est Valérie Laupies ? J’ai écrit un article à son sujet où je louais son combat mené durant de nombreuses années. Elle a été militante du FN, conseillère régionale et fervente patriote ! Directrice d’une école, elle connaît les problèmes de l’Éducation nationale ! Mais elle aurait déplu à Marine Le Pen par ses prises de positions qui ne correspondaient pas à la pensée complexe – elle aussi – de madame Le Pen ! Particulièrement sur l’islam qui serait compatible et l’idée qu’il faut faire une différence entre islam et islamisme ! Nous savons que l’islam est un tout, et qu’il ne se divise pas. Si la plupart des musulmans qui vivent en France ignorent tout du Coran et des hadiths, qu’ils pratiquent une religion de traditions familiales, nous savons qu’ils se réislamisent façon Frères musulmans et salafistes à grande vitesse vu le terreau favorable !

Alors, pour Marine Le Pen, il vaut mieux une mairie avec à sa tête un Républicain du LR qu’une patriote ancienne militante du Front National. Il y a des stratégies politiques qui me sortent par les yeux ! Il y a des Tarasconnais patriotes qui ont voté contre leur propre idéal, à savoir, contre une patriote ayant toutes ses chances de gagner la mairie de Tarascon !

Qu’est-ce qui se passe dans la tête des militants patriotes qui obéissent bêtement au lieu de raisonner intelligemment ?

Comment se fait-il que Marine Le Pen cède à des pulsions revanchardes quand l’essentiel est en cause ?

Comment se fait-il que des responsables de la section du RN de Tarascon se soient prêtés à ce jeu de dupes, qui porte en germe le risque de faire perdre une ville à des résistants qui luttent dans le même camp, même si on ne partage pas, au détail près, absolument tout, comme l’Union des patriotes ! Ils ont sorti leurs couteaux pour poignarder des frères et des sœurs de combat patriote.

Hier soir, j’étais choqué par ce que j’appelle une trahison fondamentale, même si en contrepartie, j’ai pu me réjouir de la victoire de David Rachline au 1er tour, celle de Louis Aliot qui a de bonnes chances de gagner au 2e tour si le Coronavirus ne sert pas de prétexte à des magouilles politiciennes !

Mais je reste écœuré par les manipulations, les petites trahisons de la maison de Nanterre, les coups bas contre notre propre camp sous prétexte de règlement de comptes indignes !

Je sais, comme Robert Ménard à Béziers, Jacques Bompard à Orange, que Valérie Laupies pourrait être un bon maire au service de nos idées patriotes et je demande simplement aux électeurs du Rassemblement National de ne pas obéir aveuglement à des ordres qui nuisent à notre combat patriote !

Lire cet article sur Riposte laïque cliquez ici

Si dimanche prochain (NDLR SN : article publié le 15 mars, avant le report) le deuxième tour se déroule normalement, portez vos voix sur une patriote qui peut gagner ! Refusez les diktats et ne faites pas gagner un adversaire comme savent le faire les socialistes honteux, en se bouchant le nez. Ne votez pas contre votre camp patriote en barrant la route à Valérie Laupies ! Elle est des nôtres, ne l’oubliez pas ! Ne laissez pas un adversaire de notre cause gagner par mesquinerie d’en haut, venue de Nanterre !

11:36 Publié dans MUNICIPALES 2020, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 15 mars 2020

Municipales : quelques constats...

election2020bandeau.jpg

Ne nous étendons pas sur les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections municipales. Contentons-nous ce soir de quelques constats. 

Tout d'abord, et c'est une bonne chose, la plupart des maires sortants nationaux et nationalistes sont réélus ou en positions favorables pour l'être. Cela est dû à la conduite rigoureuse de leurs communes et à l'application, dans la mesure du possible, des principes politiques et sociaux qui nous sont chers.

Ce qui est plus décevant en revanche, ce sont les résultats plutôt moyens et parfois décevants obtenus par les autres candidats du RN. Ceux-ci, malgré leurs qualités personnelles, leurs campagnes courageuses et une situation politique plus que favorable, sont presque partout en recul. Ils payent ainsi l'hasardeuse gestion, tant financière que militante, de leur parti qui a perdu, en une décennie, sa crédibilité d'antan.

Mais ces échecs auront peut-être l'avantage de mettre en lumière pour beaucoup la nécessité d'une remise en question du fonctionnement actuel de notre famille politique. L'avenir le dira...

En attendant, réjouissons-nous de voir de nombreux camarades élus dans leurs petites communes sur des listes indépendantes et souvent apolitiques. Rappelons que c'est la stratégie qui avait été encouragée lors de nos journées "Bleu Blanc Rouge" d'octobre dernier. Félicitons parmi eux nos amis Hugues Bouchu, élu dans son village alsacien, Christophe Devillers, dont la liste obtient 36,70% à Ronchamp (70), Alexandre Simonnot ré-élu conseiller municipal à Taverny dans le Val d'Oise et Valérie Laupies pour son bon score (35,77%) à Tarascon.

Synthèse nationale

2020 03 VISUEL SN.jpg

23:30 Publié dans Editoriaux, MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 mars 2020

Stéphane Ravier : l’immigration de peuplement pour assistés sociaux

Discours absolument remarquable de Stéphane Ravier

Ravier-Le Pen.jpg

17:52 Publié dans MUNICIPALES 2020, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Municipales : les 22 listes soutenues par le Parti de la France.

ob_57fc8c_mr4.jpg

Un communiqué du Parti de la France :

Habité d'une volonté d'implantation locale de ses cadres et inscrivant sa démarche au long terme dans une stratégie de rassemblement des droites nationales non reniées, le Parti de la France soutient activement 22 listes pour les scrutins municipaux des 15 et 22 mars.
 
Tarascon ( Bouches-du-Rhône) : Valérie Laupies
Hombourg (Haut Rhin) : Cassandre Fristot
Niort (Deux Sèvres) : Jean-Romée Charbonneau
Villers-Cotterêts (Aisne) : Franck Briffaut
Orange (Vaucluse) : Jacques Bompard
Bollène (Vaucluse) : Marie-Claude Bompard
Mornas (Vaucluse) : Joseph Joly
Guînes (Pas-de-Calais) : Christophe Marécaux
Metz (Moselle) : Françoise Grolet
Nancy (Meurthe et Moselle) : Grégoire Eury
Montpellier (Hérault) : Olaf Rokvam
Angers (Maine-et-Loire) : Olivier Douay
Le Mans (Sarthe) : Louis de Cacquerai- Valménier
Nantes (Loire Atlantique) : Eléonore Revelle.
Rethel (Ardennes) : Hervé Cambraye
Elbeuf (Seine Maritime) : Marie Durand
Le Luc (Var) : Pascal Verelle
Béziers (Hérault) : Robert Ménard
Romchamp (Haute-Saône) : Christophe Devillers
Taverny (Val-d'Oise) : Alexandre Simonnot
Toulon (Var) : Amaury Navarranne
Marseille ( Bouches-du-Rhône) : Stéphane Ravier.
 
Les lignes politiques commencent à bouger. Le temps d'une large recomposition approche. Ces élections municipales n'en constitueront qu'une étape.

10:04 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 janvier 2020

Jacques Bompard, maire d’Orange. « Nous avons donné pour mission principale à la police municipale de veiller à la sécurité des Orangeois et de leurs biens »

bompard-696x258.jpg

Source Breiz-info cliquez ici

Alors que l’insécurité est devenu un problème majeur dans les métropoles bretonnes – en particulier à Nantes – la question de la police municipale s’est imposée dans la campagne électorale pour les prochaines municipales. Sur ce sujet – et sur d’autres – nous avons recueilli l’avis de Jacques Bompard, maire d’Orange.

Depuis 25 ans, Jacques Bompard, fondateur de la Ligue du Sud et ancien du Front national, est réélu à chaque élection maire d’Orange.

Orange, ville du Vaucluse, de 30 000 habitants, devenue un laboratoire, ou plutôt la preuve par l’exemple que lorsqu’un candidat identitaire et patriote s’investit localement en donnant 100 % de sa personne, cela fonctionne, puisqu’il est réélu. Il a même quitté la députation pour s’occuper pleinement de sa commune (impossibilité du cumul des mandats oblige).

Sera-t-il à nouveau réélu en cette année 2020 ? Rien n’est joué. Néanmoins, avec une dette nulle désormais (fait rare pour une ville de cette taille) et une police municipale qui rassure (souvent citée en exemple au-delà d’Orange dans un département pas des plus sécurisés), le maire sortant a de la matière pour défendre son bilan, y compris lorsque son opposition pointe du doigt une démographie en baisse, ou encore une gestion « à la dure » y compris des relations avec l’opposition.

À quelques semaines de l’échéance, nous avons interviewé Jacques Bompard.

 
Breizh-info.com : Vous avez été élu maire d’Orange il y a 25 ans. Et pourtant, vous souhaitez continuer et vous représenter dans vos fonctions. Pour quelles raisons ?

Jacques Bompard : Parce que le travail n’est pas terminé. Parce que je veux préserver ce qui a été fait. Vous connaissez la devise d’Orange : « Je maintiendrai ».

Ces 25 années se sont écoulées très vite parce qu’elles ont été des années actives qui ont permis le redressement de la Ville d’Orange, et la mise en application d’un savoir-faire local qui a su prouver son efficacité. Surtout, malgré les diatribes de la presse nationale et le rouleau compresseur médiatique, les Orangeois ont pu constater très rapidement les mensonges qui étaient colportés sur moi, et s’apercevoir par eux-mêmes de mon combat quotidien pour le bien commun.

J’aime quand les choses avancent vite, mais le temps administratif est un temps long. Il faut souvent un à deux mandats pour voir aboutir des projets d’envergure. Il a fallu 20 ans pour épurer la dette. Il en a fallu autant pour réhabiliter l’Avenue de l’Arc de Triomphe entre les premières études en 1997 et l’inauguration en novembre 2017. Patience et persévérance sont des qualités obligatoires. Il faut avoir l’esprit de suite malgré les inévitables obstacles règlementaires, lesquels ne cessent d’évoluer sous les coups de l’inflation législative : 11 000 lois et 127 000 décrets pèsent sur nos épaules. Sans compter qu’Orange a longtemps dû agir dans l’isolement le plus total, sans subventions d’autres collectivités et sans les arrangements de coteries qui se sont emparées de la République il y a bien longtemps. Nous avons montré notre résilience malgré les coups et les refus pénalisants comme celui des services de l’État à l’encontre de l’ensemble aquatique qui devait remplacer la piscine obsolète de la colline Saint-Eutrope. De nombreuses réalisations sont à venir. Orange rayonne désormais sur tout un territoire.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous votre succès sur ces 25 dernières années ?

Jacques Bompard : Il ne me revient pas de m’autocongratuler, mais il demeure objectif de constater qu’en effet les Orangeois sont plutôt satisfaits du travail accompli. Pour comprendre cela, il y a une méthode imparable : j’ai fait exactement l’inverse de ce que font ou recommandent les partis politiques. J’ai baissé les impôts locaux de 25 %. J’ai résorbé la dette abyssale de la Ville. J’ai pris à bras-le-corps le combat contre l’insécurité. J’ai lancé une grande politique de rachat et de préemption pour lutter contre les marchands de sommeil. J’ai rendu au cœur de ville et aux axes historiques d’Orange, à ses monuments antiques, un lustre qui avait disparu.

J’ai favorisé le stationnement en centre-ville et à son immédiate proximité. J’ai arrêté le clientélisme associatif et les gabegies financières. Enfin, et surtout, j’écoute les Orangeois. Je les croise sur le marché tous les jeudis, ou je les reçois dans mon bureau quand ils le souhaitent. C’est un principe, ma porte leur est toujours ouverte : je suis à leur service. Attention, cela ne veut pas dire que je dis oui à tout. C’est là la pire tentation du pouvoir : s’amuser d’une puissance toute relative pour distribuer des privilèges. Parfois, souvent même, il faut dire non. Non pas contre la personne, ou l’association demanderesse, mais pour le bien commun, et donc les Orangeois. Résoudre un problème ou une difficulté, ce n’est pas satisfaire un besoin immédiat, mais plutôt diagnostiquer la cause avec la personne qui en souffre et trouver les moyens d’agir contre cette cause. C’est sans doute un reste de ma formation médicale.

Breizh-info.com : Vos adversaires politiques vous accusent de coups bas, de violences, mais aussi d’avoir mis en place un « système » très peu démocratique. Que leur répondez-vous ?

Jacques Bompard : Ces reproches sont des billevesées d’une opposition qui fantasme et qui révèle son incapacité crasse à se construire intelligemment. La Ville d’Orange est d’une transparence absolue dans toutes ses démarches : conseils municipaux filmés, libre accès à tous les documents désirés sur internet, rien ne peut nous être reproché sur ce point. Je ne vois pas quel système j’aurais pu mettre en place hors du cadre des règlements et de la loi…

Finalement, le seul système que cette opposition conteste, c’est justement la démocratie qui ne l’a pas choisi elle, mais mon équipe, et ce depuis 25 ans. Je rêverais d’une opposition intelligente, sensée, avec laquelle nous pourrions discuter, frotter nos idées pour la ville.

Ceux avec qui c’était possible ont fini par me rejoindre à l’instar de mon adjointe aux Affaires scolaires, Marcelle Arsac, qui a longtemps été mon opposante socialiste au conseil municipal. Quant aux coups bas, les lettres au préfet, les signalements abusifs à la CRC, les communiqués permanents dans la presse, le harcèlement photographique, j’en passe, sont le fait de l’opposition, non le mien.

Breizh-info.com : Vous expliquez avoir totalement éradiqué la dette de la commune. Quel était son montant il y a 25 ans ? Un maire qui assainit des finances, c’est donc possible ? Quelle est la clé ?

Jacques Bompard : En 1995, la dette d’Orange dépassait les 45 millions d’euros, soit plus de 1 500 euros par habitant. Depuis 2015, nous avons 0 euro de dette. Dans le même temps, nous avons permis aux Orangeois d’économiser 48 millions d’euros, non prélevés grâce aux baisses d’impôts. Cela représente 1 583 euros en moyenne par habitant. Soit quasi la somme due en 1995. Donc, nous avons exactement renversé la situation en bilan positif. La clé ? Comme je vous le disais, nous avons fait exactement l’inverse des autres.

Oui, il est possible d’assainir les finances. Surtout, contrairement aux médisances habituelles, nous n’avons pas arrêté d’investir : Orange a investi 361 millions d’euros ces 25 dernières années. La Ville ne s’est jamais autant transformée que ces deux dernières décennies.

Alors comment est-ce possible ? Nous avons été scrupuleux sur les dépenses et favorisé l’autofinancement. Nous avons centralisé les achats. Nous avons renégocié tous nos contrats et nos délégations de service public. Nous avons rendu obligatoire les appels d’offre et valorisé le moins-disant. Nous n’avons jamais lâché la bride, et toujours veillons sur les comptes de la Ville avec autant d’attention aujourd’hui qu’hier. En 2019, nous avons encore réussi à baisser nos dépenses de fonctionnement entre 5 et 25 % selon les services. Depuis 3 ans, nous appliquons la même rigueur à l’intercommunalité, laquelle est très endettée : nous avons déjà réussi à rembourser 10 millions d’euros de dette.

Cette gestion vertueuse se fait sous l’œil attentif de l’État qui nous a envoyé l’inspection de la Chambre régionale des Comptes par 3 fois en 4 mandats ! Comprenez, une collectivité qui arrive à faire plus tout en se libérant de la dette et en baissant les impôts, c’est très suspect.

Breizh-info.com : Par ailleurs, votre police municipale est souvent citée en exemple. Quelles sont ses prérogatives, ses missions principales, son effectif proportionnellement à votre nombre d’habitant ? Ses rapports avec la police nationale, mais aussi avec la population ?

Jacques Bompard : Sous la mandature socialiste, au bon temps du gauchisme triomphant, la police municipale n’avait pas le droit de s’occuper de sécurité. Cette aberration a été notre première correction.

Nous avons donné pour mission principale à la police municipale de veiller à la sécurité des Orangeois et de leurs biens. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : nous avons une délinquance inférieure de 25 % aux villes de la même strate que la nôtre. Mieux, l’insécurité a baissé de 18 % entre 2018 et 2019 à Orange d’après les relevés de la police nationale. Pour autant, nous savons que c’est un combat permanent, et comme pour les finances, il ne faut pas relâcher la veille. Sans la sécurité, l’exercice des libertés individuelles est impossible.

Nous disposons d’un effectif de 34 fonctionnaires présents sur le terrain, équipés avec tout le matériel nécessaire : Glock 17, taser, caméra-piéton, matraque et 1 flashball dans le véhicule d’intervention. Nous avons une brigade moto et un maître-chien spécialisé dans la détection de poudre, de drogue et de billets. Les équipes sur le terrain sont aidées et renforcées par 4 fonctionnaires du Centre de supervision urbaine qui surveillent 24 heures sur 24 les écrans des 62 caméras de vidéoprotection disposées dans la ville. Pour se donner une bonne idée de l’efficacité et de la coordination entre les équipes en patrouille et les caméras, je vous conseille le reportage « Enquête sous haute tension », tourné à l’été 2018 et régulièrement rediffusé sur C8.

Nos rapports avec la police nationale sont excellents et nous apportons un soin particulier à entretenir un contact régulier et transversal entre toutes les forces de l’ordre présentes sur la commune : la police nationale avec laquelle nous travaillons en permanence, mais aussi l’antenne du GIGN, la brigade d’autoroute de la gendarmerie, la garnison de la gendarmerie mobile et les sapeurs-pompiers.

La sécurité demeure une compétence régalienne, donc à la charge de l’État, mais sur ce dossier comme sur les autres, le désengagement est tel qu’une commune a le devoir d’agir pour préserver le bien commun, c’est-à-dire la paix civile.

Breizh-info.com : En dehors d’Orange, quel regard portez-vous sur la situation politique en France ? Y a-t-il des maires ou des candidats ailleurs avec qui vous aimeriez travailler ou vous travaillez déjà ?

Jacques Bompard : Depuis mon adolescence, je me bats contre la trahison, laquelle caractérise la Vème République depuis son origine. La situation de la France est l’exact reflet des trahisons successives de nos gouvernants qui ont soit vendu le pays, soit abdiqué par lâcheté. Le poids idéologique du prêt-à-penser a accéléré et absout cette trahison à grande échelle. À d’autres époques, beaucoup auraient été pendus pour moins que cela… Et je ne vois pas dans le jeu politique actuel de relève antisystème. Je ne crois pas aux candidats validés par la télévision : s’ils bénéficient de l’appui médiatique, c’est parce qu’ils souscrivent en tous points au prêt-à-penser. Les personnes qui demeurent droites aux principes et à la défense du bien commun ne sont pas réinvitées. Je l’ai vu et vécu lors de mes expériences législatives, particulièrement lors du débat sur le mariage pour tous.

C’est pourquoi je ne vois de salut que dans la prise du pouvoir local, là où l’expérience démocratique est encore possible pour un temps. C’est ce que j’appelle le localisme. Ce n’est pas une doctrine, plutôt une méthode. Il s’agit de reconquérir le pouvoir par la base et une multiplication des implantations locales, loin des intérêts des partis parisiens et au plus proche de la confiance et de la vérification des électeurs. En quelques mots, ce qui se fait à Orange et à Bollène devrait se dupliquer dans toutes les villes de France. L’appareil politique suivrait naturellement avec la conquête des circonscriptions législatives et des départements. Seulement, il n’y a de richesses que d’hommes, et cela demande du travail, de l’ascèse et de la persévérance : des qualités souvent anéanties par le matérialisme, même chez les personnes de bon sens.

Pour répondre à la deuxième partie de la question, outre la Ville de Bollène avec qui nous entretenons de merveilleuses relations puisque mon épouse Marie-Claude Bompard y est maire depuis 12 ans, nous avons toujours eu plaisir à échanger avec Robert Ménard. Nous ne sommes pas toujours d’accord. Nous n’avons pas la même formation politique, mais je pense qu’il est l’un des rares à avoir saisi justement toute l’importance du localisme. Je suis aussi proche de l’association des maires pour le Bien commun fédérée par le maire de La Bussière Éric Viaud. Plus localement, je soutiens la candidature de Valérie Laupies à Tarascon qui fait une très belle campagne malgré le parachutage d’un candidat RN au dernier moment. Le RN fait d’ailleurs la même chose à Orange et à Bollène : meilleure preuve s’il en est de la logique néfaste des partis politiques quels qu’ils soient. C’est pourquoi en conclusion je conseillerai en guise de soutien à Bertand de La Chesnais, candidat à Carpentras, de regagner dès qu’il le pourra son indépendance.

Propos recueillis par YV

09:34 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 janvier 2020

Niort : passant au dessus des divisions parisiennes, dans un souci d'efficacité, le Parti de la France apporte son soutien à la liste nationale conduite par Jean-Romée Charbonneau

870x489_capture_10.jpg

Communiqué de presse du PdF :

Militant national de toujours, portant fièrement le nom qui est le sien, Conseiller régional de Poitou-Charentes, Jean-Romée Charbonneau (NDLR : ci-dessus, à droite) part pour la cinquième fois à la conquête de Niort dans le département des Deux-Sèvres, ville dont il est Conseiller municipal sortant. Cette fois avec de bonnes chances de l'emporter à la tête d'une liste de rassemblement des droites de convictions parrainée par le RN.

Le Parti de la France soutient sans réserve cette candidature.

09:57 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

À PARIS, AU-DELÀ DES PARTIS, UNE LISTE D'UNION DES DROITES CONDUITE PAR SERGE FEDERBUSCH EST EN COURS DE CONSTITUTION

Pour en savoir plus, CLIQUEZ ICI

serge_federbusch_sipa.jpg

08:51 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook