Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 mai 2019

Alain de Benoist : « le monde des vieux partis est en train de disparaître ! »

592bfe96545823139a07ac761c088575.jpg

Propos recueillis par Nicolas Gautier

Pour la première fois depuis longtemps, voire pour la première fois tout court, deux intellectuels, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy, figuraient parmi les têtes de liste aux élections européennes. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Cela n’a apparemment pas porté bonheur aux partis qui s’étaient adressés à eux ! L’un et l’autre se trouvent en effet associés à un échec retentissant. L’essayiste bobo Raphaël Glucksmann, libéral de gauche, avait déjà coulé le Magazine littéraire, il n’obtient que 6,1 % des voix avec sa liste « Envie d’Europe », qui n’a visiblement pas fait envie à grand monde. Alors qu’il voulait « reconstruire la gauche », pieux souhait s’il en est, il s’est retrouvé comme un petit ours polaire sur une banquise en train de fondre, godillant comme il le pouvait entre les écologistes, les insoumis, l’« Europe des gens » de Ian Brossat et la « liste citoyenne » de Benoît Hamon, pour ne rien dire des « animalistes » qui, contrairement à ce que l’on aurait pu croire, ne soutenaient pas la dame Loiseau. La « gauche » se retrouve éclatée comme jamais. C’est pathétique.

Le cas des Républicains est encore pire. François-Xavier Bellamy, jeune philosophe de talent, n’a certes pas démérité, mais les résultats qu’il a obtenus (8,4 % des voix) sont une catastrophe comme on en a rarement vu. La droite bourgeoise, qui aurait pu être sensible à son côté bien élevé, a préféré rallier Macron, au point que le petit prince-philosophe a même été battu dans son fief versaillais. Quant aux classes populaires, qu’il n’avait évidemment rien pour séduire, elles lui ont visiblement préféré un candidat encore plus jeune que lui, Jordan Bardella, qui a grandi dans les cités « difficiles » de Drancy, et non dans les beaux quartiers.

Bruno Retailleau a tenté d’expliquer l’échec en disant que Bellamy avait été une victime collatérale du duel Macron-Le Pen. Après quoi les dirigeants de LR ont répété leurs mantras habituels : on va « convoquer des états-généraux pour refonder la droite », on va « retrouver nos valeurs », on va « rassembler » Nadine Morano et Valérie Pécresse, et autres calembredaines. Bref, on va maintenir l’équivoque et continuer à tourner en rond. Ces gens-là sont incorrigibles : ils n’ont pas compris qu’ils vont connaître le sort du PS parce que le monde des vieux partis est en train de disparaître. Ils n’ont pas compris que, dans le monde actuel, on ne peut atteler au même cheval la droite et le centre, les conservateurs et les libéraux. C’est tout aussi pathétique.

De façon plus générale, est-ce le rôle des intellectuels de chercher à faire une carrière politique ? Vous avez naguère écrit que les intellectuels et les politiques vivaient sur deux planètes différentes, les premiers ayant tendance à complexifier les choses, les seconds à les simplifier pour d’évidentes raisons électorales. Ces deux mondes ne sont pourtant pas totalement étanches…

Il y a une différence bien connue entre l’éthique de conviction et l’éthique de responsabilité. “Cela ne signifie pas”, disait Max Weber, “que l’éthique de conviction est identique à l’absence de responsabilité et l’éthique de la responsabilité à l’absence de conviction”. Il faut au contraire souhaiter que les hommes politiques aient des convictions fortes, et tenir compte aussi de ce qu’il est parfois nécessaire de théoriser la praxis. Mais il reste que la politique est l’art du possible (ou de rendre possible ce qui est nécessaire), tandis que la théorie cherche à dire le vrai sans toujours se soucier des conséquences.

Les intellectuels peuvent parfaitement s’engager en politique, mais s’ils en font une carrière, ils ne pourront plus assumer leur rôle d’intellectuels. Ils devront participer à toutes sortes de magouilles auxquelles ils répugnent (ou devraient répugner). Ils devront s’abstenir d’exprimer trop fortement leurs opinions personnelles, et s’ils n’y consentent pas, on leur fera très vite comprendre, comme cela a été maintes fois le cas, que leur place est ailleurs.

N’oublions pas en outre que nous ne sommes plus à l’époque où les intellectuels jouaient encore le rôle de grandes consciences morales ou de porte-parole des sans-voix. Aujourd’hui, il n’y a plus d’Émile Zola, de Jean-Paul Sartre, de Raymond Aron ni même de Michel Foucault. Il y a une multitude d’auteurs de talent, mais qui n’influencent pas vraiment le cours du temps. La figure de l’intellectuel a largement été détrônée au profit de l’« expert », quand ce n’est pas au profit de l’amuseur public ou de l’imposteur. Il faut donc revenir à l’essentiel. Le rôle d’un théoricien, c’est d’abord de produire une œuvre qui expose sa conception du monde, sa conception de l’homme et de la société. Le rôle d’un intellectuel, c’est d’analyser le monde actuel pour aider à comprendre le moment historique que l’on vit. Cela ne l’empêche évidemment pas de donner un avis ou de signer des pétitions !

J’en conclus, avec un sourire, que vous n’accepteriez pas de figurer sur une liste électorale ?

En effet, et pour au moins trois raisons. La première est que je ne suis pas un homme de puissance, mais un homme de connaissance. La seconde est que je ne suis pas un acteur, mais un observateur de la vie politique. La troisième, pour être franc, est que je trouve la politique au jour le jour extrêmement ennuyeuse et qu’elle ne vient pas, et de loin, au premier rang de mes centres d’intérêt.

Source Boulevard Voltaire cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

09:35 Publié dans Européennes 2019, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Européennes 2019 : bilan et résultats de la Liste de la Reconquête

resultats-liste-de-la-reconquete-vincent-vauclin-dissidence-francaise.png

Communiqué de la Dissidence Française

La campagne des élections européennes s’est achevée hier par la proclamation des résultats de métropole et d’Outre-Mer. Sur 47 344 735 électeurs inscrits, 23 613 483 se sont abstenus (soit 49,88% d’abstention). Pour rappel, les élections européennes se déroulent sur une circonscription nationale unique et au scrutin proportionnel à un tour, le seuil de qualification étant de 5% et celui du remboursement des frais de campagne de 3%.

Moins d’un an après sa transformation en parti politique, la Dissidence Française se lançait pour la première fois dans la bataille électorale en présentant la Liste de la Reconquête. Bilan, analyse et résultats de cette candidature.

  • Les résultats nationaux

La Liste de la Reconquête a recueilli 4 835 voix, soit 0,02% des suffrages exprimés, selon les derniers chiffres du Ministère de l’intérieur (à consulter ici).

La Liste de la Reconquête arrive donc en 28ème position sur 34 listes, devant les listes « Démocratie représentative » (Hadama Traoré), « Une France royale » (Robert de Prévoisin), « Neutre et actif » (Cathy Corbet), « Evolution citoyenne » (Christophe Chalençon), « Ligne claire » (Renaud Camus) et « Révolutionnaire » (Antonio Shanchez).

  • Les résultats en régions

Île-de-France : 932 voix – Hauts-de-France : 472 voix – Normandie : 441 voix – Auvergne Rhône-Alpes : 432 voix – Provence-Alpes-Côte d’Azur : 396 voix – Bretagne : 345 voix – Nouvelle-Aquitaine : 326 voix – Occitanie : 319 voix ; Grand-Est : 319 voix – Pays de la Loire : 298 voix – Centre Val-de-Loire : 211 voix – Bourgogne-Franche-Comté : 180 voix – Français établis hors de France : 45 voix – Martinique : 16 voix – La Réunion : 14 voix – Corse : 6 voix – Guadeloupe : 3 voix – Mayotte : 3 voix – Guyane : 1 voix.

Lire la suite

09:29 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 28 mai 2019

« La vie commence toujours demain... »

jeanne19-Roland-Helie-768x512.jpg

Roland Hélie Directeur de Synthèse nationale

L'Europe a parlé et elle a plutôt bien parlé. Les résultats des élections européennes du 26 mai sont sans équivoque, partout sur notre continent la prise de conscience identitaire pour laquelle nous militons devient une réalité. Sous des formes différentes certes, mais avec un objectif commun, celui de sauver nos nations et notre civilisation, les partis que l’on dit « populistes » font une percée historique. Le combat que nous menons depuis des décennies finit par être entendu tant au niveau national qu’au niveau européen.

Nous l’avons répété à maintes reprises : tant que les peuples européens ne prendront pas conscience au niveau continental des dangers qui menacent leur existence, rien ne sera vraiment possible. Or, ce à quoi on assiste aujourd’hui, c’est justement aux prémices du réveil européen. En 1984, le Front national avait introduit l’immigration incontrôlée dans les débats bruxellois mais il était bien le seul ou presque. Depuis, malgré quelques feux de paille ici ou là, les choses n’avaient pas vraiment changé. Au Parlement européen, les partis nationalistes, parfois pour des raisons historiques ou par crainte (ce qui est un comble) de heurter le « politiquement correct », étaient divisés et leur impact restait donc réduit. Mais cela, espérons-le, c’était avant...

Le cas de la France

Aujourd’hui, dans pratiquement tous les pays membres de l’Union, des forces nouvelles ont émergé et nous ne pouvons que nous en féliciter. Tablons que la raison l’emportera et que celles-ci sauront (dans un esprit de synthèse) travailler ensemble. Contre les diktats politico-économiques de la Finance et face aux flux migratoires, il en va de l’avenir de la civilisation européenne...

Autre constat qu’il faut faire suite à cette élection européenne, ce sont les résultats obtenus par les patriotes en France. Certes, le Rassemblement national arrive en tête mais son score est en deçà des espérances de beaucoup vue la situation dramatique dans laquelle est plongé notre pays. Malgré les difficultés du gouvernement et la crise des Gilets jaunes, ce score est sensiblement le même que celui obtenu par le Front national lors de la précédente consultation de ce type en 2014. Mais, ce qui est intéressant, c’est que celui-ci (tout de même honorable) a été réalisé par un jeune de 23 ans, inconnu jusque là. Marine Le Pen, candidate inamovible depuis son accession à la présidence du FN en 2011, a en effet laissé, par nécessité semble-t-il, la tête de liste à Jordan Bardella et cela, visiblement, n’a pas été un frein pour le Rassemblement national. Bien au contraire, Bardella a égalisé sa présidente et son talent personnel qui est indéniable n’y est certainement pas pour rien. L’émergence de Jordan Bardella donnera-t-elle un élan nouveau au courant national ? L’avenir le dira...

Et le RN n’était pas le seul sur le créneau national et souverainiste. Il y avait bien-sûr l’inévitable Dupont-Aignan qui, en bon gaulliste qu’il prétend être, s’est signalé par une succession de reniements. Il y avait Asselineau et Philippot qui voient en l’Allemagne l’ennemi de toujours et qui s’accrochent désespérément à « la France seule ». Il y avait Renaud Camus qui s’est avéré bien décevant et il y avait aussi, pourquoi pas, une liste royaliste. Mais toutes ces initiatives qui regroupaient des gens certainement sincères n’avaient pas, à proprement parler, de véritables créneaux.

Là où il y a une volonté, il y a un chemin

En revanche, ce qui a retenu notre attention, c’est la présence de la Liste de la Reconquête présentée par La Dissidence française de Vincent Vauclin. Pour être tout a fait honnête, je dois reconnaître mon scepticisme lorsque Vincent, l’hiver dernier, me fit part de son ambition de monter une liste pour que les nationalistes révolutionnaires se fassent entendre lors de cette élection. Présenter une liste, pour une petite organisation comme la sienne, me semblait être un projet bien audacieux. Mais, force est de reconnaître qu’il avait raison puisqu’il a gagné son pari et que, même si son score est modeste (sans bulletin de vote et sans profession de foi, il était difficile qu’il en soit autrement), la DF a réalisé un bon « coup de pub » à moindre frais. Vauclin a aussi prouvé qu’avec une petite structure militante homogène et combative comme la sienne, il est possible de réaliser « l’impossible », ce qui est à son honneur. Comme quoi, là où il y a une volonté, il y a un chemin. Il faudra désormais compter avec lui...

La « macronie » est toujours debout

L’autre leçon que nous retiendrons, c’est que la « macronie » ne s’en tire pas si mal que cela. Et c’est ce qui est le plus inquiétant. Bien-sûr, le pouvoir n’a pas lésiné sur les moyens (et il en a beaucoup) car ce n’était pas gagné d’avance pour lui. Malgré son bilan désastreux, malgré sa soumission aux dogmes mondialistes, malgré la répulsion qu’inspirait sa candidate, la République en marche a réussit à limiter les dégâts. En se positionnant comme la seule alternative au « populisme », LREM a atomisé ses concurrents potentiels et elle a définit le cadre de la prochaine élection présidentielle. Le rêve de Macron étant de se retrouver à nouveau face à... Marine Le Pen qui, consciente des limites de la « victoire » du Rassemblement national, s’est subitement abstenue d’exiger la démission du président de la République. Mais, Macron devrait le savoir, en politique on ne sait jamais de quoi demain sera fait...

Et maintenant ?

Alors maintenant, me direz-vous, en ce qui nous concerne nous autres nationalistes et identitaires, que faut-il faire ? « La vie commence toujours demain » dit souvent avec malice Jean-Marie Le Pen. Nous devons donc continuer et amplifier notre combat afin que ce « demain » soit celui que nous espérons. Nous n’avons plus vraiment le temps de faire les fines bouches. Chaque année, des pans entiers de nos industries sont bradés aux multinationales apatrides. Chaque année, des centaines de milliers de migrants viennent s’agglutiner sur notre continent, victimes qu’ils sont de l’illusion d’un avenir meilleur auquel ils n’accéderont jamais. Ainsi est le monde que veulent nous imposer les mondialistes, qu’ils soient libéraux ou sociaux-démocrates...

Le combat que nous menons est un combat vital pour nos peuples européens. C’est un combat que nous n’avons pas le droit de perdre. Ce n’est certainement pas au moment où l’Europe se montre de plus en plus réceptive à nos idées que nous allons renoncer à nous battre. Voilà pourquoi nous vous fixons à tous rendez-vous le 13 octobre prochain à la treizième journée de Synthèse nationale à Rungis afin de préparer ensemble les nouvelles offensives qui nous mèneront à la victoire finale.    

Editorial du n°51 de Synthèse nationale qui sortira en début de semaine prochaine.    

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

11:58 Publié dans Editoriaux, Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 mai 2019

VOTEZ CONTRE LE CLIMAT : LE TOTALITARISME QUI VIENT

Boulevard_Voltaire_22nov2018.jpg

Franck Buleux Métainfos cliquez ici

Lors de ces élections européennes, il est de notoriété publique que la surprise est venue des voix écologiques. Le total des voix EELV (Europe-Écologie-Les Verts), Génération écologie (GE), le Parti animaliste et Francis Lalanne, proche de l’Alliance indépendante écologique (AEI) s’élève à 18 %.

Bien entendu, les médias et l’Éducation nationale ont beaucoup œuvré à ce résultat, intégrant dans l’esprit des plus jeunes électeurs, l’ennemi principal, c’est-à-dire le climat.

Comme nos ancêtres les Gaulois (réfractaires ?) qui avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête, les néo-électeurs ont peur du climat.

Cette orientation de l’opinion permet de conjurer d’autres phénomènes graves : le phénomène migratoire et les orientations de l’Union européenne. D’ailleurs, on en arrive même à dire que les phénomènes migratoires sont liés au climat, cela pour éviter de limiter les migrations aux guerres (ce qui, de facto, permettrait de rejeter la plupart des migrants), voire même de « surfer » sur cette vague dite populiste en affirmant que la limitation des migrants s’opérera quand le Soleil perdra de son rayonnement… En ce sens, le vote vert est démagogique et d’un populisme exacerbé. Il repose sur un préjugé, celui du réchauffement climatique ou plus exactement, du dérèglement climatique. En effet, si le réchauffement n’est pas avéré, il s’agit probablement de dérèglement. Et si vous n’y croyez pas, les ayatollahs verts vont feront la morale. Le danger c’est le climat vous dis-je, le climat ! Les climato-sceptiques n’ont guère droit à la parole, les médias les traitant même de « révisionnistes », renvoyant le traitement de leurs idées au néant intellectuel. Vous n’avez pas la parole car vous contestez le dérèglement climatique.

Souvenez-vous de la mise à l’écart de l’ancien ministre socialiste de l’Éducation nationale, Claude Allègre, parce qu’il avait osé remettre en cause le dogme, celui du climat déréglé.

Le vote contre le climat représente le choix électoral le plus mondialiste qui soit. Le thème de l’écologie traditionnelle, dite « de droite » est à redécouvrir avec l’expression du localisme. Mais nous en sommes loin et ce n’est pas le propos de ce billet. Aujourd’hui, les défenseurs auto-proclamés de la planète veulent totalement modifier notre système.

Les khmers verts sont près du pouvoir, d’ailleurs ils ont déjà participé au gouvernement de la gauche plurielle de Lionel Jospin, entre 1997 et 2002. En effet, ils n’hésiteront pas à servir de roue de secours de La République en marche (LRM), s’il en était besoin. Comme en Allemagne, ou au choix, ils peuvent soutenir les démocrates-chrétiens d’Angela Merkel comme les sociaux-démocrates.

Le totalitarisme qui vient, ce n’est pas le populisme qui n’a aucune structure idéologique commune si ce n’est la reconstitution des frontières, c’est ce mode de pensée du quotidien, avec des règles alimentaires strictes (les végan), l’énergie du soleil et du vent, la culture sans engrais.

Le modèle écologique est bien plus qu’un mouvement politique, c’est le mouvement qui définira, si l’on n’en prend pas garde, notre quotidien.

Nous nous émouvons, parfois et à juste titre, de modes de vie différents de notre culture européenne mais ces modes de vie ne concernent que des minorités. Ici, le danger ne vient pas de l’étranger mais d’une mouvance occidentale qui n’a qu’un seul but : transformer le quotidien de tous et de chacun.

Bien sûr, cette poussée n’est pas nouvelle, les mouvements écologiques avaient déjà fait l’objet de poussées électorales. En France, la « poussée verte » a fait tomber de nombreuses mairies de droite en 1977. Depuis 1977, les élections européennes ont vu les mouvements verts avec des scores à deux chiffres, d’Antoine Waechter avec 12 % en 1989 jusqu’à Daniel Cohn-Bendit avec 16 % il y a dix ans, mais ce qui est interpelant aujourd’hui, c’est la conjonction entre des institutions, une certaine jeunesse déconnectée des problèmes culturels et sociaux et les urnes.

Ces mouvements n’ont rien de scientifique, ils sont la réponse de l’irrationnel. Ils ne voient pas, ils estiment. Le climat a été remplacé, selon eux. Ils sont les chantres d’un certain remplacement.

Le clivage de demain s’inscrit dans les élections d’hier. Les Gilets jaunes sont loin, j’entends déjà parler d’espérance verte. Une couleur dont il faut se méfier.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

23:38 Publié dans Européennes 2019, Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Vlaams Belang fait une percée historique en Flandre

1196871310.25.jpg

Ce soir, Filip Dewinter et nos amis

flamands sont heureux... Nous aussi.

Source Europe 1 cliquez là

Outre leur quota d'eurodéputés, les Belges votaient dimanche pour élire leurs députés régionaux et nationaux. Les derniers bureaux ont fermé vers 16 heures (14 heures GMT).

Le Vlaams Belang, parti rival des nationalistes flamands de la N-VA et allié du Rassemblement national (extrême droite française) au Parlement européen, dépassait les 18% en Flandre, selon des résultats portant sur environ 15% des bureaux de cette région. C'est nettement plus que les 5,9% enregistrés en mai 2014, et au-delà aussi des 14,8% que promettait le dernier grand sondage d'avant-scrutin à la mi-mai. Cette performance devrait peser sur le résultat des nationalistes flamands de la N-VA, première force politique de Flandre, qui a exercé le pouvoir en coalition au niveau national de 2014 à 2018.

La N-VA s'affichait à 27,2%, en recul de cinq points par rapport au vote de mai 2014, selon ces résultats partiels diffusés notamment par la chaîne publique VRT.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

00:10 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 26 mai 2019

Elections européennes : l'analyse du Parti de la France

ob_daa8d1_elections-euro.jpg

Jean-François Touzé

Délégué national du Parti de la France, en charge des études et de l'argumentaire

Au terme d'une campagne atone, terne, et aux enjeux détournés tant il est vrai que, par un accord tacite entre les deux principaux protagonistes, parrains des listes que les sondages donnaient gagnantes, ce n'est pas d'Europe que l'on a parlé mais de stratégies nationales en vue de 2022.

Les électeurs se sont exprimés. Comme ce fut le cas lors des précédentes Européennes, ils l'ont fait sans grand enthousiasme, malgré une participation en très forte hausse (52% de votants) par rapport à 2014, 2009 et 2004 (en moyenne 40%), hausse sans doute induite par le retour à un scrutin national dans une circonscription unique. Les abstentionnistes, pour autant, constituent toujours le premier parti de France, plus par dégoût, rejet et mépris de la classe politicienne et du Système, que par désintéressement de la chose publique.

En obtenant moins de 24% des suffrages et en finissant la course en tête comme ce fut déjà le cas en 2014 avec 24,86% (aucune progression donc), la liste du Rassemblement national, favorisée pourtant par le vote utile anti Macron et servie par l’idée que quelque chose pourrait peut être changer dans les rapports de force au sein du Parlement européen, confirme sans plus son audience, d'autant que celle-ci demeure de circonstance et correspond essentiellement à un vote par défaut. On notera à cet égard que, compte tenu du taux d’abstention, le score réel de la liste conduite par Jordan Bardella ne représente qu'un peu plus de 10% des inscrits ce qui, dans un contexte de rejet du gouvernement et d’accélération des menaces migratoires, économiques, sociales et sécuritaires, ne saurait être considéré comme un succès.

Avec plus de 22,5% la liste de la République en marche, malgré l’hystérie de la propagande européiste de ces derniers jours, se situe très nettement en deçà du résultat obtenu par Emmanuel Macron lors du premier tour de la Présidentielle de 2017 (24,1%). Il s'agit donc clairement d'un revers pour le parti présidentiel qui réussit néanmoins à maintenir l'essentiel de son électorat et conserve donc un socle fort pour les prochaines échéances. Là encore, le vote utile de la droite molle et de la gauche bobo contre le totem brandi du « risque d’extrême droite » a joué en faveur de la liste gouvernementale et a permis de limiter les dégâts. Macron conforte ainsi sa stratégie confiscatoire du choix des électeurs en imposant l'idée du seul duel possible à la future Présidentielle entre Marine le Pen et lui.

Les Républicains, quant à eux, malgré la nouveauté talentueuse et l’image « droitière » de leur tête de liste François-Xavier Bellamy essuie, en n’arrivant, avec moins de 9% qu'en quatrième position derrière les Verts, un échec cuisant qui ne sera pas sans conséquences et sont loin, très loin, de retrouver leurs électeurs perdus après le naufrage Fillon. Le « centre droit républicain » paye ainsi des décennies de mensonges, d’ambiguïté, de laxisme, de faux semblants, de renoncements, d’aveuglement et d'erreurs tactiques. Ce n'est que justice.

La gauche, toute tendance confondue, Verts mis a part qui bénéficiaient de la mobilisation bobo sur le climat, est en pleine déroute et aujourd’hui en pleine atomisation. La France insoumise est au point mort, le PS sombre même si il sauve les meubles en dépassant la barre des 5%, et Hamon disparait corps et bien… Mais attention ! Que personne ne se réjouisse pour autant. Un jour où l’autre et peut être plus tôt qu'on ne le croit, la gauche saura se retrouver au-delà de ses différences et redevenir une force d'autant plus redoutable quelle n'aura rien appris de ses échecs, quelle saura s’appuyer sur les mouvements sociaux et que son regroupement se fera nécessairement autour de la radicalité.

Les souverainistes... Nicolas Dupont Aignan n’enverra aucun député à Strasbourg et perd, à l'issue d'une campagne brouillonne, son pari, à vrai dire bien hasardeux, d'incarner une union des droites dont, à aucun moment, il ne s'est donné les moyens de la réaliser, multipliant les erreurs, les signes de faiblesse à l’égard du Système et faisant parfois preuve d'égotisme et de déloyauté à l’égard de ceux qui l'avaient soutenu. En politique, on est jamais mort. Mais il arrive que l'on soit très durablement blessé.

Florian Philippot, quant à lui tout comme son concurrent en frexit, François Asselineau conserveront sans doute, malgré leurs résultats dérisoires, l'espoir d'entretenir le dernier pré carré de leurs amis et l’illusion d'une gauche chevènementiste sans avenir, sans base militante ni réalité politique. Nous sommes là, il est vrai, dans l'infinitésimal…

Jean Christophe Lagarde et l'UDI, enfin, se ridiculisent.

Les listes virtuelles obtiennent pour ce qui les concerne - et très naturellement - les résultats qui leur étaient promis.

Au lendemain de ces élections, rien, absolument rien ne changera ni d'un point de vue national où les vrais combats politiques sont à venir, ni de celui de l'Europe ou, quels que soient les rapports de force nouvellement créés au sein des futurs groupes parlementaires, la Commission et le Conseil continueront de régner en maîtres au nom de l'immigrationnisme, du mondialisme et de la financiarisation de la planète.

Le Parti de la France, pour des raisons financières aisément compréhensibles, n'avait pas souhaité concourir. Il n'en ira pas de même lors des prochaines consultations électorales de ces trois prochaines années.

Plus que jamais notre pays a besoin d'un parti de convictions, national et identitaire, patriote et européen, structuré, inscrivant son action dans la durée avec le recul que donnent expérience et maturation, mais habité de l’ambition de parvenir aux responsabilités.

Les mois qui viennent seront ceux de l’organisation du Parti et de l’affirmation de ce que nous sommes avec la tenue d'un Congrès décisif à la fin de l'automne.

Dans une semaine, personne ne parlera plus de ces élections européennes, sinon pour s’intéresser à la constitution des groupes parlementaires, à l’élection du Président du Parlement, celui surtout de la Commission et au choix du directeur de la Banque centrale européenne.

Le combat politique, lui, continue. Le Parti de la France doit devenir le pôle de rassemblement de la vraie droite nationale.

Alors, forçons le pas sur notre pente de Sisyphe et poussons encore et encore notre rocher : c'est le bon.

Les résultats détaillés cliquez ici

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

23:56 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Glucksmann, l'idiot utile de l'islam...

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

08:49 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 24 mai 2019

Un entretien avec Vincent Vauclin (liste Reconquête - Dissidence française) sur Paris-Vox

60858500-461508211287653-8089943477544026112-n-950x400.png

Propos recueillis par Etienne Lafage

Paris Vox cliquez ici

Paris Vox – Qu’est-ce qui pousse une liste patriote radicale à se présenter aux élections européennes ? Avec des faibles moyens financiers, sans temps de parole dans les débats télévisés, à peine de quoi livrer des bulletins de vote et des affiches dans chaque bureau, Vincent Vauclin parvient tout de même à exister parmi les 33 autres candidats du scrutin. À quelques jours des élections européennes, le président de la Dissidence Française, à la tête de la Liste de la Reconquête, répond aux questions de Paris Vox.

QUEL EST LE BUT DE PRÉSENTER UNE LISTE DE LA DISSIDENCE FRANÇAISE ?

La Liste de la Reconquête présentée par la Dissidence Française est une réponse à la crise de représentation politique qui traverse notre pays. L’aseptisation du débat public par le politiquement correct tue la pensée critique et appauvrit considérablement l’offre idéologique de la plupart partis politiques entre lesquels les différences ne sont plus que de degrés, et non de nature. Or, face à la menace que le Grand Remplacement et l’islamisation font peser sur la civilisation européenne, face à la lobbycratie de Bruxelles qui oeuvre méthodiquement au démantèlement de toutes nos souverainetés, nous avons considéré qu’il était temps de brusquer le conformisme ambiant pour proposer une offre politique radicalement nouvelle.

QUEL MESSAGE VOULEZ-VOUS PORTER AUPRÈS DES ÉLECTEURS ?

Ouvrez les yeux avant qu’il ne soit trop tard. Le nombre de mosquées a été multiplié par seize en quarante ans. L’islam est devenu la première des religions pratiquées en Seine-Saint-Denis. La France compte plus de 750 Zones Urbaines Sensibles (ZUS) abritant 5 millions de musulmans, et où ce sont les prêcheurs islamistes et les dealers qui font la loi. Ces quelques chiffres proviennent directement du Ministère de l’Intérieur et ne souffrent d’aucune équivoque. Ils témoignent d’un bouleversement identitaire considérable dont il est temps de prendre la mesure et de saisir les implications. Car compte-tenu des vagues de naturalisations massives opérées par tous les gouvernements depuis 30 ans, de la dynamique démographique des populations immigrées, et des flux migratoires intarissables qui drainent chaque année près de 400 000 immigrés supplémentaires dans notre pays, nous serons bientôt minoritaires sur notre propre sol. La délinquance, le chômage et le terrorisme ne sont que des symptômes d’un phénomène bien plus diffus et inquiétant, et face auquel les imposteurs de la fausse droite sont tétanisés. Jamais les Français n’ont été consultés par référendum sur l’immigration massive. Jamais on ne leur a demandé s’ils voulaient vivre dans une société multiculturelle. En votant pour la Liste de la Reconquête le 26 mai prochain, ils pourront envoyer un signal très clair qui contribuera à faire bouger les lignes à droite.

IL N’Y AVAIT, POUR VOUS, AUCUNE LISTE PATRIOTE QUI MÉRITAIT VOTRE VOIX ?

Que ce soit le RN de Marine Le Pen, DLF de Dupont-Aignan, ou LP de Philippot, leur patriotisme s’arrête aux bornes du politiquement correct. Ils sont certes les premiers à montrer les dents contre le port du voile à l’école ou les repas halal dans les cantines, mais il ne s’agit en réalité que de postures et de démagogie sur des thématiques secondaires. Car dès lors qu’il s’agit d’aller au bout du raisonnement, c’est-à-dire de constater la réalité du Grand Remplacement, et de considérer que seule l’inversion des flux migratoires (la remigration) permettra de préserver notre pays du spectre de la sédition communautarisme, il n’y a plus personne. Il suffit de regarder leurs programmes : ils se contentent tous de quelques incantations contre l’immigration clandestine et pensent encore pouvoir relancer le processus d’assimilation des étrangers quand tout démontre le contraire. En résumé, ils ont 30 ans de retard, ils n’ont pas pris la mesure des enjeux et préfèrent se coucher devant la gauche – et devant les médias – plutôt que de prendre le risque d’assumer un discours de vérité sur ce qui est en train de se jouer dans notre pays : un génocide par substitution.

QUE RÉPONDEZ VOUS À CEUX QUI APPELLENT À VOTER RN, EN TANT QUE « VOTE UTILE » ?

Le vote véritablement utile, c’est celui des convictions. On vote pour un projet, pour une vision du monde, et pour faire entendre sa voix dans le débat public. Se contenter de « voter contre », c’est s’assurer d’être l’instrument de démagogues et de carriéristes qui n’ont plus aucune garantie à vous donner sur le fond, puisqu’ils sont assurés que quoi qu’ils fassent et quoi qu’ils disent, ils pourront toujours compter sur le « vote utile » pour sauver leur place. Or c’est précisément pour cette raison que la politique se résume aujourd’hui à des querelles de boutiquiers, et que le débat public s’appauvrit en faisant l’impasse sur les grands enjeux de notre temps.

À QUELQUES JOURS DES ÉLECTIONS, QUEL BILAN TIREZ-VOUS DE CETTE CAMPAGNE ÉLECTORALE ?

C’est une première pour nous : la Dissidence Française a opéré sa transformation en parti politique il y a moins d’un an, en octobre 2018. En quelques semaines, nous avons réussi à bâtir une liste d’union des nationalistes pour les européennes, à mobiliser tous les courants de notre famille politique pour lancer cette campagne, et à médiatiser largement nos idées. En cela, c’est déjà une grande victoire. Quel que soit le score que nous ferons, nous pouvons être fiers du travail que nous avons accompli en un temps record et avec des moyens très faibles si on les compare à ceux des partis du Système. Sans subventions publiques ni ressources occultes, nous avons fait imprimer et expédier des milliers d’affiches, des dizaines de milliers de tracts et de bulletins de vote, tout cela grâce à la mobilisation remarquable de mes colistiers et des militants de la Dissidence Française. Mais cette campagne nous laisse également un goût amer, car elle n’est qu’un simulacre de démocratie, tant par la partialité arrogante des médias que par son caractère censitaire : beaucoup d’électeurs l’ignorent, mais l’impression et la distribution des bulletins de vote est à la charge des listes qui se présentent. Contrairement à la plupart des pays européens, ce n’est pas l’Etat qui finance directement l’impression des bulletins de vote pour les mettre à disposition des électeurs, mais bien les listes et les candidats. Et à moins de disposer d’un budget de plusieurs centaines de milliers d’euros, il est tout simplement impossible d’approvisionner tous les bureaux de vote en bulletins de vote. Ainsi, la Liste de la Reconquête – comme une quinzaine d’autres « petites listes » – a dû se résoudre à appeler ses électeurs à imprimer eux-même leur bulletin pour voter, ce qui est tout simplement un scandale dans un pays prétendument démocratique.

CETTE CAMPAGNE MARQUE UNE NOUVELLE ÉTAPE POUR VOTRE MOUVEMENT, DU CHANGEMENT EST À PRÉVOIR À LA DISSIDENCE FRANÇAISE ?

Je vous rassure, pas sur le fond. Nous ne naviguons pas à vue au gré des sondages, ni au gré des succès ou des échecs électoraux. Ce qui fait l’ADN de notre organisation, c’est une volonté affirmée de renverser la table, de bousculer le politiquement correct et de clore définitivement la parenthèse soixante-huitarde. Et si les grandes lignes de notre programme ne varieront pas, nous les préciserons et les développerons encore davantage pour les rendre plus audibles. Sur la forme par contre, nous sommes très flexibles et capables de nous adapter aux circonstances comme nous l’avons démontré lors de cette campagne. Ainsi, je pense que la Dissidence Française a vocation à se développer, à élargir son audience et multiplier les initiatives militantes et électorales pour démasquer les imposteurs de la fausse droite et faire émerger un véritable pôle de droite alternative.

QUEL VISION DE L’EUROPE DOIT PORTER LE CAMP NATIONAL ?

Contre la lobbycratie de Bruxelles, qui organise l’invasion migratoire du continent européen et sa mise sous tutelle par la finance et les grandes multinationales, nous voulons l’Europe des identités, des souverainetés et des subsidiarités. L’Europe que nous voulons n’oppose pas la région à la nation, ni la nation au continent, elle célèbre ses racines et exalte sa volonté de puissance pour reconquérir sa place dans l’espace et dans le temps. Face aux défis posés par la mondialisation économique et la crise écologique, par la pression démographique de l’Afrique et l’avènement d’un monde multipolaire, par les mutations technologiques et le poids croissant des firmes transnationales, les peuples européens ont une responsabilité historique : celle d’être à la hauteur de leurs aïeux en oeuvrant à l’édification d’une Confédération de nations libres dans une Europe indépendante, délivrée des tutelles et des carcans qui aujourd’hui l’enserrent.

QUE PROPOSER FACE À UN SYSTÈME QUI NE CONVIENT À PLUS PERSONNE ?

Les utopies soixante-huitardes ont failli et les mirages du « progrès » se dissipent. Dopée à la surconsommation et à l’individualisme pendant des décennies, la société moderne s’est érigée contre tout ce qui subsistait de normes naturelles, de traditions et d’usages populaires pour y substituer des formes standardisées de socialité. L’avènement du libéralisme-libertaire fut celui de la réification de l’ensemble des rapports sociaux. Le multiculturalisme a fait le lit d’une sédition communautariste qui met en péril l’unité nationale et la paix civile. En résumé, nous vivons une crise profonde de civilisation qui ne trouvera pas de réponse dans les incantations électorales des partis du Système, lesquels se contentent de répéter les mêmes slogans stéréotypés, et se gardent bien d’évoquer les vrais enjeux. Ce que nous proposons ? Une véritable révolution conservatrice, identitaire, sociale et culturelle, destinée à porter un coup d’arrêt définitif à la subversion libérale et mondialiste, et à remettre la France sur les rails de sa destinée. On ne fera pas l’économie d’une rupture nette avec les idéaux mortifères du « progrès » – du libéralisme au féminisme, en passant par l’antiracisme et le laxisme généralisé – si l’on veut véritablement tourner oeuvrer au redressement national.

QUELLES LEÇONS TIREZ-VOUS DES GILETS JAUNES ?

Cette mobilisation fut un moment historique, auquel nous avons bien évidemment participé dès ses débuts. C’était l’affrontement du pays réel contre le pays légal, de la France périphérique contre la lobbycratie hydroponique. Mais la répression policière, sa récupération par l’extrême-gauche et le glissement sociologique de la contestation (déplacement des ronds-points vers les grandes villes) ont eu raison de cette éruption révolutionnaire. Il n’en demeure pas moins que le régime a tremblé, et que les causes latentes de cet épisode sont toujours là : crise de représentation politique, précarité généralisée, sentiment d’effacement et de déclassement, préférence étrangère, matraquage fiscal etc… En tant qu’avant-garde, les nationalistes ont donc désormais la responsabilité de proposer une issue politique à cette colère, et c’est ce à quoi nous nous sommes employés en présentant la candidature de la Liste de la Reconquête pour les élections européennes. Notre message aux Gilets Jaunes de la première heure est très clair : le 26 mai, votez pour flanquer une bonne droite au Système !

IL EST VENU LE TEMPS DE LA RECONQUÊTE ?

Les lignes bougent partout en Europe, ce qui était impensable hier devient possible aujourd’hui. Alors que s’ouvre une séquence de recomposition politique majeure, nous avons la possibilité d’apporter une réponse à la déréliction de la droite et de faire entendre une voix radicalement différente. Ce mouvement de reconquête que nous sommes en train d’amorcer pourrait bien changer la donne, si les électeurs se mobilisent pour donner du poids à notre candidature et une légitimité à notre démarche. Aidez-nous à relever le défi !

Pour voter pour la Liste de la Reconquête, téléchargez le bulletin de vote en cliquant ici.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

11:44 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retrait de Renaud Camus : la réaction de Pierre Cassen

sans_titre_1_43-4251281.jpg

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:52 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 mai 2019

Le Vlaams Belang et la nouvelle génération font trembler l'establishment politique

IMAGE 2019-05-22 17:26:25.jpg(Pour un environnement politique plus propre: aidez-nous au grand nettoyage) sous le balai vous voyez: gaspillage, hystérie climatique...

La campagne électorale bat son plein en Flandre. Ce qui inquiète la classe politique est cette nouvelle génération d'électeurs et candidats sur les listes de Vlaams Belang. Les sondages chez les jeunes nous montrent qu'un grand pourcentage d'entre eux rejette une certaine mentalité politico-affairiste qui comme en France ne voit que les intérêts des lobbys, des grands groupes financiers et du grand capital.

Notre vieux camarade dessinateur KORBO soutient d'ailleurs cette jeunesse prometteuse qui a l'ambition et la volonté de mettre un terme à cette mise en faillite de notre civilisation. Malheureusement, la réalité dépasse souvent ses caricatures.

Dries&Laurent.jpg

L'homme qui fait peur à cette maffia politique est Dries Van Langenhove. (costume bleu) Il est le fondateur d'un mouvement de jeunes "Schild & Vrienden" (Bouclier & Amis) qui regroupe surtout des étudiants et intellectuels qui seront demain les cadres d'une nouvelle représentation politique en Flandre.  Il s'est fait remarqué récemment en organisant à Bruxelles, avec succès, la manifestation contre le traité de Marrakech.

Houllez.jpgEn Belgique les électeurs devront s'exprimer comme partout en Europe pour élire des nouveaux représentants au parlement européen mais également les députés du parlement belge et les représentants régionaux

Dries Van Langenhove est tête de liste à la Chambre de représentants de Belgique dans le Brabant flamant et notre ami Laurent Houllez, (parfaitement bilingue) qui est sur la même ligne de pensée est candidat au parlement flamand dans cette même et belle région non loin de Bruxelles.

Filip Dewinter en campagne :

Quant à notre ami Filip Dewinter, député d'Anvers, il prend aussi une part active dans la campagne. Il était la semaine dernière en Espagne pour convaincre les nombreux Flamands installés dans ce pays de voter pour le Vlaams belang.

1196871310.22.jpg

 
2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

Renaud Camus se retire de la compétition...

60497409_629352284198838_5559080611932536832_o.jpg

L'annonce de Renaud Camus :

"Parce qu’une personne haut placée dans notre liste a été photographiée traçant une croix gammée dans le sable, sur une plage, puis s’agenouillant devant elle en prière. C’est exactement le contraire de tout ce que nous sommes et de tout ce que nous voulons. Je ne pouvais pas demander aux électeurs d’envoyer à Strasbourg une personne qui s’amuse à de tels jeux, même si, comme elle le dit, il ne s’agissait que d’un jeu idiot pour adolescents attardés."

La réaction de Karim Ouchickh :

"Je n’ai pas de commentaire particulier à apporter à l’annonce par Renaud Camus du retrait de la LigneClaire de la compétition électorale du 26Mai, une décision justifiée sur le fond quoique discutable sur la forme.

Le SIEL reprend son entière liberté pour agir demain de plus fort pour la grandeur de la France, la défense de la civilisation européenne et la prospérité de notre peuple".

NDLR SN : Passons à autre chose...

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

16:25 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 21 mai 2019

Jordan Bardella en tête des sondages

60560489_10157235999069731_3986200336153968640_n.jpg

En ce qui concerne la campagne et les propositions de Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national qui ne manque d'ailleurs pas de talent, nous pensons que les lecteurs de Synthèse nationale ont suffisamment d'informations grâce aux moyens officiels, ce qui n'est pas le cas des autres listes patriotiques. 

Cependant, dans un souci d'équité, nous reprenons ici l'appel lancé sur les réseaux sociaux par Véronique Péan, la dynamique responsable du RN en Touraine :

"Un seul tour le dimanche 26. Proportionnelle intégrale plus nous aurons de voix plus nous aurons de députés. Notre ennemi, c’est l’abstention. Contacter les membres de votre famille, vos amis, vos relations professionnelles… Consacrez les jours qui viennent à convaincre vos proches d’aller voter pour la liste de Jordan Bardella. Un impératif : arriver en tête le dimanche 26 mai. Il faut gagner, pour l'Europe, pour la France !"

Chacun fera donc en son âme et conscience...
 
Site de Jordan Bardella cliquez là
 
L'appel de Jean-Marie Le Pen cliquez ici
 
2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

11:24 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vincent Vauclin : « La préservation de l’identité française n’est pas négociable »

60862555_2295641934088571_8619984412290842624_o.jpg

Source cliquez ici

Doit-on aller vers une politique culturelle Européenne commune ? Quelle doit être l’action de l’UE pour favoriser la création culturelle européenne, sa diffusion, et l’accès à la culture des citoyens européens ?

Les Européens n’ont pas attendu la Commission Européenne pour bâtir, strates après strates, siècles après siècles, une civilisation culturelle parmi les plus rayonnantes du monde. C’est dans le prolongement de cet héritage qu’il convient d’orienter les politiques publiques, au niveau régional, national et européen. À cet égard, le rôle des institutions européennes devrait être d’abord de sanctuariser la richesse de notre culture commune et de protéger sa diversité à la fois des velléités de standardisation du monde marchand et de l’américanisation, mais aussi des négateurs de notre héritage qui entendent escamoter ses particularismes au nom d’une intégration culturelle qui n’est que le faux-nez de l’uniformisation et du nivellement.

Doit-on parler d’exception culturelle française au sein de l’Europe ?

Bien sur, la préservation de l’identité culturelle française n’est pas négociable et doit primer sur toute autre considération. Je pense d’ailleurs que le principe d’exception culturelle devrait faire l’objet d’une sanctuarisation constitutionnelle (actuellement, il n’existe aucune mention des notions de « culture » ou « d’identité » dans la Constitution, ni même dans son préambule).

Quel regard avez-vous sur l’action du parlement européen sortant dans le domaine culturel ?

La majorité sortante n’a fait qu’accompagner le lent processus d’érosion de la culture européenne. Par exemple, en subventionnant l’art « contemporain » plutôt que la restauration de notre patrimoine historique ou l’exaltation de nos racines pluri-millénaires. Dans les faits, on constate qu’une empreinte idéologique post-soixante-huitarde mine la politique culturelle européenne, et ambitionne de faire table-rase de notre héritage pour y substituer une néo-culture aseptisée, « inclusive » et « progressiste ». En somme, il s’agit d’effacer la mémoire des européens pour mieux les remplacer.

Comment associer politique économique et politique culturelle de l’UE ?

Je pense qu’il faut encourager le mécénat, en le conditionnant aux impératifs de préservation du patrimoine historique et d’affirmation de notre héritage culturel sous toutes ses formes. C’est ainsi que l’on pourra également encourager la transmission et les vocations propres à l’art et à l’artisanat traditionnel européen, d’une richesse inestimable, et dont les pratiques et le savoir-faire relèvent d’un patrimoine immatériel aujourd’hui menacé de disparition.

Est-ce que l’action culturelle de l’UE est assez visible par les citoyens européens ?

D’une manière générale, l’ensemble des politiques européennes apparaissent confuses et peu lisibles aux yeux des européens, et je pense que c’est délibéré : cette opacité est constitutive d’une construction européenne qui s’est faite dans le dos des peuples et souvent contre leur volonté.

NDLR SN : comment faire pour voter pour la liste de La Reconquête (Vincent Vauclin, La Dissidence française).

Pour imprimer le bulletin de vote cliquez ici

Site de la Dissidence française cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

11:03 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Renaud Camus et Karim Ouchikh présentent une liste aux élections européennes

3d4417dea4b5985d283b0a7dfa9861de_XL.jpg

Source cliquez ici

L’écrivain et président du parti de l’In-nocence et le président du SIEL (Souveraineté, Identités Et Libertés) affirment être les seuls à avoir “une ligne claire”. Avec ce constat : “le Grand Remplacement est le seul problème sérieux”. Et une seule solution : “la remigration, la décolonisation, la libération du territoire”.


La seule frontière qui compte aujourd’hui, c’est celle qui sépare les remplacistes des antiremplacistes, ou réfractaires, ou résistants, ou dissidents (du remplacisme).

D’un côté de cette frontière, il y tous ceux qui consentent au Grand Remplacement, peu ou prou, ou qui le promeuvent, ou qui l’incarnent, ou qui le nient ; de l’autre il y a ceux qui le refusent de tout leur être, de toute leur chair, de toute leur âme.

D’un côté, il y a ceux qui acceptent le changement de peuple et de civilisation, soit parce qu’ils en nient l’existence, soit parce qu’ils n’en sont pas dérangés, soit parce qu’il sert leurs intérêts ; de l’autre il y ceux qui aimeraient mieux mourir que de s’y résigner.

D’un côté, il y a ceux pour qui l’occupation étrangère de notre pays n’est pas un problème, soit parce qu’ils ne la voient pas, soit parce qu’ils la jugent normale, inévitable, bien dans l’ordre des choses ; et de l’autre il y a ceux qui ne l’accepteront jamais.

Il y a ceux que la colonisation de la France et de l’Europe laisse de marbre, ceux qui s’en réjouissent, ceux qui ne s’en avisent pas, ou qui ne songent pas à la nommer de la sorte ; et il y a ceux qu’elle obsède comme un horrible cauchemar et qui n’ont qu’une hâte, s’en réveiller.

On le voit, cette frontière n’est pas seulement politique, mais historique, et même ontologique. C’est-à-dire qu’elle concerne l’être, l’être même de notre patrie et de notre civilisation, et celui de chacun d’entre nous : leur existence, leur survie, leur persévérance dans l’être ou leur dissolution dans l’autre, dans le remplacement, dans le néant, l’ethnocide, le génocide par substitution, tels que les annoncent l’immigration de masse et l’islamisation méthodique de notre continent.

La frontière n’est pas politique, ou pas seulement, et pourtant tous les partis politiques sont du même côté d’elle, celui du remplacisme, des remplacistes et du Grand Remplacement : soit qu’ils s’en félicitent, comme les plus extrémistes d’entre eux, par antiracisme absolu ou par servilité impatient aux intérêts de l’hyper-classe ; soit qu’il le nient, comme les plus bêtes ou les plus fourbes ; soit qu’ils l’organisent, comme les plus collaborateurs et compromis ; soient enfin qu’ils s’en accommodent sans le dire, ou en le disant certains jours et en le niant le lendemain — un pas en avant, deux pas en arrière — comme les plus lâches, les plus opportunistes et les plus flous.

Ceux-là ne peuvent pas rompre tout à fait avec le remplacisme, même s’ils le critiquent, parce que le remplacisme c’est le système, c’est le pouvoir, ce sont les places, c’est l’argent, c’est l’accès aux médias, ce sont les médias eux-mêmes, dont il importe peu de connaître l’opinion politique mais beaucoup de savoir à qui ils appartiennent et d’où vient leur financement ; car leur véritable opinion c’est celle-ci : le remplacisme global, l’immigration de masse, l’accroissement des besoins par la croissance démographique, les usines de fabrication de la MHI, la Matière Humaine Indifférenciée.

Nous sommes seuls de l’autre côté de la barrière, seuls à avoir une ligne claire. Nous pourrions même en faire notre nom : la Ligne Claire, au moins à titre provisoire, à l’occasion d’une descente dans l’arène, hors partis, contre partis, le temps des élections européennes. La ligne claire implique un constat : le Grand Remplacement est le seul problème sérieux, qui rend secondaires tous les autres, même les plus graves, et qui empêchera toujours de leur trouver une solution.

Et la seule solution, que ce soit à l’insécurité ou à la surpopulation carcérale, au déséquilibre des comptes sociaux ou à l’artificalisation galopante, à la sécession des « quartiers » ou au réensauvagement de l’espèce, à l’hébétude hyperviolente, à l’expansion du totalitarisme islamique, c’est la remigration, la décolonisation, la libération du territoire.

Dans ces conditions pourquoi songer à une liste aux élections européennes ? Nous n’avons pas un sou, nous n’avons aucun accès aux médias, c’est l’adversaire qui établit les règles du jeu et qui les fait appliquer. Nous partons vaincus d’avance, nous n’avons rien à faire sur un terrain qui n’est pas le nôtre et où tout est prévu pour nous perdre, puisque nous nommons seuls ce qui ne doit absolument pas être nommé et que les électeurs sont dressés dès l’enfance, par l’école, à ne pas voir, à ne pas entendre et à ne pas comprendre.

Tout cela est vrai, mais vrai aussi que ces élections sont européennes, et que c’est l’Europe entière et sa civilisation qui sont menacées de mort : d’où notre volonté d’une liste européenne, justement, avec des résistants, des dissidents, des réfractaires antiremplacistes venus de tout le continent.

L’Europe, il ne faut pas la quitter, il faut s’en emparer avec nos alliés et en chasser les traîtres, pour la reconstruire ; il ne faut pas en sortir, il faut en sortir l’Afrique. Pour réveiller nos concitoyens hébétés, drogués, manipulés, nous devons saisir toutes les occasions qui se présentent, nous afficher partout et ne laisser passer aucune chance, même légale, même électorale, d’interrompre l’ethnocide en cours et d’attirer sur lui l’attention.

Ce n’est pas parce qu’un combat menace de ne pas aboutir qu’il ne faut pas l’entreprendre. Avec toujours la même exigence placée au cœur de notre combat existentiel : œuvrer au rassemblement de tous les Français, de tous les Européens, toutes sensibilités politiques confondues, pour affronter ensemble les périls de ce temps, sans tremblement ni retour.

Outre la ligne claire, celle qui va du constat du Grand Remplacement à la double exigence de la Remigration et de la Désislamisation, nous disposons d’une arme formidable, que les autres, par définition, n’ont pas : la vérité. On l’a vue renverser des murailles, et défaire d’un coup des systèmes presque aussi redoutables que celui auquel nous avons affaire, et comme lui construits sur le mensonge.

Les vidéos de la Ligne claire cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:58 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des royalistes aux élections européennes. Pourquoi ?

exigez le soleil 4.png

Communiqué de l’Alliance royale 

Comme à toutes les élections depuis 2004, l’Alliance royale présente une liste pour réaffirmer la pertinence du principe royal dans l’état actuel d’affaiblissement du pouvoir politique en France. Non seulement, la royauté démontre chaque jour son efficacité dans plusieurs pays européens où elle est un facteur décisif d’unité nationale. Mais elle est particulièrement d’actualité devant la déconsidération, voire le rejet dont font l’objet les derniers présidents de la République : M. Sarkozy n’a pas été réélu, M. Hollande n’a même pas pu se représenter et M. Macron fait maintenant l’objet de la fronde des “gilets jaunes” et sa popularité est similaire à celle de M. Hollande.

A chaque élection présidentielle, les Français cherchent à désigner l’homme providentiel qui sortira la France du marasme dans laquelle elle est plongée depuis plus de 40 ans. A chaque fois, ils sont déçus, car notre système électoral par sa nature ne fait émerger que des personnalités ambitieuses et non pas des personnes réellement au service du bien commun, avec une claire compréhension de notre identité nationale, des enjeux ainsi qu’une vision forte de notre avenir.

A chaque élection, nous retrouvons les mêmes partis, comme Les Républicains, qui tiennent des discours fermes sur l’économie, les questions de société ou l’immigration et, ensuite, votent à Bruxelles comme à Paris les lois désastreuses contraires à notre intérêt national. Il est temps de cesser de les croire et de sortir du système. Il est temps de voter pour vos convictions ; voter utile a toujours été un marché de dupes au bénéfice des ambitieux et au détriment de ceux qui écoutent les promesses électorales.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers :


Peut-être continuez-vous à penser que l’on vote pour gagner ? Grave erreur ! On vote pour faire émerger ses idées. A quoi sert-il d’apporter vos suffrages à un candidat qui gagne, mais qui ne vote pas les lois que vous demandez ? Certes, l’Alliance royale n’aura probablement pas d’élu, mais il s’agit de faire émerger un vote royaliste pour les prochaines échéances. Aucun parti n’arrive au pouvoir en une élection, c’est une dynamique qu’il faut lancer. Vous seuls pouvez le faire.

Cyrille Henrys
Vice-président de l’Alliance royale

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

10:37 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 20 mai 2019

Tribune libre : Quel choix dimanche prochain ?

ffgg.jpg

Georges Feltin-Tracol

Les élections au Parlement européen ne déchaînent jamais la passion des foules depuis 1979. Cette apathie naturelle est bien sûr favorisée, valorisée et amplifiée par les médiats qui discriminent volontiers certaines des trente-quatre listes en lice. À ce tri d’accès à la diffusion à partir de sondages biaisés s’ajoutent les nombreuses difficultés pour financer une campagne électorale quand la mafia bancaire fait tout afin de nuire aux candidatures les plus rétives à ses dogmes.

Dans ces conditions matérielles et médiatiques défavorables, l’abstention, le vote blanc et le bulletin nul présenteraient l’avantage de récuser ce Système abject. Ce serait pour la circonstance une grave erreur. Autant il sera légitime de se détourner des municipales de l’an prochain, autant participer à ces élections européennes est impératif. Les électeurs doivent avant tout rejeter massivement la liste « Dégénérescence » de Nathalie Loiseau, naguère étudiante en Sciences Po qui se retrouva à l’insu de son plein gré candidate d’une formation étudiante fondée quelques années auparavant par Emmanuel Ratier. Dans le même ordre d’idées, il va de soi que la liste féministe de Nathalie Tomasini, « À voix égales », devrait recevoir de la part des électeurs une magistrale correction dans les urnes parce que le féminisme n’est pas une opinion, mais un poison pour notre civilisation.

La gauche en miettes

Le scrutin de dimanche prochain offre le spectacle jubilatoire d’une gauche explosée. Délaissons les soi-disant « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon qui abandonnent la posture populiste de gauche pour l’inévitable gauchisme culturel. Le conseiller régional en Auvergne – Rhône-Alpes Andréa Kotarac vient de quitter La France insoumise (LFI) et appelle à voter RN. Son constat rejoint celui des autres souverainistes de gauche dont Djordje Kuzmanovic. Pseudo-« indigénistes » (les seuls indigènes en Europe sont les Albo-Boréens) et féministes hystériques maîtrisent maintenant l’appareil de LFI. N’oublions pas en outre que des séides de LFI siègent pour l’heure dans une commission d’enquête parlementaire contre l’« extrême droite » tendance Vychinski qui ose persécuter un groupe de chanteuses talentueuses, Les Brigandes… Voter LFI revient à se cracher dessus. Le PCF tente de s’extraire des poubelles bien méritées de l’histoire sous l’impulsion de l’« ultra-révolutionnaire » Ian Brossat, adjoint au maire de la néo-post-hyper-sociétaliste bien connue Anne Hidalgo. Le groupuscule de la place du Colonel-Fabien (à quand son changement en place Colonel-Rémy ?) subit une double concurrence, celle, d’une part, des « moines – militants » de Lutte ouvrière dont l’abnégation et l’engagement au quotidien devraient inspirer bien des nôtres et, d’autre part, du Parti révolutionnaire – Communistes d’Antonio Sanchez. Il ne s’agit pas d’une énième résurgence trotskyste, mais d’une scission du PCF survenue en 2002. Ce mouvement réunit les tenants d’un communisme marxiste-léniniste néo-stalinien, nostalgiques de la SFIC du début des années 1920.

La social-démocratie n’en cesse plus pour sa part de se décomposer sur pied. Sa longue et lente agonie se caractérise par deux listes. Un PS mal en point s’est allié à Nouvelle Donne de Pierre Larrouturou et à Place publique de Raphaël Glucksmann. Digne fils de son père André, défunt « nouveau philosophe » va-t-en guerre droits-de-l’hommiste, Raphaël Glucksmann demeure ce néo-conservateur belliciste un temps proche du président géorgien Mikheil Saakachvili. Ce sarközyste de gauche a lancé une formation sociale-libérale intitulée d’une façon grotesque Place publique. Y aura-t-il un jour un parti appelé « Décharge publique » ou bien « Tous sur le trottoir ! » ? Essoré par une présidentielle déplorable, Benoît Hamon joue son avenir politique ainsi que celui de son parti Génération.s. S’il continue avec raison à s’interroger sur l’avenir humain du travail et la grande substitution technicienne prochaine, ses propositions restent marquées par un réformisme radical qui déclenche l’hilarité de l’hyper-classe mondialiste.

Passons vite sur « Neutres et actifs », des hurluberlus qui combattent l’abstention, la liste jeuniste en écriture inclusive de Sophie Caillaud, « Allons enfants ! », qui ne compte que des candidats de moins de 30 ans (n’est-ce pas là une manifestation flagrante de discrimination par l’âge normalement puni par les haïssables lois liberticides ?) et celle de Jean-Christophe Lagarde au nom de l’UDI – Force européenne démocrateLa Gauche moderne, soit un centrisme post-sarközyste aussi peu reluisant que bien souvent détestable quand on observe le clientélisme pro-immigration des maires UDI en Île-de-France. D’incurables droitards, éternels abonnés au cocufiage politique, parient au « retour de la droite » en la personne du Versaillais François-Xavier Bellamy (1). Ils s’illusionnent une nouvelle fois sur les caniches hexagonaux d’Angela Merkel et d’Annegret Kramp-Karrenbauer. Dans le cadre du PPE, Les Républicains de Laurent Wauquiez obtempèrent aux injonctions de la CDU – CSU. Tout Européen résolu ne saurait choisir la liste Bellamy, faction libérale-conservatrice du globalitarisme.

Lire la suite

09:31 Publié dans Européennes 2019, Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 18 mai 2019

Elections européennes : non à Macron !

MNR.jpgUn communiqué du MNR :

A quelques jours des élections européennes le M.N.R. se déclare profondément inquiet de la situation de l'Europe dans le monde multipolaire d'aujourd'hui où prévaut le choc des civilisations.

Il préconise en conséquence d'ériger l'Europe  en un pôle de puissance capable de défendre son identité, son indépendance et sa souveraineté.

Pour rendre ce projet possible le M.N.R. appelle en conséquence a émettre un vote qui pénalise M. MACRON et son projet clairement mondialiste.
 
2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:42 Publié dans Communiqués de presse, Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 mai 2019

Le 1er clip de campagne de Vincent Vauclin (Dissidence française)

60217216_2423294104594917_3617497163526832128_n.jpg

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

02:34 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 16 mai 2019

François Asselineau dézingue Emmanuel Macron !

Garder la France et détruire l’UE ou détruire la France et garder l’UE ? Le vrai dilemme avec François Asselineau, tête de liste de l’UPR aux élections européennes, interrogé par Pierre Bergerault et Olivier Pichon sur TLVibertés  

Et si Asselineau créait aussi une surprise le 26 mai ?

1034169412.jpg

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

20:38 Publié dans Européennes 2019, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean-Marie Le Pen demande de voter pour Jordan Bardella (Rassemblement national)

safe_image.jpgJean-Marie Le Pen, passant au-dessus des affronts de ces dernières années, estime qu'entre Nathalie Loiseau et Jordan Bardella le choix est simple et qu'il faut donner un élan nouveau à la droite nationale.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

10:24 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

François Bousquet : « Avec le départ de Kotarac, c’est la fin du populisme de gauche de Mélenchon de 2017 »

francois_bousquet-1170x350.png

Boulevard Voltaire cliquez ici

François Bousquet analyse la portée du départ d’Andréa Kotarac de La France insoumise et son appel à voter pour la liste RN de Jordan Bardella. « Désormais, ce sera aux conservateurs type Bellamy à s’allier aux populistes et non plus l’inverse. »

Le conseiller régional Andréa Kotarac quitte la France Insoumise et affirme son soutien à Jordan Bardella, tête de liste au Rassemblement national. Cela va-t-il changer quelque chose politiquement ?

C’est un coup de tonnerre dans le landerneau polico-médiatique, en particulier chez les Insoumis. C’est un basculement chez nos frères ennemis, en l’occurrence le Rassemblement national. Cela clôt l’épisode populiste de 2017et la ligne que Mélenchon avait suivie pendant les élections présidentielles. Elle les avait portés à 20 % des voix. Pour avoir renoncé à cette ligne populiste, les Insoumis sont retombés à moins de 10 points.

La France Insoumise est un peu une auberge espagnole à tendance vénézuélienne. On peut dire que Ruffin était le pied gauche de Mélenchon, Raquel Garrido et Alexis Corbière étaient le bras droit et Djordje Kuzmanovic était la tête gauche. Ce dernier était le conseiller de Mélenchon pour les affaires internationales. Il a dû quitter les Insoumis en septembre pour avoir alerté le parti sur les dangers de l’immigration. Kotarac était le successeur. Danièle Obono était, elle, l’ulcère à l’estomac et l’indigéniste. Il semblerait que l’indigéniste ait pris désormais le dessus dans ce parti. Exit le populisme à gauche. Désormais, le populisme, c’est l’alliance du Rassemblement national et des Gilets jaunes.

Les Gilets jaunes à la France Insoumise ne sont jamais que des cols blancs. Ils ne peuvent rien comprendre aux Gilets jaunes !

Après le départ de Kuzmanovic et celui d’Andréa Kotarac aujourd’hui, peut-on bel et bien dire que le courant populiste de gauche est définitivement mort aux Insoumis ?

Kuzmanovic et Kotarac ont déserté. On peut donc dire qu’il est mort. Kuzmanovic reste un souverainiste de gauche, chevènementiste, incapable de franchir le Rubicon pour des questions générationnelles.

Kotarac a 29 ans. Il est désinhibé vis-à-vis des tabous de l’anti-racisme des années 80. C’est aujourd’hui un chapitre clos. C’est au niveau européen que le populisme est en train de disparaître. Podemos appelle à voter pour le parti socialiste espagnol.

Sahra Wegenknecht avait créé un micro parti sur les dangers de l’immigration, toujours à gauche de la gauche. Elle renonce aujourd’hui à la politique et va faire une carrière télévisuelle comme Raquel Garrido.

C’est le populisme tel que Mélenchon, Podémos et Sahra Wegenknecht l’envisageaient, c’est-à-dire transpartisan. Il est désormais derrière nous.

Manifestement il faut tirer un trait sur le populisme de gauche.

Peut-on pour autant parler de populisme de droite ? En réalité, le populisme, c’est un magma d’appel au peuple, de gilets jaunes, de souverainisme et de conservatisme. Il est classé sur l’échiquier politique à droite, mais je ne suis pas sûr qu’il soit complètement de droite. Il a été fréquent dans l’Histoire de France de voir ce type de débauchage de la gauche de la gauche vers la droite de la droite. C’était fréquent lors de l’épisode boulangiste. Il le redevient aujourd’hui avec le phénomène Front national.

Ce bloc populiste est aujourd’hui majoritaire dans l’opinion. Il n’a aucune perspective de pouvoir. Si vous additionnez les voix populistes entre les souverainistes populistes et conservateurs, on est à 30 % avec le Rassemblement national en tête.

Le rapport de force joue désormais en faveur des populistes et non plus des conservateurs. Marine, Dupont-Aignan et Philippot sont à 30 % et Bellamy à 15 %. Désormais, ce sera aux conservateurs de s’allier avec les populistes et non plus l’inverse.

Qu’a à gagner le Rassemblement national en mettant en avant le ralliement d’Andréa Kotarac ?

De souligner les impasses de ce populisme de gauche. Il lui a mordu quelques voix en 2017 en particulier dans la France périphérique. Il a un électorat populaire qui en 2017 a choisi LFI et non pas le RN. On peut imaginer que cet électorat populaire va désormais basculer vers le Rassemblement national. Kotarac appelle à voter Bardella et ne rejoint pas, pour l’heure, le Rassemblement national. Cela ne peut pas faire de mal au parti de Marine Le Pen.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:27 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 15 mai 2019

Pour ceux qui veulent voter pour la liste de la la Reconquête (Dissidence française) : comment faire ?

60076893_2205329432855073_5519435284946616320_n.png

De nombreux lecteurs nous demandent, depuis quelques jours, comment faire pour voter pour la liste de La Reconquête (Vincent Vauclin, La Dissidence française).

Pour imprimer le bulletin de vote cliquez ici

Le 26 mai, il leur suffira de le mettre dans l'urne (après être passé dans l'isoloir).

Pour ceux qui voudraient voter pour la liste Ligne claire (Renaud Camus) cliquez là ou pour celle de l'Alliance royale cliquez ici

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

19:47 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 10 mai 2019

Un entretien entre Vincent Vauclin, tête de liste Reconquête, et Franck Buleux

59935906_613099172544859_5142222485025980416_n.jpg

Source Meta infos cliquez ici

Trente-trois listes validées par le ministère de l’Intérieur, dont la Liste de la Reconquête que vous emmenez. Comment vous différenciez-vous des autres listes pour attirer des électeurs ?

Trente-trois listes, c’est effectivement un record. Dans une telle confusion, et avec des moyens très modestes, nous avons la lourde tâche de faire connaître notre liste aux électeurs et surtout d’en démontrer la légitimité. Car ce qui nous différencie, c’est le sens de notre candidature : loin des carriéristes, des girouettes et des démagogues, nous réunissons une nouvelle génération de Français de toutes conditions, des militants nationalistes et patriotes venus de partout, des élus locaux, des gilets jaunes de la première heure. Nous assumons un discours de vérité sur la situation de notre pays, et nous avons l’audace de porter des propositions que personne d’autre que nous n’aurait le courage d’assumer. En résumé, on se bat pour la France, et non pour des places.

L’intitulé de votre liste rappelle La Reconquista et votre mouvement Dissidence Française me rappelle ceux qui luttaient contre le pouvoir soviétique en publiant des Samizdats. Il y a un continuum entre vos positions et ces deux combats historiques ? 

Ces deux parallèles historiques sont tout à fait pertinents et l’Histoire semble se répéter. Comme la péninsule ibérique du VIIIème siècle, nous vivons bien une invasion migratoire doublée d’une islamisation rampante. Comme les pays de l’Est du XXème siècle, nous sommes effectivement sous le joug d’un système répressif et totalitaire.

Seules les échelles et les méthodes ont changé. Je dirais même que ces dernières sont plus pernicieuses qu’autrefois. Car cette invasion migratoire ne s’opère plus par les armes, mais par le truchement d’une immigration massive, de naturalisations systématiques et d’une démographie galopante. Elle ne concerne plus seulement l’Espagne mais l’ensemble du continent européen. Elle n’est plus le fait d’un rapport de force militaire, mais le résultat de la trahison délibérée des élites européennes. Quant au totalitarisme d’aujourd’hui, il se manifeste davantage par une propagande omniprésente, un moralisme frelaté et un endoctrinement médiatique que par des barbelés, des miradors et des miliciens à chaque coin de rue. Il n’y a certes plus un parti unique, mais des partis semblables qui donnent l’illusion du pluralisme alors que tous se sont alignés sur l’idéologie officielle, libérale et libertaire, mondialiste et cosmopolite.

Votre volonté est-elle de concurrencer d’autres listes ou de créer une dynamique auprès d’électeurs déçus ou/et fréquentant rarement les isoloirs ?

Notre but est tout simplement de faire entendre une autre voix, de proposer une alternative à ces partis aseptisés qui naviguent à vue au gré des sondages, qui sont déconnectés du pays réel et intégralement soumis au politiquement correct. Il ne faut pas aller chercher plus loin la cause de l’abstention croissante, et de l’épisode des Gilets Jaunes. Notre pays traverse une profonde crise de représentation politique, précisément parce qu’entre les partis du Système, il n’y a que des différences de degrés et non de nature. Nous avons donc l’ambition de brusquer le conformisme ambiant et de proposer une offre politique radicalement nouvelle.

Avez-vous des alliés au sein de l’Union européenne ? Au-delà de cette question, quelle est votre position par rapport aux instances européennes et à leur éventuelle évolution ? 

Ces dernières années, nous avons eu l’occasion de tisser des relations au-delà de nos frontières, avec le NPD en Allemagne par exemple, dont j’ai récemment rencontré l’ancien président et eurodéputé Udo Voigt au Parlement Européen, mais aussi avec des camarades de CasaPound et de Forza Nuova en Italie, ou encore Nation en Belgique, sans oublier l’Espagne, la Suisse, la Pologne et la Hongrie où nous avons des interlocuteurs et des amis. 

Pour répondre à la seconde partie de votre question, je pense que l’idée d’une coopération entre des nations qui partagent un espace civilisationnel et un héritage commun n’est pas mauvaise en soi. Elle répond d’ailleurs à une logique incontournable à l’heure de la mondialisation. Compte-tenu des enjeux démographiques et technologiques, écologiques et économique, considérant l’émergence d’un monde multipolaire constitué en blocs continentaux plus ou moins antagonistes, l’idée européenne est plus actuelle que jamais. Mais les institutions européennes sont dévoyées, le Parlement Européen est une fiction qui dissimule la toute-puissance des lobbies et des groupes de pression. L’UE est ainsi devenue un carcan pour l’ensemble des nations européennes, mais aussi pour l’idée européenne elle-même. Une seule issue à la hauteur des enjeux : s’appuyer sur la défiance des peuples contre les technocrates de Bruxelles pour accomplir de l’intérieur un « putsch institutionnel » destiné à libérer l’Europe des féodalités qui l’étranglent et amorcer la reconquête de nos souverainetés. En résumé : contre la lobbycratie de Bruxelles, sortons l’Europe de l’UE !

Une question très matérielle mais utile pour (certains de) nos lecteurs, j’en suis persuadé : aurez-vous des bulletins de vote en nombre suffisant, à la fois dans les plis officiels et l’ensemble des bureaux de vote ? Cette question renvoie aussi, fatalement, au coût, et donc au financement, de la campagne.

Contrairement aux partis du Système, nous ne disposons ni de subventions publiques, ni de ressources occultes. Notre budget est donc nécessairement limité, et vos lecteurs ne trouveront probablement pas de bulletin de vote de la Liste de la Reconquête dans les plis officiels et dans les bureaux de vote. Cependant, ils pourront tout de même voter pour nous en téléchargeant et en imprimant chez eux le bulletin en question (qui sera bientôt en ligne sur notre site www.la-dissidence.org/eu2019). Ils pourront ainsi soutenir la seule liste antisystème de ce scrutin, et leur vote sera effectivement pris en compte dans les suffrages exprimés.

Les élections européennes, pour essentielles qu’elles soient, seront terminées le 27 mai. Quels sont les objectifs de votre mouvement ? La DF va t-elle s’élargir puisqu’a priori votre liste a pour vocation d’élargir votre audience ? 

En effet, l’objectif de la Dissidence Française est d’élargir son audience et de faire émerger durablement un pôle de droite alternative au sein duquel se retrouveraient toutes les tendances de notre famille politique. Cette nécessité part d’un constat très simple : nous ne sommes plus représentés, notamment par le RN de Marine Le Pen. Et alors que nos idées n’ont jamais été si actuelles et si nécessaires, nous ne pouvons nous résoudre à voter par défaut, ou à nous abstenir de participer à la vie politique. Je suis convaincu qu’il existe un espace politique, laissé vacant par la dédiabolisation du RN, qu’il s’agit d’occuper pour faire entendre plus largement nos propositions et proposer une alternative véritable au mondialisme libéral. Si nous ne le faisons pas, personne ne le fera à notre place.

L’entretien a été réalisé par Franck Buleux.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

09:46 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 09 mai 2019

Il y aussi une liste royaliste aux élections européennes

logo-generique-768x272.jpg

L’Alliance Royale sera présente aux élections européennes du 26 mai prochain. Nos confrères et amis du site Nous sommes partout cliquez ici ont rencontré Cyrille Henrys, vice-président de ce parti politique qui prône l’instauration d’une monarchie adaptée au XXIe siècle.

Comment est née l’Alliance royale ?

Cyrille Henrys : L’Alliance royale est un parti politique fondé en 2001 par Yves-Marie Adeline. C’est à notre connaissance le seul parti politique royaliste officiellement enregistré auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Sa création visait initialement l’élection européenne de 2004, avec l’espoir qu’elle permettrait la réémergence des idées royalistes, comme elle avait permis précédemment au Front national, puis aux écologistes ou à Chasse, pêche, nature et traditions d’acquérir une bonne notoriété.

Quels sont ses objectifs ?

L’Alliance royale a pour objet de promouvoir, auprès des Français, une réforme des institutions, des lois et des politiques inspirées de l’héritage monarchique. Pour faire resurgir dans le débat public la conviction que le principe royal est toujours fécond et efficace en politique, l’Alliance royale vise non pas la restauration d’une royauté idéale sortie du passé (mais à quelle période de sa longue vie de 1400 ans ?) mais l’instauration d’une monarchie adaptée au XXIe siècle. C’est pourquoi nous ne proposons pas de faire table rase du passé mais de commencer à rebâtir la royauté sur la base de la constitution de la VRépublique.

N’est-il pas contradictoire, lorsque l’on est monarchiste, de se présenter aux élections républicaines ?

Cette objection nous est souvent faite, mais elle ne rend pas bien compte de la réalité. Ce n’est pas une question de principe (on votait beaucoup sous l’Ancien Régime et même Hugues Capet a été élu) mais une question de réalisme : pour être présent dans le débat public, il ne suffit pas d’être dans la rue, il faut aussi être présent dans le débat électoral. Bien sûr, il ne s’agit pas de faire élire le roi ; il s’agit de faire connaître et comprendre le principe royal.

Vous présentez une liste aux élections européennes. Quelles sont vos principales propositions ?

Notre proposition essentielle est toujours la même : avoir à la tête de l’État un véritable arbitre, le roi, qui n’a pas à conquérir sa place par une ambition déplacée et des promesses creuses. Parce qu’il ne doit son pouvoir à personne, il est là au service de son peuple ; il ne se préoccupe pas de la prochaine élection ; il travaille pour la prochaine génération.
Nous ne sommes pas là pour développer un programme de gouvernement mais pour préparer le retour du roi. Toutefois, pour répondre aux attentes face aux urgences du moment, nous avançons quelques idées fortes :

  • rétablir les grandes fonctions régaliennes en France : la justice et la sécurité pour tous, une défense forte à nos frontières nationales.
  • redonner au peuple français sa fierté, l’amour de son histoire et de sa forte identité nationale.
  • s’appuyer sur de vraies valeurs : le service du bien commun, le sens du travail bien fait, la solidarité nationale.
  • redonner sa vitalité à notre économie, en réduisant le carcan réglementaire dans tous les domaines ; redresser notre natalité, en donnant la priorité à la famille.
  • arrêter le flux migratoire. Malgré toute la générosité de notre pays, il faut bien admettre que le chômage et l’endettement dépassent la ligne rouge. Dans un pays qui s’endette toujours plus et où des millions de Français sont privés de travail, quel sens cela a-t-il de vouloir prendre en charge la misère du monde, quand on ne prend pas soin correctement de ceux qui souffrent chez nous ?
  • faire des économies. L’État, les collectivités locales et les organismes sociaux sont tous en déficit chronique. Ils doivent s’appliquer les règles qui s’imposent aux entreprises et aux familles. Les hommes politiques ne savent que prendre l’argent dans la poche des gens… C’est tellement plus facile que de réformer.
  • définir de vraies frontières européennes qui défendent les Européens des concurrences déloyales. A défaut, la France doit le faire elle-même, associée avec d’autres pays européens.
  • assurer une véritable solidarité tout d’abord en faveur de nos anciens en réévaluant l’allocation de solidarité aux personnes âgées.
  • protéger notre environnement en commençant par une organisation plus efficace des transports (remettons le fret sur les rails !) et en cessant de défigurant nos paysages par des éoliennes aussi inefficaces que nocives pour les oiseaux comme pour les personnes.

Comment allez-vous vous organiser pour diffuser professions de foi et bulletins de vote dans la mesure où tout est fait pour empêcher les petits partis de se faire connaître ?

Effectivement, la lutte est volontairement inégale entre ceux qui sont assurés d’obtenir le remboursement de leurs frais et ceux qui ne le sont pas. Faute de moyens financiers à la hauteur des coûts, nous ne pouvons recourir qu’aux réseaux sociaux électroniques… en comptant sur nos sympathisants pour faire le relais. Le bulletin de vote est à télécharger sur notre site cliquez là 

Depuis l’assassinat de sa majesté Louis XVI, la France manque d’un roi. Quel héritier verriez-vous sur le trône ?

Notre rôle est de réunir les royalistes autour du principe royal pour le présenter aux Français d’une manière harmonieuse et non pas dans la diversité des fidélités dynastiques, qui peut apparaître incompréhensible voire dissuasive à nos contemporains. En tant que parti royaliste, nous n’avons pas la mission de choisir le roi. Il reviendra au peuple français de donner son assentiment à un prince le moment venu.

Pensez-vous que malgré le lavage de cerveau républicain, l’idée monarchiste peut encore séduire la jeunesse ?

La jeunesse qui a au cœur l’amour de la France et le souci du bien commun est toujours pure et ardente. Elle continue à être attirée par les racines chrétiennes de la France, qui sont aussi royales depuis le baptême de Clovis et de son peuple.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

14:34 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 05 mai 2019

TRENTE TROIS LISTES ET LES BANQUES

Europeennes-voici-les-33-listes-candidates-en-France.jpg

Franck Buleux

On peut penser, en constatant les trente-trois listes validées par l’Intérieur qui vont briguer nos suffrages le 26 mai prochain, à l’occasion des neuvièmes élections européennes, à une vitalité démocratique sans précédent dans notre pays.

En tout cas, c’est l’a priori qui me vient immédiatement à l’esprit. L’immédiateté supprime la réflexion. Les médias me disent, m’inoculent « 33 » et je me dis, c’est beaucoup ! Et je vois d’ores-et-déjà cette grosse enveloppe kraft marron adressée par la Préfecture de mon département comprenant 33 professions de foi et 33 bulletins de vote avec, chacun, soixante-dix-neuf candidats. Oui, 79 car la France a récupéré 5 sièges à la suite du Brexit, qui n’a pas encore eu lieu. Il y a donc 74 sortants français et 79 candidats, alors que des élections auront lieu au Royaume-Uni… Donc, il n’y aura que 74 élus si les Britanniques votent, sinon 79. Cela fait partie du rêve européen, l’incapacité à trois semaines du scrutin de connaître la répartition des élus par pays. Il y aura donc 5 battus qui atteindront, impatiemment, le Brexit, même s’ils sont opposés à la sortie de la Perfide Albion.

Bref, tel n’est pas notre propos. Je m’imaginais donc déjà attendre de longues minutes pour voter car Madame Louise (appelons-là comme cela puisque l’Alliance royale a déposé une liste), âgée de 90 ans et qui ne loupe jamais une élection, avait des difficultés compréhensibles à prendre, un à un, les grands bulletins avec tous ces patronymes. Les prendre un à un, les ranger, retrouver le « bon » (alors qu’elle a pris le bon chez elle, qu’elle a glissé dans une poche) pendant que les autres tombent… Le calvaire du vote. Du vécu, j’ai longtemps été assesseur et même présidé un bureau pendant quelques scrutins.

De longues files d’attente, des personnes qui désespèrent, ne trouvant pas sur quelle liste se trouvent Jean-Luc Mélenchon ou Marine Le Pen (en fin de listes car déjà députés nationaux français tous les deux, pour cause de non cumul des mandats), quelle belle journée que ce dimanche 26 mai. Des assesseurs débordés qui doivent vérifier l’ordre des bulletins déposés sur la table à l’entrée, le niveau des tas (qui doit être homogène) et cette masse d’hommes et de femmes qui représentent toutes les tendances, toute la diversité nationale… Des animalistes aux décroissants, des communistes aux insoumis, et toux ceux qui cherchent, en vain, le terme « parti socialiste » sur les bulletins… Mais il n’y a plus de Parti socialiste ? Ben non, mais bon on ne peut pas dire –tout haut- que le compagnon de Léa Salamé a réalisé une OPA sur ce qui reste du PS. Raphaël Glucksmann a créé le mouvement « Place publique » et a rencontré sa concubine sur le plateau de « On n’est pas couchés ». Tout doit être révélé, donc.

Mais non, mon rêve s’est évanoui, les banques, l’oligarchie financière (d’ailleurs depuis la disparition de son mentor américain, Lyndon LaRouche, le groupe Solidarités & Progrès de Jacques Cheminade, a jeté l’éponge, du moins pour cette année ; ainsi, ce terme est moins employé même s’il nous reste le gaulliste candidat pour Jean Tibéri en 2001 à Paris, Asselineau). Eh oui, car ce sont les banques qui financent via des prêts de centaines de milliers d’euros, les mouvements politiques. Pourtant, me direz-vous, la Constitution du 4 octobre 1958 prévoit que les partis politiques concourent à la vie politique et il existe désormais un financement public lié aux résultats, en voix et en nombre de députés, des élections législatives. Oui, mais pour concourir, il faut de l’argent.

Pour une campagne électorale avec une information complète et totale, chaque liste devrait, ayant glané quelques informations à ce sujet auprès de compétiteurs, apporter 800 000 € et ces deniers seraient remboursés (il y a un plafond) à la condition de représenter 3 % du corps électoral exprimé. Environ un million de voix, enfin selon le nombre de personnes qui se déplaceront dans les isoloirs.

Je trouve 3 % un peu élevé. Même des élus importants de notre République ont parfois des difficultés à atteindre cet objectif : Jean Lassalle, homme apprécié des Français, n’a obtenu que 1,1 % des suffrages exprimés lors de la présidentielle de 2017 et l’Eurodroite avec Jean-Louis Tixier-Vignancour n’avait pesé que 1,3 % des suffrages lors des premières élections européennes en 1979 (rappelons que le Front national de Jean-Marie Le Pen en obtenait 11 % seulement cinq ans plus tard, en 1984). Toujours en 1979, le trio que l’on qualifierait aujourd’hui de populiste Malaud (qui deviendra président du CNIP), Médecin (l’ancien maire de Nice) et Poujade (du mouvement éponyme) n’obtint que 1,7 %….

Donc, une liste non connue (et même connue, parfois car une banque ne souhaite pas être associée au Rassemblement national, car dans « Rassemblement », il y a « Race », non ?) a peu de probabilités d’obtenir 3 % et donc, préalablement, d’obtenir un prêt. Alors, bien sûr, il y a les dons, les appels aux militants, aux proches, mais tout le monde n’est pas sponsorisé par les médias pour faire connaître un projet et des militants il en faut et ils doivent avoir quelques moyens. Tout le monde n’a pas le même répertoire que Macron ou Fillon.

Mon rêve s’est envolé. Il n’y aura ni 33 bulletins dans vos enveloppes, ni même 33 bulletins déposés sur les tables tenues par les employés de mairie le 26 mai.

Plutôt que de se lamenter, essayons de développer une alternative : celle du vote électronique. À l’heure de la digitalisation, il apparaît naturel d’utiliser ce type de procédé électoral pour choisir son candidat et éliminer les autres.

Alors, rêvons à nouveau : nous pourrions voter sans voir le regard courroucé du professeur des écoles, militant Insoumis sur la place publique (ou l’inverse), la dame âgée (Louise, voir plus haut) pourrait voter sans faire tomber son bulletin (LERM ou LR) ou/et sa canne, on pourrait éviter les banalités dominicales avec ses voisins (puisqu’on n’a pas le droit de parler de politique dans le bureau de vote).

Les hommes politiques ont peur des hackers ? Ah, la belle excuse, on connaît, depuis des années, les modes de fraude à petite ou à grande échelle de certains de nos édiles. Souvenez-vous, en 1983, le nombre considérable de municipalités d’union de la gauche qui avaient vu leur victoire annulée (pour fraude) et qui sont toutes, en presque, passées à droite lors de partielles organisées entre juin 1983 et les européennes de juin 1984. Parmi ces municipalités, Dreux qui vit la victoire avec plus de 55 % de l’union des droites, Front national compris.

À quand un projet de loi (ou une proposition mais un projet est plus certain quant à son résultat, puisqu’il émane du gouvernement) sur le vote électronique ?

Ce modèle électoral permettrait de sortir de l’hypocrisie : disposer d’un choix de 33 listes et de 2607 candidat(e)s serait alors une réalité et non une simple annonce médiatique.

Je sais cette proposition ne fait pas partie du Grand débat. Alors, si cela ne concerne pas le Grand débat, c’est comme l’immigration, on classe. Verticalement.

Métainfos cliquez ici

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

15:28 Publié dans Européennes 2019, Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 04 mai 2019

Une autre liste dans la mouvance patriote et identitaire, celle de Renaud Camus et du SIEL

D5qItbIWAAEiit6.jpg

Le mouvement souverainiste SIEL a annoncé qu'il présentait aussi une liste intitulée "La Ligne claire" aux élections européennes du 26 mai prochain. Cette liste sera conduite par l'écrivain Renaud Camus, auteur du fameux livre sur le Grand remplacement. Parmi les candidats, il y a en deuxième position Florina Lignier, la jeune étudiante amiénoise victime de la répression policière (elle a perdu un oeil lors d'une manif de Gilets jaunes en décembre dernier), et Karim Ouchickh, président de ce mouvement.

En savoir plus cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

14:47 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La liste de la Dissidence française officiellement enregistrée

safe_image.png

Communiqué de la Dissidence Française 

La Liste de la Reconquête est officiellement dans la course aux européennes ! Nous avons en effet reçu ce jour le récépissé définitif de déclaration de candidature du Ministère de l’Intérieur.

Rassemblant des élus locaux, des militants issus de tous les courants du nationalisme français ainsi que des gilets jaunes de la première heure, la Liste de la Reconquête conduite par Vincent Vauclin ambitionne de faire entendre une autre voix lors de ce scrutin.

À l’heure où les partis du Système multiplient les reniements et les trahisons, notre pays est traversé par une profonde crise de représentation politique. Il est ainsi plus urgent que jamais de formuler des propositions nouvelles pour répondre aux enjeux de notre temps, et de défier le politiquement correct pour opposer une alternative véritable au mondialisme libéral.

En savoir plus cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

09:41 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 24 avril 2019

Nathalie Loiseau serait amnésique. C'est plutôt inquiétant pour son avenir...

2019-04-04t210244z_626628841_rc1551e79310_rtrmadp_3_eu-election-france-debate_0.jpg

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Mais non Nathalie, il n'y a aucune honte à avoir été candidate de l'Union des étudiants de droite lorsque tu sévissais à Science-Po*. En revanche, ce qui est honteux c'est de vouloir faire croire que tu ignorais la nature de ton engagement d'alors.

Pourtant, "Union des étudiants des droites", c'était difficile d'être plus claire... De l'UNI au GUD, en passant par quelques militants de l'œuvre française, tout ce que la vénérable école comptait d'anti-communistes et de nationalistes se retrouvait dans ce syndicat. Alors, toi qui était en quatrième année, tu ne savais donc pas de ce dont il s'agissait ? Laisse-nous rire aux éclats.

Il est vrai qu'à cette époque, pour contrer l'omniprésence des gauchistes de toutes obédiences dans l'Université, les nationalistes n'hésitèrent pas, parfois, à ruser. Il y eu ainsi une Fédération des étudiants de Picardie, une Union des étudiants d'Alsace, un Renouveau étudiant à Bordeaux... des appellations imaginatives qui pouvaient, admettons-le, amener l'étudiant moyen à s'interroger sur le positionnement politique de ces syndicats locaux. Mais, avec l'"Union des étudiants des droites"... il ne pouvait pas y avoir de tromperie sur la marchandise.

Ton attitude face aux "révélations" de Mediapart est vraiment déplorable. De deux choses l'une, soit tu es idiote et inculte, ce que nous n'osons pas imaginer ; soit le milieu que tu fréquentes maintenant, LREM en l'occurrence, est tellement sectaire et fanatique que tu ne trouves rien de mieux que d'invoquer ta crédulité de jeune fille effarouchée pour te défendre. Ce n'est pas très courageux...

Et le plus grave, c'est que maintenant tu voudrais t'imposer comme le rempart face à "l'extreme droite". Décidément, tu n'arrêtes pas de nous faire rigoler, Nathalie. Une chose est sûre, c'est que si tu as fréquenté les nationalistes dans ta jeunesse, tu n'as rien retenu de l'éthique qui anime leur idéal. Le reniement est l'apanage des poltrons démocrates, pas celui des "fachos".

Depuis le début de la Ve République, nombre d'élus, voire de ministres, firent leurs premières classes dans la mouvance nationaliste. Face à l'adversité, reconnaissons-le, peu renièrent leurs engagements d'antan (après tout, on a le droit de changer d'idées) et, parmi eux, certains firent même de brillantes carrières. Néanmoins, quelques uns se crurent obligés, lorsqu'ils se virent débusqués par les petits flics de la pensée dominante, de cracher sur leur passé. Ces méprisables personnages sont vite tombés dans les oubliettes de l'Histoire... et c'est sans doute mieux ainsi.

Nathalie, avec ta liste LREM, tu as la prétention de défendre les intérêts de la France dans l'Union européenne. Permet-nous de te dire que, vue ton attitude aujourd'hui, on a de bonnes raisons d'être inquiets pour demain... Mais, rassure-toi, que tu ai été membre de l'UED ou non, cela n'a pas vraiment d'importance car nous n'avions aucunement l'intention de voter pour toi...

* Si je te tutoie dans cet article, c'est parce que dans la mouvance nationaliste, hier comme aujourd'hui, tout le monde se tutoie. Ainsi, tu vois bien que nous ne sommes pas rancuniers.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

09:50 Publié dans Editoriaux, Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 04 février 2019

Samedi dernier : réunion du Bureau politique du Parti de la France à Boulogne

50920377_1511058259027651_8768269579819417600_n.jpg

Communiqué du PdF :

Réuni à Boulogne Billancourt le samedi 2 février, le Bureau politique du Parti de la France a décidé d'un certain nombre de mesures organisationnelles pour mettre le mouvement en ordre de bataille pour les prochains mois, tant sur le plan financier que sur ceux du recrutement, de l’action militante ou de la communication et cela dans tous les cas de figure qui pourraient survenir dans l'incertitude de la situation politique et sociale que connaît le Pays.

Une nouvelle affiche dont le principe avait été pris lors de la dernière réunion du BP est d’ores et déjà à la disposition des sections locales : Immigration = Impôts et Taxes.

Carl Lang qui vient de tenir plusieurs réunions – dont celles de Castres et de Bordeaux – va multiplier les déplacements d'ici l’été et le Parti de la France organisera le samedi 11 mai prochain, à l'occasion des 10 ans d'existence du PDF un grand banquet national à Paris. Il y tiendra, par ailleurs son Congrès à la fin du mois d'octobre. Enfin, un effort particulier va être réalisé vers la presse pour tenter de briser l'omerta médiatique.

Après un large tour de table consacré au mouvement des Gilets jaunes, le Président du PDF, Carl Lang a rappelé le soutien du PDF aux Gilets Jaunes dans leurs légitimes revendications tout en les mettant en garde contre l'infiltration gauchiste dont on peut sentir la réalité dans certains slogans et dans les thèmes mis en avant depuis plusieurs semaines, mais aussi contre les pièges tendus par le gouvernement.

Carl Lang a ainsi dénoncé la violence d'État, violence politique dont le but est d'opposer le peuple aux forces de l’ordre et d’ouvrir, par une stratégie de la provocation voulue et délibérée, un cycle violences contre violences pour apparaître, in fine, comme le parti de l'ordre.

Pour Carl Lang, « l'action révolutionnaire sans projet politique est débilissime, les appels à l'insurrection ou au soulèvement national sont au mieux ridicules, au pire périlleux, et le chaos ne pourrait bénéficier qu’à la troisième France, la non-France des banlieues ».

« Notre objectif » a ajouté le Président du Parti de la France qui considère, par ailleurs, comme normale et démocratique l’existence d'une liste Gilets jaunes aux élections européennes («Tout est politique et le dernier mot doit rester au politique») "est de faire en sorte que personne n’ai besoin demain de mettre de Gilets jaunes, en trouvant et mettant en œuvre les solutions aux problèmes et aux souffrances du peuple français".

samedi, 19 janvier 2019

Dans un entretien avec 'Nous sommes partout", Alain Escada annonce que Civitas part en campagne pour les élections européennes

ESCADA-colloque-1024x683.jpg

Le parti catholique Civitas entend présenter une liste aux élections européennes de mai prochain. Son président, Alain Escada, entend tenir sur la place publique un message décomplexé, catholique, patriote, pro-famille, anti-système et anti-mondialiste.

Civitas est un parti politique depuis 2016 et a déjà participé aux élections législatives de 2017 en France, initiative qui n’a guère été couronnée de succès vu l’abstention massive et le boycott médiatique face à un parti catholique. Quelle leçon avez-vous tiré de cette expérience ?

D’abord, il faut préciser que, n’étant pas démocrate et refusant toute démarche de compromission qui pourrait s’apparenter à ce que je qualifie volontiers de prostitution électoraliste, j’ai souvent répété aux membres de Civitas que notre camp politique ne gagnera pas le pouvoir par les élections, sauf circonstances exceptionnelles.

Notre participation aux élections a pour premier objectif essentiel de pouvoir nous adresser à grande échelle aux Français. L’avantage des élections européennes est la circonscription unique : participer à ce scrutin nous permettra de toucher chacun de nos concitoyens. Et croyez-moi, nous tiendrons un discours sans langue de bois !

Pour réformer la France, il faut d’abord atteindre et gagner les cerveaux et les âmes des Français. Cela passe par une première étape de réinformation. La tribune électorale peut y contribuer en démontant une série de mensonges imposés en dogmes républicains.

Visiblement, la leçon n’est pas négative puisque Civitas souhaite présenter une liste aux Européennes. Comment allez-vous faire face à un tel investissement ?

Le défi financier est énorme, nous en sommes conscients. Peu d’électeurs imaginent le coût que représentent l’impression et la livraison des bulletins de vote à fournir dans tous les bureaux électoraux. Il nous faut rassembler au bas mot un million et demi d’euros. Pour un jeune et petit parti, sans subventions, c’est un enjeu de taille. Nous lançons donc une souscription spéciale. Nous nous fixons trois mois pour rassembler la somme. C’est le prix pour pouvoir libérer la parole et tenir sur la place publique un message décomplexé, catholique, patriote, pro-famille, anti-système et anti-mondialiste. Nul autre parti que le nôtre ne dira avec franchise et fermeté ce que nous nous préparons à démontrer aux Français.

Quelle alternative souhaitez-vous proposer face à une Europe totalitaire et, n’ayons pas peur des mots, de filiation maçonnique ?

Nous allons tout simplement nous avancer dans cette campagne électorale comme un cheval de Troie anti-union européenne. Nous allons démontrer comment ces institutions européennes sont les ennemies des peuples et des Nations. Cette Union Européenne est le temple des banksters cosmopolites et des forces occultes. Elle se permet d’imposer ses diktats aux Etats qui la composent, les gouvernants lui ayant abandonné leur souveraineté. Civitas montrera à travers mille exemples, dans les domaines les plus variés, de l’immigration à l’agriculture, de l’économie à la santé, comment cette Union Européenne va systématiquement à l’opposé du bon sens. Civitas dénoncera avec précision les incroyables gabegies dont se rendent coupables ces institutions européennes. Civitas proposera des mesures radicales : le Frexit et la reprise en main de notre destinée, la mise en place d’une alternative à l’UE : un traité d’alliance des patries européennes, la remigration, l’organisation d’un blocus maritime mettant fin à l’arrivée incessante d’embarcations d’immigrés illégaux, l’inscription dans le marbre que l’Europe est chrétienne, avec toutes les conséquences civilisationnelles que cela implique, la promotion d’une vraie politique familiale et nataliste, l’interdiction des sociétés secrètes, le contrôle sévère des pratiques des lobbies auprès des institutions européennes.

Quel regard Civitas, parti catholique, porte-t-il sur l’état de la France et en particulier sur le conflit des gilets Jaunes ?

La France vit un réveil inattendu d’une partie de sa population. La révolte des gilets jaunes s’accompagne d’une défiance virulente à l’encontre des médias du système, des pseudo-élites et donneurs de leçons (de BHL à Yann Moix, pitoyables chiens de garde de la pensée unique), des partis politiques et des représentants de la république au sens le plus large (le président Macron, les ministres, les députés, les préfets, les hauts fonctionnaires, ainsi que la police politique du régime). Mieux encore, ici ou là, des gilets jaunes mènent des actions devant les Banques Rothschild et Lazard, demandent l’interdiction de la franc-maçonnerie ou l’abrogation de la loi Taubira. La prise de conscience se fait chaque jour plus grande. A mesure que monte la colère tombent les œillères !

Bien évidemment, il faut faire la part des choses. Les gauchistes de tous poils sont également bien présents dans les manifestations de gilets jaunes et feront tout pour manipuler le mouvement. Mais c’est aux militants catholiques et nationaux d’être plus efficaces et intelligents et d’occuper le terrain avec persévérance.

Au delà des élections, avez-vous des projets pour vous développer et renforcer votre présence dans les régions françaises ?

Le vrai enjeu pour nous, ce sont les élections municipales de 2020, particulièrement dans les petites communes de la France rurale. C’est là que nous pourrons connaître de réels succès, augmenter le nombre de nos élus locaux, conquérir des responsabilités et mener une véritable politique de reconquête au service du bien commun. Notre engagement sur l’échiquier des élections européennes, en augmentant notre visibilité, nous permet de développer notre implantation locale. Nous le constatons dès à présent. Et il faut bien en avoir conscience, la véritable reconquête se fera à partir de l’échelon local. C’est pourquoi nous voulons mettre en place ce que j’appelle des villages catholiques et gaulois.

Comment comptez-vous pallier l’absence de médiatisation due à votre statut de « bête immonde » et d’adorateur de Notre Seigneur Jésus Christ ?

Nous n’avons ni l’argent des banquiers apatrides ni le soutien des ambitieux qui galopent au secours des victoires assurées. Il faudra donc redoubler d’imagination, utiliser au mieux les talents de chaque bénévole et faire de chaque euro dépensé une balle qui atteint sa cible. Nous miserons d’abord sur les médias alternatifs et dissidents – comme le vôtre – et sur les réseaux sociaux pour tenter de propager des messages percutants. Nous privilégierons aussi la présence sur le terrain, partout où s’exprime le Pays Réel. Nous avons la foi qui déplace les montagnes !

Source cliquez ici

Pays-Réel-2019-730x1024.jpg

16:20 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook