Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 mai 2019

Il y aussi une liste royaliste aux élections européennes

logo-generique-768x272.jpg

L’Alliance Royale sera présente aux élections européennes du 26 mai prochain. Nos confrères et amis du site Nous sommes partout cliquez ici ont rencontré Cyrille Henrys, vice-président de ce parti politique qui prône l’instauration d’une monarchie adaptée au XXIe siècle.

Comment est née l’Alliance royale ?

Cyrille Henrys : L’Alliance royale est un parti politique fondé en 2001 par Yves-Marie Adeline. C’est à notre connaissance le seul parti politique royaliste officiellement enregistré auprès de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. Sa création visait initialement l’élection européenne de 2004, avec l’espoir qu’elle permettrait la réémergence des idées royalistes, comme elle avait permis précédemment au Front national, puis aux écologistes ou à Chasse, pêche, nature et traditions d’acquérir une bonne notoriété.

Quels sont ses objectifs ?

L’Alliance royale a pour objet de promouvoir, auprès des Français, une réforme des institutions, des lois et des politiques inspirées de l’héritage monarchique. Pour faire resurgir dans le débat public la conviction que le principe royal est toujours fécond et efficace en politique, l’Alliance royale vise non pas la restauration d’une royauté idéale sortie du passé (mais à quelle période de sa longue vie de 1400 ans ?) mais l’instauration d’une monarchie adaptée au XXIe siècle. C’est pourquoi nous ne proposons pas de faire table rase du passé mais de commencer à rebâtir la royauté sur la base de la constitution de la VRépublique.

N’est-il pas contradictoire, lorsque l’on est monarchiste, de se présenter aux élections républicaines ?

Cette objection nous est souvent faite, mais elle ne rend pas bien compte de la réalité. Ce n’est pas une question de principe (on votait beaucoup sous l’Ancien Régime et même Hugues Capet a été élu) mais une question de réalisme : pour être présent dans le débat public, il ne suffit pas d’être dans la rue, il faut aussi être présent dans le débat électoral. Bien sûr, il ne s’agit pas de faire élire le roi ; il s’agit de faire connaître et comprendre le principe royal.

Vous présentez une liste aux élections européennes. Quelles sont vos principales propositions ?

Notre proposition essentielle est toujours la même : avoir à la tête de l’État un véritable arbitre, le roi, qui n’a pas à conquérir sa place par une ambition déplacée et des promesses creuses. Parce qu’il ne doit son pouvoir à personne, il est là au service de son peuple ; il ne se préoccupe pas de la prochaine élection ; il travaille pour la prochaine génération.
Nous ne sommes pas là pour développer un programme de gouvernement mais pour préparer le retour du roi. Toutefois, pour répondre aux attentes face aux urgences du moment, nous avançons quelques idées fortes :

  • rétablir les grandes fonctions régaliennes en France : la justice et la sécurité pour tous, une défense forte à nos frontières nationales.
  • redonner au peuple français sa fierté, l’amour de son histoire et de sa forte identité nationale.
  • s’appuyer sur de vraies valeurs : le service du bien commun, le sens du travail bien fait, la solidarité nationale.
  • redonner sa vitalité à notre économie, en réduisant le carcan réglementaire dans tous les domaines ; redresser notre natalité, en donnant la priorité à la famille.
  • arrêter le flux migratoire. Malgré toute la générosité de notre pays, il faut bien admettre que le chômage et l’endettement dépassent la ligne rouge. Dans un pays qui s’endette toujours plus et où des millions de Français sont privés de travail, quel sens cela a-t-il de vouloir prendre en charge la misère du monde, quand on ne prend pas soin correctement de ceux qui souffrent chez nous ?
  • faire des économies. L’État, les collectivités locales et les organismes sociaux sont tous en déficit chronique. Ils doivent s’appliquer les règles qui s’imposent aux entreprises et aux familles. Les hommes politiques ne savent que prendre l’argent dans la poche des gens… C’est tellement plus facile que de réformer.
  • définir de vraies frontières européennes qui défendent les Européens des concurrences déloyales. A défaut, la France doit le faire elle-même, associée avec d’autres pays européens.
  • assurer une véritable solidarité tout d’abord en faveur de nos anciens en réévaluant l’allocation de solidarité aux personnes âgées.
  • protéger notre environnement en commençant par une organisation plus efficace des transports (remettons le fret sur les rails !) et en cessant de défigurant nos paysages par des éoliennes aussi inefficaces que nocives pour les oiseaux comme pour les personnes.

Comment allez-vous vous organiser pour diffuser professions de foi et bulletins de vote dans la mesure où tout est fait pour empêcher les petits partis de se faire connaître ?

Effectivement, la lutte est volontairement inégale entre ceux qui sont assurés d’obtenir le remboursement de leurs frais et ceux qui ne le sont pas. Faute de moyens financiers à la hauteur des coûts, nous ne pouvons recourir qu’aux réseaux sociaux électroniques… en comptant sur nos sympathisants pour faire le relais. Le bulletin de vote est à télécharger sur notre site cliquez là 

Depuis l’assassinat de sa majesté Louis XVI, la France manque d’un roi. Quel héritier verriez-vous sur le trône ?

Notre rôle est de réunir les royalistes autour du principe royal pour le présenter aux Français d’une manière harmonieuse et non pas dans la diversité des fidélités dynastiques, qui peut apparaître incompréhensible voire dissuasive à nos contemporains. En tant que parti royaliste, nous n’avons pas la mission de choisir le roi. Il reviendra au peuple français de donner son assentiment à un prince le moment venu.

Pensez-vous que malgré le lavage de cerveau républicain, l’idée monarchiste peut encore séduire la jeunesse ?

La jeunesse qui a au cœur l’amour de la France et le souci du bien commun est toujours pure et ardente. Elle continue à être attirée par les racines chrétiennes de la France, qui sont aussi royales depuis le baptême de Clovis et de son peuple.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

14:34 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.