lundi, 28 juillet 2014

Vol AH 5017 : François Hollande n’en fait-il pas vraiment trop ?

crash-au-mali-francois-hollande-assure-que-tous-les-corps-seront-ramenes-en-france-2607-youtube-thumb-565x250.jpg

Charlotte d'Ornellas

Boulevard Voltaire cliquez ici

Le vol Ouagadougou-Alger, disparu des écrans radar après avoir réclamé l’autorisation de faire demi-tour, fait couler beaucoup d’encre… 118 personnes disparues parmi lesquelles il y aurait, selon certaines sources non confirmées, un chef du Hezbollah et 33 militaires parmi les 54 Français disparus, le tout au-dessus d’un pays ravagé par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et dans lequel se battent nos soldats.

Les corps comme la cause du crash demeurent introuvables, de quoi alimenter toutes les hypothèses possibles, de la « théorie du complot » à la politique de la diversion.

Difficile de se muer subitement en expert de l’aviation, alors soyons crédules et prenons pour argent comptant ce que dit notre bon président François Hollande, devenu l’expert numéro un sur le dossier.

L’homme intervient peu depuis qu’il a été élu à la tête du pays, si ce n’est pour des victoires footballistiques ou l’expulsion sans fin d’une famille de Roms en situation irrégulière reconduite le plus naturellement du monde à la frontière. Autant dire que le Président semble mettre un point d’honneur à n’intervenir que lorsque le sujet n’a absolument aucun intérêt.

Mais là, François Hollande se surpasse et n’en finit plus d’ajouter du spectaculaire au dramatique, laissant penser à une récupération aussi peu discrète que morbide. Il faut avouer que pendant que la France entière est invitée à pleurer pendant trois jours, elle ne pense ni à l’augmentation du chômage, ni aux débordements minimisés mais inquiétants des manifestants « pro-palestiniens » … Qui oserait ?

Quelle mouche a bien pu piquer François Hollande, abonné absent sur tous les dossiers importants que compte la France : une succession d’interventions dramatico-lyriques, la promesse d’une stèle, du rapatriement des corps introuvables, d’un voyage des familles sur place et – cerise sur le gâteau – l’annonce de trois jours de deuil national.

François Hollande n’en finit plus d’afficher sa triste mine et dépense une énergie qu’on ne lui connaissait pas dans un dossier qui ne relève pas directement de sa compétence, ni de celle de la France. Etant donné le nombre de morts, il est normal que la France suive le dossier, elle peut le faire discrètement.

Air France a donné l’ordre aux avions de contourner le Mali en attendant d’en savoir plus et « toutes les hypothèses » sont prises en compte, mais la météo est largement pointée du doigt comme responsable de ce drame ; il ne s’agirait que d’un accident.

Trois jours de deuil national pour un accident ? Il faudrait peut-être alors penser à le faire pour ces Jérémy, François, Antoine, Christophe… assassinés froidement par des voyous immigrés sur notre propre sol.

Interventions à répétition pour un accident ? Il serait logique alors de penser à rendre hommage publiquement à nos soldats tombés sur des théâtres étrangers. Reste que s’il faut décréter trois jours de deuil pour chaque accident, nos drapeaux ne risquent malheureusement pas de flotter souvent.

Donc les Français ne risquent pas d’être dupes très longtemps.

S’il s’agit d’un accident, que François Hollande cesse ces agitations indécentes et mette son énergie au service de la France.

Si la météo n’y est pour rien et que ce crash mérite autant d’investissement, il faudrait peut-être expliquer aux Français pourquoi.

23:46 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de lundi soir :

23:11 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

A PARIS, COMME A GAZA : IN-TI-FA-DA ?

attroupement police.korbo.22.10.2013.jpg

Pieter Kerstens

On peut être « pro » ou « anti » sioniste, mais on constate que les israéliens se moquent entièrement des récriminations, des mises en garde ou des recommandations de la communauté internationale, pour tout ce qui concerne leurs politiques intérieure et étrangère.

Comme peuple souverain, ils appliquent ce qui leur semble bon pour la défense de leurs intérêts, de leur population et de leur sphère d’influence.  Tel le blocus de Gaza …

GAZA : 363 km2. 1,8 million de palestiniens s’entassent dans ce véritable camp de concentration à ciel ouvert et portes closes (4.950 habitants au km²).

Pourtant, le 29 novembre 1947, l’Assemblée Générale de l’ONU vota le partage de la Palestine en 3 morceaux. Par cette résolution 181, 56% du territoire est dévolu à un Etat juif (558.000 juifs et 405.000 arabes), 43% est accordé aux Palestiniens (804.000 palestiniens et 100.000 juifs) et le dernier % concernant les Lieux Saints est placé sous tutelle des Nations Unies, avec la désignation d’un gouverneur.

Ce partage est considéré depuis comme une NAKBA par les Palestiniens et devient dès lors la source d’un des plus longs conflits qui perdure à ce jour, avec ses rivières de sang, ses torrents de haine et ses cortèges de souffrances.

Le 11/12/1948, l’ONU vote sa résolution 194 qui place Jérusalem sous mandat international et garantit le principe des droits existants.  Contre l’avis général, Israël a déclaré Jérusalem sa capitale et après le conflit de 1967, l’état hébreu occupe l’Est de la ville.

La résolution 242 du Conseil de sécurité de l’ONU, le 22/11/1967 précise bien :

« Le Conseil de sécurité affirme que l’accomplissement de la Charte des Nations Unies exige l’instauration d’une paix juste et durable au Moyen-Orient qui devrait comprendre l’application des deux principes suivants :

a) retrait des forces israéliennes des territoires occupés lors de la guerre des six jours (en juin 1967)

b) cessation de toutes assertions de belligérance ou de tous états de belligérance et respect et reconnaissance de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de l’indépendance politique de chaque Etat de la région et de leur droit de vivre en paix à l’intérieur de frontières sûres et reconnues…

Les résolutions 476 du 30/6/1980, 478 du 20/08/1980 et 672 du 12/10/1990, condamnent toutes l’attitude belliqueuse de l’Etat hébreu et déclarent illégales les lois, la juridiction et l’administration de la ville sainte de Jérusalem.

Peut-on en conclure que l’Etat sioniste est un facteur de déstabilisation perpétuelle de la paix au Proche Orient et comme l’a écrit l’écrivain dissident israélien Israël Shamir :

« Etat  qui ne rassemble que la racaille des communautés juives mondiales » ?

Il est tout de même curieux de constater une évidence : bien avant le blocus de Gaza, la communauté internationale avait instauré elle aussi des blocus et des embargos envers l’Afrique du Sud, la Rhodésie, l’ex-Yougoslavie, l’Irak de Saddam Hussein et ensuite pour la Syrie de Bachar Al-Assad. Depuis des décennies, l’Oncle Sam étrangle Cuba… Combien de manifestations des pleureuses droits-de-l’hommistes ?  Combien de pétitions ?  Combien de flottilles apportant médicaments, aliments ou objets indispensables à ces nations qui ont été mises au ban de l’humanité avec la complicité des démocrasseux qui nous gouvernent ?

Et lorsque les gouvernements successifs dans les pays d’Europe nous parlent en permanence de « société citoyenne », d’intégration des immigrés, de tolérance ou encore du « vivre ensemble » on ne peut pas rester indifférent aux propos de Jacques KUPFER, co-président du Likoud mondial, ce 15 juillet 2014 :

« Lorsque les alliés ont voulu mettre un terme à la guerre contre l’Allemagne nazie, ils ont détruit la ville de Dresde. A juste titre.

Lorsque les Etats-Unis ont voulu mettre un terme à la guerre contre le Japon, ils ont détruit Hiroshima et Nagasaki en lançant la bombe atomique. A juste titre.

Si nous voulons mettre un terme à la guerre, nous devons raser Gaza.

Gaza doit devenir un champ de ruines d’où ne peuvent sortir que des gémissements. »

Qui répand la haine, la vengeance et l’appel à l’extermination du peuple palestinien ?

Depuis 67 ans, les sionistes se torchent le c…l avec les résolutions de l’ONU, pourquoi changeraient-ils maintenant d’avis ? Comme à Belgrade, à Bagdad ou à Tripoli, faudra-t-il contraindre militairement Israël pour faire appliquer les décisions du Conseil de Sécurité et faire respecter le Droit International ?

A juste titre ….

12:23 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Choisir entre le keffieh et la kippa ?

Alain escada1.jpgAlain Escada

Président de Civitas cliquez ici

Les événements nationaux et internationaux des derniers jours méritent une analyse et un positionnement clair.

Sionisme gouvernemental

Il est devenu insupportable de constater ce sionisme gouvernemental dégoulinant qui amène François Hollande, chef de l'Etat français, à soutenir officiellement l'offensive militaire israélienne à Gaza malgré le bombardement volontaire de la résidence du Consul de France à Gaza par l'armée israélienne.

Milice juive

Il n'est pas admissible que la Ligue de Défense Juive (LDJ), véritable milice communautaire, puisse continuer en toute impunité à se livrer à des violences assumées avec cynisme dans la communication officielle de la LDJ sur les réseaux sociaux. Il saute aux yeux que des mouvements nationalistes ont été interdits pour bien moins que cela.

Bandes urbaines

Il n'est pas acceptable que de la destruction de mobilier urbain, des incendies de voitures, des pillages de commerces – bref des émeutes – soient commis par des bandes urbaines qui abusent de la cause palestinienne pour chercher à couvrir d'un vernis politique leurs actes de vulgaire délinquance.

Islamistes fanatiques

Il n'est pas tolérable qu'à l'occasion des manifestations pro-palestiniennes, des islamistes fanatiques déploient sur le territoire français la bannière de l'Etat Islamique en Irak et au Levant, organisation qui menace de mort les Chrétiens d'Irak.

Médias et choc des civilisations

Il faut aussi dénoncer le rôle des médias du système qui contribuent en permanence à cultiver le mensonge, à manipuler l'opinion publique et à créer les conditions d'un choc des civilisations tout en veillant à blâmer l'amour de la France, à émasculer les patriotes sincères, à empêcher tout authentique redressement national ainsi qu'à écarter systématiquement la possibilité pour les Français de retrouver dans l'ordre chrétien la solution à nombre de leurs problèmes.

Ni keffieh ni kippa

Plus que jamais, il convient de clamer que les Français n'ont pas à faire le choix entre le keffieh et la kippa. Ni les islamistes ni les sionistes n'ont la moindre intention de servir la France. Au contraire, tant les islamistes que les sionistes sabotent toute hypothèse de réconciliation nationale envisageable sur base d'une adhésion partagée au Bien commun, à l'ordre naturel et à l'amour de la France.

La France est chrétienne et doit le rester

Il est indispensable de répéter encore et encore que si la république maçonnique est laïque, la France véritable est catholique. Les Français ne peuvent espérer retrouver ni paix ni stabilité sans préalablement reconnaître les racines chrétiennes de la France et les bienfaits de la Chrétienté.  

12:10 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La nouvelle affiche du GUD à la rentrée :

4110236229.jpg

12:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pascal Gauchon nous présente la revue "Conflits"

pascal-gauchon-604x272.jpg

Pascal Gauchon répond à Breizh-Info cliquez ici :

Breizh-info avait présenté récemment la nouvelle et excellente revue géopolitique "Conflits". Dans l’interview qu’il nous a accordée, son directeur Pascal Gauchon nous parle de la revue, de ses objectifs, mais également du  sommaire du deuxième numéro dont le dossier principal est consacré aux nouveaux mercenaires. Rencontre avec le fondateur d’une revue non consensuelle qui devrait faire date.

Breizh-info.com : Pascal Gauchon, pouvez-vous vous présenter votre parcours professionnel ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : C’est un parcours d’enseignant assez classique ; école normale supérieure, agrégation d’histoire, une dizaine d’années dans des collèges de banlieue puis, comme l’Education nationale ne m’offrait aucune perspective de promotion, le privé. J’ai enseigné à partir de 1985 (j’enseigne toujours) comme professeur en classe préparatoire ECS à Ipésup, l’un des établissements les plus réputés pour cette formation, et en même temps j’ai dirigé pendant 25 ans une filiale d’Ipésup, Prépasup.

J’ai donc réussi ce que j’avais toujours voulu : concilier une activité intellectuelle et des responsabilités d’organisation et de direction. Je l’ai fait également en tant que directeur de collection aux PUF, je le fais toujours en lançant Conflits

Breizh-info.com : La revue Conflits sort son deuxième numéro consacrée notamment aux « nouveaux mercenaires ». Quel est la genèse de la revue ? A qui se destine-t-elle ? Qui compose l’équipe éditoriale ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : J’enseigne la géopolitique, je publie des ouvrages de géopolitique depuis un certain temps déjà. J’ai eu l’intuition qu’il existe aujourd’hui un besoin d’analyse géopolitique. Nous sommes de plus en plus insérés dans le monde, ce qui se passe ailleurs nous concerne de plus en plus ; par ailleurs nous voyageons plus, nous parlons plus de langues étrangères… Il faut donc des outils pour comprendre la planète. 

Cela est d’autant plus important que le regard porté par les grands medias est d’un triste conformisme, souvent par paresse intellectuelle, parfois par volonté de désinformation. Souvenez-vous du discours cent fois répété sur la « mondialisation heureuse », des hymnes à la victoire de la démocratie à la suite des printemps arabes, des anathèmes contre les pays qui ne veulent pas entrer dans le « nouvel ordre mondial » annoncé après 1991. On nous a décrit un monde de bisounours, ou pour reprendre une formule de Montherlant que je préfère, de « Rintintin et Nénette for ever ». 

Avec le titre de la revue, Conflits, nous entendons nous placer en rupture par rapport à ce discours de niaiserie. La revue s’adresse donc à tous ceux qui veulent avoir du grain à moudre pour leur réflexion, à ceux qui attendent une « géopolitique critique » selon le titre de l’éditorial du numéro 1. 

L’équipe éditoriale est nombreuse, elle comporte une douzaine de collaborateurs réguliers. S’ajoutent à eux des spécialistes auxquels nous faisons appel en fonction des sujets choisis. Les collaborateurs réguliers sont en général de jeunes professeurs, beaucoup enseignent en classe préparatoire, d’autres en lycée ou à l’Université ; il y a aussi des professionnels de l’intelligence économique, de la criminologie ou de la sécurité.

Breizh-info.com : Vous êtes une des rares revues géopolitique existante. De plus, vous devez être la seule à ne pas offrir un regard « occidentalo-centré » sur ce qui se passe dans le monde. Pourquoi ce choix éditorial ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Il existe quelques revues de géopolitique, mais peu sont destinées au « grand public », comme il est convenu de dire. Et il est vrai que nous nous efforçons d’avoir un regard original. Je l’ai indiqué, c’est notre raison d’être. 

Breizh-info.com : Montée des islamistes dans les pays arabes et en Syrie, pression musulmane en Afrique, nombreux foyer de guerres dans le monde et d’instabilité. Quels sont les évènements qui vous ont particulièrement interpellés récemment ? Comment expliquer vous le changement total de politique étrangère de la France, dont l’influence dans le monde parait de plus en plus faible et surprend quand à l’aide apporté notamment aux islamistes ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Il est vrai que les nombreux analystes qui avaient annoncé la fin de l’islamisme ont été démentis par les événements. Je me souviens d’un ouvrage, paru quelques semaines avant le 11 septembre, qui se montrait très affirmatif sur ce point ; il était rédigé par des spécialistes reconnus mais pas omniscients.

Tout cela doit inciter à la prudence. La montée de l’islamisme est la conséquence directe de l’échec des nationalismes arabes, un échec auquel nous avons contribué, même si ces régimes ont une part de responsabilité non négligeable dans leurs difficultés. Une autre politique est donc possible, et l’on voit que pour arrêter les progrès de l’islamisme Washington a fini par se résigner à la prise de pouvoir de al-Sissi en Egypte. Comme quoi ils savent mettre leurs principes démocratiques entre parenthèses quand il le faut.

La France n’a pas cette sagesse. Depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy elle est devenue plus royaliste que le roi, plus américaine que les Américains. Nous étions en pointe dans le projet d’intervention militaire en Syrie. Encore faut-il noter que N. Sarkozy avait fait preuve d’une certaine indépendance d’action parfois, ainsi lors de la guerre entre la Russie et la Géorgie. Ce n’est plus le cas avec F. Hollande.

En fait, nous avons l’impression d’une rupture en 2007, mais c’est une lente évolution qui nous a fait nous aligner de plus en plus sur les Etats-Unis, de V. Giscard d’Estaing à Mitterrand. L’insertion croissante dans l’ensemble européen a joué son rôle, puisque la construction européenne est dès le départ un projet atlantiste. La génération 68 a contribué à ces changements, comme l’avait bien compris, il y a longtemps déjà, J.F. Revel qui signalait à quel point elle était américanisée. 

Breizh-info.com : Quels sont les pays qui selon vous seront les acteurs majeurs au 21ème siècle ? Va-t-on vivre un siècle de profonds bouleversements ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Prudence. Oui nous allons vivre de profonds bouleversements au 21ème siècle, comme au 20ème, au 19ème, au 18ème et à tous les autres siècles de l’histoire. Il est difficile de les prévoir, mais l’une des approches les plus efficaces est de partir de la démographie, l’avenir qui est déjà écrit selon Peter Drucker. Dans ce cas les lignes de force sont évidentes : déclin de l’Europe, renversement de situation pour beaucoup de pays émergents comme la Chine qui verront leur croissance et leur montée en puissance se ralentir, affirmation de l’Afrique noire qui représentera un tiers de la population mondiale en 2100 et dont les flux migratoires seront de plus en plus incontrôlables.

Maintenant il n’y a pas que la démographie. Une population qui augmente trop vite peut poser des problèmes insolubles, cela peut être le cas de l’Afrique. Il y a surtout la qualité des politiques. De ce point de vue la classe dirigeante chinoise est impressionnante. Pensez qu’en 2000 tous les experts annonçaient que la croissance chinoise serait étouffée à cause de la trop petite taille des ports chinois qui ne permettrait pas d’accueillir les importations de plus en plus importantes dont elle a besoin. En moins de dix ans le problème a été réglé au point que parmi les dix premiers ports mondiaux, sept sont chinois ! 

Par ailleurs les Etats-Unis disposent d’atouts exceptionnels qu’ils ne sont pas prêts à abandonner, comme la haute technologie et surtout le dollar. Je ne crois pas que le dollar va perdre rapidement son rôle dans l’économie mondiale, pas plus que la livre sterling ne l’a perdu rapidement au XXème siècle. Je sais que je suis en désaccord avec certains qui prennent leurs désirs pour des réalités et qui confondent leur souhait – que les Etats-Unis cessent de nous dicter notre politique – et les faits – la puissance américaine reste et de loin la première mondiale. 

Vous le voyez, ma réponse est banale et prudente. Qui dominera le monde ? Sans doute les Etats-Unis, mais ils devront tenir compte de la Chine. L’inconnue est ailleurs me semble-t-il : les Etats-Unis continueront-ils à accepter de payer le prix de leur interventionnisme dans le monde ? Pourraient-ils être tentés par un nouvel isolationnisme ? Je ne le crois pas, car cela ne me semble pas être l’intérêt de leur classe dirigeante. Pour l’instant du moins. 

Enfin, n’oubliez pas la place de l’imprévu, c’est-à-dire le rôle des hommes. 

Breizh-info.com : Votre revue refuse le dogme « politiquement correct ». Le premier numéro a-t-il bien marché ? Etes-vous lu en haut lieu ? Quel rôle vous donnez vous pour les années à venir ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Oui, le premier numéro a connu un succès très supérieur à ce que nous attendions, en particulier en ce qui concerne les ventes dans les kiosques. Il est vrai que nous avons eu de la chance en consacrant notre dossier à l’Eurasie au moment de la crise ukrainienne. Je ne sais pas jusqu’où nous sommes lus en haut lieu, mais j’ai eu des échos très favorables de hauts fonctionnaires et de journalistes. 

Si les ventes continuent à se tenir correctement, nous développerons d’autres activités : édition de livres, site Internet que nous étofferons, enseignement, lancement de « clubs Conflits » pour organiser des conférences et entretenir le débat autour de nos idées. Mais tout cela ne pourra exister que quand nous serons stabilisés, donc pas avant un an. 

Et pourquoi faire tout cela ? D’abord pour rendre les gens plus intelligents, leur apprendre à se méfier de toutes les idées reçues, y compris les leurs. Ensuite pour fédérer tous les courants géopolitiques anticonformistes auxquels notre revue est ouverte. Enfin pour former et faire émerger une école de jeunes géopoliticiens qui, je l’espère, renouvelleront la discipline. 

Breizh-info.com : Comment procéder pour s’abonner, pour découvrir la revue ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Le plus simple est de passer par notre site Internet, revueconflits.com (cliquez ici). Le lecteur y découvrira certains articles (l’éditorial et la page « polémique »), les recensions de livres du numéro précédent. Il pourra s’abonner par Paypal. Il est possible aussi d’écrire à Conflits, 55 boulevard Péreire, 75017 PARIS. Ou encore d’acheter le numéro dans un point de vente – nous tirons à plus de 40 000 exemplaires et nous sommes donc largement diffusés. En particulier on trouve Conflits dans les principaux magasins Relay.

09:04 Publié dans Rencontre avec..., Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Rien de nouveau au Proche-Orient...

516425133.JPGNI HAMAS, NI TSAHAL : CETTE GUERRE N'EST PAS LA NOTRE !

 

Editorial de Roland Hélie publié dans le numéro 12 (janvier février 2009) de la revue Synthèse nationale :

 

Parmi les « dégâts collatéraux » provoqués par les affrontements qui se sont déroulés ces dernières semaines au Proche Orient, on pourrait presque inclure les nouvelles divisions que ceux-ci entrainent au sein de la droite nationale (1). Bien sûr, il convient de relativiser l’aspect tragique de ce constat car, fort heureusement, ces divisions n’ont pas encore entraîné mort d’homme… Néanmoins, ces événements sont survenus à point nommé, au moment où notre famille politique semble avoir beaucoup de mal à rebondir, pour creuser encore plus les fossés qui séparent les mouvements nationaux et identitaires entre eux et les éloigner de leur mission essentielle, celle de défendre notre peuple, notre nation et notre civilisation. Décidément, on peut leur faire confiance, les Juifs et les Arabes excellent dans l’art d’exporter leurs discordes partout, y compris là où on s’y attendrait le moins.

 

Ainsi, depuis le début de ce nouvel épisode de la guerre fratricide qui oppose les descendants des fils de Sem, toute la droite nationale se chamaille sur la position à adopter. Certains font une surenchère effrénée à la dialectique gauchiste, confondant au passage la légitime revendication du Peuple palestinien à disposer d’un Etat et les positions islamistes maximalistes du Hamas, alors que d’autres, au nom d’une notion totalement pervertie de l’Occident, se pâment d’admiration devant la force, réelle ou supposée, de l’armée israélienne. Une fois de plus, on nage en pleine confusion.

 

Depuis une trentaine d’années, je me suis personnellement toujours prononcé en faveur d’un Etat palestinien. A une époque où presque toute la droite nationale soutenait, probablement par nostalgie de l’Algérie française, l’Etat hébreu, nous étions alors ultra minoritaires, au sein des mouvements nationaux et nationalistes, à adopter une telle position. Nous l’expliquions tout simplement par le droit des peuples à disposer d’un Etat. Au même titre d’ailleurs que les Israéliens avaient le droit au leur. Je ne regrette en rien cet engagement, que je considère toujours comme le plus logique. Néanmoins, depuis, les choses ont nettement changé. La résistance palestinienne était alors nationaliste, laïque et révolutionnaire. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Le Hamas est islamiste, fondamentaliste et impérialiste (non seulement il veut détruire Israël, mais il veut aussi la fin de notre civilisation européenne). Nous sommes loin du baasisme bon teint ou du nassérisme triomphant de la seconde moitié du XXème siècle.

 

Deux peuples, un territoire : le bât blesse…

 

En fait, là où le bât blesse, c’est lorsque deux peuples ont la même prétention sur un même territoire. Comme c’est le cas dans ce sempiternel conflit israélo-palestinien. La solution la plus sage consisterait à procéder à une partition qui mettrait tout le monde d’accord. Mais peut-on encore, aujourd’hui, raisonnablement envisager une telle solution ? Toutes les tentatives de conciliation qui se sont succédées depuis la création, en 1947, de l’Etat d’Israël ont échoué. Plus encore, la situation n’a fait qu’empirer. J’en arrive donc à la conclusion qu’il est plus que temps de laisser les protagonistes se débrouiller entre eux. Tout le reste n’est que bavardages, postures esthétiques et, surtout,  perte de temps… Prendre parti dans ce conflit n’apporterait rien au mouvement national.

 

S’il est vrai que les moyens et les méthodes de Tsahal sont totalement disproportionnés par rapport à ceux des Palestiniens ; s’il est vrai que si n’importe quel autre pays du monde avait utilisé les mêmes méthodes et les mêmes moyens pour régler un quelconque conflit avec un de ses voisins, toutes les « forces du bien » se seraient mobilisées pour éliminer ce « maudit pays » (souvenez-vous du sort qui fut réservé à la malheureuse Serbie il y a une dizaine d’années ou à l’Irak il y a vingt ans…) ; il n’en est pas moins vrai que le Hamas, qui n’hésite pas à mettre des enfants en première ligne face aux chars israéliens, considère qu’Israël doit être détruit et que, pour cela, tous les moyens sont bons, y compris le terrorisme aveugle. Terrorisme aveugle auquel les sionistes n’avaient d’ailleurs pas hésité à recourir, en d’autres temps, pour lutter contre les Anglais.

 

Entre ceux qui réclament « un soutien indéfectible à l’Etat d’Israël », comme s’ils ne savaient pas que les Etats n’ont pas d’amis ni d’alliés à soutenir mais que des intérêts à défendre, et ceux qui, souvent fraichement convertis au nationalisme, invoquent de fallacieuses raisons humanitaristes pour appeler à manifester, aux côtés de l’extrême gauche et des mouvements antiracistes, contre l’agression israélienne, nous n’avons vraiment pas à choisir. Peut-être que, si nous étions Israéliens, nous serions farouchement partisans de liquider la résistance palestinienne. De la même manière que, si nous étions Palestiniens, nous nous ferions un devoir de soutenir le Hezbollah ou le Hamas. Mais il se trouve que nous ne sommes ni les uns ni les autres, nous sommes Français et Européens et que, par conséquent, nous n’avons qu’un seul choix à faire : celui de la défense de nos intérêts et de nos intérêts seulement.

 

Ni drapeaux israéliens, ni drapeaux palestiniens…

 

Robert Spieler, au nom de la Nouvelle Droite Populaire, a parfaitement résumé la position qui conviendrait d’être prise par le mouvement national et identitaire dans son ensemble : « Ni drapeaux israéliens, ni drapeaux palestiniens ». Ce à quoi Pierre Vial, Président de Terre et peuple, ajoute de manière imagée : « Ni hallal, ni cacher »… Oui, tous ces emblèmes d’entités étrangères à notre civilisation européenne qui envahissent les rues de nos villes et qui détériorent, petit à petit, notre patrimoine et notre conscience collective doivent être rejetés simultanément. On ne peut pas à la fois combattre l’immigration de peuplement qui menace les fondements de notre civilisation et la violence qui en découle et qui s’amplifie partout sur notre territoire d’un côté  et, de l’autre, glorifier les organisations terroristes, que celles-ci soient sionistes ou islamistes. On ne peut pas à la fois militer sincèrement pour une France française dans une Europe européenne et se pavaner derrière les drapeaux, quels qu’ils soient, de puissances ou d’organisations qui veulent la mort de notre identité. Il faut arrêter de dire et de faire n’importe quoi.

 

Nous ne pourrons libérer notre continent de ceux qui l’envahissent et de ceux qui le contrôlent que si nous nous appuyons sur les valeurs, les symboles et les traditions qui sont les nôtres. Pour cela, il faut d’abord redonner à notre peuple une conscience ethnique, condition sine qua non à notre redressement national et identitaire. Si nous voulons gagner, nous devons d’abord être ce que nous sommes.

 

Notes

 

(1) Lire à ce sujet l’article de Jérôme Bourbon publié dans Rivarol (n°2888 du 16 janvier 2009).

00:43 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 27 juillet 2014

Provocation socialiste devant Notre Dame de Paris : l'avocat des Femen, envoyé par Hidalgo, hué lors de la manif de soutien aux chrétiens d'Irak

Lors de la manifestation Soutien aux Chrétiens d'Orient et d'Irak, l'avocat Patrick Klugman, défenseur des Femen et adjoint à la Mairie de Paris représentant Anne Hidalgo a été hué par les manifestants chrétiens présents sur le parvis de la cathédrale. Les Cloches de Notre-Dame de Paris, souillées l'an passé par ses clientes, ont eu raison des péroraisons non terminées de ce triste personnage.

22:34 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le n°2 des Cahiers d'Histoire du Nationalisme consacré à François Duprat est en vente :

CHN 2 Diffuseurs.jpg

Vous pouvez aussi le commander cliquez là

ou le commander en ligne cliquez ici

19:39 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mardi 29 juin, sur Radio Courtoisie : le Libre Journal d'Arnaud Guyot-Jeannin

images.jpgLe prochain Libre Journal des enjeux actuels dirigé par Arnaud Guyot-Jeannin aura lieu le mardi 29 juillet 2014 et portera sur les thèmes suivants : "Conflit israélo-palestinien : les vérités qui dérangent" ; "Comment être vraiment pluraliste ?".

Invités : Christian Brosio (Secrétaire général de la rédaction du Spectacle du monde), Philippe Prévost (Historien, auteur de La France et l'origine de la tragédie palestinienne, Erick Bonnier éditions, 2012), Jacob Cohen (Ecrivain, Auteur d'Un pont sur le DétroitÉditions Édilivre,‎ 2013), Christophe Oberlin (Professeur de médecine à l’Université Paris VII, chirurgien à l’hôpital Bichat, il a effectué plusieurs missions humanitaires à Gaza), Thibaut Isabel (Rédacteur en chef de la revue Krisis et auteur du livre " Le parti de la tolérance " aux éditions de la Méduse).

L'émission sera rediffusée le jeudi 31 juillet 2014.

18:21 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

BHL veut faire la guerre à la Russie : s’engagera-t-il ?

bhl.jpg

Nicolas Bonnal

Boulevard Voltaire cliquez ici

Bernard-Henri Lévy vient d’accuser les Européens de lâcheté dans le New York Times. Il demande la guerre contre la Russie – qui servira à anéantir le Vieux Continent. Mais que ne fera-t-on pas pour éviter le Munich numéro 1000 des « néocons » à la française ?

Le bougre occupe depuis quarante ans le devant de la scène intellectuelle française, comme on dit. Il est l’intellectuel institutionnel que l’on doit écouter et le commandeur des croyants auquel on se doit maintenant d’obéir, le doigt sur la couture du pantalon, surtout quand on est président de la République et que l’on rêve de n’importe quel exploit martial pour éviter de trop ramer dans les sondages. Et cela, alors que le ludion en question était déconsidéré depuis longtemps par tous ses pairs, Aron, Sartre et Bourdieu y compris.

L’escogriffe plumitif traîne depuis bien longtemps au Quartier latin sa carcasse de précieux dégoûté. Aussi, je ne me moquerai pas de son riad avec laquais, de ses chemises à 700 euros, de son dandysme de Prisunic, de sa discourtoise insuffisance. Je ne soulignerai pas non plus que ses succès en librairie ont vingt ou trente ans, qu’il vend maintenant à 3.000 exemplaires, que ses postures ont fini par lasser le grand public qui le découvrait il y a maintenant 40 ans ou presque, au temps du toujours extasié Pivot. Car BHL est à Marcel Proust ce que Doc Gynéco est à Jean-Philippe Rameau.

Par ses poses, il me fait penser aux libéraux américains ou même russes. On sait donc que tout libéral qui se respecte déteste son pays, son histoire et ses racines, et l’idée même d’identité. On sait que, comme tout libéral qui se respecte, il n’a de cesse de souligner que ce pays est viscéralement raciste et antisémite. Et l’on sait que, comme tout aigri qui se respecte, il n’a de cesse de dénoncer comme nationaliste ou populiste tout esprit qui s’opposera à ses schématisations artisanales et à ses imprécations teigneuses : cf. sa diatribe sur le populisme américain et le maccarthysme local toujours renaissant qui refusait de faire de ce cancre las l’émule de Tocqueville !

Puissance malfaisante, ce représentant attitré de la gauche caviar et du néo-conservatisme azimuté synthétise toutes les tares de la charia moderne : le monde ne sera vivable que lorsqu’il sera en tout point identique et mort. C’est le rallye mondain du Paris-Qatar. Les moins riches se loueront une chambre à Gaza en remerciant les journaux de lutter contre le racisme.

Il serait temps pourtant que je reconnaisse ses intenses mérites, que je lui tresse des lauriers. Car c’est ici qu’avec son argent, son bagout, ses réseaux, son sens du chantage il m’impressionne et maintenant me fait peur. Ce nouveau grand inquisiteur triomphe avec toute la force de sa mauvaise volupté.

Je fais un pari : après la Libye, il imposera sa guerre mondiale à la foule fatiguée des zombies européens.

12:46 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 26 juillet 2014

Schizos ou trop cons...

18:59 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dissolutions et recours : Serge Ayoub et Maître Gardères répondent au Conseil d'État

15:12 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de vendredi soir :

12:23 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Aujourd'hui, dans la Nièvre :

journeenature26juillet.gif

11:43 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Palestine : Dominique de Villepin sauverait-il l’honneur de la France ?

Dominique_de_Villepin_20100330_Salon_du_livre_de_Paris_2-565x250.jpg

Nicolas Gauthier

Boulevard Voltaire cliquez ici

En politique, il est toujours possible de faire illusion. Un temps. Mais pas forcément très longtemps. D’où l’absence durable – mais pas forcément équitable – de position de la France vis-à-vis de ce qui se passe en Palestine. C’est-à-dire rien. Les plus audacieux se contentent de renvoyer dos à dos les deux protagonistes en question ; ce que fait aussi le Front national, qu’on a autrefois connu plus audacieux en matière de politique étrangère.

Le PCF et les Verts s’insurgent. Logique : à gauche, ils sont encore les derniers à tenter de faire de la politique. À l’UMP, c’est morne plaine. Et au gouvernement, quand Laurent Fabius ne pique pas du nez dans les réunions internationales, c’est encéphalogramme plat. À l’exception, peut-être, de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, qui refuse la « communautarisation » du conflit. Mais, quand la Place Beauvau commence à emprunter le vocabulaire du Bloc identitaire, ça donne une assez bonne idée de l’étendue du marasme.

Après, sachant que l’on ne saurait être à l’abri d’une bonne surprise, reste Dominique de Villepin qui vient de tenter une sortie en répondant aux questions du Parisien, ce vendredi dernier. Avec la préretraite vient le temps des audaces : « D’un côté, Israël vit dans la peur et l’insécurité. De l’autre, les Palestiniens sont un peuple sans terre et sans espoir. Avec une disproportion dans la réaction israélienne que l’on observe par le décompte macabre des victimes : près de 700 tués, en grande majorité civils, côté palestinien ; une trentaine de soldats côté israélien. »

De l’homme ayant prononcé le fracassant discours qu’on sait, dans l’enceinte de l’ONU, en 2003, on aurait pu attendre mieux ; mais au service de la France, le service minimum, c’est toujours mieux que rien.

Pour le reste, l’ancien Premier ministre ne fait rien de moins que de rappeler la voix du bon sens : « Il faut reconnaître la responsabilité des Nations unies dans ce dossier et leur confier un mandat sur la Palestine pour obtenir un processus de paix et aboutir à la création d’un État palestinien. Pour cela, six impératifs. Il faut une administration provisoire sur ce territoire avec le déploiement de Casques bleus. Des zones humanitaires protégées pour que la Palestine retrouve une vie normale. Un dialogue politique interpalestinien qui débouche sur des élections. La relance du processus de paix par une conférence internationale qui doit signer la création de ce nouvel État avec toutes les garanties données à Israël, sur sa sécurité en particulier. L’adhésion de cet État à la Cour pénale internationale, ce qui permettra de sanctionner les crimes contre l’humanité. Et enfin un plan d’aide et de développement économique qui enclencherait un cercle vertueux. C’est la responsabilité des Nations unies. Et qui, mieux que la France, peut porter un tel projet ? »

En gros, les données sont posées. Et les propositions avancées par Dominique de Villepin ne sont pas insensées. D’ailleurs, Élisabeth Lévy ou Alain Finkielkraut, qui ne sont pourtant pas des pro-Palestiniens frénétiques, ne disent finalement pas autre chose. Alors, la France, porte-parole idéal de ce projet de bon sens ? Bonne question, mais notre Président, François Hollande, n’incarne peut-être pas la réponse attendue. Normal, il a mieux à faire : officialisera-t-il sa liaison avec Julie Gayet avant l’automne ? Autre bonne question, car si les feuilles mortes se ramassent à la pelle, il y a aussi des coups de pelle dans la gueule qui se perdent…

11:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Gaza : 15 morts dans une école de l’ONU

155623813.pngCaroline Parmentier

Présent cliquez ici

Un obus israélien a tué jeudi (24/7) quinze personnes dans une école de l‘ONU de la bande de Gaza, alors que le bilan de l‘opération militaire contre le Hamas a dépassé vendredi les 800 morts palestiniens en 17 jours de raid.

Dans cette école de l'Agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), située à Beït Hanoun, dans le Nord de l'enclave palestinienne, où étaient hébergées des personnes déplacées par les combats, il y avait des femmes, des enfants et des employés de l'Organisation.

L'armée israélienne a déclaré avoir riposté à des tirs de roquette par des combattants du Hamas, depuis la zone de Beït Hanoun. Quelque 110 000 civils de Gaza, où s'entassent 1,8 million d'habitants, se sont réfugiés dans les écoles de l'UNRWA. 116 écoles de Gaza, dont 75 de l'UNWRA, ont été endommagées par les tirs israéliens depuis le 8 juillet.

Le conflit menace en outre de s'étendre à la Cisjordanie occupée, où de violents affrontements entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes ont fait un mort jeudi soir.

Trêve élusive

Dans ce contexte, le cabinet de sécurité israélien devait se réunir vendredi pour discuter une proposition de cessez-le-feu transmise au Premier ministre Benjamin Netanyahu par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, lors d'une rencontre mercredi à Tel-Aviv.

« Si le Hamas accepte la proposition américaine, il n'est pas impossible qu'il y ait aussi une décision israélienne pour l'accepter », a indiqué la radio publique.

« L'espoir de cessez-le-feu qu'avait fait naître John Kerry mercredi est toujours vivant », a assuré de son côté jeudi le président palestinien Mahmoud Abbas après avoir rencontré le roi Abdallah de Jordanie. Il a demandé que soit appuyée la proposition égyptienne de cessez-le-feu rejetée par le Hamas la semaine dernière.

Le lourd bilan des pertes civiles suscite de fortes critiques contre Israël. Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a diligenté une enquête sur de possibles « crimes de guerre » commis par l'armée tout en dénonçant les attaques aveugles du Hamas en Israël. Ce qui a provoqué la colère du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, qui a dénoncé « une parodie de justice » et a de nouveau accusé le Hamas d'utiliser la population de Gaza comme « bouclier humain ».

Israël semble déterminé à mener à terme son opération visant à détruire l'arsenal militaire du Hamas et de son allié du Jihad islamique, notamment les roquettes et tunnels utilisés pour les attaques au cœur de l'Etat hébreu.

« Nous ne ferons aucun compromis sur cet objectif », a prévenu le ministre de l'Intérieur, Gédéon Saar. Youval Steinitz, chargé du Renseignement, a même évoqué « l'option de la prise de contrôle de la bande de Gaza », gouverné par le Hamas depuis 2007.

Avant d'étudier tout cessez-le-feu, le mouvement islamiste exige une levée du blocus imposé depuis 2006.

« Nous voulons un aéroport, un port, nous voulons nous ouvrir au monde. Nous ne voulons pas être contrôlés par une frontière qui fait de Gaza la plus grande prison du monde », a affirmé le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, dans un entretien jeudi à la BBC.

Les millions de Hollande

De son côté le président François Hollande, toujours dispendieux avec notre argent, a annoncé le déblocage par la France de 11 millions d'euros pour l'aide humanitaire à Gaza. Sur ces 11 millions d'euros, huit seront versés à l'Autorité palestinienne, installée en Cisjordanie, et trois aux Nations-Unies et à des organisations non gouvernementales (ONG).

11:11 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 25 juillet 2014

Le JT de TV Libertés de jeudi soir :

12:28 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean-Marie le Pen soutient Anne-Sophie Leclère et Dieudonné apporte quelques précisions...

12:26 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Philippe Randa : les “sans-papiers” sont une imposture volontaire de langage

Roman-noir-demandeurs-Asile-e.jpgPhilippe Randa, ancien auditeur de l’Institut des Hautes Études de Défense nationale, est l’auteur de plus d’une centaine de livres… Il est également éditeur et chroniqueur politique. Ses articles sur Internet (Synthèse nationale, Boulevard Voltaire, etc.) et ses billets d’humeur (Présent) sont régulièrement repris sur de nombreux sites Internet. Il vient de publier Le Roman noir des demandeurs d’asile, préfacé par Jean-Yves Le Gallou, aux éditions de l’Æncre. Sans traiter l’historique de ce droit qui fut, comme l’écrit Le Gallou, « l’honneur de la France », l’auteur en aborde les dérives et les abus. Gouffre financier, ce droit généreux ne prend pas en considération les droits des français à la « souveraineté, à l’identité, à la sécurité et au respect civilisationnel. » Rencontre avec l’auteur. – C.R.

Pourquoi vous êtes-vous intéressé à ce sujet ?

Sur la question des demandes d’asile, je me suis aperçu que l’opinion publique a été fortement marqué par les réfugiés chiliens dans les années 70 du siècle dernier après le putsch du général Pinochet au Chili : la propagande de gauche et d’extrême-gauche ont convaincus nombre de nos compatriotes que tout opposant chilien était alors systématiquement torturé et exécuté, sans jugement aucun et cela même plusieurs années après la chute de Salvadore Allende… Fortement marqué par cette manipulation, les Français sont pour beaucoup ignorants des réalités de la question des Demandeurs d’asile en cette deuxième décennie du XXIe siècle… Dans leur esprit et quelles que soient leurs propres opinions politiques, de telles demandes sont peu ou prou légitimes sur le fond… Mais cette vision, c’était avant ! Depuis longtemps, la majorité des demandes d’asile s’avère être uniquement de la migration économique. Avec deux mamelles – les trafics humains d’une part et les subventions aux associations d’autre part – où s’abreuvent quantité d’acteurs peu scrupuleux.

Ce n’est d’ailleurs pas seulement vous qui l’affirmez…

Non, comme je l’ai indiqué en introduction de mon livre, Manuel Valls l’a lui-même reconnu dans les colonnes du Monde, en mai 2013…

Votre livre est-il exhaustif ?

Comment pourrait-il l’être, alors que chaque jour, nous assistons à de nouveaux coups de boutoirs d’une immigration-colonisation pas même ralentie, contrairement aux affirmations de nos gouvernants… On ne peut d’ailleurs plus le dissimuler : les tentatives de pénétration du continent européen via par exemple l’île de Lampedusa font désormais régulièrement la une de l’actualité… mais généralement lorsqu’un drame humain se produit, soit lorsqu’un bateau où se sont entassés des centaines de femmes et d’hommes fait naufrage avant d’avoir pu atteindre les côtes… Les associations pro-immigration jouent alors sur la pitié, non seulement pour culpabiliser « l’homme blanc », mais aussi pour récolter des fonds : l’un n’empêche pas l’autre, mais surtout, l’un est très profitable à l’autre : Y’a bon la culpabilisation !

Vous dénoncez ainsi les maffias qui tirent profit de ces demandes d’asile…

Elles sont régulièrement dénoncées, mais très difficilement mise en périls. Et pour cause ! Les multiples associations politisées à outrance – dont beaucoup sont financées sur fonds publics – n’hésitent jamais à monter aux créneaux, sous tous les prétextes possibles, pour entraver l’action des forces de l’ordre ; quand à la Justice où les membres du Syndicat de la Magistrature sont si nombreux, tout lui est bon pour laisser le temps aux pseudos-réfugiés de s’échapper dans la nature, de récupérer par des filières parfaitement au point de « faux-papiers » – rappelons que les « sans papiers » sont une imposture volontaire de langage pour apitoyer « l’homme blanc » et masquer l’image de ce qu’est réellement un clandestin : avant tout un délinquant ! – puis de lancer la procédure de naturalisation, aidés par les mercenaires de la cause imigrationniste : militants associatifs, avocats…

Vous consacrez d’ailleurs un chapitre à ces cabinets d’avocat spécialisés : vous parlez de juteux business…

Entre 2008 et 2012, les frais de dépenses liées au contentieux des étrangers pour les préfectures ont doublé : de 8,5 millions d’euros, ils sont passés 16,6 millions d’euros. Les « cochons de contribuables » apprécieront ! Chaque dossier rapporte entre 600 et 3 000 euros et certains avocats traitent jusqu’à 1000 dossiers par an. Des chiffres explicites, non ?

Vous révélez, documents à l’appui, que des sites africains font la promotion des « bons plans » du demandeurs d’asile…

Un exemple parmi d’autres : un site sénégalais compare pour le demandeur d’asile les avantages respectifs des « bons plans », des « réfugiés clitoridiens » (le pack Clit’Cut®) et ceux des voyages sportifs ou artistiques (les packs immigr’Art® ou immiSport®)… Le chantage humanitaire à l’excision des petites filles ou à la persécution des homosexuels est effectivement très efficace ; il s’agit alors, simplement, de suivre avec une certaine rigueur, la procédure administrative… « La demande d’asile expliquée aux nuls », en  quelque sorte !

(Propos recueillis par Catherine Robinson, paru dans Présent du vendredi 25 juillet 2014)

Le roman noir des Demandeurs d’asile, Philippe Randa, préface de Jean-Yves Le Gallou, Éditions L’Æncre, collection « L’Essentiel », 150 pages, 21 euros.

10:39 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 24 juillet 2014

Le n°36 de "SYNTHESE NATIONALE" : avez-vous pensé à vous abonner ?

sn36 une.jpg

122 pages - 12 €

Au sommaire :

Editorial de Roland Hélie : Nous voulons notre libération !

Jacques Cordonnier : Europe, nations, régions, quel avenir ?

Mouvement normand : les dés roulent à nouveau…

Francis Bergeron : le rêve effondré d’une Europe aux cent drapeaux…

Patrick Parment : L’Europe face aux défis migratoires…

Arnaud Raffard de Brienne : Le Traité transatlantique contre les nations européennes...

Luc Pécharman : l’Education, mère des batailles…

Patrick Parment : un nationaliste prend le pouvoir en Inde...

Pieter Kerstens : l'Oncle Sam irait mieux…

Armand Gérard : Degrelle-Hergé, même combat…

Georges Feltin-Tracol : les livres aux cribles

Les pages du Marquis

Et les rubriques habituelles…

AIDEZ-NOUS A DIFFUSER NOS IDEES,

ABONNEZ-VOUS !

Commandez ce numéro cliquez ici

Abonnez-vous cliquez là

Bulletin d'abonnement cliquez ici

C'est grâce aux abonnements à la revue Synthèse nationale que ce site peut vous informer quotidiennement...

16:20 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dès à présent, vous pouvez prendre votre billet d'entrée (ou acheter un carnet de billets) pour la 8e journée de Synthèse nationale (dimanche 8 octobre à Rungis)

8 JNI 1.jpg

Pour prendre dès maintenant votre billet cliquez ici

16:18 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 23 juillet 2014

Mobilisation en faveur des chrétiens d'Irak...

tumblr_n966rnYt941rnng97o1_1280.jpg

23:49 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean Raspail sur TV Libertés

23:44 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de mercredi soir :

23:40 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol...

homepage_logo.jpg

3,50 €, chez votre marchand de journaux

23:38 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

3583755904.3.jpg

Robert SPIELER

 

RIVAROL N° 3150 du 17 juillet 2014

 

ELIZABETH Badinter est l’épouse de Robert Badinter. Née Bleustein-Blanchet (son père, Marcel, est le fondateur du groupe de publicité Publicis), elle est une femme de lettres, philosophe, féministe et se retrouve à la tête d’une confortable fortune. D’origine juive, défenseur de la laïcité, elle a osé commettre ces propos, il y a quelques jours sur Europe 1 : « Je ne comprends pas que l’on tolère les kippas dans les écoles publiques ».

 

PAS DE KIPPAS DANS LES ÉCOLES PUBLIQUES !

 

Et, histoire d’aggraver son cas : « Je ne comprends pas que la mairie de Paris ait subventionné et continue de subventionner les écoles Loubavitch ». Courageuse, inconsciente ou tout simplement suffisamment riche pour n’avoir peur de rien ?

 

ALERTE ! ET VOICI QUE LE FILS DE TRIERWEILER SE MET LUI AUSSI À TWEETER !

 

On sait que Louis Sarkozy, le fils de son père, avait dénoncé dans un tweet « l’acharnement » dont l’ex-chef de l’État ferait l’objet de la part de la Justice française. L’adolescent courait au secours de son père, ce qu’on ne peut pas lui reprocher. Et voici que Léonard Trierweiler, le fils de la harpie, s’y met aussi. Dans un tweet adressé à Louis Sarkozy, Léonard Trierweiler a fait savoir à l’autre adolescent : « l’appartenance syndicale n’empêche pas un juge d’être impartial ». Si c’est lui qui le dit… Mais ce n’est pas fini. Alors que le Brésil était humilié par l’Allemagne pour la première demi-finale de la Coupe du monde le 8 juillet, Louis Sarkozy a twitté sur ce désastre à la mi-temps de la rencontre. « Le génocide brésilien ». Léonard Trierweiler a rapidement réagi à ce tweet : « Franchement Sarko-Junior, lâche Twitter et retourne pêcher le mérou ». Pourquoi le mérou ? Louis Sarkozy a récemment publié une photo de lui avec un masque et un harpon prêt pour partir pêcher. Voilà à quoi s’amusent les fils Sarkozy et Trierweiler…

 

ALERTE ! ET VOICI QUE LE FILS DE FABIUS RÉCIDIVE !

 

C’est Le Point qui raconte cette histoire. Le fils du ministre des Affaires étrangères fait une nouvelle fois parler de lui à cause de ses démêlés avec les autorités. Mis en cause en 2013 dans une affaire de faux, blanchiment et escroquerie, et mêlé à une affaire de disparition de dette au casino, Thomas Fabius a récemment été interpellé par la police. Selon les informations du Point, l’homme de 32 ans a été arrêté après avoir « forcé un barrage de police et grillé un feu au volant de son Audi cabriolet ». Pris en chasse par la police, il a été interpellé quelques rues plus loin, avant d’être “escorté” au commissariat de l’arrondissement et d’être relâché quelques heures plus tard, sans être placé en garde à vue. Il n’avait évidemment pas manqué de signaler aux policiers qu’il était le fils de son père… Condamné pour abus de confiance en 2011, Thomas Fabius, 32 ans a déjà eu quelques petits problèmes avec la justice. Connu pour être un flambeur, il a été reconnu coupable d’abus de confiance et condamné à payer 15 000 euros d’amende en 2011. L’année dernière, il a également été visé par une information judiciaire portant sur un appartement parisien de plus de 7 millions d’euros qu’il aurait acheté alors qu’il se déclare non-imposable.

Capture 1.JPG

BERNARD CAZENEUVE : “UNE FRANCE PEU À PEU NAUSÉEUSE

 

Personne évidemment ne connaît Bernard Cazeneuve qui, paraît-il, est ministre de l’Intérieur. Mais il mérite d’être connu. Bernard Cazeneuve hait la France chrétienne. Petit rappel des propos qu’il a livrés, il y a quelques mois, à Famille chrétienne. Pour lui, évoquer les racines chrétiennes de la France, c’est « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse ». Ce ne serait pas lui qui serait “nauséeux” ?

Capture 2.JPG

UN “NÉO-NAZI” AU PARLEMENT EUROPÉEN !

 

Horresco referens : un “néonazi” siégera au sein de la commission des libertés civiles du Parlement européen. Martin Schulz, le Président du Parlement européen, et des organisations juives s’en étranglent d’indignation. Le supposé “néonazi” n’est autre qu’Udo Voigt, ancien Président du Parti national-démocrate d’Allemagne (NPD), élu député européen. Ça couine évidemment sec dans le Landerneau. La Jewish Telegraphic Agency, relayée par le site de la Licra, n’en peut plus. Voigt aurait tenu des propos élogieux à l’égard d’Adolf Hitler et serait révisionniste. Les phrases définitives n’ont pas tardé à éclore. Moshe Kantor, président du Congrès juif européen a déclaré : « C’est l’ultime insulte aux juifs européens et à l’Union européenne elle-même », intimant l’ordre à l’Europe de « refuser à cet homme de participer aux travaux du comité ».Quant à Stephan Kramer, directeur du American Jewish Committee’s European Office on Anti-Semitism, il déclare : « L’idée qu’un néo-nazi soit un défenseur des droits de l’homme en Europe est écœurante ». Toujours les grands mots…

 

UNE HISTOIRE DE FOOT

 

Les Rivaroliens passionnés de football apprécieront cette histoire. Il y a dix jours, John Bieniewicz, 44 ans, qui a une épouse et deux fils, arbitrait un match de football disputé dans la banlieue de Détroit (Michigan). Cet inconscient, tendance suicidaire, adressa un carton rouge (expulsion du jeu) à un des joueurs .Ce dernier, fou de rage, lui asséna un violent coup de poing à la tête. Il en mourut. Baseel Abdul-Amir Saad s’était ensuite enfui en faisant un doigt d’honneur aux spectateurs…

 

UNE GIGANTESQUE MOSQUÉE À BARCELONE ?

 

L’information semble confirmée. Une gigantesque mosquée prendrait la place des arènes de Barcelone. Sous réserve de l’approbation de la municipalité et de l’octroi du permis de construire. Le Qatar serait prêt à payer 2,2 milliards d’euros pour le rachat du monument et l’aménagement des 10 000 m2 disponibles. La mosquée pourrait contenir 40 000 places avec un minaret de 300 mètres de haut, une école coranique de 300 étudiants, une salle de conférence, un musée d’art et d’histoire islamique, un centre d’investigation sur l’histoire d’Al-Andalus, une bibliothèque, une salle de célébration des mariages, un restaurant et des locaux commerciaux. Bien implanté en Catalogne via sa fondation Qatar-Catalogne, l’émirat est aussi le sponsor principal de l’équipe de football de Barcelone.

 

LE ROI, VITE !

 

C’est Robin de la Roche qui a fait paraître sur le site boulevard Voltaire un article donnant des arguments des plus pertinents en faveur de la monarchie. Il pose la question : Qui sert son pays plus honorablement ? La Reine d’Angleterre qui a donné sa vie entière à son royaume, ou Hollande qui enfonce le pays, le ridiculise à l’international, Sarkozy mis en examen, etc. etc. ? Il estime que la solution pour s’assurer qu’un chef d’Etat ne soit soumis à aucune tentation est qu’il conserve sa position de Chef d’Etat jusqu’à la fin de ses jours. Quant à l’aspect financier, il calcule que la république coûte bien plus cher que la monarchie. Ses arguments sont assez pertinents. Il rappelle que selon un document de l’Assemblée nationale, l’Elysée dispose en 2014 d’un budget de 101,7 millions d’euros. Selon le Conseil Constitutionnel, l’élection présidentielle, à elle seule, coûte plus de 200 millions d’euros au contribuable. Sur 10 ans, la République et son président coûtent donc 1,4 milliard d’euros. Comparons ces chiffres à ceux du Royaume-Uni. Chaque année la reine et son mari se voient allouer un budget de fonctionnement de 30 millions d’euros. La famille royale reverse au Trésor Public environ 200 millions de livres provenant des bénéfices des domaines royaux (des milliers d’hectares), y compris des subventions de Bruxelles au titre de la politique agricole commune ! Coût brut de la couronne britannique sur 10 ans : 390 millions d’euros, c’est à dire moins d’un tiers du coût du Président en France…

 

BRAVO, ROBERT MÉNARD !

 

Samedi 5 juillet 2014 : le jour anniversaire des massacres d’Oran de 1961. Robert Ménard, maire de Béziers, s’incline et prononce des paroles émues au pied de la stèle située dans le cimetière de la ville. Une stèle qui fait couiner certains. Elle rend hommage à des héros de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) qui furent fusillés pour avoir défendu leur idéal. Quatre hommes que les partisans de l’Algérie française n’oublieront jamais : Albert Dovecar, Claude Piegts, Jean-Marie Bastien-Thiry, organisateur de l’attentat manqué contre De Gaulle au Petit-Clamart, et Roger Degueldre, le fondateur des commandos Delta. Il rappelle : « Je suis né à Oran, mon père a failli être tué ce jour-là. Il y a un déni de réalité sur ce qui s’est passé… Les critiques ? Je m’en contrefiche ». Ce Ménard venu pourtant de la gauche ne manque décidément pas d’un certain courage !

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

19:46 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de mardi soir :

09:17 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 22 juillet 2014

Le nouveau livre de Richard Roudier sur le découpage anti-identitaire de la France

Couverture.jpeg

«Monsieur le Président, un gouvernement doit toujours avoir une méthode visible à chacun et celle-ci ne doit jamais paraître de son invention, sinon…

Sinon, il laissera infailliblement la place aux soupçons d’arbitraire ou d’arrangements louches. Ainsi, tout découpage territorial sera forcément suspect s’il n’obéit pas à une méthode vérifiable par tous, y compris jusqu’aux enfants des classes primaires… L’évidence est la vertu d’un découpage territorial ; l’obscurité est son crime, ne le savez-vous pas ?»

Contre la région découpée par François Hollande au mépris de l’Histoire et de la Géographie, Richard Roudier propose un découpage identitaire selon les anciennes aires linguistiques mais corrigé par des aspects fonctionnels…

Richard Roudier – Lettre Ouverte au Président à propos de la réforme des régions, réponse au bazar anti-identitaire – 12€+ 3€ de frais de port – 125 pages

Pour le commander, cliquez ici

18:18 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« IL EST NECESSAIRE QUE LES CASSEURS SOIENT LES PAYEURS ».

index.jpg

Pieter Kerstens

Ainsi s’exprimait le Premier ministre Jacques Chaban-Delmas, le 7 avril 1970, dans un entretien télévisé face à Pierre Desgraupes.

Une loi du 4 juin 1970, abrogée en 1982 (sous Mitterrand I) fut remplacée le 2 mars 2010 par la loi n° 2010-201 « sur les violences en bande » et renforçant la lutte contre les violences volontaires de groupes et la protection des personnes chargées d’une mission de service public ou de dégradations ou de destructions de bien.  Les délinquants sont passibles d’un an de prison et de 15.000€ d’amende.

Cet article est distinct de l’association de malfaiteurs et de celui des délits d’attroupements.

Ce à quoi nous avons assisté depuis 2 mois, lors des matchs concernant l’Algérie lors de la Coupe du Monde, à 4 reprises, ainsi qu’aux manifestations des 13, 14 et 19 juillet, répond parfaitement au cadre de cette loi.  Prochaine manifestation à Paris prévue ce mercredi 23/07.

 « Ouane, tout, tri : retourne dans ton pays ! ».

Durant les soirées foot-algérien, des dizaines de milliers d’immigrés ont clamé leur attachement à leur terre africaine, en saccageant par plaisir les biens publics et privés, lors de manifestations non autorisées.  Combien de condamnations ?

Plus curieusement, les médias n’ont soufflé mot sur le nombre de véhicules brûlés durant la nuit du 14 juillet. Un, deux ? 10, 20 ? Plus de 100 ?  Pas de communication de la part des préfectures. Il ne faut pas « stigmatiser »… Mais de Roubaix à Marseille et de Toulouse à Strasbourg, quelques entrefilets dans la presse locale laissent supposer que ces « débordements d’enthousiasme parmi les jeunes » ont été fort nombreux et s’imposent comme une tradition crapuleuse, de la part d’inassimilables.

 « A Paris comme à Gaza : Intifada ! »

Orchestrés par le Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA) du sieur Besancenot, les rassemblements (13/07 et 19/07) en faveur de la Palestine, suscitent réactions, exaspérations, colères et violences urbaines des différentes parties en cause.

Cette situation n’est pas nouvelle et l’importation du désespoir des Palestiniens dans l’Hexagone comme ailleurs en Europe existe depuis plus de 40 ans !  Les Régimes laissent faire et condamnent du bout des lèvres les exactions des uns et des autres.  Cette indulgence et cette complaisance conduisent inévitablement à encourager les délits pour lesquels les juges prétextent l’ « excuse », comme nous en sommes les témoins depuis trop longtemps.

De son côté, le militantisme sioniste est dirigé par des groupes de pression politiquement organisé, autoproclamé, qui impose ses intérêts, ses désirs et ses choix, en taxant d’« antisémite » tout ceux qui ne sont pas d’accord avec eux. Ou encore de « Palestine on t’enc..le ! », tel le 13/7.

Certains prétendent que l’Occident doit défendre l’état d’Israël car situé aux avant-postes du Djihad. Quel Occident ? Celui de Washington à Tokyo et de Ryad à Londres ?  Celui des banksters de Wall Street et des eurocrates de Bruxelles ?  L’Occident du complexe militaro-industriel yankee et des conglomérats du business agro-alimentaires ?  Sachons raison garder !

Depuis 40 ans, ni à Paris, ni ailleurs en Europe, aucune organisation juive n’a JAMAIS participé ou soutenu les manifestations ou les meetings publics des nationalistes qui, dès 1973, condamnaient « l’immigration sauvage » cause de l’islamisation de nos quartiers.  JAMAIS les sympathisants de l’Etat d’Israël n’ont combattu les politiciens de l’UMPS et la mafia socialo-libéro-écolo-capitaliste aux manettes à Bruxelles, responsables de l’immigration/colonisation des pays européens ! Soyons clairs : ce ne sont pas nos alliés et encore moins nos défenseurs !

La Reconquista de nos villes et de nos villages ne commence pas à Yad Vashem ou devant le mur des lamentations, mais dans les rues de Copenhague ou de Birmingham, à Athènes ou à Barbès.  Il faut le dire et punir les élus qui sabotent les valeurs de l’Europe blanche.

14:37 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook