samedi, 29 novembre 2014

Vendredi 5 décembre, à Montpellier : BESANCENOT - PARISOT, MEME COMBAT !

élement montpel.jpg

01:48 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 novembre 2014

RAPPEL : dimanche 7 décembre, à Rungis

Terre_et_Peuple_2014.jpg

Intervention de Pierre Vial lors de la 8e Journée de Synthèse nationale le 12 octobre dernier :

Gabriele Adinolfi sera à Rungis le 7 décembre

adi gab 2014 TP.jpg

Vous pouvez déjà le commander en ligne cliquez ici

BULLETIN DE COMMANDE

15:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

COLONISATION ISRAELIENNE : UN VERITABLE CHIFFON ROUGE !

colonisation2.jpgLe bloc note

de Jean-Claude Rolinat

Dans le numéro 4069 de Valeurs actuelles daté du 20 novembre, il est écrit respectivement sous la signature de François d’Orcival et d’Olivier Hanne, que « la reconnaissance unilatérale par la France d’un Etat palestinien » (serait un coup de poignard) et « qu’Israël est la muraille objective », sous-entendu contre « l’Etat islamique »…

Avec ces  deux affirmations, c’est faire l’économie d’une « Guerre de Cent ans » qui oppose Arabes et Juifs en Palestine, passer sous silence l’édification d’un mur qui ceinture les enclaves palestiniennes et oublier le grignotage constant de la Cisjordanie (West Bank), par des colons hébraïques. Lesquels, parfois, étaient encore à New-York quinze jours avant  de s’installer !

Si  la déclaration de lord Balfour de 1917 reconnaissait aux Juifs le droit d’avoir un « Foyer National », consacré par le partage Onusien de 1947,  jamais suivi d’effets - il est vrai,  en partie à cause du refus contre-productif arabe – rien n’autorise, juridiquement, historiquement, ni moralement  le développement d’un  « Grand Israël ».

Je suis allé pour ma part, deux fois en Terres Saintes, en 1963 et en 2011. J’ai (presque !) tout vu, si tant est que l’on puisse jamais connaitre tout un pays : paysages et sites bibliques, kibboutz, villes nouvelles et cités anciennes, et j’ai  discuté avec des militaires, etc…

En 1963, Israël était un Etat laïc, pionnier, bâtisseur et majoritairement peuplé d’Ashkénazes. Il attirait une naturelle sympathie, entouré qu’il était par des ennemis déterminés à le rayer de la carte. En 2011,  j’ai découvert un pays beaucoup plus religieux, expansionniste et grandement habité par des Sépharades.

Entre-temps, les accords d’Oslo ont été une chance gâchée, d’une part par l’intransigeance d’un Yasser Arafat qui n’avait pas l’étoffe d’un homme d’Etat et, d’autre part, par l’assassinat (commis par un Juif !) du général Rabin. L’implantation de colonies de peuplement sur des terres dévolues aux Arabes palestiniens agit comme  un chiffon rouge face à un taureau !

La Cisjordanie, telle la France occupée par les Allemands, est « saucissonnée » et le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, n’a pas plus de pouvoirs à Ramallah, son « Vichy exotique », que n’en avait le Maréchal Pétain après 1942 dans sa ville d’eau…

Si le gouvernement sourd et aveugle du Premier ministre Benyamin Netanyahu voulait VRAIMENT la paix et  retirer, ainsi, toutes justifications aux très regrettables actes terroristes perpétrés contre ses concitoyens, il arrêterait immédiatement l’annexion rampante de la Cisjordanie, et concèderait à l’OLP une sorte de «Vatican » enclavé dans Jérusalem. Les Arabes de Palestine pourraient, enfin, y faire siéger leurs institutions. C’est, encore, matériellement possible ! De plus, les frontières POLITIQUES pourraient ne pas coïncider avec les limites  STRATEGIQUES nécessaires à la sécurité d’Israël. Il est clair que ces dernières doivent être sur le Jourdain, compte-tenu de l’étroitesse du couloir entre l’ancienne « ligne verte » et la mer.

Que risque l’Etat hébreu à jouer cette carte ? Il détient l’arme absolue, son armée est la première du Proche-Orient et Egypte comme Jordanie, ses deux plus importants voisins, l’ont diplomatiquement reconnu, une première dans le  monde arabe.

Si les Arabes n’acceptaient pas cette main tendue, leur mauvaise foi apparaitrait comme une évidence. En attendant, c’est Israël  qui a le mauvais rôle et n’est pas un rempart contre l’Islamisme, mais, à contrario, un excitant, un AIGUILLON ! Pour désarmer la haine nourrie par les stigmates de l’occupation, il ne reste que la négociation, pas la politique du bâton.

15:10 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de jeudi soir :

15:09 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 novembre 2014

A l'occasion de la sortie de son nouvel album, Aramis répond aux questions du quotidien Présent

C-a-calme.jpg

Je me souviens de la parution de votre excellent recueil de dessins parus dans Minute intitulé Un pastiche, sinon rien ! Il s’agissait du Minute de quelle époque ?

Du Minute de Serge de Beketch, dans les années 1990-1993. A cette époque, avec ADG, on rigolait bien. Et puis ces pastiches m’amusaient beaucoup, même si j’en bavais quelque fois pour les faire. Enfin, je n’ai jamais été censuré. Et la liberté de ton est quand même quelque chose d’appréciable.

Avez-vous fait paraître d’autres recueils de dessins de presse, avant ce tout dernier, Ça calme ?

Je suis un intermittent du dessin. Donc il y a forcément des coupures dues à mes autres occupations. Mais, en publiant deux recueils avec vingt ans d’écart, je colle au plus près de l’esprit Dumas (Alexandre, pas Roland).

Vous avez longtemps été dessinateur de presse : pour Minute à diverses époques, ou pour Présent. Mais quel est ce Journal du chaos que vous mentionnez en fin de volume, en indiquant que les dessins de ce dernier recueil sont parus dans Minute et dans le Journal du chaos ?

Il s’agit du blog d’un de mes amis. Une fois par semaine, il reprenait un de mes cinq dessins hebdomadaires.

Quels sont vos meilleurs souvenirs de la longue période durant laquelle vous avez dessiné pour Présent ?

Je conserve d’excellents souvenirs de la période François Brigneau, pour lequel j’ai toujours éprouvé une grande affection.

Nous plaisantions alors beaucoup les uns avec les autres, peut-être plus avec Sanders, Jean Cochet et Pierre Durand. On ne se prenait pas au sérieux et on y croyait.

Nous passions aussi de bons moments après le bouclage, même si nous nous levions tôt, trop tôt à mon goût. Il nous arrivait de gueuletonner autour de François et de refaire le monde, ou de parler littérature jusqu’à plus soif. J’avais alors le sentiment que nous ne nous quitterions jamais.

Enfin, nous côtoyions des personnages de grande qualité : François Leger, Georges Laffly, Claude Adam, Pierre Monnier, Yves de Verdilhac, l’auteur du Prince Eric. Sans oublier mon bon maître, Georges-Paul Wagner. Tous aujourd’hui disparus.

Quelle est votre tête de turc préférée ?

Le marché est saturé.

Vous arrive-t-il d’illustrer des oeuvres littéraires ?

Parfois, mais peu. J’ai illustré des couvertures de livre aux éditions de L’Age d’homme. Un ouvrage de Pol Vandromme publié par Marc Laudelout du Bulletin Célinien, une édition pour bibliophiles de La Varende. J’ai aussi été pillé pour un album sur Jacques Laurent paru chez Veyrier.

Propos recueillis par Anne Le Pape

Aramis, Ça calme !, Les bouquins de Synthèse nationale, 23 euros (+ 3 € de port).

Commandez-le en ligne cliquez ici

Entretien paru dans Présent du 22 novembre 2014 cliquez là

18:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vendredi soir, Présent reçoit ses lecteurs. Aramis, et bien d'autres, seront au rendez-vous

Présent aramis.jpg

Le nouvel album d'Aramis : cliquez ici

18:20 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Carl Lang à Nice : un entretien avec Dtom

10609406_571791762954310_6106836015379295921_n.jpg

Par Jean-René LAGET, Directeur de Dtom cliquez ici

Je rencontrais Samedi 22 Novembre 2014 dans un restaurant à Nice le Président du Parti de la France, Carl LANG venu rencontrer ses troupes maralpines et le nouveau responsable de sa toute nouvelle section mentonnaise. Des troupes remontées à bloc venues acclamer l’Espoir d’une fédération de la Droite Nationale et patriote déjà débutée en 2011 avec la création de l’UDN, Union de la Droite Nationale, dont le MNR jadis de Bruno MEGRET et la NDP, Nouvelle Droite Populaire font partie.

JRL : Bonjour Monsieur le Président

CL : Bonjour. 

JRL : En ce jour de lancement de la section mentonnaise et de votre visite dans les Alpes Maritimes, dtom.fr vous a proposé de vous rencontrer et de réaliser votre interview. Tout d’abord, nous allons procéder à votre présentation. 

CL : Le Parti de la France a été fondé en 2009. Pour ce qui me concerne, de 1978 à 2008, c’est à dire entre ma vingtième et ma cinquantième année, j’ai été membre du FN. A deux reprises son Secrétaire Général de 1988 à 1995 et de 1998 à 2005. Député Européen de 1994 à 2009 et Conseiller Régional du Nord Pas de Calais de 1992 à 2010. J’exerce, et de nouveau, ma profession de masseur-kinésithérapeute. 

JRL : Présentez-nous votre parti, le Parti de la France ainsi que l’UDN, l’Union de la Droite Nationale. 

CL : Le Parti de la France est un parti de Droite Nationale et Européenne. J’insiste sur : Droite, Nationale et Européenne. Dans le domaine économique, il défend les valeurs de Droite de promotion de l’entreprise, du travail, des libertés économiques, du refus de l’étatisme, du fiscalisme et du collectivisme. Des valeurs pour sortir la France de l’ornière économique et sociale dans laquelle elle se trouve. A la fois national et européen car je considère en effet qu’il faut réaffirmer les droits du Peuple Français à disposer de lui-même et à rester lui-même. Fier de son histoire, de son identité, de sa culture. Mais cette démarche nationale s’inscrit dans un enjeu de civilisation. Notamment de la défense des valeurs européennes et chrétiennes. Tous les patriotes des nations d’Europe devront relever ensemble au cours du 21 ème siècle les mêmes défis : démographique, migratoire, culturel, islamique et économique et social. 

JRL : Aujourd’hui, quelles sont les relations que vous entretenez avec le FN, notamment depuis Brignoles ? Jean-Paul DISPARD, ancien Conseiller Général frontiste, puis candidat du Parti de la France lors des élections cantonales partielles d’Octobre 2013 est-il toujours en relation avec ce dernier ? 

CL : A ma connaissance, non et je conserve un certain nombre de relations personnelles avec des dirigeants et militants du FN. Mais le FN de Marine LE PEN refuse tout contact avec la véritable Droite Nationale et ce au nom de son obsession à la normalisation médiatique d’où la dérive toujours plus à Gauche de son discours. Pour le reste le Parti de la France est favorable au rassemblement le plus large possible de toutes les composantes de la Droite Nationale et patriotique. Nous devons nous organiser ensemble au nom de l’intérêt national et quelques soient nos différences de sensibilités afin de préparer le redressement français.

JRL : Outre les relations que vous entretenez avec le MNR et la NDP et des associations politiques ou des non relations avec le FN, entretenez-vous des relations avec d’autres partis comme DLF (Debout La France), le RPF, Ligue du Sud, CPNT ou bien des associations politiques et mouvements tels que la Manif Pour Tous, le Printemps Français ou bien l’Avenir Pour Tous de Virginie TELLENNE alias Frigide BARJOT ? 

CL : Par principe, le Parti de la France est favorable au développement de toute forme de coopération et d’action avec les organisations, associations et politiques qui agissent dans le sens du redressement national et de la défense de la Patrie. Je crois que l’avenir, par souci d’efficacité, imposera les modes de collaborations et d’actions communes. Je crois à l’Union des droites. Je n’ai pas d’ennemi à Droite. 

JRL : On l’a vu récemment, le Parti de la France se relance sur les réseaux internet : nouveau compte officiel twitter, le Réinfo, la nouvelle présentation du site national, pouvez-vous nous en dire plus ?

CL : Nous constatons la Politique du système d’omerta pratiqué à l’endroit du Parti de la France par les grands médias partisans du système et nous ne pouvons donc que compter sur nous même. Le système médiatique a concédé pour des raisons stratégiques utiles à la Gauche un monopole à Marine LE PEN en dehors de l’UMP et des autres partis du système. Nous avons donc mis en place un nouveau pôle de communication sur notre site internet avec des magazines bimensuels de réinformation et 1 ou 2 fois par mois des invités politiques qui ne sont pas nécessairement membres du Parti de la France. Nous espérons à ce titre avoir le plaisir de recevoir le Président du RPF dans le souci d’établir des liens politiques plus importants parmi les représentants de la vraie Droite Française. 

JRL : Le Parti de la France sera-t-il sur la ligne de départ des départementales (ex cantonales) et régionales et aux côtés de qui ? 

CL : La réponse à cette question est liée à nos capacités de financements des campagnes électorales. Nous ne disposons pas de financements publics. Ce sont les militants qui financent. Nous concentrerons probablement nos efforts dans certains secteurs ciblés de ce que j’appelle « le harcèlement électoral » et ce dans l’attente de pouvoir dans le futur mener de grandes batailles rangées politiques. Dans cet esprit, le Parti de la France et l’UDN peuvent soutenir d’autres secteurs de candidats patriotes qui défendent les principes et nos valeurs. Je reste favorable à l’Union à la base des patriotes de la Droite Nationale. 

JRL : Si on vous dit aujourd’hui « Jean-Marie LE PEN », cela vous inspire quoi ? 

CL : Je pense que Jean-Marie LE PEN a eu l’immense courage de fonder et porter le FN depuis plus de 40 ans. Aujourd’hui il est marginalisé dans son propre mouvement. Sa fille et son entourage n’attendent avec impatience qu’une chose : qu’il disparaisse de la vie politique. 

JRL : On a notamment lu votre communiqué concernant l’élection de Monsieur Pierre-Marie VERDIER à la tête de la commune de Besmont (02) sur une liste d’intérêt communal. Combien d’élus composent votre parti, et notamment de maires, maires adjoints, élus Parti de la France ou Divers Droite (DVD), etc… ? 

CL : Je ne peux répondre à cette question puisque nombre ont été élus sur des listes d’intérêts communaux. Ce qui est clair aujourd’hui c’est que nous recrutons beaucoup d’élus locaux, déçus ou trahis par l’actuel FN et qui ne se retrouvent plus du tout dans le discours de souverainisme de Gauche de Marine LE PEN et Florian PHILIPPOT. Nous sommes un pôle de ralliement pour beaucoup de militants de la Droite Nationale, militant pendant des années au FN

JRL : Serez-vous candidat à la Présidentielle et si oui, quelles sont vos espérances pour ce scrutin ? Si élu, quelles seraient les premières mesures que vous prendriez et quels seraient les noms sur lesquels vous pourriez compter pour former un gouvernement ? 

CL : Au moment où nous parlons, notre objectif pour 2017 est de présenter des candidats aux élections législatives avec le souci de contribuer au rassemblement le plus large possible de candidats de la Droite Nationale. Concernant l’Election Présidentielle, je ne suis pas aujourd’hui en mesure de vous indiquer quelle sera notre attitude et nos marges de manœuvre. 

NDLR Lire aussi NDP 06 cliquez là

10:23 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi 11 décembre, à 19 h, Gabriele Adinolfi présente son nouveau livre "Années de plomb et semelles de vent"...

SN Gabr Adi 2.jpg

Vous pouvez déjà le commander en ligne cliquez ici

BULLETIN DE COMMANDE

02:23 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol :

homepage_logo.jpg

3,50 €, chez votre marchand de journaux

02:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pour une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle

10647212_565353963598090_8447621227946576138_n.jpgUn communiqué de Thomas Joly, secrétaire général du Parti de la France :

En ce funeste 40e anniversaire de la loi Veil dépénalisant l'avortement, le Parti de la France rappelle sa volonté d'abroger les lois Veil-Aubry-Roudy et de les remplacer par une législation consacrant le droit à la vie de la conception jusqu'à la mort naturelle.

Durant 40 ans, les fanatiques de l'IVG ont entrepris d'habituer les consciences à l’abominable, de changer les mots pour tromper les intelligences, d'asservir les volontés.

A l'inverse, le Parti de la France s'engage à remplacer la législation sur l’avortement par une législation de protection de la mère de famille et de protection de l’enfant. Celle-ci permettrait de tourner définitivement le dos à une véritable culture de mort au profit de l'accueil de la vie.

02:17 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de mercredi soir...

00:39 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 26 novembre 2014

Jacques Bompard sauve l'honneur de l'assemblée nationale

23:13 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

657528455.2.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3164 du 20 novembre 2014

FLORIAN Philippot, le numéro deux du FN, ne recule devant rien. Pour le 44e anniversaire de la mort de Charles de Gaulle, le vice-président du Front national a rendu hommage, à titre personnel, au général, « référence absolue » de son engagement politique, il y a quelques jours, à Colombey-les-deux-Eglises (Haute-Marne). En présence de hautes références, tels Anne Hidalgo, maire PS de Paris, dont on se demandait ce qu’elle venait faire là, et le préfet de Haute-Marne. Curieusement, aucun cadre de l’UMP n’avait fait le déplacement. Nicolas Sarkozy, qui cite pourtant à tour de corde vocale le massacreur de Brasillach, de Bastien-Thiry, de Dovecar, de Piegts et de tant d’autres, était absent. Mais Philippot était là, entouré d’une centaine de militants. Il a déclaré, à son arrivée, l’air grave et la bouche en cul de poule, avant de déposer une gerbe sur la tombe blanche de Charles De Gaulle, sous les quolibets de quelques spectateurs : « Le général est un exemple pour moi, une référence absolue pour mon engagement politique. Il figure la Résistance et incarne l’indépendance nationale, la grandeur de la France et le rassemblement des Français. »

 

LE FN MARINISTE ET GAULLISTE A ENCORE FRAPPÉ

 

Il a beau être énarque, mais cet oiseau ne sait pas de quoi il parle. Le volatile ne pouvait évidemment pas s’arrêter en si bon chemin. Comme les cacatoès, bavard en diable, il poursuivit son profond cheminement intellectuel, déclarant (toujours avec la bouche en cul de cacatoès) : « Le message du général De Gaulle est un message très moderne avec une éthique très forte. Alors que le système politique UMPS se perd dans les boules puantes et le marigot politicien, il y a chez nous au FN une volonté de faire vivre la France dans sa grandeur et sa souveraineté ». Une grandeur qu’incarnait De Gaulle, comme ne l’ignorent pas ceux qui n’ont pas oublié Robert Brasillach, le maréchal Pétain, ni les rapatriés et les harkis… Mais qu’en dit Marine Le Pen, qui a évidemment donné son accord à la prosternation de Philippot ? Elle a rappelé qu’il s’agissait d’un « geste personnel », se déclarant pour sa part, “gaullienne” et ajoutant : « J’accorde au général de Gaulle d’avoir été probablement le dernier véritable chef d’État, avec une vision d’une France libre de sa destinée. » Elle a tout de même relevé, cherchant sans doute à éviter la fureur de son père : « Entre le général De Gaulle et moi, il y a la guerre d’Algérie. J’ai beaucoup de considération et je partage la souffrance des pieds-noirs, des harkis, qui ont eu le sentiment (sic) d’être trahis ». Elle n’a évidemment pas évoqué Robert Brasillach, qu’elle ne connaît sans doute pas. Mais que dit Florian Philippot ? « L’affaire algérienne est une affaire ponctuelle (ponctuelle… !), qui laisse encore des traces, mais le temps passe». « Comme le temps passe », pour reprendre le titre du magnifique roman de Robert Brasillach. Certes, mais nous, nous n’oublierons jamais, nonobstant le temps qui passe…

 

BONNE NOUVELLE : JUPPÉ, LE CHÉRI DE CES MESSIEURS-DAMES, ÉVOLUE

 

On se souvient d’Alain Juppé, « droit dans ses bottes ». Juppé se révèle être, en fait, un être sensible qui change d’opinion comme de petite culotte. Député de la Gironde au moment du débat du Pacs, en 1999, il vote contre, expliquant que s’il était contre, c’est parce qu’il était contre. Mais pas de problème, il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Dix ans plus tard, il avait déjà réfléchi et se déclara « favorable à une totale égalité des droits, au travers d’une union civile ». Il déclara, l’air grave et concerné : « J’ai évolué et je pense aujourd’hui qu’il faut donner aux homosexuels exactement les mêmes droits qu’aux hétérosexuels », ajoutant dans une récente interview aux Inrocks : « Je suis convaincu qu’on ne reviendra pas en arrière : on ne démariera pas les couples homosexuels. » Mais qu’en est-il de l’adoption pour les couples homosexuels ? « Aucun des arguments en faveur de l’adoption ne tient la route », déclare-t-il, toujours aussi droit dans ses bottines, en janvier 2013. Oui, mais que dit-il en octobre 2014 sur le plateau de l’émission « Des paroles et des actes » ? « Je me fais violence (au sujet de l’adoption par les homosexuels) » Et puis, et puis ? Il vient de déclarer, il y a quelques jours : « Après mûre réflexion, je suis favorable à l’adoption par un couple du même sexe ». Ciao, pantin !

Capture 1.JPG

GILBERT COLLARD MOUCHE MARINE LE PEN

 

J’ai souvent critiqué dans ces colonnes Gilbert Collard. Le député Rassemblement Bleu Marine du Gard vient cependant de dire une vérité qui déplaira forcément à Marine Le Pen, qui avait déclaré qu’il n’y avait pas de Grand Remplacement, que la thèse de Renaud Camus était erronée, qu’il s’agissait d’une thèse complotiste, racialiste, etc. Gilbert Collard vient d’affirmer : « Je pense qu’il y a tous les risques d’un grand remplacement », vantant au passage les qualités de Renaud Camus. Mais que pense-t-il du déni de Marine Le Pen, pour qui, sans doute, l’immigration musulmane n’est pas un danger pour la France ? Il considère que la formulation inepte de « fantasme racialiste » est une “couardise”. Une fois n’est pas coutume, bravo Me Collard !

Capture 2.JPG

L’HUMOUR, INTERDIT EN FRANCE

 

On sait que ces gens-là n’ont aucun humour. Pas davantage que ceux qui guillotinaient dans les années 1794. Pas davantage que ceux qui massacraient dans les années 1945. Le directeur de la publication de Minute, Jean-Marie Molitor, vient d’être condamné à 10 000 euros d’amende pour sa “Une” consacrée à Taubira. Une somme ridicule, a considéré le parquet de Paris, qui a fait appel le 12 novembre. Les juges, considérés comme trop cléments, avaient par ailleurs relaxé Molitor et le dessinateur David Miège, dans l’affaire du dessin représentant un singe, versant une larme, au sujet duquel l’avocat déclarait : « Mon client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira ». Le ministère public a décidé là aussi de faire appel. Me Frédéric Pichon, avocat de Minute et de Jean-Marie Molitor, parle non sans raison d’« acharnement judiciaire ».

 

L’HUMOUR INTERDIT EN FRANCE (SUITE)

 

Christian Schoettl, le maire de Janvry (Essonne) est un parfait inconscient, tendance suicidaire. Il vient d’appeler un lama femelle qui vient tout juste d’intégrer le parc animalier de Janvry, “Najat”. Un lama cracheur, qui a la prétention de se mêler de l’Education, comme Najat Belkacem, on n’avait, il est vrai, jamais vu ça. Et puis, il y a eu l’arrivée d’un chameau. Le maire raconte : « Tout a commencé avec l’arrivée d’un chameau qui faisait tout le temps non de la tête et qui blatérait sans cesse. Nous l’avons eu au moment de la campagne de Mélenchon contre le Traité constitutionnel européen du 29 mai 2005. Nous avons trouvé un air de famille alors nous l’avons appelé Méluche ». Vint ensuite un wallaby — petit kangourou — blanc albinos qui sautait beaucoup et que l’édile a décidé de surnommer DSK. Mais le wallaby était seul, beaucoup trop seul. Pas longtemps. Notre maire raconte : « Nous l’avons privé de femelle pendant six mois, et, ensuite, nous l’avons installé avec une femelle que nous avons appelée Martine… Vous imaginez DSK, condamné à vivre avec Martine Aubry ? » Et puis, dans la ménagerie, il y a aussi Harlem, le taureau tibétain. Il paraît, selon le maire, que « c’est un gros fainéant. Il est vraiment très chiant ». Mais où en est affectivement Najat, la lama. Pas de souci. Elle vit des moments heureux avec le lama Boris. Boris ? Explication du maire Christian Schoettl : « Boris est le mari de la ministre. On n’est pas salauds, on ne les a pas séparés ». En voici un original, comme on les aime ! Dernière déclaration de l’édile : « Notre commune est la dernière à maintenir son recours au Conseil d’État contre la réforme des rythmes scolaires. Dans ce combat, nous n’avons jamais pu avoir le moindre contact avec la ministre. Cela témoigne d’un certain dédain qui mérite bien un nom d’animal dans notre petit parc. »

 

LOUIS ALIOT BALANCE, BALANCE…

 

Il y a ainsi des individus qu’il vaut mieux ne pas avoir comme voisins, en des périodes troublées. Nos amis Rivaroliens de Perpignan, Laurent et Philippe, mon amie Hilde, ancienne députée du Vlaams Belang flamand, mon camarade catalan espagnol Enrique, me contactent, scandalisés. Ils ont la rage… Un récent référendum a donné aux partisans de l’indépendance de la Catalogne espagnole une immense majorité : 80 % des suffrages. Le tribunal administratif espagnol refusa de reconnaître le résultat du référendum. Soit. Des manifestations (pacifiques) eurent lieu, en Espagne, mais aussi en Catalogne française, à Perpignan, pour dénoncer la décision du tribunal administratif espagnol. Louis Aliot, le compagnon perpignanais de Marine Le Pen, ne trouva rien de mieux, au lieu de se taire et de ne pas se mêler des affaires internes d’un pays voisin qui est seul à même de décider de son destin, que d’envoyer une lettre dénonciatrice à la “préfète” des Pyrénées-Orientales, dans laquelle il s’insurge contre ce qu’il nomme des « groupes extrémistes » qui défilent dans Perpignan ou manifestent devant le consulat espagnol. Ce qu’il appelle “extrémistes” ce sont des personnes qui manifestent pacifiquement au son des tambours et des “gralles” (bombarde catalane) et qui applaudissent à la réalisation d’un “castell” (tour humaine) ou à des chants d’une chorale catalane… N’y a-t-il pas d’autres priorités, d’autres urgences en France que de s’immiscer à ce point dans le débat passionné sur l’indépendance ou non de la Catalogne espagnole quel que soit par ailleurs l’opinion que l’on est bien sûr libre d’avoir sur ce dossier de ce côté des Pyrénées ? Aliot ferait mieux de dire à sa concubine qu’elle doit urgemment réviser sa position sur le “grand remplacement” !

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

15:58 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Conférence de Xavier Eman au Crabe Tambour

tumblr_nfmwuv73Az1r2qr2so1_500.jpg

15:56 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Cercle Franco-Hispanique a rendu hommage au Général Franco et à José Antonio Primo de Rivera

Couv 20 N-1.jpg

Dans le cadre de ses rendez-vous annuels, le cercle Franco-hispanique a maintenu la tradition de faire dire une messe pour le repos de l’âme de Francisco Franco et celle de Jose Antonio Primo de Rivera. Une petite cinquantaine de personnes a donc répondu présent à l’invitation qui leur avait été adressée le 19 novembre dernier, en la Chapelle du Sacré-Cœur-de-Jésus située au 20 rue Gerbert, Paris 15e

C’est l’Abbé Toulzat, de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X qui a prononcé une très belle homélie et redonné confiance et espérance dans le combat à poursuivre. Un sermon d’hommage rendu au Chef d’Etat espagnol très catholique et qui a remis la catholicité au premier rang des valeurs de son pays. Il faut dire que l’abbé Toulzat qui dirige la revue Fideliter connait particulièrement bien la question franquiste pour lui avoir consacré notamment plusieurs dossiers. Nous sommes dans de bonnes mains et nous sommes ici « chez nous » a-t-il dit. Semper fidelis nous va très bien ! 

D'autre part, le Cercle Franco-Hispanique vient de publier un petit livre fort intéressant dans lequel vous pourrez lire les sermons prononcés par Monsieur l'Abbé Beauvais ces dix dernières années lors des messes du 20 novembre.

Vous pouvez commander ce livre vendu au prix de 10 € (+ 3€ de port) au Cercle Franco-hispanique 4 bis, rue Caillaux 75013 Paris

15:42 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dresde (Allemagne), lundi soir : par milliers les habitants descendent dans les rues pour dire "Halte à l'islamisation de l'Europe !"

Un seul cri : "Nous sommes le Peuple !"

14:22 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« CONGO NA BISSO» *

immigration-france-890x395_c.jpg

Pieter Kerstens

Durant l’été, ni les télévisions européennes, ni les réseaux sociaux ou encore la presse généraliste ne se sont penchés sur le retour des ressortissants de la RDC imposé par le Congo Brazzaville, son voisin.

Il est une évidence que personne ne conteste : depuis 50 ans, à chaque soubresaut dans l’ex-Congo Belge, puis Zaïre, puis République Démocratique du Congo (RDC) un flot d’habitants de Kinshasa traverse le fleuve et submerge la capitale d’en face, Brazzaville, sans visa, sans autorisations, sans permis …sans papiers. Face au danger d’immigration/invasion, les autorités congolaises ont lancé en avril 2014, l’opération « Mbata ya bakolo » ** destinée à ce que les ressortissants étrangers (de la RDC) se mettent en règle ou quittent le pays.

En 3 mois seulement, plus de 200.000 « Congolais de Kin » sont repartis volontairement chez eux, de l’autre côté du fleuve et 2.000 ont été expulsés.

A Brazzaville, cette opération de rapatriement a été renforcée par le dispositif « Longwa na nzela »*** pour faire appliquer un décret de 2011 qui impose que les conducteurs dans les transports publics doivent obligatoirement être des nationaux. Plusieurs dizaines de chauffeurs de bus et surtout de taxis ont été priés de stopper leur travail, sine die.

L’Afrique aux Africains, l’Europe aux Européens !

Les gourous du multiculturel et du pluriethnique sont ceux qui, depuis trop longtemps, ne cessent de nous culpabiliser et de vanter les bienfaits d’une « assimilation » et du melting-pot, véritables génocides de nos peuples. Nous devons dénoncer et punir ces saboteurs qui nous ont menés d’échec en désillusions, de mensonges en félonies, de trahisons en défaites et qui sont aussi les collaborateurs des barbus qui envahissent nos quartiers et importent chez nous les problèmes internes de leurs pays d’origines (conflit israélo-palestinien, guerre en Irak et en Syrie, etc).

Il est grand temps que de tels errements cessent. Les Européens ne sont pas responsables des dérives des satrapes africains qui ont conduit la majorité des pays du continent noir dans une situation économique, sociale, financière ou politique calamiteuse.

L’ouvrier polonais, le cultivateur breton, l’enseignant madrilène, le retraité sicilien ou le docker de Rotterdam ne sont en rien concernés par les rebellions africaines (Mali, RCA, Nigeria, RDC, etc.) ou orientales (Lybie, Irak, Syrie, Gaza ). Nos populations ont suffisamment de soucis afin d’assurer leur quotidien, pour encore suppléer aux carences des pays d’Afrique qui, depuis plus de 50 ans ont obtenu leur souveraineté en expulsant très souvent les anciens colons avec un seul choix : « La valise ou le cercueil ! Toubabs, Muzungus ou Pieds Noirs dehors ! »

Nous ne sommes ni responsables, ni coupables des tares qui affectent les régimes africains. Les potentats et les roitelets locaux se sont constitués des fortunes grâce aux aides européennes et sur le dos de leurs populations. Ces despotes éclairés, très souvent soutenus par l’Internationale Socialiste, ont mené leur pays respectif au fond du gouffre et leur peuple dans la misère, la souffrance et la famine. Ils ont laissé tomber en ruine les hôpitaux et le système sanitaire, les ponts, les routes, les voies de chemin de fer, les plantations, les mines et les industries, de même que les écoles et l’administration, édifiés par les colons blancs. Ces pays étaient auto-suffisants du point de vue alimentaire, ce qui est loin d’être le cas aujourd’hui ! Ils ont sombré dans le chaos…

Et la République Démocratique du Congo (ex-Congo belge, ex-Zaïre) en est le parfait exemple : en 1960 le PIB par habitant se chiffrait à 222 $ par an et en 2012, ce même PIB n’était que de 241 $, ce qui ne correspond même pas à l’inflation durant 50 ans ! Au Congo Brazzaville, le voisin mieux géré ( ?) le PIB par habitant étant de 3.408 $ en 2012, est-ce cela qui attirerait les kinois ? Ou l’odeur du pétrole ?

Et chez nous, qu’est-ce que l’on attend pour imposer un « retour au pays » des inassimilables, notamment pour  libérer Calais des hordes de noirs agressifs ? 

Notes

En lingala :*« Notre Congo»**« la gifle des aînés »***« Dégage de la voie »

11:37 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le catalogue de fin d'année des publications de Synthèse nationale est en cours d'impression

Catalogue-SN-noël-2014-1.jpg

Il sera expédié à nos milliers de correspondants d'ici quelques jours. Si vous êtes impatient ou si nous n'avons pas votre adresse, vous pouvez le télécharger en cliquant sur Catalogue SN noël 2014.pdf

Vous pouvez aussi les commander en ligne cliquez ici

08:29 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Sortie début décembre d'un nouveau livre : "Dominique Venner, soldat politique"

Venner 2.jpg

Le geste fatal de Dominique Venner avait une dimension politique…  Il avait une dimension politique parce que Venner est resté toute sa vie un soldat politique.

Bien sûr son engagement prit des formes différentes au cours des années. Mais l’idéal est toujours resté le même. Venner savait que la fidélité en politique ne consiste pas à toujours faire la même chose, mais de faire des choses qui vont toujours dans le même sens.

Dans cet essai fort bien documenté, Basile Cerialis, étudiant passionné par les idées nationalistes et identitaires, analyse l’engagement politique de Dominique Venner de Jeune Nation, au milieu des années 50, jusqu’à son ultime message du 21 mai 2013, jour de sa mort.

Visionnaire dans bien des domaines, le fondateur d’Europe Action mérite que son combat ne retombe pas dans l’oubli. C’est ce à quoi Basile Cerialis s’est attaché dans cet ouvrage.

Dominique Venner, Soldat politique, Basile Cerialis, Les Bouquins de Synthèse nationale, 170 pages, 20 €

Bulletin de commande

01:47 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de mardi soir...

01:45 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 novembre 2014

Le Journal du Chaos de cette semaine :

couv .jpg

Pour télécharger le fichier, cliquez ICI

02:29 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de lundi soir :

02:27 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 24 novembre 2014

Le congrès du GUD à Nanterre en photos :

10701970_1511892179096975_7161278688386140279_n.jpg

Une séance plénière

1506047_1511891945763665_1367570417833270858_n.jpg

Au micro, Hervé Van Laethem du mouvement Nation (Belgique)

10703959_1511918619094331_3230173826324958139_n.jpg

Gianluca Iannone, chef de la Casapound (Italie)

10659252_1495464450733704_8623167399554355740_n.jpg

Des camarades italiens, grecs de l'Aube dorée, chypriotes...

10407612_1511892235763636_6395766522437878131_n.jpg

...et espagnols du MSR

10264977_1511898575763002_527288480655766269_n.jpg

Des interventions, disons-le, remarquables

10342803_1511892172430309_5137576213352897785_n.jpg

Des congressistes attentifs

10547558_1511892035763656_4686370654475082274_n.jpg

Une littérature de qualité

10406361_1511898769096316_6234749010256730220_n.jpg

Des projets attractifs

2014 11 22 -52-.JPG

Des retrouvailles amicales

1907950_571338472999639_1839192778394212367_n.jpg

Artistes et politiques étaient aux rendez-vous

1939912_1495464184067064_1033711803733015052_n.jpg

Une jeunesse enthousiaste

10628628_1511953522424174_5374182652553941088_n.jpg

Une ambiance festive

10409125_1562295550649966_7311454871062289425_n.jpg

Bref, le GUD est de retour...

10801575_1511898872429639_1498618180228491021_n.jpg

00:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 22 novembre 2014

Synthèse nationale au congrès européen du GUD à Nanterre...

gud 2.jpg

Roland Hélie au congrès du GUD : "Il y a 34 ans, c'était le 15 décembre 1980, le GUD avait organisé un tractage sur le campus universitaire de Nanterre. Ce tractage se termina par une véritable bataille rangée. Il y eu de nombreux blessés et plusieurs camarades furent arrêtés. Certains passèrent Noël en taule. Une rame de RER fut détruite et cela sembla plus offusquer les bienpensants du moment que la violence aveugle des gauchistes contre les nationalistes. Ce fut un désastre....

Aujourd'hui, 34 ans après cette véritable défaite militaire, le GUD tient son congrès à Nanterre. Nous sommes plusieurs centaines à ce congrès, le GUD est toujours bien vivant. Les gauchistes, eux, sont devenus des petits domestiques serviles du CAC 40. Pour nous, tenir aujourd'hui ce congrès à Nanterre, c'est une vraie victoire politique. Nos camarades blessés et emprisonnés en décembre 1980 sont vengés !"

2014 11 22 -54-.JPG

23:53 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Revue de presse : Le congrès du GUD à Nanterre

gud1.jpg

Le GUD invite Aube dorée pour son congrès

Le Figaro.fr cliquez ici

LE SCAN POLITIQUE - Le mouvement de jeunesse nationaliste organise ce samedi un congrès à Paris, en présence de nombreux groupes radicaux européens.

C'est une réunion peu courante qui doit se tenir près de Paris, samedi. A l'invitation du Groupe union défense, plus connu sous son acronyme de GUD, plusieurs formations politiques, à l'orientation nationaliste-révolutionnaire, sinon néofasciste, ont prévu de se retrouver pour un “congrès européen” intitulé “le réveil des nations”.

Ce congrès vient rappeler l'existence du syndicat étudiant après une période de moindre activité. Le GUD avait pourtant réussi à faire parler de lui, sur et hors des campus parisiens, lors de sa refondation en 2010: tractages parfois musclés et présence sous la bannière à la croix celtique lors de certaines manifestations assuraient la présence du syndicat sur le terrain. En 2011, une branche lyonnaise était créée. Mais l'année suivante, les dirigeants parisiens s'orientent vers un militantisme plus politique (le grand public les découvre, notamment, par la publication d'une photo de la soirée des 40 ans du FN où ils apparaissent à côté de Marion Maréchal-Le Pen). Le GUD Paris est alors repris en main par Logan Djian, qui revendique aujourd'hui une trentaine de membres.

Le GUD change régulièrement de visage, ainsi que le rappelle Nicolas Lebourg, historien spécialiste des droites extrêmes: «Le nom GUD n'est qu'une référence à un mythe, à celui des années 1970 à la fois violent et brillant dans sa propagande. Aujourd'hui, il n'y a plus de combats contre les gauchistes sur les campus. Depuis 30 ans il y a en réalité eu plusieurs GUD: est GUD qui réussit à tenir la marque avec l'aval des anciens.» «Le GUD se réorganise, estime de son côté un cadre du milieu nationaliste, qui sera présent samedi. Souvent, dans l'histoire de ce mouvement, de grands congrès ont été organisés de la sorte afin de le relancer.»

De nombreux invités

Le GUD s'offre un plateau européen de choix parmi divers mouvements radicaux pour son congrès. Outre les Français du MAS et de la revue Synthèse nationale, seront présent des Espagnols de la Liga Joven et du Mouvement social républicain. Les Belges de Nation seront également présents, tout comme la CasaPound, mouvement italien peu connu en France mais très populaire chez les jeunes nationalistes. Ses militants, qui se présentent eux-mêmes comme les “fascistes du IIIe millénaires”, ont adopté des pratiques plus courantes à l'extrême gauche qu'à l'extrême droite: squates d'immeubles, importance donnée à la musique et au culturel.

Enfin, deux assistants parlementaires grecs de l'Aube dorée, classée comme néonazie par certains chercheurs, seront à Paris alors que le parti n'est pas au mieux: plusieurs dizaines de ses membres, dont le président du parti et sa vingtaine de députés, dans le collimateur de la justice de leur pays.

“L'ambition de ce congrès, c'est de tisser des liens entre patriotes et nationalistes européens, de prendre conscience des problèmes qui existe dans chaque pays”, explique Logan Djian, leader du GUD. L'évènement est présenté sur la page Facebook du mouvement comme “le premier sommet de l'Europe réelle”. Pour la petite histoire, “L'Europe réelle” fut la revue du Nouvel ordre européen, un parti néonazi paneuropéen créé dans les années 1950.

Logan Djian reconnait que la référence n'a pas été placée par hasard, mais explique qu'elle va au-delà de la simple reprise. “L'Europe réelle que nous défendons, n'est pas celle du capital, des banques ou de Merkel. Elle est différente de celle vantée par les médias, qui déforment ce que sont des mouvements comme Aube dorée. Pour nous, ce ne sont des patriotes et des nationalistes.”

23:19 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parution prochaine du n°4 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré au Parti des Forces Nouvelles (1974 - 1984)

CHN 4 PFN 1.jpg

Novembre 1974. A peine un an après la dissolution d’Ordre nouveau, au moment où la France se retrouve plongée dans le centre-mou giscardien, un nouveau parti nationaliste voit le jour. C’est le Parti des Forces nouvelles.

Pendant 10 ans, ce parti va incarner une droite nationale dynamique, moderne, adaptée aux réalités de son époque. Le PFN a été, pour toute une génération de militants, l’un des laboratoires de ce qui allait devenir par la suite, de la fin des années 80 jusqu’à aujourd’hui, le grand retour de la Droite nationale sur le devant  la scène politique française.

En ce quarantième anniversaire de la création du PFN, il nous a semblé intéressant de consacrer ce numéro 4 des Cahiers d’Histoire du Nationalisme à cette aventure qui marqua notre famille d’idée et qui continue à susciter bien des passions…

Nombreuses illustrations, reprise des textes fondamentaux :

■ Pour une nation nouvelle (1974),

■ Propositions pour une nouvelle droite politique (1979),

■ Perspectives d’actions (1982).

200 pages, 20 € (+ 3 € de port) à commander à :

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale

Vous pouvez aussi le commander en cliquant ici

09:47 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 novembre 2014

Décapitations islamiques : le silence de Badinter…

islam-565x250.jpg

Pierre Cassen

Boulevard Voltaire cliquez ici

Personne n’a oublié la date du 9 octobre 1981, où Robert Badinter, garde des Sceaux du gouvernement Mauroy, obtint l’aboutissement du combat de sa vie : l’abolition de la peine de mort, considérée par lui et son camp comme un acte barbare indigne d’une civilisation évoluée. François Mitterrand et ses alliés surent imposer cette décision à une opinion majoritairement hostile, dans un contexte où on ne guillotinait plus que deux ou trois personnes par septennat.

On se disait que le fait de couper la tête à des hommes – acte naturellement révoltant pour tout humaniste – aurait disparu à jamais de l’horizon français. Or, en quelques semaines, notre pays a été confronté à la décapitation du guide Hervé Gourdel, qui a bouleversé l’opinion, et a obligé, devant l’émotion, les dignitaires musulmans, derrière Boubakeur, à nous faire le coup, la larme à l’œil, de « L’islam, ce n’est pas cela… ». Puis on vient d’apprendre que deux Français convertis, prénommés Maxime et Mickaël, auraient fait partie des égorgeurs-décapiteurs de l’otage Peter Kassig et de soldats irakiens.

On attendait donc de l’abolitionniste Badinter une prise de parole forte, exprimant son indignation devant la justice barbare islamique. D’autant que son épouse Élisabeth avait défendu la crèche Baby Loup, et milité pour une loi contre le voile intégral. On se rappelle que l’avocat ne s’était pas gêné pour condamner – et avec quelle violence – la justice américaine lorsque celle-ci avait osé arrêter, menotter et jeter en prison son ami Dominique Strauss-Kahn. Il est sans doute plus grave, pour ce grand bourgeois du 16e, d’arrêter le président socialiste du FMI que de couper la tête à ceux que les soldats d’Allah appellent les mécréants.

À ce jour, nous n’avons encore rien entendu. Mais ce silence ne marque-t-il pas une gêne devant la contradiction de sa vie ? Robert Badinter, en tant que juif, ne peut ignorer ce qu’est l’islam, et le sort que Mahomet et ses disciples ont fait subir à ses ancêtres. Il ne peut pas ne pas connaître l’histoire de la tribu juive de Médine : « L’Envoyé d’Allah les fit chercher et les décapita dans les fossés alors qu’ils lui étaient amenés par groupes. Ils étaient 600 à 900 », rapporte l’historien musulman Ibn Ishaq dans sa biographie de Mahomet (« Sîrat Rasûl Allah », c’est-à-dire « Biographie du Messager de Dieu »), écrite entre l’an 740 et l’an 770.

L’ancien garde des Sceaux ne peut ignorer que le Coran ordonne aux disciples de l’islam d’égorger et de décapiter tout ce qui n’est pas musulman : « Frappez-les au-dessus des cous [décapitez-les] et frappez-les sur tous les bouts des doigts [amputations]. Cela, parce qu’ils ont désobéi à Allah et à Son messager » (Sourate 8,12-13).

Autrement dit, Robert Badinter l’abolitionniste et ses amis politiques ont permis l’implantation massive sur le territoire français de millions de personnes dont les textes sacrés réclament la peine de mort par égorgement et décapitation pour tous les infidèles, même si, fort heureusement, une majorité de musulmans prennent quelques libertés avec l’application stricte du Coran.

Conclusion : si les fanatiques passent à l’action en France, on risque d’avoir bien davantage d’innocents décapités par les fous d’Allah que d’assassins guillotinés par l’État français dans les années 1970. Et cela parce que des gens comme lui ont fait venir sur notre territoire des milliers de Fofana-Merah-Nemmouche.

On comprend mieux le silence de Robert Badinter…

10:42 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de TV Libertés de jeudi soir :

10:42 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 novembre 2014

20 NOVEMBRE 1936

2014 JAPR.jpg

japr flyer2.jpg

Pour en savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

15:29 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Rêve d'enchantement", le nouveau livre de Charles-Henri d'Elloy

DSC_0129.jpg« Eh bien moi, je n’ai pas renâclé à naître et il paraît que je me tortillais de rire ! Oui, je dodelinais le sourire aux lèvres, je souriais à la vie, sans doute avec un air un peu goguenard. Étais-je déjà amusé, malgré mes yeux clos, par le nouveau monde qui se présentait, ou feignais-je de rire de son absurdité ? »

Lorsque Charles-Henri d’Elloy s’empare de sujets aussi graves que le désespoir, le déclin, la justice, la religion, la politique, les femmes, l’amitié… il nous fait la politesse de garder le sourire. Cet anxieux, pince-sans-rire, nous emmène dans les finesses de sa réflexion avec délicatesse et vigilance. Son esprit stellaire, la rigueur et la sincérité font l’élégance de son style. Ce livre, empreint de philosophie, est un hymne à la beauté qu’il vénère comme antidote à la tristesse, c’est aussi un hommage à l’écriture et un régal d’humour libre pour enchanter notre âme.

Rêve d'enchantement, Charles-Henri d'Elloy, éditions Godefroy de Bouillon, 132 pages, 16,00 € cliquez ici

Charles-Henri d'Elloy dédicacera son livre à la journée du livre de l'AGRIF dimanche prochain, 23 novembre cliquez là

12:57 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook