Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 février 2015

Le Journal du Chaos de cette semaine :

couv.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

13:38 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Hmmmm !

11025123_1464984473722310_3872837663321416910_n.jpg

13:22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Gabriele Adinolfi aux Ronchons, c'est jeudi prochain 5 mars

BodyPart.jpg

Il reste encore quelques places.

Retenez votre soirée avec vos amis : 01 46 34 50 99

Pour commander le livre de Gabriele Adinolfi cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Avez-vous lu le nouveau livre de Gabriele Adinolfi ?

site 4.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

11:44 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

De la chatte de Lagerfeld à la mise à sac de Mossoul : les ravages de l’idolâtrie

Karl-Lagerfeld-007-1456x648.jpg

Marie Delarue Boulevard Voltaire cliquez ici

Dans la France du chômage, de la crise, des attentats des fous d’Allah et de l’impossible réforme, l’événement qui agite le Tout-Paris est la reprise du Divan d’Henry Chapier par Marc-Olivier Fogiel. Ou quand un people travesti en journaliste confesse ceux qui en sont ou voudraient bien en être, y compris un Mélenchon entre deux manifs contre le libéralisme. Sur quoi ne grimperait-on pas pour montrer son derrière…

Donc, mardi soir dernier, ledit Fogiel confessait l’ineffable Karl Lagerfeld. Un homme plein de talent et d’argent, pétri de culture et de suffisance, dont on ne sait jamais – mais lui non plus, peut-être – où il situe la frontière entre sincérité et morgue provocatrice.

L’homme au catogan, aux éternelles lunettes noires et aux mitaines destinées à dissimuler ses taches de vieillesse, va sur ses 82 printemps. Bien cachés. Et depuis qu’il a franchi ses octante ans, le couturier/photographe/éditeur/libraire est amoureux. Fou éperdu de sa chatte Choupette, chose que nul aujourd’hui ne saurait ignorer.

Le prince de Hambourg Karl Otto Lagerfeld l’a donc redit à Fogiel, Choupette emplit sa vie comme personne jusqu’ici : « Si elle va chez le docteur pendant deux heures, je trouve que l’atelier est mort.[…] Quand je suis en voyage, toutes les heures on m’envoie une image. […] Je veux savoir qu’elle est contente, qu’elle n’est pas malade. Le vétérinaire a dit qu’il n’avait jamais vu quelqu’un d’aussi hystérique que moi avec ce chat… ». Alors, logiquement, Karl Lagerfeld en a fait son héritière.

« Choupette est une fille riche », dit le chattolâtre. Un bon parti en somme. Il l’a richement dotée, place sur un compte à son nom les fonds qu’elle retire de ses (incessantes) séances de pose, de la ligne de vêtements et d’accessoires qu’il lui a consacrée, des royalties issues de la vente de son livre Choupette, la vie enchantée d’un chat fashion, publié l’an dernier chez Flammarion. Choupette a deux nounous, un iPad pour faire mumuse avec des souris numériques qui défilent sur l’écran. Présente sur Twitter, Instagram et Facebook, elle aurait plus de 90.000 followers. « Elle a sa propre petite fortune, c’est une héritière : s’il m’arrive quelque chose, la personne qui s’en occupera ne sera pas dans la misère », conclut l’homme à la perruque poudrée.

« Vous ne trouvez pas ça un peu too much ? », lui demande quand même Fogiel. « Ça n’encombre personne, ça ne gêne personne… », répond Lagerfeld.

Peut-être que oui, mais peut-être que non. On peut y réfléchir. Que Lagerfeld découvre l’amour transgenre à bientôt 82 ans et idolâtre sa chatte siamoise est en effet une affaire qui ne concerne que lui, ou plutôt ne devrait concerner que lui. La vérité, c’est que lorsqu’il en fait la publicité mondiale et un objet de culte sur la Toile, cela devient une obscénité. Obscénité sociale, économique et culturelle.

Fait du hasard, Lagerfeld partage aujourd’hui l’actualité avec Daech dont les troupes barbares, utilisant comme lui la publicité des réseaux sociaux, nous offrent le spectacle de la mise à sac du musée de Mossoul, en Irak. En vidéo diffusée sur toute la planète : le « massacre des idoles ». Qu’ils disent. Des antiquités millénaires réduites en poussière à coups de massue et de marteau-piqueur, soit la perte incommensurable pour l’humanité d’un pan de son art et de son histoire la plus ancienne.

Considérant les choses sous cet angle, je ne suis pas sûre que l’idolâtrie de Karl Lagerfeld pour sa Choupette soit sans conséquence. Je suis même persuadée du contraire, certaine que le perruqué et sa siamoise offrent aux djihadistes une raison de plus de vomir notre Occident dégénéré.

11:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Poèmes de Fresnes de Robert Brasillach ré-édités en "livre de poche"

poemes-de-fresnes-robert-brasillach.jpg

Heureuse initiative que celle prise par Les Editions des Cimes qui viennent de rééditer Les Poèmes de Fresnes de Robert Brasillach. Sous la forme d'une petite brochure facile à transporter, ce recueil des derniers textes rédigés clandestinement en prison par l'auteur de Notre Avant-Guerre sont ainsi accessibles à tous.

Comme il est écrit sur la quatrième de couverture, "les textes présentés ici dévoilent un poète de grad talent, sensible et témoignant d'une hauteur d'âme remarquable".

Robert Brasillach a été assassiné le 6 février 1945 cliquez ici.

Poèmes de Fresnes, Robert Brasillach, Editions des Cimes, ré-édition 2015, 60 pages, 9,00 €

En vente à la Librairie française 5, rue Auguste Bartholdi 75015 Paris

10:43 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

9 mars 2015 à Paris : halte au matracage fiscal !

edito2.jpg

Yves Darchicourt

Près de 50 nouvelles taxes depuis 2010 dont dernièrement celle de "la cabane au fond du jardin",  les cours des carburants qui baissent et les taxes sur les carburants qui explosent, l'enfumage "sapinesque" sur les hausses d'impôt, la France vice-championne du monde de la pression fiscale, les radars planqués au coin du bois, la redevance "odieuvisuelle", les gaspillages de l'Etat-Providence, le coût de la fonction publique...et un gigantesque ras le béret!

Un grand rassemblement parisien soutenu notamment par Contribuables associés cliquez ici 

10:24 Publié dans Les articles d'Olivier Carer | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Père de la Morandais ne nous avait pas habitué à un tel réalisme...

Source La Flamme cliquez là

10:18 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 27 février 2015

Réau (Seine et Marne) : un si joli village de France à la tranquillité menacée !

349057970.jpegYves Darchicourt

Abasourdis les réaltais ! Ils viennent d'apprendre que leur charmant village vient brutalement de dépasser les 1 500 âmes, 1 558 exactement alors qu'ils étaient bien moins du millier avant le dernier recensement. Et ils savent désormais que leur si joli village va devoir se ruiner à construire 89 logements sociaux! C'est que le maire de Réau a eu la surprise d'apprendre que l'Insee a désormais la consigne d'intégrer à une population municipale les personnes détenues dans les centres pénitentiaires de la commune. Et Réau héberge une prison de 798 places !

Au prime abord il s'agit là d'une stupidité crasse, une aberration de fonctionnaire qui tend à placer sur le même plan les citoyens d'une commune et les taulards obligés provisoirement de vivre sur une portion très congrue de son territoire, une "population carcérale" pourtant nettement distinguée de l'ensemble de la population française. A y réfléchir, on peut penser que cette mesure est destinée à obliger des petites communes -déjà emmiellées par l'hébergement forcé d'un centre carcéral, sa dangerosité éventuelle et le va et vient des visiteurs- a franchir la barre des 1 500 habitants qui en Ile de France impose la construction de logements sociaux.

Magouille bureaucratique donc destinée à épauler les promesses gouvernementales et élyséennes en la matière. Et puis qui va bénéficier de ces 89 logements sociaux à Réau ? Les réaltais ne semblent n'en avoir aucune utilité. Les taulards libérés et leurs familles ? une belle faune à venir - quand on sait que cette prison entretient aux frais du contribuables des longues peines dont des "individus extrêmement dangereux" et des "islamistes radicaux", mais sans doute peu intéressée par une vie rurale à mille lieues de l'environnement habituel de la criminalité grande ou petite. Et puis Réau n'a pas de mosquée, enfin pas encore... or, selon un rapport parlementaire d'octobre dernier, 60% des détenus des prisons françaises seraient musulmans et ils ont des familles et des potes ou des complices qui leur rendent visite! Il reste que la Seine et Marne jouxte le 9-3 et l'Essonne où il est (notamment à Evry fort proche de Réau et ses 15% d'étrangers) nombre de demandeurs-assistés qui pourraient bien se retrouver transbahutés à Réau dans le cadre de la politique de mixité sociale ou plutôt de mixité raciale.

Dans tous les cas les réaltais ont du souci à se faire. Souhaitons leur bonne chance dans le combat juridique qui s'annonce même s'il semble perdu d'avance face à l'idéologie mortifère qui plombe notre pays. Restera alors la résistance l'insoumission, la révolte, la reconquête !

13:01 Publié dans Les articles de Yves Darchicourt | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vendredi 13 mars à Beauvais : réunion de soutien à Thomas Joly avec Carl Lang

11022562_620888688044617_4206257496748767395_o.jpg

Vendredi 13 mars à 19h30 à Beauvais se déroulera une réunion de soutien aux candidats du Parti de la France sur le canton de Beauvais 2, Thomas Joly et Monique Thierry.

Carl Lang, Président du PdF, présentera les orientations politiques de notre mouvement.

Réservation obligatoire au 06.09.96.44.37

ou thomasjoly60@yahoo.fr

11:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ce vendredi soir, sur Méridien zéro

4283401893.jpg

11:01 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mardi 10 mars : 6e Cérémonie des Bobards d'Or

tumblr_nj9dboS6DA1rnng97o1_400.png

10:52 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 26 février 2015

QUE FAIT LA MARINE ITALIENNE ? POUR L’INSTANT DES RONDS DANS L’EAU…

658832-000_dv1799346.jpg

Jean-Claude Rolinat

Les autorités italiennes, notamment leur ministre de la défense Roberta Pinotti, conscientes du danger potentiel  que représentent des dizaines et des dizaines de milliers de candidats au départ entassés sur les côtes libyennes – voir l’article de Franck Deletraz dans le numéro de « Présent » du samedi 21 février – semblent vouloir prendre «  le taureau par les cornes ». Mais du constat à la phase d’exécution d’un plan, il y a un long cheminement que Rome, seule, hésite à emprunter.

Il y a pourtant urgence, les djihadistes qui se sont emparés quasiment de toute l’ancienne colonie italienne, menacent de précipiter sur les rivages de la botte pas moins de 500 000 clandestins, excusez du peu ! Une marée humaine digne du « Camp des Saints », le roman prémonitoire de Jean Raspail. A titre d’exemple, les italiens ont encore porté secours à 2164 (!) migrants pour le seul week end des 14 et 15 févier derniers, immigrés clandestins que l’on ne tardera pas à retrouver à Calais dans quelques jours ou quelques semaines.

On peut comprendre que le gouvernement italien souhaite repasser le « mistigri » à ses homologues européens. Sa Sainteté le Pape, le devoir de charité chrétienne « en avant toute », avait stigmatisé en  visitant l’ile de Lampedusa, l’égoïsme des pays nantis qui se replieraient sur eux-mêmes alors que jamais les migrants illégaux n’ont été si nombreux dans l’attente d’hypothétiques et périlleuses traversées.

Mais ces clandestins en provenance de Libye, étape intermédiaire d’un long périple africain, une fois le pied posé sur le sol européen, ne repartent plus et s’entassent à la périphérie des villes, mendient dans les rues, colonisent les centres d’hébergement d’urgence et s’agglutinent aux abords du port de Calais dans l’espoir d’un passage en Angleterre, « Terre promise » sans promesses. Ils entrent en France comme on entre dans un moulin- Schengen oblige - et, comme les déboutés du droit d’asile après examen de leurs dossiers par l’OFPRA, ils stagnent dans notre pays qui n’a rien à leur offrir, ni travail, ni logements. Pas plus de 15 000 «  reconduites à la frontière » comme ils disent, par an, au départ de métropole, une goutte d’eau dans la mer.

Revenons aux italiens en première ligne face aux côtes libyennes,  bombardées en 2011 sur ordres d’un Sarkozy déguisé en chef de guerre, sous l’influence néfaste d’un BHL plus arrogant que jamais dans l’actuelle crise ukrainienne… La chute du tyran Kadhafi a précipité ce pays dans l’anarchie et le chaos, le livrant sur un plateau aux guérillas islamistes. Pourtant, ce fou furieux s’était assagi et avait négocié un deal avec les occidentaux : «  vous me réintroduisez dans le circuit diplomatique normal et j’empêche les immigrés et autres réfugiés à partir chez vous… ». Le Président français l’avait même reçu  à l’Elysée, le prince des sables plantant sa tente à deux pas, au Palais Marigny, gardé par ses amazones en tenues bleues. Redevenu fréquentable, il nous rendait service. Résultats des courses après son élimination,  un pays à feu et à sang, des djihadistes qui font leur marché dans l’arsenal du défunt guide de la Jamahiriya et une déferlante menaçant de submerger nos vieilles nations. L’agence européenne FRONTEX– plutôt « SPONTEX » tant elle absorbe les naufragés au lieu de les refouler – joue les bons Samaritains tout comme la marine italienne.

Certes,  on ne laisse pas  des gens périr dans les flots, c’est la loi de la mer. Mais, avec un  total de 105 000 tonnes, y compris ses sous-marins, la marine militaire  italienne qui  est l’une des plus belles flottes de la Méditerranée, pourrait faire mieux et plus.  Elle aligne porte-avions et  porte hélicoptères, 2 croiseurs lance-missiles, 4 destroyers, 14 frégates, 8 corvettes, 13 patrouilleurs, 12 chasseurs de mines, 3 transports d’assaut, 29 barges de débarquement sans compter une infinie ribambelle de navires auxiliaires. Face aux côtes libyennes, organisé avec ses alliés de l’OTAN – il faut bien que ça serve à quelque chose – un blocus dissuaderait forcément les passeurs et leurs « clients » candidats au départ, quitte à tirer des coups de semonce à munitions réelles. Sinon, à quoi servent tous ces millions d’Euros dépensés pour la construction, l’entretien et l’armement de tous ces belles unités ?

Le renversement de Kadhafi est intervenu trop tard, c’est au lendemain des attentats contre le Boeing de la Pan Am foudroyé en Ecosse et le DC-10 d’UTA  qui s’est écrasé dans le désert du Ténéré, respectivement en 1988 et 1989, qu’il fallait liquider le « fou » de Tripoli. Il est trop tard pour pleurer sur le lait renversé. Il faut agir. L’Australie, démocratie occidentale s’il en est, n’hésite pas dans le cadre de l’opération « frontières souveraines » à refouler en mer tous les demandeurs d’asile. Et à interner à …Nauru et au…Cambodge, moyennent finances, tous les récalcitrants ! Tous les pays du sud disposent de marines respectables – France, Italie, Espagne, Portugal – et de forces spéciales aguerries. L’heure est venue de « chatouiller » sur place les néo-barbaresques de Tripolitaine et de Cyrénaïque, elle n’est plus à l’angélisme.

Ce qu’un pays parfaitement civilisé comme l’Australie fait, l’Europe peut le faire. A condition que cet angélisme cesse d’empoisonner l’esprit de nos décideurs et qu’ils aient le courage de braver la désinformation qui ne manquerait pas d’intoxiquer les opinions publiques respectives. Les capacités militaires sont là. Il manque, encore, la volonté de stopper par la force tous ces néo « boat people », n’en déplaise aux pleureuses des réseaux sans frontières et autres citoyens du monde.

Article publié dans le quotidien

Présent du 26 février 2015 cliquez ici

15:45 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Revue de presse : LA GRÈCE DE SYRIZA Si elle quittait l'Union Européenne ?

grece_quitte_l_UE.jpgIvan Blot

Métamag cliquez ici

Cette hypothèse ne semble plus exclue par les dirigeants allemands (Angéla Merkel, chancelière, Wolfgang Schäuble, ministre des finances) ni français (déclaration du président Hollande disant que la Grèce est maître de son destin).

Si cela se fait, ce sera pour des raisons économiques. La politique d'austérité imposée à la Grèce hyper endettée a produit une récession qui a accru encore le poids de la dette. Le produit intérieur brut de la Grèce est passé de 294,2 milliards de dollars en 2010 à 241,7 milliards de dollars en 2014 selon les chiffres de la Banque mondiale.

Face à ce désastre, les économistes sont divisés: faut-il que la Grèce quitte l'euro, moyennant quoi elle devra aussi quitter l'Union européenne? Selon, par exemple le professeur David Cayla de l'Université d'Angers, l'euro n'est pas adapté à un pays périphérique. Les voisins de la Grèce comme la Turquie n'ont pas l'euro. L'euro n'est pas adapté à l'économie grecque qui représente 2,3% du PIB de la zone euro, donc pas grand-chose. Si la Grèce quitte l'Europe, la répercussion sur le reste de l'Europe sera mécaniquement très faible. Sur le moment, cela coutera cher aux Grecs car la nouvelle monnaie grecque dévaluera tout de suite de 30%. Mais le tourisme et l'industrie grecque redeviendront compétitifs.

L'Argentine a connu des déboires avec les changes flottants (dévaluation de fait) en 1998 mais après quelques années difficiles a connu une croissance de 8% par an à partir de 2003. L'exemple argentin peut faire réfléchir les Grecs.

Pour l'Europe, une telle option n'aurait rien de dramatique mais il faudrait négocier cette sortie de l'euro au mieux (rééchelonnement de la dette grecque notamment). La Russie pourrait alors jouer une carte essentielle en offrant à la Grèce une aide financière ou de l'énergie (dont la Grèce manque cruellement) à bas prix.

Toutefois, les conséquences politiques d'une sortie de la Grèce inquiètent beaucoup la classe politique qui dirige l'Europe occidentale. Ce serait un précédent qui pourrait convaincre les nombreux électeurs britanniques qui veulent quitter l'Europe. Le premier ministre britannique a promis un référendum sur ce sujet explosif! La livre sterling est solide donc c'est plus facile de sortir de l'Europe pour le Royaume Uni (qui a toujours refusé l'euro) que pour la Grèce. Le paradoxe est que dans ce cas, cela donnerait raison a posteriori au Général de Gaulle qui ne voulait pas que le Royaume Uni soit dans l'Europe! Il trouvait que ce pays était « un porte-avions américain » et qu'il ne serait jamais solidaire des intérêts de l'Europe continentale. Si le peuple britannique l'admet lui-même, comment lui donner tort?

Autre conséquence imprévue: cela montrerait à l'Ukraine qu'adhérer à l'Europe serait pour elle économiquement suicidaire: ce serait une Grèce multipliée par quatre (l'Ukraine a 42 millions d'habitants et la Grèce a 10,8 millions d'habitants). Et l'Europe ne viendrait sûrement pas à son secours financièrement. La solution serait nécessairement de redevenir réalistes et de rapprocher les économies russes et ukrainiennes historiquement et géographiquement complémentaires.

La sortie de la Grèce de l'Union européenne pourrait par ailleurs l'inciter à se rapprocher de la Russie. Or, plusieurs pays d'Europe centrale et orientale souhaitent déjà la fin des sanctions anti-russes: la République tchèque et la Slovaquie, l'Autriche et la Hongrie, la Serbie notamment. Un bloc du sud-est européen favorable au rapprochement avec la Russie pourrait alors se constituer, ce qui serait un retour à une constante historique.

En Europe occidentale, beaucoup d'hommes politiques notamment français comme Nicolas Sarkozy (déclaration du 8 novembre 2011) ou François Fillon (déclaration du 22 mai 2014) souhaitent une Europe à deux vitesses, un noyau dur centré autour du couple franco-allemand où l'intégration serait renforcée et une Europe périphérique avec une coopération à la carte. On aurait ainsi deux pôles renforcés en Europe, un pôle occidental qui serait conforme à l'ancienne Europe de Charlemagne qui comprendrait le Benelux, la France, l'Allemagne et sans doute l'Italie et un pôle oriental comprenant la Russie, les Balkans voire une partie de l'Europe centrale (Prague et Budapest!)

Entre ces deux futurs pôles, on pourrait envisager une coopération renforcée dans le cadre de la grande Europe que le général de Gaulle appelait de ses vœux.

Contrairement à ce que l'on pourrait croire, une telle configuration renforcerait la paix et réduirait les tensions. Elle serait conforme à la nature de la géographie et éviterait de forcer toutes les nations à entrer dans un même carcan, ce qui suscite des réactions « populistes » de plus en plus fortes.

Il serait alors loisible à la Scandinavie, hostile à l'euro sauf la Finlande, voire même à l'UE comme la Norvège, de jouer son propre jeu, soit par un rapprochement avec le Royaume Uni, ce qui est déjà le cas, soit avec l'Europe « carolingienne » plus cohérente que l'Europe actuelle. Les Pays qui ont des tentations agressives anti-russes comme la Pologne ou certains pays baltes se retrouveraient isolés et donc amenés à avoir une vue plus réaliste des choses.

On le voit: la sortie de la Grèce de l'euro et de l'Union européenne n'aurait pas les accents dramatiques qu'on veut parfois lui donner. Le dogme d'un Europe s'étendant à l'infini (pourquoi pas étendue au Maroc ou à la Turquie comme certains rêveurs l'ont évoqué) serait brisé. On reviendrait au réalisme fondé sur l'histoire, la géographie, notamment culturelle et religieuse.

Il resterait comme témoin de l'ancienne organisation de l'Europe, l'OTAN, l'organisation militaire transatlantique. Mais justement, ce serait l'occasion de revoir son format et sa mission dans un esprit réaliste et apaisé, sujet pour l'instant parfaitement tabou.

Il faut réfléchir: la sortie de la Grèce de l'Union européenne est un sujet à aborder avec lucidité. Ce qui semble à court terme un danger pourrait se révéler un facteur de paix et de stabilité dans un continent qui en a désormais bien besoin !

11:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Brigandes sont de retour...

Souvenez-vous, c'était l'été dernier cliquez ici

10:21 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Consultez notre service librairie Synthèse Editions :

Entête SN Editions.jpg

 

10:07 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol :

homepage_logo.jpg

3,50 €, chez votre marchand de journaux

10:06 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 25 février 2015

Chronique de la France asservie et résistante

657528455.2.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3176 du 19 février 2015

L’ÉCRIVAIN et historien Frank Ferrand constate dans Le Figaro que le chef de l’Etat parle très mal le français, ce que nous savions. Il cite quelques perles recueillies lors de sa conférence de presse : « La France, elle doit toujours être à l’initiative…/ C’était quand?/ Est-ce que les crédits ont à l’être?/ … nous aurons à chercher un accord pour permettre que dans le moyen terme, il puisse être donné un cadre pour que les Grecs puissent faire des réformes…/ Et puis, tout s’est défait dans les applications, dans les détails, puis ensuite dans les mouvements de force./ Nous avons pu faire accomplir des progrès, mais ils n’ont pas résisté aux tenants des épreuves de force… » etc. Quel charabia ! On est loin du verbe de De Gaulle, Pompidou, François Mitterrand et même de Giscard d’Estaing. Sans doute Hollande a-t-il pris des leçons chez Sarkozy qui est, lui aussi, un exceptionnel massacreur de notre langue…

 

HOLLANDE, LE PRÉSIDENT DES ANALPHABÈTES

 

A la mi-temps du match de coupe de France, Red-Star contre Saint Etienne, interrogé par la chaîne eurosport qui lui pose la question suivante « avec votre agenda très chargé, vous avez encore le temps d’assister à des matchs de football? », Hollande répond : « je suis très attaché à la presse, à la presse sportive, à l’Equipe en particulier, je regarde les images ! » Ça y en a être un président proche du peuple des analphabètes !

 

HOLLANDE AVAIT-IL FUMÉ LA MOQUETTE ?

 

Le Pingouin avait accepté d’être le rédacteur en chef exceptionnel du journal pour enfants Mon Quotidien. On eut droit à un grand moment. Voici le propos tout à fait indéchiffrable qu’il tint : « Il faut… euh… laisser penser que ce que nous faisons est humain et en même temps tout doit être fait pour que les humains vivent mieux. Pas simplement qu’on les fasse rêver dans un imaginaire impossible, laisser penser que ce que nous faisons est humain. Et en même temps tout doit être fait pour que les humains vivent mieux, pas seulement qu’on les fasse rêver dans un imaginaire impossible ». Le lecteur de RIVAROL qui saura décrypter ce salmigondis aura droit à un siècle d’abonnement…

 

MAIS QUE FAISAIT CETTE MOUCHE SUR LE FRONT DE HOLLANDE ?

 

Décidément le Pingouin a la scoumoune. Lors de sa conférence de presse de septembre, une fuite d’eau s’était déclenchée en pleine salle des fêtes de l’Elysée suite à un orage monstre. Il y eut ensuite l’affaire du pigeon qui s’était lâché sur l’épaule de François Hollande lors de la sacro-sainte-marche républicaine du 11 janvier. Et voici qu’une mouche est venue perturber la dernière conférence de presse de l’improbable oiseau. Elle se mit à voleter amoureusement autour du pupitre, puis vint se poser sur l’auguste front présidentiel, histoire sans doute de lui manifester son affection. L’image passera, sans nul doute, à la postérité…

 

DÉGRADATIONS ANTISÉMITES DANS LE 16e. LES AUTEURS SONT UN COUPLE JUIF !

 

Des croix gammées peintes sur des véhicules en stationnement, dans le seizième arrondissement de Paris. Des inscriptions antisémites. L’horreur. La Ligue de Défense Juive y est allée de son indignation, sur son site. Pensez… Les heures les plus sombres de notre histoire étaient de retour. Commentaire de la Ligue : « Tracées à la peinture blanche, ces lettres sont bien entendu de sinistre mémoire, elles rappellent celles que certains dénonciateurs inscrivaient pendant l’occupation sur les magasins tenus par des juifs. » Un couple juif avait déjà porté plainte plusieurs fois pour des inscriptions antisémites. Persécution, quand tu nous tiens… Car la police a découvert que les auteurs sont ce couple juif voulant changer d’HLM ! L’analyse de l’écriture a montré qu’elles étaient des mêmes mains. Damned, encore raté…

 

CHEZ MÉNARD, LA POLICE A UN “NOUVEL AMI”

 

Depuis le 1er février, la police municipale de Béziers, dont Robert Ménard est le maire, a « un nouvel ami », partagé avec les Biterrois. La police municipale de Béziers est en effet désormais équipée d’armes létales, des 7.65 automatiques. Neuf policiers — déjà formés et en provenance d’autres polices municipales déjà armées — patrouillent avec cette arme, essentiellement la nuit. Robert Ménard a tenu à le faire savoir. La mairie a lancé une campagne sur les panneaux publicitaires de la ville. On y découvre un pistolet en gros plan avec un écusson tricolore sur la crosse et les messages suivants: « Désormais la police municipale a un nouvel ami ». Autant dire que les couineurs couinent à qui mieux mieux…

Capture 1.JPG

DANS LES MOSQUÉES, AFFLUX DE DEMANDES DE CONVERSION À L’ISLAM

 

Depuis les attentats de janvier, les mosquées de Paris, Lyon et Strasbourg reçoivent un afflux de demandes de conversions à l’islam, affirme RTL. En janvier, la Grande Mosquée de Paris a enregistré un doublement des certificats de conversion, 40 contre 22 en 2014. A Strasbourg et Aubervilliers, la hausse est de 30 %, à Lyon de 20 %. « À Paris, un médecin, une directrice d’école ou encore un policier, ont franchi la porte de la Grande Mosquée pour se convertir » indique même RTL. Au fait, quel est le titre du livre de Houellebecq, qui connaît un grand succès ? Soumission !

 

A MORT, DIEUDONNÉ !

 

L’acharnement judiciaire contre Dieudonné s’intensifie. Près de 120 000 euros ont été requis contre lui en l’espace de quelques semaines au tribunal de grande instance de Paris. Le 28 janvier le procureur de la République a requis 300 jours amende à 100 euros, soit au total 30 000 euros, contre le comique pour provocation à la haine raciale notamment en raison d’une plaisanterie visant le journaliste Patrick Cohen. On se souvient des propos tenus par l’humoriste, dans son spectacle « Le Mur » : « Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu’il ait le temps de faire sa valise. Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage ». Si le tribunal suivait ces réquisitions (jugement le 19 mars), sa peine serait transformée en emprisonnement s’il ne s’acquittait pas de la totalité de l’amende. Parions que ce diable d’homme est capable de relever le défi. Dieudo en prison ! Cela aurait de l’allure et susciterait sans doute quelque émoi dans les banlieues, et pas seulement dans les banlieues. En attendant, Dieudo n’avait fait que répliquer au journaliste de France Inter qui l’avait qualifié de « cerveau malade », pour justifier son refus de l’inviter à l’antenne, ce que l’humoriste avait peu apprécié. La “procuseuse” avait affirmé, le ton grave, la bouche en cul de poule, que Dieudo avait répondu « pas en visant Patrick Cohen pour ses propos, mais parce qu’il les a tenus en tant que représentant de la communauté juive ». Mais, attention, pas d’errements. La magistrate est une démocrate. La preuve, elle a asséné : « Oui la liberté d’expression est un droit fondamental sauf que […] la loi elle est là pour fixer les limites ». En d’autres termes, la liberté d’expression pour ceux qui se vautrent dans le politiquement correct, la prison ou la guillotine pour les autres. Le 16 janvier l’humoriste avait été condamné à 6 000 euros d’amende pour avoir lancé sur internet fin 2013 un appel aux dons pour payer de précédentes amendes, ce qui est en principe interdit mais ce qui en général ne fait jamais l’objet de poursuite, encore moins de condamnation. Le 22 janvier Dieudonné a été condamné à verser 50 000 euros de dommages et intérêts à l’ayant-droit du frère de feu la chanteuse Barbara pour avoir parodié sa chanson « L’Aigle noir » et à 1 500 euros d’astreinte par jour s’il ne supprime pas immédiatement son clip-vidéo. Enfin, le 4 février, le procureur a requis contre lui 30 000 euros d’amende (200 jours amende à 150 euros) pour avoir posté le 11 janvier un message sur sa page Facebook dans lequel il écrivait « je me sens Charlie Coulibaly ». Il est poursuivi sans rire pour « apologie de terrorisme ». Jugement le 18 mars. Ce monde est complètement fou !

 

Mais, en attendant, des juges qui osent respecter la loi, ce qui est, par les temps qui courent, d’une audace inouïe, autorisent les spectacles de Dieudo. C’est ainsi que le tribunal administratif de Clermont-Ferrand a ordonné la suspension de l’arrêté du maire PS de Cournon d’Auvergne, dans le Puy-de-Dôme, qui interdisait le show « La Bête immonde ». Idem pour Metz et Strasbourg. Décision confirmée par le Conseil d’Etat qui a estimé que « l’interdiction du spectacle portait une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté d’expression et à la liberté de réunion ». Une bonne nouvelle. Me Jacques Verdier, avocat de Dieudonné, avait déclaré il y a quelques jours que la décision du tribunal administratif allait « faire jurisprudence car elle est la première à débouter une demande d’interdiction de ce spectacle émanant d’une collectivité publique », en l’occurrence le Zénith d’Auvergne, qui appartient au conseil régional. Les demandes d’annulation de ses spectacles à Metz et Strasbourg émanaient alors de Vega, un exploitant de plusieurs Zénith de l’Hexagone, contrôlé par Fimalac, le fonds d’investissement de l’homme d’affaires Marc Ladreit de Lacharrière (lequel fut propriétaire du très sioniste Valeurs Actuelles). En attendant, vive Dieudo !

Capture 2.JPG

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici.

"Dominique Venner, soldat politique", un livre signé Basile Cérialis

Dominique-Venner-soldat-politique.jpg

Le geste fatal de Dominique Venner avait une dimension politique…  Il avait une dimension politique parce que Venner est resté toute sa vie un soldat politique.

Bien sûr son engagement prit des formes différentes au cours des années. Mais l’idéal est toujours resté le même. Venner savait que la fidélité en politique ne consiste pas à toujours faire la même chose, mais de faire des choses qui vont toujours dans le même sens.

Dans cet essai fort bien documenté, Basile Cerialis, enseignant, passionné par les idées nationalistes et identitaires, analyse l’engagement politique de Dominique Venner de Jeune Nation, au milieu des années 50, jusqu’à son ultime message du 21 mai 2013, jour de sa mort.

Visionnaire dans bien des domaines, le fondateur d’Europe Action mérite que son combat ne retombe pas dans l’oubli. C’est ce à quoi Basile Cerialis s’est attaché dans cet ouvrage.

Dominique Venner, Soldat politique, Basile Cerialis, Les Bouquins de Synthèse nationale, 170 pages, 20 €

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

22:46 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

NOUVEAUTE : le numéro 5 des Cahiers d'Histoire du nationalisme est consacré à Mannerheim, la Finlande face aux rouges...

Cahier-d-histoire_5.couv.jpg

Méconnu en France, le Maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim incarna, dans la première moitié du XXe siècle, l'héroïque résistance nationaliste et anti-communiste du peuple finlandais face aux prétentions impérialistes des soviétiques.

Mannerheim fit preuve d'un pragmatisme original grâce auquel la Finlande est sortie victorieuse de sa guerre de libération nationale. Certes, il s'entendit avec les puissances de l'Axe, mais cela ne l'empêcha pas de continuer à jouer un rôle politique important jusqu'à sa mort survenue en 1951.

Jean-Claude Rolinat, à qui nous devons un livre consacré à Salazar cliquez ici et un autre à Mandela cliquez là (publiés aux Bouquins de Synthèse nationale), nous fait revivre dans ce n°5 des Cahiers d'Histoire du nationalisme ce grand patriote qui mérite d'être mieux connu.

Vous pourrez aussi lire des documents historiques consacrés à Mannerheim :

- Un article du professeur François Duprat publié en 1973 dans Défense de l'Occident.

- Un entretien avec Alfred Fabre-Luce publié dans Les Ecrits de Paris en 1952.

- Une contribution de Philippe Vilgier, auteur d'une biographie de Jean Fontenoy (Editions Via Romana 2012) qui fut volontaire pendant la guerre d'Hiver en 1939 en Finlande dans les rangs des troupes nationalistes.

200 pages, 20 €

Commandez-le en ligne cliquez ici

ABONNEZ-VOUS EN LIGNE AUX

CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME

cliquez là

Par correspondance en envoyant un chèque de 23 € (20 € + 3 € de port) à l'ordre de Synthèse nationale à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

Bulletin de commande

Abonnement : France, 6 numéros 110 € - Etranger 130 €

22:41 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Europe : l'invasion migratoire et ses collabos !

1648198435.jpgYves Darchicourt

"Nous voulons l'asile tout de suite!" C'était en fin d'année dernière à Salemi en Sicile où 150 "pauvres migrants" avaient été "provisoirement" logés aux frais du contribuable italien dans un hôtel quatre étoiles. Sans doute un tantinet irrités de ce que les autorités italiennes avaient le front d'examiner minutieusement la justification des leurs demandes d'asile, ces clandestins africains -d'origine ethnique la plupart du temps indéterminée et tous hommes adultes en fort bonne condition physique pour des persécutés faméliques- ont alors manifesté leur mauvaise humeur en saccageant complètement l'établissement. Ils n'ont bien évidemment pas été virilement interpelés et expulsés manu militari vers le "berceau de l'humanité" mais relogés ailleurs. Il est même possible sinon probable que depuis ils divaguent quelque part en France, le pays (encore) européen le plus "accueillant" et disposant d'un réseau serré d'associations de collabos fanatiques du brassage des peuples et du métissage universel qui les confortent dans le fait qu'ils ont "des droits" à faire valoir sur les pâles souchiens - éternellement stigmatisés par les actes de leurs ancêtres croisés, esclavagistes, colonialistes - et qu'ils sont de toutes façons protégés par une législation qui traque en eux le moindre relent d'un quart de moitié d'once de racisme.

C'est ainsi que dans le même temps ou presque, du côté de Dijon, 43 "kossovars" ont été introduits et installés subrepticement dans une propriété privée par les collabos de "Solidarité Migrants". Les propriétaires, bourguignons de Bourgogne, ont été taclés non seulement par les médias mais plus scandaleusement par les services du Préfet qui ont entériné la spoliation sans doute heureux de ne pas avoir à se soucier de loger les clandestins comme une loi immigrationniste scélérate leur en fait obligation.

Voilà où l'on est tombé en Italie et en France comme d'ailleurs dans toute l'Union "Européenne." Rassemblement et résistance, insoumission et révolte, épuration et reconquête pour notre identité, pour les peuples et les nation d'Europe, pour notre survie tout simplement !

14:11 Publié dans Les articles de Yves Darchicourt | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le supporter de Chelsea est un militant des droits de l'homme.

westham.jpgUne fois de plus on aura tout entendu après l'altercation qui a opposé dans le métro parisien un homme d'origine semble-t-il africaine (cf. médaillon) et des supporters anglais venus assister à un match de foot. Toute la bienpensance institutionnalisée y est allée de son petit couplet de pleurnicheries sur fond de retour "aux heures les plus sombres..." bref, vous connaissez la suite...

Manque de chance pour les donneurs de leçons, il s'avère que l'agresseur n'est pas, loin s'en faut, un skin raciste du National Front imbibé de bière... il s'agit d'un ancien flic (tout de même) "militant des Droits de l'homme". Comme quoi "le mal" va se nicher partout...

Après l'antifa profanateur de tombes juives de Sarre-Union, ce nouveau méfait inqualifiable nous amènerait presque à nous interroger sur la nécessité de dissoudre les associations humanitaires. Après tout, Valls en a dissout d'autres pour moins que cela.

En attendant, il serait temps que les "démocrates sincères", si pointilleux lorsqu'il s'agit de calomnier les patriotes, fassent un peu de ménage dans leurs écuries nauséabondes.

Synthèse nationale

14:06 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ce mercredi, sur Radio Courtoisie :

RC 2015 02 25.jpg

Radio Courtoisie cliquez ici

Dominique Venner Soldat politique cliquez là

Bulletin de commande

Proposé par Les Bouquins de Synthèse nationale : La Garde de Fer de Corneliu Codreanu

Garde-de-fer.jpg

Un texte fondamental...

Un texte essentiel du Capitaine sur ce qui reste une des formations militantes les plus exemplaires, ses actions, sa formation et son idéologie.

La Garde de Fer ne formait pas seulement des militants mais des soldats politiques ! Une leçon à étudier et à méditer dans ces temps de grande confusion !

Ce livre de 458 pages avait été réédité dans les années 2000. Il en restait quelques exemplaires. Ils sont à nouveau disponibles. Synthèse nationale les propose aujourd'hui à ses lecteurs. Vous pouvez le commander (30 € + 5 € de port - chèque à l'ordre de Synthèse nationale) à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement) ou en ligne en cliquant ici.

Dans quelques mois, un prochain numéro des Cahiers d'Histoire du nationalisme sera consacré à Codreanu et au Mouvement légionnaire roumain.

Bulletin de commande

11:56 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 24 février 2015

Le CEPE ouvre un local dans le sud de la France pour aider les prisonniers politiques

thumbcepeyh6.jpgUn communiqué du CEPE :

Depuis maintenant un an et demi le Comité d'Entraide aux Prisonniers Européens (CEPE) tient à disposition des camarades un logement dans une ville du sud de la France. Ce logement est à disposition en priorité pour les prisonniers constituant leur dossier de mise en liberté provisoire pour laquelle un logement fixe et un emploi sont les deux facteurs déterminants.

Rappelons que le CEPE avait lancé cette initiative pour la remise en liberté de Michel Lajoye où nous avions loué un appartement pendant 2 ans alors que sa sortie était sans cesse repoussée sous des prétextes fallacieux.

Depuis lors, ce sont 4 camarades venus de toute la France qui ont pu bénéficier de cette aide concrète. Nous avons ainsi accueilli Kévin, Julian, Jérémy et Richard, leur laissant le temps de régler leurs problèmes et de repartir d'un bon pied.

Tous n'étaient pas incarcérés mais la vie a ses revers et le CEPE (depuis 2002) est toujours à disposition pour soutenir un camarade dans la difficulté.

Nous lançons un appel pour faire connaitre cette initiative qui s'inscrit dans la pérennité mais également parce que pour l'heure ce logement ne profite à personne.

Alors faites passer l'info car nous ne devons laisser personne sur le bord de la route!

Contact par mail : comitecepe@gmail.com

NDLR : Rappelons aussi que le CEPE s’était engagé en 2013 pour soutenir Esteban, militant solidariste emprisonné après avoir été agressé par une horde gauchiste à Paris (Rappel, cliquez ici).

19:44 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Soleil couchant...

les-7-samourais-05.pngClaude Bourrinet

Le film japonais, Les Sept Samouraïs, d'Akira Kurosawa, est un chef d’œuvre cinématographique, que tout être libre devrait avoir vu, égal en profondeur philosophique et historique au joyau qu'est le long métrage, paru pendant la guerre, de Kenji Mizoguchi, Les 47 Rônins. Même si l'un est emporté par la dynamique de l'action, et l'autre d'une lenteur hiératique tout à fait en harmonie avec le thème du seppuku, les deux offrent à une période obscure comme la nôtre, une parcelle de la lumière de l'Ancien Temps, de la Tradition guerrière. Il est vrai que la clarté qui nous touche est celle d'un soleil couchant. On trouverait la même sensation dans tous les films de Kurosawa. L'âge de fer renie le guerrier, comme il rejette le prêtre, le moine, le roi, l'empereur. Et pourtant, le constat désespéré que fait, à la fin des Sept Samouraïs, Kanbei Shimada, le vieux sage, le chef des guerriers, le sense, est sans colère : les perdants, ce sont eux, les aristocrates. Le peuple, dès qu'il aura accès à une société relativement apaisée, n'aura plus besoin d'eux. Ils seront jetés dans les poubelles de l'Histoire, avec tout ce qu'ils représentent, leurs valeurs de noblesse, d'honneur, de courage, de loyauté. Seule demeure la tombe des héros, surmontée de leurs emblèmes.

Le grand péché de l'homme libre est la colère, qui le livre en esclavage à sa propre passion. Stendhal usa sa vie à résoudre ce problème insoluble. Car comment être libre sans colère, devant la servitude ? Il s'en sortit par le réalisme subjectif, l'ironie suprême qu'est la monstration d'une réalité insupportable, et du plus haut comique. Une échappatoire consiste sans doute à laisser s'exprimer le grotesque, comme Molière au XVIIe siècle. Et ce rire énorme, qui sourd des pages de Lucien Leuwen, de la Chartreuse de Parme, de Lamiel, c'est le langage d'une époque qui voit le dernier homme en prise avec sa petitesse, son ridicule, dont il n'a même pas conscience.

Cependant, pour l'être libre, la lucidité est comme une loi du destin. Elle indique la conduite à tenir, parce qu'il n'existe pas d'autre issue. L' « éteignoir », comme disait Stendhal après Waterloo, reste le seul objet usuel du pouvoir politique moderne. Bernanos assurait, dans son fameux pamphlet contre les « robots », que l'on n'avait rien compris au monde contemporain si l'on n'avait pas conscience qu'il était une conspiration de tous les instants contre la vie intérieure. Stendhal appelait cette vie la « singularité ». Être singulier, c'est être libre, c'est utiliser sa liberté pour être, y compris pour se lier corps et âme, volontairement, à un seigneur, au nom des valeurs les plus hautes.

La modernité triomphante est le règne de l'idéologie, de la politique, du mot, de la rhétorique, de l'opinion, du prêt-à-penser. Autant dire que la chose est toujours cachée par les fumées du mensonge. Le guerrier avait la mort pour horizon. Là, nulle tricherie, même pour soi. Dès lors qu'on choisit la vie, ou la survie, on tentera toujours tous les stratagèmes possibles pour se voiler la face, pour ne pas voir l'inévitable. La modernité est la tentative de reculer autant que possible l'inéluctable, que les Grecs avaient accueilli, dans leur âme, avec la joie des vainqueurs. C'est pourquoi la tragédie a disparu de notre société de vaincus, pour se transformer en drame bourgeois, en tragi-comédie, ou en farce.

L'idée apocalyptique serait une tentation. Tout s'effondre, donc on peut recommencer à zéro. On prédit l'effondrement économie, démographique, le Grand Remplacement, la Révolte contre le Mal, la Guerre... L'imagination est sans limite.

Mais, tout compte fait, rien ne se passe car tout passe, et, comme dans une pièce de Beckett, Godot ne vient jamais, et la fin de partie est éternelle.

Car l'homme ne se dépasse pas, comme le prétend Nietzsche. Du moins, s'il s'est dépassé, ce fut un beau printemps, plein de fleurs épanouies, mais l'automne, puis l'hiver s'installant, ce temps béni par les dieux n'existe plus que dans le souvenir.

De moins en moins, car ceux qui ont encore la mémoire, ceux-là meurent les uns après les autres. Et avec eux la dette que l'on doit aux Anciens.

Stendal.jpgClaude Bourrinet est l'auteur d'un remarquable ouvrage dans la collection Qui suis-je ? des Editions Pardès consacré à Stendhal.

Lire l'article de Georges Feltin-Tracol sur ce livre cliquez ici

11:36 Publié dans Claude Bourrinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quel acteur, ce Patrick Pelloux !

 pelloux-mon-charb-comment-ecrire-une-fin-youtube-thumb.jpg

Pierre Cassen Boulevard Voltaire cliquez ici

Patrick Pelloux a déjà joué dans trois films : Incognito, Mauvaise fille et Saint Laurent. Certes, ce n’étaient pas de grands rôles, et il y interprétait un infirmier de SAMU, et deux fois un médecin, ce qui n’a pas dû lui demander de gros efforts. Pourtant, aucun doute, l’homme est promis à une belle carrière cinématographique, il a toutes les qualités pour cela.

Inconnu au bataillon jusqu’en 2003, il réussit un coup de communication parfait : il alerte, en pleine canicule, les Français sur les conséquences, pour les personnes âgées, de la déshydratation. On commence à parler d’une cinquantaine de morts en région parisienne, et cela se termine par le chiffre annoncé de 15.000 victimes dans tout le pays. Nul ne sait s’il aurait agi de même si le ministre avait été socialiste, mais la carrière de l’urgentiste démarre, tandis que celle du ministre de l’époque, Jean-François Mattei, s’abrège.

Repéré par Charlie Hebdo, il y tient rapidement une rubrique santé, écrit des livres, et intervient dans quelques émissions sur France 5, avant de devenir chroniqueur chez Morandini, sur Europe 1. Bref, il fait partie du décor du petit monde politico-médiatique, pour lequel il est le médecin urgentiste syndicaliste de gauche de service.

Mais son destin bascule lors des assassinats de Charlie. Il arrive parmi les premiers sur les lieux. Il appelle le président de la République sur son portable, et annonce partout que c’est lui qui l’a prévenu le premier. Le 11 janvier, sa longue accolade, avec un bandeau blanc sur sa chevelure brune, avec Hollande, fait partie des images cultes de la journée.

La mort de tous ses amis le bouleverse, légitimement. Il fait pratiquement tous les plateaux de télévision, pleurant sur chacun d’entre eux. Il est naturellement parmi les personnalités les plus mises en avant lors de la fameuse opération « Je suis Charlie ». Ce jour-là, comme aux obsèques de Charb, cet anticlérical rebelle se comportera fort correctement, ne citant pas la religion des assassins de ses amis.

Naturellement, au lendemain de Copenhague, il était, dès son retour, sur nombre de plateaux. Lors de l’émission de Patrick Cohen « C à vous », le 17 février, il paraissait d’une candeur surprenante, éberlué de constater que des centaines de musulmans se reconnaissaient dans l’assassin, dont ils font un héros. Effondré, levant les bras au ciel, il gémissait : « C’est catastrophique. C’est catastrophique. Alors, là, mes amis… » Puis il supplie les musulmans de dire que « leur religion ne demande pas de tuer les gens ». Faut-il lui envoyer un Coran, ou lui faire rencontrer Michel Onfray ?

Mais c’est sur la fin de l’émission qu’il montrera son exceptionnel talent médiatique, sachant surfer sur l’émotion. Interrogé sur la suite de son engagement, face aux menaces, il explique : « Charb, c’était ma femme. » Conclusion : en sa mémoire, et celle de tous les autres, il doit continuer le combat. Grande gravité, chacun retient ses larmes. Fin de l’émission.

Certains disent que pour être un grand acteur, il faut être exhibitionniste. Dans ce cas, Patrick Pelloux a un grand avenir dans le cinéma, et ne devrait pas en rester à seulement trois films.

Lire aussi : l'enfer est pavé de Pelloux cliquez ici

11:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Breizh Info : un entretien avec Laurent Obertone, auteur de « La France Big Brother »

obertone_breizh.jpg

Notre excellent confrère Breizh-info cliquez ici a publié récemment un entretien avec Laurent Obertone, auteur du livre La France Big Brother cliquez ici. Laurent Obertone doit se rendre en mars à Rennes et à Nantes.

Breizh-info.com : Comment définiriez-vous Big Brother en quelques mots ? N’est-ce pas finalement la somme de toutes nos renonciations qui a permis son règne sans partage ?

Laurent Obertone : Big Brother existe de fait, à travers tous ces individus qui contrôlent l’expression et qui pensent la même chose. Pour autant suivent-ils tous des directives, émanant d’une entité concrète ? Ce n’est pas certain. Et il est évident que nous tous jouons un rôle important dans cette histoire.

En société, chacune de nos paroles est conditionnée par une peur très concrète et pourtant invisible. La première peur de l’homme est d’être exclu de son groupe. Il a donc tendance à adopter des jugements moralement conformes. La puissance médiatique symbolise ce pouvoir d’exclusion, les gens la subissent au quotidien, passent des heures à ingérer le martelage de slogans, aussi bien publicitaires que politiques. Ils finissent par les adopter, par facilité, par peur, par besoin d’exister.

Breizh-info.com : Big Brother peut-il s’affaisser ?

Laurent Obertone : Si il devient dispensable, oui. Si par exemple des auteurs et des médias dissidents peuvent exister sans lui, rivaliser avec lui, oui. Internet le permet, mais il reste un nain face à un géant.

Breizh-info.com : Les évènements de Charlie Hebdo et leurs suites (mobilisation, unité nationale, négation du réel …), postérieurs à l’écriture de votre livre, sont pourtant déjà écrits dans votre ouvrage. Comment définiriez-vous ce que la France a vécu (et vit encore) ? Cette offensive tous azimut de Big Brother n’est-elle pas finalement le signe de son déclin, tout du moins d’une menace vitale pour lui ?

Laurent Obertone : On peut l’interpréter comme ça : une sorte de réaction désespérée, face un réel qui n’est plus maîtrisé, et qui a l’incorrection de ne pas nous offrir du vivre ensemble radieux. Quand apparaissent les signes de l’Apocalypse, on observe des regains de ferveur. Tous les individus directement responsables de la situation (au niveau de la sécurité, Cazeneuve, Valls, Hollande) en sortent renforcés, et au-delà de ça, l’idéologie qui a construit une telle situation a retourné à son avantage un désastre. Ce qui montre que la communication, dans laquelle ils investissent tant, est plus importante que la réalité. Cette manipulation de masse a fonctionné. Il n’est pas certain que ça dure. Mais pour l’instant, beaucoup de gens veulent croire. Ils ont tant investi dans la société factice de Big Brother qu’ils n’imaginent pas s’en détourner.

Breizh-info.com : Que répondez-vous à ceux qui vous qualifient « d’écrivain d’extrême droite » ?

Laurent Obertone : À partir du moment où ils définissent la droite par Alain Juppé, ils auraient dû mal à faire autrement. Mais m’apposer cette étiquette, quand je n’ai aucun lien avec aucune formation politique, quand je ne propose aucune solution politique, c’est une sorte d’agression infamante de Big Brother, censée m’ostraciser, et censée faire hésiter mes lecteurs potentiels. Notez encore une fois l’iniquité de cette arme antiraciste : on peut en toute impunité dire de quelqu’un qu’il est d’extrême droite, alors que c’est l’attaque la plus infamante qui soit. Voilà pourquoi personne n’ose s’attaquer à Big Brother : il a pour lui la puissance d’expression, et ses armes morales sont très supérieures.

Breizh-info.com : Alors que les livres d’Obertone, de Zemmour, de Houellebecq ou de Soral caracolent en tête des ventes à chaque nouvelle sortie, signe d’un intérêt croissant du lecteur et donc du peuple, le système semble verrouillé. Comment l’expliquez-vous ?

Laurent Obertone : Il est verrouillé, mais malgré tout, des auteurs se vendent, ont leur public, font parler sur Internet. En face, Big Brother n’a que la calomnie et la loi du silence, ce qui ne suffit plus. Si les auteurs peuvent se passer de Big Brother pour exister et diffuser leur pensée au-delà de leur public, malgré la pression et la censure, c’est que Big Brother est doucement en train de perdre son combat. Combat à mort, ça va sans dire.

Breizh-info.com : Dans votre ouvrage, vous analysez toutes les strates de la société Big Brother (médias, politique, éducation, ..). Néanmoins, vous n’ouvrez pas de pistes pour le futur. N’est-ce pas un peu fataliste ? Sommes-nous condamnés ?

Laurent Obertone : Je montre à quel point la société confortable entraîne une forme de passivité, qui ne peut être renversée que par une minorité agissante, ou par une évolution brutale de la situation. Il est très difficile de prédire ce qui va se passer, mais le temps qui passe joue pour Big Brother. Son capital de dégâts grandit, ses dégâts deviennent irréparables.

Breizh-info.com : Y-a-t-il selon vous aujourd’hui des personnalités politiques influentes qui s’opposent àBig Brother ?

Laurent Obertone : Sur certains points, peut-être, comme nous tous, mais jamais totalement. Ils jouent tous son jeu, celui de la communication. Tout politicien a peur des agressions morales de Big Brother, tout politicien élabore sa stratégie de conquête en fonction de lui, pour ne pas risquer d’être exclu par lui. Le politicien, pour avoir une chance de gagner, donc de séduire, doit incarner Big Brother, il ne peut pas se fâcher définitivement avec lui.

Breizh-info.com : La France Big Brother est votre troisième ouvrage, après la France Orange mécanique et Utoya. Cela vous demande à chaque fois deux années de travail ? (vous annoncez le prochain ouvrage en 2017)

Laurent Obertone : Ça dépend du projet. Un essai me demande un an d’écriture, mais il y a quelques années de prise de notes en amont. Utøya a été écrit un peu plus rapidement. Mes essais sur la France constitueront une trilogie. Mais il n’est pas impossible qu’une autre publication s’intercale entre ce troisième volet et La France Big Brother. Ça reste entre vos lecteurs et moi, bien entendu.

Breizh-info.com : Que contiendra en plus l’ouvrage à paraitre de la France Orange mécanique ?

Laurent Obertone : Une réponse à mes détracteurs, un retour sur les pressions subies, l’analyse de l’affaire Charlie Hebdo, l’actualisation des chiffres, un regard sur la politique menée depuis, l’ajout de nombreux faits divers significatifs…

Breizh-info.com : Vous allez tenir une série de conférences très prochainement, dans toute la France, pouvez-vous nous en parler ? Avez-vous déjà été menacé ?

Laurent Obertone : Oui, surtout lors de la période France Orange mécanique, mais jamais directement lors de mes déplacements. Aujourd’hui les pressions sont plus subtiles. Pressions sur les libraires, les médias, ceux qui pensent à m’inviter. Je ferai, comme pour présenter chaque livre, un tour de France, en mars-avril. J’invite les lecteurs intéressés à consulter mon agenda de déplacements sur le site de mon éditeur, ring.fr.

Breizh-info.com : Vous avez 30 ans aujourd’hui. Comment imaginez-vous la France, l’Europe, dans 50 ans ?

Laurent Obertone : Anticiper la contraction de l’utopie et de la réalité… Voilà qui pourrait faire l’objet d’un prochain livre.

Propos recueillis par Yann Vallerie.

Pour commander l’ouvrage, cliquez ici

2334_12970_20150116155439.jpg

10:42 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les profanateurs étaient des... antifas !

Selon un article paru dans Le Monde daté du 20 février, les jeunes ayant profané le cimetière juif de Sarre-Union sont des Antifas, pour certains fils d'enseignants de catégorie socio-professionnelle aisée.

"Pierre B. avait étrangement un ennemi déclaré : "le fascisme". Il portait des slogans antifascistes sur ses vêtements. "On ne parlait pas politique mais si on évoquait le Front National, il se mettait sur ses deux pattes arrière et se mettait à grogner", raconte Gaëtan. Il prétendait se battre contre le fascisme et était très remonté contre la police. Il traitait les policiers et les militaires de fascistes, avec une hargne qui me mettait mal à l'aise".

Belle éducation parentale... Soi-disant ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient...

ob_485bdb_b-ngtmbiqaaefo0-jpg-medium-1-jpeg.jpg

10:25 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 23 février 2015

Réinfo, le mag télévisé du Parti de la France de cette semaine

Emission du 23 février 2015

16:36 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook