Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mars 2021

Jacques Bompard, maire d'Orange, lance un appel en faveur de la candidature d'Eric Zemmour à la présidentielle de 2022

capture-decran-2021-02-23-a-09-08-40.png

Depuis quelques semaines, tout le monde en parle. Un peu partout en France les appels à sa candidature à l'élection présidentielle se multiplient. Les premiers sondages le mettent largement en dessus de la barre des 10% ce qui, pour un candidat non-déclaré, est encourageant. La seule inconnue : sa véritable volonté... De qui s'agit-il ? D'Eric Zemmour bien évidemment.

Il faut dire que depuis un an on assiste à une montée en flèche du phénomène. Sur C-News, tous les soirs, il pulvérise les records d'audiences. Ses livres font un tabac et ses arguments sont de plus en plus repris dans les médias. A tel point que, petit à petit, il s'est imposé comme étant un recours crédible pour la droite de conviction. Intelligent, cultivé, doté de solides convictions nationales et identitaires et bénéficiant d'une notoriété inégalée, Eric Zemmour rassemble toutes les qualités pour incarner l'espoir aux yeux de ceux qui veulent une véritable rupture avec le Système et que renaisse une France française dans une Europe européenne.

On ne sait pas encore quelle sera sa décision mais cela n'empêche pas les soutiens éventuels de s'organiser. Ainsi, à l'initiative de Jacques Bompard, maire d'Orange, une campagne de signature vient d'être lancée en faveur de la candidature d'Eric Zemmour.

De plus en plus de patriotes pensent que, pour éviter les écueils de 2017, il serait temps de donner une nouvelle image et un nouveau projet à notre famille d'idées. Ce d'autant plus que nous n'avons plus vraiment beaucoup de temps devant nous. Visiblement, que cela plaise ou non, Zemmour semble être le mieux placé pour cela...

Roland Hélie

Pour ceux qui veulent en savoir plus cliquez ici

120930789_3663837283648532_3936812101458467859_o.jpg

19:04 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Parti de la France reçoit Olivier Piacentini

euro-piacentini.jpg

Site du PdF cliquez ici

18:55 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ma contribution à la Journée de la femme

comment-maquiller-des-yeux-en-amande.jpeg

Charles-Henri d'Elloy
 
À vous mes sœurs, qui n’avez pas été contaminées par la vérole féministe propagée par quelques mégères acariâtres et souvent aigries. À vous Mesdames, qui avez compris que l’Humanité n’existerait pas sans nous les hommes. À vous femmes, qui trouveriez la vie bien triste si vous n’étiez pas le sujet de notre convoitise. À vous qui acceptez de vous sentir fragiles pour être protégées par un homme. À vous qui savez que le féminisme n’est pas fait pour magnifier les femmes mais pour les asservir et introduire la discorde entre hommes et femmes. À vous qui ressentez l’instinct de donner et de protéger la vie. À vous qui n’attirez pas les porcs et n’avez donc pas à les balancer. À vous qui êtes fière d’être une femme, sans vouloir singer les hommes et encore moins le devenir. À vous qui ne voyez pas en chaque homme, un ennemi, un pervers, un prédateur, un bourreau ou un manipulateur, mais un père, un frère, un ami, un patron, un collègue, un galant, un amant, un fiancé, un mari, un fils. À vous qui admirez la maîtrise de soi, la raison, l’intelligence, la virilité, l’exemple et le courage. À vous qui acceptez la dévotion en échange de la protection. À vous jeunes filles, qui rêvez du prince charmant et non d’une pension alimentaire. A vous épouses, qui comprenez que la soumission à votre mari est un trésor que celui-ci doit mériter. À vous femmes, qui aimez les faiblesses des hommes, parce que ce sont des hommes. À vous qui êtes heureuses d’être aimées d’un homme. À vous qui nous élevez. À vous qui nous incitez à vous donner le meilleur de nous-mêmes. À vous qui nous grandissez. À vous qui vous trouvez belles dans nos yeux d’hommes épris. À vous qui aimez les hommes. Merci !
 
C'était ma contribution à la Journée de la femme. [Extrait de "En attendant l'Apocalypse" aux éditions Godefroy de Bouillon]
 
Les livres de Charles-Henri d'Elloy cliquez ici
 
 COUV 2015 95.jpg

18:50 Publié dans Charles-Henri d'Elloy | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Salut à toi, Francis !

BB1egIyr.jpeg

Georges Feltin-Tracol

Le 4 mars 1981, un jeune mouvement nationaliste, républicain et indépendantiste, le Vlaams Blok (VB), ouvrait sa première permanence à Anvers. Le même jour, quarante ans plus tard, l’une de ses figures historiques, François « Francis » Van den Eynde, rejoint depuis la commune d’Alost le vol des oies sauvages. C’est d’ailleurs sous sa direction que chantaient en français, en néerlandais et en allemand autour du Soleil de Pierre invités et participants à la dernière soirée solennelle des universités d’été annuelles du GRECE Les Oies sauvages.

Né à Bruxelles le 1er avril 1946, Francis étudie les sciences humaines, puis travaille dans une compagnie d’assurances. Favorable à l’autodétermination de la Flandre, il s’engage très tôt à la Volksunie ainsi que dans des formations plus radicales telles que Were Di et Voorpost. L’approbation du pacte d’Egmont en 1977 par la Volksunie l’indigne. Il la quitte et milite bientôt au Parti populaire flamand (VVP). Le VVP forme en 1978 avec le Parti national flamand un cartel électoral prometteur : le Vlaams Blok.

Francis anime le VB à Gand. Il siège au conseil communal de la ville de 1988 à 2012. Élu au conseil flamand entre 1991 et 1995, il entre dès 1991 à la Chambre des représentants du Parlement fédéral belge en tant qu’élu de la Flandre orientale. De 1999 à 2001, il en est même l’un des vice-présidents. Il en démissionne, suite à sa participation – « sacrilège » pour les médiats régimistes – à une réunion de vétérans flamands du front de l’Est. Il conserve néanmoins son mandat parlementaire jusqu’en 2010.

Francis regrette qu’en changeant de nom sur les injonctions menaçantes et scandaleuses de la « justice » belge en 2004, le nouveau Vlaams Belang abandonne le solidarisme, se modère sur l’immigration et s’affadit. De plus en plus critique envers la ligne politique défendue par les instances dirigeantes, il est suspendu dès mars 2011. Il en est exclu le 27 juin suivant. À l’occasion des élections communales en 2012, il apporte un soutien public à la NVA (Nouvelle Alliance flamande).

Fier d’être Flamand et d’appartenir au monde néerlandophone qui englobe par-delà la Flandre et Bruxelles, les Pays-Bas et la nation afrikaner en Afrique australe, Francis s’affiche en Européen convaincu. Il défend à travers la réunification de l’Irlande, la cause flamande et l’émancipation de la Padanie une Europe identitaire des régions ethniques. Il participe chaque année dans la décennie 1990 aux universités d’été du GRECE en Provence. Passant aussi bien du néerlandais au français et à l’anglais, Francis s’impose au sein de l’assistance tant par sa culture, son sens de la répartie, son humour ravageur que par sa carrure massive.

Quand le brouhaha devient trop grand pendant les séances des questions des groupes de travail adressées aux conférenciers, Francis n’hésite pas à lancer tel un étudiant médiéval un tonitruant « Silentium triplex ! ». Désigné par la haute-maîtrise de l’université estivale « maître des chœurs et de la chorale », il tente bon an mal an de créer l’unisson, une gigantesque tâche pour une courte semaine fort active.

Francis Van den Eynde restera l’exemple du responsable politique affable et proche des militants de base. En lui brûlait la belle flamme de la cause des peuples d’Europe. Le mouvement flamand peut se féliciter de l’avoir compté parmi les siens.

Lire Europe Maxima cliquez ici

Lire aussi cliquez ici

10:54 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Juan Carlos Ier ou l’héritage raté du Caudillo

juan-carlos-symbole-national-a-la-retraite-1559416410.jpg

La chronique de Philippe Randa

Après avoir été obligé d’abdiquer en 2014 au profit de son fils Felipe VI, pour faire oublier une vie sentimentale fort peu conforme à la morale et ses multiples malversations financières, l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos Ier, vient pour la deuxième fois en moins d’un trimestre, de régulariser sa dette fiscale pour un montant de 4,4 millions d’euros. Pour cela, il a dû faire appel à une poignée de généreux amis qui lui ont prêtés l’argent.

Le redressement fiscal de l’ex-Roi porte, après enquêtes anti-corruption, sur des avantages en nature non déclarés : multiples voyages en jet privé, l’utilisation de cartes de crédit liées à des comptes bancaires qui n’étaient pas à son nom ou encore de commission occulte…

Le roi déchu n’en a pas moins fini avec la Justice et l’opprobre : il est toujours visé par une troisième enquête ouverte après un rapport du service de prévention du blanchiment de capitaux (SEPBLAC), faits postérieurs à son abdication, qui a entraîné la perte de l’immunité dont il bénéficiait en tant que chef de l’État.

Depuis août dernier, il s’est exilé aux Émirats Arabes Unis…

Une telle fin de règne était d’habitude celles de potentats du Tiers-Monde, généralement africains ou sud-américains ; mondialisation oblige, il fallait bien que la gangrène finisse par atteindre l’Europe.

Qu’en pensent donc aujourd’hui tous ceux qui admiraient tant Juan Carlos d’avoir « mené la transition du pays vers la démocratie » après que le Caudillo Francisco Franco lui ai légué les rênes de son pays ? À moins évidemment qu’en parfait tartuffes, ils ne voient dans sa chute qu’une humiliation supplémentaire infligée à la mémoire et à l’action du Caudillo ; la pire de toutes, celle du ridicule !

Source EuroLibertés cliquez ici

10:49 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vers le nouveau monde ?

Les enfants sont une enjeu central dans le conflit entourant l'imposition d'un nouveau monde aux peuples de la terre.

Alx-dessin-peur-de-vivre-masque-covid-web-14340-0c81f.jpg

08:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Décès de Francis Van Den Eynde, figure historique du mouvement flamand

157682612_1428867104116785_6148173246849655516_n.jpg

Je viens d'apprendre la disparition de Francis Van Den Eynde, militant historique du mouvement identitaire flamand. J'ai régulièrement eu l'occasion, lors de diverses réunions européennes, de rencontrer Francis, personnage éminemment sympathique aux idées solidement ancrées et à l'enthousiasme débordant. C'est une perte pour tous ceux qui l'ont connu et apprécié. Qu'il repose en Paix.

Le site Terre et peuple cliquez ici vient de publier un hommage magnifique de son camarade Luc Pauwels à ce militant exemplaire. Nous le reproduisons ici.

R H  

IN MEMORIAM

FRANCIS VAN DEN EYNDE

(1946-2021)

Entre Francis le turbulent garçon des Marolles, le plus vieux quartier populaire de Bruxelles, et Francis l’orateur enthousiaste, député et vice-président du parlement belge, il se déploie plus d'un demi-siècle d'engagement ininterrompu pour la Flandre, pour l'ensemble des Pays-Bas et pour l'Europe. Pas l’Union européenne, mais ce qu’il aimait appeler l’Empire des peuples européens.

J'ai rencontré Francis à cette première époque et au fil des ans je l'ai vu évoluer - et rester le même. Nous étions rarement membres des mêmes associations. Cela a abouti très régulièrement à des discussions animées autour d’une pinte. Pintes, au pluriel, pour être juste !

La Flandre est devenue plus pauvre

Parce que la bonne Flandre a un champion en moins, quelqu'un qui prêchait l’engagement et le vivait lui-même. L'engagement d'un Till Ulespiègle, toujours frais et spontané, avec le visage découvert et plus d'humour que ses adversaires ne pouvaient souvent en supporter. Se battant pour ses principes, avec un sourire aux lèvres, tenace, mais jamais aigre ou cassant. Et cela aussi bien en néerlandais qu’en français et d’autres langues encore.

Quant au Conseil municipal de la ville de Gand il fut confronté pour la énième fois aux « heures les plus sombres de notre histoire » et la collaboration de certains nationalistes flamands, il demanda d'abord pourquoi la mairie maintenait un nom de rue et une statue pour Lieven Bauwens (1769-1822). Des points d'interrogation sur de nombreux visages. Eh bien, a rappelé Francis aux conseillers municipaux, Bauwens était un collaborateur de l'occupant sans-culotte français, maire de guerre de Gand, à la fois jacobin et chouchou de Napoléon...

De plus, Francis - lui-même issu d'une famille « blanche comme neige » - s'est émerveillé de la mémoire misérablement courte d'un certain nombre de collègues verts, libéraux et rouges qui auraient mieux fait de se rappeler leur propre passé familial dans la guerre. Après la réunion du conseil, au moins un membre de chaque groupe mentionné est sorti dans les couloirs pour le remercier de ne pas avoir mentionné son nom.

De cette façon, Francis s'est fait des amis ou du moins des adversaires respectueux - en donnant lui-même l'exemple. Cela ressemble à l'école, mais cela a fonctionné. Il a été aidé par sa mémoire phénoménale et son trésor d'anecdotes historiques. Et ses nombreux voyages, littéralement à travers le monde. J'aurais aimé l'entendre parler du Myanmar, où il avait bien sûr été et fouiné, mais ça n'a plus été possible.

Puis il y avait ses histoires irlandaises. Je ne pense pas que la Flandre ait eu un meilleur connaisseur d'Irlande. D'ailleurs, son fils aîné y habite, marié à une Irlandaise : « Le seul pays étranger à qui j'ai voulu céder un enfant »...

Quand en 2010 il ne s’est plus porté candidat pour l’Assemblée nationale, il a tenu un discours remarquable sur « ce qui nous sépare », prônant que ce n’était guère le clivage droite-gauche, mais beaucoup plus l’antagonisme entre le populisme ethno-culturel de Herder, le boulangisme ou encore Barrès d’un côté et l’étatisme, allant des jacobins à Maurras et de Jean Bodin à Marx du côté opposé. Silence sur tous les bancs.

La Flandre est devenue plus riche

Francis faisait partie de ces personnes uniques qui quittent le monde en le laissant plus beau qu’elles ne l'ont trouvé. Que cela ait été possible est la pensée éminemment réconfortante que Francis nous laisse.

Chaque mort soulève des questions dont on se demande s'il faut les poser : Ne sommes-nous pas, les vivants, des morts en vacances dans ce monde ? Quoi qu'il en soit, la Flandre est devenue plus riche d’un exemple concret, nous sommes tous devenus plus riche d'un souvenir d’une personnalité unique, dont la chaleur honnête et l'inspiration profonde nous aident tous à continuer à vivre et à nous engager.

Francis a littéralement vécu ce que les dieux, par l'intermédiaire de Walter Flex, l’auteur des Oies sauvages, lui avaient ordonné :

Ce que personne n’ose, tu l’oseras,

Ce que personne n’exprime, dis-le,

Ce que personne ne pense, tu l’argueras,

Ce que personne n’ose, fais-le.

 

Si personne ne dit oui, toi tu le diras,

Si personne ne dit non, à toi de nier,

Si tous doutent, confiance tu feras,

Si tous s’emballent, tu seras le dernier.

 

Quand tous acclament, prends ton temps,

Quand tous se moquent, silence salutaire,

Quand tous refusent le partage, soit clément,

Quand tout est sombre, allume la lumière !

 

Écrit spécifiquement pour lui, on dirait.

Nous offrons nos condoléances à sa chère épouse et à ses quatre enfants, avec ce conseil de Francis lui-même : « Chérissez vos souvenirs, ils sont la seule chose que personne ne pourra jamais vous enlever. »

Au revoir Francis, cher ami d'une honnêteté désarmante, au revoir.

Et un grand merci pour tout.

 Luc Pauwels

01:16 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Premières secousses de la hausse des taux et de l’inflation

inflation.png

Marc Rousset

Wall Street a terminé en forte hausse, ce vendredi, mais sur le mois, le SP 500 est en baisse de plus de 3 % et le NASDAQ de 8,5 %. Le CAC 40 a connu une semaine agitée, mais a gagné 3 % en un mois et 5 % depuis le début de l’année. Depuis le 5 mars 2020, le taux d’emprunt d’État américain sur 10 ans est passé de 0,91 à 1,55 %, en augmentation très rapide ces derniers jours. En un mois, l’action Apple a décroché de 12 % et Tesla de 30 %. Le dollar s’est envolé et l’euro s’est enfoncé. Les investisseurs ont besoin d’être rassurés sur le fait que la banque centrale américaine (Fed) restera à la manœuvre et qu’elle contrôlera une remontée trop forte des taux.

La situation de la France en matière de compétitivité et d’endettement est dramatique. La part de la France dans les exportations de la zone euro est passée de 13,9 %, en 2019, à 12,7 %, en 2020. Les Pays-Bas, avec le tiers des habitants, exportent en valeur absolue plus que la France ! La dette publique de la France de 120 % du PIB est au-dessus de la moyenne de 97,3 % dans la zone euro. 23 % de cette dette sont détenus par la BCE. La dette, momentanément, coûte de moins en moins cher (1,4 % du PIB pour les intérêts). Prétendre vouloir annuler la dette française du Covid-19 de 215 milliards d’euros n’est pas très sérieux.

Bruno Le Maire a reconnu publiquement que le reste de la dette publique, soit environ 2.600 milliards d’euros, qui pèse sur la France depuis des années, est en réalité « une dette chronique liée à un niveau de dépense publique le plus élevé de tous les pays du monde ». Seules des mesures structurelles antisocialistes peuvent sauver la France : réformer l’assurance chômage, réformer les retraites avec passage à 65 ans, inciter les Français à travailler plus longtemps, assainir la dépense publique, passer à l’immigration zéro, ce dont ne parle jamais le gouvernement.

Il est en effet écrit (ce que nous commençons à vivre en ce moment) que les taux d’intérêt remonteront un jour. De plus, cette remontée des taux peut être brutale et inattendue, comme ce fut le cas pour la Grèce, l’Italie, l’Espagne et le Portugal en 2009. Les taux, tels des tsunamis, finiront par remonter à terme lorsque l’inflation apparaîtra pour de bon, même si les banques centrales font tout pour s’y opposer. Gare, donc, au retour de l’inflation, avec risques de krachs boursiers, et à la faillite de la France !

Christine Lagarde a déclaré que la BCE empêcherait une hausse prématurée des taux. Fabio Panetta, membre du directoire de la BCE, a dit également qu’il faudrait des interventions monétaires plus fortes, mais les Allemands ont déjà dit non ! Jens Weidmann, président de la Bundesbank, a déclaré que l’essentiel, c’est la stabilité des prix. Inflation au-dessus de 2 % « verboten » (interdit) ! Un moment critique d’explication pays du Sud/pays du Nord  pourrait bien être en avril-mai 2022, après la fin du programme PEPP (Pandemic Emergency Purchase Programme) en mars 2022.

La Chine s’inquiète d’un krach à venir sur les marchés occidentaux. Depuis le krach de mars 2020, les marchés financiers européens et américains enchaînent les records. Selon un haut dignitaire chinois, « les marchés financiers sont très hauts et cela va à l’encontre de l’économie réelle. Quand l’écart est aussi grand, une correction aura lieu tôt ou tard. » Le bilan de la BCE dépasse désormais les 7.000 milliards d’euros, soit 70 % du PIB de la zone euro. La dette américaine (19.539 milliards de dollars, fin 2016) s’est creusée à 27.810 milliards de dollars, le 20 janvier 2021, soit une hausse gigantesque de 8.271 milliards en quatre ans avec Trump !

Le système se dirige, à terme, vers l’inflation galopante ou la stagflation. L’or connaît une forte baisse actuellement en euros, suite à la hausse du dollar et à la hausse des taux aux États-Unis, mais le métal jaune attend son heure : que les taux d’intérêt réels deviennent franchement négatifs avec l’inflation de plus en plus forte. Alors que l’or cote péniblement 1.700 dollars l’once, un directeur de Goehring & Rozencwajg attend stoïquement l’inflation et le prochain cygne noir (la hausse des prix agricoles mondiaux, par exemple ?), en prédisant l’or, en fin de cycle haussier, à 15.000 dollars l’once !

Lire aussi Boulevard Voltaire cliquez là

00:51 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 07 mars 2021

Le vain ambitieux amphibie de Beauvau

81lfmzyzwLL._AC_SX425_.jpg

Didier Lecerf

« L’ennui avec les hommes politiques, c’est qu’on croit faire leur caricature alors qu’on fait leur portrait »

Sennep

Si j’étais caricaturiste, forçant le trait et exagérant les défauts, je donnerais sans doute à l’actuel occupant de l’hôtel de Beauvau, Gérald Darmanin, l’aspect d’un amphibien. Tout, chez lui, me paraît, en effet, conduire à ce choix. Ainsi, à l’image de n’importe quel représentant de cette espèce de tétrapodes à sang froid, les yeux grands ouverts et les lèvres minces, depuis une vingtaine d’années, il nage avec aisance dans les eaux stagnantes du marigot politique ; à l’image de la grenouille de la fable, il « s’étend, s’enfle et se travaille » pour gagner en stature ; et avec constance, méthode mais aussi, semble-t-il, ruse (ses « amis » ne le surnomment-ils pas « Darmalin » ?), il œuvre à sa métamorphose en « homme d’Etat » ou, du moins, à l’apparence de celle-ci. Pour l’heure encore têtard, mais nourri de son modèle et second « papa » (le premier étant Xavier Bertrand), l’ex-Iznogoud de Neuilly, Nicolas Sarkozy, il se rêve en Naboléon II, nouvel empereur du Landerneau politico-médiatique. Sorte de chimère sévèrement dentée, dont les ratiches raient les parquets lustrés de la République, il se voit déjà tout en haut de l’affiche, en 2027 ou 2032, vizir à la place du vizir, commandeur tombé du ciel de la macronie, leader providentiel d’une « droite courbe » toujours en quête d’un sauveur…  

On connaît la formule de Théodore Roosevelt (empruntée à un proverbe africain) : « Parlez doucement et portez un gros bâton, vous irez loin ».

Monsieur Darmanin veut aller loin. Mais, privé de « big stick » par son inclination politique et l’aveuglement idéologique de la majorité à laquelle il s’est rallié, il n’a, en fait, à sa disposition qu’un chasse-mouches, qu’il utilise avec parcimonie et parti pris. Condamné – comme ses prédécesseurs - à brasser de l’air et à soigner les apparences, il parle fort, fait les gros yeux, donne des coups de menton, roule des mécaniques, gonfle les biscotos. Pour l’essentiel, il dit, à défaut de vouloir ou de pouvoir faire ; il paraît, à défaut d’être ; et, à l’arrivée, il ne trompe que les habituels idiots utiles, les cocus patentés qui, d’élections en élections, ne demandent qu’à être pris pour des cons…

Dans Siegfried, Jean Giraudoux a écrit : « Les politiciens réservent leur véritable haine pour leur compatriote. » En obtenant, en conseil des ministres, la dissolution de Génération identitaire, pour des motifs fallacieux, intellectuellement malhonnêtes et juridiquement contestables (on attend avec curiosité, mais sans illusions, la décision du conseil d’Etat), Gérald Darmanin, premier flic de France par fonction mais politicien par nature, vient de lui donner raison… 

En juillet 1998, Jean-Pierre Chevènement déclarait au Figaro : « le ministre de l’Intérieur est la femme de ménage du gouvernement ». Depuis huit mois, voici donc monsieur Darmanin, nouveau technicien de surface du pouvoir macronien, en charge du « ménage ». Mais la façon dont il s’acquitte de sa tâche est pour le moins curieuse : le flot migratoire légal et illégal se déverse en continu sur le territoire et modifie peu à peu la composition de la population ? Il dissout Génération identitaire ; les barbus, les islamo-gauchistes, les racialistes décoloniaux sapent méthodiquement les fondements de notre société et détricotent la nation ? Il dissout Génération identitaire ; les policiers sont insultés, caillassés, mortiérisés, lynchés, voire tués ? Il dissout Génération identitaire ; les voyous désinhibés issus de l’immigration agressent, blessent, assassinent, violent ? Il dissout Génération identitaire ; les black blocs, les cailleras de banlieue s’invitent dans les manifs, dégradent, cassent, incendient, pillent ? Il dissout Génération identitaire ; les dealers prêts à tout pour défendre et étendre leur juteux business contrôlent par la peur des quartiers entiers et mènent, le plus souvent impunément, leurs expéditions punitives ? Il dissout Génération identitaire… 

Traditionnellement, « en France, la gauche trahit le peuple et la droite trahit l’Etat » (De Gaulle). Les macronistes, désormais, trahissent les deux, « en même temps ». A chacun d’entre nous d’en tirer la leçon qui s’impose et de faire en sorte que les prochaines échéances électorales débouchent sur la dissolution, et de ce pouvoir inconséquent néfaste à la France, et des ambitions politiques de son ministre de l’Intérieur ! Aux urnes, nationaux et nationalistes de toute obédience, faisons la synthèse de nos colères et, par nos suffrages, dissolvons les dissolveurs !

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

Ouvrages de Didier Lecerf :

COUV 2020 6.jpg

Pour l'acheter cliquez ici

COUV 2014 6.jpg

Pour l'acheter cliquez là

12:20 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Et si les complotistes avaient raison ?

mlkio.jpg

Arnaud Raffard de Brienne

Article publié dans le n°56 (hiver 2020 2021)

de la revue Synthèse nationale cliquez ici

À en croire les médias du Système, grands par leur audience bien qu’en déclin continu malgré une perfusion financière permanente, la multiplication du nombre des « complotistes », adeptes de foisonnantes « théories du complot », toutes plus folles les unes que les autres, constituerait la principale épidémie actuelle, plus grave sans doute, laissent-ils à croire, que celle de la Covid-19. Semble relever de cette catégorie toute personne une peu trop encline à remettre en cause la version officielle et médiatiquement agréée des évènements, actions et décisions des tenants du pouvoir et de leurs relais.  

L'un des spécialistes auto-proclamés de la lutte contre ce complotisme présumé, Rudy Reichstadt, grand pourfendeur devant l’Éternel des théories du complot, proche de Bernard-Henri Levy et de Caroline Fourest – c’est dire l’objectivité et la clairvoyance - et accessoirement directeur du site ConspiracyWatch.info, ne trouvera sans doute jamais de mots assez durs pour fustiger ses contemporains qu’une curiosité naturelle incite au doute méthodique et à une interprétation libre de évènements et actualités.

Le titre de son ouvrage publié en 2019, « L’opium des imbéciles »1 en dit long sur la haute opinion du sieur Reichstadt sur les non conformistes affichant l’impudence de douter des doxas de l’époque. Ne pourrait-on lui retourner le compliment lorsque, ayant sans doute raté quelques épisodes, il affirme se conformer à la version officielle de l’attentat du World Trade Center à Manhattan ? Simple exemple parmi tant d’autre pour ce chantre de la soumission aux vérités formatées, même les plus improbables.

Qu’il existe des maniaques du complot privilégiant systématiquement, par jeu ou pour pimenter leur vie, certaines théories fumeuses et capillotractées, nous ne pouvons que le constater. Et encore, est-on bien certain que la théorie la plus alambiquée d’aujourd’hui ne s’imposera pas demain comme vérité reconnue ? C’est bien connu, la réalité surpasse bien souvent la fiction.  Et d’ailleurs qui sont ces insolents contempteurs de complotistes qui prétendent avec morgue détenir une vérité absolue à tout sujet et mettre à l’index les déviants et les inutiles comme dirait Laurent Alexandre, l’urologue de plateaux télévisés, sans doute lassé de la palpation de prostates ? L’histoire du monde, de ses guerres, révolutions mais aussi périodes de paix, n’est-elle pas en grande partie, aucun historien ne l’ignore, la résultante d’une succession ininterrompue de plans cachés, d’ententes occultes, d’alliances secrètes, en un mot de complots ? Pourquoi en serait-il autrement aujourd’hui ?

Le tort d’avoir raison trop tôt

L’épidémie de la Covid-19 en cours aura permis la vulgarisation d’un terme jusqu’ici plutôt réservé au milieu journalistique et bien peu familier du commun des mortels. Aujourd’hui, à peine exprimée la moindre réserve sur l’origine du virus, sa provenance, le traitement de la crise par les autorités ou l’efficacité des vaccins et il vous sera attribué la soi-disant infamante étiquette de complotiste. Que la plupart du temps ces prétendus complotistes aient tout simplement raison bien avant la confirmation de leurs thèses ne change rien à la force de cette anathémisation. Un exemple parmi cent autres : quels quolibets méprisants – de parano à illuminé - n’ont pas subi les lanceurs d’alerte qui dénonçaient une surveillance électronique de grande ampleur des communications en tous genres (courriels, SMS, conversations téléphoniques…) ! Il aura fallu le retournement puis la fuite et même la cavale d’Edward Snowden, brillant élément de la National Securtiy Agency (NSA) pour confirmer par le menu un espionnage mondial généralisé de toutes les télécommunications et échanges digitaux.

Et que dire des insultes et surtout du mur de silence érigé autour des écrits de la regrettée Claire Séverac, notamment après la publication de son ouvrage « Complot mondial contre la santé »2. La cruelle actualité démontre qu’il n’y a pas une virgule à retirer à ses écrits. Pire, le plus souvent, les plus incisifs des lanceurs d’alerte se retrouvent bien souvent largement surpassés par le déroulement des évènements.

L’hostilité des anti-complotistes patentés ne connait pas de limites surtout si, de plus, vous tentez d’établir des corrélations entre une succession de faits troublants survenus depuis une petite année. Pour atténuer leurs sarcasmes, il faudrait sans doute accepter béatement, sans le moindre esprit critique, la gestion calamiteuse et pour le moins étrange de cette crise sanitaire sans précédent et à bien des égards suspecte. À ce sujet, l’analyse proposée par le professeur Christian Perronne dans son ouvrage « Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? »3 laisse pantois. Des confinements absolument inédits dans notre histoire, des contradictions accablantes au sujet du masque, déconseillé, interdit à la vente puis autorisé et imposé, la très louche interdiction de la chloroquine, médicament sans doute imparfait mais le seul disponible au début et au plus fort de la crise et dont il est admis aujourd’hui qu’il aurait pu sauver de nombreuses vies humaines. Voici un médicament en vente libre depuis sept décennies, brusquement déclaré toxique en début de crise, au moment où mouraient des milliers de Français privés de traitement. Hasard ? Pas forcément si l’on remonte la chronologie et établit un organigramme des différents protagonistes de cette surprenante décision.

Comment ne pas s’interroger aussi sur l’interdiction d’autopsier des victimes du fameux virus alors même que les milieux scientifiques avouaient ignorer presque tout de ce nouveau virus de la famille des coronavirus ? Et sur la généralisation aberrante de tests PCR dont le calibrage inapproprié n’a eu d’autre effet que surévaluer artificiellement le nombre de contaminés ? Que dire encore du scandale du remdésivir, de la libéralisation du Rivotril dans les maisons de retraite afin d’assurer une mort douce à nos anciens qu’un système de santé exsangue ne pouvait prendre en charge ? D’ailleurs, qui a démantelé le système de santé français alors que l’inéluctabilité du vieillissement de la population s’impose comme évidence depuis des décennies ? Qu’a pu justifier l’arrêt incompréhensible des essais portant sur la chloroquine dans le cadre de l’étude Discovery, le dossier bidonné de la célèbre revue scientifique The Lancet et des prises de position plus que suspectes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ?

En même temps comme dirait le locataire de l’Élysée, dans un autre registre mais la fonction première de l’intelligence humaine ne consiste-t-elle pas à établir des corrélations, Laetitia Avia profitait du confinement pour déposer un projet de loi pour censurer davantage internet, le gouvernement relâchait en plein été plusieurs milliers de prisonniers, sans parler de la loi Sécurité globale et de la validation d’une autre autorisant le fichage selon les opinions politiques. Tout cela en plein ou entre deux confinements.

La fin du complotisme ?

Et que dire encore, alors que les Français étaient assignés à résidence, enfermés, muselés, des avancées de la culture de mort, qu’il s’agisse de la GPA, PMA ou de l’autorisation d’avorter jusqu’à la neuvième semaine ? De l’interdiction de pratiquer leur religion en interdisant les célébrations publiques de messe ? Impossible d’établir une liste exhaustive de cette folle course en avant vers un monde orwellien et cauchemardesque. Citons quand même encore un renforcement sans précédent de la censure par les mutinationales américaines de télécommunication, les fameux GAFA. Était-il imaginable, il y a seulement quelques mois que des entreprises privées aux mains de milliardaires cosmopolites de la Côte Ouest puissent bannir sans préavis Donald Trump, le président de la première puissance mondiale, pour quelques considérations de bon sens ? Un complot aussi la notion de Deep State ? Vraiment ? Et l’élection frauduleuse de Joe Biden aux États-Unis, pitoyable et redoutable à la fois pantin lié à l’État profond et aux ordres du Nouvel ordre mondial ? Il serait impossible de lister l’ensemble des mensonges et trucages statistiques éhontés destinés à tétaniser nos contemporains, la répression folle et souvent violente de toute dissidence confirmant que nous ne sommes plus dans un État de droit. Avant cette étrange diversion épidémique, les Gilets jaunes (canal historique) avaient déjà payé un lourd tribut à cette confiscation programmée de toute liberté de penser différemment. Qu’il leur soit une fois encore rendu hommage.

Est-il "complotiste" d’établir un lien entre tous ces faits, beaucoup d’autres et notamment les modifications législatives régressives ? Est-il "complotiste" d’avoir tout simplement une ou plusieurs longueurs d’avance sur l’information officielle et donc cadenassée ?

D’ailleurs, la notion de « théorie du complot » devrait progressivement disparaître du champ lexical contemporain : qu’on se le dise, il n’y a plus de complots. Tout est dévoilé, publié, accessible à qui veut bien se donner la peine de chercher hors des sentiers battus par la bien-pensance.                                                

Notes

1 L'opium des imbéciles, Rudi Reichstadt, Grasset, 2019.

2 Le complot mondial contre la santé, Claire Severac, Alphée Jean-Paul Bertrand éditeur, 2010.

3 Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ?, Pr Christian Perronne, Albin Michel, 2020. Lire article en p. 81.2021,

Article Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

2021 sn 56 pub.jpg

Pour commander ce n°56 cliquez ici

Pour vous abonner à la revue cliquez là

Bulletin d'abonnement

10:15 Publié dans Arnaud Raffard de Brienne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

IGNACE !

157648643_247359303715830_1959368589270365188_o.jpg

Source MPI cliquez ici

CHN FLYER SITE VENTE copie.jpg

POUR LE COMMANDER CLIQUEZ ICI

09:45 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Claude Chollet : Danièle Obono, championne de la compétition victimaire ?

Claude-Chollet.jpg

Comment l’affaire Obono/Valeurs Actuelles a-t-elle tourné à l’hystérie ? Durant l’été 2020, l’hebdomadaire a publié une fiction, un pastiche de feuilleton mettant en scène le député Danièle Obono. L’élue de La France Insoumise y était grimée, de manière imaginaire, en esclave pour dénoncer la responsabilité de certains Africains dans les horreurs de l’esclavage. Dans l’ouvrage L’affaire Obono/Valeurs Actuelles – Retour sur un emballement médiatique, Bertrand Delcassis et son préfacier Claude Chollet, président de l’Observatoire du journalisme (OJIM), reviennent sur cet épisode révélateur de la dictature victimaire issue du mouvement indigéniste et de la bien-pensance de médias subventionnés et souvent aux ordres.

Acheter le livre cliquez ici

Source EuroLibertés cliquez ici

09:25 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un sondage donne Eric Zemmour à 17 % au premier tour : désillusion ou vrai coup de maître ?

image-0931529-20210306-ob_687336_sipa-00924954-000011-0.jpg?itok=BJK2IC2p.jpg

Frédéric Sirgant Boulevard Voltaire cliquez ici

Le verdict d’Alexandre Bertolini commentant, pour Valeurs actuelles, un sondage IFOP donnant Éric Zemmour à 17 % au premier tour de la présidentielle 2022 est sans appel : « le grand mirage ». L’hypothèse Zemmour, qui a pris une certaine consistance ces dernières semaines après l’enquête de L’Express, serait balayée par ce nouveau sondage. C’est peut-être aller vite en besogne et ce congé expéditif donné à Zemmour est aussi suspect que la rapidité avec laquelle on nous impose tel ou tel candidat ou tel duel de second tour.

Que dit ce sondage ? Que Zemmour recueillerait donc 17 % des voix, Emmanuel Macron 31 %, suivi par Xavier Bertrand (21 %), devant les candidats de gauche : Jean-Luc Mélenchon (12 %), Yannick Jadot (9 %) et Anne Hidalgo (8 %). Le politologue Jérôme Sainte-Marie, que l’on a connu plus nuancé, n’hésite pas : « C’est un sondage catastrophique pour lui. » Le raisonnement de l’IFOP est le suivant : « Dans cette configuration particulièrement favorable pour Éric Zemmour, celui-ci n’apparaît pas en mesure de se qualifier pour le second tour. En effet, en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, près de la moitié de ces deux électorats se réfugierait dans l’abstention ou le vote blanc – le polémiste ne parvenant à convaincre que la moitié (48 %) des électeurs Le Pen qui resteraient “dans le jeu”. La non-participation de toute une partie de ces électeurs aurait alors pour effet mécanique de gonfler le score d’Emmanuel Macron, dont l’électorat reste lui mobilisé. »

Raisonnement qui se tient. Sauf que…

Quelle étrange idée de tester Éric Zemmour seul, en excluant deux candidats déclarés… Il aurait été intéressant de voir la répartition des scores entre les trois. Cela aurait certainement privé aussi Marine Le Pen de second tour, mais nous ne connaîtrons pas ce score. D’ailleurs, plusieurs voix se sont étonnées de cet étrange sondage : « Il faut tester Zemmour en concurrence avec eux », a demandé le même Jérôme Sainte-Marie. Même son de cloche du côté des soutiens de Zemmour : une « plaisanterie » pour l’un, un sondage qui n’a « aucune signification », pour Paul-Marie Coûteaux.

Et puis il y a une autre façon de lire ce sondage : 17 % pour un coup d’essai sondagier dans une présidentielle à laquelle vous n’êtes pas candidat, c’est tout de même un coup de maître ! Jusqu’à maintenant, les enquêtes ne mesuraient que la notoriété ou l’envie ou le pronostic sur les chances d’Éric Zemmour. Là, il s’agit d’un sondage sur les intentions de vote, et Éric Zemmour se place d’emblée en troisième position, à 4 points de Xavier Bertrand. On a connu baptême du feu plus défavorable.

Par ailleurs, ce sondage donne des indications sur l’électorat « zemmourien » : il apparaît comme un vecteur de rassemblement possible pour des électorats séparés qu’il est indispensable de réunir pour pouvoir l’emporter. Ainsi, il attire autant les urbains que les ruraux (18-19 %), il récupère la moitié des électeurs de Marine Le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan de 2017, 61 % des électeurs RN aux européennes de 2019, 30 % de l’électorat ouvrier, ce qui, pour un intellectuel, est remarquable, et tout de même 22 % des électeurs de François Fillon en 2017, un électorat plus âgé et plus conservateur. Zemmour, depuis cette position carrefour, dispose de marges de progression variées.

Quoi qu’en disent ceux qui ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’Éric Zemmour dans le jeu déjà fait de la prochaine présidentielle, ce sondage montre bien qu’il est devenu, pour les Français en quête d’alternance forte, un peu plus qu’un simple « éditorialiste à succès ».

Lire aussi Thomas Joly cliquez ici

09:19 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 06 mars 2021

LIBRES AU REVEIL !

Capture d’écran 2021-03-06 à 19.45.14.png

19:48 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

RIEN DE NOUVEAU SOUS LA Ve RÉPUBLIQUE

COUV 2019 935.jpg

Pieter Kerstens

Depuis mai 1958, les ministres de l’Intérieur successifs, de Raymond Marcellin à Gérald Darmanin, de Gaston Defferre à Brice Hortefeux, en passant par Pierre Joxe ou Nicolas Sarközy (2 fois), ont TOUS combattu les mouvements nationalistes coupables à leurs yeux de défendre les racines de notre civilisation, notre identité européenne, nos coutumes, nos lois et nos traditions. Alors que le Président De Gaulle avait pour sa part déclaré le 5 mars 1959 : « Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu’on ne se raconte pas d’histoires. » (cité par Alain Peyrefitte.)

Depuis fort longtemps, les procès multiples, les interdictions et les dissolutions ont accablé notre famille politique alors que les fauteurs de troubles gauchistes ont été bien épargnés, à quelques organisations près…

Mes camarades d’Ordre nouveau (cliquez là ou cliquez ici) et moi-même avions organisé un meeting du 21 juin 1973 à la Mutualité sur le thème « Halte à l’immigration sauvage ». Les médias et les pourriticards de tous bords nous ont traités de « racistes », de « fascistes » et de « nazis ». Pourtant, les inspecteurs des R.G présents dans la salle ont tous confirmé au ministre de l’Intérieur de l’époque, Raymond Marcellin, qu’ils n’avaient jamais entendu un propos raciste dans les différents discours ni un quelconque appel à la haine.

C’est après une campagne de presse haineuse et mensongère contre Ordre nouveau, orchestrée par les laquais du mondialisme et les immigrationistes, comme Thierry Pfister du « Monde » ou comme Maurice Clavel dans « le Nouvel Obs », soutenus par les ministres Pierre Messmer, Jean Taittinger et Bernard Stasi, que la dissolution d’O.N est prononcée le 28 juin 1973.

Le Régime n’a pas changé de moyen 48 ans plus tard :« Quand on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage ».

Telle est aussi la stratégie choisie par le Président de la République française, en juin 2018, au constat que de plus en plus d’électeurs en Europe donnent leur voix aux partis « populistes » et qu’ils tournent le dos aux forces « progressistes » et aux bienfaits du mondialisme. Et la vindicte macronienne s’était abattue sur le ministre italien de l’Intérieur quand Matteo Salvini avait déclaré que l’Aquarius, transportant 630 immigrés clandestins, ne pourrait en aucun cas accoster dans un port italien. Quelques jours plus tard on entendait un discours élyséen nauséabond reprenant l’image de « la lèpre nationaliste », réel danger pour nos enfants. C’est pourquoi le gouvernement du Premier Ministre Castex prononce maintenant la dissolution de Génération Identitaire.

Mais à la longue, il est quand même délicieux de constater que la réalité dépasse les utopies et les rêves de tous ceux qui nous ont imposé les mythes de la société « multiculturelle » et « pluriethnique », que ce soit à Stockholm avec Olof Palme, à Madrid avec Felipe Gonzales, ou encore à Bruxelles avec Wilfried Martens et à Paris sous la présidence de François Mitterrand. Année après année, les Européens constatent avec colère les conséquences des mensonges qui ont été diffusés durant des décennies à propos des bienfaits de l’immigration.

Comme l’avaient reconnu Merkel, Cameron et Sarközy dès septembre 2010, cette idéologie du melting-pot à tous les étages a été un véritable échec (« le multi Kulti a échoué, totalement échoué ») et le commun des mortels peut aujourd’hui contempler le désastre et la réelle catastrophe engendrée par cette immigration/colonisation, imaginée, planifiée et imposée par les laquais du Nouvel Ordre Mondial, au prétexte fallacieux d’être l’unique recours et la seule solution au déclin démographique européen. Comme s’il n’existait aucun autre stimulant à la relance de la natalité… Que G.I renaisse de ses cendres et poursuive le combat !

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

17:30 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Continuer à danser encore... flashmob dans la gare du Nord

Bravo les artistes pour cette initiative. C'est un magnifique petit moment de joie dans cette dictature oligarchique.  On va y arriver tous ensemble.  On ne lache rien !

arton63158-9aa27.jpg

12:30 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le bilan migratoire et sécuritaire de l’ère Macron

Brice-Hortefeux-soldat-perdu-du-sarkozysme.jpgInterrogé par Le Figaro sur l’avenir des Républicains, Brice Hortefeux, député européen, s’en est pris à Emmanuel Macron et à son désastreux bilan en matière d’immigration. L’ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy sait, a priori, de quoi il parle. Edifiant.

Selon L’Obs, Emmanuel Macron serait décidé à parler plus de sécurité et d’immigration. Est-ce trop tard selon vous ?

Le bilan de la politique migratoire est sans appel : cinq ans de présidence Macron, ce sera autour de 2 millions de migrants supplémentaires, soit plus de deux fois la ville de Marseille. Les discours abondants sur la maîtrise des flux sont totalement démentis par la réalité et les chiffres de 2020 (302 204 entrées 415 826 en 2019) sont en trompe-l’œil. Cette baisse est due à l’effet Covid et j’affirme que nous subirons un fort rebond dès la sortie de crise. Les pays sources s’étant ap- pauvris, l’aspiration au départ s’aggravera inéluctablement. J’observe parallèlement que les reconduites d’illégaux se sont effondrées de moitié, sans que rien ne le justifie. Par ailleurs, rien n’est concrètement fait pour restreindre le regroupement familial qui concerne 72 245 personnes. Rien n’est fait non plus pour supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage – 25 200 en 2019 - dont on connaît les dérives. Rien n’est enfin engagé en profondeur pour reconduire les déboutés au droit d’asile dont la Cour des comptes évalue à 5 % seulement la réalité des expulsions. Au total, jamais il n’y a eu autant d’immigrés dans notre pays, à ce jour entre 6 et 7,5 millions. L’État a perdu le contrôle de l’immigration. Quant à la délinquance, les clignotants sont alarmants. Par exemple, en zone gendarmerie, les coups et blessures ont augmenté de 10 % en un an, les homicides et tentatives de 15 % atteignant un pic historique en 2020. Les restrictions sanitaires ont limité plusieurs types de délinquances mais l’observation depuis 2017 montre que les homicides, les coups et blessures volontaires, les cambriolages ont globalement tous augmenté. Surtout, avec 20 policiers blessés en moyenne chaque jour et des refus d’obtempérer toutes les dix minutes, l’autorité de l’État est piétinée. Assez d’« états généraux », de « grands débats », de « conférences citoyennes », de « Ségur » et de « confiance » ânonnée dans 37 textes de loi depuis 2017, galvaudant le mot. Souvenons-nous comment et pourquoi entre 2002 et 2012, la délinquance - toutes zones et toutes catégories confondues – a baissé de 11%.

Source : Le Figaro 06/03/2021

09:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:16 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 05 mars 2021

MERCREDI 10 MARS, À PARTIR DE 18 H, HERVÉ VAN LAETHEM, INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR TV LIBERTÉS

RL 2021 03 10 HVL.jpg

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

COMMANDER CE LIVRE CLIQUEZ LÀ

SN 19 PUB 2.jpg

23:54 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La grande peur avant la grande réinitialisation

SN 56 1 DE COUVERTURE.jpg

Roland Hélie 

Editorial du n°56 de la revue Synthèse nationale

Depuis un an, à longueur de journées, dans les médias ou ailleurs, on nous rebat les oreilles avec ce que d'aucuns appellent, de manière péremptoire, "la pandémie"...

Avant que l'on nous accuse d'un quelconque « complotisme » (mot désormais très à la mode), soyons clairs, de façon à être bien compris. Nous ne nions pas qu'un coronavirus, encore inconnu il y a treize mois et potentiellement dangereux, est apparu. Nous reconnaissons bien volontiers (et comment pourrait-il en être autrement ?) que ce nouveau pathogène est responsable de nombreuses souffrances et du décès de centaines de milliers de personnes à travers le monde. Mais nous n’oublions pas que, dans un passé pas si lointain, d’autres virus, bien plus virulents et destructeurs, ont sévi, sans susciter pour autant la même « émotion » ni entraîner les mêmes décisions lourdes de conséquences pour l’avenir de notre pays et de sa jeunesse… Aussi nous estimons-nous fondés à nous interroger sur les raisons pour lesquelles ce micro-organisme infectieux de 125 nanomètres de diamètre est devenu, au niveau mondial, l'alpha et l'oméga de l'actualité surveillée…

En fait, le SARS-CoV-2 et sa maladie, la Covid-19, ont le dos large et tombent à pic pour la camarilla mondialiste presque partout aux affaires…

En effet, ceux qui, actuellement, dirigent la plupart des États - en particulier les « démocraties occidentales » - ont pour objectif d'instaurer à terme une gouvernance mondiale, seule capable, à leurs yeux, d’en finir avec les « imperfections », les « errances » de l’« ancien monde », et de faire face aux défis de demain.

Mais pour atteindre ce but, un obstacle incontournable demeure : la méfiance des vieilles nations attachées à leurs particularismes, à leurs libertés. Dès lors, pour le faire disparaître, les mondialistes favorisent, accompagnent, soutiennent tout ce qui permet de détruire les identités, de fondre les peuples en un grand melting-pot, de les réduire à un magma de consommateurs sans racines, manipulables à merci, voués à l’enrichissement des firmes transnationales - à commencer par les GAFAM -. Et tous les moyens leur sont bons, y compris l’instillation d’une « grande peur » propre à mener le plus grand nombre à l’acceptation, à l’obéissance, voire à la soumission (une recette qui, dans l’histoire, a fait ses preuves en de multiples occasions). En 2006, déjà, la fameuse grippe H1N1 a bien failli donner naissance à une telle psychose réorganisatrice mais, finalement, la mayonnaise n’a pas pris car les esprits n'étaient pas prêts. Quant à la menace du « réchauffement climatique dû aux activités humaines » constamment agitée depuis la fin des années 1980, elle n’a pas vraiment débouché, jusqu’à présent, sur les résultats attendus…

Certains peuvent nous rétorquer que nous crions au loup un peu trop facilement, que cette analyse ne tient pas la route... Dans une récente livraison de notre excellent confrère Lectures françaises (n°764, décembre 2020), Jacques Boisard explique avec talent les étapes qui ont mené à la situation actuelle. Il rappelle ainsi que Jacques Attali, l’un des hommes qui parlent à l’oreille d’Emmanuel Macron, clamait en 2009 : « L'Histoire nous apprend que l'humanité n'évolue significativement que quand elle a vraiment peur ». Or ce qu'Attali entend par « évolution de l'humanité » n’est rien d’autre que la « marche forcée vers la globalité ». Il ne s'en est jamais caché. Pour s'en convaincre, il suffit de relire le rapport que lui a commandé Nicolas Sarkozy, alors qu'il était président de la République, et qu’il a rédigé avec la collaboration de toutes les élites mondialisées du moment (souvent les mêmes qu'aujourd'hui). Un rapport qui, déjà, indiquait la voie à suivre…

Attali n'est pas seul

Les conclusions de Jacques Attali sont les mêmes que celles de Klaus Schwab, l’homme qui, chaque année, préside à Davos, en Suisse, le Forum économique mondial, réunion de décideurs, chefs d’entreprise, dirigeants politiques, intellectuels ou journalistes, acquis à la globalisation, et au sein de laquelle se décide en quelque sorte l'avenir du monde, notre avenir...

Cet ingénieur et économiste allemand vient de publier, avec Thierry Malleret, "Covid-19 : The Great Reset" (1) (c’est-à-dire La Grande Réinitialisation), dans lequel il précise sa pensée. Pour lui, la "pandémie" a mis en évidence les disfonctionnements de la société d'avant. Elle doit conduire les peuples à prendre conscience de la nécessité d'accélérer l'instauration d'une véritable gouvernance mondiale permettant la mise en œuvre d’ « une réponse valable (…) aux dangers préexistants, (…) aux tendances inquiétantes qui se sont développées sur une longue période (entendez  le « populisme » - NDLR) » . Et de préciser : « Nous devons sans tarder mettre en route la Grande Réinitialisation. Ce n'est pas un "bonus", mais une nécessité absolue... Il nous incombe de prendre le taureau par les cornes. » Difficile d’être plus clair.

Les mots ont un sens. Selon le Larousse, la « Réinitialisation » est « l’action de rétablir un système, une application dans son état initial ». Or, ce que veulent les Schwab, les Attali, les Soros, ce n'est pas réinitialiser le monde, c’est le réorganiser, le refaçonner, le transformer. Exit les valeurs ancestrales, les civilisations, les nations millénaires, les différences d’ethnie, de culture ou de sexe ; finis tous les réflexes identitaires, nationalistes, « rétrogrades et belliqueux », de ceux qui dénoncent leur vision du futur.

L'enfer est pavé de bonnes intentions

Cette année, « Pandémie » oblige, le Forum économique mondial se déroulera du 13 au 16 mai, à Singapour. Les participants devraient plancher sur « l’évolution de l'économie mondiale vers un avenir plus juste, plus durable et plus résistant ; la construction d’économies plus égales, plus inclusives et plus durables ; la définition d'un nouveau contrat social centré sur l'égalité raciale, la justice sociale et la protection de la nature... ». À première vue, ce programme peut sembler reposer sur de bons sentiments, mais il convient de rappeler ce que cachent ce discours et cette posture en apparence compassionnels.

En réalité, derrière le désir de justice, l’empathie, la bienveillance de façade, c'est la dictature du capital mondial qui se dessine. Une dictature qui entend reposer sur l'assentiment du plus grand nombre, d'où la nécessité de tester le degré de résistance des peuples face aux décisions les plus liberticides qui seront prises (et, avec les mesures sanitaires actuelles, nous y sommes en plein)…

Non pas "survivre", mais "revivre"

Nous l'avons dit et écrit à maintes reprises : désormais, la véritable ligne de fracture se situe entre ceux qui acceptent le projet mondialiste voulu par l'hyperclasse et ceux qui, de plus en plus nombreux, le refusent. Un peu partout, sous de multiples formes, les mouvements de résistance nationale et identitaire se multiplient. Partout, les peuples manifestent leur détermination, non pas à "survivre", mais à "revivre". Ils ne veulent plus subir les diktats des oligarques apatrides, nouveaux « despotes éclairés » qui confondent leur volonté et leurs intérêts avec ceux des populations.

Pour nous, à Synthèse nationale, la voie est toute tracée. Notre devoir, au côté de toutes les forces qui partagent notre attachement à la nation française et à l'identité européenne, est de redonner à chacun la volonté de se battre. Nous sommes engagés dans une lutte sans retour contre le mondialisme. Pour notre nation, ce combat se terminera par sa résurrection ou son entrée dans le néant. 

(1) "Covid-19, the Great Reset" (entendez : "Covid-19, la Grande Réinitialisation"), Forum publishing, septembre 2020, 316 pages, avec Thierry Maleret.

Commandez ce n°56 cliquez ici

Abonnez-vous à la revue Synthèse nationale cliquez là

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

10:18 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

IMG_4635.JPG

10:03 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un dîner clandestin entre journalistes et “experts” médicaux qui démontre qu’ils ne croient pas au coronacircus

Alain Escada, président de Civitas

Pas un jour ne passe sans que, matin, midi et soir, les télévisions du système ne répètent les mots d’ordre officiels concernant le Covid : portez votre masque, restez chez vous sauf pour aller au supermarché, isolez-vous des autres, attendez avec impatience votre tour pour être vacciné, préparez-vous au passeport vaccinal pour pouvoir faire ce qui vous plaît hors de chez vous, ne réfléchissez pas car c’est signe de complotisme...

Mais voilà que le Canard enchaîné signale un pataquès dans ce concert multi-télévisuel. Le 24 février, la police fait une descente dans un restaurant ouvert clandestinement. Il est bientôt minuit et les policiers découvrent une intéressante brochette d’une vingtaine de convives : des journalistes de BFMTV, mais aussi “des cadors de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris et un gradé de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris, tous consultants santé de la chaîne !“.

Cela rejoint d’autres informations précédentes sur des restaurants ouverts clandestinement dans lesquels ont été identifiés des magistrats, des gendarmes et des policiers. Sans oublier les fêtes dans des commissariats dans des conditions interdites au commun des Français.

Mais le cas signalé par le Canard enchaîné est bien plus significatif. Ce n’est plus simplement un privilège que s’accordent des fonctionnaires du régime, de façon très proche de ce qui se passait autrefois en Union Soviétique.

Non, cette fois, c’est vraiment la démonstration que les gens qui se succèdent à la télévision pour nous effrayer ne croient pas aux histoires qu’ils nous racontent.

Comment interpréter autrement ce gueuleton partagé entre des journalistes de BFMTV, des “experts” du monde médical et un gradé des pompiers, tous habitués à nous faire la leçon sur la nécessité de suivre bien docilement les consignes gouvernementales pour échapper à une apocalypse épidémique

S’ils croyaient à ce qu’ils disent à la télévision, s’ils croyaient au bien-fondé de mettre les populations en cage, de porter une muselière, de conserver des distances, de laisser les restaurants fermés, s’ils croyaient la vaccination indispensable à toute reprise d’une vie normale, s’ils partageaient la peur qu’ils insufflent parmi la population, ils n’auraient pas pris le risque de participer à un tel dîner clandestin.

Il faut exiger que les noms de ces convives télégéniques, verbalisés par la police, soient rendus publics.

Et surtout, il faut largement partager cette information qui démontre que le plat que nous servent jour après jour les médias est une mascarade.

Une mascarade dont l’objectif réel est de mettre en place l’ensemble des rouages d’une tyrannie mondialiste.

L’heure est à la dissidence. Cassons nos télévisions et brisons nos chaînes ! Insurgeons-nous !

Site de Civitas cliquez ici

10:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

Unknown.jpg

Source Breizh-info cliquez ici

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l’ONG travaillent déjà à un recours devant le Conseil d’Etat pour faire invalider cette dissolution, qui apparait en effet comme surprenante eu égard du contenu très léger du décret annonçant la dissolution.

Sur Twitter, Pierre Gentillet, Avocat, et président @CerclePouchkine, a démoli point par point le décret. « Cela fait 3 fois que je relis le décret de dissolution de Génération Identitaire. Je n’ai jamais lu un texte aussi creux et aussi peu rigoureux juridiquement A ce niveau-là, même un gamin de CM2 peut faire du droit » indique-t-il.

Il déroule ensuite : Premier grief du décret (6° du L212-1 du CSI) : la provocation à la discrimination, la haine ou la violence. « Le décret indique que « les militants se revendiquent de Charles Martel ou de la reconquista ». Se référer à des personnages historiques, mêmes violentes serait donc un délit ? » s’interroge l’avocat qui rappelle que « sur la base de ce même raisonnement, faut-il dissoudre la France Insoumise puisqu’ils citent en permanence les révolutionnaires, tels Hébert ou Robespierre, qui ont massacré des dizaines de milliers de personnes ? Ridicule »

Et de poursuivre : « On reproche à Génération ID de faire le lien entre immigration et délinquance. Selon le Ministère de l’Intérieur, en 2019 : 63% des violences sexuelles commises en Ile-de-France l’ont été par des étrangers Question : faut-il dissoudre le Ministère de l’Intérieur? Ridicule. »

Puis « Fin du deuxième paragraphe et là on attend des sommets de bêtise juridique. Il est reproché à Génération Identitaire d’avoir reçu des dons de la part du terroriste de ChristChurch ( !). Cela prouverait que l’association incite bien à la haine et à la discrimination. Absurdité juridique totale. En quoi le don d’une personne extérieure au mouvement, sans aucun rôle, peut-il entrainer une quelconque responsabilité pour Génération Identitaire ? C’est un pur raisonnement totalitaire »

A noter que sur ce point, un article des Antifas de Libération Pierro Plottu et Maxime Macé a évoqué le fait que Breton Tarrant aurait été un membre bienfaiteur de Génération Identitaire, ce que leur aurait indiqué un de leur contact, Bruno Dalles, ancien directeur du service de renseignement financier Tracfin. Problème, il se trouve pléthore de sites internet qui, à partir d’un certain montant de dons, font de vous automatiquement un membre bienfaiteur. Ce « titre » attribué à Brenton Tarrant ne l’a donc pas été par Génération Identitaire mais bien par le niveau du don que ce dernier a adressé à GI. Sur le site Assothèque, on peut lire que sont membres bienfaiteurs d’une association « ceux qui ont accepté, afin de soutenir financièrement l’association, d’acquitter une cotisation d’un montant supérieur à celui dû par les membres « actifs », ou, plus simplement, les personnes qui adressent régulièrement des dons à l’association. Dans ce dernier cas, le titre de membre bienfaiteur est souvent honorifique ; il ne confère pas de droit particulier ». Ainsi si vous donnez 1000 euros sur le site internet de la République en Marche, vous serez aussi considéré comme membre bienfaiteur, sans que le parti politique n’ait fait quoi que ce soit.

Voici quelques exemples de sites sur lesquels vous pouvez devenir membres bienfaiteurs via un gros don, sans l’accord particulier de l’association en question : cliquez là ou encore ici, ou encore ici ou encore ici sur le site du Printemps écologique, amusez vous à taper « membre bienfaiteur association » sur google et vous y trouverez de nombreux sites qui proposent ce type d’adhésion.

Pierre Gentillet poursuit ensuite sur le 2ème grief : de milice privé. « Pour mémoire, la jurisprudence exige classiquement plusieurs conditions : 1) Présence de grades, uniformes et discipline 2)développement de stratégies paramilitaires, 3) détention ou l’accès à des armes 4)Trouble causé à l’ordre public » indique-t-il avant de poursuivre : « Aucun de ces points n’est repris par le ministère pour identifier ce que le droit appelle milice. Ceux qui ont rédigé ce décret n’ont jamais lu une loi ou un jugement de leur vie c’est impossible »

Et d’évoquer : « La dimension guerrière serait un élément (à raccrocher au 1) on suppose.. ?) démontré par les slogans de Génération Identitaire tels que : « l’avant-garde de la jeunesse debout » ou « entrer en guerre contre tous ceux qui veulent nous arracher à nos racines ». Avant de s’interroger : « Du coup, la dimension guerrière de Lutte ouvrière (le poing levé à toutes les manifestations) est avérée je pense ? On voit bien qu’on nage dans le n’importe quoi et que le ministère ne sait pas distinguer le sens propre du sens figuré. Retour au CP »

Et l’avocat de conclure : « Enfin il est reproché à Génération Identitaire leurs actions à la frontière, réalisées sans violence et de courte durée (donc sans efficacité réelle). Génération Identitaire n’arrête pas, bien évidemment, à elle-seule l’immigration illégale : elle n’est qu’un lanceur d’alerte ! Si l’on reprend les 4 critères, nécessaires pour qualifier l’existence d’une milice, que j’évoquais précédemment : où sont-ils? Où sont les armes de Génération Identitaire? Où est le trouble à l’ordre public? Les stratégies paramilitaires? Bref, aucun effort de rigueur »

Conclusion de l’avocat : « je n’ai jamais lu un décret aussi indigent, aussi partial, aussi militant même, aussi peu rigoureux. Si le Conseil d’Etat valide le décret de dissolution, je ne vois vraiment pas à quoi il servira à l’avenir de faire des études de droit pour devenir juriste »

De quoi émettre un gros doute sur l’honnêteté des personnes qui ont prononcé la dissolution de Génération Identitaire, dissolution qui ressemble plus à un coup de tyrannie politique qu’à une véritable décision juridique cohérente et en conformité avec le droit français.

 

09:42 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 04 mars 2021

Génération Identitaire : entre « le fait du prince » et « la lettre de cachet », L’Etat a tordu l’esprit de la loi pour aboutir à une forfaiture

ROUDIER RICHARD.jpg

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi

Lors de son audition, en avril 2019, par la commission d’enquête parlementaire sur les groupuscules d’extrême droite, l’ancien directeur de Tracfin, organisme du ministère de l’Economie chargé de la lutte contre (…) le financement du terrorisme, avait affirmé que Brenton Tarrant, l’auteur de la tuerie de Christ Church, était « membre bienfaiteur » de GI démontrant par cela que Génération Identitaire était dans le viseur de l’Etat.

On rappellera que cette opération de dissolution avait été lancée par la députée Muriel Ressiguier (LFI France Insoumise) qui voulait, à l’époque, se payer la Ligue du Midi. On se souvient de sa déconfiture et de son fiasco, elle qui était poursuivie pour dénonciation calomnieuse à mon égard.  Par la suite, elle se rétracta piteusement, mais continua à donner des gages au pouvoir macroniste en déroulant le tapis pour la loi Avia -bien que ne la votant pas- qui voulait introduire la notiond’incitation à la haine, idéale par son flou, pour museler toute opposition. Mais un train peut en cacher un autre…

La dissolution de Génération Identitaire repose pitoyablement sur deux arguments que le Conseil des ministres a bien du mal à faire cadrer avec la réalité :

- « [G.I] tenant un discours de haine incitant à la discrimination ou à la violence envers des individus en raison de leur origine, de leur race et de leur religion » (en quoi est-ce discriminatoire de dénoncer des illégaux ? et où est la violence ?)

- et, « par sa forme et son organisation militaires », GI « peut être regardée comme présentant le caractère d’une milice privée » … (Les concepteurs de la loi de 1936 doivent bien rigoler, eux qui s’employaient à dissoudre des mouvements lourdement armés, composés de centaines de milliers de membres).

A propos des Black Blocs cliquez ici

Mais, « Qui veut se débarrasser d’un chien l’accuse de la rage »… La dissolution de Génération Identitaire intervient alors que le ministère de l’intérieur, il y a quelques semaines, avait obtenu celle de trois associations proches de la mouvance islamiste (CCIF, Baraka City et le collectif Cheikh Yassine), suite à l’assassinat hideux de Samuel Paty.

La technique est éculée comme la République qui la pratiquait déjà dans les années 60-80 : un coup à gauche, un coup à droite… un coup contre les islamistes, un coup contre les identitaires…

Dans ces conditions la dissolution était déjà pliée, puisque cette mesure relève de la justice administrative non du pénal. Cette dissolution prise en Conseil des Ministres ressortit du « fait du Prince » et l’on aura remarqué l’implication personnelle de Macron qui, dans son habituelle posture du « en même temps », n’a eu pour seul souci que de rétablir l’équilibre avec la mouvance islamiste.

Mais la bataille n'est pas encore perdue et le Conseil d’Etat risque d’hésiter à avaliser cette décision lors de l’examen d’undossier juridique pratiquement vide dans lequel on a tordu le cou à l’esprit de la loi. Difficile de faire passer des jeunes gens propres sur eux, style boy-scouts, en nostalgiques de la nuit de cristalOn notera également que les divers groupes Black blocs, antifas, indigénistes, et autres décoloniaux, casseurs organisés devant l’éternel depuis des années ou séparatistes, n’ont jamais eu à subir les mêmes oukases du Conseil des ministres. Pour finir, on observera que les identitaires agissent toujours à visage découvert, contrairement aux gauchistes, ces derniers bénéficiant de traitements de faveur lors des manifestations avec, entre autres, un taux d’interpellation quasi-nul au moment des Gilets jaunes.

Défenseur acharné des libertés publiques et ayant subi les foudres de l’Etat à de nombreuses reprises je ne puis que m’élever contre la dissolution de Génération Identitaire. Je m’étais déplacé le 20 février à Paris et je le referai s’il le faut.

Remercions au passage Gérald Darmanin pour la formidable publicité qu'il a fait à notre cause : désormais tous les français connaissent les identitaires et savent que nous serons toujours à leur côté pour la défense de l’identité et de nos libertés

Mais que la caste des « procurateurs » garde bien en tête que l'on ne dissout pas une idée, une nation ou un peuple… encore moins une génération !

Site de la Ligue du Midi cliquez ici

19:04 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

DISSOLUTION DE GÉNÉRATION IDENTITAIRE : HONTE À NOTRE GOUVERNEMENT

MNR.jpgUn communiqué du MNR :

Ce mercredi 3 mars 2021, le Conseil des ministres a prononcé la dissolution du groupe « Génération Identitaire », car « elle incite à la discrimination, à la haine et à la violence ».

On reste stupéfait devant la mauvaise foi que reflète cette décision : défendre son pays de l'invasion serait condamnable ? Que penser alors de tous les combattants et résistants durant la deuxième guerre mondiale ?

En vérité, G.I. n'a conduit aucune action violente. À la différence de M. Darmanin et de tout le gouvernement, ses militants aiment leur pays et cherchent à le défendre.

Avec tous les patriotes, exprimons notre dégoût devant cet acte de trahison.

Le site du MNR cliquez ici

18:32 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Au moment où le gouvernement procédait à sa dissolution, Génération identitaire avait prévu une action symbolique

Au moment où le gouvernement procédait à sa dissolution, Génération identitaire avait prévu une action symbolique à Paris. Mais la police, toujours plus prompte lorsqu'il s'agit de réprimander les patriotes que lorsqu'il faut mater les racailles, s'y est opposée.

Les jeunes militants de GI voulait tout simplement déployer une banderole géante sur un pont sur laquelle était inscrit : "on ne dissout pas une Génération..."

156806149_452661586154302_8155827408783064265_n.jpg

Lire aussi Nous sommes partout cliquez là

14:39 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le grand leurre

dette.jpg

Gaëtan de Capèle

La reconquête de la souveraineté de la France figurera, nous dit-on, au cœur de la prochaine élection présidentielle. Quoi de plus urgent, en effet, dans un monde toujours plus instable, que de retrouver la pleine maîtrise de son destin ? Chacun, de gauche à droite, en fait profession de foi. Pour juger de la capacité des uns et des autres à y parvenir, il existe peu de meilleur révélateur que le débat sur la « dette Covid ».

Certains se font fort de l’annuler d’un trait de plume, au motif qu’elle serait liée à des circonstances exceptionnelles et financée en partie par la Banque centrale européenne. Ils se disqualifient d’entrée de jeu. Passons sur l’impossibilité juridique - les traités l’interdisent - et disons les choses simplement : non seulement il est paradoxal de prétendre restaurer la grandeur de la France en commençant par renier sa signature, mais le déciderait-on que nous n’en aurions pas les moyens. Car, à force de laxisme budgétaire, nous avons perdu depuis longtemps la maîtrise de notre dette. Chaque année depuis un demi-siècle, nous creusons nos déficits et devons emprunter pour payer nos fonctionnaires et nos services publics. Sans nos créanciers, les caisses de l’État seraient vides à partir du mois d’octobre. Eux ne font pas la différence entre la « dette Covid » et celle que nous avons accumulée auparavant. Allons-nous trahir leur confiance ?

Le surplus de dette lié à la pandémie (215 milliards sur un total de 2 700 milliards) nous emmène certes sur des terrains inconnus (l’endettement national atteint 120 % du PIB, soit le double de ce qu’autorisent les traités) mais ne change rien au tableau général. La France vit bien au-dessus de ses moyens et aux crochets non pas de la finance internationale, comme on nous le répète, mais des épargnants du monde entier. Elle retrouvera sa souveraineté le jour où elle reprendra enfin le contrôle de ses dépenses publiques. Certainement pas en leurrant les Français avec des promesses intenables.

Source : Le Figaro 4/03/2021

12:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 03 mars 2021

MACRON, LE  MAUVAIS  GENIE  FRANÇAIS !

ROLINAT JC 3.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Un crachat sur l’armée, rien de moins, dernier « mauvais coup » du président contre la république. N’oublions jamais qu’il a été élu par défaut grâce à une manœuvre de dernière minute du Parquet national financier  (PNF), qui a disqualifié Fillon ! Emmanuel Macron une fois de plus, une fois de trop, a encore sorti le dossier algérien pour humilier la France et son armée. En disant quoi, en faisant quoi ? En recevant au palais de l’Elysée la famille de l’avocat FLN Ali Boumendjel, qui aurait été assassiné en 1957 pendant la guerre d’Algérie, afin de lui présenter au nom de la France ses plus plates excuses. Je dis « ça suffit » la repentance à la sauce Benjamin Stora, un israélite rapatrié d’Afrique du nord à l’âge de dix ans, historien réputé  favorable aux thèses du FLN ! Alors oui, coup de gueule contre ce chef de l’Etat élu par hasard.

J'attends qu’il reçoive les familles de Pieds noirs enlevés, disparus, égorgés, massacrés par le Front dit de « Libération national », le FLN, pseudo mouvement libérateur mais réelle organisation criminelle, même à l’égard des siens. (Les gens du MNA de Messali Hadj ont, eux aussi, été é-li-mi-nés !) L’armée française étant mise en cause, j’espère que ses plus hauts gradés auront le courage, en pensant au sens de l’honneur de leurs illustres aînés, - les Juin, de Lattre, Leclerc, Challe, Salan, Jouhaud, Zeller ou Hélie Denoix de Saint-Marc -, de ne plus saluer militairement monsieur Macron ! J’en doute, car les « traineurs de sabres » d’aujourd’hui ont le petit doigt maintenu sur la couture du pantalon et le regard fixé sur le tableau d’avancement ! Ce sont bien plus des fonctionnaires que des militaires ! Où est l’esprit des « soldats des rizières et des djebels ? ». Pas à l’état-major en tout cas !

Quant à une possible, - souhaitable ? -, « réconciliation » franco-algérienne, elle ne sera effective que lorsque le président Tebboune, marionnette des généraux ou un  autre chef de l’État « d’El Djezaïr », recevront avec les honneurs à Alger, les descendants de harkis pour leur demander solennellement pardon !

Dissoudre G.i ne suffit pas, il faut dissoudre le peuple !

Seconde raison de mon courroux, la dissolution de Génération identitaire. Voilà des jeunes gens qui pacifiquement, appuient là où ça fait mal, à savoir l’incapacité crasse de Darmanin, soupçonné d’avoir usé de son poste de maire, je crois, pour obtenir des faveurs sexuelles ce qu’il dément, - accordons-lui bien évidemment la présomption d’innocence, ce qui a été refusé à un Sarkozy, pourquoi ? -, de maitriser nos frontières et d’expulser les clandestins, envahisseurs illégaux que la « gauche bobo » qualifie effrontément, « de migrants ». Rien dans l’attitude des militants de G.i, ni dans leurs écrits, ni dans leurs propos encore moins dans leurs actions d’agit-prop, ne justifie la dissolution d’un mouvement militant CONTRE l’invasion/immigration. Il faudrait alors dissoudre une majorité du peuple français qui est sur cette ligne ! (À quand un référendum ?) La dictature des « bienpensants » est plus que jamais en marche, le rouleau compresseur de la tyrannie macronienne va nous écraser si nous ne réagissons pas. N’attendons pas un signe du ciel ou avril 2022 pour pousser vers la sortie l’usurpateur, qui plus est, est incapable avec sa clique de « Diafoirus » de maitriser le virus chinois ! Amen !

18:31 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

LES REPROUVES.

KERSTENS P 254.jpgPieter Kerstens

En mai 1968, les progressistes et les « humanistes » ont décrété une liberté totale d’expression par les slogans « il est interdit d’interdire » ou « vivre sans temps mort, jouir sans entrave » et « le bâton éduque l’indifférence ». Mais cette possibilité ne s’applique qu’à une certaine catégorie d’individus, celle des bien-pensants, les détenteurs du Savoir et de la Vérité. 

En effet, une chape de plomb et 50 ans de silence couvrent un crime de guerre. 

On observe que depuis 1945 et les jugements du tribunal de Nuremberg, il y a des tabous et des totems indiscutables, érigés par des lobbies et des communautés gardiens de dogmes sectaires. Un exemple typique, parmi tant d’autres : durant des décennies, des millions d’élèves en Europe ont été anesthésiés par le mensonge des assassinats de 26.000 officiers, sous-officiers, soldats et civils polonais dans la forêt de Katyn, aux environs de Kozye Gory en Pologne, au mois d’avril 1940, imputés à l’armée allemande, selon les accusations du Tribunal de Nuremberg.

Par la suite, les enquêtes menées par la Commission Médicale Internationale, le professeur bulgare Markoff ou le suisse Dr. Naville ont déculpabilisé les troupes allemandes, de telle manière que le jugement du 1er octobre 1946 en omettait la mention. Cette omission signifie que le Tribunal Militaire International de Nuremberg n’a pas estimé que les criminels de guerre allemands étaient coupables des assassinats de Katyn. Malgré cela, et durant de longues années, les professeurs d’Histoire ont enseigné que les crimes de Katyn ont été commis par les Allemands. Tous ceux qui contestaient cette vérité « historique » ont été cloué au pilori et traité de « fascistes ».

Mais en 1990, Gorbatchev fait déclassifier les archives et rétablir la vérité sur le drame de Katyn.  Il est alors établi que le 5 mars 1940 une proposition écrite de Lavrenti Béria, chef du NKVD, ordonne d’éliminer tous les prisonniers polonais, lettre signée par Staline, Vorochilov, Mikoïan, Kalinine et Kaganovitch, tous membres du Politburo du parti communiste d’URSS.  Et ce sont aussi 1.800.000 Polonais qui furent touchés par la répression soviétique et envoyés dans les camps du Goulag et les colonies de Sibérie, dont très peu sont revenus ! 

Guerres du Golf, attentats du WTC à New-York, Printemps arabes, Shoah, Timisoara, guerres en Lybie et en Syrie.

Ces différents sujets sont interdits de contestations, d’analyses ou de remise en cause, car ils appartiennent à « la mémoire collective », chasse gardée des mondialistes, du politiquement correct et surveillés par la police de pensée. Gare à ceux qui oseraient les transgresser.  

Et parmi les rebelles de la pensée unique, nombreux ont été mis au ban de l’Humanité, condamnés, emprisonnés ou même parfois exilés, tels Paul Rassinier (ex-déporté, député SFIO), Roger Garaudy, Pierre Guillaume, Jean Plantin, Henri Roques, Thierry Meyssan, Hervé Ryssen, Robert Faurisson, Vincent Reynouard, Paul-Eric Blanrue en France, et ailleurs Wolfgang Frölich, Ursula Haverbeck, Giuseppe Falisi, Siegfried Verbeek, Alain Soral, Dieudonné M’bala M’bala, Khaled Mechaal, Mahmoud Abbas, Gamal Abdel Nasser, David Irving, Willis Carlo, Arthur Butz, Mahmoud Ahmadinejad, Sylvia Stolz, German Rudolf, Saddam Hussein, sans oublier Ernst Zundel et Horst Mahler, parmi tant d’autres en désaccord avec la doxa officielle.

Article de Synthèse nationale libre de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

18:24 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Macron à nouveau dans la repentance.

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le jour même où le président algérien rappellait que son pays "ne renoncerait jamais à sa mémoire" — ce qui, au demeurant, est légitime, même si l'Algérie ne fut un "pays" que par la grâce de l'œuvre française  — Emmanuel Macron se vautrait, une fois de plus, dans la plus misérable repentance, après avoir parlé en 2017 de crimes contre l'humanité commis par la France en Algérie et autorisé, il y a quelques mois, son ministre de l'Intétieur, Gérard Darmanin, à déposer une gerbe au "monument des martyrs de la guerre de libération". Cette fois il couvre la France de boue en "reconnaissant" l'assassinat après torture par nos soldats de l'avocat et militant FLN Ali Boumendjel pendant la bataille d'Alger en 1957. 
 
Boumendjel était un agent de liaison du terrorisme fell. Les paras de la 10° DP ont fait ce qu'ils devaient faire en accomplissant, dans la discipline, la mission difficile que leur avait confiée le pouvoir civil, mission à laquelle leur honneur militaire ne les avaient pas préparés, mais nécessaire pour éradiquer la menace  des bombes qui visaient chaque jour ou presque la population européenne d'Alger. 
 
Nous non plus, nous ne renoncerons jamais à notre mémoire.

23901247.jpg

Sur les crimes FLN en Algérie cliquez ici

15:42 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |