Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 28 mai 2015

La honte au Panthéon !

11218973_1661325610753071_3462187497798218406_n.jpg

11:14 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : dimanche 7 juin, à Poitiers

7788423-12068942.jpg

INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT !

rencontres.charles.martel@gmail.com 

11:00 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol

homepage_logo.jpg.png

3,50 €, chez votre marchand de journaux

00:09 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

images.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3189 du 21 mai 2015

 

DANS une récente interview dans Le Figaro, Jean-Marie Le Pen a déclaré : « Le FN est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste ». Il a précisé : « Son attitude (celle de sa fille) à mon égard est tellement extraordinaire et exceptionnelle qu’elle ne peut s’expliquer que par une espèce de maraboutage ou de prise en mains par quelqu’un d’autre. Il me semble qu’elle a perdu sa liberté de jugement. L’appareil de son mouvement lui échappe. » Il ajoute : « Mon éviction est un symbole, un signal. Elle est décidée sous un prétexte fallacieux cachant une autre manœuvre. Évidemment, Jean-Marie Le Pen au Front national est le symbole d’un certain nombre de choses. Le Front est en train de se détruire, de se transformer en parti chevènementiste. Jusqu’à présent, la ligne tracée par Chevènement est allée dans le mur. Si les rescapés de ces entreprises malheureuses essayent de se raccrocher à quelque chose qui marche, de s’emparer d’un bateau qui tient la route alors que leur esquif a coulé, cela mérite d’être combattu ».

 

“LE FN EST EN TRAIN DE SE DÉTRUIRE, DE SE TRANSFORMER EN PARTI CHEVÈNEMENTISTE”

 

En attendant, le Menhir appelle à la résistance. Il considère que « la perspective de prendre des régions s’éloigne ». « Cela est une conséquence des initiatives vulnérantes qui sont prises contre moi », juge le président d’honneur suspendu du FN. Il y a, dit-il « un changement d’orientation, une sélection de personnels différents, un état d’esprit hétérophobe évident… ». Il confirme son intention de créer une nouvelle structure politique. « Nous ne savons pas encore quelle en sera la forme juridique, mais le contenu sera plus important que le contenant », prévient-il, assurant qu’il se « battra jusqu’au bout de (ses) forces ». « Nous allons essayer de barrer la route à M. Philippot dans sa conquête du Front national. Ce sera absolument une force d’opposition à lui et à ses mignons. Il s’empare des leviers de commande du parti », assure par ailleurs Jean-Marie Le Pen.

 

ET VOICI MÉLENCHON QUI FÉLICITE FLORIAN PHILIPPOT !

 

On croyait avoir tout vu. Eh bien non. Mélenchon vient de déclarer sur France 2 : « Je félicite M. Florian Philippot de nous avoir débarrassés de ce vieux fasciste, parce que nous, on n’y était pas arrivés, mais lui, il y est arrivé, donc félicitations ». Il accuse cependant Philippot de plagiat, de « pomper ses discours » et de “voler” dans son programme de 2012. En novembre, Marine Le Pen avait déclaré que le programme de Mélenchon n’était « pas très éloigné » de celui du FN. Et elle s’est réjouie de la victoire du mouvement d’extrême gauche Syriza en Grèce. Jeanne, au secours !

 

JEAN-MARIE LE PEN ÉVOQUE SA FUTURE FORMATION

 

Jean-Marie Le Pen va-t-il créer un nouveau parti ? Très probablement mais pas sous cette forme. En fin tacticien, connaissant l’histoire, il sait qu’une telle entreprise serait probablement vouée à l’échec. Il suffit de se souvenir de Haider, le leader nationaliste du FPÖ autrichien, qui avait quitté son parti suite à des querelles internes pour créer un nouveau mouvement. Ce fut un échec cuisant, malgré son énorme notoriété. Il est plus probable que le Menhir s’oriente vers la fondation d’une structure souple, peut-être sous forme d’une association des amis de Jean-Marie Le Pen, qui n’aurait pas vocation, en tant que telle, de présenter des candidats aux élections, contre ceux du FN, mais pourrait peser sur les orientations du parti, en appelant par exemple à barrer la route aux plus nuisibles. Toujours est-il que Jean-Marie Le Pen vient de déclarer sur BFMTV qu’il attendait l’adhésion de centaines, voire de milliers d’adhérents lorsque sa future formation aura pris forme. Il s’en est, une fois de plus, pris au vice-président du FN, Florian Philippot, estimant que le mouvement est en train de “dérailler” sous son influence et celle de ses amis. Mais qu’en est-il du caractère supposé homophobe de certaines de ses déclarations concernant les “mignons” de Philippot. Il répond qu’il ne « condamne pas les homosexuels à titre individuel mais quand ils chassent en meute, oui ». Quant à sa fille Marine, il estime qu’elle était « dévorée, possédée de l’ambition d’être au pouvoir ».

Capture 1.JPG

TOUTES LES FOLLES NE SONT PAS AU FRONT !

 

Pierre Cassen raconte sur Boulevard Voltaire cette histoire qui peut paraître assez invraisemblable. Cela se passe le 8 mai à Hayange (Moselle), dont Fabien Engelmann (FN) est maire. A la fin de la cérémonie, voici que des militants homosexualistes débarquent avec une banderole pour vanter une Marche des fiertés Lesbienne, Gay Bi, Trans, qui doit avoir lieu le 13 juin à Metz. On voit sur la banderole et l’affiche une chaussure de type ranger s’apprêtant à écraser trois noms qui figurent sous la semelle : « Florian, Fabien, Steeve » et précise le texte « et les autres ». Référence bien sûr à Florian Philippot, Fabien Engelmann et Steeve Briois. On laissera au lecteur de RIVAROL deviner quels sont les autres. En bas de l’affiche, ce slogan : « Toutes les folles ne sont pas au Front ». Sans commentaire…

 

COMBIEN DE MOSQUÉES À CUBA ? ZÉRO !

 

Comme on le sait, François Hollande était en visite à Cuba, où il a rencontré Raul et Fidel Castro. On apprend à cette occasion que François Hollande, malgré sans doute son vif désir, n’a pas pu rendre visite à la communauté musulmane, pour la simple raison qu’il n’y a rigoureusement aucune mosquée à Cuba et qu’il n’existe qu’une seule salle de prière, destinée aux touristes musulmans, mais strictement interdite aux musulmans cubains. Par ailleurs, depuis 1992, le gouvernement cubain autorise ses citoyens à pratiquer leur religion en public. Sauf les musulmans qui sont au nombre de 9 000, sur une population de 11 millions d’habitants. La Turquie avait proposé de financer un projet de construction d’une mosquée, assez grande pour accueillir jusqu’à 500 personnes. Le Bureau des affaires religieuses de Cuba a répondu niet en novembre dernier.

Capture 2.JPG

INVASION DE L’EUROPE : LA GRANDE-BRETAGNE SE REBIFFE

 

Le chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini vient de déclarer que pas un seul migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Réponse du ministre de l’Intérieur britannique, Theresa May, qui vient d’être reconduite dans ses fonctions après le triomphe de David Cameron et des Conservateurs aux élections législatives : Selon elle, l’Europe devrait suivre l’exemple de l’Australie. « L’UE devrait travailler à établir des sites d’accueil sécurisés en Afrique du Nord, avec un programme actif de retours […]. Je suis en désaccord avec la suggestion de la chef de la diplomatie de l’UE Federica Mogherini, selon laquelle pas un seul réfugié ou migrant intercepté en mer ne sera renvoyé contre son gré. Une telle approche ne peut que favoriser la traversée de la Méditerranée et encourager plus de personnes à mettre leur vie en péril ». On attend avec curiosité les résultats du référendum sur la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe, référendum promis par Calderon. Parions que les Britanniques sauront se souvenir de cet épisode au moment de glisser leur bulletin dans l’urne.

 

KIM JONG-UN FAIT EXÉCUTER AU CANON SON MINISTRE DE LA DÉFENSE

 

Le dictateur nord-Coréen a beau être joufflu, il n’en est pas moins imaginatif. Le ministre de l’armée populaire nord-coréenne, le vice-maréchal Hyon Yong-chol (65 ans), a été exécuté pour déloyauté. Pas fusillé, ni guillotiné. Non, il fallait du lourd, du très lourd, histoire de marquer les esprits. Il a été pulvérisé le 30 avril au moyen d’un tir de canon antiaérien en présence de plusieurs centaines de personnalités. On peut comprendre l’ire du génie cosmoplanétaire nord-Coréen. Le ministre avait commis l’effrayante outrecuidance de s’endormir lors d’un de ces interminables défilés militaires dont le joufflu est friand, témoignant ainsi d’un évident manque de respect pour son auguste personne. Par ailleurs, il se serait permis quelques menues critiques. Du coup le vice-maréchal a été exécuté au moyen d’un tir de canon antiaérien (ou de lance-roquettes selon les traductions), accusé de « déloyauté et manque de respect » et « pour s’être assoupi lors de célébrations militaires ». Deux vice-ministres ont également été passés par les armes en avril. Le 29 avril, les services de renseignement de la Corée du Sud avaient déjà annoncé l’exécution d’une quinzaine de personnalités (hauts cadres et artistes) depuis le début de l’année. On se souvient que fin 2013, Kim Jong-un avait fait exécuter le numéro deux du régime, Jang Song-thaek, qui n’était autre que son oncle. En voilà un qui a de la suite dans les idées et le sens de la famille comme Marine Le Pen !

 

ALAIN SORAL LOURDEMENT CONDAMNÉ POUR UNE QUENELLE

 

Alain Soral a été condamné, mardi 12 mai, à 10 000 euros d’amende pour une photo prise au Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe, à Berlin, en 2013, sur laquelle il fait une “quenelle”. Il a cent jours pour payer l’amende sinon la prison l’attend. Le tribunal l’a aussi condamné à verser 14 001 euros de dommages et intérêts au profit des sept associations qui s’étaient constituées parties civiles. Pourtant aucun propos lié à la photo prise devant le Mémorial ne prouvait que la quenelle, geste “antisystème” popularisé par Dieudonné, était un geste antisémite. Malgré cela, les juges l’ont lourdement condamné. Cela ne nous étonne évidemment pas. C’est ainsi que cela se passe dans la France occupée.

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

00:03 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 mai 2015

MEDIAS ET PHILIPPOT : UN ÉTRANGE ENGOUEMENT Mais pourquoi une telle surreprésentation du vice-président du FN ?

21.jpg

Jean Bonnevey Métamag cliquez ici

Si l’on considère que l’idéologie médiatique déteste les valeurs et les visions prêtées au Front national, la sollicitude de la caste journalistique pour Florian Philippot interpelle. On ne voit que lui partout. On le voit plus que Marine, Marion et les autres réunis. C’est tout de même bizarre. On allume la télé, encore Philippot, toujours Philippot. Alors pourquoi ? Parce qu’il dit du mal du Fn historique, du Fn déviant de l’idéologie dominante. Il n’y a pas de secret. Philippot est considéré par les médias comme un moyen de combattre certaines idées de l’intérieur du Fn. Pour les militants restés proche de JMLP, il est utilisé comme un «  idiot utile » ou un «  porteur de valise ». Ce qui est vrai, c’est que les médias l’aiment.

Tout d’abord parce qu’il dit du mal de Jean-marie Le Pen, le diable. En plus parce qu’il représente un Fn édulcoré et presque médiatiquement compatible. Philippot accepte totalement la lecture de l’histoire du système, notamment sur la deuxième guerre mondiale. Il est d’autre part de sensibilité « mariage pour tous ».  C’est certainement les deux éléments qui font que les médias lui donnent si complaisamment la parole.

La seule chose qui les gêne encore un peu, c’est l’immigration et le fait que le vice-président du Fn n’est pas encore mûr pour accepter d’avoir pour compagnon un tamoul clandestin, serait-il lauréat à Cannes. Mais personne n’est parfait.

Mais à part ça, Philippot issu des rangs chevènementistes est un patriote gaulliste social, pas de quoi effrayer la vigilance anti fasciste médiatique. Vice-président du Front national, Florian Philippot ne cache pas sa volonté de voir Jean-Marie Le Pen hors du parti. « Aujourd'hui, une procédure a été engagée à l'initiative de la présidence du Front. Jean-Marie Le Pen est suspendu. Nous, nous proposons aux adhérents une réforme des statuts qui comporte la suppression du président d'honneur mais aussi plus de démocratie interne. Je suis favorable à la suppression de la présidence d'honneur de Jean-Marie Le Pen », affirme-t-il sur BFMTV et RMC.

Le Fn doit changer de l'intérieur, "se moderniser" estime Florian Philippot. Mais ce changement n'ira pas jusqu'au nom du parti. "Ce n'est pas d'actualité", confirme-t-il. «Je trouve qu'un nom ce n'est pas sacré. Mais changer de nom n'est pas d'actualité. On ne va pas se donner en spectacle comme l'UMP avec les Républicains!» Un nom qui montre selon lui que l'UMP est "inféodé à Washington".

Le Front National versus Philippot aura bientôt éliminé physiquement de ses membres Jean-Marie Le Pen, pourtant fondateur du parti et toujours statutairement président d’honneur. En attendant le congrès – numérique ? – qui doit déposer le patriarche, l’élimination voulue aussi par la propre fille du condamné, Marine le Pen, le Front National dédiabolisé – ou systémisé – a décidé de rayer visuellement Jean-Marie le Pen de toute sa communication.

Plus aucun lien sur le site du Fn vers le blog de Jean-Marie Le Pen, et encore moins vers ses vidéos intitulées « Journal de bord ». Ne cherchez plus les interventions de Jean-Marie Le Pen au parlement européen sur le site du Fn, elles sont systématiquement ignorées. Idem de la nouvelle rétrospective en vidéo de l’action des députés Fn à Strasbourg. Même en flouté et en arrière plan le fondateur du Fn n’apparaît pas. Pourtant, celui-ci n’est-il pas toujours député européen ?

Une méthode qui n’est pas nouvelle, celle qui consiste aussi à retoucher les photos pour retirer un visage que l’on ne souhaite plus y voir. De Staline à Kim Jong-un en passant par les gaullistes avec Georges Bidault, ce furent des méthodes employées.

Philippot veut Marine à l’Elysée, mais pour quoi faire : du Philippot !

Apparemment ça n’inquiète pas les médias qui le chouchoutent, et c’est sans doute cela qui est objectivement inquiétant si l’on est électeur Fn.

01:41 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Sortie prochaine du n°6 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à Jean-Louis Tixier-Vignancour

CHN 6 TV couv.jpg

En décembre 1965, se déroula la première élection présidentielle au suffrage universel. 

L'enjeu était de taille pour la droite nationale : en finir avec De Gaulle, le bradeur de l'Algérie française.

Un homme fut désigné comme candidat de rassemblement : Jean-Louis Tixier-Vignancour.

Avocat talentueux, il avait sauvé la tête du Général Salan, le chef de l'OAS. Patriote sincère, de l'Action française dans sa jeunesse au Rassemblement national à la Chambre des députés en 1956, il avait participé à tous les combats des nationalistes. Voilà sans doute pourquoi il fut le premier à porter les couleurs de l'opposition nationale à une présidentielle de la Ve République.

C'est la vie et les aventures politiques de cet homme de conviction haut en couleurs, ses engagements (parfois controversés) et ses idées que nous vous présentons dans ce n°6 des Cahiers d'Histoire du nationalisme.

Des documents, des entretiens, dont l'un avec Jean-Marie Le Pen qui mena la campagne de 1965, des textes d'époque...

200 pages, 20 €

SORTIE : le 5 juin 2015

Bulletin de commande

Vous pouvez le commander dès maintenant cliquez ici

00:08 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Ça suffit ! 1935/2015 : 80 ans de mensonges et de calomnies", le nouveau livre de Roger Holeindre

RH.jpeg

Avec ce livre se révèle un «géant» de la littérature patrioyique, écrivain à la plume alerte et féconde, au talent reconnu, ancien «grand reporter», ancien et glorieux combattant de toutes les dernières guerres (Libération, Indochine, Algérie) qui n’hésite pas à dénoncer avec vigueur tous les maux dont souffre ce beau pays qu’est la France, depuis quatre-vingt ans.

«Toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire» dit un vieux proverbe français… Certes, mais ce n’est pas le sentiment de l’auteur qui, pour sa part, se refuse à pratiquer «la langue de bois», car animé d’une foi patriotique intransigeante.

À un moment donné, en effet, il faut savoir choisir ! Soit, on se réfugie dans le silence prudent des «pusillanimes», qui se confond souvent avec la lâcheté, soit on assume le franc-parler des hommes de conviction, synonime de courage, voire d’abnégation et de sacrifice, devant les censeurs du «politiquement correct», délibéremment hostiles à une France française…

Roger Holeindre passe ainsi en revue, avec pertinence et lucidité, tous les aspects malheureux de la vie politique française depuis quatre-vingt ans. Sa fine analyse, son vocabulaire nourri, son humour et sa verve ne peuvent qu’emporter, sinon un enthousiasme légitime, du moins la franche adhésion des lecteurs du présent ouvrage.

Il a été en 1944, un des plus jeunes Résistants de France

Parti en Indochine à 17 ans, il a servi à la 1ère Division Navale d’Assaut.

Puis en 2e séjour, au 5e Bataillon de Commandos Parachutistes Coloniaux.

Puis en 3e séjour, volontaire pour Dien Bien Phu au 7e Bataillon de paras coloniaux…

Volontaire pour l’Algérie, il a servi au commando du 8e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine.

Il est titulaire de la Médaille Militaire, de la Croix de Guerre TOE avec trois citations, de la Croix de la Valeur Militaire avec deux citations, d’une citation exceptionnelle pour son action envers la jeunesse musulmane.

Il a été blessé deux fois au combat, notamment dans un corps à corps après avoir infiltré une katiba rebelle avec quatre hommes.

• Éditions d’Héligoland - 2015 ISBN : 978-2-36611-008-1, 1 volume 16 x 24, 600 pages. Édition normale : 25,00 € (vente par correspondance : 29 € franco). À commander chez le diffuseur EDH, BP 2, 27 290 Pont-Authou. cliquez ici

00:07 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 mai 2015

De retour de Donetsk...

95947544.jpg

Alain Fragny

L'auteur de ces lignes revient de Novorussia et il donne ici, à l'attention des lecteurs de Synthèse nationale, quelques impressions sur ce voyage.

La Novorussia est née et bien née. L’Est russophone de l’Ukraine, qui correspond au bassin minier du Donbass, s’est constitué en Etat indépendant avec son parlement, son gouvernement, son armée, sa police. Si elle n’est reconnue que par à peine une poignée d’Etats : Russie, Venezuela, Costa-Rica, elle est une réalité vivante actuellement de plus de 6 millions d’habitants.

Avec quelques amis, j'ai assisté, le 11 mai dernier, au défilé anniversaire de l’indépendance. Devant un public considérable, a paradé une foule gigantesque allant des clubs de motards aux cheminots en passant par des groupes de villageois ou les danseuses de l’Opéra. Combien étaient-ils ? Peut être un million, à la fois déterminés et joyeux.

Mes amis et moi-même n'étions pas là par hasard, nous représentions l'association Urgence Enfants d’Ukraine, ONG humanitaire créée par un groupe de patriotes français en septembre 2014 pour aider les populations en détresse qui subissent les conséquences dramatiques de cette guerre voulue et entretenue par les mondialistes qui venait d'éclater aux portes de l’Europe et de la Russie.

Si nous avons décidé de concentrer notre action sur le Donbass russophone, c'est parce que cette région a sans doute la plus souffert de cette guerre meurtrière. C'est aussi parce que nous croyons à la nécessité stratégique d’améliorer les relations entre la France, l’Europe et le monde Russe.

La réalité est que le Donbass a subi, avant les accords de Minsk, une tentative de nettoyage ethnique : bombardements systématiques de fermes isolées, d’écoles, d’hôpitaux (comme l’hôpital central de Donetsk touché par un tir d’artillerie). Qui saura en écoutant les média occidentaux qu’un missile a touché une école le jour de la rentrée des classes ?  Et que l’hôpital de traumatologie de Donetsk a été bombardé au gaz ! Les combats y ont fait rage et nous avons traversé nombres de villages à moitié détruit voire pour certains totalement rasé. Même si le front est stabilisé plusieurs membres de notre équipe ont entendus des tirs d’artillerie dans le lointain.

Nous avons profité de notre séjour pour accomplir deux actions humanitaires : une distribution de jouets aux enfants d’un orphelinat, moment particulièrement émouvant en voyant la joie des enfants et l’émotion de la directrice et des enseignantes. Ensuite, avec l’aide des autorités russes nous avons pu livrer deux camions de médicaments à l’hôpital de traumatologie de Donetsk. Dans notre esprit ce n’est qu’un commencement face à une population qui manque de tout.

Nous avons participé à un Forum sur l’application des accords de Minsk et notre principal message, en votre nom a été de dire : Vous n’êtes pas seuls !

Note

(1) Urgence Enfants d’Ukraine 48 Bd Sadi Carnot 06110 Le Cannet

19:52 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un spécialiste de l'Afrique vous parle :

19:17 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Thomas Joly dans les Côtes d'Armor le 27 juin :

11224586_816486008470311_8108190810064947320_n.jpg

09:10 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Appel à manifester pour sauver Calais le dimanche 7 juin prochain

11013352_923192874397604_978380143336393348_n.jpg

08:56 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 25 mai 2015

Réinfo, le mag du Parti de la France de cette semaine

13:49 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 24 mai 2015

Un métier que l'on veut tuer :

Source La Ligue du Midi

10:40 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 23 mai 2015

Identité et existence enracinée

versa.jpg

Claude Bourrinet

« Allez donc visiter le Mont-Saint-Michel ou le château de Versailles, cela vous donnera un début d'idée », a rétorqué Marion Maréchal-Le Pen à Cambadélis, qui avançait que la France n'existait pas, et que, seule, la république, avait la chance d'être, à ses yeux.

Je serais quand même étonné que Cambadélis, même ancien trotskiste, même franc-maçon, ne l'eût faite, un jour, cette visite. Au moins celle du château de Versailles, où des sauteries ont parfois lieu, pour les bobos parisiens de luxe, qui se voient bien dans le costume de Marie-Antoinette ou de Louis XVI...

Je reprends au bond la déclaration de Marion Maréchal Le Pen car elle me paraît emblématique d'un certain tour d'esprit des patriotes du moment. Il semblerait, en effet, que l'on découvrît actuellement, face à l'anxiété suscitée par notre possible disparition en tant que nation, à une sorte de « revival », comme disent nos « amis » américains (j'invoque les Yankees, car il se peut que nous soyons-là dans un mouvement de type néoconservateur). Nous voilà donc en quête de nos racines, que l'on croyait arrachées par la pelle de la modernité. Aussi a-t-on tendance à assimiler l'"identité" à des lieux chargés d'Histoire, ou à des périodes glorieuses de notre long passé.

Or, à mon sens, c'est une erreur, et un péril.

D'abord, même s'il est fort agréable de fréquenter les hauts lieux de notre civilisation, il n'en demeure pas moins que ce sont des souvenirs momifiés, pétrifiés, transformés en musées ou en cartes postales. On se satisfait de l'écume du temps. Mais a-t-on idée de ce qu'était la vraie pâte de l'Histoire ? Ne nous faisons pas une idée erronée de sa nature ? Ne sommes-nous pas comme ces amateurs de musique classique, qui ne goûtent que le Bolero de Ravel, les Quatre saisons de Vivaldi, sans connaître la véritable substance de ce continent immense qu'est la musique ? Le cliché qu'on a de notre Histoire ne saurait remplacer la vérité historique, bien plus complexe que les stéréotypes simplificateurs.

Nietzsche, souvenons-nous, avait attaqué violemment, dans ses « Considérations inactuelles », l'historiographie allemande, lourde et méthodique, qui pesait sur l'instinct de vie, et l'empêchait de se manifester. Il louait ainsi l'oubli, qui débarrasse l'être des oripeaux du passé, et lui octroie l'innocence violente de l'animal, capable de se ruer sur sa cible. L'homme trop savant ploie sous la connaissance, sous les scrupules, sous les « leçons » de l'Histoire, et, lorsqu'il se mêle d'action, veut absolument imiter. Or, Marx ne disait-il pas que toute imitation, dans l'Histoire, n'est que bouffonnerie ?

Il ne s'agit pas de cet « oubli » suscité par le libéralisme, l'utilitarisme économique, mais d'une libération des forces, qui s'inspireront de l'esprit, sans pour autant singer. Le dénuement actuel que la postmodernité nous impose, comme si nous étions des orphelins sans lieu ni feu, nous oblige à saisir ce qui est vital en nous, la lumière qui fait le monde, et non les ombres évaporées qui sont les reliquats de ce qui fut. Laissons les morts enterrer les morts.

C'est le même constat pour les signes, les images, que l'on prétend être nos "racines". Là aussi, on est dans le mythe, c'est-à-dire le conte, le "roman". Certes, un tel imaginaire peut être efficace pour l'action. George Sorel y voyait le moyen de mobiliser. Toutefois, attention au jeu pervers des retours de manivelle, des ruses de l'Histoire, comme disait Hegel. On croit oeuvrer dans un sens, mais on travaille dans l'autre, et, finalement, on est écrasé par les forces contraires à nos aspirations. La Révolution française se réclamais de Spartes et de Rome. On a vu le résultat, le triomphe de la bourgeoisie, du commerce, de l'économisme.

Il ne faut pas procéder par la périphérie, par ce fatras de signes, d'icônes, d'images, qui sont souvent le produit de la société du spectacle, et relèvent de fantasmes issus du ressentiment du dernier homme, qui se cherche pathétiquement des raisons d'exister. Il faut cherche le centre, le divin, et, par là, retrouver une vie authentique, qui se déploiera pour retrouver un monde où l'on soit de nouveau nous-mêmes. S'il n'y a pas conversion, transformation radicale de notre être, de nos façons intimes de voir, de sentir, et même de manger, d'être avec autrui, toute revendication devient une vaine incantation. Il s'agit de retrouver notre âme, notre cœur, au-delà des traces qu'il nous faut bien garder de suivre. L'essentiel est de capter ce que nous avons perdu, une source résurgente, si l'on veut, ou une centrale énergétique enfouie sous des couches de sédimentation.  

13:44 Publié dans Claude Bourrinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JT de Jean-Marie Le Pen :

10:16 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

FLUX MIGRATOIRES La commission de Bruxelles est-elle criminelle ?

immigrés_le-rotte-degli-schiavi-corriere.jpg

Michel Lhomme Métamag cliquez ici

La proposition, par Jean-Claude Juncker Président de la commission européenne, de quotas pose problème et constitue une faute dont les conséquences risquent d'être redoutables.

En effet, l'enjeu des flux migratoires ne se limitera pas à n'accueillir que 20 000 migrants mais les chiffres seront entre l'Afrique, le Proche et le Moyen Orient, l'Inde aussi d'une toute autre ampleur et se chiffrent en dizaines de millions de femmes et d'hommes, voire davantage ! Il est en conséquence irresponsable d'afficher une politique d'accueil de 20 000 personnes alors que dès le lendemain se présenteront 40 000 nouveaux arrivants puis le double !

La commission européenne et son président jouent les apprentis sorciers et sont totalement irresponsables. Les flux migratoires n'en sont qu'au commencement et vont se poursuivre pendant des décennies jusqu'au moment où les sociétés africaines entreront en transition démographique.

En conséquence, il faudrait agir de suite sur les sources de ces flux. Comment ?  Cibler les passeurs criminels est nécessaire mais sera insuffisant car on va connaitre une pression permanente d'immigration sous l'effet conjugué de l'explosion démographique, des déstabilisations politiques et de la dégradation du climat. Il faut dès lors convaincre les pays africains et les aider massivement à mettre en place des programmes de maîtrise démographique. L'Afrique avait 250 millions d'habitants en 1950, elle en a aujourd'hui 1,2 milliard et atteindra 2,4 milliards en 2050 ! En 2100, le quart de la population du globe sera africaine !

En urgence, Il faut que le conseil de sécurité de l'ONU se saisisse immédiatement du dossier libyen, érythréen et qu'il s'active sans tabous et préalable à rechercher une solution politique au conflit syrien. Il est urgent de reconstruire un Etat en Libye, de réparer l'erreur, la faute impardonnable de Nicolas Sarkozy. Seule la communauté internationale peut maintenant l'imposer au besoin par une mise temporaire sous tutelle de la Libye.

Dans toutes ces conditions, on comprend mieux les réactions hostiles de très nombreux Etats européens (Grande-Bretagne, Hongrie et pays nordiques) aux propositions Juncker.  La France se réfugie, elle, dans un silence coupable et demeure aveugle sur les réalités géostratégiques d'aujourd'hui. Elle feint d'ignorer les conséquences sur la paix civile que cela entraînera nécessairement sur son territoire.

Pourquoi cet aveuglement presque incompréhensible dans un pays qui portait autrefois le culte de la raison et du bon sens ? La France reste tout simplement aujourd'hui sous le contrôle et la pression des collabos immigrationnistes, le diktat d’intellectuels rétrogrades, faussement humanitaires dont le fond de commerce se résume depuis quarante ans par un slogan: "il faut ouvrir les frontières de l'Europe"! 

Or, l'Europe n'a plus le choix. Elle n'a plus que le choix de la fermeté, du face à face et de l'affrontement puisqu'elle ne veut pas aider l'Afrique à stabiliser sa population (planning familial, voire stérilisation).

La politique européenne est en l'état suicidaire. Elle nous amène à relire Arnold Toynbee : les civilisations ne meurent pas assassinées mais parce que justement, elles se suicident.

10:04 Publié dans Michel Lhomme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La grande enquête de Philippe Randa sur l'islamisation de la France

Les trois volumes de cette enquête

sont disponibles sur Francephie cliquez ici

Dans quelques jours la contribution de Roland Hélie

à cette enquête sera publiée sur ce site.

00:36 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 22 mai 2015

OSER PENSER L’HORREUR CONTEMPORAINE EN SA TOTALITE Pas de politique sans théorie systématique et actualisée


beau de lomenie.jpg

Jacques-Yves Rossignol Métamag

C’est le peuple sain et souvent démuni, refusant les mensonges de l’euphorie mondialiste, qui a voté Front National. Il y a longtemps que nous savons cela. Peuple auquel il convient d’ajouter les intellectuels de plus en plus nombreux qui comprennent les catastrophes mentales (desséchement mental et mécanisation de l’esprit), écologiques (horreur de l’élevage industriel) et évidemment économiques auquel conduit inévitablement le capitalisme à sa phase mondialiste.

Comment le gros argent fou va-t-il tenter de contrer ce réveil politique des classes populaires ? Il va diviser, neutraliser, et surtout envoyer les gens de bonne volonté sur des dérivatifs, des diversions, de petits problèmes faux ou partiels. Il a un siècle et demi d’expérience en ce domaine. La grande bourgeoisie affairiste (« confessionnelle » ou « républicaine », c’était strictement la même classe faisandée car c’était le même rapport ironique et cynique au monde) a forgé mentalement une petite bourgeoisie dès 1850. Et elle a su l’assujettir, la diviser (en «  droite » et « gauche ») et surtout l’orienter vers les diversions les plus variées, les faux problèmes les plus invraisemblables. Chez les petits bourgeois de « droite » comme chez les petits bourgeois de « gauche », la plupart de temps, on a « plané » hors du monde réel sur des questions de politique purement formelles (la question du régime, la question religieuse, la défense républicaine, abordées sous leur aspect le plus formaliste, le plus coupé de la vie réelle). Le gros argent « embauchait » les petits bourgeois et les formatait politiquement contre le bon peuple vivant, le petit peuple qui connaissait déjà, lui, certaines conséquences de l’horreur capitaliste. Cette politique petite bourgeoise artificiellement forgée et entretenue par le gros argent a constamment interdit que soit sérieusement posée la seule question qui comptait dès la fin du XIXe siècle : les effets réels de l’immense processus capitaliste sur la vie.


Le haut affairisme assuré et ironique invente, domestique, divise et enrage en permanence une petite bourgeoisie formaliste et mentalement desséchée (de « droite » ou de « gauche ») et la dirige contre le peuple qui finira au XXe siècle par être vaincu et éradiqué : toute la pathétique histoire politique française est là, en trois lignes. L’auteur qui a décrypté cette histoire politique souterraine est Emmanuel Beau de Loménie dans son extraordinaire ouvrage « Les responsabilités des dynasties bourgeoises ». Stupéfiant d’intelligence et de perspicacité. Je lui dois tout ce que j’expose ci-dessus. 

Aujourd’hui, le réveil est brutal, très brutal. Nous allons payer atrocement cher un siècle et demi de politique formaliste occultant la réalité du processus capitaliste. L’emprise du capitalisme, à travers l’industrie culturelle (la fausse culture, les médias) sur nos consciences et sur nos vies est quasi-totale, l’aliénation aussi. Il y a mécanisation de l’esprit et atrophie des facultés mentales. Cela n’était pas prévu, et c’est tombé sur le monde en quarante ans. Sur tout le monde, y compris les gens de gros argent. Alors ceux qui, encore conscients, veulent tenter de sauver quelque chose de ce que fut l’histoire avant l’aliénation généralisée doivent avant tout oser voir les choses de haut et de loin, étudier les travaux difficiles montrant les effets du capitalisme sur la conscience et la vie des hommes. Ils doivent enfin étudier, lire, comprendre, délaisser les explications simplistes du monde et forger des théories politiques systématiques.

Ils doivent se former et former d’urgence leurs camarades démunis, et surtout ne pas tomber dans les pièges des faux problèmes partiels et étriqués qui ne vont pas manquer de se présenter. Ce seront des créations artificielles. Tout l’art politique du gros argent mondialiste va effectivement consister à créer en permanence des dérivatifs, des diversions, interdisant de repérer et de nommer les effets systématiques et profonds du capitalisme sur la vie et la conscience.

A l’inverse, un groupe d’hommes étudiant virilement et sérieusement, loin des nostalgies faciles et des automatismes parasitaires, la réalité du processus capitaliste et de ses effets, et assurant largement la transmission de ce savoir aux hommes de bonne volonté serait intellectuellement invincible. Pour une raison bien simple : ils seraient les seules consciences vivantes et donc les seules consciences susceptibles de réveiller leurs amis réduits à l’état de mécaniques mentales.
 
Les responsabilités des dynasties bourgeoises, Emmanuel Beau de Loménie, Editions du Trident, 5 volumes.
 

13:09 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

NKM pire que Jack Lang ?

2956894007.jpgLa chronique de

Philippe Randa

Nathalie Kosciusko-Morizet, toujours à l’affut d’une excentricité, veut « préserver la diversité artistique libre et indépendante qui a fait l’âme (d’un) quartier », à Belleville, dans le XXe arrondissement de Paris. Une de ses ruelles, dénommée Dénoyez, est en effet « devenue touristique depuis une dizaine d’années grâce aux graffitis colorés qui ornent ses murs », rapporte Le Parisien.

Un projet de construction de logements sociaux et d’une crèche mettrait en effet en péril « l’âme du quartier »…

Ah ! le graffiti, que Jack Lang, Ministre de la culture, avait en son temps considéré comme de l’Art pour l’inviter en 1991 dans une institution culturelle d’importance à Nantes… puis qu’il avait accueilli l’année suivante au musée des Monuments français.

En 2013, NKM avait déjà fait le buzz, comme on dit, en s’émerveillant dans un entretien au magazine Elle d’« un lieu de charme à la fois anonyme et familier… » : elle parlait alors du métro où il lui arrivait de « … faire des rencontres incroyables (et où il y aurait) des moments de grâce. »

La presse s’était alors gaussé comme il se doit de la candidate UMP à la Mairie de Paris… De même avec sa photo, à la même époque, où on la voyait « cloper », en blouson de cuir et tignasse au vent, en compagnie de SDF… Photo où elle ne distinguait guère de la faune des laissés-pour-compte de la société.

Quant aux électeurs, ils n’avaient pas manqués de lui offrir la veste électorale qu’elle méritait, tandis que nombre de facétieux camarades de son parti la surnommait alors « La Folle de l’UMP ».

On se demande pourquoi !

09:59 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les enseignants : nouveaux dindons de la farce socialiste

prof-strict1-930x648.jpg

Véronique Bouzou Boulevard Voltaire cliquez ici

Le décret de la réforme du collège publié en catimini durant la nuit, quelques heures à peine après la grève des professeurs, traduit une fois de plus le mépris du gouvernement socialiste à l’égard des enseignants.

Rien d’étonnant, néanmoins, de la part d’un exécutif responsable d’un accouchement au forceps des rythmes scolaires à l’école primaire ! Rien d’étonnant quand on connaît la mauvaise foi des apôtres socialistes de cette réforme du collège – que je qualifierai pour ma part de projet nuisible – qui considèrent qu’eux seuls sont du côté du progrès, qu’eux seuls œuvrent pour la « réussite de tous les élèves ». 

Au mieux, les caciques du PS jugent comme des abrutis ceux qui s’opposent à la vertu de cette « réussite pour tous » (en réalité un échec pour le plus grand nombre et un égalitarisme néfaste à l’élitisme républicain). Au pire, ils les discréditent en les qualifiant de vilains réactionnaires préoccupés par le seul devenir des élites. Rien ne les arrête, ces « progressistes » autoproclamés – des apprentis sorciers, devrais-je dire – pour faire montre de pédagogie et expliquer aux enseignants et aux parents d’élèves le bien-fondé d’un projet qu’ils sont bien les seuls à défendre contre un bon nombre de philosophes, d’historiens et même d’enseignants !

Car même si la grève des professeurs n’a pas obtenu le succès escompté (27,6 % des enseignants dans les collèges publics, selon le ministère, 50 %, d’après les syndicats), cela ne veut pas dire pour autant que les professeurs applaudissent à tout rompre leur ministre. Pour quelle raison, alors, le gouvernement socialiste prend-il le risque de faire passer une réforme impopulaire auprès du corps enseignant ? Ces derniers auraient-il réagi plus vigoureusement si un gouvernement de droite avait tenté le même passage en force ? Peu probable…

Alors, quoi ? Certains professeurs dépités sont plus ou moins conscients qu’ils ne seront pas entendus. Inutile, donc, d’offrir une journée de grève à l’État. D’autres, sceptiques, restent encore dans le flou et se disent qu’ils pourront, le moment venu, adapter la réforme et rester libres de leur pédagogie. D’autres, encore, se refusent à croire que ce qui vient de la gauche peut être néfaste. N’ont-ils pas toujours cru – à défaut de voter – à cette gauche qu’ils idéalisent ?

Mais le PS croit-il encore aux enseignants ? Ne préfère-t-il pas aux classes moyennes laborieuses les « minorités visibles » qui constituent son nouvel électorat ? La réforme du collège se fera donc « quoi qu’il arrive » (dixit Valls), et tant pis si les profs sont mécontents…

01:15 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 21 mai 2015

21 mai 2013 :

DV 2015.jpg

12:31 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Judi 11 juin, aux Ronchons :

LR-11_6.gif

07:35 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi, c'est le jour de Rivarol

homepage_logo.jpg.png

3,50 E, chez votre marchand de journaux

07:32 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chronique de la France asservie et résistante

images.jpg

Robert SPIELER - RIVAROL N° 3188 du 15 mai 2015

 

DANS UN récent entretien que j’ai eu avec Jean-Marie Le Pen, ce dernier me disait : « Marine Le Pen, c’est Ganelone » ! Il féminisait ainsi le nom du traître emblématique de l’histoire de France, Ganelon. Qui était Ganelon ?

 

“MARINE LE PEN, C’EST GANELONE !”

 

Le personnage, que l’on trouve dans la Chanson de Roland, était le beau-frère de Charlemagne, dont il avait épousé la sœur et dont il avait eu un fils, ce qui fait de lui le beau-père de Roland. Il le trahit honteusement en le mettant à l’arrière-garde qui devait se faire attaquer à Roncevaux par les Sarrasins avec lesquels Ganelon s’était entendu pour se débarrasser d’un rival. Il est d’une certaine manière devenu dans la tradition française l’archétype du félon ou du traître. Lors de son procès, Ganelon, déclaré coupable de félonie, est condamné à être écartelé par quatre chevaux. Du même coup, tous ses proches qui s’étaient portés garants pour lui seront pendus. Dans le chant XXXII de la Divine Comédie, Ganelon nous est montré relégué dans le Cocyte, au plus profond de l’Enfer, en punition de sa trahison. Voici ce qui l’attend, Marine…

 

JEAN-MARIE LE PEN FONDE UNE NOUVELLE FORMATION

 

Interrogé il y a quelques jours sur France 2, Jean-Marie Le Pen confiait : « Le temps est maintenant celui de la réflexion. Je dois m’interroger sur les possibilités qu’a le courant national de s’exprimer à temps pour sauver notre pays […] Est-il encore possible de le faire avec le Front national dirigé par Marine Le Pen ? Je ne sais pas ». Le 11 mai, invité de Henry de Lesquen sur Radio Courtoisie, le Menhir en a dit davantage, évoquant la création d’une formation et non d’un parti. Il est question de mettre sur pied une association des amis de Jean-Marie Le Pen. Florian Philippot est la cible privilégiée du Menhir. Pour le fondateur du FN, à l’occasion du congrès extraordinaire qui doit décider de la suppression ou non de la présidence d’honneur, les adhérents devront choisir entre la ligne JMLP et la ligne Philippot, un moyen habile de ne pas attaquer de manière frontale sa fille pour éviter de donner à ce conflit une dimension trop familiale.

 

Certains, dont Jacques Bompard, qui gardent une lourde rancune à l’encontre de Jean-Marie Le Pen, refusent de se lancer dans une telle aventure, tout en reconnaissant qu’« un parti à la droite de celui de Marine Le Pen a désormais toute sa place ». Un cadre historique du FN note fort justement qu’un « espace politique existe, qui s’accroît avec le manque de clarté du FN actuel au sujet d’un certain nombre de nos fondamentaux originels ». Bompard relève que « Jean-Marie Le Pen souffre par là où il a péché dans le passé » mais reconnaît qu’« il existe tout à fait un espace pour la défense des traditions, de ce qui a fait la France et de la famille. » Bompard ne ferme, au demeurant, pas les portes, déclarant : « Il pourrait y avoir un projet plus large » (que celui défendu par la Ligue du Sud que préside Bompard). Président du Parti de la France depuis 2009, après avoir milité au FN pendant 30 ans et en avoir été exclu par Jean-Marie Le Pen pour s’être opposé à sa fille, Carl Lang serait prêt à se lancer dans le combat. Il vient de déclarer : « Jean-Marie Le Pen pourrait tout à fait impulser la composition d’une nouvelle droite nationale Française. Non pas sur sa seule personne, ça semble difficile à 86 ans. Mais comme élément central d’un dispositif où chacun poserait sa pierre dans une logique de coopération. Si demain nous pouvons nous retrouver, ce serait souhaitable, et il existe un vivier de cadres qui pourraient suivre un tel mouvement […] » Au FN, ils font mine de ne pas s’inquiéter. Florian Philippot, qui adore Jean-Marie, a déclaré, avec cynisme, dans le registre « casse-toi, vieux con » : « Le Front défend la libre création d’entreprise. Donc s’il souhaite créer son propre mouvement, personne ne peut s’y opposer, il n’y a aucun problème».

Capture 1.JPG

HONTEUX FICHAGE DIGNE DE VICHY : L’AFFAIRE ROBERT MÉNARD

 

Dieu merci, la Licra veille. Le maire de Béziers, Robert Ménard, « vient de s’illustrer par une révélation tout aussi honteuse que révoltante. Selon ses propres déclarations, il existerait dans sa commune un fichier recensant les enfants supposés musulmans de sa ville établi sur la base des prénoms ». C’est la Licra et plus précisément Alain Jakubowicz qui le dit. Donc, c’est vrai. Le merveilleux site de la Licra l’assène avec force : « Cette pratique rappelle incontestablement la politique menée sous le régime de Vichy (Rappelons-nous le commissariat aux Affaires juives, de sinistre mémoire). La République ne saurait tolérer de tels actes. » Voilà qui est dit, et bien dit. Du coup l’officine va déposer plainte auprès du procureur de la République. François Hollande y va aussi de son indignation. Il a déclaré, le petit torse bombé, la lippe lippue, l’œil torve, le postillon indigné : « Le fichage d’élèves est contraire à toutes les valeurs de la RépubliqueIl y a des principes dans la République et quand ils sont gravement atteints, les tribunaux en sont saisis et des sanctions seront prononcées par les juges compétents », a ajouté le président de la République. Pour avoir dit qu’il y avait 64,6 % d’élèves musulmans à Béziers, Robert Ménard risque d’être pendu à un croc de boucher. Halal, espérons-le. Mais Ménard qui ne manque jamais de célébrer dans sa mairie la fête d’Hanoucca, s’est comporté de manière ignoble envers Jean-Marie Le Pen, dénonçant « ses propos racistes et antisémites » tenus dans RIVAROL, appelant à son exclusion et demandant le changement de nom du FN. Voilà qu’on lui met à la figure Vichy et les heures les plus sombres de notre histoire : c’est bien fait pour lui. La lâcheté et la trahison ne paient jamais.

Capture 2.JPG

QUENELLE À L’ASSEMBLÉE “NATIONALE” !

 

Houlà, les nains s’indignent ! Pensez, deux visiteurs de l’Assemblée nationale ont fait la “quenelle” inventée par Dieudonné, qui est, comme on le sait, ou du moins comme certains le savent, le salut nazi à l’envers. L’horreur… Du coup Meyer Habib, député UDI des Français de l’étranger, et dont la circonscription comprend Israël, s’était indigné. Et quand ces gens-là s’indignent, ils s’indignent. Le député, indigné sans doute de naissance, avait déjà déposé, avec Jean-Louis Borloo, début 2014, « une proposition de loi visant à pénaliser ce geste obscène » et a alerté le président de l’Assemblée, Claude Bartelone, qui a du coup déposé une plainte. Son profond commentaire : « L’Assemblée nationale est la maison du peuple ». Bande de clowns !

 

NAJAT VALLAUD-BELKACEM A-T-ELLE VRAIMENT TENU CES PROPOS ?

 

Le ministre aurait déclaré, en 2006 : « Dans un pays musulman comme la France, il n’est pas normal qu’il y ait encore des Français qui rejettent l’islam. Il faudrait que l’éducation nationale instaure dans ses programmes les principes coraniques pour y habituer les Français dès le plus jeune âge. Autoriser le voile, apprendre des passages du coran et la culture musulmane. Voilà ce dont a besoin la France. Après tout, il ne faut pas oublier que contrairement au christianisme, l’islam est compatible avec la démocratie ! ». Najat Vallaud-Belkacem aurait tenu ces propos le 12 juillet 2006 au micro de RTL. Mais aucune trace de cette déclaration n’est visible. Il s’agit donc manifestement d’un faux. Ceci dit, on apprend, avec cette affaire qu’elle se dit croyante tout en n’étant pas une pratiquante régulière. C’est toujours ça de gagné, comme information…

 

BERTRAND DELANOË, BEAUCOUP PLUS FORT QUE CHIRAC !

 

On connaît l’affaire des emplois fictifs à la mairie de Paris, dans laquelle Jacques Chirac s’était illustré. Il appointait en toute discrétion 21 salariés, qui travaillaient en réalité pour le RPR. Il avait remboursé, avec l’aide de l’UMP, 2,2 millions d’euros à la mairie. Mais Jacques Chirac jouait petit bras, si on le compare à l’ancien maire de Paris, Bertrand Delanoë. On apprend que ce dernier salariait, avec l’argent du contribuable, une trentaine de permanents CGT, sournoisement dissimulés dans une mutuelle de la ville, la MCVAP. L’Inspection générale a estimé que le coût de cette gabegie se montait à 1,2 million par an, soit une dizaine de millions sur dix ans, cinq fois plus que les petites affaires de Chirac. Delanoë se poussait du col, se vantant d’être un bon gestionnaire, se targuant de tenir la mairie « sans augmenter les impôts » durant sa première mandature, et “modérément” par la suite. En fait, Jean Tibery avait laissé une situation financière excellente qui a permis à Delanoë de pomper allègrement dans les caisses pour financer ses extravagances. Sans oublier que l’endettement avait progressé de façon considérable, passant de 1 à 2,8 milliards d’euros et que les plus-values des droits de mutation sont passées de 350 millions en 2001 à 939 millions en 2008, du fait de l’envol de l’immobilier. Quel culot, ces socialistes !

 

MARINE LE PEN DANS LE COLLIMATEUR DE LA JUSTICE

 

Jeanne, le micro-parti qu’elle a fondé, a été mis en examen dans le cadre de l’enquête le visant et portant sur le financement des campagnes du FN pour la présidentielle et les législatives de 2012. Jeanne est lourdement soupçonnée d’avoir eu un financement illicite de Riwal, une société dont le dirigeant est Frédéric Chatillon, un proche de Marine Le Pen., qui aurait surfacturé ses services au profit de Jeanne et du FN, l’objectif étant de bénéficier du remboursement par l’Etat de frais de campagne imaginaires. En attendant, Jeanne a été mis en examen pour « acceptation par un parti politique d’un financement provenant d’une personne morale et escroqueries ». Décidément les nuages s’accumulent sur la tête de Ganelone.

 

Rivarol.JPG

Pour lire la chronique dans son intégralité : achetez Rivarol chaque semaine chez votre marchand de journaux ou abonnez-vous. Vous pourrez ainsi lire la chronique complète de Robert Spieler cliquez ici. 

07:22 Publié dans Chronique de la France asservie et résistante | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 20 mai 2015

Mercredi soir (18 H - 21 H) et jeudi matin (7 h - 10 h), sur Radio Courtoisie

Diapositive1.jpg

11:20 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Deux rendez-vous jeudi prochain, 21 mai, à Paris :

Diapositive1.jpg

2135172597.jpg

Synthèse Editions : cliquez ici

11:20 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ce soir sur Radio Courtoisie, Jean-Claude Rolinat nous parle de son Mannerheim. Sortie prochaine du n°6 des Cahiers d'Histoire du nationalisme

Cahier-d-histoire_5.couv.jpg

Méconnu en France, le Maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim incarna, dans la première moitié du XXe siècle, l'héroïque résistance nationaliste et anti-communiste du peuple finlandais face aux prétentions impérialistes des soviétiques.

Mannerheim fit preuve d'un pragmatisme original grâce auquel la Finlande est sortie victorieuse de sa guerre de libération nationale. Certes, il s'entendit avec les puissances de l'Axe, mais cela ne l'empêcha pas de continuer à jouer un rôle politique important jusqu'à sa mort survenue en 1951.

Jean-Claude Rolinat, à qui nous devons un livre consacré à Salazar cliquez ici et un autre à Mandela cliquez là (publiés aux Bouquins de Synthèse nationale), nous fait revivre dans ce n°5 des Cahiers d'Histoire du nationalisme ce grand patriote qui mérite d'être mieux connu.

Vous pourrez aussi lire des documents historiques consacrés à Mannerheim :

- Un article du professeur François Duprat publié en 1973 dans Défense de l'Occident.

- Un entretien avec Alfred Fabre-Luce publié dans Les Ecrits de Paris en 1952.

- Une contribution de Philippe Vilgier, auteur d'une biographie de Jean Fontenoy (Editions Via Romana 2012) qui fut volontaire pendant la guerre d'Hiver en 1939 en Finlande dans les rangs des troupes nationalistes.

200 pages, 20 €

Commandez-le en ligne cliquez ici

ABONNEZ-VOUS EN LIGNE AUX

CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME

cliquez là

Par correspondance en envoyant un chèque de 23 € (20 € + 3 € de port) à l'ordre de Synthèse nationale à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

Bulletin de commande

Abonnement : France, 6 numéros 110 € - Etranger 130 €

11:17 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 mai 2015

La Syrie, pays martyr des Droits de l’Homme ?

SYRIA 1.jpg

Au début du mois de février, lors d'une conférence de Synthèse nationale à Paris cliquez ici, vous avons eu le plaisir de recevoir des membres de la Communauté des Syriens de France admirablement dirigée par Mme Rima Khlifaoui. Depuis cette réunion, un voyage auquel ont participé plusieurs amis de notre revue a été organisé en Syrie. Notre camarade et ami S. W. était de ce voyage, il nous livre ici ses impressions sur ce pays tant décrié. Nous sommes loin de ce que nous racontent les médias aux ordres.

A force d’entendre dans les médias qu’un certain nombre de Français (qu’ils soient de souche ou d’origine immigrée) rejoignent la Syrie ou l’Irak dans le seul but de rallier le jihad, une idée a germé dans mon esprit: pourquoi ne pas m’y rendre moi aussi, afin, symboliquement, de signifier au peuple syrien que certains Français ne sont pas dupes, et encore moins insensibles aux souffrances qui sont les leurs dans la guerre qui les oppose aux terroristes de Daesh ? Par chance, une association franco-syrienne proposait un voyage de « solidarité ». Me voilà donc parti vers un pays que les médias qualifient de dictature, et vers lequel il est « fortement déconseillé » de se rendre, selon le Quai d’Orsay… Peu importe, la vérité n’attendra pas.

Après un vol à destination de Beyrouth, un autobus nous attendait pour nous permettre de franchir la frontière libano-syrienne. Quelques checkpoints plus tard, et nous voilà à Damas.

Damas, la plus ancienne ville continuellement habitée du monde, continue à respirer. Si les militaires et les coupures d’électricité n’étaient pas là pour le lui rappeler, le voyageur en oublierait presque qu’il se trouve dans la capitale d’un pays en guerre !

Bien que leur niveau de vie ait baissé, les Damascènes continuent à vivre debout. Ce peuple, fier et amical, travaille, sort au restaurant, va à la piscine, prie, que ce soit dans la grande mosquée des Omeyades ou dans les nombreuses églises que compte cette ville magnifique. Ici, les mosquées côtoient les églises. Bref, la guerre n’a pas pris le dessus sur le peuple syrien.

A Damas, comme dans l’ensemble du pays, les nombreux portraits du raïs témoignent de la solidité du régime: en quoi la stabilité politique serait-elle un mal, dans ce pays pluriel qui ne compte pas moins de 18 communautés différentes ? En Irak également, le peuple vivait mieux quand le régime était fort; aujourd’hui, les attentats suicides tuent des innocents, tandis que la moitié du pays est aux mains des coupeurs de têtes de Daesh… Il en est de même pour la Libye : certes, Kadhafi était un dictateur, mais son peuple ne bénéficiait-il pas d’avantages sociaux remarquables (absence d’impôts, pas de TVA, prêt à taux zéro, bourse de plus de 1 600 € pour les étudiants qui se rendaient à l’étranger) ?... Les Libyens sont-ils vraiment plus heureux maintenant ? Nous autres, Européens, sommes-nous plus avancés à l’heure où des milliers d’Africains, principalement musulmans, transitent par le Libye pour rejoindre l’Italie ? Est-ce là le progrès que nous promettent nos élites ?

La stabilité de cette partie du monde est indissociable d’un pouvoir politique fort, qui ne peut en aucun cas être calqué sur nos modèles occidentaux : notre tradition républicaine « droits de l’hommiste » ne peut pas se transposer au Proche-Orient. L’ingérence occidentale bouleverse en effet cet équilibre fragile, et les première victimes des changements politiques sont les peuples, a fortiori quand l’alternative politique est représentée par des islamistes.

A ce titre, la Syrie et son peuple, massivement favorable à son raïs, est victime du lobby des Droits de l’Homme. N’oublions pas qu’il s’agit d’un pays laïc. Cet héritage du parti Baas, la laïcité version orientale, fait figure d’exception dans ce coin du monde où l’islamisme devient un projet politique de prise de pouvoir. Le très respectable grand mufti de Syrie, le cheikh Ahmad Hassoun, prône le bien vivre ensemble de toutes les communautés qui font l’unité du peuple syrien. La preuve: quand on le questionne sur le nombre de chrétiens en Syrie, c’est le plus naturellement du monde qu’il répond que le pays compte 23 millions de chrétiens, de sunnites, d’Arméniens, etc... et que tous «  sont avant tout citoyens syriens ». Ici, le mieux vivre ensemble est une réalité dont François Hollande devrait s’inspirer, et non un slogan politique. A moins que sous couvert de Droits de l’Homme, il ne s’agisse davantage de jouer les intérêts de l’Arabie Saoudite ou du Qatar… Oui, la géopolitique pèse plus lourd que les Droits de l’Homme, encore faut-il l’avouer et non pas jouer les vierges effarouchées, comme le fait si mal Laurent Fabius, qui, il y a quelques semaines, a qualifié le président syrien de « boucher ». En revanche, que la France vende 24 rafales à l’Egypte ne semble pas poser de problème déontologique, même si, rappelons-le, le général Abdel Fattah Al-Sissi, Président actuel, a renversé - ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi - le Président Morsi (Frères musulmans), élu démocratiquement, en juillet 2013. L’un est un boucher… quand l’autre est un partenaire !

Pendant ce temps, Daesh combat les communautés chrétienne et musulmane, ravageant au passage un patrimoine parmi les plus considérables de l’histoire de l’Humanité. L’obscurantisme est aux portes de l’Europe, et nos gouvernements hésitent encore à soutenir Bachar El-Assad face à l’ennemi commun !!! Si la Syrie tombe, pourquoi pas le Liban, puis l’Europe ?...

Même le cardinal Bechara Boutros Rai, chef de l’Eglise maronite, vient de déclarer* : «  Le risque s’accroît que tout le Proche-Orient perde lentement sa présence chrétienne. L’Occident doit prendre conscience de la gravité de la situation. » Il rajoute : « Les responsables politiques doivent comprendre que la guerre en Syrie doit s’arrêter. La communauté internationale doit cesser de fomenter la guerre et de l’alimenter. Le trafic des armes doit cesser. Ils devraient faire fi de leur fierté et tous s’asseoir autour d’une table pour trouver une solution politique. Mais leur fierté le leur interdit. En effet, cette fierté dissimule des intérêts économiques qui visent le gaz naturel et le pétrole. […] Des groupes extrémistes islamiques tels que l’EI, Al Qaïda et Al-Nusra ont été créés par des États occidentaux et arabes et soutenus par de l’argent et des armes pour être utilisés pour leurs intérêts économiques et politiques. »

Pourquoi Assad n’est-il pas tombé, comme Moubarak en Égypte ou Ben Ali en Tunisie ? Il est vrai qu’en Syrie, le raï bénéfice du soutien de son peuple, ce qui favorise la stabilité du régime. Les habitants de Maharda, ville chrétienne, à l’image de Salem, francophile passionné de littérature française, se battent au quotidien pour, simplement, continuer à vivre dans leur ville, avec leur famille et leur foi, et ce dans un pays riche de tant d’Histoire et d’Humanité.

Aujourd’hui, l’heure est à l’action, et non aux tergiversations. L’intérêt des Européens et de notre pays est de combattre prioritairement les terroristes. La Syrie est considérée comme le berceau de l’Humanité où le temps semble ne s’être jamais interrompu. De la culture sumérienne à l’influence assyro-babylonienne, de la domination araméenne à la période hellène, de la chrétienté précoce à l’empire byzantin et à la suprématie de l’islam, cette terre de Syrie constitue un pays unique, riche d’une multitude d’influences. Le grand archéologue français et ancien directeur du Louvre André Parrot ne se plaisait-il pas à rappeler : «  Tout homme civilisé a deux patries : la sienne et la Syrie. »...

SYRIA 5.jpg

18:29 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’Institut de géopolitique des populations organise un colloque, le 21 mai prochain, sur le thème « L’Afrique au XXIe siècle,

ymlaulan.jpgEntretien avec Yves-Marie Laulan, Président de l’Institut de géopolitique des populations publié dans le quotidien Présent

L’Institut de géopolitique des populations organise un colloque, le 21 mai prochain, sur le thème « L’Afrique au XXIe siècle, à 4,2 milliards de personnes ». L’Institut s’inquiète de voir un continent mal préparé à l’explosion démographique qui s’annonce et se demande : « Comment conjurer le mauvais sort qui se profile à l’horizon pour l’Afrique ? Comment lui rendre l’avenir apaisé qui doit lui revenir ? Comment aider l’Afrique à maîtriser son destin ? »

Intervenants prévus : Jean-Paul Gourevitch, Bernard Lugan, Philippe de Parseval, Philippe Randa, Denis Garnier, Cedric Milhat, Bernard Moisy, Général Lamine Cissé.

— Pourquoi avoir choisi l’Afrique comme objet de votre colloque et pas l’Asie, dont rien que les populations indiennes et chinoises vont atteindre les 3 milliards d’ici à 2050 ?

— Tout simplement parce que les populations de l’Asie ont largement stabilisé leur croissance démographique.

C’est déjà le cas pour la Chine, avec la politique de l’enfant unique, et en cours pour l’Inde. Au surplus, les prévisions pour l’Afrique portent sur une population presque de 50 % supérieure à celle de l’Asie, 4,2 milliards de personnes, sinon davantage. On peut dire qu’un être humain sur deux sur la planète sera africain. C’est un bond quantitatif colossal, sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Or l’Afrique se révèle totalement incapable de maîtriser sa dynamique démographique, comme elle se montre incapable d’accroître convenablement ses ressources pour y faire face.

Comment expliquez-vous l’impréparation de l’Union européenne face aux enjeux démographiques, et donc migratoires, qui nous sont soumis par le continent africain ?

— C’est le phénomène le plus important du XXIe siècle. Il n’est donc pas surprenant que l’Europe de Bruxelles ne s’y intéresse que quand il est bien trop tard. M. Junker – qui a fait sa carrière comme Premier ministre d’un Etat spécialisé dans la fraude fiscale à l’échelle industrielle, le Luxembourg – propose un quota de 20 000 personnes pour accueillir les centaines de milliers migrants africains qui se pressent aux portes de l’Europe. C’est la pire des solutions : elle consiste à légaliser le phénomène, donc à l’institutionnaliser, nullement à y remédier. L’Europe de Bruxelles est un ectoplasme sans tête.

Si nous échouons à relever ce défi, quel est le pire scénario que vous prédisez pour l’Europe et la France ?

— C’est bien simple, l’Afrique va crever de faim et déverser son tropplein humain sur le continent le plus proche, l’Europe. Le ruisselet de l’immigration clandestine par l’île de Lampedusa va se gonfler à l’extrême et devenir un fleuve irrésistible, sous l’oeil réprobateur de l’Amérique et des Nations unies.

Evidemment, ce n’est pas leur affaire.

Or c’est la survie même de l’Europe comme continent civilisé et structuré qui est en jeu. Nos régimes démocratiques n’y résisteront pas. Et, devant la colère de l’opinion publique, ce sont des régimes autoritaires qui viendront. Après tout, ce ne sera peut-être pas plus mal.

Propos recueillis par Louis Lorphelin

Le 21 mai, de 9 heures à 18 heures à l’ASIEM, 6 rue Albert de Lapparent, Paris 75 007.

17:26 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 17 mai 2015

Un maire UMP veut interdire l’islam : il est interné dans la journée !

staline.jpg

Francis Gruzelle Riposte laïque cliquez ici

Dans l’URSS de Staline, les opposants les plus dangereux étaient internés dans des hôpitaux psychiatriques, puis déportés dans des camps de concentration en Sibérie. Robert Chardon,  le maire de Venelles, dans les Bouches-du-Rhône, une commune d’environ 8.000 habitants proche d’Aix-en-Provence, a été hospitalisé d’office dans la journée du vendredi 15 mai, selon l’AFP qui cite une source proche du dossier, après s’être prononcé sur Twitter pour «interdire le culte musulman en France». Selon l’AFP, « cette demande d’hospitalisation a été formulée par un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos »…

On peut être d’accord, ou pas d’accord, avec les propos du maire Robert Chardon, élu à la mairie de Venelles sur une liste ayant recueilli plusieurs milliers de voix, puis élu au poste de maire par une majorité de conseillers municipaux. Mais, on ne peut cautionner, comme le font une majorité de médias, d’élus, de hauts fonctionnaires, l’internement psychiatrique d’un élu de la République qui émet une idée. Car, on commence par interner Robert Chardon pour ses propos, mais on ne sait pas où ce nouveau processus s’arrêtera ! Il suffit de regarder l’histoire des 80 dernières années…

Dans la foulée de ce qui ressemble à une « chasse à l’homme » pour un délit d’opinion,  l’UMP, formation politique de Robert Chardon, a lancé vendredi 15 mai une «procédure d’exclusion» visant le maire de Venelles, qui s’est prononcé, rappelons le sur Twitter pour «interdire le culte musulman en France». Des propos «condamnés» par deux dirigeants de l’UMP, dont Nicolas Sarkozy. «J’ai demandé qu’une procédure d’exclusion soit engagée pour des propos absurdes qui ne correspondent en aucune manière aux valeurs et au projet de l’UMP», a officiellement déclaré la vice-présidente du parti Nathalie Kosciusko-Morizet à l’AFP.

Selon la rédaction du quotidien Les Echos, cette «procédure d’exclusion» de Robert Chardon avait été annoncée « auparavant sur Twitter,  par Christian Estrosi. «Les propos du maire de Venelles sont intolérables et incohérents, il a été immédiatement suspendu», avait ajouté le maire de Nice, par ailleurs président de la Commission nationale d’investiture de l’UMP et chef de file du parti pour les élections régionales en Paca. »…

La rédaction de l’hebdomadaire l’Express confirme l’hospitalisation d’office du maire UMP de Venelles en ces termes : « Hospitalisé en raison de « l’incohérence » de ses propos… Outre la condamnation morale et politique, Robert Chardon a par ailleurs été hospitalisé d’office dans la journée de vendredi, a-t-on appris de source proche du dossier. Cette demande d’hospitalisation a été formulée par « un tiers compte tenu de l’incohérence de ses propos », a-t-on précisé de même source cliquez ici. 

Un conseil à chaque Français qui nous lit : attention à vos tweets, à vos messages internet, à vos comptes Facebook, à vos discussions de bistrot ou de trottoir. Au moindre dérapage verbal, vous pourriez être hospitalisé d’office, en application de la jurisprudence Robert Chardon. Une suggestion : regardez le film Minority Report, réalisé par Steven Spielberg, car il arrive que la réalité rattrape la fiction.

NDLR - SN :

3169041487.2.jpg

En savoir plus cliquez ici

15:58 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook