Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 06 décembre 2016

Le plus incompétent est donc récompensé...

SN 44 Couv.jpg

Article de Patrick Parment publié dans le n°44 (automne 2016) de Synthèse nationale :

L’inénarrable Monsieur Cazeneuve

Par Patrick Parment

Notre ministre de l’Intérieur trimbale plusieurs sobriquets : « Cazevide », « le cardinal » voire « l’ombrelle de Cherbourg » ! A chacun son Bernard Cazeneuve. Le nôtre, c’est celui d’un professionnel de la politique dont les compétences ne sont pas à la hauteur des tâches qui lui ont été confiées. En cela, il ne diffère guère de ses homologues d'avant, qu'ils soient socialistes ou républicains.

Quand François Hollande l’a nommé ministre de l’Intérieur (pardon, Manuel Valls !), il lui a lancé d’un air moqueur : « Avec ta tête de Fouché malin, tu as tout pour réussir ! » Sous ses dehors froids, Bernard Cazeneuve partage avec Hollande, dans sa version anglaise, le même sens de l’humour. Ce qui le fait craindre de ses adversaires comme de ses confrères socialistes. Sur le fond, Cazeneuve est un austère peu porté sur la gaudriole, les dîners en ville, les mondanités de toute sorte. Il aime ses dossiers et il est comme tous ses confrères qui accèdent à de hautes fonctions, spécialiste de rien du tout. Mais, à chaque échelon qu’il a franchi, il a bouffé du dossier pour essayer de comprendre quelque chose et éviter de se faire « enfler » par les énarques qui vous entourent. Ah, l’Ena ! Il s’est tout bonnement planté. Ca arrive et ce n’est pas forcément un handicap. Comme la plupart des ministres, Cazeneuve est d’abord un coureur du marathon politique.

Il est né le 2 juin 1963 à Senlis dans l’Oise où son père, instituteur, était responsable du Parti socialiste (alors SFIO). Curieusement, Bernard Cazeneuve est diplômé de Sciences-Po Bordeaux et non Paris, où il animé la fédération des Jeunes radicaux de gauche de 1982 à 1987. Ayant échoué à l’Ena, il entre dans la banque et prend sa carte du Parti socialiste. Là, il va cofonder et présider un petit club mitterrandien, Avenir démocratie, avant d’animer le cercle fabiusien, Micromegas, avec un certain Thierry Coudert que l’on retrouvera plus tard dans les eaux sarkoziennes. Cazeneuve vient de rencontrer son grand homme en la personne de Laurent Fabius. Alors qu’il est chargé de mission à la caisse centrale de la Banque populaire – un fief maçonnique – de 1987 à 1990, le voici propulsé – via les réseaux fabiusiens – au cabinet de Thierry de Beaucé, secrétaire d’Etat aux relations culturelles internationales, comme conseiller technique aux questions audiovisuelles extérieures. Où il n’y connaît rien, cela va de soi. Il enchaîne comme chef de cabinet d’Alain Vivien, secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères (1991-1992) et surtout grand manitou de la Fraternelle parlementaire avant de passer, in fine, chez Charles Josselin, secrétaire d’Etat à la mer.

C’est Laurent Fabius qui a la bonne idée de le parachuter dans la Manche où les zozos de la fédération d’Octeville se déchirent à belles dents. Il a pour objectif de reprendre la ville perdue en 1989. Ce qui sera chose faite en 1995. A la surprise générale – nous sommes en 1997, année de la dissolution de l’Assemblée nationale par Jacques Chirac – il est élu député de la 5e circonscription de la Manche avec 58,6% des voix, battant le sortant, l’UDF Yves Bonnet. En juin 2002, il sera battu de peu par l’UMP Jean Lumière.

Conseiller général de la Manche de 1994 à 1998, ainsi que maire d’Octeville (1995-2001), ce fabiusien – qui a voté non à la Constitution européenne puis sera hostile au traité de Lisbonne – devient maire de Cherbourg, rattachée à Octeville, où il succède au socialiste Jean-Pierre Godefroy.

Propulsé par François Hollande comme tête de liste dans la Manche aux élections régionales de 2004, le défenseur de l’énergie nucléaire, très hostile à Cohn-Bendit, ne réunira pas la gauche plurielle, les Verts et les Radicaux ayant décidé de faire chambre à part. Cazeneuve devient néanmoins vice-président du conseil régional, suite à la victoire du socialiste Philippe Duron. Simple maire et conseiller régional, Cazeneuve entre comme avocat au cabinet August & Debouzy qui gère notamment les dossiers de lobbying du PS*. En 2007, il récupère son siège de député face à Jean Lumière, l’emportant largement avec 58,96% des voix. Il est réélu à Cherbourg lors d’une élection municipale partielle en 2008 et devient président de la Communauté urbaine de Cherbourg. Côté finances, ça roule, plus besoin de jouer les avocats d’opérette.

A l’Assemblée, il se fait remarquer comme rapporteur de la mission parlementaire sur l’attentat de Karachi. Mais, il se heurtera au silence de Hervé Morin, alors ministre de la Défense, et de Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires étrangères, qui ne lui donneront pas l’accès au dossier. Il en tirera un livre, Karachi, l’enquête impossible (Calmann-Lévy, 2011).

Porte-parole du candidat François Hollande lors de la présidentielle de 2012, il a en charge les questions industrielles et le nucléaire dont il est un fervent soutien. Et pour cause, il a Flamanville et La Hague dans sa circonscription. Il est réélu au premier tour député de la 5e de la Manche en juin 2012 (55,39%). Il appartient – outre à la franc-maçonnerie -, au comité d‘honneur du cercle Léon Blum qui réunit tous les communautaristes juifs du PS et leurs amis ainsi ce qui lui donne une place d’honneur aux dîners du Crif.

Le 16 mai 2012, il est nommé ministre délégué aux Affaires européennes auprès de son mentor Laurent Fabius, ministre en titre. Il est alors remplacé à la mairie de Cherbourg par Jean-Michel Houllegatte et à l’Assemblée nationale par sa première adjointe à la mairie, Geneviève Gosselin. Il ne laissera guère de traces aux Affaires européennes étant nommé, dans l’urgence, le 19 mars 2013 ministre délégué au Budget en remplacement de Jérôme Cahuzac pris en flagrant délit de main dans un coffre en Suisse. Un beau scandale qui ébranle la clique hollandaise. Aux chiffres, Bernard Cazeneuve ne connaît rien du tout. Mais, il affirme vouloir poursuivre la politique de réduction des déficits publics, fixée à 5 milliards d’euros sur le budget de 2014. A l’ordre de ses faits d’armes, on retiendra son intervention pour enterrer un amendement étendant le champ de la taxe sur les transactions financières aux opérations de trading à haute fréquence. Un engagement du candidat Hollande. Il a également proposé un amendement relevant la TVA applicable aux activités équestres de 7 à 20%, ce qui a fait hurler professionnels et amoureux du cheval.

Quant Manuel Valls remplace Jean-Marc Ayrault à Matignon, voici Bernard Cazeneuve propulsé ministre de l’Intérieur. Il a fait l’objet d’un compromis entre François Hollande souhaitant François Rebsamen et Manuel Valls, Jean-Jacques Urvoas. Et là, Cazeneuve va montrer toute l’incompétence socialiste en matière de police et de sécurité.

Sur son bureau, un premier dossier brûlant : la jungle de Calais. Il attendra 215 jours exactement avant de mettre les pieds dans la cité meurtrie. La ville a vraiment le sentiment d’être abandonnée par les pouvoirs publics. C’est qu’en matière d’immigration, la classe politique et les socialistes en particulier n’ont jamais su trancher.

Lundi 24 octobre 2016, jour du démantèlement de la « jungle » - on ne sait s’il s’agit de 6 ou 8 000 personnes - Bernard Cazeneuve rappelle que les centres d’accueil et d’orientation ont été renforcés au vu des besoins, offrant 42 000 places dans 450 lieux, contre 20 000 en 2012. Le dispositif a déjà accueilli 6 000 personnes depuis octobre. Une soixantaine de bus, dotés de deux accompagnateurs chacun, seront affrétés vers toute la France (hors l’Ile-de- France et la Corse). Chaque migrant pourra choisir entre deux régions. Ce qui en clair signifie que l'« islamisation » du territoire se poursuit au mépris des communes dont les maires n’ont même pas été concertés. Et pour cause, la majorité d’entre eux n’en veut pas. C’est de l’assassinat culturel, mais Bernard Cazeneuve n’en a pas conscience. C’est un « hors sol ».

Ministre des Cultes, ses relations sont courtoises avec les autorités religieuses. Il s’exprime assez peu sur le sujet, mais en bon franc-mac, les racines chrétiennes de l’Europe, ça ne passe pas. Pour lui, ces racines chrétiennes, c’est faire une relecture historique frelatée de la France. C’est, à ses yeux, « brader l’héritage laïc du pays ». C’est ce qu’il a déclaré durant la campagne de Hollande, en 2012, en réponse à Sarkozy. Plus récemment, il a ouvertement remis à sa place le nouveau maire, pourtant PS, de Cherbourg qui voulait marquer de sa présence la Manif pour tous eu égard à son hostilité au mariage gay.

Souvenez-vous. Le 14 juillet 2014, Cazeneuve fait arrêter préventivement plusieurs responsables et militants du FN par crainte de sifflets durant le passage du chef de l’Etat sur les Champs-Elysées. Mais, on ne notera aucune arrestation auprès des écolocasseurs, tous fichés pourtant, à Dijon, Toulouse et Nantes à la suite des événements survenus au barrage de Sivens, dans le Tarn, le 25 octobre.

Lors de l’attentat contre la salle de spectacle le Bataclan à Paris le 13 novembre 2015, une polémique naîtra suite à la non intervention des militaires présents sur place et qui n’ont pas reçu l’ordre d’aider la police. Les huit militaires équipés de fusils d'assaut ne peuvent qu'assister à la scène en spectateurs. Les militaires ne sont qu'en assistance, ils ne peuvent pas intervenir. Et donc ne pas tirer ! Autrement dit, aucune coordination n’a eu lieu entre les forces de l’ordre.

Certes, si l’on ne peut demander l’impossible à la police, surchargée de travail, on notera que le plupart des individus mis en cause dans les différents attentats de ces dernières années sont fichés S (Mohamed Mera, Moussa Coulibaly, Sid Ahmed Ghlam, Yassin Salhi). Preuve que les différents services du renseignement font leur travail.

Le 14 juillet 2016, un terroriste fonce dans la foule sur la promenade des Anglais à Nice à bord d’un camion : 86 morts et 434 blessés. Une querelle naîtra : une policière municipale, Sandra Bertin, qui dit avoir subi des pressions du ministère de l’intérieur pour changer son rapport sur la nuit du 14 juillet. Cela concerne la video surveillance. On lui demande d’attester de la présence d’effectifs policiers sur la bande. Ce à quoi elle se refuse. Or, les attestations transmises à la justice qui corroborent la version de Mme Bertin. Libération publie une enquête dans laquelle des journalistes affirment que « contrairement à ce qu’a affirmé le ministère de l’Intérieur, l’entrée du périmètre piéton de la promenade des Anglais n’était pas protégée par la police nationale le 14 juillet au soir. » Après que le ministre ait démenti toute faille dans le dispositif de protection, le journal réitère ses critiques dans un éditorial dénonçant « les arrangements avec la réalité, l’absence de transparence et donc de responsabilité des services de l’État. »

Le 1er août 2016, les ministres de l'Intérieur et du Logement ont publié un communiqué passé totalement inaperçu dans la torpeur de l'été mais d'une importance capitale sur le plan de l'évolution des mentalités et de l'idéologie politique française (voir encadré). Ce communiqué enterre de fait toute notion d'immigration irrégulière. Il abolit le clivage entre légalité et illégalité en matière d'immigration. Il va dans le sens de la loi du 7 mars 2016, dont les dispositions reviennent à rendre très difficiles l'application des mesures d'éloignement. Il proclame que la France a le devoir d'accueillir et de prendre en charge tout étranger sur son territoire, qu'il soit autorisé à entrer et à séjourner ou qu'il ne le soit pas. De facto, le principe ainsi proclamé abroge l'idée de frontière ou de respect du droit de l'entrée et de séjour. Les associations humanitaires, les idéologues, les partisans de la liberté totale d'immigrer en rêvaient depuis au moins quarante ans. M. Cazeneuve et Mme Cosse l'ont fait. La question est de savoir quel sera l'ampleur de l'appel d'air que cette transformation profonde de tous les fondements de la politique d'immigration française est susceptible provoquer à terme. Le communiqué annonce une France ouverte, qui n'éloigne plus ses migrants illégaux mais au contraire les accueille. Le potentiel d'émigration est élevé: des centaines de millions de personnes déshéritées et désœuvrées, dans ce monde en ébullition, ne songent qu'à trouver un point d'accueil. Reste à savoir si la France, qui compte cinq millions de chômeurs, de gigantesques problèmes de logement, des centaines de milliers de personnes vivant sous le seuil de pauvreté, un millier de cités sensibles dévastées par la violence, l'exclusion, le communautarisme, l'islamisme radical, si cette France a les moyens d'accueillir une immigration supplémentaire. Mais pour M. Cazeneuve et Mme Cosse, c'est une autre affaire. Et ce n'est visiblement pas la leur.

Suite à l’Etat d’urgence, décrété le 14 novembre 2015 – et renouvelé depuis jusqu’en 2017 -, la police est sur des charbons ardents. Elle a dû tour à tour faire face à l’Euro 2016 de football, au tour de France, aux bâtiments à protéger, au terrorisme, conduisant les policiers à descendre dans la rue. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est l’agression au cocktail Molotov de quatre agents bloqués dans leur voiture, le 8 octobre 2016, à Viry-Châtillon dans l’Essonne. Quatre policiers gravement blessés dont un entre la vie et la mort. A la uite de quoi plusieurs centaines de policiers ont défilé, hors consignes syndicales, sur les Champs-Elysées donnant lieu à des manifestations spontanées dans toute la France.

Nicolas Sarkozy avait supprimé plus de 10 000 policiers, le gouvernement socialiste, et Bernard Cazeneuve en tête, n’ont rien fait pour améliorer la situation. Comment se fait-il qu’un ministre de l’Intérieur ne connaissent rien du moral de ses troupes au point que celles-ci décident de manifester spontanément à Paris comme en province ? Leur passer de la pommade ne suffit pas. Les policiers veulent des actes, notamment du côté de la justice, laxiste à leurs yeux. Les solutions passent également par un traitement de l’immigration, clandestine ou pas. Les mesures prises à ce jour ne sont pas assez énergiques et notre droit, largement manipulé et interprété par le lobby pro-immigrés , n’est plus à la mesure des enjeux. Comme le résume un policier : si la police fait défaut, c’est le chaos assuré. Avec Cazeneuve, on y court.

(*) Voir à ce sujet, Vincent Nouzille, République du copinage, Fayard, 2011

sn 44 slider 7.jpg

Achetez ce n°44 de Synthèse nationale cliquez ici

10:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Carl Lang répond aux questions de Réinfo sur l'actualité

10:49 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pourquoi les terroristes musulmans, contrairement aux propos d’Eric Zemmour, ne sont pas des héros !*

Hamas3.jpg

Marc Rousset

Qu’est-ce qu’un héros ? Un héros est un être humain d’un niveau intellectuel suffisant qui choisit consciemment, librement, courageusement, et d’une façon désintéressée son destin, en étant prêt à faire le sacrifice de sa vie pour une cause qui le dépasse.

La quasi-totalité des musulmans qui rejoignent le djihad armé, Al-Qaeda ou l’Etat islamique, relèvent de quatre catégories. Ce sont :

a) des délinquants ou des criminels, souvent recrutés en prison. La plupart sont des minables avec des têtes vides qui ne connaissent rien au Coran. L’islam leur apporte clés en main ces repères dont ils ressentent le besoin.

b) des exaltés et des dérangés qui rêvent de guerre et d’action, qui cherchent à affirmer leur virilité à tout prix et qui sont en recherche de violence fanatique pour l’exprimer

c) des frustrés ne parvenant pas à s’intégrer dans notre société par le travail, l’étude, la socialisation, le mariage. Ces frustrés jalousent et haïssent les Européens de souche pour ce qu’ils sont : des êtres libres avec une organisation sociale supérieure, des réalisations techniques et spirituelles supérieures, un niveau de vie plus élevé.

d) des demeurés et des simples d’esprit, des adolescents ou des enfants, sans repère, d’une grande fragilité psychologique, sur lesquels la propagande aussi stupide que simpliste des barbus fonctionne à merveille. C’est ainsi qu’en Irak, Daech appelle ses kamikazes des « jeunes mariés » parce qu’il leur promet d’épouser 72 jeunes filles vierges, une fois leur crime accompli. Juste avant leur mission suicide, des responsables religieux leur récitent des versets du Coran et les droguent avec de la fénétyline, substance psychotrope synthétique interdite dans la plupart des pays.

Si les terroristes risquent leur vie, il est tout aussi vrai que ce sont des lâches pour oser s’en prendre, armés, à des civils désarmés.

S’ils sont éduqués, désintéressés, non endoctrinés et libres de leurs actes, cas très peu fréquent, ce sont effectivement des héros. Ce pourrait être le cas pour quelques-uns des Saoudiens diplômés et conscients qui ont jeté, le « 11 Septembre » 2001, leur avion contre les tours du World Trade Center à New-York. Encore, outre le fait qu’ils s’en prenaient à des civils sans défense, faudrait-il s’assurer, ce qui est fort possible, que ces Saoudiens n’aient pas perçu la mort violente et combattante pour l’islam comme le privilège d’accéder rapidement en martyr à la félicité divine et d’échapper ainsi à l’interminable « supplice de la tombe » .

Il est donc vrai que même chez les pires terroristes imbéciles, il y a un fond d’héroïsme, mais de là à faire des terroristes musulmans des héros, non, dans plus de 95% des cas ! La plupart ne sont pas des héros, mais des zéros, des fous manipulés, endoctrinés, frustrés relevant de la psychiatrie !

* Cette chronique n'est en aucune façon une attaque contre mon ami Eric Zemmour, mais pour une fois, l'exception qui confirme la règle, Zemmour s'est "planté", tout en voulant faire passer une idée juste, à savoir le manque de courage et d'héroïsme des Européens

10:26 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 05 décembre 2016

Une femme – tristement – de son époque…

Une piste à explorer pour tenter de comprendre le naufrage annoncé de sa candidature à la présidentielle de 2017 : Marine Le Pen est une jeune (?) femme de son époque, y compris en ce qui concerne sa maîtrise (ou plutôt son défaut de maîtrise) de notre langue…

On est loin des imparfaits du subjonctif de son père !

Et si Marine Le Pen résonnait faux simplement parce qu'il lui manque les outils grammaticaux pour résonner juste ?

21:27 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le FN envisage faire appel du jugement confirmant Jean-Marie Le Pen comme Président d'honneur

IMG_3937-1.JPG

Un communiqué de Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du FN :

Le FRONT NATIONAL fait appel du jugement rendu le 17 novembre dernier, qui confirmait mes droits de président d’honneur du parti que j’ai fondé et dirigé durant des décennies.

Il s’agit là d’une manœuvre misérable, d’autant plus stupide qu’elle sera sans effet immédiat, le jugement étant assorti de l’exécution provisoire.

Diverses sources témoignent de réunions clandestines, ordinairement statutaires, qui violent les décisions de justice, le huis clos ne pouvant légalement m’être opposé.

Dans un tel contexte, je ne resterai pas inerte face aux dérives morales et politiques de dirigeants immatures, afin d’atténuer les désillusions électorales que je pressens.

17:45 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réinfo, le mag du PdF, de cette semaine

10:29 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 04 décembre 2016

Mardi 6 décembre : Philippe de Villiers à Béziers

15253553_1221010224654108_7395064235123552216_n.jpg

23:12 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les socialistes veulent recréer une "Alliance populaire"... Il reste justement des affiches à coller à leur disposition

AP4.jpg

A propos de l'ignardise socialiste cliquez ici 

20:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Élections dominicales

15078738_1495266203834416_8634869943965159945_n.jpg

Georges Feltin-Tracol

La proximité de Noël favorisera bientôt la fameuse « trêve des confiseurs ». Entre-temps, la vie politique se poursuit en Europe avec deux scrutins décisifs, ce dimanche 4 décembre.

Après un incroyable report de deux mois et bien des péripéties, les Autrichiens désigneront enfin leur nouveau président fédéral à l’occasion d’un « second » second tour entre le Vert Alexander Van der Bellen et le national-libéral populiste Norbert Hofer. Si les électeurs confirment leur précédent choix et élisent Van der Bellen, un coup d’arrêt sera donné à un mouvement commencé en juin en Grande-Bretagne avec le Brexit et amplifiée en novembre aux États-Unis par la victoire de Donald Trump. En revanche, si Hofer l’emporte après avoir fait de nombreuses concessions au politiquement correct, un autre trublion s’installerait en Autriche et pourrait renforcer le groupe centre-européen de Visegrad dans son opposition aux quotas d’immigrés clandestins.

Mais l’attention, ce jour-là, ne se focalisera pas que sur l’Autriche. L’Italie sera aussi observée en raison du référendum constitutionnel décidé par le président du Conseil Matteo Renzi. Ce dernier propose la suppression du Conseil économique et social, la réduction du nombre de parlementaires, une recentralisation de certaines compétences régionales et la transformation du Sénat en assemblée consultative des territoires sans pouvoir législatif. Le jeune dirigeant de centre gauche veut créer une IIIe République primo ministérielle renforcée par l’instauration de l’« Italicum ». Il s’agit d’un nouveau mode de scrutin des députés qui remplacerait l’actuel, le « Porcellum » trop proportionnel à son goût. Variante transalpine du mode de scrutin français pour les municipales et les régionales, l’« Italicum » stipule l’obtention de la majorité absolue de députés si un parti recueille plus de 40 % des suffrages au niveau national. Sinon se déroulera un second tour réservé aux deux formations arrivées en tête avec des candidats tous nommés par les appareils politiques…

Défendu avec force par les banques, la Commission de Bruxelles et la funeste Angela Merkel, le « oui » est, d’après les sondages, en difficulté quand bien même plus d’un tiers des électeurs pencherait pour l’abstention ou l’indécision. Potentiel vainqueur, le « non » rassemble un ensemble hétéroclite qui comprend nos amis de CasaPound, les populistes identitaires de la Ligue du Nord, les populistes atypiques du Mouvement 5 Étoiles, les post-fascistes de Frères d’Italie, les berlusconiens de Forza Italia, la gauche radicale et les dissidents internes du parti de Renzi.

Si le « non » l’emporte, Renzi a prévenu qu’il démissionnerait. Il s’ensuivrait soit un nouveau gouvernement de technocrates, soit des législatives anticipées qui verraient probablement la victoire du Mouvement 5 Étoiles, ce qui ferait l’effet d’une explosion nucléaire à quatre mois de la présidentielle française. Les électeurs autrichiens et italiens oseront-ils franchir le Rubicon et enfin bousculer un système politicien usé pour des nouveautés radicales ? Il faut le souhaiter.

Bonjour chez vous !

Cette « Chronique hebdomadaire du Village planétaire » a été diffusée sur Radio-Libertés le 2 décembre 2016.

11:29 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL Dimanche 4 décembre : le Dr Alain de Peretti à Poitiers

Halal Poitiers 2016 12.jpg

11:16 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’IMPOSTURE FILLON

clip_image005[2].jpgFrançois Marcilhac

L' Action française

cliquez ici

La victoire nette et sans bavure de Fillon à la primaire de la droite est surtout le fruit d’un immense malentendu que la campagne pour la présidentielle sera loin de lever, tant est fort en France le désir de redonner à la fonction suprême un semblant de dignité.

Or Fillon a d’autant mieux profité du rejet des deux « favoris » qu’il a su par son attitude distante et calme donner ce signe, ce qui, de la part de l’ancien premier ministre de Sarkozy, n’était pas gagné. Passer pour un homme neuf et incarner l’espoir du relèvement quand on est un des principaux responsables du déclin du pays : du grand art !

UN MACHIAVÉLISME TRANQUILLE

C’est là que réside le principal danger : que, dans ce jeu de faux-semblant que sont les élections, les Français misent sur un homme rompu depuis quatre décennies de vie politique à tous les reniements, mais plus habile que d’autres à cacher son manque de conviction. Car Fillon n’a pas été seulement le collaborateur zélé, pour ne pas dire servile, de Sarkozy : au gré de sa carrière, il a su, d’eurosceptique, devenir européiste, de gaulliste social, libéral assumé, de souverainiste, libre-échangiste. Son rapt illégitime de l’électorat catholique de droite est la preuve supplémentaire d’un machiavélisme tranquille. Que Jean-Frédéric Poisson n’ait pas réussi à attirer sur son nom la majorité de ces électeurs, d’autant plus heureux finalement de la victoire de Fillon que celle-ci ne les mènera pas au martyre, n’a rien d’étonnant. Poisson n’est pas responsable du caractère contre-productif de sa candidature. C’est le système politique qui condamne a priori le vote de conviction au profit, dès le premier tour, d’un vote utile qui se révèle foncièrement nuisible : les voix qui se sont détournées de Poisson n’auraient pas manqué à Fillon pour être qualifié au second tour. En revanche, le score décevant de Poisson a permis à Fillon, qui avait mis dans son escarcelle l’électorat naturel du premier, à neutraliser la tentative de procès en intégrisme catholique ouvert par Juppé et amplifié par la gauche, en se débarrassant du contenu pour ne garder qu’un emballage très aseptisé, mais qui convient à une bourgeoisie qui pense que porter son catholicisme en bandoulière suffit à obtenir l’absolution.

On peut toujours se féliciter que, plus de quarante ans après la loi Veil, l’avortement soit toujours au cœur du débat — ce que favorisent les socialistes eux-mêmes en cherchant à faire adopter avant la fin février un texte orwellien sur un prétendu délit d’entrave numérique à l’IVG : il n’est malheureusement pas sûr que ce soit uniquement, comme le disait Boutang, sur le mode du remords. Mais plutôt sur celui du repoussoir. Ce qu’ont très bien compris Juppé, la gauche... et Fillon le premier ! A tel point qu’il avait pris date dès 2014 avec ses détracteurs en intégrisme catholique en faisant partie des rares députés UMP à voter la proposition de résolution socialiste faisant de l’infanticide un « droit fondamental ». Et qu’il est aujourd’hui totalement silencieux sur le délit d’entrave numérique. Reconnaissant ainsi, avec cynisme, qu’il garde ses convictions pour lui, ce qui revient à ne pas en avoir, ou que celles-ci sont incompatibles avec le Bien commun — un comble !

LE PEN RINGARDISÉE

Avec Fillon, on est obligé de convenir que l’effet de cliquet est le propre d’un électorat catholique libéral-conservateur, finalement aussi convaincu que l’électorat de gauche d’un sens de l’histoire contre lequel il est vain de lutter, mais sur le mode du regret poli censé mériter l’indulgence. L’historien François Huguenin, soutien de Fillon et qui représente cette tendance, a ainsi écrit, dans Le Figaro, à la veille du second tour de la primaire : « Quant aux questions éthiques, les catholiques et les conservateurs ne doivent pas rêver. Aucun homme politique n’a jamais arrêté une évolution sociétale et Fillon en prend acte. » Au nom du même principe, demain ce sera, sur l’ordre de l’Europe, l’adoption plénière définitivement pour tous, l’euthanasie et la GPA...

Fillon a eu par ailleurs l’habileté de paraître plus courageux, voire identitaire sur la question de l’islam que Marine Le Pen. En affirmant que ce n’est pas la liberté religieuse qui pose problème et à laquelle il faudrait s’attaquer aux dépens des chrétiens et des juifs de France, comme veut le faire le FN, mais bien l’islam radical, il a ringardisé le discours intolérant de la présidente du FN sur la laïcité, montrant ainsi qu’il visait, lui aussi, à siphonner les voix du FN, notamment catholiques, que les attaques systématiquement agressives du clan Philippot n’auraient pas encore détournées de Marine Le Pen. Un Philippot affirmant de manière obsessionnelle ce lundi matin 28 novembre sur RMC que le soutien d’une partie de l’ « électorat catholique » à Fillon pose un vrai problème de laïcité !

LES CLASSES MOYENNES BIENTÔT RUINÉES ?

Sans compter les électeurs du FN frustrés du discours mariniste peu favorable à la liberté d’entreprendre des TPE et PME et qui pourraient être tentés d’aller voir ailleurs. Pourtant, le malentendu risque de se révéler cruel aussi en matière économique et sociale. Car favoriser, comme le veut Fillon, les autoentrepreneurs, c’est nuire directement aux artisans et aux TPE. Et priver les classes moyennes de sécurité sociale, c’est ruiner les familles nombreuses qui appartiennent à ces classes, grosses consommatrices d’actes médicaux pour leurs enfants. Fillon ? Pire qu’Hollande ! Il est vrai qu’il admire Thatcher — sans la complicité active de laquelle, soit dit en passant, les travaillistes n’auraient jamais pu légaliser l’avortement en 1967 au Royaume-Uni — et ce, au moment où les conservateurs britanniques retrouvent avec Theresa May la voie de l’Etat stratège et relèvent le SMIC ! Et il veut appliquer la politique d’austérité de Merkel, alors que celle-ci commence à s’apercevoir qu’il faut renouer avec les investissements. La ringardise de Fillon, c’est là qu’il faut la dénoncer. Pas sur les questions sociétales ! Quant à sa posture pro-russe, qu’en penser puisqu’il ne propose pas la sortie de la France du commandement intégré de l’OTAN. De quelle marge de manœuvre disposera-t-il ?

Dans ce jeu d’apparence qu’est la démocratie représentative, la victoire de Fillon ne nous renseigne que sur le ras-le-bol de ses électeurs devant la situation du pays, sur un besoin manifeste de changement et d’autorité, ainsi que sur les convictions, pour une large part attiédies, d’un électorat conservateur, qui s’apprête encore une fois à être la dupe enthousiaste d’un nouveau gourou. Peu importe son passé, pourvu qu’il présente bien. Que Patrick Buisson, à ce point lucide sur Sarkozy qu’il chercha à le vendre de nouveau aux Français en 2012 comme candidat patriote, voie désormais en Fillon le porte-parole de la révolution conservatrice en cours, devrait pourtant interroger l’électeur de droite. Mais celui-ci est ainsi fait qu’il a besoin de se chercher, tous les cinq ans, un sauveur parmi ceux qui l’ont le mieux trahi. Si bien que Fillon risque bien vite d’envoyer dans les limbes une droite « hors les murs » en voie de non-constitution...

FILLON : LA DROITE CANADA DRY

Fillon, ce n’est pas seulement la droite Canada Dry : son imposture représente un vrai danger pour le pays. Malheureusement, en démocratie représentative, le souci politique n’a que peu d’importance. Il faut savoir paraître. Or, sur ce plan, Fillon a pris une longueur d’avance. Nous ignorons si Valls se sera décidé à franchir le Rubicond à l’heure où paraîtront ces lignes. Les sondages indiquent depuis des mois un second tour LR-FN ? Marine Le Pen devrait se méfier !

11:14 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal du chaos de cette semaine

2457982678.11.jpg

Le Journal du chaos cliquez ici

10:19 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 03 décembre 2016

Jeudi 8 décembre (18 h - 19 h) : le dessinateur Ignace invité de l'émission Synthèse sur Radio Libertés

RL 3 2016 12 08 Ignace.jpg

Radio Libertés cliquez ici

L'album d'Ignace cliquez là

13:01 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Être de gauche, c’est pas une vie

Francois-Marchand.jpgFrançois Marchand

romancier,

EuroLibertés cliquez ici

S’il fallait démontrer qu’être de gauche, c’est encore pire qu’être de droite, les primaires auxquelles on vient d’assister en offriraient une preuve éclatante. Car même le type de droite le plus crevard n’aura jamais l’idée saugrenue d’aller voter aux Primaires de gauche, c’est-à-dire de signer un engagement à partager ses valeurs et de choisir avec une mine de chien battu entre M. Montebourg, M. Hamon ou M. Valls. Il a autre chose à faire, par exemple réfléchir à différentes stratégies de défiscalisation. Tandis que l’homme de gauche, fou d’abstraction, intoxiqué d’idées généreuses et fausses depuis plus de deux siècles, est désormais comme un drogué incapable de se passer de sa came plus de dix minutes. Si le dealer habituel n’est pas là, il va marcher deux heures sous la pluie pour aller en trouver un autre, même s’il sait que c’est de la merde.

Cela fait des mois que je vois avec stupeur des amis de gauche, toujours désormais en retard d’une guerre, retenir leur souffle à l’idée de battre Sarkozy. Que celui-ci puisse apparaître comme un danger pour quoi que ce soit, c’était déjà étonnant. Mais, une fois cette éviction acquise, j’ai eu la surprise de voir ces mêmes électeurs voter à nouveau au second tour, cette fois-ci pour « faire barrage » à Fillon, qui doit, cela m’avait échappé, être lui aussi constitutif d’un danger fasciste. Cela confirme en passant que la gauche n’a qu’une obsession, l’élimination totale de tous ses ennemis, même fantasmés, les uns après les autres. Sauf qu’elle rate désormais quasiment toutes ses cibles, ce qui est réconfortant.

L’homme de gauche en fait est complètement perdu : sous l’effet d’impulsions contradictoires subies depuis trop longtemps, il est comme un rat de laboratoire sur le point de succomber à l’expérience scientifique menée sur lui.

Ne manque désormais plus que la distrayante perspective suivante : qu’un jour il y ait une Primaire au Front National, comme d’ailleurs M. Collard vient de l’envisager pour 2022. On y verra alors nos amis de gauche aller, la mine grave, signer la charte des valeurs du Front, verser leurs deux euros, et ensuite choisir lequel des candidats semblera le plus sûr barrage à l’extrême droite.

« Que faire ? » titrait très justement le camarade Lénine. « N’importe quoi » semblent lui répondre ses épigones un siècle plus tard. Ils ont beaucoup de chance qu’il ne soit plus là.

12:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 02 décembre 2016

Le JT de TV Libertés de ce vendredi soir

19:38 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

CE SOIR, TERRE ET PEUPLE SUR MÉRIDIEN ZÉRO

la-meridienne-290.jpg

Ce soir, et à l’occasion de la prochaine table ronde annuelle du mouvement, le dimanche 11 décembre, Méridien Zéro vous propose une émission avec quelques figures de Terre & Peuple : Pierre Vial bien sûr mais aussi Roberto Fiorini, ainsi que Sylvie, Jean-Paul et Yann, cadres du mouvement dans les bannières régionales. Nous reviendrons sur l’histoire de T&P, son actualité mais aussi les questions qui fâchent…

Emission barrée par Krampon et Wilsdorf, JLR comme soutier.

Comme d’habitude l’émission est en diffusion sur RBN, Kebeka Liberata et en podcast.

Méridien zéro cliquez ici

17:51 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Hollande renonce à se représenter...

ignace 4.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

12:45 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL Dimanche 11 décembre, à Rungis : Terre et peuple reçoit Jean-Marie Le Pen, Président d'honneur du FN

flyer_tr_2016.jpg

SN TP 2016 12 11.jpg

15232311_1284863328252337_6738307961348879519_n.jpg

01:52 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Airbus, Axa, Ing, Caterpillar, Marks & Spencer : le mondialisme passe et l’emploi trépasse…

usine.jpgPieter Kerstens

Et cela n’en finit plus ! Semaines après semaines, les usines ferment et les sociétés baissent le rideau. Douwe Egberts, MS Mode, Crelan, KBC, ajoutent leurs plans de restructuration aux licenciements collectifs ou aux mises à la retraite anticipée. Décidément, l’image de « plus d’Europe, encore plus d’Europe » chère à Jacques Delors, Manuel Baroso et Jean-Claude Juncker se trouve pour le moins très dégradée.

Souvenons-nous : en mars 1997, la fermeture brutale de l’usine Renault à Vilvoorde en Belgique avait vu se profiler le consensus politique du lobby mondialiste. Depuis, Général Motors, Ford, Peugeot-Citroën ou Renault ont multiplié les fermetures de sites de fabrication et ce n’est pas terminé. Pour les élites politiques, il ne s’agit pas de vilipender la fermeture d’une usine, mais bien de stigmatiser hypocritement la manière inélégante des patrons de l’automobile ou de grandes sociétés, lors de décisions économicos-financières.

N’oublions pas que depuis de très nombreuses années, les chefs d’Etat ou de gouvernement, les Chirac, Dehaene, Prodi, Zapatero, Kohl, leurs copains de la Commission Européenne et leurs successeurs, ont été les complices d’une politique d’ensemble qui s’est traduite par de larges et drastiques suppressions d’emplois, ainsi que par une atomisation des marchés nationaux au sein d’une conjoncture mondiale toujours plus contraignante. Mais ce que ces valets du Nouvel Ordre Mondial ont réussi à nous cacher pendant des décennies, éclate au nez et à la figure des peuples européens depuis que la Crise affecte profondément les familles et les structures de nos économies : le village mondial est une chimère et l’Organisation Mondiale du Commerce (ex-Gatt) n’est que l’instrument du bradage de produits de mauvaise qualité vendus à vil prix…dont le résultat est le chômage en Europe ! Et ne parlons pas du CETA en cours de signature, ni du TAFTA toujours en négociation.

Cela fait des années que les travailleurs se rendent compte que « l’Europe du bien-être et de la prospérité », vantée par les charlatans qui nous gouvernent depuis plus de 40 ans, n’est qu’un vaste leurre et bien évidemment, notre avenir et celui de nos enfants (et petits-enfants) sera loin d’être rose. Au contraire, ces imbéciles aux commandes s’obstinent à gaspiller les deniers publics dans de fumeuses politiques « sociétales », de « solidarité » et du « vivr’ensemble » afin de capter le vote de clients/électeurs qui seraient redevables de ces prébendes, pour les maintenir plus tard dans leurs fonctions rémunératrices.

Pour ces saltimbanques de la gestion à courte vue, l’austérité ou la rigueur sont des anathèmes, des « provocations » et des « insultes » aux travailleurs, bref en d’autres termes, inadéquats et impensables pour redresser la barre des finances publiques mises à mal par leur faute. Pourtant, ce sont quand même ces pourriticards et les socialauds-humanistes qui ont conduit nos économies au fond du gouffre financier où nous sommes aujourd’hui. Ils ont cependant, et ont toujours eu, la faculté d’imposer à temps des mesures drastiques et certes impopulaires, mais indispensables au redressement des entreprises nationales ou européennes.

Il n’est pas encore trop tard pour tenir un langage de vérité, ni de sauver l’essentiel des structures sociales dans les pays européens, encore faudra-t-il trouver un certain courage politique pour éviter une catastrophe.

En effet peut-on refuser maintenant, au point où on en est, la rigueur pour favoriser un laisser-aller illusoire ?

En 1860, Abraham Lincoln déclarait devant le Congrès américain : «  Vous ne pouvez pas aider le salarié en anéantissant l’employeur. Vous ne pouvez pas aider le pauvre en ruinant le riche. Vous ne pouvez pas éviter les ennuis en dépensant plus que vous ne gagnez. » Ceux qui rêvent de prendre le Pouvoir dans le futur (en Autriche, en Hollande ou en France) feraient bien d’en tenir compte pour assainir les finances publiques !

01:41 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 01 décembre 2016

Il sort très bientôt : APOCALYPSE FLAMBT, l'album des dessins d'Ignace

Diapositive1.jpg

Bulletin de commande cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

ignace 4 de couv.jpg

08:59 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 3 décembre à Lyon :

15241931_998509620255623_3785298562086798071_n.jpg

08:55 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Aujourd'hui, jeudi 1er décembre, Maître Frédéric Joachim invité de Synthèse à 18 h sur Radio Libertés

RL 2 2016 12 01 F Joachim.jpg

Radio Libertés cliquez ici

Rediffusion vendredi 2 décembre à 9 h et à 14 h

08:01 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le saviez-vous ?

RL JCR 1.jpg

Chaque jeudi à 8 h 3o, retrouvez notre ami Jean-Claude Rolinat sur Radio Libertés en compagnie d'Arnaud Menu, pour commenter les faits saillants de la semaine en matière de politique étrangère dans sa chronique intitulée "Et pourtant, elle tourne"...

La matinale (7 h 00 - 9 h 00) : cliquez ici

00:04 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 30 novembre 2016

Le précurseur européen de Donald Trump

Le-piège_-195x300.jpgGeorges Feltin-Tracol

Le président élu des États-Unis, Donald Trump, n’est pas le premier homme d’affaire à entrer en politique pour soumettre aux électeurs propositions iconoclastes. Dans la décennie 1990, l’indépendant Ross Perot, le républicain anti-néo-républicain Patrick Buchanan et l’écologiste Ralph Nader préfiguraient le phénomène Trump. À la même époque en Europe, un homme d’affaires prévenait les Français de l’engrenage maastrichtien : le Franco-Britannique Jimmy Goldsmith (1933 – 1997). Frère de l’écologiste « paléoconservateur » Edward Goldsmith et père de Zac Goldsmith, candidat conservateur malheureux à la mairie de Londres en 2016, il devint en 1994 député français au Parlement européen sur la liste L’autre Europe conduite par Philippe de Villiers.

Un an plus tôt, il avait publié chez Fixot Le piège, une série d’entretiens avec Yves Messarovitch. Hostile au traité de Maastricht et à la monnaie unique, Jimmy Goldsmith, en conservateur libéral, soutenait néanmoins « un marché européen libre à l’intérieur duquel puissent circuler sans restrictions marchandises, services et capitaux (p. 34) ». Sur l’euro perçu comme un intolérable carcan, il annonçait que l’impossibilité de le dévaluer entraînerait la Grèce et l’Espagne à accepter « le transfert des chômeurs […] vers d’autres [pays] plus prospères (p. 37) », ce qui est le cas avec une forte émigration hispano-grecque en Allemagne.

Vilipendant le libre-échange et les délocalisations, Jimmy Goldsmith invitait à « rejeter, sans complexes, le GATT [l’ancêtre de l’OMC] et protéger l’Europe (p. 71) ». Il prévoyait aussi que les élites auto-proclamées approuveraient l’injonction « selon laquelle ce serait aux gens de se déplacer vers les emplois et non l’inverse (p. 28) ». La mobilité européenne ne s’alignera jamais sur celle des États-Unis, surtout si elle est subie !

Contrairement à Donald Trump, Jimmy Goldsmith condamnait l’énergie nucléaire ainsi que les énergies fossiles. Il encourageait en revanche les « énergies vertes ». Quand on relit Le piège un quart de siècle plus tard, on ne peut que constater la pertinence de ses analyses, nonobstant leur libéralisme affiché. Finalement assez proche des thèses du Prix Nobel d’économie Maurice Allais, Goldsmith dénonçait la course à l’abîme de la pseudo-UE. Un indéniable esprit altereuropéen se manifestait déjà dans cet ouvrage plus que jamais d’actualité.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 10, diffusée sur Radio-Libertés, le 25 novembre 2016.

23:32 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nantes, dimanche 11 décembre : grande fête du livre

I-Grande-22982-grande-fete-du-livre-a-nantes-4eme-edition-le-dimanche-11-decembre-2016.net.jpg

Plus d'infos cliquez ici

23:22 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal du Chaos de cette semaine

2457982678.17.jpg

Pour le lire cliquez ici

23:15 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

C'est parti : le catalogue d'hiver de Synthèse nationale

2016 12 catalogue.jpg

Le catalogue d'hiver de Synthèse nationale est actuellement routé auprès de 10 000 prospects. Si vous souhaitez le recevoir, il vous suffit de le demander à :

synthesenationale@club-internet.fr

vous pouvez aussi consulter notre site de vente en ligne 

www.synthese-editions. com

10:41 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le premier album d'Ignace sort pour les fêtes de Noël et du Nouvel An

2016 ignace flyer.jpg

Ignace a fait sa place dans le petit monde des dessinateurs non confor­mistes. Il est connu du grand public pour ses illustra­tions d'émis­sions de TV Libertés et on le re­trouve aussi à la une de l'Action fran­çaise et sur dif­férents sites de ré-informa­tion. Il s'agit là de son premier album.

A ne surtout pas manquer...

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

01:26 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 29 novembre 2016

Pourquoi le « rassurant » François Fillon est-il dangereux ?

Unknown.jpg

Arnaud Guyot-Jeannin Boulevard Voltaire cliquez là

Après la défaite d’Alain Juppé, le candidat libéral-libertaire aux élections primaires de la droite et du centre, il ne faudrait pas donner quitus à son vainqueur ultralibéral thatchérien François Fillon en lui permettant de remporter les prochaines élections présidentielles de 2017.

Plutôt timoré sur les questions de société, il a notamment très peu parlé des problèmes d’immigration et de ses causes. En matière de géopolitique, il passe pour un non-aligné alors qu’il est partisan de la France dans l’OTAN. Il faut dire qu’elle l’a réintégrée les 3 et 4 avril 2009 lorsqu’il était le Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Au plan économique, il fait figure de candidat de la régression sociale et représentant des actionnaires apatrides du CAC 40, qui s’en réclament officiellement dans leur immense majorité. À lire son programme, il était le plus libéral des candidats libéraux de la droite et du centre.

En premier lieu, Fillon veut supprimer 500.000 postes de fonctionnaires en cinq ans. Ce qui signifie moins de services publics de proximité, de professeurs, d’agents hospitaliers, de policiers, etc.

En second lieu, il veut abroger les 35 heures pour les remplacer par 39 heures payées 37. Autrement dit : travailler plus pour gagner moins ! Il fallait y penser… Fillon ouvre aussi la possibilité, aux patrons d’entreprises privées, de faire travailler leurs employés jusqu’à 48 heures par semaine. Parallèlement, il propose que la retraite soit reportée à 65 ans. Travailler plus longtemps pour mourir plus vite ! La civilisation du travail quantitatif et du stress compétitif ne peut, alors, qu’arrêter l’allongement de la durée de la vie. Ce n’est pas à l’homme d’être au service du travail, mais c’est le travail qui doit être au service de l’homme !

En troisième lieu, Fillon propose d’augmenter la TVA de deux points dès 2017 (coût : 16 milliards d’euros) tout en retranchant l’impôt sur la fortune (ISF).

En clair, le pouvoir d’achat sera moindre (notamment les produits de première nécessité qui, ayant un coût plus élevé, seront inaccessibles aux plus défavorisés), tandis que les plus fortunés ne contribueront plus à l’effort de solidarité nationale.

François Fillon n’en reste pas à ces seules mesures hyperlibérales. Il veut éliminer l’aide médicale d’État, réformer les allocations chômage, simplifier les licenciements économiques, etc. « Je veux désétatiser le système de santé français », a-t-il dit lors du débat qui l’opposait à Alain Juppé, le jeudi 24 novembre dernier, à la télévision sur France 2. C’est donc qu’il est favorable à sa privatisation. Le prétendu gaulliste François Fillon veut le démantèlement du modèle social français issu du Conseil national de la Résistance (CNR). Inquiétant ! La Sécurité sociale ne remboursera plus les médicaments de base. Il faudra que les Français cotisent à des mutuelles privées pour que cela se fasse. Or, les dix millions de pauvres et les classes moyennes en voie de déclassement ne pourront pas se le permettre.

S’il est souhaitable de réhabiliter la notion de « responsabilité », de limiter la bureaucratie et de baisser la fiscalité des classes moyennes et des classes populaires qui décrochent, il serait fou de céder à un capitalisme prédateur engendrant la loi de la jungle et la casse sociale. Or, le programme économique et social de François Fillon ne peut qu’aboutir à un tel désastre. Plus généralement, la question n’est pas de savoir s’il faut plus ou moins d’État, mais mieux d’État associé à des coopératives à hauteur d’homme en vue du bien commun.

12:44 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"L'islam fabrique de dégénérés ?" un nouveau livre proposé par Riposte laïque

la-bonne-2-600x930.jpg

230 pages, 19,50 € - En savoir plus cliquez ici

12:44 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook