Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 30 janvier 2021

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

11:42 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Il y a un an, nous quittait Roger Holeindre...

3306578671.jpg

Il y a un an, le 30 janvier 2020, le camp patriote était en deuil. Roger Holeindre qui fut, pendant plus de 60 ans, l'un des piliers du mouvement national décédait cliquez ici. Ne l'oublions jamais...

Sur les obsèques de Roger cliquez ici

L'émission Synthèse sur TV Libertés en hommage à Roger Holeindre cliquez là

En savoir plus sur Roger cliquez ici

10:33 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les Editions Dutan viennent resortir le premier livre de Roger Holeindre : "Le levain de la colère"

COUV 2021 1.jpg

Dans ce livre, publié une première fois au début des années 1960, Roger Holeindre nous raconte ses engagements en Indochine puis en Algérie...

Pour le commander, cliquez ici

10:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Yvan Benedetti revient sur sa garde à vue...

000_par7698372.jpg

09:47 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 29 janvier 2021

Les prochaines magouilles démocrates

Âne-démocrate.jpegGeorges Feltin-Tracol

Demain, 20 janvier (1), se déroulera à Washington l’investiture de Joe « Gâteux » Biden et la prestation de serment de sa colistière Kamala « Messaline » Harris. Le succès du coup d’État démocrate est incontestable. Les États-Unis d’Amérique s’apprêtent à vivre des heures bien sombres.

Disposant de la majorité à la Chambre des représentants et d’un avantage décisif au Sénat (Harris qui préside cette assemblée a une voix prépondérante en cas d’égalité), le binôme exécutif va pouvoir appliquer son programme mortifère et liberticide. Les médiats dominants d’occupation mentale, le Washington Post et CNN en tête, arrêteront par ailleurs de distiller leurs nombreuses et fausses révélations sur les dysfonctionnements internes de la Maison Blanche sous Donald Trump pour enjoliver la stature de Biden et, surtout, de Harris.

L’omnipotence de la mafia démocrate n’est toutefois pas complète. La Cour suprême reste à six sièges contre trois à majorité libérale-conservatrice. Elle risque d’entraver la marche forcée du Bureau ovale vers le « pire des pandémoniums ». La Constitution de 1787 ne précise pas son nombre de membres. À l’origine, la Cour suprême en comptait sept. En 1869, le législateur l’augmenta de deux nouveaux sièges. Avec le contrôle du Congrès, les démocrates peuvent maintenant créer entre trois à quatre nouveaux juges assesseurs nommés par Biden et approuvés, grâce à Harris, par le Sénat. Cette solution légale évite une procédure de destitution qui nécessite l’approbation d’une majorité qualifiée de sénateurs.

Désormais à majorité libérale-progressiste, la Cour suprême à treize membres limiterait la liberté d’expression, restreindrait le port d’arme, sanctuariserait l’avortement et l’homoconjugalité, permettrait la GPA et autoriserait l’immigration massive. Elle suspendrait ou abolirait la peine de mort tant dans les États qu’au niveau fédéral, sauf peut-être pour les supposés espions (Julian Assange par exemple), les soi-disant traîtres et les nationalistes blancs.

Par ailleurs, la clique démocrate a déjà en tête les élections intermédiaires de 2022. Celles-ci sont historiquement défavorables au parti présidentiel en place. Outre une généralisation des techniques de fraude électorale dans les fiefs démocrates, il est crucial que le Sénat reste dans le « camp du Bien ». Pourquoi ne pas ajouter de nouvelles étoiles à la bannière US ? L’Alaska et Hawaï sont les quarante-neuvième et cinquantième États à rejoindre l’Union en 1959. Chaque État fédéré élit deux sénateurs à Washington. Afin de ne pas systématiser des tricheries électorales un peu trop voyantes, les démocrates redécouperaient volontiers la carte administrative des États-Unis.

Ainsi l’île antillaise de Puerto Rico, État libre associé aux États-Unis depuis 1952, deviendrait-elle le cinquante-et-unième membre de l’Union. Sa population hispanophone s’enthousiasmerait pour le projet économique et social démocrate, surtout si Alexandra Ocasio-Cortez dont la mère est originaire de l’île, se trouve valorisée. La ville de New-York (huit millions et demi d’habitants) pourrait devenir un nouvel État distinct de l’actuel État éponyme dont la capitale s’appelle Albany. Bastion démocrate, la « Grosse Pomme » verrait son maire devenir gouverneur. Le nouvel État pourrait s’étendre aux comtés orientaux de Nassau et de Suffolk.

Les démocrates prévoient d’aller encore plus loin. S’ils ne peuvent pas démembrer un Texas toujours républicain et conservateur, ils envisagent de scinder l’État le plus peuplé, la Californie, en trois, quatre ou cinq nouvelles portions fédérées. Enfin, à rebours des Pères fondateurs, le parti de l’Âne, magnifique symbole bien qu’injurieux pour le sympathique animal, souhaiterait élever l’actuel District fédéral de Columbia, soit Washington, en un autre État-membre. Fondé en 1790 et devenu l’année suivante capitale fédérale, le District, majoritairement peuplé d’Afro-Américains, constitue une belle réserve de voix pour les démocrates.

L’État de New-York City, ceux de Columbia et de Puerto Rico ainsi que trois à cinq entités post-californiennes enverraient au Capitole entre huit et seize nouveaux sénateurs la plupart démocrates. Un Sénat démocrate garantirait à l’« État profond » la pérennité d’une diplomatie belliciste, philovictimaire, libre-échangiste et pro-minorités raciales – sexuelles. Les gouverneurs, souvent démocrates, des États concernés accepteraient-ils cependant ce charcutage géopolitique interne ? Le Congrès voudrait-il perdre sa supervision lointaine sur le District de Columbia ? Tout dépendra de la ruse de Biden et de sa « Messaline ». On ne peut en tout cas que souhaiter le plus grand désordre intérieure possible chez cet ennemi civilisationnel.

Bonjour chez vous !

(1) « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°198, mise en ligne sur TVLibertés, le 19 janvier 2021.

12:40 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Terrre et peuple Ile de France soutient la manifestation de samedi contre la dictature sanitaire

blason-terre-et-peuple-tp-edelweiss.pngUn communiqué de la Bannière francilienne de Terre et peuple :

La pieuvre globaliste étrangle nos peuples sous couvert d'une crise sanitaire à geométrie variable. Cette dictature en gestation s'appuie sur une nomenklatura en blouses blanches cosmopolite.

Son haut état major, le Conseil scientifique, viole sans contrôle aucun, nos libertés fondamentales et insinue son venin incapacitant au plus profond de notre intimité. Il ne nous tient pas en respect avec un flingue mais avec une seringue !

L'ultimatum du parti Covidiste est simple, pas de vaccin plus de liberté ! La clef de voute de cette ingénerie sociale au service de l'oligarchie, le "passeport sanitaire" ou "passeport vert" sous peine de mort sociale et de relégation definitive.

Gaulois Réfractaires (devenus par trop exemplaires), ouvrez les yeux! Insurgez vous! Sans cela nos libertés ne nous serons JAMAIS rendues.

Nous sommes des loups, pas des chiens couchés, alors hurlons notre colère ! Contre la soumission, l'humiliation sadique, la délation, le goulag numérique c'est maintenant ou JAMAIS ! Eradiquons cette pègre oligarco mondialiste avant qu'elle ne nous extermine ! SOLIDARITE AVEC NOS CAMARADES EUROPEENS INSURGES !

TP appelle à participer à ce rassemblement :

image.jpg

11:51 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sortie du nouvel album CD des Brigandes

CD 2021 BRIG .jpg

En savoir plus et l'acheter cliquez ici

Les précédents albums cliquez là

09:39 Publié dans CD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 28 janvier 2021

L’ère des forfaitures

jjklm.jpg

Bernard Plouvier

Vers 2010, tous ceux qui, en Occident et en Amérique du Nord, réfléchissaient un peu (soit 20 à 25% des opinions publiques) en avaient assez de l’économie globale – qui ne profite qu’aux Asiatiques – et de la mondialisation de la propagande – qui génère une invasion des USA par des Latinos et des Moyen Orientaux et une invasion de l’Europe par des Africains et des Proche Orientaux.

D’où l’épisode Trump, soit quatre années de ré-industrialisation des States, de lutte contre une immigration parasitaire et d’une guerre commerciale avec la Chine. Cela ne faisait pas les affaires des négociants internationaux et l’on a connu une élection « curieuse », précédée et suivie d’une diabolisation du personnage, qui avait pourtant été objectivement utile aux Blancs des USA.

Pour lutter contre les « complotistes » anti-globalo-mondialisation, l’on a inventé une parade pseudo-scientifique : le « Réchauffement climatique ». Et l’on en déguste plusieurs tranches quotidiennes dans les media, entre la déploration de Sainte Shoah et la curieuse présentation des malheureux immigrés, réputés descendants d’esclaves.

Là encore, l’on a observé un certain tirage de la part des sceptiques et l’on doit recourir à l’arme de dissuasion : la mort numérique et le lynchage. On retire aux déviants l’accès aux sites du Net, tandis que quelques condamnations pénales font comprendre aux réfractaires que la liberté d’expression de la pensée n’est que l’Arlésienne : on en parle toujours, on ne la voit jamais.

Comble de bonheur pour les petits maîtres hissés aux apparences du pouvoir par les manipulateurs d’opinion : se répand une pandémie d’origine chinoise – comme l’ont été les grippes malignes et la peste. Et des guignols déclarent que l’on est « en guerre » et, là, c’est une autre affaire.

Car, la guerre, c’est le droit pour les titulaires du Pouvoir de faire n’importe quoi : ruiner les finances des États – les citoyens règleront la facture « au retour de la paix » - ; exiger une stricte obéissance aux décisions « prises pour le Salut Public » ; pratiquer le « bourrage de crânes », cette « police de la pensée » (tout le monde se souvient de 1984 de « George Orwell »-Eric Blair, publié en 1950).

L’ignorance de la majorité des populations-cibles est une force au service des propagandistes, au même titre que la mauvaise foi et la diabolisation de l’adversaire. Le gros bobard est infiniment plus efficace que l’honnête présentation des faits, jamais exhaustive, car cela est impossible, mais qui devrait toujours se faire de façon contradictoire, pour que chacun puisse décider selon son bon sens.

Hélas, le public est toujours fâché qu’on lui démontre la fausseté de ce qu’on lui a inculqué durant la période de naïveté – soit les deux ou trois premières semaines d’un sinistre, qu’il soit à l’échelle nationale ou continentale.

Si la notion de gouvernement démocratique implique une réelle liberté d’information des citoyens et leur absolue liberté d’expression (hors calomnie et pornographie, cela va de soi), il est évident qu’une nation en guerre n’est plus gouvernée de façon démocratique : interviennent la propagande, nécessaire à la cohésion nationale, et la censure, pour empêcher l’éclosion du découragement ou du défaitisme.

Mais en temps de paix, la réduction de ces deux libertés fondamentales - l’expression de la pensée et l’honnête information -, cela définit le totalitarisme.

Alors « Guerre ou Paix » ? C’est à définir strictement, car la censure et l’imposition d’une « vérité absolue », la limitation des déplacements, les restrictions économiques et les mesures financières extraordinaires, en un mot la  dictature, cela ne se conçoit que dans un état de guerre.

Comme l’a dit un homme qui avait vécu les horreurs de la Grande Guerre : « La guerre, ça n’est utile que pour les généraux et les colonels » (Jean Giono, Refus d’obéissance, 1937).

14:41 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Yvan Benedetti placé en garde à vue sur plainte des antifas de l’émission Quotidien

Yvan-benedetti.jpg

Un communiqué du CLAN :

Depuis  mardi 26 janvier 2021, le chef des Nationalistes et directeur de Jeune Nation, Yvan Benedetti, est en garde à vue pour « agression en bande organisée ».

Cela fait suite à la manifestation anti PMA d’octobre 2019, au cours de laquelle les antifas du Quotidienavaient été remis à leur place par des militants nationalistes.

Pour témoigner votre soutien à Yvan Benedetti vous pouvez, lui écrire un message à l’adresse courriel du CLAN (association.clan@gmail.com), ou bien participer aux frais d’avocats et de justice en faisant un don :

  • sur paypal (paypal.me/assoclan)
  • ou par courrier à l’adresse suivante : CLAN, 38 RUE DUNOIS, 75647 PARIS CEDEX 13.

Au-delà de l’indignation, il y a l’action !

Plus d'informations : Jeune nation cliquez là

14:40 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Balance ton Post : Thaïs d’Escufon (Génération Identitaire) dévoile les coulisses de l’émission

GIHanouna.jpg

 

00:31 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 27 janvier 2021

L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" AVEC MICHEL VIAL, SUR TV LIBERTÉS

Alors qu'il était lycéen, Michel Vial s'est engagé dans le combat nationaliste. Nous étions aux lendemains de mai 1968 et, à cette époque, les gauchistes de toutes obédiences faisaient régner leur terreur dans les établissements scolaires et sur les campus. Cet engagement le conduisit, quelques années plus tard, jusqu'à Beyrouth où il alla se battre aux côtés des phalangistes contre les islamistes qui voulaient jeter les chrétiens libanais à la mer. S'en suivit une carrière dans la communication au cours de laquelle il put étudier tous les facteurs qui ont mené à la situation que nous vivons aujourd'hui, à savoir l'assassinat de notre civilisation européenne. Dans son livre "La chute de l'empire occidental", édité par Synthèse nationale, Michel Vial analyse une à une chacune de ces raisons. Il s'en entretient dans cette nouvelle émission "Synthèse" avec Roland Hélie et Philippe Randa. 

2017 06 CH H D ELLOY 1.jpg

Commander le livre cliquez ici

 

16:12 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Etre ou ne plus être

cousteau p-a.jpg

Cet article en forme de testament publié par Pierre-Antoine Cousteau dans Rivarol le 2 octobre 1958, deux mois seulement avant sa mort, est prophétique à l’heure où l’immigration nous submerge et où le phénomène de Grand Remplacement prend des proportions absolument inouïes. Pas une ligne ou presque n’est à changer dans cet article visionnaire.

A lire ICI

12:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jean-Marie Le Pen répond aux questions du Parti de la France

Sujets abordés : l'hystérie sanitaire, la vaccination, la mobilisation des restaurateurs et cafetiers, sa clairvoyance politique, les nationaux qui ne se retrouvent plus dans le RN, Marion Maréchal, l'Islam républicain et la remigration, dénatalité et démographie, les lois liberticides, ses pires et meilleurs adversaires, la dévirilisation des jeunes Français, ses loisirs, diverses questions personnelles.

LE PEN JM 3.jpg

00:24 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 26 janvier 2021

Live ce soir à 21h : Le Plan est toujours en cours

IMAGE 2021-01-26 12:32:35.jpg

Le Plan est toujours en cours. Cela devient de plus en plus évident. L'actualité est remplie d'informations qui nous poussent à croire que nous sommes en train de regarder un film. Biden ne semble pas être aux commandes. On vous apporte toutes nos trouvailles dans ce live. 

Lien pour suivre le live: ICI

Source : Les DéQodeurs

19:36 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

SIGNEZ LA PÉTITION CONTRE LA DISSOLUTION DE GÉNÉRATION IDENTITAIRE

thumb.large.2021_01_26_15_25_18.jpg

Ce mardi 26 janvier, Gérald Darmanin a annoncé qu’il allait « étudier la dissolution de Génération Identitaire ».

Cette déclaration fait suite à l’action menée dans les Pyrénées par les jeunes identitaires qui ont mis en place des équipes de surveillance pour aider les forces de l’ordre à sécuriser nos frontières.

Une opération parfaitement légale qui n'a fait l'objet d'aucune poursuite.

De quoi s'agit-il ?

Le 5 janvier 2021, les autorités avaient soi-disant fermé le Col du Portillon, à la frontière franco-espagnole, pour risque « migratoire et terroriste ». Génération Identitaire a voulu s’en assurer… et a pu vérifier que ce n’était pas le cas. De toute évidence, le ministre de l’Intérieur ne supporte pas que sa pseudo-fermeté s'avère être une nouvelle fois de l’esbroufe.

Pendant que Gérald Darmanin manifeste sa volonté d’interdire Génération Identitaire, rappelons que sur les 132 mosquées islamistes recensées en France, son ministère n’en a fermé que 9.

Alors que la France est confrontée à un risque d’attentat djihadiste sans précédent, la priorité est de lutter contre l’islamisme, pas de persécuter ceux qui le combattent.

Dénonçons la mascarade politicienne de ce gouvernement qui veut dissoudre une association parfaitement légale pour dissimuler ses échecs dans tous les domaines.

Pour signer la pétition cliquez ici

19:05 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Famille, je vous hais ! Belle-famille, je vous vomis !

dder.jpg

La chronique de Philippe Randa

Dénoncé comme beau-père incestueux sur son beau-fils, le silence « assourdissant » d’Olivier Duhamel semble prouver sa culpabilité. Un innocent, victime d’une aussi terrible accusation n’aurait eu de cesse de clamer son indignation, de s’en étouffer même, de conspuer son accusatrice et de la menacer des foudres de la justice en une plainte en bonne et due forme pour diffamation.

Mais « l’affaire », puisqu’il faut bien en parler ainsi désormais, dépasse désormais politiquement – et de loin ! – sa seule personne : la tempête politique déclenchée par le livre confession de sa belle-fille Camille Kouchner soulève ainsi bien d’autres légitimes interrogations, tout autant dans les réactions de la famille de la victime que dans celles des proches de son tourmenteur.

D’abord, la socialiste Elisabeth Guigou : trop proche du prédateur à cette époque, elle a renoncé, suite aux révélations, à présider une com­mission indépendante sur l’inceste… Elle l’affirme qu’elle aurait « ignoré toutes ces années les faits gravissimes dénoncés par Camille Kouchner dans son livre ». Soit ! Un simple manque de discernement guère répréhensible, dans ce cas… mais tout de même assez gênant, voire inquiétant, pour une ancienne Garde des sceaux !

Ensuite, Bernard Kouchner, autre socialiste dans le collimateur de la simple dignité, à défaut de celui de la justice ! Lorsqu’il apprit les faits, le père biologique de la victime aurait bien voulu « casser la gueule » du salaud, mais fut retenu à l’époque par sa fille qui finira pourtant par briser le silence… plusieurs années plus tard !

Et enfin, celle par qui le scandale arrive, Camille Kouchner, elle-même, qui déballe l’horreur sur la place publique, alors qu’avocate de profession, elle était particulièrement bien placée pour actionner bien plus vite les leviers de la Justice. Pourquoi a-t-elle choisi d’écrire un livre ? Tout de même pas pour les bénéfices financiers qu’elle va en retirer… On n’ose imaginer une telle intention, même si les temps sont durs et plus encore dans un monde de brutes !

Lire EuroLibertés cliquez ici

18:53 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Covid 19 : le fraudeur Joe Biden prépare une nouvelle arnaque

Unknown.jpg

Arnaud Raffard de Brienne

Le jour même de l’investiture du fraudeur Joe Biden à la mandature de président des États-Unis, nous disons bien le jour même, le 20 janvier 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont ceux qui ont un peu suivi le mauvais scénario en cours depuis une petite année connaissent le positionnement dans le Deep State, modifiait le protocole des tests prétendûment destinés au dépistage du Covid 19. Elle feignait de découvrir et de mettre en garde le monde de la santé contre les faiblesses des tests PCR et de ses modalités d’application.

Voici pourtant des mois que de grands scientifiques, plus pointus et surtout courageux que l’immense majorité de leurs confrères, ne cessent de souligner, malgré les critiques, les sarcasmes, l’étiquette que certains voudraient infamante de « complotiste », l’inadéquation de ce test PCR à la réalité de l’épidémie virale d’aujourd’hui, l’inanité de son application généralisée sur des personnes ne présentant aucun symptôme et surtout l’aberration de tests PCR utilisés à un « seuil de cycles » d’amplification leur ôtant tout intérêt. Au-dessus de 30 cycles d’amplification, les tests PCR, déjà peu fiables, ne présenteraient quasiment plus aucun intérêt si ce n’est celui de gonfler artificiellement le nombre de cas positifs au virus… Selon le professeur Didier Perronne, seul un calibrage à 25 cycles maximum, appliqué à des patients présentant un ou plusieurs symptômes du Covid, pourrait présenter un certain intérêt. Et encore, cela ne dispenserait-il pas pour autant les patients testés positivement du diagnostic rigoureux d’un médecin.

Les tardives critiques et préconisations de l’OMS, publiées, insistons, le jour même de la prestation de serment du fraudeur Joe Biden constituent donc le plus beau des cadeaux offert à celui qui clame sa volonté de faire de la lutte contre la pandémie sa priorité numéro un et surtout la garantie d’une baisse significative du nombre de contaminations dans les semaines et mois à venir. L’Organisation mondiale de la santé, officine mondialiste largement financée par Bill Gates et qui vient d’exfiltrer l’encombrante Agnès Buzyn – dont le mari Yves Lévy appartenait au comité pilotage du fameux laboratoire P4 de Wuhan – en la plaçant à la tête de son implantation suisse a donc choisi de casser le thermomètre pour faire chuter la fièvre. Le masque de l’OMS vient de tomber et ce n’est sans doute qu’un début.

18:45 Publié dans Arnaud Raffard de Brienne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dissoudre...

images.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé
 
En 1968, alors que gauchistes et communistes venaient de tenir la rue pendant des semaines, bloquer le Pays et remettre en cause tous les fondements de notre société, le pouvoir s'empressait de répondre par la dissolution d'Occident.
 
En 1973, face aux exactions de la LCR de Krivine, Weber et Bensaïd, le pouvoir s'attaquait à Ordre nouveau dans un faux parallélisme avec l'organisation marxiste léniniste et trotskiste.
 
Aujourd'hui, tandis que la déferlante migratoire s'accroît, rien de plus urgent pour le gouvernement que de casser ceux qui la dénonce. 
 
Darmanin est bien un Marcellin comme les autres. Pas seulement par la consonnance finale de leur nom, mais par la volonté de réprimer toute action nationale de résistance, même si elle s'inscrit dans la légalité et le respect du droit.
 
Solidarité avec nos camarades identitaires dont la dissolution est désormais "à l'étude" dans le grand bac d'acide sulfurique de la République.

15:55 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Capitole : symbole de la magouille et de la corruption

benoist.jpg

Source Breizh-info.com

Quelle a été votre réaction face à l’invasion du Capitole par des manifestants pro-Trump ?

Alain de Benoist : Une surprise amusée. Elle s’est transformée en franche hilarité lorsque j’ai vu tout ce que la scène publique compte de représentants de l’idéologie dominante se déclarer, comme des vierges effarouchées, horrifiés de la « profanation » de ce « symbole sacré de la démocratie ». S’il faut voir dans le Capitole un « symbole », ce serait plutôt celui de la magouille et de la corruption. Je sais bien que les Etats-Unis se sont de tous temps présentés comme les vaillants défenseurs de la démocratie et de la liberté, mais franchement, qui peut encore sérieusement croire que ce pays est une démocratie, alors qu’il est dirigé par la plus malfaisante des oligarchies financières ? Les manifestants qui ont envahi le Capitole le savaient bien : leur geste n’était pas dirigé contre la démocratie, mais témoignait au contraire de leur désir de la voir enfin respectée dans ce qu’elle a de plus essentiel : la souveraineté populaire.

C’est d’ailleurs pour cela que certains étaient déguisés en « sauvages » : les Européens l’ont oublié, mais lors de la célèbre Boston Tea Party de décembre 1773, événement marquant qui précédé la guerre d’indépendance américaine, les rebelles s’étaient eux aussi déguisés en Indiens (de la tribu des Agniers).

En France, la presse mainstream a unanimement salué la victoire de Biden et dénoncé la « tentative de coup d’Etat » de Donald Trump. Que faut-il en conclure ?

Alain de Benoist : Que les mots n’ont plus de sens aujourd’hui, parce que ceux qui les emploient sont incultes. Parler de « coup d’Etat » est absolument grotesque. Un coup d’Etat implique un plan préparé, une tactique, des consignes, des mots d’ordre. Rien de tout cela ici. Ce n’est pas à un remake de l’incendie du Reichstag, de la marche sur Rome ou de la prise du Palais d’hiver que l’on a assisté, mais seulement un mouvement de foule spontané qui n’a duré que quelques heures, et que l’on pourrait très bien comparer à la tentative des Gilets jaunes de se rendre à l’Elysée (où l’on avait prévu l’exfiltration de Macron !) il y a quelques mois.

Ce qui est intéressant, en revanche, c’est que la vaste majorité des électeurs de Trump ont approuvé ce mouvement de colère, ce qui en dit long sur la profondeur de la fracture qui divise désormais les Américains. Cette fracture n’est pas près de se résorber. Le sénile Joe Binden l’a finalement emporté, mais le fait important est qu’en 2020, Trump a recueilli 12 milllions de suffrages supplémentaires par rapport à 2016 : 74 milllions de voix contre 62 milllions quatre ans plus tôt. Cela montre, même si le parti démocrate – qui n’est plus aujourd’hui le parti des travailleurs, mais celui des minorités – se retrouve en position de force au Congrès, que le phénomène trumpiste est toujours là.

La vague de répression et de censure qui s’est opérée depuis (réseaux sociaux, comptes supprimés ou bloqués) doit-elle nous inquiéter ?

Alain de Benoist : J’y vois surtout une confirmation. On peut bien sûr trouver cette censure scandaleuse, et elle l’est assurément. Mais il y a de l’ingénuité dans cette réaction. S’il y a un enseignement à tirer du spectacle de la répression orchestrée par les GAFA, c’est bien qu’elle révèle la naïveté de tous ceux qui, depuis des années, célèbrent les réseaux sociaux comme des « espaces de liberté ». Malgré ses avantages, Internet n’est pas un espace de liberté, mais un espace de flicage, d’ordures verbales et de tout à l’égo. Je trouve désolant que tant de gens se livrent eux-mêmes à l’autoflicage en racontant leur vie sur les réseaux sociaux. Au lieu de se plaindre, qu’ils les quittent ! J’ai choisi pour ma part, depuis le début, de ne jamais m’exprimer sur les réseaux sociaux. Je m’en félicite tous les jours. Donald Trump, qui n’était pas un homme d’Etat, a cru aux réseaux sociaux. Il a vécu de Tweeter, Tweeter l’a tué.

Vous avez souvent, dans vos écrits, mis en garde les Européens contre une trop grande préoccupation, en négatif comme en positif, vis-à-vis des Américains. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Alain de Benoist : Cela fait des décennies en effet que je répète que les Européens doivent se sentir solidaires de la puissance continentale de la Terre, et non de la puissance maritime de la Mer. En clair, qu’ils doivent se tourner vers l’Est et non vers l’Ouest, vers les pays du soleil levant et non vers ceux du Couchant. Je ne suis certes pas le seul à l’avoir dit, mais le tropisme « atlantiste » reste puissant. Il me semble néanmoins que les choses pourraient évoluer dans les années qui viennent. La période de transition dans laquelle nous vivons est aussi celle d’un effacement progressif du monde unipolaire ou bipolaire du temps de la guerre froide. Lors de son investiture, entre la Bible et Lady Gaga, dans une capitale fédérale en état de siège, gardée par plus de soldats qu’il n’y en a aujourd’hui en Syrie, en Irak et en Afghanistan, Joe Biden n’a pas manqué de réaffirmer la volonté de l’Amérique de « mener le monde ». Elle en aura de moins en moins les moyens. Plus personne ne croit que les Etats-Unis sont encore la « nation indispensable », et que leur présence nous dispense de chercher par nos propres moyens à devenir une puissance autonome.

Depuis 1945, les Etats-Unis n’ont eu de cesse de mener des campagnes d’influence idéologiques, en Europe notamment. Comment les Européens peuvent-ils s’en prémunir, alors que de Macdonald à Netflix, tout est fait aujourd’hui pour conditionner la jeunesse ?

Alain de Benoist :Il n’y a évidemment pas de recette magique. Les Américains continueront à récolter les bénéfices de leur « soft power » aussi longtemps que les Européens n’opposeront à ce dernier aucune alternative crédible. Mais il faut aussi compter avec l’évolution de l’image de l’Amérique. Les Etats-Unis se sont toujours flattés d’être un free country, un pays libre. Aujourd’hui, on voit de plus en plus clairement qu’ils répandent dans le monde la guerre civile et le chaos, et qu’ils exportent vers nos sociétés des formes nouvelles de censure, des comportements d’un néo-puritanisme hystérique, des nouveaux interdits, des débats sur le sexe, le « genre » et les « races » qui ne correspondent pas à notre culture, toutes choses qui ne séduisent vraiment que le milieu LGBT et les adeptes de la « cancel culture », qui sont parfois aussi des stipendiés. Je peux évidemment me tromper, mais j’ai l’impression que l’attirance qu’a pu susciter l’Amérique va progressivement se tarir.

15:05 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 25 janvier 2021

SPECTACULAIRE  PROGRESSION  DE  LA  DROITE  NATIONALE  AU  PORTUGAL !

andre_ventura_convencao_chega8712bbdadefaultlarge_1024.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

« Le Parisien », quotidien qui n’est plus « libéré », a beau titrer sur le « sulfureux » Ventura qui vient d’obtenir 11,9 % des suffrages à l’élection présidentielle du dimanche 24 janvier, l’adjectif ne convient plus pour l’électeur portugais. La droite nationale portugaise, après un demi-siècle d’effacement, sort des catacombes.

André Ventura, le jeune leader du mouvement CHEGA, - ça suffit ! en bon Français -, a créé la surprise en prenant la troisième place derrière la socialiste Anna Gomes 12,97 %, devancée par le président sortant, Marcelo Rebelo de Souza 60,70 %, figure d’une droite modérée, vivant en cohabitation avec le premier ministre socialiste Antonio Costa. Il s’est encore trouvé 180 432 électeurs communistes pour voter pour leur candidat marxiste, un certain Jôaô Ferreira, qui s’est retrouvé loin derrière Ventura.

Ventura, la petite bête qui monte, qui monte…

Le score de Ventura, né à Sintra en 1985, universitaire, commentateur sur la chaine de télé privée CMTV et accessoirement chroniqueur dans le  grand quotidien lisboète, Correio da Manha, a gagné son pari : installer durablement désormais, son mouvement, CHEGA, dans le paysage politique portugais, après son irruption en octobre 2019 au parlement, avec seulement 1,29 % des voix. Spectaculaire progression  que les caciques des partis traditionnels ont du mal à encaisser. Comme VOX en Espagne, CHEGA est sorti du quasi néant d’une droite nationaliste longtemps marquée du signe de la bête, « le Salazarisme » (1).

« CA SUFFIT ! » a un programme radical qui tranche nettement avec la droite classique, incarnée ici par un parti social-démocrate qui n’ose même pas afficher dans son nom et par son  sigle, ses réelles inclinations  idéologiques : le libéralisme. CHEGA annonce  la couleur : il est contre l’euthanasie, contre l’avortement, contre l’oligarchie, hostile au communautarisme, hostile au marxisme culturel, il est en faveur de la culture portugaise, pour un État fort recentrant ses fonctions sur le régalien, pour la castration chimique des pédophiles, - Olivier Duhamel, n’allez pas à Lisbonne si, d’aventure CHEGA prenait le pouvoir ! -, pour une surveillance accrue des Gitans nomades, etc… Bref ,un programme en rupture avec ce que vivent les Portugais, une cuisine  en quelque  sorte qui a un bon fumet pour tous les patriotes européens. D’ailleurs, La Ligue de Salvini comme le Rassemblement National, - ce dernier toujours à la recherche d’une bonne opportunité pour redorer son blason qui en aurait bien besoin !-, courtisent quelque peu Ventura qui, paradoxalement, semble en froid avec l’espagnol Vox. La vieille rivalité entre les deux patries de la péninsule ibérique ?

Provocateur ou réaliste ?

Ventura n’a pas sa langue dans sa poche, et il a mouché comme il le fallait l’homologue portugaise d’une Obono ou d’une Avia, toutes deux siégeant à notre palais Bourbon. À une députée originaire de la Guinée-Bissau, ex-province d’outre-mer, qui demandait la restitution du « patrimoine africain » à leurs pays d’origine, le seul parlementaire de CHEGA,-mais ça changera ! -, répondit à cette dame de couleur « qu’elle aussi pouvait être rendue à son pays d’origine » ! Tollé général…

Ces plus de 10 % et surtout cette fantastique multiplication par  10 du score de 2019, augure d’un avenir politique certain, et pour Ventura, et pour CHEGA, pour peu que les dissensions internes qui ont présidé à sa création après l’échec aux européennes de la liste Basta, « Assez ! », cessent.

C’est tout le mal que nous souhaitons à nos camarades de la patrie d’Oliveira Salazar. Un Portugal gouverné à gauche ? « CA  SUFFIT ! ».

Sur le Portugal lire :

2019 07 salazar.jpg

Le commander cliquez ici

22:56 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La France et l’Italie en faillite, en avril-mai 2022

shutterstock_507332212-845x475.jpg

Marc Rousset

La Bourse de Paris a fini la semaine dans le rouge, préoccupée par la crise sanitaire. Les marchés préfèrent voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide, mais commencent à se poser des questions. Dans un contexte de valorisation élevée des actions, les Bourses semblent mûres pour une correction si les vaccins déçoivent, car il n’y a pas de plan B, ou si les variants anglais et brésiliens de la pandémie s’avèrent plus contagieux et mortels. Le véritable danger, c’est cependant la dette des États qui augmente d’une façon exponentielle avec la politique du « quoi qu’il en coûte ».

Le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt reconnaît que « le niveau des dépenses actuelles n’est pas soutenable dans le temps ». Le FMI exhorte le gouvernement français à préparer un plan pour réduire les dépenses, une fois que la reprise économique sera installée, afin de diminuer la dette. Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, estime que la dette publique française sera supérieure à 100 % du PIB pendant « dix ans au moins » alors qu’elle s’élèvera à 122,4 % minimum du PIB, fin 2022. La dette des entreprises françaises est au plus haut, à 155,3 % du PIB, contre 60,5 % en Allemagne.

Aux États-Unis, la dette américaine approche les 28.000 milliards de dollars. Durant les quatre années de présidence Trump, la dette américaine s’est creusée de plus de 7.000 milliards de dollars. Joe Biden semble parti pour faire beaucoup mieux. Le ratio d’endettement du monde a atteint un record de 365 % du PIB mondial, contre 320 % à mi-2019, rendant le système hypersensible à toute modification des coûts d’emprunts. Jean-Claude Trichet vient de préfacer un livre La Dette. Potion magique ou poison mortel ? : parier sur des taux d’intérêt faibles à long terme lui paraît dangereux et d’une grande naïveté. La dette française se vend comme des petits pains, mais jusqu’à quand ? s’interroge l’AFP. La charge de 39 milliards d’euros d’intérêts a représenté 1,6 % du PIB, en 2020, mais la croissance négative de -10 % du PIB était dans l’impossibilité de la payer !

Jusqu’à quand pourrons-nous dépenser des milliards sans compter ? s’interroge aussi Agnès Verdier-Molinié dans son dernier ouvrage La France peut-elle encore tenir longtemps ? : elle estime le coût de la suradministration française à 84 milliards d’euros. Macron avait promis de réduire le nombre de fonctionnaires de 120.000, mais il a embauché, jusqu’à ce jour, 129.000 agents supplémentaires. Il faut travailler plus, réduire notre modèle social, réduire le train de vie de l’État, repousser l’âge de la retraite, réduire les effectifs du secteur public, nonobstant le coût de l’invasion migratoire de 80 milliards d’euros et celui de la fraude des prestations sociales de 50 milliards d’euros.

Le gouvernement français sera, un jour, obligé de sous-indexer les retraites, selon le très officiel Comité des retraites, voire de les diminuer, ou d’augmenter les impôts ou de prélever sur les dépôts bancaires, comme Giuliano Amato en Italie, en 1992, ou bien, comme l’ont déjà proposé les députés PS, de prélever sur les 1.800 milliards d’euros de l’assurance-vie pour les encours supérieurs à 30.000 euros. La dette française s’élève à environ 2.800 milliards d’euros, mais en fait à 7.000 milliards d’euros si l’on ajoute les engagements hors bilan, soit trois fois le PIB de la France.

La BCE, qui détient déjà la moitié des obligations souveraines européennes, va continuer à financer les dettes publiques jusqu’en mars 2022, mais suite à la pression des pays sérieux tels que l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas, elle mettra alors fin à la politique des taux négatifs et de rachat des dettes publiques. Le programme d’achat pour la pandémie (PEPP) s’élève à 1.850 milliards d’euros jusqu’à mars 2022, et le « QE » est de 20 milliards d’euros par mois sans limite de temps, pour l’instant. La BCE contrôlera donc les taux d’émission de la France et de l’Italie jusqu’à mars 2022, mais ensuite, ce sera sans doute « sauve qui peut et chacun pour soi ! »

Quant à l’Italie, c’est la France en pire, déjà au bord de l’effondrement, avec 650.000 décès et moins de 400.000 naissances, une dette publique, fin 2021, proche de 160 % du PIB, une immigration qui explose, des hôpitaux débordés, une paupérisation en cours des populations, 390.000 entreprises qui ont déjà déposé le bilan en 2020, et une coalition gouvernementale sur le point d’imploser.

Boulevard Voltaire cliquez ici

16:24 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 24 janvier 2021

Thaïs d’Escufon chez Hanouna : Lynchage médiatique d’une jeune femme « au nom de la République » [L’Agora]

thais-descufon-photo-image-balance-ton-post-92729-compressed.jpg

Julien Dir 

Il faut absolument voir et faire voir l’émission de Cyril Hanouna « Balance ton Post » diffusé jeudi 21 janvier 2021, dans laquelle était invitée Thaïs d’Escufon, de Génération identitaire.

S’il faut souligner et louer l’invitation faite par Cyril Hanouna, animateur à la fois en recherche de buzz, mais au moins réglo dans sa démarche (sur le service public, la même émission traitant de Génération identitaire aurait sans doute été réalisée sans ses principaux acteurs), il faut voir et revoir l’attitude sidérante des Raquel Garrido, Karim Zeribi, Yassine Bellatar, ou encore du représentant du mouvement de Benoît Hamon, dont pour le coup, on se demande ce qu’il faisait là ne représentant rien politiquement.

Alors que pendant plus d’une heure et demie, Thaïs d’Escufon est restée calme, souriante, répondant à toutes les questions qu’on lui posait (parfois en esquivant sans doute, parfois en théorisant trop peut être, mais qui aurait fait mieux face à des agités du bocal par ailleurs spécialistes des plateaux de télévision, et qui avaient l’avantage en plus de se trouver dans « le camp du bien » médiatique…). Face à elle, on a assisté à une sorte de procès médiatique, pas à un débat.

D’entrée de jeu, le représentant de Génération S (mouvement de Benoît Hamon) distribue les points Goodwin (nazi, extrême droite). Et ça enchaîne, avec Hanouna qui se transforme en procureur : « Il y a un virus qui est en train d’émerger partout, on ne sait pas ce qui va se passer (…) il y a des variants qui émergent dans tous les pays du monde, il y a une situation économique qui est catastrophique dans le monde entier. Donc je pense que les migrants ou les étrangers, ou l’immigration, n’est pas responsable de ce qui se passe actuellement. (…) Vous voyez ce qui se passe ou vous êtes dans votre truc ? » martèle-t-il, comme si lui seul détenait la vérité.

Hormis Jean Messiha, qui sera durant l’émission l’avocat de Thaïs d’Escufon dans ce tribunal médiatique inquisiteur (et un Geoffroy Lejeune qui ne parla que deux fois au milieu de la tempête, à chaque fois pour rappeler des évidences visiblement incomprises de la meute), l’intégralité du plateau veut la tête de la jeune militante, seule contre tous.

Les anathèmes, la morale de Yann Moix et d’Eric Naulleau, les injures du militant socialiste, de Yassine Bellatar, de Raquel Garrido. La fausse démarcation de Laurence Sailliet (« Vous faites du tord à ceux qui veulent un vrai débat sur l’immigration » ose même l’ancienne de l’UMP et des Républicains, deux partis qui ont laissé la situation migratoire se détériorer notamment sous Nicolas Sarkozy). Et enfin, la niaiserie militante d’Agathe Auproux, influenceuse de qui de quoi ?

Voir Karim Zeribi, récemment condamné en justice pour abus de confiance et abus de bien sociaux, se dresser en défenseur des valeurs de la République, cela prête tout de même à sourire.

La République, justement parlons-en, puisque tout le débat (ou plutôt le Brouhaha, car les animateurs de cette émission, imbus de leur propre personne, sont incapables de laisser parler les autres) aura porté sur le fait de savoir si il fallait dissoudre ou pas Génération identitaire, et si Thaïs d’Escufon pouvait dire sur le plateau « vive la République » (pour enfin être laissée tranquille par les petits procureurs en chef ?).

Mais la jeune militante a tenu bon. N’a jamais haussé le ton face à une meute enragée : il n’y a qu’à écouter cette émission pour comprendre où se trouve la haine. Et Garrido de dire à Thaïs d’Escufon qu’elle n’a qu’à quitter le pays si elle ne respecte pas la République. Comme si la République était une religion obligatoire. Comme si l’effusion de sang durant la Révolution française, les têtes coupées, les prêtres assassinés, la guerre civile à l’Ouest, n’était finalement qu’une avancée progressiste pour celle qui était encore au Chili il y a quelques décennies et qui ose dire cela à la représentante d’une famille dont le sang à traversé les siècles sur le sol hexagonal, ce qui lui donne une légitimité supplémentaire, n’en déplaise à Madame Garrido.

Mais que veulent-ils au juste, ces ayatollahs de la République française ? Que veulent-ils ceux qui souhaitent dissoudre un mouvement dont le seul crime est de tenter, pacifiquement, d’interpeller, d’ouvrir les yeux à la population de notre continent, avant qu’il ne soit trop tard et que nous plongions dans des années de chaos racial, de conflits multiculturels, de guerre civile ?

Et que croient-ils, ces Garrido, Zeribi, Bellatar, Naulleau, Moix, et tous les autres ? Qu’en dissolvant un, dix ou cent mouvements, ils réduiront au silence ceux qui ne veulent pas de leur société morbide ? Que comptent-ils faire de ceux qui ne partagent pas leur idéal de « mourir ensemble » républicain ? Les mettre dans des camps de rééducation ? Prendre leurs enfants ? Les interner Au Goulag ? En prison, ou pire encore ? Quand on entend la violence verbale sur le plateau hier soir… on se dit que tout est possible venant de ces gens, à qui il faudra tout de même un jour expliquer que la Remigration organisée via des charters se passerait sans doute beaucoup mieux que dans les camps de Calais, ou de Gare du Nord, où les migrants s’entassent, fument du crack, meurent pour certains, et pour d’autres espèrent d’une société qui n’a rien à leur offrir et à laquelle ils ne sont pas conviés.

Non finalement, la parodie de débat à laquelle les spectateurs ont assisté, faux débat, mais vrai théâtre de l’Inquisition, aura eu le mérite d’aboutir à une conclusion : ces gens sont prêts à toutes les bassesses, y compris en s’attaquant en meute à une jeune femme de 21 ans (tout en prétendant défendre la veuve et l’orphelin du monde entier), pour poursuivre la course folle de notre société occidentale pourtant à bout de souffle. Ils sont prêts à tout. Et ils le montrent d’autant plus qu’ils se sentent forts, sur les plateaux de télévision chez qui ils sont comme à la maison. Dans leurs chics quartiers métropolitains, loin à la fois d’une France rurale (et sans doute trop réac pour eux) qu’ils exècrent, loin aussi des conséquences de leur volonté de toujours plus d’immigration, de métissage, et d’un « vivre ensemble » qui n’existe que dans leurs beaux quartiers.

Garrido, Zeribi, Bellatar, Naulleau, Moix and co oublient quelque chose : si ils ont chassé en meute ce jeudi 21 janvier 2021 en ayant l’impression (bien réelle) de représenter des millions de gens horrifiés par la menace fasciste (le ventre toujours fécond de la bête, etc.), il y a aussi en France comme en Europe des millions d’Autochtones qui soutiennent Thaïs d’Escufon, Génération identitaire, et plus globalement, tous ceux qui n’entendent pas voir crever la civilisation européenne. Et qui n’auront de cesse de le faire savoir.

« Et votre République, moi j’la tringle… » chantait Renaud. Dissout et en prison lui aussi ?

Source Breizh info cliquez ici

11:13 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les lacunes du rapport Stora

s-l300.jpg

L’historien Benjamin Stora a été choisi par Emmanuel Macron pour travailler sur la réconciliation des mémoires de l’Algérie française. Il a remis son rapport le 20 janvier dernier. Bernard Lugan, grand spécialiste de l’Afrique, nous fait part de ses réflexions sur ce rapport que les Harkis contestent par ailleurs.

Pacifier les mémoires, certes, mais à condition :

1) Que cela ne soit pas une fois de plus à sens unique…Or, les principales mesures préconisées par le Rapport Stora incombent à la partie française alors que du côté algérien il  est simplement demandé des vœux pieux…

2) Que la mémoire algérienne ne repose plus sur une artificielle construction idéologique car, comme l’a joliment écrit l’historien Mohammed Harbi, « L’histoire est l’enfer et le paradis des Algériens ».  

Enfer parce que les dirigeants algériens savent bien qu’à la différence du Maroc millénaire, l’Algérie n’a jamais existé en tant qu’Etat et qu’elle est directement passée de la colonisation turque à la colonisation française.

Paradis parce que, pour oublier cet « enfer », arc-boutés sur un nationalisme pointilleux, les dirigeants algériens vivent dans une fausse histoire « authentifiée » par une certaine intelligentsia française…dont Benjamin Stora fait précisément partie…. 

Voilà donc pourquoi, dans l’état actuel des choses, la « réconciliation » des mémoires est impossible. Voilà aussi pourquoi toutes les concessions successives, toutes les déclarations de contrition que fera la France, seront sans effet tant que l’Algérie n’aura pas réglé son propre non-dit existentiel. Et cela, les « préconisations » du Rapport Stora sont incapables de l’obtenir, puisque, pour l’Algérie, la rente-alibi victimaire obtenue de la France, notamment par les visas, est un pilier, non seulement de sa propre histoire, mais de sa philosophie politique… 

Un peu de culture historique permettant de comprendre pourquoi, il est donc singulier de devoir constater que l’historien Benjamin Stora ait fait l’impasse sur cette question qui constitue pourtant le cœur du non-dit algérien. Au moment de l’indépendance, la priorité des nouveaux maîtres de l’Algérie fut en effet d’éviter la dislocation. Pour cela, ils plaquèrent une cohérence historique artificielle sur les différents ensembles composant le pays. Ce volontarisme unitaire se fit à travers deux axes principaux :

1) Un nationalisme arabo-musulman niant la composante berbère du pays. Résultat, les Berbères furent certes « libérés » de la colonisation française qui avait duré 132 ans, mais pour retomber aussitôt dans une « colonisation arabo-musulmane » qu’ils subissaient depuis plus de dix siècles… 

2) Le mythe de l’unité de la population levée comme un bloc contre le colonisateur français, à l’exception d’une petite minorité de « collaborateurs », les Harkis. Or, la réalité est très différente puisqu’en 1961, 250.000 Algériens servaient dans l’armée française, alors qu’à la même date, environ 60.000 avaient rejoint les rangs des indépendantistes.

Or, cette fausse histoire constitue le socle du « Système » algérien, lequel se maintient contre le peuple, appuyé sur une clientèle régimiste achetée par les subventions et les passe-droits. Ce même « Système » qui, à chaque fois qu’il est en difficulté intérieure, lance des attaques contre la France. 

N’en déplaise à Benjamin Stora, voilà qui n’autorise pas à croire à sa volonté d’apaisement mémoriel.

LAfrique réelle Bernard Lugan cliquez ici

07:42 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" AVEC MICHEL VIAL, INITIALEMENT PROGRAMMÉE MERCREDI DERNIER, PASSERA MERCREDI 27 JANVIER

RL 148 2021 01 27 M VIAL.jpg

ACHETER LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

samedi, 23 janvier 2021

Le vaccin (et ses risques) c’est pour le bétail, pas pour les « élites » !

Défilé de vaccinations simulées sur des personnalités et du personnel soignant. Des exemples de la meilleure manière de se faire injecter le vaccin Pfizer...

whatsapp-image-2021-01-22-at-235622.jpeg

23:42 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Covid, vaccin, la généticienne Alexandra Henrion-Caude nous dit tout

En juillet dernier, la généticienne Alexandra Henrion-Caude a accordé une interview à TVLibertés particulièrement remarquée. En ce début d’année 2021, l’heure est à la mise à jour. Un an après le début de la crise du Covid, où en sommes-nous réellement ?

Alors que les médias multiplient les controverses avec des médecins en situation de conflit d’intérêts, le vrai débat scientifique a lieu loin des caméras. Alexandra Henrion-Caude revient pour TVLibertés sur les données dont on dispose à ce jour, sur les grands sujets qui occupent – et inquiètent souvent – les Français.

iu-2.jpeg

22:35 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

RÉSEAUX SOCIAUX, DÉMOCRATIE ET LIBERTÉ DE PENSER, UN POINT DE VUE ITALIEN

Marco-Tarchi.jpg

Source OJIM (Observatoire du journalisme) cliquez ici

Entretien avec Marco Tarchi (1) paru dans le quotidien italien Il Giornale (16 janvier 2021) cliquez là et traduit par l'OJIM cliquez ici

Professeur, après les évènements du Capitole, Twitter a censuré le compte de Donald Trump (profil qui comptait des dizaines de millions de noms). L’opinion publique s’est séparée en deux : certains ont estimé que cette censure était correcte, d’autres l’ont vue comme une attaque contre la liberté et la démocratie. Comment jugez-vous la décision du réseau social de faire taire la voix du président américain ? 

C’est un signe du danger pour la liberté de penser, de l’oligopole informatif qui s’est constitué autour des multinationales de la toile. Il n’y a pas encore si longtemps, pour faire entendre publiquement sa voix, on pouvait disposer d’une pluralité de canaux d’influence : tv, radios, sites internet, mais aussi journaux, revues, livres. Aucun de ceux-ci n’a disparu mais leur capacité à irradier va chaque jour diminuant au profit des médias sociaux. Qui fréquente ces derniers ne prête plus d’attention en pratique aux autres sources. Si quelque voix est supprimée de Facebook, YouTube, Twitter, Tik Tok et autres, c’est comme si elle n’existait plus. Bien peu seront ceux à la rechercher et l’écouter ailleurs. Nous sommes sous la chape de plomb de la censure, comme l’a écrit un intellectuel subtil, et censuré, Alain de Benoist.

D’un point de vue « technique », y a‑t-il le risque que les réseaux sociaux puissent influencer la démocratie et le débat démocratique ? Et si oui, de quelle façon ?

Certainement. L’observation du grand écrivain et dissident russe Soljenitsyne – un des grandissimes intellectuels non conformistes dont le nom est aujourd’hui oublié par les médias mainstream — s’est confirmée. Il avait tenu un discours, alors célèbre, devant l’université de Harvard après son arrivée son arrivée aux États-Unis et sa longue détention

dans des camps de concentrations soviétiques. En URSS avait-il déclaré, il n’est pas possible d’exprimer une voix critique. En Occident en théorie c’est possible, mais il suffit que quelqu’un coupe le fil du micro aux intervenants incommodes, et le résultat est identique : la réduction au silence de celui qui ne s’aligne pas sur la volonté du pouvoir.

La hache de Twitter est tombée aussi sur le quotidien Libero (quotidien conservateur italien, ndt), pour le moment seulement « averti ». Que risquent les médias et en général le monde de l’information en se « fiant » trop aux réseaux sociaux ? 

L’oligopole dont j’ai parlé, enferme l’information dans un piège : si on renonce aux plateformes télématiques on réduit son audience mais qui s’y expose se risque à la censure. Avoir renoncé à la bataille contre le super pouvoir de la toile, même si c’était difficile, fut une grave erreur de la presse papier. Qui par ailleurs, a souvent censuré à son tour les voix incommodes.

Si nous devions faire un bilan, à votre avis, l’impact des réseaux sociaux sur le monde de la communication est-il positif ou négatif ? 

Les deux aspects sont présents. D’un côté le réseau offre la possibilité théorique d’exprimer librement les points de vue les plus divers et de faire circuler des informations autrement difficiles à obtenir. De l’autre, non seulement le réseau n’annule pas la possibilité de censure mais en amplifie les effets (on le voit dans le cas de Trump mais aussi en France dans celui du comique Dieudonné, dont le politiquement incorrect lui avait déjà valu l’exclusion des circuits de théâtre et des lieux publics et qui maintenant s’est vu bannir de YouTube où il avait transféré ses spectacles). Et on trouve d’innombrables épisodes analogues dans diverses parties du monde

Comment s’est transformée, en pire et en mieux, la communication politique à l’ère des réseaux ?

En mieux, elle est devenue plus immédiate, directe et possiblement interactive. En pire : elle a accentué la personnalisation dans ses aspects les plus déplorables avec la marginalisation des thèmes vraiment politiques au profit du bavardage sur les détails de la vie privée des participants des différents partis ou des titulaires de charges institutionnelles. Instagram est le véhicule le plus dommageable en ce sens – et a donné plus d’espace aux humeurs des soutiens comme à celles des adversaires. Sans parler de l’ample circulation de fausses nouvelles et commentaires dénués de tout fondement, utilisés pour discréditer « l’ennemi ».

Dans quelle mesure les réseaux comme Twitter et Facebook ont-ils rendus pire, cette fois, les relations personnelles et en général l’existence humaine ?

D’une manière très ample. Ils ont accentué jusqu’au paroxysme les tendances narcissiques, qui de manière plus ou moins visibles, constituent le fond de l’âme humaine. Pour apparaître, pour se faire voir, pour gagner les fameux quarts d’heure de notoriété, certains sont prêts à donner le pire d’eux-mêmes, à se laisser aller aux extravagances et aux excès les plus variés. Les pages – alors qualifiées d’« apocalyptiques » — qui avaient été dédiées en 1997 par un polititologue de grande envergure comme Giovanni Sartori aux conséquences néfastes de la dépendance à la vidéo dans son livre « Homo Videns », ont retrouvé une actualité extraordinaire dans le contexte des réseaux : affaiblissement du savoir, triomphe de la vulgarité, succès public des trouvailles les plus stupides ou extravagantes. Dans ce cas aussi nous sommes face à une mutation anthropologique : l’homo digitalis piégé dans les réseaux cultive désormais une ambition suprême et souvent unique : se sentir un leader d’opinion. De nombreux individus qui auparavant suivaient idéologies, programmes, projets exprimés par des partis, des mouvements, des associations et se contentaient d’un rôle de soutiens et de collaborateurs de ces entités collectives, de nos jours visent à se constituer leur propre cercle de fidèles, les mythiques « amis Facebook », peut-être destinés à n’être jamais rencontrés en personne, donnent des leçons urbi et orbi, émettent des excommunications, distillent des insinuations  venimeuses ou insultantes sur tout sujet qui n’est pas à leur goût. La délation et la diffamation se sont ainsi multipliées, en même temps que la crédulité et le manque de sens critique. S’ajoute à tout cela le fait que les heures consacrées dans une journée, à la consultation de messages WhatsApp et autres, se font aux dépens de nombreuses activités plus productives. On lit moins qu’avant, on consacre moins de temps aux rapports avec la famille et à la fréquentation en chair et en os des amis, on fait également moins d’activité physique et sportive. Sur les étudiants de tout ordre et de tout niveau, tout ceci à un effet particulièrement délétère, que presque tous ceux qui se consacrent à l’enseignement, constatent au quotidien. Si quelqu’un ne s’en aperçoit pas c’est parce qu’il passe son temps libre sur les réseaux…

Professeur Tarchi, vous vous êtes toujours tenu à l’écart du monde des réseaux, vous êtes encore convaincu de votre choix ? 

Plus que jamais, et tout ce que j’ai dit ici devrait suffire à en expliquer le pourquoi. Je préfère passer mon temps différemment et il ne m’intéresse pas même a minima de partager quelque aspect de ma vie privée avec des personne qui n’en font pas grand cas ou n’en ont rien à faire. Mais, comme nul n’est parfait, j’ai moi aussi une faiblesse à confesser : cela m’amuse quand je suis en vacances ou si je dispose d’un peu de temps libre,  de rendre compte des restaurants, des lieux, des musées que j’ai visités au cours de mes voyages. Voyager est une de mes passions, et j’ai toujours interprété cette vocation comme une chose beaucoup plus importante et intéressante que les excursions touristiques. J’ai donc sur sept années accumulé plus de 1300 recensions sur Tripadvisor. Je les publie de manière anonyme, même si mes amis savent comment les repérer. J’espère qu’elles seront utiles aux autres passionnés de voyage, pour mieux s’orienter et cela me fait plaisir quand quelqu’un exprime un avis favorable sur ce que j’ai écrit ou m’écrit pour approfondir. Je pense que mes expériences dans des pays peu fréquentés comme Arménie, Géorgie, Ukraine, Venezuela, Colombie, Equateur etc sont utiles à d’autres comme d’autres expériences me sont utiles. Comme vous le voyez, je laisse, moi aussi, un peu d’espace au narcissisme, pas seulement quand je parle dans une enceinte universitaire ou dans une salle de conférences. Egalement, je l’oubliais, j’aime recenser des films sur un des sites spécialisés. Quand il était encore possible de fréquenter les salles – ce qui en regard d’un film en streaming sur l’écran d’un notebook donne un plaisir tout autre – j’en vois au moins deux cent par an. Les commenter avec d’autres dans certains cas, me venait spontanément.

(1) Marco Tarchi, politologue, est un des spécialistes européens du populisme sur lequel il a écrit plusieurs livres. Proche de la Nouvelle Droite française, lecteur et traducteur de la revue Éléments, éditeur des revues Diorama Letterario et Trasgressioni, il enseigne la science politique à l’université de Florence.

09:07 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv xx.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:34 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 22 janvier 2021

Live ce soir à 21h : les conséquences, et le meilleur reste à venir

IMAGE 2021-01-22 17:09:29.jpg

Alors ça y est. Premier live dans l'ère de la transition. C'est également le moment le plus froid dans la nuit.

Ce soir nous allons aborder ce qui s'est passé, les conséquences, ce qui est en train de se passer, et le fait que nous seulement nous n'abandonnons pas, mais que nous mettons les bouchés doubles, triples, ou plus encore.

Car non seulement ce n'est pas fini, mais le meilleur reste à venir.

Lien pour suivre le live: ICI

Source : Les DéQodeurs

17:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire : l’Assemblée nationale fait hara-kiri !

Intervention de Nicolas Dupont-Aignan qui interpelle Véran.

Avec cette nouvelle prorogation de l’état d’urgence sanitaire, l’Assemblée nationale fait hara-kiri ! Bienvenue en Macronie : vos députés seront inutiles pour défendre les Français ! Le déni de démocratie se poursuit avec l’approbation macabre de LREM ! HONTEUX !

cartoon1607550144597.jpg

17:01 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |