Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 23 décembre 2022

Dis-moi ce que tu manges

1.jpg

Jarente de Senac

Dans notre pays, trois modes culinaires ne se rencontrent quasiment jamais : la cuisine familiale qu’on appelle communément celle de nos grands-mères, la cuisine de super marché et celle dite gastronomique. Il y a un paradoxe dans ce pays de la bonne cuisine, les médias et notamment télévisuels s’acharnent à nous vanter les charmes d’une cuisine haut de gamme, celle-là même des grands chefs et qui ne concerne en fait qu’une infirme partie de la population (0,2%, à tout casser). Certes, cette cuisine-là est particulièrement efficace en termes de marketing, mais elle n’est le reflet d’aucune réalité. En effet, elle est inabordable pour la classe moyenne, c’est-à-dire l’ensemble des Français. On est certes descendu d’un cran avec ce que l’on dénomme la cuisine bistronomique qui, même si elle est plus abordable, n’en reste pas moins onéreuse.

Fort de leur renommée, tous les grands chefs se sont mis à éditer leur livre de cuisine. Je ne sais si vous vous y êtes frottés, mais revenons sur terre, leurs recettes sont proprement hors de portée du cuisinier moyen. Car cette cuisine demande un tour de main que l’on n’acquiert qu’en établissement spécialisé, soit dans la cuisine de nos chefs. Il ne s’agit pas ici de dénigrer la science et l’imagination de nos chefs, car nous sommes nombreux à avoir casser notre tirelire pour nous offrir un repas chez eux. Mais la vraie cuisine n’est pas là.

Passons rapidement sur ce que j’appelle la cuisine de supermarché. A l’heure où l’homme et la femme travaillent, le temps consacré à préparer un repas est rabougri, alors on s’en remet à tous ces plats cuisinés que nous offre la cuisine industrielle. Tout n’est pas mauvais, heureusement, mais parler cuisine est un bien grand mot. On réchauffe, on passe au four ou au micro onde. Et on passe à autre chose.

La vraie cuisine, c’est bien évidemment elle que nous pratiquons quand on relève ses manches et que l’on mijote un plat qui figure en général dans l’héritage familial. C’est cette cuisine qui se transmet de mère en fille ou fils et que l’on reproduit à l’envie, que l’on améliore ou détériore mais qui demeure le socle de nos connaissances culinaires. Et il y a des cordons bleus dans toutes les familles. Combien de fois n’a-t-on pas entendu dire d’une mère ou grand-mère qu’elle était un cordon bleu. Des femmes d’écrivains se sont même illustrées. Je pense ici à la femme de Kléber Haedens ou à celle d’Alphonse Daudet. Il y en a d’autres. N’oublions pas non plus le livre de recettes d’Alexandre Dumas. Et si d’aventure vous vous plongez dans le livre d’Escoffier, vous allez souffrir. N’oublions pas non plus que cette cuisine dont nous nous glorifions est issue de l’imagination de mères d’une France pauvre et qui devaient faire preuve d’imagination. Les exemples sont légions. Et s’il y a diversité, c’est bien parce qu’il y a dans notre pays une grande diversité de terroirs et donc des produits. On ne mange pas de la même manière à Marseille qu’à Lille ou Strasbourg. D’où la diversité de nos recettes. Et il n’y a pas plus grand plaisir que de se retrousser les manches et de se mettre aux fourneaux avec les bonnes vieilles recettes de nos grands-mères dans ces ouvrages que l’on trouve facilement dans une bonne librairie. Ici, pas de chichis, vous lisez et vous appliquez. Ça sentira peut-être un peu le brûlé la première fois, mais pas la seconde. Pour Noël on vous suggère, un bon poulet, une bonne purée et une tarte aux pommes. Succès garanti pour vos papilles et surtout votre portefeuille.

14:08 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Grandiloquence et impuissance

index.jpg

Vincent Trémolet de Villers

Raymond Aron recommandait de se mettre à la place de celui qui décide avant de porter un juge- ment sur un choix politique. Avec une question : « Qu’aurais- je fait dans une telle situation?» Immédiatement, un entrelacs de contraintes et de pressions vient émousser la première impulsion. Le citoyen qui se livre à cet exercice mesure alors qu’il n’est pas du tout évident d’être ministre. On pourrait ajouter aux préceptes d’Aron les tyrannies de l’instant et de la transparence, qui transforment trop souvent l’homme public en cible des meutes numériques ou des ligues de vertu.

Il faut pourtant se rendre à l’évidence, et notre sondage en témoigne, il ne s’agit même plus de désamour ou de rancune de l’opinion vis-à-vis de ceux qui nous gouvernent, mais d’une très grande indifférence. Comme si la politique comme spectacle avait fini par lasser et que plus personne ne semblait croire sérieusement à l’influence concrète d’un gouvernement sur le cours des choses.

C’est la conséquence directe d’un double discours qui mêle perpétuellement une humilité de façade – « l’État ne peut pas tout » – et une effarante prétention  à « transformer la France », « sauver la planète », « changer la vie ». Concrètement, ceux qui nous gouvernent affichent leur impuissance sur le départ d’un train à la veille de Noël, mais promettent des RER partout dans dix ans. Ils donnent aux bureaucrates tous les pouvoirs pour interdire les voitures thermiques, établir des « zones à faibles émissions », mais, comme ils sont incapables d’entretenir des centrales nucléaires, ils ouvrent des centrales à charbon.

À cette contradiction entre l’emphase des discours et la difficulté réelle à peser, même modestement, sur les choses s’ajoute le sentiment d’un traitement inéquitable. L’État e est intraitable avec ceux qui respectent les règles, mais sa faiblesse apparaît dès qu’une minorité agressive décide de le défier : Clément Beaune, le ministre des Transports, omniprésent pour fustiger les avions d’affaires, se fait plus discret quand il s’agit des contrôleurs grévistes.

Source : Le Figaro 23/12/2022

09:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 22 décembre 2022

Des aveux inédits !

Capture d’écran 2022-12-22 à 11.32.12.png

Florian Philippot

Le puzzle de la vérité se reconstitue sous nos yeux. En commission d’enquête, les trois derniers PDG d’EDF, qui ont dirigé la société nationale entre 2004 et 2022, ont tous fait le même aveu stupéfiant : toutes les politiques mises en œuvre depuis 30 ans visent à démanteler EDF, au bénéfice de l’Allemagne et sous pression de l’Union européenne ! Libéralisation, concurrence parasitaire, marché européen de l’électricité qui fait exploser les prix, sous-investissement, etc.

Les choses ont été dites sans détours, avec des mots qu’on avait jusqu’ici jamais entendus, qui confirment à 100 % nos analyses. Notre projet est clair : il est hors de question de subir des coupures de courant ; à ce sujet, je vous incite à ne pas télécharger l’application EcoWatt. Le gouvernement est là pour nous fournir de l’électricité, pas une application qui nous dira quand nous n’en aurons pas… Sortons immédiatement du marché européen de l’électricité pour diviser par quatre les prix, sauver nos artisans et commerçants et alléger les factures, arrêtons les sanctions anti-russes, qui n’apportent pas la Paix là-bas, mais la misère ici, et ayons un vrai service public en quittant l’Union européenne (Frexit).

 Sur la Covid, la semaine a été marquée par cette magnifique annonce en Floride : la mise en place d’une Cour spéciale sur la vaccination de masse ! À la Chambre des représentants américaine, les Républicains désormais majoritaires ont promis une vaste enquête sur le sujet dès janvier 2023 ! Rappelons que depuis le 14 octobre, une enquête pénale est ouverte contre la Commission européenne sur les contrats de vaccin Covid. L’exigence de vérité et de justice est là, et nous avons raison de ne rien lâcher jusqu’à ce que tous les responsables et coupables soient identifiés ! D’ici là, nous menons d’impérieux combats : l’Autorité du médicament vient de recommander en France le vaccin Covid pour des bébés et enfants de 6 mois à 4 ans. Terrible. Parents : prenez vos responsabilités ! Samedi dernier, dans une vaste manifestation nationale, nous avons aussi exigé la réintégration des suspendus, et là non plus, nous ne lâcherons pas un pouce de terrain, ni en cette fin 2022, ni en 2023 ! Heureusement, on a collectivement su repousser le masque obligatoire ! 

Le peuple français veut reprendre son destin en main, sur tout sujet. Au moment où les révélations des « Twitter Files » nous montrent comment une oligarchie a pris le contrôle de la liberté d’expression pour mieux imposer la censure, pour manipuler les élections, notamment la présidentielle américaine de 2020, il est plus que temps de se lever ! Ces révélations nous permettent d’ouvrir des yeux pour exiger l’essentiel : la souveraineté nationale, la souveraineté populaire, le RIC spécifiquement ! En sortant de toutes les instances supranationales. En rétablissant un principe clair : la liberté est la règle, et ça vaut aussi pour la liberté d’expression !

 L’attitude indigne et très narcissique de Macron au Qatar, juste après la finale de la Coupe du monde, nous rappelle combien cette phrase est vraie : « Malheur à toi, pays, dont le roi est un enfant ». Un enfant, mais aussi un pantin de l’oligarchie et des lobbys, un homme qui pense d’abord à lui et à sa clique avant de servir le Bien commun !

 Ce sont ces valeurs saines, le Bien commun, la liberté, la justice, la vérité, que nous porterons plus que jamais dans les combats de 2023 ! Sur les effets secondaires, les retraites, le Frexit, la Paix, …Les très belles actions collectives que nous organisons avec vous, très régulièrement, manifs et autres, nous rappellent à chaque fois combien ces belles valeurs sont partagées. Combien nous avons raison d’espérer, de nous battre et à quel point nous sommes déterminés à bâtir un beau destin pour tous et pour les futures générations !

 À tous, je souhaite un très joyeux Noël !

17:45 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Entretien avec Valérie Bugault

BAM! vous propose cet entretien avec Valérie Bugault. Docteur en droit, Analyste géopolitique juridique. Elle nous livre son point de vue sur les enjeux politiques, économiques et financiers actuels.

Capture d’écran 2022-12-22 à 16.11.05.png

17:26 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La CEDH a désormais totalement enterré la défense de la liberté d’expression

Entretien donné par Nicolas Bauer, juriste au centre européen pour le droit de la justice (ECLJ), à Sud Radio sur le jugement Zemmour contre France, rendu hier par la CEDH :

CEDH : Éric Zemmour débouté pour des propos « discriminatoires » en 2016.

Ce jugement s’avère être « la suite logique de précédentes décisions de la CEDH”, déclare Nicolas Bauer. En déboutant Zemmour, la CEDH s’appuie sur sa précédente décision “Jean-Marie Le Pen contre la France” de 2010, quand elle avait rejeté une requête très similaire. Le fondateur du FN s’était vu maintenir sa condamnation pour avoir simplement déclaré que

« le jour où nous aurons non plus 5 millions, mais 25 millions de musulmans, ce seront eux qui commanderont. Et les Français raseront les murs, descendront des trottoirs en baissant les yeux ».

La décision s’appuie également sur son précédent jugement “E.S. contre Autriche”. La CEDH avait, par ce jugement de 2018, validé la condamnation d’Elisabeth Sabaditsch-Wolff, conférencière autrichienne du parti FPÖ, pour avoir considéré que « les musulmans entrent en conflit avec la démocratie et notre système de valeurs » et pour avoir qualifié de « pédophilie » la relation entre Mahomet et sa femme Aïcha âgée de neuf ans.

L’affaire met ainsi en lumière le biais idéologique de certains juges qui composent la cour européenne. C’est le cas de Mattias Guyomar, au nombre des juges qui se sont prononcés dans l’affaire Zemmour. C’était le favori d’Emmanuel Macron lors de son élection à la CEDH en 2020 et que celui-ci n’a jamais fait mystère de son engagement très à gauche.

Le fait que la CEDH valide cette condamnation « montre que la défense du programme politique d’Éric Zemmour peut être censurée ».

« Cela pose une question démocratique, car cette censure restreint les possibilités d’Éric Zemmour de soumettre un tel programme aux électeurs et de tenter de les convaincre ». « Il sait maintenant qu’un court passage télévisé sur l’immigration peut lui coûter 3 000 euros et que sa liberté d’expression ne sera pas défendue par la CEDH. »

 

image-la-cedh-g-soros-et-ses-ong-1-654x438.pngSource : LSB

12:11 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un nouvel essai de Christophe Guilluy

guilluy.jpg

Dans un nouvel essai, les Dépossédés (Flammarion), le géographe expose comment les classes populaires se voient menacées dans ce qui les constitue. La responsable de la rubrique L’incorrect de Valeurs actuelles, Anne-Laure Debaecker, nous livre une analyse du nouvel opus de ce géographe qui ausculte depuis des décennies maintenant l’humeur de cette France périphérique et dont les Gilets jaunes furent l’expression majeure.

Lire la suite ICI

Source : Valeurs actuelles 22/12/2022

07:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 21 décembre 2022

Eric Zemmour invité au Bistro Libertés de TV Libertés

320754222_1165886420700766_5512513137830923615_n.jpg

L'album d'Ignace 2022 cliquez là

Pourquoi nous avons soutenu

la candidature d'Eric Zemmour cliquez ici

23:30 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Soleil au service des imprévoyants

image.jpg

Bernard Plouvier

Vaniteux comme lui seul peut l’être, et battant sur ce point tous ses prédécesseurs, notre Génial Grand Timonier a osé organiser une parade de la défaite footballistique dans la capitale, espérant regonfler son score de popularité, bien réduit depuis l’envolée des prix à la consommation, l’apparition d’une pénurie énergétique et la multiplication des dépôts de bilans d’entreprises.

Par ses choix politiques dépourvus de bon sens, il est effectivement responsable d’une partie de tout cela. Mais béni – sinon des dieux auxquels nul n’est encore tenu de croire – du moins par le hasard, il est secouru par notre étoile.

Alors que l’hiver avait commencé très tôt et durement, des éruptions solaires de faible ampleur, mais néanmoins répercutées sur notre planète, procurent un redoux transitoire... et, aussitôt, les foldingues de l’écologie de pacotille nous ressortent leurs âneries sur le CO² produit en excès !

En réalité, du 11 au 15 décembre, puis à compter du 21, l’on a assisté et l’on continue d’assister à des éruptions solaires, certes modestes et très inférieures à celles de l’été et du début de l’automne. Mais si cela se poursuit, nous jouirons d’un hiver peu sévère, grâce au Soleil et nullement en raison de l’activité des humains et autres animaux.

Il serait temps de familiariser les Français avec l’étude de notre étoile et de ses caprices éruptifs, temps de remplacer l’étude obsessionnelle de la production du CO² par l’activité animale – infiniment moins grande que celle induite par Dame nature terrestre – par celle de l’indice Kp, témoignant de l’activité solaire qui retentit sur notre géomagnétisme !

En résumé, le tandem Hollande-Macron – soit les deux « génies de la prévoyance » qui ont laminé notre production électrique par l’énergie nucléaire – est provisoirement sauvé de la faillite énergétique grâce à un Deus ex machina. 

La leçon que doit tirer notre Nation du crétinisme de nos princes est qu’il devient urgent et  absolument nécessaire de reprendre en mains notre présent pour préparer l’avenir de nos descendants : une Europe peuplée d’Européens, la fin du système mafieux politico-financier, le refus de l’implantation de l’islam conquérant, enfin une gestion rationnelle de nos ressources et une administration de l’État par des gens honnêtes et compétents... Tout est à faire !   

 

21:12 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

LCI ? UNE CHAINE DE TÉLÉ À LA BOTTE DE KIEV, DE L’OTAN ET DES « YANKEES ». MON DIEU, EST-CE POSSIBLE ?

Unknown.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Sans nuance aucune, matin, midi et soir,  les « journalistes » de LCi et leurs invités - généraux en retraite et blondes ukrainiennes - ces dernières les fesses bien au chaud , prêtes à se battre  jusqu’au dernier ukrainien vivant - se relaient sur le petit écran. Cette télé déverse sa « propagandanstaffel » en faveur exclusivement de l’Ukraine, jusqu’à plus soif ! Pas la moindre nuance ou tentative d’explication de la genèse des événements. Un sens unique absolu. Les spécialistes militaires défilent les uns après les autres – la plupart, compte- tenu de leur âge n’ayant pas combattu -  et déversent leur « science » du docte ton des « sachants ».

Un unique coupable  idéal

Le méchant Monsieur Poutine a tous les torts, et le bon Monsieur Zelensky est même qualifié de « Churchill ukrainien » ! On aura tout de même entendu de grosses bêtises, du genre de celle du bombardement de la plus grande centrale nucléaire d’Europe  par les Russes, alors que ce sont ces mêmes Russes qui occupent Zaporijjia ! Ou encore, focus sur ce missile tombé en Pologne ayant entrainé, hélas, le décès de deux agriculteurs. Pour s’apercevoir, finalement, qu’il s’agissait de débris de missiles anti-missiles tirés par la défense anti-aérienne ukrainienne, retombés du mauvais côté de la frontière. Pourtant, contrairement à Varsovie, ce « bon Monsieur Zelensky » accusait sciemment les Russes de l’avoir tiré. Ce Zelensky -  pas très net au demeurant question corruption -  ne rechignerait pas, semble-t-il, devant  une « bonne petite troisième guerre mondiale », pourvu que ça profite à l’Ukraine ! Et le secrétaire-général de l’OTAN, le norvégien Jans Stoltenberg, n’est pas le dernier à remettre de l’huile sur le feu, avec ses déclarations irresponsables. Les Américains ne contrôleraient plus leurs marionnettes ?

Garder son sang-froid

Il faut raison garder : ce conflit, éminemment regrettable, certes condamnable, a des sources multiples. Moscou n’est pas le seul coupable. L’Occident n’a pas respecté ses engagements de 1991 lors de la dissolution de l’URSS. Alors que le Pacte de Varsovie était heureusement dissout, il n’en pas été de même, symétriquement, de l’Alliance Atlantique. C’était pourtant l’occasion d’enterrer définitivement la hache de guerre avec Moscou, au lieu de profiter de la faiblesse de ses dirigeants d’alors. Pire, plein de pays de l’Est sont venus se blottir dans le giron américano-allemand, au sein de l’OTAN. Depuis 2014, des conseillers militaires anglo-saxons sont  en Ukraine pour  entrainer  et instruire l’armée ukrainienne, plaçant de fait cette dernière sous la coupe « NATO » .Le tout, bien sûr, sous les yeux du Kremlin qui a vu… « rouge » !

Zelensky : du « showbiz » à la présidence. C’était bon pour nous, ça ?

L’élection du « klown » Zelensky a accéléré les craintes de Moscou : suppression du russe comme deuxième langue nationale, et non-respect des accords de Minsk I et II qui prévoyaient un cessez-le-feu au Donbass avec une consultation des populations, et une « substantielle autonomie pour les oblats de Lougansk et Donetsk dans le cadre d’une Ukraine fédéralisée. Sans oublier  le rétablissement de la langue russe en Ukraine. Il n’en a rien été. Si cela avait été respecté, la Crimée serait toujours ukrainienne, avec Sébastopol, sa base russe.

L’aveu

« Cerise sur le gâteau » si je puis dire, madame Angéla Merkel - ci-devant chancelière d’Allemagne - a reconnu que ces accords devaient simplement permettre à l’Ukraine de gagner du temps afin d’être prête à toute éventualité ! Face au refus, à l’évitement ukrainien depuis 2014, que devait, que pouvait faire le « camarade » Poutine ? Un grand coup diplomatique ? Peut-être. C’eût été préférable à la « casse » méthodiquement et tragiquement organisée par l’armée russe. Bien préférable  à ce drame humain qui nous étreint, nous européen, où des citoyens d’une même civilisation tuent leurs frères , des blancs, une denrée trop rare par les temps démographiques qui courent !

Prière à LCi

Alors, de grâce, vous les (dés)informateurs » de LCi et d’ailleurs, cessez ce tropisme « kievien », prenez de la hauteur, pesez et repesez vos arguments, jaugez vos infos. Nuancez…relativisez ! À moins que vos maîtres, dispensateurs de la manne publicitaire, ne vous en empêchent ? Alors, dans ce cas, où serait votre déontologie de journaliste ? Pourtant, apparemment, vous êtes des professionnels de qualité. Faites-vous la différence entre « propagande » et « information » ? Pour l’instant, qu’il me soit  permis d’en douter. Mais, ne désespérons pas, c’est bien connu, l’espoir fait vivre !

20:59 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

France-Algérie, Macron et Darmanin baissent la garde

phpm74jlL.jpg

Ancien ambassadeur à Alger, Xavier Driencourt, l’a été à deux reprises, entre 2008 et 2012 et de 2017 à 2020. Il est donc bien placé pour commenter les récentes décisions prises non seulement par Emmanuel Macron mais encore du ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin et celui des Affaires étrangères, Catherine Colonna qui ont levé le pied sur la délivrance des visas entre les pays du Maghreb et la France. La porte à une immigration non justifiée de nouveau ouverte mais surtout sans contre-partie. Xavier Driencourt a retracé son expérience dans un livre, L’enigme algérienne. Chronique d’une ambassade à Alger (Ed. de l’Observatoire, mars 2022).

Lire la suite ICI `

Source : Le Figaro 21/12/2022

14:07 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Callac : la guérison miraculeuse de Laure-Line Inderbitzin, elle reprend son travail !

laurelinerolland nn.jpg

Martine Chapouton

 Ce conseil municipal du lundi 5 décembre 2022 aura eu un avantage : faire redescendre sur terre l’âme damnée du maire à migrants de Callac, Laure Line Inderbitzin. Il faut dire que l’affaire devenait compliquée pour elle. Au départ, elle s’était faite connaître pour son engagement pour que des migrants arrivent, par centaines, dans son bourg. On pouvait la prendre pour une personne ayant le cœur sur la main. Sensible au malheur des gens, surtout s’ils étaient originaires d’un pays situé de l’autre côté de la Méditerranée. Pensez donc, l y a tant de malheur là-bas. Les choses ont commencé à se dégrader lorsque les gens ont vu, qu’aider les migrants, ça lui plaisait, mais aider les jeunes, les personnes âgées ou dans le besoin, à Callac son propre bourg, là c’était beaucoup moins sa tasse de thé.

 Dimanche un homme, français, de 47 ans est mort de froid à Nantes. Abandonné, tout seul dans une cabane par une nuit glaciale. Cela non plus n’intéresse pas Laure-Line. A Ploërmel, un couple vit dans une caravane avec 4 enfants, sur un terrain déclaré insalubre, parce qu’ils ne sont pas prioritaires pour obtenir un logement social, alors qu’ils ont payé toute leur vie jusqu’à ce jour des cotisations sociales. Ceux qui sont prioritaires ce sont des immigrés arrivants de l’autre bout du monde sans avoir jamais payé un euro de cotisation sociale. Cette famille de Ploërmel, ça n’intéresse toujours pas Laure-Line. A Callac, il y a des gens pauvres. Ce n’est pas le problème de Laure-Line. Et il y a tous les SDF français qui sont à la rue, ça n’intéresse pas non plus Laure-Line.c Le malheur ou les difficultés des habitants de son bourg ou de sa région, c’est inintéressant pour Dame Laure-Line. Sa compassion et sa volonté d’aider les autres est très sélective. C’est réservé à l’Afrique.

 Les habitants de Callac ont ensuite découvert que non seulement elle était très rétive à aider ses concitoyens, mais qu’en plus elle traitait de « fascistes » ceux qui lui reprochaient ce choix. Imaginez, il y a même eu des gens d’« extrême-droite », des « fascistes », des « salauds » en un mot pour venir le dire en manifestation les 17 septembre et 05 novembre devant la mairie. Imaginez la honte … ces manifestants ont osé réclamer qu’on vienne en aide d’abord aux français.

Quel scandale !

 Devant ce spectacle honteux, les petits nerfs de Laure-Line ont lâché. Après avoir bien chauffé les deux contre-manifestations des 17 septembre et 05 novembre, elle a « lâché les chiens » contre ces manifestants insupportables qui étaient devant la Mairie. A ces deux dates, ses nervis antifas ont tenté d’agresser la manifestation des « fascistes ». En vain. Les forces de l’ordre ont fait le nécessaire pour que leur violence ne puisse s’exercer contre les manifestants qui osent dire : « les français d’abord ! ». Tout cela s’est répandu dans le bourg et dans la presse, également sur internet. La pauvre Laure-Line est apparue aux yeux de tous pour ce qu’elle était : une personne indifférente au sort de ses concitoyens mais très préoccupée du sort de ceux qui vivent à l’autre bout du monde. Mais elle est sensible notre Laure-Line. Elle a craqué. Donc arrêt maladie, qui sera reconduit.

 Ce sont les parents de ses élèves qui étaient contents.Dans la série « les mauvais coups contre les habitants de Callac » elle en a ajouté un autre : abandon de ses élèves en rase campagne, si l’on ose dire.  Plus de cours pour eux. Madame est « malade ». Certains diront peut-être que c’est un mal pour un bien. Vu ce qu’elle doit leur mettre dans la tête avec son enseignement basé sur ses conceptions, cela leur a fait quelques jours sans bourrage de crâne « progressiste ». Mais, pour l’essentiel ils étaient fort mécontents.

 Là où ils ont été franchement en colère c’est lorsqu’ils ont appris que l’arrêt maladie était reconduit mais qu’ils ont découvert Laure-Line chantant le soir dans un bar (reportage passé sur TF1) et lorsqu’ils ont appris que Laure-Line était trop malade pour faire cours, mais pas assez malade pour participer aux travaux du conseil municipal le 5 décembre. Là, les gens étaient franchement énervés d’apprendre cela. Un citoyen lui a d’ailleurs demandé ce qu’elle faisait au conseil municipal le 5 décembre alors qu’elle est en congés maladie. Le conseil a bien essayé de faire taire ce citoyen, mais le bougre a refusé et a dit son fait bien en face à l’intéressée. Laure-Line était blême et s’enfonçait dans son siège au fur et à mesure que ce citoyen parlait.Laure-Line se croyait tout permis. Elle se pensait au dessus des Lois.Elle semble avoir subitement retrouvé le contact avec la terre.

 Le lendemain, elle était à son poste de travail. Est-ce par peur d’être poursuivie par la Sécurité Sociale (ce qui serait bien mérité) ? Est-ce parce qu’elle a compris qu’elle dépassait les bornes et qu’elle se devait de retrouver un comportement de citoyenne « normale », d’autant que quand on est une élue on se doit d’être exemplaire ? On ne le saura sans doute jamais …

Par contre cette évolution de Laure-Line nous amène à poser une question. Aura-t-elle été jusqu’à comprendre qu’il faut d’abord aider ses concitoyens alors qu’il y a déjà tant de malheurs et de détresse autour de nous ? Là, je n’y mettrais pas ma main au feu. Mais peut-être vais-je être surprise par l’ampleur de sa remise en cause ? Un accident est vite arrivé … En tout ce qui est sûr c’est que si elle se représente à une élection à Callac, elle risque d’avoir une désagréable surprise au moment du dépouillement.

Pauvre Laure-Line !

Source : site Riposte laïque

11:06 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 20 décembre 2022

Folie russophobe : l’excellente journaliste Anne-Laure Bonnel bannie des médias mainstream

Anne-Laure Bonnel paye pour son indépendance d’esprit. Le 12 septembre 2022, elle était reçue chez Putsch.

« Je ne suis pas là pour prendre le parti des Russes. Je ne suis pas anti-Ukraine ou pro-Russe ou anti-Zelensky. Je suis simplement là pour rééquilibrer ce débat parce qu’il est en train de nous mener dans une boucherie, une boucherie terrible » (Anne-Laure sur TPMP).

Le système médiatique ne lui pardonnera pas cette absence de parti pris, injustement pris pour de la russophilie, ou de l’ukrainophobie : son contrat à la Sorbonne n’a pas été renouvelé à cette occasion.

Capture d’écran 2022-12-20 à 22.02.46.png

Source et suite sur E&R

23:05 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Viviane Lambert, RIP

Capture d’écran 2022-12-20 à 17.15.40.png

Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert, est décédée. Elle était hospitalisée depuis quelques semaines.

Un an après la mort de son fils, elle témoignait :

On est profondément marqués. Moi, je suis en dépression et vous savez, notre santé est tombée bien bas. Je ne me tairai pas, je dirai les choses jusqu’au bout, jusqu’à mon dernier souffle s’il le faut. Ça a été fait dans de très, très, très mauvaises conditions. On a vu notre fils agoniser pendant ces nombreux jours, on l’a vu râler, on l’a vu suffoquer et ça, c’est abominable. J’en rêve toutes les nuits. Ça s’est un peu apaisé la nuit, mais c’est traumatisant. En plus, on a eu des obsèques en trois jours. Vincent est décédé le 11, il a été inhumé le 13 ! On n’a même pas pu assister à sa mise en bière, et ça, c’est insupportable. C’est injuste. On nous a toujours menti, on nous a méprisés même. Donc non, on ne peut pas aller bien. Que voulez-vous ? Moi, je n’arrive pas à rentrer dans mon deuil.

Vous ne parvenez pas à accepter l’arrêt des soins ?

Non, non, non ! On a supprimé mon fils, on l’a supprimé ! Il n’était pas en fin de vie ! Il n’était pas en mort cérébrale, mon fils ! Non, jamais, j'accepterai qu’on ait tué mon enfant. Vincent n’était pas en fin de vie. Pourquoi eux prennent la décision de le supprimer ? Même s’il n’y avait pas d’amélioration, on ne jette pas les gens comme un Mouchoir de papier ! Comment se permettent-ils de prendre la décision à sa place ? Vincent était infirmier, il aurait pu laisser des directives anticipées. Il le savait. Jamais, jamais.

La mort de Vincent vous apporte-t-elle cependant un peu d’apaisement ?

Aujourd’hui, je me dis qu’il est parti dans un meilleur monde. J’ai la foi, je n’ai pas honte de le dire. On nous a assez critiqué parce qu’on avait la foi. On nous a traité d’intégristes, mais voyez, j’ai l’espérance. […]

Moi, je suis prête à pardonner, mais pour pardonner, il faut qu’on nous demande pardon aussi. Mais je suis prête, ma porte est ouverte. Moi, je n’ai jamais coupé le fil. Je suis leur maman. Je les aime. Je souhaiterais bien, avant mon dernier voyage, les embrasser tous et être comme avant avec eux.

Source : Le Salon Beige

17:33 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Clémentine Torquemada et ses « ex » !

twitter-Clementine-Autain.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Il y a tout de même des moments où l’on peut à l’évidence se prendre de compassion pour des gens dont on ne partage guère de valeurs ; voire même que l’on peut avoir combattu – politiquement s’entend – et toujours combattre… La passion politique, comme la valeur des âmes bien nées, ne craignant point le nombre des années pour cent fois sur la place publique combattre hier le dinosaure communiste, aujourd’hui ses héritiers.

Ainsi de Clémentine Autain, toute chamboulée à propos de la nouvelle direction de son parti La France Insoumise : « Nous avons un problème de démocratie dans la vie du mouvement », se plaint-elle.

Qui l’eût cru ? Pas de chance pour cette députée de Seine-Saint-Denis et ses plus tout à fait « amis », tous néanmoins autoproclamés propriétaires de la démocratie et bien peu enclins à en partager ne serait-ce que des miettes avec quiconque… même et surtout s’ils sont membres de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (NUPES), certes utile électoralement, mais bien encombrante le reste du temps.

Les contrariétés politiques sont comme les emmerdements, comme le disait l’ancien président Jacques Chirac, fin connaisseur de la question : elles volent en escadrille !

En effet, la nomination de son « ex » (ex-kamarad, cela va de soi ; on ose imaginer, même par taquineries, plus si affinités) Manuel Bompard à la direction de LFI n’est pas la seule contrariété de cette blonde descendante du sémillant Torquemada…

C’est le retour annoncé au sein du groupe LFI à l’Assemblée nationale d’un autre « ex » (ex-kamarad encore une fois, précisons-le) Adrien Quattenens qui la chagrine… Rappelons qu’il fut en quelque sorte « mis au coin » – soit prié d’aller se faire oublier quelque temps loin de l’hémicycle parlementaire – pour avoir eu la main un peu trop lourde sur la joue de son « ex »… épouse (quant à elle, plus du tout kamarad de son mari) !

Ce rouquin mâle n’aurait pas su, d’après Clémentine Autain, faire suffisamment « profil bas », allant même jusqu’à accuser sa future ex-moitié de développer un « sentiment de pleine puissance et de plein pouvoir, qu’elle serait incohérente » (une femme incohérente ? Allons bon !), qu’elle en aurait été menaçante… et qu’elle agirait pour de l’argent !

Pauvre Clémentine, obligée de le recadrer pour cette « communication (qui) sonne comme une provocation. Il a récusé méthodiquement tous les principes féministes. Il n’a tenu aucun compte du point d’équilibre trouvé démocratiquement au sein de notre groupe et des mots que nous avons posés. »

On conçoit le désarroi de cette moderne gorgone passée es-dominante maîtresse dans la dénonciation tous azimuts du machisme, du patriarcat et de la mâle domination qu’elle sait comme à nulle autre pareille déceler dans la simple intonation d’une déclaration…

Et pauvres Insoumis – d’une France bien éloignée de celle mère des arts, des armes et des lois, comme la louait jadis Joachim Du Bellay – qui se déchirent les uns les autres, sans doute victimes d’un Jupiter facétieux qui n’a pas grand mal à rendre zinzins ceux qui n’en finissent décidément pas de distraire la galerie politique souvent pour le pire… et parfois le rire !

14:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 18 décembre 2022

L’ultra droite, repoussoir commode

ultra droite.jpg

Un nouveau spectre médiatique hante la France : celui de l’ultradroite. A ce que l’on raconte de nombreuses villes françaises auraient été assiégées et menacées par ces bandes, ces milices même qui les condamnent à vivre sous le joug de la peste brune. Les journalistes de Libération sont en plein priapisme. Notre chroniqueur du Figaro, Mathieu Bock Côté s’en donne à cœur joie pour dénoncer ce fake news qui transforme Gérald Darmanain en Zorro de banlieue.

Lire la suit ICI

Source : Le Figaro 17/12/2022

10:20 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Production électrique, la transparence technique  contre la propagande écologiste

téléchargement (2).jpeg

Hier encore dans Le Télégramme, un media de la zone ouest de la Bretagne, journal peu avare de propagande pour toutes les causes à la mode : écologie et éoliennes, immigration, migrants, LGBTQ+, Poutine, Macron… nous assénait ses "vérités".

La chère Agnès Pannier-Rinacher, la ministre de la Transition énergétique clamait haut et fort, c'est dans le journal : « Le renouvelable doit devenir un réflexe ! »

L'autre soir, dans son émission L'heure des Pro, Pascal Praud s'était gentiment moqué des  "écolos" qui veulent remplacer l'électricité nucléaire par leurs miraculeuses énergies renouvelables. Pensez énergie éolienne et solaire. Et là, notre Pascal a annoncé quelques chiffres de la production électriques, en pourcentages par types de centrales, nucléaire, gaz, fioul, éolienne...

Et ces données, il les trouvait sur un site internet tout ce qu'il a d'officiel sur lequel, en toute transparence, RTE, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité français, publie en temps réel les données techniques en valeurs absolues et en pourcentages.

Et, en bon pro, il précisait l'adresse de ce site RTE :

En toute transparence, RTE précise dans la rubrique "Suivre et comprendre la production d’électricité en France" : cliquez ici

Le mix énergétique de l’électricité française est publié en temps réel grâce aux données issues de télémesures et d’estimations. Il est également disponible sous forme d’historiques.

Ce graphique vous présente la production d’électricité par filière (nucléaire, gaz, charbon, fioul, hydraulique, éolien, solaire et bioénergies) complétée des rubriques « pompage hydraulique » et « solde des imports/exports avec l’étranger ».

Un peu curieux, je suis allé explorer ce site et je n'ai pas été déçu ! Ah, pour ces pauvres écolos quelle claque ! Si ces rêveurs appliquaient pour eux-mêmes ce qu'il préconisent pour tous nos concitoyens, nous les retrouverions grelottant de froid dans leurs grottes préhistoriques ! Peut-être en serions-nous débarrassés...

Voyez un peu… En pleine période actuelle de froid précoce, comme illustré par l'entête ci-dessus, nous constatons la répartition suivante de la production d’électricité.

Résultats du samedi 17 décembre 2022, à 15 h 45. :

Fioul 0%         

Bioénergies 1 %         

Charbon 3%               

Éolien  3%      

Solaire 3%      

Hydraulique 10%

Gaz 13%

Nucléaire 66% 

Holà ! Les anti-nucléaires ! Vous avez bien lu : le nucléaire représente donc les 2 tiers de toute la production d'électricité en France métropolitaine ! Et Nucléaire + Gaz + Hydraulique = 89 % Record battu !

Alors, les écolos, votre propagande, allez l'accrocher sur un crochet d'ardoise, dans la cabane au fond du jardin, comme au bon vieux temps ! C'est très écolo !

F F

 

02:31 Publié dans François Floc'h | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 17 décembre 2022

MOINS D’EAU, PEU DE GAZ ET PAS D’ELECTRICITE ?

téléchargement (1).jpeg

Pieter Kerstens

Manque d’imagination, ignorance, défaut d’anticipation et incompétence ont conduit les divers gouvernements depuis des décennies à prendre des décisions contraires aux intérêts de la France, mais également ailleurs en Europe.

Tous ces décideurs politiques nous affirment que la sécheresse conséquence de la canicule était « imprévisible » alors même que notre continent avait subi de très nombreux réchauffements climatiques ces 10 derniers siècles, selon les archives des régions concernées. Dans les pays tropicaux ou désertiques, les populations ont prévu des réservoirs qui se remplissent lors des épisodes pluvieux et constituent une réserve lors des saisons arides. Et pourquoi pas chez nous ? 

Le gaz, le pétrole, la houille sont aussi des matières stratégiques et moyens de rétorsion.

Par des trains successifs de mesures d’embargo et d’interdiction, la Commission Européenne de Mme Von der Leyen a causé des préjudices incalculables aux pays européens en manque de combustibles qui pénalisent tous les secteurs d’activités économiques, financières, industrielles et sociales.

L’addition va être salée pour chacun d’entre nous.

Tout cela au titre d’une « responsabilité morale » envers l’Ukraine et son président corrompu qui subissent une agression de la part de la Russie depuis 10 mois.

Mais en analysant cette situation, on retrouve des antécédents parmi les visées hégémoniques des Etats-Unis et particulièrement dès 1982. A cette époque pour le Pentagone il fallait empêcher la construction d’un second gazoduc soviétique (North Stream 2) qui doublait la capacité d’exportation de la Russie vers l’Europe. Et ceci sur la base d’une interdiction américaine à tout acquéreur de leur technologie de réexporter celle-ci sans autorisation.

« Les Etats-Unis doivent faire preuve de constance et de fermeté, assumer leur rôle de leader, ne pas dévier d’une politique dont les alliés comprendront finalement le bien-fondé. »

Voilà pourquoi l’Europe achète maintenant du gaz et du pétrole de schiste américains à des prix prohibitifs pour le plus grand bénéfice des USA. Et ceci explique aussi en partie les sabotages des deux gazoducs en mer du nord…

Selon un entretien de Louis Gallois dans le quotidien Le Figaro du 25 novembre :

 « la crise énergétique actuelle fait qu’aux Etats-Unis, l’énergie coûte désormais cinq à dix fois moins chère qu’en Europe. Il y a un vrai risque de délocalisation. Pour protéger son industrie, l’Allemagne a prévu de mettre en place pour les entreprises un bouclier tarifaire, soumis à l’accord de la Commission Européenne. Il est fixé à 130 euros le Mégawatt/h pour 70% de l’électricité consommée. En France, le même bouclier est à 325 euros le MW/h. Notre industrie sera vite placée dans une situation critique. La France propose à juste titre de plafonner le prix du gaz en Europe et de réviser le mécanisme européen de fixation des prix. Celui-ci lie le prix de l’électricité au prix du gaz qui a explosé suite aux diktats de Mme Von der Leyen en mars 2022. Il faut donc d’urgence changer ce mécanisme ou s’en abstraire comme l’ont fait les Espagnols et les Portugais. »

Dans le conflit Russo-Ukrainien, les torts sont partagés. Cette guerre n’est pas la nôtre !

Parce que dans un entretien au quotidien Der Zeit du 7 décembre dernier, Angela Merkel -chancelière allemande de 2005 à 2021- avoue les dessous cachés des accords de Minsk de 2014 et 2015. C’était une tentative de donner du temps à l’Ukraine pour s’armer, recruter des soldats qui seraient formés par les anglo-saxons et reprendre les provinces du Donbass.

Cette déclaration de Merkel confirme ce que disait déjà l’ex-président de l’Ukraine Petro Porochenko en juin dernier, qu’il n’avait jamais eu l’intention de respecter les accords de Minsk :

« Notre tâche était tout d’abord d’écarter la menace, ou au moins de retarder la guerre.

Nous nous sommes donnés huit ans pour rétablir la croissance économique et renforcer la puissance des forces armées. C’était la première tâche et elle a été accomplie. Malgré le fait que la guerre ait duré huit ans, en ce qui concerne une opération militaire de grande envergure, je pense que les accords de Minsk ont rempli leur rôle. »

Donc, contrairement à ce que nous affirment les médias audio-visuels (en surtout LCI « la voix de Kiev), dans les accords de Minsk, les dés étaient pipés et que l’Ukraine ne respecterait pas ses engagements. Cette hypocrisie de l’Allemagne, de la France, de l’Union Européenne et des Etats-Unis a malheureusement obligé la Russie à intervenir militairement pour mettre fin à la tentative de l’OTAN d’encercler et d’étouffer son territoire. 

Les responsables du chaos économique et financier que nous vivons aujourd’hui sont donc identifiés : Sarközy, Merkel, Obama, Hollande, Stoltenberg (OTAN), Porochenko, Zelenski et Macron, parmi d’autres adversaires mondialistes de Vladimir Poutine.

Et tout ceci bien sûr pour le plus grand bonheur des banksters de Wall Street.

17:06 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Conférence hier soir du Cercle Trégor et Goëlo prés de Tréguier

IMG_20221217_113416.jpg

Un public nombreux et attentif a assisté vendredi soir, près de Tréguier, à la conférence organisée par le Cercle Trégor et Goëlo pour présenter le nouveau livre de Bernard Germain, qui fut candidat de Reconquête ! dans la circonscription en juin dernier, "Callac, la mère des batailles" (Synthèse nationale).

Pierre Cassen, fondateur de Riposte laïque (cliquez ici), qui a préfacé ce livre, était l'invité d'honneur de cette conférence. Prirent avant lui la parole : Catherine Blein, présidente des Amis de Callac et ses environs, Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, et bien sûr, l'auteur du livre, Bernard Germain.

2022 12 16 trguier.jpg

Pour acheter ce livre cliquez là

12:56 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un quoi qu’il en coûte trop élevé pour le Covid, mais insuffisant pour la crise énergétique !

téléchargement.jpeg

Marc Rousset

Macron a l’art de faire pour tout exactement l’inverse de ce qu’il faut faire, de ce qu’a fait et de ce que ferait le général De Gaulle (immigration folle, vente de nos entreprises à l’étranger, désindustrialisation, libre-échange, politique familiale, politique étrangère, fermeture des centrales nucléaires, valeurs sociétales décadentes, etc. ! L’Allemagne a été beaucoup moins généreuse et dépensière que la France pour le Covid, mais elle s’apprête à défendre ses entreprises, quitte à dépenser 200 milliards d’euros afin de préserver leur compétitivité, quitte à payer des prix élevés sur les marchés pour essayer de remplacer le gaz russe qui est en fait irremplaçable en 2023, selon l’AIE, pour 55 milliards de m3 de gaz , soit la capacité d’un seul des deux gazoducs Nord Stream 1 et 2 qui ont été sabotés d’une façon honteuse et machiavélique par l’Amérique et l’Angleterre ! D’où le refus de l’Allemagne de plafonner le prix du gaz dans l’UE !

Alors qu’il était inutile de confiner et, comme disait Pompidou, d « ’emmerder » tous les Français qui ont encore quelque chose dans le ventre, de gaspiller des sommes énormes pour empêcher les gens de travailler, Macron s’est lancé dans la politique d’un quoi qu’il en coûte pour le Covid qui a été le plus généreux de toute l’Europe, mais financé exclusivement avec de l’argent emprunté sur les marchés. Olivier Dussopt, le ministre des Comptes publics a déclaré que la pandémie avait en tout coûté entre 170 et 200 milliards d’euros à l’État. Ce chiffre correspondait à 70 milliards d’euros de dépenses exceptionnelles en 2020, plus de 70 Milliards d’euros en 2021, et « aux pertes de recettes car l’activité économique s’était arrêtée ». La dette publique française a donc été augmentée d’au minimum 170 milliards d’euros pour financer la crise du Covid ; il en résulte que le gouvernement Macron est maintenant encore plus coincé pour répondre à l’attente des ménages et de toutes les entreprises françaises, écrasées par l’augmentation stratosphérique du coût de l’énergie en 2022.

Que compte faire Macron face à la hausse des prix énergétiques ? Le coût global de l’explosion des prix du pétrole et du gaz est estimé par Bercy à 85 milliards d’euros par an, soit un prix équivalent au Covid. Mais cette fois-ci l’État aura pris en charge seulement 44 milliards d’euros en 2022 et 2023, soit seulement la moitié du coût de la crise énergétique. Et qui va trinquer plus particulièrement : pas les ménages pour des raisons électorales car ils ne paieront finalement que 5 milliards, alors que la facture supplémentaire des prix de l’énergie pour les ménages est de 32 milliards, un peu les grandes et moyennes entreprises qui bénéficient de l’amortisseur, chaque fois qu’elles seront capables de se défendre et d’augmenter leurs prix de vente, mais pas toujours (Arques, William Saurin).

Mais quid de nos boulangers, artisans, petits commerçants, petites entreprises qui ont moins de 10 salariés, moins de 10 millions d’euros de chiffres d’affaires, mais ont malheureusement une puissance électrique installée de plus de 36 Kw (fours, chambres froides, bacs surgelés, etc.) et sont donc soumis eux aussi au système de l’amortisseur et ne bénéficient pas du bouclier tarifaire, comme les ménages. Le fait d’avoir une puissance électrique installée de plus de 36 Kw fait que ces petites entreprises ne vont pas pouvoir bénéficier du bouclier tarifaire, mais seulement du système de l’amortisseur qui conduit à des augmentations délirantes et mortelles du coût de l’énergie ! Ça ne passera pas et des manifestations violentes sont à prévoir si le gouvernement ne modifie pas le système actuel !

Jacques Guillemain a déjà attiré notre attention sur ce site, sur le cas d’Alexandra, une boulangère en pleurs effondrée par le triplement de sa facture EDF. Finis demain le pain et la brioche, avec des factures d’électricité pour les boulangeries de 100 000 euros au lieu de 25 000 euros par an ! L’amortisseur tarifaire, comme son nom l’indique, ne fait qu’amortir, mais conduit les petites entreprises et quelques grandes à la faillite pure et simple ! 35 % de remise, si le prix de l’énergie est multiplié par 4, cela revient à multiplier le coût de l’énergie par 2,6 du jour au lendemain !

En fait, c’est l’Allemagne réaliste qui a raison ! Le système de l’amortisseur doit disparaître et tous les agents économiques doivent bénéficier comme les ménages du bouclier tarifaire, avec une faible augmentation de prix. Mais voilà… nous sommes en faillite et hyper-endettés avec tous les incapables du style Macron qui nous dirigent sans maîtriser les dépenses publiques et nous désindustrialisent depuis 40 ans. De plus, pour le Covid, on a trop dépensé ! La faillite de la France va se rapprocher encore davantage ! Il est peu probable que le gouvernement puisse maintenir le système de l’amortisseur sous peine de faillites trop nombreuses des commerçants, artisans et de délocalisation d’entreprises grosses et moyennes.
Ou sinon, il faut quitter le système actuel du prix de l’électricité dans l’UE, calculé sur le prix marginal de la dernière centrale électrique utilisant le gaz !

S’il veut faire passer la réforme des retraites, Macron n’a pas d’autre choix que de généraliser le bouclier tarifaire ! C’est lors de la crise du Covid et pendant 40 ans qu’il fallait faire des économies, mais surtout pas maintenant sur le dos des dernières entreprises énergivores délocalisables qui nous restent, ni sur le dos des boulangers, des commerçants et des artisans, sous peine de faire exploser la marmite !

12:55 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

03:23 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 16 décembre 2022

Sortie du nouveau numéro (n°40) de la revue littéraire Livr'arbitres

320478422_715328666472729_6110092176072610052_n.jpg

En savoir plus cliquez ici

10:36 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

François Ferré, militant fidèle de la cause nationale, nous a quitté...

photo François Ferré.JPG

Quiconque a milité durant ces quarante dernières années pour la cause nationale a forcément croisé, à un moment ou à un autre, un des frères Ferré. En effet, la famille Ferré, ce n'est pas seulement une famille, c'est aussi (et surtout, diront certains) une fratrie militante. Ils ont été de tous les combats ; ils ont toujours répondu présents à l'appel ; ils ont, à eux quatre, chacun avec sa personnalité, marqué le mouvement nationaliste.

Hélas, à nouveau, l'un d'entre eux vient de nous quitter. Après Bernard, le plus jeune, décédé il y a une quinzaine d'années, c'est François qui est parti dimanche dernier.

François était, comme ses frères, un fidèle militant qui n'hésitait pas à s'engager. Il  avait une autre qualité : celle de savoir se servir de ses mains. Dès qu'il y avait un souci technique au local, c'est lui qu'on appelait et, très vite, le souci devenait un souvenir... et tout rentrait dans l'ordre.

Adieu et Merci à toi, bon camarade. Amitiés à Philippe, à Jean-Benoit et à toute la famille. Le combat continue...

Roland Hélie

01:08 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 15 décembre 2022

Pr Christian Perronne : Ne jamais se taire face aux mensonges !

Le professeur Christian Perronne est infectiologue. Il a œuvré dans les plus hautes instances internationales, y compris l’OMS, jusqu’à ce que la gestion de la crise de la Covid-19 arrive. Face à l’incompétence et l’incurie du gouvernement et d’Emmanuel Macron, l’homme médecin n’a pas pu se taire. Il a dénoncé un à un avec opiniâtreté tous les mensonges d’un Système qu’il juge responsable de décès qui auraient pu être évités. Dans son 3ᵉ opus, "Les 33 questions auxquelles ILS n’ont toujours pas répondu", chez Albin Michel, le professeur Perronne revient sur ces années de crise où il a subi des attaques sans précédent, aussi bien sur ses compétences en tant que médecin que sur son intégrité. Poursuivi devant l’ordre et réhabilité, il revient sur TVL en toute liberté pour exprimer sa colère et parfois sa tristesse face à ce gâchis.

Capture d’écran 2022-12-15 à 21.34.19.png

21:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

VENDREDI 23 DÉCEMBRE : IGNACE DEDICACERA SON NOUVEL ALBUM À LA LIBRAIRIE DUQUESNE À PARIS

2021 annonce lib sn copie 3.jpg

Pour commander en ligne cet album cliquez ici

18:31 Publié dans IGNACE, Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vendredi 16 décembre, à Tréguier (22), présentation du livre "Callac, la mère des batailles" organisée par le Cercle Trégor & Goëlo

2022 12 16 tréguier visuel.jpg

Pour commander le livre cliquez là

En savoir plus cliquez ici

17:55 Publié dans Callac 22, Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 14 décembre 2022

France-Maroc, combien d’interpellations ?

drapeau-maroc-paris.jpg

François Bousquet*

Ce soir, on ne va pas seulement commenter le résultat du match, mais le nombre de voitures brûlées et de vitrines fracassées

Vivement mercredi soir, France-Maroc. Je suis im-pa-tient d’être devant ma télé. Ça va être la grande fête du football et du vivre ensemble, Noël avant Noël. Nul doute que l’amitié franco-marocaine en sortira revivifiée, le dialogue interreligieux grandi et la concorde entre les peuples consolidée. Rien que du bonheur en perspective. Journée portes ouvertes dans les commissariats et ville ouverte pour la population. La foule en liesse descendra dans la rue, les supporters marocains en tête. Tout à leur joie, ils ne vont pas allumer des bougies ni brûler des cierges, mais des poubelles et des voitures. Pas illuminer les vitrines, mais les casser. Pas chanter « la Marseillaise », mais la siffler. Pas lancer des pétards, mais des mortiers. Pas faire rôtir des dindes, mais des poulets. La magie des fêtes, quoi ! Homo festivus dans sa version islamicus. Beaucoup moins drôle que le personnage de Philippe Muray.

Je ne me hasarderai pas à livrer un pronostic. L’équipe du Maroc est un bloc ultra-défensif aux contre-attaques létales avec des arrières supersoniques. Pour une fois, les Lions de l’Atlas n’ont pas volé leur surnom ! Mais c’est en dehors du terrain qu’il prend tout son sens : descendus de leur montagne, les lions deviennent belliqueux. Indifféremment franco-marocains, belgo-marocains, hollando-marocains, ils ont pourtant grandi ici. Que leur équipe perde ou gagne ne change rien. C’est le drame de certains binationaux : une partie d’eux fait le bien (au pays d’origine) et l’autre le mal (au pays d’accueil). Quelques mauvais esprits aimeraient bien qu’ils se cassent, mais eux ne veulent que casser. Casser ou se casser, tel serait alors le dilemme de la binationalité ! Malheureusement pour nous, il n’est pas que pronominal. La préfecture de police de Paris a prévu de mobiliser, ce soir, plusieurs milliers de policiers et gendarmes, n’en déplaise à Gérald Darmanin, qui nous explique qu’il n’y a eu, pour ainsi dire, aucun incident, samedi dernier, sur les Champs-Élysées, ce qui n’a pas empêché la police de procéder à une centaine d’interpellations (170 en France), une « majorité de Français », selon Darmanin. Au Stade de France, c’étaient des Anglais. Sur les Champs-Élysées, des Français. Pardi !

Le foot est grand et Mahomet est son prophète

« Désormais, les frontières de l’État passent à l’intérieur des villes », disait le maire de Philadelphie, il y a un demi-siècle, après plusieurs nuits d’émeute raciale dans sa ville. La France a découvert cette nouvelle géographie de la violence en 1979, à Vaulx-en-Velin. Depuis, les émeutes sont devenues endémiques. Le moindre match de football suffit à en déclencher une. Tapez « mortier », euphémisme journalistique pour « émeute », sur votre moteur de recherche. Si vous ne tombez pas sur une promo de Brico Dépôt, c’est une attaque contre un commissariat. La PQR est remplie de ces petites annonces. Comme après le match Espagne-Maroc. 13 policiers blessés à Lille. Un drapeau marocain accroché sur la façade d’une mairie, partout des heurts, parfois des coups de feu comme à Nice. Les mêmes scènes en Espagne, Pays-Bas, Italie, Belgique, avec, clou du spectacle, Bruxelles, capitale de toutes nos démissions, littéralement mise à sac au soir du match Belgique-Maroc. L’intifada à domicile, en somme. Ce sont les joueurs marocains eux-mêmes qui ont montré la voie, celle d’un djihad du ballon rond. Quand ils n’appellent pas à se convertir à l’islam, ils s’affichent sur Instagram avec l’épée à deux pointes de Mahomet. Dans ces conditions, le vivre ensemble ressemble à une déclaration de guerre. Et les supporters sont au diapason des joueurs. L’un d’eux a répondu à un journaliste de BFM TV qui n’en menait pas large sur les Champs-Élysées : « Ici, y a qu’des africains et des musulmans, on est tous ensemble. Nous, on a un truc, c’est Allah, c’est Allah, il a tout fait ! » Au journaliste qui lui demandait quelle équipe il aimerait affronter en demi-finale, le moudjahidin ceint du drapeau marocain a dégoupillé : « La France. Combattre la France ! » Dont acte.

(*) François Bousquet est le rédacteur en chef de la revue Eléments

13:39 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 13 décembre 2022

François Asselineau : L‘ échec du « nouvel ordre mondial »

Pour ce nouveau numéro du Samedi Politique, et après un record d’audience pour son passage le 10 septembre dernier (émission disponible ICI), François Asselineau dresse un constat accablant des temps actuels.

Du côté de la politique nationale, le président de l’UPR revient sur le futur texte de loi Immigration et cloue au pilori les prétendues positions de fermeté du gouvernement. (à suivre sur UPR-TV) Il étrille également ce paradoxe du pouvoir politique qui se targue de vouloir enrayer l’immigration clandestine en donnant libre cours aux financements divers et variés aux associations immigrationnistes telles que SOS Méditerranée, propriétaire du Ocean Viking.

L’actualité française est en outre marquée par la crise énergétique engendrée par le sabotage au long cours de l’industrie du nucléaire et aggravée par les sanctions contre la Russie décidées par Ursula von der Leyen. Un domaine dans lequel l’UE et la France en particulier ont agi contre leurs intérêts, mais pour le plus grand bien des États-Unis qui vendent désormais à vil prix pétrole et gaz obtenus par la polluante fracturation hydraulique.

Le voyage officiel d’Emmanuel Macron a d’ailleurs démontré une nouvelle fois la relation de vassal à l’égard d’un Oncle Sam qui mène encore son ordre mondial, comme le théâtre ukrainien et l’omniprésence de l’OTAN en témoignent.

François Asselineau évoquera également les imbrications du scandale de FTX et Sam Bankman Fried, tranquillement installé aux Bahamas avec le parti démocrate américain et le gouvernement ukrainien de Volodymyr Zelensky.

Un numéro du Samedi Politique foisonnant !  

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.44.50.png

18:24 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Une première

1644054156.jpg

C'est dans le Times. Pour la première fois, un officier supérieur britannique reconnaît que l'armée britannique participe aux combats, en tant que telle, en Ukraine. Il s'agit du lieutenant-colonel Robert Magowan, chef d'état-major adjoint de la Défense : "Des Royal Marines ont été déployés dans des opérations secrètes à haut risque". Robert Magowan était encore en avril dernier le commandant général des Royal Marines…

L'OTAN fait donc la guerre en Ukraine, et pas seulement en envoyant des armes. On le savait déjà (il y a notamment des milliers de soldats polonais), mais aucune autorité ne l'avait encore reconnu.

Source : Yves Daoudal

18:17 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ils sont cui cui

Capture d’écran 2022-12-13 à 17.32.34.png

17:36 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jean-Baptiste Noé : Le déclin de ce monde

Issu des recherches et des colloques de la Revue Conflits, voici un ouvrage qui souhaite présenter les affrontements et les guerres d’aujourd'hui, dans la diversité de leur nature et de leurs déroulements.

À l’heure de la guerre en Ukraine, la plupart des ouvrages se focalisent soit sur les conflits interétatiques, soit sur les conflits asymétriques, or, il existe beaucoup d'autres conflits : guerre économique (rivalités pour l’approvisionnement en minerais rares, cobalt, nickel, lithium), terrorisme, guerre du droit, guerre du soft power (entre pôles de l’islam sunnite et chiite), disputes autour des grandes routes maritimes de la mondialisation, guerre de l’espace et des armes de rupture (missiles hypersoniques), câblages sous-marins, etc.
C'est la marque de la revue Conflits de les étudier et de les analyser.
Il s’agit ici de comprendre les rivalités actuelles, mais aussi de tenter une prospective sur les cinq années à venir : quels sont les conflits qui vont s’aggraver et quels sont ceux qui risquent de se déclencher ?
Le livre est composé de 40 cartes et graphiques.

1.jpg

17:00 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |