Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 août 2020

Face à la racaille, la colère de Palavas

vlcsnap-2020-08-08-14h14m22s688-660x330.png

Source Lengadoc info cliquez là

Vendredi dernier, près de 400 personnes ont marché dans les rues de Palavas (34) pour dénoncer l’insécurité grandissante que connait la station balnéaire cet été.

Les revendications sont claires : il faut plus de policiers municipaux et de gendarmes, mais surtout il faut leur lâcher la bride pour qu’ils puissent lutter contre les racailles. C’est ce que réclamait les Palavasiens qui ont manifesté dans les rues de Palavas.

A chaque saison estivale, la population du village passe de 6 000 habitants à près de 140 000. une telle augmentation de la population entraîne forcément une recrudescence des violences. Mais cette année, les habitants sont unanimes, l’insécurité a vraiment atteint des sommets : rodéos de voitures dans les rues, agressions gratuites, coups de couteau, cambriolages, drogues en tout genre…

La colère gronde et la manifestation a rassemblé près de 400 personnes, une forte mobilisation pour une commune de la taille de Palavas.

NDLR - SN : notons parmi les manifestants la présence remarquée et appréciée de notre ami Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, accompagné des militants locaux de ce mouvement.

10:08 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 09 août 2020

Journal du chaos

couv pp.jpg

09:09 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 08 août 2020

Gouvernement des juges et des notables... Gouvernement contre le peuple.

conseil-constitutionnel-3.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le Conseil constitutionnel, au nom des sacro-saintes "libertés publiques" vient d'invalider la loi imposant un suivi des djihadistes à leur sortie de prison.
 
Cette loi, par la faiblesse de son contenu et la timidité des mesures qu'elle instaurait - bracelet électronique, obligation de pointer chaque semaine dans un commissariat ou une gendarmerie, devoir de signalement d'un changement d'emploi ou de résidence, sans oublier l'incontournable, dérisoire et toujours hilarant "suivi psychologique en vue de déradicalisation" - relevait, certes, de la cautère sur une jambe de bois (le traitement clinique le plus efficace étant, selon nous, l'expulsion pour les étrangers et pour les binationaux après déchéance de la nationalité,  et peine de mort dans les cas les plus graves).
 
Cette loi tirée au robinet d'eau tiède du politiquement correct et de "l'arc de raison", pauvre loi d'un régime défaillant et criminel par laisser-faire, se résumait, en quelque sorte et pour user d'une expression à la mode, à une série de gestes barrières à minima pour la protection des Français. C'était déjà trop.
 
Les réformes constitutionnelles successives ont donné à ceux que l'on nomme bien à tort "les sages du Palais royal", sorte d'Ehpad pour vieux politiciens et hauts fonctionnaires en fin de vie publique, une emprise exorbitante sur la conduite des affaires de l'État. La faute en incombe à la lâcheté et à l'esprit d'abandon des Présidents successifs de cette Cinquième République moisie. 
 
Gouvernement des juges, gouvernement des notables, des conseils, des comités, des conventions... Gouvernement des lobbies, gouvernement des convents. En dehors du peuple et contre le peuple.
 
l'État national remettra demain les choses en ordre. 

11:15 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 07 août 2020

LOI BIOÉTHIQUE 2020 : UN PAS DE PLUS VERS LA FOLIE

Dans cette vidéo, nous allons commenter ensemble les principales mesures de la loi bioéthique 2020, votée en deuxième lecture par l'Assemblée Nationale le 31 juillet 2020 : PMA pour toutes, embryons chimères, réintroduction du bébé-médicament, absence d'autorisation pour pratiquer des expériences sur les embryons surnuméraires... Encore une fois, ce nouveau projet de loi repousse les limites de la morale et tente de nier les déterminismes naturels.

Mais comment expliquer l'absence de limite ? Le député Jean-Louis Touraine a déclaré que son objectif était de dissocier le s*xe de la reproduction : ce serait "le sens de l'histoire". Que signifie donc cette expression, dans la bouche de toutes les personnalités politiques, pour justifier ces mesures ?

Après avoir parlé des origines du progressisme dans une précédente vidéo, je vous propose d'explorer les racines du modernisme, avec la Querelle des Universaux.

VV.jpg

 
 

13:35 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE CATALOGUE ÉTÉ 2020 DES BOUQUINS DE SYNTHÈSE NATIONALE...

2020 07 catal.jpg

CONSULTEZ LE

CATALOGUE ÉTÉ 2020 CLIQUEZ ICI 

PASSEZ VOS COMMANDES EN CLIQUANT LÀ

12:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Parti de la France présente son nouveau matériel de campagne

117285602_1248151868861202_2096301071025427258_n.jpg

117307473_1248151585527897_2771547338577331215_n.jpg

117330374_1248151728861216_6593965722027655682_n.jpg

117306678_1248152042194518_2143581601514527518_o.jpg

En savoir plus cliquez ici

Rappel :

2020 09 06 FETE BRETAGNE.jpg

12:40 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quelques jours après la fin des activités de la Dissidence française, Vincent Vauclin annonce la création du Mouvement national démocrate (MND)

Logo-MND-Full-Bleu-HD.png

Communiqué du MND :

Dimanche 2 août 2020 - Vincent Vauclin, essayiste et ancien candidat aux élections européennes de 2019, a annoncé dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux la fondation d'une nouvelle force politique : le Mouvement National-Démocrate (MND).

Ce nouveau parti ambitionne de bousculer le paysage politique français pour sortir la droite de son hibernation et faire entendre la voix d'une nouvelle génération. Le MND porte ainsi un projet de refondation civique fondé sur la liberté, l'identité, la souveraineté et l'autorité, et dont les grandes lignes sont présentées dans une Charte en dix points disponible sur le site internet du MND : www.natdem.fr.

Le programme complet du MND sera rendu public dans les prochaines semaines. Le MND ambitionne de devenir le nouveau pôle de rénovation de la droite pour proposer une alternative à la hauteur des enjeux du XXIe siècle et préparer les échéances décisives à venir.

Chacun peut d'ores et déjà adhérer en ligne et gratuitement au MND sur son site internet et contribuer ainsi à édifier la grande force politique de droite alternative dont la France a besoin.

Lire aussi cliquez là

jeudi, 06 août 2020

Macron était à Beyrouth. Pas la France.

macron-aoun-beyrouth-00a64c-0@1x.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
A Beyrouth où il s'est rendu ce jeudi - non comme le Président d'une Nation historiquement intéressée à la survie du Liban, stratégiquement et spirituellement liée à lui, et protectrice, depuis presque huit siècles, des chrétiens qui le peuple et en sont l'âme, mais comme une sorte d'agent spécial dépêché en urgence par les organisations internationales - Emmanuel Macron a invité les Libanais à une réforme politique profonde "avec les responsables en place".
 
Les responsables en place sont ceux qui ont ruiné le pays et l'ont conduit, une fois de plus, au bord du gouffre.
 
Les responsables en place sont ces féodaux corrompus et dépravés qui tiennent le Liban comme un vautour tien sa proie.
 
Les responsables en place sont tous, y compris et surtout le Président Aoun, maronite traître a son camp, des marionnettes du Hezbollah, force politique chiite a vocation de parti unique, secte apocalyptique, armée d'Allah et de l'Imam caché, financée et entièrement contrôlée par l'Iran, dont l'engagement auprès du régime Syrien dans sa juste résistance à l'islamisme sunnite et au nouvel ordre mondial ne peut faire oublier nos 58 paras morts au Drakkar. Les ennemis de nos ennemis ne sont pas toujours nos amis. Et le Hezbollah fait peser sur le Liban chrétien une menace mortelle.
 
La foule en colère qui, dans les rues du quartier chrétien de Gemmaysé dévasté par les explosions et ravagé par la crise économique, a fustigé Aoun et interpellé Macron aux cris de "Aidez-nous ! Révolution !", et "le peuple veut la chute du régime", devra attendre que la France fasse elle même sa révolution nationale pour lui venir en aide.
 
En espérant qu'il ne sera pas trop tard.

17:21 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 05 août 2020

Me Fabrice di Vizio : L’heure des comptes a sonné

La crise sanitaire du Covid-19 en France a donné lieu à une gestion calamiteuse. Les acteurs politiques ont montré leur faille à tous les niveaux. Empêtrés dans une idéologie mondialiste, ils ont refusé la fermeture des frontières; adeptes des coupes budgétaires, ils ont mis à sac les hôpitaux; obsédés par le libre échange, ils ont abandonné les stocks stratégiques et notre souveraineté sanitaire. Plus de 30 000 morts plus tard, les responsables doivent s’expliquer. Et ce n’est pas la commission d’enquête parlementaire qui permettra de faire le jour sur cet enchainement d’échecs.

Maître Fabrice di Vizio, avocat spécialiste des questions de Santé, représente le collectif C19, composé de médecins et soignants, qui ont souffert de l’incompétence et l’imprévoyance de nos dirigeants. Tous ensemble, ils ont décidé de mettre l’exécutif face à sa responsabilité. Ils poursuivent Agnès Buzyn, Edouard Philippe, Olivier Véran, parties prenantes gouvernementales pendant la crise, devant la cour de Justice de la République.

Capture d’écran 2020-08-05 à 15.12.15.png

15:14 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nous avons le droit d'être intelligents !

Pr Didier Raoult,

Directeur de l'IHU Méditerranée Infection

raoult.jpg

Source : ICI

12:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Beyrouth : solidarité d'Etat avec le Liban, mais solidarité nationaliste avec les seuls Chrétiens.

images.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
La double explosion qui vient de tuer et de blesser gravement des centaines de libanais à Beyrouth et dont la cause n'est pas établie est un drame humain auquel aucun français ne peut rester insensible. Touché de plein fouet par la crise sanitaire et plus que jamais confronté aux antagonismes religieux et politiques, le Liban est, une nouvelle fois, cruellement meurtri. Notre solidarité d'Etat va à ce pays qui nous est cher et où l'intérêt de la France a toujours d'être présente.
 
Pour autant, de notre point de vue national et civilisationnel, il nous faut rappeler que, dans les faits, dans l'histoire, et plus encore selon notre coeur, il n'existe pas de "peuple libanais".
 
Il y a nos frères chrétiens maronites ou syriaques du Liban, théoriquement sous la protection de la France depuis Saint Louis et la charte signée à Saint-Jean-d'Acre le 24 mai 1250.
 
Il y a nos camarades des Phalanges chrétiennes que Bachir Gemayel marqua à jamais et au sein desquelles combattirent de nombreux volontaires nationalistes français dans les années 70, ce parti Kataëb dont le secrétaire général vient de périr dans les flammes et le souffle de la déflagration.
 
Et puis, il y a les autres... 

12:05 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dogmatisme écolo, l’été meurtrier

unnamed.jpg

Par Emmanuelle Ducros

« Vous votez un texte dont nous ne mesurerons l’importance que dans quelques années. Quel autre pays se dote d’un dispositif qui concerne tous les néonicotinoïdes et a posé le principe général d’une interdiction dès 2018 ? », pavoisait Barbara Pompili, alors secrétaire d’Etat chargée de la Biodiversité, en août 2016, lors du vote de la loi du même nom.

Un boomerang politique qui revient à grande vitesse au visage de la ministre de la Transition écologique. Quatre ans plus tard, une infestation de pucerons s’abat sur la France, démontrant en un temps record l’absurdité de se substituer aux scientifiques et d’inscrire dans la loi une décision qui est, normalement, du ressort des agences sanitaire, Efsa pour l’Europe et Anses pour la France.

La betterave à sucre est la première culture touchée. Les 26 000 planteurs n’ont plus de solution pour traiter leurs cultures alors que les insectes suceurs de sève transmettent aux plantes des jaunisses qui les atrophient. Résultat : 40 % à 50 % de la récolte sera perdue. Toute une filière – 21 sucreries et 45 000 emplois directs – est aux abois. La France, premier producteur européen de sucre et de bioéthanol, pour plus d’un milliard d’euros d’excédent commercial, va rendre sa couronne. Sans oublier que de cette industrie dépend aussi notre production de gel hydroalcoolique.

Combat « people ». Nos voisins européens qui appliquent, certes, les interdictions européennes de certains néonicotinoïdes, n’ont cependant pas eu, eux, l’imprudence de les interdire tous. Cette année, quand nos filières périclitent, ils ont sauvé les leurs. Les néonicotinoïdes (NNI) sont des insecticides dérivés du tabac. Utilisés en pulvérisation sur les cultures, ils peuvent nuire aux abeilles. C’est la raison pour laquelle l’Europe en a interdit certains. C’est aussi pour cette raison que le combat écolo anti-NNI est devenu « people » : l’abeille est un symbole. Les milieux agricoles n’étaient pas foncièrement opposés à l’interdiction des pulvérisations. Mais ils demandaient de la nuance, des évaluations des impacts et des pratiques. Il n’y en a pas eu.

Face à ces nouveaux méchants de la pharmacopée agricole, pas de quartier : la loi portée par Barbara Pompili a tout interdit. Y compris la solution très utilisée des enrobages de semences à petites doses, qui disparaissent du sol en cent jours. Y compris sur les plantes qui ne font jamais de fleurs en culture, comme les betteraves ou les céréales. Y compris dans l’hypothèse où la culture de ces graines enrobées serait suivie, pour la récolte suivante, d’une plante qui n’attire pas les abeilles – comme le blé – pour réduire le risque à néant. Les NNI ont été un combat politique pour donner des gages d’écologisme aux marchands de peur agricole. Aux agriculteurs de se débrouiller. Conséquence : des situations absurdes où l’on doit, lorsque c’est possible, pulvériser d’autres produits sur des cultures qu’on ne traitait plus ainsi. Ou des impasses techniques pures et simples. Certaines filières – conventionnelles et bio – sont nues devant les ravageurs.

Argent gratuit. Ce n’est pas comme si agriculteurs, agronomes, et même le ministre de l’Agriculture de l’époque, Stéphane le Foll, n’avaient pas prévenu. « Nous n’avons cessé d’alerter sur ce qui allait se produire, se désole Vincent Laudinat, président de l’Institut technique de la betterave. On nous a rétorqué que nous n’aurions qu’à faire autrement. Mais comment ? Non seulement la combinaison pyrètres-carbamate qu’on nous a opposée ne fonctionne pas sur les pucerons, mais elle tue tous les autres insectes. Il n’y a aucun autre produit dans le pipeline d’homologation. Quant aux plantes résistantes aux différentes jaunisses qu’il faudrait développer, cela prend des années. »

Jean-François Loiseau président d’Intercéréales, filière touchée aussi, fulmine : « Depuis huit mois, un virus qu’on ne sait pas traiter s’en prend aux hommes, mais on n’en tire pas de leçon. On n’a pas encore compris que les plantes ont aussi besoin d’être protégées des virus qui les tuent. Je ne dis pas qu’il faut des solutions chimiques à tout, la technique, l’agronomie comptent ! Mais pas de solution du tout... Comment peut-on accepter de mettre l’agriculture dans cette situation ? »

Face à la négation de la réalité, il y a urgence. Pour l’heure, le gouvernement promet d’indemniser les pertes. « Face à ce choc que nous vivons, la seule réponse est celle de l’argent gratuit. Mais qui pense à la souveraineté alimentaire ? La prochaine crise mondiale sera celle de la nourriture », alerte Jean-François Loiseau. Car l’année 2020, désastreuse, en prélude de pires. Avec les hivers doux, les pucerons feront de plus en plus de ravages. Le désastre de 2020 va obérer définitivement des productions que l’on devra aller acheter ailleurs, sans aucune maîtrise des techniques de production, moins vertueuses que les nôtres. Quelle est la logique environnementale de tout cela ? La France, qui pouvait compter sur l’atout de son agriculture, une des plus propres au monde, la tue.

La betterave est aux premières loges du saccage. C’est en ce moment, alors que les planteurs contractualisent avec les sucriers, que se joue la prochaine campagne. « Pourquoi prendraient-ils le risque de continuer sans solution ? Pour voir leurs récoltes détruites ? s’interroge Grégory Besson-Moreau, député LREM de l’Aube, département qui compte de vastes étendues de betteraves. Autour de moi, 30 % des planteurs vont arrêter. Ce n’est pas un accident passager. » La colère monte dans les campagnes. La loi biodiversité, « un texte dont nous ne mesurerons l’importance que dans quelques années » ? Il n’aura fallu que quatre ans pour constater les effets destructeurs de cette bombe à fragmentation idéologique.

Source : L’Opinion du 05/08/2020

10:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vive Juan Carlos !

juan 2.jpg

Par Jarente de Senac

L’ex-roi Juan Carlos ne pouvait pas tenir longtemps face à une presse démocratique qui cherche des poux dans la tonsure à tout ce qui sort des clous pseudo égalitaires, des fausses fraternités et d’une liberté surveillée par une doxa droit de lhommiste.

A la mort de Franco, le pays aurait pu sombrer dans une nouvelle guerre civile en raison d’un parti communiste qui avait relevé la tête et de socialistes qui nous la jouaient républicains dans sa version 1936. Franco passa le relai au jeune roi Juan Carlos, ce qui mit tout le monde d’accord. A la place d’un bouffon, il nomma un Premier ministre. On connaît la suite, les socialistes s’en sont mis plein les fouilles, la droite tomba dans un libéralisme idiot, mais le roi évitait toujours aux Espagnols de se foutrent sur la gueule. L’Eglise espagnole, n’en parlons pas, elle est toujours du côté d’un manche proche du bénitier. .

Bon, mais quand vous êtes roi, c’est pas pour des prune comme le chantait Lio et vous n’êtes pas régi par la bêtise démocratique. Vous avez le droit de cuissage, de taper dans la caisse, de bien bouffer et d’aller à la chasse sans avoir à rendre des comptes. Sinon, ça sert à quoi d’être roi ? Roi d’un royaume imaginaire, digne de guignol ou souverain bouglionesque à la sauce Monaco ? Pas de ça Lisette, a considéré Juan Carlos avec raison qui a multiplié les maîtresses – pardon les favorites – est parti à la chasse aux grands fauves avec ses potes dans la savane africaine et ses soirées bien arrosées et a bénéficié des pots de vin des monarques à la mode chameau de cette Arabie pétrolière.

Bon, d’accord, sa dernière favorite, une Allemande, lui a fait des misères pour une histoire de fric évidemment, estimant avoir droit à une partie du magot pour avoir fait don de son corps à la monarchie. Et elle a tout balancé aux médias. Faut jamais faire une confiance totale aux gonzesses, même quand elles ne sont pas féministes. Avec elles, y a toujours un moment où ça coince. Relisez nos bons auteurs, c’est plein de bons mots à leur égard. Pas des plus tendre. Faut dire aussi que même cocus, certains en redemandent. Passons. Tout ça, au final, pour quelques millions de dollars. Une broutille.

Et on vient nous seriner sur les difficultés du peuple espagnol avant, après et pendant la pandémie. Mais c’est pas lui qui a sinistré le pays mais bien les magouilleurs politiques de droite comme de gauche. Il n’a rien demandé, lui le roi, du haut de son trône où il ne pouvait pas plus  tarter les uns et les autres que les destituer. Alors, comme il faut bien un bouc émissaire à toutes leurs conneries, on s’en prend au roi, enfin à son père. A ce sujet d’ailleurs, son fils, Felipe, n’a rien compris au film. Il se la joue roi démocratique, pas dépensier du tout, respectueux des droits de l’homme et tout le toutim. Même la reine d'Angleterre n'en fait pas autant ! Mais ils s’en foutent les Espagnols, ils veulent un torero dans l’arène et du panache. A côté de son père, Juan, Felipe c’est le chevalier à la triste figure. Faut dire qu’une rumeur circule comme quoi c’est madame qui porte la culotte ! Une speakrine ! Mais c’est bien dans l’air du temps. Du coup, Juan Carlos, a décidé de s’exiler. Ca aussi, c’est le lot commun de nos monarques européens, l’exil. Les peuples sont ingrats par nature. C’est même la loi du genre !

09:48 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 04 août 2020

Le nouveau numéro d'Eléments est sorti...

116437559_3249301691792510_5927003621359220395_o.jpg

Eléments n°165, cliquez ici

en vente dans les maisons de la presse.

23:27 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Terre & peuple magazine n°84 (été 2020) est paru...

TP_n84_couv.jpg

En savoir plus cliquez ici

23:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Lansquenets d'Europe ont tenu, malgré les contraintes, leur rencontre estivale dans le sud de la France

 

20190727_110206 - copie.jpg

Compte-rendu de la session 2020 des Lansquenets d’Europe

Malgré les nombreuses difficultés actuellement imposées par le pouvoir politique, les Lansquenets d’Europe, association continentale d’ambition métapolitique pan-européenne animée par Gabriele Adinolfi (ci-dessus lors de la réunion de 2019), ont été les seuls de la période estivale à honorer leur rendez-vous annuel dans le Midi de la France. Précisons que cette réunion se tenait dans un lieu privé, en Provence, et, le plus souvent en plein air.

Du 23 au 26 juillet 2020 se sont donc tenues leurs cinquièmes rencontres près d’Aix-en-Provence. Malgré une faible affluence due à la crise sanitaire et à ses conséquences économiques, une trentaine de personnes, venues de France, d’Italie, de Belgique, d’Espagne, des Pays-Bas, de Pologne et de Suisse, ont néanmoins tenu à s’y inscrire.

Répartis au gré des activités tantôt en trois commissions linguistiques distinctes (français, italien et anglais) d’études et d’analyses, tantôt en quatre équipes portant chacune le nom d’une divinité de la santé issue des panthéons européens et une couleur s’y référant (gris pour le Celte Grian - ou Grannus -, blanc pour le Gréco-Romain Asclepios - ou Esculape -, bleu pour le Gallo-Lusitanien Borvo - ou Boru ou Bruich – et rouge pour Endovelicus le Lusitanien),  les Lansquenets ont, pendant trois jours, non seulement réfléchi au monde post-covid qui se met en place, mais aussi pris des initiatives à court et moyen terme. Ils ont en outre pratiqué quatre épreuves sportives. Vu les circonstances, pas de football ni de tir à la corde ! Plutôt le bon vieux jeu de l’épervier, un concours nocturne de bras de fer, une compétition de course d’endurance rapide et un tournoi de pétanque.

Nourris par une cuisine qui sut mettre les petits plats dans les grands comme ce délicieux poulet à la bière ou la désormais traditionnelle séance des spaghetti al dente à minuit, les participants ont pris connaissance des réalisations audacieuses entreprises en Pologne par le mouvement Troisième Voie, en Espagne par le Cercle Alphonse Premier et, en Italie, dans la région de Florence, par l’association Casaggi. Ils ont enfin suivi une excellente intervention de Lucien Cerise sur les nouvelles pratiques d’ingénierie sociale intitulée « De la société de la communication au transhumanisme ».

Au terme de ces trois journées fructueuses en discussions et en remue-méninge, tous les convives ont reçu de la part de Gabriele Adinolfi une attestation de participation qui proclame avec fierté que « la fidélité est plus forte que le covid ». C’est ça aussi, l’esprit européen !

11125.jpg

Le message de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, aux Lansquenets d'Europe :

Chers Camarades européens,

Chers Amis Lansquenets,

Cher Gabriele.

En écrivant ces quelques mots, je dois dire que j’éprouve beaucoup de peine. Beaucoup de peine car j’ai la détestable impression d’abandonner un Ami en rase campagne. Et, croyez-le, cela bien malgré moi.

En effet, depuis près de 40 ans que je connais Gabriele, jamais celui-ci ne m’a déçu, il a toujours répondu « présent » lorsque je lui ai proposé de venir participer à l’une ou l’autre des réunions, et Dieu sait qu’il y en a eu de nombreuses, que j’ai organisées à Paris ou en province. Gabriele est toujours venu nous éclairer, ou tout du moins tenter de nous éclairer, car nous autres Français avons parfois du mal à suivre les méandres de l’histoire politique italienne. Mais il ne semble pas nous en tenir trop rigueur puisque, imperturbablement, il continue à prêcher la bonne parole auprès de nos compatriotes qui, non seulement l’apprécient, mais l’admirent car il fait partie de ces hommes qui ont tout sacrifié pour la noble cause qui est la nôtre.

C’est donc avec un infini regret que, cette année, je ne peux pas venir suivre les travaux des Rencontres estivales des Lansquenets. Les quelques mois pénibles que nous venons de passer m’obligeant à remettre en marche beaucoup de choses au sein de nos éditions et organisations et, par conséquent, à rester en Bretagne pour cela.

Le souvenir du merveilleux moment passé parmi vous tous l’an dernier rend ce choix encore plus difficile. Mais ce n’est que partie remise...

Vous allez, durant ces quelques jours, travailler sur les différents projets européens initiés par Gabriele Adinolfi. Ceux-ci sont importants car ils permettent de renforcer la cohésion entre les différentes forces nationales que vous représentez, chacun chez vous, sur notre continent. Ils le sont d’autant plus que nous savons que la riposte aux défis qui nous sont imposés par nos ennemis, quels qu’ils soient, ne peut être qu’européenne. Pour triompher des oligarchies mondialistes qui l’asservissent, l’Europe doit être conçue comme une complémentarité de Nations combattantes. Il en va de l’avenir de notre civilisation.

En fait, la synthèse nationale que nous essayons de réaliser en France est aussi en train de se réaliser en Europe grâce au travail exemplaire réalisé par les différents cercles animés par Gabriele.

Notre ami Georges Feltin-Tracol qui, lui, est parmi vous aujourd’hui vous tiendra informés, si vous le souhaitez, de toutes nos activités en France. Il nous fera aussi un rapport complet sur les travaux et décisions prises lors de ces journées. Rapport que nous diffuserons largement auprès des nationalistes et identitaires de notre pays. Même si, comme je vous l’ai dit, la première partie de cette année 2020 n’a pas été facile pour Synthèse nationale en raison des restrictions et du confinement imposé par le gouvernement, ce ne sont pas les projets d’avenir qui nous manquent.

Je vous remercie, Chers Amis, pour votre compréhension et vous souhaite à tous un bon et studieux séjour en Provence.

4444 copie.jpg

10:35 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 03 août 2020

Une tribune dans Le Figaro de Jacques Julliard : Pour une Europe politique...

Jacques Julliard.jpg

Le normalien Jacques Julliard, 87 ans, longtemps journaliste au Nouvel Observateur et désormais chroniqueur à  l’excellent hebdomadaire Marianne est l’un des rares intellectuels de gauche – avec Régis Debray – à n’avoir pas un casque à boulon à la place du cerveau comme ses ex-amis socialistes ou les fols dingues écolos. Il nous livre ici une analyse du monde d’aujourd’hui avec laquelle nous sommes globalement d’accord. L’Occident est mort, nous dit-il, c’est fini. Il faut instaurer une Europe de la puissance face au désordre mondial et à la reconstitution des « empires ». Et ce autour d’un axe Paris-Berlin, incluant les pays du Sud comme l’Italie, l’Espagne et le Portugal. Et marginaliser la Hollande et les pays nordiques qui demeurent dans un espace économique et mental anglo-saxon. Pour une Europe de la puissance et non de la dépendance.

Lire la suite cliquez ICI

12:02 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’Algérie, ce « poison » tellement français

manifestation-a-alger.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Une fois de plus, une fois de trop, nous allons parler de cette chère Algérie, « chère » dans tous les sens du terme, qui n’est plus française depuis juillet 1962, tandis que la France devient, petit à petit et de plus en plus « algérienne ». Ce n’est pas nous qui le disons, mais le président algérien lui-même que se sont donné les quelques électeurs qui ont choisi Mr Tebboune, un pâle apparatchik désigné, en coulisse, par les militaires. Lequel Tebboune nous a éclairés sur le nombre de ses concitoyens vivant en France, 6 millions d’après lui, alors que l’INSEE dans ses statistiques, les minore radicalement – pour ne pas effrayer le « bobo », peut-être ?, nationaux ou binationaux compris.

Ces derniers d’ailleurs, n’étant pas reconnus comme tels par Alger qui, contrairement à Paris, n’entend pas reconnaître, à juste titre, ce statut hybride. Ce qui permet à ces gens-là de voter deux fois, une fois en France en tant que Français « bidon », et en Algérie pour les leurs, cette fois. Pourquoi encore et encore, parler de ce pays qui ne nous veut pas que du bien ? Justement, parce que l’Algérie est un poison pour la France. Poison mémoriel, poison économique et poison sanitaire.

Emmanuel Macron, lorsqu’il était candidat à l’élection présidentielle, avait déclaré à Alger en 2017 que la France, son pays, avait commis « des crimes contre l’humanité ». Après avoir salué dernièrement la veuve Audin, femme du traître du même nom, Il vient de faire restituer les dépouilles des « héros » de « la guerre de conquête » menée dans les années 1830 et suivantes, corps qui ont été inhumés avec faste dans le carré des martyrs, dans un cimetière d’Alger. Il faut tout de même rappeler que si le roi de France Charles X a décidé d’une expédition contre Alger, c’est qu’à l’époque il fallait nettoyer la Méditerranée de ce nid de Barbaresques, nominalement sous la suzeraineté de la Sublime Porte.

Ces pirates musulmans qui capturaient des passagers de bateaux européens pour en faire des esclaves – plus ou moins 7 à 800 000 en trois siècles tout de même ! –, notamment des femmes, dont les plus belles finissaient dans les harems d’Alger, de Tunis ou de Constantinople. Les autorités algériennes vont user et abuser encore des réflexes, de ces mauvais réflexes de repentance, qui habitent la classe politique française. Après la chansonnette sur les tortures, on en vient maintenant à suggérer des réparations financières pour les essais atomiques menés au Sahara qui auraient contaminé les populations.

On pourrait demander, nous aussi, réparation, toujours dans le registre du mémoriel et de la repentance, pour les Pieds-noirs et les harkis assassinés, et pourquoi pas, pour les militants du Mouvement Nationaliste Algérien, le MNA de Messali Hadj, le rival politique du Front de Libération Nationale ? Ces gens-là furent aussi massacrés par le FLN dans des conditions atroces. Et puis, s’il fallait présenter une facture, alors là nous sommes blindés. Les chiffres soulignant l’œuvre française réalisée dans ce pays en 130 ans, parlent d’eux-mêmes.

Algériens, voici la facture de la France !

Voici ce que l’Algérie devrait nous rembourser, et la liste n’est pas exhaustive : 150 hôpitaux avec 30 000 lits, un institut Pasteur, des équipes médicales mobiles parcourant le bled, 80 000 km de routes parfaitement carrossables, 4350 km de chemin de fer, 32 aérodromes, 14 ports modernes, 16 000 km de lignes électrifiées, des barrages, des écoles, des facultés, les prospections pétrolières, pétrole et gaz qui permettent au gouvernement de ce pays de subvenir, pour l’instant, aux besoins alimentaires de 40 millions d’individus.

(Si nous avions pratiqué la même politique génocidaire que certains, en Amérique du Nord ou du sud, ou encore en Australie, ce ne sont pas 10 millions de musulmans que nous aurions laissés, en partant !)

Lorsque fut entreprise la colonisation, désolé d’avoir à le dire, il n’y avait….RIEN ! Ce sont les cultivateurs européens, certes importés sur cette terre de mission qui l’ont défrichée, par exemple en assainissant la plaine de la Mitidja au prix de nombreuses pertes humaines en raison des maladies. Alors Messieurs les apparatchiks du FLN, basta, mezzo vocce s’il vous plaît, un peu de modestie et, surtout, de la reconnaissance.

« Le Zambèze avant la Corrèze »

Vous imaginez qu’avec l’argent et la sueur versés par la France et les Français en Algérie, tout ce qui aurait pu être fait dans l’Allier, la Creuse, le Tarn-et-Garonne ou le Calvados ? Comme le disait le regretté journaliste Raymond Cartier qui écrivait dans les colonnes de Paris-Match à l’époque où cet hebdomadaire était un GRAND journal, ce fut le « Zambèze avant la Corrèze ». Mais ce fut surtout l’honneur de la France d’équiper son empire, d’éduquer et de soigner ses ressortissants.

Alors, oui, encore assez, et vous les Algériens, dites-nous au moins merci, merci par respect pour la mémoire de nos ascendants qui ont bâti avec les autochtones ce pays qui est désormais le vôtre. État indépendant par la seule grâce de Charles De Gaulle, et non pas par la victoire de vos armes !

Mais puisque nous sommes d’affreux colonialistes, pourquoi diable autant d’Algériens viennent-ils chercher chez nous le réconfort sans trop d’effort ? Oui, pourquoi viennent-ils, par exemple, se faire soigner massivement en France, plutôt que chez eux ? Pourquoi Bouteflika venait-il jadis et hier se faire soigner au Val de Grâce ? N’avait-il pas confiance dans les praticiens de son pays ?

Une « coopération » à sens unique

L’Algérie nous exporte certes du pétrole et du gaz, mais en prime elle nous envoie ses malades pour lesquelles elle ne paye jamais l’ardoise à la sécu ! C’est comme pour les nombreux centenaires algériens qui ne meurent jamais et qui continuent de toucher leur retraite….Déficitaire la CNAV ? Voici une piste à creuser…

La nouveauté est arrivée avec le Covid-19. S’il y a une recrudescence de cette pandémie dans notre pays c’est dû, bien sûr, d’abord à l’irresponsabilité de certains de nos compatriotes, disons-le, mais aussi et certainement aux Algériens et autres binationaux qui reviennent d’Afrique, porteurs de la maladie, le sachant, mais qui préfèrent nos lits d’hôpitaux d’exploiteurs, de descendants de colonialistes et autres marchands d’esclaves.

Il faut que ce soit dit. Un certain docteur Philippe Parola signalait sur LCI le 15 juillet dernier, citons-le à peu près de mémoire, « que les nouveaux cas de coronavirus recensés à Marseille où le nombre de contaminations a doublé en un peu plus d’une semaine, sont dus à des gens qui reviennent essentiellement de l’Afrique et du Maghreb », et notamment d’Algérie, où les médecins se désolent de l’irresponsabilité des leurs. La direction générale de la santé reconnaît d’ailleurs qu’il y a un problème. Elle a détecté plusieurs cas de covid-19 éparpillés sur le territoire sur des gens revenant justement, d’Algérie.

L’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris signale que depuis la mi-juin plus de 310 nouveaux cas ont été identifiés, parmi lesquels des personnes arrivant de différents pays africains, dont l’Algérie. Il n’y a pas, là-bas, de tests de dépistage avant embarquement sur les avions ou les ferries, pas plus qu’il n’y en avait ces derniers temps aux arrivées dans les ports ou aux aéroports d’Orly et de Roissy avant, qu’enfin, le gouvernement ne se décide à les rendre obligatoires le 25 juillet. Alors, à propos des exigences et autres remontrances du président algérien, comme l’aurait dit l’abbé Pierre en apostrophant jadis Jean-Marie Le Pen, mais d’une façon plus polie, « Tebboune, tais-toi ! »

Une réconciliation est-elle possible ?

Il ne pourra jamais y avoir une VRAIE réconciliation franco-algérienne, tant que les zones d’ombre de l’une des deux parties seront occultées ou réfutées. Dans une guerre, les deux camps donnent des coups et en reçoivent, ce n’est pas un « match » à sens unique ! L’horreur n’est jamais l’apanage d’un seul « partenaire ».

Comme l’Allemagne hier, comme une Turquie débarrassée, demain, d’un Erdogan, l’Algérie et la France devront faire le ménage dans leur histoire commune. Mais pas sous l’égide d’un Stora propulsé par Macron pour raconter une histoire à sens unique. Cette discipline, par définition, est appelée à être constamment révisée, « revisitée » dirai-je.

C’est à ce prix que les ressortissants de nations jadis opposées ou en guerre contre elles-mêmes, peuvent tourner la page. Dans ce genre d’exercice, gardons-nous de l’exemple criminel des socialistes et autres gauchistes Espagnols, qui veulent rouvrir des plaies qui ne demandaient qu’à cicatriser. Souvent, le temps est un allié précieux…

11:29 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 02 août 2020

La Dissidence française cesse ses activités

Unknown.jpg

Communiqué de la Dissidence Française :

Par décision de ses instances nationales, et sur proposition de son président, la Dissidence Française cesse à compter de ce soir l’ensemble de ses activités politiques, éditoriales et militantes.

Cette décision fut prise à l’unanimité. Elle se justifie d’abord par l’inertie et les pesanteurs d’une mouvance nationaliste qui, à quelques exceptions près et malgré nos efforts constants en vue de la réorienter, n’est pas parvenue à s’extraire de sa marginalité et à se hisser à la hauteur des enjeux de notre temps. Mais elle se justifie surtout par la gravité de la crise économique, sociale et politique qui frappe aujourd’hui notre pays, et qui doit obliger chacun à un devoir d’inventaire et à un examen critique de son engagement militant afin d’en tirer les conclusions qui s’imposent.

Nous adressons nos remerciements à toutes celles et à tous ceux qui, en tant qu’adhérents, donateurs ou militants, se sont investis bénévolement et durant près de dix ans dans cette belle aventure que fut la Dissidence Française. À l’heure de tourner la page, c’est avec fierté que nous pouvons considérer une oeuvre qui fut toujours poursuivie dans l’honneur et la rectitude, sans jamais céder à l’esprit de défaite, aux démagogies et aux intrigues qui caractérisent trop souvent la vie politique française.

Demain, dimanche 2 août 2020 à 15h, Vincent Vauclin dévoilera lors d’une intervention vidéo, diffusée sur YouTube et Facebook, les suites qu’il se propose de donner à ce combat.

Source : cliquez ici

10:21 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’or et l’argent n’ont pas fini de grimper

vannes-il-commande-un-maillot-et-se-fait-livrer-des-lingots-dor-1326104.jpg

Marc Rousset

Le cours de l’or à Londres, ce vendredi 31 juillet, était de 1976,10 dollars l’once, donc très proche de la barre des 2.000 dollars qui pourrait devenir une nouvelle référence, et bien au-dessus du record précédent de 1.921 dollars, en septembre 2011. Le cours du métal jaune s’est apprécié de plus de 25 %, depuis le début de l’année. Le coronavirus n’aura fait qu’accélérer et confirmer les thèses de ceux qui, avant sa venue, pronostiquaient déjà une grave crise économique, suite à l’hyperendettement démentiel tous agents, partout dans le monde, qui ne pouvait trouver une solution que par la création monétaire et l’hyperinflation. En fait, ce ne sont pas l’or et l’argent qui grimpent, mais les agents économiques qui perdent confiance dans la valeur des monnaies.

Toutes les conditions pour faire grimper les métaux précieux sont réunies : politique monétaire laxiste, taux réels des obligations en territoire négatif, incertitudes autour du virus, plans démentiels de relance économique des États par la dette, nouvelles mesures d’assouplissement monétaire prévues par la Fed et la BCE, risques de krach boursier, tensions Chine-États-Unis.

L’argent a dépassé les 24 dollars l’once pour se diriger vers les 25 dollars, alors qu’il s’achetait encore, en mars, pour 12 dollars. Il s’est apprécié de 25 % durant le seul mois de juillet, soit sa seconde plus forte hausse mensuelle de l’Histoire. Mais l’argent semble toujours sous-évalué par rapport à l’or car il est encore très loin de son record d’avril 2011, à 48,59 dollars l’once. Il faut, aujourd’hui, environ 80 onces d’argent pour acheter une once d’or, alors que la moyenne historique est de 60. L’argent est plus spéculatif que l’or car il est utilisé davantage à des fins industrielles et il n’est plus acheté de nos jours par les banques centrales, qui ont renoncé au bimétallisme or-argent des siècles précédents.

Les fonds souverains commencent à bouder les actions pour investir dans les métaux précieux. Selon Invesco, 18 % des banques centrales envisagent d’acheter encore de l’or, tandis que ce pourcentage passe à 23 % pour les fonds souverains. Les banques centrales achètent exclusivement des lingots physiques, tandis que les fonds souverains préfèrent les ETF (Exchange Traded Funds), les contrats à terme et les swaps (contrats d’échange de flux financiers). La performance de l’or est d’autant plus exceptionnelle que la demande d’or chinoise a chuté pendant le premier semestre. Ce sont donc les achats dictés par la peur (« fear trade ») qui ont alimenté la hausse du métal jaune.

Jamais, en 244 ans, depuis la fondation des États-Unis d’Amérique, l’économie américaine n’a été aussi inondée d’argent. La masse monétaire M2, qui est la plus caractéristique, a augmenté en un an de 24 % aux États-Unis, ce qui n’a jamais été le cas jusqu’à présent. C’est cette création monétaire effrénée qui alimente la hausse explosive de l’or. Une fois encore, Ray Dalio, le fondateur de Bridgewater Associates, qui recommandait l’achat d’or en janvier dernier, aura eu raison. Même si le cours de l’or devait connaître une correction passagère, il poursuivra son ascension en reprenant sa marche en avant. Selon Bank of America, l’or pourrait atteindre les 3.000 dollars dans les 18 mois à venir. L’objectif à court terme de Citigroup est de 2.100 dollars l’once. Quant à Goldman Sachs, les prévisions à 12 mois ont été relevées à 2.300 dollars l’once.

Des prix élevés sur l’or sont inévitables au moment où nous entrons dans une période semblable à l’environnement apparu après la crise financière mondiale de 2008-2009, d’autant plus que cette crise n’est en fait que le prolongement de celle de 2008 avec l’accélérateur Covid-19 en plus, mais cette fois-ci, au lieu de chuter comme après 2011, les prix de l’or pourraient bien continuer de monter à la verticale, comme en Allemagne en 1923, dès que l’hyperinflation apparaîtra en 2021 ou 2022.

10:12 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Séparatisme ! De quoi s’agit-il ?

661-magic-article-actu-c4d-c1f-56a634a53aee3ac6fb3489dc2c-jean-castex-veut-combattre-le-separatisme-et-l-islamisme-qui-s-en-prennent-aux-lois-de-la-republique|c4dc1f56a634a53aee3ac6fb3489dc2c.jpg

Le billet de Patrick Parment

Le camarade Castex nous a fait clairement savoir qu’il allait s’attaquer au « séparatisme »… social, j’imagine. Voici donc un nouveau mot dans la langue techno pour désigner tout simplement le communautarisme qui sévit dans la société française et plus particulièrement sa version islamique, car il ne saurait être question de désigner la communauté juive qui, elle, ne pose aucun problème et qui se distingue essentiellement par une demande de lutte contre l’antisémitisme. On notera toutefois que l’antisémitisme n’atteint guère le degré de délinquance dû à l’islam et à ses sbires communautaires.

Ce gouvernement est en fait devant un double problème. Celui de l’immigration en général qui voit l’arrivée régulière sur notre sol des individus extra-européens qui vont venir alourdir les comptes sociaux – c’est-à-dire ponctionner le travail des Français -, et un problème proprement communautaire qui est celui des communautés islamiques où se retrouvent des races diverses et variées, du Maghrébin au Noir en passant par les Pakistanais et autres. Ce gouvernement – mais aussi tous ceux à venir – devrait reconnaître enfin cette réalité que l’immigration déchire la société française. Est-il acceptable, par exemple, que les zones de non-droit, ces cités où la République n’a aucun sens, prolifèrent et corollaire d’une délinquance qui prend des proportions inquiétantes. On voit mal le trio Macron-Castex-Darmanin apporter des solutions à une encablure de l’élection présidentielle.

Mais ce gouvernement a-t-il aussi à l’esprit que ce qu’il appelle « séparatisme » - et dont il ne donne aucune définition -, concerne aussi la France gauloise, elle-même fracturée entre une France urbaine et une France péri-urbaine et rurale. Du côté urbain les tenants d’une économie libérale qui vit bien de la mondialisation et de l’autre celle des Français qui paient la facture ? Une France majoritaire puisqu’il s’agit de la classe moyenne dont les Gilets jaunes sont l’expression la plus voyante. Car cette France-là existe toujours et c’est même elle qui constitue le gros des abstentionnistes aux élections. L’élection, dans les grandes villes notamment – Paris, Marseille, Lille, Lyon, Tours Poitiers, etc. - avec ses élus écolos et autres qui crient victoire ne sont en fait représentatifs de rien du tout puisque l’abstention a atteint 60%. Comme par hasard, la plupart des maires des petites et moyennes communes ont été réélus dès le premier tour. Cherchez l’erreur !

Ce gouvernement a donc deux fronts devant lui et on pourrait même en ajouter un troisième avec l’Europe. Mais, ce n’est pas nouveau qu’on ne voit poindre la moindre issue. Ah, si, les Américains ont déplacé leurs troupes d’occupation en Allemagne et installés leur QG en Belgique voire envoyer des troupes en Pologne, tant les Polonais ont la trouille de voir débarquer les Russes. Bref, ces troupes américaines, c’est encore un moyen de semer la zizanie en Europe et d’affaiblir les Européens. On se pose la question de savoir  quand cesseront-nous d’être naïfs ?

Pour nous résumer, l’avenir est sombre pour Castex et son gouvernement qui va devoir faire face dès septembre a une situation sociale des plus tendue. En effet, il y a tout lieu de craindre que les faillites et autres dépôts de bilan s’accélèrent, que le nombre de chômeurs augmente. Et nul ne sait à l’avance comment la société réagira, quels mouvements sociaux cela risque d’engendrer. Monsieur Castex et son petit personnel ministériel ont tout intérêt à bien profiter de leurs vacances, la rentrée risque fort de n’être pas sereine du tout.

10:12 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 01 août 2020

Journal du chaos

couv  pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:12 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

À PROPOS DU COVID 19 : ALEXANDRA HENRION-CAUDE NOUS DIT TOUT...

capture-decran-2019-07-15-a-19-46-01.png

00:24 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 31 juillet 2020

Bioéthique: la loi de toutes les dérives

Quiz_Assemblée_nationale_21801550_Drupal-750x536.jpg

Guillaume de Thieulloy

L’Assemblée nationale a commencé la deuxième lecture du projet de loi bioéthique. Tout dans cette deuxième lecture est surréaliste. A commencer par l’agenda: la France sort tout juste du confinement consécutif au covid-19, son économie est en très mauvaise santé et les faillites menacent d’être nombreuses à l’automne. Mais la première décision du nouveau gouvernement de Jean Castex a été de discuter de cette loi – dont 71% des Français estiment avec bon sens qu’elle n’est pas prioritaire! Il faut noter que la majorité avait initialement envisagée de ne pas débattre de ce texte avant 2021, mais le lobby LGBT a montré les dents et, instantanément, la majorité a cédé…

Cette discussion est aussi ahurissante en ce que les droits de l’opposition sont bafoués et même piétinés. Tout d’abord, comme en première lecture (et contre l’usage en matière de loi bioéthique), la majorité a choisi un débat en temps programmé, ce qui signifie que les débats sont minutés et que l’opposition dispose de très peu de temps pour faire valoir ses arguments dans l’hémicycle. Comme, par ailleurs, la discussion a lieu alors que les manifestations sont encore interdites pour cause d’épidémie, les opposants au texte n’ont tout simplement aucune possibilité pour se faire entendre. Par ailleurs, le gouvernement et la majorité brillent par leur absence et leur amateurisme. En commission, contrairement à l’usage, les ministres ne sont quasiment jamais venus. Lors du premier soir de la discussion dans l’hémicycle, seuls 2 députés de la majorité étaient en séance – les autres étaient à un cocktail, à l’invitation du Premier ministre.

Mais le plus ahurissant réside, bien sûr, dans les propositions de la commission. Toutes les dérives libertaires ont été proposées – Dieu merci, certaines vont être rejetées, mais le seul fait qu’on les propose en dit long sur le déclin de l’idée même de dignité humaine au sein de la représentation nationale. Je ne pourrai pas parler de tout, tant le champ des délires est vaste. Citons pêle mêle, la création délibérée par l’Etat d’orphelins de père pour répondre aux caprices des adultes (avec la PMA sans père pour les femmes seules et les couples de femmes – remboursée par la Sécurité sociale, s’il vous plaît!) ; la création d’embryons transgéniques ; la création de chimères (mi-homme mi-animal) ; le premier pas vers la légalisation des mères porteuses avec la technique de la ROPA (pour « Réception de l’Ovocyte du Partenaire »: ce qui signifie que, pour que deux femmes soient « également » mères : l’une donnera un ovocyte et on l’implantera, après l’avoir fécondé par le sperme d’un donneur anonyme, dans l’utérus de l’autre !) ; l’eugénisme va progresser d’un cran avec la légalisation du DPI-A (diagnostic pré implantatoire des aneuploïdies) qui vise à détruire les embryons fabriqués par assistance médicale à la procréation dont le nombre de chromosomes serait anormal – en d’autres termes, la technique vise, par exemple, à détruire les embryons trisomiques. Voici quelques unes des « avancées » discutées dans cette loi et elles font froid dans le dos.

Il reste un signe d’espérance. Même si les opposants apparaissent comme un « petit reste », ils se battent comme des lions dans l’hémicycle – il faudrait les remercier tous, Emmanuelle Ménard, Xavier Breton, Marc Le Fur, Agnès Thil et tant d’autres de partis différents, mais qui se battent ensemble pour la dignité de l’être humain, réduit à l’état de chose par l’action conjuguée du marché et de l’Etat. Et, peut-être plus important encore pour l’avenir, de nombreux évêques ont parlé nettement contre ces dérives. Parmi beaucoup d’autres (qu’il faudrait tous remercier), citons:

Mgr Ginoux, évêque de Montauban: « Nous ne sommes plus dans la science au service de l’homme mais dans l’ouverture à l’inhumain. La transgression des limites ne fera pas grandir l’humanité. La réflexion sérieuse sur la personne humaine montre que cette nouvelle anthropologie nie l’origine et la fin de l’homme pour en faire un être manipulé par la technique selon des caprices qui varient et des situations instables : le désir d’enfant à tout prix, quand il n’est qu’une envie à satisfaire, n’est pas le don de soi dans l’amour partagé et reste stérile même si on se fabrique un enfant. Comme le dit souvent le pape François « tout est lié » : on ne peut pas, avec raison, promouvoir l’écologie intégrale, respecter la nature, les animaux, la planète et bafouer le droit de l’enfant à avoir un père et une mère, ne pas respecter l’embryon humain, ne pas reconnaître que l’être humain est une créature et qu’il a un créateur. Tout ce qui peut faire entendre raison à nos parlementaires doit être fait pour le bien de tous. La légalisation de la transgression serait une fois de plus la porte ouverte à toutes les violences. »

Mgr Rey, évêque de Fréjus-Toulon: « La Procréation Médicalement Assistée ouverte aux couples de femmes qui privera un enfant de père n’est que la partie émergée d’un texte profondément transgressif. Sachant l’importance de la complémentarité homme/femme, nous ne pouvons accepter un changement anthropologique si profond qu’il effacera volontairement la paternité dans la construction, l’éducation et l’équilibre d’un enfant. Celui-ci ne sera plus reconnu comme un don mais comme un droit. L’enfant sera désormais le fruit d’un « projet parental » inscrit dans la loi, ouvrant ainsi la porte à la Gestation Pour Autrui. Les autres propositions sont indignes d’un Etat qui prétend reconnaître et honorer la dignité de la personne humaine. […] On ne peut se contenter d’une écologie qui ne concernerait que le climat et l’environnement, sans tenir compte de la nature et de la dignité de l’homme, de sa conception à sa mort naturelle. […] Entre la France des robots et de la technique, du progrès érigé en nouvelle croyance, et celle de l’attention au pauvre, du refus de la misère, du respect inconditionnel de la personne humaine, de la sobriété et du partage, notre choix est fait. »

Monseigneur Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron : « Ne reculant devant aucune transgression, les « apprentis-sorciers » de la « commission spéciale » sont en effet à l’origine d’un certain nombre de dispositions, qui se traduisent incontestablement par une « rupture anthropologique majeure ». […] Dans ces conditions, qui ne serait effrayé devant une telle manipulation de l’être humain, réduit à un matériau disponible aux désirs égoïstes d’une minorité de privilégiés qui pèsent sur le marché, ou à des fins de recherche médicale, quand on prétend par ailleurs déployer tant d’énergies pour sauvegarder les espèces animales au nom de la protection de l’environnement ? Comment ne pas manifester son indignation devant ce qui apparaît comme un passage en force, en plein cœur de la torpeur estivale, alors qu’après l’épreuve du confinement, les français sont en quête de détente et d’évasion ? Il est même à craindre que la psychose entretenue par la classe politico-médiatique autour d’une hypothétique deuxième vague de l’épidémie, conduisant à la mise en œuvre autoritaire de moyens disproportionnés pour lutter contre la pandémie, serve à détourner l’attention des citoyens de ces basses manœuvres politiques. Pourquoi en effet le Premier Ministre, dans son Discours de politique générale, omet-il d’évoquer le projet de loi bioéthique, alors qu’il est traité en urgence à l’Assemblée nationale ? Faut-il que la conscience de nos contemporains soit à ce point anesthésiée pour ne plus savoir prendre la mesure de la gravité de telles transgressions destructrices de la dignité de la personne humaine, à commencer par la plus vulnérable ? Pourra-t-on longtemps encore offenser le Créateur en son dessein de sagesse et d’amour ? »

Mais beaucoup de déclarations mériteraient d’être relayées. Elles sont toutes reprises ici. Depuis quelques années, l’Eglise de France parle de plus en plus clairement sur ces questions liées à la vie et à la famille et c’est, à mon avis, décisif pour l’avenir: une coalition pro-vie, qui nous a cruellement manqué depuis près d’un demi-siècle, est en train de naître sous nos yeux. Pour le moment, certes, nous perdons des batailles, mais nous préparons – trop lentement, bien sûr, mais sûrement – les conditions d’une résistance enfin victorieuse aux destructions prétendument progressistes.

Source : cliquez ici

18:00 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Virginie Vota : Contre l’avortement. Voici mes arguments !

VV.jpg

16:24 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une heure de vérités avec Xavier Moreau et Alain Escada

Une heure de vérités: Alain Escada reçoit aujourd'hui Xavier Moreau, géopolitologue spécialiste de la Russie.

Sujets évoqués : coronavirus Covid 19, Black Lives Matter et racisme anti-Blancs vus de Russie, la nouvelle Constitution Russe, Vladimir Poutine,...

Capture d’écran 2020-07-31 à 15.45.10.png

15:48 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le député italien Vittorio Sgarbi dénonce les manipulations des chiffres

Sgarbi.jpg

15:23 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

DIMANCHE 6 SEPTEMBRE : ROLAND HÉLIE INVITÉ À LA FÊTE BRETONNE DU PARTI DE LA FRANCE PRÈS DE RENNES

2020 09 06 FETE BRETAGNE.jpg

Effondrement économique, tsunami social... Mais l'heure des comptes viendra bientôt.

TOUZE JF.jpgL'avis de
Jean-François Touzé
 
Chute libre du PIB européen (12,1 % au deuxième trimestre 2020) ; effondrement du PIB français (13,8 %). Dans le même temps, l'inflation gagne du terrain dans notre pays (+ 0,86 % en juillet). Des dizaines de milliers d'entreprises et de commerces vont fermer ; des millions de chômeurs ne tarderont pas à venir grossir le flux des marginalisés et des miséreux. 
 
La responsabilité de ce drame économique et bientôt social n'est pas à chercher dans un virus de hasard.
 
La responsabilité incombe sans qu'aucun pardon populaire ne puisse leur être accordé, aux gouvernants de façade et de finance qui ont cloîtré les populations pendant deux mois et stopper toute vie économique.
 
La responsabilité incombe à un Système qui, obsédé par sa survie et celle des intérêts qu'il représente et structure, non seulement n'a pas su prévoir, mais, en forçant à des délocalisations massives, en détruisant les industries nationales du vieux continent, en le réduisant à une terre de services, de tourisme et éventuellement de luxe conformément à un vaste plan de répartition mondiale et globaliste, a placé nos Nations et nos peuples en situation de vulnérabilité létale.
 
En France, la responsabilité incombe plus particulièrement aux gouvernements successifs du régime qui ont laissé se dégrader nos services hospitaliers, faisant des personnels soignants un lumpenprolétariat taillable et corvéable à merci, tout en tiersmondisant nos infrastructures médicales.
 
Sans épidémie, nul doute que la crise serait quand même venue tôt ou tard. La technostructure, elle, tente de se servir du coronavirus pour faire oublier ses fautes d'hier, devenues les crimes d'aujourd'hui, et de vastes plans de relance et de continuité seront mis en oeuvre, non pour venir en aide aux entreprises et aux classes éprouvées, mais pour sauver l'essentiel des principes qu'impose le totalitarisme spéculatif qui veut continuer de régir le monde.
 
Cette fois, il n'y parviendront pas. L'heure des comptes approche. A nous de faire en sorte que l'apurement de ceux-ci ne se soldent pas par une autre dictature, soit celle du marxisme-léninisme repeint en progressisme radical, vert rouge et arc-en-ciel, soit celle de l'islamisme qui, lui aussi, guette son moment.
 
La mémoire des peuples, si elle reste longtemps enfouie, finit toujours pas resurgir. Leur colère aussi. Caevant Consules !

14:22 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Suppression impitoyable de tous messages en faveur de la chloroquine

raoult_interdit.jpg

Jany Leroy dans Boulevard Voltaire

Comme il fallait s’y attendre, la Commission européenne n’a pas retenu le traitement à la chloroquine préconisé par le professeur Raoult. Les chiffres de guérison qu’il avançait devaient être faux ou truqués, inventés, falsifiés. Les savants de BFM TV ne s’y sont pas trompés. Tout ça n’était que poudre de perlimpinpin. Et puis, comment voulez-vous guérir qui que ce soit avec un look pareil ? Les malades s’enfuyaient horrifiés dès qu’ils l’apercevaient dans un couloir.

À cette substance médiatiquement maudite, la Commission a préféré le remdésivir des laboratoires Gilead. Plus sérieux. Plus goûtu. Et… il est vrai… heu… comment dire ? Plus onéreux. Voilà. Le mot est lâché. À ce jour, les comptables de Gilead ont fixé le prix du flacon de la potion miraculeuse à 390 dollars par flacon. Traitement de 5 jours avec 6 flacons : 2.040 dollars, soit 1.735 euros (source industriepharma.fr)

Depuis l’annonce de l’homologation, des effets positifs sur la santé se sont déjà produits ici et là. Des banquiers déprimés par les 12 euros du traitement Raoult ont retrouvé le moral, des financiers pâlichons reprennent des couleurs, les porteurs d’actions Gilead marchent sur l’eau… Devant tant d’améliorations, la Commission européenne a passé commande de 30.000 traitements. 63 millions d’euros, rappelle Ouest-France. La santé n’a pas de prix.

Autre effet secondaire de cette homologation : tout message en faveur de la chloroquine est, désormais, immédiatement supprimé des réseaux sociaux. On jette, on efface, on annule et informe le contrevenant qu’il s’agit d’une « fake news ». La fameuse. Les censeurs salariés, intitulés pompeusement modérateurs, connaissent les méfaits du produit. Pas vous.

Un groupement de médecins américains qui vantaient haut et fort les mérites de l’hydroxychloroquine s’est vu coupé du monde en quatrième vitesse. Compte Twitter du fils de suspendu pour avoir relayé la vidéo. Les réseaux sociaux tirent à vue. Pas un seul mot en faveur du traitement Raoult n’est toléré. Les choses sont claires. On ne discute plus.

Entre l’institution et le professeur marseillais, la polémique tourne au vinaigre. L’accusation de faux témoignage par le directeur de l’AP-HP a eu raison du flegme de qui porte plainte pour « dénonciation calomnieuse » à l’encontre de Martin Hirsch, nous explique Le Point. Rien ne va plus. La propagande est entrée dans sa phase dure. Comme annoncé, la deuxième vague est bien là.

11:10 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook