Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 27 février 2020

Gagner la lutte contre le cancer – Conférence de Sylvie Beljanski à Grenoble Le 10 mars

Beljanski-Grenoble-4f90d.png

L’équipe d’E&R Grenoble recevra Sylvie Beljanski, fille du biologiste français Mirko Beljanski, le mardi 10 mars 2020 à 20h à Grenoble pour une conférence intitulée « Gagner la lutte contre le cancer ».

À l’occasion de la sortie de son livre Gagner la lutte contre le cancer : la découverte dont la République n’a pas voulu, Sylvie Beljanski présentera les recherches que son père, le Dr Mirko Beljanski, avait conduit à l’Institut Pasteur sur une approche naturelle du cancer, ainsi que les confirmations scientifiques américaines obtenues depuis la reprise du travail de recherche aux États-Unis.

Les droits d’auteur sont directement versés à la Fondation Beljanski pour soutenir la recherche contre le cancer.

Entrée : 10 euros (à payer sur place)

Réservations et renseignements : confgre@gmail.com

Merci de mentionner dans votre courriel, pour chaque personne :

- nom et prénom
- un numéro de téléphone portable
- une adresse mail

Lors de l’inscription, possibilité de commander (jusqu’au jeudi 5 mars 2020, 23h59) des livres du site Kontre Kulture à payer sur place le jour de la conférence.

12:04 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

49.3 et obstruction : quand l’Assemblée trahit le peuple

polony.jpg

Par Natacha Polony

Obstruction contre passage en force. On peut jouer longtemps à savoir qui est coupable de poignarder encore un peu plus violemment la démocratie représentative. Du début à la n, le projet de réforme des retraites aura constitué un naufrage politique. D’une idée plébiscitée par une majorité de Français, l’obstination technocratique à faire travailler plus longtemps des citoyens soupçonnés de paresse congénitale aura fait une occasion de plus de construire l’image d’un pouvoir autoritaire et sourd. En face, la guerre de tranchées des députés insoumis à coups d’amendements prétextes aura davantage encore détruit ce qui reste de débat à l’Assemblée nationale. Et ces mots consternants du corapporteur de la loi, le député MoDem Nicolas Turquois, lançant à l’opposition sans même se rendre compte de l’énormité de ses propos : « Certains ont dit “la République, c’est moi”, eh bien, la République, c’est nous, et vous, vous n’êtes rien. » Irresponsabilité, mépris des institutions et réduction de la politique à une guerre de religion. On peut jouer longtemps à tout cela. Jusqu’à ce que les citoyens ne croient définitivement plus en la République comme moyen de tendre vers le bien commun.

Tout est aberrant dans cette histoire. Le 49.3, agité comme un chiffon rouge par Edouard Philippe et les députés La République en marche avec des airs compassés d’hommes prêts à « prendre leurs responsabilités », est depuis déjà quelques années détourné de son objet premier. Cet instrument permettant à un gouvernement de mettre en jeu sa légitimité face aux députés quand sa majorité ne le suit pas a perdu tout son sens lorsque cette majorité est écrasante et soumise. Résultat : il ne sert plus qu’à accélérer le vote d’une loi face à des députés d’opposition occupés à déposer de faux amendements pour ralentir le cours des choses. Qui, dans cette pantomime, se moque le plus des citoyens et de leur représentation légitime par des élus chargés de voter la loi en leur nom ? Un partout, la balle au centre.

Depuis deux ans et demi, les députés de La République en marche n’ont pas une fois daigné examiner les amendements proposés par les différentes oppositions, La France insoumise ou Les Républicains. Pas une fois ils n’ont considéré que l’opposition pouvait jouer un quelconque rôle démocratique. « La République, c’est nous, et vous, vous n’êtes rien. » Le cri du cœur. Et c’est comme cela, très exactement, que des députés LREM se sont retrouvés à refuser l’allongement du congé de deuil parental, proposé non pas par l’opposition, mais par un de leurs alliés, l’UDI, pour lequel ils n’ont visiblement pas plus de considération.

Tout le monde a donc bien compris que débattre entre représentants sur les dispositions précises qui pourraient améliorer les conditions de vie des mères de famille ou des ouvriers soumis à des tâches usantes qui leur abîment le corps n’a rigoureusement aucun intérêt. L’enjeu est ailleurs, dans ce spectacle qui se joue, pour les uns dans la rue et pour les autres dans la tête de ces électeurs de la bourgeoisie libérale qui doivent à tout prix être persuadés qu’Emmanuel Macron est bien ce « président réformateur » qui va en finir avec l’esprit de jouissance et les habitudes dépensières du peuple français. Le retour de la lutte des classes dans sa forme la plus brutale ne s’encombre pas de processus législatif et de délibération. Et c’est bien la raison pour laquelle La République en marche n’a pas jugé bon d’utiliser jusqu’à présent les outils qui lui auraient permis de contourner l’obstruction des députés insoumis, temps législatif programmé ou vote bloqué.

Le risque est d’ores et déjà identifié. Quand les citoyens seront définitivement persuadés que le long travail d’élaboration des lois par des élus du peuple est parfaitement inutile et qu’il suffit que des technocrates les rédigent dans le secret des cabinets ministériels pour le compte d’un gouvernement dont la seule légitimité est d’avoir empêché l’arrivée au pouvoir du Rassemblement national, ils ne verront plus aucune diffaérence entre la démocratie et un quelconque régime autoritaire vaguement validé par des élections ponctuelles.

On peut considérer que la grandeur, de la part de l’opposition, eût été de multiplier les amendements utiles (quitte à pousser jusqu’au millier), les propositions sincères, donnant ainsi une leçon de démocratie et de responsabilité à un pouvoir enfermé dans son obstination autocratique. C’était visiblement trop demander à des bateleurs habitués à jouer la politique du pire. L’Assemblée nationale est née des Etats généraux le 17 juin 1789. La représentation du peuple face à tous ceux qui veulent le priver de sa voix : telle devrait être sa vocation. Et si certains aujourd’hui réclament la démocratie directe à travers le référendum d’initiative citoyenne, ce n’est pas parce que la bête immonde du fascisme serait de retour mais bien parce que cette vocation a été trahie. Voulons-nous vraiment savoir jusqu’où cela peut mener ?

Source : Marianne 27/02/2020

11:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retour de La Manif pour Tous devant l’Elysée mardi prochain le 3 mars

3mars.jpeg

Après l’échec du préfet de police de Paris, qui a tenté d’interdire la manifestation de Marchons Enfants mardi, le collectif appelle à revenir le 3 mars place Clémenceau, devant l’Elysée, pour continuer à mettre la pression sur le président de la République.

11:54 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 26 février 2020

Eric Zemmour VS Emmanuelle Wargon sur les éoliennes et le nucléaire

2ème partie de l'émission "Face à l'info" du 24 février 2020.

Capture d’écran 2020-02-26 à 16.59.16.png

2019 02 EOL PUB LIV.jpg

Commandez ce livre cliquez ici

17:01 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le palmarès des Bobards d’Or 2020

bobards-dor-2020-palmares.jpg

Lundi 24 février avait lieu la 11e cérémonie des Bobards d’Or. Cet événement annuel organisé par Polémia a une fois de plus récompensé de nombreux journalistes et médias qui ont tout fait pour désinformer au mieux les rares Français faisant encore confiance aux médias dominants ! Voici le palmarès de ces Bobards d’Or 2020.

Prix Spéciaux:

Prix Spécial Xavier Dupont De Ligonnès à l’ensemble de la presse pour une douche écossaise mémorable !

Prix Spécial pour Quotidien pour une année passée riche en erreur et en mensonges multiples

Catégorie Bobard Sans Frontières

Bobard d’Or à l’AFP pour le Bobard Carcéral

Le 20 novembre dernier, l’AFP publiait une information exclusive : « Urgent. Selon l’ONU, plus de 100 000 enfants détenus aux Etats-Unis pour des motifs liés à l’immigration. » En réalité, les chiffres dataient… de 2015 ! Et, à l’époque, le responsable était donc un certain Barack Obama. Le but premier de cette dépêche étant sans doute d’attaquer, l’AFP a immédiatement retiré son information et la dépêche correspondante.

Lire la suite

11:00 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 février 2020

MERCREDI 26 FÉVRIER : L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS A COMME INVITÉ VINCENT VAUCLIN CANDIDAT AUX "PRIMAIRES POUR LA FRANCE"

RL 137 2020 02 26 V VAUCLIN.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS CLIQUEZ LÀ

10:43 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Immigration : un défi redoutable

immigration.jpg

Pierre Brochand n’est pas plus gauchiste que fasciste. C’est un haut fonctionnaire, longtemps en poste à l’étranger au titre du Quai d’Orsay, ancien ambassadeur et nommé en fin de carrière patron de la Direction générale de la sécurité extérieure, la fameuse DGSE. Il livre à Eugénie Bastié ses réflexions sur l’immigration et l’urgence qu’il y a d’aborder ce sujet avec lucidité et détermination.

« J’estime, en premier lieu, qu’une véritable politique de l’immigration exige une déchirante révision, c’est-à-dire ne plus se résigner au traitement «ex-post» d’une prétendue fatalité, mais reprendre impérativement le contrôle «ex-ante» de flux, maîtrisables pour peu qu’on le veuille. Et, en second lieu, je pense que cette politique devrait constituer une priorité: à quoi bon engager de vastes programmes sociaux et environnementaux, si une partie significative de ces dépenses est préemptée par un afflux incessant de bénéficiaires sans contrepartie immédiate ( «free riders» ), et, surtout, si la décomposition conflictuelle du pays en ruine les bénéfices attendus. »

Lire la suite ICI

10:31 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Disparition de Minute : un espace de liberté en moins...

couv-minute.jpg

Nous venons d'apprendre la mise en liquidation de l'hebdomadaire Minute. Un nouvel espace de liberté vient donc de se refermer. Malgrès les efforts louables de son directeur, Jean-Marie Molitor, Minute n'aura pas surmonté les effets des crises successives qui l'ont conduit à sa perte. Dans les années 1970, ce journal, créé au lendemain du bradage de l'Algérie française, était pourtant l'un des titres les plus lus de la presse française.

Près de soixante ans durant, Minute a survécu aux procès, saisies, et autres tentatives de le faire taire. Mais c'est la défection de ses lecteurs qui lui aura été fatale... C'est hélas ce qui menace l'ensemble de la presse non-conformiste. Cette disparition, espérons-le, ouvrira les yeux de ceux qui refusent les diktats du Système mais qui ignorent que toute opposition a un prix. Elle les incitera peut-être ainsi à soutenir les médias, comme Synthèse nationale, qui restent debout. Il en va de notre liberté à tous. 

Notre ami Francis Bergeron vient d'écrire dans le quotidien Présent un magnifique article sur notre confrère disparu. Nous le reproduisons ici, tout y est dit...

Roland Hélie

 

Adieu, mon vieux ‟Minute”

Une décision du tribunal de commerce en date du 29 janvier 2020 nous apprend, sans autres explications, que l’hebdomadaire Minute a été mis en liquidation. 

Ce journal satirique et d’investigation, sorte de Canard enchaîné de droite, a joué un rôle capital, exceptionnel même, dans l’histoire des droites françaises, et dans l’histoire à l’époque gaulliste, et ceci pendant près de 60 ans. 

Quand un confrère de cette importance disparaît, on ne peut s’empêcher de se demander : pourquoi cette disparition ? Et aussi : qu’aurait-il fallu faire pour l’éviter ?

Malgré sa longue existence, malgré le prestige lié à son nom, marque d’une véritable indépendance d’esprit, Minute a connu des hauts et des bas : d’abord de fabuleux tirages, ceci dès son lancement, en 1962, de Gaulle régnant (mais il faut dire que nous étions encore dans l’âge d’or de la presse papier), jusqu’aux années 1980 (250 000 ventes hebdomadaires, essentiellement en kiosque). 


Minute, c’était le vaisseau amiral d’une imposante flotte de journaux de droite. Mais à partir de la fin des années 1980, commencèrent les difficultés. Des difficultés internes, mais aussi celles liées à une montée de l’ostracisme et du sectarisme à son égard.

Minute fut le journal le plus souvent saisi, et le plus condamné de France.


Il a fait face à d’innombrables procès, et ceci jusque dans les années récentes. On ne le condamnait que parce qu’il s’appelait Minute

On se souvient de cette une sur Taubira, avec en légende : « Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane », ou encore ce titre sur le mariage homo : « Bientôt ils vont pouvoir s’enfiler… la bague au doigt ». 

Ce n’était pas de très bon goût, et c’est davantage dans le ton de Charlie ou du Canard enchaîné, mais Minute fut condamné, quand Charlie ou Le Canard enchaîné ne l’auraient pas été.

 Le gouvernement demanda même l’interdiction du titre. Mais Minute ne meurt pas de ses procès, semble-t-il.

Minute fut probablement le journal le plus attaqué, le plus agressé, le plus victime de bombes, de toute l’histoire de la presse française : notamment en 1963, en 1971, en 1972, en 1974, en 1982, en 1985... 
L’attentat à la voiture piégée du 1er mai 1974, commis par le terroriste international Carlos, détruisit l’immeuble de Minute, avenue Marceau.

 Mais ses conséquences auraient pu être beaucoup plus terribles. Pourtant Minute ne meurt pas des suites d’attaques de ses locaux ou d’attentats.

Minute ne meurt pas non plus de la crise de la presse papier… puisque Le Canard enchaîné, dont il fut un temps l’exact pendant, se porte bien, lui.

La technique du salami

Non, il meurt d’une progression continue du totalitarisme et de la pensée unique, il meurt d’une montée de la dictature, de ce que Martin Peltier appelle « une révolution douce mais implacable (…) dont le but sera notre mort ». 


Minute meurt de la conspiration du silence, et de cette technique du salami qui fait que l’on bannit les extrêmes, pour complaire à la gauche. 

Mais à rogner les extrêmes, on finit par se retrouver soi-même à la position extrême, interdit à son tour de parole.  Une certaine droite a pris ce pli, celui de la lâcheté, de la dhimmitude aux idées de gauche. 

C’est désormais le destin de LR par exemple, et même de LREM, que d’être rejetés à l’extrême droite, interdits de parole publique, dans certaines villes, dans certaines universités, par ces soi-disant antifas pour qui ils avaient marqué tant d’indulgence.

Au moment de jeter notre pelletée de terre, et quelques roses sur le cercueil de Minute, ayons une pensée pour tous les très grands journalistes qui y ont travaillé, les François Brigneau, Jean Montaldo, Serge de Beketch, Jean Bourdier, ADG, Jacques Tillier (qui faillit être assassiné par Mesrine), Jean-François Devay, Jean Mabire, et aussi pour ses dessinateurs : Pinatel et Jean Mara, d’abord.

La disparition de ce qui fut un très beau titre, un très beau journal, nous rappelle à quel point notre presse est fragile, elle qui n’a, pour seuls défenseurs que ses lecteurs, et pour seuls mécènes ou presque, ses abonnés. 
Et l’on en revient à la question de départ : qu’aurait-il fallu faire pour empêcher cette disparition ? 

Deux ou trois mille abonnés de plus auraient sans doute suffi à sauver le titre… quand plus de 10 638 000 Français (score de Marine Le Pen au second tour des présidentielles) se plaignent en même temps que les médias ne relaient pas les idées patriotes, identitaires, souverainistes dans lesquelles ils se reconnaissent

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 19 février 2020

 

La réaction de Jean-François Touzé et du Parti de la France :

De Jean-François Devay à Jean-Marie Molitor, Minute, avec ses grandes signatures, Serge de Beketch, François Brigneau, Jean Bourdier, Roland Gaucher, a, pendant presque soixante ans, accompagné tous nos combats.

Avec sa mise en liquidation judiciaire, la droite nationale perd un de ses titres les plus emblématiques. Même au temps des réseaux sociaux rois, un organe de presse engagé est pourtant un atout majeur de l'action politique.

Souhaitons que la disparition de Minute au terme d'un long déclin, après celle, il y a un peu plus de dix ans de notre cher National Hebdo, soit l'occasion d'une réflexion salutaire de notre camp. Plus que jamais, nous avons besoin d'un grand journal de combat.

10:23 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Buzyn passe aux aveux

661-magic-article-actu-82c-5a7-58a6fdf6a955abd65551aad220-municipales-a-paris-ce-que-propose-agnes-buzyn|82c5a758a6fdf6a955abd65551aad220.jpg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

Dans le Parisien du 19 février était publié un entretien révélateur, à de nombreux égards, de ce que vaut la candidature d'Agnès Buzyn à la mairie de Paris.

Entre autres fadaises plutôt ridicules, sur le thème "Candidate à Paris, j’en ai toujours rêvé", et "en même temps" elle dit avoir "dû prendre ma décision d'être candidate en 24 heures".

Deux jours avant la publication de cet article, le député macronien de Paris Sylvain Maillard avait été interrogé par Nicolas Beytout patron de L'Opinion. Il formulait sans complexe un pronostic plus risible encore, pour ne pas dire hallucinant. Car, pour les Municipales à Paris, il ose claironner : « Buzyn va gagner, car 60 % des Parisiens ne veulent plus d’Hidalgo ! ».

Autrement dit, ces gens préemptent tranquillement cette hypothèse que quiconque est contre la gauche, votera pour eux.

Or, le ministre, démissionnaire de la Santé et des solidarités, administration en triple crise, déclare une ligne bien différente. Elle n'intervient pas au nom de la droite, mais en consolation de la gauche déçue. Et elle avoue tout bonnement avoir voté Hidalgo en 2014 aux dernières élections municipales. Et il ne s'agit pas d'un coup de cœur passager. Elle votait auparavant pour Delanoë.

Pour être plus précis quant aux étiquetages politiques, cela veut dire que, dans son arrondissement, cette bourgeoise conformiste, qui semble solliciter les voix conservatrices et libérales a mis dans l'urne un bulletin en faveur d'une liste officiellement patronnée par le parti socialiste mais aussi par ce qui reste du PCF.

Cette candidate inexpérimentée se propose ainsi de rassembler sur sa bonne mine les voix d'un public politique, économique, social et culturel, qu'elle estime sans doute le plus bête du monde. Cette attitude est partagée d'ailleurs avec des nuances par son rival, lui aussi au nom d'un nouveau monde par l'atypique Villani. Lui aussi en 2014 avait soutenu Hidalgo, qu'on savait déjà une catastrophique mégère.

La bataille de Paris offre certes un cas un peu à part dans la campagne des municipales.

Le parti macronien en attendait beaucoup.

Notre vieille capitale en effet ne représente pas seulement le centre névralgique de l'État. Elle abritait autrefois le cœur historique de la nation française.

De Gaulle lui-même en 1969 considérait, à juste titre, qu'il fallait mettre un terme à la centralisation séculaire et prendre le chemin de la régionalisation. Il échoua sur ce point et on doit le regretter.

Finie bien évidemment l'époque où saint Thomas d'Aquin pouvait y voir le "four où se cuit le pain intellectuel de la chrétienté." Et quand un cinéaste s'empare, aujourd'hui, d'un titre de Victor Hugo c'est pour cracher, impunément, sur le pays qui l'a nourri et instruit.

Nous nous situons désormais dans la quintessence de Boboland. Cela résulte aussi d'un double phénomène. La fuite hors les murs de ce qui formait autrefois le peuple de Pari a été aggravée par la concentration de populations venues des quatre coins du globe,

Il s'agit du seul territoire de la république, par exemple, où moins de 40 % des ménages possèdent une automobile. Madame Hidalgo mise donc presque juste en cherchant les voix des 60 % restants.

Dans sa ville la vie de famille y est devenue de plus en plus difficile. Et depuis quelque 40 ans, exactement depuis des statistiques relevées professionnellement par l'auteur de ces lignes dès 1971, le solde migratoire français de souche y est devenu négatif. Les démographes se trouvent contraints de recourir à un euphémisme statistique : ils ne parlent pas de citoyens "de souche". Ils appellent, approximativement, "natifs au carré" les habitants de ce pays dont 4 grands-parents sur 4 sont nés en France. Or, en dehors des hauts fonctionnaires, il existe, parmi eux, des ingénieurs, des entrepreneurs, des chercheurs, des artistes [véritables] qui représentent de vraies élites créatrices, et qui contribuent grandement à la richesse et au rayonnement du pays. Et, contrairement à ce que l'on observait depuis des siècles, quand ils le peuvent, les jeunes préfèrent, majoritairement, quitter, pour ne pas dire fuir, cette mégalopole qu'on appelait autrefois la Ville Lumière. Elle n'accueille plus, comme nouveaux entrants, que des privilégiés de la république, d'une part, les mendiants, les squatteurs, les intermittents du spectacle, les faux réfugiés et autres migrants, d'autre part.

Tous ces paramètres devraient préoccuper, s'agissant du scrutin au-delà des Parisiens qui votent et des Franciliens qui ne votent pas l'ensemble des citoyens de l'Hexagone. Tout cela date aussi de 1975, et de l'idée giscardienne, qui se révéla désastreuse de rétablir un maire de Paris. Comme au temps de la Révolution. Le pouvoir central a toujours cherché, depuis lors, à obvier par des candidatures stupides, telle celle de Mme Kosciusko-Morizet ou celle de la malheureuse Panafieu, le rôle de cet édile. On ne voulait plus du bastion conquis par Chirac en 1977. C'est ce qui a permis à Delanoë d'abord et à Hidalgo en 2014 de régner sur la ville.

Le parti macronien part en fait très peu implanté au conseil de Paris. Sur 163 conseillers, il n'en possède que 6. Ses alliés du groupe UDI-Modem : 12 et Agir 16, beaucoup moins que les héritiers "républicains" du parti gaulliste, au nombre de 30 et les "divers droite" 10. Dans ce petit parlement, la courte majorité de Mme Hidalgo comprend 5 groupes et ne compte que 45 socialistes et 15 communistes…

Or ayant obtenu à Paris de gros scores, 34,8 % à la présidentielle de 2017 et encore 32,9 % aux européennes de 2019, les macroniens imaginaient un succès analogue. Ils prévoyaient sans doute pouvoir communiquer sur les résultats de la capitale, éclipsant ceux du pays, certainement beaucoup plus décevants.

En authentiques amateurs, ces stratèges confondaient ce potentiel de voix, toujours exprimés en pourcentages comme voué à se retrouver dans les urnes municipales.

Comme la bataille d'Azincourt, celle-ci était gagnée d'avance, naturellement. Ça l'est toujours à les entendre...

2020 03 DINER JGM.jpg

En savoir plus cliquez là

09:46 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 24 février 2020

Voilà quatre-vingts ans, le massacre de Katyn : l’élite polonaise assassinée par Staline

ce-qu-on-ne-vous-a-jamais-dit-sur-katyn.jpg

Le grand historien du communisme Stéphane Courtois salue le documentaire Les Bourreaux de Staline diffusé mardi 25 février sur Arte. Il explique le crime de masse perpétré par le NKVD contre les Polonais prisonniers de guerre des Soviétiques en 1940. Et souligne que la terreur a été un moyen de gouvernement dès Lénine.

Le 5 mars 2020, cela fera quatre-vingts ans que les membres du Politburo du Parti communiste (bolchevique) d’Union soviétique signèrent l’ordre « ultrasecret » d’« appliquer le châtiment suprême :  la peine de mort par fusillade » - en capitales dans l’original - à 14 700 Polonais, «  officiers, fonctionnaires, propriétaires terriens, agents de police [etc.] », ainsi qu’à « 11 000 [Polonais] membres de diverses organisations contre-révolutionnaires d’espions et de saboteurs […] ». Un langage idéologique et paranoïaque qui, depuis novembre 1917, caractérisait le discours bolchevique. Dans la foulée, Nikita Khrouchtchev, à l’époque patron communiste de la Pologne soviétisée, ordonnait la déportation au goulag des familles des exécutés, soit 65 000 femmes et enfants, bientôt accompagnées de près d’un million d’autres Polonais.

Sur le massacre communiste de Katyn, il est indispensable de lire le livre de Roger Holeindre et Alain Sanders. Ce livre est dédié à la mémoire des 14 500 officiers polonais et aux malheureuses victimes qui sont mortes dans les camps de prisonniers soviétiques de Kolziesk, Starobiesk et Ostachkov pendant le printemps 1940. Les restes macabres de 4 253 d’entre eux furent retrouvés dans la forêt de Katyn en 1943.

Il est aussi dédié aux dizaines de milliers de Polonais qui ont disparu en Union soviétique pendant et après la guerre.

Ce qui est raconté là, c’est le plus terrible des massacres de masse commis dans les siècles récents. Et qui n’a jamais été jugé. Nous sommes tous redevables aux Polonais qui ont accepté et subi tous les sacrifices sans jamais avoir été honorés comme ils auraient dû l’être. En attendant la reconnaissance internationale de l’horreur de Katyn, puissent les textes rassemblés dans ce livre contribuer à réparer, même modestement, cette sanglante injustice.

Ce qu'on ne vous a jamais dit sur Katyn, Roger Holeindre et Alain Sanders, Atelier Fol'fer, 260 pages, 21 euros cliquez ici

18:13 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le coronavirus pourrait déclencher une nécessaire correction boursière

krach.png

Marc Rousset cliquez ici

Les boursiers sont fébriles car ils ont des difficultés pour évaluer l’impact du coronavirus sur les résultats à venir des entreprises. Ces dernières devront probablement faire face, dans les mois prochains, à une diminution de la demande pour certains produits et services, avec des circuits d’approvisionnement et de logistique perturbés en amont. De plus, l’indice PMI américain, qui mesure l’évolution de l’activité, est tombé à son plus bas niveau depuis 2013, s’établissant à 49,6 points en février, tous secteurs confondus, contre 53,3 points en janvier. Quant à l’indicateur PMI des services, il a plongé de 53,3 à 49,4. Ce chiffre est particulièrement inquiétant car les services sont à l’origine des deux tiers de la croissance du PIB aux États-Unis

Selon Patrick J. O’Hare, de Briefing.com, le marché bousier est « surpeuplé, surévalué, prêt pour une correction, ce qui alimente une ruée vers les valeurs refuges », ajoutant : « La question est de savoir qui, du marché boursier, du marché obligataire ou de l’or, va céder le premier. »D’autres boursiers plus pessimistes prétendent que le coronavirus va s’étendre avec des effets qui seront alors beaucoup plus catastrophiques et prolongés pour l’économie.

Un autre fait inquiétant est que les États ne veulent plus de la dette américaine avec, pourtant, des taux d’intérêt positifs et un dollar qui se revalorisait jusqu’à présent, alors qu’en Europe, les taux sont négatifs. Quant au rendement du T-Bond américain à 10 ans, il est tombé, vendredi, à 1,459 %, au plus bas depuis juillet 2016, tandis que le taux du T-Bond à 30 ans a, lui, chuté à un plus bas historique de 1,92 %. Il y a donc, de nouveau, inversion de la courbe des taux d’intérêt, annonciatrice de récession, aux États-Unis (taux à court terme 1,5 % – 1,75 %).

Le problème est de savoir si l’épidémie aura des effets maîtrisables, temporaires et réversibles. Si ce n’est pas le cas, un hyper-krach dans une économie mondiale aussi fragile, interconnectée et hyper-endettée, serait inévitable. Et il n’y aurait, une fois de plus, comme ultime solution que tous les pays émettent sans cesse plus de monnaie jusqu’à ce que la plupart des devises perdent complètement leur valeur.

C’est la raison pour laquelle l’or, valeur-refuge, a bondi, vendredi, de 1,8 % pour atteindre 1.649,75 dollars l’once sur le marché du COMEX à New York, son plus haut niveau depuis 7 ans. Les stratèges de Goldman Sachs estiment que le métal jaune pourrait dépasser 1.850 dollars l’once si le coronavirus ne peut être maîtrisé d’ici la fin du deuxième trimestre.

En Chine, les ventes de voitures ont chuté de 92 % au cours des deux premières semaines de février. Les contrats d’achat de cuivre au Chili et au Nigeria sont annulés pour cas de force majeure, ce qui fait plonger les cours. Une récession chinoise paraît inévitable malgré les injections de liquidités par la Banque centrale de Chine, avec des facilités de crédit et l’abaissement des taux d’intérêt. Les problèmes de dépendances stratégiques pour des médicaments ou certains biens vont, enfin, se poser d’une façon bénéfique pour l’avenir d’une Europe irresponsable qui a délocalisé pour enrichir les seules multinationales au lieu d’établir des barrières douanières protectrices et maintenir l’emploi industriel en Europe.

La récession couve dans une Allemagne qui exporte deux fois plus (1.377 milliards d’euros) que la France, les ventes de biens d’équipement n’étant pas éternelles. Tandis que le Japon, avant même le coronavirus, se dirigeait vers une récession, la consommation ayant diminué de 3 % et le PIB de 1,6 % pendant le dernier trimestre 2019. La banque HSBC prévoit une diminution de ses effectifs de 35.000 personnes en trois ans, et Cathay Pacific et Singapore Airlines sont pratiquement à l’arrêt. L’Argentine, elle, va tout droit vers le défaut de paiement. En France, contrairement aux cocoricos de Macron, à partir des seuls échantillons de l’INSEE, le chômage ne diminue pas et reste stable à 6.500.000 chômeurs effectivement inscrits à Pôle emploi !

Les marchés vont-ils enfin devenir réalistes ? Goldman Sachs croit à une correction. L’hyper-krach et l’effondrement du Système, suite à l’hyper-endettement, ne devraient pas encore avoir lieu, sauf en cas de pandémie incontrôlable, d’autant plus que Trump, pour se faire élire en novembre, et les chefs de gouvernement de la zone euro, pour éviter une révolution populiste, seraient prêts à ouvrir les vannes de la fausse monnaie, quitte à doubler le bilan de la Fed ou de la BCE !

16:20 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Parti de la France soutient la liste de Stéphane Ravier à Marseille

safe_image.php.png

Jean-François Touzé Délégué général du PdF

Le Parti de la France annonçait, début février, son soutien plein et entier à la candidature de Stéphane Ravier, militant de toujours, sénateur courageux et patriote exemplaire.

La dynamique existe. Elle est forte. Un sondage place Stéphane Ravier en tête Tout, oui tout doit être fait pour assurer le succès de la droite nationale et son arrivée aux responsabilités municipales. Plus de 45 ans de combats militants, tant de grandes figures de notre camp engagés pour Marseille ville française, doivent aboutir à la libération de la cité phocéenne.

Pas une voix nationale ne doit manquer à Stéphane Ravier. Dès le premier tour !

15:48 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Qui est réellement Georges Soros qui a infiltré la CEDH?

Un rapport accablant démontre la main-mise du réseau d’ONG du milliardaire extrémiste Georges Soros sur la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Dans une enquête fouillée, le magazine Valeurs Actuelles révèle tous les détails de ce scandale qui dessine le portrait d’une des personnalités les plus influentes de notre époque.

Spécialiste de la « société ouverte de Soros », Pierre-Antoine Plaquevent procède, dans un entretien accordé en 2019 à TVLibertés, à une véritable radiographie de celui qui se dit « un chef d’Etat sans Etat ». Un document à découvrir de toute urgence !

soros.jpg

11:57 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ce mardi 25 février à 19 h : Tous devant l’Elysée

Rendez-vous à 19 h place Clémenceau. Après les manifs au Sénat, nous revoilà près de l’Elysée pour demander à Emmanuel Macron de retirer le projet de loi bioéthique ! Nous serons là pour redire notre opposition à ce projet de loi qui fait de l’enfant un objet commercial !

87213985_3285203008176490_5627346595956654080_o.jpg

 
 

10:56 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Marine Le Pen envisagerait abandonner la tête du RN "en vue de la Présidentielle"

20082614lpw-20082613-article-jpg_6929128.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

En envisageant d'abandonner la présidence du Rassemblement National dans la perspective de la Présidentielle de 2022, Marine Le Pen ne sacrifie pas seulement au mythe gaullien du candidat au dessus des partis face au peuple, illusion fondatrice d'une Ve République bâtie sur l'arnaque et l'illusion, à laquelle elle a, depuis, longtemps fait acte de soumission.

Cette décision à laquelle réfléchit Marine Le Pen relève, en fait, du subterfuge, le but étant avant tout de laisser derrière elle les dettes abyssales de son parti, conséquences d'une gestion aussi héliogabalesque qu'incompétente, de fuir ses responsabilités et de pouvoir, grâce à un comité de soutien, se donner les moyens nouveaux de sa candidature. À l'évidence, l'annonce très prématurée de cette dernière en janvier, s'inscrivait également dans ce scénario.

Miné par son trou financier, proche du dépôt de bilan, ayant échoué dans toutes ses tentatives de rassemblement, exsangue sur le plan militant, incapable de constituer des listes municipales dans de nombreuses villes qui semblaient pourtant favorables, le RN est devenu un fardeau pour celle qui en est encore la Présidente.

Ceux qui, derrière Jean-Marie Le Pen, ont, par leur travail, leur peine, leur sueur, leur abnégation, parfois leur sang, construit le Front National dont elle hérita avant de le renier, apprécieront.

Marine Le Pen aime les jeux de miroirs. Surtout quand ils reflètent sa propre image. Mais le réalité est têtue. Ce qui se dessine, ce n'est pas une sortie par le haut. C'est un sauve-qui-peut.

09:48 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Entre le marteau islamiste et l’enclume gendériste

Drapo-LGBT-isl.png

Georges Feltin-Tracol

L’« affaire Mila » démontre une nouvelle fois que la soi-disant « Droite nationale » aime se fourvoyer avec ses pires ennemis au risque d’en perdre sa singularité dès qu’elle entend le couplet éculé de l’« unité nationale ».

Mila est cette lycéenne de 16 ans vivant à Villefontaine en Isère. Le 18 janvier dernier, elle insulte l’islam sur le réseau social Instagram. Habituée à étaler sa vie privée sur cette place publique virtuelle, elle repousse ce jour-là les lourdes avances d’un pitoyable dragueur probablement de confession musulmane. Touché dans sa fierté, celui-ci la tance vertement. Mila réplique en vilipendant la religion musulmane. Elle suscite en réaction une vague de commentaires haineux, de menaces de mort et d’appels au viol. Déscolarisée quelques semaines, Mila et ses proches vivent maintenant sous protection policière. Si la police cherche à identifier les auteurs des menaces, le Parquet a finalement décidé un non-lieu concernant une supposée incitation à la haine raciale. On ignorait que les mahométans appartinssent à une race…

Des politiciens (et surtout des politiciennes !) se distinguent par leur condamnation explicite des propos de l’adolescente. Les viragos du féminisme, si promptes d’habitude à dénoncer le premier Gabriel Matzneff venu, se font pour l’occasion bien discrètes. D’autres, en particulier ceux du Rassemblement ex-national, lui apportent un soutien médiatique et s’alignent sur la « gauche Charlie ». Ainsi l’avocat de l’hebdomadaire satirique, Richard Malka, la défend-il. Marine – Malka, même combat ? Un cauchemar…

Lire la suite

09:47 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 février 2020

Faut-il supprimer le Salon de l’agriculture ?

salon-agri.jpg

Par Jarente de Senac

 Faut-il le louer ou le maudire ce Salon de l’agriculture où chaque année nos braves paysans viennent s’immoler sur l’autel des urbains d’une capitale que le peuple déserte. Faut-il le maintenir pour voir la mascarade de nos politiques défiler à la queue leu leu afin de s’apitoyer sur un monde qu’ils ignorent et dont la souffrance leur saute à la gueule chaque matin à l’heure du croissant-beurre. Et voici des décennies que cette mascarade perdure, voici des décennies qu’on s’emploie à appauvrir nos agriculteurs et des décennies que des maires irresponsables implantent des supermarchés dans leurs communes pour en tirer de dérisoires bénéfices et assassiner nos paysans. Car le paradoxe est proprement indigne d’une nation d’essence agricole dont elle tire de nombreux bénéfices et le désarroi de ses acteurs. La France, qui comme le disait Maurras est faite de pêcheurs et de paysans, est en train de perdre les deux par le laxisme habituel du pouvoir. L’escroc en chef s’appelait Jacques Chirac, sa caricature Sarkozy, son bouffon François Hollande, son clone Emmanuel Macron.

Or, il se trouve que notre agriculture a autant d’importance que nos fores armées. C’est une arme de guerre. La désertification des campagnes est une honte. La priorité donnée aux réseaux de la grande distribution – mais ils financent nos politiques -, en est une autre. Et le manque de concertation à l’échelle européenne vient clore le scandale. Ici aussi, l’Europe, se tire une balle dans le pied !

Vous allez dire que j’exagère, que la grande distribution fait bouffer la grande majorité de la population qu’elle abreuve par ailleurs de saloperies chimiques. Le lait n’est plus le lait, il est débarrassé de ses qualités nutritives au profit d’une longue conservation, le poulet ne court plus  dans la basse-cour et on va chercher ailleurs des cochons que l’on produit pourtant fort bien chez nous. Et je ne m’aventure pas dans le domaine des plats préparés soi-disant pour soulager la ménagère.

Bref, le catalogue de l’arnaque dans le domaine alimentaire est effrayant car il touche tout le monde. Ce qui n’est pas le moindre des paradoxes au pays de la gastronomie. Sauf que le plus grand restaurant de France s’appelle MacDo.

Alors, ce Salon de l’agriculture n’est autre que le maintien d’une illusion, celle de nos splendeurs disparues, un monde où quelques braves paysans – pas si braves que ça au regard des satrapes de la Fnsea -, viennent s’exposer pour un courageux mais éphémère spectacle.

11:04 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 22 février 2020

Jeudi soir à la Nouvelle Librairie : rencontre avec Patrick Buisson

87364731_2750275131755407_184075177250783232_o.jpg

21:08 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

De qui se moque-t-on ?

merkel pp.jpg

Le billet de Patrick Parment

C’est reparti pour un tour ! Le ministre de l’Intérieur allemand affirme que la menace sécuritaire liée à l’extrême droite est « très élevée » et que cette dernière constitue « le principal danger » pour la démocratie allemande. On est à deux doigts du retour d’Adolf Hitler !

D’abord de quoi s’agit-il ? Tout simplement d’un individu isolé qui a buté neufs personnes dans deux bars à chicha – vraisemblablement des immigrés car dans ces lieux on y fume le narguilé – à Hanau, une ville de 95 000 habitants proche de Francfort. Le tueur en question a été retrouvé mort chez lui au côté de sa mère également décédé. D’une personne à un complot d’extrême droite, le pas est franchi par les médias teutons. La mère Merkel monte au créneau à son tour alors qu’elle est la grande responsable de la violence qui sévit au sein de la société allemande avec sa politique laxiste en matière d’immigration et la venue d’un million d’immigrés sans jamais avoir consulté le peuple allemand. C’est proprement de l’assassinat économique et politique doublé d’un colonialisme légal mais inversé.

Il ne se passe pas un seul jour en Allemagne – mais c’est aussi vrai aux quatre coins de l’Europe -,  où des immigrés, tous extra-européens, ne commettent crimes, viols, agression diverses et variées. En réponse, on constate le silence gêné de nos politiques tous morts de trouille. Ils crient au loup mais n'agissent pas !

Donc, partout s’élève la révolte des Européens qui en ont ras-le-bol de voir leurs gouvernants baisser leur froc devant les immigrés en général et les musulmans en particulier. De ces musulmans qui privilégient le Coran  aux lois de la République. Angela Merkel est largement responsable de la montée des partis nationalistes et identitaires, notamment l’AfD. Si le nationalisme c’est la guerre, alors il n’est jamais que la conséquence logique des erreurs, du laxisme moral et des faiblesses de la République. Nos libéraux-libertaires confondent le monde tel qu’il est avec celui des bisounours dont ils rêvent.

La réalité, c’est la guerre larvée qui mine nos banlieues autour des trafics de drogue et des prêches salafistes. C’est l’extension des zones de non droit qui échappent aux lois de la République. De la Suède à l’Espagne, de l’Europe centrale à la Grèce, c’est partout le même vent de révolte, car les mêmes causes produisent les mêmes effets.  Nous n’en sommes qu’aux prémices de changements politique radicaux. Les baltringues médiatiques qui enfilent les perlent à longueur de journée n’auront bientôt plus que leurs yeux pour pleurer, car l’heure viendra de régler la facture de leur veulerie.

10:10 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:59 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Sortie le 1er mars prochain du n°18 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et à la résistance monarchiste en 1940

CHN 18 ANNONCE.jpg

Issu d’une vieille famille de la noblesse provençale de tradition catholique et légitimiste, sensible aux idées et aux actions du catholicisme social d’Albert de Mun, descendant des généraux vendéens d’Autichamp et Suzannet et filleul du commandant Driant (le gendre du général Boulanger), le capitaine de frégate Honoré d’Estienne d’Orves peut être rattaché à la droite nationale, monarchiste, catholique et sociale.

Dans le chaos de 1940, à l’heure où « l’occupation (força) les hommes à choisir explicitement leur allégeance » (Pierre Nora), cet officier de valeur, comme bien d’autres, fit son choix. Au nom des valeurs de sa famille, de sa foi chrétienne, de l’honneur, de la patrie…, il choisit de continuer la lutte sous le drapeau français, dans les rangs gaullistes. Mais sans pour autant retirer son respect au Maréchal Philippe Pétain ni vouer aux gémonies ceux qui firent au même moment un autre choix que le sien... Ambiguïtés d’une époque…

Dans ce nouveau numéro des Cahiers d’Histoire du nationalisme, Didier Lecerf, historien de formation et militant de la cause nationale, nous invite à partir à la découverte de ce Français exemplaire, de ce patriote ardent, premier agent de la France libre fusillé par les Allemands, en août 1941. Il nous convie aussi à découvrir le milieu et l’époque qui ont contribué à sa formation intellectuelle et morale ainsi que les exemples qui l’ont inspiré.

Cahier d'Histoire du nationalisme n°18, Honoré d'Estienne d'Orves, 1940 : des monarchistes dans la Résistance, Didier Lecerf, 200 pages, 20 euros (+ 5 euros de port).

Sortie le 1er mars 2020

Commandez-le dès maintenant : cliquez ici

Bulletin de commande

09:43 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un entretien entre Jean-Marie Le Pen et Daniel Conversano sur Vive l'Europe

EQm51hoXYAANpZU.jpg

00:02 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 février 2020

Rappel : demain samedi, Arnaud Menu dédicacera "C'est Roger" à la Librairie française

dedicace menu.jpg

16:18 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Rétablir l’Harmonie ou tout casser !

Unknown.jpg

Bernard Plouvier

Curieuse fin d’hiver que celle de l’An 2020. Grand Président Macron découvre les menus inconvénients de l’implantation de l’islam en France – bien élevé comme il l’est, il n’ose parler d’invasion !

En Italie, un courageux homme politique, le seul qui ait tenté de s’opposer à l’immigration-invasion, est sous le coup d’une procédure judiciaire déclenchée par cette activité de Protecteur de la Nation italienne contre les envahisseurs indésirables et probablement indésirés... mais, chi lo sa ?

Puisqu’aussi bien, en Italie comme en France, en Belgique, aux Pays-Bas ou partout ailleurs en Europe occidentale, aucun des « Démocrates » aux apparences du pouvoir n’a demandé son avis à la Nation quant à l’utilité d’importer massivement des non-Européens, majoritairement illettrés et sans la moindre qualification professionnelle, en une période de chômage massif !

Dans l’un ou l’autre cas, le français et l’italien (et l’on n’a même pas évoqué la succession de l’Oie grasse d’Outre-Rhin qui devrait prendre sa retraite après avoir importé massivement de l’inutilisable), tout est fait pour empêcher le triomphe électoral d’un chef populiste.

On comprend bien que les vrais puissants qui tirent les ficelles de nos pantins ne tiennent pas à voir se multiplier les Trump et Poutine, mais à trop ouvertement se moquer du Bon Peuple, les financiers, négociants, esclavagistes d’Asie et manipulateurs des media risquent fort de se retrouver avec quelques révolutions bien sanglantes et très destructrices.

Depuis deux ans, les Gilets Jaunes de France se sont manifestés pour des raisons fiscales absurdes. Le seul problème français n’est nullement l’excès (réel) d’impôts et de taxes, mais la mauvaise utilisation qui en est faite. Utiliser le Bien Commun pour stimuler une immigration inutile et parasitaire est pure ignominie. Elle ne sert que les intérêts de la distribution de masse, grâce à de multiples subventions aux ZZ (les Z’honorables Z’immigrés, que pourtant nul Français n’a demandé à recevoir), qui leur permettent de consommer sans travailler.

On comprend que, terrorisé par des élections de mi-mandat, Grand Président Macron change de discours en un virage que seul jusqu’à présent dans l’histoire contemporaine un « Staline » avait osé prendre : un virage politique à 180 degrés. Voilà, d’un coup, GPM décidé à « comprendre le petit peuple de France ». Au moins, pour une fois, au lieu de faire grincer des dents, Jeunot Ier fait rire.

On sait bien que les Français sont majoritairement des « veaux » (appellation gaullienne certifiée d’origine), mais la ficelle électorale est un peu grosse. Après cette couleuvre, GPM voudra nous faire croire – pour assurer sa réélection au Palais – qu’il n’est pas le Président des riches !  

Il est temps d’arrêter les sottises. Il faut rétablir l’harmonie entre la réalité des faits et les institutions. Il est nécessaire d’en revenir à la Démocratie : Égalité de tous les citoyens devant la Loi, totale Liberté d’expression (sauf calomnie et pornographie), Referendum obligatoire sur tous les grands sujets de société – immigration extra-européenne, stricte séparation des cultes et de l’État (et non plus un financement occulte de l’islam), lutte forcenée contre la corruption politique et administrative, interdiction des sectes maçonniques qui gangrènent l’État, interdiction du financement étranger des partis politiques et des syndicats, peine de mort, avortement de complaisance, durée légale du travail (un « âge de retraite » est en soi une absurdité... qui témoigne de l’amateurisme de Macron and Co), protection de l’agriculture, de l’industrie et du commerce français et, si besoin, le droit de dire... bien des choses aux clowns de Bruxelles.

De tout cela, c’est à la Nation de décider et non aux pitres, politiciens professionnels au casier judiciaire pas toujours vierge, mais à l’expérience professionnelle nulle ou fort mince.    

Au total, il faut rendre l’État à la Nation... sinon, l’on risque une véritable explosion et non des manifestations de rues, qui peuvent paraître effrayantes à de gentils cadres dynamiques qui ne sont jamais sortis de leurs beaux quartiers, mais qui ne sont rien à côté des excès de toute Révolution.    

16:14 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Louis 75 ans retraité, chassé de sa maison par des squatteurs !

Combien de temps allons nous supporter celà ?

Capture d’écran 2020-02-21 à 14.39.54.png

14:51 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 février 2020

Hommage à Roger Holeindre : « Ç’était Roger » lors de l'émission "Synthèse" sur Radio Libertés

Le 30 janvier dernier disparaissait l’une des figures les plus marquantes, et sans doute des plus attachantes, du mouvement national, Roger Holeindre. Cette nouvelle émission "Synthèse" lui est consacrée et pour en parler, Roland Hélie et Philippe Randa ont invité Jacques Casanova, l’ami de toujours, sans doute l’un de ceux qui connaissaient le mieux Roger, Eric Vieux de Morzadec, secrétaire général du Cercle National des Combattants, et Arnaud Menu qui est l’auteur d’un livre d’entretiens intitulé "C’est Roger" publié en octobre dernier par Synthèse nationale. Vous retrouverez aussi la chronique historique du professeur Pierre de Laubier.

RL 222 2020 02 19 HOMMAGE RH.jpg

4173480901.jpg

Pour se procurer ce livre cliquez ici

17:21 Publié dans Radio Libertés Synthèse, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Tuerie d'Hanau : un coupable et des responsables.

2020 02 RACI IMMI.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Ne tentons de nous réfugier ni dans l'habileté sémantique ni dans la manœuvre sémiologique. Ce serait dérisoire et vide de sens.
 
La double tuerie de Hanau est bien un acte terroriste comme en entraînent toujours les guerres de civilisation. Aux yeux des chrétiens et vieux européens que nous sommes, l'action  aveugle est toujours une voie sans issue.
 
Mais la responsabilité première de ce massacre incombe aux organisations mondialistes, aux apprentis sorciers de la finance internationale et aux dirigeants occidentaux — singulièrement aux gouvernements européens de droite comme de gauche — qui ont voulu l'immigration, encouragé le communautarisme venu d'ailleurs, imposé le "vivre ensemble" et permis l'islamisation de notre continent sans en prévoir les conséquences destructrices. 
 
"Plus jamais cela", nous répètera-t-on à l'infini et à juste raison dans les prochains jours. 
 
Non, plus jamais cela !
 
Le seul moyen d'empêcher que de tels actes se reproduisent est que les Etats prennent les mesures nécessaires pour en finir avec l'immigration de peuplement.
 
Autrement dit que les forces nationales accèdent enfin aux responsabilités du pouvoir.

17:18 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11/09, QUELQUES ARGUMENTS DE PHYSIQUE ORDINAIRE

A l’occasion du 18ème anniversaire des attentats du 11 septembre, l’équipe d’E&R Lille accueillait le physicien français François Roby le 28 septembre 2019, pour une conférence intitulée  «11/09 : QUELQUES ARGUMENTS DE PHYSIQUE ORDINAIRE».

Découvrez aujourd’hui cette conférence en vidéo.

Capture d’écran 2020-02-20 à 17.02.49.png

17:16 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

François Hollande exfiltré d'une librairie

Ce jeudi 19 février 2020, François Hollande venait présenter son livre pour enfant, "Leur République", à la librairie Folies d'Encre à Montreuil. Eh non, le peuple n'en voulait clairement pas. Il n'a pas été accueilli comme il l'avait prévu. Perturbé par les manifestants dans la librairie, il a préféré se laisser exfiltrer sous les huées des manifestants.

Ce n'était pas la première fois qu'une intervention publique de François Hollande se terminait ainsi.

francois-hollande-exfiltre.jpg

16:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La pédophilie, le dossier qui poursuit Cohn-Bendit

Ce qui ne l’empêche pas de parader sur tous les plateaux

Cohn-Bendit ne prendra plus jamais les transports en commun: ICI

CB.png

15:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook