Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 04 juin 2022

Journal du chaos

couv bb.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

03:15 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 03 juin 2022

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

dertyyuu.jpg

18:24 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un 40ème pèlerinage de Chrétienté très attendu

428306239.jpg

La 40e édition du pèlerinage Notre-Dame de Chrétienté de Paris à Chartres est d’autant plus importante qu’elle marque :

Le 40ᵉ anniversaire de Notre-Dame de Chrétienté

La reprise du pèlerinage dans sa forme nominale après deux années d’adaptation (création de plus de 380 micro-pèlerinages dans le respect des restrictions sanitaires)

Le thème choisi « Sacré Cœur, Espoir et Salut des nations » en prévision de deux autres anniversaires, que nous fêterons en 2023 :

Le 150e de la loi du 24 juillet 1873 déclarant d’utilité publique la construction du Sacré-Cœur de Montmartre : « Sanctuaire de l’adoration eucharistique et de la miséricorde divine »

Le 100e anniversaire de l’achèvement de sa construction, en 1923

L’année 2022 est dédiée au Sacré Cœur, en préparation d’un possible renouvellement du vœu national de 1873 qui avait conduit à l’érection de la Basilique.

Texte du Vœu National, tel qu’on peut aussi le lire aujourd’hui en la Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre.

Vœu national au Sacré-Cœur de Jésus – Pour obtenir la délivrance du Souverain Pontife et le salut de la France.

En présence des malheurs qui désolent la France, et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore. En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l’Église et du Saint-Siège, et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ. Nous nous humilions devant Dieu, et, réunissant dans notre amour l’Église et notre Patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés.

Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l’infinie miséricorde du Sacré Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes, ainsi que les secours extraordinaires qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France, nous promettons de contribuer à l’érection à Paris d’un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus. »

Une supplique renouvelée de la plus grande actualité

Nous vivons des temps incertains : pandémie, montée des tensions, guerre en Europe, menaces de toutes sortes, contexte électoral… L’Église n’a pas été épargnée par ces troubles profonds : mise à mal par les horreurs commises par certains de ces clercs, elle a été secouée sans préavis par l’incompréhension de Traditionis custodes que beaucoup de catholiques, attachés ou non à la messe traditionnelle, ont vécu comme un coup porté aux sources vives de leur foi.

Dans ce contexte, il est essentiel de se retrouver sur les routes de Chartres en chapitres, parce qu’ils sont autant de petites chrétientés, unies les unes aux autres, pour se sanctifier et prier pour la France et les Nations. Dans ce chaos, les nombreux pèlerinages locaux de 2020 et 2021 (au moins 380 recensés en France, sans compter les 30 pays à l’étranger dont le Burkina Faso en 2021) ont montré encore une fois à quel point la France a soif de Dieu, comme source unique d’Espérance dans l’adversité.

Quelques particularités de l’édition 2022 du pèlerinage :

Création d’un chapitre par SOS Calvaire qui portera une croix de Paris à Chartres

Allocution du président de Notre-Dame de Chrétienté au Pape

Adoration du Saint-Sacrement chantée par la famille Lefevre, lauréate de La France a un incroyable talent en 2020.

En cette année de canonisation de Charles de Foucauld, Notre-Dame de Chrétienté portera une de ses reliques sur les routes jusqu’à la cathédrale de Chartres le lundi 6 juin.

L’immense chaine de prière que forment les pèlerins Anges gardiens connait cette année une croissance de 50% en France et de 75% à l’étranger.

Création d’un chapitre à Malte et présence de pèlerins ukrainiens des pèlerins étrangers de 30 pays des 5 continents

Programme des cérémonies :

Messe d’envoi le 4 juin à 7h à Saint-Sulpice, célébrée par Mgr Aumonier, évêque émérite de Versailles

Pour les Enfants, Pastoureaux et Familles, la Messe sera dite à Igny par le RP François de Sales (osb, Abbaye Sainte Madeleine du Barroux)

Dimanche 5 juin : Messe de Pentecôte célébrée et prêchée près de Rambouillet par le Chanoine Merly (ICRSP)

Dimanche soir : Salut du Saint Sacrement à Gas en présence de Mgr Marc Boulle, Vicaire général du Diocèse de Versailles

Lundi 6 juin : Mgr Christory marchera avec les pèlerins jusqu’à Chartres

Messe de clôture du pèlerinage à 15h en la cathédrale de Chartres, célébrée par l’Abbé Andrzej Komorowski (Supérieur de la FSSP). Homélie par Monseigneur Christory, Evêque de Chartres

« La Tradition, c’est la jeunesse de Dieu » Dom Gérard

« La chrétienté, c’est la lumière de l’Évangile projetée sur nos patries, sur nos familles, sur nos mœurs et sur nos métiers » Dom Gérard.

16:22 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Que représente vraiment le Vlaams Belang en Belgique ?

view.jpeg

Comme vous le savez, le Vlaams Belang est un parti unique dans notre paysage politique. Depuis sa naissance, notre parti a toujours porté un message d’une clarté absolue. Par son rôle de locomotive politique, le Vlaams Belang a permis que quantités de débats soient amorcés, que des tabous soient transgressés et que certains thèmes que d’autres avaient voulu ignorer soient publiquement abordés. En réalité, notre parti n’est ni « antidémocratique », « raciste » ou « extrémiste » comme le prétendent nos adversaires. Nos positions sont tout simplement inspirées par le plus élémentaire bon sens.Les thèmes du Vlaams Belang n’ont jamais été plus actuels qu’aujourd’hui. L’actualité quotidienne nous convainc bien plus de la justesse de notre programme que n’importe quelle campagne de communication ou n’importe quelle réflexion théorique.

L’existence et la pérennité d’un parti comme le Vlaams Belang sont plus que jamais indispensables. Un parti qui dit les choses comme elles sont et qui formule les réponses adéquates aux défis sociétaux du XXIe siècle.  La Flandre comme Bruxelles a besoin du seul parti politique qui défend prioritairement les gens de chez nous !

Chaque peuple a droit à l’autodétermination

En Belgique, il n’y a pas un seul problème qui ne soit «communautaire». Les opinions des Flamands et des Francophones divergent pratiquement sur tout. En fait, la frontière linguistique, votée jadis au sein du parlement national par les Flamands et les Francophones, constitue une frontière politique, sociale, juridique et culturelle. La conséquence en est que le processus décisionnel est souvent retardé ou empêché ou qu’il aboutit à ce que les décisions finalement prises ne rencontrent pas les souhaits des personnes concernées. De plus, chaque année ce sont des milliards d’euros qui sont transférés de Flandre vers la Wallonie, sans la moindre condition, sans aucune réciprocité et surtout sans que l’on puisse observer la moindre amélioration socio-économique en Wallonie.

Le concept d’autodétermination implique que les Flamands ont droit à une politique qui fait en sorte que le produit de leur travail reste entre leurs mains, afin de rencontrer au mieux leurs priorités et leurs besoins. Voilà pourquoi nous optons résolument pour un Etat Flamand indépendant, de même que nous invitons nos amis Wallons à amorcer leur propre processus d’indépendance. Seule la responsabilisation des acteurs politiques, économiques, sociaux et culturels est de nature à redresser la Wallonie et l’autodétermination est le champ idéal de la responsabilité. Une fois la création de l’Etat Flamand indépendant acquise, il va de soi que nous développerons avec la Wallonie des rapports d’excellent voisinage. Cela ne sera évidemment possible qu’entre partenaires égaux après le démantèlement de la Belgique.

Une Europe libre

Le Vlaams Belang s’affirme sans restriction comme un parti pro-européen. L’Europe est le berceau de notre civilisation et la coopération au sein de l’Europe nous a apporté la paix, la prospérité et le bien-être. Mais, aujourd’hui, l’Union Européenne évolue de plus en plus vers un super-Etat qui s’approprie toujours plus de compétences originellement dévolues aux Etats membres. Ce faisant, cette Union-là met à mal le droit démocratique de décider appartenant aux peuples européens. Le Vlaams Belang veut mettre un terme à cette évolution de l’UE vers un super-Etat. Il serait en effet absurde de plaider pour un démantèlement de la Belgique pour la remplacer par une super-Belgique où une Flandre indépendante n’en sera au mieux qu’une province.

Pour garder en vie un euro follement coûteux et inopérant, l’Union Européenne veut s’inspirer du modèle Belge des transferts financiers. De cette façon, la Flandre ne sera plus seulement la vache à lait de l’Etat belge et de la Wallonie, elle pourra aussi pourvoir aux milliards d’euros nécessaires à la survie des différents pays du Sud de l’Europe. Les Accords de Schengen sont devenus, dans la pratique, une porte ouverte pour l’immigration illégale, le tourisme social et la criminalité transfrontalière. Les Etats membres doivent à nouveau contrôler leurs frontières et décider eux-mêmes qui et à quelle condition entre et/ou s’installe sur son territoire. La Turquie n’est pas un pays européen, il n’y a donc aucune raison de la faire adhérer à l’Union Européenne.

Hospitaliers, mais pas fous

L’immigration n’a cessé de croître pour atteindre aujourd’hui un niveau insoutenable. Ce qui rend l’intégration des étrangers qui arrivent ici de plus en plus difficile. Notre système social est prêt à imploser. Ce flux massif a des conséquences inquiétantes sur le plan du logement social, de la mobilité et de l’enseignement. Sans parler de l’impact sur l’espace public et l’agravement continu de nos problèmes de société.

Nous voulons à nouveau nous sentir chez nous dans notre propre pays. Voilà pourquoi nous plaidons en faveur d’un raffermissement de la politique d’immigration. Les règles actuellement en vigueur en ce qui concerne le regroupement familial doivent être plus sévères. Les demandeurs d’asile déboutés, les illégaux et les étrangers criminels doivent effectivement être rapatriés à destination de leurs pays d’origine. Les étrangers qui se sont installés légalement ici doivent s’adapter à notre manière de vivre et non le contraire. Ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas s’adapter doivent être encouragés à retourner chez eux.

S’attaquer à la criminalité

La sécurité est droit humain élémentaire qui doit être garanti par l’autorité publique. On peut discuter à l’infini sur la question de savoir ce qui cause la criminalité, mais ce qui est indiscutable c’est que l’insécurité chronique qui règne dans nos rues doit être arrêtée maintenant.

L’approche soft a en réalité donné naissance à une criminalité hard. C’est pourquoi nous sommes partisans d’une approche ferme et décidée sur base d’une politique articulée sur quatre axes principaux : prévention, réaction immédiate, des peines alternatives et effectives. Il faut mettre un terme définitif à l’impunité. Les peines doivent être effectivement purgées et la capacité carcérale doit être significativement augmentée. Les criminels étrangers doivent purger leur peine et doivent ensuite être rapatriés à destination de leurs pays d’origine. Il faut développer un droit de la jeunesse doté d’un arsenal de sanctions adaptées aux réalités d’aujourd’hui. Qui est assez grand pour commettre des délits, est également assez grand pour en subir les conséquences et être puni. Il faut abroger la loi qui permet à de riches criminels de littéralement acheter leurs procès.

Pour enrayer l’épidémie du «tourisme criminel» il faut opérer des contrôles frontaliers ciblés. Les forces de police doivent disposer de tous les moyens nécessaires à l’accomplissement de leurs tâches au service de la population.

Une politique vraiment sociale pour la Flandre et Bruxelles

La Flandre est encore l’une des régions les plus prospères du monde. Mais sous les statistiques positives persiste une pauvreté qui n’est pas totalement éradiquée. La Flandre a plus que jamais besoin d’une sécurité sociale solide et bien organisée. Il faut continuer à développer un système de protection efficace pour ceux qui pour des raisons sérieuses ne peuvent concourir au processus économique. Et, bien évidemment, un système qui garantit une pension décente à ceux qui ont cotisé.

Le Vlaams Belang se prononce donc très logiquement en faveur d’une sécurité sociale flamande (qui inclut les Bruxellois). Une protection et des soins qui nous sont propres pour les gens de chez nous. La solidarité est le résultat palpable d’un véritable vivre-ensemble. Vous devez savoir avec qui vous êtes solidaire et pourquoi, sinon l’Etat est volé. L’économie flamande est suffisamment forte pour être en mesure de financer une sécurité sociale flamande performante. Cette prospérité ne peut pas servir à combler le puit sans fond que sont les finances de l’Etat Belge ni à jouer au CPAS de la moitié du monde.

Une réelle prospérité pour le Flandre et Bruxelles

Il est évident qu’il est impossible de créer un paradis social sur un cimetière économique. Avant de partager les biscuits, il faut les cuire. Le Vlaams Belang plaide en faveur d’une politique qui mise résolument sur l’innovation, la recherche et le développement et qui offre à notre propre économie et notre propre industrie toutes les opportunités de développement. Cette politique doit également augmenter autant que possible l’attractivité de la Flandre pour les investisseurs étrangers. Ceci est possible grâce à des charges limitées, une règlementation transparente et simplifiée ainsi qu’une plus grande sécurité juridique et moins de fatras administratif.

Pour garantir la prospérité pour les générations à venir, la Flandre doit sortir du carcan économique belge. Une Flandre indépendante pourra dès lors mener une politique socio-économique en adéquation avec ses spécificités et ses besoins propres.

Sérieux et crédibilité

Beaucoup de francophones ne le savent pas en raison du journalisme militant (de gauche va sans dire) des médias au sud du pays et à Bruxelles, mais il ne vient à l’idée de personne en Flandre de contester le sérieux et la crédibilité du Vlaams Belang. Les adversaires politiques du parti nationaliste peuvent évidemment critiquer ses options et même considérer que sa logique politique est contestable, c’est bien le moins en démocratie, mais personne ne peut mettre en doute la qualité du travail parlementaire et programmatique du Vlaams Belang. Pour preuve, ci-dessous ces quelques citations prises au hasard.

Ce qu’ils ont dit du Vlaams Belang

«Le Belang a influencé lourdement le débat au nord de pays, et par conséquent en Belgique. Le durcissement par différents gouvernements de la politique migratoire au cours des années répond certes au souhait d’une partie des électeurs, mais le Blok/Belang a «libéré» des paroles, des pensées, des idées et des politiques». Béatrice Delvaux dans Le Soir.

«Le SP.A (socialistes flamands) n’est plus le parti des «travailleurs» depuis longtemps. Beaucoup de ces travailleurs votent pour le Vlaams Belang aujourd’hui. Les concepts de «gauche» ou «droite» les importent peu. Par contre, ce qui les intéressent, c’est un parti qui se préoccupe de leurs problèmes. Ou qui en donne l’impression. Un parti qui écoute le monde du travail et qui parle sa langue, avec des mandataires qui se mêlent à la population, même en dehors des périodes électorales». Journaliste Paul Geudens  dans la Gazet van Antwerpen.

«Le parti le plus diabolique de l’époque, le sinistre VB, avait deux thèmes politiques de prédilection. Un: le VB remettait la société multiculturelle en question. Deux: Le VB ne croit pas au modèle Belge. Nous devons faire l’amère constatation que ces fondamentaux du VB de l’époque dominent largement le débat public d’aujourd’hui». Rédacteur Walter Pauli dans De Morgen.

«Je remarque que le niveau des billets d’opinion du VB s’élève bien au-dessus des propos de bistrot. Quelqu’un comme Gerolf Annemans vous force parfois à réfléchir». Peter Vandermeersch dans Humo.

Aujourd’hui et demain

Aujourd’hui, le Vlaams Belang est le plus grand parti politique du pays si on en croit les sondages successifs depuis les dernières élections. Le Vlaams Belang est prêt à gouverner la Flandre demain et tout est fait en fonction de cet objectif. C’est conscient de cette responsabilité colossale que nous nous engageons chaque jour au service de nos concitoyens. Oui, le Vlaams Belang c’est d’abord et avant tout l’amour de notre peuple et une lucidité absolue sur les enjeux de civilisation et non les petits calculs politiciens des vieux partis vermoulus du système. Cela fait une fameuse différence !

Source EuroLibertés cliquez ici

dewinter-synthèse.jpg

Filip Dewinter, figure historique du Vlaams Belang

09:37 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Parution d'un nouveau livre de notre ami Lionel Baland : "La Légion nationale belge, de l'Ordre nouveau à la Résistance"

285280767_568194384708677_5435744256130182888_n.jpg

281879166_568194481375334_8151764100670575505_n.jpg

Le site de Lionel Baland cliquez ici

Les éditions Ars Magna cliquez là

09:37 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Toujours à propos de la Belgique et des mouvements nationalistes belges

SN 19 PUB 2.jpg

On dit souvent en France que nos amis Belges, en particulier les francophones, aiment imiter ce qui se passe chez nous. C’est une appréciation un peu rapide des choses. Dans cette nouvelle livraison des Cahier d’Histoire du nationalisme, Hervé Van Laethem, fin connaisseur du sujet et militant exemplaire de la cause puisqu’il est l’un des animateurs du mouvement belge Nation, nous prouve que les nationalistes d’outre Quiévrain ont non seulement leur propre histoire, mais surtout leur personnalité.

Avec cette étude, la première publiée sur ce sujet, nous apprenons beaucoup sur le combat mené, dans des conditions souvent difficiles, par les nationalistes en Wallonie.

CHN n°19, 186 PAGES, 24,00 €

Pour commander ce livre cliquez ici

09:33 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Désindustrialisation : comment nous en sommes arrivés là ?

desindustrialisation.jpg

Charles Jaigu

Ce pourrait être un grand coup de gueule. Mais ce n’est pas le genre de l’auteur. Pourtant, derrière le constat de ce livre, il y a un sentiment de gâchis  profond dont la part revient en propre à la France, même si tant d’autres pays dits développés ont connu les ravages de la désindustrialisation. Dans ce bilan, Nicolas Dufourcq est juge et partie. Et c’est tant mieux. Il dirige la Banque publique d’investissement depuis sa création en 2013. Ce fut l’une des bonnes initiatives du quinquennat Hollande, et il en fallait quelques-unes pour rattraper un début de mandat catastrophique pour les entreprises. Au-delà du périmètre de la BPI, l’auteur se fait, dans ce livre, historien du présent et de l’économie. Il n’est pas inutile de rappeler que Dufourcq est l’auteur d’un livre intitulé Retour sur la fin de la guerre froide et la réunification allemande (Éd. Odile Jacob), écrit en souvenir de son père, secrétaire général du Quai d’Orsay à cette époque. Or cet événement historique majeur a joué un grand rôle. Il entraîna la prise de conscience par les acteurs de l’économie allemande que la fusion entre deux Allemagnes si dissemblables ne serait pas possible sans de très lourds sacrifices. « Le pays fit un effort de modération salariale monumental quand la France s’y refusa. Au fond, le présent livre raconte cette désynchronisation franco-allemande au moment où il importait le plus, pour la cause industrielle française, mais aussi pour le bon fonctionnement de l’Europe, que les deux pays jouent à l’unisson », nous dit-il de- puis son bureau parisien de la BPI, boulevard Haussmann.

Il y a eu trois grandes défaites françaises depuis cent cinquante ans face à l’Allemagne. En 1870, en 1940, et, plus insidieuse, plus cumulative, entre 1974 et 2014. On connaît les deux premières, dont les grands esprits estimèrent que leurs causes profondes venaient de la destruction de la liberté universitaire par la Révolution (Émile Boutmy), et du mode de recrutement des grandes écoles napoléoniennes (Marc Bloch). La défaite française vers laquelle nous avançons depuis deux générations est la défaite par l’économie. Ceux qui dans l’après-guerre l’ont vue venir avaient prévu que l’économie serait désormais la continuation de la guerre par d’autres moyens et que la France n’y était pas du tout préparée. Ni son patronat, ni son salariat, tous deux biberonnés au protectionnisme. De Gaulle, Monnet, Barre l’avaient compris. Leur clairvoyance n’a pas été suffisante. La France a choisi l’Etat-providence « quoi qu’il en coûte ». Les marges de nos entreprises, donc de leurs capacités d’investisse- ment, ont été sacrifiées. « Les investissements de demain sont les emplois d’après- demain », disait Helmut Schmidt. Nous avons choisi les aides sociales contre les emplois. Ces aides ont été les pompes aspirantes de vagues migratoires sous-qualifiées. Au bout de la route, qui s’étonnera de la force du vote populiste? Car c’est bien de cela qu’il s’agit, à la fin. La désindustrialisation, c’est le vote Le Pen. Et la question migratoire paraît bien secondaire dans ce grand récit d’une décadence, où, comme dans un film noir, l’écheveau des responsabilités conspire au désastre.

C’est pourquoi cette enquête passionnante et douloureuse doit être lue par tous ceux à qui importe encore l’avenir du « site France ». Dufourcq brasse tous les arguments dans l’ordre et le désordre. Il tend aussi le micro à tous ceux qui, de près ou de loin, ont eu maille à partir avec le déclin de l’ambition industrielle française. Lire les récits de ces chefs d’entreprise moyennes vaut le détour. On souffre avec eux. C’est Zola, mais chez les patrons.

Tous insistent sur les variétés des facteurs. Qu’il s’agisse du déclin de l’éducation technique et du mirage des 80% au bac, de la taxation du capital et de sa transmission, de l’effet des 35 heures, de l’agressivité des inspecteurs du travail et de la complaisance des médecins pourvoyeurs d’arrêts maladie, ou des nouvelles directions de l’environnement qui bloquent les projets de construction d’usines. Les éternels bureaucrates transforment le nécessaire encadrement des initiatives privées en une guerre contre les patrons, les professeurs dans les centres d’apprentissage lisent Bour- dieu et pas les manuels techniques; ils apprennent surtout à leurs élèves comment défendre leurs feuilles de salaire et leurs droits aux congés.

Était-il seulement possible d’accompagner les entrepreneurs dans un pays où ils ont toujours été considérés comme la vache à lait du modèle social français ? Partout ailleurs, ce sont les ménages qui assument l’essentiel de la contribution à la solidarité nationale. En France, non. Ajoutez-y l’ouverture des usines à l’est de l’Europe, la fascination des ingénieurs pour la finance et non l’usine, l’émergence des fonds anonymes au détriment du capitalisme familial, et le tour est joué.

Et puis, il y a aussi les histoires qu’on se raconte. Certains ont cru que l’adap- tation du salariat français à la nouvelle donne de la monnaie unique se ferait par la force des choses. Cela n’a pas été le cas. La brutalité du choc avec le mitteltand allemand s’est traduite par les délocalisations massives, loin de la France et sa CGT fossilisée.

De guerre lasse, une grande partie de la droite s’est convaincue que la solution viendrait des services à la personne, et une grande partie de la gauche a rêvé d’une sortie de la condition ouvrière par l’accès aux emplois publics. L’usine c’est sale, c’est dangereux, ça pollue : envoyons-la loin de nous. Ce modèle d’une France tertiarisée, devenue plateforme touristique, ombrelle géante à fonctionnaires, a fini par être notre choix collectif. Un livre sérieux comme celui-ci ne va pas clamer à qui la faute. Nous le dirons pour lui. La gauche au pouvoir est la première coupable, dans toutes ses variations du spectre chromatique - rose, vert, rouge. Bien sûr, i

Il y a eu un socialisme productiviste, et certains le défendent dans ce livre, mais les aggiornamentos ont été tardifs et insuffisants. Nous sommes devenus un pays de fonctionnaires, de chômeurs et de retraités. « Il faudrait répéter sur tous les tons aux Français qu’ils doivent travailler plus s’ils veulent préserver leur modèle social avec un coût du travail toujours élevé et une électricité de plus en plus chère, quant à l’État, il faudrait qu’il en termine avec l’administration gendarme, qu’il relance d’urgence une filière nucléaire qu’il a mise à mal », suggère Dufourcq. On entend ça. Espérons que les réflexions de ce livre aideront au sursaut collectif que tout le monde attend. s

La désindustrialisation de la France, par Nicolas Dufourcq, Ed. Odile Jacob, 384 p., 27,90 €

Source : Figaro 2/06/2022

08:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 02 juin 2022

Jean-Claude Rolinat invité par Epona dans le cadre des "Entretiens du Parti de la France"

Abecedaire-decadence-quadri.jpeg

Pour acheter ce livre cliquez ici

23:52 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ignace !

285438452_153028480625608_8258367873710666904_n.jpg

Les albums d'Ignace cliquez là

14:24 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Puy-en-Velay : premier anniversaire de la Librairie Arts enracinés

unnamed.jpg

Nos amis de la sympathique Librairie "Arts enracinés" au Puy-en-Velay (43) vous invitent à fêter le premier anniversaire de celle-ci, samedi 4 juin entre 17 et 19 h. Venez les soutenir !

14:24 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Parution très prochaine du n°60 (printemps 2022) de la revue Synthèse nationale

COUV Maquette SN REVUE copie 2.jpg

N°60, Printemps 2022

94 PAGES, 12,00 € (+ 5,00 € DE PORT)

Sortie le 8 juin 2022

Pour le commander en ligne cliquez ici

Abonnez-vous à la revue cliquez là

P 2 ÉDITORIAL  Roland Hélie

P 6 QUELQUES ENSEIGNEMENTS DE LA PRÉSIDENTIELLE Didier Lecerf 

P16 TOUT CELA FINIRA MAL Bernard Germain

P 28 JE NE REGRETTE RIEN La chronique de Charles-Henri d'Elloy           

P 34  IRIONS-NOUS JUSQU'À MOURIR POUR KIEV ? Jean-Claude Rolinat

P 42  AU FESTIVAL DE CANNES, LA PALME DE PLOMB REVIENT AU SALTINBANQUE DE KIEV Pieter Kerstens                             

P 46 "NAZI" : C'EST CELUI QUI LE DIT QUI L'EST ! Philippe Randa

P 48 AMÉRICA HORRIBILIS Patrick Parment                                                                 

P 51 DICTATURE ET TOTALITARISME DEUX NOTION NON OBLIGATOIREMENT LIÉES Bernard Plouvier 

P 56 L'IMPLANTATION DES GANGS NIGÉRIANS  Maurice Bernard

P 60 LES FLANERIES CINÉPHILES Scipion de Salm

P 66 LES PAGES DU MARQUIS Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

P 71 LES LIVRES AU CRIBLE  Georges Feltin-Tracol 

P 83 LES BIOGRAPHIES  LITTÉRAIRES Daniel Cologne

P 87 JEAN PICOLLEC, DERNIER SURVIVANT D'UNE GÉNÉRATION D'ÉDITEURS AUJOURD'HUI DISPARUS Entretien avec Philippe Randa

Ainsi que les rubriques habituelles...

ABONNEMENTS & DIFFUSION

Synthèse nationale BP 80135 - 22301 Lannion PDC

14:20 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Qui gagne la guerre de l’énergie ?

energie.jpg

Nos dirigeants européens sont des irresponsables. En obéissant aveuglément aux Américains, ils ont mis en danger tout le volet des ressources énergétique dont l’Europe a besoin car nos économies reposent encore sur le gaz, le pétrole et le charbon dont la Russie nous fournit l’essentiel de nos besoins. De surcroît, hormis la France, un pays comme l’Allemagne, largement dépendant de la Russie, se déleste de l’énergie nucléaire face aux injonctions de ces fous furieux d’écolos qui prospèrent dans le Landerneau politique allemand. Bref, nos dirigeants, et Bruxelles en tout premier lieu, sont en train de mettre en danger les populations européennes. L’article du Monde diplomatique de Mathias Reymond et Pierre Rimbert dresse un état lucide des lieux. Et c’est peu dire qu’il y a tout lieu de s’inquiéter. Car ce sont les Européens qui vont payer la facture du conflit russo-ukrainien où les Américains jouent les pousse-au-crime sans avoir à en subir les conséquences.

Lire la suite ICI

 Source : Monde diplomatique, juin 2022

07:23 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 01 juin 2022

MACRON, ENTREPRENEUR EN DÉMOLITION DE LA MAISON FRANCE

elisabeth-borne-et-emmanuel-macron_6468740_676x375p.jpg

Un communiqué du MNR :
 
Avec la nomination de son nouveau (si peu : maintien des calamiteux Darmanin et Dupont-Moretti, recrutement du traître Abad) gouvernement, Macron accélère la destruction de l’identité française en promouvant la société multi-culturelle, multi-raciale et multi-religieuse, reniant nos racines (peuple de race blanche, de religion chrétienne et de culture celto-gréco-latine).
 
La désignation de Pap Ndiaye comme ministre de l’Education nationale en constitue le parfait symbole : renonciation à nos valeurs traditionnelles, à l’assimilation et même à l’intégration, la laïcité n’étant qu’un leurre.
 
Cet universitaire de père sénégalais, (dé)formé aux USA, spécialiste des minorités, soutien du CRAN (association noire racialiste), n’a jamais fait mystère de son aversion à la culture européenne, de sa condamnation de la colonisation (il est vrai, un crime contre l’humanité, selon notre Pdt !) et de l’esclavage, oubliant la traite arabo-musulmane avec la complicité des « rois nègres ».
 
Devant un tel pedigree, on ne peut que craindre la promotion exacerbée de la discrimination positive, de l’indigénisme, du wokisme (idéologie de gauche progressiste à tout va : contre le racisme, le sexisme, le fascisme, pour le féminisme, les LGBT, migrants…) et la fin du « roman national » ; exit Clovis, Charles Martel, Jeanne d’Arc, Louis XIV et Napoléon (Macron n’a-t-il pas déclaré « Nous devons déconstruire notre propre histoire pour nous débarrasser du racisme » !).
 
En effet, son modèle, importé des States, implique la culpabilisation de l’homme blanc, l’immigré, éternelle victime, étant paré de toutes les vertus. Désormais, ce sera le règne des minorités face aux vieux gaulois rebelles et réactionnaires (voir par ailleurs. l’exemple du footeux Mbappé exhibé fervent patriote alors qu’il s’est vendu au Qatar, pays esclavagiste, contre des espèces sonnantes et trébuchantes ou la soumission ubuesque du maire islamo gauchiste au burkini à Grenoble).
 
En route pour le meilleur des mondes, celui de la fin de l’Occident et du retour à la barbarie. Si nous ne voulons pas disparaître, il va bien falloir entrer en résistance ! Vivre c’est réagir (Charles Maurras) !
 
Site du MNR cliquez ici

00:22 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'hebdomadaire Rivarol privé des facilités accordées à la presse... Réactions au sein de la Droite nationale

rivarol.jpg

Réaction du Parti de la France cliquez ici:

Le Parti de la France apporte tout son soutien à l'hebdomadaire « Rivarol » qui vient de se faire retirer, pour des motifs politiques, son agrément par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP).

Cette décision inique va priver ce journal d'environ 100.000 € d'aides indirectes de l'État (TVA réduite, tarifs postaux préférentiels, distribution dans les kiosques, etc).

Alors que la presse de gauche vit exclusivement aux crochets du contribuable français, l'un des seuls journaux d'opposition nationale se voit priver d'un dispositif pourtant accordé à l'ensemble de la presse d'opinion.

Cette volonté de museler l'un des derniers médias nationaux en dit long sur l'état de notre soi-disant démocratie qui n'a rien à envier au paradis soviétique de la grande époque.

Réaction du MNR cliquez là :

A l’instigation d’un certain lobby, Le Monde («l’immonde» aurait dit feu Jean Madiran) a publié le 22 mars dernier une tribune signée par les Klarsfeld, Mendès-France, Stasi et autres scribouillards, (sans oublier la Licra ou SOS Racisme), lançant un appel à la CPPAP (Commission paritaire des publications et agences de presse) afin qu’elle retire son agrément (renouvelable tous les 5 ans et dont bénéficient tous les organes de presse), sous les fallacieux prétextes de racisme, antisémitisme, xénophobie, à l’hebdo d’opposition nationale, Rivarol, qui paraît sans discontinuer depuis 1951 et dans lequel des plumes célèbres se sont illustrées.

Il est vrai que ces délateurs sont prêts à tout pour faire taire un journal qui n’a cessé de défendre avec talent la Tradition et la liberté de pensée quels que soient les pouvoirs en place.

La dite commission, a décidé de réexaminer son autorisation avant terme ce qui est tout à fait exceptionnel et démontre l’influence puissante et néfaste de ces gens-là.

Il faut savoir, en effet, qu’une telle décision entrainerait la perte du bénéfice de la TVA à taux réduit (passant alors de 2% à 20% pour chaque exemplaire vendu), une très forte augmentation des tarifs postaux et même l’interdiction de la vente en kiosques ; en outre, ces vautours demandent que leur diffuseur les MLP (Messageries de presse lyonnaises) refuse de le distribuer sur le territoire. Autant dire qu’il s’agirait d’une véritable mise à mort !

On mesure l’ignominie du procédé, digne de l’Anti-France et de la Macronie liberticide qui ont déjà obtenu la dissolution de mouvements identitaires et patriotes réclamée par les communautés auxquelles les tristes sires qui prétendent nous gouverner sont soumis.

Notre famille d’esprit se doit d’être solidaire de Rivarol et de son courageux directeur, Jérôme Bourbon, et lui apporter tout son soutien en l’achetant au numéro ou mieux en s’abonnant afin de lui permettre de survivre et de continuer à délivrer la bonne parole plus que jamais nécessaire en ces temps décadents et barbares.

Il faut dénoncer les méthodes intolérables d’un régime failli qui ne supporte plus la moindre critique, ni voix indépendante.

00:20 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 31 mai 2022

Guerre en Ukraine : quelle voie de sortie ?

girard_renaud-16.jpg

Renaud Girard

Comment arrêter la guerre fratricide en Ukraine, déclenchée il y a trois mois par la Russie ? Il faut se rendre compte que ce conflit a déjà fait au minimum 20000 morts chez les Russes et un chiffre approchant chez les Ukrainiens. Les destructions sont gigantesques et pas seulement à Marioupol. Plus de six millions d’Ukrainiens, principalement des femmes, des enfants et des vieillards, ont quitté leur pays.

Le bilan humain est donc déjà très lourd. On n’en est pas encore aux 100 000 morts provoqués par l’invasion de l’Irak par les Anglo-Saxons il y a dix-neuf ans. Mais c’est un chiffre qu’on pourrait très bien atteindre un jour si le conflit se poursuivait avec la même intensité qu’aujourd’hui.

Économiquement, les perspectives sont également sombres. Elles le sont pour les belligérants, mais aussi pour de nombreuses nations, en Europe et en dehors, qui sont pénalisées par l’interruption de leur commerce avec eux.

L’Ukraine était devenue une superpuissance agricole, capable de nourrir 400 millions de personnes à travers le monde. Aujourd’hui elle a beaucoup de mal à exporter ses céréales. Ses débouchés sur la mer Noire, les ports d’Odessa et de Mykolaïv, subissent le blocus de la flotte russe de Sébastopol. Les exportations se font actuellement, au compte-goutte, par voie ferrée, via la Pologne, ce qui oblige à un pénible transbordement de wagon à wagon. L’écartement des rails n’est pas le même dans l’ancien Empire russe qu’en Europe occidentale. De nombreux pays d’Afrique (Égypte, Algérie, etc.) nourrissaient leurs populations grâce aux céréales ukrainiennes. Ce n’est plus possible. Le renchérissement des produits agricoles va créer des phénomènes  de famine sur le continent noir. Une catastrophe économique se profile également pour la Russie. Elle a perdu des centaines de milliers d’ingénieurs du secteur du high-tech, qui ont fui le pays dès le début de l’«opération militaire spéciale » de Poutine. Elle ne peut plus importer, depuis l’Occident, ou depuis les nations asiatiques alliées des Américains, les puces électroniques et les pièces détachées indispensables au fonctionnement de son industrie. Elle ne peut plus exporter une grande partie de son gaz et de son pétrole à ses clients européens habituels.

En raison des sanctions qu’ils ont adoptées, les pays européens, obligés d’acheter du gaz de schiste américain liquéfié, vont payer des factures énergétiques astronomiques. Ils vont perdre aussi leurs débouchés commerciaux en Russie. Le marché russe représentait le quart des ventes de véhicules Renault.

Avec ses sanctions, l’Union européenne (UE) se tire une balle dans le pied, tout en avantageant commercialement les Américains, qui n’ont jamais entretenu de liens commerciaux importants avec le marché russe. Si les sanctions étaient politiquement efficaces contre les autocraties, cela aurait un sens. Mais l’histoire a prouvé qu’elles ne l’étaient pas. Les sanctions internationales n’ont nullement affaibli les régimes de Castro, Saddam Hussein, Khamenei, ou Kim Jong-un. Elles les ont renforcés. Il n’y a hélas aucune chance aujourd’hui pour que les sanctions fassent plier la Russie.  Comme, en Occident, l’UE est la première pénalisée par cette guerre, elle devrait tout faire pour trouver une voie de sortie. Elle ne pourra pas compter sur ses alliés anglo-saxons. Ils sont indifférents à ce que le conflit se prolonge : il a permis à Boris Johnson de sauver son poste de premier ministre et à Joe Biden d’accroître la vassalisation politique et militaire de ses alliés européens.

L’UE ne pourra pas compter sur la Russie non plus. La seule chose qui importe à Poutine est de sauver son régime. Peu importe que les Russes souffrent, l’important est que l’autocratie survive. Le président russe joue la montre, attendant la lassitude des pays européens et le retour des trumpistes à Washington.

Les Ukrainiens ne prendront pas non plus d’initiative de paix, car ils refusent, de manière compréhensible, de faire des concessions territoriales à l’agresseur, estimant qu’elles ne feraient que renforcer, dans le futur, son appétit.  Il reste une étroite voie de sortie, qui est celle de l’Onu. Elle a été utile dans l’évacuation des soldats ukrainiens piégés dans l’usine Azovstal de Marioupol. La France pourrait saisir le Conseil de sécurité pour qu’un corridor naval strictement civil soit institué, depuis Odessa jusqu’au Bosphore. Asseoir à la même table les Ukrainiens et les Russes pour refaire de la mer Noire un lac de paix est un défi relevable. Lever les sanctions empêchant les Russes d’utiliser les ports européens pour vendre leurs propres céréales ne représente pas un coût politique exorbitant.

Le jour où Russes et Ukrainiens accepteront de parlementer sur des dossiers techniques d’intérêt commun (exportations céréalières, gazoducs, etc.), une lumière apparaîtra au bout du tunnel.

Source : Le Figaro 31/5/2022

10:06 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Mardi 7 juin, dans le Trégor (22)

2022 06 07 mreeting treguier.jpg

00:40 Publié dans Législatives 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 30 mai 2022

Économie : Rien ne va plus en France et dans l’UE !

3018556-homme-tournant-la-poche-en-jean-pour-montrer-poche-vide-pas-d-argent-gratuit-photo.jpeg

Marc Rousset

Dans une excellente chronique du Figaro, Christian Saint-Étienne remarque que distribuer du pouvoir d’achat, sans contrepartie productive, c’est préparer un scénario à la grecque ! Macron, Marine le Pen et Mélenchon se sont pourtant lancés dans une course démagogique folle afin de s’attirer les électeurs, une des plaies mortelles des démocraties occidentales !

Le problème c’est que la France ne fabrique plus assez de produits industriels et a un déficit commercial annuel d’environ 100 milliards d’euros ! Le déficit public flirte désormais avec les 6,5 % du PIB ! La croissance dégringole, a été nulle début 2022 pour atteindre au mieux 1,3 % en 2023 et 1,1 % en 2024 ! On parle même de plus en plus de récession et de « stagflation », suite aux stupides sanctions suicidaires antirusses qui vont d’abord frapper « ceux qui fument des clopes et roulent au diesel » ! L’industrie française croule sous les charges sociales et les impôts de production pour payer des dépenses publiques folles avec 2 millions de fonctionnaires en trop, un coût annuel de l’immigration de 84 milliards d’euros par an et un régime des retraites déficitaire ! L’emploi créé par la « high tech » du manipulateur Macron, c’est mieux que rien, mais seulement 1 % de l’emploi en France : cela ne peut remplacer les investissements gigantesques de Tesla et d’Intel en Allemagne et de véritables usines pour fabriquer des biens essentiels importés de Chine et des pays émergents !

Christian Saint-Étienne nous rappelle le syndrome de Tsipras en Grèce qui consisterait en France à faire élire les députés d’un parti exigeant la distribution de pouvoir d’achat tout en l’empruntant, un SMIC à 5 000 euros, une retraite à 50 ans, pour nous apporter dans les trois mois qui suivent leur élection, avec la remontée des taux, une crise de confiance dans le Système, l’effondrement de l’économie, une retraite à 68 ans et une diminution de 20 % des retraites ! Les promesses démagogiques impossibles à tenir n’engagent que les naïfs et les crétins qui les écoutent. Demain on rase gratis !

C’est aussi la débandade dans l’UE puisqu’elle renonce jusqu’en 2023 au pacte de stabilité avec une dette maximale de 60 % du PIB et un déficit inférieur à 3 % du PIB, en raison de la guerre en Ukraine. L’UE renonce à la reprise en main des finances publiques. 17 pays ne respectent pas le critère de déficit et cinq, dont la France, le critère des dettes. Le pacte devrait eêtre réactivé seulement en 2024 ! L’UE pacifiste, droit-de-l’hommiste, mercantile et immigrationniste, éprise d’une soudaine folie guerrière contre la Russie, traverse une période d’incertitude économique la plus totale.

En Italie Mario Draghi ne connaît plus l’état de grâce. La croissance ne devrait pas dépasser 2,4 % cette année et 1,9 % en 2023. Les réformes de la fiscalité et de la concurrence semblent bloquées. Les dettes vont continuer d’augmenter et que fera Draghi sinon annoncer la faillite de l’Italie en cas de hausse des taux ?

Quant à la zone euro, elle est écartelée : l’écart d’endettement entre l’Allemagne et l’Italie a plus que doublé en dix ans et atteint 90 % du PIB, contre 45 % entre la France et l’Allemagne. Or les taux montent ! Christine Lagarde de la BCE veut mettre fin au programme de rachats d’actifs en juillet. De plus l’actuel taux négatif de – 0,50 % devrait passer à 0 % en septembre, suite à deux augmentations successives de 0,25 % en juillet et en septembre. Christine Lagarde, en fin d’année dernière, jugeait cependant peu probable une hausse de taux en 2022 car le taux de dépôt est en territoire négatif depuis 2014 !

Le problème, c’est que l’indice des prix à la consommation dans la zone euro a atteint le niveau record de 7,4 % sur un an en avril ; même en excluant l’alimentation et l’énergie, l’inflation dépasse largement l’objectif de 2 % fixé par la BCE. En fait Christine Lagarde est complètement déboussolée, s’exprime dans un charabia grandiloquent incompréhensible en parlant de gradualisme, d’optionnalité, de flexibilité et d’ajustement de la politique monétaire en fonction d’évènements imprévisibles à venir. Christine Lagarde reconnaît en fait que la situation est de plus en plus incontrôlable et qu’elle ne sait pas où elle va ! Il semble que ce soit vers la catastrophe et l’explosion de la zone euro !

La stupide politique des sanctions économiques et financières contre la Russie est la cerise sur le gâteau qui vient aggraver la situation ! En cas d’embargo du pétrole, la Russie pourra remplacer très facilement la demande européenne par celle de l’Inde et de la Chine. Par contre l’embargo entraînera une hausse inacceptable des prix à la pompe pour les Gilets jaunes ! Les fournisseurs potentiels de pétrole tels que l’Arabie saoudite, le Brésil, les États-Unis sont reluctants car s’ils augmentent leur production, la Russie cassera les prix, comme elle l’a déjà fait avec l’Inde à 25 dollars le baril, et ils seront perdants ! De plus les coûts de transport seront beaucoup plus élevés que pour le pétrole russe. Enfin le pétrole russe est d’une qualité supérieure pour produire dans les raffineries européennes des distillats moyens (gazole).

En ce qui concerne le gaz, un gros pays producteur tel que le Qatar ne veut pas vendre tout son gaz à l’Allemagne car si Berlin décidait d’arrêter ses commandes, il serait pris au piège. Le Chancelier Olaf Scholz très naïvement a fait la tournée des popotes en Afrique (Sénégal et Afrique du Sud) pour se sevrer du gaz russe et trouver de nouveaux fournisseurs, mais il a fait chou blanc avec des projets futuristes aléatoires, trop coûteux.

En dehors de l’Europe, la situation n’est pas brillante aux États-Unis (inflation élevée, croissance faible, hausse des taux et petits krachs boursiers successifs), mais elle est aussi préoccupante, ce qui est nouveau, du côté de la Chine ! L’Empire du milieu a dévoilé courant mai ses pires performances économiques depuis deux ans, avec une consommation au plus bas et un chômage proche du record absolu. Selon la banque UBS, la croissance chinoise pourrait se limiter à 3 % cette année, alors que Pékin s’accroche à son objectif de 5,5 %. La stratégie du « Zéro Covid » s’avère catastrophique pour de nombreux secteurs, dont celui du luxe, avec un écroulement des ventes de 47 % par rapport à 2021. On assiste à un plongeon des mises en chantier et des ventes de logement. La production de crédit s’est révélée deux fois inférieure aux attentes ; les ventes au détail ont décroché de 11 % et l’indice des prix à la consommation est supérieur aux anticipations. Si le confinement semble s’assouplir à Shangaï, la ville de Pékin renforce ses mesures anti-covid, avec de nombreux commerces et sites touristiques fermés ou au ralenti. Depuis Davos, la directrice du FMI parle de « vents contraires » en Chine.

Quant aux « cryptos » , Christine Lagarde estime que « ça ne vaut rien et que ça ne repose sur rien ». La Banque de France évoque la célèbre bulle spéculative des tulipes en Hollande au XVIIe siècle et compare le phénomène bitcoin à la « tulipomanie ». La Banque centrale américaine veut aussi siffler la fin de la récréation. Le marché des cryptomonnaies a déjà perdu plus de la moitié de sa valeur, passant de 3000 milliards de dollars à 1400 milliards de dollars en seulement six mois. Pour Le Bitcoin avec un prix record de 66 000 dollars, et un cours actuel de 29 000 dollars, la chute est aujourd’hui de 57 % ! Certains investisseurs estiment qu’il pourrait même dégringoler jusqu’à 8 000 $, tout comme l’explosion de la bulle internet en 2000. À quand le tour des actions en Bourse et celui des obligations si les taux d’intérêt s’envolent ?

Jane Fraser, PDG de la grande banque américaine Citi, est convaincue à Davos que l’Europe va entrer en récession ! Viktor Orban a décrété le couvre-feu en Hongrie et estime que nous allons devoir affronter une grave crise économique. Il y a même un risque de récession mondiale avec une augmentation du chômage, des prix des denrées alimentaires, de l’endettement public et privé déjà trop élevé dans le monde.

Il n’y a que la France inconsciente, privée de campagne présidentielle sérieuse, qui rêve de pouvoir d’achat en augmentation financé par la dette publique, sans travailler davantage ni produire davantage, avec le traître fédéraliste immigrationniste Macron, la patriote incapable Marine le Pen et l’islamo-gauchiste démagogue Mélenchon !

Lire aussi Riposte laïque cliquez là

10:47 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 29 mai 2022

Sus aux anti-woke en Angleterre !

sorciere-brulee.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Lors d’une conférence faisant parti du programme scolaire Personal, Social, Health and Economic education (PSHE), une imprudente élève a répondu de façon fort peu politiquement (ou sexuellement) correct à une représentante de la chambre des Lords. Crime impardonnable aux yeux d’une soixante d’élèves de son école qui lui ont fait passer à leur manière l’envie de s’exprimer en l’injuriant et en lui crachant dessus… contredisant par la même le chanteur Renaud selon qui :

« Y a pas de gonzesses hooligans

Imbéciles et meurtrières

Y en a pas, même en Grande-Bretagne » (extrait de la chanson Miss Maggie, 1985).

Asphyxiée par le nombre des harpies, la malheureuse collégienne a perdue connaissance ; en d’autres temps, elle aurait été tondue et en d’autres lieux, sans doute, lapidée.

La direction de l’école a, certes, apporté son soutien à la malheureuse, mais, nous apprend le site actualitte.com, « les accusations de transphobie répétées l’ont esseulée petit à petit. Elle aurait été également victime d’intimidation à plusieurs reprises et de menaces si elle réitérait ses propos. Elle a finalement quitté cette école en septembre de l’année dernière. »

Ce site consacré à la littérature a rapporté ce fait-divers parce que la célèbre romancière JK Rowling (auteur de la saga Harry Potter), qui avait déjà eu maille à partir, dans le passé, avec les fanatiques LGBT+…XYZ, a pris fait et cause pour la jeune fille dans un tweet : « Tout à fait honteux. Ajoutez cela à la pile chancelante de preuves que les personnes dans l’éducation et les universités, qui sont censées avoir un devoir de diligence envers les jeunes, ont succombé à une flambée de fanatisme quasi religieux. Le crime de la fille ? Dire ‘“le sexe existe”. »

Mais si JK Rowling est écœurée – ce n’est pas la seule – par l’affaire, il n’en va pas de même pour un enseignant de cette école anglaise qui, sur le site Transgender Trend, a écrit ces lignes à peine croyable d’intolérance, de fanatisme et de menace pas même voilée : « Remettre en question cette idéologie est simplement une hérésie, et les hérétiques, d’une manière ou d’une autre, doivent être exposés, attaqués et éliminés. (…) Même s’il s’agit de personnalités aussi remarquables et apparemment intouchables que JK Rowling (…) Nous savons comment ces opinions (contre l’idéologie trans) sont réduites au silence dans le monde des adultes à travers des affaires judiciaires très médiatisées et l’intimidation de célébrités telles que JK Rowling. »

Quant au site Actuallite.com, il se contente pour sa part de ce commentaire explicite : « L’écrivaine semble aujourd’hui faire plus parler d’elle pour les accusations de transphobie qui se multiplient à mesure que les affaires s’accumulent, que pour son travail de romancière… »

Ce sont les mêmes, de nos jours, qui hurlent au fanatisme religieux et à l’horreur des « chasses aux sorcières » au Moyen Âge et n’ont de cesse de chasser à leur tour – au propre et au figuré, la preuve ! – ceux qui ne partagent pas leur délire, comme le montre le harcèlement et le quasi-lynchage de cette lycéenne-« sorcière » anglaise, qui a simplement contesté « l’idéologie trans ».

Lire EuroLibertés cliquez ici

20:19 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La face cachée de Volodymyr Zelensky

Zelensky address April 12-13.jpg

Les médias et les dirigeants occidentaux ne savent plus quels superlatifs utiliser pour chanter les louanges du président ukrainien, tant ils sont fascinés par la « stupéfiante résilience » du comédien miraculeusement transformé en « chef de guerre » et en « sauveur de la démocratie. » Comment ne pas tomber sous le charme de cet improbable Mr. Bean qui, après avoir conquis le public avec ses grimaces et ses extravagances a su en une nuit troquer ses pitreries et ses jeux de mots graveleux contre un T-shirt gris-vert, une barbe d’une semaine et des mots pleins de gravité pour galvaniser ses troupes assaillies par le méchant ours russe ?

Lire la suite ICI

Source : blog de Guy Mettan

09:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 28 mai 2022

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

03:49 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 26 mai 2022

Le livre "Jean Picollec l'atypique" honoré d'un article dans Presse Edition

unnamed-1.png

Source cliquez ici

Acheter le livre cliquez là

18:27 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

kjhbv.jpg

13:05 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Henry Kissinger, le diplomate du siècle

Kissinger biographie.jpg

Les lectures de Scipion de Salm

Henry Kissinger, né juif allemand en 1923 - d’où un accent prononcé obstiné -, a été le célèbre conseiller principal pour les affaires étrangères, puis ministre, du président états-unien Nixon (1969-1974). Il a été une vedette médiatique à son époque, chose très rare dans sa fonction ; ses prédécesseurs et successeurs immédiats ont été tous oubliés.

L’auteur est un diplomate français, qui a rencontré le personnage, et l’admire. Le livre, certes intéressant, donne quand même beaucoup dans l’hagiographie, pas toujours inspirée ou justifiée. Il n’en reste pas moins que Kissinger, universitaire brillant, a marqué son époque, et a essayé, avec courage, en dépit de quelques contradictions, de promouvoir une école réaliste pour les affaires étrangères. Rien n’est plus dangereux pour la stabilité du monde, la paix, que les croisades idéologiques. Sur ce point, il a eu parfaitement raison.

Dans ses fonctions, Kissinger a négocié, peut-être au mieux dans des circonstances difficiles, le retrait états-unien du Viêt-Nam, et le rapprochement avec la Chine continentale communiste, manœuvre réaliste par excellence.

Henri Kissinger, Gérard Araud, Tallandier, 2021, 330 pages, 20,90€

 

12:45 Publié dans Scipion de Salm | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 25 mai 2022

ROBERT PATUREL, ANCIEN FORMATEUR DU RAID, INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR TV LIBERTÉS

Roland Hélie, Philippe Randa et Pierre de Laubier reçoivent dans cette nouvelle émission « Synthèse » l’ancien champion de France et champion d’Europe de boxe française, Robert Paturel, dit « Patu » : une figure légendaire du RAID qui a été formateur pendant 20 ans au RAID et au GIPN, groupe d’intervention de la police nationale. Il est également connu pour ses ouvrages mémoriels sur les débuts de cette unité d’élite et sur la boxe de rue, technique qu’il a développé.

Pour découvrir tous les livres de Robert Paturel, cliquez ici

Les précédentes émissions cliquez là

RL Annonces copie 8.jpg

16:58 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jean Picollec : le survivant d’une génération d’éditeurs français aujourd’hui tous disparus

CHN 18 ANNONCE 1 copie 13.jpg

Un entretien avec Philippe Randa, auteur du livre Jean Picollec l'atypique

Philippe Randa nous fait découvrir un personnage hors du commun. Figurez-vous que sans jamais renier des convictions politiques tant haïes de la République des Lettres, cet éditeur a publié auteurs politiquement incorrects et personnalités politiques souvent sulfureuses (d’André Castelot à Jacques Vergès, de Jean Bothorel à Roland Jacquard, de Jean Markale à Olier Mordrel, de François Duprat et Roland Gaucher à Bernard Lugan) sans crainte de la “Bien-Pensance”.

Qu’est-ce qui vous a donné l’idée de ce livre d’entretiens avec l’éditeur Jean Picollec ?

Je reprends votre question : qui a eu le premier l’idée de ce livre, l’éditeur Roland Hélie ou moi ? Plus vraisemblablement, nous avons eu l’idée en même temps, alors que nous devisions sur l’édition en générale et nos édi­tions en particuliers… On fait rare­ment les choses par hasard et l’évidence s’est imposée à nous : l’exemple de Jean Picollec n’a pas été pour rien dans nos aventures édito­riales respectives…

C’est-à-dire ?

Nous revendiquons, Roland et moi, la même indépendance d’esprit vis-à-vis des modes litté­raires et du politiquement cor­rect ; l’exemple de notre aîné de vingt ans et plus dans la partie, nous a forcément beaucoup ins­piré.

C’est quelqu’un qui a édité des gens de tous horizons poli­tiques, parfois très opposés (voire anciens ennemis) au seul mo­tif que leurs écrits – témoi­gnages, récits, enquêtes – ser­vaient l’histoire, la politique, la cul­ture… ou même le divertisse­ment.

De plus, Jean Picollec, « modéré­ment » de gauche, a été politiquement engagé dans sa jeunesse…

Oui, il a été membre du bureau poli­tique d’Ordre nouveau au début des années 1970 et il n’a jamais renié cet engagement. Ce qui n’a pas empêché sa maison d’édition d’être présente dans la quasi-totalité des salons du livres organi­sés en France et à l’étranger et jusqu’en Israël, tous frais payés par l’État français qui ne trouvait pas, cette année-là, d’autre éditeur français assez coura­geux pour y représenter notre pays. Pour Jean Picollec, qui a été l’ami et éditeur, notamment de François Duprat, c’était pour le moins… atypique, non ? Comme d’en reve­nir avec un contrat pour pu­blier Freddy Eytan, premier ambassa­deur israélien dans un pays musulman… Ça, c’est tout Jean Picollec !

Au-delà de l’atypisme du person­nage, quel intérêt les lecteurs vont-ils retirer de votre livre ?

La saga éditoriale de Jean Picol­lec, c’est quarante ans des grands événe­ments politiques, culturels, écono­miques de la France et des grands pays du Monde, des grandes affaires politico-criminelles (les assassinats de Jean de Broglie ou d’Henri Curiel, etc.), mais également des por­traits parfois intimes, parfois in­croyables de personnalités aussi va­riées que les écrivains et journa­listes Yann Queffelec, Jean-Edern Hallier, Pierre Péan, Mau­rice Bardèche, Alain de Benoist ou Patrick Poivre d’Arvor, les hommes politiques Patrick Deved­jian, Claude Goasgen et bien sûr Jean-Marie Le Pen et des grandes figures de la Bretagne, d’Olier Mordrel à Jean Markale en pas­sant par la famille Bolloré dont il est un intime… La liste de tous les personnages qu’il a fréquen­tés ou sur lesquels il a pu­blié est évidemment trop impor­tante pour les citer tous…

Qu’on sache seulement qu’il a été le pre­mier éditeur à s’intéresser à Ous­sama Ben Laden, ce qui lui permit de pu­blier le premier livre sur le fonda­teur des réseaux Al-Qaïda le mois sui­vant les terribles atten­tats-suicides à New York le 11 septembre 2001Le livre fut, évidemment, un best-seller traduit  en 29 langues.

Propos recueillis par Guirec Sèvres

 Jean Picollec l’atypique, Philippe Randa, préface de Roland Hélie, éditions Syn­thèse nationale, 256 pages, 29,00 , avec de très nombreuses illustrations.

Pour commander ce livre cliquez ici

 

00:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 24 mai 2022

Qui est Rima Abdul Malak ?

rima-abdul-malak-est-la-nouvelle-ministre-de-la-culture-capture-d-ecran-france-info-tv-1653065907.jpg

Sophie Akl-Chedid

La franco-libanaise Rima Abdul Malak, née dans une famille chrétienne du Kesrouan au nord de Beyrouth, a été nommée vendredi ministre de la Culture dans le cabinet d’Elisabeth Borne. Elle a passé les dix premières années de sa vie à Beyrouth en pleine guerre civile, scolarisée à Notre-Dame de Jamhour, avant d’arriver à Lyon avec sa famille où elle a brillamment poursuivi ses études au lycée international. Parlant couramment l’arabe, le français et l’anglais, elle est diplômée de Sciences Po Lyon et de l’université Lyon II (spécialité monde arabe contemporain) et titulaire d’un DESS Développement et coopération internationale obtenu à la Sorbonne.

Rima Abdul Malak a commencé à travailler auprès d’associations culturelles soutenues par le Comité catholique contre la faim et pour le développement (CCFD) dans les territoires occupés palestiniens. A 23 ans, de 2001 à 2005, elle devient directrice de programme de l’association Clowns sans frontières avant de diriger le pôle musique de l’Institut français de 2007 à 2008. Conseillère chargée de la culture et du spectacle vivant à la mairie de Paris, elle fait ses armes politiques à partir de 2008 dans le cabinet de Christophe Girard, alors adjoint à la culture de Bertrand Delanoë. Socialiste, progressiste, travailleuse, sa carrière connaît alors une ascension fulgurante avec sa nomination comme attachée culturelle de l’ambassade de France aux Etats-Unis, de 2014 à 2018. En décembre 2019, conseillère à la culture et à la communication d’Emmanuel Macron, elle a plus particulièrement contribué à la gestion de la crise du Covid dans les milieux artistiques.

Dès sa nomination, le nouveau ministre de la Culture s’est engagé à défendre « la souveraineté culturelle, à investir dans l’éducation artistique et à relever le défi de la transition écologique dans le milieu artistique ». « Je suis résolue à défendre notre souveraineté culturelle pour affirmer la place de la création française, de la langue française, de l’innovation française dans l’océan numérique, et bientôt dans le métavers [programme technologique visant à mettre à portée de tous les internautes l’expérience virtuelle] », a-t-elle déclaré avant de poursuivre sur une note plus inquiétante : « Je suis résolue à me battre pour investir plus massivement que jamais dans l’éducation artistique, dans l’encouragement des pratiques artistiques pour développer l’envie de culture de notre jeunesse et je me réjouis de pouvoir travailler avec Pap Ndiaye [le nouveau ministre woke et indigéniste de l’Education nationale], et de placer la culture dans la politique d’apaisement des mémoires impulsée par Emmanuel Macron. » « Ce n’est ni une politique de repentance ni une politique de déni, c’est une politique de reconnaissance », a-t-elle assuré, sans donner plus de détails.

Gaspard Gantzer, ancien conseiller du président François Hollande, et Jack Lang ne tarissent pas d’éloges à son endroit. Pour Bruno Julliard, ancien premier adjoint du maire de Paris Anne Hidalgo, « elle a une vraie vision d’une politique culturelle, avec des convictions progressistes de gauche ainsi qu’une ambition élevée pour la démocratisation culturelle, qui pour elle ne veut pas dire nivellement par le bas ». Un drôle de pedigree pour relever le niveau socio-éducatif et culturel de la France.

Source :Présent 24/5/2022

11:43 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 23 mai 2022

La nomination de Pap Ndiaye, un tournant idéologique

jad20200602-tribune-papendiaye-592x296-1653076586.jpg

Le nouvel hôte de la Rue de Grenelle, qui défend une grille de lecture des rapports sociaux cet article, à travers un prisme racial, représente reprend une « ligne » diamétralement opposée à l’universalisme républicain que soutenait Jean-Michel Blanquer, argumente l’universitaire, Xavier-Laurent Salvador, agrégé de lettres modernes et maître de conférences en langue et littérature médiévales.

Lire la suite ICI

Source : Le Figaro 23/5/2022

12:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L’utopique union des droites

image.png

Le billet de Patrick Parment

 Sur le papier, une union des droites serait largement majoritaire dans ce pays. Et ce n’est pas le zinzin mélanchonien, Dupes, qui pourrait changer quelque chose. Rappelons quelques évidences. Comme nous l’écrivions il y a déjà quelques années, la gauche promet du rêve, la droite reste avant tout pragmatique. A gauche, un socialisme dispendieux – Mélenchon est en train de nous refaire le coup de la fantasmatique union de la gauche – quand la droite s’emmêle les pinceaux dans un libéralisme qui enrichit des riches toujours plus riches. D’un côté comme de l’autre, deux utopies aussi mortifères l’une que l’autre. Conclusion, on est gouverné par une sorte de centrisme mou, tendance libérale mais surtout inculte, ignorant qu’un peuple c’est avant tout une histoire branchée sur une mémoire, un sol, une race (au sens culturel du terme). Dans cet ordre d’idée, un Ukrainien est plus proche de nous qu’un Pap Ndiaye, métis franco-sénégalais.

Mais revenons à notre sujet l’union des droites. A regarder de près, c’est en effet la galère. Marine Le Pen campe dans son coin, forte de ses 20% d’électeurs, ce qui lui assure une sorte de rente qui suffit à sa peine et plus encore à ses besoins. Et ce au mépris des idées qui ont fait le succès à son père mais aussi une réputation de paria. Ce dont il se foutait complètement par ailleurs. Sauf qu’aujourd’hui le RN est une caisse vide que Marine Le Pen a centrisé (gaytrisé ?) pour n’être plus qu’un simple « gueuloir » électoral. Sur l’air de « J’suis pas content, j’vote RN ». Hier encore, c’était le parti bolchevique qui tenait ce rôle.

Et il y a les Républicains. Un vaste fourre-tout qui se veut de droite sans trop savoir d’ailleurs ce que cela signifie, mais qui électoralement veut dire, « j’suis pas de gauche ». Ce parti est un melting pot où se croisent et s’encanaillent les lobbies et pas uniquement homo, franc-mac ou juif. On trouve aussi les bétonneux, les chasseurs, les bouilleurs de cru, les amoureux de la bagnole, les tenants du nucléaire, j’en passe et des meilleurs. Ce qui fut au départ un gaullisme populaire culturellement marqué franchouillard est devenu au fil du temps un marigot purement voué à fabriquer des candidats aux diverses élections. Dont cet imbécile de Chirac fut l’archétype - inscrit au pavillon de Sèvres - dont l’œuvre fut poursuivie par Nicolas Sarkozy.  Valérie Pécresse a confirmé brillamment que ce parti n’était plus rien. On n’abordera pas le sujet des centristes qui par nature ne sont rien, si ce n’est qu’ils se situent entre la droite et la gauche. Quand on ne veut ni l’un ni l’autre, on vote centriste. Un bulletin blanc en quelque sorte.

Et puis, dans ce marigot sans âme, a soudain débarqué Eric Zemmour qui, malgré ses défauts, a tenu à rappeler que la France ce n’était pas rien. Que c’était aussi un peuple, une histoire, une longue mémoire qu’au fil du temps nos politiques avaient relégué aux oubliettes. Que la France profonde était profondément attachée à ses racines, à sa culture, à ses identités régionales, à son terroir, à ses mœurs. Autant de thèmes largement relégués dans les poubelles par nos politiques traditionnels.  Seulement voilà, les Gilets jaunes ont réveillé ces sentiments enfouis, ce besoin d’une France fraternelle conforme à ses traditions, son âme, sa culture.

Le résultats des courses, c’est une France fracassée, divisée, fracturée entre la ville et les champs, entre les bourgeois et les prolétaires, les riches et les pauvres, les Gaulois et les immigrés  arabe, jaune, noir et autres. Les Français veulent qu’on pense d’abord aux Français comme le clamait d’ailleurs les politicards sous la Troisième République. Dans un monde déboussolé, preuve est faite que tout homme se replie d’abord sur son petit Liré ! D’où l’émergence de ce que l’on a appelé le populisme. Rien de fasciste là-dedans, n’en déplaise à tous ces imbéciles de gauche, du centre et d’ailleurs. Comme l’a bien démontré l’éthologue Konrad Lorenz chez les animaux, l’homme défend d’abord son territoire. Et à l’heure d’un mondialisme que le conflit ukrainien est en train de remettre en cause, on voit ressurgir l’égoïsme des nations.

La question est donc : l’union des droites est-elle possible ? Mais autour de quel projet ? Car les Républicains pas plus que le Rassemblement national n’en ont un susceptibles de plaire à tout le monde et dont la France et les Français seraient le centre. Le seul à en avoir un, c’est bien Eric Zemmour. Que les Républicains comme le Rassemblement national vont tout faire pour le tuer. Sous le soleil rien de nouveau, on a la droite, la plus bâte du monde…

 

11:22 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

« Détenus go home » au Danemark

file7ivohiwm6jm19xasznnl.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Partout, les prisons sont surpeuplées… Ce leit-motiv finit par lasser tout à chacun, enclin dès lors à penser que « c’est comme ça, on n’y peut rien »… Une fatalité toutefois battue en brèche par le Danemark dont une initiative vaut son pesant… de réflexion !

La population carcérale danoise ayant « augmenté de 19 % depuis 2015, atteignant plus de 4 000 détenus début 2021 et dépassant 100 % des capacités, selon les statistiques officielles » comme le rapporte The Gardian, ce pays vient de signer un accord avec le Kossovo pour que 300 détenus étrangers, tous « originaires d’un pays non-membre de l’Union européenne, sans enfants au Danemark, dont la peine s’accompagne d’une expulsion » aillent y purger leur peine. Coût de l’opération : 15 millions d’euros.

Tous les détenus concernés devant être expulsés à l’issue de leur détention, ce sera donc déjà chose faite.

Le ministre danois de la Justice, Nick Haekkerup indique que la signature de cet accord « garantira une meilleure capacité dans nos prisons surpeuplées et soulagera la pression sur nos agents pénitentiaires. »

Et d’ajouter pour bien se faire comprendre : « Avec cet accord, le Danemark envoie également un signal clair aux étrangers originaires de pays tiers qui ont été condamnés à l’expulsion : votre avenir n’est pas au Danemark, et vous ne devez donc pas y purger votre peine. »

Une initiative qui, bien évidemment, n’est pas du goût de tous, à l’instar de Catherine Woollard, directrice du Conseil européen sur les réfugiés et exilés (ECRE), un réseau d’ONG qui voit cela d’un très mauvais œil : « Avec la Hongrie, c’est le pays avec le positionnement le plus hostile aux migrants au sein de l’Union européenne. »

Des esprits chagrins pourraient faire remarquer à cette dame que sa remarque associe de fait « immigration » et « délinquance »… Lapsus révélateur ? Simple bêtise de fanatique immigrationniste ? L’un n’empêche pas forcément  l’autre…

Lire EuroLibertés cliquez là

01:00 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 21 mai 2022

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:05 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |