Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 05 octobre 2018

DANIEL CONVERSANO SERA À LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE DIMANCHE 14 OCTOBRE 2014

12 JNI D CONVERSANO.jpg

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ LÀ

14:15 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les deux B de notre République en voie d’agonie : Baratin et Burqa

_93350402_619daa1c-cc45-4c73-a5e9-c3bc91fa9259.jpg

Bernard Plouvier

Tout le monde l’a compris après dix-huit mois de spectacle continu : Grand Timonier de France n’est rien d’autre qu’un géant, mignon et dynamique, du Baratin.

Sa vie privée et ses goûts exotiques ne regardent que lui. Mais ses prestations dans ses innombrables voyages promotionnels en France et à l’étranger concernent au premier chef l’État français, donc la Nation, seule souveraine de cet État.

Après le langage de jeune et enthousiaste réformateur des trois premiers mois, qui pouvait paraître prometteur, l’on a ouï quantité d’absurdités sur l’immigration bienfaisante à la Nation, sur l’emploi « facile à trouver » - en une époque où le chômage est de cinq millions d’individus en âge et en état de travailler, ce discours est purement abject -, sur la réhabilitation des voyous « pour faire plaisir à maman », sur les privilèges des retraités et autres âneries de gamin mal élevé s’adressant à des chefs d’État qui, eux, améliorent l’existant de leurs pays.

En contrepartie de ce boniment de bateleur de foire, l’on a vu monter les taxes à la consommation et les taxes répressives, alors que l’on nous promet un allègement des impôts… ce qui est probablement à comprendre comme une réduction des impôts sur les bénéfices des entreprises. Si le chômage croît, l’inflation est elle aussi sur la pente ascendante.

Cerise sur le gâteau de moins en moins appétissant, les publicités télévisées ne nous montrent plus que de bons Noirs qui apprennent à lire à des analphabètes Blancs ou empêchant une gentille Beurette de se faire violer par un Blanc ! Certes, on multiplie les hommages et commémorations ; ça amuse Margot et ça fait pleurer dans les chaumières. Mais est-ce utile à l’avenir de l’État et de la Nation ?

Comble de ridicule, l’on fait une montagne du départ pour sa mairie d’un chenu ministre de l’Intérieur, quittant le fier navire gouvernemental qui ressemble de plus en plus au radeau de La Méduse. Or, ce n’est pas pour la capitale des Gaules qu’il aurait dû partir, mais pour la Haute Cour, de façon à y être jugé pour incapacité. Parce que si de hautes fonctions donnent droit à une forte rétribution et une foule de privilèges, c’est en contrepartie d’une gestion efficace du Bien Commun. Or, le bilan est désastreux.

En dix-huit mois, on a vu se multiplier les émeutes raciales, très minorées par les media de gouvernement. Presque chaque semaine, un Français se fait poignarder par un « allahou abkar » (le cri devenant un éponyme d’assassin débile). Des barbouzes jouent impunément aux gros bras, auxiliaires illégaux des forces de l’ordre. Aucune des 2 000 cités de non-droit n’a été réduite à l’obéissance des lois de la République.

On se gargarise de l’arrestation d’un voyou d’origine maghrébine – sa première agression à main armée a été commise lorsque cette chance pour la France avait dix-huit ans -, mais l’on apprend qu’il circulait en burka !

Depuis une loi de 2010, le port de la burka est interdit en France (et en Belgique, mais aussi au Maroc « pour d’évidentes raisons de sécurité », comme me l’a dit un médecin marocain, qui raisonne fort bien). Or, si l’on jette un regard furtif sur certains quartiers de Marseille ou de la région parisienne, cette tenue qui recouvre entièrement le corps est exhibée par des silhouettes de sexe indéterminé.

Officiellement, les hommes du ministère de l’Intérieur et des Cultes combattent, comme c’est leur devoir, le fanatisme mahométan djihadiste, mais le symbole des fous furieux salafistes est exhibé dans les rues des cités à majorité mahométane, parce que la police n’ose intervenir « de peur de déclencher une émeute ».  Il a fallu une chasse à l’homme dangereux (spécialiste des explosifs) et une burka tellement mal ajustée qu’elle dénonçait l’homme pour qu’enfin l’on dévoile un porteur de tenue interdite.

Un Baratineur en et un acteur en représentation permanente à l’Élysée, une Burka interdite mais régulièrement portée sur le territoire de notre République laïque, tout cela est indigne. La Nation peut-elle réagir ? Bien sûr ! C’est même son devoir, au nom de la Dignité d’être Français (même un Mitterrand la ressentait), pour l’avenir de nos enfants et petits-enfants.

Grand Président, il est temps de gouverner intelligemment dans l’intérêt de la Nation, ou de dégager. 

12:59 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les antispécistes s’en prennent aux boucheries traditionnelles

1157495-un-boucher-repousse-une-militante-vegan-devant-une-boucherie-a-paris-le-22-septembre-2018.jpg

Arnaud Raffard de Brienne

Sale temps pour les bouchers dont plusieurs dizaines de magasins font l’objet d’actes de vandalisme depuis quelques mois. Vitrines caillassées, aspersion de faux sang, tags et autocollants se multiplient dans le but évident d’intimider les 18 000 professionnels de la viande en France et de frapper les esprits de leurs clients. Les délicats défenseurs de la cause animale, les végans – nous n’en sommes plus à un anglicisme près -, responsables de ces destructions, prétendent agir au nom de l’antispécisme, une idéologie réfutant toute hiérarchisation et domination d’une espèce sur une autre, tout animal, dont l’homme, se valant sans distinction selon eux. La folie égalitaire proclamée met ainsi sur un strict plan d’égalité l’homme et le moucheron ou le ouistiti. Diffusant en boucle des slogans gratinés, tels « bouchers assassins », « la viande est un meurtre » ou « viande = massacre universel à grande échelle », les militants de cette cause n’ont rien inventé et ne constituent en fait que les caisses de résonance de courants philosophiques anglo-saxons déjà anciens.

Contre toute attente, parmi les dizaines de commerces traditionnels dégradés, on ne recense pas une seule boucherie halal. Surprenant lorsque l’on connait la méthode d’abattage rituelle, particulièrement cruelle, qui consiste à égorger l’animal sans le moindre étourdissement. Idem pour les boucheries casher fort opportunément épargnées.

Prévenance et prudence envers les boucheries halal

Courageux mais pas téméraires, nos militants végans semblent vouloir éviter soigneusement la confrontation avec les bouchers halal dont la patience n’égalerait sans doute pas celle de nos bouchers traditionnels condamnés à supplier les pouvoirs publics de leur accorder une protection. La clef de cette prévenance nous est révélée par une militante végan avouant à un média suisse : « nous excluons l’abattage halal de notre champ de protestation car nous ne voulons pas stigmatiser une population déjà souffrante ». Pour satisfaire plus encore aux exigences de la pensée unique et de la soumission à l’air du temps, notre militante insistait par ailleurs sur les risques d’alimenter l’islamophobie et que leur message ne soit relayé par les mouvements racistes. Toujours cette prison mentale du « pasdamalgam ». D’autres militants, sans doute un peu exaltés, évoquent un parallèle entre la consommation de viande et la Shoah. Ce parallèle hasardeux avait quand même été originellement osé par Isaac Bashevis Singer, Prix Nobel de littérature en 1978 et grand défenseur devant l’Éternel de la cause animale. Le brillant esprit avait résumé la situation par une formule pour le moins lapidaire : « Tous les gens sont des nazis ; pour les animaux, c’est un éternel Treblinka ».

C’est vraisemblablement ce conformisme qui a aussi fait passer sous silence l’horrible massacre animalier de la seconde quinzaine du mois d’août à l’occasion de la fête musulmane de l’Aïd-el Kébir : environ 150 000 moutons égorgés à vif, en France, dans des conditions souvent abominables. Pas un mot, ni une ligne de nos délicats végans au sujet de ce sacrifice de masse contemporain. Ces considérations ôtent, s’il en était besoin, toute crédibilité à aux campagnes par lesquelles des représentants autoproclamés de la population végétalienne - végane comme ils disent – tentent d’imposer leurs lubies aux 99% restants.

Il reste à la filière viande française – abattoirs, grossistes et détaillants - à s’interroger sur son indifférence et les raisons du silence dont elle a couvert l’inquiétante expansion de l’abattage halal en France.

Article paru dans Présent cliquez ici

NDLR :

42994761_1942822419097263_7850778842141556736_n.jpg

12:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 04 octobre 2018

L'émission "Synthèse" du jeudi 4 octobre avec Pierre Le Vigan

RL 83 2018 10 04 P LE VIG.jpg

 

 

ÉCOUTEZ

L'ÉMISSION

CLIQUEZ ICI

 

22:12 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

ALBAN D'ARGUIN, AUTEUR D'"ÉOLIENNES UN SCANDALE D'ÉTAT" DÉDICACERA SON LIVRE À LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE LE 14 OCTOBRE À RUNGIS (94)

12 JNI A D ARGUIN.jpg

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ LÀ

21:51 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

IL EST SORTI : LE NOUVEAU LIVRE DE GEORGES FELTIN-TRACOL, "POUR LA TROISIÈME VOIE SOLIDARISTE"

20181004_201914.jpg

Vous pouvez le commander en ligne en cliquant ici

Bulletin de commande

 

21:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mauvaise nouvelle : notre confrère le site Métamag suspend ses activités

logo-metamag-2.png

Depuis quelques années le site Métamag nous fournissait des analyses construites et non conformistes sur l'actualité. Régulièrement, nous reprenions les articles qu'il publiait. Une équipe soudée animait cet ilot de résistance qui avait trouvé sa place dans la réinfosphère nationale. Et la mauvaise nouvelle est arrivée il y a quelques jours : Métamag arrête... il y a donc une pièce d'artillerie en moins dans notre camp.

Entretenir quotidiennement un site comme Métamag, ou Synthèse nationale, représente un travail colossal que beaucoup de nos amis ont du mal à imaginer. Chez certains blogueurs, au bout d'un moment, la lassitude finit par l'emporter (ce n'est pas forcément le cas de Métamag, nous ignorons les raisons profondes de sa fin) et ils décident de raccrocher. C'est dommage, mais il est vrai que les animateurs font cela de manière militante et que le militantisme devient vite chronophage. C'est le prix de la liberté d'expression.

Quoiqu'il en soit, nous tenons à saluer le travail remarquable effectué par les membres de l'équipe de Métamag et nous leur rappelons que les colonnes de Synthèse nationale leur sont toujours ouvertes.

Synthèse nationale

21:10 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un nouveau livre de Bernard Lugan : L'Atlas historique de l'Afrique

Atlas historique de l'Afrique.jpg

Des origines de l’Homme aux conflits d’aujourd’hui, au fil de 250 cartes accompagnées de notices explicatives, cet atlas inscrit sur la longue durée, fait le bilan des connaissances historiques autour du continent africain à travers les permanences et les ruptures qui expliquent les crises actuelles et qui permettent d’annoncer celles de demain.

Cet ouvrage, sans équivalent, est l’outil de référence indispensable à tous ceux qui veulent connaître les constantes historiques et ethniques qui fondent la géopolitique de l’Afrique, ou plus exactement des Afriques, et sans la connaissance desquelles tout ce qui est dit ou écrit sur ce continent relève de l’artificialité.

L'Atlas historique de l'Afrique, Bernard Lugan, Editions du Rocher, 424 pages, 250 cartes et illustrations couleur, 33 €, le commander cliquez ici

20:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quand Michel Onfray écrit à Macron sur le sens du doigté, ça donne :

safe_image.jpg

Votre Altesse,

Votre Excellence,

Votre Sérénité,

Mon cher Manu,

Mon Roy,

Mais aussi:

Mon Chéri,

Je me permets en effet cette familiarité, mon cher Manu, car des photos t’ont récemment montré partout sur la toile aux Antilles enlaçant un beau black, bodybuildé en prison, luisant de sueur tropicale, ce qui semblait te ravir jusqu'au plus profond – si tu me permets l’expression… Ton sourire béat montre en effet que ta dilection va plus facilement à qui accompagne son selfie avec toi d’un doigt d’honneur qu’aux intellectuels qui n’ont pas l’heur de te plaire parce qu’ils ne te font pas la cour. Décidément, tu sembles n’aimer que ceux qui te font savoir leur amour d’une façon qui ne prête pas à confusion: il faut t’enlacer torse nu pour te plaire, essuyer sa transpiration sur ta chemise blanche, et passer plus de temps en salle de sport qu’en bibliothèque. Je comprends dès lors que le philosophe Etienne Balibar, avec lequel tu dis avoir rédigé un mémoire universitaire sur Machiavel, n’ait plus le souvenir de toi. Il n’est probablement pas assez couvert de sueur, trop âgé et trop intellectuel à ton goût.

A ceux qui voudraient augmenter un peu leur culture, ce qui n’est pas de trop ces temps-ci, consultons l’encyclopédie en ligne Wikipédia, soyons fous! Elle nous donne cette signification du doigt d’honneur: "Le majeur dressé autour des autres doigts baissés évoque un phallus et le reste de la main, un scrotum". Traduction pour qui ne maîtriserait pas toutes ces subtilités lexicales, il s’agit tout bonnement d’un "doigt dans le cul". Le doigt, on voit bien à qui il appartient, le cul, on se tâte – si je puis dire! Est-ce le tien personnellement? Auquel cas c’est ton affaire, mais n’en fais pas un étalage public: un président, ça ne devrait pas faire ça comme dirait l’autre… Ce cul, est-ce le nôtre en tant que tu incarnes la souveraineté populaire? Est-ce celui de la France dont tu es le corps mystique? On ne sait. Mais cette fois-ci, ça nous concerne. Et permets qu’on puisse ne pas jouir d’une pareille intromission dans notre intimité sans notre consentement. Demande à madame Schiappa: c’est la définition légale du viol.

Quoi qu’il en soit de ce fondement et de son propriétaire, c’est proprement manquer de doigté envers la République que de se laisser mettre de la sorte en arborant ce sourire radieux qui témoigne de ton contentement. Pareil goût relève de ta vie privée qui est celle du second corps du roi, elle ne devrait pas affecter ton premier corps qui est politique et républicain. Ce sourire, c’est le même que tu arborais sur les marches de l’Elysée le jour de la fête de la musique en compagnie d’une brochette d’individus, eux-aussi férus de ce très subtil langage des signes. On ne dira pas que tu caches ton jeu. Il n’y a que les crétins pour feindre que tu dissimules. Tu es du genre à nous le mettre bien profond, pour dire clairement ce qui ne devrait pas te choquer sous forme de mots, puisque la chose te ravit quand elle se trouve exprimée sous forme de geste. Mais mettre ou ne pas mettre, là est la question…

Or, cette question, tu l’as franchement résolue. Car, depuis quelque temps, tu montres en effet que, toi ou tes services, vous n’avez pas grand souci de la légalité (je ne parle plus de moralité, on sait désormais dans quelle estime tu tiens toute morale…), je parle de légalité.  En adoptant cet angle de vue, on voit bien comment tu nous la mets, tu nous le mets, tu nous les mets…    

D’abord, premier doigt, il y eut cette étonnante évaporation de tes bénéfices en tant que banquier chez Rothschild: tu sembles en effet avoir habilement fait disparaître cette somme considérable de ta déclaration de patrimoine avant les présidentielles. Quid en effet des cinq millions d’euros que tu as engrangés comme banquier pendant huit ans et dont personne ne retrouve la trace ? (source : "Cinq millions d’euros en huit ans, où est l’argent, Emmanuel Macron?" dans Economie Matin du 16 février 2017). Cinq millions, ça en fait des billets de cinq euros que tu voles dans la poche des étudiants qui reçoivent l’APL!

Ensuite, deuxième doigt, il y eut cette soirée de levée de fonds à Las Vegas qui a permis, via des facturations de Havas-Business, le prestataire de service de cette soirée apparemment effectuée sans appel d’offre, donc illégalement, de dégager de considérables marges, en dizaines de milliers d’euros, pour le candidat que tu étais alors. Qui organisait ce genre de soirée fort peu légale ? Muriel Pénicaud, ton actuelle ministre du travail (source : "Déplacement de Macron à Las Vegas: la très chère soirée organisée par Havas" dans Le Parisien du 8 juillet 2017). Fillon est tombé pour trois costumes: cette seule soirée t’aurait permis d’acheter des pardessus et des pantalons pour tout ton gouvernement et leurs cabinets pendant de longues années. Or, ce ne fut pas la seule soirée ayant permis des largesses à ton endroit.

Troisième doigt, devenu président, il y eut l’affaire Benalla. Chacun a eu le loisir, durant ce feuilleton de l’été débordant sur la rentrée, de voir combien et comment tu couvrais qui te couvre. Entre mensonges, stratégies de communication, enfumage, intoxication, désinformation, instrumentalisation, bien malin qui peut désormais savoir où se trouve la vérité. Dans cette affaire, je veux n’en retenir qu’une. C’est une affaire dans l’affaire. Quand ton petit protégé s’est retrouvé en garde à vue, la police n’a pu effectuer une perquisition à son domicile pour cause de légalité: elle n’intervient pas la nuit. Comment se fait-il qu’une équipe ait pu être diligentée pendant ce temps-là au domicile de Benalla pour ouvrir son coffre et faire disparaître son contenu, dont des armes à feu? Qui a dit quoi, et à qui, pour que ce forfait qui entrave la bonne marche de la justice ait été commis? Et par qui? Il faudrait demander à feu Gérard Collomb et lui demander si ça n’a pas un peu à voir avec sa récente démission… On ne fera croire à personne que ce faux cambriolage ait pu avoir lieu à cette heure, dans ce lieu, dans cet endroit de l’appartement d’un homme que tu protèges contre vents et marées, sans que tu sois un peu au courant! Qu’y-a-t-il entre lui et toi pour que se trouvent détruites les preuves des coups tordus de cette affaire? De quels doigts et de quels fondements symboliques, ou non, est-il ici question? (source: "Affaire Benalla. Compagne introuvable, coffre-fort disparu… les zones d’ombre subsistent" dans Ouest-France du 23 août 2018)

Puisque nous sommes dans la cambriole, ajoutons un autre forfait, ce sera le quatrième doigt, nous ne sommes pas bien loin de toute la main. Chacun sait désormais que la communication de monsieur Benalla, qui mettait tant dans l’embarras monsieur Collomb (un nom qui, je le jure sur ta tête, n’entre en rien dans ma métaphore filée du doigt et du fondement…), est pilotée par la Reine Mimi.

Qui est Mimi? Laissons parler les éditions Grasset qui publient bientôt une biographie non autorisée du personnage. Voici la quatrième de couverture du livre en question : "On l’appelle 'Mimi'. Michèle Marchand, la papesse des paparazzis, la gardienne des rumeurs, des secrets de la politique et des affaires. Elle collectionne les scoops sur les puissants mais elle a compris que le plus utile n’était pas de les vendre. Les posséder suffit. Et en parler, ici ou là. Elle ne dispose d’aucun titre officiel mais 'Mimi' se rend tous les jeudis à l’Elysée. Son agence de presse, Bestimage, a l’exclusivité de l’image de la Première Dame et de celles, privées, du couple Macron. (sic !) Une manne. Et une première. Jamais un couple présidentiel n’avait concédé un tel passe-droit à une 'petite marchande de photos'. Comment 'Mimi' a-t-elle pris le contrôle des secrets de Paris? Pourquoi lui est-il accordé tant de privilèges? Que sait-elle? Que tait-elle? Difficile d’enquêter sur cette femme, puissante et redoutée. Ses amis se taisent et ses obligés ont peur." Et puis ceci, qui ne manque pas de piment : "Garagiste, tenancière de boîte de nuit, mariée à des braqueurs puis à un policier, championne de ski, reine de la presse people… avant d’arriver au cœur du pouvoir. La vie de 'Mimi' est une énigme et un vertige."

On comprend que ce vertige en donne à d’autres. Voilà pourquoi, fort étrangement, l’appartement de l’un des journalistes a été cambriolé. Par qui? Toi seul le sait me semble-t-il. Ou Monsieur Collomb, qui a récemment fait ses valises… comme un voleur! Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que l’équipe de monte-en-l’air qui a œuvré sur le coffre fort de Benalla était aussi de service chez l’un des biographes de la désormais fameuse Mimi. (source: "Un des biographes de 'Mimi' Marchand mystérieusement cambriolé" dans L’Obs du 26 septembre 2018).

Pour les besoins de ma démonstration, je sais que tu me comprendras, j’ai besoin d’un cinquième doigt. De sorte qu’ainsi, nous pourrons franchement parler d’un "Fist Fucking" – autrement dit, pour ceux qui se trouveraient autant déroutés par cette expression formulée dans la langue de Shakespeare que par  les subtilités lexicales du corps humain, voici une libre traduction de mon cru : "La main, puis tout le bras dans le cul". Tu m’excuseras toutes ces variations proctologiques, mais c’est toi qui m’y contrains, après avoir commencé aux Antilles…

A plusieurs reprises, celui qui te sert de Benalla pour tes discours, Sylvain Fort, a fait savoir que tu n’appréciais pas un certain nombre d’intellectuels - dont ma pomme! Il fut dit un temps qu’un genre de "cellule riposte" allait être mise en place pour répondre aux idées "nauséabondes", bien sûr, de ces personnes dont j’étais et dont je suis. Notre Sylvain avait alors sorti du chapeau les noms de Michel Serres et de Pierre Nora: tu voulais du sang neuf et rajeunir la société française, ces académiciens totalisent 174 ans à eux deux, c’est réussi. (source : "Le devoir de mémoire de Macron" dans Le Parisien du 11 juin 2017).

Tout le monde a pu voir que tu étais capable de changer la loi pour récompenser Philippe Besson qui est à ta personne ce que Heidegger fut à Hitler, Sartre à Staline, Sollers à Mao (puis à Balladur)… Tu as en effet décidé de faire voter un texte permettant  d’ouvrir une vingtaine de postes de consuls généraux supplémentaires à des fonctionnaires comme à des non-fonctionnaires afin de rendre possible ce hochet à offrir à ton ami avec l’argent de la République. (source: "Ce décret qui permet de nommer Philippe Besson consul à Los Angeles" dans Le Parisien du 30 août 2018).

Un homme qui est capable de passer par-dessus la loi pour récompenser un intellectuel qui le…, qui le…,  disons, qui chante ses mérites, n’aurait pas à se forcer beaucoup pour faire savoir combien il lui plairait que ce philosophe, qui lui déplaît, cesse de voir ses cours diffusés sur le service public! Je dis ça comme ça! Après la fraude fiscale, trois doigts, les cambriolages, deux doigts, la promotion d’un ami comme avers d’une médaille dont le revers est l’éviction d’un ennemi, cinq doigt, voilà, le compte est bon: la main est passée tout entier, le bras peut suivre…

Voilà un an que Votre Altesse, Votre Excellence, Votre Sérénité, Mon cher Manu, Mon Roy, mais aussi: Mon Chéri, tu es au pouvoir. Et tu nous régales chaque semaine avec de nouvelles aventures. Il te reste quatre ans de règne.  

Je t’annonce une bonne nouvelle: comme je dispose de plus de temps pour moi depuis que mes cours à l’Université populaire sont passés dans la moulinette de ton rectum citoyen, je me réjouis de pouvoir t’annoncer que je t’écrirai plus souvent que je ne l’avais prévu lors de ma première lettre. Cette perspective nouvelle me donne le même sourire que toi, mais pour d’autres raisons: je suis ravi !

On sait que le sage montre la lune et que l’imbécile regarde le doigt: pour ma part, j’en prend le ferme engagement, je ferai part égale entre la lune et le doigt…

Salut Manu

Michel Onfray

Source cliquez ici

20:34 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

FAUSSES RUMEURS AU SUJET DE L'ETAT DE SANTÉ DE JEAN-MARIE LE PEN

jean-marie-le-pen-etre-pupille-d-845x475.jpg

Lorrain de Saint-Affrique : « Comme le dit lui-même Jean Marie Le Pen, le cadavre se porte bien ! »

Depuis le communiqué de son avocat excusant son absence à son procès pour cause d’hospitalisation, les rumeurs vont bon train sur l’état de santé du président du Front national. Sur les réseaux sociaux, certains vont jusqu’à affirmer que les jours de Jean-Marie Le Pen seraient comptés.

Au micro de Boulevard Voltaire, Lorrain de Saint Affrique, son assistant parlementaire et secrétaire général des comités Jeanne, dément l’information. CLIQUEZ ICI

12 JNI JMLP 1.jpg

01:07 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 03 octobre 2018

MASSIMO MAGLIARO INTERVIENDRA LORS DE LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE LE DIMANCHE 14 OCTOBRE À RUNGIS (94)

12 JNI M MAGLIARO.jpg

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ LÀ

19:12 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le mouvement d'extrême gauche espagnol Podémos demande la destruction de la basilique de la Vallée de Los Caïdos

valle_caidos.jpg

Construite dans les années 1950 à la demande du Général Franco dans un souci de réconciliation nationale, la basilique de la Vallée de Los Caïdos, avec son immense nécropole dans laquelle sont enterrés des milliers de combattants des deux camps morts pendant "La Guerre d'Espagne", est aujourd'hui l'objet d'une demande de destruction émanant des charognards du groupe d'extrême gauche Podémos. Cette demande fait suite à la volonté affichée des socialistes de profaner la tombe du Général Franco et de transférer ses restes ailleurs.

Tout cela provoque en Espagne multiples réactions d'indignation et de colère. 

Le Cercle Franco-Hispanique, présidé par Hélène Grimaldi et fidèle à sa vocation de défendre l'Espagne nationale, nous demande de relayer, ce que nous faisons bien volontiers, la pétition lancée à Madrid pour sauver cet impressionnant monument hautement symbolique.

Vous pouvez signer en cliquant ici

Synthèse nationale

18:32 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vendredi 5 octobre : soirée Livr'arbitres à Paris

tumblr_pfpsfawC7j1rnng97o1_640.jpg

18:08 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 6 octobre : rencontre dédicaces avec Christian Combaz à la Nouvelle Librairie à Paris

tumblr_pfywt5KTEZ1rnng97o1_1280.png

18:06 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mettre un terme à la dictature des minorités

Cadenas-ouvert-Ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

En se référant au concept d’état de droit, le Système a fait du principe de non-discrimination une pièce maîtresse de son action. C’est en effet en son nom qu’il s’attaque à toutes les différences au sein de la société, permettant aux groupes minoritaires prétendument victimes d’une discrimination de tenir le haut du pavé. Une situation qui transforme la nation en un conglomérat de minorités revendicatives, lesquelles imposent leurs prétendues valeurs à une majorité culpabilisée et muselée. Ligne droite considère en conséquence qu’il est urgent de mettre un terme à cette dictature des minorités.

L’état de droit contre la démocratie

La France est en effet censée vivre en démocratie et à ce titre elle a recours au vote, un mode d’élection qui donne à la majorité le droit de décider. Normalement, c’est donc la majorité du peuple qui devrait exercer le pouvoir et sa volonté qui devrait prévaloir. Mais les tenants de la pensée unique n’aiment pas le processus majoritaire qui confère la primauté au peuple et promeut des idées qui ne sont pas les leurs. Aussi ont-ils mis en place un dispositif qui permet de contourner la majorité. En faisant référence à l’état de droit et aux valeurs de la République, ils ont instauré le gouvernement des juges, lesquels l’emportent sur les députés et sénateurs pourtant élus. Mais surtout, ils peuvent s’appuyer sur des principes qui, supposés immuables, ne sont donc pas susceptibles d’être mis en débat et encore moins soumis aux suffrages des Français.

L’impératif de non-discrimination

Et parmi tous ceux qu’invoquent régulièrement les porte-parole de l’oligarchie, le principe le plus systématiquement repris est sans conteste l’impératif de non-discrimination. En son nom, les adeptes du politiquement correct font la chasse à toutes les différences qu’ils peuvent trouver entre deux catégories de personnes, pour ensuite les dénoncer et les corriger. Les couples homosexuels ne peuvent pas avoir d’enfants contrairement aux couples hétérosexuels, il faudrait donc selon eux corriger cette discrimination d’ordre pourtant naturel par le recours à la PMA et à la GPA. Les statistiques révéleraient des différences entre hommes et femmes s’agissant de leur place dans la société, il faudrait dès lors prendre des mesures autoritaires pour obtenir partout un ratio de 50 % – 50 %. Les immigrés seraient injustement marginalisés par rapport aux nationaux, il faudrait donc supprimer cette discrimination en leur accordant les mêmes droits qu’aux Français. Le principe de non-discrimination est ainsi le point central de l’idéologie du Système qui présente même comme des discriminations au principe de libre-circulation, les règlementations protectrices des État.

La communauté nationale réduite à des minorités

Cette obsession anti-discriminatoire crée une situation particulièrement malsaine. D’abord, elle conduit le Système à se préoccuper prioritairement des groupes prétendument victimes de discrimination. Autant de minorités qui bénéficient ainsi d’une valorisation médiatique aussi insistante qu’incessante. Et, à force de multiplier dans les médias des reportages ou des messages sur les migrants qui ne seraient pas accueillis correctement, sur les femmes qui ne seraient pas respectées par les hommes, sur les handicapés pour lesquels les équipements appropriés ne seraient toujours pas réalisés, on finit par donner le sentiment que la communauté nationale n’est que l’agrégat de ces différentes minorités revendicatives.

Des minorités victimes, une majorité coupable

Plus grave encore, celles-ci sont systématiquement présentées comme des victimes sans, il est vrai, qu’on désigne clairement leur oppresseur. Pourtant, chacun comprend bien que le coupable n’est autre que notre nation, à travers la majorité de son peuple. C’est elle qui, par égoïsme, par archaïsme, par un attachement suranné aux traditions, serait responsable de la situation des malheureuses minorités.

Aussi le Système considère-t-il comme légitime d’imposer à la majorité, telle une sanction, des mesures correctrices autoritaires en faveur des minorités. Des mesures auxquelles la majorité, sidérée par la propagande culpabilisante du Système, n’ose que très rarement s’opposer alors qu’elles sont presque toutes prises à ses dépens.

Des minorités dominantes

Ainsi en a-t-il été pour le mariage homosexuel. Traditionnellement, depuis plus de quatre mille ans, le mariage est défini comme l’union d’un homme et d’une femme pour procréer et fonder une famille. Avec le mariage pour tous exigé par une minorité, on a dénaturé cette institution immémoriale à laquelle la majorité des Français étaient attachés pour la transformer en un super Pacs. De même, afin de satisfaire la minorité immigrée, le Système a créé l’AME qui offre la gratuité intégrale des soins à tous les clandestins. Un dispositif qui coûte fort cher à la majorité des Français, lesquels doivent par ailleurs cotiser pour obtenir une protection sociale moins généreuse que l’AME.

Ainsi, sommes-nous aujourd’hui dans un pays où les minorités tiennent le haut du pavé. Non seulement elles font l’objet de toutes les sollicitudes du pouvoir et des médias, mais elles imposent leurs prétendues valeurs et obtiennent des avantages dérogatoires que la majorité se doit d’accepter et de financer.

Rendre le pouvoir au peuple et à sa majorité

Aussi Ligne droite considère-t-elle indispensable de mettre un terme à cette dictature des minorités. La France n’est pas constituée du rassemblement de ces groupes plus au moins légitimes, elle est la nation du peuple français et c’est ce peuple qu’il faut libérer et privilégier. Pour ce faire, il convient de rétablir le fonctionnement normal des institutions en remettant à leur place tous ceux qui s’en sont emparés indument. Les médias doivent retrouver une nécessaire pluralité des opinions, le gouvernement des juges doit être démantelé. De même, les lois coercitives doivent être abolies. Celles qui encadrent la liberté d’expression comme celles qui introduisent une discrimination positive. Plus globalement, c’est tout le projet de Ligne droite qui doit être mis en œuvre.

La France n’est pas un conglomérat de minorités, elle est un peuple qui s’exprime à travers sa majorité.

17:59 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 02 octobre 2018

DES NOUVELLES DES PRISONNIERS POLITIQUES

ob_5fe20c_4087001053.jpg

Esteban et Samuel ont été condamnés il y a quinze jours à des peines énormes (11 et 7 ans de prison) alors que les charges qui pesaient contre eux se sont, tout au long du procès, effondrées les unes après les autres... J'ai exprimé, juste après le verdict inique, mon sentiment sur celui-ci cliquez ici. Face à une telle injustice, ceux-ci se sont pourvus en appel.

Pour les aider, une cagnotte a été alors créée par les proches d'Esteban. Nous avons invité nos lecteurs à y participer cliquez là et nous savons qu'ils ont été nombreux à répondre à cet appel et nous les en remercions pour ce bel élan de solidarité patriotique. Mais l'inquisition fanatique menée par les idiots utiles du Système que sont les antifas a obligé nos amis à fermer cette cagnotte. Soyez cependant rassurés, les fonds récoltés en quelques jours, soit plus de 10 000 euros, ont été reversés à la famille d'Esteban.

Depuis, vous êtes nombreux à nous demander comment aider nos camarades. Nous vous donnons donc les informations suivantes :

- Aujourd'hui, une nouvelle cagnotte vient d'être ouverte par Madame Colette Morillo, la mère d'Esteban - cliquez ici N'hésitez-pas, dans la mesure du possible, à y contribuer.

- Pour écrire à Esteban ou à Samuel, vous pouvez adresser vos lettres à Synthèse nationale (9, rue Parrot, CS 72809, 75012 Paris) en mentionnant au dos de l'enveloppe STB ou SM. Les courriers seront réexpédiés aux familles. Pour soutenir Esteban, si vous désirez joindre un chèque, établissez-le à l'ordre de Esteban Morillo.

- dimanche 14 octobre, lors de la 12e Journée de Synthèse nationale cliquez ici, avec Aristide Leucate, journaliste à Présent qui a couvert le procès, et Serge Ayoub, ancien dirigeant de Troisième voie, nous reviendrons sur cette odieuse provocation dont furent victimes les jeunes patriotes en juin 2013 et sur les conséquences dramatiques de celle-ci.

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

17:56 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

PHILIPPE RANDA PARTICIPERA À LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE LE DIMANCHE 14 OCTOBRE PROCHAIN À RUNGIS

12 JNI PH RANDA.jpg

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ LÀ

15:37 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 01 octobre 2018

JEUDI 4 OCTOBRE, PIERRE LE VIGAN, UNIVERSITAIRE ET ÉCRIVAIN, EST L'INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

Diapositive1.jpg

ÉCOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

19:44 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv jp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

17:06 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Tabou diplomatique

Grde-Albanie.jpgGeorges Feltin-Tracol

Cet été, les lignes ont semblé bouger dans les Balkans, en particulier entre la Serbie et le Kossovo. Le président de la République de Serbie, Aleksandar Vučić, entama une discussion avec Hashim Thaçi, le chef de l’État kossovar. Depuis 2008, année où le Kossovo a acquis une soi-disant indépendance, la Serbie n’a jamais accepté cette sécession. Avec l’augmentation des flux migratoires extra-européens dans la région, l’intransigeance de la Serbie pose maintenant de graves problèmes puisque Belgrade refuse de fermer une frontière qui n’existe pas à ses yeux. Par ailleurs, le Kossovo, digne valet de l’atlantisme, se transforme progressivement en un narco-État plus ou moins en cours d’islamisation.

Avant de rompre les négociations d’un commun accord dès le 7 septembre dernier, Aleksandar Vučić et Hashim Thaçi ont espéré que leurs États respectifs adhéreraient le plus tôt possible à l’Union pseudo-européenne. Ils étaient mêmeprêts à s’affranchir du tabou diplomatique suprême : l’intangibilité des frontières. Le Nord du Kossovo peuplé de Serbes autour de Mitrovica rejoindrait la Serbie qui en échange céderait au Kossovo des territoires du Sud-Ouest à majorité kossovare (la vallée de Presevo et les villes de Medveda et de Bujanovac). À peine envisagée, cette solution de bon sens fondée sur le critère ethno-linguistique souleva bien desmécontentements. L’Église orthodoxe serbe s’interrogea sur le devenir de ses lieux saints, de ses monastères et des enclaves serbes non contigues à la Serbie. La Russie souhaiterait maintenir le conflit gelé, utile abcès de fixation régionale. Le Premier ministre kossovar, Ramush Haradinaj, s’indigna déjà de rendre la moindreparcelle de terre albanaise aux Serbes. Quant à la gauche populiste souverainiste de Vetëvendosje ! (« Autodétermination ! »), deuxième force politique du pays, elle s’éleva contre cet éventuel échange au nom de la Grande Albanie ethnique qui n’exista que de 1941 à 1944...

Alors que Washington et Paris penchaient vers ce règlement territorial, Bruxelles et Merkel ainsi que les « machins » internationaux s’inquiétaient de ce précédent susceptible d’avoir de fortes répercussions en Bosnie-Herzégovine voisine. Milorad Dodik, le président de la République serbe de Bosnie, réclame en effet depuis longtemps le rattachement des contrées serbes bosniennes à la patrie serbe. Les diplomates occidentaux n’apprécient guère les rectifications territoriales significatives. Ainsi maintes entités étatiques africaines ne sont-elles pas viables du fait de cette règle absurde qui ignore les réalités ethniques et tribales.

Pourtant, la République française ne rechigne jamais à annexer un espace frontalier si s’en présente l’occasion. En 1918, elle s’empara de l’Alsace-Lorraine et orchestra une incroyable épuration ethnique en expulsant massivement de nombreuses familles germanophones. En 1947, le traité de Paris contraignit l’Italie à céder Tende, la Brigue et les crêtes de Tinée et de Vésubie à l’Hexagone. Neuf ans auparavant, le gouvernement français agressa l’Allemagne en lui déclarant la guerre parce que Berlin contestait l’intangibilité des frontières au nom du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes…

La cession réciproque de territoires entre la Serbie et le Kossovo marquerait un arrêt formidable du multiculturalisme post-moderniste au profit d’une perception géopolitique plus concrète. D’une aire balkanique aux entités composites, instables et artificielles, on passerait enfin aux Balkans de communautés de peuples enracinées.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°92, diffusée sur Radio-Libertés, le 28 septembre 2018.

Europe Maxima cliquez ici

Très attendue, la sortie prochaine du nouveau livre de Georges Feltin-Tracol :

2018 09 GFT TV.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

En savoir plus cliquez ici

09:15 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réunion du Bureau politique du Parti de la France samedi dernier à Paris

 Communiqué du PdF :

 
Réuni à Paris le samedi 29 septembre autour de son Président Carl Lang, le Bureau Politique du Parti de la France a acté plusieurs décisions structurelles et organisationnelles touchant à sa communication (site internet, réseaux sociaux, diffusion accrue du magazine en ligne et de la lettre hebdomadaire Connexion, rapports avec la presse), à son implantation (nomination de nouveaux chargés de mission départementaux, formation des cadres), et à son animation (réunions en région, éditions de tracts, d'affiches et d'autocollants, hommage à Jean-Pierre Stirbois, ancien secrétaire général du Front National à l'occasion du trentième anniversaire de sa mort, organisation d'un grand banquet national à Paris mi-mars pour fêter les dix ans du PDF, préparation du prochain congrèsstatutaire qui se tiendra à l'automne 2019…).
 
Après un long exposé de Carl Lang sur l’actualité et la situation politique, le Bureau Politique a abordé la question stratégique des élections européennes. La position du Parti de la France donnera lieu dans les semaines qui viennent à une communication de Carl Lang.
 
NDLR SN : Carl Lang prendra la parole dimanche 14 octobre à Rungis cliquez ici lors de la 12e Journée de Synthèse nationale.

12 JNI C LANG.jpg

09:06 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Macron à Saint Martin... vu par Ignace

42898589_1233671896773220_7019067015205748736_n.jpg

Source MPI cliquez ici

01:42 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 30 septembre 2018

DIMANCHE 14 OCTOBRE, LORS DE LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE, NOUS RECEVRONS JUAN-ANTONIO LOPEZ LARRÉA,DIRECTEUR DU SITE NATIONALISTE ESPAGNOL "EL CADENAZO" DE BARCELONE

12 JNI  JUAN ANTONIO.jpg

Au mois de mai dernier, j'ai eu l'honneur et le plaisir de participer à Barcelone au colloque organisé par Juan-Antonio Lopez Larrea et ses camarades pour la défense de l'unité de l'Espagne cliquez ici. C'est donc avec joie que nous le recevrons à notre tour en France le dimanche 14 octobre prochain lors de la 12e Journée de Synthèse nationale.

Roland Hélie

El Cadenazo cliquez ici

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

PRENEZ DÈS MAINTENANT

VOTRE BILLET CLIQUEZ LÀ

22:36 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MINEURS ETRANGERS : LA GRANDES ESCROQUERIE MACRONIENNE !

5b03ff25488c7b08568b4568.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

D’un bout à l’autre du continent africain, du fond de la brousse au plus isolé des douars, via Internet, le téléphone portable, la télévision ou la radio, - le tam-tam c’est d’un autre âge ! -, « on » se passe le mot, « on » se le dit, « on » se cotise pour envoyer l’un des siens vers des cieux supposés meilleurs : la France accueille « les mineurs isolés » !

L’inique loi « asile et immigration », avec son volet des plus laxiste mijoté par Gérard Collomb et la majorité LREM, prévoit, pour les « mineurs isolés » éligibles au droit d’asile, le droit au regroupement familial. Oui, vous avez bien lu, un grand gaillard ayant largement dépassé ses 18 ans bénéficiant, grâce aux largesses de la « Gueuse », du droit d’asile, pourra faire venir en France ses parents et sa fratrie. Quand on sait qu’au Niger une femme a, en moyenne, huit enfants (!), fait pourtant dénoncé par Macron lui-même  en novembre 2017, à Ouagadougou, (Burkina-Faso), il y a de quoi se faire du souci.

Du souci, d’autant que tous ces gens pourront bénéficier, à notre détriment, de largesses insondables. Déjà, pour les candidats au droit d’asile, gratuité des soins grâce à l’AME, l’aide médicale d’Etat, l’AFASAE, l’aide sociale à l’enfance, l’ADA, l’allocation pour demandeur d’asile, l’aide juridictionnelle, la prise en charge de l’hébergement… À deux  tirs  d’arbalète de mon domicile, une très grosses poignée de « jeunes noirs isolés » est hébergée dans les locaux de l’ancienne gendarmerie, avant qu’ils ne soient accueillis dans des HLM rénovées. Du mobilier a déjà été acheté à cet effet. Le bailleur s’est félicité de pouvoir louer des appartements en toute sécurité, sûr qu’il est d’être crédité de ses loyers, les pouvoirs publics les payant ! Conséquence, quelques « jeunes blanches isolées » ont été se loger ailleurs, tandis que d’autres candidats  au logement ont été priés de passer leur chemin….

En Seine et Marne par exemple

Le département de Seine et Marne par exemple, « mon » département, a réglé plus de 30 millions d’euros pour entretenir ces jeunes gens « isolés », principalement des Africains venant de pays qui ne sont pas tous en guerre : 60 % de Guinéens et d’Ivoiriens. Les Maliens, nombreux, préférant sans doute  laisser les soldats français combattre à leur place ! Jean-Louis Thiérot, Président intérimaire du Conseil départemental, avait déclaré au Figaro, en avril dernier, que « faute de documents d’identité fiables, dans un secteur où les falsifications de documents sont monnaie courante, l’évaluation de minorité est un jeu de piste des plus aléatoires. On estime qu’entre 50 et 80% des demandeurs sont en fait des majeurs ». Et d’ajouter « qu’en l’absence du droit de recourir à l’âge osseux par examen radiologique sans l’accord de l’intéressé (!), l’évaluation faite par les départements ou les juges en cas de contestation aboutit à des jurisprudences contradictoires »….

Voilà où nous en sommes : un pays paralysé par sa propre législation, harcelé par la guérilla constante des associations « caritatives » qui ne sont, en fait, que les « collabos » de l’immigration illégale. Une prime offerte à la clandestinité, un encouragement donné aux passeurs qui jettent sur les flots méditerranéens de plus en plus d’embarcations chargées d’Africains, impatients de bénéficier des énormes avantages offerts par le maillon faible de la résistance européenne qu’est devenue la France. Une France quelque peu isolée face à l’intransigeance nécessaire du Groupe de Visegrad et après la victoire de la coalition Ligue/Cinq Etoiles en Italie. Sans oublier le timide raidissement de l’Allemagne, sous la pression conjointe de l’AFD et de la CSU.

Que faudrait-il faire ?

Obliger tous ces demandeurs d’asile suspectés de frauder l’Etat français, à subir un test d’âge osseux ; créer un fichier biométrique des personnes déclarées majeures afin d’éviter des tests multiples ; expulser immédiatement  le requérant ayant fraudé l’Etat français ; supprimer la possibilité du regroupement familial pour un mineur isolé bénéficiant du droit d’asile.

Construire, bien sûr, les prisons et les centres de rétention fermés qui manquent cruellement à la pratique d’une bonne politique migratoire.

Cet accueil automatique des étrangers se présentant comme « mineurs isolés », est un véritable SCANDALE. Que font nos députés, nos sénateurs ?

Ceux de l’actuelle majorité sont tous avec le petit doigt sur la couture du pantalon et, dans leur immense majorité, acquis aux thèses laxistes en matière d’immigration. Quant à l’opposition de la droite parlementaire, elle est impuissante par la faiblesse de ses effectifs, et par sa lâcheté quand elle est au pouvoir. Ne parlons pas de la poignée d’élus du Rassemblement national, ils font sans doute ce qu'ils peuvent, mais ils ne comptent pas vraiment.

La plus efficace des solutions  serait, conjointement avec les pays de la rive nord méditerranéenne et en coopération avec la Libye, de « nettoyer » militairement les nids de passeurs, nouveaux négriers, qui s’engraissent sur le dos des candidats à l’exil. Mais, avec un Macron à Paris et un Sanchez à Madrid, nous n’en prenons pas le chemin. Et pourtant, Mattéo Salvini ne pourra pas finir le boulot tout seul.

NDLR : Jean-Claude Rolinat vient de publier aux Editions Dualpha un nouveau livre : La bombe africaine et ses fragmentations cliquez ici

18:39 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 29 septembre 2018

Aujourd'hui samedi, à la Mutualité à Paris : journée d'Amitié française organisée par l'AGRIF

journee-amitiee-francaise-1050x600.jpg

En savoir plus cliquez là

07:16 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La conférence d'Alain Escada sur la préférence nationale dite à Chambéry

12 JNI A ESCADA.jpg

00:03 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 septembre 2018

ARNAUD RAFFARD DE BRIENNE PRENDRA LA PAROLE LE DIMANCHE 14 OCTOBRE LORS DE LA 12e JOURNÉE DE SYNTHÈSE NATIONALE À RUNGIS (94)

12 JNI ARB.jpg

Programme de la journée cliquez là

Prenez votre billet dès maintenant cliquez ici

 

11:16 Publié dans 12 - La 12e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 septembre 2018

L'émission "Synthèse" du jeudi 27 septembre avec Gérard Letailleur

EL 82 2018 09 27 G LETAILLEUR.jpg

 

 

Ecoutez l'émission Synthèse du jeudi 27 septembre cliquez ici

Le livre de Gérard Letailleur cliquez là

20:15 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le crétinisme au Pouvoir

oms.jpg

Bernard Plouvier

D’abord, il y eut la chienlit gauchiste. Et L’occident devint plus grossier, moins beau et plus stupide : orgies sexuelles et promotion de l’avortement de complaisance (vite remboursé SS dans le cas français), flambée de la consommation de tabac, d’alcools, d’antidépresseurs et de stupéfiants, institutionnalisation de la paresse par les syndicats et les politiciens les plus démagogues, féminisation outrancière des postes de prise de décisions, montée en puissance du lobby des « bizarres » en tous genres (comprenne qui pourra : les rédacteurs-en-chefs ont tous peur des poursuites pénales et on peut les comprendre !).

Car, dans cette Europe post-soixante-huitarde, les lois restreignant la liberté d’information et d’expression se sont multipliées (Loi Pleven de 1972 et Loi Fabius-Gayssot de 1990, pour le cas français). Et cette répression fait le lien avec l’autre période de décomposition accélérée : celle des années 1980-90, amenant la tyrannie globalo-mondialiste, imaginée par le Roosevelt des années 1937-45, mise en place par un consortium de gérants d’empires multinationaux et de super-États.

Et l’Occident fut le miroir aux alouettes de populations parmi lesquelles se distinguèrent un certain nombre de sous-doués et de sous-évolués, parfois violents et avides, introduits à la fois pour consommer (avec le produit des taxes et impôts soutirés aux contribuables occidentaux) et, par la force des choses, pour métisser les populations occidentales, rétives aux charmes de la surconsommation et de l’hédonisme béat, du seul fait d’un fort sens critique chez 20 à 25% des membres de ces populations.

De fait, l’Occident actuel est malade de démence.

Nos soi-disant élites de gouvernement (une dénomination qui ne peut que faire hurler de rire un honnête homme) ne sont que des monuments d’arrogance, de perversité et d’incompétence, parlant sans réfléchir, sous le coup des émotions de l’opinion publique, qu’ils font semblant de partager parce que cela est « bon pour les sondages », mais agissant uniquement dans le cadre étroit des ukases venus du monde de la Finance.

Et l’on retrouve les mêmes caractéristiques chez les petits maîtres des administrations publiques et chez les autoproclamés « killers en col blanc » des multiples postes directoriaux des grandes entreprises privées… des « killers » qui ne tiendraient pas debout trois minutes lors d’une agression dans une zone de non-droit (il en existe plus de 2 000 sur le sol de ce qui fut notre belle France) !       

Le plus beau dans l’histoire est qu’il existe une troisième cause à notre déchéance occidentale, que seule l’actualité nous fait redécouvrir, car on l’oubliait de plus en plus : le petit monde des fonctionnaires à-demi fous d’orgueil, opérant dans les Organismes supranationaux qui fonctionnent en roue libre (c’est-à-dire sans contrôle par les vrais maîtres, ceux du Pouvoir économique).

En résumé, les pitres des organismes dépendant vaguement du « machin » (l’ONU en langage gaullien), soit, entre autres exemples, l’Unesco ou l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé).

Ce dernier « sous-machin » avait vomi tellement d’études qui faisaient hurler de rire les médecins placés au contact des réalités, avait tant multiplié d’avis idiots qu’on avait pris l’habitude d’en oublier l’existence… en langage actuel, on dirait : « de le zapper ».

Grave erreur ! On savait- déjà que l’abandon du BCG – ce vaccin contre la tuberculose qui avait fait disparaître les formes très graves de la maladie : tuberculoses pulmonaires aiguës et méningo-encéphalites – était une stupidité sans pareille. On savait surtout que l’ordre d’abandonner la vaccination jennérienne (contre le groupe de virus Vaccine-Variole) serait, un jour plus ou moins lointain, la cause de résurgence d’une des pires calamités de l’humanité, de l’Antiquité au XIXesiècle : les pandémies de variole.

Cela commence ! En Grande-Bretagne, trois cas de variole simiesque, importée d’Afrique, font la Une des journaux et l’on ignore tout de l’état sanitaire des zones africaines et moyen-orientales où la civilisation moderne a disparu en même temps que partait l’homme blanc.

Il serait temps qu’en Occident, on prenne conscience de la profonde capacité de nuisance de nos soi-disant dirigeants qui ne sont que des fumistes… n’oublions pas Montaigne : « Aussi haut qu’on soit assis, on ne l’est jamais que sur son c… » !

Il serait grand temps que le citoyen-électeur prenne le temps de réfléchir, de s’abstraire par simple bon sens d’une propagande qui jure constamment avec la réalité des faits.

Délirons moins et chassons les parasites qui font semblant de nous gouverner. Après tout, les électeurs de Russie, de Hongrie, d’Autriche et d’Italie nous ont montré le chemin.

19:48 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mondialisation : cette crise qui vient… C’était hier et c'est demain.

Unknown.pngJean-François Touzé 
Secrétaire national
du Parti de la France
`
Il y a tout juste dix ans éclatait la crise dite des subprimes, (prêts hypothécaires à risques), déclenchée, au moment même où s’effondrait un marché immobilier artificiellement gonflé par la démagogie de l’administration de Washington, par la hausse soudaine des taux directeurs de la réserve fédérale américaine renchérissant le coût de remboursement encore alourdi par une augmentation du taux de défaut à 15 %. S'en suivit, dans un contexte de contagion à l'ensemble des acteurs économiques dû à la titrisation, (les banques qui finançaient les fonds d'investissement en faillite refusèrent de se prêter de l'argent par peur des liquidités « toxiques) la faillite de la banque d'investissement new-yorkaise Lehman Brothers, et une réaction en chaîne qui allait ébranler la planète entière confrontée au risque systémique d'un krach mondial.
 
Les causes en sont connues : mauvaise gestion macroéconomique publique, absence de contrôle des risques dans le secteur privé, arrogance des marchés, aventurisme des banques, bulles spéculatives et négation de l’économie réelle, interconnexion générale des institutions financières imposée par la fuite en avant mondialisatrice.
 
Au prix de milliards engloutis pour consolider le système financier et renflouer les banques (1 700 milliards versés par l'Europe moyennant la mise en œuvre de politiques de rigueur punitive imposées aux peuples sommés de payer par leurs larmes et leur sueur les erreurs du capitalisme), le mondialisme a pu, pour cette fois, sauver les meubles et, peu à peu, faire redémarrer la machine infernale, sans plus se retourner vers les conséquences (explosion du chômage, hausse des iniquités sociales, ruine de milliers de petites entreprises, extension de la pauvreté) d'une crise déjà oubliée.
 
Celle qui vient sera d’un autre ordre. Et d’une tout autre ampleur.
 
Les signes s'accumulent qui en soulignent l'inéluctabilité.
  • Un peu partout se forment de nouvelles bulles spéculatives dont personne ne sait quand elles exposeront (dans un mois, dans un an ou dans cinq ?) mais dont personne n’ignore que cela se produira.
  • Malgré le renforcement depuis 2008 de leurs fonds propres, les banques restent fragilisées par leurs carences prudentielles et leur aventurisme spéculatif. Les Lehman Brothers se comptent désormais par dizaines.
  • Le développement du Shadow bancking, cette économie de l'ombre manipulée par les « non-banques » aux actifs aujourd'hui engagés à hauteur de 99 000 milliards.
  • La hauteur de la dette mondiale (196 000 milliards de dollars) qui continue d'augmenter au même rythme qu'avant 2008 et touche désormais pour 50 % les pays émergents. Qu'un seul pays industrialisé et quelques nations en voie de développement accéléré fassent défaut et la catastrophe sera là.
  • L'irresponsabilité des États qui ont abandonné aux marchés la maîtrise de la finance et laissé se substituer à l’économie réelle créatrice de richesses utiles la seule logique spéculative.
Les conséquences de cette banqueroute généralisée seront immenses. Non seulement en termes économiques, financiers et sociaux, mais dans leurs implications politiques et géopolitiques.
 
L'effondrement des paradigmes économiques sur lesquels est basée la mondialisation entraînera nécessairement une déstabilisation intercontinentale et un renforcement de la pression migratoire, tandis que les nations occidentales — et particulièrement européennes — seront soumises à la surenchère violente des organisations gauchistes qui trouveront dans les malheurs de nos peuples le levier de leur revanche idéologique.
 
Seule l'existence en son sein de forces politiques nationales puissantes, organisées et habitées d'une volonté radicale permettra alors à notre vieille Europe de faire face.

19:35 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook