Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 décembre 2019

Asselineau: Démission de Delevoye et demande de destitution de Macron.

François Asselineau parle de la démission de Delevoye et de tout ce qui a précédé, et enfin de la demande de destitution de Macron.

démission.jpg

 
 

16:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 décembre 2019

"Rouge et jaune pour le Hussard", un nouveau roman de Thierry Bouclier à offrir... et à lire

RougeJaune.png

L’automne est proche. Le jour se lève sur le Cap Ferret. Victoria, une jolie poupée blonde de vingt-quatre ans, se réveille dans un Porsche Cayenne. À ses côtés, trois cadavres. Chacun une balle dans la nuque. Que fait-elle là ? Est-elle la meurtrière ? Ou la victime d’un odieux traquenard ? Elle n’aurait pas dû tirer sur son shit. Elle ne se souvient plus de rien. Des silhouettes inquiétantes ne tardent pas à surgir. Seule, Victoria n’échappera pas à ses poursuivants. Heureusement, son chemin croise celui de Julien Ardant, dit le Hussard. Cette nouvelle aventure du Hussard conduit le lecteur dans les méandres du monde des avocats et de la vigne.

Rouge et jaune pour le Hussard, Thierry Bouclier, Editions Auda Isarn, collection "Le Lys noir", 2019, 152 pages, 12 euros cliquez là

Thierry Bouclier est avocat à la Cour. Il est notamment l’auteur d’un roman noir, Le Dernier des occupants cliquez ici, paru également chez Auda Isarn.

22:13 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Démission d'un couillon.

téléchargement.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé

Le départ de l'ignominieux Delevoye était une nécessité morale.
 
Le retrait de l'inutile et crapoteuse réforme Macron / Philippe / Delevoye ou, pour le moins, de ses dispositions les plus injustes et antisociales, est une nécessité politique.
 
La mise au pas des syndicats rouge est une nécessité nationale.

15:56 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ouverture d'une nouvelle librairie non-conformiste à Paris (VIIe) : la Librairie Vincent

librairie-facta-04-950x400.jpg

Source Paris Vox cliquez ici

toujours une bonne nouvelle de voir l’ouverture d’une nouvelle librairie. La nouvelle est encore meilleure quand elle est ouverte par Vincent qui a longtemps œuvré au côté d’Emmanuel Ratier.

La Librairie est dotée d’un grand fond de livres neufs et d’occasions. On pourra notamment y trouver la revue toujours bien informée : Faits et documents.

NDLR SN : vous pourrez y trouver la revue Synthèse nationale, les Cahiers d'Histoire du nationalisme et les livres publiés par Synthèse éditions.

INFORMATIONS PRATIQUES

115 avenue de La Bourdonnais 75007 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 12h30 à 19h30 (fermeture en août).

Métro le plus proche : École Militaire (ligne n°8).

Lignes de bus à proximité : lignes 28-80-82-86-92. Arrêt École militaire.

15:42 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Affaire Méric : l’appel de Dufour et Morillo renvoyé en avril 2020

les-greves-perturbent-l-ouverture-du-proces-en-appel-des-agr_4951306_540x270p.jpg

Aristide Leucate

Article publié dans le quotidien Présent cliquez ici

« Courroye est l'incarnation de la porosité entre le parquet et le pouvoir », dixit Marianne (26 juin 2010). Décidément, la session de la Cour d’appel d’assises d’Evry démarre sous les plus funestes auspices. La présence de Philippe Courroye comme avocat général dans l’appel d’Esteban Morillo et Samuel Dufour, condamnés en 2018, respectivement à 11 ans et 7 ans de réclusion criminelle pour la mort accidentelle, le 5 juin 2013, du jeune « antifa » Clément Méric, n’est pas faite pour rasséréner la défense. L’on peut légitimement craindre, en effet, que l’ajustice prévaudra. « Magistrat contesté dans la profession » (Le Point, 6 juillet 2010), sa déontologie sera suffisamment prise en défaut pour que le dossier Bettencourt soit dépaysé vers le tribunal de Bordeaux en novembre 2010.

Courroye de transmission du pouvoir ?

Est-ce pour sa lecture très singulière du Code de procédure pénale qu’il se retrouve à requérir devant la Cour d’Evry ? Toujours est-il que ses méthodes expéditives s’illustrent dès le premier jour dans un prétoire bousculé par les grèves qui, nonobstant ses foucades dénégatives, ont fini par entraîner le renvoi du procès d’appel en avril 2020 – lors même que celui-ci était prévu pour se tenir du 9 au 20 décembre.

Qu’on en juge. D’abord l’absence du principal accusé, Esteban Morillo arguant, alors qu’il est placé sous contrôle judiciaire dans l’Aisne où il réside, d’une impossibilité matérielle et financière de se déplacer, ce qui suscite le courroux de l’avocat général éructant son mépris de classe : « « la grève, elle a bon dos ! Peut-être que dans le monde politique rêvé de M. Morillo il n’y a pas de grève, mais ici il y en a et celle-ci était annoncée. Son absence est une honte. » Il ne faut rien connaître de la France d’en bas pour oser de telles inepties. Se rendre à Paris depuis le fin fond de l’Aisne relève du parcours du combattant… Sous le coup d’un mandat d’amener, c’est entouré de deux gendarmes qu’il se présentera devant ses juges le 11 décembre. La Cour, présidée par n’obtempèrera d’ailleurs pas à la folle et inique demande d’incarcération de Morillo, jugeant que ce dernier était de bonne foi.

L’hystérisation comme tactique ?

Ensuite, la défection de nombreux témoins et experts, soit en déplacement professionnel ou eux-mêmes également immobilisés par suite de la pénurie des transports publics en grève, obligera les avocats de la défense à solliciter à quatre reprises le renvoi … et à l’obtenir, en dépit, là encore, d’un parquetier particulièrement vindicatif et de mauvaise foi. L’avocat de Samuel Dufour, Me Jérôme Triomphe, connu pour son opiniâtreté et son investissement juridique et affectif dans la sordide affaire Vincent Lambert, s’efforcera de recadrer un avocat général surjouant l’irascibilité. Assurément, flanqué d’un tel amicus curiae, les parties civiles ne manqueront pas de surjouer à leur tour, la dimension artificiellement politique d’un triste et regrettable – ô combien ! – mais banal fait divers…

12:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Municipales : participation du Parti de la France

9051659-14383462.jpgCommuniqué du
Parti de la France :

Les élections municipales auront lieu dans trois mois. Le Parti de la France présentera un certain nombre de listes dans des villes où aucune autre formation du camp national, au sens le plus large du terme, ne sera présente.

Il en soutiendra activement d'autres dans un souci politique d'efficacité et cohérence.
 
Nous publierons mi janvier, à l'issue de la réunion de notre Bureau politique, la liste de ces candidatures et de ces soutiens.
 
Le Parti de la France demande, par ailleurs, à tous ses adhérents d'être attentifs à la constitution de listes d'intérêt local, en particulier dans les petites ou moyennes communes, et, lorsque celà est possible, d'y participer dans une perspective d'implantation et de maillage du terrain.

12:32 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« Espoirs pour l’Europe » avec Salvini à Anvers !

Matteo Salvini était l’invité d’honneur du groupe politique européen « Identité et Démocratie » début décembre à Anvers. Le meeting était organisé par le Vlamms Belang, parti nationaliste flamand pour débattre des « espoirs pour l’Europe ». Le leader italien a été très attendu par ses admirateurs ainsi que par ses homologues européens qui le voient comme un héros en politique.

Pas moins de 1 400 personnes s'étaient données rendez-vous le 2 décembre au soir sous la coupole de la « Handelsbeurs », la bourse du commerce d’Anvers. Ce lieu emblématique accueillait le meeting « Espoir pour l’Europe » organisé par le groupe politique européen ID (Identité et Démocratie) dont fait partie le Vlamms Belang (VB), dirigé par Tom Van Grieken. Nombre d’entre eux sont là uniquement pour rencontrer « l’homme qui donnera le ton dans les années à venir dans la politique italienne ».

Salvini Antwerpen.png

11:01 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

80% des investisseurs prévoient une crise d’ici 5 ans, 58% d’ici 1 à 3 ans

200408_les-investisseurs-de-plus-en-plus-attentifs-a-la-rse-web-tete-021106627439.jpg

Marc Rousset

La trêve commerciale de Trump entre la Chine et les États-Unis, et même la crise actuelle du financement des retraites en France, c’est malheureusement le feuilleton des épiphénomènes médiatiques pour les idiots qui regardent le doigt quand on leur montre la Lune !

Selon Capital et le site Sputnik du 9/12/2019, une enquête a été réalisée par Natixis Investment Managers auprès de 500 des plus grands investisseurs institutionnels dans le monde officiant dans les fonds souverains et d‘investissements, les compagnies d’assurance, les caisses de retraite. Pas moins de 89% de ces investisseurs institutionnels sont inquiets du niveau record de l’endettement public et privé sur la planète. Plus de 80% voient une crise financière internationale d’ici 5 ans, 58% d’ici 1 à 3 ans. La question ne se pose même plus de savoir si nous avons des bulles boursières et immobilières ou pas, des banques qui vont faire faillite ou pas, si les dettes seront remboursées ou pas. La seule question est de savoir quand la crise va éclater car, depuis 2008, elle a été déjà retardée de dix ans par l’endettement supplémentaire des États, des entreprises et des particulier, et surtout par l’injection de monnaie démesurée des banques centrales.

Combien de temps les banques centrales vont-elles continuer encore à injecter de l’argent gratuit ou à des taux négatifs dans un Système qui poursuit son endettement d’une façon accélérée ? Réponse : nonobstant un événement politique ou géopolitique, jusqu’à l’explosion totale et subite du Système en raison de la perte de confiance dans la monnaie et/ou de la perte de confiance des épargnants et des prêteurs !

Pendant le seul premier semestre 2019, la dette mondiale de 250.000 milliards de dollars a augmenté de 7.500 milliards de dollars. C’est un comble, selon Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la BCE : « Nous venons de connaître la pire crise depuis celle des années 1929-1930 du siècle dernier. C’était largement une crise de surendettement, et pourtant le monde continue de s’endetter ! » D’autant plus que les taux peuvent remonter : « Ne prenons pas une situation conjoncturelle pour un phénomène structurel. Personne ne sait combien de temps les taux resteront très bas », poursuit Jean-Claude Trichet.

À la BCE, le vaudeville avec la diplomate – non banquière et non économiste – Lagarde vient juste de commencer tandis que la zone euro a, en fait, déjà éclaté entre les faucons de l’Europe du Nord et les colombes de l’Europe du Sud. La colombe et très habile Lagarde, lors de sa première conférence de presse, a déclaré que sa seule ambition était d’être la « chouette » de la sagesse antique, après avoir invité tous les gouverneurs dans un magnifique château près de Francfort. Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, s’est élevé à juste titre contre le premier rideau de fumée de Lagarde dans le réchauffement climatique qui ne concerne en rien une banque centrale. La mission de la Française est, de toute façon, impossible car il ne peut pas y avoir de réconciliation entre les faucons sérieux, épargnants et travailleurs et les colombes dépensières, rêveuses de théorie monétaire moderne, de taux d’intérêt négatifs et de création monétaire sans fin par rachats de titres obligataires.

Aux États-Unis, il y a, selon Zoltan Pozsar, analyste du Crédit suisse, une crise aiguë, énorme, exceptionnelle, de liquidités monétaires car la Fed, avec plusieurs opérations techniques, a l’intention, d’ici le 14 janvier 2020, d’injecter la somme ahurissante de 500 milliards de dollars, ce qui élèverait le bilan actuel de la Fed, de 4.000 milliards de dollars, subitement à 4.500 milliards de dollars. Ces opérations ne seront, en fait, que de la création monétaire, un assouplissement quantitatif déguisé, la plus grosse série d’opérations de l’histoire de la Fed sur le marché monétaire du « repo ».

Selon Paul Schatz, président de la société londonienne Heritage Capital, les riches Européens commencent déjà à accumuler de l’or physique en dehors du système bancaire et l’once d’or pourrait s’élever à 2.500-3.000 dollars en 2020. Les banques centrales et l’hyper-endettement nous auront fait gagner du temps, mais la Camarde est au bout du chemin.

09:18 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La révolte des Bo-Bo

Sardines.jpg

Georges Feltin-Tracol

Le 30 novembre dernier, les égouts d’une des plus belles villes d’Italie, Florence, débordaient. Environ dix mille manifestants selon la police, quatre fois plus d’après les organisateurs, occupaient la Place de la République à l’appel lancé sur les réseaux sociaux par les « Sardines », seize jours plus tôt depuis la ville de Bologne. Cette manifestation à Florence n’est que la dernière d’un mouvement largement surestimé qui parcourt néanmoins toute la péninsule. Certains observateurs politiques le comparent déjà aux « Gilets Jaunes » français.

Les « Sardines » sont une réaction de l’énigmatique « société civile ». Ils reprennent les codes, postures et méthodes d’un Beppe Grillo, auteur des Vaffanculo Day anti-Berlusconi avant l’institutionnalisation de son Mouvement Cinq Étoiles. Ce nouveau phénomène essentiellement virtuel et viral qui s’inspire aussi des flash mob se veut apolitique et non partisan. Un apolitisme bien particulier… Les participants entonnent en effet Bella Ciao, disent se retrouver dans les valeurs de l’« antifascisme » et estiment sur Facebook, bien complaisant pour la circonstance, que leur « archipel des sardines » s’oppose avec force aux discriminations, à l’exclusion et aux idées populistes et souverainistes. Ils protestent contre la victoire écrasante de la Lega et de ses alliés en Ombrie, une région historiquement acquise à la gauche en octobre dernier. Or, le 26 janvier 2020, Bologne et sa région, l’Émilie – Romagne, connaîtront à leur tour des élections administratives capitales. Si la coalition des droites conduite par Matteo Salvini remporte cet autre fief de gauche, le second ministère Conte sera plus qu’en sursis. Par ailleurs, dès le printemps, une troisième terre de gauche, la Toscane avec Florence pour capitale, fera aussi l’objet d’un scrutin régional déterminant.

Les militants les plus actifs des « Sardines » « contre-populistes » ou « populistes de gouvernement » proviennent de la petite bourgeoisie urbaine à gros capital intellectuel, soit la version mutante de Bo-Bo mâtinée de hipsters. Outre l’investissement d’étudiants souvent inscrits dans des filières – impasses subventionnées, battent le pavé des villes italiennes des retraités soixante-huitardés et de jeunes familles biberonnées dans leur adolescence par le cosmopolitisme musical d’un Johnny Clegg et de Simple Minds. Si l’organisateur principal de la manif florentine est un certain Danilo Maglio, un étudiant de 20 ans en arts et spectacles, les fondateurs (Giulia, Andrea, Roberto et Mattia) de cette riposte pseudo-civique restent largement méconnus. Seul Mattia Santori se prête à une relative médiatisation. Ce diplômé écologiste en économie de 32 ans enseigne l’athlétisme et entraîne à la fois une équipe de basket pour handicapés et une équipe féminine de frisbee. Cet « organisateur communautaire » déclare aux journalistes ne plus supporter « la violence et la fausseté des messages diffusés par les populistes ». Pauvre chou ! En compagnie de ses congénères, il beugle que « chaque sardine a le droit d’exister ». Vindicatif, il exige « une politique de qualité. Nous en avons marre d’une dialectique violente, populiste et surtout à matrice souverainiste ». Une telle détestation de la souveraineté nationale et populaire est paradoxale quand on sait que l’Italie est un État souverain fantomatique.

Les « Sardines » prolifèrent dans un climat délétère sciemment entretenu. Début septembre, Fabio Sanfilippo, un journaliste de radio, interpellait Matteo Salvini sur sa page Facebook en espérant que « d’ici six mois tu vas te tirer dessus mon ennemi ». Face au tollé général suscité par cet appel au suicide, le triste sire a confirmé qu’il écrirait « de nouveau ce message […] en précisant mieux la référence au suicide du Leader de la Ligue ». Le 28 novembre dernier, la police a démantelé un groupuscule supposé terroriste et arrêté dix-neuf militants du Parti italien national-socialiste des travailleurs. Certains dans quelques palais nationaux auraient-ils l’intention de relancer de nouvelles « années de plomb » ? Le pire est à envisager.

La référence à la sardine n’est pas anecdotique. Un de ses administrateurs sur Facebook explique que « les sardines, comme les petits poissons, sont fortes et peuvent devenir une énorme vague, un tsunami ». Toujours sur le réseau de Mark Zuckerberg, on peut lire de la part des « Sardines » qu’« il est clair que la pensée dérange, même si ceux qui pensent sont muets comme des poissons. D’ailleurs, c’est un poisson. Et en tant que poisson, il est difficile à bloquer, car la mer le protège. Comme la mer est profonde ». Les allusions au « monde liquide », à la « fluidité sociale » et au thalassotropisme ne trompent pas; elles expriment d’une manière explicite la primauté de la Mer sur la Terre et, par conséquent, l’action subtile de l’atlantisme et/ou du mondialisme occidental. Les « Sardines » représentent l’amorce d’une gigantesque opération de mobilisation, d’endoctrinement et de manipulation des masses, première étape d’une « révolution de couleur » à venir qui vise non pas le gouvernement en place, l’alliance déglinguée Parti démocrateMouvement Cinq Étoiles, mais son opposition. Comment réagirait l’Occident si les partisans de Poutine, d’Orban ou de Kaczynski vilipendaient leurs opposants ? Il dénoncerait ce comportement inacceptable. Pas pour les « Sardines » ! C’est sans précédent.

En fait, pas tout à fait… L’opération en cours au-delà des Alpes rappelle étrangement le « tour infernal » de la présidentielle de 2002. Pendant l’entre-deux tours après le 21 avril, Jean-Marie Le Pen dut affronter la hargne des journalistes, des politicards, des professeurs qui exigeaient de leurs élèves de hurler contre le « Menhir », des collectionneurs de papillons tropicaux ainsi qu’une soi-disant Société des Gens de Lettres…

Les « Sardines » entendent façonner l’opinion publique dans un but d’ingénierie socio-psychologique de masse. Bien propagée sur le plan médiatique et par les réseaux sociaux, cette entreprise arrivera-t-elle cependant à freiner, voire à empêcher, l’arrivée au pouvoir de la Ligue de Matteo Salvini et des Frères d’Italie de Giorgia Meloni alliés à Forza Italia de Berlusconi ? Plus que jamais, l’Italie devient le champ de bataille majeur entre l’hyper-classe cosmopolite et ses sujets Bo-Bo et les peuples autochtones albo-européens qui ne supportent plus l’irénisme ambiant.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°151, mise en ligne sur TVLibertés, le 9 décembre 2019.

09:14 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 15 décembre 2019

MALI : CA SUFFIT !

les-corps-des-militaires-francais-rapatries-depuis-la-base-de-gao-au-mali-le-30-decembre-2019_6235492.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Pour une fois, ma petite rubrique va commencer par un « coup de gueule » ! Oui, ça suffit ! Nos soldats meurent au Mali, pour le Mali, et nous n’avons en réponse, qu’ingratitude. Assez ! Depuis le début de l’opération Barkhane qui a succédé àServal pour stopper aux portes de Bamako les rebelles islamistes ou nomades, - ces derniers  portant les couleurs d’un islam qui n’était pas, initialement, le leur -, nos troupes ont repris tout ou partie du territoire malien. Mais le prix à payer est lourd : ce sont 44 des nôtres qui sont tombés dans l’ex-Soudan français. Quels remerciements en avons-nous ? Sur les réseaux sociaux, ça gronde, on assimile parfois les troupiers français à une armée d’occupation. Les heures glorieuses de l’accueil triomphal fait à François Hollande, c’est fini.

Les Maliens de France, au Mali !

Rappelons que les immigrés maliens comptent pour la plus importante communauté africaine installée en France, plus ou moins, officiellement, 100 000, beaucoup plus sans doute, sans compter les clandestins. Tenez, allez à Montreuil dans le 9-3, c’est la capitale du Mali en France ! Et parmi tous ces solides gaillards, il n’y aurait pas de soldats potentiels pour aller sauver leur patrie ? C’est proprement scandaleux de voir ces grands hommes noirs, bien bâtis, capables de faire de bons combattants si bien entrainés, rester cachés chez nous, - qui est « chez eux » selon nos belles âmes -, alors que nos fils et nos frères tombent pour eux.

Sans oublier non plus, au passage, les pauvres soldats maliens, mal équipés, mal entrainés qui, eux aussi, meurent pour leur pays sans que leurs chefs, trop occupés à trafiquer à Bamako, ne s’en préoccupent beaucoup. Ce qui génère, parfois, de justes manifestations de la part de leurs femmes ou de leurs sœurs contre le gouvernement local. On peut le comprendre.

Expulsons-les !

Donc ces Maliens vivant en France, et particulièrement ceux frappés par une OQTF, - obligation de quitter le territoire français -, ne partent jamais. Pourquoi ? Parce que leur gouvernement refuse de les reprendre, refuse de délivrer les fameux laissez-passer consulaires, les LPC. Ces documents sont nécessaires pour que l’administration française puisse expulser un clandestin depuis un centre d’accueil, vers son pays d’origine. En plus, tout immigrant sait qu’il a intérêt à détruire ses papiers d’identité, son passeport, avant de débarquer en Europe pour brouiller les pistes. Il sait qu’il gagnera du temps en empêchant que l’on détermine sa vraie nationalité. S’il « perd » volontiers ses papiers, il conserve bien précieusement, par contre son téléphone portable ! On se moque du monde. Surtout le ministre malien chargé des siens l’étranger, un certain Yaya Sangaré qui, c’est tout juste s’il n’accuse pas la France de fabriquer des clandestins, pour refuser les fameux LPC ! On comprend que les autorités maliennes ne soient pas très désireuses de récupérer leurs nationaux, car ces derniers font vivre une bonne partie du pays.

Comment ? Chaque année, c’est plus de 500 milliards de Francs CFA, soit environ 820 millions d’euros, que la diaspora déverse sur son pays d’origine, faisant vivre, qui ses parents, qui ses oncles, qui ses cousins. On a calculé que ça représentait, tout de même, plus de 6% du PIB du Mali. Donc, pour le président Ibrahim Boubacar Keïta, « IBK » pour les intimes, qui était présent aux Invalides pour les obsèques de nos treize martyrs, - c’était le minimum « syndical » ! -, il n’y a aucun intérêt pour que son pays récupère ses nationaux planqués à l’étranger, oui, planqués ! Alors, il faudrait que notre chef de l’État, notre premier ministre, tapent du poing sur la table et que la France cesse d’abreuver ce pays via l’Agence française de développement, l’AFD. Il faut exercer un chantage sur les autorités de Bamako : « ou vous reprenez vos clandestins, ou nous rapatrions nos troupes ! ».

Inutile de vous dire que la seule idée de devoir fuir et quitter les avantages du pouvoir, auraient raison de l’hypocrisie des autorités maliennes ! Mais, au lieu de cela, le ministre malien de l’intérieur, je crois, a trouvé une autre solution : que la France régularise tous les maliens clandestins, comme cela il n’y aurait plus le problème avec les  LPC. CQFD ! Mais en fin de compte, l’amitié franco-soudanaise, franco-malienne, en mémoire des soldats africains tombés pour nous, jadis, ne vaudrait-elle pas un arrangement à l’amiable ?  

Diapositive1 copie 6.jpg

10:44 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 14 décembre 2019

Les maîtres menteurs

838_france_toujours_2.jpg

Par Hannibal

Depuis, Rokhaya Diallo, Lilian Thuram et quelques autres ont invité « la société française à s’accepter telle qu’elle est : diverse ». Au fil du temps, le divorce s’est accentué toujours plus entre le discours officiel de la République et le discours de l’arc-en-ciel non blanc, celui-ci présentant implicitement le grand remplacement comme une évidence, celui-là continuant à le nier par habitude et par principe. Il semble qu’Emmanuel Macron ait opté pour la reconnaissance d’une diversité croissante, ses apparitions spectaculaires avec de jeunes noirs tant à l’Elysée qu’aux îles en étant une indication, une autre, étant, lors de la présentation du plan banlieue de Jean-Louis Borloo, la déclaration du président de la république en mai 2018 : « Ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport ». Dans le même temps et le même sens, un ancien conseiller d’Edouard Philippe, Hakim El Karoui, a publié un livre pour répandre l’idée qu’il « faut accepter que l’Islam soit devenu une religion française ».

Les uns et les autres disent une même chose chacun à sa manière : la France n’est ni européenne, ni chrétienne, ni blanche comme le croyait un De Gaulle, elle est diverse, de plus en plus diverse, de plus en plus non blanche, non chrétienne, non européenne. Cela a pour mission de vaincre définitivement l’argument identitaire de « l’extrême droite ». De dire à Maurras : le pays réel dont vous fûtes jadis le chantre n’existe plus, l’identité française est métisse, musulmane, animiste, colorée : loin que le pays légal trahisse votre nation, qui n’est plus qu’un rêve, il tient trop compte au contraire de ce rêve vain.

En fait, ce discours extrémiste est déjà dépassé, tant l’industrie du mensonge s’accélère : dans sa frénésie, l’arc- en-ciel est passé à la prochaine étape du grand remplacement, le changement de mémoire, le mensonge rétrospectif. Les Français demeurant majoritaires en France, pour les convaincre de disparaître, on leur dit qu’ils ne sont pas ce qu’ils croyaient être. Que la France blanche, européenne et chrétienne non seulement n’existe pas mais n’a jamais existé. C’est sur cette voie qu’ont commencé à travailler deux vedettes, Attali- des-idées-de-génie, le grand mamamouchi compilateur, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux Transports.

Commençons par ce petit dernier, parce qu’il renouvelle un peu le genre. Pour lui, « Marine Le Pen fantasme une France qui n’existe pas », précisant au grand jury RTL, une « France gauloise, blanche, hétérosexuelle si possible comme le disait Eric Zemmour. C’est une France qui n’a jamais existé dans l’histoire ». Observons ce maître menteur à l’œuvre. Son art est tout simple et demande juste un peu d’aplomb. Le principe est simple : dans une controverse, mettre dans le même sac des cailloux et des lentilles, des carpes et des lapins, brefs, des mots hétérogènes pour discréditer l’un d’entre eux. On s’appuie sur les autres pour justifier la condamnation du mot significatif, celui qui fait l’objet de la controverse. Ici, c’est le mot blanche : le but du prestidigitateur est de nier, ou de faire oublier, que la France fut blanche.

A cet effet il remplit le sac avec d’autres mots, “gauloise”, et « hétérosexuelle si possible comme dirait Eric Zemmour ». Passons sur gauloise. Chacun sait que la France n’a jamais été seulement gauloise, son nom l’indique, qu’Ibères, Ligures, puis Bretons, Saxons, Francs, Ubiens, puis encore Normands se sont agrégés et mélangés aux Gaulois, avant qu’entre la fin du dix-neuvième siècle et 1960, Italiens, Polonais, Belges, Espagnols et Portugais ne complètent le tableau. Mais il s’agissait pour Djebbari de déconsidérer l’idée de racines et d’identité, de nier un phénomène qui a frappé tant Renan que Marguerite Yourcenar, la stabilité pendant deux mille ans de la population française. En somme, de masquer un fait capital : la vague migratoire commencée en 1970 n’a pas d’équivalent dans notre histoire, ni en intensité ni en promptitude — les grandes invasions furent d’assez petites choses en comparaison, le côté militaire excepté bien entendu — pour le moment.

Source : Rivarol 11/12/19

10:35 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:17 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 décembre 2019

Algérie : dialogue aujourd'hui, répression demain, nouvelle vague migratoire bientôt.

870x489_alger.jpg

Un communiqué du Parti de la France :
 
La victoire dès le premier tour - malgré une abstention majeure et les manifestations persistantes dans la capitale - d'Abdelmajid Tebboune qui devient ainsi le nouveau Président de l'Algérie concrétise la volonté du Système militaro-industriel qui dirige le pays depuis des lustres avec la complicité du FLN, de ne rien abandonner ni de ses prérogatives ni de ses privilèges ni de son pouvoir.
 
Proche du Chef d'Etat major Ahmed Gaïd Salah, Tebboune était le candidat de l'armée dont il sera le faux nez.
 
A noter que le candidat islamiste arrive en seconde position. Systèmo-compatible, il sera un allié choyé par le nouveau pouvoir. 
 
Lorsque bientôt viendra le temps de siffler la fin de la récréation et celui de la reprise en main, la répression qui se substituera au "dialogue" n'aura rien de printanière. Le choc qui s'en suivra se traduira alors inévitablement par des dizaines, voire des centaines de milliers, de nouveaux "demandeurs d'asile" qui traverseront la Méditerranée vers la France.
 
Le Parti de la France lance dès aujourd'hui un signal d'alerte que les pouvoirs publics seraient pour une fois avisés d'entendre.

23:40 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean-Marie Le Pen relaxé...

1311591.jpeg

Le tribunal correctionnel de Paris a relaxé aujourd'hui l'ancien président du Front national Jean-Marie Le Pen, poursuivi pour avoir dit en 2009 que « 90 % des faits divers ont à leur origine soit un immigré soit une personne d'origine immigrée ».

La décision du tribunal « est une victoire du bon sens et une victoire du droit », s'est félicité vendredi l'avocat de Jean-Marie Le Pen, Me Frédéric Joachim, assurant qu'il n'y avait « pas de haine dans les propos » de son client.

23:35 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une fin de semaine bien remplie

À Rungis et à Paris :

Présentation1.jpg

2019 12 CFH MESSE.jpg

Affiche avec Makine.jpg

À Nantes :

I-Grande-37598-grande-fete-du-livre-a-nantes-7eme-edition-le-dimanche-15-decembre-2019.net.jpg

En savoir plus cliquez là

13:20 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Il y a douze ans, le traité de Lisbonne enchaînait l'Europe dans les fers du mondialisme

SommetLisbFamill@E071018.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
À l'heure où, par sa victoire éclatante dans les urnes, le Premier ministre britannique Boris Johnson vient de confirmer que le brexit aurait bien lieu et que la décision du peuple anglais  serait respectée, il est utile de se souvenir qu'Il y a tout juste douze ans, le 13 décembre 2007, était signé le funeste traité de Lisbonne, ratifié par le Parlement français réuni en Congrès à Versailles le 4 février 2008 et entré en vigueur le 1er janvier 2009.
 
Ce traité, par une manœuvre ignoble de cynisme et de mépris de la volonté du peuple, manœuvre dont Nicolas Sarkozy fut le moteur avec la complicité de la presque totalité de la droite républicaine et l'accord tacite du Parti socialiste, reprenait un à un les articles d'une Constitution européenne supranationale de nature mondialiste rejetée en 2005 par referendum par les Francais. Bien plus encore que le traité de Maastricht, celui de Lisbonne, par ses mécanismes totalitaires — politiques et financiers — allait enchaîner les États européens dans les fers ultra-libéraux et technocratiques d'une Union entièrement placée sous la coupe de la Commission de Bruxelles et l'influence des lobbys. L'Europe de la dépendance à Washington, de l'austérité, de la porte ouverte aux vagues migratoires, de l'impuissance militaire et sécuritaire, de la désindustrialisation, de la faiblesse concurrentielle à l'exportation, de la spéculation, de la déconstruction identitaire, était consolidée dans sa folie suicidaire.
 
Paris (CECA), Rome, Maastricht, Lisbonne... Villes historiques et prestigieuses de l'Europe civilisationnelle... Il faudra aussi que les rats d'égout de ce capharnaüm que l'on nomme UE, paient un jour pour celà: avoir entaché le nom de ces grandes cités de l'empreinte sigillaire de  leurs traités de soumission.
 
Il faudra aussi bien sûr, le moment venu, déchirer ces papiers moisis. Pour construire enfin, à partir des Nations charnelles, le grand édifice de l'Europe/Puissance.

13:17 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'émission "Synthèse" sur Radio Libertés avec Caroline-Christa Bernard

RL Annonces copie 4.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission

cliquez là

00:07 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 décembre 2019

Jean-Michel Vernochet répond au questionnaire "Culture générale" d’E&R Lille

En marge de sa conférence « La France en flammes » du 26 octobre 2019 à Lille, Jean-Michel Vernochet a bien voulu répondre au questionnaire « Culture générale » des militants de la section E&R Nord-Pas-de-Calais.

L’exercice caresse modestement l’espoir d’alimenter l’embryon d’un abécédaire du dissident dans lequel chacun, du simple sympathisant au militant endurci, pourra puiser les arguments à même de l’aider à étayer sa propre dialectique, dans l’optique des discussions amicales ou des joutes oratoires qu’il pourrait prochainement connaître.

thumb_2185.jpg

Source : E&R

23:03 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Et 400 de plus...

des-migrants-durant-l-evacuation-le-9-mai-2017-du-campement-illicite-installe-porte-de-la-chapelle-a-paris_5877643.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

La France va accueillir prochainement 400 demandeurs d'asile actuellement présents en Grèce.

"La France va ainsi aider la Grèce à faire face à l'augmentation des flux migratoires" a déclaré l'Ambassadeur de France à Athènes, Patrick Maisonnave.
 
Aider la Grèce en transvasant son trop plein de clandestins vers notre Pays est une façon comme une autre d'ouvrir grand les portes de l'Europe à l'ingression planétaire conformément à l'idéologie dominante et aux consignes de la haute finance internationale.
 
Ambassadeur de France, Maisonnave ? Non! Porteur de valise des passeurs et sémillante  hôtesse d'accueil de la migrance planétaire. Un accueil dont ses patrons de l'Elysée, de Matignon, du Quai d'Orsay et de la place Beauvau sont, comme le furent leurs prédécesseurs, les gentils organisateurs pour la subdivision France du grand empire mondialiste.

17:03 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La retraite comme la sécurité sociale sont des tabous

greve-manifestation-syndicats-reforme-des-retraites-10-12-19-37e7dd-0@1x.jpg

« Il n’y a plus assez d’argent pour payer les retraites,
celles d’aujourd’hui et plus encore celles de demain…
C’est une priorité que seuls les Français
continuent de refuser d’admettre »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Les grèves contre la réforme des retraites paralysent la France depuis le 5 décembre… On se demandait si les syndicats allaient réussir à reprendre la main ; à l’évidence, oui : le nombre des manifestants a été très important jeudi dernier et la grève dans les transports publics se poursuit depuis… Quelle issue à cette crise ?

Qui peut le savoir vraiment ? Pourtant, il y en aura une, forcément, à ce bras de fer. Cette réforme des retraites, présentée comme LE projet phare du quinquennat d’Emmanuel Macron, mais par essence terriblement clivante – personne n’y comprend grand chose et tout le monde craint à tort ou à raison d’en être personnellement perdant –, aurait dû être imposée en 2017, sitôt son arrivée à l’Élysée. Cette réforme était dans son programme, sa majorité l’aurait votée dans la foulée et c’était pliée ; de plus, cela aurait été un signe « fort » (quoi que l’on pense de cette réforme) de la gouvernance macronienne ; elle aurait accréditée la thèse que ce jeune Président était un homme d’action, qui, contrairement à ses prédécesseurs, faisait ce qu’il avait promis… Il aurait pris tout le monde de court. Attendre comme il l’a fait deux années et demie ne pouvait donner qu’une opportunité inespérée de redevenir légitimes à des syndicats décrédibilisés.

Pourquoi alors  Emmanuel Macron a-t-il attendu pour faire passer cette réforme ?

Sans doute parce que lui et ceux qui l’entourent – comme la grande majorité de ceux qui ont accédé aux Pouvoirs ces trente dernières années – n’étaient en 2017 obsédés que par la conquête du Pouvoir, pas par ce qu’ils comptaient y faire. Arrivés aux Affaires, découvrant peut-être une situation pire que ce qu’ils imaginaient et imbus d’une certitude de supériorité décuplée par leur victoire, Emmanuel Macron et Edouard Philippe n’ont de cesse de parer au plus pressé, appliquant au jour le jour une politique du « doigt mouillé », les yeux rivés sur les sondages (l’obsession de tout élu !) et obsédés par leur réélection future.

Dans ce cas, pourquoi ont-il lancé en 2019 cette réforme des retraites qui ne pouvait que leur attirer des ennuis si prévisibles ?

Parce qu’il n’y a plus assez d’argent pour payer les retraites, celles d’aujourd’hui et plus encore celles de demain… C’est une priorité que seuls les Français continuent de refuser d’admettre. Donc, il y a urgence. Et, cette année, Emmanuel Macron a connu une victoire éclatante  face à la bronca des Gilets jaunes, à laquelle il ne s’attendait probablement pas : il a découvert cette « autre France » dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Il a su habilement manœuvrer, d’abord par l’enfumage, trois mois durant, de son « grand débat sur tout le territoire et ouvert à tous les Français », puis par la violence de la répression policière contre les manifestants, parallèlement au discrédit que les Blacks Blocs ont jetés – en toute impunité – sur les Gilets jaunes auxquels les médias les ont aussitôt assimilés. S’étant débarrassé d’eux, du moins dans la rue, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont dû penser par ailleurs que les syndicats étaient trop discrédités pour représenter encore une menace. L’excellent (vu les circonstances) résultat de la liste LAREM aux élections européennes – battu d’un point seulement par celle du Rassemblement national, tandis que Les Républicains et La France insoumise s’écroulaient – les a confortés dans cette certitude.

Tout le monde s’entend pour admettre qu’il faille réformer le système des retraites… Mais personne n’est d’accord sur les modalités ; vous-même, vous en pensez quoi ?

Petit souvenir personnel : j’avais une douzaine d’année, début donc des années 70. Je revois mon père m’expliquer qu’il ne fallait pas que je songe à ma retraite future parce qu’à l’âge où je serais sensé y avoir droit, il n’y aurait pas suffisamment d’argent pour payer les retraites… Trente ans durant, quand je racontais cette « paternelle prophétie », tout le monde souriait, me faisant comprendre que bon ! hein ! papa était bien gentil, mais un peu farfelu, n’est-ce pas ?… Et puis, les années passant, les sourires se sont crispés jusqu’à disparaître…

Et donc ?

La retraite comme la sécurité sociale sont des tabous. Les supprimer étant hors de question, une solution possible est que l’une et l’autre soient maintenues ; tout le monde sera content, ouf !

Oui mais ! la sécurité sociale commence déjà à rembourser de moins en moins de médicaments, de moins en moins de soins, de moins en moins de prise en charge diverses et variées… et ça s’accélère d’année en année.

Oui mais ! la retraite, elle, pourrait être un jour imposée à un minimum pour tous, quelles qu’aient pu être les cotisations des uns ou des autres et ce, au nom de la « solidarité citoyenne » ; certains l’évoquent déjà, prétextant que les anciennes générations ont eu la chance de connaître le « plein emploi » et qu’il leur faut donc être solidaires avec les nouvelles générations pour les lesquelles le travail fait défaut…

Tiens, vous ne souriez pas ? Pas même un sourire un peu crispé ? Pourquoi ?

Le nouveau livre de Philippe Randa est sorti :

2019 12 dico ph randa.jpg

Commandez le dès maintenant en ligne cliquez là

16:53 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Retraite... quelle retraite ?

dessin retraite.jpg

Le billet de Patrick Parment

Je ne suis pas du tout un spécialiste des retraites, un bazar bien trop compliqué pour mon entendement. Toutefois, une fois n’est pas coutume, on est d’accord avec Philippe Martinez, le patron de la CGT, qui constate que l’on a un bon système de retraite et qu’il suffisait, tout simplement, de l’aménager.  D’autant qu’il s’est montré favorable à la suppression des régimes spéciaux, ne mettant l’accent que sur la pénibilité de certains emplois à protéger. Bref, dixit Martinez, on était prêt à négocier.

Au lieu de cela, Macron et son sicaire Edouard Philippe ont voulu nous faire avaler la couleuvre d’une retraite pour tous par points. Point déterminé par les syndicats et le Parlement. Autrement dit, comme le note justement Martinez, le point sera fluctuant au gré de la bonne santé des finances publiques. C’est exactement ce qui se passe en Suède qui a opté pour un système à points depuis des décennies et qui s’en réjouit de moins en moins.

Tout cela ne serait qu’un simple et banal frichti national si ne s’en mêlait une situation économique et sociale peu brillante. L’Europe souffre d’un vieillissement général de sa population qui compromet sérieusement son avenir. Et ce n’est pas l’immigration, comme nombre d’imbéciles le pensent, qui va stopper cette hémorragie des berceaux. D’autant que cette immigration coûte chère à l’Europe et à la France en particulier vu notre laxisme en matière d’aides sociales. Or, sur cette question, c’est le silence total aussi bien de la part de Philippe que de Martinez et ses potes syndiqués.

Enfin, cette histoire de retraite nous fait sourire pour la bonne raison que les grosses boîtes, mais pas que, foutent à la porte les quinquagénaires parce qu’ils coûtent trop chers et que ceux qui se retrouvent sur le pavé des rues sont alors pris en charge par l’Etat, c’est-à-dire le contribuable. Scandaleux.

A tous ces fardeaux s’ajoute évidemment la surréaliste politique des tocards de Bruxelles abonnés à ce libéralisme débile qui est en train de nous ruiner. Alors l’âge de la retraite, on s’en bat les c… et tous à la manif le 17 décembre prochain.

12:53 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SAMEDI 14 DÉCEMBRE À 11 H À PARIS : MESSE DE CERCLE FRANCO-HISPANNIQUE EN MÉMOIRE DU GÉNÉRAL FRANCO ET DE JOSE-ANTONIO PRIMO DE RIVERA

2019 12 CFH MESSE.jpg

SAMEDI 14 DÉCEMBRE À 11 H À PARIS : MESSE DITE À LA DEMANDE DU CERCLE FRANCO-HISPANNIQUE EN MÉMOIRE DU GÉNÉRAL FRANCO, CHEF DE L'ÉTAT ESPAGNOL, DÉCÉDÉ LE 20 NOVEMBRE 1975, ET DE JOSE-ANTONIO PRIMO DE RIVERA, FONDATEUR DE LA PHALANGE, ASSASSINÉ LE 20 NOVEMBRE 1936.

10:50 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

12 décembre 1980 : assassinat de Juan Ignacio, responsable du Front de la Jeunesse en Espagne

79120454_2570906756524884_7225326007778017280_o.jpg

Aujourd'hui, c'est le triste anniversaire de la mort de Juan Ignacio González Ramírez, secrétaire général du Front de la jeunesse espagnole (Frente de la Juventud - FJ), assassiné par les Rouges, à Madrid, le 12 décembre 1980, parce qu'il était militant nationaliste. N'oublions pas ! ¡ Juan Ignacio González Ramírez presente !

Lire El Cadenazo cliquez ici

10:20 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Caroline-Christa Bernard, témoin du massacre du Bataclan, invitée de l'émission "Synthèse" sur Radio Libertés de ce soir

RL Annonces copie 4.jpg

Les précédentes émissions cliquez ici

09:44 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des nouvelles du Bélarus

Alexandre-Loukachenko-un-dictateur-a-l-ancienne.jpg

Georges Feltin-Tracol

Le dimanche 17 novembre dernier, près de sept millions de Bélarussiens ont renouvelé les 110 sièges de la Chambre des représentants. Coincé entre la Russie, la Lituanie, la Lettonie, la Pologne et l’Ukraine, le Bélarus – qu’on appelle en France la Biélorussie – demeure le seul État du continent à ne pas céder aux injonctions du détestable Conseil de l’Europe en appliquant toujours l’indispensable peine de mort.

Dirigé depuis 1994 par Alexandre Loukachenko (NDLR SN : ci-dessus), le Bélarus et son excellent président auraient dû figurer en bonne place dans le Dictionnaire des populismes sous la coordination d’Olivier Dard, de Christophe Boutin et de Frédéric Rouvillois. En effet, une multitude d’articles n’hésitent jamais à qualifier le modèle politique en vigueur à Minsk de « populiste ».

Ces élections législatives sont anticipées; elles auraient dû se dérouler en septembre 2020. La Chambre des représentants est élue pour quatre ans au scrutin majoritaire uninominal à un tour. Outre la prise en compte des votes blancs et nuls, l’électeur peut aussi choisir le bulletin « Aucun d’entre eux ». Si ce bulletin spécifique, voire l’abstention, atteint 50 % comme ce fut le cas lors du second tour des législatives françaises de juin 2017, les autorités doivent invalider le scrutin.

L’opposition payée par les officines de Soros et les observateurs de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe ont évoqué l’impossibilité pour des opposants de se présenter. Ils ont critiqué des pressions administratives sur les nombreux fonctionnaires et dénoncé d’éventuelles fraudes massives. Le bidule de Strasbourg qu’il ne faut pas confondre avec l’Union dite européenne devrait plutôt se pencher sur ces municipalités communistes, socialistes, centristes et Les Républicains de l’Hexagone où le clientélisme généralisé, la corruption endémique, le bourrage des urnes et le taux élevé de votes post mortem sont des habitudes bien installées. Maints candidats de l’ancien Front national auraient mille anecdotes à raconter sur ce sujet inépuisable…

Le Bélarus populiste ne plie pas devant la Finance internationale et son principal larbin, les États-Unis d’Amérique. Le président Alexandre Loukachenko qui entend se représenter l’an prochain pour un sixième mandat consécutif de cinq ans n’adhère à aucun parti et ne dispose même pas de sa propre formation politique. Il bénéficie en revanche de l’appui implicite d’une majorité présidentielle qui vient de remporter la totalité des sièges. La participation a augmenté de 2,6 %, d’où une abstention à 22,69 %. Les bulletins blancs et nuls s’élèvent à 0,94 %. Quant au choix « Aucun d’entre eux », il baisse de 1,09 %, soit 8,48 %.

Les grands vainqueurs des législatives restent les candidats indépendants avec 60,31 % des voix et 89 élus. Ils perdent cependant cinq sièges et 6,70 %. Le Parti communiste du Bélarus (10,67 %, en progression de 3,2 %) prend trois sièges supplémentaires, soit un total de onze élus. De tendance sociale-démocrate et en hausse de 3,88 %, le Parti républicain du travail et de la justice recueille 6,75 % et six élus. Variante locale du mouvement nationaliste grand-russe de Vladimir Jirinovski, le Parti libéral-démocrate du Bélarus conserve son unique député, mais avec 5,36 %, il progresse de 1,12 %. La gauche nationale incarnée par le Parti patriotique bélarussien maintient lui aussi ses deux élus en dépit d’une faible audience nationale (1,43 %) et un retrait de 0,73 %.

Trois nouvelles formations liées à la majorité présidentielle informelle ont présenté quelques candidats. En dépit d’un résultat national décevant (0,89 %), le Parti agraire obtient un élu. Une formation atypique à l’intitulé original, le Parti socialiste des sports bélarussien, récolte 0,15 %. Quant au Parti républicain d’inspiration eurasiste, il ne réalise que 0,14 % des suffrages.

Les oppositions nationale-centriste, atlantiste et pro-occidentaliste du Front populaire et des communistes dissidents balayées, la nouvelle assemblée va pouvoir collaborer avec le Conseil de la République. Elle aussi élue pour 4 ans, cette chambre haute compte 56 membres élus par les conseils des représentants locaux des sept oblast(ou régions) dont la capitale et huit membres nommés par le président de la République. Celui-ci, conscient des fragilités géopolitiques et économiques de sa patrie louvoie entre Moscou, Pékin et Bruxelles. Parfois confronté comme au printemps 2017 à une vive contestation sociale, le président Loukachenko qui écoute avec une rare attention ses compatriotes a eu le courage politique de renoncer à certains projets.

Malgré d’inévitables défauts inhérents à la nature humaine, Alexandre Loukachenko appartient aux derniers véritables grands hommes d’État de la planète. En revanche, ni la France ni l’Europe n’ont cette chance.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°150, mise en ligne sur TVLibertés, le 2 décembre 2019.

09:11 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nicolas Dupont-Aignan : "Macron vend nos retraites aux assurances !"

"C'est confirmé ! Derrière la réforme des retraites, Emmanuel Macron veut offrir le marché juteux des retraites aux fonds de pension américains. Je vais vous expliquer pourquoi..."

IMG_4759.JPG

01:04 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 11 décembre 2019

Pour mieux comprendre l'Italie des années 1930...

4444.jpg

Pour les commander cliquez ici

21:15 Publié dans Livres, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'éditorial du n°52 de Synthèse nationale

SN 52 1 DE COUV.jpg

IL N’EST PAS ENCORE TROP TARD !

Roland Hélie Directeur de Synthèse nationale

La formidable réussite de nos 13e journées nationalistes et identitaires, baptisée cette année « Rendez-vous Bleu Blanc Rouge », prouve, s’il en était encore besoin, le lien fort qui existe entre Synthèse nationale et ses lecteurs. Être passé de une à deux journées était aussi un pari audacieux et l’appel à la mobilisation que nous avions lancé dès le mois de juin a été entendu. Près de 3 000 patriotes ont répondu « présents » et ont assisté à l’une ou l’autre et souvent à toutes les activités que nous proposions au cours de ces deux jours. Vous trouverez à la fin de ce numéro un compte-rendu de cette belle manifestation.

Mais, au-delà du succès, il faut revenir ici sur le sens profond de notre action. Depuis treize ans, Synthèse nationale se fixe comme objectif d’être le pôle de rencontre des forces nationalistes et identitaires. Que ce soit sur son site d’informations quotidien, dans les pages de la revue ou bien lors de nos journées annuelles à Rungis en région parisienne et de nos multiples réunions que nous organisons ici et là à travers la France, notre souci est toujours le même : faire en sorte que les mouvements, partis, associations et maisons d’éditions travaillent dans le même sens et non plus les unes contre les autres. Sans vanité aucune, je dois dire que notre travail n’a pas été inutile... loin s’en faut. Et les Journées des 12 et 13 octobre en sont la preuve flagrante.

Souvenez-vous de l’époque pas si lointaine où les organisations nationales et nationalistes, au mieux, s’ignoraient et, au pire, se méprisaient et parfois même s’entredéchiraient. Ce temps là, à part pour quelques butés obsessionnels qu’il convient de laisser de côté, est en grande partie révolu.

Mais ce travail est loin d’être terminé. Il reste beaucoup à faire. La situation générale de la France d’aujourd’hui n’est plus la même que celle d’il y a treize ans lorsque nous avons créé notre revue et notre organisation. Elle n’a fait qu’empirer et le temps nous est de plus en plus compté. D’année en année l’étau mondialiste se referme et le grand brassage des populations s’amplifie.

Le choix est simple

Les plans machiavéliques de l’oligarchie financière pour dominer le monde se réalisent à grande vitesse... et tout semble leur réussir.

La France, comme d’ailleurs l’ensemble des pays européens, se dilue dans le magma bruxellois ; des pans entiers de notre économie sont sacrifiés, des zones de plus en plus grandes de notre territoire national deviennent les réceptacles de toutes les migrations possibles et imaginables qui se croient dorénavant chez elles chez nous ; les calembredaines de n’importe quelle poupée médiatique style Greta Thunberg deviennent le nouvel évangile devant lequel il est obligatoire de se prosterner ; jamais l’avenir a été aussi incertain et un nombre croissant de nos compatriotes bascule au-dessous du seuil de pauvreté alors qu’une infime minorité s’enrichie de manière effrénée. Bref, dans l’état actuel des choses, tous les clignotants sont au rouge. Soit notre nation et notre civilisation disparaissent, soit nous reprenons en main notre destin...

Ne pas écouter les défaitistes

Les esprits chagrins me diront que « tout est foutu » et « qu’il n’y a plus rien à faire, qu’il est trop tard »...  « Trop » et « tard », les pires mots qui soient et que nous devons bannir nous rappelle à chaque occasion Jean-Marie Le Pen.

En effet, tant que nous serons là et que nous nous battrons, il ne sera pas tout à fait trop tard. Et le drame pour nos ennemis, c’est que nous avons encore de la vitalité en nous. Partout en Europe des signes nous permettent de continuer à espérer. En Pologne, en Italie, en Flandre, en Hongrie en Autriche et en Russie bien sûr... mais aussi maintenant en Allemagne, en Espagne et même au Portugal les symptômes du renouveau national et identitaire se multiplient. Partout, les peuples se remettent à rêver...

Alors la France doit-elle rester en marge de cette véritable révolution européenne qui se prépare ? Nous ne le pensons pas. Nous savons très bien que la situation de la Droite nationale française est loin d’être parfaite mais ce n’est pas une raison pour baisser les bras. On ne sait jamais de quoi demain sera fait... Rien n’est irrémédiable.

Napoléon disait « qu’il n’allait jamais bien loin celui qui sait de quoi demain sera fait » et Dominique Venner nous a enseigné qu’en politique il y a une donnée qu’il ne faut jamais sous-estimer. Cette donnée, c’est justement « l’imprévu... » Alors, faisons en sorte que « l’imprévu » devienne prévisible...

Un espace de liberté pour toutes les forces nationales

Voilà pourquoi le combat que mène Synthèse nationale est plus que jamais d’actualité. Il faut continuer à donner à toutes ces forces éparses qui se battent pour la même cause un espace de retrouvailles. Un espace dans lequel sera engendré le grand mouvement de libération nationale et populaire de demain.

Alors, chers amis lecteurs, ne restez plus les spectateurs désabusés d’un monde qui se délite, soyez les acteurs du mouvement de demain...

Aidez-nous car il n’est pas encore trop tard.  

Le commander cliquez ici

Bulletin de commande et d'abonnement           

19:12 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Slobodan Despot : "A quoi servent (encore) les médias de grand chemin ?"

Citoyen suisse d’origine serbe, Slobodan Despot est tout à la fois éditeur et traducteur. Il nous parle des nouveaux médias qui apportent un éclairage différent des médias de grand chemin.

624.jpeg

Plus d'info ICI

17:12 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pascal Plaud C News : "Jean-Marie Le Pen avait annoncé beaucoup de choses qui se passent aujourd'hui"

Accord-Tapie-Le-Pen-qui-dit-vrai.jpg

16:46 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook