Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 13 mai 2020

Loi Avia : une arme de plus pour la police politique de la pensée.

97352325_10213901266925299_7014641468019048448_n.jpg

Un communiqué de Jean-François Touzé,

Délégué général du Parti de la France

La "loi contre les propos haineux sur internet" dite loi Avia du nom de la députée LREM qui en fut l'inititiatrice et en reste la propagandiste, texte déjà voté en première lecture à l'Assemblée nationale et au Sénat en début d'année, sera à nouveau discutée ce mercredi dans l'hémicycle du Palais Bourbon et sans doute votée, achevant ainsi, dans l'indifférence d'une France "Coronacentrée", sa navette parlementaire.

Cette loi, venant après tant d'autres, vise à museler toute parole considérée comme non-conforme par la police de la pensée d'un régime qui veut la glaciation éternelle de la libre parole française. Sa spécificité est le caractère volontairement globalisant et flou des supposées infractions contre laquelle elle se propose de sévir. C'est ainsi qu'en plus d'une longue série de mesures aggravant les lois existantes, elle obligera de manière totalement arbitraire les responsables de plateformes numériques et de réseaux sociaux à faire disparaitre sous 24h tout contenu pouvant être jugé haineux.

La notion de contenu haineux ne pouvant, en droit, être défini, on voit bien quel usage pourra faire le pouvoir de cette loi et le Système de ses nombreux articles, afin de faire taire toute critique et d'interdire toute opposition de fond. D'autant que les plateformes concernées, par crainte des amendes autant que par collaboration idéologique avec le gouvernement, auront à cœur d'en appliquer les dispositions avec zèle, rapidité et sans aucun esprit de discernement.

Les rapports de force au sein de l'Assemblée étant ce qu'ils sont et la couardise de tant de députés prétendument d'opposition ce qu'elle est de toute éternité, la loi Avia, malgré quelques voix courageuses qui s'exprimeront, sera votée. Et la France s'enfonçera un peu plus dans la nuit soviétique du totalitarisme post-democratique.

Demain, quand nous aurons accédé aux responsabilités, nous abrogerons ces lois liberticides. L'Etat national saura être fort et imposer implacablement son autorité sans recourir aux moyens anciens de la Stasi.

10:38 Publié dans Communiqués de presse, Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi 14 mai : un nouveau RDV avec l'académie Europe

2545.jpg

VINCENT CHAPIN a écrit des livres et des contributions dans la ligne de l’Internationale situationniste et l’analyse de la communication ainsi que sur la philosophie traditionnelle. En particulier : Le 11 Septembre comme Construction d’un Évènement (En Collectif) ; La Lutte contre les Discriminations comme Dispositif de Domination (2006) La Voie du Guerrier – Julius Evola dans la Lutte Initiale (Avatar, 2009).

La pandémie actuelle est, pour lui, l’occasion d’écrire un court ouvrage condensant ses thèmes de travail : LE PRINTEMPS NOIR DE 2020, OU LE KRACH DU SYSTÈME SPECTACULAIRE.

La problématique de ce livre est de montrer que 2020 est une crise aussi profonde que celle de 1929 concernant l’économie, ou que les deux guerres mondiales concernant la politique : mais cette fois la crise provient de l’inflation du système informationnel, ayant formé l’analogue informationnel d’une bulle financière, et ne se comprend dans toutes ses dimensions qu’ainsi. La crise est par principe catastrophe et opportunité. Cette crise marque sans doute la fin de la période du « monde libre » né après 1945, comme la chute du mur de Berlin avait marqué la fin du monde communiste. Elle nous montre le retour de propensions historiques écartées depuis presque un siècle.

00:01 Publié dans Gabriele Adinolfi, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 12 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du mardi 12 mai 2020

TVL CONF.jpg

23:46 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les expulsés de Calais...

10767073.jpg

L'avis de Jean-François Touzé

Le Figaro annonce dans un article publié ce mardi sur son site "l'expulsion d'une centaine de migrants à Calais".

Expulser ? C'est à dire, en bon Français, les virer de notre sol, les foutre dehors, les renvoyer dans leurs montagnes à chèvres, leurs brousses moites ou leurs déserts lunaires ?

Las... Les clandestins en question ne seront évidemment pas expulsés mais transférés vers les centres d'accueil que la République met à leur disposition.

Cet article confirme par ailleurs que depuis deux mois les arrivées de "migrants" sont en forte augmentation.

Le coronavirus ne connait pas les frontières nous répète-on. La déferlante planétaire non plus.

23:43 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une mesure de bon sens

61tiGTyi-WL.jpgGeorges Feltin-Tracol

L’oracle de l’Élysée a parlé : le 11 mai, en fonction d’une carte de France bicolore qui ne doit rien à l’évanescent Benjamin Griveaux, crèches et établissements de l’enseignement élémentaire pourront rouvrir, sauf opposition manifeste des équipes éducative, administrative et technique ainsi que des maires.

Le régime macronien ne s’inspire pas des déconfinements en cours chez ses voisins européens. En Espagne et en Italie, enfants et adolescents restent à la maison. En Allemagne, ce sont les élèves les plus âgés qui passent les examens de l’Abitur, leur baccalauréat. Cette étrange priorité hexagonale souligne la nécessité sous-entendue de remettre une grande partie de la population active au boulot. Sous prétexte de combattre un décrochage scolaire bien réel dû souvent à un sous-équipement informatique et à un désintérêt compréhensible, les autorités françaises offrent aux familles volontaires ou censées l’être une forme de garderie améliorée.

La réouverture des locaux scolaires oblige par ailleurs ces « fainéants » de professeurs « en vacances prématurées » depuis le 15 mars de reprendre le chemin du travail malgré les risques évidents d’une nouvelle vague pandémique. Celle-ci entraînera un nouveau confinement estival en attendant un troisième à l’automne…

Le gouvernement a donc tranché entre le regain possible du covid-19 et l’aggravation de la situation économique. Il paie – et la France avec lui – l’imprévoyance de tous ses prédécesseurs depuis trente-cinq ans. L’augmentation du nombre de places en crèches jamais satisfait s’explique par la prédominance mentale du féminisme. Vraie « célibatante », la femme d’aujourd’hui veut connaître la joies et les vicissitudes de la servitude salariale. Sa présence favorise au même titre que l’immigration un taux de chômage élevé et une baisse tendancielle des rémunérations.

Les féministes ont beau protesté contre l’absence de parité au moins sur la fiche de paie ; ces harpies contemporaines oublient que le destin de la femme demeure la maîtrise de la famille et de la maisonnée. La société ultra-moderne fluide et mouvante ne reconnaît plus cette fonction essentielle. En 1985, dans La France est de retour (Carrère – Michel Lafon Éditions 13), Jean-Marie Le Pen affirmait que « les transferts sociaux par allocations familiales diverses seront accrus et simplifiés par la définition d’un véritable revenu maternel (y compris un droit à la retraite). Cette disposition sera, d’une part, la reconnaissance du rôle éminent que les mères jouent dans une nation et, d’autre part, le choix délibéré d’un développement personnel et non collectif : il est pour nous absurde par exemple que l’on développe les crèches pour un coût social et économique supérieur à une éducation parentale; cette démarche collectiviste est une des marques de la socialisation rampante de notre pays. La solidarité pour la mère au foyer et les familles nombreuses est naturelle et parfaitement justifiée économiquement : les enfants élevés par l’effort de certains sont les travailleurs de demain pour toute la collectivité. En outre, les femmes recevant ce salaire maternel se retirent du marché du travail et ne pèsent plus comme chômeuses (p. 212) ». Les faits présents confirment encore une fois cette mesure de bon sens.

Le revenu maternel (ou revenu paternel ou même revenu familial) aurait évité aux élus locaux de 2020 le dilemme entre rouvrir des espaces scolaires et para-scolaires et relancer l’épidémie de covid-19. Certes, de beaux esprits qui approuvent maintenant le projet d’allocation universelle…, estiment que le revenu maternel alourdirait les dépenses publiques. Quelle argutie fallacieuses !

Sa réalisation s’accompagnerait d’une remise en cause totale des flux migratoires extra-européens et d’un arrêt immédiat de la « subventionnite » aiguë. Son financement proviendrait des aides octroyées à la presse du Système, aux syndicats domestiqués, aux associations parasitaires et aux partis politiques décomposés. Les ressources financières sont dès à présent disponibles. Il ne manque que la volonté politique.

Par la faute, il y a trois décennies, des Français qui se détournèrent de cette proposition longtemps phare du programme du Front national, bien des familles seront contaminées d’ici la fin mai et le début du mois de juin. Dans le contexte actuel d’hystérie féministe, le revenu maternel reste certes inenvisageable. Mais si le coronavirus se révèle être le Tchernobyl français et/ou européen et Emmanuel Macron un Gorbatchev tricolore, cette mesure audacieuse pourrait fort bien s’appliquer dans un nouveau cadre social révolutionnaire parce que traditionnel.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°171

00:00 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 11 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du lundi 11 mai 2020

TVL CONF.jpg

20:52 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Printemps 2020 : l’inadéquation de l’offre sanitaire en France

images.jpg

Bernard Plouvier

À l’heure du « déconfinement », à peu près partout dans l’hémisphère Nord, il paraît évident que, comparé au bilan d’une pandémie grippale, le Covid-19 a globalement peu tué et de façon très naturelle – la mort touchant préférentiellement les sujets âgés ou aux faibles défenses immunitaires.

Cette pandémie n’a, pour l’instant, touché massivement que l’hémisphère Nord. La « seconde vague » sera celle de l’hémisphère Sud, durant notre été & notre automne, soit leur hiver et leur printemps, ce qui est logique pour une virose respiratoire épidémique, maladie de régions froides et humides... de ce fait, il est fort peu probable qu’elle touche fortement les zones équatoriales. Il est inutile d’y envoyer du matériel dont nous manquons cruellement en France !   

Autre évidence : on ne peut accepter les statistiques de cas répertoriés et de mortalité des pays dictatoriaux, comme la Chine & la Corée du Nord, ni des pays qui en sont restés aux approximations de l’ère prés-scientifique. On ne peut pas non plus accepter les statistiques russes, turques ou iraniennes qui ne sont que de la pure propagande.

En revanche, dans les pays où les statistiques épidémiologiques sont à peu près véridiques, l’on peut juger de l’efficacité des services de santé grâce au ratio Morts/Cas répertoriés. Et, sur ce point, l’inefficacité française est effarante,

Du fait des trucages statistiques d’un certain nombre de pays, la mortalité globale, aux alentours de 7% des cas répertoriés, ne doit être acceptée qu’avec beaucoup de réserves, même si les politiciens de l’OMS pousseront des cris de victoire... comme ils l’ont fait à propos de « l’éradication de la variole », alors que chaque année quelques équipes médicales  en signalent plusieurs cas, en des articles de la presse médicale curieusement non repris par les media.

Au hit-parade de l’efficacité pour cette pandémie, l’on doit féliciter l’Allemagne (4,4% de mortalité), la Suisse (6%, mais dans un pays assez peu touché) et les USA (6%, dans le pays le plus touché par la pandémie).

L’Espagne et l’Italie, très fortement touchées, s’en tirent un peu plus honorablement que nous : 11,84% de ratio morts/cas répertoriés en Espagne, 13,9% en Italie. Ce n’est pas glorieux, mais c’est mieux que la France.

La Suède, dont le gouvernement a été fort critiqué pour avoir refusé le confinement – d’où une absence de récession économique -, s’en sort mieux que la France : 12% de ratio morts/cas répertoriés, contre 14,9% pour notre pays, dont l’économie a été accablée par deux mois de mise en sommeil.

On se moque de savoir si les Français ont bien ou mal vécu leur confinement. Ils doivent comprendre que l’heure est venue de travailler beaucoup pour rattraper deux mois d’absurdité... à quoi bon avoir déclenché une crise économique majeure, si l’on arrive 2e au hit-parade de l’inefficacité en matière de santé publique.     

Notre bilan sanitaire consterne tous ceux qui ont connu les années 1970-2000, où la médecine française, hospitalière et de ville, était de grande valeur, compte-tenu, bien sûr, des possibilités de l’époque.

La disponibilité des médecins était grande et la seule notion de rentabilité que l’on considérait alors comme digne d’être retenue était non pas de nature financière, mais d’ordre technique, tenant en une proposition : empêcher les patients de mourir prématurément.

La logique comptable des administratifs et des politiciens a conduit à perdre « la guerre du Covid ». C’est encore une « guerre » perdue par la France, du moins si l’on accepte la terminologie grotesque d’Emmanuel Macron.

En réalité, il ne s’est nullement agi d’un état de guerre - dans lequel, ce sont des jeunes hommes qui sont préférentiellement exposés -, mais d’un défi sanitaire que seuls pouvaient relever les pays où le secteur hospitalier était dirigé, non par des politiciens et des agents administratifs totalement incompétents, mais par d’authentiques professionnels, impliqués dans la pratique des soins.  

Plus que jamais, politicard rime avec toquard. Si l’on veut rendre son efficacité au système de santé français en cas de catastrophe de masse, il faut dégager l’hôpital, public et privé, de la tyrannie des petits maîtres administratifs et rendre aux seuls médecins le pouvoir de décision, tant pour ce qui est de la planification que de la gestion technique des soins.  

15:19 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bonne nouvelle : réouverture aujourd'hui des librairies non-conformistes parisiennes

2661_6137_18-07-30-18-13-59.jpg

Avoir été obligées de fermer deux mois durant est un exercice hasardeux dont se seraient volontiers passées les librairies libres de Paris (et de province). Les éditeurs, comme nous, aussi d'ailleurs... Mais les "pires moments" ont toujours une fin et, ce matin, nous sommes en mesure de vous annoncer la réouverture de, au moins, cinq bonnes librairies parisiennes :

- La Nouvelle Librairie, 11 rue de Médicis Paris 6e

- La Librairie Duquesne diffusion, 27 avenue Duquesne Paris 7e

- La Librairie Vincent, 15 avenue de la Bourdonnais 7e

- La Librairie française, 5 rue Auguste Bartholdi Paris 15e

- Notre Dame de France, 33 rue Galande Paris 5e

pour ne citer qu'elles.

Ces librairies sont des espaces de libertés et il est indispensable que nous les soutenions toutes. Alors, amis lecteurs, si vous passez à proximité de l'une d'entre elles, n'hésitez pas à pousser la porte. Vous pourrez en profiter pour vous y procurer les livres que nous publions cliquez ici ainsi que la revue Synthèse nationale et les Cahiers d'Histoire du nationalisme.

Et, ne l'oubliez jamais : lire et s'instruire, ainsi qu'instruire et faire lire, sont des actes militants de base.

S.N.

11:29 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Aux charlots qui (parait-il) nous gouvernent…

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Aujourd'hui, notre enquête sur "l'après" passe par le Midi de la France. Nous reproduisons donc ici les conseils de notre ami Richard Roudier, président de la Ligue du Midi, promulgués avec bon sens, du haut de ses belles montagnes cévenoles, à l'attention de ceux qui, à Paris ou ailleurs, sont censés nous gouverner.

S.N.

Richard Roudier

En cette veille de déconfinement, sur le plan politique et administratif les choses sont claires et une certitude s’impose d’ores et déjà : certains pays ont bien géré la crise. D’autres non, et la France est de ceux-là.

Trois mois plus tard, nous sommes toujours en situation de pénurie

Plus de trois mois après l’arrivée du virus en France le pays reste en situation de pénurie. Les personnels de santé non hospitaliers (médecins de ville, Ehpad, dentistes, personnels paramédicaux) ne disposent toujours pas des moyens de se protéger, qu’il s’agisse des masques, des blouses ou des autres équipements de protection. Même à l’hôpital les moyens de protection paraissent insuffisants, au moins dans certains établissements, et les actions en justice sont en train de se développer. Nous sommes toujours également confrontés à une pénurie de tests : par exemple le nombre de tests disponibles est insuffisant pour permettre des dépistages dans les Ehpad, obligeant ainsi à consigner dans leur chambre tous les pensionnaires y compris les personnes qui ne sont pas atteintes. Quant aux capacités hospitalières elles restent aux limites de la saturation dans la moitié des régions. De façon générale, cette crise a révélé que nous sommes désormais presque totalement dépendants de l’étranger, d’où nous importons tout, masques, blouses, tests, médicaments et autres appareils de réanimation…

Le gouvernement continue à multiplier les décisions hésitantes et floues

Depuis le début de la crise, les décisions prises apparaissent le plus souvent floues et sans cap. C’est ainsi que la réouverture des écoles qui vient d’être décidée apparaît peu cohérente, à quelques semaines des vacances d’été. De nombreux maires, notamment en Ile-de-France, ont d’ailleurs annoncé qu’il serait impossible dans les écoles de respecter les conditions de sécurité. De même les responsables des entreprises de transport ont déclaré que le respect des règles énoncées par le gouvernement (distance entre les voyageurs, réduction de leur nombre, désinfections) serait très difficile à obtenir. Pour ce qui est des masques, le gouvernement en préconise aujourd’hui l’usage et s’apprête même à les rendre obligatoires dans les transports… après avoir prétendu pendant trois mois qu’ils ne servaient à rien dans la population générale. De même le gouvernement annonce son intention de multiplier les tests, alors qu’il les considérait il y a peu comme inutiles car non fiables…

Un nouveau pas-de-deux particulièrement significatif vient d’intervenir. Alors que M. Véran avait annoncé qu’à partir du 11 mai les étrangers entrant sur le territoire métropolitain seraient soumis à une quarantaine obligatoire, ce qui paraît relever du bon sens, l’Elysée a rapidement précisé que cette quarantaine ne s’appliquerait pas aux ressortissants des pays de l’UE (y compris Royaume-Uni), et ce alors même que plusieurs pays européens sont des foyers d’infection majeurs… Le sans-frontiérisme idéologique continue à gouverner.

La bonne décision serait d’isoler la région parisienne et de laisser le reste du territoire revenir à une vie quasi normale

Les décisions qu’il aurait fallu appliquer d’emblée – la fermeture des frontières et la mise à l’isolement des quelques foyers d’infection apparus initialement – n’ont pas été prises. De ce fait le virus a circulé librement pendant presque deux mois. Par crainte d’un débordement complet des structures de santé, le gouvernement a alors été contraint de confiner toute la population pendant deux mois, mettant à l’arrêt au moins un tiers de l’activité économique. Les conséquences économiques et sociales de ces mauvaises décisions risquent d’être lourdes et durables, plus lourdes et durables que dans la plupart des autres pays européens, où le confinement a duré moins longtemps et est resté moins étendu.

Au vu des cartes que le gouvernement a rendu publiques dans la perspective du déconfinement, la décision qu’il faudrait prendre maintenant après ces deux mois de confinement saute aux yeux : ce n’est pourtant pas celle qui sera retenue… La carte qui prend en compte le degré de circulation du virus et le degré de disponibilité des capacités hospitalières, place en rouge un gros quart du territoire…

Mais les autorités publient, plus discrètement, une seconde carte, actualisée quotidiennement. Cette seconde carte, dont les données permettent de confectionner la première, rend compte elle seulement de la circulation du virus, en se fondant sur le nombre de passages dans les services d’urgence. Or cette seconde carte est très différente de la première : elle montre que dans la quasi-totalité des départements, tous en vert, le virus circule désormais très peu. Il ne circule aujourd’hui de façon active qu’en Ile-de-France et plus précisément dans quatre départements, les seuls à être en rouge : Paris, les Hauts de Seine, le Val d’Oise et l’Oise, à la frontière de la région. L’intensité de la propagation du virus en Ile-de-France découle probablement de l’impossibilité d’y éviter les contacts, compte-tenu de la densité de la population qui continue à se déplacer pour travailler, faire les courses et s’aérer. Pour ces mêmes raisons, on peut penser qu’en Ile-de-France le risque de contamination lié aux transports en commun dès lors que ceux-ci reprendront est particulièrement élevé.

Dans ces conditions la décision qu’il faudrait prendre paraît évidente : il faudrait prendre la décision d’isoler l’Ile-de-France c’est-à-dire d’y empêcher les entrées et les sorties. A l’intérieur de l’Ile-de-France il faudrait maintenir les mesures limitant la circulation et les contacts. Et il faudrait laisser le reste du territoire revenir à une vie normale, avec simplement quelques restrictions comme l’interdiction des rassemblements importants. En fait il faudrait prendre aujourd’hui le même type de décision que celle qui aurait dû être prise fin janvier : isoler strictement les foyers d’infection, afin d’éviter la contamination du reste du territoire.

Ce n’est malheureusement pas ce que le gouvernement s’apprête à faire. Le pronostic est donc facile à établir. Du fait du confinement, les entrées et sorties d’Ile-de-France sont actuellement très limitées : le déconfinement du 11 mai tel qu’il est prévu va en accroître fortement le nombre. On peut donc craindre que, du fait de ces allers et venues en Ile-de-France qui vont reprendre, l’épidémie ne reprenne elle-aussi dans le reste du territoire, alors qu’elle y est aujourd’hui de très faible intensité…

La France reste l’un des pays qui s’en sortent le plus mal

A l’inverse les pays dans lesquels l’épidémie s’est installée et qui enregistrent le plus grand nombre de morts sont ceux qui n’ont pas fermé leurs frontières, comme la France, ou qui l’ont fait lorsqu’il était trop tard, comme l’Italie et l’Espagne. Les effets de l’épidémie ont été aggravés par le fait que ces pays sans-frontiéristesétaient en outre en situation de pénurie…

C’est là sans doute là que s’est situé le point décisif des stratégies contre la pandémie mises en œuvre dans les différents pays. Pour nos dirigeants hors-sol, le combat contre le virus devait s’inscrire dans le trans-frontiérisme ambiant : délocalisation, mouvements de capitaux et de personnes, paradis fiscaux, travail détaché, immigration… et désormais virus : nous allons payer très cher la folie de la mondialisation.

Pour terminer, quelques conseils, aux charlots, qui nous gouvernent

Maintien du Confinement de la région parisienne.

Arrêt de la croissance des métropoles.

Libre circulation à l’intérieur des régions (suppression des 100 kms).

Lancement d’une politique de vie au plein air (G.P.S) : Garrigues-Plages-Sommets...

11:07 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 10 mai 2020

Cour de Karlsruhe : vers la banqueroute de l’Italie et l’éclatement de la zone euro

arton38744.jpg

Marc Rousset

Tout comme les juges européens ont réussi des coups d’État en affirmant la suprématie de leurs décisions sur les droits nationaux, alors que, selon les traités, l’Union européenne n’est pas un État fédéral, la BCE s’est lancée, avec Draghi et Lagarde, dans une fuite en avant – en fait un véritable coup d’État monétaire qui ne correspond pas aux traités et aux statuts de la BCE -, en émettant de la monnaie de singe tous azimuts, non garantie par un actif tangible. Cela équivaut à mutualiser la dette des États par les voies détournées de la BCE

La BCE a bafoué ouvertement les deux clés de répartition des émissions d’un État, puisqu’elle ne peut racheter plus de 33 % des titres d’une émission et se doit de plafonner son encours des titres rachetés à un État au pourcentage de la participation de l’État dans le capital de la BCE, comme le rappelle Le Point. Le rachat « non proportionné » des dettes italiennes (et d’autres États) n’est rien d’autre qu’un sauvetage de l’Italie par la BCE puisque les obligations italiennes totaliseraient, selon Goldman Sachs, 35 à 45 % du total racheté actuellement par la BCE.

Il y a donc clairement infraction à l’article 123 du traité de l’Union européenne qui interdit le financement des États par la BCE. Les énormes volumes d’achat ne peuvent plus être considérés comme relevant de la politique monétaire. Et malgré cela, l’écart de taux italien avec celui du Bund allemand n’est pas stabilisé. De plus, la boîte de Pandore des taux négatifs ouverte en 2014 a pour effet que la Deutsche Bank commence à pratiquer les taux négatifs pour les dépôts de ses clients au-dessus de 100.000 euros, avant de le pratiquer demain pour la plupart de ses clients. Acheteur et prêteur de la dernière chance, la BCE n’offre en fait qu’un répit, tout en prolongeant l’agonie des États hyper-endettés.

La Cour constitutionnelle de Karlsruhe a estimé, le 5 mai, que certaines mesures prises par la Bundesbank dans le cadre du programme PSPP de la BCE, soit 2.700 milliards d’euros depuis 2015, étaient inconstitutionnelles. La Cour a fixé un ultimatum à la BCE, en affirmant que la Bundesbank devra cesser d’acheter, d’ici trois mois, des emprunts d’État de la zone euro pour le compte de la BCE, si cette dernière ne prouve pas que ces achats sont justifiés. Sinon, elle ordonnera à la « Buba » de se retirer et de vendre les 534 milliards d’euros d’obligations détenues au nom de la BCE (Le Figaro). Il y a risque pour les finances publiques allemandes, pour la rémunération de l’épargne, et de maintenir en activité des entreprises non viables. Le programme PEPP n’est pas concerné par ces menaces de restriction et l’infraction très claire à l’article 123 n’a pas été retenue pour l’instant par la Cour, afin de ne pas faire exploser immédiatement la marmite !

« Pour la première fois de l’Histoire, la Cour constitutionnelle a jugé que les actions et les décisions d’entités européennes ont été au-delà de leurs compétences légitimes et qu’elles n’ont donc pas de validité en Allemagne », a déclaré le président de la Cour, Andreas Voßkhule. Dans un passage virulent, la Cour rappelle aux juges européens qu’ils sont les garants des traités et non l’inverse. Les magistrats ont utilisé le terme latin ultra vires, qui signifie « hors de ses compétences ».

Giuseppe Conte, en bon politicien, est monté au créneau car l’illusion d’un accès illimité aux fonds de la BCE pour renflouer l’Italie disparaît, mais il aurait mieux fait de se taire, selon l’éthique des traités. Selon Challenges, un recul du PIB italien de 9,5 % est prévu pour 2020, avec une dette publique de 158,9 %.

La Cour européenne est aussi montée au créneau en prétendant que si sa suprématie est contestée, il n’y a plus d’Union, alors qu’il y aurait une autre Union qui serait une Confédération, ce qui correspond à l’aspiration des peuples. La France, trahie par ses dirigeants, en accordant la primauté aux juges européens, pour construire l’Europe fédérale, va se retrouver un de ces jours aussi le dindon de la farce. Il semble que c’est Jens Weidmann, le président de la « Buba », qui tire les ficelles : un coup de canon de semonce vient d’être tiré par l’Allemagne en guise d’avertissement ! Lagarde ne fait pas le poids !

Tout cela va se terminer par la banqueroute de l’Italie, puis de la France, avec retour à la monnaie commune et une première dévaluation du franc de 25 %, fin 2020 ou début 2021 au plus tard, à moins que les traités ne soient renégociés ? Thierry Breton remarque, en effet, que « sans le marché unique, les industries allemandes et néerlandaises sont condamnées ».

2020 SN 53 3.jpg

19:42 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Tribune libre : Oui, le 8 mai 1945 est une date à célébrer.

080_hl_jpavy_787150_juliette_pavy_hans_lucas.jpg

Suite à la publication sur Synthèse nationale, il y a quelques jours, d'une tribune de notre Ami Bernard Plouvier sur la commémoration du 8 mai 1945 cliquez là, nous avons reçu un certain nombre de réactions, parfois contradictoires, sur ce sujet. Je dois dire que je ne pensais pas que, 75 ans plus tard, cette date susciterait autant de discussions. Quoiqu'il en soit, dans un souci de "Synthèse", nous mettons en ligne aujourd'hui cet article d'André Posokhow, bien connu pour ses chroniques sur divers sites non-conformistes. Chacun se fera ainsi son idée...

Il est vrai que la Seconde Guerre mondiale est trop souvent racontée d'une manière simplifiée. Les choses n'étaient certainement pas aussi manichéennes que l'on veut bien le dire et les lignes de fractures sans doute beaucoup plus complexes. Dans le très prochain Cahier d'Histoire du nationalisme (n°18), consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et à la résistance monarchiste, initialement prévu pour mars dernier mais qui va bientôt sortir cliquez ici, Didier Lecerf revient d'ailleurs sur cette période pour le moins controversée de notre Histoire. 

R.H.

André Posokhow

Certes pour nous, Français, la date du 8 mai 1945 ne peut revêtir la même importance et soulever la même ferveur que le 11 novembre, même pollué par un macron, symbole de la victoire sur l’armée allemande et des sacrifices de nos combattants.

Le 8 mai marque cependant la fin d’un cauchemar : celui d’un désastre dont la responsabilité incombe aux dirigeants politiques de gauche du régime indigne  de la IIIe république de l’entre-deux guerres et aux chefs militaires qu’ils avaient désignés. C’est aussi celui d’une occupation au cours de laquelle les Allemands ont pillé la France et opprimé, affamé et réduit en esclavage les Français.

Cette date marque le relèvement inimaginable en 1940 de la France grâce à :

- l’armistice voulu par le maréchal Pétain qui a donné du temps et de l’espace à notre pays ;
- l’Armée régulière recréée par les généraux Weygand, Juin et Giraud ;
- la Résistance des réseaux : CND, Alliance, et des mouvements : Combat de Frénay, OCM, ORA, Brossolette ;
- l’épopée du général De Gaulle, général factieux en 1940 qui, par son génie politique et son intransigeance, amena, le 8 mai 1945, la France à la table des vainqueurs.

C’est légitimement que les Russes qui avaient pris une part primordiale à l’écrasement des Allemands et conquis Berlin exigèrent que la capitulation officielle ait lieu dans cette ville devant leur général en chef, le maréchal Joukov. Contrairement à Reims, les quatre puissances combattantes alliées étaient présentes, dont le général de Lattre de Tassigny.

La signature eut bien lieu le 8 mai à 23h16 (heure d’Europe centrale), soit le 9 mai à 1h16 à l’heure de Moscou

La défaite allemande était complète et la capitulation sans conditions. Ils ne pouvaient pas prétendre, comme ils le firent en 1919, qu’ils n’étaient pas réellement vaincus. A titre de comparaison des forts de la Ligne Maginot ont poursuivi le combat pour l’honneur après le 25 juin 1940 sans que cela remette en cause la défaite française. Quant aux centaines de milliers d’Allemands en Norvège, les Britanniques s’arrangèrent pour qu’ils ne puissent pas rejoindre l’Allemagne.

En Allemagne, les villes étaient aplaties, les villages s’ornaient de drapeaux blancs, les suicides se multipliaient, des colonnes de millions de prisonniers partaient pour reconstruire ce qu’ils avaient détruit, on découvrait l’horreur sadique de camps comme en Alsace-Lorraine, le Struthof, les femmes s’offraient aux vainqueurs de gré comme avec les Américains ou de force avec les Russes.

Le 8 mai 1945 marque la victoire totale des Russes sur les Allemands qui, par leur brutalité, leur mépris racial et leurs crimes ont soulevé stupidement la fureur patriotique d’une population pourtant disposée au début à les rallier contre le bolchévisme. On ne peut que comprendre l’appétit de vengeance des Slaves à l’encontre des Germains, ennemis mortels déclarés.

Le 8 mai 1945 c’est la disparition d’un des deux totalitarismes criminels du XXe siècle. C’est pour de bon ce qui avait été manqué après la Première Guerre mondiale : la chute du militarisme prussien et la fin des ambitions pangermanistes et de la volonté de domination de l’Europe par la violence et la guerre.

Malheureusement ce conflit sanglant engagé par les Allemands et leur défaite eurent pour conséquence l’oppression de l’Europe de l’Est par les communistes pendant 45 ans.

Pour ce qui est de l’Europe, le 8 mai représente la fin du calvaire infligé par les Allemands à des pays comme la Pologne dont les élites furent assassinées bien avant les Juifs, la Grèce dont 8 à 9% de la population disparurent, la Yougoslavie dont tous les démons furent réveillés, les Pays-Bas gouvernés par un gauleiter. C’était la fin de la mise en esclavage d’une partie notable de la population européenne.

Non la date du 8 mai 1945 n’a rien de fantaisiste.

CHN 18 ANNONCE 1.jpg

Pour le commander cliquez ici

19:21 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La fête est finie

6a00d8341c715453ef0263ec18a5d7200c-320wi.jpg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

En ce 10 mai, dimanche pluvieux, tous les habitants de la France, un peu en retard sur le reste de l'Europe, se préparent à revivre. Peut-être fêtera-t-on dans les prochaines années le 11 mai. Exagérons un instant le trait. Éclipsant la charmante mémoire de sainte Estelle, patronne de la Provence, cette journée deviendrait ainsi la fête du merveilleux déconfinement. La légende des hommes de l'État n'hésiterait pas dès lors à chanter au bon peuple la grâce de nos bons maîtres, nous ayant si généreusement octroyé la liberté de sortir de chez nous.

Lequel des lecteurs de cette chronique accepterait pourtant de croire en cette fable ?

Les folies mémorielles de mai nous incitent en effet à revisiter, dans leur ensemble, tous ces jours fériés dont on a oublié l'origine. Plusieurs anniversaires, et autres fêtes, sont advenus en ces jours de printemps. On évoque dans l'Hexagone, chaque année le 8 mai, un événement survenu à Berlin en 1945. Et le 9 mai c'est à Bruxelles, dans les bureaux des institutions européennes, et dans un certain nombre de pays, sauf le nôtre, une honorable déclaration faite à Paris par le ministre du quai d'Orsay. Cherchez l'erreur : vous en trouverez plusieurs.

Toutes ces festivités sacrifient-elles au plus sombre des passéismes ou annoncent-elles un avenir radieux ? On peut et on doit se poser la question.

D'instinct nous voudrions que le passé ne meure jamais.

Or, l'une des plus fortes, des plus terribles, mais aussi des plus mystérieuses images de la Bible se trouve dans le livre de la Genèse. La femme de Loth quitte la ville maudite de Sodome. Il lui est ordonné de ne pas regarder derrière elle. Ayant enfreint l'interdit, elle fut transformée en statue de sel.

Car il faut savoir, dans certaines circonstances, affronter la rupture. On doit pouvoir prononcer le mot qui fâche dans notre société qui se veut consensuelle, bienveillante et sans férocité.

Ce mot ? C'est non.

Non d'abord aux erreurs, aux lâchetés et aux médiocrités qui nous ont fait tant de mal. Tournés vers un passé mensonger, négateur de la vérité historique, on commémore beaucoup trop de choses en France. Et il en résulte, accessoirement, cette addition dommageable de jours fériés que les bons esprits déplorent parfois, en omettant toujours d'y remédier.

On ne célèbre pas encore, au catalogue des lois mémorielles extravagantes qui s'amoncellent, le 7 mai 1954. Lorsque la chute de Dien Bien Phu fut annoncée à la chambre des députés, toute l'assemblée s'est levée pour rendre hommage au courage et à l'abnégation des soldats français, vaincus après 57 jours de résistance.

Seuls les communistes restèrent assis, précurseurs des racistes anti blancs qui font actuellement la loi.

Trois ans plus tôt, en 1951, l'offensive De Lattre avait été victorieuse, en octobre à Nghia Lo, en novembre à Cho Ben et à Hoa Binh. Mais en janvier 1952, celui qu'on appelait le Roi Jean meurt ; il est fait maréchal de France. Soutenus par l'URSS stalinienne et la Chine communiste, l'adversaire reprend sa lutte sanglante. Qu'imprime alors L’Humanitéce 6 mars 1952 ? "Félicitations au succès du Vietminh. Nous sommes de cœur avec lui. Nous envoyons aux troupes du Vietminh notre fraternel salut et notre témoignage de solidarité agissante". On se félicite que le PCF ne recueille plus que 2 % des suffrages, mais historiquement, culturellement, mémoriellement, les causes l'on encense demeurent toujours celles que ce parti a soutenu.

Du 8 mai, Giscard d'Estaing avait imaginé de faire la fête de l'Europe. Il ne comprit jamais que nos voisins et cousins germains n'aient pas applaudi au projet. Ils trouvaient eux-mêmes plus convenable que l'on s'en tînt à l'estimable souvenir de la Déclaration Schuman du 9 mai 1950. Le rappel de cet événement constructif demeure toujours cantonné, hélas, aux institutions de Bruxelles. Le même Giscard s'étonnait d'ailleurs, un soir où il dînait au 10 Downing street, qu'un tableau y représente la victoire de Wellington à Waterloo.

En fait, nos technocrates et nos maîtres ne connaissent pas grand-chose de l'histoire du pays qu'ils dirigent et qu'ils conduisent vers l'abîme. Ils ne comprennent rien à la puissance de l'espace symbolique.

Inutile jour férié, le 8 mai glorifie l'armistice signé par le maréchal Keitel et une partie des alliés occidentaux parmi les nombreuses nations ayant participé au débarquement de Normandie.

Le lendemain 9 mai à Berlin arrivaient les Soviétiques. C'est ce jour-là qu'on célèbre, aujourd'hui encore, à Moscou. Les troupes de Staline, parachevaient ainsi la conquête de l'Europe de l'est. La partie orientale de notre continent leur avait été livrée par la Déclaration sur l'Europe libérée publiée à Yalta le 11 février 1945, confirmée à Potsdam en août.

Churchill aurait dit plus tard, mais il ne l'a écrit nulle part, la citation reste célèbre mais fausse comme bien souvent, et cependant on l'a retenue : "we killed the wrong pig".[1]

Évitant autant que possible l'abus de la langue anglaise dans un texte français, je cite ici cet apophtegme apocryphe dans son jus mythique original, en suggérant même d'en faire un exercice de traduction analytiquement impossible : que veut dire ici "we" ? Que veut dire "killed" [En fait "slaughtered"] ? Que veut dire "the" ? "wrong" [on le traduit en français par "mauvais", or cet adjectif possède un double sens dans notre langue] ? "pig" [s'agit-il d'un porc véritable ou d'une marionnette dans un jeu d'enfant ?]

En tout cas, et en bref, les Occidentaux ne semblent pas avoir pris assez vite clairement conscience le 8 mai 1945 du projet de leur allié stalinien. Le pacte atlantique de 1949 toujours en vigueur n'a jamais prévu que des clauses défensives, en cas de nouvelle agression militaire caractérisée. Il fallut attendre la présidence Reagan pour que Washington se prononce, 40 ans plus tard, pour la victoire de la liberté – d'abord dans les pays baltes, dont les États-Unis n'avaient pas reconnu l'annexion en 1939 – puis sur tout le continent.

La république jacobine si fière d'inscrire le mot de liberté dans sa devise n'a pas fait mieux. Bien au contraire, en 1991 la ville de Paris refusait de rendre les beaux bâtiments de leurs légations respectives aux Lettons, aux Estoniens et aux Lithuaniens que les autorités d'occupation allemandes avait donnés à leurs alliés soviétiques pendant l'été 1940.

Dans la foulée sans doute, et selon la logique du confinement des cultes, l'État ne les a pas laissé organiser eux-mêmes leur délicat déconfinement.

Et c'est ainsi, pour remédier au foisonnement des jours de congés, la suppression de la seule fête légale de l'Ascension que de bons esprits au sein des représentants du Gros Argent viennent de suggérer.[2]

Il est vrai que, située un jeudi, celle-ci alourdit gravement le calendrier productif du pays. Bien pis, elle commémore un événement et un propos qui concluent l'évangile selon saint Mathieu "allez et de toutes les nations faites des disciples"(Mt 28,19). L'ultime verset suivant affirme "je serai avec vous jusqu'à la fin du monde".

La réforme du calendrier social, si maladroitement et grossièrement proposée, pourrait encourager, si elle était adoptée, la prédication hérétique de toutes sortes de sectes blâmables, apocalyptiques et conspirationnistes.

N'y succombons pas. Contentons-nous d'observer que dans un monde plus dur, ce sont toujours les plus faibles et les plus pauvres que l'on fait payer, pour les erreurs des autres.

Notes

[1] En réalité  ce jugement lui fut attribué plus tard sous la forme suivante: "It is clear to me now that we have slaughtered the wrong pig" cf. The New Statesman and Nation, volume 35, page 373, daté du 28 août1948."

[2] "Concernant le jour férié de l’Ascension, l’Institut Montaigne milite pour sa suppression pure et simple, à titre définitif". Cela vient des fameux décodeurs du Monde. Ce n'est donc pas un des nombreux bobards qui circulent et que Sibeth N prétend pourchasser.

14:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Prends ton masque et … tire toi !

decpn 2.png

Le billet de Patrick Parment

Alors, ça y est, c’est le grand frisson du déconfinement. Enfin, c’est beaucoup dire. Ce serait plutôt le confinement du déconfinement. Tremble carcasse, le virus n’est pas mort. D’ailleurs, à son sujet, j’avoue qu’on se perd en conjonctures. Du Covid-19 lui-même à tous les conseils scientifiques qui se contredisent les uns les autres, au final que sait-on réellement de cette saloperie ? En fait pas grand-chose, si ce n’est qu’il est contagieux. Quant à la perspective d’un vaccin, voyez où l’on en est avec le sida. On cherche toujours.

Je ne suis pas un scientifique mais, au vu de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, la seule chose qui eût été efficace, c’eût été de faire porter un masque à tout le monde dès le début de la pandémie et d’isoler illico les personnes contaminées. C’est ce qu’on fait les Sud-Coréens. Pas ceux du Nord, ils ont déjà un virus à leur tête.

Mais voilà, cela n’a pas été fait par un gouvernement qui s’est aperçu, ô stupeur, qu’il n’avait pas assez de masques pour tout le monde – et à peine aussi pour les soignants dans les hôpitaux -, en raison d’une politique budgétaire totalement irréaliste en matière de santé. On avait même arrêté les entreprises qui fabriquaient des masques et du matériel de réanimation ! Tout comme, soudain, on s’est aperçu qu’on avait également délocalisé une grande partie de notre industrie pharmaceutique et qu’on était à la merci des Chinois et des Indiens.

Merci à tous ces énarques qui pullulent à Bercy et dans les ministères et qui font la pluie et le beau temps parce que nos politiques ont baissé leur froc depuis belle lurette. On ne peut tout mettre sur le dos de Macron, sauf qu’il n’a rien fait pour améliorer la situation. En bon néolibéral, et il nous l’a montré trop souvent, il a toujours privilégié l’actionnaire sur le travailleur ou le citoyen. Le Medef s’est frotté les mains et nos irresponsables syndicats, représentatifs de rien du tout, n’ont pas cessé de pratiquer le corporatisme de branches où il existe encore au nom des droits acquis… en 1945.

Comme si cela ne suffisait pas, on a eu droit à un grand nombre de couacs gouvernementaux comme celui de la Sénégalaise Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, qui déclarait que les masques ne servaient à rien. Ce gouvernement nage dans le potage et nous avec ! Quant aux mesures annoncées et leur application, on a franchement envie de rire… jaune. Le couple frénétique Macron-Philippe vient de dégraisser d’un coup la RATP, le RER, le transport aérien, les commerçants, les écoles, etc… de 50% de ses clients et passagers. Bordel assuré.

Ah, j’allais oublier. Pour vivre normalement, allez dans le 9-3 ou dans les ghettos des grandes villes, là où se tient une forte population d’immigrés. Ici, on a fait un bras d’honneur au gouvernement et plus encore à la police qui n’ose pénétrer en ces lieux ! Y a bien une France à deux vitesses comme le souhaite un certain Edouard Philippe.

 

11:26 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 09 mai 2020

DIMANCHE 10 MAI : FÊTE NATIONALE DE JEANNE D'ARC

2020 05 10 JEANNE D'ARC 2.jpg

Ce n'est pas parce qu'on ne défile pas

cette année que l'on y pense pas...

18:57 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

VINCENT VAUCLIN : « LE MONDE D’APRÈS POURRAIT BIEN MARQUER UNE NOUVELLE ÉTAPE DANS LE PROCESSUS DE DÉRIVE AUTORITAIRE DU MONDIALISME LIBÉRAL »

vauclin-950x400.png

Source Paris Vox cliquez ici

LA DISSIDENCE FRANÇAISE A PRÉSENTÉ RAPIDEMENT UN PLAN AFIN DE RÉPONDRE À CETTE CRISE SANITAIRE. QUEL EST VOTRE SENTIMENT SUR LA GESTION DE LA CRISE ACTUELLE PAR LE GOUVERNEMENT ?

En effet, la Dissidence Française fut l’un des premiers partis politiques français à présenter un plan global de gestion de crise décliné qui décline une trentaine de propositions concrètes, et ce dès le 24 mars. Et déjà, nous alertions l’opinion sur l’inertie du gouvernement, le non-respect des mesures de confinement dans les banlieues immigrées, l’absence de tests, de masques et de gels désinfectants, le manque de moyens dans les hôpitaux, le refus obstiné de fermer les frontières, les conflits d’intérêts impliquant l’industrie pharmaceutique et de hauts responsables politiques, et les conséquences considérables que ferait peser une prolongation du confinement sur l’économie française et notamment sur les PME, les artisans et les commerçants. 

Pour être très clair, à la question de savoir si le gouvernement aurait pu agir autrement nous répondons évidemment oui. On apprend aujourd’hui qu’Emmanuel Macron et Jean-Yves Le Drian furent informés dès le mois de décembre, par l’ambassadeur de France en Chine, du risque particulièrement élevé de pandémie. Rien n’a alors été fait par le gouvernement, hormis le classement de l’hydroxychloroquine sur la liste des substances vénéneuses par Jérôme Salomon sur ordre d’Agnès Buzyn, alors ministre de la Santé, le 13 janvier 2020. Beaucoup de questions se posent, et ce d’autant plus que les médias atteignent des niveaux inégalés de servilité à l’égard du pouvoir, et ne cessent d’instruire des procès en « complotisme » contre ceux qui osent encore se poser des questions, y compris lorsqu’il s’agit de spécialistes mondialement reconnus. Pourquoi ne pas avoir fermé les frontières dès l’alerte de l’OMS ? D’où vient réellement ce virus ? Quel est le niveau d’implication du laboratoire P4 de Wuhan, inauguré par Bernard Cazeneuve, Yves Levy et Marisol Touraine en 2017, dans l’avènement de l’épidémie ? Pourquoi de telles réticences à autoriser l’usage du protocole du professeur Raoult pour le traitement des malades malgré les preuves de son efficacité ? Pourquoi avoir maintenu le premier tour des élections municipales contre l’avis de tous les spécialistes ? Pourquoi ne pas avoir constitué plus tôt des stocks de masques pour les faire distribuer à la population par les mairies et les préfectures, et permettre ainsi une levée rapide du confinement ? Pourquoi ne pas avoir réquisitionné des sites de production pour fabriquer en masse des équipements de protection pour les soignants, et les cliniques privés pour accroître le nombre de lits de réanimation ? Pourquoi ne pas avoir décrété le couvre-feu dans les banlieues après les nuits d’émeutes suite à l’incident de Villeneuve-la-Garenne ? Pourquoi ne pas avoir anticipé la relocatisation de la production de médicaments en France ? Pourquoi ne pas avoir décrété une année blanche fiscale pour les entreprises comme pour les particuliers, en demandant, pour une fois, un effort aux banques plutôt qu’à une économie productive déjà exsangue ? 

Toutes ces questions nécessitent des réponses qui, dans tous les cas, seront lourdes d’implications. Elles engagent, d’ores et déjà, la responsabilité morale, politique et même judiciaire des différents protagonistes au pouvoir, et j’ai d’ailleurs adressé mon soutien aux patients et aux médecins qui ont décidé de saisir la justice pour obtenir des réponses. À l’instar de la catastrophe de Lubrizol, cette crise est scandale d’Etat qui marquera durablement la vie politique française et qui met en évidence les impréparations autant que les connivences du gouvernement Macron. Elle témoigne aussi des risques considérables que la mondialisation libérale fait peser sur notre pays, et c’est la raison pour laquelle nous avons lancé en mars une nouvelle campagne sur le thème « La France est malade du mondialisme ». Car si cette pandémie met une nouvelle fois en évidence la légèreté et l’impréparation du gouvernement Macron, elle est aussi révélatrice de la faillite intégrale du mondialisme libéral : ouverture des frontières, délocalisation des activités de productions essentielles en Chine, fragilité des chaînes d’approvisionnement et risques de pénuries, absence de contrôle et de régulation des flux de populations, financiarisation de l’économie, effacement des souverainetés nationales, dépendance accrue vis-à-vis de l’étranger… L’idéologie mondialiste a considérablement accru les risques socio-économiques, politiques et sanitaires qui pèsent sur les nations européennes, et notamment sur la France. Mais si notre pays est aujourd’hui malade du mondialisme, le nationalisme sera son remède. Il apparaît désormais évident que seule une politique fondée sur le protectionnisme et le localisme, sur le contrôle des frontières et des flux de populations, sur le rétablissement de la souveraineté nationale et de l’indépendance stratégique de notre pays pourra permettre à la France de sortir de cette crise pandémique et de se prémunir des prochains soubresauts de la mondialisation sauvage.

COMMENT PEUT-ON S’ASSURER QUE LE MONDE DE DEMAIN NE SERA PAS PIRE QUE CELUI D’HIER ?

Dans un ouvrage paru en 2017 intitulé « La stratégie du choc » et sous titré « La montée d’un capitalisme du désastre », la journaliste Naomi Klein démontre que lorsqu’une catastrophe grave survient (par exemple un cyclone, un attentat ou un conflit armé), la population concernée est soudainement plongée dans un état de sidération psychologique et de détresse traumatique. Certaines officines, des lobbies ou des gouvernements profitent alors de cet état de détresse et de désorganisation sociale pour imposer des réformes d’inspiration libérale-sécuritaire qui, dans un contexte normal, ne seraient jamais passées. Je crois que c’est ce qui est en train de se jouer dans un certain nombre de pays occidentaux, et notamment en France. De même que certaines dispositions provisoires de l’état d’urgence décrété après les attentats de 2015 sont finalement entrées dans le droit commun, des dispositions exceptionnelles décidées durant cette crise sanitaire pourraient bien être prorogées pour une durée indéfinie : restriction des libertés fondamentales de déplacement, d’opinion ou de réunion, contrôle de la presse au nom de la « lutte contre les fake news », légalisation de l’euthanasie, attaques contre le droit du travail… Je note d’ailleurs qu’il y a quelques semaines, une réunion de l’eurogroupe a décidé l’activation du Mécanisme Européen de Stabilité (MES) afin de financer l’accroissement des déficits publics qui résultent de la gestion de crise. Ce que la plupart des gens ignorent, c’est qu’en contrepartie de l’octroi de cette aide financière ce dispositif obligent les gouvernements à la mise en oeuvre des « réformes structurelles » prévues par le TSCG et destinées à lutter contre les déficits : privatisations massives, accroissement de la pression fiscale, dérégulation des échanges, démantèlement du droit du travail, baisse des salaires et des pensions de retraite, mise sous tutelle de l’économie par les prédateurs financiers etc… On s’en souvient, c’est ce protocole qui fut infligé à la Grèce il y a une dizaine d’années, et qui nous est peut-être réservé aujourd’hui. À ceci près qu’il nous sera autrement plus difficile de nous y opposer puisque les mesures de « distanciation sociale » prescrites pour lutter contre l’épidémie interdisent évidemment les réunions, les manifestations, ou encore les déplacements vers la capitale… 

Un peu plus d’un an après l’insurrection des gilets jaunes, la « guerre » décrétée par Macron dans son allocution télévisée n’est donc peut-être pas celle qu’on croit. Et le monde d’après pourrait bien marquer une nouvelle étape dans le processus de dérive autoritaire du mondialisme libéral. Les nationalistes et patriotes français seront alors en première ligne dans cette nouvelle bataille, et doivent d’ores et déjà adapter leur stratégie de guérilla idéologique pour proposer une alternative politique crédible quand viendra l’heure des comptes. Je formulerai bientôt des propositions nouvelles en ce sens.

ON FÊTE LE CENTENAIRE DE LA CANONISATION DE JEANNE D’ARC CETTE ANNÉE. LA DF N’OUBLIE JAMAIS DE CÉLÉBRER LA SAINTE, AVEZ-VOUS PRÉVU QUELQUE CHOSE CETTE ANNÉE ?

Les circonstances exceptionnelles nous empêchent d’organiser la traditionnelle manifestation d’hommage à Sainte Jeanne d’Arc qui a lieu chaque année au mois de mai à Paris. Malgré tout, nous rendrons évidemment à Jeanne l’hommage qu’elle mérite ce dimanche, en réinventant pour l’occasion les modalités de notre mobilisation. Le programme de cette journée d’hommage sera dévoilé sous peu sur notre site cliquez là  et sur les réseaux sociaux : restez connectés !

18:54 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Sébastien Deyzieu, tombé en combattant, le 9 mai 1994

96814651_3433734533308466_2091072959123816448_n.jpg

12:37 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une nouvelle émission non-conformiste du "Soleil se lève !"

Par Lucien Lachance
 
Avec près d'une dizaine de milliers de visionnages uniques pour chacun de ses épisodes, "Le Soleil se lève !" est devenu l'émission podcast de référence au sein du milieu de la droite nationale. 
 
Véhiculant le positivisme et les valeurs communautaristes de l'équipe communautaire Paris (ECP), cette table-ronde a pour vocation de réunir de nombreuses personnalités de la mouvance nationale et de lutter à sa manière contre les bagarres de chapelles qui nous rongent depuis bien trop longtemps. 
 
Pour cette nouvelle émission, Maurice Gendre (bien connu pour ses émission sur les ondes de Méridien Zéro), Thibault du Média Pour Tous et NVV (de la chaine YouTube Nous Voulons Vivre) se sont réunis afin d'analyser la propagande véhiculée dans le film Joker de Todd Phillips.
 
En seconde partie de vidéo, une analyse à chaud des répercussions de l'après-COVID avant de finir sur une touche plus comique avec une rubrique d'imitations de personnalités de la dissidence !
 
Afin de nous aider, nous vous incitions à aller partager cette vidéo et à laisser un pouce bleu sous celle-ci. 
 
En vous souhaitant à tous un très bon visionnage !

111258.jpg

12:37 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

En pleine crise de coronavirus, Macron n'oublie pas de pousser l'arabisation de la France !

MNR.jpgUn communiqué du MNR :

Le 30 avril 2020, a été signé le décret publiant l'accord du 31 mars 2017 entre la Tunisie et la France, permettant l'organisation de cours de langue arabe du CE1 au CM2 ; l'article 5 indique que « Les résultats obtenus par les élèves dans le cadre de cet enseignement sont pris en compte dans l'appréciation générale de leur travail scolaire et portés à la connaissance des familles. » De plus, l'article 6 indique que « Une continuité des apprentissages sera progressivement et selon les conditions locales, assurée au collège. » Cet accord avait été signé par Najat Vallaud-Belkacem, à l'époque ministre de l'éducation nationale.

Ce n'est pas en enseignant une langue étrangère dès l'enfance qu'on améliorera la qualité du langage des adultes. On a l'impression que nos autorités veulent à toute force détruire notre identité nationale.

Affirmons que ce n'est pas en rappelant aux immigrés leurs origines qu'on les intégrera, et souhaitons que nos gouvernants soient un peu plus préoccupés de la préservation de notre identité.

09:41 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:15 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le mondialisme ne fera aucune concession

illust mondialisme.jpg

Par Paul Vermeulen

Un monde d’après qui ne serait plus jamais le même ? Des écologistes, végans et autres antispécistes se sont pris à rêver de gouvernements conduits par des chats, des chiens et des zèbres ; des souverainistes ont voulu voir l’amorce d’un retour des frontières ; ou encore des socialistes, gauchistes et autres insoumis imaginèrent, au vu du drame vécu par le système hospitalier, la ve- nue du grand soir. Des mouvements de droite comme de gauche, ou bien ni de droite ni de gauche, verraient bien poindre, avec cet imprévu dans l’histoire, la pos- sibilité d’une révolution. Sans compter la masse d’ écrits d’ intellectuels de tous les bords et de toutes les nationalités, publiés et traduits dans le monde entier, au sujet de ce que signifie cette pandémie, en attendant le déclenchement des machines à fric vers l’automne 2020, des éditeurs aux Lego ou Playmobil. BFMTV a commencé, LIDL « subventionnant » l’applaudisse- ment des soignants en direct à 20 heures, au profit – qui oserait douter que la philanthropie est de retour ? – des bonnes œuvres de ces mêmes soignants.

Au fond, il règne un étrange climat en France : des êtres humains meurent tous les jours mais une majorité de la population ne le voit pas concrètement. Le réel de la violence de la pandémie est déréalisé, ce qui pose des questions simples : vers quel monde allons-nous ? Sommes-nous capables d’un autre monde ?

Le mondialisme comme accélérateur de la crise sanitaire

Il est pour l’heure difficile d’affirmer que le mondialisme est responsable de la pandémie planétaire du Covid-19. Il est cependant certain que le mondialisme, idéologie dogmatique de la mondialisation conçue comme un hyperlibéralisme, autrement dit un libéralisme qui n’a plus de libéral que le nom, oubliant qu’il est une fonction au service des humains et non le contraire, en a favorisé le développement : des frontières et des sociétés ouvertes, la perte de souveraineté des nations, de la monnaie aux productions stratégiques en passant par la sécurité sanitaire, tout cela a conduit les pays les plus mondialisés et les plus dépendants de l’Asie, ceux d’Europe de l’Ouest et d’Amérique du Nord, à être les principales victimes de la pandémie.

C’est l’avant-garde du « modèle » qui s’est écroulé sur le plan sanitaire, et l’Union européenne a en particulier montré combien elle est incongrue, ce qui ne signifie pas qu’elle ne se relèvera pas de ses cendres, même si l’Italie peut la quitter. Reste que la pandémie a frappé en premier lieu les pays dirigés par les mondialistes, vecteurs principaux de la mondialisation. Les « dominants » ont été les principales victimes. Un schéma que le temps fera évoluer : les continents les plus pauvres n’échapperont pas à des bilans catastrophiques qui ne seront pas sans conséquences, migratoires en particulier, concernant nos sociétés.

Davantage de mondialisation

Au-delà des doux rêves, des belles ou dangereuses utopies, il est à craindre que le remède soit plus difficile à supporter que le mal. Les mondialistes sont incapables de penser le monde autrement que sur la base d’une société ouverte et liquide, summum de leur point de vue de la démocratie qu’ils pensent incarner. Il ne s’agira donc sans doute pas de changer le monde, de revenir à un monde d’avant, de créer un nouveau monde ou de fixer des limites ; ce dernier point est une impossibilité pour un mondialisme qui est un progressisme fondé sur l’illimité. Tout va s’accélérer, on entend déjà la chanson, humanité augmentée, surveillance numérique, digitalisation généralisée, dénaturation de l’humain...

Jacques Attali, mentor de Macron, président de Positive Planet, en parlait sur BFM le 24 avril : « Il ne faut pas attendre le retour du même. On ne retournera pas à la situation antérieure. » Pour lui, il faut développer en ligne, concurrencer Amazon : « Il faut que tout le monde innove et une mobilisation totale pour transformer la société. Il faut changer pour être prêt pour le monde qui vient. » Cela rappelle Macron : « Il va falloir se réinventer, chacun d’entre nous, et moi le premier. » La volonté est en réalité de repenser ce qui est, de l’orienter différemment. Attali ne veut pas demander « poliment » mais « réquisitionner ». La dictature approche : une simple « stratégie du choc » qui n’a rien d’un complot, juste un choix politique imposé par la force – à l’occasion de ce virus.

Une réadaptation ? La part de la Chine dans le système manufacturier mondial est passée de 7 % en 2000 à 25 % en 2018, les échanges mondiaux ont explosé, les porte-conteneurs forment des files d’attente à l’entrée des canaux, les migrations sont de- venues délirantes, comme le tourisme de masse, tout cela sur fond de numérisation accélérée. Difficile de penser que cette « réinvention » n’est pas le vœu des mondialistes : il s’agit d’adapter le système qui nous a conduits où nous sommes. De provoquer un « monde qui vient », mais tel qu’ils le souhaitent. La France montre l’exemple, le gouvernement trie les « bons » et les « mauvais » articles de presse sur un site Web de l’Etat, partout l’idée de contrôler les populations par le numérique et les smartphones, danger sur lequel j’attirais l’attention dans ces pages début 2020, devient une évidence (cf. Présent des 21 et 31 janvier 2020).

Attali, encore, et déjà en mai 2009 (L’Express), à l’occasion d’une épidémie : « On devra mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale. On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un véritable gouvernement mondial. C’est d’ailleurs par l’hôpital qu’a commencé en France au XVIIe siècle la mise en place d’un véritable Etat. » Macron et Attali se sont rencontrés en 2007. Le Covid-19, pour les mondialistes, apparaît comme une occasion à saisir.

Source : Présent 8/5/2020

08:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 08 mai 2020

Quelle signification donner à la date mythique du 8 mai 1945 ?

ceintes-de-leur-echarpe-recouvertes-d-hermines-les-deux_4573682_676x338p.jpg

Bernard Plouvier

Cette date, célébrée un peu partout de nos jours, est un exemple d’erreur historique manifeste, répétée indéfiniment par les journalistes et les auteurs de manuels scolaires.

C’est le 7 mai 1945 que les envoyés du successeur d’Adolf  Hitler à la tête du IIIe Reich, le Gross Admiral Karl Dönitz, désigné par le défunt Führer pour lui succéder à la Présidence du Reich, ont signé la capitulation allemande au QG (le SHAEF – Commandement Suprême Interallié des Forces Expéditionnaires) du général Dwight David Eisenhower, à Reims, avec date d’effet théorique fixée au 8 mai, à 23 heures (heure allemande).

Les signataires étaient le Generaloberst Alfred Jodl, chef d’état-major du commandement suprême de la Wehrmacht (l’OKW), et le Generaladmiral Hans von Friedeburg, chef de la Kriegsmarine... et partiellement juif ; « quart-de-juif » selon la terminologie raciste !

À la demande des Soviétiques, la cérémonie a été bissée à Berlin, plus exactement à l’école du Génie de Karlshorst, QG du Ier Front de Biélorussie du maréchal Georgi Joukov, le 9 mai, entre minuit et une heure du matin, les signataires allemands étant le Generalfeldmarschall Wilhelm Keitel, chef de l’OKW, le Generaloberst Hans Stumpff (Luftwaffe) et de nouveau v. Friedeburg.

Au moment de la capitulation, soit le 7 ou le 9 mai selon la cérémonie choisie, les hommes de la Wehrmacht occupent encore la Norvège, le Danemark, le nord des Pays-Bas, diverses poches de résistance en Allemagne dont le Land du Schleswig-Holstein, la Bohême-Moravie (ou Tchéquie), la Slovénie, la moitié de l’Autriche et de la Croatie, la Courlande, diverses îles de la Mer Égée et du Dodécanèse (dont Rhodes), la Crète, les Îles Anglo-Normandes et cinq zones portuaires françaises : La Rochelle – La Pallice et l’île de Ré (le 9), Dunkerque (le 10), Lorient et l’île de Groix (le 10), Quiberon et Belle-Île (le 10), Saint-Nazaire (le 11)... les Britanniques avaient débarqué, dès le 8, sur leurs Îles anglo-normandes.

Capitulation ou non, les combats se poursuivent jusqu’au 11 mai en Autriche et en Tchéquie, jusqu’au 14 en Courlande et en Prusse Orientale, et se terminent le 15, en Slovénie et en Croatie (ce sont les troupes du GA-E – le groupe d’armées E - du Generaloberst Alexander Löhr qui sont les dernières à se rendre).

Yougoslaves, Albanais et Grecs continueront longtemps de s’entretuer, tandis que d’authentiques résistants des Pays Baltes, de Biélorussie et d’Ukraine lutteront jusqu’au début des années 1950 contre l’occupant soviétique.

Le dernier vestige du IIIe Reich fut la station météorologique du Spitzberg, que les Alliés investirent en août 1945.

Le 8 mai 1945 est une de ces dates historiques qui sont aussi fantaisistes que bon nombre de mots historiques, jamais prononcés ou écrits longtemps après l’événement. Il est plus judicieux de se souvenir que les vainqueurs n’ont pas signé de Traité de Paix, ce qui a permis d’occuper les deux Allemagnes jusqu’aux années 90 !

16:21 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 07 mai 2020

Déconfinement : un gouvernement amok entre improvisation et autoritarisme.

edouard-philippe-7-mai-matignon-5d57fb-0@1x.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
"Quel est ce barbu qui s'avance, bu qui s'avance, bu qui s'avance ?" ... Ce n'était certes pas le roi Agamemnon, " héros demi-divin aux idées grandes " mais seulement Édouard Philippe. 
 
"Et ce nom seul me dispense, seul me dispense, seul me dispense, d'en dire plus long".
 
L'heure n'etant ni à la légèreté ni aux liesses de l'opéra-bouffe, l'intervention du Premier ministre ce jeudi n'aura pas été accompagnée des choeurs de La Belle Hélène. La gestion gouvernementale de la crise sanitaire relève pourtant depuis le mois de février d'une tragique pantalonnade.
 
Cette prise de parole consacrée aux conditions et modalités d'un déconfinement aux allures d'installation durable de la France et des Français dans l'enfermement orwellien d'une république totalitaire qui désormais ne dissimule plus sa vraie nature que sous les marques de surface d'un humanisme libéral,  aura une fois de plus mis en lumière l'errance d'un exécutif amok, incapable et nocif à la France. 
 
Refusant dans un premier temps au nom de l'idéologie globaliste de protéger les Français par la fermeture des frontières dès les premières alarmes sonnées, impuissant à les équiper en masques, gels et tests, écartant, par soumission aux lobbies médicaux et pharmaceutiques, le recours à la chloroquine pour tous les malades, le régime, contraint par l'abominable situation budgétaire et logistique de nos services hospitaliers, a procédé à la claustration générale de la population et à l'immobilisation suicidaire de notre économie, ouvrant ainsi la voie à une crise sociale qui sera dévastatrice.
 
La présentation d'Édouard Philippe et de ses ministres était claire, sobre, volontairement tempérée, et personne ne songerait à vrai dire à reprocher au gouvernement sa prudence Mais au delà des apparences et malgré les appels répétés à la responsabilité individuelle, le flou continue de le disputer à la tentation d'une "normalisation" réglementaire.
 
Aujourd'hui, entre improvisation hasardeuse et autoritarisme, le pouvoir, du bout des lèvres,  accorde aux Français un système de semi-liberté sous surveillance constante et pistage de leurs activités, de leurs déplacements et de leur comportement.
 
La Macronie inflige ainsi à la France, placée sous libération conditionnelle, une peine de substitution avec pour chaque Français un bracelet électronique de contrôle civique.
 
Nous ne pouvons, en conclusion que nous féliciter de la fin progressive de l'enfermement national à partir du 11 mai. Mais que personne ne s'y trompe : cette république est un régime de laxisme. Pas de libertés.

23:10 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SOLIDARITÉ SOCIALE

Pierre-Vial-AMI-DR-1024x565.png

Pierre Vial Terre & peuple cliquez ici

Comme bien souvent, nos camarades italiens de CASAPOUND nous montrent le chemin à suivre : organiser le soutien entre nous et surtout venir à l’aide des plus démunis d’entre nous. Les mots c’est bien, les actes c’est mieux. TERRE ET PEUPLE se doit de suivre un tel exemple et j’invite nos camarades à le faire, sachant que je prendrai ma part à ce travail comme il est normal. Le réseau SOLIDARITE SOCIALE aura mission de gérer au mieux les initiatives apportant des réponses concrètes aux besoins de nos compatriotes dans le domaine social et j’y veillerai personnellement.

D’un mal peut sortir un bien. La pandémie du coronavirus a fait redécouvrir à nombre de nos compatriotes l’importance, la nécessité du lien social. Je mets bien sûr à part ceux qui, murés dans leur égoïsme et leur nombrilisme, sont donc des parasites, appartenant le plus souvent aux milieux bourgeois et cosmopolites. Ces gens ne nous intéressent pas, laissons les à leur médiocrité. Mais les autres, tous les autres, nous devons nous en préoccuper. A partir du moment où ils appartiennent à notre communauté ethnique (laquelle a des leçons à prendre en matière de solidarité auprès de communautés allogènes qui ont pour principe de ne jamais laisser tomber leurs membres dans le besoin).

Nous devons militer pour de nouvelles formes de sociabilité. Je dis nouvelles parce qu’on les redécouvre mais au vrai elles existent depuis longtemps. Et je pense, en écrivant cela, à cet héritage proudhonien auquel on se réfère de plus en plus, comme le fait par exemple Michel Onfray. Proudhon, né d’un père tonnelier et d’une mère cuisinière, fut placé comme bouvier dès l’âge de sept ans. Son milieu d’origine est donc artisanal et paysan, ces racines permettant de mieux comprendre sa personnalité : Edouard Droz écrit (P.J. Proudhon, 1909) : « Il resta paysan toute sa vie, défiant à l’égard des gens de la ville, regardant de travers les maisons à plus d’un étage ». Obligé, pour gagner sa vie, d’interrompre des études prometteuses, il devient à dix-neuf ans ouvrier typographe et ensuite correcteur.  Poussé par la soif d’apprendre, il connaît le grec, le latin, l’hébreu (qu’il a appris seul) et acquiert de solides connaissances en théologie. S’étant juré de rester fidèle à la classe ouvrière, il forge pour elle une doctrine, basée sur la solidarité, le fédéralisme et le mutualisme. Son actualité se traduit, aujourd’hui, par le recours au localisme, qui entre dans les mœurs et dont nous sommes de chauds partisans.

Mais avant Proudhon, en remontant plus haut dans le temps, existaient ces communautés villageoises, lorsque la terre de France était paysanne, dont les membres n’avaient pas besoin de grands discours pour exercer une entraide quotidienne et se serrer spontanément les coudes dans les temps de détresse : nul besoin de parler de solidarité communautaire puisqu’elle était vécue. On redécouvre cela aujourd’hui, dans certains villages voire dans certains quartiers urbains et il nous faut participer activement à cette renaissance, ce que Thibaut Isabel exprime joliment en écrivant dans Nouvelle Ecole (numéro 67, 2018) qu’il faut « restaurer le terreau communautaire indispensable à toute maturation, afin de permettre à la fleur humaine de s’épanouir à nouveau ».

Recréer du lien entre les êtres, faire renaître une SOLIDARITE SOCIALE, cela passe d’abord par la prise en compte des besoins des autres, matériels, psychologiques, moraux. Nombre de personnes se révèlent, dans les temps difficiles que nous vivons, capables d’un dévouement souvent discret mais efficace. Prendre des nouvelles d’une personne âgée, trop souvent seule, lui fournir ce dont elle a besoin, c’est lui apporter un réconfort précieux. A cet égard il faut dire un mot des problèmes de ravitaillement. Il faut privilégier au maximum une production alimentaire locale, distribuée par des circuits courts. Quant on la chance de posséder de la terre, même sur une petite superficie, il faut consacrer le maximum d’efforts à créer et entretenir un potager, un poulailler. Avantages évidents, on sait ce que l’on mange, on gagne une autonomie au moins partielle, on peut organiser des échanges de produits entre amis ou simples voisins (j’échange mes pommes de terre contre tes œufs), on fait la nique aux supermarchés.

Bien des citadins réalisent, à l’occasion de la pandémie et du confinement, qu’on peut changer de vie, ne serait-ce que par la diffusion du télé-travail, qui est une authentique révolution des mœurs car il donne la possibilité d’échapper aux étouffantes contraintes qui emprisonnent beaucoup de salariés dans un cadre de travail et des horaires liberticides, le plus souvent dans l’univers bétonné des grandes villes. Pouvoir vivre dans le cadre libérateur des petites villes ou des villages, plus près de la nature, en réduisant sensiblement ses dépenses de logement, de déplacement : c’est cela « changer la vie », loin des slogans et des mensonges des politiciens.

Le retour à la terre, dont les salonnards se sont gaussés en décrétant que c’était une formule pétainiste, donc maudite, est une simple réaction de bon sens, la redécouverte de vérités élémentaires au moment où une sainte trouille pousse nombre de citadins à dévaliser les rayons des supermarchés pour entasser tout et n’importe quoi. « La terre, elle, ne ment pas » : une vérité d’évidence que seuls des scribouillards parisiens peuvent nier et dont la formulation est due au juif Emmanuel Berl, rédigeant en juin 1940 un discours de commande à l’usage du maréchal Pétain… Petit rappel destiné aux incultes.

Tout ce qui favorise l’autonomie des gens au détriment du centralisme et de la massification est bon à prendre. Et si on me demande si un tel point de vue est de gauche ou de droite je réponds que je m’en fiche éperdument, tout comme la mère de famille dont le seul souci est de nourrir ses gosses.

23:09 Publié dans Les Nouvelles du Front de Pierre Vial | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le JOURNAL DE TV LIBERTÉS (JEUDI 7 MAI)

TVL CONF.jpg

21:10 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Comment notre Etat s’est fait hara-kiri

etat-sante-rgpp-ars-1200x728.jpg

Jean-Yves Le Gallou

Les Français croient encore qu’ils disposent d’une administration napoléonienne : verticale, avec des ministres et des préfets, bref des chefs. C’est faux : après quinze ans de « modernisation », il n’y a plus que des « managers administratifs » qui pratiquent la « transversalité », recherchent « la qualité » et la « performance ». C’est précisément pour cela que la France manque de masques, de tests et de stratégie sanitaire face au coronavirus.

La « mise sous tension » du secteur santé a d’abord conduit à supprimer les stocks de masques. Et les « bonnes pratiques » de passation des marchés publics ont débouché sur la passation de trois très gros marchés à la Chine. On aurait pu en commander à une centaine de producteurs différents ou bien relocaliser en France la production de masques, ou encore favoriser l’artisanat commercial ou familial.

Des masques… fin juin

Autant de solutions pragmatiques qui n’auraient pas su satisfaire les (trois !) bureaux différents du service des achats du ministère de la Santé : les bureaux du « contrôle », de la « procédure » et de la « performance (!) ». Seuls de très gros marchés pouvaient correspondre aux exigences de la Sainte Trinité managériale en termes de droit, de normes et de règles de gestion. Grâce à ce cahier des charges, les Français auront de beaux et bons masques aux normes Afnor et commandés selon des procédures ISO… fin juin !

Et il ne s’est trouvé personne, ni ministre, ni directeur, pour bousculer, au vu des circonstances exceptionnelles, ces règles nuisibles. Si pour De Gaulle « L’action est le jeu divin du héros », le respect de la procédure est le devoir mesquin du bureaucrate managérial.

C’est un peu la même histoire pour les tests. Dans l’organisation traditionnelle de la France, le préfet coiffait les services départementaux de l’État, notamment la direction de l’Action sanitaire et sociale et les services vétérinaires. Trop simple. Au nom de la « modernisation » deux réformes ont été engagées : la « mutualisation » et la « régionalisation ». Résultat : nous disposons de douze agences régionales de santé (ARS) en métropole (après la fusion des régions voulues par François Hollande). Quant aux services vétérinaires, ils sont restés à la main des préfets dans le cadre des directions de la protection des populations ou des directions de la cohésion sociale.

Tests : trois semaines de perdues

Pour les tests, les labos publics des services vétérinaires disposaient des moyens les plus importants. Mais ils sont restés trois semaines l’arme au pied. Pas question pour la Santé de faire appel aux gueux de l’Agriculture. Ni pour les ARS de solliciter des services préfectoraux. D’autant qu’entre deux discours-fleuve, le Premier ministre a manqué de temps pour rendre des arbitrages…

Pour les traitements des malades symptomatiques, on a assisté aux mêmes délires : le lancement à grands sons de trompe d’une étude européenne (donc lourde par nature) sur les soins hospitaliers à privilégier en cas de forme d’expression grave de la maladie. Fantastique pour les « managers » de la Direction Générale de la Santé (DGS) et les grands laboratoires pharmaceutiques. Sauf que pour lutter contre l’épidémie, la vraie priorité aurait été de traiter dès l’origine les formes bénignes de la maladie pour limiter la contagion et essayer d’enrayer l’engorgement des services hospitaliers. Tout en laissant les médecins généralistes ou exerçant en Ehpad tester différentes pratiques. Au lieu de se borner à recommander (sans étude randomisée au demeurant)… la seule prise d’aspirine.

Des circulaires aussi parfaites qu’inapplicables

Le déconfinement ne s’annonce pas sous de meilleurs auspices. Le gouvernement a annoncé qu’il se ferait autour de deux pivots : les préfets et les maires. Ce qui pourrait passer pour un retour au bon sens territorial est aussi une entreprise de défausse. On vous explique : les administrations centrales de la Santé et de L’Éducation pondent des circulaires aussi parfaites qu’inapplicables. Si les préfets et les maires veulent les mettre en œuvre, ils ne déconfinent pas. S’ils veulent déconfiner, ils en prennent leur aise avec les circulaires : mais en cas de poursuites pénales (pour mise en danger de la vie d’autrui), ce sont eux qui se retrouvent devant les tribunaux. Philippe, Blanquer, Véran, et les directeurs d’administration qui en dépendent ne gouvernent pas, ils se bornent à se protéger des suites judiciaires de leur mal gouvernance.

C’est ainsi que le juge judiciaire va de facto imposer une poursuite du confinement au-delà des simples exigences sanitaires. Un juge judiciaire doublement irresponsable

– parce qu’il juge de ce qu’il aurait fallu faire ou ne pas faire A POSTERIORI, ce qui est plutôt… commode,

– et que lui n’est en rien responsable, ni poursuivable, pour ce qu’il décide.

Ce qu’on appelle l’État de droit n’est rien d’autre qu’une dictature judiciaire.

Le déclin du courage

C’est le grand Soljenitsyne, dans son discours de Harvard en 1978, qui explique le mieux notre situation : « Le déclin du courage est ce qui frappe le plus un regard étranger dans l’Occident d’aujourd’hui. Le courage civique a déserté non seulement le monde occidental dans son sens noble, mais même chacun des pays qui le composent, chacun de ses gouvernements, chacun de ses partis (…) Une société qui s’est installée sur le terrain de la loi sans vouloir aller plus haut n’utilise que faiblement les facultés les plus élevées de l’homme. Lorsque toute la vie est pénétrée de rapports juridiques, il se crée une atmosphère de médiocrité morale qui asphyxie les meilleurs élans de l‘homme. Et face aux épreuves du siècle qui menacent, jamais les béquilles juridiques ne suffiront à maintenir les gens debout. »

Source Causer cliquez ici

12:12 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 06 mai 2020

Le JOURNAL DE TV LIBERTÉS (MERCREDI 6 MAI)

TVL CONF.jpg

20:58 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES "BBR" 2020 ? LES 10 ET 11 OCTOBRE PROCHAINS À RUNGIS !

2020 14 BBR7.jpg

14:38 Publié dans 14 - Les 14e Journées de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Thomas Joly (Parti de la France) répond à ses auditeurs

JOLY THOMAS 1.jpg

14:34 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le "monde d'après" vu par La Dissidence française

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Vincent Vauclin, président de la DF

Parce que le monde d'après ne doit pas ressembler au monde d'avant, posons dès aujourd'hui les bases de la refondation nationaliste ! Car face à la mondialisation sauvage et à la crise écologique, seul le nationalisme propose le localisme, la détaxation de proximité et le protectionnisme raisonné ; aux migrations incontrôlées qui plombent notre système social et font le lit de la sédition communautariste, seul le nationalisme répond par la préférence nationale, l’abolition du droit du sol et la remigration ; à l’arbitraire d’une lobbycratie nomade et prédatrice, seul le nationalisme oppose le principe de souveraineté populaire, de subsidiarité et d’enracinement.

Ne restez pas spectateurs : prenez le parti de la reconquête !

Source cliquez ici

14:30 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La fraude sociale

Prestations-sociales-ce-qui-a-change-au-1er-janvier-2015-1280x720.jpg

Charles Prats, ancien magistrat de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude (DNLF) au ministère du Budget, aujourd’hui délégué au développement de l’Association professionnelle des magistrats (APM), estime que 2,5 millions d’individus « fantômes » bénéficieraient de 30 milliards de prestations sociales indues. Un scandale, selon lui, symptomatique de la mauvaise gestion de nos dépenses publiques.

A lire ICI

11:04 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook