Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 26 mars 2018

Opposition anti-éoliennes : PARTOUT !

29496832_438034253299944_7318139320683709140_n.jpg

2018 03 26 BDX EOL.jpg

Lire Eoliennes un scandale d'Etat cliquez ici

 

20:02 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Même morts, nos élus nous rackettent encore !

Pere-Lachaise-Division-17-Mercœur.jpg

Philippe Randa

Il n’y a pas de petites économies, tout est bon à prendre – ou plutôt à ne pas débourser –, surtout lorsqu’il s’agit de l’État (le nôtre en l’occurrence) dont la dette publique s’élève tout de même à « 2 226,1 milliards d’euros à la fin du troisième trimestre 2017, soit 98,1 % du PIB contre 55,8 % à la fin de 1995 et 66,8 % à la veille de la crise de 2008 » (chiffres sur Wikipédia). À 3 ou 4 000 milliards près, ne chipotons pas.

Ainsi, les nouvelles règles d’allocation pour frais funéraires allouée aux députés de l’Assemblée nationale, aux anciens élus et… à leur famille (sic !) sont entrées en vigueur le 15 mars, sans recours, possible : ce sera 382 000 euros de dépenses funéraires en moins car celles-ci passeront de 18 255 euros maximum à un forfait 2 350 euros, soit (presque) le coût moyen d’une prestation d’obsèques.

C’est toujours ça, même si certains soupireront que c’est une goutte d’eau dans le tsunami de la dette française, tandis que d’autres s’étonneront, en lisant ces lignes, de découvrir qu’un tel privilège existait… Que des frais de déplacement ou de nourriture puissent être remboursés à nos élus dans le cadre de leurs fonctions, on le conçoit, mais lorsque la Camarde siffle leur fin de vie, comme c’est le lot de tout à chacun, c’est tout de même plus difficile à admettre…

Les cheminots ne sont donc pas les seuls à voir leurs privilèges d’antan bousculés par l’actuel gouvernement, même si les leurs avaient peut-être davantage de raisons à avoir été institués à une époque que les moins d’un demi-siècle n’ont pas connu…

Notons que le gouvernement français ne fait que s’aligner sur ce qui se pratique au Parlement européen… et que le Sénat n’est pas concerné pour le moment : vu la moyenne d’âge de ses membres, l’économie réalisée serait à l’évidence plus substantielle !

Source EuroLibertés cliquez ici

19:21 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Civitas a fait le plein samedi à Rungis

29542099_1255994591200687_8162021847035087128_n.jpg

Alain Escada, Président de Civitas, lors de son discours de clôture de la fête

Pour sa deuxième édition, la Fête du Pays Réel a plus que relevé le défi de la confirmation. Cette année ce sont plus de 130 exposants qui étaient présents, pour nous faire découvrir leurs ouvrages, leurs créations, leurs métiers, leurs passions, leurs combats, autour d’un même idéal véritablement catholique et patriote, dont ont profité les 1.400 visiteurs qui se sont déplacés.

29662812_1255996347867178_6262105753861463183_o.jpg

Carl Lang visite les stands sur lesquels on pouvait trouver des pièces de collections

28954512_1255994401200706_8334610635374157191_o.jpg

et aussi des amis comme ici sur le stand de Synthèse nationale

03 Civitas mars 2018.jpg

De droite à gauche : Hubert de Mesmay, Roland Hélie, Aristide Leucate et Philippe Randa

13:22 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bruno Ligonie, un cadre exemplaire de la cause nationale, nous a quitté...

29594412_10155243665801860_2657259456331201980_n.jpg

Bruno Ligonie était un cadre actif et apprécié du FN dans les Alpes-Maritimes. Dans son livre Autopsie d'un crash annoncé, notre ami Hubert de Mesmay souligne sa fidélité aux principes fondamentaux du Front national. Il se consacrait sans compter pour la cause qui nous est si chère. Hélas, une courte et douloureuse maladie l'a emporté dimanche matin. Nous saluons ici ce combattant valeureux.

Voici la réaction de Jean-Marie Le Pen : J’apprends avec tristesse le décès de notre camarade Bruno Ligonie, ancien responsable FN en PACA et élu de La Colle-sur-Loup. Je rends hommage au militant fidèle et à l’ami.‬

 

13:21 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Réinfo, le magazine du Parti de la France

09:09 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 25 mars 2018

La belle soirée de printemps de Synthèse nationale

Samedi soir à Paris, dans le cadre d'une prestigieuse brasserie, s'est tenu le banquet annuel des Amis franciliens de Synthèse nationale en présence de près de 200 convives (nous dûmes refuser près d'une cinquantaine de personnes compte tenu de la capacité de réception de la salle). Nous reviendrons très prochainement sur le déroulement de cette belle soirée au cours de laquelle Jean-Marie Le Pen, qui vient de publier la première partie de ses mémoires, fit un discours politique qui enthousiasma l'assistance.

Quelques images de la soirée :

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000059.jpg

Jean-Marie Le Pen et Carl Lang

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000031.jpg

Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000052.jpg

Carl Lang, Président du Parti de la France

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000028.jpg

Hugues Bouchu, Président des Amis franciliens de Synthèse nationale

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000019.jpg

La salle affichait "complet"

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000057.jpg

Jean-Marie Le Pen et Carl Lang, un même combat, une continuité qui s'impose...

NIKON CORPORATION-NIKON D80-3872x2592-000092.jpg

 Séance de dédicaces 

21:05 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

N'oubliez-pas les morts de la rue d'Isly..

Alger_Isly.jpg

Lundi 26 mars, à 11 h, une messe sera dite en l'église St Nicolas du Chardonnet à Paris en mémoire des Français massacrés par la police française à Alger le 26 mars 1962. N'oublions jamais.

20:52 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mort pour la France

29060574_10155769465087599_3847101714543439031_o.jpg

Claude Bourrinet

La stupeur a arrêté le temps, le matin s'est ouvert sur un grand vide, et l'on a peine à mettre des mots sur ce qui dépasse la médiocrité de notre imagination. C'est ce que l'on appelle le sublime.

Arnaud Beltrame est mort en martyr. Non comme ces assassins qui égorgent, massacrent, achèvent les blessés, et considèrent la vie humaine comme un résidu dont il faut se débarrasser. Non comme un fanatique qui jauge le sacrifice selon l'explosion qui anéantit des existences innocentes. Mais en homme brave, responsable, qui a jugé qu'il n'était pas vain de sauver la vie d'une femme sans défense contre la sienne, parce que, pour un soldat, donner sa vie est un honneur et un service, un contrat avec la patrie, avec soi-même, et peut-être avec ce qui est encore plus élevé.

Tout à coup, notre pauvre France, si rabaissée, si meurtrie, si humiliée, et, il faut bien le dire, si petite, si vile, parfois, a renoué avec son âme, avec l'esprit qui est son origine. Il est grand de s'immoler, sans porter tort à autrui, comme Dominique Venner, qui a renouvelé, en plein XXIe siècle, le geste antique des stoïciens ou des samouraïs. Mais Venner protestait, criait contre la mort de notre civilisation. Il y avait quelque chose de déclamatoire, de stylé, dans son acte. Un peu comme le témoignage des martyrs chrétiens jetés aux lions.

Avec le lieutenant colonel Arnaud Beltrame, on est dans une autre dimension. Peut-être pourrait-on évoquer, non le geste, mais la geste, celle des chevaliers de nos vieilles chansons médiévales, dont les exploits se voient sur les vitraux ou les chapiteaux de nos églises romanes ou de nos monastères. Mais nos guerriers francs étaient encore trop orgueilleux. Car ce n'est certes pas une prouesse belliqueuse, qui a été accomplie pour notre mémoire, mais un service, mais un office, une offrande humble, sans haine, sans ostentation vaine, sans ornement : un sacrifice chrétien, comme celui que fit Celui qui subit la croix pour l'humanité, et d'une telle simplicité que l'on ne peut que la figurer que comme une prière pure, claire et traversée de lumière.

Que nos gouvernants, de droite et de gauche, qui ont plongé notre nation dans l'une des pires décadences de notre histoire, ne s'y trompent pas. Leurs discours ronflants ne réussiront pas à récupérer un sacrifice aussi grand. Ils sont trop nains, pour cela ! Le lieutenant colonel Beltrame n'appartient qu'à son pays, par-delà les siècles. Il demeure, pour nous, un exemple.

18:56 Publié dans Claude Bourrinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 24 mars 2018

L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" DE JEUDI DERNIER AVEC CHISTOPHE POITOU

RL 63 2018 03 22 CH Poitou.jpg

 

 

 

ECOUTEZ

L'ÉMISSION

CLIQUEZ ICI

20:34 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv jpg.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:32 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 23 mars 2018

Enorme succès : Le 2e banquet de Synthèse nationale avec Jean-Marie Le Pen affiche complet

2018 03 24 complet.jpg

Une bonne et une mauvaise nouvelle....

La bonne, c'est que le banquet que nous organisons samedi 24 mars à Paris au cours duquel Jean-Marie Le Pen prendra la parole affiche d'ores et déjà "complet". Les 200 places du restaurant sont toutes retenues et nous sommes dans l'impossibilité d'enregistrer de nouvelles réservations à partir d'aujourd'hui. Ce succès prouve combien le message du Président Le Pen est toujours attendu par de nombreux patriotes ainsi que la vitalité de l'Association des Amis franciliens de Synthèse nationale.

La mauvaise, c'est que nous savons que beaucoup de nos amis qui ont tardé à réserver leurs places vont être déçus en lisant ce communiqué. Nous le regrettons franchement mais, hélas, la superficie de la salle n'est pas extensible. Nous avons peut être été trop prudents et sous-estimés la capacité croissante de mobilisation de notre organisation. Nous espérons que vous ne nous en tiendrez pas rigueur.

Il y aura sans doute dans les mois qui viennent d'autres occasions de venir écouter Jean-Marie le Pen et nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

S.N.

19:26 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 24 mars, de 10 h à 18 h, 2e Fête du pays réel organisée par Civitas

Pays-Reel-2018-affiche-definitive.png

Plus d'infos cliquez là

Venez nous retrouver sur

le stand de Synthèse nationale

Et le soir : le dîner de Synthèse nationale (COMPLET)

19:24 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LA HAINE DU BLANC COMME MOTEUR DE L’HISTOIRE

emeutes-a-baltimore-etats-unis-jeunes-noirs-sautant-sur-une-voiture-de-police.jpg

Arnaud Malnuit

Quel est le point commun entre les viols massifs de jeunes Anglaises par des immigrés à Telford en Grande-Bretagne, le 19 mars 1962, la profanation de la basilique de Saint-Denis par des clandestins appuyés par la France insoumise et l'expropriation sans indemnisation des fermiers blancs en Afrique du Sud, la lancinante, permanente et même de plus en plus affirmée haine du blanc.

Haine du blanc qui va désormais chasser les Européens de leur propre continent, qui va jusqu'à effacer leurs cultures, leurs œuvres, leurs découvertes. Cette accusation permanente d'avoir commis les pires crimes tout en demandant de payer y compris le téléphone indispensable au clandestin « fuyant la misère ». 

De nombreuses vierges effarouchés ne cessent de nous faire pleurer sur le sort des migrants, des clandestins et autres extra-Européens victimes tant du racisme des Européens présentés comme riches et surtout pillant les richesses de ces migrants, les exploitant pour des revenus de misère. Sans oublier un passé colonial honteux fait de pillage et de mort culturelle. Et ne parlons pas de l'appropriation culturelle, ce crime que des Blancs commettraient en se grimant en Noirs ou en Asiatiques...

C'est avec ce genre de mythes, de fantasmes que ces mêmes vierges effarouchés justifient les agressions commis par des immigrés sur des Européens en niant le caractère raciste anti-Blancs, justifient les massacres commis au nom des luttes anti-coloniales, et pire participe à des actions de profanation de noter culture, de notre histoire et de notre foi ou du moins celle de nos aïeux... Ainsi les élus de La France insoumise, ceux avec qui on pourrait prendre un café, ont aidé des clandestins – donc des gens présent chez nous illégalement – à violé la basilique de Saint-Denis en hurlant « On est chez nous ! » (sic). Et ne revenons pas sur les propos abjects de Clémentine Autain quant à la sépulture des rois de France... Les mêmes aussi qui justifient les camps d'été décoloniaux interdits aux Blancs...

On voit donc que cette gauche, que ces humanistes font la politique du PIR, ce Parti des Indigènes qui proclame sa haine des Blancs sans qu'il ne soit interdit en France, ce parti qui trouve des alliés de fait et de cœur chez les partisans de Mélenchon, ce parti qui trouve des relais médiatiques, ce parti qui montre bien que pour ces gens le moteur de l'histoire ce n'est pas la lute des classes, ni la lutte des opprimés contre les oppresseurs, mais bien la haine des Blancs. Blancs qui pour ces gens doivent disparaître, à commencer des pays et du continent dont ils sont originaires et créateurs.

C'est pourquoi la lutte contre l'immigration et m^me pour la remigration est une lutte primordiale pour la survie des peuples européens. 

Source Parti de la France cliquez ici

19:23 Publié dans Arnaud Malnuit | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'audacieux journaliste Vincent Lapierre agressé par une bande de nervis gauchistes

arton49716-a0b4f.jpgVincent Lapierre est un journaliste indépendant proche d’Egalité et Réconciliation. Alors qu’il réalisait ce matin un reportage sur la grève des cheminots il a été pris pour cible par des personnes qu’il identifie comme membre de la mouvance d’extrême gauche. Si les policiers ont réussi à l’exfiltrer, le jeune homme a pris plusieurs coups. Il s’est fait dérober son téléphone personnel et une partie de son matériel a été cassé.

Source Paris Vox cliquez ici

10:07 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le salazarisme ou l’inspiration d’une voie politique pour demain ?

Celebrer-Salazar-en-France.jpg

Aristide Leucate

Célébrer Salazar en France ? Projet original et des plus hétérodoxes auquel se sont attelés Olivier Dard et sa consœur Ana Isabel Sardinha-Desvignes, tous deux historiens et, respectivement, enseignants à Paris-Sorbonne et à la Sorbonne Nouvelle, à travers un ouvrage consacré au salazarisme français de 1930 à 1974, qui fera date dans une historiographie aussi indigente que méconnue.

Olivier Dard et Ana Isabel Sardinha-Desvignes, Célébrer Salazar en France (1930 – 1974). Du philosalazarisme au salazarisme français, Bruxelles, Peter Lang, collection « Convergences ».

Car, en effet, au-delà d’un cercle réduit d’initiés et d’érudits, en France, qui connaît encore António de Oliveira Salazar (1889-1970), chef de l’État portugais de 1932 à 1968, fondateur de l’Estado Novo ?

Professeur d’économie de la prestigieuse et ancienne université de Coimbra, Salazar arrivera au pouvoir en 1928 en tant que ministre des finances. Il redressera l’économie portugaise, alors exsangue, en un temps record.

Le 25 juin 1932, il est nommé chef du gouvernement par le président de la République, le général Óscar Carmona. La nouvelle Constitution du 19 mars 1933 lui confère les pleins pouvoirs et le contrôle total de l’État en qualité de président du Conseil. Durant son long règne de trente-six ans, « la grande tâche qui s’est imposée à Oliveira Salazar a été la mise en valeur d’un pays qu’on pourrait rétrospectivement qualifier, en employant une expression devenue courante, de pays sous-développé », souligne Paul Sérant, auteur en 1961, d’une honnête enquête intitulée Salazar et son temps (Les Sept Couleurs, Paris, p.88).

Expérience originale parmi les révolutions nationales du XXe siècle, le salazarisme, loin d’être une doctrine uniforme a surtout été l’illustration, in situ, de la célèbre formule attribuée à Richelieu, selon laquelle la politique est l’art de rendre possible ce qui est nécessaire.

Régime autoritaire, sans pouvoir être catégoriquement qualifié de dictature à proprement parler, l’État salazariste faisait également figure de notable exception – avec les régimes de Franco et de Pétain – en face des expériences hitlériennes et mussoliniennes. Le salazarisme n’a nullement été un fascisme stricto sensu et l’on pourrait même soutenir qu’il fut un tenant de cet antifascisme réactionnaire que l’on trouvait classiquement parmi les opposants conservateurs ou monarchistes du IIIe Reich ou de l’Italie fasciste. Jacques Bainville, après avoir relevé l’influence maurrassienne du Doutor notait que « Salazar, à la différence des autres, avait une doctrine » (Les Dictateurs, Denoël et Steele, 1935, p. 168).

Salazar se tenait, lui-même soigneusement à l’écart de toute hybris de caractère fasciste, considérant que si « la dictature fasciste tend vers un régime païen, vers un État nouveau qui ne connaît pas de limites d’ordre juridique ou moral, qui marche à son but, sans rencontrer ni embarras, ni obstacle, […] l’État nouveau portugais, au contraire, ne peut fuir, et n’y pense pas, certaines limites d’ordre moral qu’il juge indispensable de maintenir, comme balises, à son action réformatrice » (in António Ferro, Salazar. Le Portugal et son chef, Grasset, 1984, pp.147-150).

Il n’est guère étonnant que l’homme, plutôt discret et mutique, comme son action politique – dont l’efficacité était indexée sur la longue durée – ait eu ses thuriféraires et ses admirateurs, notamment en France. Maurice Martin du Gard, Maurice Maeterlinck, François Mauriac, Jacques Maritain, et d’autres encore, se rendirent au Portugal de Salazar, qui plus est sur invitation du régime. « Tous éprouvent le même type d’émerveillement qui semble s’emparer de tous ceux qui, depuis 1934, rendent visite au ‘‘grand homme’’ » (Dard, et alii, p. 133).

Nullement élégiaque, comme son titre pourrait le laisser trompeusement entendre, l’opus de Dard et Sardinha-Desvignes se borne précisément à cerner les contours d’un « philosalazarisme » susceptible de déboucher, le cas échéant, sur un véritable salazarisme français, soit, la mise en évidence d’un transfert politique et culturel par acclimatation, sur les bords de Seine, d’une praxis politique née sur les rives du Tage.

En ce temps-là, l’enjeu n’était pas mince, car les échanges intellectuels et politiques, d’un côté ou de l’autre de la péninsule, servaient alors autant les intérêts du régime à l’étranger que l’engagement militant de sectateurs soucieux, notamment après la IIe Guerre mondiale, d’ériger l’Occident comme dernier rempart contre la décadence que symbolisait le communisme matérialiste et athée.

À l’aune de la situation politique française des années trente, la figure de Salazar pouvait d’autant plus être plébiscitée dans les milieux non-conformistes ou conservateurs, qu’elle portait en elle toutes les impératives promesses d’une réforme intellectuelle et morale préalable à toute réforme politique structurelle.

Sans doute parce que le salazarisme fut bien moins qu’une simple dictature et tout autre chose qu’un fascisme de plate importation, est-il frappant de constater que du Colonel Rémy à Jacques Ploncard d’Assac, en passant par Jacques Maritain et Henri Massis (« l’une des incarnations les plus emblématiques du salazarisme français »), épistoliers célèbres et réguliers du Doutor, la pensée de ce dernier s’accommodait habilement de celle des trois France (représentée par Pétain, Giraud et De Gaulle), selon l’heureuse formule d’Helena Pinto Janeiro, preuve, en effet, de son nationalisme pragmatique et non-idéologique.

Les autres principes essentiels de Salazar tendent à la restauration dans l’État d’une justice et d’une morale de base chrétienne, supérieures aux droits de l’État. Enfin la subordination constante des intérêts particuliers aux intérêts généraux de la nation est pour lui non pas un lieu commun mais une maxime vivante.

Olivier Dard et Ana Isabel Sardinha-Desvignes, Célébrer Salazar en France (1930 – 1974). Du philosalazarisme au salazarisme français, Bruxelles, Peter Lang, collection « Convergences ».

Autre livre conseillé : Salazar, le regretté… Jean-Claude Rolinat, Les Bouquins de Synthèse nationale, 164 pages, 18,00 €. Pour commander ce livre, cliquez ici.

Source EuroLibertés cliquez ici

 

09:10 Publié dans Aristide Leucate | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 22 mars 2018

VOUS POUVEZ COMMANDER LE LIVRE DE JEAN-MARIE LE PEN SUR NOTRE SITE DE DIFFUSION

2018 03 MEMOIRES JMLP T 1.jpg

A L'ATTENTION DE NOS NOMBREUX AMIS QUI N'ONT PAS PU AVOIR DE PLACES SAMEDI PROCHAIN CLIQUEZ ICI AU DÎNER ANNUEL DE SYNTHÈSE NATIONALE.

POUR LE COMMANDER CLIQUEZ ICI

22:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Hubert de Mesmay dédicacera son livre vendredi 23 mars à la Librairie française à Paris

2018 03 23 HDM LF DEDICACE.jpg

Le livre d'Hubert de Mesmay cliquez ici

19:15 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Carl Lang samedi après-midi à la Journée du Pays réel à Rungis

29495856_2036676926607963_6334314958955741184_n.jpg

En savoir plus cliquez ici

10:26 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Choeur de la Joyeuse Garde : 20 ans de chants

lyon-2-e-le-choeur-de-la-joyeuse-garde-anime-les-commemorations-locales-et-nationales-1422544942.jpg

"La seule condition au triomphe du mal, c'est l'inaction des gens de biens"

C’est en 1998, que des chefs scouts, réservistes actifs, militants, ont décidé de former un clan sur Saint-Etienne et Lyon pour continuer de servir par le chant. Il s’agit de transmettre le patrimoine de chants populaires dont nous avons hérité dans les armées et les mouvements de jeunesse. Ces chants sont l’expression de l’âme de la France et de l’Europe. Ils participent à notre mémoire la plus profonde et à une éducation nationale authentique. Nous sommes parrainés depuis les débuts par le Choeur Montjoie Saint-Denis. Chantez, chantez beaucoup, même au point d’y perdre votre souffle. Hauts les chœurs !

Source Le Salon beige cliquez ici

 

10:18 Publié dans CD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Savez-vous que vous pouvez écouter, ou réécouter, toutes les anciennes émissions "Synthèse" passées sur Radio Libertés

2018 03 20 pub rl synthèse.jpg

Pour écouter ou réécouter, depuis la première,

toutes les émissions "Synthèse" cliquez ici

09:53 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 21 mars 2018

Sortie prochaine de "Jeunesse aux coeurs ardents" le nouveau film de Cheyenne-Marie Carron

20:09 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le romancier Morbraz sur TV Libertés

19:18 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI 22 MARS : CHRISTOPHE POITOU INVITÉ DE L'ÉMISSION SYNTHÈSE SUR RADIO LIBERTÉS

RL 63 2018 03 22 CH Poitou.jpg

ECOUTEZ RADIO LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

LE LIVRE DE CH. POITOU CLIQUEZ LÀ

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

18:36 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Cahier d'Histoire du nationalisme n°11 sur le MSI est publié en Espagne par la Revue d'Histoire du fascisme

29468603_10156326807634216_6529322185184509952_n.jpg

La version espagnole

2851012632.jpg

La version française

Notre ami Massimo Magliaro sera samedi 24 mars 2018 à Paris pour assister au diner annuel de Synthèse nationale au cours duquel Jean-Marie Le Pen nous présentera ses Mémoires : le fils de la nation.

Pour acheter le CHN 11 sur le MSI cliquez iciLe

00:46 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 20 mars 2018

Budapest : 500 000 patriotes dans les rues contre l'immigration et en soutien à Viktor Orban

BudapestOrban.jpg

Jacques Guillemain Riposte laïque cliquez ici

A l’occasion de la “Marche de la paix” du 15 mars 2018, ce sont 500 000 personnes que Viktor Orban a rassemblées à Budapest, à trois semaines des législatives.

Un chiffre colossal pour un pays de 10 millions d’habitants.

Imagine t-on un Macron rassembler 3,3 millions de personnes à Paris ?

Dans un vibrant discours célébrant l’identité hongroise et la défense de la patrie, le Premier ministre a enflammé son peuple, remonté comme jamais contre une Europe qui n’a d’autre obsession que de détruire les nations et d’effacer des siècles d’histoire du vieux continent.

Orban sonne une nouvelle fois le tocsin, estimant que c’est une bataille existentielle qui se joue, pour la survie de la Hongrie et de l’Europe.

“Les pays qui n’arrêtent pas l’immigration seront perdus”.

“l’Afrique  veut défoncer notre porte, et Bruxelles ne nous défend pas”.

“L’Europe subit une invasion, et les élites européennes regardent avec leurs mains en l’air”.

“ Ils veulent qu’en quelques décennies, de notre propre gré, nous donnions notre pays à d’autres. Des étrangers venus d’autres coins du monde qui ne parlent pas notre langue, ne respectent pas notre culture, nos lois et nos modes de vie. Qui veulent remplacer les nôtres par les leurs. Ils veulent qu’à l’avenir, ce ne soit plus nous et nos descendants qui vivent ici, mais d’autres.”

Pour Orban, le multiculturalisme est une illusion, car les sociétés musulmane et chrétienne ne s’uniront jamais.

Et d’enfoncer le clou en dénonçant l’irresponsabilité d’Angela Merkel :

“Je n’ai jamais compris comment le chaos, l’anarchie et le franchissement illégal des frontières étaient considérés comme des choses positives dans un pays comme l’Allemagne, que nous considérons comme le meilleur exemple de discipline et de respect de la loi”.

On mesure l’abîme qui sépare un Viktor Orban, le Charles Martel de l’Europe, et un Macron, qui mène une politique immigrationniste délirante qui ruine la France et dynamite la cohésion nationale.

Les pays de l’Est sont le dernier rempart contre l’idéologie mondialiste qui mène l’UE à sa perte.

Il y a quelques mois, c’est le président tchèque Milos Zeman qui évoquait “les émeutes raciales » récurrentes en France, sur fond de “guerre séculaire avec l’islam”.

“J’ai déjà parlé,  il y a quelques années, de ces zones interdites où les policiers ont peur d’entrer la nuit. Un lecteur en colère m’avait écrit et dit que j’inventais tout cela, que ces “zones interdites” n’existaient pas. Donc je lui ai répondu que lorsqu’il visiterait Bruxelles, il devait aller à Molenbeek et que s’il visitait Paris, il devait aller à Saint-Denis….je pourrais en trouver beaucoup d’autres. J’ai dit, dès le début, que la culture de ces migrants était incompatible avec la culture européenne”.

En Pologne, le discours est le même.

“On ne veut pas vivre le chaos racial dans lequel vous vivez”, dit  un  citoyen  polonais.

“On veut préserver notre identité. C’est notre droit. Ce n’est pas une question de racisme. Est-ce qu’on s’étonnerait de ne pas voir de blancs au Ghana et que les Ghanéens trouvent cela normal de ne pas en voir ? “

“Je suis venue en France avant et pendant l’Euro 2016 de football. Je n’ai pas reconnu ce pays alors que j’y étais venu en 1997… Comment avez vous fait pour laisser rentrer autant d’Africains et d’étrangers ? A Paris, c’est incroyable en tout cas. Du côté de la gare du Nord, je n’ai parfois croisé aucun Européen. On n’a plus l’impression d’être en Europe”.

On le voit, la cassure est totale entre ces deux Europe.

Celle des bisounours à l’Ouest, qui voient leurs pays s’effondrer sans réagir et en redemandent en votant systématiquement pour les fossoyeurs de la nation.

Et celle des patriotes de l’Est, qui savent très bien ce que signifie le mot liberté et qui sont prêts à quitter l’U.E si on leur impose une immigration qu’ils ne veulent pas.

Eux, ne comprendront jamais que les dirigeants occidentaux s’acharnent à détruire leur pays.

En attendant, Macron nous concocte la loi la plus immigrationniste qui soit, en élargissant le regroupement familial pour les dizaines de milliers de mineurs isolés qui déferlent sur la France. Il faut s’attendre à un tsunami  gigantesque, qui va submerger notre  pays dans les 10 prochaines années.

La France de demain, c’est le Mayotte d’aujourd’hui. Un volcan en ébullition.

Voici ce que dit le député LR Mansour Kamardine, qui soulignait en 2016 le risque de guerre civile :

“Mayotte, c’est 265000 habitants, dont seulement 100000 sont français. Et sur les 165000 restants, deux tiers sont en situation irrégulière.”

Mais en France, comme en Angleterre ou en Allemagne, tous ceux qui s’opposeront à cette entreprise de démolition de la nation, subiront les foudres de la justice.

C’est cela la mirifique Europe qui devait nous apporter le grand bonheur, la paix, la sécurité et le plein emploi !!!

Elle nous a privés de nos libertés et nous a apporté la dictature de la pensée unique.

16:24 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 21 avril à Avignon : Hommage à Charles Maurras en présence de Jean-Marie Le Pen

29244724_563038617388238_7313935748644732928_n.jpg

lundi, 19 mars 2018

Sortie à la fin de la semaine du n°48 (printemps 2018) de la revue Synthèse nationale

SN 48 COUV 1.jpg

Au sommaire :

=Editorial - Roland Hélie

=L'escroquerie éolienne - Marc Rousset

=La campagne anti-éoliennes d'Alban d'Arguin

=De quelle droite parle-t-on ? - Patrick Parment

=Le problème corse - Arnaud Menu

=La dédiabolisation n'est pas nouvelle au FN - Franck Buleux

    Le FN a changé de nom ? Jean-François Touzé

=La Jeanne d'Arc d'Orléans - Bernard Plouvier

=On en finit pas de payer Mai 1968 - Pieter Kerstens

=La chronique de Philippe Randa sur Mai 68

=Il y a 40 ans François Duprat était assassiné

=Célébrons nos petites victoires - Arnaud Menu

=L'AF n'est plus, VIVE LE ROI quand même - Aristide Leucate

=Des censeurs aux mains pures  - Morgane De Cruzy

=Mort aux confrères - Eric Delcroix

=L'essor de l'Afrique - Arnaud Raffard de Brienne

=Les pages du Marquis - Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

=Les pages littéraires - Georges Feltin-Tracol, Jean-Claude Rolinat, Daniel Cologne

=Les chroniques de Patrick Gofman et de Charles-Henri d'Elloy

COMMANDEZ-LE

ABONNEZ-VOUS !

Le commander en ligne cliquez là

S'abonner en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

22:50 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

A AVIGNON, LES BRIGANDES FONT SALLE COMBLE

29060110_1898569393517581_987594432548464_o.jpg

28947387_1899587160082471_4409796786680098545_o.jpg

28827795_1899586573415863_4588836711239061924_o.jpg

ACHETEZ LE NOUVEAU CD

DES BRIGANDES CLIQUEZ ICI

20:50 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE KRACH AURA LIEU : DES CYGNES NOIRS DE PARTOUT !

irma-cassandre-krach-futur-goldman-sachs.jpg

Marc Rousset

Jeff Gundlach, lors de la Strategic Investment Conference 2018, a déclaré que « la situation devrait exploser en 2019 ». Il estime que les fondamentaux de l’immobilier sont « plutôt horribles »alors que les taux immobiliers commencent à augmenter, que les déficits américains par rapport au PIB sont trop élevés et que tous les indicateurs pointent vers la hausse de l’inflation. Les avantages sociaux du gouvernement américain qui n’atteignaient pas 5 % du revenu disponible des Américains dans les années 70 atteignent, aujourd’hui, 25 %.

Quant au très célèbre gestionnaire de fonds d’investissement Paul Tudor, il a déclaré à Goldman Sachs que les seules choses qui valent la peine d’être détenues sont les matières premières, les actifs tangibles ou du liquide. Il critique les baisses d’impôts, les dépenses généreuses du Congrès américain et prédit une augmentation de l’inflation qui provoquera la panique sur les marchés actions. Il a comparé le président de la Fed Jerome Powell au général Custer dans les dernières heures de la bataille de Little Big Horn, « cerné par une horde de guerriers menaçants » : bulles, dettes des entreprises, marché des changes, tribu des cryptos, taux réels négatifs et, derrière lui, le peuple de l’inflation qui l’empêche de battre en retraite !

La BCE de Mario Draghi se renie, suite à la revalorisation de l’euro et à l’insuffisante inflation en Europe. Draghi remet en question la date butoir d’octobre 2018 ; il vient de déclarer que les achats d’actifs par la BCE cesseront seulement quand l’inflation sera jugée suffisante….

Si l’on considère les graphiques de la dette mondiale, du Dow Jones, de l’or et des obligations, on constate que la folie douce a commencé à s’emparer des esprits dans les années 1994-1995, avec des courbes qui grimpent à la verticale à une vitesse hallucinante. La dette mondiale était de 30.000 milliards de dollars en 1994 ; elle s’élève, aujourd’hui, à 230.000 milliards de dollars. Le PIB de l’économie réelle est le seul graphique qui se traîne lamentablement vers le bas à un rythme trop lent. Cela sent donc à plein nez le chaos et l’écroulement des actions à venir.

Le journal The Economist du 10 février 2018 pressent également un krach financier. Il s’étonne des bulles sur les actions Tesla et Uber car les marchés se refusent à tirer les conséquences de l’envolée des pertes en 2017. Il remarque que l’euro a progressé de 17 % en un an sans que cela inquiète les dirigeants européens. Il est préoccupé par le parcours du bitcoin, passé de moins de 1.000 dollars, début 2017, à près de 20.000 dollars, en décembre, et 6.000, début février 2018, tout comme par l’effondrement d’un fonds de 1,9 milliard de dollars du Crédit suisse indexé sur la volatilité dont la valeur s’est effondrée de 92 %, le 6 février 2018, quand le Dow Jones a perdu 4,6 %.
 
Pour The Economist, le niveau du Dow Jones est 60 % plus haut qu’avant le précédent krach de 2008 et les seules questions en suspens sont le moment du prochain krach (2019, 2020 ou 2021 ?) ainsi que le facteur déclenchant (Tesla ou Uber, hausse du pétrole et regain de l’inflation, avec hausse des taux, ou crise financière en Italie ?).

L’Italie, avec sa dette publique de 2.200 milliards d’euros (132 % du PIB) et son système bancaire malade (263 milliards d’euros de créances douteuses) ne pourra pas supporter la remontée des taux d’intérêt. Si la Bundesbank se retrouve avec une créance excédentaire « Target 2 » de 800 milliards d’euros, la Banque centrale d’Italie se retrouve avec une dette de 400 milliards d’euros envers la BCE. L’Italie est dans une situation financière gravissime et intenable.

Pour couronner le tout, il suffit de penser aux risques géopolitiques avec la révolte électorale des Italiens contre l’invasion migratoire, à la nomination du faucon Mike Pompeo comme nouveau secrétaire d’État de Trump qui rêve, comme Israël et le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane, d’en découdre avec l’Iran.

Enfin (cerise sur le gâteau), il est tout à fait probable que Trump va engager une violente guerre commerciale avec la Chine pour la punir de ses infractions aux lois sur la propriété intellectuelle ainsi que pour son excédent, en 2017, de 342,8 milliards de dollars avec les États-Unis.

20:31 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21.000

money28.jpg

Pieter Kerstens

Le 16 mars 2018, la dette publique américaine a franchi le seuil des 21.000 milliards de dollars, ce qui a conduit chaque habitant des Etats-Unis à un passif de 64.000 dollars (52.000 euros).

Certains analystes et hommes ou femmes politiques chantent les louanges de la santé économiques américaine et son indéniable dynamisme, en évoquant un taux de chômage de 5% et d’autres vantent les prouesses de la Bourse de New York où le Dow Jones a progressé de 25% en moins d’un an. Ces résultats sont certes inconnus en Europe, depuis des années. Mais qu’en est-il réellement du pouvoir d’achat des ménages.

Plus de 45 millions d’Américains subsistent grâce à des bons alimentaires, en mars 2018. Il y a actuellement aux USA plus de 95 millions d’inactifs et une population active de 155 millions de personnes. En l’an 2000, les actifs comptaient pour 156 millions et les inactifs étaient de 80 millions. Très révélateur, les emplois industriels étaient de 17,25 millions en 2000 et seulement de 15,58 millions maintenant. L’Amérique s’est enrichie ? Pour les milliardaires sans doute, grâce à la flambée de la Bourse et les spéculations diverses, mais pour la grande majorité du peuple, c’est la stagnation. Entre 2000 et 2018, le revenu annuel médian de la population est passé de 31.276 USD à 31.712 USD, soit 436 dollars de mieux en 18 années = 1,4% !  *

A la lecture des chiffres ci-dessus, on comprend que la victoire surprise de Donald Trump, au mois de novembre 2016 a, dans un premier temps, créé la panique sur les marchés boursiers, avant que ces derniers ne se reprennent et s’orientent très positivement. Mais cette victoire, le milliardaire Trump ne la doit qu’aux « laissés-pour-compte », « à ceux d’en bas », « aux sans dents », ceux qui vivent dans l’Amérique profonde, ayant une culture générale sommaire, mais possédant un réel bon-sens en contrepartie. En effet, le changement qu’incarne le nouveau président des Etats-Unis, devrait se traduire par des créations d’emplois et des travaux d’infrastructures, mais cela implique également une hausse du déficit américain et partant une hausse des taux. La volonté manifeste de Trump de valoriser le travail et de favoriser la préférence nationale s’est traduite par un sentiment d’euphorie pour les opérateurs de marchés, les investisseurs ayant salué les initiatives du Président des Etats-Unis. Un président qui focalise la haine des médias, du show-business, des bourgeois bohèmes (les Bobos) et de la gôche-écolo-libertaire, parce qu’il tient ses promesses électorales. Il considère que les intérêts des Etats-Unis passent avant tout, cela dans l’intérêt du peuple américain d’abord..

L’envers de la médaille, c’est bien sûr la hausse de la dette : 1.000 milliards de dollars en 1 an ! Il va falloir serrer rapidement les boulons, car si les taux d’intérêt remontent, la dette américaine (et celles des pays européens fortement endettés) explosera et entrainera l’ensemble du système financier mondial vers le krach.

En Europe, certains hommes politiques, en particulier les nationalistes, ont cherché à récupérer leur indépendance face à une Europe qui accumule les disfonctionnements et les erreurs dans la gestion des crises humanitaires, industrielles, financières ou sociales. De nombreux économistes réputés s’élèvent notamment contre les diktats de la Commission ou les dérives interventionniste illégales de la BCE (Banque Centrale Européenne). Le prix Nobel d’économie, Olivier Hart, avait déjà remis en question le bien-fondé d’une monnaie commune, en janvier 2017 et prônait un retour à plus d’indépendance des Etats. Il vantait une décentralisation des processus de décisions tout en gardant cependant quelques domaines privilégiés comme la libre circulation des biens et des personnes.

La situation actuelle est la suivante : les banques, les assureurs et les fonds de pension européens sont structurellement incapables de rentabiliser leurs capitaux tout en contrôlant leurs risques. Une régulation excessive et mal calibrée, une gestion trop souvent gabégique, et clairement un manque d’initiatives, de responsabilités et de courage de la part des dirigeants des institutions financières, favorisent la déliquescence du système financier européen. Afin de préserver la pérennité de certaines institutions, il est impératif de ne pas se soumettre aux exigences de l’Europe, quitte à payer des amendes, plutôt que de voir la disparition des métiers qui nous sont propres ! C’est une question de volonté politique et bien évidemment de compétence et de bon sens.

LES CHAROGNARDS DE LA MAFFIA POLITICO-MEDIATIQUE.

Il est tout de même délicieux de constater que depuis des mois, les journalistes, les commentateurs, les analystes et les politiciens n’égratignent en aucune manière le nouveau « Timonier » de l’Empire du Milieu qui, ayant obtenu 100% des votes positifs du Comité Central du Parti Communiste Chinois, sans abstention ni opposition, pourra donc diffuser sa science jusqu’en 2078…. Tout lui est autorisé, rien ne lui est refusé : là-bas, comme ici ou ailleurs, les Fils du Ciel peuvent tout se permettre. Agitant les liasses de billets verts ou mauves, ils raflent nos usines, nos laiteries, nos vignobles, nos hôtels de prestiges entre autres. En Afrique et en Amérique du Sud, ce sont les nouveaux colonisateurs qui envahissent les campagnes pour l’élevage et la culture dont les productions prendront le chemin de Pékin. Idem pour ce qui est des hydrocarbures et des minerais où la lutte est acharnée partout dans le monde, matières premières vitales pour la Chine.

Dès 2016, des signes de ralentissement économique se sont manifestés : surcapacité de production, baisse des exportations, augmentation du prix des logements, réduction des investissements privés, et enfin baisse des revenus en partie due à la chute des cours boursiers. Plusieurs millions de particuliers ont été ruinés lors de la baisse du marché d’actions chinois. L’endettement des entreprises publiques reste très élevé et les créances douteuses des banques s’accroissent, parce que la mauvaise gestion est endémique. La banque centrale chinoise manipule (comme la BCE, la FED ou la BOJ) les cours des actifs financiers locaux, mais contribue également à contrôler le cours de sa devise par de nombreuses interventions. Les effets combinés de ces interventions ne font qu’accroître la fuite des capitaux, signe de confiance limitée des investisseurs dans la politique monétaire chinoise.

Caressant Xi Jinping dans le sens du poil, chantant les louanges de ce client important, les médias n’ont pas de mots plus durs ou d’invectives haineuses envers Donald Trump ou Vladimir Poutine, qui eux, seraient responsables de tous les maux de la Planète, de la disparition de la mouche Tsé-Tsé à la guerre en Syrie, en passant par l’édification d’un mur entre le Mexique et les USA –d’ailleurs entamé sous Bill Clinton- ou en accusant l’un ou l’autre « d’atteinte aux Droits de l’Homme » (alors qu’il existent 1145 camps de concentrations, les Laogaïs, en Chine), ou encore de la pollution atmosphérique en CO2 alors que chaque semaine, en Chine, il se construit une nouvelle centrale thermique au charbon. Motus et bouche cousue. Seuls le « fâââââchiste » Trump et le Tsar Rouge Poutine doivent être la cible permanente des médias critiques.

En Russie, l’inflation est maitrisée et la hausse du prix du pétrole depuis 18 mois permettra des budgets futurs en équilibre, malgré les embargos des USA et de l’Union Européenne. Les recettes fiscales vont augmenter malgré la baisse des impôts de sociétés actives dans le secteur pétrolier. Ces revenus permettront des investissements dans l’éducation, les infrastructures et l’innovation. La détente des relations américano-russes devrait également favoriser le climat d’investissements étrangers dans la fédération de Russie.

La stabilité du rouble, malgré une baisse importante ces deux dernières années et une stabilisation des actifs financiers, restaurent un climat propice aux investissements tant privés que publics.

Et le fait que Vladimir Poutine puisse être réélu jusqu’en 2023 plongent nos médias dans une rage folle.

*Chiffres issus de www.USnationaldebtclock.us                                          

13:08 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook