Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 octobre 2017

Qui est l’ennemi ?

Revue-Conflits-1.jpgAristide Leucate

Qui est l’ennemi ? Telle est l’ambitieuse question politique et géopolitique à laquelle nous convie à réfléchir la dernière livraison de la revue Conflits fondée et dirigée par Pascal Gauchon. Pour aborder cette question ô combien ! cruciale, l’éditorialiste choisit de sortir du mode binaire « ami-ennemi », selon lui trop simplificateur, ne permettant pas « de bien appréhender le réel ». Aussi, en tient-il pour une approche plus complexe – dans l’acception bien connue en systémique ou en science des organisations.

« En fait, désigner l’ennemi, le fondement de l’action politique, n’est pas si simple, nous dit Gauchon. Dans l’entre-deux qui sépare l’ennemi et l’ami, se situent le neutre, le partenaire, le faux ami, le rallié… Même en ne retenant que l’ennemi franchement hostile, il est impossible de mettre ce terme au singulier ; nous sommes confrontés à de multiples ennemis en fonction du champ de bataille (militaire, économique, diplomatique et même « cyber ») et de l’époque (ennemi d’aujourd’hui et de demain). Désigner l’ennemi revient à désigner l’ennemi, celui qui fait peser la menace la plus grave aujourd’hui, sans oublier les autres. »

Intéressante définition qui met l’accent sur le caractère protéiforme de l’ennemi, lequel revêt divers aspects qui ne dupent que ceux qui ont opté pour l’impolitique du verbe creux ou l’impuissance de la résignation lâche. L’ennemi d’aujourd’hui n’est certes plus l’ennemi conventionnel aisément reconnaissable par son uniforme à l’horizon d’un champ de bataille. L’ennemi d’aujourd’hui est tout aussi bien le terroriste – terme d’autant plus flou qu’il rend à peu près incompréhensible ce qu’il prétend viser ou désigner – que l’ancien guérillero angolais ou cubain – les deux étant souvent liés – ou le hacker informatique se livrant à des attaques cybernétiques, tapi aux tréfonds du Darknet, voire le faux ami que constitue la multinationale qui délocalise ou prétend vertueusement créer des emplois là où elle a choisi de s’implanter.

Dès lors, reconnaît encore Pascal Gauchon, « les frontières entre civil et militaire, entre intérieur et extérieur, entre guerre et paix se fissurent et avec elles l’ennemi clairement identifié. Il faudrait plutôt parler de rival, de concurrent, d’antagonisme, d’adversaire… autant de termes rassurants qui évitent de recourir à la notion d’ennemi celui face auquel la violence est le seul recours […]. Ces précautions de langage servent surtout à se cacher la réalité : l’ennemi se différencie de tous ses synonymes par l’idée d’hostilité radicale. »

Mais, si l’ennemi change de visage, la riposte aussi. Et ce n’est pas parce que l’on ne fait pas usage de la force qu’une certaine violence de la réplique n’émerge pas. Sur le terrain économique, particulièrement symptomatique de cette violence douce qui n’appelle pas à verser le sang, le turbo-capitalisme, par son intrinsèque propension à la prédation destructrice, n’épargne personne, à commencer par les masses laborieuses, souvent avec le concours cynique des Etats, eux-mêmes placés dans la dépendance des grands groupes industriels et de leurs lobbys affiliés. Délocalisations, restructurations d’entreprises, licenciements de masse, déréglementation, fermetures et démantèlements d’usines, dumping, espionnage industriel, OPA, etc. les victimes directes et indirectes (qu’une novlangue tente de dissimuler sous la litote de « collatéral ») sont nombreuses, au point de déstabiliser progressivement le tissu économique et social de toute une nation. Toute chose égale par ailleurs, les dégâts n’ont parfois rien à envier à ceux que pourrait causer un bombardement aérien. Des familles entières au chômage, plongées dans un état de désespérance tel que l’on voit surgir d’autres catastrophes à fragmentations comme l’alcoolisme, les violences conjugales, le divorce voire – et ce n’est pas rare et les agriculteurs ne sont les pas les seuls concernés – le suicide – sinon l’homicide familial. Comme le souligne l’essayiste Jean-François Gayraud, qui a vu qu’« aux États-Unis, la crise des subprimes a transformé en champ de ruines des grandes villes, à l’image de Cleveland ou de Detroit, comme si leurs habitants avaient fui une armée d’invasion ou succombé à une attaque d’armes à neutrons : des centaines de milliers de maisons abandonnées, saisies, vides d’occupants et souvent pillées. »

Par ailleurs, l’ennemi, quel que soit le terme sous lequel on le subsume – pour mieux l’ignorer, le nier ou le masquer – suppose que, tôt ou tard, la paix soit conclue avec lui. Or, il est manifeste qu’une telle éventualité semble proscrite ou inenvisageable quand l’ennemi n’est pas clairement identifiable ou identifié. C’est le cas du « terroriste », du prédateur capitaliste ou encore du hacker, autant de syntagmes ou vocable que l’on cherche à doter d’une substance pour que l’ennemi prenne précisément corps. Le terroriste tuant au nom du Coran sera taxé d’islamiste – qualificatif que l’on prendra même soin d’enrober d’une autre dénomination pour ne pas risquer l’« amalgame »… et s’éloigner un peu plus de la figure de l’ennemi, rendant alors toute paix inconcevable, d’une part parce que l’ennemi n’est pas désigné comme tel, d’autre part, parce que ce faisant, le pouvoir politique se prive sciemment de tous les moyens pour neutraliser une entité visiblement hostile.

C’est toute l’ambivalence d’un terme, l’ennemi, qui, à en croire Carl Schmitt ou Julien Freund, ménage la possibilité de transmuer celui-ci en futur allié, partenaire ou ami, une fois résolu le conflit. Or, cette potentialité paraît avoir été circonvenue, sinon dévoyée, du fait même du refus systématique de concevoir tout antagonisme, certes en termes binaires (ce qui n’empêche pas, en pratique, d’isoler une multitude de nuances dans la façon d’appréhender l’hostis) mais relativement opératoires.

La vision du monde partagée à l’ONU comme au sein des institutions européennes semble partir du principe que sous les auspices des droits de l’homme il n’y aurait que des amis quand ceux qui ne joueraient pas le jeu seraient, de plein droit, considérés comme des monstres. Pour le dire autrement, l’ennemi ainsi passé au crible d’une tératologie souvent fanatique (au nom des droits de l’homme, de la démocratie et de l’État de droit), a été renvoyé dans les cordes d’une marginalité sordide dont la seule expression ou manifestation suffirait, aux yeux des grandes consciences universelles autoproclamées, à en dévoiler la dimension dangereusement pathogène. Nous sommes passés du stade de l’inhumain ou du hors-humanité à celui du bizarre ou de l’abomination, l’ennemi étant traité comme un cancer ou un objet politique non identifié.

Une telle approche, véritable déni anthropologique en tant qu’elle fait litière de toute altérité (l’ennemi n’étant plus considéré comme alter ego, soit un adversaire), se présente également comme l’acmé de l’impolitique, posture tragique mais empreinte d’une vanité inouïe, ce qui n’est pas sans rappeler l’interpellation lancée par Julien Freund en guise d’avertissement à son maître de thèse, Jean Hyppolite, lors de sa soutenance de thèse en 1965 : « vous pensez que c’est vous qui désignez l’ennemi, comme tous les pacifistes. Du moment que nous ne voulons pas d’ennemis, nous n’en aurons pas, raisonnez-vous. Or c’est l’ennemi qui vous désigne. Et s’il veut que vous soyez son ennemi, vous pouvez lui faire les plus belles protestations d’amitiés. Du moment qu’il veut que vous soyez son ennemi, vous l’êtes. »

Si le critère du politique est bien selon Schmitt la discrimination nécessaire de l’ami et de l’ennemi, celui de l’ennemi résiderait dans la capacité du politique à le désigner pleinement en tant que tel.

11:57 Publié dans Aristide Leucate | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 20 octobre 2017

RETOUR SUR LES PHANTASMES DU SYSTÈME

19:44 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

17:58 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Artisans de France, l'émission de Pierre Chabot et de Patrick Rizzi

17:58 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Éolienne “offshore” : le naufrage du bon sens

eoliennes_offshore_naufrage_bon_sens.jpg

Michel Gay - Sources Métamag via Breizh info

La première éolienne flottante en mer (dite “off-shore“) en France a été inaugurée en grande pompe à Saint-Nazaire le 12 octobre 2017 par le secrétaire d’État à la Transition énergétique Sébastien Lecornu et quelques célébrités locales.

Le coût total de l’aventure nommée “Floatgen” est estimé autour de 40 millions d’euros (M€), dont la moitié pour l’éolienne elle-même. L’autre moitié se répartit entre le flotteur en béton, les divers raccordements et les ancrages. Le projet bénéficie d’une subvention de 10 M€ apportés par l’Union européenne, et de 8 M€ par le Programme d’investissements d’avenir de l’État.
En clair, près de la moitié du coût prévisionnel de ce projet est financé par les impôts des Français alors que les principaux bénéficiaires sont étrangers (allemands et danois).

Bien que cette éolienne de 140 mètres de haut en bout de pale soit censée alimenter de 2000 à 4000 foyers selon les sources, qu’en est-il exactement ?

Tout d’abord, les jours sans vent, ce qui arrive aussi de temps à autre en mer au large de Saint-Nazaire, cette éolienne n’alimentera strictement personne.

Ensuite, ses concepteurs annoncent un facteur de charge prévu de 32%. Donc cette éolienne est censée fonctionner un jour sur trois à sa puissance nominale. Et ce chiffre est optimiste puisque même en Écosse (où il y a beaucoup de vent…), les éoliennes atteignent à peine ce rendement (le parc de Robbin Ring atteint 30%).
Mais admettons. La puissance de l’éolienne étant de 2 MW, la production annuelle serait d’environ 5600 MWh.
Pour produire autant de MWh que le futur réacteur nucléaire EPR de Flamanville (11 millions MWh par an, même s’il n’y a pas de vent ni de soleil), il faudra plus de 2000 éoliennes “Floatgen” pour un coût de 40 à 80 milliards d’euros ! Le coût pourrait être divisé par deux par un effet d’échelle. Mais même en divisant par deux… le prix du kilowatt-heure payé par le consommateur augmentera rapidement.

Enfin, cerise sur le gâteau, la production de cette machine sera officiellement achetée obligatoirement à 240 €/MWh (!)… quand elle produira, soit six fois le prix actuel du marché qui est d’environ 40 €/MWh. Là encore, la différence sera payée par le consommateur / contribuable via une taxe (la Contribution au Service Public de l’Electricité, CSPE) sur sa facture d’électricité.

Avec ce prix d’achat préférentiel (et démentiel) de 240 €/MWh, pourquoi faut-il encore des subventions pour la construction ?

En Allemagne, de récents appels d’offres ont été attribués sans subvention pour des éoliennes en mer. Le prix d’achat très élevé et obligatoire de la production éolienne payée par les Allemands suffira à rentabiliser l’investissement des lauréats. Il faut souligner qu’en Allemagne, le prix de l’électricité est deux fois plus élevé qu’en France…

L’EPR est prévu pour durer 60 ans. Quelle sera la durée de vie pour cette éolienne en mer ? Faudra-t-il la changer dans 20 ans ou 30 ans, si elle a résisté jusque là aux assauts des tempêtes maritimes ?

Alors que l’économie de la France est dans une phase critique, des milliards d’euros vont être dilapidés pour fabriquer quelques pourcents d’une électricité intermittente, inappropriée à la demande de l’utilisateur, et donc de mauvaise qualité.
De plus, elle est cinq à six fois plus chère que le prix du marché actuel (rappel : 240€/MWh contre 40 €/MWh).

Ces sommes démentielles seront prélevées sur la facture d’électricité des Français pour être englouties en mer. Une hausse vertigineuse du tarif de l’électricité a déjà commencé via la CSPE, alors que 9 millions de consommateurs sont déjà en situation énergétique précaire et doivent être socialement assistés…. Ce qui contribue aussi à l’augmentation de la CSPE dont c’était l’objectif à l’origine !

Le naufrage du bon sens

Le coût complet de mise en place des moyens complémentaires (réseau électrique, aménagement d’infrastructure portuaire, subventions, construction de nouvelles centrales thermiques de production d’électricité pour compenser l’intermittence) est aujourd’hui encore mal identifié. Il représente cependant, à l’horizon 2030, plusieurs dizaines de milliards d’euros que devra supporter le contribuable français. La commission de régulation de l’énergie (CRE) a déjà prévu un surcoût de 8 milliards d’euros dû aux énergies renouvelables (incluant le solaire) pour la seule année 2018.

Le développement de ces éoliennes “off-shore“, encore moins compétitives que les éoliennes terrestres, est un non sens économique qui conduit à une destruction d’emplois par atteinte de la compétitivité des entreprises de notre pays. Comment des idéologues œuvrant habilement en coulisses (gouvernement, Commission européenne,…) sur le dos des citoyens contribuables ont-ils pu gangréner l’esprit de nos dirigeants à ce point ?

Le développement programmé de l’éolien “offshore” va contribuer à l’appauvrissement de la France pour satisfaire des intérêts privés et des accords électoraux avec les “Verts” au détriment de l’intérêt national.

L’éolienne flottante “Floatgen” inaugurée à Saint-Nazaire représentera le premier totem en mer qui matérialise le naufrage du bon sens.

NDLR : sur le scandale des éoliennes, lire :

11 JNI AFF A D ARGUIN.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

10:09 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« ULTRA-DROITE » : DANS LE DOSSIER DE LOGAN N., IL N’Y A RIEN DE BIEN SÉRIEUX

2017 10 MISE EN GARDE PB RS.jpg

Forum SI cliquez ici

Le Monde daté du 19 consacre un long dossier (deux pages !) à l’affaire de l’arrestation d’une dizaine de jeunes gens de l’« ultra-droite » suspectés d’avoir planifié des attentats contre des « personnalités », dont Castaner (cf. notre communiqué du 17) et Mélenchon.

Le quotidien du soir s’attache en particulier à décrire la personnalité de Logan N., 21 ans, considéré comme l’animateur du supposé réseau. Or, que nous apprend ce dossier ? Tout d’abord que Logan est un jeune homme exaspéré par l’immigration, qui est allé d’un mouvement de la droite radicale à l’autre pour essayer de trouver ceux qui seraient en mesure de mener l’action politique qui s’impose pour inverser les flux migratoires.

N’ayant rien trouvé qui lui convienne, il se serait « radicalisé » et aurait rassemblé autour de lui le réseau qui a été arrêté. Ce réseau se montait la tête via Facebook et c’est en constatant que la température des écrits y augmentait que la police aurait considéré qu’il y avait danger et qu’il convenait, en conséquence, d’intervenir. Et c’est à peu près tout, c’est-à-dire quasiment RIEN !  

Alors, pourquoi tout ce cinéma, si ce n’est pour que fonctionne à plein rendement une classique manipulation républicaine dirigée contre les nationaux ?

La leçon de tout ceci est claire, en tout cas : il faut se méfier des réseaux sociaux et de ce qu’on y écrit, car les censeurs sont là, qui veillent et sont à l’affût de tout ce qu’ils pourront utiliser contre les nationalistes.

09:53 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 19 octobre 2017

Revue de presse : le nouveau numéro d'Éléments

photoelem85.jpgPour faire pousser un arbre, il faut des décennies, et seulement dix minutes pour le couper. Pour faire périr une civilisation, il faut un peu plus de temps. Il faut surtout d’autres méthodes. La plus sûre ? Convaincre cette civilisation de se suicider. Concernant l’Europe, certains s’y emploient depuis longtemps, à un rythme toujours accéléré.

Ce sont les « déconstructeurs », c’est-à-dire ceux qui ont entrepris de déconstruire tout ce que cette culture avait bâti. Quand on veut faire une greffe, c’est bien connu, il faut d’abord détruire les défenses immunitaires. Dans le cas d’une culture, cela signifie : saper les bases des certitudes les plus élémentaires, casser la libre expression des instincts naturels, jeter le doute sur ce que l’on croyait assuré ou immuable, convaincre de ne plus voir ce que l’on voit, faire apparaître les anciennes évidences comme autant de conventions dépassées.

L’idéologie du progrès a joué de ce point de vue un rôle essentiel, car elle véhicule avec elle le rejet méprisant du passé : ce qui est d’hier est nécessairement de moindre valeur que ce qui sera demain. Il faut donc donner tort à ceux dont le souvenir fait injure à ce que nous croyons. Comme à l’époque soviétique quand on retouchait les photos officielles, on réécrit les œuvres du passé, on censure Molière et Shakespeare, on change les noms des rues, on déboulonne les statues (Américains) ou on les fait sauter (djihadistes).

« Du passé, faisons table rase » : toutes les idéologies totalitaires ont formulé le vœu que le monde (re)commence avec elles. Dans cette optique, le passé constitue un constant reproche, un poids dont il faut se libérer. Parallèlement, on incite à ne se souvenir que de ce dont il faudrait se repentir. Réduire l’histoire de l’Europe à l’esclavage, au colonialisme et aux camps de concentration est une bonne manière d’empêcher les racines de repousser.

En peu d’années, l’« antiracisme » s’est transformé en une sorte de bulldozer qui écrase tout sur son passage. Le contraire du racisme s’avère ainsi être un racisme en sens contraire. Quand on a compris cela, tout s’éclaire : un espace réservé aux Blancs est une manifestation de racisme, un espace réservé aux Noirs une légitime exigence « post-coloniale ». Au cinéma, donner le rôle de Nelson Mandela à un Européen ferait scandale ; faire jouer par un Africain le rôle d’Achille dans un film sur la guerre de Troie, donne lieu à des applaudissements.

Quand on regarde comme « sexiste » tout compliment fait à une femme, quand l’« islamophobie » commence avec les tirelires en forme de cochonnet, quand on menace de sanctions pénales ceux qui s’adressent aux « transgenres » au moyen de pronoms personnels les « assignant » à leur sexe biologique, quand on assimile Colbert et Christophe Colomb à Hitler, on quitte le politique pour entrer dans le psychiatrique.

Inculquer la haine et le mépris de soi au nom de l’« ouverture », faire disparaître tout sentiment d’identité au nom de la proscription des « phobies », faire croire qu’il faut détester les siens pour aimer l’humanité, c’est ce que fait l’idéologie libérale, le patronat, une certaine gauche extrême, mais aussi le pape François, pour qui « tout immigré qui frappe à notre porte est une occasion de rencontre avec Jésus Christ » (ajoutant, au mépris du bien commun, qu’il faut « toujours faire passer la sécurité personnelle avant la sécurité nationale »).

La morale aujourd’hui envahit tout au détriment de la vérité. Il n’y a plus que deux catégories : le royaume du Bien et les ténèbres du Mal. Le Bien, c’est la haine de soi ; le Mal, c’est le désir de racines. Et le terrorisme, qui pourrait amener à se demander pour quoi nous sommes encore prêts à mourir, ne stimule plus que la vente des cierges et l’industrie des ours en peluche.

Ainsi prospère le nihilisme contemporain, facteur de « décivilisation ». Une société qui ne veut plus savoir qui elle est, ni d’où elle vient, qui n’a ni fierté ni mémoire, qui bat sa coulpe et n’a plus de volonté de se battre, est mûre pour la conquête. Nous avons jusqu’ici eu la crise. Ensuite, ce sera le chaos.

Au sommaire du N°168 d'Eléments
En marche vers l'ubérisation : l'autre Grand Remplacement
• Tous précaires, par Alain de Benoist
• Produire ou consommer
• Le travail à l’heure des « hommes en trop »
• Les jobs à la con
• Robots, les travailleurs du futur ?
• L'idéologie du management

Et aussi...
• Lucien Jerphagnon, les leçons d'un maître
• L'Histoire mondiale de la France, le best-seller de la haine de soi
• Washington contre de Gaulle, une guerre de trente ans
• La France sous la coupe des « ultratlantistes »
• L'Union Européenne, rempart contre la mondialisation ?
• La géopolitique racontée par Carl Schmitt
• Chevaucher le tigre avec Fritz Lang
• Bertrand Burgalat, dandy electrochic
• Les professionnels de l’enlaidissement urbain
• Jack London, un écrivain authentiquement populiste...

N°168, 6,90 € dans les maisons de la presse

ou sur commande cliquez ici

09:20 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Suite aux amalgames douteux de la presse aux ordres, un communiqué de l'Action française

22555208_1475315502504191_3772092216229445992_n.jpg

François Bel-Ker, Secrétaire général d’AF

Certains se sont crus autorisés à évoquer l’Action française après l’annonce de l’arrestation, mardi 17 octobre, d’une dizaine d’individus à la suite de celle, en juin dernier, de Logan Nisin, soupçonné de préparer des attentats contre des personnalités politiques. Jean-Luc Mélenchon est allé jusqu’à interpeller le ministre de l’Intérieur, le préfet de Police et le maire de Marseille, mercredi 18 octobre 2017, afin de demander la fermeture du local provençal de l’AF, 14, rue Navarin à Marseille.

L’Action française tient à apporter les précisions suivantes :

1 – Elle n’a jamais nié que, durant quelques mois, Logan Nisin, en errance idéologique, ait, après de nombreuses autres tentatives de militantisme politique, « trouvé refuge chez les royalistes de l’Action française (AF) » pour reprendre les mots de l’article d’Elise Vincent, paru le 18 octobre dans Le Monde. Le 4 juillet dernier, après l’interpellation et le placement en détention provisoire du jeune homme, l’Action française, par voie de communiqué, avait fait savoir qu’il avait quitté notre mouvement, le jugeant « trop politique » et « trop consensuel ». Nous réaffirmons ici que ses agissements solitaires étaient parfaitement inconnus des membres et des cadres de notre organisation et nous nous réservons le droit de poursuivre tous médias ou personnalités prétendant le contraire.

2 – L’Action française affirme avec force qu’elle ne connaît ni les identités ni les agissements des individus interpellés mardi 17 octobre. Elle rappelle simplement que toute son histoire prouve son refus de l’action terroriste. Elle n’a aucun mort sur la conscience.

3 – Ce sont les militants de l’Action française qui sont de manière récurrente l’objet de violences de la part de groupuscules extrémistes semblant jouir de la plus parfaite impunité. Depuis la montée en puissance des activités de notre mouvement royaliste, nos membres, à Paris, à Lyon et à Marseille, subissent un nombre grandissant d’attaques violentes : dépôt de grenade, bombe artisanale, attaques physiques des militants. Ainsi, une bombe a explosé cet été devant le local de l’AF, rue Navarin, sans que cet acte odieux ait suscité la moindre indignation de la part du personnel politique. M. Mélenchon qui demande aujourd’hui la fermeture de notre local, n’avait pas alors protesté contre cet acte à caractère terroriste. Bien que député de la circonscription où a eu lieu cet attentat, il ne s’est jamais inquiété de l’état d’avancement de l’enquête.

4 – Concernant les troubles à l’ordre public qu’impute M. Mélenchon à notre mouvement, nous rappelons que, par deux fois, la préfecture de police des Bouches-du-Rhône a pris un arrêté bloquant l’accès à la rue Navarin par un très large déploiement des forces de l’ordre à la suite des très nombreuses exactions qui ont toutes été commises, avec l’adoubement et la complicité des médias locaux, par des militants de l’ultra gauche proches pour certains de la France Insoumise.

5 – Si la seule vocation des groupuscules dits antifascistes et d’extrême-gauche est d’en découdre violemment, à Marseille comme au plan national, avec les forces de l’ordre, l’engagement des militants d’Action française est celui du combat pour la France par la diffusion des idées royalistes. Il est évident que c’est la simple présence de l’Action française qui est insupportable à certains. En pratiquant l’amalgame, ceux qui diffament notre mouvement avouent simplement leur profond mépris des libertés politiques fondamentales.

Les militants de l’Action française sont des citoyens à part entière : forts de leurs droits et conscients de leurs devoirs envers la nation, ils continueront, à Marseille comme partout ailleurs en France, à militer pour ouvrir les yeux de leurs compatriotes sur la réalité d’un régime qui les conduit à l’asservissement.

09:12 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

AUJOURD'HUI JEUDI À 18 H, SUR RADIO LIBERTÉS, L'ÉMISSION SYNTHÈSE AVEC JEAN-CLAUDE NICOLET : VIE D'UNE HARKA EN ALGÉRIE FRANÇAISE

RL 43 2017 10 19 J C PICOLET.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS SYNTHÈSE CLIQUEZ LÀ

ÉCOUREZ RADIO LIBERTÉ CLIQUEZ ICI

ACHETER LE LIVRE CLIQUEZ LÀ

01:55 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 18 octobre 2017

SALUONS LA PARUTION DU N°400 DU BULLETIN CÉLINIEN

2017 10 BULL CÉLINIEN.jpg

Le Bulletin célinien, créé en 1981 à l'occasion du vingtième anniversaire de la mort de Céline, vient de sortir son numéro 400.

Depuis plus de 35 ans cette publication s'attache à défendre la mémoire du grand écrivain et à assurer la promotion des livres et publications qui lui sont consacrés. Basé à Bruxelles, Le Bulletin célinien est réalisé par une petite équipe rassemblée autour de Marc Laudelout.

Une belle performance et un exemple de fidélité qu'il convient de saluer.

En savoir plus sur Le Bulletin célinien cliquez ici

16:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LA CULPABILITÉ MORALE DE RICHARD FERRAND...

ROUSSET M 2.JPGMarc Rousset

Tout a été fait par le pouvoir socialiste et les médias pour accabler et condamner juridiquement François Fillon : accélération des procédures à la vitesse de la lumière, attaques médiatiques, lois nouvelles votées in extremis pour qu’il n’y ait pas prescription de certains faits…Tout aura été fait au contraire par les médias et le pouvoir « En marche » afin d’ innocenter et ne pas condamner juridiquement Richard Ferrand.

Le nouveau procureur de Brest Jean-Philippe Récappé, comme par hasard tout récemment nommé, a annoncé le vendredi 13 octobre le classement sans suite de l’affaire Ferrand. Sur un des volets de l’affaire, un éventuel délit de prise illégale d’intérêts, le procureur a invoqué la prescription de l’action publique depuis le 19 juin 2015 au vu des règles de prescription alors en vigueur (trois ans pour les délits). C’est donc la seule prescription qui sauve Ferrand de la condamnation probable.

Suite aux révélations du Canard Enchaîné du 24 mai 2017, Richard Ferrand, allié de la première heure de Macron, était soupçonné d’avoir favorisé sa compagne, l’avocate Sandrine Doucen, à l’époque où il était directeur général (1998-2012) des Mutuelles de Bretagne et élu local PS.

En 2011, cet organisme à but non lucratif, qui cherchait à louer des locaux pour installer un centre de soins à Brest, avait choisi la proposition d’une société civile immobilière(SCI) appartenant à Mme Doucen, parmi trois offres présentées.

Selon l’hebdomadaire satirique, la promesse de location avait permis à Mme Doucen d’obtenir un prêt bancaire équivalent à la totalité du prix des locaux, ce qui signifiait que Mme Doucen ne prenait aucun risque financier et n’engageait aucun capital propre, bref l’affaire rêvée du siècle en or massif ! Et cerise sur le gâteau, c’est la Mutuelle seule qui pour 184 000 euros s’engageait à rénover les locaux à ses frais. Selon le Canard, la valeur des parts de la SCI a été multipliée par 3000 en six ans !

Le quotidien Le Monde avait en outre révélé que l’éphémère ministre de la Cohésion des territoires avait fait bénéficier ses proches de plusieurs contrats, notamment son ex-femme et sa compagne alors qu’il dirigeait les Mutuelles. De plus, Richard Ferrand avait conservé un poste de chargé de mission auprès de la nouvelle directrice des Mutuelles de Bretagne, rémunéré 1250 euros par mois, après son élection à l’assemblée en 2012 et ce pendant toute la législature.

Après avoir estimé dans un premier temps que les faits ne justifiaient pas l’ouverture d’une enquête, le parquet s’est ravisé le 1er juin 2017, au lendemain de l’annonce d’une plainte de l’association anticorruption Anticor. Celle-ci a appelé vendredi 13 octobre « à corriger les failles de la législation pour sanctionner ce type de pratiques qui ont permis à la compagne de M. Ferrand d’acquérir un patrimoine d’un demi-million d’euros sans bourse délier ».

Mais l’affaire n’est pas finie juridiquement pour autant car le FRICC (Front républicain d’intervention contre la corruption) ainsi que des mutualistes citoyens vont déposer plainte pour délit d’entrave aux fonctions de commissaire aux comptes qui aurait dû préalablement valider le montage immobilier du siècle pour la compagne de Richard Ferrand. Selon le Président Jean-Luc Touly, ce délit est passible d’une peine de maximale de 5 ans de prison et de 75 000 euros d’amende.

Le FRICC  porte également plainte contre le député Ferrand pour son activité de lobbying à la commission des affaires sociales, ayant démissionné à quatre reprises pendant plusieurs jours de la commission de défense nationale, au moment où des textes sur les mutuelles étaient en débat.

Richard Ferrand est donc coupable moralement, sauvé à ce jour juridiquement par la seule prescription, mais l’affaire n’est pas encore à ce jour complètement terminée.

16:13 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Filip Dewinter repart en campagne contre l'islamisation de la Flandre

16168030.14.jpg

Le député du Vlaams Belang Filip Dewinter a présenté ce 12 octobre 2017 à la presse, devant la grande mosquée de Bruxelles, son ouvrage en néerlandais intitulé « Résistance ! Guide de résistance contre l’islamisation ! »

1033281006.7.jpg

Source Lionel Baland

11:52 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 17 octobre 2017

POUR VAINCRE, LR ET LE FN DEVRAIENT REGARDER DU CÔTÉ DE L’AUTRICHE

814200.jpg

Marc Rousset

Le jeune leader conservateur Sebastian Kurz, 31 ans, a remporté les élections législatives autrichiennes avec 31,7 % des voix, le dimanche 15 octobre. Une coalition droite-extrême droite pourrait accéder au pouvoir.

En Autriche, pays de 8,7 millions d’habitants, l’extrême droite eurosceptique (FPÖ) est ancrée sur la scène politique depuis plusieurs décennies. Mais la donne a changé lorsque Sebastian Kurz, actuel ministre des Affaires étrangères depuis 2013, a pris le contrôle, en mai 2017, d’un parti chrétien-démocrate (ÖVP) à bout de souffle et a mis fin à dix années de grande coalition avec les sociaux-démocrates, provoquant des élections anticipées.

Avec une image de modernité, un discours très ferme sur l’immigration, des promesses d’allègements fiscaux, le « Wunderwuzzi » (enfant prodige) de la politique autrichienne a su ranimer la flamme de l’électorat conservateur et en rajeunir la base. IL avait été, à l’automne 2015, un des premiers ténors européens à critiquer la politique d’accueil de la chancelière allemande Angela Merkel et se targue même d’avoir obtenu la fermeture de la route des Balkans, soutenant la clôture frontalière construite par la Hongrie.

Sebastian Kurz a régulièrement durci sa ligne, réclamant une réduction des aides sociales pour les étrangers, au point que le FPÖ l’accuse d’avoir plagié son programme. « 60 % des Autrichiens ont voté pour le programme du FPÖ », a martelé M. Strache. Sebastian Kurz s’est prononcé contre l’immigration, dont les deux tiers de la population autrichienne ne veulent plus, pour un renforcement de la sécurité face au terrorisme et à la petite délinquance et contre l’islam en tant que religion politique.

La formation d’extrême droite FPÖ est troisième du scrutin, avec 25,9 % des suffrages, derrière le parti social-démocrate SPÖ de M. Kern (27 % des voix), mais apparaît en faiseur de roi. Le FPÖ de M. Strache renoue avec le score historique de son ex-mentor Jörg Haider en 1999. Il revendique des ministères régaliens en cas d’entrée au gouvernement, dont l’Intérieur et les Affaires étrangères. En 1999, le parti était entré au gouvernement aux côtés des conservateurs, entraînant de honteuses sanctions européennes ; scénario qui ferait aujourd’hui hurler de rire, tant le populisme et la colère des peuples prennent de plus en plus d’ampleur.
 
L’Autriche est un des pays d’Europe à avoir accueilli, en deux ans, le plus de migrants au regard de sa population (1,5 %), alimentant les débats sur le coût des prestations et sur la capacité d’intégration des nouveaux venus.

Lors de la présidentielle l’an passé, les sociaux-démocrates et l’ÖVP chrétien-démocrate avaient été éliminés dès le premier tour. Le candidat d’extrême droite Norbert Hofer s’était incliné de peu au second tour face à l’écologiste-libéral Alexander Van der Bellen.

Une alliance entre M. Kurz et M. Strache pourrait infléchir la ligne jusqu’à présent très europhile du pays, le FPÖ prônant notamment un rapprochement avec le groupe de Visegrád, comprenant des pays comme la Pologne et la Hongrie qui multiplient les bras de fer avec Bruxelles. M. Strache a, en outre, répété que l’organisation de référendums « sur le modèle suisse », notamment au sujet des accords commerciaux TTIP (négocié par l’Union européenne avec les États-Unis) et CETA (Union européenne-Canada), faisait aussi partie des exigences de son parti.

En France, le FN, en élisant un nouveau chef charismatique et compétent, et les LR, portant à leur tête Wauquiez, devront suivre l’exemple autrichien et nouer une alliance afin de gagner les élections et prendre, enfin, le pouvoir. Sinon, il faudra euthanasier ces deux partis et trouver un chef charismatique compétent de droite avec un nouveau parti. L’objectif serait de faire le même coup que Macron avec son OPA sur le centre droit et le centre gauche, afin de faire la jonction, l’alliance et l’union de la vraie droite par la base en attirant la majorité des électeurs en provenance du Front national et des Républicains.

Source cliquez ici

12:11 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parution du n°73 de Terre & Peuple magazine

TP_73_couverture.jpg

En savoir plus cliquez ici

00:05 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 octobre 2017

Au Bistro Libertés avec Roland Hélie, il a été beaucoup question du PFN. Pour ceux qui veulent en savoir plus :

2017 PFN CHN REEDITION.jpg

Pour le commander en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez là

20:42 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MACRON EN DANGER ?

ignace_kurz_vainqueur_legislatives_autriche_fpo-tv_libertes.jpg

18:41 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TV Libertés : CLAUDE GUÉANT PARLE !

L’ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a été qualifié « d’homme le plus puissant de France ». Mais tout bascule en février 2013. En deux mois, l’existence de l’ancien Secrétaire général de l’Elysée est devenue un enfer. Face aux affaires qui le mettent directement en cause, il clame son innocence et évoque une machination, une instrumentalisation visant à le détruire, et à travers lui, Nicolas Sarkozy.

Interrogé par Martial Bild et Elise Blaise, Claude Guéant évoque les éléments qui figurent dans son livre « Quelques vérités à vous dire » mais il va plus loin.

Sans reprendre le terme de cabinet noir, il affirme qu’une structure, une équipe au ministère de l’Intérieur était chargée de son sort.

Claude Guéant témoigne longuement de son engagement aux côtés de Nicolas Sarkozy. Il évoque aussi l’affaire Merah et plus généralement l’Islam en France.

Un entretien important avec l’ancien ministre de l’Intérieur qui ouvre ses placards sur quarante années durant lesquelles il a côtoyé ministres, patrons, artistes et chefs d’Etat.

TV LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

18:35 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LES IDÉES NATIONALISTES TRIOMPHENT LORS DES LÉGISLATIVES EN AUTRICHE

image-1080745-galleryV9-vksv-1080745.jpg

Lionel Baland

Lors des élections législatives en Autriche de ce 15 octobre 2017, le parti patriotique FPÖ dirigé par Heinz-Christian Strache et son clone, la nouvelle version du parti social-chrétien ÖVP de Sebastian Kurz, triomphent. Le premier décroche 27,4 % des voix et le second obtient 31,4 %. Les sociaux-démocrates du SPÖ sont à 26,7 %.

Sebastian Kurz a réussi son pari et est le grand vainqueur du jour : il est arrivé à couper l’herbe sous le pied du FPÖ et à limiter sa progression. Alors que ce dernier caracolait au fil du temps en première position dans les sondages, suite au rejet par une partie de la population de l’afflux de migrants – conséquence de l’ouverture en 2015 des frontières par Angela Merkel -, le ministre ÖVP de l’Europe, de l’Intégration et des Affaires étrangères Sebastian Kurz décidait de prôner en la matière des idées restrictives, ce qui avait amené le FPÖ à l’accuser de plagier son programme. En prenant, en mai 2017, le contrôle de son parti en mauvaise forme dans les sondages, Sebastian Kurz avait changé la donne en le faisant remonter immédiatement à la première place. Le scrutin de ce dimanche confirme désormais cette position dominante.

En conséquence, trois possibilités de gouvernement s’ouvrent.

L’ÖVP et le FPÖ peuvent se mettre ensemble en rééditant l’alliance mise en place en 2000, suite aux élections de 1999.

Le FPÖ arrivé, sous la conduite de Jörg Haider, deuxième du pays derrière le SPÖ avait laissé à l’ÖVP, troisième, le poste de chancelier. Ce gouvernement avait dû faire face à des attaques internationales massives. Par ailleurs, le président de la République de l’époque avait écarté des têtes d’affiche du FPÖ lors de la répartition des postes ministériels et Jörg Haider, de son côté, n’avait pas pu ou voulu prendre part à ce gouvernement en tant que chancelier ou vice-chancelier. Cette situation avait conduit les structures du FPÖ, parti à l’époque mal préparé à l’exercice du pouvoir, à exploser littéralement en vol. De plus, un conflit avait éclaté au sein du parti entre les membres du gouvernement et Jörg Haider, gouverneur de Carinthie. L’ÖVP en avait profité en 2002 pour provoquer des élections anticipées qui avaient marqué l’effondrement du FPÖ et la victoire de l’ÖVP. Un nouveau gouvernement ÖVP-FPÖ avait finalement été mis en place. En 2005, Jörg Haider fondait un nouveau parti, le Mouvement pour l’avenir de l’Autriche (BZÖ), et y captait les ministres FPÖ ainsi que la plupart des députés de ce parti. Heinz-Christian Strache prenait alors le contrôle du FPÖ, qui se retrouvait dans l’opposition alors que le BZÖ le remplaçait au sein du gouvernement. Lors des législatives de 2006, ces deux partis obtenaient des résultats plutôt faibles. Mais en 2008, les deux formations politiques patriotiques gagnaient les élections. Alors que celles-ci et l’ÖVP auraient dû former ensemble un gouvernement, Jörg Haider décédait dans un accident de voiture et le SPÖ et l’ÖVP formaient à nouveau une coalition.
 
Mais depuis 2000, la donne a évolué : le contexte international a fortement changé et un gouvernement incluant des nationalistes ne constitue plus en Europe un problème. De plus, le FPÖ a choisi, sous la direction de Heinz-Christian Strache, de policer son discours alors qu’à l’époque de Jörg Haider, la provocation était souvent de mise en matière d’immigration.

L’ÖVP et le SPÖ peuvent rééditer la grande coalition en place depuis un peu moins dix ans, le poste de chancelier étant occupé cette fois par un ÖVP au lieu d’un SPÖ.

La dernière possibilité est un gouvernement réunissant le FPÖ et le SPÖ. Une version SPÖ-FPÖ a déjà existé au sein de deux gouvernements entre 1983 et 1986, mais elle avait été liquidée par le SPÖ lorsque Jörg Haider avait pris le contrôle du FPÖ lors du congrès d’Innsbruck en s’appuyant sur l’aile nationaliste du FPÖ face à l’aile libérale représentée par le président sortant de l’époque Norbert Steger. Depuis lors, de l’eau a coulé sous les ponts et le SPÖ gouverne un des neuf États autrichiens, le Burgenland, avec le FPÖ.

Du côté des autres partis, les écologistes immigrationnistes, victimes d’une scission dirigée par Peter Pilz, perdent les trois quarts de leurs électeurs et ne siègent plus au Parlement, alors que la liste Pilz, dont le dirigeant Peter Pilz est favorable à une politique restrictive en matière d’immigration, y fait son entrée. Les libéraux de NEOS se maintiennent au Parlement en étant stables à 5 %. Le FLÖ, scission du FPÖ, obtient 0,2 %.

Source Boulevard Voltaire cliquez là

Lire le blog de Lionel Baland cliquez ici

11:49 Publié dans En Europe et ailleurs..., Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Du Kurdistan à la Catalogne

dimanche_vote-300x220.jpgGeorges Feltin-Tracol

L’automne arrive et, avec la chute des feuilles d’arbre, les referenda se ramassent à la pelle. Après le référendum de septembre 2014 sur l’indépendance de l’Écosse marquée par la nette victoire du non, deux referenda d’autodétermination se sont respectivement déroulés le 25 septembre au Kurdistan irakien et le 1er octobre en Catalogne. Ces deux consultations n’avaient aucun caractère officiel légal pour être entérinées par les autres États.

Même si les Catalans ne sont pas des Kurdes et les contextes politiques, culturels, historiques, sociaux et économiques très différents, on demeure frappé par le parallélisme des démarches. Depuis 1991, le Kurdistan du Nord de l’Irak dispose d’une très large autonomie interne. La Catalogne bénéficie, quant à elle, d’un puissant gouvernement régional grâce à la Constitution de 1978. Cette liberté politique est toutefois entravée par la rivalité politico-tribale entre le PDK (Parti démocratique du Kurdistan) du clan Barzani et l’UPK (Union patriotique du Kurdistan) de Talabani (qui vient de disparaître) ainsi que d’une dette colossale et d’un état déplorable des finances publiques pour la Généralité de Catalogne.

L’initiative kurde s’inscrit dans l’affirmation militaire de ses forces dans la région : reprise des hostilités entre les Turcs et le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), constitution en Syrie du Rajova socialiste-libertaire aux portes de la Turquie, volonté d’émancipation des Kurdes d’Irak. Entre un « Arc chiite » presque réalisé, le magistère russe au Proche-Orient et une « réaction sunnite » éclatée entre Ankara – Doha et Riyad – Abou Dabi, Washington et Tel-Aviv préfèrent désormais encourager les ambitions kurdes historiquement sensibles au sionisme, pensant ainsi contrarier toute hégémonie régionale perso-russe, voire sunnite.

La Catalogne réclame pour sa part son indépendance, ce que refuse le gouvernement central conservateur minoritaire et corrompu de Madrid au nom de l’ordre constitutionnel. Or ce même gouvernement a quand même approuvé le pseudo-scrutin de l’opposition au Venezuela et dénie toute légitimité à l’Assemblée constituante à Caracas. Madrid fait en outre pression sur Barcelone, quitte à recourir à des dispositions liberticides.

Il ne faut cependant pas se réjouir de ce réveil tardif des peuples. Les séparatistes catalans ne se disent pas nationalistes et les Kurdes se veulent d’excellents démocrates selon le pseudo-philosophe Botule-Henri Lévy. Les partis en pointe dans la revendication catalane proviennent de la démocratie chrétienne affairiste, de la gauche républicaine et de l’extrême gauche radicale. Ces formations ne se préoccupent jamais des ravages de l’immigration extra-européenne, ni de l’expansion de l’islam; elles rejettent plutôt le non-Catalan hispanophone et rêvent d’une nation contractuelle multiculturaliste, féministe et « gendériste ».

Alors que la puissance s’exprime désormais en grands espaces continentaux organisés, à quoi bon qu’il y ait une Catalogne et/ou un Kurdistan indépendants si cette souveraineté ne sert que les minables intérêts d’une clique politicienne toujours prête à se répartir la manne pétrolière (ou commerciale) et à suivre les injonctions du « Bloc occidental atlantiste » ? Pour la circonstance, autant les nationalismes étatiques que les indépendantismes régionaux sont les alliés objectifs zélés du mondialisme.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 48, diffusée sur Radio-Libertés, le 13 octobre 2017.

07:27 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chisinau (Moldavie) 15-17 décembre : un colloque pour une alternative au capitalisme

Colloque-international-Moldavie.jpg

Un communiqué du Comité Jean Parvulesco :

Un Colloque international se tiendra les 15 et 16 décembre prochains à Chisinau, capitale de la Moldavie.

Cet événement sera inauguré par le Président de la République Moldave, M. Igor Dodon et à l’occasion duquel sera offert un banquet officiel.

Le thème de ce colloque est « Quelle alternative au capitalisme au XXIe siècle ? »

Seront présentes de nombreuses personnalités venues de tous les continents pour apporter leur pierre à la construction d’une véritable alternative au Système à tuer les peuples.

07:20 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE DOLLAR FACE À LA RUÉE VERS L’OR EN ALLEMAGNE ET AU YUAN-OR CHINOIS EN ARABIE SAOUDITE

dollars-cher-expensive-crisis-copie-1200x660.jpg

Marc Rousset

Selon une étude du World Gold Council publiée début octobre et intitulée « La décennie dorée de l’Allemagne », la demande d’or privée allemande a atteint un record de 190 tonnes : 110 tonnes physiques en pièces et barres et l’équivalent de 80 tonnes en titres indexés sur l’or, pour une valeur de 6,8 milliards d’euros. Si les Français continuent de rêver malgré la sévère mise en garde de la crise de 2008, les Allemands, non ! Hormis la Suisse, les Allemands, avec 1,5 gramme par habitant, sont les plus gros acheteurs d’or d’Europe. Ils font mieux que les Turcs avec 0,9 gramme, les Chinois avec 0,6 gramme ou même les Indiens (0,5 gramme) et la France, (0,1 gramme seulement).

L’Allemagne a été marquée par l’hyperinflation hallucinante de 1923 et par huit monnaies différentes durant les cent dernières années. Les Allemands sont conscients de l’instabilité financière et des effets d’érosion sur les richesses qui menacent le monde. Les taux bas et négatifs inquiètent suffisamment les Allemands pour que 57 % d’entre eux investissent dans l’or afin de protéger leur patrimoine. La bataille de l’or légitime contre le dollar illégitime comme étalon mondial est, en fait, une lutte économique et géopolitique (Chine, Russie, Iran, Venezuela) sans merci tous azimuts au niveau de la planète, et ce qui se passe en Allemagne est un avertissement sérieux de plus parmi d’autres à l’encontre de l’impérialisme non justifié du dollar.

Dans une interview accordée au média américain CNBC le 11 octobre, l’économiste Carl B. Weinberg a estimé que Pékin pourrait bientôt acheter l’or noir avec sa propre devise, le yuan, sans devoir passer par le dollar, car la Chine devrait, d’ici un an ou deux, surpasser les États-Unis en tant que premier importateur de pétrole. Si les Saoudiens se décident à accepter le paiement en yuans-or, les autres acteurs du marché du pétrole suivront son exemple. Pékin a toutes les chances de faire pencher la balance en sa faveur avec la carotte supplémentaire de la convertibilité en or du yuan à Hong Kong, Shanghaï ou Londres.Ce serait donc la fin pour l’Amérique, malgré tous ses efforts, de l’accord conclu en 1974 entre le président américain Richard Nixon et le roi Fayçal d’Arabie pour que Riyad libelle ses ventes de pétrole en dollars, d’où les pétrodollars et l’origine même de la suprématie du dollar dans le monde. Les tentatives de Trump pour remettre en cause l’accord conclu avec Téhéran sur la non-détention d’armes nucléaires ne sont pas faites seulement pour satisfaire Israël, qui tient à rester la seule puissance détentrice de l’arme nucléaire au Moyen-Orient, mais aussi et surtout pour plaire à l’Arabie saoudite, qui voit dans l’Iran chiite et perse un dangereux, vaste et puissant ennemi héréditaire de l’autre côté du golfe Persique, afin de la dissuader de coter son pétrole en yuans.

La Russie et la Chine, de leur côté, feront tout pour toucher au cœur la puissance financière de l’Amérique en n’utilisant plus le dollar pour le commerce du pétrole.

Le système financier mondial basé sur le dollar-étalon aux pieds d’argile, l’hyper-endettement, la folle création monétaire et la domination de Wall Street constituent, en fait, face au monde et à l’or, une gigantesque bombe à retardement qui explosera inéluctablement. Le seul problème, c’est que personne ne connaît la date et l’heure à laquelle la bombe a été réglée.

Lire aussi cliquez là

06:35 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 15 octobre 2017

JAYDA FRANSEN, PORTE-PAROLE DE BRITAIN FIRST, A ÉTÉ ARRÊTÉE POUR AVOIR ORGANISÉ UN RASSEMBLEMENT CONTRE LE TERRORISME ISLAMIQUE

2017 10 JAIDA FRANSEN.jpg

Dimanche 1er octobre, Jayda Fransen était des nôtres avec une délégation de son mouvement, Britain first, à la 11e Journée de Synthèse nationale à Rungis. Ce fut d'ailleurs l'occasion pour elle de rencontrer le Président Jean-Marie Le Pen.

Samedi, son mouvement appelait à manifester contre le viol d'une jeune Anglaise, Chelsey (20 ans, mère d'un enfant en bas âge), par des immigrés pakistanais dans le Suderland. La manif a été interdite et notre amie, ainsi que de nombreux militants, ont été arrêtés. Rappelons qu'en Angleterre les organisations musulmanes manifestent quotidiennement sans jamais être inquiétées.

Nous saluons le courage de Jayda et lui transmettons ce message de solidarité européenne.

22547522_10214301891681713_472783185_n.jpg

19:03 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 14 octobre 2017

Aujourd'hui, samedi 14 octobre, Charles-Henri d'Elloy dédicacera son livre "Les enfants de Maastricht" à la Librairie française à Paris

2017 10 Ch H d'Elloy Lib Fr dédicace.jpg

La Librairie française cliquez ici

Les enfants de Maastricht cliquez là

L'acheter en ligne cliquez ici

09:51 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 octobre 2017

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

18:43 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dans un contexte tendu, l'Espagne a célébré hier la Fête de l'Hispanité

22426559_885557211593617_7968420050828141778_o.jpg

L'Espagne fêtait hier la "Journée de l'Hispanité". Ce fut à nouveau l'occasion pour des dizaines de milliers d'Espagnols, à Madrid et dans toutes les villes du pays, de marquer leur attachement à l'unité nationale. L'immense mobilisation populaire à laquelle nous assistons depuis quelques jours semble mettre à mal les projets séparatistes et immigrationistes de Barcelone.

22384120_885557264926945_6103194242624305831_o.jpg

22459131_885557374926934_533429125248048015_o.jpg

12:30 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Hongrie : consultation nationale contre le “plan Soros”

Hongrie-Soros.jpg

Le gouvernement conservateur hongrois de Viktor Orbán lance une nouvelle consultation nationale. Après avoir demandé aux Hongrois de s’exprimer sur les migrants et les ingérences de Bruxelles, le gouvernement hongrois se penche cette fois sur ce qu’il appelle le “plan Soros”.

Se référant à des déclarations publiques et par voie de presse du spéculateur et activiste mondialiste américain George Soros – d’origine juive hongroise et de son vrai nom György Schwartz -, le gouvernement de Budapest cherche par cette consultation à informer les gens des intentions de cet homme d’influence concernant l’Europe et la Hongrie.

C’est également un moyen pour le gouvernement de légitimer une politique de plus en plus volontariste contre l’ingérence occidentale et libérale-libertaire, tant soutenue par le milliardaire américain.

À travers 7 affirmations – chacune accompagnée d’explications détaillées -, la consultation nationale rappelle les objectifs affichés de George Soros :

1.  cherche à convaincre Bruxelles d’installer chaque année au moins un million de migrants d’Afrique et du Proche-Orient sur le territoire de l’Union, y compris en Hongrie.

2. George Soros et les dirigeants bruxellois souhaitent réussir à faire démanteler les barrières de protection frontalières par les États-membres de l’Union, et donc aussi celle de la Hongrie, afin d’ouvrir les frontières aux immigrants.

3. Le plan Soros consiste également à imposer la répartition des immigrés massés en Europe occidentale, en particulier vers les pays d’Europe de l’Est. La Hongrie devrait alors également y contribuer.

4. Sur la base du plan Soros, Bruxelles devrait contraindre les États-membres, et donc la Hongrie, à verser 9 millions de forints (15.000€) d’aides publiques à chaque migrant.

5. George Soros cherche également à ce que les migrants bénéficient de peines plus légères pour leurs crimes.

6. L’objectif du plan Soros est de reléguer au second plan la langue et la culture des pays européens afin d’accélérer l’intégration des immigrés illégaux.

7. Le plan Soros a également pour objet d’initier des attaques politiques et sanctionner durement les pays s’opposant à l’immigration.

Pour l’opposition, le gouvernement fait de George Soros un bouc émissaire et s’immisce dans la campagne en vue des élections d’avril 2018, laquelle a de facto déjà commencé.

Toutefois, Viktor Orbán et son gouvernement comptent bien mener jusqu’au bout leur dénonciation de George Soros et de ses sbires, ONG de la “société civile” et activistes mondialistes. D’après les sondages, le peuple hongrois répondra cette fois encore favorablement aux questions du gouvernement, donnant ainsi à Viktor Orbán la légitimité renouvelée pour agir contre le dénomme “plan Soros”.

Article paru sur le site VP cliquez ici et EuroLibertés cliquez là

Sur la Hongrie :

2017 hongrie jcr flyer.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

11:11 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’ÉCRAN DE FUMÉE DU SYSTÈME ÉCONOMIQUE FACE AUX CHIFFRES ET AUX RÉALITÉS

ruines-1200x660.jpg

Marc Rousset

Lors de ses adieux à l’Eurogroupe du lundi 9 octobre, l’ex-ministre des Finances allemand Wolfgang Schaüble a osé, lui aussi, s’inquiéter face à ses collègues, dans un strict huis clos, après la BRI et le FMI, des bulles financières, de l’excès des liquidités, de la surévaluation des actifs dans l’hémisphère occidental.

La Chine propose actuellement d’échanger les yuans reçus par les exportateurs de pétrole contre de l’or acheté sur les marchés du monde qui ne proviendrait donc pas des réserves chinoises. Il est possible que nous soyons à l’aube d’une révolution monétaire mondiale susceptible de mettre fin à la prédominance du dollar, le dollar s’écroulant complètement. Le monde assisterait alors à un retour à l’or en tant que monnaie globale, subrepticement, sans aucun accord global préalable entre les nations. Ce serait la triste fin, ô combien méritée, de la saga de la non-convertibilité en or du dollar au taux de 35 dollars l’once édictée par Nixon en 1971 !

Pour ébranler les apôtres du Système, quelques faits et des chiffres :
– Le ratio des matières premières trop bon marché GSCI, divisé par l’indice S&P 500 trop élevé, est de nos jours de l’ordre de 1 alors que sa moyenne, depuis trente ans, est de 4,1.
– Le prix de l’or semble avoir atteint un point de retournement.
– La Chine a plus de 20.000 tonnes d’or aujourd’hui, si l’on additionne l’ensemble de ses réserves officielles de 4.000 tonnes à sa production cumulée de 5.000 tonnes, aux réserves de 2.000 tonnes des joailliers, aux 7.000 tonnes achetées dans le monde depuis 1994. De plus, la Chine, au cours actuel de l’or avec ses 3.500 milliards de dollars en réserve, pourrait acheter théoriquement 100.000 tonnes d’or !
– La Russie a vu ses réserves en or passer de 500 tonnes, en 2006, à 1.550 tonnes, en 2017.
– La volatilité et l’augmentation spéculative des crypto-devises du genre Bitcoin montre la fragilité du système.
– Les taux des bons obligataires à dix ans du Trésor américain, qui étaient de 15 % dans les années 1980, sont aujourd’hui à 1 %. Certains taux sont, depuis 2.500 ans, pour la première fois proches de zéro.
– Il y a, aux États-Unis, une bulle sur les actions si l’on regarde grimper le graphique du NASDAQ, l’augmentation du ratio cours/bénéfice à 25,65 en juillet 2017 du S&P 500, et une bulle sur l’immobilier avec l’indice Case-Shiller des prix de l’immobilier qui a atteint 195 en juillet 2017, soit plus élevé encore que lors de la crise des « subprimes » en 2008.
– Il ne fait aucun doute, si l’on regarde les siècles passés, que les crises se rapprochent de plus en plus d’une façon exponentielle, et sont plus beaucoup nombreuses.
– La dette mondiale irremboursable atteint 217.000 milliards de dollars, soit 327 % du PIB mondial. Les pays émergents sont aussi très endettés.
– La Banque du Japon possède 75 % des ETF indiciels japonais et la Banque nationale suisse est devenue un « hedge fund » à risques qui possède 85 milliards de dollars d’actions américaines !
– Les actifs cumulés des banques centrales BCE, Japon, Fed, Angleterre représentent 14.000 milliards de dollars après avoir injecté plus de 10.000 milliards de dollars de liquidités en dix ans.
 
En fait, le point Oméga du Système, c’est le Venezuela. Il crée de la monnaie, dope les marchés, mais ne crée pas de la richesse réelle. Il espère que la richesse à venir permettra de rembourser les dettes. Mais c’est ainsi que procèdent les faillis hyper-endettés lorsqu’ils pratiquent la politique de la fuite en avant. D’ici trois à cinq ans au plus tard, nous devrions vivre un tsunami terrible semblable à l’Allemagne en 1923 mais généralisé à l’ensemble du monde, la crise de 1929 apparaissant alors comme une « broutille » et un simple épiphénomène ! Qu’en pense Macron ?
 
Lire aussi cliquez ici

11:01 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Reçu au courrier...

ranson-2.jpg

10:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 octobre 2017

VENDREDI 13 OCTOBRE, 20 H 00, ROLAND HÉLIE INVITÉ AU BISTRO LIBERTÉS

2017 10 13 RH TVL.jpg

REGARDEZ TV LIBERTÉS CLIQUEZ ICI

17:10 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Petit retour en arrière : MILITANTISME : DU DIMANCHE DE SYNTHÈSE NATIONALE AU SAMEDI DU BASTION SOCIAL

ob_9bac7f_adinolfi-41-sn-1er-octobre-2017-photo.png

Rungis le 1er octobre avec Synthèse nationale

Forum SI cliquez ici

Une actualité chargée, en particulier par l’attentat de Marseille et la crise espagnole, nous a amené à différer ce qu’il y avait à dire de la XIème Journée nationale et identitaire organisée le dimanche 1er octobre par les camarades de Synthèse nationale (cf. notre article du 28 septembre). Mais qu’on ne s’y trompe pas : cette Journée a été une incontestable réussite. Dès notre arrivée, à 11 heures, Roland Hélie, le dynamique animateur de SN, nous confiait qu’il avait d’ores et déjà enregistré plus d’entrées que lors des première minutes de la même manifestation l’an passé. Et les statistiques définitives ont confirmé cette tendance, puisque l’on a compté près de 1 500 entrées, contre 800 en octobre 2016. Cette très forte augmentation montre que la mobilisation des nationalistes est en très fort développement, ce qui est probablement une conséquence de la dernière Présidentielle : nombreux sont ceux qui, désormais, attendent des changements radicaux et qui vont là où ils s’attendent à trouver ceux qui peuvent les porter.

Et leur attente n’a pas été déçue. Nous n’avons pu assister à l’ensemble de la journée, mais avons pu apprécier ce qui s’y est déroulé en première partie, et plus précisément l’excellent forum des initiatives du matin, où nous avons relevé, en particulier, les interventions de Gabriele Adinolfi, Vincent Vauclin et Alban d’Arguin. Le premier a fait un point du projet « Lansquenets pour l’Imperium », qu’il anime et qui est en train de devenir un vaste réseau européen de réflexion, de formation et d’action comme il n’y en a probablement jamais eu dans notre camp. Le second a présenté les activités de son mouvement, Dissidence française, d’une façon si construite et attractive qu’il a su capter l’attention et la sympathie de l’assistance. Quant au troisième, qui mène une véritable croisade contre cette nuisance économique et écologique que constituent les éoliennes, il a mis en valeur la chance que représente notre parc nucléaire, une chance qui risque d’être remise en question ; mais n’a-t-il pas, toutefois, fait preuve d’un optimisme excessif à propos du nucléaire, en restant silencieux sur cette grave question que constitue la gestion des déchets ? Dans les années 70, on réfléchissait à une filière capable d’utiliser les déchets nucléaires, une filière dont l’étude avait, à l’époque, été abandonnée sous la pression de menées gauchistes quasi-insurrectionnelles : n’y a-t-il lieu pas de réactiver ce dossier ?

Nous attendions également, avec beaucoup de sympathie et d’intérêt, l’intervention de Steven Bissuel, le très efficace leader du Bastion social. Malheureusement, celui-ci, arrivé en retard, n’a pu participer au forum des initiatives et n’est intervenu que lors du forum sur l’identité, l’après-midi, forum auquel nous ‘avons pu assister. Nous avons néanmoins noté que le stand du Bastion a reçu la visite de très nombreux visiteurs, très chaleureux, ce qui montre à quel point l’action du BS est populaire au sein de notre camp. On attendait donc avec impatience ce qu’allait donner la manifestation organisée à Lyon, le samedi suivant 7 octobre, et que nous avions annoncée dans notre article du 26 septembre. Bien évidemment, cette manifestation avait, comme d’habitude, fini par être interdite, sous le prétexte fallacieux qu’elle risquait de « troubler l’ordre public ». Mais, comme toujours en pareil cas, le Bastion a su réagir avec détermination et intelligence, remplaçant sa manifestation par un rassemblement de plusieurs centaines de partisans très remontés devant son local, Le Pavillon noir, rassemblement qui fut suivi, le soir, d’un concert de rock identitaire très réussi. Il n’y a pas de doute : le Bastion social est une réalisation militante qui s’affirme et se développe, et dont on n’a pas fini de parler !

DES LANSQUENETS AU BASTION SOCIAL, EN PASSANT PAR DISSIDENCE FRANÇAISE, LA RENAISSANCE NATIONALE ET EUROPÉENNE EST EN MARCHE !

ob_e1433a_bastion-social-23-rassemblement-du-7-o.jpg

Lyon le 7 octobre avec la Bastion social