Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 19 mai 2020

Que faire pour sauver la planète ? Il faut tourner la page du mondialisme criminel !

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Nous reprenons notre enquête sur les suites de la crise que nous venons de subir. Aujourd'hui la parole est à l'écrivain et essayiste Franck Abed, qui fut un précurseur dans la réalisation, au début des années 2010, d'entretiens filmés de qualité et qui est aussi animateur de plusieurs sites consacrés en particulier à la littérature non-conformiste.

S.N.

Franck Abed

Avant toute chose, il convient de ne pas contribuer à la confusion généralisée qui existe quant à l’utilisation des termes mondialisation et mondialisme (1).

La mondialisation est un phénomène naturel de brassage des civilisations, résultant du développement des moyens de communication, des transports et des médias au sens large du terme. Elle est plus vieille que le concept de mondialisme. Effectivement, dans l’histoire antique, les Phéniciens, avant la fondation de Carthage, établissaient déjà des comptoirs pour le commerce en Afrique du Nord. Les Grecs voyageaient également dans toute la Méditerranée et les Vikings allèrent encore plus loin que les mondes connus. Personne ou presque ne peut vivre en autarcie. De plus, je rappellerai que l’échange entre les hommes est un don de Dieu, car l’Homme se construit, entre autres, avec l’altérité.

Le mondialisme se définit réellement comme une volonté de puissance exploitant la totalité de l’espace offert par la mondialisation pour soumettre à un contrôle central, appelé gouvernement mondial, l'ensemble des sociétés et des activités humaines de la planète. Nous sommes donc en présence d’individus désirant un pouvoir total, global et par conséquent totalitaire. La surveillance de masse programmée s’appuiera aussi sur les applications dites sanitaires, dont nous avons des exemples sous nos yeux (2).

Le mondialisme est inadmissible, car il entend contrôler les populations par la contrainte, la peur et la soumission. Le mondialisme reste une construction intellectuelle considérant que les différentes sociétés humaines doivent former une seule entité politique pour la mise en place d’un gouvernement mondial (3). Ce dernier prendrait la forme d'une république universelle et exercerait son pouvoir sur toute l’humanité avec Jérusalem comme capitale, selon l’aveu même de Jacques Attali (4).

Le mondialisme, pour tromper les sociétés, fait miroiter le bonheur du consumérisme. Je consomme donc j’existe, voila le crédo de la philosophie mondialiste imposée aux peuples de la terre. Cette désastreuse philosophie du marché se substitue aux vrais besoins naturels des êtres humains : se nourrir, se vêtir, s’instruire et s’épanouir.

La liberté que promet le mondialisme sert d’écran de fumée à la répression intellectuelle qu’il exerce constamment. Pour pousser les Hommes à consommer, le mondialisme a inventé McDonald’s et Coca-Cola. A la place de l’intellect, ils imposent le tube digestif. Afin de concrétiser le projet mondialiste, ses promoteurs ont déclaré que la métaphysique de toutes les anciennes traditions et sagesses est périmée. Pour combler ce vide, ils nous inventent la métaphysique de Disneyland et des GAFAM (5). C’est leur paradis paradis terrestre. Chacun de nous reçoit une invitation pour participer à ce divertissement permanent. Tout est humain, rien n’est divin, pas de transcendance : gloire à la science et à la technique.

En résumé et pour être le plus clair possible, notre action de résistance doit s’articuler principalement autour des pointssuivants : Nous en remettre à Dieu ; Nous former spirituellement et intellectuellement pour être capables d’argumenter, de défendre nos positions et de susciter l’adhésion ; Nous préparer physiquement, en vue des moments difficiles que nous affronterons ; Dénoncer l’ennemi sans relâche, nous devons sans cesse le nommer et le combattre ; Constituer des réseaux de solidarité et d’entraide ; Refuser le consumérisme ; Consommer local et privilégier les circuits courts ; Récuser toute tentative de suppression de nos libertés, notamment dans le domaine intellectuel, médical, alimentaire, et plus particulièrement en ce qui concerne l’instruction des enfants… L’enjeu est : la défense de nos libertés quoiqu’il arrive !

Durant ces deux derniers millénaires, la civilisation humaine sera passée par quatre ères successives marquées par quatre formes de pouvoir politique : l'ère des tribus, des empires et des royaumes, des Etats-Nations, aujourd’hui celle des conglomérats économiques. La cinquième sera la mise en place du gouvernement mondial ou l’éclatement des conglomérats économiques. A nous de savoir ce que nous voulons vraiment…

(1) Le mondialisme, Editions Orvilloise, août 2016

(2) Application StopCovid pour les utilisateurs de smartphone, bracelets électroniques pour les autres selon les propos de Cédric O, Secrétaire d'Etat chargé du Numérique de la République française.

(3) « On ira ensemble vers ce Nouvel Ordre Mondial. Et personne, je dis bien personne, ne pourra s’y opposer. » Nicolas Sarkozy, Président de la République française le 16 janvier 2009.

« Nous sommes à la veille d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est la bonne crise majeure, et les nations vont accepter le Nouvel Ordre Mondial. » David Rockefeller, grand banquier américain.

(4) Jacques Attali a produit de nombreuses déclarations en ce sens, notamment sur différentes chaînes de télévision française, dont Public Sénat.

(5) GAFAM est l'acronyme des géants du Web Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft qui sont les cinq grandes firmes américaines qui dominent le marché du numérique, parfois également nommées les Big Five, ou encore « The Five ».

18:12 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une Allemagne solidaire

france-allemagne.jpg

Le billet de Patrick Parment

Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale et le spectaculaire redressement économique des Allemands – qui n’ont pas touché au moindre dollar alloué par le plan Marshall – ceux-ci n’ont cessé d’être rackettés par Israël, le lobby juif américain et l’Europe qui, sans elle, n’existerait vraisemblablement pas. On peut comprendre que soixante-dix ans après, les Allemands se soient montrés réticents de continuer à jouer les vaches à lait. Eux, à qui on ne cesse de rappeler leur passé nazi quand l’occasion se fait sentir. Au point que l’on a fini par se demander si le peuple allemand n’avait pas été lobotomisé. Fort heureusement, la montée en puissance des partis populistes (nationalistes en fait) vient nous rappeler qu’il est des Allemands qui ont digéré leur passé et en ont marre de n’être pas payés en retour des efforts consentis pour redevenir respectables.

Toujours est-il qu’il aura fallu l’invasion de l’Europe par des immigrés issus des quatre coins de misère de la terre et conséquemment aux désastreuses fureurs guerrières des Américains, pour qu’une fracture sourde voit le jour entre une Europe du Nord soi-disant économe et un Sud dispendieux et fortement exposé aux flux migratoires. Ce n’est un secret pour personne que la puissance économique allemande en fait le moteur de l’Europe. Toutefois, force est d’admettre que l’Union européenne n’échappe pas pour autant à l’égoïsme des nations amenant de ce fait les Européens à se montrer méfiant face à une institution qui au fil du temps est devenue obscure et bancale. L’Europe légale n’est pas l’Europe réelle.

Quand vint le coronavirus qui, d’un coup, met à plat les économies de la terre entière et celles des européens en particulier. On s’est alors aperçu de toutes les erreurs que nous avons faites en appliquant de manière quasi obsédante les thèses d’un néolibéralisme qui, quoiqu’on en dise, favorise les riches et appauvrit les pauvres et plus sûrement encore les classes moyennes, principal vecteur des richesses européennes.  On s’est aperçu qu’on avait été trop loin dans la délocalisation de nos industries et que l’Europe était, de ce fait, ouverte à tous les vents sans réciprocité quand la Chine et l’Amérique n’hésitent pas à avoir recours au protectionnisme pour sauvegarder leurs intérêts. On n’a donc cessé - par masochisme ? – de dépouiller l’Europe de ses richesses. Ce virus est arrivé à point nommé. Il a pour effet de nous mettre face à la réalité : soit l’Europe se défend et se réforme dans le sens de nos intérêts, soit elle disparaîtra à terme.

C’est bien ce qu’a compris la chancelière allemande, Angela Merkel, en acceptant de mutualiser une dette européenne à hauteur de 500 Mds€ afin de venir en aide aux pays les plus fragiles et faire ainsi preuve de solidarité. C’est un premier pas. Il n’est, certes, pas suffisant, mais il marque la volonté des Européens de ne pas disparaître. Le plus dur reste à venir, celle de nous convaincre, alors que nous sommes acquis depuis belle lurette à l’idée européenne, que Bruxelles sert à quelque chose.

12:14 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEAN-MARIE LE PEN EN RIT ENCORE !

98018254_867323593780251_1771685094910590976_n.jpg

Laurent Lopez (FB)

Lors du confinement je me suis adonné, comme beaucoup de mes compatriotes, à de petits travaux de bricolage. J’étais en effet peu motivé pour m’asseoir derrière un clavier, préférant profiter du chant des oiseaux qui ont élu domicile dans mon jardin.

Je n’ai prêté que peu l’oreille aux journaux télévisés qui répétaient, tels des mantras, les mêmes choses, jour après jour. Les journalistes interrogeaient les mêmes « spécialistes », lesquels formulaient les mêmes réponses, commentées par les mêmes chroniqueurs… Seuls les chiffres des victimes variaient, hélas, quotidiennement.

Pour autant j’observe, à la fois amusé et consterné, nos responsables politiques qui s’efforcent en ce temps de crise d’exploiter à leur profit la situation dramatique de la France.

Les membres du gouvernement et ses divers soutiens font de leur mieux pour convaincre les Français que la situation est sous contrôle, les mesures utiles ayant été prises en temps voulu. Qui peut croire cela si l’on considère la pénurie de masques, de gants et de gel hydroalcoolique ?

Quant à elle l’opposition s’échine à démontrer que le gouvernement est en dessous de tout, lequel se serait signalé par son incapacité à anticiper et gérer la pandémie qui ruine notre pays.

Sans aucun doute, tous les opposants auraient fait mieux ! Entre ceux qui ont déjà dirigé la France et l’ont conduite à l’abîme économique, ceux qui sont incapables de gérer financièrement leur propre parti et les nostalgiques de l’aberration marxiste, tous sont peu qualifiés pour porter un jugement crédible. Comment s’étonner ensuite que nos compatriotes préfèrent la pêche à la ligne les jours de scrutin à l’accomplissement de leur devoir d’électeur ?

Je m’amuse de voir ces histrions de tous bords s’agiter dans le bocal renfermant le microcosme de la politique politicienne. En cette période sombre, j’aurais apprécié davantage de bon sens et d’union…

Cependant, je concède que j’ai été touché par le dévouement et la disponibilité de maires de mon territoire. Beaucoup se sont distingués par leur réactivité et leur capacité à enchaîner de longues journées de travail au bénéfice de leurs concitoyens. Et même si aucun d’eux n’est de ma famille politique, je sais reconnaître la valeur des individus qui placent l’intérêt de la communauté avant quelconque autre considération. Puissent les temps dramatiques que nous traversons faire comprendre à ceux qui nous dirigent que les maires sont les élus les plus importants de la République.

Eux aussi étaient en première ligne !

Enfin, j’ai une pensée pour un homme parvenu à l’hiver de sa vie. Je ne doute pas qu’il doit s’amuser du spectacle de ses adversaires politiques se rangeant, sans l’avouer, à ce qu’il proposait voici des décennies.

Il est du plus grand comique en effet de voir des leaders politiques de droite et de gauche réclamer désormais le contrôle de nos frontières, la relocalisation des productions stratégiques et s’ébaudir devant les avantages des circuits courts tout en condamnant la mondialisation.

Voici quelques mois, les mêmes louaient l’Europe, prêchaient inlassablement les « avantages » de l’espace Schengen, glosaient sur la nécessité de laisser nos frontières grandes ouvertes et s’indignaient que l’on puisse proposer d’effectuer un contrôle sanitaire des personnes arrivant sur notre sol…

J’imagine le large sourire de ce digne vieillard dont les mèches jadis blondes ont pris avec le temps la couleur de la neige. Toute sa vie, tel un phare breton affrontant l’océan, il n’a jamais fléchi dans ses convictions. Désignant depuis cinquante ans les lourds nuages noirs se profilant sur l’avenir du pays, il fut raillé, insulté, ostracisé… Aujourd’hui, beaucoup de nos compatriotes savent qu’il a eu raison trop tôt et que les Français ont compris trop tard…

Cet homme, c’est Jean-Marie Le Pen. Si je ne doute pas qu’il doit être très affecté par le déclin de la France, je suis certain qu’il doit bien rire de voir ceux qui le clouaient jadis au pilori se faire les chantres du patriotisme !

Je mesure enfin les grands moments de solitude que cet homme a traversés. Seul, contre la meute des braillards du mondialisme et du politiquement correct. Il n’en attire que davantage le respect.

Il manque aujourd’hui à la France un homme de cette trempe, tandis que trente années sont de trop pour Jean-Marie Le Pen.

Car qui d’autre que lui aurait pu faire chanceler un Emmanuel Macron souverain ?

Je souhaite au « Menhir » de couler des jours heureux et de rire encore longtemps du spectacle cocasse offert par les politiques qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes.

12:12 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’arrestation de Félicien Kabuga, ou quand les médias rajoutent un chapitre à la fausse histoire du génocide du Rwanda

_112315283_667e537e-6ef5-4d12-974e-3aa8cf0e8b07.jpg

Bernard Lugan L'Afrique réelle cliquez là

Félicien Kabuga qui vient d’être arrêté en France est présenté comme étant à la fois le financier de l’Akazu, une cellule familiale qui aurait préparé le génocide, et le fondateur des Interahamwe, milice associée au génocide des Tutsi et des Hutu alliés au FPR du général Kagamé, les « Hutu modérés » des médias. Or, l’Akazu n’a jamais existé et Félicien Kabuga n’a pas fondé les Interahamwe.

1) L’Akazu n’a jamais existé

Devant le TPIR, le Procureur a échoué à convaincre les juges « au-delà de tout doute possible », que :

- le génocide du Rwanda avait été planifié au sein de l’Akazu, une prétendue cellule familiale postulée avoir été financée par Félicien Kabuga et dirigée par Protais Zigiranyirazo, beau-frère du président Habyarimana,

- que le maître-d’œuvre de cette opération criminelle était le colonel Théoneste Bagosora, qu’il présentait comme le« cerveau du génocide ».

Considérant que le Procureur n’avait « pas établi le bien-fondé de sa thèse » , dans leur jugement du 18 décembre 2008, tout en le condamnant pour n’avoir pas su contrôler ses prétendus subordonnés, les juges acquittèrent le colonel Bagosora du principal chef d’accusation, l’ « entente en vue de commettre un génocide ». Celui qui avait été présenté comme le « cerveau » du génocide n’avait donc pas programmé ce dernier…

Puis, le 16 novembre 2009, la Chambre d’appel du TPIR acquitta Protais Zigiranyirazo, le chef du prétendu Akazu. Il était d’ailleurs difficile de faire autrement car la Défense avait démontré que l’Akazu n’avait jamais existé puisqu’il s’agissait d’une invention de l’opposition au président Habyarimana… Les deux « inventeurs » vinrent même témoigner devant le TPIR pour expliquer toute l’affaire (voir à ce sujet mes publications citées en fin de communiqué).

Et pourtant, dans la plus totale ignorance du dossier, les médias osent écrire que Félicien Kabuga était le financier d’un Akazu fantasmé...

2) Félicien Kabuga n’a pas fondé les Interahamwe

Dans le contexte de pré-guerre civile qui ensanglantait le Rwanda des années 1992-1994, tous les partis politiques se dotèrent de milices. Tous, y compris le PSD (Parti social-démocrate), un parti très largement tutsi dont la milice était les Abakombozi (Libérateurs). 

Chronologiquement, la  première de ces milices, les Inkuba (Foudre) fut fondée par le MDR (Mouvement démocratique républicain)  un parti hutu à dominante sudiste qui combattait le régime du président Habyarimana.

En réaction, à la création des Inkuba, le parti présidentiel, le MRND (D) (Mouvement révolutionnaire national pour le développement et la démocratie), se dota des Interahamwe (Ceux qui vont ensemble).

Cette milice fut fondée par un Tutsi nommé Anastase Gasana. Membre du MRND (D), ce dernier adhéra ensuite au MDR et devint conseiller du premier ministre (MDR) Nsengiyaremye avant d’être nommé Ministre des Affaires étrangères du gouvernement d’Agathe Uwilingiyimana, un gouvernement d’opposition au président Habyarimana. Anastase Gasana rallia ensuite le FPR et il devint même ministre dans le premier gouvernement  constitué  au mois de juillet 1994, après la victoire militaire du général Kagamé.  

Ainsi donc, le fondateur des Interahamwe, ces « tueurs de Tutsi », était lui-même Tutsi…et il fit une brillante carrière ministérielle sous le régime tutsi victorieux... Pour mémoire, le co-fondateur de ces mêmes Interahamwe, Eric Karagezi était également Tutsi (TPIR-2001-73-T, lundi 6 mars 2006,  Des Forges, page 31). Quant à la milice elle-même, elle était dirigée par un autre Tutsi, Robert Kajuga...

Il est donc pour le moins insolite de constater que tant de  Tutsi aient pu avoir de tels rôles essentiels dans la création, l’organisation et le fonctionnement d’une milice présentée comme ayant préparé et commis le génocide des Tutsi…

Le FPR avait également infiltré nombre de ses membres au sein des Interahamwe. Devant le TPIR les noms et les pseudonymes de plusieurs d’entre eux ont été cités. Dans la période qui précéda le génocide, donc avant le 6 avril 1994, leur mission était double :

- provoquer le chaos afin de déstabiliser politiquement le régime Habyarimana,

- discréditer les partisans de ce dernier aux yeux de l’opinion internationale en faisant porter sur eux la responsabilité des violences qui secouaient alors le pays.

Devant le TPIR, l’ancien Premier ministre Jean Kambanda a déclaré à ce propos sous serment que : « (…) les Interahamwe (…) étaient commandés à partir du siège de l’état-major du FPR. Sur les cinq dirigeants des Interahamwe au niveau national, je parle du Président, du premier et du deuxième vice-président et de deux trésoriers, trois sur cinq avaient été officiellement recrutés et injectés dans la direction des Interahamwe par le FPR dans sa tactique d’infiltration » (TPIR-98-41-T  Kambanda, 20 novembre 2006, p.69).

Voilà qui illustre une fois encore  la fausse histoire du génocide du Rwanda « pieusement », et hélas, parfois même servilement, récitée par les médias qui parlent et écrivent sans savoir, se contentant de recopier les notes  distribuées par les  services du général Kagamé.

Lire sur le sujet : Dix ans d'expertises devant le TPIR, Bernard Lugan, cliquez là et Rwanda, un génocide en question, Bernard Lugan, Editions du Rocher cliquez ici

11:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 mai 2020

Tommie Lindh, un jeune Suédois, tente de s'opposer au viol d'une jeune fille par un migrant, il est assassiné par ce dernier

tommielindh.jpg

Clément Martin (FB)

Il s’appelait Tommie Lindh. Il y a quelques jours, ce Suédois de 19 ans se ballade dans la rue quand il surprend une scène glaçante : une jeune fille de son âge est en train de se faire violer par un Africain. Il sent le sol se dérober sous ses pieds mais ne réfléchit pas, il fonce. Une bagarre éclate. Tommie ne pense qu’à protéger celle qui pourrait être sa sœur. Malgré la différence d’âge (le migrant a 22 ans), Tommie ne recule pas et tente de repousser le violeur. Face au courage de ce jeune Suédois, le migrant voit rouge. Il sort un couteau. Tommie refuse de s’écarter. Il est alors poignardé à plusieurs reprises. L’adolescent s’effondre sur le sol. Quelques heures plus tard, il décèdera à l’hôpital.

Agressions, viols, assassinats... les Européens n’en finissent plus de payer les ravages de l’invasion migratoire.

Rendons hommage à Tommie, non pas à la victime, mais au héros. Il a agi comme chacun de nous devrait le faire dans la même situation. Puisse son exemple nous inspirer et son courage couler dans nos veines.

23:52 Publié dans Banalisation..., En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de TV Libertés du lundi 18 mai

TVL CONF.jpg

23:37 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

1940 : Emmanuel Macron allonge la liste des défaites glorieuses françaises

montcornet.jpeg

Par Jean-Dominique Merchet

En commémorant, ce dimanche, les combats de Montcornet (Aisne) de 1940, le président Macron a-t-il vraiment « regardé l’histoire en face », comme le promettait l’Elysée ? Dans un discours inhabituellement bref – seize minutes –, le chef de l’Etat n’a pas dévié d’un trait de la mythologie gaullienne et s’est prudemment abstenu d’analyser les causes de cette « étrange défaite » (Marc Bloch).

Exaltant le « sacrifice » et le « courage » des combattants de mai- juin 1940, Emmanuel Macron a estimé que « les soldats français avaient mérité de la Patrie » et qu’ils étaient « des preux dans la défaite ».

Pour lui, la France ne fut pas une « victime consentante » face à l’ennemi. « Nos armées furent battues, mais elles luttèrent » et ce ne fut « ni une défaite prévisible, ni une déroute inéluctable ».

Les historiens continuent d’en débattre, mais le chef de l’Etat entend, pour sa part, « construire une mémoire de l’intégration républicaine ». Qui est responsable de ce qui fut « l’une des plus rudes défaites militaires de l’histoire » de France ? Le Président se contente d’évoquer les « failles » et les « faiblesses » de l’armée française ou le fait qu’« au sommet de l’armée et de l’Etat, personne ne portait la conviction [de Charles de Gaulle] qu’il s’agis- sait d’une guerre mondiale ». Dénonçant « la majorité fataliste des hauts fonctionnaires, des chefs militaires et des dirigeants politiques » qui voulaient « arrêter la guerre », il vante, au travers du Général, « l’esprit français de résistance » qui « jamais ne meurt ».

Grâce à Emmanuel Macron, la « bataille de France » figurera peut-être désormais au catalogue de ce que l’historien Jean Garrigues nomme les « défaites glorieuses », quand le sacrifice du soldat compte plus que le résultat final : Camerone, Bazeilles, Sidi Brahim, Dien Bien Phu. Et même Waterloo, évoquée dans le discours de Montcornet.

Source : L’Opinion 18/05/2020

16:38 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Disparition de Michel Piccoli...

838_000_par2003102307957.jpg

Il aurait, disait-on, plus ou moins aidé les gauchistes de la LCR au moment du lancement du quotidien Rouge dans les années 1970... c'était alors de bon ton dans le milieu qui était le sien. Mais, reconnaissons-le, quel remarquable acteur. Il lui sera donc beaucoup pardonné.

Roland Hélie

14:29 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 17 mai 2020

L’Arlésienne du second tour municipal

Urne-élec.jpgGeorges Feltin-Tracol

La période du 15 mars au 21 juin prochain, voire jusqu’au mois de septembre (ou d’octobre) 2020, restera comme le plus long entre-deux-tours de l’histoire électorale française. Le second tour des élections municipales peut se dérouler un dimanche de juin, de septembre, d’octobre, de novembre, de décembre ou de janvier 2021. 55,40 % d’abstention, 1,57 % de votes blancs et 2,74 % de bulletins nuls ont cependant marqué le premier tour en mars.

La crise épidémique du covid-19 n’explique pas complètement cette abstention massive. Outre 106 communes où ne se présentait aucun candidat, de très nombreuses communes, pas seulement rurales et peu peuplées, n’offraient aux électeurs qu’un seul choix. Cette désaffection se comprend par la raréfaction croissante des volontaires pour ce « sacerdoce » laïque. Le maire à la campagne voit sa responsabilité pénale s’aggraver et ses prérogatives politiques diminuer.

La présence de listes uniques dignes de l’Éthiopie populaire démocratique du camarade Mengistu se comprend à l’aune de cette parfaite saloperie qu’est la parité en vigueur depuis deux décennies maintenant. Le code électoral exige dans les communes de moins en moins habitées des listes paritaires hommes – femmes. Or, le sexe féminin est moins porté sur la chose publique que le sexe masculin. Présenter des listes viables relève souvent de la gageure, en particulier pour les formations politiques médiatiquement ignorées.

La parité homme – femme représente en elle-même une honteuse discrimination puisqu’elle exclut les transgenres et autres non-binaires. Cette non-inclusion crypto-patriarcale cessera tôt ou tard quand le Régime s’apercevra que cette nouvelle post-parité ternaire homme – femmes – autres ostracisera légalement les mouvements de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne. Ce verrouillage démocratique empêchera ainsi l’émergence de nouvelles forces politiques et sanctuarisera l’actuelle partitocratie dégénérée.

À cette mesure qui ne saurait tarder s’ajoute déjà un harcèlement quotidien et insidieux des candidats qui osent figurer sur des listes vraiment dissidentes de la part des municipalités, de leurs complices concurrents et du voisinage. Combien de sympathisants ne se présentent-ils pas par crainte de perdre des clients, de rompre avec des proches et de se disputer avec les siens ? La liberté de candidature dans l’Hexagone est de fait biaisée.

Le premier tour des municipales du 15 mars 2020 est une indéniable pantalonnade. Le scrutin aurait dû être pour le moins reporté à l’automne. L’abstention élevée et l’insincérité manifeste du vote compromettent pour les six prochaines années la légitimité des élus dès le premier tour et transforment le second tour en fumisterie.

Il faut en outre en finir avec l’apolitisme de circonstance. Il est formidable de constituer une liste d’intérêt communal regroupant des gars de droite, de gauche et du centre, soit le Système, mais on oublie un peu vite que le maire et son conseil municipal participent de droit à l’élection des sénateurs en septembre 2020. Par ailleurs, le maire peut être élu au conseil départemental ou au conseil régional ou bien visé la députation. Son apolitisme communal de façade s’efface très vite quand approchent d’autres échéances électorales.

Les maires participent enfin au parrainage des candidats à l’Élysée. Déjà difficile, le recueil des cinq cents signatures requises n’est pas facilité depuis 2017 avec la publication intégrale et régulière de l’identité de tous les signataires. Cette nouvelle contrainte écarte de l’élection capitale française tout véritable candidat anti-Système. Maints maires refusent en effet de parrainer quelqu’un par peur de déplaire à leurs familles, à leurs conseillers municipaux, au conseiller départemental du coin, aux services préfectoraux ou à leurs poissons rouges. Le maire est aujourd’hui un froussard hors catégorie.

Impuissant quand le gouvernement lui impose un camp d’accueil pour immigrés clandestins délinquants ou l’ouverture d’une salle pour se droguer en toute quiétude, l’édile communal joue au despote local comme à Sanary-sur-Mer où, au début du confinement, fut interdit un court laps de temps d’acheter une seule baguette ou de sortir à plus de dix mètres de son domicile. Quand il ne prend pas d’arrêté municipal contre un spectacle de l’excellent humoriste Dieudonné, le maire met tout en œuvre pour entraver l’implantation de lieux de convivialité socio-culturels de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne. En liaison avec les antifas, les journalistes et les préfectures, les mairies de Lyon, de Strasbourg et de Clermont-Ferrand ont persécuté en 2018 – 2019 les sections du Bastion social avant qu’il subisse d’une scandaleuse dissolution. Les édiles laissent les racailles prospérer dans les quartiers de non-droit. Ils se montrent en revanche intraitables envers les opposants résolus du Régime. Il faut reconnaître que les seconds, à la différence des premiers, ne financent pas en sous-main les campagnes électorales…

Un conformisme républicain moutonnier n’épargne pas les communes rurales. Le 29 février 2020, près d’un milliers de personnes, souvent âgées et retraitées (de futurs « covidiots » ?), manifestaient contre l’ouverture d’un local de l’association patrimoniale identitaire Terra Nostra dans une bourgade rurale de près de deux mille habitants aux confins de la Loire et du Rhône. Le maire de ce patelin, véritable satrape des Monts du Lyonnais réélu dès le premier tour grâce à une liste unique en dépit d’une abstention à 68,41 % (sans oublier 2,18 % de votes blancs et 9,17 % de bulletins nuls), cherche par tous les moyen de résilier le bail de location afin de chasser les membres de cette sympathique et méritante association, ce qui, on en conviendra aisément, n’est pas très « Charlie ».

Le second tour de ces municipales ne concernerait que cinq mille communes, les plus peuplées. Si le gouvernement le maintient en juin, en septembre, en octobre ou à la Saint-Glinglin, il en résultera une farce grotesque bien coûteuse pour les contribuables. Sauf si le gouvernement invalide le premier tour survenu en mars dernier et réorganise les deux tours du scrutin municipal à l’automne, la non-participation à ce cirque s’impose dès à présent, hormis où se maintiennent des listes de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne comme à Tarascon avec Valérie Laupies, à Orange avec le maire sortant Jacques Bompard ou à Marseille avec Stéphane Ravier.

On a sans cesse incité les Français à rester chez eux pendant la crise du coronavirus. Continuons plus que jamais à suivre cette injonction sanitaire impérieuse et, si toutes les municipales ne sont pas annulées, le jour du fameux second tour, sauf exceptions mentionnées, ne sortons pas ! Aidons plutôt l’abstention à battre son propre record.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°172. Source Europe Maximacliquez ici.

19:14 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : 10 et 11 octobre, la rentrée Bleu Blanc Rouge de la Droite nationale

2020 14 BBR4.jpg

En savoir plus cliquez ici

11:47 Publié dans 14 - Les 14e Journées de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

17 mai 1940 : de Gaulle et la légende de Montcornet

de-gaulle-565x475.png

Henri Saint-Amand Boulevard Voltaire cliquez ici

La bataille qui s’est déroulée à Montcornet (Aisne), le 17 mai 1940, est restée dans la mémoire collective comme l’une des rares, sinon la seule victoire des armées françaises pendant la bataille de France (10 mai-23 juin 1940) face à l’ennemi allemand. En fait, il s’agit plutôt d’un malentendu à l’origine duquel se trouve la maladresse du général Aimé Doumenc (1880-1948) qui écrit, le soir du 17 mai : « La 6e armée ayant poussé les unités blindées sous les ordres du colonel de Gaulle était à 10 h 30 au nord de Montcornet, et à midi un message en clair signalait l’urgence d’une contre-attaque de leur part. Notre propre contre-attaque avait donc réussi. »

La réalité est malheureusement plus cruelle, car le colonel Charles de Gaulle, nommé commandant de la 4e division de cuirassés, la plus puissante des grandes unités blindées de l’armée française avec 364 blindés, n’a jamais reçu l’ordre d’aller à Montcornet. L’ordre qu’il reçoit, le 15 mai, par le général Doumenc est le suivant : « Le commandement veut établir un front défensif sur l’Aisne et sur l’Ailette pour barrer la route de Paris. La 6e armée, commandée par le général Touchon et formée d’unités prélevées dans l’Est, va s’y déployer. Avec votre division, opérant seule en avant dans la région de Laon, vous avez à gagner le temps nécessaire à cette mise en place. »

Mais quand de Gaulle lance ses chars à l’attaque de la bourgade, le gros des troupes de Panzer allemands, appartenant aux 1re et 2e Panzerdivision, ont dépassé Montcornet. Le village n’est défendu que par la 3e compagnie du 66e bataillon de sapeurs allemands. L’entrée au sud-ouest a été minée. La défense antichar est assurée par des hommes du 59bataillon antiaérien allemand.

L’attaque est lancée le 17 mai à 4 h 15. Deux colonnes de chars sont formées. La 6e demi-brigade commandée par le lieutenant-colonel Sudre, forte de 34 chars Renault B1 bis et de 14 Renault D2, avance sur l’axe Laon-Moncornet. La 8e demi-brigade du lieutenant-colonel Simonin, avec 90 chars R35, flanc-garde la 6e sur l’axe Maison Bleue-Sissonne-Lislet.

Les premiers accrochages ont lieu vers midi, à Lislet, où le feu antichar allemand détruit deux chars légers français et force les autres à se replier car ils vont être à court de carburant.

À Montcornet, le capitaine Penet est pris à partie par l’ennemi et subit la perte de plusieurs éléments. Quand les chars lourds français, revenant du ravitaillement, entrent en action, de Gaulle sait que les jeux sont faits. Les blindés doivent progresser en lisière de Montcornet, la bombarder pendant six minutes et revenir. La mission est quasiment impossible. C’est en l’effectuant courageusement que le commandant Jean Bescond, à la tête du 46e BCC, et sept de ses hommes tombent au combat.

À 18 h 30, la bataille de Montcornet est terminée. Sur les 88 chars français engagés, 23 sont détruits. L’attaque française a bousculé et déstabilisé l’ennemi. Mais elle n’empêche pas la progression des blindés du général Ewald von Kleist (1881-1954) vers Cambrai et Saint-Quentin, avant qu’un ordre d’Hitler ne les arrête !

Ni victoire ni défaite, à l’image de la bataille de Stonne, Montcornet relève d’un combat comme la guerre en a vu de très nombreux. De Gaulle restera discret sur cet épisode mais n’empêchera pas la littérature (Faulkner, Bouchet, Ortoli et bien d’autres) de s’emparer de cet épisode pour renforcer sa légende.

11:34 Publié dans Revue de presse, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vers un deuxième krach, comme en 1929, plus long et plus violent

ROUSSET PIERRE.jpgMarc Rousset

Le rebond des marchés aux États-Unis est tellement surprenant qu’un nouveau krach pourrait se produire, plus long et plus violent qu’en mars 2020. Deux acronymes américains, FOMO (« Fear of missing out »), c’est-à-dire peur de rater l’occasion de la hausse, et la tarte à la crème TINA (« There is no alternative »), c’est-à-dire qu’il n’y a pas d’alternative aux actions, expliquent l’attitude des boursiers qui refusent de voir les réalités économiques en face.

Warren Buffett a raison d’attendre et de rester liquide, même s’il aurait mieux fait d’acheter de l’or, surtout après ses pertes abyssales dans les compagnies de transport aérien. Les marchés vont encore baisser, alors que l’indécision domine actuellement. Le CAC 40 a cédé un peu plus de 5 % cette semaine et le Dow Jones a reculé de 3 %. Les célèbres « GAFAM » pèsent, désormais, environ 50 % du NASDAQ 100 et certains pourraient bientôt se diriger, de la même façon, vers les champions du luxe français, les « KHOL » (Kering, Hermès, L’Oréal et LVMH).

Goldman Sachs entrevoit un plongeon du PIB de la zone euro pour 2020 de -11 %, -9 % pour l’Allemagne et -13 %, -14 % pour la France, le Royaume-Uni, l’Espagne et l’Italie. Les faillites bancaires vont se multiplier, suite à celles des entreprises dans le secteur du gaz de schiste aux États-Unis, du transport aérien, de la distribution, du tourisme, de l’hôtellerie, des cafés et restaurants, et aussi à cause des créances irrécouvrables des particuliers au chômage. Le véritable choc est donc toujours à venir, selon la banque suisse UBS. Rien que pour le premier trimestre 2020, la banque italienne UniCredit vient de passer pour 1,2 milliard d’euros de provisions. La bulle énorme d’avant mars, suite à la remontée des cours, n’est donc toujours pas dégonflée !

Certains voient se profiler de nouveau, à moyen terme, l’hyperinflation de la République de Weimar. À quand des banques centrales, par le jeu des « QE » éternels et illimités, qui achètent aussi des actions pour soutenir les cours – ce qui est déjà le cas au Japon et en Suisse, mais dans une attitude d’investisseur -, et, là ce sera le bouquet ! L’euro est en sursis, suite à la décision motivée et de bon sens de la Cour constitutionnelle allemande de Karlsruhe. La crédibilité de la BCE est dans la ligne de mire.

L’Allemagne ne veut plus payer pour « le Club Méditerranée », expression consacrée, outre-Rhin, de la France et de l’Europe du Sud. Les Allemands partent à la retraite à 67 ans sans rechigner, avec un Arbeitsamt (Pôle emploi) qui ne rigole pas, alors qu’en France, on ne sait que revendiquer, réclamer des droits nouveaux et sans fin, maintenir les scandaleux régimes spéciaux, avec des syndicats inconscients qui refusent l’élévation de l’âge du départ à la retraite. Merkel cherche à temporiser tout en se défilant, car elle est partante, mais la majorité des Allemands approuvent la décision de la Cour de Karlsruhe. Il n’y a pas de primauté du droit européen, mais des textes qui ont été signés et qui donnent raison à la Cour de Karlsruhe. Quant à Lagarde, elle noie son incapacité professionnelle dans l’anglo-américain au lieu de parler français.

Après avoir bouclé 540 milliards d’euros d’aide d’urgence, les 27 butent sur les demandes d’une relance supplémentaire, par Bruno Le Maire, de 1.000 milliards d’euros, car sinon l’Italie et « la zone euro ne résisteront pas ». Le principe est acquis d’une aide budgétaire ainsi qu’une aide à des investissements stratégiques et au secteur santé, mais les chiffres finaux retenus seront moins élevés.

Aux États-Unis, Jerome Powell, président de la Fed, ne veut pas entendre parler des taux négatifs, mais les marchés à terme anticipent déjà un taux de -0,022 % pour décembre 2021. Avec 33,5 millions d’inscriptions au chômage, un premier plan d’aide gouvernemental de 3.000 milliards de dollars, un deuxième plan envisagé du même montant par les démocrates, 2.000 milliards de dollars de rachats par la Fed, et 40 % des foyers avec un revenu inférieur à 40.000 dollars qui ont un de leurs membres au chômage, le résultat n’est pas non plus très brillant.

Un deuxième krach boursier plus violent parait donc inéluctable.

2020 SN 53 3.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

11:24 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Cahier d'Histoire du nationalisme n°18, consacré à Honoré d'Estienne d'Orves, sortira en fin de semaine prochaine...

CHN 18 1 DE COUV CORRIGÉE.jpg

Très attendu, ce Cahier n°18 cliquez ici, que nous devons à l'historien Didier Lecerf, sortira enfin dans les jours qui viennent. Il est actuellement à l'imprimerie. Initialement prévue pour la mi-mars, sa parution a dû être différée en raison de la crise sanitaire. Les choses rentrant petit à petit dans l'ordre, vous pourrez bientôt le recevoir.

Nous remercions celles et ceux qui l'ont commandé depuis plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour leur patience et leur compréhension.  

Le livre Réflexions pour un nouveau corporatisme cliquez là sera, lui aussi, disponible très prochainement.

Commander :

le CHN 18 cliquez ici

Réflexions pour un nouveau corporatisme cliquez là

01:00 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 mai 2020

Jeanne d’Arc, la France et les Français

jeanne-darc.png

Jean-Marie Le Pen

Il aura fallu cinq siècles à l’Église pour proclamer la sainteté de la Pucelle d’Orléans, vierge et martyre.

Jeanne va mourir. Elle n’a pas encore vingt ans. En trois ans, l’enfant de Domrémy, petit bourg du nom du saint évêque qui baptisa Clovis, a écrit l’un des chapitres les plus extraordinaires de l’histoire du monde.

Elle est condamnée à subir un supplice atroce : brûlée vive sur un bûcher.

Dieu merci, ce ne sont pas les Français, encore que les clercs de l’infâme évêque Cauchon y auront leur part, qui vont martyriser la jeune fille, mais les Anglais qui ne lui pardonnent pas de les avoir vaincus à Orléans, à Patay, à Jargeau.

Son corps et son cœur sont à la France, mais son âme est à Dieu, et son dernier soupir d’agonie sera « Jésus ».

Cependant, Jeanne est le vrai vainqueur deux décennies plus tard ; après leur défaite à Castillon par Richemont, les Anglais devront quitter définitivement la France.

Jeanne, c’est d’abord, pour moi, la fusion parfaite du courage, de la foi, de la confiance. Une très jeune femme inspirée, mandatée du plus haut, et qui ne connaît pas le doute. Ainsi, général bientôt victorieux, elle rallie, elle mobilise et, même, elle sacre. Incroyable destin, une telle œuvre dans une vie si brève. Elle est, à travers les siècles, le héros français permanent, une bannière qui, telle l’étoile, peut toujours guider, inspirer, et consoler quand vient l’incertitude.

Aussi, j’ai voulu, dans l’action politique, affirmer, par des signes populaires, la pérennité et la modernité de ce message bouleversant.

Tardivement canonisée, le 16 mai 1920, à Rome, sainte Jeanne d’Arc veille toujours sur la France et les Français. Elle veille et elle surveille. Il faut savoir sentir le poids de ce regard, qui commande ce qu’on appelait de mon temps l’examen de conscience. Sommes-nous à la hauteur, suis-je à la hauteur ?

Il n’y aura pas, dans les prochains mois, de redressement possible sans amour français chevillé au corps, de la part de chacun. Pas des petits soldats de plomb, non ! Mais des hommes libres qui comprennent qu’il faut marcher ensemble. Car, à nouveau, la patrie est en danger, sérieusement en danger.

Source Boulevard Voltaire cliquez ici

safe_image.jpg

NDLR - SN : Joignant les actes à la parole, Jean-Marie Le Pen est allé ce matin, samedi 16 mai à 11 h, déposer une gerbe (ci-dessous) devant la statue de Jeanne d'Arc, place des Pyramides à Paris (photo ci-dessus : 1er mai 2019).

98106641_10222828510089242_8097668491621957632_o.jpg

13:00 Publié dans Revue de presse, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La loi Avia, une loi néosoviétique

bock.jpg

Mathieu Bock-Côté

Ainsi, la loi Avia a bien été votée. Officiellement, elle prétend civiliser les réseaux sociaux en luttant contre la « haine » qui s’y déverse. Elle favorisera, plusieurs l’ont noté, une culture de la délation, chacun surveillant son prochain et étant invité à le dénoncer grâce à un bouton dédié, le citoyen éclairé prenant désormais les traits du délateur zélé. Les bandes militantes feront la loi à coups de signalements pour transformer lerus aversions idéologiques en interdictions. Les réseaux sociaux devront pratiquer la censure préventive des contenus potentiellement problématiques, sans quoi ils seront condamnés à des amendes très lourdes.

Cette loi s’inscrit dans le plus vaste projet d’un resserrement des conditions d’entrée dans l’espace public par le régime diversitaire, qui entend dominer la mise en récit de la vie collective. On se rappellera qu’il y a peu de temps le gouvernement flirtait avec l’idée de construire une représentation officiellement certifiée du réel au nom de la lutte contre les « fake news », ces dernières désignant souvent une lecture des événements ne versant pas dans la célébration emphatique du vivre-ensemble. La parole publique doit être disciplinarisée et la liberté d’expression, formatée.

Mais la critique de la loi Avia sera bien incomplète si elle ne vise pas son noyau idéologique, soit sa prétention à lutter contre la « haine ». En son nom, c’est le désaccord politique qu’on cherche de plus en plus ouvertement à proscrire. Une bonne partie du travail de la gauche idéologique, à travers sa mainmise sur les sciences sociales universitaires, consiste à reconsidérer en propos haineux toute critique appuyée du régime diversitaire.

On connaît la rhétorique. Qui critique l’immigration massive sera accusé de racisme. Qui fait le procès du multiculturalisme sera suspecté de xénophobie et qui rappelle la difficile intégration de l’islam en Occident sera taxé d’islamophobie. Qui s’oppose à la théorie du genre sera quant à lui suspecté de transphobie. Et ainsi de suite. La liste des haineux ne cesse de s’allonger. La lutte contre la haine autorise l’expulsion de l’espace public des contradicteurs du progressisme et inhibe les timorés, qui se réfugient dans l’autocensure.

Ce n’est pas d’hier que le régime diversitaire cherche à se délivrer de ses contradicteurs. Le pacte de Marrakech en 2018 entendait ainsi censurer les discours critiques de l’immigration, cela au nom de l’ouverture à l’autre. Il invitait les gouvernements à cesser « d’allouer des fonds publics ou d’apporter un soutien matériel aux médias qui propagent systématiquement l’intolérance, la xénophobie, le racisme et les autres formes de discrimination envers les migrants, dans le plein respect de la liberté de la presse ». La lutte contre les discriminations pave le chemin à un autoritarisme à prétention vertueuse.

Faut-il ajouter que la lutte contre la haine est à sens unique ? Car pour le régime diversitaire, la haine du réactionnaire, incarné dans la figure maléfique de l’homme blanc hétérosexuel, passe pour la forme achevée de l’amour de l’humanité. Les séances rituelles de défoulement médiatique où certains intellectuels sont dénoncés à coups de pétitions et de poursuites devant les tribunaux relèvent d’un dispositif persécutoire rappelant les deux minutes de la haine imaginées par Orwell dans 1984.

Lorsque la presse « recommandable » s’acharne contre un philosophe ou un essayiste en cherchant à tout prix à le marquer à « l’extrême droite » pour l’infréquentabiliser, ne verse-t-elle pas dans la haine idéologique ? Quel terme utiliser quand un homme politique assimile le populisme à une lèpre et les électeurs populistes à des lépreux ? Que penser de la nazification de l’adversaire toujours renvoyé aux « pires heures de notre histoire » ? L’actualité confirme que cette logique pousse à la criminalisation du désaccord. Le bannissement du groupe Génération identitaire sur Facebook en témoigne. On peut être en désaccord franc avec les discours et les méthodes de ces militants : reste que leur expulsion au nom de la lutte contre la haine s’inscrit dans cette extension du domaine de la censure. Au même moment, la gauche racialiste se déploie sans risque sur les réseaux sociaux. Mieux : elle y règne. Que penser de cette asymétrie dans le traitement des « radicaux » ? Ne fait-elle pas penser à la complaisance médiatique pour les milices violentes qui se réclament de « l’antifascisme » ?

Transformer en monstre son adversaire ne relève pas de l’éthique de la délibération démocratique. La restauration de la démocratie libérale passe par la réhabilitation d’une culture de la conversation civique. Mais rien ne semble plus éloigné de l’état d’esprit des croisés progressistes qui, pensant éradiquer le mal de la cité en en expulsant ceux qui ont le culot de ne pas penser comme eux, votent pour cela, sans honte, une loi néosoviétique.

Source, Le Figaro 16/05/2020

12:56 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:51 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 15 mai 2020

Le Journal de TV Libertés du vendredi 15 mai

TVL CONF.jpg

21:15 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : LES DEUX PREMIERS NUMÉROS DES "CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME" À NOUVEAU DISPONIBLES

2017 04 CHN 4 ET 6 copie.jpg

EN SAVOIR PLUS CLIQUEZ ICI

LES COMMANDER EN LIGNE CLIQUEZ LÀ

18:40 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : 10 et 11 octobre, la rentrée Bleu Blanc Rouge de la Droite nationale

2020 14 BBR2.jpg

On en reparle...

18:38 Publié dans 14 - Les 14e Journées de Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TRIBUNE LIBRE : Cordon sanitaire. Et Jacques Chirac inventa « distanciation sociale » et « gestes barrières »…

3403-jacques-chirac_5685277.jpg

François Floc'h*

Depuis de longues semaines et sans doute pour quelque temps encore, tous les responsables politiques et de santé, tous les médias nous serinent aux oreilles les bienfaits de « la distanciation sociale » et « des gestes barrières ».

Mais, qui se souvient que c’est Jacques Chirac qui a inventé et mis en œuvre la « distanciation politique » à l’Assemblée nationale ? Une « distanciation sociale » et « gestes barrières » avant la lettre !

Nous sommes en 1986. Grâce au scrutin proportionnel institué par François Mitterrand, le Front national a réalisé un très beau score aux élections législatives de mars 1986, prouvant ainsi son poids politique. Trente cinq députés ont été élus ! Un groupe parlementaire a pu être constitué. Il fera un magnifique travail à l’Assemblée nationale. Mauvais joueur, Jacques Chirac s’empressera de revenir au scrutin majoritaire à deux tours, avec charcutage de la carte électorale…

Jean-Marie Le Pen, dans le second tome de ses mémoires (page 156), Tribun du peuple, nous rafraîchit la mémoire. Il nous conte la « distanciation » mise en place vis-à-vis du tout nouveau groupe parlementaire Front national-Rassemblement national (RN déjà !) : « Chirac réagit aussitôt. Il lança contre notre remarquable équipe, que la géographie de l’Assemblée plaçait à l’extrême droite du président de séance, la consigne de l’isoler par un “cordon sanitaire”. Tel fut le vocabulaire employé, que nul, dans ce cas, ne jugea nauséabond. Les députés de sa majorité ne devaient ni voter les textes que nous proposerions ni nous adresser la parole. Le journaliste Franz-Olivier Giesbert devait révéler plus tard que Chirac avait choisi lui-même les députés RPR limitrophes des nôtres afin de s’assurer que la consigne soit bien respectée. »

Vous le voyez, Chirac était vraiment un grand démocrate très respectueux du suffrage universel ! Bon joueur, à la mort de Jacques Chirac, Jean-Marie Le Pen avait déclaré : « Mort, même un ennemi a le droit au respect » ! Chapeau l’artiste !

* Ancien responsable breton du FN.

jean-marie-le-pen-assemblee-nationale-1986.jpg

18:26 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Gestion de la crise : un effet du « deep state » à la française

ena.jpeg

Par Hervé Novelli*

L’expression « politique profonde » (deep politics) remonte aux années 1990. Le professeur Peter Dale Scott de l’université de Berkeley publie alors un ouvrage dans lequel il parle de système politique profond. Il y explique que le gouvernement des Etats-Unis est in uencé par un milieu con dentiel et restreint qu’il appelle « l’Etat profond ». Il précise : « Ce que j’appelle “Etat profond” aux Etats-Unis n’est pas une institution formelle, ni une équipe secrète, mais plutôt un cercle de contacts de haut niveau [...] par lequel le pouvoir politique est susceptible d’être dirigé. »

Selon ce concept, il existerait, à côté, ou mieux encore, à l’intérieur des pouvoirs publics, une politique s’imposant aux acteurs traditionnels, décidée en dehors d’eux ou avec leur consentement, éclairé ou non. En somme, « l’Etat profond » est une autre façon de désigner les bureaucraties permanentes.

Jusque-là, on pensait que ce concept était difficilement applicable aux démocraties libérales. L‘exemple de la gestion de la crise sanitaire en France vient nuancer, à tout le moins, ce jugement.

Cumul. Ce qui est clair, c’est que notre pays s’est trouvé dans une situation de gestion calamiteuse des outils de lutte contre la pandémie. Je veux ici parler des besoins en masques, des tests, des appareils respiratoires, voire des lits de réanimations. Lorsque l’on observe de plus près, par exemple, la gestion du stock de masques depuis 2010, on constate que son amenuisement progressif, puis sa quasi-disparition, résultent de décisions administratives endossées par les pouvoirs politiques, de manière consciente ou non.

Ceci renvoie clairement à une caractéristique bien connue de notre pays : celle d’une haute administration forgée souvent à l’ENA, en symbiose avec le pouvoir politique et inamovible, c’est-à-dire survivant aux alternances quelles qu’elles soient.

Elu député dans les années 1990, j’avais identifié les causes de l’incapacité du système politique français par la prééminence du pouvoir administratif à la faveur de son inamovibilité. La bureaucratie qui assaille notre pays en résulte largement. J’avais déposé à l’époque une série de propositions pour lutter contre ce mal français.

Trois me semblent toujours d’actualité. D’abord la réforme de la fonction publique par l’introduction d’un spoil system à la française permettant de renouveler tous les postes de la haute administration à chaque changement présidentiel (une proposition formulée par Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017). Ensuite, l’impossibilité de cumuler une appartenance à la fonction publique avec l’exercice d’un mandat national. Je cite, en n, aussi l’évolution de la formation à la haute administration dispensée par l’ENA, maintes fois annoncée et toujours différée...

Les difficultés de maîtrise de la crise sanitaire jettent une lumière crue sur « l’Etat profond » à la française. Elles peuvent avoir le mérite, si l’on en prend conscience, d’expliquer que nombre de politiques menées ces dernières décennies ont été plus le fait de convictions administratives que de choix émanant clairement du pouvoir politique avec le résultat que nous connaissons. Il devient urgent d’en tirer les conséquences !

(*) Ex-ministre du Commerce, des PME et de l’Artisanat du gouvernement Fillon, Hervé Novelli est porte-parole de la Fondation Concorde. 

Source : l'Opinion 14/05/2020

09:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 14 mai 2020

Une autre version du bombardement américain sur Rouen le 17 août 1942

46104555-36965422.jpg

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion

Ceux qui affectent de mépriser l’histoire parce que c’est du passé et s’enivrent de communication parce que c’est du présent devront corriger le logiciel de leur compréhension du monde : un événement, qui touche de près Rouen et l’ensemble de la Normandie vient de leur en donner la preuve. Il s’agit du documentaire de RMC-découverte relatant les circonstances du raid aérien du 17 août 1942 de l’U.S. Air Force qui aurait dû endommager la gare de triage de Sotteville et qui, totalement raté, fit des dizaines de victimes civiles sur la rive droite de Rouen, à plus de 2 km de l’objectif.
 
Les lecteurs de l’ouvrage de l’historien Paul Le Trévier (17 août 1942. Objectif Rouen. 1er raid américain sur l’Europe – Édition Comever – 2005) connaissaient dans le détail cette funeste opération, mais nombre de Rouennais en ignoraient les tenants et aboutissants. L’apport du documentaire de RMC, réalisé par Emmanuel Amara, réside dans la projection de bandes d’actualité de l’époque, notamment de la conférence de presse qui suivit le raid, avec les interviews des promoteurs et des participants de ce bombardement-fiasco. Inutile de préciser que ce ne fut pas la tonalité de cette opération de propagande !

Et l’opinion publique normande, médusée, a découvert ce mardi 12 mai 2020 qu’on lui avait caché une sinistre vérité : les Américains ont menti quant aux résultats du raid, ils ont travesti la vérité quant à ses motivations.
  • Motivations : il s’agissait pour les responsables de l’aviation américaine de pouvoir s’affranchir de la tutelle britannique plus aguerrie. Les Anglais, qui avaient survécu à trois ans de guerre aérienne, privilégiaient les bombardements de nuit et à relative basse altitude. Les Américains, avec leurs forteresses volantes B17, prétendaient bombarder de jour, à très haute altitude, et atteindre leurs objectifs avec la plus grande précision grâce au nouveau viseur Norden… En fait, ils voulaient prendre le commandement des forces aériennes alliées. Il leur fallait une démonstration éclatante de leur supériorité.
  • Mensonges sur les résultats : le communiqué de victoire de la conférence de presse avait été rédigé à l’avance et les pilotes interrogés avaient été chapitrés pour clamer une « vérité pré-établie ».
Là où le passé devrait éclairer le présent, c’est sur le choix de Rouen par l’U.S. Air Force. La gare de triage était un prétexte, le choix de Rouen reposait sur la notoriété de la capitale normande, bien connue de l’opinion publique américaine (qui n’a pas attendu les événements de 1944 pour connaître de la France Paris, la Côte d’Azur et… la Normandie). Voilà une leçon à retenir de cette malheureuse affaire.

Quoi qu’il en soit, retenons l’essentiel : pour des raisons politiques et de prééminence, le premier bombardement stratégique américain sur l’Europe a été expérimenté sur Rouen car il fallait convaincre l’opinion publique américaine que les États-Unis, mal préparés à cette guerre où ils avaient été entraînés (Pearl Harbor) étaient capables de « gagner la guerre » grâce à l’aviation… L’échec – au plan militaire – de cette opération a été nié et le mensonge a été d’autant plus avéré que l’on a « oublié » d’évoquer les pertes civiles.

Ce fut, comme pour le bombardement absurde du Havre de septembre 1944, un véritable crime de guerre. L’histoire « officielle » étant écrite par les vainqueurs et la servilité des élites (sic !) aidant, il y eut une vérité officielle qu’il ne fallait pas mettre en doute. 70 ans plus tard, la véritable histoire apparaît.
 
L’imprudente loi Avia récemment votée confie aux GAFA la possibilité de censurer les plates-formes internet, allons-nous subir des représailles informatiques pour avoir osé critiquer le dogme de la bienveillance américaine ?
 

23:47 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE JOURNAL DE TV LIBERTÉS DU JEUDI 14 MAI 2020

TVL CONF.jpg

21:54 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Annulation de la dette des "pays pauvres" : un suicide européen.

Economie-lécart-entre-riche-et-pauvre-a-diminué-en-France-2.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Trois cents parlementaires élus dans une vingtaine de pays viennent de lancer un appel au Fonds Monétaire International et à la Banque mondiale en vue de l'annulation pure et simple des dettes des "pays pauvres".
 
Cette revendication initiée par l'ex candidat américain à l'investiture démocrate, le sénateur marxiste Bernie Sanders, et sa collègue la représentante du Minnesota Ilhan Omar, avec le soutien actif de l'ancien leader britannique des Travaillistes Jérémy Corbyn dit Jérémy-le-rouge ou Jezzbollah, montre que les internationalistes tiers-mondistes qui sévissent sur l'ensemble des continents n'ont renoncé à rien. Pour eux, "les pays pauvres doivent pouvoir mobiliser face au coronavirus l'ensemble de leurs faibles ressources pour protéger leurs populations plutôt que de rembourser des dettes insoutenables".
 
Loin de nous l'idée de défendre l'action du FMI et autres institutions systémiques qui, depuis leur création sont le bras armé de la puissance américaine et du globalisme, mais le sort de ces pays vient pour nous bien après celui de nos nations civilisées qui n'ont plus hélas de riches que le nom.
 
L'extrėme gauche mondiale, comme les libéraux planétaires ont leurs priorités. La nôtre, pour ne pas dire notre exclusivité, est aujourd'hui tournée vers les dizaines de millions de vrais pauvres qui peuplent nos pays occidentaux et vers tous ceux qui bientôt, singulièrement en France, subiront de plein fouet les terribles contre-coups sociaux de l'incurie de nos gouvernants face à la crise sanitaire. Notre devoir est donc bien l'application de l'égoïsme national. Au delà des apparences et en dépit des PNB affichés, les pays pauvres ne sont, en effet, pas nécessairement ceux que l'on croit. La dramatique situation des services hospitaliers français, le maintien d'un chômage de masse dont on peut redouter le caractère exponentiel dans l'année qui vient et les inéquités sociales dont est victime dans l'indifférence générale toute une partie de notre peuple le démontre amplement.
 
Rappelons que dès le début de cette crise, alors que la France, démunie et meurtrie, était en plein confinement et que nos hôpitaux étaient surchargés, Emmanuel Macron a unilatéralement annoncé la perspective d'une "initiative d'effacement massif" de la dette de l'Afrique, pourtant officiellement peu touchée par le COVID-19. Venant d'une Nation menacée de ruine, le geste est criminel et l'appétence africaine et tiers-mondiste des ultra-libéraux comme celle des néo-marxistes participe bien du suicide européen.
 
Une chose est sûre, ni le Système ni ses faux opposants altermondialistes ne changeront de cap tant que les authentiques forces nationales et populaires ne seront pas en position de changer la donne.
 
Les uns persisteront sur la voie du mondialisme, du libre échangisme et de la financiarisation. Les autres continueront de se mobiliser pour une révolution internationaliste allant du vert le plus criard au rouge le plus sanglant en passant par toutes les couleurs de l'arc-en-ciel déconstructif.
 
Tous bien sur joueront la carte du tiers-monde et de l'immigration massive.
 
Les uns comme les autres sont nos ennemis.

11:14 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LA RÉÉDITION DU N°2 DES CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME, CONSACRÉ À FRANÇOIS DUPRAT, EST ARRIVÉE CE MATIN

4111951441.jpg

Depuis plusieurs années, le n°2 des Cahiers d'Histoire du nationalisme, consacré à François Duprat et au nationalisme-révolutionnaire (paru en 2014), était épuisé. Bonne nouvelle, il est à nouveau disponible, dans une version "refaite à neuf" depuis ce matin. Ceux qui nous l'ont commandé ces dernières semaines vont donc, très bientôt, le recevoir. Et pour les autres qui seraient intéressés, il suffit de le commander en cliquant ici 

Le n°1 des CHN, consacré à Léon Degrelle (lui-aussi épuisé et réédité aujourd'hui) cliquez ici, sortira la semaine prochaine. Quant au n°18 (Honoré d'Estienne d'Orves et la résistance monarchiste cliquez là), initialement prévu pour mars dernier, il sortira la semaine suivante. Il en sera de même pour l'essai collectif Réflexions pour un nouveau corporatisme cliquez là

Ces retards de parutions sont la conséquence de la fermeture momentanée de notre imprimerie en raison des mesures gouvernementales. Les choses devraient, petit à petit, redevenir normales. Nous remercions nos lecteurs pour leur compréhension et leur patience.

11:14 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La gestion de la pandémie Covid-19 : le désastre des politiciens et de leurs « experts »

Hercule_combattant_lHydre_de_Lerne_Cramique_VIe_sicle_av.J.C.jpg

Bernard Plouvier

Tout a été dit sur l’ineptie des politiciens dans la gestion de la part française de cette pandémie. Soyons honnêtes : cela fait un demi-siècle que les politiciens français sont d’une nullité qui mériterait de passer en proverbe.

Macron-Philippe and Co. ne sont ni plus ni moins minables que les clowns qui font semblant de nous diriger dans cette Ve République dont l’agonie traîne tellement qu’elle en devient un plaidoyer pour l’euthanasie. La faute en revient en dernière analyse aux citoyens-électeurs.

Plutôt que de s’invectiver en pure perte, il serait bon de tirer les leçons de notre merveilleuse inefficacité, de notre Ineptocracie. Nos princes sont à la fois inaptes et ineptes, c’est une question entendue. Mais l’électorat est-il prêt à devenir enfin « adulte et responsable » ? Là est la seule question.

Il faut très logiquement exclure définitivement les clowns et les démagogues en se débarrassant de cette plaie franchouillarde (qui existe, on le reconnaît volontiers, en bien d’autres pays) : le politicien professionnel, le rhéteur d’arrière-salle de bistrot, l’animateur de causeries sur tout et n’importe quoi.

Si l’on veut obtenir une gestion sage et avisée des deniers publics, il faudra nécessairement en venir à un Parlement monocaméral formé de gens ayant une réelle expérience de la vie active, des hommes ayant travaillé pour enrichir la collectivité autant que pour nourrir leur famille. Non plus des « grandes gueules », mais des sujets venus de toutes les professions utiles.

On en viendra surtout à une limitation impérative à dix années au maximum de l’implication dans la vie publique de chaque élu : un seul mandat à la fois et une participation ni trop longue ni trop courte à la gestion du Bien commun.

C’est nécessaire pour éviter les plaies du système représentatif : le baratineur sympathique mais inexpert, le corrompu et le carriériste. Les institutions ne sont jamais que ce qu’en font les hommes... hélas aussi les féministes, qui ont transformé l’Occident par l’injection dans la vie politique de la niaiserie sentimentale et d’une mauvaise foi courtelinesque.

Reste le cas des « experts », des techniciens-conseillers des politiciens. Un véritable technocrate, dévoué à la chose publique – le secteur public et la gestion du Bien commun -, est l’oiseau rare, qu’il faut dénicher parmi les rares fonctionnaires travailleurs, énergiques, exprimant des idées.

Ce n’est certainement pas du côté des francs-maçons ni des bonzes des partis et des syndicats qu’il fait les chercher : on n’y trouve que des sous-doués ambitieux, cherchant une sinécure pour y développer leur aptitude à « faire carrière » & leur capacité de nuisance aux sujets brillants.

La réforme de notre État, de notre République, ne se fera que grâce à l’éducation de l’électorat. Faire comprendre à l’électeur que l’honnêteté, le sérieux et le dévouement à la chose publique sont les seuls critères à prendre en compte et non le bagout, la belle gueule, le savoir-faire et le faire-savoir des candidats, c’est une œuvre de longue haleine... presque un Travail d’Hercule !

10:49 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Au secours, ils réclament de la démocratie !

polony.jpg

Par Natacha Polony*

Vous ne le saviez pas, mais un danger nous guette. Bien plus sournois que le virus. Bien plus terrible que la crise économique et sociale qui se dessine. Nous avons assisté, effarés, à la paralysie d’un système fondé sur le court terme, le flux tendu et la dépendance à des approvisionnements en provenance de l’autre bout du monde, nous avons vu un Etat impuissant parce que imprévoyant, réduit à mentir parce qu’il avait renoncé depuis des décennies à ses prérogatives et à sa capacité d’action, nous avons constaté les conséquences de ce dogme aberrant de l’abandon des filières industrielles et agricoles que devaient remplacer le tourisme et le loisir. Les mêmes aberrations qui provoquent la destruction des sols et de la biodiversité et les émissions de gaz à effet de serre par des millions d’avions et de porte-conteneurs géants créent des fragilités que le virus a révélées... Mais tout cela n’est rien devant le risque majeur, celui de voir des citoyens tentés par la « fermeture », le « populisme » ou le « nationalisme ».

L’avertissement est lancé au fil des éditoriaux et des commentaires de plateau télé par tout ce que la France compte de vigies de l’idéologiquement correct. Pensez donc, avec ces histoires de relocalisation, ces critiques de la mondialisation néolibérale, certains pourraient basculer du côté obscur... Heureusement qu’il reste des repoussoirs, Trump, Johnson, Orbán ou Bolsonaro, à jeter à la figure des téméraires qui s’imagineraient que le monde d’après doit s’éloigner un peu trop du monde d’avant. Il suffit de les a affubler du qualicatif « souverainiste », et le tour est joué ! « Tout ce que j’ai toujours prôné s’écroule, j’ai passé mon temps à diaboliser ceux qui alertaient ou qui proposaient des alternatives en les renvoyant systématiquement à l’extrême droite, mais, attention, il ne faudrait pas admettre que je me suis planté et qu’ils avaient raison. Le souverainisme, c’est Trump, c’est Bolsonaro, et c’est très mal. D’ailleurs, face au virus, ils sont irresponsables. » Ceux-là n’ont rien à voir avec une quelconque défense de la souveraineté du peuple ? Ils affichent un nationalisme mâtiné d’ultralibéralisme ? On n’est pas à ça près. S’il fallait en plus pratiquer l’honnêteté intellectuelle...

On a donc vu, depuis le début de cette crise, fleurir les critiques outrées contre l’« escroquerie souverainiste » (ça, c’est sous la plume de Laurent Joffrin, mètre étalon de la pensée conforme et téléphoneur du soir de François Hollande, ce président dont le bilan rayonne aujourd’hui), les rappels de cette merveille que fut l’action des instances fédérales de l’Union européenne (puisqu’il vaut mieux éviter de rappeler que les traités régissant cette Union ont favorisé la désindustrialisation massive et empêché toute forme d’indépendance économique et stratégique) et, même, un couplet de Daniel Cohn-Bendit contre le « nationalisme déplorable » des Etats européens. C’est sans doute ce nationalisme atavique qui provoque la colère et le dégoût exprimés par les Italiens depuis qu’ils ont été abandonnés à leur sort... Dans un autre style, Etienne Gernelle, patron du Point, expliquait sur France Inter jeudi 7 mai que Nicolas Hulot, qui s’oppose aux traités de libre-échange, est en fait d’extrême droite. Mieux, puisque la mondialisation et le libre-échange ont sorti de la pauvreté des millions d’êtres humains, être opposé aux traités de libre-échange signés en toute opacité par l’Union européenne avec le Vietnam ou le Mexique, c’est être un vrai salaud. Il n’effleure pas une seconde l’esprit de notre fringant analyste que le problème n’est pas la mondialisation mais la dérégulation, laquelle a permis que cette extension des échanges se fasse sur le dos non pas des plus riches, qui se sont encore enrichis, non pas des multinationales, qui ont atteint des capitalisations stratosphériques et caché des montagnes d’argent dans les paradis fiscaux, mais des membres des classes moyennes et populaires des pays occidentaux, qui, en plus, se font traiter d’égoïstes et de salauds.

Tous ces aimables commentateurs ont vu leur monde s’effondrer. La social-démocratie comme le néolibéralisme décomplexé ont applaudi à la dérégulation, aux obsessions gestionnaires qui réduisaient le champ des services publics pour éviter de s’attaquer à l’optimisation fiscale, à la désindustrialisation au nom de la modernité, au dumping social et fiscal au nom de la « libre circulation » des capitaux. Alors, pour éviter de constater le naufrage, il faut laisser croire qu’il n’y a pas d’autre choix. Trump, Bolsonaro, Marine Le Pen, il faut à tout prix souligner combien ils ont été lamentables, combien ils ont dit d’âneries durant cette crise... Et c’est vrai. Sauf que, à aucun moment depuis le déclenchement de la pandémie – et c’est d’ailleurs le plus rassurant –, on n’a perçu un élan des foules vers des discours nationalistes ou autoritaires. Ce qui s’est manifesté n’a rien à voir. C’est un appétit de maîtrise, osons le mot, de souveraineté. Une envie de rebattre les cartes pour préserver la planète et retrouver la promesse de justice qui donne son sens à notre pacte social. Une exigence de démocratie. Visiblement, ça en fait trembler certains.

(*) Natacha Polony est directrice de la rédaction de Marianne. Source : Marianne du 14/5/2020.

 

09:40 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 13 mai 2020

Ces minables députés "de droite" qui votent la loi liberticide Avia

loi-liberticide-avia-liste-courageux-censeurs-couards-588x330.jpg

POUR INFORMATION :

le résultat du vote de la loi Avia sur Polémia cliquez ici 

 

23:30 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de TV Libertés du mercredi 13 mai 2020

TVL CONF.jpg

23:04 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Deutschsland uber alles !

drapo allema.jpg

Le billet de Patrick Parment

La pandémie que connaît l’Europe ne fait pas qu’affecter les individus mais elle fait  également remonter à la surface ce que Herman von Keyserling, dans un ouvrage célèbre, intitulait la psychologie des peuples. Chaque peuple a sa propre personnalité et si l’Europe repose sur une unité raciale, religieuse et historique, chaque peuple diffère par sa mentalité et ses mœurs. Si c’est en effet la guerre qui a été le moteur du développement de la civilisation européenne – guerres essentiellement territoriales, il faut le souligner – jamais elles n’ont atteint une telle intensité et une telle absurdité que les deux dernières guerres mondiales, conséquence directe de l’émergence d’une nouvelle gouvernance en Europe, démocratique et républicaine. Nos monarchies étaient régies par une vision politique de leur espace, la République par l’argent et la corruption. Donc mondialiste par essence !

La Première Guerre mondiale a eu pour cause la volonté des Anglais de détruire l’appareil industriel allemand, la Seconde fut une guerre idéologique basée sur le refus du chancelier Hitler se soumettre à une vision capitaliste et anglo-saxonne du monde. Raison pour laquelle au sortir de 1945, l’idée a germé chez les Européens de bâtir une union européenne afin d’éviter toute nouvelle boucherie dont, au final, nous seuls faisons les frais. C’est ainsi qu’on a accouché de l’Union européenne, une institution qui va se révéler bancale mais qui a suscité un véritable engouement européen parmi les peuples. C’est en effet un « machin » mal géré mais qui au final, ne demande qu’à être réformé. Sa disparition serait bien pis que son maintien, à l’heure où – malheureusement – les nations s’effacent au profit d’ensemble continentaux : l’Asie, la Chine, l’Amérique, la Russie et le nain qu’est l’Europe. Mais un nain géographique uniquement puisque c’est le lieu même qui a donné au monde sa configuration actuelle. Avec tous les défauts que cela comporte évidemment.

L’irruption du coronavirus à l’échelle mondiale vient subitement bouleverser l’ordre du monde qui s’était installé à la suite de la chute du communisme et l’émergence d’un capitalise financier dévastateur et mortifère. L’Europe est particulièrement touchée, nos économies sont à plat, un chômage de grande ampleur nous guette et voici soudain que l’Allemagne, par la voix de sa Cour constitutionnelle, remet en cause l’existence même de cette union en refusant que le droit communautaire s’impose au droit allemand. L’Allemagne fait soudain preuve d’un nationalisme qu’on ne lui connaissait pas étant donné l’application qu’elle met à en tuer toute résurgence. Entendons-nous bien, le nationalisme que nous prônons n’est pas anti-communautaire, bien au contraire. Il est pour que chacun au sein de la Communauté conserve son identité, sa personnalité et que sa finalité ne soit pas essentiellement monétaire.

L’urgence devant laquelle nous sommes est bien d’ordre financier, à savoir d’éviter que nos économies d’effondrent et que tout le tissu économique et social que représentent nos PMI/PME et autres artisans ainsi que nos grandes entreprises ne disparaissent. Car, il y a fort à parier que ce serait la porte ouverte à une guerre sociale dont on ne peut mesurer les conséquences.

Or, c’est précisément à l’heure même où l’Europe peut faire preuve de sa solidarité et donc de son utilité que l’Allemagne risque d’abandonner le navire. Elle, dont on dit aussi qu’elle en est le véritable moteur. La question que l’on se pose est : face aux juges de la Cour suprême de Karlsrhue, que pensent les Allemands de cette initiative ?

A l’heure où la solidarité doit jouer, ce que propose Emmanuel Macron n’est pas stupide : mutualiser les dettes et les faire prendre en charge par la Banque centrale européenne (BCE). Et donc dépasser le clivage qui sourd entre une Europe du Nord, économe et une Europe du Sud dépensière. Doit-on rappeler que ces pays du Nord et l’Allemagne en particulier ont laissé la Grèce se débrouiller avec les vagues migratoires, au même titre que l’Italie, l’Espagne et la France. Cette Europe du Nord s’est défilée quand le Sud était confronté à une véritable invasion, tout comme personne n’a rien eu à dire quand la mère Merkel a légalisé un million d’immigrés. Revers de la médaille, ces pays du Nord commencent à se rendre compte des ravages socio-économiques et culturels que causent les immigrés et la présence d’un islam qui n’a rien à faire ici.

La disparition de cette Europe, même bancale, risquerait d’être au final pire que son maintien.

13:49 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook