Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 juillet 2022

Tempête sur l’Europe

phpl1Metr.jpg

Jarente de Senac

 Je ne sais trop si nos gouvernants ont pris la juste mesure de l’orage qui nous attend, mais la réalité va remplacer rapidement le baratin macronesque. Passons sur le covid qui pointe de nouveau son nez mais concentrons-nous sur les quelques problèmes qui nous viennent à l’esprit. Il y a d’abord l’argent massif distribué aux entreprises en raison du covid et qui a mis à plat nombre d’entre elles tout en en sauvant d’autres mais en fragilisant toute notre économie. De sorte que le bilan sur l’emploi risque d’être sévère. Il manque des milliers d’emploi dans des secteurs aussi variés que l’hôtellerie-restauration ou l’industrie. Par ailleurs, cette crise du covid a bien mis en lumière la mauvaise gestion des hôpitaux dont les intéressés réclament des réformes depuis des lustres en sortant notamment d’une gestion purement comptable incompatible avec les impératifs de santé.

Passons sur la justice dont le manque de moyens est criant. Et pour ce qui est de la police, le dossier est lourd car il ne se résume pas à un problème d’effectif. Le gouvernement ne semble pas se donner les moyens de lutter contre cette violence au quotidien qui ne cesse de progresser et dont l’immigration est en majeure partie responsable. Macron et ses sbires tout comme la classe politique se voile la face et se bouche les oreilles. Et Gérald Darmanin n’a pas la carrure pour « terroriser les terroristes » comme le clamait un Charles Pasqua qui, au final, n’a pas terrorisé grand monde.

Au final il va bien falloir régler la facture de cette générosité à l’heure même où l’on s’inquiète de la désindustrialsation de notre pays grâce aux décisions prises par nos brillants énarques. Souvenez-vous de Juppé voulant refourguer Thomson pour un euro ! Quand décidera-t-on de laisser aux industriels le soin d’évaluer nos besoins comme le fit en son temps un Ambrosie Roux avec la bénédiction d’un Georges Pompidou.

L’autre volet, non moins inquiétant, concerne nos besoins énergétiques en matière industrielles mais aussi ménagères (électricité, chauffage, etc.). Car, suite à l’embargo décidé par Bruxelles sur tout ce qui porte le label russe et notamment nos approvisionnements en pétrole et en gaz, a pour effet d’accentuer les effets de la crise. Et bien des économies vont souffrir, nos faux amis allemands notamment. La France, encore protégé grâce à ses centrales nucléaires, bien qu’une majorité d’entre elles sont en révision, nous mettent à l’abri d’une trop grande dépendance. On voulait punir Vladimir Poutine, on n’a fait que l’enrichir. Il nous proposait un gaz bon marché, on risque d’acheter d’ailleurs au Moyen-Orient ou en Amérique au prix fort ! Merci Bruxelles !

Une fois de plus, gouvernants et chefs d’Etat européens, vassalisés par une Amérique qui défend d’abord ses intérêts – on ne saurait leur en vouloir – ont fait preuve d’un aveuglement que refusent les peuples européens à en croire la montée en flèche des partis dits « populistes », ce qui n’est jamais que le bon sens des peuples érigés contre l’aveuglement de ceux qui nous gouvernent. L’Europe va souffrir. Espérons que cela serve de leçon à nos politiques

07:02 Publié dans Jarente de Senac | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 03 juillet 2022

LE PETIT ZELENSKY EST UN GRAND CORROMPU !

Korbo.WarGas Ukraine.27.04.2022.jpg

Pieter Kerstens

Pendant deux ans de Coronavirus, avec lequel la secte médiatico-politicienne nous a raconté tout et son contraire, nous avons eu droit matin, midi et soir au décompte macabre des décès de manière à ce que la population applique sans broncher « les gestes barrière » contre ce mal qui répand la terreur.

Après cette saga maladive, voici que fin février nous arrive une tragédie russo-ukrainienne dont toutes les télés du monde et surtout européennes vont faire leurs choux gras. A tel point qu’en France, les chaînes qui se prétendent « d’informations en continu » vont relayer la Voix de l’Ukraine et que des journalistes comme Darius Rochebin et Éric Brunet prennent fait et cause pour le « héros » de Kiev en faisant défiler sur LCI une kyrielle d’Ukrainiennes maquillées comme des arbres de Noël et pérorant sans nous convaincre.

Après l’Eurovision qui a sacré L’Ukraine pour 2022 grâce au vote des téléspectateurs, hypnotisés par les faiseurs d’opinion, c’est au tour des dirigeants du Festival de Cannes d’être subjugués par le clown de Kiev qui, il faut le reconnaitre, manie à la perfection les réseaux de l’audio-visuel. Il en use en permanence pour s’attirer les bonnes grâces des politiciens mondiaux via des visio-conférences, tout en appelant les sociétés multinationales à quitter la Russie et les automobilistes à ne plus remplir leurs réservoirs parce que « cela aide l’effort de guerre de Moscou » ! Tout cela au nom d’une prétendue « solidarité morale »…

FAITES CE QUE JE DIS, MAIS NE DITES PAS CE QUE JE FAIS !

500 sociétés françaises qui emploient plus de 160.000 personnes en Russie (dont 35 entreprises du CAC 40) ont fermé leurs portes, dont Décathlon, Atos, Sodexo, Axa, BNP, Chanel, l’Oréal, Michelin, Saint-Gobain, Renault ou encore la Société Générale, parmi d’autres, suite aux injonctions de Zélensky.

Tous les Européens vont payer le prix des sanctions économiques adoptées par la Commission Européenne, l’OTAN et les Etats-Unis pour punir la Russie et conduire à leurs yeux ce pays à la faillite. C’est tout de même oublier que Moscou dispose de mesures de rétorsion notamment la limitation des exportations de charbon, de gaz, de pétrole, de minerais stratégiques utilisés dans nos industries ou de tous les produits agricoles.

Pour les citoyens français, les effets de la guerre vont être rapidement visibles dans les stations-services et les supermarchés. L’inflation se situe aujourd’hui à un niveau jamais atteint depuis juillet 2008 et va continuer à augmenter sensiblement, ce qui en conséquence va atteindre le pouvoir d’achat de chacun.

Cette crise met au jour les choix stratégiques du passé et d’abord ceux de l’Allemagne, qui comptait sur le gaz et le charbon russe pour réussir sa transition énergétique en imposant sa vision aux autres pays de l’UE.

Mais il faut quand même savoir que depuis le 24 février et encore aujourd’hui, le gazoduc Brotherhood, qui traverse l’Ukraine vers la Pologne et l’Europe n’a jamais été arrêté. Volodymyr Zélensky et sa clique de corrompus ont toujours perçus les péages et les taxes liés au droit de passage des millions de m3 de gaz qui transitent tous les jours à travers l’Ukraine. En plus, le « héros » de Kiev se sert quotidiennement du gaz russe circulant par le gazoduc pour chauffer et alimenter les villes ukrainiennes.

Contrairement au conte de fées que nous racontent les princes qui nous gouvernent, aucune alliance de pays ne pourra remplacer les 150 millions de m3 de gaz livrés à l’Europe s’il y a un embargo total envers la Russie : il faudrait construire de nouvelles installations portuaires pour liquéfier le gaz, construire de nouveaux méthaniers et prévoir aussi les moyens de transports terrestres vers les différents pays européens.

Cela ne se fera pas en quelques mois.

Malgré les centaines de mesures d’interdictions diverses envers la Russie, l’agence Reuters nous apprend le 15 mai que la balance commerciale russe présente un excédent de 95 milliards de dollars pour la période de Janvier à fin Avril 2022, contre 27 milliards pour la même période de 2021. Poutine est désespéré ?

MENSONGES, DESINFORMATION ET PROPAGANDE.

Toutes les occasions sont bonnes pour accuser le diable de Moscou, le méchant Poutine. On l’avait accusé de « crimes de guerre », de « génocide » ou encore de « crimes contre l’humanité », alors même que depuis 2014, Kiev bombardait les villages et les villes situées à l’Est, dans le Donbass où de multiples exactions ont été révélées par des organismes humanitaires.

On nous a parlé de tueries russes dans la ville de Boutcha et d’un massacre à la gare de Kramatorsk par le tir d’un missile russe. Mais aucun journaliste en Europe n’a vérifié les allégations ukrainiennes. En effet, le numéro de série du missile Tochka-U qui a frappé la gare le 8 avril 2022 est W97579. Ce numéro de série marque le stock de missiles Tochka-U en possession de l’armée ukrainienne.

Seules les Forces Armées ukrainiennes ont des missiles Tochka-U. La Russie n’en a plus depuis 2019, car ils ont tous été désactivés, tout comme les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk qui n’en n’ont jamais eu.

La direction du cône et de l’empennage du missile qui a atterri sur un terrain proche de la gare de Kramatorsk montre clairement qu’il a été lancé par la 19ème Brigade de Missiles ukrainienne, basée près de Dobropolie à 45 kms de Kramatorsk.

Auparavant, les Ukrainiens ont utilisé des missiles Tochka-U de la même série, pour bombarder les villes de Berdyansk, Melitopol, Donetsk et Lougansk (source : Manlio Dinucci pour Byoblu).

La majorité des médias nous ont décrit Volodymyr Zélensky comme étant un « honnête homme » qui défendrait les intérêts de l’Ukraine d’abord. La réalité est un peu différente. En octobre 2021, les Panama Papers dévoilent un réseau de sociétés offshore fondées en 2012 avec lesquelles Zélensky et son entourage avaient acheté trois propriétés au cœur de Londres, pour plusieurs millions d’euros. Parmi les nombreux montages financiers se trouvent au moins une dizaine d’entreprises dont certaines auraient versé des dividendes à la compagnie de Volodymyr Zélensky, bien après son élection du 21 avril 2019.

Yvan Bakanov, PDG du Studio Kwartal 95 -dont Zélensky possède 25% des actions- gère aussi les entreprises filiales offshore à Chypre. 

Multimillionnaire, Zélensky possède aussi une villa de 4 millions d’euros à Forte dei Maimi en Toscane (Italie).

Selon une enquête menée par des députés néerlandais du Forum pour la Démocratie, le Président ukrainien, Zélensky, serait à la tête d’une fortune estimée à 850 millions de dollars, accumulés en majorité après 2019.

Des dizaines de milliards de dollars vont être destinés à l’armement qui permettra à l’Ukraine de poursuivre la guerre, pour le plus grand bénéfice des USA, mais au détriment de l’Europe, en semant la mort, le malheur, la misère et la haine, dont les innocents seront toujours les victimes.

Notre devoir de mémoire nous rappelle que sur la chaîne de télévision américaine CBS, en mai 1996, à la question : « Nous avons entendu qu’en Irak, 500.000 enfants sont morts. C’est plus qu’à Hiroshima. Est-ce que cela en valait le prix ? ». Madeleine Albright, Secrétaire d’Etat, avait répondu : « Je pense que c’est un choix difficile. Mais nous pensons que cela valait le prix. »

En écoutant les diverses déclarations du Président des Etats-Unis, Joe Biden, soutenu par le lobby militaro-industriel, la paix en Ukraine n’est pas pour demain !

18:49 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 02 juillet 2022

Les idées à l’endroit ou le retour au réel

rey-goff nn.jpg

Le président de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), Dominique Reynié et le sociologue Jean-Pierre Le Goff ont tous deux, à travers leurs ouvrages respectifs, annoncé et décrypté le malaise dans la démocratie. Ils voient dans le résultat des élections législatives un nouveau symptôme d’une crise liée à une déconnexion entre les élites et le peuple. Nous en avons extrait les passages les plus significatifs.

Lire la suite ICI

Source : Figaro Magazine, 2/7/2022

05:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

05:31 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 01 juillet 2022

Le quotidien Présent cesse momentanément de paraître...

291309282_3326849250877307_4997859276509568949_n.jpg

Depuis le tout début des années 1980, le quotidien national et catholique Présent, "chaque matin, entre (presque) toutes les (bonnes) mains", - n'ayons pas peur de paraphraser l'Humanité -, donnait jusqu'à ce vendredi à ses lecteurs une approche non-conformiste de l'actualité. Hélas, ce ne sera plus le cas... Mais, rassurez-vous, Présent n'a pas dit son dernier mot.

Au départ, il y avait, quelques mois après l'arrivée de Mitterrand et sa coalition socialo-communiste au pouvoir le 10 mai 1981, la volonté d'un petit groupe de militants déterminés de redonner à la droite de conviction un organe d'expression et de combat. C'est ainsi que des gens différents, tels que François Brigneau, Jean Madiran, Georges-Paul Wagner, Pierre Durand, Alain Sanders, Bernard Antony et bien d'autres se lancèrent dans ce pari audacieux et courageux de créer un quotidien. L'aventure Présent, avec des hauts et des bas, allait durer plus de 40 ans...

Il y a quelques années, Présent s'était totalement transformé. Une nouvelle équipe, rassemblée autour de Francis Bergeron, Samuel Martin et François Wagner, avait donné à ce journal une image beaucoup plus "jeune et dynamique" en se dotant en particulier d'une nouvelle (et très belle) maquette et en élargissant sa rédaction à toutes les sensibilités de notre famille politique. 

Mais aujourd'hui, la presse quotidienne, telle que nous l'avons connu, n'a plus le même raison d'être, et par conséquent le même impact qu'hier. On peut le regretter, mais il en est ainsi. Présent, en tant que quotidien, se heurte à des difficultés financières et vouloir le maintenir en l'état serait certainement suicidaire. Voilà pourquoi sa direction a décidé de suspendre (très) provisoirement sa parution. 

Très imaginative, celle-ci nous réserve une (bonne) surprise pour la rentrée d'octobre. Alors, soyons patients. Si, dans sa formule actuelle Présent a vécu, nous savons que dans sa formule prochaine, Présent triomphera...

Roland Hélie

En attendant le renouveau de Présent, vous pouvez consulter son site en cliquant ici

20:06 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Angers : La contre-révolution rénovée au XXIe siècle

Alvarium.jpgLa chronique flibustière

de Georges Feltin-Tracol

À l’automne 2021, cible d’une infâme campagne de dénigrement violent entretenue par les antifas, la préfecture et la municipalité (angevine) du dénommé Christophe Béchu, une communauté culturelle et sociale appelée l’Alvarium se voit dissoudre par le gouvernement. Cette dissolution honteuse n’empêche pas l’une des figures de proue de la « ruche » d’Angers, Jean-Eudes Gannat, de publier Pourquoi l’Alvarium. D’une politique anti-naturelle à la sécession (2021, 152 p., 13,50 €).

Infatigable défenseur de la cause nationale et angevine, Jean-Eudes Gannat appartient à une famille d’impeccables Français. En cette terre de l’Ouest où plane toujours le souvenir des massacres de 1793 – 1794 malgré une propension certaine de la population à se donner des élus macroniens, les militants de l’Alvarium rénovent l’activisme contre-révolutionnaire. Contre la malbouffe industrielle et américanisée se crée le Cercle Ragueneau. Pour préserver les paysages, les églises et les villages de caractère agit Anjou Patrimoine. Le conflit dans le Caucase entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan au sujet de l’Artsakh suscite l’ONG Solidarité Arménie. L’éphémère Ruche du Septième Art organise quelques soirées cinématographiques non conformistes. Le groupe cultive pendant plusieurs mois un potager dont les produits reviennent ensuite aux SDF au cours des maraudes. Anjou Pèlerinages relance les pèlerinages locaux. À côté du catéchisme, l’Alvarium propose des leçons d’italien, de guitare et des activités physiques dans une salle de sport. L’engagement politique n’est pas oublié avec une belle candidature aux élections départementales en 2021. 

Jean-Eudes Gannat avoue volontiers que certaines des initiatives de l’Alvarium se heurtent à la réalité. Il y a par exemple l’occupation non conforme d’un immeuble vêtuste de la rue Thiers d’Angers surnommé le « localo ». Une fois réhabilitée, la maison accueille des sans-abris que la vie dans la rue a complètement désocialisés. Cette présence soulève l’indignation de la presse locale et entraîne l’expulsion finale de ses habitants. À Lyon, un tribunal vient au contraire d’approuver l’occupation illégale d’un bâtiment par de supposés « mineurs étrangers isolés » dont certains sont au moins trentenaires…

Entre Génération Identitaire au recrutement CSP + et le Bastion social nationaliste-révolutionnaire assumé, l’Alvarium développe une « troisième voie » au sein du tercérisme français. Si cette sympathique structure militante aux références chrétiennes explicites se réclame de Dominique Venner, elle « affirme son refus du chauvinisme jacobin, son refus du nationalisme étriqué, du souverainisme désincarné ou du racialisme bas de front ». Elle applique l’« intersectionnalité » des questions identitaire, sociale et écologique. Pour l’auteur, « la plupart des maux du monde moderne seraient sérieusement combattus si chacun cultivait son bout de terre ». La principale nuisance idéologique demeure la décadence républicaine. Par son histoire et ses pratiques, « la République, c’est la haine ». Jean-Eudes Gannat voit dans cette abomination historico-politique « un régime destructeur de société et producteur de haine ». Ses abjectes valeurs tant encensées par les organes médiatiques d’occupation mentale transforment l’honnête homme en homoncule démocratique. L’auteur ne craint pas de se mettre à dos tous les adeptes des dyssexualités et autres dysdingueries… Toutefois, il ne se veut pas « anti-républicain », mais plutôt « a-républicain » comme il ne faut pas être  « anti-moderne » ou « contre-moderne », mais « a-moderne »…

L’objectif de l’Alvarium est de « vivre selon nos normes, atteindre un maximum d’autonomie (alimentaire, économique, etc.). Ni citoyens, ni consommateurs frustrés ». Au sempiternel slogan « Ni gauche ni droite » qui résume le rejet simultané du libéralisme et du marxisme, l’Alvarium incite au séparatisme, ce qui fait de ce livre un excellent complément à Sécession de Yann Vallerie mentionnée dans la chronique n° 26 du 29 mars 2022. Jean-Eudes Gannat théorise ainsi l’inévitable séparation qui « doit connaître plusieurs étapes, ou plusieurs niveaux indépendants; communautarisation intégrale, imposition de nos idées dans le champ politique, pression sur la droite jusqu’à ce qu’elle devienne de droite (donc sécessionniste), et enfin prise de pouvoir “ par tous les moyens, même légaux “ ».

En dépit de l’interdit ministériel, l’Alvarium poursuit chaque jour sa manière d’être originale et réfractaire, car nul ne peut empêcher les rencontres quotidiennes, les invitations réciproques, les communautés affectives immédiates. L’Alvarium et ses membres assurent en effet avoir le cœur chouan et l’esprit sudiste. Cette affirmation sympathique reste néanmoins incomplète. Notre civilisation européenne se fonde sur l’idée ternaire. Au cœur chouan et à l’esprit sudiste, proposons-leur le corps spartiate afin que leur incroyable ruche n’en finisse pas de bourdonner aux oreilles du politiquement correct hexagonal cosmopolite ! 

Salutations flibustières !

« Vigie d’un monde en ébullition », n°39, mise en ligne le 28 juin 2022 sur Radio Méridien Zéro.

1823266302.jpeg

NDLR SN : Intervention de Jean-Eude Gannat le 13 octobre 2019 lors du Rendez-vous Bleu-Blanc-Rouge de Synthèse nationale cliquez ici

19:01 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

« Des pilotes subissent des effets secondaires en plein vol ! » Diane Protat, avocate

Diane Protat, avocate du collectif des Navigants Libres, alerte sur un risque accru d'effets secondaires graves qui peuvent subvenir lors d'un vol chez les pilotes, hôtesses et stewards.

Une émission dirigée par Clémence Houdiakova sur Radio Courtoisie.

Capture d’écran 2022-07-01 à 15.42.30.png

16:32 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Contradictions énergétiques et géopolitiques

mettan.jpg

Guy Mettan

Les tensions latentes qui minaient l’ordre mondial libéral imposé par les Etats-Unis après la disparition de l’Union soviétique et qui ont éclaté au grand jour avec la guerre en Ukraine aboutissent à des recompositions inédites des relations internationales et à des contradictions qu’il nous va falloir résoudre rapidement.

Les premières concernent les matières premières, l’énergie et les ressources agricoles, qui se rappellent brutalement à notre souvenir alors que nous ne jurions que par les nouvelles technologies et les start-ups. Le plus gros défi consistera à concilier les objectifs climatiques à long terme (fin du pétrole et des énergies fossiles) et à court terme (construction de nouvelles installations portuaires et de dé- et regazéification, réorganisation des routes de transport pour remplacer les pipe-lines existants) alors même que ces nouvelles installations devront être abandonnées dans dix ans selon les accords climatiques en vigueur. Quel privé sera assez fou pour dépenser des dizaines de milliards pour des infrastructures qui devront être démantelées avant d’avoir pu être amorties ? Le contribuable qui verra ses factures de chauffage et de transport exploser sera-t-il d’accord de payer ?

Idem pour les produits agricoles, sachant que le quart des exportations mondiales de céréales, d’oléagineux et d’engrais devra être stocké, acheminé et redistribué via de nouvelles routes qui contourneront l’Europe à la suite des sanctions et de la guerre en Ukraine. L’embargo sur ces produits va donner à la Russie que l’on prétend affaiblir un effet de levier immense sur les pays importateurs tout en gonflant ses revenus. Où est la logique ?

 Sur le plan politique, la situation risque aussi de devenir délicate. Le « Sud Global » est en pleine effervescence face à « l’Occident collectif ». La semaine dernière, le Sommet des Amériques a été un échec retentissant pour Joe Biden et les élites américaines qui redoutent désormais que le continent latino-américain leur échappe. 8 pays sur 33 étaient absents, cinq ayant boycotté la rencontre – Mexique, Bolivie, Honduras, Guatemala et Salvador – parce que trois autres n’avaient pas été invités (Cuba, Venezuela et Nicaragua) et que ce « sommet » n’avait donc pas de sens à leurs yeux.

La même semaine, on annonçait la création d’un « Grand 8 » pour faire pièce au G-7 occidental. Ce Grand 8 en gestation, formé de la Chine, de la Russie, de l’Inde, de l’Indonésie, du Brésil, du Mexique, de l’Iran et de la Turquie, dépasserait largement le G-7 en termes de puissance économique puisque son PNB cumulé atteint 56 000 milliards de dollars contre seulement 45 000 pour le G7. Cela sans compter l’Afrique du Sud, cinquième membre des BRICS.

Mentionnons enfin le jeu étonnant de l’Inde, puissance économique très courtisée, en pleine croissance, « démocratique » et donc irréprochable, et qui profite de la crise pour revenir avec brio sur la scène internationale. Comme on dit dans le jargon managérial, l’Inde est trop grosse pour plier devant les pressions occidentales et joue à fond la carte du non-alignement et de la coopération russe et arabe. Cela pour une raison qui avait échappé aux Occidentaux, à savoir que, dans sa coopétition avec la Chine, elle veut à tout prix éviter que la Russie tombe dans l’orbite chinoise au cas où les sanctions occidentales réussiraient à la faire ployer. L’inde tient à ce que la Russie reste le troisième pôle de puissance en Eurasie.

Voilà qui devrait faire réfléchir une Europe qui semble avoir perdu sa boussole…

Source : blog de Guy Mettan ICI

13:51 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le coeur et la raison...

290760525_10159314477869794_6987467480129629213_n.jpg

12:18 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Gauche radicale, droite honteuse

melenchon.jpg

Vincent Trémolet de Villers

Bravo les artistes ! Chapeau les demi-habiles socialistes et écologistes soumis à Mélenchon, les apprentis sorciers de l’Elysée qui ont méthodiquement décimé les sociaux-démocrates et la droite de gouvernement avant de faire des risettes, de « planification écologique » en Pap Ndiaye, à la gauche extrême ! Félicitations les craintifs de LR, incapables de distinguer l’adversaire prioritaire entre un disciple d’Alain Krivine et l’ancien collaborateur de Nicolas Dupont-Aignan ! Applaudissement pour les démagogues du Rassemblement national qui à force de singer LFI ont repeint en bleu marine le rouge vif de la lutte des classes ! Mention spéciale enfin, pour la radio publique et la presse sentencieuse qui se pâment depuis deux mois devant le radicalisme chic du Bernie Sanders français...

Du chef de l’État qui procrastine, au débraillé des Insoumis à l’Assemblée, en passant par la prudence maladive de la droite qui préfère retirer sa candidature plutôt que gagner avec les voix du RN, le spectacle donné à l’opinion est celui d’un grand affaissement. Comme si la politique, prise d’une frénésie négative, avait décidé de s’autodétruire. La paix à payer de tant d’inconséquences et de lâchetés, c’est l’élection d’un militant révolutionnaire à la tête de la commission des finances. Que doit-on attendre d’un éternel agitateur qui s’enivre des paroles de son chef – « nous allons leur faire les poches » -, qui défile aux côtés du CCIF dans une trouble manifestation contre « l’islamophobie », qui assume de soutenir l’occupation de la basilique Saint-Denis par un collectif de sans-papiers ? IL est à craindre que l’idéologie le plus sommaire le guide dans chacun de ses actes.

À l’heure des conséquences, tous ceux qui ont participé à l’élévation d’Éric Coquerel à la tête d’une commission aussi décisive n’ont pas le droit de se plaindre. Ils ont permis, par un mélange de légèreté, de cynisme, d’antifascisme de circonstance, qu’un courant très marginal dans le pays accède à des fonctions centrales. La gauche radicale ne compte pas s’arrêter là. Si la droite honteuse continue de la sorte, son destin sera d’assister au duel entre Mélenchon et Le Pen.

Source : Le Figaro 01 /07/2022

10:29 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 30 juin 2022

SUR LCi, LA PROPAGANDE ANTI-RUSSE A LA VIE DURE !

téléchargement (2).jpeg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Chaque jour que Dieu fait, en soirée, l’équipe d’Éric Brunet y va de sa ritournelle anti-Russe sur la chaine d’info en continu LCi. C’est un déluge d’obus verbaux qui s’abat sur le Kremlin et son maître, coupable de tous les maux de la planète. Le chef d’orchestre distribue les bonnes et mauvaises notes, et chacun des participants, depuis son pupitre, vocifère à sa façon. Les plus bellicistes étant les deux pétroleuses de service, une journaliste ukrainienne à la toison blonde comme les blés de son pays, et une lobbyiste britannique du genre « plus OTAN que moi, tu meurs » ! Cette émission vespérale est d’un insupportable parti-pris que n’aurait pas renié la propagandastaffel d’un Goebbels ! 

Un petit rappel nécessaire

Non, la Russie, contrairement aux affirmations de ce petit cénacle, ne va pas perdre la guerre ! Oui, dans ce conflit, la Fédération est l’agresseur. Mais quand on affirme ça, on n’a pas tout dit. Posons-nous alors la question, que ces messieurs-dames eux, ne se posent pas : pourquoi  le 24 février 2022, Moscou est passé à l’offensive ?

Les accords de Minsk I et II dont les parrains – inefficaces, étaient l’Allemagne et la France – n’ont JAMAIS été appliqués ! Rappelons que signés en 2014 à l’issue de négociations quadripartites auxquelles étaient associées les entités séparatistes russophones, l’Ukraine devait cesser le feu contre elles, organiser un référendum, et leur octroyer une « autonomie substantielle », termes exactes des dits accords. Les autorités de Kiev, sans doute discrètement conseillées par les États-Unis qui ont fait des promesses insensées, ont choisi la voie du refus. Que veulent, VRAIMENT, les Russophones du Donbass et du Sud de l’Ukraine ? Pour le savoir, encore aurait-il fallu les consulter ! Pour la Crimée, artificiellement arrachée à la Russie à l’époque de l’URSS par Kroutchev Premier secrétaire du PCUS, lui-même ukrainien, c’est plié, la messe est dite ! Elle est russe à 80 % et le restera.

L’Occident ajoute la guerre à la guerre

Livrer du matériel militaire comme le font Américains, Polonais et Français - dont une bonne partie, parait-il disparait… mais pas pour tout le monde ! - est ajouter  la guerre à la guerre, et faire durer un conflit qui, de toute façon, devra se terminer autour d’un tapis vert sauf - ce qu’à Dieu ne plaise – en guerre mondiale ! Déjà, les tracasseries managées par la Lituanie autour de l’enclave de l’ex-Königsberg, sont inquiétantes.

L’Occident, à trop jouer avec les allumettes, pousse à l’embrasement. Il faut calmer l’ours russe en lui accordant ce qu’il peut légitimement réclamer : une réelle neutralité de l’Ukraine, et l’autonomie des citoyens ukrainiens russophones. Si cela avait été solennellement proclamé et octroyé, l’indépendance des oblats de Lougansk et Donetsk aurait-elle été justifiée ? Dans les conditions actuelles de l’avancée militaire russe sur le terrain, on peut redouter  un rattachement pur et simple de ces territoires à la Fédération de Russie, amorçant ainsi le démantèlement de l’Ukraine, nation artificielle s’il en est. (Ce qui ne serait peut-être pas pour déplaire à certains de ses voisins occidentaux qui, hypocritement, ne l’avoueront pas…)

STOP à la guerre ! Aujourd’hui les bellicistes sont à l’Ouest…

Dans le cadre d’un cessez-le-feu, sous supervision internationale impartiale, un référendum devrait clarifier cette situation et nous faire connaitre la volonté réelle des populations concernées. Zelenski, prêt à se battre jusqu’au dernier ukrainien, poussé à l’incandescence par les stratèges en chambre de l’OTAN, sortirait grandi de cette triste affaire où d’innocents civils sont morts sur l’autel de la bêtise, s’il acceptait de négocier avec Poutine sur la base de la neutralité de l’Ukraine et de sa fédéralisation. Ce que les accords de Minsk prévoyaient. Retour au point de départ. La Russie n’a pas tous les droits : certes, elle est, sur le terrain, de facto, l’agresseur. Mais il faut se demander, oui, POURQUOI ?

La France défendrait-elle les siens ?

Si, par exemple, les Wallons francophones étaient persécutés par les Flamands de Belgique, la France devrait-elle rester l’arme au pied ? On a vu ce qu’il en est advenu dans d’autres circonstances, en Algérie notamment en juillet 1962, où l’armée française à Oran, a laissé un bon millier des siens se faire massacrer par le FLN., sans bouger le petit doigt. Les Russes ne semblent pas être de ce calibre, c’est tout à leur honneur. 

Je vais arrêter de regarder cette émission, trop unilatérale, sans nuances aucune, un instrument de propagande américano-otanesque. L’Alliance atlantique était nécessaire à l’époque de la guerre froide, lorsque l’URSS était une VRAIE menace sur tous les continents, et qu’il fallait  la contenir. À l’époque, De Gaulle avait tort de vouloir jouer la carte de la « troisième voie » entre les blocs. La solidarité occidentale était nécessaire, au Vietnam comme à Berlin. La situation n’est plus la même de nos  jours.

La Russie actuelle, qui aspire à redevenir une puissance reconnue, n’est pas la Russie communiste d’hier, même si elle a encore des caractéristiques, disons « soviétoïdes ». Poutine passera, mais  la Russie restera. C’est une erreur de la pousser dans les bras de la Chine communiste, comme les Anglo-saxons propulsèrent hier Mussolini dans les bras d’Hitler, après avoir condamné son agression contre l’Ethiopie. À croire que les  erreurs du passé ne servent pas éclairer les conflits actuels. Pour nous, patriotes, souverainistes et autres identitaires, seuls devraient compter nos  intérêts : la France d’abord !

17:42 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Bien comprendre ce que Schwab et la clique de Davos nous préparent

20211222035748584.jpeg

Alain Falento Riposte laïque cliquez ici

Il est difficile de développer un argumentaire associant le Forum de Davos, l’U.E, la Covid et le pass sanitaire sans être taxé immédiatement de complotiste ou de conspirationniste d’extrême droite.

Et je dois admettre pour une fois qu’ils ont entièrement raison. En effet il n’y a aucun complot ou aucune conspiration dans cette affaire pour la bonne raison que rien n’est tenu secret. Toutes les informations concernant ces projets sont disponibles pour peu qu’on ait connaissance de leur existence et l’envie de se plonger dedans. Nous sommes devenus tellement insignifiants à leurs yeux qu’ils ne se donnent même plus la peine d’une discrétion minimale.

Edgar Degas disait : « à partir de quarante ans, on a la gueule qu’on mérite ».

Si l’on applique cette maxime à Klaus Schwab, la sanction est terrible. Nous ne sombrerons pas dans la facilité en franchissant le point de Godwin, mais il faut bien avouer que la tentation est grande dans ce cas précis. Surtout quand il est de notoriété publique que Schwab a grandi au sein d’une famille dans laquelle, pour être poli, on n’était pas opposé à l’idéologie du Troisième Reich au-delà du raisonnable.

Klaus Schwab est un vieil allemand de 84 ans, qui arrive tout naturellement en fin de vie. Il est une sorte de caricature de riche retraité germanique, avec toute la morgue qui les caractérise, qui considère que le monde a commencé à sa naissance et se terminera sa mort.

Klaus Schwab n’est autre que le fondateur de Forum de Davos, cet événement international qui a lieu chaque année dans cette station de ski suisse éponyme.

Chaque année, pendant une semaine, l’hyper-classe mondiale (milliardaires, politiciens de haut rang, chefs d’états, représentants de l’U.E, CEO de banques et grands capitaines d’industrie) vient montrer les muscles et rappeler aux prolos qui tient le couteau dans le sens du manche.

Lire la suite

11:50 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vers la faillite de l’Occident et de la France macronienne !

ROUSSET M 1.JPGMarc Rousset

« Notre industrie s’effondre, le commerce extérieur est catastrophique, l’insécurité est colossale, l’école est à la dérive. Et la première mesure proposée par LREM est d’inscrire le droit à l’IVG dans la constitution que personne ne conteste en France. Au-delà du pitoyable. Terrifiant. » Tel est le judicieux constat de Christian Saint-Étienne auquel il convient d’ajouter l’hallucinante invasion migratoire, le taux de natalité insuffisant des Français de souche, la décadence sociétale, le déficit public insoutenable, l’endettement stratosphérique, des prix exorbitants de l’énergie avec des rationnements en vue pour l’hiver, l’inflation, la récession, la stagflation, la faillite économique ainsi que l’explosion politique et sociale à venir !

Sur les marchés, les craintes de récession s’ajoutent à celles de l’inflation. En maintenant les taux artificiellement bas avec leur politique de rachats de titres obligataires tout en créant de la monnaie, les banques centrales ont créé des bulles qui sont en train d’exploser ; les actions et les obligations dévissent de concert. Depuis le début de l’année, le Nasdaq des valeurs technologiques a plongé à Wall Street de 27 %, l’indice très représentatif du Standard & Poor’s de 19%, l’EuroStoxx 50 de 19 % et le CAC 40 de de 15 %.

Agustin Carens, le directeur général de la BRI, la banque centrale des banques centrales, souligne la gravité de la situation : « La combinaison actuelle d’une forte inflation et de niveaux d’endettement historiquement élevés est sans précédent ». Et il ajoute : « Pendant trop longtemps, la politique budgétaire et monétaire a été la solution économique à privilégier, entraînant une croissance alimentée par la dette. Elles sont désormais à bout de souffle. »

Lire la suite

11:43 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Vivement le chaos !

chaos eco.jpg

Pierre-Antoine Delhommais

Le pire n’est jamais certain en économie, mais il est toujours sage et utile de l’envisager afin de pouvoir s’y préparer. C’est ce que vient de faire la Banque de France en présentant un scénario qualifié par euphémisme de « défavorable », reposant sur l’hypothèse d’une prolongation de la guerre en Ukraine. Avec, entre autres conséquences, une envolée supplémentaire et durable des prix de l’énergie et de l’inflation globale (7 % en 2023), mais aussi une récession qui commencerait dès l’automne et se poursuivrait l’année prochaine (– 1,3 % de recul du PIB). Des perspectives d’autant plus inquiétantes que la plupart des experts militaires anticipent un conflit s’installant dans la durée. Si l’on ajoute la menace d’une résurgence de la pandémie et d’un resserrement brutal de la politique monétaire américaine, entraînant jusqu’en Europe une forte hausse des taux d’intérêt, ce sont de très gros nuages noirs qui s’accumulent dans le ciel économique mondial.

La France se trouve extrêmement vulnérable pour faire face à ces temps orageux. D’abord parce que les Français ne sont pas prêts psychologiquement à les affronter après des mois de campagne aux allures de lavage de cerveau. Ensuite parce que le portrait dressé à l’Élysée et à Bercy d’une économie française rayonnante et dynamique, attractive et compétitive est à peu près aussi proche de la vérité que le récit fait par Gérald Darmanin des incidents survenus au Stade de France lors de la finale de la Ligue des champions. Avec une dette atteignant 2 901,8 milliards d’euros, nos finances publiques n’ont jamais été dans un état aussi catastrophique et, avec un déficit annuel dépassant les 100 milliards d’euros, nos échanges commerciaux n’ont jamais présenté un tel déséquilibre. Quant aux commentaires triomphants sur la baisse du chômage, ils doivent être sérieusement relativisés quand on sait que la France détient encore le quatrième taux de chômage le plus élevé (7,3%) parmi les 27 pays de l’Union européenne, devancée seulement par la Grèce, l’Espagne et l’Italie.

Les résultats des élections ont de surcroît indiqué qu’environ 60 % des Français sont convaincus qu’il existe des remèdes miracles pour augmenter le pou- voir d’achat et qu’accroître encore les dépenses publiques dans un pays qui détient le record du monde dans ce domaine est le meilleur moyen de résoudre tous les problèmes. Ou que, enfin, il est possible et souhaitable de ramener l’âge de départ à la retraite à 60 ans quand en Allemagne, où il a été porté à 67 ans, l’idée même de l’abaisser est jugée tellement insensée financièrement qu’aucun parti ne songerait un seul instant à la proposer.

Même si un gouvernement empêché d’agir est aussi un gouvernement empêché de dépenser toujours plus un argent public qu’il n’a pas, la situation de blocage parlementaire n’arrange rien. On finirait presque par souhaiter que le scénario catastrophe de la Banque de France se réalise. Et que, confronté au chaos économique, financier et social, le pays n’ait plus d’autre choix, sous la pression de nos partenaires européens et des marchés, que de se réformer enfin et que les Français cessent de croire si naïvement à tous les mensonges qu’on leur raconte depuis tellement longtemps

Source :Le Point 30/06/2022

 

01:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Voitures électriques : et si on relisait « Éloge du carburateur»?

2CV.jpg

Ronan PLanchon

C’est une révolution sans armes ni  barricades qui se profile. Le 8 juin, le Parlement européen a adopté le texte prévoyant l’interdiction de la vente de véhicules thermiques (essence, diesel et hybride) en 2035. À cette date, seules les voitures et camionnettes électriques seront commercialisées sur le marché du neuf. Objectif : viser la neutralité carbone d’ici à 2050.

Oui, mais voilà. Les eurodéputés n’ont, semble-t-il, pas pensé à regarder leurs angles morts. « L’interdiction du thermique, c’est un grand saut dans le vide, et un sabordage industriel », s’est inquiété Luc Chatel, ancien ministre de l’Éducation nationale désormais président de la Plateforme automobile (PFA), au micro de BFM Business. Le monde merveilleux de l’électrique pourrait bien virer au cauchemar, y compris sur le plan environnemental, si de nombreuses questions ne trouvent pas de réponses en 2035, demain donc. Car les batteries sont - pour l’heure - dépendantes du lithium, un métal rare dont les processus d’extraction sont dangereux pour la biodiversité. Et pour ne rien arranger, la Chine a fait main basse sur ce marché.

Par-delà la question écologique, le tout-électrique introduit une question philosophique majeure dans nos vies : celle de la domestication de l’automobiliste. « Trop souvent, les défenseurs du libre marché oublient que ce qui nous importe vraiment, c’est la liberté des hommes. Produire des hommes libres suppose une économie susceptible de favoriser la vertu de l’indépendance », écrivait l’universitaire américain Matthew B. Crawford dans son Éloge du carburateur. Essai sur le sens et la valeur du travail (traduit et publié aux Éditions La Découverte, 2010). Or, à moins qu’émerge dans les prochaines décennies une génération de petits génies de l’électrique, ce dont on peut douter au vu du niveau famélique des écoliers français dans les matières scientifiques, cette économie ne peut que renforcer une forme d’aliénation.

Les moteurs traditionnels, malgré leurs défauts (pollution environnementale et sonore), permettent au bricoleur amateur de résoudre lui-même nombre de problèmes dans son garage, ou au moins de se faire aider par un voisin habile ou un cousin perspicace. L’introduction de l’électronique dans les véhicules a déjà réduit de façon considérable la marge de manœuvre du citoyen, et l’électrique pourrait finir de l’achever. Car avec lui, la voiture de demain devient une sorte de smartphone géant dont seuls les ingénieurs surdiplômés peuvent comprendre les rouages. Pour le plus grand bonheur du fabricant, tout-puissant. En mesure-t-on les conséquences ? Le mouvement des « gilets jaunes » est venu rappeler que le désespoir culturel repose sur une perception de l’impuissance des individus face au développement historique. L’application de l’idéologie managériale à tous les domaines permet, en partie, de comprendre comment nous en sommes arrivés là.

« La génération actuelle de révolutionnaires du management s’emploie à inculquer de force polyvalence et flexibilité aux salariés, et considère l’ethos artisanal comme un obstacle à éliminer », analyse avec brio Matthew B. Crawford. Mais sans doute faut-il remonter plus loin. Depuis que la tradition comme mode de structuration de la vie collective s’est évanouie, notre époque, celle de « l’individualisme radical », selon Marcel Gauchet, ne jure que par le mot « autonomie ». Y compris à l’école où l’enfant est un « petit d’homme érigé en acteur de son propre apprentissage, en constructeur actif de ses savoirs et de ses compétences », écrit le philosophe. Avec le succès que l’on connaît : la perspective individuelle façonnée par Rousseau a cédé sa place, trois siècles plus tard, à un individualisme paresseux, sans surmoi, sans exigence avec lui-même.

Aujourd’hui, nous ne tolérons plus des politiques qu’ils contrarient nos désirs, encore moins qu’ils nous envoient à la guerre ou faire  la révolution, mais fermons les yeux quand les entreprises de la Silicon Valley récoltent nos données.
Nous n’acceptons plus de consacrer une partie de notre dimanche  dans un bureau de vote mais exigeons que nos courses soient livrées instantanément. Alors, comment s’étonner qu’en sacrifiant une partie de notre liberté sur l’autel de l’environnement, nous foncions tête baissée vers un monde dans lequel nous risquons de perdre l’un et l’autre ?

Source : Le Figaro 29/06/2022

01:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 29 juin 2022

Martial Bild présente son nouveau livre, co-signé avec Philippe Milliau, dans l'émission "Synthèse" sur TV Libertés

RL Annonces copie 11.jpg

Martial Bild, directeur général de TVLibertés et Philippe Milliau, président de TVLibertés, viennent de publier (co-édition Bouledogue médias et Dualpha) un livre percutant sur le sinistre « parti des médias » qu’ils entendent « défaire », comme l’indique leur titre éponyme. Pourquoi ? Parce que les médias dominants occidentaux, considèrent-ils, « mènent une entreprise d’extinction du pluralisme des opinions et de leur confrontation. L’étranglement de l’expression publique et la tyrannie médiatique aboutissent à une véritable syncope de la civilisation européenne ». Citant de nombreux exemples particulièrement inquiétants, Martial Bild répond avec concision et précision aux nombreuses questions de Roland Hélie et de Philippe Randa (Pierre de Laubier étant exceptionnellement absent) dans cette nouvelle émission « Synthèse ».

Toutes les émissions "Synthèse" cliquez là

COUV Maquette MARTIAL .jpg

Pour acheter ce livre cliquez ici

15:15 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Cette pénurie de gaz russe qui vient

gaz.jpg

Bertille Bayart

Il y a tout juste quarante ans, le projet de gazoduc eurosibérien semait la zizanie dans l’Otan. A la suite de la loi martiale imposée à la Pologne du général Jaruselski fin 1981, Ronald Reagan dégainait contre l’urss en juin 1982 l’arme des sanctions économiques, y compris extraterritoriales. Interdiction fut faite aux entreprises américaines, et aux entreprises européennes utilisant des technologies américaines, de fournir les équipements nécessaires à la construction du premier gazoduc destiné à acheminer le gaz soviétique en Europe de l’Ouest.

L’initiative américaine déchaîna la fureur des Européens, décidés à mener à bien ce simple «projet commercial», «dans le courant traditionnel des échanges qui doivent concourir au maintien des relations pacifiques, surtout sur le territoire de l’Europe », expliquait à la presse François Mitterrand.

Le président français, Helmut Schmidt et même Margaret Thatcher se rebellèrent contre Reagan. Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’industrie, gagna ses premiers galons souverainistes. Au nom de «l’indépendance nationale» et contre «l’impérialisme», il annonça la réquisition de Dresser France, filiale d’un groupe américain, sommée par la France de fournir à Moscou les compresseurs nécessaires à la mise en service du gazoduc. En novembre 1982, un compromis fut trouvé : « Les Européens restreindraient leurs importations depuis l’Union soviétique à 30 % de leurs achats de gaz » raconte Daniel Yergin dans The Price.

Le combat des Européens pour la diversification de leur approvisionnement énergétique et leur souveraineté a ouvert la porte de l’Ouest au gaz soviétique. Le plafonnement à 30% des achats est tombé en même temps que l’URSS. Trente ans après cet incident diplomatique, le patron de Gazprom résumait ,ainsi abruptement la nouvelle donne : « Surmontez votre peur de la Russie, ou manquez de gaz. »

Le piège gazier s’est refermé sur l’Union européenne. Étape par étape, Vladimir Poutine ferme les robinets. En 2021, Gazprom a commencé par cesser ses ventes sur le marché spot, se contentant d’honorer ses contrats de long terme. Puis l’entreprise a arrêté de remplir ses stockages allemands. Puis elle a stoppé ses livraisons dans cinq pays récalcitrants à son exigence de paiement en roubles. Dernière étape en date : au nom d’un compresseur occidental - encore ! - qui n’a pas été livré par Siemens, ce sont les approvisionnements au travers du gazoduc NordStream 1, vers l’Allemagne et au-delà, vers la France, qui n’ont plus lieu.

Au long de quatre décennies, Gazprom s’était construit une réputation, anesthésiante pour ses clients, d’entière fiabilité. Aujourd’hui, la coupure du gaz russe n’est «plus inconcevable», constatait lundi sur CNBC Jeffrey Schott du Peterson Institute.

Or, il faut être réaliste : il n’y a pas d’alternative. En tout cas pas d’ici l’hiver prochain. Il n’existe aucun scénario dans lequel l’Europe trouverait auprès d’autres fournisseurs les quantités de gaz que le Kremlin peut décider de ne plusdu tout lui vendre à travers ses tuyaux. L’activisme diplomatique dans les émirats n’y suffira pas. La « politique du pique- assiette », selon la formule de Thierry Bros, professeur à Sciences Po, consistant au prix fort sur le marché des cargaisons destinées à d’autres, aura ses limites : la Chine déconfinée surenchérira. Les infrastructures seront insuffisantes : on ne pourra pas couvrir les frontières maritimes de l’Europe de terminaux de regazéification dans le temps imparti. Allemagne, Pologne, France, Italie, Grèce… il existe déjà plus de projets de terminaux flottants (FSRU) que d’équipements mobilisables (neuf dans le monde à fin 2021 selon les données du GIIGNL). Les chantiers navals - chinois, soit en dit en passant – sont à bloc : un terminal neuf commandé aujourd’hui sera livré... en 2026.

Les calculettes sont sorties. Maintenant que la coupure de gaz russe n’est plus une hypothèse d’école, les chiffrages réalisés au cours de l’hiver, évoquant  une récession de 3 % en Allemagne par exemple, paraissent bien optimistes. Berlin redoute un effet domino à la fois financier - si un grand fournisseur était poussé à la faillite - et industriel. La rupture d’approvisionnement peut «casser» les installations, sidérurgiques notamment, qui ne doivent jamais tomber en température. À moyen terme, l’aléa énergétique peut devenir un facteur de délocalisation.

Pour la première fois depuis la pénurie de charbon qui mit l’industrie britannique en croix pendant un mois en 1946,une rupture d’un approvisionnement énergétique physique, qu’aucun mécanisme de prix et de marché ne pourra résoudre, est possible. Il a pourtant fallu que les patrons des trois grands énergéticiens, Engie, TotalEnergies et EDF, signent une tribune commune dimanche pour que le sujet devienne un thème de débat public en France et pour qu’un appel aux économies soit enfin lancé.

Source : Le Figaro 19/06/2022

11:29 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 28 juin 2022

Tocsin

clochez.jpg

Jean-Michel Salvator

C’est un scénario qui semble aujourd’hui inimaginable en France en plein été. L’Allemagne pourrait manquer de gaz cet hiver. Notre voisin dépend pour 35 % de sa consommation du gaz russe. Or Vladimir Poutine a ordonné de réduire drastiquement les livraisons. Impossible de compenser avec d’autres pays producteurs ou avec d’autres énergies. Si les importations russes baissaient encore, l’Allemagne risque d’être à sec de gaz cet automne pour faire tourner son économie et chauffer sa population. Berlin n’exclut pas de fermer des usines avec les conséquences sociales qu’on imagine. « Ce serait catastrophique. Nous ne parlons pas de deux jours ou de deux semaines, mais d’une longue période », expliquait le ministre de l’Économie Robert Habeck la semaine dernière.

La crise qui menace est d’une gravité exceptionnelle. On en a peu parlé parce que les Français avaient la tête ailleurs avec les législatives. Notre situation est aussi moins critique grâce au nucléaire. Mais l’inquiétude monte sur nos ressources. D’abord, parce que la moitié de nos centrales sont en ce moment à l’arrêt pour révision. Ensuite, parce que la sécheresse complique la production d’électricité des barrages hydrauliques. Enfin, parce que nous sommes très en retard sur le renouvelable : nous produisons quatre fois moins d’énergie solaire éolienne que l’Allemagne. Élisabeth Borne a bien demandé aux administrations et aux entreprises de réduire leur consommation de 10 % il y a quelques jours. Mais ce sont bien les dirigeants des trois énergéticiens français TotalEnergies, EDF et Engie qui ont déclenché une prise de conscience en sonnant le tocsin. Ils se font pressants quand ils demandent aux Français de réduire leur consommation : « L’effort doit être immédiat, collectif et massif. Chaque geste compte », insistent ces trois responsables qui sont en temps normal de redoutables concurrents. Faut-il que la situation soit préoccupante. Pour faire face, la France comme d’autres pays européens (l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas) vont rouvrir provisoirement leurs centrales à charbon dont le bilan carbone est exécrable. Une décision sacrilège. Mais a-t-on le choix ?

Source : édito du Parisien 28/6/2022

02:05 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dimanche 11 septembre en Bretagne : la fête du cochon du Parti de la France

290449530_707405260542839_7439303996838408570_n.jpg

Amis lecteurs de Bretagne,

retenez tous cette date !

Scipion de Salm nous parle d'Emile Driant

Émile_Driant_1913.jpeg

 

00:01 Publié dans TV SYNTHESE, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 27 juin 2022

Un article sur le livre "Jean Picollec l'atypique" dans le quotidien Présent

couv j picollec site.jpg

Jean Picollec, bien plus qu’un éditeur !

Jean Ernice,

La chronique de Livr'arbitres cliquez là

DOIT-ON VRAIMENT présenter Jean Picollec ? Ce nom, nous sommes nombreux à le connaître, notamment chez les lecteurs de Présent ! Il faut dire que l’homme a édité tant de livres qu’on a forcément tenu en main à un moment ou un autre un ouvrage dirigé par le vaillant Breton. Pourtant, il serait réducteur de ne s’arrêter qu’à la (riche !) carrière d’éditeur de Jean Picollec.

Passé à la question par Philippe Randa, Monsieur Picollec revient sur sa vie, on serait tenté d’écrire ses vies tant il y a de facettes du personnage à découvrir. Il y a tout d’abord l’homme, né en 1938 au Maroc alors sous protectorat français, mais dont toutes

les racines sont bretonnes avec des aïeux originaires de Concarneau. Jean Picollec apprend le français à l’école, mais c’est la langue bretonne qu’il utilise avec ses grands-parents. Alors que tout le prédestine à être marin, Picollec étudie l’histoire, devient lauréat du concours général, puis file à la Sorbonne, là-bas il découvre Paris et croise un certain... Lionel Jospin ! D’autres rencontres se font à l’époque, Alain Jamet ou encore Jean-Marie Le Pen deviennent des familiers de Picollec. Il partage avec eux le rejet du communisme, notamment après les événements de Budapest en 1956.

Engagé chez Larousse, Picollec ne soutiendra finalement pas sa thèse sur l’autonomisme breton pendant la Seconde Guerre mondiale par manque de temps. Son attrait pour la politique se confirme par un engagement à Ordre nouveau à l’invitation de François Duprat.

Philippe Randa revient également sur la passion bretonne de Picollec et sur le fait de s’être présenté aux côtés d’un personnage aussi atypique que reconnu, Jean-Edern Hallier. Le fantasque essayiste vaudra bien quelques soucis à son ami Picollec, quand la police pense que l’éditeur fait partie de ses ravisseurs...

Après son passage chez Larousse, Picollec fonde les éditions Alain Moreau dont il est la principale cheville ouvrière. Pour cette maison il édite Pierre Péan, Henry

Coston ou encore Jean Montaldo. Après six ans d’association avec Alain Moreau, Picollec prend son envol en 1978 et ouvre sa propre maison d’édition qui porte tou- jours son nom. Il édite tout au long de sa carrière des livres engagés, n’hésitant pas à publier la défense de Klaus Barbie écrite par maître Vergès.

Bref, un bel hommage à un passeur d’histoire, un fidèle (en amitié comme en politique). Rendons grâce à Philippe Randa et Roland Hélie (éditeur et préfacier de l’ouvrage) d’avoir eu l’initiative sympathique d’éditer cet ouvrage, troisième de ce type après l’entrevue avec Roger Holeindre menée par Arnaud Menu cliquez ici ou encore celle de Carl Lang réalisée par Jean-François Touzé cliquez là.

Philippe Randa, Jean Picollec l’atypique, Synthèse nationale, 2022, 328 pages, 29 euros. cliquez ici

22:58 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ballades païennes en Velay

Le-Velay-Païen-Histoire-Et-Mythologie-Histoire.jpgLa chronique flibustière

de Georges Feltin-Tracol

La fin de l’année scolaire approche, les élèves commenceront bientôt leurs grandes vacances estivales. Et s’ils visitaient en compagnie de leurs parents le Velay ? Cette province du Languedoc sous l’Ancien Régime correspond aux deux tiers de l’actuel département de la Haute-Loire. Au Nord, le Velay touche le Livradois. À l’Ouest, l’arrondissement de Brioude relève de l’Auvergne tandis qu’au Sud, à partir du gros bourg de Saugues où séjournait fréquemment le jeune Maurice Barrès, débute le Gévaudan, cette terre frappée à la fin du XVIIIe siècle par une terrible bête tueuse de femmes et d’enfants. En 2017 au terme d’une enquête remarquable, Pierric Guittaut a révélé dans La Dévoreuse. Le Gévaudan sous le signe de la Bête 1764-1767 (Éditions de Borée) l’identité certaine de l’animal.

Terrain volcanique avec la chaîne des Sucs, le massif du Meygal et le majestueux Mont Mézenc, le Velay détient un riche patrimoine historique. Natif du Puy-en-Velay, épris de son terroir, Bruno Mestre, âgé de 25 ans, vient de publier aux Éditions de la flandonnière Le Velay païen. Histoire et mythologie (2021, 200 p., 28 €). Préfacé par Bernard Sergent et débutant par un prologue de l’ethnomusicologue Didier Pierre, par ailleurs directeur des Cahiers de Haute-Loire dont l’un des fondateurs fut l’universitaire Jean Merley, cet ouvrage magnifiquement illustré de photographies souvent prises par l’auteur explore l’héritage païen à travers des lieux superbes et leurs légendes.

Bruno Mestre parcourt les chemins du Velay afin d’observer les pierres à bassins, les polissoirs néolithiques, les pierres à capules, les pierres à empreintes et autres signes en arceau ou « fer à cheval ». On y croise en outre des menhirs, des bornes militaires d’origine romaine ou une magnifique croix celtique médiévale. Il en existe une autre, tout aussi belle, sur le versant rhodanien du Pilat au-dessus de Condrieu. Mais est-elle d’époque ou plus récente ?

Le paganisme en terre vellave remonte aux tribus préhistoriques, aux Celtes, aux éventuels Ligures (hypothèse très contestée par les spécialistes), aux marchands grecs et aux Romains. Par des textes clairs et explicatifs qui allient la prospection en archives et l’enquête sur place, Bruno Mestre lève un large pan méconnu de l’histoire départementale pré-chrétienne. Par les indices qu’il recueille, il confirme le syncrétisme pagano-chrétien.

Le Puy-en-Velay demeure l’un des points de départ du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle. Sa cathédrale au style unique à la fois byzantin, roman et gothique abrite une Vierge noire dont l’allure se distingue des autres Vierges noires présentes dans le Massif Central. L’auteur y voit une permanence du culte de la déesse Isis, voire de la Déesse-Mère préhistorique. La cathédrale a été érigée sur le Mont Anis. Non loin se dressent le rocher Corneille (du dieu gaulois Cernunnos) et le dyke d’Aiguilhe surmonté d’une chapelle désaffectée dédiée à l’archange saint Michel. Si l’ami Arnaud Bordes y place dans les entrailles de cet amas d’origine volcanique le siège de la puissante société secrète plurimillénaire Murcie dans Pop Conspiration (Auda Isarn, 2013), Bruno Mestre rappelle que « le rocher d’Aiguilhe fait partie, avec les sites de Skellig Islande en Irlande, de Michael’s Mount au Royaume-Uni, du Mont-Saint-Michel en Normandie ou du Mont-Gargano en Italie, du réseau européen des sanctuaires mikhaëliques. Tous ces sites sont reliés par une “ diagonale sacrée “ ».

À cinq – six kilomètres de la cathédrale se présente l’immense forteresse médiévale de Polignac située sur la commune éponyme. Construit au cours du Moyen Âge par la principale famille noble du Velay dont une branche règne aujourd’hui à Monaco, sur un éperon d’origine volcanique de 806 mètres « qui lui donne l’aspect quasi-irréel d’un paquebot rocheux flottant dans sa vallée », ce vaste complexe fortifié compte un « puit de l’oracle » et un masque d’Apollon. Le site de Polignac serait-il la « copie conforme du sanctuaire de Delphes ? » L’auteur estime que « les rapprochements que l’on peut faire entre Delphes et Polignac sont nombreux… et suspects ! » Il démythifie finalement la légende dorée du temple d’Apollon ou de Belenos...

Neuf itinéraires de découvertes pédestres parachèvent l’ouvrage. Bruno Mestre fait preuve d’une très grande honnêteté intellectuelle. Son Velay païen est un hymne d’affection pour sa patrie charnelle fière et sauvage malgré la péri-urbanisation. Son travail minutieux ravira tous les passionnés des mythes celtiques, les érudits folkloristes et autres amoureux d’histoire locale. Il célèbre en outre un département assez méconnu (ce qui n’est pas plus mal). C’est donc un livre enrichissant d’accès facile. Finissons par un jeu de mot très aisé : Le Velay païen est un Mestre-livre ! 

Salutations flibustières !

« Vigie d’un monde en ébullition », n°38, mise en ligne le 21 juin 2022 sur Radio Méridien Zéro.

arts-enracines-logo-1614689753.jpeg

NDLR SN : Nos lecteurs de passage au Puy-en-Velay au cours de l'été auront à coeur de visiter la Librairie non-conformiste Arts enracinés située au 25 rue Raphael, en plein centre de la ville. En savoir plus cliquez ici

22:30 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Suite aux insinuations douteuses émanant de Marine Le Pen dont il est la victime, Tristan Mordrelle réagit

1517452184308.jpegLa réponse
de Tristan Mordrelle (1) :
 
A titre personnel, mes liens avec le Front national et son récent avatar le Rassemblement national, sont inexistants. Par mon histoire familiale et ma formation intellectuelle au sein du GRECE, tout contribue à mon éloignement de cette formation au programme politique trop tricolore à mon goût. Toutefois, mon chemin a croisé celui de Léon Gaultier, un des fondateurs du Front et surtout celui de Jean-Pierre Stirbois dont j’ai réalisé en 1988 le livre Tonnerre de Dreux, mais sa mort en novembre de cette même année a mis un terme brutal à ce rapprochement paradoxal.
 
En revanche, à titre professionnel, j’ai travaillé pour beaucoup de partis dont je ne partage pas la ligne politique, de la droite radicale à la gauche écologique en passant par les différentes nuances de droite nationale. Voilà pourquoi, écouter Marine Le Pen me dénoncer en direct à la télévision comme le « nazi de service » d’Éric Zemmour ne manque pas de sel pour les conoscenti des coulisses de la logistique des partis politiques.
 
L’arrivée en nombre du Rassemblement national au palais Bourbon et la traversée du désert qu’entreprennent les soutiens à Eric Zemmour ne constituent ni la validation du projet mariniste ni la condamnation de la vision du polémiste mu en homme politique.
 
L’avenir n’est écrit nulle part. L’aventure parlementaire du RN sera une formidable école du pouvoir pour une nouvelle génération d’élus. Nous verrons bien ce que Marine Le Pen sera en mesure d’obtenir dans ce rapport de forces inédit. Pour Reconquête, le chemin à parcourir sera plus difficile, une école de l’adversité, où cette formation devra réussir sa transformation en véritable parti politique.
 
L’irruption d’Eric Zemmour dans la vie politique française a d’ores et déjà changé la donne et je suis convaincu que le succès du RN lui est en partie imputable. Grâce à lui, des idées, des concepts, des mots, jadis interdits, sont désormais audibles.
 
Les projets d'Eric Zemmour pour les mois à venir sont autant d’étapes indispensables à la prise de conscience durable pour le pays que ce qui décide notre avenir, ce n’est pas le pouvoir d’achat mais les mesures d’urgence à prendre pour sauver notre identité.
 
Enterrer Eric Zemmour c’est aussi ridicule que de dire que Marine Le Pen est condamnée à l’échec perpétuel. C’est une erreur que je ne commets pas.
 
(1) NDLR SN : Homme de communication influent et non conformiste, Tristan Mordrelle est le fils de l'écrivain et militant nationaliste breton Olier Mordrelle.

22:19 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

ffrezs.jpg

21:59 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sortir du flou

Threard-.jpg

Yves Thréard

Entre deux voyages à l’étranger, Emmanuel Macron a donné ses instructions à Elisabeth Borne. La première ministre est non seulement confirmé dans ses fonctions, mais elle est en plus chargée de lui faire des propositions pour l’avenir et de lui suggérer des noms pour un nouveau gouvernement. Lourde responsabilité qui montre que le locataire de Matignon peut être plus qu’un exécutant, davantage qu’un collaborateur. Depuis l’instauration du quinquennat, on avait perdu l’habitude. Peut- être est-ce aussi le signe que le chef de l’État ne sait trop sur quel pied danser avec la nouvelle Assemblée nationale ! Pendant qu’il s’occupe des affaires du vaste monde, à elle, donc, de régler les problèmes domestiques.
On peut gloser à l’infini sur la manière, mais il est effectivement urgent que la France sorte du flou sur le fond. Alors que, avec le retour de l’inflation, une grave crise économique est à redouter, personne ne comprendrait que le pouvoir exécutif tergiverse ou se perde dans des considérations fumeuses et hors sujet. Aussi n’a-t-il pas mieux à faire que de vouloir inscrire le droit à l’IVG dans la Constitution ? À l’inverse des États-Unis, celui-ci n’est nullement menacé chez nous et cela ne correspond à aucune revendication. Ainsi Emmanuel Macron, en quête de majorité et d’unité, est-il bien cohérent quand il refuse d’emblée de travailler avec les députés du RN ou de La France insoumise ? Comment peut-il affirmer cela alors qu’il a répété ce week-end « être à l’écoute du message qui a été envoyé et traduit dans les urnes aux élections législatives»? L’avertissement reçu lui interdit de continuer à jouer les Dr Jekyll et Mr Hyde.

Au lieu de chercher à sceller d’improbable coalitions, Emmanuel Macron serait bien inspiré de préparer des mesures utiles. Des réformes qui échappent sur surcroît au « quoi qu’il en coûte » alors que la dette publique flirte avec les 3 000 milliards d’euros. Est-ce le cas du projet de loi sur le pouvoir d’achat ? Le doute est permis. Sur les retraites comme sur l’école et l’hôpital, que souhaite-t- il exactement ? Certes les intentions existent, mais le flottement est patent, d’autant que le gouvernement reste à constituer. Comment trouver des majorités dans ces conditions ? Élisabeth Borne a du pain sur la planche...

Source : Le Figari 27/6/2022

19:04 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 26 juin 2022

Ceux qui récusent l’existence de deux blocs iront dans le mur

fabrice.jpg

Lucide comme toujours, Alain de Benoist nous livre ici une réflexion pertinente et fort éloignée des clichés et autres niaiseries que l’on a pu entendre ces derniers temps avec les élections. Il n’y a plus, nous dit Alain de Benoist de droite et de gauche, mais une réelle lutte des classes entre la bourgeoisie et le peuple. Et de nous dresser un panorama de cette France actuelle où les tensions ne feront qu’augmenter. Pour quel final ?

Lire la suite ICI

07:37 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 25 juin 2022

Trop d’immigration pour 65% des Français

chard nn.jpg

Guy Denaere

CNews a publié ce jeudi un sondage de l’institut CSA : 65 % des Français estiment qu’il y a trop d’immigration en France. Une proportion qui monte à 100 % des personnes interrogées qui se disent RN ou Reconquête, et qui descend à 7 % chez celles qui se disent PS.

S’il y a « trop » d’immigration, ce n’est pas au sens où l’on dit fautivement « c’est trop bien », non, il s’agit bien d’un excès, d’un événement négatif. A quoi les Français jaugent-ils ce trop ? Le sondage ne le dit pas. Il y a d’abord l’insécurité, qui n’est pas un sentiment mais qui se décline, concrètement, jour après jour, dans les violences dont on n’a qu’un écho très affaibli dans les grands médias. Violence à l’égard des personnes, violences à l’égard des forces de l’ordre : un policier agressé samedi 18 juin à Saint-Ouen, un commissariat attaqué le lendemain à Champigny-sur-Marne, deux policiers municipaux violemment agressés mardi 21 dans la cité Gabriel-Péri (Saint-Denis) par une dizaine de personnes après le contrôle d’un guetteur... Mais aussi une violence environnante : au mois de mai, par deux fois, des bagarres avec machettes et couteaux ont éclaté à Noisy-le-Sec devant l’école maternelle Petit-Prince (sur quelle planète vit-on ?), un « jeune ensanglanté » a même tenté de se réfugier dans l’école en pleine journée... Une insécurité qui croît en Seine-Saint-Denis et en région parisienne, mais tout autant en province qu’au cœur de Paris : Rachida Dati propose de clôturer le Champ-de-Mars et de le fermer pendant la nuit tellement la situation y est hors de contrôle.

Les sondages sur l’insécurité donnent d’ailleurs des chiffres proches de celui sur l’immigration : selon un sondage Ifop pour Sud Radio (3 juin dernier), 69 % des personnes interrogées estiment que « l’insécurité a augmenté » ; en septembre 2020, 70 % des Français jugeaient justifié le terme « d’ensauvagement » employé par Darmanin pour qualifier la violence et la délinquance.

Il y a ensuite, pour expliquer ce « trop d’immigration », le Grand Remplacement à l’œuvre. Là encore, croisons les sondages : 67 % de Français se disaient inquiets d’un « grand remplacement » en octobre dernier (sondage Harris Inter-active pour Challenges). Femmes voilées et hommes barbus, populations exogènes majoritaires et qui font sentir aux Blancs qu’ils ne sont pas les bienvenus dans le quartier, ou dans l’établissement scolaire, ou dans la rame de métro, préférence étrangère, etc., chacun de nous en connaît les manifestations.

Mais pourquoi ces 65 % de Français n’ont-ils pas donné 65 % des suffrages à Marine Le Pen et Eric Zemmour lors des présidentielles, ou aux candidats RN et Reconquête lors des législatives ? Le barrage psychologique est solidement ancré dans les consciences depuis les années 1980 : quoi qu’on vive au quotidien, il ne faut pas voter « extrême droite », c’est mal. Comme le barrage « républicain », ce barrage-là n’en finit pas de céder. Il explique sans doute en partie ce mystère du vote et de l’abstention qui ne convertit pas en élection une idée ou une expérience.

Dessin de Chard

Source Présent, 25/6/2022

01:26 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

01:16 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 24 juin 2022

Martin Hirsch, le Caligula de la santé

phpRdpMTB.jpg

Il fait partie de ces bobos exécrables, énarque de formation, qui vont casse-croûter bien à l’abri dans le secteur public. Martin Hirsch est un quasi étalon de cette engeance qui gangrène ce pays, incapable de voir la réalité en face et qui, dès qu’un problème se présente, prend illico la fuite. Courage fuyons. François Monestier, avec son talent habituel étrille ce guignol qui malheureusement va trouver à se recaser dans un comité Théodule quelconque et tel un Mélenchon du pauvre, continuer d’être rémunérer par les contribuables français.

Lire la suite ICI

Source : Présent 24/6/2022

12:11 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Longue vie à TV Libertés...

téléchargement (1).jpeg

Lorsque Philippe Milliau m'avait parlé pour la première fois de son projet de lancer une télévision telle que TV Libertés, il y a une dizaine d'années, je dois dire humblement que je n'y croyais pas vraiment. Bien que séduisant, le projet me semblait tellement ambitieux et les échecs tellement fréquents dans notre famille politique, que je n'osais croire en la réussite de celui-ci. Très vite, je fus heureux de m'être trompé. Quelques mois plus tard, la première émission de TV Libertés cliquez là était programmée et, très vite, cette chaine est devenue le média essentiel de la droite non conformiste que nous apprécions tous aujourd'hui. Il fallait de l'audace... Philippe Milliau est un homme audacieux et il avait raison.

En septembre 2016, Martial Bild, directeur de TVL, me proposait de lancer l'émission "Synthèse" avec mes amis Philippe Randa, Pierre de Laubier et Aristide Leucate (qui, pour des raisons professionnelles et n'habitant pas à Paris, a dû nous quitter depuis) sur Radio Libertés. Depuis 2020, cette émission est télévisée et nous venons d'enregistrer la 176e en début de semaine cliquez ici

Jeudi soir, était organisée à Paris la soirée annuelle de TV Libertés. Une très belle réussite puisque près d'un millier de donateurs était présent. Il y avait aussi toute la talentueuse équipe des journalistes ainsi que les animateurs des différentes émissions. De nombreuses personnalités de la Droite de conviction avaient aussi répondu à l'invitation de Philippe Milliau, parmi lesquelles Bruno Gollnisch et Eric Zemmour pour une citer qu'eux... 

Cette soirée fut marquée par la présentation d'un livre co-signé par Martial Bild et Philippe Milliau, "Défaire le parti des médias" (co-édité par Bouledogue Médias et par Dualpha cliquez ici). Pour défaire l'ennemi, il faut des armes. TV Liberté, assurément, en est une et non la moindre. Bravo à TVL et à son président pour cette  belle soirée et, surtout, longue vie à TV Libertés ! 

Roland Hélie

290091916_5281046595288434_7388461265037586517_n.jpg

Me Frédéric Jachim, Roland Hélie et Charles-Henri d'Elloy

IMG-20220623-WA0001.jpg

Eric Zemmour est venu saluer Philippe Milliau (au centre de la photo) et marquer ainsi son intérêt pour TVL.

IMG20220623212438.jpg

Le colonel Patrick Hays et Roland Hélie.

10:12 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |