Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 14 février 2021

Le gouvernement veut dissoudre Génération identitaire

safe_image.php.jpg

François Bousquet
 
C’est fait. Le gouvernement vient de lancer la procédure de dissolution de Génération identitaire. La dissolution, c’est la peine de mort pour un mouvement politique. Il y a cinquante ans, ses membres auraient été des héros, disait Zemmour, aujourd’hui ce sont des parias.
 
Gérald Darmanin est un homme émotif – et pressé. Le 26 janvier, il se disait « scandalisé » par les opérations anti-migrants de Génération identitaire dans les Alpes et les Pyrénées. Le pauvre d’homme ! Tartuffe s’est toujours scandalisé d’un rien, c’est même à cela qu’on reconnaît le personnage de Molière. Très bien ! Mais un ministre de l’Intérieur, voilà qui ne laisse pas se surprendre. On attendrait d’un tel homme, « premier flic de France », qu’il se scandalise plutôt du flot de migrants qui font des selfies en passant nos frontières. Ça n’est apparemment pas le cas : les passeurs de migrants ont droit à tous les égards médiatiques. Les sentinelles symboliques au contraire qui veillent à nos frontières sont le seul danger. Ainsi ce 26 janvier Darmanin annonçait-il manu policiari, fort de ses pouvoirs de censure administrative, qu’il n’hésiterait pas à dissoudre Génération identitaire. Quinze jours plus tard, le 12 février, ses services, inhabituellement diligents et efficaces, lançaient la procédure de dissolution du mouvement.

Si jamais le ministre de l’Intérieur devait parvenir à ses fins, ce n’est pas seulement Génération identitaire qui serait dissoute, mais bel et bien notre identité. Car c’est de cela qu’il s’agit. La dissolution, c’est ce qui nous menace tous : dissolution de la France, dissolution de l’Europe, dissolution de notre être même. Ainsi l’exigerait le destin liquide des identités solides. La dissolution, c’est l’épée de Damoclès suspendue sur tous les courants identitaires. Interdit de revendiquer une identité autre que celle de l’état civil. Nouvel avatar de la « cancel culture », cette fois-ci portée au plus niveau de l’État : nous effacer, nous bannir, nous dissoudre dans le Grand Tout diversitaire.

Nous ou les « z’autres » ?

Pourquoi frapper Génération identitaire ? Parce que c’est frapper l’identité au cœur. Génération identitaire s’est imposée depuis des années comme l’organisation la plus dynamique, la plus structurée, la plus imaginative, la seule susceptible de rivaliser en termes d’efficacité avec nos adversaires, dans la défense de nos identités menacées. L’attaquer, c’est attaquer notre avant-garde militante ; c’est accélérer le mouvement de dissolution. La dissolution est un processus physico-historique par lequel une identité millénaire incorporée dans un solvant républicain doit se transformer en une formule hybride, schizo et sans-frontiériste. Tel est le devenir français et européen, à ce qu’il semble, selon notre ministre.

Alors, Darmanin pire que Castaner ? Castaner, le « Kéké de la République », prédécesseur de Darmanin place Beauvau, s’était contenté d’assurer que les manifestations « indigénistes » contre le racisme et les violences policières ne seraient pas sanctionnées, Darmanin fait mieux. Lui, il sanctionnera les indigènes que nous sommes et les organisations qui les défendent. Nous ou les « z’autres » ? Les z’autres ! La République a choisi son camp.

Darmanin a beaucoup à se faire pardonner. Carriériste furieux, certes comme la République en a toujours fabriqué treize à la douzaine, avec cependant chez lui une voracité si transparente qu’elle en devient gênante. C’est qu’il revient de loin. Le gaullisme, le bonapartisme, l’Action français, la Manif pour tous : c’est tout son passé-passif qu’il est en train de liquider. Quand un homme trahit à ce point, il éprouve toujours le besoin d’en effacer les traces.

Comment ne défendrait-on pas Génération identitaire ? Génération identitaire, c’est nous, c’est nos enfants. Intergénération identitaire !

Source Éléments cliquez ici

Quelques réactions :

• Jean-François Touzé (membre de la direction du Parti de la France)

Nos jeunes camarades de Génération Identitaire, enfermés dans un certain autisme militant, n'ont jamais fait preuve d'une grande solidarité envers les mouvements ou personnalités natios précédemment ciblés par le pouvoir. Il va pourtant de soi que notre soutien doit être total et sans réserve. La dissolution de GI serait un acte arbitraire de plus de la part d'un régime en voie accélérée de totalitarisme progressiste.

• Thomas Joly (Président du PdF)

150316182_1408765969466457_7589135653036466059_o.png

• Gilles-William Goldnadel (avocat, polémiste)

149810836_1164720250635214_7778375072437270679_n.jpg

• Marion Maréchal (ancien député)

149893599_429706461685737_5032187341994235339_o.jpg

• André Bercoff (journaliste, chroniqueur, écrivain)

150590710_429706805019036_1469868848642584544_n.jpg

• Julien Rochedy (essayiste)

150666307_429708771685506_7280764279263178430_o.jpg

21:57 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

D’un inceste, l’autre : quand accusation vaut condamnation...

balance-justice.jpgLa chronique de Philippe Randa

Les accusations d’ignominies sexuelles – et la pire de toutes, l’inceste ! – se suivent, se ressemblent, mais les mis en cause ne réagissent pas tous de la même façon. Le silence d’Olivier Duhamel n’a pu qu’accréditer sa culpabilité, alors que l’acteur Richard Berry, accusé – ainsi que son ancienne épouse la chanteuse Jeanne Manson – de viol et d’agressions sexuelles plus de trente ans auparavant par sa fille aînée Coline, a immédiatement clamé son innocence, démenti tout acte incestueux de sa part et écrit au Procureur de Paris pour qu’une enquête soit ouverte, malgré la prescription des faits.

Faisant monter une pression médiatique qui ne demande que cela, Me Karine Shebabo, avocate de la « présumée victime » Coline Berry, n’a pas hésité à affirmer que si l’on interroge le personnel de la protection de l’enfance, membres de la brigade des mineurs ou juges, « ils vous diront qu’à 99,99 %, il est très rare d’avoir des dénonciations mensongères quand on parle d’infractions sexuelles sur mineur au sein des familles. »

Elle se demande par ailleurs quel enfant « inventerait » de telles accusations contre un parent uniquement par vengeance ?

Avec de telles affirmations péremptoires, pourquoi continuer de gâcher l’argent du contribuables à diligenter enquête et procès, la cause étant entendue (à 0,01 % d’erreur, on ne va pas chipoter pour si peu, n’est-ce pas !) : une accusation vaudrait donc automatiquement condamnation.

N’en doutons pas, Me Karine Shebabo aurait fait merveille au procès d’Outreau, resté célèbre pour ses dysfonctionnements, la  majorité des accusés ayant été innocentés après plusieurs années de prison ou de détention préventive !

Quant à la famille proche, belle-famille, ex de l’un ou ex de l’autre et « pièces rapportées » – de Josiane Balasko à Jeanne Manson – elle se déchire désormais à qui mieux-mieux dans les médias, soutenant le « présumé coupable » ou la « présumée victime »… et démontrant que les haines, les jalousies et les règlements de compte au sein d’une famille « people » n’ont vraiment rien à envier à ceux d’une famille du fin fond des bords de la Vologne (Affaire du petit Grégory)…

EuroLibertés cliquez ici

19:35 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

2.800 milliards : l’écrasante et irremboursable dette française

economy-5082991-340 (1).jpg

Marc Rousset

Wall Street et le CAC 40 ont conclu, la dernière semaine, sur de nouveaux records. Donc, tout va très bien grâce aux vaccins ! Si l’on en croit une vidéo du Dr Christian Vélot, généticien à l’université Paris-Saclay, on va effectivement très vite vacciner tous azimuts avec différents types de vaccins. Mais les gouvernements prennent le risque – extrêmement faible pour un individu, mais possible et probable pour des milliards de vaccinés -, avec les vaccins non classiques très majoritairement utilisés actuellement (à l’exception, donc, des vaccins classiques), de créer – il suffit d’une seule fois – de nouveaux virus et de nouvelles pandémies mondiales…

L’exubérance irrationnelle, au-delà des bulles boursières, a pour nom Tesla™, Elon Musk et Bitcoin. Elon Musk vient d’investir 1,5 milliard de dollars sur le Bitcoin? qui a atteint les 44.000 dollars? alors que le président de Tesla™ avait pourtant déclaré, fin décembre 2020, que « le Bitcoin est presque autant de la merde que les Fiat ». Le Bitcoin n’est pas une monnaie mais un actif spéculatif sans valeur réelle comme l’or ou l’argent, principalement utilisé, selon la nouvelle secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen, « pour le financement d’activités illicites ».

Le chômage est pourtant toujours bien présent sur le marché de l’emploi américain, mais peu importe pour les boursiers et les spéculateurs ! L’or, en revanche, stagne et attend son heure puisque les services de la Monnaie (US Mint) ont vendu, en 2020, 845.000 onces de pièces d’or American Eagle, contre 150.000 onces en 2019. Si l’on en croit la corrélation toujours étroite entre l’or et les bons du Trésor américain sur cinq ans protégés contre l’inflation (TIPS), l’or devrait coter 2.000 dollars l’once, au lieu de 1.820 dollars.

La vérité, ce ne sont pas les vaccins salvateurs mais un monde qui repose sur un volcan de dettes et de taux d’intérêt. Prenons, d’une façon schématique, l’exemple de la dette française publique de 2.800 milliards d’euros avec un budget de l’État, en 2020, qui s’élevait à 250,7 milliards d’euros. Les taux d’intérêt ridicules actuellement payés, voire négatifs, s’élèvent à seulement 38 milliards d’euros. Mais avec le taux d’intérêt moyen à long terme, depuis des siècles, des dettes à long terme qui s’élève à environ 6 %, cela nous donnerait, pour une année normale, une charge d’intérêts de 168 milliards d’euros, soit 67 % du budget général de l’État ! D’où les cris d’orfraie de ceux qui demandent l’annulation des dettes publiques, mais Christine Lagarde a déclaré que l’annulation de la dette française envers la BCE (30 % du montant total), selon les traités de la zone euro, est inenvisageable ! 70 % de la dette est détenue par des assureurs français ou des investisseurs étrangers.

Annuler les dettes, c’est ruiner tous les épargnants français de l’assurance-vie, ce qui semble réjouir l’économiste communiste Thomas Piketty. De plus, nos partenaires européens ne seraient pas d’accord et il faudrait que la France comble les pertes de capitaux propres causées à la BCE, suite à l’annulation de ses créances sur la France. Quant aux investisseurs spoliés, pour continuer à prêter à la France : terminé, et bonjour les dégâts ! Les taux d’intérêt français à dix ans sont remontés à leurs niveaux de septembre 2020, de même que les taux américains ont retrouvé leurs plus hauts en un an. En clair, la dette française est écrasante et irremboursable.

En Italie, Mario Draghi, le « sauveur de la nation, « Super Mario », a fait plonger le coût de la dette italienne à 0,427 %, soit moins d’un point d’écart avec les taux allemands de référence. Mais la dette stratosphérique de 2.600 milliards d’euros représente 160 % du PIB italien, contre 120 % pour la France. Avant la crise du Covid-19, les taux italiens étaient à 2,5 %, et 7 % pendant la crise de la zone euro. Draghi a réalisé l’union sacrée de tous les partis, mais une fois la période de grâce terminée, on voit mal comment il pourra éviter la banqueroute avec une coalition de partis adversaires, une croissance nulle, des déséquilibres structurels et une démographie catastrophique.

Le monde fourmille de cygnes noirs en embuscade et devrait connaître des mouvements sociaux suite au chômage, des krachs boursiers suite à l’augmentation déjà commencée des taux d’intérêt et peut-être des pandémies nouvelles suite à l’utilisation trop rapide de vaccins non classiques, le point Oméga étant l’insolvabilité généralisée et l’effondrement du Système. Mais les Bourses, comme en 1929, continuent de monter…

Lire Boulevard Voltaire cliquez ici

16:03 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

QUAND OLIVIER DUHAMEL VOULAIT PRENDRE LA TÊTE DES PUF... RETOUR SUR UN PERSONNAGE RÉPUGNANT DU RÉPUGNANT "CAMP DU BIEN"

olivier-duhamel-qui-est-homme-accuse-par-camille-kouchner-inceste-sur-son-frere.jpeg

11:58 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le populisme n’est que le symptôme de notre malaise

morin.jpg

Chloé Morin, 32 ans, membre de la fondation Jean Jaurès, a été en charge de l’opinion publique au sein du cabinet des Premiers ministres de gauche Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls, de 2012 à 2016. Dans un livre, Les inamovibles de la République (Aube ed.) elle dénonçait l’influence des hauts fonctionnaires dans les décisions des ministères dont la caractéristique majeure était d’ignorer tout de la réalité et donc des effets de leurs décisions sur le terrain. Dans cet entretien, elle montre que notre démocratie est en crise pour la bonne raison que la voix du peuple est entièrement confisquée par des institutions qui ne fonctionnent plus. D’où l’émergence de ce courant qu’on appelle le populisme qui n’est jamais que la voix du peuple face à ses soi-disant élites.

A lire ICI

10:56 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Pierre Vial mis à la question par nos amis de Breizh-Info.com

VIAL PIERRE 1.jpg

Source Breizh info cliquez ici

Nous nous faisons écho récemment de la parution du 86e numéro de la revue Terre et Peuple, sur le thème des communautarismes.

Pas simplement une revue mais aussi un mouvement culturel et politique, Terre et peuple a été fondé en 1994 par Pierre Vial, maître de conférences en histoire médiévale à l’Université Jean-Moulin – Lyon III durant 34 ans. Ce dernier, militant identitaire de toujours, a également participé à la fondation du GRECE, mais aussi de mouvements de jeunesse, avant d’être conseiller régional (FN) mais aussi conseiller municipal, à Villeurbanne, dans les années 90.

Nous l’avons interrogé pour connaitre son regard, ses idées, sur le monde d’aujourd’hui et sur celui qui attend demain, notre jeunesse chère au cœur de Pierre Vial.

Breizh-info.com : Si vous deviez vous présenter à nos lecteurs, que diriez-vous ?

Pierre Vial : J’essaye d’être ce que Gramsci appelle un intellectuel organique, c’est à dire quelqu’un qui concilie la réflexion et l’action. D’où mon travail métapolitique et mon engagement politique, que j’ai toujours menés de front même si, selon les périodes, l’un ou l’autre était plus apparent. J’ai toujours eu peu d’estime (pour rester gentil) pour les révolutionnaires en chambre, qui prétendent « penser » (il y aurait beaucoup à dire sur cette prétention) mais qui surtout ne veulent pas se salir les mains en allant au charbon, tout en critiquant ceux qui y vont. Et puis agir c’est donner des coups mais aussi en prendre. Alors, on n’est jamais trop prudents…

En 1994 vous avez fondé le mouvement Terre et peuple, et la revue qui va avec. Quelle est son actualité ?

Terre et Peuple illustre ce que je dis dans la réponse précédente. Aujourd’hui plus que jamais s’engager sur le terrain sans savoir, très précisément, pourquoi on le fait, est inutile et ne peut que servir l’ennemi, trop content d’affirmer que le militant identitaire a de gros muscles et un pois chiche en guise de cerveau. C’est pourquoi nous apprenons à nos camarades à toujours se guider sur cette boussole qu’est notre doctrine racialiste, folkiste, résumée par Terre (l’enracinement) et Peuple (l’identité raciale).

Depuis votre engagement en politique il y a fort longtemps, le monde, et particulièrement l’Europe, ont évolué à grande vitesse. Mais n’avez-vous pas l’impression, ces dernières années, d’assister à une accélération encore plus rapide de l’Histoire ?

Il y a certes une accélération de l’Histoire qui est due à l’engrenage dans lequel s’est jetée à corps perdu la société matérialiste, capitaliste, libérale qui nie les périls et qui finira par mourir de son inconscience, ce dont je me félicite.

Quel regard portez-vous sur l’opposition politique et militante à ce gouvernement, et plus globalement, à l’oligarchie, aujourd’hui en France et en Europe ?

Tous ceux, quelle que soit leur étiquette, qui se dressent contre le Système méritent d’être approuvés et soutenus. Mais le Système a une grande capacité à récupérer et neutraliser les forces qui s’opposent à lui. La première nécessité est donc d’ouvrir les yeux de ceux qui veulent rester libres, de leur montrer où sont les vrais enjeux, quels sont les maîtres du jeu. Pour renverser la table où est organisé un jeu truqué. Cela s’appelle une révolution.

Comment percevez-vous la multiplication des interdictions, des censures, des répressions visant les dissidents au sens large, finalement de cette guerre que mène main dans la main GAFA et gouvernements d’Occident ?

Les maîtres du Système ont peur. Ils ont peur que les peuples se réveillent (c’est le populisme), demandent des comptes et appliquent une justice expéditive. Il leur faut donc museler, embastiller voire assassiner tous ceux qui refusent la servitude. 

Vous consacrez le dernier numéro de votre revues aux communautarismes. A une période où les tenants de la République française entendent mener une guerre sans merci aux séparatismes, les Européens doivent-ils envisager de refonder des communautés organisées, sur leurs propres terres ?

Les Tartuffes qui prétendent lutter contre les séparatismes ont tout fait pour que les envahisseurs imposent toujours plus leur arrogante présence sur notre terre. Ils feignent de s’inquiéter : y aura-t-il une guerre des races ? Mais cette guerre est là, chaque jour, dans nos rues. Va-t-on la subir ou faire face ? Les Blancs ne peuvent compter que sur eux-mêmes, en s’organisant efficacement car ils ne peuvent évidemment pas compter sur des autorités qui ont perdu toute crédibilité.

Vous avez fondé et animé des mouvements de jeunesse. Quel message d’espoir auriez-vous à lui faire passer justement à cette jeunesse, que l’on veut aujourd’hui enfermer pour sauver quelques octogénaires, et à qui identité, vitalité, culture, éducation et même perspectives économiques ont été progressivement supprimées ou dévoyées ?

La jeunesse est le seul espoir d’un peuple et c’est pourquoi le Système fait tout pour la dévoyer, l’asservir, la contrôler. Il faut donc dire et redire, sans se lasser, aux garçons et aux filles de notre sang : révoltez-vous, libérez-vous et le vieux monde s’écroulera sous vos coups.

Propos recueillis par YV

00:22 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 13 février 2021

A propos du Mouvement social italien : la préface de Roland Hélie du livre de Massimo Magliaro consacré à l'histoire du MSI paru en Italie en 2018

COUV Maquette SN REVUE copie.jpg

Ah le MSI ! On peut dire qu’il nous a fait rêver, nous autres militants français, ce Mouvement Social Italien... En effet, à l’époque où les organisations nationalistes avaient beaucoup de mal à émerger en France, nous avions tous les yeux rivés sur ce qui se passait au-delà des Alpes. Le MSI, c’était un peu grand frère que nous espérions un jour pouvoir imiter...

J’avais à peine quinze ans lorsque j’ai entendu parler pour la première fois du MSI. C’était au début des années 1970, dans un reportage à la télévision française consacré aux événements qui se déroulaient alors à Reggio de Calabre. On y voyait des jeunes missinistes, qualifiés sur un ton méprisant par les journalistes de « néo-fascistes », s’activer pour défendre leurs idées. Comment était-ce possible ? Après tout les lavages de cerveaux que nous avions subit en France depuis 1945, et aussi en Europe, il existait des jeunes, en Italie, qui se réclamaient fièrement du fascisme, fut-il « néo »...  Je voulais en savoir plus et l’occasion allait vite se présenter.

Quelques semaines plus tard, au hasard d’échanges inter-scolaires, je rencontrai une jeune Milanaise de passage en France pour apprendre notre langue. Je m’empressais de l’interroger sur ce phénomène qui me fascinait en me disant que, offusquée par une telle curiosité, elle allait honteusement m’envoyer promener. Il n’en fut rien. La belle Italienne, certes un peu étonnée par ma témérité, s’illumina et me parla avec enthousiasme de l’homme qu’elle admirait le plus dans l’histoire de son pays, Bénito Mussolini, et aussi de celui dans lequel elle plaçait tous ses espoirs : Giorgio Almirante. Voilà un langage auquel nous n’étions pas vraiment habitués chez nous. Dans les jours qui suivirent, convaincu que le Système nous mentait sur le fascisme, j’adhérais à Ordre nouveau et, après la dissolution, au Parti des Forces nouvelles...

Plus de 45 ans ont passé... 45 ans de militantisme au cours desquels j’ai maintes fois eu l’occasion de rencontrer des cadres et des militants du MSI. J’ai fait la connaissance de Giorgio Almirante lors d’un congrès près de Rome en 1982 où, avec Jean-Louis Tixier-Vignancour, nous représentions la France. Puis, en 1984, le jour tant attendu arriva. Aux élections européennes, la Droite nationale faisait son irruption, avec Jean-Marie Le Pen, sur la scène politique française. "L’Eurodroite" devenait une réalité...

Chez moi, un soir de mai 1988, j’avais entrepris de classer dans un album des photos récentes qui s’étaient amoncelées sur mon bureau. Parmi celles-ci, il y en avait une, prise lors du congrès de Sorrente en décembre 1987, sur laquelle je figurais en compagnie de Jean-Pierre Stirbois, alors secrétaire général du Front national décédé depuis, et Giorgio Almirante. Je dois dire, toute vanité mise à part, que j’étais assez fier d’être sur cette photo avec ces deux personnages illustres. Mais ma joie fut de courte durée car, quelques minutes après avoir refermé mon album, en écoutant le journal télévisé j’apprenais la mort d'Almirante, celui qui avait tant marqué l’histoire de l’Italie et qui fut notre exemple à tous en Europe. Le hasard fait parfois curieusement les choses... Quelques mois plus tard, Jean-Pierre nous quittait à son tour.

Je n’oublierai jamais les quelques conversations que j’ai eu avec Giorgio Almirante. C’est pour honorer sa mémoire que, l’an passé, la revue Synthèse nationale que je dirige aujourd’hui, a organisé à Paris un grand banquet pour marquer les 70 ans de la création du MSI cliquez là et que nous avons consacré, à cette occasion, un numéro des Cahiers d’Histoire du nationalisme à cette grandiose épopée cliquez ici.

Et lorsqu’il y a quelques jours, mon camarade, mon ami, mon frère de combat Massimo Magliaro m’a fait l’honneur de me demander de préfacer son livre consacré au MSI (1), c’est bien entendu avec joie que j’ai accepté.

Roland Hélie

Directeur de Synthèse nationale

Paris, le 19 décembre 2018

dddefr.jpg

Giorgio Almirante, Jean-Pierre Stirbois, Roland Hélie au congrès du MSI à Sorrente en décembre 1987.

(1) La fiamma che non si arrende, Massimo Magliaro, Edition Pagine, Rome, 2019.

20:08 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Salvini se couche.

italie-matteosalvini-marinelepen.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Pour prix de son soutien à Draghi et de son ralliement au Système, Matteo Salvini obtient l'aumône de trois petits ministères pour la Lega : le tourisme, le handicap et le développement.
 
Salvini c'est fini parce que Salvini c'est Fini en pire qui, à  force de louvoyer dans une douteuse union des droites au sein de laquelle il fit perdre son âme au MSI et son attractivité électorale à l'Alliance nationale pour le seul bénéfice de Berlusconi et de son clan affairiste, sombra dans le fossé des renégats.
 
L'union des droites est un mirage. Le populisme est un naufrage. Vive le nationalisme !
 
 
163236782.80.jpgNDLR SN : en adoptant cette stratégie hasardeuse, Salvini offre une voie royale à l'héritier du MSI, Fratelli d'Italia, présidé par Georgia Meloni, désormais seul mouvement national et populaire d'opposition en Italie...
 
 
 
 
L'histoire du Mouvement social italien (MSI) :

2017 02 CHN 11 1.jpg

Pour l'acheter cliquez ici

18:53 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Boulevard Voltaire présente le nouvel album d'Ignace

SN 56 3 DE COUV copie.jpg

Nicolas Gauthier Boulevard Voltaire cliquez ici

Avec Chard, qui officie fidèlement à Présent, sans oublier Pinatel, autre dessinateur historique de la presse non conformiste en quasi-retraite, Ignace peut faire figure de dernier des Mohicans. En effet, ce petit diable persiste à exercer ses talents chez nos confrères de TV Libertés et de France Soir, même si le quotidien jadis fondé par Pierre Lazareff n’est plus, aujourd’hui, qu’un site Internet comme les autres, alors qu’il vendait jusqu’à un million d’exemplaires chaque jour, au siècle dernier.

Ignace, donc, vient de publier son dernier recueil de dessins. Comme toujours, le crayon y est habile et l’humour acéré. Pourtant, il n’y a rien de méchant en ce dessinateur connu dans toutes les rédactions dissidentes pour être le plus gentil des hommes. Ce qu’il confirme en déclarant : « Le côté gentil me poursuit. On me reproche de rendre nos adversaires trop sympathiques, notamment les femmes. Dieu merci, je n’éprouve de haine envers personne. Néanmoins, en ces temps de dictature sanitaire, les protagonistes politiques et scientifiques deviennent caricaturaux. Ils jouent les protecteurs paternalistes, mais sont perçus comme des catéchistes rigoristes, qui nous promettent l’enfer si on ne respecte pas les gestes barrières. J’essaie dans mes dessins de mettre en lumière cet aspect. Et à l’inverse, je soigne un professeur Raoult qui “a de la gueule”, comme on dit, avec son look tout à fait à part. C’est une façon de lui rendre hommage, ainsi qu’à tous ceux qui résistent courageusement au sanitairement correct. »

Homme de droite revendiqué, on ressent pourtant dans ses dessins une forte influence de Marcel Gotlib, l’une des plus belles plumes du défunt hebdomadaire Pilote, avant qu’il n’aille fonder L’Écho des savanes, puis Fluide glacial, et qui n’était pas tout à fait de droite, lui. Pour Ignace, rien de rédhibitoire : « Lorsque j’étais en cinquième, on remarquait mes dessins et un camarade de classe trouvait que j’avais le “style de Pilote”, mais je ne connaissais pas ce fameux Gotlib. Ce n’est qu’un peu plus tard que j’ai découvert les BD du maître. J’ai eu l’impression de rencontrer un père ; ou plutôt, j’étais son jumeau, arrivé une génération trop tard. Le créneau étant déjà pris, je n’avais plus rien à apporter. Et puis le temps m’a fait comprendre que je n’avais ni son génie ni sa personnalité. »

Pourtant, le jeune Ignace continue de creuser son sillon politique : « À seize ans, je m’étais converti au royalisme puis, par ricochet, au catholicisme intégral. Je commençais à voir dans le dessin une finalité ajoutée à l’humour, celle de faire passer des messages ou des idées. Par ailleurs, c’était un moyen de gagner ma vie. Ayant été un élève médiocre et peu manuel, il n’y avait que le dessin pour me sortir de l’impasse. J’ai donc suivi une école de dessin publicitaire, histoire de me préparer à un métier digne de ce nom, tout en pensant bifurquer dès que possible vers le dessin d’opinion. »

Pour Ignace comme tant d’autres de ses confrères, le passage de la presse papier à celle Internet ne se fait pas tout seul : « Cela a été une véritable mue. Dans la presse papier, on peut se “lâcher”. Il faut simplement éviter les procès. Je passais presque pour une tête brûlée. Tandis que sur les réseaux sociaux, on est vu du monde entier. C’est la raison pour laquelle, sans doute, on me qualifie maintenant de gentil. Et puis je dis souvent qu’on peut choquer sans manquer à la charité. »

On ne saurait mieux dire que cet artiste, dont le recueil de dessins est un régal de chaque instant. La marque des grands, probablement.

Pour commander cet album, cest simple cliquez ici

11:34 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:29 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Tribune libre : Zemmour président ?

image_0931529_20210212_ob_99381b_lefebvre-zemmour.png

Ludovic Lefebvre

Délégué du Parti de la France pour la ville de Paris

Selon des bruits de couloir confirmés par Geoffroy Lejeune, le directeur de la rédaction du magazine Valeurs actuelles et le député européen Gilbert Collard, leur ami Eric Zemmour pourrait se présenter en 2022 à la présidentielle.

Le journaliste phare du Figaro ne fait que réfléchir à cette possibilité sans l'infirmer ou l'affirmer pour le moment. Ce n'est donc que sur les propos coutumiers du polémiste que nous pouvons extrapoler une esquisse de programme et de mesures qui y seraient liées :

• La remigration, seul personnage politico-médiatique à l'évoquer et plus encore, à avoir le courage la prôner, l'écrivain suit la droite nationale dans le réalisme lié à l'échec du « Vivre Ensemble ». Les immigrés et descendants d'immigrés ayant conservé leurs us et coutumes locales, étant délinquants et criminels, étant militants islamistes doivent être expulsés manu militari.

• Le retour à la France, c'est à dire aux Français, Zemmour parle de retour à la culture française, du modèle français, de l'histoire de France dans son entièreté et sans la culpabiliser, la raboter, la réécrire, la dénigrer, il parle du peuple français surtout, grand oublié des élites dévastatrices.

• L'immigration, l'essayiste trouve impératif qu'elle soit stoppée pour que la submersion migratoire africaine ne noie pas le peuple français sous son flot continu. Il doit y avoir un véritable ressac dans le sens où la marée noire doit se heurter à un rocher français qui la fera reculer. En complément de la remigration, cette mesure redonnerait à notre territoire le souffle dont il a besoin pour reprendre des forces.

• Les valeurs basiques, elles sont opposées à une pression du communautarisme homosexuel désirant par des désirs égoïstes s'imposer dans le domaine familial ce qui a pour conséquences de dévaloriser la famille traditionnelle, la natalité dans un pays occidental qui vieillit faute de naissances. La famille, plus que tout autre exemple, doit être mise en valeur et servir de modèle incitatif dans cette société en manque de repères, il faut se marier et avoir des enfants. Le spectacle exhibitionniste, malsain de la Gay Pride n'a vraiment pas de quoi être fier quoiqu'en dise son nom. Copuler dans la rue, prôner des déviances, mêler des enfants à ces cortèges de dépravés, tout ceci n'apportera ni sérénité, ni apaisement, ça va de soi. Quant aux usines à bébés, à la marchandisation de ces petits êtres , c'est une ignominie qu'il faut interdire. Eric Zemmour s'est prononcé contre ces folies, mais aussi contre le féminisme qui dans son outrance pousse à la confrontation entre les deux sexes. Il dit enfin que la France est catholique.

Sur de nombreux sujets, le romancier rejoint les positions de bons sens de la vraie droite nationale, il est clairement de droite, il est clairement national, s'il se présentait à l'élection présidentielle, l'auteur de cet article donnerait son vote à Eric Zemmour. Sans engager pour autant les autres cadres du Parti de la France dans cette prise de position, nous voyons enfin une perspective dans une opposition qui ne s'oppose plus à rien, qui se fait pale et silencieuse en tout quand elle ne fait pas de la surenchère, du sur-Macron. Il n'appartenait qu'au RN d'être dans la continuité du FN, qu'à LR de reprendre l'identité du RPR en matière d'immigration, de valeurs, ils ne l'ont pas fait. Et ils ne l'ont pas fait à une heure particulièrement grave pour le peuple français.

Zemmour n'a ni la physionomie, ni le nom d'un Français diront certains, nous avons remarqué... Est-ce vraiment l'important dans un tel état d'urgence ? Sauver notre patrie et ses âmes n'est elle pas la priorité ? Devons-nous encore être à l’ère du fignolage ?

Nous ne voulons pas être de cette poignée de marginaux et d'idéologues qui regardent la France mourir avec l'orgueil spirituel, intellectuel, moral d'avoir eu raison, nous trouvons, au contraire, cela très fat et très immoral. Être 60 dans une salle obscure avec pour public une bonne partie de musulmans heureux d'entendre un discours antisioniste ne sauvera pas un seul Français de la catastrophe. Il faut rejoindre le réalisme et le réalisme passe par des unions, des compromis raisonnables, un large rassemblement.

Zemmour aurait été aperçu partageant un taxi avec BHL ce qui le compromettrait gravement quant à la sincérité de ses positions. Seuls les faibles sont perméables à la fréquentation de leurs ennemis. Le cosmopolitisme, pas plus que tout autre idéologie, n'est une maladie contagieuse. Et heureusement, la bernardhenrilévite aurait ravagé le monde plus sûrement qu'Ebola et la peste réunis, bien plus que le coronavirus à la létalité très, très limitée. Bousculons l'intelligentsia, l'opposition figée et endormie et invitons Zemmour à se présenter en 2022 !

Source cliquez là

00:32 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 12 février 2021

Toulouse : ce sont les habitants du quartier qui ont vidé les racailles antifascistes qui squattaient la maison d'un octogénaire

6025adb6d7f0b_squat_3-5193646.jpg

Communiqué de la Lige du Midi

En fin de soirée, ce jeudi 11 février, nous apprenions que les squatteurs de Toulouse avaient quitté, sous les quolibets des riverains, le pavillon de Rolland Leutard,sis au 83 avenue de Fronton à Toulouse.

Ce ne fut pas à cause de l’action des policiers de Gérald Darmanin, mais sous la pression d’un collectif de riverains excédé par cette saloperie manifeste.

Déjà en fin de matinée, un groupe spontané de soutien à Roland Leutard composé de gens du voisinage, de jeunes, de mamies, de commerçants, de populistes ... avait invité les squatters à sortir sous une haie d'honneur qu'il leur aurait faite. Les autres ayant refusé, la tension avait été vive, mais l’incident évité temporairement. 

Depuis plusieurs jours, nous avions partagé l'émotion de nos sympathisants et amis, comme celle de nombreux Français, à cause de la situation terrible, injuste et insupportable où se trouvaient plongés les époux Leutard suite à l’occupation de leur modeste pavillon de banlieue.

Cette nouvelle affaire aura eu au moins l’avantage de mettre en lumière l'incapacité de l'Etat à faire respecter le droit de propriété -qui est un droit constitutionnel-, et aura échauffé d'autant plus les esprits que d’autres affaires du même type font en ce moment les gros titres des médias et que nous avons eu à en connaître plusieurs autres au cours de l'année précédente. 

Les français que nous représentons, ne peuvent envisager sereinement que leurs biens immobiliers, bien souvent acquis au prix de nombreux efforts de toute une vie, puissent être un jour « réquisitionnés » au titre du trop fameux Droit Au Logement. Ils se sentent donc particulièrement concernés et inquiets. La personnalité de Roland Leutard, son origine populaire, son âge et son désir de vendre sa maison afin de pouvoir rejoindre son épouse en Ehpad, n’ont pu qu'émouvoir et interpeller les honnêtes gens. 

La « politisation » de cette affaire par les groupes zadistes et antifas de Toulouse qui organisent les squats en tentant de les institutionnaliser, échauffent très nettement les esprits de gens lassés par la dictature de la racaille ! Et ce d’autant que ceux-ci profitent de la médiatisation de ces affaires pour imposer l’équation : travailleur + propriété = capitaliste = facho. On ne comprendrait pas que l’Etat puisse laisser courir de telles assertions anarchisantes et nihilistes.

Nous avons attiré l’attention du préfet sur cette pitoyable affaire au moment où elle était en passe de déboucher sur des troubles à l'ordre public. La faible présence policière mise en place autour de la maison, donnait l'image insoutenable d’une Police protégeant des délinquants. 

Cette lamentable situation a donc cessé, mais les squatters, qui étaient tout de même une trentaine, s’ils n’ont pas eu l’outrecuidance de dire qu’ils reviendraient, ont déjà annoncé, sur les réseaux sociaux, qu’ils s’apprêtaient à occuper rapidement une autre propriété privée… pourquoi pas la vôtre ?  A noter que, si ce n’est avec la complicité, c’est au moins avec la complaisance de la municipalité que cette affaire aura dégénéré, la mairie en refusant la vente du bien, sans préempter ou proposer une solution équitable, ayant montré de quel côté son cœur penchait.

En tout cas, cette affaire aura démontré que la population n’a rien à attendre des pseudos pouvoirs publics et que quand le peuple commence à se bouger, il est très difficile de l’arrêter.

Nicole Mina Conseillère régionale Occitanie

Richard Roudier Ligue du midi

François Galvaire Ligue de Gascogne/La Meute France

La Ligue du Midi cliquez ici

16:11 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sortie la semaine prochaine du nouveau numéro (n°56) de la revue Synthèse nationale

SN 56 1 DE COUVERTURE.jpg

Au sommaire 

N°56 - HIVER 2020 2021

P 2 ÉDITORIAL Roland Hélie

P 6 ON NOUS CACHE TOUT Pieter Kerstens

P 8 IL PATAUGE LE GOUVERNEMENT Didier Lecerf

P 13 LA STRATÉGIE DE LA PEUR Pierre Vial

P 15 LES VOIX DISSIDENTES Guirec Sèvres

P 16 LA RÉCESSION QUI VIENT Pieter Kerstens

P 22 La RESTAURATION SACRIFIÉE Hugues Bouchu

P 24 LA FIN D’UN MONDE Patrick Parment

P 28 ET SI LES COMPLOTISTES AVAIENT RAISON ? Arnaud Raffard de Brienne

P 34 UN GÉNÉRAL À L’ÉLYSÉE ? Philippe Randa

P 36 RÉQUISITION CONTRE MACRON Charles-Henri d’Elloy

P 40 LE PORTUGAL RETROUVE SON CHEMIN Robert Neboit

P 47 LA GUERRE DES SYMBOLE Jean-Claude Rolinat

P 52 LES ORIGINES FASCISTES D’EVO MORALES Christian Bouchet

P 58 DE GAULLE Jean-Marie Le Pen

P 66 ENTRETIEN AVEC ERIC DELCROIX Franck Buleux

P 72 LIVRES DU MOIS Georges Feltin-Tracol, Daniel Cologne

P 88 LES PAGES DU MARQUIS Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

P 94 LE MAÎTRE DU HAUT CHÂTEAU Scipion de Salm

P 100 C’EST MON AVIS Entretien avec Jean-François Touzé

Le commander dès maintenant cliquez ici

S'abonner à la revue Synthèse nationale cliquez là

Bulletin d'abonnement

13:01 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Marine Le Pen - Gérald Darmanin : un coup pour rien ?

149402921_412953463321355_1330968954870117805_n.jpg

Les premières réactions au débat de jeudi soir :

Jean-Marie Le Pen :

Thomas Joly, président du Parti de la France :

Face à un Gérald Darmanin assez arrogant, Marine Le Pen a été inodore et incolore, un vrai robinet d'eau tiède. Pas certain que cela convainc ceux qui attendent d'être libérés de la submersion migratoire afro-musulmane et de l'oligarchie cosmopolite.

11:57 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Trappes : les islamistes ont frappé

didier-lemaire-trappes_ nn .jpg

C’est un scandale de plus avec l’affaire de ce professeur de philosophie, Didier Lemaire, qui enseignait à Trappes depuis vingt ans et dont il a stigmatisé l’islamisation d’une ville qui échappe désormais aux règles de la République mais pas à celles des islamistes. Que ce soit le maire franco-marocain, Ali Rabeh, dont l’élection vient d’être annulé, proche des islamistes malgré un discours contraire, le préfet comme le ministre de l’Education nationale, tout ce beau monde se défile et se rejouit que ce courageux professeur décide de quitter cette noble institution, tous incapables de le soutenir. Sans parler d’un Etat qui vient nous enfumer avec une grand guignolesque loi sur le séparatisme. Chaque jour qui vient ne cesse de nous démontrer que l’islam des islamistes et la République sont incompatibles.

Lire ici l’article du Figaro

11:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 11 février 2021

De la discrimination positive à la préference allogène.

images (1).jpeg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Après l'annonce, fin janvier, par le Premier ministre, Jean Castex, du versement de 3,3 milliards d'euros en faveur des "quartiers défavorisés" inscrivant ainsi ses pas dans ceux de tous ses prédécesseurs engagés au service de la ruineuse et folle "politique de la ville" qui, en trente ans a coûté au contribuable français - en pure perte - plus de 50 milliards, c'est au tour du Président de la République de se lancer dans la course républicaine à l'échalote du meilleur défenseur des droits des minorités et du plus ferme partisan de la lutte contre la "discrimination". À moins de quinze mois de la Présidentielle, il s'agit pour la macronie de soigner son flanc gauche.
 
En déplacement à Nantes ce jeudi, Emmanuel Macron devant les étudiants de l'Institut régional d'administration (IRA) a donc annoncé plusieurs mesures pour promouvoir plus de diversité sociale et culturelle dans la haute fonction publique. Le nombre de places destinées aux étudiants des quartiers défavorisés ou ruraux va être augmenté de 1.000 pour passer à 1.700 et des accès leur seront réservés dans cinq grandes écoles publiques, dans la limite de 15 % du nombre de reçus via le concours externe. 
 
Au moment où une grande école comme Sciences Po sombre dans le chaos après son ouverture idéologique aux "minorités" et son adhésion aux pires courants de la déviation sociétale, on peut craindre le pire pour une administration qui fut jadis une fierté nationale et qui devient petit a petit une des principales forces de sapement de l'Etat et de l'ensemble de la société française.
 
Sarkozy avait déjà rêvé d'installer la discrimination positive comme principe d'action et avait entamé un processus largement développé par Hollande. Macron, lui,  fait de la préférence allogène une urgence sociale et la place au centre même de nos Institutions.

1620539029.jpg

18:03 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Contre la folie sanitaire, le Parti de la France soutient les mobilisations populaires

149145455_412209313395770_685197468709174641_o.jpg

Un communiqué du PdF :
 
Samedi 13 février, le Parti de la France appelle ses militants et ses sympathisants à participer aux manifestations organisées à travers toute la France par Les Patriotes contre la dictature sanitaire.
 
Face à cette tyrannie, l'unité d'action est de mise. Nos gouvernants n'ont absolument aucune intention de mettre fin au contrôle néo-soviétique des Français et comptent instaurer cette folie sanitaire de manière permanente en racontant n'importe quoi. Il en va de nos libertés et de la survie de milliers de commerçants et artisans acculés à la ruine pour des motifs délirants.
 
Thomas Joly, Président du Parti de la France, sera à Amiens à 11h devant l'hôtel de ville avec des militants du PdF.
 
Voici la liste provisoire des villes où sont annoncés des rassemblements :
 
75 PARIS samedi 13/02 15h Place Pierre Laroque Paris 7e
26 TAIN-l’HERMITAGE samedi 13/02 13h Parc du Chayla – Rue des Bessards
31 TOULOUSE samedi 13/02 10h30 Place Saint-Georges
33 BORDEAUX samedi 13/02 14h30 Rue du Corps Franc Pommies
38 VIENNE samedi 13/02 10h Boulevard Eugène Arnaud
45 ORLÉANS samedi 13/02 15h Devant la cathédrale
59 LILLE samedi 13/02 10h30 Place du Gl de Gaulle (Grand’Place)
66 PERPIGNAN samedi 13/02 14h Place de la Loge
69 LYON samedi 13/02 15h Parvis Renée Richard
80 AMIENS samedi 13/02 11h Place de l’Hôtel de Ville
82 MONTAUBAN samedi 13/02 15h 2, allée de l’Empereur
84 AVIGNON samedi 13/02 10h Place de l’Horloge

11:31 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

CLAUDE JANVIER, CO-AUTEUR DU LIVRE "LE VIRUS ET LE PRÉSIDENT", INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" MERCREDI 10 FÉVRIER SUR TV LIBERTÉS

Photo emission Janvier Synthese.jpg

Bien connu pour ses coups de gueule sur l'économie, la politique et l'environnement, le journaliste Claude Janvier vient de publier avec Jean-Loup Izambert, autre journaliste non-conformiste déjà auteur de plusieurs essais qui ont fait grand bruit, "Le virus et le président" (IS Edition). Une approche de la crise actuelle assez éloignée des poncifs véhiculés par la presse aux ordres. Il explique pourquoi à Roland Hélie, Philippe Randa et au Professeur Pierre de Laubier qui, après quelques mois d'absence en raison de son emploi du temps très chargé, est de retour sur le plateau.

ECOUTEZ L'EMISSION CLIQUEZ ICI

RL  2021 02 10 C JANVIER.jpg

Les précédentes émissions cliquez ici

11:13 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 10 février 2021

Les égouts de Paris / La mairie de Paris sans dessous dessus

9803_Page-1-e1612964502720.jpgAlix (Présent)

Son corps a été retrouvé sans vie, dans sa chambre étudiante à Nanterre. Guillaume T s’est pendu chez-lui. Il était un sympathisant de l’UNEF, mais ce n’est pas pour cette raison que son nom est apparu dans les médias récemment. Au cours d’un de ces grands déballages dont les réseaux sociaux sont désormais coutumiers, il avait accusé de viol Maxime Cochard, élu communiste à la mairie de Paris. Voici le message qu’il avait posté sur Twitter le 21 janvier 2021 : « Après plus de deux ans sans savoir mettre les mots sur ce qui m’est arrivé, je me rends compte que j’ai été violé par Maxime Cochard, conseiller de Paris et son compagnon Victor Laby en octobre 2018 alors que je n’avais que 18 ans et étais particulièrement vulnérable. » Dans un autre message, Guillaume T racontait que Maxime Cochard lui avait fait des attouchements au cours d’une manifestation. A l’époque, Maxime Cochard avait nié farouchement les accusations de viol, et annoncé que son avocat allait attaquer pour diffamation.

Le parti communiste avait, par sa section parisienne, publié un communique de soutien… à la victime présumée, demandant à Maxime Cochard de se mettre en retrait du conseil de Paris. Il garde bien entendu la présomption d’innocence. Mais demeure un trouble politique et moral : rappelons que Maxime Cochard était sur la liste d’Anne Hidalgo. Or, dans cette gauche libertaire, qui va du PCF au PS en passant par EELV, les personnalités aux comportements douteux et aux affaires scabreuses sont de plus en plus nombreuses. Pour preuve, lorsque le préfet de police Didier Lallement a cité Christophe Girard, Nicolas Bonnet-Oulaldj, Ian Brossat et le groupe communiste s’étaient levés pour applaudir. Après avoir conspué Alice Coffin, pas réputée pour sa finesse, mais qui avait osé lancer un pavé dans la mare.

Nelly Garnier et Rachida Dati sont deux élues LR au conseil de Paris. Elles se sont récemment illustrées par leur courage. « Impunité, silence, circulez il n’y a rien à voir, c’est une honte. Complices de viol, complices de pédophilie, complices d’inceste, oui je le maintiens » a tempêté le maire du septième arrondissement. « Pour cette gauche, ce n’est jamais du viol c’est de l’amour, ce n’est jamais de la pédophilie, c’est de l’art, c’est de la littérature, depuis des mois les débats au sein de ce conseil sont pollués par votre incapacité à agir » a pour sa part déclaré la conseillère du onzième arrondissement.

Au cours du même conseil municipal, Raphaëlle Rémy-Leleu s’est abstenue, elle et son groupe EELV, pour le vœu de Nelly Garnier. Parce que les déclarations c’est bien, mais si ça vient de droite c’est dispensable de voter pour. Avant de se fendre de cette déclaration hallucinante : « je pense qu’on peut s’accorder pour dire que sur chaque banc de cet hémicycle, il y a probablement des progrès à faire. On peut travailler à des dispositifs plus contraignants et plus innovants pour s’assurer de la déontologie des élus face aux accusations, au harcèlement sexuel et aux agressions. » Manifestement, le jour où la gauche reconnaîtra ses torts, les poules auront des dents.

Quand un homme de droite fait un bisou sur le front à sa fille qui ronchonne, c’est une violence systémique, patriarcale et éducative atroce. En revanche, quand un élu de gauche profite de sa situation et de son pouvoir public pour coucher n’importe comment, c’est du libertinage élégant et sain. Même si un étudiant est retrouvé pendu dans le sillage d’une affaire pas nette. Ou qu’il faut plusieurs décennies à une Vanessa Springora pour raconter ce que lui fit subir un protégé de Christophe Girard. Personne dans cette gauche prodigue de leçons de morale ne trouvait de mauvaise odeur à l’argent de Pierre Bergé.

Depuis un mois, presque chaque semaine apporte son lot de révélations sordides sur les comportements privés de la gauche dans toutes ses nuances. Présent y a même consacré un hors-série, paru début février, et titré « Les porcs et les ogres du camp du Bien ». Malgré les révélations et le travail de documentation que la rédaction avait produit, il semble que le grand déballage ne fasse que commencer.

Source Présent cliquez ici

16:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sous l'impulsion des Lansquenets d'Europe, le site VOX-NR reprend du service

téléchargement.png

Le site Vox-NR créé au début des années 2000 par Gilbert Dawed, était, depuis quelques années, plus ou moins en sommeil. Mais, dans le cadre de la structuration des Lansquenets d'Europe dirigés par notre camarade et ami Gabriele Adinolfi, ce site est à nouveau en marche pour divulguer les prises de positions des organisations nationalistes-révolutionnaires européennes.

Le consulter cliquez ici

93550466_3003640003019705_9099893947592867840_n.jpg

13:01 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

La politique à l'aune de la Covid-19

Sondage.jpg

On a tendance en général à dénigrer les sondages. On n’a pas tout à fait tort quand il s’agit de sonder la cote des politiques aux différentes élections. Et ce pour la bonne raison que les Français n’ont pas toujours des opinions tranchées. Un ami, bon connaisseur du monde politique, me disait qu’en matière d’élection, il suffisait qu’un chien lui pisse sur les godasses en se rendant aux urnes pour que l’électeur change d’opinion. Et passer ainsi du PCF au Front national. Reste qu’en ce qui concerne les sondages, pour se faire une idée de l’humeur des Français et respirer l’air du temps, ceux-ci s’avèrent être un bon baromètre. François-Xavier et Chloé Morin, dans Le Figaro du 10/02 nous en apportent la preuve. Et la question centrale demeure : au sortir de la covid, quelle sera l’humeur des Français qui refusent aujourd’hui le duel annoncé entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen.

A lire ICI

10:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Pour combattre, il faut savoir ce que l'on combat... Pour lire "La Grande réinitialisation" de Klaus Schwab

615mtWKK5WL.jpg

La Grande réinitialisation, le projet de la Gouvernance mondiale que l'on veut nous imposer, lisez-le cliquez ici 

10:12 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 09 février 2021

Vers la collectivisation immobilière…

Billets.jpegGeorges Feltin-Tracol

Le 25 mai 2018, la quatre-vingtième « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », intitulée « Demain, la grande expropriation », évoquait l’excellent essai de Michel Drac, Voir Macron. Huit scénarios pour un quinquennat, et en confirmait la pertinence par un article d’Iona Marinescu paru dans Libération dix jours auparavant. Ces deux auteurs émettaient l’hypothèse d’une confiscation légale des propriétés immobilière et foncière. Cette nouvelle « nationalisation » ferait de l’État le « copropriétaire » institutionnel des résidences principales et secondaires. Des députés de la majorité présidentielle macronienne ont déjà suggéré de taxer les propriétaires parce qu’ils ne paient aucun loyer au contraire des locataires. Oui, Gribouille est vraiment bien au pouvoir ! Dans le même ordre d’idée, la réforme de l’impôt sur la fortune pénalise l’immobilier et favorise les valeurs mobilières.

La crise sanitaire et ses effets économiques et sociaux désastreux assèchent les budgets nationaux. Peu soucieux de contraindre les GAFAM à payer plus d’impôts et impuissants de réduire l’hémorragie financière due à l’accueil d’une immigration allogène, les gouvernements cherchent à améliorer la pression fiscale sur les classes moyennes. L’« étatisation » du domaine immobilier, la collectivisation des foyers ou, pour le moins, la mise en place d’une copropriété impérative n’a pas qu’une fin seulement fiscale. Il s’agit aussi d’optimiser la surveillance globale de la population en transformant les domiciles en ergastules interconnectés.

Le ministre de la Justice du gouvernement autonome écossais, Humza Haroon Yousaf, tout droit originaire des Shetland du Pakistan, se trouve en pointe dans le combat « eschatologique » contre la HAINE ! L’excellente lettre d’informations confidentielles fondée par Emmanuel Ratier, Faits & Documents, n°490, rapporte que cet indépendantiste écossais (prière de ne pas rire) « envisage d’inclure dans la loi sur les “ crimes haineux ” […] les conversations tenues à l’intérieur des foyers ainsi que la possession, à domicile, de “ matériel incendiaire ”, comprendre des œuvres dérogeant aux canons actuels du politiquement correct ».

Comment ? L’incitation à la délation de tous par tous ne suffira pas, surtout dans la sphère privée. Devenu copropriétaire de chaque résidence, l’État pourrait exiger l’installation chez soi dans toutes les pièces (même les plus intimes ?) d’appareils connectés réactifs tels l’enceinte Alexa. Ces dispositifs enregistreraient tous les propos tenus du matin jusqu’au soir, jusque sous les draps, et les soumettraient au crible du civiquement correct âce aux algorithmes et à l’intelligence artificielle.

Ces mouchards 2.0 se doteraient vite de caméras afin de scruter en permanence les faits et gestes des personnes. Il deviendrait impossible en pratique d’écouter Radio Méridien Zéro, de regarder les émissions de TVLibertés, de lire Réfléchir et Agir ou un bon roman de Jean Raspail. Par ailleurs, cette étatisation permettrait aux autorités de les perquisitionner vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Certains propriétaires aux États-Unis exigent déjà de leurs locataires qu’ils ne fument pas chez eux. On peut envisager que les régimes occidentaux interdisent à terme la détention de revues, de journaux et d’ouvrages défavorables au prêt-à-penser officiel.

On intégrera dans ce scénario dystopique la réquisition, au moins partielle, d’une part non négligeable de tous les comptes bancaires et de l’épargne des particuliers. Elle serait officiellement compensée par l’application d’une allocation universelle d’existence (AUDE). Son versement mensuel d’un montant de sept à huit cents euros ne s’effectuerait qu’en monnaie électronique. Obligés de justifier leurs dépenses s’ils utilisent leur AUDE, les bénéficiaires seraient dans l’incapacité de s’abonner à Synthèse nationale, de faire des dons militants ou même d’adhérer à une formation de l’Opposition nationale, populaire, sociale, identitaire et européenne. Les réfractaires tomberaient alors dans l’indigence matérielle et pâtiraient d’une mort sociale foudroyante.

Ravie de la victoire falsifiée de Biden le Gâteux, l’hyper-classe cosmopolite ne veut plus revivre une nouvelle présidence « populiste », ni une protestation populaire massive du type des « Gilets jaunes ». Si elle incite les médiats dominants d’occupation mentale à sidérer l’opinion publique à propos des variants du coronavirus, elle réduit au silence les peuples. Elle les remplace par des machines réflexives, des êtres vivants post-sexués et des masses étrangères déracinées, revendicatives et manipulées.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°200, mise en ligne sur TVLibertés, le 2 février 2021.

Source Europe maxima cliquez ici

10:52 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Si Léonidas revenait, que dirait-il de tout cela ?

DavidLeonidas.jpg

Jérémy Silvares Jéronimo

Vous aimez imaginer des situations improbables ou même carrément fantaisistes ? Pas moi, je suis très peu imaginatif, très cartésien et même si j’adore lire des livres sur les différentes mythologies ou voir des films tels la fameuse trilogie Le Seigneur des Anneaux, je n’ai jamais eu, même petit, une très grande imagination fantaisiste. Pourtant, cette fois-ci je vais essayer, et je vous demande de m’accompagner et de laisser votre imagination divaguer un tout petit peu.

Imaginons que des archéologues retrouvent les restes du très grand roi spartiate Léonidas, celui qui avec 300 de ses spartiates a réussi à tenir tête durant quelques jours à des dizaines de milliers de perses. Les historiens contemporains s’accordent sur au moins 50 000 à 100 000 perses, quant aux historiens de l’époque ils les chiffraient bien au-delà de ces chiffres…

Et maintenant imaginons que des scientifiques français (noblesse oblige !) arrivent à travers l’ADN, à le cloner, et qu’il sorte déjà adulte d’une machine (c’est de la science-fiction, dans le film Star Wars on entend bien des bruits d´explosion dans l’espace !). Mieux encore, il en sort adulte et avec sa mémoire intacte… Voilà notre Léonidas en chair et en os. Et on lui narre l’histoire de l’Europe de sa mort jusqu’à aujourd’hui…

Quel choc ce serait pour lui ! Que dirait-il s’il voyait l’état de l’Europe, de tout l’Occident, cet Occident qui n’existe tel quel que grâce à la Civilisation Classique Grecque dont il fut un si grand défenseur ?

Continuons à imaginer Léonidas en train de lire le journal le matin et de voir cette nouvelle : « Le Ministre Darmanin demande la dissolution de Génération Identitaire ».

Deux minutes après il lit dans Le Figaro cette autre nouvelle : « Qui est Utopia56, cette association qui défie l’État Français ? »

Ne comprenant pas de quoi il s’agit, il nous demande des explications…

« Pourquoi Génération Identitaire est-elle dissoute ? », demande Léonidas.

« Parce qu’ils ont défendu les frontières françaises et essayent d’empêcher tant bien que mal le passage de clandestins », lui répond-on…

« Et cette association, Utopia 56 qui a emmené plus de 200 clandestins dans un bâtiment public, que leur est-il arrivé ? » demande Léonidas qui commence à bouillir…

« Rien Sire, la mairie de Paris a trouvé à loger les clandestins dans un gymnase, quant aux membres d’Utopia même si ce qu’ils font est illégal, ils sont applaudis par les élites ».

Maintenant mettons-nous à la place de Léonidas. Que dirait-il ce grand roi ? Et qui dit Léonidas dit Charles Martel, Charlemagne, Saint Louis, ou Juan d’Autriche (et la liste est fort longue). Que diraient toutes ces grandes figures de cette Haute Civilisation qu’est la Civilisation Occidentale si elles revenaient ? Croyez-vous qu’ils trouveraient normal que des associations qui enfreignent des lois nationales soient défendues par tout ce que notre pays contient de média, sans parler du monde du showbiz et des élites politiques ? Et qu’une association, Génération Identitaire, qui n’a rien fait d’illégal, soit dissoute ?

« Est-ce pour cela que mes 300 Spartiates sont morts ? », dirait Léonidas…

Ils sont morts pour faire respecter les lois de la Cité, et pourtant, de nos jours ceux et celles qui protègent la Cité et ses lois sont vilipendés. Triste époque pour les héros.

Source EuroLibertés cliquez ici

10:46 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Trappes, « ville perdue »

char pp.jpg

Franck Delétraz

Avec sa population à une écrasante majorité musulmane et ses 70 nationalités, ses mosquées salafistes et ses rues envahies de commerces mahométans, ses quelque 80 départs de djihadistes pour la Syrie et son maire qui ne cache pas ses sympathies pour les « barbus », la réputation de la ville de Trappes (Yvelines), surnommé le « Trappistan » par nos services de renseignements, n’est plus vraiment à faire. Emblématique de ces innombrables enclaves étrangères islamistes qui se constituent sur notre sol depuis des années grâce à l’incroyable lâcheté de nos gouvernements de droite comme de gauche, cette « Molenbeek française » nous donne cependant aujourd’hui, au travers du cauchemar que subit depuis des mois le professeur Didier Lemaire, un avant-goût de plus de ce que sera bientôt notre pays tout entier si les autorités continuent de fermer lâchement les yeux.

Depuis novembre 2020, en effet, cet enseignant en philosophie, dont il faut saluer ici le courage, ne peut quasiment plus sortir de chez lui, et, lorsqu’il y est contraint, ne peut le faire que sous escorte policière ! Son « crime » ? Avoir osé publier, à la suite de l’égorgement de Samuel Paty par un djihadiste tchétchène, une lettre ouverte pour dénoncer « la menace islamiste dans sa ville » et la responsabilité accablante du gouvernement dans cette très grave et inquiétante dérive. Il faut dire que, après une vingtaine d’années passées dans un lycée ethnique de Trappes, Didier Lemaire sait largement de quoi il parle : témoin privilégié de l’islamisation à marche forcée de sa ville, il a même déjà tenté d’alerter le président en 2018 en lui adressant, avec Jean-Pierre Obin, une lettre pour l’exhorter à agir enfin « pour protéger la jeunesse de l’influence des islamistes ». Et depuis ? Depuis, rien n’a été fait. Au point que, comme le confie aujourd’hui Didier Lemaire, « je considère Trappes comme une ville définitivement perdue. [...] On n’a plus beaucoup de temps avant que cela ne dégénère. Nombre de ces enfants sont élevés dans la haine de la France. Nous ne sommes pas loin d’un scénario à l’algérienne et nous ne sommes plus dans un état de paix. Il nous faut des lois d’exception qui visent l’ennemi et ne s’appliquent qu’à l’ennemi ».

Un discours de vérité qui lui vaut non seulement d’innombrables menaces de mort, mais aussi de faire l’objet d’une ignoble cabale orchestrée par le maire lui-même, Ali Rabeh, dont l’élection vient d’être annulée par la justice et qui a été condamné à un an d’inéligibilité. En effet, a témoigné l’enseignant, « le maire colporte dans la ville des accusations mensongères et haineuses qui me désignent en tant que cible potentielle ». Or, « c’est un procédé dégueulasse, après ce qui est arrivé à Samuel Paty. Il me jette en pâture et me met en danger ». Et pourtant les autorités ne semblent pas s’inquiéter plus que cela de cette situation.

En tout cas, il y en a un que l’islamisation de Trappes ne dérange pas et rend même plutôt « enthousiaste » : c’est le père Etienne Guillet, prêtre du diocèse de Versailles depuis 2006, qui expliquait encore récemment avoir « bâti avec les musulmans » de la commune « une belle relation de confiance » et se vantait de tutoyer le maire aux sympathies salafistes pourtant à peine déguisées.

Source : Présent 9/02/2021

09:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Derrière la cancel culture, le racisme «anti-Blancs» ?

nana identitaire.jpeg

Lydia Guirous

La récente décision de la plateforme Disney+ de rendre inaccessibles aux « profils enfants » certains dessins animés, en raison de leurs stéréotypes, relève selon Lydia Guirous d'une cancel culture ciblant l'« l’homme blanc » et son supposé « privilège ».

La plateforme Disney+ a cédé aux nouveaux censeurs de la cancel culture. Ces gens haïssent l’humanité au point de vouloir effacer ses génies, ses chefs-d’œuvres, ses grands hommes, ceux qui ont fait sa grandeur, sa beauté et plus largement qui ont contribué au progrès de notre humanité.

Au nom d’une pseudo-vertu, d'une morale et d'une justice pour les minorités oppressées jadis, ils déboulonnent, effacent, censurent, boycottent, tirent un trait à l'encre rouge, annulent le talent et l’œuvre de l'homme. Ils refusent qu’en chaque homme sommeille une part d’obscurité et plus simplement de son époque.

Fini Woody Allen, fini Colbert, fini Gauguin, fini, exit, on efface. Ils veulent de l’irréprochable, du propre... Avec une intransigeance terrifiante, ils excluent, rejettent au nom des minorités, au nom de faits historiques que chacun condamne aujourd’hui. Ils créent des problèmes, des polémiques, là où l’Histoire et le progrès humain ont apporté une condamnation sans faille. L’esclavagisme ? Le code noir ? Le colonialisme ? Qui ne condamne pas ? C’est l’Histoire et ça restera notre Histoire.

Effacer, censurer, ajouter un avertissement moralisateur et infantilisant à chaque plaque de rue, chaque statue, chaque œuvre de peintre, musicien, auteur, réalisateur... n’effacera pas la réalité de notre histoire. Ce n’est pas parce que l’on censure Autant en emporte le vent que l’esclavagisme n’aura pas existé !... ou sans doute faudrait-il accepter une seule et unique lecture et représentation de l’Histoire pour satisfaire ces nouveaux tyrans du bien ?

Ces gens ne sont que dans la lutte des « races » et ne voient plus des hommes mais des couleurs, des ethnies et des religions. Les fous de la « race » sont dans la revanche ethnique et c’est une évolution dramatique. Un drame pour les démocraties occidentales dont les fleurons de la soft culture baissent pavillon et cèdent aux dingues made in USA qui essaiment de plus en plus chez nous.

Désormais vos enfants auront donc droit à leur part de cancel culture. Interdit donc de se détendre, de rêver et de rire devant les classiques de Disney Peter Pan, Dumbo, Les Aristochats, La Belle et le Clochard et Le livre de la jungle en utilisant un « profil enfant ». Ils comporteraient des représentations trop stéréotypées et dommageables pour les minorités. J’imagine que la Belle au bois dormant, la Belle et la Bête, Blanche Neige et les sept nains et Cendrillon sont les prochains sur la liste. Avis aux néo-féministes : voici un combat bobo-déconnecté qui pourrait occuper de l’espace médiatique pour pas cher !

Pour les adultes, Disney nous offre un infantilisant et ridicule carton d’avertissement afin de prévenir que le film contient des représentations datées ou négatives de minorités et de cultures. Sous couvert de bonnes intentions, pour nous éduquer, les tenants de la cancel culture nient l’Histoire. Ils voient l’homme uniquement comme une menace pour l’Homme. Ils l’infantilisent, en niant sa capacité de recul, d’esprit critique, d’évolution et de bienveillance. Ils ne croient pas en l’intelligence. Ils sont dans une démarche de vengeance contre « l’homme blanc » et son fameux « privilège ».

Face à eux et la puissance de nuisance des réseaux sociaux qui peuvent détruire une image de marque, Disney se couche... comme d'autres marques de la mode se sont couchées face au potentiel marché de la mode islamique. Derrière cette pseudo-morale culpabilisatrice, le dieu argent – et un signe de plus de l’effritement de la civilisation occidentale.

Source : site RT France

09:30 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ceci n’est pas un complot

"Comment les médias racontent le Covid".

Un film de Bernard Crutzen sur le traitement médiatique de la crise par les médias belges francophones. Ce qu'ils disent, comment ils le disent, et ce qu'ils taisent. Avec une attention particulière à la notion de "complot"

Partagez largement, il faut faire bouger les lignes !

large_4603051a-0e3e-4045-901a-9508d403c679.png

00:30 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 08 février 2021

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour prépare le terrain…

Zemmour_0.jpg

Source Valeurs actuelles cliquez ici

Depuis plusieurs mois, son nom est régulièrement cité pour porter la droite à la Présidentielle de 2022. Journaliste au Figaro, Eric Zemmour se lancera-t-il en politique ? Selon les informations de L’Express, l’éditorialiste sonderait de plus en plus ses proches en leur posant la question suivante : « A ma place, que ferais-tu pour la présidentielle ? » Comme le précise L’Express, Eric Zemmour avait par ailleurs confié à un militant de la droite : « J'ai un projet, je vous en parlerai. » De son côté, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, est convaincu que « Zemmour a une idée derrière la tête. » A l’occasion de nombreux échanges privés avec le journaliste du Figaro, le maire de Béziers, Robert Ménard, s’est réjoui de voir « Je ne l'ai jamais senti aussi près de franchir le pas qu'aujourd'hui », indique à L’Express Robert Ménard.

Rallier les déçus de LR et de RN

Pour rappel, le mercredi 20 janvier, sur le plateau de l’émission Zemmour et Naulleau, le journaliste Alain Duhamel avait déjà cité l'éditorialiste de Cnews comme prétendant possible à l’échéance de 2022. « Il est clair qu’il y a une fraction de la droite classique et une fraction, aussi, de l’extrême droite qui n’est pas satisfait du casting qui lui est proposé. Dans ces cas-là, on cherche ailleurs », avait souligné l’analyste politique. Comme le révélait Le Point en juin 2019, Éric Zemmour s'activerait en coulisses pour donner une base doctrinale à la droite, susceptible de rallier les déçus de LR et de RN, mais aussi d'attirer des électeurs de La France insoumise. A ses yeux, l'union des droites n'est désormais plus suffisante pour espérer l'emporter en 2022.

12:34 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

CES MINORITES ETHNIQUES QUI ENVAHISSENT LE PAYSAGE MEDIATIQUE

KORBO EtatProvidence.jpg

Pieter Kerstens 

Les gourous droits-de-l’hommiste, les khmers verts écolos, leurs alliés du mondialisme effréné et les adeptes du « multiculturel » et du « pluriethnique » à tous les étages considèrent qu’ils détiennent la Vérité Révélée et ne tolèrent aucune contestation à cette Nouvelle Religion.

Pour étouffer toute velléité du refus de leurs visions sectaires et interdire toute autre opinion, cette mafia a, depuis des décennies, fait adopter des lois, des directives et des arrêtés qui limitent ou interdisent l’exercice des libertés fondamentales (expression, conviction, réunion et presse), à leurs opposants nationalistes. Tout est prétexte à la CULPABILISATION de l’homme blanc. 

Partout en Europe existe une police de la pensée.

Tous les moyens sont bons pour bâillonner la voix du peuple, ceux « d’en-bas », et discréditer ceux qui tiennent un discours « politiquement incorrect ». Haro sur ceux qui publient des articles transgressant les « tabous » instaurés par ces doctrinaires de la démocratie totalitaire afin de leur permettre de saboter, sans aucune entrave, les valeurs de notre société, les fondements de la civilisation européenne et les acquis de notre culture gréco-romaine. 

Un témoignage explicite concernant le « tabou » de l’immigration avait été donné par la parution d’un article du 15/03/2005 dans le journal flamand Het Laatste Nieuws, écrit par la journaliste Hind Fraihi qui racontait la réalité quotidienne dans la commune bruxelloise de Molenbeek.

Le bourgmestre (maire) Philippe MOUREAUX intervenait dans les contrôles de la police fédérale et interdisait à ses patrouilles d’opérer dans les quartiers à forte densité musulmane.

Selon Hind Fraihi, les politiciens belges surestimaient la réelle volonté d’intégration ou d’assimilation des immigrés à la société belge. Pour elle, l’islamisation des communes bruxelloises était comparable à une tâche d’huile qui s’étalait lentement, mais sûrement. Et cette complaisance des politiciens du gouvernement, existait aussi en France, en Allemagne, en Italie ou en Espagne. Molenbeek a été une pouponnière de terroristes islamistes qui se sont répandus au fil des ans ailleurs en Europe. C’est ainsi que dix ans plus tard on assistait à Paris aux massacres de Charlie Hebdo, puis à ceux du Bataclan et des terrasses et en mars 2016 aux attentats de Bruxelles. 

Où en est-on en 2021, seize ans après le constat de Hind Fraihi ?

Fait-il « bon vivre à Bruxelles, ou à Paris » ? 

• 80% de la population bruxelloise est d’origine étrangère.

• 25% des personnes en âge de travailler sont au chômage.

• 100.000 analphabètes hantent toujours les statistiques de la capitale belge, depuis 40 ans !

• Depuis 2005, l’insécurité n’a cessé d’augmenter et les ventes de drogues ont explosé en Europe.

• Partout, les tribunaux sont débordés. La police est excédée. Les commerçants sont vandalisés.

• Dans les écoles, on parle un sabir anglo-arabo-moldave et à la cantine c’est « halal » pour tous !

Lorsque, à de (très) rares occasions, on interroge les auditeurs, téléspectateurs ou internautes, il est amusant de constater que 80% des sondés ne veulent plus d’immigration et que 70%, par ailleurs, refusent l’islamisation de nos villes. Car eux, vivent la réalité au quotidien.

Mais ce qui est inacceptable c’est la complicité des médias, du show-biz, de la gauche caviar et des pourriticards avec les agresseurs des plus faibles de notre société, au prétexte que ces crapules sont maghrébines, africaines ou arabes. Ce sont quand même ces mêmes racailles qui encombrent les tribunaux, tout en accusant la police de prétendues « violences ».

En cette période de couvre-feux successifs, le tapage nocturne, les rodéos sauvages, l’absence de port du masque ou les réunions de plus de 6 personnes ne sont pas verbalisés pour les contrevenants dans les quartiers « difficiles », sur instructions de la hiérarchie policière, alors qu’ailleurs, avec votre faciès de Gaulois, ce sera 65 ou 135 euros. Deux poids, deux mesures ? 

Et quand ce n’est plus supportable, on ne supporte plus !

11:26 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

COVID 19 : LES RAVAGES DU « SCIENTIFIQUEMENT CORRECT »

MNR.jpgUn communiqué du MNR :

Depuis le début de cette pandémie de Covid-19, on ne peut qu'être perplexe devant la mise à l'écart de personnalités de haut niveau dans le domaine de la médecine ou de la biologie :

• Didier Raoult, spécialiste en microbiologie, maladies infectieuses, poursuivi par le Conseil de l'Ordre des médecins, et discrédité (voire ridiculisé) en permanence pour son protocole de traitement (qui est en vérité défendu par de nombreux médecins).

• Christian Perronne, Professeur de maladies infectieuses et tropicales à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches jusqu'en décembre 2020. Le 17 décembre 2020, le directeur général de l'Assistance Publique Hôpitaux de Paris met fin à ses fonctions de chef de service des maladies infectieuses et tropicales. Il s'était notamment montré favorable à l'utilsation du protocole Raoult dans le traitement, et dubitatif quant à l'intérêt d'un vaccin anti-covid.

• Alexandra Henrion-Claude, généticienne, censurée par Youtube pour un entretien où elle mettait en garde sur les incertitudes et dangers éventuels du vaccin Pfizer.

Au vu de la catastrophe économique et humaine engendrée par les mesures gouvernementales, sans que l'épidémie soit arrêtée, il paraît difficile de justifier ces ostracisations. On n'ose penser que les grands laboratoires font fi de la vie humaine pour accroître leurs profits...

Le gouvernement (poussé par des médecins partisans) présente la vaccination comme la seule issue possible. Avec tous ceux qui sont attachés à la vérité, affirmons que le gouvernement n'a pas à imposer un point de vue raisonnablement contesté par des personnalités de haut niveau : c'est notre survie qui est en jeu. Il faut absolument parler des traitements qui existent.

Site du MNR cliquez ici

11:19 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |