Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 janvier 2019

Samedi 26 janvier à Beauvais : galette des Rois du Parti de la France

49126973_1483234611810016_2572172784482385920_n.jpg

Samedi 26 janvier à Beauvais se déroulera à 15h la traditionnelle galette des rois du Parti de la France - Picardie.

À l'invitation de Thomas Joly, Secrétaire général et Délégué régional, sera présent Jean-Claude Rolinat, membre du Bureau Politique du PdF, auteur du récent ouvrage « La bombe africaine et ses fragmentations » qui sera vendu à un tarif promotionnel pour les participants.

Réservations au 06 09 96 44 37

ou thomasjoly60@yahoo.fr

01:09 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 02 janvier 2019

Quand l’urbanisme explique, en partie, les gilets jaunes

Par Catherine Tricot*

vacance-commerce-centre-ville.jpg

 Largement soutenu par la population, le mouvement des «gilets jaunes» ne s’est cependant pas généralisé. Il y a bien eu le ralliement des dockers du Havre, de quelques centaines de lycées ou du comité Justice pour Adama Traoré, mais la grande convergence des luttes n’a pas eu lieu. Au-delà de positions sociales communes, les catégories populaires se révèlent profondément fragmentées.

Le peuple d’hier était largement – mais jamais complètement − structuré par une relative communauté de vie et par le mouvement ouvrier. Son unité a été mise à mal par le recul de la grande entreprise, l’externalisation des fonctions et le développement de la sous-traitance, la diversification des statuts de travailleurs, l’apparition de nouvelles formes d’organisation du travail. Le mouvement des « gilets jaunes » met en évidence la dimension territoriale de cet éclatement populaire. Les « gilets jaunes » se sont surtout manifestés hors des grandes métropoles, plutôt dans les anciennes terres industrielles et dans la « diagonale du vide » qui dessine la France centrale, encore agricole, celle des moyennes industries, des petites et moyennes villes.

Certes, le critère territorial ne supplante pas tous les autres, mais il compose et caractérise autant ce mouvement que la mosaïque populaire elle-même. Si cette carte est si marquée, c’est qu’elle s’emboîte avec des modes de vie, des expériences politiques et des représentations de l’avenir. Pour se mobiliser, le lieu d’habitation s’avère aussi structurant que le niveau des revenus ou le statut. Pour prendre la mesure de cette réalité des catégories populaires, la grille de lecture par le travail et le revenu ne suffit plus.

Au vu de nombreux reportages, on comprend qu’une forte proportion des « gilets jaunes » résident dans de petites et moyennes villes, qu’ils sont propriétai- res de pavillons construits il y a plus de quinze ans, difficiles à chauffer. Souvent issus d’un monde qui se souvient de la maison familiale à la campagne, beau- coup ont acheté leur logement pour se prémunir de l’avenir.

DIFFICILE ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ

Ils ont parfois quitté la grande ville, trop chère, trop dangereuse ; ils entendaient échapper à la « cité ». Dans le jardin, le barbecue est en bonne place: le voici sur les ronds-points. Ils aspiraient à une idée du bien-vivre, mais la situation s’est révélée plus difficile, avec des services publics raréfiés et éloignés, des réseaux 4G ou la fibre optique inaccessibles, et la voiture, indispensable, de plus en plus coûteuse. La métropolisation, subie, a accentué le sentiment d’une mise à l’écart de la modernité; elle a alimenté le rejet d’une élite méprisante.

Cette histoire est bien loin de celle des habitants des ensembles construits dans les années 1960 et 1970, les logements sociaux habités majoritairement par des familles issues de l’immigration. Ce parc immobilier est important à la périphérie des métropoles, mais on le trouve aussi dans les villes moyennes d’anciennes industries. Loué, et non acheté, l’appartement bénéficie rarement d’espaces extérieurs conviviaux où, ne serait-ce que sur le balcon, on peut manger et inviter. La grillade, on n’y pense même pas... Pour ces familles, obtenir un tel logement est souvent une chance, mais rarement un choix. Les habitants des cités se savent discriminés et vivent dans des quartiers où la règle n’est pas commune : rapports délétères avec la police, services publics de moindre qualité, invisibilité généralisée, centre commercial comme substitut au marché et à la place publique, qui n’existent pas.

Pour une troisième grande catégorie populaire, celle qui vit en ville ou près des grands centres-villes, les loyers absorbent une part croissante des revenus. Elle consent d’énormes sacrifices de temps et d’argent pour rester branchée sur « une modernité » : transports en commun, em- ploi, commerces et loisirs, services pu- blics encore debout. Les services les plus socialisés sont théoriquement à leur portée et à celle de leurs enfants : universités, hôpitaux, musées et salles de concert... La précarité n’est pas que profession- nelle; elle a aussi le visage des projets immobiliers des propriétaires. L’accession à la propriété pour se sécuriser ? Dans le cœur des métropoles, elle devient hautement improbable pour les catégories populaires. Alors, ce qui reste commun, ce sont les problèmes d’argent, l’inquiétude face à l’avenir, souvent la souffrance au travail. Mais tout cela est vécu selon des perspectives divergentes en partie en fonction des lieux, voire des stratégies, de résidence.

Cette réalité éclatée du monde populaire signifie-t-elle l’impossibilité d’une unité future? L’exigence de vivre de son travail et non d’aides, la fronde contre les inégalités et les impôts injustes, l’affirmation de la dignité et du respect ont fait le socle du soutien aux « gilets jaunes ». Sans faire converger ces mondes populaires. Leur réunification ne peut se concrétiser que dans un projet porté par un discours politique d’ampleur. C’est ce qui a manqué au mois de décembre 2018.

(*) Catherine Tricot est architecte. Le titre est de nous.

Source : Le Monde 3/01/2019

17:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Prix 2019 des Lecteurs et Amis de Présent est attribué à Jean-Marie Le Pen

9271-p8-lepen-couv.jpg32 % des participants au Prix du livre des Lecteurs et Amis de Présent ont voté pour Fils de la nation, le premier tome des mémoires de Jean-Marie Le Pen.

L’idée nous était venue un matin d’octobre, lors d’un comité de rédaction, alors que nous évoquions le contenu des pages littéraires de Présent :

— Et si nous demandions à nos lecteurs de désigner le livre qui, à leurs yeux, a été le plus important, cette année ? Nous pourrions les interroger, sans opérer de pré-sélection, mais en orientant éventuellement les choix par des tribunes de collaborateurs et de proches du journal, et de lecteurs, qui expliciteraient leur soutien à tel ou tel livre.

Nos rédacteurs sont montés au créneau. Et nous vous avons invités à en faire autant, à vous exprimer en toute liberté sur vos lectures de l’année 2018 et à propos de celui des livres qui avait le plus marqué.

Le Prix a été placé sous la présidence de Maître Thierry Bouclier, avec l’obligation pour lui de veiller au respect du règlement prédéfini, règlement qui a été rappelé à plusieurs reprises dans les pages de Présent. Maître Bouclier devait également s’assurer de la sincérité du scrutin. Mission dont il s’est parfaitement acquitté.

Le choix est sans appel, et l’ordre d’arrivée ne sera pas bouleversé par d’éventuels votes expédiés tardivement.

Fils de la nation recueille plus de 32 % des suffrages ;

La France interdite, de Laurent Obertone qui, au début de la procédure de désignation, faisait jeu pratiquement égal avec le livre de Jean-Marie Le Pen, arrive en seconde position, ayant recueilli un peu plus de 15 % des votes.

Un grand nombre d’autres titres

Pour que le podium soit complet, il convient de signaler la troisième place, obtenue par Bruno Lafourcade, pour son roman L’Ivraie (9 % des voix). Concernant ce dernier livre, il s’est trouvé propulsé à cette place inattendue après que nos amis et partenaires de la revue littéraire Livr’arbitres eurent rejoint notre entreprise. Il n’est pas exclu que cette troisième place soit le fruit d’un intense lobbying (mais, pour le coup, le règlement ne l’interdisait pas). Ces votes sont en effet arrivés dans la dernière ligne droite, et battent au poteau, pour cette troisième place, l’excellent Destins français, d’Eric Zemmour. L’Ivraie est une satire très méchante, mais très juste, de l’école républicaine, et un roman extrêmement drôle, ce qui ne gâte rien.

Il convient de remarquer que vos suffrages se sont surtout dispersés sur un grand nombre d’autres titres. Citons par exemple, sans prétendre faire preuve d’exhaustivité, Un automne romain, de Michel De Jaeghere, Le Mystère Clovis, de Philippe de Villers, L’Immaculée Conception, de Michèle Reboul, Arnaud Beltrame, gendarme de France, de Christophe Carichon, Blanquer ce monstre froid, de Claude Meunier-Berthelot, Demeure, de François-Xavier Bellamy. Ces livres ont recueilli un nombre non négligeable de votes. Mais il faut citer aussi Un été avec Homère, En terrasse avec Cicéron, L’Eté des quatre rois, Qu’est-ce qu’un chef ?, Mabire (la biographie de Jean Mabire) etc.

Enfin de nombreux livres ont été défendus – et souvent bien défendus – par un ou deux lecteurs seulement. Nous avons essayé de publier un grand nombre de ces messages de soutien à tel ou tel livre, moins médiatisé que les best-sellers, qui, eux, ont assez naturellement trouvé des voix pour les porter. Mais le contenu entier dePrésent n’aurait pas suffi pour citer tous vos messages.

Une critique revenait souvent dans vos courriers : « Vous auriez dû réserver le prix à de bons livres qui, sans un coup de projecteur, ne trouveront pas leur public. » Nous comprenons cette remarque. Mais le livre de Jean-Marie Le Pen n’est-il pas un bon livre ? Et nous savons aussi les entraves apportées à sa diffusion, même s’il est vrai qu’il a su quand même trouver son public.

Le livre qui raconte nos combats et nos espérances, nos joies et nos peines, nos colères et nos passions

Toutefois, l’objectif de notre Prix du Club des Lecteurs et Amis de Présent n’est pas d’abord de révéler des talents cachés ou nouveaux, de faire des paris sur de jeunes auteurs, à la façon du prix Goncourt. Il s’agit pour nous de mettre à l’honneur le livre et la lecture et de montrer l’extraordinaire diversité des thèmes, des talents, des genres, illustrant nos valeurs. De ce point de vue, la démonstration a été parfaitement réussie. Et Jean-Marie Le Pen fait un lauréat plus que légitime ! Pour beaucoup d’entre nous, c’est le livre qui raconte nos combats et nos espérances, nos joies et nos peines, nos colères et nos passions, sur bien plus d’un demi-siècle.

Bravo, donc, à Jean-Marie Le Pen, bravo aux autres auteurs, sélectionnés par notre jury, qui est le plus beau des jurys, puisqu’il est composé, pour l’essentiel, de nos lecteurs ! Et merci à vous, lecteurs, de vous être pris massivement au jeu.

Que va-t-il se passer, maintenant ?

Conformément à notre promesse, nous publierons dix encarts publicitaires dans les pages de Présent pour Fils de la Nation, avec un bandeau : « Prix 2019 du Club des Lecteurs et Amis de Présent ».

Nous allons ensuite contacter le récipiendaire et voir dans quelle mesure nous pouvons solenniser, en sa présence, cette attribution du prix. Il est prévu un partenariat avec La Nouvelle Librairie (11 rue Médicis dans le VIe arrondissement de Paris), et avec un restaurant parisien, La Mère agitée, situé non loin de là, qui pourrait bien devenir notre Drouant à nous. Nous vous tiendrons informés de tout cela dans les pages de Présent.

Mais ce que nous souhaitons par-dessus tout c’est que, l’année prochaine, l’attribution, pour la seconde fois, de ce prix, fasse l’objet d’une plus forte mobilisation, bien au-delà du public des lecteurs de Présent. Nous espérons, forts de ce succès, que les auteurs, les maisons d’édition, les diffuseurs, les librairies amies, rejoignent notre initiative et participent plus massivement à la mise en valeur de nos « grands livres ». Ce prix a vocation à devenir un événement annuel, un rite, un rendez-vous festif, mêlant auteurs, lecteurs, éditeurs et diffuseurs.

Cette attribution du prix 2019 des Lecteurs et Amis de Présent n’est donc pas la fin d’une aventure commune, mais son commencement.

Francis Bergeron, président du CLAP
Thierry Bouclier, président du Prix du CLAP

Source cliquez ici

14:41 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les voeux de Carl Lang et du Parti de la France

11:18 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 01 janvier 2019

Ignace débusque les mensonges

48409502_1296230507184025_6289891278989557760_o.jpg

19:41 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

DE LA FISCALITE ABUSIVE NAISSENT DES MOUTONS ENRAGES.

impots.jpg

Pieter Kerstens

Quelques centimes de taxes supplémentaires en octobre ont fait déborder le réservoir des automobilistes et enclencher la rébellion des gilets jaunes. Ce mouvement disparate, essaimé sur l’ensemble de la France, reflète très exactement la majorité de la population dans les tranches d’âge, les niveaux culturels, sociaux, économiques ou financiers, à l’exception notable des citadins diplômés, écolos-bobos friqués et votant à gôche.

Cette diversité fait sa force, additionnée à une capacité de réaction rapide via les réseaux sociaux et excluant toute forme de hiérarchie.

La vingtaine de « figures » qui ont été interrogées abondamment par les médias traditionnels ces dernières semaines ont déclaré en permanence être « apolitiques » et rejeter les élus et les structures issues de la République.

Par contre, leurs discours et revendications sentaient bon un parfum de gauchisme.

Cette France « d’en bas », cette majorité silencieuse depuis des décennies, symbolise le béret, la baguette, le saucisson, le vin rouge les clopes et le gas-oil.

Curieusement sur les ronds-points, les péages d’autoroute et autour des centres commerciaux bloqués, on ne voyait aucune « chance pour la France », aucun « d’jeune » ni de black. A croire que ceux-là étaient satisfaits et non concernés par les maux qui touchent les Gaulois au quotidien.

NON A LA TRANSITION ENERGETIQUE.

Quand un état taxe à 66% le prix des carburants au prétexte de l’écologie et du « sauvetage de la Planète », c’est prendre les automobilistes pour des arriérés mentaux.

Il faut combattre les talibans verts et les gouvernements européens qui culpabilisent leurs populations comme d’affreux pollueurs, alors même que l’Europe a réduit ses émissions de CO 2 et de gaz à effet de serre de 30% entre 1990 et 2010.

La France ne représente aujourd’hui que 2% du total mondial de la pollution au CO 2 !!!

Il faut le dire et le répéter partout et toujours : les paquebots de croisières, les cargos porte-conteneurs et les éruptions volcaniques sont la cause de la majeure partie de la pollution par le CO2, l’émission de gaz sulfureux et la diffusion de particules fines. Ce que rejette votre diesel est infime et non-recevable.

Un gros paquebot de croisière comme « L’empire des mers », brûle 150 tonnes de fuel lourd et pollue autant qu’1 million de voitures, chaque jour. Les énormes porte-conteneurs qui amènent le made in China en Europe et sont la cause de la fermeture de nos usines polluent encore bien plus, de même que les milliers d’avions qui sillonnent le ciel de l’Hexagone tous les jours. Bizarrement le kérozène, lui, est détaxé.

Personne ne dénonce également les millions de tonnes de gaz sulfureux, de CO 2 et de particules fines qui sont crachés tous les ans dans l’atmosphère par la trentaine de volcans en éruption (sans compter la quinzaine supplémentaire en activité), comme le Stromboli et l’Etna en Italie, le Popocatépetl au Mexique, le Erta Ale en Ethiopie, Le Nyiragongo en RDC, le Krakatoa en Indonésie, le Reventador en Equateur ou le Kilauea à Hawaï, par exemple.

De cela, les Duflot, de Rugy, Mamère, Cohn-Bendit et autres Hulot ne parlent pas. Silence et bouche cousue. Pour les ayatollahs de l’écologie et les ONG de la transition énergétiques, SEUL L’HOMME BLANC serait responsable de la destruction de la Planète. Pas un mot sur les Asiatiques, les pétromonarques ou les Africains.

Quelle arrogance et quel orgueil de croire que ces donneurs de leçons pourraient influencer la Nature !

J’ADORE LA CORRIDA, J’AIME LE FOIE GRAS, JE SOUTIENS LA CHASSE A COURRE ET JE ROULE AU DIESEL.

N’en déplaise aux Eurocrates de Bruxelles, aux laquais du Nouvel Ordre Mondial, aux charlatans du métissage généralisé et aux gourous de la Nouvelle Religion Droits-de-l’Hommiste, je constate qu’un nombre de peuples européens de plus en plus nombreux aujourd’hui ouvrent les yeux et osent agir contre les fadaises, les utopies et la propagande dont le Système nous abreuve depuis bientôt 75 ans. Les macronariens ont voulu les salir et les calomnier en les accusant de destructions et de pillages, alors même que les responsables en étaient l’ultra-gauche et la racaille des banlieues, individus bien connus des services de police.  C’est cela la réalité.

Les gilets jaunes sont l’expression d’une exaspération accumulée depuis quatre décennies. Les gouvernements devraient prendre garde que cette exaspération ne conduise à un désespoir qui ouvrirait les portes à des insurrections ou des révoltes plus dangereuses.

Sans aucun doute, les élections du 26 mai 2019 vont être le dernier avertissement adressé à des élites politiques peu soucieuses de la souveraineté, de l’identité et des intérêts des peuples qu’ils ont l’obligation de défendre.

Que l’An Nouveau puisse nous apporter la Force et la Joie indispensables au combat que nous menons.

19:40 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

19:34 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 31 décembre 2018

Bonne année 2019 !

2018 12 voeux.jpg

13:16 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 30 décembre 2018

Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose… enfin, peut-être !

x2018-09-28_183016_FAKE-NEWS.jpg.pagespeed.ic.s88jtu8cri.jpg

La chronique de Philippe Randa

C’est le nouveau monstre à la mode qui défraie les landernaux politiques dans le monde entier : la fausse nouvelle ou « fake news ».

Emmanuel Macron, à peine élu à la Présidence de la République s’est plaint d’en avoir été particulièrement victime, accusant la Russie poutinienne, par complaisance lepéniste, d’avoir abondamment fourni les réseaux sociaux en mensonges divers et variés pour l’empêcher d’accéder à la Fonction Suprême. Sans succès, à l’évidence.

Du coup, une loi est annoncée pour lutter contre les « fake news » et beaucoup craignent qu’elle soit principalement destinée à museler les médias hostiles envers la pensée unique : que ce soit moins le mensonge qui soit à juste titre traqué que la liberté d’expression qui ne soit réprimée au nom d’une censure d’État qui n’oserait pas dire son nom.

Paranoïa ? Manipulation politique ? Complotisme ? À l’évidence, personne ne sait trop quoi en penser. François-Bernard Huygue a donc jugé utile de publier un petit livre fort décapant pour trier le bon grain de la réelle manipulation de l’ivraie complotiste : « Fake news la grande peur » (VA Editions cliquez ici) se lit facilement en une dizaine de chapitre qui permettent de se faire une idée sur la façon de « nommer le faux », de comprendre une « fausse nouvelle », de savoir si la société actuelle baigne autant qu’on le dit dans le « faux », de découvrir qui en sont véritablement les responsables et en fin de compte, de répondre à une question qui pourrait surprendre de prime abord : les citoyens en sont-ils finalement les victimes …ou les coupables ? Enfin, existe-t-il des « remèdes » pour contrecarrer la désinformation sous toutes ses formes…

Autrefois, en temps de guerre , on nommait cela, tout simplement, de la propagande ; à moins, que nous ne soyons déjà (encore ? toujours ?) en guerre… et que tout le monde n’en ait pas vraiment conscience. Le livre de François-Bernard Huygue n’en serait donc que plus urgent à découvrir.

Publiée dans le quotidien Présent.

11:25 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

couv jpp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

11:00 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 29 décembre 2018

2018 : RÉTROSPECTIVE DE L'ANNÉE MILITANTE DE SYNTHÈSE NATIONALE

C'est devenu incontournable, à la fin du mois de décembre nous publions la rétrospective des activités de Synthèse nationale au cours de l'année écoulée cliquez ici. Et 2018 fut riche en événements, aussi bien sur le plan militant que sur celui de nos éditions...

♦ JANVIER 2018

04/01 : reprise de l'émission "Synthèse" sur Radio Libertés

2018 03 20 pub rl synthèse.jpgChaque jeudi, tout au long de l'année 2018, Roland Hélie, Philippe Randa, Aristide Leucate et Pierre de Laubier animent l'émission "Synthèse" sur la web-radio Radio Libertés, liée à TVLibertés. Ils reçoivent ainsi chaque semaine un invité. Cette émission renforce le prestige de la revue Synthèse nationale et permet de rencontrer de nombreuses personnalités non-conformistes cliquez ici

12/01 : présentation à Paris du livre de Carl Lang "Un chemin de résistance" 

1203282563.jpg

Les Amis de Synthèse nationale étaient invités à venir écouter Carl Lang, Président du Parti de la France, présenté le livre-entretien dans lequel il répond aux questions de Jean-François Touzé sur son engagement politique. Ce livre est publié dans la collection Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici.

♦ FÉVRIER 2018 :

09/02 : la campagne contre les éoliennes continue. Réunion publique à Vervins (Aisne)

4127357187.jpg

Alban d'Arguin, auteur du livre-choc "Éoliennes un scandale d'État" cliquez ici était invité ce soir là à Vervins dans l'Aisne pour faire une conférence. Belle réussite pour notre ami Bruno Dekkers organisateur de la réunion : salle comble, public enthousiaste  ! cliquez ici

1517222107.jpg

10/02 : Alban d'Arguin dédicace son livre à la Librairie Facta à Paris cliquez ici

♦ MARS 2018 :

01/03 : Poitiers, conférence sur la ré-information

2228186429.jpg

Invités par le dynamique Cercle des Chats bottés cliquez là animé par notre ami Jacques Soulis, Roland Hélie, Philippe Randa et François-Xavier d'Hautefeuille, directeur de DPF (les éditions de Chiré) ont tenu une conférence devant un public nombreux et passionné cliquez ici sur la ré-information. 

09/03 : conférence d'Alban d'Arguin contre les éoliennes à Fallon (Haute-Saône)

613466186.jpg

Un mois à peine après le succès de Vervins, rebelote à Fallon (70) cliquez là où notre camarade Daniel Cavalotti avec ses amis de l'association locale mènent un combat acharné contre l'implantation de ces machines infernales dans leur canton. Près de 200 personnes ont assisté à la réunion cliquez ici

19/03 : sortie du n°48 de la revue Synthèse nationale

2018 03 SN 48 SE.jpg

En savoir plus sur ce n°48 cliquez là

24/03 (en journée) : Synthèse nationale à la Journée du Pays réel de Civitas

fpr18-stand-29.jpg

Toute la journée, lors de cette belle réunion qui se tient à Rungis (94), les collaborateurs et les écrivains édités par notre maison d'édition ont reçu de nombreux lecteurs sur le stand de Synthèse nationale...

24/03 (en soirée) : le banquet annuel des Amis franciliens de Synthèse nationale avec comme invité d'honneur Jean-Marie Le Pen

2203728982.jpg

2018 03 24 DINER JMLP.jpg
Ce samedi 24 mars le salon de la grande brasserie parisienne que notre ami Hugues Bouchu avait retenue pour notre deuxième banquet annuel des Amis de notre revue était trop petite (200 convives + des dizaines de réservations impossibles à caser). Un triomphe pour cette formule du banquet annuel inaugurée en 2017 avec Massimo Magliaro à l'occasion des 70 ans du Mouvement social italien cliquez là. L'invité d'honneur était le Président Jean-Marie Le Pen dont le premier tome des mémoires venait juste de sortir. La séance de dédicaces à l'issue du banquet se termina tard dans la nuit. cliquez ici

Les interventions filmées de Carl Lang et de Jean-Marie Le Pen cliquez ici

Le message de Roland Hélie cliquez là

♦ AVRIL 2018 :

21/04 : Hubert de Mesmay représentait Synthèse nationale à Avignon

2018 04 21 CH M AVIGNON H DE M.jpgLors de la réunion organisée près d'Avignon pour marquer le 150e anniversaire de Charles Maurras, fondateur de l'Action française, notre ami Hubert de Mesmay, auteur du livre plutôt polémique consacré à la dérive du FN, Autopsie d'un crash annoncé cliquez ici, représentait notre revue cliquez là. 

 

26/04 : Alban d'Arguin à Bordeaux

20180426_203748.jpg

2018 03 26 BDX EOL.jpgInvité par le Cercle Rencontre et Amitiés françaises animé par Bernard Pascaud, Alban d'Arguin a fait ce soir là une très belle conférence à Bordeaux contre les éoliennes. cliquez ici

Notons que toutes les conférences d'Alban d'Arguin sont autant d'occasions de faire connaitre nos différentes éditions auprès d'un large public. En menant cette campagne nous prouvons que Synthèse nationale peut être partout et surtout là où on ne l'attend pas...

Tout au long de l'année écoulée, l'auteur d'Éoliennes un scandale d'État a été invité dans de nombreuses réunions privées et son livre a dépassé les 3000 exemplaires vendus à ce jour.

29/04 : Jeanne d'Arc à Noisy-le-Sec (93)

Roland Hélie était invité par le Parti de la France de Seine-St-Denis à prendre la parole lors du dépôt de gerbe aux pieds de la statue de Jeanne d'Arc à Noisy-le-Sec cliquez là.

♦ MAI 2018 :

01/05 : suite aux émeutes, Synthèse nationale demande la dissolution des bandes gauchistes

2018 05 GAUCHISTES.jpg     867124353.jpg

Par tracts cliquez ici et par flyers sur les réseaux sociaux notre revue réagit immédiatement aux actions violentes menées lors de la manifestation du 1er mai par les gauchistes du Black Bloc.

13/05 : fête nationale de Jeanne d'Arc

1712362097.jpg

Belle journée de Synthèse nationale... c'est le cas de le dire. Roland Hélie était en effet invité le matin à prendre la parole lors du rassemblement de la Dissidence française dirigée par Vincent Vauclin cliquez ici et l'après-midi lors de celui de Civitas d'Alain Escada cliquez là

19/05 : Synthèse nationale à Barcelone 

17479170.jpg

Suite au numéro 47 cliquez ici de notre revue consacré à l'Espagne, Roland Hélie fut invité à Barcelone pour un meeting en faveur de la Catalogne espagnole cliquez ici 

♦ JUIN 2018 :

10/06 : parution du n°4 de la revue Confrontation

2018 05 28 cft 4 pub.jpg

Cette revue, fondée par Synthèse nationale et dirigée par Jean-François Touzé est spécialisée dans les problèmes liés à l'immigration et à l'islamisation cliquez ici.

21/06 : envoie d'une brochure de huit pages présentant Synthèse nationale à plusieurs milliers de sympathisants

2429404968.jpg

Opération publicitaire de grande envergure sur les fichiers de sympathisants nationalistes et identitaires. De nombreux nouveaux abonnements à la revue enregistrés.... A refaire.

♦ JUILLET 2018

Deux nouvelles publications :

4ba9ade9e3bcc3660ca7f0c98d7701ebf31802c2_2018-07-o-mosley-3.jpg

Le n°14 des Cahiers d'Histoire du nationalisme

consacré à Oswald Mosley cliquez ici

Diapositive1 copie 2.jpg

Le Guide sulfureux du Paris réac & facho

que nous devons à Patrick Parment cliquez là

♦ AOÛT 2018

2018 07 SN 49 FLYER 1.jpg

Parution du n°49 de la

revue Synthèse nationale cliquez ici 

Une campagne d'abonnements à la revue en août avec comme objectif : dépasser le cap des 1000 abonnés. On y est pas encore, mais on en approche. A propos, si vous n'êtes pas encore abonné, n'hésitez pas à le devenir : cliquez ici 

3366213069.jpg

♦ SEPTEMBRE 2018 :

720149144.jpg

01 & 02/09 : un stand de Synthèse nationale aux journées chouans de Chiré-en-Montreuil (86) cliquez ici Grand moment de convivialité nationaliste cliquez là...

14/09 : verdict invraisemblable à l'issue du procès de l'affaire Méric

3067443781.jpgNos camarades Esteban Morillo et Samuel Dufour sont condamnés à des peines exorbitantes. Réaction immédiate de Roland Hélie cliquez ici sur le site Synthèse nationale. Cette réaction sera reprise dans de nombreux médias... Quelques semaines plus tard, le quotidien Présent sortira un remarquable n°hors-série sur ce procès inique cliquez ici.

16/09 : 6e Journée régionale de Synthèse nationale à Nieppe près de Lille

2468247160.jpg

93661090.jpg     2253785749.jpg

3674309782.jpg

Belle réussite pour Luc Pécharman et ses équipes. Nieppe 2018 a fait le plein. Invité d'honneur, le Dr Jean-Pierre Cousteau cliquez là

21/09 : sortie du nouveau livre de Georges Feltin-Tracol " Pour une 3e Voie solidariste"

2018 09 GFT COUV 1 .jpg

Le commander cliquez ici

♦ OCTOBRE 2018 :

10/10 : Roland Hélie invité de Martial Bild sur TVLIbertés

1225097535.15.jpg

Regarder l'émission cliquez ici

14/10 : la 12e Journée nationaliste et identitaire de Synthèse nationale

518572247.jpg

Moment fort de l'activité annuelle de notre revue et de l'association des Amis de Synthèse nationale, la 12e journée qui s'est tenue à Rungis (94) a remporté un grand succès. Près de 1800 entrées, des dizaines de stands, des tables-rondes de qualités, un meeting unitaire de rentrée... cliquez ici

3689851551.jpg

♦ NOVEMBRE 2018 :

04/11 : 30e anniversaire de la mort de Jean-Pierre Stirbois

2680356898.jpg

Le Parti de la France a organisé un dépôt de gerbe ce jour-là pour marquer sa fidélité à celui qui a, aux côtés de Jean-Marie Le Pen, bâti le FN cliquez ici. SN a bien sûr soutenu cette initiative du PdF cliquez là.

09/11 : Attaque de la presse du Nord contre Synthèse nationale

276486427.pngLe quotidien Nord Littoral attaque notre amie Marie-Jeanne Vincent, contributrice au site Nous sommes partout cliquez là et ancienne candidate aux législatives à Calais, suite à sa brillante intervention lors de la 12e Synthèse nationale.

Lire notre réponse cliquez là

 

10/11 : Marche de la Reconquête à Paris organisée par la Dissidence française

1336192157.jpg

Roland Hélie prend la parole lors de la 1ère marche de la Reconquête organisée par la Dissidence française cliquez ici.

Voir les films cliquez là

24/11 : Synthèse nationale dénonce les délires de Castaner sur les réseaux sociaux cliquez ici

♦ DECEMBRE 2018 :

01/12 : Synthèse nationale aux côtés des Gilets jaunes

tumblr_pjbf8ezvwG1rnng97o1_1280.jpg

Distributions de tracts à Paris et en Province pour soutenir le soulèvement populaire des Gilets jaunes. Un accueil très sympathique, de nombreux nouveaux contacts. Le prochain numéro (le n°50) de la revue traitera de cette nouvelle forme de contestation du Système...

Lisez le tract cliquez là

03/12 : parution du n°15 des Cahiers d'Histoire du nationalisme consacré à Jean-Pierre Stirbois

2010827004.jpg

En savoir plus cliquez ici

05/12 : sortie de La crise de Jupiter, le nouvel album de dessins d'Ignace

2018 12 IGNACE JMLP.jpg

Après l'immense succès, il y a deux ans, d'Apocalypse Flamby, cliquez ici, Ignace, le talentueux dessinateur nationaliste vient de récidiver. Son nouvel album est publié par Les Bouquins de Synthèse nationale. cliquez là

10/12 : Synthèse nationale à Terre & peuple

508969496.jpg     2840977602.jpg

Le stand de Synthèse nationale à la Table-ronde de Terre & peuple, l'organisation de Pierre Vial, a été, comme chaque année, très visité.

13/12 : conférence des Amis franciliens de Synthèse nationale avec Lucien Cerise

1225097535.14.jpg

Sur la conférence cliquez ici

Le film cliquez là

30/12 : le n°50 de la revue Synthèse nationale

SN 50 COUV.jpg

Le commander ou s'abonner cliquez ici

18:15 Publié dans SN : RETROSPECTIVES ANNUELLES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 décembre 2018

IL NE RESTE PLUS QUE QUELQUES JOURS : si vous en avez assez de financer l'immigration avec vos impôts, il y a une solution...

... aidez Synthèse nationale en faisant un don défiscalisé pour défendre vos idées !

2017 R HELIE RL.jpg
Chers Amis,

Depuis sa création, il y a maintenant 12 ans, Syn­thèse nationale occupe une place prépondérante au sein de la droite natio­nale, so­ciale, populaire et identi­taire. En effet, que ce soit dans la revue, à travers nos différentes publications ou lors de nos réunions (en particulier les Journées natio­nales et identitaires du mois d’octobre), nous avons toujours rassemblé, dans un souci d’efficacité, l’essentiel des compo­santes de notre famille.

Dans le contexte qui est ce­lui que nous vivons actuelle­ment, une telle démarche trouve évidemment tout son sens. Au moment où une partie grandissante de notre peuple semble se réveiller, ce dont nous n’allons pas nous plaindre, il est du de­voir des forces nationalistes, au premier rang desquelles Synthèse nationale, de l’aiguiller.
  
Nous l’avons rappelé à maintes reprises, le choix est simple. Soit on accepte le diktat de l’hyperclasse poli­tico-affairiste dominante, relayée par les mé­dias aux ordres, de dis­soudre notre nation et notre civilisation dans un vaste conglomérat aux dimen­sions planétaires, soit, comme c’est notre cas, on le refuse... Or, pour inver­ser les choses, il faut une prise de conscience popu­laire. Pour faire la révolu­tion, il faut une volonté révo­lutionnaire...

Dans notre pays que l’on prétendait aseptisé, les pre­miers symptômes de la ré­volte apparaissent. Il y a quelques années, c’était avec la Manif pour tous ; aujourd’hui, ce sont les Gi­lets jaunes qui mobilisent. Qu’importe les motivations momentanées des uns et des autres, ce qui est impor­tant, c’est que nos compa­triotes réalisent enfin qu’ils ne sont plus maitres de leur destin et que notre commu­nauté nationale et ethnique est en train de dis­paraitre. Pour nous, qui de­puis si long­temps sonnons le toc­sin, c’est la preuve que notre combat n’a pas été inutile. Mais il reste encore beau­coup à faire...

Voilà pourquoi, au nom de toute l’équipe, je m’adresse à vous tous qui êtes attachés à notre liberté et à notre identité et qui, à plusieurs reprises et sous différentes formes, avez ma­nifesté votre soutien à Syn­thèse nationale ces der­nières années. Vous avez pu apprécier, ne serait-ce qu’en consultant notre site quoti­diennement actualisé, le suivit et le développement de notre action. Cependant, tout cela à un prix.

Certes, le nombre des lecteurs et abon­nés à nos revues (Synthèse nationale, les Cahiers d’histoire du nationalisme et Confrontation), les ventes des Bouquins de Synthèse, les adhésions à l’association des Amis et la fréquentation de nos réunions augmentent en permanence mais les rentrées ne suffisent pas pour équilibrer notre budget annuel. Même si, par la force des choses, nous avons appris à faire 1 euro avec 80 centimes... C’est toujours grâce à la générosité et au dévouement d’un tout petit nombre que nous franchis­sons cette douloureuse épreuve. 

Synthèse nationale a donc, plus que jamais, besoin de votre aide à tous pour conti­nuer et amplifier son combat. Cela d’autant plus que, désormais, vous pour­rez déduire en partie votre don de vos impôts car, en raison de la pluralité de la presse, Synthèse natio­nale rentre dans la catégorie des organes de presse d’intérêt général (*). Ainsi, en nous aidant, vous avez la garantie que votre ar­gent ne servira pas à sub­ventionner les faiseurs de n’importe quelle ONG im­migrationniste et qu’il servira bel et bien à la cause qui nous est chère.
 
Une préci­sion qui a son im­portance tout de même : votre don devra être ré­alisé avant le 31 décem­bre 2018.

Nous savons que nous pou­vons compter sur votre con­tribution pour faire tri­ompher vos convictions. Partout sur notre conti­nent les dogmes com­mencent à s’écrouler et les curceurs se déplacent dans notre sens. Ce n’est donc pas le moment de flancher... Par avance, merci à tous !

Et, comme c’est l’usage chez les civilisés, je profite de cette circulaire pour vous souhaiter à tous, Chers Amis, un bon Noël et de bonnes réjouis­sances de fin d’année...
 
Ro­land Hé­lie
Di­rec­teur de Syn­thèse na­tio­nale
 
Déduisez votre aide de vos impôts...
 
(*) Chaque don permet une déduction fiscale à hauteur de 66%. À ti­tre d’exemple, pour un don de 100 euros, la déduction fiscale est de 66 euros. Ainsi, votre don ne vous coûte en réalité que 34 euros (un document vous sera adressé par notre secrétariat suite à la réception de votre don).
 
Imprimez le document, cliquez ici

Il arrive bientôt chez les abonnés... Mais, vous même qui lisez régulièrement ce site, êtes-vous bien abonné à la revue Synthèse nationale ?

SN 50 COUV.jpg

Si quotidiennement le site Synthèse nationale vous informe, c'est aussi grâce aux abonnements à la revue Synthèse nationale que c'est possible !

Abonnez-vous à Synthèse nationale cliquez ici

Bulletin d'abonnement

10 JNI Affiche.jpg

11:53 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro de Terre et peuple magazine (n°78)

49205000_10215266013181726_3186664089212420096_n.jpg

Terre et peuple cliquez ici

11:47 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dis-moi de combien tu fraudes, je te dirais qui tu es…

IMG_0119.jpegLa chronique

de Philippe Randa

Quand toute communication téléphonique ne dépendait pas d’un « forfait illimité » comme aujourd’hui, la moindre communication personnelle depuis son lieu de travail était, de la part d’un monsieur Dupont, simple employé, un vol de sa société… et pour le dirigeant de celle-ci, un abus de bien social. Hé oui !

Qui peut alors dire qu’il n’a jamais « profité » d’une telle facilité, sans parler, pour certaines professions, des « notes de frais » parfois un peu – et même un peu beaucoup –… « arrangées » ?

Qui vole un œuf, vole un bœuf, selon l’adage populaire. Certes, mais peut-on vraiment comparer un monsieur Dupont, contribuable lambda aux fins de mois difficiles qui gruge le fisc de quelques centaines ou milliers d’euros avec un Carlos Ghosn (rémunérations en tant que PDG en 2017 : 13 millions d’euros), soupçonné d’avoir dissimulé environ 38 millions d’euros de revenus sur cinq années de 2010 à 2015 ? Ou encore avec une Shakira (chanteuse la mieux payée au monde en 2018 avec des revenus estimés à près de 46 millions d’euros) – soupçonnée par la justice espagnole de s’être fictivement domiciliée aux Bahamas et ainsi d’avoir fraudée le fisc espagnol à hauteur de 14,5 millions d’euros ?

S’il est certain qu’enfreindre la loi, quelle que soit la modicité ou non des sommes, reste bien évidemment condamnable moralement – sauf pour les anarchistes qui condamnent tout ordre établi par principe –, un bon sens tout aussi populaire parce qu’humain, trop humain, reconnaissons-le tout de même, permet à tout à chacun de fermer les yeux sur certains, comment dire… « accommodements » !

À condition de ne pas se faire prendre… sinon, c’est bien la seule égalité qui puisse alors exister entre un monsieur Dupont, un monsieur Ghosn et une madame Shakira.

Lire EuroLibertés cliquez ici

11:42 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 19 janvier : Carl Lang à Castres (81)

49070738_2223418434600477_2638726034333106176_n.jpg

11:37 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’étonnant contraste des bruits furieux et du silence sépulcral

joue-les-tours.menacee-de-mort-une-enseignante-demande-justice.jpg

Bernard Plouvier

En cette fin d’année 2018, alors que la Ripoublique française accepte le Diktat de Marrakech qui va accroître l’intensité de l’immigration exotique en Europe, le petit monde des journalistes à scandale retentit des cris d’orfraie de ces dames et des vociférations des messieurs, pour un motif jugé « très sérieux » : des manifestations hostiles auraient accueilli un joueur de football noir sur un terrain sportif de France !

Que ces messieurs-dames (et autres personnes de sexe-genre indéterminé) veuillent bien se documenter : c’est par milliers de cas que sont quotidiennement entendus sur le sol français des injures racistes anti-Blancs.

Que les cris et insultes racistes soient immondes, d’où qu’elles viennent, on l’admet volontiers. Mais il faut reconnaître que seules les rares insultes dirigées contre des Extra-Européens sont relevées par les maîtres de l’information, alors que le racisme anti-Blancs est systématiquement sous-traité, quand il n’est pas nié purement et simplement.

Il est important de constater qu’au moment où ce joueur d’origine africaine se faisait conspuer stupidement, des racailles exotiques ravageaient la ville de Joué-les-Tours, dans la plus profonde indifférence des media bien-pensants et bien-disants.

Dans cette cité, où l’on observe l’une des plus fortes concentrations maghrébines du Centre de ce que l’on nommait autrefois la France, le maire, pourtant fort peu excité dans la répression des troubles, avait instauré un couvre-feu pour les mineurs d’âge, tant cette cité est devenue infréquentable de nuit. En guise de réponse, de merveilleux rejetons de l’immigration extra-européenne ont fait flamber voitures et poubelles en une nuit de fiesta du style : « Vivre ensemble, c’est réellement l’enfer ».

D’un côté, un footballeur noir fait un scandale public parce qu’on l’a insulté - pauvre chéri : si j’avais dû me révolter à chaque fois que l’on m’a traité, à Roubaix, Lille ou Douai, de « Face de craie », j’aurais usé vainement ma vie ! D’un autre côté, la racaille inutilement importée transforme une cité tourangelle en zone de guérilla urbaine.

Dans le premier cas, les media hurlent à la mort. Dans le second, ils se font bénins, voire silencieux.

Bizarre, bizarre. Vous avez dit bizarre, Macroniens ? Comme c’est bizarre !

11:36 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Krach boursier : demain, sinon après-demain…

graph-3078540_960_720-845x475.png

Marc Rousset

La croissance ralentit partout dans un monde hyper-endetté, noyé sous les liquidités. La dette publique de la France dépasse les 2.320 milliards d’euros et va bientôt franchir le seuil symbolique catastrophique des 100 % du PIB. Macron est incapable d’arrêter la ruineuse immigration et de baisser les dépenses publiques en procédant à des réformes structurelles. Les dix milliards annoncés pour les gilets jaunes seront financés à 60 % par la dette, c’est-à-dire les impôts de demain. La double perspective d’une croissance inférieure à 1,5 % en 2019 ainsi qu’une remontée des taux d’intérêt s’annonce catastrophique pour les finances publiques.

Le service de la dette va augmenter d’autant plus par rapport au PIB que les taux d’intérêt seront supérieurs au taux de croissance. L’économie française décroche par rapport à l’Allemagne pour trois raisons : dégradation de la compétitivité du coût du travail, baisse de la durée du travail, faiblesse de l’investissement. Il est probable que la loi Sapin 2 de 2016 qui permet aux autorités de bloquer du jour au lendemain tout retrait, demande d’avance ou arbitrage sur les assurances-vie, durant six mois maximum, sera prochainement appliquée en France.

L’indice Dow Jones a baissé de 13 % depuis le 3 octobre 2018. La Fed a relevé, le mercredi 19 décembre, son principal taux directeur de 2,25 à 2,50 %, tandis que deux relèvements de taux au lieu de trois sont anticipés pour l’année 2019. Comme le rapporte le site Zero Hedge, « les marchés actions américains n’ont jamais autant baissé durant le mois de décembre depuis la Grande Dépression des années 30 ». Selon le sondage d’une université américaine, près de la moitié des directeurs financiers pense que l’Amérique sera en récession dans un an. Toutes les banques sont malmenées à Wall Street et, du côté des fonds d’investissement spéculatifs (« hedge funds »), c’est le massacre.

L’ancien président de la Fed Alan Greenspan n’exclut pas un redressement boursier provisoire, mais il pense qu’une correction significative s’ensuivra. Il a pu déclarer sur CNN : « Après cette éventuelle hausse, courez aux abris. » Les États-Unis pourraient connaître, selon Greenspan, une période de stagflation semblable à celle des années 70 et 80. Les données relatives à l’immobilier aux États-Unis sont particulièrement inquiétantes. Les ventes de maisons neuves et anciennes sont à la baisse depuis novembre 2017.

Rome a pris de nouvelles mesures budgétaires et s’est finalement engagé à faire des économies pour échapper non pas aux sanctions de l’Union européenne mais à celles des marchés. Il n’empêche que Moody’s a abaissé la notation de l’Italie à un niveau seulement au-dessus des obligations pourries (« junk bonds »). Avec la remontée des taux, les 200 milliards d’obligations détenues par les banques sur le Trésor italien ont déjà perdu 15 % de leur valeur. La troisième puissance économique de la zone euro présente tous les symptômes pour faire défaut.

La BCE, avec un bilan gonflé atteignant 42 % du PIB, va mettre fin aux achats cumulés de dette publique de 2.600 milliards d’euros, bien que la croissance économique ralentisse. La politique de création monétaire aboutit, en fait, à financer les déficits publics, en violation des traités européens. Bien que moins draconien qu’aux États-Unis, car il y aura réinvestissement de tous les titres arrivant à maturité, le robinet des liquidités est en train d’être coupé.

Les capitaux italiens fuient l’Italie, la dette de la Banque d’Italie envers la BCE étant de 492 milliards d’euros, tandis que la Bundesbank est créditrice de 982 milliards, d’où des pertes gigantesques pour l’Allemagne si l’Italie fait défaut. Les discussions avec l’Union européenne sur le budget italien sont l’arbre qui cache la forêt. Un tsunami engendré par la hausse des taux et le ralentissement économique va emporter l’Italie. La BCE ne sera pas en mesure de sauver les meubles une seconde fois, après avoir créé de la fausse monnaie qui ne crée aucune richesse, pour donner l’illusion aux pays européens qu’ils payaient leurs dettes.

Si elle redémarrait la création de fausse monnaie, la BCE ne ferait que déclencher la perte de confiance dans l’euro et l’hyperinflation. Il est à craindre qu’en cas d’explosion de la zone euro, l’hyperinflation apparaisse dans chaque pays européen en même temps que la réintroduction et la dévaluation des monnaies nationales.

Boulevard Voltaire cliquez ici

00:37 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 décembre 2018

Dans sa très belle collection de romans, Auda Isarn vient de publier "Secret mortel" de Philippa Randa. Rencontre avec l'auteur...

Secret-Mortel-bleu.png

Certains se souviennent de vos romans policiers et de science-fiction, mais beaucoup de vos lecteurs actuels ignorent que vous avez été un romancier très prolifique, ne vous connaissant désormais que par vos ouvrages historiques ou politiques. Vous avez pourtant publié sous votre nom, principalement au Fleuve noir et aux Presses de la Cité, plus de soixante romans…

Oui, mais c’était une autre vie. Ma première vie professionnelle, en fait… Je m’en suis éloigné il y a une vingtaine d’années pour me consacrer effectivement à d’autres livres et à d’autres activités très chronophages : l’édition, les chroniques politiques et aujourd’hui, en plus, la direction du site de la réinformation européenne EuroLibertéSecret mortel est en fait le dernier roman policier que j’ai écrit. Mais j’y tiens tout particulièrement pour une raison amusante : je l’avais écrit à l’origine pour une collection du Fleuve noir qui a disparu avant qu’il ne soit publié, mais l’éditeur en charge de celle-ci (Jean-Baptiste Baronian) et qui m’avait signé le contrat m’en a fait beaucoup de compliments et c’était la première fois, figurez-vous, qu’un éditeur me complimentait sur un de mes romans… Auparavant, je devais me contenter de voir publier ceux que je proposais, qu’on me proposait d’écrire, qu’on me demandait et même quand on m’en réclamait d’autres, encore et encore… J’en concluais évidemment que ce que j’écrivais devait plaire, forcément, mais jamais un éditeur n’avait jusqu’alors trouvé le besoin de me le dire… Et il aura fallu attendre encore près de 20 ans de plus pour que Pierre Gillieth me demande ce livre pour la collection « Lys noir » qu’il dirige avec Francis Bergeron pour en entendre à nouveau du bien… Voilà, c’est le seul roman qui m’a valu des compliments d’éditeur… Reste à savoir s’il en suscitera auprès des lecteurs…

L’action de ce roman se situe donc à la fin des années quatre-vingt-dix…

Oui, 1997… et comme indiqué en début d’ouvrage, à une époque où internet n’a pas l’omniprésence qu’il a actuellement et avant la deuxième guerre du Golfe… Une partie de l’action se situe en Turquie et met en scène les services secrets de Saddam Hussein. Toutefois, ce n’est qu’une péripétie dans l’histoire qui n’est nullement un roman d’espionnage, mais bel et bien un roman policier de suspense…

Sans trahir l’histoire, on peut tout de même indiquer que le « secret » que cherche à percer votre héros va l’emmener sur une route jonchée de morts suspectes, de bagarres, de trahisons, de demoiselles aussi peu farouches que très rapidement dénudées et dépourvues de la plus élémentaire moralité…

Oui, disons qu’il s’agit d’un thriller qui reprend tous les ingrédients habituels des romans et films célèbres que j’apprécie tout particulièrement : un peu de ce qu’on trouve dans les James Bond, les Sherlock Holmes, les Arsène Lupin, mais aussi des films comme Les Tontons flingueurs ou Basic Instinct… Comme Gainsbourg chantait « sea, sex and sun », j’ai voulu écrire pour ma part un roman « intrigue, sexe et crimes » (la comparaison s’arrête là) en émaillant parfois les rebondissements d’un peu humour… noir, forcément !

Sans oublier des réflexions parfois politiquement incorrectes…

Si vous le dîtes…

Secret mortel, Philippe Randa, Éditions Auda Isarn, collection « Lys Noir », 246 pages, 12 euros. Pou commander ce livre, cliquez ici.

10:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Avec le Vivre ensemble, le Système a-t-il renoncé à la France ?

Epave-Ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

« Vivre ensemble », tel est le nouveau mot d’ordre du Système et de ses porte-parole politiques et médiatiques. Face aux problèmes de cohabitation engendrés par l’immigration, face à la pression identitaire de l’islam, le Vivre ensemble est à l’évidence la nouvelle réponse de nos dirigeants. La question qui se pose alors est de savoir s’ils sont conscients que la logique de ce concept aboutit à la création d’un nouveau pays en lieu et place de la France.

Le Vivre ensemble remplace l’assimilation et l’intégration

Derrière ce slogan qui paraît a priori bien anodin, c’est en effet un bouleversement de grande ampleur que le Système introduit subrepticement sur la scène publique. D’abord, parce que la théorie du Vivre ensemble vient remplacer la formule classique de l’intégration comme celle de l’assimilation.

Dans la première moitié du siècle dernier, le concept d’assimilation prévalait. Concept par lequel les immigrés polonais, italiens, espagnols ou portugais sont devenus français sans difficultés majeures. Selon ce principe, l’étranger adopte l’identité française pour se mêler au peuple qu’il a choisi de rejoindre et en faire pleinement partie.

Cette conception a été abandonnée dans les années soixante-dix pour laisser la place au principe d’intégration selon lequel l’étranger peut conserver son identité d’origine mais doit s’adapter aux coutumes et aux règles du pays qui l’accueille afin de s’y insérer au mieux.

Or, depuis que l’islam est devenu une composante dominante du phénomène migratoire, cette seconde conception a elle aussi été abandonnée pour une troisième formule, celle du Vivre ensemble. Notion que l’on rabâche aux Français à longueur de journée et qui renvoie sans le dire à une vision communautariste : chacun conserve son identité, ses coutumes et ses valeurs, mais tous doivent se tolérer mutuellement, s’accepter et même s’aimer pour vivre ensemble harmonieusement sur le même sol.

Le Vivre ensemble représente une exigence insupportable pour les Français

Cette notion diffère fondamentalement de celle de l’assimilation et de l’intégration. En effet, l’effort n’est plus exigé des étrangers, mais des Français de souche qui ont la quasi-obligation d’accueillir les migrants et de s’adapter à leurs mœurs et à leur religion. Derrière les bons sentiments auxquels renvoie la formule, ce mot d’ordre représente en effet une exigence terrible tellement contraire à la nature des peuples que personne ne veut s’y soumettre. Les immigrants n’ont aucune envie de vivre avec nous, ils veulent seulement vivre chez nous comme chez eux. Les Français, de même que les Européens de souche, cherchent de leur côté à vivre loin des zones d’immigration. Les bobos, les patrons  et les gouvernants de l’oligarchie, eux-mêmes, qui prêchent pourtant le vivre ensemble se gardent bien personnellement de le pratiquer.

Car la logique du Vivre ensemble conduit à la création d’un nouveau pays

Cette formule introduit en effet un concept particulièrement dangereux car la logique du Vivre ensemble change complètement la problématique du traitement de l’immigration. Il ne s’agit plus pour la nation d’incorporer au mieux des personnes étrangères, il faut faire vivre sur le même sol des communautés radicalement différentes, chacune conservant son identité et toutes ayant les mêmes droits. Dès lors, il n’y a qu’une solution pour satisfaire à une telle exigence : créer un nouveau pays. Ou, à tout le moins, construire sur le sol national une nouvelle société africano-islamo-hexagonale qui se définirait simplement comme la collectivité de ceux qui résident sur le territoire seulement soumis à un état de droit permettant à tous de vivre ensemble.

Les Suédois, qui sont manifestement en pointe sur cette question, ont été, il y a quelque temps, la cible d’une campagne d’opinion sous forme de message publicitaire télévisé pour leur expliquer ce processus. « Il n’y a plus de retour en arrière, est-il expliqué dans ce film, la Suède ne sera plus jamais comme avant.  Il est temps de réaliser que de nouveaux Suédois vont venir avec leur culture, leur langue et leurs traditions… Ce “nouveau pays” forme un nouvel avenir. Être suédois doit être accepté non plus comme une question de couleur de peau et lieu de naissance. Cela doit pouvoir être toi, moi et tous ensemble. Ce ne sont pas uniquement les nouveaux Suédois qui doivent s’intégrer. Tout le monde doit s’intégrer, même les Suédois de souche. »

Avec le Vivre ensemble, le Système a-t-il renoncé à la France ?

Certes, cette campagne baptisée « le nouveau pays » n’est pas celle du gouvernement suédois et la France n’en a pas encore connu de comparable. Pourtant ce message montre bien que le Vivre ensemble conduit naturellement à l’avènement d’un pays neuf qui appartiendrait autant aux migrants qu’aux Français de souche.

Si donc les tenants du Système font la promotion du Vivre ensemble en toute connaissance de cause, on peut légitimement s’interroger sur leurs motivations. Confrontés à la contradiction fondamentale qui existe entre le maintien de la France telle qu’elle est et la présence croissante d’immigrés sur notre sol, auraient-ils choisi, pour ne pas assumer une politique courageuse d’arrêt de l’immigration, de suivre la voie aventureuse de la construction d’une nouvelle entité en rupture avec notre nation ?

Si tel est le cas, les Français sont en droit de le savoir. Sur un tel sujet qui engage leur avenir en tant que peuple, ils sont même en droit d’être consultés directement et explicitement.

10:20 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Et Boulevard Voltaire a aimé le nouvel album d'Ignace : "La Crise de Jupiter"

2018 10 ignace aff.jpg

Nicolas Gauthier Boulevard Voltaire cliquez ici

En France, le dessin de presse est une tradition à peu près aussi vieille que… la presse. Avec ses grands anciens et ses nouveaux maîtres. Ignace est désormais à placer au rang de ces derniers.

Voilà plus de vingt ans que cet homme à la mine toujours un peu lunaire, au sourire éternellement jovial, officie dans les journaux les plus divers, avec une nette prédilection pour les publications dissidentes. Sur papier, sur Internet, aussi, et à la télévision encore, où il joue le chœur antique, crayons en mains, au « Bistro Libertés » animé avec une belle et bonne humeur par Martial Bild, sur la chaîne TV Libertés. On notera qu’à l’époque du « Droit de réponse » de Michel Polac, modèle revendiqué de cette émission, il fallait quatre dessinateurs pour faire ce qu’Ignace accomplit tout seul comme un grand. Cet homme a décidément tous les talents.

Après, cette question cruciale : Ignace est-il de droite ? Sûrement. Enfin, d’une droite à lui, quelque part entre fleur de lys et croix celtique, Jacob et Delafon, sabre et goupillon, fromage et dessert. Bref, si Dieu et le roi sont de droite, Ignace doit l’être un peu aussi ; même si, hormis la France, il ne connaît manifestement qu’une seule patrie : celle de la poilade. Histoire d’aggraver son cas, ce catholique fervent est doublé d’un libre-penseur. L’un de ses modèles ? Gotlib, celui des « Dingodossiers », des « Rubriques-à-brac » et de « Hamster jovial » ; pas exactement le portrait-robot de la punaise de sacristie.

En ce sens, Ignace est de la trempe d’autres de ses aînés, pas vraiment de gauche, mais persistant à faire preuve d’une ouverture d’esprit de plus en plus rare en nos contrées : Pinatel, Chard, Konk, Aramis, Miège, eux aussi admirateurs d’autres artistes ne fréquentant pas forcément les mêmes chapelles : Cabu, Wolinski et autres Vuillemin. Si le dessin de presse, on l’a vu, est une tradition française, le refus du sectarisme et le goût de la déconne en sont deux autres. D’ailleurs, contrairement aux idées reçues, Ignace n’écoute pas que des chants grégoriens. Il kiffe Queen et Metallica tout aussi grave.

Dans ce copieux ouvrage (six à huit dessins par page sur près de deux cents pages, on en a pour son argent), voilà donc toute la récente actualité nationale et internationale qui défile. Un bon dessin vaut souvent mieux qu’un bon papier, dit-on. Avec lui, jamais l’adage n’aura été aussi fondé. Déjà, Ignace est un dessinateur remarquable et un caricaturiste hors pair. Mais il a également le don de synthétiser un concept complexe en quelques mots ; bons mots, évidemment, drôles avec des morceaux d’humour rigolo dedans. Et qui font sens, tant qu’à faire. Exemple ? Édouard Philippe sur la limitation à 80 km/h sur les nationales : « C’est bon pour la sécurité rentière ! » Tout est dit et bien dit. Ne cherchez pas, c’est du Ignace. Un petit nom charmant, pour paraphraser la chanson. Et le meilleur des camarades, soit dit en passant.

Le commander en ligne cliquez ici

 Apocalypse Flamby, il en reste quelques-uns cliquez là

10:02 Publié dans IGNACE, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

En ce moment : une exposition Soljénitsyne à Paris

2018-10-CI EXPO ALEXANDRE SOLJENITSYNE-V2_Page_1.png

01:02 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 26 décembre 2018

Samedi 26 janvier : Carl Lang à Bordeaux

ob_560845_cl-bordeaux.jpg

20:12 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Tribune libre : Du brillant avenir d’une classe politique moribonde

13858340lpw-13859270-article-fn-rn-jpg_5073232_660x281.jpg

Bernis

C’est le grand paradoxe qui va marquer l’année 2019 (voire les suivantes) lors des élections européennes, à savoir la victoire probable et écrasante du Rassemblement national (ex-Front national). Un surprenant paradoxe parce que Marine Le Pen n’est en rien la figure marquante d’une possible gouvernance aux yeux des Français et que son parti manque par ailleurs de cadres compétents pour espérer un jour exercer un quelconque pouvoir. La faute, il est vrai, en incombe à Jean-Marie Le Pen lorsqu’il a viré Bruno Mégret, suivi de tous les cadres compétents du Front national puis de sa fille Marine qui, autour du pivot de l’inverti Philippot, s’est entourée d’une bande de gitons tous plus incompétents les uns que les autres (sortie de l’Europe, retour au franc, etc.).

De sorte que le Rassemblement national bénéficie d’une réelle force de frappe militante et d’une grande faiblesse managériale. Ce qui n’est pas sans rappeler le parti communiste qui était un gueuloir maléfique – ses attitudes anti-françaises durant la guerre d’Indochine puis d’Algérie entre autres -,  et qui n’a jamais eu la moindre chance d’accéder au pouvoir. Il existe néanmoins une grande différence entre ces deux partis : les communistes étaient des staliniens intransigeants peu portés sur la démocratie quand le Rassemblement national n’a rien à emprunter d’un quelconque modèle mussolinien. Cette brave Marine Le Pen est démocrate et libérale dans l’âme. Il n’y a que le CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France) pour agiter cet épouvantail, mais on sait très bien que c’est pour faire mousser sa cause. Car le danger du RN est nul !

Il y a en revanche au sein des gilets jaunes qui représentent l’essence même du peuple français, une certaine humeur anti-juive (pour être antisémite, il faut être juif, dixit Bernard Franck) qui ne date pas d’aujourd’hui et qui n’a jamais débouché sur le moindre pogrom, et un authentique ras-le-bol d’une diversité raciale exagérément mise en valeur par des élites corrompues. Car l’irritation est grande dans la France profonde, qu’ignore depuis trop longtemps nos gouvernants de droite comme de gauche, de voir ceux-ci baisser leur froc devant un CRIF qui réclame toujours plus de mesures répressives – au point de légiférer ce qui en histoire peu ou non être dit – au nom d’un antisémitisme largement fantasmé et qui trouve d’ailleurs refuge parmi les populations d’obédience islamique. Car l’extrême droite est aujourd’hui tellement éparpillée qu’elle en est devenue fantomatique.

Sauf qu’il est toujours loisible pour un Manuel Valls, hier, et un Castaner aujourd’hui, d’agiter ce chiffon rouge face à une gauche exsangue et un CRIF haletant. Le résultat des courses, c’est qu’aujourd’hui le Rassemblement national fait office de gueuloir et qu’aux prochaines élections les gilets jaunes s’y engouffreront. Ces franchouillards que la gauche bobo et insoumise, ce centre macronien stérile et cette droite émasculée prennent pour des cons.  Les cons se rebiffent !

14:53 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 décembre 2018

Bilan rapide de l'ère Macron

Le billet de Patrick Parment

 

emmanuel-macron-police-nationale-securite-policier.jpg

En cette fin 2018, le résultat de la gestion du pays par Emmanuel Macron, l’homme qui voulait tout réformer, n’est guère brillant. Rapide inventaire : une nation en lambeaux cumulant une économie à l’arrêt, la montée d’une crise sociale sans précédent – le très libéral Nicolas Baverez ira jusqu’à parler de haine sociale -, une menace terroriste ingérable en l’état actuel des choses et au final la desintégration de notre système politique avec la perspective joyeuse – pour une fois -, de la montée du populisme.

En toile de fond sur l’année 2019 qui s’annonce, la crise de ce que l’on appelle les gilets jaunes qui est une crise sociétale profonde dont il semble bien que le pouvoir actuel n’ait pas mesuré toute l’intensité et la profondeur. Pas plus que les médias mainstream, journaux, hebdos et téloches participant tous de cette bien-pensance d’un politiquement correct qui est en train de voler en éclat. Ce qui, au final, est en cause, c'est le fonctionnement même de notre démocratie tourneboulée oligarchie.

Car la grande question est là : comment moderniser le système français et par-delà réformer l’Union européenne aux mains des technocrates. Inutile de dire que tout le courant libéral qui domine en Europe actuellement n’a pas la réponse.

Pour ce qui concerne la seule France, chaque chose en son temps, on se trouve devant un énorme paradoxe : le mouvement des gilets jaunes ne peut en aucun cas se muer en un quelconque parti politique au risque de perdre son âme et sa substance. Autrement dit sa force. Quant au grand débat national - à ne pas confondre avec le référendum d'initiative citoyenne réclamé par les gilets jaunes -, qu’a fini par consentir le pouvoir dans l’urgence, il risque fort de se terminer en catalogue à la Prévert. Non qu’il soit inutile, mais on peut douter de l’usage qui en sera fait par un gouvernement qui s’est déjà empressé de rayer le problème de l’immigration – et par-delà de l’identité - de la carte alors que cela fait plus de vingt ans que ce thème donne au Front national toute sa force. Et que cela fait plus de vingt ans que les pouvoirs en place, de gauche comme de droite, s’échinent à le maintenir à la marge des institutions. Or, l’immigration demeure bel et bien l’un des problèmes centraux du dysfonctionnement de nos démocraties.

En fait, c’est l’Etat qui est condamné à se réformer au risque de voir le pays sombrer bel et bien dans le chaos le plus total. Et ce sur plusieurs fronts.

Trouver un nouvel équilibre économique et social qui redonne de la confiance à la classe moyenne avec la perspective d’un avenir meilleur. Notamment en lui permettant de faire entendre sa voix et pas seulement lors des élections. Faut-il rappeler qu’Emmanuel Macron a été élu par une minorité de Français !

Refonder le pacte territorial en sortant d’un jacobinisme qui concentre tous les pouvoirs entre les mains de l’Etat. Les élus, quel que soit leur niveau, doivent pouvoir participer de toutes les décisions concernant leur territoire. Garantir un accès effectif aux services publics en tous points du territoire et en n’imaginant pas que le numérique est l'unique solution d’une administration nettement trop tatillonne.

Bref, Emmanuel Macron, s’il entend durer va devoir procéder d’une révolution copernicienne et éradiquer sa secte de zélateurs « trop intelligents, trop subtils, trop techniques », à l’image de cet imbécile de Gilles Le Gendre. Jupiter et son Etat vertical ne sont pas la solution mais bien le problème. La solution, ce sont bel et bien les Français à condition qu’on cesse de leur mentir et qu’on leur fasse enfin confiance. Il y a plus de bon sens dans la tête d’un gilet jaune que d’une gargouille gouvernementale.

08:36 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 24 décembre 2018

Bon Noël à tous nos lecteurs

creche-noel-illustration-francesoir_field_image_de_base_field_mise_en_avant_principale.jpg

Comme à Béziers, contre les diktats de la pensée dominante, que l'on soit croyant ou pas, monter une Crèche est déjà un acte non-conformiste...

Bon Noël à tous !

10:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 décembre 2018

Troubles entourant la « loi esclavagiste » hongroise : info et intox

manifestants-Hongrie.jpgRaoul Weiss

Le parlement hongrois a adopté mercredi 12 décembre 2018 une modification de la loi sur le travail, passant notamment le nombre d’heures supplémentaires légales par an de 250 minimum à 400 maximum (une fourchette trompeuse utilisée par l’opposition). L’opposition libérale a perturbé la séance du vote, et une manifestation a été appelée immédiatement devant le parlement pour le soir même. Manifestation répétée le jeudi soir, encadrée par les partis d’opposition libérale et pro-Bruxelles. Plusieurs policiers ont été blessés, quelques dizaines de personnes ont été arrêtées, et du mobilier urbain a été dégradé. Le sapin de Noël et les luges pour enfants l’entourant ont été vandalisés mais sauvés in extremis par les forces de l’ordre.

Dans cette affaire comme dans d’autres, si la couverture de l’actualité hongroise dans la presse internationale n’était pas si biaisée, on serait presque gêné d’avoir à rectifier les menus mensonges des propagandistes de service :

1. Non, la loi qui vient d’être votée au parlement hongrois n’impose pas l’acceptation d’heures supplémentaires non-payées, mais augmente simplement (d’à peu près un tiers) le nombre d’heures supplémentaires payées auxquelles un employé peut être contraint ; par conséquent, le sobriquet de « loi esclavagiste » que lui a accroché la presse d’opposition est pour le moins exagéré.

2. Non, aucune « masse » n’a manifesté dans les rues de Budapest. En dépit des exagérations de cette même presse (largement relayées – notamment par une presse roumaine qui, par ailleurs, tourne le dos aux Gilets Jaunes français…), les manifestations contre la « loi esclavagiste » (dont on se garde bien de nous proposer des vues aériennes) n’ont rassemblé que quelques centaines – tout au plus un millier de personnes. Dans une situation de disparition du chômage conjoncturel, sur le marché de l’emploi hongrois, l’offre impose ses conditions. Gageons donc que la plupart des manifestants n’étaient pas personnellement concernés par la nouvelle loi.

3. Relevons au passage l’hypocrisie de ladite opposition : pendant qu’à l’extérieur du parlement un député de la Coalition Démocratique « guidait les masses » vers une tentative de blocage du Pont Marguerite, à l’intérieur, l’ineffable Ferenc Gyurcsány, président de ladite Coalition, votait en faveur de la « loi esclavagiste ».

4. Même la thèse du « chantage des multinationales » est trop simplificatrice : en réalité, les grandes entreprises (notamment de l’industrie automobile allemande) présentes en Hongrie ont besoin d’un personnel qualifié qui se fait rare, et dont elles prennent par conséquent grand soin. Les heures supplémentaires au noir, voire impayées, sont plutôt caractéristiques du secteur de la restauration, où prédominent les PME à capital hongrois. En revanche, on peut, avec Anita É, soupçonner qu’on assiste à une guerre by proxy entre patronat allemand et grands syndicats allemands (qui ont depuis longtemps ouvert des agences dans tous les pays de délocalisation massive du travail industriel allemand) – nouveau signe du très haut degré d’Anschluss économique de facto de l’Europe centrale dans le Reich merkelien.

Une fois la propagande balayée, il serait en revanche intéressant de replacer cette évolution dans le contexte plus vaste des pays d’Europe continentale accablés d’une natalité désastreuse et cherchant malgré tout à limiter l’afflux d’immigrés extra-européens : l’Autriche de la semaine de 60 heures, la Russie qui repousse l’âge de la retraite. A terme, on peut se demander si leur projet de préservation de l’identité ethnique de chaque pays restera compatible avec un capitalisme qui, en détruisant notamment les valeurs familiales, exige tacitement la mondialisation de la main-d’œuvre.

Source EuroLibertés cliquez là

10:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 22 décembre 2018

Le journal du chaos

couv jpp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

15:35 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quand les lecteurs du Monde s'attaquent à ces "salauds de pauvres"...

Unknown.jpgAristide Leucate

« Salauds de pauvres ! » Ainsi Marcel Aymé (et, plus tard, Claude Autant-Lara, dans son film éponyme) faisait s’exclamer Grandgil dans La Traversée de Paris à l’adresse d’une poignée de bougres apeurés, certes pas bien riches, mais petits-bourgeois d’esprit et de tempérament, « ceux qui, bêtement, confondent le bonheur avec la standing, rêvent de consommer toujours plus, préfèrent la quantité à la qualité, ne se posent pas de questions au sujet de la finalité de leurs actes, participent à la destruction de l’univers (sous l’alibi menteur de “progrès”) ou pensent “Après nous, le déluge” » (Freddy Buache, Claude Autant-Lara, Éditions L’Âge d’Homme, Paris-Lausanne-1982).

Mais à quels pauvres s’adressaient ces internautes anonymes, tous lecteurs du Monde, qui, de Facebook en Twitter, se sont répandus en verbiages fielleux suintant la haine de classe, suite à un reportage (15 décembre) sur le quotidien difficile d’un cariste de 26 ans, de son épouse au foyer et de ses quatre enfants, ayant rejoint les gilets jaunes sur le rond-point à côté de chez eux ?

Ici, on passerait très vite de La Traversée de Paris à Uranus, autre œuvre de Marcel Aymé décrivant les turpitudes humaines dans cet entre-deux sordide de la Libération, entre collaboration passive et fausse résistance, ce goguenot qu’à travers toute l’Europe l’on a pudiquement appelé « l’épuration ».

Nos pauvres internautes n’y sont pas allés de main morte. L’hommerie la plus crasse, aurait dit Montaigne.

On se demanderait presque si ce déferlement imbécile n’aurait pas été téléguidé d’un certain château où se terre un certain Emmanuel Can’t exhortant ses godillots « marcheurs » à cracher le portrait type des gilets jaunes, caricaturés en Deschiens : « Parmi les commentateurs figurent également des partisans d’Emmanuel Macron. L’un d’eux affirme ainsi que “rien ne démontre que la politique menée par [le Président] et son gouvernement leur ait enlevé un centime de pouvoir d’achat” », s’émeut notre plumitive…

Un autre d’y aller encore de ses doctes considérations boutiquières sur l’air bien connu du pauvre qui picole avec son pognon fraîchement gagné : « Désolé, mais je n’arrive pas à comprendre », écrit l’un d’eux. « Revenu total : 2.700 euros. Loyer + électricité : moins de 600 euros. Ça fait donc plus de 2.100 euros pour faire vivre 2 adultes + 4 jeunes enfants. Moi aussi je regarde les prix et il n’est pas compréhensible d’être à découvert dès le 15 du mois. »

Pour ces donneuses, au double sens de moralisateur et de délateur, qui connaissent aussi bien les ressorts historiques et sociologiques des luttes sociales que nous autres la physique quantique, la cause est entendue : « Cette révolte [des gilets jaunes] est définitivement celle des assistés. »

Pauvre c… ! aurait assené le regretté Gainsbourg. Décidément, il semblerait que le monde soit divisé en trois catégories : les gavés attaliens (ou oligarchie BHélienne), les cocus contents impatients d’aller transhumer dans les alpages l’hiver avant d’exhiber leur couenne l’été, et les prolos (chômeurs, artisans, petits patrons, femmes seules, familles isolées, retraités indigents…) se désespérant de voir la France de leurs grands-parents se désagréger entre leurs doigts.

Sociologie, certes sommaire, mais pas moins que celle des imMondes lecteurs susvisés…

10:19 Publié dans Aristide Leucate | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

5 mars 2019 : concert de Laibach à Bruxelles

tumblr_pk36459XcM1rnng97o1_640.jpg

10:18 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook