Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 janvier 2023

Valeurs actuelles de cette semaine revient sur Callac : à ne pas manquer !

2236.jpeg

5,90 euros, chez votre marchand de journaux.

18:35 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Il y a plus urgent que les retraites

pollony.jpg

Une fois de plus, Natacha Polony met les pieds dans le plat et avance avec juste raison que la réforme des retraites ne relève d’aucune urgence. Pas plus, hier, que les catastrophiques 35 heures. Juste une posture politique d’un gouvernement qui veut se la jouer « social ». Personne n’en veut et tout le monde est dans la rue. Tout ça pour une réforme qui de toute manière sera remise en cause. Non l’urgence n’est pas là. L’urgence c’est bel et bien de sauver ce qui nous reste d’industrie et notre patrimoine énergétique et d’en finir avec une soi-disant entente franco-allemande alors que les Allemands ne cessent de nous tirer dans les pattes ! Sans parler du monstre européen. Allez, camarade, encore un effort.

Lire la suite ICI

Source : Marianne, 26/1/2023

04:13 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 25 janvier 2023

L’Islam peut-il être tolérant ? Le mythe de l’islam des lumières.

Femmes-voilées-en-Iran-Crédits-Asaf-Braverman-licence-Creative-Commons-1200x800.jpeg

Michel Festivi

Le 20 janvier dernier, le Figaro Vox a publié un entretien des plus passionnants entre Maître Richard Malka, l’avocat bien connu de Charlie Hebdo et Rémi Brague, philosophe, historien, spécialiste de la philosophie médiévale arabe et juive, professeur d’université et membre de l’Institut de France. Ce débat faisait suite à la publication de leurs livres respectifs : Traité sur l’intolérance de Richard Malka, Sur l’islam de Rémi Brague.

Le thème du dialogue : « l’islam peut-il être tolérant ? », mais poser cette question semble déjà donner une indication. Bien à propos, Richard Malka relève tout d’abord que selon Salman Rushdie : « l’islamophobie est une arme de censure pour que les aveugles le restent, pour empêcher toute critique de l’intégrisme, du fanatisme, de l’islamisme, des Frères musulmans… C’est une arme de l’idéologie victimaire pour culpabiliser l’autre en permanence et le faire taire. »

On pourrait en écho à ces propos judicieux, reprendre les thèses de Pierre André Taguief dans son essai remarquable : « Liaisons dangereuses : islamo-nazisme, islamo-gauchisme » paru chez Herman éditeur en 2021, dans lequel il démontrait que tant le nazisme que le communisme ou le gauchisme avaient toujours eu pour l’islam les yeux de Chimène. Notamment la non séparation du politique et du religieux impressionnait favorablement Hitler qui avait recueilli à Berlin en 1941, le grand Mufti de Jérusalem, Amin El Husseini, qui put ainsi multiplier ses déclarations antisémites des plus infâmes. Il disséquait également l’attrait dangereux des nouveaux gauchistes pour l’islamisme, essentiellement d’ailleurs pour des raisons électorales, se prêtant à toutes les bassesses liberticides. Il rappelait aussi le concubinage avec des hauts et des bas des communistes et des islamistes dès la création de l’Union soviétique, et jusqu’à sa chute.

Il faut aussi lire le livre d’un historien anglo-saxon, David Motadel publié en 2019 aux éditions La découverte : « Les musulmans et la machine de guerre nazie », qui développe factuellement l’organisation de brigades musulmanes d’importance, notamment bosniaques au service du 3e Reich, évènement peu rappelé.

Mais le point central de l’échange entre notre avocat et notre philosophe, se focalise sur la question suivante : un islam des lumières peut-il exister ? Là aussi, poser la question c’est relever à l’évidence une grande difficulté.

Pour Richard Malka, c’est oui, du moins c’est ce qu’il espère, mais y croit-il lui-même ? Pour Rémi Brague, avec toutes les nuances d’un philosophe, il n’y croit pas du tout.

Richard Malka reprend les propos d’Abdelwahab Meddeb qui affirmait que l’islamisme était le cancer de l’islam et il revient sur l’antienne trop souvent rabâchée qu’il y aurait eu en islam deux visions, l’une plaçant la liberté de l’homme et la raison au centre de la religion, l’autre, un islam qui refuserait l’interprétation des textes. En vérité, ce regard illusoire n’existe que dans les cerveaux d’occidentaux qui essaient de se persuader de la chose au nom d’un humanisme dévoyé. D’ailleurs Richard Malka revient sur la volonté d’une infime minorité musulmane qui aurait voulu séparer dans le coran les sourates médinoises, sourates guerrières, pour les retirer des sourates mecquoises, sourates religieuses, pour les conserver, sauf qu’il est bien obligé de reconnaître que ces intellectuels ont été totalement rejetés voire trucidés comme Taha au Soudan dans les années 1980, qui a été pendu pour avoir soutenu cette thèse, et bien d’autres encore qui ont été passés par le fil de l’épée.

Rémi Brague est beaucoup plus circonspect. Il rappelle opportunément qu’Averroès avait écrit : « il faut tuer les hérétiques » dans un traité de philosophie justement. Il revient sur l’érudit Ibn Arabi qui insistait dans ses consultations juridiques aux Califes, qu’il fallait appliquer très strictement les règles du coran : « qui ont explicitement pour but de maintenir les communautés non musulmanes dans une sorte d’humiliation permanente ». Pourtant Ibn Arabi est parfois considéré comme un penseur éclairé !

En cela, Rémi Brague semble refuser une distinction nette entre islam et islamisme, il évoque plus une différence de degré que de nature et a cette image évocatrice : « L’islamisme est un islam impatient, et l’islam un islamisme patient ». Il rejoint Zined El Rhazoui qui avait dit : « L’islamisme est une idéologie impérialiste, elle a intrinsèquement vocation à se répandre car le prosélytisme est un devoir en islam, y compris sous sa forme la plus belliqueuse. »

On sent à la lecture de cet entretien, que Richard Malka tente par tous les moyens de s’auto- persuader mais qu’au fond il n’y croit pas vraiment à son islam des lumières. Il cite toujours et encore le début du fameux verset « Nulle contrainte en religion », que nous servent ad nauseam les Frères Musulmans, ou les idiots utiles de l’islam, pour nous persuader de la tolérance islamique.

Or personne ne cite ce verset en entier, pas plus Richard Malka d’ailleurs, citons-le : « Point de contrainte en religion ! Désormais la vérité est distincte de l’égarement. Quiconque renie les faux dieux et ajoute foi en Dieu se saisit d’une corde indéfectible qui ne saurait être tranchée. Et Dieu entend et sait tout. » S 2, V 256. Bien au contraire, ce verset indique clairement que celui qui devient musulman, ne peut plus s’en extraire, c’est donc très exactement le contraire d’une prétendue liberté religieuse, l’apostasie étant en droit musulman l’un des crimes les plus graves puni invariablement de la peine de mort.

Doit-on rappeler que dans les pays musulmans, même ceux considérés comme « modérés », le Maroc par exemple, la critique de la religion musulmane est impossible et punie sévèrement par la loi pénale.

Mais de plus, si l’on se réfère au verset suivant, le 257, on y lit : « Dieu est le protecteur de ceux qui ont la foi : il les fait passer de l’ombre à la lumière. Les mécréants quant à eux ont les démons pour protecteurs qui les font passer de la lumière aux ténèbres. Voilà les gens du Feu, où ils demeurent éternellement ». Exit toute idée de liberté religieuse.

Car dans le coran « ceux qui ont la foi » sont uniquement les musulmans, les autres sont « les mécréants » dont notamment les juifs et les chrétiens.  Le coran rappelle à l’infini que : « Il n’y a aucun autre dieu en plus de Lui, le Vivant, l’Eternel… » Verset 255. Les observateurs attentifs remarqueront que le fameux verset 256, est entouré de versets, le 255 et le 257 qui affirment haut et fort la réalité du seul dieu des musulmans, à l’exclusion de tout autre.

Qui plus est ce verset 256, fait partie des versets dit « abrogés », car le coran applique aussi la théorie de l’abrogation. Le Livre contient plusieurs versets sur l’abrogation comme la sourate 2, verset 106 : « Si nous abrogeons un verset quelconque ou que Nous le fassions oublier, Nous en apportons un meilleur ou semblable. Ne sais-tu pas que Dieu est omnipotent ? ». Le verset 256 « Nulle contrainte en religion… » est considéré par la plupart des islamologues comme ayant été abrogé par le verset 16 de la sourate 48 (la victoire) : « Dis aux bédoins qui ont fait défection : Vous serez appelé à combattre un peuple d’une valeur indomptable. Soit vous les combattez, soit ils se soumettront à l’islam.  Si vous obéissez Dieu vous accordera une belle rétribution, mais si vous vous dérobez, comme vous l’avez déjà fait dans le passé, il vous infligera un châtiment douloureux. »

Ainsi, on peut aisément résumer cette désinformation habituelle sur la prétendue liberté religieuse du coran : Le verset 256 ne fixe aucune liberté religieuse bien au contraire et les spécialistes nous enseignent qu’il a en réalité été abrogé, et de toute façon, les versets qui précèdent et suivent appellent explicitement à la lutte implacable contre les mécréants.

Comme en écho et dans un article remarquable aussi du 20 janvier, Judith Waintraub, journaliste au Figaro revient sur l’entrisme des Frères Musulmans en présentant le livre de l’anthropologue Florence Bergeaud-Blackler : « Le Frérisme et ses réseaux, l’enquête » publié aux éditions Odile Jacob avec une préface de Gilles Kepel. Cette secte venue d’Egypte, qui a fait des institutions européennes sa base avancée, on la retrouve au moment de la décapitation de Samuel Paty, au côté des manifestations proburkini, au soutien de la revendication du port de l’abaya des collégiennes et lycéennes, au soutien des manifestations contre « l’islamophobie » si chère à notre extrême-gauche française etc…Ce sont les Frères Musulmans qui ont été à l’origine de « l’affaire du foulard » à Creil en 1989 en mettant en exergue des collégiennes qu’ils manipulaient. Pendant des décennies, des médias complices ont porté aux nues Tariq Ramadan qui répandait leur propagande.

Judith Waintraub résume parfaitement ce que se refusent de voir nos élites mondialisées, nos gouvernements incapables et aveugles, et la plupart de nos hommes et femmes politiques ou intellectuels ignares : « L’immense mérite de l’enquête que publie Florence Bergeaud-Blackler est de montrer que ces évènements sans lien tangible les uns avec les autres servent un même objectif : soumettre l’Europe aux normes du fondamentalisme islamique, par la terreur, la pression ou la persuasion. Comme son précédent ouvrage, Le Marché Halal ou l’Invention d’une tradition, le nouveau livre de cette chargée de recherche au CNRS éclaire dans sa totalité un tableau dont l’actualité quotidienne ne révèle que les détails les plus saillants. »

Mais pour cela, encore faut-il connaitre les textes et savoir précisément de quoi l’on parle. En son temps, en évoquant le nazisme qu’il combattait, le Maréchal Lyautey avait exigé que ses officiers aient lu Mein Kampf, et il l’avait fait traduire. Pour combattre une idéologie totalitaire, il faut lire ses textes.

07:51 Publié dans Michel Festivi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 24 janvier 2023

Sortie demain, mercredi 25 janvier, dans toute la France, du magnifique film "Vaincre ou Mourir"

320701040_842895703702662_745435963495553052_n.jpg

Voici l'article consacré à ce film publié dans le n°62 (hiver 2022-2023) de notre revue Synthèse nationale cliquez ici qui sort cette semaine.

VAINCRE OU MOURIR

OU LA GESTE DE CHARETTE

Scipion de Salm

Nous avons assisté le 8 décembre à une avant-première de « Vaincre ou Mourir », adaptation cinématographique du spectacle historique du Puy du Fou. Le film est parfaitement réussi, et a été réalisé dans un fort bon esprit. Il sera sur les écrans en France le 25 janvier. La sortie est à ne pas manquer.

Vaincre ou Mourir, réalisé par Vincent Mottez, assisté de Paul Mignot et Nicolas de Villiers, a reposé dans sa matière sur le Roman de Charette (Le Rocher, 2012) de Phlippe de Villiers. Ce qui distingue logiquement, avant tout, ce film est son âme, fidèle au spectacle et au livre. Au-delà du chevalier de Charette, il rend un bel hommage aux Vendéens, des Français héroïques, enracinés, ô combien, dans leur province et notre passé national le plus authentique.

UN CONTEXTE HISTORIQUE DRAMATIQUE, FIDELEMENT RENDU

Nous rappellerons le contexte historique, délibérément occulté par la République depuis l’été et l’automne 1794. Dès ce temps, la réaction thermidorienne, après le renversement de Robespierre (26-27 juillet), a fini, à juste titre, par trouver la politique de Terreur appliquée à la Vendée en 1793-4 d’une cruauté et d’une inhumanité totalement indéfendables, y compris du point de vue révolutionnaire. Un carton expliatif avance 80 000 victimes pour le génocide vendéen ; c’est une estimation très prudente, avec un total réel facilement du double ; soit un massacre général du tiers ou de la moitié de la population collectivement visée, une proportion énorme ; si le terme « génocide » a été inventé dans les années 1930, pour le génocide arménien, le terme « populicide », pour désigner la même chose, est lui d’époque, et a même été inventé spécifiquement.

Les Vendéens ont refusé en mars 1793 la Révolution française, à un des pires moments, celui de la Convention. Cette assemblée constituante républicaine était composée par des idéologues dangereusement excités, et au nom de principes formellement généreux, pacifiques sinon pacifistes, bellicistes et destructeurs, par la force la plus tyrannique, de toutes les oppositions intérieures ou extérieures. En février 1793, la Convention a commis la folie, après des succès limités contre la Prusse et l’Autriche à l’automne 1792, de déclarer la guerre à à peu près toutes les puissances européennes, dont la première puissance navale, financière et économique, le Royaume-Uni. Il n’est pas étonnant, que, les choses tournant mal aux frontières, la Convention ait lancé une des premières opérations de mobilisation générale de l’Histoire de France. Même sous les guerres de Louis XIV, un siècle plus tôt, des volontaires principalement étaient recrutés.

Aussi, la Vendée, paradoxalement le département créé en 1790 - sur le Bas-Poitou historique -, élargie aux cantons voisins au Sud de la Loire et jusqu’au Thouet, affluent de la Loire, à l’Est, a refusé cet enrôlement forcé, et mené au nom de la plus détestable des causes. La République avait guillotiné Louis XVI en janvier 1793, et pourchassé depuis plus d’un an les prêtres « réfractaires », ceux refusant de prêter des serments d’allégeance à la Révolution, serments interdits par le pape Pie VI. C’était un autre temps, où il y avait de bons papes défendant vraiment la foi catholique, ce qu’on est obligé de préciser 60 ans après la catastrophe de Vatican et sous le règne du dangereux gauchiste François. La Révolution avait profité en Vendée à une mince frange supérieure de la bourgeoise locale, acheteuse à vils prix de « biens nationaux », soit les propriétés ecclésiastiques et nobiliaires confisquées, et elle seule.

Les paysans vendéens se sont donc rassemblés en une « armée catholique et royale ». Le titre était un programme explicite. Malheureusement, elle a disposé de moyens très réduits, en armes comme munitions ; et les paysans, mêmes courageux, n’étaient pas des soldats entraînés. Les paysans ont plus ou moins forcé, par la pression morale, les nobles, souvent des officiers expérimentés des armées du roi, à les encadrer. Charette a donc été pris ainsi. Bien que marin, sachant commander un navire et pas a priori une petite armée terrestre, il a fait preuve de talents tactiques, voire stratégiques, remarquables.

Le courage de Charette n’a pas aveuglé son esprit, toujours lucide. Cette insurrection devait très mal se terminer, ce qui n’a pas manqué. Mais on ne saurait lui reprocher de la lâcheté, jamais. Cette lucidité s’est manifestée dans le choix des tactiques de guéilla, en évitant autant que possible les batailles rangées, où les Bleus étaient avantagés ; sur le plan stratégique, il a compris immédiatement la folie suicidaire de la Virée de Galerne, vaste sortie de la Grande Armée Vendéenne de la Loire à la Manche, d’octobre à décembre 1793, pour finir anéantie. Il a donc refusé d’y participer.

De 1793 à 1795, Charette a tenu un bon tiers de la Vendée contre les attaques meurtrières, volontiers génocidaires - massacre systématique de tous les civils croisés en Vendée - des Bleus. Il a accepté en 1795 une paix provisoire, pas respectée par les Bleus, et, homme d’honneur, a probablement été manipulé par des cyniques, qui auraient été jusqu’à lui promettre la libération de Louis XVII, à cette occasion. En 1796, se sachant condamné, il n’a pas refusé, avec panache, de livrer un ultime combat. Il a été fusillé à Nantes le 29 mars 1796.

Lire la suite

12:51 Publié dans Scipion de Salm, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Hier soir : rencontres au sommet lors d'une réunion parisienne...

IMG_20230124_104621.jpg

Hier soir, lors d'une réunion organisée par le site Boulevard Voltaire à Paris, Jean-Marie Le Pen et Eric Zemmour se sont retrouvés en parfaite harmonie. Notre Ami Charles-Henri d'Elloy, chroniqueur apprécié de notre revue Synthèse nationale, était aussi de la fête...

323458110_1621202748351536_5575890149083550182_n.jpg

Eric Zemmour et Charles-Henri d'Elloy.

12:32 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Michel Viot, ancien conseiller régional francilien, est décédé

IMG-20230122-WA0001.jpg

Notre camarade Michel Viot ancien conseiller régional du FN puis du MNR, nous a quitté.

Il laisse le souvenir d’un militant opiniâtre, ayant son franc parler hérité des milieux anarchistes qu’il avait un temps fréquenté, avant de « flirter » avec le cercle Saint-Michel. Doté d’une forte personnalité, et parfois d’un fort mauvais caractère, il n’était pas toujours facile à vivre, même pour ses amis et ses proches !

Architecte d’intérieur, ancien élève de l’école Boule, il exprimait une grande sensibilité dans ses dessins et ses tableaux.

C’était un homme qui gardait de son enfance paysanne un attachement profond à sa Franche-Comté d’origine, terroir qu’il aimait à faire découvrir.

A son épouse, nous présentons nos très amicales condoléances.

Nous l’accompagnerons au crématorium de Champigny-sur-Marne, lundi 30 janvier à 10h.

Dr M.

11:56 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L’accès à la retraite : pour certains, l’alpha et l’oméga de leur existence

Retraite-Soleil-C-Wavebreakmedia880.jpeg

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés cliquez ici.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

« Dans le passé, pour l’immense majorité de la population, le travail était une fierté et à ce titre, on craignait surtout d’être dans l’incapacité de travailler et de devenir une charge pour ses proches…
On respectait alors le travailleur… et on méprisait ou plaignait celui qui ne travaillait pas »

Le débat sur les retraites s’enlise dans une cacophonie entre ceux qui estiment qu’il ne faut rien modifier et ceux qui affirment qu’il est urgent d’allonger la durée du travail pour éviter la faillite du système… Qu’en pensez-vous ?

Ce n’est pas tout à fait exact : tout le monde admet, peu ou prou, qu’il faille modifier le régime des retraites, à l’évidence, mais… pour les autres ! C’est comme pour les impôts ; tout le monde se plaint d’en payer trop – impôts directs ou indirects –, enfin surtout d’en payer trop par rapport à untel ou untel qui n’en payerait, lui, pas assez ! Et donc, que les autres travaillent plus longtemps, tout le monde est d’accord… à condition qu’on ne touche pas, surtout pas, à sa propre durée de travail.

Pensez-vous aussi que « les autres » doivent travailler plus longtemps, mais… pas vous ?

En ce qui me concerne, le problème, à défaut de se poser comme à tout un chacun, me laisse personnellement quelque peu indifférent. Je vous explique pourquoi : lorsque j’avais une dizaine d’années, au début des années soixante-dix du siècle passé, mon père m’a le plus sérieusement du monde expliqué que je ne devais surtout pas me préoccuper de ma retraite future car, mathématiquement, il n’était pas possible qu’elle puisse m’être versée quand j’y aurais droit (à moi comme aux autres, évidemment)… J’ai raconté cette prédiction assez souvent au cours de ma vie et, jusqu’au début des années 2000, ceux à qui je m’adressais esquissaient généralement un petit sourire compatissant : mon papa était bien gentil, mais quelque peu… à côté de la plaque, hein ? N’est-ce pas ! Bien sûr… Ça ne me contrariait pas plus que cela, j’allais bien voir ce qu’il en serait… Et j’ai vu… J’ai vu comment, persistant à raconter cette prédiction paternelle, mes interlocuteurs, brusquement, ne souriaient plus du tout et me répondaient même avec agacement que non ! il n’était pas question qu’on ne puisse pas leur verser leur sacro-sainte retraite en bonne et due forme et surtout au montant pour lequel ils avaient trimé toute leur vie selon les assurances dans lesquelles on les avait entretenus. Bref, on ne rigolait plus du tout… jusqu’à ces dernières années où toutes les hypothèses les plus alarmistes sont désormais admises. Comme le titre de la célèbre pièce de théâtre de Sacha Guitry « Mon père avait raison », on admettra que sa prédiction était donc tout sauf ridicule ! 

Mais vous-même, pensez-vous qu’il faille allonger, pour certains ou pour tout le monde, la durée de travail ?

Pour avoir suivi la recommandation de mon père et ne l’avoir jamais envisagée et donc préparée (et même si je pourrais l’obtenir le jour venu pour avoir cotisé pour cela), je n’ai guère envie de descendre dans la fosse aux revendications des uns contre celles des autres en me déclarant « pour » ou « contre », débat auxquels guère de monde ne comprend quoi que ce soit, admettez-le, avec l’avalanche de chiffres, de statistiques et de prédictions optimistes ou pessimistes sur fond bien souvent de mépris de classe ou de démagogie politique. Je me contenterais, en revanche, de quelques remarques…

Lesquelles ?

D’abord celle de rappeler que dans le passé, pour l’immense majorité de la population, le travail était une fierté et à ce titre, on craignait surtout d’être dans l’incapacité de travailler et de devenir une charge pour ses proches… On respectait alors le travailleur… et on méprisait ou plaignait celui qui ne travaillait pas. Ce n’est guère la mentalité actuelle où le chômeur, jadis méprisé, est aujourd’hui victimisé ou diabolisé, suivant que l’on considère qu’il est une victime de la mondialisation ou un satané feignant refusant de « traverser la rue » pour trouver du travail…

De même pour le retraité, hier considéré comme un « vieux » devenu inutile et aujourd’hui admiré par beaucoup comme un privilégié pour ne plus être « obligé » de travailler et pouvoir enfin « se la couler douce » malgré ses artères défaillantes ou en passe de l’être !

Ensuite, de rappeler que les jeunes, dans leur immense majorité là aussi, rêvaient dans le passé d’une vie d’exploits, de conquêtes, de réussites professionnelles, voire pour nombre d’entre eux de sacrifices patriotiques ou religieux si nécessaire… Bien peu se préoccupaient du nombre de trimestres qu’il leur faudrait capitaliser pour avoir droit à une pension.

Autres temps, autres ambitions. No comment !

Vous ne voudriez tout de même pas supprimer les retraites ?

Ne caricaturez pas : personne de sensé ne voudrait supprimer le droit à la retraite pour les personnes qui ne sont plus en mesure d’assumer un travail, de l’assumer comme lorsqu’ils avaient vingt ou trente ans de moins… ou simplement de l’assumer jusqu’à leur dernier souffle : de tout temps, sous une forme ou sous une autre, les personnes dans l’incapacité de travailler et qui n’avait pu s’assurer de retraite décente, voire minimum, étaient généralement prises en charge par la société. Plus ou moins bien selon les époques, évidemment. Par simple et évidente humanité. J’insiste juste sur le fait qu’on ne concevait pas son passage sur Terre de la même manière dans le passé qu’aujourd’hui. Chacun est libre d’en tirer les conclusions qu’il veut et si une majorité de gens veulent continuer à considérer que l’accès à leur retraite doit être l’alpha et l’oméga de leur existence, libres à eux, bien sûr…

On s’achemine tout de même vers un allongement de l’âge de départ à la retraite…

Dans les pays européens, cet âge de départ s’échelonne actuellement de 63 ans (République tchèque) à 67 ans (Danemark, Grèce, Islande, Italie) avec une moyenne à 65 ans (c’était le cas en France avant François Mitterrand, rappelons-le) ; donc, bien sûr, il va probablement s’allonger en France… Mais est-ce vraiment la solution, alors que les seniors – à partir de 50 ans, rappelons-le – qui ont perdu un emploi ont du mal (euphémisme !) à en retrouver un équivalent ? Si retarder leur départ à la retraite signifie simplement les prolonger au régime du RSA, ce n’est guère enthousiasmant, non ? Sauf pour ceux qui « touchent » davantage au RSA que lorsqu’ils seront à la retraite, bien sûr !

Alors, quelle issue à cette impasse ?

Décidément, puisque vous insistez pour que je donne à mon tour une prédiction, pourquoi pas ! Alors la voici : tout le monde se retrouvera tôt ou tard avec la même pension minimum au prétexte que les gens qui ont travaillé parce qu’il y avait alors des emplois ont été des privilégiés ; il leur faudra être solidaire de ceux qui n’ont aujourd’hui pas cette chance – ou qui ne veulent pas des emplois disponibles parce que c’est leur droit de ne pas en vouloir… et bien sûr encore plus solidaires envers ceux qui sont nés, eux ou leurs parents, dans un pays lointain pour lesquelles il faut encore et toujours faire repentance pour expier les crimes et vols de l’odieux colonialisme d’antan.

Vous croyez à la possibilité que soit instauré une retraite minimum et unique ?

L’hypothèse a déjà été évoquée directement par certains… ou indirectement, par exemple lorsque Marine Tondelier, nouvelle responsable écologiste, annonce qu’elle souhaite une « France sans milliardaire » : fait-elle seulement le « buzz » ou prépare-t-elle le terrain d’une future réforme « solidaire » ?

11:40 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ubu architecte

logement.jpg

Laurence de Charette

Il fut un temps où la politique consistait à dessiner l’avenir de son pays, à tenter de bâtir le meilleur monde possible pour ses contemporains. On a, certes, maintes fois regretté la « démagogie » de quelques candidats, peu avares de belles promesses et de paroles caressantes. Mais voilà qu’un autre fléau sévit : à l’opportunisme semble désormais avoir succédé le blâme; à la cajolerie, la morale. Le politique postmoderne ne flatte plus, il tance ; il prend des airs de proviseur, il explique à l’homme ordinaire ce qu’il doit faire et comment le faire ; et, au besoin, pourquoi il a tort de penser ce qu’il pense. Derrière les sigles, les ravages de la bureaucratie.

Le DPE illustre parfaitement cette nouvelle manière de gouvernement. Depuis le 1er  janvier, les logements classés « G + », au titre de ce « diagnostic de performance énergétique », sont interdits à la location. Les « G » subiront bientôt le même sort, puis les « F », et ainsi de suite. Comprenez par là que les malheureux propriétaires de « passoires thermiques », menacés du sceau de l’infamie, sont sommés de lancer, quels que soient les obstacles, des travaux qui leur permettraient, peut-être, de réduire leur consommation d’énergie pour re- monter le cours de l’alphabet - quoi qu’il leur en coûte. Nombre d’entre eux vendront sous la pression. Les autres renonceront à louer leur bien. Les professionnels ont évidemment déjà compris, eux, toute la perversion d’un système ubuesque et injuste qui pourrait mener, in fine, à la diminution de l’offre de logements. Bis repetita ! Les DPE sont les cousins germains des ZFE, ces « zones à faibles émissions » imaginées pour bouter les véhicules les moins « propres », et leurs conducteurs, hors des agglomérations – quelle que soit la nécessité qui préside à leurs déplacements.

Par nature, la norme produit toujours plus de normes (aux diagnostiqueurs, il faut, par exemple, ajouter des formateurs de diagnostiqueurs, puis des contrôleurs de diagnostiqueurs... ), jusqu’à l’asphyxie, qui saisira ses victimes bien avant qu’elle ne sauve la planè- te. Le dogme écolo, qui a remplacé la pensée - la raison voudrait, elle, que l’on se hâte de développer le nucléaire avant toute chose ! -, piétine ce qu’il reste de liberté aux classes moyennes et de délicatesse dans l’art de vivre à la française, où trouvent encore leur place vieilles pierres et antiques guimbardes.

Source : Le Figaro 24/1/2023

10:53 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le nouveau numéro de Terre & peuple magazine (n°94) est sorti

couv_n94_1.jpeg

Pour le commander cliquez ici

01:36 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 23 janvier 2023

AVEZ-VOUS PENSÉ À VOUS ABONNER À LA REVUE "SYNTHÈSE NATIONALE" ?

2020 07 SN 54 PUB ABNT copie 3.jpg

Pour s'abonner en ligne cliquez ici

Bulletin d'abonnement

Commandez le numéro 62 cliquez là

17:06 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les Avatars du mondialisme

6a00d8341c715453ef02af14af37bc200b-320wi.png

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

Du 16 au 20 janvier s'est déroulée à Davos, pour sa 52e édition, la réunion annuelle du Forum mondialiste bien connu. S'y confrontent, ou plutôt s'y côtoient, les grandes tendances de l'économie et de la politique mondiales. On ne doit certes pas surestimer l'influence institutionnelle directe de ces rencontres, puisqu'aucune décision concrète n'y est prise. Ces rendez-vous en effet ont été avant tout conçus par Klaus Schwab, leur promoteur, selon le paradigme défini par Francis Blanche : celui du gala annuel organisé au profit des organisateurs de gala.

En expert, Jacques Attali n'hésite pas à saluer Davos comme "une opération commerciale très efficace où il faut payer très cher pour participer" (1). L'entreprise salarie 550 personnes. Dans ce domaine comme dans bien d'autres, l'initiative privée se révèle plus efficace que les États.

En l'occurence le fondateur orchestre sa propre renommée par l'invocation d'une idéologie et de quelques slogans, souvent insupportables de prétention, comme la "grande réinitialisation", à laquelle on peut accorder n'importe quelle signification. Désormais il prétend théoriser la "quatrième révolution industrielle".

En revanche, il faut lui reconnaître un mérite, celui de mettre en évidence la marche des projets mondialistes, et aussi certaines dérives des États. Car contrairement à des conférences comme celles du Groupe de Bilderberg ou de la Commission Trilatérale dont les inspirateurs misent sur leur parfum de secret, celles de Davos font connaître la teneur des interventions, y compris des couacs.

Les cailloux dans l'omelette s'y révèlent en effet, au moins aussi clairement, que les hymnes à la joie.

La tribune de Davos permet ainsi d'évoquer sans fard les dangers qui pèsent sur l'Europe et l'affaiblissement de nos diplomaties divisées et contradictoires. On mesure une fois de plus combien "sans les armes" l'action purement subventionnaire du Vieux Continent reste une musique sans instrument, une douce impuissance.

Toujours documenté sur les petites choses de la vie, l'inlassable souverainiste Asselineau, s'étrangle quant lui sur son compte Twitter à l'idée que "les fans du Nouvel Ordre Mondial le sont aussi du plus vieux métier du monde". Alerté par la lecture du Daily Mail (2) notre vertueux jacobin commente : "La prostitution, [dont il ne passe pas pour appartenir à sa clientèle], n'étant rien d'autre qu'un trafic d'êtres humains et la marchandisation du corps des femmes, il est somme toute logique que cette activité se développe à merveille dans l'atmosphère mafieuse du World Economic Forum et de son parrain Klaus Schwab." Laissons ici aux écolo-extrémistes le soin de hurler contre les déplacements en jets privés des centaines de richissimes participants.

C'est pourtant dans un tel contexte que l'insubmersible Henry Kissinger, aujourd’hui âgé de 99 ans, est intervenu en visioconférence ce 17 janvier.

L'ancien secrétaire d’État américain reconnaît le caractère jetable de ses prises de position antérieures : "Avant cette guerre, concède-t-il, j’étais opposé à l’intégration de l’Ukraine au sein de l’OTAN parce que je craignais que cela ne provoque exactement le processus qu’on voit maintenant. Mais aujourd'hui il se dit favorable à l’adhésion de Kiev à l’OTAN car "maintenant que ce processus a atteint ce niveau, une Ukraine neutre n’aurait plus de sens". Lauréat du prix Nobel de la paix de 1973, époque où il avait négocié la reconnaissance de la Chine maoïste et la chute de Saïgon, il s'était toujours fait l'apologiste des concessions aux forces totalitaires.

C'est aussi dans ce cadre que s'est produite, par exemple, le 29 janvier 2009, l'esclandre du dirigeant islamiste turc Erdogan, alors premier ministre face à Shimon Peres. De ce jour, on a pu commencer à prendre conscience, sur la scène internationale, de cette dérive ottomane et islamiste ce que votre chroniqueur s'est efforcé d'archiver et d'analyser depuis des années (3).

Au contraire les actes quotidiens du même gouvernement passent trop souvent inaperçus : le 16 janvier à Istanbul il dénonçait le refus de l'opposition, notamment kémaliste, mais aussi kurde et du centre-droit, de modifier la constitution laïque du pays pour permettre, au nom de la protection des valeurs familiales [dit-il], la généralisation du port du voile. Qui s'en soucie en France, alors que les réseaux pro-Erdogan agissent dans notre pays ? Seule la Suède, ces jours-ci, proteste contre le blocage par Ankara de sa candidature à l'OTAN.

Depuis 2017, la dictature chinoise vient faire l'éloge de l'exportation systématique, dans les supermarchés de l'occident de sa camelote fabriquée à vil prix en sous-payant une main d'œuvre systématiquement surexploitée. Xi Jinping appelle cela libre échange.

Or, cette année le vice-Premier ministre chinois Liu He est venu, 6 ans plus tard, la voix de son maître, chanter le même refrain. Le couplet qu'il ajoute pour 2023 prétend nous convaincre que tout allait reprendre comme avant. Circulez il n'y a rien à voir, pas de crise immobilière, pas de ralentissement de la croissance, pas de contestation du régime communiste, pas d'écrasement de Hong Kong et des chrétiens, pas de sinisation forcée au Xin Jiang et au Tibet.

Si décriée soit-elle à l'interne, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, et probablement même sous la pression constante des critiques dont l'Eurocratie reste l'objet en démocratie, a été conduite à lui répondre très clairement.

Non, la destruction de l'industrie européenne par la sous-traitance esclavagiste chinoise, le pillage des technologies, l'espionnage pseudo-universaitaire et la contrefaçon, cela n'est plus tolérable.

En ce sens le forum de Davos ne me semble pas complètement inutile. Autre chose bien sûr demeure l'idéologie orwellienne développée impunément par Klaus Schwab.

À suivre par conséquent.

(1) cf. "Klaus Schwab, le Forum de Davos, c'est lui... Cet obscur ingénieur, à l'ego surdimensionné, a eu l'idée en 1971 de réunir universitaires et managers dans la station suisse. Une idée lucrative." in Le Point du 20 janvier 2016

(2) Cliquez ici

(3) cf. "La question turque et l'Europe" par JG Malliarakis, livre que l'on peut commander directement sur le site de l'éditeur cliquez ici.

12:30 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Samedi, deux grandes figures bretonnes non-conformistes de Paris sont venues rencontrer Bernard Germain à la Librairie Vincent

325853728_1130579394320432_9163066863089125487_n.jpg

Jean Picollec (ci-dessus et cliquez là), le célèbre éditeur breton, en début d'après-midi et, un peu plus tard, Yanber Tillenon, président du foyer breton Ker Breizh, sont passés samedi à la Librairie Vincent pour acheter le livre "Callac, la mère des batailles" cliquez ici et s'entretenir avec son auteur, Bernard Germain.

Le combat pour sauver Callac a passionné toute la Bretagne, y compris celle de Paris.

IMG_20230121_233225_825.jpg

Bernard Germain, Yanber Tillenon et Roland Hélie

09:38 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Contre les éoliennes : le combat continue dans l'Aisne

B9731647404Z.1_20220728191805_000+GBPKVPPGQ.1-0.jpg

Depuis près de 20 ans, les conséquences néfastes sur la santé des riverains des parcs éoliens industriels sont dénoncées par de nombreux auteurs et par la Fédération Environnement Durable. Ce mouvement d'opposition a pris un caractère particulièrement aigu dans le département de l'Aisne face aux dégâts engendrés par une invasion incontrôlée de mats éoliens. L'association SOS Danger éolien créée et menée activement par Madame Valérie Bernardeau et assistée de Jean-Louis Rémouit administrateur de la FED et membre d'Energie et Vérité ont, au fil de communiqués de presse successifs, mis en exergue les effets des éoliennes sur 359 patients caractérisés par plusieurs symptômes dont certains peuvent être réversibles (insomnie) ou irréversible ( maladies de cœur, cancers, troubles endocriniens). Ils ont établi la liste des villages du département les plus atteints. Ils ont lancé des actions auprès de la préfecture et sont à l'origine d’ inquiétudes de la part de l'Agence Régionale de Santé. Très offensive auprès des administrations et par ses communiqués de presse, l’association vient de marquer un coup de communication grâce à l'article du journaliste du Figaro Eric de la Chesnais.

Lire la suite

00:18 Publié dans Combat anti-éoliennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 22 janvier 2023

La loi « immigration métiers en tension », une véritable catastrophe

Alertes-OD-Flash-11-JAN.png

Bernard Lugan

 Nous avons la volonté de simplifier l'accès au territoire pour des compétences particulières, dont l'économie a besoin", a annoncé Olivier Dussopt le mercredi 2 novembre 2022, dans un entretien au journal Le Monde. Le ministre du Travail veut même créer un statut spécifique pour les immigrés dans les secteurs « en tension », une mesure qui figure dans le projet de loi immigration présenté par le gouvernement et discuté au Parlement.

Or, la composante « immigration métiers en tension » de cette loi va avoir un double résultat négatif puisqu’elle va accélérer encore davantage la fuite des cerveaux africains, tout en continuant à faire perdre son identité à la France.

 Les groupements représentant les professions dites « en tension » à l’origine de cette loi sont donc fidèles à la ligne constante du patronat français à l’origine de la première vague d’immigration massive des années 1970-1980. Cette forme contemporaine de « traite » est rendue possible grâce à l’alliance des « gentils » de l’anti-ségrégation et des « requins » du capitalisme. Au nom du paradigme de la « culpabilité européenne », les premiers s’interdisent de voir que cette loi va encore davantage saigner l’Afrique. Quant aux seconds, ils l’appellent de leurs vœux au nom du marché, du travail global et de la mobilité de la main d’œuvre. 

Face au désastre qu’ils auront provoqué, le gouvernement qui a initié cette loi, et ceux des députés qui la voteront ne pourront pas prétendre qu’ils ne savaient pas…

Source :  site de l'Afrique réelle

14:27 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Notre rapport au travail a changé

legoff.jpg

Pour le sociologue et philosophe Jean-Pierre Le Goff, l’importance accordée à la retraite dans le débat public s’inscrit dans un changement de notre relation au travail. Le développement de la société de consommation et des loisirs dans la seconde moitié du XXe siècle a conduit, selon lui, à une dévalorisation du travail dans la hiérarchie des activités sociales au profit du temps libre. Une évolution historique qui s’est accompagnée d’une transformation du monde du travail : les « pratiques managériales modernistes et confuses qui font fi du bon sens » et la « logique fantasmatique de performance » dans certaines entreprises ont contribué à déshumaniser le travail, souligne l’auteur des Illusions du management (La Découverte, 1996). Pour réformer le système des retraites, il faut également se pencher sur ces questions et que les dirigeants parviennent à définir clairement un avenir pour le pays.

Lire la suite ICI

Source  Le Figaro 20/1/2023

11:44 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Au moment où les partis du Système, de LFI au RN, institutionnalisent l'avortement : Une nouvelle Marche pour la Vie à Paris

SLOGAN_3.png

Source Paris Vox cliquez ici

PARIS VOX – CE DIMANCHE 22 JANVIER, LA MARCHE POUR LA VIE VA UNE NOUVELLE FOIS BATTRE LE PAVÉ PARISIEN POUR PROMOUVOIR LA DÉFENSE DE LA VIE DE LA CONCEPTION À LA MORT NATURELLE. QUESTION FONDAMENTALE POUR LES UNS, COMBAT D’ARRIÈRE-GARDE POUR LES AUTRES, SUJET TABOU POUR BEAUCOUP, LE « COMBAT POUR LA VIE » MÉRITE EN TOUT CAS MIEUX QUE LE MÉPRIS OU LES QUOLIBETS AVEC LESQUELS IL EST TRAITÉ GÉNÉRALEMENT PAR LES MÉDIAS. D’AUTANT PLUS À L’HEURE OU, DE L’EUTHANASIE À LA GPA, « LA VIE » SEMBLE EN PASSE DE DEVENIR UN MARCHÉ COMME UN AUTRE. ?. RENCONTRE AVEC ADRIEN, COORDINATEUR GÉNÉRAL DE L’ÉVÉNEMENT.

1) Le combat pour la vie est caricaturé par beaucoup et violemment attaqué par d’autres. Qu’est-ce qui vous a poussé à embrasser cette cause et à rejoindre l’organisation de la Marche pour la Vie ?

Le combat pour la vie n’est rien d’autre qu’un combat anthropologique et civilisationnel. Il s’agit, ni plus ni moins, de défendre une vision assez traditionnelle du monde. Dans une société classique, il n’y aurait aucun caractère exceptionnel à cet engagement. S’élever contre la mise à mort d’un être innocent, respecter la dignité de chaque être humain, défendre les plus fragiles… Cela me semble tout ce qu’il y a de plus normal chez des gens civilisés. Mon implication dans l’organisation de la Marche pour la Vie n’est sans doute pas à chercher beaucoup plus loin.

Quant aux caricatures des uns et aux attaques des autres, il y aurait beaucoup à dire selon le degré d’inepties qui les sous-tendent. Lorsqu’elles proviennent de ceux qui cherchent à tout déconstruire et à combattre les fondements de notre société, nous n’y trouvons rien de vraiment étonnant. Le néant leur sert de boussole… Quand elles sont le fait de personnes qui prétendent défendre des valeurs traditionnelles, cela est plus choquant. La critique la plus répandue de ce côté-là est que ces sujets n’intéressent personne et que cela est contre-productif de s’en emparer ; qu’il serait plus important de parler immigration, retraites ou que sais-je. Je ne dis pas que ces sujets politiques ne sont pas importants. Simplement, toutes ces questions sont liées et je suis assez circonspect en voyant des personnes proches de nos idées ne pas se jeter dans le combat pour la défense de la vie et la famille. Il est inconséquent de défendre des idées politiques, un modèle de société voire de civilisation, sans chercher à préserver ce qui en fait le fondement…

2) À l’heure où l’on débat de la constitutionnalisation de l’avortement et où la GPA et l’euthanasie tendent à se généraliser, cette nouvelle marche revêt-elle un importance particulière ?

L’actualité législative montre qu’il est toujours plus urgent de porter le combat. Cette marche est donc très importante. Il faut montrer qu’il reste encore des « veilleurs de civilisation ». Beaucoup disent que manifester est inefficace. C’est avec ce genre de raisonnements qu’on ne fait plus rien. La politique est un rapport de forces. La marche pour la vie est un des moyens d’instaurer les conditions d’un rapport de force qui nous soit un peu plus favorable. En effet, le combat pour la vie s’exprime de multiples manières et ne se résume pas à notre démonstration de rue annuelle. Toutefois, notre manifestation est l’expression la plus visuelle de notre cause. Du mot même des autorités policières, nous sommes la force militante qui réunit le plus de personnes, avec autant de régularité, et sur un temps aussi long. J’ajouterai que depuis des années, le goût de la rue et de l’engagement politique est né chez certains de cette manifestation. Bien avant « l’engouement Manif pour tous ». La force politique – que nous situerons de manière simpliste à droite sur l’échiquier – qui bat le pavé depuis le plus longtemps c’est la marche pour la vie. Ce ne sont pas les mouvements ou groupuscules qui font de l’agit-prop ou les partis politiques traditionnels. Tous ont abandonné ce terrain, préférant le laisser à la gauche.

3) Le combat pour la vie semble totalement abandonné par les partis politiques, où qu’ils se situent sur l’échiquier politique. Comment expliquez-vous cette situation et y-a-t-il des exceptions à ce constat ?

Aucun parti politique majeur ne porte réellement le combat pour la vie. Via, le parti qui a succédé au Parti Chrétien-démocrate ou le Mouvement conservateur (anciennement Sens Commun) sont les seuls à se positionner très clairement dans une bonne direction sur ces sujets. Certaines individualités au Rassemblement National, à LR et à Reconquête mènent aussi le combat, il faut le souligner. Mais encore, que ce soit ces personnalités ou ces petits partis, cela est bien faible. On est loin de les entendre aussi fort que le Front National sur ces questions-là il y a quelques années (NB : le FN proposait encore l’abrogation de la loi Veil en 2002). C’est dommage, mais je souligne l’effort de ceux qui continuent à se battre inlassablement. Et cela au-delà des étiquettes partisanes. Il est tellement difficile de s’emparer de ces sujets que je ne leur jette pas la pierre. Encourageons-les. Si la défense de la vie de sa conception à sa mort naturelle est devenue tabou, c’est sans doute que les hommes politiques qui menaient la lutte autrefois n’ont pas assez été encouragés. Nous soutenons tout ce qui va dans le bon sens. Le combat continue.

Informations pratiques : Départ dimanche 22 Janvier, 14 heures, du parvis de Montparnasse.

11:23 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 21 janvier 2023

En Ukraine, éviter un engrenage funeste

lellouche.jpg

Une fois de plus, Pierre Lellouche revient sur les conséquences d’un soutien trop prononcé à l’Ukraine. Pour l’ancien secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy, l’aide militaire massive apportée à ce pays risque de ne pas permettre de résoudre le conflit, mais de l’aggraver. Il convient, selon lui, de tenter une médiation pour éviter le pire.

Lire la suite ICI

Source : Le Monde 21/1/2023

 

10:22 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Congrès PS : homérique bagarre interne pour la possession du cadavre !

rose_flickr.jpg

Bernard Germain

Jusqu’en 2017, le PS était un poids lourd de la politique en France. Il avait le Président de la République, le gouvernement, une majorité à l’Assemblée nationale, de multiples responsables de régions, de départements et de communes.

En 2022, seulement 5 ans plus tard, la candidate du PS à l’élection présidentielle, Hidalgo la dingo, réalise le score faramineux de 1,75 % pulvérisant l’ancien record détenu par feu Gaston Deferre (SFIO) en 1969 avec 5 %.

Autant dire que le PS est mort. Il ne survit que grâce aux quelques parlementaires que lui a concédés la NUPES, ainsi que des élus au plan régional, départemental et local.

Élus qu’il n’aura plus dès les prochaines élections locales correspondantes.

C’est un effondrement total et brutal, comme un château de cartes. Le PS a même été obligé d’abandonner son siège historique de la Rue de Solférino à Paris.

C’est dans ce contexte crépusculaire qu’à lieu un événement qui tient le monde entier en haleine : le 80ème congrès du PS.

Au PS les élections se déroulent au niveau local et les résultats sont ensuite remontés au niveau de chaque fédération (département) puis au national et centralisés sur un seul ordinateur se trouvant au siège national.

Le PS déclare 26 000 membres. Connaître les résultats définitifs devrait donc être une formalité expédiée en quelques heures.

Mais au PS, cela ne se passe pas comme cela.

Des bourrages d’urnes ont lieu à grande échelle et chaque camp les pratique dans ses fiefs.

Au premier tour de scrutin, il y a une semaine, il y avait trois listes. La liste Geoffroy est passée par la fenêtre.

Dans des conditions « douteuses ».

Le mandataire national de dame Geoffroy, Patrick Mennucci a déclaré à ce sujet :

« Jeudi dernier les membres de la direction et les représentants d’Olivier Faure sont restés enfermés durant 5 heures, de 22h à 3h le vendredi, sans que les représentants des autres textes n’aient accès en open data aux résultats en temps réel et aux PV fédéraux »

Patrick Mennucci pour Hélène Geoffroy et les représentants de Nicolas Mayer-Rossignol, David Assouline et Jean-Marc Germain, se sont retrouvés « bloqués au troisième étage » du siège d’Ivry-sur-Seine, pendant que la direction recevait les résultats au premier. « Je n’ai jamais vu ça ! », a pesté Patrick Mennucci.

Et pourtant il en a vu le Patrick, formé à Marseille – l’ancien fief de Gaston Deferre – et ayant à juste titre une réputation de très grand spécialiste de ce genre d’opérations.

Comme par exemple le fameux congrès de Reims en 2008 où l’on vit Ségolène Royal à 22H00 disposer d’une très large avance. Mais au bout de la nuit… c’est son opposante Martine Aubry qui fut élue avec… 102 voix d’avance seulement. Les élections au PS c’est magique.

Oui, c’est indéniable, les dépouillements d’élections sont toujours un grand moment au PS.

Pour ce 80e congrès du PS, restaient donc pour le second tour du 19 janvier la liste d’Olivier Faure – 1er Secrétaire sortant – qui est pro-NUPES, et en face de lui Nicolas Mayer-Rossignol qu’on peut qualifier de « hollandais », c’est-à-dire très réticent à passer sous les fourches caudines de LFI et souhaitant maintenir une autonomie au PS. Il est soutenu par la perdante du 1er tour, Geoffroy.

Dans la nuit du 19 au 20 janvier, Nicolas Mayer-Rossignol s’est auto-proclamé vainqueur, suivi quelques minutes plus tard par Olivier Faure prétendant que c’était lui le vainqueur

Au matin un communiqué du PS indique que c’est Olivier Faure le vainqueur avec… 393 voix d’avance.

Mais pour connaître le résultat officiel il faudra attendre la « commission de récolement » qui se réunit ce jour, 20 janvier, à Paris.

Quant à la proclamation officielle du résultat, elle aura lieu lors du congrès du PS qui se déroulera du 27 au 31 janvier à Marseille.

L’ambiance s’y annonce excellente …

Reste que l’affaire de cette élection est loin d’être réglée vu les irrégularités constatées.

Les couteaux sont sortis et chacun tient un flingue en main sous la table.

Quel que soit le résultat final, au PS, les deux camps sont sur des positions irréconciliables et les rancœurs recuites ne sont pas près de s’effacer.

On pourrait peut-être même assister à Marseille à une scission, comme au NPA.

Un camp rejoindrait la NUPES avec armes et bagages, tandis que l’autre essayerait de maintenir un semblant d’existence d’un PS indépendant.

La seule leçon qui puisse être tirée de tout cela c’est que la gauche « classique », telle que nous l’avons connue pendant des décennies, c’est bel et bien terminé.

Seule subsiste l’extrême-gauche regroupée dans la NUPES avec au cœur la LFI de Mélenchon.

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

Les livres de Bernard Germain cliquez ici

10:11 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

En ce 21 janvier : quelques vérités qui méritent d'être rappelées...

Patrick Buisson, en 2016, sur France Inter

326390409_484921673608626_5643366638432903535_n.jpg

09:56 Publié dans TV SYNTHESE, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:52 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 20 janvier 2023

RAPPEL : Bernard Germain dédicacera ses livres samedi 21 janvier à la Librairie Vincent à Paris

CHN 5 REEDITION ANNONCE 1 copie 5.jpg

Les livres de Bernard Germain cliquez ici

326147413_736285537917008_7971094471119002652_n copie.jpg

14:26 Publié dans Bernard Germain, Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Samedi 21 janvier : anniversaire de la mort du Roi Louis XVI

326376006_502400818667947_8157881922211040794_n.jpg

14:23 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L’Europe se suicide au gaz

montebourg.jpg

Depuis qu’il a arrêté de faire le zozo en politique politicienne, Arnaud Montebourg, depuis son passage au gouvernement comme ministre de l’Economie, du Redressement productif et du numérique, a carrément changé de logiciel. Il est parti du gouvernement de Manuel Valls pour désaccord. A partir de 2017, retiré de la vie politique, il crée plusieurs entreprises. Afin de défendre ses idées, il annonce sa candidature à l’élection présidentielle de 2021 mais finit par jeter l’éponge. Sauf qu’entre temps, il a publié quelques ouvrages qui montrent l’évolution – en bien – de son parcours : Votez pour la démondialisation (Flammarion), Le Retour de la France (Librio) et en 2021, La Remontada (ed. du Cerf). Cet entretien à Marianne démontre une fois de plus la lucidité dont il fait preuve. Il dresse ici un inventaire des « drames qui nous attendent ».  Et s’inquiète du sort que l’on réserve, notamment par la réforme des retraites, au « corps central travailleur et populaire du pays ».

Lire la suite ICI

Source : Marianne, 19/1/2023

11:31 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les chrétiens d’Orient survivront-ils ?

chretiens-Orient.jpeg

Michel Festivi EuroLibertés cliquez ici

Le décès récent du Pape Émérite, Benoît XVI, a remis momentanément sur le devant de la scène la longue descente aux enfers des chrétiens d’Orient. C’est ainsi que sont parus plusieurs articles ou tribunes les concernant, dont celle de Mgr Pascal Gollnisch, directeur général de l’Œuvre d’Orient et Vicaire général de l’Ordinariat des catholiques orientaux en France. Il avait publié en 2016 un livre témoignage : Chrétiens d’Orient, résister sur notre terre, aux éditions du Cherche midi.

Il a été interrogé sur l’action de ce Pape, qu’il a côtoyé, et de ses actions en faveur des chrétiens d’Orient. Il rappelle la création par Benoît XVI, d’un synode, soit un rassemblement d’évêques en Orient. Il revient aussi sur les nombreux voyages effectués par ce Pape émérite au Moyen-Orient, en Turquie, au Liban, etc.

Dans cet entretien du 2 janvier 2023 au Figaro, Mgr Gollnisch indique : « Benoît XVI n’a pas voulu cacher la difficulté d’un islam violent ou extrémiste pour les Chrétiens d’Orient ». Belles paroles très diplomatiques en vérité, mais que dissimulent-elles ?

En réalité, cette langue de bois toute vaticane, malgré les grands mérites des Œuvres catholiques D’Orient masque une certitude incontournable, la disparation quasi systématique des chrétiens d’Orient et plus généralement de toutes les minorités religieuses, juifs, yézidis, en terre d’islam. À force de se cacher derrière leurs petits doigts, nos dignitaires ecclésiastiques deviennent inaudibles et peu combatifs face aux drames qui assaillent ces populations qui n’ont souvent d’autre choix que celui de « la valise ou le cercueil ».

Pourtant les chrétiens ont prospéré en terre aujourd’hui d’islam près de sept siècles avant l’arrivée des combattants mahométans et les juifs bien longtemps avant eux de plusieurs siècles encore. L’arrivée des tribus musulmanes a été pour ces juifs et ces chrétiens le début d’un long calvaire. Car le droit musulman opère une dichotomie sévère entre « le domaine de l’islam » (Dar al-islam) et « le domaine de l’infidélité » (Dar al-kufr).

Mais surtout le Coran édicte qu’il est la seule religion qui doit, in fine, prospérer sur terre. Ses sourates sont implacables : « C’est Lui qui a envoyé Son Prophète avec la guidance et la religion de la Vérité afin de la faire prévaloir sur toutes les autres, n’en déplaise aux Polythéistes », S 9, V 33. Je rappelle que pour le Coran, les chrétiens sont des polythéistes, car ils croient en La Trinité, chose incompréhensible en islam. Dans le Coran, ils sont aussi dénommés associateurs, car ils associent le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Quant à la liberté religieuse, elle est inconcevable en terre d’islam : « Obéissez à Allah et à son envoyé… Allah n’aime pas les mécréants » S3, V 32.

D’autres sourates sont du même acabit : « C’est Lui qui a envoyé son Prophète afin d’indiquer la direction et la religion de la Vérité et de la faire prévaloir sur toutes les autres et Dieu est un témoin suffisant » S 49, V 28. Le Coran étant une suite de récitations, ces sourates se multiplient à l’infini.

La lutte contre les autres religions est érigée en principe absolu dans le Coran, comme cette sourate qui revient sous d’autres formulations indéfiniment : « … Qui pourrait donc empêcher Allah d’anéantir le Messie, fils de Maryam ainsi que sa mère et tous ceux qui sont sur terre alors que le royaume des cieux et de la terre et de ceux qu’ils contiennent Lui appartient ? Il crée ce qu’Il veut et dieu est omnipotent » S 5, V 17. Ou encore : « Certes ceux qui ne croient pas à nos versets, nous les brûlerons bientôt dans le feu… Allah est certes puissant et sage. » S 4, V 55-56. Et aussi : « Ô vous qui avez la foi, combattez ceux d’entre les mécréants qui vous sont les plus proches et qu’ils trouvent en vous de la dureté… » S 9, V 123.

Car contrairement aux croyances fallacieuses, si le Coran invoque certains prophètes bibliques, invoque Jésus ou Marie, c’est uniquement pour les accaparer et les faire devenir musulmans obligatoirement, ni plus ni moins. Le principal exemple de cette appropriation forcée des prophètes bibliques par le Coran est Abraham : « Ô gens du livre, pourquoi vous disputez au sujet d’Abraham alors que Thora et Évangiles n’ont été révélés qu’après lui ? Avez-vous toute votre raison ? » S 3, V 65, car « Certes Abraham invoquait fréquemment Allah et il était longanime » S 9, V 114. On notera qu’Abraham arrive dans les récits bibliques plusieurs millénaires avant Mahomet mais que dans le Coran il invoque le dieu des musulmans apparu au mitan des années 600 après Jésus Christ !

De nombreux intellectuels ont alerté l’opinion internationale depuis des lustres sur cet anéantissement programmé des chrétiens d’Orient. Jean-François Colosimo en est un parfait exemple. Cet écrivain, éditeur, chroniqueur réputé a écrit un livre en 2014 au titre évocateur : Les hommes en trop, la malédiction des chrétiens d’Orient. Dans un entretien de cette même année, il dénonçait déjà l’inaction absolue des puissances européennes ou occidentales face à l’exil forcé de milliers et de milliers de chrétiens de ces territoires perdus pour eux, la Syrie, l’Irak, la Turquie etc. Il en appelait à une action vigoureuse de la communauté internationale…

J.-F. Colosimo revenait sur le fait que le christianisme était une religion orientale, qu’il s’était institué en Asie Mineure où les sept conciles œcuméniques avaient fondé les dogmes de l’Église. Que les chrétiens d’Orient ne sont donc pas des égarés en terre d’islam. Un seul exemple, la Turquie avait sur son sol en 1914 près de 40 % de chrétiens contre 1 % aujourd’hui et tout est à l’avenant dans la plupart des pays du Proche et Moyen-Orient.

Partout, dans des pays comme le Pakistan, le Bangladesh, et d’autres, les chrétiens sont martyrisés et subissent les pires avanies, les exemples sont légion. Une jalousie entre femmes autour d’un puits et une chrétienne peut être lapidée sous le fallacieux prétexte d’avoir insulté le prophète.

Une jalousie économique entre commerçants et un chrétien peut y laisser la vie, sous le sempiternel prétexte qu’il aurait profané le Coran. Les coupables ne sont que très rarement punis, et les « juges » sont soumis à des pressions telles qu’ils absolvent les criminels immanquablement.

Dans un entretien du 5 janvier 2023 au Figaro Vox, Tigrane Yégavian s’écrie : « Qui se soucie encore des Chrétiens d’Orient ? ».

Géopolitologue, spécialiste du Caucase et du Moyen-Orient, il est chercheur au Centre français de recherche sur le renseignement et a écrit en 2019 un livre publié aux éditions du Rocher intitulé : Minorités d’orient les oubliés de l’Histoire.

Il regrette que ces populations chrétiennes n’intéressent que très peu les politiques, car dit-il « les chrétiens d’orient ont le malheur d’être chrétiens… ». Il se désole qu’on ne parle d’eux qu’à Noël ou lorsqu’ils subissent des attentats en Égypte ou en Irak.

Sur les causes de leurs malheurs, il rappelle que ces communautés chrétiennes « ont été totalement écrasées par le marteau islamiste et par l’enclume autoritaire en Syrie, en Égypte, en Irak. Le drame de ces pays c’est qu’il y avait une vraie classe copte éduquée, érudite, qui aurait pu jouer un rôle important dans la démocratisation du pays. Même en Irak, sous Saddam Hussein, il y avait une intelligentsia chrétienne qui aurait été tout à fait apte à prendre une part de responsabilité dans le nouvel Irak. Mais tous ces gens-là ont été sacrifiés. »

Pour ce chercheur, les sanctions occidentales, notamment américaines, vis-à-vis de ces pays, ont été un drame absolu pour ces chrétiens. Au Liban, les Maronites fuient le délitement total de l’état qui n’existe plus, avec le risque de marginaliser encore plus la population chrétienne de ce pays en voie de disparition à moyen ou long terme, ce qui changerait la nature même du Liban, laissé aux seuls tenant de l’islam, pays qui avait été conçu en 1943 par ses fondateurs comme la résultante d’une parité entre les deux religions.

Les juifs subissent le même sort. Dans son livre, Un racisme imaginaire, Pascal Bruckner confirme que la présence juive en terre d’islam n’est plus possible sinon à l’état de vestige. Si l’on ne prend que le Maroc, il était dénombré environ 250 000 juifs en 1948, le Maroc était alors sous protectorat français ou espagnol, contre 2 500 à 3 000 aujourd’hui. Cf aussi, Salomon Malka : « disparition des juifs et des chrétiens en terre d’islam : le nœud gordien » in Le Figaro Vox du 6 avril 2017.

Une autre petite communauté religieuse a failli être totalement éradiquée par les islamistes, ce sont les yazidis pratiquant un très ancien monothéisme précédent l’islam de plus de 5 000 ans. En Syrie et en Irak ils ont été exterminés et les survivants ont fui. Mais personne ne s’est véritablement intéressé à ce génocide.

Le drame au surplus, c’est que ces minorités, parfois importantes, assuraient dans ces pays soumis à l’islam conquérant, une pluralité d’idées, de pensée, au niveau des arts et de la culture, et dans bien d’autres domaines, au niveau intellectuel et élevaient l’esprit. On n’y trouvera désormais que la pensée unique totalitaire.

Quant à la France, elle a complètement abandonné son rôle de protecteur naturel des chrétiens d’Orient qu’elle assurait depuis des lustres depuis Louis IX. La fille aînée de l’Église est endormie, les Arméniens ne sont actuellement que trop conscients de cela. Tigrane Yégavian rappelle à leur propos que « l’Arménie et l’Artsakh font face à une menace existentielle », dans le Figaro Vox du 30 décembre 2022. Pour lui, le génocide de 1915 se poursuit à petit feu selon des modes opératoires différents contre ce premier état chrétien du monde (311 après Jésus Christ). Et sur l’inaction du Pape François, il est sans appel : « Le Vatican demeure insensible aux alertes au génocide lancées par l’Institut Lemkin pour la prévention des génocides. Non seulement l’absence de condamnation par le Pape concernant le génocide culturel en cours et le nettoyage ethnique en préparation restera une tache indélébile dans l’amitié séculaire qui lie la nation arménienne à l’Église catholique sœur, mais elle accélère le suicide de l’Occident chrétien. »

09:16 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Numérique sa mère !

download.jpg

La chronique flibustière de Georges Feltin-Tracol

La Poste française innove. Elle vient de rendre le courriel payant. En effet, le timbre rouge destiné aux envois rapides a disparu le 1er janvier 2023. Au nom de la sacro-sainte « dé-ma-té-ria-li-sa-tion » des services publics, un équivalent numérique le remplace. C’est au client de réaliser toutes les démarches. Il va de soi que les caciques de l’entreprise postale n’ont pas pris en compte la césure informatique qui frappe les personnes âgées (et pas seulement elles !) et les zones difficilement connectées. Le résident d’une zone rurale qui a vécu la fermeture du bureau de poste de son bourg devra prendre son véhicule pour affranchir son courrier plus ou moins loin de son domicile. C’est très surprenant à l’heure du prix élevé du carburant et de la primauté « réchauffiste – climatiste »…

Victime de trois décennies de politique hyper-libérale en faveur d’une évidente ploutocratie et d’une mise en coupe réglée par quelques syndicats rétrogrades, la Poste se trouve en pointe dans la numérisation systématique des actes quotidiens. Il devient rare de pouvoir acheter un timbre auprès d’une machine avec des pièces de monnaie. Le prétexte est la lutte contre l’économie clandestine. La surveillance statistique des échanges épistolaires serait plus juste.

La Poste n’est pas la seule à investir dans la numérisation du quotidien. Malgré la hausse constante des frais bancaires, les banques réduisent le nombre de distributeurs automatiques d’argent. Certains groupes limitent non seulement le montant maximal de chaque retrait, mais aussi la fréquence, soit deux ou trois retraits mensuels. Les sommes d’argent déposées dans les banques deviendraient-elles la propriété effective des organismes bancaires ? Il faut le croire alors que leurs ponctions sur ces mêmes comptes ne cessent de croître.

L’objectif de cette politique du « tout-numérique » est d’inciter la population à privilégier le paiement électronique bien plus traçable que le règlement des achats en espèces sonnantes et trébuchantes. On se souvient à la fin du premier confinement covidien de l’incroyable désinformation autour des pièces de monnaie et des billets de banque supposés transmettre le coronavirus. Si des études scientifiques ont démonté cette fausse accusation, bien des commerces ont exigé un paiement obligatoire par carte bancaire illégal avant que le gouvernement fasse un rappel à l’ordre bienvenu. Dans le même temps, les instances du ministère de l’Économie et des Finances cherchent à superviser en direct la totalité des mouvements sur l’ensemble des comptes bancaires des particuliers et des entreprises de l’Hexagone. Cette effroyable intrusion n’est finalement pas opérationnelle pour l’instant. Mais on sait que les outils de surveillance existent et n’attendent que le moment propice. Ainsi tend-on peu à peu vers l’« enfer sociétal suédois » où, ayant disparu, l’argent liquide ne circule plus...

Depuis cinq – six ans, on ne prend plus le train dans le plus strict anonymat. Sur les lignes à grande vitesse, le billet est nominatif. Sur les TER (Trains express régionaux), il faut donner au minimum son numéro de téléphone. On doit s’attendre à l’avènement du billet de train entièrement numérique. Selon les lignes, 96 à 99 % des billets sont dès à présent numériques. La SNCF prévoit déjà de supprimer à assez brève échéance les quelque 3 000 composteurs. Vouloir un billet physique imprimé coûtera bientôt des frais supplémentaires ! Et puis, il devient presque nécessaire d’avoir un téléphone intelligent. Quant au co-voiturage, il implique au préalable de s’inscrire en ligne sur des sites dédiés.

Donnons d’autres exemples de l’invasion numérique dans la vie courante. Dans certains départements ou intercommunalités, il est possible de consulter chez soi les périodiques quotidiens, hebdomadaires et mensuels dans le cadre d’une médiathèque numérique. À la différence d’une médiathèque réelle dans laquelle la lecture sur place des titres de presse n’est pas restreinte, la lecture en ligne est soumise à un contingentement mensuel. Le numérique facilite ainsi le rationnement de l’information même si les titres disponibles versent tous dans le politiquement correct.

La notation sur dix ou sur vingt ne se pratique plus dans maintes écoles primaires et collèges. Les bonnes vieilles notes jugées traumatisantes pour les pauvres enfants sont remplacées par des compétences exprimées en smileys ou en points de diverses couleurs. Un logiciel calcule ensuite le pourcentage d’acquisition de chaque élève. D’autres logiciels de l’Éducation nationale s’occupent de l’affectation des élèves de 3e en lycée général, technologique ou professionnel selon une série ordonnée de vœux. Le tristement célèbre Parcoursup oriente les lycéens en classe de Terminale vers un établissement de l’enseignement supérieur selon des critères toujours aussi flous. Aujourd’hui, le passage du bac avec un minimum d’écrits ne fait plus peur. La crainte des parents et des adolescents se reporte dorénavant sur les décisions de Parcoursup. Sans tous ces outils informatiques, le ministère de l’Éducation nationale serait en tout cas fortement paralysé !

Telle la gangrène, le numérique se propage partout. Les yeux constamment rivés sur les écrans, nos contemporains font preuve d’une docilité qui confine à une révolution anthropologique inédite. On assiste in vivo à l’apparition d’un inquiétant homme numérique. Il peut enfin paraître paradoxal que la présente dénonciation utilise un support lui aussi numérique. Assumons volontiers le paradoxe ! Il est parfois bon de savoir retourner les armes de l’ennemi contre lui-même !

« Vigie d’un monde en ébullition », n°56, mise en ligne le 10 janvier 2023 sur Radio Méridien Zéro.

00:29 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 19 janvier 2023

Mobilisation contre le plan Macron : la réaction du Parti de la France

326506037_1545684702510245_5969566884122192175_n.jpg

Un communiqué de Thomas Joly, président du Parti de la France :
 
Si l'on peut constater une assez forte mobilisation des Français aujourd'hui contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, il est tout de même cocasse que l'engeance syndicalo-gauchiste qui parade dans la rue appelait comme un seul homme, il y a quelques mois, à voter pour Emmanuel Macron afin de sauver la Ripoublique...
 
Beaucoup ne veulent pas comprendre que nous ne sommes plus dans les années 1960 où le chômage n'existait pas, l'immigration était insignifiante et l'espérance de vie bien moins élevée (67 ans pour les hommes, 73 pour les femmes).
 
Le système actuel de retraites par répartition n'est plus viable en l'état. L'allongement de la durée de cotisation est inéluctable pour assurer sa pérennité. Mais ce ne sont pas les uniques pistes à explorer : la réindustrialisation, la chasse à la fraude sociale des étrangers et la relance de la natalité française sont des mesures de bon sens que nos gouvernants, par fanatisme idéologique, ne mettront pas en place.
 
Commençons par virer les responsables de la faillite de notre pays et les parasites importés du monde entier, c'est un préalable indispensable au retour de la prospérité.
 

17:08 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Retraites : essayons de faire le point

reforme-des-retraites-voici-lobjectif-demmanuel-macron.jpg

La réforme des retraites est un casse-tête chinois qui doit être remis d’équerre quasi régulièrement afin de préserver le système par répartition actuel auquel sont attachés les Français. Entre un gouvernement qui en général tente d’assurer un service minium ou medium où les syndicats et la gauche en veulent toujours plus – voir la démagogie des ouvriers du pétrole particulièrement bien protégés et surtout bien payés -, c’est l’affrontement assuré. Au final, on s’aperçoit que ça ne sert à rien et que les manifs n’ont jamais qu’un caractère politique. Mais il faut bien avouer qu’Emmanuel Macron ne fait pas grand-chose pour le dialogue social et continue de faire joujou dans sa petite cour. Nous assistons donc bien à une manif anti-Macron. Et que résume bien Brigitte Bardot : « Qu’il se casse ! » Frédéric Paya, dans Valeurs actuelles fait une bonne analyse sur les tenants et les aboutissants de la réforme qu’Elisabeth Borne va présenter au Parlement.

Lire la suite ICI

Source : Valeurs actuelle, 19/1/2023

10:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dans son Journal de bord de cette semaine, Jean-Marie Le Pen nous parle de Callac

271439713_118482984021859_118601812319760894_n.jpg

COUV Maquette SN REVUE copie 14.jpg

Commandez ce livre cliquez ici

10:26 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 18 janvier 2023

Médias, communications, guerres, espionnage par Eric Denécé et Franck Abed

eric-denece-renseignement-les-yeux-du-monde.jpeg

19:46 Publié dans Les entretiens avec Franck Abed | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jeudi 26 janvier à 19 h 30 : lancement de la nouvelle émission "Le bal des facétieux", animée par Charles-Henri d'Elloy, sur Radio Courtoisie

326081133_944692820275025_4484077394521178394_n.jpg

À NE PAS MANQUER !

RADIO COURTOISIE CLIQUEZ ICI