Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 décembre 2018

Quelques livres utiles pour vos cadeaux de Noël et de fin d'année...

2018 12 JPS FLYER.jpg

2018 06 guide pub 2.jpg

2018 10 GFT LIV ANNONCE 2.jpg

2018 07 SN 49 FLYER 1.jpg

cc2e96504ddee2bbfdb34af6448423fa37f4682d_Diapositive1.jpg

2017 10 03.jpg

2017 JCR HONGRIE.jpg

2017 10 01.jpg

4ba9ade9e3bcc3660ca7f0c98d7701ebf31802c2_2018-07-o-mosley-3.jpg

Vous pouvez les commander en ligne cliquez ici

13:16 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 12 décembre 2018

Un nouveau prix littéraire : celui des lecteurs de Présent et de Livr'arbitres

tumblr_pjj2nouxqD1rnng97o1_500.jpg

10:17 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 09 décembre 2018

Jean-Pierre Maugendre : « Les auteurs présents à la fête du livre de Renaissance catholique ont pour dénominateur commun le refus de l’utopie »

Capture-d’écran-2018-12-04-à-10.29.13.png

Propos recueillis par Gabrielle Cluzel pour Boulevard Voltaire cliquez ici

Ce dimanche 9 décembre se tient, à Villepreux, la grande vente de livres de Renaissance catholique. C’est certainement une des plus grandes séances de dédicace de la région parisienne… Il y a donc encore des Français qui lisent sur de vrais livres en papier ?

Effectivement ! Cela pour la raison bien simple qu’il existe encore des Français qui ont le goût, ou éprouvent la nécessité, de la réflexion, de l’apprentissage et de l’enracinement. Or, la lecture d’un livre reste l’outil privilégié de l’étude. Le livre est fidèle, il demeure. On peut le relire, l’annoter : « Celui qui lit sans crayon à la main dort » (Voltaire). On le lit à son rythme, prenant le temps de l’assimiler, voire de le méditer. On peut se déplacer avec et le prêter. L’ordinateur n’est pas conçu pour de longues heures de face-à-face. Or, ce face-à-face est nécessaire pour se pénétrer d’une pensée, acquérir un niveau de connaissances qui ne soit pas uniquement un vernis superficiel pour dîners mondains et effets de manche en clôture de banquets républicains.

« Enseigner à lire, telle serait la seule et véritable fin d’un enseignement bien entendu ; que le lecteur sache lire et tout est sauvé ! » écrivait, il y a déjà un siècle, Charles Péguy. C’est dire que le mal dont nous souffrons n’est pas si moderne que cela. Notons, enfin – car c’est bien le fond, non exprimé, de votre question -, que la lecture est surtout supérieure à l’audiovisuel en ce que ce dernier exerce une fascination plus qu’il ne forme l’esprit à réfléchir. L’image, et en particulier l’image animée, fascine pour des raisons physiologiques parfaitement connues des médecins.

Mais cette journée n’est pas seulement une « vaste librairie », il y aura aussi des conférences. Quel thème et quels orateurs avez-vous choisis cette année ?

La loi du genre est que nous donnons la parole à des auteurs qui ont publié des livres récemment et dont nous pensons que la présence et l’intervention sont à même de susciter l’intérêt du public. Ainsi, nous accueillerons cette année Éric Zemmour pour son ouvrage Destin français. Quand l’Histoire se venge, François-Xavier Bellamy à l’occasion de sa réflexion philosophique sur Demeure, pour échapper à l’ère du mouvement perpétuel, et enfin Philippe de Villiers, auteur déjà célèbre du Mystère Clovis. Nous sommes, là, sur des ouvrages de fond qui manifestent de manière très concrète la résistance à la pensée unique qui enfle chaque jour et est en train d’inverser les rapports de force en France dans le domaine intellectuel. L’immense atout dont nous disposons est que nous ne sommes pas des idéologues, nous défendons la réalité des faits et, un jour ou l’autre, plus ou moins humide, la vérité finit toujours par sortir du puits. En septembre 2017, le quotidien Le Monde avait organisé, avec Régis Debray et Edgar Morin, un colloque intitulé : « Politique : la fin des utopies ? » Même s’il s’agissait d’une question, le simple fait qu’elle ait été posée manifestait que les utopies constructivistes popularisées par Thomas More (L’Utopie) ou Campanella (La Cité du soleil), réactualisées par les activistes de Mai 68 et les idéologues de tous poils, ne sont plus à l’ordre du jour. Il me semble que le dénominateur commun de la centaine d’auteurs qui nous feront l’amitié et l’honneur d’être présents à Villepreux, le 9 décembre prochain, c’est ce refus de l’utopie. Il existe une réalité, une vérité en philosophie, en politique, en histoire – je pense à l’excellent livre de Jean Sévillia : Les Vérités cachées de la guerre d’Algérie – en sociologie, dans le domaine religieux, etc., dont la manifestation et la mise en œuvre sont la condition de l’harmonie de la vie en société. Le centième anniversaire de la naissance d’Alexandre Soljenitsyne ravive opportunément, en cette période, l’importance de cette recherche et de ce service de la vérité dans la vie sociale.

Ce foisonnement disparate favorise les contacts, non seulement entre lecteurs mais aussi entre auteurs – célèbres ou moins connus – dont le point commun est une pensée plutôt dissidente mais qui, habituellement, s’ignorent… Cette impossible union, que l’on attend comme Godot en politique, vous la mettez en œuvre, l’espace d’un jour, en littérature ?

Il est un fait que notre fête du livre est l’occasion, unique pour certains, de rencontrer des personnes qu’ils connaissent de nom, qu’éventuellement ils apprécient, mais qu’ils n’ont pas l’occasion de rencontrer dans leurs cercles habituels. Nous ne sommes la succursale d’aucun parti politique ni la sacristie d’aucune chapelle. Dans l’amitié française et l’espérance chrétienne, tous les auteurs et participants qui le souhaitent et se reconnaissent dans la tradition religieuse, intellectuelle et politique de notre pays sont les bienvenus. Il est certain qu’au fil du temps, en raison justement de cette indépendance, qui est un affranchissement vis-à-vis des structures mais en aucun cas un syncrétisme religieux ou un relativisme politique et sociétal, de nombreuses personnes, aux opinions et choix parfois différents, ont pris plaisir à se retrouver ou à faire connaissance à cette occasion. La variété des communautés religieuses représentées est le signe le plus éclatant, et manifeste, de cet état de fait. Rajoutons, enfin, que la qualité esthétique et patrimoniale du lieu qui nous reçoit facilite ces rencontres et cette communion au service du vrai, du beau et du bien.

00:36 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 05 décembre 2018

Avez-vous pensé à vos cadeaux de fin d'année ? Joignez l'agréable à l'utile...

2018 12 FETES.jpg

Pour faire vos achats de Noël,

consultez notre site de ventes cliquez là

10:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 29 novembre 2018

Dimanche 16 décembre : Fête du livre de Nantes

I-Grande-34696-.net.jpg

Plus d'informations cliquez ici

23:40 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 26 novembre 2018

Sortie prochaine de deux nouveaux livres à Synthèse nationale : achetez-les dès maintenant !

2018 11 chn 15 jps .jpg

Le commander en ligne cliquez ici

2018 10 ignace aff.jpg

Le commander en ligne cliquez là

12:14 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 18 novembre 2018

Mardi 20 novembre : Eric Zemmour à la Librairie française

46307175_2108064482566658_7650351865401442304_n.jpg

11:48 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 14 novembre 2018

IL SORTIRA LE 5 DÉCEMBRE, COMMANDEZ-LE DÈS MAINTENANT

2018 11 CHN 15 JPS.jpg

LE COMMANDER EN LIGNE CLIQUEZ ICI

19:09 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 11 novembre 2018

« Et la gauche devint la putain de l'Islam », le nouveau livre de Pierre Cassen

Gaucheputain1-600x827.png

Ce livre est remarquable et un outil pour nos futurs historiens, ceux qui seront débarrassés du politiquement correct (et il nous faut lire, savoir… pour renverser la vapeur et donner une chance à nos descendants de pouvoir lire et écrire une véritable Histoire de France), pour de nombreuses et excellentes raisons :

Pierre Cassen y fait le portrait au vitriol  de 12 salopards, islamo-collabos de compétition, magnifiquement croqués par Ri7.

On y découvre, en sus, des anecdotes croustillantes sur ces prétendus hommes de gauche qui ont trahi leur mission et leurs électeurs en se détournant des Français pour se consacrer aux étrangers et à l’islamisation de notre pays… C’est que Pierre, au cours de ses 3 décennies de militant de gauche, en a côtoyé certains. Il raconte leurs trahisons, leur arrogance, leur mépris pour le petit peuple, pour ceux qu’on n’appelait pas encore les « sans-dents ».

La partie du livre où Pierre raconte son « autobiographie politique » permettra à nombre d’entre nous de se reconnaître et permettra aux autres de comprendre pourquoi et comment on est passé, après les Trente Glorieuses, de la fierté nationale, d’une école où l’ascenseur républicain marchait à plein régime, d’un pays où l’on vivait en paix et en sécurité, assurés de la protection de politiques qui, malgré tous leurs défauts, avaient une haute idée de la France et de leur mission, à l’enfer qu’est devenue la France. Elle permettra de comprendre pourquoi les fondateurs de Riposte laïque et de Résistance républicaine, tous venus de la gauche historique, sont devenus des « lépreux », des « infréquentables »… Parce que, eux, ont continué à défendre le peuple français, en véritables hommes et femmes de gauche.

Ce livre se lit d’une traite, comme un roman. On en sort un peu assommé parce que l’on a, en 325 pages, un tableau d’ensemble des félons, des trahisons, des choix faits au nom de la préférence étrangère. C’est bon à rappeler, à savoir… Pour nous, mais aussi et surtout pour avoir des éléments clairs, irréfutables… à opposer aux contempteurs des lépreux dans les réunions de famille ou les soirées associatives.

Nous, nous savons, mais le minimum c’est que nous utilisions notre savoir pour éclairer et convaincre les aveugles. Il en va de l’existence même de la France.

À offrir à ceux qui savent et veulent comprendre. À offrir à ceux qui ne veulent pas voir, pas comprendre.

Cela peut être aussi un geste militant, profiter des prix pour un achat en nombre, pour oublier quelques livres dans une boîte aux lettres, sur un banc, dans une salle d’attente, dans un train…

Pour le commander cliquez ici

00:50 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 10 novembre 2018

Profitons de la "pub" que nous font les médias pour vous présenter les nouveautés de Synthèse nationale

2018 10 PUB POUR PÉSENT.jpg

Pour la troisième voie solidariste cliquez ici

Le Guide sulfureux du Paris réac et facho cliquez là

IMG_4284.JPG

Sortie très prochaine : 

2018 10 ignace aff.jpg

Commandez-le déjà en ligne cliquez là

mercredi, 07 novembre 2018

Boulevard Voltaire parle du nouveau livre de Georges Feltin-Tracol, "Pour la troisième voie solidariste"

41XuzmtCiL._SX350_BO1204203200_-352x475.jpg

Aristide Leucate Boulevard Voltaire cliquez ici

Arlésienne de l’histoire des idées, la « troisième voie », oscillant entre instrumentalisation partisane et slogan déclaratif, est aussi insaisissable qu’indéfinissable. À en croire la notice que Wikipédia consacre à cette notion, celle-ci, apparue avant les années 1880 lorsque le pape Pie XI appelait à une troisième voie entre socialisme et capitalisme, serait distribuée entre tenants d’une alternative sincère au libéralisme et à l’économie planifiée de type marxiste ou socialiste et défenseurs d’une synthèse pragmatique dépassant autant les clivages traditionnels droite/gauche que toute opposition (considérée comme implicitement stérile) à l’économie de marché acceptée sans combattre comme étant la norme.

En résumé, si les premiers n’ont pas paru obtenir la visibilité médiatique et le rayonnement intellectuel qu’ils attendaient, les seconds, en revanche, sans doute au prix d’une tromperie n’ayant pas peu contribué à diluer l’expression dans un flou sémantique improbable, ont clairement triomphé, de Tony Blair et Gerhard Schröder, hier, à Emmanuel Macron et Justin Trudeau ou Matteo Renzi, aujourd’hui.

Dans un récent ouvrage, Georges Feltin-Tracol fait brillamment le point sur cette question et se met littéralement en quête des racines d’un corpus doctrinal dont l’originalité tient au fait qu’il emprunte sans dogmatisme ni sectarisme, tout à la fois, au syndicalisme, au socialisme, au solidarisme, à la doctrine sociale chrétienne, au personnalisme, au gaullisme de gauche, au nationalisme révolutionnaire, à l’identitarisme, au corporatisme, au distributisme, au justicialisme péroniste, à l’organicisme fasciste, au subsidiarisme, au thomisme, au mutuellisme fédéraliste proudhonien, à la révolution conservatrice ou au communautarisme symbiotique d’Althusius.

Dressant un éclairant panorama haut en couleur et fort instructif du tercérisme, en France et dans le monde, l’auteur nous fait voisiner avec des personnalités intellectuelles et politiques aussi hétéroclites que Pierre Leroux (inventeur du mot « socialisme »), Maurice Barrès, Louis-Auguste Blanqui, Pierre-Joseph Proudhon, Georges Sorel, Léon Bourgeois, René de La Tour du Pin, Emmanuel Mounier, Jean Mabire (dont le socialisme européen enraciné s’abreuvait aux meilleures sources du socialisme utopique français), Maurice Bardèche, Georges Valois, Henri Lagrange, Charles Maurras, Louis Salleron, Maurice Allais, Christian Bouchet (auquel on doit, dès les années 1980, l’introduction en France du substantif « tercérisme »), Alexandre Douguine (qui prônait, quant à lui, la recherche d’une « quatrième théorie politique au-delà du communisme, du fascisme et du libéralisme »), Guy Debord, Juan Domingo Perón, Mouammar Kadhafi, Gabriele Adinolfi, etc.

Rejoignant « des positions de bon sens, une adhésion au bien commun de la civilisation européenne », le tercérisme tente de conjuguer une approche fondée sur la solidarité des individus liés entre eux par le souci d’œuvrer à la conservation matérielle et spirituelle de la communauté, en rupture tant avec le capitalisme et son corrélat turbo-consumériste qu’avec l’étatisme socialisant, tous deux foncièrement caractérisés par la concentration des moyens de production. Ce faisant, le tercérisme solidariste repose sur une conception organique de l’entreprise au sein de laquelle des « œuvriers contractuels » (et non plus des ouvriers salariés) participeraient directement tant à la propriété qu’au capital d’icelle. Loin des expériences d’autogestion ou de cogestion, le tercérisme se veut d’abord ergoniste (du grec ergo, le travail, du nom de son inventeur, Jacob Sher), soit un mutuellisme ni droite-ni gauche, coopératif, participatif et autonome fondé sur la collaboration des classes.

Inspiré du socialisme utopique, le tercérisme solidariste n’en a pas moins été concrètement illustré, tant par la « participation » gaulliste que par les nombreuses expériences de SCOP (sociétés coopératives ouvrières de production) ou de démocratie directe dans l’entreprise. Un exemple à développer à l’heure du chômage de masse et de la raréfaction des métiers…

Pour la troisième voie solidariste, un autre regard sur la question sociale, Georges Feltin-Tracol, Les Bouquins de Synthèse nationale, collection "idées", 2018, 170 pages, 20 € + 4 € de port cliquez ici

 

13:10 Publié dans Aristide Leucate, Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 06 novembre 2018

Samedi prochain, 10 novembre, Roger Holeindre dédicacera ses livres à St Cloud.

27285316-27575205.jpg

Roger Holeindre fera une séance de dédicaces samedi 10 novembre de 10 h à 16 heures à la Brasserie Le Magenta, Place Magenta à Saint Cloud (92).

14:48 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 02 novembre 2018

IL ARRIVE ! SORTIE DANS QUELQUES JOURS DU NOUVEL ALBUM DU DESSINATEUR IGNACE

2018 10 ignace aff.jpg

VOUS POUVEZ DÉJÀ LE

COMMANDER EN LIGNE CLIQUEZ ICI

10:07 Publié dans IGNACE, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 23 octobre 2018

Sur Polémia, Pierre Le Vigan publie un grand article sur le nouveau livre de Georges Feltin-Tracol

troisieme-voie-gft-588x330.jpg

Pierre Le Vigan cliquez ici

« Notre particularité, c’est la logique de la troisième voie, celle qui réussit la synthèse entre le national et le social », expliquait début 2011 Emmanuel Leroy, alors un des principaux conseillers de Marine Le Pen. La troisième voie, c’est  le tercérisme, et c’est ce que l’on a appelé le solidarisme. Il y a là un continent des idées à redécouvrir. C’est ce à quoi contribue un ouvrage récent. Sous un titre militant, Georges Feltin–Tracol ne se contente pas de rendre compte d‘expériences politiques comme celles du Bastion social. Il explore les idées et propositions d’une troisième voie telles qu’elles ont pu être avancées à droite, mais aussi dans des milieux intellectuels inclassables, c’est-à-dire transversaux.

Lire la suite

14:24 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 19 octobre 2018

Dans le quotidien "Présent" de cette fin de semaine, un article sur "Le Guide sulfureux du Paris réac et facho" de Patrick Parment

2018 06 PARIS P PARMENT COUV.jpg

Alain Sanders

On ne compte plus les guides sur Paris. Je les collectionne et j’en ai deux pleines étagères dont, bien sûr, le Paris by Right publié naguère par Francis Bergeron et Philippe Vilgier. Il nous manquait celui-là, atypique, irrespectueux et provocateur tout à la fois : Le Guide sulfureux du Paris « réac & facho » de Patrick Parment.

Au départ, comme l’explique l’auteur, la belle idée de donner à voir, arrondissement par arrondissement, les lieux où vécurent les écrivains dits « de droite » (au sens large). Et puis, au fil des des recherches – un vrai travail de bénédictin – le souci de prendre en compte les dimensions architecturales et les sites légendaires (dans le sens latin du mot : legenda, « qui doit être lu »).

A l’arrivée, une invitation à tous les piétons de Paris, à tous les amoureux d’Histoire et d’histoires, à tous les curieux d’un Paris qu’on ne nous montre jamais, de partir à la découverte, non sans une certaine émotion parfois (je ne passe jamais rue de Cléry, dans le 2e arrondissement, sans penser à André Chénier), d’un monde ostracisé.

Dans le seul 2e arrondissement, où sont les locaux de Présent (ce que Le Guide n’omet pas de signaler avec sympathie), la tête peut nous tourner : Alexandre Dumas, né place Boieldieu, à proximité d’un hôtel, Le Favart, où séjourna Goya (à rappeler dans une prochaine édition peut-être) ; le passage Choiseul où la famille de Céline tenait un magasin de mode (elle habitait 11 rue de Marsollier) ; les nombreux bobinards : 32 rue Blondel, 12 rue Chabanais, 4 rue de Hanovre, etc. ; rue Sainte-Anne, le siège, jusqu’en 1970, de l’Agence Fiat Lux de Nestor Burma, le détective qui mettait le mystère KO (par la suite, il s’installera rue de Mogador) ; etc.

Inutile de dire que beaucoup des lieux recensés parlent énormément à ceux de ma génération (quand la rue appartenait à ceux qui y descendaient et pas vraiment pour des visites de courtoisie…). Le 10 rue Croix-des-Petits-Champs (1er arrondissement), par exemple, où la Restauration nationale et Aspects de la Francemaintinrent avec panache l’esprit Camelot du Roi. Le Harry’s Bar, rue Daunou, où d’aucuns, qui ne me sont pas étrangers, se prirent pour Hemingway. La rue Notre-Dame-de-Nazareth (3e arrondissement) où notre ADG vécut un temps (à ajouter dans une réédition de ce guide, l’auteur nous invitant à quelques suggestions dans ce sens). La rue des Lombards (4e arrondissement), siège d’Ordre nouveau : je garde le souvenir de François Duprat, attablé au zinc du café tout proche et se servant de la tranche de jambon de son sandwich comme d’un marque-page… La rue Quincampoix (4e arrondissement), où Roger Holeindre avait créé et installé le Cercle du Panthéon, et où des dames d’âge proposaient leurs sé(r)vices. Et la fac d’Assas (6e arrondissement), bastion de nos libertés en mai 1968 et bien au-delà. Etc.

L’intérêt de ce Guide sulfureux tient d’ailleurs beaucoup dans ces « Etc. » tant il est riche et révélateur. D’une rue l’autre, on se surprend à découvrir des lieux méconnus et oubliés. Quel bonheur, par exemple, de voir mentionner au 14 rue des Dardanelles (17e arrondissement), l’ancien domicile de Maud Sacquart de Belleroche, auteur (… sulfureux pour le coup) du Ballet des crabes et de L’Ordinatrice. J’ai eu la chance de la rencontrer naguère. J’en reste ébloui.

Bref – et même : etc. – un ouvrage décalé, insolent et mieux que ça : indispensable. (380 pages, 27 €, Synthèse nationale, 9 rue Parrot, 75 012 Paris.)

Dans les bonnes librairies ou sur commande cliquez ici

Vous pouvez aussi le commander en ligne cliquez là

Achetez, lisez 

present_logo.png

En kiosque ou sur le site de Présent cliquez ici

22:55 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 07 octobre 2018

LE NOUVEAU LIVRE D'ADRIEN ABAUZIT

affaire-dreyfus-abauzit-2018.jpg

L’affaire Dreyfus – Entre farces et grosses ficelles
Principalement sur la base des enquêtes et débats judiciaires, Adrien Abauzit désintègre le récit académique de l’affaire Dreyfus, en mettant au clair les crimes et rôles de Dreyfus, Picquart et Esterhazy. Les conséquences de l’affaire Dreyfus sont analysées jusqu’à leur fin extrême, sur les champs de bataille de 1914.

360 pages, 22 € Le commander cliquez ici

10:06 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 04 octobre 2018

IL EST SORTI : LE NOUVEAU LIVRE DE GEORGES FELTIN-TRACOL, "POUR LA TROISIÈME VOIE SOLIDARISTE"

20181004_201914.jpg

Vous pouvez le commander en ligne en cliquant ici

Bulletin de commande

 

21:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un nouveau livre de Bernard Lugan : L'Atlas historique de l'Afrique

Atlas historique de l'Afrique.jpg

Des origines de l’Homme aux conflits d’aujourd’hui, au fil de 250 cartes accompagnées de notices explicatives, cet atlas inscrit sur la longue durée, fait le bilan des connaissances historiques autour du continent africain à travers les permanences et les ruptures qui expliquent les crises actuelles et qui permettent d’annoncer celles de demain.

Cet ouvrage, sans équivalent, est l’outil de référence indispensable à tous ceux qui veulent connaître les constantes historiques et ethniques qui fondent la géopolitique de l’Afrique, ou plus exactement des Afriques, et sans la connaissance desquelles tout ce qui est dit ou écrit sur ce continent relève de l’artificialité.

L'Atlas historique de l'Afrique, Bernard Lugan, Editions du Rocher, 424 pages, 250 cartes et illustrations couleur, 33 €, le commander cliquez ici

20:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 septembre 2018

Un nouveau livre de Jean-Claude Rolinat : La bombe africaine et ses fragmentations, aux éditions Dualpha

Bombe-africaine-quadri.jpg

En guise de présentation de ce nouveau livre de Jean-Claude Rolinat, nous vous proposons la belle préface de notre ami Alain Sanders :

La cause est entendue, l’homme blanc est coupable de tous les maux de la création, et en particulier en Afrique noire où la colonisation serait responsable de tous les malheurs qui frappent le continent. La vérité est bien plus complexe et moins simpliste qu’on veut bien le dire. Il est vrai que l’erreur principale du colonisateur aura été, lors de la conférence de Berlin en 1885, de ne pas tenir compte des réalités ethniques et d’avoir découpé, avec gourmandise, ce nouveau « fromage ». Mais l’homme blanc n’allait pas simplement en Afrique pour exploiter les natifs et les richesses continentales, il y allait pour évangéliser et apporter les bienfaits de la civilisation.

Toutes les entreprises coloniales ne furent pas glorieuses, mais celles expérimentées par notre pays furent sans aucun doute, comparées à d’autres colonisateurs, les plus humaines, empreintes d’empathie pour ce que l’on appelait péjorativement les « indigènes ». Des hommes comme Léopold Sédar Senghor ou Houphouët Boigny, ayant atteint les sommets de la hiérarchie politique française, en ont été les preuves vivantes et auraient pu en témoigner.Vaste continent de 30 30 415 873 km² que les soubresauts de la décolonisation (bien souvent bâclée), n’auront pas épargné, les « sept plaies d’Égypte » se sont abattues sur lui : guerres coloniales et postcoloniales ; conflits ethniques ; pénuries d’eau ; famines ; maladies (notamment sida et Ebola) ; corruption, etc.

Et, comme si tout cela ne suffisait pas, l’incapacité et la rapacité de nombre de dirigeants sanguinaires, corrompus, pratiquant souvent le népotisme, jettent une ombre sur la capacité d’une bonne gouvernance dans ces pays. Mais, le mal absolu, le danger suprême pour l’équilibre même de la planète, c’est la démographie explosive, non maîtrisée, de l’Afrique en général et de l’Afrique noire en particulier. De 100 millions d’habitants en 1900, la population du continent est passée à 640 millions dans les années 1990, pour atteindre et dépasser le milliard en 2015 (16 % de la planète, à comparer avec les 9 % de 1950 !). Selon les projections démographiques, sa population pourrait même atteindre plus de deux milliards en 2050 et, 4,4 milliards à la fin du XXIe siècle. Ce phénomène est une menace pour l’Europe, à la population vieillissante. Ce livre n’a pas d’autres prétentions que de rafraîchir les mémoires et d’être un lanceur d’alerte.

L’auteur, successivement cadre administratif, archiviste-documentaliste et journaliste, élu local depuis 1977, aime à parcourir le monde et découvrir ses curiosités naturelles, historiques et politiques. Il a publié chez divers éditeurs 17 ouvrages, biographies de célébrités ou livres de géopolitique.

Son dernier en date est La Hongrie, sentinelle de l'Europe aux Bouquins de Synthèse nationale cliquez là, Bulletin de commande

La bombe africaine et ses fragmentations, Jean-Claude Rolinat, Editions Dualpha, 570 pages, 37 € cliquez là

19:19 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 septembre 2018

Commandez dès maintenant le nouveau livre de Georges Feltin-Tracol

2018 09 GFT TV.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

En savoir plus cliquez ici

 

12:56 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 18 septembre 2018

SORTIE PROCHAINE DU NOUVEAU LIVRE DE GEORGES FELTIN-TRACOL : LA TROISIÈME VOIE SOLIDARISTE (collection IDÉES)

2018 09 GFT COUV 1 .jpg

POUR LA TROISIÈME VOIE SOLIDARISTE :

Au début du XXIesiècle, dans une France à la fois bloquée par des syndicats officiels minoritaires, défigurée par de hauts-fonctionnaires bureaucrates et soumise aux injonctions voraces des firmes transnationales, la question sociale reste d’une brûlante actualité et se découvre complémentaire avec l’enjeu écologique et l’impératif identitaire.

Pendant qu’un étatisme collectivisant gaspille les ressources nationales et les offre aux oligarchies cosmopolites, les prescripteurs d’opinion valorisent toujours l’horreur libérale et célèbrent un étatisme néo-libéral largement intrusif dans la vie privée des habitants.

Georges Feltin-Tracol récuse autant le mirage collectiviste que le remède étatiste et les illusions libérales. Il propose au contraire de renouer avec la vieille tradition française de la troisième voie. Celle-ci se présente sous différentes facettes (le gaullisme de gauche, les solidarismes, l’approche socio-économique du frontisme à certains moments de son histoire, etc.). 

À la fois ouvrage d’histoire des idées politiques contemporaines et approche raisonnée de certaines solutions d’ordre coopératif, Pour une troisième voie solidaristeremet à l’honneur des réflexions économiques et sociales plus que jamais anticonformistes.

Table des matières :

Quelle troisième voie pour le XXIesiècle ?

Saluons le Bastion social de Lyon !

Que fleurissent mille Bastions sociaux !

Quand le socialisme n’était pas la gauche

Sur le socialisme européen de Jean Mabire

Positions tercéristes entre marxisme et libéralisme

Socialisme, libéralisme ou troisième voie ?

La troisième voie selon Bruno Mégret

L’entreprise au-delà des ruines

Qu’est-ce que le solidarisme ?

Aux sources russes du solidarisme

Le grand retour du solidarisme

Notes sur le gaullisme de gauche

L’ergonisme de Jacob Sher

L'AUTEUR :

Collaborateur à la revue Synthèse nationale, aux Cahiers d’histoire du nationalisme et au magazine nationaliste-révolutionnaire Réfléchir & Agir, Georges Feltin-Tracol dirige aussi le site Europe Maxima. Ses plus récents ouvrages sont Éléments pour une pensée extrême(Le Lore, 2016), L’Europe, pas le monde(Le Lore, 2017) et Elementos para un pensamiento extremo(Fides, 2018).

170 PAGES, 20 € + 4 € DE PORT)

Les Bouquins de Synthèse nationale (Collection IDÉES)

Sortie : le 10 octobre 2018

Le commander en ligne dès maintenant : cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

14:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 14 septembre 2018

Sortie du livre (en français) de Tom Van Grieken, Président du Vlaams belang, "L'avenir entre nos mains, révolte contre les élites"

avenir-cover-front-228x228.jpg

Tom Van Grieken est le jeune et déjà expérimenté Président du Vlaams belang. Jeune, parce qu'il est né en 1986 ; expérimenté, parce que, alors qu'il était étudiant au début des années 2000, il s'est engagé dans les rangs du mouvement nationaliste flamand...

Dans un premier temps, il milita dans l'organisation de la jeunesse du VB et, très vite, il en devint responsable, ce qui lui permet de se faire remarquer par ses ainés que sont, entre autres, Filip Dewinter, Philip Claeys ou Gerolf Annemans. Puis, après le départ de ce dernier de la présidence du mouvement, en 2015, il lui succéda donnant ainsi au VB une nouvelle image. Il faut dire que depuis quelques années le mouvement historique, créé par Karel Dillen en 1976, se trouvait concurrencé par un parti nationaliste modéré, le NVA de Bart De Wever, et qu'il était indispensable pour lui de rebondir. 

C'est sans doute cette préoccupation qui guida Tom Van Grieken dans son action et les résultats commencent à venir. Aujourd'hui, le VB revient sur le devant de la scène politique flamande à l'instar de ce qui se passe un peu partout en Europe. Dans quelques semaines, le 14 octobre, se dérouleront les élections et il y a fort à parier, si l'on en croit les pronostiques, que le Vlaams belang remporte quelques beaux succès. 

Afin de faire connaitre ses projets et d'échapper à toutes les supputations, Tom Van Grieken vient de publier son premier livre, L'avenir entre nos mains, révolte contre les élites (Editions Egmont, Bruxelles). De plus, il a eu la bonne idée de faire éditer une version française de celui-cii qu'il a eu la gentillesse de nous la faire parvenir.

Dans cet ouvrage, il dénonce sans réserve les raisons ainsi que les responsables de la situation actuelle et il explique sa conception du renouveau inéluctable à ses yeux de la Flandre. L'auteur se veut optimiste tout en étant conscient des difficultés à affronter pour mettre à bas ce Système sclérosé qui nous impose l'immigration de masse, le mondialisme et la dictature de la pensée dominante. Et, justement, face à ce Système, Tom Van Grieken a deux atouts : sa jeunesse et son expérience...

R.H.

L'avenir entre nos mains, révolte contre les élites, Tom Van Grieken, Editions Egmont - Bruxelles, 290 pages, 9,99 € cliquez ici

16:22 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 11 septembre 2018

"Le dictionnaire du Grand Épuisement français et européen" : un nouveau livre signé Aristide Leucate

Dico-Grand-Epuisement-quadri-190x285.jpg

Aristide Leucate est un observateur attentif de la société d'aujourd'hui. Chaque semaine, dans l'émission "Synthèse" sur Radio Libertés cliquez ici, il nous offre une pertinente chronique sur l'actualité qui ne manque jamais de piquant.

Mais, avant tout, Aristide est un militant non conformiste qui sait que les paroles durent le temps qu'elles durent alors que les écrits, eux, restent. Ainsi, en monarchiste sincère qu'il est, des années durant, il collabora à l'Action française 2000. Depuis la suspension de celle-ci, l'hiver dernier, il donne régulièrement des articles à Boulevard Voltaire, Eléments, Présent, Livr'arbitres, EuroLibertés et... à Synthèse nationale

L'engagement militant est fait de moments exaltants et aussi (plus souvent d'ailleurs) de déceptions tragiques. En 2013, Aristide participa, comme des centaines de milliers de Français, à ce formidable espoir de voir le Système vaciller que fut "La manif pour tous". Mais celle-ci ne resta qu'un espoir et, même s'il fut un moment ébranlé, le Système trouva toutes les parades, même les plus sournoises, pour se maintenir et faire passer sa loi sur le mariage gay, élément parmi d'autres du processus de dissolution des identités. Nous pourrions aussi parler de la prévisible désillusion qui a suivi la Présidentielle de 2017... Mais il en faut plus que cela pour décourager notre homme qui entend bien continuer à secouer "l'implacable torpeur dans laquelle nos contemporains se trouvent plongés".

Pour cela, Aristide Leucate nous propose ce "Dictionnaire du Grand Épuisement français et européen" qui, souhaitons-le, contribuera à faire prendre conscience aux Français, trop souvent anesthésiés et résignés, que tout n'est pas (encore) perdu.

R.H.

Le Dictionnaire du Grand Épuisement français et européen, Aristide Leucate, préfacé par Pierre Le Vigan, Éditions Dualpha cliquez ici, 394 pages, 33 €.

18:01 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 21 août 2018

Les nouvelles publications de Synthèse nationale sont dans les bonnes librairies parisiennes

2018 06 PARIS P PARMENT COUV.jpg

En savoir plus cliquez ici

CHN 14 COUV.jpg

En savoir plus cliquez là

Librairie française : 5, rue Auguste Bartholdi 75015 

Duquesne diffusion : 27, avenue Duquesne 75007 

La Nouvelle librairie : 11, rue Médicis 75006 

11:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 24 juillet 2018

Parution du Cahier d'Histoire du nationalisme sur Oswald Mosley : UN ENTRETIEN AVEC RÉMI TREMBLAY, SON AUTEUR, SUR EUROLIBERTÉS

CHN 14 COUV.jpg

Source EuroLibertés cliquez ici

« Bien qu’il fût un homme d’action, Oswald Mosley fut aussi un homme de réflexion et beaucoup de ses idées restent d’une actualité brûlante. Au niveau économique, sa critique du libre-échangisme et de la mondialisation semble aujourd’hui quasi prophétique »

En quoi Mosley reste-t-il pertinent en 2018 ?

Outre le fait que, comme le pensait François Duprat, nous nous devons de connaître l’histoire du nationalisme, de ses échecs et réussites, pour pouvoir apprendre des erreurs et succès passés, l’étude de Mosley et de ses politiques est extrêmement importante.

Tout d’abord, bien qu’il fût un homme d’action, il fut aussi un homme de réflexion et beaucoup de ses idées restent d’une actualité brûlante. Au niveau économique, sa critique du libre-échangisme et de la mondialisation semble aujourd’hui quasi prophétique. Mais il n’a pas fait que prévoir les problèmes qui allaient surgir, il a offert des pistes de sortie et ceux qui s’opposent au mondialisme y verront des solutions concrètes pour se sortir de l’impasse actuelle. On peut facilement imaginer que, s’il n’avait pas revêtu la chemise noire avant la guerre, il serait devenu l’un des penseurs les plus influents en matière d’économie, à l’instar de son ami John Maynard Keynes.

Au niveau géopolitique aussi, particulièrement dans les dernières décennies de sa vie, il se démarqua en mettant en avant une Europe unie dans un monde multipolaire. En ce sens, il précède l’eurasiste Alexandre Douguine, et contrairement à des penseurs comme Jean Thiriart, il ne sombra pas dans la vision d’une Europe jacobine qui aurait nié les identités régionales ou même nationales. Avec l’échec de l’Europe de Bruxelles, l’alternative qu’il présente reste tout à fait pertinente.

Contrairement à ce que l’on entend parfois, Mosley était loin d’être un marginal…

Tout à fait ! Mosley était un aristocrate fort apprécié de la haute société et il se maria d’abord avec Cynthia Curzon, dont le père Lord Curzon était un homme important, ayant notamment été vice-roi des Indes. Lors du mariage, nombre d’aristocrates furent présents, y compris le couple royal belge. Dans ses premières années en politique, il était une véritable vedette de par son éloquence, sa rigueur et l’originalité de sa pensée. Tant au Parti conservateur que plus tard au Parti travailliste, il était pressenti pour un jour gouverner le Royaume-Uni. Mais, il préféra défendre ses convictions, plutôt que de se compromettre, risquant et sacrifiant sa carrière politicienne qui, aux dires de tous les historiens sérieux, l’aurait mené à de grandes responsabilités.

Il faut ajouter que même lorsqu’il quitta les partis dits respectables pour fonder la British Union of Fascists, il continua à jouir du respect d’une partie de la haute société britannique et d’une partie de l’intelligentsia.

On connaît le Mosley de l’avant-guerre, mais qu’en est-il du Mosley de l’après-guerre ?

C’est bien là un des drames de la vie de Mosley qui considérait que la période de l’après-guerre fut sa période la plus féconde et aussi, faut-il le mentionner, la plus longue. Après la guerre, durant laquelle il put lire et étudier à cause de son internement, il développa l’idée d’une « Nation Europe » basée sur un socialisme européen qui n’a rien à voir avec celui promu par les Soviétiques ou même les Travaillistes. Il développa aussi une critique constructive de l’œuvre nietzschéenne, jetant les bases d’une pensée européenne, inspirée autant par Goethe que par les philosophes grecs, dans laquelle la volonté d’accomplir devient l’ambition ultime de l’homme.

Dans le domaine plus concret et terre à terre, il fut également l’un des premiers politiciens à proposer la remigration et à entrevoir les défis démographiques et sociaux liés à une immigration de masse qui ne faisait à l’époque que débuter.

Rémi Tremblay, directeur du magazine québécois Le Harfang, cliquez ici, est aussi l'auteur d'un autre Cahier d'Histoire du nationalisme consacré à Adrien Arcand cliquez là

Acheter ce livre en ligne cliquez là

Bulletin de commande

samedi, 21 juillet 2018

Il vient de sortir : avez-vous commandé le "Guide sulfureux du Paris réac et facho" ?

2018 CHN 14 PUB.jpg

Ce guide sort très prochainement.

Commandez le dès maintenant cliquez ici

Bulletin de commande

Info SN : les personnes qui l'ont déjà commandé vont le recevoir dans les jours qui viennent et il sera en vente à partir de jeudi dans les bonnes librairies non conformistes.

09:30 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 04 juillet 2018

Après la fermeture contrainte de Facta : LA NOUVELLE LIBRAIRIE OUVRE À PARIS

Diapositive1.jpg

01:18 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 juin 2018

Parution prochaine du Guide sulfureux du Paris "réac et facho"...

2018 06 PUB GUIDE 3.jpg

Commandez le dès maintenant cliquez ici

380 pages, des centaines d'adresses

et de nombreuses illustrations

27 € + 4 € de port

Voici une histoire des rues de Paris qu’une France en proie aux Droits de l’homme aimerait en grande partie effacer. On est d’abord partie à la recherche des lieux de résidence des écrivains que nous aimons, pas seulement de droite, et dont certains, pas les moins talentueux d’ailleurs, furent ce que l’on appelle des « collabos » alors qu’ils cherchaient une issue à une France démocratique qui s’enfonçait – et s’enfonce toujours -, dans la décadence. Dans un deuxième temps, on s’est penché sur ces lieux emblématiques occupés par les Allemands durant l’Occupation – et ils ont eu la main lourde -, dont beaucoup sont toujours le témoignage d’une grandeur passée.

On ne pouvait pas non plus passer à côté des hauts lieux de cette Révolution dont se gargarisent nos intellos de gauche dont une guillotine aveugle est venue alimenter de trop nombreux charniers, transformés dans le meilleur des cas en cimetières. Leur France des Lumières sent passablement le roussi.

Enfin Paris est un livre d’architecture passionnant. On a noté quelques ouvrages remarquables. Car il n’est pas sûr que les chapitres d’aujourd’hui et à venir témoignent de la même grandeur que ceux d’hier.

On n’a pas oublié les hauts lieux – mais c’est loin d’être exhaustif -  de tous ces militants dits d’extrême-droite qui s’obstinent à transmettre le flambeau, de génération en génération, d’une France patriote qui plante ses racines en Grèce dans le doux murmure de l’Iliade et l’Odyssée.

L'auteur : Patrick Parment

Editorialiste aux éditions Atlas, a commencé sa carrière de journaliste avec la création du Figaro Magazine ; rédacteur en chef du supplément de l’hebdomadaire Femme d’Aujourd’hui ; chef du service politique de Votre dimanche ; rédacteur en chef d’une lettre numérique hebdomadaire, Le Journal du chaos, collaborateur régulier à Synthèse nationale.  

2018 06 guide pub 2.jpg

15:19 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 juin 2018

La collection de Pour un Ordre nouveau :

Diapositive1.jpg

Pour les acheter cliquez ici

POUR UN ON 9.jpg

Bientôt, des nouveaux numéros seront proposés...

 

09:10 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 13 juin 2018

Réédition du livre de Gilles Mauger consacré à José-Antonio Primo de Rivera

Unknown.jpgGilles Mauger, dans cet ouvrage consacré à José Antonio Primo de Rivera, ne s’intéresse que secondairement aux événements et à la politique. Il s’applique en effet surtout à cerner le plus intimement possible la personnalité du chef de la Phalange, nous pourrions même dire son âme puisque c’est en catholique que l’auteur considère la vie du nationaliste espagnol.

Voici en quels termes il la résume dans son avant-propos : « Renoncer à tous les avantages de la jeunesse, du rang, de la fortune, aux joies silencieuses de l’étude et de la méditation, à la douceur d’un foyer, se donner totalement à une tâche d’union et de justice, souffrir de la haine et de la brutalité de ceux-là même qu’on veut sauver, être fusillé à 33 ans et accepter la mort avec sa valeur rédemptrice... tel fut José Antonio. »

Réédité pour la première fois depuis sa parution en 1955, le livre est enrichi d’une préface d’Alain Escada, président de Civitas, d’une postface d’Hélène Grimaldi, présidente du Cercle franco-hispanique, et d’une chronologie.

José Antonio Chef et Martyr, Gilles Mauger, préface d'Alain Escada et postface d'Hélène Grimaldi, Reconquista Press, 2018 (1ère édition en 1955),196 pages, 16 €

22:15 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook