Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 janvier 2020

JEUDI 23 JANVIER : REMISE DU PRIX DES LECTEURS DE PRÉSENT ET DE LIVR'ARBITRES

82088899_2666686200075290_4970342751448072192_n.jpg

00:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 08 janvier 2020

Un nouveau livre-fiction d'Alcide Gaston (éditions du Lore) au titre "original" : Mort aux fafs...

82553084_2527825307487576_9185582290359549952_n.jpg

En ce début d’année 2020, parution d’une nouvelle fiction d’Alcide Gaston intitulée Mort aux Fafs.

Dans cette véritable catharsis littéraire, Alcide Gaston érige plus que jamais l’excès au rang de purge existentielle, exercice ô combien périlleux et réservé à une certaine trempe d’hommes différenciés.

Confrontant volontiers le phantasme à la triste réalité, ce nouveau scandale éditorial plongera le lecteur dans une intrigue au sein de laquelle le « camp national » subit l’inenvisageable.

Fort éloigné d’un quelconque style d’écrivain « con-for(t)-maté », cette contribution de Gaston rappelle avant tout aux jeunes malappris dotés d’égos démesurés, qu’il en cuira à quiconque néglige le respect que l’on doit à celles et ceux qui nous ont précédés sur le chemin menant à la Victoire !

Mort aux fafs, Alcide Gaston, Les éditions du Lore, 2020, 82 pages, 12 euros

Pour commander cliquez ici

11:03 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 02 janvier 2020

Notre confrère et ami canadien "Le Harfang" vient de publier un article sur le livre "Pour une 3e voie solidariste" de Georges Feltin-Tracol

2018 10 GFT LIV ANNONCE 2.jpg

Source cliquez ici

Le dernier ouvrage de Georges Feltin-Tracol, Pour la troisième voie solidariste, est un ouvrage de fond réunissant divers articles offrant des exemples concrets et réels d’alternatives au faux dilemme du libéralisme versus marxisme. Facile à lire et surtout à comprendre, l’auteur, que nous avions interrogé pour le Harfang cet été, est un penseur libre qui refuse les étiquettes et cherche réellement une voie tierce nous permettant de se sortir du marasme actuel.

Car il faut le dire, le marxisme a échoué – personne ne le niera – et le libéralisme est également en faillite, comme nous le prouve constamment l’actualité économique. Endettement, délocalisations, crises à répétition, effritement des classes moyennes, voilà le bilan sombre du régime où nous sommes, qui ne risque pas de se réformer tout seul avec l’arrivée de la robotisation et de l’automatisation à grande échelle.

En fait, loin de s’humaniser, le libéralisme s’est transformé en néo-libéralisme mondialiste, véritable rouleau compresseur des peuples.

Plus que jamais, non seulement une troisième voie est possible, mais elle est nécessaire à notre survie en tant que peuple, en tant que nation et même en tant qu’individus.

Alors, quelle voie emprunter ?

Tony Blair, l’ancien premier ministre britannique, conscient de l’échec des deux grandes idéologies se revendiqua lui-même d’une troisième voie, « au-delà de la droite et de la gauche ». Emmanuel Macron fit de même et osa même se revendiquer d’un certain solidarisme, un terme qui n’a certes pas le même sens dans sa bouche que dans la nôtre. Face à cette tentative de cooptation d’une troisième voie éventuelle, Feltin-Tracol dresse quelques impondérables, quelques éléments d’une véritable troisième voie.

Au niveau macro-économique, donc de la nation, les principes qui doivent être adoptés sont les suivants :
1 – libre marché dans certains domaines
2 – contrôle étatique dans les domaines d’intérêt général
3 – formations de coopératives, de mutuelles et autres entreprises de co-gestion ou de co-propriété

Au niveau micro-économique, donc de l’entreprise, c’est la gestion organique, inspirée notamment des idées de Hyacinthe Dubreuil, qui doit primer. Les travailleurs doivent participer à l’avancement de l’entreprise et en recevoir les justes bénéfices. C’est donc une voie tierce, qui existe sous différents modèles qui refuse l’exploitation des travailleurs par le patronat, comme sous le modèle capitaliste, ou à l’inverse l’opposition entre les travailleurs et le patronat, comme préconisée par le marxisme. Une troisième voie se doit de favoriser la concorde, la bonne entente.

Les exemples concrets de ce genre de gestion foisonnent. Nombreux sont les modèles tercéristes qui furent mis en place au sein d’entreprises pour améliorer le rendement, mais pour également donner un sens au travail des employés qui deviennent de véritables partenaires ou associés, et pas dans le sens que Wal Mart donne à ce terme. Pensons à la vision des gaullistes de gauche qui mettaient de l’avant un partenariat capital-travail ou à celle du Front national historique prédatant son « renouveau libéral » ou encore à l’ergonisme de Jacob Sher ou bien à celle de la Doctrine sociale de l’Église ou du corporatisme catholique de René de la Tour du Pin… les alternatives sont légion!

La première troisième voie qui apparut, historiquement parlant, fut le socialisme. Ceux s’en revendiquant, après la Révolution, voulurent faire en sorte que les droits politiques se doublent de droits économiques. Ni de droite royaliste, bien que la droite royaliste avait à cœur les avancées sociales comme le démontra Maurras qui parlait de l’Ancien régime comme un État « hiérarchique, socialiste et communautaire », ni de gauche bourgeoise, cette dernière étant souvent la classe exploitant les travailleurs, des socialistes comme Louis-Auguste Blanqui, Pierre-Joseph Proudhon, puis plus tard Georges Sorel, Raoul Roy et Jean Mabire, esquissèrent le schéma d’une société plus juste et équitable. Ces noms, la gauche n’ose pas s’y référer tant ils ont peu de lien avec le programme qu’ils mettent désormais de l’avant et d’ailleurs, comme l’ont bien démontré Jean-Claude Michéa et Thibault Isabel, ces socialistes n’étaient pas « de gauche ». Pourtant, si le socialisme représente une alternative réelle, Feltin-Tracol ne préconise pas l’emploi de ce terme, galvaudé par la gauche et vidé de son sens. Mieux vaut se chercher une autre étiquette que de se coller à celle revendiquée par un François Hollande et un Bernard-Henri Lévy.

« Pour une évidente clarté sémantique, écrit-il, il serait préférable de laisser au Flamby normal, à l’exquise Najat Vallaud-Belkacem et aux morts vivants du siège vendu, rue de Solférino, ce mot de socialiste et d’en trouver un autre plus pertinent. Sachant que travaillisme risquerait de susciter les mêmes confusions lexicales, les termes de solidarisme ou, pourquoi pas, celui de justicialisme, directement venu de l’Argentine péronisme, seraient bien plus appropriés. »

À la recherche d’une troisième voix effective, l’auteur nous replonge d’abord dans la vision tercériste promue par Christian Bouchet, puis dans le solidarisme de Jean-Gilles Malliarkis et Jean-Pierre Stirbois, repris depuis quelques années et remis au goût du jour par Serge Ayoub. En fait, le solidarisme est né au 19ème siècle avec le radical Léon Bourgeois et de là se répandit tant en Belgique, qu’en Allemagne et en Russie où on le représentera avec le Trident, symbole toujours employé par les solidaristes. En Russie, il connut ses heures de gloire sous le sigle NTS, qui représentait ces solidaristes opposés activement au régime soviétique. Notons que le terme « solidarisme » n’a aucun, absolument aucun, lien avec Québec solidaire qui allie marxisme économique et culturel dans une ambiance post-soixante-huitarde. Le solidarisme tel qu’envisagé par ses défenseurs et théoriciens n’est pas qu’un système économique et représente une réelle alternative aux démocraties libérales.

Pour l’auteur, comme pour les activistes se réclamant aujourd’hui du solidarisme, cette vision du monde s’ancre dans le réel, dans les peuples avec leurs identités propres et de ce fait refuse toute homogénéisation ou folklorisation tels que promues par le libéralisme et même le marxisme. L’identité des régions, des cultures doit être préservée pour que puisse s’articuler une véritable solidarité des peuples. Ce n’est qu’en étant Breton que l’on peu se faire le compagnon de lutte du Québécois. De même qu’un Irlandais fier de ses origines sera à plus à même de comprendre la réalité d’un Corse.

Notons d’ailleurs un fait qu’on ne peut passer sous silence, soit l’intérêt de Feltin-Tracol pour notre Amérique à nous, celle du lys. Il écrit ainsi que le solidarisme doit « soutenir la lutte méconnue des peuples d’ethnie française en Amérique et en Europe (Québécois, Acadiens, Cajuns, Francos, Métis de l’Ouest canadien, Valdôtiens, Wallons, Jurassiens…).

La francité est plus que jamais ce cercle d’appartenance manquant entre la France et une francophonie un peu trop mondialiste. » De savoir que nous ne sommes pas oubliés de nos cousins français fait chaud au cœur.
L’étude de Feltin-Tracol ne se limite pas au solidarisme et l’auteur nous invite à nous plonger dans l’étude du péronisme, du justicialisme argentin, émulé d’une certaine façon par le général Guillermo Rodriguez Lara en Équateur et par une multitude de mouvements d’Amérique latine. L’exhortation d’un Paul Bouchard et des frères O’Leary à nous intéresser à l’expérience de nos frères latins d’Amérique prend ici tout son sens. L’expérience argentine ne démontre-t-elle pas qu’entre le libéralisme et la gauche marxiste peut exister un courant réellement patriote et social?

Le libyen Mouhamar Kadhafi instaura lui aussi un régime préconisant une voie tierce, affirmant que « capitalisme et marxisme sont les deux faces d’une même réalité ». Il instaura ainsi une gestion participative du travail, les usines étant cogérées par les patrons et les employés. Plusieurs exemples dans le même genre, notamment celui du libanais Pierre Gemayel du parti arabe Baas, cofondé par le chrétien orthodoxe Michel Aflak, nous rappellent que si les systèmes de troisième voie sont moins communs que ceux se revendiquant du libéralisme ou du marxisme, ils ne sont pas, loin s’en faut, une utopie irréalisable.

Il souligne aussi le militantisme de fait réalisé par le Bastion social, qui fut interdit depuis, mais qui inspira de nombreuses autres initiatives, dont ici au Québec avec les œuvres pour les démunis réalisées tant par Storm Alliance que par Atalante. Cet activisme mettant en place des organismes solidaires est loin d’être une opération de communication, le social a toujours fait partie des priorités des identitaires. Les problèmes sociaux sont une urgence à laquelle il faut répondre non par des théories ou des slogans, mais par des actions concrètes. Ces actes forment la base de futurs contre-pouvoirs, d’une contre-société s’élevant en marge du système actuel. L’implication sociale n’est pas un correctif apporté pour lutter contre les abus de la société libérale, mais une partie prenante du projet de société.

Ce livre devrait être lu par tous les chefs de PME, mais aussi par les politiciens qui nous gouvernent et qui trop souvent manquent d’originalité, emboitant automatiquement le pas à leurs prédécesseurs sans jamais ne remettre en question leurs principes. Les exemples mis de l’avant par Feltin-Tracol ne sont ni irréalisables, ni utopiques, il faut seulement accepter de regarder ailleurs et de penser en dehors du cadre rigide que l’habitude et l’inertie nous ont imposé. Au fond, « les positions tercéristes ne sont finalement que des positions de bon sens, une adhésion au bien commun de la civilisation européenne. La troisième voie est au fond l’autre nom de la concorde organique. »

Georges Feltin-Tracol, Pour la troisième voie solidariste, Synthèse nationale, 2018, 171 p.

Le commander en ligne cliquez là

 

13:54 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 30 décembre 2019

L'histoire de la FANE racontée par... Rivarol

80227177_198874844823640_3914454440777613312_o.jpg

Robert Spieler, Rivarol cliquez ici

La FANE, une étrange organisation

Franck Buleux nous offre, aux éditions Synthèse nationale, un panorama de ce que fut la Fédération d’action nationale européenne (FANE), qui exista un peu plus de quatorze ans, entre 1966 et 1980. Fondée par Marc Fredriksen (1936-2011), un employé de banque résidant au cœur de la Seine-Saint-Denis, célibataire, amateur invétéré  de tabac, fumant la pipe, peu charismatique, la FANE fut, dit Franck Buleux, « probablement l’ultime tentative, sur notre territoire, de former un parti révolutionnaire, d’inspiration nationale-socialiste européenne ». Après l’échec des nationaux, soutiens de Jean-Louis Tixier-Vignancour, à l’élection présidentielle de 1965, le mouvement entreprit de dépasser les deux thématiques traditionnelles de l’extrême droite française : le nationalisme étatique et l’anticommunisme.  Qui était l’ennemi principal, selon l’expression de Carl Schmitt et de Julien Freund ? La guerre des Six-Jours permettra de le désigner : ce seront l’ensemble des soutiens à Israël, y compris, et même surtout, parmi les organisations et cadres de l’extrême droite concurrente. Le Système considéra (ou plutôt fit semblant de considérer) que la FANE était cet astre sombre, expression d’une internationale brune, un danger quasi mortel pour la démocratie, et finit, bien sûr, par la dissoudre.

La FANE, un mouvement national-socialiste

La FANE, qui militait « pour une Europe populaire, unitaire et blanche » est née le 8/4/1966 de la fusion de trois groupuscules : le Comité de soutien à L’Europe réelle, les cercles Charlemagne, issus d’Occident, et Action Occident que présida Marc Fredriksen, qui fut aussi membre de la Restauration nationale. Tout cela ne représentait que quelques dizaines de militants. La revue Notre Europe, organe de « combat pour un nouvel ordre européen » en sera l’organe de presse. Elle fusionnera avec les Cahiers européens de François Duprat, après son assassinat en mars 1978. Passons rapidement sur quelques événements qui jalonnèrent la vie de ce mouvement. En 1970, la fusion avec Jeune Europe, mouvement dirigé par Nicolas Tandler ; en 1973, la tentative de diffusion dans les kiosques de la revue : un échec financier qui entraîne la disparition de la revue pendant cinq ans ; la candidature de Marc Fredriksen aux législatives de 1978 (1,4% des suffrages) sous l’étiquette Front national. Décidément, on n’était pas encore dans l’ère de la dédiabolisation ! L’assassinat de François Duprat le 18/03/1978 ; Le Congrès « fasciste européen, le26/01/1980 à l’hôtel Sofitel, à Roissy, en présence de délégations européennes. Le congrès se tient malgré l’interdiction préfectorale avec comme slogan quelque peu optimiste : « FANE vaincra ! ». Ce sera un des prétextes pour la dissolution du mouvement, quelques temps plus tard. La menace de dissolution amène la création des Faisceaux nationalistes européen, comme structure de repli. Henry-Robert Petit, ancien secrétaire général du Rassemblement anti-juif avant la Seconde Guerre mondiale, puis adjoint de Louis Darquier de Pellepoix, responsable des Affaires juives durant l’Occupation, proche de la FANE, en sera le dirigeant sur le plan administratif. Et puis, il y aura l’attentat meurtrier de la gare de Bologne (85 morts et plus de 200 blessés, le 2 août 1980), et la mise en cause de la FANE dans ce massacre, en la personne de l’inspecteur de police français Paul Durand, membre du bureau politique du parti et responsable des relations avec les nationalistes révolutionnaires transalpins.  Il n’y était évidemment pour rien, mais le pouvoir en prit prétexte pour dissoudre le parti, le 03/09/1980. La dissolution eut donc lieu avant l’attentat contre la synagogue de la rue Copernic du 10/03/1980. L’attentat sera revendiqué par un provocateur, Jean-Yves Pellay, garde du corps de Marc Fredriksen, au nom des Faisceaux nationalistes européens (FNE) qui avaient succédé à la FANE. Nous y reviendrons car l’affaire est pleine d’enseignements. Mais quel était le programme de la FANE ?

Lire la suite

11:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 décembre 2019

"Rouge et jaune pour le Hussard", un nouveau roman de Thierry Bouclier à offrir... et à lire

RougeJaune.png

L’automne est proche. Le jour se lève sur le Cap Ferret. Victoria, une jolie poupée blonde de vingt-quatre ans, se réveille dans un Porsche Cayenne. À ses côtés, trois cadavres. Chacun une balle dans la nuque. Que fait-elle là ? Est-elle la meurtrière ? Ou la victime d’un odieux traquenard ? Elle n’aurait pas dû tirer sur son shit. Elle ne se souvient plus de rien. Des silhouettes inquiétantes ne tardent pas à surgir. Seule, Victoria n’échappera pas à ses poursuivants. Heureusement, son chemin croise celui de Julien Ardant, dit le Hussard. Cette nouvelle aventure du Hussard conduit le lecteur dans les méandres du monde des avocats et de la vigne.

Rouge et jaune pour le Hussard, Thierry Bouclier, Editions Auda Isarn, collection "Le Lys noir", 2019, 152 pages, 12 euros cliquez là

Thierry Bouclier est avocat à la Cour. Il est notamment l’auteur d’un roman noir, Le Dernier des occupants cliquez ici, paru également chez Auda Isarn.

22:13 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ouverture d'une nouvelle librairie non-conformiste à Paris (VIIe) : la Librairie Vincent

librairie-facta-04-950x400.jpg

Source Paris Vox cliquez ici

toujours une bonne nouvelle de voir l’ouverture d’une nouvelle librairie. La nouvelle est encore meilleure quand elle est ouverte par Vincent qui a longtemps œuvré au côté d’Emmanuel Ratier.

La Librairie est dotée d’un grand fond de livres neufs et d’occasions. On pourra notamment y trouver la revue toujours bien informée : Faits et documents.

NDLR SN : vous pourrez y trouver la revue Synthèse nationale, les Cahiers d'Histoire du nationalisme et les livres publiés par Synthèse éditions.

INFORMATIONS PRATIQUES

115 avenue de La Bourdonnais 75007 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 12h30 à 19h30 (fermeture en août).

Métro le plus proche : École Militaire (ligne n°8).

Lignes de bus à proximité : lignes 28-80-82-86-92. Arrêt École militaire.

15:42 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 décembre 2019

Une fin de semaine bien remplie

À Rungis et à Paris :

Présentation1.jpg

2019 12 CFH MESSE.jpg

Affiche avec Makine.jpg

À Nantes :

I-Grande-37598-grande-fete-du-livre-a-nantes-7eme-edition-le-dimanche-15-decembre-2019.net.jpg

En savoir plus cliquez là

13:20 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 11 décembre 2019

Pour mieux comprendre l'Italie des années 1930...

4444.jpg

Pour les commander cliquez ici

21:15 Publié dans Livres, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 09 décembre 2019

Dimanche prochain, 15 décembre : "Lire sous les sapins", ventes et dédicaces de livres organisée par Anne Brassié et TV Libertés

Affiche avec Makine.jpg

Venez nous retrouver sur

le stand de Synthèse nationale.

12:46 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

PARUTION DU LIVRE RELATANT LES 13 ANS DE COMBAT DE SYNTHÈSE NATIONALE

Présentation2.jpg

LE COMMANDER CLIQUEZ ICI

07:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 08 décembre 2019

Sortie prochaine du "Dictionnaire sulfureux" de Philippe Randa

2019 12 dico ph randa.jpg

Le commander dès maintenant cliquez ici

11:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 07 décembre 2019

Dimanche 15 décembre : fête du livre de Nantes

I-Grande-37598-grande-fete-du-livre-a-nantes-7eme-edition-le-dimanche-15-decembre-2019.net.jpg

En savoir plus cliquez ici

00:15 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 06 décembre 2019

Sortie la semaine prochaine du livre "Pour une Synthèse nationale" de Roland Hélie

2017 06 CH H D ELLOY 1.jpg

Commandez-le dès maintenant cliquez ici

11:57 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les éditions Déterna viennent de rééditer "Mussolini intime" de Vittorio Mussolini

Mussolini-Intime-quadri.jpg

Entretien avec Philippe Randa qui vient de rééditer Mussolini intime aux Éditions Déterna ; livre écrit par le fils du Duce Vittorio Mussolini.

(Propos recueillis par Aliénor Marquet)

Il y a près d’un siècle apparaissait un nouveau vocabulaire politique : celui du fascisme dont les idées devaient marquer le XXe siècle en lettres de feu et de sang.

Découvrir le créateur du fascisme, c’est précisément ce à quoi nous convie Vittorio Mussolini, le fils du dictateur italien. Découvrir Mussolini au quotidien, son vécu au jour le jour en famille, raconté au gré d’une mémoire qui, volontairement, néglige l’homme public pour mieux cerner le souvenir du « Padre ». Il s’agit véritablement, comme le titre du livre l’indique de Mussolini dans l’intimité.

Ce livre est aussi celui de l’histoire d’une famille très forte, très unie, très italienne, dont le nom domina un pays tout entier pendant plus de vingt ans…

Nettement divisée en deux clans, celui des hommes et celui des femmes, cette « famiglia » typique, que l’on aurait fort bien pu croiser dans les faubourgs de Marseille ou de New York voici encore trente ou quarante ans, possède son histoire propre, fondée sur la misère, l’opiniâtreté, le courage et l’espérance, qui sont le lot des émigrés. Mussolini qui rêva de l’Amérique partit finalement à la conquête de son propre pays. C’est chez lui qu’il fit fortune.

Voici Mussolini et ses femmes – épouse, filles ou maîtresses – construisant simultanément sa propre légende, l’histoire de sa patrie et le bonheur fragile de sa famille. Mussolini travailleur infatiguable, socialiste et fasciste, humble chef de famille et potentat, lucide et illuminé, froid et désemparé, Mussolini vivant, réanimé par son fils Vittorio, son propre sang.

Ce fils, Vittorio, était rès proche de son père, notamment durant la République de Salo ; il l’accompagnait jusque chez le Führer…

En effet, ce fut le cas notamment après la libération par Otto Skorzeny, en septembre 1943 de Mussolini, prisonnier au Grand Hôtel du Campo Imperatore. Vittorio rejoignit son père directement au grand quartier général du Führer où celui-ci demanda au Duce de retourner en Italie afin d’y reprendre le Pouvoir. Le 16 septembre suivant, celui-ci annonça à la radio : « À partir d’aujourd’hui, je reprends la direction suprême du fascisme en Italie. »

Ce fils Vittorio, qui était-il ?

Passionné de cinéma, Vittorio Mussolini (1916-1996) dirigea le magazine Cinéma et fut président de la maison de production, l’Alliance Cinématographique Italienne. À la mort de son frère Bruno en 1941, il hérita de la présidence de la Fédération de boxe italienne. Durant la république de Salo, il s’activa pour la reconstruction d’un gouvernement fasciste en Italie. Producteur de films, scénariste dans les années 1940, il s’exila en Argentine où il vécut sans plus s’occuper de cinéma. Revenu en Italie en 1967, il y passa le reste de ses jours.

Source EuroLibertés cliquez là

Mussolini intime, Vittorio Mussolini, éditions Déterna, collection « Documents pour l’Histoire », 212 pages, 25 euros. Pour commander ce livre cliquez ici

10:28 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 05 décembre 2019

Sorties prochaines aux Bouquins de Synthèse nationale

Diapositive1 copie 10.jpg

Treize ans de combat rassemblés dans un livre...

Au moment où Synthèse nationale s’apprê-te à franchir un nouveau cap et afin de comprendre le chemin parcouru depuis la création de notre revue, il nous a semblé utile de publier un nouveau bilan de notre action.

Ce livre rassemble tous les éditoriaux de Roland Hélie publiés dans les 52 livraisons de Synthèse nationale parues à ce jour. Vous y trouverez aussi un historique, année par année, de notre organisation.

À travers cette suite de prises de positions et ce récapitulatif de notre action, vous pourrez ainsi juger le bien-fondé de notre démarche politique.

Pour une Synthèse nationale, Roland Hélie, 2019, 320 pages, 24 euros + 5 euros de port. Sortie le 13 décembre 2019

L'acheter en ligne cliquez ici 

2019 11 Dico Ph Randa.jpg

Le dictionnaire sulfureux de Philippe Randa

Un cadeau parfait pour ceux auxquels vous voulez le plus grand bien ainsi que pour ceux qui vous ont aga-cés au cours de l’année...

Vous trouverez dans ce dictionnaire plusieurs dizaines de définitions revues et corrigées par Philippe Randa,  par ailleurs directeur du site de réinformation EuroLibertés, donc volontairement politiquement « incorrectes », qui risquent fort d’énerver les thuriféraires de la pensée dominante et tous les justiciers du Système.

À mettre au plus vite entre toutes les mains...

Le dictionnaire sulfureux, Philippe Randa, 2019, 170 pages, 23 euros + 5 euros de port.Sortie le 13 décembre 2019.

L'acheter en ligne cliquez ici 

Vous pouvez aussi commander ces deux ouvrages à Synthèse nationale 9, rue Parrot CS 72809 75012 Paris (chèque à l'ordre de Synthèse nationale).

23:56 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 02 décembre 2019

RAPPEL Dimanche 8 décembre : Fête du livre de Renaissance catholique

p1-fetedulivre-rc.jpg

Plus d'informations cliquez là

16:15 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 04 novembre 2019

Franck Abed analyse la révolte des Gilets jaunes

gilets-jaunes-les-raisons-d-un-echec.png

Franck Abed est un historien engagé. Il est monarchiste et catholique de tradition. Et cela ne l'empêche pas de s'intéresser de près à ce qui se passe dans le monde et en France en particulier. De la même manière, il a toujours privilégié les moyens modernes de communication. Ainsi, il y a une dizaine d'année, il fut un précurseur en réalisant des entretiens filmés de qualités avec les responsables et les écrivains de notre famille politique, assurant ainsi la promotion de bien des les projets qui voyaient alors le jour.

Il est aussi un observateur et un théoricien politique qui analyse l'actualité en restant fidèle à ses idées. Il a donc suivi de près les Gilets Jaunes, mouvement de protestation apparu en France en novembre 2018.

Au fil des semaines, il a rédigé des articles d’analyse sur ce phénomène social, politique et culturel, en rappelant qu’un combat mené sur de mauvaises bases ne pouvait déboucher sur un « Grand Soir » tant espéré par les protestataires. Effectivement, les différentes manifestations organisées par les Gilets Jaunes, loin de montrer la force de la France des sans-grade, ont rappelé que, sans doctrine sûre et sans une organisation digne de ce nom, il était extrêmement difficile de faire vaciller la République.

Nous ne pouvons que vous conseiller de lire le petit livre qu'il vient de publier sur ce conflit qui, bien que démarré avec des références intéressantes, s'est très vite vu récupéré par les larbins du Système.

S.N.

Gilets jaunes, les raisons d'un échec dévoilé, Franck Abed, Editions orviloise, 80 pages, 8 euros

Pour acheter ce livre cliquez ici

23:04 Publié dans Gilets Jaunes, Les entretiens avec Franck Abed, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 30 octobre 2019

Thomas Ferrier DÉDICACERA SON NOUVEAU LIVRE "FASCISMES D'EUROPE" JEUDI 31 OCTOBRE À LA NOUVELLE LIBRAIRIE

Diapositive1.jpg

COMMANDEZ CE LIVRE CLIQUEZ LÀ

Diapositive1 copie 2.jpg

09:58 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 27 octobre 2019

Samedi 9 novembre, présentation du livre "Ordre nouveau raconté par ses militants" à Strasbourg

71716181_141582223824095_7911459123646955520_n.jpg

Achetez le livre cliquez ici

06:49 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 24 octobre 2019

Il y a 63 ans, fin octobre 1956, éclatait l'insurrection nationaliste populaire hongroise à Budapest

73098130_2959372297411361_8373905923218866176_n.jpg

Deux livres relatent cet acte héroïque :

Buda 1 de couv 1.jpg     budapest-1956-insurrection-tome-2.jpg

BUDAPEST 1956 INSURRECTION de David Irving

Pour vous les procurer cliquez ici 

10:07 Publié dans Livres, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 22 octobre 2019

À LIRE : LE NOUVEL ESSAI DE FRANÇOIS BOUSQUET, "COURAGE ! MANUEL DE GUÉRILLA CULTURELLE"

73021597_2495048037278119_2726297166208303104_o.png

"Vivre dans le mensonge nous oblige ou bien à changer de vie ou bien à changer d’idées. La seconde solution étant de loin la plus commode, c’est elle qui s’impose généralement. Comme l’a souvent répété Alain de Benoist, on commence par avoir la stratégie de ses idées et on finit par épouser les idées de sa stratégie."

François Bousquet, "Courage ! Manuel de guérilla culturelle", aux éditions de la Nouvelle Librairie. Pour l'acheter, cliquez ici

RAPPEL :

La conférence de François Bousquet aux Amis franciliens de Synthèse nationale en janvier dernier cliquez ici

11:17 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 21 octobre 2019

Angers, vendredi 25 octobre : présentation du livre "Ordre nouveau raconté par ses militants"

72726561_144713530177631_2523365802627825664_n.jpg

Dans le cadre de la promotion du livre « Ordre nouveau raconté par ses militants » : Jacques Mayadoux sera le vendredi 25 octobre à Angers à 18h, en compagnie de Jean-François Santacroce et de Franck Timmermans, anciens militants d'ON.

RESERVATION SUR INSCRIPTION :

contact@serviam-alvarium.fr

Acheter le livre cliquez ici

17:43 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 19 octobre 2019

"L'Eurovision pour les peuples", le nouveau livre de Bernard Monot, est aussi diffusé par Synthèse nationale

couv-p1-300x440.jpg

L’Union européenne est en train de tuer l’Europe et la France – économiquement, politiquement et culturellement. Certes, à terme, elle s’effondrera d’elle-même, comme toutes les utopies. Mais il est temps de préparer l’après-Union européenne et l’après-euro, en lien avec les pays qui ont déjà recouvré leurs libertés.

C’est à quoi nous invite cet ouvrage. Réquisitoire impitoyable contre les échecs de Bruxelles, c’est aussi un livre de solutions concrètes et d’espoir pour les 28 peuples d’Europe. 

Non, nous ne sommes pas condamnés au lent déclin sous la garde vigilante des eurotechnocrates de l’Union européenne fédéraliste ! Oui, une « Europe des patries » indépendante est possible ! C’est une question de volonté politique. 

À l’approche du pire krach financier occidental, l’heure des choix est venue pour tous les Européens. 

L’auteur : Homme des marchés financiers et excellent connaisseur des arcanes politiques bruxelloises, Bernard Monot a travaillé dans des groupes privés et une institution financière publique, avant de devenir député européen en 2014. Il est intervenu lors des 13es Journées de Synthèse nationale le 13 octobre 2019 à Rungis.

Pour le commander cliquez ici

00:22 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 09 octobre 2019

Catastrophe économique et écologique, risque pour la santé: l'appel de Fabien Bouglé pour arrêter les éoliennes

eoliennes.jpgCe scandale est dénoncé par Fabien Bouglé, qui publie une enquête sur ce sujet.

Fabien Bouglé estime que les éoliennes n’aident pas à la transition écologique et en plus coûtent cher aux contribuables“On a une électricité excédentaire. C’est-à-dire qu’on produit plus d’électricité que nos besoins.

On produit une électricité subventionnée qui coûtent à peu près 100 milliards d’euros selon la Cour des comptes pour une électricité qu’on va revendre au cours du brut à 45 euros le mégawattheure. Donc on finance à fonds perdus, une électricité dont on n’a pas besoin“.

Il affirme aussi que, aujourd’hui, la France est l’un des pays les plus vertueux en ce qui concerne l’énergie décarbonée et d’émission de gaz à effet de serre.

“90% de notre électricité entre le nucléaire et l’hydraulique est non-émettrice de gaz à effet de serre. Et comme on veut remplacer cette électricité par celle des éoliennes qui sont par essence intermittentes, ça conduit à compenser le moment où les éoliennes ne peuvent pas fonctionner par de l’électricité d’origine fossile comme le gaz, le charbon, ou le pétrole”.

Il dénonce un gaspillage d’argent public qui ne permet d’ailleurs pas de financer des projets de recherche sur des alternatives beaucoup plus crédibles.

“J’en appelle à Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie à l’heure où on va ouvrir la convention citoyenne pour le climat, arrêtez les éoliennes !”

Outre l’aspect économique, les éoliennes seraient nocives pour la santé“Il y a eu une étude de la NASA dans les années 80 qui a montré que les infrasons, qui sont faut-il le rappeler une arme de guerre, conduisent à des problèmes de santé grave. Un biologiste allemand qui vient de sortir un livre en juillet 2019 sur les impacts moléculaires des infrasons qui sont diffusés jusqu’à 20km des éoliennes”.

Sans compter que les éoliennes polluent nos paysages.

Source: Le Salon Beige

Rappelons aussi le livre d'Alban d'Arguant sur les éoliennes :

2019 02 EOL PUB LIV.jpg

Le commander cliquez ici

Bulletin de commande

17:47 Publié dans Livres, Revue de presse, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 04 octobre 2019

Un nouveau Cahier d'Histoire du nationalisme (n°17) : La FANE et les ultras des années 1960-1980

Diapositive1 copie 4.jpg

Présentation de ce nouveau Cahier  :

Le sujet est délicat mais il mérite d’être traité. Du milieu des années 1960 jusqu’au début des années 1980, divers groupements se réclamant ouverte­ment du “socialisme national” sévirent en France et défrayèrent la chronique. Ce fut, entre autres, le cas de la Fédération d’action nationale et européenne. Ce mouvement qui resta somme-toute assez marginal eut un retentissement con­sidérable tant il fut présenté comme un épouvantail destiné à discréditer le combat nationaliste par la presse aux ordres de l’époque.

Pourtant, la FANE regroupait des militants sincères et courageux qui payèrent très cher leur engagement. Ils furent calomniés, persécutés et, malgrè tout, la dissolution de leur mouvement fut, à plusieurs reprises, cassée par le Conseil d’État. Quarante ans après, il nous a semblé intéressant de revenir sur cet épisode controversé de l’histoire.

La FANE et les ultras des années 1960-1990, Cahier d'Histoire du nationalisme n°17, Franck Buleux et de nombreuses contributions, 220 pages, 20 euros (+5 euros de port).

Le commander en ligne cliquez là

Bulletin de commande 

Sortie le 12 octobre 2019.

00:15 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Éditions du Lore viennent de rééditer le livre de Horia Sima "L'épopée de la Garde de fer"

lepopee-de-la-garde-de-fer.jpg

Communiqué des Editions du Lore ;

De toutes les « aventures » fascistes européennes du XXe siècle, celle qui naquit en Roumanie sous l’égide de la Légion de l’Archange Michel et de son fondateur Corneliu Zelea Codreanu, demeure l’une des plus intéressantes à bien des égards.

En effet, le Mouvement légionnaire roumain, plus connu en France sous le nom de Garde de Fer, mêla intimement des ambitions politiques à une véritable mystique orthodoxe, se traduisant par une éthique et une discipline rarement égalées.

Horia Sima, successeur au « commandement » de la Garde de Fer après l’emprisonnement de Codreanu, nous livre dans cette histoire du Mouvement légionnaire roumain les luttes et le martyr de ses membres dans un souci de chronologie que le lecteur appréciera.

La première version française de ce document parut à Rio de Janeiro en 1972 et son écho n’eut pas la résonnance escomptée ; c’est la raison pour laquelle une édition sur le sol français semble aujourd’hui toute légitime.

Le commander cliquez ici

Sur Codreanu et la Garde de fer lisez aussi cliquez là

00:07 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 03 octobre 2019

ANGERS, VENDREDI 25 OCTOBRE : PRÉSENTATION DU LIVRE "ORDRE NOUVEAU RACONTÉ PAR SES MILITANTS"

71165288_139626210686363_3591530693198348288_n.jpg

02:00 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 01 octobre 2019

Jean-Marie Le Pen dédicacera le second tome de ses Mémoires à la Nouvelle Librairie le 4 octobre

70387559_2430942563688667_1915590671402532864_o.jpg

Et le dimanche 13 octobre à Rungis :

2019 13 JNI JMLP.jpg

23:04 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 26 septembre 2019

SORTIE PROCHAINE, DANS LA COLLECTION "LES BOUQUINS DE SYNTHÈSE NATIONALE", D'UN LIVRE D'ENTRETIENS AVEC ROGER HOLEINDRE

Diapositive1.jpg

L’une des personnalités les plus marquantes, et aussi des plus attachantes, du mouvement national est incontestablement celle de Roger Holeindre. Militaire, il a combattu en Algérie et en Indochine ; journaliste, il a été grand reporter à travers le monde, écrivain, il a publié de nombreux ouvrages poltiques et historiques, militant, il a été l’un des responsables de la campagne Tixier-Vignancour en 1965, l’un des fondateur du FN en 1973 et il a été député de Seine-St-Denis en 1986... Aujourd’hui président du Cercle national des combattants, le CNC,  il est une figure reconnue et respectée du monde combattant... Toute sa vie, il n’a eu qu’un seul idéal : la France.

Roger a eu 90 ans en avril dernier. Dans ce livre entretien réalisé avec le journaliste Arnaud Menu, il raconte sa vie, ses engagements, ses espoirs et aussi ses peines. Comme on dit souvent dans les milieux nationalistes lorsque Roger Holeindre fait trembler les murs en poussant l’une de ses gueulantes légendaires contre le Système : « et oui, c’est Roger... »

C'est Roger, entretiens réalisés avec Arnaud Menu, Les Bouquins de Synthèse nationale, 160 pages, 20 euros, sortie le 12 octobre 2019.

Le commander dès maintenant cliquez ici

10:57 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 18 septembre 2019

Soirée dédicace du livre "Ordre nouveau raconté par ses militants" mardi soir à la Nouvelle Librairie à Paris

IMG_72281.jpg

Une sympathique soirée littéraire avait lieu mardi soir dans les locaux de la Nouvelle Librairie (11, rue de Médicis dans le 6e arrondissement de Paris).

En effet, Jacques Mayadoux et André Chanclu présentaient et dédicaçaient leur livre "Ordre nouveau raconté par ses militants" (Synthèse éditions). Il faut dire que ce recueil rassemblant une quarantaine de témoignages rencontre un succès certain. Ce qui prouve que, 50 ans après sa création, Ordre nouveau, mouvement mythique des années 1970, suscite toujours autant d'intérêts... Plus de 150 personnes, dont de nombreux jeunes, étaient présentes à cet événement.

Pour information, nos amis Mayadoux et Chanclu seront les 12 et 13 octobre prochains à Rungis, au Rendez-vous Bleu Blanc Rouge de Synthèse nationale cliques là. Vous pourrez ainsi, si ce n'est pas encore fait, acheter leur ouvrage...

Pour le commander en ligne cliquez ici