Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 07 décembre 2015

Avant les Fêtes de Noël et de la St Sylvestre : Roger Holeindre dédicacera son livre “ÇA SUFFIT !“

Holeindre Roger.jpg

Communiqué du Cercle national des combattants :

A la demande de nombreux amis, Roger HOLEINDRE signera plusieurs de ses livres, dont le dernier ÇA SUFFIT !

1 – Le SAMEDI 12 DECEMBRE 2015 de 16h00 à 20h00

Restaurant VILLA SOPHIA (53, rue de Chaillot 75016 PARIS)

2 – Le SAMEDI 19 DECEMBRE 2015 de 10h00 à 16h00

à la Brasserie LE MAGENTA (1, place Magenta 92210 SAINT-CLOUD)

Dans les deux cas, le restaurant sera ouvert et les amis pourront, soit dîner… soit déjeuner.

BONNES FÊTES A TOUS !

Le livre de Roger Holeindre cliquez ici

NDLR : Roger Holeindre était à la 9e Journée de Synthèse nationale le 11 octobre dernier.

17:19 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi prochain, 13 décembre, près de Nantes :

12347735_1737038863183713_5138118427051620503_n.jpg

En savoir plus cliquez là

13:38 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 03 décembre 2015

"BEYROUTH 1976 DES FRANCAIS AUX COTES DES PHALANGISTES" en vente à Paris

Presentation1.jpg

Beyrouth 1976 Des Français aux côtés des Phalangiste, édité par Les Bouquins de Synthèse nationale, est en vente à Paris à :

Facta, 4, rue de Clichy 75009 Paris

Duquesne Diffusion, 27, avenue Duquesne 75007 Paris

Notre Dame de France, 33, rue Galande 75005 Paris

La Librairie française, 5,  rue Auguste Bartholdi 75015 Paris

Vous pouvez aussi le commander en ligne cliquez ici ou par correspondance cliquez là

20:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 02 décembre 2015

A l'initiative de Via Romana, une nouvelle édition du "Blanc Soleil des vaincus" de Dominique Venner

blanc-soleil-vaincus-web.jpg

Dans l’aube dorée du 12 avril 1861 éclate le premier obus de la guerre de Sécession. De part et d’autre, on croit à une guerre courte, fraîche et joyeuse. Ce conflit durera quatre ans. Ce sera le plus sanglant de toute l’histoire américaine. Les pertes seront supérieures d’un tiers à celles des Américains durant la Seconde Guerre mondiale, 618.000 contre 417.000, pour une population sept fois moins nombreuse.

En 1861, les États-Unis ne forment pas une seule nation, mais deux qui sont parfaitement distinctes, le Sud et le Nord. Tout les oppose : le peuplement, les traditions, la civilisation, le climat, l’économie. L’histoire que conte Dominique Venner est celle de la naissance de la nation sudiste, puis de sa résistance à l’agression du Nord industriel, et enfin celle de son meurtre délibéré.

C’est l’histoire vraie d’Autant en emporte le vent. On y retrouve les blanches plantations assoupies dans leur écrin de magnolias, les champs de coton et la douceur de vivre, les gentlemen raffinés et les jeunes filles en crinoline. On assiste au calvaire du Sud, Gettysburg, Atlanta, Appomattox. La résolution de Jefferson Davis, le génie militaire du général Lee, la fougue de Stonewall Jackson ou de Beauregard, l’audace des forceurs de blocus, la témérité des raids de cavalerie, l’héroïsme des femmes sudistes ne pourront rien contre la supériorité écrasante du Nord et sa volonté de conquête.

Le Sud, moins peuplé que la Suisse d’aujourd’hui, succombera sous le nombre, mais son rêve assassiné continue de vivre dans le cœur des hommes généreux.

Le Blanc Soleil des vaincus, Dominique Venner, Editions Via Romana, 362 pages, 24 €, sortie le 10 décembre cliquez ici

NDLR

SN 205 Cerc CN 1.jpgPour mieux connaître la vie et les idées de Dominique Venner, lisez le livre "Dominique Venner Soldat politique" de Basile Cérialis édité il y a un an cliquez là

10:19 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 25 novembre 2015

BEYROUTH 1976, des Français aux côtés des Phalangistes...

liban couv.jpg

Sortie en fin de semaine cliquez ici

Au milieu des années 70 une guerre terrible éclata au Liban. Celle-ci opposait les diverses milices musulmanes aux Phalanges chrétiennes alors dirigées par Béchir Gemayel. Elle ensanglantera le pays du Cèdre pendant de nombreuses années.

A Paris, un groupe d'étudiants est scandalisé par la lâcheté du gouvernement giscardien qui refuse d'intervenir pour soutenir les chrétiens menacés. Ils décident de sauver l'honneur de la France et partent se battre, les armes à la main, à Beyrouth. L'un d'entre eux, Stéphane Zanettacci n'en reviendra jamais.

Emmanuel Albach fut l'un des deux premiers Français à se rendre sur les champs de batailles libanais. Il nous raconte son histoire et nous explique le sens de son engagement.

L'auteur :

Emmanuel Albach a combattu au Liban de janvier à juillet 1976. Il a ensuite étudié l’arabe aux Langues’O avant de faire une carrière de journaliste (le Figaro, AFP, An Nahar arabe et international). Il a publié cinq essais et enquêtes.

Il a rédigé ce témoignage personnel dès son retour de Beyrouth. 40 ans après, alors que les chrétiens d'Orient sont victimes d'une nouvelle tentative d'élimination, il lui a semblé temps de le publier.

Emmanuel Albach est le président de l’AAVFL (Amicales des Anciens Volontaires Français au Liban). Il a reçu du parti Kataëb la Médaille du Combattant pour « acte de bravoure ».

Beyrouth 1976 Des Français aux côtés des Phalangistes, Emmanuel Albach, Les Bouquins de Synthèse nationale, 250 pages, cahier photo, 22 €

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez là

18:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : dimanche 29 novembre, "Lire sous les sapins" organisé par Anne Brassié...

Dernière-mouture.jpg

Charles-Henri d'Elloy dédicacera ses livres

dont le fameux Abécédaire d'un Français incorrect

publié cette année par Les Bouquins de Synthèse nationale

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

3a4e2aca279c2bac2b24861efc4e34ead59a4a44_diapositive2.jpg

12:08 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 23 novembre 2015

Avez-vous lu « Ça calme ! », les meilleurs dessins d’Aramis ?

C-a-calme.jpg

En savoir plus cliquez là

L'acheter en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

23:17 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 21 novembre 2015

Visionnaire : Il y a 120 ans, le colonel Driant annonçait l'invasion de l'Europe par les Djihadistes !

ti_1-46dc554.jpg

Politique-fiction, mais aussi science-fiction, l’œuvre qu’Émile Driant a produite à la fin du XIXe et au début du XXe siècle sous son pseudonyme de Capitaine Danrit envisage les conflits qui pourraient embraser la France dans un futur proche et, anticipant les avancées technologiques, tente de représenter au plus juste les combats à venir. Au moment de la rédaction, en 1894, de l’Invasion noire, Danrit se projette vingt ans en avant et imagine donc les armes qui seront celles du début de la Première Guerre mondiale. Certaines de ses inventions ne verront pas le jour, comme le fusil à gaz ou le « ballon d’acier » à l’allure de soucoupe volante qui joue un rôle si important dans l’intrigue du roman, mais d’autres trouvailles de Danrit seront en revanche promises à un bel avenir : le « téléphonographe à miroir télescopique », par exemple, qui annonce – à la fin du XIXe siècle –  la visio-conférence par internet… Moins anecdotique dans le récit, la guerre bactériologique – mise en œuvre par les djihadistes pour faire sauter le verrou de Constantinople qui leur barre la route des Balkans – reste encore aujourd’hui un motif d’inquiétude pour les responsables de la sécurité des pays occidentaux… Quant aux gaz de combat qui mettront le point final aux trois ans de promenade militaire musulmane, la fureur onusienne se déchaînant de nos jours contre les États accusés (à tort, en général) d’en détenir en dit long sur le traumatisme laissé dans les mémoires par leur utilisation au cours de la Grande guerre.
 
Les ambitions hégémoniques d’un Islam conquérant appuyé sur les masses africaines sont décrites dans le roman à travers les aventures de deux officiers coloniaux français, le capitaine Léon de Melval et le lieutenant Zahner (c’est l’époque où la France pleure son Alsace perdue) qui, assistant au massacre des garnisons européennes en Afrique, sont épargnés en tant que camarades de promotion à Saint-Cyr d’Omar, le fils du Guide spirituel et militaire des Afros-musulmans, le terrible sultan Abd-ul-M’hamed. Les valeurs enseignées à l’École et les anecdotes de la vie de ses élèves – dont Danrit a fait partie avant d’être instructeur – tiennent une place important dans l’intrigue de l’Invasion noire comme dans les autres livres de son auteur. Prisonniers sur parole, les deux officiers français sont obligés d’assister à l’unification de l’Afrique derrière la bannière verte du Sultan et ne pourront reprendre leur liberté et rejoindre leur patrie pour en organiser la défense qu’après la prise de Constantinople par les djihadistes.
 
Leur cohabitation involontaire avec le sultan permet à Danrit de nous livrer de savoureux dialogues dans lesquels le point de vue musulman sur la colonisation et la contre-colonisation qu’elle porte en germe préfigurent d’une manière troublante les discours qui seront ceux des Fronts de libération de l’après-Seconde Guerre mondiale. Le génie politique de Danrit est total : est également annoncée, outre ces revendications politiques indigènes que personne n’envisageait à la fin du XIXe siècle, l’entreprise sioniste sur la Palestine (vingt ans avant la Déclaration Balfour !)… Ici et là, le récit est saupoudré de brillantes prémonitions particulièrement émoustillantes aujourd’hui : si l’on n’est pas surpris que le traître (il en faut un dans toutes les bonnes histoires) soit un officier juif puisque l’Invasion noire est rédigée en pleine affaire Dreyfus, on ne peut manquer de s’amuser du fait que Danrit ait choisi de nommer Quarteron le général commandant les forces françaises en Afrique du nord… C’est lui qui succombera au milieu de ses troupes après leur avoir fait adopter la pourtant réputée formation « en tête de porc » qu’aurait inventée Bugeaud pour la pacification des contrées musulmanes !
 
Le plus stupéfiant reste sans doute que Danrit nous annonce que, face à la menace, la France doit se défaire de son système parlementaire paralysant et se placer sous la dictature éclairée d’un Maréchal, issu de la famille de Jeanne d’Arc, qui plus est ! Si les sionistes et les Anglais restent les grands repoussoirs de cette histoire, les journalistes ne sont pas épargnés non plus… L’Invasion noire est un roman finalement beaucoup plus politique que militaire !

Diaporama.gif

 Le ballon métallique qui est au centre de l’ intrigue de l’Invasion noire est revêtu de plaques d’aluminium disposées en écailles rappelant le blindage d’acier qui harnachait les bateaux de guerre en bois du XIXe siècle. En 1894, au moment de la rédaction de ce roman, l’aluminium est un matériau d’invention récente à la fabrication complexe dont le prix avoisine celui de l’or mais Driant, visionnaire, avait compris que tous les engins volants en seraient un jour constitués.

Ce métal s’imposait donc pour la fabrication du coffret accueillant les 1600 pages palpitantes des quatre volumes  de cette réédition de prestige de l’Invasion noire.
 
Le coffret est constitué de six pièces d’aluminium fixées les unes aux autres par des rivets, rappelant les assemblages métalliques contemporains de la parution du roman, comme la célèbre Tour Eiffel… Les couvertures des quatre volumes sont imprimées avec une encre métallique en plus des encres classiques de la quadrichromie pour rendre hommage aux somptueux cartonnages de la fin du XIXe siècle qui font, aujourd’hui encore, la joie des bibliophiles.
 
Pour commander, cliquez ici

14:27 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 20 novembre 2015

Le nouveau numéro de Salut public, la revue de Serge Ayoub, est sorti...

cache_19510011.jpg

 Novembre 2015, 70 pages, 12 €

Le commander en ligne cliquez ici

12:43 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 19 novembre 2015

Un entretien avec Jean-Loup Izambert sur TV Libertés

56-t1-letat-francais-complice-de-groupes-criminels.jpg

Le nouveau livre de Jean-Loup Izambert cliquer ici

01:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 novembre 2015

Savez-vous que vous pouvez commander les Bouquins de Synthèse nationale en ligne ?

Diapositive1.jpg

En savoir plus cliquez ici

Ou en consultant

Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

11:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 novembre 2015

Dimanche 15 novembre : salon du livre de l'AGRIF

802a9daf23bff040c546f525d4bd22bc_XL.jpg

Nos amis Charles-Henri d'Elloy et Jean-Claude Rolinat

seront présents. Ils dédicaceront leurs livres.

Programme de la journée : cliquez ici

10:46 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 10 novembre 2015

Le Marquis nous livre son Libre Journal

mon-libre-journal.jpg

Le lecteur sera diverti par ce pense-bête des choses faites et à faire de l’agenda 2013-2015 du « divin Marquis », comme aimait à l’appeler son ami Serge de Beketch.

Notre gavroche mondain croque en ce libre journal des comédies humaines typiquement citadines et sa plume revisite trois années de bonnes chères, de sorties théâtre ou cinéma, de concerts ou dédicaces, de voyages, réceptions et invitations.

Jours d’autrefois, jours d’aujourd’hui, jours de demain, envisagés sans méchanceté mais avec une gouaille inimitable de paladin montmartrois fidèle à Dieu, fidèle au Roi.

Mon Libre Journal, Jean-Paul Chayrigues de Olmetta, Via Romana, 2015, 254 pages, 25 €

Lire dans Rivarol de jeudi prochain l'article que Robert Spieler consacre à ce sympathique ouvrage...

20:26 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 08 novembre 2015

AVOIR EU RAISON SI TOT...

12196119_963571943714812_3042351476990763891_n.jpg

LE LIVRE "ORDRE NOUVEAU" :

on 1.jpg

Pour l'acheter en ligne cliquez ici

Bulletin de commande

17:14 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 07 novembre 2015

Un entretien entre Franck Abed et Georges Feltin-Tracol sur Maurice Bardèche

Bardèche réédition.jpgRoland Hélie, directeur de Synthèse Nationale, avait eu l’amabilité de m’adresser le livre intitulé Bardèche et l’Europe de Georges Feltin-Tracol, publié en 2013. Pour différentes raisons, je ne l’avais pas encore lu et étudié. C’est chose faite maintenant.

Je dois dire que la pensée de Bardèche, en tant que catholique et royaliste, m’est assez éloignée. Pourtant, cela ne m’empêcha point de lire et de grandement apprécier l’excellent Sparte et les Sudistes. En tant que défenseur de l’héritage capétien, partisan de la monarchie universelle et admirateur de l’Europe Impériale, toutes les questions doctrinales et intellectuelles sur l’Europe m’attirent et m’intéressent grandement. Une fois le livre lu, je voulais en savoir plus. J’ai donc demandé à mon ami Roland de me mettre en relation avec l’auteur. Quelques jours après, je recevais un appel téléphonique de Georges Feltin-Tracol. Une longue et sympathique discussion s’en suivit au cours de laquelle nous abordions à battons rompus, Bardèche, l’Europe, l’Empire, le solidarisme, la théocratie, la « droite » en France et les raisons de son échec, les monarchies etc. Ne voulant pas en rester là, je proposais à mon interlocuteur de poursuivre notre échange. Voilà la raison de cet entretien...

Franck ABED

Franck Abed : Maurice Bardèche le jacobin, l’admirateur de la Grande Révolution et des soldats de 1793, a toujours défendu l’idée européenne. N’est-ce pas contradictoire ?

Georges Feltin-Tracol : Avant de répondre à cette question, il faut prévenir le lecteur que Maurice Bardèche est d’abord connu pour avoir défendu toute sa vie son meilleur ami et beau-frère Robert Brasillach dont l’exécution, le 6 février 1945, le traumatisa et transforma un paisible universitaire spécialiste de la littérature française du XIXe siècle en un ardent polémiste et farouche contempteur de l’ordre du monde surgi à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L’idée européenne chez Maurice Bardèche est surtout développée dans sa conférence, « L’Europe entre Washington et Moscou » (disponible dans « Maurice Bardèche l’insoumis 1998 - 2013 », dans les Cahiers des Amis de Robert Brasillach, n° 51 - 52), à Anvers en avril 1951, dans L’œuf de Christophe Colomb (1952) et, plus succinctement, dans Les temps modernes (1956), et le fameux Sparte et les Sudistes (1969). Il faut se souvenir qu’en pleine Guerre froide, le succès notable de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier) en 1951 incite les responsables européistes à envisager deux autres communautés européennes complémentaires, la première pour la défense — sous-entendue contre l’URSS — : la CED (Communauté européenne de défense) et la seconde, politique, la CEP (Communauté européenne politique). Le violent débat sur la CED porte sur le caractère supranational de l’armée européenne, son degré d’intégration de cette armée dans l’OTAN, créée en 1950, et la remilitarisation de l’Allemagne occidentale.

La CED divise toute la classe politique, hormis le PCF et le RPF gaulliste qui lui sont hostiles. Par ses interventions fréquentes, Maurice Bardèche entend contribuer aux discussions publiques en soutenant le projet. Parallèlement, Rivarol se montre lui aussi favorable à ce projet, au contraire de Jeune Nation.

Quand on retrace la généalogie contemporaine de l’idée européenne, on relève l’absence de contradictions avec l’héritage révolutionnaire française dans lequel a grandi le jeune Bardèche. Dans l’opposition jusqu’en 1875, les républicains français sont bellicistes, expansionnistes, nationalitaires, c’est-à-dire favorables à une Europe des nationalités libres qui exista un temps lors du « Printemps des peuples » de 1848. Nonobstant son (néo)fascisme assumé, Maurice Bardèche s’inscrit dans cette tradition politique. Le paradoxe n’est d’ailleurs qu’apparent puisque l’historien italien Renzo de Felice a bien démontré que les principales racines idéologiques du fascisme provenaient du nationalitarisme mazzinien. En admirateur de Metternich et de la Sainte-Alliance, Julius Evola le reconnaissait volontiers.

Pourriez-vous préciser ses grandes inclinations intellectuelles sur l’Europe ?

Maurice Bardèche ne fait pas œuvre d’historien. Il puise dans l’histoire des exemples marquants. Quand il rédige L’œuf de Christophe Colomb, il a en tête deux visions d’Europe inachevées ou avortées : l’Europe de la Grande Nation de Napoléon Ier et celle des volontaires européens sur le front de l’Est de 1941 à 1945, la première étant plus prégnante dans son esprit que la seconde.

En 1993, dans ses Souvenirs, des mémoires qui s’arrêtent volontairement à 1958, Maurice Bardèche revient sur son européisme et, dépité par la construction technocratique et marchande de l’Union pseudo-européenne, exprime toute son admiration pour les thèses de Thatcher sur une simple organisation intergouvernementale. En creux s’affirme l’acceptation d’une « France seule » chère à Charles Maurras, constat d’une immense déception et d’une occasion manquée.

L’idée européenne promue par Bardèche est-elle encore défendue par des acteurs politiques contemporains ? Si oui lesquels ? Si non, pourquoi ?

Quand on lit avec attention les positions de Maurice Bardèche sur l’Europe, on remarque tout de suite qu’il n’imagine pas un super-État continental centralisé. Mieux que l’économie (Jean Monnet) ou la culture (Denis de Rougemont), il a compris que les meilleurs facteurs d’une réelle cohésion européenne passeraient par la diplomatie et la défense.

« Babar » comme le surnommaient affectueusement les rédacteurs de sa revue, la très mal-nommée Défense de l’Occident, n’est pas un théoricien, ni un constitutionnaliste et encore moins un juriste de profession ; il se veut pragmatique. Il conçoit ainsi une Confédération européenne des États nationaux qui ne concentrerait que quelques attributs, mais des attributs

régaliens primordiaux : le domaine militaire et les relations internationales. Cette idée de confédération limitée à ses seules fonctions n’est pour l’heure défendue par personne. Dans les années 1980, l’ancien ministre Michel Jobert exposait cette vision dans le cadre de son Mouvement des démocrates (cf. Vive l’Europe libre ! Réflexions sur l’Europe, Ramsay, 1984). Dans la même période, le solidariste et nationaliste-révolutionnaire Jean-Gilles Malliarakis proposait lui aussi dans Ni trusts, ni soviets (Éditions du Trident, 1985) une semblable solution. Plus récemment, mon vieux camarade Rodolphe Badinand, co-fondateur d’Europe Maxima, exigeait dans Requiem pour la Contre-Révolution (Alexipharmaque, 2008) un noyau confédéral en lieu et place de l’Union soi-disant européenne.

Aujourd’hui, l’idée européenne chère à Maurice Bardèche est en sommeil, oubliée et/ou ignorée des minables politicards. Mais le choc du réel provoquera son surgissement tôt ou tard !

Dans votre livre, une expression de Maurice Bardèche m’a frappé, à la fois par sa pertinence, sa rigueur et sa permanence. Il s’agit de « l’Europe cuirassée ». Pourriez-vous l’expliquer et l’approfondir en quelques mots ?

Par la métaphore de l’« Europe cuirassée », Maurice Bardèche veut donner un sens politique à l’Europe qu’il esquisse. En 1951, celle-ci, divisée et amoindrie par deux conflits mondiaux consécutifs et récents, se retrouve en proie à trois menaces considérables : le réveil des peuples de couleur (la décolonisation commence), la menace soviétique qui n’est alors qu’à « deux étapes du tour de France » de Paris et l’occupation étatsunienne. Maurice Bardèche aurait souhaité assister à l’émancipation des Européens. Il aurait aimé que l’Europe nationale proclame sa neutralité et, pourquoi pas ?, prenne ensuite la tête du non-alignement contre le condominium soviético-yankee.

Maurice Bardèche voulait probablement faire de l’Europe nationaliste, voire néo-fasciste, une très grande Suisse, un État neutre et inattaquable du fait d’une redoutable cuirasse : son service militaire de milice civique. On peut même s’avancer à croire que la Confédération européenne fût été le décalque continental de sa consœur helvétique.

Avec l’actualité, il va de soi que l’« Europe cuirassée » prend une autre tournure. Avec l’invasion afro-asiatique en cours orchestrée, payée et encouragée par la Turquie, l’Arabie Saoudite et les États-Unis, l’« Europe cuirassée » impliquerait le rétablissement de frontières strictes tant du point de vue juridique que politique parce que les frontières ne sont pas que territoriales. La préférence nationale, au minimum, est une autre forme de frontière salutaire. À mon avis, toutes les frontières, matérielles et immatérielles, concourent à l’édification salutaire d’une société fermée, autocentrique et autarcique. Bref, l’« Europe cuirassée » signifie « les Européens maîtres chez eux en Europe et prêts pour cela à se battre ».

Quel fut l’impact réel du Mouvement social européen, dont Bardèche fut membre, sur la vie politique ?

Dès 1951 et le lancement de la CECA, il est prévu d’instituer un Parlement européen élu au suffrage universel direct, mais le rejet de la CED en 1954 par l’Assemblée nationale française écarta cette option jusqu’en 1979 quand les députés européens remplaceront les parlementaires désignés par les Parlements nationaux. Pour une fois en avance, des formations de droite nationale ont cherché à se regrouper afin d’atteindre un seuil électoral pertinent à l’instar des premiers résultats électoraux prometteurs du jeune MSI (Mouvement social italien).

Reconnu par toute l’Europe des réprouvés grâce à son Nuremberg ou La terre promise (1948), Maurice Bardèche est sollicité pour conduire la délégation française à Malmö en Suède. De cette réunion sort le Mouvement social européen (MSE) dont Bardèche devient l’un des vice-présidents et le responsable du MSE pour la France, d’où la création d’un bulletin de liaison : la future revue Défense de l’Occident.

Si une certaine presse versa dans le sensationnalisme et cria à la renaissance du fascisme ou d’une nouvelle « Internationale noire (ou brune) », l’impact du MSE sur la vie politique française et européenne fut plus qu’insignifiant. Outre le report sine die du scrutin européen, le MSE subit très tôt une scission de la part des racialistes réunis dans le Nouvel ordre européen. Cet échec fut néanmoins profitable puisque une décennie plus tard, le Belge Jean Thiriart lança Jeune Europe avec le MSE en contre-exemple parfait.

Dans votre essai vous ne mentionnez pas la religion en général, ni la religion catholique en particulier. Pourtant, la religion catholique romaine reste un pilier de notre civilisation européenne. Quel était le rapport de Bardèche à la religion catholique ?

Maurice Bardèche évoque rarement le catholicisme dans ses écrits. Élevé par l’école des hussards noirs de la IIIe République laïque et ayant grandi dans une famille patriote, anticléricale et radicale-socialiste, c’est un catholique de culture.

La religion catholique romaine reste-t-elle encore un pilier de notre civilisation européenne ? J’en doute. Certes, les basiliques des premiers chrétiens, les églises romanes, gothiques, baroques et classiques appartiennent à notre héritage, mais ce n’en est qu’une partie. L’Orthodoxie et même un certain protestantisme en sont d’autres. Avec le concile Vatican II, conséquence catastrophique des conciles antérieurs (Vatican I et Trente), le catholicisme romain a renié sa part européenne, ces syncrétismes singuliers avec les paganismes ancestraux qui en faisaient son originalité.

L’Église de Rome trahit maintenant les peuples autochtones de notre continent au profit d’intrus surnommés « migrants ». Bien que sympathique par certains côtés (son hostilité au règne de l’argent ou son approche de l’écologie malgré son tropisme cosmopolite), l’actuel « pape » conciliaire Bergoglio comme ses prédécesseurs immédiats ne me convainc pas. Pour soutenir un véritable catholicisme de combat, il eut fallu que Mgr. Jean de Mayol de Lupé (1873 - 1955) devînt le souverain pontife, cela aurait eu tout de suite une toute autre tenue !

D’une manière générale, le projet politique de civilisation européenne défendu par Bardèche ou d’autres peut-il se faire sans le catholicisme ?

La civilisation européenne ne se réduit pas au seul catholicisme qui lui-même change et se modifie au fil des âges. Les racines spirituelles de l’Europe ne se trouvent pas qu’à Athènes, Rome et Jérusalem; elles plongent aussi dans les traditions germaniques, celtiques, scandinaves, slaves, balkaniques, caucasiennes et même basques et laponnes ! Comme l’affirmait Dominique Venner dans Histoire et tradition des Européens (Éditions du Rocher, 2002), l’étymon européen a au moins plus de 30 000 ans d’histoire. Le christianisme n’est qu’un moment de sa longue histoire. Cette phase historique est d’ailleurs en train de s’achever quand bien même l’abjecte idéologie des droits de l’homme en est la forme sécularisée (pour faire simple).

Une Europe catholique serait un non-sens, sauf si un Prince, Capétien ou Habsbourg, en prenait la direction comme le soutient la sympathique équipe anarcho-royaliste et écolo-décroissante du Lys Noir. Cette Europe-là demeurerait toutefois une portion d’Europe.

La question religieuse n’est pas le meilleur moyen de favoriser la prise de conscience des Européens. Celle-ci ne se cristallisera que face à des périls immédiats, que face à l’irruption d’une altérité menaçante et conquérante. Au-delà des contentieux territoriaux, historiques et confessionnels, les Européens comprendront grâce à l’ethnologie, la généalogie et l’anthropologie qu’ils procèdent d’une substance commune et initiale. Quant à la religion, il est vraisemblable que les techniques les plus sophistiquées favorisent la résurgence et la réactivation des structures anthropologiques de l’imaginaire archaïque européen.

Propos recueillis par Franck Abed.

Le site de Franck Abed cliquez ici

  • Georges Feltin-Tracol, Bardèche et l’Europe. Son combat pour une Europe « nationale, libérée et indépendante », Éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, Paris, 2013, 130 p., 18 €, à commander sur www.synthese- editions.com ou à (+ 3 € de port), chèque à l’ordre de Synthèse nationale, 116, rue de Charenton, 75012 Paris, (+ 3 € de port), chèque à l’ordre de Synthèse nationale. L'acheter en ligne cliquez là
  • « Maurice Bardèche l’insoumis 1998 - 2013 », Cahiers des Amis de Robert Brasillach, n° 51 - 52, 2013 - 2014, 275 p., 40 €, à commander aux Amis de Robert Brasillach (ARB), Case postale 3763, CH - 1211 Genève 3, Suisse, chèque à l’ordre de l’ARB.

mercredi, 28 octobre 2015

Les débuts de la Ve République revus et corrigés...

Cher Pays de notre enfance.jpgLionel Baland

Son blog cliquez ici

Le documentaire graphique est un genre littéraire qui tend à connaître un certain essor. Il s’agit, à l’instar d’un reportage pour la télévision, d’une enquête réalisée par un ou plusieurs journalistes, mais illustrée par un auteur de bandes dessinées. Le journaliste d’investigation de France Inter Benoît Collombat et le dessinateur de bandes dessinées Etienne Davodeau publient dans ce cadre chez Futuropolis un ouvrage de 224 pages intitulé « Cher pays de notre enfance. Enquête sur les années de plomb de la Ve République. » En couverture figure un dessin en noir et blanc représentant le général De Gaulle en uniforme d’apparat, mais dont le visage et le costume sont souillés de sang.

Les auteurs ont rencontré de nombreux témoins : politiciens, journalistes, magistrats, syndicalistes, truands… L’enquête porte sur les pratiques gaullistes et celles (fantasmées ou avérées) du SAC, le Service d’action civique né officiellement en 1960 en vue de soutenir l’action politique du général De Gaulle. Cette organisation recrutait certes des gens « biens sous tous rapports », mais également des « gros bras » afin d’organiser des services d’ordre et aussi de s’en prendre physiquement à des opposants politiques.

Le juge Renaud, surnommé « le shérif », est assassiné en 1975, probablement parce qu’il enquêtait sur un braquage de 11 millions de francs réalisé par le Gang des Lyonnais à l’hôtel des postes à Strasbourg qui aurait servi à financer le parti gaulliste. Les auteurs abordent également le cas de Robert Boulin, Ministre « suicidé » en 1975. Ils mettent à jour le fait que celui-ci disposait de dossiers qu’il allait rendre public et peut-être communiquer à un proche de Valery Giscard d’Estaing, président de la République dont un certain gaulliste… le Premier ministre Jacques Chirac, était un grand rival. Ajoutons que Charles Pasqua, contacté à plusieurs reprises avant son décès, a refusé de recevoir les auteurs. La postface est assurée par Roberto Scarpinato, Procureur général de Palerme.

Cher pays de notre enfance, Benoît Collombat et Etienne Davodeau, 224 pages, 24,00 €

11:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 26 octobre 2015

Une journée du livre à Lyon les 14 et 15 novembre prochain

Affiche-LYON-2015-722.jpg

Plus d'informations cliquez ici

20:20 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 23 octobre 2015

Pagraig Pearse : du combat culturel au combat politique

À six mois du centenaire de l'insurrection irlandaise de Pâques 1916, les éditions bretonnes Eñvorenn rééditent la biographie essentielle de l'un de ses instigateurs : Padraig Pearse. Parue pour la première fois en Bretagne en 1932, elle a pour auteur Louis-Napoléon Le Roux, né à Pleudaniel en 1890. Secrétaire de François Jaffrennou, il a co-fondé avec Camille Le Mercier d’Erm le Parti nationaliste breton en 1911. Installé en Angleterre dès 1914, il fait de fréquents séjours en Irlande et fréquente les milieux nationalistes qui lui procureront les documents de première main utilisés dans cette biographie (on lui doit aussi un ouvrage sur Tom Clarke paru en anglais et toujours inédit en français).

Vie-de-Padraig-Pearse.jpg


Avant d’être politique puis militaire, le combat de Pearse fut culturel. Membre de la Ligue gaélique, il milite pour la promotion de la langue irlandaise, fondant une école, Saint-Enda, destinée à forger une élite nationaliste. Le futur pamphlétaire rédige alors des poèmes, exaltant tous le sentiment patriotique et l’identité nationale irlandaise.

Adhérent de l’Irish republican brotherhood, société secrète dont les membres sont en principe excommuniés, il lutte contre la collaboration des pseudo-élites irlandaises avec l’occupant britannique, puis il milite au sein des Volontaires irlandais, groupe paramilitaire qui, conjointement avec d’autres milices comme les forces syndicalistes de James Connolly, déclenchera l’insurrection nationaliste pendant la semaine sainte de  1916.

Pearse proclame la République irlandaise et devient Président du Gouvernement provisoire. L’insurrection est un échec militaire et les nationalistes, retranchés dans l’Hôtel central des Postes de Dublin doivent faire leur reddition aux forces britanniques.

Pearse est exécuté à trente-six ans par les occupants, en compagnie de son frère Willie et de quatorze autres leaders nationalistes, mais désormais, plus rien ne pourra empêcher la naissance de l’État irlandais…

Ajoutons pour la petite histoire que ce livre a été la source de documentation principale de Jean Mabire pour son texte sur Pearse destiné à figurer dans le volume 2 de ses "Éveilleurs de peuple" et finalement édité en brochure format poche par les éditions Terre et peuple en 1998.

La vie de Padraig Pearse, Louis-Napoléon Le Roux, Editions Eñvorenn, 334 pages, 20 €

Pour le commander, cliquez ici.

13:13 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 24 septembre 2015

UN EVENEMENT A NE PAS MANQUER : LA SORTIE PROCHAINE D'UN DOUBLE CD D'ENTRETIENS AVEC LEON DEGRELLE

COUV_CD.jpg

LEON DEGRELLE NOUS PARLE, l’ultime témoignage...

● Deux heures d’entretiens avec le fondateur du Mouvement rexiste belge et de la Légion Wallonie...

● Sa vie, son engagement militant, son combat politique, sa participation à la grande croisade européenne contre le bolchevisme, la défaite, l’exil, l'espoir... Léon Degrelle raconte...

● Réalisé quelques mois avant sa disparition, en 1994, ce document de grande qualité est le parfait complément au n°1 des Cahiers d’Histoire du nationalisme cliquez ici qui lui était consacré...

● Il sort à l’occasion de la 9e Journée de Synthèse nationale, dimanche 11 octobre prochain à Rungis, mais vous pouvez le commander dès maintenant. 

Léon Degrelle raconte, l'ultime témoignage, double CD, 2 heures d'écoute, carnet illustré de 16 pages, 20 € + 3 € de port

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

13:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 13 septembre 2015

20 bonnes raisons d’être anti-américain.

 JPEG DEFINITIF Couverture_COULEURS4.jpg

Camille Galic, Polémia cliquez ici

Avec Qui instrumentalise l’Eglise ? (1), puis L’Antichristianisme juif (2), le catholique Martin Peltier avait déjà abordé la question du sabotage (et du sabordage) de l’Eglise apostolique et romaine sous l’influence judéo-maçonne si puissante aux Etats-Unis. Dans 20 bonnes raisons d’être anti-américain, son nouveau livre qu’on aurait tort de prendre pour un simple pamphlet malgré la vivacité du style et le sens des formules chocs propres à l’auteur, c’est de front qu’il attaque le moloch, quitte à désespérer les nationaux nostalgiques de John Wayne, amateurs de musique Country ou fervents du rock identitaire puisque, pour lui, tout aspect de la culture (prise au sens germanique du terme : kultur), vînt-il à l’origine de la Vieille Europe, est subverti et utilisé pour inféoder celle-ci au Nouveau Monde, mentalement, intellectuellement et donc politiquement, en créant un « imaginaire mondial » dont la mission est de satelliser toute la planète.

Idée fixe d’un anti-américain primaire, objectera-t-on. Outre qu’il n’est pas sûr que l’épithète gêne notre essayiste, ses chapitres fourmillant d’exemples concrets (par exemple l’impact des accords Blum-Byrnes sur le cinéma français) sur « La maîtrise des images, objectif prioritaire », car il fait primer l’émotion sur la raison, ou sur « L’américain, de la communication impériale à la confusion de la pensée » sont éclairants.

Egalement convaincants car toujours étayés de faits avérés pris dans l’histoire ou l’actualité, les chapitres intitulés « L’Amérique espionne et désinforme le monde » (sur les inexistantes armes chimiques de Saddam Hussein ou la récente tuerie de Ferguson, chef-d’œuvre d’intox obamienne ici exactement démonté), « Les ONG, mains sales du mondialisme US » et « Les juges, nouveaux rois du monde » – qui doit beaucoup au maître-livre de l’avocat Eric Delcroix, Le Théâtre de Satan (3), qui montre la pollution puis la subversion des droits romain et germanique par le juridisme états-unien fondé sur la morale, morale sélective, partisane et circonstancielle même si le Premier Amendement donne l’illusion d’une totale liberté d’expression. Ce qui nous renvoie au chapitre « Contre la morale américaine » et la pédagogie qu’elle induit : cette « pédagogie de rupture » désormais privilégiée dans et par notre système éducatif, visant à « éloigner les générations les unes des autres » pour éviter la naturelle transmission pratiquée autrefois, et qui « fait qu’un homme de soixante ans, s’il a conservé malgré le goutte à goutte des médias la forme mentale que lui ont donnée ses parents, se trouve forcément haï par les Balilla de l’antiracisme, la VallaudBelkacemjugend ». D’où, selon l’auteur, la crise actuelle au Front national car, « malgré qu’elle en ait, la génération Marine n’est pas indemne » de la contamination.

Martin Peltier, qui dédie son livre à Marcel Aymé, clin d’œil à Travelingue, n’est pas le premier Européen à montrer les ravages de l’American Way of life et surtout of mind (pensée). Le Hongrois Thomas Molnar (professeur à l’Université de Columbia à New York), dans son livre L’Amérique, le modèle défiguré (PUF 1978), et le Russe Alexandre Soljenitsyne, dans son célèbre Discours de Harvard (1978 également), avaient évoqué les dangers d’un alignement qui, depuis, n’a cessé de s’aggraver comme l’a aussi dénoncé plus récemment l’universitaire et ancien diplomate croate Tomislav Sunic dans son Homo americanus (4), spécimen déclinable à l’infini de Bangkok à Varsovie et qu’il qualifie de « rejeton de l’ère postmoderne ».

Le mérite de Martin Peltier est de décrire le caractère protéiforme du phénomène et de faire un bilan complet des dommages infligés à nos pays, y compris dans nos rapports, aujourd’hui explosifs, avec « toute la misère du monde » – voir le chapitre VIII : « Les USA nous apprennent à vivre ensemble »… à grands coups de cette massue culpabilisatrice qui a si bien réussi avec l’Allemagne.

D’aucuns lui reprocheront d’ailleurs d’aborder un sujet scabreux entre tous : l’asservissement de la Libre Amérique au messianisme juif, et de s’inscrire par là-même dans les pas du maudit Pierre-Antoine Cousteau et de son Amérique juive (Ed. de France 1942). Ne traite-t-il pas des « origines juives » des Etats-Unis, et de la « collusion judéo-maçonne et protestante contre Rome » ?

Mais c’est oublier que certains des Pères fondateurs de la jeune République se méfiaient déjà du peuple élu. Ainsi l’historien Paul del Perugia affirmait-il dans son Louis XV (Albatros 1976) que « dans les débats préliminaires à la Constitution américaine, Benjamin Franklin demandera en 1787 d’interdire aux Juifs l’entrée des Etats-Unis ».

Il ne fut pas suivi. Si le nez de Cléopâtre eût été plus court et la voix de Benjamin Franklin plus forte, l’histoire du monde en eût été totalement changée. Et peut-être Martin Peltier n’eût-il jamais lancé son réquisitoire.

Camille Galic
1/09/2015

Martin Peltier, 20 bonnes raisons d’être anti-américain, éditions Die, juin 2015, 210 pages, avec deux annexes mais sans index ni bibliographie. Rens. 

info@die-livres.com

Notes : 

(1) Martin Peltier, Qui instrumentalise l’Eglise ? éd. Godefroy de Bouillon, 1/12/2012, 315 pages

(2) Martin Peltier, L’Antichristianisme juif, ed. DIE, 2014, 350 pages. (voir 

www.polemia.com/lantichristianisme-juif-lenseignement-de-la-haine-de-martin-peltier/

(3) Eric Delcroix, Le Théâtre de Satan, éd. de L’Æncre 2002, 448 pages.

(4)Tomislav Sunic, Homo americanus, éd. Akribeia, 2010, 288 pages (Voir :

http://archives.polemia.com/article.php?id=3324

Pour information :

9 JNI Martin Peltier.jpg

Pour se procurer le livre de Martin Peltier cliquez ici

Vous pouvez le commander à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement) 26,00 € + 3,00 € de port (chèque à l'ordre de Synthèse nationale).

10:21 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 10 septembre 2015

Un nouveau "e-book" de Patrick Gofman

Couv.LFdP.jpeg

Achetez (2,99 €), puis commentez et notez le nouveau roman de Patrick Gofman

9 juin 53 avant Jésus-Christ. Une puissante armée romaine envahit l'Iran, alias Empire parthe. Elle est commandée par le sexagénaire Crassus. C'est l'homme le plus riche de la République finissante. Associé à César et Pompée dans le premier Triumvirat, il jalouse la gloire militaire de ses partenaires, et pense pouvoir la surpasser. N'a-t-il pas écrasé la révolte de Spartacus, une vingtaine d'années plus tôt ? À ses 50 000 légionnaires et auxiliaires, les Parthes ne peuvent opposer que 10 000 cavaliers. Du moins sont-ils sur leur terrain… Les événements – considérables, mais étrangement méconnus de nos jours – nous sont décrits par un garde du corps sympathique et lucide de Crassus, souvent aux premières loges.

E-book, 2,99 € - exclusivement @ amazon : cliquez ici 

02:43 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 07 septembre 2015

20 bonnes raisons d'être anti américain... Le dernier livre de Martin Peltier

 JPEG DEFINITIF Couverture_COULEURS4.jpg

Malgré les apparences, la «crise», le «danger islamiste», «l'invasion», la principale menace pour nos libertés, notre prospérité et notre identité vient d'outre Atlantique. Le rêve américain est devenu le cauchemar de la planète. Les Etats-Unis ne sont pas seulement un ennemi qui vise à l'hégémonie mondiale, un supermodèle dont la façon de vivre infantilise l'univers, ils sont aussi la patrie du mondialisme, les parrains des nouvelles normes qui subvertissent le globe pour l'asservir. 20 bonnes raisons d'être antiaméricain va jusqu'à la racine religieuse de la chose : la théocratie américaine est judéo-maçonne et protestante, et cela en fait un monstre très semblable à l'islamisme radical qu'elle prétend combattre.

20 bonnes raisons d'être anti américain, Martin Peltier, Editions DIE, juin 2015, 210 pages, 26,00 €,

L'auteur : Martin Peltier, journaliste, écrivain, essayiste.

L'acheter en ligne cliquez ici 

Vous pouvez le commander à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement) 26,00 € + 3,00 € de port (chèque à l'ordre de Synthèse nationale).

20:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 06 septembre 2015

A NOUVEAU DISPONIBLE : "La Garde de Fer" de Codreanu

caudreanu.jpg

Depuis quelques mois notre stock était épuisé. Un de nos amis de retour de vacances en Roumanie vient de nous réapprovisionner. La Garde de Fer cliquez là est à nouveau en vente 

L'acheter en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

11:50 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 05 septembre 2015

Roger Holeindre s’attaque aux mensonges de l’Histoire

4151282786.jpg

Robert Spieler

Article paru dans Rivarol de cette semaine

Le nouveau livre de notre ami Roger Holeindre a pour titre « 1935/2015… 80 ans de mensonges et de calomnies, ça suffit ! » En bandeau figure sur la couverture ce commentaire à destination de ceux qui n’auraient pas bien compris son message : « Outrageusement politiquement incorrect ! » Dans la préface, Anne Brassié relève : « Roger Holeindre est un chroniqueur, un Joinville égaré au XXème siècle ». Ce n’est pas un mince compliment. On retrouve dans ce livre les célèbres capacités d’indignation de Roger, sa fureur à l’encontre des médiocres, des traîtres, des menteurs, des manipulateurs, des lâches, mais aussi des pages absolument passionnantes sur des événements de l’Histoire dans lesquelles même ceux qui croyaient bien connaître certaines périodes découvriront des informations peu connues.

« Notre Histoire est maintenant écrite par des pieds-nickelés »

Le titre du premier chapitre donne le ton. Holeindre poursuit : « De façon honteuse maintenant des bobards insensés sur la guerre de 1939-1945 sont devenus des vérités premières et trouvent parmi tous les sectaires, les imbéciles, voire les débiles, des propagandistes qui en arrivent à bâtir notre Histoire sur des histoires », expliquant qu’ « aujourd’hui, si tout va mal en France, c’est la faute à Pétain ». L’auteur rappelle ainsi qu’en à peine six mois 500 000 tonnes de bombes furent larguées sur la France, et souvent, comme à Caen, après que les forces allemandes en soient parties. Il rappelle que les soldats alliés qui se comportaient le plus mal, les plus violents à l’encontre de la population, étaient les soldats US. Les civils français découvrent des cow-boys souvent avinés, bagarreurs, trafiquants, voleurs et violeurs. Les soldats noirs seront particulièrement actifs dans cette dernière catégorie… Holeindre rappelle aussi l’ignominie du général Leclerc qui fit fusiller le 8 mai 1945, à Bad Reichenhall, en Bavière, le lendemain de la signature de la capitulation allemande à Reims, une douzaine de soldats français de la division Charlemagne, au mépris de toutes les lois de la guerre. Il raconte la rivalité entre De Gaulle et Giraud, le voyage de De Gaulle à Moscou, fin novembre 1944, où Staline lui demande de ramener Thorez en France, ajoutant : « Mais… ne le fusillez pas tout de suite ! » Staline, qui était un humaniste comme on les aime avait dit au général : « Si vos communistes n’obéissent pas et vous posent de trop gros problèmes… fusillez-les ! »

Lire la suite

11:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 04 septembre 2015

Mannerheim ou la Finlande face aux rouges

CHN 5 Mannerheim.jpg

Jean-Claude Rolinat était ce dimanche matin l'invité d'Alain Sanders sur Radio Courtoisie. Il a ainsi parlé de son livre "Mannheim, la Finlande face aux rouges" (Les Cahiers d'Histoire du nationalisme n°5) cliquez ici.

De nombreux auditeurs nous demandent comment se procurer cet ouvrage. C'est simple.

Vous pouvez le commander en ligne cliquez ici

ou avec le bulletin suivant cliquez là

16:31 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 19 août 2015

ÇA SUFFIT ! 1935/2015 : 80 ANS DE MENSONGES ET DE CALOMNIES... LE DERNIER LIVRE DE ROGER HOLEINDRE

 roger holeindre.png

"ça suffit !", Roger Holeindre, Editions Héligoland, mars 2015, 600 pages, 25 €

En vente dans les librairies non-conformistes.

Pour commander ce livre cliquez ici

17:52 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 05 août 2015

Des livres proposés par Synthèse nationale :

AK 2 2015.jpg

Shoah la saga des réparations, achat en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

site 14.jpg

Mannerheim la Finlande face aux rouges, en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

site 7.jpg

Dominique Venner soldat politique, achat en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

site 4.jpg

Années de plomb et semelles de vent, en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

site 10.jpg

ça calme, achat en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

site 5.jpg

Le PFN 1974 - 1984 une autre droite, en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

En achetant les livres proposés par Synthèse nationale, non seulement vous enrichirez vos connaissances personnelles sur les sujets traités, mais, en plus, vous aidez notre combat nationaliste et identitaire à se développer...

Tous les autres titres : cliquez ici 

14:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 juillet 2015

RAPPEL : Petit abécédaire d’un Français incorrect nommé Charles-Henri d’Elloy

ch h d' E abc.jpgLa Nouvelle Gazette de France cliquez ici

A l’occasion de la Fête de la Courtoisie, qui se tiendra à l’Espace Champerret dimanche 14 juin, la Nouvelle Gazette Française vous propose de découvrir la nouvelle édition du Petit abécédaire d’un Français incorrect….et quelques joyeuses impertinences ! de Charles-Henri d’Elloy. La nouvelle version de cette somme de billets d’humeur comprend un certain nombre d’extension et se voit embellie d’une gracieuse couverture illustrée par Pacaline Laurentie, jeune artiste formée dans l’atelier de Philippe Lejeune et Christoff Debusschere, de l’Ecole d’Etampes. 

Au détour de cet abécédaire rythmé, l’auteur, allergique au discours baragouineur ambiant, dénonce avec causticisme le babillage des termes plébiscités par la classe politique. De la « discrimination positive », désignée comme « l’apartheid de Tartuffe », aux « heures les plus sombres de notre Histoire », où le chroniqueur soulève la problématique d’une Histoire revue et corrigée par un esprit républicain fallacieux, Charles-Henri d’Elloy propose des traits d’esprits vivaces, enjoignant le lecteur à aborder des sujets licencieux à l’aune de sa grinçante ironie. 

Mû par un véritable amour de la langue française, le chroniqueur fait de sa défense un étendard : « Avez-vous remarqué que des bêtises prononcées en anglais ont une saveur plus intelligentes que dites en français ? « , hèle-t-il le lecteur avant de renchérir : « C’est sans doute pourquoi beaucoup de hâbleurs parsèment leurs discours de mots ou expressions anglaises pour combler les lacunes d’un raisonnement sommaire ». On retrouve là l’humeur moqueuse de l’anecdotier de Radio Courtoisie, prompt à railler la sotte indigence des médiocres (adeptes d’un multiculturalisme préempté par des institutions utopistes et soucieuses d’ériger leur idéologie à la France d’aujourd’hui). 

« Je vibre aux envolées d’un polémiste émérite, je m’exalte à la faveur d’un discours lyrique… mais je suis consterné par le langage plat et convenu d’une classe politique qui n’est plus qu’un théâtre d’ombres », explique Charles-Henri d’Elloy. Du discours médiatique pressé de  ‘’faire France’’, ou du verbiage politico-maçon du ‘’vivre ensemble’’, cet ouvrage délicieux est une apologie de la France enracinée. Lecture rafraîchissante (avec ou sans tongs). 

Du même auteur : 

  • Petit abécédaire d’un Français incorrect et quelques joyeuses impertinences !  (éditions Société des écrivains -2007- réédité en 2015 aux éditions Synthèse nationale.
  •  Chroniques radioactives, éditions Godefroy de Bouillon, 2013. 
  •  Rêve d’enchantement, éditions Godefroy de Bouillon, 2014.

En savoir plus cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Le commander en ligne cliquez là

08:43 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 juillet 2015

Le trotsko-lambertisme à l'agonie ?

513100646.jpg

Patrick Gofman*

Oui. C'est ce que proclament – avec une jubilation craintive et avide – les boutiquiers d'en-face : NPA de Besancenot, Médiapart et compagnie. « Crise sans précédent du lambertisme : l'explosion du POI [Parti ouvrier indépendant] est en cours », titre "Nina Pradier" le 9 juillet 2015 sur le site Tendance claire (NPA) cliquez ici.

…Avec cette comparaison : « Même l'exclusion [en 1984] de Stéphane Just, le n° 2 de l'OCI [Organisation communiste internationaliste], (…) avait frappé "seulement" 150 militant-e-s (sic)…»

"Nina" oublie qu'en 1986 Monsieur le Camarade Jean-Christophe Cambadélis avait embarqué environ 500 militants au Parti "socialiste" ; anéantissant les "fractions" jeunes et étudiants de la secte Lambert. Qui ne s'en est jamais remise : une réunion du POI, héritier dégénéré du lambertisme, c'est désormais le goûter des cheveux blancs.

Mais quel est donc l'événement "sans précédent" qui soulève l'enthousiasme au NPA, avec l'espoir non dissimulé de ramasser les morceaux ?

Il est vrai qu'il n'est pas mince : Monsieur le Camarade Daniel Gluckstein, président à vie débauché de la LCR de Krivine et promu par Boussel dit Lambert il y a 35 ans (à la fureur muette des vétérans soumis), vient d'être mis en minorité ! Un tiers seulement de ses quelque 4 000 adeptes soutient son opposition au virage "trade-unioniste" voulu par la majorité – c'est-à-dire l'adaptation étroite à la seule réussite du lambertisme, le noyautage, "l'entrisme" dans les syndicats, Force ouvrière en particulier.

Le conflit bureaucratique est violent, comme toujours dans la secte. Et il pourrait bien déboucher sur une scission massive… à l'échelle sectaire.

Mais au NPA on ne peut pas, ne veut pas comprendre que le trotskisme "à l'agonie" est en fait déjà mort ; qu'il n'était qu'un appendice du stalinisme, et qu'il l'a suivi dans la tombe.

Le plus probable est donc que nous ayons bientôt un groupuscule de plus, et plus encore d'impuissance et de dégénérescence dans le tout petit monde du marxisme dogmatique et opportuniste.

« Tout ce qui naît est digne de périr », écrivait déjà l'ancêtre Hegel. Alors c'est Georges Brassens qui montre le sentier lumineux : « Il creusa lui-même sa tombe, En faisant vite, en se cachant, Pour ne pas déranger les gens. »

(*) L'auteur de cet article – trotsko-lambertiste de 1967 à 1979 – est aussi celui d'un livre, "Le Trotskisme dégénéré". 18 € (3 € de port) sur papier aux éditions Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez là

Cet ouvrage est aussi en vente 3,92 € en e-book "Kindle" @amazon.fr.

12:20 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 juillet 2015

Un entretien de Francis Bergeron avec Jean Mabire

Entretien Mabire quadri.jpg

Jean Mabire fut un journaliste et un écrivain, mais aussi un soldat et un militant. En 1995, Francis Bergeron a réalisé une interview fleuve de l’auteur de la fameuse trilogie sur l’histoire des SS français, auteur également de livres cultes pour toute une génération : Commando de chasse, Drieu parmi nous, Les Paras perdus. Le texte de cette rencontre était resté inédit pendant près de 20 ans.

Pourtant cet entretien constitue l’amorce passionnante d’une autobiographie, un retour en arrière, qui éclaire toute l’œuvre de celui que Didier Patte, président du Mouvement normand, et beaucoup de ses amis appelaient affectueusement Mait’Jean ; il nous aide à comprendre ce que celui-ci nous a apporté. C’est le « chantre de tous les braves », comme l’explique l’historien Éric Lefèvre, et coauteur de certains de ses livres : « Il voulait célébrer la grande aventure, les prouesses guerrières, sous n’importe quel drapeau. »

Jean Mabire est aussi le chantre des aventures maritimes. Et, sur les pas de La Varende, un passionné de sa Normandie.

« Nous ne changerons pas le monde, il ne faut pas se faire d’illusion, mais le monde ne nous changera pas. »

Auteur de plus d’une centaine de livres, dont certains eurent un énorme succès de vente, et de milliers d’articles, préfaces et participations à des ouvrages collectifs, Jean Mabire restera enfin comme l’une des figures majeures du politiquement incorrect des années 60 à l’an 2000.

Ses essais et ses ouvrages d’histoire contemporaine sont d’ores et déjà recherchés, collectionnés, réédités, gages de la pérennité d’une vision historique, de l’influence de celui qui fut et restera un conteur et un trans­metteur de premier plan, mais aussi et peut-être d’abord un maître à vivre.

Francis Bergeron a publié une soixantaine de livres dont la série « Clan des Bordesoule » (qui s’adresse à des jeunes lecteurs de 8 à 12 ans), plusieurs biographies d’écrivains et des ouvrages sur la politique et la littérature non-conformiste.

Entretien avec Jean Mabire conteur des guerres et de la mer, Francis Bergeron, Editions Dualpha, 150 pages, 21,00 € (+ 3,00 € de port, Chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner  à SN 116, rue de Charenton 75012 Paris).

Le commander en ligne cliquez ici

12:16 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook