Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 30 octobre 2016

Sortie à la fin de la semaine du second volume de BUDAPEST 1956 de David Irving

Budapest 2 - 1 de couv.jpg

Le volume 2 :

Commandez le second volume en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Buda 1 de couv 1.jpg

Le volume 1 :

Commandez le premier volume en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

Commandez les deux volumes en ligne cliquez là

Bulletin de commande des 2 volumes cliquez ici

00:40 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 octobre 2016

Sortie le 6 novembre d'un nouveau roman-fiction sur l'avenir de la France

tumblr_oflx3dFuc51rnng97o1_1280.jpg

A ne pas manquer, on en reparle...

10:53 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Fête du livre de Renaissance catholique le dimanche 4 décembre à Villepreux (78)

fête-du-livre-Villepreux-e1477517164537.jpg

09:19 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 octobre 2016

Parution fin octobre du second volume de BUDAPEST 1956 de David Irving (le texte intégral inédit traduit en français)

BUDA 1 2 SORTIE OCT 16.jpg

Commandez les deux volumes cliquez ici

Commandez le second volume cliquez là

09:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 21 octobre 2016

Il n'est pas trop tard pour lire LE GRAND REMBARQUEMENT

GR flyer 6.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

En savoir plus cliquez là

10:39 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 octobre 2016

Quand la fiction est dépassée par la réalité : Philippe de Villiers confirme les pires prévisions d'Emmanuel Albach dans "Le Grand rembarquement"

gr flyer 36 2.jpg

Lisez Le Grand rembarquement cliquez ici

Plus de renseignements cliquez là

14:40 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 09 octobre 2016

Samedi 15 octobre : Xavier Eman dédicacera son nouveau livre chez Facta

14650512_1837689703126712_4772740042813432618_n.jpg

17:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 07 octobre 2016

Dimanche dernier, à Rungis, Marc Rousset présentait son nouveau livre : "Adieu l'argent-roi ! Place aux héros européens !"

Titre et dessin couverture du livre.jpg



Après son livre "La nouvelle Europe, Paris-Berlin-Moscou" sorti en 2010, l'auteur se livre ici à un vraie critique de la civilisation de l'argent et nous fait une apologie de l'héroïsme

Cet ouvrage est la suite, à un siècle de distance, de « Händler und Helden » (Commerçants et Héros) écrit à Leipzig en 1915, mais jamais traduit en français, par le sociologue allemand Werner Sombart, à la lumière des réflexions sur l’héroïsme grec du regretté Dominique Venner.

L’héroïsme n’est plus une valeur directrice dans l’imaginaire européen alors que pendant quinze siècles, la pire des choses en Europe était de « préférer la vie à l’honneur et pour garder la vie de perdre la raison de vivre ». Nous vivons l’époque de la civilisation individualiste de l’argent, de la civilisation hédoniste matérialiste sans idéal, sans âme, sans courage, sans héroïsme.

Selon le philosophe allemand Peter Sloterdijk, la France, comme la plupart des autres pays européens a cru bon après Mai 1968 de « sortir de l’héroïsme par le consumérisme ». Aujourd’hui la seule discrimination tolérée entre les hommes est celle de l’argent. Toutes les autres formes de discrimination nationale, ethnique, religieuse, culturelle sont devenues illégitimes.

Le carriérisme sans âme et la consommation matérialiste effrénée en guise de bonheur ont remplacé dans l’esprit de nos contemporains l’idéal, la vocation, le sens de la transcendance, du sacré, le courage, le goût de l’effort, du dépassement, du don de soi, de donner un sens plus élevé à son existence

L’homme ne peut accepter de donner sa vie que pour sa famille, une collectivité, une nation, une culture, une civilisation, une foi, une croyance. On ne meurt pas pour une société individualiste et matérialiste qui n’a rien d’autre à offrir à sa jeunesse que le sexe et l’argent.

L’esprit est plus fort que la matière : c’est parce qu’elle l’a oublié que la civilisation européenne est sur le déclin. L’Europe du XXIe siècle retrouvera son âme ou disparaitra. Pour y parvenir et permettre le renouveau de la civilisation européenne, un seul moyen : une révolution conservatrice des mentalités, des valeurs et de l’éducation.

Tout au long du XXe siècle, les Européens n’ont cessé de répéter aux Américains que l’argent n’était pas tout. C’est maintenant au Vieux Continent de retrouver ses valeurs structurantes fondamentales et de mettre son ancien conseil en pratique.

Selon Antoine de Saint Exupéry « Le bonheur est une récompense et non un but ». Etre heureux ne signifie pas être riche et posséder. Ce n’est pas l’argent, mais le sens que l’on donne à sa vie qui rend heureux.

Un livre de référence sur l’antinomie argent/héroïsme encore plus important à l’heure du terrorisme islamiste !

Marc Rousset, diplômé H.E.C, Docteur ès Sciences Economiques, MBA Columbia University, AMP Harvard Business School, a occupé pendant 20 ans des fonctions de Directeur Général dans des groupes multinationaux. Marc Rousset collabore régulièrement à la revue Synthèse nationale.

"Adieu l’Argent-roi! Place aux Héros européens !" Critique de la civilisation de l’Argent et Apologie de l’héroïsme, Editions Godefroy de Bouillon, septembre 2016, 500 pages, 37 euros.

06:22 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 29 août 2016

Il était une fois… nos ancêtres indo-européens.

message_de_nos_ancetres_jean_haudry.jpg

Il était une fois… nos ancêtres indo-européens un nouveau livre de Jean Haudry, 

Nous vivons des temps où tout est fait pour couper les Européens de leurs racines.

Et la cible prioritaire des zélotes du déracinement est, bien sûr la jeunesse.

C’est pourquoi ce livre a pour but de rappeler aux jeunes garçons et filles (mais pas seulement) de chez nous quel univers spirituel ils portent en eux, tel qu’il leur a été légué par leurs ancêtres.

Qui étaient nos ancêtres ?

Ils trouverons la réponse grâce au texte de Jean Haudry et aux illustrations d’Eric Heidenkopf, qui ont su, en se basant sur l’Histoire et la Tradition, dresser un portrait riche en couleurs de ceux qui nous ont transmis un héritage génétique et culturel à nul autre pareil.

Le livre est vendu 14 € + frais de port

+ Frais de ports France seulement pour un exemplaire : 2.75 €

+ Frais de ports Europe (CE) pour un exemplaire : 4,50 €

+ Frais de ports hors CE pour un exemplaire : 6,50 €

Chèque à l’ordre des Éditions de la Foret.

Commande à adresser à : LES ÉDITIONS DE LA FORÊT Le Mas Fougères 04300 Forcalquier

 

23:06 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 08 août 2016

Comprendre la Syrie...

sn syrie pouquoi.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

11:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 05 août 2016

Emmanuel Albach, auteur du roman-choc de l'été "Le Grand rembarquement" répond aux questions de Breizh info

GR affiche 60x80.jpg

Source Breizh-infos.com cliquez ici

Emmanuel Albach est le président de l’Amicale des Anciens Volontaires Français du Liban. Il a combattu au Liban de janvier à juillet 1976 avant de faire une carrière de journaliste. Il a d’ailleurs écrit un ouvrage à propos de son engagement dans les Phalanges chrétiennes, que nous avions relaté ici.

Cet été, il publie « Le Grand rembarquement » aux éditions Dualpha dont voici le résumé :

En 2019, un président « consensuel » prétend mettre en œuvre une solution définitive et magistrale au problème devenu ingérable de la cohabitation des communautés. Mais quel est ce projet, qui a pour nom de code « S.C.S.E. » ? Une version inversée de l’exode de 1962 ? Le Grand rembarquement ? Quand l’Histoire s’emballe et que les hommes politiques en ont perdu le contrôle, tout peut arriver…

Nous ne vous en dirons pas plus sur ce roman, si ce n’est qu’il est excellent, qu’il se lit vite, et qu’il s’annonce comme d’autres par le passé (et notamment Le Camp des Saints de Jean Raspail), visionnaire, ou tout du moins donnant de l’espoir aux Européens. Nous avons interrogé Emmanuel Albach.

Le Grand rembarquement – Emmanuel Albach – Dualpha – 26 € (commande ici)

Breizh-info.com : Le Grand rembarquement, qu’est-ce que c’est ? Un ouvrage visionnaire ? Un éloge de la remigration ?

Emmanuel Albach : Il s’agit d’un roman de politique-fiction, d’une sorte de thriller ayant pour ressorts deux idées: d’abord la vision de ce que pourrait être une aggravation brutale de la situation migratoire et communautaire, provoquée par la folie d’une « solution » inventée par un président consensuel pour résoudre une situation sécuritaire qui lui échapperait complètement; ensuite la constatation d’un fait historique si banalisé qu’on ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas se reproduire, cette fois au détriment des musulmans installés en France : l’expulsion brutale, en 1962, d’un million de Français d’Algérie -15% de la population!- sous les yeux d’une armée française paralysée et d’une police indifférente. En quelques mois, tout était joué, à une époque où le transport maritime était bien moins rapide et le transport aérien, embryonnaire. Qui aujourd’hui parmi les Algériens vivant en France en éprouve la moindre culpabilité ?

Breizh-info. com : Votre livre est il plus un clin d’oeil sous forme de réponse, à Renaud Camus, ou à Jean Raspail ?

Emmanuel Albach : J’ai un grand respect pour Jean Raspail, et bien sûr Renaud Camus m’a inspiré, au moins pour le titre que j’ai trouvé à mon récit. Cependant, Raspail m’avait désespéré par l’issue de son histoire, quant au Grand Remplacement, j’en récuse l’inéluctabilité. Il n’y pas de sens de l’histoire. Rien n’est irréversible, même les situations apparemment les plus désespérées peuvent être retournées. L’histoire est entre nos mains. A nous de la faire. Duguesclin, un « bouseux » de Breton, avec une trentaine de gars, a réappris aux Français qu’ils pouvaient vaincre les Anglais, à un moment de notre histoire où notre perte semblait signée. Et Jeanne, un gamine « illuminée » a « gonflé à bloc » de grands capitaines qu’elle a conduit à la victoire.

Breizh-info.com : Pour vous, il est donc encore possible que des millions d’individus quittent le sol européen pour repartir de l’autre côté de la mer ? Cela peut il se faire sans violence ?

Emmanuel Albach : Aujourd’hui, on veut nous faire croire qu’il existe une situation irréversible. Irréversible? L’histoire ne connait pas ce mot, inventé par des gens qui changent d’ailleurs d’avis comme de chemise, au gré des humeurs des électeurs ou des consommateurs! Des migrations soudaines, il s’en est produit à toutes les époques. L’exemple algérien nous le prouve.

Quant à la violence… En Algérie, un million de gens ont été intégralement spoliés, dépouillés, des milliers de femmes enlevées ou violées, des milliers d’hommes massacrés... Et 150.000 harkis trucidés. Nous ne ferions jamais pire…

Breizh-info.com : Vous avez combattu au Liban dans les Phalanges. Vous qui suivez de près l’évolution de la France, est-ce qu’on peut réellement parler de « libanisation » du pays ? En quoi le sort des deux pays vous semble comparable, ou pas ?

Emmanuel Albach : Les chrétiens du Liban vivent depuis mille ans les armes à portée de main, et sont prompts – très prompts !- à tirer l’épée quand les musulmans empiètent sur leurs plates bandes, en cela fermement soutenus par leur clergé et leurs moines, des religieux « de combat ». Le moins que l’on puisse dire est que l’Église catholique en France, ne ressemble pas à ceux-là! Nous sommes plus proches dans notre clergé, de l’esprit dhimmi des chrétiens d’Irak ou d’Egypte…

Les Libanais nous ont pourtant ré-appris une chose importante : il n’y a pas de liberté pour celui qui refuse de combattre -pour sa foi et/ou sa patrie.

Breizh-info.com : Le peuple de France se révolte dans votre livre. Est-ce le même peuple qui chasse aujourd’hui les Pokemon ou qui adule les stars d’une équipe de France que beaucoup de nos voisins européens surnomment l’équipe d’Afrique ?

Emmanuel Albach : N’attendons pas des politiques, le plus souvent mus par la cupidité ou l’ambition, sinon simplement par l’orgueil – à l’exception probablement d’une jeune femme étonnante qui a nom Marion - qu’ils prennent des décisions terribles. Comme lors de la guerre de Cent Ans, ce seront des gens sortis de nos terroirs, des inconnus qui lanceront le mouvement, parce qu’eux n’auront peur que de perdre une chose : leur terre, leur honneur, et n’auront pour seul souci que de léguer aux générations suivantes une nation libre. Il faut des gens qui se fichent comme d’une guigne de leur retraite, de leur patrimoine immobilier, de leur carrière professionnelle, lorsque leur patrie est en danger. Rien ne sortira de nos soi-disant élites qui envoient leurs enfants étudier en Amérique ou en Australie, et les éduquent en apatrides. Il faudra des gens un peu fous et très courageux. Mais des caractères de ce genre, la France en regorge. Des jeunes – et des moins jeunes – capables de se dresser et de prendre des risques - physiques et sociaux - il yen a ici, croyez-moi. N’oubliez jamais que les Français et Bretons se sont couverts de gloire à toutes les époques. Les Gaulois sont une race de guerriers farouches et magnifiques, et leurs adversaires potentiels sont très loin d’être aussi redoutables que les légions romaines. Nous les avons vaincu, facilement, à toutes les époques.

Breizh-info.com : Que vous inspirent les attentats islamistes de ce mois de juillet ? On a l’impression de vivre une accélération de l’histoire ?

Emmanuel Albach : Hollande a lancé un guerre qu’il croyait « technologique » et sans risques (on bombarde à trois mille mètres d’altitude avec des Rafale qui balancent des bombes « intelligentes ») mais il ne savait pas que l’EI représente au Moyen Orient (où les chiites tentent de vaincre leurs frères ennemis pour la première fois dans l’histoire) le fer de lance du sunnisme, que nos immigrés musulmans sont sunnites à 95%, et que la Oumma sunnite est un seul et même corps sans frontières.

Or, nos bombes larguées de haut tuent probablement autant de civils que celles des Russes qui volent plus bas. Les sites djihadistes sont bourrés d’images de victimes de ces « frappes intelligentes ». De quoi enlever tout scrupule aux sympathisants en France de l’EI qui nous dit: vous tuez nos gens? On tue aussi les vôtres…

Par ailleurs, voyez que cet adversaire, même ignoblement brutal est beaucoup moins stupide et désarmé qu’il n’y paraît : Hollande avait annoncé en ouvrant les hostilités que l’on allait frapper l’EI « au portefeuille » en bombardant ses installations pétrolières et ses camions citernes. Qu’a fait l’EI ? Avec un minimum de moyens ils sont parvenus en ce qui nous concerne, au même résultat : en mitraillant les terrasses à Paris, en écrabouillant les estivants à Nice, ils ont provoqué pour l’industrie française du tourisme – celle sur laquelle on comptait pour recréer de l’emploi – une catastrophe historique. Notre portefeuille souffre à son tour vilainement.

Les hôtels, les restaurants attendent des étrangers qui ne viennent plus. On se croirait en Egypte, en Tunisie! Les plages d’Anne Hidalgo sont aussi vides de touristes que celles de Sousse !

Quant aux attaques contre les policiers ou un prêtre, elles ressemblent à de l »‘incentive » pour salafistes à cours d’idées. C’est leur indiquer des cibles faciles, et monter d’un cran dans l’intimidation - qui en compte quelques uns encore heureusement - avant d’atteindre l’objectif final : la conquête par la soumission préparée par la « dhimmisation » des esprits.

Breizh-info.com : avez vous d’autres projets d’écritures ?

Emmanuel Albach : Oui. J’ai un compte à régler avec un « grand » menteur historique. Ce sera aussi drôle (moi, en tout cas, j’ai bien rigolé en me relisant) et plausible que « Le Grand Rembarquement »…

Je vais aller plus vite cette fois (Le Grand Rembarquement m’a pris quatre ans). Je commence à avoir bien en mains la mécanique des histoires que j’aime écrire !

Propos recueillis par Yann Vallerie

 

10:10 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 30 juillet 2016

DES LIVRES POUR L'ETE :

SE été 2016.jpg

La librairie en ligne cliquez ici

00:37 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 28 juillet 2016

Quand l'actualité dépasse la fiction : décidément, on est en plein dedans...

190414.jpg

Chrétiens assassinés en Normandie et ailleurs...

36957b0edc89b7c309c9107b3e8c0.jpg

Le FLNC met en garde

les "islamistes radicaux" et "l'Etat français"...

gr flyer 36 2.jpg

Une situation qui dégénère envisagée

dans le roman-choc d'Emmanuel Albach !

LE GRAND REMBARQUEMENT

Une idée qui fait son chemin

A lire d'urgence et à diffuser sans retenue cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

08:28 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 19 juillet 2016

L'histoire du Canada français racontée par Jean-Claude Rolinat et Remi Tremblay

Canada-francais.jpg

Entretien avec Rémi Tremblay, auteur avec Jean-Claude Rolinat du livre Le Canada français, de Jacques Cartier au génocide tranquille, éditions Dualpha, préface de Richard Le Hir, ancien ministre.

(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Quels sont les événements marquants du nationalisme au Québec ?

Le nationalisme moderne québécois débute évidemment après la Confédération en 1867. Avant, il y eut certes des mouvements qu’on pourrait qualifier de nationalistes canadiens-français comme les Métis de Louis Riel et même dans une certaine mesure les Patriotes, mais c’est avec la fondation du Canada que le nationalisme québécois prend réellement son sens. Depuis cette date, le nationalisme canadien-français s’oriente sur la survivance de notre peuple au sein du Canada (comme Lionel Groulx le préconisait) ou carrément en en sortant comme Paul Bouchard, les frères O’Leary, Raymond Barbeau et autres le préconisèrent dès les années trente du siècle dernier.

La sortie de la confédération, le souverainisme en d’autres mots, fut une idée relativement marginale, l’autonomie comme Maurice Duplessis, qui est en quelque sorte le Salazar québécois, le préconisa.

Dans les années soixante, elle revint par contre à l’avant-plan et devint plus acceptée par la population. Seulement, cela se fit en même temps que la Révolution Tranquille qui est, si on veut, un mai 1968 généralisé. Les Canadiens français devinrent des Québécois, la société fut laïcisée et le mouvement nationaliste qui était de droite jusqu’alors, vint à se transformer en mouvement de gauche faisant la promotion d’un souverainisme épuré de toute référence ethnique et religieuse. René Lévesque fut l’incarnation même de cette transformation en néonationalisme.

Depuis, avec le Parti Québécois membre de l’internationale socialiste, l’idée souverainiste est quasiment devenue un monopole de la gauche, bien que de nombreux hommes et femmes de la droite de conviction l’appuient silencieusement, considérant la souveraineté comme un objectif méritant de compromettre le reste.

Nous avons eu un référendum perdu en 1980 et ensuite en 1995. Seulement, ce dernier fut une défaite crève-cœur ; la majorité des Québécois de souche (Canadiens français) ayant voté en faveur de la souveraineté. Depuis, le Parti Québécois a été relégué au second plan et la domination libérale à Québec semble inébranlable.

Qu’en est-il de la sphère politique actuelle au Québec, le nationalisme y occupe-t-il toujours une place ?

Actuellement, le seul nationalisme encore promu est le nationalisme civique parfois teinté de nationalisme linguistique. Le Parti Québécois parle de souveraineté, mais pour eux, quiconque réside au Québec est Québécois et on adopte une certaine forme de multiculturalisme. On met des gants blancs pour parler de langue, on tente d’avancer l’idée de laïcité à la française pour enrayer la montée de l’Islam, mais dans les faits, le Parti Québécois partage la même vision de la nation que le Parti Libéral, à la seule différence qu’il souhaite l’indépendance de la province. Les arguments amenés sont surtout économiques et politiques, sur le poids du Québec notamment, mais cela devient un non-sens, puisque toutes les provinces pourraient parler d’indépendance en se basant sur ces deux critères. Ce qui donne un sens réel au combat souverainiste c’est bien que le Québec soit peuplé majoritairement d’un peuple, d’une nation à part entière qui est différente du reste du Canada.

Quelle est la réalité de l’immigration au Québec ?

De nombreux penseurs souverainistes ont eu par le passé la clairvoyance de voir dans l’immigration un moyen de faire des Québécois un peuple parmi tant d’autres au Canada et même de nous noyer dans notre propre province. La naturalisation de milliers d’étrangers à la veille du référendum nous prouve que l’immigration a été instrumentalisée pour mettre fin aux aspirations du Canada français.

Au Québec, le Parti libéral est maintenant capable de régner malgré la quasi-absence de soutien chez la majorité canadienne française. En étant supportée en bloc par les minorités ethniques et linguistiques, il réussit à se maintenir au pouvoir, les Québécois de souche divisant leur vote entre la Coalition Avenir Québec et le Parti Québécois. Le Parti libéral se doit donc, s’il veut survivre, de continuer à ouvrir les portes de l’immigration de masse. Logiquement les autres partis devraient s’y opposer, mais la chape du politiquement correct est telle que personne n’ose remettre en question ce paradigme, ce qui fait qu’il y a consensus en faveur de l’immigration auprès des élites politiques, bien que les sondages démontrent que les Québécois n’en veulent plus.

Montréal est devenue une ville cosmopolite, avec une minorité d’élèves canadiens français dans les écoles. C’est un fait, c’est tangible. C’est le Grand Remplacement prophétisé par Renaud Camus, ou le Génocide tranquille si on veut.

Le Québec a récemment eu la visite de Marine Le Pen et les médias ont rapporté un accueil plutôt froid chez vous…

Comme je l’ai écrit dans un article pour le quotidien Présent, la désinformation en France sur le voyage de Marine Le Pen au Québec était grotesque. L’accueil fut froid de la part des élites, c’est un fait, mais ce fut l’événement de l’hiver. Elle eut une couverture médiatique incroyable, inégalée même. Ses moindres paroles étaient rapportées dans les médias, ce qui fait que, pendant une semaine, on eut droit à un véritable débat sur l’immigration, ce que la journaliste de la chaîne gouvernementale Anne-Marie Dussault n’a certes pas apprécié !

Pour l’impact sur les groupes nationalistes, un événement tangible découlant de cette visite est la création du groupe Horizon Québec Actuel qui veut se faire le porte-parole des idées frontistes au Québec. Ce genre de groupe peut susciter le débat et nous espérons qu’il parviendra à se faire une place et remettra en cause l’immigration de masse, ce que la Fédération des Québécois de souche était seule à faire par le passé.

Le Canada français, de Jacques Cartier au génocide tranquille de Jean-Claude Rolinat et Rémi Tremblay, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 260 pages, 25 euros.

Le commander en ligne cliquez ici

Par correspondance : en envoyant 28 € (25 € + 3 € de port) à Synthèse nationale 116 rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement)

01:10 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 juillet 2016

Un livre à lire, une idée à explorer, une solution à appliquer : LE GRAND REMBARQUEMENT

FullSizeRender.jpg

456.jpg

Partout dans Paris et dans plusieurs villes de province, "Le Grand rembarquement", le roman choc de l'été d'Emmanuel Albach, est affiché sur les murs. Un livre à lire pour sortir du carcan du "politiquement correct".

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

GR affiche 60x80.jpg

10:35 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 15 juillet 2016

Un entretien avec Emmanuel Albach, auteur du Grand rembarquement, dans Présent de samedi

8651-20160716.jpgDans le numéro de Présent cliquez ici de cette fin de semaine, vous pourrez lire un entretien de Louis Lorphelin avec Emmanuel Abach, auteur du roman-choc (hélas d'actualité) Le Grand rembarquement...

Présent, 2,50 €, est en vente dans les kiosques.

Pour acheter ce livre en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

14:38 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 14 juillet 2016

"Le Petit abécédaire d'un Français incorrect" de Charles-Henri d'Elloy : profitez de l'été pour vous régaler...

sn 43 pub liv 1.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

En savoir plus et bulletin de commande cliquez là

00:41 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 13 juillet 2016

AU FAIT, L'AVEZ VOUS LU ?

GR affiche 60x80.jpg

L'acheter en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

gr flyer 36 2.jpg

10:04 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 08 juillet 2016

RAPPEL : samedi 9 juillet, Emmanuel Albach dédicacera "Le Grand rembarquement" à la Librairie Facta à Paris

GR Facta 16 07 09.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

En savoir plus cliquez là

jeudi, 07 juillet 2016

Piero San Giorgio a lu "Le Grand rembarquement"

Source cliquez ici

12:26 Publié dans Livres, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 06 juillet 2016

Médias Presse info présente Le Grand rembarquement

GR affiche 60x80.jpg

Notre excellent confrère Médias Presse info cliquez ici de ce matin présente le roman-choc d'Emmanuel Albach en ces termes :

Emmanuel Albach est le président de l’Amicale des Anciens Volontaires Français du Liban. Il a combattu au Liban de janvier à juillet 1976 et a ensuite fait une carrière de journaliste.

L’été est propice à se plonger dans un bon roman pour se détendre un peu. Quoi de mieux, dans ce cas, que de choisir un roman qui nous parle de l’actualité – le grand remplacement – et nous fait miroiter une issue heureuse, le grand rembarquement !

Lorsqu’on évoque les romans qui traitent du déferlement migratoire, tout le monde a naturellement en tête Le Camp des Saints, roman prophétique de Jean Raspail. Mais si les deux tiers de ce roman se sont réalisés depuis sous nos yeux, chacun espère qu’un événement inattendu et salvateur nous préservera de la fin tragique imaginée par Raspail. C’est là que le roman d’Emmanuel Albach intervient pour offrir une lueur d’espoir.

Après la victoire du candidat du MPU (toute ressemblance avec des faits et des personnages réels n’est pas fortuite) à l’élection présidentielle de 2017, la France s’enfonce dans le chaos sous le poids d’une immigration toujours plus massive. Des bandes armées font régner la loi de la jungle. Des milices djihadistes défient ouvertement l’autorité.

Enfin, le 12 avril 2019, toutes les composantes de l’Etat reçoivent la consigne de participer à la mise en œuvre du Projet S.C.S.E. Mais que veut dire ce mystérieux acronyme ? Va-t-on finir par procéder à l’expulsion de plusieurs millions d’immigrés, telle une version inversée de l’exode de 1962 ? Par quel effort d’imagination cela deviendrait-il possible ?

Le Grand rembarquement, Emmanuel Albach, éditions Dualpha, 332 pages, 26 euros

Pour le commander cliquez là

06:55 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 30 juin 2016

BUDAPEST 1956 : INSURRECTION de David Irving. Traduction du texte original inédit publiée par Synthèse nationale

Buda D Irving flyer.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

23:10 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 29 juin 2016

Après la sortie cette semaine de son nouveau livre "LE GRAND REMBARQUEMENT", Emmanuel Albach s'explique :

13466444_1775084722773762_7952476523741715640_n.jpg

Le titre de votre livre, Le Grand rembarquement, semble faire écho au Grand Remplacement de Renaud Camus. Est-ce par hasard ?

Non bien sûr. J’avoue humblement que Renaud Camus m’a inspiré. Mais mon titre ne fait pas seulement écho : il parle aussi d’une fin heureuse, alors que le principe du grand remplacement, et tout ce que l’on entend un peu partout sur le caractère inéluctable de notre fin proche en tant que nation, nous décrit un avenir noir. Or rien n’est inéluctable. Rien n’est irréversible, c’est ce que nous apprend l’histoire : le destin d’une nation dépend de la volonté de ses membres. Ils peuvent se laisser mourir, ou se dresser. "Aux armes, citoyens !", dit notre hymne, non ?

Hola ! Votre roman appelle les Français aux armes ? Vous allez tomber dans l’incitation à la sédition !

On ne peut plus citer notre hymne national ? Et puis c’est un roman. Et l’on n’y trouvera rien qui tombe sous le coup de la loi. Mais voyez dans quelle situation nous nous trouvons : on nous oblige à accepter des trucs dégueulasses qui deviennent des normes, et l’on nous interdit d’en parler. Ce carcan que personne n’aurait pu imaginer il y a encore trente ans, emprisonne notre nation autant que la loi martiale d’un occupant : on en est réduit à chuchoter dans son coin, entre gens proches. Même au travail – je dirai même surtout au travail - on ne peut plus rien dire : il y a toujours des mouchards prêts à vous dénoncer à "la kommandantur". On se tait, on attend le moment où l’on pourra parler à nouveau. Et l’on entend que les collabos… ou les soit-disants « grands cerveaux », les stratèges qui nous expliquent où l’Histoire nous guide. Mais l’Histoire n’existe pas : cette idée d’une direction qui s’imposerait à nous, est un concept de ce phraseur de Marx.

L’Histoire n’existe pas ? Pourtant la France a une histoire, non ?

Cela, c’est celle qu’on voit dans le rétroviseur, celle qui est passée. L’histoire pour Marx, c’est un futur tout écrit : celui de la disparition inéluctable de notre monde occidental. Il devait nous détester énormément ! Or la vérité c’est plutôt « Fortuna imperatrix mundi » : la (bonne ou mauvaise) fortune, impératrice du monde. Qu’est-ce que cela veut dire ? Sinon que le hasard, la bonne fortune – ou la volonté de Dieu, diront les chrétiens - est plus puissante que les rois, et que des renversements « de fortune » sont toujours possibles. Des « fortunes », des opportunités se présentent, et c’est alors le moment de les saisir pour renverser une situation qui semblait perdue. Le destin des hommes reste toujours entre leurs mains. Au fond, nous sommes libres. C’est la peur qui nous rend impuissants, la crainte qui habite chacun d’être repéré par le Système qui nous oppresse, et qu’il lui pourrisse la vie… Pourtant qu’est-ce qui pourrait nous arriver de pire que de laisser un occupant voler leur avenir à nos enfants ? A quoi aurait servi notre vie si nous trahissions notre patrie ? Pour elle, pour cette terre où reposent nos ancêtres, pour nos enfants, nous n’avons pas le droit d’avoir peur. Pour eux, il faut savoir répondre à l’appel de notre hymne.

Rien n’est irréversible ? Quand même, arrivé à un certain stade, souvent on ne peut plus changer grand-chose.

Si vous aviez demandé en 1950 aux Français s’ils croyaient qu’un jour un million de leurs compatriotes d’Algérie devraient quitter les lieux en quelques mois, en laissant tout derrière eux, et abandonnés par l’Etat, personne n’y aurait cru. Personne. Cela semblait impossible. Les Français d’Algérie, qui y avaient construit un pays moderne, pensaient que leur œuvre les rendait définitivement légitimes sur cette terre. Ils étaient sûrs que les musulmans étaient conscients de ce qui avait été accompli et dont ils profitaient : l’eau courante, l’électricité, les hôpitaux, l’instruction, une alimentation saine… Cet acquis semblait donner un droit irréversible aux Français d’Algérie. Un « droit acquis ». Et pourtant, ils sont tous repartis en quelques mois… Un million de personnes, à une époque où le transport aérien était embryonnaire et le transport maritime minuscule au regarde de ce qu’il est devenu aujourd’hui… Alors, l’irréversibilité, moi je n’y crois pas. Il suffit de circonstances, et l’impossible devient d’un seul coup la seule solution possible…

C’est cela le Grand Rembarquement ? Un exode massif ? Une re-migration ? Le drame des pieds noirs inversé ?

Je ne peux pas vous raconter toute l’histoire. Il s’agit d’un roman, d’un « thriller », avec des rebondissements et une fin inattendue. Je ne peux pas trop déflorer l’intrigue… Cela raconte surtout comment des politiciens, qui n’entendent rien – c’est normal les Français en sont réduits à chuchoter, ils deviennent inaudibles ! - sinon les « communautés » qui obtiennent tous d’eux et qui ne savent donc plus rien de la France réelle, mais qui se prennent néanmoins pour de grands stratèges historiques, peuvent se croire tout permis avec notre nation, au point de la cabrer et qu’elle rejette toute autorité étatique ! Une erreur de trop, celle que l’on ne peut pardonner, c’est la fameuse « fortuna » que j’évoquais au début de cet entretien. Celle qui permet un renversement de fortune, et à un peuple de reprendre son destin en mains.

C’est donc l’histoire d’une révolution ?

Je suis convaincu que quelque chose va se passer et que la France, révulsée par ce qu’on lui fait avaler, va se mettre à vomir et que partout des gens vont entrer sans retenue en colère contre l’ennemi qui veut l’asservir. Il suffira d’abord qu’ici et là, la colère surpasse la peur. Et que quelques-uns osent… Et alors s’enclenchera quelque chose que plus rien n’arrêtera.

3524566138.2.jpg

Emmanuel Albach à Beyrouth en 1976

Ce qui est étonnant dans votre histoire c’est que cette révolte n’est pas organisée, elle est spontanée. N’est-ce pas un peu illusoire ?

N’allez pas chercher les guides qui démarreraient une libération dans la classe politicienne. Cette dernière n’a trop souvent dans la tête qu’orgueil ou cupidité. Mais certains ont senti depuis longtemps ce qui se préparait alors que d’autres ne verront jamais rien. Alors je vois bien ceux qui ont pressenti les événements encadrer tout cela à un moment donné, ou se servir de ce qui se passe. Mais ils ne lanceront jamais cette révolte qui seule peut renverser la situation, et ils n’auront jamais l’audace de faire ce que la situation impose. C’est Du Guesclin qui a libéré la France de Charles V, un bouseux de Breton, un petit noble guère plus riche qu’un fermier de l’époque, entré en guerre avec une cinquantaine de copains et dont l’exemple a galvanisé les soldats de France. Pourtant, en son temps, la victoire anglaise semblait irréversible, tout comme au temps de jeanne d’Arc. Un bouseux illettré (il savait juste signer) et une gamine un peu folle, ont décidé que rien n’était irréversible. Pas des stratèges, je vous dis ; pas des gens comme il faut ; pas de grands bourgeois érudits. Une fille et un gars au grand cœur, qui n’avaient peur de rien, et qui n’avaient rien à perdre, sauf l’honneur de leur patrie !

Votre précédent ouvrage relatait votre engagement au Liban, en 1976, aux côtés des phalangistes libanais. Quel rapport avec ce roman ?

Le carcan du Liban s’appelait la Ligue Arabe, l’ONU, la diplomatie américaine, etc… Il était interdit aux Libanais de se rebeller, et de toutes les façons le destin inéluctable, irréversible, des chrétiens d’Orient c’était « naturellement » d’être chassés du Moyen Orient, « terre d’islam ». Mais contre tous, contre toute attente, et contre toute « raison » ils ont décidé de se battre. Ils se sont battus avec un tel courage, avec une telle colère qu’ils ont fini par convaincre le monde entier que les choses n’allaient pas se passer comme « l’histoire » était censée l’écrire. Et finalement, après quelques péripéties, ceux qui se sont embarqués, ce ne sont pas eux… J’ai appris une grande leçon d’histoire auprès de mes camarades libanais : il n’y a pas de liberté pour celui qui refuse de combattre.

Le Grand rembarquement, Emmanuel Albach, Editions Dualpha cliquez là, 332 pages, 26 €, diffusé par Synthèse éditions cliquez ici

En savoir plus cliquez là

Diapositive1 - copie 4.jpg

BQ SN 2015 Liban.jpgLe précédent livre d'Emmanuel Albach Beyrouth 1976 des Français aux côtés des Phalangistes, édité par les Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

 

00:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 19 juin 2016

On commence à se l'arracher...

gr flyer 36 2.jpg

L'entretien avec Emmanuel Albach cliquez ici

L'acheter en ligne cliquez là

14:08 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 18 juin 2016

L’An 1914 : la guerre dont tout le monde voulait... Le nouveau livre du Dr Bernard Plouvier

Fin-Monde-An-14-quadri.jpg« La responsabilité de la guerre de 1914-1918 est largement partagée par tous les parlementaires qui, en tous pays, ont voté les crédits de guerre à l’unanimité »

Entretien avec le Dr Bernard Plouvier, auteur de La fin d’un monde. L’An 1914 : la guerre dont tout le monde voulait aux éditions Dualpha. (Propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Selon vous, la Grande Guerre aurait été la plus inévitable de toutes les guerres ?

Dr Bernard Plouvier : Effectivement, pour des raisons économiques (en Russie et en Grande-Bretagne), pour des raisons d’impérialisme territorial (en Russie, en Serbie, en Grande-Bretagne pour ce qui est des colonies), et surtout pour des raisons sociologiques (un peu partout en Europe).

Durant les années 1910-14, les jeunes hommes de toutes les classes sociales s’ennuient dans une société plutôt fermée, où tout semble prévisible, et n’ont guère d’objection (sauf les anarchistes, mais ils boudent absolument tout !) à une « guerre franche et joyeuse », puisque tous les « spécialistes » (économistes et financiers, généraux et diplomates, même prêtres et philosophes) affirment sur tous les tons que, du fait de son coût prohibitif, une guerre entre États industrialisés ne peut qu’être courte.

Et les chefs politiques, dans cet ensemble ?

À l’exception de rares bellicistes parmi les politiciens de Londres, de Saint-Pétersbourg et surtout de Belgrade, ils sont tous très peu enthousiastes, voire pacifistes. Ni le tsar Nicolas II (qui est un imbécile), ni le sénile François-Joseph d’Autriche-Hongrie, ni le Kaiser Guillaume II, ni Raymond Poincaré ne sont des foudres de guerre, quoi qu’on en ait dit ensuite. Seuls, d’ailleurs, les deux derniers sont réellement intelligents. À Londres, les politiciens sont au service de la ploutocratie, et à Belgrade ce sont de purs aventuriers.

Ni responsables ni coupables, donc à Paris, Vienne ou Berlin ?

Responsables, en faible partie, ils le sont. En tous cas, cette responsabilité est largement partagée par tous les parlementaires qui, en tous pays, ont voté les crédits de guerre à l’unanimité. Coupables, ils le furent de n’avoir pas suffisamment répété à leurs opinions publiques les dangers d’une guerre moderne. Mais ces dangers (bien connus depuis la Civil War des USA – la « Guerre de sécession » – ou la guerre de Mandchourie) étaient minimisés par tout le monde.

Alors, qui étaient les bellicistes en 1914 ?

De très nombreux industriels et négociants à Saint-Pétersbourg et Moscou ou à Londres. Mais les financiers étaient plutôt pacifistes, alors qu’ils seront des bellicistes enragés de 1933 à 1939. De nombreux généraux et amiraux des États-Majors Généraux à Saint-Pétersbourg, Vienne, Londres et Paris… et, à un moindre degré, à Berlin, où l’on était bien plus hésitant. Le gouvernement serbe, encouragé par l’ambassadeur et les attachés militaires russes à Belgrade a volontairement et sciemment mis le feu aux poudres.

Enfin, et surtout, était avide d’action brutale la fraction mâle et jeune des opinions publiques en tous pays, sauf peut-être en Transleithanie (le royaume de Hongrie). À l’exception de délicats esthètes littéraires, les jeunes ouvriers, paysans et petits-bourgeois avaient conservé de bons souvenirs de leur service militaire. De ce fait, une campagne guerrière d’un trimestre, au plus d’un semestre, ne pouvait que leur apporter ce parfum d’aventures, ce goût de l’imprévu que la vie quotidienne était bien incapable de leur procurer… et le cinéma était alors tellement rudimentaire qu’il offrait davantage matière à rire qu’à rêver.

C’est en cela que la guerre de l’Année 1914, qui marque l’An 1 du XXe siècle, était réellement inévitable.

La fin d’un monde. L’An 1914 : la guerre dont tout le monde voulait du Dr Bernard Plouvier, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 576 pages, 39 euros.

 Vous pouvez le commander en ligne en cliquant ici

14:42 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 juin 2016

Pour marquer le 60e anniversaire du soulèvement de la Hongrie, Synthèse nationale réédite le livre de David Irving : Budapest 1956, INSURRECTION...

Buda flyer 2.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

Le second volume sortira fin septembre.

11:16 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 14 juin 2016

"LE CAMP DES SAINTS" A L'ENVERS : ON PEUT TOUJOURS REVER...

Diapositive1 - copie 4.jpg

En savoir plus cliquez ici

Le commander en ligne cliquez là

Le site de vente de Dualpha cliquez ici

22:02 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 11 juin 2016

ILS SERONT EN VENTE A LA JOURNEE DE RADIO COURTOISIE

Emmanuel Albach :

Diapositive1.jpg

BQ SN 2015 Liban.jpg

Charles-Henri d'Elloy :

1225097535.jpg

Jean-Claude Rolinat :

734526545.jpg

3784105406.jpg

Les livres de Georges Feltin-Tracol :

253321351.jpg

659542617.jpg

Thierry Bouzard :

CHN 7 couv.jpg

La journée de Radio Courtoisie a lieu à

l'Espace Champerret Paris XVIIe 

La Fête de la Courtoisie se tiendra à Paris, dimanche 12 juin, de 11 heures à 19 heures.

Où : Espace Champerret, 1 place de la Porte de Champerret, XVIIe.
Accès par la rue Jean Œstreicher. Métro : Porte de Champerret. RER C : Pereire.
Accès au parc de stationnement par le boulevard périphérique.

Ces livres sont tous en vente sur Synthèse Editions cliquez là

14:54 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Thierry Bouclier, auteur de la biographie de l'abbé Coiffet, sera dimanche à midi sur Radio Courtoisie

coiffetcouv.jpg

Dimanche prochain, 12 juin, juste avant de dédicacer sa magnifique biographie de l'Abbé Denis Coiffet, à la grande fête de Radio Courtoisie, Thierry Bouclier sera l'invité du Libre Journal de Lumière de l'Espérance, la radio du dimanche de Radio Courtoisie.

Retrouvez-le à 12h, en direct à l'antenne de Radio Courtoisie (à Paris sur 95,6 MHz, à Caen sur 100,6, à Chartres sur 104,5, à Cherbourg sur 87,8, au Havre sur 101,1 et au Mans sur 98,8).

« L'abbé Coiffet a été prêtre. Un simple prêtre. Avec ses défauts d'homme. Comme tant d'autres avant lui. Mais il aura marqué probablement plus que beaucoup d'entre eux. Non pas qu'il fût meilleur. Dieu seul jugera. Mais la Providence a voulu qu'il vienne à la vie peu de temps avant une période de grands désordres dans l'Église. Et qu'il ferme à jamais ses yeux à un moment où quelques signes annonçaient des jours meilleurs. Un peu plus de soixante années se sont écoulées. Ses trente-huit années de sacerdoce lui ont permis de jouer un rôle important au sein de l'Église. Il aura été l'inlassable défenseur de ce qui est au centre de celle-ci : la messe. Une messe trop souvent bafouée qu'il a su porter à bout de bras pour qu'elle continue à sanctifier les âmes. Un attachement à la messe traditionnelle, « la messe de toujours », qu'il ne pouvait pas concevoir sans une autre fidélité : celle qu'il devait à Rome. Au plus fort de la crise, certains ont cru y voir une contradiction. Lui pas. Sa confiance en l'Église lui a permis d'éviter de se perdre. Au-delà de son amour pour la messe tridentine, il avait sa façon bien à lui d'être prêtre. Ferme sur la morale sans être jamais moralisateur. Dur avec le péché et tendre avec le pécheur. Un sens de la camaraderie et de l'amitié jamais pris en défaut. Et surtout ce sentiment mystérieux qu'il savait donner à son interlocuteur qu'il était unique à ses yeux. L'abbé Coiffet avait compris que si le communisme est la vieillesse du monde, le catholicisme est sa jeunesse. Une jeunesse dont il a toujours été proche, conscient que rien ne se construirait de durable sans elle. L'abbé Coiffet n'avait pas d'ambition pour lui-même. Il voulait simplement donner le Bon Dieu au plus grand nombre. Dans la joie et l'espérance. Dans l'amitié et la bonne humeur. Il voulait transmettre ce qu'il avait reçu. Lorsqu'il est parti, la foule s'est retournée et, d'une seule voix, a crié à ce zélé serviteur de l'Église, en guise de dernier adieu : Monsieur l'abbé, vous y êtes parvenu ! »

Thierry Bouclier est avocat à la Cour et auteur de plusieurs essais et biographies :
Tixier-Vignancour, une biographie (Éd. Rémi Perrin, 2003), Les années Poujade (Éd. Rémi Perrin, 2006), La République amnésique (Éd. Rémi Perrin, 2008) et La France au risque de l'islam, l'enquête (Éd. Via Romana & Éd. Rémi Perrin, 2012).

NDLR : Thierry Bouclier nous a aimablement apporté son aide, en particulier au niveau de sa documentation, au moment de la rédaction du Cahier d'Histoire du nationalisme consacré à Maître Jean-Louis Tixier-Vignancour cliquez ici

Acheter le livre sur l'abbé Coiffet cliquez ici

09:30 Publié dans Livres, Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 28 mai 2016

A l'occasion du soixantième anniversaire du soulèvement de Budapest, les Bouquins de Synthèse nationale publie le livre BUDAPEST 1956 de David Irving

Buda couv 1.jpg

Il y a 60 ans, à Budapest, le peuple se soulevait contre l'oppression communiste. C'était la première fissure du Système qui s'était instauré à Yalta et qui devait durer pour l'éternité. 45 ans plus tard ce Système s'écroulera, emportant avec lui l'Union soviétique et le Pacte de Varsovie. Il s'imposera alors un "Nouvel Ordre mondial" dominé par la haute-finance apatride, qui, à son tour, commence aujourd'hui à avoir du plomb dans l'aile.

David Irving relate dans ce livre cette insurrection spontanée de Budapest en octobre 1956. La recherche de documents et de témoins le mena un peu partout en Europe et ailleurs entre 1975 et 1981, alors que la Hongrie se trouvait toujours sous la botte communiste. L'étude en résultant est celle de l'autopsie d'une révolution avortée, vue tant du côté des combattants de rue que de celui des salles de réunion feutrées des puissants. C'est un drame prenant avec prés de dix millions de figurants.

Pour ne pas s'être plié au "prêt à penser" dans les années 90, David Irving fut mis à l'index par les nouveaux maîtres du monde. Il fut écarté des média, calomnié et condamné. Son œuvre, non conformiste, devait tomber dans l'oublie. Mais Synthèse nationale, en accord avec lui, a décidé de la rééditer pour contribuer à la victoire de la Vérité...

Budapest 1956, l'insurrection (volume 1), est le premier livre de cet historien britannique de renom que nous publions. Le second volume sortira en octobre.

Premier volume : 330 pages, cahier photos, 22 €

TRADUCTION INTEGRALE ET INEDITE EN FRANCAIS DU TEXTE ORIGINAL DE DAVID IRVING !

Bulletin de commande

Le commander en ligne cliquez ici

18:44 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook