Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 27 novembre 2009

La 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale du 11 novembre dernier vue de Lisbonne...

Inconformista 4.jpg

L'auditorium bondé dès le matin pour les tables rondes.

inconformista 2.jpg

Un énorme succès pour Synthèse nationale

Inconformista 1.jpg

Robert Spieler, Pierre Vial, Carl Lang et Roland Hélie

L'agence de presse portuguaise Inconformista.info couvrait, pour la presse lusitanienne, la 3ème journée de Synthèse nationale le 11 novembre dernier. Voici quelques photographies largement diffusées ces derniers jours au Portugal.
La présence de plusieurs agences de presse européennes à notre journée confirme la dimension continentale de notre combat.

17:53 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 24 novembre 2009

Discours de Carl Lang à la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

Intervention de Carl Lang, Président du Parti de la France, le 11 novembre lors de la 3ème JNI de Synthèse nationale 

01:09 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 21 novembre 2009

Témoignage : la 3ème journée nationale et identitaire vue d'Alsace...

Voici le reportage sur la 3ème JNI de Synthèse nationale publié par les jeunes de la NDP Alsace sur leur site :

Mercredi 11 Novembre, des orateurs de toute l’Europe étaient rassemblés à Paris pour la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale. Le thème de la journée étant « Rassembler et résister ».

Départ la veille au soir pour une vingtaine de militants alsaciens de la NDP. Une partie de nos militants devant assurer la sécurité de la réunion avec leurs camarades du Groupe protection sécurité de Normandie, les autres s’occupant de la bonne tenue de notre stand de produits régionaux. Nous partons donc de Strasbourg les coffres des voitures remplis de produits régionaux, tels que le Bretzel, le Kouglof et le Bredele, ainsi que du vin de chez nous, Gewurtz, Pinot et Riesling… sans oublier le Schnaps ! Le but de ce stand étant à la fois de promouvoir la culture alsacienne et de pouvoir récolter des fonds qui serviront a financer des actions militantes dans notre région, tout comme un déplacement prochain que nous préparons en Suède.

Mercredi 11 h 00 : ouverture des portes et arrivée massive de centaines de visiteurs qui tous placent leurs espoirs d’avenir dans le renouveau du combat national et européen. Renouveau effectif et palpable sur place grâce à la présence des différents mouvements nationalistes et identitaires tels que la NDP, le PDF, le MNR, Terre et Teuple ou encore Génération FA8 pour ne citer qu’eux ! Etaient aussi présents, bien entendu, nombre de stands de mouvements européennes, des librairies… Signalons aussi la présence de Goldofaf.

Alsace 1.jpgTout au long de la journée, divers intervenants se succèdent pour nous donner un message d’espoir dans l’avenir de notre combat. Le but avoué est de mettre de coté les divergences mineures qui nous divisent et de nous axer sur les points qui nous rassemblent pour pouvoir aller de l’avant. Tel fut le message non seulement des porte-paroles de mouvements comme Robert Spieler (NDP), Carl Lang (PDF) ou bien encore d’Annick Martin (MNR). A cela se rajoute bien évidement des mouvements identitaire et culturel, comme Terre et peuple et Génération FA8 autrefois en concurrence du fait de divergences idéologiques et spirituelles et aujourd’hui rassemblés dans un souci commun de se battre pour défendre notre identité menacée.

Alsace 2.jpgTous sont d’accord sur un point, le temps ou nos différences ont comptées plus que ce qui pouvait nous unir est bien révolu. Il n’y a que dans l’union de tous les fils d’Europe que le renouveau pourra se faire. Comme l’a très justement rappelé Pierre Vial, président de Terre et peuple, « si rien n’est fait, l’Europe sera perdue. Nous devons nous battre pour nous assurer que l’Europe reste l’Europe, sinon cela n’a aucun sens de discuter ».

Alsace 3.jpgQuant à l’impressionnante liste d’invités européens, comme Hilde De Lobel, représentante du Vlaams Belang, Alberto Torresano, dirigeant de la Phalange espagnole, Markus Wiener, Secrétaire général de Pro Köln, ou bien Gabriel Adinolfi, co-fondateurs dans les années 80 du mouvement Terza Posizione, elle à permi de confirmer l’adage qui dit que l’exemple vaut mieux que la leçon car tous ces mouvements sont des amis de longues dates avec lesquels beaucoup de combats ont été menés, comme par exemple le 9 mai dernier à Cologne où ils étaient tous réunis à l’appel de Pro Köln contre la construction de la plus grande mosquée d’Europe dans cette ville et contre l’Islamisation de l’Europe en général.

Puis, comme il y a une fin à tout, vers 19 h 00, après le pot de l'amitié, la 3ème journée de Synthèse nationale pris fin laissant à tous le sentiment d'avoir participer à un moment important de la préparation du futur combat qui nous attend. Rendez-vous est donc pris pour de futures actions communes !

Source NDP Jeune d' Alsace

00:35 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 novembre 2009

Quelques vues de la 3ème Journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

424523765.jpg

Séance de dédicaces pour Anne Kling après son intervention. La France licratisée a emporté, une fois de plus, un franc succés.

1758373943.jpg

Au stand de la NDP : Marie-Paule Darchicourt, élue au Conseil régional du Nord Pas-de-Calais, qui représentait la NDP aux Européennes de juin dernier sur la liste d'union menée par Carl Lang, et Luc Pécharman, membre du Bureau national de la NDP. 

913368706.jpg

Tonnerre d'applaudissements lorsque Annick Martin, Secrétaire générale du MNR, proposa à Anne Lauvergeon de céder sa place à la direction d'AREVA à une femme issue des "minorités visibles"...

17:11 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Témoignage : LA RECONQUISTA EST EN MARCHE !

1836745700.jpg

 

Belle unité de la droite nationale et identitaire française accompagnée par nos «  Frères d’Europe », lors de la grande journée de Synthèse nationale qui s’est déroulée le 11 novembre 2009 à Paris. Date symbolique de mémoire mais également fondatrice de rassemblement et de résistance.

 

Sans concertation préalable, l’ensemble des orateurs français et européens qui se sont exprimés à la tribune ont dénoncé les deux périls  qui menacent à court terme nos nations Européennes : Le Mondialisme et l’Islamisme. Les partis politiques de système (En France mais également dans la grande majorité des pays européens) qui s’affichent régulièrement dans le bidule médiatique (journaux, radios, télévisions), trompent nos peuples quant à la destinée qu’ils leurs annoncent.

 

En effet, le mondialisme qui entend faire disparaître les nations, s’attache à détruire nos entreprises, précariser nos emplois, anéantir nos protections sociales. L’esclavage économique devrait il devenir la règle commune universelle ? Le siècle dernier a déjà connu cela avec le communisme. Cette idéologie mutante prétend s’imposer de nouveau avec la dictature des Eurocrates.

 

Quant à l’islamisme, véhiculée depuis l’immigration–invasion dans tous les pays d’Europe, il prétend insidieusement imposer ses règles de vie moyenâgeuses qui n’ont rien à voir avec nos civilisations bi- millénaires. L’esclavage culturel (dhimitude) devrait il devenir la règle commune universelle ? Depuis cinq siècles, les peuples européens ont dû repousser ces envahisseurs musulmans qui menaçaient leurs territoires. La lâcheté des hommes politiques qui sont actuellement au pouvoir en Europe, ouvre nos portes à ces hordes musulmanes et autorise la construction de nouvelles forteresses : les mosquées.

 

Pour la France, ce 11 novembre 2009 est fondateur de la Reconquista qu’entreprennent ensemble Le Parti de la France, le Mouvement National Républicain et la Nouvelle Droite Populaire. Ils sont rejoints par des associations et des initiatives personnelles dans ce grand élan national.

 

Oui, afin de préserver nos valeurs de civilisation, les peuples d’Europe sur leurs terres vont devoir reconquérir leurs identités léguées par leurs pères.

 

Cette croisade se fera au prix du sang et des larmes, il y va du devenir de nos propres familles.

 

 

François Ferrier

Conseiller Régional de Lorraine

Nouvelle Droite Populaire

16:59 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

3ème journée de Synthèse nationale, première table-ronde : la dimension sociale.

IMG_0133.jpg     DSC01882.JPG

André Gandillon, Pierre Descaves,

DSC01886.JPG     DSC01887.JPG

     

Thomas Werlet, Olivier Bonnet

 

Compte-rendu de la 1ère table-ronde de la journée nationale et identitaire organisée le mercredi 11 novembre par Synthèse nationale à Paris :

 

La plupart des intervenants (André Gandillon, rédacteur en chef de Militant, Pierre Descaves, ancien député et Président de France Résistance, Thomas Werlet, du Parti solidaire français) se situaient dans la mouvance nationaliste française et insistèrent sur la dimension essentiellement sociale du nationalisme.

 

Est-il possible et raisonnable de protéger les emplois français en ne raisonnant qu’en termes de protection des frontières françaises ? Ne faut-il pas créer un espace économique et commercial protégé couvrant l’espace européen et la Russie ? Ce sont des questions qui furent abordées, le temps imparti empêchant hélas de les approfondir. Nous continuerons ce débat dans un prochain numéro de la revue Synthèse nationale.

 

André Gandillon annonça la parution d’un numéro spécial de Militant consacré à un programme économique et social nationaliste. Nicolas Tandler, secrétaire général du syndicat patronal NPI et membre de la direction de la Nouvelle Droite Populaire, favorable à une Europe de la Puissance, évoqua la problématique des délocalisations.

 

Olivier Bonnet, promoteur du projet « La Desouchière » présenta cette entreprise communautaire qui a mobilisé cet été des dizaines de personnes dans la réhabilitation d’un espace de bâtiments en Bourgogne, destiné à devenir un lieu d’accueil et de réunions communautaires.

02:20 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

3ème journée de Synthèse nationale, seconde table-ronde : les écrivains résistants...

DSC01922 [1600x1200].JPG

Anne Kling, Jean-Claude Rolinat, Jean-Gilles Malliarakis, Robert Spieler, Francis Bergeron, Philippe Randa, Franck Abed

 

Compte-rendu de la seconde table-ronde de la journée nationale et identitaire organisée le mercredi 11 novembre par Synthèse nationale à Paris :

Le nombre de places limitées à la tribune n’avait hélas pas permis d’en inviter davantage. Le débat, animé par Robert Spieler, fut particulièrement intéressant.

Francis Bergeron, auteur de biographies (chez Pardès) de Léon Daudet, La Varende et Henri Béraud, et qui va publier celle de Saint Loup exprima sa reconnaissance quant à tout ce que la fréquentation des mouvements solidaristes dans sa jeunesse, aux côtés de Jean-Pierre Stirbois, lui avait apporté.

Jean-Gilles Malliarakis, militant historique de la Résistance française contre l’ordre mondialiste, évoqua les raisons de dire non à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne, parfaitement décrites dans son nouveau livre La question turc et l'Europe (aux Editions du Trident). Il releva que l’argument géographique (90% du territoire de la Turquie est en Asie mineure et non sur le continent européen) est un mauvais argument, une grande partie de ces terres ayant été grecques (Troie, Ephèse, etc…) ou byzantines, avant la catastrophe du 29 mai 1453 qui vit la chute de Constantinople. Les arguments majeurs sont bien sûr religieux, ethniques et culturels.

Anne Kling, auteur de La France Licratisée et de Révolutionnaires juifs (Editions du Mythra), raconta les raisons qui l’amenèrent à basculer du côté de la résistance. Elle découvrit l’arrogance de la Licra lors d’un procès que cette organisation lui intenta pour avoir osé lier immigration et insécurité. Elle gagna son procès mais se résolut à vouloir comprendre les origines et les motivations de la Licra.

Jean-Claude Rolinat parla avec passion de ce sud américain qu’il connaît bien, qu’il aime, et auquel il vient de consacrer un livre, Voyage au pays de Scarlett (Editions Fol'fer). Il insista sur le fait que l’Amérique profonde ne doit pas être confondue avec les élites cosmopolites issues de la côte Est. Interrogé sur d’éventuelles tensions raciales entre les communautés blanches et noires, il nota une cohabitation harmonieuse basée sur une sorte de développement séparé souhaité par tous : noirs et blancs ont ainsi chacun leurs propres églises. Curieux, en effet…

Franck Abed, jeune professeur d'histoire, annime le mouvement catholique Génération FA8. Il vient de publier son premier ouvrage intitulé La réconciliation impossible (Editions Godefroy de Bouillon). Il s'agit d'un dialogue, au lendemain de la Révolution, entre un républicain et un monarchiste. Franck Abed insista sur l'actualité, à travers les siècles, de ce dialogue.

Philippe Randa, écrivain et éditeur, fut interpellé par Robert Spieler sur la ligne éditoriale de Flash dont il est rédacteur en chef adjoint et auquel collaborent Alain Soral et Alain de Benoist. Accusé par certains de complaisance à l’égard de l’islamisme, le magazine se veut une tribune absolument ouverte à toutes les sensibilités nationales et identitaires et il est dès lors erroné de parler de « ligne éditoriale ». Sollicité pour dire quel est le livre que l’éditeur Philippe Randa est le plus fier d’avoir publié, sa réponse fut : « Ordre Nouveau » (préfacé par Alain Renault, ancien secrétaire général du Front national, qui nous fit l'amitié d'assister à notre réunion), qui vient de paraître, aux éditions Dualpha, et qui est en effet passionnant.

02:12 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 novembre 2009

L’Europe de la Résistance est en marche ! Tous étaient présents !

DSC01936.JPG

 

3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale :

 

Tous étaient présents ou avaient envoyé des messages d’amitié et de soutien. Robert Spieler lut le message d’appel à l’unité de la Résistance européenne envoyé par Andreas Moelzer, député européen du Fpoe autrichien. Le message du formidable Mario Borghezio, député européen de la Lega Nord et ancien secrétaire d’Etat dans le gouvernement italien vient de nous parvenir. Tous deux sont à lire sur Synthèse nationale.

 

Notre grand ami Markus Wiener, secrétaire général du mouvement allemand Pro-NRW, qui mène le combat contre la mosquée cathédrale de Cologne insista, comme tous les autres orateurs sur l’ardente nécessité de rassembler toutes les forces de résistance tant au niveau national qu’européen. Il rappela que Pro-NRW (acronyme de Nord-Rhein-Westfalen) compte déjà 50 élus dans sa région et s’étend à travers toute l’Allemagne, agrégeant la plupart des groupes et militants de la mouvance nationale et identitaire. Une grande espérance pour l’Allemagne, et donc pour l’Europe !

 

Hilde De Lobel, représentant officielle du Vlaams Belang et sans doute la flamande qui connaît le mieux les mouvements de résistance français et européens parla de la nécessité absolue de défendre notre terre, face à l’invasion.

 

Josep Anglada, Président du mouvement catalan Plataforma per Catalunya, prononça un discours en catalan, traduit par Enrique Ravello, président de Terra y Pueblo et rédacteur en chef de l’excellente revue Idendidad. La traduction était  au demeurant superflue, tant la « furia catalanese » de Josep Anglada était expressive !

 

Alberto Torresano, responsable des relations extérieures de la Phalange espagnole, ancien inspecteur général de la Phalange sous Franco et dont le grand père fut assassiné par les rouges insista sur la nécessaire Reconquista, qu’Isabelle la Catholique sut mener, avec succès, pour la libération de l’Espagne et de l’Europe.

 

Gabriel Adinolfi, militant italien historique, fondateur de Terza Pozitione, qui vécut en exil pendant 15 ans en France et qui anime le aujourd’hui à Rome le Centre Polaris, insista sur l’indispensable clarification idéologique qui conditionne toute espérance de succès.

 

Duarte Branquino, président de Terra e Povo et cadre du mouvement portugais PNR, évoqua avec force la nécessité d’organiser la libération de l’Europe.

 

La Résistance européenne s’organise !

 

DSC01945.JPG

Markus Wiener

DSC01941.JPG

Hilde De Lobel

IMG_0157.jpg

Josep Anglada

DSC01962.JPG

Alberto Torresano

IMG_0172.jpg

Enrique Ravello

IMG_0160.jpg

Gabriel Adinolfi

DSC01966 [1600x1200].JPG

Duarte Branquinho

22:17 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Témoignage : LA MARCHE EN AVANT !

1181256102.jpg

 

Paris, mercredi 11 novembre 2009 au Forum de Grenelle : 3ème journée nationale et identitaire organisée par Synthèse nationale.

 

Un franc succès pour une journée particulièrement enrichissante et roborative : 825 entrées payantes et un bon nombre d'invités et d'organisateurs pour animer la trentaine de stands qui n'ont guère désempli que lors des deux tables rondes et des interventions de quelques 26 orateurs.

 

Un franc succès pour les délégués des mouvements, partis politiques et associations oeuvrant dans une commune direction pour la sauvegarde de nos identités provinciales, nationales et européenne, avec un coup de chapeau tout particulier à nos camarades et amis venus représenter la Catalogne, la Castille, le Portugal, l'Italie, l'Allemagne et la Flandre.

 

Un franc succès pour les représentants du Mouvement national républicain, du Parti de la France et de la Nouvelle Droite Populaire venus clôturer cette magnifique journée en affirmant leur volonté de participer conjointement à la marche en avant de la Reconquête Identitaire.

 

Une belle journée !      

 

Marie-Paule Darchicourt

Conseillère régionale

du Nord Pas-de-Calais

10:16 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Quelques photos de la 3ème journée nationale et identitaire de Synthèse nationale...

Panorama.jpg

Un public nombreux et attentif : 825 personnes sont passées au cours de la journée. Plus du double de l'an passé...

DSC01867.JPG

Affluence soutenue toute la journée au stand de Synthèse nationale : des dizaines de nouveaux abonnés...

DSC01895.JPG

Parmi les exposants : Jean-Emile Néomet, directeur de Flash, Philippe Randa, le célèbre éditeur de la Rive Gauche, et Goldofaf, le rappeur apprécié des jeunes nationalistes...

DSC01896.JPG

Maître Philibert Lepy, fidèle ami de l'Espagne phalangiste, tient le stand du Cercle Franco-hispanique pendant que Francis Bergeron dédicace ses livres... 

DSC01900.JPG

Animation au stand des jeunes militants de la NDP alsacienne, venus à 15 de Strasbourg, où l'on pouvait déguster les produits locaux. Nous en profitons pour les remercier pour leur aide efficace tout au long de la journée.

DSC01931.JPG

Effervescence permanente dans l'espace exposants.

Très bientôt : des nouvelles photos de la 3ème JNI...

01:58 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 novembre 2009

Synthèse nationale : où en sont les groupuscules d'extrême-droite ?

57P3BMCA3WND12CA17FPD1CA4A3TODCAH3EAD1CAZ6PWPUCAFUPPY5CA0US5OWCA3KTBG4CAUME8J0CADWGSXDCAE94BRJCASM6ZPZCAC43CGPCAA9T9Q7CAP4J3VFCA53RHL3CALJL34XCAAVZBKC.jpgLES INROCKS.COM

12 novembre 2009

 

De petits partis, associations et clubs de pensée qui dénoncent « l’immigration-invasion » et « l’islamisation de la France » étaient réunis à Paris le 11 novembre pour la troisième Synthèse nationale. Visite guidée de l’extrême-droite radicale.

 

c77964c269.jpgAlors que tout rassemblement d’extrême-gauche (« d’ultragauche » selon le nouveau terme consacré) suscite un déploiement policier d’envergure, la réunion annuelle de l’extrême-droite radicale se déroule sans entrave. A l’entrée du Forum de Grenelle (Paris XVe) ce 11 novembre, la sécurité de la 3ème  journée nationale et identitaire est assurée par un service d’ordre gros bras – crânes rasés.

 

Léger filtrage à l’entrée, puis il faut rejoindre le sous-sol. La journée réunit des militants d’extrême-droite de tous horizons (nationalistes, néo-païens, catholiques traditionalistes) qui n’ont de commun que leur dissidence du Front national et leurs désaccords avec le Bloc identitaire, jugé trop racoleur. Au plus fort de la journée, environ trois cents personnes écoutent les orateurs. Trois partis politiques sont représentés : le Parti de la France de Carl Lang (ancien cadre du FN), la Nouvelle droite populaire de l’alsacien Robert Spieler et le Mouvement national républicain créé par Bruno Mégret. Autour de ces trois plateformes politiques gravitent une multitude d’associations, de maisons d’éditions, de cercles de réflexion.

 

Au fond de la salle, les stands donnent une idée des orientations communes. On peut s’approvisionner en rock identitaire, badges au drapeau israélien barré, ouvrages au titre évocateur : La mafia juive, Pathologie de l’islam, Hitler ou Juda, La France licratisée (gros succès dans le milieu). Un petit creux ? La buvette fournit les nationalistes en Corsica Cola, bière, jambon-beurre. A noter que depuis l’épisode de la soupe au cochon, l’extrême-droite entretient une véritable idéologie du jambon, symbole du refus de l’islam (et, peut-être, du judaïsme, mais ce n’est pas mis en avant). Le porc, égérie de l’Europe aux racines chrétiennes… Punaisée au mur, une affichette rappelle que la messe en hommage à Franco aura lieu à Saint-Nicolas du Chardonnet fin novembre.  

 

Chacun chez soi : l’émiettement de mouvement national

 

L’assistance compte plus de personnes âgées munies d’appareils auditifs que de jeunes skinheads. Les organisations représentées à la synthèse nationale ne s’entendent pas vraiment avec le Bloc identitaire, plus prisé des jeunes. L’ambiance, c’est plutôt anciens d’Algérie et nationalisme de grand-papa. Roland Hélie, organisateur de la journée (ex-FN, désormais à la Nouvelle droite populaire) explique que « les Identitaires n’ont pas voulu venir. Les relations ne sont pas très bonnes ». Robert Spieler (ex-Ordre Nouveau, régionaliste alsacien, ex-FN, également à la NDP) renchérit : « Ils ont trop souvent un comportement de trotskistes d’extrême-droite, une intolérance à tout ce qui n’est pas strictement leur chapelle. »

 

Les chapelles, justement, se sont multipliées. Beaucoup de militants d’extrême-droite ayant quitté le FN à cause de la prise de pouvoir de Marine Le Pen et la – très relative – « aseptisation » de son discours, se retrouvent ici, en rupture de bans. D’où le mot d’ordre de la journée : « Rassembler et résister ». Certains essaient de tourner la constellation de micro-cercles, parfois sans grand rapport idéologique, en avantage. Comme Francis Bergeron, passé par le mouvement solidariste français, qui se livre à la tribune à un éloge des groupuscules : « ils sont extrêmement formateurs. Ils m’ont donné la capacité de parler en public et l’envie d’écrire. Dans les groupuscules on a besoin de tout le monde, tout est à faire ».

 

Annick Martin, secrétaire générale du MNR, déprécie également l’organisation « pyramidale, sovietoïde » du FN, dont les fidèles ont été « purgés, humiliés, salis ». « La multiplication des courants n’est pas un obstacle à l’efficacité », affirme-t-elle. Mot d’ordre : rassembler malgré les incompatibilités idéologiques. Avec en tête, un calendrier. Les termes ne sont pas anodins : à la tribune les orateurs parlent de « reconquête », de « libération de la France ». Citant Jean-Pierre Stirbois, Francis Bergeron décrit les étapes à venir : « former des élites », « infiltrer les corps intermédiaires », « structurer la société » et enfin « prendre le pouvoir ».

 

Mieux vaut connaître les idées de ces individus, qui ne représentent parfois qu’eux-mêmes. Convaincus de l’existence d’une « immigration-invasion », les intervenants des tables rondes tiennent un discours alarmiste et incohérent. Pierre Descaves, ancien de l’OAS, estime qu’ « aujourd’hui la France». est algérienne. Ils vont nous imposer de ne plus boire de vin, de ne plus manger de cochon. Ils veulent tous se faire soigner chez nous parce que chez eux ils ne peuvent pas, ils ont tout détruit

 

A côté de lui, Olivier Bonnet a la solution : le « communautarisme de souche ». En Bourgogne, il a créé la Desouchière. Le projet vise à « réunir dans un espace de la taille d’un village ou d’un canton des personnes qui partagent les mêmes valeurs, sans attendre d’être une minorité ». Soit une pépinière de « Français de souche ». La notion n’est pas claire : des Blancs ? des Français d’origine française ? Depuis combien de générations ? Personne ne tique.

 

Sans aller jusqu’à créer des enclaves « de souche », plusieurs intervenants proposent d’embaucher « les nôtres » en priorité. « Essayons de favoriser le plus possible des Français de souche, et si possible de notre famille politique, dans nos entreprises », résume Thomas Werlet (Parti solidaire français).

 

Nicolas Tandler, représentant d’une organisation patronale « nationaliste » (le Nouveau patronat indépendant) estime pour sa part que « dans l’entreprise, la présence de l’immigration détruit tout ce qui tient ensemble les salariés », citant par exemple les menus halal comme facteur de désordre. Pour lui, la droite nationale doit jouer sur la division des immigrés. « Il y a des gens qui se détestent », comme « les Chinois et les maghrébins ». « C’est peut-être notre dernière chance. »

 

Inutile de préciser que cette droite-là n’est pas fan de discrimination positive. Anne Lauvergeon, la patronne d’Areva, en a fait les frais. Elle qui avait affirmée qu’à compétences égales, elle favoriserait une femme ou un immigré, est la cible d’attaques assez violentes. Aux yeux d’André Gandillon, elle fait partie d’une « super-classe mondiale qui renie sa patrie », des « traîtres, et à l’égard de la nation des criminels ». Annick Martin réclame « qu’elle laisse tout de suite sa place à une Africaine pour montrer l’exemple ». Applaudissements.

 

Décliniste, catastrophiste, l’extrême-droite groupusculaire imagine une Europe assiégée qui court à sa perte. Thomas Werlet, du Parti solidaire français, parle de « complot des banques, des médias, du gouvernement et du cinéma, qui veulent détruire ce que nous voulons défendre : l’identité nationale ».

 

« Une volonté biologique, un enthousiasme barbare »

 

Alors que le Front national tente de se rendre acceptable aux yeux de l’opinion et des médias, les participants à la Synthèse national y vont franco. Annick Martin tempête contre « les infâmes lois Gayssot et Toubon », qui limitent la virulence des propos et fustige la Halde, le Crif, SOS Racisme.

 

Franck Abed, professeur d’histoire et membre de Génération FA8 (catholiques intégristes), dénonce la libération des mœurs et prophétise que « demain si ça continue comme ça on va nous faire croire que des hommes peuvent se marier avec des chiens et des femmes avec des arbres. » Il ajoute : « Pour me faire couper les cheveux je n’ai que deux choix : les Arabes à 9 euros ou les sodomites à 25 euros ». 

 

Pierre Vial donne le fond de sa pensée sur l’identité nationale : « Pour nous, l’identité est bio-culturelle, avec une base ethnique et raciale. C’est vrai pour tous les peuples sur leur terre d’origine, non sur celle des autres. » Il appelle à « faire renaître un esprit de croisade, où nous marcherons tous au coude à coude ». On entend encore Jean-Claude Rolinat juger que « la politique d’apartheid en Afrique du Sud a échoué parce qu’elle n’est pas allée jusqu’à son terme », c'est-à-dire « créer un Etat Noir indépendant ». 

 

Encore moins liés par les lois françaises sur l’incitation à la haine, les invités européens de la Synthèse nationale, représentants de divers partis nationalistes et populistes, s’en donnent à cœur joie. L’italien Adinolfi « ne comprend pas pourquoi on se choque tellement des mosquées si l’on ne se choque pas des synagogues ». Lancé sur l’avenir du mouvement nationaliste, il estime qu’ « il ne suffit pas d’être une minorité pour être une avant-garde. Il faut une volonté biologique, il faut un enthousiasme barbare. »  Et fait sien le slogan mussolinien « Fascisme, Europe, révolution ». « Le reste est une perte de temps et surtout d’énergie. »

 

Interrogé sur les curieux propos tenus par ses invités, l’organisateur Roland Hélie dit vouloir « laisser s’exprimer les spécificités ». « En Italie, dans n’importe quelle station-service il y a des portraits de Mussolini », renchérit Robert Spieler.

 

Identité nationale, identité européenne

 

Traduction de la diversité d’opinion entre les participants, chacun réagit différemment au débat lancé par le gouvernement sur l’identité nationale. Certains écartent du revers de la main « un faux débat ». Robert Spieler, pour sa part « y répond par l’identité européenne ». Une idée bien éloignée de celle des fonctionnaires bruxellois, bien sûr. La notion s’apparente ici à celle de « civilisation » puisque le terme de « race » ne franchit pas les lèvres.

 

Carl Lang définit l’identité nationale comme « la communion naturelle, historique et spirituelle entre le peuple français et la terre de France ». Il réclame « le droit de nos peuples européens à rester eux-mêmes » et revendique la synthèse des identités locales, nationales et européenne. Pour faire valoir ces théories, le Parti de la France se présentera sous une bannière commune avec la Nouvelle droite populaire et le MNR, « partout où nous pourrons le faire, pour des raisons financières », explique Carl Lang, soit « dans sept ou huit régions françaises ».  

 

Camille Polloni

23:08 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

POUR UNE OPPOSITION NATIONALE NOUVELLE...

siteon0.jpgLE NOUVEAU NH

12 novembre 2009

 

Placée sous les auspices du rassemblement et de la résistance, la 3ème édition des journées nationales et identitaires de Synthèse nationale s’est révélée être une très bonne surprise pour ses organisateurs. Beaucoup de monde pour suivre les interventions, des nombreux intervenants, beaucoup de monde dans le même temps, autour des stands. Salle comble et carton plein donc !

 

tribune_Helie.jpg

Photos.D.R Lors du meeting de clôture, les forces nationales et identitaires rassemblées Annick Martin, Roland Hélie, Robert Spieler, Pierre Vial, Carl Lang

 

Pour clore cette journée placée sous le signe de l’espoir retrouvé, chaque responsable des principaux mouvements identitaires de l’opposition nationale présent à la tribune s’exprimera pour saluer la qualité du travail accompli par Roland Hélie, mais aussi et surtout pour prendre chacun son tour l’engagement de tout mettre en œuvre afin d’ affronter dans l’unité, l’amitié et le respect des diversités, les échéances politiques de demain.

 

Foin donc des intérêts particuliers, des ambitions personnelles, de la course aux places, sources de querelles de boutiquier, l’heure est au rassemblement, car la situation du pays est bien celle d’un homme placé le dos au mur. Chacun devait souligner qu’en l’occurrence il s’agissait de l’identité de la France qu’il faut défendre et comme le soulignera avec force Annick Martin pour le MNR, « si dans vingt ans nous sommes entrés en dhimitude que vaudront nos querelles de petits chefs gaulois ». Pierre Vial de son côté devait en appeler à un ressourcement idéologique afin de mettre un terme à cet « ethno masochisme » délétère qui mine tout capacité à réagir face au danger que représente l’immigration, et souhaite pour y parvenir que renaisse « l’esprit de croisade ». Très concrètement, le Président de Terre et Peuple souhaite que les français soient interpellés sur le problème de l’immigration sous forme d’un référendum dont la question serait « Etes vous favorable ou non à une immigration non européenne ». « Oui nous sommes populistes » a encore affirmer Pierre Vial qui n’entend pas abandonner à la gauche le slogan « Vivre et travailler au pays », l’antidote plus que jamais indispensable pour faire face aux effets dévastateurs du mondialisme conquérant.

 

Carl Lang, élu à la tête du tout nouveau Parti de la France, avec verve et passion a tenu à saluer les première avancées accomplies en vue de remettre sur ses rails l’Opposition Nationale , « Nous sommes en train de mettre en marche un processus de renouveau national » devait-il annoncer, avant de démontrer que le Nouvel Ordre Mondial avait pris la relève du communisme vaincu, et que la Résistance serait économique, sociale et nationale. La France est une réalité charnelle, historique, spirituelle, économique, enracinée et enrichie par son Histoire, et non pas un simple principe désincarné, a-t-il également tenu à rappeler, en invoquant pour ceux qui trébuchent sur les mots pour évoquer l’identité nationale, qu’il leur suffisait, en ce jour du 11 novembre, de se rendre dans les villages de France regarder les Monuments aux Morts élevés à la mémoire de leurs compatriotes tombés pour la liberté de la France, pour en prendre conscience. « Nous avons un devoir historique de défendre notre identité… Nous ne sommes pas terre d’Islam » devait conclure Carl Lang.

 

Pour Robert Spieler, qui s’exprimait au nom de la Nouvelle Droite Populaire, rien n’est inéluctable et les flux migratoires peuvent être inversés. De retour de Cologne où une manifestation européenne avait lieu contre la pose de la première pierre de la future Mosquée cathédrale, Robert Spieler a raconté comment les édiles de la ville, toutes tendances confondues, et de conserve avec les autorités religieuses, avaient participé avec ferveur à cet évènement organisé par la communauté turque. Présent sur les lieux Robert Spieler devait évoquer également l’instant où la Police demandera aux organisateurs de la manifestation présidée par l’association Pro Koln, de suspendre les discours afin d’observer quelques minutes de silence pendant les prières catholiques et musulmanes au moment de la bénédiction de la pose de la première pierre. Un moment exemplaire de collaborationnisme suicidaire devait constater Robert Spieler témoignant du degré d’abaissement moral et intellectuel de nos édiles qui font le lit de l’islamisme en Europe.

 

Enfin, Roland Hélie à qui il appartenait de conclure cette troisième journée de Synthèse nationale, a rappelé que face aux dangers mortels qui guettaient la France, le scepticisme n’était plus de mise, mais que l’heure de passer à l’action était venue pour tous ceux notamment qui doutaient encore de la nécessité de rallier le combat engagé par les forces vives de la résistance française et européenne. Avant qu’il ne soit trop tard.

 

Emmanuel Cazenac et Michel Dantan

22:03 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La dimension européenne de notre combat...

IMG_0170.jpg
Ils sont venus de toute l'Europe, de gauche à droite, autour de Robert Spieler : Alberto Toressano (Madrid), Josep Anglada (Barcelone), Gabriel Adinolfi (Rome), Markus Wiener (Cologne), Hilde De Lobel (Anvers), Duarte Branquinho (Lisbonne) et Enrique Ravello (Madrid). Ils confirment ainsi la véritable dimension européenne de notre combat...

Nous publions ici le message que nous a adressé Andreas Moelzer, député européen du Fpoe autrichien, directeur de la revue Zur Zeit :

HEUI3DCAC1XMEGCA2ZIAC3CAFA6H3VCAN97G1MCACB8QOZCASBBZCBCA4F7ZS8CAED1GOWCA7V9LPKCAH5WD0RCAKE1ROPCA83J66XCALII1QJCA9S1PM0CA5YXENRCAI4EBW9CA0QHQEWCATU4O1H.jpgL’immigration-invasion, qui prend une ampleur de plus en plus considérable, devient une menace massive pour la survie et le destin des peuples européens.

 

Dans nos pays européens, les immigrés issus plus particulièrement du monde islamique, créent leur contre société et ne démontrent aucun désir de reconnaître et respecter la culture de leurs pays. Dans nos pays européens, les immigrés issus plus particulièrement du monde islamique, créent leur contre société et ne démontrent aucun désir de reconnaître et respecter la culture de leurs pays d’accueil. Les autochtones sont devenus, dans certains quartiers de nos villes allemandes et autrichiennes, des minorités. Et dans ma ville de Vienne, capitale de l’Autriche, certaines classes dans nos écoles comptent 80 à 90% de non européens. Il est évident que ce ne sont plus les enfants d’origine non européenne qui doivent s’adapter à la culture allemande/autrichienne, mais c’est à nos enfants de Vienne de s’adapter à la culture orientale.

 

Si l’on observe d’Autriche la situation de la France, nous voyons des banlieues mises en feu, par les allochtones. Il est évident que ces émeutes ne sont pas dues, comme le prétend le politiquement correct, à des problèmes sociaux, mais bien à des raisons ethniques et culturelles.

 

L’Europe de Bruxelles porte une lourde responsabilité dans cette situation. Car Bruxelles ne défend pas les intérêts des peuples d’Europe, mais ceux des immigrés. L’Union Européenne a exprimé son intention d’attirer, d’ici 2050, 50 millions d’Africains en Europe, l’objectif étant ainsi de compenser notre déficit démographique et d’importer, pour des raisons économiques, des populations destinées à être faiblement rémunérées. Songeons aussi à la désastreuse politique d’asile humanitaire menée par l’U.E., où des centaines de milliers, si ce n’est des millions de « réfugiés » se précipitent vers l’Europe. Si cet afflux n’est pas stoppé immédiatement, nous pouvons prévoir les pires cauchemars.

 

C’est pourquoi il est urgent que les peuples d’Europe prennent leur destin en main. C’est pourquoi il est indispensable que des réunions, telle celle de Synthèse Nationale aujourd’hui, aient lieu, afin de dénoncer les errements de la politique de l’U.E. et de montrer notre volonté d’entrer en résistance.

 

Votre réunion démontre aussi que la Résistance contre l’invasion n’est pas seulement le fait d’une seule nation, mais est devenue une réalité partout en Europe. C’est pourquoi il est urgent que, partout en Europe, se rassemblent et coopèrent les forces de résistance patriotiques, qui se battent pour la sauvegarde de l’Europe dans ses diversités ethniques et culturelles que les siècles ont forgées.

 

Il est tout aussi important que les ressentiments dus à l’Histoire, qui n’ont certes pas pour cause première les malheureux évènements du XXème siècle, soient rejetés dans l’oubli.

 

Ce n’est certes pas facile. Mais l’adversaire ne doit plus être aujourd’hui le Français, l’Allemand ou l’Italien, mais, d’une part l’invasion islamique qui cherche à transformer l’Europe en Euarabie, et d’autre part toutes les forces de la collaboration qui encouragent cette invasion de l’Europe.

 

Je regrette de ne pouvoir être des vôtres aujourd’hui, étant retenu par des réunions, mais je vous souhaite un grand succès.

 

Très amicalement,

 

Andreas Moelzer

Député Fpoe au Parlement Européen

Directeur de la revue « Zur Zeit »

 

 

Et un message de notre ami Mario Borghezio,

député européen de la Lega Nord :

 

Mario Borghezio 2.jpgChers Amis,

 

Je vous remercie pour votre invitation. Je regrette de ne pas pouvoir être des vôtres à cette 3ème journée de Synthèse nationale au Forum de Grenelle à Paris.

 

Je vous adresse mes meilleurs vœux de réussite pour votre lutte de résistance, qui est aussi la mienne.

 

Mario Borghezio

Député au Parlement européen

(Ligue du Nord)

 

20:39 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La 3ème journée nationale et identitaire dans la presse :

CZ3RLDCAR1WULKCA7HTLO4CANGVHT1CA8434OTCA0C24F9CAHCDL3ECANQ3JZOCAGDJL4RCAJ29NY2CA5B1D94CA836FECCA3IFBFZCA5X0AF8CAQDJ7QACACIYY6SCAQNI6NTCAUU4QL0CAI0HEF1.jpgDissidents, exclus et déçus du FN se rassemblent pour les régionales

LEMONDE.FR | 12.11.09

 

Les élections régionales de mars 2010 ouvrent les appétits à l'extrême droite. Déçus, exclus et dissidents du Front national ont décidé de se rassembler pour ce scrutin, afin de présenter "sept ou huit" listes.

 

Dans une salle du 15e arrondissement de Paris, mercredi 11 novembre, la Nouvelle droite populaire (NDP), de Robert Spieler – un régionaliste alsacien d'extrême droite –, le Parti de la France (PdF) de Carl Lang, et le Mouvement national républicain (MNR), ont formalisé cette volonté "d'ouvrir un nouveau cycle politique" pour la " famille nationaliste", en renvoyant le FN et son président, Jean-Marie Le Pen, au passé. "Le FN a rempli sa mission historique, son cycle se termine", a ainsi affirmé au Monde M. Lang, l'ancien secrétaire général du FN, exclu en novembre 2008 et qui a lancé, en février, son nouveau mouvement.

 

Cette journée, "nationale et identitaire", était organisée par Synthèse nationale, association présidée par Roland Hélie – ancien du Parti des forces nouvelles. Elle entendait réunir "les tendances différentes et opposées les unes aux autres". Selon ses organisateurs, 700 entrées ont été recensées. Au plus fort de la journée, on ne comptait toutefois qu'entre 350 et 400 personnes.

 

LE BLOC IDENTITAIRE ABSENT

 

Force est de constater qu'étaient présents presque tous les groupuscules de la droite la plus radicale. Ainsi, Thomas Werlet, fondateur du Parti solidaire français, une microformation néonazie, était à la tribune aux côtés de vieilles figures de l'extrême droite, comme Nicolas Tandler et Pierre Descaves qui ont fait leurs premières armes dans le combat pro-OAS.

 

Dans la salle, on pouvait voir, entre autres, des phalangistes espagnols, des proches de Dieudonné, comme Marc George (numéro deux d'Egalité et réconciliation, l'association politique d'Alain Soral), ou encore Charles-Alban Schepens qui figurait sur la liste antisioniste aux européennes. Etait aussi présent Terre et peuple, association d'extrême droite identitaire et néopaïenne, dont le président, Pierre Vial est intervenu en fin de journée.

 

Tout au long de la journée, la très grande majorité des orateurs ont insisté sur "l'urgence à se rassembler" face au "péril de l'islam", à "l'invasion-immigration" et à la "nouvelle internationale révolutionnaire islamiste". Revenant sur la crise économique, M. Vial a stigmatisé un "capitalisme spéculatif, nomade, déraciné au profit des détenteurs d'une économie vagabonde". "Vous aurez su traduire", a-t-il lancé à la salle.

 

Plus tard, il s'en est pris à Maurice Szafran qui dirige l'hebdomadaire Marianne, à propos du débat sur l'identité nationale.  "Je ne suis pas sur qu'il soit d'origine auvergnate", a-t-il déclaré, estimant que les idées défendues par M. Szafran relèvent d'un "ethnomasochisme de traîtres ou de renégats par rapport au peuple auquel ils sont censés appartenir. Un jour viendra où les traîtres paieront".

 

Paradoxe : manquait à l'appel de cette journée "identitaire", le Bloc identitaire (BI), qui n'a pas souhaité venir et qui, désormais, fait tout pour paraître respectable. "Le Bloc identitaire a un comportement de trotskistes d'extrême droite, une intolérance pour ce qui n'est pas strictement de leur chapelle (…) Ils veulent plaire au Système", a notamment déclaré M. Spieler.

 

Pour autant, cette irritation très vive à l'égard du BI n'empêche pas Carl Lang, confirmant au Monde une information de l'hebdomadaire Minute, de négocier une présence de son parti sur la liste de Jacques Bompard, en Provence-Alpes-Côte-d'Azur, où figureront des militants du Bloc identitaire.

 

Abel Mestre et Caroline Monnot

17 h 00, fermeture de la caisse à l’accueil : 825 entrées payantes !

La 3ème édition des journées nationales et identitaires de Synthèse nationale a été plus qu’une réussite, ce fut un véritable succès. 825 militants, sympathisants et amis de notre revue, plus du double de l'an passé, sont venus participer à cette grande manifestation parisienne de la France française et de l’Europe européenne.

 

Toutes les interventions qui se succédèrent, que ce soit lors des tables rondes ou au moment du grand meeting unitaire de clôture, furent d’une remarquable qualité. La réussite de ce qu’il est désormais convenu d’appeler la 3ème JNI prouve que Synthèse nationale a gagné son pari de devenir un véritable espace de liberté dans lequel se retrouvent celles et ceux qui refusent la soumission au Système. Durant toute la journée, les 30 stands présents ne désemplirent pas.

 

Merci aux militants, venus de toute la France, qui ont contribué à l’encadrement et à la réussite de cette journée. Merci aux centaines de personnes qui sont venues nous manifester avec un immense enthousiasme leur amitié. Merci aux 26 orateurs, français ou européens, qui se sont succédés à la tribune. Merci enfin à ceux qui, toujours plus nombreux, se sont abonnés à Synthèse nationale.

 

Face à l’état de décrépitude dans lequel se retrouve plongée une partie de notre famille politique, une force nouvelle est en train de naître. La cohésion parfaite qui s’est instaurée entre les composantes les plus dynamiques de l’opposition nationale, à savoir le Parti de la France de Carl Lang, le MNR dirigé par Annick Martin et le Nouvelle Droite Populaire animée par Robert Spieler, redonne l’espérance à notre camp. Cette espérance est en train de se transformer en réalité…

 

Nous publierons très prochaînement des nouvelles infomations et des reportages sur cette magnifique réunion.

 

Premières photos de la 3ème JNI :

 

1211769952.jpg
Un public nombreux et motivé
Ici lors de la première table ronde à 11 h 30
1431236011.jpg
Des stands qui ne désemplirent pas
 
948252224.jpg
Lors du meeting de clôture, à 17 h 00,
les forces nationales et identitaires rassemblées
Annick Martin, Roland Hélie, Robert Spieler, Pierre Vial, Carl Lang 
1747895323.jpg
Anne Kling, Jean-Claude Rolinat, Jean-Gilles Malliarakis, Robert Spieler, Francis Bergeron, Philippe Randa, Franck Abed lors de la 2ème table ronde à 14 h 00