Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 mars 2019

30 mars, à Bruxelles, un meeting européen

53726504_10157219564429216_3176802307429892096_n.jpg

11:37 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 11 février 2019

Bonnes nouvelles d'Italie : les élections régionales dans les Abruzzes gagnées par la droite nationale, menée par Fratelli d'Italia (ex MSI)

4216384808.5.jpg

Matteo Salvini (Ligue), Giorgia Meloni (Frères d’Italie), le candidat Marco Marsilio (Frères d’Italie) et Silvio Berlusconi (Forza Italia).

Dimanche 10 février se déroulaient dans les Abruzzes des élections régionales. La droite (Léga, Forza Italia, Fratelli d'Italia - une des émanations de l'ex MSI) menée par Marco Marsilio (Fratelli d'Italia) arrive en tête. Ce dernier devient donc Président de la région.

En savoir plus : Lionel Baland cliquez ici

09:12 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 10 février 2019

L'ESPAGNE SE RÉVEILLE POUR DÉFENDRE SON UNITÉ

9C349E4C-7510-40C6-A570-6ECD8F0CD792-900x675.png

Plusieurs centaines de milliers d'Espagnols se sont rassemblés ce dimanche après-midi sur la Plaza Colon et dans les avenues du centre de Madrid pour défendre l'unité de l'Espagne et pour s'opposer à la politique du pouvoir socialiste.

Cette impressionnante démonstration des forces patriotiques espagnoles n'est pas sans nous rappeler celles des 20 novembre (anniversaires de la mort du Général Franco en 1975 et de celle de José Antonio Primo de Rivera en 1936) des années 1970 et 1980. Espérons seulement que désormais, après 45 ans de gabegie démocratique, lors des prochaines élections les Espagnols sauront transformer électoralement leur colère.

Notons tout de même une petite tache dans cette manif : l'apparition furtive de Manuel Valls, l'ancien Premier ministre socialiste français de triste mémoire, visiblement peu gêné de se retrouver en pareille compagnie. Curieux personnage...

S.N.

 

16:53 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 28 janvier 2019

Samedi 9 mars : conférence sur l'Europe à Genève organisée par Résistance helvétique

CongrTransYek.jpg

09:16 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 23 janvier 2019

26 janvier : Pascal Lassalle donne une conférence sur l'Ukraine en Suisse

tumblr_plooo86A8k1rnng97o1_1280.jpg

00:00 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 14 janvier 2019

Qu'est-ce qui est plus crétin qu'un Manuel Valls ? Une bande de gauchistes catalans qui le prennent pour un "fasciste"...

310x190_manuel-valls-24-mars-2018-lors-match-stade-jean-bouin.jpg

Source cliquez ici

La campagne de Manuel Valls pour la mairie de Barcelone est décidément bien compliquée.

Alors que les sondages semblent ne pas lui être favorables, sa sortie dans un quartier de la capitale catalane a été perturbé, mardi 4 décembre par quelques dizaines de militants d’extrême-gauche ou indépendantistes. 

Certains, munis de drapeaux antifascistes et de banderoles prônant la liberté d’expression n’ont pas hésité à le qualifier de fasciste, raciste et lui intimant de rentrer en France.

Manuel Valls n’a pas pu prononcer son discours jusqu’au bout dans les rue de Barcelone.

Il a dû finir par quitter le quartier, escorté par des forces de l’ordre jusqu’au métro.

NDLR SN : trop drôle... mais surtout, gardez-le et arrêtez d'insulter le fascisme !

14:13 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 11 janvier 2019

7 janvier 2019 : Rome a rendu un vibrant hommage aux militants du Front de la Jeunesse assassinés en 1978

Lire aussi cliquez ici

11:14 Publié dans En Europe et ailleurs..., TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 07 janvier 2019

Rome, 7 janvier 1978 : trois militants du Front de la Jeunesse étaient assassinés par la police

bigonzetti-ciavatta-recchioni.jpg

Zentropa cliquez ici

Le 7 janvier 1978, trois militants nationalistes tombent sous les balles de terroristes et de la police.

Les trois jeunes Italiens militaient au Front de la Jeunesse (FGD-Fronte della Gioventù). La première fusillade se déroula quand les militants sortaient alors d’une réunion du Mouvement social italien (MSI-Movimento sociale italiano). Ils furent mitraillés par cinq ou six extrémistes de gauche qui attaquèrent avec des armes automatiques.

Franco Bigonzetti, un étudiant en médecine de 20 ans est tué. Francesco Ciavatta, 18 ans, est blessé ; il parvint à quitter les lieux, pendant que trois autres militants réussissent à revenir au local du MSI, dont Vincenzo Segneri, également blessé par balles.

Les lâches criminels poursuivent Francesco et l’abattent, dans le dos. Il décèdera dans l’ambulance qui le conduit à l’hôpital.  Une manifestation spontanée s’organise alors contre ce crime ignoble. Dans une atmosphère tendue, un journaliste de la RAI se livre à un acte tout aussi ignoble : il va éteindre sa cigarette dans le sang de l’une des victimes. Un mouvement de protestation gronde dans la foule ; la police intervient alors est le capitaine de police Edward Sivori abat Stephen Recchini. L’intention de tuer est certaine puisqu’il tire en pleine tête, entre les deux yeux du jeune militant de 19 ans, par ailleurs guitariste du groupe Janus.

Stephano Recchioni décède après deux jours d’agonie.

L’action criminelle des marxistes fera une quatrième victime : le père de Francesco Ciavatta se suicide quelques mois plus tard.

Un cinquième militant nationaliste sera assassiné suite à cette affaire. Un an après le massacres, les organisations nationalistes italiennes veulent démontrer publiquement en souvenir de leurs camarades et pour protester contre l’inaction de la police et de la justice. La marche est interdite par les autorités. Une manifestation spontanée aura pourtant lieu et se déroulera sans le moindre incident.

Alors qu’il rentre chez lui avec un camarade, Alberto Giaquinto est approché par une voiture de police banalisée. Des policiers finissent par en descendre est l’un d’eux tire une balle dans la nuque d’Alberto. Grièvement blessé, il tombe à terre ; les policiers s’enfuient, laissant leur victime mourir. Il demeure plus de 20 minutes dans la rue sans qu’aucun secours n’arrive. Transporté à l’hôpital, il y décède peu après.

Alors qu’il meure, sa famille à ses côtés, le domicile de ses parents est vandalisé par des policiers qui veulent se couvrir et cherchent des preuves – mais agissent sans mandat. Ils prétendirent en effet qu’Alberto était armé, ce qui était faux.

Albert Giaquinto avait 17 ans.  La justice n’a jamais condamné les assassins. Plusieurs criminels rouges ont été identifiés : Mario Scrocca, Fulvio Turrini, Cesare Cavallari, Francesco de Martiis e Daniela Dolce. Sans aucun doute coupables, le premier s’est suicidé, le dernier s’est enfui. Les autres seront finalement acquittés.
Les flics tueurs ont également été acquittés.

Trente ans après, aucun des criminels n’a été condamné.

Depuis, nos camarades italiens commémorent la mort de leurs camarades sur les lieux du drame.

09:50 Publié dans En Europe et ailleurs..., Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 18 décembre 2018

A Bruxelles : gigantesque démonstration de force contre le Pacte génocidaire de Marrakech

7491766-6501315-image-a-76_1544973715350.jpg

7491760-6501315-image-a-79_1544973782236.jpg

7491758-6501315-image-a-84_1544973834797.jpg

La presse européenne n’a pas donné beaucoup de place à la manifestation populaire contre la pacte de Marrakech qui a paralysé le cœur de Bruxelles. Pourtant, il s’agit de la première révolte populaire contre un pacte qui veut notre mort comme peuple. Seuls les journalistes anglais du Daily Mail lui ont accordé l’importance qu’elle méritait. Ci-après un extrait de leur reportage.

Le dimanche 16 décembre, à l’appel des nationalistes flamands, près de dix mille personnes se sont rassemblées à Bruxelles pour manifester leur opposition au pacte mondial des Nations unies pour des migrations sûres, ordonnées et régulières. On remarquait dans le cortège des élus du Vlaams Belang comme Filip De Winter et des jeunes de la NV-A dont le part a quitté la coalition gouvernementale en raison de son opposition à la signature par la Belgique du pacte.

Source cliquez ici

11:29 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 05 décembre 2018

Madrid, 15 décembre : plusieurs représentants européens à la Marche des nationalistes espagnols

received_379118432826264.jpg

Juan Antonio Lopez Larrea à la

12e Journée de Synthèse nationale

le 14 octobre dernier à Rungis

 

et Vincent Vauclin

 

12:25 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pacte de Marrakech : le Vlaams belang perturbe une réunion ministérielle à Bruxelles

B9717814818Z.1_20181203175257_000+GOKCHR8CG.1-0.jpg

Opération coup de poing de la part du Vlaams Belang lundi soir. Alors que la réunion du comité ministériel belge restreint consacrée au Pacte de l’ONU sur les migrations s’est achevée peu avant 17h30, le parti nationaliste flamand a projeté un logo lumineux sur la façade du Lambermont, résidence du Premier ministre belge, pour redire son opposition à la signature de ce pacte le 10 décembre à Marrakech.

Source Le Soir de Bruxelles cliquez ici

11:40 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Québécois de souches soutiennent les Gilets jaunes

47307046_2136170359739319_7338913341408018432_n.jpg

Communiqué de la FQS :

Les salaires qui stagnent ; le coût de la vie qui augmente, le citoyen étouffé par les taxes, le système politique qui ne sert plus les intérêts du simple mortel, mais plutôt les privilégiés du système ; la crise des Gilets jaunes était inévitable. La Fédération des Québécois de souche supporte les Gilets jaunes.

11:39 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 20 novembre 2018

20 NOVEMBRE : HOMMAGE À FRANCISCO FRANCO ET À JOSE ANTONIO PRIMO DE RIVERA

Diapositive1.jpg

Le 20 novembre 1936, à Alicante, Jose Antonio Primo de Rivera, fondateur de la Phalange espagnole, était assassiné par les rouges. Le 20 novembre 1975, à Madrid, Francisco Franco, chef de l'Etat espagnol, décédait après avoir dirigé l'Espagne pendant près de 40 ans et lui avoir redonné sa place de grande nation.

En s'engageant, au milieu des années 30, dans la grande croisade contre le bolchevisme, ces hommes ont épargné à leur pays de sombrer dans l'enfer communiste. ils ont probablement aussi évité à l'Europe de se retrouver, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, coincée entre le bloc de l'Est et une péninsule ibérique à la botte des soviétiques. Cela, il ne faut jamais l'oublier. 

Voilà pourquoi, au moment où l'unité de l'Espagne est à nouveau menacée et que le peuple espagnol commence à s'éveiller, les nationalistes français et européens doivent honorer leur mémoire...

S.N.

CHN 13 COUV.jpg

 

 

Sur la Phalange,

lire le CHN 13 cliquez ici

09:53 Publié dans En Europe et ailleurs..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 13 novembre 2018

Trieste, samedi dernier : Casa Pound dans la rue....

La révolution fasciste du XXIe siècle en marche

18:38 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 02 novembre 2018

La dépouille de Franco, sparadrap du capitaine Haddock pour le nouveau pouvoir espagnol

434px-Francisco_Franco_en_1964-434x475.jpg

Richard Hanlet

« On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher… » La réplique culte des Bronzés a permis, en juin, au socialiste Pedro Sánchez de prendre la tête du gouvernement espagnol. Mais avec une majorité en kit façon IKEA, il sent bien qu’il aura du mal à tracer un avenir qui mette beaucoup de gambas dans les paellas de ses compatriotes. Alors, il fait ce que la gauche a toujours fait de mieux : attaquer le passé en faisant, après des années de tergiversations, voter l’expulsion de la dépouille du général Franco de la Valle de los Caídos. Plus de 80 ans après la fin de la guerre civile, les revanchards du peuple de gauche ne baissent pas les bras, mais la France spécialiste de l’exercice serait malvenue de se moquer de ce genre d’épuration.

Étonnamment, la famille du Caudillo accueillit le sacrilège avec une flegmatique indifférence. Disposant, en effet, d’un panthéon familial au cimetière privé du Pardo, tout le monde – à commencer par Sánchez – pensait que les descendants du Caudillo transféreraient tout naturellement sa dépouille dans ce lieu plus discret, offrant au nouveau pouvoir la gloire immortelle d’une victoire sans risque et à peu de frais sur une dictature fasciste.

Mais patatras ! La famille avait dans son jeu un atout majeur ! Parce que Franco avait, de son vivant, acheté, à deux cents mètres du Palais royal, un caveau dans la cathédrale de l’Almudena, laquelle, pour la modique somme de six euros, est bien plus visitée que la lointaine et lugubre Valle de los Caídos… Comme presque toujours, le remède socialiste se révèle donc pire que le mal et le Premier ministre, qui se disait « très fier » d’avoir obtenu le retrait du corps du dictateur « d’un endroit où il n’aurait jamais dû se trouver », est dans la seringue. Légalement, il ne peut rien faire parce que, comme le rappellent les autorités religieuses, « on ne peut empêcher un chrétien d’enterrer un parent dans une crypte qu’il a préalablement achetée ».

À part la trêve hivernale des expulsions (ça marche aussi pour les morts ?), seule une intervention divine semblait en mesure d’éviter aux épurateurs un résultat diamétralement opposé à celui recherché. C’est pourquoi, lors de sa visite au Vatican à la fin du mois, le numéro 2 de l’exécutif espagnol a tenté d’arranger le coup avec le pape François. Un communiqué du gouvernement espagnol, publié à la suite de la rencontre de la vice-présidente avec le cardinal Parolin, affirme que celui-ci a « garanti » que le Vatican « ne va pas s’opposer à l’exhumation des restes de Francisco Franco du Valle de los Caídos ». Mais, pour le reste, c’est bien vague : « concernant l’inhumation, les deux parties sont convenues de la nécessité de trouver une solution et de maintenir le dialogue ».

Source Boulevard Voltaire cliquez ici

10:14 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 29 octobre 2018

Après des décennies de corruption, de violences et de mensonges, le Brésil en liesse fête sa libération

15731991.jpg

Victoire cliquez ici du candidat nationaliste Jair Bolsonaro avec 56% des voix.

08:34 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 24 octobre 2018

Il y a 62 ans, Budapest se soulevait contre la dictature communiste

2018 10 BUDA.jpg

Lorsqu'il y a 62 ans, fin octobre 1956, les chars soviétiques écrasaient l'insurrection de Budapest, les nationalistes hongrois étaient sans doute loin d'imaginer que, 62 ans plus tard, leur pays serait le phare de la renaissance européenne... Comme quoi, il ne faut jamais douter, ni se laisser décourager.

Pour mieux comprendre la Hongrie :

2017 hongrie jcr flyer.jpg

Le commander en ligne cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

2018 04 BUDA 1 ET 2.jpg

Les commander en ligne cliquez ici

09:52 Publié dans En Europe et ailleurs..., Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 20 octobre 2018

Espagne. Franco à la cathédrale de Madrid ? Le gouvernement socialiste se fait battre à son propre jeu

44347594_10213285431754530_8648661024162971648_n.jpg

Madrid (Lengadoc-info.com) – Le gouvernement de Pedro Sanchez voulait en faire l’acte politique fort de son fragile mandat, l’affaire de la dépouille de Franco est, pourtant, en train de virer au cauchemar pour les socialistes espagnols.

Les socialistes s’attaquent à la dépouille de Franco

Le 24 août dernier, le gouvernement espagnol a pris un décret établissant que le corps du général Franco, reposant actuellement au Valle de los Caidos, mausolée monumental dédié aux combattants de la guerre civile (1936-1939), devait être exhumé et déplacé dans un autre lieu avant la fin de l’année 2018.

Avec ce décret, le gouvernement de Pedro Sanchez voulait ainsi que la dépouille du Caudillo soit enterrée dans un lieu plus discret et non plus dans un mausolée construit durant la période du franquisme et qui célébrait la mémoire des combattants des deux camps mais également la mémoire de Franco lui-même.

Déplacer ainsi le corps de Franco est un geste politique symbolique qui doit permettre à Pedro Sanchez de s’assurer la sympathie de l’ensemble des forces de gauche alors que son gouvernement semble aujourd’hui particulièrement fragile.

Le retour de Franco à Madrid… grâce aux socialistes

Mais le projet du gouvernement ne semble pas se passer comme il l’aurait souhaité. Si la famille du Caudillo a bien accepté que son corps soit enlevé du Valle de los Caidos, celui-ci ne devrait pas pour autant reposer dans un cimetière discret mais en plein cœur de Madrid, dans la cathédrale de l’Almudena. 

En effet, la famille du généralissime dispose d’une concession au sein de la cathédrale de la capitale espagnole depuis 1987, d’ailleurs la fille de Franco y repose déjà.

Une décision qui horrifie les membres du gouvernement qui depuis s’agitent dans tous les sens pour tenter d’empêcher cela, sans succès. Après avoir appelé la famille de Franco à être « raisonnable », les socialistes se tournent désormais vers l’Église pour qu’elle intervienne.

La  situation est telle que certains socialistes préfèreraient que le corps de Franco reste au Valle de los Caidos plutôt qu’il repose au cœur du quartier touristique de Madrid. 

 

11:05 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 18 octobre 2018

De bonnes nouvelles d'Espagne...

safe_image.jpg

L’image a fait l’effet d’un électrochoc dans un pays que l'on prétendait vacciné contre l’extrême droite. Dimanche 7 octobre, près de 10 000 personnes se sont entassées dans les gradins du palais de Vistalegre, à Madrid, pour acclamer les leaders de la petite formation Vox. Santi Abascal, président de « Vox » : « Dans la politique européenne, j’admire la reine Isabelle la Catholique et Charles Quint. Et aujourd’hui, Viktor Orbán est le fer de lance d’une nouvelle Europe, fondée sur la souveraineté des nations, l’identité chrétienne et sur l’opposition à une immigration massive. »

Sources cliquez ici

09:15 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 08 octobre 2018

Liège (Belgique) : attentat gauchiste contre le mouvement Nation

43379691_518217735271804_2364296646528860160_n.jpgCommuniqué de Nation :

Ce dimanche 7 octobre, des militants liégeois du Mouvement NATION ont été la cible d’une attaque au cocktail Molotov.

Alors que les militants revenaient d’une manifestation en soutien du pompiste de Comblain-au-Pont, ils se sont attablés dans un établissement liégeois où le public est assez sensible aux thèses patriotes.

Aux alentours de 15 h deux hommes cagoulés et vêtus de noir surgissent et lancent une bombe incendiaire sur la vitrine de l’établissement. Si l’engin incendiaire fut heureusement mal préparé et n’a pas fait de gros dégâts, l’attaque semble, elle, avoir été préparée bien à l’avance. Pour rappel, le président de NATION avait annoncé sa venue dans le centre de Liège voici quelques jours déjà.

Rappelons qu’il y a quelques jours, des appels à la violence issues de groupuscules gauchises circulaient sur la toile et ceci sans que les auteurs ne semblent avoir été inquiété (voir capture d’écran ci-dessous).

Il est indéniable que nous sommes face ici à un acte terroriste avec tentative d’incendie volontaire car prémédité ainsi que tentative de meurtre envers des militants identitaires et les clients de l’établissement.

Aucune violence d’extrême gauche ne fera reculer NATION !

Source cliquez ici

08:16 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 03 octobre 2018

Le mouvement d'extrême gauche espagnol Podémos demande la destruction de la basilique de la Vallée de Los Caïdos

valle_caidos.jpg

Construite dans les années 1950 à la demande du Général Franco dans un souci de réconciliation nationale, la basilique de la Vallée de Los Caïdos, avec son immense nécropole dans laquelle sont enterrés des milliers de combattants des deux camps morts pendant "La Guerre d'Espagne", est aujourd'hui l'objet d'une demande de destruction émanant des charognards du groupe d'extrême gauche Podémos. Cette demande fait suite à la volonté affichée des socialistes de profaner la tombe du Général Franco et de transférer ses restes ailleurs.

Tout cela provoque en Espagne multiples réactions d'indignation et de colère. 

Le Cercle Franco-Hispanique, présidé par Hélène Grimaldi et fidèle à sa vocation de défendre l'Espagne nationale, nous demande de relayer, ce que nous faisons bien volontiers, la pétition lancée à Madrid pour sauver cet impressionnant monument hautement symbolique.

Vous pouvez signer en cliquant ici

Synthèse nationale

18:32 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 28 août 2018

Samedi 1er septembre : colloque en mémoire des morts de Breslan

une-banniere-a-l-effigie-des-victimes-de-la-prise-d-otages-du-theatre-doubrovka-est-installee-sur-le-site-du-memorial-a-moscou-le-3-septembre-2010_844005.jpg

Contre la barbarie et la terreur qu'ils cherchent à nous imposer: Union de toutes celles, et de tous ceux, qui sont attachés à nos libertés, et à notre civilisation : 
Mémoires et Vérités rend hommage aux victimes du terrorisme. Beslan (1er septembre 2004) Paris (13 novembre 2015) et Nice (14 juillet 2016).

Le samedi 1er septembre 2018, au Centre Cultuel et Culturel de Russie (1, quai Branly 75007 Paris).

16 heures :
Cérémonie religieuse Cathédrale de la Sainte-Trinité (1, quai Branly à Paris). Chœurs de la Cathédrale dirigée par Alexis Tcherkov.

17 heures :
Cérémonie civile et Colloque Mémoires et Vérités sur le thème Beslan, Paris, Nice, victimes d'un même terrorisme islamiste. Au Grand Amphithéâtre du Centre Culturel russe de Paris.

Henri-Paul Falavigna Vérité pour l’attentat de Beslan, terroristes seuls responsables (vidéos)
Jean-Claude Hubler, vice-President de l'Association des victimes de l’attentat terroriste de Nice : face au terrorisme. Solidarité entre toutes les victime.
Georges Fenech, ancien magistrat : bilan de l'arsenal judiciaire contre l’islamisme.
Xavier Raufer, criminologue : autopsie de l'islamisme.
Emmanuel Leroy, Président d’une association de soutiens aux jeunes victimes du terrorisme : l’étiologie du terrorisme : une stratégie de propagande et de contrôle des populations.
Capitaine (er) Pierre L. Plas (TAP. URH. DRM.) : la terreur est-elle devenue une arme géostratégique de niveau planétaire.

Solidarité enfants de Beslan association humanitaire et d'amitiés France Ossétie-Alania Fédération de Russie.

11:01 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 26 août 2018

Vendredi 31 août, Alexandre Gabriac invité en Suisse par Résistance helvétique

conference-gabriac-rh-2018.jpg

En savoir plus cliquez ici

17:59 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 01 août 2018

Bonne nouvelle : Tommy Robinson vient d'être remis en liberté

Tommyfree.jpg

Après deux mois de détention pour avoir simplement divulgué un reportage sur le procès d'une bande de Pakistanais violeurs et criminels qui sévissait en Grande Bretagne, le journaliste militant patriote Tommy Robinson vient d'être enfin remis en liberté. 

Depuis son incarcération scandaleuse, un mouvement populaire sans précédent s'est développé dans tout le Royaume Uni, ainsi que dans toute l'Europe, pour exiger la libération ce nouveau héros du peuple anglais. Le gouvernement britannique a donc été obligé de céder et c'est tant mieux...

Quelles que soient les divergences que l'on peut avoir avec certaines positions géopolitiques de Tommy Robinson, nous nous réjouissons de cette libération. 

S.N.

Lire aussi cliquez là

18:01 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 16 juillet 2018

Filip Dewinter à Londres samedi au rassemblement pour la libération de Tommy Robinson

1365017683.jpg

Belgique et Royaume-Uni. L’homme fort du Vlaams Belang et député Filip Dewinter a pris la parole ce samedi 14 juillet 2018 à Londres au Royaume-Uni lors de la manifestation en vue de réclamer la libération de Tommy Robinson. Il a déclaré : « Donald Trump a raison : « L’Europe est en train de perdre sa culture à cause de l’immigration. ». »

Source Lionel Baland cliquez ici

09:09 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 04 juillet 2018

En Espagne, le gouvernement insulte le pays en prétendant souiller la Vallée des morts

36609921_10156601338864216_6032108428510363648_o.jpg

Partout dans le pays, l'opposition à cette provocation socialiste est en train de s'organiser...

36511554_10156601338989216_3132920854199926784_n.jpg

36539702_10156601338779216_627753266091917312_n.jpg

00:22 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 20 juin 2018

Italie : UNE NOUVELLE REVUE D'HISTOIRE EST NÉE

01_STORIA_RIVISTA.jpg

PRÉSENTATION DE STORIA RIVISTA

A l'origine de cette heureuse initiative, un groupe d'hommes et de femmes de convictions dont certains sont issus du MSI, le Mouvement social italien. Parmi eux, notre ami Massimo Magliaro que les lecteurs de Synthèse nationale connaissent bien. Nous lui avons posé quelques questions...

Massimo bonjour, présentez-nous cette revue qui était en gestation depuis quelques temps et qui vient de sortir.

Cette nouvelle revue voit le jour en Italie veut être une revue à la fois de divulgation et d’approfondissement. C'est un projet ambitieuse et unitaire.

Son nom : Storia Revista (Histoire Revue) et sa publication bimestrielle. Elle compte un peu moins de deux cents pages.

Le "chemin de fer" de chaque numéro sera le suivant : la première partie est un recueil d’articles sur des hommes, des idées des faits qui concernent la droite en Italie et dans le monde ; la deuxième est un dossier monothématique consacré à un évènement, une célébration, un contexte raconté et analysé d’un point de vue de droite.

Pourquoi ambitieuse ?

Parce que la droite italienne (NDLR : comme partout en Europe) doit avoir l’ambition de retrouver ses valeurs, ses idées et son histoires qui l’ont maintenue unie et vivante pendant si longtemps. La droite doit aujourd’hui demander à l’Histoire, avant tout à son Histoire, les réponses nécessaires pour retrouver le langage perdu de sa propre unité et les raisons profondes de la convivialité, langage et raisons qui lui ont permis d’affronter avec dignité le monde qui continuait à l’assiéger impitoyablement.

Et tout ceci est fort ambitieux.

Mais il s’agit également d’un projet unitaire. Dès lors que ce ne sera pas uniquement la voix d’une « petite partie » de notre famille. Ce sera  la voix de toutes les expériences idéales qui ont rempli la vie, les rêves, les projets de ce milieu, qui lui ont donné la force et qui lui ont permis de vivre son propre temps avec fierté et orgueil alors que tout lui était âprement hostile.

Cette cohérence idéale, ce sens très fort d’appartenance enraciné dans ses gens constituent précisément aujourd’hui le patrimoine principal à récupérer et dans lequel puiser pour construire les routes de l’avenir.

Pourquoi le nom Histoire Revue ?

Revue signifie relue, étudiée de nouveau, analysée de nouveau, revisitée. Nous ne nous contentons pas des jugements codifiés, des stéréotypes moraux imposés par le «culturellement correct». L’Histoire, l’histoire avec un H majuscule, ne cesse jamais de parler, de fournir des éléments, des suggestions, du matériel varié. Elle ne cesse jamais d’être interprétée, comprise, jugée. C’est un livre qu’il faut ouvrir et rouvrir, toujours, qu’il ne faut jamais mettre de côté. C’est un terrain qu’il faut sans cesse labourer car il donne toujours ses fruits.

L’Histoire n’est pas seulement le passé; elle est le présent et aussi l’avenir.

Un présent qui n’a pas de passé n’aura jamais de futur, lit-on dans la présentation.

L’horizon dans lequel s’inscrit la revue est vaste, il part naturellement de l’Italie mais il se dilate dans le monde, là où il y a une droite à raconter.

Massimo, vous assurez la direction de la revue, mais qui sont les autres promoteurs de cette aventure éditorialiste ?

Histoire Revue s'est dotée d’un Comité directeur composé, outre moi-même, d’Alessandro Amorese, Adalbelto Baldoni, Mario Bozzi Sentieri, Roberto Rosseti et Marco Valle.

Nombreux sont les collaborateurs, surtout des jeunes. Même des étrangers.

C’est la jeune et aguerrie maison d’édition Eclettica Edizioni, de Massa, en Touscanie, déjà connue en Italie pour avoir fait publier des textes très intéressants et qui ont remporté un grand succès, qui en a assuré la publication. Il s’agit entre autres de la maison d’édition qui d’ici la fin de l’année publiera en exclusivité l’édition italienne des « Mémoires » de Jean Marie Le Pen.

Le premier numéro, qui sera présenté dans quelques jours à Rome et puis au fur et à mesure dans le reste de l’Italie, s’ouvre précisément sur la publication en exclusivité (NDLR : rédigée par le directeur, Magliaro) du chapitre des « Mémoires » de Le Pen consacré à la naissance du Front national (auquel sa fille, Marine, vient de changer le nom) et continue avec le premier fascicule d’une histoire ultra-documentée du Msi écrite par Baldoni, un texte inédit d’Amorese sur la monnaie clandestine frappée dans l’après-guerre par le Msi d’Apuania, le portrait du premier «federale» du Msi de Cagliari, Marigo, rédigé par Giuseppe Serra, le récit, signé par Bozzi Santieri, du rôle joué à droite par le quotidien milanais du soir La Notte, un essai de Nazzareno Mollicone sur la politique démographique du Fascisme, une analyse de la droite hongroise d’hier et d’aujourd’hui conduite par Marco Valle, et un inédit sur le jeune Johnny Halliday lorsqu'il était militant de la droite radicale française.

La deuxième partie de la revue est entièrement consacrée aux années ‘68. Le dossier a pour titre «Le singe de ’68. Cinquante ans après l’Italie paye encore le compte».

On y trouve des essais et des articles de Baldoni, Gennaccari, Amorese, Rossetti, Volante, Barbetti et Magliaro. Le dossier est enrichi de témoignages de certains des protagonistes de ces faits (entre les quels Jack Marchal), une anthologie de philosophes, d’historiens, d’économistes, de sociologues, d’essayistes, (Spirito, D’Eramo, Rasi, Ginsborg, Bedeschi, Vulpitta, Gnerre, Cipriani, Veneziani, De Mattei, Corrêa de Oliveira, Del Noce, De Turris, Bardèche, Duprat, Evola) et enfin une table ronde avec la participation de Pietro Cerullo, Gennaro Malgieri, Bozzi Sentieri et Adriano Scianca.

Chaque numéro deStoria.Revue coûtera 13 euros. L’abonnement annuel par contre 60 euros.

Le dossier du deuxième numéro, dont la sortie est imminente, sera consacré à Giorgio Almirante et à Pino Romualdi à l’occasion du trentenaire de leur mort.

Rappelons que nous devons à Massimo Magliaro la rédaction d'un Cahier d'Histoire du nationalisme (n°11) consacré à l'histoire du Mouvement social italien cliquez ici. Ce Cahier de 220 pages est sorti en février 2017 à l'occasion du 70e anniversaire du MSI fêter, à Paris à l'initiative des Amis de Synthèse nationale cliquez ici.

04:43 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 juin 2018

Cruauté du gouvernement anglais : le patriote dissident Tommy Robinson transféré dans une prison pleine d'islamistes

hhjkl.jpg

Source Breizh info cliquez là

Le journaliste dissident Tommy Robinson – qui a fait de l’alerte sur l’immigration et l’islamisation du Royaume-Uni son cheval de bataille, se trouve en prison depuis le 25 mai dernier.

Pire encore, il vient d’être déplacé dans une prison peuplée majoritairement de musulmans alors que de nombreuses voix s’élèvent pour demander sa libération.

Désormais, c’est sa sécurité, et sa vie, qui sont mises en danger en raison des décisions de la justice anglaise.

Lors de son transfert dans la nouvelle prison, un de ses proches explique que les prisonniers ont tapé au mur toute la nuit, hurlant le nom de « Tommy Robinson », le menaçant de mort. Un contrat a été placé sur sa tête, avec une récompense pour quiconque parmi les prisonniers le tuera.

Sa famille et son entourage ont depuis fait savoir qu’ils travaillaient activement, avec des avocats, pour tenter de changer la situation qu’ils décrivent comme « vraiment inquiétante ».

Des parlementaires américains ont écrit aux autorités britanniques, tandis qu’au parlement européen, c’est  la député britannique – anciennement proche de l’UKIP et désormais indépendante - Janice Atkinson  qui a tenté d’évoquer la situation de cet activiste, avant que son micro ne soit tout simplement coupé au moment où elle évoquait la forte présence musulmane dans la prison.

Des interventions diplomatiques seraient en cours. En attendant, une manifestation se déroulera à Londres, le 14 juillet, pour exiger sa libération, dans un contexte particulièrement tendu. Ses soutiens dans toute l’Angleterre commencent en effet à ne plus supporter l’autoritarisme des autorités concernant le cas Tommy Robinson.

Lire aussi cliquez ici

09:24 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 10 juin 2018

LONDRES : MOBILISATION POPULAIRE POUR LA LIBÉRATION DE TOMMY ROBINSON

B9715983579Z.1_20180609230941_000+GPPBF5624.2-0.jpg

Tommy Robinson, journaliste et fondateur de la Ligue de défense anglaise, est incarcéré depuis plus d'une semaine pour avoir diffusé sur son site le compte-rendu du procès d'une bande de violeurs pakistanais. En Grande-Bretagne comme ailleurs, là où les mondialistes sont encore aux affaires tout est bon pour museler les résistances patriotiques.

Hier après-midi, tout le centre de Londres était en effervescence car les Britanniques se sont rassemblés en masse pour soutenir leur héros. Les forces de répressions ont agressé des manifestants mais cela n'a pas empêché la réussite de ce rassemblement populaire. Pour les patriotes anglais, une seule priorité : la libération immédiate de Tommy Robinson et la levée des sanctions qui pèsent sur lui.

Chacun sait qu'à Synthèse nationale nous sommes modérément anglophiles. Cependant, nous exprimons notre totale solidarité avec ce combattant qui défend son identité et qui subit la répression des mondialistes au pouvoir.

SN

12:27 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 04 juin 2018

LA CHUTE DE RAJOY ET L’AGGRAVATION DE LA CRISE POLITIQUE EN ESPAGNE

mariano-rajoy-le-premier-ministre-espagnol-devant-le-parlement-a-madrid-le-31-mai-2018.jpg

Robert Neboit

Lorsque Mariano Rajoy parvient au pouvoir en novembre 2011 le Parti populaire venait d’obtenir la majorité absolue dans les deux chambres du parlement en écrasant Parti socialiste du calamiteux Zapatero qui venait de subir une défaite historique en passant de 43 % à 28 % des voix. Cinq ans plus tard aux élections suivantes de décembre 2015 la donne change radicalement avec la fin du bipartisme PP – PSOE : le PP recule à 28 des voix et perd la majorité et les socialistes font pire encore avec 22 %, deux nouvelles forces politiques Podemos (décalque espagnol du slogan Yes we can d’Obama…) rassemblement de mouvements gauchistes et Ciudadanos (Citoyens) mouvement de centriste prétendant s’opposer aux sécessionnistes tout en refusant le moindre nationalisme espagnol. Podemos talonne le PSOE avec 20 %, et Ciudadanos est à 14 %. Faute de coalition gouvernementale les espagnols durent retourner aux urnes six mois plus tard en juin 2016. Le PP améliore son score mais reste minoritaire. Rajoy n’obtiendra que laborieusement l’investiture en octobre à la quatrième tentative grâce au soutien conditionnel de Ciudadanos. Après seulement huit mois de gouvernement et suite au scandale de corruption Gürtel une motion de censure PSOE vint de l’emporter vendredi 1erjuin et met fin au gouvernement Rajoy et espérons-le à son existence politique. Il laisse la place à Pedro Sanchez dirigeant d’un PSOE minoritaire soutenu par l’extrême gauche et les sécessionnistes basques et catalans. Et Rajoy osera se vanter d’avoir laissé l’Espagne dans un meilleur état que lorsqu’il était venu au pouvoir !

Qu’il ose dire cela ne peut être compris que si l’on se rend compte que pour lui la politique semble se restreindre au seul domaine de l’économie. Aura-t-il au moins réussi dans ce domaine ? Pas vraiment. Son résultat n’est pas catastrophique mais sans être glorieux pour autant. Certes le chômage a diminué mais cela a été accompagné de la précarisation de l’emploi et de la baisse des salaires ceci avant tout les jeunes. Enfin il n’a pas su réduire le déficit public.

Mais ce n’est pas l’économie qui a causé la chute de Rajoy, c’est son incontestable échec politique et moral après sept ans de pouvoir. Echec d’un homme qui aura trahi consciencieusement ses électeurs en leur faisant miroiter des convictions de droite durant les campagnes électorales et qui une fois élu a mené une politique au fond pas si différente de celle de Zapatero.

Sur le plan sociétal il a continué sur la voie de la promotion coercitive de l’idéologie antifamiliale LGBT. Il a fait approuver plusieurs lois qui sous prétexte de défendre les droits des homosexuels vont bien au-delà et prétendent réprimer la liberté d’expression des défenseurs de la famille traditionnelle.

Sur le plan idéologique il se met à la remorque de l’antifranquisme, et plus encore il en tolère tous les excès, notamment en n’abrogeant pas en cause la liberticide Loi de la mémoire historique qu’avait fait voter Zapatero et qui prétend instaurer une vérité officielle antifranquiste et pro Front Populaire. Il laisse ainsi à la gauche antifranquiste le monopole du récit national et lui donne ainsi les moyens de formater les nouvelles générations dans l’exécration d’un régime qu’elles n’ont pas connu.

La situation démographique est catastrophique et il n’a rien fait pour y remédier. Le taux de natalité est un des plus faible d’Europe. Enfin l’immigration ininterrompue fait que pour la première fois de son histoire le pourcentage d’étrangers a atteint les 10 % de la population.

En politique intérieur il n’a pas su s’opposer aux diverses forces sécessionnistes qui tendent à la balkanisation de l’Espagne Certains observateurs superficiels lui font gré d’une opposition supposée énergique au sécessionnisme catalan. La réalité est moins glorieuse. Rajoy a certes appliqué, mais comme à contre cœur, l’article 155 de la Constitution pour faire face à la déclaration d’indépendance qui avait suivi le référendum organisé par les sécessionnistes et qui ne respectait aucune des garanties procédurales habituelles. Mais les réactions les plus vigoureuses sont venues du peuple espagnol avec de nombreuses manifestations pour l’unité de l’Espagne, les plus importantes ayant lieu à Madrid puis à Barcelone. Et aussi du roi Philippe VI qui fit un discours énergique et sans compromission. Il n’a résolu en rien la crise puisqu’aux élections du 21 décembre au parlement de Catalogne le bloc indépendantiste, même s’il ne recueille que 47,5 % des voix, conserve la majorité. La raison de cet échec est que Rajoy n’a pas utilisé tous les pouvoirs que lui conférait cet article. Il aurait dû s’attaquer au monopole radio télévisuel de la Généralité pour faire respecter la pluralité des idées, défendre l’enseignement de la langue espagnole et la neutralité idéologique dans le système éducatif catalan. Mais il n’en a pas eu le courage par manque de convictions. Il s’est réfugié frileusement dans la simple défense de la légalité constitutionnelle, ne réalisant pas que pour défendre valablement une constitution encore faut-il défendre en même temps l’héritage historique et l’unité de la nation sans lesquels aucun contrat social n’a de sens. Sa politique face aux forces sécessionnistes a toujours consisté, sous couvert de ‘dialogue’ à les acheter sous forme d’avantages financiers. Il avait d’ailleurs déjà pratiqué ce système pour financer son parti, semblable en cela à ses concurrents socialistes. C’est cette politique qui l’a fait tomber. Le parti nationaliste basque a accepté des avantages budgétaires pour ensuite le trahir en négociant avec le parti socialiste le maintien de ces mêmes avantages !

Le gouvernement de Sanchez s’annonce encore pire que celui de Rajoy, il sera dépendant du bon vouloir de l’extrême gauche et des nationalistes catalans et basques.

La solution ne pourra venir que d’un sursaut des patriotes espagnols lors des élections générales anticipées qui seront très probablement inévitables. Le Parti populaire est irréformable idéologiquement et semble en très mauvais posture. Il faut souhaiter l’apparition d’un mouvement de droite nationale qui s’attaquera aux problèmes du pays dont les deux principaux sont les régionalismes sécessionnistes et l’immigration incontrôlée. Le mouvement de droite national Vox dirigé par Santiago Abascal semble avoir des chances réelles d’avoir des élus aux prochaines élections. Il pourrait représenter une alternative crédible pour restaurer l’unité de l’Espagne et lui redonner grandeur et dignité.

18:39 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook