Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 21 octobre 2018

JeanClaude Rolinat présente son livre "La bombe africaine et ses fragmentations" (Dualpha)

ob_4fbd38_rolinat-livre.png

Entretien avec Jean-Claude Rolinat, auteur de La Bombe africaine et ses fragmentationspréfacé par Alain Sanders (éditions Dualpha), publié sur le site de la réinformation européenne EuroLibertés (propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

L’Afrique, une bombe ? Vraiment ?

Nous sommes face à une menace mortelle qui n’a jamais eu d’équivalent ; rien à voir avec les « grandes invasions » post-Empire romain de nos manuels scolaires ! C’est une épée de Damoclès qui plane sur nos têtes. Les premiers coups sont ces vagues d’immigrants qui, sans cesse, labourent les plages d’Europe, du détroit de Gibraltar aux archipels grecs. Des docteurs Folamour trahissent leurs concitoyens en facilitant un phénomène « d’invasion/immigration ». Même des ecclésiastiques travestissent et dévoient le message de l’Église, complices en cela du milliardaire George Soros qui est dans tous les mauvais coups portés contre la civilisation européenne. Des ONG type « SOS Méditerranée » veulent absolument nous culpabiliser. Serions-nous donc des « sans cœur », nous qui sommes conscients des conséquences de tout cela ? Et ça marche auprès de certains. Il n’est que de voir ces retraités, par ailleurs bien ponctionnés par Macron, s’affairer autour de marmites type soupe populaire, afin de nourrir les « migrants », pour qui ils ont benoîtement les yeux de Chimène !

Soyez plus précis : cette bombe, c’est quoi ?

Cette bombe n’est ni sexuelle, ni atomique, ni numérique, elle est DÉMOGRAPHIQUE ! L’Afrique est une usine humaine incroyablement prolifique. Jugez-en : en 1900, 100 millions d’habitants, l’homme blanc arrive avec ses médecins coloniaux. Petit à petit, ils vont éradiquer les grandes endémies, en 1990, le continent compte 640 millions de personnes, six fois plus en 90 ans ; il y a trois ans, en 2015, c’était déjà 1 milliard d’êtres humains, presque le double en 25 ans ! Nous sommes partis pour, excusez du peu ! 4 milliards 400 millions en 2100 ! C’est proprement invivable. Et pour eux ! Et pour nous ! Le Nigéria, par exemple, ce colosse aux pieds d’argile de l’Afrique de l’ouest, au bord de l’éclatement entre musulmans au Nord et chrétiens et animistes au Sud, aura 400 millions d’âmes à la fin du siècle, contre 190/200 de nos jours !

Les ressources alimentaires vont être un problème, sinon LE problème ?

L’écologiste René Dumont avait tiré la sonnette d’alarmes dans les années 1960, l’année de presque toutes les indépendances, et celle de la tragicomédie congolaise, dans un ouvrage intitulé L’Afrique noire est mal partie. Il est toujours d’actualité. Ses théories ont été renforcées par un autre livre paru chez Plon en 1976. Il disait, en gros, qu’une forte croissance démographique annulerait les progrès en agriculture et que la déforestation serait une catastrophe. Et comme si ces catastrophes parfois incontrôlables ne suffisaient pas, les gouvernements noirs, par idéologie, par vengeance et par « racialisme » pour ne pas dire plus – la haine du « Blanc » peut-être ? –, engendrent eux-mêmes des catastrophes économiques comme au Zimbabwe, l’ex-Rhodésie. Il faut se rappeler que la Rhodésie nourrissait non seulement son peuple, mais qu’elle exportait viande, tabac, maïs au lieu de les importer ! L’Afrique du Sud voisine du Président Cyril Ramaphosa, sous l’influence du raciste Julius Malema de son parti Economic freedom fighters (EFF), veut exproprier sans indemnité les quelque 40 000 fermiers afrikaners qui s’accrochent à leur terre ! C’est Ubu roi ! Ils vont faire « crever » ce pays déjà en complète récession. Rappelons qu’à l’arrivée de leurs descendants, il n’y avait pas un seul Noir dans cette partie du sous-continent, seulement quelques tribus d’aborigènes Hottentots, et des bushmen, comme ceux qui jouent dans le film comique, Les Dieux sont tombés sur la tête.

Pouvez-vous nous donner quelques exemples chiffrés de la catastrophe démographique que vous prédisez ?

S’il fallait ne retenir que quelques chiffres, ce sont ceux des indices synthétiques de fécondité du Niger par exemple, 7 enfants par femme, que même un Macron stigmatisait lors de son discours de Ouagadougou en novembre 2017 ; 6,06 au Mali, où nos soldats font le boulot que ne veulent pas faire ces jeunes qui fuient leur pays et qui inondent la France de leur masse migratoire ; 5,86 au Burkina Faso ; 5,31 de moyenne en Afrique du Sud alors que les femmes blanches qui sont restées dans leur pays, menacées de mort et de viols, n’en étaient qu’à 1,4 il y a dix ans, moins sans doute encore aujourd’hui, mais comme on les comprend : qui voudrait enfanter dans le beau pays « Arc-en-ciel » de feu Nelson Mandela, qui fut le plus développé, et de loin, de tous les pays du continent ?

Plus précisément, qu’elle est la situation en France ?

En France, ne nous faisons pas d’illusions : un tiers des naissances, grosso modo, sont le fait d’immigrés récents ou d’immigrés de deuxième ou troisième génération, dont beaucoup sont « francisés », tout au moins sur le papier. Nous n’avons qu’à observer les chiffres de la drépanocytose – une maladie du sang qui ne touche que les Africains, les Antillais ou les méditerranéens du Sud pour, par décantation –, avoir forcément une petite idée du panorama démographique français…

La Bombe africaine et ses fragmentations, de Jean-Claude Rolinat, préface d’Alain Sanders, éditions Dualpha, collection « Vérités Pour L’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 570 pages, 37 euros cliquez ici.

L'intervention de Jean-Claude Rolinat à la 12e Journée de Synthèse nationale (Rungis, 14 octobre 2018 cliquez ici)

 

13:56 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 18 août 2018

Une soirée chez les Brigandes

Christian Ricard EuroLibertés cliquez ici

Je connais le Groupe des Brigandes depuis leur premier album. Je l’ai découvert sur YouTube. Leur insolence, leurs textes, leur charme m’a séduit tout de suite. J’ai regardé leurs entretiens sur TV Libertés, ou sur YouTube avec le contestataire Tepa. Leurs conférences sur Radio Brigande.

Leur discours à contre-courant de la bien-pensance est empreint d’intelligence, de clairvoyance et d’originalité. J’ai suivi les attaques qu’elles subissent en tant qu’êtres libres, résistants au système. L’enracinement, la recherche de la Tradition, le goût du Vrai, l’Amour de la France, le mépris de l’argent en font des ennemies déclarées de l’ordre mondial cosmopolite et marchand (OCMM). J’ai assisté à l’un de leur concert et j’ai noué une petite relation courrielle avec leur secrétaire, commentant et appréciant leur travail.

La Haine est féroce, les accuser de nationalisme et de fascisme n’était pas suffisant. Alors on les accusera d’être une secte. Dans notre société éclatée, où la famille est moquée ou détruite, les Brigandes ont reconstruit une cellule de société traditionnelle, un Clan.

Ayant une activité commune, « la musique », elles ont choisi de mettre en commun leurs ressources et leurs dépenses. Elles ont choisi un lieu commun, une belle et vaste bâtisse à la Salvetat sur Agout, (vous savez le pays de cette source pétillante du Languedoc) et les familles, car les brigandes vivent en famille avec des compagnons ou des époux et des enfants beaux et polis, tout en conservant leurs intimités, partagent les tâches du ménage, de la nourriture. Quoi de plus intelligent dans ce monde où l’économique et la consommation dominent tout, que de réduire les frais individuels en collectivisant les charges. Étrange que nos gauchistes écolo et partageux ne trouvent pas admirable cette démarche collective. Ah ! Mais cela ne s’appelle pas un kolkhoze, c’est un Clan.

Comme le Mir Russe, le clan est une réunion de familles où les décisions sont prises en commun dans l’intérêt de tous : simplement selon le bon sens.

Combien cette démarche met en danger l’Ordre cosmopolite mondial et marchand ! C’est tellement plus simple de contrôler et soumettre l’individu. Un Clan, c’est un rassemblement d’énergie, de volonté et de résistance. Inacceptable ! Alors, Haro sur le Clan !

Le 4 août dernier, un groupe d’Antifas, les mêmes animaux qu’à Notre-Dame-des-Landes (l’ex-nouveau aéroport de Nantes), sales, drogués, excités et manipulés par les tenants de l’OCMM (voir plus haut) a investi le village de la Salvetat sous le thème « les habitants de la Salvetat en ont assez des Brigandes ». Manifestation de rue, tracts, peintures à la bombe, détérioration du mobilier public, la vermine était à son aise. Comme à Nantes, comme Place de la République à Paris.

Mais ici, peu de bobos admiratifs, mais des gens de la terre, du bon sens, de la tradition. La réaction générale de la population de la Salvetat à part les témoins militants melenchonistes locaux ou choisis selon les mêmes critères, dans d’autres communes par FR3 ou le Midi (prétendu) Libre n’a pas été favorable aux crasseux. Comme cela m’a été dit cette fois librement et spontanément : « Ça bouge en ce moment à la Salvetat, oh ! pas à cause des Brigandes, mais de ces voyous venus de l’extérieur pour foutre le b… ».

Partant en vacances au Portugal, je me suis organisé un itinéraire qui passait par la Salvetat. J’ai sollicité les Brigandes pour une visite et ce fut une invitation à dîner.

J’allais entrer dans l’intimité du Clan.

L’accueil d’Antoine fut cordial et légèrement formel (il est nécessaire d’être réservé à l’accueil d’un inconnu) dans une belle pièce meublée d’un bel ensemble de fauteuils indonésiens (racistes, les Brigandes ?) en bois massif disposés en cercle, les murs décorés de tentures peintes représentant des scènes vikings, œuvre d’une Brigande qui « ne se contente pas de paroles de haine et produit de la peinture de haine » (dixit les crasseux de l’Antifa).

Antoine, porte-parole des Brigandes, invité de Radio Libertés.

L'émission Synthèse sur Radio Libertés du 22 décembre 2016 avec Antoine, porte-parole des Brigandes cliquez là

Petit à petit, en même temps que la glace se brisait, Brigands et Brigandes nous rejoignaient. Poignées de mains et présentations. Mais deux bises sympathiques de Marianne.

Autour de bières, de Martini, de cidre ou de jus de poire, la conversation devint tout à fait amicale.

Je fis la connaissance de Joël Labruyère, le compositeur des chansons des Brigandes, mais surtout un esprit libre d’une clairvoyance de notre monde et d’une remarquable connaissance de nos traditions. Celui que les bien-pensants accusent d’être le « gourou » de la secte.

Plein de sujets furent abordés. Bien sûr à la fois sur leurs activités, les menaces qu’ils subissent, leur mode de vie, l’anniversaire de Jean-Marie Le Pen, son intelligence et sa droiture, sa reconnaissance et son émotion pour leur chanson : « Vous m’avez redonné dix ans de vie !!! ».

Nous avons devisé sur l’Histoire, la littérature, leur façon de travailler leurs albums (six albums : le Grand Remplacement en octobre 2015, France notre Terre en juin 2016, Foutez le camp ! en décembre 2016, J’élucubre à Sion en mai 2017, On a le temps de rien en octobre 2017 et Errant et Fugitif en février 2018 ; six bientôt sept en trois ans et un sous le nom des Salvetoises).

Je ne vois pas de chanteurs main-stream qui en fassent autant. Là encore, c’est la force du Clan, le compositeur vit sous le même toit que le musicien, l’arrangeur et les interprètes.

Cela aussi ne plaît pas à l’industrie de la musique.

Nous passons à table.

Un assemblage de six tables disposées en rectangle pour pouvoir accueillir de façon conviviale une douzaine ? Non une quinzaine de personnes.

Au milieu du rectangle, un guéridon supporte une magnifique maquette de drakkar.

Les Brigandes assument leurs références. La Tradition, Le Paganisme et l’Europe Chrétienne, Jeanne d’Arc et Rollon, le Donbass et la Sainte Russie. C’est notre Histoire, celle de la France et de L’Europe.

Celle de nos peuples, Celtes, Vikings, Grecs, Slaves. Peuples d’Europe de race blanche cultivant l’indépendance et l’honneur.

Le repas fut pour moi un vrai moment de bonheur, de simplicité, de gentillesse, d’amitié, de fraternité et d’humour.

Et, en plus, délicieux.

Le Clan est végétarien. Pas pour des raisons compliquées, mais simplement par bon sens.

Nous prétendons aimer la Vie, les chiens, les chats, les chevaux, les mignons petits agneaux, les oiseaux, les canards et les poulets. Et nous acceptons de manger leurs chairs mortes en cannibales ?

La chanson « l’ami fidèle » dit tout. Quelques mots suivirent sur Brigitte Bardot qui aime les Brigandes et qui est, ne l’oublions pas, toujours amie de Jean-Marie Le Pen. « Brigitte Bardot et la charia ça ne s’accorde pas… ».

Sur un buffet, un houmous délicieux, une salade, une sauce vinaigrette et une sauce basilic, mais surtout un gratin de pommes de terre et un gratin de blettes absolument parfumés et goûteux.

Je me suis régalé et servi deux fois.

Comme me l’avait dit en riant Antoine, les Brigands et les Brigandes boivent du vin « végétarien ». Eh bien oui ! Ce n’est que du jus de fruit, après tout. La table était bien approvisionnée en vin rouge et blanc.

Détail amusant, les Brigandes boivent du vin et la plupart des Brigands de l’eau. Supériorité de la Femme d’Occident, je pense.

La conversation ne languit pas. Nos sujets favoris furent échangés. Je me sentais là tout à fait dans le Clan. Nos pensées se répondaient. Nos goûts en littérature, en histoire, en philosophie se confondaient. Un vrai moment d’harmonie. Une grande fraternité.

Et puis, ce fut le bonheur d’écouter trois chansons inédites du futur album qui paraîtra fin septembre.

Trois thèmes : Résistance, La Femme Celte, Vive le Roi.

Chaque chanson est un chef-d’œuvre. J’attends avec impatience la parution.

Puis nos conversations reprirent, alimentées par l’audition. Je goûtais à un délicieux limoncello fait par la mère du chevrier qui les fournit en fromages. Comme quoi, les gens de la Salvetat n’aiment pas les Brigandes…

Le Temps passait, les Brigandes ont aussi des tâches maternelles et ménagères, le temps du sommeil doit être respecté. C’est à regret que nous nous sommes quittés, mais en se promettant de se revoir.

Poignées de mains avec les Brigands et bises affectueuses des Brigandes.

Le 1er septembre les Brigandes donnent un concert pour la Fête de la Ligue du Midi 2018 en Petite Camargue

Je pense ne pas pouvoir y aller ayant d’autres obligations, mais…

En tout cas, lecteur, je te conseille d’y assister.

« Ne tiens jamais pour véritable ce que tu n’as pas jugé de ton libre examen ». Ce précepte doit être obéi. Face à la propagande mensongère, ouvre les yeux et juge par toi-même.

Pour en savoir plus :

Site des Brigandes, cliquez ici.

Blog des Brigandes, cliquez ici.

2018 05 errant fugitif.jpg

Prochain concert des Brigandes :

llllll.jpg

12:09 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 17 mai 2018

Un grand entretien avec Philippe Randa sur le site Métamag

20180301_214831 copie.jpg

Source Métamag cliquez ici

Écrivain, éditeur, chroniqueur politique, Philippe Randa (il est le fils du romancier Peter Randa) dirige le site internet Eurolibertés. Auteur de plus de 112 livres de genres très différents (essais, dictionnaires, études historiques et romans), il dirige depuis une trentaine d’années des maisons d’éditions diffusées sous l’enseigne Francephi (Dualpha, Déterna, L’Æncre). Ancien collaborateur du site Boulevard Voltaire, Philippe Randa donne actuellement des billets pour le quotidien Présent. Il est également sociétaire de l’émission Bistrot Libertés animée par Martial Bild et co-anime avec Roland Hélie l’émission radiophonique hebdomadaire Synthèse (avec Pierre de Laubier et Aristide Leucate). Philippe Randa nous fait l’amitié de répondre aux questions de Métamag. Il vient de publier Une démocratie hors de prix, préface d’Aristide Leucate (Éditions Dualpha).

Rémy Valat : Une question me vient automatiquement à l’esprit : après avoir écrit autant de livres, comment se fait-il que nous n’ayez aucune visibilité sur les grandes chaînes télévisées ou dans les grands quotidiens ? Seriez-vous l’auteur le plus censuré de France ? Un mal-pensant parce que trop non-conformiste ?

Philippe Randa : Je n’ai pas le culte de la victimisation et soyons honnête, pourquoi des médias avec lesquels, généralement, je ne suis pas tendre, me dérouleraient-ils un tapis rouge ? Ils ne sont pas plus masochistes que je ne pense l’être… Je ne hante pas les « grands médias » comme vous dîtes, et alors ? D’une part, on vit très bien sans médiatisation et à une époque où ces « grands médias » perdent continuellement de l’audience par manque de crédibilité, ça ne me semble pas si dramatique que ça… D’autant que j’ai tout de même la chance de pouvoir m’exprimer très librement à la fois sur nombre de sites internet (Synthèse nationale, Métamag), dans les colonnes du quotidien Présent et bien évidemment dans les différents supports du groupe Libertés… Je dirige depuis deux ans le site de la réinformation européenne EuroLibertés dont les articles – entre autres les miens, donc – sont énormément repris sur différents sites européens francophones (Les Observateurs.ch) ou traduits… Si on cumule toutes ces audiences, je me considère comme un auteur censuré extrêmement diffusé, non ? Quant à être ou avoir été « l’auteur le plus censuré de France », cela vient d’une campagne internet du journaliste Jean Robin qui avait comparé le nombre de livres écrits de certains auteurs avec leur présence sur les grands médias : j’arrivais (largement) en tête de ces auteurs incontestablement bien peu (euphémisme !) invité… Cette campagne a été assez bien relayée et à une époque comme la nôtre où la victimisation est pour certains la qualité suprême s’il en est, je me suis donc retrouvé, très ponctuellement, au top d’une certaine notoriété internet… qui m’a plutôt amusée !

Vous avez commencé votre carrière comme romancier ; pourquoi avoir évolué de la science-fiction et du polar vers la politique et l’édition ?

Je répondrais volontiers que j’ai d’abord été romancier pour faire « comme papa » et que tout naturellement, à cause de mauvais penchants politiques et d’occasions trop belles pour un larron comme moi, j’ai sévis différemment… Disons que j’ai commencé dans mes jeunes années par régler leurs comptes aux bandits et extraterrestres malveillants et qu’ensuite, je m’en suis pris aux malfaisants de la vie politique… C’est vrai que les premiers – criminels et monstres venus de l’espace – étaient nettement plus sympathiques que les seconds – politiciens et mondialistes… Et puis, peut-être aussi qu’à l’époque, j’avais un peu fait le tour de la littérature populaire et que passionné depuis toujours d’histoire et de politique, ceci explique cela… avec également des rencontres qui n’y ont pas été étrangères ; pour l’anecdote, c’est Emmanuel Ratier qui m’a convaincu de collaborer à Minute et Roland Hélie qui m’a présenté à Jean-Pierre Stirbois, alors secrétaire général du Front national, qui m’a ouvert les colonnes de National Hebdo… Et si parallèlement, je me suis lancé dans l’édition, c’était d’abord pour rééditer deux livres qui me tenaient à cœur : Les copains de la Belle étoile, le premier roman de Saint-Loup sur les auberges de jeunesse avant-guerre… et L’écrivain, la politique et l’espérance de Jean Mabire (que j’ai réédité sous le titre La Torche et le glaive) : avant d’y parvenir, j’avais édité ou réédité plusieurs autres titres et ensuite, comme ça a marché, j’ai continué… Il est très difficile de lancer une activité qui réussisse, mais parfois difficile de l’arrêter ensuite. Comme je peux assurer toutes mes activités de chroniqueurs, d’écrivain et d’éditeur, j’en profite et ne vais sûrement pas me plaindre…

Vous avez dirigé un collectif d’auteurs et édité une série de trois volumes intitulée L’islamisation de la France. Fantasme ou réalité… Les tragiques événements qui ont endeuillé récemment la France appellent en effet à réfléchir sur cette question. Pourriez-vous nous apporter des précisions sur ces publications, ses contributeurs et son apport sur la compréhension du sujet ? Quel a été l’accueil des médias au moment de leur parution ?

La place de l’islam dans la société européenne déchaîne les passions et malheureusement, trop souvent, donne l’occasion de dire ou d’écrire n’importe quoi : plus que les pamphlets ou les essais, j’aime les panoramas qui offre aux lecteurs des angles de vue différents – parfois contradictoires, et alors ? – sur un sujet. Et donc, j’ai sélectionné une cinquantaine de contributeurs – écrivains, journalistes, philosophes, acteurs ou observateurs de l’islam – en leur laissant carte blanche pour qu’ils donnent leurs points de vue avec honnêteté sur ce sujet tout de même extrêmement clivant… Personne ne s’est plaint de côtoyer des intervenants qui ne pensaient pas la même chose qu’eux et les commentaires qui ont accompagnés la sortie de ces trois volumes (aux angles assez exhaustifs sur la question : États musulmans, laïcité, athéisme, liberté d’expression, coutumes, mœurs, théologie, politique, djihad, entretiens, témoignages…) ont été parfaitement sereins, si ce n’est même extrêmement favorables. De toute façon, je suis comme mon ami et complice Roland Hélie un homme de « synthèse » : j’accepte les différences de chacun et cherche toujours ce qui peut rassembler plutôt que diviser. Les Français aiment se quereller ; « La France est un pays de guerre civile » répétait avec dépit l’ancien député et directeur de National Hebdo Roland Gaucher ; c’est vrai, mais on peut tout de même espérer changer les mentalités et croire comme Guillaume d’Orange qu’« il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer »… et qui sait si ça ne peut pas changer un jour ?

Le combat métapolitique a-t-il selon vous de l’avenir ?

S’il y a bien un combat qui a de l’avenir, c’est le combat métapolitique. Bien plus qu’un programme politique qui ne peut s’appliquer éternellement, aussi excellent soit-il… En France, les quarante dernières années du XXe siècle ont été dominé sous (étouffé par) la Pensée unique post-soixante-huitarde, celle qu’on appelait communément la « dictature intellectuelle de gauche »… qui a littéralement implosé au début du nouveau siècle, d’abord par la qualification de Jean-Marie Le Pen au deuxième de l’élection présidentielle de 2002 (même s’il a ensuite été largement battu, c’est symboliquement énorme), puis par la campagne électorale et l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 (et malgré les reniements idéologiques et les échecs économiques de son quinquennat). Certes, une nouvelle Pensée unique – celle des partisans de la mondialisation, pour faire simple – l’a remplacée, mais dans le même temps, cela a réveillé la conscience identitaire des peuples européens ; bien malin qui peut prédire la suite des événements…

Comment expliquez vous le dénigrement et les tentatives de criminalisation d’une partie des médias internet de réinformation ?

J’ai édité une excellente biographie du polémiste Henri Rochefort de Richard Dessens chez Dualpha ; on y découvre qu’au XIXe siècle, figurez-vous, les amendes et les peines de prisons étaient bien plus terribles qu’à notre époque. Ça n’empêchait pas que ruiné, en fuite, en prison ou déporté, tant qu’ils n’étaient que blessés et pas tués (ça arrivait plus souvent qu’on ne l’imagine !), Rochefort et bien d’autres continuaient de défier les Puissants… Quant on a conscience de ça, ce ne sont tout de même pas les insultes, les diffamations et les mensonges de ceux que nous affrontons qui nous ferons perdre le quart d’une demi seconde à se demander si on ne devrait pas plutôt aller planter des choux ou des betteraves à la mode… surtout celle de chez eux !

Site EuroLibertés cliquez ici

Site Francephi cliquez là

19:32 Publié dans Rencontre avec..., Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 18 février 2018

Affaires Darmanin et Hulot : Délation et rumeur, les nouvelles vertues citoyennes

Democratie hors prix quadri.jpgPropos recueillis

par Guirec Sèvres

Philippe Randa est écrivain, éditeur et chroniqueur politique, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés ; il vient de publier Une démocratie hors de prix (éditions Dualpha, préface d’Aristice Leucate cliquez ici).

Que vous inspire les récentes mises en cause des ministres Gérald Darmanin et Nicolas Hulot dans des accusations d’harcèlement sexuels ?

Comme pour beaucoup, un profond dégoût de la médiatisation à outrance de prétendues accusations du passé, basées pour l’un sur de simples faits que la justice a classé sans suite, pour l’autre sur de simples rumeurs… Et quelles que soient les conséquences futures les concernant – l’obligation de démission, la fin de leur carrière politique,… – il est certain que leur réputation en est imprégnée à tout jamais. La rumeur qui vous frappe, c’est comme une maladie dont on ne guérit jamais ; on survit avec les stigmates, on garde des séquelles à jamais selon l’adage populaire « il n’y a pas de fumée sans feu »… Et puis, même s’il n’y aucune suite judiciaire et même si un non-lieu est finalement prononcé, l’obsession complotiste de beaucoup suffira à continuer de colporter les accusations ad vitam aeternam… Désormais, Darmanin et Hulot, « Ah oui ! ce sont ces gars qui ont violés… euh ! harcelés, oui… pas de preuve ? Oui, ils s’en sont tirés, quoi ! Enfin, on sait bien que… hein ! » Et puis, à défaut de preuve, les déclarations « volées » du président des Républicains Laurent Wauquiez accréditent la culpabilité de son ancien complice de parti lorsqu’il affirme que « c’est du Cahuzac puissance 10 ! Le type sait très bien ce qu'il a fait, il sait très bien ce qui va arriver »… Propos – « volés » ou hypocritement déclarés pour qu’il en soit fait un usage – qui font pencher la balance, mais qui ne sont même pas poursuivables en justice : « sait très bien ce qu'il a fait, il sait très bien ce qui va arriver » : des mots vides de sens, mais lourds de condamnation.

C’est le cas dans la grande majorité des scandales médiatiques à connotations sexuelles depuis « l’affaire Weinstein »…

Cette dernière est en effet à l’origine de la démentielle campagne mondiale de délation tous azimuts ; rappelons que ce producteur américain n’avait certes pas la réputation d’être un gentleman, mais que les accusations à son encontre sont, à ce jour, de simples actes d’harcèlement sexuels sur des femmes dont il aurait, je cite « tenté d'obtenir d’elles des massages, les ayant forcées à le regarder nu ou en leur ayant promis de favoriser leur carrière contre des faveurs sexuelles… »… « Elles » étant en l’occurrence des femmes majeures dont on peut légitiment penser qu’elles étaient prêtes à beaucoup – mais peut-être pas à tout, effectivement – pour décrocher un rôle qui lancerait (ou relancerait) leur carrière… Certaines ont d’ailleurs admises qu’elles avaient acceptés les avances du producteur en toute connaissance de cause et après avoir été mises en garde sur ses habitudes… Et puis, dans un pays connu pour son caractère terriblement procédurier, le procureur de l'État de New York a jusqu’à présent seulement ouvert une enquête pour, je cite à nouveau : « déterminer si la Weinstein Company pourrait être poursuivie pour discrimination sexuelle ou d’autres violations de la législation… »

Celles ou ceux qui comparent ces « victimes »-là, dont beaucoup s’affichaient dès le lendemain de leur consentement sexuel au bras de leur tourmenteur, tout sourire et généralement peu avare de compliments à son sujet, avec les véritables victimes de viol sous menace physique, droguée à leur insu (notamment par l’utilisation de la fameuse drogue du violeur) ou abusée parce que trop alcoolisée pour se défendre, sont ignobles… aussi ignobles, voire tout aussi condamnables moralement, que les simples harceleurs, pauvres types s’il en est.

Il est à remarquer que ces scandales touchent principalement des personnalités au faîte de leur puissance…

En tous cas, dans les cas rapportés par les médias, mais la délation de la campagne #balancetonporc sur Twitter frappe, je le repète, tous azimuts et lorsque le soufflet des personnalités mises en cause retombera – forcément, ça finira par lasser – on nous « apprendra » probablement – pour tirer de ce sujet un maximum d’audimat  – que nombre de citoyens lambdas ont subis les mêmes dénonciations… Mais pour l’heure, oui, ce sont des personnalités que l’on croyait ou qui se croyaient « intouchables » qui sont frappées de plein fouet, « dégommées » de leur piédestal comme au tir aux pigeons… Laissons à chacun la liberté de s’en réjouir ou non ; pour ma part, même si beaucoup d’entre elles n’étaient pas mes idoles (euphémisme !), la nausée de constater que la délation et la rumeur sont devenues subitement une des, voire LES vertues suprêmes pour certaines féministes, m’en empêche.

10:30 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 20 septembre 2017

Gabriele Adinolfi nous présente ses projets

ADINOLFI G 2.jpg

Quelques jours avant la XIe Journée de Synthèse nationale qui se déroulera le dimanche 1er octobre à Rungis près de Paris, Gabriele Adinolfi qui y prendra la parole nous présente ici ses projets et ses organisations.

Êtes-vous un nouveau mouvement politique ?

Non, et nous n'avons pas l'intention d'en devenir un. Mais nous sommes activement impliqués dans la politique sous toutes ses formes.

Êtes-vous un nouvel institut métapolitique ?

Non. Nous avons une forte propension au rôle métapolitique, mais toujours voué à la politique et à l'économie, c'est-à-dire dans tous les domaines où l'on peut livrer un combat.

Êtes-vous un groupe radical qui croit posséder le monopole de la vérité et la réponse à tout ?

Nous ne sommes pas une secte qui vit béatement assiégée dans un château de sable. Nous ne marchons pas non plus, tous vaniteux, en nous disant combien nous sommes beaux. Tout le contraire.

Êtes-vous contre les partis politiques ?

Les partis politiques sont un moyen de communication et de mobilisation et sont des sources économiques. Ensuite, ils sont des organes d'administration.

Ils doivent être conçus en tant que tels. Nous sommes contre l'abdication des cerveaux et des énergies au profit du schéma électoral seul et nous ne croyons pas à la délégation ni à l'efficacité de la démocratie. Les partis sont comme des leviers: ils servent les points d'appui et l'intelligence pour déplacer les rochers. Sans cela, ce sont des bois inertes.

Êtes-vous le noyau d'un mouvement d'opinion ?

Non. Les mouvements d'opinion meurent comme il sont nés. Nous sommes intéressés par les choses qui durent, par les idées qui deviennent action et ne cessent de l'être.

Nous sommes intéressés par la construction de cadres stables et efficaces, et le reste suit.

L'histoire est faite par des minorités organisées, nous devons organiser notre minorité.

Pourquoi parlez-vous d'évolénisme ?

Parce qu'Evola offre une distance métaphysique et une profondeur philosophique qui permettent d'être toujours présents, et qui rendent incorruptibles ceux qui raisonnent en conséquence. En revanche, Lénine explique parfaitement comment une minorité organisée doit comprendre les mécanismes dans lesquels elle opère et comment elle doit agir pour effectuer ses conquêtes.

Il y a besoin d'une académie d'officiers et d'un corps de sous-officiers pour créer une armée formidable. La Reichswehr a raisonné ainsi après le traité de Versailles. Et Franco a gagné la guerre civile parce qu'il avait les sous-officiers avec lui.

Qu'est-ce que cela signifie être des Lansquenets ?

Il s'agit tout d'abord de respirer profondément et de regarder le monde avec d'autres yeux. Ensuite, de chercher l'unité d'âme et d'esprit avec les camarades de toute l'Europe pour réussir, ensemble, à comprendre la nécessité d'une refondation de la pensée et, surtout, de la création de réseaux synergiques qui ne se limitent pas aux initiatives politiques renfermées dans notre microcosme.

Qu'est ce que EurHope ?

EurHope, un groupe de réflexion basé à Bruxelles, est le terminal de plusieurs centres d'études européens, dont le plus connu est l'italien Polaris aux colloques duquel ont participé des hommes politiques de droite et de gauche, des entrepreneurs, des syndicalistes, des intellectuels et des structures tels que l'OSCE et l'ONU.

EurHope organise des colloques dans différentes villes européennes, publie un magazine international, possède un site en 18 langues, produit des cours de formation cadres en 4 langues et pousse à renouveler la mentalité et à adapter la pensée et la réflexion à la seule chose qui compte: le combat efficace.

Que signifie Lambda ?

C'est une organisation active en Italie qui a réussi à impliquer des entreprises de production dans des projets internationaux en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud.

Ces actions produisent de l'argent, mais surtout des influences politiques. Au niveau international (il est toujours bon d'avoir des amitiés de haut niveau dans divers pays du monde), et sur le plan social (il est important d'être reconnu par les producteurs qui peuvent également être orientés politiquement). De plus, ce sont des projets visant à freiner la migration d'Afrique vers l'Europe.

Nous prévoyons d'étendre la structure de l'Italie à d'autres pays (France, Espagne, Hollande).

En Europe avec qui êtes-vous engagés ?

Les partis nationalistes et populistes sont divisés en quatre regroupements différents, ce qui est triste.

Nous sommes en bons termes avec tous et nous avons également réussi à les faire coopérer entre eux malgré les divisions existantes. Ceci est possible parce que personne ne voit en nous un rival, et certains nous considèrent même comme une valeur ajoutée.

Quelle est votre relation avec les forces militantes nationalistes ?

Nous leur offrons notre contribution, notre mentalité et notre “know how” pour les aider à grandir, à former des structures, à créer du pouvoir. De leur part, nous nous attendons à ce qu'ils nous aident à grandir créant ainsi une spirale ininterrompue. Il ne sont pas toujours disposés à le faire, mais les choses s'améliorent et nous avons des coopérations importantes aujourd'hui.

Comment devient-on des Lansquenets ?

Pour en devenir un à la fin d'un long parcours, il faut avant tout avoir en soi les caractéristiques de l'impersonnel militant. Mais il est difficile et on ne peut pas encore dire avec certitude que quelqu'un «est devenu» lansquenet. C'est un chemin existentiel qui nous vient de la sagesse grecque "devient ce que tu es".

La formation des Lansquenets dans cette mentalité signifie travailler pour s'assurer que les futures classes dirigeantes aient une relation correcte avec l'argent, avec le pouvoir et l'ambition personnelle, et ne soient plus leurs esclaves. Et aussi de faire en sorte que chacun de nous pense comme les autres camarades européens, tous dans la même direction.

Dans quels pays y a-t-il déjà des Lansquenets ?

Italie, France, Belgique, Espagne, Portugal, Hollande, Grèce, Norvège, Hongrie, Suisse, Roumanie, Chili.

Comment il est possible de participer activement au projet Lansquenet ? 

De multiples manière. Cela peut se faire en participant aux rencontres européennes des Lansquenets (en l'espace d'un an, nous sommes allés en Provence, en Grèce, en Italie à cheval, en Transylvanie). Vous pouvez écrire pour EurHope. Vous pouvez suivre les cours de formation en ligne. Organiser chez vous des cours de formation de cadres. Ou des réunions publiques avec des conférenciers européens. Une coopération entre les Lansquenets et votre groupe militant peut être activée. Vous pouvez vous activer pour Lambda.

Il y a toujours quelque chose à sa propre hauteur. Nous verrons ensemble.

A Paris ?

Partout.

Comment adhère-t-on en France ?

Les activités en France sont coordonnées par l'Association Artémis :  assoc.artemis@gmail.com

2017 11 JNI ADINOLFI GAB.jpg

22:13 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 juillet 2017

Un entretien avec Jean-Claude Rolinat publié par EuroLibertés

2017 JCR HONGRIE.jpg

Source cliquez ici

Vous venez de publier un ouvrage consacré à la Hongrie… Pourquoi qualifiez-vous ce pays de « sentinelle de l’Europe » ?

J’avais déjà publié aux éditions Dualpha un livre intitulé Frères d’Europe qui passait en revue toutes les curiosités politiques de notre continent si divers, avec l’esquisse d’une perspective politique pragmatique, réaliste, des institutions communautaires. C’est dire l’intérêt que je porte à l’avenir de nos patries : ni fédéralisme castrateur, ni souverainisme béat. Et la Hongrie est l’une de celles-ci, un pays à la longue mémoire, injustement traité par l’histoire, une terre matrice d’un peuple courageux : on l’a vu dans ses révoltes contre l’Autriche avant qu’il ne devienne un sage partenaire de l’Empire, face à la mainmise du bolchevique Bela Kun, dans son engagement – risqué – sur le front de l’Est contre les Soviétiques, et par son héroïque résistance à l’occupation russe. Justement, l’année dernière, nous célébrions le 60e anniversaire de la révolte de Budapest qui, en 1956, fit l’admiration du monde libre.

Votre livre ne parle que de politique ?

Non, bien sûr. Si j’évoque évidemment sa longue histoire, l’évolution de son statut politique, l’Empire Austro-Hongrois, le « règne » du Régent, l’amiral Horthy, les Croix fléchées, Viktor Orban et son parti, la curieuse doctrine « pantouranienne » du Jobbik, la sanglante répression de l’héroïque soulèvement de 1956, l’aventure maléfique de Bela Kun, les problèmes des minorités magyares hors frontières – héritage du Traité de Trianon –, je n’en oublie pas moins que c’est un agréable pays à visiter, avec de magnifiques monuments, un folklore sympathique et coloré – ses « csikos », les cow-boys de la plaine –, de bonnes tables, des bières et du vin bien frais ! Budapest, comme le lac Balaton, est des cartes postales séduisantes, à visiter sans modération… À noter que notre éminent confrère Georges Feltin-Tracol a bien voulu m’honorer d’un chapitre justement consacré à la question un peu mythique du « pantouranisme » du Jobbik, sujet brièvement évoqué ci-dessus.

Cette collection « notre belle identité européenne », est-elle appelée à s’enrichir ?

Je l’espère. Il y a dans les terres de nos pères tant et tant de merveilles artistiques, touristiques, tant et tant de légendes et d’actes héroïques à vulgariser du Cap Nord à Gibraltar, de Brest à l’Oural, qu’une vie n’y suffirait pas. La France mise à part, je pense à des États comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne ou l’Italie qui constituent le cœur de notre civilisation occidentale au sens noble du terme, sans oublier l’Allemagne ou le Royaume-Uni bien sûr. Des amis spécialistes de ces questions pourraient contribuer à les faire mieux connaître pour, au fil des ans, construire une collection qui serait une sorte « d’arsenal historico-politico-touristique », si vous me passez cette expression un peu « barbare », destiné à lutter contre la désinformation qui gangrène nos chères petites têtes, de moins en moins blondes d’ailleurs, et pas seulement elles…

La Hongrie sentinelle de l’Europe, 190 pages, 20 euros, Les bouquins de Synthèse nationale. Pour commander ce livre, cliquez ici 

*Chaque jeudi matin à 8 h 30 sur la web Radio Libertés, Jean-Claude Rolinat répond aux questions d’Arnaud Menu dans le cadre de son émission « Et pourtant elle tourne. »

RL JCR 1.jpg

23:22 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 29 juin 2016

Parution prochaine de l'intégralité des articles de Pierre Drieu la Rochelle

Nombre d'amis de Synthèse nationale ont reçu ces jours-ci par la Poste une offre de souscription pour un projet éditorial ambitieux : l’intégrale des articles de Pierre Drieu la Rochelle en six volumes chronologiques totalisant plus de 3000 pages. Face aux nombreuses communications reçues à ce sujet par la rédaction, nous retranscrivons l'échange internet qu'ont eu, ce matin, Roland Hélie et Lionel Bosserelle, du Comptoir des éditeurs, au sujet de cette publication dont l'annonce fait beaucoup de bruit dans le Landerneau nationaliste.

Roland Hélie : Il s’agit d’une souscription ?

Lionel Bosserelle : Oui. Les travaux de relecture et de maquette ne sont pas finalisés, certains articles parus dans la presse argentine ou allemande dont les versions originales n’existent plus sont en cours de retraduction vers le français et il nous reste même encore à nous procurer quelques textes… Nous avons donc prévu la parution pour le mois de septembre.

On pourra acheter cette imposante série à la Xe Journée nationale et identitaire de Synthèse nationale à Rungis le 3 octobre ?

Oui, je m'y rendrai avec grand plaisir, comme l'année dernière, mais ce serait dommage pour vos lecteurs d’attendre la rentrée puisque les cent premiers souscripteurs recevront un exemplaire numéroté du tirage de tête et parce que le prix de la série à parution sera de 180 € (plus 15 € de port pour ceux qui ne seront pas à Rungis) alors que, jusqu'au 10 juillet, la série coûte seulement 150 € port compris…

Drieu en kiosque2.jpg


Dites-nous en plus sur les textes que vous éditez dans ces 6 volumes…

La plupart des livres de Drieu sont des recueils d’articles ou de nouvelles parus préalablement dans la presse.  Les romans eux-mêmes ont en majorité bénéficié d’une publication en feuilleton dans des périodiques avant de paraître en librairie. Mais les recueils ne reprennent pas tous les articles et même ceux qu'ils contiennent sont parfois tronqués ! La méthode choisie (ordre chronologique des parutions dans la presse) était donc le meilleur moyen d’essayer de publier tout Drieu… Il manque L’homme couvert de femmes, Le feu follet, une partie des poèmes des premiers volumes, et deux ou trois autres petites choses, mais tout ça se trouve très facilement, en collections de poche très souvent. À côté de ça, on a des centaines de pages qu’on ne trouve nulle part ailleurs que dans la presse de l’entre-deux-guerres et donc, dès le mois de septembre, dans cette série Drieu en kiosque

N’est-ce pas un peu dommage de ne pas avoir rajouté ces quelques textes qui ont paru directement en recueil ? Vous auriez pu annoncer la publication des Œuvres complètes de Drieu la Rochelle…

Voilà bien une remarque d’éditeur, mon cher Roland ! Mais des Œuvres complètes, ça comprend aussi les correspondances, les inédits, de nombreuses notes sur les corrections apportées au premier jet des manuscrits, etc. Il faut disposer des archives de l’auteur. Seules les éditions Gallimard pourraient entreprendre un tel travail…

Mais justement, Gallimard a bloqué la réédition des textes de Drieu pendant des années !

Oui, ils ont eu les droits exclusifs de tous les textes jusqu’au 1er janvier de cette année, date à laquelle l’œuvre de Drieu est tombée dans le domaine public. Et effectivement, à part la publication sensationnelle du Journal de Drieu en 1992, aucun des recueils politiques n’a reparu. Il y a bien eu des rééditions pirates soi-disant éditées en Roumanie, quelques volumes publiés par Jean-Gilles Malliarakis avant que l’harmonisation européenne ne fasse passer la durée des droits d’auteur à 70 ans et qu’il a continué à vendre après (Notes pour comprendre le siècle, notamment) et la publication des derniers éditoriaux pour Révolution nationale aux éditions de l’Homme libre, mais je me demande vraiment comment ils ont pu obtenir l’autorisation… Un recueil d’articles également, qui a paru en 2010 chez Krisis, mais il y a beaucoup de textes du Figaro, la série de reportages de Marianne, et très peu de textes politiques, finalement, en dépit du titre choisi (Textes politiques)… La parution du volume de la Pléiade il y a deux ans était bien décevante aussi : rien d'un peu inédit ni surtout rien de polémique…

Drieu en kiosque.couv.jpg


Vous annoncez d’autres parutions dans cette collection «En kiosque »…

Oui. Brasillach, essentiel mais beaucoup plus facile à réaliser que Drieu parce qu’il a écrit dans beaucoup moins de publications différentes; Jean Fontenoy parce que j’avais publié ses romans il y a seize ans et que son fils m’avait fait un procès, soucieux de faire disparaître la mémoire de son père de l’espace médiatique; Ramon Fernandez, camarade de Drieu au PPF, dont on ne connaît plus du tout aujourd’hui les textes politiques… et d’autres encore dont je ne peux pas parler pour le moment.

Où peut-on trouver des précisions sur cette édition et les modalités de souscription ?

Ceux qui n’ont pas reçu la brochure par la poste pourront la télécharger et imprimer le bon de souscription sur comptoirdesediteurs.com. Mais attention : la souscription prend fin le 10 juillet…

Je suis sûr que les nombreux bibliophiles que compte notre lectorat sauront saisir cette opportunité !

12:39 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 14 mars 2016

Sortie chez Dualpha du livre de Rémi Tremblay consacré aux Acadiens...

140815_tq8p1_fete-acadie-ne_sn635.jpg

« Le premier génocide moderne, bien avant les Vendéens… »

Entretien avec Rémi Tremblay, auteur du livre Les Acadiens : du Grand Dérangement au Grand Remplacement, éditions Dualpha, préface de Jean-Claude Rolinat.

Pourriez-vous revenir sur le Grand Dérangement, événement clé de l’histoire acadienne ?

Le Grand Dérangement est effectivement un moment crucial de l’histoire des Acadiens. Ce peuple, qui est français de langue, de foi, de culture et de race vit sur une terre passée sous contrôle britannique en 1713. Coincée entre les colonies américaines britanniques et la Nouvelle-France, elle représente un territoire géopolitique capital pour les deux puissances en conflit à l’époque. Les Acadiens, peuple n’ayant aucun objectif de puissance, se cantonnent dans une position de neutralité qui finalement ne fait ni l’affaire des Français, ni des Anglais. Ces derniers, jugeant la politique de neutralité acadienne suspecte et considérant ces Catholiques francophones comme une menace potentielle décident alors de se débarrasser des Acadiens en tant que peuple. Commence alors le Grand Dérangement, soit la déportation des Acadiens vers d’autres colonies ou vers l’Europe. En les dispersant aux quatre vents, la couronne britannique espère qu’ils s’assimileront aux colons anglais des autres colonies et disparaitront donc en tant que peuple. Cet épisode représente le premier génocide moderne, bien avant les Vendéens, et comme dans le cas de ces derniers, il est aujourd’hui peu connu, même chez les Canadiens français.

Quelles sont aujourd’hui les perspectives d’avenir des Acadiens ?

Les Acadiens, malheureusement, risquent de disparaître s’ils ne changent pas leur fusil d’épaule. La disparition d’un peuple n’est pas que théorique en Amérique. Les Cajuns et les Canadiens français du Manitoba ont disparu au fil des dernières décennies, s’assimilant à la masse anglo-saxonne qui compose la grande majorité du continent. Un destin pareil attend les Acadiens si rien n’est fait.

Je m’explique. De un, les Acadiens comme la plupart des autres peuples occidentaux font face à une décroissance due à un taux de natalité excessivement bas, qui peut être mis en lien avec l’abandon de la religion. En parallèle, une immigration massive vient faire diminuer son importance relative. Ça, c’est vrai pour tous les peuples occidentaux, seulement, chez les Acadiens, ceux-ci sont déjà minoritaires sur leur propres terres ancestrales. Alors non seulement ils tendent à devenir une minorité parmi tant d’autres dans la grande mosaïque canadienne, mais leur statut de minorité est de plus en plus fragilisé par l’arrivée d’immigrants. Il faut aussi ajouter que l’assimilation des Acadiens aux Anglo-Saxons n’est pas un phénomène aussi marginal qu’on le pense. Bien qu’il s’effectue lentement, il est impossible de nier ce problème majeur pour la survivance acadienne.

Comment expliquez-vous la méconnaissance actuelle des Acadiens ?

L’Acadie représente un petit peuple numériquement parlant, surtout comparativement à son voisin le Québec, peuplé de millions de Canadiens français. Déjà, le Québec est peu connu en France, alors la petite Acadie l’est évidemment moins. Même au Québec, l’Acadie est peu connue et ce malgré le fait que nombre d’Acadiens vivent sur le territoire québécois. Est-ce du nombrilisme, du chauvinisme ? Dur à dire. Seulement, comme le disait Raoul Roy, chantre de la Francité, les peuples français (et non pas francophones), doivent resserrer les rangs et c’est dans cet esprit que j’ai voulu faire connaître le monde acadien à nos cousins français.

Les médias modernes ont tendance à vouloir susciter la sympathie pour des causes aussi lointaines de nous que possible et ce alors qu’une partie de notre peuple risque de s’éteindre lentement dans le silence assourdissant du reste de la Francité.

Les Acadiens : du Grand Dérangement au Grand Remplacement de Rémi Tremblay, Préface de Jean-Claude Rolinat, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 158 pages, 23 euros, cliquez ici

17:15 Publié dans Livres, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 04 février 2016

Remplacer les immigrés par des expatriés

Diapositive1.jpg

Le problème de l'immigration, et l'islamisation qui en découle, ne pourra véritablement être réglé que lorsque des solutions seront mises en place pour fixer les populations migrantes sur leurs sols d'origines. Mais certains affirment que les pays développés ont toujours eu besoin de faire venir de la main d'oeuvre étrangère pour réaliser les travaux refusés par les locaux. C'est en partie, en partie seulement, vrai. Alors, dans ces cas précis, pourquoi ne pas changer le statut de ces "travailleurs immigrés" en leur donnant celui de "travailleurs expatriés". La nuance a son importance. C'est ce à quoi François de Chassey s'attache à démontrer dans un petit opuscule qu'il a publié l'an passé et qui mérite d'être lu. 

Les propositions développées dans cette plaquette concernent évidemment que la petite partie des immigrés réguliers qui vient en France que dans l'unique but de travailler.

Pour se procurer cette brochure cliquez ici

Un entretien avec François de Chassey publié dans le magazine québécois Le Harfang cliquez là  de l'été 2015 :

11960061_663509047118864_7428535144002585544_n.pngPrésident et fondateur de l'Association Saint-Jacques, une organisation venant en aide aux pays défavorisés du Vietnam, François de Chassey vient de publier un livre choc aux Éditions des Cimes, « Les politiques doivent sauver la France » livre que nous abordons dans notre chronique Lectures dissidentes. L’Occident fonce droit dans le mur avec des politiques démographiques suicidaires et les politiciens doivent agir avant qu’il ne soit trop tard. Aider les autres, certainement! M. de Chassey y voue sa vie! Mais être plus forts ici pour mieux les aider là-bas est son motto.

Afin de clarifier certains points de son livre, M. de Chassey a accepté de répondre à nos questions.

Le Harfang - Après 50 ans d'inaction, croyez-vous réellement que les politiciens adopteront certaines des mesures que vous proposez ?

François de Chassey – Pour l'instant je ne crois rien ! D'autant plus qu'on aurait pu croire les politiciens de la fausse droite en France sur la bonne voie (voir les déclarations, dans le florilège récapitulatif, des années 1990-91-92). Ils ont été au pouvoir depuis ces années et n'ont strictement rien fait. Apriori on peut supposer qu'ils feront de même (c'est-à-dire rien) s'ils reviennent au pouvoir, peu importe les déclarations qu'ils font ou qu'ils feront (en vue de la présidentielle en France début 2017).

Quel est l'objectif de votre ouvrage ? S'adresse-t-il aux politiciens ou à vos concitoyens ?

Aux deux catégories, en espérant qu'il y ait une interaction pour qu'il y ait une stimulation réciproque ! Le titre est volontairement un peu provocateur, mais en réalité il reste à l'état de voeu pieu. Ce qui est certain c'est que la solution ne peut passer que par les politiques (donc les politiciens) : j'ai donné un exemple avec la candidature extra-politicienne de Renaud Camus contre le Grand Remplacement qui a fait 0,05 %.

Les Français ont une option que nous n'avons pas, soit le vote FN. Malgré tout, le FN a été boudé durant des décennies malgré le fait qu'il ait été le seul parti à lutter contre l'immigration. Comment expliquezvous ce comportement français de bouder le seul parti ayant une plateforme crédible en matière d'immigration ?

C'est difficile de donner une courte réponse à cette question (et ce n'est pas le lieu pour l'allonger). Je vais donner un avis (avec des mots fabriqués, PUT & marx-merdia, qui ne sont pas forcément à reprendre !) : les Français sont matraqués par la PUT (pensée unique totalitaire) divulguée par les marx-merdia ; ils ont beaucoup de mal à émerger (il faut qu'ils soient matraqués par les coups, au sens réel, et les attentats en contrepartie bien que ce ne soit nullement mon souhait).

Le modèle que vous préconisez pour le futur est celui de notre programme de Travailleurs temporaires étrangers, un programme qui s'il n'a pas d'impact démographique, donne le beau jeu au capital qui peut profiter du cheap labour étranger plutôt que de payer une main d'oeuvre locale plus dispendieuse. Comment éviter un tel problème ?

Comment éviter ? Comme les Africains (je les cite parce que ce sont ceux, les Africains francophones, que je connais) : un contrat n'est accepté par les autorités que si la place ne peut pas être prise par un autochtone. Aussi, comme je l'ai écrit, l'expatrié reviendra un peu plus cher (je ne sais pas s'il y a un salaire minimum garanti au Canada) parce qu'il faudra ajouter le prix du voyage aller-retour.

00:21 Publié dans Livres, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 02 février 2016

Un entretien avec Les Brigandes dans Synthèse nationale

Les Brigandes, un projet musical dissident

Propos recueillis par Thierry Bouzard, publiés dans le n°41 de la revue Synthèse nationale

Révélation musicale de l’année lors de leur premier concert à la 9e Journée de Synthèse nationale, les Brigandes sont un projet aussi original que remarquable. Quelques questions pour en savoir plus.

Votre projet musical est remarquable car il est collectif quasiment communautaire. En effet, vous n’êtes pas seulement des choristes, mais aussi un groupe de musiciens, et de techniciens audio et vidéo tous très pros. D’où vient ce concept collectif : efficacité musicale, choix de vie, réponse à l’individualisme du monde ?

Les Brigandes : Notre regroupement sous forme de collectif artistique est une réponse à l’individualisme. Nous voulons démontrer que la mise en commun de moyens matériels et intellectuels est une alternative pour l’avenir. L’individualisme est la forme principale de l’aliénation moderne car le système veut nous transformer en consommateur nomade isolé dont la règle de vie est de jouir sans entrave.

Il faut que les esprits conscients sortent de leur isolement pour s’organiser de manière clanique, quelle qu’en soit la forme, afin de récupérer de la force. Pour cela, il faut, il est vrai, renoncer à la fausse liberté débridée qui nous est imposée comme une religion laïque par le Grand-Orient. En fait, le leurre d’une liberté de conscience déconnectée de tout ordre est entretenu depuis la révolution, et hélas, la vraie droite est piégée par le mythe du penseur autonome, sans dieu ni maître, de type nietzschéen, fasciné par les productions de son intellect. Pour sortir de l’enfermement individualiste, il faut recréer des cadres sociaux nous permettant de redevenir collectivement maîtres de nos existences. Cela implique de renouer avec une solidarité opérationnelle, en dehors du système ou tout au moins en marge des circuits ordinaires. Philippe de Villiers a le mérite d’indiquer cette voie à travers son entreprise. Nous témoignons que le regroupement des forces est le début de la Force.

Nous sommes conscientes que ce message peut paraître utopique alors qu’il est prophétique. L’ordre mondial est un fait impérieux qu’il faut confronter et dépasser en se projetant dans le futur. Sans complexe, nous disons qu’il faut reformer des clans sous nos propres bannières. Que cela s’entende à la manière féodale ou autrement. L’individu ne peut rien accomplir de grand sans s’inscrire dans un ensemble. C’est notre message : il faut se mettre en faisceaux autour de principes et d’un axe de vie.

Le groupe des Brigandes est une expérience qui ne pourrait fonctionner sans l’idéal de renouer avec une vie fraternelle de type communautaire. Notre règle n’est pas de l’ordre de celle des Bénédictins, mais finalement elle est comparable dans l’esprit à une règle de chevalerie, d’où notre démarche combative. Ce n’est pas une idée de “gaucho-alterno”, mais une riposte à la face du système qui nous lave le cerveau depuis les bancs de l’école. Les gens ne réalisent pas à quel point l’Education nationale est un viol psychique de masse. Le problème crucial sera de recréer des écoles véritablement libres car la république totalitaire prétend être la propriétaire de nos enfants. Elle les veut corps et âme, par la propagande, la culture et jusqu’aux vaccins obligatoires qui contiennent paraît-il des composantes eugéniques. Le premier président et actionnaire de l’institut Pasteur n’était-il pas un certain baron dont le nom nous échappe ? Tout ce qui est obligatoire est suspect, et tout le devient, y compris la fausse charité.  

En tant que groupe, notre efficacité est fondée sur un choix de vie en rupture avec la société ordinaire. Nous sommes donc révolutionnaires et nous passons à l’acte.

Ce que le système craint le plus ce sont les minorités indépendantes qui ne sont pas solubles dans le mondialisme. C’est pourquoi il s’acharne sur les groupes dissidents qu’ils soient religieux et politiques. Toutefois, il ne pourra pas tout contrôler, et il faut optimiser la faible marge d’action qui demeure. Car l’avenir qui se profile est une tyrannie absolue. Donc, que vivent les nouveaux clans de France pour que la France continue à vivre !  

Voilà un an vous aviez sorti une chanson, Quenelle à Dieudo, puis vous l’avez retirée de votre site. C’est d’ailleurs la seule sans chorégraphie. Pourquoi l’avoir enlevée de votre répertoire ?

Nous avons retiré la chanson Quenelle à Dieudo dans une logique d’encourager tout ce qui pouvait apporter une contestation du système. Nous avions critiqué les prises de position pro-islam de Dieudonné qui, comme Soral, est quand même tributaire des musulmans de son auditoire. Dans cette parodie d’une chanson des sixties, nous disions que la quenelle hallal ne passait pas. Alors, les insultes grossières contre nous ont commencé à pleuvoir depuis le site Quenelle Plus.

Il y a d’autres chansons sans chorégraphie comme Pauvre France, une parodie de la chanson de Trenet, dans laquelle nous rejetons les intrus au désert.

Pour certaines parodies, nous utilisions la voix d’un ami chanteur que l’on peut écouter dans Tu verras Taubira et dans Comment on fait, une diatribe contre la République. Là, la farce est à son comble.

On trouve maintenant des vidéos sous-titrées en anglais, en espagnol, en russe et en allemand… Une initiative du Comité pour élargir l’audience du projet avec bientôt des enregistrements dans directement dans ces langues ?

Il y a effectivement une demande pour enregistrer dans d’autres langues, grâce à des auditeurs étrangers qui nous proposent des traductions rimées de nos chansons, surtout en anglais. Une audience favorable est apparue aux Etats-Unis où l’on apprécie notre esprit et la french touch, et les Anglais semblent goûter le son Brigandes. En Russie, on aime nos sous-titrages mais nous ne sommes pas prêtes à chanter en russe, quoique Roxane se soit mise à l’étude en vue d’aller saluer le camarade Vladimir un de ces jours. Il est réjouissant de rassembler un petit auditoire de fans depuis la Sibérie jusqu’au Texas. Est-ce une internationale nationaliste qui émerge ? C’est le miracle de la musique, même si on nous reproche de ne pas être dans l’action pure et dure. A ce sujet, pour les nostalgiques du combat de rue, Roger Holeindre s’est érigé contre ceux qui rêvent d’en découdre contre l’armée avec des fusils à plomb. Les Brigandes sont dans l’action culturelle et c’est une action directe.

Vous avez choisi de faire des chansons à thèse qui atteignent les 6 mn et parfois 7 mn, destinées à un public déjà averti, Or une bonne action de propagande agit sur le grand public, n’envisagez-vous pas des chansons plus “accessibles” ?

Il est vrai que nos thèmes touchent un public averti. Il n’est pas trop difficile de composer des chansons populaires bien de chez nous, compréhensibles au premier degré, et d’ailleurs la plupart de nos compositions sont accessibles, mais le problème est de les rendre publiques. Une célèbre émission de télévision nous a sollicité, mais c’était inévitablement pour une exécution médiatique. Nous avons répondu : « toda arba vé chalom » ce qui comme les nationalistes ne le savent pas obligatoirement signifie « salut et merci beaucoup ».

Donc comment diffuser un message vers les masses ? Des penseurs éminents de la Droite s’y sont cassé les dents. Il faut au moins s’appeler Philippe de Villiers pour toucher une large audience, mais nos thèmes sont trop radicaux pour notre sympathique vendéen qui dit ce qu’il a vu, sauf ce qu’il a oublié de dire. Si quelqu’un a la solution pour accroitre notre audience avec le genre qui caractérise les Brigandes, qu’il nous contacte et nous lui offrons un poste d’impresario, bénévole cela s’entend.

(...)

SN 41 Couverture.jpgPour lire la suite de cet entretien, commandez le n°41 de Synthèse nationale

Commander en ligne ce numéro 41 cliquez ici

Bulletin de commande et d'abonnement cliquez là

 

 

 

 

 Le concert des Brigandes lors de la 9e Journée de Synthèse nationale le 11 octobre 2015 cliquez ici

10:04 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 23 janvier 2016

Rencontre avec Pierre Cassen, Président de Riposte laïque

9 jni 10.jpg

Publié dans le n°41 de Synthèse nationale cliquez ici

Propos recueillis par Guirec Sèvres

Après Carl Lang, Hervé Van Laethem et Jean-Marie Le Pen dans nos précédentes livraisons, nous donnons la parole aujourd'hui à Pierre Cassen. Venu de l'extrême gauche, il est, depuis quelques années, aux côtés des nationalistes et des identitaires à la pointe du combat contre l'islamisation de la France. Son parcours n'était pas tracé d'avance. Ses motivations sont peut être différentes des nôtres. Elles peuvent surprendre mais, qu'importe, l'essentiel, c'est de se retrouver coude à coude. Il s'explique...

Pierre Cassen, vous êtes issus d’une famille politique bien éloignée de la nôtre, pour ne pas dire carrément opposée, et, depuis quelques années on vous retrouve aux côtés des nationalistes et des identitaires dans le combat commun contre l’islamisation de la France et de l’Europe. Pouvez-vous nous expliquer comment vous en êtes arrivé là ?

PC : Dans tous les engagements, il y a les priorités de la période. Je ne faisais pas partie d’une famille militante, mais j’ai rapidement ressenti une fibre sociale chez moi. Je me suis rapidement reconnu dans la défense du salariat, sachant que, apprenti typographe à 14 ans, j’ai vendu ma force de travail, comme disent les marxistes, à 17 ans. J’ai trouvé naturellement ma place dans le camp de la gauche et du syndicalisme, à la CGT et au Syndicat du Livre. J’ai milité un an au PCF, cinq années à la LCR, et je n’ai plus eu d’engagement politique. J’étais délégué syndical CGT-Livre à La Tribune et je menais le combat, à l’intérieur de la CGT, contre la main-mise du PCF, dont j’ai rapidement perçu l’aspect totalitaire, dans ses pratiques syndicales. Intuitivement, je ne supportais pas deux types de totalitarisme, ce que j’appelais, dans mon jargon de l’époque, les dictatures d’extrême droite et le stalinisme. Autrement dit, ni Jaruzelski, ni Pinochet.

Je crois que sur le fond, je n’ai jamais toléré l’islam, même sans connaître ce dogme comme à présent. La vision de Khomeiny en 1979, de ses voilées et barbus dans des manifestations syndicales, le 1er mai (que faisaient-ils là ?), les images qu’on voyait de Téhéran, l’affaire Rushdie m’ont rapidement convaincu que cette religion représentait un réel danger. En 1989, je n’ai pas supporté l’affaire du voile de Creil imposé par trois écolières de 13 ans, et encore moins l’attitude capitularde de la gauche. Mais j’étais alors délégué syndical, et c’était mon engagement prioritaire.

Ce qui m’a fait basculer était en 2003, au salon de l’UOIF, au Bourget, quand plus de 10.000 musulmans, séparés par sexes, majoritairement barbus et voilées, ont sifflé plus de 10 minutes Sarkozy, qui, après leur avoir concédé le Conseil Français du Culte Musulman, se permettait de rappeler que la loi était la même pour tous, et qu’une femme devait retirer son voile pour une photo d’identité. Par cette bronca, qui ne visait pas l’homme de droite, mais la France laïque, ces musulmans montraient clairement leur refus de nos codes et de nos lois, et leur intention de refuser notre modèle de société. J’ai essayé de convaincre mes amis de gauche de rentrer dans ce combat. J’ai alors découvert l’ampleur de la connivence entre mon camp d’origine et l’islam, la culpabilité, la repentance, l’incapacité de nombre de militants de gauche de s’engager contre les disciples de « la religion des pauvres ».

Petit à petit, j’ai alors compris que le combat social n’était plus prioritaire, mais qu’il fallait se regrouper pour défendre le pays, nos valeurs patriotiques, nos libertés, notre laïcité, notre conception du rapport égalitaire hommes-femmes, notre liberté de conscience. A quoi bon continuer à se battre pour la retraite à 60 ans ou pour le plein emploi, si notre environnement quotidien est pollué par le cancer islamique, si nous devons subir des voiles, des mosquées, des boucheries halal, et ne plus entendre parler Français ? D’où la création de Riposte Laïque, en 2007, qui nous a valu immédiatement l’excommunication du camp de gauche, qui nous interdit toute invitation, tout débat, et nous qualifie systématiquement de racistes et d’extrême droite. Nous en avons eu vite marre de cet isolement, et avons accepté toutes les invitations. Je suis venu au Local de Serge Ayoub avec Pascal Hilout, apostat de l’islam. Tout s’est bien passé. Mais bien sûr le plus spectaculaire furent notre apéro saucisson pinard et les Assises internationales contre l’islamisation de nos pays, organisés en 2010 de concert avec le Bloc Identitaire, ce qui nous valut les foudres du politiquement correct.

A partir de là, nous étions faits pour nous rencontrer, sachant que l’essentiel est d’unir nos forces au service de la France. La question n’est pas de savoir d’où on vient, mais où on va.

Certains vous diront que l’islamisation n’est que la conséquence logique de l’immigration. Quelle est votre position et celle de votre mouvement par rapport à cela ?

Bien sûr, sans immigration, pas d’islamisation. L’islam, contrairement au communisme dans les années 1930 et 1950, ne progresse pas parce que des Français rejoignent ses organisations. Il ne se développe que parce que, depuis plus de quarante ans, nos gouvernants font rentrer en France un nombre incroyablement élevé de musulmans. Très souvent, dans vos rangs, un discours assez réducteur consiste à expliquer qu’il suffit d’arrêter l’immigration pour résoudre le problème de l’islam. Julien Rochedy, ancien responsable des jeunes du FN, disait même que, selon lui, que les immigrés soient musulmans ou bouddhistes ne changeait pas la donne. Or, s’il est évident que l’immigration, en période de chômage de masse, est un fléau, l’islam est, lui, un cancer qui ronge tous les rouages de notre société, avec la complicité de ceux que nous appelons les islamo-collabos. Dix millions d’Asiatiques, ce n’est pas la même chose que dix millions de musulmans. L’islam nécessite donc un combat différent, complémentaire à celui de la lutte contre l’immigration.

Souvent, dans les manifestations de Riposte laïque et de Résistance républicaine le terme « islamo-fascisme » est employé. Nous avons eu l’occasion, dans les pages de cette revue (cf. Synthèse nationale n°39), de faire part de notre réprobation par rapport à ce raccourci que nous estimons pour le moins facile. Pensez-vous que celui-ci soit vraiment d’actualité ?

C’est plutôt le mot fascisme islamique qui a été utilisé lors de notre première manifestation de rue, le 10 novembre 2012, réunissant 3000 personnes à Paris. J’ai en effet cru comprendre que dans vos rangs, cela dérangeait quelque peu. J’ai essayé, dans une entretien avec Jean-Yves Le Gallou, sur Polemia, de m’en expliquer. Le fascisme étant considéré comme le mal absolu, dans l’imaginaire des Français, nous essayons d’utiliser ce fait pour montrer que l’islam n’est en rien une religion d’amour de tolérance et de paix, comme on nous le martèle depuis des décennies, mais le pire des totalitarismes. Nous pensons que qualifier les plus radicaux d’entre eux de « fascistes islamistes » est médiatiquement payant, et montre encore davantage la vraie connivence entre la gauche politique, syndicale et associative, les médias, qui se prétendent anti-fascistes, et les barbares islamiques. Peut-être y a-t-il des mots à utiliser davantage dans certains milieux que dans d’autres, je veux bien le concéder. Il nous arrive, nous aussi, de ne pas apprécier les diatribes anti-laïques de quelques-uns de vos amis, qui parlent du mot « laïciste » pour nous définir. De même la notion de République ne paraît pas faire l’unanimité chez certains de vos lecteurs... A nous de savoir dépasser tout cela pour construire l’Union de tous les patriotes dont la France a tant besoin.

Il semblerait que, un peu partout en Europe, l’opposition à l’immigration-islamisation s’organise. Que ce soit avec Pégida en Allemagne, les nationalistes en Italie, en Grèce, au Portugal ou en Espagne, les identitaires du Vlaams belang en Flandre, d’autres en Grande Bretagne et en Europe du Nord, sans oublier le gouvernement hongrois bien sûr. Or en France, mis à part dans quelques villes particulièrement touchées comme Calais, cette opposition est encore plutôt discrète. Beaucoup, lors de la journée de Synthèse nationale du 11 octobre dernier ont exprimé leur volonté de voir s’organiser une manifestation d’ampleur nationale. Ce projet est-il réalisable ?

Il faut d’abord mesurer ce que signifie organiser une manifestation ou un rassemblement, dans notre pays la France, en 2015. Ce qui vient de se passer à Varennes-sur-Allier résume tout. On impose à cette paisible petite ville de 3000 habitants la présence de 200 clandestins musulmans, sans concertation. Sur un marché, deux lecteurs de Riposte Laïque distribuent un tract, très bien accueilli par la population. Dix minutes plus tard, trois gendarmes sont présents, qui leur imposent un contrôle d’identité. Devant la montée du mécontentement, la responsable départementale du FN, Claudine Lopez, aide les habitants de Varennes, et dépose un projet de rassemblement devant la mairie. Les intimidations commencent alors. Le préfet demande au procureur d’ouvrir une enquête sur ce tract « nauséeux » et peut-être « raciste ». La gauche locale, sous l’impulsion d’un trotskiste secrétaire de la FSU, organise une contre- manifestation. La direction du FN fait pression sur Claudine Lopez pour qu’elle retire sa demande de rassemblement, et se dissocie de Riposte Laïque, jugé trop islamophobe pour la bien-pensance qui sévit aussi dans les milieux patriotiques. Ecoeurée, la secrétaire annule le rassemblement, puis démissionne de ses responsabilités au FN. Résultat : alors que tout était réuni pour qu’une réaction de Français en colère se mette en place, nous avons eu, ce jour, deux cents apparatchiks syndicaux, associatifs et politiques, dont aucun n’était de Varenne, qui ont tenu la rue, disant bienvenue aux Migrants et glapissant que le fascisme ne passerait pas. Et les gens de Varennes étaient terrés chez eux.

Cet exemple ne doit pas nous décourager, mais nous aider à mieux comprendre le contexte hostile dans lequel nous évoluons. On nous dit que nous avons gagné la bataille de l’opinion. Je crois que cela est vrai, et c’est méritoire, face au rouleau compresseur politico-médiatique. Mais les gens ont peur, et le seul parti qui pourrait mobiliser massivement ne pense qu’aux élections. Le Siel, avec son président Karim Ouchikh, essaie, après avoir organisé un premier rassemblement devant l’ambassade d’Allemagne, d’impulser d’autres mobilisations, notamment en rendant hommage à Viktor Orban devant l’ambassade de Hongrie. C’est bien, espérons qu’on sera bientôt devant l’ambassade d’Arabie saoudite. Nous sommes en contact avec des militants de Pegida et Tommy Robinson, fondateur de l’English Defense League, qui souhaitent mettre en place une journée européenne de résistance à l’invasion migratoire et à l’islamisation de la France. Mais au vu de l’ampleur de l’offensive de nos adversaires, tout cela est bien peu, j’en suis conscient. Mais je ne vois pas ce qu’on peut faire de plus, me souvenant de ce rassemblement où nous avions invité Roland Hélie (cf Synthèse nationale n°40), place de la Bourse, suite à la première décapitation islamique sur le territoire français. Nous étions deux cents, c’était symbolique, mais si peu. La quadrature du cercle est la suivante : seules les forces patriotiques, classées par le système à l’extrême droite, sont capables de descendre dans la rue. Et leur classification fait peur aux Français, qui craignent, en descendant dans la rue, d’être classés dans ce camp. Si quelqu’un sait comment débloquer la situation...

Dernièrement, une malheureuse affaire au tribunal de Melun, a mis Riposte laïque et Résistance républicaine au devant de l’actualité. Pouvez-vous nous éclairer sur ce drame qui endeuille tout ceux qui sont opposés au Système ?

Maître Scipilliti a été le premier avocat de Riposte Laïque. Il avait offert bénévolement ses services à la cause. C’est l’exemple typique d’un homme broyé par le système judiciaire, comme il l’a expliqué dans son journal qu’il a fait parvenir à Christine Tasin et à moi, quelques minutes avant son geste fatal. Il y explique le double harcèlement dont il a été victime, d’abord par sa hiérarchie, qui multipliera procédures, brimades, sanctions et vexations à son encontre, puis de la part du fisc, qui lui imposera des redressements financiers

invraisemblables. Rappelons que ce bâtonnier venait de le condamner socialement et professionnellement à mort, en le suspendant trois années, à l’âge de 63 ans ! Joseph, notre ami, était le fruit de toute la méritocratie républicaine. Né en Italie, il avait franchi tous les échelons, devant professeur avant, à la quarantaine, d’épouser le métier d’avocat. Jusqu’au bout, il a été disponible pour conseiller amicalement les amis. Naturellement, la presse a surtout insisté sur son appartenance supposée à l’extrême droite pour mieux le salir, et minorer le contenu de son ultime « J’accuse ». Nous avons, Christine Tasin et moi, refusé de condamner son geste, considérant qu’il est la principale victime dans cette affaire. Il serait intéressant, par ailleurs, qu’une enquête s’ouvre pour qu’on en sache davantage sur ce bâtonnier, Henrique Vannier, dont nous nous réjouissons, naturellement, qu’il n’ait été que blessé. Nous avons rendu à Joseph l’hommage qu’il méritait en organisant une cérémonie de recueillement émouvante en l’Eglise Sainte Rita, symbole de la Résistance des Français qui se refusent à sa démolition programmée. Il faut savoir que le mairie de Paris veut y construire, à la place, des logements sociaux, qui, à mon avis, ne seront pas réservés aux travailleurs pauvres et aux retraités modestes qui ont cotisé toute leur vie...

Les projets de Riposte laïque dans les mois qui viennent ?

Comme je vous le disais tout-à-l’heure, nous allons essayer de monter au plus vite une initiative européenne, pour que, en même temps, dans nombre de pays, les patriotes puissent descendre dans la rue. J’espère vraiment que cela pourra se faire. Nous faisons également, avec Christine Tasin, un tour de France de nos militants, pour leur expliquer que la période a changé, et qu’il faut prendre des nouvelles dispositions, tout en restant dans un cadre légal, bien sûr, pour assurer sa sécurité et celle de son entourage. Nous répondons présents à toutes les sollicitations de conférences que les réseaux locaux nous demandent. Nous demeurons disponibles pour toute initiative rassembleuse qui fait progresser la construction de la résistance patriotique. Nous préparons au mieux nos procès, car manifestement, nous devons déranger de plus en plus en haut lieu. Quatre plaintes du ministre de l’Intérieur en personne, qui n’a pas apprécié le terme « islamo-collabo » que nous lui avons accolé, une plainte du maire de Paris, Anne Hidalgo, qui elle n’a pas aimé qu’on la représente léchant une babouche musulmane, au lendemain de sa commémoration du ramadan dans l’Hôtel de ville de la capitale, plus du menu frottin, Pierre Bergé, Jacques Méric, le chef des flics parisiens et quatre ou cinq autres plaintes. J’ai également cru comprendre, suite à deux interrogatoires de police, que, bien que n’exerçant plus aucune responsabilité officielle au sein de Riposte Laïque, on chercherait à prouver, en haut lieu, que je demeurerais le véritable chef du site. J’ignore si je dois être flatté ou inquiet...

S’ils ne veulent pas nous tuer financièrement, c’est bien imité.

Nous allons sortir notre quatorzième ouvrage, début janvier, et je devine d’avance que le titre choisi devrait en faire un beau succès... Nous en aurons bien besoin pour faire face à tout ce qui nous attend.

Entretien publié dans la n°41 de la revue Synthèse nationale. Vendu en ligne sur le site synthese-editions.com ou par correspondance à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (12 € + 3 € de port, chèque à l'ordre de Synthèse nationale).

Rappelons que Riposte laïque et Résistance républicaine organisent une grande réunion dimanche 7 février à Rungis :

6fevrierbonneaffiche-2.jpg

Plus d'infos cliquez ici

18:19 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 22 septembre 2015

Il faut mettre Merkel en prison pour trahison du peuple allemand

Merkelselfie.jpg

Nous publions ici un entretien avec Mélanie Dittner, la dynamique porte-parole du combat pour l’identité européenne à Dusseldorf, réalisé par Riposte laïque cliquez ici.

Riposte Laïque : Les lecteurs de Riposte Laïque te connaissent depuis que tu es venue à Paris, lors d’une conférence de presse, suite aux attentats de Charlie Hebdo, le 18 janvier, et aux Assises sur la liberté d’expression, le 15 mars, près de Paris. Tu as également invité Pierre, Christine et Pascal à Dusseldorf, lors d’une manifestation organisée par DÜGIDA. Peux-tu nous dire ce que devient ce mouvement, qui a été capable de mettre dans la rue des dizaines de milliers d’Allemands refusant l’islamisation de leur pays ?

Melanie Dittmer : Ce que nous avons crié dans la rue a porté ses fruits : les manifestations des « Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident » (PEGIDA) dans différentes villes se sont bien établies dans la durée. Après la pause estivale, elles reprennent aussi à Dusseldorf. Aujourd’hui, 18 septembre 2015, nous recommençons après une courte absence. Tout autant à Dresde, là où les manifestants de l’Est agissent indépendamment de nous, ils ont réussi – de nouveau – à dépasser le chiffre symbolique de 10.000 participants. Les médias ne disent pas la vérité à ce sujet. Ils ont peur que ne nous installions encore un peu plus au cœur de la société. Cependant, c’est depuis longtemps que nous y sommes, en plein milieu. Ça s’est répandu comme une traîné de poudre. Il est impensable de négliger notre mouvement de contestation.

Riposte Laïque : Durant l’été, nous avons appris qu’en Allemagne, quelques manifestations contre la venue des migrants s’était déroulée, et que même Angela Merkel avait été conspuée. Elle a même dit que la place de ces manifestants était en prison….

Melanie Dittmer : Angela Merkel tergiverse et le peuple ne la prend plus trop au sérieux. Aussi, lors des débats sur le droit d’asile, elle a tenté d’éluder le problème et de le taire pendant un temps certain. Ce qui a eu pour conséquence de faire fuir des électeurs de la CDU qui lui étaient pourtant acquis. Ces personnes qui la soutenaient, s’orientent de plus en plus dans notre direction. C’est à raison que Merkel fut conspuée et même insultée : elle a très largement ouvert la porte à tout le monde. Grâce à Merkel, notre pays est submergé par une foule de personnes qui proviennent de pays où il n’y a sûrement pas de guerre. Ils émigrent uniquement pour des raisons économiques. Nous appellons cela « du tourisme économique ». Cela doit s’arrêter ! Qu’ils se nomment Merkel, Gabriel ou autrement, leur place est en prison : ils ont trahi leur serment de servir le peuple et de le protéger. Notre ministre de « l’Intégration » a démissionné hier (17 sept 2015) parce qu’il se sentait dépassé par les évènements. Dans un premier temps, ils nous avaient annoncé 800.000 réfugiés et, quatorze jours plus tard, c’est à 1.300.000 que s’élèvent leurs estimations. Manifestement, c’est la disparition de l’Allemagne et de l’Europe qu’ils visent.

Lire la suite

10:55 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

De retour de Syrie, un ami nous raconte...

10169245_1423085938020112_5715587948404582833_n.jpg

Depuis le mois de février dernier, deux voyages (un en avril et un second en août) ont été organisés par le Rassemblement des Communautés syriennes de France cliquez ici Notre Ami Gilles C. faisait parti du groupe de voyageurs d'août. Il raconte dans l'entretien qu'il a donné à notre excellent confrère Breizh info cliquez là ce qu'il a vu.

21/09/2015 – 08H00 Damas (Breizh-info.com) – Gilles fait partie de ces nombreux Français qui – par curiosité mais aussi avec le sentiment que toute la vérité ne leur est pas dite dans les médis français – sont partis en Syrie, le temps d’une dizaine de jours, pour découvrir la situation sur place, pour pénétrer au coeur du régime de Bachar El Assad afin de s’y forger son propre avis. Le soutien au président Syrien est d’ailleurs toujours très fort, y compris au sein de la communauté syrienne de France qui manifestait encore récemment, place du Trocadéro à Paris, son appui au régime.

C’est le témoignage exclusif de Gilles, de retour de Syrie, que nous recueillons aujourd’hui et vous livrons ci-dessous.

Breizh-info.com : Vous revenez de Syrie, où vous avez passé une semaine en août, pouvez vous nous parler de la conception de ce voyage ?

Gilles : Ce voyage a été organisé par le Rassemblement des Syriens de France. Ce déplacement avait pour but de permettre aux Français (nous étions onze) de découvrir « la Syrie héroïque » qui sous la direction de Bachar El Assad combat les groupes terroristes qui se sont infiltrés sur le territoire syrien. C’était donc un voyage de soutien à la Syrie laïque et multiconfessionnelle et aussi un voyage touristique.

D’autres voyages de ce type sont prévus, ceux qui sont intéressés peuvent se faire connaître à l’adresse suivante, syrianafrance@gmail.com.

Lire la suite

02:43 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 07 octobre 2014

Résister à l’immigration… Des Français commencent à s’organiser !

index.jpgUn entretien avec David Chepen

A l’initiative de David Charpen et d’un groupe de militants lyonnais vient de se créer l’association Résistance à l’immigration. Cette association est rassembleuse. Elle entend réunir les patriotes décidés à s’opposer, par les moyens légaux, aux flux migratoires qui, petit à petit, changent la nature de notre peuple. Synthèse nationale apporte son soutien actif à cette initiative, nous donnons ici la parole à son Président.

SN

David Charpen vous venez de fonder l'association « Résistance à l'immigration », quel est son objectif ?

70 % des français sont hostiles à l'immigration ; non seulement notre objectif est d'atteindre les 90 % mais nous voulons que les décideurs (entrepreneurs, journalistes, associatifs, élus) prennent conscience de cette réalité et renoncent aux actes collaborationnistes. Dans le cadre de reportages, de campagnes publicitaires ou de prises de décisions, ils doivent intégrer le point de vue de la Résistance.

Comment allez-vous procéder ?

Chaque semaine à partir du 12 octobre 2014 nous allons lancer une campagne de protestation par courrier, par e-mail, suivi de rencontres auprès des décideurs qui auront, par naïveté ou par conviction, pris une position collaborationniste.

Vous cherchez à stigmatiser ceux que vous qualifiez de « collabos » ?

Nous ne cherchons à stigmatiser personne mais à convertir à la Résistance. Les véritables collabos sont peu nombreux et finiront par céder à la pression populaire, pour cela nous devons être nombreux. C'est pourquoi nous appelons tous les patriotes à nous rejoindre.

Avez-vous une ambition politique, êtes-vous affilié à un parti politique ?

Nous ne sommes affiliés à aucun parti et nous ne sommes pas un parti. Nous sommes le syndicat des français qui veulent préparer la remigration. Depuis 40 ans les conséquences de l'immigration sont de pire en pire chaque année. La « greffe » n'a pas pris, ni en France ni ailleurs. C'est pourquoi les citoyens doivent prendre les choses en main et faire pression sur tous les centres de décisions, dont les partis politiques, quels qu'ils soient, et se préparer à des actions de masse.

Qui sont les membres de cette association ?

Nous sommes des identitaires issus de toutes les régions françaises. Nous avons créé cette association avec le soutien de Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale, dont nous faisons aussi la promotion, car au-delà des actions « coup de poing », la Résistance passe par un travail intellectuel qui confronte les points de vue, stimule l'imagination, incite à l'action et rassemble les énergies.

Pour adhérer à l’association, écrire à Résistance, 60 rue Gabriel Péri 69100 Villeurbanne

Entretien publié dans le n°37 de Synthèse nationale

David Chepen prendra la parole dimanche à la 8e Journée de Synthèse nationale à Rungis.

mardi, 23 septembre 2014

Philippe Randa nous parle de son nouveau livre : Le roman noir des demandeurs d'asile...

dem asile sn.jpgPourquoi vous êtes-vous intéressé à ce sujet ?

Sur la question des demandes d’asile, je me suis aperçu que l’opinion publique a été fortement marqué par les réfugiés chiliens dans les années 70 du siècle dernier après le putsch du général Pinochet au Chili : la propagande de gauche et d’extrême-gauche ont convaincus nombre de nos compatriotes que tout opposant chilien était alors systématiquement torturé et exécuté, sans jugement aucun et cela même plusieurs années après la chute de Salvadore Allende… Fortement marqué par cette manipulation, les Français sont pour beaucoup ignorants des réalités de la question des Demandeurs d’asile en cette deuxième décennie du XXIe siècle… Dans leur esprit et quelles que soient leurs propres opinions politiques, de telles demandes sont peu ou prou légitimes sur le fond… Mais cette vision, c’était avant ! Depuis longtemps, la majorité des demandes d’asile s’avère être uniquement de la migration économique. Avec deux mamelles – les trafics humains d’une part et les subventions aux associations d’autre part – où s’abreuvent quantité d’acteurs peu scrupuleux.

Ce n’est d’ailleurs pas seulement vous qui l’affirmez…

Non, comme je l’ai indiqué en introduction de mon livre, Manuel Valls l’a lui-même reconnu dans les colonnes du Monde, en mai 2013…

Votre livre est-il exhaustif ?

Comment pourrait-il l’être, alors que chaque jour, nous assistons à de nouveaux coups de boutoirs d’une immigration-colonisation pas même ralentie, contrairement aux affirmations de nos gouvernants… On ne peut d’ailleurs plus le dissimuler : les tentatives de pénétration du continent européen via par exemple l’île de Lampedusa font désormais régulièrement la une de l’actualité… mais généralement lorsqu’un drame humain se produit, soit lorsqu’un bateau où se sont entassés des centaines de femmes et d’hommes fait naufrage avant d’avoir pu atteindre les côtes… Les associations pro-immigration jouent alors sur la pitié, non seulement pour culpabiliser « l’homme blanc », mais aussi pour récolter des fonds : l’un n’empêche pas l’autre, mais surtout, l’un est très profitable à l’autre : Y’a bon la culpabilisation !

Vous dénoncez ainsi les maffias qui tirent profit de ces demandes d’asile…

Elles sont régulièrement dénoncées, mais très difficilement mise en périls. Et pour cause ! Les multiples associations politisées à outrance – dont beaucoup sont financées sur fonds publics – n’hésitent jamais à monter aux créneaux, sous tous les prétextes possibles, pour entraver l’action des forces de l’ordre ; quand à la Justice où les membres du Syndicat de la Magistrature sont si nombreux, tout lui est bon pour laisser le temps aux pseudos-réfugiés de s’échapper dans la nature, de récupérer par des filières parfaitement au point de « faux-papiers » – rappelons que les « sans papiers » sont une imposture volontaire de langage pour apitoyer « l’homme blanc » et masquer l’image de ce qu’est réellement un clandestin : avant tout un délinquant ! – puis de lancer la procédure de naturalisation, aidés par les mercenaires de la cause imigrationniste : militants associatifs, avocats…

Vous consacrez d’ailleurs un chapitre à ces cabinets d’avocat spécialisés : vous parlez de juteux business…

Entre 2008 et 2012, les frais de dépenses liées au contentieux des étrangers pour les préfectures ont doublé : de 8,5 millions d’euros, ils sont passés 16,6 millions d’euros. Les « cochons de contribuables » apprécieront ! Chaque dossier rapporte entre 600 et 3 000 euros et certains avocats traitent jusqu’à 1000 dossiers par an. Des chiffres explicites, non ?

Vous révélez, documents à l’appui, que des sites africains font la promotion des « bons plans » du demandeurs d’asile…

Un exemple parmi d’autres : un site sénégalais compare pour le demandeur d’asile les avantages respectifs des « bons plans », des « réfugiés clitoridiens » (le pack Clit’Cut®) et ceux des voyages sportifs ou artistiques (les packs immigr’Art® ou immiSport®)… Le chantage humanitaire à l’excision des petites filles ou à la persécution des homosexuels est effectivement très efficace ; il s’agit alors, simplement, de suivre avec une certaine rigueur, la procédure administrative… « La demande d’asile expliquée aux nuls », en  quelque sorte !

(Propos recueillis par Catherine Robinson, parus dans le quotidien Présent cliquez ici)

Le roman noir des demandeurs d’asile, Philippe Randa, préface de Jean-Yves Le Gallou, Éditions L’Æncre, collection « L’Essentiel », 150 pages, 21 euros.

23:52 Publié dans Livres, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 28 juillet 2014

Pascal Gauchon nous présente la revue "Conflits"

pascal-gauchon-604x272.jpg

Pascal Gauchon répond à Breizh-Info cliquez ici :

Breizh-info avait présenté récemment la nouvelle et excellente revue géopolitique "Conflits". Dans l’interview qu’il nous a accordée, son directeur Pascal Gauchon nous parle de la revue, de ses objectifs, mais également du  sommaire du deuxième numéro dont le dossier principal est consacré aux nouveaux mercenaires. Rencontre avec le fondateur d’une revue non consensuelle qui devrait faire date.

Breizh-info.com : Pascal Gauchon, pouvez-vous vous présenter votre parcours professionnel ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : C’est un parcours d’enseignant assez classique ; école normale supérieure, agrégation d’histoire, une dizaine d’années dans des collèges de banlieue puis, comme l’Education nationale ne m’offrait aucune perspective de promotion, le privé. J’ai enseigné à partir de 1985 (j’enseigne toujours) comme professeur en classe préparatoire ECS à Ipésup, l’un des établissements les plus réputés pour cette formation, et en même temps j’ai dirigé pendant 25 ans une filiale d’Ipésup, Prépasup.

J’ai donc réussi ce que j’avais toujours voulu : concilier une activité intellectuelle et des responsabilités d’organisation et de direction. Je l’ai fait également en tant que directeur de collection aux PUF, je le fais toujours en lançant Conflits

Breizh-info.com : La revue Conflits sort son deuxième numéro consacrée notamment aux « nouveaux mercenaires ». Quel est la genèse de la revue ? A qui se destine-t-elle ? Qui compose l’équipe éditoriale ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : J’enseigne la géopolitique, je publie des ouvrages de géopolitique depuis un certain temps déjà. J’ai eu l’intuition qu’il existe aujourd’hui un besoin d’analyse géopolitique. Nous sommes de plus en plus insérés dans le monde, ce qui se passe ailleurs nous concerne de plus en plus ; par ailleurs nous voyageons plus, nous parlons plus de langues étrangères… Il faut donc des outils pour comprendre la planète. 

Cela est d’autant plus important que le regard porté par les grands medias est d’un triste conformisme, souvent par paresse intellectuelle, parfois par volonté de désinformation. Souvenez-vous du discours cent fois répété sur la « mondialisation heureuse », des hymnes à la victoire de la démocratie à la suite des printemps arabes, des anathèmes contre les pays qui ne veulent pas entrer dans le « nouvel ordre mondial » annoncé après 1991. On nous a décrit un monde de bisounours, ou pour reprendre une formule de Montherlant que je préfère, de « Rintintin et Nénette for ever ». 

Avec le titre de la revue, Conflits, nous entendons nous placer en rupture par rapport à ce discours de niaiserie. La revue s’adresse donc à tous ceux qui veulent avoir du grain à moudre pour leur réflexion, à ceux qui attendent une « géopolitique critique » selon le titre de l’éditorial du numéro 1. 

L’équipe éditoriale est nombreuse, elle comporte une douzaine de collaborateurs réguliers. S’ajoutent à eux des spécialistes auxquels nous faisons appel en fonction des sujets choisis. Les collaborateurs réguliers sont en général de jeunes professeurs, beaucoup enseignent en classe préparatoire, d’autres en lycée ou à l’Université ; il y a aussi des professionnels de l’intelligence économique, de la criminologie ou de la sécurité.

Breizh-info.com : Vous êtes une des rares revues géopolitique existante. De plus, vous devez être la seule à ne pas offrir un regard « occidentalo-centré » sur ce qui se passe dans le monde. Pourquoi ce choix éditorial ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Il existe quelques revues de géopolitique, mais peu sont destinées au « grand public », comme il est convenu de dire. Et il est vrai que nous nous efforçons d’avoir un regard original. Je l’ai indiqué, c’est notre raison d’être. 

Breizh-info.com : Montée des islamistes dans les pays arabes et en Syrie, pression musulmane en Afrique, nombreux foyer de guerres dans le monde et d’instabilité. Quels sont les évènements qui vous ont particulièrement interpellés récemment ? Comment expliquer vous le changement total de politique étrangère de la France, dont l’influence dans le monde parait de plus en plus faible et surprend quand à l’aide apporté notamment aux islamistes ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Il est vrai que les nombreux analystes qui avaient annoncé la fin de l’islamisme ont été démentis par les événements. Je me souviens d’un ouvrage, paru quelques semaines avant le 11 septembre, qui se montrait très affirmatif sur ce point ; il était rédigé par des spécialistes reconnus mais pas omniscients.

Tout cela doit inciter à la prudence. La montée de l’islamisme est la conséquence directe de l’échec des nationalismes arabes, un échec auquel nous avons contribué, même si ces régimes ont une part de responsabilité non négligeable dans leurs difficultés. Une autre politique est donc possible, et l’on voit que pour arrêter les progrès de l’islamisme Washington a fini par se résigner à la prise de pouvoir de al-Sissi en Egypte. Comme quoi ils savent mettre leurs principes démocratiques entre parenthèses quand il le faut.

La France n’a pas cette sagesse. Depuis l’arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy elle est devenue plus royaliste que le roi, plus américaine que les Américains. Nous étions en pointe dans le projet d’intervention militaire en Syrie. Encore faut-il noter que N. Sarkozy avait fait preuve d’une certaine indépendance d’action parfois, ainsi lors de la guerre entre la Russie et la Géorgie. Ce n’est plus le cas avec F. Hollande.

En fait, nous avons l’impression d’une rupture en 2007, mais c’est une lente évolution qui nous a fait nous aligner de plus en plus sur les Etats-Unis, de V. Giscard d’Estaing à Mitterrand. L’insertion croissante dans l’ensemble européen a joué son rôle, puisque la construction européenne est dès le départ un projet atlantiste. La génération 68 a contribué à ces changements, comme l’avait bien compris, il y a longtemps déjà, J.F. Revel qui signalait à quel point elle était américanisée. 

Breizh-info.com : Quels sont les pays qui selon vous seront les acteurs majeurs au 21ème siècle ? Va-t-on vivre un siècle de profonds bouleversements ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Prudence. Oui nous allons vivre de profonds bouleversements au 21ème siècle, comme au 20ème, au 19ème, au 18ème et à tous les autres siècles de l’histoire. Il est difficile de les prévoir, mais l’une des approches les plus efficaces est de partir de la démographie, l’avenir qui est déjà écrit selon Peter Drucker. Dans ce cas les lignes de force sont évidentes : déclin de l’Europe, renversement de situation pour beaucoup de pays émergents comme la Chine qui verront leur croissance et leur montée en puissance se ralentir, affirmation de l’Afrique noire qui représentera un tiers de la population mondiale en 2100 et dont les flux migratoires seront de plus en plus incontrôlables.

Maintenant il n’y a pas que la démographie. Une population qui augmente trop vite peut poser des problèmes insolubles, cela peut être le cas de l’Afrique. Il y a surtout la qualité des politiques. De ce point de vue la classe dirigeante chinoise est impressionnante. Pensez qu’en 2000 tous les experts annonçaient que la croissance chinoise serait étouffée à cause de la trop petite taille des ports chinois qui ne permettrait pas d’accueillir les importations de plus en plus importantes dont elle a besoin. En moins de dix ans le problème a été réglé au point que parmi les dix premiers ports mondiaux, sept sont chinois ! 

Par ailleurs les Etats-Unis disposent d’atouts exceptionnels qu’ils ne sont pas prêts à abandonner, comme la haute technologie et surtout le dollar. Je ne crois pas que le dollar va perdre rapidement son rôle dans l’économie mondiale, pas plus que la livre sterling ne l’a perdu rapidement au XXème siècle. Je sais que je suis en désaccord avec certains qui prennent leurs désirs pour des réalités et qui confondent leur souhait – que les Etats-Unis cessent de nous dicter notre politique – et les faits – la puissance américaine reste et de loin la première mondiale. 

Vous le voyez, ma réponse est banale et prudente. Qui dominera le monde ? Sans doute les Etats-Unis, mais ils devront tenir compte de la Chine. L’inconnue est ailleurs me semble-t-il : les Etats-Unis continueront-ils à accepter de payer le prix de leur interventionnisme dans le monde ? Pourraient-ils être tentés par un nouvel isolationnisme ? Je ne le crois pas, car cela ne me semble pas être l’intérêt de leur classe dirigeante. Pour l’instant du moins. 

Enfin, n’oubliez pas la place de l’imprévu, c’est-à-dire le rôle des hommes. 

Breizh-info.com : Votre revue refuse le dogme « politiquement correct ». Le premier numéro a-t-il bien marché ? Etes-vous lu en haut lieu ? Quel rôle vous donnez vous pour les années à venir ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Oui, le premier numéro a connu un succès très supérieur à ce que nous attendions, en particulier en ce qui concerne les ventes dans les kiosques. Il est vrai que nous avons eu de la chance en consacrant notre dossier à l’Eurasie au moment de la crise ukrainienne. Je ne sais pas jusqu’où nous sommes lus en haut lieu, mais j’ai eu des échos très favorables de hauts fonctionnaires et de journalistes. 

Si les ventes continuent à se tenir correctement, nous développerons d’autres activités : édition de livres, site Internet que nous étofferons, enseignement, lancement de « clubs Conflits » pour organiser des conférences et entretenir le débat autour de nos idées. Mais tout cela ne pourra exister que quand nous serons stabilisés, donc pas avant un an. 

Et pourquoi faire tout cela ? D’abord pour rendre les gens plus intelligents, leur apprendre à se méfier de toutes les idées reçues, y compris les leurs. Ensuite pour fédérer tous les courants géopolitiques anticonformistes auxquels notre revue est ouverte. Enfin pour former et faire émerger une école de jeunes géopoliticiens qui, je l’espère, renouvelleront la discipline. 

Breizh-info.com : Comment procéder pour s’abonner, pour découvrir la revue ?

Pascal Gauchon (revue Conflits) : Le plus simple est de passer par notre site Internet, revueconflits.com (cliquez ici). Le lecteur y découvrira certains articles (l’éditorial et la page « polémique »), les recensions de livres du numéro précédent. Il pourra s’abonner par Paypal. Il est possible aussi d’écrire à Conflits, 55 boulevard Péreire, 75017 PARIS. Ou encore d’acheter le numéro dans un point de vente – nous tirons à plus de 40 000 exemplaires et nous sommes donc largement diffusés. En particulier on trouve Conflits dans les principaux magasins Relay.

09:04 Publié dans Rencontre avec..., Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 février 2014

Alors que les candidats socialistes promettent 0 SDF à Paris dans quelques années, Solidarité des Français ne peut pas laisser dire n'importe quoi...

sdf11c.gifUn entretien avec Odile Bonnivard, Présidente de Solidarité des Français (SDF) :

C’est reparti pour un tour, avec un arrière goût de déjà entendu : les candidats promettent et nous devrions les croire !

Voici les réponses d’Odile BONNIVARD, porte-parole de l’association Solidarité Des Français aux questions soulevées sur ce sujet :

- Adhérez-vous à l’objectif Zéro SDF à Paris en 2020 comme le prônent Emmaüs-Défi et le Samu Social ?

OB : Comment pourrions-nous répondre NON à cette question ? Evidemment, OUI, ce serait merveilleux de n’avoir plus aucun SDF dans les rues de Paris (ou d’ailleurs ?), d’ici 6 ans et pourquoi pas avant ?

- Cet objectif est-il réalisable en 6 ans ?

OB : Zéro SDF, ce fut l’une des promesses de Nicolas SARKOZY, candidat à la présidence de la république en 2007, ce fut aussi avant lui, ce que promettait Lionel Jospin en 2002, candidat à la mairie de Paris ; bref, zéro SDF, c’est avant tout un super slogan de campagne électorale que les candidats se réchauffent quand ils en ont besoin et abandonnent aussitôt élus.

Lire la suite

15:54 Publié dans Municipales 2014, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 29 janvier 2014

Face au concert de louanges, Jean-Claude Rolinat dresse le bilan peu reluisant de Mandela…

1566279080.png

Dans Rivarol de la semaine dernière, Jean-Claude Rolinat, auteur du livre "La faillite de Mandela" paru aux Bouquins de Synthèse nationale :

Face au concert de louanges, Jean-Claude Rolinat dresse le bilan peu reluisant de Mandela…

RIVAROL : Vous venez de publier aux « Bouquins de Synthèse nationale » un nouvel ouvrage intitulé « Afrique du Sud, la faillite de Mandela ».Vous êtes allé à plusieurs reprises dans ce pays pour suivre, en quelque sorte, « sa descente aux enfers ». Pouvez-vous nous résumer cette évolution ?

Jean-Claude Rolinat : Un constat tout d’abord : dans un pays unitaire, il ne peut y avoir de citoyens de première classe et d’autres de seconde. À partir du moment où la politique d’apartheid (développement séparé) n’a pas été menée à terme, on courait à l’échec avec le fameux « one man, one vote ». C’est pourquoi il fallait diviser territorialement ce pays, consolider les  bantoustans que je préfère appeler homeland, quitte à déplacer des populations et à réinstaller les Blancs dans les zones blanches. Chaque peuple aurait eu son « toit » et une toiture commune, fédérale ou confédérale – à voir selon les rapports entre les populations – aurait coiffé le tout sur une base égalitaire. C’est ce qu’a vainement proposé l’ONU pour régler la question chypriote et en Bosnie où ce statut a au moins rétabli la paix. Dans les années quatre-vingts quatre États noirs avaient accédé à l’indépendance, les fameux « TBVC », Transkei, Bophuthatswana, Venda et Ciskei, et six autres étaient autonomes, notamment le Qwa-Qwa que j’avais visité et dont je parle dans mon livre. Les grandes agglomérations noires étaient gouvernées par des municipalités élues au suffrage universel, et Métis du Cap comme Indiens du Natal disposaient à côté des Blancs d’une chambre parlementaire à l’Assemblée nationale. Bref, la situation politique évoluait lentement, certes, mais inéluctablement vers un partage à terme du pouvoir. Toutes les mesquineries de l’apartheid « pur et dur » des pères fondateurs du nationalisme afrikaner disparaissaient une à une, comme le Job réservation act, ou encore le fameux pass, le passeport intérieur imposé aux Noirs. On pouvait circuler sans trop de souci. Pour ma part j’ai parcouru environ 3 000 kms avec ma famille. Impensable 10 ans plus tard lorsque je suis revenu dans ce pays ! La sécurité n’était plus assurée, il fallait traverser Johannesburg portes fermées ( !) et les maisons individuelles s’étaient emmaillotées de fils de fer barbelés quand elles n’étaient pas surveillées, jour et nuit, par des vigiles ou que leurs pièces intérieures n’étaient pas séparées par des … grilles à commandes automatiques !  Quel recul !

RIVAROL : Pour sortir  du politiquement correct, s’agit-il d’un problème de cohabitation entre Blancs et Noirs ou, éventuellement, de querelles entre ethnies avec des rivalités entre différents groupes de populations ?

JCR : Fondamentalement, à l’exception de groupes minoritaires comme celui de Julius Malema, ex-leader de  la Ligue des jeunes de l’ANC, l’homme du slogan « un Boer, une balle »  ou de suprématistes blancs comme ceux qui entouraient Eugène Terreblanche assassiné, rappelons-le, par deux de ses ouvriers noirs dans sa ferme, il n’y a pas de haine à proprement parler. Simplement une lutte pour s’enrichir pour les uns, survivre pour les autres. Mais il est vrai que si, pendant longtemps, Anglophones et  Afrikaners n’ont pas fait bon ménage (souvenirs éloignés des guerres anglo-boers), les deux communautés se sont terriblement rapprochées face au danger de submersion noire. Quant aux Zoulous et aux Indiens du Natal autour de la métropole de Durban, ce n’est un secret pour personne que les seconds redoutaient les premiers. Quant à ces mêmes Zoulous, s’ils se reconnaissaient plutôt dans l’Inkata Freedom Party (IFP) de Mangosuthu Buthelezi, les Xhosas militaient en très grand nombre dans l’African National Congress(ANC), parti interdit jusqu’en 1990 en raison d’actes terroristes. La libération de Mandela, la désertion du pouvoir blanc et les premières élections universelles de 1994 ont  largement bouleversé la donne  et redistribué les cartes. L’irruption d’une bourgeoisie noire vorace a aussi modifié le paysage économique et politique. On assiste à des renversements de situations. Le chômage touche, en gros, un Sud-Africain sur deux en âge de travailler. Le Black Power Employment, une sorte de ségrégation à l’envers, le contraire du Job Reservation Act qui protégeait les travailleurs blancs, favorise outrageusement les Noirs. Ce qui explique, en partie, l’exil d’un million – un million ! – de Blancs en 20 ans. Des Afrikaners sont abonnés à la soupe populaire. J’ai vu de mes yeux vu, un Blanc faire la manche dans une rue de Durban. Impensable avant 1994 !

RIVAROL : Il n’y a que la question de l’emploi qui explique le départ des Européens ?

JCR : Non, l’insécurité est l’autre grand problème de ce pays. Depuis l’accession des Noirs aux affaires en avril 1994, des milliers de fermiers blancs et des membres de leurs familles, ont été assassinés. De plus, le sida touche, par exemple, 26% des jeunes adolescentes noires et les femmes blanches vivent dans la crainte d’un viol. Ce pays est plus criminogène que le Brésil, c’est dire. Beaucoup de ruraux s’expatrient en Géorgie, au Mozambique ou au Congo Brazzaville à l’invitation de ces pays, pour les faire profiter de leur expérience. On a même vu des ouvriers  agricoles noirs devenus propriétaires de la terre de leurs anciens patrons, demander à ces derniers de rester pour les conseiller ! D’ailleurs Zuma , le Président, le sait bien : s’il lui venait l’idée de nationaliser toutes les terres entre les mains des Blancs, son pays connaitrait le sort du Zimbabwe voisin.

RIVAROL : Vous dressez un tableau bien noir, sans jeu de mot… Quel avenir, alors, voyez-vous pour la minorité afrikaner ?

JCR : Il lui est impossible d’obtenir un VOLKSTAAT tel que le rêvaient les « verkramptes », les conservateurs, feu Terreblanche et son AWB ou  encore le Freedom Front. Il aurait fallu créer cet « Israël afrikaner » à chaud, en 1993/1994 au moment des négociations avec l’ANC : la politique du fait accompli. Les généraux à l’époque en avaient les moyens. En avaient-ils la volonté ? Et ceux des Blancs qui avaient piscine et domesticité noire le souhaitaient-ils vraiment ? Poser la question c’est déjà esquisser la réponse. Le village  exclusivement blanc d’Orania aux confins désertiques de l’ancienne  grande province du Cap, qui hésite entre le kibboutz et le Club Med, est une sympathique utopie qui n’a pas fait beaucoup d’émules. Même si le Volkstaat existe en filigrane dans la constitution  sud-africaine, l’ANC n’acceptera jamais sa création. Mais les Blancs quittent le pays vers les États-Unis, le Canada, l’Australie, la Grande-Bretagne, la Nouvelle-Zélande ou se regroupent. Par exemple dans la province du Cap Occidental, où ils représentent plus de 20% de la population. Avec les Métis de langue afrikaans, ils détiennent le pouvoir local sous la houlette d’Hélène Zille du Democratic Party. C’est la seule province qui échappe à la mainmise de l’ANC.

RIVAROL : Et Mandela, quel rôle a-t-il joué dans l’évolution de ce pays ?

JCR : Il faut lui reconnaitre au moins deux qualités : il a résisté physiquement et moralement à 27 années de captivité même si les dernières se sont déroulées bien plus dans l’ambiance d’un palace cinq étoiles que dans le contexte du bagne de Robben-Island. Ensuite, il n’a tenu aucun discours de haine ni de vengeance. Et je crois qu’il était sincère, même si cela faisait partie du deal passé avec le calamiteux De Klerk. C’est à souligner à son avantage, comparé à un triste sire comme Mugabe. Mais pour le reste il a gouverné en dilettante, laissant les affaires de son unique mandat de cinq ans entre les mains de Thabo M’Beki, Vice-Président qui lui succèdera. Il s’est contenté de faire le tour de la planète, de parfaire son image d’icône de la bien-pensance internationale.

RIVAROL : Alors, « les carottes sont cuites » pour les Blancs, si vous me permettez cette expression ?

JCR : Si les Européens d’Afrique du Sud qui sont tout de même encore plus ou moins quatre millions sur place, qu’ils soient d’origine afrikaner, anglophone ou portugaise (Angola et Mozambique), résistent à la tentation de l’exode  et constituent des blocs de population relativement homogènes, s’ils joignent leurs suffrages aux votes des Métis afrikaans, ils ont une chance au Cap, ici ou là, de perdurer. Mais jamais tant que cet État sera unitaire, juste décentralisé, ils ne reconquerront le pouvoir central. Sachez que sur une  quarantaine de ministres et de ministres adjoints, ils ne sont que cinq ou six à détenir un portefeuille. Pour conclure, j’aimerais citer une phrase de Saint-Loup extraite de son livre  « Le Boer attaque » paru en 1981 aux Presses de la Cité », page 218 : - « S’ils dérogent (les Blancs) tant soit peu à la politique de développement séparé, dans cinquante ans les Boers auront disparu, mangés par les Noirs. Quel hommage ! Oui mais quel drame pour la race blanche aventurée en Afrique ».  Objectivement, nous en sommes-là. À méditer sous nos cieux.


mandela.jpgÀ lire, « La faillite de Mandela », un livre de 187 pages édité aux « Bouquins de Synthèse Nationale » A commander à Synthèse nationale 116, rue de Charenton  75012 Paris ou dans toutes les bonnes librairies.18€ ou 21€ franco de port  (chèque à l’ordre de Synthèse nationale).

Commandez-le en ligne cliquez là

Bulletin de commande cliquez ici

00:22 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 17 octobre 2013

Entretien avec Thomas Joly sur le site Médias Presse Info

joly1.jpg

Thomas Joly est secrétaire général du Parti de la France. Nous l’avons interrogé sur deux événements importants du parti ainsi que sur la loi Taubira. Il nous répond avec franchise et sans détour…

1) Le 11 novembre, il y a la 7e journée nationale et identitaire sur le thème : Face à la répression socialiste : défendons la liberté. Qui organise cette journée et quel en sera le programme ?

Chaque année, à l'initiative de la revue Synthèse Nationale, dont le directeur est Roland Hélie, se déroule une journée nationale et identitaire où se tiennent des tables rondes thématiques, où différents stands politiques, culturels, associatifs sont à la disposition des participants, et où plusieurs orateurs de la mouvance nationale se succèdent à la tribune. Le Parti de la France y est invité depuis sa création ; cette année encore nous y tiendrons un stand et Carl Lang, président du PdF, prendra la parole. Le programme de cette journée sera très bientôt dévoilé par les organisateurs. Le thème de cet événement est tout à fait d'actualité puisque, ces derniers mois, la répression socialiste a été particulièrement féroce à l'égard des nationalistes (arrestations, dissolutions, etc) et des défenseurs de la famille traditionnelle (gazage de femmes et d'enfants, répression judiciaire délirante, etc). Face aux commissaires politiques du gouvernement socialiste, à des médias aux ordres et à un certain nombre de magistrats d'extrême-gauche qui se comportent en Cerbères de la pensée unique, il existe encore des Français qui se dressent et défendent la liberté d'expression.

2) Comment le parti a-t-il pris part à ce formidable mouvement de mobilisation contre la loi Taubira où la jeunesse avait une grande place ?

joly4.jpgLe Parti de la France a été de toutes les manifestations et de toutes les actions contre l'infâme loi autorisant les parodies de mariages entre invertis. A l'inverse du néo-FN où les nombreux homosexuels de sa direction nationale semblent avoir une puissante influence, le Parti de la France ne transige pas, au nom d'une prétendue modernité ou d'une démagogie électoraliste, avec cette atteinte à la famille et à l'institution sacrée du mariage. Ouvrant les portes à toutes les dérives (adoption d’enfants par les couples homosexuels et demain gestation pour autrui et légalisation de la polygamie), cette mesure socialiste est un nouveau coup porté à nos valeurs de civilisation, au respect de l’enfant et à la dignité de la personne humaine. L’abrogation de la loi Taubira est tout à fait possible et ceux qui prétendent l’inverse sont tout simplement des menteurs et des lâches soumis au lobby homosexuel. Le Parti de la France s’engage à abroger cette dénaturation du mariage. Aucune argutie juridique ne tiendra face à une consultation par référendum du peuple français où il sera proposé d’inscrire dans la Constitution que le mariage est l'union d’un homme et une femme.

3) Le 16 novembre, vous organisez un grand rassemblement contre l'islamisation et la politique migratoire à Amiens, pourquoi avoir choisi cette ville au lieu de Paris ?

joly 2.jpgLe Parti de la France organise en effet samedi 16 novembre à 10h30 un grand rassemblement à Amiens afin de dire non à l'islamisation et à la colonisation migratoire. Cette manifestation se tiendra symboliquement dans le quartier colonisé d'Amiens-Nord - tristement célèbre pour ses émeutes ethniques chroniques - à l'endroit-même où doit prochainement s'ériger une gigantesque mosquée. Carl Lang et moi-même prendrons tous les deux la parole. Les manifestations politiques ne doivent pas se cantonner à Paris, les problèmes de la capitale sont les mêmes dans les villes de province.

Face à la submersion migratoire et à l'islamisation de notre société qui en découle, méthodiquement organisées par nos gouvernants et différents groupes de pression depuis des décennies, les patriotes français ont le devoir de se mobiliser pour affirmer notre droit à rester maîtres chez nous. Nous avons encore le droit de ne pas vouloir vivre dans une France africanisée et islamisée. Amiens, et en particulier ses quartiers nords, sont tout à fait symboliques de cette France envahie que nous voulons libérer. La politique ne se fait pas que sur les plateaux télés ou derrière un clavier d'ordinateur, il faut aller aussi dans ces zones lâchement abandonnées par les pouvoirs publics, où les Français qui restent doivent raser les murs et se soumettre à la loi des caïds.

Également, ce même jour, se déroulera un déjeuner-débat présidé par Carl Lang. La participation aux frais est de 24 € par personne. Pour réserver : thomasjoly60@yahoo.fr ou 06.09.96.44.37

4) N'avez-vous pas peur qu'on vous taxe d'islamophobe en organisant un tel rassemblement ?

L'islamisation est un facteur aggravant de la colonisation migratoire mise en place par toute une engeance mondialiste destructrice des peuples et des Nations. Il y a 10 ans, Carl Lang faisait campagne sur le thème : « vous avez aimé l’immigration ? Vous allez adorer l’islamisation ! » Et bien nous y sommes.

L'Islam conquérant est à la manœuvre avec les milliards de l’argent du pétrole du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Puisque l’Europe est à vendre, ils l’achètent, et puisque la France est trahie par ses dirigeants et maîtres, ils l’occupent et l’islamisent. Et les mêmes qui sont les les tenants d’un laïcisme de combat contre l’Église catholique sont devenus, face à l’Islam, des laïcistes de collaboration. Le mythe de la laïcité et des soi-disant valeurs de la République comme protection face à l’Islam est balayé par la réalité et par les faits. La laïcité républicaine n’est rien d’autre que le cheval de Troie de l’islamisation.

Nous le disons sans détour : les règles de l’Islam ne sont pas compatibles avec nos valeurs européennes et chrétiennes de civilisation et elles menacent notre sécurité, notre identité et nos libertés. Soyons clair, la France n’est pas terre d’Islam et nous devons refuser de voir la France des terroirs et des clochers transformée en République des banlieues et des mosquées.

Contrairement aux obsédés de la dédiabolisation et de la normalisation politique, nous entendons dire la vérité aux Français sans nous soucier des anathèmes que peuvent nous lancer nos adversaires politiques ou les islamo-collabos.

5) Alors que ces derniers temps se multiplient des attaques contre le christianisme, le parti participera-t-il à la grande marche du 20 octobre organisé à l’initiative de l'Institut Civitas avec le soutien de nombreuses autres associations ?

joly3.jpgLe Parti de la France soutient naturellement toute action visant à dénoncer la haine anti-chrétienne hélas orchestrée par nos gouvernants acquis ou soumis à l'idéologie franc-maçonne. Nous plaçons la France au-dessus de la République, la nationalité au-dessus de la citoyenneté et nous préférons la France fille ainée de l’Église à la République citoyenne fille ainée du Grand Orient. C'est pourquoi, nous invitons nos militants, nos adhérents et nos sympathisants à se joindre à cette marche organisée par l'Institut Civitas.

Source cliquez ici

10:25 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 06 avril 2013

« Hergé fut un compagnon de route du rexisme… » Un entretien avec Lionel Baland :

P1020944.JPG(Propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

Qu’est-ce que le rexisme et qui est Léon Degrelle ?

Léon Degrelle, né en Belgique en 1906, se lance dans le journalisme, puis l’édition, devient un patron de presse et déboule en politique à la tête de son mouvement, le rexisme. Au départ catholique, ce mouvement évolue vers un poujadisme avant la lettre ; il s’attaque au régime parlementaire belge, à l’échec de ce système face aux événements et le fait trembler, avant de connaître une dérive politique fasciste et un déclin électoral à l’aube de la Deuxième guerre mondiale. En 1941, Léon Degrelle se lance dans la collaboration avec l’Allemagne, s’engage pour combattre sur le Front de l’Est, dans la Légion Wallonie, puis la Division Wallonie et atteint, à la fin de la guerre, le sommet de la hiérarchie du IIIe Reich. Il s’exile ensuite jusqu’à sa mort en Espagne. Le rexisme est politiquement mort en 1945. À l’exception de quelques groupuscules, personne en Belgique ne s’est réclamé de l’héritage politique de Léon Degrelle.

Quelle est la spécificité de votre ouvrage ?

L’histoire du rexisme n’avait encore jamais été envisagée sous son apport journalistique. Le rexisme a pourtant été, avant tout, un mouvement de presse. Cet ouvrage retrace l’aventure d’un groupe d’écrivains, de dessinateurs et de journalistes dont certains sont connus en Belgique et d’autres en Europe, tel Hergé, le dessinateur de Tintin.

Hergé a-t-il été rexiste ?

Ayant rencontré des témoins clé, toujours en vie il y a une vingtaine d’années, il apparaît clairement qu’Hergé fut un compagnon de route du rexisme. Tintin, publié avant-guerre dans le supplément du journal très conservateur Le Vingtième Siècle, se retrouve pendant la guerre publié dans le quotidien de la collaboration Le Soir. Il bénéficie alors d’une tribune exceptionnelle. Il est à noter que le frère de Georges Simenon, l’autre écrivain belge le plus célèbre, a joué un rôle important au sein du mouvement rexiste.

Lionel Baland écrit des articles d’analyse politique dans la revue Synthèse nationale ainsi que dans Minute et dirige un blog d’information sur l'actualité des partis patriotiques en Europe  cliquez ici

Léon Degrelle et la presse rexiste, de Lionel Baland, 220 pages, 23 euros, éditions Déterna, collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa.

00:55 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 mars 2013

Dimanche 7 avril prochain, l'Alsace vote pour son avenir...

400__Oui.jpg

 

Entretien avec Jacques Cordonnier, Président d'Alsace d'abord :

Le 7 avril prochain, un référendum d’initiative locale aura lieu dans les deux départements alsaciens, dans la perspective de fusionner le Conseil régional d’Alsace et les Conseils généraux du Haut-Rhin et du Bas-Rhin. Jacques Cordonnier, le mouvement régionaliste Alsace d’Abord que vous présidez est fortement engagé en faveur du Oui dans le campagne référendaire. Pourquoi ?

Parce que le projet de fusion des hautes collectivités alsaciennes et de créer un Conseil unique d’Alsace a été imaginé et conçu dès 1989 par le mouvement Alsace d’Abord. Avec Robert Spieler - avec qui j’ai fondé le mouvement et qui en a été le président jusqu’en 2008 – nous avions eu très tôt la conviction que la prospérité et le rayonnement de l’Alsace, la sauvegarde de ses particularismes et son développement économique passeraient nécessairement par une réforme institutionnelle. Nous défendions l’idée, audacieuse à l’époque, qu’une telle réforme pouvait très bien n’être conduite qu’en Alsace et ne pas s’appliquer à toutes les régions de France, dès lors que les autres régions de France n’en voulaient peut-être pas encore.

Pourquoi l’Alsace devrait-elle avoir un statut différent des autres régions ?

L’Alsace a une tradition régionaliste très ancienne. Elle est certes la plus petite région française, mais c’est une région frontalière à forte identité, ballotée pendant des siècles entre des autorités tutélaires différentes. Notre identité se fonde sur notre double culture, française et alémanique, héritage d’une histoire mouvementée. Les Alsaciens demeurent très attachés à leurs spécificités. En dépit des multiples tentatives de l’État de franciser à tout prix cette région des marches de l’Est, l’Alsace a su conserver presque intact son droit local. La « chance » de l’Alsace fut qu’elle ne fut pas française quand le petit  «  Père Combes » imposa en 1905 la séparation de l’Eglise et de l’Etat. En 1919, la France victorieuse voulut remettre en cause ce statut. La révolte fut telle, et développa tant les mouvements autonomistes, que le Régime recula. Ce droit local, qui fait partie du patrimoine alsacien, est régulièrement l’objet de remises en cause par le pouvoir central. Qu’il s’agisse du livre foncier, du régime local d’assurance-maladie, de la réglementation spécifique de l’apprentissage, du statut concordataire des cultes, des instances prud’homales paritaires, de l’organisation mutualiste de l’épargne et de bien d’autres domaines, notre droit local a fait la preuve de sa supériorité sur le régime commun.

C’est ce statut particulier que nous entendons préserver et renforcer. Quand les Alsaciens parleront d’une seule voix, nous serons plus à même de demander d’autres transferts de compétences et de ressources de l’État vers la Région. De même, l’Alsace deviendra plus crédible vis-à-vis de nos puissants voisins du Bade-Wurtemberg ou de Bâle lorsqu’il s’agira de coopération transfrontalière.

Votre projet date de 1989 ; comment se fait-il qu’il ait fallu attendre si longtemps pour voir les choses enfin se décanter ?

Avec Robert Spieler et les autres élus de notre mouvement, nous nous battions inlassablement au sein du Conseil régional pour faire progresser l’idée du Conseil unique d’Alsace. Mais nous nous sommes toujours heurtés aux réflexes jacobins et « républicains » aussi vivaces chez les élus de droite que de gauche. Il faut dire que les grands partis nationaux, UMP, PS, mais aussi FN, ne favorisaient pas, chez leurs élus et leurs dirigeants, l’éclosion d’idées nouvelles qui auraient pu remettre en cause le centralisme et le jacobinisme « républicain » dont la plupart des régions s’accommodaient. Élection après élection, nous placions le projet de fusion au cœur des campagnes électorales, et c’est ainsi que chez les électeurs, au bout de vingt ans, l’idée a fait son chemin.

Cette fusion, et la création du Conseil d’Alsace, suffiront-elles à endiguer les effets de la crise qui touchent l’Alsace autant que le reste du pays ?

Le Conseil unique d’Alsace sera un formidable outil pour mettre progressivement en œuvre des décisions prises par les Alsaciens, pour les Alsaciens. Mais il faudra encore l’améliorer, car le projet tel qu’il est présenté aux électeurs est imparfait et incomplet. Les responsables UMP prétendent vouloir simplifier le mille-feuille administratif, mais ils ont concocté une usine à gaz peu compréhensible. On sent bien que le projet est le produit d’âpres marchandages entre Haut-Rhinois et Bas-Rhinois, entre Strasbourgeois et non-Strasbourgeois, entre citadins et ruraux. Médiocrité, quand tu nous tiens… Mais je ne boude pas mon plaisir ; mieux vaut une fusion incomplète que pas de fusion du tout. L’occasion qui se présente est historique. Si nous ratons cette fenêtre de tir, il n’y aura plus de possibilité de créer le Conseil d’Alsace avant cinquante ans ou plus.

Ne craignez-vous pas que ce référendum en Alsace soit une réplique du référendum local du 6 juillet 2003 en Corse, où le Non l’a emporté ?

Non, les deux référendums sont bien différents. Le référendum en Corse a été conçu et organisé par le centralisme parisien, ce qui a quelque peu énervé les Corses. De même que pour tous les référendums organisés dans les DOM-TOM par le passé. Le référendum du 7 avril 2013 en Alsace a été quant à lui, voulu, imaginé et préparé par les Alsaciens. C’est d’ailleurs une grande première. C’est la première fois dans l’histoire de France que les habitants d’une région vont être consultés, à leur demande, sur leur avenir institutionnel. Les Alsaciens pourront prendre leur destin en mains.

Vous avez donc toutes les raisons d’êtes satisfait. Ce référendum sera probablement une simple formalité ?

Non, rien n’est joué. Le Oui, pour l’emporter, doit satisfaire à deux conditions : faire plus de 50 % des suffrages exprimés, mais le Oui doit aussi atteindre 25 % des électeurs inscrits dans chaque département. Or comme chacun le sait, l’abstention n’a fait que progresser au cours des dernières décennies. En outre, il s’agira là d’une consultation uniquement régionale, ce qui veut dire que les grandes chaînes de télévision et la presse nationale n’en parleront pas, ou très peu. Sachant que les présidents UMP des Conseils généraux vont perdre leur siège de président, vous pensez bien qu’ils font campagne à reculons. Quant aux conseillers UMP et PS de base, généraux ou régionaux, ils craignent confusément de perdre leurs prébendes ; ils ne sont donc pas très actifs sur le terrain. Les élus du Front National, eux, font carrément campagne pour le Non, mettant en garde contre le morcellement de la République issue du siècle des Lumières… Ils aiment, ils adorent les valeurs de la République… Ils rejoignent ainsi dans le camp des jacobins, les militants du Front de gauche, du NPA, d’une partie du PS et les Libres penseurs francs-maçons qui n’ont jamais supporté la survie du Concordat en terre alsacienne. C‘est navrant, mais aujourd’hui le Front national est devenu le meilleur défenseur des idées de la Révolution française et des idées jacobines en Alsace. Navrant, vraiment navrant…

Mais le référendum ne peut-il pas permettre de donner la parole au peuple ?  

Soyons lucides : Les Français n’ont pas la pratique ni l’habitude du référendum ou de la votation. De sorte que, lorsqu’ils sont enfin consultés, ils ne répondent pas à la question posée mais se livrent plutôt à un vote sanction, un vote de mauvaise humeur. Et en cette période de crise, les gens ont quelques raisons d’être de mauvaise humeur. Les responsables UMP seraient bien inspirés d’y penser et de détourner cette mauvaise humeur contre l’État socialiste. Mais ils n’osent pas, tant ils sont formatés pour s’incliner devant tout ce qui vient de Paris. Le mouvement régionaliste mène activement campagne, surtout dans le Haut-Rhin où l’on a agité depuis plus de trois ans le chiffon rouge de la domination strasbourgeoise. La domination strasbourgeoise ! Mais, que voulez-vous. Il est bien connu que les nains défendent leur pré carré. Ceci est vraiment profondément misérable et digne d’un nanisme cosmoplanétaire…

Ce sera sans doute difficile, mais j’ai la conviction que les Alsaciens choisiront de voter Oui. Oui à l’Alsace alsacienne, à la France française et à l’Europe européenne…

Un Parlement alsacien?

Quand il y a vingt-cinq ans nous demandions la création du Conseil d’Alsace, on nous traitait de fous. Il ne faut donc pas s’effrayer quand nous prédisons que dans quelques années, l’Alsace aura son Parlement. Dès aujourd’hui, nous devons demander des pouvoirs organiques et réglementaires afin d’obtenir sans délai la responsabilité du droit local, de sa sauvegarde et de sa modernisation. L’Alsace doit devenir maîtresse dans les domaines où son talent lui permettra de s’exprimer mieux, moins cher, plus efficacement que l’État. L’Alsace doit tirer le meilleur parti de sa situation dans l’espace rhénan et développer des relations étroites de partenariat avec ses voisins de la Suisse alémanique, du pays de Bade et du Sud-Palatinat.

Tout cela sera facilité avec l’installation du Conseil d’Alsace et la mise en œuvre d’un projet moderne de vraie décentralisation. La victoire du Oui le 7 avril prochain sera la victoire des Alsaciens et la chance de notre région.

Mais quand vous évoquez un Parlement alsacien, n’êtes-vous pas en pleine démarche indépendantiste ?

Ceci est une plaisanterie. L’Alsace est et restera française et européenne. Il n’est pas question pour nous de revendiquer une quelconque indépendance, idée ridicule, qui n’a aucun sens dans le cadre de la réflexion européenne et nationale qui est la nôtre. Il est consternant d’entendre des représentants de mouvements dits nationaux ou nationalistes reprendre les antiennes du jacobinisme révolutionnaire. Les meilleurs défenseurs de la Révolution française ne sont pas Mélenchon ni Buffet, mais Marine Le Pen et le Front national. Désespérant… Pardonnez-moi : Mais dire « merde » aux énarques parisien arrogants, ce n’est pas dire « merde » à la France.

Cet entretien a été publié dans Rivarol de la semaine dernière cliquez ici

Site d'Alsace d'abord cliquez là

12:09 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 16 mars 2013

Entretien avec le Dr Bernard Plouvier, auteur de Faux et usage de faux en histoire (éditions Dualpha)

Faux-usage-de-faux-e.jpgÀ quoi peut bien servir l’histoire telle qu’on la raconte ?

De mauvais plaisants (et même quelques bons historiens, comme on peut le lire dans cet ouvrage) estiment qu’elle ne sert à rien ! Ce n’est toutefois pas aussi évident. Sinon, nos merveilleux politiciens ne s’en méfieraient pas tant, eux qui en ont pratiquement fait disparaître l’enseignement dans les classes du secondaire (où l’on n’évoque plus guère que les civilisations exotiques, comme si l’Europe était née en 1960, par le traité unissant ses économies nationales).

Il faut croire que la narration historique n’est pas seulement un plaisir d’esthète ou une activité de savant, mais qu’elle a aussi une certaine importance sociale, puisque de nos jours des parlementaires édictent des lois pour en réglementer l’écriture et que des juges ont à statuer sur le cas des contrevenants, ces chercheurs atypiques qui osent réviser les dogmes communément admis.

Donc la narration officielle est véridique ?

Que non pas ! Bien au contraire, la question mérite d’être posée : l’écriture historique estampillée d’État, c’est-à-dire celle de nos merveilleux savants universitaires, de nos brillants académiciens et de nos sémillants écrivains mondains est-elle digne de foi ? Dans mon livre Faux et usage de faux en histoire, j’ose prétendre le contraire. Et ce n’est pas pour rien que l’illustration retenue pour la couverture de cet ouvrage est faite de marottes pour bouffons de cour !

Quels sont les sujets que vous abordez et dans quel but ?

Dans une première partie, je tente de démonter une quinzaine de fables bâties pour édifier le bon peuple, de Ramsès II à Lénine, de Galilée à Einstein, de Constantin Ier à Paul Reynaud et Charles De Gaulle.

Il est évident que l’écriture de l’histoire contemporaine n’est trop souvent que de la propagande. J’ai tenté de le démontrer en épurant l’histoire d’Adolf Hitler des légendes et des mensonges les plus grotesques ; c’est la forme la deuxième partie du livre.

Dans une troisième partie, j’ai abordé le lieu symbolique du « Devoir de mémoire », Auschwitz et son complexe concentrationnaire, en essayant d’en ôter les scories qui ont donné naissance au négationnisme, puis l’ont nourri.

En guise de conclusion, sont proposés quelques aphorismes d’auteurs antiques, modernes et contemporains portant sur la narration historique, de façon à prouver que ce n’est pas d’aujourd’hui que l’on doute du bien-fondé de la narration communément admise, des Vulgates officielles !

La notion de vérité historique est, par essence, un idéal inaccessible. Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à s’en rapprocher et moins encore qu’on ait licence de la violer délibérément.

Car l’histoire a un intérêt certain. Étant le reflet des grandes réalisations aussi bien que des erreurs de nos ancêtres, elle doit servir d’exemples à imiter et de repoussoirs dont il faut éviter la reproduction. Après tout, elle participe à la sagesse des nations, faisant partie de leur culture propre… de ce fait, on reconnaît volontiers qu’elle ne peut guère être aimée des tenants du grand village mondial !

(propos recueillis par Fabrice Dutilleul)

Faux et usage de faux en histoire, Dr Bernard Plouvier, éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 386 pages, 35 euros. Pour se le procurer cliquez ici

11:50 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 18 octobre 2012

Un entretien avec Alain Renault sur la sortie du livre "Histoire des fascismes" de François Duprat...

duprat.jpg« Des leçons bien précises peuvent être tirés de l’histoire du mouvement nationaliste-révolutionnaire dans le monde ».

Entretien avec Alain Renault, préfacier d’Histoire des Fascismes (propos recueillis par Fabrice Dutilleul) :

Beaucoup d’études ont été publiées sur le Fascisme, quel est l’intérêt de celles de François Duprat ?

Le terme de « fascisme » recouvre des réalités différentes. Duprat étudie des « fascismes » méconnus dans la perspective des combats d’aujourd’hui car il considère que « des leçons bien précises peuvent être tirés de l’histoire du mouvement nationaliste-révolutionnaire dans le monde ». Ses monographies portent donc moins sur l’idéologie, marquée par le temps et l’espace, de ces différentes formations que sur leur action, leurs rapports face à la « droite » et la « gauche », leur capacité à recruter et à mobiliser, les raisons de leurs échecs ou de leurs succès.

Mais le Fascisme ne se confond pas avec le nationalisme-révolutionnaire, étiquette revendiquée par Duprat ?

Non, et d’ailleurs seul un imbécile n’ayant d’ailleurs rien compris à l’essence du Fascisme, mènerait aujourd’hui et en France une action politique en s’en réclamant… Comme l’a écrit Duprat « le nationalisme doit être considéré aujourd’hui puisque nous sommes des relativistes et que nous croyons à l’obligation pour les formulations idéologiques de s’adapter aux situations changeantes ». Mais, quelle que soit l’étiquette retenue, il n’en demeure pas moins que certains principes perdurent même si certains font du « fascisme » sans le savoir, voire en s’en défendant.

Les analyses de Duprat restent-elles actuelles, 34 ans après sa mort ?

En tous cas, sa méthode, son logiciel de pensée, sont d’une actualité permanente. J’ai d’ailleurs sélectionné ces monographies, et les enseignements pratiques que l’on peut en tirer, pour l’action de notre temps. Ma préface les inscrit dans le combat actuel et dans l’analyse politique plus générale de Duprat. Celui-ci semble avoir été très en avance dans sa prédiction des crises économique et identitaire qui commence seulement à apparaître.

Quelles leçons générales à tirer de l’ouvrage ?

Chacun peut en tirer des leçons individuelles par ses propres réflexions sachant que « la réflexion est ACTION si elle sait déboucher sur l’amélioration qualitative de l’action pure » en étudiant les erreurs qui mènent à l’échec et, plus positivement, les méthodes qui peuvent mener aux succès sachant que les conditions de ceux-ci ne les garantissent aucunement. « Si nous ne savons profiter des événements historiques en cours ce sera la preuve non pas que l’Histoire ne devait pas aller dans notre sens, mais que nous avons été, au moment voulu, incapables de profiter de notre chance. »

4445.jpgHistoire des Fascismes, de François Duprat, Préface, sélection, présentation et annexes par Alain Renault, éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 310 pages, 29 euros.



Des mêmes auteurs, chez le même éditeur  (Francephi) :

Les Fascismes américains – 1920-1944, de François Duprat et Alain Renault (328 pages, 31 euros) : Cette étude porte sur l’action de ces mouvements entre le début du XXe siècle et l’entrée des États-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale : les précurseurs, la campagne antisémite de Ford, les « démagogues », produits de la crise de 1929, les mouvements purement fascistes de Shirts, le « Bund Germano-américain » et diverses organisations du même type, la lutte contre la guerre et la répression des « menées fascistes ».

Ordre Nouveau, préface d’Alain Renault (465 pages, 35 euros) : Son histoire, ses idées, son programme ont fait l’objet des deux ouvrages publiés successivement par le Mouvement, en juin 1972 et en juin 1973 dont l’intérêt suscite cette réédition.

Commander Histoire des fascismes cliquez ici

Bulletin de commande cliquez là

08:06 Publié dans Livres, Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 14 octobre 2011

Franck Abed invité dimanche soir sur le forum libre teamspeak

tspk11.png

Pour écoûter cliquez ici

19:54 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 02 octobre 2011

Un grand entretien avec Gabriele Adinolfi réalisé à la Casa Pound à Rome...

Entretien réalisé par Les Non alignés cliquez ici

Gabriele Adinolfi et la Casa Pound seront présents à Paris le vendredi 11 novembre prochain à la 5ème journée nationale et identitaire organisée par Synthèse nationale au Forum de Grenelle (5, rue de la Croix Nivert 75015 Paris - métro Cambronne). Cliquez ici

16:33 Publié dans Rencontre avec..., TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 mai 2011

Philippe Randa : l’union patriotique existe... la preuve par Primatice, Flash et Synthèse nationale !

Philippe Randa 5.jpgUn entretien exclusif entre Philippe Randa (cliquez ici), éditeur et créateur de Primatice, et notre collaborateur Guirec Sèvres.

Demain, samedi 14 avril, la Librairie Primatice fête ses 5 ans… De quoi être heureux alors que beaucoup de petites librairies ferment en France…

Certes, dans un contexte économique plutôt morose, surtout pour les librairies, il serait indécent de se plaindre. Perdurer, sans aucun mécène, tient de la gageure, mais Xavier Verdavoine et moi y avons toujours crû et la foi permet beaucoup, même si, hélas, nous ne soulevons pas des montagnes de bénéfices…

Pas encore, pas encore…

Voilà, c’est comme vous dîtes… mais si l’on s’enrichissait dans la librairie, même à terme, ça se saurait… À défaut, c’est tout de même une activité passionnante et face aux géants de la distribution, on a un peu l’impression d’être David face à Goliath. Objectivement, c’est de la folie. Dans les faits, c’est stimulant… Et puis, notre spécificité de proposer des livres, des CD ou des DVD quasi-introuvables par ailleurs –sauf pour certains en édition originales hors de prix – est appréciée par des clients réguliers… Ils nous apportent un soutient très chaleureux qui ne se dément pas d’années en années…

À la librairie Primatice se côtoient des auteurs parfois très opposés idéologiquement…

Très, voire totalement, mais avec un point commun : en général, ils sont tous considérés comme “infréquentables” par les grands circuits de distibution, les medias, etc. Ils sont catalogués “politiquement”, “historiquement”, “philosophiquement” ou encore “religieusement” incorrects par ceux que Jean Mabire appelaient les “sévères garde-chiourmes de la République des Lettres”…

C’est le cas aussi pour les revues ou journaux que l’on trouve à Primatice : Rivarol, Synthèse nationale, Lectures françaises, Minute, Résistance, Rebellion, Réfléchir & Agir, Terre & Peuple, Krisis… et le journal Flash dont vous êtes co-rédacteur en chef… À ce propos, comment va Flash depuis le départ d’Alain Soral ?

Comme avant ! Alain Soral a décidé de cesser sa collaboration, ce qui est son droit et à titre personnel, je le regrette, mais s’il en a été un des noms les plus connus à sa création – au talent incontesté, quoi que l’on pense de certaines de ses positions – Flash est avant tout le journal d’une équipe dont le chef d’orchestre a toujours été et reste mon vieux complice Nicolas Gauthier… C’est lui qui a réunit l’équipe de base : Topoline, Christian Bouchet, feu Jean Bourdier et moi-même, qu’ont rejoint très rapidement Pierre le Vigan et Arnaud Guyot-Jeannin, puis Pierre Gillieth et Jean-Claude Lauret, sans compter bien d’autres collaborateurs occassionels et sans oublier les interventions très régulières d’Alain de Benoist… Puisque vous me parlez de Flash, j’en profite pour réaffirmer haut et fort ce qui est une évidence pour nous, mais pas pour certains qui colportent des rumeurs on ne peut plus mensongères : nous sommes un journal totalement indépendant de tout parti ou mouvance, dont la vocation première est de le rester. Ce qui ne nous interdit pas d’aborder tous les sujets pour les décrypter, mais jamais pour imposer un kit de pensée sectaire. Vu les collaborateurs, ce serait tout de même difficile d’y parvenir. Nous avons tous des parcours et des sensibilités différentes…

Des sensibilités différentes comme à la librairie Primatice ?

On ne se refait pas et c’est pour cela, sans doute, que ça ne marche pas trop mal… Pour preuve ? C’est Synthèse nationale qui m’interroge et va répercuter ce que je dis… La fameuse “Union patriotique” qu’il m’est arrivé de brocarder comme une “Arlésienne” de la mouvance nationale, elle ne l’est peut-être pas tant que ça, finalement grâce à Primatice, Flash, Synthèse nationale… et tous ceux qui nous feront le plaisir de venir déguster notre super punch samedi pour fêter nos 5 ans !

772533361_22.jpgL'ANNIVERSAIRE DE PRIMATICE

La librairie Primatice a 5 ans ! Fêtons l’anniversaire le samedi 14 mai 2011
Venez fêtez les 5 ans de la Librairie Primatice le samedi 14 mai 2011 de 11h00 à 13h00 et de 15h00 à 19h00 en dégustant un excellent punch à la Librairie Primatice (10, rue Primatice Paris XIIIe – métro Place d’Italie.
De nombreux écrivains et journalistes seront présents, ainsi que nombre de collaborateurs de la revue Synthèse nationale et du journal Flash infos magazine qui seront heureux de s’entretenir avec leurs lecteurs…

13:07 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 16 mars 2011

OU VA LA LYBIE ?

781154363.jpgUn entretien avec Pierre Le Vigan

La Libye est déchirée par la situation actuelle. Inutile de revenir sur les morts, des centaines ou des milliers. Visiblement Kadhafi ne veut pas finir lamentablement comme Moubarak ou Ben Ali. Il a de l’énergie, et sans doute un grain de folie qui fait les vrais hommes d’État, ce qui n’atténue pas la réalité de ses erreurs ou de ses crimes.

Justement Kadhafi est-il autre chose qu’un infâme dictateur ?

La politique n’est pas la morale. L’essentiel n’est pas de « s’indigner » mais de comprendre et ensuite de faire des choix politiques. Il faut d’abord rappeler ce qu’est la Libye : moins de 7 millions d’habitants, dont 2 millions à Tripoli et 650 00 à Benghazi la deuxième ville du pays. 90 % d’Arabes et moins de 5 % de Berbères, à l’ouest, près de la Tunisie. Beaucoup d’immigrés aussi : ils constituent 20 % de la population et 50 % de la population active. Une population essentiellement concentrée sur la zone côtière. Et trois régions, la Tripolitaine à l’Ouest, la Cyrénaïque à l’est, le Fezzan, presque désert, au sud.

La vérité c’est que la Libye moderne est née avec Kadhafi.  Romanisée sous l’Antiquité, normande quelques années au XIIe siècle ( !), colonie turque conquise par les Italiens en 1911-12, la Libye devient indépendante en 1951 sous un roi, en fait l’ancien émir de Cyrénaïque, chargé implicitement de la maintenir dans l’orbite anglo-saxonne. Il n’y a alors qu’un million d’habitants en Libye. C’est à l’époque le principal pays africain producteur de pétrole, avec un gros essor à partir des découvertes de 1958. En 1969 le coup d’État du capitaine Mouammar Kadhafi et d’un groupe d’ « officiers libres » - la terminologie est la même qu’en Égypte - est un coup de tonnerre anti-occidental. Le capitaine, devenu colonel, Kadhafi, fait évacuer les bases anglo-américaines de Libye, et nationalise les compagnies pétrolières en 1973. C’est un proche de Nasser. Kadhafi tente une fusion avec l’Égypte et la Syrie en 1971. Elle éclate 2 ans plus tard. En 1974 c’est avec la Tunisie qu’une tentative de fédération est menée. Elle avorte aussi. Kadhafi  publie en 1976 son Livre Vert sur la troisième voie. Il y critique l’enrichissement personnel incompatible avec la justice, et prône la démocratie directe, en fait une démocratie plébiscitaire, à la place de la démocratie parlementaire occidentale. Sa radicalisation anti-américaine et anti-israélienne, son soutien présumé (par ses adversaires) à des groupes terroristes amène les Américains à essayer de l’assassiner en avril 1986 par des raids meurtriers sur Tripoli et Benghazi. La fille adoptive de Kadhafi est tuée. À partir de là l’évolution dictatoriale et erratique de Kadhafi s’accentue. Ses sorties médiatiques s’orientent vers une certaine clownerie involontaire, même si, en France ou avec G-W Bush nous avons parfois été confrontés à ces décalages entre l’être et la fonction. Un jour, il annonce que William Shakespeare est en fait un Arabe («Cheikh Spir »), un autre jour il plante sa tente bédouine à coté de l’Élysée, et cultive  un look auprès duquel Galliano est un garçon sans imagination.

Jusqu’à la fin des années 90 la Libye est mise au ban de l’ONU et soumise à un embargo militaire. La détente s’amorce à partir de 2003-2004 avec la fin de l’embargo militaire (« Le nouveau Kadhafi », Le Monde, 7 janvier 2004). Kadhafi se rapproche des Occidentaux, démantèle son programme nucléaire,  et se présente comme un rempart contre le terrorisme. Et aujourd’hui encore il prétend que les émeutes sont manipulées par Al-Qaida maghreb, la prétendue AQMI.

Pourquoi ce tournant occidentaliste de Mouammar Al-Kadhafi ?

 Vous aurez remarqué que 2003 c’est la deuxième guerre du Golfe et l’agression américaine contre l’Irak. Cela donne à réfléchir. Surtout quant on voit que l’Irak, pays de 30 millions d’habitants, à réelle tradition militaire, n’a rien pu faire contre les envahisseurs alors que la Libye ne compte qu’un peu plus de 6 millions d’habitants.

Quel a été le rapport de Kadhafi à l’Islam ?

La Libye est sunnite mais Kadhafi écarte en fait la sunna (la tradition) comme seconde source de l’Islam. Il ne reste donc que la première source, le Coran, ce qui exclut la possibilité de la charia puisqu’il n’y a de charia qu’avec la prise en compte de la sunna et des hadiths (paroles du prophète). Pourtant, tout en luttant contre les « Frères Musulmans », Kadhafi, pour leur couper l’herbe sous le pied, adopte une version de la charia dans son pays en 1994. C’est l’une des contradictions et des dérives anti-laïques et post-nasseriennes habituelles chez les dirigeants comme Kadhafi dont l’élan modernisateur et populiste s’essoufflait.

Que restera t-il de Kadhafi quand on pourra poser un regard distancié sur son action politique ?

La modernisation du pays, un formidable effort d’éducation qui fait de la Libye le pays du Maghreb où il y a le plus haut niveau d’éducation, l’accession des femmes à l’enseignement – elles sont actuellement majoritaires dans l’enseignement supérieur -, le recul de l’âge du mariage des femmes, la mixité jusqu’à l’équivalent du collège, en fait, globalement on retiendra  une modernisation-occidentalisation accélérée tout en étant jusqu’aux années 1990 un ennemi déterminé des politiques impérialistes de l’Occident Atlantique (et atlantiste).

Ce que nous montre la géographie des émeutes, c’est que l’est de la Libye semble particulièrement hostile à Kadhafi tandis que ce dernier paraît encore en mesure de contrôler l’ouest, du coté de la capitale Tripoli. Dès lors, la Libye n’est-elle pas appelée à disparaître, à éclater ? N’est-elle pas un État artificiel ?

La Libye n’est pas plus artificielle que la France, c’est une construction historique. Libye désignait sous l’Antiquité tout ce qui est à l’ouest de l’Égypte en Afrique du Nord. Il y eut le royaume de Cyrène des VI et Ve siècle av. J-C, habité par les Libous (Libyens), et la Marmarique, entre Égypte actuelle et Libye. La capitale de la province de Libye était Barqa, à 100 km à l’est de Benghazi. Il se trouve que la Libye a déjà – ce n’est pas rien – une identité négative : elle n’est pas l’Égypte, elle n’est pas non plus la région de Carthage. C’est sans doute néanmoins avec la Tunisie qu’il y aurait le plus de raisons pour la Libye – et réciproquement pour la Tunisie - de se rapprocher. D’autant que le poids démographique des deux nations est proche et que de ce fait aucun n’a à craindre d’être absorbé par l’autre.

Comment voyez vous finir la crise libyenne ?

La pression internationale contre Kadhafi est très forte. On voit mal comment il pourrait résister durablement. Mais rien n’est joué. Ce qui est sûr, c’est que l’Europe ne doit aucunement s’associer à une éventuelle intervention américaine. L’inculpation de Kadhafi pour crimes contre l’humanité n’a pas non plus de sens, elle n’est pas de nature à favoriser une solution qui ne peut être viable qu’entre Libyens. Une intervention des pays arabes, qui serait l’une des moins mauvaises solutions, ne parait pas souhaitée par ceux-ci. Il est vrai qu’ils ne sont guère en état de donner des leçons de stabilité et de consensus. Une médiation sud-américaine, avec Hugo Chavez, offrait une bonne possibilité de sortie de crise, mais les Occidentaux bellicistes, Sarkozy en tête, se sont empressés de la rejeter. Le problème de la Libye c’est qu’il n’y a pas d’élite autochtone prête à prendre la succession de Kadhafi sur la base du maintien de l’indépendance nationale. La solution, s'il y en a une dans l'intérêt des peuples européens et méditerranéens, ne peut se trouver qu'à partir d'un compromis négocié : le contraire de ce que proposent David Cameron et Nicolas Sarkozy (conseillé par Bernard-Henri Levy!) qui font comme d'habitude les rabatteurs pour l'axe impérialiste Washington-Tel-Aviv.

Source Esprit européen : cliquez ici

00:21 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 25 février 2011

Dans Rivarol de cette semaine : un grand entretien avec Gabriele Adinolfi...

gabriele02.jpgGabriele Adinolfi est une des figures intellectuelles non conformistes italiennes les plus en vue. Ce militant national- révolutionnaire très influencé par Julius Évola a été contraint à l’exil en France pendant vingt ans. On lui doit deux ouvrages remarqués ces derniers temps, « Nos belles années de plomb » en 2004 et « Pensées Corsaires, abécédaire de lutte et de victoire » en 2008 (cliquez ici). Plus que jamais en pointe du combat en Italie, il a accepté de répondre à quelques-unes de nos questions.

 

RIVAROL : En premier lieu M. Adinolfi, vous qui êtes un militant de grande expérience et qui avez fait de nombreux sacrifices pour l’idéal fasciste, pouvez-vous nous dire comment vous voyez le futur de l’Italie et celui de sa jeunesse ?

GABRIELE ADINOLFI : Très négatif. L’Italie est un pays vieillissant dont le taux de natalité est le plus bas à l’échelle mondiale, il n’a presque plus d’industrie, un secteur agricole restreint et une souveraineté très limitée. Les seuls éléments qui sauvent actuellement l’Italie de la ruine se trouvent dans l’appareil énergétique national notamment l’ENI), dans l’industrie d’armement, dans la petite entreprise et dans ce qui reste de l’épargne familiale.

Dans le contexte actuel de globalisation, cela nous donne quelques années à peine de survie si les données ne changent pas radicalement.

R. : Quelle place peut occuper le fascisme dans le futur italien ?

G. A. : C’est un paradoxe. Le fascisme encore aujourd’hui présente toutes les réponses aux problèmes actuels. On peut dire de lui que c’est le seul système de pensée et d’organisation qui possède les solutions aux grands défis contemporains. Mais il ne parvient toujours pas à se mettre en place dans la conjoncture présente. Les Italiens qui ont connu le fascisme réel au quotidien continuent d’apprécier et même d’aimer l’oeuvre de Mussolini, ayant joui de tous ses bienfaits sociaux, économiques, éthiques et culturels. À la différence notable de ceux qui n’en ont connu que la légende noire, à l’instar des Français qui ne l’ont jamais expérimenté (Vichy procédant de circonstances aussi inattendues que défavorables et n’incarnant de toute façon pas un projet fasciste). Cette nostalgie grandit de jour en jour par la simple comparaison de l’Italie mussolinienne avec l’Italie antifasciste d’abord et post-fasciste après. Cependant il manque toutes les conditions objectives pour la fondation d’un Etat-Nation d’inspiration fasciste, donc le fascisme malheureusement en l’état actuel des choses ne pourra pas se proposer. Il est possible cependant d’extraire du fascisme toute une série de solutions aux problèmes qui nous écrasent. Disons que si un certain nombre de conditions sont remplies, on peut espérer dans le futur italien une formule mixte, une forme de péronisme à l’italienne. (...)

La suite dans Rivarol, chez votre marchand de journaux.

08:55 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 10 février 2011

Un entretien avec Hervé Van Laethem...

SDC11475.JPGEntretien réalisé par Terre et peuple Wallonie :

 

Samedi prochain, 12 Février 2011, les rencontres identiaires du Coloma, en Belgique, organisées par Terre et peuple Wallonie, vont accueillir de multiples orateurs ayant chacun leur particularité.

 

De cette assemblée de qualité, une tête sort un petit peu du lot : cette tête bien connue du monde politique belge francophone et neerlandophone est celle d'Hervé Van Laethem (à droite sur la photo en compagnie de Robert Spieler et de Luc Pécharman lors de la fête du cochon à Lille en octobre dernier -NDLR).

 

Hervé Van Laethem, de part un engagement sans temps mort depuis son plus jeune âge, a exploré toutes les facettes de l'action politique, connu des bons et des mauvais moments, lui forgeant un caractère entier et radical, qui bien avant de lui donner une personnalité atypique et attachante, lui a surtout donné une expérience des choses et de son temps que peu de gens connaissent avec autant de clairvoyance. C'est cette expérience qu'il viendra partager avec nous, loin du discours verbeux et creux d'une droite égoïste et d'une gauche affairiste, mais avec tout le coeur et l'amour pour leur peuple qu'ont les hommes d'honneur.

 

TP: Hervé, pour ceux qui ne te connaîtrait pas, peux tu te présenter ? 

 

HVL: Je m'appelle Hervé Van Laethem, j'approche de mes 46 ans, dont 29 ans de militantisme.

 

J'ai appartenu à divers mouvements, dont beaucoup ont défrayé la chronique, et j'ai longtemps été un des cadres dirigeants du mouvement NATION (cliquez ici), dont je reste un membre et un cadre militant. Idéologiquement, je me réfère à la mouvance nationaliste-révolutionnaire. J'ai aussi une très forte fibre identitaire, mais ma route vers l'identité à moi ne passe pas par le Moyen-Orient ou par les officines laïcardes comme certains.

 

TP: Tu nous fais le plaisir d'être parmi nous samedi, de quoi comptes tu nous entretenir ?

 

HVL: De mon côté, je vais essayer de tirer des conclusions pratiques et tactiques de ce qui va se développer, mais je pense que beaucoup seront d'accord pour dire que le combat contre le mondialisme passe aussi par un combat local, identitaire et social très fort.

 

TP: Selon toi, pourquoi faut il participer à ce genre de réunion ?

 

HVL: D'abord, c'est une occasion de rencontrer des amis, des camarades, des gens qui pensent comme vous. C'est aussi l'occasion d'échanger et de débattre. C'est enfin, une occasion de plus de se former politiquement, car on ne lutte vraiment bien que lorsqu'on sait pourquoi on lutte.

 

Hervé et la bannière Wallonie de l'association Terre & Peuple vous donnent donc rendez-vous le 12 février prochain au château du Coloma.

 

Le Château du Coloma se trouve, 25 rue J. De Pauw à Sint-Pieters-Leeuw. Il est accessible par le ring ouest de Bruxelles, prendre la sortie 16 en direction de Leeuw-Saint-Pierre (le Château Coloma est fléché en blanc sur brun) ou prendre le bus H à la gare du Midi à Bruxelles (il a son arrêt au coin de la rue De Pauw).

07:04 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 12 janvier 2011

Un entretien avec Roland Hélie, directeur de Synthèse nationale, sur le site identitaire belge "Nation"...

Roland Hélie.jpgLe site identitaire belge francophone "Nation" publie aujourd'hui un entretien avec Roland Hélie, directeur de la revue Synthèse nationale.

Pour le consulter, cliquez ici.

07:06 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook