Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 13 septembre 2022

Gambetta, le principal fondateur de la Troisième République

010084637.jpegScipion de Salm

Gérard Unger, qui est tout sauf de nos amis, pour le moins, mais s’avère malgré tout un historien sérieux, vient d’écrire une bonne biographie de Léon Gambetta (1838-1882). Cette vieille gloire de la Troisième République (1870-1940), dont le nom est toujours porté dans toute la France par tant de places, boulevards, avenues, rues, est paradoxalement à moitié oublié. Dans les écoles, on n’enseigne plus Clovis, Louis XIV ou Napoléon, alors Gambetta…Il n’y en a, au mieux ou au pire, que pour les héros de la Résistance de la deuxième guerre mondiale, juxtaposés bizarrement avec de nouvelles références féministes (Simone Veil) ou « woke » (Rosa Parks). Jean Moulin est donc encore en principe connu, mais le grand ministre Gambetta qui s’est opposé à l’invasion allemande de l’automne 1870, est décidément devenu bien obscur.

Gambetta, originaire du Sud-Ouest (Cahors), a possédé de réels talents multiples, avec une vraie culture, un don pour les grands discours, et, peut-être, en distinguant sa personne, négligée, de son œuvre, un certain sens de l’organisation. Avec d’autres, mais toujours au premier plan, de l’automne 1870 à 1877, il a su imposer une forme républicaine à l’Etat en France. L’exercice n’était pas évident. Il a su saisir l’opportunité du désastre de Sedan, avec la capture de Napoléon III, pour imposer un gouvernement provisoire républicain, le 4 septembre 1870, puis, progressivement, la République. Il a acquis un grand prestige personnel en refusant d’abandonner la lutte dès septembre 1870, et rassemblé des armées de secours pour délivrer Paris assiégé. On sait que ce fut un échec au final, avec toute une série de défaites en janvier 1871. Mais enfin, la chose méritait d’être tentée.

Dans ces années 1870 décisive, Gambetta a su diriger le parti républicain (informel), conquérir des électeurs toujours plus nombreux, assurant des victoires nettes aux législatives de 1876 et 1877, et joué très habilement des divisions de ses adversaires. Il a rassuré la majorité encore paysanne de la France en dessinant une république protectrice de la propriété, et prônant non une révolution sociale mais une prudente méritocratie. Gambetta a su creuser un fossé large, et définitif (jusqu’en 1900 ou 1914, voire 1936), ou du moins perçu comme tel, avec les socialistes, qui avaient effrayé toute la France avec leur expérience tragique de la Commune (printemps 1871). Il a manipulé à la chambre des députés légitimistes, nombreux dans l’assemblée de 1871, qui se croyaient habiles à se livrer à des jeux parlementaires tordus en s’alliant à l’occasion aux républicains contre les orléanistes et les bonapartistes, leurs partenaires naturels et déclarés. Les républicains ont été beaucoup plus malins que les « royalistes », ou plutôt « conservateurs » -ce serait plus approprié-, de façon générale.

Gambetta n’est pourtant jamais devenu président de la république, et n’a dirigé qu’un gouvernement très éphémère (73 jours, novembre 1881 à janvier 1882), qui n’a strictement rien fait. Tous ses amis politiques républicains, méfiants, craignant une évolution vers un pouvoir personnel du plus doué d’entre eux, ont veillé à ce qu’il en soit ainsi, promouvant plutôt des personnalités plus ternes comme Jules Grévy et Jules Ferry. Mort jeune, d’une petite santé et d’excès alimentaires -les repas pantagruéliques du temps-, il a rassemblé des foules considérables à son cortège d’enterrement civil, encadré par des francs-maçons en grande tenue.

Sans douter une seconde de son patriotisme français, ce qui a parfois été fait légèrement du fait d’ancêtres paternels italiens, on n’oubliera jamais que Gambetta n’était pas de notre camp, avec un anticléricalisme intransigeant -camouflant mal un anticatholicisme pur et simple d’athée- et ces fameux « principes de 1789 » (Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen), d’une dangereuse démagogie. Leurs applications tardives toujours plus radicales nous ont menés où nous en sommes. Gambetta et ses amis républicains des années 1870 se sont certainement trompés de bonne foi, si l’on ose dire, mais enfin ils se sont trompés manifestement, sur l’avenir désirable pour la France et les valeurs pouvant le fonder.

La biographie, qui redonne vie au personnage, et à des années décisives et un peu oubliées de notre Histoire, est vraiment intéressante à lire.

Gérard Hunger, Gambetta Perrin 2022, 420 pages, 25,00 €

19:57 Publié dans Scipion de Salm | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 18 juillet 2022

Parmi les lectures conseillées par Scipion de Salm : Harald à la Dent Bleue...

41cZaHNBCPL._SX195_.jpg

Scipion de Salm

Harald à la Dent Bleue est un héros national danois, hélas mal documenté. L’effacement de sa mémoire officielle imposée par son fils Sven à la Barbe fourchue (986-1014), qui l’avait renversé, a été efficace.

Son surnom unique n’est plus compris. Il a régné sur le Danemark probablement de 958 à 987. Il a fait rentrer son pays dans le monde européen postcarolingien, avec l’adoption de structures administratives, religieuses - chrétiennes -, économiques - monnaie royale -, importées. Une politique identique a été menée exactement en même temps en Pologne et en Hongrie.

L’ouvrage propose donc une forme d’enquête historique autour de cette figure de transition fondamentale, « Viking, roi, chrétien ». Il a été un grand roi du Danemark, fortifiant sa frontière méridionale face à l’Allemagne ottonienne, à la fois modèle et danger redouté. Il a mené de grandes constructions utiles et de prestige dans son royaume, notamment dans sa capitale Jelling. Il a contrôlé en partie la Baltique et la Mer du Nord.

Une triste fin a occulté un règne impressionnant.

Harald à la Dent Bleue, Lucie Malbos, Passé Composé, 2022, 286 pages, 22,00 €

Présentation1.jpg

20:39 Publié dans Livres, Scipion de Salm | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 22 juin 2022

Les bonnes et... les mauvaises lectures de Scipion de Salm

NOTICES POSITIVES :

• Les derniers païens, les Baltes face aux chrétiens, XIIIe-XVIIIe siècle

download-1.jpgSylvain Gougenheim est probablement un des meilleurs historiens médiévistes contemporains de langue française. Il est resté célèbre pour avoir osé contredire courageusement des idées extravagantes dominantes, comme le fait que tout (culture, science, etc.) nous viendrait des Arabes en Espagne, ce qui est absurde. Ici, il s’interroge sur un sujet très peu connu en France, les pays baltes, au sens large, soit la Lituanie, la Lettonie, l’Estonie, et leur moyen-âge. Ces pays sont entrés tardivement dans l’Histoire, avec l’écriture, qu’à partir du XIe siècle au plus tôt. Pour leurs voisins allemands, scandinaves, polonais, ou russes, ils sont alors des sauvages païens -pléonasme dans leur esprit, qui mérite une critique historique, bien menée-. Des croisades, menées principalement menées par les chevaliers teutoniques, et les porte-glaives, ont imposé leur intégration, difficile, dans l’Europe médiévale, via la conversion, plus ou moins forcée, au christianisme. Ce fut un processus difficile, complexe. Mais enfin, le niveau de civilisation a progressé, avec des villes et des bâtiments en dur, et, à l’exception des Vieux-Prussiens absorbés par les Allemands (expulsés du reste en 1945), ces peuples ont survécu. Les Lettons ont même absorbé leurs voisins. Ce livre est passionnant.

Sylvain GOUGENHEIM, Les derniers païens, les Baltes face aux chrétiens, XIIIe-XVIIIe siècle, Passés/Composés, 2022, 445 pages, 24€

•  Georges Bidault, de la résistance à l’Algérie française

download-2.jpgGeorges Bidault (1899-1983) avait tout pour devenir un personnage majeur du panthéon officiel républicain. Successeur de Jean Moulin à la tête de la résistance intérieure (1943-1944), il a été par la suite un des personnages majeurs de la IVe république (1946-1958). Il a partagé les idées moyennes de son temps, avec un antifascisme obsessionnel - dès les années 1930, et y incluant, bien à tort, Maurras et Vichy -, une volonté de progrès social - ce qu’on ne lui reprochera pas bien sûr -. Sa participation à la démocratie-chrétienne, idéologie du reste seulement à moitié avouée dans son cas comme celui de ses amis dans la France très laïque, n’y aurait rien changé. En outre, elle a disparu sans postérité réelle, la religion catholique ayant été changée après Vatican II (1962-1965), et les chrétiens de gauche, peu nombreux et influents, refusant toute filiation avec les démocrates-chrétiens, tout comme d’ailleurs à l’autre opposé politique ou religieux nos amis traditionnalistes. Les ultimes restes de la démocratie-chrétienne ont été dissous sans gloire dans le macronisme. 

Georges Bidault, tout sauf de nos amis politiques donc, a pourtant eu une révolte d’honnête homme en avril 1962. Non, la façon dont de Gaulle a abandonné l’Algérie, suite aux Accords d’Evian de mars 1962, évidemment absolument pas respectés dès l’origine par le FLN, lui a paru inadmissible. Il a eu des termes très vifs, et mérités, pour le pouvoir gaulliste durant ces semaines critiques, avec l’exil forcé des Pieds-Noirs et le massacre des Harkis restés sur place et abandonnés aux égorgeurs du FLN. Son biographe et admirateur, M. Tardonnet, fait tout pour minimiser ce geste et sa portée. A ce moment, il était certes trop tard pour sauver l’Algérie française, ce qui n’était pas strictement ce que voulait Bidault, ni même diriger l’OAS, en pratique démantelée par les barbouzes en mars-avril 1962. Bidault a bénéficié d’une transmission in extremis de ses pouvoirs de direction de l’OAS par le général Salan arrêté, décision purement théorique, jamais sollicitée par l’ancien résistant, ni formellement acceptée. Il en est résulté des années d’exil, notamment au Brésil. 

Enfin, Bidault n’a jamais compris ce qui lui est arrivé, n’a cessé d’invoquer les mânes de la Résistance, et s’est pourtant retrouvé parmi les « fascistes » maudits. Non, Bidault n’a jamais été fasciste, n’a pas dirigé d’OAS clandestine (imaginaire), n’a pas co-fondé le Front National en 1972, etc. Durant les quinze dernières années de sa vie, il a essayé a contrario de réintégrer la France officielle, issue de la Résistance, sans y parvenir. A défaut d’être vraiment intéressant en lui-même, Bidault est une curiosité de notre Histoire, à découvrir dans cette biographie de qualité, bien que fort hagiographique. 

Maxime TANDONNET Georges Bidault, de la Résistance à l’Algérie française Perrin, 2022, 360 pages, 23,50€

NOTICES NEGATIVES :

• Artémise

download-3.jpgArtémise était une reine de Carie, région hellénisée d’Asie Mineure, soumise à l’Empire perse, qui a participé à l’expédition contre la Grèce en -480. Elle a combattu à Salamine, en dirigeant en personne la petite escadre d’Halicarnasse, son port-capitale. Elle est surtout connue par deux paragraphes, pas très clairs comme souvent, d’Hérodote, précisément originaire d’Halicarnasse. Il y aurait beaucoup de choses à dire sur ce personnage, du moins son contexte historique très particulier. Or, ici, il est finalement peu question d’Artémise, mais est proposé sur plus de 400 pages un délire, à la mode de notre triste époque, sur le gender dans l’Antiquité grecque. Artémise a été simplement l’exception confirmant la règle : les femmes ne font pas la guerre, ni de politique, en Grèce antique. Non, les Grecs, pas des pasteurs moralistes victoriens certes, distinguaient quand même bien les hommes des femmes, sans difficultés. Quelques poètes ont bien déliré sur leur envie de violer des androgynes, ce qui ne prouve rien sur l’état réel des mentalités collectives…Il reste donc à écrire une vraie biographie d’Artémise.

Violaine SEBILOTTE-CUCHET Artémise, Fayard, 2022, 440 pages, 24€

• Les Conquistadors

download-5.jpgLes Conquistadors sont les explorateurs, conquérants, colonisateurs, espagnols du Nouveau Monde. Un historien mexicain propose une série de visions des plus connus, Colomb, le découvreur des Antilles en 1492, Cortès, le conquérant du Mexique en 1521, Pizarre, celui du Pérou en 1532, ainsi que quelques autres. L’ouvrage a eu un prix aux Etats-Unis ; voici donc comment l’Histoire est écrite là-bas pour la grande vulgarisation. C’est assez déconcertant, car il s’agit d’un hybride bancal, juxtaposant des quasi-biographies écrites par l’auteur, et des commentaires de textes de ces personnages, reprenant certaines de leurs expressions, sans vraies citations. Sont aussi mêlées une prise de distance juste, contextualisant les personnages dans leurs époques, aux critères moraux autres, et quelques jugements péjoratifs de moraline progressiste contre des colonisateurs. Il faudrait plutôt décidément reproduire les textes, intégralement, ou par larges extraits continus, puis les commenter à la suite ; ceux de Colomb et Cortès sont en outre très bien écrits. Sans être vraiment faux, ce livre est donc décevant. 

Fernando CERVANTES Les Conquistadors, Perrin, 2022, 580 pages, 27€

08:12 Publié dans Scipion de Salm | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 26 mai 2022

Henry Kissinger, le diplomate du siècle

Kissinger biographie.jpg

Les lectures de Scipion de Salm

Henry Kissinger, né juif allemand en 1923 - d’où un accent prononcé obstiné -, a été le célèbre conseiller principal pour les affaires étrangères, puis ministre, du président états-unien Nixon (1969-1974). Il a été une vedette médiatique à son époque, chose très rare dans sa fonction ; ses prédécesseurs et successeurs immédiats ont été tous oubliés.

L’auteur est un diplomate français, qui a rencontré le personnage, et l’admire. Le livre, certes intéressant, donne quand même beaucoup dans l’hagiographie, pas toujours inspirée ou justifiée. Il n’en reste pas moins que Kissinger, universitaire brillant, a marqué son époque, et a essayé, avec courage, en dépit de quelques contradictions, de promouvoir une école réaliste pour les affaires étrangères. Rien n’est plus dangereux pour la stabilité du monde, la paix, que les croisades idéologiques. Sur ce point, il a eu parfaitement raison.

Dans ses fonctions, Kissinger a négocié, peut-être au mieux dans des circonstances difficiles, le retrait états-unien du Viêt-Nam, et le rapprochement avec la Chine continentale communiste, manœuvre réaliste par excellence.

Henri Kissinger, Gérard Araud, Tallandier, 2021, 330 pages, 20,90€

 

12:45 Publié dans Scipion de Salm | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |