Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 mars 2021

Jacques Bompard, maire d'Orange, lance un appel en faveur de la candidature d'Eric Zemmour à la présidentielle de 2022

capture-decran-2021-02-23-a-09-08-40.png

Depuis quelques semaines, tout le monde en parle. Un peu partout en France les appels à sa candidature à l'élection présidentielle se multiplient. Les premiers sondages le mettent largement en dessus de la barre des 10% ce qui, pour un candidat non-déclaré, est encourageant. La seule inconnue : sa véritable volonté... De qui s'agit-il ? D'Eric Zemmour bien évidemment.

Il faut dire que depuis un an on assiste à une montée en flèche du phénomène. Sur C-News, tous les soirs, il pulvérise les records d'audiences. Ses livres font un tabac et ses arguments sont de plus en plus repris dans les médias. A tel point que, petit à petit, il s'est imposé comme étant un recours crédible pour la droite de conviction. Intelligent, cultivé, doté de solides convictions nationales et identitaires et bénéficiant d'une notoriété inégalée, Eric Zemmour rassemble toutes les qualités pour incarner l'espoir aux yeux de ceux qui veulent une véritable rupture avec le Système et que renaisse une France française dans une Europe européenne.

On ne sait pas encore quelle sera sa décision mais cela n'empêche pas les soutiens éventuels de s'organiser. Ainsi, à l'initiative de Jacques Bompard, maire d'Orange, une campagne de signature vient d'être lancée en faveur de la candidature d'Eric Zemmour.

De plus en plus de patriotes pensent que, pour éviter les écueils de 2017, il serait temps de donner une nouvelle image et un nouveau projet à notre famille d'idées. Ce d'autant plus que nous n'avons plus vraiment beaucoup de temps devant nous. Visiblement, que cela plaise ou non, Zemmour semble être le mieux placé pour cela...

Roland Hélie

Pour ceux qui veulent en savoir plus cliquez ici

120930789_3663837283648532_3936812101458467859_o.jpg

19:04 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 07 mars 2021

Un sondage donne Eric Zemmour à 17 % au premier tour : désillusion ou vrai coup de maître ?

image-0931529-20210306-ob_687336_sipa-00924954-000011-0.jpg?itok=BJK2IC2p.jpg

Frédéric Sirgant Boulevard Voltaire cliquez ici

Le verdict d’Alexandre Bertolini commentant, pour Valeurs actuelles, un sondage IFOP donnant Éric Zemmour à 17 % au premier tour de la présidentielle 2022 est sans appel : « le grand mirage ». L’hypothèse Zemmour, qui a pris une certaine consistance ces dernières semaines après l’enquête de L’Express, serait balayée par ce nouveau sondage. C’est peut-être aller vite en besogne et ce congé expéditif donné à Zemmour est aussi suspect que la rapidité avec laquelle on nous impose tel ou tel candidat ou tel duel de second tour.

Que dit ce sondage ? Que Zemmour recueillerait donc 17 % des voix, Emmanuel Macron 31 %, suivi par Xavier Bertrand (21 %), devant les candidats de gauche : Jean-Luc Mélenchon (12 %), Yannick Jadot (9 %) et Anne Hidalgo (8 %). Le politologue Jérôme Sainte-Marie, que l’on a connu plus nuancé, n’hésite pas : « C’est un sondage catastrophique pour lui. » Le raisonnement de l’IFOP est le suivant : « Dans cette configuration particulièrement favorable pour Éric Zemmour, celui-ci n’apparaît pas en mesure de se qualifier pour le second tour. En effet, en l’absence de Nicolas Dupont-Aignan et de Marine Le Pen, près de la moitié de ces deux électorats se réfugierait dans l’abstention ou le vote blanc – le polémiste ne parvenant à convaincre que la moitié (48 %) des électeurs Le Pen qui resteraient “dans le jeu”. La non-participation de toute une partie de ces électeurs aurait alors pour effet mécanique de gonfler le score d’Emmanuel Macron, dont l’électorat reste lui mobilisé. »

Raisonnement qui se tient. Sauf que…

Quelle étrange idée de tester Éric Zemmour seul, en excluant deux candidats déclarés… Il aurait été intéressant de voir la répartition des scores entre les trois. Cela aurait certainement privé aussi Marine Le Pen de second tour, mais nous ne connaîtrons pas ce score. D’ailleurs, plusieurs voix se sont étonnées de cet étrange sondage : « Il faut tester Zemmour en concurrence avec eux », a demandé le même Jérôme Sainte-Marie. Même son de cloche du côté des soutiens de Zemmour : une « plaisanterie » pour l’un, un sondage qui n’a « aucune signification », pour Paul-Marie Coûteaux.

Et puis il y a une autre façon de lire ce sondage : 17 % pour un coup d’essai sondagier dans une présidentielle à laquelle vous n’êtes pas candidat, c’est tout de même un coup de maître ! Jusqu’à maintenant, les enquêtes ne mesuraient que la notoriété ou l’envie ou le pronostic sur les chances d’Éric Zemmour. Là, il s’agit d’un sondage sur les intentions de vote, et Éric Zemmour se place d’emblée en troisième position, à 4 points de Xavier Bertrand. On a connu baptême du feu plus défavorable.

Par ailleurs, ce sondage donne des indications sur l’électorat « zemmourien » : il apparaît comme un vecteur de rassemblement possible pour des électorats séparés qu’il est indispensable de réunir pour pouvoir l’emporter. Ainsi, il attire autant les urbains que les ruraux (18-19 %), il récupère la moitié des électeurs de Marine Le Pen et de Nicolas Dupont-Aignan de 2017, 61 % des électeurs RN aux européennes de 2019, 30 % de l’électorat ouvrier, ce qui, pour un intellectuel, est remarquable, et tout de même 22 % des électeurs de François Fillon en 2017, un électorat plus âgé et plus conservateur. Zemmour, depuis cette position carrefour, dispose de marges de progression variées.

Quoi qu’en disent ceux qui ne voient pas d’un bon œil l’arrivée d’Éric Zemmour dans le jeu déjà fait de la prochaine présidentielle, ce sondage montre bien qu’il est devenu, pour les Français en quête d’alternance forte, un peu plus qu’un simple « éditorialiste à succès ».

Lire aussi Thomas Joly cliquez ici

09:19 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 12 février 2021

Marine Le Pen - Gérald Darmanin : un coup pour rien ?

149402921_412953463321355_1330968954870117805_n.jpg

Les premières réactions au débat de jeudi soir :

Jean-Marie Le Pen :

Thomas Joly, président du Parti de la France :

Face à un Gérald Darmanin assez arrogant, Marine Le Pen a été inodore et incolore, un vrai robinet d'eau tiède. Pas certain que cela convainc ceux qui attendent d'être libérés de la submersion migratoire afro-musulmane et de l'oligarchie cosmopolite.

11:57 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 08 février 2021

Présidentielle 2022 : Eric Zemmour prépare le terrain…

Zemmour_0.jpg

Source Valeurs actuelles cliquez ici

Depuis plusieurs mois, son nom est régulièrement cité pour porter la droite à la Présidentielle de 2022. Journaliste au Figaro, Eric Zemmour se lancera-t-il en politique ? Selon les informations de L’Express, l’éditorialiste sonderait de plus en plus ses proches en leur posant la question suivante : « A ma place, que ferais-tu pour la présidentielle ? » Comme le précise L’Express, Eric Zemmour avait par ailleurs confié à un militant de la droite : « J'ai un projet, je vous en parlerai. » De son côté, Xavier Bertrand, le président de la région Hauts-de-France, est convaincu que « Zemmour a une idée derrière la tête. » A l’occasion de nombreux échanges privés avec le journaliste du Figaro, le maire de Béziers, Robert Ménard, s’est réjoui de voir « Je ne l'ai jamais senti aussi près de franchir le pas qu'aujourd'hui », indique à L’Express Robert Ménard.

Rallier les déçus de LR et de RN

Pour rappel, le mercredi 20 janvier, sur le plateau de l’émission Zemmour et Naulleau, le journaliste Alain Duhamel avait déjà cité l'éditorialiste de Cnews comme prétendant possible à l’échéance de 2022. « Il est clair qu’il y a une fraction de la droite classique et une fraction, aussi, de l’extrême droite qui n’est pas satisfait du casting qui lui est proposé. Dans ces cas-là, on cherche ailleurs », avait souligné l’analyste politique. Comme le révélait Le Point en juin 2019, Éric Zemmour s'activerait en coulisses pour donner une base doctrinale à la droite, susceptible de rallier les déçus de LR et de RN, mais aussi d'attirer des électeurs de La France insoumise. A ses yeux, l'union des droites n'est désormais plus suffisante pour espérer l'emporter en 2022.

12:34 Publié dans Présidentielle 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |