Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 19 avril 2024

RAPPEL : SAMEDI 20 AVRIL, À CHATEAULIN (29) : CONFÉRENCE DE BERNARD GERMAIN SUR SON LIVRE "L'UNION EUROPÉENNE EN SORTIR... AU PLUS VITE !"

Diapositive1.jpg

Commandez ce livre cliquez ici

vendredi, 05 avril 2024

Jusqu’où vont-ils tomber ?… c’est la honte absolue pour eux !

Yann-pompier.jpg

Bernard Germain

Yann Valerie est un homme respectable et droit. Il est le fondateur et l’animateur principal du média Breizh-Info, un site internet - situé en Bretagne - qui informe honnêtement les gens et pratique un véritable journalisme. C’est à dire qui expose les faits et les évènements laissant à chacun le droit et lui donnant les moyens de se faire une opinion à partir d’éléments précis et non d’une propagande mensongère et outrancière.

Yann Valerie est également un homme de cœur qui s’intéresse au sort de ses concitoyens. C’est ce qui l’a amené à devenir pompier volontaire à Callac.

Oui… Callac, vous savez le petit village qui n’a pas voulu laisser mettre en œuvre le projet Horizon de la fondation Merci de Madame Cohen. Projet qui voulait imposer à ce petit bourg de 2 200 habitants l’arrivée de centaines de migrants venant d’Afrique, pour lesquels il y avait des millions d’Euros alors qu’il n’y a pas un euro pour aider les habitants modestes de cette localité.

Alors la population n’a pas accepté et la mairie, les « progressistes » (principalement du PCF) et la droite (car la droite au conseil municipal est également pour ce projet) ont dû reculer et annoncer le 11 janvier 2023 que le projet était abandonné.

C’est notre honneur d’avoir mené le combat victorieux pour faire échouer ce projet. Et ce « nous » représente l’association « les Amis de Callac et ses environs », Reconquête !, le Parti de la France, Les Patriotes, Riposte laïque, Résistance républicaine, Synthèse nationale… et tant d’autres qui avec la population se sont mobilisés pour imposer la défaite à ce maire qui a osé déclarer le 5 octobre 2022, vers 10H30 sur le marché de Callac, devant des dizaines de témoins « je ne ferais pas de référendum sur ce projet car je sais que 80 % de la population est contre ».

Ce maire anti-démocratique a été obligé de baisser pavillon devant le refus de ses administrés.

Cela la « gauche » ne nous le pardonne pas. Depuis, elle est folle de rage de ce revers dont la France entière a parlé. Et même encore aujourd’hui, elle montre qu’elle ne se remet pas de cette défaite.

Ce combat et ces évènements, Breizh-Info s’en est fait l’écho tout au long du conflit qui a été mené pendant plusieurs mois. Mais contrairement à la presse bien pensante (Le Monde, Libération, l’Humanité, Médiapart…) Breizh-Info n’a pas accepté de hurler avec les loups et donc de raconter des mensonges plus gros les uns que les autres, comme les prétendues « violences de l’extrême-droite » dont plus d’un an après l’arrêt du projet aucune ne s’est traduite par des poursuites et encore moins des condamnations. Et pour cause, puisqu’il n’y a eu aucune violence de la part des opposants au projet Horizon. Il n’y a eu que la population imposant son point de vue au maire, avec notre aide.

Pour avoir fait son travail honnêtement et ne pas avoir colporté tous les mensonges dits et répétés jusqu’à la nausée contre « l’extrême droite » afin de discréditer le combat à Callac, Yann Valerie est devenu une cible pour cette prétendue gauche et tous les bien pensants.

Comme je vous le disais, Yann Valerie est pompier volontaire à Callac. Pour des raisons qui ne regardent que lui, il s’était mis en disponibilité. Aujourd’hui il souhaite réintégrer la brigade de Callac et y reprendre ses activités de pompier. Quelle aubaine… pour ses collègues qui sont en sous-effectif notoire, les amenant à constater une à deux fois par semaine une « absence de pompiers locaux » affirme le lieutenant Patrick Guégan, chef du centre d’incendie et de secours (CIS), de Callac.

Mais le 2 avril, au conseil municipal des voix se sont élevées contre ce retour, notamment de la part de Laure-Line Inderbitzin la pasionaria du projet Horizon. Cette dame s’est crue autorisée à évoquer le rôle de Yann Valerie au travers de Breizh-Info durant le conflit de Callac. Ce qui justifierait selon elle l’interdiction du retour de Yann Valerie au sein de la brigade de Callac.

Il y a eu également la voix de Lise Bouillot, l’ancien maire, qui est furieuse que personne n’empêche Yann Valerie de réintégrer la brigade, notamment ses collègues (les pompiers de Callac ont voté majoritairement pour son retour) et le colonel des pompiers à la tête du SDIS 22 a accepté. Elle propose aussi d’en appeler au préfet de région puisque le préfet des Côtes d'Armor ne veut pas obtempérer aux injonctions des petits Torquemada du conseil municipal de Callac.

À tous ces inquisiteurs, je pose deux questions : va-t-il falloir dans chaque profession demander à chacun ses opinions et pour qui il vote ?

Va-t-il falloir décréter une interdiction professionnelle pour ceux qui ne pensent pas comme le veulent les bien pensants ?

Il est vrai que dans ce registre Ouest France avait montré la voie avec un très vilain exemple en écrivant au maire de Lorient pour lui indiquer qu’un de ses jeunes employés était à Reconquête !, afin de lui faire perdre son emploi. Manifestement cela fait tâche d’huile…

À propos de « journaliste », il serait très injuste d’oublier, dans la liste de ceux qui veulent la peau de Yann Valerie, un certain Erwan Chartier.

Vous l’avez peut-être oublié, mais c’est ce petit, tout petit monsieur, qui m’a traîné au tribunal pour l’avoir parait-il insulté dans un article qui ne faisait que répondre fermement mais correctement à l’un des siens paru sur le petit, tout petit journal local nommé Le Poher, dans lequel à l’époque il nous avait quasiment traités de nazis. En première instance au tribunal de Lorient, ce grand résistant a perdu… mais ça, il ne le dit pas. C’est aussi lui qui se répand partout en Bretagne répétant comme un orgue de barbarie la même petite musique à savoir qu’il y a eu des violences de l’extrême droite à Callac. Tout en étant incapable d’apporter le moindre commencement de preuve cliquez ici.

Exactement comme pour les prétendues menaces de mort qu’il aurait reçues l’an dernier, tout comme cette imaginaire alerte à la bombe dans les locaux de son journal. Des affirmations répétées en boucle, mais aucune preuve. Jamais.

Beaumarchais disait : « calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ».

Et c’est encore lui qui court partout ces derniers temps pour présenter son « livre », son tout petit livre qui raconte les « obsessions de l’extrême droite à Callac ». En réalité, le seul qui a des obsessions, c’est ce monsieur Chartier qui voit des « fachos » partout et s’en va répétant comme le lapin Duracelle qui bat son tambour, que la France est en danger mais qu’heureusement lui, le grand résistant, est là pour sauver le pays des hordes fascistes.

Alors, évidemment, ce monsieur n’allait pas louper l’occasion d’écrire un article écœurant dont il a le secret contre Yann Valerie, montrant clairement qu’il est aussi pour l’interdiction de son retour au sein de la brigade de Callac. Et cette occasion il ne l’a pas manquée et a montré à nouveau sa conception d’une information honnête et impartiale ainsi que son éthique du journalisme.

Le mot de la fin revient à Yann Valerie qui a répondu à « cette gauche haineuse et à cette droite intolérante qui veulent m’empêcher de sauver des vies et de réintégrer les pompiers » avec quelques mots qui l’honorent : « J’irais sauver ceux qui me diffament et les aider aussi sans me poser de question, si un jour, cela s’avérait nécessaire » cliquez ici.

Quant à ceux qui le diffament, et se sont à nouveau discrédités avec ce nouvel épisode, ils montrent toute l’estime et la considération qu’on peut avoir pour eux.

Heureusement qu’ils ne savent pas ce qu’est la honte, sinon ils ne se remettraient pas de ce qu’ils font et disent.

Lisez Breizh-Info cliquez là

00:30 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 25 mars 2024

Attaqué dans le Télégramme, Bernard Germain répond à l'affabulateur Erwan Chartier

IMG20220917123402.jpg

Jeudi dernier, à l'occasion d'une réunion qu'il tenait à Lannion (22), le journal Le Télégramme a donné la parole à Erwan Chartier, auteur d'un livre vantant les "bienfaits" du grand remplacement, en particulier dans la commune de Callac qui, l'an dernier, à victorieusement résisté au projet d'implantation massive de migrants voulu par une fondation parisienne. Cliquez ici 

Notre ami Bernard Germain, abondamment calomnié dans cet entretien, adresse ce jour au Télégramme le droit de réponse suivant :

Erwan Chartier est-il quelqu’un de sérieux ?

Dans son édition du 21 mars 2024, Le Télégramme de Brest a publié un article annonçant une réunion d’Erwan Chartier devant se tenir le soir même à Lannion pour y présenter son livre « Callac de Bretagne » qui rétablirait la « vérité » sur ce qui s’est passé à Callac et pourquoi le projet de faire venir des centaines de migrants dans ce petit bourg a été abandonné par la municipalité de gauche, soutenue par les élus de droite du conseil.

À cette annonce de réunion était jointe une interview du sieur Erwan Chartier, auteur du livre en question et par ailleurs rédacteur en chef du tout petit journal Le Poher qui se vend à quelques centaines d’exemplaires chaque semaine. Dans cette interview, je suis gravement mis en cause par Erwan Chartier et je souhaite donc répondre à ses accusations infondées contre moi ainsi que la cause pitoyable qu’il prétend défendre.

Ce Monsieur n’est pas n’importe qui. Il se présente comme un Résistant (avec un grand R) qui court partout pour raconter les hauts faits de son combat contre le fascisme qui menacerait la Bretagne entière et pas seulement la région de Callac. Donc on le voit partout, racontant des histoires dans lesquelles bien sûr il est le preux chevalier qui pourfend la vermine fasciste et sauve ainsi la patrie en danger.

Erwan Chartier cache qu’il a été débouté au tribunal !

Comme il faut un début à tout, y compris pour sa croisade, il a commencé par porter plainte contre moi, ce que rapporte d’ailleurs l’article dès le commencement : « Le fait qu’on ait eu le culot de porter plainte pour diffamation contre Bernard Germain, auteur d’un texte outrancier et insultant sur nous (…) les a énervés ». Vous l’avez compris LES c’est l’extrême droite.

Notons tout d’abord que Erwan Chartier présente les choses de la manière qui lui convient mais cette présentation est très éloignée de la réalité.

En fait, mon article était une réponse certes sévère, mais en rien diffamatoire, à un article du tout petit journal Le Poher qui lui était diffamatoire puisqu’il laissait clairement entendre que nous serions des nazis.

Erwan Chartier ne dit pas qu’il a commencé par écrire un article auquel j’ai répondu. Pourquoi fait-il cela ? Parce que cela lui permet de se victimiser et de faire croire aux lecteurs que c’est moi qui l’ait « agressé » en premier. Or c’est exactement le contraire. Si Erwan Chartier conteste cela qu’il publie mon article en cause et chacun pourra constater que j’indique dès le début répondre à un article du journal Le Poher.

De plus Erwan Chartier a oublié un détail qui n’en est pas un : l’affaire est arrivée devant le tribunal de Lorient et a déjà été jugée en 1ère instance. Vous ne le savez pas parce que l’article du Télégramme ne le dit pas, mais Erwan Chartier a perdu au tribunal. Pourquoi ne le dit-il pas non plus ? Parce que son récit plein de fantasme et sa victimisation tomberaient à l’eau.

Non, Bernard Germain n’a pas agressé par écrit, en le diffamant, le grand Résistant Erwan Chartier. Bernard Germain a simplement répondu à un petit journal qui lui diffamait notre action à Callac.

Et d’ailleurs le tribunal de Lorient a confirmé qu’il n’y avait pas de diffamation et en conséquence a débouté Erwan Chartier de toutes ses demandes.

Erwan Chartier aurait été menacé de mort et d’un attentat à la bombe ?

Après s’être présenté comme un journaliste diffamé, cible de l’extrême droite, Erwan Chartier ne s’arrête pas en si bon chemin. Comme les mensonges les plus gros sont ceux qui passent le mieux, il a, en plus de l’article soit-disant diffamatoire, inventé une histoire absolument rocambolesque.

Le Télégramme lui pose la question suivante : « (…) vous-même et des salariés de l’hebdomadaire Le Poher, avez été, en 2023 la cible de menaces de mort par des groupes d’extrême droite. Comment avez-vous vécu cela ? ».

On notera au passage que personne à ce jour n’a été mis en cause par la police mais Le Télégramme affirme que les auteurs sont des groupes d’extrême droite. Affirmation gratuite et sans preuve. Mais comme chacun le sait un mensonge répété mille fois devient une vérité.

Cette histoire de menaces de mort remonte à un an. Donc en un an, les gendarmes n’ont pas été capables de trouver les auteurs ? C’est pour le moins stupéfiant.

Il y a quelques jours un énorme piratage a eu lieu. Les données de 46 millions de personnes ont été volées. En trois jours la police a arrêté les hackers, qui pourtant sont des gars très forts en informatique. À l’inverse pour la grande affaire des menaces de mort contre Erwan Chartier et ses collègues, en un an la police n’a rien trouvé. Qui peut- croire cela ?

En fait quelques paragraphes plus loin Erwan Chartier nous donne l’explication de cette supposée incapacité des gendarmes à trouver les auteurs des menaces de mort : « L’enquête se termine mais les auteurs de menaces maîtrisent les technologies. Tout passe par la Russie et les États-Unis, qui bloquent les enquêteurs ».

Mais c’est bien sûr... il y a un complot international ourdi contre Le Poher et son rédacteur en chef.

C’est comme la prétendue alerte à la bombe dont Erwan Chartier et Le Poher auraient été victime, après les prétendues menaces de mort. Rien n’a été trouvé par les démineurs venus dans les locaux du journal. Comme pour les menaces de mort.

Mais l’avantage de ces accusations gratuites et imaginaires c’est que cela permet de salir des gens que Erwan Chartier, et d’autres, veulent discréditer. Notamment moi.

C’est là que le lecteur comprend le titre de cet article.

 Erwan Chartier délire complètement…

Enfin, après avoir menti, puis avoir montré au grand jour les boursouflures de son égo qui se pense un objectif majeur pour la terre entière, Erwan Chartier nous montre pour finir qu’il est capable de délirer complètement.

Ainsi toujours dans le même article on peut lire cette question du journal et sa réponse : « Le Télégramme : Certains ont vu Callac comme un village raciste. Que leur répondez-vous ?

Erwan Chartier : Beaucoup d’habitants de Callac ont émigré dans les banlieues rouges de la région parisienne, où on leur cassait la gueule. Ils étaient ouvriers, employés de maison et parfois prostituées, avec une image de ploucs. Ça a été intériorisé par les gens revenus à la retraite. Ils savent ce que c’est d’émigrer et peuvent comprendre la situation des migrants ».

J’avoue qu’en lisant ces lignes je ne sais pas trop dire si elles sont le résultat d’un apéritif un peu trop dynamique ou si c’est lié à un délire des plus inquiétants.

En tout cas cette prose complètement insensée pose plusieurs questions :

l L’époque des « banlieues rouges », cela remonte à au moins 50 ans. Il n’y avait à l’époque que très peu d’immigrés dans les banlieues puisque le regroupement familial c’est 1976. Alors, qui étaient les auteurs de ces cassages de gueule ? Des bons petits Français, encore majoritaires dans les banlieues à l’époque et communistes de plus pour la plupart ?... Ben, c’est les communistes qui vont être contents d’apprendre ça !

l  Sérieusement, quelles sont les sources permettant à Erwan Chartier d’affirmer que les Bretons se faisaient « casser la gueule » dans les banlieues rouges à cette époque et par qui ?

l De plus Erwan Chartier affirme que ce serait la situation des migrants d’aujourd’hui. Vraiment ? Donc, ils se font « casser la gueule » dans les banlieues ? Par qui ? Et où ? Donnez vos sources Erwan Chartier.

l Enfin, prétendre qu’un Breton qui « monte » à Paris et un migrant qui vient du fond de l’Afrique jusqu’en France, c’est la même chose… fallait oser le dire. Et Erwan Chartier a osé, montrant à cette occasion toute la subtilité et la finesse de ses analyses et ses pensées.

En fait Erwan Chartier sur ce sujet comme sur tant d’autres se fait l’auteur d’affirmations péremptoires sans aucune justification ou qui sont tout simplement des mensonges purs et simples.

Mais est-ce bien étonnant ?

Quand on défend une mauvaise cause, on a de mauvais arguments. Et quand la cause est très mauvaise, les arguments sont également très mauvais.

Le pire étant qu’il y a des gens pour écouter ce personnage et même pour le croire.

Bernard Germain

Ancien candidat Reconquête dans la 5e circonscription des Côtes d’Armor

Président du Cercle Trégor et Goëlo

Responsable du Comité d’organisation des manifestations à Callac

Auteur du livre "Callac, la mère des batailles" (2023, éditions Synthèse nationale)

Sur cette affaire, lire aussi cliquez là

COUV Maquette SN REVUE copie 21.jpg

Pour mieux comprendre ce qu'il s'est passé à Callac, lisez le livre de Bernard Germain cliquez ici

00:20 Publié dans Bernard Germain, Callac 22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 21 mars 2024

Samedi 13 avril : conférence de Bernard Germain à Coësmes (35) sur son livre "Union européenne : en sortir... au plus vite !"

7982938593618624662.jpg

En savoir plus cliquez ici

09:22 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 29 février 2024

Darmanin connaît-il si peu l’islam… ?

Darmanin.jpg

Bernard Germain

Darmanin vient de faire une annonce pour le moins étonnante. Il a affirmé vouloir :

  • Former les imams de France.
  • Agir pour que l’islam soit considéré comme « une religion française comme les autres ».
  • Que soit créée une association pour lutter contre les actes anti-musulmans.

C’est ainsi que Darmanin a annoncé lundi 26 février la création d’un “statut de l’imam en France”. Dans un discours prononcé au Forum de l’islam de France (FORIF), le ministre de l’Intérieur entend lutter contre l’idée que l’Islam “est une religion d’étrangers, pour les étrangers, financée par les étrangers”

Là, on commence à douter des connaissances du ministre dans ce domaine. En effet, tout d’abord, il n’y a pas de hiérarchie dans l’islam sunnite (80 % des musulmans). Seuls les chiites ont avec leurs ayatollahs une sorte de hiérarchie.

Du fait qu’il existe une « hiérarchie catholique », le ministre pense (ils sont beaucoup à penser comme lui) qu’il serait logique que l’islam fonctionne comme ce que font les catholiques, donc avec une hiérarchie.

Cette idée est la dernière version du rêve d’un « islam de France » que voulait Sarkozy et qui n’a jamais pu se concrétiser parce que totalement contraire aux conceptions des musulmans.

Recommencer sur ce thème avec la formation des imams, c’est refaire la même erreur en se proposant cette fois de s’occuper non seulement de l’organisation et du fonctionnement de l’islam, mais aussi du message délivré aux croyants. Gageons que Darmanin aura autant de succès que Sarkozy.

Et le ministre d’ajouter pour justifier que l’islam serait une religion « française » : « 60% des musulmans en France sont nés en France et c’est une religion française comme les autres ».

Là j’avoue que les bras m’en tombent tellement cette affirmation est fausse et osons le dire, stupide.

Cela me rappelle ce débat sur « l’islam, religion de paix et d’amour », conception que défendait un certain Alain Juppé sur le plateau de la 2 il y a quelques années.

À un moment dans le débat, l’un des participants vaguement agacé par ce discours de Juppé, osa lui poser la question qui tue : « M. Juppé, avez-vous lu le coran ? ».

Silence très gêné de l’intéressé qui répondit au bout de quelques très longues secondes … « non je n’ai pas lu le coran ». Alors, comment peut-il oser parler doctement de cette religion qu’il ne connaît pas ?

Il se trouve que la déclaration de Darmanin est du même tonneau. Et c’est proprement stupéfiant.

Ainsi, affirmer que dès lors que 60 % de musulmans sont nés en France, cela ferait de l’islam une religion française est proprement invraisemblable.

Si je voulais prendre une image pour me faire comprendre, dire cela serait comme affirmer que parce qu’un poulain serait né dans une étable, cela ferait de lui un veau.

Avec cette image, chacun comprend l’ineptie d’une telle affirmation. Pourtant c’est exactement ce que prétend Darmanin en ce qui concerne les musulmans et leur religion, l’islam.

Le caractère « français » d’une religion se jugerait, selon lui, au fait qu’un certain nombre de ses croyants seraient nés en France. Comment peut-on être ministre de la république et dire de pareilles sottises ?

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. En effet, dire que « l’islam est une religion comme les autres », c’est selon moi le véritable message de cette déclaration de Darmanin. Il veut banaliser l’islam.

Or, il n’y a rien de plus faux que de prétendre cela, où alors - même s’il a des origines familiales de l’autre côté de la Méditerranée - c’est que M. Darmanin, comme Alain Juppé, ne connaît rien à l’islam.

Au risque de le contrarier, rappelons que l’islam est une « orthopraxie » contrairement au catholicisme qui une « orthodoxie » donc une religion basée sur la seule foi du croyant.

Lire la suite

00:15 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 26 février 2024

Manif de Dol… Il serait peut-être temps d’arrêter les bêtises…

Manif-Dol-fevr2024.jpg

Bernard Germain

Samedi 24 février 2024, Reconquête appelait à une manifestation contre l’installation d’un centre d’accueil pour mineurs non accompagnés (MNA) à Dol de Bretagne (35).

Grosse émotion des immigrationnistes sur place. Le discours des pro-migrants est des plus simples : « On ne va pas les laisser refaire un nouveau Callac ».

Refaire un nouveau Callac ?

Malheureusement, il n’y a aucun risque que cela arrive car depuis notre succès à Callac contre la mise en œuvre du projet Horizon, le duo Nicolas Bay (secrétaire général) – Damien Rieu (animateur des réseaux sociaux) n’a eu qu’une préoccupation : dénoncer la manière dont nous avons mené le combat et gagné à Callac.

Il ne fallait pas de royalistes, parce qu’ils sont royalistes, pas de représentants et militants du Parti de la France parce qu’ils sont « d’extrême droite », pas de Bretons parce que trop bretonnants, pas Riposte laïque parce que trop laïque, pas de Civitas parce que trop cathos, pas de représentants et militants des Patriotes parce que... etc, et surtout pas ces petits gars en noirs car ils sentent le soufre. 

Mais pourquoi cette volonté de Bay-Rieu de rejeter tous les patriotes organisés dans d’autres structures que Reconquête ?

Parce que Reconquête ne veut pas "salir" son identité et sa réputation par des actions communes avec ces gens. Un peu comme Marine Le Pen, Reconquête doit impérativement se « dédiaboliser » pour qu’on ne l’accuse pas d’être « l’extrême droite », afin de plaire à l’électeur. C’est pourquoi, aux yeux de certains de ses responsables (eux-même venus de la droite de l’extrême droite) un cordon sanitaire s’impose entre Reconquête et ces personnes trop marquées qui sont de ce fait des indésirables.

En conséquence, Nicolas Bay et Damien Rieu n’ont eu de cesse depuis nos succès de Callac de tout faire pour discréditer l’existence et l’action de la « Coordination Partout Callac » que nous avions créée pour aider tous ceux qui sont confrontés à ce type de problème. De même, avec constance, ils ont mis des bâtons dans les roues de nos actions dans toutes les localités où se menaient des combats contre l’installation de CADA, notamment en interdisant aux militants et responsables Reconquête de s’associer à ces initiatives.

Cela a commencé par Saint-Brévin (44) puis il y a eu Bélâbre (36) et d’autres localités dans plusieurs régions, à la suite.

Bélâbre a été la première défaite des opposants à l’instauration de CADA, consécutivement à la mise en œuvre de cette brillante stratégie d’isolement prônée et imposée par le tandem Bay-Rieu.

Samedi 25 février, à Dol (35), cette stratégie a de nouveau montré "ses remarquables perspicacité et efficacité".

Un centre pour mineurs isolés doit s’y installer prochainement. Reconquête a appelé à la mobilisation sur la ligne Bay – Rieu. Résultat : comme vous pouvez le voir sur la photo en haut de cet article… à peine une cinquantaine de personnes courageuses a répondu à l’appel de Reconquête. On est loin des grandes mobilisations à Callac. Pour mémoire, lors de notre première manifestation en septembre 2022 cliquez là nous étions plus de 400 personnes et lors de la seconde manifestation, le 5 novembre de la même année, nous étions 800 participants cliquez ici (selon le ministère de l’Intérieur).

La brillante stratégie du tandem Bay – Rieu aura eu comme résultat de couler de nombreux mouvements de contestation un peu partout en France.

Pour ce qui concerne le site internet de « Partout Callac », le 25 février également, il nous fallait renouveler l’abonnement du site chez notre hébergeur. Nous n’avons pas renouvelé, puisque Partout Callac, conçu comme une plateforme de rassemblement permettant de "ratisser large", dans les conditions que je viens de décrire, n’est utile à personne.

Défaites un peu partout en France quant aux combats contre CADA et Centre pour MNA, arrêt de l’action de la coordination Partout Callac... un beau bilan pour le tandem Bay – Rieu et leurs actions. Ils auront beaucoup plus fait pour couler Reconquête que pour sa progression. Au RN, ils en rigolent allègrement...

Si j’étais Eric Zemmour, je commencerais à m’interroger sur l’efficacité de ce « tandem de choc ». En imposant une telle ligne, ils ont placé Reconquête, né d’un formidable espoir en 2021, à la traine… loin derrière le RN. Et cela malgré le talent de sa tête de liste, Marion Maréchal.

11:18 Publié dans Bernard Germain, Callac 22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 25 février 2024

Crise agricole… les masques tombent, le roi est nu.

20240224171036-6t2a473.jpeg

Bernard Germain

Hier j’avais terminé mon article peu avant 12 H 30, alors que Macron discutait à l’étage avec quelques dizaines de représentants des différentes structures agricoles tout en m’interrogeant sur le fait de savoir si Macron allait « déambuler » ou pas dans le salon. Sachant que dans le contexte du moment, « déambuler » aurait constitué une énorme provocation vis à vis des agriculteurs.

Le suspense n’a pas duré longtemps. Macron, le président à l’égo surdimensionné est allé « déambuler » comme si de rien n’était, mais nous allons y revenir. Pour l’instant, reprenons le déroulement de cette matinée.

Avant ce débat avec quelques dizaines d’agriculteurs choisis par les organisations professionnelles, il y en avait eu un autre moment des plus instructifs, à propos du « grand débat » qui a fait pschittt. Une question revenait en boucle : « Macron et ses services ont-ils invité ou pas les « soulèvements de la terre », cette organisation « éco-terroriste » dont le gouvernement a demandé la dissolution, refusée finalement par le Conseil d’État ? »

Macron, manifestement hors de lui, a fait aux journaliste tout un numéro pour affirmer que jamais cette organisation n’avait été invitée, ajoutant que cela l’avait mis « dans une colère que vous n’imaginez pas ».

Les journalistes en sont restés pantois, car sur leurs smartphones ils regardaient tous les messages de l’Élysée annonçant l’invitation des soulèvements de la terre, ceux qui, à Sainte-Soline (79), avaient envoyé plus de cinquante gendarmes à l’hôpital et détruit de nombreux véhicules des forces de l’ordre et des installations agricoles.

Les journalistes étaient tous absolument perplexes. Comment peut-on mentir avec un tel aplomb en niant la plus incontestable réalité ?

Hier soir les soulèvements de la terre ont donné le coup de grâce à Macron en confirmant avoir bien été invités au grand débat.

C’est donc officiel, Macron ment comme il respire et sa parole n’est donc pas crédible.

Et ses engagements, sont-ils plus crédibles ?

Pour répondre à cette question, revenons sur la tenue de l’échange à l’étage avec les représentants syndicaux qui a suivi l’incident sur les soulèvement de la terre. On retiendra de ce « mini débat » quelques éléments :

  • Macron est arrivé en chemise, manches relevées, comme un homme qui a tombé la veste pour « faire le coup de poing ». Sa posture en disait long sur ce qu’il avait en tête.
  • Il s’est adressé à son auditoire de manière incroyablement agressive et avec un vocabulaire indigne d’un président de la république. Exigeant d’un interlocuteur qu’il enlève son tee-shirt (« Paysan sans président ») et « engueulant » vertement ceux qui avaient le malheur de dire ce qu’ils ne voulaient pas entendre (« si vous dites que l’agriculture est morte alors ce n’est pas la peine de perdre notre temps à discuter, on ferme tout de suite le magasin »). Un relationnel ou les interlocuteurs n’étaient que des enfants pour Macron et lui le sachant tirait les oreilles de ceux qui ne comprenaient pas.
  • Et puis il a promis, beaucoup promis, en saoulant d’arguments et de chiffres des interlocuteurs peu habitués à cette pratique dans laquelle Macron lui excelle, avec un débit oral impressionnant. Reste qu’il a donné rendez-vous aux agriculteurs dans 3 semaines et affirmé que dès lundi matin dans tous les départements de France la situation des entreprises les plus en difficulté sur le plan financier serait étudiée et des mesures décidées immédiatement pour apporter de la trésorerie à ces exploitations agricoles. Donc dès aujourd’hui et dans trois semaines, les agriculteurs vont savoir à quoi s’en tenir.

Attendre trois semaines, c’est long lorsqu’on est confronté à une situation comme celle d’hier, mais en réalité c’est extrêmement court. Les agriculteurs, qui patientent depuis des années, ne vont pas s’interroger longtemps avant de savoir quoi penser des promesses du président.

Lire la suite

22:17 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 24 février 2024

Crise agricole… d’une clarté aveuglante.

AUT52C3QGTLNXMFSJ2WHGSZ3Y4.jpeg

Bernard Germain

Ce matin le salon de l’agriculture devait ouvrir, mais l’ouverture en a été retardée. En effet, à l’intérieur dès l’arrivée du président de la république à 8 H 00, des heurts ont commencé à opposer agriculteurs et forces de l’ordre.

C’est la première fois qu’une telle situation existe avec de sérieux affrontements physiques, tellement les agriculteurs sont exaspérés.

Le président de la république s’est réuni avec les organisations syndicales au deuxième étage du bâtiment et a donné une rapide conférence de presse dans le couloir. C’est dire le caractère électrique de la situation. À l’heure où je rédige ces lignes - 10 H 20 - il n’a toujours pas pu se promener dans le salon où il y a plus de policiers que d’exposants et d’animaux. Personne ne sait ou il se trouve à l’heure actuelle. En bas, un comité d’accueil l’attend…

À la seconde (10 H 30), le salon vient d’ouvrir ses portes au public mais pas le bâtiment 1 où se trouvent policiers, agriculteurs en colère et un président introuvable.

Du jamais vu !

Le plus extraordinaire étant que le président de la république parle depuis des jours, propose et fait semblant d’être aux commandes, mais la réalité est qu’il ne contrôle rien du tout. Tout se décide à Bruxelles. Emmanuel Macron n’est plus qu’un exécutant.

En effet depuis le traité de Maastricht (1992), les pays membres de l’Union européenne, ont accepté de renoncer à une partie de leur souveraineté nationale. Et cette perte de souveraineté qui n’était que partielle en 1992 est aujourd’hui quasi totale.

Malgré tout le baratin que nous délivre le personnel politique singulièrement macroniste, mais pas seulement, c’est que l’agriculture est une « compétence exclusive » de l’Europe. La France sur ce sujet n’a plus son mot à dire. La commission européenne décide de tout et donne chaque année ses directives via les GOPÉ (Grandes orientations des politiques économiques) que la France (comme chaque pays membre de l’UE) doit appliquer scrupuleusement et rendre des comptes à la commission européenne et donc exécuter à la lettre ce que l’Europe veut imposer.

Le résultat de ces évolutions est des plus simples. En 2019, l'INSEE recensait 400 000 agriculteurs et 250 000 ouvriers agricoles en France, représentant un peu plus de 2 % de la population active, alors que leur nombre était évalué à respectivement 1,6 million et 310 000 en 1982. Cette diminution de la part des actifs agricoles dans la population active française est encore plus forte lorsqu'on l’observe depuis 1945, où leur nombre était évalué à 10 millions.

Lire la suite

12:23 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 18 février 2024

Aujourd'hui, dimanche 18 février, au Perrier, en Vendée, conférence de Bernard Germain sur son nouveau livre "L"Union européenne : en sortir... au plus vite !"

Screenshot_20240204_214126_com.huawei.videoeditor_edit_191756034479072.jpg

Screenshot_20240205_100224_com.huawei.videoeditor_edit_223818206871576.jpg

À l'issue de la conférence,

l'auteur dédicacera ses livres cliquez ici.

Renseignements, réservations :

rassemblementvendeen@outlook.fr

00:50 Publié dans Bernard Germain, Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 12 février 2024

Droit du sol :… il faut le supprimer !

Diapositive1 copie 14.jpg

Bernard Germain

Tout d’abord prenons quelques secondes pour rappeler les possibilités permettant de devenir Français. Cela peut se faire par « attribution » ou par « acquisition ».

On dit que la nationalité est « attribuée » lorsqu'elle est obtenue de façon automatique.

C’est le cas, à la naissance, pour :

  • un enfant né en France ou à l'étranger dont au moins un des parents est Français, c'est le "droit du sang" ;
  • un enfant né en France de deux parents apatrides ("droit du sol") ;
  • un enfant né en France dont au moins un des parents est également né en France, c'est le "double droit du sol".

La nationalité peut également être « attribuée » à la majorité lorsqu'un enfant est né en France de deux parents étrangers, c'est le "droit du sol". Pour cela, il doit résider en France à la date de ses 18 ans et avoir sa résidence habituelle en France pendant une période continue ou discontinue d’au moins cinq ans depuis l’âge de 11 ans.

Toutefois, l'enfant peut obtenir la nationalité française avant sa majorité sur demande de ses parents (entre 13 et 16 ans) ou sur demande personnelle (entre 16 et 18 ans), avec des conditions de durée de résidence en France. Dans ce cas, c'est une « acquisition » de la nationalité par déclaration. 

En ce moment, cette notion de « droit du sol » est l’objet de très vives polémiques en France, principalement du fait de la situation à Mayotte, véritable poudrière. On se souviendra que Mayotte fait partie de l’archipel des Comores situé dans le canal du Mozambique.

Le 23 décembre 1974, un référendum fut organisé aux Comores pour demander à la population si elle voulait son indépendance vis à vis de la France. Le résultat fut sans appel : 96 % favorables à l’indépendance. Écrasante majorité pour l’indépendance, mais à une exception près : l’île de Mayotte choisira de rester avec la France. La France organisera un second référendum à Mayotte, le 8 décembre 1976, pour confirmer ce choix. La population confirmera par son vote sa volonté de rester liée à la France.

Le 18 avril 2008, à l’unanimité, le conseil général de Mayotte votera une résolution demandant que Mayotte devienne un département français.

Le 29 mars 2009, un référendum est organisé pour demander à la population si elle veut la transformation de Mayotte en département. Par 95,24 % de « oui », a approuvé le projet, avec une participation de 61,37 %. Mayotte deviendra donc le jeudi 31 mars 2011, le 101° département français et le 5° département d’Outre-Mer. Ce qui provoquera une grave crise dans tout l’archipel car les Comores revendiquent l’appartenance de Mayotte aux Comores et l’ONU n’a jamais reconnu le référendum de 1976 et la volonté des Mahorais de rester français.

En ce moment la situation est au bord de l’explosion à Mayotte car une immigration délirante y déferle de manière continue, en provenance des Comores, mais aussi d’Afrique. Des bidonvilles immenses se sont créés. La délinquance et la violence sont omniprésentes sur l’île, avec des crimes et délits innombrables. Les Mahorais n’en peuvent plus.

On pourrait se demander pourquoi les populations comorienne (qui ont souhaité leur indépendance) et africaine viennent si nombreuses sur le sol de Mayotte. La réponse est toute simple : parce qu’il y a le droit du sol !

De très nombreuses femmes viennent donc accoucher à Mayotte car pour elles c’est un avantage fabuleux. Par la magie du droit du sol, l’enfant qui naît à Mayotte est français. Avec bien sûr tous les avantages et droits sociaux liés à la nationalité française. Sans parler bien sûr des droits accordés aux parents, suite à cette naissance d’un petit « français ». Pour mesurer l’ampleur du problème, il faut savoir que Mayotte possède la plus grande maternité de France.

Afin de stopper cette immigration totalement incontrôlée, Gérald Darmanin a annoncé dès son arrivée à Mayotte aujourd’hui qu’il voulait supprimer le droit du sol sur l’île. Hurlements bien sûr à gauche. Notamment parce que cela serait une décision qui remettrait en cause l’égalité de traitement entre les citoyens Mayotte et ceux du reste de la France.

L’argument est parfaitement recevable et c’est justement pour cela qu’il faut supprimer le droit du sol, pas simplement à Mayotte, mais sur tout le territoire français y compris dans les DOM.

D’ailleurs, ce qui est en train de se passer à Mayotte, c’est ce qui va arriver à notre France métropolitaine dans les années à venir.

L’immigration y est de plus en plus nombreuse et totalement incontrôlée. On n’est pas encore au niveau de Mayotte, mais on y vient. Et comme à Mayotte, la délinquance et la violence ne cesse d’augmenter, comme l’ont confirmé les chiffres publiés par le ministère de l’intérieur en janvier 2024.

L’essentiel des immigrés viennent en France, au motif d’être des « réfugiés politiques », mais en réalité pour obtenir nos avantages sociaux. On voit à Mayotte où ce phénomène les a conduits. L’île est au bord de l’explosion. Si nous ne faisons rien pour endiguer l’immigration, dans quelques années, la France métropolitaine connaîtra la même situation et le même destin que Mayotte.

La suppression du droit du sol, véritable pompe aspirante pour l’immigration, est une nécessité vitale. Pour Mayotte mais aussi pour toute la France.

Il resterait donc simplement deux possibilités d’obtenir la nationalité française :

  • Avoir au moins l’un de ses parents possédant la nationalité française.
  • Avoir fait une ou des actions particulièrement favorables à la France. Mais l’attribution de la nationalité dans ce cas serait une décision à l’entière discrétion des autorités.

Au passage, ces modifications des conditions d’obtention de la nationalité française auraient l’avantage de nous éviter de voir proliférer les « français de papiers » qui veulent être français pour nos avantages sociaux, mais vomissent la France et les Français à la moindre occasion.

17:44 Publié dans Bernard Germain, Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 29 janvier 2024

Savez-vous seulement ce que sont les GOPÉS ?

Recommandations.jpg

Bernard Germain

Je suis frappé par le caractère « lunaire » de la plupart des discussions politiques qui se mènent sans qu’aucun argument sérieux ne soit exposé. D’ailleurs, la plupart des gens ou des hommes politiques n’en ont pas ou cherchent à camoufler la réalité comptant sur l’ignorance de leurs interlocuteurs pour arriver à leurs fins. C’est particulièrement vrai pour tous les sujets qui touchent à l’Europe. Un petit rappel historique s’impose.

Le traité de Maastricht en 1992 avec le référendum auquel il donna lieu, fut le véritable tournant. Le oui l’emporta en France d’une courte tête (51,07%) et cette victoire est due, selon moi, à la conjonction de deux causes principales :

  • la principale fut le débat entre Mitterrand et Séguin tenu peu avant le vote. Mitterrand était au crépuscule de sa vie. Lors du débat, des médecins étaient en coulisse pour le « préparer » et Séguin le savait. Lors du débat Séguin n’a vu en face de lui qu’un vieil homme malade et a eu pitié. Il ne porta donc pas l’estocade qui était pourtant à sa portée et laissa Mitterrand « gagner » le débat.
  • La seconde raison fut la position de Mélenchon et de son courant politique, même si ce dernier ne représentait pas énormément. Si Mélenchon avait mené campagne pour le non, les écarts étant tellement faibles, c’est le non qui aurait gagné/

Toujours est-il que ce résultat va avoir des conséquences absolument considérables, car Maastricht c’est l’acte qui fait que les pays membres de l’Union Européenne acceptent de déléguer à l’UE une part de leur souveraineté. C’est à dire qu’ils acceptent que ce soit l’Europe qui soit en charge de tel ou tel domaine et décide de la politique à conduire, politique que tous les pays membres devront appliquer,… dans l’intérêt général.

Peu de gens à l’époque ont compris la portée de cette décision et que cela nous engageait sur une voie nous conduisant directement en enfer.

Depuis, logiquement, les choses n’ont fait que se renforcer. Une répartition des « domaines de compétences » a été élaborée et mise en œuvre, entre UE et pays membres. Elle se divise en trois catégories :

  • les compétences « exclusives » de l’Europe. Les États membres n’ont aucun droit de regard, c’est l’UE seule qui décide et impose ses vues à tous les membres
  • les compétences « partagées » entre l’UE et les pays membres
  • les compétences appartenant « en propre » aux seuls États membres.

En résumé, la première catégorie ce sont les sujets sur lesquels les États n’ont plus leur mot à dire.

La troisième catégorie, ce sont les sujets sans aucune importance laissés à la charge des seuls États.

Quant à la seconde catégorie, les compétences dites « partagées », elles ne sont partagées, c’est à dire que les États ont un droit de regard, que « si l’UE n’a pas légiféré sur le sujet ou ne souhaite pas le faire ». En clair, ce n’est partagé que si le sujet n’intéresse pas l’Europe. Sinon, cela tombe dans la première catégorie et les États n’ont plus rien à dire. C’est là qu’on se rend compte du caractère vicieux et retord du dispositif. En réalité, il n’y a donc pas plus de compétences « partagées » qu’il n’y a de beurre en broche. L’UE contrôle tout. Avis à tous les naïfs… !

Avoir le contrôle de tel ou tel domaine est une chose, mais comment cette main-mise de l’Europe s’exerce-t-elle dans la réalité ? Là, nous passons au second étage de la fusée : le traité de Lisbonne qui fut signé le 13 décembre 2007 et qui est entré en vigueur le 1er décembre 2009. Il est constitué de deux parties, mais celle qui nous intéresse s’appelle le TFUE (traité sur le fonctionnement de l’union européenne), plus exactement l’article 121. C’est cet article qui décrit la mise en œuvre des GOPÉS (Grandes orientations des politiques économiques).

Les GOPÉS élaborées par la commission pour chaque pays sont transmis aux différents gouvernements sous forme de « recommandations » ce qui en langage de l’UE veut dire en réalité « obligations ».

En France, c’est le ministère de l’économie et des finances qui assure le suivi des GOPÉS, sous le contrôle du secrétariat général des affaires européennes (SGAE), service chargé, sous l’autorité du Premier ministre, de la coordination interministérielle pour les affaires européennes afin de mettre en œuvre les procédures qui incombent au Gouvernement en vertu de l’article 88-4 de la Constitution .

Sur le site du SGAE (https://sgae.gouv.fr) on peut découvrir les missions précises de ce service qui est dirigé par Emmanuel Puisais-Jauvin, nommé Secrétaire général des affaires européennes en Conseil des ministres, le 25 juillet 2022. Né en 1971, normalien et agrégé de philosophie, il est issu de la promotion Copernic de l’ENA (2000-2002).

S’agissant des différentes étapes de la procédure, les GOPÉS – apparus pour la 1ere fois en 2011 pour la période 2011-2012 – sont transmis au gouvernement français durant la seconde quinzaine de Mai. Entre ce moment et le mois d’Avril de l’année suivante, les services français élaborent le plan national de réforme (PNR) qui est la mise en musique des décisions de la commission européenne contenues dans les GOPÉS.

C’est un document qui est constitué notamment de tableaux de suivi. Chaque tableau contient trois colonnes : la première étant la recommandation indiquée dans les GOPÉS, la seconde contient les décisions du gouvernement français pour mettre en œuvre la recommandation et la troisième colonne les mesures juridiques ou économiques qui ont été prises ou vont l’être pour prendre en compte et appliquer la recommandation.

La fin du processus est constitué d’un rapport de synthèse, élaboré par le SGAE qui lui permet de rendre compte à la commission européenne de la prise en compte des recommandations et de l’état d’avancement de la transposition en droit français de ces recommandations/directives de la commission.

Certains politiciens, comme Mélenchon, affirment qu’il serait possible de ne pas obéir à la commission. En fait c’est un énorme mensonge de plus.

Lire la suite

21:10 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 26 janvier 2024

Persécutions quotidiennes subies par les paysans : des exemples incroyables !

manif-agri.jpg

Bernard Germain

Depuis la fin des années 60 en France, la tendance en agriculture est à l’industrialisation du process de production. Ne cherchant pas à comprendre pourquoi nos anciens étaient arrivés, sur la base de leur sagesse et de leur expérience, à avoir tout un système de haies et des parcelles à taille raisonnable, les « experts » décrétèrent qu’il fallait remettre tout cela en cause. On arracha donc les haies afin de mettre en place des parcelles énormes, le matériel agricole devint lui aussi de taille monstrueuse…

Mais nos experts avaient juste oubliés que les haies jouaient un rôle majeur sur plusieurs plans. D’abord sur un plan écologique, ces haies abritaient une quantité phénoménale d’oiseaux qui pour se nourrir mangeaient les insectes qui attaquaient les cultures. Ensuite et c’est beaucoup plus grave, ces haies retenaient l’eau et évitaient qu’elle ne ruisselle. Aujourd’hui tout le monde se désole de voir lors de fortes précipitations des torrents de boue emporter tout sur leur passage. En fait c’est la terre agricole qui part à la mer. C’est l’indiscutable bilan de l’arrachage des haies. Ce désastre est tellement vrai et sa cause tellement évidente que les autorités sont en train de souhaiter remettre des haies.

Reste qu’au final, ces funestes orientations ont gravement transformé les campagnes et impactées les agriculteurs.

  • En 2019, l'INSEE recensait 400 000 agriculteurs et 250 000 ouvriers agricoles en France, représentant un peu plus de 2 % de la population active, alors que leur nombre était évalué à respectivement 1,6 million et 310 000 en 1982. Cette diminution de la part des actifs agricoles dans la population active française est encore plus forte lorsqu'on l’observe depuis 1945, où leur nombre était évalué à 10 millions. Aucun autre secteur économique n’a connu une régression d’emplois aussi massive.
  • La taille des exploitations ne cesse d’augmenter. 60 % des exploitations françaises de moins de 20 hectares ont disparu entre 1967 et 1997, tandis que le nombre de celles de plus de 50 hectares a quasiment doublé. Si ce mouvement de concentration se poursuit le nombre d'exploitations passera à 300 000 en 2025.
  • Quand aux « petits paysans », un rapport du Sénat exposait il y a seulement quelques années, qu’ils se suicident au rythme effarant de 1 à 2 par jour. Pourquoi ? Parce qu’ils travaillent 9 à 10 heures par jour, 7 jours sur 7, sans prendre de vacances. En retour, leurs productions sont payées une misère par les énormes structures agro-alimentaires. Évidemment, criblés de dettes qu’ils n’arrivent pas à payer, n’ayant quasiment rien pour vivre et surtout aucune perspective d’embellie, ils craquent et se pendent dans leur grange.

Si ces chiffres se confirment, cela officialisera la disparition de 25% des agriculteurs en 6 ans (2019-2025).

Si l’on se réfère au chiffre de 1982, cela représente une perte de plus de 75% des agriculteurs de notre pays.

Aujourd’hui, dans toute la France la révolte gronde et les agriculteurs se mobilisent et se retrouvent sur des barrages. Ils sont même en approche de Paris et avancent d’une quinzaine de Km chaque jour. Ils devraient y être ce week-end.

Les écolos sont fous de rage, eux qui détestent cette France qui se lève tôt, travaille dur et ne demande qu’une chose : pouvoir vivre de son travail.

Ne manquant pas l’occasion d’apparaître pour ce qu’elle est : une ennemi du peuple et des petites gens, la bobo écolo Sandrine Rousseau a publié cette prise de position sur X (ex-Twitter) :

« Ce que font les agriculteurs depuis deux jours : explosion dans un bâtiment, une personne tuée, rails dégradés, est inadmissible. Et le silence du gouvernement est absolument incroyable ». Pitoyable prose.

Lire la suite

17:18 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 25 janvier 2024

Bernard Germain, auteur de "Union européenne : en sortir... au plus vite", invité de TV Libertés

Lors de chaque élection européenne, c’est toujours le même scénario : on nous promet "Une autre Europe". Cela ne s’est jamais fait et ne se fera jamais car tout est prévu pour rendre la chose impossible. Ce qu’est réellement l’Union européenne est soigneusement caché, depuis sa création. L’UE est en réalité une authentique dictature, une machine à broyer les nations. Un système qui décide pour les peuples sans jamais leur demander ce qu’ils pensent et ce qu’ils souhaitent. Dans son ouvrage "L'Union européenne : en sortir... au plus vite !", Bernard Germain revient sur les amitiés sulfureuses des pères de l'Europe et sur les secrets de la construction des institutions européennes. En livrant ces informations, les Français prendront conscience de la réalité. Pour Bernard Germain, quitter l’UE est la seule solution avant que celle-ci n’ait réussi à détruire nos nations, notre civilisation et nos identités. 

thumb_26357_program_bigSlider.jpeg

Les livres de Bernard Germain cliquez ici

Diapositive1 copie 6.jpg

14:38 Publié dans Bernard Germain, Livres, Radio Libertés Synthèse, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 24 janvier 2024

Rappel : JEUDI 25 JANVIER, BERNARD GERMAIN PRÉSENTE SON LIVRE "UNION EUROPÉENNE : EN SORTIR... AU PLUS VITE !" SUR TV LIBERTÉS

Diapositive1 copie 2.jpg

Petite modification : cette émission devait initialement passer le 17 janvier, mais sa programmation a dû être reportée au jeudi 25 janvier.

Site de TV Libertés cliquez ici

En savoir plus et acheter le livre cliquez là

14:27 Publié dans Bernard Germain, Livres, TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 10 janvier 2024

La forfaiture de l’infâme Pierre Moscovici

Moscovici.jpg

Bernard Germain

Cet individu, socialiste de son état, fut d’abord député européen de 1994 à 1997 puis ministre chargé des Affaires européennes de 1997 à 2002 sous Lionel Jospin. Il fut également vice président du Parlement européen de 2004 à 2007. Il fut ensuite député en France puis directeur de campagne du candidat Hollande en 2012. Lorsque ce dernier fut élu, il nomma Pierre Moscovici ministre de l’Économie, des Finances et du Commerce extérieur. Il redeviendra ensuite député à l’issue de ses responsabilités ministérielles. En novembre 2014, il est nommé commissaire européen aux affaires économiques et financières, à la fiscalité et à l’union douanière, sous l’ère de Jean-Claude Juncker. En juin 2020 il sera nommé, par Emmanuel Macron, président de la Cour des comptes C’est à ce titre qu’il vient de s’illustrer à nouveau dans la rubrique forfaiture.

Mais tout d’abord, qu’est-ce que la Cour des compte ?

La Constitution de 1958, dans son article 47-2 dispose : « La Cour des comptes assiste le Parlement dans le contrôle de l'action du gouvernement. Elle assiste le Parlement et le Gouvernement dans le contrôle de l'exécution des lois de finances et de l'application des lois de financement de la sécurité sociale ainsi que dans l'évaluation des politiques publiques. Par ses rapports publics, elle contribue à l'information des citoyens.

Les comptes des administrations publiques sont réguliers et sincères. Ils donnent une image fidèle du résultat de leur gestion, de leur patrimoine et de leur situation financière. »

On peut donc dire que la Cour des compte a un double rôle : rôle d’expertise et rôle d’information du parlement, du gouvernement et des citoyens.

On comprend dès lors que dans des périodes où des décisions sur un sujet doivent être prises, cette institution a une action des plus importantes puisqu’il s’agit de donner les informations qui vont éclairer les décideurs avant qu’il ne tranchent dans un sens ou dans un autre.

Cette explication générale étant faite, venons-en aux éléments concrets. Comme chacun le sait, l’immigration est un sujet de la plus haute importance, à la source de multiples problèmes (notamment explosion de la délinquance et de violences partout en France). Les Français n’en peuvent plus et environ 70 à 80 % d’entre eux veulent un arrêt pur et simple de cette immigration ainsi que l’expulsion du territoire national de tous ceux qui commettent des crimes et délits.

Quant au coût de cette immigration il se situe entre 50 et 100 milliards par an. Somme que l’on peut sans doute doubler si l’on y ajoute la fraude sociale dont de multiples immigrés sont responsables.

On notera au passage que Bruno Le Maire, le ministre des Finances, vient de faire une déclaration alarmiste disant qu’il fallait absolument réaliser 12 milliards d’économie en 2024. Vu qu’il a l’air de chercher où faire ces économies, je lui suggère de simplement baisser l’immigration et il aura sans aucun problème ses 12 milliards. S’il arrête l’immigration, comme le demandent les Français, il ne saura plus où mettre les dizaines de milliards qu’il économiserait. Mais, là on est dans le rêve… revenons à la réalité.

Lire la suite

10:05 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 06 janvier 2024

Jacques Delors,... traître à sa patrie

Delors.jpg

Bernard Germain

Le 27 décembre s’éteignait à 98 ans Jacques Delors, père de Martine Aubry la maire de Lille. Il commença sa carrière comme militant syndical CFTC puis CFDT et travailla auprès du Premier ministre Jacques Chaban-Delmas de 1969 à 1972. Il adhéra au Parti Socialiste à compter de 1974 et devint député européen en 1979. Lorsque François Mitterrand fut élu président de la république il devint ministre de l’économie et des finances de 1981 à 1984. C’est à lui qu’on doit le virage de « la rigueur » en 1983, qui viola sans état d’âme les engagements du candidat Mitterrand, au motif de l’indispensable réalisme économique et de la nécessaire conversion au libéralisme en vogue dès 1982 avec Thatcher et Reagan à leur apogée. Un moment pressenti pour devenir Premier ministre, il fut de 1985 à 1995 propulsé à la tête de la commission européenne à Bruxelles. En 1995, alors qu’il était favori pour l’élection présidentielle, il refusa d’être candidat.

Tel est en quelques mots le parcours de cet homme.

Ce qui me paraît le plus important dans le parcours politique de cet homme c’est le rôle qu’il eut au plan européen.

C’est sous sa direction que se mettra en place en 1985, l’espace Schengen.

En 1992, l’homme de Maastricht, c’est encore lui. Or Maastricht, c’est le tournant, c’est le moment clé dans l’histoire de l’Europe. Le moment où les nations acceptent de renoncer à leur souveraineté nationale au profit de l’Union européenne et où sont creusées les fondations de la dictature que nous connaissons actuellement.

C’est aussi Jacques Delors qui sera l’artisan de l’instauration de l’Euro, dont l’adoption fut votée en 1995 à Madrid. L’Euro cette monnaie prétendument « unique » alors qu’elle n’est qu’une monnaie commune, ce qui est d’ailleurs son tendon d’Achille.

On n’oubliera pas qu’au sujet de l’Euro, Delors déclara : « L'euro nous apportera la paix, la prospérité, la compétitivité et, rien que pour la France, il se traduira par la création d'un million d'emploi ». Si l’on est simplement honnête intellectuellement, on ne peut qu’être sidéré par le décalage entre cette déclaration et la réalité que connaîtra notre pays et que nous constatons depuis de si nombreuses années, avec une France « au fond du trou », contrairement à ce qu’il affirmait de manière péremptoire.

En 2005, pour le référendum sur la constitution européenne, il appellera bien sûr à voter oui.

Le 26 juin 2015, le Conseil européen nommera Jacques Delors « citoyen d'honneur de l'Europe ». Après Jean Monnet en 1976 et Helmut Kohl en 1998, il sera donc la troisième grande personnalité de la construction européenne à être distinguée par les siens.

Jacques Delors se sera donc dépensé toute sa vie pour l’Europe, plus exactement pour la construction de l’Union européenne qui est le cheval de Troie des États-Unis dont l’objectif était et reste de faire de l’Europe un protectorat américain, sur le plan économique mais également sur le plan militaire en recrutant au sein de l’Otan le maximum de pays européens.

Le général De Gaulle a été un infatigable défenseur de la France, de sa souveraineté et de son indépendance nationale. C’est pour cela qu’il s’opposa si violemment à Walter Hallstein, ancien nazi et premier président de la commission européenne de 1958 à 1967, qui présenta en 1965 un projet d’Europe « fédérale » provoquant la colère de De Gaulle et la « crise de la chaise vide » jusqu’à ce que les accords de Luxembourg n’instituent un droit de veto pour les États membres de la CEE. Le général voulait bien entendre parler d’une Europe des nations, et indépendante des États-Unis. Mais en aucun cas d’une Europe fédérale, asservie à la domination de « l’oncle Sam ». De Gaulle obtiendra le départ de Walter Hallstein en 1967.

On ne peut qu’être frappé par l’action absolument inverse de Jacques Delors qui aura été , contrairement au général, un fidèle serviteur des intérêts américains et de la mise en place de l’Union européenne, cette machine de guerre pour soumettre les nations et détruire le droit des peuples à décider librement de leur avenir. Jacques Delors laissera donc dans l’histoire le souvenir d’un homme soumis, qui joua constamment contre les intérêts de son pays et de son peuple.

Emmanuel Macron a décidé de lui rendre un « hommage national » le 5 janvier 2024 dans la cour des Invalides. On est en droit d’être perplexe devant cette décision car on peut légitimement se demander ce que la nation doit à cet homme.

Diapositive1 copie 9.jpg

Pour commander ce livre cliquez ici

23:53 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 04 janvier 2024

Notre société s’effondre sous nos yeux : « Bonne année » quand même !

IMG-20231229-WA0001.jpg

Bernard Germain

Cette année, je n’ai envie de présenter mes bons vœux à personne. Pourquoi ? mais parce que je sais qu’elle va être mauvaise et peut-être même terrible, sans doute pour tout le monde. Dans ce contexte présenter des bons vœux m’apparaît comme le summum de l’hypocrisie. Sincèrement, vous y croyez aux vœux que vous avez formulés en ce début d’année à votre famille, vos amis ou vos relations ? C’est devenu une sorte de coutume automatique, sans aucun fondement ni bon sens. Cette année, de manière encore plus caricaturale.

La triste vérité c’est que notre société est en train de sombrer sous nos yeux et que, pour l’essentiel, on fait semblant de ne pas le voir. Et tout le monde d’y aller d’un « Bonne année, et surtout la santé ». En complet décalage avec la réalité du monde. Comme le fit l’orchestre du Titanic qui continua de jouer alors que le navire était en train de sombrer.

Tiens par exemple, hier soir en allumant mon téléviseur, j’apprends que le N°2 du Hamas s’est fait tuer par les services israéliens. Maigre consolation qui ne ramènera pas ceux qui ont été sauvagement assassinés par les terroristes du Hamas en ce funeste 7 octobre 2023. Par contre cela confirme que, comme en 1972, lors de l’assassinat des sportifs israéliens durant les JO en Allemagne, les responsables de ces assassinats seront tous pistés et exécutés. Cela prendra le temps qu’il faudra, comme pour 1972, mais Israël n’oublie jamais. En conséquence, aucun n’en réchappera. On ne peut d’ailleurs que s’en féliciter.

Chez nous, c’est l’inverse. On refuse d’appeler un chat, un chat. Un responsable, un responsable. Un terroriste, un terroriste. C’est ainsi que sous le pseudonyme de « Krasny », le sieur Edwy Plenel a écrit (et a reconnu l’avoir fait) dans le journal de la LCR « Rouge », qu’il se félicitait du massacre que venait de perpétrer Septembre Noir durant les JO. Normalement, dans une société digne de ce nom, cela devrait suffire à discréditer l’auteur d’une telle prose, pour le restant de ses jours. Chez nous, l’individu en question est à la tête du journal Médiapart (après avoir été à la Direction du journal Le Monde) et fait des commentaires et surtout la morale à tout ceux qui n’ont pas ses opinions. Personne n’y trouve à redire. Pire, reprenant le flambeau de Plenel, de sinistres individus font déclaration sur déclaration en refusant de qualifier les actes du Hamas de terrorisme et les qualifiant d’actes de « résistance » ou d’« actes de guerre » comme si le Hamas était l’armée régulière d’un État constitué alors qu’il ne s’agit que d’une bande de terroristes. Dans ces contorsions odieuses, la LFI de Mélenchon tient à tenir le rôle principal. Et elle l’a. Peu nombreux sont ceux qui s’en indignent, comme si notre société avait perdu tout sens moral.

Lire la suite

12:43 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 12 décembre 2023

Jean Messiha arrivera-t-il à redonner la parole au peuple ?

Messiha.jpg

Bernard Germain

Jean Messiha l’a annoncé début décembre 2023, il veut réunir 5 millions de signatures afin d’obliger le pouvoir à organiser un référendum sur l’immigration. Ce qui revient à recueillir les signatures de 10 % du corps électoral (donc 4,8 millions pour être précis). Ce n’est pas énorme sur le papier, mais cela relève des travaux d’Hercule dans la réalité.

Pourquoi ?… parce que toute la classe politique est contre lui. La quasi totalité de la classe politique est contre le peuple. Personne ne veut demander au peuple ce qu’il veut, pas plus que la classe politique institutionnelle ne veut respecter ce qui sort des urnes lorsque par exception le peuple a eu la possibilité de s’exprimer.

Qui ne se souvient pas du référendum de 2005 ?

Hollande et Sarkozy avaient posé ensemble en couverture de Paris-Match pour appeler à voter oui. La presse et tous les médias audiovisuels ont pendant des mois inlassablement répété qu’il fallait voter oui. Les instituts de sondages ont pendant des mois publié des résultats truqués annonçant la victoire du oui. Mais au final c’est le non qui l’a emporté et pas qu’un peu… 55 % contre et 45 % pour.

Une incroyable déroute pour les européistes. Qui plus est indiscutable parce que 55 à 45, c’est sans appel. Pourtant, arrivé au pouvoir Nicolas Sarkozy avec la complicité de toute la classe politique, c’est à dire la gauche, la droite et le centre, va faire en sorte de ne pas prendre en compte la volonté du peuple.

Le moyen utilisé sera très simple. Le congrès (députés et sénateurs) sera réuni à Versailles et il suffit des 3/5 pour que le texte soit adopté. Ce qui fut fait. Et le texte en question c’est le traité de Lisbonne qui n’était que le projet de constitution européenne auquel on a changé trois virgules. Donc le texte que venait de rejeter le peuple par 55 % des voix. Peut-on faire un viol plus manifeste de la démocratie ? Peut-on refuser de prendre en compte le vote du peuple de manière plus claire ?

2005 et son épilogue en 2008 restera dans l’histoire de notre pays comme une tache indélébile prouvant l’abominable trahison de la classe politique et son rejet pur et simple de la démocratie et de la volonté populaire. Pourtant, et c’est hallucinant, ce sont les mêmes qui passent leur temps à nous faire des leçons de morales et des déclarations sur leur attachement indéfectible à la démocratie.

Tartuffe et menteurs comme des arracheurs de dents. Tous sans exception ! C’est à cette bande que s’attaque Jean Messiha avec son projet de récolter 4,8 millions de signatures. Pourtant, même si l’affaire se présente comme une entreprise des plus compliquées, je suis persuadé que c’est possible.

Je puise ma certitude dans certains éléments qui ne sont pas contestables. Le premier c’est que 70 % de la population française veut l’arrêt de toute immigration. C’est un chiffre qui ne bouge pas. Plus exactement qui ne descend pas. Par contre, il peut aisément monter. En effet, avec sa « transition démographique » annoncée le 15 septembre 2022 c’est à dire l’envoi dans les campagnes d’un grand nombre d’immigrés, Emmanuel Macron saupoudre les problèmes partout en France. De ce fait, il n’y a quasiment plus d’endroit en France qui soit épargné par les problèmes. Il y a encore peu, c’étaient les villes grandes et moyennes qui étaient principalement affectées.

Aujourd’hui, les quartiers conquis par les dealers et les islamistes ne se comptent plus partout sur le territoire. Même des petites villes comme Guéret (12.000 habitants) en Creuse sont touchées par le fléau.

Mais avec l’extension de tous ces problèmes ce sont autant de français impactés qui auparavant se disaient : « Tout cela c’est dans les banlieues des grandes villes. Ici on est tranquilles ». Or, justement c’est terminé. Plus personne n’est épargné. Nulle part.

Ici c’est une maison cambriolée, là c’est un vol avec violence, là encore c’est un coup de couteau pour voler un téléphone ou simplement pour « un mauvais regard » … etc.

Il y a un autre point des plus importants.

Ainsi, beaucoup de Français sont pauvres. Il y a 10 millions de pauvres dans notre pays, dont la grande majorité sont des Français « de souche ».

Pour eux, et à juste titre, il est insupportable que des migrants puissent avoir un logement social alors qu’eux sont obligés de dormir dans leur voiture et même pour certains dans la rue.

N’est-ce pas logique de dire : on s’occupe d’abord des nôtres ?

Avec Macron, soutenu par la gauche et tous les immigrationnistes, c’est d’abord les migrants. Les Français ils peuvent crever. Cela, nos compatriotes ne le supportent plus. Et ils ont entièrement raison.

Il en va de même pour la santé. Dans son projet de Loi dont l’assemblée vient de lui dire qu’elle ne voulait même pas en discuter, Darmanin avait prévu le maintien et même le développement de l’AME, alors que le texte adopté par le sénat avait supprimé cette mesure en la réduiant à une AME en cas d’urgence.

Pendant ce temps des tas de Français n’ont pas assez d’argent pour se soigner, par exemple en allant chez le dentiste.

Et l’on croise donc fréquemment dans les rues des… « sans-dent » comme le disait de manière odieuse le méprisant et méprisable Hollande. Un homme se disant de gauche.

Là aussi, il faut commencer par aider les nôtres. Quant il n’y aura plus un Français qui renonce à se soigner par manque d’argent, il sera temps de se demander si on peut aider quelqu’un d’autre. Ajoutons à tout cela les problèmes de délinquance et de violence qui se développent partout à une vitesse et dans des proportions vertigineuses.

Lire la suite

20:33 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 06 décembre 2023

Un grand entretien avec Bernard Germain sur Riposte laïque à l'occasion de la sortie de son nouveau livre "Union européenne : en sortir... au plus vite !"

IMG20220929155324 copie.jpg

Source cliquez ici

Riposte Laïque : Vous venez de publier un nouvel ouvrage, aux Editions Synthèse nationale, intitulé Union européenne, en sortir… au plus vite ! Mais auparavant, vous avec écrit en 18 mois quatre autres livres cliquez ici !

Pourquoi autant de livres en si peu de temps ?

Bernard Germain : Pour deux raisons :

  • Parce qu’avant j’étais en dehors des partis politiques. Et de plus, j’avais une vie professionnelle assez prenante donc peu de temps libre
  • Depuis presque trois ans je suis à la retraite, je fais de la politique depuis fin décembre 2021 avec Reconquête et le fait d’être en retraite me donne du temps pour écrire.

Enfin et surtout, j’ai des choses à dire. Je souhaite également transmettre notamment aux jeunes, sur la base de mes connaissances et de ce que la vie m’a appris. C’est important de transmettre.

Riposte Laïque : Vous avez été présenté dans la presse comme le meneur de la bataille de Callac, ce qui vous vaut d’ailleurs quelques ennuis judiciaires. Pouvez-vous expliquer à nos lecteurs où on est la situation dans Callac, devenue le symbole de la résistance à l’invasion migratoire de nos campagnes ?

Bernard Germain : Je récuse totalement ce type de présentation. J’ai été l’un des animateurs du combat de Callac, mais j’étais loin d’être seul. Il y avait l’Association des amis de Callac et ses environs, il y avait les différents partis et organisations et puis n’oublions pas un certain Pierre Cassen qui nous a bien aidés. Ce fut un combat collectif.

Quant à la situation à Callac aujourd’hui, deux choses sont à noter. D’abord, Callac fut une magnifique victoire pour les patriotes et une cuisante défaite pour les immigrationnistes. Je pense d’ailleurs qu’ils ne s’en remettront jamais. Il n’y a qu’à les écouter pour s’en convaincre. Mais comme ces immigrationnistes sont des ennemis de la démocratie, ils n’acceptent pas de respecter la volonté des gens. Alors, ils font venir des migrants, malgré leur défaite, mais en tout petit nombre. C’est deux par-ci et quatre par-là. De temps en temps.

Heureusement on reste très loin du nombre prévu au départ. Mais le combat continue. Il ne faut surtout pas baisser la garde sinon il reviendront à la charge.

Riposte Laïque : Revenons sur votre dernier livre, qui sort ce jour. Vu votre titre, vous paraissez donc un chaud partisan de la sortie de l’Union européenne, comme d’ailleurs Alain Falento, auteur aux Editions Riposte Laïque de Sortir de l’Europe, question de vie ou de mort, ou bien des hommes politiques comme Florian Philippot ou François Asselineau. Qu’amenez-vous de nouveau par rapport aux ouvrages précédemment écrits sur ce sujet par les partisans du Frexit ?

Bernard Germain : D’abord, je n’ai pas lu, loin s’en faut, tous les ouvrages qui sont sortis sur le sujet. Donc j’ai un peu de mal à pouvoir dire objectivement ce que mon livre apporte en plus. J’ai écrit ce livre en cherchant à répondre aux questions que je me posais et pour lesquelles je n’ai pas trouvé de réponse.

L’intérêt de mon livre, si je peux me permettre de dire cela, c’est de repartir du début de l’histoire en déroulant le fil jusqu’à maintenant. Lorsqu’on plonge le nez dans cette histoire certaines choses sont absolument frappantes. Et la conclusion arrive logiquement : soit on accepte la disparition des nations, donc de la France, soit on sort de cette machine à broyer les nations et les peuples. Mais il faut avoir l’histoire complète pour arriver à cette conclusion. J’ai écrit ce livre avec le soucis d’essayer de permettre cela.

Lire la suite

23:54 Publié dans Bernard Germain, Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 03 décembre 2023

L’école de la République s’effondre : tant mieux, inventons autre chose.

Puy-du-Fou-dec2023.jpg

Bernard Germain

Fort nombreux sont les articles publiés par Synthèse nationale, Riposte Laïque, ainsi que d’autres sites, dans lesquels on devine la tristesse, le découragement et même le désespoir de certains rédacteurs se revendiquant patriotes.

Je suis dans le lot et je dois reconnaître qu’il m’est arrivé de me dire que tout était foutu, que cette gauche odieuse, wokiste, bien-pensante et immigrationniste qui s’acharne à détruire la France est sur le point de gagner.

D’ailleurs, les exemples ne manquent pas pour nous amener à cette conclusion.

Par exemple l’école. Toute ma vie j’ai défendu l’école. Pour moi, cela a toujours été un lieu sacré et les enseignants étaient en charge de le défendre et de tout faire pour qu’il reste un sanctuaire où les conflits des hommes ne devaient en aucun cas entrer, un lieu où toute notre énergie devait être consacrée à transmettre un savoir aux élèves afin qu’ils soient demain de véritables citoyens instruits sachant réfléchir, analyser et décider sur la base de sérieuses connaissances au lieu de n’être que de pauvres êtres incapables d’autre chose que d’ânonner laborieusement la propagande reçue.

Au nom d’un égalitarisme destructeur, la gauche a détruit l’école. Totalement. Avec comme corollaire la discrimination positive. Cette logique qui veut qu’en fonction de son origine (la « diversité » dans le cas d’espèce) des places soient réservées pour ses représentants dans les concours, dans les grandes écoles et même dans le monde du travail.

Le plus « drôle », si j’ose dire, c’est que ceux qui ont mis en place cette politique délirante et en font une promotion tapageuse au nom de l’égalité sont ceux qui ne cessent de nous bassiner avec la "République" qui serait parée de toutes les vertus.

Ils oublient juste un détail : leur politique de discrimination positive est tout simplement « contre-révolutionnaire ».

Ont-ils oublié tous ces incultes endoctrinés que l’une des raisons pour lesquelles a eu lieu la révolution était la volonté populaire d’en finir avec les privilèges de la monarchie qui réservaient des places et des emplois à ceux qui étaient « bien nés » ?

Sans même s’en rendre compte, au nom de l’égalité, ils font le chemin exactement inverse de celui des révolutionnaires de 1789. Aujourd’hui, ils réservent des places à ceux qui sont bien nés… de la diversité.

Le résultat de cette politique criminelle conduite depuis des décennies, c’est un effondrement en France du niveau scolaire. Le constat est absolument terrifiant et la place de la France dans les classements internationaux montre une dégringolade qui ne cesse de s’accentuer tout en accélérant.

Ainsi, les enfants qui arrivent en 6e sans savoir lire, écrire et compter ne se comptent plus, tellement ils sont nombreux. Certains répondent : « on a des pourcentages incroyables de réussite au Baccalauréat ». De l’ordre de 98 %. Normal, le "bac" est donné à tout le monde et n’a plus aucune valeur. Pour preuve, les professeurs chargés des corrections reçoivent des directives pour être particulièrement laxistes en matière de notation.

Le résultat, c’est que pratiquement aucun élève, reçu au bac, n’est capable d’écrire un texte même relativement simple sans faire une foule de fautes d’orthographe. C’est à tel point que les entreprises donnent aujourd’hui des cours d’orthographe à leurs salariés afin de faire en sorte que les courriers envoyés à l’extérieur des entreprises ne discréditent ces dernières, par le nombre de fautes.

Quant à la capacité à tenir un raisonnement argumenté faisant preuve d’une réflexion structurée basée sur des connaissances… il ne faut pas rêver. Moins de 10 % des élèves en sont capables de nos jours. En revanche, tous savent qu’il faut « sauver la planète ». La plupart ne s’indignent pas ni ne s’étonnent qu’on leur explique qu’un homme peut devenir une femme et réciproquement, tout comme un homme peut être « enceint » et avoir des enfants, ils savent quelle nourriture bio consommer, etc.

Bref, l’école est devenu un monde de fou. Avec la complicité impardonnable de très nombreux enseignants qui ont vendu leurs âmes à la doxa progressiste et wokiste en sacrifiant au passage des générations de jeunes Français qui, à l’issue de leurs études, en sortent complètement décérébrés.

Les enseignants sont devenus la corporation la plus odieuse et la plus pitoyable qui puisse s’imaginer. Le pauvre Jean Zay, ministre de l’Instruction publique du Front populaire, doit se retourner dans sa tombe tant les pratiques « progressistes » de ses descendants politiques sont l’anti-thèse de ce qu’il répétait inlassablement pour protéger l’école et les enfants.

Nos grandes écoles ne sont pas mieux loties. Quand on regarde ce que sont devenus Sciences Po, ou Normale-Sup, on constate un authentique spectacle de désolation. Quasiment tous les élèves y sont des adeptes du wokisme. Ils n’ont que haine et mépris pour la France, notre drapeau, notre identité, notre culture et notre civilisation. Il en va de même des universités et des grandes écoles qui n’échappent pas à ce jeu de massacre.

Dire que les dirigeants de demain sont dans ces écoles et séviront, pour le plus grand malheur de notre pays, à la tête des entreprises et sans doute aussi en occupant des postes d’élus.

Ces faits regardés lucidement ont de quoi décourager les plus optimistes. Et comme je l’ai dit, je faisais partie de ceux qui pensaient que cela sonnait le glas pour notre pays.

Eh bien voyez-vous, en réalité je me trompais, tout n’est pas perdu.

Certes l’école, pilotée par l’Éducation nationale, est plus que mal partie et va sans doute s’effondrer.

Certes, Sciences Po, ainsi que de nombreuses facultés et grandes écoles sont dans une situation assez similaire. Et beaucoup de ceux qui en sortent ne sont que de pauvres propagandistes ignares.

Jusqu’à présent je me battais pour sauver l’école, les grandes écoles et les universités.

Aujourd’hui, mon point de vue a évolué.

Je pense qu’on ne redressera pas l’école, tout comme on ne redressera pas les grandes écoles et les universités. Ces structures sont en train de dégénérer complètement qui plus est à grande vitesse. Alors cessons de nous battre pour qu’elles survivent et laissons-les s’effondrer et disparaître. En tout cas, ce n’est pas moi qui vais les regretter si cela devient réalité.

Pourquoi ?… parce que j’ai découvert récemment que notre pays a de nouveau un avenir. Tout n’est pas perdu, il reste de l’espoir. La France peut s’en sortir.

La solution, c’est Philippe de Villiers qui l’a mise en œuvre en Vendée. Cette solution s’appelle : l’Académie du Puy du Fou.

Plusieurs classes de primaire et de collège regroupées dans un établissement privé dans lequel on dispense un enseignement tel qu’il était il y a environ 50 ans lorsqu’on instruisait les enfants. Et puis, il y a de la discipline et on ne s’habille pas n’importe comment. Dans son académie, en plus d’étudier sérieusement, on apprend aux enfants à respecter notre drapeau, notre histoire, notre pays.

Devant son succès, de très nombreuses demandes sont refusées tellement il y a de candidatures. Beaucoup plus que de places.

Vous voulez voir à quoi cela ressemble ?

Le 11 novembre, l’ensemble des élèves de l’Académie du Puy du Fou et leurs familles se sont réunis afin d’honorer la mémoire des militaires morts pour la France. Pour cette cérémonie, le chœur de l’Académie a préparé une interprétation de « Larmes d’Ivoire », un chant qui honore le sacrifice militaire à travers le regard d’un enfant ayant perdu son père. Regardez cette vidéo de la cérémonie. Franchement, c’est beau.

L’initiative de Philippe de Villiers n’est qu’un exemple, d’autres écoles de ce genre se mettent en place en France. Il faut que des grandes écoles et des universités privées se mettent également en place dans lesquelles les élèves seront admis sur dossier et où l’excellence et la discipline seront la règle.

N’y a-t-il pas dans notre France de gens pour investir massivement dans ce type de projets ? Ces structures scolaires seront le lieu de formation des futures élites, dirigeants, chefs d’entreprises et hommes politiques de notre pays.

Et demain, par exemple, lorsqu’un chef d’entreprise devra recruter un cadre, un cadre sup ou un simple collaborateur, pensez-vous qu’il choisira le dégénéré wokiste avec son diplôme ne valant rien, ou l’élève issu de cette excellente filière d’éducation ?

Quand le mouvement sera vraiment lancé, que nombreuses seront les écoles de ce genre (NDLR - Il y en a de plus en plus à travers notre pays), l’Éducation nationale pourra s’effondrer, cela n’aura plus aucune conséquence.

Je ne sais pas pour ce qui vous concerne, mais moi cette perspective me redonne vraiment le moral.

Imprimez et diffusez cet article cliquez ici

23:37 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

SORTIE CETTE SEMAINE DU NOUVEAU LIVRE DE BERNARD GERMAIN : "L'UNION EUROPÉENNE : EN SORTIR... AU PLUS VITE !"

Diapositive1 copie 9.jpg

En savoir plus et le commander cliquez ici

16:55 Publié dans Bernard Germain, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 30 novembre 2023

Darmanin et le gouvernement roulent ouvertement pour la racaille

image.jpeg

Bernard Germain

Je n’ai jamais vu une situation aussi claire mais surtout aussi caricaturale que celle que nous vivons suite aux événements tragiques intervenus à Crépol, au cours desquels Thomas a trouvé la mort.

Une manifestation de jeunes patriotes simplement révoltés – à juste titre – par ce meurtre a eu lieu à Romans pour demander justice pour Thomas.

La presse bien-pensante, mais aussi malheureusement celle de droite, a nommé ces jeunes l’ultra-droite, ajoutant très souvent ultra violente. Franchement, c’est juste scandaleux. Qui peut indiquer avec des exemples concrets les violences commises par ces jeunes ? Personne ne le peut pour une raison simple : il n’ont commis aucune violence.

Pas un blessé à déplorer, pas une dégradation, pas un véhicule abîmé ou incendié. Rien.

Alors pourquoi parler d’ultra droite ? Pourquoi ajouter qu’elle est ultra violente ?

Pour salir, pour discréditer une indignation légitime face à un crime odieux, tout comme l’ont été ceux de Lola ou d’Enzo.

Mais dans ces cas, alors que ces faits sont l’horreur absolue, aucun de ces journalistes qui voient partout des violences imaginaires de l’ultra droite n’a vu les crimes très réels et commis de manière absolument barbare par ces chances pour la France. Car ce ne sont pas des Français de souche qui commettent ces actes. Ce sont des pratiques qui viennent de l’autre côté de la Méditerranée. Tout le monde le sait, mais personne ne veut l’admettre… sinon ça va stigmatiser et faire le jeu du RN.

Moyennant quoi, les Français se font planter régulièrement, à raison de 120 à 140 coups de couteau par jour, mais… chuuuut, faut pas le dire sinon ça va faire des voix pour Marine Le Pen.

De son côté, l’État n’est nullement en reste et son attitude est aussi lamentable que celle de la presse bien-pensante et de la gauche en général.

Ainsi, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a donné des consignes absolument incroyables. Il a exigé des préfets, et donc de la police sous leurs ordres, qu’à Romans et partout où auraient lieu des manifestations, il y ait le plus possible d’arrestations et qu’elles débouchent sur des condamnations, avec la complicité de son collègue Dupond-Moretti et ses juges aux ordres dont une bonne moitié est membre du syndicat de la magistrature qui participe aux manifestations d’extrême gauche pour dénoncer “la police qui tue”.

À Romans cela s’est traduit par l’envoi de la CRS 8, l’élite anti-émeutes, avec une chasse aux manifestants qui en fait ne faisaient que brandir une banderole “Justice pour Thomas”. Et pour faire bonne mesure, la police n’a rien fait pour empêcher les racailles d’attraper un manifestant, le mettre à poil pour l’humilier avant de le battre comme plâtre et l’envoyer gravement blessé à l’hôpital, sans oublier d’incendier sa voiture. Mais là, tous ceux qui dénoncent les violence de l’ultra-droite regardaient ailleurs et n’ont rien vu.

Quant aux 20 manifestants attrapés, 6 sont passés au tribunal et sont déjà en prison pour une durée de 6 à 10 mois. On n’a jamais vu une justice aussi réactive pour les racailles ou les black blocs.

À Lyon, on a assisté au même pitoyable spectacle. Des militants se sont fait arrêter et jeter en garde à vue pour avoir simplement collé des affiches “Justice pour Thomas”. Pas de violence, pas de dégâts, pas d’affrontements avec la police, même pas de manifestation.

Ces méthodes, c’est de la terreur pure et simple !

Vous protestez contre la mort de Thomas, vous irez en garde à vue, puis au tribunal et vous serez envoyé en prison, même si vous n’avez rien fait. Vous avez compris ?

Pour l’exemple et pour pour que le message soit clair : « Taisez-vous, ne protestez pas, faites-vous poignarder en silence »… sinon ça va faire le jeu de l’extrême droite. Donc on sera impitoyable avec vous.

Tout cela est une insupportable caricature.

D’autant que la police se comporte de manière honteuse. Par exemple, les jeunes arrêtés à Lyon ont dû subir des perquisitions de leur domicile. Appartement entièrement retourné et pour un couple… confiscation de leurs économies en liquide trouvées dans l’appartement.

Qu’est-ce qui autorise la police à voler l’argent de ces jeunes alors que ce qui leur est reproché c’est d’avoir collé des affiches ?

Il y a quelques semaines de nombreux citoyens se sont mobilisés pour défendre la police qui était attaquée de toutes part, suite à la mort de la petite crapule Nahel.

Les policiers devraient réfléchir.

Ils sont bien sûr obligés d’appliquer les ordres mais il ne sont nullement tenus de faire du zèle. Et s’ils le font, comme par exemple en “confisquant” les économie de ce couple de jeunes, qu’ils ne viennent pas se plaindre si de moins en moins de gens prennent leur défense lorsqu’ils sont attaqués.

Ils n’ont pas brillé au moment des Gilets jaunes. S’ils recommencent maintenant en se comportant de manière honteuse comme ils viennent de le faire à Romans et à Lyon, ce sera tant pis pour eux si les Français ne les défendent plus et même les montrent du doigt.

Maintenant, quelle conclusion doit-on tirer de tout cela ? C’est fort simple :

Darmanin, fidèle soutien des mondialistes et immigrationnistes, est ouvertement du côté de la racaille qui tue les Français. Tout comme le gouvernement.

Darmanin ne veut pas que la population se révolte contre les migrants comme en Irlande. Alors il envoie un message clair : mobilisez-vous et vous irez en prison

Par contre, rien n’est fait pour remettre de l’ordre dans les cités. Là, Darmanin et le gouvernement ont peur. Ils savent qu’il y a de nombreuses armes et la police fait moins la fière lorsqu’il s’agit de rentrer dans une cité et d’en reprendre le contrôle. D’ailleurs elle n’y va pas et quasiment chaque semaine on apprend qu’une personne a reçu une balle perdue. Dernièrement ce fut ce gamin de 10 ans à Nîmes, puis cette jeune à Marseille et il y a deux ou trois jours un homme de 55 ans à Dijon. Dans ce cas, pas de perquisition, pas d’argent confisqué, pas d’armes saisies, pas d’arrestations ni de condamnations. Courageux le Darmanin, mais pas téméraire.

Il préfère rouler des mécaniques en s’en prenant à des jeunes polis, bien éduqués mais… patriotes, ce qui est impardonnable pour lui.

Et pour bien le prouver, il va demander la dissolution de trois groupes ‘d’extrême droite”. En plus de tout le reste.

Mais demander la dissolution des groupuscules d’extrême gauche ou écologistes qui ont fait d’innombrables blessés et dégâts ces derniers mois… vous n’y pensez pas.

Tout comme aucune poursuite ne sera faite contre les black blocs qui pourtant ont un palmarès incroyable. Forces de l’ordre blessées par centaines, magasins pillés, matériel urbain dégradé, voitures incendiées, etc. Mais cela n’est pas grave et ne mérite ni arrestation, ni jugement ni condamnation.

Vous en voulez une preuve ? Le procès des écolos casseurs (bassines) s’est ouvert à Niort. Plus de 50 gendarmes ont été sérieusement blessés, les dégâts sont considérables. Mais eux ne risquent que 6 mois de prison maximum.

Par contre coller une affiche « Justice pour Thomas » ou manifester au cri de « Justice pour Thomas », ça c’est absolument inacceptable et insupportable et mérite le déchaînement de l’État, du gouvernement, des médias, des bien-pensants et de toute la gauche. Le tarif ?… 6 à 10 mois de prison ferme, avec mise en prison sur-le-champ ! Qui osera dire qu’il n’y a pas deux poids deux mesures ?

La vérité c’est qu’il y a vraiment quelque chose de totalement pourri au royaume de Macron-Darmanin !

23:05 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 28 novembre 2023

Libération immédiate de tous nos jeunes arrêtés à Romans !

Logo-Callac1.jpeg

COMMUNIQUE DE LA COORDINATION PARTOUT CALLAC

Samedi 25 et dimanche 26 novembre 2023, deux manifestations ont eu lieu à Romans-sur-Isère organisées par ce que les médias et les bien-pensants appellent « l’ultra-droite », qui sont en réalité de jeunes patriotes.

La première a réuni une centaine de personnes, la seconde - le dimanche - une trentaine. Leur objet était simple : protester contre l’odieux assassinat raciste de Thomas, à coups de couteau, par des racailles de cité.

De très nombreux hommes politiques, la totalité de la « gauche », la plupart des médias et des bien pensants ont eu toutes les peines du monde à reconnaître la réalité des faits. Certains continuent à la nier.

Les uns ont parlé de « rixe ». Les autres de « bagarre » alors qu’il s’agissait pourtant très clairement d’un assassinat raciste. Les auteurs étant arrivés en criant « on va planter des blancs » ! Et c’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait. Bilan : 1 mort et 17 blessés.

Leur forfaiture faite, les auteurs ont pris la fuite. Qualifiés de « Français, vivant en centre ville » par les autorités, ils ont été arrêtés à côté de Toulouse avec l’aide de 50 hommes du GIGN. Quel déploiement de force pour… des « Français » ordinaires.

En fait ces « Français de papier » étaient en route pour l’Espagne, direction le bled au Maghreb afin de s’y cacher.

Pendant des jours, le procureur et les autorités ont refusé de donner les prénoms et les noms des auteurs.

Peine perdue, tout le monde avait compris.

L’indignation est immense en France. La population est révulsée par cet acte odieux et barbare.

Pourquoi aucune star du show-biz n’a-t-elle jugé utile de s’indigner et de le dire ?

Pourquoi M’Bappé n’a-t-il pas dit qu’un « petit ange nous a quittés » ?

Pour Antoine Dupont et la FFR ont mis plus d’une semaine à réagir alors que Thomas était un rugbyman, capitaine de son équipe ?

Pourquoi n’y a-t-il pas eu une minute de silence à l’assemblée nationale, alors que la racaille Nahel y a eu droit ?

Pourquoi cette insupportable volonté des autorités de cacher les faits, les auteurs et les raisons de cette ignominie ?

C’est contre tout cela que des jeunes patriotes ont décidé de manifester à Romans-sur-Isère les 25 et 26 novembre.

Ils n’ont rien cassé. Ils n’ont blessé personne. Ils ont simplement exprimé leur colère et leur dégoût devant ces faits.

En réponse, le pouvoir leur a envoyé l’élite des forces anti-émeutes : la CRS 8. Et comme si cela ne suffisait pas, de manière absolument symbolique, les racailles locales qui ont tué Thomas, ont également agressé les jeunes manifestants.

L’un d’eux a été gravement blessé, après avoir été humilié - obligé de se dénuder - avant d’être passé à tabac. Sa voiture a été incendiée. Il est à l’hôpital.

Mais pour les autorités, la plupart des médias et toute la gauche, ce sont ces jeunes patriotes qui doivent être dénoncés comme étant des « bandes ultra-violentes d’extrême droite ».

Il ne semble être venu à l’idée d’aucun de leurs accusateurs que ceux qui avaient tué, ce n’était pas eux, mais les racailles locales.

Il ne semble être venu à l’idée de personne que leur manifestation s’est faite sans aucun dégât, contrairement à toutes celles durant lesquelles les black-blocs en ont fait tant (Réforme des retraites) tout en blessant des policiers... en toute impunité.

Il ne semble être venu à l’esprit d’aucun de leurs dénonciateurs que défendre son pays et sa population n’est ni crime ni un délit.

Pourtant, une vingtaine ont été arrêtés. Et 17 mis en garde à vue. Le lendemain, 6 d’entre eux sont passés au tribunal.

Une avalanche d’injures s’est abattue sur eux en provenance d’hommes politiques, de médias bien pensants et de la « gauche ».

La mansuétude coupable des juges lorsqu’il s’agit de « migrants », même auteurs de coups de couteaux, ne s’est pas exprimée.

C’est l’inverse qu’on a constaté : une justice impitoyable. Condamnation de 6 à 10 mois de prison avec incarcération immédiate.

En totale contradiction, ce jour s’est ouvert à Niort le procès des organisateurs de la manifestation contre « les bassines » qui a fait d’innombrables dégâts et plus de 50 blessés parmi les forces de l’ordre. Pour cela, ils risquent au maximum... 6 mois de prison.

Un « deux poids – deux mesures » insupportable qui discrédite totalement les juges qui ont prononcé ces sanctions et le pouvoir.

La Coordination Partout Callac condamne totalement cette justice partiale et à l’évidence totalement politique.

Ces jeunes patriotes avaient parfaitement le droit de manifester contre le crime raciste commis à Crépol par les racailles de la cité de « La Monnaie », d’autant qu’ils ont manifesté sans violence ni dégât.

Leur condamnation et leur emprisonnement est une décision honteusement arbitraire et totalement injuste.

La Coordination Partout Callac exige leur libération immédiate et sans condition !

Le 28 novembre 2023

Bernard Germain 

Porte-parole de la Coordination Partout Callac (www.partoutcallac.fr)

Pour imprimer et diffuser cet article cliquez ici

23:32 Publié dans Bernard Germain, Callac 22, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 27 novembre 2023

Dernière minute : Romans, nos jeunes jetés en prison ! Mobilisation pour les faire sortir !

0156b4b_5941182-01-06.jpeg

Bernard Germain
 
Pour avoir manifesté à Romans-sur-Isère, contre l'assassinat de Thomas, plusieurs jeunes identitaires ont été arrêtés et mis en garde à vue. Ils sont passés aujourd'hui au tribunal.
 
Six des interpellés écopent de six à dix mois de prison. Tous restent en prison. Cinq des six condamnés avaient un casier judiciaire vierge.
 
C'est un scandale absolu. Une volonté délibérée de l’État et du gouvernement de terroriser ceux qui auraient l'idée de protester contre l'invasion migratoire et ses conséquences.
 
Le message des autorités est clair : Faites-vous tuer, mais en silence. Si vous protestez ou manifestez, vous irez en prison.
 
Quand on voit la mansuétude des juges vis à vis de tous les migrants qui commettent une multitude de délits, on ne peut qu'être révulsé par ce jugement.
 
C'est un évident déni de justice. Thomas vient d'être assassiné une seconde fois.
 
Mobilisons-nous pour exiger la libération immédiate de ces jeunes patriotes !

23:14 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les « petits gars en noir » ont raison… honte aux autres !

Romans.jpg

Bernard Germain

Samedi soir et dimanche, à Romans-sur-Isère, il y a eu deux manifestations « d’identitaires » comme disent les bien pensants.

Les bougres avaient des fumigènes, des drapeaux bleu blanc rouge et criaient des slogans : « Justice pour Thomas », « Islam hors d’Europe » ou encore « Vive la France ». Un vrai scandale ma bonne dame, ces slogans.

Ils étaient là pour faire savoir aux racailles de la cité de « La Monnaie », et d’ailleurs, que c’était fini et que maintenant les français n’allaient plus se laisser tuer à coup de couteau sans réagir.

En clair une manifestation comme on en vit en Irlande récemment suite aux coups de couteau donnés par un Algérien à deux personnes et trois enfants à la sortie d’une école.

En face, le pouvoir avait envoyé l’élite de la police anti-émeute, la CRS 8. Qui n’a eu aucun état d’âme pour taper durement sur ces jeunes patriotes et à en mettre une vingtaine (sur 100 manifestants) en garde à vue.

Je ne sais pas si vous avez noté ce détail, mais lorsqu’il s’agit des black blocs ou des écolos, on n’envoie pas la CRS 8 et il y a beaucoup moins de mises en garde à vue. Et si comme cela ne suffisait pas, non contentes d’avoir « planté du blanc » (provoquant la mort de Thomas) les racailles locales sont venues donner un coup de main à la police pour « casser du blanc » et du « patriote ». Ils ont d’ailleurs réussi en expédiant à l’hôpital un jeune, gravement blessé, après l’avoir humilié en le forçant à se dénuder avant de le passer sauvagement à tabac. Sa voiture a également été incendiée.

Face à cela, le rouleau compresseur bien pensant s’est mis en route cherchant à tout écraser sur son passage. Et effectivement on a eu droit à la totale. Pas pour condamner les exploits des hommes de Darmanin alliés aux racailles. Non c’est à l’inverse qu’on a eu droit.

Il y eut l’indignation générale contre Ciotti qui a refusé de condamner ces deux manifestations (ainsi que les autres, ailleurs en France ce week-end). Il a fort justement déclaré : « N’inversons pas les problématiques. Moi ce qui me choque c’est l’assassinat de Thomas. Point final ». On ne peut être plus clair. C’est dommage que Ciotti n’ait pas toujours un discours de ce type.

La presse s’est déchaînée contre les manifestants. De Libération au journal Le Monde, ce fut unanime. Quant aux partis de gauche, on assista au concours de celui qui sortirait la plus grosse énormité. Il fut ainsi question de « ratonnade » pour qualifier la manifestation des « petits gars en noir ». Mais, sauf erreur de ma part, aucune racaille n’a été blessée. Seul un identitaire a été gravement blessé et sa voiture incendiée.

Encore une fois, une splendide inversion des rôles et des responsabilités. Les « petits gars en noir » se sont contenté de défiler en lançant leurs slogans. Ceux qui ont utilisé la violence, après avoir tué, ce sont les racailles locales et la police. Mais une fois de plus la gauche n’avait pas la bonne paire de lunette. Elle a vu l’inverse. Thomas n’est pas mort sous les coups de couteau. Au fait, c’est qui ce Thomas ? Qui en a entendu parler ? Non, le vrai danger c’est « l’agression de l’extrême droite en bande organisée contre un quartier populaire ». Dixit Mélenchon.

Quartier populaire ?… tu parles. « Quartier populaire » cela veut dire que c’est là où habite le peuple. Dans ce quartier ce n’est pas le peuple qui y habite. D’abord parce que ce sont des logements sociaux et tout le monde sait qu’on y place en priorité des immigrés. Et s’il se trouvaient quelques « Français », ils seraient vite invités à déguerpir pour incompatibilité de conception de vie en société. Non, ce type de quartier fait partie de ce qu’on appelait les « quartiers perdus de la républiques » qui sont en fait les quartiers conquis par les marchands de drogue et les islamistes qui s’entendent d’ailleurs très bien.

Le fait que Mélenchon qualifie ces quartiers de « populaires » confirme simplement qu’il a changé de peuple ! Et cette cécité de la gauche et sa faculté à voir le contraire de la réalité n’est pas une nouveauté.

C’est exactement comme le 7 octobre en Israël, la gauche n’a pas vu les épouvantables exactions et massacres du Hamas contre le peuple israélien. Elle n’a vu que des « combattants » palestiniens, pas des terroristes.

Et quand il a été question de participer à Paris à la manifestation contre l’antisémitisme, la France Insoumise de Mélenchon a refusé d’y venir et a appelé à un rassemblement, tout seuls, devant le cirque d’hiver.

Manifestation perturbée par des jeunes juifs en colère qui sont venus leur faire savoir qu’ils n’appréciaient pas du tout la politique des « insoumis » qui sont en réalité totalement « soumis »… à l’islam et sont des antisémites de plus en plus assumés.

Lire la suite

18:38 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 26 novembre 2023

Police et racailles agressent les patriotes… nous n’avons plus le choix, mobilisons-nous !

Manif-Roman.jpg

Bernard Germain

Hier soir à Romans-sur-Isère, la ville d’où venaient les tueurs de Thomas, a eu lieu une manifestation de jeunes identitaires. Entre 50 et 100 manifestants qui ont eu le courage d’aller manifester au cœur même de la cité de « La Monnaie ».

Et que croyez-vous qu’il arriva ?

On a vu la police, pas n’importe quelle police… l’élite de la police anti-émeute la célèbre CRS8, être envoyée sur place par Darmanin pour s’opposer aux manifestants, les disperser brutalement et procéder à des arrestations. Environ une vingtaine, qui sont en garde à vue.

Et comme si cela ne suffisait pas on vit aussi, de manière absolument symbolique, les racailles de cette cité s’attaquer également aux manifestants, en attraper un, l’agresser et le blesser gravement. Il est à l’hôpital dans un état grave, heureusement sans que sa vie soit en danger.

Les racailles et la police de Darmanin, ensemble, contre les Français qui défendent leur pays et son peuple. Quel symbole !

Ce message d’un jeune identitaire résume parfaitement les choses : cliquez ici

Avec l’assassinat de Thomas, il s’est passé quelque chose qui est en train de changer radicalement la donne.

Les Français sont en train de comprendre que si nous laissons faire, notre disparition est proche.

Depuis l’affaire Merah, à chaque acte anti-français ou attentat terroriste, quasiment tous réalisés par des islamistes, on nous a dit : « pas d’amalgame », « pas d’islamophobie », mettez des nounours et des bougies, faites des marches blanches, dites « vous n’aurez pas ma haine ». Mais ne vous révoltez pas contre les auteurs, sinon c’est raciste et islamophobe.

Les Français sont tombés par centaines. Environ 1.000 en 10 ans depuis Mohammed Merah.

À Crépol, une fois de plus, un jeune Français est tombé… sous les coups de couteau d’un « Français, habitant en centre ville » ont dit les autorités, la plupart des journalistes, les bien pensants et la « gauche ».

Mais le « Français de centre ville » et ses complices ont tous des noms «nord-africains» et il se trouve qu’après leur crime ils ont été arrêtés à Toulouse, en train de fuir vers l’Espagne direction le Maghreb.

Drôles de Français en vérité.

Des « Français de papier », présents sur notre sol pour les avantages que cela procure mais détestant notre pays ainsi que son peuple et n’hésitant pas à poignarder au passage certains habitants, comme Thomas.

J’avoue être très étonné de l’incroyable clarté de la situation. Ceux qui ne voient pas les choses, c’est juste qu’ils ne veulent pas les voir.

Au plan général, notre société telle que nous la connaissions quelques décennies en arrière, est en train d’agoniser, ravagée par les conséquences de son américanisation depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Nous étions le pays de la cuisine la plus raffinée. Nos nouvelles générations sont éduquées à « bouffer » du Mac-Do et ne comprennent plus rien à la « bonne cuisine » et aux « bons vins ».

Nous étions le pays de la galanterie et des mœurs courtoises vis à vis des femmes. Nous sommes aujourd’hui un pays où tant de femmes vomissent leur haine des hommes et de la galanterie, hommes qui sont devenus l’ennemi à abattre.

Nous étions un pays où la famille était une institution traditionnelle et respectée. Nous sommes aujourd’hui un pays où cette institution est devenue le symbole de ce qu’il faut détruire : le patriarcat avec sa figure de proue, l’homme blanc, hétérosexuel de plus de 50 ans.

Lire la suite

15:35 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L’Union européenne est en train de réaliser sous nos yeux un véritable coup d’État

coup-etat.jpg

Bernard Germain

C’est terminé, l’Union européenne vient de franchir le Rubicon en votant la création d’un « État européen ». Comprenez bien qu’en prenant cette décision, l’UE vient de décider que cet État européen va se substituer à toutes les nations existantes, membres de l’Union européenne.

Cette forfaiture vient d’être commise avec les voix de TOUS les macronistes.

Lorsque ces mesures seront mises en place, les pays de l’UE ne seront plus que des « régions » ou des « provinces » mais plus des États à part entière. Les conséquences de cette révolution, car c’en est une, sont incalculables. Ne tournons pas autour du pot. N’ayons pas peur d’utiliser les mots appropriés, nous assistons en direct à un authentique coup d’État.

Parmi les principales mesures (liste non exhaustive), voyons celles qui sont les plus importantes :

  • La prise de décision à l’unanimité des États membres devient l’exception. Le vote à la majorité simple ou qualifiée la règle.

On rappellera à ce sujet que c’est le général De Gaulle en 1966 qui a imposé le vote des États membres à l’unanimité sur les questions importantes (Accord de Luxembourg). Il l’a obtenu en pratiquant la politique de la « chaise vide » en réponse à Walter Hallstein qui voulait imposer son projet d’Europe fédérale. À l’époque De Gaulle avait obtenu gain de cause, et même le départ de Walter Hallstein en 1967.

On assiste au retour du même projet, mais en bien pire que ce que prévoyait Hallstein en 1966.

  • Création d’une fonction de « Président de l’Union européenne » en remplacement des présidents du « Conseil européen » et de la Commission européenne » qui est elle-même remplacée par un « exécutif ».
  • La politique étrangère et de sécurité commune n’est plus adoptée à l’unanimité mais à la majorité qualifiée.

Qui est assez naïf pour croire que le président ou le dirigeant d’un pays membre pourra encore prendre des décisions dans le cadre de la souveraineté et l’indépendance nationale de chaque pays ? L’UE annonce la mise en place d’un exécutif qui va se substituer à tous les pouvoirs nationaux.

Les dirigeant de chaque pays ne seront plus que les exécutants des décisions de l’exécutif européen.

  • La politique étrangère et de sécurité commune n’est plus adoptée à l’unanimité mais à la majorité qualifiée
  • Création d’une “union de la défense” dotée de “capacités militaires” sous le “commandement opérationnel de l’UE” qui peut acquérir des armes au nom de l’UE ainsi que la constitution d’une véritable armée de l’UE.

L’arme nucléaire française va-telle être mutualisée ou cédée à l’exécutif européen qui serait le seul à avoir les codes de mise à feu ?

Et le siège de la France au conseil de sécurité de l’ONU, va-t-il être donné à l’UE ?

  • Mise en place d’un mécanisme de défense collective : une attaque contre un État membre de l’UE est considérée comme une attaque contre tous ses États membres

Quasiment tous les États membres de l’UE sont aussi membres de l’OTAN. Cette disposition ne fait donc qu’officialiser ce qu’on savait déjà. Tous et chacun est mis devant l’obligation d’être solidaires des autres sur le plan militaire, sous l’égide et l’autorité des États-Unis.

  • L’UE pourra avoir recours à des moyens civils et militaires contre… les campagnes de désinformation

C’est une véritable dictature qui est en train de se mettre en place. Sera qualifié de « désinformation » et donc poursuivi tout ce qui sera contraire à la doxa. Le délit d’opinion et les procès politiques vont devenir la règle et la démocratie, un lointain souvenir.

  • Les compétences de l’Europe ne sont plus partagées.

Jusqu’à maintenant, il y avait trois types de compétences. Les compétences exclusives de l’Europe, les compétences partagées (qui en fait n’existaient pas puisque c’étaient celles sur lesquelles elle n’avait pas légiféré ou dont elle ne voulait pas s’occuper. Mais dès qu’elle s’en occupait, ces compétences devenaient exclusives). Enfin il y avait les compétences appartenant à chaque État.

Même ces dernières sont supprimées. Donc l’UE devient décisionnaire sur tous les domaines. Et chaque État est tenu d’appliquer ce que l’UE aura décidé.

  • La politique commune migratoire devra tenir compte de la stabilité économique et sociale des États membres et répondre aux besoins de mains d’œuvre du marché unique.

Nos dirigeants sont de bons petits caniches obéissants. Ils connaissaient ce souhait de l’Europe et sont déjà en train de le mettre en œuvre. Cela s’appelle l’immigration choisie pour répondre aux « métiers en tension ».

  • Création d’un “État d’urgence” européen : Le Parlement européen, à la majorité simple, avec le Conseil européen, à la majorité qualifiée, pourront donner des pouvoirs extraordinaires à la Commission (l’exécutif)

Et la cerise sur le gâteau c’est la possibilité de mettre en place un État d’urgence. Comprenez, si les peuples se mettaient dans la tête de se rebeller, l’UE pourrait employer la force pour les mâter.

Il y a quelques décennies, c’était les communistes qui avaient mis cela en place, dans le cadre du Pacte de Varsovie ce type de système. À l’époque les pays de l’Ouest appelaient cela une dictature.

Aujourd’hui les mêmes pays de l’Ouest mettent en place un système identique. Mais comme c’est à « l’ouest », on est prié d’appeler cela... la démocratie.

On n’oubliera pas non plus les GOPÉ, c’est à dire les Grandes Orientations des Politiques Économiques qui sont imposées chaque année à chaque pays et qu’il est tenu d’appliquer sous peine de sanctions économiques très lourdes (0,1 à 0,5 % du PIB). Ne pensez pas que c’est insignifiant. Le PIB de la France est d’environ 2800 Milliards d’€. Donc 0,5 % c’est 14 milliards d’€. Pour mémoire c’est le montant du déficit du régime de retraite qui a été le justificatif de Macron pour faire sa réforme des retraites.

Avec les GOPÉ on comprend que les discussions sur les politiques à conduire dans chaque pays, sont des blagues. C’est l’Union européenne qui pilote depuis des années et les élus ne font qu’appliquer ce que l’UE a décidé. Même la France Insoumise (Manon Aubry) l’a reconnu en déclarant en mars 2023 que la réforme des retraites (64 ans) étaient noir sur blanc dans les GOPÉ de la France et que Macron ne faisait qu’appliquer ce que l’UE avait décidé.

Cette fois-ci tous les peuples d’Europe sont au pied du mur :

  • Soit l’UE impose son projet et c’est clairement une dictature qui va s’imposer à tous
  • Soit les peuples d’Europe se révoltent et font voler en éclat cette construction machiavélique et diabolique qui s’appelle l’Union européenne.

Pour conclure, l’affaire est tellement importante qu’il me paraît impossible que l’UE décide de passer en force c’est à dire refuse de consulter les peuples des pays membres par référendum.

Si l’UE refuse d’organiser ce référendum, il faut engager immédiatement le combat pour imposer ce référendum. Sinon, c’est que nous acceptons la dictature et il ne faudra plus se plaindre de rien.

Je rappelle et ce n’est pas un détail qu’à part le parlement européen (qui n’a quasiment aucun pouvoir) personne n’est élu parmi les dirigeants de l’Union européenne. Et pourtant ils imposent leurs volontés à près de 500 millions de personnes

Il est absolument vital de sortir… et vite de ce système entièrement dictatorial.

Un dernier mot pour signaler que j’ai écrit un livre sur l’Union européenne qui reprend tous ces points et expose pourquoi il faut en sortir.

Il sort dans les premiers jours de décembre. Il peut être commandé sur www.synthese-editions.com cliquez là

Imprimez et diffusez cet article cliquez ici

10:13 Publié dans Bernard Germain | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 17 novembre 2023

Parution début décembre du nouveau livre de Bernard Germain : "L'Union européenne : en sortir... au plus vite !"

COUV Maquette SN REVUE copie 31.jpg

L’Union européenne : en sortir… au plus vite !

Lors de chaque élection européenne, c'est toujours le même scénario. On entend une multitude de listes proposer « Une autre Europe ».

Cela fait des dizaines d’années que l'on nous de ces balivernes sur la transformation de l’Europe. Cela ne s’est jamais fait et ne se fera jamais car tout est prévu pour rendre la chose impossible. Ce qu’est réellement l’Union européenne est soigneusement caché, depuis sa création.

L’Union européenne est en réalité une authentique dictature, une machine à broyer les nations. Un système qui décide pour les peuples sans jamais leur demander ce qu’ils pensent et ce qu'ils souhaitent.

L’Union européenne est une construction dans laquelle aucun décideur n’est élu. Seul le parlement européen l’est, afin de donner à l’ensemble un léger vernis démocratique, mais, dans les faits, il n'a presque aucun pouvoir.

Ce livre a pour objet de vous informer de ce qu’est réellement l’Union européenne, comment elle est née, qui ont été ses créateurs, quelles ont été les étapes de sa construction, comment elle fonctionne, qui sont les vrais maîtres, comment sont décidées les politiques qu’elle impulse.

Nous pensons qu’en livrant au lecteur ces informations, qu’il aura beaucoup de mal à trouver ailleurs, il prendra conscience de la réalité de ce qu’est cette monstruosité et en arrivera logiquement à comprendre que la « réformer » est impossible. Quitter l'Union européenne est donc la seule solution avant que celle-ci n’ait réussi à détruire nos nations, notre civilisation et nos identités.

Pour que la France revive, et retrouve la place qui était la sienne avant la mise en place de l’Europe il n’y a pas d’autre solution que de nous retirer de cette Union. Et vite...

L'Union européenne : en sortir... au plus vite !  Bernard Germain, préface d’Alban d’Arguin, Les Bouquins de Synthèse nationale, collection “Idées”, 268 pages, 25,00 € (+ 6,00 € de port)

Sortie programmée : le 6 décembre 2023

Commandez-le dès maintenant cliquez ici

samedi, 28 octobre 2023

Le « résistant » Erwan Chartier voulait nous ruiner : fiasco judiciaire mémorable.

chartiertv.jpg

Bernard Germain

Erwan Chartier vous ne voyez pas de qui il s’agit ? C’est le rédacteur en chef du petit journal gauchiste « Le Poher » qui doit tirer à 1 000 ou 2 000 exemplaires par semaine et qui est basé pas très loin de Callac.

Ces derniers temps on voyait beaucoup le « résistant » Erwan Chartier sur les plateaux télé et dans la presse. Pensez donc il a même écrit un livre, un petit livre d’après ce que j’ai vu lorsqu’il l’a montré au cours d’une émission à sa gloire, sur FR3 me semble-t-il. Il paraît que dans ce livre il parle de la résistance notamment FTP (communiste) à Callac durant la seconde guerre mondiale et fait d’après ce que j’ai compris un parallèle avec le combat mené à Callac pour la venue de migrants et contre les horribles « fachos ».

En clair, dans le combat mené à Callac contre le projet Horizon qui entendait faire venir plusieurs centaines de migrants, nous étions les « nazis » et les immigrationnistes étaient les FTP des temps modernes.

N’ayant pas lu le livre, et je ne vais pas donner de l’argent à ce « résistant » pour en prendre connaissance, je me demande si dans sa glorification de l’action des FTP il a oublié ou pas d’indiquer que le 23 août 1939, était signé un pacte de non agression entre l’URSS et l’Allemagne nazie. Pacte connu sous le nom de pacte germano-soviétique.

Le pacte fut brisé le 22 juin 1941, par la décision d'Hitler d'attaquer l'URSS en déclenchant l'opération Barbarossa. Mais entre temps, c’est à dire pendant presque deux ans, le PCF malgré l’invasion de la France en juin 1940, a eu une politique de « fraternisation » avec les Allemands. À l’époque le PCF disait « Ne tirez pas sur un uniforme allemand. Derrière chaque uniforme il y a un travailleur. » Et il n’y avait aucune résistance communiste à cette époque. D’ailleurs ceux qui ont résisté avant que le PCF ne le décide, ont eu de sérieux ennuis. Par exemple Georges Guingouin dans le Limousin pour le maquis qu’il a monté à côté d’Eymoutiers en Haute-Vienne. Le PCF a essayé de l’assassiner à plusieurs reprises, ce qu’il explique entre autres dans son livre « Quatre ans de lutte sur le sol Limousin ». Mieux, le PCF a même été négocier la reparution légale de l’Humanité à la Kommandantur de Paris.

Quant à son secrétaire général, on n’oubliera pas de relever qu’il a déserté, a couru se réfugier en URSS et y est resté jusqu’à la fin de la guerre. C’est De Gaulle qui l’a amnistié pour ces faits infamants.

Toute cette période et ces évènements sont soigneusement cachés aux générations actuelles et ce qui leur est vendu c’est la fable du « Parti des 75.000 fusillés ». Il m’étonnerait que le livre du « résistant » les expose à ses lecteurs. Je pense qu’il participe plutôt à la propagation du mensonge du « Parti des fusillés ».

Il faut que je m’explique. Je dis le « résistant » car depuis la lourde défaite des immigrationnistes à Callac, il semble qu’il se sente investi d’une mission divine, reprendre le flambeau des immigrationnistes - flambeau tombé par terre - et pourfendre les « nazis » des temps modernes que nous serions en osant défendre notre pays contre l’invasion migratoire que nous subissons.

Ne pouvant revenir en arrière et empêcher le maire d’annoncer qu’il jetait l’éponge, notre « résistant » s’est mis en tête de faire payer les fachos pour cette victoire.

J’ai donc été clairement ciblé, pour un article paru en octobre 2022, qui répondait à un article d’une journaliste du Poher sur notre combat de Callac et qui n’a pas pu le faire sans nous traîner dans la boue et nous calomnier.

Nous avions répondu et cela n’a pas plu au « résistant » qui a donc saisi la justice. J’ai reçu une assignation au Tribunal le 30 janvier à mon domicile par exploit d’huissier.

Et bien sûr, ce qui devait arriver, arriva…

Quelques jours plus tard, le Télégramme de Brest ou Ouest-France - peu importe - publièrent un article dans lequel le « résistant » se disait victime d’une campagne de menaces téléphoniques et par mail ayant commencé… le lendemain du jour où j’ai reçu mon assignation au tribunal.

En clair et sans le dire, on m’accusait d’être à l’origine de ces menaces notamment de mort.

Et l’affaire ne s’est pas arrêtée là. Presque chaque jour il y avait des éléments nouveaux. Le « résistant » était à l’évidence la personne la plus menacée de Bretagne. Peut-être même de France.

La dernière invention fut une soi-disant alerte à la bombe qui provoqua l’arrivée massive de gendarmes, démineurs, avec évacuation des locaux. Le tout largement relayé par la presse régionale et même nationale.

En réalité, tout cela n’était que du théâtre. L’objectif était simple : comme l’audience au tribunal était prévue le 3 mars à Lorient il fallait, entre fin janvier et le 3 mars, créer l’ambiance afin que lors de notre comparution le « résistant » apparaisse comme une personne en grand danger et menacée par les horribles fachos, avec moi à leur tête et à la manœuvre.

Mais l’audience fut reportée au mois de septembre.

Curieusement, toutes les menaces cessèrent brusquement et, autre curiosité, les gendarmes qui pourtant ont de sacrés moyens n’ont jamais rien trouvé pour me mettre en cause ni aucun facho.

On me permettra d’être perplexe devant ce concours de circonstances. Arrêt brutal des menaces dès que la date du procès a changé et incapacité des gendarmes de trouver le moindre responsable alors qu’ils ont de puissants moyens et que le « résistant » était soi-disant assailli de menaces.

Lire la suite

02:31 Publié dans Bernard Germain, Callac 22 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 06 octobre 2023

Dissolution de Civitas : la dictature qui s’installe visera demain le RN et R!

civitasescada - copie.jpg

Bernard Germain

Et un de plus. Notre ministre de l’intérieur vient d’accrocher un nouveau trophée de chasse à son mur en y suspendant la tête de Civitas. Depuis Août il avait demandé à ses services de travailler à cette dissolution, il vient de l’obtenir et le conseil des ministres d’hier a décidé de l’approuver.

Évidemment, c’est l’euphorie du côté des bien pensants et autres gauchistes de tous poils. Ils défendent la « République » qui serait soi-disant menacée, mais leur manière de la défendre se résume à la méthode employée en 1793… couper la tête de quiconque ne partage pas leur point de vue.

Donc logiquement, c’est une chasse à l’homme permanente qui est organisée dans notre pays. Des associations gavées de subventions, payées avec nos impôts, montent la garde et veillent. Dès qu’un article ou une déclaration n’est pas jugé « politiquement correct », la meute s’agite et part en chasse. Pour lui permettre de tordre le cou du malheureux qui n’a pas dit ce qu’il faut, il y a les Lois Pléven, Gayssot et Taubira et une armée d’avocats dévoués et qui ne sont pas gênés de demander qu’on coupe la tête des hérétiques. Enfin, il y a les juges qui vont trancher l’affaire lorsqu’elle leur sera soumise. Des juges dont il paraît que 40 % sont membres ou sympathisants du Syndicat de la magistrature qui s’est signalé récemment en participant à la fête de l’Humanité, en animant des débats anti police et en participant aux défilés du 23 septembre contre « la police qui tue » et où l’on vit des pancartes « un flic, une balle ».

Il paraît que tout ce dispositif est « républicain ». Moi, j’appelle cela une dictature qui s’installe.

Je rappelle à ce propos que tous ces bien pensants qui ont les yeux de Chimène pour l’Amérique devraient adopter leur conception de la liberté d’expression. La liberté d’expression aux États-Unis est protégée par le Premier amendement de la Constitution des États-Unis et par les constitutions et lois de nombreux États. Le premier amendement de la Constitution des États-Unis d’Amérique fait partie des dix amendements ratifiés en 1791 et connus collectivement comme la Déclaration des Droits. Il interdit au Congrès des États-Unis d’adopter des lois limitant la liberté de religion et d’expression, la liberté de la presse ou le droit à « s’assembler pacifiquement ».

En France (et c’est aussi le point de vue de l’UE), c’est le contraire. On n’a pas le droit de dire ce que certains décrètent « politiquement incorrect ». Sauf que ce « politiquement correct » n’est que leur opinion. Il se trouve que depuis quelques décennies, ils sont majoritaires et donc imposent au pays un droit de s’exprimer qui est de plus en plus réduit. Ils font voter des Lois de plus en plus liberticides pour imposer à toute la société leurs opinions et faire taire tous ceux qui protestent contre ces mesures totalitaires. On notera qu’il en est de même pour la presse. La récente affaire du JDD l’a amplement démontré. Les citoyens, leurs partis et associations n’ont pas le droit de dire ce qu’ils veulent. Les journaux doivent aussi se conformer à cette vision. Donc pour les bien pensants la démocratie et les « valeurs de la république » veulent que soit interdit tout organe de presse (écrit, oral ou télévisuel) ne délivrant pas le message « politiquement correct ». Et dans ce cadre le JDD, Europe1 et Cnews sont les cibles permanentes des bien pensants qui ne rêvent que d’une chose : les voir disparaître afin que seul le message « autorisé » soit délivré à la population.

Et il se trouve encore des gens pour ne pas voir que souhaiter mettre cela en place est une conception liberticide et dictatoriale… au nom de la défense de la liberté.

Lire la suite