Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 novembre 2009

3ème journée de Synthèse nationale, première table-ronde : la dimension sociale.

IMG_0133.jpg     DSC01882.JPG

André Gandillon, Pierre Descaves,

DSC01886.JPG     DSC01887.JPG

     

Thomas Werlet, Olivier Bonnet

 

Compte-rendu de la 1ère table-ronde de la journée nationale et identitaire organisée le mercredi 11 novembre par Synthèse nationale à Paris :

 

La plupart des intervenants (André Gandillon, rédacteur en chef de Militant, Pierre Descaves, ancien député et Président de France Résistance, Thomas Werlet, du Parti solidaire français) se situaient dans la mouvance nationaliste française et insistèrent sur la dimension essentiellement sociale du nationalisme.

 

Est-il possible et raisonnable de protéger les emplois français en ne raisonnant qu’en termes de protection des frontières françaises ? Ne faut-il pas créer un espace économique et commercial protégé couvrant l’espace européen et la Russie ? Ce sont des questions qui furent abordées, le temps imparti empêchant hélas de les approfondir. Nous continuerons ce débat dans un prochain numéro de la revue Synthèse nationale.

 

André Gandillon annonça la parution d’un numéro spécial de Militant consacré à un programme économique et social nationaliste. Nicolas Tandler, secrétaire général du syndicat patronal NPI et membre de la direction de la Nouvelle Droite Populaire, favorable à une Europe de la Puissance, évoqua la problématique des délocalisations.

 

Olivier Bonnet, promoteur du projet « La Desouchière » présenta cette entreprise communautaire qui a mobilisé cet été des dizaines de personnes dans la réhabilitation d’un espace de bâtiments en Bourgogne, destiné à devenir un lieu d’accueil et de réunions communautaires.

02:20 Publié dans 03 - La 3e Journée nationale et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.