Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 novembre 2013

Richard Roudier présentera son livre "Le glaive et la charrue" en fin de semaine à Paris et à Rungis...

richarddedicace1.png

Dimanche 10 novembre à 18 h à Paris, Richard Roudier, Président du Réseau-Identités présentera et dédicacera son livre “Le glaive et la charrue” à l’occasion d’un « Apéro-débat entre patriotes ». Inscription par e-mail : contact@reseau-identites.org ou par téléphone au 06.74.57.76.20 cliquez là

Lundi 11 novembre entre 11 h et 18 h, Richard Roudier, présentera et dédicacera son livre “Le glaive et la charrue” lors de la 7ème journée nationale et identitaire de Synthèse Nationale à l'Espace Jean Monnet, 47 rue des Solets à Rungis SILIC (94) cliquez ici

10:19 Publié dans 07 - La 7e Journée nationale et identitaire, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 22 octobre 2013

Entretien avec Gilbert Sincyr, auteur de L’Islam face à la Gaule. La chaussée des martyrs (éditions Dualpha)

Islam-face-Gaule-e.jpgEntretien réalisé par Fabrice Dutilleul

Votre livre est-il un de plus sur l’Islam ?

Non. C’est un livre sur l’Histoire de France. Lorsque le Professeur Sydney Forado effectue ses recherches dans les archives du haut Moyen Âge, ce qu’il découvre le stupéfie. Une partie de ce que l’on enseigne à l’école sur cette période est fausse. On nous raconte une fable qui travestit la réalité historique. Pourquoi ?  Pour qui ?

Qu’est-ce qui est faux ?

Après l’invasion de l’Espagne à partir de 711, la prochaine étape dans l’irrésistible expansion musulmane est naturellement la Gaule !  Et l’Émir de Cordoue, Essam ibn Malik, est bien décidé à offrir ce bijou à Allah. Mais c’est sans compter avec le duc Eudes d’Aquitaine. Aussi, après un siège de six mois devant Toulouse, les deux forces antagonistes des Arabo-berbères d’un côté et des Francs et Aquitains de l’autre vont se jeter les unes sur les autres dans une bataille d’une férocité inouïe. L’Émir y laissera la vie, et pour le restant des combattants islamiques ce sera la débandade. Et c’est à partir de cette terrible défaite, qu’ils commémoreront pendant quatre cent ans, que les musulmans vont décider de renoncer à la conquête de la Gaule.

Voilà ce qu’a découvert le Professeur Forado, et c’est évidemment bien différent de ce que l’on enseigne à l’école.

Charles Martel n’aurait pas existé et la bataille de Poitiers serait une invention ?

Non, évidemment. Mais si les faits sont réels, la justification qui en est faite est fausse. C’est à Toulouse, et non à Poitiers que les Arabes abandonneront leur rêve de conquête de la Gaule. Et c’est ce que révèlent les archives du haut Moyen Âge. La bataille de Poitiers amena à la destruction d’un puissant rezzou arabe, visant à piller une importante abbaye. Il n’était alors pas question de conquête territoriale. De plus, pour cette victoire, Charles Martel n’était pas seul, mais allié au duc Eudes venu le rejoindre.

Alors, pourquoi inventer une histoire, attribuer la victoire à un seul  duc, et lui donner un retentissement aussi important ?

Ces révélations sont étonnantes…

Oui et elles nous laisseraient incrédules si elles n’étaient faites par un historien d’une aussi grande réputation. Aujourd’hui, le Professeur Forado est décédé. J’ai poursuivi ses travaux, assemblé les données de façon cohérente et ainsi pu écrire un livre donnant la parole au duc Eudes d’Aquitaine. Avec lui, nous assistons à la mise en esclavage de Narbonne par les musulmans, au ravage des campagnes, aux alliances contestées et nous compatissons au drame de sa fille. Nous sommes aussi aux côtés des combattants à Toulouse et à Poitiers. Enfin, nous ressentons la fin de l’indépendance de l’Aquitaine et assistons à l’irrésistible ascension de Charles Martel, avec l’avènement de la dynastie carolingienne à la tête du royaume Franc. Ce livre redonne toute sa place au duc Eudes d’Aquitaine, alors qu’il fut injustement écarté par les apologistes de Charles Martel.

C’est ainsi que l’Histoire se réveille !

L’islam face à la Gaule(Édition augmentée et corrigé de « La Chaussée des martyrs »),Gilbert Sincyr, Éditions Dualpha, collection « Vérités pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 220 pages, 29 euros.

15:15 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 30 septembre 2013

LE LIVRE "DOMINIQUE VENNER PRESENT" EST EN VENTE A :

DV présent flyer.jpg

Vous pouvez aussi le commander en cliquant ici

11:37 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 09 septembre 2013

Un bel hommage rendu à Dominique Venner

2054602013.jpgBastien Valorgues

Europe Maxima cliquez ici

Le 21 mai dernier disparaissait volontairement dans la cathédrale Notre-Dame de Paris l’historien Dominique Venner. Quelques semaines plus tard, à l’initiative de l’éditeur militant Roland Hélie, Lionel Muresan sollicitait un certain nombre de personnes afin d’évoquer Dominique Venner et de saluer la mémoire de ce grand Européen de France.

En dépit de la brièveté des délais imposés, quinze personnes ont accepté de donner soit des articles, soit des entretiens, soit parfois les deux… Le recueil s’achève par une note de lecture de Robert Spieler d’Un samouraï d’Occident. Le Bréviaire des insoumis.

Quitte à bousculer sa modestie habituelle, signalons la grande part prise par Georges Feltin-Tracol dans ce volume. En plus de son texte, « Dominique Venner ou la fondation de l’avenir », déjà mis en ligne le 23 mai, le « guide suprême » d’Europe Maxima ouvre l’ouvrage par un excellent essai biographique et propose au lecteur « Une introduction bibliographique » qui n’est nullement une bibliographie générale exhaustive. Ce n’est qu’une simple esquisse avec des oublis. Francis Bergeron signale par exemple l’existence d’une publication des Éditions Saint-Just écrite par Dominique Venner sous un pseudonyme qui, par conséquent, ne figure pas dans cette liste.

Certains rédacteurs sont chrétiens. S’ils ne cachent pas l’effroi que leur a inspiré la mort volontaire de Dominique Venner, au contraire de tant de détracteurs pathétiques et pitoyables, ils la respectent sans toutefois nier leurs désaccords. Pour Francis Bergeron, « c’est la contradiction majeure du geste de Venner et des valeurs qu’il entend souligner. Le réveil des peuples d’Europe ne peut passer que par une vision conquérante, optimiste, entrepreneuriale de notre communauté de destin. Ce que semble contredire un suicide ». L’abbé de Tanoüarn pense que « son acte n’est pas médiatique, il est symbolique. […] Je crois que ce suicide – avertissement, que Dominique a voulu comme une sorte d’analogie frappante avec le suicide de notre civilisation, était aussi, pour lui, la seule manière qu’il ait trouvée de passer par l’Église une dernière fois sans se renier ». En païen conséquent, Dominique Venner savait que le catholicisme médiéval n’était pas judéo-chrétien, mais plutôt pagano-chrétien, ce qui le singularise par rapport aux formes postérieures de catholicisme, tridentine, puis conciliaire. Ces états suivants ont éliminé leur propre tradition si bien que le catholicisme actuel, y compris dans sa version « traditionaliste », ne correspond pas au catholicisme médiéval d’esprit européen.

Alors pourquoi ce suicide ? Guillaume Faye estime que « pour nous faire comprendre la mort possible de l’Europe millénaire, il s’est donné la mort, en victime exemplaire ». « Il n’est pas exagéré de dire que, si Dominique Venner s’est donné la mort, relève Alain de Benoist, c’est parce qu’il voyait sa propre culture se suicider sous ses yeux. Il ne supportait plus de voir l’Europe sortie de l’histoire, vidée de son énergie, oublieuse d’elle-même. » Quant à Renaud Camus, il s’agit d’une ultime protestation contre « le faussel, ce règne du faux, [qui] est percé, troué, déchiré, tous les jours un peu avantage par la crise, par la violence, par la guerre ethnique… ».

En fin connaisseur de la civilisation nipponne, Bruno Gollnisch explique la signification du seppuku, de la mort volontaire des samouraï, dans le Japon ancien. Ce geste peut être, « de la part d’un vassal, la volonté de suivre un suzerain dans la mort. […] [ou bien être] un mode “ honorable ” de condamnation à mort. […] [Ou encore un] suicide “ de protestation ” ». Dominique Venner a ainsi souhaité par cet acte s’élever contre le déclin de l’Europe en se donnant la mort. « Dominique Venner s’est donné ce pouvoir en quittant un monde qu’il ne sentait pas sien, écrit Bruno Favrit, le pouvoir par son sacrifice d’édifier les consciences, d’inspirer une conduite en accord avec un formidable héritage, mais aussi de bonnes pensées, des actes justes aux femmes et aux hommes de bonne et grande volonté. » Ancien président de Jeune Nation et vieux compagnon de combat de Dominique Venner, François Sidos, considère que « son geste correspond à son caractère. Il avait l’habitude des ruptures brutales ». On pourrait continuer les citations des divers contributeurs qui sont en revanche unanimes sur la nécessité de poursuivre et d’approfondir le combat d’abord mystique avant d’être politique de Dominique Venner.

D’autres intervenants qui l’ont connu à son époque militante, préfèrent témoigner du personnage. Nicolas Tandler rappelle que « dans les actions de rue, son courage entraînait. Il ne reculait jamais, malgré les coups et les risques ». Gilbert Sincyr garde, lui, de cette période intense le souvenir d’avoir rencontré « des hommes de haut niveau qui, tels Dominique Venner, vivaient au quotidien les règles éthiques qu’ils rappelaient dans leurs écrits ». Le militant nationaliste anonyme rapporte qu’à l’occasion d’une pause d’une session de formation, il fume quand Dominique Venner lui lance : « – Ami, fumer est oriental ! ». Il est vrai qu’il ne fumait pas ou, plutôt, ne fumait plus. Or, en couverture du Livre des armes, pistolets et revolvers, on peut voir une photographie de l’auteur en train de nettoyer une arme de poing, la cigarette à la bouche !

Que faire de cette fin ? Avec un regard extérieur nationaliste-révolutionnaire italien influencé par Julius Evola, Gabriele Adinolfi en prend acte, juge que nous vivons au milieu des ruines et se trouve au sol brisée en mille morceaux la tradition chère à Dominique Venner. C’est la raison pour laquelle « la réponse, déclare-t-il, tient plus dans le défi de briser des cycles, c’est-à-dire que la lutte contre cette subversion est plus dans la révolution que dans la tradition ». Il importe donc de « faire son devoir, conclut François-Philippe Galvane, militer contre l’invasion et le grand remplacement, pour l’indépendance face aux différentes oligarchies mondialistes et pour le maintien de notre identité ethno-culturelle, c’est s’inscrire dans la continuité de l’acte fondateur de Dominique Venner ».

L’ancien chef d’Europe-Action a montré une voie qui n’est pas celle du nihilisme suicidaire, mais plus sûrement d’une insurrection totale des esprits contre l’abrutissement symbolique, l’ahurissement mental, la colonisation spirituelle et la submersion migratoire démographique afin de préparer « ce qui est notre espérance : une révolution sociale-identitaire, détruisant le système capitaliste-mondialiste (Pierre Vial) ».

Note

Lionel Muresan présente, Dominique Venner. Présent ! Un parcours militant. Un ultime message d’espoir pour l’Europe, Les Bouquins de Synthèse nationale, 2013, 161 p., 18 € (à commander au 116, rue de Charenton 75012 Paris).

Bulletin de commande cliquez ici

Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

10:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 04 septembre 2013

Pour que le message de Dominique Venner soit entendu :

Venner pre-sent.couv.jpg

Un livre essentiel réalisé sous la direction de Lionel Muresan, avec les contributions de :

Gabriele Adinolfi, directeur du Centre Polaris (Rome),

Alain de Benoist, essayiste, directeur de la revue Krisis,

Francis Bergeron, journaliste et écrivain,

Renaud Camus, écrivain,

Bruno Favrit, écrivain,

Guillaume Faye, essayiste,

Georges Feltin-Tracol, écrivain,

François-Philippe Galvane, universitaire,

Bruno Gollnisch, député européen,

François Sidos, ancien Président de Jeune Nation,

Gilbert Sincyr, écrivain, ancien Secrétaire général du GRECE,

Robert Spieler, ancien député, chroniqueur à Rivarol,

Nicolas Tandler, journaliste,

Abbé Guillaume de Tanoüarn, directeur de la revue Orientations,

Pierre Vial, Président de Terre et peuple

160 pages, 18,00 € (+3,00 € de port)

Edité par Les Bouquins de Synthèse nationale

A commander à

Synthèse nationale

116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

Chèque à l'ordre de Synthèse nationale

Bulletin de commande

20:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 21 août 2013

"Bardèche et l'Europe" sur Metamag...

bardeche%20images%20(1).jpg

Pierre Le Vigan

Metamag cliquez ici

Maurice Bardèche est l’un des écrivains politiques majeurs – voire le premier d’entre eux - que l’on peut rattacher au « nationalisme européen » des quarante années qui ont suivi la dernière guerre mondiale. Comment voyait-il l’Europe ? Quelle Europe espérait-il ? Le sujet est universitaire, il est aussi  politique. Maurice Bardèche ayant arrêté la publication de sa revue Défense de l’Occident en 1982, tous ses écrits ont été marqués par la division de l’Europe entre une partie occupée par la Russie communiste et une autre partie sous protectorat américain. L’intérêt de l’enquête de Feltin-Tracol sur la vision de l’Europe par Bardèche est de montrer que, malgré ce contexte, Bardèche a toujours refusé toute idée de guerre préventive contre la Russie, a toujours expliqué qu’il était normal que la Russie ne supporte pas que des armes soient braquées contre elle depuis la Pologne, et que le communisme devait être éradiqué en luttant d’abord « contre le capitalisme international ».

Bardèche soutenait l’idée d’une Europe cuirassée et sanctuarisée, d’une « Europe-citadelle ». Il voulait un neutralisme armé, et une indépendance totale de l’Europe vis-à-vis des blocs. Si Bardèche n’était pas un théoricien politique il voyait néanmoins fort bien que l’essentiel c’est, pour les nations d’Europe, d’avoir une politique étrangère commune, une défense commune, et une mise en commun de leurs moyens. « L’essentiel, c’est l’esprit et la volonté » expliquait-il dès les années cinquante. C’est pourquoi il ne lui paraissait pas essentiel de défendre telle ou telle forme institutionnelle précise. S’il évoquait parfois une fédération européenne, il parait clair qu’il s’agissait pour lui d’une fédération de nations – une  sorte d’ « alliance perpétuelle », à l’image de la Suisse et telle que l’avait évoquée aussi Pierre Drieu La Rochelle.

Maurice Bardèche ne souhaitait aucunement la disparition des nations mais voulait au contraire leur assurer la pérennité par la création d’un cadre protecteur plus large, précisément cette Europe indépendante et sanctuarisée qu’il appelait de ses vœux et de ses écrits.

L'Europe, un projet de civilisation

S’il y a un élément qui reste tout à fait pertinent dans la conception de l’Europe de Maurice Bardèche c’est que cette Europe indépendante, il la voit au service d’un projet de civilisation, lui-même différent du matérialisme consumériste et du règne des trusts, côté américain, et du matérialisme caporalisé et gris de la termitière communiste, côté russe (la Russie d’alors). La convergence des deux systèmes qui additionnent leurs défauts dans la Chine d’aujourd’hui, à la fois dictature du Parti communiste et dictature du Capital, rend encore plus actuel cette nécessaire démarcation. 

Bardèche définissait ses écrits d’abord comme « une protestation contre l’invasion de l’économique dans notre vie. » Il refusait que notre destin soit de « voir toujours plus grand, exporter toujours davantage, baisser de quelques centimes le prix de revient final, pour ‘’battre’’ les autres, être ‘’mieux placé’’ qu’eux, enfin ‘’vendre, vendre, vendre’’, vendre ou mourir, vendre ou être asphyxié. » (on croirait lire Günther Anders).  Sa conception de l’Europe est, affirmait-il « le contraire d’une conception mercantile qui ne veut réaliser l’union entre les nations que pour ‘’américaniser’’ l’Europe, rivaliser avec l’Amérique sur son propre terrain, et la devancer en somme par le gigantisme et l’éternelle compétition, c’est-à-dire en définitive sur une route au bout de laquelle on n’aperçoit que des crises dues à cette concurrence à mort, et, au-delà de ces crises ou dans ces crises mêmes, la catastrophe et l’anarchie. Mais on oublie ou on feint de ne pas voir que l’unité économique et politique de l’Europe peut se traduire par une ambition beaucoup plus féconde que celle de participer, difficilement, on nous en avertit, à une course insensée. »

bardeche%20defense%20images%20(1).jpgA l’économie de profit, Maurice Bardèche opposait une économie de puissance et d’indépendance, dans un marché fermé européen (sans doute à rapprocher de l’Etat commercial fermé de Fichte, le même qui écrivait que l’homme « doit travailler sans angoisse, avec plaisir et joie, et avoir du temps de reste pour élever son esprit et son regard au ciel pour la contemplation duquel il est formé. »). 

Bardèche insistait sur le fait qu’il ne s’agit pas d’être une puissance pour imiter les Etats-Unis mais pour préserver autre chose, pour mettre la société à l’abri du système de l’argent. Bardèche pensait que l’Europe devait dire aux Américains : « Nous n’avons pas la même idée que vous de l’économie mondiale, nous n’avons pas la même idée que vous du bonheur de l’homme et de son avenir, nous n’avons pas la même idée du progrès, ni la même idée de la justice et nous agissons conformément à notre idée. » C’est l’Europe sanctuarisée, y compris du point de vue économique, qui devait, selon Maurice Bardèche, nous protéger de l’invasion et de la dépossession produites par le libéralisme mondial. « La mission de l’Europe, disait-il, est de construire les digues qui canaliseront la société de consommation. » Cette idée lui tenait profondément à cœur. Selon lui, « la véritable mission de l’Europe (…) n’est pas seulement d’être une troisième force, c’est aussi, c’est surtout, d’être une troisième civilisation. (…) Or, toute civilisation a besoin d’un berceau. (…) Si la vieille Europe peut encore dégager une idée neuve de l’avenir, elle ne peut faire autrement que d’affirmer cette idée, la réaliser et la mettre en lumière sur son sol même et par ses propres moyens. Qu’elle le veuille ou non, elle se pliera sur elle-même pour être elle-même. Si elle s’y refuse, si elle renonce à porter et à représenter une idée de l’homme qui lui soit propre, son histoire et non plus seulement l’histoire de nos propres pays, est terminée : elle [l’Europe] ne sera plus qu’une péninsule ou une tête de pont » (Sparte et les Sudistes, 1969). 

Georges Feltin-Tracol souligne aussi la position particulière qui fut celle de Bardèche à propos de la question algérienne. Son sentiment était que  l’indépendance de l’Algérie était inéluctable et qu’il convenait d’essayer non de pérenniser un statut de colonie mais de créer une forme d’association entre deux nations indépendantes, la France et l’Algérie.

L’ouvrage bienvenu de G. Feltin-Tracol appelle quelques remarques : l’auteur ne disposait pas de tous les textes de Maurice Bardèche, notamment de la collection complète de Défense de l’Occident. Il resterait par ailleurs à écrire une étude sur cette revue elle-même, durant ses trente années d’existence (1952-1982). Enfin, une dizaine d’années avant les interrogations de Maurice Bardèche sur l’improbable avenir de l’Algérie française, des membres du Mouvement Social Européen, qu’il avait cofondé avec Per Engdahl, avaient proposé une décolonisation immédiate et totale et (tel l’autrichien Wilhelm Landig) une collaboration entre les peuples européens et les peuples de couleur. Des propositions que Bardèche avait jugé démagogiques. Bien des points restent donc à approfondir. C’est dire que cet ouvrage met en appétit.

bardeche_images.jpgGeorges Feltin-Tracol, Bardèche et l’Europe, Les bouquins de Synthèse nationale, 112 p., 18 €.

17:30 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 28 juillet 2013

Les Bouquins de Synthèse nationale :

Bardèche et l'europe GFT.jpg

Commandez-le cliquez ici

SN 32 Liv Trotsk Gofman pub.jpg

Commandez-le cliquez ici

doriot.jpg

Commandez-le cliquez ici

SN polémistes RS 2.jpg

Commandez-le cliquez ici

Salazar flyer.jpg

Commandez-le cliquez ici

09:59 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 18 juillet 2013

Les belles causeries dominicales de Philippe d'Hugues...

th.jpgGeorges Feltin-Tracol

Europe maxima cliquez là

On connaît Philippe d’Hugues amateur de cinéma qui anime, un jeudi sur quatre, sur Radio Courtoisie un « Libre-Journal du cinéma ». Cet amoureux du septième art en est aussi l’historien qui a écrit à La Nouvelle Revue d’Histoire et sur Arletty (1978), Le Cinéma français (1986) ou Les Écrans de la guerre (2005). On pourrait par conséquent supposer que ces Causeries du dimanche portent sur sa passion. Pas du tout ! Enfin, pas exactement, puisque le grand écran n’y est jamais absent.

L’auteur réputé de biographies dédiées à Brasillach en 2005 et à Roger Nimier, l’année dernière, a réussi sous ce titre – clin d’œil au critique littéraire français du XIXe siècle, Sainte-Beuve – trente-trois articles parus entre 1957 et 1991 dans diverses publications (Revue des Deux Mondes, Revue de Paris, Cahiers de la Cinémathèque, Commentaire, Archives diplomatiques, etc.). On relève toutefois que vingt-trois d’entre-eux proviennent de La Nation française de Pierre Boutang.

Originaire de Saint-Étienne, Pierre Boutang était un philosophe royaliste, formé à L’Action française, et ancien résistant giraudiste. Considéré après-guerre comme le successeur intellectuel de Maurras, il rompt avec la Restauration nationale et crée un hebdomadaire nationaliste et royaliste, La Nation française. En avant-propos, Philippe d’Hugues rappelle que la rédaction comprenait le philosophe paysan ardéchois Gustave Thibon, l’historien Philippe Ariès, Pierre Andreu, Paul Sérant, l’universitaire Raoul Girardet, l’éditeur Roland Laudenbach, l’Auvergnat Alexandre Vialatte, Georges Laffly et Bernard George.

Philippe d’Hugues commença à y collaborer (bénévolement faut-il le  préciser ?) en 1960 « pour succéder à Pierre-André Boutang, fils aîné [du fondateur], et qui était un ami. Titulaire de la rubrique cinéma qu’il abandonnait pour devenir lui-même assistant du metteur en scène Léo Joannon, il me proposa de l’y remplacer (p. 9) ». Quand on lit ses contributions dans le journal de Boutang, on est surpris par la tolérance de son directeur. Ce fidèle maurrassien dans l’invective aurait pu exiger de ses rédacteurs une unité de vue nationaliste intégrale complète. Au contraire, Boutang ne se formalise ni des thèses évoquées par Ariès, ni des sujets traités par Philippe d’Hugues. Ce dernier souligne qu’il proposait « aussi parfois des sujets à Boutang qui n’en refusa jamais aucun, même quand ils étaient fort éloignés de lui. Tel était en effet le libéralisme vrai et au bon sens du terme, de celui que beaucoup dépeignaient comme une féroce autocrate… (p. 10) ».

Cette liberté de ton et d’approche parcourt tout le recueil avec une maestria remarquable. Selon l’humeur et les circonstances, les analyses de Philippe d’Hugues sont plus ou moins fouillées, mais elles tombent souvent justes. De temps en temps apparaît le cinéma avec des articles sur François Vineuil alias Lucien Rebatet ou « François Truffaut épistolier ». Cependant, il ne monopolise pas tout le livre.

La littérature ou – plus exactement – les littératures occupent l’essentiel du volume. Le pluriel s’impose, car Philippe d’Hugues ne se contente pas des classiques. Il témoigne de son intérêt pour la littérature dite populaire en saluant Fantômas. Il loue Robert Brasillach l’écrivain et vante aussi bien Roger Nimier que Jean-René Huguenin. Quand Philippe d’Hugues participe à La Nation française, la mode est encore aux « Hussards », cet ensemble hétéroclite de jeunes plumes talentueuses qui bravent avec panache le conformisme sartrien. En publiant ces Causeries du dimanche, Philippe d’Hugues permet aux jeunes générations de découvrir des écrivains au style racé très éloignés des actuels scribouillards primés grâce à de coupables complaisances éditoriales…

Outre la littérature, Philippe d’Hugues n’hésite pas à non plus à traiter de l’histoire, y compris celle de l’avenir. Avec le recul, on a l’impression que ses papiers portent un sens prédictif certain. Serait-il inconsciemment un devin ? Il faut le croire. En effet, dans « Louis Chevalier et l’histoire de Paris », on lit que « ce Parisien, si fort conscient de sa singularité, ne serait que le produit résiduel de toute métropole, l’animal des grandes cités, le monstre passe-partout que caressent certains sociologues, bref cette interchangeable et anonyme entité : le mégapolitain (p. 188) ». Écrit en 1963, ce texte présente une savoureuse actualité à l’heure des projets métropolitains du « Grand Paris ».

En esprit curieux, Philippe d’Hugues s’intéresse à une étude d’Émile Faguet (1847 – 1916). Avant Bertrand de Jouvenel, Faguet œuvra à la futurologie en réfléchissant en 1899 sur le XXe siècle bientôt naissant. Faguet pressent que ce nouveau siècle s’organisera autour de la démocratie, des grandes agglomérations politiques et de la ploutocratie. Sous ce dernier terme quelque peu désuet, Faguet évoque l’avènement d’une société capitaliste dominée par la spéculation… Philippe d’Hugues pense en 1962 aux temps des « Trente Glorieuses » que Faguet s’est trompé parce que ce dernier envisageait que « la ploutocratie en haut et la misère en bas augmenteront et le fossé s’élargira entre ceux d’en bas et ceux d’en haut ». L’auteur estime que « Faguet n’a pas deviné ce qui est sans doute le phénomène majeur de son évolution : les classes moyennes et tout ce que cela entraîne pour une humanité ainsi façonnée (p. 59) ». Or cinquante ans plus tard, force est d’observer au contraire l’extraordinaire lucidité de Faguet. Celui-ci prévoit en effet la formation sur les décombres des classes moyennes d’une société en sablier… Par ailleurs, Faguet croît aux grandes agglomérations politiques, c’est-à-dire aux constructions politiques continentales. Philippe d’Hugues juge que Faguet s’est trompé, car les deux conflits mondiaux « ont mis fin à ces grandes “ agglomérations politiques ” dont il prévoyait la pérennité (p. 61) ». Or, un demi-siècle plus tard, c’est la vision de Faguet qui l’emporte avec la prolifération d’ensembles géopolitiques continentaux tels que l’Union européenne, le Mercosur sud-américain, l’A.L.E.N.A. nord-américain, l’Union africaine, le Marché commun eurasien, l’A.S.E.A.N. extrême-orientale…

Philippe d’Hugues fait enfin des incursions en politique ou, plutôt, dans le champ des idées politiques. Familier de Maurice Bardèche, il chronique son Qu’est-ce que le fascisme ? et considère, la crise algérienne aidant, que « l’antifascisme a encore une belle carrière devant lui (p. 237) ». Il a très tôt compris qu’il s’agissait là de la pierre angulaire du Système.

Le goût sûr de Philippe d’Hugues pour les « réprouvés » se retrouve dans ce recueil avec de magnifiques recensions sur les écrits orientaux de Jacques Benoist-Méchin, sur ce « rebelle pour l’ordre » nommé Ernst Jünger ou sur l’activiste devenu écrivain Ernst von Salomon. Paru en 1966 dans une revue intitulée L’Intérêt européen, « L’Europe médiatrice » parachève l’ouvrage d’une brillante façon. « Nous ne voulons pas être de vagues Américains en moins riches, non plus que des sortes de Russes de l’Ouest. Nous voulons être des Européens : Français d’abord, Européen ensuite (p. 273). » Cette profession de foi très bardéchienne, l’auteur l’assume complètement. Il affirme même que « l’Europe doit se faire pour tous, mais au début, elle ne peut être que les écrits de quelques uns plus conscients et plus avisés (p. 277) ». Là encore, l’auteur frappe fort ! C’est à se demander que plutôt intituler ce livre Causeries du dimanche, il n’aurait pas mieux valu l’appeler en référence à l’Historien du dimanche de son compère Ariès Des divinations dominicales ?

Philippe d’Hugues, Causeries du dimanche, Auda Isarn, 2013, 282 p., 23 €.

10:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 23 juin 2013

Un entretien entre Patrick Gofman et Jean-Gilles Malliarakis sur Lumière 101 au sujet du livre "Le trotskisme dégénéré"...

Trotskisme Gofman pub.jpg

Pour écouter cet entretien cliquez ici

Pour commander le livre cliquez là

22:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 juin 2013

Jeudi 4 juillet : Francis Bergeron chez Les Ronchons...

LR-4_7.gif

00:47 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 18 juin 2013

Sortie le 25 juin de l'ultime livre de Dominique Venner : UN SAMOURAI D'OCCIDENT

venner.png

02:13 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 10 juin 2013

"Bardèche et l'Europe", le nouveau livre de Georges Feltin-Tracol, vu par Yanndarc

Barde-che et l-Europe.jpgPar Yanndarc cliquez ici

Le dernier livre du camarade Georges Feltin-Tracol nous explique la vision qu’avait Maurice Bardèche de l’Europe.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, deux grandes puissances règnent en maître : le bloc soviétique et le bloc américain. Contre le communisme et contre le capitalisme représenté par les États-Unis, Maurice Bardèche envisageait une troisième voie : une Europe forte totalement indépendante et reposant sur des nations souveraines. Bardèche – tout en étant un fervent européen – croît au rôle essentiel des Nations : « La position dont le nationalisme doit s’emparer, comme une armée au combat, est celle du jacobinisme. »

Cette vision de la France va à l’encontre de celle que promeuvent d’autres farouches Européens comme Jean Mabire. En effet, le militant normand plaide plutôt pour une Europe ethno-régionaliste.

Une fois l’État-nation renforcé, Maurice Bardèche estime que la construction de l’Europe doit prioritairement et principalement reposer sur une puissance militaire. L’économie est certes importante mais il estime que cela est secondaire. L’économie doit bien évidemment aider à la création d’une Europe puissante. Mais en aucun cas elle doit en être le moteur. D’ailleurs il n’aura de cesse de dénoncer cette Europe économique que nos ennemis veulent créer. Son anticommunisme ne lui fait pas oublier que « le libéralisme sauvage nous expose non seulement à une invasion, mais à une dépossession. Il entraîne à la fois notre assujettissement économique et la paupérisation de tous ceux qui travaillent dans les branches détruites ou fragilisées de chaque production nationale ». Ou encore : « Le libéralisme économique, c’est-à-dire l’acceptation des lois de la concurrence sur le marché mondial, est à l’origine de la plupart des maux de la civilisation moderne. ». Écrits prophétiques.

À l’heure où l’Europe de Bruxelles mène à la ruine les nations et les peuples, peut-il y avoir un avenir pour une Europe vraiment européenne ? Le beau-frère de Robert Brasillach nous répond par l’affirmatif : « L’heure de l’Europe reviendra. Elle reviendra quand viendra l’heure du courage et celle de la volonté. » Des propos qui nous rappelle la philosophie de Dominique Venner, cet autre Grand Européen récemment disparu.

Un livre incontournable pour tous ceux qui veulent connaître le modèle européen que nous proposait Maurice Bardèche. L’Europe de Bardèche, un modèle en devenir ?

 

Georges Feltin-Tracol, Bardèche et l’Europe. Son combat pour une Europe « nationale, libérée et indépendante », Les bouquins de Synthèse nationale, 112 p., 18 € (+ 3 € de port), à commander à Synthèse nationale, 116, rue de Charenton, 75012 Paris, chèque à l’ordre de Synthèse nationale.

Blog de Yanndarc cliquez là

Commandez ce livre cliquez ici

23:02 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 05 juin 2013

Gérard Pince présente son nouveau livre : "Les Français ruinés par l'immigration"...

sans-titre.pngMon dernier ouvrage intitulé « Les Français ruinés par l’immigration » vient de paraître aux éditions Godefroy de Bouillon. À partir de la comptabilité nationale de l’année 2011 (nous ne disposons pas de données plus récentes), j’ai analysé l’impact de l’immigration sur l’emploi, les revenus, les finances de l'État et le produit intérieur brut (PIB) qui correspond à la richesse créée par les Français en un an.

 

Le titre évoque le spectre de la ruine. C’est le mot juste ! Ce document taille en pièces les arguments des « élites » qui prétendent que l’immigration nous avantage. Il démontre au contraire d’une manière irréfutable qu'elle entraîne la faillite de nos finances publiques et pénalise lourdement le niveau de vie de votre ménage. Je ne vous cite pas les chiffres qui illustrent l’ampleur du désastre. Il est préférable de se plonger dans l’ouvrage pour comprendre l’engrenage qui nous broie.

 

Au terme de cette lecture, vous découvrirez que les efforts d’austérité imposés aux Français proviennent du refus de réguler l’immigration extracommunautaire. Comment interrompre cette hémorragie ? Des solutions existent et j’en évalue l’impact mais qui aura le courage de les appliquer ?

   

Au prix d’un long travail, j’ai ainsi édifié un barrage contre le mensonge. Je m’attends à un silence des médias. À vous de faire connaître cet ouvrage que vous pouvez commander en cliquant sur le lien suivant : Editions Godefroy de Bouillon http://www.godefroydebouillon.fr/crbst_5.html#anchor-top   

00:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 01 juin 2013

Franck Abed présente le nouveau livre d'Hervé Ryssen, "La Guerre escathologique"


10:01 Publié dans Livres, Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 23 mai 2013

"BARDECHE ET L'EUROPE", un nouveau livre de Georges Feltin-Tracol publié par Les Bouquins de Synthèse nationale...

Bardèche et l'europe GFT.jpg

L'AUTRE EUROPE DE MAURICE BARDECHE :

Universitaire promis à un bel avenir littéraire, Maurice Bardèche entre en politique le jour de l’exécution de son beau-frère, Robert Brasillach. Il devient alors le pourfendeur d’une justice de vainqueurs.

Fort d’un engagement payé par des procès et une incarcération, Maurice Bardèche est dès les années 1950 l’artisan d’une révolution mentale parmi les nationalistes français envers l’Europe. Tant au cours de la Guerre froide qu’au moment de la Détente, à la tête de la revue Défense de l’Occident et dans ses livres, il expose en géopoliticien fin et lucide une troisième voie nationale-européenne, parfois néo-fasciste, prête à dialoguer avec les nationalismes du Tiers-Monde.

Par une démarche souvent déroutante, Bardèche entend promouvoir son idée de l’Europe, une « Europe cuirassée », car « nationale, libérée et indépendante ». À l’heure où l’Union européenne atlantiste, bureaucratique et mondialiste conduit à une impasse catastrophique, le raisonnement bardéchien et ses solutions retrouvent une pertinence inattendue.

L'auteur : Georges Feltin-Tracol

Né en 1970, passionné de géopolitique, d'histoire et de métapolitique, Georges Feltin-Tracol co-fonde en août 2005 le site non-conformiste, identitaire et solidariste Europe Maxima (www.europemaxima.com) dont il en assume la rédaction en chef. Auteur d'Orientations rebelles (Éditions d'Héligoland, 2009), de L'Esprit européen entre mémoires locales et volonté continentale (Éditions d'Héligoland, 2011) et de Réflexions à l'Est (Alexipharmaque, 2012), il collabore aussi à L'Unité Normande, à Réfléchir & Agir, à Salut public, à Culture Normande et à Synthèse nationale.

Bulletin de commande : cliquez ici

Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

07:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 18 mai 2013

La vérité sur le "révolutionnaire" Mélenchon !

couv2.jpgSource PdF Calvados cliquez ici

Dans son dernier ouvrage Le trotskisme dégénéré (Les Bouquins de Synthèse nationale, 2013, cliquez ici), l'ancien trotskiste caennais Patrick Gofman, désormais sympathisant de la cause nationale, se paie (entre autres) Jean-Luc Mélenchon dans son chapitre Quelques asticots sur la charogne trotsko-lambertiste :

"Jean-Luc Mélenchon est de ceux qui m'inspirent la plus vive répugnance. Son opportunisme et son carriérisme, à peine voilés par un fumigène rouge, me semble des plus salement cyniques. Dirigeant de la secte Lambert à Besançon de 1972 à 75, il ne tarde pas à découvrir de quel côté son assiette est beurrée, adhérent au PS dès 1977. Et dès 1986 - il a 35 ans - la sieste commence pour lui au Sénat ! Pour un bon quart de siècle, au cours duquel le Damné de la Terre encaisse :

Traitement mensuel : 7.100,15 euros dont

Indemnité parlementaire de base : 5.514,68 euros bruts

Indemnité de résidence : 165,44 euros bruts

Indemnité de fonction 1.420,03 euros bruts

A ce traitement s'ajoutent :

- Indemnité de frais de représentation : 6412 euros bruts (6037,23 euros nets). Somme forfaitaire sans justificatif et non imposable. Soit un revenu par sénateur de 13.512,15 euros.

- Rémunération de 1 à 3 assistants (à temps plein) : 7.548,10 euros bruts.

- Subvention mensuelle aux groupes politiques : 1.330,02 euros par sénateur.

- Supplément familial de traitement

Avantages en nature :

- Accès gratuit au réseau SNCF (1re classe)

- Taxis gratuits à Paris

- Bureau individuel

- Ordinateur, internet, 4 lignes téléphoniques, courrier

- Quotas de transports aériens (40 A-R Paris/Circonscription)

- Prêts d'aide au logement (pour 2008 : montant moyen 94 000 euros, taux moyen 2%)

La moitié de ce pactole est imposable.

Retraite : pension mensuelle moyenne de retraite au 1er septembre 2011 de 4.442 euros nets. Le droit à la pension est ouvert dès 60 ans.

La belle au bois dormant est réveillée en sursaut en 2007 par le fracas de l'effondrement stalinien : 01,93% dans le Buffet. Les Sept Nains trotskistes récoltent 05,75% à trois. Mélenchon calcul probablement qu'il lui sera facile de capter les suffrages de tous ces minables. Il fonde son Parti de Gauche l'année suivante, 2008 ; et collecte bel et bien 11,10% à la présidentielle 2012."

Commandez le dernier Gofman cliquez ici

08:43 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 16 mai 2013

"Les guerres d'Afrique, des origines à nos jours", un nouveau livre de Bernard Lugan

Les-guerres-dAfrique.jpg

Le long déroulé de l’histoire du continent africain est rythmé par une succession de guerres. Les plus anciennes sont figurées sur les parois peintes du Sahara et de l’Afrique australe ; les plus récentes font l’actualité, de la Libye au Kivu et de la Somalie au Mali.

Dans l’Afrique d’ « avant les Blancs », la guerre entraîna la mutation de nombre de sociétés et fut créatrice d’empires, dont ceux d’el Hadj Omar, de Samory, de Rabah, de Shaka Zulu, etc.

Avec la conquête coloniale, à l’exception de l’échec italien en Ethiopie, les guerres tournèrent toutes à l’avantage des colonisateurs, même si, ici ou là, des batailles retardatrices dont le livre rend compte, furent occasionnellement remportées par les Africains.

La parenthèse impériale fut ensuite refermée sans affrontements majeurs, les guérillas nationalistes n’y étant jamais en mesure de l’emporter sur le terrain.

Après les indépendances, l’Afrique fut ravagée par de multiples confits qui firent des millions de morts et des dizaines de millions de déplacés.

Après la « guerre froide », l’Afrique redevint l’actrice de ses propres guerres, donc de sa propre histoire. Les placages idéologiques et politiques qui lui avaient été imposés depuis des décennies volèrent alors en éclats et le continent s’embrasa. Durant la décennie 2000-2010, 70% des décisions de l’ONU et 45% des séances du Conseil de Sécurité furent consacrées aux conflits africains.

Les guerres d’Afrique, des origines à nos jours, Bernard Lugan, Les éditions du Rocher, 2013. 408 pages, 72 cartes et planches 37,00 €, franco de port.

Sortie du livre le 1er juin 2013 mais il est disponible à l’Afrique Réelle dès le 17 mai et peut y être commandé dès à présent.

Bernard Lugan cliquez ici

18:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 15 mai 2013

Franck Abed nous présente le dernier livre d'Anne Kling : "Menteurs et affabulateurs de la Shoah"...


Sur le livre d'Anne Kling cliquez ici

Pour commander ce livre cliquez là 

 

18:06 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 05 mai 2013

Dans Rivarol de cette semaine, un important article sur la réédition de "l'Historisme de Jacques Doriot et du PPF" édité par Les Bouquins de Synthèse nationale. Il y a quelques semaines, le Cercle Non Conforme de Lille consacrait un article à ce livre :

doriot.jpg

Source Cercle Non Conforme de Lille cliquez ici

Bernard-Henri Lejeune, Historisme de Jacques Doriot et du Parti Populaire Français, Tome I : avant la défaite de 1940, Les bouquins de Synthèse Nationale, 2012

L’historisme de Jacques Doriot et du Parti Populaire Français est un recueil de documents paru en 1977 à l’initiative de Bernard-Henri Lejeune, qui fut militant de l’organisation de jeunesse du PPF et resta fidèle à son engagement toute sa vie. La première partie, préfacée par Roland Hélie, est parue en 2012 et la deuxième, inédite, va paraître courant 2013. Je vais porter une critique sur ce premier volet, qui présente la pensée de Jacques Doriot et de son parti jusqu’en 1940, année de la défaite française.

Les textes rassemblés permettent de mieux cerner la doctrine du PPF, mais également d’éclairer le contexte d’avant guerre, marqué par un ensemble de crises, politique, sociale, économique, géopolitique. Il m’est apparu à la lecture de ces 130 pages, qu’il est difficile de faire abstraction de notre temps présent, bien qu’il faille toujours se garder de diachronies simplificatrices.

Le livre présente de nombreux textes : le discours de fondation du mouvement, son programme, son organigramme, le chant du mouvement, et d’autres textes issus de meeting ainsi que quelques éclairages historiques postérieurs.

Le PPF porte une réflexion à la croisée des chemins. Le premier paragraphe du premier texte « Le rendez-vous de Saint-Denis », écrit par Pierre Drieu la Rochelle en est une parfaite illustration : « Ca ne marchera pas : il y avait des gens de droite dans la salle de la mairie de Saint-Denis qui regardaient des gens de gauche et qui leur souriaient. » assènent péremptoirement deux journalistes. « Erreur fondamentale, qui est dans chaque mot. » répond Drieu la Rochelle.

A la lecture de l’ouvrage nous sentons l’influence de la pensée socialiste (Proudhon, Fourier, Saint-Simon, …), malgré quelques freins à abattre totalement le capitalisme, ainsi qu’une très grande défiance face au communisme, incarné par l’URSS, ennemi numéro 1 d’après le PPF. Jacques Doriot, comme Drieu La Rochelle, dépeignent l’URSS comme une expérience socialiste ratée, qui a trahie la révolution ouvrière, où l’aristocratie bourgeoise a été supplantée par l’aristocratie soviétique. Le parti communiste français est présenté comme un mouvement piloté de l’extérieur par Staline, dépourvu de volonté propre et servant les intérêts de l’URSS avant ceux des travailleurs Français. Le chef du PPF parle même d’un « national-soviétisme » impérialiste. Il est utile de rappeler ici que Jacques Doriot fut un cadre du PCF, élu de la banlieue rouge à Saint-Denis et non un réactionnaire anti-communiste de droite. D’ailleurs le programme du PPF est clair, il veut combattre le « conservatisme social », favoriser l’émancipation des travailleurs, en permettant d’allier progrès technique avec progrès social tout en cherchant à éviter que l’homme soit au service de la technique. Autant de réflexions qui trouvent leur écho dans la pensée du XXe siècle.

Un autre thème du livre m’a semblé important, la position du PPF sur les colonies. A l’instar de la plupart des mouvements hexagonaux, le PPF est favorable aux colonies. Mais le PPF a une vision très intéressante à ce sujet. Particulièrement sur la situation de l’Algérie. Tout d’abord Victor Arrighi, ancien communiste, secrétaire du PPF et délégué à l’Algérie, s’oppose à l’assimilation, estimant que les « indigènes » doivent conserver leur culture propre et qu’ils ne deviendront jamais des Français, à quelques exceptions prêts. Il plaide en faveur de l’association (comme dans l’Empire britannique). Il en profite pour aborder le cas des Juifs, en particulier ceux d’Afrique du nord. D’après lui, l’antijudaïsme consistant à considérer que les Juifs sont tous des traîtres, des lâches, responsables de tous les malheurs est une erreur. En revanche, il pointe du doigt le décret Crémieux de 1871, qui a donné la citoyenneté française aux Juifs d’Algérie, estimant que ce fut ici une grave erreur, car les Musulmans refusaient d’être dirigés par des Juifs (révolte de El Mokrani) en plus de créer de nouvelles formes d’inégalités. Aussi, il n’hésite pas à dire que « le racisme, ce sont les Juifs qui l’ont inventé ». Ensuite, il s’insurge sur le fait que les gouvernements français successifs ont toujours favorisés le commerce extérieur au détriment du commerce des colonies. Ainsi, d’après l’auteur dont le discours fut prononcé au deuxième Congrès national du parti, la France achetait du vin Portugais ou Grec alors que les producteurs Marocains, Algériens et Tunisiens peinaient à vivre de leur production. Le raisonnement s’applique au commerce du coton ou du blé. Pour le PPF, la France, avec ses colonies, pouvait vivre de façon autarcique et favoriser en même temps le développement des territoires colonisés, les « indigènes » pouvant écouler leurs productions en métropole (en plus de créer à terme un marché intérieur aux colonies). Enfin, le PPF défendait la position selon laquelle les colonies devaient être la fierté de la France, ouvrir des perspectives à la jeunesse française et permettre de former l’élite de la nation. Le PPF avait aussi une idée claire sur le travail dans les colonies et s’insurgeait sur le fait que des métropolitains travaillent comme « composteurs de tickets de tramway » alors que les autochtones étaient en capacité d’occuper ses emplois sur leur propre sol. In fine, le parti avait la politique suivante, priorité aux emplois des Français puis priorité à celui des Musulmans face au travailleur étranger. Le PPF fut le principal parti d’Algérie et une bonne partie des élus du PPF le furent en Algérie. Des élus Français mais aussi Musulmans, selon la terminologie en vigueur à l’époque.

Un autre thème du livre, tout à fait d’actualité, a suscité mon attention. Il s’agit de la réflexion du PPF sur l’Etat. Le parti de Doriot n’hésite pas à trouver une filiation entre le Parti Jacobin de la révolution française et les états totalitaires* soviétique, allemand et italien, sur lesquels il exerce une critique. Le PPF, qu’on sent proche d’une certaine forme de fascisme, a pourtant une position sur l’état assez pondérée. L’état doit être fort et doit arbitrer les conflits sociaux et économiques. Nous percevons la vision d’un Etat régulateur, tellement honni par les libéraux. En revanche, le PPF est favorable à ce que les communes puissent avoir une certaine autonomie en matière sociale (proudhonisme ?) et à ce que les régions tiennent une place conformément à ce qu’était la tradition française d’Ancien Régime. L’Etat doit donc être fort, sans devenir « totalitaire », laisser une autonomie locale et séparer drastiquement les différents types d’élections. Drieu la Rochelle préconise ainsi dans un des textes proposé que le Président soit élu de façon indépendante des autres échelons et du Parlement. Toutes ses idées se retrouveront lors de la création de la Ve République… De fait le PPF ne se considère pas comme un « parti fasciste » mais comme un « Parti français » car, sans renier une certaine proximité avec le fascisme, il considère que chaque pays doit tracer sa voie selon sa propre tradition politique. Il fait le constat que les nationalismes se sont repliées sur eux-mêmes, au seul service de leur nation (Italie, Allemagne, Chine, URSS, etc…). Dans le programme politique déjà, une phrase courte, limpide, tranche la question comme un coup de poignard : « on ne peut pas faire d’internationalisme tout seul. »

A la lecture du livre, vous découvrirez bien d’autres aspects du parti, de la carrière politique et de la personnalité de Jacques Doriot, de son rapport avec les autres mouvements, de gauche comme de droite. La volonté de maintenir la paix, alors que le Traité de Versailles n’est plus respecté, que la SDN paraît impuissante et les politiques incapables de dialoguer avec l’Allemagne et d’empêcher l’ingérence du parti communiste. Mais en définitive, un chapitre m’aura particulièrement interpelé et m’apparaît comme une leçon de pensée politique française : « le mouvement et les hommes » (pp.65 à 74) où Jacques Doriot sur ces quelques pages donne sa vision sur ce que doit être un mouvement porteur d’idées et sur les hommes qui le compose. Il met en avant l’importance de l’idée et son maintien dans la durée sans céder aux turpitudes du temps. Le « Grand Jacques » délivre une pensée qui me semble particulièrement féconde et des principes sur lesquels un mouvement révolutionnaire se doit de reposer.

« La conquête d’un pays est plus difficile que la satisfaction d’ambitions personnelles. »

La lecture de cette première partie de l’historisme est donc particulièrement vivifiante et amène à se poser de nombreuses questions doctrinales autant qu’historiques. Le livre est enrichi d’un cahier photo noir et blanc présentant l’Emancipation nationale, journal dont Pierre Drieu La Rochelle était éditorialiste, ainsi que Jacques Doriot en tant que responsable politique, mais aussi dans sa vie personnelle. Nous regretterons juste le prix de l’ouvrage (18 euros), qui le rend peu accessible aux bourses des plus jeunes et des plus modestes.

* les discours du PPF utilisent le terme de totalitaire, je le reprends donc pour rester fidèle à la pensée du parti.

Jean

Note du C.N.C.: Toute reproduction éventuelle de ce contenu doit mentionner la source.

Le livre est en vente à Lille à la boutique Tribann cliquez là

Pour se procurer ce livre, cliquez ici

10:37 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 30 avril 2013

« Il est indispensable de démonter pièce par pièce le véhicule funèbre du trotskisme. Il faut dresser son bilan historique,falsifié par lui-même avec le même cynisme crapuleux que le stalinisme, son frère ennemi »

couv2.jpgEntretien avec Patrick Gofman, auteur du livre Le Trotskisme dégénéré (éditions Les Bouquins de Synthèse nationale)

(propos recueillis par Fabrice Dutilleul).

 

Naufrage avec son concurrent stalinien

Pourquoi la chaloupe trotskiste coule-t-elle avec le Titanic stalinien ? Parce qu’elle est à sa remorque ! Depuis 1938, le trotskisme, dans ses mille et une chapelles, se présente comme la direction alternative du prolétariat révolutionnaire mondial. La disparition du pouvoir soviétique, l’effondrement électoral et moral du PCF devrait donc ouvrir un boulevard aux trotskistes ? Eh bien, non. Les remous de l’immense naufrage stalinien entraînent vers le fond les frêles esquifs de son opposition de gauche. Patrick Gofman décrit ici avec précision, brièveté, références, hu­mour et cruauté, les dégénérescences parallèles des staliniens et des stalinains, leur choc fatal avec l’iceberg de l’Histoire, leurs derniers gargouillis dans l’eau glaciale.

Eh bien, Monsieur Gofman, vous tirez sur les ambulances, à présent ?

Les corbillards, vous voulez dire ? Oui, c’est bien triste. Mais il est indispensable de démonter pièce par pièce le véhicule funèbre du trotskisme. Il faut dresser son bilan historique, falsifié par lui-même avec le même cynisme crapuleux que le stalinisme, son frère ennemi.

Mais quelle importance ?!

Le stalinisme et son appendice trotskiste se sont emparés d’un mythe – utopie ou uchronie, si vous préférez – permanent et fondamental de l’humanité : le communisme. « Partageons tout en frères ». Ils ont souillé, défiguré, empoisonné ce beau rêve. Il ne faut pas permettre que l’ultra-libéralisme mondialiste l’enterre pour mille ans avec ses falsificateurs.

De quoi vous mêlez-vous ?

De mes oignons. J’ai donné ma jeunesse (1967-79) au trotskisme, dans sa variante « lambertiste », la plus sectaire et dogmatique. Mon expérience et ma documentation m’autorisent à montrer la dégénérescence et la nature criminelle du bolchevisme intégriste. Du moins, je veux ouvrir la voie à des historiens plus compétents, tout comme mon roman Cœur-de-Cuir (Flammarion, 1998) a été suivi d’autres révélations.

Le trotskisme dégénéré de Patrick Gofman, 134 pages, 18 euros, éditions Les Bouquins de Synthèse nationale, dirigée par Roland Hélie. Cliquez ici ou cliquez là

13:17 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 29 avril 2013

PARUTION AUJOURD'HUI AUX "BOUQUINS DE SYNTHESE NATIONALE" DU NOUVEAU LIVRE DE PATRICK GOFMAN ; LE TROTSKISME DEGENERE...

Trotskisme Gofman pub.jpg

Bulletin de commande

13:53 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 09 avril 2013

LIBRAIRIE DUQUESNE (Paris) SAMEDI PROCHAIN :

tumblr_mkzea6VlnG1rnng97o1_500.jpg

14:58 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 07 avril 2013

Les Editions Soukha rééditent "A la barre de l'Indochine", les mémoires de l'Amiral Decoux, dernier gouverneur français en Indochine...

9782919122523_frontcover-240x335.jpg

Eric Miné

Alors que l’Amiral Jean Decoux était la cible d’un procès « d’épuration » – qui se conclurait par un non-lieu –, le Roi du Cambodge, Norodom Sihanouk, lui écrivit le 20 juin 1946 : « … je dirai avec quelle abnégation vous avez, en Indochine, servi les intérêts supérieurs de la France et avec quelle noblesse de cœur vous avez assuré, pendant quatre ans, la protection des peuples indochinois contre l’ennemi. Je suis certain que justice vous sera rendue et que la France vous considérera comme un des meilleurs parmi ses fils ».

Ainsi va l’Histoire. Selon ses aléas, le héros devient bien vite le « traître » aux yeux d’une opinion désinformée par des intérêts qui la dépassent ou, à tout le moins, est-il « effacé » d’une mémoire qui dérange. L’Amiral Decoux, malheureusement, n’a pas échappé à cette règle.

À la barre de l’Indochine – le récit de son gouvernorat – était introuvable depuis de nombreuses années. Et pourtant… quel témoignage exceptionnel !

D’une écriture élégante et avec un soin extrême des détails, l’Amiral nous explique comment il tint le « navire Indochine » hors de l’eau au milieu de la tempête de la Seconde Guerre mondiale. Il nous décrit l’enchaînement des événements et les défis qui s’amoncellent, auxquels il doit faire face avec pour unique objectif l’accomplissement de sa mission : maintenir l’Indochine dans le giron français.

Mais la portée de son action va bien au-delà. L’énergie de Jean Decoux était aussi tendue pour construire les fondations profondes d’un avenir commun librement décidé entre la France, les royaumes du Laos et du Cambodge, et le « Vietnam ». L’Amiral Decoux fut ainsi le premier haut responsable français à employer le mot Vietnam pour ce qu’on nommait encore le Tonkin, l’Annam et la Cochinchine.

Le coup de force nippon du 9 mars 1945 et ses funestes conséquences fracasseront l’espoir de l’Amiral d’une indépendance pacifique de ces pays en association avec la France. Toujours est-il qu’À la barre de l’Indochine pose clairement les bases de ce que pourraient encore être demain ces rapports fraternels et privilégiés avec des peuples qui nous sont si proches à tant d’égards. Si nous voulions bien un jour assumer aussi les bienfaits de notre histoire coloniale…

En ce sens, À la barre de l’Indochine n’est pas seulement un extraordinaire document historique. Il est aussi un livre terriblement actuel.

A la barre de l'Indochine, Amiral Jean Decoux, édition Soukha, 2013, présenté par Eric Miné et préfacé par Jacques Decoux, 21,00 €. Plus d'infos cliquez ici

13:25 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 mars 2013

Les "Chroniques radioactives" de Charles-Henri d'Elloy...

inconnu.jpg

Depuis plusieurs années, Charles-Henri d’Elloy déclame ses chroniques sur Radio Courtoisie, en particulier dans l'émission de Martial Bild.

Ecrit dans un style percutant et limpide, cet ouvrage contient un ensemble de textes sur des sujets variés traités avec ironie mais non dénués de convictions.

« J’irai cracher sur vos tongs », « A quoi sert l’Histoire ? » « L’homme de droite », « Illustration et défense du Parisien », « L’éloge de l’immobilité », « Apologie de l’uniforme » ou « Requiescat in pace » sont autant de textes qui ont marqué les auditeurs.

Chroniques radioactives, Editions Godefroy de Bouillon,172 pages,17,50 €.

Vous pouvez dès à présent commander ce livre dans notre catalogue en ligne, pour cela cliquez sur le lien suivant  cliquez ici

20:06 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 mars 2013

Il est sorti ! Le nouveau livre d'Anne Kling, l'auteur de "La France licratisée"...

couv. Shoah_Kling.jpg

 

Au fil des années, la shoah s’est transformée en sujet totalement tabou et sacralisé dans nos sociétés occidentales. Echappant aux historiens qui risquaient de la « banaliser », crime suprême, elle a fini par quitter le domaine du rationnel et de la critique historique pour entrer de plain-pied dans celui du « mystère ». Pour ne pas dire de la religion.

Dans ces conditions, il n’est guère étonnant que des petits malins aient exploité à leur profit un filon qu’ils jugeaient prometteur. Cet ouvrage relate un certain nombre des tromperies avérées de ces menteurs de la shoah, récits d’imaginaires souffrances ou de tribulations présentées comme autobiographiques.


Il relate également les affabulations, exagérations, inventions ou récupérations d’autres personnages, y compris celles d’anciens déportés dont les récits soulèvent quelques questions.

256 pages, 18 €

Pour commander, adresser le bulletin de commande en PJ accompagné d'un chèque (à l'ordre de Synthèse nationale) de 21 € (18 € +3 € de frais d'envoi) à :

 

Synthèse nationale

116, rue de Charenton 75012 Paris

(correspondance uniquement)

 

Bulletin de commande : cliquez ici

17:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 23 mars 2013

Jean-Claude Rolinat sera mercredi invité à l'émission de Martial Bild sur Radio Courtoisie

AvionTueur_A4.jpgJean-Claude Rolinat sera l’invité de Martial Bild sur les ondes de Radio Courtoisie le mercredi 27 mars à partir de 19 h pour évoquer son dernier livre paru à L’Atelier Fol’Fer, L’avion, cet étrange tueur de célébrités, édité chez Fol'fer.

Ce que la presse en dit : cliquez ici

Pour l'acheter : cliquez là

Radio Courtoisie : cliquez ici

11:01 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 13 mars 2013

Sortie aujourd'hui en France du livre de Thilo Sarrazin qui fit scandale outre-Rhin...

1931220258.jpg

Ce livre, sorti en Allemagne fin 2010 sous le titre « L’Allemagne court à sa perte », suscita un véritable tollé d’indignation au sein de la bobocratie d’outre-Rhin qui n’avait plus de mots assez forts pour hurler son courroux.

Certes, l’auteur, Thilo Sarrazin, ne pouvait pas être soupçonné de quelconques sympathies d’extrême droite puisque son CV pouvait suffire à lui seul à lui assurer la bienveillance de la bien-pensance institutionnalisée. Economiste réputé, il était en effet membre du directoire de la Banque fédérale allemande et adhérent du Parti social-démocrate… Que du clean !

Et pourtant, abondance de brevets de bonne conduite n’interdit pas clairvoyance subite… Ainsi, dans son livre, Thilo Sarrazin s’insurge à la fois contre la dénatalité catastrophique qui tue le peuple allemand et contre l’immigration musulmane qui ronge la civilisation européenne. Cet ouvrage révolta les chiens de garde de la pensée unique, ce dont nous ne nous plaindrons pas… surtout lorsque l’on sait qu’il fut vendu à plus de 2 millions d’exemplaires dans son pays ce qui correspond à un record exceptionnel.

Souhaitons que l’édition française remporte un même succès !

L'Allemagne disparait, Thilo Sarrazin, Les Editions du Toucan, 520 pages, 25,00 €, sortie 13 mars 2013.

13:28 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 08 mars 2013

Samedi 23 mars : Jacques Vergès à la Librairie Contretemps...

tumblr_mjc5y2QlnY1rnng97o1_500.jpg

Librairie Contretemps cliquez ici

Le Bouquins de Synthèse nationale

sont en vente à la Librairie Contretemps

11:51 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 27 février 2013

Franck Abed revient sur le livre d'Anne Kling consacré au CRIF...

Pour se procurer ce livre cliquez ici

17:57 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 février 2013

La France Orange mécanique... malgré le Syndicat de la Magistrature

21:38 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook