Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 octobre 2012

Rappel : sortie le 20 octobre de JACQUES DORIOT ET LE PPF, historisme réalisé par Bernard-Henri Lejeune...

Historisme Jacques Doriot et le PPF_1.vign.jpg

Edité une première fois en juillet 1977, cet « historisme » fut longtemps le seul livre de référence sur Jacques Doriot et sur le Parti populaire français. L’ensemble des documents qui le compose, rassemblés par Bernard-Henri Lejeune, constitue une véritable mine de renseignements à la fois sur l’homme et sur le parti. La lecture de ces textes, écrits par les intellectuels les plus en vue de l’époque, tels Pierre Drieu La Rochelle, Pierre Dominique, Robert Brasillach, François Mauriac, Bertrand de Jouvenel, Roland Gaucher, Maurice Duverger et bien d’autres, ou retrouvés dans les archives d’anciens responsables du PPF, permettra de se faire une opinion dégagée des poncifs de l’historiquement correct sur cette grande aventure qui marqua l’histoire des mouvements nationalistes français dans les années 30.

 

L’auteur :

 

Bernard-Henri Lejeune, dès l’âge de 16 ans, fut militant dans les organisations de jeunesses du Parti populaire français. Toute sa vie il resta fidèle à son engagement et il fit son possible pour défendre, envers et contre tous, la mémoire de Jacques Doriot. Il anima dans les années 60 et 70 le Cercle d’études politiques et sociales, association nationaliste très active en Picardie.

 

Commandez Jacques Doriot et le PPF :

Règlement à la commande par chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à :
Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

18, 00 € l’exemplaire (+ 3 € de port)

 

Jacques Doriot et le PPF, Editions Les Bouquins de Synthèse nationale, Bernard-Henri Lejeune, 2012, 170 pages, nombreuses illustrations, 1re partie : avant la défaite de 1940 (parution de la seconde partie au printemps 2013)

 

Bulletin de commande

 

Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

18:20 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 15 octobre 2012

La grande peur des temps présents...

imagesCADPC8TP.jpgGeorges Feltin-Tracol

Europe maxima cliquez là

 

Depuis 1989 et la parution des Ennemis du système, Christophe Bourseiller s’intéresse aux « périphéries politiques ». Désormais maître de conférence à Sciences Po – Paris, cet acteur de cinéma et de publicité a consacré de nombreux ouvrages à l’« extrême gauche » (Les Maoïstes en 1996, Histoire général de l’ultra-gauche en 2003), à l’« extrême droite », au phénomène sectaire (Les Faux Messies en 1993, Carlos Castaneda. La Vérité du mensonge en 2005), aux nouvelles sexualités (Les Forcenés du désir en 2000) et à la franc-maçonnerie (Un Maçon parle en 2010).

 

Avec L’extrémisme. Une grande peur contemporaine, Bourseiller poursuit sa description des extrêmes politiques. Outre une préface convenue de l’universitaire Pascal Ory, l’ouvrage se divise en quatre grandes parties : une introduction qui tente de cerner l’extrémisme perçu comme un « animal insaisissable », une conclusion qui examine le concept même d’« extrémisme » et deux parties centrales, inégales en pagination et en réflexions contenu qui portent respectivement sur les « extrêmes gauches » et les « extrêmes droites ». Ces dernières n’occupent que 67 pages alors que les précédentes en couvrent quelque 137, même si une vingtaine se rapporte au négationnisme au sein de l’ultra-gauche, aux pensées libertaires et aux anarchismes marginaux (anarchisme de droite micberthien, anarcho-capitalisme libertarien, etc.).

 

Ce déséquilibre n’est pas que quantitatif. La partie traitant de l’extrême droite est assez pauvre et superficielle. La distinction entre les « contre-révolutionnaires » (royalistes, catholiques traditionalistes, traditionalistes inspirés par Guénon et Evola…) – le sédévacantisme n’est pas mentionné ! -, le F.N. envisagé comme un « populisme calculé (p. 199) » et les « révolutionnaires » (« N.D. », nationalistes, néo-nazis, nationaux-communistes, post-nationalistes…) est décevante. On y décèle des limites déjà relevées dans ses précédents ouvrages. Bourseiller a beau déclaré que « si le nomadisme est plus intense que dans le camp adverse, la rigidité doctrinale semble moins prégnante (p. 193) », il affirme qu’« il n’est pas rare de voir un militant démarrer dans le royalisme, devenir nationaliste révolutionnaire, puis national-communiste, passer par la mouvance néonazie, et aboutir dans un parti populiste (pp. 192 – 193) ». Ce cheminement est moins fréquent qu’il ne le pense.

 

Bourseiller commet d’autres erreurs. Il appelle Alain de Benoist « Alain de Benoist de Gentissart », ce qui est inexact si on lit Mémoire vive: « Peut-être parce qu’il [lui] est arrivé de signer quelques textes de jeunesse du nom de Cédric de Gentissart, mais ce n’est qu’une légende parmi d’autres (1). » Il range Bruno Mégret au sein des droites modérées alors qu’il fut formé par le Club de l’Horloge. Si Bourseiller les commet, c’est parce qu’il n’est pas en phase avec ce sujet d’étude qu’il ne connaît pas intimement. En revanche, malgré les nombreuses critiques, parfois violentes, provenant de l’ultra-gauche, reconnaissons qu’il se débrouille mieux avec ce thème, ce qui est logique puisqu’il écrivit en préambule de sa biographie de Guy Debord qu’il créa, seul et unique membre, un Parti communiste marxiste-léniniste-maoïste-stalinien (P.C.M.L.M.S.), puis un Mouvement situationniste pour un tourbillon créatif (M.S.T.C.), et enfin un Mouvement créateur situationniste subversif (M.C.S.S.), respectivement dotés de proto-revues à lecteur unique, La Lutte et Le Tourbillon des masses (2). Pour ses détracteurs de gauche, Bourseiller serait indigne de les aborder, car « on ne peut étudier l’extrême gauche que si l’on est soi-même militant ou sympathisant (p. 52) ». S’il n’est ni l’un, ni l’autre, il y a cependant longtemps baigné; c’est la raison pour laquelle son analyse sur les « gauchismes » est plus conséquente que sur les « dextrismes ».

 

Christophe Bourseiller établit une bonne typologie en distinguant, d’une part, les léninistes des non léninistes, et, d’autre part, les modernistes des invariants. Ainsi muni, il raconte le pablisme, les « gauches italiennes » bordiguistes, le « communisme des conseils » du Néerlandais Anton Pannekoek, etc. Il retrace la genèse du N.P.A. et de sa matrice, la L.C.R., de Lutte ouvrière, du Parti ouvrier indépendant, républicain et souverainiste, des courants post-maoïstes ou néo-staliniens tels Vive le P.C.F. ! d’Emmanuel Dang Tran, farouche opposant interne au Front de Gauche, ou le P.C.O.F., défenseur hexagonal de l’héritage maoïste de l’Albanie d’Enver Hodjah. On peut regretter l’absence des groupusculaires Parti eurocommuniste et du Parti communiste juchéen de France devenu depuis peu le Parti Juché de France. L’auteur est plus disert sur les différentes tendances de l’anarchisme (communisme libertaire, socialisme libertaire, anarcho-syndicalisme, syndicalisme révolutionnaires et individualisme stirnérien). Cette première partie peut être une introduction correcte à la découverte de ce continent politique étrange et méconnu.

 

Par tous ces exemples, Bourseiller veut comprendre l’extrémisme qui serait le parent pauvre des sciences politiques. Malgré des différences ontologiques entre les extrêmes, il remarque néanmoins que « les pratiques se ressemblent : on pointe un même triptyque de hiérarchie, de violence et de transgression (p. 44) ». Le célèbre politologue, Pierre-André Taguieff, a lui aussi réfléchi sur la notion d’« extrémisme ». Dans un article à la conclusion grotesque paru dans un quotidien hexagonal, Taguieff juge que « ce qu’on appelle “ l’extrême droite ” n’est pas le produit d’une droitisation de la droite, ni de l’extrémisation de l’esprit droitier. Ladite “ extrême droite ” est aussi étrangère à la droite libérale qu’à la gauche socialiste réformiste. Elle n’est pas une super-droite ni une hyperdroite. Elle ne se situe pas “ à droite de la droite ”, selon l’expression aussi confuse que convenue. Elle n’est ni extrêmement de droite ni radicalement de droite. L’expression “ droite radicale ” ne change rien au problème de catégorisation : remplacer “ extrême ” par “ radicale ” n’est qu’une coquetterie verbale. Il en va de même avec la distinction illusoire entre “ droite extrême ” et “ extrême droite ”. Toutes ces expressions ne sont que des étiquetages polémiques sans contenu conceptuel, présupposant une vision essentialiste de la droite (3) ».

 

En se référant à Jacques Ellul, auteur en 1972 De la révolution aux révoltes, Bourseiller estime que l’extrémiste serait finalement la « figure ultime du libéral (p. 259) ». Par conséquent, nos sociétés hypermodernes individualistes de masses s’en accommoderaient assez bien d’autant qu’elles en sont pas déstabilisées, mais au contraire renforcées… Or cette conclusion ne se rapporte-t-elle pas à la seule « extrême gauche » beaucoup plus soluble dans l’hypermodernité que les « extrêmes droites » plus « détonnantes » ? « Considérée froidement, poursuit Taguieff, l’extrême droite apparaît […] comme un produit de synthèse instable, né du mélange, selon divers dosages, de thèmes empruntés aux droites non libérales et à l’extrême gauche, qui n’est pas non plus une gauche gauchisée ou extrémisée, mais un pseudo-gauche dont l’horizon n’est autre que la Révolution. […] L’extrême droite n’est pas plus à droite que la droite, elle l’est moins. Sa dimension réactionnaire s’accompagne toujours d’un volontarisme révolutionnaire. On peut la dire “ ni gauche ni droite ” (comme le fascisme ou l’anarchisme). On peut aussi la caractériser comme “ mi-gauche mi-droite ”. Elle oscille ainsi entre le point neutre (ni l’un ni l’autre) et le point complexe (l’un et l’autre). » Taguieff considère au final que les traits principaux de l’« extrême droite » (autoritarisme et violence) se rencontrent « aussi dans les courants révolutionnaires de type blanquiste, léniniste ou maoïste. C’est à l’extrême gauche que l’extrême droite ressemble le plus ». Mimétisme du « fer à cheval » ? Probablement pour Taguieff. Bourseiller, lui, en est moins convaincu. Passionné par les avant-gardes, il croît plutôt que le phénomène extrémiste tend à « pivoter, du politique vers le culturel. Sur un plan culturel, les mouvements extrémistes, ou du moins certains d’entre eux, sont-ils, ou ont-ils été les foyers d’émergence de pensées radicales ? C’est notre constat (p. 266) ».

 

L’extrémisme pour Bourseiller préparerait donc le monde de demain. En effet, « par-delà les programmes, les manifestes et les excommunications, l’extrémisme apparaît comme le principal cheval de Troie des contre-cultures, ces singularités qui viennent perturber le champ culturel pour annoncer le changement d’époque. L’extrémisme mène à la radicalité (p. 279) ». N’est-ce pas là de bon augure ?

 

Notes

 

1 : Alain de Benoist, Mémoire vive. Entretiens avec François Bousquet, Éditions de Fallois, Paris, 2012, p. 16.

2 : Christophe Bourseiller, Vie et mort de Guy Debord (1931 – 1994), Plon, coll. « Agora », Paris, 1999, pp. 20 – 21.

3 : Pierre-André Taguieff, « Le sens des extrêmes », Le Figaro du 31 mai 2012.

• Christophe Bourseiller, L’extrémisme. Une grande peur contemporaine, préface de Pascal Ory, C.N.R.S. Éditions, Paris, 2012, 303 p., 22 €.

17:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 11 octobre 2012

Vendredi soir : soirée Livr'arbitres à Paris...

Flyer Soirée L'A.jpg

12:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 08 octobre 2012

Le 20 octobre : parution de DORIOT ET LE PPF édité par Les Bouquins de Synthèse nationale

SN Doriot pub.jpg

COMMANDEZ-LE DES MAINTENANT !

00:49 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 06 octobre 2012

Le nouveau numéro du Livr'arbitres est paru :

9.png

Plus d'informations cliquez là

16:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La droite impossible. Essai sur le clivage droite-gauche en France proposé par Yves-Marie Adeline, aux Editions de Chiré :

I-Moyenne-10281-la-droite-impossible--essai-sur-le-clivage-droite-gauche-en-france_net.jpgA l'heure où paraît ce livre, la gauche détient tous les pouvoirs politiques en France, ne laissant à la droite que quelques rares grandes villes, une minorité de départements, et une seule région sur vingt-deux.

Elle possède en outre la quasi-totalité du secteur "métapolitique" qui façonne les esprits et oriente l'opinion : enseignement, culture, édition, médias, presse... les quotidiens et mensuels de droite se comptant ensemble sur les doigts d'une seule main.

Cette prépondérance s'explique par le fait que le système politique lui-même, qui se prétend arbitral, est en réalité essentiellement de gauche. Ainsi, un "effet de cliquet" entraîne la société française toujours plus vers la gauche, et toutes les tentatives de la droite d'exercer authentiquement le pouvoir sont inéluctablement vouées à l'échec.

Yves-Marie Adeline, docteur de l'Université Panthéon-Sorbonne, est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages, notamment d'une monumentale Histoire mondiale des idées politiques. Il assure un cours de sciences politiques dans plusieurs écoles supérieures de commerce.

La droite impossible, Yves-Marie Adeline, Editions de Chiré, 2012, 108 pages cliquez ici

Vous pourrez aussi l'acheter à La Librairie française cliquez là

14:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 04 octobre 2012

Commandez les livres publiés ou diffusés par Synthèse nationale...

SN 29 pub Bouquins.jpg

Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez ici

10:48 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 septembre 2012

RAPPEL : "Histoire des Fascismes" de François Duprat diffusé par Les Bouquins de Synthèse nationale...

I-Grande-9457-histoire-des-fascismes--selection-presentation-et-annexes-par-alain-renault_net.jpg

Le livre de François Duprat Histoire des Fascismes, initialement publié dans les années 70 et réédité au printemps dernier par Deterna, est désormais diffusé par Les Bouquins de Synthèse nationale. Ce livre est préfacé par Alain Renault. Vous pouvez vous le procurer en cliquant ici ou en nous retournant le bulletin de commande suivant cliquez là.

Histoire des Fascisme, François Duprat,

préfacé par Alain Renault, 310 pages, 29 € + 3 € de port.

10:21 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 14 septembre 2012

Duprat et son Histoire du Fascisme...

I-Grande-9457-histoire-des-fascismes--selection-presentation-et-annexes-par-alain-renault_net.jpgFrancis Bergeron

Article publié dans le n°28

de la revue Synthèse nationale cliquez ici

François Duprat a été assassiné le 18 mars 1978. Trente quatre ans plus tard, le crime reste impuni, et ce meurtre garde encore son mystère. Mais la bombe qui a fait exploser sa voiture n’était pas un engin artisanal.

La mort de Duprat frappa de stupeur le petit monde de l’extrême droite française (à l’époque c’était un tout petit monde, plutôt en liquéfaction). Car si l’homme véhiculait les théories les plus extrémistes, ce n’était pas lui-même un violent, un baroudeur. C’était un prof, un bon prof, selon ses élèves, et qui ne cherchait pas à les endoctriner avec des théories toutes faites et un catéchisme mal digéré. C’était un gros travailleur, un homme de l’écriture, et d’abord un historien.

Mais il était aussi un journaliste engagé : dans les années soixante-dix, Duprat assurait les « nouvelles du front », chaque semaine, dans Rivarol, la chronique des combats nationalistes, dans les universités, les lycées, dans la rue, avec parfois une ou deux mauvaises photos permettant de rêver au « fascisme immense et rouge » par groupuscules interposés.

Duprat, ce fut, un peu plus tard, la Revue d’Histoire du Fascisme, une revue, publiée de 1972 à 1978, qui compta douze numéros et vingt-quatre  suppléments (dix-neuf en fait, car il y avait des suppléments doubles). Dans sa préface et sa postface à Histoire des fascismes de François Duprat, qui vient  de paraitre chez Dererna (1), et qui est en fait un florilège des meilleurs textes publiés par la Revue d’Histoire du Fascisme, Alain Renault raconte la genèse de cette publication.

Duprat, qui collaborait à Défense de l’Occident depuis les années soixante, et qui en était devenu un pilier, avait proposé à Maurice Bardèche la création de cette revue. Le numéro spécial de Défense de l’Occident, « Les Fascismes inconnus », s’était bien vendu, et Duprat estimait à juste raison que ce type de travaux historiques avait un public.

Quand la Revue d’Histoire du Fascisme est créée, elle est, quant à la forme, la copie conforme de Défense de l’Occident. Et Duprat et Bardèche se partagent les rôles ; mais rapidement Duprat restera seul aux commandes. Ses divers pseudonymes, sa puissance de travail, lui permettent d’assurer un grande partie du rédactionnel. La revue est vendue dans les kiosques (comme Défense de l’Occident), et de ce fait, trouve un public un peu plus large que la mouvance purement étudiante et militante.

A l’automne 1973, raconte Alain Renault dans sa passionnante postface à Histoire des fascismes, Duprat lance en parallèle une nouvelle publication, qui va s’appeler Les Cahiers Européens. C’est l’actualité (et aussi l’histoire) de tout ce qui se passe et s’est passé à l’extrême droite, partout dans le monde. L’entreprise va se révéler une vrai réussite : il sortira 222 numéros, sans la moindre interruption, jusqu’à l’attentat de 1978. Quant à sa diffusion, malgré le caractère artisanal du bulletin, elle était loin d’être négligeable : 450 abonnés, une vente totale de 800 exemplaires chaque semaine. Pour une revue mal imprimée, diffusée uniquement dans les « librairies amies », ce n’était pas mal du tout.

Le « groupe de presse » de Duprat, comme l’évoque Alain Renault avec une pointe de nostalgie ne cherchait pas à surfer sur la mode rétro (nous sommes à l’époque du Chagrin et la pitié, et de Lacombe Lucien). Duprat était un activiste, un militant. Il avait été de Jeune Nation, d’Occident, d’Ordre nouveau et du Front national. Au sein du Front national, il représentait l’aile la plus dure. Et ses « groupes nationalistes révolutionnaires de base » (assez chétifs en effectifs, il faut bien le dire) avaient pour vocation de radicaliser la droite nationale.

Commentant la vision de Duprat, Alain Renault écrit avec pertinence : « Les fascismes ne rencontrent de succès qu’en période de crise. Non qu’ils profitent des désarrois des peuples mais simplement parce que leurs solutions nécessitent un effort et des changements auxquels les peuples ne se résolvent que quand la nécessité absolue leur parait inévitable pour sortir de la décadence ».

Ce type de discours, à l’époque des « trente glorieuses », et de mai 68, « révolution » de gosses de riches, pouvait paraitre bien éloigné des réalités du moment. Mais Duprat avait la prescience que ces temps difficiles allaient revenir.

Et nous y sommes sans doute. Peut-être n’est-ce pas un hasard si l’on réédite aujourd’hui les études de Duprat (Le même éditeur a sorti récemment Les Fascismes américains 1920-1944, une remarquable étude de François Duprat et Alain Renault, sur un sujet très peu connu). Quant à Bardèche ou Saint-Loup, ils suscitent à nouveau la curiosité. Plusieurs projets de rééditions sont dans l’air. Des biographies de Bardèche, de Saint-Loup, de Duprat, de Jean Fontenoy, sont parues récemment. Ces auteurs trouvent, retrouvent un public, des lecteurs. Et c’est bien évidemment une bonne chose. Mais c’est aussi le signe que nous sommes certainement  à nouveau à l’aube d’une crise terrible, qui nous pousse à lire ceux qui ont étudié ou raconté, avec acuité, celle des années trente.

Note

(1)  Histoire des fascismes, par François Duprat, préface et postface par Alain Renault, Ed. Deterna, 2012, 310 pages. Cliquez ici 

      Livre diffusé par Les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

20:39 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 31 août 2012

Les Bouquins de Synthèse nationale ont leur site !

les bouquin2.jpg

Les Bouquins de Synthèse nationale ont

désormais leur site de présentation : cliquez ici

10:01 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 11 août 2012

Un entretien avec le Dr Bernard Plouvier sur son nouveau livre "Le XXIe siècle ou la tentation cosmopolite" :

3093023280.jpgQuestion : Vous abordez dans votre livre des thèmes très divers, tels les origines de l’Homo sapiens, le domaine territorial de la race blanche, dite « caucasienne », les constantes de la société humaines et les variables culturelles, mais également l’ambiguïté du « libéralisme » et du « melting pot » des USA, l’expérience mondialiste et l’économie globale qui permet aux ploutocrates de confisquer les États… Le titre de cette collection « Nouveau siècle, nouveaux enjeux » semble parfaitement s’appliquer au thème de ce livre ?

Réponse : Nous autres, Européens autochtones, vivons indéniablement une période de « fin de civilisation », qui ressemble à s’y méprendre à celle vécue par les contemporains de la fin de l’Empire romain d’Occident. Cette constatation, assez peu réjouissante, mérite à la fois que l’on établisse un bilan des réalisations anciennes et que l’on apporte quelques réflexions comparatives sur les valeurs qui s’estompent et celles qui émergent.

Au Ve siècle, l’enrichissement général des citoyens de l’Empire romain avait conduit au relâchement de l’effort collectif et deux nouvelles religions moyen-orientales – la chrétienne et celle des adorateurs de Mithra – avaient supplanté le culte des dieux de l’État. De nos jours, la fraction la plus inventive de l’humanité contemporaine s’est lancée dans la course effrénée aux petites joies individuelles, au lieu d’œuvrer comme auparavant pour la collectivité.

Au Ve siècle, le pouvoir spirituel avait asservi puis anéanti la puissance politique. De nos jours, les maîtres de l’économie écrasent les autres pouvoirs : exécutif, législatif, judiciaire, médiatique et même spirituel.

Consommer est devenu le but suprême de l’existence des individus, ce qui comble d’aise les maîtres du « village terrestre » peuplé d’hédonistes (les travailleurs) et de psychopathes (les parasites sociaux).

L’économie globale et la mondialisation de la vie économique et culturelle sont deux notions nées aux USA durant la IIe Guerre mondiale. Du fait de l’implosion des sociétés communistes, elles sont devenues la réalité quotidienne de presque tous les peuples de la planète : rêve pour les uns, cauchemar pour les autres… c’est affaire de sensibilité et d’idéal.

Il est évident que Franklin Delano Roosevelt, le grand concepteur, n’aurait nullement apprécié notre monde où les grands actionnaires des multinationales et des trusts nationaux d’Asie manipulent, du fait de la toute-puissance de l’argent, les pantins de la politique et des media.

Q : Quelle est votre définition du « cosmopolitisme », un mot qui, au XVIIIe siècle, à l’époque des Lumières, représentait le nec plus ultra : cela revenait alors, pour l’élite, à s’informer des autres cultures que celle de son pays d’origine ?

R : Le cosmopolitisme à la sauce mondialiste équivaut au mixage des cultures et au brassage des populations, de façon à liquider l’option nationale, jugée pernicieuse. L’Europe est ainsi envahie d’extra-Européens, souvent incultes, toujours faméliques et avides, également nantis pour la plupart d’une religion médiévale, c’est-à-dire grosse de l’expression d’un fanatisme anachronique, mais également porteurs d’un racisme revanchard dont l’expression est évidente, sauf pour les pitres qui façonnent l’opinion publique et ceux qui font semblant de nous gouverner.

La propagande mondialiste reflète, c’est évident, les choix de nos maîtres, qui leur sont dictés par leur intérêt. Le grand village terrestre ne doit plus être composé que d’individus qui consomment beaucoup, au besoin à crédit, et pensent gentiment ce qu’imposent les fabricants d’opinion publique.

Dans leur désir d’uniformiser l’humanité, pour augmenter la rentabilité du négoce en facilitant le travail des producteurs, des distributeurs et des revendeurs de biens de consommation, nos maîtres font l’impasse sur de nombreuses données génétiquement programmées de l’espèce humaine, non susceptibles d’éducation ou de rééducation. En outre, il nient allègrement une évidence : la profonde inégalité des êtres humains et des civilisations passées.

Par intérêt également, ils autorisent le développement de conduites sociales aberrantes pour peu que cela leur fournisse un marché lucratif (pornographie, conduites addictives, coutumes alimentaires absurdes conformes à des préceptes religieux antiques ou médiévaux).

Que cela envahisse le continent phare du melting pot, celui des trois Amériques (pour reprendre une expression rooseveltienne), ne nous regarde pas en tant qu’Européens, mais il est grotesque de le tolérer dans notre continent, qui fut le continent civilisateur durant deux millénaires et demi.

Q : Pourquoi ne pas aimer ce monde nouveau, apparu il y a une vingtaine d’années, lors de l’effondrement des sociétés communistes et du triomphe de l’american way of life ?

R : Dépourvus de culture historique et philosophique, nos nouveaux maîtres créent une société mono-culturelle, multi-raciale parfaitement artificielle, qui ne peut en aucun cas créer une civilisation stable, donc durable, ni innovante au plan intellectuel et spirituel.

L’étude des espèces animales démontre que l’égoïsme et l’individualisme sont nocifs à moyen terme pour l’espèce, mais aussi pour les individus. Sans discipline, sans hiérarchie fondée sur les qualités et les mérites individuels, sans cohésion du groupe fondée sur l’utilité sociale, il ne peut y avoir de sécurité donc de survie, encore moins d’expansion pour l’espèce considérée.

Ce qui effare le plus un observateur européen contemplant la société actuelle est de constater que les Européens de souche ont, par veulerie et par esprit de facilité, renoncé à leur histoire. De la position de civilisateurs de la planète, ils sont passés en un demi-siècle au statut de colonisés, achetant des produits de médiocre qualité et d’infime durée de vie, fabriqués le plus souvent en Asie, et se gavant d’une sous-culture élaborée aux USA et au Japon.

L’étude de quelques grandes civilisations européennes défuntes démontre que l’homogénéité ethnique est l’une des conditions fondamentales de l’implantation, puis du rayonnement d’une civilisation originale. La perte du sens de l’effort collectif, l’incorporation de populations ou de croyances issues d’autres continents sont les conditions idéales pour amener la dégénérescence, puis la mort d’une civilisation, c’est-à-dire l’instauration d’un nouvel « âge des ténèbres ».

On ne peut guère compter sur le milieu des universitaires, où règnent en maîtres le conformisme et le misonéisme, ni sur les media, par définition aux ordres du Pouvoir, pour provoquer une réflexion critique chez nos contemporains, alors même que l’avenir de l’Europe dépend essentiellement de la prise de conscience de l’originalité et de la richesse de leur passé par les Européens de souche, qui seuls doivent décider de l’avenir du continent et de sa race.

Dr Bernard Plouvier, Le XXIe siècle ou la tentation cosmopolite, Edition de L’Æncre, collection “Nouveau siècle, nouveaux enjeux”, dirigée par Philippe Randa, 452 pages, 35 € cliquez ici.

11:17 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 juillet 2012

Dans Rivarol de cette semaine : un entretien avec Robert Spieler sur son livre "Le Dictionnaire des polémistes"....

2277121978.jpgRIVAROL : Vous avez écrit un dictionnaire des polémistes, d’Antoine de Rivarol à François Brigneau. Pourquoi ? 

Robert SPIELER : « La polémique est un combat et le pamphlet est une arme ». C’est par cette phrase que débute l’ouvrage de Pierre Dominique Les Polémistes français depuis 1789, paru en 1962 aux éditions du Vieux Colombier. Pierre Dominique, qui fut directeur de Rivarol mais aussi un romancier et un essayiste reconnu, a évoqué dans son livre ces polémistes français, de gauche ou de droite qui marquèrent leur époque, par leur fureur et leur talent. « Comme le soldat, le polémiste est détesté par les âmes sensibles ». De Mirabeau à Céline, de Rivarol à Henri Béraud, en passant par Proudhon, Rochefort, Edouard Drumont, Léon Daudet et Bernanos, sans oublier bien sûr Charles Maurras, la liste de ces combattants, qui mirent souvent leur peau au bout de leurs idées, est longue. Le livre de Pierre Dominique m’a servi de fil conducteur dans la rédaction de cette recension de rebelles. Je me suis bien sûr aussi inspiré d’autres ouvrages et aussi des informations recueillies sur internet. Ce petit ouvrage reprend les articles qui avaient paru, un an durant, dans RIVAROL. J’ai ajouté à ma recension Lucien Rebatet et François Brigneau, qui n’étaient pas évoqués dans le livre de Pierre Dominique.

 

J’évoque dans ce petit dictionnaire ces figures dont nous ne sommes évidemment pas obligés de partager les idées et la fureur, mais qui sont des fanaux de l’esprit français rebelle. En cette période effroyablement aseptisée où le politiquement correct règne en maître, il est salutaire de se plonger dans la lecture des polémistes, une lecture qui rend libre.

 

R. : De quand datent la polémique et le pamphlet ?

 

R. S. : La polémique et le pamphlet ne débutèrent certes pas avec Mirabeau et Rivarol. A défaut de vouloir tuer l’ennemi avec leurs épées, certains choisirent d’utiliser le langage, et ce depuis la plus haute Antiquité. Songeons aux injures proférées par les héros d’Homère. Dès que les hommes maîtrisèrent l’écriture, naquit le pamphlet. Le graffito, injurieux et ordurier, fleurit dans la Rome antique. Sur un plan plus littéraire, les Philippiques de Démosthène, les Chevaliers d’Aristophane sont des pamphlets, de même que, selon Pierre Dominique, les Provinciales de Pascal. Et puis, les mazarinades, tous ces libelles destinés à ridiculiser les maîtresses et l’entourage des Rois de France… Et Voltaire qui pour agonir son ennemi Fréron l’imagine piqué par une vipère ; la chute du pamphlet, écrit sous forme de poème : « Devinez ce qui se passa, ce fut la vipère qui creva »… Les plus grands prosateurs des trois derniers siècles sont des polémistes : Rabelais, Pascal, Saint-Simon, Voltaire que nous avons évoqué, Diderot, Beaumarchais et même Molière, que le Roi Louis XIV appréciait tant. N’a-t-on pas dit que ce fut le Roi qui lui souffla l’idée de son Tartuffe ? Le pamphlet peut se présenter sous forme de périodique : La Lanterne de Rochefort, le Crapouillot de Galtier-Boissière, un article de Daudet dans L’Action française, de Brasillach dans Je Suis Partout, de Béraud dans Gringoire. Béraud fut condamné à mort en 1944, pour « intelligence avec l’ennemi » et vécut de longs mois dans l’attente d’être fusillé. Béraud ne fut jamais pronazi. Pourquoi cette haine à son encontre ? Deux raisons : les socialistes l’exécraient. Ils le considéraient comme responsable du suicide de Roger Salengro, qui fut ministre de Léon Blum. Henri Béraud avait mené une campagne terrible contre lui, dans l’hebdomadaire Gringoire, dont il était l’éditorialiste, l’accusant d’avoir déserté durant la Première Guerre mondiale. Il avait aussi écrit un livre, avant la guerre, violemment orienté contre la Grande-Bretagne, Faut-il réduire l’Angleterre en esclavage ? Le Roi d’Angleterre demanda à DeGaulle la grâce de Henri Béraud et l’obtint. « On retrouve la polémique, vive et drue, furieuse, fielleuse, injurieuse, effrénée, cruelle avec de ces éclats de joie qui sont la philosophie des polémistes, en latin et en français, tout au long de l’Histoire de France », nous dit Pierre Dominique. Les années précédant la Révolution amènent une explosion de libelles, spirituels, orduriers, agressifs, violents. Ils n’ont pas peu contribué à la chute de la monarchie.

 

R. : Quelles sont les motivations du polémiste ?

 

R. S. : « Le polémiste, le plus souvent, n’est pas mené par le souci de nuire, mais par le besoin du combat, de l’action. Le lion, le chat griffent les écorces, le cheval, dans le pré, rue vers le ciel. Ecrire, c’est toujours se libérer. D’une fureur, d’un désespoir, d’une haine, parfois d’un amour, qui pourraient vous étouffer. Le polémiste repère une gouape, un marlou, un usurier, un arriviste, un vendu, et il siffle, il hue. Mais parfois, c’est une équipe d’hommes de main ou d’hommes d’Etat[…] qui, eux aussi, ont droit au sifflet et à la huée. Ou bien une nation, une religion, toute une époque, car le polémiste a droit de regarder de loin et de haut ». Et Pierre Dominique de conclure : « Ce coup de sifflet, c’est un article, et cette huée, c’est un pamphlet. Puis, le polémiste, satisfait, rentre chez lui, où, peut-être, les gendarmes vont venir le chercher, parce que celui qu’il a sifflé, hué, est puissant, ou que la nation, la religion, l’époque par lui méprisées, bafouées, sont sacro-saintes. Mais peu importe : les gendarmes qui, sans doute, ont les menottes en poche, rencontrent un homme délivré ». Pierre Dominique écrivait ces lignes il y a cinquante ans. Depuis la loi Gayssot, depuis la mainmise de la police de la pensée sur la France et l’Europe, tant de femmes et d’hommes libres ont croupi ou croupissent en prison… Honneur à eux.

 

Propos recueillis par Jérôme BOURBON.

   

Pour commander le livre : règlement à la commande par chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à : Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris 18, 00 € l’exemplaire (+ 3 € de port).


Bulletin de commande : cliquez ici

11:11 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 08 juillet 2012

Polémique inattendue : Le "Dictionnaire des polémiste" de Robert Spieler provoque l'ire de la direction du journal Présent...

2277121978.jpgRobert Spieler avait été invité, sans l’avoir nullement sollicité, à donner une interview au quotidien Présent (*) suite à la parution de son livre Le Dictionnaire des polémistes (cliquez ici). La journaliste de Présent qui avait réalisée l’interview avait fort aimablement qualifié Robert Spieler de « remarquable polémiste chez notre confrère Rivarol ».

 

Or, la parution de cette interview a suscité une fureur folle du fondateur de Présent, Jean Madiran, et de Jeanne Smits, la directrice du journal. Madiran évoque « un accident lamentable », évoquant la « bassesse des insultes à Maurras et aux maurassiens » et se plaint de se « faire insulter à domicile, chez moi, à Présent  par un provocateur invité (le supposé provocateur étant Robert Spieler). Jeanne Smits, écrit qu’elle n’aurait jamais laissé paraître cette interview si elle l’avait lue. Bref, Le Dictionnaire des polémiste engendre déjà des polémiques inattendues... 

 

Notons que le journal l'Action française, dans sa livraison de cette semaine, se montre beaucoup moins rancunier que Présent puisqu'il consacre un article fort élogieux au livre de Robert Spieler.

 

Robert Spieler nous communique sa réponse à ces "accusations" :

 

J’ai notamment évoqué dans cette interview un polémiste de très grand talent, Lucien Rebatet, qui fut, comme Jean Madiran, et comme je m’honore de l’être aujourd’hui, un chroniqueur de Rivarol. Il avait eu, il est vrai, la dent un peu cruelle à l’encontre de Charles Maurras et de l’« Inaction Française ». Je raconte ce que Rebatet évoque dans ses Décombres. Pendant que Paris était à feu et à sang, au lendemain des émeutes du 6 février 1934, Maurras écoutait « trop galamment le caquetage d’une pécore du monde. » Interrompu par un partisan qui lui demandait d’agir, il « se cambra, très froid et très sec, et frappant du pied » déclara : « Je n’aime pas que l’on perde son sang-froid ». Puis, raconte Rebatet, « incontinent, il se retourna vers la perruche, pour lui faire à n’en plus finir l’honneur immérité de son esprit. »

 

Dans mon interview, j’évoque aussi la diatribe de Rebatet à l’encontre de Maurras : « Sa confiance allait infailliblement aux personnages les plus nuisibles, les plus falots, une bande de ratés, de plats flatteurs, voire de vrais gredins à scapulaires. » Damned, Jean Madiran, qui connut quelque peu Maurras, s’est senti visé, on se demande pourquoi, par ces propos de Rebatet. Du coup, il fulmine. Il expectore, il argumente, il couine, m’accusant de venir « l’insulter dans son journal » et écrivant : « Non, l’entourage de Maurras n’était pas composé d’imbéciles et de gredins ; non, sa confiance n’allait pas infailliblement aux plats flatteurs. » Je n’avais certes jamais affirmé que Madiran était un imbécile, un gredin ou un plat flatteur. Pourquoi s’est-il senti visé par des propos tenus, il y a 70 ans, par Lucien Rebatet, à qui il voue apparemment une haine antédiluvienne, parlant de la « bassesse de ses insultes »  et le qualifiant de « triste inventeur ». ? Mystère.

 

Madiran, me dit-on, est un homme profondément méchant. Il parait cependant qu’il se bonifie avec l’âge. Dans quelle direction, je l’ignore à vrai dire. Pour ma part, je trouve cela plutôt amusant quand cette méchanceté s’exerce au détriment de ses ennemis et en même temps rigolo que nonobstant ses supposées convictions, il ne sache pas pratiquer le pardon de supposées offenses, fût-ce 70 ans plus tard. Jeanne Smits, la directrice de Présent, explique quant à elle héroïquement que si elle avait lu l’interview, elle ne l’aurait pas publiée pour « les raisons évoquées par notre directeur émérite » et… pour  « quelques autres encore. » Lesquelles ? Mystère et boule de gomme. Ils sont vraiment trop mignons… Je les adore…

 

(*) Entretien avec Catherine Robinson publié dans le numéro de Présent daté du samedi 30 juin dernier.

13:42 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 juin 2012

Un nouveau Bouquin de Synthèse nationale : Le Dictionnaire des polémistes, d'Antoine de Rivarol à François Brigneau, par Robert Spieler...

Dictionnaire des pole´mistes.jpg

 

Tout au long de l’année 2011, Robert Spieler a proposé aux lecteurs de Rivarol, l’hebdomadaire de l’opposition nationale et européenne, une série d’articles consacrés aux polémistes qui marquèrent l’histoire de la presse depuis la Révolution française, jusqu’au milieu du XXe siècle. Il reprend ainsi le travail effectué par Pierre Dominique dans son ouvrage publié au début des années 60 (et aujourd’hui épuisé) Les Polémistes français depuis 1789.

Ce Dictionnaire des polémistes rassemble tous ces articles. Vous retrouverez ici les grands noms qui, en leur temps, marquèrent les esprits. Ils n’hésitaient pas à dénoncer les puissants du moment. Beaucoup parmi eux payèrent très cher leur engagement.  Aujourd’hui, la liberté d’expression se heurte encore aux ukases du politiquement correct et, comme hier, des lois liberticides, beaucoup plus insidieuses sans doute, empêchent les vrais polémistes de s’exprimer…

Robert Spieler, ancien député, fondateur d’Alsace d’abord, Délégué général de la Nouvelle Droite Populaire, est aussi l’un des journalistes de l’hebdomadaire Rivarol. Chaque semaine il décortique avec délectation et cynisme l’actualité dans sa fameuse Chronique de la France asservie et résistante.

■ Commandez le Dictionnaire des Polémistes :

Règlement à la commande par chèque à l’ordre de Synthèse nationale à retourner à :

Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris

18, 00 € l’exemplaire (+ 3 € de port)

Bulletin de commande : cliquez ici

16:27 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 26 juin 2012

Henri Vincenot, thème de la dernière livraison du Livr'Arbitres

tumblr_m66nrfm8XJ1rnng97o1_500.jpg

En savoir plus cliquez ici

12:20 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 15 juin 2012

Le livre de Lionel Baland consacré Jörg Haider est sorti !

3305121256.jpg

192 pages de texte + 16 pages de photos en couleurs. Editions des Cimes à Paris. 19,00 €

Cet ouvrage est consacré à Jörg Haider et à l'histoire de la famille politique libérale et nationale en Autriche de 1848 à nos jours. Il a été réalisé à partir de sources en allemand et de rencontres avec des personnes qui ont connu Jörg Haider.

Lionel Baland est l'un des spécialistes les plus renommés des Droites nationales et nationalistes en Europe. Depuis des années, il a tissé un réseau d'informateurs à travers tout le continent. Quotidiennement, sur son site (cliquez ici), il nous donne des nouvelles des activités militantes dans les différents pays européens. Il collabore aussi régulièrement, depuis le début, à la revue Synthèse nationale. Chaque année, il participe activement à nos journées nationales et identitaires.

Ce livre éclairera les lecteurs sur les mystères qui entourent la disparition tragique de l'un des plus populaires responsables politiques autrichiens.

Ce livre est disponible dans les bonnes librairies ou à la Librairie française cliquez ici 

03:59 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 07 juin 2012

La réédition de l'Histoire des Fascismes de François Duprat commentée par Le Journal du Chaos...

Histoire-Fascismes-e.jpgHistoire des Fascismes, par François Duprat, Deterna editions, 310 p., 29 €, préfacé par Alain Renault.

 

Voici une excellente initiative que d’avoir réédité en un volume cette Histoire des Fascismes. En fait, une sélection d’articles rédigés par François Duprat (1940-1978) et issus de la Revue d’histoire du Fascisme ((1972-1977)). Ces textes n’ont pas pris une ride tant les intentions premières de François Duprat sont toujours d’actualité. François Duprat était ce que l’on appelle un intellectuel organique pour qui les idées ne valent que si elles justifient l’action. C’est la raison pour laquelle il a recherché dans les fascismes européens, moins leurs idées que ce qui leur a permis d’approcher le pouvoir à défaut de le prendre comme ce fut le cas en Italie. Car, première leçon de l’ouvrage, il n’y a pas eu "Un" mais bien des fascismes qui sont autant de reflets des caractères d’un peuple et d’une nation à un moment donné. Tant il est vrai aussi que le fascisme ne répond pas d'une doctrine figée mais s'adapte aux circonstances. Le fascisme, c'est aussi et d'abord un pragmatisme et ... une esthétique.

 

Autre idée forte et fondamentale bien mise en valeur par François Duprat : le fascisme ne peut voir le jour qu’avec l’assentiment du peuple et non contre lui. Ce qui rend le fascisme tout à fait original et très différent des totalitarismes – communistes entre autres -  comme devait si bien le démontrer Claude Polin dans son opuscule sur le totalitarisme (QSJ ? PUF. 1995, 3e éd.). Ajoutons à cet ouvrage, passionnant à plus d’un titre et d’une rigueur historique sans faille, une préface très éclairante d’Alain Renault situant la portée de l’œuvre et des idées de François Duprat, un garçon beaucoup « trop tôt enlevé à notre affection » comme disait le grand historien Jean-François Chiappe.

 

En complément de cet ouvrage, on lira également, Les Fascismes américains (1920-1944), de François Duprat et Alain Renault, 324 p., 31 €, chez le même éditeur. Un aspect trop méconnu de la réalité américaine.

 

Vous pouvez vous procurer ces deux ouvrages chez Francephi cliquez ici

21:47 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 01 juin 2012

Participation de Synthèse nationale à la campagne des candidats de l'UDN aux législatives : EDITION DU GUIDE DE SURVIE EN SOCIETE ISLAMIQUE...

contre l'islamisation 1.jpg

Afin de contribuer à la campagne des candidats de l'UDN pour rendre la France aux Français, Synthèse nationale vient d'éditer à 15 000 exemplaires, sous la forme d'une brochure attrayante et illustrée de 56 pages, Le guide de survie en société islamique, rédigé par Filip Dewinter et préfacé par Robert Spieler (publié dans notre n°26 de la revue - janv. fév. 2012). Déjà distribuée dans certaines circonscriptions (Eure-et-Loir, Aisne, Nord...) cette brochure recueille un grand succès.

Vous pouvez vous la procurer : 30 € les 25 exemplaires franco de port, chèque à l'ordre de Synthèse nationale, à retourner à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris (correspondance uniquement). 

1 exemplaire : envoyez 3 timbres au tarif du moment, à l'adresse ci-dessus.

En savoir plus : LVCI cliquez ici

09:06 Publié dans Législatives 2012, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 26 mai 2012

L'épuration : 1944-1949... Un livre à lire de Pierre-Denis Boudriot.

51IY-9mUFbL__SL500_AA300_.jpgA la Libération, avant que les cours de justice et chambres civiques soient créées, et à la faveur de mouvements de foule, résistants et populations s'en prennent aux collaborateurs ou considérés comme tels. La collaboration féminine est sanctionnée par la tonte des cheveux et l'exhibition dans les rues, les coupables étant accusées de collaboration horizontale. L'épuration "extrajudiciaire" entraînera quant à elle la mort d'environ 9000 personnes. Par la suite, un cadre juridique prend le relais de ces exécutions sommaires. Il s'exercera par l'entremise de tribunaux d'exception, et traitera plus de 300000 dossiers, dont 97000 entraîneront des condamnations, les peines s'échelonnant de 5 ans de "dégradation nationale" à des peines de détention, jusqu'à la peine capitale. Au total, environ 2000 français supplémentaires seront exécutés. Le gouvernement de la République votera ensuite trois amnisties, en 1947, 1951 et 1953. Longtemps l'épuration a été un tabou dans la mémoire collective. Cet ouvrage inédit, fruit d'un long travail de recherche, se fonde sur une bibliographie approfondie, mais aussi sur une trentaine de témoignages directs, du camp de Drancy à la prison de Fresnes, de la caserne de Saint-Denis et du fort de Romainville, au sujet desquels les informations demeuraient encore rares.
 
Biographie de l'auteur
 
Après un doctorat en histoire moderne et contemporaine, préparé sous la direction du professeur Chaunu, puis plusieurs publications dans diverses revues spécialisées, Pierre-Denis Boudriot est entré dans la fonction publique.
 
L'épuration : 1944, 1949, Pierre-Denis Boudriot, Editions Jacques Grancher, 346 pages, 22,30 € 

20:13 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 09 mai 2012

Véronique Bouzou : Je suis une prof réac et fière de l’être...

COVERPROFREACTOLEK%20OK.jpgSource Les Echos cliquez ici

 

La victoire de François Hollande à l’élection présidentielle coïncide avec la sortie officielle de mon nouveau livre, Je suis une prof réac et fière de l’être ! dans toutes les librairies de France. Simple hasard du calendrier ou volonté délibérée de retarder la sortie de ce pamphlet, initialement prévue début avril, afin qu’il ne puisse peser dans la campagne présidentielle ?

 

Je suis en droit de me poser la question car, pour ne rien vous cacher, je voulais que mon livre serve de plate-forme de propositions, notamment en matière d’éducation, à l’attention des différents candidats. J’y aborde sans complaisance les sujets tabous à l’école (autorité, violence, immigration, argent…) et appelle à libérer cette dernière de la mainmise de nombreux syndicats, associations antiracistes et lobbies communautaires qui, pendant la campagne électorale, ne se sont pas privés de soutenir publiquement le candidat PS.

 

Celui qui vient d’être élu Président de la République ne cesse de réclamer plus de justice et défend une politique qui se veut respectueuse de tous les Français, y compris ceux qui n’ont pas voté pour lui. Nous ne demandons qu’à le croire. Mais ce beau discours résistera-t-il à l’épreuve des faits ? Que vont devenir ceux qui se font régulièrement taxer de « réac » ? Va-t-il falloir, comme le suggère avec humour un article (cliquez ici) du portail libéral-conservateur Nouvelles de France, lancer dès maintenant une souscription à destination de ces futurs exilés afin qu’ils puissent « se présenter à l’accueil pour rencontrer leurs passeurs et récupérer leurs tickets de viande » ?

 

Plus sérieusement, la parole va-t-elle rester libre pour les propos jugés politiquement incorrects ? Ou bien est-ce que les procès pour « délit de pensée » vont se multiplier comme on peut le craindre ? En ce qui me concerne, les médias vont-ils annoncer la sortie de mon livre et m’inviter à débattre sur les plateaux TV comme ils l’avaient fait pour mon précédent ouvrage, Ces profs qu’on assassine ? Les libraires vont-ils le classer parmi les nouvelles parutions, comme cela se pratique habituellement, ou bien le reléguer au fond des rayons, comme j’ai déjà pu le remarquer de visu dans certaines librairies ?

 

Va-t-on enfin m’opposer, sous prétexte que je suis enseignante, le « devoir de réserve » pour me faire taire ? Il est vrai que les professeurs qui ne votent pas à gauche sont encore largement minoritaires, comme en témoigne ce commentaire d’un confrère récemment posté sur mon blog (cliquez là) : « Bonne chance pour votre livre que je ne manquerai pas d’acheter et de conseiller, j’aimerais beaucoup vous avoir pour collègue, je me sentirais moins seul, sur l’ensemble des professeurs de mon lycée, nous sommes trois à ne pas être de gauche... »

 

C’est pour tous ces enseignants quotidiennement ostracisés pour leurs convictions politiques que je continuerai à me battre. Mais aussi pour libérer l’école et surtout les élèves des tentatives de manipulations éhontées, qui s’échelonnent de la remise en cause de l’autorité du professeur jusqu’au détournement des programmes scolaires. Ce que j’ai compris en écrivant ce livre, c’est que l’école est un miroir de notre société et qu’il est illusoire de changer l’école comme la société sans une volonté politique forte. Proclamer « le changement, c’est maintenant ! » ne suffit pas. Encore faut-il être capable de faire le deuil des vielles lunes qui finissent en « isme » comme l’antiracisme, le communautarisme et l’égalitarisme au nom desquelles certains proclament par exemple que « nous sommes tous des sans-papiers » ou bien « nous sommes tous des citoyens du monde ». Alors à mon tour, je vais pour une fois faire une entorse à ma ligne de conduite et proclamer haut et fort : « Nous sommes tous réacs et fiers de l’être ! ». Un slogan qui pourrait inspirer celles et ceux qui vont faire campagne pour les législatives et ne se résignent pas à voir la gauche cinq ans au pouvoir…

 

Je suis une prof réac et fière de l’être…, Véronique Bouzou, Du Toucan Editions, La Boite à Pandore, 300 pages, 17,00 cliquez ici

07:07 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 28 avril 2012

Sortie du nouveau livre de Patrick Gofman, sans doute fin connaisseur en la matière : Dictionnaire des Emmerdeuses...

9782733912010.gifPatrick Gofman publie son Dictionnaire des Emmerdeuses (Grancher éd., avril 2012). Cela mériterait un an de prison et 45 000 € d’amende…

Après vos livres “Bats ta femme”, et autres “Vengeances de femmes”, n’était-il pas temps de vous calmer un peu ?
Certes ! J’avais bien l’intention de changer de sujet… D’ailleurs il me reste sur les bras d’excellents romans noirs, inédits, “Dernier amour” ou “Une poupée gonflée”. Mais M. Grancher, prestigieux éditeur de Marine, a des arguments irrésistibles.

Je vois… Mais la loi antisexiste a ses arguments aussi ?
Rassurez-vous : le “Dictionnaire des Emmerdeuses” ne discrimine nullement les femmes, ces anges de bonté, mais chahute doucement quelques exceptions d’entre elles, un peu moins vivables et sympathiques.

Mais enfin, pour quoi faire ?
Pour se marrer, en hâte, avant d’être obligé de pleurer.

On se demande si vous n’êtes pas un peu snob, à prendre systématiquement le contre-pied des magnifiques avancées du droit des femmes, promu par tous les médias et toutes les autorités du monde industrialisé…
En ce cas, je suis en bonne compagnie. Celle d’Eric Zemmour, mais aussi d’Elisabeth Badinter ou encore d’Evelyne Sullerot, féministe repentie devenue marraine de SOS Papa. Sous couleur de droit des femmes, le Système s’attache à humilier les hommes, pour mieux les dominer, les exploiter. Je ne l’accepte pas.

Macho ?
Mais oui. Pourquoi pas ? Fierté, dignité, protection des femmes et des enfants. Le programme machiste est inégalable. La vaste majorité des femmes le pense comme moi.

“Dictionnaire des Emmerdeuses”, 320 pages, 16 €. ISBN : 978-2-7339-1201-0. Distribution : Hachette.

10:23 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 26 avril 2012

Jean-Claude Rolinat était hier soir sur Radio Courtoisie pour parler de son dernier livre : SALAZAR LE REGRETTE...

Salazar flyer.jpg

A propos de ce livre, voici ce qu'en dit Le Journal du Chaos, la remarquable revue de presse hebdomadaire de Patrick Parment : cliquez ici

La littérature sur Antonio de Oliveira Salazar n’est pas abondante. Et le politiquement correct qui sert de baromètre à notre amnésique époque le classe dans la catégorie des dictateurs fascisants. Le grand mérite de Jean-Claude Rolinat est de nous démontrer le contraire dans cet ouvrage qui inaugure les éditions de la revue Synthèse nationale. Figure singulière dans le paysage européen de l’entre deux guerres puis de l’après guerre, puisqu’il gouverna le Portugal de 1933 à 1968, Salazar fit entrer son pays dans la modernité en plaçant l’homme au centre de ses préoccupations selon un modèle que nous pourrions définir comme une économie organique dont le corporatisme est la pierre angulaire. Jean-Claude Rolinat explore ainsi tous les aspects du « salazarisme » et nous rappelle qu’aujourd’hui encore il demeure une icône forte de l’inconscient collectif portugais.

Nous vous rappelons que si vous souhaitez recevoir Le Journal du Chaos (gratuitement), il vous suffit d'en faire la demande à : lesanars@orange.fr

Salazar le regretté... Editions Les Bouquins de Synthèse nationale, 164 pages, 18,00 € + 3,00 € de port.Chèque à l'ordre de Synthèse nationale, à retourner à Synthèse nationale 116, rue de Charenton 75012 Paris.

Pour commander ce livre : cliquez ici

ou à la Librairie française cliquez là 

ou chez Francephi cliquez là

Et aussi dans les bonnes librairies...

12:32 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 24 avril 2012

Réédition des Cahiers d'histoire du fascisme de François Duprat : UN ENTRETIEN AVEC ALAIN RENAULT...

Histoire-Fascismes-e.jpgBeaucoup d’études ont été publiées sur le Fascisme, quel est l’intérêt de celles de François Duprat ?

 

Le terme de « fascisme » recouvre des réalités différentes. Duprat étudie des « fascismes » méconnus dans la perspective des combats d’aujourd’hui car il considère que « des leçons bien précises peuvent être tirés de l’histoire du mouvement nationaliste-révolutionnaire dans le monde ». Ses monographies portent donc moins sur l’idéologie, marquée par le temps et l’espace, de ces différentes formations que sur leur action, leurs rapports face à la « droite » et la « gauche », leur capacité à recruter et à mobiliser, les raisons de leurs échecs ou de leurs succès.

 

Mais le Fascisme ne se confond pas avec le nationalisme-révolutionnaire, étiquette revendiquée par Duprat ?

 

Non, et d’ailleurs seul un imbécile n’ayant d’ailleurs rien compris à l’essence du Fascisme, mènerait aujourd’hui et en France une action politique en s’en réclamant… Comme l’a écrit Duprat « le nationalisme doit être considéré aujourd’hui puisque nous sommes des relativistes et que nous croyons à l’obligation pour les formulations idéologiques de s’adapter aux situations changeantes ». Mais, quelle que soit l’étiquette retenue, il n’en demeure pas moins que certains principes perdurent même si certains font du « fascisme » sans le savoir, voire en s’en défendant.

 

Les analyses de Duprat restent-elles actuelles, 34 ans après sa mort ?

 

En tous cas, sa méthode, son logiciel de pensée, sont d’une actualité permanente. J’ai d’ailleurs sélectionné ces monographies, et les enseignements pratiques que l’on peut en tirer, pour l’action de notre temps. Ma préface les inscrit dans le combat actuel et dans l’analyse politique plus générale de Duprat. Celui-ci semble avoir été très en avance dans sa prédiction des crises économique et identitaire qui commence seulement à apparaître.

Quelles leçons générales à tirer de l’ouvrage ?

 

Chacun peut en tirer des leçons individuelles par ses propres réflexions sachant que « la réflexion est ACTION si elle sait déboucher sur l’amélioration qualitative de l’action pure » en étudiant les erreurs qui mènent à l’échec et, plus positivement, les méthodes qui peuvent mener aux succès sachant que les conditions de ceux-ci ne les garantissent aucunement. « Si nous ne savons profiter des événements historiques en cours ce sera la preuve non pas que l’Histoire ne devait pas aller dans notre sens, mais que nous avons été, au moment voulu, incapables de profiter de notre chance. »

 

Histoire des Fascismes, de François Duprat, Préface, sélection, présentation et annexes par Alain Renault, éditions Déterna, Collection « Documents pour l’Histoire », dirigée par Philippe Randa, 310 pages, 29 euros.

 

Des mêmes auteurs, chez le même éditeur :

 

Les Fascismes américains – 1920-1944, de François Duprat et Alain Renault (328 pages, 31 euros) : Cette étude porte sur l’action de ces mouvements entre le début du XXe siècle et l’entrée des États-Unis dans la Deuxième Guerre mondiale : les précurseurs, la campagne antisémite de Ford, les « démagogues », produits de la crise de 1929, les mouvements purement fascistes de Shirts, le « Bund Germano-américain » et diverses organisations du même type, la lutte contre la guerre et la répression des « menées fascistes ».

 

Ordre Nouveau, préface d’Alain Renault (465 pages, 35 euros) : Son histoire, ses idées, son programme ont fait l’objet des deux ouvrages publiés successivement par le Mouvement, en juin 1972 et en juin 1973 dont l’intérêt suscite cette réédition.

 

Pour commander ces ouvrages cliquez ici

19:33 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 avril 2012

Sortie du nouveau livre de Bernard Lugan : Histoire des Berbères, des origines à nos jours. Un combat identitaire pluri-millénaire.

 COUVERTURE.jpg

Les Berbères ou Imazighen (Amazigh au singulier) constituent le fond ancien de la population de l’Afrique du Nord. Ils formaient à l’origine un seul Peuple peu à peu fragmenté par une histoire à la fois riche, complexe et mouvementée. Des dynasties berbères régnèrent  sur le Maghreb jusqu’au XVI° siècle.

Les partisans de l’arabo-islamisme affirment que les Berbères sont sortis de l’histoire, leur conversion à l’Islam les ayant inscrits de façon irréversible dans l’aire politico-culturelle de l’arabité. Dans les années 1950, la revue Al Maghrib alla ainsi jusqu’à écrire qu’ils ne peuvent accéder au Paradis que s’ils se rattachent à des lignées arabes. Quant au ministre algérien de l’Education nationale, il déclara en 1962 qu’ils « sont une invention des Pères Blancs ».

 Aujourd’hui, les dirigeants arabo-islamiques nord africains doivent faire face au réveil berbère si fortement exprimé en 2004 par Mohammed Chafik au travers de sa célèbre question réponse: « Au fait, pourquoi le Maghreb arabe n’arrive-t-il pas à se former ? C’est précisément parce qu’il n’est pas Arabe ». Cette phrase était incluse dans un article dont le titre explosif était : « Et si l’on décolonisait l’Afrique du Nord pour de bon ! », intitulé signifiant qu’après avoir chassé les Français, il convenait désormais pour les Berbères d’en faire de même avec les Arabes…

Qui sont donc les Berbères ? Quelle est leur origine ? Comment furent-ils islamisés ? Quelle est leur longue histoire ? Comment se fait aujourd’hui la renaissance de la berbérité? Peut-elle être une alternative au fondamentalisme islamique ?

C’est à ces questions qu’est consacré ce livre qui n’a pas d’équivalent. Son approche est ethno historique et couvre une période de 10 000 ans. Il est illustré par de nombreuses cartes en couleur et par des photographies.

Ce livre est édité par L'Afrique réelle : 29,00 € cliquez ici

20:04 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 07 avril 2012

Le livre d'Anne Kling, "FN... tout ça pour ça !", remporte un franc succès : lisez-le !

aaas.jpgAnne Kling fait incontestablement partie de ces rares auteurs d'aujourd'hui, courageux et radicaux qui, par esprit révolutionnaire, n'hésitent pas à attaquer de front le Système en s'emparant à bras-le-corps des sujets les plus politiquement "sensibles" pour mieux les disséquer, les analyser et mettre à jour leurs origines et leur fonctionnement. Les titres de ses précédents ouvrages sont déjà, par eux-mêmes, suffisamment éloquents : La France LICRAtisée, Révolutionnaires juifs, Le CRIF, un lobby au coeur de la République... Autant de livres explosifs et ô combien édifiants, parfaitement documentés, qui permettent d'ouvrir grands les yeux sur la véritable nature de ceux qui détiennent vraiment le pouvoir et sur les ploutocraties qui nous gouvernent.

Cette fois-ci, Anne Kling consacre sa nouvelle étude au Front National, de sa création en 1972-73 par un rassemblement hétéroclite de divers groupes et personnalités nationalistes qui avait décidé de placer Jean-Marie Le Pen à sa tête, jusqu'à la fameuse parodie de campagne pour la succession du chef en 2010 qui a abouti au sacre de l'héritière Marine Le Pen lors du Congrès de Tours de janvier 2011, désignée nouvelle présidente du parti par plus de 60% de ceux des adhérents qui ont pu voter.

Il faut dire qu'imposée par son père comme vice-présidente du FN depuis déjà plusieurs années, Marion Le Pen et son entourage interlope avait rapidement pris soin de vérouiller l'appareil politique du mouvement, de chasser ou de pousser à la démission ses éventuels concurrents, pourtant fidèles compagnons de route de son père depuis des décennies et cadres historiques hautement compétents du parti, pour pouvoir mettre en place sa fameuse stratégie de "dédiabolisation", laquelle allait donner ses premiers résultats électoraux concrets - et catastrophiques ! - en 2007 lors de l'élection présidentielle où Jean-Marie Le Pen, guidé par sa fille nommée directrice stratégique de la campagne, allait franchir à grande peine le seuil des 10 %...

"FN... tout ça pour ça !"
... Combien de centaines de militants frontistes historiques, anonymes, bénévoles, ont du le penser au moins une fois en voyant ce qu'était finalement devenu leur parti... si jamais ils n'en avaient pas été déjà eux-mêmes exclus par la nouvelle direction !

Anne Kling nous livre ici une immersion inédite et passionnante au sein d'un parti qui s'est toujours proclamé "anti-système" mais qui, pour seul résultat concret, à défaut de rendre la France aux Français comme l'ont espéré durant des années ses électeurs ainsi que ses militants qui ont tout sacrifié pour lui, aura en tout cas permis à un clan familial de profiter des nombreux bienfaits et largesses financières et matérielles que la démocratie sait si bien distribuer à ceux se laissent tenter et acceptent alors de jouer le jeu au sein de son théâtre de guignols...

 

Source Jeune nation cliquez ici

 

Commander le livre cliquez ici

 

Commandez-le aussi directement à SN cliquez là

11:09 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 03 avril 2012

L'HIstoire des Fascismes, reprise des études publiées dans La Revue d'Histoire du fascisme dirigée par François Duprat...

Histoire-Fascismes-e.jpgPréfacée par Alain Renault

« Des leçons très précises peuvent être tirées de l’histoire du mouvement nationaliste-révolutionnaire dans le Monde », écrivait François Duprat.

C’est dans cette optique qu’il s’est livré à de nombreuses études de ce mouvement et notamment de la période historique où diverses de ses variantes ont été qualifiées de fascismes.

Les textes retenus, extraits de diverses revues et notamment de la Revue d’Histoire du Fascisme, permettent toujours d’éclairer les luttes politiques d’aujourd’hui malgré les changements de contexte et les évolutions sémantiques...

Cette Histoire des Fascismes concerne le Fascisme et le national-socialisme en Autriche – La naissance et développement des mouvements antisémites allemands– Les « trotskistes » du national-socialisme – Le Fascisme aux Pays-Bas – Le destin de Quisling – La naissance, le développement et l’échec d’un fascisme roumain – la naissance et le développement du fascisme hongrois…

François Duprat (1940-1978) : militant et responsable nationaliste de Jeune Nation, Occident, Ordre Nouveau et du Front National. Collaborateur de Rivarol et Défense de l’Occident. Historien, auteur de nombreux ouvrages. Créateur et principal animateur des Cahiers Européens et de la Revue d’Histoire du Fascisme (RHF) dont Alain Renault a été un collaborateur.

 

Editions Déterna, 310 pages, 25,00 €. Commandez cliquer là

 

17:41 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 02 avril 2012

FN... tout ça pour ça ! le dernier livre d'Anne Kling commenté dans le Journal du Chaos

SN 26 pub 3.jpg

Il y a une abondante littérature sur le Front national. La plupart des ouvrages, il faut bien le dire, sont farfelus ou à charge. Il manquait un oeil clinique, bien informé, lucide et non moins critique sur l’aventure du Front et de son leader Jean-Marie Le Pen. Et bien c’est fait avec l’ouvrage plus que pertinent d’Anne Kling. Elle démonte toute la machine mise en place par un Le Pen nettement plus près de son portefeuille que de la prise du pouvoir. Elle montre bien que si le Front national a suscité bien des espoirs, il a fait aussi beaucoup de cocus. Le passage du flambeau à sa fille Marine ne change rien au destin de ce mouvement qui demeure d’abord une bonne affaire financière pour la famille et ses affidés. Les idées ? Quelles idées ? Ajoutons que cet ouvrage, bien écrit et sans forfanterie, se lit comme un polar.

 

FN... tout ça pour ça !, d’Anne Kling, Ed. Mithra, 253 p., 18 €

 

Lisez chaque semaine Le Journal du Chaos cliquez ici

Pour le recevoir gratuitement : lesanars@orange.fr 

Pour commander ce livre cliquez là

10:58 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 28 mars 2012

Un nouveau livre d'Hervé Ryssen...

Ryssen-comrendre-le-judaisme.jpgTout le monde entend parler des juifs, mais bien peu de gens les connaissent vraiment. Qui sont-ils ? En quoi se distinguent-ils du reste de la population ?

 

Ces questions sont d’autant plus importantes que le peuple juif joue un rôle central dans l’évolution de l’humanité. On cite souvent Marx, Freud et Einstein, qui ont personnifié un temps le génie du judaïsme.

 

Aujourd’hui, l’apport des juifs à la culture mondiale est d’une richesse extraordinaire. Leur amour de la paix, de l’égalité et de la tolérance, leur combat inlassable pour les droits de l’homme, font d’eux les meilleurs défenseurs de l’idéal démocratique. Alors comment expliquer l’antisémitisme ?

 

Ce petit livre est une synthèse des six livres d’Hervé Ryssen parus sur le sujet et publiés entre 2005 et 2010. Ils sont indispensables pour comprendre le monde contemporain.

 

Format poche (10,5 x 15 cm). 144 pages, 8 € + 2 € de port. Chèque à l'ordre de LALIN, 14 rue Brossolette, 92300 Levallois (ce n'est qu'une boîte aux lettres).

 

Source cliquez ici

09:20 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 25 mars 2012

"Les brigades internationales de Franco", un livre de Sylvain Roussillon...

1284-1207-large.jpgSujet sensible, douloureux, profondément ancré dans l'histoire collective de la péninsule ibérique, la guerre d'Espagne a été relatée de multiples manières au gré des décennies. Les historiens ont beaucoup insisté sur l'aide des Brigades internationales aux Républicains, mais jamais inventorié dans leur ensemble les forces internationales dont bénéficia le général Fransisco Franco. Et si l'on sait l'importance de la légion Condor et des combattants italiens, l'on ignore encore l'engagement non moins décisifs de volontaires irlandais, français, anglo-saxons, russes, portugais, nord-africains, marocains, asiatiques, juifs et même musulmans.

Sylvain Roussilon comble ici cette lacune, loin des clichés réducteurs et des visions partisanes, au terme d'une enquête auprès des témoins et de fonds d'archives encore inconnus du grand public.

Préface de Pascal Le Pautremat, 362 pages, Editions Via Romana, 2012, 24,00 €

En vente à la Librairie française : cliquez ici

12:00 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 17 mars 2012

Vient de paraître : « L’assassinat de l’Algérie française, terreau de la conquête islamiste actuelle » par le Dr Jean-Claude Pérez

«L’arabo-islamisme prétend imposer la charia à toute l’humanité. En mettant en œuvre des techniques de guerre révolutionnaire utilisées en Algérie de 1954 à 1962 et au-delà».

 

Assassinat-AF-quadri.jpgEntretien avec le Dr Jean-Claude Perez

Propos recueillis par Fabrice Dutilleul

 

Quel rapport entre votre combat passé pour l’« Algérie Française » et la situation actuelle, un demi-siècle plus tard ?

 

Tout d’abord que je ne confonds pas la religion musulmane avec l’arabo-islamisme. Ceci précisé, reconnaissons que le monde actuel est en train de vivre le développement d’une révolution universelle : la révolution arabo-islamiste. Cet arabo-islamisme prétend imposer la charia à toute l’humanité en mettant en œuvre des techniques de guerre révolutionnaire utilisées en Algérie de 1954 à 1962 et au-delà : assassinats, actes terroristes, enlèvements d’hommes et de femmes. Actes terroristes qui, au lieu de provoquer un raidissement défensif et offensif des occidentaux, génèrent une attitude de capitulation devant ces nouveaux conquérants. COMME CE FUT LE CAS EN ALGÉRIE. Il est à redouter ou à espérer qu’une nouvelle OAS, internationale cette fois(*), ne se structure un jour dans le but de libérer le monde d’une soumission programmée de l’univers aux exigences des « Épitres jihadiens. »

 

(*) L’Organisation Armée Secrète s’opposa par les armes à l’abandon l’Algérie française. Le Dr Pérez en fut un des responables.

 

Restez-vous toujours aussi anti-gaulliste ?

 

Plus que jamais. Car l’évènement souche des drames actuels et futurs, l’incertitude que connaît la nation française, l’appauvrissement indiscutable de celle-ci, le comportement invasif d’émigrés animés d’une volonté de conquête, est illustré par la capitulation de De Gaulle à Evian, le 18 et le 19 mars 1962. Capitulation devant le pire ennemi qui ait jamais attaqué la France depuis le début de son histoire.

 

Vous imputez, avec insistance, l’abandon de l’Algérie française à une volonté du capitalisme financier international. Éprouvez-vous aujourd’hui encore, une conviction identique ?

 

À nouveau, je réponds « Plus que jamais ! ». De Gaulle fut un instrument de luxe utilisé par le capitalisme financier pour tirer une balle dans la tête de l’Algérie française ou plutôt une balle dans la tête de la France sud-méditerranéenne, dans le but d’augmenter la valeur ajoutée produite par les investissements du capital financier. Dans la meilleure hypothèse pour lui, on doit affirmer qu’il était animé d’une vue à court terme. Car il ignorait, en particulier, que ces capitalistes étaient loin d’être des génies. Ils capitulent eux aussi, désormais,  en se soumettant à l’argent liquide des grandes banques arabes.

 

Comment mobiliser l’Occident contre ce processus invasif et mortel ?

 

Notre envahisseur actuel ne parle que de Dieu et de sa méthode pour nous soumettre. Notre volonté ou plutôt notre aspiration à respecter le message divin, tel que je l’interprète en tant que chrétien, ne m’oblige pas à capituler. Je ne suis résigné que devant l’inéluctable de la mort et de la séparation avec des êtres qui me sont chers.

 

Mais j’affirme que la défaite de l’Occident n’est pas inéluctable. Loin de là. Il suffit que le monde chrétien affirme sa volonté de vivre en tant que tel. Il suffit que le monde chrétien refuse l’anéantissement que l’on veut lui faire subir.

 

Pour cette lutte, il n’est pas inutile, bien au contraire, de connaître les motivations et aspirations des combattants de l’OAS. L’OAS qui, grâce à quelques centaines de combattants, a essayé de contrecarrer les agissements de De Gaulle, agent occasionnel et déterminant de l’arabo-islamisme fondamentaliste. En dernière analyse, l’évènement souche du drame que connaît le monde aujourd’hui, c’est la défaite de la France gaulliste en Algérie.

 

Votre dernier livre, « L’assassinat de l’Algérie française, terreau de la conquête islamiste actuelle », entend nous faire comprendre ce que vous appelez « la conjuration permanente contre l’Occident chrétien » ?

 

Jusqu’à ma dernière heure, je manifesterai ma foi dans ce que nous avons tenté de défendre en Algérie, cette terre qui méritait un autre destin que celui auquel on l’a condamnée. Je manifesterai ma foi dans l’avenir de cet Occident, illustrée géopolitiquement par la péninsule européenne, de l’Atlantique aux États russes frontaliers de l’Afghanistan. 2014 s’illustrera comme une année d’importance majeure pour le destin de l’Occident, de l’Europe, et par voie de conséquence, de la France. Année de la désertion prévue de l’Occident en Afghanistan avec toutes les conséquences qu’aura cet abandon sur la dynamique révolutionnaire arabo-islamiste orientale et universelle.

 

L’assassinat de l’Algérie française, terreau de la conquête islamiste actuelle, Dr Jean-Claude Pérez, Éditions Dualpha, collection « vérités pour l’Histoire », 550 pages, 39 euros.

 

Plus d'infos cliquez ici

12:53 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook