Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 janvier 2021

Ce samedi 16 janvier à Caen :

139737215_3538462129595353_5769712224740902738_o.jpg

Plus d'informations cliquez ici

00:07 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 15 janvier 2021

Ce soir en direct le "live" des DéQodeurs à 21h

IMAGE 2021-01-15 17:07:18.jpg

Dernière ligne droite. Probablement le dernier live avant le début des révélations. Le début de la fin de l'état profond est imminent. Nous sommes à quelques jours. Partagez ce live car notre mission à nous tous, c'est de préparer le terrain. L'histoire se souviendra de la semaine prochaine !

Tous les liens pour assister au live sont sur la page d'accueil du site : lesdeqodeurs.fr 

En cas de coupure, utilisez ce lien là : https://dlive.tv/deQodeurs

Tchat du live : https://t.me/lesdeqodeurs

18:13 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

« La pandémie n’existe pas. » Interview exclusive avec Astrid Stückelberger

La scientifique, docteur et auteur à succès Astrid Stückelberger nous démontre qu’il n’y a pas de pandémie, nous prouve que le test PCR est un leurre et que le vaccin est une dangereuse aberration.

external-content.duckduckgo.jpg

Plus d'info ICI

17:40 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Ce vendredi soir, sur Méridien zéro, Franck Buleux nous parle de Pierre Poujade

poujade-1.jpg

Méridien Zéro cliquez ici

CHN 20 PUB.jpg

Acheter le livre cliquez là

17:31 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Réservez dès maintenant les dates du pèlerinage de Chartres !

affiche-pelerinage-2021.jpg

17:25 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Donald J.Trump : La Paix et l'Unité

IMAGE 2021-01-05 17:27:10.jpg

17:15 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

LE JOURNAL DE BORD DE JEAN-MARIE LE PEN DE CETTE SEMAINE

2020 10 LE PEN AVAIT RAISON.jpg

15:42 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Dr Louis Fouché règle son compte au vaccin Pfizer

Le Dr Louis Fouché, avec sa verve habituelle pleine de vérité, dénonce ouvertement les conflits d'intérêts qui gangrènent la politique sanitaire et laisse le présentateur de CNews médusé qui essaie de l'arrêter.

Capture d’écran 2021-01-15 à 01.03.29.png

01:08 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 14 janvier 2021

Éric Zemmour : “Au lieu de répartir les migrants par train et bus en France, il faut les répartir par avion chez eux”...

safe_image.php.jpg

23:42 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'Etat-Moloch choisit le couvre-feu en attendant de reconfiner.

téléchargement.jpeg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Après avoir joué à la courte-paille entre les différentes options possibles ce que serait la décision sanitaire de la semaine (en attendant celles de la semaine prochaine ou de la suivante), Macron, Castex et leurs portes-cotons ont hérité du sort la décision de mettre l'ensemble du territoire sous couvre-feu à partir de 18 heures, condamnant ainsi les Français à de dangereuses et invivables acrobaties horaires entre métros bondés, voies de circulation saturées et magasins surchargés en journée et le weekend tandis que la mesure ne sera évidemment pas respectée dans les cités. Un couvre-feu qui, comme ce fut le cas en novembre, n'est sans doute qu'une étape avant une nouvelle chape de plomb version reconfinement chapitre 3.
 
On l'aura compris, les contrôles renforcés aux frontières que le laxisme gouvernemental rendra impossibles ne sont là qu'en habillage et effets d'annonces, tout comme le très léger, très progressif et très hypothétique assouplissement des restrictions dans les facs.
 
Sans stratégie face à une épidémie dont personne ne peut dire la portée réelle mais dont on sait que la nocivité tient d'abord et avant tout à l'impéritie criminelle des gouvernements du Système qui n'ont cessé depuis des décennies de détruire les services de soins, d'abandonner l'industrie pharmaceutique aux grands groupes internationaux et de les rendre dépendants à la fois de la finance et de l'étranger, tout en  fermant par milliers des lits d'hôpitaux, le régime joue au poker menteur avec les Français. Par ailleurs incapables d'assumer les choix que leur dicte le hasard bien plus que la nécessité, les pouvoirs publics lestés par le poids d'une administration aussi obèse qu'impotente, n'exerce sur les évènements aucun rôle réel mais se venge de son impuissance en brimant les Français, en enchaînant les libertés publiques et individuelles, en détruisant toute vie sociale, en condamnant à mort des dizaines, voire des centaines de milliers de commerces et de petites entreprises. 
 
L'Etat progressiste est décidément bien le dieu Moloch de la Bible, celui qui terrorise les siens et sacrifie par le feu son propre peuple.

1620539029.jpg

Pour commander ce livre cliquez ici

19:17 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'ancien chef de recherche de Pfizer nous dit que la pandémie est finie

WG0V0dTQ5k7n_640x360.jpg

Source : Jeanne Traduction

17:25 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

30 et 31 janvier : mobilisation nationale contre la GPA et la PMA

bandeau-site-internet.jpg

En savoir plus cliquez ici

10:07 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Samedi 16 janvier à Paris : marche en mémoire de Louis XVI

137559831_1222456014817094_4256002935218752950_o.jpg

00:30 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 13 janvier 2021

Hallali !

lheritage-de-trump-un-11-septembre-tous-les-jours-philippe-di-nacera-670x360.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
L'ignoble hallali qui frappe Donald Trump des deux côtés de l'Atlantique nous rappelle combien est sans limite la lâcheté des hommes dès lors que les caractères ne sont plus forgés dans le triple alliage de l'honneur, du courage et de la fidélité.
 
Il démontre aussi la réalité planétaire de l'État profond global aux mille tentacules politiques, financières, numériques et constructivistes.
 
Sans oublier que Trump lui même  n'était qu'un autre aspect de l'Empire, et que la sympathie que peut nous inspirer à la fois son refus du politiquement correct et le rejet dont il est aujourd'hui (Vae victis) l'objet ne doit pas occulter que son ambition "America great again" ne pouvait se réaliser qu'en opposition aux intérêts de la vieille Europe dont, sur le plan commercial pour le moins, mais aussi par son soutien constant à Erdogan, il fut un adversaire acharné. Trump n'était pas, ne pouvait pas être notre ami.
 
Dans ces conditions, la voie est toute tracée pour les âmes pures et les esprits libres : le chemin de notre libération et du maintien de notre civilisation passe par le refus total du Système, la rupture, et le retour aux seules valeurs européennes. 

1620539029.jpg

Pour le commander cliquez ici

18:57 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Thierry Bouclier reçu sur TV Libertés par Martial Bild à propos de Pierre Drieu la Rochelle

QSJ-Drieu.jpg

Drieu chez Pardès cliquez ici

Lire aussi sur Pierre Drieu la Rochelle :

2987946482.jpg

Pour l'acheter cliquez ici

10:03 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 12 janvier 2021

Un entretien avec Michel Vial publié par EuroLibertés

Vial-Michel-827x600.jpg

Entretien avec Michel Vial, auteur de La chute de l’empire occidental, paru chez Synthèse éditions (130 pages, 18 euros). Source cliquez là

Propos recueillis par Fabrice Dutilleul

Qu’y a-t-il derrière ce titre énigmatique ?

C’est un constat, celui du déclin de notre civilisation occidentale, qu’autrefois on désignait plus simplement comme la chrétienté. Ce déclin, je n’en suis pas le seul observateur, ni le premier, bien entendu, mais, depuis une cinquantaine d’années, il s’accélère et semble presque impossible à enrayer. J’ai voulu, au moyen de ce court essai, mettre en évidence ceux de ses aspects qui me semblaient les plus flagrants en déclinant plusieurs thèmes tels que le langage, l’immigration, la déchristianisation, le terrorisme, la manipulation, l’Europe, etc. et toucher un public plus large que celui de notre famille politique dont les membres sont déjà pleinement conscients de cette situation. En parcourant les différents chapitres thématiques, chacun peut se rendre compte que l’Occident, c’est-à-dire les nations d’Europe, au premier rang desquelles la nôtre, est passé d’une position autrefois dominante à une position, non de dominé, mais plutôt en voie de domination. 

À quoi attribuez-vous ce phénomène de déclin ? Ne s’agit-il pas d’une évolution, regrettable de notre point de vue, mais quasi-normale ?

Rien ne se produit par hasard, notre déclin est voulu, programmé même. Notre civilisation est toujours la première, elle est à l’origine de toutes les découvertes scientifiques et technologiques, elle dispose de la toute-puissance militaire et contrôle l’économie mondiale, son patrimoine culturel n’a pas d’égal. Malgré cela, elle est affaiblie moralement et frappée de plein fouet par une crise identitaire. Loin de tirer une légitime fierté de leur succès, nos compatriotes, et au-delà, tous les Occidentaux, ont mauvaise conscience, ils culpabilisent et se repentent à longueur de temps des prétendues exactions de leurs ancêtres. Ce sentiment est voulu et attisé par les tenants du mondialisme qui cherchent à uniformiser les peuples pour les transformer en un magma de consommateurs sans foi, ni patrie, ni racines, préoccupés par leurs seuls besoins matériels. En parallèle, l’islam, notre ennemi de toujours, s’est réveillé après plus de trois siècles d’engourdissement, il renoue avec ses désirs de conquête, une conquête qui se concrétise par une immigration massive de populations inassimilables. Les efforts conjugués des mondialistes et des mahométans aboutissent à la destruction de ce qui fonde notre civilisation.

Vous semblez très pessimiste. Ne voyez-vous pas d’issue autre que tragique ?

Je suis préoccupé par ce qui attend nos descendants, ce qui devrait être, je pense, le lot de tous nos compatriotes. La situation actuelle est pour le moins inquiétante, mais l’issue n’en est pas obligatoirement tragique. Les Européens de souche sont de plus en plus conscients des menaces et réagissent malgré le poids du politiquement correct, on le constate lors des différentes consultations électorales et dans de nombreux débats d’idées dans les médias. En rédigeant cet ouvrage, j’ai voulu contribuer à ce réveil et inviter non seulement les Français, mais aussi tous les Européens à se mobiliser, à résister à l’entreprise de démolition de notre identité, à rejeter le consumérisme et le mondialisme, à combattre le multiculturalisme et l’islamisation, à affirmer leur fierté, à retrouver leur combativité et à réagir pour enrayer le déclin de notre civilisation. J’espère parvenir à susciter chez les jeunes, qui n’ont pas connu autre chose, le déclic qui fera d’eux les acteurs de la reconquête.

2017 06 CH H D ELLOY 1.jpg

Pour commander ce livre, cliquez ici

23:25 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le 6 janvier 2021 à Washington, un autre 6 février 1934 ?

P24401315D4448863G.jpg

Georges Feltin-Tracol

La journée du 6 janvier 2021 marquera durablement la mémoire collective des Étatsuniens. Ce jour-là, une foule bon enfant composée de braves gens se mobilise contre le Système politicien en place. Dans une ambiance bientôt chamailleuse, des manifestants déterminés par leur foi dans leurs croyances, leur patrie et leur travail, protestent contre le gigantesque détournement électoral réalisé par la mafia démocrate et ses comparses républicains. Prenant au mot les médiats dominants d’invasion psychologique qui ne cessent de vanter toutes les transgressions possibles et imaginables, ils violent les conventions ploutocratiques et occupent pendant quelques heures le Capitole, siège du pouvoir législatif.

Au printemps 2020, une scène similaire s’était passée au Michigan. Des anti-masques usèrent de leurs droits civiques pour refuser le harcèlement sanitaire et le confinement autoritaire imposées par Gretchen Whitmer, gouverneur démocrate de l’État. Ils occupèrent quelques minutes le parlement local. L’irruption et l’occupation d’une assemblée furent en France monnaie courante entre 1789 et 1870. Se souvenant de ces moments fâcheux, la majorité conservatrice de l’Assemblée nationale s’installa à Versailles afin de négocier la paix avec Bismarck sans craindre la pression populaire parisienne. En revanche, contrairement à un cliché bien répandu à gauche et chez les modérés, le 6 février 1934 ne fut jamais une tentative de coup d’État nationaliste. Les anciens combattants communistes côtoyaient les ligues patriotiques. L’impréparation de la manifestation, l’absence d’intentions communes et la candeur des organisateurs, eux-mêmes divisés en chapelles rivales, empêchèrent tout coup décisif sérieux.

Les images de la prise du Capitole sont jubilatoires. Il ne faut pas comparer ce sympathique charivari aux troubles inhérentes à l’escroquerie intellectuelle estivale Black Lives Matter. Coiffé d’une belle tête de bison, ce qui scandalise déjà les végans, Jake Angeli occupe le perchoir du Sénat. Un autre brandit le drapeau confédéré dans ce haut-lieu de pourriture politico-financière. Un troisième se prend en photographie assis dans le bureau de la présidente de la Chambre des représentants, le troisième personnage de l’État, l’ineffable démocrate californienne Nancy Pelosi. Toute la caste consanguine de la fange politique et du monde médiatique condamne bien évidemment ce coup de vent frais qui aère un instant l’antre putride des compromissions sordides.

Les médiats dominants d’occupation mentale enragent devant cette réaction populaire qu’ils diabolisent volontiers. La presse hexagonale se distingue par sa partialité. Le correspondant permanent aux États-Unis d’une radio périphérique ose qualifier le réseau QAnon de « secte complotiste ». Les présentateurs des journaux télévisés répètent en bons petits perroquets les éléments de langage distillés par le gang Biden – Harris. Il ne leur viendrait pas à l’esprit l’hypothèse que la foule ait été manipulé dès le départ par quelques provocateurs professionnels de l’« État profond » yankee. Sinon pourquoi les unités de police affectées à la protection de la colline du Congrès étaient-elles en sous-effectifs ? Joe Biden pourra ensuite prétexter la moindre agitation oppositionnelle pour suspendre certaines libertés publiques et réinterpréter par des ordonnances présidentielles (executive orders) la portée des premier et deuxième amendements de la Constitution de 1787.

En France, toute la coterie politicarde a versé dans une compassion larmoyante. La palme revient néanmoins au garnement de l’Élysée qui, une nouvelle fois, se déconsidère aux yeux du monde entier. Déniant une colère fondée et légitime, le Tartarin présidentiel confirme avec la bannière étoilée derrière lui sa fonction de petit télégraphiste de l’atlantisme, de l’américanisme et de l’occidentalisme. Les trois anciens présidents US ont eux-aussi craché leur venin. Le tueur en série par drone Barry « Barack » Obama poursuit son long travail de sape en faveur du cosmopolitisme avancé. L’expert en stagiaires, Bill Clinton, par ailleurs grand ami de cette haute valeur morale de Jeffrey Epstein, s’indigne des évènements. Le génocideur en chef George W. Bush parle pour sa part de « république bananière ». Il oublie que c’est le cas depuis le temps des « barons–voleurs » de la fin du XIXe siècle. La corruption électorale est même consubstantielle à la vie politique étatsunienne. Dans Alamo, un film de John Wayne sorti en 1960, l’ancien représentant du Tennessee Davy Crockett discute avec un couple de fermiers de cet État réfugiés dans l’ancien monastère texan. La femme avoue que son mari n’a pas voté pour lui, car l’autre candidat lui avait versé un pot-de-vin.

Les médiats rapportent cinq décès parmi lesquels quatre honnêtes manifestants. La première victime est une femme de 35 ans, Ashli Elizabeth Babbitt. Une autre femme de 34 ans, Rosanne Boyland, fait aussi partie des quatre tués. Entendons-nous les habituelles indignations horrifiées alors que les violences policières sont ici incontestables et ces deux « féminicides » bien réels ? Le silence radio et télévisé est assourdissant ! Certaines vies, principalement blanches, ne valent donc moins que d’autres selon les critères du politiquement correct. Les meneurs de l’assaut sont maintenant recherchés par la police politique du Régime yankee. Gageons que les ONG droits-de-l’hommistes ne les défendront pas devant des tribunaux au fonctionnement kafkaïen.

Les trublions du 6 janvier 2021 ont investi avec brio, courage et audace l’enceinte du Capitole. Malheureusement, leur coup d’éclat ressemble surtout à un coup de tonnerre solitaire. Faute de disposer des moyens médiatiques, financiers et humains satisfaisants, ils se retrouvent vite esseulés. En effet, Donald Trump vient de dévoiler toute son ambiguïté. Il condamne avec raison l’insincérité du scrutin présidentiel, voire des élections sénatoriales en Géorgie, demande à ses partisans de marcher sur le Capitole, puis se ravise et les invite à rentrer chez eux. L’homme d’affaires de New York s’est appuyé sur un Parti républicain qui ne l’a jamais accepté et qui l’a plutôt soutenu comme une corde soutient le pendu. Les responsables de ce parti sont plus que jamais de formidables planches pourries. Mais le 45e président des États-Unis n’a pas non plus fait preuve de persévérance, de cohérence et de prévoyance. Velléitaire et erratique, il n’a pas sorti son pays du carcan belliciste de l’OTAN. Il n’a jamais voulu purger l’appareil du Great Old Party (GOP) de tous les stipendiés de la Silicone Valley et de la nouvelle finance numérique. Il n’a pas anticipé un trucage massif des élections. Plus grave encore, il n’a jamais nommé aux postes-clé des partisans fidèles et dévoués. Il n’a même pas imaginé une structure parallèle secrète (ou clandestine) capable de se substituer immédiatement aux infrastructures légales militaires, politico-administratives et judiciaires. Il a ensuite désavoué ses propres partisans. Son reniement public n’arrête cependant pas les démissions en chaîne da sa propre équipe. Les Étatsuniens peuvent-ils vraiment encore se fier à un tel gars ? Donald Trump incarne ce que le philosophe catholique Thomas Molnar nommait un « faux héros contre-révolutionnaire (ou réactionnaire) ». Et si Trump avait été un alibi, consentant ou non, de l’« État profond » ? Sa candidature a su canaliser une aspiration qui, autrement, se serait cristallisée sur un autre candidat plus perturbateur encore.

Au moment où cette ignominie de Wikipédia le classe dès à présent parmi les anciens présidents, Donald Trump aurait pu « assécher le marais de Washington »; il aurait même dû passer à l’action ce 6 janvier. Ainsi aurait-il ordonné aux officiers subalternes d’arrêter Biden, Harris, leur équipe pré-gouvernementale, les élus récalcitrants, des généraux, des amiraux, des gouverneurs, des juges, des journalistes et des milliardaires du numérique. Usant de prérogatives exceptionnelles, le chef de l’État aurait dans la foulée proclamé la loi martiale, fédéralisé les gardes nationales et contraint les États où les votes sont les plus litigieux à recommencer le scrutin. Donald J. Trump n’a pas eu le courage de franchir le Rubicon.

À l’instar de Grover Cleveland, 22e et 24e président des États-Unis (1885–1889 et 1893–1897), il se prépare déjà à la présidentielle de 2024. Or, outre l’opposition des caciques du Parti républicain qui commencent déjà à séduire Mike Pence, plus malléable et intégré aux jeux délétères du Système (il l’a prouvé en contournant la chaîne de commandement dans la journée du 6), les démocrates feront tout pour éviter une nouvelle candidature de l’ancienne vedette de télé-réalité. Leur victoire malhonnête à la présidentielle et aux sénatoriales géorgiennes les incite à poursuivre, à amplifier et à généraliser la fraude aux élections intermédiaires de 2022 et à l’échéance capitale de 2024. En outre, leurs procureurs piaffent d’impatience à l’idée d’inculper l’ancien président populiste. Le 6 janvier 2021 ne restera donc pas dans l’histoire des États-Unis comme un nouveau 2 décembre 1851 français.

 

Cette entrée a été publiée dans De l'Amérique, L'ENJEU GÉOPOLITIQUE. Sauvegarder le permalien et sur le site EUROPE MAXIMA cliquez ici

08:55 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 11 janvier 2021

2020 : l'année anesthésiée

La "grande réinitialisation" imposée par la gouvernance mondiale a fait de l'année 2020 une année au cours de laquelle plus rien de grand n'était possible... Synthèse nationale n'a pas échappé à la règle et, dans le climat d'irrationalité dans lequel nous sommes plongés, notre activité a été fortement impactée. Ce n'était pourtant pas les raisons d'agir qui manquaient...

Nous profitons de cette rétrospective pour remercier à nouveau nos collaborateurs, nos lecteurs, nos fournisseurs, tous nos amis pour leur patience, leur compréhension et leur fidélité. Cette année n'a pas été facile à gérer mais il en faut plus que cela pour entamer notre détermination...

Voici donc le résumé de l'année 2020 de Synthèse nationale.

Janvier 2020 :

2020 01.jpg

Initialement programmée en décembre 2019, mais reportée en raison des grèves dans les Transport en Ile-de-France et ailleurs, La conférence des Amis franciliens de SN, dirigés par Hugues Bouchu, avec Eric Vieux de Morzadec et Alain Sanders sur l'épopée sudiste s'est tenue le mardi 28 janvier 2020. Cette conférence fut la seule de l'année en raison u confinement déclenché quelques semaines plus tard cliquez ici

2020 02.jpg

Février 2020 :

Annonce de la tenue de notre 4e banquet annuel, le 4 avril suivant à Paris avec comme invité l'écrivain et éditeur Jean-Gilles Malliarakis. Le thème annoncé était l'actualité des solutions corporatistes. Hélas, comme ce sera à nouveau le cas avec nos journées BBR d'octobre, nous serons en mars dans l'obligation de reporter ce rendez-vous. cliquez ici

2020 03.jpg

Il en ira de même pour notre journée annuelle Flandre-Artois-Hainaut qui se tient depuis une dizaine d'années à Nieppe, près de Lille.

Mars 2020 :

4 mars : parution du n°53 de la revue Synthèse nationale cliquez là.  

2020 04.jpg

Fin mars : première mise en sommeil (jusqu'en juin) de nos activités publiques en raison des mesures sanitaires imposées.

Diapositive1.jpg

Nous devons aussi, la rage au coeur, suspendre nos émissions Synthèse, animées par Philippe Randa et Roland Hélie, sur TV Libertés qui, depuis le mois de décembre étaient télévisées (voir ces émissions cliquez là). Il faudra attendre septembre pour reprendre nos enregistrements.

Avril 2020 :

3802496718.jpgLe banquet du 4 avril est reporté cliquez ici

Arrêt des activités... ou presque :

Confinement oblige, profitons-en pour faire le point sur nos éditions. Il s'avère que quelques titres (en particulier des numéros des Cahiers d'Histoire du nationalisme) sont épuisés. Nous allons donc les "rempaqueter" afin de les rééditer dès que cela sera possible cliquez là. Rappelons que nos imprimeurs sont, eux-aussi, provisoirement fermés. Il en va de même pour l'entreprise de domiciliation qui nous héberge rue Parrot à Paris.

Pas facile, dan ces conditions, d'être productif...

Mai 2020 :

Attente du déconfinement... A part entretenir le site d'information quotidiennement, pas grand chose à faire. Service minimum.

Juin 2020 :

Ouf ! Les choses semblent s'arranger. Avec ce déconfinement, nous allons peut-être pourvoir enfin reprendre dos activités.

Afin d'éviter, en cas de reconfinement, de se retrouver privé à nouveau de l'accès à notre domiciliation, nous prenons la décision d'ouvrir, à Lannion là où est géré notre maison d'édition, une boite postale (SN Bp 80135 22301 Lannion PDC) où devon être dorénavant adressé les courriers.

Mais, tout d'abord, il nous faut rattraper notre retard dans nos éditions :

2017 04 CHN 4 ET 6 copie.jpg

Les Cahiers d'Histoire du nationalisme n°1 consacré à Léon Degrelle cliquez ici et n°2 à François Duprat cliquez là (rééditions).

CHN 18 ANNONCE 1.jpg

Le Cahier d'Histoire du nationalisme N°18, rédigé par Didier Lecerf et consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et aux nationaux dans la résistance cliquez ici.

2020 03 flyer corpo liv.jpg

Nous avions prévu, à l'occasion du banquet du 4 avril, d'éditer un livre collectif reprenant un certain nombre de réflexions sur l'actualité du corporatisme. C'est donc avec deux mois de retard que cet ouvrage sortira. Mais cela n'enlève rien à la pertinence des propos cliquez là

Et un nouveau titre :

3865009477.jpg

Sa parution était aussi programmée pour mai cliquez ici. Il est sorti en juin et, au cours de l'été. Ce livre, écrit par Michel Vial, a reçu un large succès qui continue d'ailleurs...

1977151231.jpg

Parution du numéro 54 de notre revue Synthèse nationale cliquez ici.

Juillet août 2020 :

bbr3.jpg

Sans doute un peu trop téméraires, nous laçons au début de l'été la campagne de mobilisation pour notre rendez-vous Bleu Blanc Rouge prévu à Rungis les 10 et 11 octobre.

Le dimanche 13 juin, à l'invitation du Cercle breton Réagir et Agir, admirablement dirigé par Claudine Dupont-Tingaud, Roland Hélie prend la parole lors d'une fête champêtre à Quimper.

2020 07 catal.jpg

Un catalogue est envoyé fin juin à plusieurs milliers de sympathisants nationaux pour rappeler que notre combat continue...

Pour combler le déficit subit pendant le confinement, est lancée la souscription patriotique 2020 cliquez là

Septembre 2020 :

831721476.jpg

Le 6 septembre, près de Rennes, se tenait la traditionnelle fête du cochon organisée par la fédération bretonne du Parti de la France animée par notre ami Jean-Marie Lebraud cliquez ici. Belle réussite, forte influence (on a faillit tomber à cours de cochon). Synthèse nationale était à l'honneur puisque Roland Hélie prononça, dans l'après-midi le discours politique de la fête.

2388738570.jpg

Mi-septembre, les choses ne s'arrangent pas, le gouvernement resserre les vis. La perspective d'un nouveau confinement se précise et nous risquons de ne pas pouvoir organiser nos journées BBR en octobre. Pour limiter les dégâts, une solution s'impose : comme pour le banquet du mois d'avril, nous reportons notre événement annuel.

bbr 2.jpg

Lire la lettre de Roland Hélie cliquez ici

Octobre 2020 :

Reprise de l'émission Synthèse sur TV Libertés.

RL 142 BIS 2020 100 14 L DE SAINT AFFRIQUE.jpg     RL 143 B MONOT.jpg

RL 144 2020 11 11 D Lecerf.jpg    RL 145 2020 11 26 Thomas JOLY.jpg

Juste avant le second confinement, nous avons lancé une campagne de promotion du livre de Michel Vial La chute de l'empire occidental. Mais celle-ci s'est arrêtée une semaine plus tard...

2020 10 24 m vial lib vincent.jpg

Novembre 202 :

Diapositive1 copie.jpg

Parution du N°55 de la revue Synthèse nationale

Décembre 2020 :

2020 12 juan ignacio.jpg

12 décembre, Synthèse nationale s'associe à l'hommage européen à notre camarade Juan Ignacio Gonzalez, chef du Front de la Jeunesse espagnol, assassiné à Madrid il y a 40 ans, le 12 décembre 1980 cliquez ici

Diapositive1 copie 8.jpg

Un album des dessins d'Ignace de l'année 2020 cliquez ici et deux nouveaux Cahiers d'Histoire du nationalisme. Le n°19 cliquez ici et n°20 cliquez là

SN 19 PUB 2.jpg

CHN 20 PUB.jpg

Et une nouvelle collection, Les archives de Synthèse nationale, reprenant des chroniques publiées dans la revue.

Cette collection, dores et déjà, comprend trois volumes :

Pour une Synthèse nationale, Roland Hélie, publié l'an passé cliquez ici

Les pages du Marquis, reprenant les chroniques tant appréciées de Jean-Paul Chayrigues de Olmetta cliquez là

C'est mon avis, les pertinents billets quotidiens de Jean-François Touzé cliquez là

Diapositive1 copie 12.jpg

Et comment terminer cette rétrospective sans avoir une pensé pour Roger Holeindre, Jean Raspail, Pierre Sidos, Anne, Yves, Jean-Baptiste, Marc et trop d'autres amis et camarades qui nous ont quittés bien trop tôt, au cours de l'année 2020... cliquez ici

16:26 Publié dans SN : RETROSPECTIVES ANNUELLES | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le cirque Véran-Macron, seul spectacle autorisé

Ignace-migrants-covid.jpg

La chronique de Philippe Randa

Le docteur Perronne s’était rendu célèbre en 2020 en publiant son livre Y a-t-il une erreur qu’ils n’ont pas commise ? (Albin Michel) ; on pourrait le parodier en soupirant, effondré : Finiront-ils par réussir une chose, une seule ?

« Ils », c’est nos gouvernants, bien sûr, fanfaronnant sur les ondes qu’on allait voir ce qu’on allait voir avec la vaccination qui allait tout régler. Peut-être que oui, peut-être que non, faut-il encore qu’elle ait lieu et même ça, « ils » ne l’auront pas réussi en temps et en heure… 40 % (seulement) des Français sont prêt à s’y soumettre, c’est leur choix, leur droit, leur espoir, mais combien seront-ils encore à le vouloir dans les semaines qui viennent si le spectacle de cette pantalonnade vaccinale continue en France ?

On s’attendait, en ce début janvier, à un troisième reconfinement après les « excès » annoncés des Fêtes de Noël et du Nouvel An : à ce jour, n’a été appliqué qu’une grotesque augmentation de deux heures du couvre-feu dans les régions où la contamination (et non le nombre de morts, toujours extrêmement bas) est la plus grande. Mesure à l’évidence parfaitement inutile pour ralentir la pandémie, mais paralysant un peu plus encore l’activité économique du pays en général, des commerces en particulier et enquiquinant (terme poli) comme il se doit le quotidien la vie des Français concernés.

Au Moyen Âge, les chevaliers du Guet étaient censés sécuriser les rues de Paris en clamant tout au long de leurs pérégrinations nocturnes : « Le guet veille ! Il est onze heures, bonnes gens ! Dormez, le guet veille ! Il est minuit, bonnes gens ! Dormez, le guet veille ! »… et les canailles, aigrefins et autres coquins les entendant de loin, avaient ainsi tout le temps de s’en écarter pour se mettre à l’abri.

À notre époque de grande dinguerie vérano-macronienne, résonne désormais une autre clameur : « De 18 heures à 6 heures, enfermez-vous chez vous, braves gens, le guet y veille ! »

EuroLibertés cliquez ici

09:33 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 10 janvier 2021

Les vaccins peuvent faire disparaître le virus, mais pas la crise

bitcoin.jpg

Marc Rousset

La Bourse de Paris a fini au-dessus des 5.700 points, ce vendredi, portée par les perspectives optimistes de reprise économique, suite à la vaccination. Wall Street a également clôturé sur des records, ignorant les mauvais chiffres de l’emploi américain. En décembre, 140.000 emplois ont été perdus, alors que les analystes tablaient sur 112.000 emplois créés. Quant à la folie Tesla, elle continue puisque l’action s’est approchée des 900 dollars, faisant d’Elon Musk l’homme le plus riche du monde, la capitalisation boursière de Tesla (834 milliards de dollars) représentant 80 fois celle de Renault et dépassant celle de Facebook.

Certains se pâment d’admiration devant les nouveaux cours record du Bitcoin, qui s’approche des 40.000 dollars, alors que d’autres peuvent y voir, au contraire, une preuve supplémentaire de folie spéculative. Le cours anormalement élevé du Bitcoin est un canari dans la mine, qui annonce des explosions à venir. Acheter du Bitcoin consiste, en effet, à acheter du rien, avec de la monnaie de singe des banques centrales créée à partir de rien.

Tous les boursiers dans le monde parient sur une forte reprise en été au plus tard mais, même si la pandémie disparaît, l’économie ne renaîtra pas, tel le phénix, de ses cendres. Il y a, déjà, 650.000 chômeurs de plus en France, soit 3 millions de chômeurs au total ; 25 % des Français seraient déjà dans la précarité. En 2020, la France a perdu plus de 250 milliards d’euros de PIB, avec une dette qui a davantage augmenté. Viendra le moment où l’État retirera l’assistance respiratoire aux entreprises ; ce sera alors le temps des faillites et des destructions massives d’emplois.

La croissance, en 2021, peut très bien être proche de zéro, en France, avec des conséquences catastrophiques pour les finances publiques et l’endettement. Quant aux États-Unis, le marché du travail vient de retrouver son niveau du début des années 70, avec 60 % seulement de la population sur le marché du travail, au lieu de 67 % de 1990 à 2010. On assiste, en fait, à la destruction des classes moyennes, aussi bien aux États-Unis qu’en Europe, et lorsque les aides seront supprimées, il y aura des suicides et des descentes aux enfers effroyables pour un trop grand nombre de malheureux.

Bruno Le Maire ne partage pas l’analyse de ceux qui pensent qu’après une année 2020 catastrophique, 2021 sera fantastique. Il pense que « le plus difficile est devant nous : avec un virus qui persiste et qui mute, plus de faillites, de destructions d’emplois et d’incertitudes politiques ». Il pèche, cependant, par optimisme en prétendant croire que la France peut se redresser en 2021 et afficher une croissance économique de 6 %, sans augmentation d’impôts.

La dette de la France atteint, désormais, 120 % du PIB, soit une augmentation, en 2020, de 20 points (500 milliards d’euros), alors que celle de l’Allemagne est passée seulement de 60 % à 70 % du PIB. Comme d’autres États, la France émet de la dette qui est, en fait, achetée par la BCE. Le bilan de la BCE a explosé, à 7.000 milliards d’euros, soit 69 % du PIB, contre seulement 35 % du PIB pour le bilan de la Fed aux États-Unis. Cette augmentation bilantielle correspond aux augmentations de la masse monétaire. Il paraît impossible de faire le pari que les taux d’intérêt resteront à des niveaux aussi bas pendant des années

Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, vient de déclarer qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que la BCE maintienne les bas taux d’intérêt pour toujours, avec une mise en garde : « Nous ne prendrons pas en considération les coûts du service de la dette souveraine », ce qui signifierait la banqueroute immédiate pour la France et l’Italie et la fin du « quoi qu’il en coûte » pour Emmanuel Macron. Il faudra donc bien rembourser les dettes. Aux États-Unis, les taux obligataires sont en hausse, à 1,06 %, ce qui correspond à des anticipations d’inflation plus élevées.

Une autre source d’inflation sera l’augmentation de la très basse vitesse actuelle de circulation de la monnaie, après la fin de la crise sanitaire. On ne peut créer de la monnaie sans conséquence.

La crise ne finira pas en 2021 ; un retour de l’inflation est possible. Il n’y a, en fait, personne capable de prévoir, malgré le vaccin, ce qui se passera très exactement dans les mois à venir.

23:38 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les seuls héros qu’on admire aujourd’hui sont ceux qui se font tuer…

fabrice.jpg

Entretien avec Alain de Benoist

Naguère, le héros, le combattant, le sage et le saint étaient admirés et donnés en exemple. Aujourd’hui, les victimes semblent avoir pris leur place. Comme expliquer une telle mutation symbolique ?

Deux causes fondamentales : le discrédit des valeurs héroïques, la montée de l’idéologie victimaire, lacrymale et exhibitionniste.

Il est clair que les valeurs héroïques sont aujourd’hui perçues comme des valeurs d’une époque que l’idéologie dominante, avant tout hédoniste, individualiste et utilitariste, s’emploie à présenter de façon répulsive. Comme tout ce qui touche à la patrie, elles sont décrétées « ringardes », c’est-à-dire à la fois vieillottes et obsolètes. On admire à la rigueur les héros qui se sont fait tuer (le colonel Beltrame, les soldats français tombés au Sahel), car leur mort a fait d’eux des victimes, mais on se méfie des héros vainqueurs. Trop guerriers dans une époque qui rêve de paix universelle, trop virils à l’époque de la « masculinité toxique » (le « repos du guerrier » ayant déjà été mis hors-la-loi par les pétroleuses du mitou).

Parallèlement, la sensibilité s’efface, mais la sensiblerie ne cesse de s’étendre. Il y a moins d’un siècle (en France, cette disposition n’a été abolie qu’en juin 1939), les exécutions capitales se faisaient en public, et les parents emmenaient volontiers leurs enfants y assister en raison des vertus “éducatives” du spectacle. Aujourd’hui, la vue d’un pigeon mort traumatise les shampouineuses et les bobos.

La « lutte-contre-toutes-les discriminations » relève elle aussi de l’idéologie victimaire. Le philosophe Denis Collin y voit à juste titre « un mot d’ordre creux qui sert à passer en contrebande de la camelote frelatée pour le plus grand bénéfice des classes dominantes ». Le tour de passe-passe consiste à confondre discrimination et injustice. Or, il y a des discriminations qui sont parfaitement justes : il est normal, par exemple, qu’un citoyen bénéficie de prérogatives qui ne sont pas accordées aux non-citoyens. Inversement, il y a des injustices qui n’impliquent aucune discrimination de race ou de sexe : les inégalités sociales ne procèdent pas de la discrimination, mais de l’exploitation du travail vivant par un système capitaliste peu regardant sur la source de la plus-value. L’aspiration au « safe place », en « non-mixité sans hommes cis-hétéro et sans personnes blanches », est l’ultime souhait des néoféministes et des indigénistes pour éviter les discriminations. L’idée, importée des États-Unis, est qu’il faut soustraire les victimes potentielles à tout contact avec les méchants aux intentions « pas claires ». On est loin du temps des héros !

Désormais, dans tel ou tel conflit, au lieu d’analyser les motifs des belligérants, le poids de l’histoire et de la géographie, nos préférences paraissent réservées aux « agressés », négligeant le fait que l’« agresseur » puisse aussi avoir ses raisons. De plus, la compassion est également parfois à géométrie variable, selon la nature de l’agresseur ou de l’agressé. Une nouvelle étape dans le recul du politique ?

Notons d’abord que la compassion est un sentiment, pas une vertu. Elle « peut devenir vertu, écrit Pierre Manent, si elle est guidée par ces vertus que sont le courage, la justice et la prudence. Sans cette éducation, elle fait plus de mal que de bien ».

La guerre, comme l’a dit Clausewitz, n’est que la politique poursuivie par d’autres moyens. Or, en politique, il y a aussi des amis et des ennemis. Mais cette distinction n’est pas un critère moral. On savait bien autrefois que dans une guerre, chacun peut avoir ses raisons et que les débordements qu’elle engendre ne sont l’exclusivité d’aucun camp. Le respect du « juste ennemi » (justus hostis) était même le fondement de l’ancien droit des gens. Aujourd’hui, l’interprétation de la guerre est devenue manichéenne : elle est censée relever d’une morale juridique qui s’impose aussi au politique. La « juste cause » (justa causa) a remplacé le « juste ennemi », l’ennemi n’est plus une simple figure de l’adversité, mais l’incarnation du Mal. Les « agressés », comme les victimes, se situent nécessairement du côté du Bien. Bien sûr, comme vous l’avez observé, cette approche ne va pas sans partialité. Quand les victimes sont du côté des « agresseurs », on parle de crimes contre l’humanité ; quand elles sont du côté des agressés, ce sont des « dommages collatéraux ».

Très logiquement, ce phénomène débouche sur ce que l’on appelle la « compétition victimaire », laquelle se déroule généralement en invoquant la « mémoire ». N’y a-t-il pas dans cette dérive quelque chose de malsain, sinon d’obscène ?

Ah, la mémoire ! La mémoire de l’esclavage et la mémoire du génocide vendéen, la mémoire des camps, la mémoire des anciens jours, la mémoire des dieux et des héros. Vous observerez d’abord que cette mémoire est toujours subjective, raison pour laquelle elle se distingue fondamentalement de l’histoire, qui vise au contraire à l’objectivité. Tout naturellement, celui qui a beaucoup souffert a tendance à penser que personne ne peut avoir souffert autant que lui. Mais le statut de victime peut aussi s’avérer éminemment rentable : non seulement on est plaint, mais ça rapporte. Il suffit de susciter un sentiment de « culpabilité », d’en appeler à la « repentance » et de demander des « réparations ». Certains lobbies se sont spécialisés dans cette industrie, tels ces mouvements indigénistes qui prétendent parler au nom des « afro-descendants ». La société ne se compose plus de sujets-citoyens mais de victimes qui, tous à qui mieux mieux, demandent réparation pour des dommages souvent imaginaires, et exigent que ceux qui ne pensent pas comme eux soient envoyés devant les tribunaux.

La mémoire a ses mérites, mais elle peut aussi être encombrante, sinon paralysante. Sans tomber dans l’amnésie volontaire, il faut parfois se décharger l’esprit pour retrouver une certaine « innocence ». Nietzsche faisait de la « plus longue mémoire » le trait caractéristique de l’homme de l’avenir, qui était pour lui le pire des hommes. Il ne conviait pas à cultiver la mémoire, mais la volonté d’agir. « On ne ramène pas les Grecs, mais on peut s’en inspirer », disait-il encore. Heidegger dira après lui à peu près la même chose : il ne faut pas chercher à répéter le passé, et encore moins vouloir s’y réfugier, mais s’inspirer de ceux qui dans le passé ont su créer une culture nouvelle pour apprendre, à leur exemple, à œuvrer en vue d’un nouveau commencement.

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier.

Source : site Boulevard Voltaire

19:27 Publié dans Rencontre avec... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 09 janvier 2021

Hervé Van Laethem, auteur du Cahier d'Histoire du nationalisme n°19 consacré à la Belgique francophone, donne rendez-vous dimanche à 15 h sur Youtube.

SN 19 PUB 2.jpg

Communiqué de Hervé Van Laethem :
 
Je vous donne rendez-vous demain dimanche 10 janvier à 15 h pour mon direct "YouTube" sur la sortie de mon livre. Je mettrai sur ma page Facebook demain peu avant 15 h le lien pour pouvoir y assister.
 
Pour rappel, tout le monde peut le voir mais pour poser des questions, il faut avoir un compte YouTube. Vous pouvez en profiter pour vous abonner à la chaîne de TV Nation (c'est gratuit) : cliquez ici 
 
Acheter le CHN 19 cliquez ici

20:58 Publié dans Les Cahiers d'Histoire du Nationalisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Parti de la France, avec Alexandre Simonnot, était présent samedi après-midi à la manifestation contre la dictature sanitaire à Paris

137500587_394979431785425_5088994167253677314_o.jpg

Alexandre Simonnot, accompagné de militants parisiens du Parti de la France, était présent ce samedi à Paris au rassemblement contre la folie sanitaire organisé par les Patriotes de Florian Philippot.
 
Toutes les initiatives visant à combattre la dictature sanitaire inepte qui est mise en place par nos gouvernants doivent être soutenues et encouragées.

136983138_394979371785431_1884492610392672119_o.jpg

20:51 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

09:53 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 08 janvier 2021

Le 9 janvier, on se mobilise contre la dictature sanitaire !

safe_image.php.jpg

Communiqué du Mouvement National-Démocrate

Après deux confinements sanitaires, l'instauration du port du masque obligatoire dans les lieux publics, la généralisation du couvre-feu sur l'ensemble du territoire et la prolongation de la fermeture des bars, des restaurants ou encore des boîtes de nuit, le gouvernement Macron entend aller toujours plus loin dans la restriction arbitraire de nos libertés fondamentales au prétexte de lutter contre l'épidémie de Covid-19.

Projet de "passeport vaccinal", prolongation de l'état d'urgence sanitaire, fichage généralisé des données personnelles des français, report des élections départementales et régionales, restriction de la liberté de prescription des médecins, prohibition des protocoles thérapeutiques alternatifs, menace d'un troisième confinement, confiscation de nos libertés constitutionnelles de déplacement et de réunion : le gouvernement Macron poursuit sa dérive autoritaire dans l'indifférence générale des oppositions contrôlées et avec l'assentiment complice des médias et des journalistes subventionnés.

En première ligne pour défendre nos libertés et déconfiner la démocratie française, le Mouvement National-Démocrate se mobilise sur tous les fronts contre cette dictature sanitaire et appelle au rassemblement dans l'action de toutes les forces d'opposition au mondialisme libéral. En conséquence, le Mouvement National-Démocrate appelle ses adhérents et sympathisants franciliens à participer au Rassemblement contre la folie sanitaire organisé le samedi 09 janvier à 15h, Place Pierre Laroque à Paris (7ème), à l'initiative des Patriotes de Florian Philippot.

19:31 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Macron sur la tombe de Mitterrand.

ddd.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
A qui Macron va-t-il rendre hommage ce vendredi à Jarnac? A celui qui pendant quatorze ans de règne républicain a semé, sur un terreau il est vrai déjà bien préparé par ses prédécesseurs, toutes les graines de la désagrégation nationale dont les pousses géantes étranglent chaque année d'avantage notre pays.
 
Mitterrand fut un fossoyeur. Un fossoyeur lettré mais un fossoyeur. Sa fréquentation assidue, tout au long de sa vie, des œuvres de Barrés, Chardonne, Drieu ou Rebatet et sa connaissance profonde, charnelle, enracinée de la France ne sauraient suffire à le sauver.
 
Vingt-cinq ans après la mort de Mitterrand, le déplacement de Macron sera l'hommage du vice médiocre au vice supérieur. 

1620539029.jpg

Le commander cliquez ici

12:13 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le meilleur vaccin : le contenu de notre assiette

perico_legasse.jpg

Il n’est pas inutile de rappeler que ce fameux coronavirus fait quand même moins de mort que la grippe, son originalité tenant au fait qu’il a contaminé la terre entière. L’autre fait marquant de cette cochonnerie, c’est que les effets destructeurs sur nos économies sont nettement plus importants que le virus lui-même. Ce n’est pas le moindre des paradoxes. Les réponses apportées par chaque nation à cette pandémie sont aussi diverses que variées. En France, l’Etat jacobin couplé à une administration qui n’en fait qu’à sa tête a littéralement empêché toute réponse claire, simple et précise à cette pandémie. Au-delà des critiques qui sont émises de toute part, Périco Légasse, le critique gastronomique de Marianne nous donne un conseil plein de bon sens : bien manger est certainement l’une des meilleures réponses à apporter pour lutter contre le virus. Car, il y a bel et bien un lien entre la malbouffe dont nous abreuvent les industriels de l’agroalimentaire et la propagation du virus.

Lire la suite ICI

11:23 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

France, ta démocratie fout le camp...

rioufol.jpg

Excellent édito d’Yvan Rioufol dans Le Figaro (8/01/2021) qui dresse un état des lieux consternant de la France sous l’emprise du covid et d’Emmanuel Macron. Comme par hasard, ça craque de toute part dans cet Occident fatigué, épuisé par une démocratie devenue schizophrénique en proie aux délires de minorités raciales et sexuelles dont les bénéfices tant civilisationnel que culturel sont nuls mais incontestablement régressifs.

A lire ICI

10:12 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 07 janvier 2021

Acca Larentia : l'Europe nationaliste se souvient

ACCA-LARENTIA-manifesto-723x1024_thumb_medium400_244.jpg

Il y a 43 ans, le 7 janvier 1978, Acca Larentia à Rome, près d'un local du MSI (Mouvement social italien cliquez ici), trois militants du Front de la Jeunesse étaient assassinés par les communistes. Chaque année, les jeunes nationalistes italiens organisent des marches à travers le pays pour commémorer ce crime resté impuni. Il y a trois ans une gigantesque manifestation s'est déroulée à Rome (photo ci-dessous).

Cette année, en raison des restrictions sanitaires, l'organisation d'une telle démonstration de force est impossible. Cependant, à l'initiative des amis de notre camarade Gabriele Adinolfi, directeur du Centre Polaris, une vidéo a été réalisée cliquez ici

7-genniao-acca-larentia-corteo-2018.2-jpg.jpg

Sur la manifestation du 8 janvier 2018 :

Lire l'article publié le 10 janvier 2018 cliquez là

Lire l'article publié le janvier 2018 cliquez ici

17:26 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'émission Synthèse sur TV Libertés avec le dessinateur Ignace

ÉMISSION PRÉENREGISTRÉE

Le dessinateur Ignace… les téléspectateurs de TVLibertés le connaissent bien. Lors de chaque émission « Bistro Libertés », il croque avec humour et talent à la fois l’actualité et les invités de Martial Bild. Mais Ignace ne se contente pas de passer à la télé. Chaque jour, il taille ses crayons et il se creuse la tête pour illustrer différents sites non conformistes comme, par exemple, TV Libertés et Media Presse-infos… Depuis plusieurs années, l’ensemble de ses dessins sont réunis dans des albums publiés dans le cadre des Bouquins de Synthèse nationale. La livraison 2020, intitulée « Dictature sanitaire, la France est bêle », vient de sortir des presses : 210 pages, 600 dessins… un régal. Il était donc de bon aloi d’inviter Ignace à venir à l’émission « Synthèse » de cette semaine, animée par Roland Hélie et par Philippe Randa.

Pour se procurer cet album : www.synthese-editions.com

RL Annonces copie 8.jpg

CHN FLYER SITE VENTE copie.jpg

Achetez le livre cliquez ici

16:44 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |