Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 21 mai 2022

21 mai 2013 : acte ultime de Dominique Venner

282992065_2850150958463410_8268265613608664467_n.jpg

Avant de se donner la mort, le mardi 21 mai 2013 à 16 heures, devant l’autel de la cathédrale de Notre-Dame de Paris, l’écrivain et historien Dominique Venner a fait parvenir une lettre d’explication à ses amis.
 
La dernière lettre de Dominique Venner.
 
Je suis sain de corps et d’esprit, et suis comblé d’amour par ma femme et mes enfants. J’aime la vie et n’attend rien au-delà, sinon la perpétuation de ma race et de mon esprit. Pourtant, au soir de cette vie, devant des périls immenses pour ma patrie française et européenne, je me sens le devoir d’agir tant que j’en ai encore la force. Je crois nécessaire de me sacrifier pour rompre la léthargie qui nous accable. J’offre ce qui me reste de vie dans une intention de protestation et de fondation. Je choisis un lieu hautement symbolique, la cathédrale Notre-Dame de Paris que je respecte et admire, elle qui fut édifiée par le génie de mes aïeux sur des lieux de cultes plus anciens, rappelant nos origines immémoriales.
 
Alors que tant d’hommes se font les esclaves de leur vie, mon geste incarne une éthique de la volonté. Je me donne la mort afin de réveiller les consciences assoupies. Je m’insurge contre la fatalité. Je m’insurge contre les poisons de l’âme et contre les désirs individuels envahissants qui détruisent nos ancrages identitaires et notamment la famille, socle intime de notre civilisation multimillénaire. Alors que je défends l’identité de tous les peuples chez eux, je m’insurge aussi contre le crime visant au remplacement de nos populations.
 
Le discours dominant ne pouvant sortir de ses ambiguïtés toxiques, il appartient aux Européens d’en tirer les conséquences. À défaut de posséder une religion identitaire à laquelle nous amarrer, nous avons en partage depuis Homère une mémoire propre, dépôt de toutes les valeurs sur lesquelles refonder notre future renaissance en rupture avec la métaphysique de l’illimité, source néfaste de toutes les dérives modernes.
 
Je demande pardon par avance à tous ceux que ma mort fera souffrir, et d’abord à ma femme, à mes enfants et petits-enfants, ainsi qu’à mes amis et fidèles. Mais, une fois estompé le choc de la douleur, je ne doute pas que les uns et les autres comprendront le sens de mon geste et transcenderont leur peine en fierté. Je souhaite que ceux-là se concertent pour durer. Ils trouveront dans mes écrits récents la préfiguration et l’explication de mon geste. »
 
Sur la mort de Dominique Venner cliquez ici et cliquez là

09:45 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 20 mai 2022

Pauvre France ... jusqu’où va-t-elle tomber ?

Bernard Germain  :

En ce vendredi 20 mai, deux faits ont retenu mon attention : Tout d’abord, j’ai vu dans le média « Culture chrétienne » le petit encadré ci-dessous :

0-2.jpg

D’autre part, j’apprends que Pap Ndiaye vient d’être nommé ministre de l’Éducation nationale.

Rappelons que ce « grand intellectuel », dixit la presse bien pensante, s’est fait connaître ces dernières années par ses déclarations :

• En 2020, au moment de la mort de Georges FLOYD aux USA, il déclarait sur France Inter qu’il existait aussi en France « un racisme structurel »

• Il dénonçait également, lors de la même émission, qu’il y avait aussi en France, notamment dans les banlieues, « des violences policières ».

• Par ailleurs, ce « grand intellectuel » a accepté à plusieurs reprises, d’après la presse, de participer à des réunions interdites aux blancs, organisées par les indigénistes.

Voilà le triste sire qu’Emmanuel Macron a décidé de mettre à la tête du ministère chargé « d’éduquer » notre jeunesse.

Autant dire que le wokisme prend officiellement le pouvoir dans ce ministère si important pour les jeunes générations présentes et à venir. Nous n’avons pas fini d’en payer les conséquences.

Pauvre jeunesse et pauvre France !

Bernard Germain cliquez ici est candidat Reconquête dans la 5e circonscription des Côtes d'Armor.

21:27 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Actualité de la chevalerie

Chevalier.jpg

L'excellent site Le Salon Beige, sous le titre Notre situation est l’occasion de retrouver l’actualité intempestive de la chevalerie, relaye un article paru dans le bulletin de l'association Notre-Dame de Chrétienté qui organise le pèlerinage annuel Paris-Chartres.
Télécharger ici le bulletin : cliquez ici

A l'heure où "tout fout l'camp", il est bon et réconfortant de mettre à l'honneur ceux qui ont bâti notre civilisation...

F.F.

Actualité de la chevalerie

par Thibaud Collin dans l’Appel de Chartres

La lassitude est mauvaise conseillère. Et pourtant Dieu sait si elle a des occasions de nous saisir au regard de la situation de notre civilisation ! Situation religieuse, situation politique, pour ne pas parler de culture ni d’économie. La lassitude est mauvaise conseillère car elle ronge notre espérance qui est source de notre engagement envers le bien. C’est parce que l’on espère obtenir ou réaliser un bien à venir que l’on se détermine et que ce bien advient. La lassitude est le vice des âmes fatiguées et habituées. Cette fatigue sanctionne un engagement « à la force du poignet », sûr de lui-même et refusant de se recevoir d’une Source plus profonde et plus haute.

Dieu donne l’homme à lui-même pour qu’il se prenne en charge à travers l’épaisseur des médiations humaines (famille, métier, patrie, etc.). Mais cette liberté, don précieux et redoutable d’un Dieu magnanime, ne peut déployer toute sa mesure que si elle ne cesse de puiser la force de son élan dans la nature humaine et dans la grâce divine. L’homme qui se croit absolument autonome oscille entre exaltation et dégoût de soi. Cette grandeur qu’il cherche, souvent ardemment, il prétend la produire alors qu’il s’agit en réalité de coopérer à plus grand que lui. Notre situation religieuse et politique peut expliquer notre lassitude mais elle ne peut la justifier. La lassitude est à voir comme un signe à interpréter, un appel à changer notre regard sur notre engagement.

Car notre situation exige plus que jamais notre esprit de service et non pas un esprit de résignation et d’ennui. Notre situation est l’occasion de retrouver l’actualité intempestive de la chevalerie.

Dans un petit livre plein de saveur, Une autre chevalerie naîtra (NEL, 1949), Jean-Louis Lagor (Jean Madiran) vient recevoir ce trésor de notre civilisation chrétienne. La bonne nouvelle est que ce trésor est encore disponible. Il n’est pas réservé à l’histoire médiévale.

« Le Chevalier, écrit Lagor, était, tout simplement, un chrétien accomplissant en chrétien sa tâche quotidienne où Dieu l’avait placé. C’était une tâche militaire, parce que les tâches militaires avaient une primauté d’urgence, parce que la barbarie à vaincre était d’abord militaire. »

Aujourd’hui, la barbarie a pour nom le consumérisme, le nihilisme, sans parler bien sûr du djihadisme, bref elle est le fruit conjoint de nos renoncements intérieurs et d’ennemis forts de nos faiblesses. Le chevalier est le chrétien qui n’a pas fui le monde chaotique dans lequel la violence régnait mais qui l’a affrontée. « La Chevalerie médiévale fut une force mesurée par une vie intérieure », dit excellemment Lagor. La force est nécessaire pour lutter contre le mal. La force est en elle-même un bien en tant qu’elle est l’expression de l’activité d’un être mais elle a besoin d’être finalisée par le bien de cet être. Face à la force anarchique qu’est toujours la barbarie, le chrétien se doit d’engager sa force ; celle-ci est de nature physique, morale, intellectuelle et spirituelle. La mobilisation de ses différentes forces se nomme la vertu. Le chevalier est ce chrétien qui pratique les différentes vertus par lesquelles son humanité se bonifie. Il est fidèle et loyal au Christ serviteur. Il ne se regarde pas agir, il ne prend pas la pose. La chevalerie n’est pas une posture esthétique. C’est un esprit d’ascèse et de prière par lequel la puissance et l’humilité s’embrassent au service de la cité et de la civilisation chrétienne. Dans un monde déstructuré où les autorités temporelles étaient en crise, les chevaliers ont été une des modalités de cette suppléance que l’Église a exercée.

Dans la vie de saint Géraud d’Aurillac, écrite par l’abbé de Cluny saint Odon aux environs de l’an 930, est montrée en exemple la vie d’un laïc, de condition noble, qui consacre sa vie à protéger les pauvres et l’Église. Voilà le cœur de la chevalerie : mettre la force des armes au service de la protection des plus faibles, de ceux qui subissent le mal qu’est la pauvreté, d’abord matérielle bien sûr, mais aussi de la pauvreté morale, intellectuelle et spirituelle. Qui peut nier que cette mission est d’actualité ?

Médias, morne plaine

medias nn.jpg

Le billet de Patrick Parment

Jusqu’au 12 juin, l’essentiel de l’actualité est concentré sur les élections législatives et toute la tambouille qui tourne autour de la désignation des candidats. L’autre volet de l’actualité vue par l’œilleton français, c’est la guerre en Ukraine où carbure à fond une désinformation parfaitement orchestrée et à laquelle se soumettent la plupart des médias. On assiste ainsi à cette mascarade de ce pauvre soldat russe qui a tiré sur un civil et dont on va instruire un procès pour « crime contre l’humanité ». Ca frise quand même la caricature aux regards de toutes les guerres et exactions menées par les troupes américains depuis le Vietnam ! On notera que peu de voix s’élèvent, notamment à la télévision, pour dénoncer cette guerre que les Américains mènent par procuration contre la Russie et dont, quel que soit l’issue, ce sont bel et bien nous, les Européens, qui paieront l’addition.

Comme le souligne Pierre Lellouche dans un article de Valeurs actuelles (19/5) : « En tout état de cause, cette guerre va avoir des conséquences monumentales, notamment une coupure physique de l’Europe entre la Baltique et la mer Noire ainsi qu’une division profonde à l'échelle internationale entre ceux qui partagent les valeurs occidentales et ceux qui se retrouvent dans le modèle autoritaire russe. Sans compter les conséquences à long terme sur l’économie mondiale, les milliers de morts au combat, les mouvements de populations et les famines occasionnées par cette guerre. La Russie et l'Ukraine représentent le tiers des exportations de blé de la planète. Dans ce contexte, on a plus intérêt à circonscrire l’incendie qu’à souffler sur les braises. »

On notera pour compléter ce tableau que faute d’avoir du gaz et du pétrole – sans parler de l’uranium – les Européens vont devoir se chercher de nouveaux maitres et donc se rendre encore plus dépendant de l’Amérique ! Vladimir Poutine était-il le pire d’entre eux ? Que dire également de l’implication des entreprises européennes en Russie et des collaborations fructueuses nouées dans de nombreux domaines et pas des moindres – l’espace notamment. L’Europe avait une occasion de prendre son destin en main en menant la négociation avec Vladimir Poutine et en lui proposant la neutralité de l’Ukraine à l’image de la Finlande et le retrait des missiles américains dans le cadre de l’Otan. Mais, une fois de plus, démonstration est faite que l’Europe est un leurre et que l’on assiste, ô paradoxe, à l’égoïsme des nations. L’Europe a toujours été un champ de bataille. Il semble bien qu’elle le demeure.

10:03 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Les Français doivent apprendre à préférer les Français aux autres peuple

IMG_4547 copie.JPG

Entretien avec Daniel Conversano publié sur Riposte laïque cliquez ici

C’est toujours du bonheur d’écouter, d’entendre et de lire un entretien avec cet esprit libre qu’est Daniel Conversano… surtout quand cet échange est mené par notre contributeur Claude Lefranc…

Je défends l’idée d’une gauche identitaire, proche du projet initial de Riposte Laïque

Riposte Laïque : Vous avez rédigé un livre ZOZ7 de conseils à Z pour l’aider à gagner en 2027. Vous avez sans ambiguïté soutenu Z au 1er tour et fait un choix de raison pour MLP au 2e. Croyez-vous à la faisabilité et pertinence de l’union des droites ?
 
Daniel Conversano : Dans le cadre des prochaines législatives, la nécessité d’un bon résultat du camp luttant contre le Grand Remplacement, notre camp en somme, aurait dû en effet déboucher sur une liste commune entre DLF (Dupont-Aignan), le RN et Reconquête. On ne reconstruit pas un programme entier, un mois et demi seulement après les présidentielles. L’échéance arrive trop vite. En revanche, sur le temps long, je ne vois pas d’avenir dans l’union des droites. Pour moi, c’est une ligne de gauche identitaire qui doit naître dans notre famille politique. Proche de celle qui gouverne au Danemark. Plus proche au fond, de l’esprit initial de Riposte Laïque que de l’idéologie de l’Action française ou celle de l’extrême droite traditionnelle. Cette gauche protectionniste sauvera les idées fortes de la droite… de la droite elle-même, si je puis dire.
 
Livre de Daniel Conversano cliquez ici
 
Avec ZOZ7, j’ai voulu montrer un chemin alternatif à Éric Zemmour, pour la deuxième campagne qu’il mènera dans cinq ans. Ces conseils peuvent être utiles à n’importe quel candidat du camp national.’L’image qu’on donne de soi représente 95% du travail dans une bataille électorale, c’est essentiellement sur ce point qu’il nous faudra évoluer.Sur le fond : insister sur les moyens d’améliorer notre compétitivité économique face à des concurrents comme la Chine, rassurer en montrant que l’humanisme est de notre côté, promettre et susciter l’allégresse, être novateur dans les réformes sociétales, devenir positif dans la définition de l’identité française (« Pro » plutôt qu’ « Anti »), louer le progrès plus encore que ne le fait la gauche.
 
Mais notre progrès, pas le leur !Même si on ne gagne pas l’élection, cet archéofuturisme doctrinal sera le meilleur fer de lance d’une victoire sur un terrain métapolitique et culturel, laquelle nous garantira l’adhésion des votants de demain à l’Européanisme – cette ligne que j’ai défendue tout au long de ce livre. Une victoire et une popularité que les idées fixes de la droite conservatrice ne nous ont jamais permis d’obtenir.Ce qui compte, ce n’est pas d’avoir raison avant les autres, c’est de gagner.Vive Zemmour, Vive la France, et SURTOUT, Vive l’Europe !
 
Riposte Laïque : Pensez-vous que l’approche de Zemmour, Philippe de Villiers et Sarah Knafo de la conjonction du RN et de LR est sociologiquement adéquate en termes de psychologie électorale pour 2027 au vu des résultats de 2022 ?
 
Daniel Conversano : Oui et non. Encore une fois, pour ces législatives, il fallait faire front contre la gauche islamophile et la Macronie, donc associer RN et Reconquête aurait pu limiter la casse. Il n’y avait pas mieux à faire en quelques semaines. Mais je ne crois pas, sur des thèmes bien précis, à l’union des droites quand elle est union des contraires. On pourrait se dire que Marine rassure l’électorat prolétaire, et Zemmour, celui des classes sociales plus élevées. Mais il y a un programme à respecter, pas deux. Soit notre programme est social, soit il est libéral. Soit il avantage les prolétaires, soit il avantage les personnes aisées. Il faut choisir. Un programme économique satisfaisant pour toutes les classes sociales, ça n’existe pas. Zemmour a visé les membres de la droite cultivée plutôt bourgeoise. Ils ne sont pas assez nombreux en France pour qu’on gagne. En 2027, il doit viser la classe moyenne et les petites gens.

Les nationalistes doivent cesser d’être tournés vers le passé

Riposte Laïque : Comment mettre en pratique l’archéo-futurisme de Guillaume Faye ? Quelle est la nécessité de cette approche ? A-t-on déjà utilisé l’archéo-futurisme dans le camp patriote ?
 
Daniel Conversano : Il faut d’abord le définir. L’archéo-futurisme est un réflexe de pensée qui selon Guillaume Faye, devrait animer la droite de demain dans chacun de ses choix idéologiques. C’est l’idée qu’il faut garder du monde d’autrefois le meilleur – par exemple, la stabilité d’une famille hétérosexuelle comme modèle, comme fondement de la société – sans se fermer aux progrès de la science et de la technique. Progrès qu’il faut même encourager, car la recherche du bien-être et la création d’un monde meilleur ne sont pas de mauvais projets en eux-mêmes. L’archéo-futurisme n’a jamais été utilisé, ne serait-ce que doctrinalement par des leaders patriotes, parce qu’il entre en contradiction totale avec l’idéalisation du passé qui constitue la mythologie même du camp national. Le camp national veut « revenir à » un état antérieur de la France. Il veut retrouver le monde d’avant. Toute idée de futurisme et d’ancrage dans les réalités électorales présentes sont mal vues par les nationalistes, qui y voient là un renoncement. Pour finir de vous répondre, l’utilité de l’archéo-futurisme serait de réconcilier les Français avec un camp identitaire enfin tourné vers l’avenir, et qui n’aurait plus cette odeur de vieille chaussette sale qui lui colle à la peau aujourd’hui. L’utilité, c’est donc se rapprocher de la victoire électorale qui nous manque terriblement. C’est le sens même de mon livre : rendre la victoire possible.
 
Est-ce qu’avant, c’était si bien que cela ?Riposte Laïque : Nous avons vu comment les Russes se sont effondrés lors de la chute de l’URSS. Et comment ils ont réussi à se reconstruire psychologiquement, culturellement, politiquement et économiquement.On peut considérer que les Européens de l’ouest sont mentalement effondrés avec les idéologies gauchistes, la culpabilisation-repentance, le consumérisme athée, les français sociologiquement africanisés ou américanisés, la vision décolonialiste et autres outils de manipulation psychologique des foules.La preuve est la faible natalité européenne face à la forte natalité des africains du Maghreb ou des ethnies noires.Un peuple qui ne croit plus en lui ne se projette pas dans le futur donc ne se reproduit pas.Que conseilleriez-vous à un politicien patriote qui voudrait rebâtir son peuple et lui redonner le mental de la France d’avant mai 68 ?
 
Daniel Conversano : Je ne suis pas tout à fait d’accord avec votre constat. Il n’y a pas qu’en Europe de l’ouest que le taux de fécondité est bas. Il est très bas également en Russie. Il est bas aussi en Corée du sud et au Japon, qui sont pourtant des pays économiquement dynamiques. Selon moi, les membres des pays développés font moins d’enfants parce qu’il n’est plus utile d’en faire autant qu’avant. Ce n’est un problème que dans la mesure où en France, par exemple, les Blancs doivent cohabiter avec des peuples qui n’ont toujours pas effectué leur transition démographique. Vous parlez de phénomènes qui ne me semblent pas avoir de liens entre eux. Ce n’est pas le consumérisme qui rend les Français gauchistes. Les peuples d’Europe de l’est sont également très consuméristes, ce sont des sociétés où l’apparence, avoir une belle voiture, une maison plus grande que celle du voisin, une belle femme, compte beaucoup, mais ils n’ont simplement pas les moyens de consommer autant que nous, en Europe de l’ouest.Mon conseil pour rebâtir le moral français est d’abord d’en finir avec le masochisme qui règne à droite comme à gauche. Les Français n’ont rien à se reprocher. Mai 68 est le fruit naturel des Trente glorieuses. Plus un peuple est joyeux, plus il s’attache à la liberté, et plus il en réclame. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi. Je suis sûr que certains de vos lecteurs, comme des membres de mon public, ont vécu mai 68 et n’en ont pas gardé un souvenir effroyable, bien au contraire. La société était extrêmement rigide autrefois. Aujourd’hui, on la trouve trop libertaire et excentrique, mais mon père par exemple, a connu l’école où on frappait sur les doigts des gauchers pour qu’ils utilisent plutôt la main droite. Etait-ce normal ? Etait-ce vraiment si bien que ça ? Il faut parler des problèmes actuels des Français et chercher à les résoudre sans les accuser de quoi que ce soit. Nous sommes victimes du multiculturalisme, victimes du terrorisme, victimes de la propagande d’Etat. Le peuple n’a rien fait de mal si ce n’est, oui, en effet, trop écouter les journalistes et leurs consignes de vote catastrophiques. Je conseillerai à un politicien patriote d’apprendre avant tout aux Français à s’aimer eux-mêmes, à être fiers de leur sang et de leur culture. Zemmour a bien commencé, mais il faut aller plus loin encore. Quand les Français redeviendront fiers de leur identité blanche et de leur être profond, ils voteront mieux.
 
Riposte Laïque : Certains patriotes ont choisi d’aller habiter en Europe de l’est qui a été protégée de la culture mondiale du soft power yankee par le glacis, le temps du communisme.En tant qu’Européen, comment voyez-vous l’évolution des communautés solidaires et résilientes des Européens en Europe de l’est et de l’ouest ?
 
Daniel Conversano : Le communisme est terminé ici depuis plus de 30 ans. Ces peuples auraient donc eu le temps d’emprunter le même chemin que la France, l’Allemagne ou l’Angleterre, pourtant ils ne l’ont pas fait. Je crois que ce qui distingue les Blancs de l’est et ceux de l’ouest dépasse la question politique. L’écart relève de l’anthropologie. Les Européens de l’est ont moins d’empathie, et sont moins sensibles à la souffrance des autres. On ne peut pas les sensibiliser aux thématiques gauchistes, ils sont trop centrés sur leur seule existence pour s’y intéresser. Il n’y a pas assez de place dans leur coeur. Contrairement à ce que vous semblez croire, ils consomment de la culture américaine et peuvent même l’apprécier, mais ils en tirent ce qu’ils y trouvent de bons, ils n’en retiennent pas l’éloge du métissage et de l’homosexualité, qui est très mal vue, par exemple en Roumanie, où je vis présentement. Pourtant, ils regardent les mêmes séries Netflix que nous, ils prennent simplement de la distance vis-à-vis de la société américaine, qu’ils voient comme un autre monde ; néanmoins, ils ont tout de même de l’estime pour les Américains et leur réussite économique. Pour résumer, je dirais que je suis confiant en la capacité des peuples de l’est à résister au remplacement ethnique, car pour en accepter le principe, il faut préférer d’autres peuples au sien et à soi-même, et ce que les Européens de l’est préfèrent à tout le reste et de loin, c’est eux-même. Leur pays, leur famille, et eux-mêmes. La société ici me semble imperméable aux discours égalitaristes et à l’éloge des peuples du tiers-monde, et de tout peuple étranger d’ailleurs.

Le sécessionnisme est interdit, mais s’il s’agit de ne fréquenter au quotidien que les nôtres, d’accord !

Riposte Laïque : Connaissez-vous le projet d’Eric Verhaeghe de sécession ?
 
Daniel Conversano : Je ne connais pas ce projet, mais le sécessionisme est interdit par la loi. À ma connaissance, on ne peut pas se mettre dans un coin de France et décider que c’est notre territoire, puis décider qui entre et qui sort de ce territoire. Maintenant, si on entend par sécessionisme le fait de ne fréquenter au quotidien que des gens qui nous ressemblent et pensent comme nous, alors oui, au fond c’est ce que nous cherchons à faire à travers notre communauté.

Je ne crois pas à un éclatement spectaculaire de la société occidentale

Riposte Laïque : Comment vous situez-vous par rapport aux preppers et survivalistes ou collapsologues comme Piero San Giorgio ? 
 
Daniel Conversano : En tant qu’identitaire blanc, je suis de fait un survivaliste. J’essaie de survivre et de rester qui je suis, face à un régime politique qui me pousse au métissage et à la haine de moi-même et de mes ancêtres. Piero San Giorgio croit plutôt en l’effondrement de la société citadine, il croit aux pénuries alimentaires, en la catastrophe économique, etc. On voit bien que l’inflation est terrible cette année, le prix du carburant a grimpé partout en Europe, même là où je vis, le prix des produits alimentaires courants augmentent sans arrêt, et selon les experts économiques, cela va empirer d’ici à la fin de l’année. Est-ce pour autant un « effondrement » au sens strict ? De ce point de vue, je partage plutôt les analyses du docteur Laurent Alexandre : il n’y aura probablement plus de famine dans les pays développés, car la production alimentaire y est abondante. C’est un exemple parmi d’autres, mais je ne crois pas à un éclatement spectaculaire de la société occidentale. Je crois à une créolisation de la France et des pays de l’ouest de l’Europe, sur un modèle brésilien. Ce n’est pas l’Europe dans laquelle je souhaite vivre, c’est certain, mais c’est mon diagnostic. Les survivalistes offrent des solutions plutôt individuelles, ou disons, groupusculaires, avec un retrait stratégique vers la campagne par exemple (le principe de la base arrière, dite « base autonome durable »). Après tout, il ne faut pas mettre tous les oeufs dans le même panier, et si une partie des patriotes choisit de s’établir loin du bruit des villes, cela pourrait être utile aux autres, notamment en cas de guerre civile. Mais c’est un scénario que j’estime aujourd’hui peu probable.

Les Français doivent apprendre à préférer les Français aux autres peuples

Riposte Laïque : Dans votre entretien du 18 janvier 22  « Zemmour est le meilleur candidat que la France ait eu depuis 40 ans » vous parlez de communauté, identité, solidarité, reconstruction, résilience, race, culture, réseautage, gramscisme, entrisme idéologique et culturel, manipulation mentale, séduction, pédagogie , etc…Les blancs sont victimes du christianisme laïcisé joint à l’idéologie universaliste droitdelhommiste. Chesterton est souvent cité avec « les vertus chrétiennes devenues folles ».Selon vous, comment concrètement agir et s’organiser pour « refaire peuple » quand les Français sont devenus « citoyens du monde », masochistes, xénophiles, étrangers à leur culture et identité ? Donc de fait le produit de la culture de masse mondialisée comme le rappelle « l’Archipel francais » de Jérôme Fourquet.
 
Daniel Conversano : « Refaire un peuple » est un projet qui commence par sa base, par le peuple lui-même, et pour lequel un homme politique seul ne peut pas réussir de miracle. Les Français doivent apprendre à préférer les Français aux autres, à se préférer à tous les autres peuples. L’entraide entre Français de souche et européens identitaires doit également être totale, instinctive, se faire sans aucune arrière pensée. On parle souvent de décadence, mais avant d’être collective, la solution à la décadence est individuelle. Je vois beaucoup de gens autour de moi qui refusent de s’engager dans une relation de couple, ou qui sont en couple depuis 10 ans et ne font pas d’enfants. Personne ne les empêche de faire ce que tous ceux qui nous ont précédé ont fait pour construire notre civilisation : se reproduire. Je ne suis pas de ceux qui pensent que l’élite est responsable de l’ensemble de nos problèmes. Il y a des fléaux contemporains évidents contre lesquels il faut lutter (à chacun de faire son examen de conscience) et qui sont la fainéantise, l’addiction aux réseaux sociaux, la consultation hystérique des faits d’actualité sur lesquels nous n’avons aucune influence, etc. Tout cela fait souffrir et empêche d’avancer sur les bons projets qui de tous temps, ont animé l’esprit des Hommes. S’épanouir, trouver un travail ou une passion rémunératrice, un compagnon/une compagne, devenir un père ou une mère, assumer ses idées dans le vrai monde, les porter, être fier de qui on est. Voilà les objectifs qu’un Européen doit se donner à lui-même. Un leader politique peut rappeler ces évidences, mais pas forcer un peuple entier à faire le nécessaire, ni encore moins le faire à sa place.

Z0Z7 : comment faire gagner Eric Zemmour à la prochaine présidentielle

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter des avis, informations et réflexions pour compléter cet entretien ? 
 
Daniel Conversano : Je vous remercie pour la qualité et la profondeur de vos questions. J’invite le lecteur curieux à commander mon ouvrage « Z0Z7 : comment faire gagner Eric Zemmour à la prochaine présidentielle » ; j’ai beaucoup travaillé sur ce livre et les solutions que j’y développe tranchent avec ce qui est habituellement proposé par notre camp. Au minimum, c’est un essai qui fera réfléchir les militants patriotes qui le découvriront et qui ne connaissent pas bien mes idées.. Merci encore pour cet entretien !
 
Entretien réalisé par Claude Lefranc

10:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Paiement en roubles et sanctions : les guignols de l’UE capitulent !

ROUSSET M 1.JPGMarc Rousset

L’UE se voit obligée d’autoriser les sociétés européennes acheteuses de gaz à ne pas respecter les sanctions qu’elle a mises en place : payer en euros ou dollars, mais pas en roubles ! Elle a finalement plié face aux exigences de Poutine de payer le gaz en roubles.

Tout acheteur de gaz russe doit ouvrir un compte à Gazprombank. Cette banque russe reçoit les paiements dans la devise du contrat, les convertit à ses frais sur un deuxième compte en roubles ouvert par la société européenne acheteuse de gaz et paie ainsi Gazprom, le fournisseur de gaz, en roubles ! Pour ne pas perdre la face, l’UE exige des sociétés européennes acheteuses de gaz une déclaration guignolesque selon laquelle leurs obligations sont remplies puisqu’elles paient en euros ou en dollars conformément aux contrats signés. La déclaration ment par omission en disant qu’elle clôt le paiement pour la livraison de gaz concernée car elle oublie de préciser que le paiement ultime a finalement été effectué par le débit en roubles sur un deuxième compte en roubles ouvert chez Gazprombank.

Pourtant les dirigeants de l’UE affirmaient que jamais au grand jamais ils n’accepteraient de payer le gaz en roubles. Il s’agit donc d’une capitulation pure et simple de Bruxelles. L’important pour la Russie est d’éviter la saisie des paiements en euros ou en dollars dans des comptes ouverts auprès des banques occidentales. De plus, ces dollars et euros sont immédiatement revendus sur le marché des changes contre des roubles avec des frais de change facturés à la société européenne acheteuse de gaz. C’est la raison pour laquelle le rouble a non seulement retrouvé son taux de change d’avant le 24 février 2022, date de l’intervention militaire russe en Ukraine, mais il l’a même dépassé, narguant l’euro en train de dévisser et même le dollar américain ! Les Occidentaux qui rêvaient de voir le rouble s’écrouler pour déclencher une inflation monstrueuse en Russie se retrouvent donc, il n’y a pas d’autres termes pour exprimer le mieux possible la réalité de la situation, tout « cons » !

Selon l’agence Bloomberg, 20 entreprises européennes ont déjà ouvert des comptes auprès de Gazprombank pour payer le gaz russe en convertissant des euros en roubles. 14 autres clients ont demandé des documents nécessaires pour les ouvrir. Et 4 ont déjà effectué le paiement en roubles !

La Russie vient de gagner par exemple son bras de fer avec l’Italie : l’ENI, le groupe énergétique italien détenu par l’État, a accepté d’ouvrir un deuxième compte en roubles. A contrario, la Pologne et la Bulgarie avaient réglé leurs achats dans la devise prévue, mais avaient refusé d’ouvrir un second compte en roubles ; Gazprom, en rétorsion, a suspendu ses livraisons, considérant que le règlement n’avait pas été effectué. Selon le journal italien La Repubblica, malgré la pantomime grotesque des guignols de l’UE, « le gaz, à raison de 155 milliards de m3 en 2021, continuera à affluer de la Russie vers l’UE ».

Quant à la politique des sanctions contre le pétrole russe, c’est aussi le fiasco le plus complet !
Les divergences entre les pays européens sont très vives ! La Hongrie, dépendante à 100 % de l’énergie russe par gazoduc et oléoduc, a chiffré à 15-18 milliards d’euros le coût d’un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d’exemption, suite à un approvisionnement russe exclusif par oléoducs terrestres, du projet d’embargo pétrolier de l’UE.

Pour Vladimir Poutine, il est impossible pour certains pays européens d’abandonner rapidement le pétrole russe, comme le souhaite l’UE. « Il est évident que certains États de l’UE, dont la part des hydrocarbures russes dans le bilan énergétique est particulièrement élevée, ne seront pas en mesure de le faire avant longtemps, qu’ils ne pourront pas se passer de notre pétrole ». Le chef du Kremlin a ajouté qu’en abandonnant les approvisionnements énergétiques russes, l’Europe risquait d’acquitter à terme les tarifs les plus chers du monde, tandis que la compétitivité de son industrie serait sapée, avec la désindustrialisation et le chômage à la clé pour les Européens.
Selon le site pro-européen Euractiv.fr « l’UE joue sa réputation alors que la Hongrie continue de bloquer les sanctions contre Moscou ». Il est évident que les sanctions devraient viser la Russie et lui causer du tort plutôt que de causer du tort aux États membres, ce qui est hallucinant de bêtise et d’impréparation. Plusieurs États membres, tels que la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie ne sont pas mécontents de voir la Hongrie monter en première ligne.

Les sanctions énergétiques ne sont ni plus ni moins qu’un suicide économique et industriel pour l’Allemagne et tous les pays européens qui ont besoin d’une énergie abondante, écologique par gazoducs (ce qui n’est pas le cas des méthaniers) et peu coûteuse.

Les responsables de l’UE, suite à la concurrence du Royaume-Uni qui voulait tirer les marrons du feu, ont aussi abandonné un projet visant à interdire aux navires de l’UE de transporter du pétrole russe, après l’opposition de la Grèce et de Chypre quant à l’impact sur leur économie. Dans les problèmes de ce type, il n’y a que la règle de l’unanimité qui peut sauver certains États, ce que souhaitait de Gaulle, contrairement à ce que veut mettre en place le fédéraliste Macron, vendeur de la France industrielle à l’encan.

Face à toutes ces difficultés la Commission européenne a dévoilé un plan de 210 milliards d’euros. L’objectif technocratique est de mettre fin à la dépendance de l’Europe aux combustibles russes fossiles d’ici 2027 et d’accélérer le passage aux coûteuses et catastrophiques énergies renouvelables. Viktor Orban a pu déclarer à ce sujet : « Cela vaut la peine de se demander s’il y a un sens à une transformation coûteuse qui ne peut commencer à fonctionner que dans quatre à cinq ans., alors que la cause de tout cela est une guerre qui se déroule en ce moment ».

Le résultat provisoire des courses, c’est que la Russie gagne plus d’argent avec ses ventes de gaz et de pétrole qu’avant la guerre en Ukraine et va réorienter son secteur des hydrocarbures vers la Chine, l’Inde, les BRICS et les pays émergents. Vladimir Poutine a pu déclarer « Commettre un tel autodafé, un tel suicide économique, c’est évidemment leur problème. Nous devons agir de façon pragmatique et tenir tout d’abord compte de nos propres intérêts ( ..). Le résultat des actions chaotiques de nos partenaires a été une hausse de nos revenus du secteur des hydrocarbures, les changements sur le marché pétrolier étaient de nature « tectonique (…). Il est peu probable qu’on pourra refaire des affaires comme avant. »

La Russie croule donc sous les excédents financiers. Ses profits avec la hausse du baril sur les marchés internationaux sont supérieurs à ce qui était anticipé dans les prévisions budgétaires russes. Les sanctions de l’UE sont un échec majeur. La Russie s’enrichit tandis que « les pauvres bougres qui fument des clopes et roulent au diesel » s’appauvrissent en France et en Europe !

Le paiement en roubles du gaz russe, l’embargo par l’UE du pétrole russe, c’est un travail d’idéologues, d’enfants de chœur, d’amateurs irresponsables, de traîtres immigrationnistes et droit-de-l’hommistes, pris subitement d’une rage folle, suicidaire et gratuite pour faire une guerre économique à la Russie qui n’est pas la nôtre, mais celle de l’Amérique !

Lire Riposte laïque cliquez là

01:25 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 19 mai 2022

LORSQU'UN SIMPLE CITOYEN S'ADRESSE À EMMANUEL MACRON, ÇA POURRAIT DONNER :

ROLINAT J C.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Monsieur le Gouverneur, excellence,

Permettez à un simple citoyen de vous exprimer ce qu’il a sur « la patate » !

Après votre seconde élection à la magistrature suprême de l’État, j’ai l’honneur de vous informer que je m’écarte volontairement de la communauté active des citoyens français : « Un quinquennat de Monsieur Emmanuel Macron, ça va, deux quinquennats, bonjour les dégâts ! »

Vous allez pouvoir continuer  votre détestable politique mondialiste et anti-souverainiste, au sein des pseudos États-Unis d’Europe, cette nouvelle entité multinationale dont vous êtes l’un des parangons.

Pour ma part, au soir de ma vie, je m’interroge sur l’opportunité d’avoir servi la France, notamment comme caporal-chef dans les FFA, - classe 64-1 A -, et d’avoir été un élu municipal pendant 39 ans,  dont 19 passés en tant que 1er adjoint au maire de ma commune. 

Désormais, tout cela ne me concernera plus : effacé ou presque,  de ma mémoire ! En tant que sujet Patagon de Sa majesté Orélie-Antoine 1er , roi d’Araucanie et Patagonie par la grâce de feu Jean Raspail, son Consul-général, explorateur, grand écrivain monarchiste et catholique, - primé par l’Académie française pour l’ensemble de  son œuvre -, je vais me réfugier dans cette identité de substitution, en attendant de le rejoindre, - le plus tard possible !-, dans l’au-delà des mers.

Désormais, considérant que vous n’êtes rien de plus qu’un gouverneur d’État au même titre que ceux du Texas, de l’Utah ou de l’Arizona, - au demeurant fort belles contrées ou j’ai mis les pieds jadis -, je renonce à voir dans le pays qui m’a vu naître et où je me sens de plus en plus étranger, autre chose qu’un pays disparu. Il n’est plus que l’un des membres de cette pseudo « Union européenne », véritable « URSS sans le goulag », gouvernée par une oligarchie qui n’est pas sanctionnée électoralement par les peuples !

15:07 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sortie prochaine du nouveau numéro de la revue Réfléchir & Agir

RA_n_74_1.png

11:34 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 18 mai 2022

Samedi 3 et dimanche 4 septembre prochains : 52e Journées chouannes à Chiré-en-Montreuil (86)

I-Grande-43897-journees-chouannes-2022-les-3-et-4-septembre.net.jpg

09:52 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

PHILIPPE VARDON, FIGURE DE LA DROITE NATIONALE ET IDENTIAIRE NIÇOISE, VIENT DE REJOINDRE RECONQUÊTE !

282254571_3384620321761151_4417883748711786423_n.jpg

Un communiqué de Patrick Isnard, responsable de Reconquête ! 06 :
 
Union nationale dans la 3ème circonscription : Reconquête ! soutient Hermine Falicon et Philippe Vardon
L'union des droites fait partie de l'ADN politique de Reconquête !
 
Philippe Vardon - élu engagé et enraciné - est la seule personnalité d'envergure du RN à avoir défendu publiquement la stratégie d'union nationale, y compris face aux instances de son parti. C'est donc de manière assez logique, et en toute cohérence, que nous avons décidé de soutenir sa candidature qui est la plus à même de faire gagner le bloc patriote dans la 3e circonscription des Alpes-Maritimes.
 
Hermine Falicon, candidate initialement désignée pour porter les couleurs du parti d'Eric Zemmour, mènera cette bataille à ses côtés en tant que candidate suppléante.
 
En ne présentant pas, symboliquement, de candidature face à Eric Ciotti et en soutenant la candidature de Philippe Vardon, Reconquête ! place les Alpes-Maritimes aux avant-postes de la recomposition politique en cours.
 
Patrick Isnard
Coordonnateur départemental et régional de Reconquête !
Conseiller municipal de Grasse, candidat dans la 2e circonscription des Alpes-Maritimes.

01:28 Publié dans Législatives 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 17 mai 2022

Une rose des vents hégémonique et décadente

ukraine-l-otan-dit-n-avoir-aucune-preuve-de-retrait-russe.jpeg

La chronique flibustière de Georges Feltin-Tracol

Parmi les nombreuses hétérotélies qui découlent de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, destinée entre autres à empêcher l’ancrage de ce pays dans l’orbite euro-atlantique, la plus flagrante serait le renoncement par la Suède et la Finlande de leur neutralité historique afin de rejoindre au plus tôt l’Alliance Atlantique et son bras armé, l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

Signé le 4 avril 1949, le traité de Washington réunit douze États des deux rives septentrionales de l’Atlantique dont le Portugal de Salazar et l’Islande qui présente la particularité de ne pas disposer d’armée. Ce pacte fonde l’Alliance Atlantique en opposition frontale à l’Union Soviétique et au bloc de l’Est. La guerre de Corée en 1950 l’incite à se doter d’une composante militaire : l’OTAN.

La fin de la Guerre froide qui s’étend du 9 novembre 1989 (chute du mur de Berlin) au 25 décembre 1991 (éclatement imprévu de l’URSS) aurait pu – et aurait dû – provoquer la dissolution de l’OTAN. Son pendant soviétisé, le Pacte de Varsovie, a bien disparu dès 1991. Or la structure atlantiste va survivre à ce grand tournant de l’histoire. Elle va contribuer à l’hégémonie des États-Unis d’Amérique en Europe et à renforcer la domination occidentale matérialiste – eudémoniste sur les cinq continents. Aujourd’hui, l’organisation occidentaliste  comprend trente membres dont les plus récents datent de 2009 (Albanie et Croatie), de 2017 (Monténégro) et de 2020 (Macédoine du Nord). L’arrivée prochaine de la Suède et de la Finlande sonnera le glas de toute « Europe – puissance » indépendante. À l’exception de l’Irlande, de Malte, de Chypre, de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande, tous les États de la soi-disant Union européenne sont plus ou moins intégrés dans l’OTAN. La neutralité affichée d’États européens tels que la Suisse n’a jamais empêché une intense coopération discrète. Dans la perspective d’une invasion soviétique, l’état-major otanien avait très tôt mis en place des unités clandestines de guérilla connues sous le nom de code de Stay Behind et, en Italie, de Gladio. L’Autriche, la Suède et même la Suisse ont bénéficié de ce soutien implicite. Aucun État européen n’est de nos jours étranger à l’atlantisme institutionnel.

Dans la décennie 1990, certains milieux républicains conservateurs, souvent marginaux, tablent sur un ralliement rapide de la Russie à la sphère occidentale. L’arrivée de l’ancien ennemi aurait bouleversé la donne géopolitique et diplomatique pour tout le début du XXIe siècle, car, une fois dans l’OTAN, la Russie aurait incité les anciennes républiques soviétiques, y compris l’Ukraine et la Géorgie, à l’y rejoindre. L’extension de l’alliance militaire atlantique de Vancouver à Vladivostok via Moscou aurait toutefois été vue par l’Iran et la Chine comme une menace frontalière existentielle. Incapables de dépasser leurs préjugés russophobes, les cénacles néo-conservateurs, démocrates et républicains, rejetèrent cette éventualité et ratèrent leur rendez-vous avec le kairos. Au contraire, l’agression russe contre l’Ukraine concrétise leur lubie géostratégique. Dans les années 2000, l’OTAN participa à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak.

Aucune autre entente multinationale ne présente un tel écho planétaire qui correspond aux visées d’un Occident-monde totalitaire. L’OTAN a ainsi noué d’intenses contacts avec divers pays non-européens dans une série de contrats appelés « Plans d’action individuel de partenariat » (Serbie, Ukraine, Géorgie, Arménie, Kazakhstan), « Partenariat pour la paix » (Irlande, Suisse, Autriche),   « Dialogue méditerranéen » (Israël, Jordanie, Égypte, Maghreb dont l’Algérie) », « Initiative de coopération d’Istanbul » (Koweït, Émirats arabes unis, Qatar) et « Partenariat global » (Colombie, Irak, Pakistan, Mongolie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande). Quant à l’Australie, considérée comme un « allié majeur », elle posa en 2014 sa candidature à l’Alliance Atlantique.

Le bloc euro-atlantique constitue un grand espace qu’ordonnent et dominent les États-Unis d’Amérique. C’est un Commonwealth ultra-libéral de ploutocraties d’apparence démocratique qui sert aussi de vaste marché au complexe militaro-industriel étatsunien. Sans vouloir empiéter sur les analyses judicieuses de l’émission de Radio Méridien Zéro versée dans les questions militaires, « Ça se défend », le Rafale français, l’Eurofighter Typhoon anglo-germano-hispano-italien et le JAS 39 Gripen suédois ne peuvent pas rivaliser avec le F-35 étatsunien à la réputation (au choix) de fer à repasser volant ou de corbillard aérien. Les industries d’armement européens, en particulier françaises et suédoises, connaîtront dans les prochaines années le sort peu enviable d’Alstom racheté par General Electric grâce à une prise d’otage légale outre-Atlantique (l’affaire Frédéric Pierucci, par exemple).

À côté de son action patiente de pillage systématique du savoir-faire européen, l’OTAN, l’Alliance Atlantique et leur complice, l’Union dite européenne, attisent le nouveau chaos mondial. L’OTAN n’a jamais défendu l’Occident boréen. Elle représente plutôt l’avant-garde de la révolution sociétaliste cosmopolite. Ses instances dirigeantes souscrivent à toutes les pathologies de la modernité tardive liquide. Le 19 mars 2021, le siège bruxellois de l’OTAN tenait une conférence interne consacrée à la dimension LGBTQ+ sur le lieu de travail. La rose des vents se trouvait pour l’occasion associée au fameux drapeau arc-en-ciel… Le communiqué de presse officiel de l’entité atlantiste affirmait qu’elle « est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge y est strictement interdite. Elle a également fait œuvre de pionnière en étant la toute première organisation au monde à reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, offrant à ces couples les mêmes avantages qu’aux conjoints hétérosexuels, à une époque où le mariage homosexuel n’était reconnu que dans un seul pays, les Pays-Bas ». Jamais l’OTAN n’est intervenue dans la crise des migrants en 2015. Elle ne s’est jamais déployée pour protéger et stabiliser le flanc Sud de la Méditerranée. L’idéologie multiculturaliste, la pensée  « woke » et l’« inclusivisme » sont devenus avec l’ultra-libéralisme sécuritaire les mamelles conceptuelles de l’atlantisme 2.0.

On ne peut que constater toute la nocivité de cette organisation qu’Emmanuel Macron estimait avec erreur le 7 novembre 2019 en « mort cérébrale ». La mort cérébrale, c’est en fait ce qui attend les peuples albo-européens s’ils ne décident pas de se lever contre cette folle emprise mortifère civilisationnelle.    

Salutations flibustières !

« Vigie d’un monde en ébullition », n°32, mise en ligne, le 10 mai 2022, sur Radio Méridien Zéro.

11:46 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Une nouvelle tentative de suicide des Européens ?

62420301-45249095.jpeg

Bernard Plouvier

Contrairement à ce que certains commentateurs écrivent sur le conflit opposant depuis 2014 le gouvernement des USA (et sa marionnette ukrainienne) à l’autocrate russe, la situation actuelle de l’Europe occidentale n’évoque pas l’année 1914, mais bien celle de 1938-39.

Certes la tentative de suicide européen de 1914-18 fut assez réussie : la France récupéra l’Alsace-Moselle au prix d’1,7 million de morts (immédiates et retardées) et de 4 millions de blessés dont un tiers d’invalides (sans compter les traumatisés moraux) ; la Grande-Bretagne mit la main sur les pétroles de Mésopotamie en payant ses Dominions avec des colonies volées aux Allemands, dépossédés de leurs Flottes de guerre et commerciale ainsi que d’une foule de brevets techniques ; les Russes gagnèrent la sublime Révolution bolchevique (70 années de la dictature la plus inepte, la plus impérialiste et la plus sanglante de l’histoire).

Tout cela pour permettre aux Serbes (responsables du motif de guerre) de dominer Croates, Slovènes, Monténégrins et Bosniaques, aux Tchèques d’asservir les Sudètes, Slovaques, Ruthènes, Polonais de Teschen et autres Magyars de Slovaquie méridionale, aux Roumains de dominer les Magyars de Transylvanie, aux Polonais d’asservir des Allemands, des Biélorusses et des Ukrainiens. Chapeau bas ! 

Dans cette longue guerre, coûteuse en vies et en biens, les USA se contentèrent essentiellement du rôle de Shylock jusqu’en 1937, se faisant payer prêts et intérêts, sans trop se mêler des affaires européennes, d’où vingt années de paix, seulement troublée par les tueurs et les propagandistes du Komintern.

Seulement, la spéculation forcenée aux USA, de 1925 à 1928, avait détourné une énorme partie des moyens de paiement destinés à faire tourner l’économie, d’où une énorme bulle spéculative – plus importante que celle de 1871-73 en terres judéo-germaniques dont l’explosion en 1873 fit naître l’expression « Krach » (à la fois boursier et immobilier). 

La nouvelle bulle (de New York et autres Bourses des USA, de Londres, de Berlin et Francfort/Main) explosa – d’abord à Londres, puis à New York, que des langues vipérines nommaient « Jew York » - et ce fut la dégringolade, d’autant que l’économie des pays riches avait déjà souffert en 1928 d’une certaine saturation en biens : les riches avaient 2 ou 3 résidences encombrées de téléphones, de frigidaires, d’appareils électriques, 2 voitures etc. Même le standard de vie a ses limites !   

Et ce fut l’hécatombe économique mondiale : une carence en moyens de paiement, parce que les pontifes des Banques centrales hésitaient à faire tourner la planche à billets – c’étaient des financiers à scrupules : a-t-on jamais vu cela ?!? La chute dramatique de la consommation provoqua un chômage d’ampleur inédite et un effondrement des prix. Pourtant, on crevait de faim : dans le Tiers-Monde où on avait pris l’habitude d’être assistés par le généreux Blanc, mais aussi aux USA et en Europe, du côté des chômeurs et des ex-riches appauvris par les dévaluations d’après-guerre (une époque où certains financiers d’État se comportèrent en pirates avec leurs nationaux).

La crise épargnait seulement l’URSS – où le vulgum pecus manquait de tout sauf de propagande, de vodka et de terreur -, mais on l’on surarmait dès 1929, car le Tsar Rouge se donnait les moyens de devenir plus impérialiste encore que les Tsars des XVIIIe et XIXe siècles. Elle épargna très vite aussi le Japon, où l’on mit en valeur l’énorme Mandchourie et le Jehol, volés à une Chine en pleine anarchie.

On connaît la suite. En Allemagne, des ploutocrates ne faisaient rien de bon et un génie populiste arriva très démocratiquement au pouvoir. Il fit merveille en remettant au travail 7 millions de chômeurs, grâce à une politique de grands travaux financée par des Traites de travail escomptées par la Reichsbank comme des effets de commerce, ce qui permit de faire reprendre – et avec quel brio – l’économie, sans inflation… ce qui démolissait les stupidités de Fischer (breveté made in USA) et de son imitateur so british Keynes. 

Le menu inconvénient de ce génie résidait dans sa paranoïa délirante. Il  s’estimait investi par sa divinité panthéiste de la mission de créer un gigantesque espace de l’Atlantique à la Volga où sa « race germano-scandinave » pourrait se reproduire selon un plan eugénique, excluant les non-« Nord Aryens », dans l’espoir de faire naître, au bout de quelques siècles ou « de mille ans », le Surhomme chanté par le paranoïaque délirant Nietzsche… on recommençait le racisme du sieur Moïse, mais avec un peuple infiniment plus puissant, doté d’une technicité et de réserves d’énergie prodigieuses. En 1945, ce fut pour les Allemands l’heure Zéro : débâcle, déréliction et début de la diabolisation.

Aux USA, un riche rejeton de deux lignées de négociants internationaux voulut jouer au Démocrate de gauche – une expression incompréhensible, si l’on n’a pas été initié aux subtilités sémantiques de la politique judéo-US, un pays où les milliardaires d’origine anglo-saxonne sont de purs Yankees, gavés d’Ancien Testament, racistes anti-noirs, anti-asiates, et où les milliardaires juifs sont des racistes mosaïques et des marxistes de fantaisie. FDR (Franklin-Delano Roosevelt) arriva au pouvoir très exactement à la même époque que celle où commençait d’œuvrer le génie psychotique austro-allemand et le mollasson français qui se faisait représenter en taureau, le sieur Daladier, un peu trop alcoolisé.

FDR fit semblant de jouer au dictateur socialisant, alors qu’il volait au secours du capitalisme. Il prit des mesures inflationnistes, ce qui provoqua une hausse des prix, donna du travail à un quart des chômeurs en les transformant en fonctionnaires de l’État fédéral, à un autre quart par une politique de grands travaux, tandis que 50% restaient – stricto sensu - sur le carreau. Et comme le bon FDR n’avait pas mis en garde les spéculateurs, ceux-ci, dès que fut rouverte la source des emprunts bancaires, se mirent de nouveau à spéculer, d’où nouvelle bulle, qui s’évapore au milieu de 1937 ; derechef : 12 millions de chômeurs, une dégringolade des productions agricole, minière et industrielle… les mêmes causes engendrent en principe les mêmes effets.

Mais le FDR, sous ses allures de bonhomme niais, était lui aussi un génie – et un génie du Mal ; il n’est pas prouvé que de l’homme puisse naître un génie du Bien ! FDR réfléchit beaucoup l’été 37 et trouve la solution pour éviter toute nouvelle crise aux USA : déclencher une guerre en Europe (pour faucher les colonies des Européens : sources de matières premières, mais aussi d’une main d’œuvre à bon marché que l’on pourrait faire travailler dans ces pays exotiques – surtout pas d’immigration aux States de primitifs ! – pour produire à bas coût des biens fabriqués sous brevets US. Il venait d’inventer l’économie globale. 

1938 lui offrit matière à réflexions géopolitiques. Les Allemands réclamaient le Sudetenland dont la population était brimée depuis 1919 par les Francs-maçons racistes et sectaires de Prague ; le Président tchèque, un nabot ambitieux qui voulait faire de Prague la nouvelle Vienne, soit la capitale des pays danubiens, avait concocté des alliances avec la France dont la « formidable armée » était considérée comme « la meilleure du monde » et avec le Tsar Rouge, qui regorgeait de chars et d’avions de combat. La guerre aurait ainsi éclaté pour faire respecter les « Traités de la région parisienne » de 1919 où l’on avait accumulé assez de casus belli pour engendrer des guerres un peu partout en Europe. 

FDR n’était pas prêt : il n’avait pas d’armée et le complexe militaro-industriel n’existait encore que dans sa très fertile imagination. En outre, à Londres, dirigeait un honnête homme, pacifiste, et à Rome un homme de grand bon sens. Et au lieu de s’entre-égorger, les Européens appliquèrent le Droit des peuples : les Accords de Munich, parfaitement démocratiques, attribuèrent les Sudètes au Reich, les Polonais de Teschen à la Pologne, les Magyars de Slovaquie du Sud à la Hongrie et donnèrent l‘autonomie aux Slovaques et aux Ruthènes qui l’attendaient depuis les promesses à eux faites durant la Grande Guerre ! La paix était sauvée et la démocratie l’avait objectivement emporté.

Cela ne faisait pas l’affaire du Tsar Rouge, tenu à l’écart, ni des plans mirifiques de FDR – affublé d’une opinion publique sage, ni impérialiste ni belliciste, il lui fallait une énorme guerre en Europe pour avoir l’autorisation du Congrès de créer le complexe militaro-industriel qui lui permettrait officiellement de transformer son pays en « arsenal de la bonne cause » et, surtout dans son esprit, de doter les USA de la plus formidable armée permanente de l’histoire. Et FDR eut une chance extraordinaire : au bon moment, il put actionner deux groupes de fous furieux bellicistes.

Le génie austro-allemand estimait que depuis 1917, les Juifs avaient tout gâché dans les deux pays germaniques : le Reich de Weimar et l’Autriche. Depuis 1933, il avait donc exclu progressivement les Juifs de la vie publique, des media et de la vie économique, les priant « d’exercer dans d’autres pays leurs inestimables talents » (Adolf Hitler dixit). Depuis 1933, les dirigeants des associations juives avaient « déclaré la guerre au Reich nazi » (Haïm Weizmann scripsit). FDR avait donc derrière lui une armée de propagandistes déchaînés, riches et, en dignes élèves du judaïsme talmudique-rabbinique, prêts à déformer quelque peu les faits pour servir leur cause, sans trop se soucier du sort des millions de Juifs restés en Europe continentale. 

Mieux encore pour FDR : depuis 1918 existait une Pologne dont les aristocratiques chefs rêvaient de ressusciter l’éphémère Grande Pologne médiévale, étendue des États baltes jusqu’à la Mer Noire. Pour l’heure, ils se contentaient d’irriter le colosse germanique à propos de Dantzig, un État peuplé à 96,7% de Germains, administré par des esthètes de la SDN (l’ONU de l’époque, avec la même efficacité, à ceci près qu’elle était dominée par les Britanniques, comme de nos tristes jours, l’ONU est la servante des USA).

Le casus belli était mince, voire ridicule, d’autant que là encore le Droit des peuples était en faveur des Allemands judéophobes… et les Polonais l’étaient également, comme l’étaient aussi les Baltes, les Biélorusses, les Ukrainiens, les Roumains, les Slovaques, les Croates. La diabolisation du Germain judéophobe, partie de New York, de Chicago et d’Hollywood, épargna l’idiot utile polonais comme elle avait épargné le judéophobe « Staline »-Djougashvili. Et toutes les paroles de bon sens des pacifistes n’y purent rien : on fit « la Guerre pour Dantzig ».  

Il ne restait plus au gentil FDR, réélu en 1940 sur un programme pacifiste et neutraliste, de multiplier les vexations envers les vilains Nippons, qui occupaient le tiers de la Chine évinçant les négociants US, pour « leur faire tirer le premier coup de canon » (FDR dixit).

Le triomphe de FDR fut posthume. On avait utilisé l’Armée Rouge pour vaincre la Wehrmacht et « Staline », ce voyou, en avait profité pour voler la moitié de l’Europe ; surtout FDR était mort prématurément, vaincu par une hypertension artérielle maligne, mais de brillants esprits avaient compris son schéma politique. Ce furent la Guerre Froide (ainsi appelée en dépit d’une multitude de points chauds), puis la débâcle des Soviétiques, accablés de bêtise, d’ineptie, de corruption et de népotisme. 

Et nous nous retrouvons, près de 80 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, en état de « menace de danger de guerre » (Guillaume II de Prusse et Empereur des Allemands dixit en juillet 1914). Cette fois encore, comme en 1939-41, les USA veulent la guerre, car ils en ont besoin !

En effet, toute la politique impérialiste US suit le schéma rooseveltien : la guerre et le complexe militaro-industriel sont financés par la Dette fédérale, grâce au dollar-monnaie de singe, que la FED fait imprimer sans le moindre gage, hormis bien sûr les immenses retombées économiques, donc financières, de la guerre permanente, génératrice dans l’immédiat d’une hyperconsommation et de destructions, puis source de reconstitution des stocks et de reconstruction… et le cycle peut reprendre. 

FDR a transposé à l’économie politique le principe de la vis sans fin… ou du vice sans fin.      

11:40 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 16 mai 2022

Ukraine : nous marchons vers la guerre comme des somnambules

guaino.jpg

L’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, Henri Guaino, relève des analogies entre la situation internationale née de la guerre en Ukraine et l’état de l’Europe en juillet 1914. Sans renvoyer dos à dos l’agresseur et l’agressé, et tout en distinguant le bellicisme de Moscou et le discours désormais martial de Washington, il s’alarme du durcissement des positions en présence qui ne laisse aucune place à une initiative diplomatique et à une désescalade.

Lire la suite ICI

Source : Le Figaro 13/5/2022

16:34 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Régis Debray-SylvainTesson : faut-il changer le monde ou le contempler ?

tesson-debray nn.jpg

Tout oppose et tout réunit Régis Debray et Sylvain Tesson. Entre eux, ce n’est pas la rose et le réséda, celui qui croit au Ciel et celui qui n’y croit pas. Mais celui qui crut en l’histoire et celui qui fuit dans la géographie. Le normalien et l’alpiniste, l’activiste et l’aventurier, Sartre contre Homère, les maquis d’Amérique du Sud et les steppes d’Asie.

Ce qui les réunit ? Une langue claire et vive, une prose où se mêle sans cesse le vécu et l’analyse, un culte du bon mot et de la saillie. Une forme d’antimodernisme, snobisme des cimes pour l’un, scepticisme de celui qui a tout vécu pour l’autre. Ils ont tous deux frôlé l’abîme, la chute pour Tesson, l’AVC pour Debray. Ils en ont tiré, pour l’un, une forme nouvelle de gravité, pour l’autre, au contraire, un goût renouvelé pour la légèreté. Le 9 mai, lors d’une soirée exceptionnelle, Salle Gaveau, Le Figaro a reçu les deux écrivains. Lors d’un passionnant dialogue, animé par Vincent Trémolet de Villers, ces deux illustres représentants de l’esprit français ont parlé d’histoire et de géographie, de nature et de culture, de politique et de littérature... Voici de larges extraits de leur conversation.

 Lire la suite ICI

Source : Le Figaro 16/05/2022

16:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 15 mai 2022

NOTRE SITE LIBRAIRIE EST À VOTRE DISPOSITION...

2022 05 BIBLI SN 1.jpg

COMPLÉTEZ VOTRE BIBLIOTHÈQUE MILITANTE,

CONSULTEZ NOTRE SITE LIBRAIRIE CLIQUEZ LÀ

12:01 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Mini-jupe : le procureur Yolande Renzi classe sans suite une agression sexiste

219-webedia-articles-83e-2fd-f4cc047f83782f02b0de0e97f2-la-minijupe-plus-qu-un-vetement-un-etat-d-esprit|1427368-la-minijupe-est-bien-plus-qu-un-vetement-orig-2.jpg

Hugues Bouchu

Ben voyons ! Malgré le témoignage poignant de cette jeune étudiante strasbourgeoise, victime de coups et blessures assénés par trois fuyards pour avoir osé porter une mini jupe en pleine rue, la procureur de la République Yolande Renzi a souhaité classer l’affaire au registre des «agressions présumées » et donc sans suite…

S’enfonçant dans son déni de réalité en refusant de communiquer d’autres éléments sur « ce » dossier, que veut-elle donc alors faire oublier sur les preuves de cette agression à l’encontre de la jeune victime ?

Pourtant il suffit de se rapprocher sur les détails de cet acte féminicide, coups de poing et œil droit tuméfié, pour s’agacer une nouvelle fois des incohérences des autorités judiciaires, préférant étouffer les faits pour se protéger vraisemblablement de réaction des associations locales…

D’autant plus que le journal « Libération » s’est intéressé à l’affaire en veillant surtout à diaboliser cette agression gratuite sous prétexte que son témoignage serait le fruit d’une organisation « Droitiste »…

Les choses sont encore inversées : l’agresseur devient l’agressé et la victime devient coupable.

Finalement, la procureur n’est elle pas une doublure du Docteur Jekyll ou peut être de Mister Hyde ?

Lire aussi cliquez ici

10:53 Publié dans Hugues Bouchu | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 14 mai 2022

Ce qui pourrait redonner vie à la droite

4661121-la-chronique-de-mathieu-bock-cote-sur-eu-opengraph_1200-4.jpg

Mathieu Bock-Côté

 Le scénario politique qui semble s’écrire en direct annonce pour les prochaines années un étrange débat public pour la France : un espace politique désormais configuré à travers l’affrontement entre le progressisme européiste de la majorité macronienne et la gauche radicale ralliée autour de Jean-Luc Mélenchon, avec une droite en lambeau, écartée entre son résidu traditionnel et sa part populiste en déroute. Plusieurs en sont encore sonnés : ne répétait-on pas depuis plusieurs années que le pays était à droite et que ses préférences idéologiques allaient finir par se traduire en une majorité politique ?

Que s’est-il passé ? La droite est-elle condamnée à l’invisibilité politique, dans une configuration où elle ne sera à peu près plus rien, à moins de s’annexer à la majorité macronienne, pour en représenter une nuance de plus ? Il faut d’abord revenir sur l’illusion d’une décennie intellectuelle, pour mieux voir comment la droite s’est décomposée. On la résumera ainsi : la droite a voulu se croire majoritaire dans le pays, et au seuil, pour cela, du pouvoir, qui lui reviendrait de droit. Mais elle avait tort de se croire majoritaire. On me pardonnera de reprendre une formule dont j’ai souvent fait usage : la gauche a été si longtemps hégémonique qu’il lui suffit d’être contestée pour se croire assiégée, alors que la droite a été si longtemps dominée qu’il lui suffit d’être entendue pour se croire dominante. Parce qu’elle s’est vue exister à la télévision pendant quelques années, la voilà qui croyait exercer désormais à son tour l’hégémonie idéologique. Mais dès que le régime diversitaire se sent fragilisé, il se braque et mate le rebelle qui entend critiquer non plus seulement les dérives du progressisme mais ses fondements. Il dispose de vastes ressources médiatiques et juridiques pour arriver à ses fins, si nécessaire. C’est ce qui s’est passé.

Il y a pourtant une toute petite part de vérité dans la prétention de la droite : si la droite n’est pas majoritaire en matière économique, sociale ou sociétale, en France, elle l’est toutefois autour des questions régaliennes et identitaires. À peu près tout confirme l’existence d’une majorité souhaitant en finir avec l’immigration massive et désirant entreprendre la reconquête des quartiers qui se dérobent à la souveraineté et aux mœurs françaises. En deux mots, sur la question identitaire, la France est à droite.

Mais le régime diversitaire est justement constitué autour de la censure de la question identitaire, et constitue un dispositif inhibiteur pour l’empêcher de prendre forme politiquement, ou du moins, pour l’émietter et la déformer. Ainsi, les sondages n’en finissent plus de saucissonner la question identitaire en dissociant l’identité de l’immigration, de la laïcité et de la sécurité. Quant à cette dernière, elle s’émiette en milliers de faits divers éparpillés, censés intéresser les esprits vulgaires, sans envergure, les yeux rivés sur une vie quotidienne périphérique n’ayant aucune portée symbolique ou sociologique.

Et dès qu’une force politique cherche à s’emparer de ces enjeux, elle se fait extrême-droitiser. Valérie Pécresse l’a constaté lorsqu’elle s’est aventurée sur cette question au Zénith. Ce fut aussi le cas d’Éric Zemmour. Quant à Marine Le Pen, elle a cherché à se faire une place dans le périmètre autorisé du régime diversitaire en sacrifiant la question identitaire pour la question sociale. Frappée par une forme de culpabilité héréditaire, elle n’en fut pas davantage acceptée. Chacun entend le message : qui s’aventure sur cette question sera banni. Le résultat politique est clair : la droite refuse ainsi de se constituer sur le seul enjeu où elle est majoritaire et où elle pourrait prendre d’assaut un système qui l’invisibilise et la condamne à l’insignifiance, au témoignage ou à la protestation. Paradoxalement, cet enjeu touche l’existence même du pays.

On en revient au débat des années à venir, qui se tiendra dans les paramètres du progressisme, écartelé entre sa branche réformiste et sa branche révolutionnaire, les deux célébrant un « nouveau peuple » se substituant au peuple historique français. Le système partisan déforme la volonté populaire au point de l’inverser. La droite doit-elle chercher sa petite place dans un espace construit pour son refoulement ? On n’a cessé d’expliquer à ses composantes, ces derniers mois, que la plupart des réformes qu’elle souhaite sont impossibles dans les paramètres institutionnels actuels, ce qui l’a poussé avec raison à vouloir renouer avec le référendum. Elle constate aussi qu’elle ne peut s’insérer dans le débat médiatique actuel sans avoir le mauvais rôle. Elle ne pourra renaître qu’en posant directement la question du régime, en renouant avec la conception de la démocratie aux origines de la Ve République, que ne cessent de trahir ceux qui s’en réclament aujourd’hui.

Source : Le Figaro 14/5/2022

12:03 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

01:00 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 13 mai 2022

Dans les Côtes d'Armor, un candidat atypique de Reconquête !

2022 05 b germain 22.jpg

La dynamique fédération costarmoricaine de Reconquête!, dirigée par le briochin Pierre-Yves Thomas, présente des candidats dans toutes les circonscriptions de ce département breton. Parmi ces candidats, l'un d'entre eux a retenu notre attention. Il s'agit de Bernard Germain (5e circonscription - Lannion Paimpol) qui s'est engagé il y a quelques années dans le combat contre la nouvelle escroquerie écologiste qu'est la méthanisation. Nous avons d'ailleurs édité son livre sur le sujet le mois dernier.

Mais ce qui nous intéresse aujourd'hui, c'est le côté atypique de ce candidat dont le passé militant ne devait pas, à première vue, l'amener dans les rangs de Reconquête!. Et pourtant...

Ce vendredi matin, il tenait une conférence de presse à Lannion pour expliquer le sens de sa candidature. Synthèse nationale était présente.

S.N.

Bernard Germain, vous serez le 12 juin prochain, le candidat de Reconquête! aux élections législatives dans la 5° circonscription des Côtes d’Armor. Votre profil est assez atypique et peut être qualifié comme celui d'un « homme venu de la gauche ».  Pouvez-vous vous présenter ?

Durant ma jeunesse, je fus Président de l’UNEF-ID pendant deux ans dans la ville où je vivais en province. Après mes études universitaires, j'ai rejoint la vie active et adhéré immédiatement à Force Ouvrière.

En 1976, après avoir réussi le concours des PTT, j'ai été nommé à Paris au centre de tri de la gare Montparnasse dont je suis devenu le responsable local de ce syndicat.

En 1981, j'ai voté pour François Mitterrand et rejoint le PS. Je l'ai quitté à la suite du « virage de la rigueur » en 1983. À cette époque, j'ai fréquenté entre autres régulièrement Jean-Luc Mélenchon (Méluche pour les intimes)...

Après avoir quitté le PS, vous avez abandonné l'action politique ?

Définitivement « dégoûté » par la gauche, je n'ai plus été membre d’aucun parti pendant plusieurs décennies. Je me suis consacré essentiellement au syndicalisme.

Sur le plan professionnel, en 1982, j'ai quitté la Poste pour rejoindre France Télécom dans les Yvelines. Je suis devenu rapidement permanent FO de la DOT (Direction Opérationnelle des Télécommunications) des Yvelines. À ce titre, je fus également membre du Bureau de l’Union Départementale FO 78. Simultanément, j'ai passé des concours internes et suis devenu successivement, contrôleur, inspecteur puis cadre supérieur.

Cet engagement syndical vous a conduit à des responsabilités importantes dans les organismes sociaux de votre département ?

En 1989, lors des premières élections à la Sécurité Sociale, j'ai été élu administrateur de la CPAM (Caisse primaire d'assurance maladie) des Yvelines sur la liste présentée par FO. Je suis devenu vice-président du Conseil d’Administration pendant de longues années.

En 1990, je cesse mes activités de permanent FO à France Télécom (tout en restant membre du Bureau de l’UD-FO et administrateur CPAM) pour rejoindre les services à la Direction Régionale Ile-de-France. J'occupais le poste d’expert en infographie et en étant détaché à 50% à l’OCTAL (Office Central des Terminaux d’Abonnés et des Lignes - la Direction Générale Technique) en qualité d’expert national.

Avez-vous repris d'autres activités syndicales par la suite ? 

En 1995, le Secrétaire général de FO-PTT m'a demandé de le rejoindre à la Fédération pour construire le « secteur privé » (Bouygues, SFR, Free...) en relation avec l’ouverture à la concurrence du secteur des télécommunications. J'ai construit des dizaines de syndicats et recruté des centaines d’adhérents, permettant ainsi à la Fédération FO de s’implanter durablement dans le secteur privé et plus seulement dans le secteur « public ».

Au titre de ces différentes responsabilités, j'étais membre du Bureau national et du Secrétariat national de FO-PTT qui deviendra par la suite FO-COM. L’ouverture à la concurrence du secteur des télécommunications imposait l’élaboration de textes conventionnels afin d’homogénéiser les règles sociales dans toute la profession. La négociation d’une Convention Collective Nationale de branche « étendue » (s’imposant à tous les opérateurs ayant les codes NAF concernés) était une nécessité. Logiquement, J'en fut l’un des négociateurs FO aux côtés de mon Secrétaire général. Après la ratification de cette convention, j'ai cessé mes activités syndicales en 2002 et rejoint les services de France Télécom (devenu Orange).

C'est à ce moment là que vous vous retrouvez en Bretagne ?

J'ai terminé ma carrière à Lannion - pendant huit années - dans le principal centre de Recherche et Développement d’Orange, en qualité d’Ingénieur Logiciel. Je suis à la retraite depuis mars 2020. 

Vous êtes également un militant pour la défense de l’environnement. Durant l’été 2019, vous avez été confronté à la tentative d’implantation d’une structure de méthanisation proche de votre domicile. ?

Effectivement, la riposte de la population fut immédiate. J'ai participé à la création d’une association et en ai pris la présidence, pendant un an et demi. J'ai organisé la mobilisation, collecté des fonds pour payer les avocats et réalisé des adhésions pour notre association. Nous avons notamment tenu un meeting dans ma petite ville, réunissant plus de 400 personnes. L’affaire est actuellement en jugement.

Vous avez tiré de cette expérience de nombreuses leçons et écrit un livre ?

Oui effectivement. en octobre dernier, suite à une conversation avec votre directeur Roland Hélie, j'ai écrit un livre « Méthanisation, la nouvelle escroquerie écologiste » cliquez ici qui a été publié par Synthèse nationale.

Résumez-nous votre engagement politique et les raisons qui vous ont amenées à rejoindre Eric Zemmour ?

Toute ma vie a été marquée par mon attachement à la justice sociale, donc aux valeurs du Conseil National de la Résistance qui ont notamment permises la mise en place de la Sécurité Sociale, avec ses valeurs cardinales que sont la solidarité entre les générations et l’égalité sociale. Mais également à la défense de l’environnement, comme nous venons d'en parler au sujet de la méthanisation.

En revanche, je fus « douché » par le fonctionnement et la politique des partis de gauche, ce qui m’éloigna d’eux et de la « politique » politicienne. Ces éléments n’ont d’ailleurs fait qu’empirer avec le temps et ont abouti à un divorce définitif de la gauche, singulièrement du PS, d’avec les « couches laborieuses », du fait du virage stratégique « Terra Nova » d’une part. Mais également suite au référendum de 2005 où toute la classe politique, y compris la gauche, a trahi le vote du peuple pour un ralliement honteux à l’Europe, en parfaite contradiction avec le vote exprimé.

En 2019, j'ai découvert Éric Zemmour. D’abord lors de débats à la télévision. Interpellé par l’agressivité dont ce dernier fait l’objet, je me suis intéressé au personnage. J'ai donc lu ses livres et suivi quotidiennement ses émissions sur C-NEWS. J'ai été convaincu par l’honnêteté intellectuelle du personnage et pris conscience de la réalité des problèmes que celui-ci dénonce.

En 2021, lorsqu’Éric Zemmour annonce sa candidature à la présidentielle, j'ai adhéré à Reconquête! et milité pour lui dans la 5° circonscription des Côtes d’Armor à l’occasion de la campagne électorale qui précéda celle-ci.

Sans renier aucune des valeurs sociales auxquelles je suis attaché et ai consacré tant d’années de ma vie, je suis aujourd’hui le candidat de Reconquête! aux législatives du 12 juin, parce que je pense que pour sauver notre système social, pour sauver notre société, pour défendre notre identité, il faut sauver la France et pour ce faire arrêter les dérives mortifères constatées depuis des décennies. 

Vous êtes donc un "homme venu de la gauche" mais votre suppléante est-elle une femme de droite ?

En effet, ma  suppléante, Margaret Studler, fut candidate du Mouvement pour la France de Philippe de Villiers dans la circonscription en juin 2002. A nous deux nous formons une sorte de "Synthèse nationale" ce qui ne devrait pas être pour vous déplaire.

Propos recueillis par Guirec Sèvres

Site de Bernard Germain cliquez ici

IMG20220513113914.jpg

Vendredi 13 mai, Bernard Germain présentait sa candidature à la presse (avec sa suppléante Margaret Studler) lors d'une réunion à Lannion.

Lire Ouest France cliquez ici

Lire Le Télégramme cliquez là

18:39 Publié dans Bernard Germain, Législatives 2022 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean_marie Le Pen de cette semaine

ccdssqze.jpg

 

17:32 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Dimanche dernier, 8 mai, le Parti de la France a rendu hommage à Jeanne d'Arc à Montretout (Saint Cloud) chez Jean-Marie Le Pen

279898212_678456286771070_4752607667994804639_n.jpg

Dimanche 8 mai, le Parti de la France a honoré Jeanne d'Arc dans la demeure historique de Jean-Marie Le Pen au Parc de Montretout à Saint-Cloud.

Souffrant, le maître des lieux n'a pu, à son grand regret, être parmi nous. Sa femme Jany et le Colonel Patrick Hays se sont chargés de le représenter.

Après un hommage à la statue de Sainte Jeanne d'Arc lors duquel sont intervenus Thomas Joly (Président du Parti de la France), Roland Hélie (Directeur de Synthèse nationale) et Jany Le Pen (photo ci-dessus), les convives se sont restaurés autour d'un cochon grillé dans le jardin de la propriété, dans une ambiance de franche camaraderie.

280127321_678442896772409_7035497125394270649_n.jpg

Plus de photos cliquez ici

00:52 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Eric Zemmour relaxé en appel après ses propos sur le maréchal Pétain

image_0931529_20210204_ob_f199ea_zemmour-petain.png

Valeurs actuelles cliquez ici

Le fondateur de Reconquête! avait déclaré que l’homme d’Etat avait « sauvé » les Juifs français. Plusieurs associations, dont SOS Racisme et la Licra, s'étaient portées parties civiles.

Une nouvelle fois, Eric Zemmour a remporté son procès pour « contestation de crime contre l’humanité ». En décembre dernier, le parquet de Paris avait requis une amende de 10 000 euros contre l’ancien chroniqueur qui avait soutenu, en octobre 2019 sur CNews, que le Maréchal Pétain avait « sauvé » les Juifs français. Relaxé en première instance, l’ex-candidat à la présidentielle avait vu le parquet faire appel de la décision.

Plusieurs associations face à Eric Zemmour

Les propos du candidat aux législatives dans le Var avaient été prononcés le 21 octobre 2019 lors d’un débat avec Bernard Henri-Levy. « Un jour, dans une autre émission, vous avez osé dire que Pétain avait sauvé les Juifs français. C’est une monstruosité, c’est du révisionnisme », s’était emporté le philosophe. « C’est encore une fois le réel, je suis désolé », avait répondu l’écrivain.

Faisant face à plusieurs associations (Mrap, Licra, SOS Racisme…) qui s’étaient constituées parties civiles, Eric Zemmour avait persisté dans ses propos évoquant un débat qui doit être tranché par des historiens. « Je tiens à répéter ce que j’ai dit, les chiffres parlent d’eux-mêmes : en France, 40 % des Juifs étrangers qui ont été exterminés et 90 % des Juifs français qui ont survécu », avait-il affirmé. Avant de conclure : « J’admets que l’on puisse contester ce que je dis mais je ne vois pas en quoi ce que je dis conteste que des Juifs aient été exterminés par des Allemands. »

00:40 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 12 mai 2022

Les criminels s’en donnent à cœur joie

gettyimages-917964260.jpg

Franck Deletraz

 Les bandes ethniques et autres barbares responsables de l’ensauvagement effrayant de notre pays l’ont parfaitement compris : Macron ayant été réélu, ils vont pouvoir continuer tranquillement à piller, saccager, violer et massacrer, tout en bénéficiant d’une insupportable impunité. Ainsi, et comme nous nous y attendions, depuis deux semaines, les faits divers relevant de la pire sauvagerie se multiplient à un rythme exponentiel sans bien sûr susciter la moindre réaction de la part de l’Etat, et même, pourrait-on dire, avec les « encouragements » d’une justice dont le laxisme a pris des proportions ahurissantes.

 Battue à mort par un SDF repéré depuis un mois

 Au cours de ces seuls derniers jours, les agressions particulièrement violentes, qui autrefois relevaient de l’exception, auront ainsi été légion. Parmi celles- ci, on retiendra notamment le sauvage assassinat, lundi matin à Marseille, d’une femme de 55 ans, battue à mort dans le parking souterrain de sa résidence par un SDF d’une quarantaine d’années interpellé le jour même « sur la base d’un signalement transmis aux services de police ». Selon les premiers éléments de l’enquête, cet individu, récemment sorti de prison, et donc déjà connu de la police et de la justice, qui rodait dans le quartier depuis plusieurs semaines, aurait frappé sa victime à la tête « avec acharnement » avant de prendre la fuite. Si le mobile de cet assassinat n’a pas encore été établi, un policier chargé de l’enquête, précisant au passage que l’homme était « déjà bien connu des cellules psychiatriques », confiait cependant mardi que celui-ci avait « agi de manière totalement gratuite ».

 Quatre hommes « tous de type africain »

 Quarante-huit heures auparavant, au Chesnay-Rocquencourt (Yvelines), c’est le chef étoilé italien Simone Zanoni et sa femme qui étaient violemment attaqués et dépouillés à leur domicile par quatre barbares « tous de type africain » et armés. Après s’être introduits de force chez eux, les quatre sauvages les ont tous les deux frappés, ligotés, interrogés à coups de gifles, avant de repartir avec leurs cartes bancaires, leurs bijoux, de l’argent, des objets de marque, et leur Porsche Cayenne. Les victimes ayant alors pu donner l’alerte, l’un des quatre agresseurs, un « jeune » de 17 ans habitant le XIVe arrondissement de Paris et déjà connu de la police, a pu être interpellé un peu plus tard par une patrouille de la BAC alors qu’il était au volant de la Porsche. Mis en examen dimanche, il a été incarcéré dans la soirée. Mais probablement pour peu de temps... Enfin, on n’oubliera pas non plus cette autre agression barbare dont ont été victimes samedi soir le patron, le personnel et les clients du restaurant Près-la-Rose à Montbéliard : parce qu’il avait juste réprimandé deux voyous ethniques qui faisaient des rodéos à moto près de sa terrasse, Philippe Hugon a en effet vu débarquer dans son restaurant quelque 25 « jeunes » armés de couteaux, qui ont insulté, menacé et bousculé son personnel et sa clientèle. Une attaque qui, cependant, n’a guère surpris Philippe Hugon car, comme il l’a expliqué depuis aux journalistes : « le soir, quand il fait nuit au Près-la-Rose, si on vous chope, vous êtes mort. Il n’y a pas de caméra et personne pour vous porter secours... »

 Source : Présent 12/5/2022

 

13:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Un rapport terrifiant du Sénat sur l’immigration.

imi jj.jpg

« Un droit des étrangers devenu illisible et incompréhensible » ; « source de difficultés quotidiennes pour les agents de l’État chargés de le faire appliquer »; « véritable fonds de commerce pour certains cabinets d’avocats ou de juristes qui n’hésitent pas à en exploiter les failles à des fins lucratives »... Le dernier bilan de la commission des lois du Sénat sur la gestion de l’immigra- tion, que Le Figaro livre en exclusivité, ne fait pas dans la litote.

lire la suite ICI

Source : Le Figaro 11/05/2022

 

09:54 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 11 mai 2022

L’irrésistible basculement du système monétaire international

dollar.jpg

Olivier Pichon

Que mes lecteurs n’aillent pas penser que je suis saisi par l’aura sacra fames, mais depuis quelques semaines je leur laissais entendre qu’il fallait regarder du côté du Kremlin et de la Banque de Russie pour ce qui est de l’or et du rouble. Les choses se confirment et, comme en 1919 et 1945, la guerre est un accélérateur de l’histoire, en l’occurrence le signal à petit bruit d’une dédollarisation du monde, bien sûr lente et, hélas ! non sans soubresauts prévisibles (les Américains ne laisseront pas faire : voyez l’Irak, la Lybie...), doublée de la fin de la domination du monde occidental.

Le roi dollar s’imposa donc définitivement à Bretton Woods en 1944, contre l’avis de Keynes, avec lequel, pour une fois, je tomberai d’accord, qui souhaitait une monnaie internationale, le « bancor ». Il n’en fut rien parce que l’offre était américaine et la demande mondiale ; dans un monde ravagé et en proie à la pénurie, la logique voulait qu’on demande la monnaie du pays de l’offre, dont la monnaie, de surcroît, était la seule convertible en or.

Echapper à l’orbite du dollar

Pour l’heure, le Kremlin confirme son intention de soutenir le rouble avec de l’or et des matières premières. Le 26 avril, dans une interview accordée au journal Rossiyskaya Gazeta, le se- crétaire du Conseil de sécurité de la fédération de Russie, Nikolaï Patrushev (il a succédé à Vladimir Poutine au poste de directeur du FSB, en 1999) a déclaré que les experts tra- vaillaient sur un projet visant à adosser le rouble russe à de l’or et à d’autres matières premières. Ce que j’annonçais depuis plusieurs semaines.

Nikolai Patrushev : « Pour qu’un système financier national soit souverain, ses moyens de paiement doivent avoir une valeur intrinsèque et une stabilité des prix, sans être rattachés au dollar. » On ne saurait être plus clair !

La « science économique » des Occidentaux

On aura compris que la guerre a offert à Poutine une occasion de se soustraire à l’orbite du dollar comme le souhaitent les pays de l’ ASEAN (association de pays de l’ Asie du Sud-Est), de l’OCS (pays de l’environnement Russie-Chine) et même les BRICS (grandes puissances émergentes). Mais, plus encore, c’est le dis- cours dominant, celui que tous les étudiants apprennent dans nos écoles, celui que répètent les politiciens surtout fonctionnaires de l’Union européenne, qui est remis en cause par Patrushev. En effet, il souligne qu’on lui oppose qu’il agirait en contradiction avec la théorie économique ; il répond : « [Mes propos] ne contre- disent pas la théorie économique, mais plutôt les conclusions des manuels occidentaux. » Comprenez que la « science » économique occidentale serait tout simplement une idéologie, voilà qui est intéressant ! Et celui-ci d’ajouter : « Nous sommes clairement conscients que l’Occident ne permet aux autres pays d’être ses partenaires que lorsque cela lui est profitable. »

La fin de la domination du monde occidental

« Le système financier mondial actuel est construit uniquement sur la confiance, y compris la confiance dans les Etats-Unis en tant qu’émetteur de la monnaie de réserve mondiale. Il y a un demi-siècle, le facteur “or” était présent, mais en 1971 les Etats-Unis ont délié leur monnaie de ses cotations, ce qui a permis d’émettre de la monnaie pratiquement sans contrôle. » Patrushev fait ici allusion à la suspension de la convertibilité en or du dollar, voulue par Nixon en 1971. On pourra retenir comme date clef de l’histoire monétaire l’année 2022, comme 1944 ou 1971.

Les conséquences en sont considérables, et préparent le basculement économique du monde sur lequel il nous faudra re- venir.

Source : Présent 11/5/2022

11:07 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 10 mai 2022

MERCREDI 11 MAI, "SYNTHÈSE" SUR TV LIBERTÉS : UKRAINE-RUSSIE-OTAN, GÉNÈSE D'UNE CRISE MONDIALE ?

RL Annonces 2022 05 11.jpg

REGARDER

L'ÉMISSION CLIQUEZ ICI

Les nombreux idiots utiles et les roués se gargarisent en répétant « la plus belle réussite de l’Europe, c’est cinquante années de paix ». Or, même en mettant de côté les de guerres périphériques, guerres de décolonisation dites de « libération », guerres indirectes dans le cadre de la confrontation Est/Ouest, guerres impériales au service de Washington ou du mondialisme onusien, la parenthèse des guerres balkaniques entre 1992 et 1999 ne sont pas un simple point de détail de l’histoire. Il va de soi que l’Europe communautaire a été directement à l’origine de ces embrasements dans lesquels les États-Unis et l’ONU étaient également parties prenantes.

Roland Hélie, Philippe Randa et Pierre de Laubier reçoivent dans cette nouvelle émission « Synthèse » Jean-Michel Vernochet et Jean-Claude Rolinat, spécialistes de géopolitique et auteurs l’un et l’autre de nombreux livres qui font références. Ils remettent à l’heure les pendules de la raison et de la vérité sur l’actuel conflit russo-ukrainien sans langue de bois et sans crainte du politiquement correct.

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

10:43 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Comité 9 mai, Fête nationale de Jeanne d'Arc... plusieurs rassemblements nationalistes en fin de semaine dernière à Paris

279898671_553861896141926_4818422735477413507_n.jpg

279531898_553861636141952_658235639403769207_n.jpg

Samedi 7 mai, dans l'après-midi : marche en mémoire de Sébastien, jeune militant nationaliste décédé lors d'une manifestation à Paris le 9 mai 1994.

279351940_553862309475218_7371912019429759040_n.jpg

279619749_553862249475224_1047847996773667166_n.jpg

Dimanche 8 mai (après-midi) : traditionnel défilé en  honneur de Sainte Jeanne d'Arc organisé par Civitas, mouvement national et catholique présidé par Alain Escada.

Dans la matinée, l'Action française, puis les Nationalistes, ont déposé des gerbes au pied de la statue,  Place des Pyramides.

09:28 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Disparition d'un camarade : Gérard Guyon

Gerard-Guyon.jpeg

Nous avons appris avec peine, en fin de semaine dernière, le décès de Gérard Guyon. À peine âgé de 60 ans, fidèle soutien depuis de nombreuses années de la cause nationale et identitaire, Gérard était un homme cultivé et toujours affable. Il participait régulièrement à nos réunions de Synthèse nationale, en particulier aux journées annuelles "Bleu-Blanc-Rouge". Il nous a quitté suite à un pénible cancer contre lequel il luttait courageusement depuis un an.

Ironie du sort, Gérard était le beau-frère de notre ami Bruno Laplace lui-aussi décédé il y a quelques jours cliquez ici.

N'oublions pas Gérard et ayons une amicale pensée pour Agnès, son épouse, ainsi que pour toute sa famille doublement endeuillée ces derniers jours. RIP.

Roland Hélie

09:05 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

PARUTION DU NOUVEAU NUMÉRO (N°91) DE TERRE & PEUPLE MAGAZINE

TP_n91.jpeg

Pour le commander cliquez ici

00:36 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 09 mai 2022

POUR NE PAS OUBLIER DIÊN BIÊN PHU

Dien-Bien-Phu-rizieres-sans-retour.jpg

Il faut relire les textes de Jean Raspail… Avec lui  remontent en nous des bouffées d'aventure, de fidélité, de combat, d'ailleurs, et même d'espoir !

F. F.

L'adieu aux armes

Le 7 mai 1954, voilà déjà trois mois que je campais avec mon équipe sur les bords du lac Titicaca, au Pérou, à 4 000 mètres d'altitude. J'avais vingt-huit ans. C'était avant Père du tourisme de masse. Le mot « ailleurs » conservait tout son sens. Nous vivions au milieu des Indiens Aymaras, pêcheurs du lac, pauvres hères en haillons qui toussaient à fendre l'âme et s'aventuraient sur l'eau glaciale avec leurs barques de roseaux. Leur village s'appelait Chimu, un hameau d'adobe et de chaume à une quarantaine de kilomètres de Puno, le chef-lieu crotté de la province, par une piste presque impraticable à l'époque. Nous y avions installé notre camp, trois tentes en carré, le camion sur le quatrième côté et au centre, flottant dans le vent du lac au sommet d'un mât tubulaire, le drapeau français, hissé chaque matin et rentré chaque soir : j'aimais mon pays et je tenais aux formes. Les autorités de Puno nous en savaient gré.

Là-haut, nous nous sentions isolés sur une île, loin de tout. C'est pour cela que nous étions venus. Jusqu'à ces nuits de la fin d'avril et du début de mai où par la puissante radio à ondes courtes du camion, enjambant la moitié de la terre, nous nous mîmes à ne plus penser qu'à cette litanie de prénoms de femmes qu'égrenaient les bulletins d'information : Éliane, Dominique, Huguette... les points fortifiés du camp retranché de Diên Biên Phu !

Et puis, le 7 mai 1954, le silence. Isabelle expira la dernière. Et moi, dans ce coin perdu des Andes, serré avec mes compagnons autour du récepteur glacé, les larmes aux yeux...

Alors que l'aube du 8 mai se levait, il se fit sur la piste qui venait de Puno un fracas grandissant de moteurs et de ferraille. Trois vieux camions militaires hors d'âge, peinant dans les fondrières sous un nuage de poussière et de grésil... En sautèrent, comme à l'exercice, douze fantassins péruviens gantés de cuir et douze marins vêtus de blanc, en armes, car Puno, sans navires de guerre, n'en est pas moins port militaire à 4 000 mètres d'altitude.

Une fois qu'ils se furent alignés, le fusil présenté à bout de bras, descendirent à leur tour des camions, des personnages d'allure grave, la tunique constellée de décorations, surmontés d'immenses casquettes chamarrées, sabre ou poignard leur battant le côté, le gouverneur de la province, le colonel commandant la place, le capitaine de vaisseau commandant la base, le colonel de la guardia civile, tous suivis d'aides de camp, et un petit homme à visage d'Indien, cravaté de noir et tenant à la main, comme un sceptre, une longue canne à pom­meau d'argent : l'alcalde de Puno. Ce fut lui qui prononça le discours, quelques mots très tristes, très amicaux, très sincères : eux, les autorités de Puno, ils souffraient pour nous, Français, ils souffraient pour la France, ils étaient venus nous le dire. Le clairon de la marine sonna aux morts, à la péruvienne, tandis que tous saluaient le drapeau qu'un de mes camarades hissait au mât. Ils avaient enfilé leurs gants blancs. Ils nous serrèrent la main, émus. Après quoi tous s'en furent, et leurs camions, sur la piste, disparurent lentement, emportant leur amitié.

En dépit des circonstances dramatiques et de l'issue de cette bataille perdue, je ne me suis jamais senti aussi fier d'être français et solidaire charnellement de mon pays que ce matin-là, de façon presque sacrée. Je n'ai jamais oublié cette scène. Je doute qu'elle soit encore concevable aujourd'hui...

Jean Raspail, Le Figaro, 6 mai 2004

-------------------
Texte republié dans l'excellente compilation, réalisée par Philippe Hemsen.

21:33 Publié dans François Floc'h, Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |