Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 23 juillet 2020

La Turquie d'Erdogan est une menace: ouvrons les yeux de nos compatriotes.

erdogan en tenue militaire.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Manœuvres d'intimidation contre une frégate française en Méditerranée, actes de piratages, incursion de ses bâtiments en mer Egée et survol par ses chasseurs F-16 des Iles helléniques nécessitant la mise en alerte de la flotte grecque... La marine turque multiplie les provocations et teste les capacités - et surtout la volonté -de résistance européennes.
 
Dans le même temps, la Turquie, méthodiquement, met en place un à un les éléments de la reconstruction de l'empire ottoman: économiques - coopération renforcée avec la Tunisie et de nombreux pays d'Afrique - religieux et communautaires - omniprésence dans les Balkans, menaces sur l'Arménie, transformation de Sainte Sophie en mosquée, messages explicites en direction du Hamas et, plus largement du monde arbo-musulman, visant à affirmer son leadership face a Israël (promesse d'Erdogan de "libérer" la mosquée Al Aqsa de Jérusalem) et plus globalement celui du monde sunnite - militaires - déploiement de ses forces en Syrie et en Libye (80 000 hommes équipés de chars Léopard et de drones de combat), livraison d'équipements et mise à disposition de cohortes de mercenaires aux rebelles islamistes - humains - présence de millions de ressortissants turcs étroitement encadrés par le pouvoir d'Ankara sur le sol européen, en Allemagne et en France principalement.
 
Le néo-sultan Erdogan, dans l'accomplissement de son projet, sait pouvoir compter sur trois armes potentiellement fatales à l'Europe : l'arme migratoire, par le contrôle des vannes de l'invasion que lui a impardonnablement accordé Angela Merkel en 2015, lui donnant ainsi les moyens d'un chantage permanent sur notre continent ; l'arme du gaz et des hydrocarbures dont il pourrait à tout moment verrouiller les approvisionnements ; son appartenance, enfin, à L'OTAN et la menace qu'il fait planer auprès de Washington d'un renversement d'alliances, ménageant à cette fin Vladimir Poutine et la Russie, malgré des intérêts divergents en Syrie, et adressant à la Chine des signaux convenus.
 
La Turquie n'est pas la seule menace qui pèse sur l'Europe. Elle en est une majeure.
 
La France doit se préparer. L'Europe doit se reprendre. Le conflit est possible. Il est même probable. Il sera froid ou il sera chaud. Tout dépendra de nos capacités de résistances et de contre-offensives.
 
Ne pas augmenter, malgré la crise, les budgets militaires nationaux - Francais en particulier - serait un crime contre la civilisation. Ne pas moderniser nos armées ni en renforcer la cohésion morale et opérationnelle serait une faute aux conséquences tragiques. Ne pas construire au plus vite une Europe de la Défense à partir des armées de chaque pays membres, serait un suicide.
 
Tout indique pourtant que c'est vers cet abîme que nous entraînent à grand pas nos gouvernants.
 
Il est urgent d'ouvrir les yeux de nos compatriotes. Une grande campagne sur les intentions de la Turquie et les menaces que fait peser Erdogan sur la paix européenne et la survie de notre civilisation s'impose. Réseaux sociaux, presse nationale, formations politiques de notre camp doivent s'atteler à cette tâche.

17:28 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

safe_image.php.jpg

2020 07 SN 54 ABNT PUB.jpg

Merci à Jean-Marie Le Pen, merci à Lorrain et à Marie pour la promotion du nouveau numéro de la revue Synthèse nationale et pour les BBR 2020.

COMMANDEZ-LE DÈS

MAINTENANT CLIQUEZ ICI

ABONNEZ-VOUS CLIQUEZ LÀ

BULLETIN D'ABONNEMENT

16:40 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La défaite en chantant

polo 2 pp.jpg

La crise qui se dessine risque d'être pour la France un pas de plus vers la perte de ses capacités productrices. Analyse de Natacha Polony sur ce qui s'est réellement passé à Bruxelles lors de la négociation de la dette. L'Allemagne, comme d'habitude s'en tire bien. Les Pays-Bas n'en parlons pas. Pour ce qui concerne  la France, Emmanuel Macron est un joueur aux petits pieds.

Lire la suite ICI

14:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La soeur du violeur Traoré : la honte de l'Afrique...

Présentation1.jpg

Le pire, c'est que des blancs reniés

se sont prosternés devant elle...

10:04 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 juillet 2020

Pour un Conseil de Défense sécuritaire.

2020 07 SUFFIT.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Emmanuel Macron réunira vendredi un énième Conseil de Défense afin d'étudier la mise en place de mesures supplémentaires en cas d'aggravation de la crise sanitaire, demain, après demain ou à la Saint Glinglin...
 
En revanche, pas de Conseil de Défense pour traiter en urgence de l'ensauvagement d'une France livrée à la violence de la racaille. Pas de Conseil de Défense pour prendre les mesures qui s'imposeraient pour enrayer la montée fulgurante de la barbarie qui ensanglante le pays. Pas de Conseil de Défense pour mettre au pas ceux qui crachent leur haine de la France et des Francais. Pas de Conseil de Défense pour en finir avec les trafics des maîtres allogènes des cités. Pas de Conseil de Défense pour extirper des caves des banlieues où elles sont entreposées les armes de guerre qui demain tueront les nôtres. Pas de Conseil de Défense pour préparer la riposte la plus sévère à l'explosion des banlieues qui approche. Pas de Conseil de Défense pour rétablir l'ordre public. Pas de Conseil de Défense pour définir les conditions d'un arrêt total de l'immigration et organiser le retour de ceux qui ne doivent plus rester sur notre territoire national.
 
Le coronavirus circule, c'est entendu... On le dit en tout cas. Mais le crime, la violence brute, la volonté de détruire, de brûler, de blesser et de tuer, galopent et se répandent dans les rues de nos villes et nos campagnes. Sans masques.

19:20 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro de la revue italienne "Nova Historica" est sorti

cop 72 historica.jpg

Nova Histórica est la revue partenaire des

Cahiers d'Histoire du nationalisme

Edition Pagine - Rome cliquez ici

12:24 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : du jeudi 23 au dimanche 26 juillet 2020, 5e rencontre estivale des Lansquenets d'Europe

Présentation1.jpg

La 5e réunion estivale des Lansquenets d'Europe se tiendra en Provence du jeudi 23 au dimanche 26 juillet. Le programme comprend des moments ludiques, sportifs, culturels, chantants et de camaraderie. Il y aura des moments organisationnels que nous résumons.

THÈME
On nous dit que tout va changer, la société et la politique. Les géographies nationales et relations internationales. Cela nécessite un saut en avant pour construire une véritable avant-garde.
 
Jeudi 23 à 20 h : Au-delà de la pandémie.
Rapport sur l'état général de la politique et de l'économie, bilan des Lansquenets entre l'automne 2019 et aujourd'hui et préparation des travaux en Provence. (Gabriele Adinolfi). 
 
Vendredi 24 à 16 h 30 : Transformer la crise en opportunité.
Commissions de travail sur la société post-covid.
Que prévoyons-nous pour l'avenir ? Comment agir sur le plan métapolitique ? Sur celui de l'engagement social ? Qu'attendre des forces politiques ? Comment faire face à la société mondialisée.
Comment agir face à une nouvelle ingénierie sociale.
Divisé par des commissions linguistiques (français, italien, anglais et espagnol). 
 
Vendredi 24 à 20 h : Rapport de travail et rédaction du document politique européen. 
 
Samedi 25 à 9 h 30 : émission du document politique Europe 2020. 
 
Samedi 25 à 15 h 30 : La beauté est dans l'action.
Rapport d'activités dans chaque pays
Politique et social. (Actions rurales, actions entre commerçants, actions entre entrepreneurs, formation politique, etc.).

Invités à prendre la parole et/ou à faire un rapport :

ESPAGNE Juan Antonio Lopez Larrea (ACIMJI - El cadenazo), Pedro Martinez Alba (Association culturelle Alfonso Primero).

FRANCE Lucien Cerise, Georges Feltin-Tracol (Europe Maxima), Roland Hélie (Synthèse nationale), Vincent Vauclin (Dissidence Française).

GRÈCE Kostantinos Boviatsos, Irene Dimpoulos Pappas (assistante parlementaire).

ITALIE : Flavio Belinfanti (Nova Saturnia), Piero Puschiavo (Projet national), Marco Scatarzi (Casaggì), Arrigo Trevisanello (Assistance sociale).

HOLLANDE Laurens Menger.

POLOGNE  : Kamil Gil (3 droga).

Coordonné par Gabriele Adinolfi.
 
Samedi 25 à 17 h 30 : Structurer l'avant-garde. 

Prêts à relever le défi : organisation d'activités pour 2020-2021 dans les différents pays et sa coordination européenne.
 
Samedi 25 à 19 h : Assemblée publique finale.

Renseignements :

0039 33 91 26 22 93 ou assoc.artemis@gmail.com

12:20 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JUSTICE POUR AXELLE !

114722671_908230283017726_7894138365665565586_n.jpg

Youcef T, le conducteur de la voiture qui a tué Axelle, une jeune aide-soignante de 23 ans, dans la nuit du 18 ou 19 juillet 2020 rue de l’Antiquaille à Lion 5e a été mis en examen pour violences volontaire ayant entraîné la mort et délit de fuite. Il a été placé en détention provisoire indique ce lundi 20 juillet Nicolas Jacquet, Procureur de la République. Il a 21 ans.

Mohamed Y, le passager de la voiture, âgé de 19 ans, est mis en examen pour « non assistance à personne en danger ». Il a été remis en liberté sous contrôle judiciaire. 

Sur les réseaux sociaux, les internautes, choqués par le drame, ont appelé à ce que les identités des responsables soient révélées. Un mot-clef #OnVeutLesNoms a été massivement partagé sur Twitter. Il faisait d’ailleurs partie en fin de journée des plus fortes tendances de partage sur ce même réseau social. En soutien à la victime, un autre mot-clef #JusticepourAxelle était lui aussi partagé en nombre.

116038969_771749796905194_6998126786269065676_n.jpg

110540304_192001418932220_3153260018444535405_n.jpg

09:20 Publié dans Contre le "vivre ensemble", la France bouge | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 21 juillet 2020

Macron sur TF1 : cynisme, mensonge, tromperie et imposture.

310x190_emmanuel-macron-lors-de-son-passage-au-jt-de-tf1.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Macron sur TF1 se félicite de ce qu'il prétend être un succès du sommet européen qui vient de s'achever à Bruxelles au prix d'un accord qui, grâce aux manœuvres de la Kaiserin Merkel qui fut la véritable marionnettiste des pays dits frugaux, acte le passage de l'Union dans le fédéralisme euro-mondialiste et place la France et les pays du sud sous le contrôle budgétaire, économique et social de la technostructure globaliste.
 
Nous l'écrivions dès vendredi dernier: l'emprunt contracté par l'UE auprès des marchés financiers devra par ailleurs, malgré le mythe en vogue de la perpétualité de la dette, être, un jour ou l'autre, remboursé. Il ne le sera pas seulement, comme l'affirme Macron, par un impôt européen sur les grandes entreprises internationales et sa charge conduira nécessairement la Commission à instituer une taxe européenne que devront payer les contribuables déjà confrontés par la crise à l'érosion - le mot risque d'être faible - de leur pouvoir d'achat.
 
Tout celà Macron le sait. Comme il sait que le couple franco-allemand n'existe plus. Comme il sait aussi, concernant les questions de sécurité, que son pouvoir s'arrête là où commencent le dogmatisme des droits de l'homme, les diktats du politiquement correct, la complaisance immigrationniste et le totalitarisme de la tolérance universelle. Ce qui ne l'a pas empêché, les yeux dans les yeux des téléspectateurs, franc comme un Cahuzac devant les deputés, d'assurer avec une fermeté inversement proportionnelle à son culot que serait appliquée la tolérance zéro. 
 
Cyniquement il fanfaronne, joue les demi-malins et, sciemment, trompe les Français.
 
A croire que ces lignes de Jules Barbey d'Aurevilly furent, par anticipation, présicence  et clairvoyance, tout exprès écrites pour lui : "Je suis convaincu que, pour certaines âmes, il y a le bonheur de l'imposture. Il y a une effroyable, mais enivrante félicité dans l'idée qu'on ment et qu'on trompe ; dans la pensée qu'on se sait seul soi-même, et qu'on joue à la société une comédie dont elle est la dupe, et dont on se rembourse les frais de mise en scène par toutes les voluptés du mépris".

22:58 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’heure de faire les comptes est arrivée...

4240161201.jpg

Editorial du n°54 (été 2020) de la revue Synthèse nationale 

Roland Hélie Directeur de Synthèse nationale

Tout avait pourtant bien commencé... Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps de cela, au printemps 2017, la France légale traversait une véritable cure de jouvence. Le fringant Macron, premier de la classe, bon élève à l’ENA et fidèle toutou de la finance mondialiste, venait d’être élu président et son parti, fraîchement créé et curieusement intitulé « la République en marche », triomphait aux législatives. Ouf, la démocratie était sauvée... elle venait d’échapper à l’effroyable menace populiste alors incarnée par la « terrible Marine Le Pen ». La bobocratie en sortait rassurée et elle commençait à imaginer un monde parfait dans lequel « tout le monde il est gentil et tout le monde il consomme (sans rechigner) ».

Et « plouf », très vite le temps s’est gâté. L’état de grâce n’aura duré que quelques mois. Les belles illusions se sont transformées en un véritable cauchemar...

En fait, à son corps défendant, Macron s’est retrouvé dans une situation qu’il n’avait pas imaginée lorsqu’il était le candidat joker du Système. Il ne savait pas qu’il allait devoir gérer un paquet de factures à payer... factures que lui ont aimablement laissées ses prédécesseurs qui avaient la vue courte, qu’ils soient de « droite » ou de « gauche ».

Première facture : celle de la France des laissés pour compte du mondialisme...

Dès l’automne 2018, la France profonde, celle que l’on appelle aussi « la France périphérique », c’est–à-dire celle qui travaille tôt le matin, qui paye des impôts de plus en plus lourds et qui subit les conséquences dramatiques du mondialisme, occupe les ronds-points et ébranle le pouvoir en manifestant derrière des drapeaux tricolores, en chantant la Marseillaise, vêtue de gilets jaunes. Panique générale en Macronie, on se voit déjà pendu à des crochets de bouchers. Mais il en faut plus que cela pour faire tomber le Système. La « République gouverne malle mais se défend bien » aiment à rappeler les royalistes. Dans ce cas, elle a excellée : d’abord l’anathème en classant cette révolte dans la catégorie des « jacqueries poujadistes », voire « d’extrême droite », puis l’enfumage, avec le pseudo « grand débat », tentative de récupération avec le larbin de service Mélenchon, et discrédit total en envoyant les Black blocs tout casser. Résultat : en quelques semaines, faute de références politiques réelles, le mouvement des Gilets jaunes s’est évaporé (provisoirement peut-être)...

Deuxième facture : celle de la gestion antérieure des retraites...

Puis, en décembre 2019, de nouveaux problèmes surgissent pour les tenants du pouvoir. Ce coups-là, ce sont les retraites des fonctionnaires qui sont au centre de la révolte et c’est la CGT qui est aux manettes Il faut dire que, depuis quelques années, on avait tendance à oublier l’organisation de Martinez. Le mouvement des Gilets jaunes avait, il faut le reconnaître, relégué au second plan les centrales syndicales. Il était donc temps pour elles de se refaire une crédibilité et la réforme des retraites envisagée tombait à pic pour cela. Bref, de décembre 2019 à février 2020, la France est à nouveau bloquée, les moyens de transport étant paralysés par la grève. Comment sortir de cette impasse ?

Macron sait qu’une crise a vite fait d’en évacuer une autre... nous allons voir comment.

Troisième facture : celle de la mondialisation à outrance...

Dès le début de l’hiver les autorités du monde entier sont informées qu’en Chine se développe une épidémie qui risque d’avoir des conséquences planétaires. Dans un premier temps, le gouvernement français, empêtré dans les histoires de retraites et préoccupé par les déboires de ses candidats aux élections municipales prévues en mars, n’accorde pas beaucoup d’importance à cette information alarmante. Et, fin février, les choses se précipitent, la Covid-19, puisque c’est ainsi qu’on l’appelle, arrive en Europe. Il est temps de se secouer...

Stupéfaction, c’est alors que l’on découvre que la France, à force de faire des économies de bouts de chandelles, est démunie face à ce nouveau danger. Plus de masques, pas assez d’appareils respiratoires dans les hôpitaux, une hiérarchie composée de hauts-fonctionnaires souvent incompétents et vite débordés... Il faut absolument masquer tout cela. Et le plus grave pour le Système, c’est que cette crise sanitaire risque de mettre en exergue les limites du mondialisme adulé et de prouver à nos compatriotes à quel point celui-ci est néfaste.

Avoir voulu, au nom de la globalisation, faire de la Chine la zone industrielle de la planète devait, un jour ou l’autre, engendrer des conséquences dramatiques. Nous y sommes. En étant le premier pays à instaurer un confinement, la Chine arrêtait, de fait, toutes ses productions et en privait ainsi la planète. Autant dire que sans celles-ci, toute l’économie mondiale allait, de toute façon, être impactée. 

La solution : la dramatisation. Mettre le trouillomètre à zéro, imposer un confinement généralisé et noyer tout cela dans de ridicules discours guerriers, accompagnés par un morbide bilan quotidien destiné à tenir le peuple en haleine et lui faire croire, après avoir dit tout et le contraire de tout, que la situation était contrôlée. 

Nous connaissons aujourd’hui le véritable prix à payer de la globalisation pour nos peuples : des milliers de faillites, des millions de chômeurs, sans parler des conséquences sociétales dramatiques auxquelles nous allons être confrontés... La première de celles-ci étant l’accentuation des communautarismes. Il aurait été tellement plus simple et efficace de fermer dès le début nos frontières ou, mieux encore, de ne jamais les ouvrir à n’importe qui ou n’importe quoi. Mais cela, bien évidemment, est aux antipodes de la philosophie mondialiste.

Quatrième facture : celle de l’immigration sauvage...

En laissant faire et dire n’importe quoi dans ce domaine depuis plus de cinquante ans, les pouvoirs successifs ont laissé s’implanter sur notre sol, par idéologie, par désir de profits, par « bons sentiments » ou tout simplement par trouille, des masses venues de la terre entière. Ces populations, en grande partie issues du monde afro-musulman, estiment aujourd’hui qu’elles sont chez elles... chez nous. Elles veulent, et après tout n’est-ce pas logique de leur point de vue, nous imposer leurs coutumes, leur religion et, fait nouveau, leur version de notre histoire nationale. L’affaire du flic de Minneapolis tuant un trafiquant en l’ar-rêtant, certes de manière peu courtoise, a donné un peu partout dans le monde occidental - et en France en particulier - un prétexte aux extrémistes racistes noirs pour tenter de soulever leurs frères de couleur. Et le plus grave, c’est de voir des carpettes blanches reniées se prosterner en guise de repentance face aux exigences de ces extrémistes.

Qu’on le veuille ou non, l’immigration incontrôlée, telle que nous la subissons depuis trop longtemps, devait fatalement avoir comme conséquences l’islamisme et le communautarisme.

Ce n’est pas faute d’avoir sonné le tocsin. Depuis des décennies, les nationalistes et les identitaires n’ont pas cessé de mettre en garde les Français et les Européens. Aujourd’hui, tout se dégrade et Macron, en tant que président, va devoir, là aussi, payer la note. 

Tout n’est pas perdu...

Pour sortir de cette situation peu réjouissante, il n’y a qu’une solution : la rupture totale avec le Système mondialiste et sa maquette locale qu’est l’Europe de Bruxelles. Il faut que les nations de notre continent retrouvent leur liberté et leur fierté.  Et les raisons de ne pas désespérer sont de plus en plus nombreuses. La crise que nous venons de vivre aura eu le mérite de dessiller un grand nombre de nos compatriotes qui commencent à se demander si, sans nier l’épidémie, on ne les a pas me-né en bateau. Le coronavirus leur semblant avoir eu le dos bien large... Les voix dissidentes se multiplient.

Partout en Europe des mouvements nationaux, nationalistes ou identitaires se développent. Même si en France le mouvement national n’est pas structurellement au plus haut de sa forme, le contexte actuel donne à un mouvement de ce type des perspectives inouïes. Alors, ne baissons pas les bras.

À ceux qui, défaitistes impénitents, pensent qu’il n’y a plus rien à faire, je donnerai ici quatre chiffres : Jean-Marie Le Pen à l’élection présidentielle de mai 1974 : 191,000 voix ; l’Eurodroite (PFN) aux européennes de juin 1979 : près de 300,000 voix ; le même Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 2002 (second tour) : 5 525,000 voix et Marine Le Pen, malgré elle, à celle de 2017 (second tour) : 10 638,475 voix. Alors, que l’on arrête de nous dire que « tout est perdu »...      

COMMANDEZ-LE DÈS

MAINTENANT CLIQUEZ ICI

ABONNEZ-VOUS CLIQUEZ LÀ

BULLETIN D'ABONNEMENT

20:04 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Macron a vendu la France en viager pour quelques dizaines de milliards d'Euros.

aad5320858af2f53dc060d243ea18f96.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Après quatre jours de "négociations" pour la galerie, le plan de relance pour l'économie a donc été adopté au sommet européen de Bruxelles.
 
Macron s'en réjouit, met en scène sa prétendue détermination et célèbre le retour du couple franco-allemand.
 
En vérité cet accord acte la victoire du fédéralisme euro-mondialiste. La technostructure aura désormais les mains libres pour contrôler les budgets nationaux, imposer ses plans d'austérité et ordonner les réformes anti-sociales exigées par les dogmes globalistes.
 
Macron a vendu la France en viager pour quelques dizaines de milliards d'Euros.

09:16 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nous voulons des noms !

111691021_10157734485572183_8360245380985542709_n.jpg

Source Le Salon beige cliquez ici

Quand un policier blanc tue un délinquant noir à 10 000 kms d’ici, toutes les informations tournent en boucle dans les journaux télévisés français.

Mais quand la racaille tue des Français en France, c’est l’omerta médiatique. Nous connaissons les noms des victimes. Mais la presse masque les noms des assassins.

  • Philippe Monguillot, chauffeur de bus et père de famille mortellement tabassé par des racailles à Bayonne. Des noms ont circulé hors médias…
  • Axelle Dorier, 23 ans, aide-soignante (photo), a été traînée sur 800m et tuée par des chauffards-racailles à Lyon. 3 présumés criminels sont en garde à vue, mais rien ne filtre sur leur identité.

Un journal comme Le Monde consacre un article délirant sur les “micro agressions” racistes. Mais les agressions, lynchages, coups de couteaux, que les Français connaissent, c’est sur FDesouche qu’on les trouve.

La presse française, complice des racailles.

09:10 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 20 juillet 2020

Plan de relance européen : encore la désunion

FZ5BY744AITPO7ZR252GF6AFGY.jpg

Par Mathieu Solal

Ils voulaient la paix. En arrivant à Bruxelles, Angela Merkel et Emmanuel Macron entendaient faire de leur alliance le socle de la relance européenne. Dans la droite ligne de leur initiative historique du 18 mai, le Président et la chancelière n’avaient plus qu’à transformer l’essai en convainquant leurs partenaires de réaliser pour la première fois l’union de la dette, pour faire face à la crise qui s’annonce. Quitte à faire des concessions, ils imposeraient leur leadership à cette nouvelle Union européenne débarrassée de l’épouvantail britannique et enfin encline à resserrer ses liens face à l’adversité.

Ils voulaient la paix, mais ils ont oublié de préparer la guerre. En arrivant à Bruxelles « dans un esprit d’unité et de compromis » vanté par leurs entourages, et avec comme unique but de défendre la proposition de plan de relance mise sur la table par la Commission européenne, le Français et l’Allemande se sont logiquement retrouvés en position de faiblesse.

Club des gourmands. En s’élevant au-dessus de la mêlée, ils ont ainsi ouvert un boulevard aux entrepreneurs de la division, dont ils avaient vraisemblablement sous-estimé le pouvoir de nuisance. Le reste n’est que jeu de rôle. Pendant trois jours, les défenseurs d’une relance commune et ambitieuse subissent les assauts de l’autoproclamé club des « frugaux » (Pays-Bas, Danemark, Autriche, Suède) qui pourrait bien être rebaptisé « club des gourmands » tant il aura obtenu des autres sans jamais paraître rassasié. Rejoints par la Finlande, ces contributeurs nets suivent dèlement leur ligne : ouvrir toujours plus de fronts pour obtenir tou- jours plus de concessions. Avec succès : samedi, le Président du Conseil Charles Michel fait de nouvelles propositions consacrant une baisse de la part des subventions au profit de celle des prêts dans le plan global de 750 milliards d’euros, une nouvelle augmentation des rabais dont bénéficient ces contributeurs nets au budget européen, et une gouvernance du fonds de relance permettant une mainmise des Etats.

Très en vue jusque-là, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte salue « un mouvement dans la bonne direction ». Mais ses partenaires frugaux viennent à sa rescousse pour prolonger encore les discussions, exigeant une enveloppe de subvention inférieure à 400 milliards d’euros (contre 500 milliards prévus initialement). Le Suédois Stefan Lofven demande même un maximum de 150 milliards d’euros.

Pour ne rien arranger, l’Europe centrale joue de son côté sa propre partition. La Pologne et la Hongrie refusent tout net la conditionnalité des fonds européens au respect de l’Etat de droit lors d’un dîner houleux. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki profite de ce front commun pour demander un réexamen de la clé de répartition des fonds dont il avait été peu question jusqu’ici, quand le Premier ministre hongrois Viktor Orban enchaîne les déclarations lunaires devant les journalistes.

Dos rond. Face à ces attaques, la France, l’Allemagne, mais aussi l’Italie et l’Espagne font le dos rond, cherchant à préserver coûte que coûte le plan de relance et enchaînant les réunions en petit comité avec les uns et les autres, sans rien opposer au détricotage consciencieux auquel s’adonnent leurs adversaires. Dimanche matin, après avoir claqué la veille au soir la porte au nez des « frugaux » avec lesquels ils tentaient d’obtenir un compromis, Angela Merkel et Emmanuel Macron changent de ton. « La volonté de compromis ne saurait nous faire renoncer à notre ambition légitime », lance le Président quand la chancelière n’exclut pas un sommet sans résultat.

Le revirement apparaît bien tardif et démontre en creux le mauvais calcul stratégique effectué par les défenseurs de la relance. Une stratégie qui s’est mise en place bien avant le Conseil et a consisté en une offensive de charme à destination du nord pour arrondir les angles en amont. Le défilé des dirigeants à La Haye n’aura ainsi servi qu’à améliorer l’image de trouble-fête de Mark Rutte et les réformes structurelles promises par l’Italie et la France à faire travailler l’imagination des « frugaux », ravis de pouvoir remplacer les demandes satisfaites par des nouvelles. Symbole ultime de cette stratégie, la fameuse « boîte de négociation » de Charles Michel présentée en grande pompe la semaine dernière et qui n’aura fait que servir les intérêts des « Frugaux » en favorisant le glissement vers leurs exigences.

Car le bon sens économique prôné par Angela Merkel et Emmanuel Macron est inopérant face aux enjeux de politique intérieure d’un Mark Rutte qui entre en période électorale, et surtout devant la rhétorique frugale fondée sur un irrationnel calcul coût-dépense ne prenant pas en compte l’avantage d’appartenir au marché commun, mais qui n’en a pas moins imprimé les opinions publiques depuis de longues années.

La critique est certes aisée, et l’art de pousser l’Europe à écrire une nouvelle page de son histoire indubitablement difficile. Il n’empêche. En laissant le terrain médiatique à leurs adversaires plutôt que de contre-attaquer en proposant par exemple de lancer une coopération renforcée pour faire la relance sans eux ou en opposant les régimes fiscaux avantageux des Pays-Bas à ses leçons de vertu budgétaire, les défenseurs de la relance ont laissé des plumes dans la bataille.  Le fin mot de cette histoire n’est pas encore connu. Gageons que l’urgence obligera in fine les postures à s’incliner et les Etats membres à s’entendre, pour leur salut à tous.

Source : L’Opinion 20/07/2020

 

11:54 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mouvement national : il est temps de se bouger !

Unknown.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Il y a trente cinq ans, une union des droites sans exclusive mais dont le FN aurait été un élément fort aurait permis d'interrompre la marche funèbre de la France vers l'abîme.
 
Aujourd'hui il est trop tard. Ceux qui en rêvent encore et l'appellent de leurs voeux nous font perdre du temps et se font les complices conscients ou somnambules du régime.
 
C'est dans la rupture - et dans la rupture seulement - avec le Système que s'ouvrira la voie politique du redressement national.
 
Comment l'accomplir ? Certainement pas en se livrant aux incantations rituelles qui, depuis trop longtemps, figent notre camp dans l'ossification de la nostalgie.
 
Certainement pas en continuant de se plaindre des dérives marinistes tout en contribuant, par habitude, lassitude er résignation, à entretenir le leurre d'un rassemblement bancal dont chacun sait pourtant qu'il mène à un cul de sac.
 
Certainement pas en cherchant - un peu à la manière du Père Soubise fouillant l'obscurité à la faible lumière d'une lanterne déclinante pour tenter de retrouver son armée disparue - l'homme providentiel dans un catalogue de vieilles images sépia des laissés pour compte de la politique politicienne, de la philosophie rance, de la minable et impalpable "société civile", ou même de nos glorieux tableaux étoilés.
 
Certainement pas en se baignant dans l'illusion d'un retour en politique de tel ou telle qui, ayant abandonné le champ d'action public pour s'endormir dans le lit stérile de la métapolitique, pourrait, espèrent encore certains, revenir en gloire.... En 2027, 2032, 2037?
 
Partout en Europe, des forces nouvelles naissent, s'organisent, se structurent à partir d'une avant-garde agissante, imaginative et déterminée; partout en Europe, ces mouvements de rénovation et d'énergie retrouvée rencontrent l"adhésion populaire et, partis de rien ou de peu, marchent résolument sur le chemin du pouvoir, faisant bouger les lignes et bousculant les formations anciennes, dépassées.
 
Je ne vois aucune raison pour que la France reste plus longtemps éloigné de ce processus vitaliste. Il est temps de se bouger. 

L'association "Stop éolien 87" lance une campagne pédagogique sur les éoliennes

Imaginez la multiplication de ces matériaux et de leur impact écologique par 10, 20 ou 30 000 éoliennes comme la Programmation Pluriannuelle de l'Énergie nous l'impose et vous aurez un désastre écologique.

109834808_1290096641322350_8484478320945176445_o.jpg

Et voici une seconde leçon qui résume simplement les principaux aspects destructeurs de l'environnement par des machines qui prétendent le sauver. Aucune infrastructure aussi imposante et développant des forces mécaniques sur des surfaces aériennes de presque 2 hectares n'a été implantée dans nos horizons et multipliée par 10, 20 ou 30 000 lieux de nuisances. Il n'y a que des idéologues fanatiques pour croire que cela n'a aucune incidence désastreuse sur l'environnement.

109830355_1290879911244023_3851176656449656091_o.jpg

Troisième volet pédagogique sur les nuisances de l'éolien industriel pour les riverains de 500 m à 5 ou 6 kilomètres voire plus pour les effets des infrasons. Vous voudrez bien imaginer que compte tenu du mitage et de la multiplicité des éoliennes - aujourd'hui 10 000 et entre 20 et 30 000 dans 10 ans - l'ampleur des personnes touchées dont la vie est bousillée est considérable.

109894738_1291197707878910_9202333334048003566_o.jpg

Quatrième petite leçon de choses sur l'énergie éolienne qui permet de mieux comprendre les enjeux climatiques et géopolitiques d'une technologie inutile, nuisible et dont on se demande à quoi elle sert ? Peut-être vous comprendrez mieux dans la suite de nos publications. Merci à tous ceux qui nous suivent. Même ceux, comme certains de nos contradicteurs, dont la passion remplace parfois l'argumentation.

110260317_1291740281157986_404365325696820142_o.jpg

Source Stop éolien 87 cliquez ici

Sur les éoliennes lire aussi le livre d'Alban d'Arguin "Eoliennes, un scandale d'Etat" cliquez là

 
 

09:05 Publié dans Combat anti-éoliennes | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 18 juillet 2020

Quand la mémoire des Peuples balaye « le sens de l’Histoire »

HELIE Roland.jpgRoland Hélie,

directeur de

Synthèse nationale

Nous relations hier sur ce blog la procession rassemblant des milliers de Russes qui s’est déroulée dans les rues de la  ville de Ekaterinbourg, là où il y a 102 ans, le 17 juillet 1918, était exterminée la famille impériale par les communistes cliquez ici.

Outre son côté magnifique, cette manifestation de ferveur populaire doit retenir notre attention pour au moins une autre raison. Elle prouve à elle seule que, malgré le rouleau compresseur soviétique qui a asservi la Russie et ses pays satellites pendant plus de 70 ans, malgré le formatage généralisé des esprits, malgré la propagande intensive du Parti communiste, vecteur de l’idéologie la plus criminelle de tous les temps, malgré les brassages de populations imposés, malgré tout cela... un siècle après le terrible massacre, la Russie est capable d'honorer son Histoire et de renouer avec son identité, ses traditions et, surtout, avec son destin de grande nation libre et souveraine. Evidemment, il convient de rappeler que, depuis maintenant une vingtaine d’années, elle est dirigée par un pouvoir digne de ce nom.

Alors, ne soyons pas en reste. Ce qui s’est passé hier à Ekaterinbourg pourrait très bien, aussi, arriver en France. Et ce ne sont pas les symptômes qui manquent. Une partie de plus en plus grande de nos compatriotes est à la recherche de ses racines. Pour s’en convaincre, il suffit de constater le succès croissant des spectacles historiques qui se déroulent chaque été, depuis des années, un peu partout sur notre sol. Le plus emblématique étant, incontestablement, celui du Puy-du-Fou que nous devons à Philippe de Villiers en Vendée. D’ailleurs, les restrictions qui touchent cette année les vols internationaux ont au moins un avantage, celui de limiter le tourisme bovin qui consiste à envoyer sur des plages sales du monde entier des cohortes d’ahuris qui ne savent même pas dans quel pays ils se font bronzer la pilule. Espérons que ceux-ci en profiteront pour se ressourcer et redécouvrir la beauté et la richesse de notre mère patrie.

Si le peuple russe a triomphé du communisme qui l'oppressait, pourquoi n'en serait-il pas de même pour notre peuple face au mondialisme qui l'assassine ? La première nécessité, si nous voulons reconstruire la France, est de redonner aux Français une conscience ethnique. Il faut en finir avec les clichés importés par les médias aux ordres de la haute-finance cosmopolite. Il faut que les Français retrouvent la France.

Contrairement aux incantations simplistes des marxistes et des libéraux, il n’y a pas de « sens de l’Histoire ». Il n’y a que les destins des peuples et faisons en sorte que le notre, à l’instar de celui du peuple russe, soit tel que nous le souhaitons.

Tel est le sens de notre combat...

Aidez-nous, soutenez-nous, abonnez-vous à la revue Synthèse nationale :

2020 07 SN 54 ABNT PUB.jpg

S'abonner en ligne cliquez ici

Bulletin d'abonnement

23:29 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les temps barbares

kuzmanovic.jpg

Par Djordje Kuzmanovic*

« Une partie de la gauche semble avoir oublié le concept de « lumpenprolétariat » développé par Karl Marx et qui caractérise bien ces criminels qui s’en  prennent d’abord aux travailleurs. Le "lumpenprolétariat" décrit cette frange du prolétariat qui a quitté les classes populaires par le bas et où on retrouve  les voyous, les petits criminels – tous ces gens qui n’ont plus de conscience de classe, qui sont immoraux, mal éduqués et individualistes. Ce sont des  alliés objectifs de l'oligarchie capitaliste car ils copient, à leur échelle, son ethos : la prédation violente, pour soi et contre les autres. C’est aussi s’occuper  des catégories populaires, tâche normalement dévolue à la gauche, que de la débarrasser de ce lumpenprolétariat. La gauche actuelle semble incapable  même de penser le sujet. [...] L’impunité de ce nouveau « lumpenprolétariat » fait d’ailleurs écho à l’impunité des plus puissants de notre société qui se délite  par ses deux bouts. Il y a dans notre République des zones de non-droit et il faudra un jour prendre le taureau par les cornes avant que cela ne dégénère  totalement – par le bas et par le haut. [...]

Le problème, c’est qu’une bonne partie de la gauche parle très rarement d'insécurité, sans se rendre compte que les premières victimes de l’insécurité sont les catégories populaires, qu’elles soient d’ailleurs immigrées ou pas. Or la sécurité est la première des libertés. Le combat contre cette criminalité insupportable est à même de rassembler au-delà de tout communautarisme, par-delà les origines ethniques ou religieuses : la plupart des Français, quelles que soient leurs origines, souhaitent vivre en paix et ne pas craindre les petits voyous auxquels le pouvoir a abandonné les quartiers et leurs habitants. [...]

La droite a, durant les quarante dernières années, défendu avec passion les politiques néolibérales et les exigences de l’Union européenne quant à la réduction du financement des services publics ; elle s’est souvent vautrée dans l’atlantisme le plus complaisant en oubliant que ce qui accompagne le néolibéralisme  économique et le communautarisme étasunien, c’est cet individualisme forcené qui n’a que faire de l’autre et de la société et qui est aussi le terreau sur lequel fleurit cette criminalité barbare. »

(*) Dissident de La France insoumise. Il a fondé le mouvement La République souveraine qui entend s’opposer au bloc ultralibéral, européiste et atlantiste.

 Source : Russia Today 16/7/2020

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

15:56 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro (n°30) de Livr'arbitres

109792840_312175519961071_3244921051172483917_o.jpg

En savoir plus cliquez ici

14:04 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Incendie de la cathédrale de Nantes.

Nantes-feu-620x289.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Après Notre Dame de Paris, tandis que des centaines d'églises ou chapelles ont été profanées ces derniers mois, la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul de Nantes est en feu.
 
Cette fois, la piste du mégot oublié ne semble pas être privilégiée par les enquêteurs.
 
Qu'ils soient islamistes, anarchistes, satanistes ou dégénérés, ceux qui s'attaquent à nos cathédrales, nos églises, nos calvaires ne se trompent pas de cibles.
 
Ils savent que la France de toujours est une cathédrale, une église, une croix dressée vers le ciel et tendue vers le monde, un passage sacré de toutes nos traditions anciennes et pourtant vivantes. Ils savent que s'il n'est pas chrétien l'occident est un cadavre froid et que le soleil européen sans le Christ est un astre mort.
 
Détruire les symboles de notre appartenance et abattre les piliers de notre civilisation, voilà pour eux une priorité. 
 
Le fer est engagé.
 
Mon Dieu, ne leur pardonnez pas : ils savent très bien ce qu'ils font.
 
De notre côté, nous ne pratiquons pas le pardon des offenses 

12:45 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 17 juillet 2020

RUSSIE : 102 ans après le massacre d'Ekaterimburg, une foule immense rend hommage au Tsar et à la famille impériale

110203875_10220761645725719_1113461879413213488_o.jpg

Le 17 juillet 1918, dans la localité d'Ekaterimburgh, le tsar Nicolas II, sa femme la tsarine Alejandra et leurs cinq enfants : Olga, Tatiana, Maria, Anastasia et le tsesarevich Alexis ont été assassinés par les communistes ainsi que ceux qui avaient décidé de les accompagner dans leur exil forcé.
 

108213892_2598571057139282_8676865832997627309_o.jpg

102 ans plus tard, dans les premières heures de ce matin du 17 juillet 2020, une énorme icône en bois représentant le tsar Nicholas II a été portée dans les rues d'Ekaterinburg, devant des milliers de Russes venus rendre hommage aux Martyrs et passant par de nombreux monuments de la ville, dont celui dédié lors de la période soviétique (1917-1989) au leader bolchevique, le sinistre Vladimir Lénine.
 
La Procession de 21 km de long a commencé à l'église sur le sang et s'est dirigée, dans la ferveur et la dignité, vers le monastère des Saints Royaux Martyrs à Ganina Yama.
 

23:53 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Report" de la réforme des retraites.

reforme-retraite-mots_6724780bdff2ac49d309fb056c585734.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Il aura fallu trois années de négociations chaotiques, des mois de grèves aussi ruineuses que nuisibles à nos vies personnelles, collectives et nationales, une crise sanitaire et l'entrée de la France en récession pour que l'exécutif renonce ("procède au report" en termes officiels") en même temps qu'à celle inutile et labyrinthique de l'assurance chômage, à une réforme des retraites économiquement non viable, socialement inique et structurellement inadaptée.
 
Reste qu'une fois de plus, par manque d'autorité, de clarté et de détermination, ce gouvernement n'aura - pas plus que ceux qui l'ont précédé - su s'emparer des deux sujets majeurs dont dépendent la justice du système par répartition et l'avenir de nos enfants : la fin des régimes spéciaux et le financement futur des pensions.
 
De quoi le régime est-il le nom ? Du cafouillage et de l'impuissance institutionnels.

23:42 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un ancien Administrateur Territorial nous décrit comment il vécut l'aventure coloniale belge

Ce 30 juin 2020, le Congo a fêté les 60 ans de son indépendance. A cette occasion, le Roi Philippe de Belgique a adressé publiquement au président congolais Félix Tshisekedi “ses regrets pour les blessures du passé.”

Un ancien Administrateur Territorial nous décrit, sans tabous, comment il vécut l'aventure coloniale belge, à nulle autre pareille. Mr André de Maere d'Aertrycke commence son témoignage en nous exprimant sa réaction suite à l’intervention du Roi Philippe. 

EDIT : Mr de Maere a localisé à la 14eme minute un petit lapsus : Dans la phrase où il signale que Leopold II avait fait publier le rapport de la Commission d'enquête dans le "journal officiel du Congo..." celui-ci n'était pas (encore) belge à l'époque. Il s'agit en fait du Journal officiel de "l'Etat Independant du Congo".

Témoignage de André de Maere d'Aertrycke, filmé et enregistré par Simeon Janssens.

71q-PUGRoaL.jpg

 
 

16:43 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« Guérilla urbaine » aux Sables-d’Olonne : Environ 150 « jeunes » ont affronté les policiers pendant des heures, aucune interpellation

1401555.jpeg

Source F.desouche cliquez là

Un épisode de violences urbaines a secoué le Remblai et la grande plage des Sables-d’Olonne dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020.

(…) Selon nos sources, les forces de sécurité sont intervenues pour calmer et séparer ces jeunes qui étaient environ 150.

« Mais, quand ils ont vu des gens en bleu arriver, ils se sont rassemblés pour casser du flic. Ils ont pris des bouteilles et tout ce qu’ils avaient sous la main », raconte un témoin.

(…) Le syndicat Alliance police Nationale, qui estime le nombre de jeunes plus proche de 200, évoque

« une guérilla urbaine. Nos collègues ont reçu des feux d’artifices et des bouteilles de verre provenant de la plage »

« Il s’agissait de jeunes, voire de très jeunes personnes », selon une source proche de l’enquête qui parle également de bandes de La Roche-sur-Yon et du Mans venues en découdre aux Sables-d’Olonne.

Face au nombre important d’agresseurs, aucune interpellation n’a été possible.

11:26 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Plan de relance de Bruxelles : renforcement de la tutelle euro-mondialiste.

XVM4477d23e-b617-11e6-b48d-f48dd27acb81.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Le sommet européen qui commence ce vendredi à Bruxelles sera entièrement consacré à définir les modalités de distribution - et à en fixer les clés de répartition - des 750 milliards d'aides européennes dont 500 de subventions financées par des emprunts à taux nuls, voire négatifs, opérés par l'UE auprès des marchés financiers, aides officiellement destinées à consolider les plans de relance économique des pays membres face aux conséquences de la crise sanitaire et des gestions aberrantes qu'en ont fait les États.
 
La France espère se voir accorder 40 milliards de subventions sèches et directes.
 
Sur le papier, celà pourrait être une bonne nouvelle pour nos entreprises, nos millions de chômeurs, nos familles françaises de plus en plus nombreuses à être en situation de précarité et de difficultés sociales. En réalité, quelques soient les promesses gouvernementales, l'essentiel de cette somme risque d'être attribué non pas à la sauvegarde des plus démunis, non pas au sauvetage de nos petites et moyennes entreprises, de nos commerçants et de nos artisans, non pas à la reconstruction des classes moyennes, non pas à un vaste plan de réindustrialisation, mais aux restructurations exigées par Bruxelles, poste avancé du totalitarisme financier planétaire, restructurations dont nous savons depuis le sort réservé à la Grèce il y a dix ans, ce qu'elles recouvrent en termes d'austérité et de misère imposée.
 
Car qui paye commande. Les sommes octroyées ne seront effectivement distribuées qu'après examen par la Commission de la conformité des plans de relance avec les exigences globalistes, et sans doute soumises à un contrôle sévère des ministres des finances des 27, chacun disposant d'un droit de véto. Par ailleurs, les emprunts européens devront être remboursés. Les échéances envisagées renvoient à 2026, sur vingt ans. C'est a dire demain. Déjà pointe pour effectuer ces remboursements l'idée de nouvelles taxes paneuropéennes dont la charge pèsera, bien entendu,  au final, sur les contribuables de chacun des États membres.
 
Avec la crise du coronavirus, la tutelle euro-mondialiste sur nos Nations et nos libertés est bel et bien en passe de se renforcer. Il est permis de penser que cela ne relève pas du seul hasard épidémiologique.

10:10 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Qu’en est-il du pouvoir présidentiel ?

presidents.jpg

On imagine tous que le président de la République a des pouvoirs exorbitants sous la Vème République en raison d’une Constitution taillée sur mesure pour De Gaulle. A tel point d’ailleurs que l’on n’hésite pas à parler de monarchie républicaine. Dans les faits on serait loin du compte comme l’expose ici Emmanuelle Mignon qui fut la directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy. Les pouvoirs du président sur une administration omniprésente sont limités et la durée du mandat – cinq ans – n’autorise guère à engager de profondes réformes.

Ce qui nous amène à poser la question : comment réformer en profondeur ce pays ? Au fil des ans, on a créé un Etat jacobin monstrueux, étouffant à coups de taxes, de lois de circonstances, et de normes qui corsettent le monde du travail et contrarient les initiatives citoyennes. Une révolution s’impose, mais laquelle ?

Lire l’entretien ICI

10:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 16 juillet 2020

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

223781082.jpg

10:12 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une heure de vérités avec Alain Escada et Stella Kamnga : racisme anti-Blancs, victimisation,...

Stella Kamnga est une jeune étudiante camerounaise qui vit en France depuis trois ans. Elle a connu un certain succès après avoir publié une vidéo mémorable sur son compte Youtube, et a eu l'honneur d'être invitée au micro de Sud Radio par André Bercoff. Il est vrai que son franc-parler et style dérangent... Avec Alain Escada, elle discute du racisme anti-Blancs, de l'esclavage, du colonialisme, de la victimisation, du marketing anti-raciste, de Black Lives Matter, de la Ligue de Défense Noire Africaine,...

UHDV-Stella-Kamnga-1024x720px-1024x576.jpg

00:28 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

5 et 6 septembre près de Nîmes : les dix ans de la Ligue du Midi

107823850_606957480206415_1169751118799249094_n.jpg

00:27 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 15 juillet 2020

Alexis Cossette – Le coup d’État mondial confirmé

Capture d’écran 2020-07-15 à 21.05.07.png

Source : Radio-Québec

21:09 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook