Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 27 décembre 2016

Le Journal du chaos de cette semaine

2457982678.12.jpg

Le Journal du chaos cliquez ici

08:46 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Artisans de France" au garage...

08:16 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 26 décembre 2016

Aller visiter l'expo Hergé entre amis : c'est possible dimanche 8 janvier avec TP

image.png

Soyez des nôtres pour la visite de l'exposition Hergé au Grand Palais à ParisRDV à 15 H le Dimanche 08 Janvier 2017 (venir légèrement en avance SVP) à l'entrée Champs Elysées (située le long de l'avenue du général Eisenhower).

Métro ligne 13/1 Champs Elysées-Clémenceau (le plus proche) ou ligne 9/1 Franklin D Roosevelt. Possibilité de terminer l'après-midi autour d'un pot entre camarades pour ceux qui le souhaitent.

Renseignements complémentaires tp.iledefrance@gmail.com 

Page Facebook cliquez là

19:57 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’AfD peut s’implanter de manière durable en Allemagne

allemagne-alternative-fur-deutsc.jpg

Lionel Baland Boulevard Voltaire cliquez ici

Depuis la Seconde Guerre mondiale, aucun parti patriotique n’est arrivé à s’implanter durablement au sein du paysage politique allemand. Pourtant, l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), née en 2013 en réaction à la politique de sauvetage de l’euro mise en œuvre par le gouvernement d’Angela Merkel, est désormais en passe de surmonter ce défi.

La tâche est pourtant ardue car l’Allemagne est un État fédéral composé de seize Länder (États fédérés) qui ont chacun leurs propres spécificités. Les problèmes qui touchent leurs habitants sont très différents d’un endroit à l’autre, ainsi que la mentalité et les idées de la population. De plus, « le Mur est toujours présent dans les têtes » car les citoyens de la partie orientale du pays, qui a connu le communisme, ont des opinions différentes et sont moins enclins à voter pour les partis du système en place, ce qui profite à l’AfD mais aussi au parti post-communiste die Linke et au parti ultranationaliste NPD.

En 2016, lors d’élections des Parlements de différents Länder, l’AfD a obtenu dans l’Est 20,8 % au Mecklembourg-Poméranie-Occidentale et 24,3 % en Saxe-Anhalt, alors qu’à l’Ouest, le parti a décroché 12,6 % en Rhénanie-Palatinat et 15,1 % au Bade-Wurtemberg. Berlin, ville réunifiée depuis la chute du communisme, est elle aussi séparée politiquement : l’AfD y a décroché au total 14,2 %, soit 12,1 % à l’Ouest et 17 % à l’Est. Le parti doit affronter la presse et l’establishment qui lui sont globalement hostiles, ainsi que la propagande antipatriotique diffusée dans les écoles et les violences physiques exercées par des gauchistes.
Les éléments qui permettent de penser que l’AfD dispose de sérieuses chances de s’implanter durablement au sein du paysage politique allemand résident non seulement dans les évolutions favorables à l’émergence d’idées patriotiques que connaissent le pays et la société (envoi d’argent par le gouvernement vers le sud de l’Union européenne, crise migratoire de 2015 qui a engendré une montée de la délinquance, attaques islamistes…) mais aussi dans le fait que l’AfD ne remet pas en cause les conséquences de la Seconde Guerre mondiale comme l’ont fait, explicitement ou implicitement, les autres partis patriotiques ou nationalistes. L’AfD n’entretient pas la nostalgie d’une grande Allemagne, mais celle du miracle économique de l’après-guerre attribué à l’économie sociale de marché basée sur l’ordolibéralisme – souvent associé au ministre CDU de l’économie de 1949 à 1963 Ludwig Erhard et au chancelier CDU Konrad Adenauer – et fondé sur l’idée que l’État doit créer et maintenir le cadre normatif qui permet la concurrence libre et non faussée ainsi que la liberté des citoyens sur le marché.

Alors que l’AfD est donnée à 15,5 % aux prochaines élections législatives prévues à l’automne 2017, dans un sondage INSA, réalisé après l’attaque contre le marché de Noël à Berlin, la dirigeante de l’AfD, Frauke Petry, a épousé en privé, jeudi dernier, à Leipzig en Saxe, son compagnon, le député européen Marcus Pretzell. Chacun d’eux a quatre enfants. Selon certains organes de presse, Frauke Petry est enceinte de Marcus Pretzell.

Le blog de Lionel Baland cliquez ici

01:34 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jeudi prochain, 29 décembre de 18 h à 19 h, Philippe de Parseval à l'émission Synthèse sur Radio Libertés

RL 6 2016 12 29 PH DE PARSEVAL.jpg

Ecoutez Radio Libertés cliquez ici

La dérive du continent africain cliquez là

01:02 Publié dans Radio Libertés Synthèse, Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’arroseur enfin arrosé

USA-vote-300x212.jpg

Georges Feltin-Tracol

Pourquoi les États-Unis n’ont-ils jamais connu de coup d’État ? Parce qu’il n’y a pas d’ambassade étatsunienne à Washington ! Cette boutade très répandue en Amérique latine témoigne avec humour de l’emprise des États-Unis sur l’ensemble de l’hémisphère occidental depuis la proclamation en 1823 du président James Monroe. Relancée à la fin du XIXe siècle avec la conquête des îles Hawaï et poursuivie par la politique du « gros bâton » chère au 24e président, Theodore Roosevelt, cette domination s’accroît au lendemain de la Seconde Guerre mondiale avec une succession de putschs et de révoltes militaires fomentés par la CIA, cette puissante organisation terroriste légale. L’un des plus récents remonte au 28 juin 2009 avec l’éviction du président légitime du Honduras Manuel Zelaya, coupable de se rapprocher du projet bolivarien panaméricain du Commandante Hugo Chavez.

Depuis quelques semaines, l’Establishment yankee se dit bouleversé par les cyberattaques contre le Parti démocrate durant la dernière campagne présidentielle. Les 17 (!) agences de renseignement US, dont la CIA toujours constituée de faucons vraiment très néo-cons, les attribuent sans trop de preuves formelles à la Russie. Médiacrates et élus du Congrès s’offusquent d’une ingérence pareille envers un État si sourcilleux de sa souveraineté.

Leur indignation fait plaisir à voir et révèle toute l’hypocrisie de cette lamentable caste qui entend par ailleurs imposer au monde entier par des sanctions, l’embargo économique et des bombardements, son droit élastique, ses normes idiotes et sa démocratie de pacotille vérolée par le fric. La France de Chirac, de Sarközy et de Hollande n’a jamais réagi aux manœuvres subversives de l’ambassade des États-Unis à Paris qui investit dans les banlieues hexagonales de l’immigration, recrute le pire des futurs politicards dans le cadre de la French-American Foundation et s’affiche régulièrement avec certains politiciens en exercice tels le centriste Hervé Morin, un véritable habitué du lieu.

Le Système étatsunien et ses prébendiers locaux commencent néanmoins à comprendre que leur hégémonie s’estompe au profit d’un monde plus multipolaire et mieux équilibré. Les États-Unis ne sont plus cette forteresse inexpugnable protégée par deux vastes océans. Leur création la plus novatrice du XXe siècle – Internet – devient presque leur talon d’Achille, car le réseau numérique planétaire diffuse enfin auprès d’une population désinformée des vérités jusque-là bien occultées. Oncle Sam rentre dans le rang !

Certes, des observateurs venus de Chine, du Bélarus, de Corée du Nord, d’Iran, du Venezuela, d’Érythrée, de Russie et de Cuba ne superviseront pas encore les élections de mi-mandat en novembre 2018 et encore moins la présidentielle de 2020. Un sévère coup vient toutefois d’être porté à l’hyper-classe ploutocratique étatsunienne. Il faut s’en réjouir.

Chers Amis, joyeux Noël, très bon solstice d’hiver et à l’année prochaine pour de nouvelles chroniques hebdomadaires du Village planétaire, toujours sur Radio-Libertés !

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 15, diffusée sur Radio-Libertés, le 23 décembre 2016.

00:35 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

VIOLENCE ET MEILLEUR DES MONDES

Liberte-Egalite-Fraternite.jpg

Claude Bourrinet

Les chafouins qui nous gouvernent, voyant qu'ils ne pouvaient légiférer sur la fessée, s'avisèrent qu'il était urgent, avant de plier bagage, d'enrober le tout, petit cul et main vindicative, dans une loi plus large, la loi « Égalité et Citoyenneté » visant à empêcher « tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles. » Cette mesure, qui cible particulièrement les parents, a l'ambition grotesque et démesurée de lutter contre la délinquance et le terrorisme, et de faire baisser le taux de suicide, la consommation d'alcool et de drogue, la violence faite aux femmes, les placements en foyers etc. Bref, on a trouvé le Graal, qui va nous propulser dans l'empyrée mortifiant du Brave New World, si bien décrit par l'un des sujets les plus perspicaces de sa Gracieuse Majesté, Aldous Huxley. Bien évidemment, un cortège de spécialistes de la chose humaine accompagne, comme des poissons pilotes, les lois sociétales qui se penchent sur la société, comme Diafoirus sur son malheureux patient. Le législateur gère, dorénavant, un hôpital peuplé de souffrants, qu'il faut guérir, malgré eux, quand bien même ils croiraient aller bien. « Les gens bien portants sont des malades qui s'ignorent ! », assène Knock.

Quant à savoir si les souffrances engendrées par le chômage, la solitude, si la publicité agressive, l'arraisonnement de l'humain par la marchandise, les spectacles audiovisuels abêtissants, ne sont pas plus générateurs de déséquilibres mentaux, c'est un point de vue qui n'a pas l'air d'avoir effleuré les intelligences réductrices de nos moralisateurs hystériques.

Une entreprise totalitaires

La contre-utopie de Huxley dénonçait cette dérive totalitaire. A vouloir guérir tous les maux de l'humanité, on produit un troupeaux d'être indifférenciés, mus par des stimuli régressifs, infantilisés, matérialistes et sans âme, devant lesquels le « Sauvage », héritier de la grandeur humaine, de sa complexité, n'a plus qu'à se suicider, comme un fou qu'il est.

On doit, encore et toujours, insister sur ce point, qui est peut-être plus important que les questions migratoires, les crises économiques ou l'effondrement social. Ou, plutôt, ces problèmes constituent le corollaire d'un phénomène autrement plus redoutable, clairement analysé dans l'essai fondamental de Peter Sloterdijk, paru en 2000, Règles pour le parc humain. Il y présente l'humanisme comme une tentative « érudite » de juguler, par les œuvres et la discipline sociale et culturelle, les tentations bestiales inhérentes à l'homme (sans vouloir les éliminer). Cette entreprise, comme l'avait noté Platon dans Le Politique, est une sorte de domestication de l'homme. Le chef d'Etat est donc un éleveur. Cependant, la fin de la haute culture, la mise au placard du grand art et de la littérature, livrent l'humain à la technique sans garde-fous, à la tentation faustienne de régler le problème en assainissant, dans ses fondations, la question humaine.

Or, celle-ci, comme nous le montre la tragédie, est insoluble. Oedipe se crève les yeux parce qu'il n'a pas su voir en face la cruauté des dieux, qui se rient de la fourmilière humaine, de ses affres et de ses prétentions. Dans toutes les grandes créations imaginaires du passé, la part sombre, la part maudite, a été le plus puissant catalyseur de l'énergie artistique, et, par conséquent, de la grandeur de l'homme. D'Eschyle à Shakespeare, de Homère à Dostoïevski, de Michel Ange à Van Gogh, le génie s'est débattu dans ses toiles d'araignées, et ses déchirures maculées de sang et de larmes ont ouvert nos yeux sur l'intimité de notre être. Que serait devenu Stendhal s'il n'avait été persécuté par son père ? L'ennui, la médiocrité, la bêtise, sont tapissés de bonnes intentions. Montaigne, à la suite d'Erasme, mais de façon moins ironique, disait que les passions, les instinct considérés comme glorieux ou inavoués, sont comme le souffle du vent qui gonfle les voiles du navire. Enlevez la part sauvage qui est en nous, en croyant nous rendre plus proprets, plus acceptables, plus sociables, vous briserez les ressorts qui nous font agir. Et qui sait ce qui meut un homme?

Les régimes totalitaires, en général, ont (pour parodier notre bon vieux Sully) deux mamelles : l'Egalité et la Bonté (entendez : l'absence de « méchanceté »). Or, il est bien un lieu, sur cette terre, qui a l'heur d'accoupler ces deux vertus : le cimetière.

00:35 Publié dans Claude Bourrinet | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 24 décembre 2016

Un petit cadeau pour Noël : en avant-première, l'une des chansons du très prochain album des Brigandes

En savoir plus sur cet album cliquez ici

15:55 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

NOEL 2016

sn noel 2016.jpg

12:00 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : SAMEDI 25 FÉVRIER 2017, À L'OCCASION DE LA SORTIE DU N°11 DES CAHIERS D'HISTOIRE DU NATIONALISME CONSACRÉ AU MSI

MSI SN 25 02 17.jpg

Bulletin de participation CLIQUEZ LÀ

11:59 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 23 décembre 2016

3 février 2017 : Jean-Yves Le Gallou à Nantes

tumblr_oil29oyFpN1rnng97o1_540.jpg

23:07 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 22 décembre 2016

Jean-Marie Le Pen censuré par Le Figaro

Mercredi dernier, Jean-Marie Le Pen a été interrogé par Le Figaro sur, entre autres, ce qu'il pensait de l'homosexualité. Comme vous pourrez le constater en écoutant sa réponse, celle-ci n'avait rien de particulièrement "homophobe". 

Mais, dans la France aseptisée dans laquelle nous vivons, l'avis de Jean-Marie Le Pen, parce que c'est l'avis de Jean-Marie Le Pen, ne pouvait qu'être considéré que comme étant "choquant". Il n'en fallait pas plus pour que la direction du quotidien décide de retirer, quelques heures après l'avoir publié sur les réseaux sociaux, le reportage réalisé l'après-midi même à Saint Cloud.

Cette attitude lamentable du Figaro prouve, s'il en était encore besoin, que l'ensemble de la presse aux ordres n'a qu'un seul but, celui de censurer les opinions non conformistes.

Le Président d'honneur du FN a condamné ce soir sur son site cette nouvelle atteinte à la liberté d'expression dont il est, une fois de plus, victime. Cliquez ici.

Synthèse nationale

23:36 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Ce vendredi, 23 décembre, de 15 h à 19 h, à la librairie Duquesne diffusion : Ignace dédicace "Apocalypse Flamby", son nouvel album édité par Synthèse nationale

IGNACE 23 12 2016 Duquesne.jpg

Sur Apocalypse Flamby cliquez ici

20:26 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Rediffusion de l'émission Synthèse sur Radio Libertés vendredi 23 à 9 h et à 14 h...

RL 5 2016 12 22 ANTOINE BRIGANDES.jpg

Radio Libertés cliquez ici

20:24 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Marsault sur l'attentat de Berlin

Marsault attantat de Berlin

Cliquez sur l'image pour l'afficher en grand et pouvoir lire le texte.

17:42 Publié dans Banalisation... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

TERRORISME MUSULMAN : LA DÉMISSION DES POLITICIENS EUROPÉENS

ob_0dae88_bruno-hirout-2.jpgCommuniqué de Bruno Hirout, membre du Bureau politique du Parti de la France, Délégué départemental du Calvados :

Après Manuel Valls qui avait déclaré qu'il faut s'habituer à vivre avec le terrorisme et qu'il y aurait de nouvelles victimes, nous avons maintenant Angela Merkel qui vient de déclarer « Comment pouvons-nous survivre ? Moi-même je n'ai pas de réponse à vous apporter. »

Cette démission politique face à la barbarie islamiste est insupportable. Ces incapables ne nous proposent que la mort. Par idéologie multiculturaliste, les dirigeants européens se refusent à prononcer le nom de notre ennemi, ils se refusent donc à mener le combat pour la défense de nos vies ! A ce sujet nous avons touché le fond hier soir, avec ce tweet de l'Elysée qui exprime sa solidarité avec les Allemands suite à l'attaque... d'un camion !

Angela Merkel, assez fanatique du multiculturalisme pour être incapable de changer son point de vue malgré les nombreux morts, appelle même les Européens à "continuer à vivre dans un esprit d'ouverture"... Non merci !

Nous préférons vivre dans un esprit de résistance ! Pour la sauvegarde de nos vies, de notre art de vivre et de notre civilisation ! Et nous préférons aussi nommer notre ennemi ! Notre ennemi ce ne sont pas des camions, n'en déplaise à l'Elysée, notre ennemi c'est l'islam politique, guerrier et conquérant !

N'écoutez pas ces politiciens du malheur, du défaitisme et du renoncement, prenez-vous en mains, rejoignez ceux qui résistent, rejoignez le Parti de la France !

07:17 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La démocratie du XXIe siècle

OrbanPoutine.jpg

Georges Feltin-Tracol

La Hongrie, la Turquie, la Russie, Singapour, le Bélarus, voire peut-être bientôt la Pologne, seraient pour leurs détracteurs occidentaux des « démocratures », un mélange plus ou moins subtile de pratiques démocratiques et d’autoritarisme politique. Il serait plus juste de les qualifier de « démocraties illibérales ».

L’expression revient au politologue étatsunien d’origine indienne musulmane, Fareed Zakaria, qui l’employa pour la première fois dans le numéro de novembre – décembre 1997 de la revue mondialiste Foreign Affairs. En 2003, il développa et étaya sa thèse dans L’avenir de la liberté. La démocratie illibérale aux États-Unis et dans le monde. L’élève de Samuel Huntington y défendait l’indépendance complète des institutions par rapport à l’élection en prenant l’exemple révélateur de la Banque centrale européenne.

Le 26 juillet 2014, le ministre-président hongrois, Viktor Orban, s’en appropria le concept. Il s’agit pour lui de célébrer le retour du politique et la nécessaire correction des excès du libéralisme politique et économique. Cet « État non libéral, disait-il, ne nie pas les valeurs fondamentales du libéralisme comme la liberté, etc. Mais il ne fait pas de l’idéologie un élément central de l’organisation de l’État. Il applique une approche spécifique et nationale », propre à l’histoire et aux mentalités hongroises, pourrait-on ajouter.

Si cette expression est récente, la pratique illibérale est pourtant relativement ancienne en Europe. Dans son excellente biographie sur Napoléon III parue en 2004, Pierre Milza définit avec raison le Second Empire comme un régime illibéral. Cette caractéristique méconnue influencera ensuite la fameuse « droite bonapartiste », des boulangistes à certaines tendances du Front national en passant par les « Syndicats jaunes », des non-conformistes des années 30 et le gaullisme de gauche.

Au XIXe siècle, la France de Napoléon III n’était pas le seul État illibéral d’Europe. Son vainqueur de 1870, la jeune Allemagne forgée par le chancelier Bismarck correspondait aussi à cette catégorie. Sa constitution impériale conciliait en effet fédéralisme politique, autorité monarchique, suffrage universel direct, forte protection sociale, gouvernement indépendant des manœuvres parlementaires et présence massive d’élus sociaux-démocrates.

Alternative prometteuse à la démocratie représentative épuisée et à la chimérique démocratie participative, la démocratie illibérale ne peut être que la première étape vers une démocratie authentique, la démocratie organique, cette formidable matrice de l’aristocratie populaire européenne.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 14, diffusée sur Radio-Libertés, le 16 décembre 2016.

07:10 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 21 décembre 2016

A méditer en ce solstice...

jean%20mabire[443].jpg

19:15 Publié dans Ainsi parlait Europe-Action... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La leçon à retenir d’un lâche assassinat

13686-100248733.jpg

Bernard Plouvier

Le 19 décembre 2016, l’ambassadeur de Russie en poste à Ankara est assassiné, lors d’un discours à connotation culturelle, par un policier turc, à la fois membre des forces anti-émeutes et fou furieux islamiste. Les commentateurs gémissent ou s’indignent… tout cela n’est que mousse journalistique et comédie médiatique habituelles.

Or d’évidence, il est une leçon à tirer de cet attentat, d’une lâcheté sans pareille, l’ambassadeur ayant été abattu de balles de pistolet tirées dans le dos… c’est presque un symbole du terrorisme mahométan actuel.

La morale de cette triste histoire est simple. Partout en Occident, dans ce qui est pour les mahométans le Dâr al-Harb (soit, en langue du prophète : le domaine de la guerre pour implanter l’islam), il faut révoquer tout agent des forces de sécurité (armée, police et gendarmerie, gardiennage, agences privées de sécurité etc.) de religion musulmane et ne plus jamais engager dans ces forces un sujet musulman ou suspect de l’être.

La notion autrefois bien connue de « 5e colonne » doit être réactualisée. Les taupes marxistes (ou « fascistes ») ont perdu, et depuis longtemps, leur faculté de nuisance. Le relais a été pris par les sectateurs d’un certain allah, qui semble être une idole assoiffée de sang humain et dévoreuse de vies.

Il serait temps que les Occidentaux, en dépit de leur mollesse et de leur bêtise exceptionnelles, comprennent qu’ils ne sont plus en sécurité dans aucun pays musulman – ceci concerne le tourisme -, mais aussi dans un « chez soi », sottement transformé en terre d’accueil et de consommation subventionnée pour les sous-doués de l’ensemble de la planète, dont certains sont en outre d’ignobles assassins.

12:25 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La débâcle du Mouvement 5 étoiles à la mairie de Rome

o-RAGGI-facebook-1550x660.jpg

Audray d'Aguanno Boulevard Voltaire cliquez ici

Virginia Raggi, qui avait porté le Mouvement 5 étoiles à la mairie de Rome avec un écrasant 67 % des voix en juin dernier, ne se sera réjouie que peu de temps de son élection, puisque c’est dès la formation de son Conseil que les ennuis avaient commencé. Pour ne jamais s’arrêter puisque, six mois plus tard, entre nominations révoquées ou refusées, démissions volontaires ou imposées et mises en examen, il n’y a toujours pas d’équipe complète à même d’administrer la ville.

Un point culminant ayant été atteint, vendredi dernier, avec l’arrestation de Raffaele Marra pour corruption dans une affaire immobilière. Décrit tour à tour comme « le bras droit de Mme le maire », le « Raspoutine du Capitole », « le véritable maire de Rome », c’est un coup dur pour Mme Raggi et son groupement politique, qui avait fait de l’« honnêteté » son mot d’ordre.

Si les faits remontent à 2013, quand il était responsable du logement sous la municipalité précédente, sa réputation pour le moins douteuse – il est jugé trop proche de plusieurs personnages mêlés à Mafia capitale – avait déjà créé des frictions au sein du mouvement lors de sa nomination, mais Virginia Raggi avait réussi à l’imposer, considérant comme indispensable son expérience professionnelle au sein du conseil municipal.

Maintenant, les tentatives de minimiser le rôle de l’accusé au son d’il « n’est qu’un des 23.000 employés du Capitole », comme le sommaire « je suis désolée pour les citoyens romains, pour le Mouvement 5 étoiles et pour Beppe Grillo » ne suffiront ni à sauver son fauteuil ni à administrer la capitale.

L’ayant contrainte à se débarrasser de son chef de cabinet et de son maire adjoint, le directoire 5 étoiles a décidé, hier, la mise sous tutelle de Mme le maire. Une charge aussi complexe que vitale pour ces derniers, puisqu’elle fait office de vitrine de leurs capacités.

Un nouveau maire adjoint, qui sied au mouvement, a été nommé ce matin (la première personne choisie ayant dédaigné la charge), ce qui vaut à Beppe Grillo le titre de « premier maire non élu du pays ». Peu flatteur quand on revendique la démocratie directe.

Cet énième scandale se fera sentir lors des prochaines élections, promises au printemps prochain. Il expose au grand jour les principales tares du M5S : incohérence, dilettantisme, démagogie, et dévoile son incapacité à sélectionner une classe dirigeante. Outre qu’il n’a jamais su définir un véritable dessein politique, il se présente encore comme un agrégat de mécontents, de réformateurs quand ce n’est pas d’opportunistes, qui s’en remet aux personnalités politiques des précédentes administrations quand il s’agit de gouverner des collectivités complexes comme la junte capitoline, marquant ainsi un point d’arrêt à tous les changements « révolutionnaires » tant vantés.

Vouloir diriger un appareil rongé par la corruption et le clientélisme, tout en restant dans le cadre démocratique tel qu’il se présente aujourd’hui, semble aussi pertinent que se revendiquer un parti anti-système et en faire partie.

08:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Trois rendez-vous à retenir

RL 5 2016 12 22 ANTOINE BRIGANDES.jpg

Radio Libertés cliquez ici

IGNACE 23 12 2016 Duquesne.jpg

L'album d'Ignace cliquez ici

MSI SN 25 02 17.jpg

 

07:02 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Paris, samedi 14 janvier : concert privé de "In Mémorian"

tumblr_oiheot9wB91rnng97o1_540.jpg

06:49 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 20 décembre 2016

La réinfosphère, mythe ou réalité ?

18:41 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Mous Européens, pleurez et crevez !

15541961_1827498770855095_5371301831411904056_n.jpg

Bernard Plouvier

Dans l’océan d’âneries dénommé Ancien Testament, il y avait au moins une phrase sensée : « Croissez et multipliez-vous ». Décérébrés par la propagande soixante-huitarde (venue des campus universitaires des USA et de leurs gourous marxistes), les Européennes ont décidé de ne plus affronter les risques de la maternité ni les aléas de l’éducation des enfants, ou le moins possible.

De ce fait, les maîtres de la grande distribution décidèrent d’importer des millions de consommateurs, en provenance d’Afrique noire et maghrébine et d’Asie, préférentiellement du Sud-Ouest… bref, une majorité de non-valeurs, mais apportant avec eux une religion de haine et de domination violente : l’islam.

Là-dessus, comme si cela ne suffisait pas au bonheur des Européens, l’été 2014, un calife autoproclamé lance de Mossoul, volée aux Kurdes, un appel au nouveau Djihâd : tous les bons sunnites, quels que soient leur âge et leur sexe doivent tuer en masse de l’infidèle… tant pis si quelques mahométans sont des victimes collatérales de ce Djihâd terroriste : il n’en iront que plus vite au paradis du sieur allah, censé reconnaître les siens.

En France, les premiers attentats datent de la fin de 2014. Au cas où les lecteurs l’auraient oublié, en décembre de cette année-là un honnête mahométan a suriné trois policiers à Joué-lès-Tours (son enterrement au carré mahométan du cimetière municipal fut l’occasion de manifestations d’hystérie méditerranéenne), tandis que d’autres honorables sectateurs du même allah menaçaient d’égorger deux Blancs à Perpignan et que divers militaires d’Europe occidentale se faisaient assassiner dans les rues de leur pays.

2015 et 2016 ont été de grands crus du terrorisme meurtrier mahométan, tandis qu’à la fin de 2016, notre bibendum élyséen faisait un premier ministre avec le titulaire de l’Intérieur et des Cultes qui avait proclamé antérieurement : « Ce n’est pas un délit de prôner le Djihâd »… une promotion plutôt qu’un séjour en milieu psychiatrique, décidément notre Ripoublique est bien bonne.

Après les scores superbes de Paris (novembre 2015) et de Nice (juillet 2016), les mahométans de la Chancelière toquée d’Outre-Rhin remettent ça. Lors de la dernière Saint-Sylvestre, d’honorables sectateurs du sieur allah avaient violé une centaine d’Allemandes à Hambourg, Cologne et Düsseldorf ; un an plus tard, ils repassent le plat avec un camion bélier.

Qu’ont fait les Français, en 2015-2016, à l’occasion des meurtres en série commis par des mahométans ? Ils ont gémi et pleuré. Certains ulémas et imams nous ont assuré que « l’islam, ce n’est pas ça » ! Que le Djihâd, c’est de « tenter de se perfectionner moralement » ! N’importe quel individu sachant lire peut ouvrir le coran et admirer la dizaine de sourates traitant du Djihâd : « Quand vous rencontrerez des infidèles, tuez-les, faites-en un grand carnage » ! Les sbires du fou de Mossoul, eux, savent lire. Ils n’en ont rien à faire des lénifiantes interprétations des soufis.

Que vont faire les Teutons, administrés par la mollasse luthérienne ? Gémir et pleurer ! C’est indéniable : ce n’est plus la même qualité de Français que ceux de 1914, ni la qualité de la Wehrmacht de feu Adolf Hitler qui eut au moins le mérite de s’attaquer à la barbarie de l’époque : la citadelle de l’ignominie marxiste. Que monsieur Hitler ait ordonné d’abominables génocides, c’est indéniable et cela ternit l’héroïsme de ses soldats morts pour une certaine conception de l’Europe. Mais le contraste est saisissant entre les Européens des années 1914-1945 et leurs tristes descendants.

À force de manger du chapon à Noël, ils croient probablement qu’imiter les castrats est une bonne réponse aux conflits humains. Fatale erreur !  

Pleurez, mols Européens, c’est tout ce que vous savez faire. Pleurez, avant de crever, dans la honte et le déshonneur. Car vos futurs assassins ne sont que des débiles mentaux, la lie de l’humanité.

09:31 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Je suis...

15590066_10154831118019731_8659859933662037587_n.jpg

09:18 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 19 décembre 2016

Vendredi après-midi, venez acheter vos derniers cadeaux de Noël à la librairie Duquesne diffusion. Ignace sera là pour dédicacer son album Apocalypse Flamby

IGNACE 23 12 2016 Duquesne.jpg

Si Ignace est de bonne humeur, ce qui est généralement le cas, il vous dessinera dans sa dédicace. Sympa non ?

Si vous ne pouvez pas venir, vous pouvez commander Apocalypse Flamby en cliquant ici

Diapositive1.jpg

23:44 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Nancy, samedi 14 janvier

15589655_388652184806110_3574534003940020698_n.jpg

23:44 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

2017 APPROCHE : NOUS AVONS BESOIN DE VOTRE AIDE...

SN Dons 2017.jpg

AIDEZ SYNTHESE NATIONALE CLIQUEZ ICI

ACHETEZ ET OFFREZ LES PUBLICATIONS PROPOSÉES PAR SYNTHÈSE NATIONALE

CLIQUEZ LÀ

VOUS POUVEZ AUSSI ADRESSER UN DON À

SYNTHÈSE NATIONALE

9, RUE PARROT (CS 72809) 75012 PARIS

(chèque à l'ordre de Synthèse nationale, correspondance uniquement)

16:17 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI PROCHAIN, L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

Diapositive1.jpg

RL 4 2016 12 15 Xavier Eman.jpgEcouter Radio Libertés cliquez là

Ecouter l'émission de jeudi dernier avec Xavier Eman cliquez ici

11:36 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Après avoir liquidé son père, Marine va flinguer sa nièce

ob_ce1e06_7786181851-marion-marechal-le-pen-et-m.jpg

Thomas Joly cliquez ici

Alors que l'élection présidentielle ne s'annonce pas sous les meilleurs auspices pour la candidate d'un Front National obsédé par sa normalisation et la gauchisation de son discours, les hostilités s'affichent au grand jour entre elle-même, son âme damnée Philippot et sa nièce Marion Maréchal-Le Pen qui a l'outrecuidance de ne pas vouloir s'aligner sur tous leurs reniements, notamment dans le domaine sociétal.

Pour le frétillant et ambitieux Philippot, il faut absolument se débarrasser de la nièce qui est une concurrente redoutable en interne, car le garçon a sûrement des objectifs plus élevés que de rester seulement le mentor de sa madone, qu'il sacrifiera en temps voulu. Dans son édition du 14 décembre, le Canard Enchaîné rapporte ses élégants propos à l'égard de Marion Maréchal-Le Pen : « On va la dégager, on va lui faire fermer sa gueule, à cette conne ! »

Avec la demi-surprise Fillon à la Primaire des Républicains qui feignent de redécouvrir ce qu'est la droite, un Emmanuel Macron qui bénéficie de l'attrait de la nouveauté et émoustille les ménagères de moins de 50 ans, une gauche institutionnelle plus décrédibilisée et divisée que jamais, un Mélenchon toujours en embuscade, il n'est plus du tout certain que la candidate à la rose bleue sans épines soit assurée d'être au 2nd tour de la Présidentielle. Ce qui, assurément, serait un échec retentissant. Et en entraînerait, de facto, un autre aux élections législatives, et donc un manque à gagner considérable pour un parti qui s'est habitué à se gaver de subventions publiques depuis quelques années.

Nul doute qu'un tel scénario catastrophe entraînerait des règlements de compte sordides auxquels la famille Le Pen a habitué les Français. Mme Marine et Philippot n'hésiteront pas à reprocher à Marion Maréchal-Le Pen de ne pas avoir suivi scrupuleusement leurs dérives gauchistes, et celle-ci aura beau jeu de leur reprocher cette stratégie suicidaire alors même que la population française n'a jamais été aussi sensible aux discours droitiers et radicaux qu'aujourd'hui.

Jusqu'alors, seule une poignée de seconds couteaux ont affiché leur soutien à la nièce. L'aréopage d'opportunistes et de gamellards qui constituent aujourd'hui le gros des cadres au Front National n'a aucune envie de risquer mandats et places au parti dans une énième querelle familiale et encore moins pour des raisons idéologiques.

De plus, les médias, toujours gourmands de guerres intestines au sein de la droite nationale, ne vont pas manquer d'attiser les tensions entre la tante et la nièce. Ne serait-ce qu'indirectement en accordant du temps d'antenne à Marion qui, par sa jeunesse et son physique agréable, ringardise forcément sa tante, bientôt quinquagénaire, au visage fripé et fatigué.

Il y a fort à parier que la curée aura bien lieu, avec perte et fracas. En espérant que l'éviction probable de la petite-fille de Jean-Marie Le Pen soit utile à la reconstruction de la droite nationale française. Car pendant ce temps, la submersion migratoire s'intensifie, l'islamisation de notre société s'accentue dangereusement, la décadence se poursuit, le déclin économique s'accélère, les libertés se réduisent et les Français se sentent, à juste titre, abandonnés.

11:34 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook