Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 25 avril 2020

Entretien avec Pierre Manent dans Le Figaro (24 avril 2020)

manent.jpg

Disciple de Raymond Aron, dont il fut l’assistant au Collège de France, le philosophe, auteur de remarquables travaux sur le libéralisme et l’État- nation, analyse la crise inédite que nous vivons et le rapport à la politique qu’elle révèle. Pour lui, nous subissons un retour des « traits les moins aimables de notre État ». Le confinement, mesure « primitive » et « brutale », est une suspension inédite de nos libertés. Il s’accompagne d’une prise de conscience collective des conséquences de l’abandon de l’idée d’indépendance nationale depuis des décennies.

L’auteur de La Cité de l’homme voit dans la crise actuelle « la fin du bovarysme européen » et la confirmation de l’hégémonie allemande dans une Union délitée. C’est moins le libéralisme qui est remis en cause que l’idée d’un ordre humain réduit à la seule gestion des flux, juge Pierre Manent.

Lire la suite ICI

09:10 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 24 avril 2020

Le JOURNAL DE TV LIBERTÉS (VENDREDI 24 AVRIL)

TVL CONF.jpg

21:10 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le recours au Moyen Age

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Collaborateur régulier de la presse monarchiste ainsi qu'au quotidien Présent et à la revue Synthèse nationale, Aristide Leucate est intervenu plusieurs années durant comme chroniqueur dans l'émission "Synthèse" animée par Roland Hélie et Philippe Randa sur Radio Libertés. Dans le cadre de notre enquête, il nous livre ici ses réflexions sur l'après coronavirus...

S.N.

Aristide Leucate

Et si l’on revenait au Moyen Age ?

J’entends d’ici les bonnes âmes se récrier, trépigner, s’offusquer, hurler au scandale sur le ton courroucé du « mais vous n’y pensez pas », et, dans le même temps (attitude très à la mode, ces derniers temps), condamner sans appel ce « retour à l’obscurantisme et à l’ignorance », à ces autres heures sombres où la peste, la misère, l’Inquisition, les corvées, les guerres féodales, le servage et la sorcellerie, s’abattaient sur le monde comme les sept plaies d’Egypte. Et tous d’invoquer en chœur les mânes de Michelet.

Tout d’abord, on recommandera instamment à ces bonnes consciences modernistes sûres de leur fait – d’autant plus assurées, d’ailleurs, qu’elles ont pour elles, du moins le croient-elles, le sacro-saint « sens de l’histoire », utopie dialectique hégélienne, devenue plus tard, avec les résultats que l’on sait, l’enfer marxiste sur terre – de se calmer et de prendre séant dans quelques bassines d’eau froide.

Ensuite, pour les rasséréner, dirons-nous qu’il s’agit moins d’un « retour » que d’un « recours » – sinon d’un secours – à cette lointaine époque que, par convention, l’on fait remonter à la chute de l’Empire romain d’Occident pour la faire choir aux marches de la Renaissance – « Moyen Age » et Renaissance », deux concepts qui, naguère, provoquèrent l’ire dévastatrice mais érudite d’historiens sourcilleux mais non dogmatiques tels que Régine Pernoud et Jacques Heers. Mais là n’est pas le débat.

Mais foin de toute légende noire ou de glorieux âge d’or.

C’est qu’en ce temps-là, l’on ne cherchait pas à mimer Prométhée – bien que la tentation de l’hubris, fût déjà profondément enracinée dans le cœur de l’homme, ainsi que les Attiques nous l’enseignaient depuis longtemps –, quand bien même s’écharpait-on gaillardement et souvent de la façon la plus sanguinaire qui soit.

Qu’il suffise d’évoquer Saint-Louis, Jeanne d’Arc, Bouvines, Thomas d’Aquin, la chevalerie, l’amour courtois et Chrestien de Troyes, Aliénor d’Aquitaine, Blanche de Castille, le monachisme, les cathédrales, la féodalité (les liens d’homme à homme fondés sur l’aide et le conseil réciproques), pour que l’on saisisse l’esprit d’une époque où il n’était véritablement de richesse que d’hommes.

Recourir à l’esprit médiéval consiste donc à retrouver une certaine enfance de l’âme que surent sublimer Walter Scott et Chateaubriand. Oubliés les hyper-marchés et leurs vastes parkings recouverts d’amas de tôles, oubliés aussi les angoissantes conurbations faisant disparaître la campagne sous d’épaisses toundras de béton et de bitume, oubliés encore les agitations en tous sens, les courses folles vers des buts dérisoires, les brouhahas incessants – toutes ces conspirations contre la vie intérieure, disait Bernanos…

Place au silence, aux angélus, au rythme naturel de la vie, à la germination lente, à la prière, au plain-chant grégorien, à l’élévation mystique, aux forêts, à leurs génies et dieux, aux battements telluriques de la terre, aux métiers cent fois remis, à la terre qui ne ment pas – celle de nos aïeux tutélaires –, à la fine amor – cette féminité sensuelle et raisonnable à mille lieux des hydres répugnantes du féminisme non-genré –, à l’éthique arthurienne, aux vieilles pierres debout, aux contes du vieux-vieux temps, aux flèches effilées d’absolu de nos cathédrales, aux tours crénelées de nos imaginaires, aux fabliaux, aux Sommes théologiques, à l’Edda…

2020 SN 53 3.jpg

16:47 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Banlieues : au diable la tiédeur !

ecole incendiée.jpeg

Par Etienne Defay

Depuis l’accident ayant causé une fracture ouverte à un multirécidiviste à Villeneuve-la- Garenne, les banlieues s’embrasent à nouveau. Le feu ultra communicant touche une liste non négligeable de communes dans le 92 et le 93. Montreuil, Aulnay-sous-Bois, Villeneuve-la-Garenne, Nanterre, Gennevilliers, Asnières, Meudon, Clichy, Rueil-Malmaison, Saint-Denis, Clichy-sous-Bois, Drancy, Neuilly-sur-Marne, Montreuil, La Cour- neuve, Bobigny, Bondy, Villepinte, Fontenay-sous-Bois, Orly, Champigny, Boissy-Saint-Léger... Toute la litanie des cloaques, pardon des territoires perdus de la République, pardon à nouveau, des territoires en reconquête républicaine comme le dirait Christophe Castaner, se dévide sous les yeux impuissants des policiers, hallucinés des patriotes, sous le regard veule des politiques et biaisé des journalistes.

Alors que notre pays traverse la plus importante crise depuis la Seconde Guerre mondiale, alors que tous font preuve d’abnégation héroïque pour la surmonter, que nos personnels soignants en première ligne tombent comme des mouches, l’insupporta- ble cohorte de sauterelles s’abat dans les champs de nos renoncements. En première ligne, les politiques. Elus locaux compromis avec la racaille par électoralisme, maires compromissionnaires qui pour assurer la paix sociale, délèguent leurs pouvoirs régaliens à des grands frères de cité qui sont occasionnellement dealers ou corrompus. Ministres aux vaines rodomontades, accrochés à la menace d’un karcher qu’ils promettaient et que plus personne n’attend jusqu’au préfet de police Lallement qui roulait des mécaniques devant des familles pari- siennes en vacances ou qui sortait les blindés devant une poignée de Gilets jaunes mais qui s’aplatit devant la racaille comme écrasé sous le poids de sa casquette.

En seconde ligne les journalistes, triste cortège de faux-semblants et de vrais couards. Tel France Inter titrant sur le terroriste de Romans-sur-Isère qu’il « supportait mal le confinement » et inventant du même coup le « terroriste claustrophobe », l’heure était à la diminution et à l’excuse : un commissariat flambe à Strasbourg ? « Tensions » pour France Bleue, jusqu’aux planqués de Rue 89 qui nous expliquaient benoîtement que « non, mais ce n’était pas le commissariat qui était visé mais bien le bâtiment limitrophe » alors que tous les documents relatifs à cette attaque démontrent le contraire. La cause de ces émeutes ? La faim pour un élu local repris en boucle par la majorité de nos médias. Quand le sujet n’est pas tout bonnement écarté ou nié par la plupart des journalistes, il est minoré, amendé, excusé, osons le dire, absous. Comme un dommage collatéral inévitable, comme si leur sacro-sainte république était habituée à avoir la tunique couverte d’accrocs et son indigence étalée sur la place publique plus sûrement qu’une lèpre.

Et que serait ce triste panthéon sans les habituels gauchistes de salon et d’amphis bourgeois ? Ces tristes révolutionnaires qui canonisent la racaille et la population des banlieues quand elle sert leurs rêves de cerisiers qui fleurissent ? Tous ces bourgeois confits dans les duplex germanopratins qui ne voient la banlieue que comme une source d’expériences sociologiques ? Osent-ils en sortir et prendre le parti des forces de l’ordre, ils seront traités de bounty, de nègres de maison ou de traîtres. Les Abdoulaye Kant, Linda Kebbab, Noam Anouar sont hais par ces idéologues ratés parce qu’ils ont osé s’extraire de leurs quartiers pour croire en autre chose que la victimisation qu’on leur proposait. Cette crise sanitaire est le dernier avertissement. Au diable les tièdes, il est temps de réagir tant que cela demeure encore possible.

Source : Présent 23/04/2020

 

10:02 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une bonne nouvelle : réédition prochaine des deux premiers Cahiers d'Histoire du nationalisme

Publiés au printemps et à l'été 2014, les deux premiers numéros des Cahiers d'Histoire du nationalisme étaient épuisés depuis plus de trois ans. Une quinzaine de livraisons de cette collection de référence sont venues les compléter.

Le n°18, consacré à Honoré d'Estienne d'Orves et aux monarchistes et nationaux engagés dans la Résistance en 1940, initialement annoncé pour le mois de mars, sortira, si tout va mieux, en mai cliquez ici. Il en sera de mêmes pour les rééditions du n°1 (Léon Degrelle) et du n°2 (François Duprat).

Comme nous vous en avions tenus informés à la fin mars, nos imprimeurs ont été contraints de suspendre leurs activités en raison du confinement. Dès que celui-ci sera levé, nous pourrons à nouveau, nous aussi, reprendre notre travail d'éditeur. Les commandes seront alors livrées.

Mais que tout cela ne vous empêche pas de commander dès maintenant ces deux rééditions indispensables pour mieux connaître l'histoire de notre famille politique.

CHN 1 NLLE EDITION 1 DE COUV.jpg

CHN n°1 Léon Degrelle, témoignages et documents cliquez ici

CHN 12 A Arcand.jpg

CHN n°2 François Duprat et le nationalisme-révolutionnaire cliquez là

00:17 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 23 avril 2020

Le JOURNAL DE TV LIBERTÉS (JEUDI 23 AVRIL)

18:53 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

De l’urgence de changer de logiciel

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Voici notre quatrième intervenant, l'écrivain, chroniqueur et éditeur Philippe Randa que l'on ne présente plus aux lecteurs de Synthèse nationale...

S.N.

Philippe Randa

Le terme « mondialisme » prête souvent à confusion à notre époque où la circulation à travers le vaste monde, en durée comme en moyens, est aussi simple qu’ancrée désormais dans les habitudes des plus riches comme dans les rêves des plus pauvres. À moins d’être fou ou particulièrement mauvais de nature, on ne saurait, à l’évidence, le déplorer… et encore moins vouloir l’empêcher.

Définissons donc d’emblée le « mondialisme » : une idéologie politique visant à instaurer un État mondial, ayant aboli toutes notions de frontières, appelé parfois « village mondial » et sensé représenter un Eldorado de prospérité économique, de concorde entre tous les humains, d’accès à la consommation pour tous et surtout, béatitude suprême ! de surconsommation… Bref, une sorte de retour de l’Homme, de la femme et du transgenre si affinité au Jardin d’Eden, terrestre celui-là, mais sans l’interdit de manger les fruits de l'arbre de la connaissance du bien et du mal, puisqu’ils seront génétiquement modifiés aux normes de la Pensée unique.

Et donc ! Ne concevons pas le refus du mondialisme comme une volonté de repli sur soi, de haine de l’étranger, de racisme, de phobie religieuse… et encore moins de craintes économiques. C’est même l’exact contraire car le mondialisme est la porte ouverte à tous ces maux : quand on ne sent plus protégé, on se replie sur soi ; quand l’étranger est perçu comme une menace de son identité, de sa culture, de son économie, de sa religion, de sa sécurité, etc., on finit par le mépriser… avant de le haïr.

Et donc ! S’opposer à un quelconque Ordre mondial despotique, prétendument « axe du Bien » et mensongèrement assurance de paix comme de prospérité, nécessite de prôner un autre modèle de société, applicable à tous les peuples qui ont en commun, sinon langue ou coutumes, une civilisation.

C’est le cas, notamment, des peuples d’Europe.

Ce modèle, qui serait forcément le moins mauvais de tous les systèmes – et donc, de fait, le meilleur, à défaut d’être exempt de failles –, pourraient s’appuyer sur quelques-uns de ces adages populaires qui ont fait leur preuve de sagesse comme de bon-sens et surtout d’efficacité ! Pour n’en citer que deux : « Être charbonnier et maître chez soi » et « ne pas faire à autrui ce qu’on ne voudrait pas qu’on vous fît. »

Alors, concrètement, que faire ? (comme dirait Lénine de ce qui est, à l’évidence un « vaste programme » comme dirait Charles De Gaulle), ou plutôt qu’espérer ?

La crise du coronavirus et sa gestion pour le moins étonnante ayant déclenché un vent de panique rarement connu par le passé et à un confinement général (plus ou moins total suivant les pays) qui est une quasi-première dans la vaste histoire de l’humanité, laisse à penser que « plus rien ne sera comme avant ». Augurons-en pour espérer des lendemains meilleurs.

Par exemple que nos gouvernants, ou ceux qui aspirent à l’être, changent de logiciel, car c’est la même politique menée depuis des décennies, celui du profit immédiat et irresponsable qui a encouragé la délocalisation de tout ce que l’on peut produire, mais à un certain coût, en Europe, à l’autre bout du monde, pour bien moins cher ; quand il s’agit de téléviseurs ou de jogging, il n’y a certes pas mort d’homme, (seulement d’entreprises nationales), mais quand il s’agit de masques et de tests pour les dépistages, il en va tout autrement… comme de la grande majorité des médicaments.

Lors d’une de ses apparitions télévisées, Emmanuel Macron a finalement reconnu – comment en aurait-il pû être autrement, d’ailleurs ! – qu’il faudrait songer à relocaliser certains produits de première nécessité. Cela pourrait être un début de lendemains meilleurs, qui sait ?

De même, ils étaient bien nombreux ceux qui affirmaient péremptoirement que la fermeture des frontières en cas de danger national était impossible. Et qu’il fallait vraiment être stupide pour y songer. Ce fut pourtant fait en quelques jours. Impossible n’est donc pas plus français qu’européen, russe, américain, chinois ou autres…

Cela faisait des années que nombre de médecins et d’infirmières alertaient les Pouvoirs publics sur l’état déplorable de nos services hospitaliers, aux mains d’un personnel administratif aussi incompétent que pléthorique : plus de 20 000 morts avec un taux de mortalité effrayant parmi les gens infectés ont prouvés qu’ils disaient vrais ; Dieu ! que le sanglot du Corps médical est triste au fond des hôpitaux ! L’entendra-t-on enfin ? Mieux vaut tard que jamais…

On déplore que le taux de mortalité lié au coronavirus soit particulièrement élevé en Seine-Saint-Denis, département tristement célèbre pour ses zones de non-droit. Y faire appliquer le confinement n’aurait pas été une priorité du gouvernement selon une fuite d’après-conseil des ministres… Une priorité ou une possibilité ? Près d’un million de contraventions pour non-respect du confinement ont pourtant été dressé partout en France. Certains plus récemment français que d’autres auront donc payés au prix lourd l’antiracisme obsessionnel de nos gouvernants… De « Touche pas à mon pote » à « Touche pas à mes morts ! », le diable en rit encore !

Cette crise du coronavirus permettra-t-elle de dessiller les yeux de nombreux Français sur les tragiques réalités de la réalité mondialiste ? Et qui sait, parmi eux, pourquoi pas quelques-uns de nos gouvernants ?

Avant, ils pouvaient encore dire, sincèrement ou non : « On ne savait pas ! »

Désormais, on sait ! Ite missa est !

2019 12 dico ph randa.jpg

12:21 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des masques pour tous... mais pas pour Stéphane Ravier et ses administrés marseillais

stephane_ravier_candidat_fn_marseille.jpg

Voici ce qu’on peut lire sur Valeurs actuelles : « Antoine Baudino, attaché parlementaire de Stéphane Ravier et candidat RN à la mairie de Berre-l’Étang (Bouches-du-Rhône), cherchait en effet 1 000 visières de protection auprès des entreprises de la cité phocéenne afin de fournir les commerçants du 7e secteur de Marseille. Parmi plusieurs réponses positives accompagnées d’un devis, à sa grande surprise, il reçoit cette réponse quelque peu détonante de l’une de ces entreprises, nommée Make it Marseille : « Désolé, nous ne souhaitons pas contribuer à vos actions, ne partageant pas les mêmes valeurs que le Rassemblement National. » Contacté par Valeurs actuelles, le sénateur RN Stéphane Ravier ne mâche pas à ses mots à l’encontre de cette société : « Ça ressemble à une attitude de “salauds” ».

Dans tous les cas, la discrimination commerciale pour des raisons politiques est sanctionnée par la loi. L’article L121-11 du Code de la consommation dispose qu’« est interdit le fait de refuser à un consommateur la vente d’un produit ou la prestation d’un service, sauf motif légitime ». Cela signifie qu’un professionnel n’a pas le droit de refuser de vendre un produit ou une prestation de service à un consommateur.

Le Code pénal (articles 225-1 à 225-4) sanctionne toutes les discriminations, mais aussi le refus d’une vente ou d’une prestation de services ayant pour cause une discrimination fondée sur l’origine, le sexe, la situation de famille, l’apparence physique, le patronyme, l’état de santé, le handicap, les caractéristiques génétiques, les moeurs, les orientations sexuelles, l’âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l’appartenance à une ethnie, une nation, une race, ou une religion. Les amendes peuvent aller jusqu’à 45 000 euros et/ou un emprisonnement jusqu’à trois ans (sanctions quintuplées pour les sociétés).

Source Breizh infos cliquez ici

12:14 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Coronavirus et France : Désinformation, réalité... et le « Monde d’après »

images.jpg

Bernard Plouvier

Certains quotidiens français de la presse BCBG sont manifestement publiés pour rassurer le bon peuple.

Tel canard parisien dit de « référence » nous assure que la mortalité française est modérée. Par exemple, pour le 22 avril, on y publie un chiffre inférieur à 14 000 morts, alors que le chiffre réel pour cette fin de journée était supérieur à 20 000 morts, selon la comptabilité centrale du Johns Hopkins de Baltimore... donner la préférence aux chiffres du parisianisme triomphant sur ceux du N°1 planétaire de l’épidémiologie semble curieux.

Or, à la date du 23 avril, c’est fait ! La France macronienne est 2e au Hit-parade de l’inefficacité hospitalière occidentale (on ne peut tenir compte des chiffres de pays d’Asie – on ne doit  surtout pas considérer comme crédibles les statistiques chinoises – ou du moyen Orient – où règne une vraie pagaille administrative).

Il est absurde de considérer les chiffres de mortalité sans les comparer au nombre de cas traités. C’est ce que font à longueur de journée les journaleux français à propos des USA : certes, la mortalité globale actuelle y est comprise entre 41 000 et 42 000, mais sur 850 000 cas traités, ce qui donne un ratio aux alentours de 5% de mortalité.

Seule l’Allemagne fait mieux que les States de Trump. Elle fait d’ailleurs mieux que partout ailleurs – sauf dans les pays où l’on truque délibérément les statistiques : moins de 5 340 morts pour près de 151 000 cas traités, soit 3,5% de mortalité.

Notre score français, le matin du 23 avril, est sensiblement différent de ce que la presse bénigne veut nous faire accroire. Avec 21 340 morts sur 157 135 cas traités, nous arrivons à 13,6% de mortalité, ayant un peu dépassé les scores d’Italie et de Grande-Bretagne (13,4% de ratio morts/cas traités). Seule la Belgique fait pire que nous avec son ratio de 15%.

Évidemment, cela n’apparaît pas si l’on utilise les chiffres « bizarres » de la presse destinée au grand public crédule : ni l’efficacité allemande ou nord-américaine, ni notre triste inefficacité (comparable à celles des Belges, des Italiens et des Britanniques, on le reconnaît volontiers).

Non seulement, l’administration issue du Président immuable Mitterrand-Chirac-Sarkozy-Hollande-Macron a cassé l’efficacité hospitalière française et s’est avérée incapable de gérer cette crise épidémiologique à mortalité mineure et de type sélection naturelle – ce qui ne devrait pas entraîner de péril démographique comme on en observe en temps de guerre -, mais elle ment en permanence à la nation. 

Des incapables, servis par des pitres et des menteurs, voilà nos « bons princes ». Mais, en démocratie, la responsabilité incombe à l’électorat... si Grand Public Crédule il y a, c’est en raison de la faible utilisation de leur cerveau par nos merveilleux concitoyens.

Le « Monde d’après » dont on nous rebat les oreilles, ce devrait être idéalement, un monde où chaque être non idiot se mettrait à penser par lui-même, aidé par une presse où ne seraient reportés que des faits vérifiés et des statistiques dûment contrôlées... donc un autre monde que la Ve République en état de décomposition accélérée.

Avant de critiquer Macron et ses Charlots – indéniablement incompétents et menteurs -, il faut faire notre mea culpa. Si nos dirigeants sont ultra-médiocres, si notre administration est minable, c’est parce que nous avons laissé se gangréner un pays et des institutions qui n’étaient pas mauvais.

Les électeurs doivent comprendre que l’avenir leur appartient. Le Parlement, si l’on veut qu’il soit utile à quelque chose, ne doit plus comporter de démagogues qui n’ont jamais travaillé utilement, mais des êtres de grande expérience professionnelle. La vie administrative et les media doivent   reposer sur davantage d’honnêteté, ce qui implique une lutte permanente contre la corruption, le piston politique et maçonnique, le népotisme tribal ou familial, et la prostitution – les merveilleuses « promotions canapé ».

Le monde de l’économie doit rester privé pour d’évidentes raisons d’efficacité, mais il ne doit en aucun cas diriger, de quelque façon que ce soit, la vie politique du pays. Les Français sont coupables d’avoir baissé les bras, d’avoir amené aux apparences du pouvoir les marionnettes des financiers, des producteurs et des négociants.

Le monde d’après doit être celui du retour à la Démocratie : égalité de tous devant la Loi, méritocratie pour l’attribution des postes payés par l’argent public et consultation de la nation pour tous les grands sujets qui engagent son avenir, à court et moyen termes – le long terme étant strictement imprévisible.

Tout cela s’appelle le Populisme.

2020 03 VISUEL SN.jpg

11:58 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Troisième RDV avec l'Académie Europe : Gabriele Adinolfi reçoit Robert Steuckers

2020 3 europe académie.jpg

11:50 Publié dans Gabriele Adinolfi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 avril 2020

LE JOURNAL DE TV LIBERTÉS (MERCREDI 22 AVRIL)

21:48 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Coronavirus et France : moins de Cocoricos et davantage d’esprit critique !

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Dans le cadre de notre grande enquête sur l'après crise, nous publions aujourd'hui le point de vue de Bernard Plouvier, rédacteur régulier de notre site et d'EuroLibertés et auteur de nombreux ouvrages aux Edition Dualpha ainsi que d'un Cahier d'Histoire du nationalisme (n°8) consacré au NSDAP cliquez ici et du livre Le populisme ou la véritable démocratie cliquez là.

S.N. 

Bernard Plouvier

Il est exact que tout le monde semble avoir paniqué en Occident et que l’on a ainsi créé les conditions optimales pour obtenir une crise économique majeure, associée à une crise sociale un peu partout. Et ce en raison d’une pandémie nettement moins meurtrière que les précédentes pandémies grippales.

On saura plus tard l’origine exacte de ce Covid-19, qui n’a pu provoquer une épidémie que parce qu’il était nouveau-venu. C’est un truisme de dire qu’il s’agit d’un virus mutant : c’est une vérité de La Palice ! Mais cela ne signifie pas qu’il soit issu du génie microbiologique humain : une mutation naturelle est à envisager en hypothèse logique et moins complotiste.

En revanche, il est évident pour tout le monde – ou du moins ce devrait l’être – qu’il faut mettre au ban des relations économiques et politiques tout État qui ose financer des recherches visant à exalter la dangerosité des microbes. Dans l’hypothèse d’une manipulation génétique d’origine humaine, il faudrait punir avec la plus grande sévérité, ce qui implique la peine de mort pour les preneurs de décision et les « scientifiques » - savants et techniciens – qui se seraient prêtés à cette monstruosité.

On nous a assez bassiné avec le « Devoir de mémoire » à propos du dix-millième génocide de l’histoire humaine. Les nations honnêtes doivent désormais exiger de leurs clowns qu’ils ne fassent pas n’importe quoi, qu’ils ne cautionnent pas les désirs mégalomaniaques de déments, qu’ils soient de nature religieuse, politique ou scientiste.

Pour l’exemple français, un certain nombre de leçons doivent être tirées.

Au plan sociologique, l’on voit – sauf à être sourd et aveugle ou être client des évergètes islamiques, généreux avec leurs pétro-dollars ou leurs haschischo-dollars – l’inassimilation des 15 millions d’immigrés d’origine extra-européenne. Ou la majorité des Français, qui est encore de souche européenne, les renvoie dans leurs continents d’origine, ou elle capitule et la France deviendra, dans un tiers de siècle, la Ripoublique islamique franchaouie.

Cette épidémie de coronavirus a démontré qu’il existait deux France : l’autochtone, disciplinée, et l’autre toujours prête à piller, incendier, organiser des émeutes. On conçoit qu’un politicien ait besoin de beaucoup d’argent pour organiser sa carrière et celle de son parti. Mais aucun électeur ne devrait soutenir un corrompu qui accepte l’argent des organisateurs de l’invasion en cours de notre patrie.

La faillite du système hospitalier français – comme de celui de la Grande-Bretagne, de la Belgique, de l’Italie – est à comparer avec la très bonne réactivité, avec l’efficacité remarquable des systèmes sanitaires allemand et nord-américain.

Il faut évoquer, en effet, les chiffres de mortalité de cette pandémie très peu meurtrière et qui tue selon le schéma ultra-classique de la sélection naturelle, tuant ceux dont les mécanismes d’immunité cellulaire sont défaillants ou dont les poumons, cible essentielle de ce virus, étaient antérieurement pathologiques.

À la date du 22 avril 2020 (et si l’on fait abstraction des mensonges épidémiologiques de la République Populaire de Chine), la mortalité globale cumulée sur près de cinq mois est de 6, 9% - 177 600 morts sur 2,575 millions de cas symptomatiques traités. Soit très peu pour la population touchée : celle de l’hémisphère Nord. Et l’on est en droit d’espérer que l’été arrivant, l’épidémie quitte notre hémisphère... pour l’hémisphère Sud, qui basculera vers l’hiver et où aura lieu cette « deuxième vague » dont on parle à tort et à travers. Par définition, une virose respiratoire épidémique frappe durant la saison froide.

La mortalité allemande est exceptionnellement basse : 3,4% (5 100 morts sur un peu moins de 149 000 cas) et celle des USA – où certains commentateurs, assez peu au fait des réalités hospitalières US, prévoyaient une hécatombe – est de 5,3% (44 000 morts sur 825 500 cas traités).

Ceci est à comparer avec l’effrayante surmortalité d’Europe occidentale. France : 13,05% (20 800 morts sur un peu moins de 160 000 cas traités) ; c’est à peine mieux que l’Italie ou que la Grande-Bretagne : 13,3% de mortalité, mais c’est moins bien que l’Espagne (10,4% de mortalité) ou que les Pays-Bas (11,4%). La Belgique, dont les hôpitaux étaient à la pointe de l’efficacité durant les années 1980, bat tous les records de médiocrité avec une mortalité de 14,6% (6 000 morts sur 41 000 cas traités)... chacun peut aller consulter la carte et les chiffres réactualisés plusieurs fois/jour du Johns Hopkins Center de Baltimore (« coronavirus covid19 global cases csse johns hopkins »).

Il est hors de question de mettre en doute si peu que ce soit le dévouement du personnel hospitalier soignant français, mais en médecine, l’élément essentiel est l’Efficacité... sur ce point, les chiffres en valeur absolue et en simples pourcentages sont effrayants. Non, nous n’avons pas (ou nous n’avons plus) un système hospitalier performant, capable de répondre à une épidémie d’insuffisances respiratoires aiguës.

Et c’est ce qui fait la différence d’avec les hôpitaux allemands et les hôpitaux des USA : médecins et matériel y sont de premier ordre. Que cela plaise ou non à tel gourou omniscient, à tel académicien ou politicard en mal de publicité n’est d’aucune importance. Les chiffres sont là, qu’il importe d’analyser pour remédier à ce triste état de fait.

L’on a osé fermer des lits de réanimation ces vingt dernières années, durant lesquelles les clowns administratifs ont reçu des clowns politiques tous les pouvoirs de décision dans les hôpitaux. Au nom d’une « rentabilité économique », on a fermé des lits « chauds », ouvert quantité de maisons de retraite médicalisées – fort rentables au plan financier – et l’on a multiplié les postes d’agents administratifs... au point que si l’on veut « faire des économies », il sera très possible d’en réaliser rapidement en licenciant les trois-quarts des « administratifs » du secteur hospitalier !  

On ignore si la crise économique et sociale sera longue ou très courte – à la mesure de la faculté d’oubli de l’être humain, sauf quand on lui impose artificiellement un « Devoir de mémoire »... et les journaleux ont tout intérêt à en remettre une couche, voire plusieurs. Les catastrophes sont pour eux l’occasion miraculeuse de se faire mousser, voire d’exalter leurs revenus.   

On ignore totalement ce que sera le comportement des nations après les deux premières semaines de retour à la vie normale – et l’on peut parier sur l’immuabilité des comportements pour penser que rien ne changera au fond, selon le proverbe italien médiéval : « Plus ça change, plus c’est la même chose » !  

Mais il faudra tirer quelques leçons de cette crise artificiellement créée par la panique des politiciens, la nullité de leurs « conseillers-experts » et l’extrême dangerosité des clowns des media qui se sont plus encore ridiculisés (et ça n’est pas peu dire !) que les professeurs de médecine-grands gourous qui venaient débattre, voire s’injurier, dans un but de parade et de positionnement pour l’académie de médecine ou de flatteuses promotions de hochets de vanité.

Notre système hospitalier (comme le britannique, le belge ou l’italien) ne mérite pas les satisfécits ni les coups d’encensoir. Il est inadapté aux chocs épidémiologiques, comme il serait inadapté à l’afflux de blessés au cours d’une guerre, civile ou étrangère. Nos hôpitaux crèvent par l’excès de pouvoir des guignols administratifs, par l’incompétence de nombre de médecins aux diplômes exotiques ou nommés par l’effet d’un piston absolument intolérable dans une profession essentielle pour l’avenir de la nation, enfin par un excès de revendications syndicales qui perturbent inutilement l’esprit de gens qui se sont voués à soigner les misères humaines.   

C’est, en dernière analyse, aux électeurs qu’il appartient de redresser cette situation, où la démagogie outrancière et le faux-semblant cachent une réelle inefficacité... ce qui est la définition de la gabegie.

2020 03 2VISUEL SN.jpg

12:52 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Sortie prochaine du n°3 de la Revue d'Histoire européenne

94397037_168050307995417_7869023429423267840_o.jpg

L'émission "Synthèse" avec Guillaume Fiquet, rédacteur en chef de la Revue d'Histoire européenne cliquez ici

12:51 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une vie de combat pour la France et les Français

Le-Pen-2.jpgGeorges Feltin-Tracol

Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du Front national, a sorti à l’automne 2019 le second tome de ses mémoires. Après la surprise de Fils de la Nation dans lequel on découvrait l’homme Le Pen, ce nouveau volume, intitulé Tribun du peuple, relate sa vie politique, d’où la relative déception de tous ceux qui ont participé de près ou de loin à l’aventure frontiste. L’ouvrage commence à la fondation du Front national (FN) et va jusqu’à nos jours.

Tout au long du récit, Jean-Marie Le Pen s’en prend avec une virulence rare et légitime à ce qu’il désigne comme l’« Établissement » ou le « Système ». « J’appelle système, par définition, la mécanique qui régente la vie politique française par l’alternance de partis complices. Qu’importe le nom qu’on lui donne, bande des quatre ou UMPS, l’important est qu’il ne se cantonne pas à la stricte politique : il déborde sur les médias, la publicité, etc. C’est une machine qui s’empare de la société tout entière pour la diriger à sa convenance (p. 311). » C’est une pieuvre dont les tentacules investissent le journalisme, les universités et l’histoire. C’est un bonheur de voir l’auteur s’attaquer en page 113 à ces chercheurs et plumitifs militants (les Igounet, Albertini, Doucet et Lebourg) qui ne cessent de traquer leurs fantasmes et qui sans l’existence de l’« extrême-droite » seraient contraints d’écrire dans la rubrique des chiens écrasés ou d’enseigner dans un collège paumé dans une banlieue de l’immigration. Jean-Marie Le Pen les fait vivre.

Contre la médiacaste

Ce tome deux a moins suscité l’intérêt de la part des journalistes que le premier. « L’immense majorité des articles que la presse m’a consacrés n’a pas été rédigée après la lecture du livre, mais d’après la “ synthèse ” que l’AFP a publiée en balayant des yeux les bonnes feuilles qu’elle s’était procurées (pp. 7 – 8). » Faut-il s’en étonner de la part de l’officine maîtresse en désinformation ? L’hystérique pathologique Christine Angot au style si nullissime n’a « pas compris que la ruse était de profiter de ce battage publicitaire pour donner envie au grand public de ne pas lire le livre (p. 7) ». Jean-Marie Le Pen accuse : « Mes adversaires se sont arrangés pour que peu de personnes […] partagent (p. 7) » ses mémoires qui jettent une lumière crue sur les événements des quarante dernières années.

À l’instar des décroissants « Casseurs de Pub », il ne se prive pas de souligner que « les messages publicitaires servent à installer dans l’esprit public, de façon subliminale, des images et des sentiments indépendants de l’objet qu’ils sont censés vanter. En d’autres termes, ce sont de puissants instruments de propagande, au service du politiquement correct. En particulier au service du grand mélange et du grand remplacement (p. 264) ». Il confirme en outre que les « nouveaux propagandistes […] sont journalistes et communicants (p. 303) ».

C’est ainsi qu’il qualifie respectivement l’« affaire du détail » du 13 septembre 1987 à RTL d’« embuscade médiatique (p. 175) » et l’odieuse machination socialiste de Carpentras de 1990 de « pacte social spécifique (p. 184) ». Il note qu’à ces occasions de partis pris assumés, « une paire de journalistes frénétiques s’érigeait en tribunal, et l’opinion ratifiait leur condamnation sans même écouter mes arguments (p. 183) ». Rien qu’entre 1986 et 1992, Jean-Marie Le Pen et les membres du FN font l’objet de plusieurs centaines d’agressions ! Sans oublier le traquenard de Mantes-la-Jolie en 1997, l’auteur est encore poursuivi par une justice bien connue pour sa partialité politique. Le FN, son président et ses militants ont subi des attaques, des attentats, des persécutions qui, sous d’autres latitudes, leur auraient valu de recevoir le prix Nobel de la Paix, le prix Sakharov du Parlement européen et le soutien aveugle des ONG droits-de-l’hommistes.

S’élevant contre les mensonges médiatiques, l’auteur s’inquiète d’entrer « dans une société manichéenne, où seuls sont habilités à parler ceux qui figurent le Bien (p. 412) ». Sa préoccupation concerne partout « l’histoire [qui] est aujourd’hui la simple pétrification de la mémoire de la presse dominante, la validation officielle de la propagande de gauche (p. 238) ». Et gare à ceux qui s’écartent des chemins balisés ! Ils risquent dès à présent le bannissement social, voire l’emprisonnement, bientôt peut-être la décapitation en direct sur les chaînes info avant 20 h. Élucubrations fantaisistes ? Bien des Gilets jaunes ont perdu un œil ou une main de l’automne 2018 au printemps 2019. « Les CRS ne sont plus des SS, ce sont les prétoriens de Cohn-Bendit (p. 412). » Avec ses deux tomes de mémoires, Jean-Marie Le Pen entend être « passeur de mémoire et rectificateur d’histoire (p. 8) ».

Lire la suite

12:32 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 21 avril 2020

Le JOURNAL DE TV LIBERTÉS (MARDI 21 AVRIL)

20:25 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les Deux Frances : celle des émeutes raciales et celle du confinement

AB3PH3MJHPEGPSRATU7C7P44BE.jpg

Bernard Plouvier

Que le confinement pour (presque) tous les citoyens soit une « mesure salutaire » (version gouvernementale) ou une stupidité intégrale nous menant à une crise économique d’ampleur et de durée indéterminables, là n’est pas la question !

Il est piquant de constater que peu d’heures après les exposés-fleuves de deux ministres, dont le Premier, le dimanche 19 avril 2020, nos merveilleux jeunes issus de l'immigration, « si bien intégrés » nous dit-on, se sont offerts la joie festive d’émeutes raciales et d’affrontements violents avec la police dans quatre départements – toujours les mêmes depuis quarante années : Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Essonne.

Ah, qu’il est beau et bon de constater la réalité du « Vivre Ensemble », l’intégration de nos ZZ (Z’Honorables Z’immigrés) dans la vie citoyenne des Français ! Qu’un motard maladroit percute une voiture de police et les cités de non-droit se mettent à flamber, crépiter, retentir de tirs de mortiers, comme à Beyrouth, Alep ou Kaboul. Il n’est plus besoin de payer de « grands reporters » : nous avons importé la violence médiévale, grotesque et stupide, où seuls les moyens utilisés sont modernes.  

Effectivement, l’on observe, et depuis un mois que dure la comédie du « Confino » - au moins, Mussolini autorisait-il la déambulation diurne de ses « confinés » ! -, deux Frances.

D’un côté, l’on constate une population européenne autochtone respectant les ukases gouvernementaux et se faisant contrôler par la police, voire se faisant rudoyer par les « forces de l’ordre » s’il manque un iota à l’ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE, en application de l’article 3 du décret du 23 mars 2020, que les bons citoyens en panne sèche d’encre pour imprimante doivent recopier pour promener le chien – qui, lui, se moque de Macron-Philippe-Castaner : il a besoin de se dégourdir les pattes et de pisser - ou pour acheter leur pitance.

De l’autre, la Ripoublique franchaouie des ZZ – plus communément appelés « racailles »... de fait, lorsqu’on s’oppose violemment aux contrôles de police, lorsque l’on s’organise une fiesta incendiaire, lorsqu’on tire sur policiers, gendarmes et CRS, l’appellation de hors-la-loi devient juste.

Franchement, quels pitres sont notre Grand Président et ses ministres, même pas capables de faire respecter l’Ordre... qui n’est pas plus républicain que royal ou impérial. L’ordre public, c’est le minimum qu’une Nation doive attendre de gouvernants d’un État qui gère des centaines de milliards d’unités de compte, issus des impôts et des taxes acquittés par les honnêtes citoyens. 

Moins de discours, moins de passages à la télévision de nos « princes », mais davantage de respect de la Loi. C’est tout ce que la Nation est en droit d’obtenir et c’est ce dont elle est privée depuis le début de l’invasion extra-européenne, il y a quarante années déjà.

11ML.jpg

16:06 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Un carcan français

ob_c8c425_bercy-amenagement.jpg

Par Vincent Trémolet de Villers

C’est un mal diffus, fuyant, insaisissable. Il peut par sa seule présence décourager les conquérants, ensabler les bâtisseurs. Il frappe les plus beaux esprits comme les intelligences médiocres et peut tout dérégler au nom des règles. Un virus? Non, un tour d’esprit qui fait confondre directve et direction, commission et décision, procédure et discernement. Celui qui en est frappé se réfugiera dans le maquis du règlement. Avec lui, le verbe se fait norme et la vie mouvante, imprévisible, doit entrer de gré ou de force dans l’immense étagère de l’administration des choses. Dans les instants paisibles où «la plupart des choses du monde se font par elles-mêmes» (Montaigne), il règne en maître rassurant, mais «quand les blés sont sous la grêle», que le moment exige agilité et rapidité, il dévoile sa pesanteur, son incurie. On peut l’appeler esprit de système, poison administratif, fanatisme bureaucratique, perfectionnisme excessif... Qu’importe!

C’est lui qui, depuis le début de la crise sanitaire qui nous frappe, ralentit, désordonne, décourage. C’est lui qui grippe la gigantesque machinerie de l’État. C’est lui qui explique qu’avec 56% de dépenses publiques, une pression fiscale écrasante, des mères de famille en soient réduites à coudre des surblouses pour un hôpital qui en manque, que des élus locaux devancent les autorités dans la commande de masques, que des cliniques privées parfaitement équipées soient d’abord restées vides, quand l’hôpital public était submergé. C’est lui qui paralyse, de certification en validation, la chaîne de commandement. Reconnaissons-le, celui qui s’affranchit, de la base au sommet, de ce carcan de précautions prend des risques. Ses audaces peuvent être punies par la funeste combinaison : campagne médiatique - procédure judiciaire.

La partie est extraordinairement difficile : bien présomptueux qui accable ceux qui nous gouvernent. Mais serait-ce trop demander à cet État qui peine à réunir des masques et des tests qu’il cesse d’être à ce point sourcilleux dans les détails, satisfait dans l’expression ? Puisque aujourd’hui tout l’entrave, qu’il laisse faire ces Français innombrables qui conservent dans l’adversité, et les soignants en sont la plus belle preuve, leur ingéniosité et leur courage.

Source : Le Figaro 21/04/2020

12:01 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Notre grande enquête : "Aller au-delà du mondialisme" (2e contribution) : S’en sortir par le portefeuille

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Nous continuons notre enquête avec une contribution de Rémi Tremblay, directeur du journal canadien Le Harfang cliquez ici et correspondant régulier au Québec du quotidien Présent et du site EuroLibertés.

Rémi Tremblay est aussi l'auteur de deux Cahiers d'Histoire du nationalisme, l'un consacré à son compatriote Adrien Arcand cliquez ici et l'autre à l'Anglais Oswald Mosley cliquez là.

S.N.

Rémi Tremblay

Tourner la page du mondialisme, il y a de plus en plus de gens qui sont enclin à le faire. Le premier ministre québécois François Legault a lui-même parlé d’une société « démondialisée » se basant sur une plus grande autarcie, mais il faudra le voir pour le croire.

Toujours est-il qu’en tant que citoyens, nous avons notre mot à dire et nous avons un certain pouvoir. Celui qu’on nous octroie périodiquement dans l’isoloir est illusoire. Notre pouvoir c’est celui de diffuser nos idées et ce malgré la chape de plomb toujours plus lourde qui nous est imposée. La réinformation sur la toile est de plus en plus menacée par le monopole des GAFA, il faut revenir aux essentiels, investir le domaine public, le monde réel.

Mais il y aussi notre pouvoir d’achat, car acheter, c’est voter. Si nous désirons ardemment une économie locale, forte et enracinée, c’est à nous de rendre ce rêve possible. Il faut dès aujourd’hui s’affranchir des monopoles des Amazon et Walmart, de ces grandes chaînes de distribution qui étouffent le petit commerce local. Ce sont nos propres comportements que nous devons changer en premier lieu. Acheter sur Amazon un livre dénonçant le mondialisme est un contre-sens, surtout que cette compagnie emploie des sommes colossales chaque année pour imposer des idées dont nous ne voulons pas et dont le peuple veut de moins en moins.

Dans les années 30 au Québec, la Ligue d’achat chez nous prédisait que les monopoles écraseraient nos commerçants. Force est de constater qu’elle avait vu juste. Pour la Ligue, acheter des gens de chez nous, quitte à payer un peu plus cher, était un devoir patriotique. C’est ce gros bon sens que nous devons retrouver. Ignorer la facilité et les économies factices pour investir dans une économie locale.

Mieux encore, il ne faut pas qu’encourager les commerçants de chez nous, mais aussi les producteurs. Il est de bon ton de railler la qualité des produits fabriqués en Chine, mais toujours est-il qu’ils continuent d’être achetés. Ceux qui sont fabriqués chez nous sont plus coûteux, mais de meilleure qualité. Là encore, il est du devoir de chacun de faire sa part et de cesser d’acheter avec l’intention de jeter après quelques mois ou années parce que la mode a changé. Cela implique acheter moins, mais acheter mieux.

Pour nos « gouvernants », nous ne sommes que des « consommateurs », alors assurons-nous au moins d’être des consommateurs conséquents.

11ML.jpg

11:51 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pour un État national fédératif.

4a57759f6f19af0a167973ac4e782499.gif

L'avis de Jean-François Touzé

Plombée par plus de deux siècles de jacobinisme absolu à peine tempéré depuis 1981 par une décentralisation timide, incertaine et incohérente, la France, contrairement à l'Allemagne fédérale aux responsabilités partagées, peine à faire face à l'épidémie de coronavirus. Les conséquences sanitaires de cette impuissance sont ravageuses. Les conséquences économiques et sociales seront dramatiques.

Le centralisme administratif et bureaucratique de notre pays, aggravé par la multiplication des lieux de décisions entre État, régions, départements, intercommunalités, municipalités paralysent les initiatives, retardent les mises en oeuvre et tétanisent les volontés.
 
De nombreux enseignements devront être tirés de la crise que nous traversons. Nécessité de réindustrialisation de la France, en particulier dans le domaine de la production pharmaceutique et fin des délocalisations; impératif d'une politique de redressement de nos services hospitaliers ; plan de soutien budgétaire et logistique à nos armées dont le dénuement a été mis en lumière ces dernières semaines ; sauvegarde et relance des services publics.
 
Mais rien ne se fera d'utile, d'efficace et de durable tant que l'Etat impotent et totalitaire imposera sa loi absolutiste, édredon de tout sursaut vital.
 
Dans ses devoirs régaliens l'Etat doit être fort. Nous qui défendons l'idée d'un Etat national a reconstruire ne disons pas autre chose. Mais cette force d'autorité et cette vision d'ensemble de la France doit se faire à nouveau dans le respect des identités locales et le retour des pouvoirs spécifiques donnés aux collectivités dont le nombre devra être réduit à deux (Provinces et communes) et les compétences étendues. L'ancien régime monarchique était fédératif. Incarnation de l'Etat, le roi savait imposer sa volonté. Il le faisait cependant dans la concertation avec ses Provinces. La France de demain, si elle veut renouer avec son élan vitaliste, devra être à nouveau un État national fédératif.
 
Aucune de ces réformes ne se fera bien sûr spontanément, le Système ayant bien l'intention de perdurer en reprenant la main dès la tempête apaisée. Ceux qui croient que les erreurs de l'Exécutif entraînant le rejet du macronisme, méthode de gouvernement hasardeuse et erratique basée sur l'improvisation et le mensonge, suffiront à entraîner les Français vers une révolte politique salutaire, rêvent et oublient que le régime sait mettre en place de fausses alternances en son sein, en se délestant des poids devenus morts, pour mieux se perpétuer.
 
Plus que jamais le combat nationaliste est la  seule clé du salut national.
 

2020 SN 53.jpg

11:49 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Du Coronavirus et de ses conséquences

ESCADA ALAIN 2.jpg

Un communiqué d'Alain Escada, président de Civitas :

C'est la première fois que je m'exprime publiquement, en tant que président de CIVITAS, depuis le début du confinement, Jusqu'ici, j'ai voulu prendre le temps d'observer attentivement la situation en France et dans le monde afin que ce communiqué aborde à la fois les aspects géopolitiques, sanitaires, économiques et religieux de cette période trouble que nous subissons et propose également quelques perspectives pour la suite.

Je mesure que le message que je vous adresse ne va pas dans le sens de la pensée dominante et peut en ébranler certains, Je vous demande néanmoins de le lire entièrement. Il tient en six points énumérés ci-dessous :

  1. Pour votre santé, vous n'aurez plus de libertés

  2. Une épidémie qui cache une politique de santé calamiteuse et mortifère

  3. Hydroxychloroquine ou vaccin de Bill Gates ? Un enjeu totalitaire et mondialiste

  4. Un confinement qui ruine les Français

  5. L'échec d'une réponse sans Dieu à l'épidémie

  6. Dimanche 10 mai 2020 – Opération « Sainte Jeanne d'Arc, sauvez la France »

1. Pour votre santé, vous n'aurez plus de libertés

L'une des plus grandes réussites du Diable est de parvenir à faire croire à beaucoup qu'il n'existe pas, De même, la police de la pensée s'évertue à répéter que les complots et les mensonges d'Etat n'existent pas, Autorités politiques et médias serviles s'entendent pour discréditer quiconque remet en cause la version officielle des événements.

C'est une évidence, n'est-ce pas, toute l'histoire de l'humanité, particulièrement celle des dernières décennies, démontre que les politiciens, les représentants de la haute finance et les journalistes partagent tous une exceptionnelle probité et un formidable sens du bien commun qui devraient nous conduire à accorder une confiance aveugle à tout ce qu'ils nous affirment.

Les troupeaux bêlants ont la mémoire trop courte pour se souvenir des montagnes de mensonges qu'ils ont gobés un à un de la part des prétendues élites qui pensent pour nous, Amnésiques, les troupeaux bêlants ne tirent aucun enseignement du passé, hypnotisés par ce qu'ils ont vu à la télévision, entendu à la radio, lu dans la presse, sans comprendre que ces médias qui ne survivent que grâce aux subventions de l'Etat et aux annonces publicitaires pour des produits de multinationales sont naturellement redevables à leurs maîtres.

Pire, la force du mensonge est accrue par la puissance de l'image et la manipulation des émotions, Quoi de plus efficace que de susciter l'effroi planétaire pour obtenir la soumission aux consignes les plus totalitaires.

Par peur du coronavirus, les populations ont accepté les privations des libertés les plus élémentaires.

Nous n'avons plus le droit de voir les membres de nos familles autres que ceux qui partagent le même logement que nous. Le Premier ministre a promis ce dimanche du changement mais nous n'avions plus le droit jusqu'ici de rendre visite à nos malades s'ils sont hospitalisés ou en EHPAD, même s'ils sont mourants, Nous n'avons plus le droit d'accorder des funérailles dignes à nos défunts, Nous n'avons plus le droit d'assister aux célébrations religieuses.

Pour nous protéger du coronavirus, un Etat policier s'est mis en place, qui utilise des drones avec caméras de surveillance, des hélicoptères avec équipement thermique, Des policiers fouillent les sacs des clients sortant des magasins encore autorisés à ouvrir, des gendarmes verbalisent une dame qui faisait un signe affectueux à son mari enfermé en EHPAD ou un fils qui voulait se rendre au chevet de son père mourant, Des Français dénoncent d'autres Français qui vont se balader au bois ou en montagne.

Mais le ministère de l'Intérieur accorde un confinement « allégé » dans les banlieues et quartiers immigrés ; le gouvernement libère huit mille détenus – dont 130 islamistes condamnés dans des dossiers de terrorisme – pour ne pas qu'ils attrapent le coronavirus en prison ; et les forces de l'ordre fuient devant des hordes de racailles qui multiplient les guet-apens.

Lire la suite

11:13 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 20 avril 2020

LE JOURNAL DE TV LIBERTÉS (LUNDI 20 AVRIL)

21:01 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LA PAROLE EST À BERNARD MONOT

MONOT B.jpg

18:34 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LUNDI 20 AVRIL À 18 H : RDV AVEC L'ACADÉMIE EUROPE

2020 20 04 GABI.jpg

17:31 Publié dans Gabriele Adinolfi | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Dettes : le recours au principe de la remise jubilaire

gomme.jpg

Philippe Randa EuroLibertés cliquez ici

« Plus d’impôt, plus de travail… Comment va-t-on payer l’addition du coronavirus ? », s’interrogeait BFMTV le 6 avril dernier… Oui, comment ? Mais aussi Qui ? Quand ? Questions récurrentes en une époque où l’on a « interdit » – de fait ! – de travailler. Restez chez vous, braves gens, l’État fait tourner la planche à billets : « La pandémie fait exploser les déficits publics des pays européens. L’absence de solidarité entre États est compensée par la BCE, qui rachète massivement les dettes émises sur les marchés » informe Alternatives économiques qui ajoute néanmoins : « Cela suffira-t-il ? »

Alors, quoi ? Faire payer l’ennemi vaincu (rappelons-nous du célèbre « L’Allemagne paiera ! », lancé après la Grande Guerre ? On sait ce qu’il advint de cette exigence de Matamores…

A-t-on les moyens de présenter l’addition à la Chine où est apparu le coronavirus ? Et celle-ci, dont on peut fortement douter de l’acceptation d’un tel ukase, en aurait-elle d’ailleurs les moyens au regard des sommes colossales en jeu ?

Et donc, qui va payer ? Les contribuables de toutes les nations ? En a-t-il jamais été autrement, d’ailleurs ? À moins, bien évidemment, qu’à l’impossible nul n’étant tenu, de telles dettes publiques irremboursables soient tout simplement effacées.

Ce ne serait pas une première historique où lors de trop grandes périodes de troubles liées au poids de la dette, celles-ci ont déjà été « effacées ». On retrouve même les traces de ces mouvements dans la Bible, soit la pratique du Jubilé et le principe de la remise jubilaire.

D’ailleurs en 2012, François Buonomo le suggérait déjà dans un article des Échos : « Le recours à une pratique exceptionnelle dans le monde antique peut redonner un sens emblématique à la civilisation européenne. »

À défaut de rebond monétaire, un rebond civilisationnel ? Et pourquoi pas !

11:27 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Du discrédit de la parole publique

6a00d8341c715453ef0240a4fd6c13200d-320wi.jpg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

Alors que l'Allemagne entreprend aujourd'hui, méthodiquement et franchement, son déconfinement, les représentants du meilleur système du monde, celui de l'Hexagone, s'exprimaient hier sur les ondes du service public. La longueur de leur communication n'a d'égal que le nombre de questions sans véritables réponses.

Humainement, on peut les plaindre de leur douleur, visible en ce moment, dans leur rôle de ministres, c'est-à-dire serviteurs, d'un État aussi lourd, aussi centralisé, aussi coûteux et en même temps aussi impuissant, hésitant et cafouilleux.

Mais, autant nous souffrons tous de cet étatisme, autant nos bons esprits faiseurs d'opinion suggèrent d'en guérir les maux par un surcroît d'étatisme.

Cette conférence de presse conjointe du Premier ministre et du ministre de la Santé présentait, sur tous les points, le mérite d'une certaine franchise, celle de sa propre obscurité. Les deux intervenants associés dans cette entreprise s'enlisaient en effet dans les nouveaux méandres de la parole publique.

Ils y étalaient donc à l'envi leurs propres incertitudes.

Deux heures pour lâcher, ce 19 avril, à peu près trois informations : la première pour annoncer que nous pourrons, c'est une bonne nouvelle, aller visiter ceux de nos aînés séjournant, dépendants, contraints, en fin de vie, dans des maisons de retraite ; la deuxième qu'il sera bientôt obligatoire de porter un masque dans les transports en commun et d'installer du gel dans les magasins – à condition de pouvoir se procurer masques et gels, idem pour les tests – sans garantie du gouvernement ; et enfin, confirmation, on ne sait toujours rien, après un mois de confinement et une semaine de tâtonnement, de ce qu'il en sera vraiment de la vie scolaire des enfants et de leurs vacances d'été.

Pour le reste, débrouillez-vous dans le brouillard braves gens, mais attention aux gendarmes.

Une seule chose semble certaine : les bistrots seront totalement fermés et les écoles en partie ouvertes. Cette dernière décision, arrêtée en fait parce qu'il se révèle urgent de laisser les parents travailler, se veut prise en principe au nom de l'égalité des chances. Le discours présidentiel du 13 avril a fixé la doctrine sur ce point. Reste aux syndicats et aux bureaucrates de l'Éducation nationale de s'accorder sur sa mise en œuvre. Ils n'y sont pas encore parvenus.

Ainsi, la parole publique ne souffre pas seulement de l'incertitude propre au sujet.

Comment accepter un propos toujours si imprécis, sur la disponibilité des masques, ou des tests, nous contraignant de croire, par ailleurs à l'omnicompétence de notre bureaucratie ?

Comment se fier, pensera-t-on, à des experts qui se contredisent ?

Comment croire en un président de leur comité, si péremptoire face aux médias, le Delfraissy, obligé de reconnaître les larges pans de son ignorance quand il est auditionné par les Sénateurs le 15 avril ?

Le discrédit s'abat, plus encore, et de plus en plus massivement, depuis les authentiques mensonges proférés face à la crise.

Le 24 janvier, deux victimes du virus chinois étaient confirmées en France, sur des patients hospitalisés à Paris et Bordeaux. Ce jour-là, encore ministre de la santé, Agnès Buzyn déclare :
• 1° que "le risque d’importation depuis Wuhan est pratiquement nul";
• 2° que "le risque de propagation est très faible";
• 3° que "notre système de santé est bien préparé".

Trois affirmations totalement démenties par les faits

Le 17 mars, la même Buzyn affirme au Monde que, dès le mois de janvier, elle avait prévenu le Premier ministre de la gravité potentielle de l’épidémie de nouveau coronavirus. Autrement dit, si on la croit : d’une part le Gouvernement, informé du danger, n’aurait pas agi ; d’autre part, elle-même aurait sciemment cherché à tromper l'opinion.

Le 27 janvier, le professeur Jérôme Salomon directeur général de la santé ose affirmer que "nous bénéficions en France d’un test rapide qui va être disponible de plus en plus largement sur le territoire dans les prochains jours".

Le 23 février, Olivier Véran, qui vient de succéder à Agnès Buzyn, annonce : "dans les hôpitaux de Paris, nous allons pouvoir être largement en mesure de répondre aux demandes, quelles qu’elles soient, de réalisation de tests".

Que vaut donc aujourd'hui, au pays de Voltaire et des servantes de Molière, la parole publique ?

Le 11 mai approche, et ce jour-là, devant le désastre, l'opinion et la rue, artificiellement endormies jusque-là, se réveilleront et pourront demander des comptes.

Le règne du mensonge appartient toujours, certes hors concours, aux héritiers de l'empire du communisme. Mais si nous ne voulons pas évoluer vers l'ombre mortifère du totalitarisme, il faut prendre conscience du danger, ici et maintenant, de la post vérité officielle.

11:17 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Notre grande enquête "Aller au-delà du mondialisme" (1ère contribution) : Une guerre sans responsable ?

2020 ENQ SN AU DELA.jpg

Nous l'avons annoncé en fin de semaine dernière, Synthèse nationale lance une grande enquête sur l'après-mondialisme.

La crise que nous vivons montre en effet les limites de la globalisation planétaire, cette idéologie mortifère imposée depuis des décennies par le Système. Il est temps d'imaginer un autre avenir pour la planète ; un avenir salvateur dans lequel les mots "nations", "civilisations" et "identités" retrouveront leur sens...

Pour cela, nous donnons la parole aux esprits libres. Chacun, avec sa sensibilité, tentera d'ouvrir des pistes. Le premier intervenant est notre ami l'écrivain normand Franck Buleux, collaborateur au site Metainfos et directeur de la collection Les Cahiers d'Histoire du nationalisme.

S.N.

Une guerre sans responsable ?

Franck Buleux

La France, le monde vit, depuis le mois de février (le 16 mars, pour notre pays), dans l’angoisse de la progression d’une pandémie liée à un coronavirus (un virus qui a l’apparence d’une couronne, quel beau symbole !) que les spécialistes médicaux (donc les journalistes et les politiques, tous mus en spécialistes de la santé publique) nomment, très pompeusement, Covid-19. Ce nom scientifique prouve, en tout cas, qu’il a été découvert en 2019. Je ne sais pas si le fait de le caractériser ainsi entraîne l’existence potentielle d’un « 20 », voire d’un « 21 », ce qui permettrait aux pouvoirs publics de suspendre toute liberté, ou presque, un trimestre par an, ce qui n’est pas négligeable surtout si l’on se réfère à nos droits fondamentaux (inscrits dans la Constitution, les conventions internationales des droits de l’homme…). Cette époque aurait tendance à prouver qu’une caste médicale peut mettre à bas, avec le soutien des pouvoirs publics totalement débordés par une situation accidentelle, les règles les plus élevées, les piliers, de nos démocraties libérales. J’ose émettre un bémol uchronique en matière politique : si le candidat de l’extrême centre, Emmanuel Macron avait été battu en mai 2017 par sa concurrente, je ne suis pas persuadé que nous ayons compter autant de gens fragiles en France. Mais bon, pensant les gens fragiles dans la rue à défiler contre un régime totalitaire doit être une caractéristique, de ma part, d’un mauvais état d’esprit. Probablement.

Mais mon propos essentiel n’est pas là, il s’agit, ici, de préparer le temps de l’après-confinement, temps d’après qui risque de ressembler au temps d’avant.

En effet, nous sommes depuis le siècle des Lumières et au-delà, dans une société individuelle, fondée sur la responsabilité de chacun vis-à-vis des conséquences dommageables de ses propres actes, intentionnels ou non. Je parle, bien entendu, des normes appliquées en Occident. D’autres traditions, comme celle de la religion musulmane, portent sur le fatalisme le plus complet : si Dieu a souhaité punir le monde ou une partie du monde (en général, plutôt les mécréants), il apparaît difficile, et même interdit (haram) d’aller contre, cela est donc impossible de lutter car la volonté de Dieu, pour inaccessible qu’elle soit, est incontestable. Donc, revenons-en à nos sociétés fondées par la responsabilité de tous et donc, de chacun. En France, l’élaboration du Code civil, par des juristes proches de la pensée post-révolutionnaire incarnée par Napoléon Bonaparte, a mis en place une responsabilité quasiment automatique, de plein droit dit-on, de toute personne, physique ou morale, qui cause un dommage, corporel, moral ou matériel (le jurisprudence a ajouté, depuis peu, le préjudice écologique, ce qui est logique compte-tenu de la pression médiatique liée, entre autres, au dérèglement climatique réel ou supposé) à un tiers, c’est-à-dire à un autre que soi. Cette règle nous apparaît, à tous, logique car elle reprend nombre de lois religieuses, voire tout simplement ce que l’on nomme la loi naturelle, celle qui devrait prévaloir aux règles de la vie quotidienne entre les différentes espèces qui peuplent la Terre-mère, Gaïa comme auraient dit les anciens Grecs.

Cette responsabilité dite civile, due par les enfants mineurs comme par les aliénés, devrait aussi s’appliquer clairement et fermement au niveau international. Au fil des siècles, et plus particulièrement depuis la multiplication et la globalisation des échanges, les nations se sont constituées en organisations internationales disposant de plus ou moins de pouvoirs juridiques. Il est même des tribunaux pénaux internationaux qui ont été crées pour un certain nombre de conflits supposés graves.

Or, à quoi assiste-t-on au sujet du Covid-19 ? Comme à l’accoutumée, nos gouvernants luttent contre les conséquences de la pandémie. On soigne les personnes infectées et on tente l’évitement de la contamination à d’autres, les personnes saines. Même si les moyens mis en œuvre peuvent être contestés, le but est d’anéantir le virus, considéré comme le mal absolu, permettant ainsi de cristalliser le peuple français, dans toutes ses différences, contre un ennemi commun. La désignation de l’ennemi reste, en politique, un critère essentiel. La théorie de Carl Schmitt appliquée à l’esprit de l’époque est une tentation intellectuelle assez facile puisqu’elle n’agit contre personne. Notre président de la République n’a pas hésiter à parler de « guerre » lors de son allocution télévisée du 16 mars. Contre qui ? C’est là que se noue le nœud gordien du problème. Là est le véritable débat, il applique aux victimes le droit de la guerre mais aux responsables ? Mais qui est responsable, d’ailleurs ?

Personne ? Certes, la responsabilité internationale existe mais elle n’est mise en œuvre que dans des cas extrêmement rares et qui consacrent, le plus souvent, une défaite militaire ou un renversement de régime dans le cadre d’un conflit interne. Mais au-delà de cela ? La question est posée, car s’il y a des dommages, il y a forcément, sauf application du fatalisme politico-religieux ou l’existence d’une catastrophe naturelle (c’est d’ailleurs pour cela qu’il existe un fonds de garantie en la matière au niveau national ainsi d’ailleurs qu’au niveau de l’Union européenne), un responsable. Comme aurait dit Laurent Fabius lors du scandale du sang contaminé, un responsable n’est pas forcément un coupable, montrant ainsi sa compétence en matière juridique et la fine distinction entre une responsabilité et la formation d’une infraction.

Personne ne se permettra de rechercher le ou les responsable(s). En matière écologique, il existe une règle, le pollueur est payeur. Fort bien. Mais ici ? Il ne s’agit pas d’une catastrophe naturelle, pas plus que d’une pollution de l’air. La Terre n’est pas touchée, pourrait se glorifier Greta Thunberg, l’activiste écologiste suédoise qui d’ailleurs a bien compris qu’elle était « hors-jeu » dans cette affaire. Car, si en cas de catastrophes naturelles ou de catastrophes écologiques, la Terre est touchée, meurtrie, Greta passe d’un continent à l’autre, d’une manifestation à l’autre, d’une estrade à l’autre. Non, ici ce sont des humains, femmes et hommes, qui sont les victimes de cette crise sanitaire. Si la Terre ne souffre pas, les exigences de nos progressistes malthusiens sont moins élevées. C’est ce que pense d’ailleurs probablement l’ancien député et cadre du mouvement Vert, Yves Cochet, qui, retranché en Bretagne, attend la fin des temps, une autre forme de fatalisme radical. Ah, j’oubliais, il y a tout de même un bémol oral : il faut simplement et uniquement faire attention que les pays en voie de développement ne soient pas trop touchés ; si cela est le cas, un chef de l’État sera bienvenu de supprimer la dette liant le pays occidental au(x) pays concerné(s). Le président de la République française l’a donc fait.

Mais revenons-en à nos victimes du Covid-19, donc humaines, même si, évidemment, il y aura de lourdes répercussions économiques et sociales. Les pays occidentaux vont donc payer, payer pour les autres (suppression des dettes à l’égard des pays africains) mais aussi pour nos propres citoyens. C’est logique pour nos propres citoyens s’agissant de la protection sanitaire des nôtres. Certes. Mais qu’en est-il de la responsabilité de l’auteur, fautif ou non, des dommages ? Car, de cela, il n’en est question nulle part. Vous remarquerez que l’oubli de désigner un responsable, voire un coupable (il y a une différence de degré, comme nous l’avons vu) est devenu systématique. Un seul exemple : voici un an, Notre-Dame-de-Paris sombrait dans les flammes. Depuis, les pouvoirs publics mettent en place, pour une durée de cinq ans, des solutions réparatrices mais personne ne fait état des suites de l’enquête policière et d’ailleurs, personne ne réclame cela. Sans doute le fatalisme que j’évoquais plus haut, à deux reprises, s’étend-elle à nos sociétés ?

Soyons clairs et réalistes, les experts et les gouvernants se sont mis d’accord, et personne ne l’a contesté même le mis en cause lui-même, pour affirmer que le fait générateur des dommages se trouve en République populaire de Chine, véritable dictature où seul le Parti communiste chinois (PCC) a droit de citer. Il serait peut-être parfois nécessaire de le rappeler, non ? Lorsque l’on écoute un média, on sait que Trump est un « populiste », Bolsonaro, un « extrémiste de droite », soutenu par les « extrémistes religieux » (pas ceux auxquels on pourrait penser…), Poutine, un « nationaliste autocrate » … Lorsque les médias parlent des Chinois, ce sont… des Chinois. Quand on évoque Trump, c’est un « mur » que vous devez percevoir, un mur de la honte (vous savez, le traditionnel slogan « Shame on You »), quand vous évoquez la Chine, c’est un vase de la dynastie Ming qui vient devant votre visage émerveillé par cette ancienne civilisation. La métaphore guerrière du président Macron concernait le Covid-19, pas les communistes qui sont au pouvoir en Chine depuis 1949. Pourquoi, à l’instar du « populisme » supposé (et, a priori, négatif) du président des États-Unis, ne pas indiquer la nature totalitaire du régime chinois ? Parce qu’il n’y a pas eu de Nuremberg du communisme, probablement mais ceci est un autre débat, qui a été totalement occulté.

La responsabilité des conséquences humaines et financières liée au Covid-19 incombe, totalement, aux dirigeants chinois et à leurs pratiques. La question ne porte pas sur l’intention ou non d’avoir mis le feu sanitaire au monde entier, la question porte sur le fait lui-même qui est à l’origine de notre préjudice. Ce pays totalitaire qui a mis Taïwan au ban des nations (on a vu que Taïwan a, de manière exemplaire, géré la crise sanitaire), qui fait partie des États-clés de l’ONU (avec ce fameux et exorbitant « droit de veto) ne peut pas être mis en cause. A-t-on vu Greta parcourir Pékin en courant, dénonçant le dérèglement climatique ? La Chine est pourtant, aussi, le premier pays pollueur.

Pourquoi ? D’Alain Peyrefitte à Jean-Pierre Raffarin, nos gouvernants, y compris et surtout d’ailleurs de droite libérale, n’ont eu de cesse de nouer des liens diplomatiques, politiques, économiques, commerciaux avec la Chine. De Gaulle a été, en 1964, le premier dirigeant occidental à reconnaître l’État communiste contre l’État nationaliste de Taïwan. Je ne suis pas sûr que les « maos » de 1968 s’en soient souvenus lors des « journées de Mai » … Aujourd’hui, le pouvoir économique chinois s’étend en Europe : l'enrichissement de la Chine lui a permis de prendre des participations dans les entreprises européennes. La Chine a notamment racheté l'exploitation du port du Pirée, premier de Grèce, ainsi que la marque européenne Volvo, avant de prendre 14 % du groupe PSA (Peugeot) au début de l'année 2014.

La Chine, tout en maintenant une pression politique intérieure sur ses habitants, joue le rôle d’un leader économique partout dans le monde.

La critique américaine à la Chine, pour utile et nécessaire qu’elle soit, n’est pas suffisante : la Chine doit être mise à l’encan de la société internationale. À défaut, elle doit prendre en charge les dommages qu’elle cause à travers le monde du fait de l’incompétence de ses dirigeants.

Le temps d’après doit être aussi, et surtout, le temps de la responsabilité, pas seulement de la responsabilité des parents du fait de leurs enfants mineurs mais aussi la responsabilité des États du fait de leurs errements !

Notre société ne peut pas être dure avec les faibles et faible avec les forts indéfiniment. Le président Macron a évoqué une métaphore guerrière. Il faudrait alors mettre en œuvre une vraie politique de guerre et, notamment, de sortie de conflit. Président Macron, avez-vous déjà entendu parler des dommages de guerre ? Ne serait-pas pas tant de faire tomber la Muraille de Chine ?

2020 04 PREF NAT.jpg

2020 SN 53 3.jpg

00:41 Publié dans Notre enquête sur l'après mondialisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Goldman Sachs et les boursiers sous-estiment les fondamentaux du choc économique

banner-img-800x200.jpg

Marc Rousset

Les Bourses, après une chute brutale de 30 %, ont rebondi pour un nouveau piège haussier (« bull trap »). Le paradoxe, c’est que les Bourses augmentent aussi vite que le chômage grimpe. Après un rebond manqué, elles devraient s’effriter de nouveau lentement, comme en 1929, de 50 % dans les trois mois suivant le krach, et de 90 % dans les trois ans au plus tard, mais beaucoup plus rapidement cette fois-ci avec, à la clé, une explosion du système et un effondrement monétaire semblable à celui de l’Allemagne en 1923.

Le secteur bancaire, en Europe, ne résistera pas longtemps, suite à la baisse des taux et à ses marges trop faibles, tandis que Moody’s anticipe un taux de défaillance des entreprises de 8 %, ce qui est bien supérieur à son estimation de 2,5 %, début 2020. Les banques italiennes, suite aux créances irrécouvrables, ne passeront pas l’année 2020.

Aux États-Unis, 22 millions d’emplois ont été créés en dix ans et 22 millions de nouveaux chômeurs viennent d’apparaître en quatre semaines. Le déficit public 2020 des États-Unis sera de 15 à 20 % du PIB et la dette va augmenter de 10 % du PIB, dans l’attente de pressions inflationnistes. Les producteurs de pétrole de schiste américain vont tomber en faillite, suite à l’apparition de prix négatifs. Une nouvelle crise du subprime à plus grande échelle se prépare, les ménages devenant insolvables. En une semaine, les demandes de reports d’échéances ont bondi de 1.200 % ! Des sociétés intermédiaires sur le marché hypothécaire comme Quicken Loans et Freedom Mortgage sont menacées de faillite immédiate si elles ne trouvent pas rapidement 75 à 100 milliards de dollars.

Avec des pays comme la Grèce et l’Italie, une explosion de la zone euro devient de plus en plus probable. La dette de l’Italie pourrait atteindre 175 % du PIB, 155 % pour le Portugal, 135 % pour la France et l’Espagne. L’Europe n’est pas prête pour l’unité fiscale et la mutualisation des dettes. Le monde émergent va connaître des défaillances avec l’Argentine, le Brésil et l’Afrique du Sud ; les sorties de capitaux ont déjà atteint 100 milliards de dollars, tandis que la dette de l’Afrique est passée de 35 % à 60 % du PIB entre 2010 et 2018.

Dans le monde, les pertes d’activité pour 2020 et 2021 seront de l’ordre de 9.000 milliards de dollars. Les dettes globales dans le monde hyperendetté s’élèvent déjà à 255.000 milliards de dollars. D’ici la fin 2020, 20.000 milliards de dollars doivent être refinancés. Les banques centrales ne peuvent pas tout faire : calmer les marchés, éviter les banqueroutes des États, les défaillances d’entreprises et des particuliers, surseoir aux défaillances des pays émergents, relancer l’économie. Tout cela va se terminer par la perte de confiance dans la monnaie de singe émise. Les gouvernements, dans le monde, ont déjà dépensé 8.000 milliards de dollars pour combattre la crise, selon le FMI.

L’Italie, grande débitrice des banques françaises, sera sans doute le prochain cygne noir. Malgré les interventions laxistes de la BCE pour aider l’Italie, le spread italien des emprunts d’État à 10 ans est de 2 % au-dessus du taux allemand de -0,5 %. La croissance italienne devrait chuter de 9,5 %, en 2020. Le drame, c’est que le système italien ne permet pas d’octroyer rapidement, comme en Allemagne, des prêts aux PME avec garantie de l’État.

Les stupidités économiques du style hélicoptère monétaire, la théorie monétaire moderne, revenu universel comme en Espagne vont devenir la norme. La Fed viole les règles du « Federal Reserve Act » de 1913 en se prostituant « sans limites » : achat de dette non garantie à court terme et d’obligations d’entreprises « pourries ». Elle a déjà gonflé son bilan de 2.000 milliards de dollars !

La pandémie ne fait qu’accélérer une crise inévitable, le monde étant déjà, en fait, hyperendetté de 1.500.000 milliards de dollars, avec les garanties hors bilan et les produits dérivés bancaires. Les gouvernements et les banques centrales n’ont pas éteint l’incendie mais ont seulement acheté du temps à prix d’or. La grippe espagnole, incomparablement plus mortelle, n’avait pourtant pas mis le monde en faillite. « La prospérité est au coin de la rue », disait déjà le président américain Hoover, dans les années 30.

00:08 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Revue de presse : Chronique d’une catastrophe prévue mais à laquelle on n’a su – ou voulu - se préparer…

Capture-d’écran-2018-09-03-à-12.16.46.png

Il y a quatorze ans, en 2006, en pleine épidémie de grippe aviaire (virus H5N1), l’hebdomadaire Valeurs actuelles, dans son numéro du 3 mars, publiait, sous le titre : « Le coût d’une pandémie », un article prémonitoire de la journaliste Anaïs Guilbaud. Nous vous en livrons les meilleurs passages…

S.N. 

« (…) Le 11 février (2006 - NDLR), les ministres des Finances du G-8 réunis à Moscou ont insisté sur le coût d’une éventuelle épidémie de grippe aviaire – se transmettant d’homme à homme à une très grande échelle après mutation du virus – sur l’économie mondiale. Différentes estimations plus ou moins catastrophistes ont été faites, notamment aux Etats-Unis, au Canada et en Asie. Toutefois, les incertitudes quant à la virulence et à la contagiosité du virus une fois qu’il aura muté empêchent de déterminer de manière précise le nombre de personnes susceptibles de contracter la maladie, voire d’en mourir, et les impacts économiques qui pourraient en résulter.

Deux types d’effets sont déjà envisageables, hormis les pertes de production de volaille et d’exportation.

En cas de pandémie, l’impact le plus immédiat ne serait pas lié aux décès ou maladies mais aux efforts des individus pour éviter l’infection. S’ensuivrait une sévère baisse de la demande dans le secteur des services, et en premier lieu le tourisme, les transports et l’hôtellerie, comme en témoigne l’expérience du SRAS (en 2003 – NDLR). Quelques jours après la confirmation de la présence du virus H5N1 dans le delta du Danube, les voyagistes et hôteliers roumains constataient déjà des manques à gagner de plusieurs millions d’euros.

En plus des coûts immédiats, l’impact de la maladie sur la population active pourrait entraîner une baisse importante de la production à l’échelle mondiale. Selon l’Oxford Economic Forecasting (OEF), cette baisse serait d’environ 0,5%, soit 200 milliards de dollars, pour chaque 1% de la population rendu inactif à cause de la pandémie. Au total, d’après les calculs de l’OMS basés sur les travaux de l’OEF, une pandémie de grippe aviaire pourrait entraîner 800 milliards de dollars de perte, soit une baisse de 2% du PIB mondial annuel. L’OEF estime qu’un tel phénomène pourrait causer à plus long terme un repli de 4 à 5% du PIB mondial, soit 1 500 à 2 000 milliards de dollars.

La répartition des coûts d’une pandémie serait néanmoins très inégale. A priori, les pays dont l’économie est très dépendante du tourisme et les pays les plus ouverts au commerce international seraient les plus affectés par une baisse de la demande liée à la maladie.

Autres victimes majeures potentielles, les Etats dont les systèmes de santé humaine et animale sont les moins développés.

Selon la Banque mondiale, les pertes s’élèveraient à 550 milliards de dollars pour les seuls pays riches, dont 100 à 200 milliards pour les Etats-Unis. A noter que ces calculs ne prennent en compte que les décès, les hospitalisations, l’absentéisme et les pertes qui en découlent. Ils écartent d’autres conséquences économiques probables, comme la baisse de la consommation, qui seront sûrement les plus importantes en raison de la peur des consommateurs et des mesures de restriction prises par les autorités pour limiter les échanges.

Le poids de la méfiance humaine, les phénomènes de panique, notamment s’ils sont relayés par les médias, pourraient avoir des effets plus dévastateurs et des conséquences à plus long terme que le virus lui-même.

Les entreprises auront un rôle clé à jouer pour limiter les impacts négatifs d’une pandémie sur l’économie et la société. Elles doivent dès maintenant prendre des dispositions pour limiter les risques de propagation au sein du personnel, en identifiant les personnes à risque et en réant un environnement de travail plus salubre.

Dans les secteurs les plus touchés, comme le tourisme, elles devront tenter de mobiliser des financements pour survivre à un repli sévère de la demande et à une chute de la trésorerie pendant une période de six mois à deux ans. (…) Selon une étude d’analystes financiers canadiens, la répercussion d’une pandémie de grippe aviaire sur l’économie mondiale serait comparable à la grande dépression des années 1930, entraînant un nombre record de faillites dans tous les secteurs de l’économie. En bonne logique, seules les industries pharmaceutiques et des télécommunications seraient alors susceptibles de connaître un développement important. »

Le site de Valeurs actuelles cliquez ici

00:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 19 avril 2020

Pour aider Synthèse nationale à passer la crise : abonnez-vous à la revue et commandez dès maintenant les prochaines éditions (cliquez sur les visuels)...

2020 SN 53.jpg

Sorties prévues juste après la reprise :

2020 CORPO.jpg

2020 CHN 18.jpg

16:23 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Luc Montagnier : «Le coronavirus est un virus sorti d’un laboratoire avec de l’ADN de VIH»

Dans l'émission HDPros présenté par Pascal Praud, le Professeur Luc Montagnier révèle que le coronavirus a des séquences ADN du SIDA dans une seule partie de la longue séquence ADN du Covid19 ce qui prouve que ce n'est pas naturelle

6:23 , il a découvert le Sida , a reçu un prix Nobel !

2:37 l'appareil génétique du virus est un long ruban , dans ce ruban on a fixé des séquences de VIH a un endroit prècis mais pas n'importe quelles séquences , celles ci ont un but antigénique !

15:05 vous nous dites qu'il y a plusieurs séquences artificielles dans ce virus , pourquoi personne d'autres ne le dit ? alors il y a une réponse mauvaise la dessus c'est que ces séquences sont courtes ,elles sont trop courte etc , mais on répond tout de suite parce que ces longueurs sont quand même des longueurs qui portent une information génétique , contrairement a ce qui est dit que c'est le hasard ,ce n'est pas vrai !

20:47 peut on attraper le coronavirus par transmission sexuel' je ne crois pas ... ce virus est un corona donc respiratoire, les séquences du VIH dans le corona sont très petite minoritaire si on travaille sur la protide de surface on peut modifier son propisme , c'est dire qu'il va attaquer d'autres types de cellules au départ .

26:03 'ce virus aurait perdu toute sa virulence' La nature aime les chose armonieuse ce qui est étranger, par exemple, un autre virus venant d'un autre virus n'est pas bien toléré , les séquences vont muter, la région qui porte les séquences du VIH mute plus vite que les autres séquences du Covid19 parce que étrangère au coronavirus

31:09 "est ce que sa contagiosité est lié a sa fabrication artificielle" Oui, c'est possible , parce que la transmission est lié a l'association entre une protéine du virus et a un récepteur sur les cellules, plus le virus trouvent des récepteurs sur ces cellules plus il va pouvoir se coller et pénétrer, transmettre l'information !

33:03 la ville de Wuhan est très en avance sur la 5G , les ondes ont pu contribué au pouvoir patogènes du Covid19 a la fin de la vidéo le professeur Luc Montagnier découvreur du VIH en 1983 et Prix Nobel de médecine en 2008 dit qu'il y a eu une erreur éthique d'avoir associé des séquences du SIDA au Coronavirus.

pr-luc-montagnier-1.jpg

00:49 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook