Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 février 2019

Journal du chaos

couv pp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:19 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 01 février 2019

Conférence de François Bousquet aux Amis franciliens de Synthèse nationale

2_2-SN+Bpousquet-31_1_19.JPG

Jeudi soir, l'Association des Amis franciliens de Synthèse nationale, animée par Hugues Bouchu, recevait, pour sa conférence mensuelle, François Bousquet, rédacteur en chef de la revue Eléments et directeur de la Nouvelle Librairie (6, rue de Médicis à Paris 6e). 

Un exposé passionnant sur la complémentarité entre le combat métapolitique et le combat politique ainsi que sur la Nouvelle librairie et son ambition de reconquête intélectuelle du Quartier latin ; un public passionné comme à l'habitude ; de nombreuses questions pertinentes... bref, une sympathique soirée entre amis !

Dans quelques jours, vous pourrez suivre cette conférence qui a été filmée sur ce site. Encore un peu de patience.

Rappelons que le banquet annuel des Amis de Synthèse nationale est prévu pour le samedi 6 avril prochain. On en reparle, retenez cette date.

Voir le film cliquez là

14:38 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

12:40 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Charles-Henri d'Elloy, notre CHE, invité sur Radio Libertés à l'émission "Synthèse"

RL 98 2019 01 29 CHE.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission cliquez ici

12:17 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Gilets jaunes, démocratie et société de consommation

Patrick Parment

mai 68.jpg

La crise ouverte par les gilets jaune, c’est au fond la crise de la démocratie et de la société de consommation. Ce n’est vraiment pas un hasard si, soudain, les peuples européens prennent conscience qu’une société dominée par les marchés financiers mènent tout droit au néant. Cette société d’abondance (factice !) a généré toutes les dérives possibles  au point d’être devenue totalement schizophrénique : de la cause des femmes au gender en passant par la glorification des minorité sexuelles. En un siècle d’existence  nos démocraties ont détruit tout ce qu’avait construit le génie de nos ancêtres qui ne vivaient pas dans une société d’abondance mais bien dans une société du manque, voire de la pénurie. Leur génie tient tout entier dans ce que nous appelons aujourd’hui notre patrimoine.

Mais ces sociétés d’hier reposaient sur une hiérarchie sociale bien ordonnée et sur un socle familial fort, c’est-à-dire où les rôles de chacun étaient définis. Cette société traditionnelle n’était pas pour autant figée et l’ascenseur social permettait toutes les audaces (on pense aux bourgeois si bien décrits par Molière). Nos ancêtres n’étaient pas malheureux, ils étaient économes au sein d’une société qui avait pour avantage majeur de leur offrir un avenir.

Aujourd’hui, nous vivons au sein d’une prison libertaire et individualiste où l’on a fait sauter tous les verrous qui scellaient nos sociétés traditionnelles.  Hier encore, nos ancêtres étaient liés par une communauté de destin, aujourd’hui on parle de destin individuel au sein d’une société d’abondance qui obère tout avenir.  Qu’est-ce que l’avenir quand on a tout ? Et à quoi sert-il d’être milliardaire au sein d’une telle société quand l’argent n’a d’autre finalité que lui-même.  Peut-on décemment comparer les Bill Gates, Bernard Arnault et autres Pinault à Laurent de Médicis, dit le Magnifique ? Bien sûr que non. D’ailleurs, n’est-il pas symbolique que les Pinault-Arnault collectionnent cet art dit moderne qui n’est jamais que le reflet des poubelles de la société de consommation et de son vide ontologique.

Les gilets jaunes, c’est cela, le refus soudain d’un peuple qui s’aperçoit que plus rien ne fonctionne parce que l’homme a soudain dépassé les bornes de ce qui constitue justement la pâte humaine, c’est-à-dire son besoin de rêver, de croire en un avenir, de croire surtout en son humanité. Et plus encore de reconnaître en l’autre ce qu’il est lui-même. Les gilets jaunes des ronds-points ce n’est pas autre chose qu’un retour à notre humanité et le rappel qu’un peuple c’est aussi une communauté de destin. Ce qui nous porte à croire que ce mouvement est irréversible.

06:28 Publié dans Gilets Jaunes, Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

"Le Défi", le livre qui relate la grande aventure de TV Libertés sortira à la fin de la semaine à l'occasion du 5e anniversaire de la télé

Defi-quadri.jpg

En cinq ans, TVLibertés a réalisé plus de cinq mille émissions, totalisant plus de trois mille cinq cents heures de production et plus de trente concepts d’émission. Le succès de TVLibertés se mesure également au nombre grandissant de téléspectateurs.

En mai 2015, la chaîne comptait un peu moins de cinq cent mille vues sur les plateformes de diffusion. Trois ans plus tard, ce chiffre a été multiplié par cinq pour atteindre deux millions cinq cent mille vues. Marie-Simone Poublon et Philippe Randa vous racontent ce pari fou auquel bien peu croyaient… Et pourtant !

Le Défi, Marie-Simone Poublon et Philippe Randa, Dualpha, 256 pages, 10 €

Pour l'acheter cliquez ici 

01:53 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 31 janvier 2019

Ce soir, jeudi 31 janvier : François Bousquet, directeur de la Nouvelle Librairie, invité des Amis franciliens de Synthèse nationale

Diapositive1.jpg

L'invitation cliquez ici 

09:57 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 30 janvier 2019

JEUDI 30 JANVIER LE "CHE" SUR RADIO LIBERTÉS

Diapositive1.jpg

LES PRÉCÉDENTES ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

ACHETER SES LIVRES

CLIQUEZ ICI ET CLIQUEZ LÀ

15:24 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des principes pour assurer l’harmonie au sein de la société

Violon-Ligne-droite.jpg

Ligne Droite cliquez ici

Rétablir l’harmonie au sein de la nation est une nécessité vitale car c’est par l’harmonie que notre civilisation pourra de nouveau s’épanouir, que les valeurs pourront reprendre leur place et notre société être remise en ordre. Mais l’harmonie ne reviendra que par l’application de principes aujourd’hui diabolisés comme l’homogénéité, la préférence, la régulation, l’autorité ou la sélection. Autant de principes politiquement incorrects dont Ligne droite estime qu’ils doivent être portés par la droite nouvelle afin de créer dans la durée des rapports harmonieux au sein de la société.

Des règles exigeantes

Si l’harmonie est une nécessité pour la nation et la civilisation, elle ne résultera pas en effet de la méthode Coué, des bons sentiments ou de prétendues mobilisations médiatiques. Le Système peut bien glorifier le partage, la solidarité et le vivre ensemble, les médias et le show-biz faire la promotion de la charité laïque, rien de tout cela ne mettra un terme au chaos qui règne dans notre société car rien de tout cela n’est créateur d’harmonie. Celle-ci ne pourra en effet être atteinte ou à tout le moins approchée que si des règles exigeantes sont posées et respectées.

L’homogénéité

La première est l’impératif d’homogénéité. Une société constituée de groupes intrinsèquement différents sera en effet vouée aux tensions et aux conflits. Les éléments hétérogènes qui la composent ne peuvent en effet qu’entrer en compétition et s’opposer les uns aux autres, chacun cherchant à imposer ses normes, ses mœurs ou ses traditions. Il est donc indispensable de veiller à conserver un haut degré d’homogénéité ethnique, religieuse, culturelle, économique et sociale pour assurer l’harmonie de la société. S’il n’en va pas ainsi, il n’y a pas d’harmonie et c’est le désordre qui s’installe. Telle est d’ailleurs la situation de la France d’aujourd’hui qui, en raison de l’immigration de peuplement qu’elle subit depuis de nombreuses années déjà, ne respecte nullement le principe d’homogénéité et connaît de ce fait un chaos croissant.

La préférence

Dans une société peu homogène, il demeure cependant possible de créer un minimum d’harmonie grâce au principe de préférence. Un principe qui consiste schématiquement à donner à chacun sa juste place en instaurant une hiérarchie entre ceux qui constituent le corps homogène de la société et ceux qui contribuent à le rendre hétérogène. En matière d’immigration, ce principe dit de préférence nationale établit que les Français bénéficient de droits et d’avantages qui ne sont pas accordés aux nouveaux venus. Une différenciation qui permet à chacun de connaître sa place légitime. Les citoyens de souche, confortés dans le sentiment d’être chez eux dans leur pays, seront rassurés et sécurisés. Quant aux étrangers qui arrivent, ils ne pourront que considérer ce principe comme normal et être incités à tous les efforts pour respecter l’identité du pays qui les accueille et, le cas échéant, pour s’y assimiler.

La régulation

Dans le même esprit, la régulation représente elle aussi une règle exigeante propre à créer l’harmonie. Car en l’absence de régulation, ce sont les forces brutes de la nature, de l’économie ou de la société qui prévalent, écrasant les faibles, créant des injustices et provoquant du désordre. Aussi l’harmonie passe-t-elle par un minimum de régulation collective comme par exemple la régulation des échanges aux frontières. Le fait de pouvoir décider qui rentre et qui sort du pays permet de renforcer la sécurité intérieure mais aussi de maîtriser l’immigration. De même, la régulation des échanges commerciaux internationaux permettrait de corriger le dumping social, écologique et monétaire que subit notre pays. Cette régulation aux frontières pourrait, par le retour à une concurrence loyale, mettre un terme au désordre économique et social engendré par le libre-échangisme international et, ce faisant, aller vers plus d’harmonie en France et en Europe.

La sélection au mérite

Encore faut-il que dans ce domaine, comme plus généralement dans toute la société, soit établi le principe de la sélection au mérite. L’harmonie exige en effet que chacun reçoive en fonction de son talent, de son travail, et du service qu’il rend à la collectivité. Vouloir traiter tout le monde de façon égalitariste ou, pis encore, utiliser les individus comme des pions pour instaurer partout une représentation préétablie de certaines catégories ne peut en effet que créer de l’injustice et de l’inefficacité. Ainsi en est-il des discriminations dites positives qui favorisent arbitrairement certains individus en raison de leur ethnie ou de leur sexe, une pratique génératrice de frustrations et de dysfonctionnements. De même, l’interdiction faite aux universités de sélectionner les étudiants en fonction de leur travail, de leur talent et de leur mérite est profondément malsaine car les plus brillants ne peuvent progresser comme ils le méritent et les moins doués perdent leur temps dans un cycle d’études qui n’est pas adapté à leurs qualités propres. L’harmonie passe donc là aussi par l’instauration du principe de la sélection au mérite.

L’autorité

L’harmonie exige enfin l’impératif d’autorité car, si l’on sélectionne les plus aptes pour occuper les postes de responsabilité, il est nécessaire de leur donner les moyens d’exercer leurs fonctions. Ce qui implique avant tout la reconnaissance et l’acceptation de leur autorité. La tendance actuelle à vouloir communautariser les décisions de façon à diluer les responsabilités et à limiter le pouvoir des décideurs est dangereuse car elle détruit l’autorité et conduit à la disparition des chefs. Or, si les chefs légitimes n’existent plus, ce sont des personnages indignes ou illégitimes qui s’empareront de leur pouvoir. Et c’est le chaos qui s’installera.

Impératif d’homogénéité, sélection selon le mérite, préférence, régulation et autorité, autant de leviers que Ligne droite estime indispensable d’actionner pour rétablir un minimum d’harmonie dans notre pays.

12:51 Publié dans Ligne Droite | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parution prochaine du nouveau numéro de Réfléchir et Agir

50929538_2485627151508933_3943431477022162944_n.jpg

12:45 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 29 janvier 2019

un nouveau numéro du Chêne, journal du MNR

img_5c40ce73b8873.jpg

 

 

 

Pour le lire cliquez ici

19:49 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jany Le Pen agressée à La Celle-Saint-Cloud

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE JEAN-MARIE LE PEN .png

En savoir plus cliquez ici

La réaction de Thomas Joly cliquez là :

Jany, l'épouse de Jean-Marie Le Pen, a été agressée, samedi, à La Celle-Saint-Cloud, par un homme qui lui a dérobé son sac à main.

Il était près de 13 heures. Jany Le Pen, 86 ans, garait sa voiture pour aller au marché. A peine sortie du véhicule, elle a été attaquée par un homme qui l’a projetée au sol, lui donnant un coup de poing et un coup de casque, avant de s’emparer de son sac à main.

Le voleur a ensuite pris la fuite en montant sur un scooter conduit par un complice. Les voleurs sont parvenus à faire deux retraits frauduleux avec sa carte bancaire, pour un montant de 2 410 €, avant que la victime ne fasse opposition.

Conduite à l’hôpital, Jany Le Pen souffre d’une contusion au coude gauche et de douleurs aux cervicales. Les enquêteurs du commissariat de Versailles sont chargés de l’enquête pour retrouver ses agresseurs.

19:22 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Carnet de route

Par Jarente de Senac

davos.jpg

Davos

Le Forum de Davos, où se rencontrent hommes politiques, chefs d’entreprises et financiers de haut vol, permet de prendre la température d’une sorte de gouvernance mondiale, tout en sachant que l’objectif majeur de tout ce petit monde demeure bien la bonne marche du commerce mondial et donc des bénéfices. Ici on n’est pas chez les rêveurs, mais dans l’antre du capitalisme pur et dur.

Et bien, cette année, Davos avait le moral dans les chaussettes. Signe plus que révélateur, l’absence des Américains. Et un constat qui les effraie tous, enfin presque : le monde se barricade et observe la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine. Avec la crainte que ça dégénère.

Un certain Laurent Wauquiez

Il a tout pour lui et pourtant ça ne marche pas. Laurent Wauquiez, normalien, énarque, plutôt beau gosse (bon, un peu mièvre) et patron du principal bouclar de la droite, les Républicains, est inaudible et ne passe pas, comme l’on dit. Il faut bien dire qu’à droite comme à gauche, on s’adonne à son sport favori : la division.

Au sein même des Républicains, les ambitions suscitent la haine. Le grand ménage macronien au lieu d’unir les oppositions, les a divisées plus encore. Les ambitions ont fait surface, de Valérie Pécresse à Xavier Bertrand au même titre que le clivage entre une droite molle, style Juppéo-Raffarinesque, et mi-dure avec Wauquiez. Au milieu, le clan des francs-macs emmené par Gérard Larcher qui veut jouer les arbitres. Mais l’obstacle majeur de cette droite, qui se veut républicaine, c’est le Front national rebaptisé Rassemblement national qui caracole largement en tête depuis des décennies. Tant que cette droite n’aura pas réglé ses comptes avec la famille Le Pen, elle aura bien du mal à exister. D’autant qu’un puissant lobby veille au grain parce qu’il a besoin des « fachos » pour faire fructifier son petit commerce. Au final, Laurent Wauquiez en est réduit à n’être qu’un animateur.

Gilets jaunes

La question que tout le monde se pose est : où allons-nous avec les Gilets jaunes dont la mobilisation ne se dément pas ? Constituer une liste pour les élections européennes est contraire à l’esprit même du mouvement qui tire justement sa force de n’être pas politique mais populaire. Et qui fédère une population aussi diverse que variée. Ce qui n’empêchera pas le mouvement de peser lourd dans la balance européenne en venant renforcer un fort courant populiste qui pourrait ébranler l’institution. Et nous sommes nombreux à le souhaiter.

Si l’issue demeure incertaine, il n’en reste pas moins vrai que nous sommes face à une lame de fond de la société française face à un régime qui n’est plus du tout démocratique et usé jusqu’à la corde. Et le président en figure de monarque absolu est bel et bien obsolète. Les gilets jaunes – c’est-à-dire nous, Gaulois fiers et réfractaires – vont-ils réussir à faire plier le pouvoir afin de le rendre au peuple ? Telle est la question. On doute qu’à travers le Grand débat, Macron accède à une telle requête. Une révolte ? Non Sire, une révolution !

15:46 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vincent Vauclin invité ce soir à Radio Courtoisie par Thomas Ferrier

51101909_2054685431252808_1221373422060175360_n.png

Radio Courtoisie cliquez ici

09:40 Publié dans Sur les ondes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 28 janvier 2019

Manif des "foulards rouges" : L'ECHEC

Diapositive1 copie 3.jpg

Pour tenter de sauver la face, le pouvoir avait placé tous ses espoirs sur une pseudo mobilisation de ses supos intitulés pour la farce : les "foulards rouges". Avec un tel nom, on se croirait presque dans l'URSS ou dans la RDA des années 1970...

Mais n'est pas De Gaulle en mai 68, ni Jacques Foccard, qui veut. Macron et Castaner l'ont appris à leur dépend dimanche après-midi. Le sursaut tant espéré n'était pas, loin s'en faut et malgré les mensonges de la presse aux ordres, au rendez-vous. Un vrai flop...

Ce triste conglomérat, rassemblant péniblement les différents ingrédients de la "macronnerie", a eu du mal à faire illusion face aux formidables mobilisations populaires des Gilets jaunes de ces dernières semaines. Les apprentis-sorciers de l'Elysée devront revoir leur copie.

En attendant, c'est bel et bien la chute totale du Système libéral-mondialiste qu'il faut préparer. L'instauration d'un Etat national et identitaire digne de ce nom est une priorité absolue si on ne veut pas voir notre pays broyé par la volonté des tenants du pouvoir d'imposer leur monde globalisé.

Pour faire prendre conscience de tout cela à notre peuple, et en particulier aux Gilets jaunes qui incarnent actuellement sa volonté de résister, Synthèse nationale publie dans les jours qui viennent un numéro hors-série. Nous ne pouvons que vous inviter à vous en procurer des exemplaires et à les diffuser autour de vous.

S.N.

Synthèse nationale (Hors-série n°6, 120 pages,  l'exemplaire : 15 € (+ 5 € de port)

Par 5 : 50 € (port offert), par 10 : 80 € (port offert)

Sortie, le 6 février 2019

Dans ce n°, vous retrouverez des articles de Emmanuel Albach, Serge Ayoub, Franck Buleux, Charles-Henri d’Elloy, Alain Escada, Georges Feltin-Tracol, Roland Hélie, Pieter Kerstens, Aristide Leucate, Olivier Pichon, Arnaud Raffard de Brienne, Philippe Randa, Jean-Claude Rolinat, Vincent Vauclin, de nombreux Gilets jaunes et de bien d’autres encore...

Le commander en ligne : cliquez là

Bulletin de commande : cliquez ici 

 

2019 01 SN HS 6.jpg

ABONNEZ-VOUS À

SYNTHÈSE NATIONALE CLIQUEZ LÀ

BULLETIN D'ABONNEMENT

09:19 Publié dans Editoriaux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 9 mars : conférence sur l'Europe à Genève organisée par Résistance helvétique

CongrTransYek.jpg

09:16 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Bisbilles en Araucanie – Patagonie

Drapeau-patagon.pngGeorges Feltin-Tracol

À la fin du mois d’août 1858 arrive dans un port chilien un jeune avoué de Périgueux, Orélie – Antoine de Tounens. Il rêve d’unir sous son autorité les tribus amérindiennes mapuches d’Araucanie ainsi que les indigènes de Patagonie. Deux ans plus tard, il proclame le royaume d’Araucanie – Patagonie dont il devient le premier souverain. Il donne au nouvel État un drapeau, un hymne national, une capitale (Perquenco) et une constitution parlementaire. Ce royaume dure moins dedeux ans. Les Chiliens arrêtent Orélie-Antoine Ier qui, une fois libéré, finit sa vie à Paris en 1878.

Cet exemple de cryptarchie bien expliqué par l’historien Bruno Fuligni dans L’État c’est moi (Histoire des monarchies privées, principautés de fantaisie et autres républiques pirates), est cité dès 1973 par l’historien belge Jacques de Launay dans son Histoire de la diplomatie française 1789 – 1914. Cette aventure originale avait déjà été romancée par Saint Loup dans Le Roi blanc des Patagons en 1950 avant que Jean Raspail en fasse un mythe littéraire contemporain avec Le Jeu du Roi (1976) et Moi, Antoine de Tounens, roi de Patagonie (1981). Il s’attribue dans Le Figaro du 6 novembre 1981 la charge de « Consul général de Patagonie ». Il s’autorise depuis à décerner aux meilleurs dans leur domaine la nationalité patagone.

Or, avant de s’éteindre, Antoine de Tounens avait désigné un successeur, fondant ainsi une dynastie élective et adoptive si bien qu’ont régné depuis la France sur de lointaines contrées australes Achille Ier, Antoine II, Laure-Thérèse Ire, Antoine III et Philippe Ier. Si Jean Raspail s’est très tôt écarté des différents rois d’Araucanie – Patagonie pour suivre son propre chemin, cette « monarchie de fantaisie » suscite bien des convoitises. En 2014 meurt Philippe Ier. Le choix du nouveau roi provoque un vif désaccord entre le Conseil de régence du Royaume qui nomme Antoine IV alias Jean-Michel Parasiliti di Para, et Stanislas Ier.

Petit-fils de l’écrivain Jean Parvulesco qui faisait de ses romans une vie, Stanislas Ier Parvulesco s’estime être le seul souverain légitime d’Araucanie – Patagonie. Sensible aux thèses géopolitiques continentales de son grand-père, il se sent proche du néo-eurasisme d’Alexandre Douguine et défend l’homme politique moldave Iurie Rosca, victime de persécutions atlantistes. À la mort d’Antoine IV en 2017, les instances officielles de ce royaume virtuel choisissent Frédéric Ier, Frédéric Luz à la ville. Cet héraldiste réputé de confession orthodoxe écrit chez Pardès dans la collection « B – A – BA » une étude sur l’Orthodoxie. Proche de l’historien royaliste Henry Montaigu, il a animé la revue traditionaliste guénonienne La Place royale. En 1995, il publiait aux éditions Claire Vigne Le soufre et l’encens. Enquête sur les Églises parallèles et les évêques dissidents. Il prévoyait alors de rédiger une biographie sur Mgr Pierre-Martin Ngo-Dinh-Thuc, L’Archevêque aux dragons d’or. Mgr Thuc consacra des évêques en rupture totale avec le Vatican conciliaire. Il est savoureux de constater qu’un quart de siècle plus tard, l’auteur se retrouve acteur d’une affaire microscopique.

Ces bisbilles démontrent que le royaume d’Araucanie – Patagonie ne peut être, à l’encontre de ce qu’avance Jean Raspail, une patrie de substitution à tous ceux qui ont « mal à la France ». La rêverie araucano-patagone est démobilisatrice et impolitique. C’est ici et maintenant en vieille terre française que se déroule le combat et non pas à des milliers de kilomètres des terroirs européens.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°109, mise en ligne sur TV Libertés, le 21 janvier 2019.

09:13 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Rebond boursier dans l’attente de l’explosion à venir

stock-exchange-77253_960_720-845x475.jpg

Marc Rousset

Selon Martin Tarlie, gestionnaire du fonds américain GMO LLC et économiste théoricien reconnu, spécialiste de la bulle, « la volatilité que nous connaissons est cohérente avec l’explosion d’une bulle », même si la correction du dernier trimestre 2018 est peut-être un faux départ avant le gonflement d’une nouvelle bulle, comme ce fut le cas en 1998-2000. Le mouvement sur le prix des actions des trois derniers mois de 2018 peut être comparé, par sa durée et son ampleur, à ce que l’on a connu pendant le krach de 1929 et l’explosion de la bulle Internet en 2000.

La France fait face à des problèmes structurels avec un endettement public qui s’est envolé de 20 % à 100 % du PIB depuis 1980. Certains gilets jaunes désespérés, en voie d’appauvrissement, se trompent de combat en voulant prendre l’argent aux riches pourvoyeurs et créateurs d’emplois qui restent encore en France. Ce qui importe avant tout, pour améliorer leur sort d’une façon durable et certaine, c’est de réformer et faire maigrir l’État français, mettre fin à la ruineuse invasion migratoire ainsi qu’aux inévitables délocalisations du libre-échange mondialiste par la mise en place d’un protectionnisme européen, d’une stratégie industrielle nationale et européenne, tout en encourageant l’innovation technologique et l’entrepreneuriat.

L’État français obèse et spoliateur employait 5.666.000 fonctionnaires au 31 décembre 2017, soit une hausse de 47 % depuis 1980, alors que la croissance de la population n’a été que de 24 %. Les dépenses publiques atteignent le chiffre démentiel de 57 % du PIB. La France représente 1 % de la population mondiale, 3 % de la production mondiale mais, à elle seule, 15 % des aides sociales de la planète entière ! Un grand nombre de gilets jaunes font donc fausse route s’ils demandent encore davantage de redistribution socialiste et gauchiste, victimes d’élites décadentes incapables qui n’incitent pas à l’effort, mentent et savent seulement voler dans la poche de ceux qui travaillent encore et créent des richesses.

Quant aux États-Unis, c’est un village Potemkine de la prospérité économique hyper-endetté. Le marché de l’emploi est officiellement très tendu, mais il faut savoir que le Département du travail comptabilise deux emplois mi-temps occupés par une même personne comme deux emplois distincts. La dette globale des étudiants vient de dépasser 1.500 milliards de dollars, avec une dette moyenne par étudiant de 26.600 dollars pour obtenir un diplôme. Il en résulte une paralysie de l’économie et de la situation financière de millions d’emprunteurs.

Le Japon continue, lentement mais sûrement, à se diriger tout droit vers le mur et l’explosion finale, sans espoir de sortir du cercle vicieux dans lequel il s’est installé. La politique d’assouplissement quantitatif continue de plus belle, avec impossibilité absolue de faire marche arrière. La très faible inflation empêche la dévalorisation de la dette publique et l’archipel nippon, face au protectionnisme mondial, a enregistré pour la première fois un déficit commercial en 2018.

En Europe, Mario Draghi continue la politique de la fuite en avant, promettant de ne pas augmenter le coût du crédit en 2019, de réinvestir à l’échéance les 2.600 milliards d’euros déjà accumulés par la BCE lors des rachats d’actifs. Draghi devrait annoncer, le 7 mars, une nouvelle vague de refinancements « LTRO » des banques qui permettent à ces dernières d’obtenir des ressources garanties à un taux fixe et faible sur quatre ans, indépendamment des aléas des marchés. Les banques d’Italie, d’Espagne, de Grèce ont déjà abondamment souscrit chaque trimestre de juin 2016 à mars 2017. Le renouvellement en 2020 est vital pour de nombreuses banques italiennes en quasi-faillite.

Certains investisseurs prédisent que l’or pourrait bientôt atteindre les 1.500 dollars l’once. Il est significatif que des projets de loi visant à investir en or et en argent 10 % des réserves des fonds publics viennent d’être déposés dans les deux États américains de l’Arizona et du Wyoming.

Boulevard Voltaire cliquez ici

09:09 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 27 janvier 2019

Jeudi 7 février, Paris, soirée Livr'arbitres sur Ernst Jünger

tumblr_plxm2r7Py71rnng97o1_540.jpg

09:50 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 26 janvier 2019

Journal du chaos

couv jpp.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

10:38 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

09:36 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 25 janvier 2019

L'émission "Synthèse" de jeudi sur Radio Libertés avec Gabriele Adinolfi

RL 95 2019 01 23 G ADINOLFI.jpg

 

 

Ecoutez

l'émission

cliquez ici

15:52 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

AMERIQUE LATINE : LE COMMUNISME CONTINUE DE TUER !

opposition-supporters-take-part-in-a-rally-against-venezuela-s-president-nicolas-maduro-s-government-in-caracas-2_5860279.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Pendant que les « Gilets jaunes » et les tournées présidentielles du locataire de l’Elysée continuent de monopoliser l’actualité, le monde bouge, et pas seulement en Afrique, en Asie ou au Proche-Orient. En ce dernier tiers de janvier 2019, les projecteurs se braquent, à nouveau, sur l’Amérique « exotique ».

Le communisme a tué et il  continue de tuer. En Colombie, en dépit des efforts entrepris par le gouvernement de Bogota pour régler le problème récurrent des guérillas marxistes, – accord a été trouvé avec les FARC malgré un refus référendaire, comme quoi il n’y a pas qu’en France que l’on s’assoit sur la volonté populaire -, l’ELN, l’armée de libération nationale, forte encore de 1800 combattants se réclamant du défunt criminel Ernesto Che Guevara, a frappé le pays : de stupeur et dans sa chair.

Une bombe pour obliger à négocier ?

Le jeudi 17 janvier, un attentat à la voiture piégée a fait 21 morts et 68 blessés, attaque la plus meurtrière depuis 2003. Une explosion rappelant aussi les années noires de la guerre menée au pays par les narcotrafiquants. Le kamikaze s’est fait exploser avec son véhicule à l’école des officiers de police : 80 kg de pentolite, un explosif puissant selon le procureur d’état. Aussitôt, le Président colombien Ivan Duque,  a décrété un deuil national de trois jours en hommage aux victimes, et a réactivé les mandats d’arrêt visant les négociateurs de l’ELN, l’éjercito de libéracionnacional,qui, pour l’instant, se trouvent à La Havane avec leur chef, Pablo Beltran. Ce dernier, bien à l’abri chez ses mentors communistes cubains, a eu le culot d’exiger des garanties pour ses négociateurs, alors même qu’il a approuvé l’attentat ! En effet, il a déclaré «  personne ne peut nous demander de rester les bras croisés si on nous attaque. Depuis l’arrivée du gouvernement Duque, nous avons reçu beaucoup d’attaques ». Il propose la conclusion d’un accord de paix bilatéral sur tous les fronts. Quand donc cessera ce conflit permanent qui ensanglante la Colombie depuis des décennies, après l’historique affrontement entre conservateurs et libéraux au siècle dernier, et qui a fait des millions de personnes mortes, déplacées  blessées ou captives des guérillas, on se souvient de celle, très médiatisée, de madame Bétancourt ?

Le Venezuela au bord de la guerre civile ?

Le pays voisin, le Venezuela, lui, est en crise, en crise permanente depuis que Chavez, colonel putschiste qui avait instauré un régime « socialiste bolivarien », mort d’un cancer, a été remplacé par un ancien chauffeur d’autobus, le sieur Maduro. Le bougre, en dépit d’une misère incroyable dans ce pays qui fut le plus riche d’Amérique latine grâce à son pétrole, - le Venezuela, est comme l’Algérie qui va bientôt importer son sable pour le Sahara, importe de l’essence raffinée, un comble ! - se cramponne au pouvoir. Il s’organise des élections sur mesure, embastille son opposition à tour de bras et fait élire une constituante pour doubler l’Assemblée nationale. Cette dernière est majoritairement favorable à l’opposition. Des victimes par milliers, un exode massif de populations affamées vers la Colombie voisine, une monnaie dévaluée, une inflation à huit chiffres (!), et des militaires isolés qui commencent, timidement, isolés, à gronder.

Quel bilan désastreux pour cette révolution socialiste et bolivarienne, un régime marxiste de fait, qui a tenté de faire des petits en Equateur et en Bolivie ! Le précurseur dans la région, après Cuba, fut le Nicaragua où la révolution populaire du Front Sandiniste de Libération Nationale, fut dénaturée, trahie par sa composante marxiste. A un point tel qu’une guérilla contre-révolutionnaire, les Contras, soutenue en partie par les Etats-Unis, était composée d’éléments du FSLN d’origine. On sait ce que les élections ont donné : tout d’abord un régime libéral, assez corrompu et mal habile pour redonner sa chance au FSLN. Depuis, le commandante Daniel Ortega et son épouse de Vice-présidente, surnommée « la sorcière », ont repris les choses en main et réprimé violement, - Castaner, à côté, est un gamin ! -, les manifestants qui réclamaient justice pour les retraites.

Outre Cuba, il y a encore des foyers « roses/rouges en Amérique du Sud

Cuba, Nicaragua, Venezuela, - Bolivie et Equateur présidé par Lénin Boltaire Moreno, ce dernier un peu en retrait par rapport à son prédécesseur socialiste Corréa -, on voit que le communisme et ses avatars progressistes, continuent d’étaler leur tache rouge sur le continent latino-américain. A noter toutefois que le Président bolivien, l’indigéniste Evo Morales, a extradé vers Rome qui le réclamait, le tueur César Battisti,  issu des groupes armés prolétariens, qui s’était illustré pendant « les années de plomb » dans la botte italienne. Une rupture de la solidarité marxiste ? En tout cas, l’homme fort à La Paz, le leader du Mouvement vers le Socialisme, qui n’hésite pas à passer par-dessus la volonté populaire pour  briguer un quatrième mandat cette année, a fait ce que Paris s’était toujours refusé de faire, au nom d’un prétendu et  fallacieux droit d’asile qui protège, parfois,  des assassins.

Combien de Présidents ?

Une bonne nouvelle à Caracas, Juan Guaido, président de l’Assemblée nationale, s’est autoproclamé Président provisoire. Il a aussitôt été reconnu par ses pairs américain et brésilien, tandis que le groupe de Lima ne reconnait pas la validité du mandat de Maduro. Il a déclaré que les putschistes militaires de la semaine dernière, bénéficieraient de l’amnistie. Façon de dire à l’immense majorité des troupiers qui soutiennent encore Maduro, qu’ils peuvent le lâcher, voir le renverser, ils ne seront pas poursuivis. Mais les colonels et autres généraux d’une riche armée, bien dotée en matériel, ont été gavés par le régime. Les officiers subalternes, les sous-officiers et la troupe continueront-ils d’obéir a un pouvoir qui n’a jamais hésité à faire tirer sur le peuple ? Mais Nicolas Maduro, en dépit des quelques 2,5 millions d’exilés qui vont bientôt être rejoints par cinq autres millions si les pénuries continuent d’assombrir le quotidien, des « réfugiés de la faim », a encore des partisans, tous ceux qui sont redevables d’avantages et de prébendes de la part du régime. Un effarant  désastre humanitaire dans un état qui détient les plus grandes réserves mondiales d’or noir, estimées à 300 milliards de barils, près d’un tiers de plus que l’autre recordman, l’Arabie saoudite, le double de celles de l’Iran.

Et dire qu’il y a en France des leaders politiques comme un Mélanchon, pour soutenir pareil régime. Que ses électeurs potentiels ouvrent les yeux : les Robespierre couleur caraïbes sont aussi néfastes que leur illustre ancêtre guillotineur !

11:34 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Salauds de pauvres qui polluent...

davos_gj.jpg

Source Terre et peuple cliquez là

11:27 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Point de vue : Le grand débat peut-il permettre une sortie de crise ?

debat.jpg

Au moment où les débats se multiplient sur le territoire, le sociologue et philosophe Bruno Latour* salue cette chance d’amorcer ensemble la transition de nos modes de vie. Mais il insiste sur la nécessité de décrire, au préalable et avec précision, tout ce dont nous dépendons au quotidien, à l’instar des Français en 1789.

Bruno Latour : Le grand débat une occasion qu’il serait idiot de ne pas saisir. Mais pour que cette consultation contribue à refonder notre vie politique, il faut éviter d’en faire un super-sondage ou une boîte à idées. Car dans les deux cas, on part d’une idée fausse : les Français connaissent la situation dans laquelle ils se trouvent. La réalité est tout inverse : quarante ans de néolibéralisme et de mondialisation nous ont rendus incapables de savoir de quoi et de qui nous dépendons au quotidien. Nous ne percevons plus qu’une toute petite partie de la chaîne de dépendances dans laquelle s’inscrivent nos existences. En ce sens, il s’agit bien, comme à la veille de la Révolution française mais différemment, d’une crise de subsistance. Les Français ne meurent plus de faim mais ils échouent à saisir ce qui leur permet de subsister.

Autre particularité du moment, cette ignorance n’est pas propre au peuple, elle est même aujourd’hui la chose la mieux partagée. Au sommet de l’État comme dans le monde des experts, per- sonne ne sait quelles réformes mener face à la gravité de la situation climatique. Là réside le vertige de notre époque. Cela peut devenir une chance si, au lieu de nous exprimer sur le mode « moi, je pense que », nous acceptons de répondre d’abord à cette question : de quoi dépendons-nous pour subsister ?

En quoi notre appartenance à un territoire est-elle devenue centrale ?

L’histoire du Brexit en est l’illustration parfaite. Il a fallu deux ans pour que ceux qui l’ont voté pour des raisons d’identité et ce qu’ils pensaient être un positionnement politique prennent conscience de leur appartenance réelle à l’Europe. Ils ont compris que les. droits sociaux garantis par l’Union étaientplus protecteurs que ceux promis par le parti pro-Brexit. En fait, ils ont compris que leur territoire, c’est-à-dire l’ensemble de leursonditions réelles de subsistance, était européen. Cette histoire en somme confirme à quel point nous sommes aujourd’hui coupés de nos véritables dépendances, et donc de nos véritables intérêts.

Pour les connaître, il faut donc effectuer un travail qui consisteà lister ce qui nous permet de subsister, ce dont on dépend etce qu’on veut protéger, avec et contre d’autres. Et cette enquête est d’autant plus difficile que la crise environnementale implique d’inclure désormais dans cette liste l’état des sols, le climat... C’est une tâche ardue, voire douloureuse. Mais c’est l’équipement minimal dont nous avons besoin pour débattre réellement : la description de nos conditions de subsistance. Et le prix pour retrouver enfin une parole politique.

Les gilets jaunes ne représentent-ils pas une prise de parole politique

Il faut mesurer combien la dépolitisation dans notre pays est ancienne, et à présent presque complète. Qu’est-ce qu’une parole politique ? Un essai de composer entre des intérêts divergents. Ce qui suppose une adresse d’une personne à une autre et implique la contradiction. Par définition, la parole politique n’est pas anonyme, elle ne se résume pas à un clic. Pour prendre conscience de sa quasi-disparition, il suit de s’interroger : quand avons-nous parlé de politique avec des per- sonnes dont les opinions sont contraires aux nôtres ? En général, nous peinons à trouver une date...

Dans ce contexte, que représente le mouvement des gilets jaunes? L’impasse dans laquelle nous nous trouvons, qui consiste à appeler à un changement de régime sans connaître précisément nos dépendances.  La généralité comme l’errance des revendications le montrent chaque jour : la in du capitalisme pour les uns, la sauvegarde de la planète pour les autres, en passant par la fin des impôts ou le mot d’ordre « Macron démission »... À défaut de politique, ces plaintes produisent une sorte d’hystérie autour de la transformation totale du système, amplifiée bien sûr par les réseaux sociaux. En exprimant leur opinion sur le Web, certains croient ainsi faire de la politique alors qu’ils s’adressent, de manière anonyme, à la cantonade. Pire, ils pensent trouver là un lieu d’expression, libre et sans médiation, alors qu’une simple modification de l’algorithme de Facebook peut changer les cohésions des groupes. En 1789, le notable le plus borné ne possédait pas ce pouvoir de modifier l’opinion de millions de Français !

Pour renouer avec la politique, vous avez proposé, bienavant cette crise, l’écriture de nouveaux cahiers de doléances. En quoi permettraient-ils une autre forme de débat national ?

En1789, dans 60 000 cahiers de doléances, les Français ont décrit tout ce qu’ils subissaient au quotidien et ont proposé des remèdes à ces multiples jougs. C’est d’ailleurs par cet effort de description que la nation a pris conscience d’elle-même. Les Français de la fin du XVIIIe siècle ont mis six mois à effectuer cette tâche, sans Internet et parfois même sans la maîtrise de la langue écrite. Passer de l’expression de plaintes et d’opinions à une telle description, c’est l’exercice que nous avons proposé lors de différents ateliers en France : « Arrêtez de nous parler du capitalisme, de l’État, et parlez-nous de ce que vous vivez, dites-nous de qui vous dépendez pour votre subsistance, sur qui vous pouvez compter... » À chaque fois, nous avons été saisis par la rapidité avec laquelle évolue une assemblée réunie de manière artificielle dès qu’elle se plie à cet exercice.

Très vite, des alliés et des ennemis se découvrent, se disputent, des alliances se créent. Si l’expérience se poursuivait à l’échelle nationale, des groupes se forme- raient autour d’un même enjeu, comme le maintien des liaisons ferroviaires par exemple. Peu à peu, ils réuniraient des personnes situées dans des départements voire des pays différents et sou- mettraient des propositions aux représentants de l’État pour qu’ils les mettent en œuvre. Et progressivement, c’est toute une société civile qui se mettrait à nouveau à faire de la politique et inventerait, en tâtonnant, la transition vers un autre mode vie.

(*) Bruno Latour est sociologue et philosophe

Recueilli par Béatrice Bouniol  pour La Croix 25/01/2019

10:09 Publié dans Tribunes libres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 24 janvier 2019

Affaire de l’école catholique Covington : « fake news », comme d’habitude…

801a804f-d1b9-42a1-b810-3c433ede1c82-NATIVE_AMERICAN_covington_Catholic_High_School-845x475.jpg

André Archimbaud

S’attaquer à l’État permanent (ou « profond ») qui dirige les États-Unis a toujours été fatal (Kennedy, Nixon). Tel est le péché mortel de Trump, qui est quotidiennement charcuté par la grande coalition du monde de l’espionnage et de la police, des médias, du grand capital internationaliste, bref, de toutes les forces qui voient le monde comme un système post-national gouverné par des experts, lui-même policé par une république universelle aux frontières ouvertes, elle-même post-nationale : les États-Unis.

Face à ce virus du sens de l’Histoire qui a conquis les élites du monde entier se dressent les « déplorables », autrement dit les sous-hommes, ces mauvaises personnes repliées sur soi qui ne méritent aucun respect face aux nouvelles « victimes » officielles qui seules ont droit à détenir créances sur la société, cependant que les classes moyennes des pays occidentaux sombrent dans la prolétarisation au champ des élites comme de leurs employés de maison (cadres supérieurs, fonctionnaires) qui s’enrichissent à la vitesse du tsunami depuis quarante ans.

Parlons, alors, des sous-hommes de l’école catholique Covington (Tennessee). Ils participent à la « manifestation pour la vie » (très mauvais !) puis se rendent au point de rencontre pour attendre leur autocar, près du Lincoln Memorial. Ils portent des casquettes MAGA (“Make America Great Again”). Impardonnable !

Visualisons : deux groupes se tiennent à distance. Un premier groupe, représenté par le Black Hebrew Israelite Movement, repère les casquettes MAGA, quitte sa base et s’avance vers les jeunes de Covington, un florilège d’insultes aux lèvres, couvrant la pédophilie des prêtres, les naissances incestueuses dans la tribu MAGA, etc.

Survient alors un militant amérindien qui s’approche d’un adolescent MAGA avec son tambourin et chante, aux limites du contact physique. Derrière le jeune imperturbable, ses condisciples rient, sourient et battent des mains ou chantent. Tout ceci est filmé intégralement. Or, les grand médias passent un week-end entier à commenter quelques secondes de la scène du face-à-face pour en faire un drame raciste, notant les rictus de dérision des jeunes vis-à-vis de l’Amérindien, qui plus est un ancien combattant, lequel insiste sur les insultes dont il aurait été victime. L’histoire s’est ensuite dégonflée au vu de la totalité du film.

Deux choses à retenir.

Premièrement, la promptitude pavlovienne de la « droite » à sauter à la gorge des jeunes de Convington. La direction de l’école, le clergé catholique lui-même, la directrice de la Marche pour la vie ont tous « condamné sur plan » les jeunes élèves, dont celui du face-à-face. Or, ce dernier n’a pas cédé, présentant sa défense dans une lettre circonstanciée et pausée.

Deuxièmement, la méthode. On lance un brûlot mondial, repris par les médias. Suivent les rétractations, qui sont naturellement sans impact. Imparable ! Il est, ainsi, troublant que cette affaire ait suivi, à 24 heures, une autre (article BuzzFeed) impliquant Trump dans un parjure, affaire qui (hélas pour les journalistes) a été déboutée en quelques heures.

Pourquoi ces attaques ? Parce que Trump semble gagner dans l’affaire du shutdown gouvernemental, passant à l’offensive, tentant de casser l’establishment démocrate. Contre toute attente, les hispaniques sont, depuis, passés de 31 % à 50 % d’opinions favorables à son égard. Intéressant… les attaques vont donc redoubler.

Boulevard Voltaire cliquez là

14:11 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Revue de presse : Notre ami Jean-Pierre Stirbois

1901680033.jpg

Francis Bergeron Présent cliquez ici

Les passionnants « Cahiers d’histoire du nationalisme » publient leur quinzième livraison (déjà !). Elle est consacrée à l’une des figures les plus marquantes de la droite nationale, Jean-Pierre Stirbois. Un nom qui ne parle désormais qu’aux « anciens », puisque Stirbois nous a quittés, brutalement, il y a trente ans, laissant orpheline toute une génération de militants.

On dit que chacun se souvient de ce qu’il faisait le jour où il a appris que les twin towers avaient été percutées par des avions kamikazes pilotés par les islamistes, ou encore le soir des attentats de masse au Bataclan et dans le quartier République. C’est certainement vrai. Mais il y a aussi quelques Français qui n’oublieront jamais ce dimanche 6 novembre 1988 au matin, quand l’information est tombée : Jean-Pierre Stirbois avait trouvé la mort, quelques heures plus tôt, sur la route entre Dreux et Paris.

Malgré le caractère accidentel de cette disparition, le traumatisme fut considérable dans les rangs de la droite de conviction. Nous étions en effet au début d’un processus de résurrection du mouvement national, que Jean-Pierre Stirbois personnifiait à lui tout seul. En rejoignant les rangs encore modestes de ce Front national en phase ascensionnelle, créé une quinzaine d’années auparavant, Stirbois avait en effet engagé une « professionnalisation » du jeune parti, et l’avait rapidement propulsé à la première page de l’actualité politique. Les fruits de son travail militant avaient en effet été rapidement perceptibles : candidat aux élections législatives à Dreux (son lieu d’implantation familiale) en 1978, Stirbois y avait recueilli 2 % des voix, ce qui, pour l’époque, avait été considéré comme un résultat prometteur ! Puis, au fil de son investissement, il avait obtenu 8,5 % dès l’année suivante, à l’occasion des élections cantonales. Et en septembre 1983, c’était le fameux « effet Dreux » : une élection municipale partielle où la liste de celui qui était devenu, depuis 1981, le secrétaire général du Front national, réalisa une percée inattendue, recueillant 16,7 % des voix au premier tour. « Les loups sont entrés dans Paris », chantait Reggiani, et toute la gauche, atterrée, croyant revivre l’invasion germanique de juin 1940 !

Un drame personnel : le largage de l’Algérie française

Après fusion de listes, Stirbois va arracher la mairie de Dreux aux socialo-communistes, créant de ce fait un véritable tremblement de terre politique à l’échelle du pays. La suite est connue : c’est cette montée en puissance presque ininterrompue d’un courant qui domine aujourd’hui largement le paysage politique français.

Mais pour Jean-Pierre Stirbois, l’aventure politique s’est donc arrêtée un soir de novembre 1988, sur la côte de Pontchartrain. Très engagé dans une résistance française au largage de nos terres d’outre-mer – lui qui avait vécu comme un drame personnel l’abandon des départements français d’Algérie –, Stirbois revenait tout juste de Nouvelle-Calédonie où il avait passé dix jours intenses. Et ce 5 novembre au soir, c’est probablement à cause d’une extrême fatigue, au retour d’une réunion locale sur l’avenir de cette terre française du Pacifique sud, que Stirbois a eu ce tragique accident de voiture. Il avait 43 ans.

L’extrême efficacité d’un militantisme à la fois ferme et bienveillant

Le cahier sur Jean-Pierre Stirbois – De l’engagement solidariste à la percée du Front national, réalisé par Roland Hélie, raconte tout cela, l’engagement d’un homme, cette passion politique, l’extrême efficacité d’un militantisme à la fois ferme et bienveillant. Parmi ceux qui ont le mieux connu Jean-Pierre Stirbois, on trouve plusieurs collaborateurs réguliers de Présent, notamment Françoise Monestier et Philippe Randa. Ils témoignent dans ce livre. Témoignent aussi Roland Hélie (qui est l’animateur de la revue Synthèse nationale), Franck Buleux, responsable de cette collection des « Cahiers d’histoire du nationalisme », Alain de Benoist, Carl Lang, Jean-Claude Vallée, et beaucoup d’autres.

Un ouvrage pour les nostalgiques du FN des origines, pour ceux attachés aux images fortes de leur militantisme des années soixante-dix et quatre-vingt ? L’album du souvenir, pour ceux qui ont côtoyé, apprécié, admiré Stirbois ? Oui, sans doute, mais pas seulement.

Car ce document est d’abord l’histoire d’une passion politique à la formidable efficacité. Et à ce titre, il mériterait d’être lu (et même étudié !) par tous ceux qui ont ou recherchent ce type d’engagement. Sur ce plan, Stirbois reste une sorte de modèle intemporel des bonnes pratiques.

Jean-Pierre Stirbois – De l’engagement solidariste à la percée du Front national, Collectif, « Cahier d’histoire du nationalisme », n°15, 156 p., 2018.

Le commander en ligne cliquez là

Le site de Présent cliquez ici

13:59 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’Education Nationale à l’heure de l’Epuration

49864362_2428532957158250_6077928161826308096_n.jpg

Nous sommes partout cliquez ici

Un jeune professeur d’histoire-géographie, remplaçant dans un lycée catholique de Strasbourg, s’est vu notifier au vu de son appartenance au Bastion Social, le non-renouvellement de son contrat. L’enseignement public suit comme un seul homme, au nom de la « déontologie du métier ». Le commencement de la purge ? La rédaction de Nous Sommes Partout a  interpellé la Direction Diocésaine de l’enseignement de l’Académie de Strasbourg et attend ses explications.

La purge a commencé et le processus est toujours le même : délation, menaces, épuration. Des parents d’élèves bien-pensants n’ont pas hésité à jouer les corbeaux pour dénoncer l’engagement social et patriote d’un des enseignants d’un lycée catholique de Strasbourg. Aussitôt, la cabale s’est mise en place, bravant sans crainte l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme  adoptée en 1948 à Paris, article sur la liberté d’opinion (1).

L’enseignant a toujours été bien noté, est parfaitement irréprochable et a naturellement refusé de présenter sa démission lorsque son chef d’établissement le lui a demandé. Il n’a jamais fait état de ses opinions politiques en classe et devant ses élèves et a donc parfaitement respecté la déontologie de la profession, contrairement à la plupart de nombre de collègues gauchisants qui n’hésitent pas dans toute la France à étaler leurs sympathies mélenchonistes ou immigrationnistes en classe sans encourir les foudres de l’Education Nationale.

Le directeur d’établissement a cependant cherché, avec le Rectorat- employeur et complice de la purge- un moyen de se débarrasser du malheureux enseignant, l’accusant ni plus ni moins de délit d’opinion, comme aux heures les plus sombres de notre histoire. La police politique de la Déséducation Nationale a fouillé les cahiers, scruté les cours et interrogé les élèves ! On appelle cela une « enquête interne »… Et naturellement, les enquêteurs se sont particulièrement penchés sur la séquence de cours sur la Shoah car l’accusation d’antisémitisme est de nos jours une véritable accusation d’hérésie et aurait valu au professeur un renvoi immédiat. Pas de chance, l’enseignant est irréprochable sur le sujet  et respecte parfaitement les programmes ce qui, avouons-le n’est pas toujours le cas des professeurs pro-palestiniens sur ce sujet sensible. Mais, eux, les « inquisiteurs » ne leur cherchent pas de poux dans la tête. On ne sait jamais, ils pourraient attraper le typhus …

La dictature de la pensée frappe fort : le directeur de l’établissement concerné a, bien entendu et sans états d’âme, dénoncé le malheureux enseignant afin qu’il ne puisse plus jamais être embauché dans l’enseignement privé et la Déséducation Nationale, laïque, républicaine, garante de la liberté d’expression et de la tolérance a déjà décidé de lui fermer ses portes au nom de la « déontologie » alors qu’il n’a commis aucune faute professionnelle ! Encore plus grave … Les accusations sur son physique : « coupe de cheveux, tatouages, marque de vêtement néofasciste (sic) ». Imaginez vous ce genre de remarque pour un professeur ayant des dreadlocks, des vêtements dits ethniques et des tatouages tribaux ? Le port de la djellaba eût été plus respectable ? Gaussons-nous, Gaussons-nous, Gaussons-nous .

En France, l’Epuration a commencé. Les délateurs sont au pouvoir et peuvent ruiner la vie de ceux qui pensent différemment. Quelle sera la prochaine étape ? Le bûcher ?

En 2019, ne pas penser comme la République, c’est désobéir et être voué à la mort sociale et professionnelle.

13:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 23 janvier 2019

Synthèse nationale : une revue et une maison d'éditions au service du combat national

Diapositive1 copie 4.jpg

Abonnez-vous à la revue cliquez ici

2019 01 bouquins.jpg

Achetez les Bouquins de Synthèse nationale cliquez là

19:21 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jean-Claude Rolinat, spécialiste de la question africaine, invité par Martial Bild

633444949.jpg

Acheter le livre de Jean-Claude Rolinat cliquez ici

16:23 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook