Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 juin 2021

Du 16 au 22 août : l'université d'été d'Académie Christiana

IMG-5963.JPG

20:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Changement climatique budgétaire et monétaire : vers l’inflation

1616078105-inflation3-0-845x475.jpeg

Marc Rousset

La bulle boursière des actions devient la norme partout dans le monde car, plus que d’une spéculation pure, elle est la conséquence de l’accroissement artificiel de la masse monétaire de toutes les banques centrales. La folie spéculative pure continue malgré tout : le cours de l’action de la chaîne de cinéma américain AMC Entertainment a bondi, à Wall Street, de 95 %, mercredi, et de 2.850 %, depuis janvier. Quant à Michael Burry qui avait prédit la crise des subprimes, il parie à terme sur la chute de cours de Tesla, qui réalise des bénéfices uniquement en raison de la vente de crédits carbone à ses concurrents, ce qui ne va pas durer ; ces derniers se mettent aussi à l’électrique.

Le Système occidental hyper-endetté est condamné d’une façon irréversible pour son laxisme et sa nullité, tout comme le pauvre Louis XVI avec ses dettes abyssales contractées pour la noble cause de la guerre d’Amérique contre l’Angleterre. Le déficit public de la France représentera 9,4 % du PIB, en 2021 ; la France se dirige vers un endettement qui se rapprochera des 130 % du PIB, à fin 2021

Rien ne se passera en Europe, sur le plan économique, tant que la BCE continuera ses rachats de la dette française et italienne avec le plan PEPP de 1.850 milliards d’euros, mais la croissance française sera au mieux de 5 %, à comparer à l’endettement supplémentaire du pays de l’ordre de 10 %. Tout comme le contrôleur général des finances Calonne, en 1787, nous sommes tombés dans le piège de la désensibilisation aux réalités de la dépense publique et de la dette publique. Il se trouve que l’Europe est en train de sortir des taux négatifs, même si le phénomène est lent et progressif. Louis XVI non plus n’avait aucune idée de ce qui l’attendait au bout du chemin.

En Italie, avec Draghi, les Italiens veulent croire à la reprise, à la suite de la réouverture des restaurants, mais plus de 500.000 postes ont été détruits. Le 30 juin, ce sera la fin du gel des licenciements avec les réalités du chômage. Le plan miracle de 248 milliards d’euros d’investissements permettra-t-il de surmonter les faiblesses structurelles de l’Italie et une croissance anémique qui dure depuis vingt ans ? En Italie, comme en France, il va aussi falloir se résoudre à couper, un jour, le robinet des aides financières. Draghi n’a pas encore gagné la partie.

Aux États-Unis, il semble que les forces inflationnistes soient désormais plus fortes que les forces déflationnistes, suite à la croissance démentielle de la masse monétaire. Les prix des matières premières, dont le pétrole qui flambe à 70 dollars, se sont réveillés ; les salaires augmentent car il y a pénurie de travailleurs à bas salaires ; les importations à bas prix de Chine et des pays émergents qui correspondent au déficit abyssal de la balance commerciale ne semblent plus être en mesure de contenir l’inflation, d’autant plus que leurs prix augmentent. Cette inflation états-unienne est une inflation d’insuffisance de l’offre (pénurie de puces et goulots d’étranglement) plus que d’augmentation de la demande. Selon Larry Fink, dirigeant du fonds d’investissement géant BlackRock, les investisseurs, par manque d’expérience, sous-estiment l’inflation à venir qui ne sera pas temporaire ; ce sera pour eux “un choc énorme”.

Dans la zone euro, l’inflation a bondi à 2 % sur un an en mai (2,5 % en Allemagne), contre 1,6 % le mois précédent.

Nous assistons, selon le Forum monétaire de Genève, au plus grand endettement et à la création monétaire la plus massive de l’histoire économique du monde, avec des taux d’intérêt proches de zéro, la création monétaire étant nécessaire pour que l’endettement continue sans krach obligataire. Mais l’inflation ne sera pas temporaire ; son augmentation provoquera, un jour ou l’autre, la hausse accélérée (déjà commencée) des taux d’intérêt avec un double krach des actions et des obligations, l’effondrement des monnaies, les dévaluations, l’hyperinflation et l’explosion du système. Les réalités économiques se vengeront un jour ou l’autre. Le monde est en fait en sursis depuis 2008, dans l’attente de la crise économique la plus violente de son histoire, pour ne pas avoir voulu assumer avec des moyens classiques « conventionnels » une nouvelle crise de 1929 très dure, mais salutaire et réparatrice, à cette époque.

Lire aussi sur Boulevard Voltaire cliquez ici

12:23 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 05 juin 2021

Hold-UP: entrevue Pierre Barnérias

Entrevue avec le producteur du documentaire Hold-Up, Pierre Barnérias.

Capture d’écran 2021-06-05 à 21.40.21.png

21:45 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

VALLS : LA GIROUETTE FRANCO-ESPAGNOLE

manuel-valls.jpg

Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat

Un ancien Premier ministre de la République française qui n’a pas d’amour propre, qui n’a honte de rien et qui, selon la définition qu’en donne Audiard, « oserait tout », est-ce possible ? Oui, ça existe et ça porte un nom : Manuel Valls. Le patronyme d’un monsieur qui devrait inspirer le plus profond mépris à la classe politique si elle avait le sens de l’honneur.

Voici une ancienne personnalité qui semble vouloir manger à tous les râteliers et qui se pavane sur les écrans de télé à l’occasion de la sortie de son dernier livre que je ne citerai pas, afin de ne pas lui faire de publicité ! Je m’explique. On s’en souvient, élu de justesse dans sa circonscription, boudé par la Macronie débutante, puis quittant ses terres de l’Essonne pour convoler en justes noces avec une dame espagnole, - c’est son droit le plus absolu -, le voyageur politique émigra dans sa Catalogne natale qu’il n’aurait jamais dû quitter.

Pour y faire quoi ? Eh bien, ce qu’il sait faire, c’est-à-dire de la politique. C’est ainsi qu’il fit don de sa personne en 2018 à Barcelone, la ville où il vit le jour. Ayant échoué à s’imposer sous les couleurs centristes à la mairie de la capitale catalane, le voilà qu’il revient au galop à ses premières amours, prêt à offrir ses services de mercenaire de la politique à Emmanuel Macron, pourquoi pas.

Ces deux-là pourraient peut-être former un duo clownesque, intitulé « Manolo y Emanolo, la mano en la mano » ? En tout cas, c’est le scénario qui se dessine si l’on en croit la presse, notamment « Le Figaro » dans son édition du vendredi 28 mai dernier. Valls utiliserait, - abuserait, devrais-je dire -, de son image  d’ancien ministre de l’Intérieur, pour revenir dans le sérail. Macron, pour servir ses intérêts, va-t-il le recycler ?

Dans une vie antérieure, anonyme assistant régional, j’ai croisé bien malgré moi ce personnage à la fin des années 1980 au Conseil régional d’Île de France. Une époque où déjà, le jeune hidalgo fraichement naturalisé, était un élu du Parti socialiste et, surtout, le « porte-coton » d’un certain Lionel Jospin, futur Premier ministre, qui allait le mettre sur orbite. Et le voilà que, toute honte bue, il revient offrir ses services maléfiques à la France après avoir été remercié comme un laquais par ses anciens compatriotes ?

Un véritable Rastignac espagnol le Manuel. Le voilà revenu à ses premières amours, le Valls, mais un « Valls à contretemps » !

10:15 Publié dans Le bloc-notes de Jean-Claude Rolinat | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

8 ans pour Esteban, 5 ans pour Samuel : la réaction de Thomas Joly, président du Parti de la France

195645419_475859977030703_7336922351301635522_n.jpg

10:04 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le Journal de bord de Jean-Marie Le Pen de cette semaine

LE PEN JM 5.jpg

10:03 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jean-Marie Le Pen invité de la chaine You-Tube Franc Studio

Unknown.jpg

10:03 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:55 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

vendredi, 04 juin 2021

Bayou, un coucou chez les écolos

images.jpg

Françoise Monestier, qui œuvre à Présent d’une plume incisive et assassine qui rate rarement sa cible, ne cesse de dénoncer tous ceux qui, hommes et institutions, mènent notre pays à sa perte. Par-delà cette gauche qui a abandonné tous ses idéaux depuis belle lurette, se situent les écolos, un ramassis de désoeuvrés masochistes ripolinés aux droits de l’homme et meilleurs soutiens de la mouvance islamo-gauchistes. Tout ce petit monde pro-immigrés oeuvrent avec la complicité des médias et du grand capital qui les financent - les Bouygues, Arnault, Niel, Dassault, Perdriel, etc. - ce qui n’est pas le moindre des paradoxes. Julien Bayou, dont Françoise Monestier nous dresse ici le portait est l’archétype même de cette fange socialo-gauchiste à la dérive. Le combat de la France réelle contre la France virtuelle continue.

Lire la suite ICI

10:19 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

jeudi, 03 juin 2021

La dangereuse supercherie du passe sanitaire

pass.jpg

Alexis Poulin*

L’Union européenne révait d’un passeport vaccinal communautaire dés 2018 avec pour objectif de le rendre applicable dés 2022. Grace au Covid-19, la Commission a gagné un an sur le calendrier initial pour imposer un document inutile et dangereux pour nos libertés fondamentales. Alors que les traités européens semblent gravés dans le marbre et immuables, voici Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, nous présentant chaque jour avec désinvolture la fin de la liberté de circulation des personnes en annongant les avancées technologiques formidables de ce passe de la honte. Les biens, eux, vont trés bien, avec un nouvel accord Union européenne-Inde dans les tuyaux, ils pourront continuer de circuler sans nouvelles restrictions.

Fini Schengen en un clin d’oeil, il faudra dés juin vous soumettre a un contrôle biologique pour pouvoir circuler librement en Europe. Ce “passe vert” est censé nous rendre notre liberté, c’est tout l’inverse en réalité qui est a l’agenda des gouvernements européens. Evidemment, la France caracole en téte pour mettre en place le plus vite possible cette hérésie constitutionnelle dont le seul but est le contréle des populations et la réduction toujours plus forte de nos libertés, soit par algorithme, soit par des lois scélérates de censure, et maintenant, pire encore, par un biocontrole technologique au plus pres des corps. Le but n’est pas de soigner et guérir, mais de surveiller et punir. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, I’a rappelé : la vie sera plus difficile pour ceux qui ne seront pas vaccinés ou détenteurs du précieux sésame attestant de leur statut virologique.

Aucun débat au sein du Parlement européen ou des parlements nationaux sur les questions éthiques d’un tel dispositif ni sur les questions constitutionnelles de rupture des principes fondamentaux des libertés publiques ou de l’égalité de traitement des citoyens. La précipitation pour de fallacieux motifs a remplacé l'urgence sanitaire, car rien aujourd’hui ne permet de savoir quelle est la durée de l’immunité conférée par les vaccins ou par l’infection au Covid-19.

Que ce passe soit utile en période de pandémie est fortement contestable, tant les contrôles sont aléatoires a l’entrée des pays européens, mais surtout, ce dispositif ouvre le chemin en Europe a une carte de citoyenneté a la chinoise, ou chacun se verra attribuer une note par lEtat en fonction de son degré d’incivilité (ou d’obéissance au parti unique).

Les contours en sont volontairement flous pour évoluer au gré des besoins de contrôle et laisser toutes les aberrations liberticides possibles, sans aucune garantie démocratique. Et pourquoi pas, dés 2022, un droit de vote assujetti à la détention du passe sanitaire?

Devant le peu de réactions de la part des représentants élus face au danger du passe sanitaire, il est du devoir des citoyens dorénavant de s’emparer de ce certificat du pire et d’en rendre l’application impossible. Pour notre bien, pour notre santé, car vivre en cage sous le contrôle technologique permanent précipitera la fin des peuples qui se révaient encore libres.

*Alexis Poulin est cofondateur du Monde moderne et entrepreneur.

Source : Valeurs Actuelles 3/06/2021

08:16 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mercredi, 02 juin 2021

Persécution contre les patriotes en Anjou : l'Alvarium réagit

escalier.jpg

Perquisitions : rétablissez l’ordre plutôt que de nous persécuter.

Ce matin à 6 heures, les forces de l’ordre ont fait irruption dans les locaux de l’Alvarium pour une perquisition. Quelle grave affaire pouvait bien amener le procureur de la République à envoyer des gendarmes dans un local associatif ? Le terrorisme islamiste ? Les banlieues qui s’enflamment ? La drogue ? Les voitures brûlées à Trélazé ? Apparemment non, c’est pour le vol de 2 ou 3 drapeaux devant une gendarmerie de campagne.

Quel est le lien avec l’Alvarium en tant qu’organisation et avec son local ? Aucun. De la même manière, différents domiciles d’adhérents et de gens qui n’ont rien à voir avec nous ont été perquisitionnés. À l’Alvarium comme chez les particuliers, aucune trace des drapeaux en question ; en revanche chaque fois, un homme qui ne connaissait pas les gendarmes les accompagnait. Vêtu en civil et affublé d’une cagoule, il a photographié les contenus des bibliothèques et les lieux de vie, dans l’espoir sans doute de nourrir les élucubrations journalistiques et antifascistes. La manipulation est trop grosse. Cette opération politique menée de concert avec les services de renseignement n’a d’autre but que de nous discréditer, nous ficher et faire pression sur nous. À l’issue de la perquisition à l’Alvarium l’un de nos militants qui était venu ouvrir la porte a été emmené pour un interrogatoire. Les questions n’ont évidemment pas porté sur une histoire de drapeaux volés, mais sur les membres de l’Alvarium, leurs noms, professions etc…

Manigancées on ne sait où, les “affaires” inventées ou exagérées qui sortent dans la presse servent l’agenda des antifas et de la mairie pour une demande de dissolution. Alors que nous avons pignon sur rue, que nous ne faisons rien d’illégal et que nous participons démocratiquement à des élections locales, tout est fait pour nous empêcher d’exister et nous pousser à la clandestinité. Avons-nous le droit de vivre et de penser différemment ? En tout cas nous ne céderons ni à la pression, ni à l’extrémisme vers lequel le Système voudrait nous pousser et nous cantonner. Nous avons plus de 130 adhérents en chair en os. Nos locaux existent bel et bien. À moins de réduire tout cela en poussière ou de nous envoyer arbitrairement en taule, nous continuerons à oeuvrer pour la France et les français, en particulier les plus démunis délaissés au profit de l’immigration massive.

Site de l'Alvarium cliquez ici

Notre excellent confrère Breizh-Info a publié ce mercredi matin un entretien avec Jean-Eude Gannat, porte-parole de l'Alvarium. A lire : cliquez ici

22:36 Publié dans Combat nationaliste et identitaire, Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jean-Marie Le Pen avec Thomas Joly à la fête du PdF près d'Amiens le samedi 10 juillet

194831040_474480590501975_5103177686947877784_n.jpg

Samedi 10 juillet, à côté d'Amiens, le Parti de la France organise, dans un lieu privé en plein air sous barnum, un repas champêtre avec Jean-Marie Le Pen comme invité d'honneur.
 
La participation aux frais est de 30 € réglables sur place. Au menu : kir - crudités - cochon grillé et ses légumes - fromage - dessert - vin compris.
 
Le nombre de places est strictement limité, ne tardez pas à réserver ! Les adhérents picards du PdF seront prioritaires.
 
Réservations à cette adresse :
partidelafrancesomme@gmail.com ou 07 66 51 27 24. Attention, votre réservation ne sera effective que lorsque qu'elle sera confirmée par retour de mail ou par SMS, n'oubliez pas de laisser vos coordonnées et les noms des participants.

22:30 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Sur le site de Riposte laïque, un grand entretien avec André Posokhow sur son livre "Retour sur le désastre de 1940"

CHN 18 ANNONCE 1 copie 2.jpg

Source cliquez ici

Riposte Laïque : Vous nous proposez de temps en temps quelques articles, notamment sur les données de l’immigration, que nous publions toujours avec plaisir. Avant de commencer cet entretien, pourriez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

André Posokhow : J’ai 75 ans. Mon nom est russe, russe blanc. Je suis né à Cahors dans le Lot, région à laquelle je suis très attaché. J’ai fait Sciences Po 40 ans avant sa dérive gauchiste. J’étais professionnellement expert comptable et commissaire aux comptes spécialisé dans le secteur semi-public et plus particulièrement le logement social avant qu’il ne devienne le logement ethnique. Homme de droite, je demeure très attaché à la notion de service public. J’étais marié et j’ai eu trois enfants. Je suis officier de réserve breveté para et mon premier engagement de patriote a été 20 ans dans la réserve militaire.

Je me suis intéressé aux problèmes de l’irruption migratoire depuis 2013 dans le cadre d’articles pour le site Polémia et à ce titre j’ai réalisé une étude sur le coût de l’immigration en 2014, étude qui mérite aujourd’hui d’être actualisée.

Féru d’histoire, je participe à des émissions de Passé Présent menées par Philippe Conrad à TVL dans un souci de réinformation face au contenu souvent politiquement correct ou simplement gauchiste de documentaires historiques passant à la télévision.

Je suis régulièrement invité au libre journal de la souveraineté, concept qui m’est cher, de Michel Leblay sur Radio Courtoisie, les deux dernières émissions ayant ciblé l’hégémonie allemande sur l’Europe et partant sur la France.

Enfin je participe activement à la lutte contre l’éolien industriel.

Vous venez donc de publier un ouvrage, recueil de plusieurs de vos articles, publiés sur différents sites ou revues, intitulé « Retour sur le désastre de 1940 », et sous-titré « Responsabilités et prolongations ». Pourquoi ce livre, quatre-vingts ans après les événements ?

le printemps dernier c’était effectivement le 80e anniversaire de cette terrible défaite qui nous a rayés du rang des grandes puissances mondiales. Je me suis trouvé en désaccord avec la présentation de certains de ces événements dans des articles, des revues historiques et des documentaires à la télévision.

Quelques exemples :
– la sanctification médiatique de Léon Blum ;
– le supposé défaitisme du général Weygand ;
– la prétendue victoire de Montcornet ;
– l’oubli des combats héroïques et désespérés de troupes françaises placées dans des situations désespérées comme à Dunkerque, Stonne, Rethel ;
– la confusion entre ce qu’est un armistice et ce que représente une capitulation, etc., etc.

Mais surtout ce qui m’a révolté, c’est concomitamment à la mise en cause des militaires, l’occultation des responsabilités du régime politique de l’entre-deux-guerres et de la nocivité de politiciens de cette période tels qu’Édouard Herriot, Léon Blum ou Édouard Daladier. Il ne s’est pas agi pour moi de m’en prendre au principe même de la République ni même à toute l’histoire de la IIIe République mais au régime idéologisé à gauche de l’entre-deux-guerres qui a accumulé fautes et erreurs dans les domaines économique, financier, diplomatique et stratégique sans parler du retard social, du déficit démographique et de la corruption d’une partie du personnel politique.

Après avoir écrit des articles plutôt tournés vers les événements militaires, j’ai souhaité rappeler la faillite immense de ce régime politique qui en a refilé l’ardoise à un syndic quasi centenaire en juillet 1940.

Cet article étant particulièrement long, Roland Hélie – que je remercie ici vivement – m’a proposé de l’inclure dans le petit fascicule dont nous parlons et qu’il a publié.

Vous êtes féroce, dans cet ouvrage, avec nos « alliés » anglais…

Dès 1919, les Britanniques se sont opposés à la France qu’ils ont considérée comme la première puissance d’Europe. Ils ont commis une lourde erreur sur le rapport de forces réel entre les deux puissances continentales et cela leur a coûté leur empire.

Appliquant la stratégie habituelle du Royaume-Uni qui consiste à jouer la puissance numéro 2 contre celle considérée comme la plus forte, leurs dirigeants, au début des années 30, ont poussé en faveur du désarmement de la France et de l’égalité des armements entre notre pays et l’Allemagne. Cela ne les a pas empêchés de conclure en juin 1935 un accord naval anglo-allemand sans nous prévenir et à notre détriment.

Ils ont pratiqué jusqu’en 1939 une politique d’apaisement qui, en réalité, a encouragé Hitler. À chaque occasion ils ont pris la posture d’arbitre et non d’allié. Munich, que l’on reproche tant à la France, a été, en vérité, une affaire anglaise menée par Neville Chamberlain.

Et puis, d’un coup, en mars 1939, ils ont retourné leur position et donné un blanc-seing à la Pologne, ce qui était exceptionnel dans leur propre histoire, en demandant au Gouvernement français un accord a posteriori. Il en résulta une déclaration de guerre au titre de laquelle, en septembre 1939, ils ont mis généreusement à la disposition du camp allié deux divisions alors que la France mobilisait sa population mâle.

Dès que les affaires ont mal tourné ils se sont, selon leur bonne habitude, dirigés vers la mer et se sont évacués en avertissant les Français après un délai prudent pour rembarquer les premiers.

Mai-juin 40 a coûté en 5 semaines environ 60 000 morts à la France. Sont tombés 3 500 Britanniques.

Une assistante à TVL m’a reproché de traiter les Britanniques de lâches. Que Cléo m’en garde. Leur Histoire montre qu’il n’en est rien et que leur grand courage au combat est tenace et efficace quand leur intérêt est en jeu. Mais ce sont facilement des lâcheurs.

La Grande-Bretagne est notre voisin. Nous devons faire affaire avec elle et confronter nos intérêts. Mais l’Histoire démontre qu’il ne doit y avoir aucun sentiment et que l’Entente cordiale n’a jamais été qu’une blague funeste.

Cette réflexion concernant notre histoire commune avec l’Angleterre au XXe siècle est valable pour notre relation avec L’Allemagne au XXIe siècle.

Riposte Laïque : Entre de Gaulle et Pétain, vous ne paraissez pas choisir entre celui qui est présenté comme le grand Résistant de la première heure, et celui qu’on accuse de collaboration, et de tous les maux. Pourquoi ?

L’un et l’autre ont rendu de grands services à la France et il me semble qu’ils ont été complémentaires mais pas au même moment.

Pour faire court, le Maréchal a arrêté la ruée allemande par l’armistice, il a préservé l’Empire et surtout l’Afrique du Nord et évité un ralliement militaire de la France à l’Allemagne malgré les pressions de celle-ci et les agressions britanniques contre la France. En Afrique du nord le général Weygand a recréé l’armée française en vue d’une reprise des combats. Mais dès 1941 l’État français a sombré.

Pour ce qui est de Charles de Gaulle, comme l’a écrit Bock-Côté, ce fut un général temporaire factieux et mégalomane qui, par son génie politique, fut le sauveur de la France et l’a assise à la table des vainqueurs.

Au bout du compte les deux ont échoué. L’un, Philippe Pétain, en ne partant pas à Alger en novembre 1942 et le général de Gaulle en quittant le pouvoir en 1946 sous la pression des partis comme le lui avait prédit Pierre Brossolette.

Ce fut alors le grand retour de tous ceux qui avaient manqué à la France avant 1939 : les Herriot, Blum, Cot, Raynaud, Thorez, Duclos etc. Alors que la IIIe République avait été honnie par la grande masse des Français, ces politiciens instaurèrent la IVe République, petite sœur de la précédente et responsable de 13 ans de guerres, de désastres et d’humiliations.

Ainsi, en 1946 les seuls vrais gagnants de ce désastre furent ceux qui en portaient la responsabilité en tant que gouvernants de la France. La querelle sans fin Pétain-de Gaulle a servi et sert toujours à faire oublier cette imposture.

Tout serait-il de la faute du Front populaire et de Léon Blum ?

Non, tout n’est pas de la faute du Front populaire qui a entrepris après les gouvernements Tardieu de 1930-31 de rattraper le retard social béant de la France. Mais, dernière législature de la IIIe République, il porte une lourde part de cette faillite. Les défenseurs du Front populaire invoquent les crédits importants accordés à la défense nationale en septembre 1936. Mais les désordres sociaux, l’échec économique, une mobilisation industrielle déficiente, le pacifisme et l’antimilitarisme déployés par les partis de gauche et, au fond, l’état d’esprit propre à cette législature ont eu pour conséquence un désarmement moral et un effort de réarmement tardif qui n’a réellement pris de l’ampleur qu’en 1938 après le départ de Blum.

Quels message voudriez-vous faire passer ? Oseriez-vous faire un parallèle, entre les années 1918-1940, et les années 1980-2020 ?

Le message, s’il y en a un, se trouve dans les réponses précédentes. Quant à se livrer au parallèle que vous évoquez, il convient d’être prudent.

Par exemple il est loisible de souligner dans les deux cas le poids de la médiocrité du personnel politique. Cependant il aurait été inimaginable sous la IIIe République qu’un chef d’État français, dans un état psychologique tout de même étrange, diffame et dénonce l’histoire de la France à l’occasion de chacun de ses déplacements à l’étranger. À ma connaissance, un seul des dirigeants de cette époque eut un problème de santé mentale, ce fut Paul Deschanel, président de la République en 1920 ; il fut vite écarté et mis au repos. Visiblement ce n’est malheureusement plus envisageable.

Les institutions politiques auront mal marché dans les deux cas, mais ce ne sont pas pour les mêmes raisons : régime d’assemblée excessif sous la IIIe République, exécutif trop puissant en 2021 avec un Parlement sans rôle réel du fait de tous les ajouts et modifications à la Constitution, pourtant excellente, de 1958.

Dans les années 30 le pouvoir des juges aurait été inimaginable et il n’y eu guère de tentative dans ce sens. Celui de minorités sexuelles ou autres aurait fait interner chez les fous celui qui y aurait prétendu.

Avant 1940 la France avait un Empire derrière elle, qui lui conférait une gloire et une puissance apparente importante. Je crois avoir compris que ce temps est révolu.

Entre les deux guerres la menace était ressentie comme essentiellement allemande. Aujourd’hui elle est multiple : Chine, Turquie, islam. Elle revêt des formes variées : l’impérialisme financier américain, et s’incarne dans le colonel Olrik des temps modernes : Georges Soros et ses mandants.

Dans les deux cas la France a été envahie. Cependant dans les années 30 ce n’était qu’une menace. En 2021, l’invasion a eu et a toujours lieu et se manifeste par une guérilla quotidienne.

Néanmoins il apparaît possible de tirer quelques leçons du parallèle dont vous parlez.

Un grand pays ne doit dépendre d’aucun autre. Il doit protéger sa souveraineté et son indépendance et n’accepter aucun licol comme celui de la gouvernante anglaise des années 30 ou du dollar de l’impérialisme américain.

Il devrait disposer de ses finances librement et en évitant l’intrusion de quiconque. Déjà altérée dans les années 30, cette souveraineté financière et monétaire n’existe plus.

Un pays comme la France doit développer, entretenir et renforcer sa puissance économique. Sinon, en cas de crise, il n’a pas les moyens d’y faire face. Ce fut le cas de 1936 à 1940 lors du réarmement et en 2020 lors de la pandémie.

Surtout sa puissance militaire doit faire l’objet de soins constants et de renforcements permanents. En 1936 l’absence d’une force de frappe puissante a permis à Hitler d’occuper sans coup férir la rive gauche du Rhin, marquant ainsi un avantage intérieur, diplomatique et stratégique décisif. En 2020 une frégate turque a pu « illuminer » un navire militaire français sans affronter une riposte.

Enfin il faut écarter toute idéologie : pacifiste et antimilitariste dans les années 30, gaucho-marxiste, écologique, racialiste, du processus de décision politique de notre pays. Comme l’a dit un grand chef d’État, seul l’intérêt national de la France et des Français doit prévaloir et doit guider les décisions et les actes de l’État.

Vous écrivez beaucoup sur l’immigration, et son coût. Quel est votre regard sur la politique migratoire d’Emmanuel Macron, et ses derniers propos, tenus au Rwanda et en Afrique du Sud ?

J’ai effectivement pas mal écrit sur l’immigration mais je souhaite surtout saluer les œuvres de Jean Yves Le Gallou, Laurent Obertone, Pierre Cassen, Malika Sorel-Sutter, Pierre Milloz, Michèle Tribalat et de bien d’autres.

Pour ce qui est de la politique migratoire de Macron, pour autant que l’on peut appeler ça une politique, il serait trop long de développer. Mais je me reconnais (sans le même talent évidemment) dans ce qu’exprime Éric Zemmour dans Face à l’info et Pierre Cassen dans ses vidéos quotidiennes y compris les accès de rage.

J’ajoute que pour répondre à un appel de Pierre Cassen lors d’une de ses vidéos quotidiennes, je considère que l’islam en France n’est pas qu’une religion mais surtout une idéologie totalitaire incompatible pour des raisons historiques et civilisationnelle non pas seulement avec la République mais avec la France.

Quant au coût de l’immigration, c’est effectivement un thème important auquel j’ai pas mal contribué et sur lequel je continue à beaucoup travailler.

L’échéance électorale de 2022 approche. Quel est votre regard, et voyez-vous un possible sursaut du peuple français, à travers cette élection ?

Je suis un peu pessimiste sur le résultat de l’élection présidentielle pour trois raisons.
– le système utilisera tous les moyens pour renouveler Macron sauf si celui-ci perd toute chance de gagner dans les neuf mois qui viennent du fait de ses erreurs et de son comportement ;
– le vote des banlieues ;
– le refus de MLP par une bonne partie de l’électorat de droite ce qui la conduirait, si elle était élue, à ne pas disposer d’une majorité parlementaire.

Je pense qu’il faut un choc et un homme comme pour la Grande-Bretagne : le Brexit et Johnson malgré tous ses défauts. Le choc aura-t-il lieu à l’automne ? Quant à l’homme, je ne vois que Zemmour qui pourrait rallier ceux qui, à droite, refusent le duel Macron/MLP, et ce malgré beaucoup d’avis contraires. Il est le seul à tenir des propos de chef d’État.

Je refuse d’adhérer à l’opinion qu’il est souvent possible d’entendre : c’est fichu, nous avons perdu, nous ne nous en sortirons pas, autrement dit la soumission houellbecquienne.
La situation est terrible, c’est vrai. Mais la France a connu l’époque du traité de Troyes, 1815 et les cosaques sur les Champs-Élysées, l’invasion et les famines à la fin du règne e Louis XIV, 1940 et la chute de la IVe République en 1958. Elle s’est toujours redressée.

Et puis, à mon avis, il ne faut pas oublier quatre choses :
– nous sommes encore plus nombreux que les intrus même si le dynamisme démographique est de leur côté ;
– les immigrés viennent pour une partie significative d’Europe. Ceux-ci ne seront pas de l’autre côté ;
– il en va de même d’une partie faible mais réelle de l’immigration des pays tiers. Ce sont les 10 % de Pierre Brochand ;
– enfin Maghrébins et Africains subsahariens feront-ils bloc ? Rien n’est moins certain.

Le vrai et tragique problème de notre pays est sa classe dirigeante : politiques, hauts fonctionnaires, journalistes, juges etc. affamés de trahison, de défaite, de soumission et d’humiliation. Ce sont également les milices gauchistes et racialistes du pouvoir macronien.

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, André ?

Oui. Puis je suggérer aux lecteurs de s’intéresser particulièrement à l’article de mon petit ouvrage sur le sauvetage des Juifs qui commente un documentaire à la louange de la France et des Français. Je devrais intervenir dans l’émission Passé Présent de TVL la semaine prochaine sur ce thème.

Propos recueillis par Pierre Cassen

Pour acheter ce livre cliquez là

10:05 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Inflation rampante et incertitudes multiples jusqu’en avril 2022

ROUSSET M 2.JPGMarc Rousset

Les bourses continuent à jouer au yo-yo tout en s’auto-persuadant que tout va très bien, que la faible inflation actuelle aux USA n’est que transitoire, comme le prétend la Fed, alors que personne n’en est absolument certain. La Fed, elle-même ne sait pas quand elle sera amenée à durcir sa politique monétaire. La Fed pourrait envoyer un signal de révision à la hausse des taux ou de ralentissement de son programme de rachat d’actifs lors de la réunion du 15-16 juin ou fin août à Jackson Hole. Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur les bons du Trésor américain était en baisse vendredi à 1,58%.

En France, la croissance espérée par le gouvernement est toujours de 5% en 2021, mais, contrairement aux prévisions, elle a été négative de -0,1% au premier trimestre, après le - 1,5% du 4 ° trimestre 2020 et une croissance négative de -8 % en 2020. Le gouvernement se prépare à réduire les aides pour l’après-crise sanitaire, mais des goulots d’étranglement pour les recrutements dans le numérique, l’hôtellerie, la restauration, des retards de livraison, des coûts de matières premières, des pénuries de matériaux dans le BTP et par exemple le secteur de la plasturgie, pourraient enrayer la croissance.

Nous sommes arrivés au moment de la sortie du quoi qu’il en coûte, nous dit Bruno Le Maire, mais suite aux différentes rallonges, le déficit budgétaire va s’aggraver encore de 47 milliards d’euros supplémentaires en 2021 pour passer à 220 milliards d’euros, soit un déficit public en 2021 de l’ordre de 11% du PIB et un endettement public encore plus élevé de l’ordre de 120% du PIB.

 Au premier trimestre, l’Allemagne, l’Italie, l’Espagne ont connu eux aussi des contractions d’activité de respectivement - 1,8 %, - 0,4 %, - 0,5%. Les seules hausses de prix provoquées par les goulots d’étranglement en Europe devraient disparaitre progressivement, mais un tsunami structurel d’augmentation des prix pourrait se manifester, suite aux centaines de milliards d’euros des plans de relance dans les divers pays. Il y a également des incertitudes sur la désépargne à venir des ménages  et l ‘augmentation à venir de vitesse de circulation de la monnaie. A la fin du premier trimestre, le taux d’épargne des Français était encore de 22%

La BCE nous dit qu’il est trop tôt pour envisager la réduction du rythme des achats de titres obligataires, mais en fait elle ne peut pas laisser monter les taux ou cesser la création monétaire sans que tout s’effondre. Il est en fait probable que les taux bas et la planche à billet tourneront encore à plein régime jusqu’en mars 2022, date de la fin du fameux plan PEPP de 1850 milliards d’euros, que l’inflation sera supérieure aux 1,2% anticipés par la BCE.

Aux Etats-Unis les incertitudes sont encore plus grandes tant pour l’importance des plans de relance de Biden que pour les dates de changement de politique monétaire de la Fed. Biden souhaiterait un budget 2021-2022, à partir de septembre 2021, de 6000 Milliards de dollars, en hausse de 34% par rapport à 2019, et 1700 Milliards de dollars pour le plan d’infrastructures tandis que les républicains souhaiteraient le limiter à 928 milliards de $. L’importance du plande relance avec ses conséquences inflationnistes ou non va donc dépendre de l’issue de la lutte entre les démocrates et les républicains, la majorité de Biden au sénat américain étant très fragile.  Si le montant des dépenses souhaité par Biden était adopté, la dette des Etats-Unis passerait de 100% du PIB en 2021 à 117% du PIB en 2031.

Quant à flambée des prix des matières premières, suite aux achats chinois, on ne voit pas pourquoi elle devrait cesser rapidement. Le soja, Le nickel, la viande, le fer, le bois, le palladium pour les pots catalytiques, tout augmente. La folle transition énergétique beaucoup trop rapide pourrait faire grimper les besoins nouveaux en métaux stratégiques et faire monter les prix à la verticale, tout en créant une nouvelle dépendance vis-à-vis de certains pays, la Chine en particulier, en lieu et place du pétrole du Moyen Orient, avec de nouvelles incertitudes pour l’économie.

En avril-mai 2022 au plus tard, date d’échéance du plan PEPP de la BCE, on y verra alors beaucoup plus clair, mais il n’est pas du tout certain que ce soit pour de bonnes nouvelles,  tant pour la croissance économique espérée en Europe ou aux Etats-Unis, que pour les taux d’inflation, les taux d’intérêt, les niveaux d’endettement de certains pays dont la France et l’Italie, que pour l’explosion possible de la zone euro.   

09:50 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

mardi, 01 juin 2021

30 mai 2021 à 22h24 : Xavier Bertrand s’est déjà rallié à Macron pour le deuxième tour

1622555026821.jpeg

François Fillon avait déjà fait preuve d’une rapidité excessive en appelant à voter Emmanuel Macron dès 20h05 le soir du premier tour en 2017. Record battu par Xavier Bertrand qui se rallie à Macron en appelant à voter LREM un an avant le premier tour, le 30 mai 2021 à 22 h 24 . Cela va être dur pour lui de ne pas accepter le soutien de LREM au 2ème tour des régionales.

À l’issue du premier tour des législatives partielles dans le Pas-de-Calais, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a appelé à faire barrage au Rassemblement national, soutenant ainsi la candidate de la majorité présidentielle, la ministre LREM Brigitte Bourguignon arrivée en tête avec 35%.


Qui fera mieux en termes de soumission ? Et c’est cet homme que LR veut envoyer aux présidentielles pour représenter la droite ?

Source : Le Salon Beige

16:04 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jacques Attali - De Mitterrand à Macron : 40 ans de pouvoir profond

(introduction et chapitre 1)

Documentaire en VOD sur Kontre Kulture : https://kontrekulture.com/produit/jac...

16423095_1332632550155893_314763512023708370_o.jpg

15:33 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le point de bascule

Capture d’écran 2021-06-01 à 10.16.27.png

10:18 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Madame Pompili, les éoliennes sont une négation de l’écologie

eoliennejpg.jpg

Par Stéphane Bern*

Depuis trop longtemps on oppose les défenseurs d patrimoine à ceux qui ont à cœur de protéger l’environnement et la nature. Ils devraient pourtant se retrouver autour d’un combat commun, contre la véritble calamité écologique que constitue l’implantation abusive et anarchique des éoliennes terrestres ou en mer.

Il est grand temps de dénoncer cette supercherie. L’énergie éolienne n’est en rien écologique et renouvelable. Elle pollue gravement la nature et détruit le patrimoine naturel et bâti de la France, ces sites remarquables de beauté et ces joyaux architecturaux dont nous sommes collectivement dépositaires et que les éoliennes défigurent.

Au-delà de la question esthétique, le développement de l’énergie éolienne est soutenu à coups de subventions européennes et de puissants lobbys industriels et financiers. Il faut bien comprendre que les éoliennes sontune négation de l’écologie.

Mme Barbara Pompili pourra bien en faire une question politique, nous accuser de défendre la France des châteaux et des abbayes contre une modernité triomphante, elle tente maladroitement de nier des réalités que même son ministère ne peut occulter. En d’autres termes,  Mme Pompili contrevient à la loi écocide qu’elle fait voter en se rendant coupable de destruction d’un patrimoine naturel, d’atteintes à la biodiversité, d’artificialisation des sols et de soutien aux énergies fossiles... car, en fin de compte, les éoliennes fonctionnent seulement 25 % du temps et nécessitent l’aide de centrales à charbon, qui rouvrent notamment en Allemagne. Quelle belle victoire !

Certes, c’est le combat de David contre Goliath. Les défenseurs du patrimoine historique contre les tenants de la « modernité ». Les ruraux contre les citadins bobos qui considèrent qu’« il n’y a qu’à installer des éoliennes à la campagne ». Il serait pourtant si simple d’en installer une ou deux sur la butte Montmartre ou la colline de Fourvière, voire près de Notre-Dame-de-la-Garde, puisque les éoliennes sont si sûres et sans danger.

Non Madame Pompili, les opposants aux éoliennes ne sont pas des châtelains accrochés à leurs vieilles pierres qui refusent le « progrès », comme vous aimez le faire croire. L’immense majorité des ruraux refusent de voir leur environnement pollué par cette énergie inutile, coûteuse, non recyclable, dont les nuisances dont visuelles et sonores, qui ruine la valeur de leur maison, sans qu’ils puissent jamas rien dire, pour la simple et unique raison qu’ils n’ont plus voix au chapitre.

Las, Madame Pompili, vous avez en partie gagné la bataille de l’image, car depuis des années les éoliennes sont le symbole de la transition écologique et de la lutte contre le réchauffement climatique. En prenant pour exemple l’Allemagne, qui pourtant mesure maintenant les conséquences désastreuses de ses propres choix en la matière, la France a déjà investi plus de 9 milliards d’euros d’aides directes à la filière éolienne sur les vingt dernières années.

Et vous ne comptez pas vous arrêter en si bon chemin. Contre vents et marées, et surtout contre l’avis des populations concernées, votre projet de programmation pluriannuelle  de l’énergie (PPE) ambitionne de porter à 15 % la part de l’énergie éolienne dans la production d’électricité française en 2028. Cet objectif impliquerait l’augmentation du nombre d’éoliennes terrestres, passant de plus de 8 000 éoliennes en 2019 à près de 15 000 en 2028.

Cet accroissement spectaculaire fait réagir de plus en plus d’élus et de citoyens dans les territoires, et l’acceptabilité sociale du déploiement de l’éolien se retrouve aujourd’hui fortement fragilisée. Vous n’entendez donc pas cette colère qui monte dans nos campagnes ? Les gens sont vent debout, comme d’ailleurs quelque 500 maires réunis dans un collectif, Vent des maires, qui s’indignent du déni de démocratie. Au fil des consultations populaires et des avis défavorables de la population, les préfets ont des consignes pour imposer les champs d’éoliennes coûte que coûte, et, d’ailleurs, les procédures de recours ont été largement décapitées... comme les oiseaux migrateurs dans les pales devos machines infernales.

Ouvrez les yeux sur la réalité du bilan environnementale des éoliennes, qui n’est pas aussi formidable que les promoteurs veulent le faire croire. L’image associant transition écologique et éolienne est un faux-semblant. Quelques exemples peuvent vous éclairer. Les pales des éoliennes sont fabriquées à partir de matériaux composites, mélanges de fibre de verre, de fibre de carbone, de résine polyester ou de résine époxy. Cette composition fait que ces pales ne sont pas recyclables, contraignant ainsi les exploitants à les enfouir lors du renouvellement ou du démantèlement d’éoliennes. C’est un cadeau empoisonné laissé aux générations futures.

Les matériaux qui composent la turbine des éoliennes viennent de Chine. Le socle, lui, est en béton armé pour maintenir le mât et assurer sa stabilité. L’enfouissement de ces socles se fait à 3 mètres ou 4 mètres sous terre, parfois plus, avec un diamètre d’environ 15 mètres. Le volume de béton coulé est d’environ 500 m3, parfois plus pour les nouvelles éoliennes de très grande taille.

L’énergie éolienne terrestre a une faible productivité, du fait de son intermittence. Le fonctionnement d’une éolienne à pleine puissance est effectif sur seulement 21 % du temps en moyenne et de façon non prédictive et non pilotable.

Les éoliennes terrestres ou maritimes sont responsables d’un drame écologique en ruinant la biodiversité. La semaine dernière, un gypaète barbu, Angèle, réintroduit dans la Drôme, a été tué par une éolienne à Villeperdrix, sans que les écologistes ne s’en émeuvent.

Les paysages protégés et les sites remarquables, comme la montagne Sainte-Victoire peinte par Cézanne, les beautés touristiques de notre pays, sans parler des trésors architecturaux bâtis, tout ce qui fait la richesse de notre patrimoine est attaqué ou menacé par cette invasion d’éoliennes qui portent atteinte à notre environnement. Croyez-vous que les touristes du monde entier viendront visiter nos champs d’éoliennes comme l’alignement de Carnac ? Et quand on parle de créations d’emplois à la clé des éoliennes, que fait-on des 500 000 emplois directement impactés par le tourisme culturel et patrimonial ?

Il est temps d’ouvrir les yeux et de cesser de se mentir. L’énergie éolienne n’a rien de renouvelable ou de vert. Elle nourrit des promoteurs puissants qui se parent des habits de l’écologie pour faire de l’argent facilement sur le dos de nos concitoyens ruraux, souvent victimes de chantages odieux et de pressions intolérables. Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant qu’un rapport du ministère de la Transition écologique pointe « des oppositions fortes à l’implantation des parcs éoliens dans tous les territoires » : 70 % des autorisations délivrées pour l’implantation d’éoliennes font l’objet de recours devant les tribunaux administratifs.

Parce que les Français sont soucieux du devenir de la planète, qui passe aussi par la protection de leur environnement naturel, et parce qu’ils sont tout autant attachés à la sauvegarde du patrimoine national, ils ne pourront accepter longtemps ce diktat éolien qui brasse du vent et ancre dans nos sols un véritable mensonge, heureusement dénoncé ce 1er juin par un film, Éoliennes : du rêve aux réalités par Documentaire et Vérité, qui fait suite au documentaire d’Arte La Face cachée des énergies vertes.

Les défenseurs du patrimoine et les amoureux de la nature se retrouveront ensemble dans ce combat contre ces éoliennes qui polluent la vie  de nos concitoyens sur terre et près de nos côtes maritimes. Faute de les écouter, le vent de l’Histoire risque de tourner dangereusement.

* Stéphane Bern est chargé de la mission Patrimoine en péril.

Source : Le Figaro 31/05/2021

 

04:00 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

lundi, 31 mai 2021

Décès de Marc Aurand, ancien responsable francilien du FNJ

194619818_3098541123803111_9169706029490372358_n.jpg

Nous venons d'apprendre la disparition, à l'âge de 60 ans, de Marc Aurand. Dans les années 1980 et 1990, au moment de la percée historique du Front national, il était l'un des responsables franciliens du FNJ. Il travaillait aux côtés du regretté Jean-Pierre Schenardi. Je n'avais plus de nouvelles de lui depuis cette époque, mais j'ai le souvenir d'un garçon sincère, déterminé et courageux. Je sais qu'il était resté fidèle à l'idéal nationaliste. Ayons une pensée pour lui.

Roland Hélie

18:02 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le danger des vaccins avec le docteur Vernon Coleman

Capture d’écran 2021-05-31 à 17.13.44.png

17:16 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

L'homme blanc en camp de rééducation

races anes.jpg

Xavier Eman

Il faut chaque jour se pincer un peu plus fort pour parvenir à croire à la réalité du spectacle absurde et délirant que nous offre l'actualité. Aujourd'hui, on apprend grâce au site d'information Fdesouche que Lockheed Martin, le leader mondial de l'industrie militaire, a organisé un véritable stage de« rééducation de l'homme blanc» pour ses principaux cadres. Lockheed Martin, né en 1995 par la fusion de deux groupes aéronautiques (Lockheed et Martin), est le leader mondial dans les domaines de la défense et de la sécurité. C'est une société qui pèse plusieurs di­zaines de milliards de dollars et est notam­ment connue pour ses avions de combat, le F-16, le F-22 et le F-35.

Confronté à des enjeux stratégiques cruciaux et à une concurrence internationale féroce, ce géant de l'industrie a pourtant pour priorité le reformatage idéologique de ses cadres blancs afin qu'ils intègrent en­core un peu plus et un peu mieux les nou­veaux dogmes de la « cancel culture» et du totalitarisme idéologique « Black Lives Matter».

Ainsi, Lockheed Martin a récemment envoyé un certain nombre de ses cadres dirigeants et stratégiques effectuer un « stage» de trois jours afin de déconstruire leur « culture d'hommes blancs » et d'expier leur fameux« privilège blanc ». Parmi les participants figuraient notamment un ancien général trois étoiles et le vice-président de la production pour le programme de chasseurs F-35 (d'un budget de 1,7 milliard de dollars).

Cet important et même fondamental « séminaire» a été confié au cabinet de conseil« White Men As Full Diversity Partners» (déjà tout un poème...), dont l'objectif annoncé est de permettre aux hommes blancs de se « réveiller ensemble» (Awaken Together) : comprendre« prendre conscience de leur abominable condition de privilégiés et d'exploiteurs et demander pardon pour celle-ci ».

Au programme de ce stage de rééducation : récitation de 50 (rien de moins...)« privilèges blancs », puis autant de« privilèges masculins » et enfin de « privilèges hétérosexuels », réflexion sur les difficultés des employés« issus des minorités», remise en cause des stéréotypes de la « culture blanche», etc.

Si après trois jours de ce bourrage de crâne les infâmes cadres blancs n'ont pas compris qu'ils devaient leur poste à un non moins infâme racisme systémique et qu'il convenait de s'en excuser auprès de toutes les minorités par un exercice quotidien de génuflexion et de reptation, c'est à désespérer de la nature humaine ! Après l'antiracisme, le racisme inversé... Après « Touche pas à mon pote! », « Prosterne-toi devant mon pote ! »... Mais où s'arrêtera donc cette folie ethno-masochiste?

Si, comme le dit Julien Freund,« une civilisation ne subsiste que par la foi qu'elle a en elle-même », les Etats-Unis, et plus généralement tout l'Occident (ou du moins ce qu'il en reste), semblent bien mal embarqués.

Source : Présent 29/05/2021

13:59 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Nucléaire : la guerre secrète pour l’indépendance française

natacha-polony.jpg

Alors que la crise du coronavirus a démontré le risque majeur pour la France de perdre toute capacité d’action et toute autonomie véritable dans les domaines de l’industrie, de l’alimentation, de la recherche… On est ravi de constater que les débats se concentrent  sur des sujets aussi cruciaux que le retour de Benzema en équipe de France de football ou les plaintes en diffamation de Gérald Darmanin contre Audrey Pulvar, et réciproquement. Le sens de l’essentiel. Pendant ce temps, à Bruxelles, la question se pose de savoir si la France va renoncer à son indépendance.

L’éditorial de Natacha Polony à lire ICI

09:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Le côté obscur des GAFAM

droide.jpeg

La chronique de Philippe Randa

Facebook, tout puissant réseau social en ligne, est un des géants du Web aux côtés de Google, Apple, Amazon et Microsoft (les GAFAM). Un géant qui a sa conception très particulière de la liberté d’expression.

« On l’a vu récemment avec la censure de Trump : les réseaux sociaux pensent avoir le devoir de censurer. Ils sont conçus pour cela et lorsqu’ils censurent mal ou trop peu ils se voient accuser de laxisme anti-démocratique. La censure, devenue partie intégrante de leur ADN permet de modérer l’opinion générale. Le premier élève de la classe dans ce domaine est aussi le plus ancien : Facebook », lit-on sur le site de l’Observatoire du journalisme (www.ojim.fr).

Celui-ci attire ainsi notre attention sur l’utilisation d’un robot censeur qui fait la fierté de son créateur : Mark Zuckerberg a déclaré en fin d’année 2020 avoir désormais à sa disposition un redoutable limier « capable de faire le lien entre les images et les textes afin de détecter si le propos est “haineux” ou non » ; il aurait ainsi pu réduire de moitié les contenus qu’il juge incorrects, enfin surtout politiquement incorrects, cela va de soi, car sa définition de la haine reste «  un mystère curieusement porté vers l’arbitraire libéral libertaire. »

On est loin des sympathiques robots comiques de Star Wars !

C-3PO, « droïde de protocole se plaisant à répéter qu’il maîtrise plusieurs millions de formes de communication » et, de fait, bavard impénitent, ne consternera plus le sage R2D2, en lui déclarant : « Tu vois toute cette agitation (…) vraiment nous sommes bien mal considérés malgré tout ce qu’on fait ! »

Mark Zuckerberg, lui, n’hésite pas à communiquer comme il se doit sur la si redoutable et détestable efficacité de son « droïde d’intolérance ».

Source EuroLibertés cliquez là

09:26 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Législative partielle de l'Oise : Thomas Joly se désiste en faveur de la candidate du RN au second tour

image_0931529_20210507_ob_fdb543_prof-de-foi-recto.jpeg

Un communiqué de Thomas Joly, président du Pdf et candidat à cette élection

Dans un contexte d'abstention massive (près de 74 %), les électeurs ont plébiscité la transmission quasi-seigneuriale de la 1ère circonscription de l'Oise au neveu Dassault, les scores de ses adversaires étant tous particulièrement bas.

Je remercie les 241 électeurs qui m'ont fait confiance et les invitent, pour le second tour dimanche 6 juin (Victor Habert-Dassault n'ayant pas réuni 25 % des inscrits malgré ses 58 %), à reporter leurs suffrages en faveur de Claire Beuil, candidate du RN. Malgré mes divergences avec le parti de Marine Le Pen, Madame Beuil ferait une bien meilleure députée qu'un parachuté de fausse droite qui n'a d'autre programme que son nom de famille.

Ma participation à cette élection législative partielle n'avait pour but que de faire connaître le Parti de la France et notre projet de véritable droite nationale.

Encore merci à mon équipe de militants qui a sillonné la circonscription. D'autres combats politiques et électoraux sont à venir et notre mobilisation sur le terrain paiera tôt ou tard !

Source cliquez ici

09:25 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

dimanche, 30 mai 2021

Délires pédagogiques à gogo

Zéro-sur-20.jpeg

Georges Feltin-Tracol

La nouvelle n’a choqué que les conservateurs murés dans leurs châteaux ou dans leurs villas. Entièrement focalisé sur son hystérie pandémique et vaccinale, le Système médiatique n’a pas répercuté la nouvelle. Les universités britanniques souhaitent ne plus pénaliser les fautes d’orthographe et de grammaire au moment de la correction des examens afin de rétablir l’égalité de traitement entre les étudiants européens favorisés et leurs condisciples originaires d’autres ethnies. Cette décision incroyable porte un violent coup à l’instruction et à la transmission des savoirs.

L’école française subit pour sa part une dévastation similaire. Les enseignants abandonnent la notation sur 10 ou sur 20, trop discriminatoire, et choisissent d’évaluer par compétences. L’écriture inclusive et ses nombreuses mutations féministes contaminent le monde universitaire, les organisations syndicales et certains cours dans les établissements primaires et secondaires. En parallèle au sempiternel discours de lutte contre le racisme, blablabla, et pour la défense des valeurs de la République, les directives ministérielles enjoignent l’école de s’emparer de l’outil numérique. Les premier et troisième confinements des printemps 2020 et 2021 facilitent la réalisation de cette injonction avec les cours à distance. Mais les résistances restent vives, ce qui irritent bien les zélotes du « monde d’après ».

Bien avant l’actuelle crise sanitaire, Le Monde du 5 septembre 2018 publiait la tribune d’un certain Gilles Dowek, chercheur à l’INRIA (Institut national de recherches en informatique et en automatique). Cet informaticien faisait très fort puisqu’il intitulait son texte « Interdisons les stylos dès la rentrée prochaine ». Au mépris d’une réalité observée dans les classes de la Silicone Valley où les geeks exigent que leur progéniture soit le moins possible au contact avec l’univers connecté, cet enseignant à l’École normale supérieure de Paris – Saclay estimait que « les compétences nécessaires pour écrire un texte avec un logiciel de traitement de texte et avec un stylo sont différents ». L’auteur de la présente chronique le confirme puisqu’il rédige toujours le premier jet au stylo encre avant de le saisir sur l’ordinateur, de l’imprimer et de le retravailler à la main. Gilles Dowek ne cachait pas sa colère. « Si les députés tenaient absolument à voter une loi, ils auraient pu apporter leur pierre à cette nécessaire transformation de l’école en déclarant l’utilisation, par un élève, d’un stylo ou de tout autre équipement encreur interdite dans les écoles maternelles, les écoles élémentaires et les collèges, précisant qu’un membre de l’équipe de direction ou un personnel enseignant pouvait confisquer le stylo ou tout autre équipement encreur de l’élève, si celui-ci a fait usage en méconnaissance de l’article précédent. » Proposition délirante ? Il s’agissait en fait d’une réaction ironique à l’interdiction du téléphone portatif dans les écoles et les collèges. Or, les blagues potaches deviennent souvent quelques années plus tard effectives. Qui se serait douté que le « saint » qui débute les noms d’un grand nombre de localités en France disparaîtrait dans le cadre des regroupements de communes ? De nombreuses écoles primaires aux États-Unis n’enseignent plus l’écriture avec un stylo.

Libération du 3 septembre 2018 faisait-il une autre blague en publiant le point de vue commun d’Arnaud Hoedt et de Jérôme Piron en faveur de la réforme de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir ? Soutenus par un certain Conseil international de la langue française, des instances de la Fédération Wallonie – Bruxelles qui coordonne l’action des gouvernements régionaux de la capitale belge et de sa partie francophone, et de Bernard Pivot – qu’on a connu plus avisé -, ces deux hurluberlus ne veulent plus écrire « Les fleurs que j’ai cueillies – i.e.s », mais « Les fleurs que j’ai cueilli – i ». Les deux anciens professeurs de français voudraient revenir sur une règle pétrie d’italianisme entérinée par l’Académie Française à la fin du XVIIe siècle.

Dans le même désordre grammatical, d’autres soutiennent l’accord de proximité qu’auraient pratiqué Madame de La Fayette et l’immense Racine. Qu’est-ce que cet accord de proximité ? L’accord se fait avec le dernier sujet. Par exemple, « les hommes et les femmes sont parties – i.e.s -, car le participe passé s’accorde ici avec “ femmes ” ». En revanche, la phrase « les femmes et les hommes sont partis s’écrit i.s parce que “ parti ” s’accorde avec “ hommes ” ». Avec cette fluidité revendiquée, nouvelle confirmation du « monde liquide », on souhaite bien du plaisir aux élèves dyslexiques. Pourquoi faire simple quand on peut faire très compliqué ?

Pendant ce temps, Jean-Michel Blanquer interdit l’emploi de l’écriture inclusive dans l’Éducation nationale. Cette décision déclenche les foudres de quelques syndicats décatis qui en appellent à la désobéissance… Quelle audace ! Ils oublient que le même Blanquer, fidèle au « en même temps » de son maître élyséen généralise la féminisation des fonctions. Pourquoi alors ne pas appeler son épouse à l’instar du russe « Mme Blanquera » ? Et puis, la féminisation des titres ne peut que peiner les non-binaires et autres personnes – fluides… La neutralisation des mots n’est pas pour demain.

Écriture inclusive, fin des notes chiffrées, invasion intrusive du numérique, anglicisation forcée et édulcoration des langues participent à cet autre « Grand Remplacement » mental, à une gigantesque vague déconstructiviste qui accélère l’inexorable déclin du niveau intellectuel en France et en Europe. Le rejet de toute complexité inhérente au grand fleuve de la Vie aboutit à la simplification délétère des existences. En ciblant les jeunes générations, ces pédagogues fous, responsables d’une baisse cognitive flagrante, tablent sur un abrutissement massif afin d’imposer l’idiocratie planétaire, paravent ultime à la ploutocratie financière globalitaire.

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°216, mise en ligne sur TVLibertés, le 25 mai 2021.

23:44 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Jacques Guillemain : « Si nous avions écouté Jean-Marie Le Pen il y a 40 ans, au lieu de le diaboliser, la France ne serait pas au bord de l’abîme »

macronfossoyeurcouv.jpeg

Nos amis de Riposte laïque viennent de publier un livre fort bien fait sur le calamiteux quinquennat d'Emmanuel Macron. Ce livre indispensable est une arme de combat pour ceux qui s'engagent dans le combat anti mondialiste et pour la renaissance de la France française. Nous ne pouvons que vous en conseiller la lecture et nous reproduisons ici l'entretien que son auteur, Jacques Guillemain, a accordé récemment au site d'information breton  Breizh-info cliquez ici.

S N 

Jacques Guillemain est un ex-lieutenant-colonel pilote de l’Armée de l’air, reconverti dans l’aviation civile et maintenant retraité. Il vient de publier « Macron, le pire fossoyeur de la France » aux éditions Riposte Laïque (à commander ici).

L’auteur consacre depuis sa retraite une partie de son temps à écrire sur Riposte Laïque, devenue « sa tribune quotidienne personnelle » comme il le dit lui-même. Passionné d’histoire et de géopolitique, il se décrit comme un « lépreux populiste », insulte suprême dans la bouche d’Emmanuel Macron, mais en réalité synonyme de patriote amoureux de la France et de tout ce que représentent ses deux mille années d’histoire, dont mille-cinq-cents de chrétienté.

« Comme bon nombre de citoyens de ce pays, j’assiste impuissant à l’effondrement de notre France millénaire, littéralement dévastée par une politique mondialiste qui n’apporte que désolation et disloque peu à peu la nation. Et je dois dire que l’état de notre pays m’inquiète au plus haut point quant à l’avenir des générations futures. D’où ce cri d’alarme parmi beaucoup d’autres. Je fais partie de cette génération du baby-boom d’après guerre, qui a connu l’époque bénie des Trente Glorieuses, avec une croissance à la chinoise, sans chômage ni aucune insécurité. C’est le « privilège » des anciens de pouvoir comparer le monde d’aujourd’hui avec celui de l’après-guerre. Et le constat n’est pas très flatteur pour les responsables politiques actuels…» nous indique-t-il, dans l’interview qu’il nous a accordé au sujet de ce véritable pamphlet, réquisitoire contre Emmanuel Macron.

Breizh-info.com : Un livre de plus pamphlétaire visant Emmanuel Macron. Qu’avez vous souhaité apporter de plus à l’édifice antimacronien ?

Jacques Guillemain : Contrairement à la plupart des ouvrages faisant le procès d’Emmanuel Macron, et ils sont nombreux, ce livre se veut « clair, précis, concis », comme une fiche de synthèse d’état-major. Pas d’envolées lyriques ou d’états d’âme superflus. Je n’ai pas l’intention de rivaliser avec les plus belles plumes de la pensée politique.

Mon propos est de livrer quelques réflexions argumentées et souvent chiffrées, afin d’éclairer le lecteur sur la réalité du pays. Un livre facile et agréable à lire. Rester accessible à tous est pour moi une priorité tant le sujet est grave. Si je pouvais offrir ce livre à chaque adulte de ce pays, je serais comblé.

Car ce qui va se jouer en 2022, ce n’est pas une élection présidentielle de plus depuis 1958, ce qui va se jouer, et beaucoup de citoyens n’en sont guère conscients, c’est tout simplement la survie ou la disparition de la France, telle que nos anciens nous l’ont léguée. Je l’ai dit et le redis, 2022 sera le point de non-retour. Ce sera le sursaut salvateur ou la résignation définitive au déclin irréversible.

En une vingtaine de chapitres, tous indépendants, j’ai voulu résumer pour le lecteur la sinistre réalité du moment et les immenses défis à relever. Ceux qui ont lu ce livre l’ont aimé, car chaque chapitre est une page différente du quinquennat.

Vous dites que Macron serait le pire fossoyeur de la France. Mais le travail de destruction n’a-t-il pas été amorcé, et accéléré depuis 50 ans déjà ?

Vous avez raison, l’entreprise de démolition du pays ne date pas d’hier. Depuis la fin des Trente Glorieuses, je n’ai vu aucun Président que je puisse qualifier d’homme d’État, c’est-à-dire faisant passer la France avant ses ambitions personnelles. Mais vous remarquerez que j’ai désigné Macron comme étant « le pire » de tous.

Depuis quatre ans, tout s’accélère dangereusement et la mondialisation débridée se traduit par une perte de souveraineté sans précédent. Nous sommes les vassaux de l’impérialisme bruxellois qui règne sans partage.

Non seulement l’immigration atteint des records avec 450 000 entrées légales, séjours longue durée, demandeurs d’asile et mineurs isolés, mais nous vivons des tensions raciales jamais vues à ce jour. Les ateliers interdits aux Blancs, ainsi que les thèses décoloniales antirépublicaines, n’ont pas l’air d’offusquer notre Président. Emmanuel Macron n’a qu’un seul discours : l’immigration de masse est une fatalité que nous devons accepter. C’est à la fois irresponsable et mensonger. Les pays du groupe Visegrad refusent toute immigration pour de pas connaître le chaos racial qui sévit à l’Ouest, preuve que le courage politique paie toujours.

Ajoutons à cela que Macron est le seul leader au monde à avoir insulté son peuple à plusieurs reprises, allant même jusqu’à dénigrer son pays à la tribune de l’ONU. Du jamais vu.

Quid d’ailleurs de ceux qui ont regardé le système s’effondrer sans réagir, y compris les soldats dont vous faisiez partie ? N’est-il pas trop facile, une fois la retraite acquise, d’en appeler à prendre des mesures fortes (cf la tribune des généraux de l’autre fois) ?

Là, je ne suis pas du tout d’accord avec vous. J’entends souvent dire « mais qu’attend l’armée pour réagir ? » L’armée est sans aucun doute l’institution la plus respectueuse de la Constitution et c’est heureux. Il ne viendrait jamais à l’idée d’un officier de faire un putsch. On a vu où cela a mené en 1961.

La France n’est pas l’Amérique du Sud des années soixante ou l’Afrique d’aujourd’hui, où une poignée de généraux s’empare du pouvoir, comme on vient de le voir au Mali, où se battent nos soldats.

Le statut des militaires impose un devoir de réserve quand ils sont en activité. Un soldat est au service de la nation et sert son pays quel que soit le pouvoir en place, choisi par le peuple. Et s’il y a des élus de droite ou de gauche qui mènent des politiques différentes, il n’y a en revanche qu’une seule patrie pour tous les citoyens, laquelle n’est ni de droite ni de gauche. Un soldat a le droit de vote, certes, mais son implication dans la politique s’arrête quand il quitte l’isoloir. Quoi de plus normal que cette neutralité ?

En revanche, une fois à la retraite, il devient un citoyen libre de s’exprimer.

Les généraux retraités ont eu raison de sonner le tocsin. J’ai signé leur tribune, évidemment. Mais si celle-ci avait été un appel au putsch, je n’aurais pas signé, comme tous les autres signataires, d’ailleurs. Il n’y a que Mélenchon pour voir un factieux derrière chaque arbre.

L’armée n’agira que sur ordre du pouvoir civil, comme le prévoit la Constitution. Et si d’aventure elle devait  prendre les commandes du pays, cela ne pourrait advenir qu’à la suite d’une défaillance totale du pouvoir civil pour des raisons gravissimes. Et dans ce cas, ce ne serait pas un putsch.

Vous semblez accuser Emmanuel Macron de tous les maux : sur l’islamisme, sur le nucléaire, sur l’agriculture, sur l’éducation… N’est-ce pas faire fi des années Chirac, Sarkozy, Hollande… ?

Oui, je le répète, Macron est le pire de tous. Je veux bien que les années Chirac, Sarkozy, Hollande ne soient pas des références de bonne gestion, mais reconnaissons qu’en matière de renoncement irresponsable, les quatre années Macron décrochent largement le pompon. Tout coule dans l’indifférence générale.

Quand on défile dans les rues de Paris au cri de « Allahu akbar » sans la moindre réaction de l’Élysée, quand on saborde la filière nucléaire tout en portant le nombre d’éoliennes à 20 000 unités, quand un tiers de nos paysans vit avec 350 euros par mois, quand nous perdons 5 ou 6 places à chaque classement Pisa, ne me dites pas que Macron se retrousse les manches pour redresser la situation. Tous ces sujets sont traités dans le livre, démontrant les décisions irresponsables de l’exécutif.

D’ailleurs, si les généraux, retraités et actifs, ont signé trois tribunes en un mois, c’est bien que tout va mal, ou plutôt que tout empire avec Macron. Policiers, enseignants, pompiers, soignants, tous sont au bord de la rupture. Sans parler de la gestion pitoyable de la pandémie, qui a démoralisé tout le pays.

Personne n’interdit à Macron de limiter drastiquement l’immigration qui nous ruine et disloque la nation, personne ne l’a contraint à fermer la centrale de Fessenheim, ce qui nous oblige à importer de l’électricité carbonée d’Allemagne, personne ne l’oblige à signer des accords de libre échange qui tuent nos agriculteurs, personne ne lui interdit de restaurer l’autorité des enseignants abandonnés par leur hiérarchie etc.

Quand on centralise tous les pouvoirs et qu’on veut décider de tout, on est le seul responsable du désastre.

Votre livre est un pamphlet contre Emmanuel Macron. Il ne contient par contre aucune proposition pour « redresser la France » comme vous le souhaitez. La critique n’est-elle pas une chose trop aisée si elle n’est pas suivie de propositions ? Quelles seraient alors ces propositions ?

Je pourrais vous répondre que les généraux sonnent le tocsin sans faire de propositions. Car ce n’est pas leur rôle, c’est le rôle des politiques.

Le but de ce livre est d’ouvrir les yeux des lecteurs qui, trop souvent, ne réalisent pas que la France est dans un état dramatique. On sent peu à peu l’opinion se réveiller mais la puissance des mondialistes est colossale. N’oublions pas que Macron a pour lui la majorité de la presse, la finance, le patronat et la justice. Autant dire qu’il lui est facile de déclencher l’artillerie médiatique pour ses campagne de communication, sans la moindre contradiction.

Pour ce qui est des propositions, elles sont largement connues. Ce qui l’est moins, c’est qu’elles exigent non pas de sortir de l’UE, ce que les Français refusent, mais de s’affranchir de ses règles durant quelques années. Car actuellement, rien ne peut se décider sans l’aval de l’Europe, qui nous a confisqué notre souveraineté monétaire, territoriale, budgétaire, judiciaire etc. On peut très bien s’affranchir des diktats européens comme le font les pays du groupe Visegrad. Question de volonté et de courage politique.

L’essentiel de nos déboires venant de la mondialisation et de l’immigration incontrôlée, les mesures de base sont connues. Certains candidats pour 2022 évoquent quelques mesures essentielles. Pour ma part, j’en cite quelques-unes qui me paraissent élémentaires si nous voulons éviter le naufrage identitaire de cette belle France que nous aimons.

Fermeture immédiate des frontières, limitation drastique du droit d’asile, suppression du droit du sol et de la double nationalité, durcissement des conditions de naturalisation, interdiction des régularisations, expulsion des délinquants étrangers et des clandestins, tolérance zéro avec suppression des aides sociales aux familles des délinquants multirécidivistes, social réservé aux nationaux, déchéance automatique de la nationalité française pour tout condamné pour acte terroriste, restauration de l’autorité des policiers et des enseignants, restauration de l’État de droit dans tout le territoire, préférence nationale et patriotisme économique. En un mot, la France et les Français d’abord.

Je n’ai rien inventé. Si nous avions écouté JMLP il y a 40 ans, au lieu de le diaboliser, la France ne serait pas au bord de l’abîme.

Tout pays qui refuserait de coopérer pour reprendre ses ressortissants clandestins ou délinquants expulsés, se verrait interdit de visas pour la France.

Actuellement, nous accordons des visas à des pays qui nous refusent les laisser-passer consulaires, indispensables pour expulser un étranger. C’est tout simplement ahurissant.

Pour conclure, je vous avoue que certains retours que j’ai sur ce livre m’étonnent beaucoup. Bien des lecteurs m’avouent qu’ils ne pensaient pas que l’état du pays était si grave ! Pourtant, tout dans ce livre, n’est que vérité. Une vérité que trop d’électeurs ignorent.

Preuve que le premier des combats à mener est avant tout de diffuser la bonne parole pour ouvrir les yeux des citoyens avant 2022.

Propos recueillis par YV

Lire aussi cliquez là

00:43 Publié dans Livres, Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

samedi, 29 mai 2021

Pour soutenir notre combat et notre site : abonnez-vous à la revue Synthèse nationale

2020 01 ABN SN PUB.jpg

Pour s'abonner en ligne cliquez ici

BULLETIN D'ABONNEMENT

11:38 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Revue de presse : Valérie Laupies à Thierry Mariani : “Allez, Zou, cassez-vous !”

Valérie-Laupies.png

José D’Arrigo, rédacteur en chef du Méridional

“La seule personne qui soit susceptible de rassembler tous les souverainistes français et les gens de la droite nationale et populaire en 2022, c’est Eric Zemmour”, estime Valérie Laupies,  inspiratrice avec Jacques Bompard de “Zou”, la liste régionale “qui vous débarrasse du système”.

Valérie Laupies est un véritable animal politique de la Région sud. Une lionne qui se débat dans un marigot politicien sans jamais renoncer à ses convictions nationales. Voilà une directrice d’école située dans une zone d’éducation prioritaire de Tarascon, enseignante elle-même depuis vingt-neuf ans, qui devrait clairement être de gauche. Eh bien non, elle se bat contre le nivellement par le bas et le pédagogisme délirant organisés par les mammouths socialistes de l’Education nationale dans tous les établissements scolaires de France.

C’est elle qui a failli triompher du Garde des Sceaux Michel Vauzelle dans la circonscription d’Arles en rassemblant sur son nom 49 pour cent des suffrages. C’est encore elle qui a failli battre à deux reprises le maire de Tarascon. En 2020, elle n’a dû son échec qu’à la présence d’un envoyé spécial de Marine Le Pen, qui a obtenu 514 voix au second tour de scrutin, juste assez pour permettre à Lucien Limousin, le maire sortant, de l’emporter par 1967 voix contre 1607.

Il est vrai que Valérie Laupies n’est plus en odeur de sainteté au Rassemblement national où elle a longtemps été membre du bureau politique national. Mais sa proposition de présenter Nicolas Dupont-Aignan comme tête de liste du RN aux élections européennes n’a pas été du goût de Marine Le Pen qui a mis Valérie au piquet. Elle lui a envoyé une lettre recommandée avec avis de réception pour l’exclure du parti. D’où la brouille actuelle et le jugement sans aménité de Valérie sur Marine Le Pen :

“Marine fait des complexes par rapport à son père qui était très cultivé, dit-elle, c’est une femme qui n’a aucune colonne vertébrale et n’a pas vraiment de convictions bien ancrées. Elle suit les conseils de Florian Philippot ou de Jean Messiha et puis elle les jette comme de vieilles chaussettes. C’est la soixante-huitarde qui se laisse guider par un clan, celui d’Hénin-Beaumont. Et puis n’oubliez pas que Thierry Mariani a voté avec Nicolas Sarkozy pour l’entrée de la Turquie au sein de l’Union européenne et qu’il s’est prononcé en faveur du traité de Lisbonne qui dépossède la France de sa souveraineté nationale. C’est Stéphane Ravier qui m’a savonné la planche. Il nous a envoyé Franck Allisio pour nous faire la leçon, mais on l’a accueilli comme un chien dans un jeu de quilles”.

135 candidats zemmouristes dans la Région sud

“Attention, souligne Valérie Laupies, je revendique mon total soutien à Eric Zemmour pour le cas où il se présenterait aux présidentielles de 2022, mais pour autant ce n’est pas lui qui nous a demandé  de présenter la liste Zou dans le sud.” Une liste qui sera présente avec 135 candidats dans les six départements de la région où Valérie Laupies et Jacques Bompard ne ratent pas une occasion de rappeler que Mariani est un fervent défenseur de l’Azerbaïdjan musulman contre l’Arménie chrétienne et qu’il a été le promoteur zélé d’une mosquée sur la commune de Valréas lorsqu’il en était le maire.

Comme Eric Zemmour, elle en a assez des partis politiques qui font mitonner leur petite soupe dans les arrières-cuisines. “Lui, il parle des sujets qui intéressent les Français sur l’identité française, la sécurité, l’immigration de colonisation et les gens boivent ses paroles”, affirme Valérie Laupies qui veut incarner dans cette élection le camp des “désespérés de la politique” contre celui des tartarinades.

Selon elle, les vrais nationaux se souviendront que Mariani, lorsqu’il était élu au conseil régional passait le plus clair de son temps à taper sur les élus du FN et ménageait le président Michel Vauzelle : “C’est l’opportuniste type, celui qui change d’avis comme de chemise, un caméléon auquel  les Provençaux diront : “allez, zou, cassez-vous, on n’a pas besoin  de vous !”

Le Méridional cliquez ici

11:33 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Affaire de la fac de droit de Montpellier : un procès politique marqué par le courage et la dignité des prévenus d’un côté et de lourdes peines de prison requises de l’autre

ROUDIER RICHARD.jpg

Richard Roudier, président de la Ligue du Midi

Premier coup de théâtre dans « l'affaire dite de la Faculté de droit », au premier jour de procès. Sollicitant une prise de parole « in limine litis » (à l'ouverture et avant toute défense au fond), Maître Demersseman, avocat des huit parties civiles ayant occupé illégalement la Faculté le 22 mars 2018, -cinquantième anniversaire de la création du Mouvement du 22 mars 1968 de Daniel Cohn-Bendit- arguant des nombreux défauts et du manque d’impartialité dans le déroulement de l'enquête et de l'instruction, quittait l'audience avec ses activistes.

Ainsi, après avoir geint devant la presse et mobilisé tout un Parquet et des dizaines de fonctionnaires de Police pendant des mois, craignant sans doute d'avoir à répondre de leurs propres infractions, ces révolutionnaires à géométrie variable claquaient la porte du tribunal et méprisaient l'institution judiciaire, préférant jouer les martyrs devant les caméras de télévision. Rappelons qu’ils avaient même demandé le « dépaysement », alors que tous les prévenus tenaient à un procès ouvert au public et à domicile.

Un des premiers enseignements de ce procès aura donc été la faible capacité de mobilisation de l’extrême-gauche obligée de compenser l’anémie de ses troupes par de faméliques cartons accrochés aux grilles du Palais de Justice.

Les auditions des prévenus purent donc néanmoins se dérouler avec un surcroît de sérénité et donner lieu à d'impressionnantes déclarations, toutes empreintes de courage, de dignité et d'élégance morale, tous ceux ayant agi ce soir-là revendiquant l'avoir fait par sens du devoir et pour apporter un indispensable secours aux « assiégés ».

On soulignera que les parties civiles, occupants illégaux de la fac parmi lesquels des malfaisants et des éléments au pedigree judiciaire chargé et en lien avec le réseau nuisible des squats, avaient en premier lieu et dans la soirée procédé à une évacuation violente des étudiants en droit opposés au blocage de leur Faculté ; ils avaient molesté et insulté ces étudiants et le personnel, frappé le professeur François Vialla, humilié un Doyen abandonné par son Président (Philippe Augé) et par le Préfet (Pouëssel) lequel avait refusé l'intervention des forces de l'ordre « quoi qu'il se passât ». Ce sont ces occupants dans lesquels le procureur de la république n’a vu que des « jeunes filles de vingt ans, endormies sur des bureaux » qui avaient été délogés fermement et les portes refermées au grand soulagement de toute la Faculté.

Second coup de théâtre avec l'arrivée à la barre du Doyen Philippe Pétel qui, mettant fin à une ligne de défense hésitante, finissait par reconnaître sa responsabilité dans la venue du groupe des « débloqueurs ».

Sept peines de prison requises par le procureur dont plusieurs « ferme »

Le Procureur Bélargent requerrait pour tous des peines de prison à hauteur de 1 ans avec une « gratification » à 18 mois pour le doyen Pétel.  Cela se traduit soit par de la prison ferme pour les auteurs de violences et du sursis pour les complices, le tout assorti de cinq ans d'interdiction d'exercer toute fonction publique pour les deux universitaires déjà iniquement condamnés par une instance disciplinaire délocalisée.

Tout ça avec pour seule explication : « On ne peut se substituer à la police ou à l’administration ». Que faire quand celles-ci sont déficientes ?

Plus fort encore : le procureur requiert un an de prison ferme contre un journaliste de la presse libre de ré-information qui nie toute participation depuis le début de l’enquête

Martial R. qui a toujours nié sa participation, que personne n’a vu sur les lieux, qu’aucune partie civile ni aucun prévenu n’a mis en cause, qui était présent alentour de la fac pour « couvrir l’évènement » en tant que journaliste pour Lengadoc-info… se voit assommé par un an de prison ferme. On aurait aimé que le procureur amène des éléments tangibles quant à sa présence à l’intérieur de la fac et nous explique ce qu’il entend quand il estime que ce garçon a géré « la direction matérielle du groupe ». En fait il s’agit d’une argutie peu compatible avec le droit. 

Mais Martial a le gros handicap de s’appeler Roudier.

Ces réquisitions délirantes, soviétoïdes …

…dignes de pays totalitaires démontrant une soumission aux déductions irresponsables de la presse militante ou aux ordres et au diktat de l'émotion instantanée, sont un signal supplémentaire et infiniment déplorable envoyé aux rares courageux de ce pays, qui s'abstiendront désormais d'intervenir quand leur conscience le leur commandera pour porter assistance aux personnes en danger, et passeront leur chemin. 

Même Médiapart qui ne fait pas vraiment partie du club des supporters des « débloqueurs » a titré ce matin : « A Montpellier, le procureur requiert lourdement contre « le commando » de la fac de droit ».

Lourd c’est lourd… d’autant que les parties civiles avant leur retrait ne pouvaient exciper que d’1 seul jour d’ITT !

Le jugement a été mis en délibéré jusqu'au 2 juillet 2021...

Lire aussi cliquez là

11:31 Publié dans Informations nationales | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |

Journal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:04 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |