Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 29 janvier 2020

Une conférence sur l'esthétique fasciste à Paris vendredi soir

esthétique fasciste affiche conférence.jpg

Vendredi 31 janvier, notre ami Scipion de Salm donnera à Paris, devant le Cercle Edouard Drumont, une conférence sur l'esthétique fasciste. Vaste sujet qui mérite d'être abordé en dehors des poncifs de la pensée dominante, ce que, n'en doutons pas, Scipion fera avec le talent que nous lui connaissons. Voici donc, à l'attention de ceux qui ne pourront pas assisté à sa conférence, un résumé de son intervention.

L’ESTHETIQUE FASCISTE

Nous traiterons de « l’esthétique fasciste ». L’esthétique est le travail de recherche du Beau, en particulier dans le domaine artistique. Et nous nous intéresserons aux expériences italiennes (1922-1945) et allemandes (1933-1945), seules retenues comme « fascistes » -un type particulier de régime nationaliste, avec un encadrement poussé de la société-. Le sujet portera fondamentalement sur l’Art. L’esthétique peut être comprise à un sens plus large, avec la recherche d’effets dans les rassemblements politiques, des uniformes aux tribunes, en passant par les défilés, les musiques, les lumières, ce qui serait l’objet d’une autre conférence, et est déjà bien connu du public.

L’INTERET DU SUJET 

Pourquoi ce sujet ?

Il s’inscrit parfaitement dans le cadre de l’ouverture d’esprit authentique et la saine curiosité historique du Cercle Edouard Drumont. Il y a aussi un intérêt évident pour le militant nationaliste aujourd’hui à étudier des régimes politiques relativement proches de ce que nous souhaitons pour notre résurrection nationale, proches dans le temps et dans l’espace. Les différences techniques ou culturelles ne sont pas insurmontables. On peut rêver des mondes de Clovis, Charlemagne, Saint Louis, Jeanne d’Arc, Louis XIV, ou Napoléon, saluer ces très grands Français, mais ils appartiennent à des cadres totalement différents, des sociétés massivement rurales et artisanales, avec au moins jusqu’à Louis XIV, une foi chrétienne catholique fondamentale pour toute la population. On peut le déplorer, mais nous en sommes extrêmement loin aujourd’hui, dans des sociétés massivement urbaines, industrielles –ou du moins de consommation industrielle, on produit trop peu en France-, laïcisées.

Toutefois, il ne s’agit pas pour autant d’abandonner les vrais fondamentaux politiques, de céder sur tout, de se contenter d’une –impossible- démocratie pluriethnique ordonnée, perspective insupportable pour les nationalistes authentiques. Mais on peut s’inspirer de modèles de pays voisins pas si lointains dans le temps dans l’œuvre toujours plus urgente de reconstruction de notre Nation. Il n’a malheureusement pas existé de vrai fascisme français, au sens strict, du moins d’ampleur significative et encore moins au pouvoir.

Ici, comme nous traiterons d’esthétique, nous n’aborderons pas les plans politiques, économiques ou sociaux de ces régimes Et l’esthétique compte aussi. Dans notre monde si laid, volontairement laid, il faut restaurer la Beauté. Et le problème s’est déjà posé en Italie comme dans l’Allemagne des années 1930, en particulier dans le domaine de l’architecture et la peinture. 

Lire la suite

09:00 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une nouvelle conférence à Aix-en Provence sur le livre "Ordre nouveau raconté par ses militants" au local de Tenesoun

83325434_524351554853053_3085359047788986368_n.jpg

Après le succès de la conférence de vendredi dernier, un nouveau rendez-vous avec nos amis aixois est programmé vendredi 31 janvier au local de Tenesoun en présence de Jacques Mayadoux.

Pour commander le livre cliquez ici

08:58 Publié dans Livres, Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 28 janvier 2020

De la dérive du pouvoir présidentiel

6a00d8341c715453ef0240a4e0e0b6200d-320wi.jpg

Jean-Gilles Malliarakis L'Insolent cliquez ici

Les monopoles médiatiques de la parole, dans notre Hexagone, tendent à faire converger les débats. Ceux-ci se résument de plus en plus, centrés autour des interventions, généralement fort courtes, de quelques éphémères vedettes. L'intelligence de la vérité et la clarté des problèmes n'y gagnent pas beaucoup.

Ce 28 janvier Élisabeth Borne, ministre la Transition écologique et solidaire (en photo ci-dessus - NDLR SN), intervenait sur RTL. Cela se passait à une heure considérée comme de grande écoute selon les évaluations des publicitaires. Mais en réalité elles se révèlent des moments d'attention fort superficielle, car beaucoup de Français se lavant les dents, n'acceptent d'entendre les nouvelles que d'une manière distraite.

Haut fonctionnaire, ancienne élève de l'école Polytechnique, largement étrangère aux préoccupations du suffrage universel, le vrai domaine de compétence technique de ce pilier du gouvernement semble celui des Transports. C'est d'ailleurs à ce titre, où elle faisait fonction de ministre délégué auprès de Nicolas Hulot, lui-même écologiste de télévision, qu'elle est apparue en 2017. Quand il a démissionné, elle lui a succédé par défaut.

Elle incarne donc, avec beaucoup de sérieux sans doute, mais aussi avec une certaine maladresse politique, une caractéristique, aggravée d'année en année sous la cinquième république, de présidence en présidence. On appelle cela du nom presque flatteur de technocratie.

Or, on lui demandait son avis sur la dernière sortie de Ségolène Royal. L'ancienne adversaire de Nicolas Sarkozy vaincue en 2007, estime aujourd'hui, – et de telles déclarations du 24 janvier ont fait grand bruit, – que nous vivons "dans un régime autoritaire". On peut certes hausser les épaules et se demander même, d'un point de vue sémantique, si le mot s'applique à une situation, précisément, où l'autorité s'effiloche, quand elle ne se ridiculise pas.

Mme Borne pouvait donc paraître, du fait de son parcours, la personne la plus apte à lui répondre quatre jours plus tard. Préfète de Poitou-Charentes, elle a pu observer la politicienne Ségolène Royal du haut de la tutelle centraliste d'État qu'elle exerçait sur une élue locale et de circonscription. Elle occupa aussi le poste de directrice de son cabinet de au ministère de l'Écologie. On peut donc dire qu'elle connaît bien, de l'intérieur, le fonctionnement du personnage.

Or, face à une femme qui ose mettre en doute la nature libéral de notre système politique Élisabeth Borne juge simplement "très grave de dire des choses de ce type".

Observons cependant les faits.

Dans les institutions de la Cinquième république, démocratiques sur le papier, tout repose, et de plus en plus, sur le pouvoir présidentiel. On peut y voir l'héritage d'un fondateur qui bénéficiait lui-même d'un prestige certain. Son aura rayonnait moins, pourtant, sur l'opinion populaire d'alors qu'on ne semble l'imaginer aujourd'hui. Mais elle s'imposait de façon plus naturelle que celle de ses successeurs.

Or, entre le texte de la constitution de 1958 et la pratique de 2020, le caractère démocratique du régime a évolué d'une façon inversement proportionnelle au respect qu'ont inspiré, l'un après l'autre, les dirigeants. chacun d'entre eux a fait regretter le titulaire de la période antérieure. Qu'on réfléchisse seulement au quinquennat, ô combien désastreux, de François Hollande, premier à avoir renoncé à se représenter : il nous semble aujourd'hui moins cafouilleux que le demi mandat qui s'est écoulé depuis 2017. Bientôt, peut-être, il inspirera quelque nostalgie.

En fait, sur une durée plus d'un demi-siècle, non seulement le personnel s'est dégradé mais aussi le mode de gouvernement s'est dénaturé.

Nous nous situons aujourd'hui à 62 ans de vie d'une forme de pouvoir apparue au lendemain des humiliations successives des 14 tours de l'élection de René Coty, de Dien Bien Phu en 1954, de Suez en 1956, etc.

Depuis, quelque trois générations se sont écoulées.

En 1958 les Français avaient adopté une constitution certes formellement parlementaire, où le Premier ministre gouverne et non le chef de l'État, mais qui contenait en germe une évolution strictement inverse. Au point, dernier soubresaut, que la magistrature s'est sentie obligée ce 27 janvier de rappeler au président la théorie de la séparation des pouvoirs. Il ne dispose pas légalement du pouvoir judiciaire - lequel d'ailleurs, formellement, n'existe pas vraiment. Mais il entend tout de même l'exercer...

On ne devrait pas manquer de s'interroger, à ce stade, sur la leçon expérimentale que nous administre l'histoire de l'URSS. On disait la constitution soviétique de 1936, les uns avec humour, les autres avec conviction, la plus démocratique du monde. Or, à partir de la fin de la guerre civile en 1921, la dictature n'a cessé de s'aggraver. Immédiatement le droit de fraction a été retiré aux bolcheviks eux-mêmes. En 1922, année de la formation de l'Union entre la Russie et l'Ukraine, que Lénine disait vouloir égale et fédérale, Staline s'est emparé d'un pouvoir grandissant en qualité de secrétaire général. En 1923 le parti unique a été décrété légalement. En 1929 l'opposition de gauche disparaît de fait avec le départ de Trotski. En 1931 le stalinisme triomphe. En 1934, au XVIIe congrès du parti communiste, sur 1 225 délégués disposant du droit de vote, il semble bien que la popularité de Kirov ait été secrètement plus grande que celle du chef. Mais ce dernier ordonne de falsifier les résultats, il fera assassiner Kirov quelques mois plus tard, et il institue le culte de sa propre personnalité géniale de coryphée des sciences et des arts. Ceci s'aggrava, après la victoire de 1945, avec le prétendu complot des blouses blanches et dura jusqu'à sa mort physique en 1953 et au rapport Khrouchtchev de 1956. Il faut attendre 1977 pour que le néo-stalinisme de l'ère Brejnev feigne de redresser la constitution, et 1991 pour que l'Union soviétique elle-même se disloque officiellement.

Sur la base de cette expérience, certes beaucoup plus sanglante que la nôtre, on peut évaluer encore quelques années de survie à un régime de moins en moins démocratique, et de plus en plus dégénéré, comme celui que nous subissons

Nous gagnerions donc peut-être à partir de cette réflexion de Péguy : "il est quelque chose de pire que d'avoir une âme perverse c'est d'avoir une âme habituée".

13:27 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Conférence de Mariana Alvès Pereira : "Eoliennes, Infrasons et Santé" ce samedi 1er février à Vervins (02)

2402920015.jpg

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Venez nombreux à la conférence-débat animée par le professeur Mariana ALVES-PEREIRA. Cette conférence est organisée par l’Association « SOS DANGER ÉOLIEN ».

Mariana Alves Pereira étudie depuis plus de 30 ans la physiopathologie des basses fréquences et infrasons sur l'être humain. Ses études ont permis de faire reconnaitre les maladies vibro acoustiques (VAD) comme maladie professionnelle au Portugal.

Cette réunion permettra, de démontrer que les « alertes santé » que nous diffusons depuis des années ne sont pas des allégations partisanes mais ont une base scientifique avérée, d’éclairer les élus dans leurs prises de décisions quant à l’aménagement des parcs éoliens sur leur commune.

Samedi 1er février 2020, 14 h

Place Sohier (près de l’église – 02140 VERVINS)

Valérie Bernardeau - 06 89 09 98 99 – valerie.bernardeau@yahoo.fr

12:45 Publié dans Combat anti-éoliennes, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Paris, mercredi 5 février : réunion du Parti de la France avec Thomas Joly et Roger Holeindre

82290926_10213141783458687_8387897393365909504_n.jpg

12:06 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Reconstruisons la Syrie grâce à son artisanat

Découvrez les richesses de l'artisanat syrien et participez à la reconstruction de la Syrie de demain en faisant des achats solidaires à travers une gamme de magnifiques produits. Visitez leur site et trouvez des bons produits de qualité qui vous feront plaisir. Ce ne sera que par notre aide et nos petits investissements que ce peuple retrouvera sa dignité. le-comptoir-de-syrie.fr

40854075_660823667645040_6560307402107781120_o.jpg

11:29 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Débat sur la surpopulation : la point de vue de Jean-Pierre Maugendre, président de Renaissance catholique

surpopulation-de-la-terre.jpg

Jean-Pierre Maugendre

Président de Renaissance catholique

Alain de Benoist vient de publier, sur Boulevard Voltaire cliquez ici, une chronique apocalyptique intitulée : « Avec la surpopulation, c’est un monde invivable qui se dessine. » La thèse de fond est que « la population ne peut s’accroître indéfiniment sur une étendue limitée » et donc que « avec trois ou quatre milliards de bipèdes en moins (sur 7,7 milliards, note de JPM) le monde se porterait beaucoup mieux. » Notre auteur, faisant positivement référence à Thomas Malhus, auteur en 1798 de l’Essai sur le principe de population, accuse pêle-mêle la surpopulation d’être belligène, d’accélérer l’épuisement des ressources naturelles, de favoriser l’immigration, d’épuiser les sols, de participer au réchauffement de la planète, etc.

Incontestablement la population de la planète augmente de manière régulière et rapide, le poids de l’Afrique dans la population mondiale ne cessant de croître. A contrario de ce mouvement général la démographie occidentale est en crise victime à l’Est de l’athéisme d’Etat et à l’ouest de l’athéisme consumériste conformément au constat de Jean-Jacques Rousseau : « Ses (l’athéisme) principes ne font pas tuer les hommes, mais les empêchent de naître. » (Profession de foi du vicaire savoyard) Les conséquences politiques de ce fait sont considérables, la démographie étant incontestablement un facteur de puissance.

Malthus établit un lien très étroit entre surpopulation et pauvreté affirmant que la population d’un pays s’accroît de façon géométrique alors que les ressources, elles, croissent de manière arithmétique. Existerait ainsi une tendance permanente à la surpopulation engendrant la pauvreté et ses conséquences ; crise sociale, immigration, etc. Si cela était les pays les plus densément peuplés devraient être les plus pauvres. Or il n’en est rien. Si on exclut les états non représentatifs (Monaco, Vatican, etc.) il y a parmi les pays les plus peuplés de la planète à la fois des pays pauvres (Bangladesh, Rwanda, Inde) et des pays riches (Corée du Sud, Pays-Bas, Belgique). On observe d’autre part que les pays dont le PIB par habitant est le plus élevé de la planète sont : le Luxembourg, la Suisse, la Norvège, les USA, l’Irlande, etc. Pays plutôt densément peuplés. Il semble que si l’abondance de ressources naturelles peut constituer un facteur de développement elle n’est pas un motif suffisant de prospérité. Le Luxembourg, les Pays-Bas et le Japon sont des pays développés dépourvus de toute richesse naturelle. Le Congo, l’Algérie et le Vénézuela sont des pays dotés d’immenses richesses naturelles (minerais, gaz, pétrole) et malgré cela sous-développés. Les Pays-Bas et le Bengladesh sont deux pays très densément peuplés, démunis de ressources naturelles, dont une partie notable de la superficie est en dessous du niveau de la mer. L’un a fait face à cette situation, l’autre non. Enfin, un pays peut passer d’une relative prospérité à la pauvreté à l’issue de bouleversements sociaux majeurs. Citons les exemples tragiques de l’Algérie et du Zimbabwé.

Le lien à établir ne semble donc pas être entre surpopulation et pauvreté mais plutôt entre pauvreté et civilisation. Ce sont les modèles sociaux, les cultures et les comportements qui créent la prospérité ou la pauvreté, pas la nature ou on ne sait quel fatum. A cet égard, le communisme, le socialisme et l’Islam sont des échecs dramatiques car ils neutralisent l’esprit d’initiative et de responsabilité personnelle qui sont au cœur du développement économique. Alain de Benoist conclut d’ailleurs son article en fustigeant ce qu’il appelle le « laisser-faire nataliste », c’est-à-dire la responsabilité des parents dans la transmission de la vie, citant en exemple à suivre la politique démographique de la Chine. Or celle-ci s’avère être aujourd’hui une formidable bombe à retardement en raison des déséquilibres, logiquement induits par la politique de l’enfant unique, d’une part entre le nombre d’hommes et celui de femmes et d’autre part de la pyramide des âges. Le défi de demain n’est pas tant celui de la surpopulation que celui de la mise en œuvre de modèles sociaux respectueux de la nature profonde de l’homme et mettant en harmonie son intérêt personnel avec celui de la société.

Renaissance catholique cliquez là

11:21 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Chômage : une baisse en trompe-l'œil

reforme-assurance-chomage.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
On aimerait pouvoir se réjouir de la baisse de 3,3% du chômage enregistrée en France au cours de l'année 2019.
 
Cette baisse est hélas en trompe-l'œil. L'atonie de la croissance, la persistance des délocalisations voulues par le CAC 40, exigées par les multinationales et imposées par le mondialisme globalisé, le poids de l'économie spéculative et l'abandon de notre politique industrielle ne permettent pas de voir en cette eclaircie un phénomène réel et durable d'inversion des courbes. 
 
Si les créations d'emplois sont en hausse, elles concernent essentiellement le secteur des services et s'accompagnent d'une précarisation accrue du travail, les emplois précaires représentant désormais plus de 13,5% de l'ensemble.
 
Le facteur majeur de cette baisse d'apparence est, en réalité, à chercher dans un effet mécanique de la diminution constante des Français actifs et du vieillissement dramatique de la population.
 
Seule une politique vitaliste de libertés du travail, d'initiative et de responsabilité, de sortie des carcans fiscaux, de formation professionnelle adaptée aux réalités du temps, de recherche et d'innovation, de réindustrialisation de la France, de dynamisation de l'Europe, de protection raisonnée de nos marchés et de relance démographique permettra de reconstruire une économie prospère, créatrice d'emplois et génératrice de redistribution.

10:43 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Surpopulation : un monde invivable se dessine

surpopulation.jpg

Entretien avec Alain de Benoist 

La population mondiale ne cesse d’augmenter. La procréation, par nature, peut être exponentielle, alors que les ressources terrestres ne le sont pas. C’est ce que disait déjà Malthus, dont certains pensent qu’il n’a jamais eu que le tort d’avoir raison trop tôt. Aujourd’hui, y a-t-il péril en la demeure ?

Alain de Benoist : Passé un certain seuil, toute augmentation en nombre entraîne un « saut qualitatif » qui se traduit par un changement de nature. Comme chacun le sait, la population mondiale augmente régulièrement, mais, surtout, elle augmente de plus en plus vite. Vers 1700, on comptait moins de 700 millions d’habitants sur Terre. En 1900, on en était à 1,6 milliard. Aujourd’hui, avec plus de 250.000 naissances par jour, on a dépassé les 7,7 milliards. Pour la fin du siècle, les estimations moyennes tournent autour de douze milliards, les estimations hautes autour de seize milliards. Bien entendu, on peut discuter à perte de vue sur le nombre de bipèdes qui peuvent vivre sur cette planète. La seule chose qui est sûre, c’est qu’il y a une limite : pas plus qu’il ne peut y avoir de croissance matérielle infinie dans un espace fini, la population ne peut s’accroître indéfiniment sur une étendue limitée. Malheureusement, nous sommes à une époque qui ne supporte pas les limites. Malthus (Essai sur le principe de population, 1803) ne se préoccupait que de l’épuisement des ressources. Aujourd’hui, c’est le nombre qui, à lui seul, pose problème : la quantité est plus que jamais le contraire de la qualité. Avec trois ou quatre milliards de bipèdes en moins, le monde se porterait beaucoup mieux !

La surpopulation aggrave mécaniquement tous les problèmes, en les rendant peu à peu insolubles. Elle est belligène, car la pression démographique crée des conflits nouveaux. Elle accélère l’épuisement des réserves naturelles. Elle accroît la dépendance économique et la soumission aux fluctuations ravageuses des marchés mondiaux, elle favorise les migrations de masse en provenance des pays surpeuplés, elle aggrave les effets de la surconsommation, de l’épuisement des sols, de la pollution des nappes phréatiques, de l’accumulation des déchets. Il n’y a déjà plus de réserves de productivité en matière agricole, l’extension des terres agricoles est en train d’atteindre ses limites et les ressources halieutiques des océans s’épuisent également. Plus de 90% de toute la biomasse produite annuellement dans le monde sont d’ores et déjà exploités.

Il est révélateur que la plupart des écologistes autoproclamés se comportent comme si la démographie et l’environnement étaient des sujets séparés, alors qu’ils sont indissociablement liés. À quoi bon parler de préservation des écosystèmes et de sauvegarde de la diversité, à quoi bon s’inquiéter de la gestion des déchets et des effets de la combustion des énergies fossiles si la croissance démographique entraîne toujours plus de pollutions et de déchets et que l’espace laissé aux espèces sauvages est appelé à disparaître ? À quoi bon vouloir limiter les émissions de gaz à effet de serre si on ne limite pas aussi la population ? Dans trente ans, du fait de l’accroissement naturel et de l’exode rural, 68% de la population mondiale vivra dans des villes, soit 2,5 milliards d’individus de plus que maintenant. Avec des bidonvilles de plus de vingt millions d’habitants et des mégapoles de plus de cent millions d’habitants, c’est un monde proprement invivable qui se dessine.

La mondialisation aggrave apparemment la situation, mais elle révèle aussi des disparités considérables. Au-delà de la surpopulation, n’avons-nous pas également affaire à un problème de répartition ?

C’est évident. En 1950, avec 228 millions d’habitants, le continent africain représentait 9% de la population mondiale. En 2017, avec 1,2 milliard d’habitants, il en représentait près de 17%. À la fin du siècle, avec 4,2 milliards d’habitants (dont 89% au sud du Sahara), il en représentera le tiers. Avec un taux de fécondité moyen de 4,6 enfants par femme, l’Afrique accroît sa population de 2,5% par an, soit un doublement tous les vingt-huit ans. L’Europe, elle, ne représentait plus que 9,8% de la population mondiale en 2017, et ce chiffre est encore appelé à baisser. Depuis la chute du mur de Berlin, l’Europe centrale et orientale a perdu 24 millions d’habitants. En France, on vient d’enregistrer la quatrième année consécutive de baisse des naissances : l’âge moyen à la maternité ne cesse de reculer et le solde naturel n’a jamais été aussi bas depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le problème, ici, n’est toutefois pas d’abord le nombre, mais la détérioration de la pyramide des âges. Que l’Europe soit moins peuplée n’est pas un drame, loin de là ; ce qui est un drame, c’est qu’elle vieillit inexorablement. Cela dit, il n’est pas sérieux d’imaginer que les Européens peuvent se lancer dans une course à la concurrence démographique où ils feraient « mieux » que les 6,4 enfants par femme de la République démocratique du Congo ou les 7 enfants par femme du Niger !

« Croissez et multipliez », lit-on dans la Genèse, adresse qui vaut tout autant pour les chrétiens que pour les musulmans et les juifs. Cet axiome religieux vous paraît-il toujours d’actualité ?

À une époque où la plus grande partie du monde était inhabitée et où le premier impératif, pour les petites communautés existantes, était de s’étendre numériquement pour maximiser leurs chances de survie, le « croissez et multipliez » était parfaitement justifié. Le problème commence lorsqu’on ignore le contexte et qu’on soutient qu’un principe valable dans telles ou telles circonstances est à considérer comme un dogme valable en tous temps et en tous lieux. C’est la raison pour laquelle, dans nombre de milieux, la surpopulation est un sujet tabou : au nom de l’« accueil de la vie » et de la critique du « malthusianisme », on préfère se mettre un bandeau sur les yeux. Or, le laisser-faire nataliste est aujourd’hui irresponsable, et le « respect de la vie » ne saurait s’étendre à ceux qui ne sont pas encore conçus. Quelle est, alors, la solution ? Avec des mesures coercitives, la Chine est parvenue à freiner sa natalité, mais les « incitations » à ralentir la croissance démographique sont généralement des vœux pieux, surtout dans les pays où les enfants sont l’équivalent d’une assurance-vieillesse. L’émigration de masse vers d’autres planètes relève de la science-fiction. Que reste-t-il, alors ? Les épidémies, peut-être !

Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

pour le site Boulevard Voltaire

 

10:39 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

MARDI 28 JANVIER À 19 H : CONFÉRENCE SUR LA GUERRE DE SÉCESSION AMÉRICAINE AVEC ALAIN SANDERS ET ÉRIC VIEUX DE MORZADEC

2019 110COF AASSN 2.jpg

Cette conférence avait été initialement programmée le 10 décembre mais, en raison des grèves, elle a été reportée au mardi 28 janvier 2020 à 19 h.

10:32 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 27 janvier 2020

Discours de Donald Trump à la Marche pour la Vie de Washington, le 24 janvier 2020

Discours de Donald Trump à la Marche pour la Vie de Washington ce 24 janvier, sous-titré en français.

Trump est un président qui s’engage, ici pour le mouvement pro-Vie et pro-Famille, comprendre anti-avortement et anti-PMA/GPA.

« Je veux vous remercier pour tout ça, chaque jour vous défendez la vie, fournissez des emplois une éducation un logement et des soins médicaux aux femmes que vous servez. Vous pourvoyez à des familles aimantes pour les enfants, une maison pour accueillir ceux qui sont dans le besoin, vous célébrez avec vos amies l’enfant à naître et faites en sorte que la mission de votre vie soit d’aider, de répandre la grâce de Dieu et à toutes les mamans présentes ici aujourd’hui, nous vous célébrons et nous déclarons que les mères sont des héroïnes ! »

Sur son blog, Jeanne Smits propose une traduction de l’intégralité de la proclamation par Donald Trump de la journée du caractère sacré de la vie :

march-for-life-washington.jpg

18:02 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Marche nationale contre la PMA sans père ce mardi 28 janvier à Paris

senat.jpg

Lu ICI

Marche de nuit pour la paternité, depuis le Sénat.

Rdv mardi 28 janvier à 21h après la manif “Marchons enfants”

Eveillons les consciences, avant qu’il ne soit trop tard!

“La vérité vous rendra libre” Mardi 28 janvier 2020 de 21 à 23 h.

Place Pierre Dux, 75006 Paris.

17:30 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le manifeste européen des Lansquenets

67396660_2460296954020682_8708524982709256192_n.jpgL'été dernier se sont tenues en Provence les Journées des Lansquenets organisées par notre ami Gabriele Adinolfi. Des cadres politiques venus de toute l'Europe ont "planché" en vue de la publication d'un manifeste européen et afin de coordonner, autant que faire se peut, leurs activités. L'un des premiers effets de cette réunion a été la participation de nombreuses délégations européennes à nos journées Bleu Blanc Rouge d'octobre dernier à Rungis cliquez ici. Nous publions aujourd'hui le premier texte du manifeste européen.

Pour suivre ces travaux, cliquez là

Le texte du manifeste :

L’Europe est un lieu sacré, source de civilisation, unie par la métaphysique, la religiosité, l’art, la philosophie, la politique, l’architecture, l’éros et l’épopée. L’Europe est un tout, et chacune de ses parties la rend unique dans le monde et dans l’Histoire.

L’Europe, c’est l’unité dans la diversité, garante à la fois des libertés individuelles et civiles, de la hiérarchie et de la transcendance. L’Europe est une mosaïque dont toutes les parties sont indispensables et magnifiques, gages de puissance lorsqu’elles sont assemblées.

L’Europe est menacée aujourd’hui dans toutes ses composantes. L’effondrement démographique, les invasions massives, l’affaissement idéologique et culturel, la subordination aux forces extérieures, au mercantilisme comme à l’opportunisme matérialiste, risquent de la faire disparaître comme identité et comme substrat biologique.

L’Europe est assiégée par les impérialismes étrangers et l’immigration du tiers-monde, tandis que le pouvoir des soviets communistes et libéraux la subvertit  de l’intérieur depuis leurs institutions sous influence maçonniques et trotskiste.

L’Europe doit se renforcer et s’organiser face à la progression des Chinois, la réaction américaine, la perte de centralité de l’Atlantique et la multipolarisation du monde, ne serait-ce que pour sauvegarder ses intérêts matériels. Elle commence à le faire.

L’Europe ne peut survivre et renaître cependant sans un pouvoir soutenant ce réveil européen, seul à même de garantir ses intérêts matériels.

Mais cela ne suffit pas : il faut inverser la tendance démographique, se libérer des soviets communistes et libéraux, s’affranchir des béquilles idéologiques pour s’exprimer totalement.

L’Europe doit créer une nouvelle souveraineté à l’ère des satellites : une souveraineté confédérée, conservant ses aspects impériaux dans les domaines militaire, spatial et de la politique étrangère.  Un renouvellement des formes institutionnelles doit être imaginé pour garantir les libertés, les sphères nationales et culturelles dans leur indépendance comme dans la solidité de leurs alliances.

L’Europe doit être une alternative aux yeux du monde – et face à la classe dirigeante de l’UE elle-même – dans sa manière d’être et de penser. Le capitalisme doit être démantelé grâce à une large participation inspirée des organisations traditionnelles corporatistes. La virilité spirituelle doit s’opposer au féminisme. La communauté des hommes libres doit s’opposer au contrat social.

L’Europe a besoin d’une minorité organisée, en marche pour réaliser cette révolution européenne, indissociable de l’idéal national-révolutionnaire, unissant les sentiments d’appartenance et entendant n’en éliminer aucun.

L’Europe a besoin d’une minorité organisée qui aspire à une nouvelle organisation sociale, à une révolution culturelle et, progressivement, à la réalisation d’une avant-garde révolutionnaire visant à modifier la réalité en exploitant, une fois retrouvé le rapport ancien entre nature et culture et vivant en synergie entre marbre et bois, les nouvelles techniques de l’époque, de la robotique à la cybernétique, en vue de transformer ce sombre coucher de soleil en un lever de soleil radieux.

Nous sommes l’Europe !

12:24 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Italie, la Droite nationale progresse, encore un peu de patience...

84466517_10213138865785747_5140862208753795072_o.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
Sans parvenir à emporter le scrutin — c'est à dire, soyons clairs, sans gagner son pari — la Ligue enregistre en Émilie-Romagne, région pourtant historiquement favorable à la gauche voire à l'extrême gauche, un résultat remarquable portant un coup de bélier supplémentaire, malheureusement encore non décisif, contre le Système. D'autant que ce résultat se double d'un grand succès en Calabre.
 
Nous nous étions réjouis de l'éclatement de la coalition bancale et contre-nature qui, unissant la droite nationale italienne et le mouvement non identifié 5 étoiles, avait permis l'accession aux responsabilités de Matteo Salvini sans lui permettre de les exercer efficacement. Nous ne doutions pas un instant que sa sortie du gouvernement placerait à court terme le chef de la Ligue en situation de recours. Ce moment approche même si la relative déception de l'Emilie-Romagne en diffère l'échéance.
 
Fragilisée par le poids retrouvé de sa composante sociale-democrate et par l'affaiblissement du M5S, la coalition gouvernementale de circonstance ne pourra éviter un retour rapide aux urnes qui débouchera inévitablement sur une arrivée au pouvoir, cette fois dans un périmètre plein et entier, de la Ligue et de ses alliés de Fratelli d'Italia.
 
Plus que jamais, confiance et soutien à nos camarades italiens !

10:39 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jacques Bompard, maire d’Orange. « Nous avons donné pour mission principale à la police municipale de veiller à la sécurité des Orangeois et de leurs biens »

bompard-696x258.jpg

Source Breiz-info cliquez ici

Alors que l’insécurité est devenu un problème majeur dans les métropoles bretonnes – en particulier à Nantes – la question de la police municipale s’est imposée dans la campagne électorale pour les prochaines municipales. Sur ce sujet – et sur d’autres – nous avons recueilli l’avis de Jacques Bompard, maire d’Orange.

Depuis 25 ans, Jacques Bompard, fondateur de la Ligue du Sud et ancien du Front national, est réélu à chaque élection maire d’Orange.

Orange, ville du Vaucluse, de 30 000 habitants, devenue un laboratoire, ou plutôt la preuve par l’exemple que lorsqu’un candidat identitaire et patriote s’investit localement en donnant 100 % de sa personne, cela fonctionne, puisqu’il est réélu. Il a même quitté la députation pour s’occuper pleinement de sa commune (impossibilité du cumul des mandats oblige).

Sera-t-il à nouveau réélu en cette année 2020 ? Rien n’est joué. Néanmoins, avec une dette nulle désormais (fait rare pour une ville de cette taille) et une police municipale qui rassure (souvent citée en exemple au-delà d’Orange dans un département pas des plus sécurisés), le maire sortant a de la matière pour défendre son bilan, y compris lorsque son opposition pointe du doigt une démographie en baisse, ou encore une gestion « à la dure » y compris des relations avec l’opposition.

À quelques semaines de l’échéance, nous avons interviewé Jacques Bompard.

 
Breizh-info.com : Vous avez été élu maire d’Orange il y a 25 ans. Et pourtant, vous souhaitez continuer et vous représenter dans vos fonctions. Pour quelles raisons ?

Jacques Bompard : Parce que le travail n’est pas terminé. Parce que je veux préserver ce qui a été fait. Vous connaissez la devise d’Orange : « Je maintiendrai ».

Ces 25 années se sont écoulées très vite parce qu’elles ont été des années actives qui ont permis le redressement de la Ville d’Orange, et la mise en application d’un savoir-faire local qui a su prouver son efficacité. Surtout, malgré les diatribes de la presse nationale et le rouleau compresseur médiatique, les Orangeois ont pu constater très rapidement les mensonges qui étaient colportés sur moi, et s’apercevoir par eux-mêmes de mon combat quotidien pour le bien commun.

J’aime quand les choses avancent vite, mais le temps administratif est un temps long. Il faut souvent un à deux mandats pour voir aboutir des projets d’envergure. Il a fallu 20 ans pour épurer la dette. Il en a fallu autant pour réhabiliter l’Avenue de l’Arc de Triomphe entre les premières études en 1997 et l’inauguration en novembre 2017. Patience et persévérance sont des qualités obligatoires. Il faut avoir l’esprit de suite malgré les inévitables obstacles règlementaires, lesquels ne cessent d’évoluer sous les coups de l’inflation législative : 11 000 lois et 127 000 décrets pèsent sur nos épaules. Sans compter qu’Orange a longtemps dû agir dans l’isolement le plus total, sans subventions d’autres collectivités et sans les arrangements de coteries qui se sont emparées de la République il y a bien longtemps. Nous avons montré notre résilience malgré les coups et les refus pénalisants comme celui des services de l’État à l’encontre de l’ensemble aquatique qui devait remplacer la piscine obsolète de la colline Saint-Eutrope. De nombreuses réalisations sont à venir. Orange rayonne désormais sur tout un territoire.

Breizh-info.com : Comment expliquez-vous votre succès sur ces 25 dernières années ?

Jacques Bompard : Il ne me revient pas de m’autocongratuler, mais il demeure objectif de constater qu’en effet les Orangeois sont plutôt satisfaits du travail accompli. Pour comprendre cela, il y a une méthode imparable : j’ai fait exactement l’inverse de ce que font ou recommandent les partis politiques. J’ai baissé les impôts locaux de 25 %. J’ai résorbé la dette abyssale de la Ville. J’ai pris à bras-le-corps le combat contre l’insécurité. J’ai lancé une grande politique de rachat et de préemption pour lutter contre les marchands de sommeil. J’ai rendu au cœur de ville et aux axes historiques d’Orange, à ses monuments antiques, un lustre qui avait disparu.

J’ai favorisé le stationnement en centre-ville et à son immédiate proximité. J’ai arrêté le clientélisme associatif et les gabegies financières. Enfin, et surtout, j’écoute les Orangeois. Je les croise sur le marché tous les jeudis, ou je les reçois dans mon bureau quand ils le souhaitent. C’est un principe, ma porte leur est toujours ouverte : je suis à leur service. Attention, cela ne veut pas dire que je dis oui à tout. C’est là la pire tentation du pouvoir : s’amuser d’une puissance toute relative pour distribuer des privilèges. Parfois, souvent même, il faut dire non. Non pas contre la personne, ou l’association demanderesse, mais pour le bien commun, et donc les Orangeois. Résoudre un problème ou une difficulté, ce n’est pas satisfaire un besoin immédiat, mais plutôt diagnostiquer la cause avec la personne qui en souffre et trouver les moyens d’agir contre cette cause. C’est sans doute un reste de ma formation médicale.

Breizh-info.com : Vos adversaires politiques vous accusent de coups bas, de violences, mais aussi d’avoir mis en place un « système » très peu démocratique. Que leur répondez-vous ?

Jacques Bompard : Ces reproches sont des billevesées d’une opposition qui fantasme et qui révèle son incapacité crasse à se construire intelligemment. La Ville d’Orange est d’une transparence absolue dans toutes ses démarches : conseils municipaux filmés, libre accès à tous les documents désirés sur internet, rien ne peut nous être reproché sur ce point. Je ne vois pas quel système j’aurais pu mettre en place hors du cadre des règlements et de la loi…

Finalement, le seul système que cette opposition conteste, c’est justement la démocratie qui ne l’a pas choisi elle, mais mon équipe, et ce depuis 25 ans. Je rêverais d’une opposition intelligente, sensée, avec laquelle nous pourrions discuter, frotter nos idées pour la ville.

Ceux avec qui c’était possible ont fini par me rejoindre à l’instar de mon adjointe aux Affaires scolaires, Marcelle Arsac, qui a longtemps été mon opposante socialiste au conseil municipal. Quant aux coups bas, les lettres au préfet, les signalements abusifs à la CRC, les communiqués permanents dans la presse, le harcèlement photographique, j’en passe, sont le fait de l’opposition, non le mien.

Breizh-info.com : Vous expliquez avoir totalement éradiqué la dette de la commune. Quel était son montant il y a 25 ans ? Un maire qui assainit des finances, c’est donc possible ? Quelle est la clé ?

Jacques Bompard : En 1995, la dette d’Orange dépassait les 45 millions d’euros, soit plus de 1 500 euros par habitant. Depuis 2015, nous avons 0 euro de dette. Dans le même temps, nous avons permis aux Orangeois d’économiser 48 millions d’euros, non prélevés grâce aux baisses d’impôts. Cela représente 1 583 euros en moyenne par habitant. Soit quasi la somme due en 1995. Donc, nous avons exactement renversé la situation en bilan positif. La clé ? Comme je vous le disais, nous avons fait exactement l’inverse des autres.

Oui, il est possible d’assainir les finances. Surtout, contrairement aux médisances habituelles, nous n’avons pas arrêté d’investir : Orange a investi 361 millions d’euros ces 25 dernières années. La Ville ne s’est jamais autant transformée que ces deux dernières décennies.

Alors comment est-ce possible ? Nous avons été scrupuleux sur les dépenses et favorisé l’autofinancement. Nous avons centralisé les achats. Nous avons renégocié tous nos contrats et nos délégations de service public. Nous avons rendu obligatoire les appels d’offre et valorisé le moins-disant. Nous n’avons jamais lâché la bride, et toujours veillons sur les comptes de la Ville avec autant d’attention aujourd’hui qu’hier. En 2019, nous avons encore réussi à baisser nos dépenses de fonctionnement entre 5 et 25 % selon les services. Depuis 3 ans, nous appliquons la même rigueur à l’intercommunalité, laquelle est très endettée : nous avons déjà réussi à rembourser 10 millions d’euros de dette.

Cette gestion vertueuse se fait sous l’œil attentif de l’État qui nous a envoyé l’inspection de la Chambre régionale des Comptes par 3 fois en 4 mandats ! Comprenez, une collectivité qui arrive à faire plus tout en se libérant de la dette et en baissant les impôts, c’est très suspect.

Breizh-info.com : Par ailleurs, votre police municipale est souvent citée en exemple. Quelles sont ses prérogatives, ses missions principales, son effectif proportionnellement à votre nombre d’habitant ? Ses rapports avec la police nationale, mais aussi avec la population ?

Jacques Bompard : Sous la mandature socialiste, au bon temps du gauchisme triomphant, la police municipale n’avait pas le droit de s’occuper de sécurité. Cette aberration a été notre première correction.

Nous avons donné pour mission principale à la police municipale de veiller à la sécurité des Orangeois et de leurs biens. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : nous avons une délinquance inférieure de 25 % aux villes de la même strate que la nôtre. Mieux, l’insécurité a baissé de 18 % entre 2018 et 2019 à Orange d’après les relevés de la police nationale. Pour autant, nous savons que c’est un combat permanent, et comme pour les finances, il ne faut pas relâcher la veille. Sans la sécurité, l’exercice des libertés individuelles est impossible.

Nous disposons d’un effectif de 34 fonctionnaires présents sur le terrain, équipés avec tout le matériel nécessaire : Glock 17, taser, caméra-piéton, matraque et 1 flashball dans le véhicule d’intervention. Nous avons une brigade moto et un maître-chien spécialisé dans la détection de poudre, de drogue et de billets. Les équipes sur le terrain sont aidées et renforcées par 4 fonctionnaires du Centre de supervision urbaine qui surveillent 24 heures sur 24 les écrans des 62 caméras de vidéoprotection disposées dans la ville. Pour se donner une bonne idée de l’efficacité et de la coordination entre les équipes en patrouille et les caméras, je vous conseille le reportage « Enquête sous haute tension », tourné à l’été 2018 et régulièrement rediffusé sur C8.

Nos rapports avec la police nationale sont excellents et nous apportons un soin particulier à entretenir un contact régulier et transversal entre toutes les forces de l’ordre présentes sur la commune : la police nationale avec laquelle nous travaillons en permanence, mais aussi l’antenne du GIGN, la brigade d’autoroute de la gendarmerie, la garnison de la gendarmerie mobile et les sapeurs-pompiers.

La sécurité demeure une compétence régalienne, donc à la charge de l’État, mais sur ce dossier comme sur les autres, le désengagement est tel qu’une commune a le devoir d’agir pour préserver le bien commun, c’est-à-dire la paix civile.

Breizh-info.com : En dehors d’Orange, quel regard portez-vous sur la situation politique en France ? Y a-t-il des maires ou des candidats ailleurs avec qui vous aimeriez travailler ou vous travaillez déjà ?

Jacques Bompard : Depuis mon adolescence, je me bats contre la trahison, laquelle caractérise la Vème République depuis son origine. La situation de la France est l’exact reflet des trahisons successives de nos gouvernants qui ont soit vendu le pays, soit abdiqué par lâcheté. Le poids idéologique du prêt-à-penser a accéléré et absout cette trahison à grande échelle. À d’autres époques, beaucoup auraient été pendus pour moins que cela… Et je ne vois pas dans le jeu politique actuel de relève antisystème. Je ne crois pas aux candidats validés par la télévision : s’ils bénéficient de l’appui médiatique, c’est parce qu’ils souscrivent en tous points au prêt-à-penser. Les personnes qui demeurent droites aux principes et à la défense du bien commun ne sont pas réinvitées. Je l’ai vu et vécu lors de mes expériences législatives, particulièrement lors du débat sur le mariage pour tous.

C’est pourquoi je ne vois de salut que dans la prise du pouvoir local, là où l’expérience démocratique est encore possible pour un temps. C’est ce que j’appelle le localisme. Ce n’est pas une doctrine, plutôt une méthode. Il s’agit de reconquérir le pouvoir par la base et une multiplication des implantations locales, loin des intérêts des partis parisiens et au plus proche de la confiance et de la vérification des électeurs. En quelques mots, ce qui se fait à Orange et à Bollène devrait se dupliquer dans toutes les villes de France. L’appareil politique suivrait naturellement avec la conquête des circonscriptions législatives et des départements. Seulement, il n’y a de richesses que d’hommes, et cela demande du travail, de l’ascèse et de la persévérance : des qualités souvent anéanties par le matérialisme, même chez les personnes de bon sens.

Pour répondre à la deuxième partie de la question, outre la Ville de Bollène avec qui nous entretenons de merveilleuses relations puisque mon épouse Marie-Claude Bompard y est maire depuis 12 ans, nous avons toujours eu plaisir à échanger avec Robert Ménard. Nous ne sommes pas toujours d’accord. Nous n’avons pas la même formation politique, mais je pense qu’il est l’un des rares à avoir saisi justement toute l’importance du localisme. Je suis aussi proche de l’association des maires pour le Bien commun fédérée par le maire de La Bussière Éric Viaud. Plus localement, je soutiens la candidature de Valérie Laupies à Tarascon qui fait une très belle campagne malgré le parachutage d’un candidat RN au dernier moment. Le RN fait d’ailleurs la même chose à Orange et à Bollène : meilleure preuve s’il en est de la logique néfaste des partis politiques quels qu’ils soient. C’est pourquoi en conclusion je conseillerai en guise de soutien à Bertand de La Chesnais, candidat à Carpentras, de regagner dès qu’il le pourra son indépendance.

Propos recueillis par YV

09:34 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 26 janvier 2020

VINCENT VAUCLIN : « CONSTRUIRE UN FRONT DE RÉSISTANCE AU MONDIALISME »

maxresdefault.jpg

Le site Paris-Vox publie un entretien avec Vincent Vauclin, président de la Dissidence française cliquez ici

APRÈS UNE ANNÉE 2019 TRÈS ACTIVE POUR VOTRE MOUVEMENT, ET NOTAMMENT UNE PARTICIPATION REMARQUÉE AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES, COMMENT LA DISSIDENCE FRANÇAISE ABORDE-T-ELLE L’ANNÉE 2020 ?

Nous poursuivons la dynamique que nous avons engagé. La campagne des élections européennes fut une formidable mobilisation qui a permis de médiatiser notre discours et notre mouvement comme jamais auparavant, et de recevoir des soutiens de toute la France. L’enjeu désormais, c’est de préparer les échéances à venir (sénatoriales, départementales et régionales) et de rassembler tous ces Français qui ne se reconnaissent plus dans les partis du Système. Nous préparons donc de nouvelles campagnes militantes de grande ampleur, nous poursuivons notre travail d’implantation locale partout en France, nous travaillons avec nos alliés de l’APF pour construire un front de résistance au mondialisme au niveau européen, et nous avons lancé un grand chantier de rénovation idéologique : huit commissions thématiques, qui réunissent les adhérents et sympathisants volontaires de notre mouvement, travaillent désormais à l’actualisation et à l’enrichissement du programme de la DF. L’objectif  : inventer des solutions nouvelles et concrètes pour répondre aux défis de notre temps, développer et enrichir des propositions déjà existantes, et susciter un véritable effort de critique positive de la part des militants. Ce n’est pas un enjeu anodin : depuis trop longtemps, notre famille politique néglige le débat d’idées et se contente de répéter les mêmes slogans depuis quarante ans, puisqu’elle a intégré une forme d’esprit de défaite qui l’enferme dans une posture d’agitation stérile et de dissipation militante, aux marges du paysage politique. C’est précisément contre ces tendances sclérosantes que s’inscrit la Dissidence Française, puisque nous assumons l’ambition de conquérir et d’exercer le pouvoir. Nous refusons de nous contenter de faire de la figuration alors que de si grands périls menacent notre pays.

LE GOUVERNEMENT MACRON MULTIPLIE LES RÉFORMES : PROJET DE LOI BIOÉTHIQUE LÉGALISANT LA PMA POUR LES COUPLES DE FEMMES, RÉFORME DES RETRAITES, LOI CONTRE « LA HAINE EN LIGNE »… QUE VOUS INSPIRE CETTE FRÉNÉSIE LÉGISLATIVE ?

Le gouvernement Macron applique à la lettre les directives européennes, parfois même en les devançant. Il poursuit le démantèlement de la souveraineté nationale, il détruit les acquis sociaux et accroît les injustices. Il organise l’invasion migratoire de notre pays et exerce le pouvoir avec une brutalité sans précédent depuis l’avènement de la Vème République. Il n’est pas exagéré de dire que nous assistons à une véritable dérive autoritaire du mondialisme libéral qui accentue encore le processus de déclassement, d’effacement et de remplacement du peuple Français. Alors que tous les voyants sont au rouge et que la colère des Français atteint un niveau inégalé, le gouvernement musèle l’opposition et accroît la répression, en particulier contre les mouvements sociaux qui contestent ses réformes et ébrèchent sa légitimité. Notre pays est traversé par de profondes fractures : sociales, territoriales, générationnelles, ethniques et confessionnelles. Pourtant, ce gouvernement se contente d’en appeler une énième fois au respect des « valeurs de la République » et met en oeuvre une politique qui accentue encore ces fractures au lieu de les résorber. Nous sommes donc engagés dans une mobilisation totale contre le gouvernement Macron et le monde qu’il représente, et c’est la raison pour laquelle nous avons soutenu la mobilisation des Gilets Jaunes, celles des travailleurs contre la réforme des retraites ou encore celle de la Manif pour Tous contre la PMA sans père. Nous appelons à la convergence dans la lutte de toutes les forces de résistance au Système pour apporter une réponse à la hauteur des enjeux à cette grave crise de représentation politique qui afflige notre pays.

APRÈS L’ANNONCE DE LA CANDIDATURE DE MARINE LE PEN À L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DE 2022, NICOLAS DUPONT-AIGNAN A PROPOSÉ L’ORGANISATION D’UNE « PRIMAIRE POUR LA FRANCE ». VOUS AVEZ ALORS DÉCIDÉ D’ANNONCER VOTRE CANDIDATURE À CETTE PRIMAIRE : COUP DE COM’ OU COUP DE BLUFF ?

Ni l’un, ni l’autre ! Ma démarche est parfaitement réfléchie et je compte bien aller jusqu’au bout. Je pense que Nicolas Dupont-Aignan a raison de considérer qu’un remake du duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen en 2022 aboutirait vraisemblablement à une nouvelle victoire du premier et à une cruelle désillusion pour les électeurs de la seconde. L’opposition nationale se trouve donc dans un impasse politique, et il faut effectivement un grand débat entre les différentes personnalités qui la représentent pour faire bouger les lignes à droite et aborder tous les sujets, sans tabou, y compris celui de l’immigration de remplacement qui menace à terme l’existence même de notre peuple. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de me porter candidat à cette primaire, car je crois que tous les courants d’idées de notre famille politique doivent y être représentés et qu’il est temps de faire entendre la voix d’une nouvelle génération. Sans pluralisme ni esprit d’ouverture, cette primaire ne serait qu’une énième mise en scène de l’impuissance et de l’incapacité du camp souverainiste à débattre et à rassembler au-delà des structures partisanes et des clivages du passé. Je ne doute pas que Nicolas Dupont-Aignan en ait conscience et que, par souci de cohérence, il permettra à tous les représentants de l’opposition nationale et patriote d’y participer, en toute indépendance. Après tout, comme il l’a lui-même déclaré sur TV Libertés : personne ne doit avoir peur du débat en démocratie, l’enjeu est trop grand pour se contenter de répéter les erreurs du passé !

18:38 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des régimes spéciaux pour tous

Mai-68-3.jpgGeorges Feltin-Tracol

Une certaine « droite » dont l’origine la place très à gauche ne cesse pourtant de critiquer l’actuel système social français. Les régimes spéciaux de retraite constituent sa principale cible. Le projet de loi qui prépare leur disparition plonge la France dans une très grave crise depuis maintenant plus d’un mois.

Promesse électorale du contre-populiste Macron en 2017, cette réforme se veut universel. Elle entend abolir tous les régimes spéciaux et, surtout, effacer la notion même de statut personnel. Depuis le 1erjanvier dernier, les nouveaux cheminots embauchés par la SNCF ne disposent plus de leur ancien statut. L’esprit de la réforme s’inscrit dans la « fluidification » des rapports sociaux. À l’instar de l’aberrant service national universel (SNU) qui coûtera la bagatelle de dix milliards par an (la Ripoublique est très généreuse quand elle le veut bien !), son caractère universel basé sur un âge pivot de 64 ans et un cumul de points à la valeur pour l’instant indéterminée gagnés au cours d’une vie de labeur établit l’égalité entre les fonctionnaires, les salariés du privé et les travailleurs indépendants bien martyrisés par l’immonde RSI imaginé par le dénommé Xavier Bertrand. Le projet promeut l’uniformisation des départs et un intolérable égalitarisme.

En s’attaquant à la retraite par répartition, le régime de Macron soutient de manière implicite l’établissement à venir d’une retraite par capitalisation dont les effets délétères se multiplient de la Suède au Chili en passant par les États-Unis. Très servile envers les groupes d’intérêts financiers, le gouvernement français se prépare à céder à moyen terme l’épargne des travailleurs français aux fonds de pensions souvent étrangers. Or la volonté implacable du Procuste de Matignon de tout réduire en un seul et unique système universel se heurte à la dure réalité.

Le Premier ministre a déjà concédé des exceptions aux policiers, aux militaires, aux pilotes de ligne, aux agents de cabine des vols commerciaux et aux personnels de l’opéra. Les zélateurs obtus de la réforme commencent néanmoins à évoquer un système universel doté de quelques régimes spécifiques, preuve de son irréalisme. Le projet gouvernemental rendu public prévoit le maintien de mesures d’exonération pour les artistes auteurs, les artistes du spectacle, les journalistes (il faut choyer ces grands producteurs de bobards) et les mannequins (Pourquoi ? Les politiciens souhaiteraient-ils se faire rembourser en nature ?). Certains corps de métier seraient-ils donc moins universels que d’autres ? Pourquoi dès lors ne pas reconnaître leur spécificité aux déménageurs, aux infirmières, aux chauffeurs routiers, aux artisans, aux boulangers, aux avocats, aux couvreurs ?

Le régime prend ici une évidente posture idéologique. Il sait que la mondialisation, le gain de compétitivité et l’ouverture totale des frontières exigent en contrepartie l’harmonisation par le bas des salaires et des pensions. Il ose en maquiller les raisons véritables par une argumentation fallacieuse, à savoir assurer une « justice sociale » pour l’ensemble de nos compatriotes. Dans La France injuste. 1975 – 2006 : pourquoi le modèle social français ne fonctionne plus (Éditions Autrement, 2006), le Canadien Timothy B. Smith expliquait déjà très ouvertement que « le langage de la solidarité a été confisqué par les insiders (ceux du dedans) – cette frange de la population qui a un emploi stable et qui s’oppose aux réformes susceptibles de faire une place aux outsiders (ceux du dehors) (p. 31) ». Dans son livre-manifeste, Révolution (Éditions XO, 2016), Emmanuel Macron, quant à lui, écrivait vouloir « donner l’autonomie à tous (p. 74) ». Le gouvernement français et sa majorité parlementaire détestent en effet les emplois stables et les carrières homogènes et préfèrent tendre sous une formulation insidieuse à la précarité générale.

Plutôt que de susciter une unité mortifère et artificielle, le gouvernement aurait dû au contraire exalter les différences inhérentes au monde du travail. L’activité du boucher – charcutier n’équivaut pas à celle du pharmacien, de l’ingénieur, du médecin, de l’agriculteur ou de l’ouvrier. Le gouvernement cherche à briser toutes les solidarités professionnelles et ainsi encourager un individualisme étriqué et exacerbé. Il s’agit aussi d’organiser dans l’opinion publique un puissant sentiment de jalousie collective à l’égard des conducteurs de train, de métro et des enseignants.

On préférera au contraire l’idée transgressive d’une France protectionniste, décroissante et enfin libérée du consumérisme, pleine de statuts professionnels et sociaux. Très loin du cauchemar d’une retraite à points pour tous, un meilleur gouvernement encouragerait une profusion de statuts professionnels et de métier. Il accorderait à tout un chacun le bénéficie de son propre régime spécial. Il est temps pour les institutions politiques de constater par la loi et le droit les exceptionsprofessionnelles, territoriales, culturelles, linguistiques et religieuses.

À la société liquide chère aux progressistes libéraux bougistes, luttons pour une société française stratifiée et hiérarchisée, constituée d’un grand nombre de statuts socio-économiques particuliers. Comment un pays aux trois cents fromages pourrait-il vraiment accepter un mode unique de retraite ?

Bonjour chez vous !

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°156, mise en ligne sur TV Libertés, le 20 janvier 2020.

18:20 Publié dans Georges Feltin-Tracol | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vers une nouvelle Grande Dépression 1929, selon la directrice du FMI

11098157.jpg

Marc Rousset

S’exprimant tout récemment au Peterson Institute of International Economics à Washington, la nouvelle directrice du FMI, Mme Gueorguieva a déclaré que, selon une étude des chercheurs du FMI, l’économie actuelle est à comparer aux « années folles » ayant abouti au krach boursier de 1929. Elle voit dans les inégalités et l’instabilité du secteur financier le risque de retour d’une Grande Dépression : « A certains égards, cette tendance troublante rappelle le début du XXe siècle, lorsque l’essor technologique et l’intégration ont conduit à l’âge doré, aux années folles et, finalement, au désastre financier ».

En septembre 2018, l’économiste américain Scott McDonald déclarait déjà : « Malheureusement, la réalité est qu’il y aura toujours une nouvelle crise. Nous ne verrons peut-être pas une réédition de la faillite des banques hypothécaires en série et ce qui en a suivi. Mais nous avons accumulé une importante dette publique et la dette souveraine ne cesse de croître, que ce soit aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, au Japon ou en Italie, et ce processus ne peut pas être stoppé : la croissance de la masse critique du poids de la dette se poursuit ».

Les banquiers centraux poursuivent la politique monétaire laxiste de la fuite en avant avec des taux négatifs et l’augmentation non conventionnelle de la masse monétaire par rachat d’obligations publiques et privées (20 milliards d’euros par mois à la BCE). Christine Lagarde pour l’instant n’a rien trouvé de mieux que d’arborer une broche en forme de chouette sur sa veste, symbole de la sagesse, pour ne pas être classifiée comme une colombe par les faucons. Mais les Allemands jugent sur les actes et elle va devoir se positionner très vite sur la sortie ou non des taux d’intérêt négatifs.

Lagarde cherche d’autre part à convertir l’Allemagne à une politique budgétaire dépensière ainsi qu’aux réformes de la zone euro qui n’ont pas été faites depuis 2012. Aux Etats-Unis, l’ancien secrétaire au Trésor Larry Summers remarque que les politiques monétaires seront insuffisantes face à la prochaine récession, qu’il faudra augmenter encore les dépenses publiques et diminuer les impôts, car habituellement il faut baisser les taux d’intérêt de 5 % et qu’aujourd’hui les taux sont seulement à 1,5-1,75 %.

Les gouvernements vont donc continuer, tout comme les banques centrales, les politiques de fuite en avant de déficit et de dépenses publiques. Mais il suffirait d’une petite bourrasque, par exemple un coronavirus agressif chinois ou d’Honolulu, l’assassinat de Ben Salmane, une brusque remontée des prix du pétrole ou des taux d’intérêt, une aggravation des guerres commerciales protectionnistes, un krach correctif boursier ou le retrait de l’Italie de la zone euro, pour que l’économie mondiale s’effondre.

La croissance américaine de 1 % en voie de décélération est en fait une illusion de croissance, suite à l’augmentation de la dette et du déficit budgétaire. L’industrie européenne continue structurellement de s’effondrer en Allemagne, en Italie et en France, malgré les cocoricos de Macron. La croissance allemande en 2019 n’est que de 0,6 % et le FMI prédit une reprise mondiale poussive de 3,3 % en 2020 tandis que le nombre de chômeurs repartira à la hausse (+2,5 millions selon l’OIT) et que l’accord Chine-USA de Trump n’est qu’une trêve précaire dans l’attente de sa réélection fin 2020.

Si l’on regarde le cours d’évolution de l’or depuis 1970, sur une période de 50 ans, il est clairement sur une tendance à long terme d’augmentation continuelle. La Russie a augmenté ses réserves de 159 tonnes en 2019 pour atteindre 2271 tonnes. La Russie et la Chine continent d’acheter et de produire de l’or parce qu’ils savent que le système monétaire international du dollar est condamné à terme. Les investisseurs occidentaux s’intéressent, eux-aussi, à l’or et à l’argent puisque les ETF ((Exchanged-traded fund) or et argent physique disposent respectivement aujourd’hui d’un stock record de 2.560 tonnes et 19.500 tonnes. Certains envisagent un prix de l’once d’or jusqu’à 12.000 dollars, soit 8 fois son cours actuel !

Des taux d’intérêts négatifs, des dettes mondiales de 257.000 milliards de dollars, des banques centrales qui impriment des milliards de dollars et d’euros pour éviter l’effondrement immédiat, un Trump qui va s’occuper sérieusement de la Chine et de l’Europe après sa réélection tout en augmentant le déficit des Etats-Unis… La fuite en avant du « non conventionnel » ne peut que retarder l’explosion à venir, tout en l’aggravant !

Lire aussi cliquez là

18:16 Publié dans Tribunes de Marc Rousset | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les volontaires du Roi, un passionnant roman historique signé Bernard Lugan et Arnaud Gaudin de Lagrange

816m2sy0yKL.jpg

1789-1794, bien décidé à « torcher les félons », Septime de Saint-Mayeul, héritier spirituel du  Connétable de Bourbon, entre en guerre contre la Révolution et ses partisans.

Sans illusion sur les destinées politiques du pays, conscient de vivre un crépuscule, avec quelques compagnons aussi déterminés que lui, il mène sa « petite guerre » au cri de « Vive le Roi quand même ! », qui pourrait être un « Vive le roi pourtant ».

Septime de Saint-Mayeul sait en effet que le royaume de France ne sera plus ce qu’il fût. La chaîne étant brisée, plus jamais un Roi ne guérira les écrouelles…

A travers la vie de ce personnage haut en couleur dont la devise « Plutôt le sang de mon ennemi sur mon sabre que mon sang sur le sien » sert de programme, le lecteur traversera un demi-siècle d’histoire tumultueuse qui le mènera des hautes futaies de la forêt de Tronçais aux intrigues de Versailles ; de l’épopée de la Nouvelle-France aux fracas de la Révolution et des gloires de l’Empire aux déceptions de la Restauration.

Les volontaires du Roi, Bernard Lugan et Arnaud Gaudin de Lagrange, Editions Balland, 364 pages, 27 euros. 

Disponible dans toutes les bonnes librairies.

En savoir plus cliquez ici

00:50 Publié dans Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 25 janvier 2020

Non cette République n'est pas une dictature. Mais elle est un totalitarisme.

maxresdefault.jpg

L'avis de Jean-François Touzé
 
"Essayez la dictature, et vous verrez"... En tentant maladroitement de se dédouaner des accusations dictatoriales portées contre sa pratique du pouvoir, Emmanuel Macron prend le risque que les Français, qui espèrent et attendent l'avènement d'un régime fort pour le  Salut national, lui répondent : "Chiche" !
 
Non, en effet, la France n'est pas une dictature. 
 
Une dictature suppose une autorité, une direction, une vision de long terme que l'on chercherait vainement dans ce marécage institutionnel, ce cloaque idéologique et cette lise politique fondée sur la mystification et les combinaisons de hasard qu'est, depuis son commencement, la Cinquième République. 
 
Mais, s'il n'est pas une dictature, ce régime est bien un totalitarisme. Totalitarisme d'une caste oligarchique toute entière habitée d'un seul dessein : conserver coûte que coûte le pouvoir ; totalitarisme de la finance, du libre échangisme et de l'argent-roi ; totalitarisme du fiscalisme et de la bureaucratie sclérosante ; totalitarisme du progressisme sociétal et de l'accomplissement migratoire ; totalitarisme, par un paradoxe qui n'est que d'apparence, du laxisme et du laisser-faire ; totalitarisme de la déconstruction social; totalitarisme, enfin, de la bien-pensance et du politiquement correct livrant au lit de Procuste toute affirmation non conforme.
 
Macron, hologramme de ses mandants, en est la représentation la plus achevée.

11:04 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Journal du chaos

2522861505.5.jpg

Pour télécharger,cliquez ICI

10:56 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 24 janvier 2020

Quand Macron invite les grands patrons à Versailles… les grévistes viennent aussi !

Alors que les conflits sociaux explosent depuis plusieurs mois en France, se cristallisant entre autre sur la réforme des retraites, Emmanuel Macron recevait ce lundi 20 janvier à Versailles plus de 180 grands patrons du monde entier. Des syndicats et Gilets Jaunes s’étaient donné rendez-vous sur place pour une manifestation déclarée en préfecture. Vincent Lapierre et l’équipe du Média pour Tous y étaient.

macron-inquiet.jpg

Le Média pour Tous

 
 

17:30 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Samedi 8 février : conférence de Vincent Vauclin, président de la Dissidence française, dans les Vosges

82786136_2427660240784730_3920590514524520448_n.jpg

15:35 Publié dans Sortir en ville... ou à la campagne | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SOUTENEZ LE SITE D'INFOS NATIONALISTE ET IDENTITAIRE : ABONNEZ-VOUS À LA REVUE "SYNTHÈSE NATIONALE"...

2020 01 ABN PUB.jpg

ABONNEMENT EN LIGNE CLIQUEZ ICI

BULLETIN D'ABONNEMENT

14:17 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau numéro du magazine Eléments est sorti

82780513_2793443717378312_4996244784382214144_o.jpg

14:09 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 23 janvier 2020

Retour en images sur la journée de mobilisation du 19 janvier

En 2012, on avait annoncé qu'on ne lâcherait rien, les centaines de milliers de résistants pour la famille venus dimanche le prouvent !

Les sénateurs ont voté hier l'article 1er du projet de loi et poursuivent mainentant sur la filiation fictive, la GPA, l'autoconservation des gamètes puis les embryons transgéniques, les chimères... Et le vote de fin de 1e lecture de ce projet de loi anti-éthique prendra encore du temps : rien n'est joué ! 

Senat.jpg

18:56 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« Étudier ailleurs » pour ne pas « vivre ensemble »

Peter-Hansen-Jeux-enfants.jpg

Peter Hansen (1868-1928) Copenhague : Jeux d’enfants, 1908

La chronique de Philippe Randa

D’années en années, l’école à proximité de leur domicile devient pour beaucoup de parents de plus en plus anxiogène : le niveau de l’enseignement baisse inexorablement, tandis que la discipline, et donc la sécurité, sont tout aussi dramatiquement malmenées. Et l’instauration du « collège unique » dont le but unique n’est en rien « l’intérêt de l’enfant », mais l’obligation de « vivre ensemble », accentue encore ce malaise.

On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’à Berlin, aujourd’hui, « les parents allemands évitent les écoles primaires à forte immigration », rapporte le site de réinformation suisse Les Observateurs.ch : « En 2019, environ 45 % de tous les élèves de première année ont demandé à fréquenter une autre école que celle désignée par l’autorité de district respective. Pas moins de 60 % des demandes ont été acceptées. Ainsi près de 30 % des enfants ne se sont pas rendus dans leur école locale. »

Le journaliste Schwarze Rose cite le Tagesspiegel : « Il y a quelques années, le Conseil d’experts des fondations allemandes pour l’intégration et la migration avait commandé une étude visant à déterminer les raisons et les effets qui poussent à éviter l’école de Kiez. Cette étude a confirmé l’hypothèse selon laquelle le choix des parents dépend de la proportion de migrants, car ils craignent que leurs enfants apprennent moins dans des écoles où se trouvent de nombreux migrants socialement défavorisés. »

Et en France ? La recherche d’une bonne école primaire rend-elle « fous » les parents français comme le Tagesspiegel n’hésite pas à décrire les parents allemands ? La réponse est évidente pour beaucoup… surtout en sachant que « les effectifs des écoles indépendantes sont en croissance d’environ 16 % par an » (Le Monde du 16 novembre 2018).

« Étudier ensemble » n’est donc pas plus du goût de tous que « vivre ensemble ». Qui l’eût crû ?

Source EuroLibertés cliquez ici

18:41 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'Europe chrétienne médiévale comparée aux temps présents

Ce colloque sur l’Europe et le christianisme s’est tenu au Parlement européen à Bruxelles en décembre 2019 à l’initiative de l’eurodéputé grec Athanasios Konstantinou. Voici les interventions d'Alain Escada, président de Civitas, qui a profité de cette occasion pour souligner ce qui oppose l’Europe chrétienne médiévale à l’Europe des mondialistes, des technocrates et des francs-maçons. Stéphanie Bignon, présidente de Terre et Famille, a souligné l’importance de la commune et du village dans la politique chrétienne.

MG_8000--768x768.jpg

Affiche-fpr-2020-850x1193.jpg

18:39 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Rendez-vous ce soir 23 janvier à 19h devant le Sénat !

Senat.jpg

N’oubliez pas vos casseroles et vos sifflets pour réveiller les sénateurs...

16:44 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les malheurs de Marlène : TROP DRÔLE !

Quand Marlène Schiappa rencontre le peuple, c'est autre chose que la presse aux ordres...

20551479.jpg

16:16 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook