Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 mars 2020

Coronavirus, attention danger, mais pas celui que vous croyez…

1600px-3D_medical_animation_coronavirus_structure-1536x864.jpg

Le Professeur Gilbert DERAY, exerçant à l’Hôpital Pitié-Salpêtrière à Paris, vient de publier sa réflexion au sujet du Coronavirus, que nous relayons ci-dessous, complétée par un bulletin de situation communiqué par le Général Dominique Delawarde au sujet des dernières évolutions numériques des victimes de ce virus.

Gilbert DERAY, Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris

Depuis 30 ans, de mon observatoire hospitalier, j’ai vécu de nombreuses crises sanitaires : HIV, SRAS, MERS, résurgence de la tuberculose, bactéries multirésistantes. Nous les avons gérées dans le calme et très efficacement. Aucune n’a donné lieu à la panique actuelle. Je n’ai jamais vécu un tel degré d’inquiétude pour une maladie infectieuse et d’ailleurs pour aucune autre.

Et pourtant, je ne suis pas inquiet quant aux conséquences médicales du coronavirus. Rien dans les chiffres actuels sur la mortalité et la diffusion du virus ne justifie la panique mondiale sanitaire et surtout économique. Les mesures prises sont adaptées et efficaces et elles permettront le contrôle de l’épidémie. C’est déjà le cas en Chine, foyer initial et de loin le plus important de cet agent infectieux, où l’épidémie est en train de s’éteindre.

L’avenir proche dira si je me suis trompé.

Par contre :

• Je suis inquiet des vols de masques et que ceux nécessaires à la protection des personnels soignants et des personnes à risque, nos anciens et celles déjà malades, en particulier les patients immunodéprimés, soient distribués dans les aéroports, les cafés et les centres commerciaux, pour une efficacité nulle.

• Je suis inquiet des vols de gels nettoyants.

• Je suis inquiet de ces rixes pour acheter du papier toilette et des boîtes de riz ou de pâtes.

• Je suis inquiet de cette terreur qui conduit à faire des stocks obscènes de nourriture dans des pays où elle est disponible dans une abondance tout aussi obscène.

• Je suis inquiet pour nos anciens déjà seuls et qu’il ne faut plus ni voir ni toucher de peur de les tuer. Ils mourront plus vite, mais « seulement » de solitude. Nous avions l’habitude de ne pas rendre visite à nos parents et grands-parents si nous avions la grippe, pas de les éviter « au cas où » et pour une durée indéterminée, ce n’est en rien différent pour le coronavirus.

• Je suis inquiet que la santé ne devienne un objet de communication belliqueuse et de conflit comme un autre, alors qu’elle devrait être une cause ultime de lutte dans le rassemblement.

• Je suis inquiet que notre système de santé, déjà en grande difficulté, ne soit prochainement débordé par un afflux de malades au moindre signe de syndrome grippal. Ce sont alors toutes les autres maladies que nous ne pourrons prendre en charge. Un infarctus du myocarde ou une appendicite, ce sont toujours des urgences, un virus, rarement.

La couverture médiatique sur le coronavirus est très anxiogène et elle participe à l’affolement de chacun. Cela conduit aux théories du complot les plus folles du genre : « ils nous cachent quelque chose ». Rien n’est obscur, c’est impossible en médecine dans ce monde du numérique où la connaissance scientifique est immédiate et sans filtre.

Le coronavirus ne tue (presque) que les organismes déjà fragiles. Je suis inquiet que ce minuscule être vivant ne fasse que dévoiler les immenses fractures et fragilités de nos sociétés. Les morts qui se compteront alors par millions seront ceux de l’affrontement des individus dans l’indifférence totale de l’intérêt collectif.

Coronavirus : Bulletin de situation au 14 mars à minuit

3977723794.png

 

 

2864137538.png

2547477746.png

Source: Breizh-info.com

21:26 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Manifestations interdites

Capture d’écran 2020-03-14 à 19.23.48.png

Pour cause de coronavirus, le Premier ministre a interdit les manifestations de plus de 100 personnes. Par conséquent le prochain rassemblement de Marchons Enfants devant l’Elysée est reporté.

19:27 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vers un krach général ?

maxresdefault.jpg

Par Frédéric Lordon*

Jusqu’à présent cependant, les crises financières se présentaient comme des événements propres à leur sphère seulement — la sphère des marchés, des banques, etc. Or la situation présente offre ce caractère remarquable, et inédit, que la crise financière y est, non pas « isolée », mais comme la métonymie d’une multitude de crises sectorielles arrivant à synchronisation : les crises du néolibéralisme, en cours de fusion-totalisation ; l’ensemble de la construction au bord du syndrome chinois. L’hôpital, l’école, la recherche : tout comme à propos de la finance, on peut dire que le virus est le choc de trop survenant sur des institutions tellement démolies — par le néolibéralisme — qu’un supplément de tension les menace d’effondrement. S’il y a coronakrach, il ne s’agira pas « simplement » de krach financier : mais de krach général  : tout était déjà au bord de craquer, tout va craquer pour de bon.

(…) C’est bien sûr l’hôpital, en avance sur la finance, qui offre le spectacle le plus saisissant du krach général. Le néolibéralisme y a concentré ce qu’il avait de meilleur. La désorganisation est totale, la rationalité néomanagériale à son sommet d’irrationalité, tout a été méthodiquement détruit. Comme l’explique une tribune récemment parue, le bed management dont s’enorgueillissait Agnès Buzyn il y a peu encore, qui soumet l’organisation au seul critère des flux tendus et du zéro-lit-libre — comme une entreprise lean recherche le zéro-stock, puisqu’il est de soi que gérer des flux de malades (les malades sont des particules de flux) ou de pièces détachées, c’est idem  —, le bed management, donc, fait connaître toutes ses vertus : lean mais incapable de reprendre le moindre choc de charge. Bien avant le virus, le monde hospitalier se criait déjà au bord de l’effondrement ; on imagine avec. Il ne faut pas se faire la moindre illusion : le gouvernement ne récupérera ni les 3 milliards d’ISF ni quelque partie des 10 milliards de CICE pour les donner à l’hôpital, mais on peut parier tout au contraire que, l’épidémie passée, et quelques tapes dans le dos distribuées devant les caméras, l’agonie managériale reprendra son cours à l’identique.

(…) Le cas de la recherche, bien sûr est différent, mais pas moins illustratif : on a pu lire ce témoignage de Bruno Canard, spécialiste au CNRS des coronavirus (4), qui raconte les merveilles de la gestion de la recherche « par projet » : incapable de continuité de long terme, soumise aux aléas des sujets « sexy » et aux fluctuations de la mode, soumettant les chercheurs à l’inepte bureaucratie des appels d’offre. Bref : sa recherche sur les coronavirus entamée au début des années 2000 a été mise en cale sèche, privée de financement par le revirement des tendances du glamour académique-institutionnel. En matière de recherche, par définition, on ne sait jamais quoi débouche quand comment, mais on se dit tout de même qu’avec quinze ans de continuité on en saurait un peu plus. Comme à l’hôpital : sitôt la parenthèse fermée, la destruction managériale poursuivra, c’est-à-dire : on surréagira en mettant le paquet sur les coronavirus, mais en asséchant d’autres recherches dont l’utilité perdue n’éclatera que dans une décennie.

Coronakrach, le roi de tous les krachs

C’est l’état de démolition générale qui a installé depuis longtemps les conditions du krach général. On attendait juste la secousse, la voilà. Sans doute, comme à son habitude, la finance se distinguera-t-elle dans l’ampleur des destructions. Mais cette fois elle pourrait ne pas tomber seule, et l’ensemble fera alors un joli spectacle. Entre le scandale des candidats à la réa recalés faute de respirateur, et celui d’un nouveau sauvetage des banques à douze ans d’intervalle, la population ne manquera pas d’occasions de méditer sur les bienfaits de quatre décennies néolibérales. Et sur ses bienfaiteurs aussi.

(…) Ici on pense immanquablement à La guerre des mondes où de terribles puissances extraterrestres mettent l’humanité et la planète à sac, résistent aux armes les plus sophistiquées, mais sont vaincues sans crier gare par d’infimes créatures : microbes et virus précisément. Se peut-il que le coronavirus, son pouvoir accusateur, son potentiel de scandale, soit l’agent inattendu de la chute du monstre ? Coronakrach, le krach couronné, le roi des krachs, pourrait-il être d’une généralité qui étende son pouvoir de destruction jusqu’à emporter les destructeurs ?

Extraits d’un article paru dans le Monde diplomatique le 11/03/2020

(*) Frédéric Lordon est économiste, directeur de recherche au CNRS, membre des Economistes atterrés, collectif défendant une pensée économique antilibérale proche de la gauche radicale.

 

18:52 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Symboliquement et courageusement, le Parti de la France a manifesté sa solidarité avec la Grèce vendredi soir devant l'ambassade de Turquie

89994144_194992331784137_7208214402804219904_o.jpg

Vendredi soir, dans le XVIe arrondissement de Paris, les militants franciliens du Parti de la France se sont rassemblés aux abords de l'ambassade de Turquie afin de marquer symboliquement leur solidarité avec la Grèce envahie par des multitudes de prétendus réfugiés envoyés par Erdogan. 

Préparé en seulement quelques jours, ce rassemblement visait à rappeler aux Français que, face à l'expansionnisme islamique, une riposte européenne est indispensable.

Erdogan, en bon mahométan qu'il est, sait que sa mission est de contribuer à l'implantation de l'islam sur toute la planète. Quant à l'Europe, bercée depuis des décennies dans les illusions mondialistes, elle préfère fermer les yeux. Et c'est le peuple helénnique qui paye lourdement ce dénie de réalité.

C'est afin de montrer aux Grecs que les Français lucides sont à leurs côtés face à l'invasion de leur pays que les nationalistes du Parti de la France ont organisé cette manifestation.

Synthèse nationale

89777116_194991938450843_5577527376209772544_o.jpg

16:14 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

JEUDI PROCHAIN 19 MARS : BERNARD MONOT INVITÉ DE L'ÉMISSION "SYNTHÈSE" SUR RADIO LIBERTÉS

RL 140 2020 03 19 B MONOT.jpg

ÉCOUTEZ LES PRÉCÉDENTES

ÉMISSIONS CLIQUEZ ICI

10:53 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une fraude sociale de 30 milliards d’euros ?

secu.jpg

Paul Vermeulen

C’est le grand tabou de la société française, volontairement masqué par les« élites » politiques et médiatiques amoureuses de la « société ouverte » pour lesquelles la fraude sociale ne serait pas un problème grave en France et ne serait pas liée à l’immigration. Le 3 mars 2020, la réalité est revenue comme un boomerang. Le magistrat Charles Prats, interrogé en commission d’enquête parlementaire, rappelle qu’il y a des millions de cartes vitales en trop en circulation, et il évoque une fraude sociale potentielle de 30 milliards d’euros. C’est très loin des estimations d’une Sécurité sociale qui chiffre la fraude à quelques centaines de millions d’euros.

Prats aboutit au chiffre de 2,4 millions d’étrangers actifs en surnombre dans le système de la Sécurité sociale française. Des fantômes qui perçoivent des prestations. C’est l’attribution d’un numéro d’immatriculation par le biais de faux documents qui permet de frauder. La Sé- curité sociale ne demande pas de docu- ments originaux. D’après Le Figaro daté du 5 mars 2020, cette démonstration s’appuie sur « un document publié le 7 novembre : la réponse des pouvoirs publics à une question posée par une précédente commission d’enquête parlementaire. La députée Carole Grandjean (LREM) et la sénatrice Nathalie Goulet (UDI) avaient demandé au ministère des Solidarités et de la Santé le nombre de “NIR actifs”, c’est-à-dire le nombre de comptes au format spécifique aux personnes nées à l’étranger, et capables de recevoir des prestations sociales (excluant donc les cartes désactivées). » Dans le Journal officiel, l’administration recensait 12 392 865 personnes nées à l’étranger « disposant d’un droit ouvert à recevoir au moins une prestation sociale ». 12,4 millions d’assurés sociaux nés à l’étranger alors que les étrangers ne seraient « que » 8,2 millions en France selon l’INSEE.

Tous ces étrangers !

Sur les plus de 12 millions d’assurés nés à l’étranger selon le ministère concerné, 86 % auraient ainsi droit aux prestations maladie, 43 % pourraient percevoir des prestations familiales et 33 % auraient droit à la retraite. En comparant ces pourcentages aux statistiques sur les bénéficiaires d’aides sociales en France, cela donnerait 42 % des bénéficiaires d’allocations familiales ou un cinquième des retraités nés à l’étranger. Des chiffres incohérents, selon le magistrat, sauf à imaginer des comptes de Sécurité sociale surnuméraires – autrement dit une fraude de grande ampleur. C’est justement ce qui a été révélé.

Un exemple concret ? D’après France Bleu Paris, « une escroquerie en bande organisée vient d’être mise au jour le 3 mars par la police des Yvelines. Huit membres d’une même famille, soupçonnés de faux et usage de faux, blanchiment et recel d’escroquerie, ont été interpellés par la sûreté urbaine de Conflans- Sainte-Honorine, avec l’appui du GIR 78. Cette famille aurait escroqué 41 caisses d’assurance maladie, 55 mutuelles et des sociétés d’ambulances, plongeant certaines d’entre elles en très grande difficulté. » Une partie des 675 000 euros détournés a été transférée à l’étranger. La fraude sociale est un mode de vie (immigré) en France, et à l’étranger. Même France Info reconnaissait mi-octobre 2019 que « cette fraude existerait majoritairement chez les per- sonnes vivant à l’étranger ».

Prats soulève indirectement une question grave : celle de la différence entre les chiffres de l’immigration publiés par l’INSEE et ceux publiés par la Sécurité sociale. Si l’Etat est si peu fiable, quels sont les chiffres réels de l’immigration ? Ceux des descendants de migrants ? 20 % ? Les droites authentiques le disent depuis longtemps : l’immigration de masse est une catastrophe sociale et économique. Avec 30 milliards d’euros, différents problèmes qui plombent l’économie pourraient être résolus. Au choix : le « trou » de la Sécurité sociale, dont on connaît du coup la cause, la réforme des retraites, la sécurité ou l’amélioration de la lutte contre le terrorisme. Autrement dit le quotidien des Français qui se lèvent tôt, ne passent pas la journée au PMU ou dans des cafés réservés aux musulmans et interdits aux femmes, une fois les prestations perçues. L’argent dont nous parlons est simplement celui des honêtes travailleurs de nationalité française, pour leur part écrasés de taxes et d’impôts pour financer les fraudes sociales. Charles Prats le dit : la question est d’autant plus grave qu’elle est connue depuis dix ans. Alors, à qui profite cette délinquance, outre aux fraudeurs ?

Source : Présent 10 mars 2020

08:47 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jounal du chaos

couv nn.jpg

Pour télécharger, cliquez ICI

08:06 Publié dans Le Journal du Chaos hebdo | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 13 mars 2020

Lorrain de Saint Affrique invité du Bistro Libertés de Martial Bild sur TV Libertés

DTCPigzWAAATX2Z.jpg-large.jpg

17:15 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Face aux crises, l’efficace retour des nations

Par Yvan Rioufol

riou.jpg Où est passé l’Union européenne ? Cofrontée au coronavirus qui a atteint l’Europe début février, Bruxelles en est encore à envisager une coordination des moyens. Face à la menace d’une invasion migratoire massive, encouragée par le Turc Erdogan, elle demeure pareillement empotée. Ses réponses à la crise financière qui se profile ne sont guère plus lisibles. Pourtant, les promoteurs de cette Union, tatillonne pour les petites choses, ne cessent de vanter ses mérites. Ils fusillent de mots blessants ceux qui constatent que ce club de technocrates et de faux curés aggrave la vulnérabilité des peuples, en plus de ne rien comprendre au nouveau monde qui vient.

L’UE a toujours vu les nations comme un obstacle à sa domination, et les frontières comme une contrainte à dépasser. Résultat : le Covid-19, venu de la Chone sans entraves, se balade dans la « Société ouverte » promue par George Soros et ses disciples, tandis que des « réfugiés » prêts à passer en force, rêvent d’en faire autant.et vogue la galère !

N’en déplaise aux hallucinés du mondialisme, l’addition des crises - sanitaire, migratoire, économique - doit beaucoup à la globalisation et à son éloignement des spécificités locales. Lundi, Emmanuel Macron s’est adressé aux dirigeants de l’UE : « Pour faire face au Covid-19, l’union fait la force. J’appelle nos partenaires européens à une action urgente pour coordonner les mesures sanitaires, les efforts de recherche et notre réponse économique ». Pour autant, la France suit sa propre politique. Elle n’a rien de commun avec celle de l’Italie, par exemple. Mardi, ses 60 millions d’habitants ont été sommés par le gouvernement de Giuseppe Conte de rester chez eux jusqu’au 3 avril, dans une mesure unique au monde. Pour sa part, la macronie croyait jusqu’à hier pouvoir gérer « une épidémie la plus courte possible », en misant sur la solidité de ses structures hospitalières. Le président devait en dire plus jeudi soir.

La conjonction des menaces oblige à des protections spécifiques, répondant aux réalités de chaque pays. Il est stupide de soutenir que la mondialisation n’a rien à voir avec la fulgurance de la pandémie, et que les frontières ne sont pas des protections. Après les confinements décidés par la Chine, son président a assuré mardi que le virus était « pratiquement jugulé ». Donald Trump vient de décider de fermer les États-Unis aux Européens, pour un mois. Outre Israël, qui a imposé des quarantaines à ceux venus de pays à risque, de nombreux pays d’Europe rétablissent des contrôles à leurs portes. C’est parce que l’Italie et la France n’ont pas jugé utile de procéder à temps à ces filtrages que ces deux pays ont été les plus rapidement touchés. Se souve ir de ce que soutenait le ministre des la Santé, Olivier Véran : « On ne fermera pas les frontières car ça n’aurait pas de sens ». Position confirmée le 27 février par la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye : «  Les frontières physiques n’ont pas de sens pour un virus».

En fait, le Covid-19 a une vertu : il révèle la contamination des esprits faibles par l’idéologie mondialiste. Cette dernière est plus dangereuse que le virus meurtrier, dont la survie s’annonce limitée selon les experts. Voilà des décennies que les peuples et les nations se laissent empoisonner par les convertis à la religion des droits de l’homme, qui dirigent l’Europe. Leur culte du « mêmisme » les pousse à ne plus différencier les cultures ni les civilisations. L’UE est atteinte de ce mal qui l’aveugle sur les dangers de l’offensive islamiste, qu’elle prend pour la plainte attendrissante des déshérités. Non contente de se faire insulter par Erdogan, cette Europe herbivore est prête aux accommodements avec son voisin carnivore. Angela Merkel et Emmanuel Macron se rendront ensemble à Istanbul le 17 mars afin de noter les exigences du maître chanteur, qui menace toujours de faire envahir le Vieux Continent par des hordes de malheureux. Ces humiliations munichoises sont déjà des défaites.

Sortir de là !

Le vieux monde vacille sous l’accumulation de ses bévues. Le krach boursier de lundi est une autre alerte qui pourrait remettre en cause l’excessive financiarisation de l’économie globalisée et laisser-fairiste. Il aura suffi d’une panique sur le coronavirus, rajoutée à une guerre des prix du pétrole déclenchée par l’Arabie saoudite contre la Russie, pour faire dévisser les places boursières. A rejailli, à cette occasion, le spectre d’une autre bourrasque systémique, comparable à la tempête bancaire et financière de 2008. Les choix mercantiles qui ont poussé naguère des industries françaises, en quête de profits faciles, à délocaliser leurs activités en Chine et dans d’autres pays plus rentables se révèlent désastreux. Ce capitalisme-là, soucieux de faire du fric en oubliant ses responsabilités humaines et sociales, ne peut plus être un modèle. Outre les nations et les frontières, ce sont aussi les souverainetés qui sont invitées à reprendre leur juste place. Les Etats eux-mêmes sont appelés à devenir les ultimes banquiers.

Le grand chambardement reste à mener à son terme. Il a comme précieux renforts les désordres, injustices et violences produits par un système déboussolé. Le progressisme planétaire, dont la macronie est un avatar, a enfanté des sociétés surendettées, fragiles, conflictuelles. Le héros est devenu une vieille chose ringarde, tandis que le statut de victime reste l’unique quête des communautés revanchardes. Constituées sous les vivats de l’idéologie diversitaire, ces minorités ont substitué leur tyrannie à la démocratie du nombre. Sous la pression de féministes radicalisées, Hachette vient de renoncer à publier les mémoires de Woody Allen, accusé sans preuve ni jugement d’avoir sexuellement abusé sa fille adoptive. Portés par leur sentiment d’impunité, les rappeurs Sneazzy et Nekfeu, « fiers » d’être musulmans, menacent le journaliste Pascal Praud d’« une balle dans le cervelet » sans que les protestataires protestent. Un monde agonise, étouffé par l’absurde. Vite, sortir de là !

Source : Le Figaro 13/03/2020

 
 

10:58 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La France malade du mondialisme

img-aff-covid19-df.png

Communiqué de la Dissidence Française 

En quelques semaines, l’épidémie de COVID-19 d’origine chinoise est devenue planétaire. Le monde dénombre désormais plus d’une centaine de pays touchés, des centaines de milliers de cas et déjà des milliers de morts. En Europe, la totalité du territoire italien est désormais en quarantaine. Son système de soin est débordé et son économie est au bord de la récession.

En France, le gouvernement Macron a tardé à agir et s’est montré incapable d’anticiper cette crise pandémique. Ainsi, deux semaines avant le commencement de l’épidémie dans notre pays, le 18 février 2020, il décidait l’envoi de 17 tonnes de matériel médical à la Chine, dont des dizaines de milliers de masques qui font aujourd’hui défaut au personnel soignant, aux médecins généralistes, et à la population. Ce même gouvernement a également tardé à limiter les vols en provenance des zones à risque, n’a pas ordonné des contrôles systématiques des voyageurs en provenance de ces zones ni rétabli les contrôles aux frontières, ni pris les décisions nécessaires lorsqu’il en était encore temps, par exemple celle d’accroître les stocks de masques de protection et de solutions hydroalcooliques pour éviter les pénuries. Ainsi, l’annonce par Emmanuel Macron ce soir du renforcement des mesures contre l’épidémie arrive très tardivement, et il y a fort à craindre que notre pays ne soit pas prêt à affronter une crise sanitaire grave et de longue durée. Pire, dans un cynisme à peine croyable le gouvernement Macron poursuit ses réformes et notamment le processus de ratification du projet de loi de réforme des retraites ou celui de l’assurance-chômage alors que plusieurs parlementaires sont empêchés – pour cause de contamination – et que les rassemblements et les manifestations de ses opposants sont limités par mesure de précaution.

Dans ce contexte de crise, la Dissidence Française lance aujourd’hui sa nouvelle campagne militante : « La France malade du mondialisme ». Car si cette pandémie met une nouvelle fois en évidence la légèreté et l’impréparation du gouvernement Macron, elle est aussi révélatrice de la faillite intégrale du mondialisme libéral : ouverture des frontières, délocalisation des activités de productions essentielles en Chine, fragilité des chaînes d’approvisionnement et risques de pénuries, absence de contrôle et de régulation des flux de populations, financiarisation de l’économie, effacement des souverainetés nationales, dépendance accrue vis-à-vis de l’étranger… L’idéologie mondialiste a considérablement accru les risques socio-économiques, politiques et sanitaires qui pèsent sur les nations européennes, et notamment sur la France. Mais si notre pays est aujourd’hui malade du mondialisme, le nationalisme sera son remède. Car il apparaît désormais évident que seule une politique fondée sur le protectionnisme et le localisme, sur le contrôle des frontières et des flux de populations, sur le rétablissement de la souveraineté nationale et de l’indépendance stratégique de notre pays pourra permettre à la France de sortir de cette crise pandémique et de se prémunir des prochains soubresauts de la mondialisation sauvage

Source cliquez ici

10:02 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Macron et le coronavirus : la politique du carton-pâte.

1299560-000_1pu4k6jpg.jpg

L'avis de Jean-François Touzé.

L'intervention télévisée d'Emmanuel Macron ce jeudi soir se voulait responsable et porteuse d'un message de puissance publique.

Elle ne fut qu'inutilement anxiogène, à l'image de la gestion brouillonne et incohérente qui, depuis les premiers jours, est celle de l'Elysée et du gouvernement face à la crise du coronavirus. 
 
Incapable, malgré ses appels factices à l'unité et à "faire Nation", de s'élever au dessus des contingences et de prendre, au delà de la fermeture des écoles, les mesures concrètes de protection des Français comme le font, par exemple les Présidents russes et américains, oscillant entre tentative décalée de rassurer et une dramatisation à la limite du ridicule, le Président de la République n'aura réussi qu'à convaincre les Français qu'ils n'étaient ni dirigés ni protégés mais conduits dans la nuit noire par un aveugle.
 
C'est au pied du mur que l'on voit le Macron. 
 
Des murs... Loin de dresser ceux qui seraient nécessaires pour combattre l'épidémie et ses effets sanitaires comme économiques et sociaux, loin de bâtir les digues contre l'invasion migratoire, loin d'ériger les barrières commerciales dont auraient besoin notre industrie et notre agriculture, loin de cimenter les remparts stratégiques que l'accumulation des menaces rendrait indispensable, Macron lézarde encore et encore notre édifice national et laisse la France à claire-voie. Ses murs à lui sont des murets. Ils sont en carton-pâte.

02:06 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

RAPPEL : VENDREDI 13 MARS À 17 H : RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN AU PEUPLE GREC DEVANT L'AMBASSADE DE TURQUIE À PARIS

1583779044623blob.jpg

Rassemblement de soutien au peuple grec face à l'agression migratoire turque, vendredi 13 mars à 17h à Paris, devant l'ambassade de Turquie (Place de Bolivie - XVIe - station Passy) !

Différents orateurs interviendront : Thomas Joly (Président du Parti de la France), Alexandre Simonnot (lira un message de Jean-Marie Le Pen), Olivier Piacentini, Fiorina Lignier, Epona (lira un message de notre camarade grecque Irène Dimopoulou).

Parce que leur frontière est aussi la nôtre, venez nombreux soutenir la résistance du peuple grec face à la déferlante migratoire organisée par Erdogan !

Seuls les drapeaux français et grecs sont autorisés. Un service d'ordre assurera la sécurité des participants.

NDLR : Synthèse nationale apporte évidemment son soutien à cette initiative.

Présentation1.jpg

02:05 Publié dans Combat nationaliste et identitaire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L'émission "Synthèse" de cette semaine avec Guillaume Fiquet, rédacteur en chef de la Revue d'Histoire européenne sur Radio Libertés

RL 139 2020 03 11 G FIQUET.jpg

Les précédentes émissions cliquez ici

Le lancement, en novembre dernier, de la Revue d’Histoire européenne comble le vide laissé, il y a quelques années, par la disparition de la Nouvelle Revue d’Histoire fondée par Dominique Venner. Pour parler de cette nouvelle publication trimestrielle de qualité, Roland Hélie et Philippe Randa ont invité à l’émission « Synthèse » de cette semaine Guillaume Fiquet, son rédacteur en chef. Il nous présente le numéro 2 consacré à la Rome antique et qui traite aussi de bien d’autres sujets. Le professeur Pierre de Laubier qui collabore aussi à la Revue d’Histoire européenne conclue l’émission par sa chronique sur « l’abominable histoire de France ».

02:03 Publié dans Radio Libertés Synthèse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 12 mars 2020

Stéphane Ravier : l’immigration de peuplement pour assistés sociaux

Discours absolument remarquable de Stéphane Ravier

Ravier-Le Pen.jpg

17:52 Publié dans MUNICIPALES 2020, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Psychose, Paranoia, Panique and C°

3043220120.jpg

Pieter Kerstens

« Psychose » est une œuvre cinématographique de Sir Alfred Hitchcock (1899-1980) né à Londres, naturalisé américain. Tous les amateurs du grand écran se souviennent de ce petit bijou du cinéma interprété par Anthony Perkins et Janet Leigh, dirigés magistralement par le maître du suspense et de l’angoisse. 

Depuis fin janvier en France, avec le rapatriement sanitaire de 220 citoyens résidents en Chine, les responsables politiques et la totalité des médias ont orchestré une réelle manipulation mentale de la population. Bien plus grave que la psychose des attentats durant l’année 2015, la paranoïa actuelle de cette épidémie d’origine virale, risque de déboucher sur une hystérie collective et une panique générale de peuples dorlotés dans un confort matérialiste exclusif. 

Le Covid-19 n’est qu’une affection saisonnière contagieuse.

Et chacun ferait bien de raison garder et de faire appel à son devoir de mémoire.

Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire (BEH) issu de l’Institut de Veille Sanitaire (InVS) nous apprend que le nombre de décès des personnes sans domicile fixe (SDF) est estimé à environ 3.600 par an -soit 300 par mois- selon « Libération » du 20/02/2018.

Les accidents à domicile (chutes, noyades, piqûres venimeuses, électrocution, intoxications) sont la cause de 32 décès chaque jour soit 900 tous les mois !

Est-ce pour cela que toutes les chaînes de radios et de télés vous en parlent du matin au soir ?

Et que des ministres se relayent tous les soirs sur les plateaux de télés ?

La grippe saisonnière d’octobre 2017 à avril 2018 a tué 12.980 personnes et d’octobre 2018 à avril se sont 7.200 malades qui ont succombé.

En France, il y avait 7 millions d’obèses en 2017. Ce problème sanitaire majeur est la 3ème cause de mortalité dans les pays riches et en France se sont plus de 50.000 personnes qui en meurent tous les ans (« le Monde » du 12.06.2017 et « l’Express » du 23.05.2017).

Est-ce que vous voyez des campagnes d’avertissements spécifiques à ce sujet, à la télé, dans les écoles, dans les universités, au cinéma ou encore des mises en garde permanentes de la part du Gouvernement ?

La maladie infectieuse la plus mortelle au monde est la TUBERCULOSE. En 2018, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a enregistré plus de 1.700.000 décès. En France, il y a eu plus de 5.000 nouveaux cas ayant entraîné environ 600 décès en 2018.

 Si l’on considère les maladies respiratoires comme la pneumonie, la bronchite ou la pleurésie, qui touchent surtout les enfants, l’OMS compte environ 1 million de décès tous les ans, dont 10.000 en France. Par ailleurs 11 malades décèdent tous les jours des infections nosocomiales en hôpital en France, soit plus que les morts suite aux accidents de la route. Ici encore, règne un silence suspect, pour ne pas parler de graves manquements quand aux mesures de stricte salubrité dans les établissements hospitaliers de l’Hexagone. On vous en parle tout le temps ?

De par le monde, le paludisme -ou malaria- transmis par les moustiques a été la cause de 585.000 décès en 2010, 416.000 en 2017 et 405.000 en 2018 soit 33.750 morts tous les mois !

DIX FOIS PLUS que le coronavirus en Chine ces trois derniers mois !

Et pour en terminer, L’OMS estime chaque année que la fièvre typhoïde touche au moins 15 millions de personnes et qu’elle entraine 150.000 décès, surtout parmi les enfants. Cette maladie transmise par la Salmonella Typhi peut être combattue par une vaccination conjuguée qui assure une immunité plus longue et peut être administrée aux nourrissons dès l’âge de 6 mois.

Bien sûr, ni les ministres et les politiciens de tous bords relayés par les médias « aux ordres » ne s’éternisent sur le nombre de nos citoyens qui décèdent tous les jours par centaines des suites d’infections, de contagions ou de maladies respiratoires, et personne ne diffuse les informations à ce propos, car faisant partie de la vie quotidienne et des aléas de notre existence.

Dix millions de morts dans le monde et 68.000 en France : et alors ?

Aujourd’hui on constate que quelques milliers de chinois seraient décédés du Covid-19, sur une population de 1,45 milliard d’individus. Que quelques centaines sont morts en Italie, sur plus de 60 millions d’habitants. Que cela serait aussi le cas en France dans quelques mois, et ailleurs dans les pays européens. Est-ce que la Terre va s’arrêter de tourner ? Est-ce pour cela que le Soleil ne se lèvera plus à l’Est ? Par contre, on constate déjà une baisse significative de la pollution par le CO2 de 25% en Chine, et les manifs avec Greta n’y sont pour rien !

En appliquant les mesures sanitaires de bon sens et les préceptes de nos grands-mères les gens pourraient évidemment éviter toute contagion à certaines maladies infectieuses.

Seulement voilà, le phénomène de nos sociétés européennes a voulu que toutes les populations exigent de l’Etat une prise en charge de leur existence sans risques ni aléas ; les individus voulant être pris en charge de leur naissance à leur mort par un « Etat Providence » au titre de leurs « droits à » et d’un « principe de précaution » sans pour autant y participer individuellement. C’est le règne du « moi d’abord » fondé sur un égoïsme outrancier et une absence totale des responsabilités. Et la mort met un terme à notre existence qui n’est pas éternelle, c’est bien pourquoi les plus âgés meurent en premier en toute logique!

En ayant imposé une communication permanente et généralisée sur la saga du Covid-19 du matin au soir, semaine après semaine, le Gouvernement et le docteur Micron ont diffusé une psychose au sein de la population qui lentement va conduire à une hystérie collective et aboutir à la panique. Les mesures de confinement des personnes dans leur domicile, la fermeture des écoles et des sites publics, les annulations des salons professionnels et des rencontres sportives et autres interdictions diverses seront autant d’éléments qui vont très certainement entrainer un ralentissement des activités industrielles dans tous les secteurs, alimenter une récession, cause d’un effondrement de nos économies européennes, qui entrainera inéluctablement un nouveau krach bancaire et financier. Et l’argent de nos impôts ne devra pas servir à aider les entreprises privées ni sauver des banques toujours plombées par des « actifs pourris ».

Conséquence des dérives d’un mondialisme effréné, que certains avaient pourtant prévu depuis longtemps, espérons que cette crise du Covid-19 fasse réfléchir les princes qui nous gouvernent.

17:30 Publié dans Les articles de Pieter Kerstens, Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

LE JOURNAL DE BORD DE JEAN-MARIE LE PEN DE CETTE SEMAINE

jeanmarielepenbannieresite.png

13:44 Publié dans TV SYNTHESE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Syrie : Turquie et Russie se partagent le terrain

syrie-turquie.jpg

C’est peu dire que la situation au Proche-Orient et notamment les rapports de la Turquie avec ses voisins est complexe. D’autant que la Russie s’est investie aux côtés de la Syrie tout en gardant un oeil sur la Turquie. C’est donc un jeu à plusieurs bandes qui se joue avec en toile de fond les milliers de migrants qui désirent gagner le continent européen. Rencontre avec Fabrice Balanche, géographe et spécialiste de la Syrie et du Liban, maître de conférence à Lyon 2.

Source : la revue Conflits n° 26

A lire ICI

11:55 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau cycle de la mondialisation

mondialisation.jpg

Par Laurence Daziano*

L’épidémie de coronavirus, partie d’un marché de Wuhan, entraîne l’économie mondiale dans un choc d’offre et de demande, aussi majeur que celui du choc pétrolier de 1973. Mais, au- delà de l’effet conjoncturel sur la croissance de l’année 2020, le coronavirus s’inscrit dans une profonde transformation des échanges mondiaux qui ouvre une nouvelle page de la mondialisation dans la prochaine décennie.

Le coronavirus a démontré l’extraordinaire dépendance des économies occidentales à la Chine. Depuis vingt ans, la production industrielle et manufacturière a été délocalisée en Chine, à un niveau extrême pour certains produits industriels stratégiques, à l’instar des médicaments ou des équipements télécoms. Pékin est désormais la « plaque tournante » de l’assemblage industriel mondial, que ce soit pour un smartphone, une voiture ou une batterie électrique. Le coronavirus a montré la grande faiblesse des chaînes mondiales de valeur, disséminées dans le monde entre plusieurs pays producteurs.

La mondialisation n’est pas en recul, mais plutôt en transformation, sous l’effet du protectionnisme de Donald Trump, du Brexit ou des débats autour de la guerre commerciale et technologique entre Washington et Pékin. Le néoprotectionnisme américain et le conflit latent avec la Chine font consensus dans les cercles de pouvoir à Washington. Les pays émergents conserveront l’avantage d’une main-d’œuvre formée et peu chère, mais les chaînes de valeur ainsi que les relations économiques et commerciales vont être transformées.

Les Européens eux-mêmes ont commencé à modifier leur posture en déployant des protections sur leurs actifs stratégiques et en réfléchissant à leur autonomie technologique. L’aggiornamento en cours à la Commission européenne sur la réciprocité commerciale en est un exemple, tout comme la régionalisation des chaînes de production illustrée par l’ouverture d’une usine par LVMH au Texas ou la construction d’une usine de Huawei en France, afin de contourner les obstacles non tarifaires et le souhait des Etats de protéger leurs intérêts strtégiques.

La transformation de la mondialisation pourrait même être analysée, non pas à la lumière du mouvement de globalisation entamée après la chute du mur de Berlin, mais plutôt à travers une histoire continue qui débuterait à l’époque des grandes découvertes et de la Compagnie des Indes orientales. Fernand Braudel l’a magistralement analysé dans « La Dynamique du capitalisme », en décrivant l’économie-monde avec son centre, dont découlent tous les échanges : « Le soleil de l’histoire fait briller les plus vives couleurs, là que se manifestent les hauts prix, les hauts salaires, la banque, les marchandises royales, les industries profitables, les agricultures capitalistes ; là que se situent le point de départ et le point d’arrivée des longs trafics, l’afflux des métaux précieux, des monnaies fortes et des titres de crédit. »

La mondialisation n’a jamais cessé de se développer et de se transformer depuis le 21ème siècle. New York n’est plus le centre unique de la mondialisation dont le cœur bat également à Shanghai, Bombay, Moscou ou Istanbul. Le cycle de la mondialisation « heureuse », apparu après la chute du mur de Berlin et prôné par Bill Clinton, prend fin. Un nouveau cycle apparaît, à l’issue incertaine.

(*) Maître de conférence à Sciences-Po

Source : les Echos 10/03/2020

Municipales : les 22 listes soutenues par le Parti de la France.

ob_57fc8c_mr4.jpg

Un communiqué du Parti de la France :

Habité d'une volonté d'implantation locale de ses cadres et inscrivant sa démarche au long terme dans une stratégie de rassemblement des droites nationales non reniées, le Parti de la France soutient activement 22 listes pour les scrutins municipaux des 15 et 22 mars.
 
Tarascon ( Bouches-du-Rhône) : Valérie Laupies
Hombourg (Haut Rhin) : Cassandre Fristot
Niort (Deux Sèvres) : Jean-Romée Charbonneau
Villers-Cotterêts (Aisne) : Franck Briffaut
Orange (Vaucluse) : Jacques Bompard
Bollène (Vaucluse) : Marie-Claude Bompard
Mornas (Vaucluse) : Joseph Joly
Guînes (Pas-de-Calais) : Christophe Marécaux
Metz (Moselle) : Françoise Grolet
Nancy (Meurthe et Moselle) : Grégoire Eury
Montpellier (Hérault) : Olaf Rokvam
Angers (Maine-et-Loire) : Olivier Douay
Le Mans (Sarthe) : Louis de Cacquerai- Valménier
Nantes (Loire Atlantique) : Eléonore Revelle.
Rethel (Ardennes) : Hervé Cambraye
Elbeuf (Seine Maritime) : Marie Durand
Le Luc (Var) : Pascal Verelle
Béziers (Hérault) : Robert Ménard
Romchamp (Haute-Saône) : Christophe Devillers
Taverny (Val-d'Oise) : Alexandre Simonnot
Toulon (Var) : Amaury Navarranne
Marseille ( Bouches-du-Rhône) : Stéphane Ravier.
 
Les lignes politiques commencent à bouger. Le temps d'une large recomposition approche. Ces élections municipales n'en constitueront qu'une étape.

10:04 Publié dans MUNICIPALES 2020 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

« Paniquez, paniquez, il en restera toujours quelque chose »

coronavirus.jpg

Bernard Plouvier

Depuis Beaumarchais, la propagande s’est multipliée de façon exponentielle : on est passé de la vitesse du cancanier à pied aux réseaux sociaux planétaires en direct. Les gens en sont encore moins sages et l’on n’a fait que faciliter la tâche des manipulateurs d’opinion.

Voilà que nos politiciens – dont l’efficacité à la tête des États n’échappe à personne – jouent aux « lanceurs d’alerte » et aux propagateurs de panique.

Pourtant, il semble logique de raisonner froidement... et, pour une fois, les statistiques – à qui l’on « ne fait dire ce que l’on veut » que lorsqu’on les truque – aident l’homme de bon sens.

1 – La pandémie de grippe 2009-2010 a touché, en 16 mois, plusieurs centaines de millions de personnes. La mortalité a d’abord été estimée aux alentours de 150 000 victimes. Puis les chiffres de l’OMS ont paru fort suspects et une méta-analyse publiée dans The Lancet le 26 juin 2012 faisait état d’environ 284 000 morts. Certains épidémiologistes ont même doublé cette estimation, la portant à 575 000 morts.

2 – La 3e épidémie de coronavirus (Covid 2019) a débuté la première semaine de décembre 2019. Au bout de 3,5 mois d’extension, on décompte, ce 12 mars 2020, un peu moins de 127 000 cas répertoriés de façon cumulative (Bulletin quotidien du Johns Hopkins Hospital and University de Baltimore), avec un peu moins de 4700 morts (et plus de 68 000 guérisons confirmées).

Si l’on veut bien réfléchir au problème : la mortalité globale (pays à bonne hygiène et pays à médiocre hygiène) est de 3,7 %, quasi exclusivement composée de sujets de plus de 65 ans. En Chine, où l’épidémie a débuté, l’on comptabilise un peu moins de 81 000 cas, dont un peu moins de 3 100 morts (mortalité un peu inférieure à 4%)

Pour le cas français (2 300 cas), la mortalité est d’environ 2%. Seule l’Italie semble en situation « critique » avec 6,6% de morts (sur un peu moins de 11 000 cas), mais la situation hospitalière italienne est catastrophique depuis des années. 

Les conclusions sont plutôt simples à tirer :

- Trois mois d’évolution permettent d’affirmer que le problème réel a été fortement exagéré. Une foule de patients contaminés est asymptomatique... les études ultérieures nous permettront de savoir quel est le ratio Asymptomatiques/Malades, parmi les sujets contaminés et de confirmer ou non les risques liés aux tranches d’âge. Cela permettra de mieux cibler les conseils de santé publique lors de la prochaine épidémie.

- La mortalité de la 3e épidémie semble confirmer celle des deux premières : elle est de type « sélection naturelle », portant sur les sujets retraités. C’est fort triste pour les sujets morts et leurs familles, mais l’impact sur la population active sera très faible et quasi-nul pour la génération montante. Des « consommateurs » meurent, mais restent en vie les futurs producteurs et l’élite à venir... qu’on veuille le reconnaître ou non, c’est la grande leçon à retenir de cette nouvelle épidémie.

- Pourquoi créer une telle panique et désorganiser pour quelques semaines la vie de plusieurs pays ? Réponse : nos merveilleux politiciens sont inaptes à faire autre chose que d’organiser leur propagande, de protéger leur réputation... et certains en profitent pour faire quelques coups bas à leurs concurrents.

- L’unique message qu’il faut faire passer est de conseiller aux plus de 65 ans de rester chez eux, le temps que l’épidémie se tasse. Des parents, des voisins peuvent prendre commande, par téléphone ou net, de leurs besoins et laisser le ravitaillement à la porte, tandis que la famille entretient les relations humaines par télécommunications... pour une fois les « réseaux sociaux » pourraient être utiles à autre chose que d’entretenir le narcissisme des jeunes et des moins jeunes !

Au plan strictement médical, il y a de gros progrès à faire pour informer le public : c’est une tâche trop importante pour la laisser aux mains ignobles des politiciens et des clowns des media.

2020 03 2VISUEL SN.jpg

09:45 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le virus, le vent et les girouettes

natacha-polony.png

L'éditorial de Natacha Polony dans Marianne.

Plein de bon sens, comme d'habitude.

Pour le lire, cliquez ICI

09:32 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 11 mars 2020

Le site du Parti de la France fait peau-neuve...

ban-2-scaled.jpg

Le nouveau site du Parti de la France est enfin disponible : www.parti-de-la-france.fr

Il a été entièrement revu et rebâti par un nouveau webmaster, sous la direction de Jean-François Touzé, Délégué général du PdF.

Plus clair, plus pratique, plus lisible, il répondra mieux aux attentes de nos militants, adhérents, sympathisants et même simples curieux qui souhaitent découvrir le Parti de la France.

19:32 Publié dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le nouveau clip des Brigandes : C'est écrit dans le journal...

72912671_10218157618963498_5051204109319798784_n.jpgDiapositive1 copie 28.jpg

Commander le CD cliquez ici

18:24 Publié dans CD | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

L’économie globale et la priorité donnée aux négociants sur les financiers

Bourse-les-raisons-de-la-degringolade.jpg

Bernard Plouvier

De 1830 aux débuts de l’économie globale et de la mondialisation de l’american way of life, les maitres du jeu furent les financiers, d’où des taux d’intérêts jouant au yo-yo (et divers slogans vantant la merveilleuse « inflation »), un endettement pharaonique des États et des particuliers, enfin quelques crises de spéculation (1873, 1929, 1937, 2007-2009 et on en oublie) pour pimenter la vie de dizaines de millions de pauvres diables réduits à la misère parce que de gros financiers, souvent cosmopolites, se comportaient en flambeurs.

Vers 1980-90, a débuté la nouvelle ère, qui n’est plus l’ère chrétienne et n’est fort heureusement pas (du moins jusqu’à présent) l’ère de la régression mahométane. Nous sommes entrés dans l’ère du gouvernement planétaire (presque) unique et de l’économie globale. Et c’est là que tous les « complotistes » se trompent : l’on n’assiste pas au triomphe des Financiers, mais à celui des Producteurs et surtout à celui des Négociants internationaux.

Le grand projet rooseveltien était d’américaniser la production agricole et industrielle et de faire de la planète un grand marché – l’URSS étant exclue, qui devait servir de repoussoir, de contre-exemple, au moins pour les premiers temps de l’ère du « One World–One Government ». Qu’il ait ou non développé le projet d’une fusion des races et des peuples en une « moyenne humaine », on ne le saura jamais, car Roosevelt ne s’est guère exprimé sur ce point... là encore, les complotistes vont un peu vite en besogne.

FDR n’était pas au service « des trusts » (et n’était pas plus dévoué à celui des Rockefeller qu’à d’autres) ; il n’était nullement au service « des Juifs » : les « complotistes » errent totalement. FDR s’est servi de tous ceux et de toutes celles qui pouvaient faire démarrer puis avancer son projet, qui, pour d’évidentes raisons historiques, n’a pu commencer que 40 années après sa mort, une fois disparue l’hydre communiste qui avait dominé bien plus d’États qu’il ne l’avait prévu dans son plan machiavélique.

Vers 1990, après l’implosion des ridicules économies marxistes, les USA croyaient se retrouver en position de monopole, ayant vassalisé l’Occident, les pays d’islam et l’Asie non maoïste.

Les gouvernants chinois viennent chambouler la donne par leur suprême intelligence : ils multiplient l’efficacité de l’économie occidentale par la discipline d’un régime dictatorial et poursuivent la politique d’imitation des produits issus du génie européen et nord-américain, ainsi que l’irrespect des conventions internationales sur les brevets de fabrication.

Qu’elle soit l’effet d’un hyper-capitalisme ultra-libéral ou d’un capitalisme hautement surveillé par l’État, l’économie actuelle n’est pas dominée par les financiers, mais par l’entente des grands entrepreneurs et des grands négociants, qui ont domestiqué les clowns de la politique et des media, succédant aux financiers dans ce rôle de manipulateurs d’opinions publiques et de marionnettes.

Par l’effet du triomphe de la production et de la distribution de masse – étendues à presque toute la planète -, les banques centrales ont reçu l’ordre d’anéantir (ou presque) l’intérêt de l’argent. C’est le reniement de 3 à 4 milliers d’années d’agiotage et de manipulations monétaires, au profit de la consommation massive, générant de superbénéfices inégalement répartis entre producteurs et négociants, gros et petits.

Donald Trump poursuit la grande politique rêvée par FDR. Il le fait avec le punch et l’absence d’hypocrisie qui le caractérisent : c’est-à-dire en parfait Yankee. Il dicte sa loi, parce qu’il dispose de la plus grande armée, du plus gros complexe militaro-industriel et des entreprises multinationales les plus puissantes, les plus innovantes et les plus impitoyables.

La minorité agissante de l’humanité actuelle est placée devant une alternative très simple. Ou bien, elle accepte un monde dominé par l’American way of life, ce qui implique à terme l’éclosion d’une humanité métissée, d’un Homo Consumans standard, gentil hédoniste, le tout dans une ambiance de féminisme hystérique, soit une formidable régression culturelle... en attendant une formidable régression de polarité inverse, apportée par les mâles djihadistes.

Ou bien, l’on organise, continent par continent, des empires ou des fédérations d’États populistes. Pour l’heure, les nations d’Amérique latine tentent des expériences malhabiles et non coordonnées. En l’Europe, l’Axe Berlin – Moscou pourrait servir de point de départ à un Empire fédératif, à l’unique condition que l’Allemagne réexpédie dans leurs pays d’origine les millions d’Extra-Européens qui sont venus la squatter. Ce sera la condition sine qua non pour réunir dans cet Empire les peuples d’Europe centrale, occidentale et scandinave.

L’Europe aux Européens est un slogan tellement évident et naturel que les princes du négoce en font un corpus delicti : énoncer cette banalité (qui est le slogan jumeau de « l’Afrique aux Africains » ou de la célèbre Doctrine de Monroë) mène droit en correctionnelle et, bientôt, non plus au lynchage médiatique, mais à l’égorgement rituel. 

Le monde dominé par le négoce ne peut être que cosmopolite. Un monde populiste ne peut se faire qu’en fédérant des nations homogènes.    

18:19 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

11 mars 1963 : souvenez-vous...

89647625_10213132915797872_4588128698334445568_n.jpg

18:12 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La Fête du Pays Réel est maintenue – Réservez vos billets

Alain Escada, président de Civitas

Nous avons naturellement entendu les nouvelles directives gouvernementales émises dimanche soir à propos des nouvelles restrictions destinées à lutter contre le coronavirus. Nous pouvons vous rassurer : la Fête du Pays Réel est bien maintenue, comme nous l’a confirmé ce matin la direction de l’Espace Jean Monnet après avoir pris connaissance de la note gouvernementale détaillée. Des dispositions seront simplement prises pour que nous ne dépassions pas la présence simultanée d’un millier de personnes. A ce titre, nous ne pouvons que vous encourager à réserver en ligne ici et dès maintenant vos billets d’entrée.

Sur place, des consignes élémentaires d’hygiène seront rappelées.

Mais nous refusons de céder au climat de panique entretenu par des médias en quête de sensationnel qui ont fait du coronavirus le nouvel épouvantail du moment. A titre de comparaison :

• le nombre de décès attribuables au tabac serait de 73.000 par an en France (estimation de la directrice du service d’épidémiologie des cancers de l’Institut Gustave Roussy confirmée par Santé publique France) ;

• en France, pour la saison 2018-2019, la grippe saisonnière a fait 8.100 morts (selon l’OMS et Santé publique France) ;

• il y a en France, chaque année, près de 3.500 morts et plus de 72.000 blessés par accident de la route (statistiques de la sécurité routière en France).

La mort fait partie du cycle naturel, quoi qu’en pensent les tenants du transhumanisme et même si chaque décès d’un proche nous déchire le cœur. On a même vu ces jours-ci le président Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse dans un Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, demander par mesure préventive à la population de ne plus venir en visite chez les personnes âgées. Pense-t-on vraiment que ces personnes âgées préfèrent l’abandon et la solitude au risque hypothétique d’attraper le coronavirus ? Et pourquoi le contact avec le personnel de ces EHPAD, bien évidemment en contact avec l’extérieur, serait-il moins à risque que celui d’une visite familiale ?

Devant tant d’incohérences, CIVITAS vous encourage à faire preuve de Foi et d’Espérance, à conserver la sérénité, armée de la prière et de la confiance en Dieu. En ce 1600e anniversaire de la naissance de sainte Geneviève, souvenez-vous comment alors que les Parisiens fuyaient honteusement à l’approche de l’armée barbare d’Attila, cette jeune femme alors âgée de dix-neuf ans les exhorta : “Ayez confiance en Dieu, implorez son secours, et ne trahissez point par votre fuite la cause du ciel et de la patrie.” Avec le succès que l’on sait.

ignace_banquet_550x825.jpg

2020 03 28 CIVITAS SN.jpg

16:01 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Une manifestation nationale est prévue samedi 14 mars à Paris, pour réclamer la destitution de Macron.

Capture d’écran 2020-03-11 à 14.02.32.png

Une manifestation nationale est prévue samedi 14 mars à Paris, pour réclamer la destitution du gouvernement. Un appel a été lancé afin de rassembler tous les secteurs d’activités pour « unifier les colères et les revendications, pour faire advenir un monde plus juste », d’après le texte de l’appel national. Les Gilets Jaunes se donneront rendez-vous dans la capitale à 13h, le lieu précis du rassemblement sera donné à la dernière minute.

Au total, trois manifestations auront lieu à Paris samedi prochain. La marche pour le climat partira de la Bastille à 14h, celle contre les violences policières débutera Place de l’Opéra vers 13h15, quant à l’Acte 70 des Gilets Jaunes, le lieu du rassemblement sera donné à la dernière minute. Une opération escargot sera toutefois lancée sur le périphérique parisien dès 9h. Les informations concernant ces différentes manifestations (heures et lieux) seront disponibles sur la page de démosphère.

Ces précautions sont prises afin de minimiser les verbalisations abusives pour « participation à une manifestation interdite ».

En province, les Gilets Jaunes planifient également leur arrivée dans la capitale. De nombreux événements Facebook ont été créés afin de faciliter la mobilisation et les déplacements.
Des départs sont prévus d’Auvergne-Rhône-Alpes, du Centre-Val de Loire, de Lorraine, du Nord-Pas-De-Calais, ainsi que d’Occitanie.

La cote d’Emmanuel Macron est au plus bas depuis mai 2019. Près de 70% des français sont insatisfaits de sa politique néo-libérale. Après plus de deux mois de fortes contestations provenant de différents secteurs de la société française, la réforme des retraites est passée en force via le déclenchement du 49.3. Ce mépris assumé de la macronie pour la population française ne passe pas : les Français se sont d’ores et déjà rassemblés spontanément à plusieurs reprises devant les préfectures de province et devant l’Assemblée nationale pour contester cette décision.

Source et suite sur Le Media Pour Tous

14:18 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Parce que le Président de la République doit retirer le projet de loi bioéthique, rendez-vous mardi 17/03 à 19h30 Place Clemenceau !

17mars.jpgEt oui.jpeg

 
 

13:58 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Protégez vous des mensonges médiatiques

6 réflexes à adopter pour se protéger des mensonges médiatiques. Une vidéo de Polémia et TV Libertés.

Capture d’écran 2020-03-11 à 11.37.14.png

 
 

11:41 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 10 mars 2020

Dette publique : Emmanuel Macron a réussi à faire pire que François Hollande

Macron dégage.jpg

Jean-Yves Archer, énarque, économiste et membre de la Société d’économie politique, donne les chiffres accablants pour le chef de l’Etat :

En 2012, lorsque François Hollande a été élu, notre dette était de 1 894 milliards d’euros, soit 90,4 % du PIB. À la moitié du mandat, en 2015, la dette était de 2 061,7 milliards soit une progression de 167,7 milliards. Emmanuel Macron fut élu en 2017 alors que la dette était de 2 198,3 milliards à mi-2017. Cette dette est désormais de 2 415,1 à la fin du troisième trimestre 2019, soit une progression de 216,8.  le président pulvérise le record de son prédécesseur et fait franchir à notre dette le seuil symbolique de 100 % du PIB, avec 100,4 %.  En même temps, comme dirait l’autre, il était ministre de l’Economie de François Hollande. Donc il a dépassé sa propre performance…

Jean-Yves Archer précise :

Au troisième trimestre 2019, source Insee, la dette s’est accrue de 39,6 milliards. Soit plus de la moitié des recettes de tout l’impôt sur le revenu. Ce chiffre simple atteste de la dynamique nocive de la progression de la dette.

Les magistrats financiers de la Cour des comptes ont explicitement énoncé que les efforts en matière de comptes publics étaient “à l’arrêt”.

Source: Le Salon Beige

 
 

18:35 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook