Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 avril 2014

« Moi Président » et son irréprochable République de copains et de coquins…

Dominique-Voynet_scalewidth_630-565x250.png

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

L’affaire a été rondement menée. À peine Dominique Voynet a-t-elle rendu son mandat municipal à Montreuil (93) qu’elle vient d’être embauchée à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), nommée en Conseil des ministres « sur proposition du ministre des Affaires sociales et de la Santé et du ministre du Travail », comme l’a précisé l’Élysée.

Une nomination qui reste en travers de l’œsophage du président PS de l’Assemblée nationale et ancien président du conseil général de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone, qui la brocarde sévèrement sur son blog : « Triste itinéraire d’une enfant gâtée de la République. Élue ou parachutée tour à tour dans le Jura, au Parlement européen, en Seine-Saint-Denis, puis défaite par les électeurs ou auto-démissionnée par certitude de l’être, madame Voynet, si prompte à critiquer la violence du “système”, restera certainement silencieuse quant à la manière dont elle vient d’en profiter goulûment. »

On sait les relations en général tendues entre socialistes et écologistes, mais entre Claude Bartolone et Dominique en Voynet en particulier, c’est de l’amour vache… et même vache folle !

D’autant que le « parrain » de la Seine-Saint-Denis, comme l’a surnommé l’intéressée en son temps, ajoute : « Au mieux, cette nomination apparaît comme le “golden parachute” d’une élue en mal d’électeurs. Au pire, elle procède d’un accord politique lui ayant permis de s’exfiltrer de Montreuil après avoir laissé cette ville en ruine et la gauche divisée comme jamais. »

Bon, ces deux-là ne nous feront pas un petit, on l’aura compris…

Pour se consoler, l’ancienne cheftaine des écologistes va pouvoir faire don de sa personne à l’IGAS sans craindre particulièrement les fins de mois difficiles ; même pour un ancien ministre, « la fourchette de rémunération d’un inspecteur général des affaires sociales est de 85.000 à 100.000 euros net annuels », indique l’IGAS. On survivrait à moins.

Et tant pis pour les quelques envieux qui rappellent fort désobligeamment ce qu’elle avait publié en automne dernier sur son blog – décidément, les blogs s’avèrent dangereux en politique ! –, pour justifier qu’elle ne briguerait pas un nouveau mandat municipal : « Je refuse de partir en campagne en promettant logements et jobs “à la mairie” à tour de bras ; de garantir à toute personne rencontrée dans la rue que sa demande, même injustifiée, sera traitée “en priorité” [...] ; de promettre à chaque dirigeant d’association évoquant sans pudeur l’imminence des élections une augmentation de sa subvention annuelle. »

Quant à « Moi Président », décidément, personne ne lui reconnaît enfin d’avoir prouvé en moins d’une semaine qu’il luttait avec efficacité contre le chômage, plaie de la France s’il en est depuis des décennies (pas que d’elle, d’ailleurs !) : après Harlem Désir, discriminé pour incompétence dans son ancien « job » (premier secrétaire du Parti socialiste) et sauvé in extremis par un secrétariat d’État, voilà une autre citoyenne qui aura échappé à Pôle emploi.

Comme quoi, si Dominique Voynet était sincèrement « dégoûtée par la politique », comme elle l’a clamé haut et fort en fin d’année dernière, la politique ne semble nullement dégoûtée d’elle !

10:09 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 17 avril 2014

Et maintenant, le sous-SMIC !

07377_boutique_soldes-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa cliquez ici

Il y a des sujets aussi polémiques que récurrents… Ainsi du tabou de la Sécurité sociale, de l’abrogation des 35 heures ou encore du salaire minimum interprofessionnel de croissance, plus connu sous ses initiales de SMIC.

Après Pascal Lamy, ex-directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) qui demandait plus de « flexibilité » pour le travail et le retour des « petits boulots », payés en dessous du SMIC, c’est Pierre Gattaz, patron du MEDEF, qui revient à la charge avec l’instauration à titre « temporaire » d’un salaire « transitoire » inférieur à celui-ci.

On sait d’expérience ce que promet l’adjectif « temporaire », soit en général « pour longtemps » ; et « transitoire » rime fâcheusement, en l’occurrence, avec « suppositoire ».

Évidemment, les réactions ont fusé. Indignées, en général… L’occasion fournie est trop belle, pour beaucoup, de la jouer « sociale », une fois n’est pas coutume ! Et l’ancienne patronne des patrons Laurence Parisot – qui a dû céder plus qu’à contre-cœur la place à Pierre Gattaz – ne s’en est pas privée, dénonçant la « logique esclavagiste » d’une telle proposition. Rien de moins.

Sans aller jusqu’à un tel extrémisme de vocabulaire, reconnaissons néanmoins que la justification de son successeur pour illustrer sa proposition est quelque peu (euphémisme !)… maladroite : un « sous-SMIC » permettrait, selon lui, aux jeunes d’entrer sur le marché du travail. D’entrer, peut-être ; de les motiver, c’est beaucoup moins certain…

Jeune, donc taillable, corvéable et exploitable pour des rémunérations au rabais : moins de mille euros pour subvenir aux besoins de première nécessité. Pour le superflu, monsieur Gattaz n’a pas indiqué d’âge minimum…

Alors, sachant qu’après quarante ans, le chômage menace tout autant, sinon davantage, après le sous-SMIC à l’intention des jeunes, pourquoi pas un sous-SMIC à celle des pas encore assez vieux ? Monsieur Gattaz n’en a pas parlé. Ça viendra, patientons…

Au-delà de l’ironie et des indignations de circonstance, il est un fait que le montant actuel du SMIC (1 445,38 euros brut au 1er janvier 2014) ne permet guère une vie très confortable d’une part (quoique cela dépende des régions), tout en étant trop élevé pour nombre de chefs d’entreprise d’autre part.

D’abord, parler de « sous-SMIC », n’est-ce pas déjà une imposture ? Peut-il exister, en français correct, un « moins minimum » ? Pas davantage qu’un « plus pire », me semble-t-il. Ensuite, la question n’est-elle pas plutôt : « Un SMIC moins élevé inciterait-il davantage à l’embauche ? »

C’est loin d’être certain si l’on s’en réfère à la méfiance à l’encontre du pacte de responsabilité proposé par François Hollande lors de ses vœux aux Français, « fondé sur le principe simple : moins de charges sur le travail, moins de contraintes sur leurs activités et, en même temps, une contrepartie, plus d’embauches et plus de dialogue social ».

Quatre mois plus tard, la plupart des chefs d’entreprise ne sont toujours pas disposés à « jouer le jeu », trop souvent échaudés par le passé par des promesses gouvernementales non tenues.

Baisser les charges ou baisser le salaire minimum, c’est quand même kif-kif bourricot, contrairement à tout ce qu’on voudra bien nous affirmer. Si le pacte de responsabilité ne convainc pas, le SMIC en solde ne le fera pas non plus.

10:33 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 15 avril 2014

Libé : un enfumage sans modération de l’Élysée ?

hollande-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

Les plus méchants diront que le quotidien Libération est tellement aux abois qu’il en est réduit à ce titre de une dont on ne sait si elle est plus affligeante que provocatrice, plus stupide que pitoyable : « Droguez-vous avec modération »…

Ils en sont là ! Pour faire parler un « coup » ? Pour vendre une poignée d’exemplaires de plus ? Si au moins le journal annonçait dans la foulée son dépôt de bilan, les responsables – on ne sait plus très bien s’il y a vraiment un directeur ou si c’est un soviet de salariés qui entend dicter ses conditions au baron de Rothschild – pourraient ainsi finir en « beauté », mais non, il ne semble pas que le journal fondé par Jean-Paul Sartre et porté durant la Mitterrandie par Serge July en soit là… même si presque !

Alors ? Pourquoi cette une vantant la libéralisation de la drogue ? Pour rabâcher, encore et toujours, que la « prohibition [ayant échoué], la consommation de masse, addictive, est en pleine croissance », comme François Sergent, directeur adjoint de la rédaction (Ah si ! Il y a une « direction » à Libé !), l’affirme, ajoutant pour tenter tout de même de justifier l’injustifiable que le « climat répressif qui tourne autour des drogues […] empêche tout débat, toute discussion, toute information auprès des usagers [...]. Notamment des plus jeunes et des plus vulnérables… »

Bien évidemment, les réactions ne se sont pas fait attendre, à commencer par celle de Serge Lebigot, président de l’association des « Parents contre la drogue », qui rappelle dans Le Figaro : « Qu’il soit donné acte à notre association, apolitique, d’avoir alerté, tant M. Valls, alors ministre de l’Intérieur, que Mme Touraine, alors ministre de la Santé, sur la folie et l’incohérence de s’acharner à vouloir ouvrir une salle de shoot à Paris, avant sa généralisation en France. Nous n’avons, hélas, pas été écoutés. »

Et de tacler la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (MILDCA, ex-Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie [MILDT]) qui, selon lui, « place sur le même pied d’égalité la dépendance au crack et à l’héroïne et celle aux jeux vidéo, pourquoi pas à l’addiction au café, [cela] en dit long de son nouvel état d’esprit ».

De même, Thomas Sotto, dans sa revue de presse sur Europe 1, fustige la provocation du quotidien passé de la gauche ultra à la gauche faillie, via la gauche caviar : « C’est à se demander ce qu’ils ont pris à Libé  ; [à] aucun moment ils [les journalistes de Libération] ne donnent la parole à un médecin ou un toxicologue qui pourrait mettre cela en perspective. »

À moins que… à moins que le locataire de l’Élysée n’ait simplement dealé avec le quotidien au bord du naufrage pour qu’il relance ce vieux débat polémique ? Les sondages annoncent, en effet, une nouvelle déconfiture du Parti socialiste aux élections européennes, le nouveau gouvernement – copie conforme du précédent – n’incitant pas les électeurs à épargner le parti au poing à la rose, désormais dirigé par Jean-Christophe Cambadélis…

Une façon comme une autre de détourner les esprits de la situation économique, comme l’année dernière la loi sur le mariage pour tous !… Bis repetita desperant ?

11:29 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 07 avril 2014

Anelka surenchérit : même pas peur !

anelka-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Le footballeur Nicolas Anelka vient de shooter fort avec ses explications au quotidien Metronews sur sa désormais célèbre « quenelle », faite en témoignage d’amitié pour son ami Dieudonné… C’était en décembre dernier, après un doublé sur le terrain de West Ham, au vu et au su de tous. Suspendu pour 5 matchs, condamné à 80.000 livres d’amende, finalement renvoyé de son club de West Bromwich Albion, beaucoup le croyaient mort professionnellement… et repentant… T’as qu’à croire !

Non seulement il intéresserait le club brésilien Atlético Mineiro pour la Copa Libertadores (équivalent de la Ligue des champions en Amérique du Sud), mais loin de battre sa coulpe, il persiste, signe et surenchérit dans son soutien à Dieudonné : « C’était un ami, c’est devenu un frère aujourd’hui ! C’est un humoriste, pas un politicien. Il demeure pour moi le meilleur de France. Ils sont nombreux à le penser, mais de peur de perdre le boulot ou autre, ils n’osent pas le dire… », ridiculisant ouvertement au passage le matamore Manuel Valls : « Il n’est pas très méchant ! Je pense plutôt qu’il a été sous l’influence de sa femme sur cette affaire de quenelle. J’espère qu’il mettra autant d’énergie à redresser le pays qu’il en a mis à combattre Dieudonné. »

S’il garde de l’incompréhension pour son club anglais « de [son] côté depuis le début de cette affaire, [et qui] fait [ensuite] marche arrière et entame une enquête à son tour », il n’a que mépris pour Valérie Fourneyron, ministre des Sports, qui avait déclaré que son geste était « une provocation écœurante » qui l’avait « insupportée » : « Je ne connaissais pas cette dame, qui n’est d’ailleurs plus ministre. Ce sont toujours les plus incompétents qui ouvrent leur bouche ! Mais pour en revenir à elle, si moi je l’ai insupportée avec ma magnifique quenelle, de voir une ministre des Sports ne pas savoir que la Coupe du monde a lieu en 2014 et non en 2016 et de confondre Cristiano Ronaldo avec Ronaldo El Fenomeno devant l’intéressé, ça, c’est vraiment insupportable… au moins, le président de la République l’aura bien compris ! »

Quant aux accusations à son encontre : « C’est bien beau de dire que je suis antisémite et raciste […] À un moment, il faut arrêter d’être parano et de croire qu’on est tous en guerre ! Les personnes qui ont fait ces gros titres ne connaissent pas ma vie […] Qui décide que la quenelle est antisémite et raciste, à part l’inventeur de ce geste ? Ce n’est pas à la LICRA de décider, mais à celui qui l’a inventée ! […] Si ça continue, les gens qui décident que la quenelle est raciste vont bientôt nous interdire de manger de l’ananas (allusion à Shoananas, chanson satirique de Dieudonné). »

Et si c’était ça, le changement annoncé ? Pas celui prévu par François Hollande, mais un changement plus important encore : « s’ils » ne faisaient plus peur ? Si les rappels à l’ordre de la « médiacratie », les injonctions ou les indignations de nos ligues de vertu que sont LICRA et CRIF n’avaient désormais pas plus d’importance qu’un… coup de pied dans un ballon de football ?

11:39 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 01 avril 2014

Au nord, une hécatombe à gauche et un maillage réussi pour le FN...

nord-corons.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez là

Après Hénin-Beaumont la semaine dernière, fief de gauche depuis quasiment un siècle (et sans discontinuer depuis 1945) passé sous direction frontiste, c’est Hayange en Moselle qui a été conquise par l’ancien militant de la CGT Fabien Engelmann, tandis que Florian Philippot, arrivé en tête au 1er tour, cède pour sa part l’élection au maire socialiste sortant : sans doute le vice-président du Front national a-t-il souffert de l’extrême médiatisation de sa candidature, tout comme dans le sud celle du député Gilbert Collard qui, lui non plus, n’accède pas à la mairie de Saint-Gilles qu’il convoitait.

Le mouvement de Marine Le Pen se consolera dans la moitié nord de la France par son implantation désormais indiscutable sur l’ensemble des départements, ce maillage réussi du pays qui était un des enjeux annoncés par l’ancienne candidate à la présidence de la République.

Outre le Nord où ses candidats portent hauts les scores frontistes (18,20 % pour Philippe Eymery alors que le maire historique Michel Delebarre cède sa mairie avec à peine 26,27 % à son ancien adjoint Patrice Vergriete, qui obtient 55,53 %) ou à Lille (18,22 % pour le frontiste Eric Dillies, derrière l’UMP-UDI Jean-René Lecerf (29,72 %) et le maire PS Martine Aubry à 52 %)…

On notera également la victoire du FN à Villers-Cotterêts en Picardie… Pour le reste, cette moitié nord de la France, c’est une litanie de villes qui basculent de gauche à droite : Laval, Nevers, Caen, Belfort, Tours, Tourcoing, La Roche-sur-Yon, Bar-le-Duc, Quimper… ou qui y restent, comme Bourges, Calais et… Paris !

Au fait, quel souvenir laissera la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet ? Rien ! Sa nouvelle coupe de cheveux pour l’occasion, peut-être… et encore ! Quand on pense aux scores des listes Chirac, puis de celles de Jean Tiberi après lui, la droite doit amèrement regretter d’avoir voulu éliminer ce dernier en tentant d’imposer le gaulliste de gauche Philippe Séguin… Elle ne s’est donc toujours pas relevée de cette division des siens dans la capitale.

Certes, de nombreuses villes restent à gauche dans la moitié nord de la France : Metz, Rennes, Brest, Lens, Le Mans, Boulogne-sur-Mer et – ô surprise ! – deux villes passent même de droite à gauche : Douai et… Verdun ! On aura tout vu ! Mais n’avait-on pas déjà vu la semaine dernière Niort, bastion socialiste s’il en était, passer à droite ?

Certes, Martine Aubry est réélue. Mais de justesse avec 52 % des suffrages (contre 66,56 % en 2008) et elle risque bien de perdre la présidence de la communauté urbaine de Lille : Roubaix, une des villes importantes de l’agglomération lilloise, étant passée à droite.

La gauche se consolera sans doute, en plus de Paris, de la victoire à Strasbourg de Roland Ries qui conserve son siège au détriment de l’UMP Fabienne Keller ; outre le candidat du Front national qui s’était maintenu, on ne pourra négliger l’impact durant la semaine passée de l’appel lancé par l’ancien député Robert Spieler aux électeurs : « Ne votez à aucun prix pour Fabienne Keller qui hait les nationalistes et soutient le mariage homosexuel ! »

Il semblerait par ailleurs que Villeneuve-Saint-Georges (dans le Val-de-Marne) reste aux mains du Parti communiste de… 30 voix ! Il s’en est donc fallu d’un rien que l’entente électorale « pragmatique » Divers droite/Front national ne gagne son pari… si tant est qu’il soit perdu, puisqu’un recours est d’ores et déjà annoncé.

15:32 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 25 mars 2014

Faute de front républicain, le front du chantage ?

images.jpgLa Chronique de Philippe Randa

Olivier Py, directeur du Festival d’Avignon, monte au créneau contre le candidat frontiste Philippe Lottiaux, arrivé en tête du scrutin dimanche soir.

« Je ne me vois pas travaillant avec une mairie Front national. Cela me semble tout à fait inimaginable », a-t-il déclaré au quotidien Libération.

Fort bien, la menace est d’importance veut-il faire croire…

Donc, si « l’inimaginable » devait avoir lieu, il envisage ni plus ni moins que sa démission… ou la délocalisation du festival dans une autre ville.

Rappelons tout de même qu’en 1995, contrairement à la tradition, le maire Jacques Bompard (alors FN) n’avait pas été élu à la tête de l’association qui organise le festival des Chorégies d’Orange ; nullement impressionné, il avait fait savoir que la municipalité supprimait sa subvention annuelle, ce qui allait être autant d’économisé pour les contribuables orangeois.

A ce que l’on sache, les Chorégies d’Orange existent toujours… et Jacques Bompart vient d’obtenir ce dimanche la confiance des électeurs pour la 4e fois !

Piteux Py !

12:59 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 20 mars 2014

Vie privée à crédit…

Philippe Randa 7.jpgPhilippe Randa

Billet publié dans Présent du 19 mars 2014

Alors que le nombre de dossiers de surendettement déposés auprès de la Banque de France n’a jamais été aussi élevé, le Conseil constitutionnel a censuré la création d’un fichier national des crédits à la consommation aux particuliers, pourtant principale source d’endettement des ménages.

Ce, au nom du respect de la vie privée : des milliers d’employés de crédit auraient ainsi pu savoir à quelle hauteur chacun de nous était endetté.

Et alors ? Des milliers de secrétaires n’ont-elles pas accès à nos dossiers médicaux ? Des milliers d’assistantes sociales à nos dossiers familiaux ? Des milliers d’employés de sécurités à nos va-et-vient grâce aux caméras de surveillance ? Des milliers d’employés des Hôtels des Impôts à nos déclarations fiscales ? Des milliers d’employés de banque à nos dépenses par carte ou chèque ?

La vie privée du citoyen semble moins sacrée que celle du consommateur !

NDLR : Vous pouvez désormais trouver régulièrement dans le quotidien Présent (cliquez ici) les billets de Philippe Randa.

07:56 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 18 mars 2014

Marc Blondel est mort : l’étrange malédiction trotskiste lambertiste

deces-de-lancien-secretaire-general-de-fo-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

Marc Blondel n’est plus. On ne parlait plus trop de l’ancien dirigeant du syndicat Force ouvrière depuis qu’il en avait quitté la direction, il y a tout juste dix ans, le 7 février 2004. Une fois seulement pour un procès d’emploi fictif. Condamné avec dispense de peine : pas de quoi fouetter un syndicaliste.

Sa mort le remet au premier plan de l’actualité, entre référendum en Crimée et pic de pollution en région parisienne…

« Capable de tenir l’estrade comme le pavé, capable de négocier comme de refuser, capable de provoquer comme de désarmer ses interlocuteurs, Marc Blondel était un personnage avec sa force d’entraînement. Il incarne plusieurs décennies de notre histoire sociale et restera comme un militant de la première à la dernière heure » : dixit le ministre du Travail Michel Sapin, digne fils spirituel du maire de Champignac pour l’occasion.

Il est certain, en tout cas, qu’avec Marc Blondel disparaît une « grande gueule » du syndicalisme. La dernière, semble-t-il. L’époque exige qu’on soit désormais aussi propre sur soi que pondéré dans les propos et terne dans l’élocution, bref incolore, inodore et sans saveur comme un Premier ministre de quinquennat.

Au-delà de son image médiatique, que restera-t-il de l’action de cette figure du syndicalisme ? Pas grand-chose, sinon qu’à coups de provocations et de polémiques, il aura réussi à concurrencer la CGT dans la surenchère et à pointer du doigt les compromissions de la CFDT, notamment avec son célèbre et tantinet misogyne tacle à l’égard de Nicole Notat, sa secrétaire générale en 1995 : « Mon boulot n’est pas de coucher avec les Premiers ministres. »

Rappelons pour le plaisir qu’il se sera opposé à la loi sur les 35 heures de sa pourtant très amie Martine Aubry, assurant que celle-ci allait entraîner une baisse du pouvoir d’achat des salariés : indubitable, mais bien vaine clairvoyance…

Le plus marquant des années Blondel à la tête de FO reste sûrement son accession à la tête de ce syndicat contre le dauphin désigné de son prédécesseur André Bergeron… Pour son biographe Christophe Bourseiller – auteur de Cet étrange monsieur Blondel : enquête sur le syndicat Force ouvrière (Éditions Bartillat) –, il s’agissait surtout d’une indéniable victoire des « trotskistes lambertistes », groupuscule d’extrême gauche dirigé par Pierre Boussel (candidat à l’élection présidentielle de 1988). Si cela était, cette mouvance – bien peu performante dans les urnes – aurait donc tout de même compté deux personnalités d’importance dans ses rangs, puisqu’il semble que Lionel Jospin, ancien Premier ministre, « en fut » lui aussi !

Ce dernier quittera la vie politique au soir de son éviction du deuxième tour de l’élection présidentielle de 2002 au profit de Jean-Marie Le Pen, qualifié à la surprise générale face à Jacques Chirac (Marc Blondel en aura désemparé plus d’un, s’affichant avec l’ancien président dans des déjeuners en tête-à-tête, mais refusant, au nom de l’indépendance syndicale, à appeler à voter pour lui à cette occasion).

Aujourd’hui, Marc Blondel quitte la vie à quelques jours d’une élection municipale qui pourrait bien porter, à l’hôtel de ville d’une commune des corons où il passa son enfance, un candidat à la flamme tricolore. Une commune qui se nommait alors Hénin-Liétard et désormais… Hénin-Beaumont. Étrange malédiction trotskiste lambertiste s’il en est…

 

Faites un don à SN.jpg

09:27 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 12 mars 2014

En Charente, une photo trop Bleu Blanc Rouge pour la Préfecture

brie.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez là

Quand on pense que les médias nationaux ne s’émeuvent que de petits scandales d’écoutes téléphoniques d’ancien président, alors qu’il y a des menaces autrement plus terribles sur notre sacro-sainte démocratie… On à peine à le croire. Et pourtant !

Sans la vigilance du personnel de la préfecture de la Charente, une liste a bien failli entacher le prochain scrutin municipal de Brie. La liste « Vivre ensemble à Brie », menée par Michel Buisson, a ému la commission de propagande : sur la photo rassemblant les colistiers du candidat, des dames vêtues de bleu, blanc et/ou rouge se tenaient… trop près l’une de l’autre !

« Il y en a une qui aime le bleu. L’autre le blanc et la troisième, le rouge. Sacrilège ! La commission de propagande qui s’est réunie vendredi au tribunal d’Angoulême pour examiner les professions de foi des différents candidats aux municipales n’a pas aimé la tenue vestimentaire des trois colistières de Michel Buisson sur la photo de famille à Brie », rapporte le quotidien La Charente-Libre qui rappelle « que c’est écrit en toutes lettres dans le code électoral, article R27 : “Les affiches et circulaires ayant un but ou un caractère électoral qui comprennent une combinaison des trois couleurs bleu, blanc et rouge, à l’exception de la reproduction de l’emblème d’un parti ou groupement politique, sont interdites”. »

L’ennui est qu’à bien regarder les dames incriminées, la couleur de leurs vêtures, autant que l’impression d’ensemble, certains esprits chagrins pourraient trouver qu’il faut être sacrément tordu pour y reconnaître, même de façon subliminale, les couleurs de notre drapeau national et encore plus imaginer une attention maligne des candidates et de leur tête de liste.

Agacé mais obéissant, Michel Buisson a donc obtempéré : « La commission m’a préconisé de refaire la photo. Je suis droit dans mes bottes, j’ai appliqué la consigne. Je ne veux pas risquer de voir demain une potentielle élection annulée. Mais je trouve ça complètement tiré par les cheveux. À aucun moment, nous n’avions remarqué cette proximité de couleurs même pas dans l’ordre. »

A-t-il dû refaire faire la photo – qui ne songerait au sketch de Bigard « La photo de mariage » – en redemandant à tous ses colistiers de revenir prendre la pose ? Non, le progrès qui a nom photoshop (un logiciel de retouche) a permis de modifier les couleurs : un pull bleu ciel est devenu violet pisseux (la propriétaire appréciera !), un foulard est passé de rouge vif à orange terne et une écharpe rouge bordeaux à rose vilain… La démocratie est sauve !

Mais l’affaire ne s’arrête pas là… Ayant « fuitée » sur les réseaux sociaux comme le premier des scandales d’État venu et les fonctionnaires de la Préfecture s’étant vu brocardés comme on s’imagine, « Elle (la Préfecture) m’a appelé longuement, explique le candidat à la Marie de Brie, presque pour me reprocher d’avoir appliqué ce qu’elle ne disait être en fait qu’une simple préconisation. »

Et Michel Buisson, forcément, de s’interroger : « Mais qu’arrivera-t-il demain si je suis élu maire et que je n’applique pas ses recommandations ? À ce moment-là, à quoi ça sert de demander des modifications si elles n’ont en réalité aucun sens ? (…) La prochaine fois, on posera nus et on en profitera pour éditer un calendrier ! »

Il est des Maires qui découvrent l’enfer administratif de la fonction à peine élu… Lui aura été mis au parfum avant même le scrutin !

09:50 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 06 mars 2014

Buissongate : « Allô, Sarkoland ? Pourquoi tu tousses ? »

patrick-buisson-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

Sacré Patrick Buisson ! Ancien conseiller de l’Élysée, il aurait enregistré toutes ses rencontres avec Nicolas Sarkozy… et avec beaucoup d’autres. Son avocat, Gilles-William Goldnadel, explique qu’« en tant qu’intervenant essentiel de ces réunions [il] ne pouvait prendre des notes écrites et utilisait ces enregistrements pour préparer la réunion suivante [et que ceux-ci] étaient détruits au fur et à mesure, sauf manifestement quelques-uns qui lui ont été dérobés et dont il est fait présentement un usage extravagant et pervers. »

Diabolisée à outrance depuis des mois par la gauche, l’ex-éminence grise de l’Élysée est désormais détestée par les « ex » du quinquennat passé… Enregistrés à leur insu, tous cherchent à se souvenir à quelles vacheries, à quels commentaires politiquement incorrects ou à quelles blagues vaseuses ils ont eu l’imprudence de se laisser aller… et peut-être encore plus, de quels jugements cruels ils pourraient avoir été eux-mêmes gratifiés… et par qui !

Après la gauche haineuse, la droite terrorisée…

Oui mais… Patrick Buisson est-il seulement ce personnage indélicat – il n’aurait pas prévenu qu’il enregistrait – tenté d’archiver des discussions pour écrire ses futurs mémoires ? Jacques Attali, conseiller de François Mitterrand, au dictaphone près, a eu le même comportement : garder des notes n’est pas nouveau… Nicolas Sarkozy pouvait-il ne pas s’en douter ? Et si oui, n’aurait-il pas laissé faire… pour assurer son propre avenir ? De tels enregistrements peuvent s’avérer fort utiles pour neutraliser l’ambition de proches risquant de contrarier la sienne…

Les premiers enregistrements rendus publics par Le Canard enchaîné et le site Atlantico ne se révèlent guère croustillants, sinon que l’ancien président, outre son cynisme politicien, est aussi élégant dans l’intimité qu’en public lorsqu’il parle des « connards de chiens ».

Le plus grave n’est-il pas que ces enregistrements soient parvenus à certains médias ? Très sûrement par des fuites policières ou judiciaires de pièces sous scellés, suite à des perquisitions chez Patrick Buisson, ainsi que l’a rappelé l’actuel député UMP Henri Guaino.

Nicolas Sarkozy pourrait désormais apparaître comme à la fois victime de l’indélicatesse manifeste d’un ancien conseiller présenté depuis des mois comme un épouvantail politique… et d’un gouvernement aux abois, prêt à toutes les infractions pour l’atteindre.

Quant à cette « ligne Buisson » dite d’extrême droite, quelle influence a-t-elle eu durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy ?

Ayant impressionné le prétendant Sarkozy en lui annonçant à l’avance que les Français voteraient « non » au référendum sur la Constitution européenne en 2005, celui-ci suivit en effet les savants conseils de Patrick Buisson pour sa campagne présidentielle de 2007 : s’emparer du programme du Front national et même promettre davantage aux électeurs. Bonne pioche ! C’est lui – et donc Buisson ! – qui fit réellement reculer pour la première fois le Front national et son leader historique.

Mais ensuite ? Cinq ans durant, jamais le président élu ne suivit ses promesses électorales, bien au contraire… et en 2012, c’est Nathalie Kosciusko-Morizet qu’il choisit comme porte-parole.

À défaut de mentor idéologique, et malgré ses qualités certaines, Patrick Buisson se sera contenté de soigner la paranoïa sondagière de l’ancien président par des prestations de service fort coûteuses… Force est de constater que la « soirée du Fouquet’s » contamina plus sûrement l’ancien maurassien que sa ligne idéologique n’influença en quelques manière que ce soit la nature « bling-bling » du mari de Carla Bruni…

13:40 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 28 février 2014

A Vénissieux, les « ex » du FN se rappellent au mauvais souvenir de Marine

venissieux.jpg

La Chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

À chaque échéance électorale, ses grandes ambitions… et ses petits règlements de comptes. C’est la loi du genre humain, les médias en raffolent et guère de partis politiques ne s’y laissent piéger.

À Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, deux anciens élus du Front national (Yvan Benedetti et Alexandre Gabriac), décrétés persona non grata par la direction de ce parti pour des déclarations ou des passés militants par trop radicaux, voire trop nostalgiques, ont décidé d’y déposer une liste en vue des prochaines élections municipales.

Marine Le Pen les a aussitôt qualifiés de « parasites » et a réclamé au préfet du Rhône de ne pas valider cette liste. En cause, son nom : « Vénissieux fait Front ».

« Il est clair que la dénomination de cette liste constitue un acte de parasitisme du nom “Front national”, parasitisme autant juridique que politique », a-t-elle écrit au préfet du Rhône, Jean-François Carenco, ajoutant qu’« il est tout aussi clair que le Front national n’a rien de commun avec les parasites qui animent cette liste », et lui demandant « pour cette raison de [lui] refuser le matériel électoral ».

Rien de moins.

Les intéressés, évidemment, démentent toute intention maligne et Yvan Benedetti, ancien président de L’Œuvre française – mouvement dissous l’année dernière par Manuel Valls –, réplique : « Notre liste ne s’appelle pas le “Front national”, que je sache. Elle reprend le nom du groupe que je préside au conseil municipal de Vénissieux depuis six ans, et cela n’a jamais posé de problème », tandis qu’Alexandre Gabriac – pour sa part ex-dirigeant des Jeunesses nationalistes, autre mouvement également dissous par le ministre de l’Intérieur à la même époque que L’Œuvre française – martèle : « Cela ne m’étonne pas de sa part. Marine Le Pen a toujours cherché à monopoliser la parole de la droite nationale. C’est vraiment une manœuvre ridicule. »
Ambiance, donc !

S’il est évident que la confusion aura forcément lieu chez nombre d’électeurs, d’autant que le responsable du Front national Christophe Boudot ne semble pas – ou plus, faute de pouvoir désormais réunir suffisamment de candidats, les deux « ex » du FN ayant récupéré « les trois quarts de sa liste » de 2008 – en mesure de monter lui-même une liste, est-il vraiment licite pour Marine Le Pen d’employer le terme de « parasitisme » envers des concurrents politiques, soit un argument dans l’esprit comparable à celui de l’UMP qui rabâche sans cesse que « voter FN, c’est faire gagner la gauche » ? Quant aux termes utilisés, il est difficile d’exiger le monopole de certains mots ou plus encore de certaines expressions : « faire front » n’est pas une marque déposée.

La présidente du Front national, qu’elle obtienne gain de cause ou non dans sa demande au préfet, aurait sans doute eu davantage intérêt à ne pas porter la polémique sur la place publique… Outre la « publicité » ainsi faite aux « dissidents » tant honnis, ses déclarations auront mis en lumière l’incapacité de son mouvement à monter cette année une liste dans une ville où il était pourtant implanté (deux élus en 2008)…

Au contraire d’un duo de « vils extrémistes » qui n’en espérait sûrement pas tant !

13:03 Publié dans La chronique de Philippe Randa, Municipales 2014 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 27 février 2014

Et si la théorie du genre se résumait à un simple recyclage militant ?

3896119959.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

La théorie du genre exacerbe les passions, mais tous ceux auxquels on reproche de vouloir la propager n’ont de cesse de jurer qu’on se méprend sur leurs intentions, qu’ils ne sont en rien manipulés pour préparer les enfants à devenir des jouets sexuels, qu’il n’a jamais été question de « masculiniser » les filles et pas davantage de « féminiser » les garçons… Alors, quoi ?

Sa définition sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia fait simplement référence à des études du genre dans le cadre d’autres études faites sur les inégalités sociales avec études – encore ! – de la possibilité que les préférences sexuelles seraient définies non par la nature, mais par des contraintes idéologiques, religieuses et bla-bla-bla, bla-bla-bla…

Mais pas un mot sur le fait que cette théorie qui voudrait que l’être humain soit par nature indifféremment femme ou homme et que les différences ne proviennent que de contraintes sociales – soit les notions de « sexe intérieur » et de « bipolarité » des êtres humains – date de l’année 1903 et a été émise par Otto Weininger, jeune homosexuel juif qui haïssait autant sa mère que sa judaïté et trouva toutes les réponses à ses soucis en se suicidant avant l’âge de 25 ans ! (Le Devoir d’insurrection, Bernard Plouvier, L’Æncre, 2013).

Avec un tel concepteur de la théorie, on comprend les familles qui rechignent à laisser leurs enfants découvrir l’intérêt de cette funeste plaisanterie.

En revanche, une telle théorie fumeuse est pain bénit pour le recyclage de militants ; elle apporte un nouveau souffle à une vieille antienne des mouvements féministes : la lutte contre les inégalités entre femmes et hommes… et n’est finalement prétexte qu’à la poursuite d’activités d’une poignée de furies mal-aimées et d’éternels obsédés de la cause homosexuelle, subsistant principalement par la générosité des subventions publiques. Et leurs élucubrations sont ainsi relayées par des journalistes en mal de copies et de pseudo-philosophes en mal de débats et plus encore de notoriété médiatique… Tout ce petit monde y trouve son compte, tout autant d’ailleurs que les opposants à l’actuel gouvernement dont les rangs grossissent ainsi sans difficulté.

Car le plus effarant, dans tout ce délire, c’est bien l’ampleur du boycott partiel de l’école pour s’opposer au programme « ABCD de l’égalité » en test dans 10 académies !

Il ne s’agissait sûrement pas de rumeurs d’apprentissage de la « théorie du genre » sur des jeunes de 3 à 15 ans, comme s’en est défendu le ministre Peillon ; le programme « ABCD de l’égalité » est bel et bien un « test » pour la mise en place d’un programme de propagande politique. Gageons toutefois qu’il aura sans doute – et plus encore désormais – autant de concrétisation que le programme d’éducation sexuelle à l’école, tant promis dans les années 70 et dont tout lycéen ou collégien de cette époque attend encore la première minute… (Au moins aurons-nous eu à cette occasion une notion de ce qu’est la frustration… et appris ce qu’il faut attendre de certains annonces gouvernementales.)

« Le crime, c’est horrible ! Oui, mais ça fait vivre tant de gens… », entend-on dans La Poison de Sacha Guitry.

« La théorie du genre, c’est débile ! Oui, mais ça permet de recycler tant de militants… », constate-t-on dans la France de François Hollande.

12:09 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 19 février 2014

En Suisse, l’armée protège… mais « aux heures de bureau » seulement !

Axalp_F-5E_Patrouille_Suisse-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

On savait la Suisse d’un naturel à ne pas trop s’angoisser, du moins « tant qu’il n’y a pas l’feu au lac », comme on dit là-bas… Alors, pensez si la nonchalante Helvétie ne va pas se faire plus de souci que nécessaire pour un simple détournement d’avion dans son ciel. Car l’heure, c’est l’heure et au pays des montres de précision autant que de prestige, les pirates de l’air sont priés de « mettre le cheni » (mettre le bazar)… aux heures de bureau car l’armée n’y est jamais « opérationnelle avant 8 h du matin »… Gag !

La preuve par ce Boeing 767-300 d’Ethiopian Airlines à destination de Rome, détourné dans la nuit de lundi à mardi au-dessus du Soudan… Bien qu’alertés dès 4 h 30 du matin, les militaires suisses n’ont pas bougé, s’en remettant à leurs voisins plus… matinaux ! Une fois l’avion détourné arrivé dans l’espace aérien italien, ce sont donc d’abord deux Eurofighter de l’armée transalpine qui ont pris « l’affaire en vol » avant que deux Mirage 2000 de l’armée française ne l’escortent ensuite jusqu’à l’aéroport de Genève où il s’est posé à 6 h 02…

« En 2014, l’armée de l’air suisse n’intervient que durant les heures de bureau », a ainsi expliqué sans crainte du ridicule au journal 20 Minutes Laurent Savary, porte-parole des forces aériennes suisses, ajoutant pour la Tribune de Genève que « les forces aériennes suisses sont disponibles entre 8h et 12h et de 13h30 à 17h. »

Déclaration à mettre en parallèle avec l’ambition déclarée d’Ueli Maurer lorsqu’il prit, en 2008, la direction du Département fédéral de la défense : « Faire de l’armée suisse la meilleure du monde. »

Les réalités budgétaires, hélas, sont malheureusement trop impitoyables : « Vous avez un budget et vous êtes obligés de faire des choix en fonction de vos priorités », reconnaît Jürg Nussbaum, porte-parole de l’armée suisse.

Un choix qui tombe à un moment délicat des relations de la Suisse avec les autres pays européens après les résultats de la récente votation limitant à l’avenir l’immigration en Suisse… Nul doute que les populistes de l’UDC vont prendre prétexte de leur armée ridiculisée pour réclamer qu’on la dote de moyens supplémentaires, tandis que les pro-européens vont dénoncer le risque d’un isolement continental de leur patrie…

« Ces divergences vont réapparaître en mai. Les Suisses voteront en effet sur l’achat de nouveaux avions de chasse Gripen. Décidé par le gouvernement et le Parlement, le financement doit encore être approuvé par le peuple. Mais selon un sondage diffusé lundi, 53 % des Suisses s’opposent à une telle dépense », rapporte déjà Alexandre Boudet dans le Huffington Post.

Et le pirate de l’air, dans tout cela ? Arrêté dès sa descente (par un hublot) de l’avion, il ne s’avère être finalement qu’un énième demandeur d’asile politique… Un natif d’Éthiopie qui avait profité que le commandant de bord soit allé aux toilettes pour s’enfermer dans le cockpit. C’est fichant ! Comme on dit aussi au pays du gruyère (sans trous, le gruyère).

Conseillons, en attendant, à nos amis helvètes d’autoriser désormais leurs pilotes à ne se soulager qu’en dehors des « heures de cockpit »…

07:20 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 17 février 2014

Renaud Lavillenie, un extraterrestre ? Simplement un champion… et c’est plus rare !

renaud-lavillenie.jpg

La Chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Un exploit reste toujours un exploit. Et celui du perchiste français Renaud Lavillenie qui a passé 6,16 m (nouveau record du monde) à Donetsk (Ukraine), sur les terres de l’ancien recordman Sergueï Bubka, restera de fait dans les mémoires sportives. L’ancien record était vieux de 21 ans… Combien de temps le restera le sien ? Des mois ? Des années ?

Les records sont faits pour être battus, notre champion le sait très bien lui-même. Au journaliste du quotidien L’Équipe, Nicolas Herbelot, qui lui demande : « Ces 6,16 m, n’est-ce pas votre plus beau saut ? », il a cette réponse mesurée : « Peut-être pas le plus beau, mais le meilleur. Beau, on s’en fout un peu. C’est le saut rêvé puisqu’on passe au-dessus de la barre, que cette barre est belle et qu’elle reste en haut quand on redescend. Un record olympique aux Jeux à Londres (5,97 m), c’était déjà bien ; un record du monde aux Championnats du monde, c’est encore mieux. Mais la médaille d’or reste la plus précieuse. Derrière, il y a la Marseillaise… Et puis on la garde, alors que le record, on le perd un jour… »

On appréciera, au passage, qu’un tel athlète soit sensible à notre hymne national et le fasse savoir… Il faut dire qu’il n’y a désormais plus guère que dans le domaine sportif où le patriotisme a encore sinon droit de cité, tout au moins droit d’être cité.

Et saluons également la réaction du champion détrôné Sergueï Bubka, légende de la perche mondiale et présent au meeting Pole Vault Stars. Il a été parmi les premiers à féliciter le Français : « Une nouvelle ère dans ce sport est arrivée. Aujourd’hui, le vainqueur est un champion olympique, une personne qui a déjà obtenu de nombreux succès. Nous nous attendions à cet événement et nous sommes ravis que cela se soit passé précisément ici, à Donetsk […] J’ai beaucoup de sympathie pour ce gars. Je suis sûr que ce n’est pas le dernier sommet qu’il atteint et que d’autres succès brillants l’attendent. »

Cela étant dit, et sans retirer une once d’admiration à ce grand athlète des plus sympathiques, constatons aussi que nombre de commentaires du monde politique et journalistique n’ont pas la même élégante pondération.

Depuis sa prestation connue, le langage des journalistes connaît une inflation de superlatifs assez grotesque… Pourquoi le qualifier « d’extraterrestre » ? Ne peuvent-ils imaginer qu’un simple terrien, à force d’entraînement, de volonté et de travail (il a amélioré à deux reprises son record depuis le début de l’année) soit ainsi capable d’un tel exploit ? Comme d’autres avant lui et, à l’évidence, après lui ? Et s’ils étaient, eux, des extraterrestres de l’information ?

Plutôt que d’imaginer ainsi quelque « anormalité terrestre », ne serait-il pas plus valorisant pour notre héros de reconnaître qu’un terrien, certes issu d’une famille de perchistes – mais si cela suffisait, ça se saurait – puisse presque tout gagner dans sa discipline et se hisser aux premières places majeures (à l’exception des Championnats du monde), parce que, comme il l’assure, « à aucun moment je n’ai douté. Je me suis dit “donne tout ce que t’as” »…

Renaud Lavillenie, un extraterrestre ? Simplement un champion… et c’est plus rare !

 

Faites un don à SN.jpg

16:30 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 11 février 2014

Avec les écolos, le bonheur est dans le gouvernement !

boulevard-voltaire-feminisme-565x250.jpg

Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Avec nos amis les Verts, on est rarement déçu ! Chacune de leurs interventions est l’occasion de s’en payer une bonne tranche. De consternation dans les projets annoncés, de pitié dans les alliances électorales… et de « poilade » dans les déclarations.

La dernière en date vaut son pesant de cacahuètes (on les leur lancera sous condition qu’elles proviennent de commerce équitable, bien sûr)…

Depuis samedi, Europe Écologie Les Verts (EELV) est désormais pour une « participation combative » au gouvernement… Alors qu’on s’attendait à les voir abandonner le radeau de la méduse par indigestion de couleuvres – on ne les compte plus, de la reculade sur l’écotaxe à celle de la loi sur la famille en passant par les déclarations prêtées à Arnaud Montebourg, sur une technique expérimentale « propre » d’extraction des hydrocarbures de schiste –, ils ont bel et bien clamé leur volonté, ce samedi, « d’imprimer leur marque sur l’action du gouvernement »

Sans blague ?

« Quand on est de gauche et qu’on voit ce qui se passe à l’extrême droite, qu’on voit la droite et les messages qu’elle apporte, qu’on voit ce qui se passe dans la rue et qu’on voit qu’il n’y a pas d’offre alternative avec le Front de gauche [...], je ne vois pas quel serait l’intérêt pour les écologistes de rajouter une crise politique, voire politicienne », a renchéri de son côté Jean-Vincent Placé, patron des sénateurs EELV.

Mais attention, si pour François de Rugy (coprésident du groupe écologiste à l’Assemblée nationale) non plus « la participation de ministres écologistes au gouvernement ne se pose pas », un communiqué d’EELV a bien précisé qu’« en raison des orientations économiques choisies par le gouvernement, le soutien d’EELV au pacte de responsabilité n’est pas acquis ».

« Ce que je souhaite aujourd’hui, c’est que nous ayons une participation combative à ce gouvernement. Nous devons être combattants dans ce que nous voulons », a tonitrué Emmanuelle Cosse devant le Conseil fédéral du parti.

Pauvre femme… On achève bien les chevaux, d’accord, alors que les écolos, eux, n’ont besoin de personne ; ils s’auto-flagellent à longueur de déclarations. Des kamikazes masochistes qui n’en finissent plus de se donner corps et âme aux socialistes avec des soupirs de bêtes à l’hallali plutôt qu’en rut. Évidemment, Maîtresse Cosse doit quand même faire avec sa base. Certains militants, moins masos, rechignent de plus en plus, semble-t-il, à subir à répétition les derniers outrages infligés par le Daft Punk élyséen et son teneur de chandelle de Matignon.

La responsable EELV a donc appelé ses militants à être « extrêmement soudés » pour qu’arrive à terme la loi sur la transition énergétique (le texte devrait être présenté en Conseil des ministres en juin-juillet) et pour laquelle EELV se montrera « totalement intransigeant […] parce que c’est une opportunité que nous n’aurons qu’une seule fois. Soit nous réussissons cette année, soit il n’y aura pas de transition énergétique dans le quinquennat […] Il faut mettre la barre très haut. » Comme Gérard (Eddy Mitchell) avec Nicole (Sabine Azéma) dans Le Bonheur est dans le pré ?

Cette année, la tendance à EELV sera donc « cuir et martinet » plutôt que « chaînes et colliers » ? L’une n’empêche pas l’autre…

 

Faites un don à SN.jpg

10:37 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 03 février 2014

Pays réel contre théorie du genre : Vincent Peillon divorce des Français

vincent-peillon

 

La chronique de Rhilippe Panda

 

Le sondage BVA pour Le Parisien publié dimanche nous apprend que six Français sur dix considèrent Vincent Peillon comme un mauvais ministre de l’Éducation nationale : « Une majorité de 54 % estime qu’il est “plutôt moins bon” que ses prédécesseurs de la présidence Sarkozy, contre 41 % qui le jugent “plutôt meilleur”. Auprès de ceux qui disent le connaître, Vincent Peillon a l’image d’un “intello” (pour 65 %), “ayant des convictions profondes” (61 %), mais “orgueilleux” (54 %) et “jouant trop perso” (50 %). »

 

Mais lequel de ses prédécesseurs, de gauche comme de droite, a-t-il été véritablement populaire ?… Depuis Georges Pompidou jusqu’à Nicolas Sarkozy, au mieux certains se firent oublier pour ne pas avoir à affronter la rue ; les autres subirent grèves et manifestations… Pourquoi en serait-il différemment sous François Hollande ?

 

Vincent Peillon est-il vraiment plus mauvais que les autres ? Sans doute, mais peut-être aussi parce qu’il s’efforce de mettre en musique le slogan du changement, c’est maintenant…

 

Déjà, ses velléités d’en terminer avec la semaine de quatre jours dans l’enseignement primaire avaient grandement perturbé les habitudes acquises du « Mammouth » (son prédécesseur Claude Allègre dénonçait ainsi les effectifs pléthoriques de l’Éducation nationale qu’il avait voulu, sans succès, « dégraisser »), mais la mise en place de son « ABCD de l’égalité », déclenchant la polémique sur la « théorie du genre », est sans doute le faux pas de trop ! On l’a vu avec le succès inattendu de la « Journée de retrait », instituée par Farida Belghoul.

 

Tout parent, de quelque nature politique ou confession religieuse qu’il soit, considère que l’école doit être un endroit dédié avant tout à acquérir les connaissances qui permettent à un enfant de s’armer le mieux possible pour affronter l’âge adulte. Vouloir imposer d’y découvrir les mystères de la bagatelle – et surtout les plus transgressifs – dès la maternelle en aura naturellement fait tousser plus d’un à une époque où, des parents aux professeurs en passant par les élèves, tous s’accordent unanimement à dénoncer le délabrement de l’Éducation nationale, l’effondrement du niveau scolaire (des professeurs tout autant que des élèves, les premiers n’étant que les anciens élèves des décennies post-soixante-huitardes) et des conditions d’enseignements (insécurité, insolence, violences, etc.)…

 

Pour preuve, les cours particuliers qui explosent littéralement depuis dix ans : 28 % des parents d’élèves ont eu recours au soutien scolaire hors école pour leurs enfants et 80 % seraient prêts à y recourir en cas de besoin, selon un sondage CSA.

 

« Acadomia, Anacours, Complétude, Cours Legendre ou KeepSchool… Leur taux de croissance a de quoi faire des envieux : + 15 % en moyenne chaque année. Acadomia, le leader du marché, a multiplié par 10 son chiffre d’affaires depuis sa création, en 1999. En 2007, les six principaux organismes ont facturé plus de quatre millions d’heures de cours », à en croire le site journaldunet.com.

 

Bien davantage que la religion catholique que Vincent Peillon dénonçait en octobre 2008 en déclarant qu’avec elle, « on ne pourrait jamais construire un pays de liberté », il découvre à ses dépens, en février 2014, l’opposition entre pays réel et pays légal, distinction faite dès l’entre-deux-guerres par Charles Maurras.

 

Plutôt que la théorie du genre, il lui aurait été assurément plus utile d’étudier ce théoricien-là… quoiqu’il n’est jamais trop tard.

 

Publiée sur Boulevard Voltaire

11:25 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 02 février 2014

102 ans au compteur et record battu ! Bob le magnifique, c’est lui !

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Il y a des champions qui ne peuvent laisser indifférent ! Parce que c’est gratuit ! Parce que c’est unique ! Parce qu’ils le valent bien !

Qu’est-ce que Robert Marchand aura gagné avec ses coups de pédale ? Rien, sinon de battre son propre record, soit 26,952 km en soixante minutes : 2,692 km de mieux que l’année dernière en Suisse.

Ses rivaux – ceux qui ont atteint comme lui plus d’un siècle d’existence et pourraient venir le défier – ne sont pas légion, on s’en doute…

Bob, 102 ans au compteur, est donc bel et bien obligé de se surpasser lui-même à l’âge vénérable où d’autres sucrent les fraises, du moins s’ils en sont encore capables (pas beaucoup) ou quand ils sont toujours de ce monde (encore moins !).

Lire la suite

18:15 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 22 janvier 2014

Michaël Blanc libéré : mon dealer, mon héros…

blanc-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Lundi dernier, le Français Michaël Blanc, après quatorze ans de prison en Indonésie, a été libéré : ce qui n’aurait dû être qu’un non-événement, au vu des faits connus, a été l’occasion d’un énième battage médiatique. Aussi indécent que les précédents, celui dont bénéficia notamment Florence Cassez, autre condamnée à l’étranger…

L’Indonésie, pas plus que le Mexique, n’est à l’abri d’une erreur judiciaire, mais en est-ce une ? Peut-être… ou peut-être pas : tout repose sur la parole de l’intéressé, rappelons-le… Au lendemain de Noël 1999, ce jeune Français est arrêté à l’aéroport de Bali. Il transporte deux bouteilles de plongée que lui a confiées un ami. Elles contiennent 3,8 kg de haschich : il l’ignorait. Et aucun « ami » ne viendra jamais confirmer sa bonne foi… On a peine à le croire !

L’Indonésie a-t-elle voulu faire de Michaël Blanc un exemple en le condamnant lourdement comme le rabâche son comité de soutien ? Mais toute condamnation, légère ou lourde, quel qu’en soit le motif, se veut avant tout exemplaire…

Même si on juge en France que sa première condamnation à la détention à perpétuité (la peine de mort avait été requise) fut excessive selon nos standards judiciaires, reconnaissons à cette justice indonésienne d’avoir accepté en décembre 2008 de commuer celle-ci en vingt ans de prison… et cinq ans plus tard, d’accepter sa libération conditionnelle en Indonésie jusqu’à la fin de sa peine le 21 juillet 2017, plus une année de probation alors que la « loi indonésienne interdit l’octroi d’un titre de séjour à un étranger repris de justice. De ce fait, les étrangers théoriquement libérables après avoir effectué les deux tiers de leur peine n’étaient pas relâchés, à la différence des Indonésiens. » (lemonde.fr)

On attendrait de ses proches qu’ils reconnaissent désormais que la justice indonésienne, en la circonstance, a été elle aussi exemplaire puisqu’elle a tenu compte de sa bonne conduite en prison… et du dévouement de sa mère, venue s’installer en Indonésie pour le soutenir, qui s’est également consacrée toutes ces années à d’autres prisonniers…

Finalement, une banale affaire de « contrevenants à la loi » qui se termine plutôt bien… Rappelons tout de même qu’en Indonésie, c’est la peine de mort qui est appliquée pour « trafic de drogue, en réaction aux plus de deux millions d’Indonésiens considérés comme dépendants », selon des statistiques de la police et d’ONG.

Les prisons du monde entier sont remplies d’innocents. On peut le penser, en tout cas ; on peut aussi estimer que le monde entier regorge de canailles en liberté, c’est selon… Le bon sens populaire assure qu’on a les héros que l’on mérite ; la réalité veut souvent qu’on ait seulement ceux qu’on peut… Notre époque est-elle si pauvre en action d’éclats pour ne se contenter que de figures médiatisées au nom seul de la compassion et faisant abstraction de tout autre critère de jugement ?

Au moins échappera-t-on pour l’heure au retour de « l’enfant prodigue » sur le sol national avec, à sa descente d’avion, ministres, Président, ex-concubine ou nouvelle favorite…

08:48 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 19 janvier 2014

Copé et Bayrou : pacs électoral pour quelques haricots !

bayrou.jpg

La chronique

de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

François Bayrou soutenu par l’UMP ! On aura tout vu, quoiqu’en politique on ait l’habitude… Donné en tête du premier tour des élections municipales de Pau, peut-être vainqueur au second, le parti de Jean-François Copé vient donc de donner son « feu vert » à une alliance locale avec le traître François Bayrou ! Celui qui mettait plus bas que terre, en son temps, le président Nicolas Sarkozy. Celui qui appela à voter pour son rival François Hollande. Celui-là même qui fit illusion en 2007 avec 19 % au premier tour des suffrages à l’élection présidentielle et qui s’effondra à 9 % cinq ans plus tard, tout en dirigeant un Modem qui se vautre à toutes les élections avec une régularité de métronome.

Pourquoi ce feu vert ? Pourquoi sauver le soldat Bayrou ? Car malgré des sondages dont on sait trop bien ce qu’ils valent à quelques mois de chaque échéance électorale, pourquoi ne pas noyer définitivement l’infâme en se présentant contre lui au premier tour, puis en appelant – au mieux – à l’abstention au deuxième tour ? Au pire, même si le Béarnais devait l’emporter, l’honneur eût été sauf…

Oui, mais voilà, l’honneur, il n’y en a décidément guère plus à l’UMP qu’au Modem. Le calcul politicien est une valeur autrement plus considérée, à défaut d’y être considérable.

Si Jean-François Copé préfère remettre en selle un François Bayrou plutôt que de participer à son hallali, il y a tout lieu de croire que c’est pour trois raisons…
• Une raison immédiate : si Pau tombe, le PS perd symboliquement une grande ville, alors qu’on le donne possible vainqueur de Marseille et gardant Lyon et Paris, sans parler d’autres grandes villes…
• Une raison à moyen terme : quel sera le score du Front national ? On prédit qu’il va « casser la baraque » ; sans doute moins que beaucoup ne l’espèrent et plus que beaucoup ne le craignent… L’UMP doit donc apparaître comme le rempart incontournable, à droite et au centre, à la progression du mouvement de Marine Le Pen. Et qui dit rempart, dit rassemblement. Même avec le nain politique qu’est le Modem.
• Une raison, enfin, à long terme : Jean-François Copé n’a sûrement pas renoncé à ses ambitions présidentielles… Celles-ci pâtissent toujours dans l’opinion publique de l’image désastreuse du crêpage de chignon avec François Fillon… Si, au soir du premier tour, Copé apparaît comme l’homme qui a su et pu rassembler la droite parlementaire et les forces du Centre, il aura coupé l’herbe sous le pied de son rival et du « candidat naturel » Nicolas Sarkozy et reviendrait dans la course présidentielle.

Si Paris a bien valu une messe, voici fort longtemps, l’Elysée ne vaudrait-il pas alors un « feu vert » ?

Dominique Jamet a fustigé sur ce site les coco-traîtres qui « acceptent de passer sous les fourches caudines des grands frères socialistes et de trahir (leurs) idéaux pour quelques lentilles de plus »…

A Pau, Jean-François Copé a simplement passé commande pour quelques haricots…

13:10 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 13 janvier 2014

Manuel Valls piégé ? Après l’offensive anti-Dieudonné, l’offensive anti-Valls ?

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Les commentaires sur « l’affaire Dieudonné » se font autour de quelques arguments rabâchés de part et d’autre, mais personne, semble-t-il, n’envisage qu’elle ne serait peut-être qu’un simple prétexte : Et si Manuel Valls, obsédé qu’il est par ses ambitions personnelles – Matignon au plus tôt, l’Élysée dans trois ans – n’avait pas vu le coup venir ? S’il était tombé dans un piège ?

Piège nullement tendu par le sulfureux humoriste, mais par une (grande) partie de son propre camp qui supporte de moins en moins sa morgue et ses ambitions ?

Depuis deux ans, on ne cesse de s’interroger sur la popularité de Manuel Valls dans l’Opinion publique, tandis que celles du Premier ministre ou du Président se sont effondrées et peinent à ne pas être englouties… Ne suppute-t-on pas à tout bout de champs qu’il pourrait bientôt remplacer Jean-Marc Ayrault à la tête du gouvernement ? Ce, alors même qu’il est loin de faire l’unanimité au PS qui regorge d’ambitieux, d’hier et d’aujourd’hui… sans parler de la détestation qu’il inspire aux dirigeants d’Europe-Écologie-Les Verts après quelques tirades – sans suite ! – sur les Roms.

Et ses désaccords et sa rivalité avec le ministre de la Justice à propos notamment de la réforme pénale… oubliés ? En août dernier encore, BFMTV n’annonçait-il pas : « Entre Taubira et Valls, la guerre est déclarée » ? Aujourd’hui, ce serait l’union sacrée autour de Manuel Valls ? Qui peut le croire ?

Contre Dieudonné, justement, n’est-ce pas Christiane Taubira qui aurait dû être à l’offensive ? Elle s’est montrée, c’est le moins qu’on puisse dire, étrangement en retrait…

Oublie-t-on, toujours, que le crédo de Dieudonné M’Bala M’Bala a longtemps été le sien : la discrimination envers leur communauté respective – les Noirs – ce, avant que l'anti-sionisme ne devienne obsessionnel chez l’ex-partenaire d’Elie Semoun ?

En laissant Manuel Valls orchestrer seul l’offensive anti-Dieudonné, son propre camp, étrangement observateur, semble espérer autre chose que la mise au pilori médiatique du saltimbanque, loin de faire l’unanimité dans l’Opinion publique.

D’autant que des voix se sont élevées de part et d’autre pour s’étonner de l’impunité dont ont bénéficié jusqu’à présent les Femen de la part du Ministère de l’Intérieur et que Léonarda et sa tribu menacent de repointer sous peu leurs vilains museaux en France…

Pierre Joxe, prédécesseur de Valls place Beauvau et Jack Lang, ancien Ministre de la culture, ont ouvertement critiqué sa stratégie – maladroite pour l’un ; nocive, pour l’autre – tandis que Pierre Tartakowsky, président de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) estime que  « le juge n'a pas fait prévaloir la liberté d'expression sur l'interdit et c'est une décision qui est lourde de périls. »

Dieudonné vient d’annoncer publiquement qu’« il n'y a plus d'affaire Dieudonné », puisqu’il renonçait à son spectacle controversé Le Mur, étant prêt à en interpréter un autre où « il n'y aura pas les propos visés ». Dit-il, en tout cas…

Sortie (provisoire sans doute) du saltimbanque. Reste Manuel Valls, seul, auréolé d’une victoire juridiquement discutable… et revêtu d’une vilaine tunique de Nessus de fossoyeur de la liberté d’expression.

Vendredi soir, justement, Les Guignols de l’Infos se sont ouvertement moqués de lui et de sa « police des spectacles »… Après l’offensive anti-Dieudonné, l’offensive anti-Valls ?

13:49 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 05 janvier 2014

L’Hôtel de Ville pour NKM ? La station de métro suffira !

nkm.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Depuis qu’elle a été désignée dans une primaire interne de l’UMP comme tête de liste pour conquérir la mairie de Paris, pas un jour, semble-t-il, sans que Nathalie Kosciusko-Morizet n’ait à affronter dissidence au sein de sa mouvance – et non des moindres ! – ou quolibets de la part des médias.

Comme dirait l’ancien Président Chirac : « Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille !»

L’ex-maire de Longjumeau veut faire le don de sa personne à la capitale par un évident excès d’ambition personnelle, soit ! Mais elle n’a rien fait pour calmer les esprits, ménager les susceptibilités et garantir les rentes de fonction : à peine investie, n’a-t-elle pas clamé haut et fort qu’elle tenait à imposer un « choix du renouvellement » ? Les actuels responsables de l’opposition de droite à Paris sont jugés par elle indésirables à cause de leurs « mauvaises et vieilles habitudes » (entretien au Parisien, le 20 décembre dernier).

Alors, après la grogne attendue des barons parisiens est venue celle, plus gênante, de Jean-Louis Borloo, très en colère que les intérêts de l’UDI n’aient pas été aussi défendus que le prévoyait leur accord d’union. C’est le 2 janvier de la nouvelle année que NKM a pu finaliser officiellement celui-ci avec l’UDI et le MoDem à Paris, à l’exception du XXe arrondissement, toutefois, qui « pose encore problème ».

À peine l’incendie centriste éteint, de nouvelles flambées se font entendre, cette fois côté Parti chrétien-démocrate (le groupuscule de Christine Boutin), qui s’estime injustement « écarté » au mépris des promesses reçues… et dans le XVIIIe arrondissement où l’ex-protégée de Philippe Séguin, la conseillère UMP Roxane Decorte, menace à son tour de monter une liste « 100 % terrain, avec des gens engagés dans le quartier » depuis qu’elle a appris son éviction d’une place éligible qui lui avait pourtant été promise.

Ils rejoignent ainsi Charles Beigbeder, « évincé du VIIIe arrondissement par un complot de barons », Rachida Dati – furieuse que NKM lui ait conseillé « de se consacrer à son arrondissement dans lequel elle mène une bataille difficile » –, qui lui conseille de « faire attention », ou encore l’ancien premier édile de Paris après Jacques Chirac – Jean Tiberi – pour qui la tête de liste UMP « fait n’importe quoi » (déclaration à Europe 1).

Mais le pire, jusqu’à présent, est peut-être la photo que vient de publier VSD, montrant Nathalie Kosciusko-Morizet fumant une cigarette en compagnie de SDF lors d’une maraude avec la Sécurité civile… Beaucoup considèrent d’ores et déjà que cette photo est prémonitoire de son sort une fois tombé le résultat du prochain scrutin municipal.

À défaut de loger à l’Hôtel de Ville, la station du Métropolitain du même nom pourrait peut-être faire l’affaire, en effet ; NKM ne déclarait-elle pas au magazine Elle en novembre dernier que les stations du Métropolitain « ont une dimension magique. Ce sont des lieux remarquables, des endroits d’ambiance qui font fantasmer les Parisiens et me font rêver moi. »

Et aux heures de pointe, pour avoir un orgasme, y a pas mieux, c’est sûr !

02:22 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

samedi, 28 décembre 2013

Taubira, Coluche, Dieudonné : cherchez l’erreur !

dieudonne-565x250.jpg

La chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Que vous soyez Noir ou Noir, humoriste ou humoriste, de gauche ou de gauche, on ne vous applique pas le même traitement. Car il y a les Noirs victimes et les Noirs salauds, comme il y a les humoristes invités chez Drucker à qui tout est permis pour vomir en direct et les humoristes invités à aller se faire entendre au palais de justice. Sans oublier, donc, ceux de gauche qui marchent dans le rang et ceux qui ont quitté celui-ci.

Dieudonné M’Bala M’Bala a fait partie des premiers. Depuis quelques années, il ricane en tête des seconds. Toujours présent à la télé, mais plus dans les émissions de variétés du samedi soir, toujours désormais dans les affaires judiciaires des JT.

Quoi qu’on pense de ses « coups » avec Jean-Marie Le Pen en parrain de sa dernière-née, ou Robert Faurisson à qui il a remis sur scène le Prix de l’infréquentabilité, de ses candidatures infructueuses aux élections et de ses sketchs contre le sionisme et obligés, force est de constater que sa diabolisation interpelle. Surtout à quelques semaines de la levée d’indignation qui a suivi la comparaison entre Christiane Taubira et la gent simiesque : que n’a-t-on alors fustigé l’intolérable racisme des Français !

Pour Dieudonné, rien de semblable. Désormais, c’est au geste de la « quenelle » – marque récemment déposée par madame Dieudonné à l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI) – que les bien-pensants s’en prennent… Ce geste (bras tendu vers le bas, coupé au niveau de l’épaule par l’autre main) serait-il une parodie – mais significative – du salut nazi (lui-même, rappelons-le, ex-salut de la Rome impériale, puis ex-salut olympique) ou, comme Dieudonné et ses partisans l’affirment, rien d’autre qu’un « bras d’honneur au système » ? Tel d’ailleurs un certain slogan de la présidentielle en 1981 : « Tous ensemble pour leur foutre au cul avec Coluche », qui a tant fait sourire à l’époque et continue de faire l’admiration de tant de nostalgiques du candidat aux plumes dans le derrière…

La farce quenellière se répandant à vive allure, non seulement dans la netosphère mais jusque sur les plateaux de télévision (dont ceux du sacro-saint Canal+), on assiste à un bis repetita d’indignation citoyenne. Les médisances – tout comme les plaisanteries – les plus courtes étant les meilleures, Dieudonné vient donc de porter plainte en diffamation contre X après les propos du président de la LICRA (association de lutte contre le racisme et l’antisémitisme), Alain Jakubowicz, qui a associé la quenelle « au salut nazi inversé signifiant la sodomisation des victimes de la Shoah » (sic).

Voilà une plaisanterie, en tout cas, dont beaucoup ne sont pas près de se lasser : la LICRA, qui a tant profité de la justice, à son tour traînée devant les tribunaux. Un spectacle à ne pas rater ! D’autant que les avocats de l’humoriste ont annoncé d’autres plaintes, dès 2014, « contre les auteurs supposés de propos diffamatoires qui ont une responsabilité d’information ou une autorité », et de citer Le Monde, BFMTV, France 2, Le Figaro… sans oublier le ministre de l’Intérieur Manuel Valls.

Dieudonné, père Noël pour les uns, père Fouettard pour les autres, demandez le programme !

00:29 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mardi, 24 décembre 2013

Les troisièmes adieux définitifs de Guy Bedos...

1532356_5_f6c2_une-manifestation-en-faveur-des-soins_3a8fef2b4a20098d8c088aa5971ff444-534x250.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Cette fois, craché, juré : Guy Bedos arrête ! Enfin, presque ! Enfin, en partie ! Enfin, seulement la scène !

Comme le « point final » que l’humoriste et pamphlétaire avait annoncé en 2007 ?

Comme, il y a deux ans, lorsqu’il avait annoncé avoir donné son dernier show au théâtre du Rond-Point ?

Non, cette fois (la troisième, donc), c’est « la der des der » : « Je vais arrêter le one-man-show le cœur en miettes. J’adore ce métier. Tout va bien malgré tout : je suis plutôt en forme pour mon âge. Je gambade, je saute sur scène, mais je ne veux pas attendre de ne plus pouvoir faire tout ce que je viens de vous dire, et que le public s’en aperçoive. »

Louable intention, n’est-il pas ? Même les plus menteurs peuvent avoir leur instant de vérité. Peut-être bien que l’autoproclamé « poil à gratter » de la vie politique française et perpétuel vomisseur de fiel politique croit dans ce qu’il dit… Et s’il ne devait y en avoir qu’un, pourquoi pas lui ?

On ne peut que s’en réjouir, pas par méchanceté ou rancune politique vis-à-vis de cet obsédé antiraciste et antifasciste, par simple lucidité : à près de 80 ans, ne serait-il pas temps, effectivement, qu’il réalise que son disque est rayé ? Car quel rapport y a-t-il entre le Bedos jeune qui connaissait alors l’amour et le succès aux côtés de Sophie Daumier et ses sketchs magnifiques d’autodérision (La Drague, Bonne fête, Paulette !) et le Bedos aigri et pontifiant, conspuant la droite et insultant Marine Le Pen (« qui fait la campagne d’Hitler ») et Nadine Morano en particulier (qu’il traite de « conne » et de « salope »). Aucun rapport, non, absolument aucun durant un demi-siècle d’une lente transformation d’un indéniable talent artistique en minables vomissures…

On ne peut qu’apprécier qu’il y mette un terme et craindre le pire qu’il veuille « porter la parole autrement » : « Je pense que je vais utiliser l’instrument à la mode qu’est Internet. J’ai déjà un site, un blog… Je vais publier des livres, je pense. Peut-être certains journaux me donneront l’hospitalité de temps en temps. Je vais faire du théâtre et du cinéma, mon premier métier : acteur. »

Un premier métier qu’il n’aurait sans doute pas dû négliger car, tout de même, lorsqu’il interprétait le rôle – certes taillé sur mesure – d’un « médecin étouffé par sa mère juive pied-noir très possessive » dans les deux films d’Yves Robert Un éléphant, ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977), c’était tout de même autre chose !

Une époque sans doute où, réellement, il ne « se prenait pas au sérieux » car c’étaient eux, alors, les spectateurs, qui le prenaient « un peu au sérieux »… bien plus qu’ensuite, lorsqu’il se prit à croire et à dire, avec une insupportable morgue : « Les politiques, aussi, me prennent au sérieux. Ils me surveillent, tous ! »

Est-ce un ultime numéro ? Une dernière posture de vieux clown triste qui ne peut s’empêcher d’ajouter, tout de même, qu’il « continuera à donner son avis », mais – et on ne demande qu’à le croire ! – qu’il ne se présentera pas à des élections, « ça c’est sûr ! »

Quant à une place de ministre, il ne se prononce pas, des fois que… Car avec François Hollande, on n’est jamais certain de rien. Ça c’est sûr, aussi !

17:07 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 23 décembre 2013

Entendez-vous en Françafrique, mugir ce féroce "néo"-nazi…

RCA-CENTRAFRIQUE-NAZI-large570.jpgLa chronique de Philippe Randa

Boulevard Voltaire

Décidément, la lutte contre la Bête immonde dont le ventre est – de tous les temps et de tous les monstres – le plus fécond, n’a pas de répit. Pas de trêve des confiseurs pour les chasseurs de nazis. « Néo », les nazis !

Ainsi, avec toute l’émotion obligatoire et républicaine que l’on peut, avons-nous appris qu’un enfant spirituel d’Adolf Hitler se trouve sinon au fin fond de l’Afrique, en tout cas en son centre. Et en la République du même nom.

Certes, ce nazi-là, qui met en émoi tous les auto-proclamés, éternels et rémunérés comme tel, défenseurs du Bien contre le Mal, est français, trouffion de son état ! Et donc, aux armes, citoyens…

Entendez-vous dans nos rangs

Mugir ce féroce soldat ?

etc., etc.

À défaut de mugir, ce guerrier-néo-nazi-là s’est simplement contenté d’arborer sur la manche de son uniforme un macaron velcro avec la devise : « Meine Ehre heisst Treue », (en français : Mon honneur s’appelle fidélité) et, nous apprend le site BFMTV, « dans le cercle, la devise et la mention RCA (Centrafrique, ndlr) 2013. Au milieu, un drapeau français frappé d’un énigmatique “32”. »

Depuis que sa photo a été publiée sur la page Facebook des opérations extérieures de l’armée, les inspecteurs Clouzeau de la bien-pensance sont sur les dents, comme on peut le lire sur le même site : « Sur ce chiffre, plusieurs interprétations sont possibles. Il pourrait s’agir de la 32e division des SS, mais elle n’a rien de significatif. Fondée sur le tard, en 1945, elle n’a duré que quelques semaines avant d’être anéantie. Il se pourrait aussi, selon une source proche de l’armée, que le chiffre fasse référence à la compagnie et à la section en question, par exemple : “3e compagnie, 2e section”. »

On devine le sort qui attend le bidasse indélicat : l’éjection des rangs de notre glorieuse armée, sinon manu militari, du moins très officiellement afin de sauver la République, 5e du nom !

À moins, évidemment, que ce monstre-là ne soit d’ici là envoyé ad patres, ce qui satisferait bien du monde.

Car pendant l’enquête, la guerre continue… et il ne faudrait pas oublier, tout de même, que ce soldat encore inconnu – mais sans doute plus pour très longtemps – est parti là-bas risquer sa vie pour être fidèle, déjà, en son engagement. On pourrait, ne serait-ce qu’à ce titre, lui accorder quelques circonstances atténuantes pour sa bêtise (pour rester poli). Car il faut être vraiment stupide pour ne pas avoir compris qu’en ce début de XXIe siècle, on ne badine pas avec les heures les plus sombres d’une partie de l’Humanité. Même, voire surtout, à travers des mots tels qu’« honneur » et « fidélité » qu’il est interdit, depuis près de soixante-dix ans, d’accoler l’un avec l’autre. Tout comme les termes « Travail », « Famille » et « Patrie », soit dit en passant : au risque d’une mort citoyenne dans le civil, d’une cour martiale (pourquoi pas !) lorsqu’on sert sous les drapeaux…

C’est vrai que si l’« honneur » a peu à voir dans l’affaire, il est pourtant évident que la « fidélité » à la Françafrique est tout de même la raison d’être de notre intervention militaire en RCA… depuis Charles De Gaulle jusqu’à François Hollande !

Un François Hollande qui, de son côté, a salué l’amitié franco-algérienne en se félicitant, devant le Conseil représentatif des institutions juives de France, que Manuels Valls soit rentré d'Algérie « sain et sauf », car « c’est déjà beaucoup »… paroles autrement moins graves pour les intérêts de la patrie, on en conviendra.

16:32 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 22 décembre 2013

Qu’est-ce que 18.161 euros pour un élu de la République ? Un peu de monnaie au fond de la poche...

article_Jean-Vincent-Place-05.jpgLa chronique

de Philippe Randa

Jean-Vincent Placé, ex-conseiller régional et sénateur écologiste, est donc aussi un chauffard !

Chauffard ? C’est bien ainsi que les écologistes nomment tout automobiliste qui transgresse les lois sur les routes de nos (pas assez) vertes campagnes ou de nos (trop) bétonnées agglomérations, non ?

Le chef de file d’Europe Écologie Les Verts au Sénat jure qu’il « ne veut pas que quiconque doute de (son) honnêteté » et reconnaît sans barguigner les infractions au Code de la route dont il est responsable… Et quelles infractions : « Beaucoup de stationnements gênants, mais aussi un certain nombre d’excès de vitesse… », précise Le Canard enchaîné, qui a levé le lièvre.

Beaucoup, oui, c’est le moins qu’on puisse dire puisque le montant total des infractions commises se monte à 18.161 euros… depuis 2010 !

18.161 euros de prunes, ça laisse tout de même songeur et nous classe indubitablement, vous, moi (et la quasi-totalité de nos connaissances respectives) qui tenons un volant, dans cette catégorie qu’on nomme avec mépris les « petits joueurs »

18.161 euros de mauvais stationnements et de vitesses excessives… Il est vrai que nos 12 malheureux points de permis de conduire auraient eu bien du mal à résister à la répression policière avant d’avoir pu atteindre un tel score ! Mais nous, c’est nous !

Si les intempestifs coups de pédale ou le dédain des stationnements gênants du sieur Placé en sont venus à être rendus publics – ce que l’intéressé déplore d’ailleurs et ce qui l’énerve passablement (« la rançon de la notoriété »), trouvant par ailleurs le délit médiatique fait à sa personne « un peu agaçant » –, c’est que les infractions ont été commises au volant d’un véhicule du conseil régional d’Île-de-France.

Ayant reçu la douloureuse des contributions directes, ce dernier a menacé l’élu de poursuites devant le tribunal de police.

« Je suis prêt à payer depuis le début [...] C’est bien sûr de ma faute, je n’ai jamais cherché à fuir mes responsabilités, je ne demande aucun passe-droit, j’assume et je paie, je ne veux pas que quiconque doute de mon honnêteté. » Mais l’honnêteté, est-ce finir par payer, contraint et forcé, le plus tard possible et parce qu’on ne peut plus faire autrement… ou est-ce mettre en accord ses principes et ses actes ?

Comment Jean-Vincent Placé peut-il décemment vouloir réduire la vitesse au nom de la lutte contre la pollution, alors qu’il est le premier à s’en moquer ? Comment peut-il vilipender les nuisances des automobilistes en ville alors que lui-même fait fi des règles de la circulation ? Comment peut-il s’indigner que ses infractions soient révélées à ses électeurs (pour ce qu’il en reste…) ? Et surtout, comment peut-il afficher comme il le fait un tel mépris vis-à-vis de ses concitoyens en martelant « OK, je paie, je paie, foutez-moi la paix… » à hauteur de 18.161 euros, sans sourciller ?

Mais au fait, qu’est-ce que 18.161 euros pour un élu de la République ? Un peu de monnaie au fond de la poche… et celle de Jean-Vincent Placé semble être bien profonde ! Quoique jusqu’ici pleine d’oursins !

15:42 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

mercredi, 11 décembre 2013

Braqueurs braqués et victimes persécutées : ainsi Valls la justice de Taubira

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpgLa chronique de Philippe Randa

Joseph Proudhon s’est rendu célèbre, au XIXe siècles, pour avoir déclaré que « la propriété, c’est le vol » ; nul doute que s’il vivait de nos jours, il ajouterait à son aphorisme avec tout autant de succès politiquement correct « et la protéger est un crime ! » car honni soit qui l’entend ainsi.

Les récents braquages de bijoutiers par-ci, d’attaques de débits de tabac par-là, l’ont amplement démontré : tous ceux qui ne se laissent pas braquer, brutaliser, insulter et détrousser sans mots dire savent ce qu’il leur en coûte ensuite : malheur à ceux qui ont fait front, empêchant les crapules de les dépouiller, les blessant ou les expédiant dans un enfer mérité : tous répondent ensuite de leur témérité devant la Justice.

Ainsi ce bijoutier niçois, d’origine libanaise, Stéphane Turc, qui ignorait que le fusil à pompe de ses agresseurs n’était pas chargé : ayant logé quelques grammes de plomb dans la carcasse du moins rapide, il se retrouva derechef en garde à vue, brocardé par un procureur niçois, l’accusant d’avoir agi volontairement pour donner la mort », malgré qu’il reconnaisse tout de même qu’il est « homme inséré » (!) et que son casier judiciaire était vierge… Il est aujourd’hui mis en examen pour homicide Volontaire : « il n’a pas été placé en détention provisoire, mais en résidence surveillée, bracelet électronique à la cheville à quelques heures de Nice. Il sort parfois quelques minutes, le temps d’aller chercher son pain », rapporte France Inter. Le veinard.

Il y eut ensuite son confrère bijoutier à Cézanne. Lui aussi a abattu celui qui le braquait, mais il possédait toutefois une autorisation préfectorale pour son arme. Libéré une fois sa garde à vue terminé, il sera convoqué ultérieurement devant un juge, tandis que la famille du braqueur tué a décidé de se constituer partie civile ! Et dire que depuis Montesquieu on croyait à l’esprit des lois : « Nul ne peut invoquer sa propre turpitude… » Mais personne, semble-t-il, ne juge utile de le faire remarquer.

De même, Pascal Rauber, concessionnaire de motos de Saint-Julien-sur-Sarthe, 54 fois cambriolé depuis 1986 – perte sèche : 200 000 euros et une prime d’assurance qui a grimpé à 17000 euros par an – assure avoir agi en état de légitime défense, n’ayant « jamais voulu aller tuer ses voleurs » lorsqu’alerté par l’alarme de son magasin, il a quitté son domicile armé d’un fusil de chasse… Arrivé sur place, une voiture fonce sur lui et pour se protéger, il tire… Les deux malfaiteurs sont interpellés le lendemain à l’hôpital de Dreux (Eure-et-Loir), l’un sérieusement touché à la tête ; l’autre, plus légèrement atteint, est tout de même emprisonné, tandis que le commerçant est placé sous contrôle judiciaire.

 « Tant d’années de travail acharné pour finir comme ça ! Je suis fiché chez les assureurs. Plus aucun ne veut me garantir (…) Je passe mon temps à rembourser ce qu’on m’a volé », se lamente le vendeur de moto dont le comité de soutien (14 000 signatures) trouve écho jusqu’en Guadeloupe, en Martinique et même au Canada.

À la série noire des braqueurs braqués répond en écho les nuits blanches des victimes persécutées… enfin, non, c’est « mises en examen » le terme officiel !

19:19 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

jeudi, 05 décembre 2013

Déficit de 11 milliards de recettes fiscales : un abîme !

travail_au_noir-565x250.jpg

Philippe Randa

Boulevard Voltaire cliquez ici

Les bons comptes font les bons amis… Et les mauvais ? Un gouvernement socialiste, pardi ! À 11 milliards d’euros de décalage fiscal en 2013 entre prévisions et résultats, ce n’est plus une faille ! Plus un trou ! Plus un gouffre ! Que dis-je, plus un gouffre ? C’est un abîme ! D’incompréhension, pour le moins !

Comment les socialistes ont-il pu se « planter » à ce point ? Car une telle erreur d’estimation, on a quand même peine à y croire ! C’est pourtant la différence entre les prévisions de recettes fiscales du gouvernement faites il y a un peu plus d’un an, et ce qui va finalement atterrir dans les caisses.

Passe encore si un événement inattendu et gravissime en était la cause, mais on n’en voit guère, ces derniers mois. Que le gouvernement de Jean-Marc Ayrault fasse une erreur d’estimation de rentrées fiscales d’un tel montant sur quelques mois seulement, après avoir augmenté tous azimuts les impôts et même s’il a dû rétropédaler sur quelques-uns, c’est quand même digne d’un aréopage de guignols. Et tout ça pour remplir les rues de Français s’insurgeant contre la pression fiscale, encore !

On invoque le manque à gagner de TVA qui n’aurait rapporté que 135,6 milliards d’euros cette année, soit 5,6 milliards de moins que prévu. Pour raisons économiques : à cause de la crise, les Français ont moins dépensé, d’où baisse des entrées de recettes fiscales liées à la consommation des ménages. Quant à l’IS (impôt sur les sociétés), il aurait rapporté 3,8 milliards d’euros de moins que ce que la loi de finances de 2013 (votée en décembre 2012) aurait estimé. Évidemment, les excès fiscaux du gouvernement sont tels qu’il y a un secteur qui, lui, a flambé, cette année : le travail au noir ! C’est le grand bénéficiaire du ras-le-bol fiscal…

Gilles Carrez, président UMP de la commission des finances de l’Assemblée, a fait remarquer que cette moins-value considérable sur les recettes fiscales par rapport aux prévisions « alors qu’elle porte d’habitude sur la TVA ou l’impôt sur les sociétés, pour la première fois, porte de façon massive sur l’impôt sur le revenu, avec moins 3,1 milliards par rapport à la prévision ».

On comprend mieux comment, en Bretagne, ces dernières semaines, on a vu défiler côte à côte tant de patrons et d’employés, au grand dam des forces de gauche ou de ce qu’il en reste ! C’est que les Français n’ont pas tous une logique socialiste et ne veulent (ou ne peuvent) pas dépenser l’argent qu’il n’ont pas !

À quand des radars à chaque caisse de magasin pour sanctionner le client rapiat qui ne vide pas la totalité de son portefeuille… et aussi devant chaque habitation française pour contrôler qui s’occupe de l’entretenir ou de la restaurer ?

10:04 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

vendredi, 29 novembre 2013

Hausse de la TVA : à quand le ras le bol des tartuffes UMPS ?

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpg

La chronique de Philippe Randa

La gauche augmente l’impôt, la droite le baisserait. Ah bon ?

À quelques semaines de la mise en œuvre de la hausse de la TVA prévue au 1er janvier 2014, il est tout de même nécessaire de remettre les pendules de la fiscalité politique à l’heure.

Les Français ont la mémoire courte, mais quand même… L’ancienne majorité UMP n’avait-elle pas voté une hausse de la TVA à 21,2 % avec une entrée en vigueur dès septembre 2012 si Nicolas Sarkozy avait trompé une seconde fois les électeurs ?

« Aujourd’hui, les entreprises n’en peuvent plus de l’impôt, il faut savoir arrêter de matraquer », martèle avec culot Christian Jacob, chef de file de l’opposition à l’Assemblée, qui rappelle à François Hollande son engagement de campagne de marquer une pause fiscale.

L’UMP qui a soutenu les Bonnets rouges bretons refusant l’écotaxe, se moque du monde, car si cette taxe n’est pas juste, c’est un peu tard pour le découvrir, puisqu’issue du Grenelle de l’environnement en 2009, ses parlementaires l’ont adoubé… Sa condamnation en 2013 sous prétexte que le gouvernement Ayrault a trop alourdi par ailleurs la fiscalité des Français, c’est reconnaître que ce n’était finalement qu’un impôt de plus, sans légitimité particulière,  décidé sous un quinquennat précédent déjà fort aux abois… N’est-ce pas le Premier ministre d’alors, François Fillon, qui avait reconnu que les « caisses étaient vides »… déjà ?

Quant à la hausse prochaine des taux de TVA, elle serait différent de celle du quinquennat précédent, a précisé le ministre du Travail, Michel Sapin sur Europe 1 « La précédente TVA sociale ne touchait qu’au taux principal de TVA, qui passait de 19,6 % à 21,2 %. La TVA “socialiste” augmente ce taux à 20 %, le taux intermédiaire passe de 7 % à 10 %, et diminue le taux réduit, qui concerne les biens et services de première nécessité de 5,5 % à 5 %… »

C’est dit : la TVA socialiste ne touchera pas les ménages les plus modestes, comme il est convenu désormais de nommer les très pauvres de nos concitoyens.

Dommage pour les milliers de cavaliers (et de poneys) qui défilaient dimanche dernier à Paris qui n’entrent pas les critères socialistes de pauvreté… Tant pis alors, si, comme le dénonce un dirigeant de centre équestre, la « hausse socialiste » de 7 à 20 % qui concerne (entre autres) cette activité « va entraîner la fermeture de 2 000 centres équestres sur 7 000, la perte de 6 000 emplois directs et envoyer 80 000 chevaux à l’abattoir ».

Diantre ! Si cette prédiction n’est pas exagérée, ça laissera presqu’autant de nos concitoyens sur le tapis que le dépôt de bilan du transporteur Mory Duclos dont on a tant parlé ces derniers jours. Quelques milliers de futurs « ménages des plus modestes » supplémentaires, en quelques sortes !

Mais heureusement, le gouvernement a assuré qu’il comptait « sauver la filière ». Pour cela, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, se dit prête à « activer tous les leviers » pour : « que l’on puisse réviser cette directive (européenne) TVA et pouvoir emmener d’autres pays qui n’y sont pas favorables à ouvrir légalement un taux de TVA réduit pour les centres équestres. »

Après l’exception culturelle française, voici envisagée l’exception équestre française ! Et combien d’autres exceptions encore seront-elles envisagées avant que l’UMP ne revienne aux Affaires ? Afin de lever de nouvelles taxes que les socialistes, revenus dans l’opposition, ne manqueront pas de combattre sans être le moins du monde gêné.

Le ras le bol fiscal est d’actualité, à l’évidence. Mais ne serait-il pas grand temps d’assister enfin au ras le bol des tartuffes ?

15:03 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

dimanche, 24 novembre 2013

Ceux qui bravent les valeurs de la République hollandiste !

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpg

La chronique de Philippe Randa

La France du bras-de-fer permanent : c’est l’impression que tout un chacun a ressentie tout au long de l’année et plus encore depuis la fin de l’été… Après les manifestations de la Manif pour tous – colossales mais pacifiques, contrairement à ce qu’ont tenté de faire croire Manuel Valls et Jean-Marc Ayrault – et, malheureusement, sans résultats ponctuels, ce sont celles des Bonnets rouges qui, elles, ont fait reculer le gouvernement. Par leur violence.

En annonçant la suspension de l’impôt controversé, le gouvernement espérait calmer les esprits, mais sans doute échauffés par tant de promesses non-tenues, les émeutiers bretons ont tout de même tenu à détruire cinq de ces portiques tant honnis… et pour bien faire comprendre au gouvernement leur détermination, ont détruit les radars-rackets qui polluaient leurs routes : 48 au total pour cette seule région auxquels on peut ajouter ceux, incendiés, à Lacanau (Gironde), Sainte-Colombe-en-Bruilhois (Lot-et-Garonne) et Habas (Landes).

« L’ensemble de ces dégradations représentent une facture pour l’État de plusieurs millions d’euros. Le coût moyen d’un radar est en effet de 30 000 euros », nous apprend TF1.

Toucher ainsi l’État au portefeuille, c’est finalement lui rendre la pareille… à en croire Philippe Vénère, professeur de droit à l’université Paris-VIII, mais surtout ancien commissaire divisionnaire qui considère avoir été « placardisé » de 1992 à 1996 au tribunal de police de Paris, à traiter… les réclamations des conducteurs !

En publiant ce mois-ci, avec la collaboration de Jean-Baptiste Drouet, un livre intitulé Le grand racket des automobilistes (Editions du Cherche Midi), il prouve que la vengeance est un plat qui se mange forcément froid. Ou en tout cas, prudemment, une fois sa mise à la retraite effective.

D’après lui, les automobilistes sont tout bonnement victimes d’un « business tiré des contraventions ». Rien de moins ! Et de dénoncer un « racket d’État qui ne veut pas dire son nom (…) racket fiscal soigneusement concocté et planifié par des technocrates ». Alors, pour aider ses compatriotes, il leur fournit lettres-types, astuces juridiques pour faire sauter les PV, descriptions détaillées des procédures et des juridictions…

« Philippe Vénère dénonce dans son livre, entre autres, le “faux procès” fait selon lui à la vitesse comme cause principale de mortalité routière, le bonus-malus (“un effet d’annonce”), “le comportement dogmatique et haineux de certains écologistes à l’égard des voitures” et bien sûr les radars automatiques – dont il condamne cependant les récentes destructions en marge de la contestation des “Bonnets rouges” en Bretagne. » « Contester systématiquement. “C’est la seule manière, si vous pensez avoir été verbalisé de manière abusive, de pouvoir faire valoir vos droits devant un tribunal de police” », insiste l’ancien commissaire.

Une riposte bien plus dangereuse financièrement pour l’État que la destruction de son matériel. Et sans doute moins risquée, aussi… Pour s’en être pris à un radar à Jugon-Les-Lacs (Côtes-du-Nord), une étudiante de 19 ans vient d’écoper de 6 mois de prison avec sursis et 175 heures de travail d’intérêt général. C’est que le ministre de l’Intérieur avait demandé par circulaire aux préfets de « faire preuve de la plus grande fermeté », pour ceux qui ne respecteraient pas les valeurs de la République hollandiste !

23:31 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

lundi, 18 novembre 2013

Francs-Macs et Front Nat, je t’aime moi non plus !

Randa Philippe août 2010 Portrait.jpg

La chronique

de Philippe Randa

Que serait la vie politique française sans la Franc-Maçonnerie ? La même chose, sans doute, mais cette absence serait cruellement ressentie par certains médias. C’est tout de même bien commode pour remplir les colonnes en période « d’infos maigres »… ou pour relever le fumet d’enquêtes « de fond » (sic !), un peu comme un cuisinier rajoute une pincée de ci ou un chouïa de ça pour pimenter le ragoût.

Ainsi donc, Le Figaro nous entretient des « passerelles entre marinistes et Francs-maçons », soit de l’attrait qu’exercerait le « nouveau Front national » et sa blonde Présidente, sur les « Frères la gratouille », comme les appelait en son temps l’ex-président François Mitterrand, montrant ainsi tout le sérieux qu’il leur accordait.

« La détestation des réseaux d’influence maçonniques était, à l’époque de Jean-Marie Le Pen, une tradition », écrit le quotidien. Vraiment ?

L’affirmation, en tout cas, est habituelle quand on parle du FN ou de la FM. Mais appréhender la Franc-Maçonnerie en France comme un bloc monolitique, justement et contrairement aux pays anglo-saxons, relève tout simplement de l’ignorance ou du mensonge.

Car la France fait justement figure « d’exception maçonnique » et il est bien dommage que bien des éminents observateurs omettent la plupart du temps de le rappeler.

Lorsque le commun des citoyens de l’hexagone entend parler de Franc-Maçonnerie, il songe indéniablement au Grand Orient (GO), certes la plus ancienne (1773), longtemps quasiment seule à exister (jusqu’en 1894 quand se forme la Grande Loge de France [GLF]), en tout cas la plus importante en nombre avant que la Grande Loge Nationale Française (GLNF, créée en 1913) ne finisse, quelques années durant, par la dépasser en nombre de Frères (en 2012, un tiers de ses membres firent scission pour fonder la Grande Loge de l’Alliance Maçonnique française [GL-AMF])…

Le GO, redevenue certes la plus importante des obédiences maçonniques françaises (environ 50 000 membres), a de tout temps interdit l’appartenance au Front national, mais un tel ukase n’a jamais été lancé dans aucune autre obédience.

Et pour cause, les autres obédiences d’importance (plus de 80 000 membres, donc aux effectifs plus nombreux) interdisent, telle la GLF « de s’occuper de controverse touchant à des questions politiques ou religieuses », telle la GLNF qui, interdisant tout débat politique en interne, a de ce fait, refusé très officiellement d’appeler à voter contre Jean-Marie Le Pen en 2002… et désormais la GL-AMF qui « refuse toute prise de position politique ou sociétale. »

Pour la petite histoire, le « monsieur justice » de Marine Le Pen, l’avocat Valéry Le Douguet, favorable à la peine de mort et hostile au mariage homosexuel, a été exclu du Grand Orient… où il avait été initié peu de temps auparavant.

« Les Frères prônent la tolérance, mais, visiblement, ils ne l’appliquent pas en leur sein », a-t-il fustigé son ancienne obédience.

Ou alors, contrairement à ce que croient beaucoup d’obsédés du complot, ce ne seraient donc pas les Francs-Maçons qui infiltreraient le Front national, mais… le contraire ! Pourquoi pas !

Le GADLU (Grand Architecte de l’Univers) doit en rire encore !

10:33 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook