Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 27 mai 2019

VOTEZ CONTRE LE CLIMAT : LE TOTALITARISME QUI VIENT

Boulevard_Voltaire_22nov2018.jpg

Franck Buleux Métainfos cliquez ici

Lors de ces élections européennes, il est de notoriété publique que la surprise est venue des voix écologiques. Le total des voix EELV (Europe-Écologie-Les Verts), Génération écologie (GE), le Parti animaliste et Francis Lalanne, proche de l’Alliance indépendante écologique (AEI) s’élève à 18 %.

Bien entendu, les médias et l’Éducation nationale ont beaucoup œuvré à ce résultat, intégrant dans l’esprit des plus jeunes électeurs, l’ennemi principal, c’est-à-dire le climat.

Comme nos ancêtres les Gaulois (réfractaires ?) qui avaient peur que le ciel ne leur tombe sur la tête, les néo-électeurs ont peur du climat.

Cette orientation de l’opinion permet de conjurer d’autres phénomènes graves : le phénomène migratoire et les orientations de l’Union européenne. D’ailleurs, on en arrive même à dire que les phénomènes migratoires sont liés au climat, cela pour éviter de limiter les migrations aux guerres (ce qui, de facto, permettrait de rejeter la plupart des migrants), voire même de « surfer » sur cette vague dite populiste en affirmant que la limitation des migrants s’opérera quand le Soleil perdra de son rayonnement… En ce sens, le vote vert est démagogique et d’un populisme exacerbé. Il repose sur un préjugé, celui du réchauffement climatique ou plus exactement, du dérèglement climatique. En effet, si le réchauffement n’est pas avéré, il s’agit probablement de dérèglement. Et si vous n’y croyez pas, les ayatollahs verts vont feront la morale. Le danger c’est le climat vous dis-je, le climat ! Les climato-sceptiques n’ont guère droit à la parole, les médias les traitant même de « révisionnistes », renvoyant le traitement de leurs idées au néant intellectuel. Vous n’avez pas la parole car vous contestez le dérèglement climatique.

Souvenez-vous de la mise à l’écart de l’ancien ministre socialiste de l’Éducation nationale, Claude Allègre, parce qu’il avait osé remettre en cause le dogme, celui du climat déréglé.

Le vote contre le climat représente le choix électoral le plus mondialiste qui soit. Le thème de l’écologie traditionnelle, dite « de droite » est à redécouvrir avec l’expression du localisme. Mais nous en sommes loin et ce n’est pas le propos de ce billet. Aujourd’hui, les défenseurs auto-proclamés de la planète veulent totalement modifier notre système.

Les khmers verts sont près du pouvoir, d’ailleurs ils ont déjà participé au gouvernement de la gauche plurielle de Lionel Jospin, entre 1997 et 2002. En effet, ils n’hésiteront pas à servir de roue de secours de La République en marche (LRM), s’il en était besoin. Comme en Allemagne, ou au choix, ils peuvent soutenir les démocrates-chrétiens d’Angela Merkel comme les sociaux-démocrates.

Le totalitarisme qui vient, ce n’est pas le populisme qui n’a aucune structure idéologique commune si ce n’est la reconstitution des frontières, c’est ce mode de pensée du quotidien, avec des règles alimentaires strictes (les végan), l’énergie du soleil et du vent, la culture sans engrais.

Le modèle écologique est bien plus qu’un mouvement politique, c’est le mouvement qui définira, si l’on n’en prend pas garde, notre quotidien.

Nous nous émouvons, parfois et à juste titre, de modes de vie différents de notre culture européenne mais ces modes de vie ne concernent que des minorités. Ici, le danger ne vient pas de l’étranger mais d’une mouvance occidentale qui n’a qu’un seul but : transformer le quotidien de tous et de chacun.

Bien sûr, cette poussée n’est pas nouvelle, les mouvements écologiques avaient déjà fait l’objet de poussées électorales. En France, la « poussée verte » a fait tomber de nombreuses mairies de droite en 1977. Depuis 1977, les élections européennes ont vu les mouvements verts avec des scores à deux chiffres, d’Antoine Waechter avec 12 % en 1989 jusqu’à Daniel Cohn-Bendit avec 16 % il y a dix ans, mais ce qui est interpelant aujourd’hui, c’est la conjonction entre des institutions, une certaine jeunesse déconnectée des problèmes culturels et sociaux et les urnes.

Ces mouvements n’ont rien de scientifique, ils sont la réponse de l’irrationnel. Ils ne voient pas, ils estiment. Le climat a été remplacé, selon eux. Ils sont les chantres d’un certain remplacement.

Le clivage de demain s’inscrit dans les élections d’hier. Les Gilets jaunes sont loin, j’entends déjà parler d’espérance verte. Une couleur dont il faut se méfier.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

23:38 Publié dans Européennes 2019, Franck Buleux | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Fête de la Courtoisie à Paris, dimanche 16 juin 2019

Courtoisie.jpeg

La Fête de la Courtoisie se tiendra à Paris, dimanche 16 juin 2019, de 11 heures à 19 heures.

Venez à la rencontre de toute l’équipe de Radio Courtoisie, de ses patrons d’émission et de ses collaborateurs, qui vous invitent à partager ce moment d’intelligence et d’amitié.

Vous retrouverez les écrivains qui se sont exprimés à Radio Courtoisie. Ils seront heureux de vous dédicacer leurs œuvres.

Où : Espace Champerret, 1 place de la Porte de Champerret, XVIIe.
Accès par la rue Jean Œstreicher. Métro : Porte de Champerret. RER C : Pereire-Levallois.
Accès au parc de stationnement par le boulevard périphérique.

Entrée : 5 euros. Gratuit sur présentation de la carte d’auditeur ou du reçu de dons et pour les personnes de moins de vingt-six ans.

Voici le lien vers le site de Radio Courtoisie

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

17:51 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vengez la France, encollez Macron, le menteur de l’Élysée !

MacronNDMenteur.jpg

A peine une heure après que le drame avait éclaté, Macron donnait des consignes à son gouvernement et à la presse, encore une fois servile : seule la thèse accidentelle devait être retenue et ceux qui osaient émettre l’hypothèse d’un incendie criminel, dans un contexte où les actes contre les églises et les cimetières se multipliaient, devaient être exclus des médias officiels, et qualifiés de complotistes. 

Nous ne pouvions, encore moins dans le contexte des élections européennes, rester silencieux devant une telle provocation. Nous avons donc pris la décision, malgré une situation économique difficile pour nous, de proposer aux Français un outil accessible à tous, qui leur permette, de manière efficace et simple, de faire un geste militant pour « pourrir la vie du menteur de l’Élysée » : l’autocollant.

Nous savons que des millions de compatriotes, de toutes les sensibilités, ne supportent plus ce président qui déteste son pays et méprise les Français, leur préférant ouvertement les nouveaux venus, majoritairement africains et musulmans, qu’il leur impose. 

Nous savons qu’ils ne pardonneront jamais à celui qui, sans vergogne, incapable d’avoir protégé cet édifice, ose envisager de le reconstruire « de manière plus moderne et plus adaptée aux défis de notre temps » ! Sans doute avec des adeptes de l’Art contemporain, pour tuer Notre-Dame une deuxième fois !

Donc, bien que nous n’ayons pas atteint les objectifs affichés lors de notre appel (nous ne mentons pas, et lancerons, comme annoncé, une campagne papier), nous avons décidé de foncer, parce qu’il le fallait.

D’où l’impression, avec Résistance républicaine, de ces 100 000 autocollants, que nous offrons, ainsi que les frais d’envoi,  à tous ceux qui voudront nous en commander.

Pour les recevoir, écrire à : redaction@ripostelaique.com

Nous donner votre adresse, et le nombre que vous voulez recevoir.

Maintenant, c’est à vous de jouer. Vengez-vous de Macron, et vengez la France des affronts que ce président lui fait subir.

Bien évidemment, si des lecteurs veulent participer à cette action en la finançant partiellement, nous les en remercions d’avance.

Chèques à adresser à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

17:07 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le pouvoir du vide

Le billet de Patrick Parment

parl euro.jpg

Ces élections européennes consacrent deux choses : l’Europe d’une part, le parti d’Emmanuel Macron (LREM), de l’autre.

L’Europe d’abord. Au niveau européen et d’après les résultats que nous connaissons, notre première et agréable constatation, c’est qu’il en est bel et bien fini du monopole exercé par la droite (PPE) – sous perfusion allemande – et la gauche des sociaux-démocrates qui nous ont toujours entraîné sur une voie ultra libérale mais surtout maintenus en état de vassalité vis-à-vis des Américains. Au Parlement européen, où rien n’est possible sans compromis, il y a désormais plusieurs composantes avec lesquelles il faudra désormais négocier : les sociaux-démocrates (147 voix), les libéraux (102), les conservateurs (173) et s’ils arrivent à s’entendre, a minima, les euroseptiques (171). Que ressortira-t-il réellement de cette nouvelle configuration ? Clairement, le clan libéral reste majoritaire mais pourrait s’imposer l’idée que le libéralisme nous conduit à la faillite et que les Américains comme les Chinois ne sont pas nos amis mais bien des concurrents. Comme le souligne l’économiste Nicolas Bouzou, l’idéal serait de faire comprendre à l’Europe qu’elle est une puissance et donc de faire enfin de la politique. On l’espère, on le rêve.

L’autre aspect de ces élections est bien évidemment franco-français. Comme le faisait remarquer un sondeur, il ne faut pas confondre les élections européennes avec les élections nationales. Aux européennes, les Français se défoulent. Fut-ce le cas cette fois encore ? Dans une certaine mesure seulement.

Au risque de surprendre, je dirai  qu’Emmanuel Macron sort vainqueur de ces élections. Et nullement Marine Le Pen. Vainqueur pour la bonne  raison que se plaçant dans la perspective des présidentielles à venir, il a fait le vide politique autour de lui et demeure seul face à Marine Le Pen et son Rassemblement. Et là, Macron joue gagnant.

Les autres formations politiques rament comme des malades sans même atteindre les 10%. Mais les 13% des écolos me direz-vous. Leur score est artificiel car ils ont bénéficié du désenchantement de l’électorat de gauche déboussolé par la multitude des candidatures entre un Mélenchon à 6%, un Glucksmann à 6%, un Benoît Hamon à 3% et aux 2,5% du camarade bolchevique Ian Brossat parti se faire brosser chez les soviets de Tintin. Unis, ces joyeux branquignols seraient à 17%. Sauf que leur égo leur interdit, a priori, toute alliance.

A droite c’est la Bérézina, version Buzzati dans Le désert des Tartares. Passons sur le Rassemblement national qui reste et demeure le grand gueuloir électoral et qui n’a, semble-t-il, que fort peu bénéficié de la crise des Gilets jaunes. Il faut bien avouer qu’en dehors du discours sur l’immigration, Marine Le Pen n’a pas grand chose à dire. Hier encore,  elle voulait sortir de l’Europe et plus encore de l’euro, avant de faire machine arrière. Bigre, les Français aiment l'Europe ! Idéologiquement parlant, elle n’a rien à proposer et vit sur l’héritage du père. Qu’elle a bien tenté de tuer lors d’une grande crise oedipienne. Si d’aventure, elle était crédible, elle serait au pouvoir.

Côté droite républicaine, c’est franchement la cata. Logique. Le courant républicain issu de l’UMP et du RPR n’a jamais réussi à surmonter l’obstacle du Front national. Et ses électeurs les plus « popu » sont partis grossir les rangs du Front. Quoi de plus normal quand un radical-socialiste comme Chirac obéit au doigt et à l’œil aux lobbies juif et franc-maçon. Et, là, il n’y a nul complot judéo-maçonnique, mais une réalité très facile à vérifier. Quand on parle des juifs, on entend bien évidemment leurs instances du genre CRIF. Car les juifs n’ont jamais été effrayé par Le Pen. Mais leurs instances ont besoin de lui pour peser sur la communauté en agitant le chiffon rouge du fascisme et de l’antisémitisme. Les partis d’extrême droite israéliens sont nettement plus radicaux que le Front national. Charles Pasqua avait compris qu’il fallait accueillir le Front pour mieux l’étouffer. C’est le contraire qui s’est produit. Et Chirac a coupé l’herbe sous le pied à toute constitution d’une vraie droite dans ce pays. D’où, Macron !

Quant aux centristes, ils ont une énorme qualité, ils se fractionnent eux-mêmes, s’amputent au gré des circonstances et se flagellent pour de maigres intérêts. Voyez ce pauvre Jean-Christophe Lagarde qui plafonne à 2,5%. Quant au Modem, il est passé avec armes et bagages à LREM. François Bayrou devait en avoir marre de se faire bananer d’élection en élection. Il préfère désormais ses bourrins aux castagnes parlementaires.

Face à ce paysage dévasté, que reste-t-il ? Et bien le face à face Macron-Marine Le Pen. C’est-à-dire deux partis qui n’ont aucun fondement idéologique sérieux et qui naviguent à vue. Macron est en train de nous coller un foutoir institutionnel de grande envergure après nous avoir imposé un libéralisme outrancier en faveur « des plus riches » quand le Rassemblement national stagne comme grand réservoir des rancoeurs nationales. Et puis, il y a les Gilets jaunes. Qui ne se reconnaissent ni chez l’un, ni chez l’autre. Et pour cause, ce sont deux valises vides. On est gouverné par le vide, temporel autant que spirituel. On est bien en plein changement climatique.

11:35 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Autre satisfaction du soir : Manuel Valls perd lamentablement à Barcelone et arrive cinquième.

60959246_1367877513366073_9214430413160710144_n.jpg

Pas de commentaire... que du plaisir !

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

00:30 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Le Vlaams Belang fait une percée historique en Flandre

1196871310.25.jpg

Ce soir, Filip Dewinter et nos amis

flamands sont heureux... Nous aussi.

Source Europe 1 cliquez là

Outre leur quota d'eurodéputés, les Belges votaient dimanche pour élire leurs députés régionaux et nationaux. Les derniers bureaux ont fermé vers 16 heures (14 heures GMT).

Le Vlaams Belang, parti rival des nationalistes flamands de la N-VA et allié du Rassemblement national (extrême droite française) au Parlement européen, dépassait les 18% en Flandre, selon des résultats portant sur environ 15% des bureaux de cette région. C'est nettement plus que les 5,9% enregistrés en mai 2014, et au-delà aussi des 14,8% que promettait le dernier grand sondage d'avant-scrutin à la mi-mai. Cette performance devrait peser sur le résultat des nationalistes flamands de la N-VA, première force politique de Flandre, qui a exercé le pouvoir en coalition au niveau national de 2014 à 2018.

La N-VA s'affichait à 27,2%, en recul de cinq points par rapport au vote de mai 2014, selon ces résultats partiels diffusés notamment par la chaîne publique VRT.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

00:10 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook