Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 21 octobre 2019

Vegans, écolos et multinationales, même combat !

vegan.jpeg

Savez-vous quels sont les plus fervents partisans des vegans, c’est-à-dire ces militants écologistes qui ne consomment aucun aliment provenant des animaux et dont certains attaquent les boucheries ? Leurs soutiens s’appellent Bill Gates (Microsoft), Richard Branson (Virgin) et Jack Welch (ancien PDG de General Motors.) Curieux, non ? Ils ne se sont pas convertis au véganisme mais sont partisans de l’accroissement de leur propre empire financier.

Ce sont les principaux investisseurs de l’entreprise Memphis Meat, une société qui produit de la viande artificiel- le destinée à prendre le relais de la viande animale, de telle façon que ceux que les vegans auront convaincus aient une alternative à un régime carné avec une prétendue viande, fabriquée en laboratoire. Il y a gros à gagner ! Car ces « viandes » seront brevetées et les royalties tomberont dans l’escarcelle des actionnaires, les déjà richissimes Gates, Branson, Welch et bien d’autres.

Le plus important groupe alimentaire américain, Cargill, a également investi dans Memphis Meat. Avec l’appui du lobby FAIRR (Farm Animal Investment Risk & Return) Cargill est arrivé à mobiliser 40 investisseurs, représentant ensemble la gestion de 1,25 billions de dollars afin d’influencer les multinationales de l’alimentaire pour les inciter à trou- ver des alternatives à la viande. Parmi ces groupes, nous pouvons citer Nestlé, Kraft Heinz, Unilever, Tesco, Walmart. On comprend mieux que certains mouvements écologistes soient subventionnés par ces sociétés qui prétendent faire un geste « désintéressé » pour la planète. Et nul ne se demande qui finance les voyages internationaux et le train de vie de la jeune Greta Thunberg...

Quand les écologistes vegans – ils le sont presque tous – auront convaincu les braves gens de renoncer à la viande pour le bien de la planète que l’élevage mettrait en péril et pour leur santé menacée par le rumsteck, ces sociétés leur vendront leur fausse viande, avec la complicité des gouvernements qui se veulent plus verts que vert. Les écologistes sincères et naïfs – il y en a, bien sûr – qui pourfendent le capitalisme, combattent les Gafa et luttent contre les multinationales s’apercevront peut-être un jour qu’ils travaillaient pour elles.

Source Le bulletin de Bernard Noël

14:44 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.