Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 décembre 2019

Les maîtres menteurs

838_france_toujours_2.jpg

Par Hannibal

Depuis, Rokhaya Diallo, Lilian Thuram et quelques autres ont invité « la société française à s’accepter telle qu’elle est : diverse ». Au fil du temps, le divorce s’est accentué toujours plus entre le discours officiel de la République et le discours de l’arc-en-ciel non blanc, celui-ci présentant implicitement le grand remplacement comme une évidence, celui-là continuant à le nier par habitude et par principe. Il semble qu’Emmanuel Macron ait opté pour la reconnaissance d’une diversité croissante, ses apparitions spectaculaires avec de jeunes noirs tant à l’Elysée qu’aux îles en étant une indication, une autre, étant, lors de la présentation du plan banlieue de Jean-Louis Borloo, la déclaration du président de la république en mai 2018 : « Ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs ne vivant pas dans ces quartiers s’échangent un rapport ». Dans le même temps et le même sens, un ancien conseiller d’Edouard Philippe, Hakim El Karoui, a publié un livre pour répandre l’idée qu’il « faut accepter que l’Islam soit devenu une religion française ».

Les uns et les autres disent une même chose chacun à sa manière : la France n’est ni européenne, ni chrétienne, ni blanche comme le croyait un De Gaulle, elle est diverse, de plus en plus diverse, de plus en plus non blanche, non chrétienne, non européenne. Cela a pour mission de vaincre définitivement l’argument identitaire de « l’extrême droite ». De dire à Maurras : le pays réel dont vous fûtes jadis le chantre n’existe plus, l’identité française est métisse, musulmane, animiste, colorée : loin que le pays légal trahisse votre nation, qui n’est plus qu’un rêve, il tient trop compte au contraire de ce rêve vain.

En fait, ce discours extrémiste est déjà dépassé, tant l’industrie du mensonge s’accélère : dans sa frénésie, l’arc- en-ciel est passé à la prochaine étape du grand remplacement, le changement de mémoire, le mensonge rétrospectif. Les Français demeurant majoritaires en France, pour les convaincre de disparaître, on leur dit qu’ils ne sont pas ce qu’ils croyaient être. Que la France blanche, européenne et chrétienne non seulement n’existe pas mais n’a jamais existé. C’est sur cette voie qu’ont commencé à travailler deux vedettes, Attali- des-idées-de-génie, le grand mamamouchi compilateur, et Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’Etat aux Transports.

Commençons par ce petit dernier, parce qu’il renouvelle un peu le genre. Pour lui, « Marine Le Pen fantasme une France qui n’existe pas », précisant au grand jury RTL, une « France gauloise, blanche, hétérosexuelle si possible comme le disait Eric Zemmour. C’est une France qui n’a jamais existé dans l’histoire ». Observons ce maître menteur à l’œuvre. Son art est tout simple et demande juste un peu d’aplomb. Le principe est simple : dans une controverse, mettre dans le même sac des cailloux et des lentilles, des carpes et des lapins, brefs, des mots hétérogènes pour discréditer l’un d’entre eux. On s’appuie sur les autres pour justifier la condamnation du mot significatif, celui qui fait l’objet de la controverse. Ici, c’est le mot blanche : le but du prestidigitateur est de nier, ou de faire oublier, que la France fut blanche.

A cet effet il remplit le sac avec d’autres mots, “gauloise”, et « hétérosexuelle si possible comme dirait Eric Zemmour ». Passons sur gauloise. Chacun sait que la France n’a jamais été seulement gauloise, son nom l’indique, qu’Ibères, Ligures, puis Bretons, Saxons, Francs, Ubiens, puis encore Normands se sont agrégés et mélangés aux Gaulois, avant qu’entre la fin du dix-neuvième siècle et 1960, Italiens, Polonais, Belges, Espagnols et Portugais ne complètent le tableau. Mais il s’agissait pour Djebbari de déconsidérer l’idée de racines et d’identité, de nier un phénomène qui a frappé tant Renan que Marguerite Yourcenar, la stabilité pendant deux mille ans de la population française. En somme, de masquer un fait capital : la vague migratoire commencée en 1970 n’a pas d’équivalent dans notre histoire, ni en intensité ni en promptitude — les grandes invasions furent d’assez petites choses en comparaison, le côté militaire excepté bien entendu — pour le moment.

Source : Rivarol 11/12/19

10:35 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.