Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 29 mars 2020

666 – Jour de Satan ou bilan de 4 mois de pandémie ?

19948387lpw-19948384-article-jpg_6842100.jpg

Bernard Plouvier

Durant la nuit du 28 au 29 mars 2020, le cap des 666 000 cas officiellement prouvés de coronavirose au virus 2019 (le Covid 19) a été franchi... nul doute que cela ait fait frémir les âmes sensibles au Satan perse, passé chez les juifs puis les chrétiens.

De façon plus sérieuse, il faut quelque peu se méfier des statistiques planétaires, admirablement réactualisées plusieurs fois par jour par les épidémiologistes du Johns Hopkins Hospital and University (Baltimore – Maryland) : les statistiques chinoises et sud-coréennes sont bloquées depuis dix jours, aussi bien pour le nombre de cas prouvés que pour celui des morts... on a beaucoup de mal à y croire !

Dans la comptabilité officielle du début de matinée le 29 mars, l’on répertorie dans 177 États : 666 300 cas prouvés (compter au moins 1 000 fois plus en contaminés porteurs sains), 142 000 guérisons définitives et un peu moins de 30 900 morts.

La mortalité globale, selon ces statistiques qui ne peuvent qu’être qu’indicatives, mais nullement exactes à la centaine près, serait de 4,6%. En France, elle est de 6%, en Grande-Bretagne de 5,8%, aux Pays-Bas de 6,5%, en Allemagne de 7 pour mille.

Aux USA (où les chiffres sont répertoriés État par État et parfois par comté), la mortalité avoisine le millier de morts dont 825 à New York (villes et comtés avoisinants), soit – pour 125 000 cas répertoriés – une mortalité de 8 pour mille.

On sait que le pic de mortalité est atteint entre 7 et 15 jours de contamination massive des populations. Mais le ratio mortalité / nombre de cas cliniques reste stable dans chaque pays depuis 3 semaines. Mêmes si elles sont truquées par les dictatures communistes ou par la gabegie africaine, les statistiques de mortalité sont fiables en pays occidentaux.  

Personne ne peut douter du danger des transports intercontinentaux sans un strict contrôle sanitaire des voyageurs venant de pays sales. L’antique notion de « quarantaine » est à reprendre : les nations des différents continents n’ont nullement évolué de façon synchrone.

Il serait temps d’abandonner les stupidités tiers-mondistes et droits-de-lhommesques et de protéger véritablement les nations occidentales des fléaux provenant des vastes zones arriérées de la planète. Il faut se protéger efficacement des invasions de hordes indésirables aussi bien que des épidémies nous venant des pays à populations majoritairement réfractaires à nos critères d’hygiène.  

11ML.jpg

12:02 Publié dans Tribune de Bernard Plouvier | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.