Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 02 juillet 2018

Simone se casse au Panthéon

Le billet de Patrick Parment

veil.jpgC’est tout de même bizarre cet engouement de nos présidents de la Ve République à vouloir remplir ce monument hideux qu’est le Panthéon de personnages hier encore – et pour certains toujours – célèbres. On notera toutefois que le présent est nettement plus douteux que le passé dans cette église défroquée arraisonnée par les franc-macs. De Gaulle a fait entrer Jean Moulin dont le rôle dans la Résistance n’a guère eu le temps de s’affirmer, balancé qu’il fut aux Allemands par un petit camarade bien intentionné. Et, c’est un André Malraux, vraisemblablement shooté à l’opium qui prononça l’éloge funèbre de ce bon franc-mac sur un scénar digne du Jeanne d’Arc de Carl Dreyer.

Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing ne se prêtèrent pas au jeu.

François Mitterrand était avide de symboles et il fut frappé d’herpès républicain pour faire oublier qu’il était un digne bénéficiaire de la Francisque. Il fit entrer pas moins de cinq pékins qui ne demandaient rien. Chirac se montra presque raisonnable vu qu’il s’en foutait complètement avant qu’on ne lui suggère que ça ferait bien dans le paysage. Il en nomma trois, dont André Malraux qu’il détestait et Alexandre Dumas comme symbole d’une France métissée. Pauvre Alexandre à cent lieues d’une telle idée.

Enfin Hollande vint et il a eu la main lourde en nommant cinq personnes dont l’histoire ne retiendra pas grand-chose.

Et vint Simone Veil et son mari, histoire de ne pas séparer le couple aux yeux d’Emmanuel Macron. Encore une nomination « air du temps ». La dame a été beaucoup critiqué pour sa loi sur l’IVG alors que celle-ci était nettement plus restrictive que ce qu’elle est devenue. Simone Veil n’a jamais prôné l’avortement, elle a simplement voulu éviter aux femmes d’avoir recours aux « faiseuses d’anges » comme l’on disait à l’époque et qui ont mutilé tant de jeunes femmes. Il faut rendre à César ce qui lui revient. On est plus réservé pour son mari dont la carrière doit beaucoup à l’entregent de sa femme eu égard à ses compétences limitées. Au final, on s’aperçoit que ce claque républicain est surtout destiné au marketing des présidents de la République.

 

17:48 Publié dans Le Billet de Patrick Parment | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.