Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 02 novembre 2018

MACRON NOSTALGIQUE DES ANNÉES 30 ?

45259781_1254117784728631_6594110791887093760_n.jpg

Source MPI cliquez ici

12:28 Publié dans IGNACE | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Référendum en Nouvelle Calédonie : le Parti de la France appelle à voter contre l'indépendance

ob_9c5ab9_manif-1.png

Communiqué du Parti de la France :

Trente ans presque jour après celui de 1988 qui visait à entériner les « Accords de Matignon » voulus et négociés par Michel Rocard alors Premier ministre socialiste, le référendum organisé en Nouvelle Calédonie ce 4 novembre se veut l'ultime étape du processus d’indépendance du territoire confirmé par les Accords de Nouméa signés en 1998 par le gouvernement Jospin.

Ultime étape si le oui à l’indépendance venait à l'emporter… Car, dans le cas contraire, les pouvoirs publics, acquis aux revendications mélanésiennes et soumis aux pressions australiennes et néo-zélandaises, ont, dans leur acharnement à brader ce sol français depuis un siècle et demi, prévu de nombreux autres scénarii permettant a une majorité qualifiée aux Congrès de revenir sur ce vote et de continuer le processus d’autodétermination canaque.

Riche de ses ressources minières (le Nickel en particulier), la Nouvelle Calédonie constitue, pourtant, pour la France un atout important permettant une présence renforcée dans la zone pacifique et une consolidation majeure de notre espace maritime national (la zone économique exclusive, normalement fixée à 200 milles des côtes a été étendue à 350 milles en 2015 après l'avis favorable de l'ONU).

Le Parti de la France appelle tous les sympathisants de la droite nationale et en particulier ceux faisant partie du corps électoral appelé à voter dans le territoire dimanche (tout à été fait pour en réduire le nombre et pour favoriser le vote aborigène), à se mobiliser contre le bradage de ce territoire français pour lequel se sont battus bien des nationaux et sont morts nos gendarmes dans la grotte d'Ouvéa en 1988.

Rappelons que la Droite nationale fut en pointe pendant toute les années 80 contre les exactions commises par les activistes kanaks et les agents du séparatisme. C'est à son retour de Nouvelle Calédonie où, à la tête d'une délégation Front National, il avait mené une rude et dangereuse campagne, que notre camarade et ami Jean-Pierre Stirbois, Secrétaire général du FN trouva la mort le 5 novembre 1988 à Pontchartrain dans le département des Yvelines (NDLR SN cliquez ici).

Deux jours plus tard, grâce à l'apathie des Français et surtout à la trahison (une fois de plus) du RPR de Jacques Chirac qui avait appelé à l'abstention, le référendum, au niveau national, entérinait à 79% le processus d'autodétermination tandis qu’en Nouvelle Calédonie, les Caldoches, sous l’influence et par l’action de Jean-Pierre Stirbois, refusant dans leur immense majorité de suivre le RPR dont beaucoup étaient pourtant adhérents, répondaient clairement non à la séparation d’avec la France.

Faisons en sorte qu'il en soit de même dimanche.

10:44 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Pierre Vial soutient le mouvement du 17 novembre

1037459448.jpg

Pierre Vial, Président de Terre et peuple

Le 17 novembre beaucoup de Français vont manifester leur ras le bol contre l’exploitation éhontée qu’ils subissent en tant qu’automobilistes, dont pour beaucoup l’automobile n’est pas un objet de luxe, de loisir mais bel et bien un outil de travail ou un moyen de liaison indispensable dans la vie quotidienne, en particulier dans les zones rurales, pour lesquelles les technocrates parisiens ont un souverain mépris. C’est pourquoi Terre et Peuple appelle ses membres et ses amis à participer activement aux manifestations du 17 novembre. Le peuple doit se faire entendre et respecter. Seule paie la rébellion.

Le mouvement est aussi soutenu par Carl Lang cliquez là et par la Ligue du Midi cliquez ici

10:40 Publié dans Communiqués de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Espagne : un "artiste" vandalise la tombe de Franco

franco-600x337.png

Comme nous le rappelle l'excellent éditorial de Boulevard Voltaire d'hier, la tombe du Général Franco, sauveur de l'Espagne décédé le 20 novembre 1975, n'arrête pas de poser des problèmes à la clique socialiste momentanément au pouvoir à Madrid et qui ne sait plus comment se dépêtrer de cette affaire. Mais comme il y a toujours plus radical que soit, hier un scribouillard qui se prend pour un artiste est venu sur la tombe du Caudillo pour la maculer de peinture pensant peut être que cela allait précipiter les choses. Pauvre crétin qu'il est...

Arnaud Robert, dans le quotidien Présent cliquez ici d'aujourd'hui, revient avec humour sur ce "fait d'armes" d'un demeuré sans gloire : Il y a la myriade de « déséquilibrés » qui jouent du couteau halal ou de la voiture mal entretenue et incontrôlable.

Il y a par ailleurs les « artistes » du bon goût, activement promus par les médias, comme les Femen du cirque Soros, Jeff Koons et ses ballons gonflables, Paul Mc Carthy et son délicat plug anal ou ce peintre talentueux, Enrique Tenreiro, subversif ô combien !

Boris Vian allait cracher sur les tombes. Tenreiro, lui, a profané la tombe de Franco, profitant de la Toussaint. Quelle formidable « performance », quelle prise de risque insensée, quelle créativité, digne d’un Ribes !

Chapeau bas, monsieur l’artiste.

S.N.

10:29 Publié dans Un peu d'Histoire | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

La dépouille de Franco, sparadrap du capitaine Haddock pour le nouveau pouvoir espagnol

434px-Francisco_Franco_en_1964-434x475.jpg

Richard Hanlet

« On ne sait jamais, sur un malentendu, ça peut marcher… » La réplique culte des Bronzés a permis, en juin, au socialiste Pedro Sánchez de prendre la tête du gouvernement espagnol. Mais avec une majorité en kit façon IKEA, il sent bien qu’il aura du mal à tracer un avenir qui mette beaucoup de gambas dans les paellas de ses compatriotes. Alors, il fait ce que la gauche a toujours fait de mieux : attaquer le passé en faisant, après des années de tergiversations, voter l’expulsion de la dépouille du général Franco de la Valle de los Caídos. Plus de 80 ans après la fin de la guerre civile, les revanchards du peuple de gauche ne baissent pas les bras, mais la France spécialiste de l’exercice serait malvenue de se moquer de ce genre d’épuration.

Étonnamment, la famille du Caudillo accueillit le sacrilège avec une flegmatique indifférence. Disposant, en effet, d’un panthéon familial au cimetière privé du Pardo, tout le monde – à commencer par Sánchez – pensait que les descendants du Caudillo transféreraient tout naturellement sa dépouille dans ce lieu plus discret, offrant au nouveau pouvoir la gloire immortelle d’une victoire sans risque et à peu de frais sur une dictature fasciste.

Mais patatras ! La famille avait dans son jeu un atout majeur ! Parce que Franco avait, de son vivant, acheté, à deux cents mètres du Palais royal, un caveau dans la cathédrale de l’Almudena, laquelle, pour la modique somme de six euros, est bien plus visitée que la lointaine et lugubre Valle de los Caídos… Comme presque toujours, le remède socialiste se révèle donc pire que le mal et le Premier ministre, qui se disait « très fier » d’avoir obtenu le retrait du corps du dictateur « d’un endroit où il n’aurait jamais dû se trouver », est dans la seringue. Légalement, il ne peut rien faire parce que, comme le rappellent les autorités religieuses, « on ne peut empêcher un chrétien d’enterrer un parent dans une crypte qu’il a préalablement achetée ».

À part la trêve hivernale des expulsions (ça marche aussi pour les morts ?), seule une intervention divine semblait en mesure d’éviter aux épurateurs un résultat diamétralement opposé à celui recherché. C’est pourquoi, lors de sa visite au Vatican à la fin du mois, le numéro 2 de l’exécutif espagnol a tenté d’arranger le coup avec le pape François. Un communiqué du gouvernement espagnol, publié à la suite de la rencontre de la vice-présidente avec le cardinal Parolin, affirme que celui-ci a « garanti » que le Vatican « ne va pas s’opposer à l’exhumation des restes de Francisco Franco du Valle de los Caídos ». Mais, pour le reste, c’est bien vague : « concernant l’inhumation, les deux parties sont convenues de la nécessité de trouver une solution et de maintenir le dialogue ».

Source Boulevard Voltaire cliquez ici

10:14 Publié dans En Europe et ailleurs... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

IL ARRIVE ! SORTIE DANS QUELQUES JOURS DU NOUVEL ALBUM DU DESSINATEUR IGNACE

2018 10 ignace aff.jpg

VOUS POUVEZ DÉJÀ LE

COMMANDER EN LIGNE CLIQUEZ ICI

10:07 Publié dans IGNACE, Livres | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

SAMEDI 3 NOVEMBRE (15 H), 30 ANS APRÉS SA MORT : VENEZ NOMBREUX ASSISTER À L'HOMMAGE DES PATRIOTES À JEAN-PIERRE STIRBOIS ORGANISÉ PAR LE PARTI DE LA FRANCE

2018 11 03 JPS PDF.jpg

Boulevard Voltaire rend hommage

à Jean-Pierre Stirbois :

In memoriam : Jean-Pierre Stirbois, grand précurseur de la lutte contre l’immigration

Il y a trente ans, Jean-Pierre Stirbois, alors secrétaire général du Front national, trouvait la mort à Ponchartrain, dans un accident de voiture, en revenant d’une réunion électorale. Il y a les morts qu’on déplore et celles dont on se réjouit : dans son ensemble, la presse salit la mémoire du défunt et trouva l’accident plutôt bienvenu. À l’image de Charlie Hebdo, qui titra « Les arbres sont sympas » pour évoquer l’obstacle meurtrier rencontré. Vingt ans plus tard, Benjamin Biolay fit le tour des médias avec son opus Vengeance : « La vengeance est un plat que certains mangent froid comme Stirbois s’est mangé son cèdre. »

Difficile à excuser. Mais facile à comprendre. Maire adjoint, conseiller régional, député européen, député national, Jean-Pierre Stirbois exerça beaucoup de mandats. Mais ce n’était pas un homme politique ordinaire. Son action a eu une dimension historique.

1) C’est l’un des premiers hommes politiques français (avec Jean-Marie Le Pen) à avoir discerné l’ampleur des problèmes migratoires et avoir eu l’audace d’en faire un thème électoral.

2) Grâce à un travail de terrain exemplaire (tractages, boîtages, marchés, cages d’escalier, réunions d’appartement), il a montré qu’il était possible de construire un électorat autour de la défense de l’identité française et de la lutte contre l’immigration. Ses propos paraissaient vifs ; ils sont, hélas, en deçà de la situation que nous subissons aujourd’hui.

3) « Le tonnerre de Dreux » – 16 % aux élections municipales de 1983 – fut une étape décisive dans l’émergence du Front national, son succès électoral aux élections européennes de 1984 (11 % des suffrages) et l’implantation durable de ce parti.

4) Enfin, beaucoup l’ont oublié, tant l’affaire peut paraître étrange aujourd’hui, mais Jean-Pierre Stirbois fut un promoteur de l’union des droites. Il réussit à s’allier au RPR Jean Hieaux pour chasser de la mairie de Dreux l’immigrationniste Françoise Gaspard.

5) Ce bel édifice se heurta à une puissante campagne de diabolisation menée par les lobbies de l’immigration : le CRIF, les chrétiens progressistes, la LICRA, des obédiences maçonniques, les associations subventionnées et SOS Racisme firent tout pour obtenir du RPR le refus de tout accord avec le FN. Les Français le payent aujourd’hui de trente ans d’immigration incontrôlée.

6) Pourtant, trente ans après, le modèle de Jean-Pierre Stirbois à Dreux (la lutte contre l’immigration et l’alliance des droites) reste une nécessité pour la survie du peuple français et des peuples européens.

Voilà pourquoi Jean-Pierre Stirbois, trente ans après sa mort, doit rester présent dans la mémoire des combattants identitaires. Comme précurseur à honorer.

Une cérémonie d’hommage aura lieu, samedi 3 novembre à 15 heures, au cimetière de Montparnasse à Paris.

Source Boulevard Voltaire cliquez ici

Hommage du samedi 3 novembre cliquez là

07:55 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook