Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 mai 2019

Le gouvernement autrichien tombe : machination internationale ?

heinz-christian-strache.png

Lionel Baland dans Boulevard Voltaire

Le président de la République autrichienne Alexander Van der Bellen s’est prononcé, ce dimanche 19 mai 2019, en faveur d’élections législatives anticipées qui seront organisées en septembre 2019, si possible au début du mois. Il a, auparavant, discuté avec le chancelier social-chrétien Sebastian Kurz (ÖVP) de plusieurs scénarios possibles pour le gouvernement jusqu’à ce scrutin et il rencontrera le président – tout récemment – désigné du FPÖ Norbert Hofer et les dirigeants des partis d’opposition.

Le gouvernement regroupant l’ÖVP et les patriotes du FPÖ est donc tombé, car deux des figures de proue du FPÖ, le président du parti et vice-chancelier Heinz-Christian Strache et le président exécutif du groupe des élus du FPÖ à la Chambre des députés Johann Gudenus, ont été victimes d’une machination réalisée par des professionnels disposant de gros moyens financiers – et ont démissionné de leurs fonctions.

Alors que le gouvernement ÖVP-FPÖ est en place depuis décembre 2017 et est le résultat des élections législatives d’octobre 2017, une vidéo, réalisée le 24 juillet 2017, a été envoyée, quelques jours avant les élections européennes de mai 2019, à des organes de presse allemands, qui l’ont publiée.

Les images montrent les deux cadres du FPÖ discutant avec la soi-disant nièce d’un richissime homme d’affaires russe désirant investir 250 millions d’euros en Autriche et lui proposant de mettre financièrement la main sur le Kronen Zeintung, le quotidien le plus lu du pays, tout en lui expliquant comment contourner les obstacles légaux afin de financer le FPÖ et en proposant d’octroyer à cette dame des avantages en matière d’investissement dans le domaine public lorsque le FPÖ accédera au pouvoir.

Ces images ont été prises sur l’île espagnole d’Ibiza – où Heinz-Christian Strache prend habituellement ses vacances d’été – dans une villa louée et piégée à l’aide de caméras, les véhicules se trouvant devant cette bâtisse étant aussi loués.

Ce traquenard – « coup monté », comme l’écrit Le Monde – réalisé par des professionnels disposant de moyens importants relève de pratiques barbouzardes qui portent atteinte à l’intégrité du système politique autrichien.

Les succès du FPÖ, depuis la prise du contrôle du parti par son aile nationale en 1986, dérange à l’étranger et surtout en Allemagne – autre entité germanophone -, au sein de laquelle le FPÖ constitue un modèle pour certains et une menace pour les partis du système.

Cette formation politique a déjà été victime, dans le passé, de pratiques anormales. Ainsi, lorsque le FPÖ était arrivé au pouvoir en Autriche aux côtés de l’ÖVP, au début de l’année 2000, le gouvernement avait dû subir, avant même d’être entré en fonction, d’énormes pressions internationales et Jörg Haider, qui avait conduit son parti au pouvoir en ayant engrangé, durant quatorze ans, de nombreux succès électoraux, avait dû renoncer au poste de vice-chancelier ou chancelier.

Cette fois, le système politique autrichien est touché par la publication de la vidéo, alors qu’une vague patriotique conduite par le vice-Premier ministre italien léghiste Matteo Salvini déferle, à la veille des élections européennes, sur l’Europe et que la présence au pouvoir, en Autriche et en Italie, de partis politiques patriotiques et favorables au pouvoir en place en Russie dérange.

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

17:44 Publié dans En Europe et ailleurs..., Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Conflits #21 vient de paraître, et il y est bien évidemment question d'Europe

34f2f28f6ede697c1b90721b7fcc35ff40ca2a7f.jpeg

« La victoire d’Emmanuel Macron […] transforme l’image de la France en Europe et sans doute celle de l’Europe dans le monde […]. Elle voit se reconstituer un axe franco-allemand potentiellement plus solide parce que beaucoup plus équilibré. En Allemagne et en Italie [cette victoire voit] les débuts d’une macromania qui ringardise l’extrême droite de l’AfD et fait repousser des ailes au centre gauche de Matteo Renzi. Plus généralement c’est l’Europe entière, à l’exception peut-être de la Hongrie et de la Pologne, provisoirement aux mains des populistes, qui se trouve ragaillardie. » (Dominique Moïsi, Les Échos, 9 mai 2017).

 

Editorial de Pascal Gauchon

Ainsi s’exprimait un commentateur avisé au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron. Ne vous moquez pas ; la plupart des analystes parlaient ainsi, avec un ton moins enflammé il est vrai. Même enthousiasme lors de l’élection de Barack Obama. Le culte de l’homme providentiel fait des ravages à gauche comme à droite d’autant plus qu’après le Brexit et l’élection de Donald Trump, « l’homme providentiel » avait mis un terme à la série de succès des populistes. Tout rentrait dans l’ordre.

Que s’est-il passé ? Emmanuel Macron a prononcé un discours de haut vol à la Sorbonne le 26 septembre 2017, il a appelé à l’intégration européenne et fustigé le nationalisme dont il a fait son meilleur ennemi – il a d’ailleurs récidivé dans sa lettre aux Européens du 5 mars dernier. Pour réussir, il comptait sur ses bonnes relations avec Angela Merkel. Le problème est qu’Angela Merkel est affaiblie et sa coalition bancale. Et Emmanuel Macron aussi depuis la crise des gilets jaunes. Il a dû multiplier les promesses qui pèseront sur le budget de la France. Ah ces Français, ils sont très forts pour parler, mais quand il s’agit d’agir sérieusement il n’y a plus personne ! D’où une perte de confiance en Emmanuel Macron, ou en la France, ou en la capacité d’Emmanuel Macron de la réformer. Berlin ne lui tourne pas le dos mais réduit autant que possible les grands projets qu’il avait esquissés.

Lire la suite

16:48 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Reportage de la marche blanche à Paris pour Vincent Lambert lundi soir le 20 mai

 

Reportage de l' Agence LDC News 

Vous pouvez également visualiser le long reportage diffusé hier soir en direct par l'équipé de Farida Belghoul en cliquant ICI

B9719663617Z.1_20190520232122_000+G2UDLHEMQ.1-0.jpg

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

15:20 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

21 mai 2013 : l'acte ultime de Dominique Venner

Diapositive1 copie 2.jpg

Sur la mort de Dominique Venner cliquez ici

L'hommage militant quelques jours après cliquez là

jjjjj.jpg

Sorti en décembre 2014 : cliquez ici

11:48 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Jordan Bardella en tête des sondages

60560489_10157235999069731_3986200336153968640_n.jpg

En ce qui concerne la campagne et les propositions de Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement national qui ne manque d'ailleurs pas de talent, nous pensons que les lecteurs de Synthèse nationale ont suffisamment d'informations grâce aux moyens officiels, ce qui n'est pas le cas des autres listes patriotiques. 

Cependant, dans un souci d'équité, nous reprenons ici l'appel lancé sur les réseaux sociaux par Véronique Péan, la dynamique responsable du RN en Touraine :

"Un seul tour le dimanche 26. Proportionnelle intégrale plus nous aurons de voix plus nous aurons de députés. Notre ennemi, c’est l’abstention. Contacter les membres de votre famille, vos amis, vos relations professionnelles… Consacrez les jours qui viennent à convaincre vos proches d’aller voter pour la liste de Jordan Bardella. Un impératif : arriver en tête le dimanche 26 mai. Il faut gagner, pour l'Europe, pour la France !"

Chacun fera donc en son âme et conscience...
 
Site de Jordan Bardella cliquez là
 
L'appel de Jean-Marie Le Pen cliquez ici
 
2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

11:24 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Vincent Vauclin : « La préservation de l’identité française n’est pas négociable »

60862555_2295641934088571_8619984412290842624_o.jpg

Source cliquez ici

Doit-on aller vers une politique culturelle Européenne commune ? Quelle doit être l’action de l’UE pour favoriser la création culturelle européenne, sa diffusion, et l’accès à la culture des citoyens européens ?

Les Européens n’ont pas attendu la Commission Européenne pour bâtir, strates après strates, siècles après siècles, une civilisation culturelle parmi les plus rayonnantes du monde. C’est dans le prolongement de cet héritage qu’il convient d’orienter les politiques publiques, au niveau régional, national et européen. À cet égard, le rôle des institutions européennes devrait être d’abord de sanctuariser la richesse de notre culture commune et de protéger sa diversité à la fois des velléités de standardisation du monde marchand et de l’américanisation, mais aussi des négateurs de notre héritage qui entendent escamoter ses particularismes au nom d’une intégration culturelle qui n’est que le faux-nez de l’uniformisation et du nivellement.

Doit-on parler d’exception culturelle française au sein de l’Europe ?

Bien sur, la préservation de l’identité culturelle française n’est pas négociable et doit primer sur toute autre considération. Je pense d’ailleurs que le principe d’exception culturelle devrait faire l’objet d’une sanctuarisation constitutionnelle (actuellement, il n’existe aucune mention des notions de « culture » ou « d’identité » dans la Constitution, ni même dans son préambule).

Quel regard avez-vous sur l’action du parlement européen sortant dans le domaine culturel ?

La majorité sortante n’a fait qu’accompagner le lent processus d’érosion de la culture européenne. Par exemple, en subventionnant l’art « contemporain » plutôt que la restauration de notre patrimoine historique ou l’exaltation de nos racines pluri-millénaires. Dans les faits, on constate qu’une empreinte idéologique post-soixante-huitarde mine la politique culturelle européenne, et ambitionne de faire table-rase de notre héritage pour y substituer une néo-culture aseptisée, « inclusive » et « progressiste ». En somme, il s’agit d’effacer la mémoire des européens pour mieux les remplacer.

Comment associer politique économique et politique culturelle de l’UE ?

Je pense qu’il faut encourager le mécénat, en le conditionnant aux impératifs de préservation du patrimoine historique et d’affirmation de notre héritage culturel sous toutes ses formes. C’est ainsi que l’on pourra également encourager la transmission et les vocations propres à l’art et à l’artisanat traditionnel européen, d’une richesse inestimable, et dont les pratiques et le savoir-faire relèvent d’un patrimoine immatériel aujourd’hui menacé de disparition.

Est-ce que l’action culturelle de l’UE est assez visible par les citoyens européens ?

D’une manière générale, l’ensemble des politiques européennes apparaissent confuses et peu lisibles aux yeux des européens, et je pense que c’est délibéré : cette opacité est constitutive d’une construction européenne qui s’est faite dans le dos des peuples et souvent contre leur volonté.

NDLR SN : comment faire pour voter pour la liste de La Reconquête (Vincent Vauclin, La Dissidence française).

Pour imprimer le bulletin de vote cliquez ici

Site de la Dissidence française cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

11:03 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Renaud Camus et Karim Ouchikh présentent une liste aux élections européennes

3d4417dea4b5985d283b0a7dfa9861de_XL.jpg

Source cliquez ici

L’écrivain et président du parti de l’In-nocence et le président du SIEL (Souveraineté, Identités Et Libertés) affirment être les seuls à avoir “une ligne claire”. Avec ce constat : “le Grand Remplacement est le seul problème sérieux”. Et une seule solution : “la remigration, la décolonisation, la libération du territoire”.


La seule frontière qui compte aujourd’hui, c’est celle qui sépare les remplacistes des antiremplacistes, ou réfractaires, ou résistants, ou dissidents (du remplacisme).

D’un côté de cette frontière, il y tous ceux qui consentent au Grand Remplacement, peu ou prou, ou qui le promeuvent, ou qui l’incarnent, ou qui le nient ; de l’autre il y a ceux qui le refusent de tout leur être, de toute leur chair, de toute leur âme.

D’un côté, il y a ceux qui acceptent le changement de peuple et de civilisation, soit parce qu’ils en nient l’existence, soit parce qu’ils n’en sont pas dérangés, soit parce qu’il sert leurs intérêts ; de l’autre il y ceux qui aimeraient mieux mourir que de s’y résigner.

D’un côté, il y a ceux pour qui l’occupation étrangère de notre pays n’est pas un problème, soit parce qu’ils ne la voient pas, soit parce qu’ils la jugent normale, inévitable, bien dans l’ordre des choses ; et de l’autre il y a ceux qui ne l’accepteront jamais.

Il y a ceux que la colonisation de la France et de l’Europe laisse de marbre, ceux qui s’en réjouissent, ceux qui ne s’en avisent pas, ou qui ne songent pas à la nommer de la sorte ; et il y a ceux qu’elle obsède comme un horrible cauchemar et qui n’ont qu’une hâte, s’en réveiller.

On le voit, cette frontière n’est pas seulement politique, mais historique, et même ontologique. C’est-à-dire qu’elle concerne l’être, l’être même de notre patrie et de notre civilisation, et celui de chacun d’entre nous : leur existence, leur survie, leur persévérance dans l’être ou leur dissolution dans l’autre, dans le remplacement, dans le néant, l’ethnocide, le génocide par substitution, tels que les annoncent l’immigration de masse et l’islamisation méthodique de notre continent.

La frontière n’est pas politique, ou pas seulement, et pourtant tous les partis politiques sont du même côté d’elle, celui du remplacisme, des remplacistes et du Grand Remplacement : soit qu’ils s’en félicitent, comme les plus extrémistes d’entre eux, par antiracisme absolu ou par servilité impatient aux intérêts de l’hyper-classe ; soit qu’il le nient, comme les plus bêtes ou les plus fourbes ; soit qu’ils l’organisent, comme les plus collaborateurs et compromis ; soient enfin qu’ils s’en accommodent sans le dire, ou en le disant certains jours et en le niant le lendemain — un pas en avant, deux pas en arrière — comme les plus lâches, les plus opportunistes et les plus flous.

Ceux-là ne peuvent pas rompre tout à fait avec le remplacisme, même s’ils le critiquent, parce que le remplacisme c’est le système, c’est le pouvoir, ce sont les places, c’est l’argent, c’est l’accès aux médias, ce sont les médias eux-mêmes, dont il importe peu de connaître l’opinion politique mais beaucoup de savoir à qui ils appartiennent et d’où vient leur financement ; car leur véritable opinion c’est celle-ci : le remplacisme global, l’immigration de masse, l’accroissement des besoins par la croissance démographique, les usines de fabrication de la MHI, la Matière Humaine Indifférenciée.

Nous sommes seuls de l’autre côté de la barrière, seuls à avoir une ligne claire. Nous pourrions même en faire notre nom : la Ligne Claire, au moins à titre provisoire, à l’occasion d’une descente dans l’arène, hors partis, contre partis, le temps des élections européennes. La ligne claire implique un constat : le Grand Remplacement est le seul problème sérieux, qui rend secondaires tous les autres, même les plus graves, et qui empêchera toujours de leur trouver une solution.

Et la seule solution, que ce soit à l’insécurité ou à la surpopulation carcérale, au déséquilibre des comptes sociaux ou à l’artificalisation galopante, à la sécession des « quartiers » ou au réensauvagement de l’espèce, à l’hébétude hyperviolente, à l’expansion du totalitarisme islamique, c’est la remigration, la décolonisation, la libération du territoire.

Dans ces conditions pourquoi songer à une liste aux élections européennes ? Nous n’avons pas un sou, nous n’avons aucun accès aux médias, c’est l’adversaire qui établit les règles du jeu et qui les fait appliquer. Nous partons vaincus d’avance, nous n’avons rien à faire sur un terrain qui n’est pas le nôtre et où tout est prévu pour nous perdre, puisque nous nommons seuls ce qui ne doit absolument pas être nommé et que les électeurs sont dressés dès l’enfance, par l’école, à ne pas voir, à ne pas entendre et à ne pas comprendre.

Tout cela est vrai, mais vrai aussi que ces élections sont européennes, et que c’est l’Europe entière et sa civilisation qui sont menacées de mort : d’où notre volonté d’une liste européenne, justement, avec des résistants, des dissidents, des réfractaires antiremplacistes venus de tout le continent.

L’Europe, il ne faut pas la quitter, il faut s’en emparer avec nos alliés et en chasser les traîtres, pour la reconstruire ; il ne faut pas en sortir, il faut en sortir l’Afrique. Pour réveiller nos concitoyens hébétés, drogués, manipulés, nous devons saisir toutes les occasions qui se présentent, nous afficher partout et ne laisser passer aucune chance, même légale, même électorale, d’interrompre l’ethnocide en cours et d’attirer sur lui l’attention.

Ce n’est pas parce qu’un combat menace de ne pas aboutir qu’il ne faut pas l’entreprendre. Avec toujours la même exigence placée au cœur de notre combat existentiel : œuvrer au rassemblement de tous les Français, de tous les Européens, toutes sensibilités politiques confondues, pour affronter ensemble les périls de ce temps, sans tremblement ni retour.

Outre la ligne claire, celle qui va du constat du Grand Remplacement à la double exigence de la Remigration et de la Désislamisation, nous disposons d’une arme formidable, que les autres, par définition, n’ont pas : la vérité. On l’a vue renverser des murailles, et défaire d’un coup des systèmes presque aussi redoutables que celui auquel nous avons affaire, et comme lui construits sur le mensonge.

Les vidéos de la Ligne claire cliquez là

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

10:58 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Des royalistes aux élections européennes. Pourquoi ?

exigez le soleil 4.png

Communiqué de l’Alliance royale 

Comme à toutes les élections depuis 2004, l’Alliance royale présente une liste pour réaffirmer la pertinence du principe royal dans l’état actuel d’affaiblissement du pouvoir politique en France. Non seulement, la royauté démontre chaque jour son efficacité dans plusieurs pays européens où elle est un facteur décisif d’unité nationale. Mais elle est particulièrement d’actualité devant la déconsidération, voire le rejet dont font l’objet les derniers présidents de la République : M. Sarkozy n’a pas été réélu, M. Hollande n’a même pas pu se représenter et M. Macron fait maintenant l’objet de la fronde des “gilets jaunes” et sa popularité est similaire à celle de M. Hollande.

A chaque élection présidentielle, les Français cherchent à désigner l’homme providentiel qui sortira la France du marasme dans laquelle elle est plongée depuis plus de 40 ans. A chaque fois, ils sont déçus, car notre système électoral par sa nature ne fait émerger que des personnalités ambitieuses et non pas des personnes réellement au service du bien commun, avec une claire compréhension de notre identité nationale, des enjeux ainsi qu’une vision forte de notre avenir.

A chaque élection, nous retrouvons les mêmes partis, comme Les Républicains, qui tiennent des discours fermes sur l’économie, les questions de société ou l’immigration et, ensuite, votent à Bruxelles comme à Paris les lois désastreuses contraires à notre intérêt national. Il est temps de cesser de les croire et de sortir du système. Il est temps de voter pour vos convictions ; voter utile a toujours été un marché de dupes au bénéfice des ambitieux et au détriment de ceux qui écoutent les promesses électorales.

Vous trouverez ci-dessous les liens vers :


Peut-être continuez-vous à penser que l’on vote pour gagner ? Grave erreur ! On vote pour faire émerger ses idées. A quoi sert-il d’apporter vos suffrages à un candidat qui gagne, mais qui ne vote pas les lois que vous demandez ? Certes, l’Alliance royale n’aura probablement pas d’élu, mais il s’agit de faire émerger un vote royaliste pour les prochaines échéances. Aucun parti n’arrive au pouvoir en une élection, c’est une dynamique qu’il faut lancer. Vous seuls pouvez le faire.

Cyrille Henrys
Vice-président de l’Alliance royale

2017 12 01 PUB SITE 2.jpg

10:37 Publié dans Européennes 2019 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Comme chaque année, nous avons besoin de votre aide...

Diapositive1 copie.jpg

S'abonner à la revue cliquez ici

Acheter nos livres cliquez là

08:00 Publié dans La vie de l'association Synthèse nationale | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Maître Triomphe annonce de la reprise des traitements de Vincent Lambert

000_1GP6RI.jpg

Valeurs actuelles cliquez ici

Alors que le CHU de Reims avait interrompu lundi matin les soins apportés à Vincent Lambert, la justice a ordonné que ceux-ci reprennent au plus vite. Une immense victoire pour tous ceux qui souhaitent le voir maintenu en vie, chaleureusement accueillie par des centaines de manifestants rassemblés à Paris.

C’est un nouveau revirement, spectaculaire, dans l’affaire Vincent Lambert. Moins de 24 heures après que les médecins du CHU de Reims ont entamé la procédure d’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation de Vincent Lambert, la première chambre de la Cour d’appel de Paris a invalidé la procédure et ordonné la reprise des soins. Les juges ont ordonné « de prendre toutes mesures aux fins de faire respecter les mesures provisoires demandées par le Comité international des droits des personnes handicapées (…) tendant au maintien de l’alimentation et l’hydratation ». Cet organisme, qui dépend des Nations Unies, avait demandé par deux fois à la France de maintenir, provisoirement, les soins. Mais ce comité n’étant que consultatif, la France n’était pas obligée de suivre sons avis.

2017 12 01 PUB SITE 1.jpg

01:46 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook