Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 juillet 2019

La facture salée des 80km/h

Armel Joubert des Ouches

Vitesse à 80 km/h : des millions d'euros partis en fumée ! Le 1er juillet 2018, le gouvernement, par la voix de son premier ministre Edouard Philippe, annonçait la mise en place d'une mesure qui allait faire hurler les automobilistes et de nombreux élus : la réduction de la vitesse, de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires. En fait, c'est Emmanuel Macron qui, face au tollé que la mesure venait de soulever, décidait, 7 mois après l'annonce, d'ouvrir la porte à des aménagements en déclarant notamment : « Il faut que l'on trouve ensemble une manière plus intelligente de la (cette mesure) mettre en œuvre. Il n'y a pas de dogme », avait ajouté le chef de l'Etat, précisant qu'il appartenait aux maires de « faire des propositions ». Si au départ, l'intention d'Edouard Philippe s'appuyait sur de bons sentiments, la réduction du nombre de tués sur la route, cette limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire avait suscité un flot continu de critiques en particulier dans les zones rurales ou les habitants ne disposent pas de moyens de transports collectifs et dans lesquelles la voiture est l'élément premier de leur mobilité. Aujourd'hui, la chose est donc officielle : les maires et les préfets pourront décider de la vitesse à pratiquer en fonction de la dangerosité de tel ou tel secteur. Des millions d'euros … encore partis en fumée ! L'abaissement de la vitesse à 80 km/h ne fut pas sans odeur pour le contribuable français. On estime en effet à 20 000 le nombre de panneaux qu'il a fallu faire fabriquer en toute hâte. Soit une facture évaluée à 12 millions d'euros. Sans parler de la dégradation des radars ! 60% du parc des radars fixe a été dégradé ou détruit. La crise des « gilets jaunes » n'est pas seule responsable des dégradations commises. Il faut aussi mettre ces actes sur le compte d'un ras le bol quasi général des automobilistes, « proies » facilement taxables à merci. Les derniers chiffres qui circulaient faisait état d'une facture de 80 millions d'euros pour l'ensemble dégradé. A cette facture, il faudra ajouter les réparations … que le gouvernement s'est engagé à faire, afin de remettre en service … ces mêmes radars ! Dans ce reportage, vous entendrez notamment Bernard Darniche, l'ancien champion du monde de rallye automobile.

14:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Traité du Mercosur : un accord scélérat signé par l’UE avec le soutien de Macron.

14461146.jpg

Jean-François Touzé
Délégué national du Parti de la France aux Études et Argumentaires
 
La réunion du G20 qui vient de se tenir a Osaka au Japon, sommet en trompe-l’œil qui aurait pu se solder par de simples décisions de principe telles que la confirmation à 19 (sans les États-Unis qui s'en sont retirés) de l'Accord de Paris sur le climat et par le redémarrage de négociations commerciales entre les USA et la Chine. Le tout émaillé - c'est la loi du genre – de fausses amabilités entre les Présidents américains et nord-coréens, et de vrais antagonismes de fond (les justes remontrances émises par Poutine sur les limites des démocraties libérales et la piteuse réponse de Macron considérant que ces « démocraties libérales avaient encore beaucoup à apporter ». Le Président français pensait sans doute à ce qu'elles apportent à la finance internationale et à la spéculation planétaire…).
 
Mais l'essentiel était là où on ne l'attendait pas : dans la signature d'un traité de libre-échange transatlantique entre l'Europe et les quatre pays du Mercosur.
 
Emmanuel Macron a cru bon de se féliciter de la conclusion de ces négociations dites du Mercosur entamées depuis plus de vingt ans entre l’Union européenne d’une part, le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l'Uruguay de l'autre, et par la signature d'un "accord politique" sur un vaste traité de libre-échange, touchant près de 770 millions de consommateurs.
 
Cet accord constitue pourtant pour les éleveurs bovins français un coup de poignard dans le dos dont beaucoup risquent de ne pas se relever.
 
Une fois de plus Bruxelles vient de s’engager dans un marché de dupes que les intérêts français seront les premiers à devoir subir.
 
Les pays du Mercosur s'engagent certes à supprimer progressivement les taxes douanières sur leurs importations automobiles comme sur celles de pièces détachées, d'habillements et de produits pharmaceutiques. Autant de secteurs d'activité et de champ d'exportations dont le développement reste très hypothétique pour l'Europe du fait de la proximité de ces pays avec les États Unis et des accords privilégiés depuis longtemps conclus avec eux. L’ouverture du marché automobile qui ne se fera que petit à petit, est, au demeurant, avant tout un cadeau fait à l'Allemagne dont les grands constructeurs comme Mercedes ou BMW sont déjà sur les starting-blocks, et non à la France où Renault est empêtrée dans l’affaire Carlos Ghosn et PSA affaiblie par l’échec de son rapprochement avec Fiat Chrysler.
 
En contrepartie, l'Union ouvre totalement son marché à l'importation de viande bovine provoquant la colère et déjà le désespoir de nos paysans.
 
En cause, la taxation à un taux préférentiel de 7,5 % des quelque 99 000 tonnes de viande bovine que les quatre pays latino-américains devraient pouvoir exporter vers l’UE, fragilisant un peu plus les 85 000 éleveurs français de vaches allaitantes.
 
Déjà très dépendants des subventions européennes, les éleveurs français avertissent qu’ils ne parviendront pas à concurrencer les "usines à viande" latino-américaines.
 
D’autant que s'ajoutent à cette concurrence déloyale et faussée les différences de normes appliquées sur les deux continents : antibiotiques utilisés comme hormones de croissance d’un côté assorties de déforestation, contre toujours plus de normes environnementales, coûteuses et drastiques côté européen.
Cet accord scélérat signe donc une double peine : peine de mort a terme pour de nombreux élevages français ; risque sanitaire pour nos consommateurs de viande.
 
Emmanuel Macron a pris là une responsabilité majeure dont les Français devront se souvenir.

13:52 Publié dans Jean-François Touzé | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook