Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 01 juillet 2019

La facture salée des 80km/h

Armel Joubert des Ouches

Vitesse à 80 km/h : des millions d'euros partis en fumée ! Le 1er juillet 2018, le gouvernement, par la voix de son premier ministre Edouard Philippe, annonçait la mise en place d'une mesure qui allait faire hurler les automobilistes et de nombreux élus : la réduction de la vitesse, de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires. En fait, c'est Emmanuel Macron qui, face au tollé que la mesure venait de soulever, décidait, 7 mois après l'annonce, d'ouvrir la porte à des aménagements en déclarant notamment : « Il faut que l'on trouve ensemble une manière plus intelligente de la (cette mesure) mettre en œuvre. Il n'y a pas de dogme », avait ajouté le chef de l'Etat, précisant qu'il appartenait aux maires de « faire des propositions ». Si au départ, l'intention d'Edouard Philippe s'appuyait sur de bons sentiments, la réduction du nombre de tués sur la route, cette limitation à 80 km/h sur le réseau secondaire avait suscité un flot continu de critiques en particulier dans les zones rurales ou les habitants ne disposent pas de moyens de transports collectifs et dans lesquelles la voiture est l'élément premier de leur mobilité. Aujourd'hui, la chose est donc officielle : les maires et les préfets pourront décider de la vitesse à pratiquer en fonction de la dangerosité de tel ou tel secteur. Des millions d'euros … encore partis en fumée ! L'abaissement de la vitesse à 80 km/h ne fut pas sans odeur pour le contribuable français. On estime en effet à 20 000 le nombre de panneaux qu'il a fallu faire fabriquer en toute hâte. Soit une facture évaluée à 12 millions d'euros. Sans parler de la dégradation des radars ! 60% du parc des radars fixe a été dégradé ou détruit. La crise des « gilets jaunes » n'est pas seule responsable des dégradations commises. Il faut aussi mettre ces actes sur le compte d'un ras le bol quasi général des automobilistes, « proies » facilement taxables à merci. Les derniers chiffres qui circulaient faisait état d'une facture de 80 millions d'euros pour l'ensemble dégradé. A cette facture, il faudra ajouter les réparations … que le gouvernement s'est engagé à faire, afin de remettre en service … ces mêmes radars ! Dans ce reportage, vous entendrez notamment Bernard Darniche, l'ancien champion du monde de rallye automobile.

14:37 Publié dans Sacha de Roye | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.