Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 septembre 2019

François Sidos, un engagement au service de la patrie

IMG_01271.jpeg

François Sidos 1922 - 2019 

Philippe Vilgier

François Sidos (1922-2019) est mort le 3 septembre, avant d’atteindre ses 97 ans. Je me souviendrai toujours de notre première rencontre. C’est Anne Le Pape qui m’avait présenté à lui en 1987. Je tenais à l’interviewer dans le cadre de mon enquête (inédite) sur La Jeunesse nationaliste dans la Résistance et la France combattante. Nationaliste, il le fut certes dès son plus jeune âge puisqu’au moment de son abonnement à Brumaire, le journal des étudiants bonapartistes, il venait juste de fêter son 14e anniversaire ! Toutes ses sympathies militantes se portaient alors sur les ligues – les fameuses ligues dites « d’extrême droite » – et dont nombre d’adhérents constitueront les premiers résistants.

1940 : lorsque François Sidos s’engage dans la marine, il n’a pas encore 17 ans. Il est en opération à bord du torpilleur Le Simoun quand ses camarades lui apprennent la défaite. Abasourdis, ils ne comprennent pas. François Sidos me confiera : « Moi, j’ai pleuré à l’armistice, comme un c… » Désormais une seule chose l’obsède, contribuer à chasser l’occupant de la patrie.

Il se retrouve bientôt en Afrique du Nord ; il embarque plus tard sur un navire qui a réussi à échapper aux Japonais, Le Nivôse. C’est un pétrolier ravitailleur indirectement rattaché aux Forces navales françaises libres (FNFL). Un combat et des dangers incessants. Et puis, au moment de la campagne d’Italie, le 11 novembre 1943, au large, entre Alger et Oran, une gigantesque explosion, un geyser de feu : Le Nivôsevient d’être torpillé (le fait est mentionné par le général de Gaulle dans ses Mémoires de guerre, L’Unité, p. 338 du Livre de poche).

“Une très belle attitude”

Notre ami, par modestie, ne tenait pas à faire état de sa citation à l’ordre du corps d’armée, décernée par le contre-amiral Lemonnier, chef d’état-major de la marine. Il faut savoir que celle-ci précise que le quartier-maître François Sidos, lors du naufrage, « a fait preuve du plus grand sang-froid dans l’exécution des ordres reçus, et a eu une très belle attitude dans les compartiments envahis ».

A peine rétabli, il continue la guerre sur un destroyer d’escorte que les Américains ont cédé aux Français. Débarquement en Provence avec l’armée De Lattre, à Ramatuelle exactement, où il sera un des premiers libérateurs que les habitants du village apercevront. Rembarquement en direction de Saint-Tropez et Toulon. En final, combats de l’île d’Oléron et de la Pointe de Grave.

François Sidos est démobilisé le 15 septembre 1945. Il a connu cinq ans de guerre sur mer contre les Allemands. Il est notamment titulaire de la croix de guerre 1939-1945, de la médaille de la campagne d’Italie et de la médaille militaire. Il a fondé l’Association des anciens du Nivôse et à ce titre, le « pacha » du nouveau Nivôse tint à l’inviter lors du lancement de sa frégate, le 26 mai 1992.

Défense de la patrie et nationalisme ont toujours été de pair chez François Sidos. Dans les années 50 il fut un moment président de Jeune Nation, puis, bien plus tard, dans les années 80, militant et candidat Front national dans le canton de Richelieu (Indre) à diverses élections.

François Sidos est aussi le symbole de la désinformation concernant les engagements nationalistes. A son propos, Henry Rousso dans son livre Le Syndrome de Vichy, 1944-198…, Seuil, 1987 indique p. 213 qu’il est un ancien milicien. On appréciera le sérieux de cet historien qui se veut « spécialiste de l’extrême droite ». Autre attitude d’un autre « spécialiste », Joseph Algazy qui cite bien François Sidos comme un des responsables de Jeune Nation (La Tentation néofasciste en France 1944-1965, Fayard, 1984) mais en cachant son passé d’héroïque combattant; C’est plus simple à défaut d’être plus honnête.

Article publié ce jour

dans le quotidien Présent cliquez ici

Un combattant exemplaire

François Sidos était une figure historique de la cause nationale. Au début des années 1950, avec ses frères Jacques et Pierre, il créa le premier mouvement nationaliste d'après guerre, Jeune nation. Puis, après la fin de l'Algérie française, il fut de ceux qui donnèrent un nouvel élan au combat en y introduisant la dimension civilisationnelle. Ce fut l'aventure d'Europe Action. Plus tard, il fut aussi candidat du FN en Indre-et-Loire.

Toujours attentif à ce qui se passait dans notre camp, il nous manifesta souvent son amitié et il nous donna, à plusieurs reprises des contributions à nos livres ainsi qu'à la revue Synthèse nationale.

Nous le savions fatigué depuis quelques mois et c'est donc avec peine que nous apprenons sa disparition. Il restera pour nous tous un combattant exemplaire. 

Roland Hélie

18:44 Publié dans Nous avions un camarade... | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.