Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 mars 2020

Covid-19 : retour au réel, un entretien avec Philippe Randa

RANDA Ph.jpg

« Manquerait plus que le confinement fasse davantage de victimes que le Coronavirus ! »

Entretien avec Philippe Randa, directeur du site de la réinformation européenne EuroLibertés.

(Propos recueillis par Guirec Sèvres)

Confinement, j+5… Ça va, vous ?

Avec une grande maison, une cour ensoleillée et plus d’enfant en bas âge, à l’évidence mieux que beaucoup de nos compatriotes confinés dans un appartement, seul ou en famille. Les médias rendent déjà compte de beaucoup d’« actes d’incivilités », rebaptisés « d’imbécillité » par le si aimable ministre Castaner… Soit ! Mais qu’en sera-t-il dans une semaine ? Et encore, beaucoup se disent qu’il n’y a à supporter cette situation que 15 jours, suivant la décision actuelle du gouvernement français, mais si le confinement était prolongé d’un mois de plus, comme certains médecins commencent à le réclamer ? (Le prolongement a été fait en Italie et on l’annonce comme évident en France)… Les « actes d’incivilités » ne dégénèreront-ils pas brutalement en actes de violences physiques, voire mortels ? Manquerait plus que le confinement fasse davantage de victimes que le Coronavirus !

Le Confinement ne serait pas une bonne solution ?

Je ne suis pas qualifié pour répondre… C’est un choix qu’ont fait la Chine et l’Italie avant nous et la Belgique juste après… Et l’Union européenne a tout de même fermé toutes ses frontières, notamment dans l’espace Schengen pour 30 jours. Ah ! au fait, il est donc possible de fermer les frontières ? On a pourtant tellement entendu que c’était impossible quand il s’agissait de terrorisme ou d’invasion migratoire…

À propos de frontières, que deviennent les milliers de migrants massés à la frontière turque qui, au début du mois, menaçaient d’envahir la Grèce avant de se répandre dans l’Union européenne ? Auraient-ils sagement – ou peureusement – renoncés à une telle perspective de peur de tomber malade ? La Turquie a certes fermé ses frontières avec la Grèce et la Bulgarie pour cause de Coronavirus, mais les migrants se sont-ils miraculeusement évaporés dans la nature ? Et si c’est le cas, quelle nature ? Au 1er mars, la Turquie annonçait qu’ils étaient au nombre de 80 888 (quelle précision !), mais France Info précisait dès le 4 mars que « les chiffres de migrants souhaitant gagner l’Europe avancés par la Turquie sont invérifiables. Et ils sont bien plus élevés que ceux de l’Union européenne et des organisations sur le terrain »… On imagine le déferlement éventuel de ces gens avec les risques qui ne seraient plus alors seulement religieux, économiques, culturels ou terroristes, mais sanitaires.

Quels autres constats peut-on faire de cette décision de confinement ?

C’est une situation absolument inédite dans notre pays… Même pendent la guerre, en 1940 avec l’avancée miliaire allemande ou en 1944 avec celles des Alliés, le gouvernement n’a pas interdit l’ouverture de (quasiment) tous les commerces, ni la libre-circulation de la population, obligée de se munir d’une grotesque « attestation de déplacement dérogatoire » qui rappelle fâcheusement les « Ausweis » (carte d’identité) ou les « Passierschein » (laissez-passer) de l’Occupant : et encore, eux n’étaient nécessaires que pour franchir la ligne de démarcation, pas pour promener son chien.

Par ailleurs, à une mesure de confinement des plus contraignante se surajoute le discours en boucle terriblement anxiogène sur le virus. D’abord celui du président du Macron qui parle de « guerre », précisant que « (ce n’est que) le début de la crise » et que « l'État tient » ; du ministre de l’Intérieur : « Les déplacements seront contrôlés et ils devront être justifiés », « 100 000 policiers et gendarmes seront mobilisés pour des contrôles sur les axes principaux et secondaires »… C’est à peine moins – ou plus – que pour les attentats terroristes de ces dernières années… Mais il y a pire encore : les déclarations surréalistes de l’ex-Ministre de la Santé Agnès Buzyn poignardant dans le dos le gouvernement en affirmant qu’elle avait mise en garde Président et Premier ministre de la catastrophe qui s’annonçait sans qu’ils en tiennent compte – alors qu’elle-même tenait officiellement à l’époque un discours contraire – et qui a désertée son Ministère pour tenter de conquérir la Mairie de Paris, certaine pourtant que l’élection municipale serait repoussée. Quel aurait été son discours si elle avait été en tête au premier tour et non très loin derrière Anne Hidalgo et Rachida Dati ?

Vous en voulez encore ? Eh bien, celles du très médiatique « docteur » Michel Cymes, qui a « trop rassuré » sur les dangers de l’épidémie, obligé de faire un mea culpa après, sans doute, avoir été menacé d’être exclu des médias s’il n’enfourchait pas le discours officiel du gouvernement. Tous ces gens alimentent les théories complotistes… qu’ils n’ont de cesse, par ailleurs, de dénoncer !

En conclusion…

En un mois, plus de 10 000 morts dans le monde, près de 250 000 personnes atteintes, mais « 98 % des personnes contaminées guériraient néanmoins de l’infection », dixit le directeur général de la Santé Jérôme Salomon le 10 mars dernier. Rappelons encore pour ceux qui refusent obstinément de l’entendre le bilan du tsunami de 2004 : 1 minute, 250 000 disparus… ou encore celui de la grippe saisonnière : de 290 000 à 650 000 décès par an dans le monde entier, selon l’OMS… Terrible réalité des chiffres, n’est-ce pas ?

23:50 Publié dans La chronique de Philippe Randa | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les « quartiers ethniques » se fichent du confinement

zones-non-droit-2-448x293.jpg

Paul Vermeulen

Pour les autorités, le confinement est le meilleur moyen pour limiter la violence du pic de l’épidémie ainsi que l’engorgement des hôpi- taux et le nombre de décès. Un anesthésiste réanimateur de la Pitié Salpêtrière déclarait mardi soir sur LCI que la France peut gérer 6 000 malades en réanimation, jusqu’à 12 000 en bloquant tous les hôpitaux. Il précisait aussi qu’en cas d’échec du confinement, l’estimation serait de 100 000 à 150 000 malades devant être mis en réanimation. Commentaire : « Ça, on ne sait pas faire. On entre tous dans un autre monde, là. »

« Tous » ? Pas sûr, à voir ce qui remonte déjà des ban- lieues et de certains quartiers. Qui pense que le confine- ment va être respecté dans ces endroits ? Mercredi 18 mars en soirée, une fois n’est pas coutume, les médias officiels montraient des images de quartiers pari- siens dont les populations ne respectent rien. Ce sont les mêmes que d’habitude : les territoires perdus de la République, où la sécession évoquée par François Hollande puis par l’ancien ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, le jour de sa démission, est déjà effective.

Quels quartiers ? La Goutte-d’Or, Château Rouge, Barbès à Paris. Une épicerie pillée à Trappes aussi. Les images de Paris montrent l’absence d’Européens blancs, la dominante de populations d’Afrique noire ou musulmane, sauf les policiers qui tentent de convaincre les gens de « rentrer chez eux ». Personne n’obtempère. Pourquoi ? Ces gens, quoi qu’en disent les idéologues, ne sont pas Français. Ils se fichent donc des directives de la République et sont en cela habitués depuis l’école où, jeunes, ils n’écoutaient pas les enseignants.

Le même jour, à Lyon, dans le quartier de la Guillotière, à 19 heures, une quarantaine de dealers « issus de la diversité » accomplissaient leur « devoir » : la vente de drogues. Dans la même ville, des vendeurs de masques volés ont été observés mardi et mercredi. Ce n’est que le début, ainsi que le montrent des images du syndicat Synergie-Officiers : deux voitures des forces de l’ordre interviennent dans un quartier, les « jeunes » refusent d’obtempérer en insultant les policiers qui n’arrivent pas à les convaincre. En somme, c’est à eux qu’est intimé l’ordre de « rentrer chez eux ». Les policiers ont ainsi été obligés de repartir, penauds. Pendant ce temps, à Elbeuf, le même genre de population organisait mardi soir un barbecue géant impliquant une cinquantaine de personnes. Une de ces fêtes habituelles sur les toits de cités aux populations uniquement musulmanes et issues d’Afrique du Nord, ce qui est déjà illégal. La police est intervenue et la situation a dégénéré, avec des attaques au mortier. Il a fallu une heure de combats pour que la situation s’apaise, sans que les « jeunes » rentrent chez eux. La réalité : ces gens ne se voient pas comme Français et pensent que le virus ne les concerne pas. Nul doute que leurs malades se précipiteront cependant vers des hôpitaux dont le manque de moyens est aussi lié à leur mode de vie d’assistés.

Source : Présent 20/03/2020

07:57 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook