Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 mai 2020

1940 : Emmanuel Macron allonge la liste des défaites glorieuses françaises

montcornet.jpeg

Par Jean-Dominique Merchet

En commémorant, ce dimanche, les combats de Montcornet (Aisne) de 1940, le président Macron a-t-il vraiment « regardé l’histoire en face », comme le promettait l’Elysée ? Dans un discours inhabituellement bref – seize minutes –, le chef de l’Etat n’a pas dévié d’un trait de la mythologie gaullienne et s’est prudemment abstenu d’analyser les causes de cette « étrange défaite » (Marc Bloch).

Exaltant le « sacrifice » et le « courage » des combattants de mai- juin 1940, Emmanuel Macron a estimé que « les soldats français avaient mérité de la Patrie » et qu’ils étaient « des preux dans la défaite ».

Pour lui, la France ne fut pas une « victime consentante » face à l’ennemi. « Nos armées furent battues, mais elles luttèrent » et ce ne fut « ni une défaite prévisible, ni une déroute inéluctable ».

Les historiens continuent d’en débattre, mais le chef de l’Etat entend, pour sa part, « construire une mémoire de l’intégration républicaine ». Qui est responsable de ce qui fut « l’une des plus rudes défaites militaires de l’histoire » de France ? Le Président se contente d’évoquer les « failles » et les « faiblesses » de l’armée française ou le fait qu’« au sommet de l’armée et de l’Etat, personne ne portait la conviction [de Charles de Gaulle] qu’il s’agis- sait d’une guerre mondiale ». Dénonçant « la majorité fataliste des hauts fonctionnaires, des chefs militaires et des dirigeants politiques » qui voulaient « arrêter la guerre », il vante, au travers du Général, « l’esprit français de résistance » qui « jamais ne meurt ».

Grâce à Emmanuel Macron, la « bataille de France » figurera peut-être désormais au catalogue de ce que l’historien Jean Garrigues nomme les « défaites glorieuses », quand le sacrifice du soldat compte plus que le résultat final : Camerone, Bazeilles, Sidi Brahim, Dien Bien Phu. Et même Waterloo, évoquée dans le discours de Montcornet.

Source : L’Opinion 18/05/2020

16:38 Publié dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.